Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Compagnons aventureux et mercenaires dans les armées des ducs de Bourgogne au début du xve siècle

Bertrand Schnerb

Texte intégral

  • 1 Schnerb 1992a ; 1992b ;  2003 ; 2005a ; 2002 ; 2008 ;  2009. Voir aussi Schnerb 1999b.

1S’interroger sur la présence de mercenaires dans les armées des ducs de Bourgogne n’est pas une démarche nouvelle et l’on ne m’en voudra pas, je l’espère, si, dans le cours de mon exposé historiographique, je suis amené à citer mes propres travaux1. En effet, il m’a été donné de publier un certain nombre d’articles sur la participation aux entreprises militaires des ducs de Bourgogne de combattants recrutés en dehors des principautés ducales. Je rappellerai ici que j’ai mis en lumière, de cette façon, la carrière et l’action d’hommes de guerre italiens, savoisiens, écossais, bretons, tchèques, qui, à un moment donné de leur vie aventureuse, ont servi ces princes. Des personnages comme Bertrand Gasc d’Alexandrie, Castellain Vasc, Amé de Viry, Guigue de Sallenove, Jean et Clavin du Clou (ou du Clo), Jean de Gingins, Charles Labbé, Guillaume Ferrebourg, Simon Ostlinger, m’ont fourni de beaux exemples pour nourrir des études spécifiques sur tel ou tel groupe de combattants servant, non pas en vertu de liens familiaux, d’une obligation féodale ou d’une fidélité jurée, mais de leur pure volonté et, sans nul doute aussi, d’un contrat, formel ou non, les liant au duc de Bourgogne.

  • 2 Schnerb 1992a, 13.
  • 3 Arch. dép. Côte-dOr, B 1588, fol. 277v-278r.

2Ici se pose du reste la question de savoir si ces hommes étaient ou n’étaient pas des capitaines “mercenaires” au sens où nous l’entendons aujourd’hui, c’est-à-dire des hommes de guerre louant leurs services et ceux de leurs compagnons à un prince-employeur auquel ne les liait qu’un contrat d’engagement. Si pour certains d’entre eux, nous pensons aux deux capitaines milanais déjà mentionnés, Bertrand Gasc et Castellain Vasc, ou au capitaine breton Charles Labbé, qui changea même d’employeur au gré des circonstances, la réponse paraît affirmative, pour d’autres, comme les capitaines de Savoie ou de Bohême, elle doit être plus nuancée, car, dans leur cas, la limite est bien mince entre noble volontaire, poussé par le goût de l’aventure, jeune “compagnon aventureux” cherchant fortune dans l’activité militaire, et “entrepreneur de guerre” proposant ses services à un prince puissant et payant bien. Il est vrai, toutefois, que, comme je crois l’avoir montré ailleurs, l’expression “capitaine de gens d’armes”, qui désigne dans les sources administratives et comptables de l’État bourguignon certains de ces personnages à partir de 1412, nous fournit un élément de réponse à cette question. Il est clair, en effet, lorsqu’on examine l’identité des personnages qui sont ainsi désignés, que les “capitaines de gens d’armes” étaient des capitaines mercenaires, étrangers aux principautés bourguignonnes, engagés par contrat tacite ou formel, et qui se chargeaient du recrutement de leurs propres troupes2. Un bon exemple est fourni par un nommé Jean Fredel, dit de Saint-Dié, désigné comme “écuyer du pays de Lorraine” et “capitaine de gens d’armes” venu en Bourgogne proposer ses services à Marguerite de Bavière en septembre 1417 avec six écuyers et deux arbalétriers en sa compagnie, et recevant mission de la duchesse Marguerite et des conseillers ducaux présents à Dijon d’aller querir en Alemaigne pour les amener ou pays de Bourgoingne 100 hommes d’armes et 100 hommes de trait3. Cet écuyer a le profil du capitaine mercenaire : il vient en tant que pur volontaire d’une contrée étrangère, en l’occurrence de Lorraine, dont le prince – le duc Charles II – entretient des relations cordiales avec le duc de Bourgogne (on retrouve les mêmes caractères chez les capitaines originaires de Savoie). Il est à la fois chef de compagnie et agent recruteur, chargé d’aller, en fonction de ses compétences linguistiques et de ses accointances politiques et sociales, “quérir” des gens de guerre en pays étranger ; son cas, sur ce point, est très comparable à celui de l’Italien Castellain Vasc.

  • 4 Castelnuovo 1994, 164, 174 n. 215-216.

3Chez les “capitaines de gens d’armes” qui servent le duc de Bourgogne au début du xve siècle, on peut observer d’autres points communs et d’autres spécificités. On remarque en particulier que ces personnages, même s’ils s’intègrent aux structures de la cour de Bourgogne, notamment à l’hôtel, et reçoivent des pensions, voire des fiefs, comme les Savoisiens Amé de Viry et Guigue, seigneur de Sallenove, tous deux successivement investis d’un même fief situé dans le comté de Bourgogne, ne sont pas des déracinés et restent liés à leur pays d’origine : tous y retournent après un temps de service plus ou moins long auprès du duc de Bourgogne. Lorsque l’on peut reconstituer la biographie de l’un ou l’autre d’entre eux, on constate qu’après leur passage dans les armées bourguignonnes, ils ont fait carrière au service de leur prince naturel ; le service volontaire ou mercenaire en Bourgogne n’a été qu’une étape dans leur itinéraire professionnel et social : c’est le cas, par exemple, du Savoisien Jean de Gingins, seigneur de Divonne, qui servit Jean sans Peur et Philippe le Bon jusqu’en 1420, avant de figurer parmi les conseillers du duc Amédée VIII de Savoie, à partir de 14214. Il est clair que le service d’armes en Bourgogne pouvait conférer un certain prestige et aussi des profits non négligeables : Castellain Vasc, venu en France dans le sillage du maréchal Boucicaut en 1411, entré au service de Jean sans Peur comme simple homme d’armes lombard en 1412, fut armé chevalier en 1415 et retenu comme conseiller et chambellan du duc. Il rentra en Italie, fortune faite, à l’orée des années 1420 ; tout indique qu’il fit d’importants gains de guerre. Quant aux Savoisiens Clavin et Jean du Clou, les protocoles des notaires dijonnais les montrent investissant des sommes non négligeables dans des affaires commerciales. Eux aussi rentrèrent dans leur pays d’origine au début des années 1420. On peut considérer que, si l’Italien offre un bon exemple de condottiere prêt à s’expatrier pour trouver des conditions d’activité favorables avant de retourner en Lombardie avec plus de moyens, plus de prestige et plus d’expérience, les capitaines savoisiens, pour leur part, apparaissent comme des “compagnons aventureux” cherchant fortune à l’étranger avant de réintégrer les cadres politiques et sociaux de leur principauté d’origine.

4Ceci étant posé, et sans plus m’attarder sur les capitaines mercenaires au service de Bourgogne au début du xve siècle, je voudrais plutôt m’intéresser à leurs troupes, en étudiant d’abord, grâce à des sources particulièrement bien conservées, le service de compagnies mercenaires, notamment de compagnies d’hommes de trait, et en abordant ensuite la question du service individuel et celle, connexe, des aires géographiques de recrutement.

Les compagnies d’arbalétriers

  • 5 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1460, fol. 153rv° et 158r.

5Le recrutement de compagnies d’arbalétriers mercenaires est une pratique récurrente des princes de la Maison de Bourgogne à partir des guerres de Flandre des années 1380-1385. Durant cette période, le duc Philippe le Hardi prit à son service plusieurs compagnies d’arbalétriers à cheval dont les capitaines, bien que leurs noms aient été francisés dans nos sources, semblent avoir été surtout originaires d’Italie et de la Péninsule ibérique. Ainsi, en 1382, le duc a engagé pour le servir Antoine Conte à la tête d’une compagnie de 60 arbalétriers à cheval ; Louis Doré, à la tête de 53 arbalétriers à cheval ; Therregne Riquier, avec 36 arbalétriers “armés” ; Nicolas Bérart, avec 30 arbalétriers5.

  • 6 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1521, fol. 56v.
  • 7 La Chauvelays 1880, 104.

6On n’est évidemment pas étonné d’apprendre grâce à des sources complémentaires que certains de ces capitaines sont des Génois. C’est le cas d’Antoine Conte qui est désigné explicitement comme “écuyer arbalétrier” du pays de Gênes6. C’est le cas aussi de Jean Portefin (sans doute Jean de Portofino), apparu en 1384, désigné dans les documents comptables comme “écuyer du pays de Gênes” et capitaine de 46 arbalétriers à cheval7. Plus tard, en 1401, on trouve un autre capitaine génois, Paulin Spinart, au service de Philippe le Hardi à Paris. Les arbalétriers génois, en effet, jouissaient toujours, au début du xve siècle, d’une haute réputation et on les trouve encore en nombre dans les armées françaises de ce temps et notamment dans les armées des ducs de Bourgogne. J’ai eu l’occasion de montrer que l’une des premières missions de recrutement confiées par Jean sans Peur au capitaine italien Castellain Vasc, en avril 1414, consistait à aller recruter des arbalétriers outremonts, dans le duché de Milan et à Gênes. Il s’acquitta fort bien de sa mission et réapparut en Bourgogne à la fin du mois de juin avec une compagnie de 106 arbalétriers à pied.

  • 8 Ibid., 145-146.
  • 9 Ibid., 145-146 et 160-161.

7Des compagnies d’arbalétriers sont également recrutées dans la Péninsule ibérique et on sait qu’en octobre 1405, le duc Jean sans Peur a pris à son service un personnage nommé Rodrigo de Malingue, désigné comme arbalestrier a cheval, qui sert le duc de Bourgogne à Paris avec une compagnie comptant 15 arbalétriers à cheval et 22 arbalétriers à pied tous Espaignolz8, c’est-à-dire recrutés en Castille. Il convient de noter que les conditions de service de ces arbalétriers “espagnols” étaient très avantageuses, puisque les gages de Rodrigo et de ses compagnons, conformément à un mandement du duc de Bourgogne, devaient être de 12 francs par mois pour un arbalétrier à cheval et de 10 francs par mois pour un arbalétrier à pied, alors que le tarif ordinaire pour les archers et arbalétriers à cheval servant dans les armées ducales était de 6 francs 15 sous tournois par mois9. Un tel traitement de faveur montre à la fois que le prince prenait en considération le fait que les combattants étrangers venaient de loin, qu’un tarif préférentiel pouvait être incitatif pour les futurs combattants mercenaires et que les services de spécialistes étrangers se payaient cher.

  • 10 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11736.
  • 11 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11786 ; Schnerb 1992a, 6-17.

8Il n’est pas sans intérêt de souligner que l’étude de la composition des compagnies d’arbalétriers, rendue possible grâce aux rôles des montres d’armes conservées, permet de mettre en lumière un recrutement qui, comme celui des capitaines, concerne l’Italie, la Péninsule ibérique et, éventuellement, d’autres régions de l’espace méditerranéen. C’est ainsi que si l’on étudie les rôles des montres de certaines compagnies d’arbalétriers “génois”, on constate que leur recrutement n’est pas exclusivement italien ; en 1401, par exemple, la compagnie du capitaine Paulin Spinart compte dans ses rangs des combattants dont l’anthroponyme indique un recrutement diversifié : Benoît Ferrande, Rogue de Lisbonne, Robin de Savone et Georges de Rhodes10. On peut mener une étude plus fine de la structure de la compagnie d’arbalétriers recrutée en Italie par Castellain Vasc en 1414 à partir du rôle d’une montre d’armes passée à Marsannay, près de Dijon, le 17 juillet 1414, avant que les arbalétriers ne soient conduits à Châtillon-sur-Seine, puis répartis dans différentes forteresses de la frontière septentrionale du duché de Bourgogne. On me permettra de rappeler le résultat d’un travail d’identification effectué à partir des noms de 46 des 106 arbalétriers qui composaient cette compagnie : sur ce total de 46, 18 combattants étaient originaires de Gênes et de sa région : 9 étaient désignés comme génois ou “de Gênes”, 8 étaient de Ceva et 1 de Savone ; 7 étaient du Milanais dont 1 de Milan, 1 de Pavie, 1 de Novare et 4 d’Alexandrie – probablement la ville d’origine de Castellain Vasc ; 2 arbalétriers venaient de Florence, 2 d’Orte, 1 de Trévise, 1 de Mantoue, 1 de Cuneo, 1 de Messine, 1 de Sardaigne et 1 d’Istrie. Par ailleurs, tout comme dans la compagnie de Paulin Spinart déjà citée, on relève des anthroponymes renvoyant à une origine ibérique : Diego de Galice, Martin d’Espagne, Pierre de Portugal et également à un recrutement en Méditerranée orientale : Georges de Constantinople et Michel de Romanie ; on note enfin que deux combattants étaient originaires de l’espace germanique : Albert de Prusse et Jean d’Allemagne11.

  • 12 Stouff 1913, Annexe IX, 6°, p. 41-42.
  • 13 Ibid., 44.

9L’espace germanique est, en effet, une autre aire de recrutement de compagnies d’arbalétriers mercenaires. Le fait est attesté lors du siège du château de Vellexon, place forte située dans le comté de Bourgogne, sur les bords de la Saône, non loin de la ville de Gray. Ce siège, un épisode mineur mais connu grâce à une documentation bien conservée, dura de septembre 1409 à janvier 1410. Durant ce temps, les capitaines dirigeant les opérations s’efforcèrent de recruter des compagnies d’arbalétriers en pays germanique : ainsi, en décembre 1409, Jean de Neufchâtel, seigneur de Montaigu, et Jacques de Courtiambles, seigneur de Commarin, expédièrent des lettres au bailli du duc d’Autriche au comté de Ferrette et à Maximin de Ribeaupierre par lesquelles lettres ilz leur escrisoient que par le porteur d’icelles leur voulsissent escrire et faire savoir […] se l’on pourroit finer [es] parties d’Alemaingne de cent bons arbalestriers. Ce à quoi, le bailli et Maximin répondirent : et quant aux arbelestriers, l’en en y finera de tres bons pour servir mondit seigneur [de Bourgogne]12. Par ailleurs, un écuyer désigné dans les documents comptables comme Horry – c’est-à-dire Ulrich – l’Allemand fut envoyé au même moment, en décembre 1409, en l’Alemaigne pour pourchasser et amasser XX bons arbalestriers ; il s’acquitta de sa mission et revint au siège avec cette compagnie qu’il avait recrutée lui-même et dont il eut la responsabilité jusqu’à la fin du siège, recevant paiement pour avoir esté continuelment avec les XX arbalestriers qu’estoient venus d’Alemaigne pour leur administrer leurs vivres et pour leur ordonner ce que l’en commandoit, pour ce qu’il n’en y avoit point qui sceussent parler françois et ledit Horry savoit parler françois et alement13. Cet exemple de recrutement d’arbalétriers “allemands” – essentiellement semble-t-il en Haute-Alsace et dans le pays de Bâle –, présente l’intérêt d’attirer notre attention sur les problèmes linguistiques liés à l’emploi de mercenaires étrangers et, partant, à la nécessité de disposer de personnages bilingues pour servir de truchements.

  • 14 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11841 et B 1588, fol. 301r-302r.

10Quelques années plus tard, en septembre 1417, lors de l’occupation de la ville de Mâcon par les Bourguignons, les conseillers du duc Jean sans Peur qui dirigeaient les opérations, engagèrent la compagnie d’un capitaine allemand du nom de Jean de Ringueberch (Hans von Ringberg ?) pour tenir garnison en Mâconnais. Sur 18 combattants, 4 étaient des arbalétriers à cheval, 7 étaient des arbalestriers de pié et armés et 7 enfin étaient des compagnons armez la lance au poing. Les gens de trait à cheval reçurent des gages mensuels de 7 francs 10 sous tournois et les gens de pied de 5 francs. D’après les noms figurant dans le rôle de la montre de cette compagnie, on peut déduire que ces hommes étaient originaires d’Alsace (Alain de Strasbourg, Anse de Haguenau) et du Brisgau (Nicolas de Fribourg, Fedric de Lucques de Fribourg, Jacques Elemant de Fribourg)14.

11Il n’est pas indifférent de souligner qu’au moment de l’engagement de cette compagnie, les relations entre les conseillers bourguignons et Jean de Ringberg ne furent pas absolument cordiales : en effet, le capitaine allemand avait été reçu en tant qu’arbalétrier à cheval et non en tant qu’homme d’armes et avait donc été compté pour des gages mensuels de 7 francs et demi et non de 15 francs. Pour protester, il amputa l’effectif de sa compagnie en renvoyant deux combattants et deux chevaux. Après deux mois de service, au début du mois de décembre 1417, Jean de Ringberg se présenta monté et armé souffisamment, lui IIIe et III chevaulx devant Philibert de Saint-Légier, conseiller du duc de Bourgogne, en le sommant de le recevoir comme homme d’armes ou autrement il delaisseroit ledit service. Son interlocuteur, se rappelant l’incident précédent, savait que le capitaine mettrait sa menace à exécution si on ne lui donnait pas satisfaction ; aussi se déclarant souffisamment informé de l’estat et vaillance de sa personne et aussi conscient de la necessité que l’en a a present de gens d’armes, accepta de recevoir Jean de Ringberg (à qui il attribua même le titre d’escuier) comme homme d’armes et, en conséquence, de doubler ses gages.

  • 15 Serrières, Saône-et-Loire, con de Tramayes.
  • 16 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11841.

Nous, Philibert de Saint Ligier, chevalier, conseillier et chambellan de monseigneur le duc de Bourgoingne et commissaire en ceste partie de madame la duchesse de Bourgoingne, savoir faisons a tous que combien que nagaires Jehan de Rugheberch, escuier, feust receu en monstre comme arbalestrier a cheval, a l’ordonnance et a la paye de sept frans demi pour mois, et en cest estat ait servy le roy nostre seigneur et mondit seigneur, tant en la ville de Mascon et ou pays d’environ, pour la garde et sehurté d’icelle ville de Mascon et du pays d’environ, comme en la garde du chastel de Sarrieres15 pres dudit Mascon, jusques a aujourdui, date de ces presentes et tant soubz monseigneur de Courtivron, chancellier de mondit seigneur, et le seigneur de La Marche, comme autrement, auquel jourdui il est venu par devers nous, monté et armé souffisamment, lui IIIe et III chevaulx, en nous requerant que nous le voulsissions prandre, recevoir et passer en monstre pour homme d’armes, ou autrement il delaisseroit ledit service ; mesmement, quant il fu receu en monstre pour arbalestrier, il avoit laissié sur les champs, en venant de son pays, deux de ses gens et deux chevaulx qui lui estoient survenuz et estoient en sadicte compaingnie ; parquoy et par l’ordonnance dudit monseigneur le chancellier et aussi nous, souffisamment informé de l’estat et vaillance de sa personne, et pour la necessité que l’en a a present de gens d’armes, ycellui Jehan avons aujourdui retenu, retenons et recevons a monstre, comme souffisamment ydoine et souffisamment monté et armé pour homme d’armes, pour servir lesdiz seigneurs a la paye de quinze frans pour mois tant qu’il servira, a commancier ledit jourdui. Tesmoing mon seel cy mis le VIe jour du mois de decembre l’an mil quatre cens et dix sept16.

  • 17 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 309r.

12Satisfait, l’écuyer allemand demeura au service de Bourgogne et on le retrouve en mars 1418, en tant que capitaine et gouverneur des arbalestriers du païs d’Alemaigne, à la tête d’une compagnie de 42 arbalétriers à cheval employée “à la garde et sûreté de la ville de Mâcon et du pays d’environ”17.

Le recrutement géographique

  • 18 Pour tout ce qui suit, sauf indication contraire : Arch. dép. Côte-d’Or, B 11788.

13Parallèlement au service de compagnies d’hommes de trait constituées, les documents dont nous disposons, montres d’armes et documents comptables, nous permettent d’étudier le service d’hommes de guerre servant individuellement ou par petits groupes dans les armées des ducs de Bourgogne. Dans le cadre de cette communication, je n’ai pas, naturellement, l’ambition de saisir ce phénomène dans son ensemble, mais d’en prendre la mesure à partir d’une documentation bien individualisée, à savoir une série complète de rôles de montres d’armes établis à l’occasion de la levée par le duc Jean sans Peur d’une forte armée aux mois d’août et septembre 141718.

14On conserve les rôles des montres de 32 compagnies qui constituaient cette armée ; certaines de ces compagnies étaient conduites par des capitaines originaires des principautés bourguignonnes : des “Bourguignons de Bourgogne”, pour parler comme Enguerrand de Monstrelet, des Artésiens, des Flamands, tandis que d’autres avaient à leur tête des “capitaines de gens d’armes” : l’Italien Castellain Vasc, le Breton Charles Labbé, les Savoisiens Clavin du Clou, Guigue, seigneur de Sallenove, Jean de Gingins et Jean du Clou. Mon propos n’est évidemment pas de revenir sur ces capitaines, sur lesquels il m’a déjà été donné d’intervenir. Il s’agit, en revanche, ici, d’exploiter les rôles des montres d’armes pour y repérer des hommes de guerre étrangers aux principautés bourguignonnes dont la présence sous la bannière ducale ne s’explique que par le volontariat et le mercenariat.

15Pour éclairer l’exploitation limitée que j’ai faite de ces listes de gens de guerre, quelques remarques méthodologiques s’imposent. Les montres d’armes conservées font apparaître exclusivement deux catégories de combattants : des hommes d’armes et des gens de trait à cheval – archers ou arbalétriers. Comme c’est l’usage, en premier lieu sont énumérés les hommes d’armes par ordre hiérarchique (chevaliers bannerets, écuyers bannerets, écuyers), puis, en second lieu, vient la liste des gens de trait. Les effectifs s’élèvent à environ 10 380 combattants dont 6070 hommes d’armes (soit 58,5 %) et 4310 hommes de trait (41,5 %). Mon étude est centrée sur les hommes d’armes (chevaliers bannerets, chevaliers bacheliers et écuyers bannerets exclus) et sur les gens de trait.

16Les rôles de montres aboutissant à une liste de plus de 10 300 individus permettent une enquête anthroponymique de grande ampleur ; pour l’heure, toutefois, mon ambition est limitée et j’ai essentiellement isolé les anthroponymes renvoyant clairement à une origine géographique (l’Allemand, l’Anglais, le Lombard, l’Espagnol), tant pour le groupe des hommes d’armes que pour celui des archers et arbalétriers.

  • 19 Respectivement dans la compagnie de Charles Labbé et dans celle de Jean de Fosseux.

17Ce travail permet d’abord d’isoler quelques individualités, ainsi cet homme d’armes appelé simplement Le Capitaine des Mauvais, un nom qui semble indiquer un professionnel de la guerre ayant une réputation exécrable, ou ces gens de trait appelés l’un Le Turc et l’autre Le Hongre sans que l’on puisse affirmer que de tels sobriquets renvoient à une véritable origine géographique, à la différence de l’arbalétrier appelé Le Chanoine d’Utrecht que l’on peut sans trop de doute identifier comme venant des Pays-Bas – à noter, par ailleurs, que je n’ai pas pris en compte dans ce calcul les cinq personnages parents du capitaine italien Castellain Vasc (Asserin Vasc, Baptiste Vasc, Marc Vasc, Barthélemy Vasc et Franchequin Vasc) qui tous servaient sous son étendard. Je n’ai pas non plus pris en compte des anthroponymes comme Willequin Lancement ou Jennequin Emengart19, qui certes trahissent une origine germanique, mais sans qu’il soit possible de donner plus de précision.

18Les noms renvoyant explicitement à une origine géographique sont très minoritaires dans notre corpus puisqu’ils représentent 2 % des noms portés par des hommes d’armes et 3 % de ceux des hommes de trait, mais ils sont toutefois portés par près de 240 individus, ce qui est un effectif significatif. Ces personnages sont répartis dans la majeure partie des compagnies reçues à montre et rares sont celles qui n’en comptent pas du tout ; cependant, on en trouve une densité assez forte dans certains compagnies, ainsi celle de Charles de Lens, celle de Charles Labbé, celle de Castellain Vasc, celle de Clavin du Clou, celle de Jean de Toulongeon et celle de Jean de Fosseux – il s’agit donc de compagnies conduites tant par des “capitaines de gens d’armes” que par des seigneurs bourguignons. Une mention particulière doit être faite de la compagnie de l’écuyer savoisien Clavin du Clou dont les 177 archers et arbalétriers à cheval semblent, à la différence des autres hommes de trait de l’armée, avoir été recrutés en une compagnie toute constituée puisque dans le rôle de la montre, l’énumération de ces gens de trait commence par le nom d’Eustache de Velot, désigné comme capitaine escuier. La liste des gens de trait compte de nombreux noms renvoyant à un toponyme et il est probable qu’en l’étudiant de plus près on pourrait affiner le travail concernant les origines géographiques ; toutefois la déformation des noms par les clercs du maréchal de Bourgogne qui ont établi les rôles ne facilite par l’opération ; quoi qu’il en soit, le dossier méritera sûrement d’être repris.

19Ces remarques étant formulées, intéressons-nous maintenant à ce que nous apprend l’étude des origines géographiques des 240 gens de guerre sélectionnés. Les résultats de l’enquête font apparaître en premier lieu quelques isolés : à tout seigneur tout honneur : la Gascogne et le Bordelais sont très faiblement représentés puisque l’on ne trouve, parmi les hommes d’armes, qu’un Jean de Gascogne et un Guillaume de Bordeaux et seulement un Jean Le Gascon parmi les gens de trait. Il est vrai que l’armée du duc de Bourgogne, réunie autour de Beauvais avant de marcher sur Paris, ne pouvait guère compter sur la participation massive de mercenaires gascons. De la même façon, la vallée du Rhône n’apparaît pas comme une aire de recrutement pour les capitaines bourguignons et c’est à peine si l’on relève le nom d’un Willemot d’Orange parmi les hommes de trait. Les Bretons ne sont pas beaucoup mieux représentés : on trouve seulement, parmi les hommes d’armes un Guillaume Le Breton et un Thomas Le Breton – ce dernier dans la compagnie du capitaine breton Charles Labbé – et quatre archers bretons servant d’ailleurs dans quatre compagnies différentes (Charles de Lens, Charles Labbé, Robert de Mailly et Jean de Fosseux).

20Mis à part ces isolés, on trouve des contingents plus importants venus de la Péninsule ibérique : parmi les hommes d’armes on relève les noms de Pietre l’Espaignot (deux personnages portent ce nom), Gosine l’Espaignot, Olivier l’Espaignoul, Vicente d’Espaigne, Alphonse de Séville, Moingy de Séville, Alphonse de Valladolid, à quoi s’ajoutent Jean de Navarre et Jean Le Navarrais et des personnages nommés Ferrande, Sanche, Rodrigues Alfons et Guergo Vall (ou Valls ?) de toute évidence Castillans, Portugais ou Aragonais. La moisson est moins abondante pour les hommes de trait, puisque l’on ne trouve parmi les arbalétriers et archers que trois individus nommés respectivement Sohier l’Espaignot, Wasc L’Espaignot et Pierre d’Espagne. Ainsi la Péninsule ibérique et principalement l’Espagne, c’est-à-dire la Castille, fournit donc surtout des hommes d’armes, ce qui ne laisse pas d’étonner puisque l’on sait que l’on y recrutait des compagnies d’arbalétriers.

  • 20 On pourra objecter que le surnom L’Anglois ne renvoie pas à coup sûr à une origine géographique, (...)

21Les Îles britanniques sont également bien représentés et l’on n’est pas étonné de constater la relative importance du contingent des Écossais, en rappelant pour mémoire que les ducs Philippe le Hardi et Jean sans Peur ont recruté très tôt des gens de guerre écossais. On ne trouve pas moins de sept hommes d’armes et onze archers qui sont dit Escossois, Escot ou d’Escosse. Un Richard le Gallois figure parmi les hommes d’armes et quatre archers – Hacquinet le Gallois, Jean de Galles, Angelin de Galles et Le Petit Gallois – sont comptés avec les hommes de trait. Des Anglais servent également dans l’armée du duc de Bourgogne : on relève le nom d’un Jean l’Anglois dans le rôle de la montre d’Elyon de Jacqueville et d’un Pierre l’Anglois parmi les hommes d’armes de la compagnie du souverain bailli de Flandre et on trouve 14 archers anglais répartis dans six compagnies, mais dont 9 servent dans la compagnie de Jean de Fosseux (il est possible que ce dernier, gouverneur du comté d’Artois depuis 1416, ait pu bénéficier de la proximité de Calais pour recruter des mercenaires)20.

22L’Italie fournit, quant à elle, un contingent important : 28 hommes d’armes et 47 hommes de trait sont explicitement désignés comme recrutés dans la péninsule italienne. La désignation de ces Italiens n’est pas la même pour les hommes d’armes et pour les gens de trait : sur 28 hommes d’armes, 20 sont identifiés comme des Lombards, 1 comme Sicilien (il est appelé Le Sicilien de Sicile), 1 de Calabre et 6 seulement sont désignés par une origine urbaine : Pierre de Vérone, Pierre de Mantoue, Le Génois de Chésiau, Gaspard de Milan (deux hommes d’armes portent ce nom), Jaquemet d’Alexandrie. En revanche, les gens de trait (probablement des arbalétriers) portent pour la plupart un nom renvoyant à une origine précise : car si on trouve 3 Lombards, les autres sont désignés comme originaires de Novare (7 mentions), de Pavie (7 mentions), de Crémone (5 mentions), de Vérone (4 mentions), de Gênes (2 mentions), d’Alexandrie (2 mentions), de Trente (2 mentions), de Modène, de Lodi, d’Orte, de Rome, de Verceil, de Trieste, de Plaisance, de Bellinzona (1 mention pour chacune de ces villes). Ces toponymes indiquent un recrutement essentiellement centré sur le nord de la Péninsule.

  • 21 Ainsi, le bâtard de Menthon dans la compagnie de Guigue, seigneur de Sallenove, et le bâtard de N (...)

23L’espace transalpin est représenté par des gens de trait du Piémont (on relève les noms de Jacques et Mathé de Turin) et par des combattants originaires de Savoie. La présence, dans l’armée bourguignonne réunie en 1417, des capitaines savoisiens Guigue, seigneur de Sallenove, Jean de Gingins, et Clavin et Jean du Clou, se traduit notamment par le fait que des représentants de la noblesse savoisienne (en particulier un certain nombre de bâtards21) figurent dans leurs compagnies ou sous l’étendard d’autres capitaines ; par ailleurs, des combattants désignés comme “de Savoie” sont également présents dans cette armée ; si l’on ne trouve qu’un seul homme d’armes appelé Antoine de Savoie qui sert dans la compagnie du capitaine italien Castellain Vasc, on relève les noms de huit hommes de trait répartis dans plusieurs compagnies ; toutefois, deux d’entre eux sont reçus dans la compagnie du seigneur de Sallenove, dans les rangs de laquelle figurent aussi un Jean de Genève et trois Lucernois Jean de Lucerne, Lucernon de Lucerne et Vuispar de Lucerne. Ces trois combattants sont les seuls que l’on peut identifier comme provenant du territoire de la Confédération suisse.

24Les principautés de ce que j’appellerai, par commodité, les Pays-Bas, sont également bien représentées parmi les aires de recrutement de combattants mercenaires. Du comté de Hollande proviennent deux hommes d’armes, Liénart de Bréda et Copin de Hollande et quatre hommes de trait (Hennequin de Hollande, Jeannin de Hollande, Jennequin de Hollande et Thierry le Hollandais) auxquels on peut adjoindre le fameux Chanoine d’Utrecht ; originaires du duché de Brabant sont, outre un homme d’armes du nom de Thomassin de Louvain, huit hommes de trait qui sont dits soit de Brabant soit de Bruxelles ; on peut repérer également, parmi les archers et les arbalétriers, six Hennuyers qui sont dits soit de Hainaut, soit de Mons ; on trouve également un Namurois. Par ailleurs, la Principauté de Liège est également représentée puisqu’on trouve trois hommes d’armes qui en sont originaires (Renaud le Liégeois, Louis le Liégeois et Le Liégeois) et cinq hommes de trait dont quatre sont simplement désignés comme Le Liégeois.

25Enfin le dernier secteur, qui est aussi le plus largement représenté, est celui qui est constitué par la Lorraine et l’espace germanique, dont sont originaires 105 individus, soit près de 44 % du total des personnages étudiés. Les Lorrains qui fournissent peu d’hommes de trait (ils ne sont que 4 désignés comme Lorrain ou “de Lorraine”), sont plus nombreux parmi les hommes d’armes puisqu’on en dénombre 12 (13 en comptant un nommé Tassin de Nancy) ; parmi eux, une mention spéciale doit être faite de celui qui est désigné comme Le Lorrain, dit Boutefeu, ce qui en dit long sur ses compétences.

26Les combattants désignés comme Allemands ou d’Allemagne sont 30 parmi les hommes d’armes et 40 parmi les arbalétriers et archers ; à ce groupe, on peut ajouter des combattants désignés comme “de Cologne” (2 hommes d’armes et 4 hommes de trait), de Fribourg (2 hommes d’armes, 2 hommes de trait), de Constance (4 hommes de trait), de Strasbourg (3 hommes de trait), de Clèves et “du Rhin” (2 hommes de trait). Enfin, on peut adjoindre à cet ensemble, des hommes venus du royaume de Bohême : Le Behaignon et Honneste de Behaingne parmi les hommes d’armes et Hennequin le Behaignon et Besançon de Behaigne parmi les hommes de trait (j’ai étudié ailleurs la présence des Tchèques à la cour de Bourgogne).

27Cette étude permet, à mon sens, de saisir une certaine réalité du mercenariat tel qu’il a pu se développer dans les armées bourguignonnes du début du xve siècle en montrant qu’à côté des compagnies d’arbalétriers bien structurées et clairement identifiées et à côté des compagnies composites que des “capitaines de gens d’armes” recrutaient, sous leur responsabilité, au gré des circonstances, il existait des flux de gens de guerre, simples hommes d’armes et simples hommes de trait qui venaient grossir les rangs des armées ducales. L’exemple de 1417, nous offre par ailleurs une image du recrutement géographique de ces mercenaires qui s’étend aux Pays-Bas “pré-bourguignons” (Hollande, Hainaut, Brabant, principauté de Liège), l’espace germanique (probablement surtout sa frange occidentale), le duché de Lorraine, le duché de Savoie, l’Italie du nord, la Péninsule ibérique (principalement la Castille), l’Écosse, l’Angleterre et le pays de Galles. Cette géographie du recrutement recouvre assez largement une géographie des alliances diplomatiques.

Notes

1 Schnerb 1992a ; 1992b ;  2003 ; 2005a ; 2002 ; 2008 ;  2009. Voir aussi Schnerb 1999b.

2 Schnerb 1992a, 13.

3 Arch. dép. Côte-dOr, B 1588, fol. 277v-278r.

4 Castelnuovo 1994, 164, 174 n. 215-216.

5 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1460, fol. 153rv° et 158r.

6 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1521, fol. 56v.

7 La Chauvelays 1880, 104.

8 Ibid., 145-146.

9 Ibid., 145-146 et 160-161.

10 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11736.

11 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11786 ; Schnerb 1992a, 6-17.

12 Stouff 1913, Annexe IX, 6°, p. 41-42.

13 Ibid., 44.

14 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11841 et B 1588, fol. 301r-302r.

15 Serrières, Saône-et-Loire, con de Tramayes.

16 Arch. dép. Côte-d’Or, B 11841.

17 Arch. dép. Côte-d’Or, B 1598, fol. 309r.

18 Pour tout ce qui suit, sauf indication contraire : Arch. dép. Côte-d’Or, B 11788.

19 Respectivement dans la compagnie de Charles Labbé et dans celle de Jean de Fosseux.

20 On pourra objecter que le surnom L’Anglois ne renvoie pas à coup sûr à une origine géographique, toutefois les noms de baptême relevés (Jean, Robin, Thomas) permettent de considérer qu’une majorité de ces personnages étaient effectivement des Anglais.

21 Ainsi, le bâtard de Menthon dans la compagnie de Guigue, seigneur de Sallenove, et le bâtard de Neuvesale dans la compagnie de Clavin du Clou (ce dernier est peut-être d’Aymonnet, bâtard de Neuvesale, huissier d’armes de Jean sans Peur en 1412. Arch. dép. Côte-d’Or, B 1572, fol. 29r).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search