Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Conclusion

Françoise Lainé

Texte intégral

1J’adresse d’abord mes remerciements à notre hôte Jonathan Sumption qui a permis la réalisation de ce colloque dans des conditions exceptionnelles favorisant l’échange ; merci aussi aux organisateurs Guilhem Pépin et Frédéric Boutoulle de m’avoir confié la tâche agréable de rassembler tous les fils, tâche au demeurant légère vu la bonne cohérence de l’ensemble. Les participants auront plaisir à publier les actes en l’honneur de Jonathan Sumption qui a mené une étonnante double carrière de juriste et d’historien, en hommage au spécialiste de la guerre de Cent ans. C’est en effet une œuvre peu commune que de publier (entre autres) plus de 3000 pages très denses sur ce sujet en conjuguant une érudition minutieuse et la recherche d’une lisibilité globale quant à la stratégie militaire et politique des protagonistes, et ce sans négliger un théâtre d’opérations et en prenant en compte aussi bien la guerre de basse intensité que les opérations de grande envergure. Avec ces mercenaires et routiers nous espérons lui offrir non pas seulement une collection des pires soudards mais un ensemble qui fasse sens et puisse prendre place dans ses perspectives.

  • 1 Voir en particulier l’état de la question dressé par France 2008 et DeVries 2008.
  • 2 Crouch 2008.

2En 2008, le recueil Mercenaries and Paid Men, publié sous la direction de John France, insistait sur l’extrême difficulté qu’il y a à bien cerner, pour l’époque médiévale, la notion de “mercenaires” au sens de troupes étrangères soldées, alors que les combattants sont payés systématiquement (ou presque) ou se paient en butin et que les dénominations “nationales” sont floues ou trompeuses ou renvoient à des alliés1. La ligne de démarcation, à la fin du xiie siècle, passe entre le jeune Guillaume le Maréchal et Mercadier, alors que les deux hommes servent la même cause pour l’argent et les récompenses2, mais le premier et ses pareils tiennent fort à consolider leur statut aristocratique de chevaliers et à marquer leur supériorité. Il semblait aussi qu’à la fin du Moyen Âge, avec des sources plus abondantes, la professionnalisation de l’activité militaire et l’apparition de référents politiques nationaux, la réalité du mercenariat devenait peut-être plus facile à appréhender mais dès que l’on regarde les années 1340-1460, les certitudes simples se dérobent.

3Mercenaires et routiers appartiennent à un monde militaire dont les structures “officielles” sont en pleine évolution : les levées féodales ou générales laissent la place au recrutement contractuel et les soudoyers occasionnels à l’armée permanente, tandis que le modèle chevaleresque reste prégnant, au prix de réinterprétations le pliant au service du bien public sans oblitérer prouesse ni aventure. J.-P. Genêt souligne en introduction que ces guerriers font partie de l’envers du décor, en ce temps de construction de l’État autour d’un souverain et en référence à un territoire, lieu des fidélités naturelles, puisqu’ils échappent au contrôle du souverain. Toutefois, les hommes sont au gré des circonstances tantôt soldés par leur prince, tantôt mercenaires pour un autre prince, tantôt routiers se livrant à une prédation pure et simple et dont on cherche à se débarrasser ; nous reviendrons sur ces passages constants entre les deux pôles de l’activité guerrière. Cette situation prend fin en France lorsque Charles VII est en mesure de prendre le contrôle des gens de guerres et de ne plus tolérer en principe que ceux à ses gages. Robert de Sarrebrück dont Valérie Toureille retrace la carrière d’Écorcheur est contraint à la retraite dès 1445, peut-être par son âge mais plus sûrement par la perte de son artillerie et de beaucoup de ses hommes. Cependant, l’heure de ce franc-tireur était passée : son hostilité à la maison d’Anjou l’avait rendu parfois incontrôlable, rien ne le recommandait donc pour devenir un capitaine de l’ordonnance malgré sa compétence militaire et son engagement persistant dans le camp de Charles VII.

4Ce processus concrétisait des notions déjà assez clairement formulées plus d’un demi-siècle auparavant, lorsqu’il s’agissait de débarrasser le Languedoc des garnisons de pillards. Philippe Contamine montre comment Philippe de Mézières estimait qu’il était des routiers soucieux de leur “honneur” et aussi qu’après un tri parmi ces soudoyers, on pouvait récupérer pour le service du roi les “prudhommes” nés du royaume – l’opération n’a pas été tentée en 1391. La ligne de démarcation n’était plus une affaire de statut chevaleresque ni de vasselage mais de naturalité et de comportement, de soumission ou non au contrôle de l’État dans l’exercice du métier des armes.

Les cadres politiques à l’épreuve de la guerre et des gens de guerre

Service mercenaire et fidélités naturelles : ligne de démarcation et incertitudes

Naturalité

5Jean de Blaisy, présenté par Philippe Contamine, n’a suivi, de ses premiers combats contre les Compagnies dans sa Bourgogne natale à Nicopolis (1396) une trentaine d’années plus tard, que la discipline de chevalerie au service du prince et de la foi. Plus modestement que Du Guesclin, il prend rang parmi ces chevaliers modèles que la cour de France se plaît à héroïser ou à donner en exemple dans les années 1390. Officier royal issu de la noblesse, il ne s’est jamais commis avec les routiers et l’équipe des Marmousets le charge de “vuider” les forteresses du Languedoc.

  • 3 La question de la clémence n’est guère abordée que pour les chefs de guerre, Legnano, éd. Holland (...)
  • 4 L’auteur estime que l’on peut tuer un ennemi en bataille mais plus une fois qu’il est détenu, éd. (...)

6Par contraste, son contemporain Aymerigot Marchès a versé dans la rébellion et mené une guerre illégale, lui qui n’était pas chef de guerre, d’où sa condamnation à mort, de même que celle de divers routiers en Bourgogne traités comme des criminels pour avoir attaqué les foires de Châlon – au grand dam du maréchal de Bourgogne qui aurait préféré les rançonner. Ces cas exemplaires restent rares, la volonté de criminaliser le pillage des routiers ne relevant encore que des intentions et des bons principes, et ce jusque dans les ordonnances de Charles VII. Le Tractatus de Bello de Jean de Legnano est achevé trop tôt (c. 1360)3 pour comporter quoi que ce soit à propos du traitement des routiers prisonniers, le juriste ne fait pas explicitement un sort à part aux soudoyers pillant pour leur propre compte ; LArbre des batailles d’Honoré Bovet (c. 1384-1387)4 n’est pas plus bavard à leur endroit mais peut-être faudrait-il explorer à ce sujet les interpolations des nombreuses traductions et adaptations de ces ouvrages.

7Aymerigot Marchès fut exécuté au premier chef comme rebelle au roi dont il était le sujet par naissance ; on serait malavisé de sourire du grief qui lui avait été fait de n’avoir ni pris conseil de sa parentèle ni suivi son exemple, car chacun devait alors suivre la trace de ses pères et Jean de Blaisy a vidé les forteresses comme son père avait combattu les compagnies en Bourgogne. La discussion a souligné que la loyauté au royaume de naissance est mise en avant pour la première fois par les Marmousets, quoique sans grand succès immédiat. Ce point, comme d’autres, montre l’extrême importance du règne de Charles VI dans la construction de la souveraineté.

Le recrutement des mercenaires : le marché et l’alliance

8Lorsque Philippe VI embauche assez massivement des Savoyards sur les même bases que les hommes d’armes du royaume, il fait appel à des alliés plus qu’à des mercenaires, ses arbalétriers génois sont en revanche des mercenaires grassement payés mais là encore en référence à une alliance plus ou moins formalisée avec Gênes. S’adresser à des puissances alliées est un bon moyen de se procurer des soldats fiables.

9Le recrutement de mercenaires étrangers n’était pas une opération conduite à la sauvette sans tenir compte des autorités du pays d’origine des soldats, il passait par des relations diplomatiques, le duc de Bourgogne n’omettait pas d’envoyer une ambassade le cas échéant au duc de Milan ; Werner Paravicini signale que, depuis des décennies, il fallait l’autorisation du margrave de Moravie pour lever des hommes chez lui et qu’au xve siècle, le recrutement de soldats en Suisse nécessitait l’accord du canton.

  • 5 Behrouzi 2014, 300‑304 ; voir l’édition du Procès contre Bernat de Cabrera, Bofarull y de Sartori (...)

10Le colloque n’a pas abordé le cas extrême de la guerre les rois de Castille et d’Aragon, sur fond de guerre civile en Castille : l’amiral de Pierre Ier, menacé dans Séville par l’approche des Compagnies en mai 1366, libère les captifs catalano-aragonais que le roi de Castille tente bientôt d’enrôler dans ses propres troupes. Dans l’urgence, les références aux loyautés traditionnelles volent en éclats, pour quelques mois du moins, la loi du marché aux soudoyers prime toute autre considération5. Avec l’exemple de la guerre de l’Union d’Aix, Germain Butaud montre une autre situation où les mercenaires recrutés étaient sur le marché, en dehors de tout contrôle pour beaucoup d’entre eux. La prolifération des routiers en France vers 1360-1390, ou vers 1420-1455 marque des situations d’effondrement des cadres publics où la guerre procède d’une logique de prédation à tous les niveaux sans perspectives ni stratégies d’État.

Les capitaines nobles et les autres

11En retraçant la longue carrière de chef de bande de Bernard de La Sale, écheleur remarqué vers 20 ans en 1359 et adoubé 12 ans plus tard, Armand Jamme lui trouve de façon épisodique un affichage de fidélité “anglaise”, fidélité aussi au prince d’Aquitaine, ainsi que de liens très solides avec le moins avouable Bertrucat d’Albret. Ce petit personnage, parvenu au rang de messire et reconnu capitaine de gens d’armes, a tenu le parti anglais, soit par attachement réel soit par opportunité ; cela lui a permis de faire avouer ses conquêtes au moins a posteriori, mais les responsables du duché d’Aquitaine le tenaient à distance. Perrinet Gressart († 1438), fils d’artisan qui a droit à un bel éloge funèbre de la part de Jean de Wavrin pour ses capacités de chef militaire, a eu la chance de mourir dans son lit, fort riche et pourvu du titre de capitaine royal, mais Kelly DeVries souligne qu’il n’accéda probablement pas à la noblesse. La fortune des armes venait difficilement à bout des pesanteurs sociales avant même que Charles VII ne cherche à réserver les commandements de gens d’armes à des hommes de bonne noblesse.

12Des chefs de mercenaires issus de ce milieu, ayant famille et une fortune seigneuriale valant quelques précautions en leur pays natal (ce qui n’était pas le cas de Bernard de la Sale) ont à se montrer encore plus circonspects avec leur seigneur naturel. Michael Jones montre que Jean de Malestroit et son frère lorsqu’ils partent se mettre au service du duc de Bar en 1372, doivent avoir l’accord du duc de Bretagne et passent avec leur employeur un contrat de courte durée très détaillé évoquant le cas d’une convocation par le roi de France.

13À ce niveau social, les mercenaires ne sont pas des électrons libres mais on pourrait le supposer de plus modestes personnages comme les capitaines et simples hommes d’armes répertoriés par Germain Butaud pour leur participation à la guerre de l’Union d’Aix. Le capitaine d’Écorcheurs Perrinet Gressart, né “sujet” du duc de Bourgogne suit la logique des alliances bourguignonnes, se faisant l’agent des Anglais tant que la politique ducale est en ce sens et tant qu’elle ne lui est pas dommageable, mais lorsque le traité de Chambéry en 1424 impliquerait qu’il renonce à “sa” place de la Charité-sur-Loire, il se fait plus anglais que bourguignon. Du moins était-il alors suffisamment en position de force pour jouer un temps un jeu purement personnel.

14Le cas échéant, le contrat de courte durée permet de passer d’un camp à l’autre, c’est ce que font les nobles bretons recrutés initialement par Robert Ier de Bar, qui passent au service de son adversaire Pierre de Bar après le siège de Sampigny, à l’issue de leur engagement, peut-être pour une meilleure solde ou faute d’avoir été vraiment payés. Mercenaires et routiers suivent une logique toute personnelle ne coïncidant pas avec celle d’une guerre publique contre un ennemi à combattre en endurant profits et pertes.

Légitimité politique : se débarrasser des routiers, les combattre ou les instrumentaliser ?

15Il y a aussi une antinomie de fond entre le prélèvement des routiers sur la population par le pur pillage ou les patis et la fiscalité publique, entre le désordre qu’ils génèrent et l’obligation régalienne de faire régner la justice. Les ravages des routiers, leur présence même décrédibilisent le Prince qui en laissant faire manque à son devoir premier : remota itaque justicia quid sint regna nisi magna latrocinia ? Mais le seul moyen de débarrasser le Languedoc des routiers en 1391 consiste à négocier fermement avec eux et à payer leur départ. Quitte à exercer ses forces militaires pour faire un exemple judiciaire avec un obstiné malchanceux (Aymerigot Marchès). Cela ne paraissait pas alors une si mince réussite et elle était vitale pour le pouvoir royal qui, faute de remplir sa mission, pouvait se voir contesté aussi par des bandes armées locales, le souvenir des Tuchins étant tout frais en 1391. Cette question de l’ordre public et de la sécurité du plat pays est fondamentale. Justine Firnhaber-Baker a revisité le dossier documentaire de la Jacquerie (chroniques, lettres d’Étienne Marcel et lettres de rémission) pour montrer, carte à l’appui, qu’il ne s’agissait que fort rarement d’une révolte contre les pillages effectifs par des garnisons, mais qu’elle correspondrait plutôt à une destruction préventive de châteaux pour parer à l’installation de pillards ; autrement dit, la population se mettait à poursuivre de façon brutale ce que des commissions diligentées par Étienne Marcel et le dauphin avaient tenté dans l’hiver 1357-1358, lorsqu’elle se sentait abandonnée ou trahie par les puissances en principe tutélaires : le roi et les nobles. Le lien supposé par Siméon Luce entre Jacques et Parisiens existerait bel et bien et les paysans s’en seraient pris plus aux maisons fortes qu’à la personne des nobles.

  • 6 Singulièrement Beaune 2013.

16Cette contribution ajoute aux recherches actuelles créditant la population rurale de capacités à formuler des élaborations politiques au moins élémentaires ou à s’en emparer et la montrant susceptible d’initiatives lorsque les cadres traditionnels faisaient défaut6 ; elle rejoint en cela celle de Pierre Prétou. Face aux pillards ou à une soldatesque jugée indésirable, les populations locales ne restaient pas inertes ; elles pouvaient s’armer et des élites urbaines même modestes se faisaient fort aussi d’argumenter et de revendiquer la restauration de l’ordre ; le Livre de vie de Bergerac mettait sur le même plan toutes les prédations (des péages anciens et autres prélèvements banaux aux pillages ou pâtis contractuels), pour en faire le compte et interpeller ainsi implicitement la justice royale.

17Mais le pouvoir princier peut avoir une connivence presque ouverte avec les routiers. Guilhem Pépin, Nicolas Savy et Armand Jamme dépeignent des garnisons de routiers instrumentalisées par le roi d’Angleterre à la périphérie du duché d’Aquitaine anglo-gascon. Cela découlait d’une ordonnance d’Édouard III de juin 1369 avalisant l’activité conquérante de ceux se réclamant de lui, et ce aux dépens des Français ; ces dispositions bénéficièrent directement à Bernard de la Sale lorsqu’il conquit Figeac deux ans plus tard. Jusqu’au début du xve siècle et même au-delà, l’Aquitaine anglo-gasconne est ainsi littéralement ceinturée de garnisons de routiers dans une connivence officieuse avec le sénéchal de Gascogne et plus directement encore avec des nobles gascons. En nous entraînant sur les traces d’Antoine de Chabannes, Loïc Cazaux montre Charles VII bien incapable de “téléguider” les activités des Écorcheurs mais enclin à fermer les yeux sur leurs déprédations, particulièrement en Bourgogne, Antoine de Chabannes et ses pairs sachant fort bien où commettre leurs excès sans courir de trop grands risques. Les princes peinent à discipliner les gens de guerre, même lorsqu’ils sont à leur service comme le suggère l’ordonnance prise en 1438 par le duc de Bourgogne sur la discipline des gens de guerre. Charles VII, à la faveur des trêves de Tours (1444), tente de rééditer la démarche de Charles V avec les Grandes Compagnies en dirigeant les Écorcheurs (dont l’encombrant Robert de Sarrebrück) vers un pays étranger, l’Empire, où ils ne restèrent que quelques mois en 1445, hélas pour le roi de France.

Société militaire

18Cette plongée dans le monde des routiers a été l’occasion d’affiner et d’enrichir ce que l’on sait de la société militaire “officielle” ou non, car beaucoup de ce que l’on observe chez les routiers peut, mutatis mutandis, s’appliquer aux troupes régulières, les hommes étant en grande partie les mêmes, avec les mêmes habitudes et les mêmes cadres de sociabilité. À suivre la carrière d’Antoine de Chabannes, on voit les mêmes réseaux à l’œuvre qu’il combatte pour un prince ou pour son compte.

19Les compagnies se font et se défont, en petits groupes élémentaires ; les unités structurées avec des effectifs stables seraient à chercher du côté des mercenaires professionnels comme les Génois au service du roi de France en Languedoc au début de la Guerre de Cent ans. La mobilité des mercenaires et routiers qui passent et repassent de théâtres d’opérations français à d’autres en Provence, en Italie ou dans la Péninsule ibérique diffuse les innovations comme la lance.

20Lorsque des troupes françaises combattent en Italie à la fin du xive siècle, elles ont presque toujours avec elles des mercenaires d’origine italienne, que ce soit dans les campagnes de Gênes ou dans le royaume de Sicile. Christophe Masson suggère qu’il peut y avoir des différences d’usages, de qualité et de discipline puisque les Français d’Enguerrand de Coucy en 1394-1395, soumis à des montres, sont mieux payés que leurs homologues italiens, mais l’exemple reste ponctuel et on ne saurait penser que les condottieri de premier plan comme Facino Cane ou les grands seigneurs d’Italie du Sud travaillent alors au rabais.

21La compétence se paie ! Les arbalétriers génois sont bien mieux payés que les hommes d’armes “savoyards” venus trop souvent avec d’assez piètres montures vers 1338-1340 ; une quarantaine d’années plus tard Philippe le Hardi recrute lui aussi toujours des arbalétriers d’Italie ou d’Espagne et encore Jean Sans Peur en 1405, à des conditions de service avantageuses. Les mercenaires savent se vendre. L’Allemand Ringberg à la tête d’une compagnie de gens de trait à cheval en Mâconnais arrive à se faire payer comme homme d’armes. Aux cas cités par Bertrand Schnerb, il faut ajouter bien sûr Perrinet Gressart qui refuse les quelque 300 livres, prix offert par le duc de Bourgogne pour en exiger et obtenir plus de 500.

22Un capitaine d’Écorcheurs comme Robert de Sarrebrück a une assise seigneuriale et des réseaux et a su amasser de l’argent au point de mériter la comparaison avec les condottieri : il arrive à plusieurs reprises à réunir des troupes de 1000 à 2000 cavaliers, 300 des hommes conduits en Allemagne en 1445 portent un habit à ses couleurs et il dispose de chariots chargés de matériel de siège et de bombardes. En 1445, il mène une petite armée qui a un noyau cohérent et pas seulement une troupe de soudoyers de métier rassemblés pour l’occasion, ce qui n’a pas toujours été le cas et le dernier état de ses troupes n’est peut-être pas représentatif des forces rassemblées par les capitaines de routiers en France. Cet aspect organisationnel et l’équipement militaire des routiers et autres Écorcheurs mériteraient peut-être une approche plus systématique.

Capitaine et sans grade : entre biographie et prosopographie

23La plupart des communications mettent en lumière surtout des capitaines de gens d’armes, issus de l’aristocratie, même si c’est à son niveau le plus modeste.

24Il y a plus qu’une nuance entre des capitaines d’Écorcheurs aux origines sociales point trop basses promis à des carrières plus respectables et la “coquinaille” à l’œuvre en Lorraine sous la bannière du seigneur de Commercy en 1443/1444. Mais quelques individus chanceux et talentueux parmi les gens obscurs hissés au rang de capitaines de gens d’armes ont une belle ascension sociale, tel Bernard de la Sale, et sortent un peu de l’anonymat. Les éléments sur un individu aussi surprenant que Ferragut, rencontré par Germain Butaud parmi les routiers embauchés à Tarascon après qu’il a dirigé les combats contre les Tuchins, sont hélas plutôt minces. C’est en prenant la peine de relire Froissart et sans faire du Bascot de Mauléon un personnage de fable que l’on perçoit le mieux l’univers des routiers dans sa dimension anthropologique.

25Beaucoup de communications démontrent l’intérêt qu’il y a à revisiter l’érudition narrative tirée de l’histoire positiviste ; elles explicitent en cela la problématique évoquée en introduction à propos de la “domestication” de l’aristocratie par l’État monarchique, du moins dans sa version française avec le passage à une armée permanente professionnelle. Rescapés de l’oubli, parfois pour être passés au filtre de généalogies privilégiant la noblesse, quelques personnages de renom sont les seuls ou presque auxquels on puisse donner une consistance biographique. La démarche biographique consacre ceux qui ont réussi comme Bernard de la Sale ou Perrinet Gressart et s’approchent du milieu des dominants dans une société militaire où les bannerets nobles tiennent encore le haut du pavé. Ceux qui ne se distinguent en rien, échouent ou finissent au bout d’une corde, ne sont le plus souvent que de simples noms.

26La richesse de l’information nominative propre aux sources comptables anglaises et bourguignonnes et quelques aubaines documentaires permettent toutefois d’aller un peu plus loin, lorsque le souci des hommes de bien être identifiés rencontre celui des comptables de savoir qui reçoit quoi. L’ensemble The Soldier in Later Medieval England – dont Anne Curry a dirigé la réalisation – recense des informations nominatives sur plus de 120 000 individus en deux bases, les comptes de l’État bourguignons permettraient de viser un ordre de grandeur impressionnant, mais Bertrand Schnerb montre que le traitement de quelque 10 000 noms pour le seul début du xve siècle n’est pas encore entrepris et qu’on doit se contenter pour le présent d’un “petit” échantillon de quelque 240 écuyers et gens de trait sur la provenance desquels on a quelques informations. La liste des 60 hommes d’armes et 60 pillards de Bertrucat d’Albret en 1378 publiée par Guilhem Pépin, permet de rentrer aussi dans l’univers des soudards inconnus : on trouve un quart de nobles chez les hommes d’armes, 5 sur soixante chez les “pillards”. Lorsque des capitaines bourguignons en 1409, ne sachant que faire de gens de trait indisciplinés issus des communes, envoient recruter de “bons arbalétriers” en Allemagne, ils cherchent des professionnels mais cela ne veut pas dire que les combattants ne viendront pas de milieux sociaux modestes. On ne saurait voir les gens de guerre – gens de trait bien sûr mais aussi les hommes d’armes – au prisme des origines sociales de leurs seuls capitaines. De même retracer les origines géographiques des routiers et mercenaires à travers celles de leurs chefs conduirait-il à des approximations.

Compagnies et nations

27Les informations nominatives sur les mercenaires bourguignons ou gascons donnent quelques idées de la cohérence de certaines compagnies. Ringberg aligne une compagnie relativement homogène de gens d’Alsace et du Brisgau, tandis que son contemporain le Génois Castellan Vasc a regroupé en 1414, 18 Génois avec 7 Milanais et autres Lombards, un homme d’Istrie, un Sarde, 2 Flamands et 2 Allemands et un bon nombre de Galiciens et de Portugais. On relève des cas analogues parmi les exemples cités par Germain Butaud pour les compagnies de routiers participant à la Guerre de l’Union d’Aix ; Anne Curry nous montre bon nombre d’étrangers parmi les garnisons anglaises en Normandie. Comment un Toscan de Prato arrive-t-il à se faire comprendre des Gascons qu’il emploie dans sa compagnie pendant la guerre de l’Union d’Aix ? La cohérence linguistique et morale de certaines compagnies pose problème.

28Le “carnet d’adresses” des recruteurs comme Hugues de Genève ou Pierre de la Palu correspond à leurs horizons natals, à leur parti dans le cas du premier et à la mouvance de leur seigneur dans le cas du second ; il en va de même pour Arthur de Richemont lorsqu’il recrute des Bretons. La proximité entre capitaines ou entre compagnies de Bretons venus combattre en Barrois fait que Jean de Malestroit emmène probablement en Italie des gens de la compagnie de son compatriote Juel Rollant.

29Il y a aussi des offres de service. Un écuyer lorrain vient proposer les siens au duc de Bourgogne en 1417 avec neuf hommes, en se faisant fort d’aller en chercher une centaine de plus. Jean Sans Peur avait l’habitude de puiser dans le vivier lorrain ou allemand, la démarche n’avait donc rien d’insolite.

30Les 240 mercenaires au service du duc de Bourgogne dont Bertrand Schnerb a pu déterminer la provenance viennent d’abord d’Allemagne ou de Lorraine, il y a beaucoup de Savoyards et d’Italiens, la géographie du recrutement recoupe très largement celle de l’alliance, elle correspond aux canaux officiels ordinaires.

31Les rois d’Angleterre ont eu la capacité à légiférer très tôt pour à propos de l’origine des soldats à leur service. Cela tient à la configuration même de la couronne d’Angleterre qui a absorbé par conquête le Pays de Galles et l’Irlande et aux rapports “coloniaux” rugueux entre les troupes anglaises stationnées dans les terres conquises et les autochtones.

32Anne Curry souligne qu’en Irlande, on veut des archers anglais et non des Irlandais, réputés indisciplinés et n’utilisant pas le long bow. La prudence commande aussi de ne pas utiliser d’archers gallois dans les garnisons du pays de Galles. Dans la Normandie conquise, une ordonnance de 1430 prescrit de n’employer que des gens sûrs : Anglais, Gallois et Gascons. Un texte de 1434 vient quelque peu tempérer ces normes trop rigides. En pratique, les chefs de garnisons doivent s’accommoder de soldats d’origines assez diverses. Mais, du moins, ont-ils un argument légal pour faire régner la discipline : depuis une ordonnance de 1385, tout combattant touchant une solde du roi d’Angleterre est réputé son subditus, de quelque nation qu’il soit, et doit arborer sur la poitrine et le dos la croix de Saint-Georges. On s’approche alors d’une vraie discipline sous l’uniforme mais les armées des autres princes en sont encore fort éloignées et toutes doivent en passer par les inconvénients inhérents au recrutement de mercenaires étrangers : le jour où cesse leur solde, ils peuvent vite se transformer en pillards particulièrement honnis.

Band of brothers ?

33Processus de recrutement allant dans le sens d’une certaine cohérence géographique et mesures de discipline interfèrent avec des modalités d’agrégation de toute une noria d’individus ou de petits groupes, de nature à diversifier les origines dans une unité. Car, que ce soit dans une armée princière en voie de structuration ou dans des routes de profil différent, des gens s’intègrent en dehors des processus de recrutement de groupe. Guilhem Pépin a relevé le cas d’un jeune Saintongeais de 14 ou 15 ans qui, à la suite d’une rixe, a dû se réfugier à Montendre et a intégré sa garnison de routiers “anglais”. Le chaos des guerres et de la circulation des grandes compagnies a certainement multiplié les parcours individuels erratiques ; l’Écorcherie a fait éclater des compagnies mais elles se recomposent sur la base de solidarités élémentaires, d’origine ou de parenté le plus souvent ; parfois, c’est un commun protecteur qui est le premier lien entre deux personnages comme Antoine de Chabannes et Jean de Blanchefort, protégés du duc de Bourbon. Vital de Blois et le Bascot de Mauléon ont été liés tous deux au vicomte de Turenne. Certains soudoyers sont des déracinés n’ayant d’autre famille que leurs frères d’armes. Séguin de Badefols prend des risques énormes pour aller récupérer la tête de l’inavouable Tallabardon, tandis qu’un autre routier assume la tutelle du fils de l’Archiprêtre, tâche promettant a priori plus de soucis que de profits.

34Mais même dans les décennies très troublées de la fin du xive siècle dans la France méridionale, les vieux routiers qui le peuvent retournent au pays natal ; lorsque leurs succès leur ont valu une garnison ou un fief en Provence, ils finissent par s’en défaire comme le Bascot de Mauléon ; Juel Rollant, par exception, se marie et fait souche en Dauphiné bien loin de la Bretagne. Les Savoyards employés quelques décennies plus tard par le duc de Bourgogne finissent presque tous par regagner leur pays après avoir investi leurs gains chez des marchands ; il ne s’agit pas d’entrepreneurs de guerre, mais de nobles désargentés qui partent pour tenter de revenir moins pauvres ; le seigneur de Divonne, qui n’est peut-être pas parmi les plus démunis, sert en Bourgogne de 1416 à 1420 puis rentre et intègre l’hôtel du duc de Savoie.

Anthropologie guerrière

35Ces gens de guerre diffèrent par leurs origines sociales et géographiques mais aussi par leur engagement miliaire qui peut n’être qu’un bref passage de leur vie adulte ou correspondre à un véritable “métier”.

Guerriers d’occasion ou de profession

36Les mercenaires savoyards au service du roi de France en 1338-1341 servent la plupart uniquement quelques semaines ou quelques mois ; quatre-vingt ans plus tard les “carrières militaires” des gentilshommes savoyards employés par le duc de Bourgogne sont fort courtes, de même que celle du Breton Patry de Chateaugiron qui n’a servi sous les armes que de façon intermittente. En revanche, son contemporain et compatriote Jean de Malestroit a quitté la Bretagne pour des engagements militaires lointains à l’âge mûr, une première fois en 1372 et pour plus longtemps en 1376, au point de mourir à Naples en 1382 sans être jamais revenu dans son pays natal. L’attrait du métier des armes semble réel aussi bien chez certains mercenaires issus de la bonne noblesse que chez leurs homologues anglais, gascons ou français combattant pour leur prince. La carrière militaire de Perrinet Gressart est encore plus longue mais il n’avait d’autre métier ni chevance que d’être capitaine de gens d’armes.

  • 7 Richardot 1998, 105‑107.
  • 8 Lalande 1988, 13.

37Lui qui était fils de boucher ou de maçon a amassé de l’argent mais n’a pas eu la même réussite sociale que son compagnon d’armes François de Surienne, d’origine noble. Les capacités physiques de ce soldat ne sont pas ses seules qualités mais elles renvoient aux considérations de Végèce sur la sélection des recrues : privilégier les gens ayant un métier dur et capables de porter des coups et de tuer : carriers, bûcherons, chasseurs de gros gibier. Tout cela repris par le Code des Sept parties ou Gilles de Rome7. Le jeune Bernard de la Sale s’était fait remarquer en échelant comme un chat. Mais la biographie de Boucicaut montre qu’il était bon ton de cultiver des talents athlétiques aussi dans la meilleure société chevaleresque8.

Réalités de la chevalerie

38Capitaines nobles ayant tôt chaussé leurs éperons dorés et routiers de la réputation la plus détestable font plus que se croiser, ils participent en fait du même univers et des mêmes comportements guerriers, la palme de la violence en Provence reviendrait du reste à un chambellan du duc de Berri.

  • 9 Si l’on suit le récit de la Chronique de Pierre IV, éd. Pagès 1941, chap. VI, § 40, p. 371, § 44 (...)
  • 10 Harari 2007, 109-124.

39Le voyage de Prusse (ou les aventures à Chypre) qu’évoque Werner Paravicini réunit tous les types de guerriers et point n’est besoin d’opposer vils mercenaires et nobles chevaliers. Le Bascot de Mauléon y a suivi son chef le captal de Buch et le jeune Gaston Fébus ; au retour il a combattu les Jacques avec eux avant de commencer une longue carrière de routier. Les comptes de grands seigneurs montrent qu’ils emmenaient à leurs frais, avec une partie de leur hôtel, bien des soldats désireux de faire ce pieux et aventureux voyage d’hiver. En 1368-1369, Jean de Blois, seigneur de Gouda et de Schoonoven avait dans sa suite Archambaud de Grailly (et sa petite escorte), Jean de Blaisy et Foucaut d’Archiac. Ce dernier ayant pris le parti français, avait perdu ses biens en Saintonge après le traité de Brétigny et accumulait dettes et aventures, de Chypre à Prusse, tout en gagnant une réputation de rude combattant dans des duels. Il a n’a pas été routier mais a connu de près les gens des Grandes Compagnies qu’il a suivi avec Du Guesclin en Espagne. Werner Paravicini montre au-delà du compagnonnage étroit entre “hommes d’honneur” et mercenaires, comment messire Rutger Haitz fut pendant des décennies occupé à une pieuse chasse hivernale aux païens de Prusse aux frais de grands seigneurs et à des services estivaux de mercenaire. Toute saison apportait ainsi mérite, gloire et argent. L’illusion chevaleresque de Johann Huizinga n’existe pas et lorsque Pierre IV d’Aragon se répand en protestations provocatrices contre Pierre Ier de Castille qui l’aurait traité d’almogaver arrivant de nuit, il faut rappeler que l’attaque nocturne pour dégager Valence (1364) lui a été conseillée par les nobles de son conseil9, et les “bons chevaliers” ne répugnent pas non plus à monter des “opérations spéciales”10.

40Là où les approches biographiques focalisent l’intérêt sur la mince part nobiliaire des gens de guerre, les recherches prosopographiques montrent que l’activité militaire va bien au-delà en comprenant des milieux étrangers à la “noblesse”, même très crottée et paupérisée par l’effondrement de la rente foncière ; d’autre part, la guerre n’est pas non plus l’affaire des seuls soldats, chevaliers ou non, c’est toute la population d’une région qui peut se retrouver en guerre qu’une troupe stationne ou passe en fourrageant.

Populations en guerre

  • 11 Qui était en réalité prononcé “biahora” ou “biahore” selon la région gasconne.
  • 12 Écrit armandat en gascon. Voir les rôles gascons conservés aux TNA, C 61/107, mbr. 13, n° 118 (We (...)

41Pierre Prétou dresse à partir des lettres de rémission du temps de Louis XI un portrait plutôt belliqueux des populations gasconnes confrontées aux routiers ou aux soldats en garnison, le cri de biafora11 peut mettre sur le pied de guerre tous les “voisins”(vesiis) d’un village et renverser un rapport très asymétrique. Cette coutume de haro a eu des effets redoutables aussi en Normandie. Ajoutons que certaines coutumes comme celle de Labourd confient le maintien de l’ordre public à une hermandad de vallée, autrement dit à une milice publique12. La population villageoise n’est pas sans armes : javelots et arbalètes de chasse sont courants. Haches et bâtons sont dans toutes les mains et la haine des soudards étrangers fait le reste, il y a même parfois provocation de la part des ruraux. Le port d’armes nécessiterait sans doute de plus amples travaux. Confrontée à la présence des gens de guerre, la population se retrouve en guerre d’une façon qui n’est pas toujours entièrement passive. Face aux routiers les gens du haut Languedoc se sont réfugiés là où ils pouvaient et ont aussi fourni les rangs des Tuchins.

Revisiter l’histoire militaire

  • 13 Szkilnik 2003, 114‑120.
  • 14 Bons aperçus d’ensemble dans Prestwich 1996, 245‑262 et Ferrer i Mallol 2001, 208-213.

42Ce colloque a aussi ouvert avec Nicolas Savy des perspectives sur les formes concrètes de la guerre de basse intensité. La dimension des troupes des routiers n’est pas inférieure de beaucoup à celles de beaucoup d’armées princières de la fin du xive siècle ; des capitaines prestigieux groupent assez couramment plusieurs centaines d’hommes, ce qui n’est pas dérisoire et fait que l’on peut extrapoler leurs effectifs aux armées “régulières”, ce que l’on observe ici. Bertrucat d’Albret ou Bernard de la Sale sont de bons tacticiens connaissant la juste mesure de leurs possibilités ; ils n’ont pas de vision stratégique de la guerre mais ce sont de bons professionnels de terrain. À ceci près que les routiers qui n’ont pas le pouvoir de réquisitionner (sauf en les capturant) des villageois pour transporter des engins de siège ou verrouiller une place, ne mènent que très rarement une guerre de siège. La durée de leurs opérations est contrainte par leurs possibilités de ravitaillement, or l’investissement d’une place peut s’éterniser. Les garnisons de routiers ont besoin d‘un vaste espace à ratisser chacune. Ce qui vaut pour les routiers vaut pour les autres : les troupes de Knowles et de Chandos meurent littéralement de faim en 1369 devant Figeac. Quelques décennies plus tard, Loïc Cazaux nous montre les Écorcheurs obligés de circuler constamment pour arriver à se nourrir, eux et leur nombreuse cohorte de montures. La logistique des grosses armées qu’elles soient en pays ami ou ennemi (où l’on peut fourrager), ne diffère pas forcément beaucoup sur le terrain : des troupes bourguignonnes (au sein desquels le “chevalier idéal” qu’est Jacques de Lalain13) venues combattre les Gantois, mettent le Tournaisis en coupe réglée en 1452. Les transports de vivres et de matériel par voie d’eau sont bien connus par des travaux anglais ou espagnols, servis par une documentation comptable remarquable14, mais la logistique des opérations entièrement terrestres reste très mal connue.

  • 15 Ferrer i Mallol 1990.

43Avec la communication de Nicolas Savy qui, à partir des textes, a expérimenté sur le terrain ce que pouvait être les approches à couvert des bourgades quercynoises, on entre dans une dimension de l’histoire militaire qui a eu de belles heures il y a des décennies lorsque des officiers amateurs d’histoire examinaient le scénario de telle ou telle bataille mais qui avait quelque peu disparu : l’analyse tactique des différents types d’opération. Or l’expertise de terrain est aussi nécessaire pour tester le récit d’un chroniqueur que l’archéologie expérimentale pour évaluer les performances d’un engin à contrepoids ou d’une bouche à feu. Ce retour aux sources de l’histoire militaire permet de comprendre comment les consulats des bourgades organisaient leur défense. L’histoire du renseignement militaire est encore presque une page blanche. La façon dont l’envisage Nicolas Savy sur une base territoriale recoupe celle qu’avait poursuivie avec succès Maria Teresa Ferrer i Mallol pour la frontière entre les royaumes de Murcie et Valence, dans les parages d’Orihuela15. Le professionnalisme de beaucoup de gens de guerre appelle la prise en compte des règles de leur art.

Notes

1 Voir en particulier l’état de la question dressé par France 2008 et DeVries 2008.

2 Crouch 2008.

3 La question de la clémence n’est guère abordée que pour les chefs de guerre, Legnano, éd. Holland 1917, 111.

4 L’auteur estime que l’on peut tuer un ennemi en bataille mais plus une fois qu’il est détenu, éd. Nys 1883, chap. 46, p. 138 et Coopland & Knowlson, éd. 1949, 152.

5 Behrouzi 2014, 300‑304 ; voir l’édition du Procès contre Bernat de Cabrera, Bofarull y de Sartorio, éd. 1867, t. 32, 331‑335, 342, 355‑374, 396, 404, 408, 412‑413, 448, 453‑455, 482, t 3, 37, 47. Sur le contexte, voir Fowler 2001, 182. Pour une mise au point récente sur les mercenaires au service du roi d’Aragon et d’Henri de Trastamare, voir Gonzáles Paz 2008.

6 Singulièrement Beaune 2013.

7 Richardot 1998, 105‑107.

8 Lalande 1988, 13.

9 Si l’on suit le récit de la Chronique de Pierre IV, éd. Pagès 1941, chap. VI, § 40, p. 371, § 44 p. 375.

10 Harari 2007, 109-124.

11 Qui était en réalité prononcé “biahora” ou “biahore” selon la région gasconne.

12 Écrit armandat en gascon. Voir les rôles gascons conservés aux TNA, C 61/107, mbr. 13, n° 118 (Westminster, 24 mars 1400) et C 61/109, mbr. 4, n° 144 (Westminster, 11 octobre 1403). À consulter sur : www.gasconrolls.org

13 Szkilnik 2003, 114‑120.

14 Bons aperçus d’ensemble dans Prestwich 1996, 245‑262 et Ferrer i Mallol 2001, 208-213.

15 Ferrer i Mallol 1990.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search