Version classiqueVersion mobile

Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans

Avant-propos

Frédéric Boutoulle et Guilhem Pépin

Texte intégral

1Figures incontournables des conflits de la fin du Moyen Âge et plus particulièrement de la guerre de Cent ans, les mercenaires et les routiers occupent une place non négligeable dans la construction des états monarchiques ainsi que dans cette phase de l’histoire militaire. Sous l’égide des pouvoirs royaux et princiers dotés de moyens fiscaux allant se renforçant, le processus de professionnalisation de la guerre affectant les armées de la fin du Moyen Âge, – processus par lequel on passe d’un ost fait de grands féodaux combattant au nom de la fidélité, à une armée faite de combattants soldés, puis, à partir des années 1430, à une armée de métier –, met ce type de combattant sur le devant de la scène. Pour les populations civiles, ils représentent aussi une forme de menace dont la fréquence constitue une nouveauté, compte tenu de leur capacité à vivre, durant les trêves qui émaillent les conflits de l’époque, en pillant et rançonnant les pays environnant leurs repaires. C’est d’ailleurs sur ce dernier trait de caractère que s’est forgée l’image habituellement associée aux routiers et aux mercenaires, celle de combattants sans foi ni loi, cruels, avides et vulgaires, à l’opposé de l’éthique courtoise du chevalier combattant.

2Si, individuellement ou collectivement, ces hommes d’armes ont souvent retenu l’attention des historiens, aucun colloque ne leur avait été consacré. Celui qui s’est tenu à Berbiguières, les 13 et 14 septembre 2013 s’est attaché au rôle qu’ont joué les routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans. Un panorama rapide permettra de se faire une idée de leur place dans l’historiographie (cf. bibliographie en fin de volume).

3Les recherches actuelles sur les routiers plongent tout d’abord leurs racines dans les vieux travaux de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxe siècle s’intéressant au phénomène routier, qui, bien que vieillis, restent solides et souvent bien documentés. Citons par exemple la biographie du Périgourdin Arnaut de Cervole dit l’Archiprêtre par Aimé Cherest (1879), les biographies de quelques chefs routiers “gascons” actifs en Italie par Paul Durrieu (1885), les biographies de routiers périgourdins ou agissant en Périgord suivies par une édition du Livre de vie de Bergerac par Émile Labroue (1891), le récit des aventures italiennes des Bretons dirigés par Sylvestre Budes de Léon Mirot (1897), l’article de Clément-Simon sur Jean de la Roche, un chef routier de la première moitié du xve siècle (1895), sans oublier le travail de Siméon Luce sur le jeune Bertrand du Guesclin (1876). Dans les travaux plus généraux, mentionnons l’ouvrage de Georges Guigue (1886) sur les routiers qui gagnèrent en 1362 la bataille de Brignais, qui avait été précédé par un travail plus faible de Paul Allut en 1859. Sur l’espace géographique concerné plus particulièrement par les routiers anglo-saxons, nous pouvons citer le très précieux Rouergue sous les Anglais de l’abbé Rouquette (1887), les nombreux travaux de Marcellin Boudet sur la région de Saint-Flour et d’Aurillac, en particulier son édition des registres du consulat de Saint-Flour, ou même son étude sur le bâtard de Garlenx, le chef Gascon Landais de la garnison du château d’Alleuze, quand bien même Boudet l’identifia par erreur avec un Breton (sous le nom de bâtard de “Garlan”), ou encore le livre de Jacques Monicat portant sur les compagnies routières en Velay qui fut précédé par celui de Ferdinand André sur leurs actions dans la province voisine du Gévaudan. Malheureusement les tendances de l’histoire médiévale française à partir des années 1930, en particulier par l’influente école dite des Annales, ont éloigné pour longtemps les historiens médiévistes de l’étude du phénomène routier.

4Et si l’impressionnante thèse d’État de Philippe Contamine publié en 1972 a permis la réhabilitation progressive de l’histoire militaire au sein des études médiévales françaises – un sujet qui fut néanmoins toujours travaillé par les médiévistes britanniques comme le prouvent les nombreuses études de Michael Jones, Christopher Allmand, Kenneth Fowler ou Anne Curry – le regard ne s’est porté qu’assez récemment sur les troupes plus “irrégulières” de routiers. Philippe Contamine a abordé le sujet en 1975 avec une étude sur les compagnies d’aventure, dans le même temps l’important ouvrage de Michael Mallett sur les mercenaires en Italie (1974) concernait une période plus tardive. Il faut attendre les années 1990 pour voir de nouveaux travaux sur ce sujet, d’abord celui de William Caferro sur les rapports des mercenaires avec la république de Sienne (1998) suivi en 1999 par la thèse toujours inédite d’Armand Jamme et le tout récent livre de Christophe Masson sur les guerres italiennes de la fin du xive siècle (2014).

5Un ouvrage anglais a aussi attiré à nouveau l’attention sur les routiers du xive siècle : Medieval Mercenaries publié en 2001 par Kenneth Fowler sur les Grandes Compagnies des années 1360. L’intérêt pour les mercenaires et les routiers ne se dément pas depuis, qu’on les aborde pour eux-mêmes ou au sein d’études plus générales sur la guerre de Cent Ans et ses hommes d’armes. Nous pouvons relever la publication de nouvelles biographies de chefs de compagnies comme celle de William Caferro sur l’Anglais John Hawkwood actif en Italie de 1363 à sa mort en 1394 (2006), ou celle de Valérie Toureille portant sur le chef écorcheur Lorrain Robert de Sarrebrück qui a vécu au xve siècle, sans nul doute la période la moins étudiée pour ce type de combattants (2014). On trouve en 2006 la publication par Geoffrey Grill d’une synthèse sur les grandes compagnies en Alsace et Lorraine menées par Arnaut de Cervole et Enguerrand VII de Coucy. Enfin en 2008 paraissait un recueil d’articles s’intéressant aux mercenaires de l’ensemble du Moyen Âge, sous la direction de John France. Un petit livre de synthèse fut également publié en 2012 par Germain Butaud. Enfin nous pouvons noter au passage la publication récente d’études sur les chevaliers bretons de l’époque de Bertrand du Guesclin par Frédéric Morvan (2014) et sur l’armée des rois de Navarre traitant partiellement de ce sujet par Jon Andoni Fernández de Larrea Rojas (2013). Et tout récemment la biographie du chef routier gascon Bertrucat d’Albret par Nicolas Savy (2015).

6Dans l’ensemble cependant la place des mercenaires et routiers dans la guerre de Cent ans a longtemps été quelque peu oubliée, passée sous silence, voire caricaturée, bien que ces troupes “irrégulières” aient joué à l’occasion un rôle essentiel comme lors de la guerre entre le roi de Castille Pierre le Cruel et son demi-frère Henri de Trastamare (1366-1369). Le plus souvent, ils ont perpétué l’état de guerre par une “guerre de basse intensité” quand les moyens des belligérants “officiels” étaient limités. Ce fut particulièrement le cas pour les hommes d’armes reconnaissant officiellement l’autorité du roi d’Angleterre qui occupèrent en son nom de nombreuses forteresses dans le royaume de France entre la bataille de Poitiers (1356) et le traité de Brétigny (1360), puis entre 1370 et 1393. Ce phénomène exista également au xve siècle, mais sur une zone plus limitée (sur les frontières du duché d’Aquitaine anglo-gascon, Périgord, Angoumois, Saintonge, etc.), et fut parfois d’une nature différente (avec les “écorcheurs”). La plupart de ces routiers étaient originaires d’un nombre limité de pays et régions impliquées dans le conflit : Angleterre, duché d’Aquitaine (Gascogne, Agenais et Périgord) et Bretagne. Le lecteur pourra constater que le rôle des routiers et mercenaires n’a pas toujours été le même au cours de la guerre de Cent Ans suivant la région concernée, et que ces hommes oscillaient entre service au prince et actions autonomes. Si le côté imprévisible de ces troupes ne fut pas toujours gênant tant qu’elles servirent indirectement un prince en vivant sur le pays, il le devint lorsque les princes désirèrent signer la paix ou compter sur des troupes sûres. Leur existence et les problèmes qu’ils créèrent expliquent d’ailleurs sans doute en partie la volonté du roi de France Charles VII de créer et organiser une armée permanente.

  • 1 Voir BnF, Périgord 11, fol. 128.

7Nous tenons ici à remercier chaleureusement M. et Mme Jonathan Sumption qui ont accueilli ce colloque dans leur château de Berbiguières, en Périgord, une place dont on sait qu’elle a été occupée par des routiers “anglais”, parmi lesquels le chef routier Bertran d’Abzac (jusqu’en 1414)1. Le Périgord n’était pas un théâtre hors de propos pour la tenue d’un colloque sur les routiers et les mercenaires au Moyen Âge dans le cadre des conflits de la guerre de Cent ans. L’ancien comté de Périgord est marqué par la présence des routiers depuis la fin du xiie siècle, avec le célèbre Mercadier, mercenaire de Richard Cœur de Lion, qui avait reçu du roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine, vers 1195, les châtellenies de Beynac et Bigarroque. Puis, plus tard, avec un autre routier célèbre, Martin Algais, nommé sénéchal du Périgord et de Gascogne par Jean sans Terre, qui rallie ensuite Raimond VI de Toulouse avec son château de Biron, avant de finir écartelé et pendu par Simon de Montfort en 1212.

8Le Périgord est aussi, pendant la guerre de Cent ans, le théâtre des opérations des routiers du conflit qui sillonnent le comté et les voisins, Limousin et Quercy. Ils y exercent à de nombreuses reprises une douloureuse pression sur les habitants, comme le montre éloquemment le Livre de vie de Bergerac qui détaille par le menu les exactions des garnisons installées dans les châteaux des environs de Bergerac entre 1379 et 1382.

  • 2 Butaud 2012, 39, 55-62.

9Le Périgord est enfin un pays de routiers et de mercenaires à la fin du Moyen Âge. Parmi les 124 capitaines des grandes compagnies recensées par Germain Butaud 8 sont des Périgourdins, un chiffre certes moins important que celui des routiers Gascons et Anglais individualisés par le même auteur (respectivement 32 et 38), mais qui est un bon témoignage des effets de l’insécurité générées par le conflit et de la place du Périgord entre les belligérants2. Parmi ces routiers périgourdins sur lesquels reviendront quelque unes des communications, Séguin de Badefols, fils de Séguin de Gontaud (1330-1366), un des “capitaines souverains”, qui combat à Poitiers en 1356, met à sac le Languedoc en 1361 avec Bertrucat d’Albret, puis l’Auvergne 1363, avant de finir empoisonné par le roi de Navarre en 1366. Autre périgourdin célèbre, Arnaud de Cervole, surnommé l’Archiprêtre en raison du bénéfice ecclésiastique de Vélines, situé aux confins occidentaux du Périgord, qu’il occupe jusqu’en 1353, avant de verser dans la carrière militaire et de commander une des premières grandes compagnies, dès 1357. Moins connus, Arnauton de Badefols, Chopin de Badefols, fils probable de Séguin de Badefols ou le bâtard de Monsac qui a capturé Arnaud de Cervole.

10Qu’ils soient du Périgord, d’Aquitaine ou d’ailleurs, ces hommes d’armes valent qu’on s’intéresse à eux, et pas seulement pour dépasser, une fois de plus, l’imagerie d’Épinal qui leur colle à la peau. Quoique partie prenante des évolutions militaires, politiques et sociales, brièvement esquissées plus haut, s’agissant en quelque sorte d’une forme de prisme des changements en cours, les mercenaires et les routiers de la guerre de Cent ans conservent bien assez de zones d’ombre à éclaircir. Parmi les enjeux que l’on peut d’ores et déjà pointer, se pose d’emblée la question de la définition de ce groupe de combattant aux contours incertains, dès lors que le service militaire des vassaux est également soldé, et que, dans la carrière d’un homme d’armes – telle celle du Bascot de Mauléon rapportée par Froissart –, les phases d’exercice du service “régulier”(dans le cadre du servicium debitum ou d’une lettre de retenue) alternent avec des périodes où les “compagnons“, désœuvrés par les trêves, poursuivent les opérations pour leur propre compte. Et dans ce milieu poreux, les représentants de l’aristocratie paupérisée ou ceux qui sont issus de la paysannerie armée partagent fréquemment des mêmes idéaux, de courage, de prouesse, d’honneur, de prodigalité, de fidélité au chef, caractéristiques de l’éthique chevaleresque.

11Pour tenter de mieux cerner ce type de combattant des armées de la fin du Moyen Âge, la méthodologie choisie ici combine plusieurs types d’approches. Biographique d’une part, pour notamment mieux apprécier la complexité des parcours individuels et les passages d’un état à l’autre. Prosopographique ensuite, grâce aux listes de combattants établis pour le compte des souverains et que l’on peut verser dans des bases de données pour en extraire de suggestifs thesaurus. Il s’agit de dépasser l’histoire évènementielle à laquelle ne se cantonne plus l’histoire militaire, pour aborder les groupes sociaux que forment ces combattants et que certaines sources nous permettent d’étudier de manière quasi anthropologique : à travers par exemple, les valeurs auxquelles ils s’identifient ou la spécificité de leurs comportements, durant et après les combats. L’angle anthropologique permet également de mieux déterminer leur impact sur les populations locales, et de voir comment celles-ci s’adaptent et réagissent aux formes de violence que leur font subir les prédations des routiers. Le programme aborde donc l’activité des routiers et des mercenaires sous plusieurs aspects, militaires, politiques et sociaux, à travers des cas de figure qui nous transportent au-delà de l’Aquitaine, jusqu’en Ile-de-France, en Provence, en Lorraine ainsi que vers la lointaine Prusse.

12Notre hôte Jonathan Sumption, aujourd’hui Justice of the Supreme Court du Royaume-Uni et auparavant l’un de ses avocats les plus talentueux, est également un médiéviste accompli. Depuis 1990, il a entrepris de publier une histoire chronologique de la guerre Cent Ans dont l’avant-dernier volume portant sur la période 1399-1422 vient de paraître en août 2015 (Cursed Kings : The Hundred Years War IV). Cette vaste entreprise, que l’on qualifierait en France de travail de Bénédictins et qui a été comparée aux longs travaux britanniques publiés à l’époque de la reine Victoria, détonne certes quelque peu dans l’historiographie actuelle. Son parti-pris chronologique s’oppose aux plans thématiques – plus rarement chrono-thématiques – suivis par la plupart des travaux actuels. Les deux démarches sont d’autant plus complémentaires que, contrairement aux idées reçues, ces travaux de base manquent parfois cruellement. Ces synthèses reposent en outre sur la consultation d’un grand nombre de sources manuscrites inédites autant en France qu’au Royaume-Uni sans se limiter aux grands dépôts nationaux. Cette approche originale met ainsi la lumière sur des faits inconnus auparavant sans manquer de conduire les lecteurs vers les travaux de référence. Cette série d’ouvrages fondamentaux mériterait d’ailleurs selon nous d’être traduite en français pour en faciliter l’accès au public francophone, d’autant qu’il ne s’agit pas d’un travail anglo-centré. Pour toutes ses raisons, il a paru opportun de dédier à J. Sumption la publication des actes de ce colloque.

13Outre M. et Mme Sumption, les organisateurs tiennent à remercier pour leur soutien et pour leur participation au colloque de Berbiguières et à la présente publication, les institutions et personnes suivantes : l’UMR Ausonius et son directeur Jérôme France, le Labex LaScArBx (Laboratoire des sciences archéologiques de Bordeaux) et sa directrice Valérie Fromentin, le GDR 3434 France-Îles Britanniques et son directeur Jean-François Dunyach, l’université Bordeaux Montaigne, le pôle audiovisuel de l’université Bordeaux-Montaigne, dont Philippe Detaevernier et Jean-François Dubern grâce à qui les vidéos du colloque sont en ligne sur le site de la Web TV Montaigne, les éditions Ausonius ainsi que Françoise Lainé pour sa précieuse assistance à tous les stades de cette manifestation, jusqu’à la correction des épreuves.

Notes

1 Voir BnF, Périgord 11, fol. 128.

2 Butaud 2012, 39, 55-62.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search