Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Les mercenaires et les routiers actifs durant la guerre civile de Provence (1383-1388)

Germain Butaud

Texte intégral

  • 1 Valois 1896, t. 2, 8-16.
  • 2 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 22.

1Sans enfants, Jeanne Ière, reine de Naples et comtesse de Provence, avait d’abord adopté son cousin Charles de Duras. Mais le 29 juin 1380, elle choisit un nouveau fils adoptif : Louis Ier d’Anjou, frère de Charles V. Quand ce choix devint public, il suscita les mécontentements car il renforçait l’adhésion à l’(anti)pape Clément VII. Soutenu par Urbain VI, Charles de Duras passa à l’offensive en juillet 1381. Il se rendit maître de Naples et fit prisonnière la reine. Après avoir hésité, Louis d’Anjou fit le serment de la libérer et de conquérir le royaume de Naples. En mars 1382, il se rendit à Avignon, à la cour de Clément VII, pour préparer son expédition1. Durant ce séjour, quelques Provençaux vinrent lui manifester leur allégeance2, mais le pays était moins bien disposé qu’escompté.

  • 3 Ibid., 25-26.
  • 4 Hébert 2007, 124-128.
  • 5 Pour l’expédition de Louis d’Anjou en Italie, voir avant tout Valois 1896, t. 2, 38-84 et Masson (...)
  • 6 Venturini 1990, 47.
  • 7 Brun, éd. 1935, 33-34 (lettre du 29 janvier 1383 de Boninsegna di Matteo) ; Venturini 1990, 47.
  • 8 Venturini 1990, 48-49, 58.

2Louis d’Anjou n’était pas une personnalité consensuelle. Il avait attaqué la Provence en 1368 et avait acquis une réputation de cupidité en tant que lieutenant royal en Languedoc. Les Provençaux montrèrent aussitôt leurs divisions3. En avril 1382, Marseille, Apt, et la majorité du haut clergé et de la haute noblesse du pays, se rangèrent dans le camp angevin. À l’inverse, le mois suivant, une Union hostile au duc d’Anjou se constitua autour d’Aix et se dota d’un capitaine en la personne de Barral de Pontevès4. Louis d’Anjou n’en retarda pas pour autant son expédition ; il entra en Italie avec une armée considérable5. Charles de Duras fit alors assassiner la reine Jeanne (23 juillet 1382), par étouffement, ce qui lui permit de faire croire à une mort naturelle. Il revendiqua la Provence et y nomma, le 16 novembre 1382, le Génois Baldassare Spinola comme sénéchal6. Au début de l’année 1383, ce dernier obtint les ralliements des adversaires les plus décidés de Louis d’Anjou : Nice, Aix et Draguignan7. De nombreuses localités cependant, comme Grasse, Digne ou Sisteron par exemple, refusèrent de prendre parti et persistèrent dans leur fidélité à la reine Jeanne, dont elles ne reconnaissaient pas la mort8. Après des mois de tensions, les hostilités entre Angevins et Carlistes commencèrent en mars 1383.

Carte des routiers et des mercenaires en Provence.

Carte des routiers et des mercenaires en Provence.
  • 9 Venturini 1990.

3Il n’y a pas lieu ici de faire un récit complet de cette “Guerre de l’Union d’Aix”. On bénéficie déjà à son sujet d’une étude détaillée9 qui pourrait être complétée par l’apport de certaines archives notariales et municipales. Nous n’insisterons pas non plus sur l’aspect diplomatique du conflit, bien connu grâce au journal du chancelier du duc d’Anjou, Jean Le Fèvre. Nous nous concentrerons sur les gens d’armes extérieurs qui participèrent à la guerre civile. Leur afflux dans la région provençale entre 1383 et 1388 mérite d’être étudié car ils jouèrent un rôle très important dans le déroulement du conflit. En suivant leurs trajectoires, on éclaire par ailleurs une bonne partie du milieu militaire actif dans le Midi de la France à la fin du xive siècle.

Mercenaires et routiers, acteurs de la guerre civile de Provence (1383-1388)

La guerre ouverte (mars 1383-octobre 1385)

  • 10 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 62v-63v, 68v-69r, 73v, 74r.
  • 11 Brun, éd. 1935, 34-36 (lettres des 25 mars, 4 et 8 avril 1383 de Boninsegna di Matteo) ; ASV, Int (...)
  • 12 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 89v, 101 ; Intr. et Ex. 3337, fol. 27v, 28v.

4Il faut se résigner à n’avoir que des informations sporadiques sur les mercenaires qui servirent l’Union d’Aix. À l’inverse, pour ceux qui furent employés par les Angevins et Clément VII, les informations sont parfois précises. Ainsi, vers la mi-mars 1383, environ cent cinquante lances, sans compter quelques arbalétriers et fantassins, furent réunies par Clément VII qui recrutait des mercenaires depuis janvier10. Parmi eux figurent les capitaines Guillaume de Robergues, Pierre Gandelin et Guiot de Genelard. Cette petite armée, renforcée par les hommes de Louis de Trian, vicomte de Tallard, tenta de reprendre Lançon, tenu par les partisans de Charles de Duras, et qui menaçait la route Avignon-Marseille. Les troupes pontificales et angevines ne purent s’en emparer mais prirent possession du Puy-Sainte-Réparade, un fief de l’archevêque d’Aix, Jean d’Agoult, fidèle de Louis d’Anjou. Perrot de Pradines en devint le connétable11. D’autres capitaines arrivèrent en Provence pour servir le camp angevin : en avril, Guillaume Chamisard et Perrot de Termes, puis en juin ce dernier était associé à Guillaume de Saignes et Pierre de Longeria (remplacé en novembre par Perrot de la Nosière), au sein d’une compagnie de 120 lances12.

  • 13 Brun, éd. 1935, 40 (lettre du 11 juin 1383 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 48 ; (...)
  • 14 Cf. Mabilly 1909, 169 (lettre de Clément VII du 21 juin).
  • 15 Brun, éd. 1935, 40-42 (lettres du 21 juin-17 juillet 1383 de B. di Matteo) ; Coulet 1988, 77, 637 (...)
  • 16 Brun, éd. 1935, 43, 47 (lettres du 20 août, du 26 oct. et du 20 nov. 1383 de B. di Matteo) ; Coul (...)
  • 17 La liste en est donnée en 1385 par Enguerrand d’Eudin, Douët d’Arcq, éd. 1863, t. 1, 69. Il s’agi (...)
  • 18 Le Puy-Sainte-Réparade fut ensuite récupéré par le sénéchal de Beaucaire.
  • 19 Brun, éd. 1935, 47 (lettres du 16 nov. et du 7 déc. 1383 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvi (...)

5Ces troupes constituaient en fait une force d’appoint pour l’armée du sénéchal de Beaucaire Enguerrand d’Eudin qui entra en campagne en Provence vers le 11 juin 1383. Son expédition “par manière de compagnie”, selon les mots du sénéchal, c’est-à-dire avec une forte autonomie et sans déclaration de guerre, avait été approuvée par le conseil royal et elle bénéficiait du soutien financier de la papauté13. Du fait de la guerre en Flandre cependant, l’effectif réuni ne fut que de 200 à 300 lances14. En chemin, l’armée du sénéchal s’empara de Mallemort, Peyrolles et Saint-Cannat. Les milices de Marseille furent actives également : elles prirent Auriol et Roquevaire. Aix se trouva donc environnée par des localités hostiles et subit un début de siège15. Mais les hommes du sénéchal, trop peu nombreux pour encercler la ville, se retirèrent. En novembre, après un nouvel échec devant Lançon, ils prirent leurs quartiers d’hiver16. Ils occupèrent huit forteresses relativement regroupées dans le pays aixois17 tandis que les troupes pontificales s’installèrent à Puy-Sainte-Réparade18. Ces garnisons du sénéchal de Beaucaire ne se privaient pas de saisir des vivres sur tout le monde, mais leur maintien était alors souhaité par la duchesse d’Anjou car elles faisaient peser une menace sur Aix19.

  • 20 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104r ; Intr. et Ex. 337, fol. 27v ; Mabilly 1909, 170.
  • 21 ASV, Intr. et Ex. 337, fol. 28v.
  • 22 Cf. Arch. dép. Var, 3 E 100/88, fol. 232r-v (16 décembre 1383), 235v-236r, 238v-239v, 239v-240r, (...)
  • 23 Arch. dép. Var, 3 E 7/64, fol. 89v (23 mars 1384) ; 3 E 7/47, fol. 33v (15 septembre 1385) ; 3 E  (...)
  • 24 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 5, fol. 256r-v et fol. 256v-257r.

6Quelques capitaines au service des Angevins s’aventurèrent hors de la Provence occidentale. Antoine, Bâtard de Terride, actif depuis juin 1383, servit avec ses hommes en octobre et novembre à La Valette, juste à côté de Toulon, ville farouchement carliste20. À la fin de ce mois, Moustiers fut prise, avec la participation de Guillaume Chamisard21. Une garnison angevine, dont on ignore le capitaine, occupa Montferrat, ce qui lui permettait de harceler Draguignan22. Brignoles fut pour sa part menacée durablement par la garnison de Flassans, village conquis par le Bâtard de Terride23. Plus à l’est, Perrot de Termes guerroya dans la région de Puget-Théniers. Le 25 février 1384, le sénéchal Foulques d’Agoult le récompensa en lui concédant en fief quatre localités : Briançonnet, Gars, Sallagriffon, villages voisins, et Trigance, au sud de Castellane. La confirmation de Marie de Blois, datée du 1er septembre 1385, précise que les trois premiers villages avaient été conquis par Perrot, tandis que Trigance restait encore rebelle24. On voit donc que les mercenaires avaient une utilité particulière pour agir loin des bases angevines et mener des opérations risquées.

  • 25 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 47.
  • 26 Il donne une quittance à un homme d’armes de Brescia, Baldassare de Salis. Les témoins proviennen (...)
  • 27 L’acte de nomination, du 28 juillet 1384, est édité dans Di Confuorto 1737, 72-75 note. Le 26 jui (...)

7Comme nous l’avons dit, les gens d’armes au service de l’Union d’Aix sont moins connus. En avril 1383, les Carlistes sollicitèrent vainement l’aide de Bernard d’Armagnac25. Ils reçurent en revanche des troupes venues d’Italie, du fait de l’influence du sénéchal Baldassare Spinola. Il s’agit d’arbalétriers lombards, reçus à Nice, et d’hommes d’armes. Le plus important capitaine était Guglielmo, marquis de Ceva, que l’on repère en janvier 1384 à Draguignan26. Marguerite, épouse de Charles III de Duras, le nomma ensuite capitaine général de ses troupes en Provence27.

  • 28 Arch. dép. Var, 3 E 7/72, 2e foliotation, fol. 69r (27 mars 1385). Le notaire de Brignoles a lais (...)
  • 29 Cf. “nobilis Galhardonus de Malleone, vasco, cappitaneus certe gentis armigere guerram faciens in (...)
  • 30 “Nobilis scutiffer Gaglardetus de Malleone, de partibus Gasconie, diocesis Aquensis”, Arch. dép.  (...)
  • 31 Pépin 2011b, 190.

8L’autre capitaine repéré au service de l’Union d’Aix est un certain Galhardon qui apparaît en mars 1385 à Brignoles, alors qu’il donne quittance à deux habitants de la ville pour une dette de 500 francs contractée autrefois par le prieur de Gonfaron dont ils étaient cautions28. Son nom complet était Galhardon/Galhardet de Mauléon29 et il était originaire du diocèse de Dax comme nous l’apprend un acte postérieur30. Plus encore, il est fort probable, comme le propose Guilhem Pépin, qu’il soit identifiable avec le célèbre Bâtard ou Bascot de Mauléon, qui raconta sa vie à Froissart et passa ainsi à la postérité comme l’archétype du routier. Ce qui conforte cette identification est que le Bâtard de Mauléon est mentionné en 1384 en Languedoc dans l’entourage de Raymond de Turenne, à l’occasion d’un conflit avec le seigneur de Portes31. Or, comme nous le verrons, Galhardet de Mauléon fut en Provence compagnon d’armes d’un certain Vita de Bloys, qui vint justement au secours de Raymond de Turenne en novembre 1386…

  • 32 Ferragut est connu depuis 1365 : Fowler 2001, 113, 313, 323. Pour son rôle à Roquemartine, cf. Ma (...)
  • 33 Arch. dép. Vaucluse, 3 E 12/662, fol. 3v-9v (20 février 1384) ; Pansier, éd. 1914-1915, 59-60 ; H (...)

9L’Union d’Aix bénéficia en outre, à partir du début de l’année 1384, de l’appui de quelques Tuchins, venus du Languedoc, qui s’établirent à Roquemartine. Ils étaient dirigés par Étienne Augier alias Ferragut, un “vétéran” des Grandes Compagnies32. En février, ils firent une razzia contre le territoire de Cavaillon et capturèrent plusieurs habitants. Une autre bande était installée à Maillane, près de Tarascon : elle mena des pillages jusque dans le territoire d’Avignon. Salon et Arles subirent également l’action des Tuchins alliés à l’Union d’Aix33.

  • 34 Brun, éd. 1935, 54-59 (lettres des 24 mars-15 juin 1384 de B. di Matteo) ; Valois 1896, t. 2, 98 (...)
  • 35 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 86-87, 89-91, 94, 97-99 ; Brun, éd. 1935, 75, 78 (lettres des 5 et (...)

10Après l’échec de négociations, le camp angevin lança de nouveau des forces importantes contre Lançon, qui aurait dû, selon un accord antérieur, se rendre le 3 avril 1384 en l’absence de secours. Mais la place repoussa l’assaut. Les troupes du sénéchal de Beaucaire se replièrent alors dans leurs garnisons. Recevant de nombreux renforts de France, elles multiplièrent les déprédations en Comtat Venaissin, allant jusqu’à occuper un moment Saint-Saturnin-lès-Avignon34. Ces troubles encouragèrent l’ouverture d’intenses tractations. Mais elles cessèrent dès que la nouvelle de la mort de Louis Ier d’Anjou (21 septembre 1384) se répandit. La cour de France adopta une position ambigüe. D’un côté, elle accueillit le jeune roi de Naples Louis II d’Anjou et sa mère et tutrice Marie de Blois, de l’autre, elle commença à traiter avec des émissaires de l’Union d’Aix dépêchés à Paris35.

  • 36 Arch. mun. Pernes-les-Fontaines, BB 13, fol. 24r.
  • 37 Arch. mun. Carpentras, CC 162, fol. 43r, 68r ; Brun, éd. 1935, 78-79 (lettre du 17 mars 1385 de T (...)
  • 38 ASV, Intr. et Ex. 359, fol. 113r-114r.
  • 39 Un certain Bâtard du Guesclin figure d’ailleurs parmi eux, et fut payé à part.
  • 40 C’est prouvé pour Henry Cribier, du diocèse de Quimper, mentionné dès juin 1383 (ASV, Intr. et Ex (...)
  • 41 Pour sa présence à Turin en janvier 1385, cf. Gabotto 1898, 31. Pour son retour dans la région de (...)

11Pour mieux défendre les intérêts de son fils, Marie de Blois se rendit en Provence. Clément VII, son principal soutien, était pleinement impliqué dans les affaires militaires. En avril 1385, huit capitaines actifs dans la région reçurent de sa part un don en argent (Annexe I, 1). L’un d’entre eux, Perrot de Pradines, logeait à Saint-Saturnin-lès-Avignon36. Depuis février en effet, plusieurs gens de guerre s’étaient installés dans la région comtadine. Les Bretons Briand Blanchard et Henry Chasteler occupèrent par exemple le village abandonné de Serres, près de Carpentras37. La papauté négocia avec ces derniers et sept autres capitaines un traité d’évacuation. Le franchissement du Rhône eut lieu à Pont-Saint-Esprit les 17 et 18 avril 1385. Les troupes qui quittèrent le pays furent passées en revue et payées38 (Annexe I, 2) : 336 lances, réparties en neuf compagnies, rentrèrent dans le royaume de France. Mis à part douze lances issues de la compagnie de Perrot de Termes, les autres étaient des Bretons comme nous le verrons39. Ils avaient servi dans la guerre civile de Provence40. Ajoutons que deux capitaines de routiers importants assistèrent à l’évacuation : Guillaume de Saignes et Guillaume Chamisard. Ce dernier avait suivi quelques temps Enguerrand de Coucy en Italie du Nord, avant de retourner en Provence en février 138541.

  • 42 Brun, éd. 1935, 77 (lettre du 17 mars 1385 de B. di Matteo) ; Hébert 1979, 216.

12Contrairement à ce que pourraient faire penser ces départs, la guerre civile n’était pas en voie de résolution. En effet, à partir de mars 1385, les gens de Tarascon, lassés de subir les attaques des troupes du sénéchal de Beaucaire, décidèrent de faire la guerre à leurs voisins, Français ou Provençaux. Ils se rallièrent ouvertement à Charles III de Duras42 et recrutèrent de nombreux mercenaires étrangers comme nous l’apprend une lettre d’Enguerrand d’Eudin du 24 avril 1385 adressée à la Chambre des comptes de Paris :

  • 43 Recherches historiques et chronologiques sur la ville de Beaucaire 1718, 77.

“[…] la ville de Tharascon qui est voisine front a front de Beaucaire s’est rebellee en contre notre Saint Pere le Pape et depuis trois semaines en ca, ils sont descendus bien environ huit cent combattans tant Italiens, Gascons, Anglois et autre nation, de gens que depuis que ils furent arrivez audit lieu de Tarascon ne cessent de faire guerre publique etc. en criant “Guienne Saint George !” contre ladite ville de Beaucaire et autres sujets du roy et de les grever de jour et de nuit a tout leur pouvoir tant par terre que par eau et tellement que non mie une seule fois mais par plusieurs […] Tous les jours assaillent et escaramouchent ledit lieu de Beaucaire et encore ont assailly le lieu de Volobrigue [Vallabrègues] qui est proche voisin audit de Beaucaire […]43”.

  • 44 Brun, éd. 1935, 82-83 (lettres du 3 mai-15 juin 1385 de Tieri di Benci et B. di Matteo) ; Le Fèvr (...)

13Face à un tel danger, Clément VII finança une armée de 300 à 400 lances qui se mit en route vers le milieu du mois de mai 1385. Elle s’empara successivement du monastère de Laurade, de la tour de Saint-Gabriel puis obtint la soumission de Mollégès en juin. Les troupes se répandirent ensuite du côté d’Aix et en Haute-Provence44.

  • 45 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 119-121, 131-136 ; Venturini 1990, 82-83 ; Hébert 2007, 140-145.
  • 46 Douët d’Arcq, éd. 1863, t. 1, 67-70, 60-67.
  • 47 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 153, 155 ; Valois 1896, t. 2, 101-102 note ; Brun, éd. 1935, 85-87 (...)

14Pendant ces opérations de guerre, Marie de Blois réunit des états à Apt : on y célébra les obsèques de la reine Jeanne et Louis II put y recevoir les premiers hommages de ses sujets45. Dès lors, semaines après semaines, les négociations avancèrent avec les villes neutres ou rebelles. Mais ces progrès pouvaient être annihilés par la politique française. En effet, suivant les propositions d’Enguerrand d’Eudin, Charles VI prit en sa main la Provence le 10 juillet et se réserva la décision sur son attribution46. Sur place, le duc de Berry conclut des trêves avec l’Union d’Aix et les rumeurs disaient déjà que la Provence allait partager le sort du Dauphiné47

  • 48 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 155, 167, 159, 168-169, 170, 171 ; Coulet 1988, 80.
  • 49 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 144, 156.
  • 50 Ibid., 169.
  • 51 Ibid., 182 (13 octobre 1385).
  • 52 Ibid., 188-191.

15Avec l’appui du pape, Marie de Blois sut déjouer les pronostics. Elle organisa une entrée triomphale pour son fils à Marseille le 19 août. Ses hommes continuèrent les hostilités avec les troupes du sénéchal de Beaucaire48. Par ailleurs, quelques capitaines de routiers à son service poursuivirent leurs opérations guerrières. Ainsi à la mi-juillet, Guillaume de Saignes dévasta-t-il les environs de Riez. Un mois plus tard environ, le Bâtard de Terride, accompagné du Provençal Charles Albe, mena une expédition de pillage dans la vallée de Barcelonnette49. Le 15 août, Jean de la Nosière s’empara de Barras, près de Digne, tenu pourtant par un partisan de Marie de Blois50. Le conseil angevin songea à faire évacuer Guillaume de Saignes, Perrot de Termes et Jean de la Nosière, qualifiés par Jean le Fèvre de “capitainnes de genz d’armes desraisonnables51”. Ce fut l’affaire de plusieurs mois. Par contraste, les négociations avec l’Union d’Aix aboutirent à une trêve de 20 mois, valable à partir du 1er novembre 138552.

La période des trêves (novembre 1385-octobre 1387)

  • 53 Ibid., 208, 210-211, 241, 242, 249, 276.

16Les troupes du sénéchal de Beaucaire acceptèrent, en contrepartie de 3000 francs, une brève suspension des hostilités. Mais dès février 1386, les deux lieutenants d’Eudin, Guyot de Crescent et Jean de Foucherant, reprirent leurs déprédations : comme ils le disaient, il leur fallait bien vivre. Les pourparlers pour leur départ s’annonçaient difficiles53.

  • 54 Ibid., 239, 248, 269, 272.

17Parmi les troupes engagées par le pape et les Angevins, certains capitaines, jugés fiables, furent conservés pour maintenir la pression sur les localités avec qui l’on négociait. En février 1386 par exemple, Bertrand Boytard fut envoyé à Grasse. Fin avril, il partit pour Brignoles, avec le Bâtard de Terride et Réforciat d’Agoult, et un total de cent lances, pour peser sur les tractations54. Au bout du compte, en 1385 et 1386, toutes les villes restées fidèles à la reine Jeanne basculèrent dans le camp angevin.

  • 55 Ibid., 218.
  • 56 Ibid., 204, 219, 221, 249, 251.
  • 57 Brun, éd. 1935, 88 (lettre du 30 mars 1386 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 255, (...)
  • 58 ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 104v ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 281, 292.
  • 59 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 312 ; ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 133v, 135v ; HGL 10, col. 1714.

18Une poignée de capitaines n’étaient en revanche nullement contrôlés et troublaient les ralliements. Au début du mois de janvier 1386, Guillaume de Saignes sévissait dans la région de Seyne-les-Alpes, “mettant le pays en rébellion55”. Sa compagnie n’était pourtant pas très importante. Avec Perrot de Termes, il dirigeait de 80 à 100 bassinets, tandis que Chamisard en avait 20 à 25. Ces trois capitaines acceptèrent le 8 janvier 1386 de quitter la Provence en échange de 6400 francs. Cette somme importante intègre le rachat de la forteresse de Beynes et d’un autre château. Dans les faits, ce ne fut que vers le 13 mars 1386 que les troupes quittèrent effectivement la Provence, en franchissant la Durance. Elles auraient dû ensuite rentrer dans le royaume de France pour aller en Espagne, mais le duc de Berry n’autorisa le passage du Rhône qu’à quarante lances56. Les hommes d’armes furent donc bloqués entre Comtat et Valentinois57. L’administration pontificale obtint le départ de Guillaume Chamisard vers le 10 mai 1386. Guillaume de Saignes et Perrot de Termes ne franchirent le Rhône que le 7 juillet, moyennant un versement de 4000 florins58. Dès août 1386 cependant, Guillaume de Saignes était de retour : il fit hommage à Marie de Blois pour trois fiefs (Annexe III) et servit pendant un mois le pape avec 25 lances. Il revint ensuite en France pour piller les sénéchaussées de Beaucaire et de Carcassonne, avec ses compagnons Perrot de Termes et Chamisard, ainsi que d’autres routiers59.

  • 60 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 284, 287, 297, 311, 313, 315-316, 317, 319 ; ASV, Intr. et Ex. 360 (...)

19En Provence, les garnisons d’Enguerrand d’Eudin représentaient toujours une menace. Le 25 juin 1386, les hommes de Foucherant, capitaine de Mallemort, attaquèrent au cri de “Saint Georges, les Baux !” les troupes de Bertrand Boytard et d’Isnard de Glandevès, seigneur de Cuers, qui logeaient dans le monastère de Silvacane. Les Angevins parvinrent à les repousser. Mais les actes d’hostilités continuèrent, avant qu’une trêve ne soit signée en septembre. Il n’était pas encore question d’évacuation60.

  • 61 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 242-243, 248, 253, 258 ; Brun, éd. 1935, 90-91 (lettre du 11 juin (...)
  • 62 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 309, 312, 315 ; Brun, éd. 1935, 92 (lettres du 28 août et du 8 sep (...)
  • 63 ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 143v-154v.
  • 64 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 320 ; Brun, éd. 1935, 93-94 (lettre du 15 octobre 1386 de Tieri di (...)

20Un nouvel acteur entra alors en scène : Raymond de Turenne, neveu de Grégoire XI, qui s’opposait à la volonté de Marie de Blois de récupérer certains fiefs concédés autrefois à sa famille. Depuis février 1386, il se livrait à quelques brigandages en représailles à la saisie d’Aureille, près des Baux, par des troupes angevines61. En août 1386, quand Marie de Blois prit sous sa protection les habitants de Saint-Rémy qui s’étaient révoltés, Raymond de Turenne les punit aussitôt en reprenant contrôle du village. Ses troupes commencèrent à piller la région. Elles l’emportèrent, le 3 septembre, près d’Eyragues dans une escarmouche contre la quarantaine de lances de Girard d’Arlod, capitaine du Comtat62. En réplique, Clément VII constitua une armée composée d’environ 125 lances recrutées parmi la noblesse de la région genevoise, de quelques arbalétriers mercenaires et des communes du Comtat63. Le 2 octobre, cette armée se mit en marche contre Raymond de Turenne ; elle s’empara d’Eyragues puis de Castillon et mit le siège devant Saint-Rémy. Les habitants se rendirent alors à Guillaume, vicomte de Turenne. Son fils, Raymond, retranché aux Baux, semblait en mauvaise posture64.

  • 65 Brun, éd. 1935, 94 (lettre du 19 nov. 1386 de B. di Matteo).
  • 66 Guilhem Pépin, que nous remercions, a en effet découvert deux références à ce sujet, puisées dans (...)

21Il eut la chance de recevoir des secours. Peu avant le 19 novembre, un capitaine du nom de Vita put franchir le Rhône, avec 300 chevaux, soit environ 100 lances. On pensait que d’autres hommes d’armes allaient venir servir Raymond de Turenne65. L’origine de Vita est problématique : il en effet appelé par la suite Vita de Bloys mais le correspondant de Francesco di Marco Datini qui nous informe de sa venue précise “qu’il se dit être de Prato”. Cela semble douteux et il paraît plus probable qu’il venait du duché d’Aquitaine où le patronyme “de Bloysˮ est attesté66.

  • 67 Brun, éd. 1935, 94 (lettre du 20 déc. 1386 de B. di Matteo) ; Valois 1896, t. 2, p. 335 ; AN, K 1 (...)

22Cette menace pesa sur les négociations qui s’ouvrirent à Avignon à la fin décembre. Raymond de Turenne obtint un traité avantageux : Marie de Blois promit de lui restituer Saint-Rémy et une rente de 1000 livres autrefois accordée, ainsi qu’un dédommagement de 10 500 florins pour la perte de Puyloubier. En outre, le camérier prit l’engagement de lui verser 500 francs et 500 florins de la Chambre chaque année, jusqu’à concurrence de 15 000 francs. En contrepartie, Raymond fit hommage à Louis II le 5 janvier 1387 et s’engagea à faire évacuer tous ses hommes, en ne gardant qu’une escorte de quinze lances67.

  • 68 Brun, éd. 1935, 98, 99 (lettres du 20 avril et 15 mai 1387 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moran (...)

23Dans les faits, Vita, le seul capitaine nommé dans le traité, demeura en Provence. Mais d’autres capitaines quittèrent le pays : il s’agit des hommes d’Enguerrand d’Eudin. En avril et mai 1387, ils furent payés et escortés jusqu’au Rhône. On leur proposa de rejoindre l’armée française qui allait au secours de Jean Ier de Castille, attaqué par le roi du Portugal et Jean de Gand. Les forteresses d’Enguerrand d’Eudin furent récupérées par la papauté et Marie de Blois68.

  • 69 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 360, 367-368, 378.
  • 70 Ibid., 352, 357, 377, 397-399.
  • 71 Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 13r, 13v (31 juillet et 1er août 1387).
  • 72 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 397-398 (7 septembre 1387).

24Cette accalmie favorisa les ralliements à Louis II. Durant l’été 1387, plusieurs localités de Provence centrale le reconnurent comme comte de Provence, telles Draguignan, Fréjus, Saint-Raphaël, Lorgues, Aups69… Quelques troubles persistaient cependant. Les hommes de Vita de Bloys capturèrent en juin deux secrétaires de la reine Marie et occupèrent Flayosc et Régusse70. Le sénéchal entreprit le siège de Flayosc en août, faisant appel aux communes des vigueries de Draguignan et de Brignoles. Mais ce siège semble avoir été très vite levé71. En septembre, on parlementa avec Vita de Bloys et son associé, Galhardet de Mauléon72.

  • 73 Ibid., 397-399, 402, 451-452 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 31, fol. 53v-55r.

25Le traité d’évacuation de Flayosc fut d’abord soumis à l’appréciation du pape et des cardinaux. Le 29 octobre, la chancellerie angevine scella une commission en faveur des frères Hélion et Antoine de Villeneuve pour négocier avec les deux capitaines. Mais ce ne fut que le 7 décembre 1387, dans le couvent des Augustins de Draguignan, que Galhardet de Mauléon et Vita de Bloys, qualifiés de compagnons d’armes, leur vendirent Flayosc pour 1500 florins73.

  • 74 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 359-360, 375-376, 446-447, 451 ; Brun, éd. 1935, 103 (lettre du 23 (...)

26Dans le même temps, les Aixois reconnurent la seconde maison d’Anjou. Cela se fit difficilement car il y eut trois soulèvements en faveur des Duras. Louis II ne put entrer dans sa capitale, le 21 octobre 1387, qu’après avoir accordé des chapitres avantageux aux Aixois, qui lui firent hommage le 29 octobre74.

Les dernières hostilités (novembre 1387-octobre 1388)

  • 75 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 214, 259, 399, 446, 447, 453, 455 ; Brun, éd. 1935, 104, 106 (lett (...)
  • 76 ASV, Intr. et Ex. 362, fol. 128r, 128v, 135v, 141v, 153v.
  • 77 Ces épisodes, non datés, sont relatés dans les chapitres de paix que Georges de Marlioz dut refai (...)

27Après la soumission d’Aix, le pouvoir angevin eut affaire encore à plusieurs “poches de résistance”. Toulon et Hyères par exemple persistèrent dans leur opposition, sans faire la guerre. De son château de Meyrargues en revanche, Éléonore de Comminges, la mère de Raymond de Turenne, semait le trouble. Apparentée à Charles de Duras, elle était depuis le début favorable à l’Union d’Aix. Ses hommes multiplièrent les brigandages dans la région aixoise et jusqu’à Avignon75. D’autres désordres venaient de capitaines tels Guillaume de Saignes. Entre juillet et octobre 1387, il avait assumé pour le pape, avec 25 lances, la garde du Comtat Venaissin76. Il reprit ensuite sa vie de routier. Ses hommes établis à Mérindol, près de Cavaillon, capturèrent sur le chemin du retour les représentants d’Annot et de Castellet-lès-Sausses, qui avaient fait hommage à Louis II et obtenu des chapitres de paix77.

  • 78 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 475, 476 ; Brun, éd. 1935, 106 (lettre du 10 déc. 1387 de B. di Ma (...)
  • 79 Cf. Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 5r ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 341, 344, 345, 354, 472.
  • 80 Brun, éd. 1935, 106-107 (lettres du 21 déc. 1387 et du 17 jan. 1388 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, (...)
  • 81 Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 29v-31r ; Arch. mun. Toulon, FF 610. Bertrand Boytard et Jean de (...)

28Une affaire plus grave envenima la fin du séjour de Marie de Blois en Provence. Alors qu’elle se rendait d’Arles à Tarascon, deux capitaines s’emparèrent de Baldassare Spinola afin de disposer d’une monnaie d’échange pour recevoir leurs gages78. Il s’agissait de Bertrand Boytard, un capitaine breton jusqu’ici fiable, et de Jean de Graulhet, un “capitaine de Gascons” qui servait en Provence depuis au moins avril 138779. Ils avaient l’appui de Guillaume de Robergues. Tous trois, après avoir semé le désordre, se rendirent à Saint-Saturnin-lès-Avignon pour négocier la rançon de Spinola. Ils réclamaient la somme énorme de 14 000 florins, ce qui donna lieu, selon l’expression de Jean Le Fèvre, à des conseils moult angoisseux. Pendant ce temps, les quelque deux cents cavaliers qui logeaient à Saint-Saturnin devaient être approvisionnés par les Comtadins et ils tenaient en otage Avignon. L’affaire se résolut le 28 janvier 1388. Avant de rentrer en Anjou, Marie de Blois rencontra les gens de guerre, qui reçurent des lettres de rémission80. On ne tint pas rigueur de leur coup d’éclat. Bertrand Boytard et Jean de Graulhet figurent ensuite dans l’armée du sénéchal de Provence Georges de Marlioz. Le 18 février 1388, Jean de Graulhet avec 120 hommes d’armes logea dans les faubourgs de Brignoles. Il alla ensuite à Toulon et assista le 17 mars 1388, avec Bertrand Boytard, à la soumission de la ville81.

  • 82 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 351 E 57, fol. 208r-209r.
  • 83 Droguet 1980, 194, 201-202 ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 524 ; Valois 1896, t. 2, 335 n. 2 ; H (...)

29Dans le même temps, les officiers angevins s’occupèrent des garnisons d’Éléonore de Comminges. Le 4 mars 1388, le trésorier de Provence, Jean le Maistre, reçut un prêt de 750 florins de la part des syndics et des Six de la guerre de Marseille afin de négocier avec les capitaines des Pennes[-Mirabeau]. Il s’agissait de Galhardet de Mauléon et de son compagnon d’armes, non nommé, vraisemblablement Vita de Bloys82. Ces tractations furent plus longues que prévues mais les Marseillais purent finalement récupérer Les Pennes en mai. Les deux capitaines s’en sortirent sains et saufs. Georges de Marlioz assiégea ensuite le château de Meyrargues avec les contingents communaux de Provence83.

  • 84 Cais de Pierlas 1898, 20-26, 335-346 ; Venturini 1990, 97, 102-105.
  • 85 Cabaret, éd. Chaubet 2006, 279-281 ; Cais de Pierlas 1898, 27-45 ; Venturini 1990, 100.
  • 86 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 8, fol. 156r-157v.

30Son prochain objectif fut la Provence orientale. Jean Grimaldi, baron de Beuil, y avait remplacé Baldassare Spinola comme sénéchal de Ladislas de Duras, fils de Charles III. Il eut l’habileté de négocier avec le comte de Savoie, aigri de ne pas avoir obtenu de la cour angevine le remboursement de l’argent que son père avait perdu lors de son expédition en Italie avec Louis Ier d’Anjou. Le 2 août à Chambéry, son frère Louis Grimaldi s’engagea à concéder à Amédée VII toutes les terres reconnaissant encore Ladislas84. Cet accord survenait juste avant l’offensive de Georges de Marlioz. Le 11 août, le sénéchal obtint en effet la soumission de Saint-Paul-de-Vence puis entreprit le siège de Nice. Dans le même temps, le Comte rouge fit route vers la Provence. Arrivé à Barcelonnette, le 12 ou 13 septembre, il envoya un détachement d’hommes d’armes aux Niçois. Georges de Marlioz se trouva dans l’embarras. Originaire du diocèse de Genève, il était “homme du comte” et ne voulut pas combattre son maître. Il leva le siège de Nice. Le comte de Savoie put ainsi atteindre la ville dont les habitants se placèrent sous sa protection, le 28 septembre 138885. Le même jour, Georges de Marlioz accorda des privilèges aux gens de Guillaumes, qui étaient fidèles aux Angevins86. Mais cela n’empêcha pas l’arrière-pays niçois de choisir le camp savoyard.

  • 87 Gioffredo 1839, t. 3, 492 ; Cais de Pierlas 1898, 42.
  • 88 Gioffredo 1839, t. 3, 494-495 ; Cais de Pierlas 1898, 44.
  • 89 Gioffredo 1839, t. 3, 498.

31C’est dans ce contexte que nous retrouvons Galhardet de Mauléon et Vita de Bloys. Le 25 octobre, le premier vendit au comte de Savoie un village acquis par droit de conquête, Gattières, sur la rive droite du Var, pour 2000 florins87. Ensuite, s’il s’agit bien du Bascot de Mauléon, il dut se rendre à Orthez pour régler de vieilles affaires relatives à la forteresse de Thuriès en Albigeois. L’entretien avec Froissart est daté de décembre 1388. Quant à Vita de Bloys, il s’engagea le 3 novembre 1388 au service du comte avec vingt-cinq lances. L’acte d’engagement indique qu’il occupait alors Thorenc, un village fortifié au nord de Grasse et donc éloigné de la domination savoyarde. Il ne devait pas faire la guerre aux Provençaux de cette localité car une trêve venait d’être scellée entre Savoyards et Angevins. Toutefois, si en mai 1389 la guerre reprenait, il ferait alors à partir de Thorenc ce qu’on lui dirait88. La situation était encore instable. En septembre 1389, de nouvelles trêves furent signées, pour douze ans cette fois. Il était précisé que Vita de Bloys, qui occupait toujours Thorenc, devait quitter la Provence89.

La trajectoire des capitaines

32La documentation rassemblée permet de connaître trente-cinq capitaines extérieurs qui participèrent à la guerre de l’Union d’Aix. Nous avons indiqué les principaux dans le feu de l’action. Il convient désormais de nous pencher sur leur carrière dans la longue durée afin de déterminer leur profil. Dans quelque mesure, ce conflit fut-il important dans leur histoire personnelle. Était-ce juste un engagement temporaire ou au contraire un épisode qui les fit s’installer dans la région provençale ?

Les origines géographiques

  • 90 J. Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 341, 354-355 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 637.

33Seule une minorité des capitaines n’étaient pas originaires du royaume de France. Il s’agit de Chamisard, savoyard, de Jean de Foucherant, du diocèse de Besançon, et d’Hanequin, alias le Grand Hanequin, Allemand qui fut capitaine de La Valette en 138790. Cependant il faut rappeler que nous ignorons le nom des capitaines italiens au service de l’Union d’Aix (à l’exception de Guglielmo, marquis de Ceva) et aussi celui des Anglais mentionnés à Tarascon en avril 1385.

  • 91 Rebergues, Pas-de-Calais, con d’Ardres.
  • 92 Il servit jusqu’au 22 avril 1361 avec 33 écuyers et 12 archers, puis avec 9 écuyers : BnF, NAF 74 (...)
  • 93 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247v.

34Du nord du royaume provient Guillaume de Robergues91, du diocèse de Thérouanne, que l’on peut suivre sur une longue période. Il servit en effet en 1361 parmi les troupes du maréchal Arnoul d’Audrehem qui encerclaient la Grande Compagnie de Pont-Saint-Esprit92. Il se mit ensuite au service du duc de Berry et devint l’un de ses écuyers93. Le chevalier picard Enguerrand d’Eudin est attesté dès 1351, au service justement du maréchal d’Audrehem. Trente ans plus tard, c’était donc un capitaine très expérimenté qui occupait la charge de sénéchal de Beaucaire.

  • 94 Jamme 1999, 316-317 ; Mabilly 1909, 166.
  • 95 Jamme 1999, 323 ; ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104r, 118r, 118v.

35La Bretagne fournit le plus grand nombre de chefs de guerre dans ce conflit : douze capitaines sur trente-cinq. Ce n’est pas étonnant à cette époque, d’autant plus si l’on prend en compte l’épouse de Louis Ier d’Anjou, Marie de Blois. Le capitaine le plus documenté est Bertrand Boytard, du diocèse de Saint-Malo. Il figurait en 1371 et en 1380 dans les armées de Bertrand du Guesclin, et servit entre temps en Italie en 1376-1379. C’est à la fin janvier 1384 que le pape l’envoya à Marseille, avec ses hommes. Il fut engagé par la ville qui le paya jusqu’en 1385, à la tête d’une troupe de cent lances, puis de cinquante lances à partir de mai 138494. On a vu qu’il servit en Provence jusqu’en 1388. À l’inverse, Hervé le Scarabin, qui fit carrière aussi en Italie entre 1376 et 1379, ne fit que passer en Provence, où il est attesté de juin à août 138395. Comme nous l’avons vu, plus de 330 lances bretonnes qui avaient servi en Provence furent évacuées en avril 1385 (Annexe I, 2).

  • 96 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104v.
  • 97 Jean est appelé Bâtard de Ligarde dans une lettre de Marie de Blois du 13 mars 1387 (Arch. dép. V (...)

36Les capitaines originaires d’Aquitaine sont principalement Antoine, Bâtard de Terride et Jean de Graulhet du côté angevin ; Galhardet de Mauléon du côté duraciste, et probablement Vita de Bloys. Parmi les hommes de guerre de moindre rang, signalons l’Albigeois Sicard de Lescure qui servit dans l’armée du sénéchal de Beaucaire en juin 138396 et Jean, Bâtard de Ligarde, baile et capitaine de Brignoles en 138797.

  • 98 ASV, Intr. et Ex. 338, fol. 123v ; Intr. et Ex. 359, fol. 84v. Le 20 novembre 1383 le pape lui av (...)
  • 99 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247r-v.

37L’Auvergne est représentée par Perrot de Pradines, Hugonin de Villars, du diocèse du Puy-en-Velay, capitaine de La Valette en 1384-138598 et surtout par deux capitaines très actifs : Guillaume de Saignes, d’une famille de très bonne noblesse, et Perrot de Termes. Ils firent d’abord leurs armes au service du duc de Berry qui était leur seigneur direct99.

Les capitaines actifs en Languedoc au temps des Tuchins

  • 100 HGL 10, col. 1664-1668.
  • 101 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247r-248v.

38Quelle que soit leur origine, un bon nombre des capitaines actifs en Provence avaient auparavant servi en Languedoc ce même duc de Berry, dans les années 1381-1382. Leurs déprédations sont une des causes premières du soulèvement des Tuchins. En juin 1382, à Avignon, les communes du Languedoc leur accordèrent la somme de 40 000 francs pour acheter leur départ. Les capitaines s’engagèrent personnellement à quitter le pays. Ils étaient dix-huit, répartis en trois groupes100. Par ailleurs, les comptes du trésorier des guerres Barthélemy de Noces permettent de connaître l’effectif de leur compagnie quand ils commencèrent à servir le duc de Berry en juin 1381101. En combinant les deux documents, on dispose ainsi d’un état précis des principaux capitaines actifs en Languedoc en 1381-1382 (Annexe II).

  • 102 Morice 1744, t. 2, col. 414-415, 419.

39On remarque un groupe de six capitaines bretons, rassemblant en juin 1381 un total de 460 lances. Leur solidarité est prouvée par le fait que les mêmes capitaines avaient servi le roi entre décembre 1380 et avril 1381 avec 200 lances102. Avant de venir en Languedoc, leurs troupes avaient plus que doublé. Le deuxième groupe rassemble des capitaines bretons également, mais de moindre importance. Il y a en effet cinq capitaines pour 110 lances à peine. Le troisième groupe de sept capitaines distingués en juin 1382 (à la tête de 312 lances et 60 arbalétriers en 1381) est plus hétéroclite mais il comporte surtout des serviteurs de l’Hôtel du duc de Berry, originaires de ses territoires.

40En fin de compte, sur les dix-huit capitaines qui évacuèrent le Languedoc en juin 1382, huit servirent en Provence. Ils sont extraits des trois groupes. Mais on peut y ajouter trois autres capitaines attestés en Languedoc à cette époque : Guillaume Chamisard, Guillaume de Robergues, et le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin. Ainsi, onze capitaines ayant écumé le Languedoc au temps des Tuchins se retrouvèrent en Provence. Parmi eux figurent quatre capitaines qui eurent un rôle très notable dans le conflit : Bertrand Boytard, Guillaume de Saignes, Perrot de Termes et Chamisard.

L’éventail des carrières

  • 103 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 191, 325 ; Contamine 1975, 392-393, 395.

41Durant leur engagement en Provence, il est difficile de savoir si les capitaines affrontaient souvent des situations périlleuses. On peut penser que cette guerre civile était beaucoup moins risquée que celle de Bretagne. Il faut néanmoins mentionner le décès de deux capitaines : Jean de la Nosière mourut en octobre 1385 devant Saint-Michel[-l’Observatoire] et Antoine Bâtard de Terride décéda à Avignon en novembre 1386, mais ce fut peut-être de maladie. Cet homme d’armes était actif depuis au moins 1369 quand il était à la tête de 50 hommes prélevés parmi les Compagnies103.

  • 104 Arch. dép. Var, 3 E 7/64, fol. 72r-74v (8 janvier 1384).
  • 105 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 351 E 122, fol. 53v ; 351 E 39, 27 sept. 1384.
  • 106 Castellet, lieu-dit commune d’Allemagne-en-Provence, Alpes de Haute-Provence, con de Riez.
  • 107 Mouton 2012, 20.
  • 108 Cf. AN, M 781, fol. 58v ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 8, fol. 81v-83r.
  • 109 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 5, fol. 257v-258v.

42L’instabilité de la situation permettait sans doute de faire des profits faciles. En janvier 1384 par exemple, Anfosso, un homme d’armes de la garnison pro-angevine de La Valette, put extorquer deux rançons non négligeables : 37 florins et 8 sous d’un villageois de Flassans et 27 florins 8 sous d’un habitant de Fréjus104. En septembre 1384, des hommes d’armes de la compagnie de Bertrand Boytard en service à Marseille firent également des prisonniers : Malcastel tira une rançon de 4 florins et 6 gros d’un habitant de Bras et Étienne de Landa reçut 22 florins et quart de son prisonnier aixois105. Des fouilles récentes faites sur le site du Castellet106, près de Riez, ont révélé un riche mobilier (des pièces d’armement notamment), qui semble provenir des pillages de Chamisard accomplis durant la guerre107. Au-delà de l’occupation temporaire d’une forteresse, les capitaines pouvaient espérer la recevoir en fief, car les seigneurs rebelles voyaient leurs biens confisqués et redistribués. Cela permettait de dédommager les capitaines dans la solde était payée avec retard. Ce type de concession semble toutefois limitée (Annexe III). Les capitaines préférèrent en outre revendre leur fief. Jean de Ligarde qui reçut Flassans en 1388, le vendit dès le 28 janvier 1390 à un habitant de Brignoles et le village fut vite récupéré par Foulque de Pontevès108. Perrot de Termes céda en 1393 Briançonnet, Gars et Sallagriffon à un noble de la région, Jean Raymond, seigneur d’Eoulx, pour le prix de 1500 florins109.

  • 110  Arch. dép. Alpes-Mar., NI Mazzo 38 Gattières n° 1 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 3299, pièce n (...)

43Pour autant, plusieurs capitaines choisirent au contraire de revenir en Provence ou même de s’y installer. Les deux capitaines au service des Duracistes en 1388 restèrent sur place. Le 12 juillet 1389, Galhardet de Mauléon était à Turin et désigna des procureurs pour récupérer les 2000 florins dus par Amédée VII pour la vente de Gattières. Le 29 novembre 1396, il fut nommé baile et capitaine de Barcelonnette pour le comte de Savoie. Il entra en fonction le 4 janvier suivant. En août 1399, on le retrouve capitaine de Puget-Théniers et chargé de prendre possession du château d’Ascros. Il fut suffisamment influent pour entrer en contact avec le roi de Naples Ladislas de Duras qui en fit son familier et le nomma châtelain en Provence110.

  • 111 Gioffredo 1839, t. 3, 515, 557-558, 589, 590-591 ; Cais de Pierlas 1898, 54, 73, 90, 91, 107, 369 (...)

44Vita de Bloys put conserver quelques temps Thorenc, d’où il menait des pillages. Il devint en 1390 viguier et capitaine de Nice et apparaît comme citoyen de la ville l’année suivante. Il entra ensuite dans l’entourage de Jean Grimaldi, sénéchal de la Provence savoyarde. Quand celui-ci fut retenu prisonnier par les gens de Vintimille entre décembre 1395 et mai 1397, il subit les représailles des Niçois et des officiers savoyards. Certains Gascons de ses familiers furent exécutés mais lui en réchappa111.

  • 112 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 491 ; Arch. dép. Vaucluse, 3 E 38, 3 janvier 1416.
  • 113 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 162, 167, 235, 240-241, 243, 254 ; Lambert 1887, 141-154 ; Arch. m (...)

45Cette capacité des capitaines à se “ranger” est repérable aussi du côté de la Provence angevine. Guillaume de Robergues reçut en janvier 1388 le poste de capitaine de Puy-Sainte-Réparade, à titre viager semble-t-il. Il se maria avec une noble provençale, Dauphine de Forcalquier, dont il eut une fille, Georgette, qui épousa un noble arlésien, Nicolas Chaix112. De la même façon, Guillaume de Saignes s’il ne garda pas ses fiefs du diocèse de Glandèves épousa vers 1391 Catherine d’Agoult et devint seigneur de la Val d’Oule, une terre adjacente de Provence. Le Breton Olivier Bourdon avait été nommé en 1385 capitaine de Solliès, une localité qui permettait de tenir en respect Toulon. Il s’établit dans la région. En 1402, alors qu’il était châtelain et capitaine de Toulon, une partie de la population se ligua contre lui, avec l’appui d’Hugonin de Villars, baile de la ville, un autre vétéran de la guerre civile… Les autorités lui donnèrent raison. Il était encore en place en 1419, quand de nouveau les Toulonnais se révoltèrent contre lui, ce qui entraîna leur condamnation113.

  • 114 Cais de Pierlas 1898, 107 ; Laplane 1843, t. 1, 200-202.
  • 115 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 101r ; Collectorie 457, fol. 259r.
  • 116 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 86v, 92r ; Intr. et Ex. 366, fol. 139v, 160r, 175v, 197r ; Intr. et E (...)

46Sans s’y installer durablement, d’autres capitaines continuèrent à fréquenter la Provence au temps de la guerre menée par Raymond de Turenne. Ainsi Chamisard, originaire de Savoie rappelons-le, fut-il le premier viguier et capitaine de Nice sous régime savoyard en 1388-1389. Mais cet office fut passager ; en 1391, il faisait la guerre à Sisteron en occupant le village de Lazer114. Son ancien compagnon Perrot de Termes se retrouva au contraire en 1389 dans le camp de Louis II d’Anjou. Benoît XIII le recruta comme écuyer d’honneur le 13 octobre 1394115. De même, Bertrand Boytard servit le pape entre 1388 et 1391. En avril 1394, son retour était attendu et même espéré car il avait laissé un bon souvenir : “On dit qu’un capitaine nommé Bertrand Boytard, un Breton, descend avec 300 lances de Bretons et vient à la solde des Provençaux, parce que ce capitaine s’est déjà trouvé à Marseille avec 50 lances et qu’il a si bien fait déjà ses preuves dans la guerre de Provence que les Provençaux l’aiment et le veulent comme capitaine des hommes d’armes. Il fera la guerre à messire Raymond à ce qu’on raconte116”.

  • 117 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 46v, 61r, 68v, 74r, 75v, 77r, 81v, 83r.
  • 118 Rouquette 1887, 361-362, 372-373.
  • 119 Moranvillé 1892, 84 ; Arch. mun. Carpentras, BB 22, fol. 138v-139r ; BB 23, fol. 15r-16r.

47À la fin du xive siècle, plusieurs routiers participaient ainsi à un mouvement de va-et-vient entre la Provence et le Midi du royaume de France. Guyot de Crescent, capitaine de Lamanon pour Enguerrand d’Eudin en 1385-1387, semait la guerre en Rouergue à la fin de l’année 1388. Il était associé à Jean le François, Montfaucon, Perceval de Bosco, Jacquemino de Pavie et Hugonin de Vaux. La papauté leur envoya des émissaires puis les paya afin qu’ils ne franchissent pas le Rhône pour aider Raymond de Turenne117. De fait, Guyot de Crescent resta en France ; il était actif en 1389 dans la région du Larzac, avec Montfaucon et Perrot de Termes. Jean de Graulhet pour sa part était installé aux abords de Millau ; en 1390, il occupa Aguessac puis Peyrelade118. Vers la même époque, Perrot de Pradines servait le célèbre Geoffroy Tête Noire, capitaine de Ventadour. En 1396, il refit parler de lui en occupant trois villages du nord du Comtat119

48La guerre de l’Union d’Aix est un conflit qui eut un rayonnement assez large si l’on en juge par le nombre et l’origine des capitaines qui y participèrent. Un bonne partie des gens de guerre qui avaient suscité la révolte des Tuchins en Languedoc purent continuer leur carrière de l’autre côté du Rhône. Autrement dit, l’entourage militaire du duc Louis Ier d’Anjou et du duc de Berry fut largement sollicité par ce conflit. Ces capitaines peuvent sembler de second rang car les chroniqueurs les évoquent peu et leurs troupes ont des effectifs modestes. En revanche, en sondant les archives, ils apparaissent comme des acteurs non négligeables de la vie militaire des années 1380. Ils présentent des profils contrastés. Certains sont des vétérans de l’époque des Grandes Compagnies. Bertrand Boytard fait figure de mercenaire à la bonne réputation, ce qui est presque surprenant pour un Breton agissant en terre étrangère. Par contraste, dans la galerie de portraits que nous avons esquissés, Guillaume de Saignes joue le rôle du capitaine soudard. Mais ce serait réducteur de ne le voir qu’ainsi : il pouvait aussi se comporter comme un noble auvergnat de haute naissance, un chambellan du duc de Berry, un seigneur provençal, un capitaine en charge de la défense du Comtat Venaissin…

49Certains de ces gens de guerre firent le choix de résider un temps ou de s’installer dans la région provençale. La persistance de la guerre catalysée par Raymond de Turenne facilitait ce choix, mais également l’attractivité d’Avignon pendant le pontificat de Clément VII. La présence de la chambre apostolique, de banquiers et d’armuriers italiens, en faisaient une ville familière pour les gens d’armes. Plusieurs expéditions s’y décidaient ou s’y préparaient. On sait que Bernard de La Sale puis Bernardon de Serres s’installèrent finalement dans la région. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que certains capitaines de moindre rang choisissent la Provence voisine comme lieu de retraite.

Annexes

Annexe I Les capitaines de routiers payés par Clément VII en avril 1385

1) Capitaines payés par Clément VII et actifs dans la région provençale

Juhel Rolland

Bertrand Boytard

Antoine, Bâtard de Terride

Guillaume Chamisard

Perrot de Pradines

Guillaume de Saignes, Perrot de Termes et Jean de la Nosière

2) Capitaines payés par Clément VII pour évacuer le Comtat Venaissin

le 17 avril 1385 (Pont-Saint-Esprit)

Nom

Effectif de la compagnie (capitaine inclus)

Guiot d’Estaing, homme d’armes du diocèse d’Autun, de la compagnie de Perrot de Termes

12 hommes d’armes

Jean Lavocat, homme d’armes de Bretagne

20 hommes d’armes

[Guinet de] Treguerand

22 lances

Briand Blanchard

35 lances

Hervé de Guerreguin/Guarreguin

21 lances

Guillaume de Guarro

22 lances

le 18 avril 1385 (Pont-Saint-Esprit)

Henry Chasteler

100 lances

Jean Guiot

62 lances

Henry Cribier

42 lances

Annexe II Les capitaines d’hommes d’armes actifs en Languedoc en 1381-1382

Noms des capitaines mentionnés dans le traité d’évacuation de juin 1382

Statut

Effectif des compagnies en 1381

Geoffroy de Partenay

écuyer de Bretagne

100 hommes d’armes (10 juin 1381)

Bertrand Boytard

écuyer de Bretagne

110 hommes d’armes (10 juin 1381)

Briand Blanchard

écuyer [de Bretagne]

60 hommes d’armes (10 juin 1381)

Guillaume de Guarro/Guerrio

écuyer [de Bretagne]

60 hommes d’armes (10 juin 1381)

Jean de Launay

écuyer de Bretagne

60 hommes d’armes (10 juin 1381)

Yvon Marquer/Marquier

écuyer de Bretagne

70 hommes d’armes (10 juin 1381)

[Guernot de] Tregain

écuyer [de Bretagne]

40 hommes d’armes (10 juin 1381) avec H. du Mascouet

Masco [sic] [= Hervé du Mascouet]

écuyer [de Bretagne]

40 hommes d’armes (10 juin 1381) avec G. de Tregain

Guillaume du Pin

écuyer

50 hommes d’armes (10 juin 1381) avec H. du Chastellier

[Henry] Chasteler/ (du) Chastellier

écuyer [de Bretagne]

50 hommes d’armes (10 juin 1381) avec G. du Pin

Alain de Coetven

écuyer [de Bretagne]

20 hommes d’armes (20 juin 1381)

Guillaume de Viche

chevalier, chambellan du duc de Berry, maréchal de l’armée

12 hommes d’armes (10 juin 1381)

Aubert de Montebert

chevalier, chambellan du duc de Berry

40 hommes d’armes et 10 arbalétriers (26 juillet 1381)

Guillaume de Saignes

écuyer, chambellan du duc de Berry

65 hommes d’armes et 10 arbalétriers (26 juillet 1381)

Perrot/Perichon de Termes

écuyer, échanson du duc de Berry

25 hommes d’armes (10 juin 1381)

Perrot/Perichon de la Nosière

écuyer

20 hommes d’armes (26 juillet 1381)

Étienne de/le Barretat

écuyer

100 hommes d’armes et 40 arbalétriers (10 juin 1381) avec Louis Chandelier

Philippe de Bugny

écuyer, peut-être décédé en 1382 : “les gens Philippe de Bugny”

50 hommes d’armes (25 mai 1381)

Autres capitaines actifs en 1381-1382 en Languedoc

Statut

Effectif des compagnies en 1381

Guillaume du Jarzin dit Chemizart/Chamisard

écuyer

24 hommes d’armes (26 juillet 1381)

Guillaume de Robergues

écuyer de corps du duc de Berry

20 hommes d’armes, garnison de Béziers (9 avril 1382)

Guillaume de Mâcon

écuyer d’Anjou

30 hommes d’armes (10 juin 1381)

Annexe III Les concessions de fiefs aux capitaines d’hommes d’armes

Noms

Localités concédées

Date (référence)

Perrot de Termes, damoiseau du diocèse de Clermont

Briançonnet

Gars

Sallagriffon

Trigance

25 février 1384 (B 5, fol. 256r-v) ; confirmation le 1er septembre 1385 (ibid., fol. 256v-257r) ; hommage le lendemain (B 766, fol. 33r)

Guillaume de Saignes

Annot

Le Fujeret

Méailles

avant le 22 août 1386, date de l’hommage pour ces localités (B 766, fol. 96r)

Bertrand Boytard, écuyer d’écurie de Louis II d’Anjou

La Barben

13 novembre 1387 (B 8, fol. 8r-v) ; scellé le 29 nov. (JLF, 472)

Id.

rente perpétuelle de 300 francs par an sur les salines de Berre

13 novembre 1387 (B 8, fol. 9r-10r) ; scellé le 29 nov. (JLF, 472)

Jean de Graulhet, capitaine de Gascons

Saint-Symphorien (cne d’Entrepierre, Alpes de Haute-Provence)

13 novembre 1387 probablement ; scellé le 29 nov. (JLF, 472)

Id.

rente perpétuelle de 300 francs par an sur les salines de Berre

13 novembre 1387 probablement ; scellé le 29 nov. (JLF, 472)

Jean de Ligarde, homme d’armes de la compagnie de Jean de Graulhet

Flassans(-sur-Issole]

28 janvier 1388 (B 5, fol. 11v-12v)

Les cotes d’archives renvoient à des documents des Archives départementales des Bouches-du-Rhône ; JLF : Jean Le Fèvre, éd. Moranvillé  1887.

Notes

1 Valois 1896, t. 2, 8-16.

2 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 22.

3 Ibid., 25-26.

4 Hébert 2007, 124-128.

5 Pour l’expédition de Louis d’Anjou en Italie, voir avant tout Valois 1896, t. 2, 38-84 et Masson 2014.

6 Venturini 1990, 47.

7 Brun, éd. 1935, 33-34 (lettre du 29 janvier 1383 de Boninsegna di Matteo) ; Venturini 1990, 47.

8 Venturini 1990, 48-49, 58.

9 Venturini 1990.

10 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 62v-63v, 68v-69r, 73v, 74r.

11 Brun, éd. 1935, 34-36 (lettres des 25 mars, 4 et 8 avril 1383 de Boninsegna di Matteo) ; ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 89v, 95v, 99v ; Coulet 1988, 76, 636 n. 152.

12 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 89v, 101 ; Intr. et Ex. 3337, fol. 27v, 28v.

13 Brun, éd. 1935, 40 (lettre du 11 juin 1383 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 48 ; ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 89v, 95v, 100r-102v, 113r, 118r ; Valois 1896, t. 2, 98, n. 1 et 2.

14 Cf. Mabilly 1909, 169 (lettre de Clément VII du 21 juin).

15 Brun, éd. 1935, 40-42 (lettres du 21 juin-17 juillet 1383 de B. di Matteo) ; Coulet 1988, 77, 637, n. 159 ; Venturini 1990, 72 ; Droguet 1980, 192 ; Mabilly 1909, 169.

16 Brun, éd. 1935, 43, 47 (lettres du 20 août, du 26 oct. et du 20 nov. 1383 de B. di Matteo) ; Coulet 1988, 77, 637 n. 163.

17 La liste en est donnée en 1385 par Enguerrand d’Eudin, Douët d’Arcq, éd. 1863, t. 1, 69. Il s’agit au nord d’Aix : de la tour d’Entressen, de Lamanon, de Mallemort, de La Barben, de Saint-Cannat et de Peyrolles ; au sud, de Bouc et à l’est de Roquefeuil (cne de Pourrières, Var, con de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume). Voir la carte p. 208. Les limites des circonscriptions ne sont qu’indicatives et correspondent à un état du débat du xive siècle.

18 Le Puy-Sainte-Réparade fut ensuite récupéré par le sénéchal de Beaucaire.

19 Brun, éd. 1935, 47 (lettres du 16 nov. et du 7 déc. 1383 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 50.

20 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104r ; Intr. et Ex. 337, fol. 27v ; Mabilly 1909, 170.

21 ASV, Intr. et Ex. 337, fol. 28v.

22 Cf. Arch. dép. Var, 3 E 100/88, fol. 232r-v (16 décembre 1383), 235v-236r, 238v-239v, 239v-240r, 249r-v, 252r-v, 253r, 255v-256v, 274v-275r (22 mars 1384).

23 Arch. dép. Var, 3 E 7/64, fol. 89v (23 mars 1384) ; 3 E 7/47, fol. 33v (15 septembre 1385) ; 3 E 7/65, fol. 67r (16 septembre 1385), fol. 93v (27 octobre 1385) ; E dépôt 10, Arch. mun. Flassans-sur-Issole, AA 3.

24 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 5, fol. 256r-v et fol. 256v-257r.

25 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 47.

26 Il donne une quittance à un homme d’armes de Brescia, Baldassare de Salis. Les témoins proviennent de Brescia, Milan, Pistoia et Plaisance, Arch. Dép. Var, 3 E 100/88, fol. 246v-247r (22 janvier 1384).

27 L’acte de nomination, du 28 juillet 1384, est édité dans Di Confuorto 1737, 72-75 note. Le 26 juillet, il avait été accordé au marquis une rente annuelle de 2000 florins, gagée sur les biens confisqués aux rebelles (ibid., 68-71 note).

28 Arch. dép. Var, 3 E 7/72, 2e foliotation, fol. 69r (27 mars 1385). Le notaire de Brignoles a laissé un blanc pour le nom de famille : “Galhardono ****** capitaneo certarum g[entis] armorum pro domino nostro rege Caralo [sic]”.

29 Cf. “nobilis Galhardonus de Malleone, vasco, cappitaneus certe gentis armigere guerram faciens in partibus Provincie pro domino Carolo de Duracio” (Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 31, fol. 53v, 7 décembre 1387), “Galhardetus de Maloleono” (351 E 57, fol. 208v, 4 mars 1388). Ce prénom, sous ses deux formes, est un diminutif du prénom gascon ou de langue d’oc Galhart.

30 “Nobilis scutiffer Gaglardetus de Malleone, de partibus Gasconie, diocesis Aquensis”, Arch. dép. Alpes-Maritimes, NI Mazzo 38 Gattières n° 1 (12 juillet 1389).

31 Pépin 2011b, 190.

32 Ferragut est connu depuis 1365 : Fowler 2001, 113, 313, 323. Pour son rôle à Roquemartine, cf. Mabilly 1909, 173.

33 Arch. dép. Vaucluse, 3 E 12/662, fol. 3v-9v (20 février 1384) ; Pansier, éd. 1914-1915, 59-60 ; Hébert 1979, 216-217, 234 n. 55 ; Brun 1924, 121-122, 350-351 ; Stouff 1990, 145.

34 Brun, éd. 1935, 54-59 (lettres des 24 mars-15 juin 1384 de B. di Matteo) ; Valois 1896, t. 2, 98 n. 2 ; ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 93v ; Intr. et Ex. 337, fol. 98v, 103r, 104r ; Arch. mun. Pernes-les-Fontaines, BB 13, fol. 15v, 16v ; CC 20, 1384-1385, fol. 4r, 9v ; CC 20, 1386/1384, fol. 4r, 4v, 5v ; Arch. mun. Carpentras, BB 7 bis, fol. 17v-18v, 34v.

35 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 86-87, 89-91, 94, 97-99 ; Brun, éd. 1935, 75, 78 (lettres des 5 et 17 mars 1385 de B. di Matteo) ; Valois 1896, t. 2, 94.

36 Arch. mun. Pernes-les-Fontaines, BB 13, fol. 24r.

37 Arch. mun. Carpentras, CC 162, fol. 43r, 68r ; Brun, éd. 1935, 78-79 (lettre du 17 mars 1385 de Tieri di Benci), 76-78, 80 (lettres du 6, 17 et 28 mars 1385 de B. di Matteo).

38 ASV, Intr. et Ex. 359, fol. 113r-114r.

39 Un certain Bâtard du Guesclin figure d’ailleurs parmi eux, et fut payé à part.

40 C’est prouvé pour Henry Cribier, du diocèse de Quimper, mentionné dès juin 1383 (ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 102v), pour Henry Chasteler, capitaine de 60 lances en septembre 1383 (Mabilly 1909, 171, 178), Guillaume de Guarro (ASV, Intr. et Ex. 337, fol. 45v, février 1384) et Jean Guiot (Intr. et Ex. 359, fol. 72v, décembre 1384).

41 Pour sa présence à Turin en janvier 1385, cf. Gabotto 1898, 31. Pour son retour dans la région de Gap, cf. Arch. mun. Carpentras, CC 162, fol. 42v (12 février 1385).

42 Brun, éd. 1935, 77 (lettre du 17 mars 1385 de B. di Matteo) ; Hébert 1979, 216.

43 Recherches historiques et chronologiques sur la ville de Beaucaire 1718, 77.

44 Brun, éd. 1935, 82-83 (lettres du 3 mai-15 juin 1385 de Tieri di Benci et B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 103-104, 114, 116, 121 ; ASV, Intr. et Ex. 359, fol. 128v, 131r, 132r, 133r.

45 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 119-121, 131-136 ; Venturini 1990, 82-83 ; Hébert 2007, 140-145.

46 Douët d’Arcq, éd. 1863, t. 1, 67-70, 60-67.

47 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 153, 155 ; Valois 1896, t. 2, 101-102 note ; Brun, éd. 1935, 85-87 (lettres du 26 août-13 sept. 1385 de B. di Matteo).

48 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 155, 167, 159, 168-169, 170, 171 ; Coulet 1988, 80.

49 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 144, 156.

50 Ibid., 169.

51 Ibid., 182 (13 octobre 1385).

52 Ibid., 188-191.

53 Ibid., 208, 210-211, 241, 242, 249, 276.

54 Ibid., 239, 248, 269, 272.

55 Ibid., 218.

56 Ibid., 204, 219, 221, 249, 251.

57 Brun, éd. 1935, 88 (lettre du 30 mars 1386 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 255, 258.

58 ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 104v ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 281, 292.

59 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 312 ; ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 133v, 135v ; HGL 10, col. 1714.

60 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 284, 287, 297, 311, 313, 315-316, 317, 319 ; ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 149r.

61 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 242-243, 248, 253, 258 ; Brun, éd. 1935, 90-91 (lettre du 11 juin 1386 de B. di Matteo).

62 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 309, 312, 315 ; Brun, éd. 1935, 92 (lettres du 28 août et du 8 sept. 1386 de Tieri di Benci) ; Valois  1896, t. 2, 332-333, n. 4.

63 ASV, Intr. et Ex. 360, fol. 143v-154v.

64 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 320 ; Brun, éd. 1935, 93-94 (lettre du 15 octobre 1386 de Tieri di Benci et du 9 novembre 1386 de B. di Matteo) ; Arch. mun. Carpentras, BB 15, fol. 16r ; Valois 1896, t. 2, 334.

65 Brun, éd. 1935, 94 (lettre du 19 nov. 1386 de B. di Matteo).

66 Guilhem Pépin, que nous remercions, a en effet découvert deux références à ce sujet, puisées dans les Archives royales anglaises. Dans une pétition en français, de la fin du xive siècle, un certain Pytonet de Blois et Johan de Pyns, originaire du Limousin, demandent un secours d’argent au roi d’Angleterre. Pytonet avait vu ses maisons de Cubzac-les-Ponts (Gironde), de Montendre et de Montguyon (Charente-Maritime) brûlées par ses ennemis (TNA, SC 8/288/14, 389). Le 21 septembre 1454, un certain Johan de Bloy reçoit un privilège commercial pour le dédommager de tout ce qu’il avait perdu dans le duché d’Aquitaine du fait de son exil après la conquête française (TNA, C 61/141, mbr. 5).

67 Brun, éd. 1935, 94 (lettre du 20 déc. 1386 de B. di Matteo) ; Valois 1896, t. 2, p. 335 ; AN, K 1184, n° 1 ; K 1219, n° 1. Ces parchemins complètent le récit de Veydarier 1994, 127-128.

68 Brun, éd. 1935, 98, 99 (lettres du 20 avril et 15 mai 1387 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 346-347, 467 ; ASV, Intr. et Ex. 362, fol. 110r, 115r, 129r ; Valois 1896, t. 2, 109 n.1.

69 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 360, 367-368, 378.

70 Ibid., 352, 357, 377, 397-399.

71 Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 13r, 13v (31 juillet et 1er août 1387).

72 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 397-398 (7 septembre 1387).

73 Ibid., 397-399, 402, 451-452 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 31, fol. 53v-55r.

74 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 359-360, 375-376, 446-447, 451 ; Brun, éd. 1935, 103 (lettre du 23 oct. 1387 de B. di Matteo) ; Coulet 1990, 166.

75 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 214, 259, 399, 446, 447, 453, 455 ; Brun, éd. 1935, 104, 106 (lettres du 6 déc. 1387 et du 17 jan. 1388 de B. di Matteo).

76 ASV, Intr. et Ex. 362, fol. 128r, 128v, 135v, 141v, 153v.

77 Ces épisodes, non datés, sont relatés dans les chapitres de paix que Georges de Marlioz dut refaire le 15 décembre 1388 pour Annot (Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 25, fol. 308v) et le lendemain pour Castellet-lès-Sausses (B 26, fol. 126r).

78 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 475, 476 ; Brun, éd. 1935, 106 (lettre du 10 déc. 1387 de B. di Matteo).

79 Cf. Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 5r ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 341, 344, 345, 354, 472.

80 Brun, éd. 1935, 106-107 (lettres du 21 déc. 1387 et du 17 jan. 1388 de B. di Matteo) ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 484-486, 489, 493, 499, 506, 509 ; Arch. mun. Carpentras, BB 14, fol. 125v.

81 Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 29v-31r ; Arch. mun. Toulon, FF 610. Bertrand Boytard et Jean de Graulhet étaient encore au service de Louis II en décembre 1388, avec 90 hommes, ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 67r.

82 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 351 E 57, fol. 208r-209r.

83 Droguet 1980, 194, 201-202 ; Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 524 ; Valois 1896, t. 2, 335 n. 2 ; Hébert 1979, 220 ; Venturini 1990, 100.

84 Cais de Pierlas 1898, 20-26, 335-346 ; Venturini 1990, 97, 102-105.

85 Cabaret, éd. Chaubet 2006, 279-281 ; Cais de Pierlas 1898, 27-45 ; Venturini 1990, 100.

86 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 8, fol. 156r-157v.

87 Gioffredo 1839, t. 3, 492 ; Cais de Pierlas 1898, 42.

88 Gioffredo 1839, t. 3, 494-495 ; Cais de Pierlas 1898, 44.

89 Gioffredo 1839, t. 3, 498.

90 J. Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 341, 354-355 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 637.

91 Rebergues, Pas-de-Calais, con d’Ardres.

92 Il servit jusqu’au 22 avril 1361 avec 33 écuyers et 12 archers, puis avec 9 écuyers : BnF, NAF 7414, fol. 12v, 14r.

93 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247v.

94 Jamme 1999, 316-317 ; Mabilly 1909, 166.

95 Jamme 1999, 323 ; ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104r, 118r, 118v.

96 ASV, Intr. et Ex. 356, fol. 104v.

97 Jean est appelé Bâtard de Ligarde dans une lettre de Marie de Blois du 13 mars 1387 (Arch. dép. Var, 3 E 7/47, fol. 75v). Le plus souvent, il est appelé simplement Jean de Ligarde (Arch. mun. Brignoles, BB 1, fol. 1r-23r, mars-novembre 1387).

98 ASV, Intr. et Ex. 338, fol. 123v ; Intr. et Ex. 359, fol. 84v. Le 20 novembre 1383 le pape lui avait donné 50 florins car il s’était cassé la jambe dans la guerre de Provence, Intr. et Ex. 337, fol. 28r.

99 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247r-v.

100 HGL 10, col. 1664-1668.

101 BnF, ms. fr. 32 510, fol. 247r-248v.

102 Morice 1744, t. 2, col. 414-415, 419.

103 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 191, 325 ; Contamine 1975, 392-393, 395.

104 Arch. dép. Var, 3 E 7/64, fol. 72r-74v (8 janvier 1384).

105 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 351 E 122, fol. 53v ; 351 E 39, 27 sept. 1384.

106 Castellet, lieu-dit commune d’Allemagne-en-Provence, Alpes de Haute-Provence, con de Riez.

107 Mouton 2012, 20.

108 Cf. AN, M 781, fol. 58v ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 8, fol. 81v-83r.

109 Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 5, fol. 257v-258v.

110  Arch. dép. Alpes-Mar., NI Mazzo 38 Gattières n° 1 ; Arch. dép. Bouches-du-Rhône, B 3299, pièce n° 7 ; Gioffredo 1839, t. 3, 559, 562, 566-569 ; Cais de Pierlas 1898, 81-82. Les diplômes de Ladislas de Duras sont du 31 et du 30 août 1399 ; le nom du château n’est pas précisé dans l’analyse de l’acte donnée par Cutolo [1936] 1969, 274 n. 30

111 Gioffredo 1839, t. 3, 515, 557-558, 589, 590-591 ; Cais de Pierlas 1898, 54, 73, 90, 91, 107, 369, 371-372, 384-385.

112 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 491 ; Arch. dép. Vaucluse, 3 E 38, 3 janvier 1416.

113 Le Fèvre, éd. Moranvillé 1887, 162, 167, 235, 240-241, 243, 254 ; Lambert 1887, 141-154 ; Arch. mun. Toulon, FF 609.

114 Cais de Pierlas 1898, 107 ; Laplane 1843, t. 1, 200-202.

115 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 101r ; Collectorie 457, fol. 259r.

116 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 86v, 92r ; Intr. et Ex. 366, fol. 139v, 160r, 175v, 197r ; Intr. et Ex. 367, fol. 57r, 59v, 60v, 113v, 130r, 137r, 153r ; Intr. et Ex. 369, fol. 88r ; Brun, éd. 1936, 30 (lettre du 30 avril 1394 de B. di Matteo).

117 ASV, Intr. et Ex. 365, fol. 46v, 61r, 68v, 74r, 75v, 77r, 81v, 83r.

118 Rouquette 1887, 361-362, 372-373.

119 Moranvillé 1892, 84 ; Arch. mun. Carpentras, BB 22, fol. 138v-139r ; BB 23, fol. 15r-16r.

Table des illustrations

Titre Carte des routiers et des mercenaires en Provence.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search