Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Les procédés tactiques des compagnies anglo-gasconnes entre Garonne et Loire (1350-1400)

Nicolas Savy

Texte intégral

1La plupart des affrontements qui se déroulèrent entre Garonne et Loire durant la guerre de Cent ans opposèrent des compagnies de routiers anglo-gascons aux localités fortifiées reconnaissant l’autorité du roi de France. Le rapport de force brut était favorable à ces dernières qui disposaient chacune de fortifications, d’approvisionnements réguliers et de plusieurs centaines d’habitants pour assurer leur défense, alors qu’à l’opposé les compagnies ne réunirent jamais d’effectifs pléthoriques et, vivant sur le pays ennemi où elles opéraient, ne disposèrent jamais de logistique organisée.

2Malgré leur infériorité numérique, les routiers réussirent durant plusieurs décennies à ravager la région en dominant militairement la situation dans les campagnes. Ces succès s’expliquent à travers la conjoncture stratégico-tactique et la façon dont ils s’y sont adaptés, tant dans la préparation de leurs opérations que dans leur exécution.

La situation stratégico-tactique des compagnies

3Les premiers Anglo-Gascons qui s’aventurèrent dans les provinces françaises situées à l’est de la Garonne perçurent assez rapidement les faiblesses de leur défense, qui reposait essentiellement sur les localités fortifiées ; celles-ci n’envisageaient qu’un combat défensif et renâclaient à utiliser plus que de mesure leurs ressources humaines à des tâches militaires alors que la main-d’œuvre se faisait plus rare ; d’autre part, quelques affrontements suffirent à consacrer la supériorité en rase campagne du routier expérimenté sur le citadin, combattant d’occasion armé à la hâte. Ceux-ci pouvaient en revanche parfaitement se battre en défense depuis les fortifications, à distance de leurs adversaires.

  • 1 Rogers 2000.
  • 2 Rymer, éd. 1816-1869, t. 3, 874.

4Dès les années 1350, les consulats prirent acte de leur incapacité à protéger militairement les activités rurales ; ils développèrent alors un système de renseignement et de surveillance très performant censé permettre de rentrer hommes, bétail et stocks divers à l’abri des murailles à l’approche d’un danger, et commencèrent à passer avec les routiers des traités par lesquels ces derniers s’engageaient à cesser leurs déprédations en échange de paiements : tout ceci était en fait assez incertain, car les campagnes étaient laissées à la merci d’une faille dans l’organisation du renseignement, de la fin d’un traité ou du non-respect de l’un d’entre eux. Pourtant, c’était là que se trouvait la clé stratégique du conflit : les zones rurales fournissant les matières premières nécessaires aux activités économiques urbaines, elles se trouvaient à la base du système de prélèvement fiscal permettant aux communautés de se doter de défenses efficaces et de payer les impôts indispensables au fonctionnement du pouvoir central. Or, le roi d’Angleterre, dans le combat du faible au fort qu’il menait contre le Valois, avait perçu toute l’importance stratégique qu’il y avait à ravager les arrière-pays plutôt qu’à se mesurer frontalement aux puissantes armées de son rival1 : pressentant tout le bénéfice qu’il pouvait retirer des activités prédatrices des compagnies, il leur octroya une couverture légale et donna à leurs membres les prises qu’elles effectuaient en pays ennemi comme source de rémunération2.

  • 3 Savy 2009a, 63-66.
  • 4 Savy 2011a.

5Les capitaines, quant à eux, songeaient avant tout à satisfaire des impératifs financiers au premier rang desquels était leur propre rémunération ; il est ainsi logique qu’ils aient introduit une notion de rentabilité dans leurs activités : celle-ci s’évaluait en mettant en rapport la difficulté, la durée et le coût d’une opération donnée avec les bénéfices financiers que l’on comptait en tirer. Cette optique se retrouvait dans l’attaque des objectifs d’ordre militaire et notamment les points forts dont les compagnies s’emparaient afin de les utiliser comme bases pour leurs activités : en dehors du fait qu’ils devaient être prenables au moment de l’assaut, tout en pouvant être ensuite défendus avec des effectifs réduits3, leur situation géographique devait offrir un certain nombre de facilités tactiques pour opérer sur une large zone4.

6Toutefois, au-delà du choix de l’objectif et l’évaluation de sa rentabilité, la réussite d’une opération impliquait de pouvoir se jouer des réseaux de renseignement mis en place par les autorités françaises : son exécution devait donc être rapide et discrète, qualités qu’il n’était possible de réunir qu’après un travail de préparation plus ou moins important.

La préparation des opérations

7La phase de préparation d’une opération comprenait plusieurs types de tâches à réaliser, les unes relevant du domaine tactique et les autres de la logistique. Les premières correspondaient essentiellement au renseignement, tandis que la seconde était adaptée suivant le cas.

  • 5 Montferrand, cne de Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, ch.-l. de dép., Froissart, éd. Kervyn de Lette (...)

8Quel que soit l’objectif envisagé, il était nécessaire de reconnaître le terrain afin de pouvoir effectuer une bonne approche, d’étudier la zone d’action pour attaquer au meilleur endroit et de connaître les horaires des relèves du guet pour frapper au bon moment. En un mot, il fallait se renseigner. Un document évoque clairement la volonté des capitaines de ne pas s’aventurer contre un objectif à l’aveugle : en février 1388, en route pour mener un coup de main correctement préparé sur Montferrand à la tête de plusieurs compagnies, Perrot le Béarnais fut interpelé par d’autres capitaines qui lui suggérèrent d’attaquer Clermont, dont ils étaient à proximité, car cette ville était plus riche que celle qu’ils avaient prévu d’attaquer. Perrot fut catégorique : “cette localité est bien fortifiée et ses nombreux habitants sont bien armés ; s’ils nous ont repérés, ils vont se mettre en défense et il ne fait aucun doute qu’ils auront l’avantage”5.

  • 6 Lot, con de Limogne-en-Quercy, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 153v.
  • 7 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. mun. Millau, CC 352, fol. 10v.
  • 8 Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 143r.
  • 9 Lot, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 34-35.
  • 10 Lacoste, éd. 1881, 223.
  • 11 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 4r.
  • 12 Tarn-et-Garone, con de Saint-Antonin-Noble-Val, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol.  (...)

9Toute une partie de la collecte du renseignement se faisait grâce à une observation de l’objectif appelée “écoute”. La plupart des mentions ne détaillent pas ces actions, mais certaines nous indiquent qu’elles se faisaient souvent depuis l’extérieur de l’objectif, comme celles qui visèrent Calvignac à la mi-juin 13566, Villefranche-de-Rouergue à la fin du mois de juillet 13587 ou encore Cajarc au milieu du printemps 13698. D’autres en revanche mettent en évidence l’audace dont faisaient preuve certains individus pour rapporter des données détaillées, comme ceux qui réussirent à pénétrer dans un faubourg de Gourdon en mars 13559, ou ce nommé Petraman qui fit de même à Cajarc en octobre 137110, voire encore ces deux hommes qui réussirent à passer les douves de Millau fin juin 138911. Ces actions d’écoute se faisaient habituellement de manière nocturne, à l’instar de celles qui visèrent le petit bourg de Parisot durant la nuit du 8 au 9 mars 137612.

  • 13 Cne de Saint-Rémy-de-Blot, Puy-de-Dôme, con de Menat, Arch. dép. Puy-de-Dôme, 2 E 02751, n° 1.
  • 14 Corrèze, ch.-l. de con, Mazure 1844, 265-266.

10Quelques événements nous montrent bien l’importance des écoutes pour les capitaines anglo-gascons : en 1364, le célèbre Bertrucat d’Albret envoya plusieurs de ses hommes observer le château de Blot-le-Rocher afin de savoir quel était le point des murailles où les défenseurs n’attendaient pas d’attaque et à quelle heure se faisait la relève matinale des guetteurs ; il mena ensuite un coup de main avec succès13. De la même façon, courant 1382, Aymerigot Marchès devait être suffisamment renseigné sur les dispositifs défensifs du château de Mercœur pour décider de progresser jusqu’à lui à travers bois avec trente de ses hommes et d’attendre caché à proximité pour, la nuit venue, escalader les murailles et pénétrer dans la place sans coup férir14.

  • 15 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 143r.
  • 16 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1382), fol. 4r.

11Le danger que représentaient les écoutes était bien identifié par les dirigeants locaux : début septembre 1369, les consuls de Cajarc payèrent trois hommes pour qu’ils essayent de déceler celles qui se trouvaient autour de leur ville15, tandis que leurs homologues de Najac disposèrent des guetteurs durant tout le mois de mars 1382 pour les empêcher d’opérer dans leurs environs16.

  • 17 Arch. mun. Millau, CC 364, fol. 54 r.
  • 18 Ibid., CC 352, fol. 9 r.
  • 19 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 54r, 54v.

12L’observation depuis les extérieurs pouvait être complétée par des actions d’espionnage menées à l’intérieur. L’utilisation des espions par les compagnies n’a laissé que quelques traces et il est probable que ce moyen de collecte de l’information n’ait pas été pratiqué de façon habituelle : d’une part les autorités locales mirent en place des systèmes de sécurité fiables, tandis que, d’autre part, les espions pouvaient être reconnus par des gens les ayant vus avec des routiers, comme cet individu suspect qui, pris par les Millavois le 13 mars 1368, fut présenté à un valet qui le reconnut comme étant “un grand voleur et un grand pillard”17. Pour contourner cette menace, les routiers utilisaient parfois des gens du pays sensibles à l’appât du gain, comme cet artisan de Millau, P. Bertolmieu, qui accepta courant 1358 d’aller espionner pour leur compte ; marié et père de deux enfants, il est à noter qu’il n’était pas parmi les plus pauvres, car propriétaire de sa maison. Découvert et pris, il fut pendu18, tout comme le furent trois espions capturés par les Cajarcois fin avril 135019.

  • 20 Aveyron, con de Capdenac, Ibid., CC 4, fol. 155 r.
  • 21 Ibid., CC 6, fol. 54r.
  • 22 Lot, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 378-379.
  • 23 Aveyron, con de Laissac Arch. mun. Millau, CC 353, fol. 38r.
  • 24 Aveyron, ch.-l. d’arr., Ibid., CC 364, fol. 54r.
  • 25 Lot, ch.-l. de dép., Lacoste, éd. 1881, 309.

13Il n’est généralement pas possible de relier les activités d’espionnage avec les opérations qu’elles précédaient. Nous savons ainsi que des actions de ce genre furent par exemple menées à Balaguier-d’Olt en avril 134820, à Cajarc deux ans plus tard21, à Gourdon en février 135622, à Palmas en mai 135923, à Millau en mars 136824, ou encore à Cahors en mars 139325, mais la documentation ne permet pas de connaître leur préparation.

  • 26 Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877, t. 13, 60-62.

14Toutes les occasions étaient mises à profit pour récolter des renseignements, comme nous le montre l’épisode de la prise de Monferrand, en Auvergne, en février 1388. Un routier y avait été retenu prisonnier et avait pu détailler les défenses de la ville avant d’être libéré ; on note à cette occasion quelles étaient les informations qu’il détenait et qui intéressaient son capitaine : le système de guet était-il efficace ? Comment était-il organisé ? Combien d’hommes étaient nécessaires pour réaliser l’action contre cette localité dans de bonnes conditions26 ?

  • 27 Savy 2011b.
  • 28 Martel, Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 72 r.
  • 29 Ibid., EE 1, n° 12.
  • 30 Cne de Moustier-Ventadour, Corrèze, con d’Égletons, Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877 (...)

15Enfin, les chefs anglo-gascons pouvaient essayer de susciter des trahisons en usant de l’appât du gain, de la même façon qu’ils le faisaient pour recruter des espions. Les occasions de rentrer en contact avec des habitants ne manquaient pas, car les routiers achetaient parfois des biens de consommation aux producteurs et artisans locaux, tout comme certains de ceux-ci se rendaient dans leurs garnisons pour y acheter à bon prix des produits issus du pillage27. Il est cependant probable que les candidats à la traîtrise n’aient pas été très nombreux, car une mort certaine les attendait s’ils étaient pris : en 1352, un chirurgien martelais fut ainsi découvert et exécuté28, tout comme, six ans plus tard, un autre de ses concitoyens29. Il reste cependant que la période étudiée nous livre quelques exemples montrant le rôle de la trahison dans la prise de certaines places : en 1379 notamment, le capitaine Geoffroy Tête-Noire soudoya un valet qui accepta de lui ouvrir les portes du puissant château de Ventadour, en Limousin30.

  • 31 Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 47r.
  • 32 Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 141r.
  • 33 Tarn-et-Garone, con de Caylus, Ibid., CC 12, III, fol. 77r.
  • 34 Najac et Saint-Antonin, Aveyron, ch.-l. de con, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol.  (...)
  • 35 Arch. mun. Millau, CC 376, fol. 7r.

16La préparation tactique ne suffisait cependant pas pour assurer le succès d’une opération, car il était tout aussi nécessaire de satisfaire ses besoins logistiques. Une grande partie des actions comprenant une phase d’escalade de murs d’enceinte, la préparation des échelles était ainsi souvent un préliminaire indispensable auquel s’ajoutait l’équipement des bêtes de somme pour les transporter31 : début août 1369, le chef de la garnison de Castelnau-Montratier fit ainsi réaliser celles qui lui étaient nécessaires pour attaquer Cajarc32 ; voulant s’en prendre au même objectif en avril 1376, la compagnie de Puylagarde s’en équipa elle aussi33, tout comme celle de Balaguier-d’Olt qui, elle, alla menacer les bourgs situés au nord du cours de l’Aveyron entre Najac et Saint-Antonin-Noble-Val34 ; le capitaine Gordinot l’Anglais qui, début juin 1385, cherchait à s’emparer d’un objectif sur le cours de la Sorgue, en Rouergue, s’en procura aussi pour mener à bien son expédition35.

17Le capitaine devait aussi penser au ravitaillement de sa troupe durant l’action envisagée : même pour 24 ou 48 heures, la quantité de nourriture nécessaire pour 50 à 100 hommes était relativement importante ; sans constituer un problème difficile à régler, c’était une donnée à prendre en compte, en particulier lorsque la durée prévue de l’opération dépassait plusieurs jours et qu’il allait être nécessaire de vivre sur le pays.

  • 36 Cne de Laramière, Lot, con de Limogne-en-Quercy, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 134v.
  • 37 Lot, ch.-l. de con, Ibid., fol. 135v.
  • 38 Arch. mun. Millau, CC 373, fol. 15v.
  • 39 Aussel, éd.  s. d., BB 6, 1.
  • 40 Lacoste 1881, 224.

18La préparation logistique prenait un tour plus aigu lorsque plusieurs capitaines décidaient d’unir leurs forces pour s’en prendre à un objectif important ; ils décidaient alors de faire un amas”, c’est-à-dire, suivant la terminologie de l’époque, de rassembler leurs troupes en un seul ensemble ; ce genre de regroupements constituait une procédure normale dont on trouve de nombreux exemples : en mai 1356, il s’en produisit un dans la forêt de Marcigaliet36 dans le but d’attaquer Lalbenque37, un autre se fit entre Rodez et Millau en novembre 137938, tandis que celui qui eut lieu à Loubressac en mars 1386 s’était fait en vue d’une action contre Gourdon39. Ces regroupements nécessitaient un travail d’organisation plus poussé, notamment en ce qui concernait la coordination et le point de rassemblement ; celui-ce ne pouvait être choisi au hasard, car les effectifs rassemblés pouvaient monter jusqu’à 700 combattants40. Avec un tel nombre d’hommes, dont beaucoup étaient montés, les besoins logistiques prenaient une toute autre dimension.

  • 41 Lot, con de Lauzès, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 148v.
  • 42 Ibid., CC 12, III, fol. 77 r.
  • 43 Ibid.
  • 44 Cne de Ginals, Tarn-et-garonne, con de Saint-Antonin-Noble-Val.
  • 45 Arch. dép. Aveyron, con de Rieupeyroux, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 7v.

19L’ensemble des préparatifs, qu’ils soient d’ordre tactique ou logistique, demandaient des délais pour être menés à bien ; les documents permettent parfois de leur donner un ordre de grandeur : vers le 3 février 1370, le capitaine de Sénaillac prépara une embuscade contre Cajarc, mais il ne passa à l’action qu’une semaine plus tard41 ; de la même façon, au printemps 1376, son homologue de Puylagarde fomenta un projet similaire vers le 15 mai42, mais ne se mit en marche que le 22 ou le 2343, tout comme le chef de la garnison du château de Pervinquière44 qui décida, vers le 10 juin 1375, d’aller poser une embuscade autour d’une localité située à l’ouest de l’Aveyron, mais ne quitta son repaire que cinq jours après45. La plupart des autres mentions sont moins précises et ne permettent que rarement d’identifier ainsi la préparation et l’exécution d’une même opération de façon certaine, toutefois les recoupements donnent une durée moyenne de quatre à huit jours entre le début des préparatifs et le lancement effectif de l’action.

  • 46 Ibid., 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. 3r.
  • 47 Ibid., fol. 5r.
  • 48 Ibid., fol. 6v.
  • 49 Ibid., fol. 11v.
  • 50 Bergerac, Dordogne, ch.-l. d’arr., Savy 2011b, 511.

20Certaines campagnes de renseignement ou d’incitation à la trahison pouvaient s’étaler dans le temps et servir à la préparation de plusieurs opérations : en 1376, le capitaine de Balaguier-d’Olt lança des préliminaires d’actions visant la région entre Najac et Saint-Antonin-Noble-Val en février46, avril47, juin48 et novembre49. La façon dont opérèrent quelques compagnies contre Bergerac entre 1379 et 1382 permettait aussi la mise en place de collectes d’informations et de tentatives de corruption sur des durées plus ou moins longues, car elles s’en prirent parfois à cette ville et à ses environs immédiats jusqu’à une fois par semaine sur des durées dépassant les deux mois50.

  • 51 Vailhourles, Aveyron, con de Villefranche-de-Rouergue, Courbières, cne Monteils, Aveyron, con de (...)

21Une phase de préparation correctement menée était un préalable incontournable pour conduire une action rapide et inattendue avec des effectifs limités. Elle seule permettait d’obtenir l’indispensable effet de surprise, mais sa durée pouvait parfois jouer contre lui ; les documents mentionnent effectivement de nombreuses entreprises qui, détectées durant leurs préparatifs, furent annulées par les capitaines lorsqu’ils s’en rendirent compte : en février 1382, le projet d’une compagnie de s’emparer de Vailhourles ou du château de Courbières, non loin de Najac, fut par exemple éventé et l’action n’eut pas lieu51.

  • 52 Develay, éd. 1839.

22L’importance de la préparation des opérations des compagnies anglo-gasconnes ne doit pas nous étonner : au ier siècle, Végèce l’avait déjà théorisé en détail dans son célèbre De Re Militari, où il en faisait une des principales clés de la réussite d’une action offensive52. Les préparatifs obéissaient ainsi à un certain nombre de règles devant être appliquées afin d’espérer remporter un succès dans les meilleures conditions possibles ; il en allait de même avec la réalisation proprement dite de l’opération.

Les modes d’action

23Une préparation réussie donnait au capitaine la possibilité de mener son opération, mais c’est le soin apporté à son exécution qui décidait du succès final. En fonction de l’objectif, celle-ci était généralement réalisée suivant trois grands modes d’action ayant en commun de permettre l’effet de surprise : le coup de main, l’embuscade et la chevauchée, qui pouvaient être combinés suivant la situation et le but à atteindre.

Le coup de main

  • 53 Aussel, éd. s. d., CC 18, 12-13, 164-165.
  • 54 Arch. mun. Millau, CC 367, fol. 18r.
  • 55 Aussel, éd. s. d., CC 18, 12-13, 170-171.

24Le coup de main était souvent la première opération réalisée par un capitaine lorsqu’il arrivait dans la zone d’action qu’il s’était choisie. Les compagnies utilisaient en effet ce procédé pour s’emparer de lieux fortifiés destinés à leur servir de garnison, mais elles pouvaient aussi en user pour d’autres objectifs, comme piller un faubourg par exemple53. La réussite d’un coup de main reposait sur plusieurs conditions. L’une d’entre elles était le choix de l’heure la plus favorable : pour l’essentiel, il s’agissait de l’aube ou du crépuscule, avec une préférence pour la première, car la nuit qui la précédait favorisait une mise en place discrète. Le petit matin était en effet le moment où le guet de nuit laissait la place à celui de jour, dont les effectifs étaient plus réduits, et où les veilleurs fatigués étaient relevés par leurs collègues à peine réveillés, tandis que la ville dormait encore : cette option fut notamment choisie par Bertrucat d’Albret et Bernard de la Sale lorsqu’ils s’attaquèrent à Figeac le 14 octobre 137154. La fin de journée présentait moins d’avantage, toutefois, juste avant la relève du guet de jour, on pouvait escompter que la lassitude des veilleurs, après une douzaine d’heures de garde, les rendrait moins attentifs : une compagnie anglaise partit sans doute de ce postulat en décidant d’assaillir un faubourg de Gourdon le soir du 10 mars 135555.

25Si le choix du bon moment était une condition importante pour la réussite d’un coup de main, il en allait de même avec celui du point précis où il se déroulerait. Durant tout le conflit, la plupart des enceintes présentèrent en effet sur des périodes plus ou moins longues des faiblesses structurelles constituant de véritables aubaines pour les compagnies : portions de murailles croulantes, superstructures mal entretenues, etc. En choisissant avec soin l’endroit et l’heure de leurs actions, les chefs de compagnies cherchaient à totalement surprendre leur ennemi.

  • 56 Savy 2009a, 328-330.
  • 57 Tarn-et-Garonne, con de Saint-Antonin-Noble-Val, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. (...)
  • 58 Ibid., fol. 12v.

26Franchir les murailles et neutraliser les guetteurs qui s’y trouvaient ne suffisait pas pour s’emparer d’un point, car les systèmes de garde comprenaient des éléments de réaction prêts à intervenir sur n’importe quel point de l’enceinte56 ; pour les empêcher de remplir leur mission, il fallait disposer d’hommes en nombre suffisant pour, une fois à l’intérieur de l’enceinte, aller très rapidement bloquer leur déploiement. Pour ce faire, les capitaines réunissaient toujours des effectifs leur permettant d’obtenir un rapport de force favorable durant la courte durée du coup de main : les consuls najacois repérèrent en avril 1376 un regroupement de plusieurs compagnies fort de 400 guerriers57 puis, en décembre suivant, un détachement de 350 hommes en provenance de l’Albigeois58 ; ces deux bandes projetaient de s’en prendre aux localités de Najac, Saint-Antonin-Noble-Val ou Verfeil, et il ne fait aucun doute qu’avec leurs effectifs elles auraient pu y surclasser les défenses d’une portion d’enceinte et les éléments de réaction pris par surprise, mais les actions qu’elles avaient prévues, décelées, furent annulées. Bertrucat d’Albret et Bernard de la Sale eurent plus de chance : leur projet n’ayant pas été détecté, leurs 700 combattants purent se lancer à l’assaut d’un point précis de l’enceinte figeacoise à l’aube du 14 octobre 1371 et furent ensuite en mesure de rapidement neutraliser les éléments d’alerte.

  • 59 Belleperche, cne de Bagneux, Allier, con de Moulins, Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-187 (...)
  • 60 Ibid., t. 13, 57-72.

27Surprise et rapport de force très favorable étaient les deux constantes du coup de main mais, suivant la situation, d’autres éléments pouvaient entrer dans sa réalisation pour encore renforcer leurs effets, à l’exemple de la ruse. Durant l’automne 1369, Bernard de la Sale monta une opération pour s’emparer du château de Belleperche, en Bourbonnais : après s’être renseigné sur le système de garde et décidé d’attaquer un jour de marché, il parcourut les 80 kilomètres qui le séparaient de lui en une journée et une nuit, afin d’y arriver avant l’aube pour pouvoir dissimuler les cent hommes qu’il avait avec lui à proximité ; au petit matin, il s’avança vers les portes avec une trentaine d’entre eux qui, habillés en vilains, se présentèrent aux gardes en leur expliquant qu’ils venaient au marché ; ils les tuèrent sitôt la herse passée avant d’appeler leurs camarades restés en arrière, qui s’engouffrèrent à l’intérieur de l’enceinte : le château était pris59. Autre exemple, la prise de Montferrand par Perrot le Béarnais, qui en février 1388 réussit à introduire quelques hommes déguisés dans la place afin de faciliter l’assaut de ses 400 combattants sur la porte principale. Cet épisode met bien en évidence l’utilité de disposer d’une force importante : après avoir enfoncé et conquis la porte, les routiers purent immédiatement foncer à travers les rues afin d’empêcher les habitants de réagir, tuant ou dispersant tous ceux qui faisaient mine de résister60.

  • 61 Savy 2009a, 115-156, 319-353.
  • 62 Aussel, éd. s. d., CC 18, 16-17, 34-35.
  • 63 Ibid., 14-15.
  • 64 Arch. mun. Cajarc, CC 16, fol. 69r.
  • 65 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 95r.

28L’introduction d’un petit groupe à l’intérieur de la place convoitée afin qu’il puisse renforcer la surprise était une pratique courante. En effet, que l’objectif ait été le ravage d’un quartier périphérique ou la prise totale d’une localité, il était indispensable de faire franchir rapidement l’enceinte des faubourgs au gros de la troupe. Les ouvrages fortifiés ceinturant les périphéries urbaines présentaient généralement de nombreuses lacunes et, surtout, n’étaient qu’imparfaitement gardés en raison d’effectifs toujours insuffisants61 : les capitaines essayaient donc souvent d’y faire passer quelques hommes à la faveur de la nuit afin qu’ils puissent ouvrir une porte ou neutraliser des gardes, etc. Le chef qui commandait la compagnie qui attaqua Gourdon le soir du 10 mars 1355 utilisa notamment ce procédé : plusieurs de ses hommes franchirent l’enceinte extérieure là où elle n’était constituée que d’une palissade62 et y facilitèrent ensuite le passage du reste de leurs compagnons ; ceux-ci foncèrent alors s’emparer de deux portes et les ouvrirent à leurs camarades qui attendaient dehors63. D’autres mentions font état de cette façon de procéder64, toutefois, ce sont les mesures prises par les communautés pour la contrer qui nous montrent qu’il s’agissait d’un préalable habituel aux coups de main : en effet, à partir du milieu des années 1350, la plupart des archives urbaines font état du “désembusquement des faubourgs”, pratique qui consistait à faire reconnaître chaque matin les quartiers périphériques afin d’y déceler les ennemis qui auraient pu s’y introduire à la faveur de la nuit. De plus, les dirigeants locaux prirent assez rapidement conscience que le moment le plus favorable pour un coup de main était tôt le matin, juste après le remplacement du guet de nuit par celui de jour : les consuls de Martel édictèrent ainsi le 7 mars 1355 une ordonnance spécifiant que la relève matinale ne pouvait être faite tant que les personnes chargées du “désembusquement des faubourgs” n’avaient pas fait un rapport signalant qu’ils n’avaient rien trouvé de suspect65.

29La réussite du coup de main reposait essentiellement sur l’effet de surprise et l’exploitation de celui-ci grâce à la création d’un important surnombre dans une zone réduite et durant un laps de temps très court. La réunion de toutes les conditions nécessaires à sa réalisation était assez difficile à obtenir, beaucoup plus en tout cas que pour les embuscades.

L’embuscade

30Le terme “embuscade” et ses dérivés désignaient l’ensemble des actions exécutées par surprise grâce à une dissimulation de la troupe attaquante. L’utilisation de ce procédé visait principalement à prendre des prisonniers et du butin et son succès reposait sur trois facteurs : la connaissance des allées et venues de l’objectif, le choix d’un bon emplacement et enfin une exécution rapide et discrète.

  • 66 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 140v.
  • 67 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 7v.
  • 68 Arch. mun. Cajarc, CC 12, III, fol. 80v.
  • 69 Aussel, éd. s. d., CC 20, 120-121.
  • 70 Durand, éd. 1887, 198 ; Laborie et al., éd. 2002, 90-93.

31Les embuscades visaient les activités économiques durant lesquelles paysans, marchands, bûcherons, etc. devaient quitter la protection des enceintes avec leur matériel pour se rendre à l’extérieur. Toutefois, les communautés organisant des systèmes de surveillance pour leur permettre d’exercer leurs métiers avec un minimum de sécurité, les Anglo-Gascons se devaient d’agir avec finesse pour arriver à les surprendre. Les travaux agricoles étaient les premiers visés : d’une part, l’étendue des espaces cultivés rendait leur sécurisation difficile, tandis que, d’autre part, il était aisé de prévoir la fréquentation des parcelles en fonction des cultures qu’elles portaient. Juin et juillet étaient par exemple des mois où se déroulaient de nombreux travaux, et c’est ainsi naturellement que l’on trouve des mentions d’embuscades montées durant cette période : en juillet 1369, une bande en monta une dans des vignes non loin de Cajarc66, tout comme, six ans plus tard en juin, celle de Pervinquière le fit dans le vignoble de Najac67 ; en 1376, on en trouve une autre montée durant la première quinzaine du même mois dans un champ de seigle cajarcois68 et, quelques jours plus tard, dans un secteur en pleine activité à proximité de Gourdon69. De la même façon, le Livre de Vie mentionne des prises faites dans les alentours de Bergerac par les garnisons voisines au moment de travaux saisonniers spécifiques : bœufs de travail pendant les labours en mars 1378, ou encore brebis lors de la sortie des bergeries, après l’agnelage, en avril de l’année suivante70.

  • 71 Savy 2009a, 211-212.

32La mise en place d’embuscades visant à s’emparer de marchands était assez difficile à organiser : d’une part, il n’était généralement pas possible de prévoir leurs déplacements, tandis que, d’autre part, une multitude d’itinéraires existaient pour une même destination ; enfin, ils se déplaçaient de point fort en point fort par de courtes étapes dépassant rarement les sept kilomètres71. Les voies de communication ne pouvaient ainsi être des lieux d’embuscades aux objectifs aussi précis que celles montées dans les zones agricoles : plutôt que de s’attaquer à une activité en particulier, elles étaient destinées à surprendre tout ce qui pouvait se présenter sur un chemin donné.

  • 72 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178 8 (Najac 1375), fol. 9r.
  • 73 Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 157r.
  • 74 Vinnac, cne d’Estaing, Aveyron, ch.-l. de con, Sévérac-le-château, Aveyron, ch.-l. de con, Arch. (...)

33Les points de passages obligés étaient des emplacements de choix pour les embuscades, comme celle que placèrent les routiers de Pervinquière et de Balaguier-d’Olt à proximité du pont de la Frégière, qui franchissait l’Aveyron sous Najac, à la fin du mois de juillet 1375 ; ils prirent le risque de s’installer sur l’important chemin reliant les faubourgs au pont, s’approchant à moins de 500 mètres de la localité qui dominait totalement le mouvement de terrain72. D’autres endroits, sans être de véritables points de passage obligés, constituaient néanmoins des secteurs difficilement contournables pour se rendre d’un point à un autre, à l’exemple de la grande et profonde combe qui, à la sortie de Cajarc, était empruntée par les itinéraires menant à Figeac et où des routiers posèrent une embuscade fin août 135673. D’autres secteurs concentraient des carrefours menant dans de nombreuses directions, à l’exemple des bois de Vinnac, où passaient des chemins menant aussi bien à Millau, qu’à Séverac-le-Château ou Rodez : une embuscade y fut montée le 18 août 137574.

  • 75 Semberot, cne de Saint-Chels, Lot, con de Cajarc, Arch. mun. CC 8, fol. 136 r.
  • 76 Aveyron, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 150-151.
  • 77 Ibid., 236-237, 282-283, 292-293.
  • 78 Ibid., 90-91, 116-117.
  • 79 Ibid., 20-21, 86-87, 98-99, 100-101, 104-105, 108-109, 114-115.
  • 80 Arch. mun. Cajarc, CC 11, fol. 68v.
  • 81 Ibid., CC 12, III, fol. 81r.
  • 82 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 112v.
  • 83 Ibid., CC 3-4, fol. 88 v.
  • 84 Arch. mun. Millau, CC 364, fol. 53v, 54r.
  • 85 Ibid., CC 368, fol. 16r, 17r.
  • 86 Ibid., CC 371, fol. 15v, 17r, 34v.
  • 87 Ibid., CC 373, fol. 23r.
  • 88 Ibid., CC 376, fol. 35r.
  • 89 Ibid., CC 380, fol. 23r.
  • 90 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178 8 (Najac 1375), fol. 14v.

34Les mentions faisant état des lieux précis où des embuscades furent montées sont assez peu nombreuses. En revanche, les actions menées par les communautés locales pour les prévenir et les contrer nous éclairent sur les habitudes des routiers en la matière et confirment le fait que ces actions étaient réfléchies dans le but d’obtenir la meilleure rentabilité possible. Les points de passage obligés étaient ainsi tout particulièrement surveillés : fin août 1356, les consuls de Cajarc cherchèrent à déceler un traquenard éventuel dans le bois de Semberot, sur le chemin reliant leur bourg à la vallée du Célé75 ; un an et demi plus tard, leurs homologues gourdonnais firent de même en envoyant des hommes à Campagnac, le long d’une petite vallée menant à leur ville76. Il semble que la plupart des embuscades se faisaient à des distances relativement proches des enceintes : les consuls de Gourdon faisaient ainsi régulièrement reconnaître les zones favorables aux activités ennemies qui s’étendaient autour de leur ville ; on trouve des mentions claires de ce procédé en 1355 et 135677, 1357 et 135878, 1376 et 137779 ; cette façon de faire est aussi mentionnée à Cajarc en 137480et 137681, à Martel en 135282 et 135683, à Millau en 136984, 137285, 137586, 137987, 138588 et 138989, tout comme à Najac en 137590.

  • 91 Ibid., 2 E 178-8 (Najac 1375), 7v, 9r ; AM Millau, CC 364, fol. 53v.
  • 92 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 112v.
  • 93 Aussel, éd. s. d., CC 20, 114-115.
  • 94 Ibid., CC 18, 238-239, 292-293.
  • 95 Ibid., CC 19, 14-15, 90-91, 116-117, 148-149.
  • 96 Arch. mun. Millau, CC 371, fol. 15v.
  • 97 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 14v.

35Une fois l’embuscade préparée, les compagnons devant la mener n’avaient plus qu’à se mettre en place le plus discrètement possible. Il était exclu de le faire en pleine journée, car la manœuvre risquait d’être décelée, ce qui explique pourquoi des mentions attestent de l’installation nocturne des embuscades91 ; toutefois, ce sont encore une fois les mesures prises par les communautés locales pour les contrer qui la confirment : en 1352 déjà, les consuls martelais envoyaient ainsi des patrouilles durant la nuit pour déceler ces préparatifs92, tandis qu’en 1376 leurs homologues gourdonnais faisaient, le soir, disposer des lits de terre fraîche à proximité de zones favorables aux embuscades afin de voir, le matin suivant, si des routiers les avaient foulés durant la nuit et ainsi les repérer93. D’autre part, quelques éléments donnent à penser que les opérations matinales dites de désembusquement des faubourgs” servaient aussi à déceler les embuscades disposées à proximité de l’enceinte extérieure ; en effet, les documents concernant ce dispositif mentionnent seulement, en général, qu’un ou plusieurs individus furent salariés pour desemboscar los barris, toutefois des précisions sont parfois ajoutées : ainsi, à Gourdon en 1355, le désembusquement devait être fait autour du périmètre extérieur94, tandis que l’année suivante plusieurs mentions précisent qu’il était aussi réalisé devant la palissade, dernier ouvrage avancé de l’enceinte extérieure95 ; en 1375, les consuls de Millau payaient aussi des individus devant “désembusquer les faubourgs” en allant jusqu’à l’extérieur de ceux-ci96 ; à Najac la même année, les consuls précisèrent que le désembusquage devait aussi se faire à l’extérieur de la localité97. Tout indique que les embuscades étaient posées de nuit.

  • 98 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 148 r.
  • 99 Ibid.

36Ce genre de combat n’était pas sans danger, car si l’embuscade était repérée non loin d’une localité d’importance, les autorités de celle-ci pouvaient décider de rassembler un nombre d’hommes suffisant et d’aller chasser les importuns les armes à la main : fin août 1369, les consuls de Cajarc ordonnèrent à une trentaine d’habitants de poursuivre huit routiers qui venaient de s’emparer de plusieurs têtes de bétail98, tandis que, six mois plus tard, ils en envoyèrent autant pour déloger une troupe dissimulée à la sortie d’un faubourg99. Malgré ces risques, l’embuscade était rentable : préparation comme exécution étaient simples, tandis que la prise de butin et de prisonniers était, sinon certaine, plus que probable. Toutefois, mêmes importantes, elles restaient des actions statiques d’envergure limitée : non seulement elles ne touchaient qu’une petite portion de terrain, mais de plus leur déclenchement donnait l’alerte dans les alentours, rendant inutile tout prolongement des opérations. À l’inverse, les chevauchées se déroulaient sur de larges espaces et permettaient des actions en continu.

La chevauchée

  • 100 Savy 2009a, 62-86.
  • 101 Ibid., 181-191.

37Les compagnies anglaises étaient majoritairement constituées de cavaliers100, ce qui leur permettait d’opérer sur de larges rayons d’action. Une chevauchée était, comme son nom l’indique, un raid effectué à cheval dont le but visait généralement au pillage et à la capture de prisonniers sur son axe de marche ou dans les zones adjacentes ; il n’était cependant pas exclusif, car adaptable aux opportunités qui pouvaient éventuellement se dévoiler, comme l’attaque d’un lieu mal défendu ; il pouvait aussi consister à intimider les populations locales par des actions violentes afin de les forcer à négocier des traités de paix particuliers101.

  • 102 Arch. mun. Millau, CC 373, fol. 20r.
  • 103 Ibid., CC 368, fol. 32v.
  • 104 Ibid., CC 379, fol. 44v.
  • 105 Ibid., CC 368, fol. 34r.
  • 106 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1382), fol. 8r.
  • 107 Durand, éd. 1887, 104, 109, 194, 225, 288-317, Laborie et al., éd. 2002, passim.

38Le terme chevauchée renvoie aux grandes expéditions anglaises menées entre 1339 et 1373, mais la documentation nous montre qu’il recouvrait aussi et surtout des opérations d’envergure beaucoup plus réduite. On trouve ainsi des mentions faisant état de telles actions menées par 600102, 500103 ou 300 cavaliers104, voire par 80105 ou 40106. Bien plus, le procédé pouvait être adapté pour des objectifs très modestes et mis en œuvre par des troupes comptant moins d’une vingtaine d’individus107.

39Naturellement, les possibilités et le rayon d’action d’une bande de quelques hommes n’avaient rien de commun avec ceux d’un détachement en comptant plusieurs centaines, mais il s’agissait essentiellement d’une simple différence d’échelle, car leurs buts étaient similaires et leurs façons de procéder identiques. En effet, le succès d’une chevauchée reposait, quel que soit son effectif, sur la combinaison de deux facteurs permettant de surprendre l’ennemi : la rapidité d’exécution et l’absence d’objectif initial précis et défini.

  • 108 Savy 2003.
  • 109 Ibid.
  • 110 Saint-Léons, Aveyron, con de Vézins-de-Lévézou, Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 13r.
  • 111 Tarn-et-Garonne, con de Caylus, ibid., CC 379, fol. 44v.
  • 112 Vers, Lot, con de Saint-Géry, Aussel, éd. s. d., CC 20, 122-123.
  • 113 Savy 2009a, 201-202.
  • 114 Arch. mun. Cajarc, CC 12, fol. 87v.

40Les chevaux donnaient aux compagnies la capacité de prendre de vitesse le système de renseignement reliant les différentes autorités françaises de la région en leur permettant de suivre les faits et gestes de leurs adversaires108. Cette rapidité n’était cependant utile que si les objectifs et les itinéraires suivis restaient inconnus de l’ennemi, ce qui impliquait plusieurs choses : d’une part, il convenait que les espions français ne puissent les découvrir, ce qui n’était semble-t-il pas forcément aisé à obtenir, car les documents font état de nombreuses opérations décelées avant leur réalisation109 ; d’autre part, il fallait faire en sorte que l’opération apparaisse sans logique prédéfinie de façon à ce que ni les cibles potentielles, ni les éventuels poursuivants ne puissent anticiper ses mouvements. Pour le chef de compagnie, le meilleur moyen pour satisfaire à ces deux impératifs était de ne pas se donner d’objectif précis, mais au contraire de simplement déterminer une large zone d’action au sein de laquelle il pourrait choisir les objets de ses attaques en fonction des opportunités et des contraintes du moment. Quelques mentions, relatant pour la plupart les résultats de recherche de renseignements menées par les municipalités, font état de ces grands secteurs d’opérations au sein desquels les Français avaient le plus grand mal à contrer les entreprises ennemies : en août 1380, les 300 cavaliers repérés du côté de Saint-Léons avaient ainsi le projet de se rendre “du côté de Millau”110, tandis que, deux ans plus tard, les 40 hommes qui venaient de se réunir à Lacapelle-Livron comptaient simplement “courir le Rouergue”111. L’opération menée par la modeste compagnie de Vers durant l’été 1376 nous montre bien comment cette absence d’objectif précis se traduisait sur le terrain : son capitaine, après avoir décidé vers la fin juin d’aller “chevaucher contre Gourdon”112, mena ses troupes durant presque deux mois autour de cette ville, concentrant ses pillages dans un rectangle d’environ 21 kilomètres sur 9113 (voir carte ci-après) ; nullement enchaîné à cette zone d’opération par un quelconque impératif à atteindre, il la quitta pendant quelques jours entre le 26 juillet et le 7 août afin de pouvoir profiter des opportunités mises en évidence par d’autres bandes du côté de Cajarc, 46 kilomètres au sud-est de Gourdon114.

Chevauchée de la compagnie de Vers en 1376.

Chevauchée de la compagnie de Vers en 1376.
  • 115 Aussel, éd. s. d., CC 20, 122-123, 124-125.
  • 116 Ibid., 132-133, 134-135, 138-139, 148-149.
  • 117 Cne de Buzeins, Aveyron, con de Sévérac-le-Château, Arch. mun. Millau, CC 367, fol. 39r.
  • 118 Aveyron, con de Laissac, ibid., fol. 39v.
  • 119 Cne de Saint-Laurent-de-Lévézou, Aveyron, con de Vézins-de-Lévézou, Ibid., fol. 45r.
  • 120 Lot, ch.-l. d’arr., ibid., fol. 45r, 45v.
  • 121 Ibid., fol. 47v.
  • 122 Ibid., fol. 49r.
  • 123 Ibid., fol. 50r.
  • 124 Ibid., fol. 56v.
  • 125 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 9r.

41On note que durant la chevauchée menée par la compagnie de Vers contre Gourdon en 1376, ses hommes ne firent pas qu’opérer à cheval, car ils montèrent plusieurs embuscades115 et tentèrent un coup de main pour s’emparer d’une église fortifiée116. Il ne s’agissait pas d’un fait exceptionnel, car l’on retrouve cette combinaison des différents modes d’action durant d’autres raids, à l’exemple de celui que Bertrucat d’Albret et Bernard de la Sale lancèrent en direction de la région de Millau en février 1372 ; partant de Figeac, leurs 300 cavaliers couvrirent plus de 80 kilomètres à vol d’oiseau dans une course folle à travers le Rouergue pour finalement s’emparer, le 23 février, du château de Buzareingues117, puis du village de Palmas118 ; il est ensuite difficile de les suivre et de les distinguer avec certitude, aussi ne les retrouve-t-on que le 21 mars à Mauriac119, à une quinzaine de kilomètres de Millau, où ils attendaient un renfort de 300 hommes d’armes en provenance de Figeac120 ; durant les jours suivants, ils préparèrent un coup de main contre Millau, notamment en essayant de se ménager des complicités à l’intérieur de la ville121, puis, ayant abandonné ce projet pour une raison inconnue, restèrent à déambuler dans la région jusqu’au 8 avril122 ; le lendemain, un nouveau renfort de 300 hommes quitta Figeac toutes bannières déployées et passa le Lot pour venir les renforcer123 ; l’ensemble de ces troupes semble être ensuite resté quelque temps à ravager les alentours de Millau124, mais une lacune de la documentation nous empêche d’en apprendre plus sur cette opération. La chevauchée réalisée par le capitaine de la compagnie de Pervinquière en 1375 nous fournit aussi un exemple de combinaison de modes d’action : à la fin du mois de juillet, après avoir fait un large détour pour prendre des renforts à Balaguier-d’Olt, il fonça plein sud pour aller piller la région du confluent de l’Aveyron et du Viaur puis, durant la nuit qui suivit la première journée d’opération, envoya des hommes se poster en embuscade non loin de Najac125.

  • 126 Gramat, Lot, ch.-l. de con, Savy 2009b.
  • 127 Rogers 2000, 355, 403.

42Naturellement, plus l’effectif de la chevauchée était élevé, plus il permettait de combiner embuscades et coups de main aux razzias menées en selle, tout en augmentant la capacité de manœuvre des troupes. L’exemple de celle qui fut menée par John Chandos et Robert Knolles au printemps 1369 illustre notamment cette possibilité. En effet, après avoir pénétré en Quercy par l’ouest, leur armée de 4 000 hommes s’empara de Gramat puis se scinda en deux pour mieux couvrir la province, une partie s’attaquant au Gourdonnais et l’autre au Figeacois ; menant sans doute quelques coups de main, chacun de ces corps réussit à prendre plusieurs places fortifiées avant de se regrouper pour repartir en pillant les campagnes et les alentours de plusieurs villes126. Cette façon de diviser une armée de chevauchée en plusieurs parties pour ravager la zone la plus large possible fut une pratique habituelle des grandes expéditions menées par Édouard III et ses fils127.

  • 128 Savy 2011b.
  • 129 Durand, éd. 1887, 104-109, 194-225, 288-317. Laborie et al., éd. 2002, 94-95, 110-111, 138-145, 1 (...)

43Gardant à l’esprit l’obligation de vitesse qui conditionnait le succès de leurs chevauchées, les Anglo-Gascons ne pouvaient se permettre d’emmener avec eux un butin difficile à déplacer ; ceci explique pourquoi ils privilégiaient la capture de prisonniers et de bétail sur pied, qui pouvaient se mouvoir seuls et rapidement, ainsi que d’outils ou instruments divers et de petites quantités de biens de consommation déjà chargés sur des bêtes de somme128. Cette nécessaire rapidité d’exécution se traduisait aussi dans la façon dont étaient traités les individus pouvant être faits prisonniers ; en effet, les routiers évitaient de perdre trop de temps à neutraliser ceux qui résistaient trop ou présentaient peu d’intérêt : le Livre de Vie de Bergerac contient notamment plusieurs mentions de particuliers tués ou gravement blessés durant des razzias ou embuscades anglaises129.

44La chevauchée était le mode d’action le plus complet des compagnies, car il leur permettait de mettre en œuvre tout l’éventail de leur savoir-faire. Avant tout basé sur la vitesse et l’improvisation raisonnée, il était aussi le plus adapté pour frapper efficacement des communautés locales aux défenses statiques et prévisibles. Toutefois, hormis pour les petites et courtes actions ne réunissant que quelques cavaliers, il comprenait néanmoins une contrainte de poids sitôt que l’opération durait plusieurs jours, à savoir le ravitaillement de la troupe : celui-ci se faisant en effet sur le pays, il devait impérativement être pris en compte lors du choix des objectifs, sans quoi l’opération était vouée à l’échec.

Conclusion

45Les opérations menées par les compagnies anglo-gasconnes avaient avant tout pour but de piller et faire des prisonniers, mais les communautés locales, qui constituaient la plupart de leurs objectifs, faisaient partie d’un réseau d’information efficace et organisaient des services de guet, tant sur leurs fortifications que sur leurs alentours, afin de prévenir toute action ennemie. Les capitaines routiers préparaient donc leurs entreprises avec soin du point de vue du renseignement comme de celui de la logistique afin de déjouer ces dispositifs et obtenir la condition qui seule pouvait leur donner la supériorité, à savoir l’effet de surprise.

46Suivant cela, les modes d’action utilisés pour mener les opérations à bien ne faisaient que décliner cet effet de surprise : le coup de main et l’embuscade le couplaient à un rapport de force favorable sur un laps de temps et un espace restreints, tandis que la chevauchée le maintenait sur de larges zones et pour des durées allant parfois jusqu’à plusieurs semaines ; cette dernière, lorsqu’elle combinait les deux autres procédés, représentait la quintessence du savoir-faire tactique des compagnies.

  • 130 Arch. mun. Martel, FF 1.
  • 131 Durand, éd. 1887, 104-109, 194-225, 288-317. Laborie et al., éd. 2002, 90-121, 124-129, 132-139, (...)

47L’exemple des résultats obtenus par les différentes bandes ayant opéré contre les villes de Martel et Bergerac montre l’efficacité des méthodes que nous venons de décrire : entre 1370 et 1371, l’une d’entre elles réussit notamment à prendre 31 prisonniers, 15 équidés et 34 bovins à la première130, tandis que les douze qui opérèrent contre la seconde entre 1379 et 1382 s’y emparèrent, entre autres, de 166 personnes, 31 chevaux, 16 mules, 74 ânes, 69 bovidés et 192 chèvres131. Bien plus, le nombre impressionnant de traités particuliers conclus par les communautés locales montre que ces dernières pensaient souvent n’avoir pas d’autre choix que de payer les compagnies pour essayer de se prémunir de leurs actions.

Notes

1 Rogers 2000.

2 Rymer, éd. 1816-1869, t. 3, 874.

3 Savy 2009a, 63-66.

4 Savy 2011a.

5 Montferrand, cne de Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme, ch.-l. de dép., Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877, t. 13, 66.

6 Lot, con de Limogne-en-Quercy, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 153v.

7 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. mun. Millau, CC 352, fol. 10v.

8 Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 143r.

9 Lot, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 34-35.

10 Lacoste, éd. 1881, 223.

11 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 4r.

12 Tarn-et-Garone, con de Saint-Antonin-Noble-Val, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. 4r.

13 Cne de Saint-Rémy-de-Blot, Puy-de-Dôme, con de Menat, Arch. dép. Puy-de-Dôme, 2 E 02751, n° 1.

14 Corrèze, ch.-l. de con, Mazure 1844, 265-266.

15 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 143r.

16 Aveyron, ch.-l. de con, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1382), fol. 4r.

17 Arch. mun. Millau, CC 364, fol. 54 r.

18 Ibid., CC 352, fol. 9 r.

19 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 54r, 54v.

20 Aveyron, con de Capdenac, Ibid., CC 4, fol. 155 r.

21 Ibid., CC 6, fol. 54r.

22 Lot, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 378-379.

23 Aveyron, con de Laissac Arch. mun. Millau, CC 353, fol. 38r.

24 Aveyron, ch.-l. d’arr., Ibid., CC 364, fol. 54r.

25 Lot, ch.-l. de dép., Lacoste, éd. 1881, 309.

26 Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877, t. 13, 60-62.

27 Savy 2011b.

28 Martel, Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 72 r.

29 Ibid., EE 1, n° 12.

30 Cne de Moustier-Ventadour, Corrèze, con d’Égletons, Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877, t. 9, 140-144.

31 Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 47r.

32 Lot, ch.-l. de con, Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 141r.

33 Tarn-et-Garone, con de Caylus, Ibid., CC 12, III, fol. 77r.

34 Najac et Saint-Antonin, Aveyron, ch.-l. de con, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. 5r.

35 Arch. mun. Millau, CC 376, fol. 7r.

36 Cne de Laramière, Lot, con de Limogne-en-Quercy, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 134v.

37 Lot, ch.-l. de con, Ibid., fol. 135v.

38 Arch. mun. Millau, CC 373, fol. 15v.

39 Aussel, éd.  s. d., BB 6, 1.

40 Lacoste 1881, 224.

41 Lot, con de Lauzès, Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 148v.

42 Ibid., CC 12, III, fol. 77 r.

43 Ibid.

44 Cne de Ginals, Tarn-et-garonne, con de Saint-Antonin-Noble-Val.

45 Arch. dép. Aveyron, con de Rieupeyroux, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 7v.

46 Ibid., 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. 3r.

47 Ibid., fol. 5r.

48 Ibid., fol. 6v.

49 Ibid., fol. 11v.

50 Bergerac, Dordogne, ch.-l. d’arr., Savy 2011b, 511.

51 Vailhourles, Aveyron, con de Villefranche-de-Rouergue, Courbières, cne Monteils, Aveyron, con de Najac, Arch. dép., 2 E 178-8, (Najac 1382), fol. 3v.

52 Develay, éd. 1839.

53 Aussel, éd. s. d., CC 18, 12-13, 164-165.

54 Arch. mun. Millau, CC 367, fol. 18r.

55 Aussel, éd. s. d., CC 18, 12-13, 170-171.

56 Savy 2009a, 328-330.

57 Tarn-et-Garonne, con de Saint-Antonin-Noble-Val, Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1376), fol. 5r.

58 Ibid., fol. 12v.

59 Belleperche, cne de Bagneux, Allier, con de Moulins, Froissart, éd. Kervyn de Lettenhove 1867-1877, t. 7, 409-411.

60 Ibid., t. 13, 57-72.

61 Savy 2009a, 115-156, 319-353.

62 Aussel, éd. s. d., CC 18, 16-17, 34-35.

63 Ibid., 14-15.

64 Arch. mun. Cajarc, CC 16, fol. 69r.

65 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 95r.

66 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 140v.

67 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 7v.

68 Arch. mun. Cajarc, CC 12, III, fol. 80v.

69 Aussel, éd. s. d., CC 20, 120-121.

70 Durand, éd. 1887, 198 ; Laborie et al., éd. 2002, 90-93.

71 Savy 2009a, 211-212.

72 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178 8 (Najac 1375), fol. 9r.

73 Arch. mun. Cajarc, CC 8, fol. 157r.

74 Vinnac, cne d’Estaing, Aveyron, ch.-l. de con, Sévérac-le-château, Aveyron, ch.-l. de con, Arch. mun. Millau, CC 371, fol. 10r.

75 Semberot, cne de Saint-Chels, Lot, con de Cajarc, Arch. mun. CC 8, fol. 136 r.

76 Aveyron, ch.-l. de con, Aussel, éd. s. d., CC 18, 150-151.

77 Ibid., 236-237, 282-283, 292-293.

78 Ibid., 90-91, 116-117.

79 Ibid., 20-21, 86-87, 98-99, 100-101, 104-105, 108-109, 114-115.

80 Arch. mun. Cajarc, CC 11, fol. 68v.

81 Ibid., CC 12, III, fol. 81r.

82 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 112v.

83 Ibid., CC 3-4, fol. 88 v.

84 Arch. mun. Millau, CC 364, fol. 53v, 54r.

85 Ibid., CC 368, fol. 16r, 17r.

86 Ibid., CC 371, fol. 15v, 17r, 34v.

87 Ibid., CC 373, fol. 23r.

88 Ibid., CC 376, fol. 35r.

89 Ibid., CC 380, fol. 23r.

90 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178 8 (Najac 1375), fol. 14v.

91 Ibid., 2 E 178-8 (Najac 1375), 7v, 9r ; AM Millau, CC 364, fol. 53v.

92 Arch. mun. Martel, BB 5, fol. 112v.

93 Aussel, éd. s. d., CC 20, 114-115.

94 Ibid., CC 18, 238-239, 292-293.

95 Ibid., CC 19, 14-15, 90-91, 116-117, 148-149.

96 Arch. mun. Millau, CC 371, fol. 15v.

97 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 14v.

98 Arch. mun. Cajarc, CC 6, fol. 148 r.

99 Ibid.

100 Savy 2009a, 62-86.

101 Ibid., 181-191.

102 Arch. mun. Millau, CC 373, fol. 20r.

103 Ibid., CC 368, fol. 32v.

104 Ibid., CC 379, fol. 44v.

105 Ibid., CC 368, fol. 34r.

106 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1382), fol. 8r.

107 Durand, éd. 1887, 104, 109, 194, 225, 288-317, Laborie et al., éd. 2002, passim.

108 Savy 2003.

109 Ibid.

110 Saint-Léons, Aveyron, con de Vézins-de-Lévézou, Arch. mun. Millau, CC 380, fol. 13r.

111 Tarn-et-Garonne, con de Caylus, ibid., CC 379, fol. 44v.

112 Vers, Lot, con de Saint-Géry, Aussel, éd. s. d., CC 20, 122-123.

113 Savy 2009a, 201-202.

114 Arch. mun. Cajarc, CC 12, fol. 87v.

115 Aussel, éd. s. d., CC 20, 122-123, 124-125.

116 Ibid., 132-133, 134-135, 138-139, 148-149.

117 Cne de Buzeins, Aveyron, con de Sévérac-le-Château, Arch. mun. Millau, CC 367, fol. 39r.

118 Aveyron, con de Laissac, ibid., fol. 39v.

119 Cne de Saint-Laurent-de-Lévézou, Aveyron, con de Vézins-de-Lévézou, Ibid., fol. 45r.

120 Lot, ch.-l. d’arr., ibid., fol. 45r, 45v.

121 Ibid., fol. 47v.

122 Ibid., fol. 49r.

123 Ibid., fol. 50r.

124 Ibid., fol. 56v.

125 Arch. dép. Aveyron, 2 E 178-8 (Najac 1375), fol. 9r.

126 Gramat, Lot, ch.-l. de con, Savy 2009b.

127 Rogers 2000, 355, 403.

128 Savy 2011b.

129 Durand, éd. 1887, 104-109, 194-225, 288-317. Laborie et al., éd. 2002, 94-95, 110-111, 138-145, 156-157, 160-161.

130 Arch. mun. Martel, FF 1.

131 Durand, éd. 1887, 104-109, 194-225, 288-317. Laborie et al., éd. 2002, 90-121, 124-129, 132-139, 146-149, 160-163.

Table des illustrations

Titre Chevauchée de la compagnie de Vers en 1376.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 885k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search