Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Routiers et distinction sociale : Bernard de La Sale, l’Angleterre et le pape

Armand Jamme

Texte intégral

  • 1 The Online Froissart, Chicago f. 37, fol. 174v ; voir aussi Besançon 864, fol. 194, Paris ms. fr. (...)
  • 2 Ibid., Paris ms. fr. 2663, fol. 246r ; New York M804, fol. 168v.
  • 3 En son vivant en esciella pluisseurs ou en eschiella maintes (ibid., Chicago f. 37, fol. 174v ; B (...)
  • 4 Ibid., Leiden VGGF 9, fol. 324v, Besançon 864, fol. 245, New York M804, fol. 178v ; Delachenal 19 (...)
  • 5 Ibid., Chicago f. 37, fol. 4 ; New York M804, fol. 213v, etc. ; prise également attribuée par Cab (...)
  • 6 Advenue de nocte, d’après une lettre de Louis d’Anjou (BnF, Doat 125, fol. 105), ce que confirme (...)

1Le 14 octobre 1371 Bernard de La Sale et Bertrucat d’Albret s’emparaient de Figeac, peu avant l’aube. Ils employaient une technique dont le premier tout au moins était familier : c’était elle qui l’avait fait connaître douze ans plus tôt, lorsque le captal de Buch avait pris Clermont en Beauvaisis pour le roi de Navarre. Le 18 novembre 1359 à l’aube, Bernard de La Sale y était entré le premier, “en rampant ensy comme uns cas”, dit Froissart, sur une échelle de corde suspendue à des grappins d’acier1. Mis en vedette par ce coup d’éclat, il avait ensuite pris la tête d’une petite troupe. Sans emploi après la trêve de Brétigny, les routiers s’étaient en effet regroupés en Champagne dans l’été 1360 et avaient “ordonné entre eux plusieurs capitaines”, parmi lesquels figurait le héros du 18 novembre2. En quelques années, il s’était construit une réputation de subtil escheleur, comme aurait pu dire Froissart3 : sa chronique lui attribue de fait un grand nombre de belles prises – La Charité-sur-Loire en octobre 13634, Belleperche en Bourbonnais, où résidait Isabelle de Valois, duchesse douairière et demi-sœur de Philippe VI, dans l’été 13695 – même si elle en omet curieusement certaines, à commencer par Figeac6.

  • 7 À un moindre degré, car le manuscrit de cet ancien conservateur de la bibliothèque d’Avignon, que (...)
  • 8 Ex illis qui tam proditorie, sicut scitis, interfecerunt d. Bernardum dela Salla, jam duo reperi, (...)

2Or, après avoir vendu cette ville et les châteaux alentour quelque 120 000 francs d’or grâce à l’entremise du comte d’Armagnac, l’homme eut une brillante carrière qu’ont fait connaître Paul Durrieu et, à un moindre degré, Léon-Honoré Labande7. Passé au service du pape et de l’Église, il combattit à Pérouse, en Romagne, dans la Marche d’Ancône et le Patrimoine de Saint-Pierre, servit en 1378 les cardinaux en révolte contre Urbain VI, puis la reine Jeanne de Naples contre ses adversaires et l’héritier qu’elle s’était choisi, avant d’entrer au service de la République de Florence, le tout sans renier sa foi clémentiste, ce qui lui permit d’être élevé au moment où Charles VI en vint à préparer une expédition pour reconduire le pape avignonnais sur le siège de Pierre, à la charge de capitaine général de l’Église. Alors qu’il tentait de rejoindre le futur duc de Milan Giangaleazzo Visconti, il mourut en mai 1391 dans une vallée des Alpes, traîtreusement assassiné sur l’ordre du comte Jean III d’Armagnac, d’après une lettre adressée par le principal chef de guerre de Giangaleazzo, Jacopo del Verme, qui fit exécuter ses meurtriers8.

  • 9 Voir Petiteau 2001.
  • 10 Sur l’évolution des forces militaires anglaises et françaises entre la fin du xiiie et le début d (...)

3En une trentaine d’années, parti de rien ou presque, Bernard de La Sale était donc entré dans le cercle étroit des élites politiques de son temps – un cercle d’ailleurs passablement étendu puisqu’il allait du royaume de Naples à l’Armagnac, en passant par le Milanais et le siège apostolique – un cercle qui signe à lui seul une ascension digne des temps napoléoniens, qui virent parvenir à des fonctions et des titres militaires et nobiliaires prestigieux des hommes issus des rangs inférieurs de la société9. Reste que les structures socio-politiques du second xive siècle, nettement moins ouvertes, impliquaient sans doute d’adopter des stratégies différentes, en démultipliant peut-être, comme semble l’indiquer sa carrière, les employeurs potentiels. Celle-ci invite donc à ouvrir ou plutôt à rouvrir, après les nombreux travaux de Philippe Contamine, de Kenneth Fowler et bien d’autres, la question des raisons de l’ascension sociale presque fulgurante de quelques chefs de guerre au cours de la guerre de Cent ans10.

  • 11 Lalanne, éd. 1864-1884, vol. 2, 418, cit. Fantoni 2001, 15.

4On voudrait toutefois faire porter plus particulièrement l’interrogation, à partir de cette existence hors du commun et surtout bien documentée, sur les processus de construction et d’expression d’une distinction sociale, qui ont fait que l’autorité de ce capitaine finit par ne plus reposer sur ses seules capacités militaires et la peur qu’il savait inspirer. En d’autres termes, je voudrais situer l’analyse autour des éléments qui étaient en mesure de transformer un chef de bande en personnage reconnu, intégré par les pouvoirs dans leurs calculs politiques et dans les institutions de gouvernement. Froissart attribue le titre de capitaine à Bernard de La Sale dès 1360, titre qui certes ne renvoie pas encore à ce stéréotype défini au xvie siècle par une littérature surabondante comme une somme de vertus viriles et aristocratiques. Cela étant, en était-il véritablement un à cette date ? Parce qu’il avait “eschellé” Clermont en Beauvaisis six mois plus tôt ? D’après les documents aujourd’hui conservés, il semble que les pouvoirs ne lui reconnurent ce titre que plus tard et lui-même, en 1375 encore, ne signait une lettre adressée à la ville de Lyon que par son nom. Froissart, en usant abondamment d’un tel terme dans ses Chroniques, a surtout fait sienne une idée que formulera plus tard Brantôme, qui avait quelque expérience en matière d’esprit militaire : “Le plus grand honneur que l’on puisse donner à un homme de guerre, c’est de l’appeler capitaine”11 !

  • 12 Sur son rôle dans le déclenchement du Schisme en 1378, voir Jamme 2005, 460-461.

5Il ne s’agit donc pas de saisir ici les raisons et les formes d’une ascension sociale, mais de dégager les voies d’acquisition d’une honorabilité, par un homme qui mit au service de ses employeurs d’indubitables talents tactiques et politiques, mais qui se trouva constamment mêlé à des pilleries, des massacres, de basses intrigues, des duperies et des complots parfois susceptibles de déstabiliser l’Occident12. Ce que l’on veut voir ce sont les processus sur lesquels repose une carrière qui de militairement estimable le vit devenir socialement et politiquement fréquentable.

6À cette fin, il convient d’abord de revisiter certains éléments de sa biographie. Elle a certes été tracée par Paul Durrieu, puis complétée par Léon-Honoré Labande, qui s’est livré à de très longs dépouillements dans les riches archives italiennes. Abstraction faite d’une furieuse tendance du premier à vouloir à toute force “gasconiser” son héros, leurs travaux demeurent dans leurs grandes lignes toujours utiles. De nouvelles sources doivent néanmoins être sollicitées. Revenons en conséquence sur ses origines, son environnement politique et son statut social avant qu’il ne s’empare de Figeac.

Un chef anglais… sans nul titre

  • 13 Déposition dans un recueil étudié par H. Moranvillé, qui relève lui aussi son âge (1907, 460), si (...)
  • 14 Voir sur le personnage Labroue, éd. 1891, 111 sq. Bertrucat est souvent considéré comme un bâtard (...)
  • 15 Voir infra, p. 79.

7Une enquête ordonnée en août 1375 par Louis, duc d’Anjou et lieutenant du roi de France en Languedoc, sur les agissements de Charles d’Artois, second fils du fameux Robert d’Artois, permet de préciser son année de naissance13. Dans le procès instruit par les commissaires du duc, Bernard de La Sale est en effet appelé à témoigner, ce qu’il accepte sans doute de faire pour disculper celui qui fut longtemps, sinon son frère d’armes, tout au moins son protecteur et ami, Bertrucat d’Albret, alors prisonnier de Louis d’Anjou14. Il est alors au service du pape et la guerre contre le frère du prince d’Orange vient de s’achever par une victoire de l’Église15. Il se rend donc librement à Villeneuve-lez-Avignon, dans la maison où habite Louis d’Anjou, pour répondre aux questions des quatre commissaires établis par le duc. Et en ce 24 août 1375, il déclare avoir 46 ans vel circa.

  • 16 Cf. les nombreux documents produits par la Chancellerie et la Chambre apostolique entre 1372 et 1 (...)
  • 17 Un neveu, Burretus de Branillo, le sert en Italie en 1377 (ASV, Introitus et Exitus 345, fol. 117 (...)
  • 18 Trabut-Cussac 1959 et Cuttino 1956.

8Né en conséquence vers 1329, ses origines demeurent obscures. Il a vu le jour dans le diocèse d’Agen, est sans doute noble16, mais sa famille n’est pas illustre et pour tout dire reste non identifiée. Rares sont les parents qui apparaissent à ses côtés, même au faîte de sa puissance17. Le seul de ses sceaux aujourd’hui conservé sur une lettre datée de 1391 ne permet pas de le relier à une famille connue (voir fig. 1) et son patronyme, bien que fort commun dans le sud-ouest de la France actuelle, n’apparaît, pour le diocèse d’Agen, ni dans le second Livre Noir de la connétablie de Bordeaux établi par Jean-Paul Trabut-Cussac, ni dans le Livre d’Agenais édité par G. P. Cuttino d’après un manuscrit de la Bodleian Library18.

  • 19 L’auteur était alors seigneur d’Oppède et de Malaucène, un des plus gros fiefs du Venaissin. En c (...)

Fig. 1. Sceau plaqué de Bernardus de Sala, generalis capitaneus Ecclesie, au dos d’une lettre adressée à la commune d’Orvieto (mars 1391)19. Archivio di Stato di Orvieto, Lettere originali, busta 670 ter, 1/1/2.

Fig. 1. Sceau plaqué de Bernardus de Sala, generalis capitaneus Ecclesie, au dos d’une lettre adressée à la commune d’Orvieto (mars 1391)19. Archivio di Stato di Orvieto, Lettere originali, busta 670 ter, 1/1/2.
  • 20 Le catalogue prosopographique des chanoines de l’église cathédrale ne livre aucune information su (...)
  • 21 À ces trois toponymes répondent apparemment trois familles aux xviie et xviiie siècles si l’on su (...)
  • 22 Voir la montre in BnF, NAF 8603, fol. 54.
  • 23 Jean Jaudon, clerc du diocèse de Cahors (ASV, Intr. et Ex. 355, fol. 87v, 99), était originaire d (...)
  • 24 Sur sa succession ibid., 165-167.

9Dans ce diocèse dont les limites furent redéfinies en 1317 par Jean XXII20, les toponymes La Salle et Lassale se rencontrent au moins trois fois : La Salle, dans les cantons de Puymirol et de Port-Sainte-Marie ; Lassale, dans celui de Cancon21. Scribes et notaires étaient semble-t-il attentifs localement à l’orthographe des patronymes, comme l’indique la montre passée à Puycornet le 8 janvier 1368 par Bertrand de Terride, un chevalier banneret qui avait sous ses ordres 5 chevaliers bacheliers et 93 écuyers, parmi lesquels figuraient un Robert et un Bourt de La Salle, ainsi qu’un Naudinet et un Arnaud de La Sale22. La première missive que l’on a conservée de lui, publiée mais mal datée par George Guigue, le savant auteur des Tards-Venus en Lyonnais, Forez et Beaujolais, porte une signature qui ne donne à son patronyme qu’un seul “l” (voir fig. 2). L’orthographe de son nom dans les actes relatifs à l’évacuation de Figeac, ainsi que l’origine de son secrétaire et de l’administrateur de ses biens après 1379 – deux Quercynois23 – amènent à privilégier une famille installée au nord du diocèse, aux marges de la Guyenne, du Périgord et du Quercy. Puisqu’au moment de sa mort en 1391, les diverses pièces et instruments relatifs à sa succession ne mentionnent que des seigneuries, maisons et domaines concédés par la papauté et les Angevins de Naples en Venaissin et en Provence24, on devrait aussi en déduire qu’il n’était que le puîné d’une famille de petite noblesse, jeté fort jeune dans le métier des armes et l’aventure, avec peut-être pour seul bagage une rocinante et une épée rouillée. Gardons l’image... ne serait-ce que parce qu’elle sert ma démonstration !

  • 25 G. Guigue date cette lettre de 1368 (ce que ne remet pas en cause Labande ms. 6592, fol. 101). Ma (...)

Fig. 2. Lettre en français de Bernart de Sale aux consuls de Lyon (février 1375). Archives municipales de Lyon, AA 78, n° 47, éd. Guigue 1886, 17025

Fig. 2. Lettre en français de Bernart de Sale aux consuls de Lyon (février 1375). Archives municipales de Lyon, AA 78, n° 47, éd. Guigue 1886, 17025
  • 26 The Online Froissart, Chicago f. 37, fol. 174v ; Besançon 864, fol. 194, 245 ; Paris fr. 2663, fo (...)
  • 27 Dixit et deposuit verum esse quod … dictus dominus Karolus tenuit gentes armorum in fortaliciis s (...)
  • 28 On sait quelle fut l’attitude du roi après Cocherel à l’égard des “Français” qui étaient ses pris (...)

10Le personnage apparaît dans l’histoire entouré de Gascons, au service du parti navarrais, d’abord sous les ordres Jean de Grailly, captal de Buch, puis dans l’armée de Louis de Navarre, frère de Charles le Mauvais26. Mais en 1375, dans la déposition qu’il fait à Villeneuve contre Charles d’Artois, il se déclare “Anglais”. Il reconnaît que quatorze ans plus tôt, en 1361, alors que Charles d’Artois tentait de reprendre son comté de Longueville donné par le roi Jean II à Philippe de Navarre et logeait pour ce faire dans ses forteresses des hommes d’armes de “nation gasconne” qui dévastaient entre autres terres la patria du duc d’Anjou – otage en Angleterre – il se trouvait parmi eux. Il rapporte non sans quelque forfanterie qu’il était alors à la tête d’une magna gentium armorum comitiva. Mais tout ce qu’il avait pu commettre durant ces années-là, c’était tamquam anglicus27 ! En prétendant avoir été au service d’Édouard III, il se prémunissait contre toute accusation de félonie et de brigandage28. On ne peut toutefois exclure qu’il ait voulu déclarer son identité politique et se distinguer d’une “nation gasconne”, encline à changer de maître, et à laquelle il considérait ne pas appartenir.

  • 29 La bataille de Cocherel en mai 1364, à laquelle il participa peut-être sous les ordres d’Arnaud-A (...)
  • 30 Au nord de Burgos. Ce chevalier de Galice, Men Rodriguez de Sanabria, fut cédé à Du Guesclin pour (...)
  • 31 Sur le retour des companies, voir Fowler 2001, 185-187.
  • 32 Nouvelle défaite des troupes du roi de France : on sait que 200 “Anglais” à la solde du duc d’Anj (...)
  • 33 Loire, con de Boën-sur-Lignon. Item, l’an mil CCCLXVI Bernas de La Sala et mosse Bertucas de Larb (...)
  • 34 Lors s’en revint a brief mot court / Dan Eustace d’Abrichecourt, / Devereux, Cressewell et Briket (...)
  • 35 Ibid., v. 2375, p. 160 ; ce qui est confirmé par Froissart.

11Natif de l’Agenais, mais “Anglais”, tout dans son comportement l’atteste… surtout après la défaite du roi de Navarre à Cocherel29. Certes, il prit part sous le commandement de Du Guesclin à la première expédition d’Espagne, s’y distingua même en faisant prisonnier le gouverneur de Briviesca30, deux semaines avant qu’Henri de Trastamare n’entrât à Burgos pour s’y faire couronner roi de Castille, le 5 avril 1366. Mais, dès son retour en juillet en-deçà des Pyrénées31, il quittait l’Aquitaine, prenait sans doute part à la défaite des troupes françaises à La Villedieu, à l’ouest de Montauban32, puis venait s’emparer avec Bertrucat d’Albret de la place de Marcilly-le-Châtel, aux marges du Forez et de l’Auvergne33, pillant les pays alentour. Or, dès la fin de cette même année 1366, il répondait à l’appel du connétable d’Aquitaine John Chandos, qui lui enjoignait de revenir au service du Prince Noir : celui-ci on le sait avait promis de reconquérir son royaume au roi déchu de Castille, le fameux Pierre le Cruel, contre versement de 550 000 florins et la cession d’une partie de la Biscaye. Le poème du héraut Chandos relève la légendaire bravoure du – “bon Barnat de La Salle34” – et le place, lors du franchissement des Pyrénées, dans le corps d’armée commandé par le roi de Majorque et le comte d’Armagnac35.

  • 36 Dixit verum esse quod cum idem loquens venit de Hispania cum principe Gallarum, domino suo, dictu (...)
  • 37 Moranvillé 1907, 460 ; Fowler 2001, 226-227 minore le rôle joué par les intrigues de Charles d’Ar (...)
  • 38 Avec d’autres capitaines de routiers : Bérard d’Albret, Gaillard de La Mothe, Bernard Doat, le Bo (...)

12En Castille, le Prince Noir subit le cuisant échec politique que l’on sait, mais ceci n’entama nullement son dévouement. S’il entrait avec Bertrucat d’Albret en 1367 au service de Charles d’Artois, qui s’était mis en tête de reprendre au comte et à la comtesse de Flandre les comtés d’Artois et de Bourgogne qu’il considérait siens – rien de moins ! – c’est parce que ce dernier était venu à Bordeaux solliciter du Prince Noir l’emploi des compagnies qui étaient à son service36. L’accord s’était fait à Châtellerault. Soldés en Limousin pour six mois, les capitaines se dirigèrent vers la Champagne, puis se regroupèrent à Saint-Florentin, multipliant les déprédations alentour en attendant leur chef… qui, au vu du prochain mariage de l’héritière du comté de Flandre avec Philippe le Hardi, abandonna son projet autant que ses troupes37 ! On le retrouve ensuite non loin de Marcilly-le-Châtel, toujours avec Bertrucat. En février-mars 1368, ils étaient à Mâcon en pleine discussion avec le duc Jean de Berry, qui voulait les faire passer en Italie au service du comte de Savoie. Les comptes du châtelain savoyard de Pont-de-Veyle sur l’autre rive de la Saône montrent qu’Amédée VI était régulièrement tenu informé de l’avancée des tractations38.

  • 39 Cabaret d’Orville, éd. Chauzaud 1876, 74.
  • 40 Le Prince Noir aurait rassemblé ses chefs de guerre à Angoulême, affectant la plupart en Poitou, (...)
  • 41 Voir la narration effectuée par Sumption 2009, 48-50.
  • 42 Les comptes de la cité de Rodez signalent qu’entre octobre 1369 et janvier 1370, la rumeur disait (...)
  • 43 Cabaret d’Orville, Chazaud, éd 1876, 75-86. Sur le duc Louis II de Bourbon, voir Troubat 2001-200 (...)
  • 44 Si l’on suit Froissart (The Online Froissart, Chicago f. 37, vol. 2, fol. 9 et New York M804, fol (...)

13Avec la réouverture du conflit entre Français et Anglais, Bernard de La Sale se comporta en capitaine dont la fidélité anglaise était hors de doute. Cantonné en 1369 à Niort sous le commandement de Thomas de Hampton, il sollicitait de son chef l’autorisation d’aller à son aventure, si l’on suit le biographe du duc Bourbon39. Si l’on suit Froissart, il aurait tout bonnement suivi l’ordre du Prince Noir d’aller guerroyer en Limousin et en Auvergne40. Les deux narrateurs s’accordent sur le fait qu’il s’emparait fin août d’une forteresse en Bourbonnais, dans laquelle résidait la belle-mère du roi de France41. Pas certain toutefois qu’il y ait résisté longtemps avec ses compagnons aux attaques du comte de Sancerre, puis du duc de Bourbon : d’autres sources le signalent en Quercy42. Secourus par les comtes de Cambridge et de Pembroke, les “Anglais” de Belleperche abandonnaient le château en février 1370, en emportant leur prisonnière43. En septembre 1370, il se trouvait sans nul doute sous les ordres du Prince Noir et prenait part au sac de la cité de Limoges44. L’année suivante, on le signale en Quercy, où il s’emparait le 14 octobre de Figeac, une ville tournée française, à partir de laquelle il menait en Languedoc, Velay, Auvergne et Limousin un type de guerre qui s’apparente à ce qu’on appelle en mer une guerre de course, toujours contre des positions officiellement françaises.

  • 45 Voir Chaplais 1954 ; sur le déplacement de la “frontière”, qui en 1307 faisait de lui un “Anglais (...)
  • 46 Sur le Prince Noir, on renvoie à la notice de R. Barber dans l’ODNB one line et à son ouvrage.

14Dans ce comportement anglais de Bernard de La Sale, il faut peut-être voir les conséquences d’une fidélité de lignage, un lignage implanté finalement dans une région de clivage entre fidélités française et anglaise, comme l’avait montré la guerre de Saint-Sardos quelques années avant sa naissance45. Mais on doit aussi y discerner la révérence et l’admiration qu’il éprouva comme nombre d’hommes de guerre de son temps pour la personne d’Édouard de Woodstock, un prince qui avait à un an près le même âge que lui46. À 25 ans, Bernard de La Sale fut-il de la chevauchée que mena ce prince de 24 ans en Languedoc en 1355 ? Le suivit-il à nouveau l’année suivante, lorsqu’il fut victorieux à Poitiers ? On ne sait. Mais en août 1375, à 46 ans, alors qu’il se trouvait à la solde du pape Grégoire XI en Venaissin, que tout retour dans le duché d’Aquitaine lui était interdit et qu’Édouard de Woodstock d’ailleurs l’avait quitté depuis plusieurs années pour l’Angleterre, il en parlait encore comme de son seigneur, une expression qui dans ce contexte indique l’existence d’une fidélité qui allait au-delà de ce qu’impliquait une assermentation liée à un contrat d’engagement militaire.

15Anglais de cœur, mais originaire des marges de la Guyenne, du Périgord et du Quercy, son rang social demeure longtemps indéterminé. Pendant les douze premières années que les sources révèlent de son existence, soit de 1359 à 1371, le personnage n’est qu’un nom. Il assoie sa notoriété sur les craintes que suscite la bande qu’il commande. Ceci ressort tout particulièrement dès lors que l’on compare les qualifications de sa personne et de son principal compagnon d’armes, Bertrucat. Ce bâtard de Bérard d’Albret est régulièrement affublé dans les sources du titre de mossen, de messire. Avant la prise de Figeac, ce titre n’est jamais accordé à Bernard de La Sale.

  • 47 The Online Froissart, Berlin Rehdiger 3, fol. 313 et v.
  • 48 Ce qui lui vaut d’être fait prisionnier à plusieurs reprises.

16Le statut de ses prises et de ses hauts faits souligne aussi la faiblesse de son rang social. Pendant plus de dix ans, Bernard de La Sale s’est emparé de bourgs et de forteresses “sans titre de guerre” comme disait Froissart47, c’est-à-dire sans mandement exprès d’un pouvoir politique… qu’il appelait néanmoins à la rescousse, comme le montrent les chroniques de Froissart et de Cabaret d’Orville, pour se défendre et exploiter pleinement les fruits de ses exploits. En somme, bien que tacticien habile et chef de guerre courageux – les sources le montrent encore à plus de cinquante ans combattre en première ligne48 – le personnage ne fut longtemps qu’un chef de bande, voire un homme de main, sur lequel le pouvoir politique anglais était manifestement heureux de pouvoir compter, mais que l’on maintenait à bonne distance des responsabilités politico-militaires.

La prise d’une ville : un accélérateur de la carrière militaire ?

  • 49 Il est traité en moins de deux pages par Durrieu 1885, n’est pas mentionné dans le tableau pourta (...)

17Il faut donc voir à présent en quoi et pourquoi la prise de Figeac – qui après tout n’était pas la première ville dont il s’emparait – modifia son rang social et sa carrière. Fort curieusement, le rachat de cette ville et des autres forteresses du Quercy occupées par les Anglais pour quelque 120 000 francs d’or, bien qu’il ait nécessité l’intervention d’un frère et lieutenant du roi en Languedoc, d’un comte d’Armagnac et des États de trois sénéchaussées et bailliage, a peu retenu l’attention des historiens de la guerre de Cent ans49. On doit en conséquence examiner ici des documents peu connus, édités pour certains en annexe.

  • 50 Item, a XIIII d’octobre fon pres per escalament lo luoc de Figac per Bertugat de Lebret, cavalier (...)
  • 51 Voir sur la reconquête française l’exposé suggestif de A. Coville [1902] (2010), 229-242. À Figea (...)
  • 52 Voir Savy 2009, 201-207.
  • 53 Sur le contexte voir Rouquette 1887, Ducluzeau 2004, Pépin 2006b.

18Quelques historiens attribuent la prise de Figeac à Bertrucat, mais il est hors de doute que Bernard de La Sale eut un rôle essentiel : après la conquête, il fut fait chevalier sur la place principale, d’après le Thalamus Parvus de Montpellier50, et ce fut à lui que revint le titre de capitaine de Figeac pour le roi d’Angleterre et le prince d’Aquitaine. Cette victoire du parti anglais, en octobre 1371, était une victoire à contre-courant. La reconquête menée par les ducs d’Anjou et de Berry avait connu d’évidents succès : la plupart des centres urbains de la région, Cahors, Agen, Figeac, étaient passés français depuis plus de deux ans51 ; rares étaient même les villes qui comme Sarlat l’avaient fait l’année précédente. Les capitaines anglais ne connaissaient depuis lors que l’insuccès, tel le connétable John Chandos en Quercy en 136952, disparaissaient les uns après les autres – le sénéchal de Rouergue Thomas Wettenhall en septembre 1369, le même John Chandos au début de l’année 1370 – et les quelques réactions visant à ralentir les avancées françaises par des opérations ciblées en arrière du théâtre d’affrontement se soldaient par des échecs, tel le siège de Compeyre en Rouergue53. Un tel contexte peut expliquer qu’un talentueux chef de compagnie comme Bernard de La Sale ait reçu, à une date qui demeure encore à découvrir, un titre de gouvernement de la part d’Édouard III : il n’était pas temps en 1371 de pinailler sur son rang et ses mérites pour déterminer qui commanderait la place !

  • 54 Nécessairement après le passage de Bernard de La Sale au service du pape, en 1375, et avant la mo (...)
  • 55 Voir Alauzier 1954.
  • 56 Voir une procuration délivrée par 55 chefs de familles du 5 octobre 1372 dans BnF, Doat 125, fol. (...)
  • 57 L. d’Alauzier a montré en étudiant les comptes consulaires de Cajarc que la sufferte était une tr (...)
  • 58 Il atteint en fait les 190 000 florins (voir annexe V, art. IX-XI, XIII, XVII-XVIII) ! On note qu (...)

19D’après une série d’articles préparés par les Figeacois et développés plus tard par leurs procureurs en cour de Rome54, la ville aurait été prise avant l’aube par 160 hommes d’armes et 500 pillards équipés d’échelles. Elle aurait été aussitôt mise à sac. Les routiers se seraient emparés de l’or, de la vaisselle d’argent, des bijoux, des draps et d’autres biens, pour une valeur de 50 000 francs d’or : Figeac était une cité active, comptant quelques marchands-banquiers se livrant au grand commerce55. Ils auraient fait main basse sur les blés, vins et autres victuailles, pour un montant que les Figeacois évaluaient à 4000 francs d’or. Les habitants qui ne furent pas tués lors de la prise de la ville allèrent pour la plupart se réfugier de l’autre côté du Célé, à Capdenac56. Mais après que les deux capitaines eurent accordé des lettres de sufferte et pati57, une partie d’entre eux revint en ville. En cour de Rome, les Figeacois arguèrent néanmoins que l’occupation de leur ville aurait fait perdre à des marchands qui ne pouvaient plus exercer leur négoce et gérer normalement leurs biens plus de 30 000 francs. Enfin, 500 hostals auraient été endommagés ou détruits par les routiers ; ils évaluaient le coût de leur réparation à 50 000 francs. Le total des pertes et débours nécessaires à la réfection de la cité, calculé par les Figeacois, dépasse sans surprise les 120 000 francs d’or58, puisqu’il s’agissait pour eux d’invalider les revendications de leurs “créanciers”. On ne peut donc accorder foi à tous ces chiffres. Une telle liste révèle néanmoins, au-delà de la désagrégation attendue des circuits économiques et des structures d’habitation de Figeac, la méticulosité avec laquelle la moindre valeur meuble dans la ville et dans son territoire fut exploitée par les routiers.

  • 59 Voir note 50.
  • 60 Annexe V, art. XX.
  • 61 Voir la liste dans Annexe IV, p. 96 et Fowler 2001, 10, 18, 149, 152, 189, 198, 223, 234, 284-285 (...)

20Le capitaine anglais transforma très rapidement sa conquête en un centre d’opérations, que la bonne conservation des sources municipales du sud de la France montre singulièrement étendues à l’arrière des lignes françaises, mais qui nécessitait de concentrer à Figeac d’importantes forces militaires. La prise de la ville, l’adoubement de son capitaine, ses nouveaux titres, son passé, jouèrent semble-t-il en sa faveur. Il reçut des renforts qui lui permirent de rendre sa conquête imprenable. En 1369, au moment où la ville était passée française le duc d’Anjou y avait affecté quelques dizaines d’hommes d’armes59. En cour de Rome, la commune affirmera que la ville fut occupée à certaines périodes par 100 hommes d’armes et 500 pillards60. Certains chefs, tel le chevalier anglais Robert Cheney, le routier Sandos ou le Bourc de Caupène sont connus des historiens, d’autres moins61.

  • 62 Réaction immédiate des autorités à Millau : réparation des murs, affectation de sentinelles sur l (...)
  • 63 Ménard 1751, 312.
  • 64 Voir Lacoste 1883 (très suspect), 229-231.
  • 65 Le 12 août une femme empruntait 4 livres et 16 sous pour racheter son mari capturé et détenu par (...)

21Ces renforts permirent à Bernard et Bertrucat de porter la guerre contre des positions françaises éloignées. Au début de mars 1372, les magistrats de Millau étaient avertis que “de las gens d’armas de Figeac n’eron issidas tres compagnas ; e la una era s’en anada per lo Gavalda e l’autra per esta vila ; e cant seran ajustats, devon penre qualque luog e penre gens et bestials aquo que trobaran ; e dizia que nostre luog era fort evegut”. De fait, les sources signalent en mars-avril 1372, la compagnie de Bernard de La Sale à la fois autour de Séverac, Palmas et Espalion, courant l’Aubrac et le Lévezou62, mais également en Gévaudan et en Vivarais : les 4 et 10 mars, les consuls de Nîmes envoyaient des émissaires à Anduze, Bagnols, Viviers et Aubenas pour se renseigner sur leur nombre et leur marche63. Bernard et Bertrucat auraient également mené des actions contre Cahors, pénétrant dans les faubourgs de la ville, avant de se retirer à Vaillac avec leurs 600 hommes d’armes, que l’on signalait ensuite à Saint-Cirq, la Bastide Marnhac, au Montat et à Lalbenque. Sans réussir à établir un blocus de Cahors, ils menaçaient la cité et Louis d’Anjou, qui n’avait apparemment rien tenté pour reprendre Figeac, y faisait envoyer des renforts en juillet, faibles sans doute, puisque pour les vendanges, le conseil de ville préférait négocier une sufferte avec les routiers64. En août 1372, on rencontrait encore les “Anglais de Figeac” devant Cordes, au nord d’Albi, où ils s’emparaient d’hommes, de bétail et menaçaient de brûler les blés, que les édiles étaient contraints de racheter65.

  • 66 Voir Annexe V, art. XVI. Le manuscrit porte il est vrai la lettre “R.”, mais on peut considérer q (...)
  • 67 Denifle 1899, 666 et Grégoire XI, LC, n° 26 691.

22Dans toutes ces chevauchées, il est difficile de savoir exactement où se trouve le capitaine de Figeac. Il est certain qu’il n’est pas toujours présent dans sa ville, puisque les sources nous donnent le nom de son viguier, noble Bertrand de Cazals66. On sait qu’il se rendit en Auvergne et fit halte au prieuré de Jussac, au nord d’Aurillac, où il fut gravement blessé par une lance jetée d’une fenêtre. Il était alors sans armes (!) et avait interdit à ses hommes tout pillage. Excédés par le forfait dont il était victime, ceux-ci mettaient le feu au bâtiment sans toutefois causer de morts. C’est une bulle de Grégoire XI publiée par Denifle qui fait connaître l’affaire. Répondant à la supplique déposée par le capitaine, le pape chargeait Géraud de Lentillac, abbé de Figeac – le choix du délégué pontifical ne manquait pas d’à-propos (!) – de le relever de l’excommunication, lui et sa bande, s’il payait effectivement les dommages, comme il avait proposé de le faire67. L’affaire de Jussac montre que les déplacements du capitaine ne coïncidaient guère avec les chevauchées que ses troupes menaient en son nom. Elle permet de comprendre qu’il contrôlait alors une série de petits chefs qui se réclamaient de lui et faisaient ainsi, par leurs exactions simultanées en des lieux très éloignés les uns des autres, sa renommée.

  • 68 Labande 1939 ; sur la structure des compagnies en Italie, Jamme 2002.
  • 69 Fowler 2001, 71-85.
  • 70 Grégoire XI, LS France, n° 898, 1243.

23Cette capacité à fédérer autour de sa personne de petites compagnies – que l’on retrouvera pleinement active en Italie centrale dans les années 138068 – lui avait permis d’établir son autorité, avant même la prise de Figeac, sur une série de bandes disséminées sur un territoire étendu, tenant de petits châteaux et se livrant comme lui à une activité de course. Bernard et Bertrucat avait en somme réussi à fédérer un certain nombre de chefs de routiers, exactement comme l’avait fait dix ans plus tôt Seguin de Badefol en Mâconnais-Lyonnais69, mais en donnant à cette fédération une forte cohérence politique. Le fait que le pape Grégoire XI ait insisté auprès de Bernard de La Sale en août 1372 pour qu’il restitue à l’un de ses familiers, Guy de Pesteils, l’une des tours de Merle en Corrèze, et que neuf mois plus tard il l’ait remercié pour l’avoir fait – il en avait reçu l’ordre du Prince Noir70 – témoigne de la position qu’il avait acquise sur un territoire qui s’étendait bien au-delà de la région de Figeac, autant que de relations suivies avec le pouvoir politique anglais.

  • 71 Cousues, jointes et authentifiées par le “sceau de Peyrusse” (BnF, Doat 125, fol. 46 et v) – Avey (...)
  • 72 Qui publie en fait 1362 (Durrieu 1885, 123).
  • 73 Plus exactement entre le 2 février et le 2 mars (Labande ms. 6592, fol. 160). J. Sumption le date (...)
  • 74 L’article I du traité se réfère à une sufferte accordée d’ici au prochain Carême et à une évacuat (...)

24Incapable de reprendre Figeac et toutes les forteresses que détenaient Bernard et Bertrucat, le duc d’Anjou chargea le fils du comte d’Armagnac de négocier en son nom le rachat de toutes leurs positions entre Lot et Dordogne, et dans les trois sénéchaussées et bailliage de Quercy, de Rouergue et des Montagnes d’Auvergne. On ne sait quand s’ouvrirent ces négociations, mais leur précocité est hors de doute. Le texte d’un traité d’évacuation en langue vernaculaire nous est parvenu, collationné dans les volumes réalisés sur l’ordre de Jean de Doat, président de la Chambre des comptes de Navarre entre 1663 et 1670. Non daté, il se trouve de surcroît dans une version quelque peu regrettable, puisqu’il s’agit d’une copie d’un vidimus du 6 février 1464, effectué sur l’ordre du sénéchal de Cahors et d’Agen, qui certes nous décrit le document original – trois feuilles de papier cousues ad modum rotuli71 – mais multiplie les erreurs patentes de transcription, qui diminuent la fiabilité de l’acte que l’on doit utiliser aujourd’hui. Daté de 1372 sans plus de précision par Paul Durrieu72, de février 1373 par Léon-Honoré Labande73, cet accord probablement conclu à Peyrusse est en fait du début septembre 1372, comme le démontre une lecture attentive de toutes les pièces copiées sur l’ordre de Jean de Doat74.

  • 75 Qu’il est difficile de ne pas considérer comme un parent du capitaine de Figeac !
  • 76 On ne s’expliquerait pas sinon la quittance de 3 300 francs délivrée par Jean d’Armagnac, qui ava (...)

25Il règle à la fois les conditions de rachat de Figeac et des châteaux environnants et les relations entre la population et les mercenaires “anglais” et “français”. Jean d’Armagnac et les trois États des sénéchaussées de Quercy, de Rouergue et du bailliage des Montagnes d’Auvergne, s’engageaient à racheter à Bernard et Bertrucat toutes les forteresses et places qu’ils détenaient entre le Lot et la Dordogne – la liste annoncée dans le texte n’a pas été conservée – contre versement de 120 000 francs d’or payables en deux termes : 90 000 francs avant la fin août et 30 000 avant la Chandeleur qui suivait. Les deux partis devaient se délivrer mutuellement sufferte et pati qui courraient jusqu’à complet versement de ces sommes. Dans le cas où les rois de France et d’Angleterre, leurs fils, frères et lieutenants mèneraient une chevauchée dans la région couverte par cet accord, chacun pourrait y prendre part sans pour autant le rendre caduc. Les possessions de chaque parti étaient de ce fait considérées comme définitives : si les “Anglais” abandonnaient une localité, celle-ci ne pourrait être attaquée ou prise par les Français. Litiges et infractions seraient instruits par des juges spécialement nommés à cet effet, quatre pour les “Anglais” (Sandos, Guillem de Lasala75, Steve Baile et Bertranet de Cazals), six pour les trois sénéchaussées et bailliage. Quant aux échanges commerciaux entre hommes d’armes et gens du pays, ils devraient pendant la durée de l’accord être réglés comptant, puisqu’aucune marque ne serait envisageable après la remise des lieux tenus par les Anglais. Les gens de guerre devraient évidemment payer tous les biens qu’ils consommeraient. Cet accord composite, comprenant trêve et sufferte, fut juré de part et d’autre et aussitôt mis en application76.

  • 77 La commune fit placer des sentinelles sur la cathédrale, la Tour Magne et les collines proches de (...)
  • 78 Lacoste 1885, 235-236.
  • 79 BnF, Doat 194, fol. 181 ; voir HGL 10, n° 596, col. 1493-1494.
  • 80 Teilhard de Chardin 1902 ; Ménard 1751, 316.

26Les routiers de Figeac poursuivirent néanmoins leurs courses. En septembre 1372, les comptes du clavaire de Nîmes montrent que les consuls envoyaient des messagers à Vézénobres, Boucoiran et Lézan, parce qu’“on disait que Bernard de la Sale voulait se rendre à Avignon et parce que cet Anglais est un ennemi du royaume de France”77. Dans l’hiver 1372-1373, on signalait ses hommes autour de Cahors78. Ils couraient également le Rouergue : le duc d’Anjou se plaignait dans une lettre adressée le 4 mars au sire de Séverac que les ennemis du roi étant à Figeac continuaient de dévaster la province79. En juin, les informations recueillies par les consuls de Montferrand et de Nîmes concordaient : ils étaient en Velay80. Il demeure toutefois difficile de faire la part, dans tous ces documents, entre les craintes que suscitaient leurs déplacements et les véritables exactions des routiers. Mises en série, elles ont tendance à démontrer que les “Anglais de Figeac” ne respectaient pas les termes de l’accord de 1372, en d’autres termes qu’ils poursuivaient leurs courses, en dehors certes, mais aussi dans les territoires couverts par le traité.

  • 81 La lettre qu’il adresse au sire de Séverac l’annonce (HGL 10, n° 596, col. 1493-494) ; mais le 11 (...)
  • 82 À partir de mars 1373 (Annexe III ; Bousquet 1943, 455 sq.), alors que le traité initial mentionn (...)
  • 83 Bousquet 1943, 455-460.

27Le duc d’Anjou avait toutefois quelque intérêt à se plaindre de leur comportement, alors qu’il lui était manifestement difficile de réunir les sommes promises pour libérer la région. Leur levée souleva en effet “plusieurs debats et descors … entre les gens des Estats”. En Rouergue, elle nécessita même un déplacement spécifique de Louis d’Anjou qui se rendit semble-t-il à Rodez après la mi-mars 137381. Rien n’y fit. En Quercy, les États décidèrent de limiter la collecte des sommes nécessaires… à la viguerie de Figeac, qui en 1373 apparaît seule contributrice82. En Rouergue, les communes qui devaient fournir quelque 47 000 francs étaient traversées en mai par de profondes discordes : Haute et Basse Marche contestaient la répartition des charges financières. Un compte dressé à la fin de septembre 1373 révèle que les États de cette sénéchaussée durent assumer pendant deux ans de lourds frais de négociation et de garde du pays : pas moins de 48 barons, chevaliers, ecclésiastiques, juristes au service du duc d’Anjou, notaires, officiers du roi et simples messagers parfois envoyés jusqu’à Paris, sont recensés par ce document, qui établit le montant total de ces dépenses à plus de 13 000 francs or83 !

  • 84 Non pas Montcuq (Lot, ch.-l. de con), mais Montcucq (cne Pomport, Dordogne con de Sigoulès), une (...)
  • 85 Lot-et-Garonne, con de Marmande. Fils de Bernard Ezy V, il était par sa femme, Hélène de Caumont, (...)
  • 86 Gironde, con de La Réole. Issu de la branche dite de Vayres, oncle du précédent, voir Marquette 2 (...)
  • 87 Un chevalier du diocèse d’Agen (Grégoire XI, LC, n° 732), devenu bailli des Monts d’Auvergne en 1 (...)
  • 88 Chevalier et seigneur de Lalbenque (Lot, ch.-l. de con), il était un des principaux tenants du ro (...)
  • 89 Lot-et-Garonne, ch.-l. de con.
  • 90 Menedetus de Pausade est dit dans deux bulles du 19 et 20 février 1373, chevalier du diocèse de S (...)
  • 91 Lot-et-Garonne, con de Castillonès, le château appartenait aux Caumont.
  • 92 Bérard d’Albret, seigneur de Sainte-Bazeille, avait “travaillé” pour les “Français” au traité d’é (...)
  • 93 Et peut-être Beauville et Pausadey.
  • 94 BnF, Doat 204, n° 4, fol. 127 ; Durrieu 1885, 92 ; Butaud 2012, 45-48.
  • 95 Marmiesse, l.-d. cne de Sansac-de-Marmiesse Cantal, con de Maurs. Guibert, chevalier, qui apparaî (...)
  • 96 Les procureurs des Figeacois en cour de Rome furent chargés d’argumenter contre cette obligation, (...)

28Afin de libérer Figeac, il fallait que les deux capitaines se contentent d’obligations en lieu et place de numéraire. L’une d’elle est singulièrement instructive. En mai 1373, les procureurs de Figeac s’engagèrent à verser les 3000 francs restant à payer de leur quote-part, fixée à 6000, avant la Saint-Michel (29 septembre), à Montcucq ou à Bergerac84. La ribambelle des procureurs désignés par Bernard et Bertrucat pour recevoir cette somme vaut d’être examinée : messire Bérard d’Albret, seigneur de Sainte-Bazeille85, autre messire Bérard d’Albret, seigneur de Gironde86, messire Guillem de Villabou87, messire Gaucelm de Vayrols88, messire Gasbert, seigneur de Beauville89, messire Menaudet de Pausadey90, les seigneurs de Cahuzac91, Garsia Arnaud et Bertrand de Casals, Sandos, le Bourc de Garlenxs, Guilhonet de Saut, Steve Baile et Caselas Paulet Molinier. Elle comprend une série de seigneurs du Bordelais, de l’Agenais et du Quercy, qui pour certains, tels les Albret, les Villebou, les Vayrols, étaient censés être français ou avoir été tournés français92, et qui pour d’autres étaient réputés favorables aux Anglais, tels les Caumont93. Elle comprend aussi d’authentiques capitaines de routiers, tels Sandos, Guilhonet de Saut ou le Bourc de Garlenx, qui désolera l’Auvergne dans la décennie suivante avant de passer en Italie sous le commandement de Jean III d’Armagnac en 139094. Cette liste de procureurs dégage ainsi les racines de l’autorité acquise par les deux capitaines, fondée sur l’obéissance d’un nombre conséquent de professionnels de la guerre et sur de bonnes relations avec de solides tenants de l’aristocratie seigneuriale et foncière, financièrement intéressés à la réalisation du traité. Afin que Bernard et Bertrucat acceptent l’obligation des Figeacois, on alla requérir un conseiller du duc de Berry, le seigneur de Marmiesse en Auvergne, Guibert de Marcenac95, qui en cas de manquement aurait à se constituer otage à Montcucq ou Bergerac, jusqu’à complet versement de la somme promise. L’acte fut souscrit à Figeac in hospitio vocato d’Abalayra, en présence du sénéchal de Rouergue, Arnaud de Landorre, et de plusieurs chevaliers et écuyers rouergats à son service, venus donner la crédibilité nécessaire à l’engagement de la communauté des habitants qui relevait de son autorité96.

  • 97 BnF, Doat 125, fol. 82-89. L’acte est assez proche du précédent (même terme de versement), mais n (...)
  • 98 Voir outre Bardonnet 1867, Pépin 2006b.
  • 99 Les historiens relient parfois la fermeture des portes de la ville ordonnée par Bernard de La Sal (...)

29Le 24 juillet suivant, dans le même lieu et en présence du même sénéchal, ce furent les consuls de Saint-Antonin, Verfeuil, Najac, Villefranche et Peyrusse, qui vinrent pareillement s’obliger en leur nom et au nom des autres communautés du Rouergue au versement des 12 000 francs d’or restant à payer97. Cette dernière obligation était semble-t-il l’une des dernières pièces manquant à l’exécution du traité d’évacuation, puisque le même jour, Bernard de La Sale réunissait les habitants dans l’église Saint-Sauveur et, devant l’autel consacré à la Vierge, leur expliquait pourquoi il requérait d’eux un ultime engagement. Là encore l’acte vaut d’être examiné. Si avec Bertrucat il avait pris leur ville, c’était parce qu’il y avait guerre entre les rois de France et d’Angleterre. En leur rappelant que Figeac relevait du “duché ou de la principauté d’Aquitaine” – on apprécie l’imprécision – il leur signifiait donc sans la qualifier, leur rébellion, qui devenait cause de son action. Mais un traité avait été signé avec les représentants des États de leur patrie pour que la ville soit rendue aux habitants. Il était donc prêt à le faire, pour peu que ceux-ci jurassent d’être bons, fidèles et loyaux sujets du roi d’Angleterre et du prince d’Aquitaine. Aussitôt, quelques habitants firent remarquer que le serment qu’ils avaient prêté au roi Édouard réservait les droits du roi de France. Pris de court ou peu versé en cette matière, Bernard de La Sale, qui ne pouvait non plus désavouer l’action remplie après le traité de Brétigny par le connétable John Chandos98, accepta de se contenter du même serment. Bref, les habitants furent poussés à s’acquitter de cette obligation. Or, en cette fin d’été 1373, elle avait peu de valeur. Le contexte politico-militaire et les sentences du Parlement de Paris en réduisaient la portée. Mais pour le capitaine anglais, obtenir un tel serment de fidélité revenait à légitimer toutes ses actions depuis deux ans : le coup de main du 14 octobre 1371 n’était pas un acte de brigandage, mais un acte de guerre ; et en définitive, s’il vendait sa conquête aux Français, il ne trahissait pas sa foi et son serment de chevalier99. On admire l’habilité politique du personnage qui sut se tirer d’affaire, avec profit et sans démériter !

30Étendue sur près de deux ans, cette négociation n’avait pu être menée à son terme sans le consentement des Anglais, qui auraient pu à plusieurs reprises s’y opposer, ne serait-ce qu’en retirant son office à Bernard de La Sale pour l’attribuer par exemple au chevalier Robert Cheney, mentionné à Figeac en mars 1372 et en juillet 1373. Mais le rachat de cette ville et de toutes les places situées entre Lot et Dordogne devait constituer, du point de vue des Anglais, un obstacle qu’ils dressaient devant leur adversaire, Louis d’Anjou, contraint de dégager plus de 100 000 francs d’or pour racheter la région, une somme qu’il ne pourrait en conséquence utiliser pour développer les forces qu’il concentrait contre eux. La vente de Figeac ne sanctionne nullement chez Bernard et Bertrucat une quelconque forme de renoncement à leur engagement politique. Elle marque seulement le début de l’abandon par les Anglais des terres les plus périphériques de la principauté d’Aquitaine, qui d’ailleurs pour certaines comme le Rouergue étaient déjà presque entièrement acquises à l’influence du principal soutien du parti français, le comte d’Armagnac.

  • 100 Les articles présentés en cour de Rome disent le 3 août (Annexe V, art. XII), ce que corrobore le (...)
  • 101 Voir Annexe I.
  • 102 Les États du Rouergue, au 25 septembre 1373, avaient déjà déboursé 957 francs pour leur voyage et (...)

31Le 3 août 1373, Bernard de La Sale abandonnait Figeac. Les forteresses qu’il détenait entre Lot et Dordogne avaient été libérées peu auparavant100. Aux États du Rouergue, qui avaient fait valoir l’importance de leurs frais, et probablement demandé comme le prévoyait l’accord la déduction des dommages perpétrés durant la sufferte101, Bernard et Bertrucat accordaient une remise de 8000 francs. Mais ils avaient exigé en contrepartie la livraison de plusieurs otages jusqu’à complet versement de la somme due, qui furent conduits à Bergerac et entretenus par les États102.

32Ses titres de chevalier et de capitaine de la ville pour le roi d’Angleterre, avaient considérablement modifié le rang et l’envergure politique de Bernard de La Sale. Les actes d’évacuation lui reconnaissaient désormais le titre de mossen, qui renvoyait à son rang de chevalier, et parfois celui de dominus, qui dans ce contexte se référait certes à un pouvoir sur les hommes, mais à un pouvoir déconnecté de la terre, pour qualifier une autorité politique mesurable à travers le nombre d’hommes et de châteaux qui dépendaient de sa volonté. L’importance des questions traitées lors de ces négociations impliquait sans doute un rang seigneurial, mais on peut aussi considérer que sans un office royal, l’autorité qu’il avait su construire n’aurait probablement pas suffi à lui conférer le titre que lui attribuaient désormais scribes et notaires. Fondée – soyons clairs – sur un acte de pur brigandage, la vente de Figeac avait ainsi contribué à laver le personnage des taches que son comportement avait laissé sur son armure. Elle lui offrit de plus, alors que la cause anglaise semblait sans avenir, l’opportunité de servir un autre monarque.

Changer de maître sans trahir

  • 103 Denifle 1898, 443-508 ; Fowler 2001, 118 sq.
  • 104 La correspondance pontificale dévoile qu’entre 1371 et 1373 furent attribués en curie de nombreux (...)
  • 105 Exécuteur d’assez nombreuses provisions apostoliques (ibid., n° 4114, 4237, 4555, 4825, 5331, 841 (...)
  • 106 Géraud Chatgier, procureur en cour de Rome en avril 1372 (n° 18 562), mars 1373 (n° 26 176, 28 78 (...)
  • 107 Sur le personnage, voir Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, t. 4, 193 (...)
  • 108 Voir Jamme 2014, 178, 225, 281 et l’annexe III.
  • 109 Une vingtaine de lettres pontificales, inconnues pour la plupart des deux biographes de Bernard d (...)

33S’il n’avait été qu’un chef de bande détenant le château d’un de ses familiers, gageons que Grégoire XI aurait avant tout tenté de mobiliser contre lui le plus grand nombre de villes et de seigneurs : c’est ce qu’avait fait son prédécesseur contre les sociétés103. Il faut considérer que ce fut surtout parce qu’il était un chevalier au service du roi d’Angleterre, qui commandait plusieurs garnisons anglaises et avait quelque influence, que le pape lui écrivit en août 1372. Le souverain pontife était en mesure d’être très bien informé sur le personnage et ses agissements à Figeac104, par l’abbé clunisien Géraud de Lentillac105, par l’archidiacre de Figeac qui résidait en curie106, mais aussi par d’authentiques Figeacois, tels le vicaire général des Mineurs, Bertrand Lagier – promu au cardinalat le 30 mai 1371107 – ou les La Guillelmia, qui le servaient curie108. Ce fut donc fort probablement sur diverses recommandations que le pape considéra plus profitable de s’adresser à lui plutôt qu’à Bertrucat d’Albret pour obtenir la restitution de ce château et d’autres faveurs. L’échange épistolaire qui se développa pendant trois ans entre le souverain pontife et ce chef de routiers – unique, comme permet de le constater l’édition électronique des lettres pontificales109 – permet de saisir l’évolution de leurs relations, mais surtout le lissage du profil d’un chef de bande, élevé progressivement par la correspondance pontificale au dessus de sa condition.

  • 110 Schäfer 1937, 404.
  • 111 Au prétexte que le propriétaire ne s’était pas présenté devant lui (!), d’après ce que rapportait (...)
  • 112 La coïncidence chronologique entre les deux lettres (26 et 27 mai 1373) invite à considérer que l (...)
  • 113 Voir infra Annexe III.
  • 114 Le 8 mai 1373 (Denifle 1898, 579 ; Grégoire XI, LC, n° 27 805). En janvier 1374, le pape se référ (...)

34Les premières demandes que le pape adressa à Bernard de La Sale sont antérieures à août 1372. Elles concernaient on l’a vu les biens de Guy de Pesteils qui combattait pour le pape en Piémont110. Le chef anglais avait commencé par refuser poliment de lui restituer sa tour de Merle, bien qu’il en ait reçu l’ordre du prince noir111. Sans doute réussit-il à faire accepter cette perspective à ses compagnons, puisque Guy de Pesteils récupéra finalement son bien. Satisfait, le pape lui adressait ses remerciements fin mai 1373, assortie d’une levée de l’excommunication encourue pour avoir brûlé Jussac112. Le pape et le chef anglais étaient alors dans les meilleurs termes. Il suffit de consulter les clauses de l’obligation souscrite par les Figeacois en ce même mois pour s’en convaincre113. Bernard de La Sale ne pouvait ignorer que le pape était intervenu dans la levée des sommes nécessaires à l’évacuation des forteresses du Quercy, en contraignant le clergé des diocèses couvrant les trois sénéchaussées et bailliage royaux à s’acquitter des sommes dues au titre de leur contribution à la libération de la région114.

  • 115 Schäfer 1937, 395-404.
  • 116 Ménard 1751, 313.

35Grégoire XI tenta-t-il dès l’été 1372 de l’engager à son service pour l’envoyer combattre en Lombardie les Visconti ? C’est probable. Ligué avec le comte de Savoie et la reine Jeanne, le pape recrutait alors des troupes en Languedoc pour attaquer par l’ouest les seigneurs de Milan115. Que les consuls de Nîmes aient prêté foi à une telle rumeur est compréhensible116. Mais la correspondance pontificale laisse entendre qu’à cette date le capitaine de Figeac n’entendait nullement abandonner sa conquête. Elle révèle aussi que son autorité politique s’étendait bien au-delà des territoires concernés par le traité d’évacuation qu’il venait de signer avec le fils du comte d’Armagnac.

  • 117 Le premier, coseigneur de Maumont et Gimel, était apparenté au cardinal Hugues de Saint-Martial ( (...)
  • 118 Même les clercs limousins qui résidaient en curie furent mis à contribution (Guillemain 1962, 612 (...)
  • 119 Voir la carte des principaux points fortifiés occupés par des Gascons en Quercy-Limousin en 1370- (...)

36En juin 1373 en effet, alors que la date d’évacuation de Figeac et des châteaux qu’il détenait entre Lot et Dordogne approchait, Bernard de La Sale négociait un autre traité d’évacuation, concernant celui-là le pays natal du souverain pontife, le Limousin. Deux seigneurs en étroite relation avec Grégoire XI, Pierre de Maumont et Bertrand de Chavanhac117, avaient été chargés des négociations. Ils rapportèrent en curie ses bonnes dispositions. Un “traité”, dont le texte est aujourd’hui perdu, fut passé avec le capitaine anglais118. Il révèle que le chef anglais jouait en Limousin le rôle qu’il remplissait en Quercy avec Bertrucat, fédérant tant bien que mal des compagnies de routiers installées dans de petits châteaux à partir desquels elles luttaient contre les “Français” autant qu’elles désolaient les campagnes119. Le 10 juillet 1373, le pape lui adressait un courrier lui demandant de porter ce traité à bonne fin et se déclarait prêt à lui offrir en retour biens et honneurs. On ne saurait être plus clair : l’évacuation du Limousin lui ouvrirait les portes du service de l’Église !

  • 120 Grégoire XI, LS France, n° 1294.

37La douceur des propos employés par le pontife surprend. Ne va-t-il pas écrire à ce chef de routiers : te sincere diligimus, après avoir relevé qu’il avait toujours fait montre de bonnes intentions et de dévouement à son égard ? Ne va-t-il pas exhorter à deux reprises sa noblesse, qui l’obligeait à être un exemple, exactement comme s’il s’adressait à un grand aristocrate dont on flatterait ainsi l’excellence et la singularité, afin qu’il s’emploie à libérer de la guerre son Limousin natal120 ? On ne sait ce que Bernard de La Sale lui fit répondre : le 3 août, il quittait Figeac.

  • 121 Ménard 1751, 318.
  • 122 On sait que Perrot de Galart avait auparavant sévi en Limousin, où il avait pris Ussel en 1371 (S (...)
  • 123 Lehoux 1966-1968, t. 1, 346, d’après un document des archives de Riom coté AA 17.
  • 124 Beaucoup plus que Brioude ou Anse, comme l’a relevé Sumption 2009, 168.

38Ses troupes, croyait-on, allaient fondre sur le Languedoc121. Mais il ne tarda guère à rejoindre l’Auvergne. Le 16 septembre, il se trouvait assurément à Clermont, reçu par l’assemblée des Trois États réunie par Béraud, dauphin d’Auvergne et lieutenant du duc de Berry. Devant les États d’Auvergne, “monsenhor Bernat de Lassala” venait représenter les intérêts de Perrot de Galart et ses “complisses”, qui désiraient vendre les forts de Charlus et de la Guarre122. Mais il s’y trouvait aussi pour un autre traité, “encomanssé” avec le dauphin, en son nom et au nom des capitaines des forts de Damargnat, La Bastide, Chambon et Rochefort123. Autant faire appel à un négociateur auréolé par de récents succès, si l’on veut céder ses biens à bon prix ! Une telle mission devant les États d’Auvergne permet de prendre toute la mesure de la renommée que la vente de Figeac et des forteresses du Quercy lui avait assurée dans le milieu des gens de guerre : ces 120 000 francs d’or étaient la somme la plus importante jamais exigée par des routiers, comme l’a relevé Jonathan Sumption124. “L’autorité” de Bernard de La Sale sur les garnisons anglaises du Quercy, du Limousin et de l’Auvergne était certes de nature militaire, hiérarchique. Mais elle résultait aussi de son renom, de sa capacité à faire surgir de profitables opérations, ce qui lui assurait une réelle influence politique dans le milieu des compagnies.

  • 125 Sur Jean de Lancastre, voir Goodman 1992 et dernièrement Walker 2008.
  • 126 Ses succès en Limousin paraissaient inexplicables à Coville 1902, 243, autant qu’à Delachenal qui (...)
  • 127 Voir les lettres de rémission publiées par Clément-Simon 1898, 101-102.
  • 128 Clément-Simon 1898, 102, rapporté par Flandin-Bléty 1988, 294.

39La chevauchée menée par le duc de Lancastre, débarqué à Calais fin juin, amena Bernard de La Sale à rejoindre le Limousin, où Jean de Gand parvenait à l’approche de l’hiver125. La conjonction de toutes les forces anglaises favorisa localement un important mouvement de défection en faveur des Anglais126. Fin novembre, Tulle ouvrait ses portes au fils du roi d’Angleterre ; Brive l’imitait peu après. Quelques seigneurs livrèrent leurs forteresses ; d’autres plus prudents se contentèrent de hisser l’étendard de Saint-Georges127. L’un de ces derniers, Bertrand de Maumont – parent du négociateur choisi par Grégoire XI – rapporte dans la lettre de rémission qu’il obtint l’année suivante du roi de France, qu’il fut à cette époque invité à deux reprises par le duc de Lancastre à le rencontrer à Brive, mais qu’il ne céda à ses sollicitations qu’après avoir obtenu un sauf-conduit de Bernard de La Sale, “capitaine en ces parties pour le roi d’Angleterre”. S’il n’avait encore conscience du découragement des Anglais, Bernard de La Sale en prit assurément la mesure au cours de cette entrevue, car aux dires de l’impétrant, Jean de Gand ne l’engagea nullement à combattre pour la Guyenne, pour le roi d’Angleterre ou même à le suivre ; il se contenta de solliciter de ce beau-frère du cardinal de Saint-Martial son intervention auprès de Grégoire XI afin que le siège apostolique s’emploie plus que jamais en faveur de la paix entre Français et Anglais128 !

  • 129 C’est à lui que le pape s’adressa en décembre 1373 pour obtenir un sauf-conduit pour une vingtain (...)
  • 130 21 janvier 1374 (Ibid., n° 1486).
  • 131 Qu’il conduisit de Sainte-Féréole (Corrèze, con de Donzenac) à Maumont (cne Saint-Julien-Maumont, (...)

40La correspondance adressée par le pape à Jean de Lancastre montre que le pontife eut rapidement conscience de l’absence de combativité du duc… autant que du rôle politique clé joué en Limousin par Bernard de La Sale129. Ce n’est probablement que par courtoisie qu’à la fin de janvier 1374, Bertrand de Chavanhac fut envoyé à Bordeaux porter au duc les chapitres du traité d’évacuation du Limousin, déjà négocié avec Bernard de La Sale. Chavanhac devait surtout lui faire part des regrets du pape qui, en se déclarant dans l’incapacité de réfréner les ardeurs belliqueuses du duc d’Anjou130, cachait mal son désir de voir sa patrie revenir au plus vite sous la juridiction du roi de France. Tout ceci Bernard de La Sale l’avait saisi. Sinon pourquoi aurait-il été si prévenant à l’égard de ce Bertrand de Maumont, marié à la sœur du cardinal de Saint-Martial, on l’a dit, et dont un des fils avait épousé une fille du maréchal de la curie romaine ? Aux craintes dont Maumont lui faisait part concernant sa famille demeurée en Limousin en un lieu mal défendu, Bernard de La Sale répondit avec la plus grande bienveillance, en prenant personnellement sous sa protection femme et enfants131 !

  • 132 Ibid., n° 3329. On n’en sait pas plus ni sur les conditions de l’engagement ni sur le nombre de c (...)
  • 133 Ibid., n° 1626.
  • 134 D’après Charles d’Artois, qui voulait rejoindre Pézenas à l’été 1374, Bernard de La Sale tenait l (...)

41À la fin mars 1374, le pape lui adressait un précontrat d’engagement préparé par son camérier132. L’intéressé y souscrivit rapidement, puisque le 25 juin Grégoire XI sollicitait de Louis d’Anjou, qu’il remerciait de s’être employé dans une négociation qui servait le “bien et l’utilité du royaume”, l’octroi d’un sauf-conduit pour le capitaine anglais et ses cent lances133. Mais, muni ou non de ce sauf-conduit, le capitaine se prit à hésiter. Résistance de ses “compagnons” qui refusaient d’abandonner leurs forteresses du Limousin ? Intervention du roi d’Angleterre ou d’un de ses fils ? Interrogation sur le sort des autres châteaux qu’il contrôlait encore dans les Monts d’Auvergne et qui servaient aux routiers pour mener de fructueuses incursions jusqu’en Bourgogne134 ? Les raisons étaient sans doute nombreuses. Mais au pape, il fit surtout exposer la possibilité de libérer l’Auvergne de la guerre, en engageant un nombre supérieur de combattants… qu’il se ferait évidemment un plaisir de conduire à son service !

  • 135 Grégoire XI, LS France, n° 1686.
  • 136 Le 28 juillet 1374, il réclamait aux États le remboursement des 13 000 francs qu’il prétendait av (...)
  • 137 Grégoire XI, LS France, n° 1685. Pour mieux faire avancer ses demandes, il écrivait simultanément (...)
  • 138 17 septembre (ibid., n° 3502).

42Grégoire XI l’approuva. Le 17 septembre 1374, il écrivait aux deux lieutenants du roi, les ducs de Berry et d’Anjou, pour leur demander de hâter le versement de l’argent promis et d’accorder à Bernard de La Sale et Perrot de Galart, à la tête de 300 lances environ, un sauf-conduit pour atteindre les Alpes en passant par le Velay et le Dauphiné. Jean de Berry devait en outre accélérer le versement des sommes dues pour l’évacuation de Figeac par les États des Monts d’Auvergne, pour lesquelles Guibert de Marcenac s’était obligé135. Louis d’Anjou, qui avait racheté dès le début de l’été les otages livrés par les États du Rouergue aux deux capitaines136, était quant à lui exhorté à accorder son pardon à tous ceux qui en Quercy et Limousin avaient porté atteinte au roi. Grégoire XI lui rappelait aussi que dans les pactes qu’il avait négociés avec la Chambre, Bernard de La Sale – toujours habile – avait spécifié qu’il ne quitterait ses positions que si les “Français” évacuaient d’abord : le lieutenant du roi était donc invité à lever les garnisons de Bretons qu’il avait placées dans la région137. Vraie crainte de représailles des ennemis au moment d’un départ définitif avec armes et bagages ? Ou prétexte invoqué par un chef qui rencontrait quelques difficultés pour mobiliser ses troupes ? Toujours est-il que pour hâter leur venue, le pape fournit également aux deux capitaines son sauf-conduit138.

  • 139 Ibid., n° 1725.
  • 140 Grégoire XI, LS France, n° 1705, 3542, 3543 ; Grégoire XI, LS pays autres, n° 2974.
  • 141 Sur l’excommunication des routiers bretons, voir Butaud 2005.
  • 142 Grégoire XI, LS France, n° 1727.

43Peine perdue ! Le 11 novembre 1374, La Sale n’avait pas bougé et le pape lui écrivait une nouvelle lettre afin qu’il se hâte de se mettre au service de l’Église avec ses gens139. Il envoyait en Limousin deux de ses écuyers, Raoul de Lestrange et Bertrand de Veyrac, qui devaient d’abord trouver Pierre de Maumont – que le pape tenait manifestement pour responsable de l’exécution du traité d’évacuation – et conduire Bernard de La Sale et ses compagnons jusqu’en Venaissin140. Le Comtat était alors en proie aux attaques de compagnies bretonnes141 et Grégoire XI ne cachait pas, dans la nouvelle lettre qu’il adressait à Bernard de La Sale le 20 novembre… son irritation. Il lui reprochait directement de n’avoir donné aucune réponse à ses promesses d’évacuation des forteresses du Limousin, à ses promesses de service militaire en Italie, et de détenir de surcroît le château de La Roche dont il ne pouvait ignorer qu’il appartenait à sa famille. Puisqu’il semblait avoir oublié ce qu’impliquaient les devoirs de son rang, le pape considérait opportun de se référer à nouveau à sa noblesse – l’utilisation du concept de noblesse par la papauté du xive siècle mériterait il est vrai une recherche – pour l’exhorter à mettre un peu d’ordre dans ses nombreuses déclarations142. Le recours à l’idée de noblesse prenait donc la forme d’une leçon : parce qu’il s’éloignait de son rang du fait de son comportement, le pape lui rappelait à demi-mot qu’un chevalier avait le devoir de tenir parole !

  • 143 Ibid., n° 3618-3620.
  • 144 Sur cette guerre, voir Galland 1993.
  • 145 Il revendiquait quelques terres aux confins de l’Alsace et de la Suisse (Mirot 1898, 590-591).

44La mise en demeure pontificale eut semble-t-il quelque effet. En février 1375, Bernard de La Sale avait quitté le Limousin : il se trouvait à nouveau à Clermont. Grégoire XI demandait à l’évêque et au seigneur de la Tour de lui signifier qu’il devrait y demeurer jusqu’à nouvel ordre et qu’aucun argent ne pourrait lui être envoyé143. La prolongation de la trêve, négociée par ses nonces et capitaines en Lombardie avec les Visconti, avait rendu caduc l’emploi italien du capitaine “anglais”144. D’autre part à Avignon, les négociations pour faire passer les mercenaires bretons qui désolaient la région au service du sire de Coucy étaient en bonne voie145. Toutefois, les déprédations du frère du prince d’Orange, Bertrand des Baux, lié à plusieurs routiers bretons, amenèrent le pape à l’appeler en Venaissin.

  • 146 Schäfer 1937, 606. Il est alors présenté par le scribe aux comptes comme un chevalier de Gascogne
  • 147 Les documents carpentrassiens publiés par J. Fornéry attribuent à Bernard de La Sale un rôle mote (...)
  • 148 Ordre était donné le 24 juillet 1375 au régent du Comtat de licencier tous les gens d’armes, à l’ (...)
  • 149 Il recevait 214 francs à Avignon le 31 août 1375 (Schäfer 1937, 595).
  • 150 Ibid., 579.

45Il se présenta à Avignon à l’approche de l’été, reçut 1 000 francs pour la défense du pays, le 22 juin146, et lança aussitôt sa compagnie contre trois châteaux de Bertrand des Baux. En quelques jours la rébellion fut liquidée147. Le 24 juillet, le camérier ordonnait au régent du Comtat de licencier tous les gens d’armes, à l’exception de la compagnie de Bernard de La Sale qui devait être soldée grâce à la levée d’une nouvelle taille148. Chargé de défendre le Comtat contre les routiers bretons – une conversion des plus révolutionnaires si l’on songe à son passé (!) – il en profita pour régler quelques affaires, répondre aux questions des commissaires chargés par le duc d’Anjou d’instruire le procès contre Charles d’Artois, se logeant sans doute dans quelque auberge avignonnaise149. Le 3 septembre, le pape l’invitait dans son palais de Pont-de-Sorgues cum tota sua comitiva (!) pour un repas auquel participaient également le duc d’Anjou et cinq cardinaux150.

  • 151 Vobis notum facimus per presentes quod dictus dominus noster papa mittit apud Perusium et alias t (...)
  • 152 Le pape adresse une première demande de sauf-conduit au doge de Gênes le 1er octobre, suivie d’un (...)
  • 153 Grégoire XI, LS France, n° 3759.

46Les conditions de son transfert en Italie furent rapidement réglées. Début octobre, il prenait la direction de Gênes, où il devait s’embarquer pour atteindre le Patrimoine de Saint-Pierre et rejoindre à Pérouse le vicaire général du pape, Géraud de Marmoutier, qui redoutait une révolte. La recommandation que le camérier du pape adressait aux officiers pontificaux du Patrimoine de Saint-Pierre dit toute la confiance dont le pape l’honorait151. Il avait par ailleurs obtenu de lui une lettre qu’il avait réclamée – puisque les documents conservés montrent qu’il n’était pas dans les intentions premières du pontife de lui accorder ce titre152 – une lettre qui lui donnait le 4 octobre 1375 le grade de “capitaine de gens d’armes stipendiés par le pape et l’Église romaine”153 : le personnage avait visiblement goûté et saisi quels bénéfices distinctifs un tel rang procurait à un chef militaire.

Conclusion

  • 154 Contamine 1975 ; Butaud 2012.

47La rapide ascension de Bernard de La Sale – rappelons que quinze ans plus tôt il escaladait encore les murs de Clermont en Beauvaisis, n’étant fort probablement qu’un écuyer de bas étage – suscite évidemment une interrogation sur les conditions qui en furent les moteurs. Trois se distinguent aisément. L’extrême éparpillement du conflit franco-anglais, qui n’est qu’une toile de fond sur laquelle se développent de multiples guerres privées déclenchées par des seigneurs en mal d’argent et d’aventures, en est la première : un tel contexte socio-politique suscite constamment de nouvelles perspectives d’emploi. Le théâtre d’opération privilégié par son parcours, en gros le Massif central et ses marges, en est la seconde : il est adapté à l’état de ses forces, qui comptent peu d’hommes d’armes en regard du nombre de “pillards” qui les servent. Bernard de La Sale joue avec un relief qui favorise les effets de surprise et les coups de main154, car il lui est impossible d’entrer seul en bataille avec sa compagnie. Les rançons, si profitables au début de la guerre de Cent ans car payées par de nobles guerriers tombés prisonniers au cours d’un combat, en viennent désormais à concerner presqu’exclusivement des civils et de simples paysans capturés lors de courses menées dans la campagne, ce qui suscite l’intervention des États des sénéchaussées et bailliages concernés. Enfin, troisième condition, la protection que les pouvoirs politiques offrent à ses activités, quasi-fraternelle dans le cas de Bertrucat d’Albret lié à l’un des principaux réseaux aristocratiques de Guyenne et au pouvoir anglais, bienveillante mais exigeante dans le cas du chef de la Chrétienté qui lui ouvre de nouvelles voies. Reste qu’à trop insister sur les raisons qui explicitent un parcours, qui disent les structures sociopolitiques et militaires dans lesquelles se développe une carrière, l’historien ne montre en définitive qu’une chose : que cet homme, placé dans un contexte favorable, a en quelque sorte bien travaillé.

  • 155 Heinich 2012.

48Or, exactement comme dans nos régimes médiatiques, la visibilité au sens que lui attribue l’un des derniers ouvrages de la sociologue Nathalie Heinich155, joua dans cette ascension particulièrement bien éclairée par les sources un rôle évident. Habile dans l’art des apparences et de la mise en scène, Bernard de La Sale prétendait en 1375 avoir été dès 1361 à la tête d’une “grande compagnie de gens d’armes”. Il se campait à Jussac en chevalier blanc, se déplaçant inerme et s’arrêtant lorsqu’il était en voyage en des lieux consacrés. Mais il disposait dans le même temps de plusieurs routes de gens d’armes qui se réclamaient de lui et répandaient partout la terreur autant qu’elles construisaient son renom. Bref il savait entretenir autour de sa personne un savant décor… qui finit par fonctionner dans les termes qu’il attendait, puisqu’en usant des informations que ses émissaires lui avait fournies, ce fut à sa noblesse – au double sens d’origine et d’âme – que Grégoire XI fit appel pour le plier à ses volontés, contribuant ainsi un peu plus, en élevant moralement sa personne, à l’agréger au monde des dominants. De fait, après avoir vendu Figeac, l’homme se fit donner du “Monseigneur” lorsqu’il eut à traiter d’un accord entre de petits chefs de routiers et le dauphin d’Auvergne, officier du roi. Les sources suggèrent qu’il menait alors grand train, et se comportait en grand seigneur cherchant à contenter partout les parties en présence, et tout spécialement ce pape qui lui offrait une échappatoire… sans lui interdire pour autant de conclure de très bonnes affaires ! Cette stratégie de comportement, ces marques ostentatoires de reconnaissance sociale, sont aussi des facteurs de son ascension. Elles l’explicitent tout autant qu’une analyse approfondie des structures dans lesquelles se développe sa carrière, qui connaît une brusque envolée entre 1372 et 1374, fondée sur le changement complet de sa condition, de son statut social.

Fig. 3. Villes et provinces de l’État pontifical au xive siècle.

Fig. 3. Villes et provinces de l’État pontifical au xive siècle.
  • 156 Graziani, éd. Bonaini et al. 1850, 224.
  • 157 Sur ce conflit vu de Florence, voir Gherardi 1867-1869 et Peterson 2002.

49Parvenu en Italie, Bernard de La Sale sut rapidement y trouver ses amis anglais… sans modifier vraiment son comportement. Alors qu’il combattait pour le pape à Pérouse en 1375, ne disait-on pas de lui qu’il était un gran caporale inglese, c’est-à-dire un important chef anglais156 ? Une qualification qui indique qu’il était armé à l’anglaise et qu’il combattait comme eux, accompagné peut-être de fanons et d’insignes qui étaient ceux des Anglais… Conservons les deux premières options. Dans cette Italie pontificale ravagée par la guerre des Huit Saints157, Bernard de La Sale fit de fait très rapidement équipe avec les quelques chefs anglais qui se trouvaient déjà au service du pape... tout en cherchant à se tenir proche des vrais centres de la décision politique.

  • 158 Comme le précisent les comptes de la Chambre apostolique (Schäfer 1937, 642).
  • 159 Châtelain du cassero Sant’Antonio, il était fait prisonnier lors d’une sortie. Libéré après la re (...)
  • 160 En avril-mai 1376, on considérait à Avignon qu’il se trouvait en Romagne, auprès du vicaire génér (...)
  • 161 Archivio di Stato di Siena, Consistoro / Carteggio 1788, n° 66, un document inconnu de Caferro 20 (...)
  • 162 Mirot 1898, 614. Sans doute un corps composite de mercenaires italiens, allemands, bourguignons e (...)
  • 163 Voir Caferro 2006, 184-193.
  • 164 Sans succès d’ailleurs : le 19 mai 1377, il était à nouveau défait à Solarolo, près de Faenza, pa (...)

50Le commandement de sa compagnie, qui dans le Patrimoine de Saint-Pierre luttait contre le préfet de Rome, fut abandonné à l’un de ses parents158. Il préféra rejoindre la cour du vicaire général à Pérouse159, puis après le retour de celui-ci en France, celle de l’autre vicaire général du pape en Italie, en Romagne160. Une dépêche d’un informateur siennois révèle qu’en juillet 1376 il était châtelain du cassaro de Faenza, une cité que John Hawkwood avait mise à sac en mars précédent. Le condottiere anglais qui tenait encore Faenza l’avait choisi comme “ambassadeur” pour aller à Ferrare, où s’était réfugié Guillaume Noëllet, vicaire général du pape en Romagne et dans la Marche, s’enquérir du versement des 90 000 florins d’arriérés de solde qu’il prétendait publiquement recevoir de la Chambre apostolique161. En novembre 1376, le nouveau légat du pape, Robert de Genève, parvenu en Italie à la tête de bandes bretonnes et normandes, lui confiait le commandement de 600 lances envoyées à Ascoli, dans le sud de la Marche d’Ancône, secourir ceux qui étaient encore fidèles à l’Église162. Il en revint rapidement pour s’établir de nouveau à Faenza, avant qu’Hawkwood n’abandonnât la cité au marquis d’Este163, pour y defendre les droits du pape164.

  • 165 Voir en attendant son deuxième opus Fowler 2000.
  • 166 Voir Jamme 2005, annexes.
  • 167 Caferro 2006, 278.

51Sans les relations que Bernard de La Sale développa pendant deux ans avec nombre de chefs anglais présents en Italie165, on ne saurait expliquer pourquoi plusieurs d’entre eux épousèrent au cours de l’année 1378 les thèses clémentistes, dont il fut sur les champs de bataille un des principaux défenseurs166. Ajoutons que dix ans plus tard la Seigneurie de Florence qui envisageait le licenciement d’Hawkwood songea précisément à le remplacer comme capitaine général de ses troupes par Bernard de La Sale167, un chef que ses mercenaires anglais étaient à même de reconnaître. Tout ceci renvoie à une communauté de culture militaire – dans un sens à la fois technique et sociohistorique – que les décideurs politiques florentins avaient pleinement identifiée, même si Bernard de La Sale ne fut sans doute pas un ami d’Hawkwood. Il semble avoir été plus proche des mercenaires anglais qui s’opposèrent à lui, tels John Thornbury et John Brice.

  • 168 BnF, Doat 137, fol. 359.
  • 169 BnF, Doat 125, fol. 133.
  • 170 Pour la plupart ils furent transcrits, en partie ou intégralement, par le chartiste Léon Lacabane (...)

52Mais revenons à la prise de cette ville qui joua dans sa carrière un rôle si déterminant : on s’est attaché ici à démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un effet d’optique dérivant des hasards de conservation de la documentation. L’affaire Figeac comporte en effet des aspects beaucoup plus sombres qui ne peuvent être passés sous silence. Nombre de communautés furent condamnées à emprunter de très fortes sommes pour régler leur quote-part et elles ne purent s’adresser, dans un pays désolé par la guerre et déserté par les marchands, qu’à des seigneurs du voisinage. Les consuls de Cajarc se tournèrent vers le baron Marquès de Cardaillac. En 1395, celui-ci percevait encore une confortable rente de la communauté168. Les Figeacois se tournèrent eux vers le comte d’Armagnac qui leur avança quelque 5000 francs. Ils consentirent à lui verser une rente annuelle à un taux usuraire, que Bernard VII exigea avec la plus grande rigueur allant jusqu’à emprisonner ses débiteurs. En 1393, les consuls conclurent une nouvelle transaction avec le comte. Elle établit le montant de la rente annuelle à 200 livres tournois169. Les Figeacois ne cessèrent d’en contester néanmoins les fondements pour obtenir leur dégrèvement. Les procès n’étaient pas terminés du vivant de Jean V, ce qui explique que les pièces relatives à la prise et à l’évacuation de Figeac aient été longtemps conservées dans les archives communales, où elles furent copiées sur l’ordre de Jean de Doat au début du règne de Louis XIV170. L’ensemble de ces documents dévoile les collusions entre routiers et seigneurs, qui jouèrent parfois les protecteurs des populations opprimées, mais sans omettre de réaliser au passage de fructueuses opérations politiques et financières, témoignant ainsi des motifs par lesquels et pour lesquels un parcours tel que celui de Bernard de La Sale prit les contours qu’on a tenté de décrire ici.

Notes

1 The Online Froissart, Chicago f. 37, fol. 174v ; voir aussi Besançon 864, fol. 194, Paris ms. fr. 2663, fol. 209v, New York M804, fol. 144.

2 Ibid., Paris ms. fr. 2663, fol. 246r ; New York M804, fol. 168v.

3 En son vivant en esciella pluisseurs ou en eschiella maintes (ibid., Chicago f. 37, fol. 174v ; Besançon 864, fol. 194, Paris ms. fr. 2663, fol. 209v, New York M804, fol. 144).

4 Ibid., Leiden VGGF 9, fol. 324v, Besançon 864, fol. 245, New York M804, fol. 178v ; Delachenal 1909-1931, t. 2, 180.

5 Ibid., Chicago f. 37, fol. 4 ; New York M804, fol. 213v, etc. ; prise également attribuée par Cabaret d’Orville (voir infra) ; Delachenal 1909-1931, t. 4, 218 ; prise sur laquelle est récemment revenu G. Butaud 2012, 23, 62.

6 Advenue de nocte, d’après une lettre de Louis d’Anjou (BnF, Doat 125, fol. 105), ce que confirme l’argumentation développée en curie par les Figeacois qui précisent davan l’alba. Les routiers utilisèrent des échelles de bois pour passer les murs (voir Annexe V), mal gardés sans doute puisque la ville aurait été en proie à la “mortalité” (Denifle 1899, 839), alors qu’il aurait fallu 90 à 100 guetteurs par nuit, Savy 2009, 401 et plan de la cité p. 159).

7 À un moindre degré, car le manuscrit de cet ancien conservateur de la bibliothèque d’Avignon, que m’a signalé Y. Grava que je remercie, n’a jamais été publié. Comprenant quelque 570 folios, écrit probablement dans la première décennie du xxe siècle, il a été déposé chez l’éditeur Roumanille à une date inconnue et acheté par la ville d’Avignon en 1974 (Labande, ms. 6592). Il corrige de nombreuses erreurs commises par Durrieu (1885), dont se servent la plupart des historiens (Fowler 2001, 15 ; Caferro 2006, passim ; et l’on ne saurait dire ici tout le mal que l’on pense de la notice Wikipedia qui lui est consacrée sous l’orthographe “Bernardon de La Salle”). Les renseignements les plus fiables concernant la carrière italienne de Bernard de La Sale se trouvent à ce jour dans le travail d’E.-R. Labande sur Rinaldo Orsini (1939).

8 Ex illis qui tam proditorie, sicut scitis, interfecerunt d. Bernardum dela Salla, jam duo reperi, de aliis requisiturus, lettre du 26 juillet 1391 adressée à Giangaleazzo, publiée par Giulini 1771, 535. Il mourut fort probablement dans la région de Gap ou d’Embrun (Valois 1896-1902, t. 2, 184), et non près d’Avignon (ut Caferro 2006, 409).

9 Voir Petiteau 2001.

10 Sur l’évolution des forces militaires anglaises et françaises entre la fin du xiiie et le début du xvie siècle : Jamme & Gunn 2015.

11 Lalanne, éd. 1864-1884, vol. 2, 418, cit. Fantoni 2001, 15.

12 Sur son rôle dans le déclenchement du Schisme en 1378, voir Jamme 2005, 460-461.

13 Déposition dans un recueil étudié par H. Moranvillé, qui relève lui aussi son âge (1907, 460), signalée et fournie par G. Butaud que je remercie.

14 Voir sur le personnage Labroue, éd. 1891, 111 sq. Bertrucat est souvent considéré comme un bâtard de Bernard Ezy V (Marquette 2010, 83, 97), mais comme il descend de Talèze de Caumont, belle-mère de Bérard Ier, cela limite l’identification de son père aux enfants que ce dernier eut de son épouse. Il ne peut s’agir d’Amanieu, clairement identifié par les sources comme étant son oncle. Sur les quatre restants, seuls Bérard II put avoir un fils en âge de se battre en 1352 d’après Savy 2015.

15 Voir infra, p. 79.

16 Cf. les nombreux documents produits par la Chancellerie et la Chambre apostolique entre 1372 et 1391.

17 Un neveu, Burretus de Branillo, le sert en Italie en 1377 (ASV, Introitus et Exitus 345, fol. 117v), un personnage que l’on retrouve en Rouergue, en 1410 (Noulens, éd. 1871, vol. 2, 200). Sur Guilhonet de Saltu, alias de La Sala, également originaire du diocèse d’Agen, et qui en Italie commande sa compagnie jusqu’à sa mort en 1383, voir infra p. 71 et 97.

18 Trabut-Cussac 1959 et Cuttino 1956.

19 L’auteur était alors seigneur d’Oppède et de Malaucène, un des plus gros fiefs du Venaissin. En ce 12 mars 1391, il annonçait aux Orviétains l’arrivée prochaine en Italie centrale de Charles VI et de Clément VII.

20 Le catalogue prosopographique des chanoines de l’église cathédrale ne livre aucune information sur sa famille (Ryckebusch 2001).

21 À ces trois toponymes répondent apparemment trois familles aux xviie et xviiie siècles si l’on suit les inventaires conservés aux archives départementales du Lot-et-Garonne et municipales d’Agen (Jamme 1995, 162).

22 Voir la montre in BnF, NAF 8603, fol. 54.

23 Jean Jaudon, clerc du diocèse de Cahors (ASV, Intr. et Ex. 355, fol. 87v, 99), était originaire de Mechmont ; Guillaume de Cornac, camérier du cardinal Guillaume Noëllet, vicaire général en Italie de 1373 à 1376, fut désigné par Bernard de La Sale comme administrateur de ses biens en Provence et dans le Comtat en 1379 ; il l’était encore en 1391 (Jamme 1995, 165).

24 Sur sa succession ibid., 165-167.

25 G. Guigue date cette lettre de 1368 (ce que ne remet pas en cause Labande ms. 6592, fol. 101). Mais il n’a pas eu accès à l’imposante correspondance pontificale et ignore l’existence de la missive adressée le 7 février 1375 à l’évêque de Clermont et au seigneur de La Tour, leur demandant de faire en sorte qu’il demeure en Auvergne, voir infra p. 79

26 The Online Froissart, Chicago f. 37, fol. 174v ; Besançon 864, fol. 194, 245 ; Paris fr. 2663, fol. 209v, New York M804, fol. 144, 178v ; Leiden VGGF 9, fol. 324v.

27 Dixit et deposuit verum esse quod … dictus dominus Karolus tenuit gentes armorum in fortaliciis suis nacionis Vasconie, que patriam dicti domini ducis dampnificabant, quodque idem loquens tunc erat tamquam Anglicus super dictam patriam, cum magna gencium armorum comitiva, et gentes dicti domini Karoli secure in comitiva sua veniebant et simili modo ipse et gentes sue ibant in locis dicti domini Karoli et inibi erant receptati et allogiati quotiens illuc accedere volebant, erantque insimul quasi unanimes et concordes et sepe super patriam insimul equitabant (BnF, ms. fr. 15 515, fol. 295).

28 On sait quelle fut l’attitude du roi après Cocherel à l’égard des “Français” qui étaient ses prisonniers et que le duc d’Anjou fit justicier quelques chefs de compagnie enclins à changer trop aisément de maître (Contamine 1987, 384-388).

29 La bataille de Cocherel en mai 1364, à laquelle il participa peut-être sous les ordres d’Arnaud-Amanieu d’Albret, signait on le sait la fin des aspirations de Charles II à la monarchie de France.

30 Au nord de Burgos. Ce chevalier de Galice, Men Rodriguez de Sanabria, fut cédé à Du Guesclin pour 5000 florins (voir Fowler 2001, 179, 272 et la bibliographie afférente).

31 Sur le retour des companies, voir Fowler 2001, 185-187.

32 Nouvelle défaite des troupes du roi de France : on sait que 200 “Anglais” à la solde du duc d’Anjou, chargèrent les Français par derrière, assurant la victoire de Bertrucat (http://thalamus.huma-num.fr/annales-occitanes/annee-1366.html).

33 Loire, con de Boën-sur-Lignon. Item, l’an mil CCCLXVI Bernas de La Sala et mosse Bertucas de Larbbert furont logia au pays de Foreys et d’Alvernyo, el qual il priront una grossa fortarescy appella Marcille et demoreront ou pays de Foreys et d’Alvernyo environ III anz, et puis se partiront doudit pays par certain traytia et acorde qui fut fait avoy eulz par les gens doudit pays et par grant financi (extrait d’un état justificatif des dépenses de guet, courrier et espies et garde des portes de Lyon, Guigue, éd. 1886, 221-223).

34 Lors s’en revint a brief mot court / Dan Eustace d’Abrichecourt, / Devereux, Cressewell et Briket / Qui savoient de lui parler fait, / Et puis le sire d’Aubeterre, / Qui voluntiers poursuivent guerre, / Et le bon Barnat de la Salle. Toutz les compaignons de la Galle retournerent en Acquitaine (Héraut Chandos, Francisque-Michel, éd. 1883, v. 1986-1994, 134).

35 Ibid., v. 2375, p. 160 ; ce qui est confirmé par Froissart.

36 Dixit verum esse quod cum idem loquens venit de Hispania cum principe Gallarum, domino suo, dictus dominus Karolus misit Burdegalis pro retinendo ad ipsius domini Karoli stipendia ipsum loquentem, dominum Bertrucatum de Labreto et plures alios capitaneos magne societatis, tam Anglicos quam Vascones, pro faciendo guerram comiti et comitisse Flandrie et pro recuperando terram de Artesio et comitatum Burgondie, quem esse suum et sibi pertinere debere pretendebat (BnF, ms. fr. 15 515, fol. 295).

37 Moranvillé 1907, 460 ; Fowler 2001, 226-227 minore le rôle joué par les intrigues de Charles d’Artois dans le parcours des compagnies revenant d’Espagne en 1367.

38 Avec d’autres capitaines de routiers : Bérard d’Albret, Gaillard de La Mothe, Bernard Doat, le Bourc de Badefol (Arch. dép. Côte d’Or, B 9292, cité par Guigue 1886, 172-173).

39 Cabaret d’Orville, éd. Chauzaud 1876, 74.

40 Le Prince Noir aurait rassemblé ses chefs de guerre à Angoulême, affectant la plupart en Poitou, et donné ordre aux compagnies d’aller guerroyer sur les marches du Limousin et de l’Auvergne, promettant de les secourir si elles se trouvaient assiégées dans une forteresse prise par elles (The Online Froissart, New York M804 fol. 213v).

41 Voir la narration effectuée par Sumption 2009, 48-50.

42 Les comptes de la cité de Rodez signalent qu’entre octobre 1369 et janvier 1370, la rumeur disait qu’il se trouvait avec Bertrucat dans les environs d’Aubin et de Decazeville (Bousquet 1943, 100-101). Lacoste signale également Bernard et Bertrucat en 1370 en Quercy, autour de Salviac et Cazals. Lacoste et al. 1883-1886, t. 3, 219. 

43 Cabaret d’Orville, Chazaud, éd 1876, 75-86. Sur le duc Louis II de Bourbon, voir Troubat 2001-2003.

44 Si l’on suit Froissart (The Online Froissart, Chicago f. 37, vol. 2, fol. 9 et New York M804, fol. 228).

45 Voir Chaplais 1954 ; sur le déplacement de la “frontière”, qui en 1307 faisait de lui un “Anglais” et en 1337 un “Français”, voir Vale 1990.

46 Sur le Prince Noir, on renvoie à la notice de R. Barber dans l’ODNB one line et à son ouvrage.

47 The Online Froissart, Berlin Rehdiger 3, fol. 313 et v.

48 Ce qui lui vaut d’être fait prisionnier à plusieurs reprises.

49 Il est traité en moins de deux pages par Durrieu 1885, n’est pas mentionné dans le tableau pourtant précis dressé par A. Coville 1902 ; R. Delachenal ne lui consacre qu’une courte page (t. 4, 444) ; J. Favier y consacre quelques lignes fort curieuses : “Longtemps fidèle au Plantagenet, Figeac négocia en 1373 une transaction pour le moins étonnante par laquelle le roi de France achetait la ville à ses habitants aux frais des contribuables du Rouergue et du Quercy” (Favier 1980, 355) ! Allmand et Kaeuper (1988) n’en ont cure. Seul J. Sumption lui accorde quelques belles pages (2009, 165-168).

50 Item, a XIIII d’octobre fon pres per escalament lo luoc de Figac per Bertugat de Lebret, cavalier, e Bernat de la Sala, loqual fo fach cavalier en la plassa major del dich luoc tantost quan foron intratz (http://thalamus.huma-num.fr/annales-occitanes/annee-1371.html) ; Contamine 1997b, 282.

51 Voir sur la reconquête française l’exposé suggestif de A. Coville [1902] (2010), 229-242. À Figeac, le duc d’Anjou avait établi comme capitaine Marquès de Cardaillac, puis Arnaud de Via, vicomte de Villemur, avec 15 hommes d’armes (lettres de retenue du 26 décembre 1369, montre de janvier 1370 dans BnF, PO 3008 Villemur 22/23).

52 Voir Savy 2009, 201-207.

53 Sur le contexte voir Rouquette 1887, Ducluzeau 2004, Pépin 2006b.

54 Nécessairement après le passage de Bernard de La Sale au service du pape, en 1375, et avant la mort de Bertrucat, en 1383. On note la facilité avec laquelle les Figeacois travestissent les faits, allant jusqu’à déclarer qu’en 1371 la paix régnait entre les rois de France et d’Angleterre (!), ce qui engage à éloigner la datation du contexte auquel il se réfère. Voir pour plus de précision Annexe V, note 18.

55 Voir Alauzier 1954.

56 Voir une procuration délivrée par 55 chefs de familles du 5 octobre 1372 dans BnF, Doat 125, fol. 41-45v.

57 L. d’Alauzier a montré en étudiant les comptes consulaires de Cajarc que la sufferte était une trêve accordée pour une opération précise (moissonner, vendanger par exemple), tandis que le pati portait sur un temps défini et plus ou moins long, les deux s’obtenant moyennant le versement de sommes d’argent, de vivres ou autres (Alauzier 1957). Le traité d’évacuation ne permet pas de retrouver une claire distinction entre suffra et patu accordés par les deux capitaines, voir Annexe II. Et l’un des articles défendus en cour de Rome précise même que les capitaines octroyèrent des lettres de suffrensa et de patu au carême 1372, c’est-à-dire le 11 février, pour une durée de deux ans (Annexe V, art. XXII).

58 Il atteint en fait les 190 000 florins (voir annexe V, art. IX-XI, XIII, XVII-XVIII) ! On note que les articles XVI, XVIII et XX sont contredits par le texte édité en annexe IV.

59 Voir note 50.

60 Annexe V, art. XX.

61 Voir la liste dans Annexe IV, p. 96 et Fowler 2001, 10, 18, 149, 152, 189, 198, 223, 234, 284-285, 287, 294-295, 323, 336-337.

62 Réaction immédiate des autorités à Millau : réparation des murs, affectation de sentinelles sur le clocher de la cathédrale et les points culminants de la vallée, ouverture des écluses des moulins situés en amont de la ville sur le Tarn pour inonder les faubourgs ; sur tout ceci, voir Rouquette 1887, 265-266 et Artières, éd. 1930, 194.

63 Ménard 1751, 312.

64 Voir Lacoste 1883 (très suspect), 229-231.

65 Le 12 août une femme empruntait 4 livres et 16 sous pour racheter son mari capturé et détenu par les Anglais de Figeac (Portal 1902, 56-57).

66 Voir Annexe V, art. XVI. Le manuscrit porte il est vrai la lettre “R.”, mais on peut considérer qu’il s’agit d’une erreur de transcription et opter pour un Bertrand, qui apparaît à plusieurs reprises dans les pièces relatives au rachat de Figeac.

67 Denifle 1899, 666 et Grégoire XI, LC, n° 26 691.

68 Labande 1939 ; sur la structure des compagnies en Italie, Jamme 2002.

69 Fowler 2001, 71-85.

70 Grégoire XI, LS France, n° 898, 1243.

71 Cousues, jointes et authentifiées par le “sceau de Peyrusse” (BnF, Doat 125, fol. 46 et v) – Aveyron, con de Villeneuve – peut-être celui de la commune (voir Framond 1982, 56), qui semble indiquer le lieu où ce “traité” fut conclu.

72 Qui publie en fait 1362 (Durrieu 1885, 123).

73 Plus exactement entre le 2 février et le 2 mars (Labande ms. 6592, fol. 160). J. Sumption le date de mai 1373 (Sumption 2009, 168). Labande et Sumption n’ont pas eu connaissance du document publié ici Annexe I.

74 L’article I du traité se réfère à une sufferte accordée d’ici au prochain Carême et à une évacuation de la ville au prochain mois d’août. L’article VII se réfère à la dernière fête de Pentecôte. Les Figeacois réfugiés à Capdenac désignent certes leurs procureurs pour s’obliger en leur nom à verser les sommes nécessaires au rachat de leur ville le 5 octobre 1372 (BnF, Doat 125, fol. 42-45v). Mais une quittance de Jean, fils du comte d’Armagnac, délivrée aux habitants de Villefanche, Najac et Saint-Antonin pour le versement 3 300 francs d’or reçus au titre de leur quote-part fixée à la suite du traité passé avec Bernard et Bertrucat, étant datée du 3 septembre 1372 (voir Annexe I), implique donc de situer la signature du traité d’évacuation entre le 1er et le 3 septembre 1372. Une lettre du duc d’Anjou adressée à Denys Leroy, commissaire à la levée de la finance pour délivrer Figeac et autres lieux, du 17 décembre 1372 vient confirmer que le traité a été conclu (BnF, Doat 146, fol. 99-100).

75 Qu’il est difficile de ne pas considérer comme un parent du capitaine de Figeac !

76 On ne s’expliquerait pas sinon la quittance de 3 300 francs délivrée par Jean d’Armagnac, qui avait la responsabilité de réunir en un an 90 000 francs, délivrée aux consuls de Villefranche, Najac et Saint-Antonin. Les deux capitaines promettaient en outre que des lieux qu’ils tenaient au delà de la Dordogne ne viendraient aucune attaque contre les trois sénéchaussées et bailliage, qui ne s’obligeaient que pour leur part sur la somme à verser. Bernard de La Sale et Bertrucat d’Albret auraient donc droit de marque sur leurs débiteurs au prorata des sommes dues.

77 La commune fit placer des sentinelles sur la cathédrale, la Tour Magne et les collines proches de la cité, le Puy du Teil et le Puy Lunart (Ménard 1751, 313).

78 Lacoste 1885, 235-236.

79 BnF, Doat 194, fol. 181 ; voir HGL 10, n° 596, col. 1493-1494.

80 Teilhard de Chardin 1902 ; Ménard 1751, 316.

81 La lettre qu’il adresse au sire de Séverac l’annonce (HGL 10, n° 596, col. 1493-494) ; mais le 11, il était encore à Toulouse (BnF, Doat 125, fol. 116v).

82 À partir de mars 1373 (Annexe III ; Bousquet 1943, 455 sq.), alors que le traité initial mentionnait la sénéchaussée de Quercy, ce qui ne peut être interprété, dans la mesure où quelques forteresses détenues en Quercy par les “Anglais” étaient situées hors de la viguerie (voir Annexe V, note communiquée par N. Savy), que comme la marque d’une culpabilité des Figeacois aux yeux des États du Quercy dans la perte de leur ville. On note dans la documentation relative à cette affaire aujourd’hui conservée l’étonnante absence du sénéchal de la province, notamment dans l’obligation de mars 1373 (voir Annexe III), où il se trouve remplacé par le sénéchal de Rouergue.

83 Bousquet 1943, 455-460.

84 Non pas Montcuq (Lot, ch.-l. de con), mais Montcucq (cne Pomport, Dordogne con de Sigoulès), une seigneurie de Bérard d’Albret, seigneur de Sainte-Bazeille (Marquette 2010, 347), où résidait le seigneur de Bergerac, c’est-à-dire Bertrucat (Labroue 1891, 142).

85 Lot-et-Garonne, con de Marmande. Fils de Bernard Ezy V, il était par sa femme, Hélène de Caumont, seigneur de Sainte-Bazeille ; également seigneur de Gensac (Gironde, con de Pujols) et de Castelmoron (Gironde, con de Monségur) ; sur ses possessions, voir Marquette 2010, 83, 343-347.

86 Gironde, con de La Réole. Issu de la branche dite de Vayres, oncle du précédent, voir Marquette 2010, passim et sur sa seigneurie ibid., 352-353.

87 Un chevalier du diocèse d’Agen (Grégoire XI, LC, n° 732), devenu bailli des Monts d’Auvergne en 1370, puis sénéchal d’Auvergne de 1372 à 1376 (Lehoux 1966-1968 t. 1, 346, 379 ; Grégoire XI, LS France, n° 933) ?

88 Chevalier et seigneur de Lalbenque (Lot, ch.-l. de con), il était un des principaux tenants du roi de France en Quercy, faisant montre le 15 février 1368 d’une compagnie comptant un autre chevalier et 48 écuyers soldés pour la défense de Cahors (BnF, NAF 8603, fol. 61). Fait par le roi en janvier 1369 gouverneur du Quercy et du Périgord, il apparaît ensuite comme sénéchal de Quercy jusqu’en 1371 (GR 5, n° 18 635 ; Coville 1902, 229 ; Delachenal 1909-1935, t. 4, 174-175). La famille était proche du siège apostolique : son frère, Geoffroy, était archevêque de Toulouse (1361 à 1376) avait été envoyé en février 1369 en Quercy par le duc d’Anjou pour recevoir hommages et serments des populations ; Jean, archidiacre de Bezeaume en l’église d’Agen, docteur ès lois, fut reçu chapelain et auditeur du pape le 15 janvier 1371 (Jamme 2014, 285). Lacoste considère qu’en 1372 – conséquence de la perte de Figeac ? – Gaucelme avait été remplacé en Quercy par Menaud de Barbazan (Lacoste 1883, 227).

89 Lot-et-Garonne, ch.-l. de con.

90 Menedetus de Pausade est dit dans deux bulles du 19 et 20 février 1373, chevalier du diocèse de Saint-Asaph (Grégoire XI, LC, n° 23328, 24592), au nord du Pays de Galles ?

91 Lot-et-Garonne, con de Castillonès, le château appartenait aux Caumont.

92 Bérard d’Albret, seigneur de Sainte-Bazeille, avait “travaillé” pour les “Français” au traité d’évacuation de Figeac (Bousquet 1943, 458).

93 Et peut-être Beauville et Pausadey.

94 BnF, Doat 204, n° 4, fol. 127 ; Durrieu 1885, 92 ; Butaud 2012, 45-48.

95 Marmiesse, l.-d. cne de Sansac-de-Marmiesse Cantal, con de Maurs. Guibert, chevalier, qui apparaît dans le document référencé note 97 comme bailli de Sens, était donc aussi surnommé “Bethon”… et il avait quelque experience : en 1364, il avait négocié un pati avec Seguin de Badefol (Lehoux 1966-1968, t. 1, 180), apparaît comme bailli de Bourges en 1368 pour Jean de Berry, puis bailli de Sens de 1370 à 1381 (GR 2, n° 3881, GR 5, n° 21 177). Conseiller du duc de Berry (Lehoux 1966-1968, t. 1, 260), il accomplit plusieurs voyages en Rouergue en décembre 1372 et juillet 1373 au moins (GR 5, n° 21 177 ; Bousquet 1943, 455).

96 Les procureurs des Figeacois en cour de Rome furent chargés d’argumenter contre cette obligation, qui leur aurait été extorquée, si l’on suit l’article XVI du document 4. Ils devaient en effet affirmer que le capitaine de Figeac avait fait clore les portes de la ville, emprisonnant les habitants en quelque sorte, pour qu’ils acceptent ses conditions financières… On voit mal comment un acte notarié aurait pu être dressé dans ces conditions, un acte validé par la présence du sénéchal du Rouergue et de ses écuyers.

97 BnF, Doat 125, fol. 82-89. L’acte est assez proche du précédent (même terme de versement), mais ne comporte pas la délivrance d’un quelconque otage. Les témoins sont les suivants : domino Arnaldo de Landorra, milite, senescallo Ruthenensi, domino Guirberto de Marcenaco, domino de Marmieyssa, baylivio de Sans, domino Menone, domino de Castropertio, domino Jordano Jordani, domino de Tornamira, domino Bertrando de Lebreto, domino Bernardo Amanieu, militibus, nobili Johanne de Folhola, domicello, Johanne Fagadier de Petrucia, Hugone Tarenca Villaefranchae, G. Gaucelin Villaenovae, Ruthenensis et Sancti Flori diocesis, testibus ad premissa vocatis.

98 Voir outre Bardonnet 1867, Pépin 2006b.

99 Les historiens relient parfois la fermeture des portes de la ville ordonnée par Bernard de La Sale (Annexe V, art. XVI), au serment que le capitaine aurait donc contraint la population à prêter (HGL 9, 833 ; Durrieu 1885, 124 ; Delachenal 1909-1935, t. 4, 443). Mais l’article XVI évoque une obligansa et la présence du viguier du capitaine de Figeac, Bertrand de Casals. Or celui-ci n’apparaît que dans l’acte d’obligation, non dans l’assermentation des habitants.

100 Les articles présentés en cour de Rome disent le 3 août (Annexe V, art. XII), ce que corrobore le Petit Thalamus de Montpellier (http://thalamus.huma-num.fr/annales-occitanes/annee-1371.html). Mais avant la fin du mois de juillet 200 lances avaient quitté Figeac et l’on redoutait que Bernard de La Sale les dirige vers le Languedoc (Ménard 1751, 318).

101 Voir Annexe I.

102 Les États du Rouergue, au 25 septembre 1373, avaient déjà déboursé 957 francs pour leur voyage et leur entretien (Bousquet 1943, 458-459).

103 Denifle 1898, 443-508 ; Fowler 2001, 118 sq.

104 La correspondance pontificale dévoile qu’entre 1371 et 1373 furent attribués en curie de nombreux bénéfices figeacois – église paroissiale Saint-Martin (Grégoire XI, LC, n° 4555), chapellenie dans l’église de Capella (n° 4609), église paroissiale Saint-Thomas (n° 4828), infirmerie du couvent bénédictin (n° 5323), vicairie de l’église paroissiale Sainte-Marie de Capella (n° 6019), chapelle dite del Cairo, dans l’église du monastère clunisien (n° 6349), trésorerie et aumônerie du monastère clunisien (n° 14 948, 21 787) – et de nombreux bénéfices à des Figeacois, tels Bernard de Scoralha (n° 4828), Guillem de Tornamira (n° 6019), Bartholomieu de Maurtio après le décès de Robert Lagreza (n° 21 787), bref des patronymes que l’on retrouve dans les documents copiés sur l’ordre de Doat.

105 Exécuteur d’assez nombreuses provisions apostoliques (ibid., n° 4114, 4237, 4555, 4825, 5331, 8419, 18 237, 18 747, 24 925, 25 285-25 286) et décisions pontificales (n° 11 157, 11 307, 18 159, 18 805, 19 335, 19 778, 20 915, 26 092, 26 691, 29 374, 29 376, 29 394).

106 Géraud Chatgier, procureur en cour de Rome en avril 1372 (n° 18 562), mars 1373 (n° 26 176, 28 782, 28 857). Il mourut l’année suivante.

107 Sur le personnage, voir Dictionnaire d’Histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, t. 4, 1930, col. 1292-1293 et t. 29, 2007, col. 1386. Un mois avant la prise de Figeac, le 12 septembre en fait, il obtenait un bénéfice à Figeac pour l’un de ses consanguins Bertrand Fabri (Grégoire XI, LC, n° 6106).

108 Voir Jamme 2014, 178, 225, 281 et l’annexe III.

109 Une vingtaine de lettres pontificales, inconnues pour la plupart des deux biographes de Bernard de La Sale, lui sont adressées ou évoquent ses affaires au cours des trois années qui précèdent son entrée au service de l’Église.

110 Schäfer 1937, 404.

111 Au prétexte que le propriétaire ne s’était pas présenté devant lui (!), d’après ce que rapportait au pape le chevalier Guy de Malefayde (Grégoire XI, LS France, n° 898).

112 La coïncidence chronologique entre les deux lettres (26 et 27 mai 1373) invite à considérer que le pape avait conservé la possibilité de l’excommunier !

113 Voir infra Annexe III.

114 Le 8 mai 1373 (Denifle 1898, 579 ; Grégoire XI, LC, n° 27 805). En janvier 1374, le pape se référait encore au rôle joué par Jean de Cardaillac, patriarche d’Alexandrie et administrateur de l’église de Rodez (Grégoire XI, LS France, n° 1483), que mentionne également un compte dressé par les États de Rouergue (Bousquet 1943, 458).

115 Schäfer 1937, 395-404.

116 Ménard 1751, 313.

117 Le premier, coseigneur de Maumont et Gimel, était apparenté au cardinal Hugues de Saint-Martial (1361-1403) – un Bertrand de Maumont avait épousé sa sœur vers 1340 (Flandin-Bléty 1988, 291) ; le second, qui avait tenté pour le pape d’obtenir la liberation d’un de ses neveux, prisonnier du captal de Buch après la prise de Limoges, était lieutenant du vicomte de Turenne (Grégoire XI, LS France, n° 425, 1049).

118 Même les clercs limousins qui résidaient en curie furent mis à contribution (Guillemain 1962, 612).

119 Voir la carte des principaux points fortifiés occupés par des Gascons en Quercy-Limousin en 1370-1373 publiée par Sumption 2009, 167.

120 Grégoire XI, LS France, n° 1294.

121 Ménard 1751, 318.

122 On sait que Perrot de Galart avait auparavant sévi en Limousin, où il avait pris Ussel en 1371 (Sumption 2009, 96).

123 Lehoux 1966-1968, t. 1, 346, d’après un document des archives de Riom coté AA 17.

124 Beaucoup plus que Brioude ou Anse, comme l’a relevé Sumption 2009, 168.

125 Sur Jean de Lancastre, voir Goodman 1992 et dernièrement Walker 2008.

126 Ses succès en Limousin paraissaient inexplicables à Coville 1902, 243, autant qu’à Delachenal qui les liait à l’abandon de la poursuite qu’avait effectuée jusque-là le duc de Bourgogne (Delachenal 1909-1935, t. 4, 496-497).

127 Voir les lettres de rémission publiées par Clément-Simon 1898, 101-102.

128 Clément-Simon 1898, 102, rapporté par Flandin-Bléty 1988, 294.

129 C’est à lui que le pape s’adressa en décembre 1373 pour obtenir un sauf-conduit pour une vingtaine de personnes qui se rendaient en Limousin (Grégoire XI, LS France, n° 1461) et non au duc de Lancastre.

130 21 janvier 1374 (Ibid., n° 1486).

131 Qu’il conduisit de Sainte-Féréole (Corrèze, con de Donzenac) à Maumont (cne Saint-Julien-Maumont, Corrèze, con de Meyssac) ; voir la lettre de rémission obtenue sur demande du maréchal de cour pontificale, Adhémar d’Aigrefeuille, dans Clément-Simon 1898, 102.

132 Ibid., n° 3329. On n’en sait pas plus ni sur les conditions de l’engagement ni sur le nombre de cavaliers.

133 Ibid., n° 1626.

134 D’après Charles d’Artois, qui voulait rejoindre Pézenas à l’été 1374, Bernard de La Sale tenait la région de Saint-Flour (Moranvillé 1907, 465). Dans l’été on signale également ses troupes en Bourgogne (AN, JJ 112, n° 263 ; Durrieu 1885, 124).

135 Grégoire XI, LS France, n° 1686.

136 Le 28 juillet 1374, il réclamait aux États le remboursement des 13 000 francs qu’il prétendait avoir fait verser à cet effet aux routiers (Bousquet 1943, 465-466).

137 Grégoire XI, LS France, n° 1685. Pour mieux faire avancer ses demandes, il écrivait simultanément au vice-chancelier, au trésorier du duc d’Anjou et à Pierre de Caseton, seigneur de Gourdon (ibid., n° 1688-9, 3508).

138 17 septembre (ibid., n° 3502).

139 Ibid., n° 1725.

140 Grégoire XI, LS France, n° 1705, 3542, 3543 ; Grégoire XI, LS pays autres, n° 2974.

141 Sur l’excommunication des routiers bretons, voir Butaud 2005.

142 Grégoire XI, LS France, n° 1727.

143 Ibid., n° 3618-3620.

144 Sur cette guerre, voir Galland 1993.

145 Il revendiquait quelques terres aux confins de l’Alsace et de la Suisse (Mirot 1898, 590-591).

146 Schäfer 1937, 606. Il est alors présenté par le scribe aux comptes comme un chevalier de Gascogne.

147 Les documents carpentrassiens publiés par J. Fornéry attribuent à Bernard de La Sale un rôle moteur dans la conduite de la guerre (Fornéry 1909, vol. 2, 442-450). Celle-ci fut de courte durée. Les communes du Venaissin furent appelées à fournir pain, pics, mantelets, échelles et artillerie (Arch. mun. Carpentras, BB 9, fol. 141), pour attaquer Gigondas, Jonquières et Suze-la Rousse, qui furent rapidement pris. Bertrand des Baux apparaît dès le 6 juillet enfermé au palais pontifical d’Avignon (Faure 1909, 152-153). Signalons que Bertrand de Maumont, maître huissier du pape, prit part au siège de Gigondas où il fit prisonnier Antoine Alfant, qui lui paya une rançon de 140 florins, le 10 septembre 1376 (Arch. dép. Vaucluse, Notaires 3 E 8/55, fol. 124v).

148 Ordre était donné le 24 juillet 1375 au régent du Comtat de licencier tous les gens d’armes, à l’exception de la compagnie de Bernard de La Sale (Williman 2009, n° 534), soldée grâce à l’imposition d’une taille de 4000 florins, dont la plus grande partie lui avait été versée au 17 septembre (ASV, Obligationes et Solutiones 42, fol. 35v). Les comptes remis au camérier du pape pointent néanmoins les déprédations de sa compagnie dans les campagnes environnantes (Arch. dép. Vaucluse B 471, fol. 4 et 158v).

149 Il recevait 214 francs à Avignon le 31 août 1375 (Schäfer 1937, 595).

150 Ibid., 579.

151 Vobis notum facimus per presentes quod dictus dominus noster papa mittit apud Perusium et alias terras dicte Romane Ecclesie et pro servitio ac tuitione earumdem nobilem virum d. Bernardum de Sala militem quem idem dominus noster diligit et eius fidelitatem in sue sanctitatis obsequiis comprobavit (Williman 2009, n° 588) ; voir également Grégoire XI, LS pays autres, n° 3506 et 3763.

152 Le pape adresse une première demande de sauf-conduit au doge de Gênes le 1er octobre, suivie d’une nouvelle demande quatre jours plus tard, précisant son nouveau titre (Grégoire XI, LS pays autres, n° 3500, 3502).

153 Grégoire XI, LS France, n° 3759.

154 Contamine 1975 ; Butaud 2012.

155 Heinich 2012.

156 Graziani, éd. Bonaini et al. 1850, 224.

157 Sur ce conflit vu de Florence, voir Gherardi 1867-1869 et Peterson 2002.

158 Comme le précisent les comptes de la Chambre apostolique (Schäfer 1937, 642).

159 Châtelain du cassero Sant’Antonio, il était fait prisonnier lors d’une sortie. Libéré après la reddition de l’abbé de Marmoutier, il quittait la citadelle le 1er janvier 1376 (Graziani, éd. Bonaini et al. 1850, 224).

160 En avril-mai 1376, on considérait à Avignon qu’il se trouvait en Romagne, auprès du vicaire général Guillaume Noëllet. On lui faisait parvenir 2000 florins (Schäfer 1937, 639).

161 Archivio di Stato di Siena, Consistoro / Carteggio 1788, n° 66, un document inconnu de Caferro 2006, qui considère Bernard de La Sale comme un “Breton captain” (p. 199) !

162 Mirot 1898, 614. Sans doute un corps composite de mercenaires italiens, allemands, bourguignons et anglais qui s’étaient séparés d’Hawkwood. Envoyés trop tard par Robert de Genève, ils ne réussirent pas à délivrer Gomez Albornoz, neveu du cardinal, retranché dans sa citadelle d’Ascoli depuis février. Ce dernier capitulait le 13 décembre.

163 Voir Caferro 2006, 184-193.

164 Sans succès d’ailleurs : le 19 mai 1377, il était à nouveau défait à Solarolo, près de Faenza, par Astorre Manfredi soutenu par les Florentins. Il aurait perdu 300 cavaliers et Faenza tomba dans les mains des Manfredi en juillet (Diario d’anonimo fiorentino, Gherardi, éd. 1876, 332, 334).

165 Voir en attendant son deuxième opus Fowler 2000.

166 Voir Jamme 2005, annexes.

167 Caferro 2006, 278.

168 BnF, Doat 137, fol. 359.

169 BnF, Doat 125, fol. 133.

170 Pour la plupart ils furent transcrits, en partie ou intégralement, par le chartiste Léon Lacabane : voir aux Arch. dép. Lot, le fonds Lacabane, série F.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Sceau plaqué de Bernardus de Sala, generalis capitaneus Ecclesie, au dos d’une lettre adressée à la commune d’Orvieto (mars 1391)19. Archivio di Stato di Orvieto, Lettere originali, busta 670 ter, 1/1/2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Fig. 2. Lettre en français de Bernart de Sale aux consuls de Lyon (février 1375). Archives municipales de Lyon, AA 78, n° 47, éd. Guigue 1886, 17025
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16384/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Fig. 3. Villes et provinces de l’État pontifical au xive siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16384/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search