Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Compagnies d’aventure et armées françaises. Le cas des campagnes de Gênes et de Naples à l’époque du Grand Schisme d’Occident

Christophe Masson

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse militaire de ces expéditions, nous nous permettons de renvoyer une fois pour tou (...)

1Au lendemain du décès de Bertrand du Guesclin, celui qui avait été le grand artisan des succès français des années 1360-1370, le conflit avec les Anglais est quelque peu mis en sommeil. Dans le même temps, nourris par l’enthousiasme de ces victoires, quatre princes des fleurs de lys, y compris le roi Charles VI, ambitionnent de se tailler un domaine dans la Péninsule italienne. Deux principautés s’offrent à leurs ambitions. D’une part, dans le royaume péninsulaire de Sicile, plus commodément appelé “de Naples”, la reine Jeanne Ière, dernière représentante de la dynastie capétienne d’Anjou, n’a aucun descendant à même de lui succéder. Il lui faut donc le trouver à l’étranger. Après avoir porté son choix sur Charles de Duras, époux de sa nièce issu d’une branche cadette des Capétiens d’Anjou et fidèle du pape de Rome Urbain VI, elle soutient le pape d’Avignon Clément VII et fait du duc Louis Ier d’Anjou, lui aussi allié de ce souverain pontife, son héritier. D’autre part, plusieurs citoyens de la république de Gênes espèrent qu’en se désignant un seigneur étranger ils pourront enfin mettre un terme aux dramatiques tensions dont était coutumière la Ligurie. Le roi de France en reçoit la seigneurie en 1393 mais il cède ses droits à son frère Louis d’Orléans, qui les lui revendra finalement, pour 300 000 francs, à la fin de l’année 1396. Malgré des campagnes menées entre les années 1382 et 1411 par les ducs Louis Ier et Louis II d’Anjou en direction de Naples et de Rome – car aux questions politiques se lie celle de la résolution du Grand Schisme d’Occident – et par les capitaines du duc Louis d’Orléans et du roi Charles VI à Gênes, le pouvoir “français” sur l’Italie se trouve presque perpétuellement contesté et, dans le cas de Naples, n’est jamais autre chose que partiel1.

2Participent à ces entreprises, outre de nombreux d’hommes d’armes français habituellement présents dans les armées royales ou princières – chambellans, conseillers ou capitaines originaires du royaume –, une proportion non négligeable de membres des compagnies d’aventure, provenant aussi bien de la péninsule italienne que d’autres aires géographiques. Commençons par signaler que les qualificatifs géographiques que nous rencontrons dans les sources ont un caractère extrêmement approximatif. Une societas Britonum est, le plus souvent, qualifiée de la sorte du fait de l’origine, réelle ou supposée, de celui ou de ceux qui en assurent le commandement. Toutefois, d’après nos recherches, il semble bien que, malgré leurs défauts, ces appellations traduisent avec une certaine justesse la composition effective des principales compagnies qui se joignent aux troupes d’Anjou, Orléans et France.

  • 2 AN, KK 315, fol. 14vo-15r. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 37.
  • 3 Voir par exemple le cas de John Boystart, chevalier anglais présent dans les armées de Louis II d (...)
  • 4 AN, KK 315, fol. 45v. –BnF, NAF 3638, n° 202. – Billot 1983, 281. – Jarry 1892, 236. Francisque-M (...)

3Sept régions sont identifiées comme lieux d’origine de ces compagnies. Trois d’entre elles ont un rôle extrêmement limité. Les Dauphinois n’interviennent que lors des années 1382-1384 dans les campagnes de Louis Ier d’Anjou et, en 1394, sous les ordres d’Enguerrand VII de Coucy, comte de Soissons, envoyé à Gênes pour y établir le pouvoir du duc Louis d’Orléans2. De la même façon, et sans surprise, les Anglais sont rares au service des princes français qui les engagent directement en Italie où ils opèrent depuis quelque temps comme condottieri3. Enfin, des archers et arbalétriers écossais, déjà présents dans l’hôtel d’Orléans, rejoignent les bannières du duc Louis lorsque celui-ci prévoit de suivre son frère le roi dans le voyage d’Italie (avorté) de 1391 ou envoie Enguerrand de Coucy à Gênes4.

  • 5 Comme lors de la guerre des Otto Santi qui oppose de 1375 à 1378 plusieurs États d’Italie central (...)
  • 6 Mentionnons par exemple celles que Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, amena avec lui au servic (...)
  • 7 ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 356, fol. 109r. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 264, 3 (...)
  • 8 De Blasiis, éd. 1887, 72. – de Voïnovitch 1913, 372.
  • 9 AN, KK 315, fol. 70v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, no 28, 20 janvier, 15 avril 1395. – (...)
  • 10 Butaud 2001, 170-183.

4Quatre autres grands groupes de compagnons d’aventure tiennent un rôle plus important. Les Bretons qui servent les princes français en Italie sont parvenus dans la péninsule par deux canaux très différents. En premier lieu, on rencontre de véritables compagnies bretonnes opérant en Italie dès avant le Grand Schisme d’Occident5 ; elles sont ensuite engagées par les ducs d’Anjou et les capitaines au service du duc d’Orléans ou du roi de France6. Parallèlement, d’autres chevaliers et hommes d’armes bretons ont rejoint la maison d’Anjou lors du mariage de Marie de Blois, originaire du duché de Bretagne, avec Louis Ier, un duc qu’ils accompagnent lors de ses campagnes en France et en Italie7. Les Gascons qu’engagent les Angevins8 et que l’on rencontre à Gênes9 sont, au moins en partie, des combattants qui étaient passés en Italie sous les ordres du comte Jean III d’Armagnac, tombé en 1391 lors de la bataille d’Alessandria, et avaient ensuite loué leurs services dans le Comtat Venaissin, en Savoie et en Piémont10. Les troupes de Gascons et de Bretons d’Italie présentent donc plusieurs points communs : une homogénéité géographique initiale ; une arrivée en Italie à la suite d’une campagne particulière et un établissement consécutif en tant que mercenaires dans la Péninsule, voire à ses marges. Leur embauche par des capitaines français est, entre autres, vraisemblablement facilitée par une relative proximité linguistique et parfois des liens établis auparavant en France.

  • 11 Mallett 1974, 27.
  • 12 ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 359, fol. 142r. – ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 360, (...)
  • 13 Dietrich de Nieheim, éd. Herler 1890, 53. – Lettre d’Agostino di Turano à Lodovico Gonzaga, seign (...)

5Les bandes d’hommes d’armes originaires de l’Empire, dont la présence est un trait caractéristique des guerres du Grand Schisme11, ne sont pas non plus absentes des armées “françaises”. Comme dans le cas des Bretons, elles passent à leur service par deux canaux. Il s’agit soit de véritables compagnies d’aventure ayant quitté leur terroir d’origine pour vivre de leurs armes ici (on doit retenir la figure d’Othon de Brunswick, véritable duc condottiere qui fut le quatrième époux de la reine Jeanne Ière de Naples12), soit de familiers d’un prince tout entiers soumis à ses décisions, à l’image de Pierre de La Couronne qui accompagne les expéditions angevines en sa qualité de capitaine du pape Clément VII13. Remarquons tout de même que les compagnies germaniques servent plus souvent les pontifes de Rome que ceux d’Avignon ou de Pise et leurs alliés.

  • 14 Labande 1939, 137. Ainsi, par exemple, en juin et juillet 1382. Archivio di Stato di Siena, Conci (...)
  • 15 C’est par exemple le cas de Louis Ier d’Anjou, alors qu’il est harcelé par les Napolitains, ou d’ (...)
  • 16 Contamine 1972, 170. – Covini 2005, 171-172, 181-189. – Fowler 2005, 157-158.

6Enfin, dernier groupe, les Italiens représentent bien évidemment une part importante des troupes engagées par les capitaines français. Ainsi, Rinaldo Orsini s’efforce-t-il, avant même que Louis Ier d’Anjou ne franchisse les Alpes, de rassembler autour de lui des compagnies d’aventures afin de servir les ambitions angevines en Italie14. Cette façon de faire – appeler les condottieri plutôt que d’attendre qu’ils offrent leurs services – sera également celle des Français15. De leur côté, les capitaines d’aventure profitent de la proximité géographique de leurs campements avec leurs théâtres d’opération habituels – ce sont des Piémontais, des Lombards ou des Ligures que l’on recrute principalement au nord et des régnicoles au sud – pour attendre les approches de belligérants qui ne peuvent ignorer leur présence. En outre, disposant d’efficaces réseaux de communication, chancelleries et ambassades, ils sont informés presque quotidiennement de la situation politique et militaire et donc à même de s’assurer une position avantageuse lors de la négociation de leur condotta16.

7Cette disponibilité des compagnies est l’une des conséquences de leur organisation particulière. Alors qu’en France l’armée est toujours convoquée par le prince, les condotte sont de véritables armées ou noyaux d’armées permanentes, ce en quoi elles se rapprochent des grandes compagnies qui infestent littéralement le royaume de France dans la seconde moitié du xive siècle. Il faut donc ici faire justice du topos des chevaliers français découvrant dans la Péninsule une réalité militaire qui leur serait absolument inconnue. Le maréchal de France Jean II le Meingre, dit Boucicaut, gouverneur royal de Gênes de 1401 à 1410, se montre d’ailleurs tout à fait à même de composer avec les usages pour le moins turbulents de la république. De la même façon, Louis II d’Anjou, lors de ses campagnes de 1409 à 1411, impose-t-il ses vues à ses alliés napolitains et aux grands condottieri qui l’accompagnent dans sa lutte contre Ladislas, fils et successeur de Charles de Duras.

  • 17 Mallett 1974, 43.
  • 18 À l’image des troupes commandées par les Niella, les Rusca ou les Vische en Ligurie. AN, KK 40, f (...)
  • 19 AN, KK 40, fol. 24v-25r, 26r-v, 28r-34r.

8La question de leurs origines et de leur mode de recrutement ayant été éclaircie, penchons-nous maintenant sur celle de leurs effectifs. La tendance de l’époque est à la réduction de la taille des compagnies d’aventure qui n’est désormais plus comparable à celle qui fut la leur jusqu’aux années 136017. Les troupes engagées par les Français – les pièces comptables en témoignent abondamment – regroupent désormais quelques centaines de combattants comprenant des cavaliers lourds, des fantassins ou des hommes de trait18. Ce faisant, elles composent une fraction non négligeable des armées françaises d’Italie qui rassemblent en général, au cours des trente années du Grand Schisme, autour de 2000 lances. Pour autant, les troupes opérant en Ligurie, les seules pour lesquelles on dispose de quelques données chiffrées permettant d’en connaître la taille lors de deux campagnes (1394-1395 et 1409-1410) avec quelque certitude, n’ont jamais accueilli plus d’hommes d’armes italiens que de français, à la seule exception du siège assez court de La Cheve par Boucicaut en 1409, opération nécessitant un surcroît de piétons peu représentatif des usages guerriers que l’on rencontre par ailleurs19. Ce sont plutôt les Gascons qui, sous Enguerrand de Coucy, constituent au cours d’une partie de l’hiver 1394-1395 le contingent le plus nombreux, sans pour autant représenter plus de la moitié de la troupe. Ils ne sont donc présents que pendant une partie de la campagne et ne peuvent supplanter l’importance des Français. Les armées “françaises” de Ligurie s’articulent autour d’un noyau provenant du royaume de France auquel viennent s’agréger les éléments étrangers que sont leurs alliés italiens et les compagnies d’aventure. Dans le cas des entreprises angevines, il semble que la situation ait été sensiblement différente, alternant entre un apparent équilibre des forces lors de la campagne de Louis Ier et de celles que Louis II conduit en 1409, 1410 et 1411 et une prédominance marquée des feudataires napolitains à l’époque du séjour de ce même Louis II dans le royaume de 1390 à 1399.

  • 20 Mallett 1974, 81.

9En plus de mettre ces troupes sur pied, il faut, aussi et surtout, les employer à ce à quoi elles sont destinées, à savoir faire la guerre. On l’a déjà dit, il s’agit de cavaliers lourds s’inscrivant sans réelle complication, comme en témoigne le silence des sources, dans les cadres tactiques et stratégiques des armées françaises. En effet, l’art de la guerre italien du temps favorise la charge de cavalerie lourde et les chevauchées, à l’image des usages français antérieurs aux réformes de Charles V que reprennent les capitaines s’aventurant en Italie à l’époque du Grand Schisme. Français comme Italiens se retrouvent donc autour d’un modèle commun, celui de l’affrontement d’une cavalerie lourdement armée20, ce qui n’exclut évidemment pas les feintes, retraites, manœuvres d’évitement ou autres coups de main. Le recrutement d’Italiens permet donc aux Français d’obtenir ou d’accroître une supériorité numérique capitale dès lors que l’on privilégie les batailles rangées. Même si elles sont finalement extrêmement rares tout au long de ces campagnes, il s’agit bien de l’objectif tactique présidant à la création des armées commandées par les capitaines français. Parallèlement, ce recrutement est l’occasion de suppléer aux lacunes de nombre des capitaines français, qui ignoraient tout, ou presque, de la péninsule italienne au moment de leur départ, en leur adjoignant des hommes d’armes qui y ont mené l’essentiel ou toute leur vie de guerre. L’embauche de compagnies d’aventure a donc pour but de pallier deux désavantages : les effectifs trop réduits dont disposent les capitaines – ce qui est une réflexion parfois proche du topos – et la méconnaissance du terrain d’opération.

  • 21 Au sujet des grandes compagnies, voir parmi une riche bibliographie, Contamine 1975, Fowler 2001 (...)

10Au terme de leur service – les cas où la durée du contrat n’est pas respectée sont fort rares –, les compagnies ont été utilisées dans des buts précis et ont constitué, de ce fait, les auxiliaires, temporaires, du pouvoir français. La situation diffère donc clairement de celles rencontrées en France où les grandes compagnies se posent en rivales des autorités temporelles21. Les capitaines français ne cherchent ni à éliminer ces troupes ni à en vider le pays. Ici, c’est la seigneurie convoitée qui est peuplée de ces hommes d’armes professionnels. Il importe donc de les utiliser car sans eux toute conquête serait sinon impossible du moins extrêmement compliquée. Par ailleurs, leur nombre très élevé empêche toute tentative de les faire disparaître rapidement. De plus, la situation politique de la Péninsule nécessite, autant qu’il est provoqué par eux, un recours à ces condottieri afin de répondre à la menace permanente d’États voisins. Preuve de leur importance, quand Boucicaut tente, en 1409-1410, de reprendre le pouvoir sur la ville de Gênes révoltée, il compte parmi les hommes sous ses ordres non seulement des Français mais aussi plusieurs petites compagnies originaires du Piémont et de Lombardie. Il semblait donc inconcevable de faire la guerre en Italie sans recourir à ces troupes.

11Le modèle du cavalier lourd transcende ainsi les différences d’origine géographique, et sociale dans une moindre mesure. On ne peut, visuellement, que difficilement distinguer le seigneur de Châteaumorand, noble forézien et frère d’armes du maréchal Boucicaut, d’un membre de la compagnie de Muzzio Attendolo Sforza, qui sert Louis II d’Anjou en 1409-1410. Est-ce pour autant que cette identité visuelle et tactique se traduit dans les faits par une assimilation parfaite ?

  • 22 Schnerb 2003, 331.
  • 23 AN, KK 315, fol. 28r, 29v, 31v-32r, 33r, 34v, 95r, 99r.
  • 24 Ibid., fol. 25v-27r, 28r-39r.

12Deux indications, qui proviennent toutes deux du compte de Pierre de Canteleu, dressé lors de l’expédition de 1394-1395 d’Enguerrand de Coucy en Ligurie, nous incitent à répondre par la négative. L’état versé mensuellement aux capitaines français (200 francs, à l’exception du gouverneur d’Asti qui perçoit la moitié) est pour le moins supérieur à celui dont bénéficient les Gascons et Italiens, ici assimilés : 50, 80 ou 84 florins (sommes qui sont fonction de la proximité relative des capitaines avec leur commandant22), seul le puissant condottiere Facino Cane recevant 100 florins chaque mois23. Le deuxième élément de différenciation est l’obligation, pour les Français, de procéder à une montre d’armes dont sont dispensés Italiens et Gascons24. Si donc, en campagne, l’on peut utiliser les uns pour les autres et donc les assimiler, dès lors que l’on regarde de près les structures de l’armée en tant qu’institution, on constate des différences sensibles entre gens d’armes de France et cavaliers d’aventure. Les différences institutionnelles traduisent une différenciation claire entre ceux que l’on paye plus et que l’on soumet aux “bonnes” règles – les Français – et ceux que l’on paye moins et qui ne respectent pas parfaitement les usages royaux – les autres. Il y a donc une dichotomie clairement exprimée entre l’utilisation qui fut faite sur le terrain des compagnies mercenaires, semblable à celles des lances françaises, et leur vie quotidienne, vraisemblablement en marge, dans une certaine mesure, des usages de la partie “française” de la troupe.

  • 25 Autrand 1998, 19.

13Un autre élément vient aggraver cette différenciation, la langue. Mais il s’agit ici d’un problème que l’on cherche à surmonter. Si on peut penser, avec quelque certitude, que le commandement de Bretons ou de Gascons n’a pas dû poser de problème à des capitaines qui, en France, avaient à les rencontrer régulièrement, que ce soit pour les combattre ou pour collaborer avec eux, comment en allait-il avec les Italiens ou les troupes originaires de l’Empire ? En fait, ceux-ci devaient au moins maîtriser soit le français pour ceux qui servaient jusque-là la papauté d’Avignon, ce qui élimine évidemment les difficultés de communication, ou l’un des dialectes italiens pour ceux qui n’avaient guère quitté la Péninsule. Si Coucy engage le Lombard Ambrogio Migli afin de se faire comprendre des habitants du Nord de la péninsule25, on peut penser que lui et ses homologues en ont fait régulièrement de même en recrutant un ou plusieurs interprètes ou traducteurs afin de s’entendre avec les capitaines des compagnies d’aventure qu’ils avaient à diriger.

14Malgré ces facteurs de potentielle incompréhension, le capitaine se comporte vis-à-vis d’elles d’une façon très semblable à celle avec laquelle il agit avec les troupes provenant de France. Il est, chaque fois, le responsable du ravitaillement et de la solde des hommes ainsi que le garant de leur bon comportement. Certes, il existe, dans le cas des compagnies italiennes, un intermédiaire supplémentaire en la personne du condottiere qui fait en quelque sorte écran entre le capitaine français et la cavalerie transalpine, mais cela n’empêche pas Enguerrand de Coucy ou Louis Ier d’Anjou d’avoir à leurs ordres des bandes d’aventure.

15Outre avec le capitaine de l’armée qu’elles rejoignent, les compagnies italiennes entretiennent avec les gens d’armes d’outre-Alpes des relations dont on peut, en partie tout du moins, rendre compte.

16Les tensions entre “Français” d’une part et “Italiens” de l’autre, s’il y en eut, n’ont visiblement pas laissé de trace dans les sources. Certes, les dispositions disciplinaires (présence de maréchaux, érection de fourches par Louis Ier d’Anjou...) prises par les capitaines français dépendirent des manquements à la discipline, craints ou avérés, de leurs troupes, parmi lesquelles il faut donc compter les étrangers, mais c’est là tout ce que nous pouvons dire à ce sujet. Au surplus, leur présence continuelle dans les rangs français tend à nous faire croire qu’elle présentait au final plus d’avantages (supériorité numérique, connaissance du terrain...) qu’elle n’avait d’inconvénients (déprédations, tensions, désobéissances...).

  • 26 On retrouve cette ambiguïté entre autres dans un passage du Livre des fais du maréchal Boucicaut, (...)
  • 27 Voir par ex. Contamine 1972, 255, 555, 558.
  • 28 Schnerb 1992.
  • 29 Galasso 1992, 376.
  • 30 Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 227-229.

17Il semble même que leur raison d’être – combattre pour le seul profit et non pour le service d’un prince auquel on se trouve lié par des liens vassaliques et/ou de clientèle – n’ait pas suscité de condamnation de la part des chroniqueurs français relatant les campagnes du Grand Schisme. Ceux-ci ont vraisemblablement préféré passer sous silence ce qui, en d’autres circonstances, eût constitué un des principaux reproches adressés aux gens d’armes italiens. Cette absence de condamnation témoigne aussi de la valeur qui leur était reconnue, même si cela était souligné avec moins d’emphase que pour les Français26. C’est cette estime, à notre sens, qui explique que des participants italiens aux campagnes françaises de la Péninsule prirent part, en France, à la Guerre de Cent ans. Le cas des Grimaldi est bien connu, eux qui, avant même de soutenir Louis d’Orléans et Charles VI dans leurs prétentions sur Gênes, servirent les rois de France à la tête de contingents d’arbalétriers génois. D’autres Ligures encore, tels les Juge ou le Borgne Caqueran, présentent le même profil27. Certains voient plus loin encore puisque plusieurs hommes d’armes italiens s’attachent, au cours de leur service, aux capitaines français qu’ils suivent ensuite par-delà les Alpes. L’écuyer lombard Castellain Vasc, après avoir obéi à Boucicaut lors de la révolte de Gênes, l’accompagne lors de sa retraite, rejoint à sa suite le duc de Bourgogne au service duquel il est adoubé et fait chambellan ducal28. Il s’agit bien là d’une réelle progression sociale, recherchée et obtenue à l’étranger grâce à des qualités martiales, et parfois chevaleresques, reconnues par les Français. Par ailleurs, la configuration particulière de la féodalité napolitaine qui a fait des feudataires du royaume des capitaines de compagnies à part entière29 leur permet de bénéficier, en récompense de leur soutien militaire, dû certes pour des raisons féodales mais opéré grâce à leur qualité de condottiere, de nombreuses gratifications de la part des ducs d’Anjou. Citons par exemple le cas de Corrado d’Acquaviva, comte de San Valentino, qui se voit concéder par Marie de Blois, veuve de Louis Ier d’Anjou et régente de leur fils Louis II, des biens appartenant à des soutiens de Charles de Duras en 138630. Les capitaines d’aventure sont donc parfaitement inscrits dans un État auquel les lie une dépendance d’ordre vassalique. La situation génoise est quelque peu différente puisque l’aristocratie ligure ne se trouve pas à la tête de grandes compagnies de cavaliers mais en loue seulement les services. Dans un cas comme dans l’autre, en fait, les condottieri étrangers au pays où ils opèrent ne sont guère assimilés aux cadres des états gouvernés par les Français et seules les noblesses locales parviennent à y conforter leur position de choix.

  • 31 AN, K 533, n° 29. – AN, KK 315, fol. 33r-34r, 42v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, n° 27  (...)
  • 32 AN, P 133417, n° 35. – AN, P 13542, 4 février 1401. – ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 337, f (...)

18En somme, le profit est bien au centre des préoccupations des condottieri et, plus largement, de tous ceux qui servent les capitaines français. Dépassant le seul bénéfice apporté par les pillages, rançons ou autres rapines de guerre, il s’étend à la consolidation d’acquis personnels – à l’image des feudataires napolitains qui, en échange de leur service, se font confirmer d’anciens droits, possessions et privilèges – et à l’accroissement de la fortune personnelle ou familiale. L’importance du lignage n’est en effet pas à négliger dans le chef des capitaines de compagnies. Facino Cane, l’un des principaux condottieri du nord de l’Italie de la fin du xive et du début du xve siècle, sert le duc d’Orléans en même temps que son frère Filippino, pour sa part à la tête de sa propre compagnie31. À une échelle supérieure, les Sanseverino mettent tout le poids des compagnies que commandent les membres de leur famille dans la défense des intérêts des ducs Louis Ier et Louis II d’Anjou, soutien qui a évidemment pour objectif le maintien de leur position prééminente dans le royaume de Naples32.

  • 33 De Circourt 1889, 128. Sur l’action de Facino Cane dans les troupes du duc d’Orléans, v. AN, K 53 (...)
  • 34 AN, KK 40, fol. 25r.

19Il ne faudrait pas pour autant considérer que, régulièrement soldés et associés à une armée prestigieuse, les capitaines d’aventure aient toujours fait montre d’une remarquable fidélité. Quelques, rares d’après les sources, accrocs sont à déplorer. C’est ainsi qu’au moment où ils sont licenciés par Enguerrand de Coucy au début de l’année 1395, Facino Cane et Bertolino de Vérone se choisissent des patrons parfaitement hostiles aux intérêts orléanais et les servent immédiatement sans retenue33. Certes leur décision n’a d’autre but que d’assurer la solde de leur compagnie et répond en cela aux nécessités de la vie de condottiere, mais cette capacité à combattre son précédent patron de manière quasi-immédiate prouve que la fidélité de Cane ne suit que ses propres intérêts. La seule désertion dont nous ayons trouvé une trace dans nos sources est l’abandon de Boucicaut par Giovanni Scarampi et ses 20 cavaliers juste après qu’ils aient perçu leur première solde34. Cet exemple vient rappeler le caractère parfois volatile des accords conclus entre un capitaine mercenaire et un capitaine d’armée.

  • 35 Gilli 1990.
  • 36 Gilli 1997, 467 souligne qu’à la même époque les humanistes critiquent avec force le succès des r (...)
  • 37 Mallett 1974, 211-215.
  • 38 Cette collaboration pourra également s’illustrer en France même, comme le prouve l’exemple du duc (...)
  • 39 Citons par exemple Édouard de Woodstock, surnommé le Prince Noir, en 1366 ou Louis Ier d’Anjou en (...)

20Cette négociation constante entre celui qui sert et celui qui commande, entre celui qui veut être récompensé et celui qui doit gouverner n’a pas empêché, on l’a vu, le développement de liens de sociabilité, et parfois de fidélité, assez forts. En cela, ils surmontent l’obstacle constitué par la perception que les Français ont alors des Italiens, une perception négative qui trouve surtout à s’exprimer dans le dédain témoigné vis-à-vis des régimes politiques, trop “populaires” ou “tyranniques” selon les cas, de la Péninsule35, et on peut deviner une estime mutuelle entre chevaliers français et condottieri italiens. Cette estime se nourrit tout d’abord d’une culture commune. Le succès des romans de chevalerie dans la Péninsule se manifeste, entre autres, par l’usage de prénoms tirés de la littérature arthurienne par plusieurs membres de l’aristocratie italienne36. Les joutes manifestent également l’adhésion des élites politiques et militaires trans- et cisalpines à un divertissement typiquement chevaleresque. Par ailleurs, même si le terme de chevalier peut parfois revêtir un caractère honorifique presque parfaitement étranger aux usages français, l’adoubement d’Italiens a fortement joué dans le rapprochement des deux aristocraties guerrières37. Tout comme le permet l’appartenance de tous ces hommes d’armes à une noblesse qui pouvait s’acquérir selon des modalités diverses dans le royaume de Naples, la Ligurie ou le royaume de France et qui était située au sommet de la hiérarchie sociale du temps. Enfin, on l’a déjà souligné, la pratique d’un art de la guerre répondant à des options tactiques communes a favorisé une bonne collaboration des troupes italiennes et françaises38. La situation est donc à nouveau semblable à celle que connut la France à l’époque des grandes compagnies où l’on vit les plus importants princes du temps engager ces troupes afin de mener leurs campagnes à bien, capitaines d’aventure et capitaines “réguliers” partageant nombre de valeurs communes, quand ils ne se témoignaient pas une véritable estime39.

21En conclusion, en Italie, les capitaines français trouvent des auxiliaires efficaces à leurs ambitions en la personne des condottieri originaires de la Péninsule ou d’ailleurs qui sont venus y chercher fortune. Sur le plan de la pratique militaire les uns et les autres se rejoignent, quelles que soient leurs origines géographiques, autour du modèle du cavalier lourd et du combat à cheval. Du point de vue institutionnel, les nouvelles recrues se trouvent distinguées du corps originel de l’armée, mais elles ne sont pas pour autant strictement exclues de la sociabilité des armes. Les relations personnelles se nouent vraisemblablement aisément grâce à une communauté éthique qui, si elle n’est pas absolue, n’en facilite pas moins une bonne entente entre “Français” et “Italiens”. Enfin, les capitaines italiens se montrent fidèles à leurs patrons “français” dans la mesure où ceux-ci les récompensent à hauteur de leurs mérites, que ce soit par l’intermédiaire de soldes ou par la concession, principalement dans le royaume de Naples, de charges et de titres. Précisons que ces récompenses les lient plus à la personne du capitaine – prince ou lieutenant d’un prince – qu’à celle d’un souverain. Ils s’y attachent tant que cela rencontre leur intérêt, ce qui passe parfois par le développement de liens plus forts qui amènent ainsi des Lombards à servir le duc de Bourgogne en France. L’ascension sociale permise par ce service armé apparaît donc, au final, moins importante que la défense des privilèges et des prérogatives individuels, ce qui est certainement préféré par les capitaines français qui n’avaient pas pour objectif de totalement perturber la structure politique des royaume de Naples et de la république de Gênes.

Notes

1 Pour une analyse militaire de ces expéditions, nous nous permettons de renvoyer une fois pour toutes à Masson 2014 ainsi que, pour leur étude événementielle, à Valois 1896-1902 et de Boüard 1936.

2 AN, KK 315, fol. 14vo-15r. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 37.

3 Voir par exemple le cas de John Boystart, chevalier anglais présent dans les armées de Louis II d’Anjou en 1391. ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 367, fol. 173r. – ASV, Registra Avenionensa 254, fol. 264v.

4 AN, KK 315, fol. 45v. –BnF, NAF 3638, n° 202. – Billot 1983, 281. – Jarry 1892, 236. Francisque-Michel 1862, 101-102 limite son propos aux chevaliers écossais faisant hommage à Louis d’Orléans et n’évoque pas les événements italiens.

5 Comme lors de la guerre des Otto Santi qui oppose de 1375 à 1378 plusieurs États d’Italie centrale à la papauté, que servent les Bretons. Le fait que ceux-ci passent ensuite au service des Angevins, soutenus par l’Église d’Avignon, n’est évidemment pas un hasard. Mirot 1897-1898.

6 Mentionnons par exemple celles que Rinaldo Orsini, comte de Tagliacozzo, amena avec lui au service de Louis Ier d’Anjou. ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 356, fol..109r. – Fowler 2001, 149, 224, 278, 298, 327. – Labande 1939, 137-138, 145.

7 ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 356, fol. 109r. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 264, 344. – Menkes 1973, 469.

8 De Blasiis, éd. 1887, 72. – de Voïnovitch 1913, 372.

9 AN, KK 315, fol. 70v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, no 28, 20 janvier, 15 avril 1395. – Lettre d’Enguerrand de Coucy à Pierre de Canteleu, 11 octobre 1394. BnF, NAF 3638, no 205, éd. dans Durrieu 1885, 279-281. – Lettre d’Enguerrand de Coucy à Pierre de Canteleu, 22 décembre 1394. BnF, PO 2694, no 4, éd. ibid., p. 270. – de Circourt 1889, 94. – Gabotto 1898, 461. – Jarry 1896, 589-590.

10 Butaud 2001, 170-183.

11 Mallett 1974, 27.

12 ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 359, fol. 142r. – ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 360, fol. 114r, 115v. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 222, 269. – de Boüard 1936, 111. – Favier 1966, 624. – Valois 1896, t. 2, 123.

13 Dietrich de Nieheim, éd. Herler 1890, 53. – Lettre d’Agostino di Turano à Lodovico Gonzaga, seigneur de Mantoue, 3 septembre 1382, éd. dans Feliciangeli 1907, 452. – de Voïnovitch 1913, 372. – Selzer 2001, 64, 325. Plus largement, sur la question des hommes d’armes allemands en Italie, v. ibid.

14 Labande 1939, 137. Ainsi, par exemple, en juin et juillet 1382. Archivio di Stato di Siena, Concistoro, Carteggio 1804, n° 81, Carteggio 1805, n° 64.

15 C’est par exemple le cas de Louis Ier d’Anjou, alors qu’il est harcelé par les Napolitains, ou d’Enguerrand de Coucy, alors qu’il s’est enfin établi en Ligurie. Tous deux doivent s’adresser aux condottieri qu’ils désirent embaucher. Bartolomeo Gatari et Galeazzo Gatari, éd. Medin & Tolomei 1931, 210. – Maignien, éd. 1897, 11. – de Circourt 1889, 94.

16 Contamine 1972, 170. – Covini 2005, 171-172, 181-189. – Fowler 2005, 157-158.

17 Mallett 1974, 43.

18 À l’image des troupes commandées par les Niella, les Rusca ou les Vische en Ligurie. AN, KK 40, fol. 16v. – AN, KK 315, fol. 31v-33r, 99r-v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, n° 28, 3, 4, 16 avril 1395 ; n° 33 ; n° 35, 8, 12 avril 1395 ; n° 36, 23 février, 9 avril 1395. – Archivio di Stato di Torino, Trattati antichi 7, n° 15. – BnF, ms. fr. 10 431, p. 48, n° 293 ; p. 277, n° 1563-1564. – BnF, NAF 3638, n° 200-201.

19 AN, KK 40, fol. 24v-25r, 26r-v, 28r-34r.

20 Mallett 1974, 81.

21 Au sujet des grandes compagnies, voir parmi une riche bibliographie, Contamine 1975, Fowler 2001 et Butaud 2012.

22 Schnerb 2003, 331.

23 AN, KK 315, fol. 28r, 29v, 31v-32r, 33r, 34v, 95r, 99r.

24 Ibid., fol. 25v-27r, 28r-39r.

25 Autrand 1998, 19.

26 On retrouve cette ambiguïté entre autres dans un passage du Livre des fais du maréchal Boucicaut, éd. Lalande 1985, 266 : [...] plusieurs autres [...] tres vaillamment s’i porterent, et generaument tous les François, et plusieurs Gennevois et autres. Les Français sont donc généralement vaillants là où ne le sont que plusieurs Génois, et non chacun d’entre eux.

27 Voir par ex. Contamine 1972, 255, 555, 558.

28 Schnerb 1992.

29 Galasso 1992, 376.

30 Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 227-229.

31 AN, K 533, n° 29. – AN, KK 315, fol. 33r-34r, 42v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, n° 27 ; n° 28, 20 janvier 1395 ; n° 35, 20 janvier 1395. – BnF, ms. fr. 10 431, p. 43, n° 270 ; p. 47, n° 289 ; p. 75-76, n° 461 ; p. 77-78, n° 473. – BnF, NAF 3638, n° 210. – Galli 1897, 29-30, 36.

32 AN, P 133417, n° 35. – AN, P 13542, 4 février 1401. – ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex. 337, fol. 49r. – ASV, Camera Apostolica, Intr. et Ex.  370, fol. 83r. – ASV, Registra Avenionensa 254, fol. 259r, 266v. – BnF, ms. fr. 20 384, n° 28. – de Blasiis, éd. 1887, 96-98, 102-105, 109, 113-119. – Manfredi, éd. 1958, 33, 46, 57-58, 60, 64, 66, 68, 70. – Kervyn de Lettenhove, éd. 1880, 356, 360. – Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 78-79. – Lorenzo Bonincontri, éd. Muratori 1732, 42. – Lettre de Louis Ier d’Anjou, 18 septembre 1383, éd. dans Léonard 1924, 70. – Barone, éd. 1887, 190.

33 De Circourt 1889, 128. Sur l’action de Facino Cane dans les troupes du duc d’Orléans, v. AN, K 533, n° 29. – AN, KK 315, fol. 33r-34r, 42v. – Archivio di Stato di Torino, Asti 38, n° 27 ; n° 28, 20 janvier 1395. – BnF, NAF 3638, no 210. – BnF, ms. fr. 10 431, p. 43, n° 270 ; p. 75-76, n° 461 ; p. 77-78, n° 473. – Valeri 1940, 55-69.

34 AN, KK 40, fol. 25r.

35 Gilli 1990.

36 Gilli 1997, 467 souligne qu’à la même époque les humanistes critiquent avec force le succès des romans de chevalerie qui empêche la lecture des bons auteurs, ceux de l’Antiquité évidemment.

37 Mallett 1974, 211-215.

38 Cette collaboration pourra également s’illustrer en France même, comme le prouve l’exemple du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, déjà employeur du Napolitain Cola di Monforte, comte de Campobasso, qui, en 1475, envoya son demi-frère Antoine, le Grand Bâtard, en Italie afin de recruter plusieurs condottieri, dont le fameux Bartolomeo Colleoni. Voir à ce sujet Marchandisse & Masson 2009.

39 Citons par exemple Édouard de Woodstock, surnommé le Prince Noir, en 1366 ou Louis Ier d’Anjou en 1368. Fowler 2001, 188-189, 283-284.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search