Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le monde de l’itinérance

 | 
Claudia Moatti
, 
Wolfgang Kaiser
, 
Christophe Pébarthe

Introduction

Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser

Texte intégral

  • 1 Travaux classiques en sociologie : voir Simmel [1908] 1999, pour le point de vue de la société d’a (...)
  • 2 Ce volume regroupe les communications présentées lors de deux tables rondes : la première (Le cont (...)

1Les travaux sur la mobilité humaine, en histoire ou dans les sciences sociales, ont souvent privilégié le phénomène de l’immigration – c’est-à-dire observé les flux du point de vue du lieu d’arrivée ou encore de l’Arrivant qui cherche à s’y faire une place1. Ce volume propose d’étudier son avers, l’émigration, et de saisir la circulation des hommes dans son mouvement même, en s’intéressant aux populations dont l’itinérance constitue le mode de vie2.

  • 3 Ces questionnements sous-tendent l’ensemble du programme de recherche sur La mobilité des personne (...)

2Il s’agit plus précisément d’analyser de manière comparatiste les conditions concrètes de la mobilité, c’est-à-dire à la fois les procédures d’encadrement ou de contrôle des mouvements de personnes (aux postes de filtrage, aux frontières, dans les villes etc…), les logiques, les enjeux qui les sous-tendent, et les modalités d’identification des personnes en déplacement, résidents comme gens de passage3. Quelle fut la liberté de circulation des populations dans les sociétés pré-contemporaines, et à quelles conditions technologiques, institutionnelles purent-elles en bénéficier ? Quel fut l’effet de la mobilité sur ces sociétés et quelle fut leur appréhension du phénomène migratoire ?

  • 4 Zeller 2003 ; Moch 1992 ; Canny 1994 ; Lucassen 1999 ; Hoerder 2002 ; Bade 2002 ; Rosental 1999 ; (...)

3Après avoir longtemps considéré les sociétés pré-contemporaines comme des sociétés largement sédentaires, closes et stables, l’historiographie récente a reconnu la continuité du phénomène migratoire de l’Antiquité à l’époque moderne, en Méditerranée comme ailleurs. Peu importe par ailleurs qu’il s’agisse de mobilité locale ou lointaine. Nous savons que la distance est en effet toujours relative aux moyens de communication et, comme le soulignait justement G. Pizzorusso, ce que nous appelons migration locale pouvait dans les périodes anciennes apparaître comme un phénomène déracinant. Tel est le cas des migrations médiévales à l’intérieur de la péninsule italienne, de l’exode rural dans l’Antiquité ou encore des échanges entre zones d’approvisionnement et bassins démographiques des villes à l’époque moderne4 : si certains démographes continuent de penser en termes de micro-espaces concentriques autour d’un lieu donné, les historiens des flux migratoires ont bien montré que les villes de l’époque moderne furent de véritables passoires, qui ne pouvaient compenser la surmortalité structurelle de leur population que par une immigration importante.

  • 5 Zolbert 2006.

4Cette reconnaissance d’un continuum migratoire ne présuppose en aucun cas une linéarité ou d’une identité des pratiques tout au cours de cette “longue durée” ni même à l’intérieur de ce qu’on a coutume d’appeler des “périodes”. Les sociétés pré-contemporaines ont connu des ruptures importantes qui n’ont pas manqué d’avoir des effets sur la mobilité : qu’il suffise de penser, pour l’époque moderne par exemple, aux tentatives, bien vaines, d’établir ou de rétablir l’unité religieuse des États par des politiques d’expulsion (juifs, morisques) ou de conversion forcée (huguenots), qui ont produit des mouvements de population aux conséquences si importantes ; ou encore à l’expansion européenne vers l’Asie et à l’ouverture vers le “Nouveau Monde” qui ont provoqué ce que Aristide Zolberg a appelé la “révolution des départs”5. Il n’en reste pas moins vrai que certains mécanismes et certaines logiques paraissent communes à ces périodes, parce que les sociétés mobilisent des pratiques et savoirs anciens, quitte à les adapter ensuite. C’est pourquoi, même si la nature des sources est différente d’une société et d’une période à l’autre, nous faisons le pari d’une certaine convergence dans les modalités de contrôles et l’appréhension des identités sociales avant que ne se soit mis en place, avec la naissance des États-nations, le système de contrôle et d’identification des personnes que nous connaissons aujourd’hui.

Le départ

  • 6 Badie 1995, notamment p. 117 sq.

5Le statut même du départ, souvent mal documenté dans nos sources, reflète bien cette rupture fondamentale. Dans le monde juridique des États contemporains, où la souveraineté est limitée par le territoire et s’exerce à travers lui, l’être humain reçoit le droit de circuler librement sur le territoire de l’État dont il est le ressortissant tandis que l’État ne peut en principe lui interdire de demeurer sur son territoire, d’en sortir ou d’y revenir librement6. Il n’en était pas de même dans les périodes antérieures où les logiques de contrôle étaient plus diversifiées et la notion de territorialité plus problématique.

  • 7 Privilèges donnés aux émigrés, ou au contraire pénalisation et limitation temporelle de l’absence, (...)

6Par contrôle, nous n’entendons pas seulement la surveillance policière ou politique, mais toutes les formes d’encadrement, administratif, judiciaire, social d’un mouvement d’“émigration”. Sans doute a-t-il existé des formes de départ qui échappaient à tout contrôle, mais elles ne correspondaient pas pour autant à l’idéal d’une décision libre de toute contrainte. La peur, l’indigence, l’espoir d’une vie meilleure ont toujours été d’importants facteurs de mobilité, et le départ dans l’urgence une de ses principales formes. Toutefois, il n’est pas toujours aisé de distinguer la part de spontanéité dans l’émigration ; et, même dans ces cas, les autorités ont souvent, soit pour encourager l’émigration soit au contraire pour la limiter ou en compenser les effets (baisse démographique, fuite de compétences, chute de revenus fiscaux), adopté différentes mesures7, créé de nouvelles catégories et de nouvelles normes, qui finalement formaient de l’encadrement. Toutes normes qui révèlent, en contrepoint, les enjeux de l’émigration pour l’émigré et pour la communauté.

Les enjeux du départ

  • 8 Voir les articles d’Annliese Nef et de Nicolas Vatin.
  • 9 Voir Lieu 1986.

7Le départ a en effet des implications politiques et civiques, qu’il soit volontaire ou forcé. Dans le premier cas, il concerne le contrat qui attache l’homme à sa communauté : par exemple on peut être libre de choisir son lieu de résidence, comme le disent les textes juridiques romains d’époque impériale, mais à quelles conditions ? Il faut compter avec les intérêts fiscaux, démographiques des cités par exemple, mais aussi avec les intérêts de l’Empire. De ces logiques contradictoires naissent des effets contrastés : protection d’un côté, pressions de l’autre, mais aussi des stratégies de contournement (travestissement, fuites par exemple). Dans le deuxième cas (exils, expulsions, déportations), le départ, c’est-à-dire l’élimination des indésirables, participe à la construction de la communauté politique : l’ostracisme des citoyens renforce l’idée de cité comme communauté de pairs ; l’expulsion des étrangers, des populations soumises ou des hérétiques l’image d’une communauté des mêmes, une idée que sous-tendent des principes à la fois politiques et moraux. Mais l’expulsion peut aussi être un moyen pour le pouvoir central de renforcer son autorité par rapport aux pouvoirs locaux, en donnant un nouveau statut à un groupe par-delà l’espace traditionnel8 ; ou encore une mesure économique : la capture de cités romaines par les Perses entre le iii e et le vi e siècles de notre ère avait pour principal objectif de déporter la population vers d’autres zones de l’Empire perse, afin de réaliser des travaux d’irrigation ou d’urbanisation9. On peut aussi penser aux mesures prises, dans la péninsule ibérique de la soi-disant “Reconquista”, pour peupler les zones délaissées (sous la contrainte) par les musulmans ou au repeuplement après les grandes pestes des xiv-xv e siècles.

  • 10 Voir l’article de Michel Balard.
  • 11 Fontaine 1993 ; Hareven 1982.

8Qu’il s’agisse du maintien de la cohérence étatique, de l’unité du corps civique, de la paix sociale, de l’ordre moral, ou encore même de la survie de la communauté tout entière, les autorités ne sont toutefois pas les seules à agir. Si l’émigration est une réalité administrative ou politique, l’impulsion et même le contrôle peuvent être aussi le résultat de tout un jeu social qui révèle la force des liens sociaux et de ses cadres de vie, comme c’est le cas d’une partie de l’émigration vénitienne ou génoise aux xiv e et xv e siècles10, ou comme cela se manifeste dans les structures du colportage ou de la “chain migration” intergénérationnelle qui caractérise l’urbanisation et les premières phases de l’industrialisation11.

  • 12 Tel est le cas de la politique génoise à Chypre au xv e siècle : voir ci-dessous l’article de Mich (...)

9Ce qui est en jeu, dans tous ces processus complexes, c’est donc l’autorité des États face aux gens qui partent ou, le cas échéant, face à des pouvoirs locaux, ou encore le rôle des réseaux sociaux ; mais c’est aussi la question fondamentale de l’identité : non seulement le départ des ressortissants pousse le pouvoir à préciser les statuts, à en étendre parfois l’application, mais l’émigré lui-même prend une conscience particulière de son identité dans la situation d’éloignement, tandis qu’il se trouve affublé de nouvelles identités dans le lieu d’accueil12.

Suivre le mouvement

10Le moment du départ n’éclaire pas à lui seul tous les enjeux de l’émigration. Les autorités se sont souciées, parfois, d’observer leurs ressortissants au loin, sur le lieu même où ils demeurent, et les émigrés eux-mêmes ont maintenu souvent des liens (familiaux, sociaux, fiscaux) avec leur lieu d’origine. C’est en ce sens que l’émigration, qu’il s’agisse d’expulsion collective, d’exil individuel ou collectif ou encore de simple absence, n’est pas seulement un événement, mais aussi un processus. Partant de cette inscription du mouvement dans la durée, nous avons tenté d’analyser les procédures mises en place, les documents émis, les normes édictées, bref de mesurer la capacité et la volonté d’une administration à suivre le mouvement.

  • 13 Voir l’article de Rafael Benitez.
  • 14 Voir Christine Shaw.
  • 15 Voir Nicolas Vatin.
  • 16 Voir Luis Cortez Peña.

11Prenons le cas d’une expulsion de groupes. Il faut tout d’abord dénombrer et identifier, c’est-à-dire disposer d’une importante information démographique, ce qui a parfois poussé les administrations à échelonner les mesures, comme ce fut le cas de l’expulsion des morisques au début du xvii e siècle13 ; puis organiser le départ, ce qui suppose la mise en œuvre de toute une logistique (envoi de commissaires, réquisition des moyens de transports, négociations avec des puissances étrangères qui deviennent terres de transit, voire d’accueil…) ; enfin régler le sort des expulsés ou des exilés en dehors du lieu d’origine, soit sur un autre territoire intérieur soit hors des frontières, ce qui implique toute une série de négociations diplomatiques et le maintien à distance du rapport de pouvoir14. Pour qu’un mouvement de grande envergure soit efficace, il faut ainsi un support à la fois matériel, technologique et institutionnel qui peut être aussi bien normatif que symbolique, si l’on pense aux rituels d’expulsion15 ; mais la part de la pression sociale (l’auto-identification des populations concernées, qui dans ces sociétés pré-contemporaines a joué un grand rôle, tout comme leur capacité de résistance ou d’organisation semi-clandestine) éclaire aussi le dispositif16. C’est dans cette triple articulation, technologique, institutionnelle et sociale, que la nature du pouvoir se donne à voir, que les ruptures historiques se mesurent – et ici, comme sur le plan idéologique, la monarchie espagnole moderne, par son arsenal de normes et d’institutions destinées à contrôler le départ, fait figure de triste pionnière.

  • 17 Voir l’article de Christine Shaw.
  • 18 Shaw 2000 ; Kaiser 1992 ; Descimon & Ruiz Ibanez 2005, et la contribution de José Javier Ruiz Ibañ (...)

12Autres exemples : dans le fait colonial (qu’il s’agisse de colonies de peuplement, d’installations militaires ou de comptoirs), on peut suivre les étapes précédant la fondation (choix des bénéficiaires, quotas), puis le processus d’installation qui implique la mise en place de toute une série d’organes officiels, et ensuite les rapports entre la colonie et la métropole, et dans ce long processus de déplacement des personnes non seulement le rôle des autorités politiques, mais aussi celui des filières non étatiques et des réseaux parallèles. Dans le cas de l’exil, qu’il soit judiciaire, politique, religieux, on peut s’attacher aux processus de décision, à la transmission et à l’enregistrement de l’information, à l’application de la mesure mais aussi aux procédures mises en place pour surveiller la mobilité des exilés, leur activité dans le lieu de l’exil (accords avec les États-hôtes pour l’accueil ou pour l’extradition des exilés ou déserteurs, délivrance d’attestations de séjour…) ou encore pour favoriser leur réhabilitation et leur retour17. Le départ n’est en effet pas forcément définitif, il peut s’inscrire dans une “politique de l’exil” qui vise, de l’ostracisme des cités grecques aux pratiques en vigueur dans les villes méditerranéennes modernes, à réduire la conflictualité par un éloignement temporaire, une pratique qui développe, dans la longue durée, sa topographie propre des “points de chute” et des refuges possibles18.

13Ces analyses mettent en valeur la part importante de la négociation dans tout processus d’émigration, et du même coup la capacité de l’émigration à créer du lien entre les Etats, entre les peuples, entre les groupes sociaux. Une capacité variable selon les formes et les motivations du départ.

Les facteurs de différenciation

  • 19 Sayad 1991.
  • 20 Comme l’a souligné très justement J. F. Schaub, dans une communication orale lors du colloque.
  • 21 Voir l’article de Annliese Nef ; voir aussi Jean-Marie Bertrand.
  • 22 Voir Stéphane Encel.

14Il est ainsi clair qu’on ne peut, pour paraphraser A. Sayad, parler d’une émigration19, mais qu’il faut tenir compte de multiples facteurs dans l’analyse du départ : non seulement la nature de la décision et son objectif (châtiment, peuplement, conquête ou protection, exode économique ou fuite), mais aussi la durée de l’éloignement, le nombre de personnes concernées (individus ou groupes), le type du territoire où a lieu le déplacement (terres déjà occupées ou terres vierges, terres intérieures ou terres extérieures)20. Bien plus, la même mobilité ne produit pas nécessairement les mêmes formes d’encadrement : celles-ci varient selon la population concernée (citoyens ou étrangers), l’échelle de la mesure (locale ou étatique) ou la nature de l’acte qui a provoqué le départ : acte de souveraineté ou sentence judiciaire. Une même mesure enfin peut avoir plusieurs significations : une expulsion peut être à la fois une relégation et une colonisation, comme ce fut le cas de l’installation par Frédéric II des musulmans rebelles de Sicile dans les Pouilles au xiii e siècle21. Cette multidimensionalité des situations d’émigration met en cause les concepts que nous utilisons pour désigner ces phénomènes. Le concept d’émigration est un concept moderne, unificateur, qui ne rend pas compte de la pluralité inhérente au phénomène, ni du caractère fluctuant des frontières entre mouvements libres et contraints22.

L’efficacité des normes

  • 23 Voir Yann Rivière ; Grégoire Salinéro.

15Les études qui suivent montrent bien que les sociétés pré-contemporaines n’ont pas été indifférentes au phénomène du départ. Peut-on pour autant parler de “politiques d’émigration” ? L’abondance des normes produites pourrait le laisser penser, mais les articles relèvent aussi les carences ou l’inefficacité de certaines mesures répressives, l’incohérence des normes édictées ou des moyens mis en place pour les appliquer (d’où l’appel à la délation par exemple lors d’une expulsion), l’absence de statuts bien définis23. Il faut donc s’interroger sur la signification de ce déploiement contrasté des normes à toutes les périodes de l’histoire. Et, plutôt que de parler d’incohérence ou même d’inefficacité, ce qui n’a pas grande pertinence d’un point de vue historique, chercher à comprendre ce que cela dit de la fonction et de la nature des normes dans ces sociétés.

  • 24 Cf. Grégoire Salinero.

16On peut pour commencer distinguer entre normes contraignantes et simples directives, mais aussi tenir compte de l’écart entre normes légales et normes morales ou sociales, deux points de vue qui permettent de mesurer la part que chaque société reconnaît à la négociation dans le processus normatif. Le savant équilibre qu’un pouvoir sait ménager entre les normes édictées et des privilèges ou dérogations accordés en est un bon indice ; mais aussi les fraudes émanant de la société civile comme des officiels révèlent la résistance de la société à la norme. Ainsi la valeur de l’acte normatif ne se mesure pas seulement à l’importance de son encadrement administratif : la part de l’auto-censure, de la pression sociale doit être aussi prise en compte, ainsi que les intérêts des parties en présence. On voit bien dès lors que l’une des fonctions des normes est d’orienter la négociation, et non seulement d’imposer une obéissance aveugle, ou, pour le dire autrement, d’introduire de la coercition dans la négociation24. Par là le pouvoir mesure aussi sa propre efficacité.

  • 25 Sur ce sujet, on peut revenir aux remarques lumineuses de Lacan 1978, 157-158 : “Le surmoi constru (...)
  • 26 Sur ce délicat problème, voir les intéressantes études réunies par Chevallier 2006.

17Enfin, il faut s’interroger sur l’objet de l’interdiction, c’est-à-dire se demander chaque fois où se situe le fait même de l’interdiction. Le droit est en effet un discours qui remplit des fonctions à la fois politiques et symboliques. Il forme un univers complet dont le contenu n’est pas entièrement explicite25 : il diffuse par exemple des valeurs, des représentations, des signes de pouvoir dont la puissance n’est pas “affichée”. Une interdiction peut ainsi en contenir d’autres moins visibles, d’un autre ordre, et tout aussi importantes ; elle met en jeu des représentations du pouvoir toutes aussi importantes que l’interdiction explicite (par exemple celle de ne pas émigrer). Si donc les énoncés de certaines normes ne sont pas toujours respectés, peut-être faut-il évaluer la part non dite de la normativité qui reste, elle, efficiente26 ?

18Ce comparatisme de longue durée, sous l’angle précis des logiques étatiques et sociales, des discours et des représentations, des normes et des pratiques, donne ainsi l’occasion d’étudier de près les rapports de pouvoir dans chacune des sociétés du bassin méditerranéen et de chercher à en comprendre ce qui les différencie : est-ce la nature du régime politique, son degré de centralisation, les besoins (économiques, démographiques ou fiscaux), la conjoncture militaire ? Il apparaît que si les logiques varient, elles se cumulent aussi souvent, parfois dans la longue durée, parfois de manière ponctuelle : le renforcement des contrôles dans un contexte militaire par exemple, ou au moment d’une déportation ou de déplacements de population ne transforme pas nécessairement les pratiques traditionnelles. Le degré de porosité entre les domaines et les périodes varie considérablement selon les sociétés considérées.

19Le phénomène de l’émigration est donc un laboratoire exceptionnel pour analyser les formes du pouvoir, parce que la mobilité met en question les structures sociales et les institutions, construites du point de vue des populations stables. Cette dimension se précise si l’on analyse le sort des populations mobiles. Une manière de s’interroger sur le rôle du mouvement en histoire.

Les populations mobiles

  • 27 Deleuze & Guattari 1980, 34.

20Il y a trente ans, Gilles Deleuze et Félix Guattari protestaient contre une histoire écrite du point de vue des sédentaires, au nom d’un appareil unitaire d’État… “Ce qui manque, c’est une nomadologie, le contraire d’une histoire”27. La critique est pertinente et révèle les limites de toute une historiographie qui, sous l’influence des sources et textes normatifs, érigea la sédentarité en norme, plaça les populations mobiles aux marges de la société, voire dans une anti-société. Mais la formule est aussi pathétique en ce qu’elle reste dans l’horizon de ce qu’elle prétend critiquer, en définissant la “nomadologie” comme une anti-histoire. De manière plus prosaïque nous avons souhaité adopter une perspective réaliste et intégrative, en considérant que les “vies en mouvement”, pour lesquelles la mobilité est un élément structurel, n’ont exclu ni structurations et régularités fortes, ni éléments de sédentarité.

  • 28 Roncayolo 1981
  • 29 Moraw 1985.
  • 30 Press 1989a, ici p. 16.

21Les anthropologues de sociétés nomades extra-européennes nous ont sensibilisés au fait que le rapport à la territorialité peut changer dans l’histoire et dans les rythmes de vie des formes sociétales28, une leçon retenue par exemple par les médiévistes qui essayent de tenir compte de la pluralité des pouvoirs exercés sur les hommes en liant pénétration réticulaire et territorialisation29 ou en parlant de formes non-territoriales de l’exercice du pouvoir30.

  • 31 Un aspect bien souligné par Tarrius 2002.
  • 32 Voir la contribution de Jean-Marie Durand ; voir aussi Kelly 1991.

22L’apport de l’archéologie a aussi favorisé cette nouvelle manière d’interroger les rapports entre nomadisme et sédentarité. Jusqu’ici en effet le nomadisme était considéré comme la forme primaire de la société humaine, avant la constitution de la polis et de formes étatiques avec lesquelles il serait entré en conflit. La conséquence scientifique de cette manière de poser le problème fut de séparer l’étude des villes, paradigme de la sédentarité, et celle des flux migratoires, relégués aux marges de l’histoire, considérés comme l’exception et toujours analysés dans l’horizon de la sédentarité – au point de créer deux champs disciplinaires séparés31. Aujourd’hui, il est plus largement reconnu qu’il n’y a pas eu nécessairement évolution du nomadisme au sédentarisme, mais coexistence et complémentarité32, et qu’aucune société n’est purement sédentaire, pas plus notre société industrielle que les sociétés anciennes : ce qui change, ce sont les formes de la mobilité et les articulations entre vie sédentaire et vie en mouvement, dans les cycles annuels, les parcours individuels, familiaux ou collectifs. Une telle conception détermine peut-être aussi une nouvelle approche des relations entre États et “nomadisme”.

Nomadisme et territorialité

  • 33 Camporesi 1973.
  • 34 Voir la contribution d’Henriette Asséo dans ce volume.

23Dès lors, la notion de nomade ou de nomadisme devient problématique. Il est indéniable que dans le contexte de la globalisation et de ce qu’on appelle le transnationalisme, la figure du nomade est devenue une figure identitaire, quel que soit le nom qu’on lui donne, réfugié, migrant, sans patrie, vagabond, personne déplacée ou encore expatride, un néologisme récemment formé pour désigner ceux, de plus en plus nombreux, qui vivent successivement dans différents pays sans jamais en demander la nationalité, et qui, pourtant, ont rompu entièrement avec leur propre pays d’origine. Ces “nomades” contemporains occupent une place formellement analogue aux marginaux que décrivent les Livres des vagabonds du xv e siècle et qui incarnent toutes les peurs des sédentaires à l’égard des populations qui, vivant dans un entredeux, paraissant insaisissables33 : marchands, vendeurs ambulants, girovagues, moines mendiants, vendeurs de reliques, poètes courtisans et chanteurs, étudiants itinérants munis de lettres aux sceaux universitaires, prédicateurs, médecins et guérisseurs, histrions, joueurs, pèlerins, juifs errants, mendiants, mercenaires, esclaves fugitifs, pirates et infidèles, authentiques chômeurs, affamés, artisans, ou encore paysans misérables, citadins chômeurs, et toutes les populations réduites à la nomadisation par suite d’une révolution des rapports sociaux. La figure emblématique, au Moyen Âge et à l’époque moderne, en est peut-être le tsigane, qui a donné naissance à une production fictionnelle exceptionnelle34.

  • 35 Virilio 1976, 75.
  • 36 Comme le rappelle Ducellier 1992, à propos de la fin du Moyen Âge.

24La liste à la Prévert des Livres des Vagabonds n’est évidemment pas opérationnelle. Et il y a des traces indirectes de cette perception de la mobilité, de son caractère à la fois exceptionnel et dangereux, dans certaines formulations actuelles, marquées par un vague romantisme : ainsi Paul Virilio oppose-t-il un Moyen Âge où les élites auraient été occupées à chevaucher, où le champ parcouru aurait été illimité et le danger sa limitation même, et la période de construction de l’État où la territorialité aurait tout envahi, y compris la conception du sujet, la perception du temps, donc de la limite35. Cette vision n’est plus recevable aujourd’hui. La longue période qui va de l’Antiquité au xviii e siècle a connu toutes les formes de territorialisation et toutes les tentatives de sédentarisation36, mais selon des modèles territoriaux multiples dont il s’agit d’analyser les logiques.

  • 37 Voir en ce sens les remarques d’Appadurai 1988, 37.
  • 38 Voir la contribution de Maurice Sartre.
  • 39 Deleuze & Guattari 1980, 418.

25Ces modèles renvoient eux-mêmes à des visions du monde bien différentes37. Si l’on pense un monde spatialement interconnecté et ouvert, qui autorise la discontinuité même territoriale (est-ce le cas de tous les Empires ?), alors le mouvement y a sa place et la restriction imposée à l’immigration ou à la répression de la mobilité a une signification sociale ou policière : elle peut être par exemple un moyen d’empêcher les pauvres ou telle minorité d’entrer, ou encore une forme de châtiment38. Mais lorsque le monde est pensé en terme de fragmentations, où les différents espaces sont culturellement séparés et distincts, homogènes à l’intérieur et marqués par la continuité territoriale, alors les flux migratoires doivent être contrôlés, et la mobilité devient une question de quotas, de seuils : le souci de ces sociétés est de naturaliser la clôture, fondée sur la séparation culturelle, de sédentariser les identités, de renforcer la continuité et l’unité internes, tandis que les flux non maîtrisés sont vus comme une machine de guerre39.

  • 40 Chevalier 1978.

26Dans toute une tradition politique, l’idée juridico-politique de peuple renvoie à cette idée d’un tout homogène, qui est le fondement de la légitimité des États, par opposition à la multitude non organisée. Derrière cette thématique, le discours peut varier : le nomadisme y est vu soit en termes de dangerosité – en faisant du prolétaire l’héritier des nomades et en voyant dans Paris une ville hantée par eux, Karl Marx résume toute une tradition hostile contre une population qu’on imagine organisée en contre-société40 ; soit en terme d’immoralité, quand la mobilité est associée à la fraude ou encore à l’oisiveté ; soit encore comme une pathologie de l’âme, le signe d’une inquiétude et d’une instabilité fondamentales. Augustin, dans son traité de opere monachorum, dénonçait comme des faits connectés le vagabondage oisif, la fausse mendicité et la divulgation des erreurs : le mouvement est perçu dès lors comme un danger pour l’âme, et l’homme s’y perd comme dans un labyrinthe qui l’éloigne du vrai.

27Dans ces traditions, le nomade n’est pas considéré comme tel, mais jugé en tant que repoussoir, comme si l’on refusait à “celui qui est entre deux” le statut de sujet et la capacité à s’organiser, alors que des études récentes montrent que le nomadisme, dans sa version pastorale ou pas (c’est le cas des réseaux transnationaux aujourd’hui), connaît une multitude d’organisations sociales, qui ne manquent pas de structures centralisées.

  • 41 Arhweiler 1998a.
  • 42 Voir Christel Müller et Biaggio Salvemini.

28C’est en ce sens que l’opposition sédentaires/nomades est par trop simplificatrice. On sait bien en effet que, derrière un discours uniformisant, nomades et agriculteurs ont pu, dans de nombreuses sociétés, vivre en bonne entente et en pleine complémentarité – selon Hélène Ahrweiler, l’exclusion, le rejet des nomades à l’époque byzantine n’était pas due à leur mobilité mais au fait qu’ils n’étaient pas chrétiens41 – ; que la cité peut être une part intrinsèque du système socio-politique pastoral, comme à Amman aujourd’hui, qu’elle peut être aussi un point sur un territoire nomade, non un système qui s’opposerait à un autre, enfin qu’il existe de nombreuses situations intermédiaires entre sédentarité et mobilité42.

  • 43 Reininghaus 1993 ; Fontaine 1993.
  • 44 Russo & Salvemini 2007.
  • 45 Salvemini 2000, 44-69, en particulier p. 60-65 ; et dans ce volume sa contribution.
  • 46 Raggio 1990.

29La complémentarité entre sédentarité et mobilité est évidente, par exemple, pour l’organisation du commerce ambulant en Méditerranée et en Europe occidentale, un commerce qui relie des espaces très larges et éloignés, si l’on pense aux “Zitronenkrämer” de l’Italie du Nord approvisionnant l’Europe du Nord en agrumes, ou aux libraires et pâtissiers dans les villes méditerranéennes, originaires de villages alpins43. Cette mobilité temporaire, qui suit le rythme des saisons ou certains cycles de la vie, exige une organisation très complexe : des réseaux de crédit étendus pour le transfert des bénéfices, une flexibilité des systèmes d’héritages et des formes familiales, un système de remplacement des hommes partis par d’autres migrants, etc. La transhumance, elle aussi, est loin d’être un lieu d’aventure dans les espaces à perte de vue, mais au contraire l’objet de réglementations précises et d’âpres conflits44. La mobilité des travailleurs saisonniers dans les Pouilles témoigne d’un équilibre fragile entre les zones de production céréalière et celles d’huile d’olive45. La vie en mouvement exige donc, peut-être plus encore que la vie sédentaire, une structuration rigide et, en ce sens, est très loin des fantasmes sociaux qui l’entourent. Ceci est vrai aussi pour les “sociétés de frontière” (Friedrich Ratzel), pour ceux qui font de la frontière leur ressource, comme les clans ruraux dans les marges de la République de Gênes engagés dans le commerce d’armes du Milanais ou les contrebandiers de la péninsule ibérique46.

  • 47 Cesari 2002.
  • 48 Tarrius 2000, 141 sq.
  • 49 Gupta & Ferguson 1992.

30On pourrait sur ce point établir une analogie avec les réseaux de l’économie de l’ombre ou économie souterraine de la Méditerranée actuelle, dont l’analyse a donné lieu à différentes catégorisations, fondée sur les notions de nomades et de migrants47. Alain Tarrius distingue par exemple le nomadisme proprement dit, qui impliquerait une grande fidélité avec la société d’origine et une intégration par l’intermédiaire de réseaux, et l’errance qui se caractériserait au contraire par la multiplicité des lieux de rattachement48. Certains anthropologues, tels A. Gupta et J. Ferguson, font intervenir le principe territorial comme critère distinctif et distinguent ceux qui habitent les frontières, ceux qui les traversent régulièrement (travailleurs migrants, nomades et toutes formes de transnationaux) et ceux qui les traversent provisoirement (exilés, expatriés, fugitifs qui cherchent un asile momentané)49. Dans tous les cas, ces migrants institutionnalisent en quelque sorte l’espace : droits sur les sols, micro-pouvoirs, rituels de prise de possession etc. contribuent, tout comme une législation d’État imposée d’en haut, à construire le territoire.

Exils et asiles

31Toutes les questions que nous avons posées ci-dessus valent aussi pour le statut des réfugiés, souvent comparés aux vagabonds et aux errants, comme c’était le cas en droit romain, si bien que la fuite a été parfois considérée comme un problème politique et moral à la fois. Et pourtant la pratique de l’asile reste répandue tout au long de la période étudiée. Comment les sociétés ont-elles défini cet accueil et selon quels principes ?

  • 50 Suraiya Faroqhi ; Gilles Veinstein.

32Le cas de l’Amérique de Thomas Paine que ce dernier définissait comme un “asile pour l’humanité” (asylum for mankind) montre bien l’ambiguïté même de la notion d’asile. Dans un livre récent consacré à ce thème, l’historienne américaine Carolin Baseler comparait les deux conceptions, anglaises et américaines, de l’asylum : dans le monde colonial anglais, où dominaient les mercantilistes, selon qui une large population faisait la richesse d’un État, l’ouverture de territoires coloniaux aux réfugiés européens (c’est-à-dire la promesse de terres, de liberté politique et de tolérance religieuse) avait été considérée comme un moyen d’augmenter le pouvoir de l’État anglais et d’affaiblir les Européens. En revanche, les républicains qui accueillaient les étrangers étaient mus par l’amour de la liberté. Ils défendaient leur bataille contre la tyrannie au nom de l’humanité. La constitution de 1787 a été en partie formulée avec cette idée et les tentatives de nier l’asile ont été même perçues, à cette époque, comme destinées à dénier la liberté américaine. Le cas de l’Empire Ottoman, analysé ici par Gilles Veinstein, reflète bien aussi ce jeu parfois insensible entre intérêts et idéaux qui est au cœur de la pratique asilique50. Il permet également de comprendre que les politiques de l’asile ne répondent pas seulement à la question philosophique de savoir avec qui les hommes acceptent de partager leur territoire, leurs biens mais elles reflètent aussi les intérêts immédiats des sociétés : leurs besoins économiques, démographiques, financiers mêmes ; et tout autant leur imaginaire – c’est-à-dire l’image qu’elles se font d’elles-mêmes et de leur relation au monde.

33Les études réunies ici explorent à la fois les expériences historiques des populations qui ont fait de la mobilité leur forme de vie et les représentations que les sociétés du passé en ont eues. L’approche que nous avons choisie – l’analyse des procédures de contrôle et des documents d’identification – permet en effet de mettre en valeur les complémentarités bien réelles de la sédentarité et du mouvement, leurs multiples articulations et interrelations, et d’analyser en même temps les sentiments (peurs et rejets, ou au contraire indifférence) qu’ont suscités les populations itinérantes dans les différentes sociétés du bassin méditerranéen. On remarquera ainsi que, tout en exaltant la sédentarité, les sociétés pré-contemporaines n’ont pas toujours manifesté violence ou méfiance à l’égard des personnes mobiles. Nombre d’entre elles se sont parfaitement accommodées de ces populations, qui par leurs mouvements aux marges dessinaient leurs propres territoires et circuits, et dont elles dépendaient pour leur reproduction sociale et pour celle des richesses. Avec elles, les sociétés anciennes, médiévales et modernes ont ménagé des relations complexes, mais elles ont rarement eu une perspective de bornage qui les eût obligées soit à les chasser, soit à les fixer définitivement, comme cela a été le cas dans l’État ottoman qui au xix e siècle, a tenté de fixer les Kurdes.

  • 51 Voir Hanson 1997.
  • 52 L’expression est empruntée à Badie 1995, 25-26.

34Le projet impérial tend, semble-t-il, tout particulièrement, à nier l’idée de frontière fixe et cherche plutôt le contrôle des voies de communication, des lieux stratégiques et commerciaux, des espaces de sécurité, ou simplement des hommes, comme l’atteste le prélèvement de taxes ou la création de zones vides au-delà des frontières administratives, pour ne citer que quelques exemples51. “Intérêts matériels et politiques, stratégies économiques, militaires et diplomatiques recomposent ainsi des territoires à géométrie variable”, construisent en réalité, dans ces sociétés, une “pluri-territorialité”52, une multitude d’espaces de domination obéissant à des logiques différentes : cela permet parfois des positions de repli, sans pour autant remettre en cause la souveraineté impériale, mais cela peut susciter en revanche des micro-souverainetés, autant d’enclaves dans le territoire, autant de modalités de coexistence avec le pouvoir constitué.

  • 53 Russo & Salvemini 2007, 85.

35Plus généralement, si la dimension étatique du territoire se renforce à la fin du Moyen Âge et durant la période moderne, ce mouvement qui marque l’histoire européenne et méditerranéenne n’anéantit point, dans les campagnes, la légitimité des droits réclamés et exercés sur la terre par des seigneurs, des institutions ecclésiastiques, des villes et communes locales. Il s’opère certes, pour réguler par exemple le pâturage, la transhumance, la chasse royale, etc., une hiérarchisation de ces droits mais, à travers conflits et compromis, une multiplicité d’usages d’espaces et de formes de coexistence se maintient, qu’on a appelées une “quadrature des pouvoirs”53 : exemple en Europe méditerranéenne la variété des régulations et institutions de la transhumance qui exige un compromis entre prétentions sédentaires et usages mobiles du sol.

36L’analyse des sociétés pré-contemporaines incite donc à chercher ailleurs que dans la territorialité les logiques de la régulation. L’enquête sur les contrôles ouvre ainsi un questionnement fondamental sur la nature de la souveraineté et son articulation problématique au territoire qui en aucun cas n’est un donné, qui est toujours le résultat d’une construction – peut-être même ce qu’on pourrait appeler une utopie, rarement réalisée.

37Il suffit toutefois que cette utopie soit pensée, qu’elle devienne un projet, une exigence, pour que la relation avec la mobilité se transforme. Se sentant incapables de réaliser le rêve d’une sédentarité, voire d’une autonomie à la façon du “geschlossener Handelsstaat” de Fichte (“l’État commercial autonome”), les sociétés se mettent alors à penser en termes de flux dangereux, à chercher, avec plus ou moins d’acharnement, à limiter le mouvement, sinon dans la réalité, au moins sur le papier et par les papiers. Ce sont aussi ces moments de ruptures que nous avons cherché à analyser dans cette histoire discontinue du mouvement.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Appadurai, A (1988): “Putting Hierarchy in its Place,” Cultural Anthropology, III, 1, 36-49.

Ahrweiler, H. (1998): “Byzantine concepts of foreigners: the case of Nomads”, in: Ahrweiler & Laiou 1998, 1-15.

Ahrweiler, H. et A. E. Laiou (1998) : Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, Washington DC - Cambridge, Mass.

Bade, K. J. (2002): Europa in Bewegung: Migration vom späten 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Munich.

Badie, B. (1995) : La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris.

Baseler, C. (1998): Asylum for Mankind. America, 1607-1800, New York.

Camporesi, P. (1973): Il libro dei Vagabondi, Turin.

Canny, N., éd. (1994): Europeans on the Move : Studies on European Migration, 1500-1800, Oxford.

Cesari J., éd. (2002) : La Méditerranée des réseaux. Marchands, entrepreneurs et migrants entre l’Europe et le Maghreb, Paris.

Chevalier, L. (1978) : Classes laborieuses, classes dangereuses pendant la première moitié du xix e siècle, Paris.

Chevallier, J., éd. (2006) : La normativité. Cahiers du Conseil constitutionnel n° 21, Études et doctrines, Paris.

Deleuze, G. et F. Guattari (1980) : Mille plateaux, Paris.

Descimon, R. et J. J. Ruiz Ibañez (2005) : Les Ligueurs de l’exil. Le refuge catholique français après 1594, Paris.

Ducellier, A. (1992) : Les chemins de l’exil, Paris.

Fontaine, L. (1993) : Histoire du colportage en Europe, xv e -xix e siècle, Paris.

Freeman, P. et D. Kennedy, éd. (1986) : The Defence of the Roman and Byzantine East, BAR International Series 297, 2.

Green, N. L. (2002) : Repenser les migrations, Paris.

Green, N. et F. Weil, éd. (2006) : Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ, Paris.

Gupta, A. et J. Ferguson (1992): “Beyond Culture: Space, identity and the Politics of difference”, Cultural Anthropology, VII, 1, Feb. 1992, 6-23.

Hanson, W. S. (1997): “Accross the Frontier: Adressing the Ambiguities”, Roman Frontier Studies, 1995, 373-78.

Hareven, T. K. (1982): Family Time and Industrial Time: The Relationship Between the Family and Work in a New England Industrial Community. Cambridge, Mass.

Hoerder, D. (2002): Cultures in Contact: World Migrations in the Second Millennium, Durham.

Imbruglia, G., éd. (2000): Naples in the Eighteenth Century. The Birth and Death of a Nation State, Cambridge.

Kaiser, W. (1992) : Marseille au temps des troubles. Morphologie sociale et luttes de factions 1559-1596, Paris.

Kelly, R. L. (1991): “Mobility/sedentarism: concepts, archaeological measures and effects of reduced mobility”, Annual Review of Anthropology, XXI, 43-66.

Lacan, J. (1978) : Séminaire II, Paris.

Lieu, S. (1986): “Captives, Refugees and Exiles, a Study of Cross-border Civilan Movements between Rome and Persia from Valerian to Jovian”, in: Freeman & Kennedy 1986, 475-507.

Lucassen, J., éd. (1999): Migration, Migration history, History: Old Paradigms and New Perspectives, Berne.

Moatti, C., éd. (2004) : La mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Actes de deux colloques tenus à Rome (8-9 mars 2002) et à Paris (la mobilité négociée, 29-30 novembre 2002), Coll. EFR 341, Rome.

Moatti, C. et W. Kaiser, éd. (2007) : Gens de passage dans les villes méditerranéennes, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Actes de deux colloques tenus à Aix-en-Provence (mai 2003) et Naples (mai 2004), Paris.

Moch, L. P. (1992) : Moving Europeans : Migrations in Western Europe since 1650, Bloomington.

Moraw, P. (1985) : Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung : das Reich im späten Mittelalter 1250 bis 1490, Berlin.

Pinol, J.-L., dir. (2003) : Histoire de l’Europe urbaine, I : De l’Antiquité au xviii e siècle, Paris.

Press, V. (1989a): “Vorderösterreich in der habsburgischen Reichspolitik des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit”, in: Press & Maier 1989b, 1-41.

Press, V. et H. Maier, dir. (1989b): Vorderösterreich in der frühen Neuzeit, Sigmaringen.

Raggio, O. (1990): Faide e parentele : lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin.

Reininghaus, W., éd. (1993): Wanderhandel in Europa, Dortmund.

Roncayolo, M. (1981): “Territorio”, in: Enciclopedia Einaudi, Turin, 14, 218-243.

Rosental, P.-A. (1999) : Les sentiers invisibles : espace, famille et migrations dans la France du 19e siècle, Paris.

Russo, R. et B. Salvemini (2007): Ragion pastorale, ragion di Stato. Spazi dell’allevamento e spazi dei poteri nell’Italia di età moderne, Rome.

Salvemini, B. (2000): “The arrogance of the market. The economy of the Kingdom [of Naples] between the Mediterranean and Europe”, in: Imbruglia 2000, 44-69.

Sayad, A. (1991) : L’immigration. Les paradoxes de l’altérité, Bruxelles.

Schütz, A. (2003) : L’étranger : un essai de psychologie sociale (1942) ; suivi de L’homme qui rentre au pays (1944-5), trad. de l’anglais par Bruce Bégout, Paris.

Shaw, C. (2000): The Politics of Exile in Renaissance Italy, Cambridge.

Simmel, G. (1999) : “Excursus sur l’étranger”, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation (1908), tr. fr. de Lilyane Deroche-Gurcel et Sibylle Muller, Paris, 663-668.

Tarrius, A. (2002) : Les nouveaux cosmopolitismes : mobilités, identités, territoires, Paris.

— (1989) : Anthropologie du mouvement, Caen.

Virilio, P. (1976) : L’insécurité des territoires, Paris.

Zeller, O. (2003) : “La ville moderne”, in : Pinol 2003, 593-858.

Zolberg, A. (2006) : “La révolution des départs”, in : Green & Weil 2006, 37-64.

Notes

1 Travaux classiques en sociologie : voir Simmel [1908] 1999, pour le point de vue de la société d’accueil ; et pour celui de l’arrivant, Schütz [1942] 2003.

2 Ce volume regroupe les communications présentées lors de deux tables rondes : la première (Le contrôle de l’émigration : départs libres et contraints) fut organisée les 30-31 janvier 2004 à la Casa de Velázquez (Madrid), la seconde (Le monde de l’itinérance) les 16-18 juin 2005 à l’IFEA (Istanbul). Nous remercions leurs directeurs, respectivement Gérard Chastagnaret et Pierre Chuvin, pour leur hospitalité, ainsi que les autres institutions qui ont soutenu le programme : l’École française de Rome, le CNRS (UMR 8585), l’Université Paris I (Centre Glotz), le Collège de France, l’EHESS, la MMSH, l’Université de Paris VIII, l’Institut universitaire de France. Enfin ces rencontres n’auraient pu avoir lieu sans l’aide du comité scientifique du programme, Henriette Asséo, Jean-Marie Bertrand, Henri Bresc, Jocelyne Dakhlia, Caroline Douki, Wolfgang Kaiser, Claudia Moatti, Jean-Frédéric Schaub, Daniel Roche, Nicolas Vatin, Bernard Vincent.

3 Ces questionnements sous-tendent l’ensemble du programme de recherche sur La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, dont les enquêtes ici présentées font partie. Sur les problèmes de canalisation des flux et les filtrages aux frontières voir Moatti 2004 ; pour les gens de passage Moatti & Kaiser 2007.

4 Zeller 2003 ; Moch 1992 ; Canny 1994 ; Lucassen 1999 ; Hoerder 2002 ; Bade 2002 ; Rosental 1999 ; Green 2002.

5 Zolbert 2006.

6 Badie 1995, notamment p. 117 sq.

7 Privilèges donnés aux émigrés, ou au contraire pénalisation et limitation temporelle de l’absence, obligations régulières de retour, perte de citoyenneté ou de droit de bourgeoisie par suite de changement de résidence etc. Voir, dans ce volume, les articles sur le traitement de l’absence.

8 Voir les articles d’Annliese Nef et de Nicolas Vatin.

9 Voir Lieu 1986.

10 Voir l’article de Michel Balard.

11 Fontaine 1993 ; Hareven 1982.

12 Tel est le cas de la politique génoise à Chypre au xv e siècle : voir ci-dessous l’article de Michel Balard.

13 Voir l’article de Rafael Benitez.

14 Voir Christine Shaw.

15 Voir Nicolas Vatin.

16 Voir Luis Cortez Peña.

17 Voir l’article de Christine Shaw.

18 Shaw 2000 ; Kaiser 1992 ; Descimon & Ruiz Ibanez 2005, et la contribution de José Javier Ruiz Ibañez dans le présent volume.

19 Sayad 1991.

20 Comme l’a souligné très justement J. F. Schaub, dans une communication orale lors du colloque.

21 Voir l’article de Annliese Nef ; voir aussi Jean-Marie Bertrand.

22 Voir Stéphane Encel.

23 Voir Yann Rivière ; Grégoire Salinéro.

24 Cf. Grégoire Salinero.

25 Sur ce sujet, on peut revenir aux remarques lumineuses de Lacan 1978, 157-158 : “Le surmoi construit des symptômes efficaces qui se chargent de représenter ce point où la loi n’est pas comprise du sujet, mais jouée par lui. La censure n’est ni au niveau du sujet, ni à celui de l’individu, mais au niveau du discours pour autant que comme tel il forme à lui seul un univers complet et qu’en même temps il a quelque chose d’irréductiblement discordant, dans toutes ses parties”.

26 Sur ce délicat problème, voir les intéressantes études réunies par Chevallier 2006.

27 Deleuze & Guattari 1980, 34.

28 Roncayolo 1981

29 Moraw 1985.

30 Press 1989a, ici p. 16.

31 Un aspect bien souligné par Tarrius 2002.

32 Voir la contribution de Jean-Marie Durand ; voir aussi Kelly 1991.

33 Camporesi 1973.

34 Voir la contribution d’Henriette Asséo dans ce volume.

35 Virilio 1976, 75.

36 Comme le rappelle Ducellier 1992, à propos de la fin du Moyen Âge.

37 Voir en ce sens les remarques d’Appadurai 1988, 37.

38 Voir la contribution de Maurice Sartre.

39 Deleuze & Guattari 1980, 418.

40 Chevalier 1978.

41 Arhweiler 1998a.

42 Voir Christel Müller et Biaggio Salvemini.

43 Reininghaus 1993 ; Fontaine 1993.

44 Russo & Salvemini 2007.

45 Salvemini 2000, 44-69, en particulier p. 60-65 ; et dans ce volume sa contribution.

46 Raggio 1990.

47 Cesari 2002.

48 Tarrius 2000, 141 sq.

49 Gupta & Ferguson 1992.

50 Suraiya Faroqhi ; Gilles Veinstein.

51 Voir Hanson 1997.

52 L’expression est empruntée à Badie 1995, 25-26.

53 Russo & Salvemini 2007, 85.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540