Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Les routiers gascons, basques, agenais et périgourdins du parti anglais : motivations, origines et la perception de leur présence (v. 1360-v. 1440)

Guilhem Pépin

Texte intégral

1En lisant les sources concernant la guerre de Cent ans, les historiens du bas Moyen Âge rencontrent très régulièrement des mentions de gens d’armes originaires du duché d’Aquitaine tenu par les rois d’Angleterre ou de ses environs immédiats. La grande majorité de ces hommes étaient originaires de la Gascogne, de l’Agenais et du Périgord. Ainsi, un grand nombre de capitaines des compagnies de routiers formées après 1360 provenaient de ces trois régions. L’on peut donc se demander à bon droit pour quelles raisons elles fournissaient autant d’hommes d’armes aux armées combattantes pendant cette période et pourquoi étaient-ils si nombreux au sein des compagnies de routiers ? Quelles étaient leurs motivations ? Quelles étaient leurs origines géographiques et sociales ? Leur rayon d’action et leurs rapports avec les populations locales des zones qu’ils touchaient ? Enfin, comment se percevaient-ils et comment étaient-ils perçus par leurs contemporains ?

Les motivations pour devenir routier

  • 1 Rouche 1979, 360. Citation tirée de l’Astronome, Vita Hludowici : “habillé selon la coutume des [ (...)
  • 2 Guillaume Anelier, éd. Francisque-Michel 1856, 365-368. Dans la seconde moitié du xiie siècle, le (...)
  • 3 Prétou 2010a, 50.
  • 4 Capra 1985, 41 et 43.

2On explique souvent brièvement que les Gascons étaient enclins à guerroyer à cause de la multiplicité des guerres privées dans leur pays et de la “faiblesse” locale des pouvoirs royaux français et anglais. Un goût “culturel” pour les activités guerrières est aussi parfois avancé et, après tout, les Vascons (Gascons + Basques) du haut Moyen Âge étaient déjà réputés pour leur valeur guerrière à cheval, à telle enseigne que Louis le Pieux, fils de Charlemagne et roi d’Aquitaine, se présenta en 785 devant son père habillé en guerrier vascon1. Aux xiie et xiiie siècles, les Gascons étaient réputés, à l’instar des Navarrais et des Basques, pour être de bons piétons lanceurs de javelots (nommés “dards”)2. Il est tout de même très difficile d’évaluer avec précision l’importance réelle des activités guerrières au sein des sociétés gasconne, basque, agenaise et périgourdine du bas Moyen Âge. Il existait bien l’usage coutumier de l’arbalète par les communautés gasconnes3, mais son emploi n’impliquait pas de véritable entraînement militaire et était loin d’être spécifique aux seuls Gascons, puisque elle était utilisée par d’autres populations en Europe occidentale continentale (ex : en Flandre, Hainaut, Brabant etc.). Certes, nos sources mentionnent très souvent des hommes d’armes provenant de ces régions, mais il est probable qu’un certain nombre de Gascons, de Basques, d’Agenais et de Périgourdins n’avaient qu’une expérience militaire très limitée et qu’une majorité n’en avait aucune, même parmi la noblesse, puisque les gages payés irrégulièrement par le roi-duc étaient loin de permettre de faire fortune, au contraire de quelques très rares juteuses rançons4.

L’extension de la Gascogne au Moyen Âge.

L’extension de la Gascogne au Moyen Âge.
  • 5 Chambon & Greub 2009, 787-794. Le gascon est généralement considéré de nos jours comme un dialect (...)
  • 6 La terra de Bascos appelée en roman navarrais tierra de Bascos comprenait le Labourd (sans Bayonn (...)
  • 7 Cierbide 1998, 525 : “La razón de su adopción [el gascón] en los territorios vascos al norte de l (...)

3Avant d’aller plus avant, il faut tout d’abord définir précisément la zone géographique d’où ces hommes d’armes étaient originaires. Localement, le terme Gascogne désignait la large zone géographique où l’on parlait le gascon, une langue5 ou dialecte d’oc, mais qui comprenait également le Pays Basque “français” ou “nord” actuel sous le nom gascon de terra de Bascos (terre de Basques), souvent abrégée en Bascos6, dont les habitants parlaient bien entendu basque, mais utilisaient le gascon comme langue vernaculaire administrative et langue de communication avec les non-bascophones7. Les Basques du Labourd et de la Soule étaient fidèles aux rois d’Angleterre-ducs d’Aquitaine et étaient donc souvent assimilés aux Gascons à l’extérieur de la Gascogne. La Gascogne incluait également en son sein le Béarn qui n’avait pas encore été séparé dans les mentalités de la Gascogne à cause de son statut souverain inventé en 1347 par Gaston Fébus, comme ce fut le cas à partir du xvie siècle. L’Aquitaine ou la Guyenne, son exact synonyme d’origine populaire locale, incorporait la Gascogne depuis le xiiie siècle à cause du titre de duc d’Aquitaine et comprenait en plus de la Gascogne depuis le traité de Brétigny-Calais de 1360 des régions ne parlant pas gascon : l’Agenais situé au nord de la Garonne, le Périgord, le Quercy, le Rouergue, le Limousin, la Saintonge et l’Aunis, l’Angoumois et le Poitou. Pour les personnes étrangères au duché d’Aquitaine cette organisation en poupée gigogne était la plupart du temps ignorée et Gascogne, Aquitaine et Guyenne étaient considérés comme des termes synonymes. Les Gascons formaient certes la population la plus importante du duché d’Aquitaine, mais au sens strict les Agenais et les Périgourdins n’en faisaient pas partie. Le terme d’Agenais désignait les populations habitant le diocèse d’Agen tel qu’il fut délimité à partir de 1317, c’est-à-dire comprenant les terres situées sur la rive droite et au nord de la Garonne, à l’exclusion des terres situées rive gauche et au sud de ce fleuve faisant partie du diocèse de Condom. Armand Jamme a d’ailleurs souligné avec raison que le chef routier Bernat de la Sale, originaire du diocèse d’Agen, ne fut jamais décrit comme gascon dans les documents de son époque. Et en effet, il ne l’était pas, même au niveau linguistique puisque le dialecte agenais était de type languedocien et non de type gascon.

  • 8 Poumarède 1972, 241-334. Carte des régions coutumières du sud de la Gascogne, 306.
  • 9 Butaud 2012, 65.
  • 10 Langlois & Lanhers, éd 1971, 164-172, n° 36. Interrogatoire publié pour la première fois dans Mol (...)

4Revenons maintenant aux possibles motivations poussant certains habitants de ces régions vers une carrière militaire au sein des armées régulières et surtout au sein des troupes irrégulières de routiers. Il semble probable qu’un certain nombre de Gascons s’engageaient dans cette carrière et, in fine, dans des troupes de routiers, pour des raisons économiques. On peut supposer qu’ils provenaient de pays trop pauvres économiquement, comme par exemple les Grandes Landes, pour s’assurer un niveau de vie décent. En fait, l’existence d’un droit local spécifique surnommé “droit pyrénéen” par l’historien du droit Jacques Poumarède peut expliquer en grande partie ce “choix professionnel”8. Le droit d’aînesse absolue pratiqué dans le sud-ouest de la Gascogne (Pays Basque, Béarn, moitié sud des Landes, Lavedan et vallée d’Aure) ne permettait pas aux cadets de la famille d’hériter de leurs ascendants et de vivre sur place convenablement. De plus, les bâtards “gascons”, souvent d’origine noble, ne pouvant rien réclamer de l’héritage de leurs parents, se trouvaient en moyenne en plus grand nombre parmi les capitaines de routiers gascons que parmi ceux d’autres origines9. Pour ces hommes, la carrière des armes devait alors apparaître comme la seule issue pour garder leur rang social ou même pour monter dans l’échelle sociale. Mais il est bien entendu possible qu’un certain nombre de combattants gascons professionnels l’étaient devenus par goût de cette vie d’aventure. Les destructions causées par la guerre pouvaient aussi jeter quelques personnes dans les bras des troupes routières. Des querelles et des vendettas entre “voisins”, c’est-à-dire des citoyens d’une même paroisse ou d’une même ville, pouvaient également causer l’exil de l’une ou de plusieurs des personnes impliquées. À ce sujet, on connaît depuis longtemps (1882) l’interrogatoire du Saintongeais Arnaud Foucaud par-devant le parlement de Paris en 134510. Foucaud, originaire de Clion, un village situé entre Pons et Jonzac, expliquait qu’il avait été obligé de se réfugier en 1337 à l’âge de 14-15 ans auprès de la garnison anglaise de Montendre, alors dirigée par le Gascon béarnais Arnaut-Guilhem d’Esgoarrebaque, à cause de la mort du frère de Pierre de Garde avec lequel il était en conflit. Il avait causé cette mort lors d’une échauffourée musclée. Il participa alors à plusieurs raids de pillage et de destruction en Saintonge en compagnie de la garnison “anglaise” de Montendre. Certes, ce cas ne concerne ni un Gascon, ni un Basque, ni un Agenais ni un Périgourdin, mais nous pouvons penser qu’un certain nombre de membres gascons, basques, agenais ou périgourdins de compagnies de routiers voulaient à l’origine échapper à la justice de leur pays ou en avaient été bannis par jugement.

  • 11 Sur les guerres privées en Aquitaine-Gascogne, voir Vale 1990, 112-139.
  • 12 Sur ce personnage, sa famille et les surnoms de Soudic et Soudan, voir Pépin 2014b.
  • 13 Petit 1909, références pour Amaniu de Pommiers : 57 n. 1 ; 58 ; 61 n. 3 ; 69 n. 4 ; 70 n. 1 ; 95- (...)
  • 14 Charon 2014, 806-807, n° 31 ; 855-856, n° 113 et 114 et 873, n° 144. Landiras, Gironde, con de Po (...)

5De toute évidence, la première partie de la guerre de Cent ans (de 1337 à 1360) avait développé dans le duché d’Aquitaine une classe de combattants professionnels, qui, certes, existait déjà en partie auparavant, ne serait-ce que qu’à cause des guerres dites “privées” qui étaient légales dans le duché d’Aquitaine11, mais qui avait pris une ampleur sans précédent. Le traité de Brétigny-Calais avait mis de fait au chômage des hommes d’armes n’ayant de revenus qu’au travers des activités militaires. La majorité d’entre eux ne pouvaient trouver un office royal ou seigneurial lucratif ou bien obtenir une pension d’un souverain ou d’un seigneur. Ils firent donc partie des Grandes Compagnies qui se formèrent en 1360. Mais paradoxalement, certains capitaines Gascons et leurs compagnies, y compris certains provenant du parti anglais, furent embauchés par les autorités françaises pour s’opposer à leurs compagnons qui combattaient maintenant officiellement pour le roi de Navarre Charles II d’Évreux. Ce fut le cas du Soudic de la Trau (Arnaut-Bernard IV de Preissac), qui avait été garde du corps du Prince Édouard (le “Prince Noir”) à la bataille de Poitiers12, d’Amaniu de Pommiers, du seigneur de Rauzan Guilhem-Ramon de Madaillan ou encore du fils aîné du comte d’Armagnac, qui furent engagés en 1363-1364 par Philippe le Hardi, alors gouverneur du duché de Bourgogne, pour lutter contre les routiers ravageant cette région13. Il faut toutefois souligner que les paiements étaient loin d’être réguliers, en particulier pour Jean d’Armagnac, qui avait la compagnie la plus nombreuse. La Trau, Pommiers et d’autres se trouvèrent ensuite aux côtés de du Guesclin à la bataille de Cocherel. Quelques troupes gasconnes devaient par ailleurs se trouver à Cocherel du côté du captal de Buch, Jean III de Gailly, alors lieutenant du roi de Navarre en Normandie. À ses côtés, on connaît également la participation d’Archambaud de Grailly, le jeune oncle du captal, de Bernard de Benauges, son oncle bâtard, ainsi que celle de Pey de Saint-Symphorien dit de Landiras qui remplaça le captal en Normandie pendant sa captivité14.

6Dans ce contexte, nous pouvons réellement qualifier de mercenaires ces chefs gascons et leurs troupes, puisqu’ils combattaient pour de l’argent et pour un pouvoir politique qui n’était pas celui de leur seigneur “naturel”.

  • 15 ANF, J 400, n° 60 (Paris, 12 novembre 1365). Don du château et de la seigneurie de Beauvoir. Cne (...)
  • 16 Moranvillé, éd. 1888, 377, n° 293 (31 mai 1375) : Amanio de Pomeriis […] quod promisit esse bonus (...)
  • 17 Arch. dép. Dordogne, 12 J 69 (Orléans, 15 janvier 1412, n.s.). Il avait été engagé pour lutter co (...)

7On a souvent interprété cela comme symptomatique de l’habitude supposée des Gascons et plus généralement des nobles du duché d’Aquitaine de changer d’allégeance selon leurs intérêts matériels du moment. Il est vrai que le roi de France Charles V tenta d’attirer à lui des combattants gascons du parti anglais en donnant par exemple au Soudan de la Trau, Arnaut-Bernard IV de Preissac, une seigneurie proche de Toulouse ainsi que des revenus (1364-1365). Mais si le Soudan acceptait volontiers ces largesses, il n’en restait pas moins l’homme lige du roi d’Angleterre Édouard III et de ses fils et refusait de combattre contre eux : “par ainsi que se il avenoit que il eust aucune discencion ou guerre entre le roi [de France], nostre dit seigneur, et le roi d’Angleterre ou de ses enffans ou d’aucuns d’eulx, se le dit monseigneur Soudant veult tenir la partie du roi d’Angleterre ou de ses enffans ou d’aucuns d’eulx ; il en ce cas sera tenus et promist rendre les diz chastel et rente au roy nostre seigneur et a son seneschal de Toulouse”15. Même Amaniu de Pommiers, son compagnon d’armes en Bourgogne et à Cocherel, réputé bien plus francophile, fit hommage au roi de France en 1375 en échange d’une pension, en acceptant “de servir contre tous, à l’exception du roi d’Angleterre et de ses enfants16. En dépit de leur service rémunéré pour le roi de France, du roi de Navarre ou encore du prétendant au trône de Castille Henri de Trastamare, les hommes d’armes d’Aquitaine n’étaient nullement traîtres à leurs seigneurs “naturels” (le roi d’Angleterre et son fils le prince d’Aquitaine) puisqu’ils ne le combattaient pas et réservaient leur service armé en priorité à ces derniers s’ils en étaient requis. La même attitude était encore suivie au début du xve siècle par le chef routier Périgourdin Archambaud d’Abzac quand il fut engagé en 1412 par le duc d’Orléans Charles pour lutter “envers et contre tous qui peuvent vivre et mourir, excepté le roy d’Engleterre”17. Il faut donc relativiser fortement la versatilité des chefs de guerre gascons, même si des changements d’allégeance ont pu exister parfois chez des chefs routiers originaires du duché, tout comme chez certains seigneurs du duché.

  • 18 Sumption 2009, 722 n. 57. Jean de Gand, alors lieutenant du roi d’Angleterre en Aquitaine, suivai (...)
  • 19 Brassempouy, Landes, con d’Amou.
  • 20 La vicomté de Fronsac avait été saisie par le roi d’Angleterre à la suite de la trahison et de l’ (...)
  • 21 ANF, J 623, n° 92 et 92 bis. Château de Pommiers, Gironde, cne de Saint-Félix-de-Foncaude, con de (...)
  • 22 Pépin 2011a, 20, n. 93.

8Mais tout était affaire de circonstances et dépendait souvent d’une offensive militaire réussie d’un camp contre un autre ou d’une tentative de corruption menée le plus souvent par le parti français qui avait bien plus de moyens financiers. Citons Perrot de Fontans dit le Béarnais qui avait occupé le château de Chalucet en Limousin entre 1380 et le 4 janvier 1393, et avait ensuite tenté d’occuper deux forteresses saintongeaises en juillet 1394, avant d’en être expulsé par les officiers du duc d’Aquitaine et de Lancastre, Jean de Gand, désireux de ne pas compromettre les négociations de paix ouvertes avec les Français et les trêves passées avec ces derniers18. Bien que sans ressources régulières, il avait fait construire une luxueuse demeure à Brassempouy grâce aux revenus des patis de Chalucet19 et, voulant sans doute récupérer la vicomté de Fronsac auquel prétendait sa femme Margarida de Pommiers20, il se soumit le 12 décembre 1394 par l’intermédiaire de cette dernière au roi de France Charles VI. Les époux obtinrent la rente viagère de 2 000 livres tournois, octroyée auparavant à Amaniu de Pommiers, oncle de Margarida, ainsi que la reconnaissance de la possession des châteaux et seigneuries de Pommiers, Montguyon et Fougueyrolles21. La confiance du roi de France en ce routier gascon était tout de même très limitée, puisqu’il exigeait que son fils Johannot de Fontans soit élevé à la cour de France. Perrot fut ensuite de retour dans le camp anglais au moins à partir de 1405. Mais il risquait alors d’être exécuté en tant que traître s’il était pris par les Français, ce qui explique sa retraite précipitée permettant la capture d’Archambaud d’Abzac et de 50 hommes lors d’une rencontre impromptue avec des troupes françaises en mai 140622.

  • 23 Castelnaud-la-Chapelle, Dordogne, con de Domme.
  • 24 BnF, Périgord 31, fol. 327r-328r. Gantonnet d’Abzac ne devint pas évêque de Périgueux et combatti (...)
  • 25 Beynac-et-Cazenac, Dordogne, con de Sarlat-la-Canéda, et Commarque, cne des Eyzies-de-Tayac-Sireu (...)
  • 26 Domme, Dordogne, ch.-l. de con.
  • 27 Bergeron 2012.

9Le chef routier périgourdin Bertran d’Abzac, se rallia aux Français en 1415 afin de conserver la garde du château de Castelnaud à la suite de son siège par le maréchal de France Boucicaut23. Ce dernier lui avait promis une somme d’argent pour la reddition de ce château, ainsi que son soutien pour demander au pape l’octroi de l’évêché de Périgueux à Gantonnet d’Abzac, frère de Bertran24. D’Abzac en profita pour se marier à Johana de Beynac, fille de Pons, seigneur de Beynac et de Commarque25 et chef local du parti français, et obtenir comme dot de son épouse la seigneurie de Domme26. Il revint dans le parti anglais en 1417, mais rallia à nouveau brièvement le parti français en janvier 1422, après un long siège de Domme. Revenu du côté anglais dès février 1422, il fut officiellement pardonné par le roi d’Angleterre en mai 1423. Fait prisonnier en 1438 à Domme par un noble périgourdin du parti français, Bertran d’Abzac fut exécuté à Limoges sur ordre du roi de France Charles VII le 11 mars 143927. Cela coûtait parfois cher d’être considéré comme un traître par le parti ennemi.

Les origines des routiers du duché d’Aquitaine

  • 28 Fowler 2001, 323-328.
  • 29 Butaud 2012, 62.
  • 30 Sa biographie vient tout récemment d’être publiée : Savy 2015.
  • 31 “LA SALLE, Bernardone de (Bertrand de La Salle)”, Dizionario Biografico degli Italiani 2004, t 63 (...)
  • 32 Sur lui et plusieurs capitaines routiers du Périgord, voir Labroue 1891.
  • 33 Chérest 1879.
  • 34 Souvent appelé à tort Menaut de Villers. En fait, son sceau indique bien “Manaut de Bilhera” et c (...)
  • 35 Abzac de la Douze 1886, 185 : “je Peyrot de Fontans, capitaine de Chaslusset pour messire le roy (...)
  • 36 Arch. dép. Cantal, E DEP 1500 123 (ancienne cote : EE 2, n° 3) : jo Ramonet de Sort, cappitani d’ (...)
  • 37 Rossignol 1866, 77 (Toulouse, juillet 1364).
  • 38 Porcellets 1718, 77 (Montpellier, 24 avril 1380). Ces deux témoignages ne nous étaient pas connus (...)
  • 39 Château de Ventadour, cne de Moustier-Ventadour, Corrèze, con d’Égletons.

10D’après les listes des capitaines de compagnie des années 1360 et 1370 dressées par Kenneth Fowler28 ou Germain Butaud29, les Gascons, Agenais et Périgourdins représentaient un tiers d’entre eux, presque tous les autres étant anglais ou bretons. Parmi les plus célèbres capitaines routiers gascons, agenais et périgourdins actifs de 1360 à 1393 nous pouvons citer Bertrucat d’Albret30, son neveu Ramonet de Sort, Bertran de la Sale31, Perrot de Fontans alias le Béarnais, Séguin de Badefol32, Arnaut de Cervole alias l’Archiprêtre33, Menaut de Bilhère dit Espiote34, les deux frères bâtards de la famille Caupenne ou encore le Bascot de Mauléon, connu grâce à son “interview” par Jean Froissart en 1388. La grande majorité d’entre eux se reconnaissaient sujets du roi d’Angleterre et combattaient en son nom. Ainsi, Perrot de Fontans dit le Béarnais se donnait-il lui-même en 1393 le titre de “capitaine de Chalucet pour monseigneur le roi d’Angleterre”35 ou encore Ramonet de Sort s’intitulait-il en 1389 “capitaine d’une route de gens d’armes pour le roi d’Angleterre”36. Par ailleurs, les troupes dirigées par ces hommes utilisaient le cri de guerre anglo-gascon “Guyenne ! Guyenne !” attesté en 1364 pour les troupes de Séguin de Badefol37, ou par la suite “Guyenne ! Saint Georges !” crié par les routiers anglais et gascons luttant contre Beaucaire en 138038. Bien entendu, cela leur permettait de pouvoir combattre et piller une région sous couvert d’une autorité officielle reconnue par les lois de la guerre. Il était en effet très dangereux d’agir sans cette reconnaissance officielle comme l’expérimentèrent les deux capitaines successeurs du capitaine breton Geoffroy-Tête-Noire († 1388), qui avait tenu le château de Ventadour en Limousin : ils furent finalement exécutés à Paris (1389)39. Mais, outre cet aspect de précaution, la reconnaissance de l’autorité du roi d’Angleterre n’était pas aussi formelle qu’on pourrait le supposer.

  • 40 Froissart, éd. Luce et al. 1931, t. 12, 106-107, et Froissart, Lettenhove, éd. 1870, t. 11, 119-1 (...)
  • 41 Voir Pépin 2011b. Jean de Mauléon, évêque de Comminges (1523-1551) provenait de cette famille.
  • 42 Rymer, éd. 1709, t. 7, 446-447.
  • 43 Par exemple en 1405, le seigneur de Lesparre Guilhem-Amaniu de Madaillan décrivait au sénéchal de (...)
  • 44 Sumption 2009, 694.
  • 45 TNA, C 61/95, mbr. 19 (château de Leeds, 1er septembre 1381). Langoiran, Gironde, con de Cadillac (...)
  • 46 Sur la signification du surnom gascon de “bourc” pour désigner un bâtard, voir Pépin 2011-2, 182- (...)
  • 47 Carlat, Cantal, con de Vic-sur-Cère.
  • 48 TNA, C 61/93, mbr. 9 (Westminster, 1er septembre 1379).
  • 49 TNA, C 61/103 mbr. 2 (Westminster, 11 juin 1393). Publié dans Rymer, éd. 1709, t. 7, 747.
  • 50 Caupenne, Landes, con de Mugron.

11En fait, ces capitaines tenaient compte des liens de fidélité traditionnels. Quand le Bascot de Mauléon déclarait à Froissart qu’il était fidèle au parti anglais et le resterait toute sa vie, car il avait sa terre familiale située en Bordelais40, il ne faut pas sous-estimer une telle affirmation. Nous connaissons en effet une famille noble de Mauléon, une branche cadette de celle qui avait possédé la vicomté de Soule, qui était basée en Pays de Born et en Marensin à la frontière du Bordelais et des Landes41. On constate également, que lors des trêves passées entre les rois de France et d’Angleterre dans la seconde moitié du xive siècle, ces derniers désignaient comme conservateurs des trêves dans les régions en partie occupées par des garnisons routières “anglaises” comme l’Auvergne, le Quercy, le Rouergue, la Saintonge ou la Bigorre, les principaux capitaines de ces mêmes routiers (exemple trêves de 1384)42. Le positionnement général de ces garnisons pourrait en fait correspondre à un dessein stratégique du gouvernement anglo-gascon de Bordeaux, voire du gouvernement anglais de Westminster. Le parlement anglais de 1378 évoquait les “barbacanes” protégeant l’Angleterre contre les Français : Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux et Bayonne. Une telle logique visait à protéger ce qui restait du duché anglo-gascon43 et aussi à détourner l’argent du roi de France et ses armées vers ces garnisons routières qui avaient, de plus, l’immense avantage de ne rien coûter au gouvernement anglais puisqu’elles vivaient sur le pays. Quelques éléments permettent d’ailleurs de constater les liens unissant certains capitaines gascons de compagnies “anglaises” avec les autorités officielles anglaises et anglo-gasconnes. On connaît ainsi le voyage qu’accomplit Bertrucat d’Albret en Angleterre pendant la révolte paysanne de 1381. Bertrucat s’entendit avec le gouvernement anglais pour mener une grande offensive militaire contre les Français, offensive qui ne se matérialisa pas à cause de la mort de Bertrucat44. Richard II avait donné en 1381 à Bertrucat d’Albret, très probablement un bâtard, la riche succession de son cousin Bérart III d’Albret, seigneur de Langoiran, Rions et Vayres mort en 1379 après avoir rallié le parti français en 1377 à la suite à la bataille d’Eymet où il avait été fait prisonnier par les Français45. Le roi d’Angleterre récompensait ainsi un serviteur fidèle, qui, contrairement à une idée reçue, n’avait jamais pris le parti du roi de France, au contraire de toute sa famille encore vivante en 1379. On trouve également Gassie-Arnaut de Caupenne alias Arnauton de Caupenne ou le Bourc46 de Caupenne (le bâtard de Caupenne), capitaine de l’importante forteresse routière de Carlat (Haute-Auvergne) au début des années 137047, qui obtint en 1379 la prévôté de Dax du roi d’Angleterre Richard II, puis ensuite la même année, 400 livres de la monnaie courante dans le duché à recevoir annuellement sur les revenus de la sénéchaussée des Landes. Richard II justifiait de tels dons en mettant en avant le bon service qu’il avait accompli en tenant des gens d’armes à son service48. Son frère et successeur à la tête de la garnison de Carlat jusqu’en 1390, Arnaut-Guilhem de Caupenne, dit le Bourc anglais (le bâtard anglais), semble avoir été en 1393 un membre du conseil du roi d’Angleterre siégeant à Bordeaux, soit le gouvernement anglo-gascon réuni autour du sénéchal d’Aquitaine, chargé bien entendu de contrôler les capitaines routiers de Guyenne, et il réussit à obtenir en 1406 le droit de devenir bourgeois de Bordeaux49. Certes, ces deux chefs routiers étaient des membres de la famille des seigneurs de Caupenne50, la plus puissante famille noble des Landes fidèle aux rois d’Angleterre, mais leur statut de bâtards les empêchait d’hériter des biens de cette famille et il faut donc essentiellement interpréter ces faveurs comme une rétribution de leurs services en tant que capitaines routiers au service du roi d’Angleterre.

  • 51 Arch. Dép. Gers (Archives du Grand Séminaire d’Auch), I 27 (n° 126). Publiée en annexe. Publiée a (...)
  • 52 Wright 1983.
  • 53 Laborie et al., éd. 2002.

12Il est très difficile de connaître la composition d’une “route” de gens d’armes et/ou d’une garnison dirigée par un capitaine routier gascon ou périgourdin. En général, nous ne connaissons qu’une petite partie des routiers d’une garnison grâce aux accords d’évacuation des forteresses occupées passés avec les autorités françaises ou à des mentions occasionnelles dans quelques documents épars. Heureusement, nous avons trouvé une liste de 120 gens d’armes dirigés par Bertrucat d’Albret pour aller aider en juin 1378 le roi de Navarre Charles II contre le roi de Castille, et celle-ci permet de nous en faire une idée plus précise51. Cette liste est divisée en deux parts égales : on y trouve 60 hommes d’armes et 60 combattants nommés “pillards” (ces derniers comprenant Ramonet de Sort, le neveu et futur successeur de Bertrucat à la tête de ses routiers). Il apparaît que chaque pillard devait être attaché à un homme d’armes et était en charge de son ravitaillement, le plus souvent en pillant le pays alentour comme le soulignait N. A. R. Wright dans son étude sur la question publiée en 198352. Les habitants d’une région occupée par quelques garnisons routières étaient confrontés la plupart du temps avec les “pillards” et non avec les hommes d’armes de ces garnisons. Grâce au fameux Livre de Vie de Bergerac, nous savons que ces pillards volaient et rançonnaient régulièrement les habitants de Bergerac entre 1379 et 1382, mais pas si toutes ses actions étaient approuvées par leurs capitaines53.

  • 54 Fowler 2001, 9 n. 33. AGN, Comptos, reg. 161, fol. 104-120v.
  • 55 Contamine 1972, 21, n. 67.

13À la lecture de cette liste, d’un compte navarrais portant sur les onze compagnies gasconnes employées lors de cette même guerre54, ainsi que d’un accord passé en 1367 entre Charles V et le fils du comte d’Armagnac, il ressort que l’unité de base des troupes gasconnes nommée lance ou glaive, était uniquement constituée de 2 combattants : l’homme d’armes et son auxiliaire, le “pillard”55.

14Une étude anthroponymique des noms présents sur cette liste permet de se faire une idée de la composition d’une “route” dirigée par un capitaine gascon. Sur 60 hommes d’armes, 51 provenaient assurément du duché d’Aquitaine ou de ses abords immédiats (soit 85 % du total des hommes d’armes). Sur ces 51 hommes, 33 étaient gascons (55 % du total des hommes d’armes), 11 étaient basques de la terra de Bascos (18,3 % du total) et 2 périgourdins (3,3 % du total). Les hommes d’armes extérieurs au duché étaient anglais (au nombre de 7, soit 11,6 % du total) et allemands (au nombre de 2, soit 3,3 % du total). Les “pillards” sont beaucoup plus difficiles à identifier, car ils sont souvent désignés par leur seul prénom suivi parfois par le nom de l’homme d’armes auquel ils sont attachés. Malgré les incertitudes, il est toutefois possible d’avancer qu’au moins 52 pillards sur 60 étaient assurément originaires du duché d’Aquitaine (soit 86,66 % du total des pillards). La moyenne des effectifs des deux troupes donne donc une “route” composée à 85,8 % d’hommes originaires du duché d’Aquitaine et de ses régions avoisinantes, soit essentiellement la Gascogne occidentale, c’est-à-dire le Bordelais, le Bazadais, les Landes, le Béarn, le Labourd, la Soule et la future Basse-Navarre. Au niveau social, nous avons pu compter au minimum 15 hommes d’armes nobles (soit 25 % du total des hommes d’armes) et au moins 5 pillards d’origine noble (8,3 % du total des pillards). Mais il ne faut pas oublier que la plupart de ces nobles, domengers béarnais ou caviers landais étaient de très petits seigneurs. Par conséquent, une partie sans doute non négligeable de ces petits nobles est très difficilement identifiable. Cette plèbe nobiliaire fait nombre, mais il y a manifestement à ses côtés des éléments plus nettement populaires.

  • 56 Tucoo-Chala 1973.
  • 57 Voir le traité de reddition du château de Lourdes aux troupes françaises l’assiégeant (Lourdes, 3 (...)
  • 58 Turlande, cne de Paulhenc, Cantal, con de Saint-Flour-Sud.
  • 59 Marcellin Boudet l’identifia par erreur avec un Breton qu’il nomma le bâtard de “Garlan”, Boudet  (...)
  • 60 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 345-349, n° CLXXV (compte de Oudinet Carlier, trésorier de Jean d (...)
  • 61 Pour Courbefy : TNA, C 61/108, mbr. 9 (Westminster, 22 juillet 1401). Selon cet acte, les deux ca (...)
  • 62 L’expression “Anglais d’Angleterre” (Anglès d’Anglaterra) est particulièrement courante dans les (...)
  • 63 Pour Bessous : TNA, C 61/109, mbr. 11 (Westminster, 10 avril 1402). Le capitaine du château de Be (...)
  • 64 BnF, Périgord 46, fol. 241v. : ymo ipsum tenebat quidam Anglicus vocatus Thomas Bontemps, et cert (...)

15Bien sûr, certains combattants étaient connus par un surnom, et nous ne résistons pas de vous mentionner l’homme d’armes Naudonnet l’esperrecat, ce qui signifie en gascon Naudonnet “le dépenaillé” ou “le loqueteux” – en effet, on ne gagnait pas toujours une fortune à être un simple routier –, auquel était attaché le pillard nommé Cogot (prononcé “cougot” en gascon moderne) qui était un surnom gascon signifiant courtaud, trapu, ramassé, bref ce que l’on a surnommé bien plus tard un “pot à tabac”. Selon ces surnoms, on peut imaginer qu’ils étaient en quelque sorte des prototypes de Don Quichote et de Sancho Panza. Cette écrasante domination des Gascons suivis de quelques Basques et Périgourdins au sein des troupes de routiers dirigées par un capitaine gascon est confirmée par d’autres exemples, comme la troupe de routiers dirigée par Per-Arnaut de Béarn à Captieux dans les Landes en 1381-138356, ou celle dirigée par son frère Johan de Béarn au château de Lourdes en 140757. Les listes d’otages délivrés en 1390 par les routiers du Massif central à Jean de Blaisy, commissaire du roi, confirment cette tendance. Les seules garnisons plus composites étaient dirigées par des non-Gascons. On trouve ainsi dans les otages donnés par le Périgourdin Chopi de Badefol, capitaine routier du château de Turlande (Haute-Auvergne, Cantal actuel)58, un parent périgourdin du capitaine (Naudin de Badefol), un Agenais, un Quercynois et, semble-t-il, un Gascon. Une exception étant les otages de la garnison dirigée par le Gascon landais Bernat de Garlenx dit le bâtard de Garlenx59, capitaine routier d’Alleuze, avec un Gascon, un Saintongeais et un Breton60. Bien que les routiers Gascons du parti anglais et les routiers Anglais “d’Angleterre” combattaient officiellement pour le même souverain, il est à noter qu’ils agissaient souvent de manière séparée en particulier au début du xve siècle. On connaît ainsi le cas de la garnison du château de Courbefy (en Limousin) qui n’était61, semble-t-il, composée en 1401 que d’Anglais “d’Angleterre”62, ce qui était aussi le cas en 1402 pour la garnison de Bessous située dans la même région63. La garnison anglaise du château de Limeuil (à partir de 1420) était également composée uniquement “d’Anglais d’Angleterre” et avait pour capitaine Thomas Galhart dit Bontemps, un Périgourdin né en Angleterre qui interdisait à tous les habitants de Limeuil de rentrer dans le château64.

  • 65 En particulier Savy 2009, 62-87. Et aussi Boudet 1912, 97-99.

16Nous ne nous étendrons pas ici sur l’organisation et les effectifs des compagnies gasconnes de routiers, car ce travail a été déjà fait ailleurs65.

Le rayon d’action des routiers originaires du duché d’Aquitaine

  • 66 Pour une bonne synthèse générale des régions concernées par les routiers en France actuelle voir (...)
  • 67 Terrier de Loray 1877, 23, n. 2.

17Les zones géographiques touchées par les routiers gascons et du duché d’Aquitaine ont été vastes pendant la période de grande expansion des routiers (v. 1355-v. 1393). On retrouve des Gascons dans presque toutes les compagnies de routiers et dans la plupart des hauts faits de ces derniers comme la prise de Pont-Saint-Esprit (1360) ou celle de La Charité-sur-Loire (1363)66. Ils franchirent même rapidement les frontières du royaume de France à l’instar des routiers “Anglais et Gascons” défaits fin 1362 dans le comté de Bourgogne (Franche-Comté) par Jean de Vienne, le futur amiral de France67.

Les forteresses routières en Aquitaine 1383-1384.

Les forteresses routières en Aquitaine 1383-1384.
  • 68 BL, Harley ms. 4763, fol. 170r-172r. Publiée en annexe.
  • 69 Tucoo-Chala 1960-1, 106 n. 75. Lui et son frère Per-Arnaut de Béarn étaient fils de Pès de Béarn, (...)
  • 70 Tucoo-Chala 1960-2 et Desplat 1967.

18Leur terrain de jeu favori resta tout de même avant tout les régions du Massif central, et ce depuis les années 1350. Une liste que nous avons datée des années 1383-1384 permet de se faire une idée de l’occupation spatiale des routiers gascons et du duché d’Aquitaine anglo-gascon sur l’espace s’étendant de la Saintonge à l’Auvergne68. La seule forteresse routière gasconne d’importance oubliée par cette liste était celle de Lourdes, dirigée alors par Johan de Béarn, fils d’un bâtard de la famille de Foix et neveu de Gaston Fébus69. Bien qu’isolée dans les Pyrénées, cette garnison lançait des raids dans toute la Gascogne “française” jusqu’aux portes de Toulouse et imposait ses patis dans cette zone70. Selon cette liste que nous avons mise sous forme de carte, il s’agissait de lieux du duché de Guyenne – selon le traité de Brétigny-Calais bien sûr – qui reconnaissaient l’autorité légitime du “roi d’Angleterre et de France” (Richard II), même si, en fait, des forteresses d’Auvergne et d’Albigeois se trouvaient en dehors de ce territoire. La plupart des châteaux de cet espace étaient alors sous l’autorité directe ou indirecte des principaux chefs routiers gascons de cette époque : Ramonet de Sort basé sur le Périgord et le Quercy, Perrot le Béarnais basé au château de Chalucet ou encore les frères bâtards Caupenne occupant l’imposant château de Carlat, situé à la limite du Rouergue et de l’Auvergne. En l’absence d’une politique volontaire de reconquête de l’Aquitaine de Brétigny-Calais et de moyens financiers, ces garnisons routières apparaissaient aux gouvernements anglais et anglo-gascon être une manière économique de continuer la guerre avec la France tout en gardant un pied dans les territoires aquitains réclamés. Après 1390-1393 et l’évacuation des principales forteresses tenues par les routiers, des garnisons routières gasconnes et périgourdines du parti anglais continuèrent à exister en Périgord et dans les régions voisines jusqu’en 1450.

  • 71 Durrieu 1885, 107-225. Serreslous, cne de Serreslous-et-Arribans, Landes, con d’Hagetmau.
  • 72 Setton 1975, 126. Rubió y Lluch 1886, 30-31 et Rubió y Lluch, éd. 1947. Château d’Urtubie, cne d’ (...)
  • 73 Setton 1975, 109-110 et Setton 1973, 7-9. Les membres de cette branche des Caupenne (Caupena) ont (...)

19Mais le Massif central ne fut pas le seul espace qui fit vivre les routiers du duché d’Aquitaine. Les nombreux conflits en Italie du nord et centrale permirent à l’Agenais Bernat de la Sale et ensuite au Gascon landais Bernardon de Serreslous dit de Serres de faire de très belles carrières de capitaine71. Des Basques issus de familles nobles sujettes du roi d’Angleterre donnèrent des chefs à la compagnie navarraise fondée en 1372 qui envahit l’Albanie en 1376 et la Grèce en 1378 : Johan d’Urtubie, Johan de Garro et Pès de Laxague72. Des Gascons furent aussi employés au sein de cette compagnie et il est très probable que les seigneurs d’Égine de la famille gasconne des Caupenne, qui dominèrent cette île entre 1394 et 1451, vinrent en Grèce en son sein73.

  • 74 Russel 1955, 128 n. 1, 160. Medinaceli, comarca de Arcos de Jalón, province de Soria, communauté (...)
  • 75 Tucoo-Chala 1960-1, 105 n. 70.
  • 76 Pour sa biographie, voir Pardo Rodríguez 2013. Voir la fiche de Bernat de Béarn (sous le nom de “ (...)

20Cependant, la réussite la plus éclatante et la plus durable fut sans nul doute celle de Bernat de Béarn († 1381), un fils bâtard de Gaston Fébus. Partisan fidèle d’Henri de Trastamare lors de ses deux expéditions castillanes visant à détrôner son demi-frère Pierre, il fut créé comte de Medinaceli dès 136674, puis fait prisonnier à la bataille de Nájera l’année suivante ; il participa ensuite avec sa compagnie au rétablissement du Trastamare sur le trône castillan entre la fin 1367 et mars 1369. Il épousa en 1370 l’héritière de la grande maison castillane des la Cerda, elle-même descendante directe des rois de Castille, ce qui explique que son petit-fils abandonna le nom de Béarn pour celui des la Cerda75. Bernat de Béarn fut donc à l’origine de l’importante maison des comtes, puis ducs (1479) de Medinaceli, qui survécu par les mâles jusqu’en 1711, puis par les femmes jusqu’à nos jours76.

  • 77 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 285, n° CLXIV (Aurillac, 29 août 1379). Sur les bâtards d’Armagna (...)
  • 78 Durrieu 1885, 15-104.
  • 79 La Plagne Barris 1877 et Tholin 1877. Lustrac, cne de Trentels, Lot-et-Garonne, con de Penne-d’Ag (...)
  • 80 Monlezun (1847a), 499-501 pour une liste d’hommes d’armes combattant pour le comte d’Armagnac en (...)

21Bien sûr, ce dernier exemple montre bien qu’il ne faut pas croire que tous les routiers et mercenaires gascons se trouvaient dans le parti anglais et dans celui d’autres opposants au roi de France. Et même si le duc d’Anjou exécuta des chefs routiers gascons en 1369, il en utilisa pour sa reconquête de l’Aquitaine cédée à Brétigny-Calais. De même, le comte d’Armagnac Jean Ier en utilisa tout autant que son adversaire Gaston Fébus à la bataille de Launac (5 décembre 1362). Les comtes d’Armagnac employèrent d’ailleurs régulièrement des compagnies de routiers souvent issues de leurs domaines gascons et rouergats, certaines étant parfois dirigées par des bâtards de leur famille77. Et il ne faut pas oublier que le comte d’Armagnac Jean III mourut en Lombardie en 1391 en dirigeant une armée de routiers gascons et périgourdins78. Certains petits seigneurs du parti français se comportaient par ailleurs de la même façon que leurs homologues du parti anglo-gascon et peuvent être assimilés aux routiers comme l’Agenais Naudonnet de Lustrac, actif dans la première moitié du xve siècle79. Quoi qu’il en soit, les hommes d’armes gascons, agenais et périgourdins du parti français étaient le plus souvent employés par les rois de France et n’étaient donc pas toujours assimilés aux routiers80. Ce cas de figure illustre bien la difficulté de distinguer clairement les routiers des hommes d’armes employés légitimement par un seigneur ou un souverain.

Comment se percevaient les routiers gascons et comment étaient-ils perçus par les populations locales ?

  • 81 Éd. Luce et al 1931, t. 12, 96-116, et Froissart, éd. Lettenhove 1870, t. 11, 107-129. Sur la réa (...)
  • 82 Éd. Luce et al. 1931, t. 12, 106 : “Je ne en sçay petit, excepté moy, qui ne aient esté tous occi (...)
  • 83 Éd. Luce et. al., t. 12, 96-97. Froissart, éd. Lettenhove 1870, t. 11, 108-109.

22Nous pouvons nous faire une idée de comment les routiers gascons se percevaient grâce à la célèbre interview du Bascot de Mauléon qui fut menée par Jean Froissart à Orthez en Béarn en décembre 138881. Le Bascot était bien entendu très fier de narrer quelques épisodes de sa vie aventureuse, qui avait permis à ce bâtard d’une branche cadette de la famille de Mauléon (anciennement vicomtes de Soule) de beaucoup s’enrichir malgré de cuisants revers de fortune et les grands risques d’être tué comme l’avaient été beaucoup d’autres chefs routiers qu’il avait connus82. Il racontait d’abord sa participation aux côtés du captal de Buch à la bataille de Poitiers (1356), à son voyage en Prusse avec Gaston Fébus (1357) et au massacre des Jacques assiégeant le Marché de Meaux (1358)83, à sa participation à la bataille d’Auray du côté des vainqueurs (1364), à la première expédition qui plaça Henri de Trastamare sur le trône de Castille (1366), puis à celle du Prince Noir qui replaça Pierre Ier sur son trône (1367). Mais il narrait avec bien plus de détails encore ses aventures sous l’autorité du chef routier anglais John Amory, pour lequel il avait une grande admiration, son occupation des châteaux du Bec d’Allier et de Thuriès et sa participation malheureuse à la bataille de Cocherel (1364). Le Bourc de Caupenne, cousin du Bascot, aurait bien voulu parler à Froissart de ses nombreux “exploits”, mais il n’eût pas le temps de le faire au grand regret de tous les historiens s’intéressant aux routiers !

  • 84 Montbrun, Cantal, cne de Lavastrie, con de Saint-Flour-Sud. Boudet, éd. 1900, 36.
  • 85 Polignac, Haute-Loire, con du Puy-en-Velay-Nord, et Murat, Cantal, ch.-l. de con.
  • 86 Boudet 1900, 293.
  • 87 Lemaitre, éd. 1975, 67-139.
  • 88 Ibid., 127, item 58. Analyse, 91-92. Aixe-sur-Vienne, Haute-Vienne, ch.-l. de con.

23Bien entendu, les populations d’une région qui subissaient la présence d’une garnison routière ou les déprédations d’une troupe routière en mouvement n’avaient pas une opinion aussi positive des routiers gascons et périgourdins. Il est toutefois assez rare de trouver des jugements moraux sur leurs actions dans les différents documents issus de l’administration royale ou des administrations locales municipales. Ils restaient habituellement très factuels et ne font que les nommer “les Anglais” et les qualifient tout au plus d’ennemis du roi de France. Cependant, on comprend aisément que les populations ayant à supporter une ou plusieurs garnisons routières dans leur voisinage, leurs multiples patis et demandes financières ne les portaient pas dans leur cœur. Ainsi, quand le château de Montbrun84 fut repris en 1363 sur des routiers par une armée de coalition composée majoritairement par la milice communale de Saint-Flour, et que Bertrucat d’Albret, le chef de ces routiers, fut fait prisonnier, les habitants de Saint-Flour (qui avaient perdu 300 hommes dans la bataille sur les 500 qu’ils avaient engagés) et le vicomte de Polignac voulurent l’exécuter. Bertrucat ne dut son salut qu’à l’intervention du vicomte de Murat, Guilhem de Cardaillac85. Les Sanflorains surnommaient par ailleurs le bâtard de Garlenx occupant le château voisin d’Alleuze le “méchant bossu”86. Les miracles attribués à saint Martial lors de l’ostension de Limoges de 1388 montrent que les routiers “anglais” de plusieurs garnisons, dont la plus importante était Chalucet, créaient une atmosphère d’insécurité constante en parcourant le Limousin, en plaçant de modestes prisonniers dans de profondes “fosses” et en les maltraitant afin d’obtenir des rançons87. On y apprend entre autres que trois “Français” d’Aixe-sur-Vienne avaient dérobé 120 moutons près de la porte du château de Chalucet pour se venger des “Anglais” de cette garnison88.

  • 89 Viguier de la Pile 1846, 148-149 (Cognac, 31 mars 1416). Document publié par J.-H. Michon. Cognac (...)

24Toutefois, si la majorité des populations entourant les garnisons routières leur étaient hostiles, elles étaient obligées de s’arranger avec elles par des accords financiers de courte durée (les souffrances) ou de plus longue durée (les patis), ainsi que par des livraisons de vivres, ce qui explique les lettres de rémission qu’elles recevaient ensuite des rois de France. Cependant, il pouvait arriver qu’une partie des habitants d’une ville refuse de s’accorder avec les routiers du parti anglais. On connaît ainsi le cas d’un notaire de Cognac nommé Graciot Douhet qui fit appel en 1416 au Parlement de Paris contre deux jurats de sa ville, bouchers de leur état, qui voulaient passer un patis avec la garnison anglaise de Barbezieux. Douhet ne voulait pas payer ce patis et se commettre avec des “Anglais”, mais ces jurats passèrent outre et voulurent donner des lettres de sauvegarde coûtant 3 ou 4 deniers tournois à chaque habitants de Cognac désirant être protégé des “Anglais” de Barbezieux en sortant de leur ville89.

  • 90 Il s’agit néanmoins d’une forte somme ! Boudet 1900, 316.
  • 91 Aussel 1993a.
  • 92 Barrière 1983.
  • 93 Boudet 1900, 161-162. Roquenatou, cne de Marmanhac, Cantal, con d’Aurillac.
  • 94 Marmier 1878, 108-109 et 265.
  • 95 Galabert 1895. Puylagarde, Tarn-et-Garonne, con de Caylus. Sur la carrière de Ratier de Belfort e (...)

25Certaines personnes de ces régions collaboraient même plus avant et pouvaient intégrer une garnison routière, tout comme des hommes d’armes mal payés par le roi de France (ex : hommes d’armes des environs de Saint-Flour en 1385 qui étaient si pauvres que “pour un marc d’argent, ils se faisaient anglais”)90, ou devenaient même parfois eux-mêmes capitaines d’une garnison routière pour le roi d’Angleterre, comme dans les années 1340 et 1350 les Quercynois Aymar d’Ussel91, ancien bourgeois de Gourdon, et Phélip de Johan, apparenté à la famille de l’ancien pape Jean XXII, ou plus tard dans les années 1370 et 1380 le Limousin Aymerigot Marchès92. Certains seigneurs locaux s’alliaient aussi aux routiers comme Aton VI de Laroque, seigneur de Roquenatou, massacré en 1360 par les habitants d’Aurillac alors qu’il tentait de livrer leur ville à Bertrucat d’Albret93. Même des officiers du roi de France pouvaient utiliser des routiers anglo-gascons lors de leurs guerres privées, tel Gilibert de Domme, alors sénéchal “français” de Périgord, qui attaqua Sarlat en 1360 avec certains d’entre eux en faisant crier “Guyenne !”, le cri de guerre anglo-gascon94, ou le gouverneur “français” de Montauban, le Quercynois Ratier de Belfort, qui tenta vers 1380 de prendre la localité de Puylagarde avec l’aide des hommes de Bertrucat d’Albret95.

  • 96 Aussel 1993. Costeraste, cne de Gourdon, Lot, ch.-l. con. Un Ramon ou Mondon Ébrard dit de Coster (...)
  • 97 Pépin 2006, 274, n. 64. Nanthiat, Dordogne, con de Lanouaille.

26Pour les simples “pillards” citons le cas de Pons de Vers dit “Pot fendu”, un modeste Quercynois de la garnison “anglaise” de Costeraste dirigée par Aymar d’Ussel et Guilhem d’Ébrard, ce dernier apparenté également à la famille de l’ancien pape Jean XXII, accusé en 1349 de nombreux vols par le consulat de Gourdon96. Même après la prise des garnisons routières “anglaises” de la vicomté de Limoges par le connétable de France Charles Ier d’Albret en 1404, on trouve mention d’un habitant de Nanthiat criant en 1408 “Guyenne ! Saint Georges !”, le cri de guerre du parti anglo-gascon, au passage de troupes pro-françaises du vicomte de Limoges Olivier de Blois97. Ce dernier exemple montre bien que les routiers anglo-gascons pouvaient compter sur le soutien de certains habitants de ces régions.

  • 98 On trouve surtout ce type de témoignage à ce moment-là, car la guerre civile qui opposa les parti (...)
  • 99 Tuetey, éd. 1881, 67-68.
  • 100 Fenin, éd. Dupont 1837, 70 (événements de 1417) et 94 (événements de 1418).
  • 101 Bellaguet, éd. [1839-1852] (1994), 342-343 (année 1414).
  • 102 Vielliard, éd. 1941, 143, Bourges, 26 juin 1418 : “[…] meteren se per vila e maten arreu tot ço q (...)
  • 103 Lettenhove, éd. 1873 : “Là fut traittié et appointié que tous les estrangiers, comme Lombars, Gas (...)

27Cette relative porosité constatée entre des habitants des régions du Massif central et les routiers gascons, qu’ils soient du parti anglais ou français, était bien plus rare dans ce que les documents méridionaux nommaient la “France” (le pays situé au nord de la Loire), car ici les Gascons étaient regardés, à l’instar des Bretons bretonnants, comme de véritables étrangers au point de vue ethno-linguistique. Cette perception était soulignée au début du xve siècle98 par le Bourgeois de Paris99, ainsi que les chroniqueurs Pierre de Fenin100 et le “religieux de Saint-Denis”, Michel Pintoin101, ou le chevalier valencien Aznar Pardo de la Casta qui affirmait qu’en 1418 “on fit courir [à Paris], le bruit que tous les étrangers (los strangers) devaient mourir, c’est-à-dire les Bretons, les Gascons, les Castillans, les Catalans, les Lombards et les Génois”102, ou encore l’auteur du Livre des trahisons de France qui plaçaient les Gascons parmi les “étrangers” auprès des Lombards et des Espagnols tenant garnison d’une ville de Picardie (v. 1420) assiégée par les Anglais du duc de Clarence103.

Conclusion

  • 104 Guichardin, éd. Fournel & Zancarini  1996, t. 1, 70.
  • 105 Ibid., t. 2, 532.

28Après avoir tenté de définir les motivations et les origines des routiers gascons, basques, agenais et périgourdins, ainsi que la façon dont ils se percevaient eux-mêmes et comment les populations locales les percevaient, on peut conclure que leur importance numérique au sein des troupes routières est le résultat de la rencontre entre des facteurs socio-économiques structurels (ex : coutumes locales de succession) et des facteurs politico-militaires plus conjoncturels (ex : la guerre anglo-française). L’intérêt financier et aussi politique de mener une vie de “routier” au service officiel, la plupart du temps, du roi d’Angleterre explique pour quelles raisons des capitaines routiers ont continué en Périgord à tenir des châteaux et à exiger des patis des habitants de cette région jusqu’en 1450. Nous avons même constaté que certains d’entre eux furent actifs à l’étranger dans les péninsules ibérique et italienne ou même en Grèce. Les routiers gascons et plus généralement l’ensemble des hommes d’armes du duché d’Aquitaine ont formé l’une des “nations” combattantes les plus actives de la guerre de Cent ans avec les Bretons, les Anglais, les Génois et, bien entendu, les Français. Il y eut peu de champs de batailles qui ne virent aucune troupe originaire d’Aquitaine-Gascogne. Comme nous l’avons souligné ici, il est tout de même souvent difficile de distinguer clairement un routier ou un mercenaire autonome d’un homme d’armes intégré au sein d’une armée régulière et payé par un pouvoir officiel, puisque un homme d’armes pouvait être l’un ou l’autre selon les circonstances. Après la conquête du duché d’Aquitaine anglo-gascon (1451/1453) par les troupes de Charles VII qui comprenaient d’ailleurs beaucoup de troupes gasconnes du parti français, l’ensemble des Gascons et des habitants de Guyenne se retrouvèrent, à l’exception des Béarnais, sous l’autorité unique du roi de France. Les Gascons firent encore partie des troupes d’élite réputées au service des rois de France lors des guerres d’Italie (1495-1559), tout particulièrement dans l’infanterie, avec quelques figures célèbres comme celle du capitaine Blaise de Monluc. Dans les sources de l’époque, ils continuèrent par ailleurs d’être distingués des troupes françaises, tout comme ils l’avaient été pendant la guerre de Cent ans (ex. du chroniqueur Francesco Guicciardini : les “fantassins français et gascons”104 et “six mille Français et Gascons”105). Ils furent aussi très présents pendant les guerres de religion autant dans le camp protestant que dans le camp catholique. Ils furent encore des combattants renommés au service des rois de France de la dynastie Bourbon comme le rappelèrent jusqu’à nos jours deux œuvres littéraires à succès du xixe siècle : le roman Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas (1844) et la pièce de théâtre Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (1897). Il était donc à propos de rappeler l’existence des grands ancêtres de ces guerriers en mettant en évidence sans caricaturer le rôle des routiers du parti anglo-gascon lors de la guerre de Cent ans, alors que l’attention s’est en général concentrée essentiellement sur quelques chefs militaires gascons du parti français tels que Xaintrailles, Lahire ou encore Arnaut-Guilhem de Barbazan.

Notes

1 Rouche 1979, 360. Citation tirée de l’Astronome, Vita Hludowici : “habillé selon la coutume des [Vascons] avec quelques jeunes compagnons de son âge, c’est-à-dire vêtu d’un manteau rond, d’une chemise aux manches larges, d’un pantalon flottant, des éperons attachés aux bottes, une lance à la main”. Il était ici habillé en cavalier vascon. La cavalerie vasconne avait été le fer de lance des armées de la principauté d’Aquitaine (v. 676-768). Voir à ce sujet Rouche 1979, 358-361.

2 Guillaume Anelier, éd. Francisque-Michel 1856, 365-368. Dans la seconde moitié du xiie siècle, le troubadour Peire Vidal mentionnait dans sa chanson Drogoman senher, s’agues bon destrier les “dardiers” des vallées d’Aspe et d’Ossau employés par le comte de Toulouse. Peire Vidal, éd. Anglade, éd. 1913, 43.

3 Prétou 2010a, 50.

4 Capra 1985, 41 et 43.

5 Chambon & Greub 2009, 787-794. Le gascon est généralement considéré de nos jours comme un dialecte de la langue d’oc, nommé “occitan” depuis les années 1890. Ces auteurs montrent qu’il s’agirait en fait d’une véritable langue faisant partie d’un ensemble linguistique d’oc comprenant également la langue catalane. Cette conception correspond assez à celle exprimée par les Leys d’amors (règles de grammaire) de la société poétique toulousaine du Gay Saber écrites avant 1341, puis en 1356 qui considéraient le gascon comme une “langue étrangère” (lengatge estranh) distincte du “roman” parlé à Toulouse, en Languedoc, Rouergue, Quercy, Agenais, Périgord, Limousin, Auvergne, Gévaudan et Velay, à l’instar du français, du lombard, de l’espagnol ou de l’anglais. Voir Gatien-Arnoult 1842, 388-389 et Anglade, éd. 1919, 163-164.

6 La terra de Bascos appelée en roman navarrais tierra de Bascos comprenait le Labourd (sans Bayonne séparée du Labourd depuis 1177), la future Basse-Navarre appelée alors en Navarre Ultra Puertos, et la Soule.

7 Cierbide 1998, 525 : “La razón de su adopción [el gascón] en los territorios vascos al norte de la cordillera pirenaica – Laburdi [Labourd], Basse-Navarre y Züberoa [Soule] – y en San Sebastián, Pasajes y Fuenterrabía, estriba en su prestigio como variedad románica empleada en la redacción de documentos públicos y privados, así como en las relaciones orales entre euskaldunes [vascohablantes] y románico-hablantes desde mediados del siglo xii hasta bien entrado el siglo xvi, por lo que se refiere al País Vasco continental y hasta el siglo xix en torno al Bidassoa y al Urumea […] Tanto la documentación señorial como la eclesiástica y municipal se sirvieron a partir del siglo xii del gascón”.

8 Poumarède 1972, 241-334. Carte des régions coutumières du sud de la Gascogne, 306.

9 Butaud 2012, 65.

10 Langlois & Lanhers, éd 1971, 164-172, n° 36. Interrogatoire publié pour la première fois dans Molinier & Molinier, éd. 1882, 223-230, n° VI. Clion, Charente-Maritime, con de Saint-Genis-de-Saintonge.

11 Sur les guerres privées en Aquitaine-Gascogne, voir Vale 1990, 112-139.

12 Sur ce personnage, sa famille et les surnoms de Soudic et Soudan, voir Pépin 2014b.

13 Petit 1909, références pour Amaniu de Pommiers : 57 n. 1 ; 58 ; 61 n. 3 ; 69 n. 4 ; 70 n. 1 ; 95-96 ; 98 ; 26 et 143 ; références pour le Soudic de la Trau : 61 n. 2 ; 70 n. 1 et 80 n. 5 ; références pour Jean (Johan en gascon) d’Armagnac (futur comte Jean II d’Armagnac) : 70 n. 3 ; 72 n. 2 ; 80, 95-96 ; 98 ; 106 et 114 ; référence pour Ramon-Guilhem de Madaillan : 72-73 n. 1.

14 Charon 2014, 806-807, n° 31 ; 855-856, n° 113 et 114 et 873, n° 144. Landiras, Gironde, con de Podensac.

15 ANF, J 400, n° 60 (Paris, 12 novembre 1365). Don du château et de la seigneurie de Beauvoir. Cne de Labastide-Beauvoir, Haute-Garonne, con de Mongiscard.

16 Moranvillé, éd. 1888, 377, n° 293 (31 mai 1375) : Amanio de Pomeriis […] quod promisit esse bonus et fidelis vassalus domine regi [Francie] et succesoribus suis et servire contra omnes qui possint venire et mori, rege Anglie et liberis suis exceptis.

17 Arch. dép. Dordogne, 12 J 69 (Orléans, 15 janvier 1412, n.s.). Il avait été engagé pour lutter contre le duc de Bourgogne Jean sans Peur, l’ennemi de la maison d’Orléans.

18 Sumption 2009, 722 n. 57. Jean de Gand, alors lieutenant du roi d’Angleterre en Aquitaine, suivait déjà la même politique en 1389. Il avait alors promis 300 guyennois d’or aux troupes d’Aymeric IV de Biron, seigneur de Montferrand-du-Périgord et conservateur des trêves en Périgord et Quercy pour punir le chef routier Nolin Barbe qui n’avait pas respecté les trêves passées avec les Français. Voir la lettre de Gand au connétable de Bordeaux John Guedeney : TNA, E 101/183/15, n° 18 (Bordeaux, 10 octobre 1389). Et le reçu d’Aymeric de 200 guyennois d’or, 100 lui ayant déjà été payé par Gand : TNA, E 101/183/15, n° 19 (Bordeaux, 17 novembre 1389). Pour une courte biographie de ce seigneur voir Labroue 1891, 337-347. Montferrand-du-Périgord, Dordogne, con Beaumont-du-Périgord.

19 Brassempouy, Landes, con d’Amou.

20 La vicomté de Fronsac avait été saisie par le roi d’Angleterre à la suite de la trahison et de l’exécution de Guilhem-Sans IV de Pommiers († 1377), vicomte de Fronsac et frère de Margarida.

21 ANF, J 623, n° 92 et 92 bis. Château de Pommiers, Gironde, cne de Saint-Félix-de-Foncaude, con de Sauveterre-de-Guyenne ; Montguyon, Charente-Maritime, ch.-l. de con et Fougueyrolles, Dordogne, con de Vélines. Fougueyrolles avait été une seigneurie qu’Amaniu de Pommiers avait obtenue en se mariant avec Maria de Maduran.

22 Pépin 2011a, 20, n. 93.

23 Castelnaud-la-Chapelle, Dordogne, con de Domme.

24 BnF, Périgord 31, fol. 327r-328r. Gantonnet d’Abzac ne devint pas évêque de Périgueux et combattit ensuite aux côtés de son frère.

25 Beynac-et-Cazenac, Dordogne, con de Sarlat-la-Canéda, et Commarque, cne des Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Dordogne, con de Saint-Cyprien.

26 Domme, Dordogne, ch.-l. de con.

27 Bergeron 2012.

28 Fowler 2001, 323-328.

29 Butaud 2012, 62.

30 Sa biographie vient tout récemment d’être publiée : Savy 2015.

31 “LA SALLE, Bernardone de (Bertrand de La Salle)”, Dizionario Biografico degli Italiani 2004, t 63, 775-779.

32 Sur lui et plusieurs capitaines routiers du Périgord, voir Labroue 1891.

33 Chérest 1879.

34 Souvent appelé à tort Menaut de Villers. En fait, son sceau indique bien “Manaut de Bilhera” et ce nom correspond à Bilhère, qui est soit un lieu-dit de la cne d’Orion, Pyrénées-Atlantiques, con de Sauveterre-de-Béarn, soit un lieu-dit de la cne d’Ozenx-Montestrucq, Pyrénées-Atlantiques, con de Lagor. Son surnom correspondrait soit à Espiute, Pyrénées-Atlantiques, con de Sauveterre-de-Béarn, soit au mot gascon “espiot” ou “espiut” signifiant épieu (voir Lespy & Raymond 1887, t. 1, 286).

35 Abzac de la Douze 1886, 185 : “je Peyrot de Fontans, capitaine de Chaslusset pour messire le roy d’Angleterre” (Chalucet, 3 septembre 1393). Chalucet, cne de Saint-Jean-Ligoure, Haute-Vienne, con de Pierre-Buffière.

36 Arch. dép. Cantal, E DEP 1500 123 (ancienne cote : EE 2, n° 3) : jo Ramonet de Sort, cappitani d’une rote de gens d’armes per lo rey d’Angleterre monsenhor (Roquenatou, 22 janvier 1389, nouveau style). Roquenatou, cne de Marmanhac, Cantal, con d’Aurillac.

37 Rossignol 1866, 77 (Toulouse, juillet 1364).

38 Porcellets 1718, 77 (Montpellier, 24 avril 1380). Ces deux témoignages ne nous étaient pas connus lors de l’écriture de notre article sur ces cris de guerre : Pépin 2006.

39 Château de Ventadour, cne de Moustier-Ventadour, Corrèze, con d’Égletons.

40 Froissart, éd. Luce et al. 1931, t. 12, 106-107, et Froissart, Lettenhove, éd. 1870, t. 11, 119-120.

41 Voir Pépin 2011b. Jean de Mauléon, évêque de Comminges (1523-1551) provenait de cette famille.

42 Rymer, éd. 1709, t. 7, 446-447.

43 Par exemple en 1405, le seigneur de Lesparre Guilhem-Amaniu de Madaillan décrivait au sénéchal de Guyenne et à son conseil ses possessions de Rauzan, Pujols, Blasimon et Cancon comme formant la “barbacane du pays d’Entre-deux-Mers” (la région entre Dordogne et Garonne située près de Bordeaux). Pépin 2014a, 35 et 37.

44 Sumption 2009, 694.

45 TNA, C 61/95, mbr. 19 (château de Leeds, 1er septembre 1381). Langoiran, Gironde, con de Cadillac ; Rions, Gironde, con de Cadillac et Vayres, Gironde, con de Libourne.

46 Sur la signification du surnom gascon de “bourc” pour désigner un bâtard, voir Pépin 2011-2, 182-183.

47 Carlat, Cantal, con de Vic-sur-Cère.

48 TNA, C 61/93, mbr. 9 (Westminster, 1er septembre 1379).

49 TNA, C 61/103 mbr. 2 (Westminster, 11 juin 1393). Publié dans Rymer, éd. 1709, t. 7, 747.

50 Caupenne, Landes, con de Mugron.

51 Arch. Dép. Gers (Archives du Grand Séminaire d’Auch), I 27 (n° 126). Publiée en annexe. Publiée auparavant avec des erreurs, des omissions et sans identification par Monlezun (1847), 444-445. Il apparaît dans les comptes du roi de Navarre, que ces 60 hommes d’armes et ces 60 pillards ont été guidés en Navarre de Saint-Jean-Pied-de-Port à Estella par Miguel de Sangüesa. Voir Castro, éd. 1955, t. 11, 192, n° 476 (Pampelune, 4 juillet 1378).

52 Wright 1983.

53 Laborie et al., éd. 2002.

54 Fowler 2001, 9 n. 33. AGN, Comptos, reg. 161, fol. 104-120v.

55 Contamine 1972, 21, n. 67.

56 Tucoo-Chala 1973.

57 Voir le traité de reddition du château de Lourdes aux troupes françaises l’assiégeant (Lourdes, 31 juillet 1407) : AN, J 302/123.

58 Turlande, cne de Paulhenc, Cantal, con de Saint-Flour-Sud.

59 Marcellin Boudet l’identifia par erreur avec un Breton qu’il nomma le bâtard de “Garlan”, Boudet 1912. Le traité passé entre lui et le comte d’Armagnac le 1er mai 1388 à Rodez le nomme bien “Bernad, borc de Garlenx”, voir Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 295, n° CLXVIII. La famille de Garlenx était originaire de Saint-Sever et de ses environs tout comme celle de Sort d’où était issu Ramonet de Sort, neveu de Bertrucat d’Albret. Dans un acte daté du 2 février 1265, on trouve côte à côte un Menaut de Garlenx, prévôt de Saint-Sever pour le roi d’Angleterre, et un Antoni de Sort, bayle de Saint-Sever pour l’abbé de cette ville. Arch. Dép. Landes, H 2, n° 8, 10, 11, 12 et 13. Publié sur : http://dzt-isto.chez-alice.fr/H2%2810%29.htm

60 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 345-349, n° CLXXV (compte de Oudinet Carlier, trésorier de Jean de Blaisy, 1391-1394).

61 Pour Courbefy : TNA, C 61/108, mbr. 9 (Westminster, 22 juillet 1401). Selon cet acte, les deux capitaines du château de Courbefy étaient alors nommés Walter Clifford et Robert Walton, ces deux connétables s’appelaient Peter de Boys et Henry Champayn, le receveur John Carnell et le portier Thomas Hervy. Courbefy, cne de Bussière-Galant, Haute-Vienne, con de Châlus.

62 L’expression “Anglais d’Angleterre” (Anglès d’Anglaterra) est particulièrement courante dans les sources périgourdines de la première moitié du xve siècle pour différencier les véritables Anglais des Périgourdins, Agenais et Gascons du parti anglais. Voir par exemple le Petit Livre Noir de la communauté de Périgueux, Arch. Dép. Dordogne, BB 13. Transcrit et publié par Jean Roux sur : http://www.perigordoccitan.fr/Paleographie/Livre_Noir/LNtexte.htm

63 Pour Bessous : TNA, C 61/109, mbr. 11 (Westminster, 10 avril 1402). Le capitaine du château de Bessous s’appelait James Man, son connétable William Radcliffe et son receveur Hugh Birkett. Bessous, cne de Ladignac-le-Long, Haute-Vienne, con de Saint-Yrieix-la-Perche.

64 BnF, Périgord 46, fol. 241v. : ymo ipsum tenebat quidam Anglicus vocatus Thomas Bontemps, et certi alii Anglici, qui erant omnes oriundi de regno Angliae et non permittebant introire infra eundem castrum aliquem ex dictis habitantibus, propter metum quem habebant quod illos exinde expellerent. Sur Thomas Galhart dit Bontemps qui servit quand il était jeune le captal de Buch Gaston de Foix selon la rémission d’un crime qu’il obtint du roi de France Louis XI en 1466, voir Bouchereau 1967.

65 En particulier Savy 2009, 62-87. Et aussi Boudet 1912, 97-99.

66 Pour une bonne synthèse générale des régions concernées par les routiers en France actuelle voir Butaud 2012.

67 Terrier de Loray 1877, 23, n. 2.

68 BL, Harley ms. 4763, fol. 170r-172r. Publiée en annexe.

69 Tucoo-Chala 1960-1, 106 n. 75. Lui et son frère Per-Arnaut de Béarn étaient fils de Pès de Béarn, bâtard du comte de Foix Gaston II de Foix († 1343).

70 Tucoo-Chala 1960-2 et Desplat 1967.

71 Durrieu 1885, 107-225. Serreslous, cne de Serreslous-et-Arribans, Landes, con d’Hagetmau.

72 Setton 1975, 126. Rubió y Lluch 1886, 30-31 et Rubió y Lluch, éd. 1947. Château d’Urtubie, cne d’Urrugne, Pyrénées-Atlantiques, con d’Hendaye ; château de Garro, cne Mendionde, Pyrénées-Atlantiques, con d’Hasparren et château de Laxague, à Asme, cne d’Ostabat-Asme, Pyrénées-Atlantiques con d’Iholdy. Seuls les seigneurs de Laxague étaient des seigneurs navarrais, mais ils possédaient également la seigneurie de Gentein dans la province de Soule qui était contrôlée par le roi d’Angleterre (Gentein, cne d’Ordiarp, Pyrénées-Atlantiques, con de Mauléon-Licharre).

73 Setton 1975, 109-110 et Setton 1973, 7-9. Les membres de cette branche des Caupenne (Caupena) ont été pris à tort pour des Catalans par Rubió i Lluch et Setton, alors que leur nom de famille ne correspond à aucune famille de la couronne d’Aragon et ne peut être rapproché que de la famille landaise des Caupenne. De plus, leurs prénoms (Antoni et Héliot) ont été utilisés également par les Caupenne gascons.

74 Russel 1955, 128 n. 1, 160. Medinaceli, comarca de Arcos de Jalón, province de Soria, communauté autonome de Castilla y León, Espagne.

75 Tucoo-Chala 1960-1, 105 n. 70.

76 Pour sa biographie, voir Pardo Rodríguez 2013. Voir la fiche de Bernat de Béarn (sous le nom de “Bernardo de Bearn”) sur le site de la Fondation de la maison ducale de Medinaceli : http://web.archive.org/web/20100621041446/http://fundacionmedinaceli.org/casaducal/fichaindividuo.aspx?id=53

77 Saige & Dienne, éd. 1900, t. 1, 285, n° CLXIV (Aurillac, 29 août 1379). Sur les bâtards d’Armagnac, même si l’auteur ne développe guère son propos sur les bâtards de cette période, voir Johans 2015.

78 Durrieu 1885, 15-104.

79 La Plagne Barris 1877 et Tholin 1877. Lustrac, cne de Trentels, Lot-et-Garonne, con de Penne-d’Agenais.

80 Monlezun (1847a), 499-501 pour une liste d’hommes d’armes combattant pour le comte d’Armagnac en 1372. Monlezun (1847b), 444 pour une montre d’hommes d’armes gascons effectuée par le Gascon Arnaut d’Espagne, sénéchal de Carcassonne (v. 1360), 445 pour la montre de la troupe de Pélegrin de Lavedan (3 février 1426), 445-446, pour une montre passée à Nîmes (25 avril 1430).

81 Éd. Luce et al 1931, t. 12, 96-116, et Froissart, éd. Lettenhove 1870, t. 11, 107-129. Sur la réalité de l’existence du Bascot de Mauléon, voir Pépin 2011b.

82 Éd. Luce et al. 1931, t. 12, 106 : “Je ne en sçay petit, excepté moy, qui ne aient esté tous occis sur les champs”, 107 : “A la fois ais-ge esté si rué jus que je n’avoie sur quoy monter, et l’autre fois riche assez, ainsi que les bonnes fortunes venoient”. Et Froissart, éd. Lettenhove 1870, t. 11, 119.

83 Éd. Luce et. al., t. 12, 96-97. Froissart, éd. Lettenhove 1870, t. 11, 108-109.

84 Montbrun, Cantal, cne de Lavastrie, con de Saint-Flour-Sud. Boudet, éd. 1900, 36.

85 Polignac, Haute-Loire, con du Puy-en-Velay-Nord, et Murat, Cantal, ch.-l. de con.

86 Boudet 1900, 293.

87 Lemaitre, éd. 1975, 67-139.

88 Ibid., 127, item 58. Analyse, 91-92. Aixe-sur-Vienne, Haute-Vienne, ch.-l. de con.

89 Viguier de la Pile 1846, 148-149 (Cognac, 31 mars 1416). Document publié par J.-H. Michon. Cognac, Charente, ch.-l. d’arrondissement, et Barbezieux, cne de Barbezieux-Saint-Hilaire, Charente, ch.-l. de con.

90 Il s’agit néanmoins d’une forte somme ! Boudet 1900, 316.

91 Aussel 1993a.

92 Barrière 1983.

93 Boudet 1900, 161-162. Roquenatou, cne de Marmanhac, Cantal, con d’Aurillac.

94 Marmier 1878, 108-109 et 265.

95 Galabert 1895. Puylagarde, Tarn-et-Garonne, con de Caylus. Sur la carrière de Ratier de Belfort et cet épisode voir Moureau 2013.

96 Aussel 1993. Costeraste, cne de Gourdon, Lot, ch.-l. con. Un Ramon ou Mondon Ébrard dit de Costeraste était encore un partisan des Anglais en 1372 et 1382 comme le démontre plusieurs entrées du rôle gascon de 1382 (TNA, C 61/95). Début 1379 il était également mentionné comme écuyer de Bertrucat d’Albret alors au service du roi de Navarre Charles II. Voir Castro, éd. 1955, t. 12, 112-113, n° 275 (mal identifié en tant que “Mondonebrat de Costa Rausta”).

97 Pépin 2006, 274, n. 64. Nanthiat, Dordogne, con de Lanouaille.

98 On trouve surtout ce type de témoignage à ce moment-là, car la guerre civile qui opposa les partisans du duc d’Orléans à ceux du duc de Bourgogne amena en masse pour la première fois des hommes d’armes gascons dans les régions situées au nord de la Loire, et ce pour de nombreuses années. Le comte d’Armagnac Bernard (Bernat en gascon) VII († 1418) domina le parti d’Orléans jusqu’à même lui donner son nom (les “Armagnacs”), ce qui renforça sans aucun doute la perception de la présence gasconne dans ces régions.

99 Tuetey, éd. 1881, 67-68.

100 Fenin, éd. Dupont 1837, 70 (événements de 1417) et 94 (événements de 1418).

101 Bellaguet, éd. [1839-1852] (1994), 342-343 (année 1414).

102 Vielliard, éd. 1941, 143, Bourges, 26 juin 1418 : “[…] meteren se per vila e maten arreu tot ço que cuydaven que fos de la partida de Armanyach e per que mils hi s’devenguessen lo crit se mogue que morissen tots los strangers, ço es Bretons, Gascons, Castellans e Catalans e Lombars e Genovesos en tal guisa que los morts son stat.IIIIm. o pus” Traduction française à la page 151.

103 Lettenhove, éd. 1873 : “Là fut traittié et appointié que tous les estrangiers, comme Lombars, Gascons, Espaignols, et ceulx des villes de France tenant à présent le party du dauphin, s’en yroient sauve corps et biens”.

104 Guichardin, éd. Fournel & Zancarini  1996, t. 1, 70.

105 Ibid., t. 2, 532.

Table des illustrations

Titre L’extension de la Gascogne au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Les forteresses routières en Aquitaine 1383-1384.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/16372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search