Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Un “Marmouset” contre les Compagnies : Jean de Blaisy (vers 1340-1396)

Philippe Contamine

Texte intégral

Une histoire de revenant

  • 1 Aujourd’hui Nikopol, en Bulgarie.
  • 2 Atiya et al. 1934.
  • 3 Monstrelet, éd. Douët d’Arcq 1859, t. 3, 113.
  • 4 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 627.
  • 5 Ibid., 628.
  • 6 Ibid., 629.
  • 7 Le Religieux de Saint-Denis parle, de son côté, d’une affliction générale car “il n’y avait point (...)

1Pour les chevaliers et écuyers français qui, désireux de participer à ce que les sources du temps appellent le “voyage de Hongrie”, quittèrent Dijon et sa région, au nombre de quelques centaines, peut-être de quelques milliers, à la fin du mois d’avril 1396, l’aventure se termina tragiquement sur les bords du Danube, à proximité de la forteresse de Nicopolis1, le 25 septembre de la même année. C’est là que, victimes de leur fougue, de leur témérité, sans doute aussi de leur infériorité numérique, ils furent écrasés par les troupes turques du sultan Bayezid Ier, dit l’Amourat Bacquin : plusieurs périrent sur place, d’autres, la majorité, furent faits prisonniers et exécutés quelques jours plus tard sur ordre du sultan, qui était désireux de se venger d’un massacre dont plusieurs de ses soldats avaient été les victimes. Toutefois, quelques très grands seigneurs furent épargnés en raison de leur rang et de leur valeur marchande2. Figurait parmi eux le chef du contingent français, Jean, comte de Nevers, fils aîné de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, le très puissant et très prestigieux oncle du roi Charles VI. Un autre rescapé fut Jacques de Heilly. Ce gentilhomme d’Artois qui, au terme d’une longue et assez brillante carrière au service des ducs de Bourgogne et de Charles VI, devait périr à Azincourt3, fut en effet libéré par Bayezid, à charge pour lui d’annoncer à ces “chiens de chrétiens”, en passant par Venise, la défaite que les leurs venaient de subir. Toutefois, il fut précédé à Paris par des fuyards qui, au prix de bien des misères, avaient traversé la Valachie, la Hongrie, l’Autriche et la Bohême. Ces pauvres gens furent soupçonnés de raconter des mensonges, pour se mettre en valeur ou se faire pardonner leur défection. Leurs propos rencontrèrent l’incrédulité de la cour de France et surtout de Charles VI qui les fit mettre en prison au Châtelet en leur promettant la noyade dans la Seine s’il était prouvé qu’ils avaient menti. Mais “la propre nuit de Noel que on dist en France kalendes”4, Jacques de Heilly, à son tour, entra dans Paris. Ayant appris que Charles VI se trouvait à l’hôtel Saint-Pol, entouré de sa famille (les ducs d’Orléans, de Berry, de Bourgogne et de Bourbon) et de ses courtisans, il s’y rendit aussitôt, “tout housé et tout esperonné” : il n’y avait pas de temps à perdre. Bien qu’inconnu à la cour, il parvint à obtenir une audience du roi, son sage exposé sur les circonstances de la défaite emporta la conviction, les prisonniers du Châtelet furent libérés. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la désolation n’aurait pas été générale : l’expérience ne montre-t-elle pas que “viennent les seigneurs a raenchon et a finance”5, a fortiori quand il s’agit de princes des fleurs de lis ? Il suffit dans ce cas d’entrer en négociation avec le vainqueur. Heilly lui-même fut congratulé : “Il estoit en ce monde bien eureux quant il avoit esté a une telle journee de bataille et qu’il avoit la congnoissance et accointance d’un si grant roy mescreant que de l’Amourath qui l’avoit envoyé en message devers le roy de France et les seigneurs de France, de laquelle bonne aventure il et tout son lignage en deveroient trop mieulx valloir”6. Il y avait quand même quelques “haultes dames de France”, plus sensibles au malheur, pour s’apitoyer sur les victimes et pour s’inquiéter du sort des survivants7.

  • 8 Sigismond de Luxembourg (1368-1437), depuis 1387 roi de Hongrie et futur empereur du Saint Empire (...)
  • 9 Richard II, roi d’Angleterre de 1377 à 1399.
  • 10 Philippe de Mézières 2008. Naturellement, en recevant cette épître, Philippe le Hardi en reconnut (...)

2Le sang-froid, sur fond de désinvolture, qui existait autour de Charles VI, n’était certes pas partagé par Philippe de Mézières, qui retiré depuis seize ans dans le tout proche couvent des célestins, reprit sa plume, sous couvert de l’anonymat, sans doute au début de 1397, pour composer “une epistre lamentable et consolatoire sur le fait de la desconfiture lacrimable du noble et vaillant roy de Honguerie8 par les Turcs devant la ville de Nichopoli en l’empire de Boulguerie, adreçant a tres puissant, vaillant et tres sage prince royal Philippe de France, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artoiz et de Bourgoingne, la dicte epistre aussi adreçant en substance et non pas en sa forme a tres excellans princes et roys de France, d’Angleterre9 et de Honguerie en especial et par consequent a touz les roys, princes, barons, chevaliers et commune de la crestianté catholique de par un viel solitaire des Celestins de Paris qui par ses tres grans pechiez n’est pas digne d’estre nommé10.

3En premier lieu, il tentait de rassurer le duc : d’une façon ou d’une autre, son fils lui serait rendu. En deuxième lieu, il envisageait, à l’échelle de l’Occident, une croisade (un “passage” général), destinée à frapper le Turc à la tête grâce à la convergence en Asie mineure de plusieurs armées : les unes arriveraient par terre, les autres par mer. Après quoi, pourquoi ne pas envisager la libération de Jérusalem et de la Terre sainte ?

  • 11 Sur les fantômes en général, Schmitt 1994.
  • 12 Philippe d’Artois.
  • 13 Enguerran VII, sire de Coucy.
  • 14 Jean Le Meingre, dit Boucicaut.
  • 15 Jean de Vienne.
  • 16 Notice sur Louis de Giac, l’un des quatre évangélistes devant annoncer la bonne nouvelle de l’ord (...)
  • 17 Il est regrettable que ce livre ne se soit pas conservé : mais tel est le cas de bien d’autres ou (...)

4Le “vieil solitaire”, le “vieil pelerin” (il avait alors quelque 70 ans), introduit à la fin de son propos une vision, telle qu’il les affectionne, qu’il aurait eue alors qu’il se trouvait dans la vieille chapelle de l’infirmerie du couvent des célestins, en train de prier pour les prisonniers de Nicopolis. Soudain il aperçut, tel un fantôme, un homme grand, défiguré, vêtu d’un habit blanc à la mode turque, mais tout déchiré, une corde à la ceinture, tenant un bourdon dans sa main droite, une plaie saignante au flanc gauche, à genoux devant l’autel, en train de prier non sans force soupirs11. La vision se présenta à Philippe. Elle disait en substance qu’elle était l’infortuné Jean de Blaisy, autrefois assez réputé parmi les gens de guerre et assez apprécié parmi les princes : Dieu avait fait de lui (ou d’elle) son messager. Philippe lui dit alors : es-tu donc mon loyal ami, mon père, ma joie spirituelle, celui que Dieu et le roi ont choisi pour garder Paris au milieu de ses “grans tourbeillons” ? “Es tu cellui qui par haulte emprinse, sapience et vaillance feis metre ou forreau les espees de xxx a xl chastiaulx et forteresses d’Auvergne et du païs d’autour, qui anonças a la generacion d’Angleterre et d’Ecosse qu’ils deussent cesser d’espandre le sanc de leurs freres crestiens ?”. “Ô très vaillant Jonathan, jamais on ne vit fuir ni ta lance ni ton écu. Quelle mauvaise fortune, quel fol astrologue t’ont fait participer à cette funeste expédition ?” Et Blaisy de répondre qu’il va lui exposer cette “tragedie”à travers une brève parabole. Le vaillant et sage roi de Hongrie (en l’occurrence nullement blâmé) attendait les Turcs avec toute sa puissante devant Nicopolis. Mais une partie de son armée se comportait comme si elle assistait à quelque somptueux banquet lors d’un riche mariage à Paris, à Londres ou à Pavie. C’était la fête. Cependant voici qu’apparut une noble dame revêtue d’un haubert bien ajusté, brillant comme le soleil. Cette imposante figure commença à exercer son office. Mais un terrible vent du Nord se mit à souffler, la laissant défigurée. Le chien qu’elle tenait en laisse s’enfuit pour ne plus jamais revenir. La règle d’or qu’elle serrait dans sa main se courba, son épée perdit de son tranchant, son haubert étincelant devint tout noir et elle-même disparut de l’ost. La parabole achevée, Blaisy enchaîne : je suis chargé de te dire au nom du comte de Nevers et de ses cousins, du connétable12, du sire de Coucy13, du maréchal14 et de l’amiral15 et des autres barons et chevaliers et aussi au nom de ton ami Louis de Giac16, combien ils regrettent de ne pas avoir suivi le livre que j’avais emporté avec moi où par de belles, bonnes et saintes raisons tu déconseillais le voyage de Hongrie17. Je suis aussi chargé de demander aux princes du sang, aux rois d’Angleterre et de Bohême, à “tous les roys, princes et communes de toute la crestienté catholique”, si la médecine que tu leur as si longuement proposée ne serait pas encore efficace.

5Alors le “vieil solitaire” prie Blaisy de lui fournir l’explication de sa parabole. Et voici sa réponse : la belle dame, c’est “discipline de chevalerie”, autrement dit la “mere des victoires”. Le petit chien, c’est la vertu d’obéissance. La règle d’or, c’est la règle (le règlement militaire). L’épée, c’est la vertu de justice, qui doit régner dans toute armée. Le haubert signifie que la chevalerie de la chrétienté doit être toujours en armes, notamment les chefs auxquels il revient d’être constamment renseignés par des espions sur la situation de leurs ennemis. Quant à la ceinture verte que la belle et noble dame portait par-dessus sa cuirasse, c’est la vertu de discrétion. Le vent du Nord, enfin, n’est autre que l’orgueil. Il faut encore ajouter que dans l’armée des chrétiens, il y avait une autre dame, Sainte Foi, qui fut tellement blessée que, sans la grâce de Dieu, elle serait morte. Assurément, Philippe de Mézières prend bien soin de dramatiser.

6C’est dire que, si la noble dame avait pu remplir son office, si le vent du Nord avait soufflé moins fort, si Sainte Foi n’avait pas été atteinte, la médecine de Philippe aurait pu être efficace. Or, cette médecine demeure toute prête. Il suffit que les rois la prennent et la fassent prendre à leurs sujets. Le grand projet de l’ordre de chevalerie de la Passion demeure valable : “C’est la plus preste medicine pour la guerison de ta plaie et des plaies de messeigneurs et freres prisonniers selon mon opinion, qui aujourd’ui se pourra trouver en la crestienté d’Occident”. À ce stade, Mézières ne renonce à rien. Le dialogue s’achève par une demande de prière formulée par Blaisy auprès des célestins.

Jean de Blaisy et les guerres du roi de France (1361-1388)

7Les pages qui vont suivre entendent répondre aux questions suivantes : quelle personnalité était Jean de Blaisy, pourquoi peut-on le qualifier de Marmouset et surtout quelle fut son action à l’encontre des Compagnies, installées, implantées dans ces 30 ou 40 forteresses d’Auvergne dont parle l’Épître lamentable et consolatoire ?

  • 18 Chomton 1891. Je dois cette référence à Jean-Bernard de Vaivre, correspondant de l’Institut, que (...)

8On peut voir avant tout dans Jean de Blaisy, ce Bourguignon qui sans doute se savait appartenir à la famille de saint Bernard18, un “officier”, un chambellan à la fois du duc de Bourgogne et du roi de France, acceptant ou désireux de les servir fidèlement en leurs guerres, à temps et à contretemps, pour le bien commun de la chose publique. Tel était son horizon idéal.

  • 19 Demay 1885, t. 1, 110, n° 1042 et Roman 1909, t. 1, n° 1526.
  • 20 Côte-d’Or, con d’Ainay-le-Duc.
  • 21 Dessin de cette dalle reproduit dans Vaivre 1986, n° 137. Le dessin indique par erreur la date de (...)
  • 22 Plancher et al. 1748, t. 3, 4 et 17.

9On connaît ses armes : d’or, semé de six coquilles, trois en chef et trois en pointe, à la fasce de sable chargée d’une croisette19. En 1361, encore écuyer, il dut se rendre comme otage en Angleterre, le duc de Bourgogne Philippe de Rouvres n’ayant pu honorer à temps ses engagements consécutifs au traité de Guillon, en vertu duquel il devait verser à Édouard III 200 000 deniers d’or au mouton. Son père, Geoffroy, sire de Mauvilly20, chevalier, mourut, semble-t-il, en 137221, d’après sa dalle funéraire se trouvant jadis en la chapelle basse dite de Blaisy de la Sainte Chapelle de Dijon, précédé par son épouse, Jeanne de Rupt, disparue en 1358. Le 9 septembre 1363, Geoffroy avait été chargé par le nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, d’aller inspecter les villes et les châteaux du bailliage de la Montagne et d’y placer des capitaines ; le 1er août 1366, le duc le désigna comme gouverneur du duché en son absence, chargé de lutter contre les Compagnies qui avaient envahi le pays et l’infestaient22.

  • 23 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 45. Aveu de fief par Geoffroy : Arch. Côte-d’Or, B 10512, cité dans C (...)
  • 24 La Chauvelays & Coligny 1880, 39.
  • 25 Ibid., p. 62 : retenu à Paris par mandement du duc, le 6 avril.
  • 26 Paravicini 1989, 96.
  • 27 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 2.
  • 28 BnF, NAF 20 528, p. 22.
  • 29 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 3 à 12. Dans son entourage, on relève les noms de Philibert et d’Oudo (...)

10Les comptes bourguignons signalent que le 12 juillet 1363, Philippe le Hardi dîna à Mauvilly, dans la maison forte de Geoffroy de Blaisy, son chambellan23. En août 1366, contre les Compagnies, Jean servait en armes, déjà chevalier : il comptait dans sa suite deux écuyers et un archer à cheval24. Le 6 avril 1368, il était à Paris, avec le duc25. En 1368-1369, Jean accomplit le voyage rituel de Prusse, en compagnie de Guy de Châtillon, seigneur de Beaumont, d’Archambaud de Grailly, de Foulques d’Archiac, de Perceval de Couloigne et de Testart de Honnecourt26. En 1374, il servit Charles V avec dix écuyers en Basse-Normandie, sous le gouvernement et en la compagnie de Jean de Vienne, amiral de France, dont il allait désormais suivre la bonne puis la mauvaise fortune27. En 1377, on le voit servir avec trois autres chevaliers et six écuyers, toujours sous les ordres de Jean de Vienne, alors retenu par Charles V à deux cents hommes d’armes28. En 1378, il servit à Pont-Audemer. La même année, il remplaça Jacques de Fouloigniz (ou Fouleigny) en tant que capitaine de Condé-sur-Noireau – un office qu’il détenait toujours en 138329.

11Qu’allait entraîner pour lui le changement de règne survenu en 1380 ?

  • 30 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 13 et 14.
  • 31 Revues de Jean de Blaisy et de Béraud, dauphin d’Auvergne et comte de Clermont, à Courtrai, le 1e (...)
  • 32 BnF, NAF 20 528, p. 90 et 111.
  • 33 BnF, ms. fr. 32 510.
  • 34 Plancher et al. 1748, t. 2, 72.
  • 35 Lehoux 1968, t. 2, 111‑112. Sumption 2009, 527‑529. Parti de L’Écluse, à la tête d’une petite tro (...)
  • 36 Terrier de Loray 1878, CII‑CIII.
  • 37 Merlin-Chazelas 1977, t. 1, 305, n° 1395.
  • 38 Arch. dép. Côtes-d’Armor, A 90. Je dois ce renseignement à Michael Jones, correspondant de l’Inst (...)
  • 39 Arch. dép. Côtes-d’Armor, fonds du château de la Bringolo, 22 J 7. Renseignement fourni par Micha (...)
  • 40 BnF, ms. fr. 20 590, n° 47.
  • 41 Lehoux 1968, t. 2, 216.

12Le 17 novembre 1381, “capitaine des gens d’armes ordonnés pour la garde du corps du roy”, le jeune Charles VI, il toucha 545 francs pour ses gages et ceux de sa compagnie, “desserviz” en août de la même année30. Sa revue, effectuée par Pierre de Villiers, grand maître d’hôtel du roi, indique qu’il commandait à cinq autres chevaliers et seize écuyers “montez et armez souffisamment” : parmi les écuyers, on relève le nom de Guillaume de Blaisy, son parent. Quelques arbalétriers complétaient la petite troupe. Manifestement, les oncles du roi (Philippe le Hardi en tête) faisaient pleinement confiance à sa loyauté, Il assista, aux côtés du roi, à la bataille de Roosebeke, le 27 novembre 138231, qui permit à Charles VI, au lendemain de l’émeute des Maillets, de rentrer triomphalement en armes dans sa capitale. Il est possible que Blaisy ait été chargé d’assurer sa sécurité personnelle32. L’année suivante, il était, à côté de Gaucher de Passac et d’Évrart Robert, “garde des gens d’armes ordonnés pour la garde du corps du roi”33. Il dut servir lors de l’ost dit de Bourbourg (1383)34. En 1384, avec d’autres chevaliers, il se rendit en Écosse, pour y guerroyer contre les Anglais et fut bien accueilli, dit-on, par une partie du baronnage local35. Sous l’amiral Jean de Vienne, il se joignit à l’expédition d’Écosse de 1385 : lui et ses hommes furent à cette occasion passés en revue à Édimbourg le 3 août et à “Saint Jehan Ston” (St John’s Town, aujourd’hui Perth) le 28 octobre ; parmi ses compagnons, on relève les noms de deux écuyers, Jean et Geoffroy de Blaisy (deux prénoms habituels dans la famille)36. Le 9 août 1386, Charles VI mande à Morelet de Montmor et à Jean de Blaisy de réquisitionner cent bateaux en Bretagne, dans le cadre du grand projet d’invasion de l’Angleterre37. Le 22 septembre 1386, alors qu’ils se trouvaient à Lantréguier, dans le duché de Bretagne, Jean de Blaisy et Morelet de Montmor, tous deux chevaliers et chambellans de Charles VI, envoient à Jean Le Flament, trésorier des guerres, la montre de Jean de Chastellier, chevalier, et de six écuyers, pour qu’il leur verse leurs gages, en vue de leur participation à la présente “armee de la mer”, sous le commandement d’Olivier de Clisson38. Deux jours plus tard, ce sont les mêmes personnages qui expédient au même trésorier des guerres la montre d’Alain du Berrier, chevalier banneret, et de 83 écuyers39. En octobre 1386, alors qu’il se trouvait à L’Écluse dans l’attente de la traversée de la mer et du débarquement, à haut risque, en Angleterre, Charles VI ordonna à son trésorier des guerres Jean Le Flament de verser 800 écus à la couronne à Jean de Blaisy et à Morelet de Montmor à cause du voyage qu’ils avaient fait en Bretagne “pour recevoir les monstres des gens d’armes dudit pays de Bretaigne” en vue du “voyage” qu’il avait l’intention de faire “es parties d’Angleterre”40. En 1387, il accompagne une ambassade envoyée en Bretagne pour tenter d’apaiser les tensions entre le duc Jean IV et Olivier de Clisson41.

13Tout indique qu’à cette date la royauté française faisait pleinement confiance à Jean de Blaisy, certes à son niveau, qui était celui d’un exécutant plutôt que d’un décideur. Quoi qu’il en soit, il était favorablement connu des milieux dirigeants.

  • 42 Palmer 1972.
  • 43 Contamine 2009, 65.

14Dans ces mêmes années (un peu avant ou plutôt un peu après), Philippe de Mézières, compte tenu des circonstances (et notamment d’un semblant de rapprochement entre Charles VI et Richard II42), reprit espoir quant à la réalisation de son grand projet : la création d’un ordre religieux et militaire, l’ordre de la chevalerie du Crucifix ou de la Passion. À l’en croire, originaires de divers pays, des seigneurs, des chevaliers, des notables s’étaient engagés par vœu à entrer dans cet ordre, le moment venu, d’autres offraient simplement leur aide, enfin et surtout quatre “évangélistes” étaient chargés ou avaient accepté de diffuser la bonne nouvelle : Robert L’Ermite, Othe de Grandson, Louis de Giac (mentionné, on l’a vu, dans l’Épître lamentable et consolatoire) et Jean de Blaisy, qu’il désigne ainsi dans la liste d’une centaine de noms dressée par ses soins : “Monseigneur Jehan de Blezy, seigneur de Mauvilly, de Bourgoingne, chambellan du roy et chevetaine de Paris”43.

Le temps des Marmousets : éliminer le fléau des Compagnies

15Peut-être Blaisy accompagna-t-il Charles VI, dans la suite du duc de Bourgogne, lors du “voyage d’Allemagne”, destiné à mettre à la raison Guillaume, duc de Gueldre, qui avait défié le roi de France. Cette expédition, commencée le 2 septembre 1388, s’acheva en principe par un traité de soumission en date du 12 octobre, mais il y eut ensuite, sous les pluies d’automne, le difficile retour à travers le pays d’Ardenne.

16Alors eut lieu à Reims, dans les tout premiers jours de novembre, la prise de pouvoir personnel par Charles VI, désormais âgé de vingt ans : ses oncles furent écartés sans trop de ménagement, une nouvelle équipe se mit en place, qui s’employa à définir et à appliquer un nouveau programme de gouvernement. Écoutons, parmi d’autres récits, la Geste des nobles François, une chronique à tonalité résolument antibourguignonne :

17“Gouvernement prins par le roy.

  • 44 Le 3 novembre 1388.
  • 45 Erreur : Charles VI et sa femme n’avaient pas encore eu d’enfant. Leur aînée, Isabelle, future re (...)
  • 46 Philippe de Moulins.
  • 47 Arnaud de Corbie.
  • 48 Jean Le Mercier.
  • 49 Je me sers ici de la transcription inédite de Sarah Clinet, maître en histoire de l’université Pa (...)

18En cellui an44 voult le roy, qui fut en aage competent, et desja avoit lignié45, avoir son gouvernement de son royaume, dont s’estoient entremis les ducs de Berry et de Bourgoigne, ses oncles, qui en touz offices royaulx avoient mis leurs serviteurs, delaissans sanz pourveoir les serviteurs anciens du roy leur frere. Si se partirent de court les ducs au congié du roy, qui peu ot joyaux, vaisselle, tappicerie et estat, et en leurs seigneuries allerent vivre, qui ne leur fut pas plaisance, mais aucun semblant n’en demonstrerent a celle foiz. Aprez le partir desquieulx retint le roy en son principal conseil douze conseillers aians regart sur touz ses faiz et de son royaume, et sans eulx ne voult riens estre conclus. D’iceulx conseillers furent le sire de Clisson, connestable de France, messires Loys de Sancerre et de Blainville, mareschaulx de France, Enguerran de Hendin, Jehan La Personne, vicomte d’Aci, le Besgue de Vilaines, le sire de La Riviere, l’evesque de Noion46, l’evesque de Baieux47, le sire des Bordes, le sire de Chevreuse et le sire de Noviant le Conte48. Et pour ce que en touz les estaz du royaume, tant en justice comme en finance, et en garde de villes et de chasteaulx, ne furent aucuns officiers qui par les ducs ne eussent esté promeuz, et qui envers eulx ne peussent avoir faveur, par deliberacion de conseil mist adonques le roy nouveaulx officiers en ses estaz natifz de France et ses subgiez sans [moyen ?]. Si fut esleu messire Arnault de Corbie en chancellier de France, qui par avant estoit premier president en parlement, et desmis en fut le sire de Giac, qui fut d’Auvergne. En prevost de Paris fut esleu messire Jehan de Foleville ou lieu de messire Audouin Chauveron, limosin, et ainsi d’autres royaulx officiers, dont furent le plus tenuz par Limosins, dont ne furent pas les ducs contens, mais a tant dissimulerent sans aucun semblant en faire. Si tint le roy haulte court, acompaingné du duc de Touraine son frere et d’autres haulx seigneurs, et aucuns conseilz tint à Melehun et autre part où lesdiz ducs ses oncles manda, qui à ses mandemens y vindrent”49.

  • 50 Pièce écrite en ce temps-là, dit Denis Godefroy, qui l’a publiée dans son Histoire de Charles VI, (...)

19Pour une partie de l’opinion, cette “mutation” fut une réussite. On en trouve l’expression dans une chronique du temps qui, après avoir évoqué la prise de pouvoir par Charles VI, le rôle des quatre conseillers spéciaux du roi (ici Clisson, La Rivière, Le Mercier et le Bègue de Villaines, la liste n’est pas ne varietur dans toutes les sources), le remplacement de Pierre de Giac par Arnaud de Corbie comme chancelier de France, la qualité exemplaire du conseil royal, “bien et grandement fourny de notables gens, tant prelats, chevaliers, clercs que autres et mesmes de ceulx qui avoient esté principalement de la nourriture du roy Charles Quint”, après avoir énuméré les princes du sang et autres grands seigneurs alors continuellement en la compagnie du roi (les ducs d’Orléans, de Bourbon, de Bar et de Bavière, les comtes de Clermont, du Perche, de Foix et de Sancerre – mais ni Berry ni Bourgogne), conclut triomphalement et péremptoirement : “Et dura ledit gouvernement quatre ans [donc jusqu’à la fin de 1392, soit quelques mois après l’accès de folie du roi lors du “voyage” du Mans qu’il avait entrepris pour venger l’attentat contre son connétable Olivier de Clisson], pendant lequel temps ne couroit aucunes tailles au royaume de France, justice et police y estoient si bien gardez que le royaume fleurissoit plus que jamais au precedent n’avoit fait et tellement que les estrangers du royaume et mesmes les infidelles se soubmettoient a la justice du roy et a sa cour de Parlement”50.

  • 51 Contamine 2005, 363‑364.

20Tel fut le temps des Marmousets. L’expression, désignant une figure grimaçante, se veut ironique et humiliante. Elle est empruntée à Jean Froissart qui parle des “marmousets du roy et du duc de Touraine” et évoque en ces termes le complot contre le connétable : “Clichon mort, petit a petit on destruiroit tous les marmousets du roi et du duc de Thouraine, c’est a entendre le seigneur de La Riviere, messire Jehan Le Merchier, Montagu, le Begue de Villeynes, messire Jehan de Bueil et aucuns autres de la chambre du roy, lesquels aydoient a soustenir l’oppinion du connestable car le duc de Berry et le duc de Bourgoingne ne les aymoient que moult petit pour plusieurs causes, quelque semblant que ils leur monstrassent”51.

  • 52 Françoise Autrand consacre au “temps des Marmousets” un chapitre de son Charles VI, (Autrand 1986 (...)

21Vers 1840, Jules Michelet, le premier semble-t-il, s’empara du terme dans le volume de son Histoire de France où il traite du règne de Charles VI : par la suite, jusqu’à nos jours inclusivement52, il est régulièrement repris.

22Formellement, Blaisy ne figure dans aucune liste énumérant les Marmousets. Et après tout, il aurait pu aussi bien traverser un temps de disgrâce, étant donné ses liens avérés avec Philippe le Hardi. On va voir qu’il n’en fut rien : plus que jamais il demeura “aux affaires” mais dans un tout autre contexte et dans un tout autre théâtre d’opérations.

  • 53 Dupont-Ferrier 1947, t. 3, 478‑479, n° 13690.

23On aurait pu imaginer qu’à l’issue du règne supposé réparateur de Charles V, la royauté française était enfin parvenue à rétablir l’essentiel de son autorité sur l’ensemble de son territoire, en neutralisant ou en repoussant hors de ses frontières les gens de guerre qui, pour leur compte mais aussi en s’abritant derrière des pouvoirs reconnus, prétendaient sévir impunément sur son propre sol. Il n’en fut rien, partiellement en raison de l’incapacité ou de l’inaction de Jean, duc de Berry, qui, établi par Charles VI le 29 novembre 1380 son lieutenant per terras, provincias et partes universas occitanas, devait conserver cette lieutenance jusqu’au 1er septembre 138953.

  • 54 Si cette liste avait été établie, si elle s’était conservée, l’Histoire disposerait d’une source (...)
  • 55 Traité de Rignac, en date du 3 avril 1388. Lehoux 1968, t. 2, 225.
  • 56 Traité de Rodez, en date du 11 avril 1388.

24Il est vrai qu’en juillet 1387 un accord, approuvé par le roi de France, fut passé entre l’ambitieux, l’aventureux, le douteux comte Jean III d’Armagnac, qui, neveu du duc de Berry, avait l’autorité et l’entregent nécessaires, et les capitaines “anglais” au sujet de quelque 35 forteresses situées en Haute Auvergne et aux alentours : ils devaient les évacuer moyennant le versement d’une confortable indemnité ; ils s’engageaient à quitter le royaume, à respecter la Provence, le Comtat-Venaissin et le Dauphiné et même à fournir la liste des combattants servant sous leurs ordres54. La compensation pécuniaire promise obligeait le comte à trouver 250 000 francs, devant être fournis par les provinces ou les pays concernés. Ainsi il était prévu que les trois sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire contribueraient à hauteur de 57 500 francs. Les fonds devaient être rassemblés à Rodez avant d’être distribués. La “vuidange” devait être achevée pour le 1er novembre 1387. C’était une première étape, ne serait-ce que parce que la formule, fruit d’un compromis, était trouvée. Pendant quelques mois, rien de concret ne se fit, malgré les prises de contact et la désignation par le roi de commissaires en vue d’assurer la perception, toujours malaisée, des impositions. Il fallut attendre avril-mai 1388 pour que des traités soient passés avec Remonnet de Sort, “capitaine d’une rote de gens d’armes pour le roy d’Angleterre”55, Guillaume de Caupenne, capitaine de Carlat, “de la hobedienza del rey d’Anglaterre”56 et Chopi (le boîteux) de Badefol, capitaine de Turlande. Ce qui frappe en l’occurrence, c’est que la royauté n’ait pas lancé une grande expédition punitive à partir de Paris, en la faisant payer directement par ses trésoriers des guerres : elle laissa aux populations et aux pouvoirs locaux le soin de se débarrasser de ce fléau. Les parties de la langue d’oc étaient si loin, ces routiers étaient si redoutables et ces opérations de police manquaient singulièrement de prestige…

  • 57 Lehoux 1968, t. 2, 227.

25La situation juridique changea avec la conclusion de la trêve du 18 août 1388, entre Richard II, roi d’Angleterre, d’une part, Charles VI et le duc de Berry, d’autre part. Cette trêve concernait expressément le Bordelais, la Saintonge, le Périgord, l’Angoumois, le Poitou, les Landes et le Bazadais, la Touraine et l’Anjou, tous les ports de l’Atlantique, l’Armagnac, l’Agenais, le Quercy, le Rouergue, le Bigorre, le Limousin, le Berry, l’Auvergne, enfin les trois sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire, bref tout l’espace, et même largement au-delà, où sévissaient les “routiers”57.

  • 58 Sur ordre du roi, Honoré Bovet l’accompagna : il put constater de visu les maux dont souffrait le (...)
  • 59 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 319‑321, n° LXX.

26Une fois conclue la trêve générale de Leulinghen du 18 juin 1389, qui élargissait la précédente, l’allée du roi” en Languedoc put être sérieusement envisagée. Il était temps. Six commissaires réformateurs furent désignés, dont Pierre de Chevreuse qui n’était pas le moindre des Marmousets58. Il s’agissait de remettre de l’ordre, de pacifier, d’imposer la justice du roi, après des années d’anarchie et de violence. Le départ de Paris eut lieu le 2 septembre. Charles VI entra à Toulouse le 29 novembre. Le 23 décembre, lendemain de l’exécution par le feu dans cette même ville de Jean de Bétizac, réputé l’âme damnée du duc de Berry, le roi, assisté de son frère le duc de Touraine, de son oncle le duc de Bourbon, du connétable de France et d’autres de son conseil, désigna Jean de Blaisy, qui, manifestement avait fait partie du voyage, comme l’un des trois commissaires chargés de lever une somme de 30 000 francs destinée, dans le prolongement de ce que le comte d’Armagnac avait plus ou moins commencé, à “avancier et acomplir la vuidange de plusieurs forteresses et chasteaux occupés par plusieurs gens d’armes tenant la partie” de “l’adversaire d’Angleterre”. La sénéchaussée de Quercy devait fournir 12 000 francs, celle de Rouergue 6 700, le pays d’Auvergne 6 700, le bailliage de Velay 2 250, le bailliage de Gévaudan 2 200. Cette tâche aurait dû revenir aux officiers locaux mais ceux-ci ne s’étaient pas montrés à la hauteur. Une fois la somme levée, nonobstant toutes les résistances, elle serait conservée par Blaisy et ses associés, Bertrand de Montclar, prieur du prieuré bénédictin de Saint-Pourçain-sur-Sioule, et Pierre de Saulx, secrétaire du roi, pour qu’elle soit distribuée à bon escient59.

27Le 24 décembre, des lettres royales accordaient à Blaisy pour sa commission une indemnité journalière de 6 francs, ultérieurement portée à 8 francs, eu égard à la cherté des vivres dans la région où il lui fallait œuvrer : au total, il reçut du trésor royal 6 590 francs, jusqu’au 31 mai 1392. À vrai dire, il ne passa pas tout ce temps “es parties de langue d’oc” : on verra qu’il rejoignit la région parisienne en mai 1391, car il estimait sa mission achevée.

  • 60 Indépendamment du fait qu’ils étaient réputés et se réputaient “Anglais”. Tout se passe comme si, (...)
  • 61 Cette solution n’était pas si éloignée de celle qui fut appliquée en 1445 lors de la création des (...)
  • 62 Philippe de Mézières, éd. Coopland 1969, 406‑410.

28En cette fin de l’année 1389, Philippe de Mézières avait déjà achevé, semble-t-il, la rédaction du Songe du Vieil Pelerin. Peut-être en avait-il offert des copies à Charles VI, celui qu’il appelait le “jeune Moïse couronné”, et à des membres de son entourage. Or, cette œuvre contient tout un développement sur les “Compaignies”, comparées à des sangsues, suçant le “sang du pauvre peuple françois”. Assez bien renseigné, il évalue leurs forces, une fois réunies, à 2000 ou 3000 lances, soit, dit-il, de 10 000 à 12 000 chevaux, dévastant le royaume davantage que les ennemis anglais eux-mêmes, ce qui veut dire que pour lui, elles s’en distinguent nettement. Il envisage plusieurs politiques possibles à leur égard. Il commence par supposer que le roi dispose de 6000 lances (un chiffre classique depuis Charles V) : en admettant qu’il fasse la guerre à l’adversaire d’Angleterre, il pourrait prendre 4000 de ces lances, aller à la rencontre des 3000 lances des Compagnies, faire alliance avec elles et se porter contre l’ennemi. Séduisante perspective mais être victorieux avec “telle generacion comme de compaignes, voire menant vie de compaignes” ne pourrait déboucher sur une situation claire ou honorable. Les inconvénients sont obvies, la solution est à écarter. Il faut donc procéder autrement, en songeant que les Compagnies sont majoritairement composées de “sujets naturels”60 du roi de France : il s’agirait donc, puisque, comme dit le proverbe, Dieu ne veut pas la mort du pécheur, de les rallier en les réintégrant, au moins partiellement, à “l’ost de France”. Et d’abord, il faut les isoler, les priver des soutiens que leur accordent des princes ou des barons, soit ouvertement, soit en sous-main. On pourra ensuite retenir aux gages du roi, après leur avoir pardonné leurs méfaits, les “nobles et vaillans chevaliers et escuiers” présents dans les Compagnies : au besoin même, faire d’eux des officiers royaux, ils pourront alors servir d’intermédiaires entre le roi et le tout-venant, ou le rebut, des Compagnies. Les chefs de ces Compagnies pourront aussi être retenus aux gages royaux, avec chacun 100 ou 200 lances, servant, mais de façon dispersée et non en bloc, sous le connétable, les maréchaux ou d’autres capitaines. Il y aura une première montre, puis des revues successives, et, à la faveur de ces inspections, au bout de trois ou quatre mois, un tiers ou un quart seront éliminés, car ne s’étant pas conduits comme des “droites gens d’armes” mais comme des “gens de mestier et pillars”. Le restant sera constitué de “preudommes et vaillans gens d’armes” dont on pourra se servir sans danger61. Troisième possibilité : que les Compagnies soient envoyées, aux gages accoutumés, hors du royaume, contre les ennemis de la foi mais aussi contre les schismatiques, c’est-à-dire, en l’occurrence, contre l’antipape romain. Mais si les Compagnies, demeurant soudées, refusaient toutes ces propositions, il appartiendrait au roi de montrer sa vaillance et de vaincre à l’épée ces “Compaignies tyranniques”62.

29De toutes ces solutions, il est probable qu’en cette fin d’année 1389 c’est celle de l’expulsion hors des frontières, après versement d’indemnités de départ, qui fut la seule à être sérieusement envisagée : en particulier, on ne songea ni à une grande expédition punitive ni non plus à la réintégration partielle des Compagnies au sein de l’armée régulière. On devait les juger irrécupérables.

  • 63 Mirot 1931 fournit une assez longue liste de participants.

30Bien sûr, le duc Louis de Bourbon aurait pu être appelé à l’aide : mais il préféra accomplir le “voyage de Barbarie”, pour l’exaltation de la chrétienté et le prestige de sa propre personne. Et il ne semble pas que son expédition contre Mahdia, à l’été 1390, ait compté des “gens de compagnie”, sinon de façon marginale63.

  • 64 Drouot 2007.
  • 65 Reproduction photographiques de ces trois sites dans Butaud 2012 n° 11, 17 et 13.
  • 66 Voir le compte d’Oudinet Carlier, “commis par noble hommes messire Jehan de Blaisy, chevalier, ch (...)
  • 67 Ces capitaines tenaient leur pouvoir non d’une autorité supérieure – et légitime – mais d’eux-mêm (...)

31Jean de Blaisy se mit rapidement au travail. Le comte d’Armagnac s’empressa de lui fournir des protecteurs “anglais” chargés de le conduire en sûreté à travers le pays : ce fut d’abord Pierre de Campaigne, appartenant à la garnison de Volon, du 15 janvier 1390 au 8 février, auquel succédèrent Jaquot de Paloisel et Domengon de Nonat, de la garnison de Mallet, du 8 février au 1er mars 1390, enfin Jaquot de Paloisel seul, du 2 mars 1390 au 10 mars 1391. Il eut soin d’agir en liaison avec son ou plutôt ses autorités de tutelle : le roi bien sûr mais aussi Pierre de Chevreuse, Jehannet d’Estouteville, le maréchal de Sancerre. Un autre de ses interlocuteurs fut l’Hermite de La Faye64. Pendant son séjour “par dela”, notamment à Mende, où il disposait d’une vaste demeure, susceptible d’accueillir sa suite armée, en liaison avec le comte d’Armagnac, dont il se méfiait mais dont il avait besoin, accompagné à un certain moment par 120 hommes d’armes, Blaisy parvint, malgré les menaces et les coups fourrés, à négocier l’évacuation de plusieurs forteresses, entre décembre 1390 et mars 1391 : le château de Carlat, celui d’Alleuze et celui de Turlande, dont Raymond-Guillaume de Caupenne, Bernard, bâtard de Garlan, et Chopi de Badefol étaient les capitaines respectifs65. Pour garder le contact avec les différents intéressés, il eut recours aux bons offices de maître Guillaume Ysartel, licencié ès lois, du Puy, et de maître Jean Audry, conseiller du roi. La question des otages, français et “anglais” (ces derniers enfermés dans une tour à Mende), fut des plus délicates et des plus coûteuses à gérer. Une instance d’arbitrage était également prévue pour régler les éventuels litiges entre Jean de Blaisy et Jean d’Armagnac66. L’une des difficultés était que les négociations devaient avoir lieu l’une après l’autre : en effet, chaque capitaine avait son propre repaire, il s’organisait comme il voulait, lui et ses hommes, Blaisy ne pouvait s’adresser à un responsable unique ayant une autorité reconnue sur ses subordonnés67.

  • 68 Boüard 1936, 121‑122.
  • 69 Le compte d’Oudinet Carier, p. 374, signale le passage à Pont-Saint-Esprit de Bretons en route ve (...)
  • 70 Jarry 1889, 67. Palmer 1972, 143. Selon Jean Froissart, le projet fut avancé par le sire de La Ri (...)

32Au surplus (avantage ou inconvénient ?), le comte d’Armagnac avait désormais d’autres ambitions : changeant d’horizon, il entendait se battre en Lombardie, à l’appel de la seigneurie de Florence, contre Jean Galéas Visconti, qu’il considérait comme un intrus, ayant privé de leurs droits Carlo Visconti et sa femme Béatrice d’Armagnac. Le 15 octobre 1390, un traité fut conclu à Mende entre le comte d’Armagnac et la seigneurie de Florence représentée par ses ambassadeurs Berto d’Agnolo et Piero da San Miniato : le comte s’engageait à se rendre en Lombardie avant la fin de novembre 1390 avec 2000 lances et à faire la guerre pendant six mois ou un an au gré de son employeur qui s’engageait en contrepartie à lui verser 15 000 florins de gages mensuels pour l’entretien de cette troupe, plus 50 000 florins en une fois avant son départ68. Il est évident que Jean d’Armagnac comptait recruter ses hommes, selon un schéma classique, en bonne partie parmi les routes des capitaines “anglais” ayant évacué leurs forteresses69. De même, si le voyage de Rome, destiné à déloger manu militari “l’antipape” Boniface IX, un temps envisagé pour 1391, avait eu lieu, l’armée française aurait pu comprendre quelques anciens pillards repentis70.

  • 71 Sur le rôle éventuel des maîtres d’armes, voir la thèse de doctorat inédite de Daniel Jaquet, sou (...)
  • 72 Saige & Dienne, éd. 1900, 385. Reproduction du sceau de Ramonnet dans Butaud 2012, pl. III.

33Parmi les routiers, l’un des plus redoutables était le Gascon Ramonnet de Sort, lequel s’était engagé à partir pour la Lombardie avec le comte d’Armagnac. Il semble toutefois avoir tardé, avoir présenté des objections ou formulé des exigences supplémentaires. Peut-être avait-il ses propres griefs. Blaisy dut se rendre à Avignon avec une petite troupe. Pour une question d’honneur (car les routiers aussi prétendaient avoir leur honneur à défendre), un gage de bataille fut envisagé, à la fin de 1390 ou au début de 1391. Et Blaisy, sans doute à contrecoeur, dut s’y préparer : Louis, duc de Bourbon, qui était revenu en France, mit à sa disposition un “grand cheval” (on a le nom du palefrenier du dit cheval, un certain Hennequin Clotin), le marquis de Canillac lui fournit un harnois d’acier pour la protection de ce cheval, un armurier de Rodez lui vendit un harnois 31 écus, un armurier de Clermont se chargea “d’appareiller les plates et le bassinet”. Il y eut encore achat de cendal, de toiles peintes, d’épées et de dagues. Un brodeur fut mis à contribution. Sans doute pria-t-il un maître d’armes de lui donner quelques leçons particulières71. Mais le gage, en fin de compte, n’eut pas lieu, comme c’était souvent le cas dans ce genre d’affaire72.

34Avant de passer les Alpes en mai 1391, Jean d’Armagnac avait reçu de Charles VI, en date du 1er février 1391, une lettre d’encouragement, où il l’invitait surtout à persévérer :

  • 73 Durrieu 1885, 21‑22.

“Nostre amé et feal chambellan, Jean de Blaisy, nous a escrit la bonne diligence que vous avez eue au fait des vuides des forteresses occupees par nos ennemis au païs de par dela, moiennant laquelle il a bonne esperance que, au plaisir de Nostre Seigneur, les dites vuides seront briefment parfaites et accomplies. Si vous prions, tres cher et feal cousin, que, en continuant ce que fait en avez, vous veuillez en ce tellement travailler que briefment la chose puisse prendre bonne fin et final conclusion au plaisir et au profit de nous et de nos pays et que nous en puissions ouïr bonnes nouvelles, car ce nous sera tres singulier et special plaisir”73.

  • 74 Le fait est mentionné dans la Geste des nobles François et les Chroniques de Froissart.
  • 75 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 465.
  • 76 Bien sûr, le lieu, mentionné comme castrum lors de la vente aux Latour en 1282, ne lui appartenai (...)
  • 77 Dupont-Ferrier 1947, t. 3, 418, n° 13368. Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 470. On remarq (...)
  • 78 Dès juillet 1390, Guillaume de Saignes, qui était dans la mouvance du comte d’Armagnac, vint mett (...)
  • 79 Artonne 1952. Contamine 1972, 211‑212, d’après BnF, ms. fr. 4482, p. 84, 92 (présence de Guillaum (...)

35Il convient de revenir quelques mois en arrière à propos de “l’affaire” Mérigot Marchès, dont l’un des exploits avait été, en 1386 ou 1387, la prise et le fructueux pillage de Montferrand, effectué de concert avec Perrot le Béarnais74. Si l’on en croit Froissart, Marchès s’était laissé convaincre par les compagnons d’aventure qui peuplaient sa “route” de ne pas adhérer à la “chartre de la trieve entre France et Angleterre”75 et de continuer, à partir de sa forteresse de La Roche Vendeix, un piton volcanique sur le territoire de La Bourboule76, qu’il avait soigneusement aménagé en prévision d’un éventuel siège, de lever à la ronde “patis” et rançons aux dépens des “bonnes gens” ou des “villains” d’Auvergne, ce qui était censé lui rapporter 20 000 francs par an. Il ne consentait pas à être “abaissié de seigneurie”. Sans doute pensait-il bénéficier de la bienveillance, sinon de la complicité, du comte d’Armagnac, qui appréciait ses capacités militaires et espérait pouvoir s’en servir, le moment venu, de la princière indifférence du duc de Berry, et de la protection lointaine du gouvernement anglais, et notamment, en son sein, de Jean de Lancastre, oncle de Richard II, qui venait d’être institué en toute souveraineté duc de Guyenne, le 2 mars 1390. La situation pouvait également paraître favorable dès lors qu’Enguerran VII, sire de Coucy, retenu depuis le 25 mai 1389, avec 400 hommes d’armes et 200 arbalétriers à cheval, capitaine général pour le roi des pays de Poitou, Saintonge, Angoumois, Limousin, Périgord, Auvergne, Berry, Bourbonnais et Forez et autres pays de Guyenne, en deçà de la Dordogne, faisait partie de l’expédition de Barbarie77. Et pourtant Mérigot Marchès avait fait le mauvais choix, sans doute parce que l’équipe des Marmousets était plus décidée que la précédente. Coucy fut remplacé par son lieutenant et parent Robert de Béthune, vicomte de Meaux, chevalier banneret, qui, après avoir recruté des hommes d’armes en “France” et en Picardie ainsi que des arbalétriers génois, gagna Clermont, s’installa à Orcival, reçut des renforts locaux. Le siège de La Roche Vendeix pouvait commencer. Ici, Froissart se lance dans un abondant récit selon lequel Marchès serait parvenu à envoyer un messager auprès du conseil d’Angleterre, lequel aurait pris fait et cause en sa faveur, au prétexte que ce siège était contraire à la lettre et à l’esprit d’une trêve impliquant ou prévoyant un strict respect du statu quo. Le vicomte de Meaux n’aurait pas obtempéré, malgré l’envoi sur place d’un héraut d’armes anglais nommé Derby et les pressions du duc de Berry. Certes, matériellement, ces allées et venues ont du mal à prendre place à l’intérieur d’une chronologie très serrée : il n’empêche que Froissart a bien senti le jeu des forces en présence. En particulier, on peut concevoir que le duc de Lancastre ait bel et bien souhaité que Marchès soit épargné : il avait tout intérêt à la poursuite des dévastations chez l’ennemi, cela ne lui coûtait rien et surtout il craignait sûrement le repli en Guyenne de ces incontrôlables compagnons d’aventure. Toujours est-il qu’au bout de quelques semaines, la garnison de La Roche Vendeix fut amenée à se rendre, en raison d’une sortie malencontreuse décidée par Guyot d’Ussel, oncle de Marchès. Le cri de guerre des assaillants était, paraît-il, “Coucy ! Coucy ! Au vicomte”. La place fut aussitôt rasée. Dans cet épisode, qui se situe en septembre-octobre 139078, Jean de Blaisy n’apparaît pas, alors qu’il était à proximité. On peut imaginer un partage des rôles : à lui les délicates négociations avec les capitaines “anglais”, au vicomte de Meaux la franche action militaire79.

  • 80 Et non point pendu car il était réputé “noble homs et de noble ligniee”. Froissart donne des déta (...)

36Quant à Marchès, il s’était échappé quelques jours avant la chute de la forteresse. Dans l’incapacité de gagner la Guyenne car les chemins étaient surveillés et se fiant à un réflexe naturel de solidarité lignagère, il demanda l’hospitalité à son cousin Jean de Tournemire, dont le château était situé à une centaine de km plus au sud. Les choses tournèrent autrement qu’il n’avait espéré. Au terme de longues négociations, un accord fut passé à Clermont en Auvergne, en date du 9 avril 1391, entre “noble et puissant seigneur” Jean de Blaisy, “commissaire du roi sur le fait de la vuide”, d’une part, et le seigneur de Tournemire, d’autre part. Celui-ci requérait le pardon pour lui-même et pour plusieurs des siens, dont le bâtard de Tournemire ainsi que ses autres “familiers, aidens” et “adherens”, lesquels, sous ombre de la guerre, avaient dérobé des marchands, violé des femmes, pris du bétail, incendié, tué plusieurs personnes (deux noms sont mentionnés dans l’acte) et s’étaient emparés de plusieurs châteaux. Ce pardon serait couché par écrit dans un document scellé, destiné à être remis au bénéficiaire, en mains propres, par Jean de Blaisy. Alors seulement, Marchès serait livré. Charles VI retiendrait Tournemire comme écuyer d’écurie. Si le roi faisait “provision de gens d’armes” au pays en question, Tournemire y serait inclus, avec 20 hommes d’armes, car il comptait beaucoup de “hayneux”, précisément en raison de son comportement à l’égard de Marchès, “tant François comme Anglois”. Lui serait aussitôt accordée la somme de 3000 francs, couvrant les frais d’emprisonnement de Marchès. Une autre somme, d’un montant de 4000 francs, lui serait ensuite versée d’ici la Saint-Michel 1391. Le roi était même prié de demander au pape (Clément VII) un bénéfice ecclésiastique pour un parent du sire de Tournemire. Toutes ces clauses suffisent à montrer le rapport de force. De fait, ce fut à la fin du mois de mai 1391 que le sénéchal d’Auvergne, Pons de Langeac, accompagné de 22 “payes” de gens d’armes, se fit remettre Marchès. Celui-ci, expédié sur-le-champ à Paris, fut rapidement jugé puis, “mené en son dernier tourment”, décapité80 publiquement le 17 juillet après avoir été mis au pilori, pour lui faire honte. Le procès et l’exécution auraient pu intervenir au lieu même de ses méfaits mais peut-être c’eût été trop risqué. En tout cas, sa proposition de payer une rançon, qui aurait pu être très élevée, ne fut pas retenue. Il s’agissait bel et bien d’un procès d’État.

  • 81 Moranvillé 1892.

37Tournemire eut du mal à toucher intégralement le prix de sa trahison : le 5 août 1395, on le voit sommer Jean de Blaisy, qui avait juré, “par sa foy et serment, le Livre touché”, l’accord en question, de lui verser le solde, qui se montait encore à 4500 livres81.

  • 82 En juin 1391, un chevaucheur fut envoyé de Clermont à Rodez auprès de Pierre de Saulx : Blaisy pr (...)
  • 83 Gauvard 1991, notamment 41‑44.

38Jean de Blaisy était revenu à Paris en même temps que Marchès82. Il fut l’un des acteurs du procès, tel qu’il est rapporté dans le registre criminel du Châtelet, allant du 6 septembre 1389 au 18 mai 1392, dont Claude Gauvard a bien montré qu’il s’agissait d’un document modèle correspondant à l’esprit intransigeant des Marmousets83. Il y apparaît en tant que membre assez haut placé (juste derrière le prévôt de Paris, Jean de Folleville, et Robert de Béthune, vicomte de Meaux) de la commission qui, en juillet 1391, fut chargée d’enquêter et de rendre son verdict.

  • 84 On peut le considérer en quelque sorte comme un Français renié (renégat), comme ceux que mentionn (...)
  • 85 Il s’agissait à l’époque d’Aimery Chatti.
  • 86 On sait que les évêques de France étaient astreints à prêter un serment de fidélité (mais non d’h (...)
  • 87 En fait, Marchès dut s’emparer de La Roche Vendeix et fortifier le lieu avant même la conclusion (...)
  • 88 En juillet 1393, Jean de Vienne envoya un cartel à Raymond de Turenne. Celui-ci protestait de ce (...)
  • 89 Sur cette notion, Krynen 1982.

39Les raisons de la condamnation à mort furent les suivantes : symboliquement, “il est nez du royaume de France” vient en tête84 ; son père, décédé, son frère Mathi, ses amis ne sont pas parvenus à le faire changer de camp ; ayant commencé à s’armer à 15-16 ans, il aurait pu ou dû demander conseil aux siens, qui, en Limousin, étaient du côté du roi ; par la suite, il eut mainte occasion de le faire, il s’en abstint ; il a mené “routes de gens d’armes et esté le chief d’eulx” (ce n’est pas un combattant de base, un simple soudoyer) ; en raison de la mort de son père, il tient des terres et des revenus de l’évêque de Limoges85, “lequel evesque tient nuement en foy du roy”86 ; il y a bien sûr toutes “les chevauchees, armees, roberies et larrecins, feux boutez, prinses de gens tenans le party du roy” et de son royaume, les prises de villes et de châteaux ; or, selon sa confession, durant les trêves, malgré les défenses faites aussi bien par le roi de France et ses gens que par le roi d’Angleterre et ses gens, il a, contre leur volonté, “edifié, emparé et fait fort” La Roche Vendeix87 ; sont rappelées “les rebellions et desobeissances” commises par lui contre les rois de France et d’Angleterre, les “pilleries, roberies et depredacions”, sans cause ni raison, contre le roi et ses sujets ; au dit prisonnier, qui n’est pas chef de guerre88, le roi n’a ni guerre formelle ni défiance : c’est illégalement, par trahison, qu’il veut prendre, exiger et lever en son royaume patis et rançons, alors que les trêves ont été proclamées ; il a prêté serment à Jean, duc de Lancastre, et à Jean, comte d’Armagnac, sans tenir compte du fait que le roi de France est son “droiturier seigneur et naturel”89, “dequel terre et royaume il est né et subget” ; il a agi “contre le bien publique et utilité” du roi ; bref, il est un “tres fort traitre du dit seigneur et de son royaume et un tres fort larron, murdrier et bouteur de feux”.

40Fondamentalement, né du royaume de France, il aurait dû être ipso facto, aux côtés ou du côté de son naturel seigneur.

  • 90 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 471.

41On notera qu’il n’est pas question ici de crime de lèse-majesté, alors que la royauté française, dès cette époque, ne manquait pas d’y avoir recours : avec le grief de trahison, on demeure dans le contexte “féodal” traditionnel. Mais, dès lors que Marchès était réputé traître, il ne pouvait être considéré comme un “chef de guerre”, menant une guerre légitime, et cela indépendamment de son comportement plus ou moins brutal et sanguinaire. Et sa traîtrise était double, féodale et “nationale” : il était arrière-vassal du roi de France, par l’intermédiaire de l’évêque de Limoges, et surtout il était sujet du roi de France puisque “né du royaume” (nous dirions français de naissance, ou, pour employer un terme de l’époque, “regnicole”). Certes, ce n’est pas la première fois qu’un semblable argument est mis en avant par la royauté française, on ne saurait parler d’innovation absolue mais enfin il y a là une affirmation assez forte, dans le cadre d’une procédure menée par le prestigieux tribunal qu’était le Châtelet de Paris. À l’inverse, la position de Marchès, exprimée selon Froissart par ses compagnons, était la suivante : il ne devait ni foi ni obéissance au roi de France, il était l’homme du roi d’Angleterre en raison de son héritage en Limousin, même si cet héritage était détruit. Bref, il avait “cause et tiltre assez pour faire guerre”90.

Un vétéran demeuré actif

  • 91 Compte d’Oudinet Carlier, p. 378.
  • 92 GR 4, 291, n° 16418. Paris ne comptait pas en permanence un capitaine. Normalement, le maintien d (...)
  • 93 “Mons. Jehan de Blaisy, chevalier, retenu de nouvel capitaine de la ville de Paris a XX hommes d’ (...)

42Jean de Blaisy ne semble pas être revenu par la suite dans les pays de langue d’oc. Les forteresses évacuées par les Anglais furent vendues ou baillées en garde à certaines personnes : une liste en fut dressée, destinée à être communiquée au conseil du roi, en mars 139291. Ainsi que le mentionne Mézières, il fut institué capitaine des ville et vicomté de Paris en 1392, avec vingt hommes d’armes : un poste de confiance en un temps où les réactions populaires y étaient à la fois imprévisibles et difficiles à maîtriser (la révolte des Maillets n’était pas oubliée)92. C’est pourquoi, pour plus de sûreté, il ne participa pas la même année au voyage du Mans93. Son devoir était sur place.

  • 94 En 1388 Philippe le Hardi donne un “baudequin” (pièce d’étoffe précieuse) du prix de 22 francs à (...)
  • 95 Il s’agit du compte d’Oudinet Carlier.
  • 96 Moranvillé, éd. 1888, 398, n° 396.
  • 97 Jean de Montreuil, éd. Pons et al. 1981, t. 3, 13‑17. Jean de Montreuil, id. 1986, t. 4, 135-136 (...)

43Sa loyauté jointe à sa compétence l’empêcha de souffrir de la fin de l’expérience des Marmousets et du retour au premier plan des oncles du roi. Sans doute avait-il su, pendant les quatre années concernées, garder des liens avec Philippe le Hardi94. Le 28 novembre 1394, un mandement royal accorde une certaine somme à deux clercs des comptes pour examiner les comptes et les écritures concernant l’évacuation (vacuamentum) “de certaines forteresses de langue d’oc par le comte d’Armagnac et monseigneur Jean de Blaisy récemment libérées”95. Son nom apparaît au bas d’un mandement royal en date du 20 décembre 1394 (“Par le roy, le sire de Garencieres et messire Jehan de Blaisy presens”)96. La même année, accompagné de Jean de Montreuil, il fit partie d’une ambassade en Angleterre et en Écosse, preuve qu’il n’était pas seulement un homme de guerre97.

  • 98 Que nous retrouvons ici.
  • 99 Atiya et al. 1934, 144 et 147.

44Et nous voilà revenus aux préparatifs du “lacrimable” voyage de 1396. Il est mentionné, suivi d’un écuyer, dans la liste de “ceulz que Monseigneur [Philippe le Hardi] a ordonné aller au voiage de Honguerie en la compaignie de monseigneur de Nevers”. Bien mieux : il est prévu qu’il sera l’un de ceux qui le conseilleront “quant bon semblera” et, avec Guillaume de Mello, Élion de Neillac, Guillaume de Vienne et Geoffroy de Charny98, il se tiendra à son frein99. À cette date, son âge (il avait largement dépassé la cinquantaine), son expérience faisaient de lui un combattant éprouvé et fidèle. Cela dit, avait-il l’autorité nécessaire pour que cette jeunesse impétueuse, conduite par Jean de Nevers, suive ses avis ? Était-il là en service commandé ? Partageait-il les espoirs ou les illusions de cette brillante chevalerie ?

45Au total, en s’appuyant sur les mentions, il faut bien le dire assez sèches, qui permettent de retracer de l’extérieur la carrière de Jean de Blaisy, on aurait le portrait d’un noble de rang moyen attaché à la défense du “bien public” du royaume de France, et cela avant tout par les armes et accessoirement par la diplomatie mais aussi d’un chevalier plutôt dévot, sensible au message de Philippe de Mézières, y compris dans ses dimensions eschatologiques. Si, comme le dit Françoise Autrand, le temps de Charles VI, malgré ses calamiteuses turbulences, fut quand même marqué par l’émergence d’une certaine conception de l’État, Blaisy, le Marmouset Blaisy, participa à ce mouvement, à côté des gens de justice et de finance. Il faut sans doute imaginer qu’il aimait les chevauchées, qu’il appréciait la camaraderie des gens de guerre, qu’il acceptait sans répugnance la rude vie des camps. Seul le destin ne lui permit pas de rejoindre ses ancêtres dans la chapelle de Blaisy de la Sainte Chapelle de Dijon.

Notes

1 Aujourd’hui Nikopol, en Bulgarie.

2 Atiya et al. 1934.

3 Monstrelet, éd. Douët d’Arcq 1859, t. 3, 113.

4 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 627.

5 Ibid., 628.

6 Ibid., 629.

7 Le Religieux de Saint-Denis parle, de son côté, d’une affliction générale car “il n’y avait point de famille dans le royaume qui n’eût à déplorer quelque perte domestique” (éd. Bellaguet 1840, t. 2, 522-523).

8 Sigismond de Luxembourg (1368-1437), depuis 1387 roi de Hongrie et futur empereur du Saint Empire romain germanique.

9 Richard II, roi d’Angleterre de 1377 à 1399.

10 Philippe de Mézières 2008. Naturellement, en recevant cette épître, Philippe le Hardi en reconnut aussitôt l’auteur.

11 Sur les fantômes en général, Schmitt 1994.

12 Philippe d’Artois.

13 Enguerran VII, sire de Coucy.

14 Jean Le Meingre, dit Boucicaut.

15 Jean de Vienne.

16 Notice sur Louis de Giac, l’un des quatre évangélistes devant annoncer la bonne nouvelle de l’ordre de la Passion, dans Philippe de Mézières, éd. Contamine & Paviot 2008, 85‑87.

17 Il est regrettable que ce livre ne se soit pas conservé : mais tel est le cas de bien d’autres ouvrages de Philippe de Mézières, écrivain prolixe.

18 Chomton 1891. Je dois cette référence à Jean-Bernard de Vaivre, correspondant de l’Institut, que je remercie vivement.

19 Demay 1885, t. 1, 110, n° 1042 et Roman 1909, t. 1, n° 1526.

20 Côte-d’Or, con d’Ainay-le-Duc.

21 Dessin de cette dalle reproduit dans Vaivre 1986, n° 137. Le dessin indique par erreur la date de 1362. Je remercie vivement de son aide Jean-Bernard de Vaivre.

22 Plancher et al. 1748, t. 3, 4 et 17.

23 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 45. Aveu de fief par Geoffroy : Arch. Côte-d’Or, B 10512, cité dans Coulon 1912, n° 202 (5 janvier 1365), p. 40. Mention dans un acte du 15 septembre 1368, de “noble homme et saige monsieur Joffroy de Blaisy, seigneur de Mavoilley, conseiller du duc”, dans La Chauvelays & Coligny 1880, 65. La chapelle en question fut démolie en 1802. Mouillebouche 2002, 427. Mauvilly, qui dépendait féodalement du château de Blaisy, était un arrière-fief du duc de Bourgogne ; il ne semble pas que Jean de Blaisy ait jamais été seigneur de Blaisy.

24 La Chauvelays & Coligny 1880, 39.

25 Ibid., p. 62 : retenu à Paris par mandement du duc, le 6 avril.

26 Paravicini 1989, 96.

27 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 2.

28 BnF, NAF 20 528, p. 22.

29 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 3 à 12. Dans son entourage, on relève les noms de Philibert et d’Oudot de Blaisy. L’amiral de Vienne lui prêta son sceau pour une quittance, en l’absence du sien. Cf. Dupont-Ferrier 1942, t. 1, 526, n° 4791. Les gages annuels de la capitainerie étaient de 400 francs.

30 BnF, PO, dossier Blaisy, n° 13 et 14.

31 Revues de Jean de Blaisy et de Béraud, dauphin d’Auvergne et comte de Clermont, à Courtrai, le 1er et le 6 décembre 1382 : BnF, Clairambault 15, n° 27 et 8, n° 108. Lehoux 1968, t. 2, 73.

32 BnF, NAF 20 528, p. 90 et 111.

33 BnF, ms. fr. 32 510.

34 Plancher et al. 1748, t. 2, 72.

35 Lehoux 1968, t. 2, 111‑112. Sumption 2009, 527‑529. Parti de L’Écluse, à la tête d’une petite troupe de volontaires, il débarqua à Angus en mai 1384 avec Geoffroy II de Charny, comme lui un Bourguignon. Ils eurent une entrevue avec le roi Robert II dans l’église Saint-Gilles d’Édimbourg En juin, ils participèrent à une chevauchée dans le Northumberland, ce qui lui permit de constater le secours que les Écossais pouvaient fournir dans le cadre d’une éventuelle stratégie agressive contre l’Angleterre.

36 Terrier de Loray 1878, CII‑CIII.

37 Merlin-Chazelas 1977, t. 1, 305, n° 1395.

38 Arch. dép. Côtes-d’Armor, A 90. Je dois ce renseignement à Michael Jones, correspondant de l’Institut, que je remercie vivement.

39 Arch. dép. Côtes-d’Armor, fonds du château de la Bringolo, 22 J 7. Renseignement fourni par Michael Jones.

40 BnF, ms. fr. 20 590, n° 47.

41 Lehoux 1968, t. 2, 216.

42 Palmer 1972.

43 Contamine 2009, 65.

44 Le 3 novembre 1388.

45 Erreur : Charles VI et sa femme n’avaient pas encore eu d’enfant. Leur aînée, Isabelle, future reine d’Angleterre, devait naître en 1389.

46 Philippe de Moulins.

47 Arnaud de Corbie.

48 Jean Le Mercier.

49 Je me sers ici de la transcription inédite de Sarah Clinet, maître en histoire de l’université Paris-Sorbonne, que m’a obligeamment communiquée Laurent Vissière, maître de conférences dans cette même université. On remarquera que, pour l’auteur de la Geste, les oncles du roi avaient gouverné avec l’aide d’étrangers, dont des Limousins, ce qui peut surprendre car, en droit, à cette date, le Limousin fait clairement partie du royaume de France. On est en présence de la même attitude qui, quelques années plus tard, vit dans les Armagnacs des étrangers.

50 Pièce écrite en ce temps-là, dit Denis Godefroy, qui l’a publiée dans son Histoire de Charles VI, (1653), p. 773.

51 Contamine 2005, 363‑364.

52 Françoise Autrand consacre au “temps des Marmousets” un chapitre de son Charles VI, (Autrand 1986, 189‑202), qui est suivi d’un autre chapitre intitulé “Changer l’État”, (ibid. 204-213).

53 Dupont-Ferrier 1947, t. 3, 478‑479, n° 13690.

54 Si cette liste avait été établie, si elle s’était conservée, l’Histoire disposerait d’une source de premier ordre pour connaître la sociologie de ce milieu. Pour l’époque de vingt ans antérieure, voir les montres d’armes de compagnies au service de Louis d’Anjou, dans Contamine 1981, 390‑396.

55 Traité de Rignac, en date du 3 avril 1388. Lehoux 1968, t. 2, 225.

56 Traité de Rodez, en date du 11 avril 1388.

57 Lehoux 1968, t. 2, 227.

58 Sur ordre du roi, Honoré Bovet l’accompagna : il put constater de visu les maux dont souffrait le pays. Bonet, éd. Delbouille 1926, 65‑66.

59 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 319‑321, n° LXX.

60 Indépendamment du fait qu’ils étaient réputés et se réputaient “Anglais”. Tout se passe comme si, pour Mézières, les membres des Compagnies étaient des sujets du roi de France en raison d’une sorte de jus soli.

61 Cette solution n’était pas si éloignée de celle qui fut appliquée en 1445 lors de la création des compagnies d’ordonnance, lesquelles accueillirent un bon nombre “d’Écorcheurs” (Contamine 1992, 201).

62 Philippe de Mézières, éd. Coopland 1969, 406‑410.

63 Mirot 1931 fournit une assez longue liste de participants.

64 Drouot 2007.

65 Reproduction photographiques de ces trois sites dans Butaud 2012 n° 11, 17 et 13.

66 Voir le compte d’Oudinet Carlier, “commis par noble hommes messire Jehan de Blaisy, chevalier, chambellan du roy” comme son trésorier pour gérer les fonds relatifs à la “vuide” des forteresses. Très complet, le document commence par l’énumération de la recette, circonscription par circonscription, d’un montant total de 43 840 l. 18 s. 5 d.t. Vient ensuite la dépense : sommes versées aux capitaines des forteresses, aux otages fournis par le comte d’Armagnac, deniers payés aux gens de guerre retenus par Jean de Blaisy pour l’aider dans sa mission, gages d’officiers, dont 435 francs pour Oudinet, attendu les “grans paines, travaux et missions qu’il a euz, souffers et soustenus a cause dudit fait des vuides”, frais de messagerie et divers. Ce compte, conservé aux Archives nationales sous la cote KK 322, a été publié in extenso par Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 337‑407.

67 Ces capitaines tenaient leur pouvoir non d’une autorité supérieure – et légitime – mais d’eux-mêmes et de leurs compagnons. C’est pourquoi les Compagnies sont dites acéphales. Voir le commentaire de Raoul de Presles dans sa traduction de la Cité de Dieu où, parmi les différents types de batailles, il mentionne les “batailles qui s’appellent accephales, c’est a dire qui n’ont point de chief, si comme sont les compaignes”. Selon lui, “le premier qui commença ces batailles à Rome” fut le pâtre Viriathe, qui “print tout estat royal” (Augustin, Raoul de Presles, éd. Bertrand 2013, vol. 1, t. 1, 502).

68 Boüard 1936, 121‑122.

69 Le compte d’Oudinet Carier, p. 374, signale le passage à Pont-Saint-Esprit de Bretons en route vers la Lombardie pour y rejoindre le comte d’Armagnac.

70 Jarry 1889, 67. Palmer 1972, 143. Selon Jean Froissart, le projet fut avancé par le sire de La Rivière et Jean Le Mercier (deux Marmousets) : le roi ayant “l’imagination” d’aller en Terre sainte contre les Sarrasins, ils lui dirent qu’il fallait d’abord que l’Église soit réunifiée et l’antipape Boniface détruit ou déposé. Le départ aurait lieu en mars 1391 : l’armée comprendrait, outre le comte de Savoie, 4000 lances sous le roi et le duc de Touraine, 2000 sous le duc de Berry, 2000 sous le duc de Bourgogne, 2000 sous le connétable de France, originaires de Bretagne, de Saintonge et des basses marches, 1000 sous le duc de Bourbon, 1000 sous le sire de Coucy et le comte de Saint-Pol : tout ce monde (12 000 lances) payé pour trois mois et ainsi de terme en terme. Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1872, t. 14, 281. En fait, Louis de Touraine se rendit en Lombardie, au secours de son beau-frère Jean-Galéas Visconti, de février à avril 1391 (Jarry 1889, 72-73).

71 Sur le rôle éventuel des maîtres d’armes, voir la thèse de doctorat inédite de Daniel Jaquet, soutenue en 2013 à l’université de Genève, Combattre en armure à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance d’après les livres de combat. Tout se passe comme si, en ces années 90 du xive siècle la chevalerie française était disponible pour mener toutes sortes d’aventures, à condition du moins qu’elles soient suffisamment prestigieuses et profitables. Il n’est pas sûr que la lutte contre les Compagnies entrait dans ce schéma.

72 Saige & Dienne, éd. 1900, 385. Reproduction du sceau de Ramonnet dans Butaud 2012, pl. III.

73 Durrieu 1885, 21‑22.

74 Le fait est mentionné dans la Geste des nobles François et les Chroniques de Froissart.

75 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 465.

76 Bien sûr, le lieu, mentionné comme castrum lors de la vente aux Latour en 1282, ne lui appartenait pas : son possesseur, le seigneur de Latour, l’avait imprudemment laissé en déshérence. Charbonnier 1980, 406.

77 Dupont-Ferrier 1947, t. 3, 418, n° 13368. Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 470. On remarquera que ce gouvernement militaire faisait fi des structures et des frontières féodales. Sur Enguerran de Coucy, voir Tuchman 1991.

78 Dès juillet 1390, Guillaume de Saignes, qui était dans la mouvance du comte d’Armagnac, vint mettre le siège avec 60 lances “devant le roic de Vendés”.

79 Artonne 1952. Contamine 1972, 211‑212, d’après BnF, ms. fr. 4482, p. 84, 92 (présence de Guillaume Le Bouteiller, sénéchal de Limousin, qui devait participer au procès de Marchès et même assister à ses derniers moments en vue de recueillir, le cas échéant, ses ultimes confessions), 96, 97, 98, etc.

80 Et non point pendu car il était réputé “noble homs et de noble ligniee”. Froissart donne des détails vraisemblables sur la mise en scène de l’exécution, Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 512-513.

81 Moranvillé 1892.

82 En juin 1391, un chevaucheur fut envoyé de Clermont à Rodez auprès de Pierre de Saulx : Blaisy priait ce dernier de continuer sa tâche d’expulsion des routiers, lui-même se rendant à Paris pour y mener Marchès (compte d’Oudinet Carlier, p. 378).

83 Gauvard 1991, notamment 41‑44.

84 On peut le considérer en quelque sorte comme un Français renié (renégat), comme ceux que mentionne Cuvelier, éd. Faucon 1990, 433, v. 22093 et passim.

85 Il s’agissait à l’époque d’Aimery Chatti.

86 On sait que les évêques de France étaient astreints à prêter un serment de fidélité (mais non d’hommage) au roi.

87 En fait, Marchès dut s’emparer de La Roche Vendeix et fortifier le lieu avant même la conclusion des trêves.

88 En juillet 1393, Jean de Vienne envoya un cartel à Raymond de Turenne. Celui-ci protestait de ce que Jean de Vienne avait mal agi en qualifiant de traîtres ceux qui, étant du royaume de France, servaient Raymond de Turenne contre Louis d’Anjou, comte de Provence, car, disait Jean de Vienne, le fait de Louis d’Anjou est aussi le fait du roi de France, souverain seigneur et de Raymond de Turenne et de Jean de Vienne. Réponse de Raymond de Turenne : certes, je suis homme du roi de France mais je ne suis pas tenu de servir son lignage, de plus le roi de France n’a rien à voir en Provence, terre d’Empire, enfin “je suis en ce pays [la Provence] chief de guerre et vous [Jean de Vienne] n’estes la que un lieutenant et un soudoier”. Terrier de Loray 1878, CLXX‑CLXXIII.

89 Sur cette notion, Krynen 1982.

90 Froissart, éd. Ainsworth & Varvaro 2004, 471.

91 Compte d’Oudinet Carlier, p. 378.

92 GR 4, 291, n° 16418. Paris ne comptait pas en permanence un capitaine. Normalement, le maintien de l’ordre revenait au prévôt de Paris.

93 “Mons. Jehan de Blaisy, chevalier, retenu de nouvel capitaine de la ville de Paris a XX hommes d’armes durant le voyage que le roy a en propos de faire, a C francs d’estat pour sa personne, ourtre ses gages, 4 chevaliers et 22 escuiers, Paris le 1er aous 1392” (BnF, ms. fr. 32 510, fol. 320v).

94 En 1388 Philippe le Hardi donne un “baudequin” (pièce d’étoffe précieuse) du prix de 22 francs à “la femme Jehan de Blaisy”. Prost & Prost, éd. 1910, 289.

95 Il s’agit du compte d’Oudinet Carlier.

96 Moranvillé, éd. 1888, 398, n° 396.

97 Jean de Montreuil, éd. Pons et al. 1981, t. 3, 13‑17. Jean de Montreuil, id. 1986, t. 4, 135-136 et 308. Ce fut peut-être alors qu’il s’efforça d’être l’évangéliste de Mézières.

98 Que nous retrouvons ici.

99 Atiya et al. 1934, 144 et 147.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search