Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Mercenaires au Voyage de Prusse

Werner Paravicini

Texte intégral

  • 1 Jones 1980, 1985, 1994. Dans sa préface à la troisième édition, T. Jones avoue avoir sous-estimé (...)
  • 2 Cf. Selzer 2001, 138-146, en particulier 139 : “einen Gegensatz zwischen aristocratic knights ver (...)

1La thèse de Terry Jones prétendant que le chevalier idéal de Chaucer serait un mercenaire misérable1 est non seulement fausse car elle suggère une alternative entre soldat honorable et mercenaire méprisable, voire routier, mais elle se situe bien loin de la realité du xive siècle2.

  • 3 Voir PR 1 et PR 2 ; les t. 3 (fin du texte), 4 (documents, à présent en ms., déjà cités par leur (...)

2Cela peut se vérifier en étudiant les participants aux Voyages de Prusse. Ces Voyages sont une activité guerrière saisonnière, de préférence l’hiver quand la guerre s’arrête ailleurs, mais aussi en été quand les fleuves dégelés permettent de transporter le matériel lourd de construction et de siège. Elles sont dirigées par l’Ordre Teutonique contre les Lithuaniens. Comme ceux-ci ne sont pas encore christianisés, ce combat contre les “infidèles”, les “Sarrasins” du Nord, possède une qualité religieuse reconnue et jouit d’un grand prestige au sein du monde chevaleresque de l’Europe toute entière3.

  • 4 PR 1, 316-334.

3À partir du milieu du xive siècle, l’Ordre Teutonique met de l’ordre dans cet afflux de main d’œuvre militaire en établissant une hiérarchie entre ceux qui viennent à leurs propres frais et ceux qui sont payés par autrui. Seuls les premiers sont désormais admis à la Table d’honneur alors installée. Parmi eux, les hérauts d’armes venus des quatre coins de l’Europe choisissent les plus valeureux qui y siègent effectivement et désignent celui qui y occupe la première place4.

  • 5 Cf. Guard 2013, 107, au sujet de la troupe d’Amédée de Savoie devant Gallipoli : “Analysis of the (...)

4Si l’on veut connaître les raisons pour lesquelles tant de monde vient en Prusse, il faut donc nettement distinguer entre ces deux groupes. Probablement cette “Légion étrangère” des “Kriegsgäste” (“hôtes de guerre”) de l’Ordre Teutonique était-elle composée, comme le sont toutes les armées du temps, du meilleur comme du pire5. Pour les uns la renommée, pour les autres simplement la solde.

Les hommes gagés

  • 6 PR 1, 19, tabl. 1.
  • 7 PR 1, 49-53. Depuis en particulier Anrooij 1992 ; Paravicini [2009] 2012.
  • 8 Bellenville 2004 (original disponible en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470169b [ (...)

5Heureusement, des comptes de voyage conservés pour quelques grands seigneurs jettent un peu de lumière sur ce monde militaire : les receveurs des comtes de Hollande-Hainaut, de Jean de Châtillon-Blois, d’Henri de Lancastre, comte de Derby et futur Henri IV d’Angleterre, nous en ont laissés6. S’ajoutent les Louanges des preux chevaliers, écrites ou au moins recopiées par le Héraut Gelre, le “Sprecher” Suchenwirt et quelques autres qui nous présentent des biographies très typées, mais néanmoins utilisables7. Enfin, il y a les rôles occasionnels qui font l’attrait particulier de l’Armorial Bellenville8.

  • 9 PR 1, 177-181 et tabl. 24 ; PR 2, 83-84.

6Avant de partir, chacun de ces grands seigneurs prend à son service un groupe plus ou moins nombreux de chevaliers et d’écuyers, hommes d’armes, archers – de quelques dizaines à quelques centaines selon le rang – qui recoivent des wedden ou gages. Ce sont d’abord les membres de son hôtel, ses serviteurs, ses fieffés, ses parents et ses amis. Mais il y a aussi ceux qu’il trouve dans le “marché militaire” régional, ou ceux qu’il embauche en cours de route et sur place en Prusse9.

  • 10 La lettre d’indulgence elle-même ne pose plus cette condition. Koeppen 1960, n° 457 = PR 4 (ms.), (...)

7Tous vivaient le mercenariat et pensaient en mercenaires : les chevaliers anglais (dont nous ignorons malheureusement les noms) qui adressèrent en 1349 une supplique au pape pour obtenir des indulgences afin de construire un château avec chapelle en Lithuanie, demandaient que les indulgences soient étendues à ceux qui faisaient l’offrande de leurs stipendia unius militis per unum mensem (un mois de solde d’un chevalier)10. Cette condition s’adressait évidemment aux autres hommes d’armes, leur demandant une contribution substantielle, mais point demesurée.

  • 11 Voir PR 2, 179-181. Une analyse approfondie figurera dans PR 3, ch. IX.

8Il s’agissait d’une somme de 18 à 20 florins de Florence, parfois plus, rarement moins, en Prusse comme en France ou en Italie. Les tarifs différaient fort peu. La nature européenne du marché militaire l’interdisait. En Lithuanie, il n’y avait pourtant peu ou pas d’espoir de s’enrichir par du butin ou la prise d’un prisonnier de marque. L’attraction principale de la guerre menée ailleurs faisait donc défaut. Même pour les hommes gagés, il devait donc y avoir une autre gratification, à rechercher dans le mérite religieux et les quelques rayons de la gloire d’avoir combattu l’ennemi de la foi11.

Mercenaires et croisés

9Or, parmi les hommes embauchés y eut-t-il des mercenaires professionnels, voire des routiers ? Des gens ne vivant pas seulement de la solde (et du butin) gagnée au service d’un prince, mais se nourrissant de la guerre sans autre raison ?

  • 12 Langerak, Merwede (infra, n. 61 et 106), Tengnagel (infra, n. 65), Walcourt et al.
  • 13 Juliers : Binsfeld, Bongard, Hompesch, Pesch et al. Pour les patriciens de Cologne v. infra, n. 6 (...)
  • 14 Wildgraf/Rheingraf, Daun et al.
  • 15 Le duc d’Urslingen, les comtes de Landau et de Aichelberg, pour lesquels voir Selzer 2001.
  • 16 Schäfer, éd. 1911-1-1940 (avec les addenda & corrigenda de Stotzingen 1913 et Diehl 1935 [Souabe] (...)
  • 17 Durrieu 1885 ; Mirot 1898 ; Jamme 1994, 1999, 2007.
  • 18 Contamine 1975. Quelques cas de figure : – Pierre de Bréban, cf. Paravicini [2005] 2007 ; – Louis (...)
  • 19 Fowler 2001.
  • 20 Contamine 1972.
  • 21 Hewitt 1958, 1966 ; Barber 2013. – Les Beauchamp, les Bohun, les Ufford, John de Norbury (PR 4 [m (...)
  • 22 Trautz 1961 ; Große 1993 ; Reitemeier 1999. Pour Édouard III aux Pays-Bas voir : Bock 1956 ; Lyon (...)
  • 23 Ainsi dans les deux chartes armoriées de Mantoue de l’année 1361, Schäfer 1911-1, n° 20 de bassa, (...)

10Ce type de combattant se faisant plus rare quand la guerre fleurit ailleurs, il faut le chercher aux époques de paix, de trêves ou de négociations : après Crécy (1346), après Poitiers (1356), après le traité de Brétigny-Calais (1360) et ou lors des longues trèves sous Richard II à partir de 1389. De plus, on a de meilleures chances de les rencontrer en provenance de régions à forte spécialisation militaire : anciens Pays-Bas12, Basse Rhénanie de Juliers et de Cologne13, Rhénanie moyenne14, Souabe15. Pour les Allemands, les travaux “gründlich” de Karl Heinrich Schäfer et de Stephan Selzer sont irremplaçables de concert avec les études de William Caferro ; mais ils ne concernent que l’une des régions d’emploi : l’Italie16. C’est vrai aussi des études françaises de Paul Durrieu, de Léon Mirot et d’Armand Jamme17. Seul Philippe Contamine a esquissé un tableau d’ensemble en ce qui concerne la France elle-même18, suivi par Kenneth Fowler dans son gros ouvrage sur les Grandes Companies. Eux aussi ne pouvaient pourtant pas en traiter sans parler longuement de l’Italie et de l’Espagne19. Malgré les travaux monumentaux consacrés aux armées françaises20 et anglaises21, les études sur l’emploi de mercenaires étrangers des deux côtés au cours de la guerre de Cent ans sont restées rares et partielles. Aucun travail d’envergure n’existe concernant l’embauche massive des mercenaires “allemands”22, terme désignant alors ceux provenant des pays de langue germanique, au sein de laquelle on faisait d’ailleurs bien la différence entre basse et haute Allemagne23. Il s’agit d’un monde militaire international en perpétuel mouvement, d’un marché européen et dépassant même les frontières du vieux continent aussi bien du côté de l’Afrique septentrionale que de l’Asie mineure.

11Je ne peux que sonder un peu ce terrain en grande partie encore vierge en prenant pour exemple quelques biographies d’individus pouvant passer pour des mercenaires, voire pour des routiers, et qui sont allés en Prusse. Une statistique n’est pas possible, seul le destin individuel permet de saisir la vie vécue.

Foucaut d’Archiac et Pierre de Coulonge

12D’abord deux Aquitains, l’un saintongeais, l’autre poitevin, le premier presque inconnu, le second étudié déjà par Philippe Contamine.

  • 24 Original en néerlandais, les différentes graphies de “Foulque(s)/Foucaud” ont été normalisées.
  • 25 PR 4 (ms.), doc. 5, n° 95 à 101.
  • 26 Her Archembaut wt Gasgoengen hem andren van riddren ende anders hoir geselscscap ; à nouveau à Mi (...)
  • 27 Voir dans le présent volume, et cf. Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 87-90 ; Moranvillé 189 (...)
  • 28 Cf. supra, n. 24-25. Son nom de baptême est très vraisemblablement Guy, cf. PR 4 (ms.), doc. 5, n (...)

13En l’hiver 1368-1369, Jean de Blois de la maison de Châtillon, seigneur de Gouda et de Schoonhoven en Hollande, un grand seigneur, accomplit son deuxième voyage de Prusse. Son receveur, doté d’un véritable instinct d’historien, a noté non seulement les noms (et les gages) de l’entourage militaire à sa solde, mais aussi ceux de ses invités à Königsberg qui l’ont aidé à passer la longue attente avant le départ de la rèse en Lithuanie. Or à la fin de sa liste des invités de janvier-mars 1369, on lit les noms suivants : “messire Archembaut de Grailly, lui quatrième de chevaliers et écuyers de Gascogne, messire Jean de Blaisy (Blasey), messire Foucaut24 d’Archiac, messire Perceval de Coulonge, messire Testart d’Honcourt, et d’autres chevaliers et écuyers qu’il [le receveur] ne savait pas nommer”25. Dans la cité rhénane de Cologne, le 29 novembre 1368, on trouvait déjà, “Messire Archambaut de Gascogne, lui deuxième de chevaliers et autres de sa compagnie” qui avaient été les invités de Jean de Blois ; ils le sont pour la dernière fois le 8 février 1369 : la rèse d’hiver ayant été décommandée, ils sont rentrés sans attendre avec Jean de Blois le départ de la rèse d’été26. Je laisse de côté Jean de Blaisy, mort à Nicopolis en 1396, un chevalier fort connu et engagé en son temps, car il fut l’un des quatre “évangelistes” de la Militia Passionis Jhesu Christi de Philippe de Mézières, et fut aussi un ennemi efficace des routiers. Philippe Contamine a dressé son portrait27. Je ne dis rien de Testart d’Hon(ne)court, un noble du Cambrésis dont je sais trop peu28. Mais je vais présenter ici Foucaut d’Archiac, avant de revenir à Perceval de Coulonge et à Archambaut de Grailly.

  • 29 Selon Beauchet-Filleau 1891, 93 (sans indication de source), il aurait été alors en procès contre (...)
  • 30 Voir Beauchet-Filleau 1891, 93, où il est dit qu’il mourut “peu après”, donc vers 1370. Voyé & Ge (...)
  • 31 Charente, con de Baignes-Sainte-Radegonde.
  • 32 Témoin d’un acte et seigneur de Saint-Séverin (Charente, con d’Aubeterre-sur-Dronne) en 1356 et t (...)
  • 33 Cf. Rainguet 1864, 59 : “En 1363, Jeanne d’Archiac se qualifiait dame de Saint-Maigrin. Elle épou (...)

14Foucaut d’Archiac appartient à une famille baronniale de Saintonge. Son frère aîné Aymar, mort en 135029, transmit la seigneurie d’Archiac à son fils, nommé comme lui, mort vers 1369. C’est alors seulement, et pour le peu de temps qui lui restait à vivre (jusqu’en 1374 au moins), que notre Foucaut, devint seigneur de la seigneurie30 éponyme de sa lignée. Auparavant, il se désignait comme seigneur de Touvérac31 et probablement de Saint-Séverin32. Il y a peu de mentions de Foucaut avant le traité de Brétigny (8 mai 1360) qui fut décisif pour lui, car la Saintonge passa alors sous la souveraineté anglaise d’Édouard III puis de son fils, le “Prince Noir”. Foucaut restait cependant fidèle au roi de France et perdit par conséquent tous ses biens, un choix que toute sa famille ne fit pas33. La vie qu’il mena ensuite est décrite là où l’on ne l’attendrait pas nécessairement : dans la Prise d’Alexandrie de Guillaume de Machaut. En janvier/février 1363, Pierre Ier de Lusignan (de lointaine origine poitevine), roi de Chypre, appareilla avec une armée de six galères pour venir au secours de la garnison chypriote de Gorhigos sur la côte asiatique, dans ce qui restait du royaume chrétien d’Arménie (fig. 1). Dans la troisième galère se trouvait bon nombre de Français, dont :

  • 34 D’Archiac à Bergerac il y a 125 km environ : la rime a raccourci la distance.
  • 35 Le prince Noir, Édouard, fils aîné du roi Édouard III, prince de Galles, créé duc de Guyenne en 1 (...)
  • 36 Machaut, éd. Mas Latrie 1877, 140, v. 4608 sq. Les étrangers ne sont pas individuellement identif (...)

Messires Foulquaus d’Achiach / Qui n’est pas long de Berjerach34, / Dont longuement me suis teüs / Estoit là et fu esleüs / De tous à porter la baniere / De Nostre Dame toute entiere / Et certes il est vrais François ; / Je le puis bien dire, qu’ençois / Volt deguerpir toute sa terre / Qu’estre homme dou roy d’Engleterre, / N’à son fil, le duc de Guienne35, / Quant la duchée fu premiers sienne. / Deux fois en champ s’est combatus / Sans estre vaincus n’abatus ; / Et en bataille plus de xxx, / Voire certes plus de quarante, / De grans proesses a fait maintes. / Nés est de l’eveschié de Saintes36.

Fig. 1. Chypre, Gorhigos, Alexandrie. Machaut, trad. Shirley/Edbury 2001, p. XII/1 (redessiné).

Fig. 1. Chypre, Gorhigos, Alexandrie. Machaut, trad. Shirley/Edbury 2001, p. XII/1 (redessiné).
  • 37 Terme technique : rencontres formelles où les bannières avaient eté déroulées, voir Contamine 200 (...)
  • 38 En 1355, il sert avec 6 écuyers, donnant quittance à Niort (Beauchet-Filleau 1891, 93, sans indic (...)
  • 39 Voir généralement pour la véracité de faits allégués dans cette sorte de textes Paravicini [2009] (...)

15Foucaut d’Archiac avait donc répondu à l’appel de Pierre de Lusignan qu’il avait peut-être rencontré à Avignon (nous verrons à quelle occasion) et guerroyait maintenant en Méditerranée orientale. Nous ne connaissons pas les nombreuses batailles37 auxquelles il prit part. Dans l’état actuel des recherches, nous disposons seulement d’une mention de service en Poitou en 1355 et d’une autre en Bourgogne début 136238, mais il n’y a aucune raison de douter de la véracité de ce récit qui ressemble aux Louanges des preux chevaliers du héraut Gelre et du “Sprecher” Suchenwirt39.

  • 40 Delachenal 1909, t. 2, 281-283. Voir Delachenal éd. 1910, t. 1, 333-334, et Lescot, éd. Lemoine 1 (...)
  • 41 17 Juillet 1361, Melun, Mandement du Dauphin Charles (V), duc de Normandie, à son trésorier Jean (...)
  • 42 Chaplais, éd. 1952, 15 (réplique française au 8e point anglais, déc. 1361), 21 (après le 16 déc. (...)

16Cependant, les chroniqueurs français du temps ont bien enregistré les deux champs clos et gages de bataille de Foucaut d’Archiac que Guillaume de Machaut mentionne ; même quelques pièces d’archives en parlent. Ces événements se placent, l’un en 1361, l’autre en 1362. Le 1er juillet 1361, en présence du roi Jean II, il affronta au marché de Meaux, en bataille, emprise de volonté, un certain Mingaut Maubert, Aquitain comme lui. Au cours de la rencontre, celui-ci souffrait tellement de la chaleur torride qui régnait ce jour, qu’il en mourût assis sur son cheval avant même que Foucaut d’Archiac ait pu l’achever, lui-même presque paralysé par une température impitoyable40. Le Dauphin Charles (V), également présent, lui acheta le cheval ainsi gagné au prix de 400 francs, ce qui est énorme et ressemble donc davantage à une subvention qu’à un échange41. Comme les adversaires étaient tous les deux légalement des sujets anglais, Édouard III prit ombrage de ce qu’il considérait une atteinte à sa souveraineté. Jean II lui répondit cependant qu’il n’avait pas jugé le cas, mais seulement présidé un gage de bataille volontaire, comme tout haut justicier pouvait le faire42.

  • 43 Froissart fait erreur en écrivant que le roi de Chypre était également présent : il n’arriva à Av (...)
  • 44 Ce premier différend en 1362 fut suivi d’un autre une quinzaine d’années plus tard : Amanieu de P (...)
  • 45 Froissart, éd. Kervyn, t. 6, 1868, 370 et 372 = Froissart, éd. Diller, t. 3, 1992, 279 : pas de d (...)

17Le deuxième champ clos eut lieu le 6 décembre 1362 à Villeneuve-lès-Avignon, de nouveau en présence du roi de France qui attendait alors l’arrivée du roi de Chypre qui, lui, faisait le tour des cours d’Europe pour recruter des croisés43. L’adversaire était à nouveau aquitain, cette fois-ci d’obédience anglaise, mais soupconné d’être un partisan français, Amanieu de Pommiers – on devine les raisons de ce combat, sans les connaître précisément44. Quant il se furent combatu bien et chevalereusement assés enssamble, li roys de Franche fist tretier de le pés et les acorda, écrit Froissart, il n’y eut donc pas de fin mortelle45.

  • 46 Voir en dernier lieu Guard 2013, 38-48.
  • 47 Delachenal 1926, t. 3, 304-306 ; Fowler 2001, t. 1, 164 et n. 20 ; Jones 2004, n° 121 (le 3 nov. (...)

18Guillaume de Machaut (†1377), qui écrit peu après l’assassinat de Pierre de Chypre du 18 janvier 1369, ne le mentionne point à l’occasion de la conquête d’Alexandrie, prise le 10 octobre 1365 et abandonnée le 1646, et il passe sous silence le fait que notre homme apparaît en novembre/décembre 1365 en Espagne au service de Bertrand du Guesclin qui avait mené la Grande Compagnie au delà des Pyrénées et se sert de Foucaut pour rester en contact avec le roi Pierre IV d’Aragon47. Machaut ne parle pas non plus de son Voyage de Prusse du début de l’année 1369.

  • 48 PR 2, 289-292 (avec graphique n° 101 montrant la circulation de cet argent) ; PR 4 (ms.), doc. 64 (...)
  • 49 PR 1, 306 et n. 691.
  • 50 Selon Beauchet-Filleau 1891, 93, il serait décédé c. 1370.
  • 51 Mandement du duc au trésorier des guerres en Languedoc (dont le duc était lieutenant), etc. de pa (...)
  • 52 Góngora, trad. Sperone 1669, 100-109, 107 : sub eorum iuramento [...] prestito in manibus domini (...)
  • 53 Murray 2005, 249, n. 149, note que le deuxième registre de Collard de Marke contient un gros paye (...)

19De cette aventure, il reste une autre trace dans le compte de voyage de Jean de Blois que celle déjà mentionnée : le receveur y note qu’à la Saint-Jean, 24 juin 1369, à Bruges en Flandre, un commis de Jean de Blois a payé à Clais van der Beurse dans le change de Colart van Marke 300 vieux écus, en tant que plège de messire Foucaut d’Archiac, dont Jean de Blois avait pourtant des lettres de non-préjudice, “qui parlent durement à la charge dudit messire Foucaut”. Le hasard veut que le registre correspondant de Colaert van Marke soit conservé : cette transaction entre Prusse et Bruges par l’intermediaire du plus gros hôtelier brugeois et de deux marchands hanséatiques d’Elbing y figure. Nous savons que Guy de Blois, le frère aîné de Jean, s’était également porté garant pour 300 écus, de sorte que Foucaut d’Archiac devait aux frères la somme rondelette de 600 écus48. Malgré sa lettre de non-préjudice fort contraignante, il ne paya point. Les frères de Blois le poursuivirent en justice, et le 21 mars 1370, pardevant le Prévôt de Paris, il dut reconnaître sa dette et promettre de la rembourser à la Saint-Jean prochaine, et sinon de tenir prison à Valenciennes en Hainaut, jusqu’à l’extinction de la dette. Pour garantie, il obligeait toutes ses possessions ou royaume de France et en la duchié de Guyenne et partout ailleurs, en renonçant à tous droits contradictoires, y compris au previleige de la croix prise ou a prandre. Il semble que la dette n’ait jamais été payée, autrement cette lettre ne se trouverait pas dans la Trésorerie des chartes des comtes de Hainaut, et elle serait au surplus cancelée, ce qu’elle n’est pas. En novembre 1371 le gouverneur de Blois prit, en passant par Avignon, le chemin de la Gascogne49. Pour réclamer les dettes de Foucaut d’Archiac ? Celui-ci était-il déjà mort à ce moment50 ? Non, il était toujours en vie. Après avoir servi le duc Louis Ier d’Anjou avec quinze hommes d’armes en Guyenne en 137051, il était présent le 21 octobre 1374 à Nicosie quand la paix entre la république de Gênes et le nouveau roi de Chypre Pierre II fut scellée et jurée, et ceci non seulement en tant que témoin : c’est entre ses mains que les parties prêtèrent serment52. Mais les frères de Blois n’étaient pas cautions que pour Foucaut d’Archiac. Leurs hommes pouvaient pourchasser d’autres débiteurs, par exemple ce Testart de Honnecourt, dont nous avons déjà fait connaissance en tant qu’invité de Jean de Blois en Prusse53.

  • 54 Coulonges-Thouarsais, Deux-Sèvres, con de Saint-Varent (Guilhem Pépin propose plutôt le lieu-dit (...)
  • 55 Lesparre-Médoc, Gironde, ch.-l. d’arr. Voir pour Florimont (au prénom littéraire, lui aussi), qui (...)
  • 56 Le 2 nov. 1363, à Béziers, Florimont seigneur de Lesparre empruntait 200 florins d’or de Florence (...)

20À Chypre, la route de Foucaut d’Archiac avait croisé celle de Perceval de Coulonge(s) ou Coloingne. Ce chevalier bachelier poitevin au beau prénom littéraire54 n’est pas seulement présent à Gorhigos en 1363 ; il est devant la ville d’Alexandrie (où il avait été longtemps prisonnier, dit Machaut) quand elle est conquise en 1365, et en 1367 devant Tripoli quand elle est assaillie. De fait, Perceval est chambellan du roi de Chypre et son confident. Si Foucaut d’Archiac ne fait que des apparitions à la cour, à ce qu’il semble, Perceval est en permanence aux côtés du roi, ou en voyage, envoyé par lui. Ainsi en 1368, au mois de juillet, il séjourne à Paris pour préparer le champ clos (ou plutôt l’empêcher) entre le bouillonnant Gascon Florimont seigneur de Lesparre55, lui aussi présent à Gorhigos56, et le roi Pierre de Lusignan. Il reçoit alors un subside du duc de Bourgogne pour rentrer auprès de son maître. Nous ne savons pas s’il a vraiment fait le voyage. Le 18 janvier 1369, Pierre de Lusignan est assassiné par une une faction de barons chypriotes. Cependant, le 11 janvier et le 11 février de cette même année, Perceval est attesté à Königsberg. Il rentre en Poitou et se met au service du parti anglais, le Prince Noir étant son seigneur “naturel”. Mais en 1372, sous des conditions honorables, il changea d’obédience comme les autres seigneurs poitevins, en raison de la la pression militaire française, et se rattacha au service du duc de Berry, nouveau comte du Poitou. Pendant une année, de juin 1374 à juin 1375, il fut son sénéchal dans cette province. Il le suit en Flandre, est à son service encore en 1390, en même temps chambellan de Charles VI en 1386, 1391 et 1396. Il meurt octogénaire, probablement en 1416.

  • 57 PR 4 (ms.), doc. 27.

21Pourquoi ce séjour en Chypre, pourquoi le voyage de Prusse en l’hiver 1368/1369 ? La crise d’allégeance des seigneurs d’Aquitaine qui suivit la paix de Brétigny en 1360 a dû avoir des conséquences, de sorte que les nobles de tendance française, même ceux qui ne quittaient pas le pays et ne subissaient pas de confiscation, choisirent l’exil volontaire, fort honorable en plus, car dirigé contre l’infidèle. Mais pourquoi et quand ce chambellan du roi de Chypre, après avoir quitté son Poitou prend-il en 1368/1369 le chemin de la Prusse ? Cette démarche rappelle celle de Philippe de Mézières qui, lui, apparemment en 1364, après le deuxième voyage européen de son roi, est venu en Prusse, selon toute vraisemblance pour gagner le secours de l’Ordre Teutonique57. Une telle requête me paraît la seule explication possible de ce voyage lointain au milieu de grands turbulences à Famagouste. Car Perceval de Coulonge, au contraire de Foucaut d’Archiac, avait sa place dans le monde chypriote.

  • 58 PR 4 (ms.), doc. 29. Brosse : cne de Chaillac, Indre, con de Saint-Benoît-du-Sault.

22Un autre partisan du roi de France subissait également les conséquences néfastes du traité de 1360 : le Poitevin Guy II de Chauvigny vit sa ville de Brosse détruite par les Anglais. Malgré un dédommagement octroyé par Charles V, il guerroya dès lors en France sous Du Guesclin, puis en Italie pour finalement faire un voyage de Prusse qui commença à Naples en 137758.

  • 59 Anselme 31733, t. 3, 370-371 dit seulement : “il demeura prisonnier et paya 500 frans pour rançon (...)

23Et Archambaut de Grailly ? Son neveu, Jean de Grailly, le fameux captal de Buch, avait vu la Prusse en compagnie de Gaston Fébus en 1357-1358. Le voyage de l’oncle en 1368-1369 s’explique par un temps mort de l’activité militaire anglo-gasconne entre la fin de l’intervention du Prince de Galles dans la guerre civile castillane et la reprise des hostilités avec les Français. Alors que tous les deux furent faits prisonniers devant Soubise le 13 août 1372 : Archambaut parvint à se racheter59, Jean non.

  • 60 Florimont, sire de Lesparre (supra, n. 36, 55-56), appellé de Constantinople, servait avant août (...)

24En somme, seul Foucaut d’Archiac semble correspondre à la parfaite image du mercenaire proche du routier – mais, cadet de baron, il avait de bonnes raisons de vouloir gagner sa vie en vendant son bras. Venait-il à son propre compte en Prusse, ou au service de quelqu’un d’autre, d’Archambaut de Grailly par exemple ? La liste du receveur citée ci-dessus ne le dit pas et suggère plutôt que ce ne fut pas le cas, car il attribue à celui-ci trois autres gentilshommes, chevaliers et écuyers, sans les nommer, puis nomme les quatre chevaliers sur lesquels nous nous sommes penché. Foucaut aussi a pu connaître une période où il pouvait se permettre la fierté de payer pour lui-même, quitte à emprunter sans rembourser60.

Rutger Raitz et deux neveux du Grand Maître

  • 61 Il apparaît aussi par deux fois dans la partie “prussienne” de l’Armorial “Bellenville”. – Guard  (...)
  • 62 Paravicini 2007, 223-224, 228-230, 234-239 et 603-604 (addenda).

25Si un mercenaire peut s’avérer homme d’honneur, des hommes d’honneur se révèlent parfois mercenaires professionnels. Prenons le cas de Rutger Raitz ou messires Rogiers de Coulongne, ainsi que l’appelle Jean Froissart, car il appartient au patriciat noble de la grande ville rhénane. Le héraut Gelre lui a consacré l’une de ses “Ehrenreden” qui nous apprend entre autres que cet homme a passé 32 hivers en Prusse et trois étés en Livonie. Comment cela a-t-il pu se faire, car l’on ne peut sans cesse dépenser sans aussi gagner ? Gelre ne dit pas qu’il y avait été à ses propres frais. Heureusement, cinq comptes de voyage différents le mentionnent61 et nous font comprendre comment il a pu atteindre ce chiffre fabuleux : Roger se mettait au service des grands seigneurs en route et leur rendait d’éminents services, car il connaissait les chemins, les endroits et tout le monde. Ce faisant, il discutait âprement son salaire et réussissait parfois à l’augmenter de moitié. Mais ceci est seulement l’avers de son fonds de commerce, il y a un revers : la saison hivernale en Prusse terminée, il se faisait engager à l’Ouest, au service des princes des Pays-Bas, puis du côté français contre les Anglais. Ainsi, il s’assurait une continuelle rentrée de revenus, malgré l’issue des batailles de Crécy et de Poitiers, auxquelles il prit part et où il fut fait prisonnier. Il chercha et trouva de l’emploi en Italie aussi, si le Roger de Colonia qui sert en 1353 en Toscane, est bien lui. Des finances, Gelre ne dit mot. Il mentionne pourtant qu’il fut par deux fois en Terre Sainte, l’une aux frais du comte de Hollande-Hainaut, l’autre aux siens propres. En 1369, il trouva la mort près de Calais, après 43 années passées sous les armes. Ce fut un mercenaire pur sang, dont Gelre tait d’ailleurs la carrière après Poitiers, ce qui fait supposer qu’il a fait partie, au moins pour un temps, des Grandes Compagnies. En tout cas, cette vie était considérée tellement honorable que le héraut chanta sa louange et que, selon Froissart, il était friches homs, douls et courtois durement et bons chevaliers en tous estas62.

  • 63 Voir supra n. 16 pour les Allemands, Jamme 1996, 1999, 2007 pour les Gascons et les Français ; po (...)
  • 64 Selzer 2001, 199-200 n. 95, 431 (TUR 29) et 550 (index) ; Guard 2013, 107 et n. 40 : il est colon (...)
  • 65 Exemplaire, mais limité au cas colonais est Große 1993, qui publié les contrats de Konstantin vom (...)

26La petite noblesse de la Rhénanie (et de Souabe), et particulièrement la bourgeoisie patricienne de Cologne constituait à cette époque un réservoir inépuisable de recrutement militaire. Les études sur l’Italie des mercenaires le prouvent63, qui font découvrir par exemple ce Henricus Spegul miles, Ritter Heinrich Spiegel, qui en septembre-décembre 1366 tient pour 10 florins par mois garnison à Gallipoli pour le comte de Savoie64. Mais l’étude du côté franco-anglais reste à faire65. Je vous donne seulement deux autres exemples de mercenaires qui se distinguent des autres par le fait qu’on les appelait “neveux de Grand Maître de Prusse”.

  • 66 Froissart, éd. Luce, t. 6, 1876, 62.
  • 67 Fowler 2001, 5, 45 n. 5, 324.
  • 68 PR 1, 166-167 ; Paravicini [2007] 2012, 237 n. 110, 238 et n. 116. Fischenich avec son château ér (...)
  • 69 D’autres capitaines allemands ne sont pas encore identifiés, ainsi Folekin Volemer, alias Folcqui (...)
  • 70 Schäfer, éd. 1914, t. 3, 174 (?) ; Schäfer, éd. 1940, t. 4, 328-329 ; Föhl 1963, 94 ; Selzer 2001 (...)

27Il y a d’abord ce Werri ou Ourri l’Allemant qui figure en 1361 dans l’entourage du terrible Séguin de Badefol66, puis en 1362 à la solde du roi de Navarre en France en tant que l’un des capitaines de la Grande Compagnie67. Mais Froissart et d’autres sources le signalent depuis 1377 au service de Charles VI et du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, dont il fut chambellan. En avril 1383, il était présent à la remise solennelle d’une particule de la Sainte Croix, donnée par le roi dans sa Sainte Chapelle au Grand Procureur de l’Ordre Teutonique : ce n’était donc plus un guerrier au passé douteux, mais une personne honorable et honorée. Il participe à l’expédition écossaise de 1385 et y meurt au siège du château de Werk-upon-Tweed. Sa compagnie fut alors reprise par Rutger Raitz le jeune, fils du Rutger dont il a été question68. Son véritable nom était Winrich von Fischenich69, il portait le même prénom que le Grand Maître de l’Ordre Teutonique du temps, le Rhénan Winrich von Kniprode. Le degré de parenté n’est pas établi, mais ne fait pas de doute ; Fischenich apparaît d’ailleurs d’abord en Prusse, en 1360. Les familles Raitz et Fischenich étaient également apparentées, ce qui augmente la probabilité que Rutger l’aîné s’était, lui aussi, engagé dans la Grande Compagnie après 1360. D’autres Fischenich (Hermann, Gerhard) sont attestés à Florence, Pise, Bologne entre 1350 et 1363/136470

  • 71 “La bataille du Liege”, in : Aubrée 1729, première partie, 371-377 (371b). Y prit également part (...)
  • 72 Selzer 2001, 539 (Index) et 408.
  • 73 Paravicini 2000.

28Plus tard, en 1408, le nepveu du Maistre de Pruce prend part à la bataille d’Othée, gagnée par le duc de Bourgogne sur les Liégeois ; le héraut qui a consacré un long poème à cet événement ajoute : Ce jour y fut fait chevaler71. Le Grand Maître du moment était Ulrich von Jungingen, depuis 1407 successeur de son frère Konrad, provenant d’une famille de basse noblesse souabe. Ce fut donc un membre de cette famille, ou d’une famille alliée, qui servait le duc de Bourgogne, tout autant que Rutger Raitz le fils. Des Jungingen, Eberhard et Hermann, avaient d’ailleurs été soudoyers en Italie, à Bologne, en 135172. Il y a lieu de croire que les contacts noués à l’occasion du voyage de Prusse avaient ouvert la voie du service dans l’armée bourguignonne, puis à la cour, en établissant un mince courant en sens inverse. Il en existe d’autres exemples à partir de la deuxième décennie du xve siècle, cette fois-ci de la part la noblesse prussienne elle-même dont certains représentants participèrent à la défense de Ceuta au Maroc, à la suite de sa conquête par les Portuguais en 141573.

John Hawkwood et Hugh Calveley ?

29Les grands capitaines des Grandes Compagnies ne sont pas attestés en Prusse : ni Bertrand du Guesclin ni Arnaud de Cervole dit l’Archiprêtre parmi les Français, ni Robert Knolles chez les Anglais, ni Albert Sterz, les comtes de Landau, le duc d’Urslingen parmi les Allemands. Il y a cependant une chance que ce soit le cas pour deux des plus connus parmi ces condottieri du xive siècle : Hugh Calveley et John Hawkwood.

  • 74 Gelre fol. 111v ; Gelre 2012, n° 1661-1671a. Cf. Paravicini [1987] 2007, 390 et fig. 8.
  • 75 Voir Paravicini [1987] 2007 et Id. [2004] 2007. Le dossier sera repris dans PR 4 (ms.), doc. 11.

30Tandis que l’Armorial “Gelre” ne contient qu’un seul ensemble héraldique, entièrement brabançon, qui est sûrement en relation avec le Voyage de Prusse74, toute ou presque toute la seconde partie de l’Armorial “Bellenville” se compose de rôles occasionnels reflétant des groupes entiers y ayant participé. Il n’est cependant pas facile de dire quand un rôle commence et quand il se termine. Et pour chacun des onze rôles, il faut établir qu’il s’agit bien d’un Voyage de Prusse, puis de le dater le plus étroitement possible, enfin se demander à quel groupe et à quelle occasion il correspond75.

  • 76 BnF, ms. fr. 5230, fol. 55r-v. Bellenville 1983, 25, 27-28, 147, 151-154 ; Bellenville 2004, facs (...)
  • 77 Calveley : Bridge 1907, 121-165 ; Morgan 1987, 245 (index) ; Fowler 1991 ; id. 2001, 362-263 (ind (...)

31Or, dans le 1er rôle occasionnel76, figurent l’écu et le nom de Sir John Hawkwood (mort en 1394) : h(er) Ja(n) Houcoet, “d’argent au chevron de sable chargé de trois coquilles du champ”, et aussi l’écu (sans nom cette fois) de Sir Hugh de Calveley (décédé également en 1394) : “d’argent à la fasce de gueules accompagnée de trois veaux de sable” (fig. 2). Les travaux consacrés à l’un et à l’autre ont jusqu’à présent ignoré ce fait77.

Fig. 2. Sir John Hawkwood, h(er) Ja(n) Houcoet (22), Sir Hugh de Calveley (6) et [Sir Walter Leslie] (1) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, première partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55r, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 77 et 117.

Fig. 2. Sir John Hawkwood, h(er) Ja(n) Houcoet (22), Sir Hugh de Calveley (6) et [Sir Walter Leslie] (1) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, première partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55r, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 77 et 117.
  • 78 Ainsi Campbell et Jéquier.
  • 79 Infra, n. 92-110.
  • 80 Voir pour ces deux inséparables preux, Paravicini 2012a ; cf. pour Cobham ODNB, t. 12, 291 (P. Fl (...)
  • 81 Adoubé par le Prince Noir pour son valeureux comportement à la bataille de Poitiers, ou bien aprè (...)
  • 82 Caferro 2006, 45.
  • 83 Mais il y eut des conflits en Prusse, voir PR 1, 315 (1390).
  • 84 Trève de deux ans, Rymer 31740, t. 3/1, 151-153.
  • 85 Trève de dix ans, Rymer 31740, t. 3/1, 133-136 ; cf. Nicholson 1974, 163, n. 233.
  • 86 hastiludia nocturna, qualia non sunt ante visa prae nimio honore et magnificentia, Haydon, éd. 18 (...)
  • 87 Devon, éd. 1837, 170 et 172 (participation du duc Jean IV de Bretagne) et 171 : “To William Volau (...)
  • 88 Devon, éd. 1837, 169 : le 9 mars 1358 “To William Volaunt [voir la n. précédente], John Haveregge (...)
  • 89 Thomas & Thornley, éd. 1938, 40 : This seme yere [1358, daté par erreur 1357] the kyng ryally hel (...)
  • 90 Gray, éd. King 2005, 150-151 et 246, n. 17-18. Le sauf-conduit pour la reine cum sexaginta equiti (...)
  • 91 Haydon, éd. 1863, t. 3, 227 : hastiludia invisa a tempore regis Arthuri, in festo Sancti Georgii, (...)
  • 92 Rôle I, n° 24 ; également rôle XI, n° 15 (Bellenville 2004, n° 1343 et 1706, ici avec cimier : un (...)

32S’agit-il vraiment d’un voyage de Prusse78 ? On peut en douter sérieusement : il y a 48 écus, dont une forte majorité est écossaise ; une minorité (8) est anglaise, à une exception près sur laquelle nous reviendrons79. Or la composition des autres rôles, beaucoup plus composite, montre des armoiries de marches fort diverses, même polonaises et prusso-lithuaniennes et est le plus souvent marquée au début ou à la fin par un signe reconnaissable, bannière ou héraut d’armes (fig. 3, 4, 5). Le groupe en question, si groupe il y a, a nécessairement dû se réunir avant le 5/28 octobre 1361, date de la mort de deux chevaliers bien connus qui y figurent, Sir Reginald Cobham et Sir William FitzWarin, ce dernier ne fréquentant plus les armes depuis la bataille de Crécy de 1346 (fig. 6)80. Il doit d’autre part s’être réuni après 1356, car ce n’est qu’à partir de cette date, au plus tôt, que Hawkwood pouvait prendre le titre de “Herr”, “Sir”81. Autre élément de datation : depuis mai 1361, Hawkwood est définitivement engagé en Italie et ne la quitte plus82. Enfin, si un groupe presque exclusivement anglo-écossais est à la rigueur imaginable en Prusse neutre83, il ne l’est pas en terre britannique, sauf s’il y avait eu auparavant conclusion d’une paix ou d’une trève, d’une part entre France et Angleterre, ce qui fut fait le 23 mars 1357 à Bordeaux84, et surtout entre Angleterre et Écosse : le traité de Berwick fut scellé le 3 octobre de cette même année85. Reste à trouver une rencontre, par exemple un tournoi anglo-écossais, pouvant correspondre à ce que nous cherchons. En 1358, Édouard III victorieux organisa des joutes (nocturnes) à Bristol en janvier86, à Londres (Smithfield) le 4 mars87, enfin à Windsor le jour de saint Georges, 23 avril, sous forme d’une grande Table ronde proclamée par plusieurs hérauts d’armes en France, Allemagne, Brabant, Flandre – et en Écosse88. C’est surtout au cours de cette fête particulièrement somptueuse89 que les Anglais et les Écossais ont pu se rencontrer, car la reine d’Écosse, sœur du roi Édouard, était venue en grand arroi pour négocier un véritable traité de paix90. Il est expressément dit que ces deux nations participèrent au combat, ainsi que les Français, prisonniers depuis la défaite de Poitiers en 135691. Mais il reste que les noms écossais et anglais sont entremêlés, ne présentent donc pas deux partis bien distincts. Cela affaiblit singulièrement la thèse d’un tournoi à un moment donné. Enfin il y a la présence d’un seul écu qui est ni anglais, ni écossais : celui de Konrad von Kraig, tranché d’argent et de gueules (fig. 7)92.

Fig. 3. Début du rôle III dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 60v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Le banneret rhénan de Müllenark tient la bannière Saint-Georges ; armoiries bohémiennes et polonaises. Voir n. 79-80.

Fig. 3. Début du rôle III dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 60v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Le banneret rhénan de Müllenark tient la bannière Saint-Georges ; armoiries bohémiennes et polonaises. Voir n. 79-80.

Fig. 4. Début du rôle IV dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 61v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Jean de Meeuwe, seigneur de Wavre, bâtard de Brabant, tient la bannière Notre-Dame. Voir n. 79-80.

Fig. 4. Début du rôle IV dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 61v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Jean de Meeuwe, seigneur de Wavre, bâtard de Brabant, tient la bannière Notre-Dame. Voir n. 79-80.

Fig. 5. Fin du rôle VII dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 63r, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Un héraut d’armes au tabard de Gueldre (d’azur au lion d’or) et à la lance tient une banderole portant les mots suadeo vos iuste agere. Les premières armoiries en haut à gauche sont des armoiries de la famille lithuanienne Surwille. Voir n. 79-80.

Fig. 5. Fin du rôle VII dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 63r, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Un héraut d’armes au tabard de Gueldre (d’azur au lion d’or) et à la lance tient une banderole portant les mots suadeo vos iuste agere. Les premières armoiries en haut à gauche sont des armoiries de la famille lithuanienne Surwille. Voir n. 79-80.

Fig. 6. Les écus de Sir Reginald de Cobham (12), de Sir William FitzWarin (13) et de Konrad II von Kraig (10) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, seconde partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55v, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 80 et 92-110.

Fig. 6. Les écus de Sir Reginald de Cobham (12), de Sir William FitzWarin (13) et de Konrad II von Kraig (10) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, seconde partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55v, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 80 et 92-110.

Fig. 7. La pierre tombale de Konrad II von Kraig (†1398/1399) à St. Veit an der Glan, en Carinthie, Autriche, montrant une devise enchaînée jusqu’ici non identifiée, représentant la dignité de sénéchal de Carinthie. Die Inschriften des Bundeslandes Kärnten 2008, fig. 61. Voir n. 88-100.

Fig. 7. La pierre tombale de Konrad II von Kraig (†1398/1399) à St. Veit an der Glan, en Carinthie, Autriche, montrant une devise enchaînée jusqu’ici non identifiée, représentant la dignité de sénéchal de Carinthie. Die Inschriften des Bundeslandes Kärnten 2008, fig. 61. Voir n. 88-100.
  • 93 Leitner 2000, 239-246 pour Konrad II.
  • 94 Hlaváček 1970, 463, n° 37.
  • 95 Pleins pouvoirs d’Anne et de Wenceslas au duc Przemislas (Přemko) de Teschen, à Conradus Kreyger (...)
  • 96 Rymer 31740, t. 3/3, 113 = Calendar of Patent Rolls 1381-1385 1900, 4 : – le duc Přemko de Tesche (...)
  • 97 Landstein (Landštein) et Neubistritz (Nova Bystřice), non loin de la frontière autrichienne (Bahl (...)
  • 98 Gelre 2012 n° 762, Bellenville 2004 n° 366, chaque fois dans la suite du duc d’Autriche.
  • 99 Leitner 2000, 245 et 268, fig. 1 = Leitner, éd. 2008, 62, n° 71 et fig. 61. Je remercie Friedrich (...)
  • 100 Que la devise est inconnue à ce jour m’a été confirmé par Jenny Stratford (Londres), qui sait tou (...)

33Les Kraiger (Kreyger) von Kraig (Krajíř von Krajek, Kragirz von Kraigk) sont une famille importante de la Carinthie (sénéchaux héréditaires de ce duché), également possessionnée en Bohème et en Moravie93. Trois “Konrad” se sont succédé aux xive-xve siècles. Le nôtre est sans aucun doute Konrad II, attesté de 1355 à sa mort en 1398/1399. Comme son père, il fut lieutenant général du duc d’Autriche en Carinthie, de 1365 à 1367 et de 1385 à 1398, mais aussi, de 1367 à 1384 en Carniole. Il était en plus souverain maître d’hôtel (magister curie) et conseiller (encore en 1395) du roi Wenceslas de Bohême ; entre 1378 et 1384, il apparaît comme relator dans quelque 85 chartes de ce prince94. C’est en son nom qu’il a négocié (avec d’autres) le mariage de Richard II avec Anne de Bohême, demi-sœur de Wenceslas. Il accompagne la fiancée lors de son voyage vers l’Angleterre et séjourne donc à plusieurs reprises en 1381-1382 dans ce dernier pays95. À ce chevalier Richard II (ou plutôt son conseil) donne le 1er mai 1381 une rente à vie de 250 marcs sterling, et il octroie à son fils Lupold, écuyer, une rente de 50 marcs96. À son retour, Wenceslas l’honore par le don d’une importante seigneurie en Moravie97. Sa dalle funéraire héraldique, autrefois chez les Clarisses de Sankt Veit an der Glan et conservée aujourd’hui au dépôt lapidaire du musée municipal de cette ville de Carinthie, pourrait garder un souvenir de sa mission anglaise. On y voit non seulement ses armes (tranché d’argent et de gueules), son cimier (un vol tranché de même) et sa capeline (de gueules), tout ainsi qu’elles sont représentées dans les armoriaux Gelre et Bellenville98. Suspendu à une chaîne descendant du bout du heaume on y découvre un objet circulaire orné d’une rose chargée d’un oiseau (un corbeau ? ou un faucon ?) brochant, le tout entouré d’une bande portant un seul mot dont ne sont conservées que les deux dernières lettres : ... em (fig. 8) ; les trois quarts de cette bande sont vides99. Il ne s’agit des armes ni de sa première femme, Anna von Ehrenfels (de gueules à la bande d’argent), ni de la deuxième, Klara von Gufidaun (sous un chef de gueules tranché de gueules et d’argent). Si cette rose comporte une devise, cette dernière n’est pas encore identifiée et ne correspond à aucun emblème de Richard II, d’Anne de Bohême ou de son frère Wenceslas. La grande maison bohémienne des Rosenberg (Rožmberk) porte, comme tous les descendants du mythique Wittiko, la rose (rouge); elle pourrait ici être chargée d’un corbeau (de saint Oswald ?) – mais aucune source ne confirme cette hypothèse peu étayée, de surcroît invraisemblable, car la maison de Rosenberg était l’âme de l’opposition contre le roi. En vérité, il s’agit de la représentation du sceau à la rose qui correspond à l’office de sénéchal de Carinthie – il n’y a donc rien à en attendre pour notre démonstration100.

Fig. 8. Detail de la fig. 7 : l’énigmatique devise. Cl. Friedrich W. Leitner (Klagenfurt). Voir n. 99-100.

Fig. 8. Detail de la fig. 7 : l’énigmatique devise. Cl. Friedrich W. Leitner (Klagenfurt). Voir n. 99-100.
  • 101 En plus il doit avoir payé pour lui-même, ce qui est difficilement imaginable pour quelqu’un de l (...)
  • 102 PR 1, 332 ; infra, n. 108.
  • 103 Il fut le premier à la table d’honneur de l’hiver 1374/1375, PR 4 (ms.), doc. 28 n. 27 (notice) e (...)
  • 104 Keen [1986] 1996, 131, importante remarque : “He made his debut in the rough and tumbling and bru (...)
  • 105 Infra, n. 112.
  • 106 Gelre leur a consacré des “Ehrenreden”, Gelre 2012 (avec traduction française), 66-71 (Oefte), 72 (...)
  • 107 ODNB, t. 23, 257-258 (M. Vale).
  • 108 Il est peu probable qu’il s’agisse de son fils homonyme Konrad III, †1446, dont aucun voyage de P (...)
  • 109 Bellenville 2004, n° 1692-1740, le captal au n° 1723 ; Paravicini [2008] 2012, 408-409, 410 n. 34 (...)
  • 110 Selzer 2001, 305 et 317 (importante note 91).

34Une présence en Angleterre pourrait donc expliquer l’apparition de Konrad II von Kraig dans notre rôle, mais ce faisant elle contredit la datation 1356/1361. Kraig était en Prusse bien avant sa mission anglaise. En 1377, il avait accompagné Albert III duc d’Autriche en Prusse, avait été élu commandant des participants étrangers et avait siégé à la première place de la table d’honneur. Or un tel honneur n’était accordé par les hérauts d’armes que si le candidat est particulièrement connu pour ses hauts faits chevaleresques101, donc entre autres pour des voyages de Prusse successifs. Y serait-il déjà allé auparavant ? Her Krayer, Oosterijc (Autriche) apparaît également dans un autre rôle de Bellenville, cette fois-ci indubitablement un rôle prussien (fig. 9)102, dans lequel figurent des célébrités chevaleresques telles que Hutin de Vermeilles103, Gadifer de la Salle (un ancien routier)104, Sir Walter Leslie105, Adam van Mopertingen, Rutger Raitz, Heinrich von Oefte (fig. 10), le Hollandais Daniel van der Merwede106 et le captal de Buch, Jean III de Grailly (fig. 11)107. Raitz est mort en 1369 et le captal fut prisonnier du roi de France de 1372 à sa mort en 1376 – ce qui semble dater le document108. Son seul voyage de Prusse connu, accompli en compagnie de Gaston Fébus de Foix-Béarn, date de l’hiver 1357-1358, mais Gaston Fébus est absent de ce rôle109. Cependant Konrad von Kraig n’est pas allé seulement en Prusse, il a guerroyé longuement en Italie et, en 1355 déjà, il est à Milan. Les ducs d’Autriche s’intéressent à lui puisqu’il a cette expérience, le duc Léopold le prend à son service en 1374 et en 1376 pour des entreprises vénitiennes, à la tête d’un contingent important de 36 “glèves” à cheval et 25 combattants à pied110. Peut-être cette mission anglaise lui avait-elle été confiée parce qu’un séjour antérieur (en 1358) aux Îles britanniques l’avait qualifié pour cela ?

Fig. 9. Le rôle XI accompagné d’indications d’origine (première partie), dans l’Armorial Bellenville, BnF, ms. fr. 5230, fol. 70v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (1) Hutin de Vermeilles, (3) [Othon II ?] de Grandson, (5) Gadifer de la Salle, (8) Walter Leslie, (10) Rutger Raitz, (12) Heinrich von Oefte. Voir n. 55, 61-62, 103-107, 112.

Fig. 9. Le rôle XI accompagné d’indications d’origine (première partie), dans l’Armorial Bellenville, BnF, ms. fr. 5230, fol. 70v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (1) Hutin de Vermeilles, (3) [Othon II ?] de Grandson, (5) Gadifer de la Salle, (8) Walter Leslie, (10) Rutger Raitz, (12) Heinrich von Oefte. Voir n. 55, 61-62, 103-107, 112.

Fig. 10. Le rôle XI (seconde partie), fol. 71r, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Konrad II von Kraig, (4) Adam van Mopertingen, armes bohémiennes, silésiennes, polonaises. Voir n. 103/104, 106.

Fig. 10. Le rôle XI (seconde partie), fol. 71r, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Konrad II von Kraig, (4) Adam van Mopertingen, armes bohémiennes, silésiennes, polonaises. Voir n. 103/104, 106.

Fig. 11. Le rôle XI (troisième partie), fol. 71v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Spiegel, (7) Daniel van der Merwede, (8) le Captal de Buch. Voir n. 4-65 ; 61 et 106 ; 59-60, 107 et 109.

Fig. 11. Le rôle XI (troisième partie), fol. 71v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Spiegel, (7) Daniel van der Merwede, (8) le Captal de Buch. Voir n. 4-65 ; 61 et 106 ; 59-60, 107 et 109.
  • 111 Campbell 1978, 2.

35Colin Campbell111 a suggéré que le héraut enregistrant ce premier rôle n’a été présent ni en Écosse ni en Angleterre mais l’a composé au fur et à mesure que les personnages nommés se dirigeaient vers la Prusse, la Terre Sainte, la France ou ailleurs en passant par la Flandre, en lui indiquant encore les armoiries d’autres leurs compatriotes. Mais alors pourquoi l’uniformité de ces dessins, dépourvus de cimiers, qui apparaissent presque partout ailleurs dans cette deuxième partie ? Et pourquoi accompagner telles armoiries par un nom et telles autres non ?

36Actuellement, il n’est pas possible de dater ce rôle de 1356/1361 ou de 1381/1382. La mobilité des personnes qu’il contient est telle qu’elles peuvent s’être rencontrées en Prusse, en Angleterre, en Italie même, mais seulement avant 1361. Je ne vois pas qu’il pourrait s’agir d’autre chose qu’un rôle occasionnel. Mais la clef n’est pas encore trouvée qui permettrait de résoudre l’énigme de sa composition.

  • 112 Rôle I, n° 1 et rôle XI, n° 8 (fig. 2 et 9) = Bellenville 2004, n° 1310 et 1699. Lui aussi fut en (...)
  • 113 Caferro 2006, 23 et passim. Un neveu, Sir John Calveley, pourrait avoir participé à l’armée de Ni (...)
  • 114 Caferro 2006, 200-201 et n. 52, 53, 57, 59, 390 ; Luttrell 1988, 146, 149 ; Guard 2013, 237 et n. (...)

37“Hawkwood never went on pilgrimage”, écrit William Caferro, et cela semble se confirmer également en ce qui concerne la Prusse. Mais il a observé que d’autres capitaines étrangers en Italie partirent en croisade, dont Sir Walter Leslie qui fut devant Alexandrie en 1365 et qui ouvre notre rôle n° I en première position et figure également dans un autre rôle, certainement “prussien” (fig. 2 et 9)112. John Bourchier, Humphrey Bohun, Enguerrand de Coucy, furent tous voyageurs en Prusse et autres lieux recommandés, tandis que Robert Knolles et Hugh de Calveley, combattants de la Bataille des Trente de 1351, prirent le chemin de la Terre sainte113. Nicholas Sabraham, témoin dans le procès héraldique Scrope contre Grosvenor, a non seulement combattu à Crécy, mais aussi en Prusse, en Hongrie et devant Alexandrie et Gallipoli ; mais en 1378 nous le voyons aussi devant Vérone au sein de la compagnie de John Hawkwood114.

38En somme, le premier rôle contenu dans “Bellenville” enrichit, pour une date encore inconnue, la biographie des deux capitaines, mais ne les mène pas nécessairement sur les rives de la Baltique.

Mercenaire, croisé : une fausse alternative

  • 115 Guard 2013, 211.

39Même le routier adhère à l’idéologie chevaleresque, veut augmenter son honneur et combattre l’infidèle. Et même soldé, il participe à la renommée que confère une telle activité. Le pont de Rochester, terminé n 1391, est là pour rappeller la bienfaisance de l’ancien routier que fut Robert Knolles. En tout cas, la participation au Voyage de Prusse ainsi qu’aux autres activités de croisade pouvait servir à rétablir une réputation ébréchée115.

  • 116 Schnerb 1997.
  • 117 Cf. en dernier lieu Bell 2008 qui a comparé ce qu’il sait de la participation aux activités “sarr (...)
  • 118 Observé, entre autres, par Bell 2008, 311.

40En somme, il y a toujours des individus, et des situations, qui font que des actions gratuites sont entreprises pour l’honneur seul. Mais il ne faut pas oublier que le véritable cœur de la vie militaire, le butin et les rançons, faisait défaut en Prusse – à un moindre degré en Espagne ou au Proche-Orient, mais certainement pas à Alexandrie en 1365 et à Tunis (al-Mahdiya) en 1390. L’enquête très dense menée par Bertrand Schnerb sur les Bournonville, lignée militaire de la France septentrionale, a montré l’absence complète d’un tel dévouement désintéressé116. Mais, en règle générale, on ne peut séparer service régulier, service free-lance et Outremer117. En dehors de son aspect régional, l’intérêt principal du voyage de Prusse, véritable observatoire de la vie de la noblesse européenne au xive siècle, réside en la démonstration que le mercenaire et le croisé, le héros chanté par les hérauts et le cruel homme de guerre accusé par les clercs, sont inséparables, mieux : ce sont les mêmes personnes, parfois l’un, parfois l’autre, mais en vérité identiques. La description que Chaucer donne du chevalier est incomplète, car le service régulier en France dans la guerre du roi en est entièrement absent118. Cela prouve qu’il s’agit du chevalier parfait qui ne combat que contre l’infidèle. Mais il serait naïf de croire qu’il l’aurait nécessairement fait à ses propres frais.

Notes

1 Jones 1980, 1985, 1994. Dans sa préface à la troisième édition, T. Jones avoue avoir sous-estimé l’esprit de croisade au xive siècle et se résume ainsi : “Indeed, I believe it as precisely because Chaucer believed in the old values of chivalry that he portrayed in the Knight the very type who, during his lifetime, represented the destruction of those values”. — Je remercie Françoise Lainé et Guilhem Pépin (Bordeaux) de m’avoir fourni d’utiles renseignements au sujet de plusieurs nobles poitevins et gascons et d’avoir revu mon français d‘étranger ; Friedrich Wilhelm Leitner (Klagenfurt) et Ivan Hlaváček (Prague) ainsi que Jenny Stratford (Londres) et Laurent Hablot (Poitiers) ainsi que Volker Huth (Bensheim) et Dirk H. Breiding (Philadelphia) de s’être penchés sur les Kraig et leur devise énigmatique (infra, n. 99-100 et fig. 8), et Jan Hirschbiegel (Kiel) de m’avoir aidé à réunir l’illustration.

2 Cf. Selzer 2001, 138-146, en particulier 139 : “einen Gegensatz zwischen aristocratic knights versus professional soldiers [...] halte ich für ein Konstrukt”. La critique, massive et nombreuse, s’est souvent limitée à produire des exemples de nobles contemporains ayant effectivement fréquenté les endroits que Chaucer nomme et de soutenir une vision positive de ce style de vie. Voir leur liste dans Paravicini [2000] 2012, 175-183, 602-603 ; ajoutez Aer 1982 ; Raymo 2005, 7-9 (“The Knight is a model of Christian chivalry)” ; Ayton 2011, 34-35 ; Saul 2011, 230-231 et Hughes 2012. Fort à raison ses collègues historiens ont honoré T. Jones par une véritable “Festschrift” : Yeager & Takamiya, The Medieval Python, 2012.

3 Voir PR 1 et PR 2 ; les t. 3 (fin du texte), 4 (documents, à présent en ms., déjà cités par leur numéro), 5 (addenda et corrigenda, illustration, indices) sont en préparation (= PR 3, 4, 5).

4 PR 1, 316-334.

5 Cf. Guard 2013, 107, au sujet de la troupe d’Amédée de Savoie devant Gallipoli : “Analysis of the English ranks shows the usual composition of recruits, including knights and esquires, archers, men-at-arms, routier captains and other hangers-on”.

6 PR 1, 19, tabl. 1.

7 PR 1, 49-53. Depuis en particulier Anrooij 1992 ; Paravicini [2009] 2012.

8 Bellenville 2004 (original disponible en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8470169b [31 oct. 2013] ; Gelre 2012 (avec les textes). Pour Bellenville voir infra n. 75-76.

9 PR 1, 177-181 et tabl. 24 ; PR 2, 83-84.

10 La lettre d’indulgence elle-même ne pose plus cette condition. Koeppen 1960, n° 457 = PR 4 (ms.), doc. 95. Cf. Guard 2013, 130-131 et n. 24, qui derrière cette initiative flaire la formation d’une association chevaleresque, non sans raison.

11 Voir PR 2, 179-181. Une analyse approfondie figurera dans PR 3, ch. IX.

12 Langerak, Merwede (infra, n. 61 et 106), Tengnagel (infra, n. 65), Walcourt et al.

13 Juliers : Binsfeld, Bongard, Hompesch, Pesch et al. Pour les patriciens de Cologne v. infra, n. 65.

14 Wildgraf/Rheingraf, Daun et al.

15 Le duc d’Urslingen, les comtes de Landau et de Aichelberg, pour lesquels voir Selzer 2001.

16 Schäfer, éd. 1911-1-1940 (avec les addenda & corrigenda de Stotzingen 1913 et Diehl 1935 [Souabe], Föhl 1963 [entre Meuse et Rhin]) ; surtout : Selzer 2001 (et 2000-2008). Caferro 2004, 2013.

17 Durrieu 1885 ; Mirot 1898 ; Jamme 1994, 1999, 2007.

18 Contamine 1975. Quelques cas de figure : – Pierre de Bréban, cf. Paravicini [2005] 2007 ; – Louis de Giac, cf. Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 85-86, Contamine 2009, 59, 65 ; – Gadifer de la Salle, cf. Keen [1986] 1996 ; – Regnier Pot, cf. de Vaivre 1975 ; – Hutin de Vermeilles (infra, n. 36, 103) ; – Jean de Vienne, cf. Terrier de Loray 1877).

19 Fowler 2001.

20 Contamine 1972.

21 Hewitt 1958, 1966 ; Barber 2013. – Les Beauchamp, les Bohun, les Ufford, John de Norbury (PR 4 [ms.], doc. 9, n° 8) ; – Sir Hugh de Calveley (v. infra) ; – Sir Robert Knowles/Knolles (Bridge 1907 ; ODNB, t. 31, 952-957 [M. Jones]), et al.

22 Trautz 1961 ; Große 1993 ; Reitemeier 1999. Pour Édouard III aux Pays-Bas voir : Bock 1956 ; Lyon et al., éd. 1983 ; Andre 1996.

23 Ainsi dans les deux chartes armoriées de Mantoue de l’année 1361, Schäfer 1911-1, n° 20 de bassa, n° 63 de alta ; voir pour les nobles de Souabe compris dans ce document exceptionnel Stotzingen 1913. La différence linguistique et géographique se retrouve dans le compte du deuxième voyage de Jean de Blois (PR 4 [ms.], doc. 15) : le 8 février 1369 il invite die hoeghe Dwtsche.

24 Original en néerlandais, les différentes graphies de “Foulque(s)/Foucaud” ont été normalisées.

25 PR 4 (ms.), doc. 5, n° 95 à 101.

26 Her Archembaut wt Gasgoengen hem andren van riddren ende anders hoir geselscscap ; à nouveau à Minden le 5 décembre : twee ridder ende 2 knapen wt Gasgoengen, et à Soltau le 7 et à Lunebourg le 8 décembre : die goede lude wt Gasgoengen ; à Lübeck, le 10/12 décembre ; le 17 à Wolgast ; le 21 à Köslin ; le 23 à Stolp ; le 24 à Lauenburg en Poméranie ; le 31 à Marienburg ; le 7 janvier à Heiligenbeil ; le 11, le 16 et le 28 à Königsberg également le 4 et le 8 février : die Gascoengiaerts. Ensuite, les Gascons ne sont plus mentionnés. Testaert de Hooncourt, encore présent le 2 avril, a donc attendu la rèse d’été (qui effectivement a eu lieu). PR 4 (ms.), doc. 15, sous la date.

27 Voir dans le présent volume, et cf. Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 87-90 ; Moranvillé 1892, 81-82 et 84-87 (doc.) : noble et puissant sgr., msgr. Jehan de Blaisi, sgr. de Mauvilli, chevallier, chambellan du roy nostre sire, à Clermont, le 9 avril et 28 mai 1391.

28 Cf. supra, n. 24-25. Son nom de baptême est très vraisemblablement Guy, cf. PR 4 (ms.), doc. 5, n° 102 et note. Guy, prisonnier à la bataille de Baesweiler en 1371, donna quittance au duc de Brabant le 21 déc. 1374 ; il est alors qualifié de chevalier (Verkooren 1913, n° 1796 = Raadt 1900, t. 2, 104). Début 1378, ambassadeur de Charles V, il reçoit 960 fr. (Rouen, Bibl. mun., Coll. Leber, ms. 5879, t. 4, fol. 172) ; comme tel, en 1383 en mission en Allemagne auprès du roi Venceslas (Weizsäcker, éd. 1867, 392-393), alors bailli d’Amiens (GR 1, n° 538 : 1383-1388 ?). En 1383/1384, chambellan du duc de Bourgogne (Marchal-Verdoodt 1971, 205). Bellenville et Gelre l’ignorent.

29 Selon Beauchet-Filleau 1891, 93 (sans indication de source), il aurait été alors en procès contre la veuve de son frère aîné Aymar (IV) seigneur d’Archiac. Duchesne, éd. 1633, 11, mentionne sous la date du 8 juillet 1351 un accord entre Marie de Chasteigners, veuve du seigneur d’Archiac, en son nom et celui de ses enfants Aymar et Jean, d’une part, et Foucaut d’Archiac, miles, d’autre, au sujet du château d’Archiac (elle obtient un tiers en tant que douaire), d’après le registre des arrêts du Parlement de Paris commençant en 1350.

30 Voir Beauchet-Filleau 1891, 93, où il est dit qu’il mourut “peu après”, donc vers 1370. Voyé & Gelézeau 1908 disent p. 208 (également sans indication de source) que sa nièce Jeanne, morte sans enfants, aurait laissé à Guillaume de Mareuil “une partie de ses biens et le surplus à Foucaud d’Archiac, [dit par erreur ?] seigneur d’Availles[-Limouzine] (Vienne, ch.-l. de con), son oncle. Ce fut une source de procès qui aboutirent à des transactions passées en 1369 et 1370, par lesquelles la terre de Saint-Maigrin (Charente-Maritime, con d’Archiac) demeura au seigneur de Mareuil à la charge de l’hommage lige au seigneur d’Archiac.” Les auteurs reviennent sur les deux accords p. 210 : en 1369 Foucaut d’Archiac se serait engagé “à le garantir [l’hommage ? le seigneur de Mareuil ?] devant le roi”, et en 1370 il aurait exigé en signe de reconnaissance de l’hommage lige le “devoir ou rachat d’une lance”. – Rainguet 1864 écrit p. 13, sans indication de source : “Après le départ des Anglais, en 1373, le château était possédé par Foucauld d’Archiac.” Il était encore en vie le 21 octobre 1374 (infra, n. 52). Toutefois en juillet 1385, quand le duc de Bourbon conquiert le château d’Archiac et fait passer par les armes toute la garnison anglo-gasconne (Froissart éd. Kervyn de Lettenhove, t. 10, 1870, 330 et 375), notre Foucaut d’Archiac semble être déjà mort.

31 Charente, con de Baignes-Sainte-Radegonde.

32 Témoin d’un acte et seigneur de Saint-Séverin (Charente, con d’Aubeterre-sur-Dronne) en 1356 et témoin d’un autre acte en 1359 : http://www.histoirepassion.eu/spip.php?article1398 [31 oct. 2013]. Ces passages sont tirés de l’ouvrage généalogique de Jullien de Courcelles 1825 (sérieux mais hélas sans références), 573-575 : http://www.archive.org/details/histoiregnalogi02courgoog [31 oct. 2013] : “Aliénor de Mathas, qui fut mariée avec Guillaume, sire de Montberon, chevalier ; ils vivaient le 5 août 1356, date d’un acte qui rappelle que Foulques de Mathas, frère d’Aliénor, lui avait assigné 80 livres de rente et 400 deniers. Cet acte fut fait en présence de Hélie de Rabaine, et de Foucaud d’Archiac, seigneur de Saint-Severin, chevaliers.” – “Louise de Mathas, dame d’Oléron, de Mornac et de Royan, mariée, par contrat du 11 février 1359, avec Archambaut V, comte de Périgord, fils du comte Roger-Bernard et d’Éléonore de Vendôme : ce contrat fut passé en présence de nobles hommes Guillaume, sire de Montlieu, Girard de Roussillon, Foucaud d’Archiac et Pierre de la Roche, chevaliers. Louise de Mathas fut mère d’Archambaut VI, dernier comte de Périgord, de la race des Talleyrand, décédé après l’an 1430.”

33 Cf. Rainguet 1864, 59 : “En 1363, Jeanne d’Archiac se qualifiait dame de Saint-Maigrin. Elle épousa Guillaume de Mareuil, et rendit hommage au prince de Galles, en 1365.” Cet hommage est mentionné également par Voyé & Gelézeau 1908, 208, à nouveau sans source précise. Voir Trabut-Cussac, éd. 1959, 89, § 567, ligne 7-8 : hommage prêté le 24 août 1363 en la cathédrale de Saintes au Prince Noir par “Guilhelm, seigneur de Mareuilh, baron, a cause de Jehanne, dame d’Archiac, sa femme”. L’option anglaise était ancienne : en novembre 1352, le roi Jean II avait donné le château et la châtellenie d’Archiac (confisquée) au connétable Charles de la Cerda, dit d’Espagne (Froissart, éd. Luce 1873, t. 4, p. L n. 2 ; éd. Kervyn, t. 24 [index], 1877, 35-36 ; Guérin, éd. 1886, 41 n. 1, d’après AN, JJ 81, n° 464, fol. 224).

34 D’Archiac à Bergerac il y a 125 km environ : la rime a raccourci la distance.

35 Le prince Noir, Édouard, fils aîné du roi Édouard III, prince de Galles, créé duc de Guyenne en 1362.

36 Machaut, éd. Mas Latrie 1877, 140, v. 4608 sq. Les étrangers ne sont pas individuellement identifiés dans cette ancienne édition, et non plus dans la nouvelle de Palmer 2002 (bien décevante du point de vue de l’historien), mais partiellement dans la trad. de Edbury & Shirley 2001 et dans l’éd. (littéraire) de Harcy 2011. J’ai remarqué parmi eux entre autres : Hervé le Coich et Philippe d’Aumont ; – dans d’autres galères Guy [de Garencières dit] le Baveux (cf. infra, n. 42), Florimont de Lesparre (infra, n. 55-56, 60), Bertrand (de Grailly bâtard) de Benauges, les seigneurs de Bacqueville (cf. Contamine 2009, 60) et d’Estouteville-Torcy, Jean de Cayeux, Philippe de Jaucourt, messire Hues de Vernueill = Hutin de Vermeilles (Machaut, éd. Mas Latrie 1877, 145, v. 4773, infra, n. 103). – Plus loin, (ibid., 157, v. 5182 sq.), le 1er mars, est envoyé du château monsigneur Fouquaut / D’Archiach qui moult scet et vaut ; (ibid., 162, v. 5343 sq.), le 7 mars, est mentionnée à nouveau la baniere Nostre Dame, mais il n’est pas dit qui la porte. – Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 22 notent par erreur la participation à cette expédition “des chevaliers de l’ordre teutoniques, pieux et disciplinés”. – Les participants aux rèses de Prusse gerroyaient également sous une bannière Notre-Dame (et de Saint-Georges), voir fig. 3 et 4, et PR 2, 139-152.

37 Terme technique : rencontres formelles où les bannières avaient eté déroulées, voir Contamine 2000 et 2012.

38 En 1355, il sert avec 6 écuyers, donnant quittance à Niort (Beauchet-Filleau 1891, 93, sans indication de source). – 8 février 1362 : 300 fl. A monseigneur Foulque d’Alchiac, chevalier, pour deniers a li bailliez dou commandement de monseigneur de Tancarville [Jean III de Melun], lieutenant dou roy nostre seigneur, pour certain acort fait avec li par ledit lieutenant, pour certain service que li et sa gent ont fait et doient faire au roy nostre dit signeur es parties dou duchié de Bourgoingne et autre part, et quictance doudit chevalier donnee le viije jour de fevrier l’an mil ccclxj, Arch. dép. Côte d’Or, B 1412, fol. 52v ; Chérest 1879, 212, n. 4 ; d’après Chérest, Delachenal 1909, t. 2, 282, n. 8.

39 Voir généralement pour la véracité de faits allégués dans cette sorte de textes Paravicini [2009] 2012 : ils sont tous vrais, mais le récit ne mentionne pas toute la vérité de ces vies.

40 Delachenal 1909, t. 2, 281-283. Voir Delachenal éd. 1910, t. 1, 333-334, et Lescot, éd. Lemoine 1896, 150, § 321. Petit 1905, 227 et n. 4, mentionne un don de 83 réaux d’or que le duc de Bourgogne fit à Amé de Genève pour se rendre à cet événement, alors prévu “le mardi après le Saint-Jean-Baptiste” = 29 juin (date de la quittance), d’après Arch. dép. Côte d’Or, Recueil de Peincedé, t. XXIV, 611.

41 17 Juillet 1361, Melun, Mandement du Dauphin Charles (V), duc de Normandie, à son trésorier Jean d’Orbec de payer a nostre bien amé messire Foulcaut d’Archiac, chevalier [...] la somme de quatre cenz deniers d’or appelez frans es quelz nous li sommes tenuz pour cause du cheval qu’il gaigna quant il conquist en champ de bataille feu Mingot Maubert, or. parch. scellé sur simple queue (fragment), BnF, ms. fr. 26 589 = PO 85, dossier 1746, Archiac n° 8. Les quittances (or. parch. scellées sur simple queue, dont fragments), dans lesquelles Foucaut prend le titre de chevalier et de seigneur de Torverac, Thouverac, Tourverac (= Touvérac, Charente, con de Baignes-Sainte-Radegonde), sont conservées ibid., n° 7, 6 et 5 : du 21 juillet sur 200 fr. d’or (pour cause d’un cheval que perdi messire Maingot Maubert ou champ de bataille de Meaux), du 29 juillet sur 100 fr. d’or (pour certaine cause), et du 1er aout 1361 pour le restant (a cause du cheval messire Maingot Maubert chevalier que ie conquis en champ de bataille en Meaux). Ces pièces sont mentionnées par Delachenal, éd. 1910, t. 1, 333, n. 9, et dans son Histoire de Charles V, t. 2, 1927, 283, n. 1 et 334, n. 3 ; elles le sont également, mais sans indication de source et sous la fausse date 1367 (lire soixante et un et non pas vij) dans Froissart, éd. Kervyn, t. 20 (index), 103, et Beauchet-Fillau 1891, 93, qui, eux, selon La Chesnaye des Bois, blasonnent les armoiries “de gueules à deux pals de vair au chef d’or” et disent qu’ici le chef est “chargé d’une fleur de lis naissante”. L’Armorial Navarre (1368-1375), éd. Douët d’Arcq 1859 et Adam-Even 1947, qualifie Foucaut d’Archiac de chevalier banneret et lui donne de gueules au puix [= pal] de vair à ung chief d’or. Maubert est Bois-Maubert dans l’Aunis.

42 Chaplais, éd. 1952, 15 (réplique française au 8e point anglais, déc. 1361), 21 (après le 16 déc. 1361), 36 (10 janv. 1361 / 21 févr. 1362), 41 (16 févr. / 16 mars 1362), 54. Cf. Delachenal 1909, t. 2, 283 et n. 3 et 4. Jean II rappelle deux précédents : – le duel (non réalisé) Henri de Lancastre/Othon de Brunswick du 4 déc. 1352 (cf. PR 1, 130-134 ; Paravicini [1995] 2007, 110 n. 169); – et le seigneur de Garencières / Sir Richard de Tottenham ou Totesham du début déc. 1351 (cf. Rymer 31740, t. 3/1, 70a : une affaire de rançon, autorisation de combattre du 27 juillet 1351 ; AN JJ 81, fol. 38, n° 74 ; Moranvillé, éd. 1888, 204, n° 206 : coût des lices). Furent en Prusse : Brunswick, ancien chevalier de l’Ordre Teutonique (Paravicini, supra), Tottenham en l’hiver 1351-1352 avec Lancastre (PR 1, 1989, 124, n° 20x). Le fait n’est pas connu pour Maubert, pas (encore) pour le Normand Garencières (cf. supra, n. 36). – Voir aussi Autrand 1994, 440, qui ajoute : “le fougeux Foucaut ne tarda pas à passer au service du roi de France”.

43 Froissart fait erreur en écrivant que le roi de Chypre était également présent : il n’arriva à Avignon que le 29 mars 1363 pour en partir le 31 mai, voir Mas Latrie 1862, t. 2, 240 note, et Iorga 1896, 159 (il y est imprimé par erreur 1362 au lieu de 1363) et 162, n. 7.

44 Ce premier différend en 1362 fut suivi d’un autre une quinzaine d’années plus tard : Amanieu de Pommiers était l’oncle de Guillaume-Sanche IV de Pommiers, exécuté à Bordeaux en 1377 pour trahison ; il accusa d’ailleurs Florimont de Lesparre (supra n. 36, infra, n. 55-56, 60) d’avoir été la cause principale de cette condamnation. En 1362, il le défiait pour une tout autre raison, après avoir été oultremer au Saint-Sépulcre et en pluiseurs aultres voiages ; voir Froissart, éd. Kervyn, t. 9, 1869, 2-3 et (notes) 496-497 ; t. 22 (index), 1875, 373-374 ; Rabanis 1843, 101-102, 159-160 ; Bériac[-Lainé] 1997. Pour ses engagements en Italie voir Caferro 2006, 23, 153-154 et 381 n. 56 ; Jamme 1999.

45 Froissart, éd. Kervyn, t. 6, 1868, 370 et 372 = Froissart, éd. Diller, t. 3, 1992, 279 : pas de date précise, le roi de Chypre n’était pas présent (supra n. 43). La date dans Delachenal 1909, t. 2, 282, n. 8 : fu fait l’accort ou champ, parce que le dit roy prist le descort sur luy = Delachenal, éd. 1910, t. 1, 339. Cf. Chérest 1879, 212 ; Iorga 1896, 162. Molinier 1883, 124 et n. 4, apporte le détail suivant : “Si l’on croit les comptes de la sénéchaussée de Beaucaire, cette solennité chevaleresque dut attirer une foule considérable, car on fut obligé d’idemniser des habitants de Villeneuve dont les vignes et les champs aux environs de la lice avaient été quelque peu foulés”, d’après BnF, Languedoc 159, fol. 105 b.

46 Voir en dernier lieu Guard 2013, 38-48.

47 Delachenal 1926, t. 3, 304-306 ; Fowler 2001, t. 1, 164 et n. 20 ; Jones 2004, n° 121 (le 3 nov. 1365 : dilectus noster Folcandus de Arciacho, miles), 122 (créance auprès de Du Guesclin délivrée par Pierre IV le 4 nov. 1365 : dilectus nostre Folcandus de Archiach’) et 130 (id., peu avant le début du mois de décembre, le roi le dit cavaller nostre et vostre).

48 PR 2, 289-292 (avec graphique n° 101 montrant la circulation de cet argent) ; PR 4 (ms.), doc. 64b. Cf. Murray 2005, 247.

49 PR 1, 306 et n. 691.

50 Selon Beauchet-Filleau 1891, 93, il serait décédé c. 1370.

51 Mandement du duc au trésorier des guerres en Languedoc (dont le duc était lieutenant), etc. de payer les gages de nostre bien amé messire Foulque d’Arcyac chevalier, reçu ce jour au service du roi et du sien, donné à Roquemonte (?) le 10 juin 1370. BnF, ms. fr. 26 569 = PO, dossier 1746, Archiac, or. parch. scellé sur simple queue (arrachée).

52 Góngora, trad. Sperone 1669, 100-109, 107 : sub eorum iuramento [...] prestito in manibus domini Fulconis de Arsiaco militis ; 109 : nobilis miles dominus Fulco de Arsiaco, premier des témoins laïcs. Shirley & Edbury dans leur édition de Machaut 2001, 108 n. 13, ont mentionné cette apparition, sans indication de source pourtant.

53 Murray 2005, 249, n. 149, note que le deuxième registre de Collard de Marke contient un gros payement de 373 £ 6. s. 3 d. gr. pour le cause de Moriaumes [Jean II de Condé, seigneur de Morialmé, évéché de Liège], de messire d’Esebourc [lire plutôt de Sebourc = Sebourg, Hainaut français] et pour messire Tiestart de Honkourt (21 juin 1367) ; dans la même note il mentionne un payement du 26 juin 1366 (une année au paravant donc) concernant Sir Surijen des Kaines [des Quesnes] et Nicolles de Stouteville (Nicolas d’Estouteville), dans le premier registre. La publication des comptes hanséatiques dans les livres de Collard de Marke et de Willem Ruweel (Guillaume Ruyelle) par James Murray (Kalamazoo) est attendue dans la série “Hansekaufleute in Brügge”.

54 Coulonges-Thouarsais, Deux-Sèvres, con de Saint-Varent (Guilhem Pépin propose plutôt le lieu-dit disparu de Culoigne, ce d'Amailloux, con et arr. Parthenay). Perceval était seigneur de Pugny (con de Moncoutant), du Breuil-Bernard (ibid.) et de Pierrefitte (con de Saint-Varent). Voir Guérin, éd. 1888, 200-204 (notice) ; Contamine 2004, et le supplément dans Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 23, n. 2 : en janvier 1368 il est à Chambéry, peut-être au retour de l’expédition en Orient d’Amédée VI, comte de Savoie (d’après Iorga 1896, 341, n. 5).

55 Lesparre-Médoc, Gironde, ch.-l. d’arr. Voir pour Florimont (au prénom littéraire, lui aussi), qui avait hérité en 1362 et mourut en 1394 le dernier de sa maison, Rabanis 1843 (la seule biographie disponible) ; Froissart, éd. Kervyn, t. 22 (index), 1875, 99 ; Guérin, éd. 1888, 173 et n. 1 et 389 et n. 1. Le 8 avril 1394, Richard II accorde un sauf-conduit Florimundo domino de Lesparre, vicecomite d’Orte (Orthe, Landes, con de Peyrehorade), domino de Castelhon (Castillon-la-Bataille, Gironde, ch-l. de con), in regnum Anglie veniendo, pro arduis negotiis statum Aquitaniae concernentibus, d’après Carte 1743, t. 1, 179 ; cf. Rymer 31740, t. 3/4, 94b ; Contamine 2009, 51 et n. 35-36 ; Guard 2013, 103, 105 et passim. Guilhem Pépin (Bordeaux) vient de découvrir que ses armes figurent dans l’Armorial Gelre (Gelre 2012, n° 625), en plein milieu d’armoiries anglaises, ce qui correspond parfaitement à son allégeance. Il était d’ailleurs poète à certains moments, voir le “Pseudo-Tençon entre Oton de Granson et Florimont de Lesparra” ou plainte d’amour dialoguée, dans : Oton de Gran[d]son 2010, 509-513 (ex inf. Guilhem Pépin), éventuellement composé pendant leur captivité en Espagne, à Burgos, “environ 1372”, selon l’éditeur (p. 11-12), il suit Piaget 1941, 13-14 et 136-137, 199-201, qui, lui, avait pourtant écrit : “en dépit des apparences, rien ne prouve que ces suppositions soient justes”, et avait bien nommé Lesparre “gentilhomme de Guyenne” et non un “chevalier-poète catalan”. Cette date ne s’applique qu’au seul Grandson, captif de 1372 à 1374 (cf. Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 86). Lesparre était prisonnier en Espagne depuis la fin de 1375 et (formellement) jusqu’en 1382, voir Rabanis 1843, 100-102, 160, 161 ; Jones 2004, 252, n° 673, note ; id. 2009, 190 et n. 29, et Ambühl 2011, 196-198 ; selon Froissart éd. Kervyn, t. 9, 1869, 6 (cf. p. 115), sa captivité effective dura plus de an et demi ; Florimont n’était pas encore libre le 10 sept. 1377, il fut certainement hors prison sur parole depuis 1382, le règlement définitif n’intervenant qu’en 1386. Dans le poème il est question du jour de l’an et d’étrennes, mais l’année n’est pas indiquée. Le 16 février 1385 il est imprisonné avec d’autres seigneurs gascons à Newgate, Londres, pour dettes envers le maire de la cité, Nicholas Brembre, voir Pépin 2014, 43, n. 201.

56 Le 2 nov. 1363, à Béziers, Florimont seigneur de Lesparre empruntait 200 florins d’or de Florence de bon pois a Jehan le Juyf, promettant en nostre bonne foy de les rembourser endedans un mois, obligeant touz noz biens meubles et non meubles presents et avenir, BnF, PO 1695 = ms. fr. 28 179, dossier n° 89 480, Lesparre n° 3 (or. parch. scellé sur simple queue) et 6 (copie xviiie s. avec dessin du sceau, partiellement conservé), ex inf. Guilhem Pépin (Bordeaux) ; Rabanis 1843 ignore ce document. Lesparre était donc rentré pour un temps de Chypre et la brève échéance du remboursement ne conforte pas l’hypothèse d’un nouveau départ immédiat. Lesparre bougea beaucoup (je ne serais pas étonné de le découvrir en Prusse) : il est attesté le 26 décembre 1363 à Agen (hommage lige au Prince Noir, Trabut-Cussac, éd. 1959, 100, n° 602, cf. Rabanis 1843, 152, qui dédouble l’acte en citant également le 26 févr. 1363-1364) ; c’est de de Messembria (Guard 2013, 205) et de Constantinople qu’il fut appelé à Chypre en juin 1367 ; il s’était obligé envers le comte de Savoie à le servir en sa croisade outremer, avec trente hommes d’armes, pour 3000 fl. d’or pendant un an, et ce par contrat passé à Paine (Pavie ?) le 27 mai 1366, publié par F. Bollati di Saint-Pierre, éd. 1900, 336-337, cf. Guard 2013, 103, 108. Le 3 et 4 août 1367, il était à Rhodes envoyant son défi au roi de Chypre (les textes sont dans Machaut, éd. Mas Latrie 1877, 228-233) ; de février-mars au 8 avril 1368, il est à Rome, le jour de la réconciliation avec le roi de Chypre (voir les travaux cités supra n. 55). Comme on pouvait s’y attendre, il apparaît par plusieurs fois dans les Rôles Gascons, entre 1370 et 1375, voir The Gascon Roll Project (https://www.google.de/#q=Gascon+Rolls+project [14. Nov. 2013]) ; pour sa présence au Médoc en 1375 voir Pépin 2014, 50, n. 232. Le 8 juin 1370, Édouard III, en compensation de ses gages, lui “donne” un prisonnier français ; il était lui-même prisonnier de guerre en 1378 (Ambühl 2013, 156, n. 145 ; 209 et n. 33 ; 248 et n. 97).

57 PR 4 (ms.), doc. 27.

58 PR 4 (ms.), doc. 29. Brosse : cne de Chaillac, Indre, con de Saint-Benoît-du-Sault.

59 Anselme 31733, t. 3, 370-371 dit seulement : “il demeura prisonnier et paya 500 frans pour rançon qui furent pris par l’ordre du captal de Buch sur la recette du roy de Navarre. Il fut amené prisonnier avec plusieurs Gascons et Anglois à Paris le 11 décembre 1372.” La note (a) en marge dit : “Extrait de la Chambre des Comptes”. Comme son neveu, libéré après Cocherel, fut à nouveau pris le 13 août 1372 devant Soubise, puis incarceré pour de bon au Temple à Paris, il pourrait cependant avoir également regagné sa liberté et avoir été fait prisonnier à nouveau. – Il eut de longs demêlés avec Florimont de Lesparre, infra, n. 60.

60 Florimont, sire de Lesparre (supra, n. 36, 55-56), appellé de Constantinople, servait avant août 1367 pendant six mois au frais du roi de Chypre et quatre durant à ses propres dépens, voir Machaut, éd. Mas Latrie 1877, 228 ; Contamine 2004, 150, et Rabanis 1843, 89. Lesparre était d’ailleurs frère d’armes du captal de Buch, ce qui eut pour conséquence un long procès à cause de rançons disputées avec l’héritier de celui-ci, notre Archambaut de Grailly ; il ne se termina qu’en 1393 (Rabanis 1843, 99-100, 102-103).

61 Il apparaît aussi par deux fois dans la partie “prussienne” de l’Armorial “Bellenville”. – Guard 2013, 94, n. 83 mentionne son apparition dans un document jusqu’ici inconnu, dressé à Königsberg en 1363 et qui mentionne également Daniel van der Merwede, document qui sera publié dans PR 5.

62 Paravicini 2007, 223-224, 228-230, 234-239 et 603-604 (addenda).

63 Voir supra n. 16 pour les Allemands, Jamme 1996, 1999, 2007 pour les Gascons et les Français ; pour les Écossais, Macquarrie 1985, 84-88 et 91 (leur participation au voyage de Prusse) ; pour les Anglais, Luttrell 1988 et l’étude quasi exhaustive de Guard 2013.

64 Selzer 2001, 199-200 n. 95, 431 (TUR 29) et 550 (index) ; Guard 2013, 107 et n. 40 : il est colonais et non pas anglais.

65 Exemplaire, mais limité au cas colonais est Große 1993, qui publié les contrats de Konstantin vom Horn (de Cornu) qui se trouvent au Trésor royal des Chartes, datées du Bois de Vincennes, 2 juillet 1350, et de Paris, 13 et 16 mai 1352 (pJ n° 5a-c). Les exemples abondent pour les Hardevust, v. d. Hirtze, Lyskirchen, Mommersloch, Overstolz, v. d. Plaise (de Palatio), Quattermart v. d. Stessen, Scherfgin, Schidderich, Spiegel, etc. Cf. Militzer 2014 (à compléter par Große 1993 et Paravicini 2007) qui invite à distinguer parmi les “Colonais” nobles urbains et nobles désormais ruraux. Voir aussi Douët d’Arcq 1868, t. 3, n° 10 942 (Ourry de Dambelec, Paris, 30 sept. 1351) ; 10 947 (Ferri de Crusba[ch] = Friedrich v. Kreisbach, 18 juin 1351, cf. Suchenwirt, Von hern Fridreichen dem Chreuzzpekch, éd. Primisser 1827, 43-47 [texte] et 247-255 [commentaire]) ; 10 948 (Thierri de Dale, 14 avril 1366), 10 956 (Nicolas Tengnagel, Paris, 11 avril 1363). Cf. d’autres sceaux à Londres dans Selzer 2001, 273, n. 531.

66 Froissart, éd. Luce, t. 6, 1876, 62.

67 Fowler 2001, 5, 45 n. 5, 324.

68 PR 1, 166-167 ; Paravicini [2007] 2012, 237 n. 110, 238 et n. 116. Fischenich avec son château érigé en réutilisant le matériel de l’ancien aqueduc romain, est un village de la commune de Hürth près de Brühl dans l’ancien “Amt” Berchem, duché de Juliers, voir Fahne 1848, 97, 200 ; Fahne 1853, 41 ; Groten et al. 32006, 500.

69 D’autres capitaines allemands ne sont pas encore identifiés, ainsi Folekin Volemer, alias Folcquin l’Alemant (Fowler 2001, 5, 17, 20, 233, 325), et Johann Hazenorgue (Fowler 2001, 370 [index] ; Selzer 2001, 275).

70 Schäfer, éd. 1914, t. 3, 174 (?) ; Schäfer, éd. 1940, t. 4, 328-329 ; Föhl 1963, 94 ; Selzer 2001 (index). Son frère Gerhard von Fischenich est (avec le comte de Kyburg, autre membre de l’Ordre teutonique, et Heinrich Hetfeld, bourgeois de Toruń) envoyé par le Grand Maître en Angleterre, Rymer 31740, t. 3/3, 204b (sauf-conduit du 6 juin 1386) ; cf. PR 1, 163, 166 et n. 118-119, et Mirot 1915, 66 n. 3.

71 “La bataille du Liege”, in : Aubrée 1729, première partie, 371-377 (371b). Y prit également part Sir John Bothwell, messire Jehan de Bouteville, Écossais, dont le poursuivant d’armes ducal Jacquet de La Ruelle alias Talant chante le louange : Car je puis pour certain prouver / Que es quatre parties du monde / Comme il s’estent a la ronde / En Pruce, en Grenade, oultre mer / Jherusalem puis bien nomer, / Et les haux mons de Sinay, / En Chipre et au port a Brandy [= Brindisi ?] / A esté (373b-374a). Cf. Schnerb 2005b, 18, qui a retrouvé Bothwell dans la comptablilité bourguignonne de 1408 à 1412, et qui identifie p. 20 l’auteur du poème.

72 Selzer 2001, 539 (Index) et 408.

73 Paravicini 2000.

74 Gelre fol. 111v ; Gelre 2012, n° 1661-1671a. Cf. Paravicini [1987] 2007, 390 et fig. 8.

75 Voir Paravicini [1987] 2007 et Id. [2004] 2007. Le dossier sera repris dans PR 4 (ms.), doc. 11.

76 BnF, ms. fr. 5230, fol. 55r-v. Bellenville 1983, 25, 27-28, 147, 151-154 ; Bellenville 2004, facs., et édition 12, 252-259, n° 1310-1357 ; Campbell 1978 ; Paravicini [1987] 2007, 350-351 ; Id. [2004] 2007, 372.

77 Calveley : Bridge 1907, 121-165 ; Morgan 1987, 245 (index) ; Fowler 1991 ; id. 2001, 362-263 (index) ; Villalon 2003 ; ODNB, t. 9, 565-586 (K. Fowler) ; pour sa tombe dans l’église St Boniface à Bunbury (Cheshire), voir Müller-Jonak 2010, 221, n° 10. – Hawkwood : Caferro 2006, 2008. Voir aussi Fowler 1998 et 2001, 370 (index) ; l’exception : ODNB, t. 25, 958-963 (K. Fowler), infra n. 91.

78 Ainsi Campbell et Jéquier.

79 Infra, n. 92-110.

80 Voir pour ces deux inséparables preux, Paravicini 2012a ; cf. pour Cobham ODNB, t. 12, 291 (P. Fleming) ; Candy 2013, passim.

81 Adoubé par le Prince Noir pour son valeureux comportement à la bataille de Poitiers, ou bien après 1361 en Italie ; sans preuve pour aucune des deux versions, voir Caferro 2006, 42 et n. 59 et 63, 361. – Trois Anglais de ce groupe avaient accompagné le duc de Lancastre en Prusse en 1351 : – 24 Neville (sans prénom) : Sir John de Neville ; – 41 Ross (sans prénom), les armoiries sont cependant Bourchier : William Lord Ros ; – 46 Latimer (sans prénom) : William Lord Latimer of Corby (cf. Guard 2013, 231). – Voir aussi : – 39 Basset (sans prénom) : Ralph Basset of Drayton, cf. Ralph Basset Lord Sapgote 1365/66 en Prusse (Guard 2013, 218) ; – 44 [Hastings] : John Hastings 1348 Earl of Pembroke, cf. William Lord Hastings 1349 en Prusse (Guard 2013, 229).

82 Caferro 2006, 45.

83 Mais il y eut des conflits en Prusse, voir PR 1, 315 (1390).

84 Trève de deux ans, Rymer 31740, t. 3/1, 151-153.

85 Trève de dix ans, Rymer 31740, t. 3/1, 133-136 ; cf. Nicholson 1974, 163, n. 233.

86 hastiludia nocturna, qualia non sunt ante visa prae nimio honore et magnificentia, Haydon, éd. 1863, t. 3, 227.

87 Devon, éd. 1837, 170 et 172 (participation du duc Jean IV de Bretagne) et 171 : “To William Volaunt, king of the heralds and minstrels, being at Smythfield at the last tournament there, in money paid to them of the King’s gift, etc., 40 £.” Cf. Thomas & Thornley, éd. 1938, 40 : Also this yere [1358, daté par erreur 1356] were riall Justes in Smythfeld there beyng present thre kynges that is forto sey the kynges of Englond and kyng of Fraunce and of Scotlond and mony other grete lordes of diverse regyons and londes.

88 Devon, éd. 1837, 169 : le 9 mars 1358 “To William Volaunt [voir la n. précédente], John Haveregge, Rolinet de Lancaster, Roger de Corby [Corbie en Picardie, un héraut français ?], and Cayser [“Kaiser”, Empereur, un héraut impérial ?], king of heralds, sent to France, Germany, Brabant, Flanders, and Scotland, to proclaim the tournament to be held on the feast of Saint George. In money paid to them for their expenses, viz., Volaunt 10 £, Haveregge 10 £, Cayser 6 £, and Corby 6 £. By writ, etc. 32 £.” Pour Volaunt alias Vaillant, voir Godfrey & Wagner 1963, 303-304 ; Rolinet de Lancaster ne figure pas dans la liste des hérauts de ce nom ibid., 130-131 ; White 1949, t. 11, 1949, Appendix C, 73-74. – Cf. Fowler 1969, 197 et 290 n. 4 (le duc de Lancastre fut blessé) ; Barber & Barker 1989, 35 et 217 n. 39 ; Barber 2013, 524. Reading, éd. Tait 1914, 130-132, 273-275. – Knighton, éd. Martin 1995, 1 (cf. p. 159 n. 5) : Hastiludia apud Wyndusore. Anno gracie millesimo .ccc.lviij. rex fecit proclamacionem in omnibus partibus regni, quod omnes alienigene de quibuscumque partibus mundi qui aduenire uellent ad solempnitatem Sancti Gerogii [!], haberent liberum conductum ingrediendi regnum Anglie et regrediendi ad placitum, per .iij. septimanas absque impedimento uel nocumento cuiuscumque, ad hastiludia cuilibet uolenti in suo gradu prosequi generalia. Venit ibi dux Brabannie [!], et multi Vasconii. Regina quoque Scocie affuit cum multis aliis dominabus. Nobilitas huius solennitatis multa erat nimis, nec est nostre facultatis eius gloriosa facta euoluere. D’autres sources dans Delachenal 1909, t. 2, 65-67.

89 Thomas & Thornley, éd. 1938, 40 : This seme yere [1358, daté par erreur 1357] the kyng ryally helde the feste of Seynt George atte Wyndesore there beyng kyng John. And kyng John said in scorne that he hadde nevyr seyn so ryall and so costelewe a feste made with tayles withouten gold or silver paying ; cf. la note p. 401. Cf. Nicolas, éd. 1832, t. 1, 41 ; Begent & Chesshyre 1999, 257 et 419 n. 18.

90 Gray, éd. King 2005, 150-151 et 246, n. 17-18. Le sauf-conduit pour la reine cum sexaginta equitibus et tot garcionibus date du 25 déc. 1357, de même pour l’évêque de St Andrews (30), un autre évêque non nommé (20) et le comte de Mar (20), Rymer 31740, t. 3/1, 161. – La comparaison avec les listes des obsides pour le roi d’Écosse libéré (ibid., 146 et 158-159) ne donne pas de résultat convaincant.

91 Haydon, éd. 1863, t. 3, 227 : hastiludia invisa a tempore regis Arthuri, in festo Sancti Georgii, ubi equitarunt Angli, Scotti, et captivi Franci. K. Fowler (ODNB, t. 25, 958) qui est le seul d’avoir eu l’œil héraldique, opte pour cette possibilité : “The appearance of his arms in an Anglo-Scottish roll of arms, which can be dated to the years 1356-61, is more likely to indicate his participation in a tournament at Smithfield [!] on St George’s day 1358, than his involvement in a crusade to Prussia during these years.”

92 Rôle I, n° 24 ; également rôle XI, n° 15 (Bellenville 2004, n° 1343 et 1706, ici avec cimier : un demi-vol aux armes ; cf. n° 366). Cette occurence est passée sous silence (ainsi que celle de la présence d’armoiries anglaises) par Pastoureau & Popoff, éd. 2004, 12, qui voient dans ce rôle plutôt “un fragment d’armorial écossais, recopié pour pallier l’absence d’armoiries provenant de ce royaume dans la partie consacrée aux marches d’armes où le roi d’Écosse se trouve bien seul”.

93 Leitner 2000, 239-246 pour Konrad II.

94 Hlaváček 1970, 463, n° 37.

95 Pleins pouvoirs d’Anne et de Wenceslas au duc Przemislas (Přemko) de Teschen, à Conradus Kreyger et Peter von Wartenberg, conseillers de Wenceslas, datés in castro Burgelehens [= Pürglitz/Křivoklát, important château royal, env. 45 km à l’ouest de Prague, voir Bahlke et al. 1998, 502-504], le 22 janv. 1381, et de la reine Élisabeth, Prague, le 30 janv. 1382 (Konrad y est dit curiae magister et Wartenberg camerlingus du roi, également dans les documents postérieurs), Rymer 31740, t. 3/3, 110, 111 ; voir aussi ibid., 111, les pleins pouvoirs de Wenceslas concernant la conclusion d’une alliance politique, Nuremberg, du 1er février ; ibid., 113-115 le traité de mariage, Westminster, des 29 mars et 2 mai 1381 ; ibid., 115-116 ratification par Wenceslas, Nuremberg, du 2 mai 1381 ; ibid., 116-120, les trois ambassadeurs à Londres et à Westminster le 5, 6 et 12 mai ; le sauf-conduit pour le duc de Teschen accompagnant Anne de Bohême date du 12 août 1382 (ibid., 141-142). Cf. Heeren 1910, 24, 30, 53, 73, 86 ; Perroy 1933, 148 et n. 2, 152 n. 1 ; Procházka 1973, 153-157 ; Id. 1990, 78 ; Saul 1997, 87-90 ; Fantysová-Matĕjková 2013, 533, cf. 547. Pour la reine Anne voir en dernier lieu Geamen 2013.

96 Rymer 31740, t. 3/3, 113 = Calendar of Patent Rolls 1381-1385 1900, 4 : – le duc Přemko de Teschen [Hlaváček 1970, 470, n° 76] reçoit 500 marc sterling ; – Peter Kosta v. Wartenberg [ibid., 471, n° 82], également chevalier, 250 m. st. ; – Borzewey de Swyner [Bořivoj v. Svinaře, ibid., 469-470, n° 74], chevalier, 500 m. st. ; –Sifridus Foster [ibid., 459, n° 16], écuyer, 200 m. st. ; – Conradus de Ridburg, chevalier, 200 m. st. Siegfried Forster, Silésien, était allé en Prusse avec Konrad et Albert III, duc d’Autriche, en 1377, PR 4 (ms.), doc. 6 n° 29. Pour Lupold/Léopold (†1433) voir Leitner 2000, 246, 258-259 (qui ignore cependant tout ce qui se passe en dehors du cadre local). Konrad von Ridburg pourrait être parent d’Éric (Crich) de Ridebourt qui tomba en 1354 du côté “anglais” dans un duel à Pontorson (cf. Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 17 ; Molinier, éd., XV, 108 ; Mézières, éd. Coopland 1969, t. 2, 279 ; Iorga 1896, 96). S’agirait-il de Rietberg en Westphalie ?

97 Landstein (Landštein) et Neubistritz (Nova Bystřice), non loin de la frontière autrichienne (Bahlke et al. 1998, 319, 394-395 ; Lackner 2002, 136 (cf. p. 30 n. 30, p. 56 et 145).

98 Gelre 2012 n° 762, Bellenville 2004 n° 366, chaque fois dans la suite du duc d’Autriche.

99 Leitner 2000, 245 et 268, fig. 1 = Leitner, éd. 2008, 62, n° 71 et fig. 61. Je remercie Friedrich Wilhelm Leitner (Klagenfurt) pour ses précieux renseignements et pour les reproductions photographiques mises à ma disposition.

100 Que la devise est inconnue à ce jour m’a été confirmé par Jenny Stratford (Londres), qui sait tout de l’emblématique d’Anne de Bohême et de Richard II (cf. Stratford 2012, 439, 462 : index), Ivan Hlaváček (Prague), le grand spécialiste de Wenceslas IV, et Laurent Hablot (Poitiers), auteur d’un immense “Devisier” européen, partie de sa thèse de doctorat de 2001 qui commence à être mise sur réseau (base de données DEVISE : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1431, 19 nov. 2013), cf. Devisier t. 1, 235-237 (Wenceslas de Bohême), 238 (Anne de Bohême), 294-295 (Édouard III, chez qui l’on trouve une rose blanche ou verte et un faucon/aigle, mais point en combinaison), 307-313 (Richard II), 315 sq. (Lancastre). Pour les Rosenberg, voir l’immense catalogue d’exposition Rožmberkové 2011, qui logiquement ne signale pas de telle devise. La solution a été apportée par Volker Huth (Bensheim), voir http://mittelalter.hyppotheses.org/4551 ; dans son commentaire Dirk H. Breiding (Philadelphia), renvoie à la tombe de Friedrich von Wolfskeel (†1408) au Mainfränkisches Museum Würzburg, où la devise de la société des “Fürspänger” est également attachée par une chaîne à la fente du heaume.

101 En plus il doit avoir payé pour lui-même, ce qui est difficilement imaginable pour quelqu’un de l’entourage d’un prince présent.

102 PR 1, 332 ; infra, n. 108.

103 Il fut le premier à la table d’honneur de l’hiver 1374/1375, PR 4 (ms.), doc. 28 n. 27 (notice) et 53.

104 Keen [1986] 1996, 131, importante remarque : “He made his debut in the rough and tumbling and brutal world of the Free Companies”. Keen ignorait encore l’apparition de Gadifer dans l’armorial Bellenville (rôle XI, n° 5 = Bellenville 2004 n° 1696), de même de son cousin Brandelis (rôle III, n° 70 = n° 1515) ; voir PR 1, tabl. 7 n° 118 et 175 ; PR 2, 151-152 (notice), et PR 4 (ms.), doc. 23 n. 11 ; Selzer 2001, 142, 344.

105 Infra, n. 112.

106 Gelre leur a consacré des “Ehrenreden”, Gelre 2012 (avec traduction française), 66-71 (Oefte), 72-76 (Raitz), 82-88 (Merwede) et 103-108 (Mopertingen). Pour Oefte et Raitz voir Paravicini [2009] 2012, pour Merwede PR 1, 52 et n. 50, et Paravicini [2000] 2012, 186-188 ainsi que supra, n. 61.

107 ODNB, t. 23, 257-258 (M. Vale).

108 Il est peu probable qu’il s’agisse de son fils homonyme Konrad III, †1446, dont aucun voyage de Prusse n’est connu. Bellenville 2004, n° 1692-1740 ; “Kraig” figure au n° 1706, également au n° 366 parmi les Autrichiens, armes attribuées sans doute par erreur par les éditeurs au fils Léopold (supra, n. 102). Reste la possibilité qu'il s’agit de Konrad I (†1378/1383).

109 Bellenville 2004, n° 1692-1740, le captal au n° 1723 ; Paravicini [2008] 2012, 408-409, 410 n. 34 et Paravicini 2014. – Aurait-on traité les princes à part ?

110 Selzer 2001, 305 et 317 (importante note 91).

111 Campbell 1978, 2.

112 Rôle I, n° 1 et rôle XI, n° 8 (fig. 2 et 9) = Bellenville 2004, n° 1310 et 1699. Lui aussi fut en la Grande Compagnie devant Avignon et puis en Italie, Macquarrie 1985, 81-85, 127 ; Fowler 2001, 36, 73 ; Caferro 2004, 182-183 ; id. 2006, ad indicem.

113 Caferro 2006, 23 et passim. Un neveu, Sir John Calveley, pourrait avoir participé à l’armée de Nicopolis 1396, mais cela n’est pas prouvé (Bell 2008, 308).

114 Caferro 2006, 200-201 et n. 52, 53, 57, 59, 390 ; Luttrell 1988, 146, 149 ; Guard 2013, 237 et n. 230. Un autre héros, Sir Matthew de Gournay, fit partie pour un temps de la Compagnie blanche en Espagne, voir l’article à lui consacré in : ODNB, t. 23, 86-87 (M. Jones) ; Fowler 2001, passim ; González Paz 2008, passim.

115 Guard 2013, 211.

116 Schnerb 1997.

117 Cf. en dernier lieu Bell 2008 qui a comparé ce qu’il sait de la participation aux activités “sarrazines” avec les montres de deux armées expéditionnaires anglaises de 1387 et 1388 et les dépositions dans les procès héraldiques pardevant la “Cour de chevalerie”: “This paper has demonstrated, I hope, that the military career would not only comprise regular involvment in the wars of the king, but also could involve prilgrimage, crusade and mercenary activities” (p. 310-311). Guard 2013 en vient à la même conclusion, ainsi que Tyerman 2013 pour l’époque des croisades classiques.

118 Observé, entre autres, par Bell 2008, 311.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chypre, Gorhigos, Alexandrie. Machaut, trad. Shirley/Edbury 2001, p. XII/1 (redessiné).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 2. Sir John Hawkwood, h(er) Ja(n) Houcoet (22), Sir Hugh de Calveley (6) et [Sir Walter Leslie] (1) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, première partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55r, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 77 et 117.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3. Début du rôle III dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 60v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Le banneret rhénan de Müllenark tient la bannière Saint-Georges ; armoiries bohémiennes et polonaises. Voir n. 79-80.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Fig. 4. Début du rôle IV dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 61v, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Jean de Meeuwe, seigneur de Wavre, bâtard de Brabant, tient la bannière Notre-Dame. Voir n. 79-80.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 5. Fin du rôle VII dans l’Armorial Bellenville, BNF, ms. fr. 5230, fol. 63r, facs. Pastoureau & Popoff 2004 : Un héraut d’armes au tabard de Gueldre (d’azur au lion d’or) et à la lance tient une banderole portant les mots suadeo vos iuste agere. Les premières armoiries en haut à gauche sont des armoiries de la famille lithuanienne Surwille. Voir n. 79-80.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 6. Les écus de Sir Reginald de Cobham (12), de Sir William FitzWarin (13) et de Konrad II von Kraig (10) dans l’Armorial Bellenville = rôle I, seconde partie. BNF, ms. fr. 5230, fol. 55v, facs. Pastoureau & Popoff 2004. Voir n. 80 et 92-110.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 7. La pierre tombale de Konrad II von Kraig (†1398/1399) à St. Veit an der Glan, en Carinthie, Autriche, montrant une devise enchaînée jusqu’ici non identifiée, représentant la dignité de sénéchal de Carinthie. Die Inschriften des Bundeslandes Kärnten 2008, fig. 61. Voir n. 88-100.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 8. Detail de la fig. 7 : l’énigmatique devise. Cl. Friedrich W. Leitner (Klagenfurt). Voir n. 99-100.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 9. Le rôle XI accompagné d’indications d’origine (première partie), dans l’Armorial Bellenville, BnF, ms. fr. 5230, fol. 70v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (1) Hutin de Vermeilles, (3) [Othon II ?] de Grandson, (5) Gadifer de la Salle, (8) Walter Leslie, (10) Rutger Raitz, (12) Heinrich von Oefte. Voir n. 55, 61-62, 103-107, 112.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 714k
Titre Fig. 10. Le rôle XI (seconde partie), fol. 71r, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Konrad II von Kraig, (4) Adam van Mopertingen, armes bohémiennes, silésiennes, polonaises. Voir n. 103/104, 106.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 11. Le rôle XI (troisième partie), fol. 71v, facs. Pastoureau/Popoff 2004 : (3) Spiegel, (7) Daniel van der Merwede, (8) le Captal de Buch. Voir n. 4-65 ; 61 et 106 ; 59-60, 107 et 109.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16492/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search