Version classiqueVersion mobile

Comment écrire sur les empereurs ?

 | 
Pauline Duchêne

L’élaboration du portrait de chaque empereur

Texte intégral

1Nous abordons ce qui se révèle petit à petit comme l’objectif principal de nos deux auteurs : fournir à leur public une représentation des différents Princes qui se sont succédés au ier siècle. Cette primauté n’est pas étonnante dans le cas de Suétone, étant donné son choix du genre biographique. Elle peut l’être pour Tacite, mais l’étrangeté apparente d’une telle focalisation ne résiste pas à un examen des conditions historiques dans lesquelles les Histoires et les Annales ont été rédigées : dans une société où le pouvoir est aux mains d’une seule personne, il est normal que l’historiographie analyse les événements au prisme de cet individu et s’interroge sur sa manière de gouverner et l’adéquation plus ou moins grande de son caractère aux poids de telles responsabilités.

  • 1 Qui a parfois déjà été réalisée : cf. par exemple Baar 1990 pour Tibère ou Lefebvre 2017 pour Nér (...)

2Le but de ce chapitre n’est cependant pas d’étudier dans les moindres détails le portrait de tous les empereurs de notre corpus, car chacun d’eux mériterait une monographie à part1. Ce qui retiendra notre attention seront les différents courants historiographiques qui ont contribué à leur élaboration et qui sont perceptibles dans les textes étudiés ici : certains sont très visibles, car ils ont été choisis comme principal color par nos auteurs, d’autres subsistent seulement sous forme de traces, saisies dans les incohérences ou les paradoxes décelables dans les replis du tissu narratif. La question de l’apport de Tacite et Suétone à ces traditions se posera périodiquement : bien qu’il soit souvent difficile à évaluer, en particulier pour les événements les plus anciens dont “l’histoire historiographique” était déjà longue au moment de la rédaction de notre corpus, il serait absurde de considérer que nos deux auteurs se sont contentés de les reprendre tels quels, alors que tout ce que nous avons étudié jusqu’ici porte des marques évidentes de réappropriations, réinterprétations et transformations.

  • 2 Chapitre 3, 101-115.

3La question de la vérité historique sous-jacente à ces portraits ne sera pas non plus notre principal objectif, car nous ne cherchons pas ici à évaluer dans quelle mesure ces textes peuvent servir de base à un ouvrage d’histoire, mais à comprendre comment ils se sont littérairement formés. Dans cette perspective, la connaissance des réalités du ier siècle nous est sans aucun doute utile : elle nous a permis, par exemple, de comprendre pourquoi la retraite de Tibère à Capri a donné lieu à autant de fantasmes2 et nous ne pourrons éviter de nous demander en quoi les représentations que nous avons de Claude reposent sur son comportement effectif. Mais nous verrons aussi que ces portraits ne visent pas à montrer au lecteur comment les différents empereurs étaient réellement, que nos auteurs aient été de bonne foi ou non en cela, mais à donner d’eux une image particulière, qui s’inscrit dans un réseau de relations beaucoup plus complexe que le seul rapport avec la vérité historique.

Tibère

  • 3 Notamment Pippidi 1938 ; Döpp 1972 ; Cizek 1977, 91-103 ; Giua 1978 ; Baar 1990 ; Devillers 1994, (...)
  • 4 Tac., Ann., 4.6.1.
  • 5 Tac., Ann., 4.4.3-7.1.
  • 6 La mort de Livie apparaît comme un autre moment-clé du règne (cf. Tac., Ann., 5.3.1), mais c’est (...)

4La structure narrative du règne de Tibère a été beaucoup étudiée3, parce qu’elle a des répercussions nettes sur la façon dont cet empereur a été dépeint, divisant son règne et, dès lors, son portrait en deux parties nettement distinctes : d’un côté, un empereur plutôt bon, même s’il n’est pas parfait ; de l’autre, un homme s’enfonçant irrémédiablement dans une cruauté jusque-là réprimée. Le passage de l’une à l’autre est explicitement signalé chez Tacite4, qui procède alors à un bilan de la première partie du règne5 et présente la mort de Drusus II comme son tournant6 :

Quae cuncta, non quidem comi uia, sed horridus ac plerumque formidatus, retinebat tamen, donec morte Drusi uerterentur : nam, dum superfuit, mansere, quia Seianus, incipiente adhuc potentia, bonis consiliis notescere uolebat et ultor metuebatur non occultus odii, sed crebro querens, incolumi filio, adiutorem imperii alium uocari

“Et toute cette manière de faire, certes pas de manière affable, mais revêche et inspirant souvent la peur, il la conservait cependant, jusqu’à ce que la mort de Drusus la change : en effet, tant qu’il fut vivant, elle demeura en vigueur, parce que Séjan, dont la puissance ne faisait que commencer, voulait se faire remarquer par ses bons conseils et craignait un vengeur qui ne cachait pas sa haine pour lui, mais se plaignait souvent que, alors que son fils n’était pas affaibli, Tibère appelât un autre à son aide pour gouverner.” (Tac., Ann., 4.7.1)

  • 7 Sur la façon dont les Romains ne conçoivent pas qu’on puisse changer de caractère au cours de la (...)
  • 8 Pour Koesterman 1965, ad loc., 57, cette remarque sur les bons conseils de Séjan renvoie sans dou (...)
  • 9 Cf. par exemple, Suet., Cal., 22.1 ou encore Suet., Nero, 19.5. Ce peut être un signe de ce que l (...)
  • 10 Les morts de Germanicus et Drusus II sont toutefois également mentionnées : cf. Suet., Tib., 39.1 (...)
  • 11 Pippidi 1938, en particulier p. 280-297.
  • 12 Giua 1991.

5Le comportement de Tibère apparaît déjà comme peu aimable (non quidem comi uia), revêche (horridus) et effrayant (formidatus), ce qui sous-entend que l’empereur n’a en réalité pas vraiment changé de caractère au contact du pouvoir : il était ainsi dès le début, mais il s’efforçait de se contenir (retinebat)7, car la personne qui l’amena ensuite à cesser de le faire, Séjan, voyait encore son influence contrée par Drusus II, le fils de l’empereur8. Chez Suétone, cette division est moins marquée que pour d’autres empereurs9, mais elle reste explicite et advient au moment du départ pour Capri10. Le long passage traitant des débauches impériales de l’empereur sur l’île assume ainsi un autre rôle : il permet aussi, narrativement, de distinguer une période où Tibère se contrôlait encore et une autre où il laissait libre cours à ses désirs. Pour D. M. Pippidi, ce contraste serait le fait de deux traditions concurrentes, l’une datant du règne de Tibère lui-même et donc favorable, l’autre apparue après sa mort, d’où une présentation beaucoup plus négative11. De fait, M.-A. Giua décèle des traces de partition dès l’œuvre de Sénèque12, ce qui signifie que sa mise en place a eu lieu rapidement.

  • 13 Vell. 2.114.1-3 et chapitre 4, p. 134-135.
  • 14 Döpp 1972.
  • 15 La façon dont il traite de sa retraite à Capri au chapitre 3, p. 101-115.
  • 16 Sen., De Clem., 1.1.6 : nemo iam diuum Augustum nec Tiberii Caesaris prima tempora loquitur, “per (...)
  • 17 Tac., Ann., 1.10.7 et Suet., Tib., 21.4.
  • 18 Suet., Tib., 21.5-10.
  • 19 Une autre manifestation de ce courant visant à “innocenter” Auguste du mauvais gouvernement de Ti (...)

6La tradition favorable à Tibère est assez visible chez Suétone. Nous avons déjà noté qu’il reprend à son propos le stéréotype du bon général, vraisemblablement beaucoup développé par la propagande contemporaine, comme en témoignent les Histoires de Velléius Paterculus13. Le regroupement des différentes catégories entre les qualités et les bonnes actions d’un côté et les vices et les crimes de l’autre contribue sans aucun doute également à accentuer cette impression d’un gouvernement contrasté14. Il est néanmoins étonnant que Suétone, qui est loin d’avoir de la sympathie pour Tibère15, présente quand même le début de son règne sous un jour aussi positif. Certes, cette période paraît avoir été unanimement reconnue comme plutôt bonne16, mais un autre critère doit être pris en compte : caractériser les premières années de Tibère par un gouvernement relativement correct a aussi (et peut-être surtout) comme avantage de confirmer le choix d’Auguste, accusé d’avoir choisi son successeur en sachant qu’il serait un mauvais empereur, afin d’être sûr qu’on regrette son propre règne après sa mort17. Suétone intervient même en personne pour réfuter cette version et cite ensuite de nombreux extraits de la correspondance du premier Prince, afin de démontrer que celui-ci avait une très bonne opinion de son héritier18. La bonne première partie de son règne joue dès lors le rôle de confirmation : Auguste avait raison de penser que Tibère serait à la hauteur, puisque, au début, tout s’est plutôt bien passé et que ce n’est qu’ensuite que la situation s’est aggravée19.

  • 20 Tac., Ann., 1.4.1 et Koestermann 1963, ad loc., p. 74 : “Nach Überzeugung des Tacitus war die sch (...)
  • 21 “au début [il se conduisit] de manière tout à fait civile et à peine comme moins qu’en simple par (...)

7Tacite, lui, a une image d’Auguste nettement plus mitigée, car son résumé de sa prise de pouvoir, notamment, montre clairement que le régime mis en place était parfaitement autocratique20. Cette conscience explique sans doute la différence de réaction de l’historien, là où Suétone réfute avec vigueur les bruits défavorables : il les insère au sein d’un diptyque de jugements positifs et négatifs exprimés par la foule, mais ne cherche pas ensuite à intervenir pour en diminuer l’impact sur son lecteur. Sa position vis-à-vis du choix de Tibère comme héritier est donc différente, ce qui lui permet de prendre de la distance par rapport aux premières années de son règne. Il s’applique ainsi à miner de l’intérieur les éléments positifs, soit en les contrant, soit en les présentant comme des annonces de la seconde partie négative. Ainsi, lorsque le biographe déclare que Tibère se montra ciuilem admodum inter initia ac paulo minus quam priuatus21, Tacite, en parlant de son respect du Sénat, ajoute :

Non tamen ideo fidem faciebat ciuilis animi : nam legem maiestatis reduxerat

“Toutefois, son comportement civil n’inspirait pas tant que que cela confiance ; il avait en effet remis en vigueur la loi de lèse-majesté” (Tac., Ann., 1.72.2).

  • 22 Koestermann 1963, ad loc., p. 236 : “Eine solche Möglichkeit hat also Tacitus auch für Tiberius v (...)
  • 23 Tac., Ann., 1.75.1.
  • 24 Goodyear 1981, ad loc., p. 166 : “The idea that Tiberius was never sated is gratuitously damaging (...)
  • 25 Koestermann 1963, ad loc., p. 245, parle à ce propos de “zweischneidiges Schwert”. Goodyear 1981, (...)
  • 26 Chapitre 4, 158.
  • 27 Sur la mise en place de ce stéréotype, cf. Duchêne 2014.
  • 28 La plus visible est le retour sur les vices de Tibère avant Capri et leur influence dans l’attrib (...)

8Un comportement civil est donc reconnu à Tibère, mais il est immédiatement soupçonné de n’être qu’une apparence, en raison de la remise en vigueur de la lex maiestatis22. Un procédé similaire est utilisé pour les premières interventions judiciaires du nouvel empereur23, où l’influence de Tibère est présentée comme positive, mais presque à contre-cœur : le recours au participe satiatus annonce la multiplication des procès qui aura lieu ensuite24 et l’accent est davantage mis sur la corruption de la liberté que sur la victoire de la vérité25. Le rapprochement avec Néron au moment de la passation de pouvoir26 est vraisemblablement aussi en lien avec ce type de manœuvre littéraire : la figure du dernier Julio-Claudien était déjà suffisamment bien établie comme stéréotype du mauvais empereur pour être utilisée en sous-texte à propos d’un de ses prédécesseurs27. Un tel récit en demi-teinte ne devait pas être le propre de Tacite, car Suétone aussi, une fois passé à la seconde partie de sa biographie, réinterprète un certain nombre de décisions qu’il avait pourtant présentées auparavant comme positives28. Même sa présentation de la bonne façon dont l’empereur commença par s’occuper de la justice est introduite par une formule ambivalente :

Paulatim principem exeruit praestititque etsi uarium diu, commodiorem tamen saepius et ad utilitates publicas proniorem. Ac primo eatenus interueniebat ne quid perperam fieret.

“Peu à peu, il révéla et montra le prince en lui, bien que longtemps de manière variable, mais cependant plus souvent avec assez de bienveillance et assez d’inclination à rechercher l’intérêt de l’État. Et tout d’abord il intervenait juste assez pour qu’aucun abus n’arrivât.” (Suet., Tib., 33.1-2)

9L’action judiciaire de Tibère est sans aucun doute positive ici : elle est bienveillante (commodiorem), soucieuse des intérêts publics (ad utilitates publicas proniorem) et a pour seul but d’empêcher les abus (eatenus interueniebat ne quid perperam fieret). Elle apparaît pourtant dans le texte sous le signe du tyran à venir (paulatim principem exeruit praestititque). La remarque etsi uarium diu donne l’impression que Suétone est embarrassé par cette perspective et s’empresse de la contrebalancer, en précisant que la tyrannie ne s’exerça pas tout de suite pleinement. Les différents éléments d’insistance qui suivent (comparatifs commodiorem et proniorem, construction eatenus... ne) semblent aussi des tentatives de compensation de cette phrase d’amorce négative. Le biographe a l’air obligé de présenter ainsi ces éléments, alors qu’il n’adhère pas à cette présentation qui ne correspond pas à sa nette délimitation entre partie positive et partie négative. La réinterprétation péjorative des premières années de Tibère avait donc un poids plus grand dans la tradition historiographique que leur description comme une période entièrement positive : le public s’attendait à ce genre de remarque, d’où cette mention à contre-cœur par Suétone.

  • 29 Sur le recours à ces traits dans l’historiographie romaine, cf. Galtier 2011, 184-191. Cet ouvrag (...)
  • 30 Pour une étude systématique et souvent descriptive de ces catégories chez Tacite, Suétone et Cass (...)
  • 31 Princeps antiquae parsimoniae (Tac., Ann., 3.52.1). Cf. aussi C.D. 57.10.5.
  • 32 Suet., Tib., 46.1.
  • 33 Tac., Ann., 6.15.2-3. À la suite de son analyse de la question, Baar 1990, 19-32, propose très ju (...)

10La seconde partie du règne de Tibère bénéficie d’une présentation plus homogène, car elle est caractérisée, chez nos deux auteurs, par une application manifeste et systématique du stéréotype du tyran, ce qui donne à penser qu’il devait en être de même dans la majorité de leurs sources. Ici aussi, le regroupement suétonien entre qualités d’un côté, défauts de l’autre rend le procédé tout particulièrement visible dans le Tiberius. Son portrait de Tibère après la mort de Drusus II reprend toutes les caractéristiques du tyran29, ainsi que le montre bien l’enchaînement de ses catégories : abandon total des affaires de l’État pour ne s’intéresser qu’à ses plaisirs (Suet., Tib., 41) ; dérèglements en tous genres, notamment sexuels (Suet., Tib., 42-49) ; cruauté envers tous, y compris ses proches (Suet., Tib., 50-62) ; peur perpétuelle (Suet., Tib., 63-65) ; haine de la part de tous (Suet., Tib., 66) ; dégoût de soi-même (Suet., Tib., 67). À cela s’ajoute la dissimulation, illustrée partout30. Le recours à ce stéréotype ne se fait pas sans quelques arrangements. Suétone ne peut par exemple pas présenter Tibère comme un personnage avide d’amasser de l’argent, car il était au contraire connu pour être un “prince d’une économie digne des anciens temps”31 : le biographe ne le qualifie donc pas d’auidus ou de cupidus, mais de pecuniae parcus ac tenax32. De même, la peur perpétuelle qu’il décrit est assez peu visible chez Tacite : elle ne peut être déduite que de la demande de l’empereur d’être accompagné de soldats lorsqu’il se rendrait au Sénat33.

  • 34 Sur les incohérences qu’elle a provoquées dans le récit du règne de cet empereur, cf. Giua 1978.
  • 35 Suet., Tib., 52.1-3.
  • 36 Par exemple Suet., Tib., 21.4 et 51.3. Cette austérité pouvait découler directement de l’éducatio (...)

11Le texte de l’historien met en effet en évidence qu’une application systématique du stéréotype du tyran ne convient pas bien à la figure de Tibère34. Cette incompatibilité est assez visible dans le traitement de ses relations avec son fils. Pour Suétone, elles furent marquées par la haine35, parce que Drusus II menait une vie “assez dissolue et relâchée” (fluxioris remissiorisque) tandis que Tibère était connu pour l’austérité de ses mœurs36. Mais son amour paternel n’était pas non plus remis en cause par cette différence, comme le montre bien un extrait de Tacite :

Edendis gladiatoribus, quos Germanici fratris ac suo nomine obtulerat, Drusus praesedit, quamquam uili sanguine nimis gaudens ; quod <in> uulgus formidolosum et pater arguisse dicebatur. Cur abstinuerit spectaculo ipse, uarie trahebant : alii taedio coetus, quidam tristitia ingenii et metu comparationis, quia Augustus comiter interfuisset. Non crediderim ad ostentandam saeuitiam mouendasque populi offensiones concessam filio materiam, quamquam id quoque dictum est.

“Drusus présida à l’organisation des jeux de gladiateurs qu’il avait obtenus au nom de son frère et du sien propre, se réjouissant trop à la vue de ce sang vil ; cela avait effrayé le peuple et son père, disait-on, le lui avait reproché. Quant à pourquoi Tibère lui-même s’était abstenu du spectacle, les explications différaient : pour les uns, c’était par dégoût des rassemblements ; pour certains, à cause de la tristesse de son caractère et de sa peur de la comparaison, parce qu’Auguste y avait assisté de bonne grâce. Je ne saurais croire que c’était pour fournir à son fils matière à montrer sa cruauté et provoquer le mécontentement du peuple, bien qu’on l’ait dit aussi.” (Tac., Ann., 1.76.3-4)

  • 37 Cf. aussi C.D. 57.13.1-2, qui apporte que le tranchant de certaines armes aurait été nommé à part (...)
  • 38 Tac., Ann., 2.43.5.
  • 39 Sen., Cons. ad Marc., 4.2. Dion aussi réfute tant l’empoisonnement de Drusus par Tibère que la ha (...)

12Des traces d’une tradition négative concernant Drusus II sont visibles à travers les deux références à sa cruauté (uili sanguine nimis gaudens chez Suétone ; ad ostentandam saeuitiam chez Tacite)37. En revanche, la possibilité que Tibère ait cherché à nuire à son fils est formellement réfutée par l’historien, qui intervient personnellement à cette occasion. Ailleurs, il affirme même que l’empereur préférait nettement Drusus à Germanicus38. Il y a peut-être là l’effet d’une autre tradition qui, malgré les griefs contre Tibère, présentait néanmoins son comportement à la mort de son fils comme un exemple de force d’âme39. De fait, là où Suétone présente la fin rapide du iustitium comme un signe d’indifférence et, dès lors, de haine de la part de l’empereur, Tacite, lui, ne prend pas parti :

Ceterum Tiberius per omnes ualitudinis eius dies, nullo metu an ut firmitudinem animi ostentaret, etiam defuncto necdum sepulto, curiam ingressus est.

“Mais Tibère, pendant tous les jours que dura sa maladie, parce qu’il ne craignait rien ou pour montrer sa force d’âme, même une fois qu’il fut mort et non encore enterré, se rendit à la Curie.” (Tac., Ann., 4.8.2)

  • 40 Koesterman 1965, ad loc., p. 59 : “Wie haüfiger kann sich der Historiker der Wirkung des imponier (...)
  • 41 La tradition historiographique négative a manifestement continué à essayer de faire disparaître c (...)

13Le seul indice d’une possible interprétation négative du comportement de l’empereur est l’expression nullo metu, qui amène à se demander ce qu’il ne craignait pas : la mort de son fils ? la menace de cet éventuel rival ? C’est plutôt la thèse de la force d’âme qui se dégage de ce passage : l’ablatif absolu etiam defuncto necdum sepulto souligne notamment l’obstination de Tibère à continuer à s’occuper des affaires publiques, même en plein deuil. Mais le verbe ostentare sous-entend qu’il s’agit d’une fausse image que l’empereur cherche à donner de lui, comme si Tacite avait lui-même du mal à lui reconnaître une certaine grandeur40. Ce passage montre ainsi que l’exemple de Tibère faisant preuve de force d’âme devait être assez répandu et ancré dans la pensée romaine, malgré un portrait d’ensemble presque entièrement négatif41. Si Suétone n’a pas hésité à l’écarter, afin de parfaire son image de tyran, Tacite, lui, a jugé nécessaire d’y faire quand même allusion, ce qui l’empêchait de soutenir que l’empereur détestait aussi son fils naturel.

  • 42 Tac., Ann., 4.7.1.

14Si l’historien paraît quelque peu gêné par une application systématique à Tibère du stéréotype du tyran, c’est peut-être parce que, à la différence de Suétone, il s’interroge sur la responsabilité de Séjan. L’importance de son influence est soulignée, dans les Annales, dès le tournant du règne42, mais notre corpus contient les traces de deux traditions diamétralement opposées à son sujet : l’une l’accusait de tous les crimes commis durant ce principat ; l’autre, au contraire, l’en déchargeait pour incriminer seulement l’empereur. Fidèle à son principe d’étroite focalisation sur la figure du Prince, Suétone a choisi de reprendre la seconde, comme le montre bien sa remarque à propos de la cruauté de Tibère :

Mox in omne genus crudelitatis erupit, numquam deficiente materia, cum primo matris, deinde nepotum et nurus, postremo Seiani familiares atque etiam notos persequeretur ; post cuius interitum uel saeuissimus extitit. Quo maxime apparuit, non tam ipsum ab Seiano concitari solitum, quam Seianum quaerenti occasiones sumministrasse.

“Bientôt, il se jeta dans toutes sortes de cruautés, la matière ne lui manquant jamais, comme il poursuivait tout d’abord les proches et même les connaissances de sa mère, puis de ses petits-fils et de sa belle-fille, enfin de Séjan ; après l’exécution de celui-ci, il se montra même extrêmement cruel. Cela fit parfaitement apparaître que ce n’était pas tant lui qui était d’habitude excité par Séjan que Séjan qui lui fournissait les occasions qu’il recherchait.” (Suet., Tib., 61.1-2)

  • 43 Suet., Tib., 61.3.

15Ces deux phrases introduisent le catalogue des exemples de cruauté divers et variés associés au nom de Tibère : il devait être particulièrement long, car Suétone déclare qu’il ne les citera pas tous, mais se contentera d’en énumérer les plus représentatifs43. En écartant ainsi d’entrée de jeu toute responsabilité de Séjan, le biographe en fait un simple instrument des pires instincts de l’empereur, alors que l’historien reprend la tradition inverse et présente la puissance grandissante du conseiller comme le facteur déterminant du basculement du régime :

C. Asinio, C. Antistio consulibus, nonus Tiberio annus erat compositae rei publicae, florentis domus - nam Germanici mortem inter prospera ducebat -, cum repente turbare fortuna coepit, saeuire ipse aut saeuientibus uires praebere. Initium et causa penes Aelium Seianum, cohortibus praetoriis praefectum, cuius de potentia supra memoraui

“Sous le consulat de Caius Asinius et Caius Antistius, cela faisait huit ans que Tibère avait rétabli l’ordre public et que sa famille était florissante - en effet, il comptait la mort de Germanicus parmi les événements heureux -, quand soudain sa fortune commença à se troubler et lui-même à faire preuve de cruauté ou à fournir des forces à des personnes cruelles. Le début et la cause de cela résidait en Aelius Séjan, le préfet des cohortes prétoriennes, dont j’ai rappelé plus haut la puissance” (Tac., Ann., 4.1.1).

  • 44 Koestermann 1965, ad loc., p. 32, fait néanmoins remarquer que l’hésitation saeuire ipse aut saeu (...)
  • 45 Tac., Ann., 4.3.1-2.
  • 46 Tac., Ann., 4.12.2-3 ; 4.54.1 ; 4.59.2.
  • 47 Tac., Ann., 4.41.1-3.

16Le préfet du prétoire n’est ici pas du tout un instrument : s’il était le début et la cause (initium et causa) de ce changement, alors c’est bel et bien lui qui a donné cette nouvelle impulsion au régime44. De fait, il est particulièrement actif tout au long des deux livres qui suivent : il fait assassiner Drusus II45, œuvre à la relégation d’Agrippine I et de ses fils aînés46 et persuade peu à peu Tibère qu’il vaudrait mieux pour lui s’éloigner de Rome47. Cette présentation témoigne bien d’un courant qui jugeait Séjan responsable de tout, quitte, peut-être, à innocenter en partie Tibère, et apparaît furtivement chez Suétone, dans un passage rapportant la mort du premier fils de Claude :

Drusum Pompeis impuberem amisit piro per lusum in sublime iactato et hiatu oris excepto strangulatum, cum ei ante paucos dies filiam Seiani despondisset. Quo magis miror fuisse qui traderent fraude a Seiano necatum.

“Il perdit Drusus encore enfant à Pompéi, étranglé par une poire que, par jeu, il lançait en l’air et rattrapait avec sa bouche ouverte, quelques jours après avoir été fiancé à la fille de Séjan. C’est pourquoi je m’étonne davantage qu’il y ait eu des gens pour rapporter qu’il avait été tué par une ruse de Séjan.” (Suet., Cl., 27.2)

  • 48 Puisque tradere signale une source écrite : cf. chapitre 2, 53-56.

17Pour le biographe, il est tout à fait invraisemblable que Séjan ait pu tuer le fils de Claude, puisque sa fille allait l’épouser, associant enfin sa famille à celle de l’empereur. Il y a donc eu des auteurs48 qui sont allés jusqu’à accuser le préfet du prétoire d’une mort manifestement accidentelle. Tacite ne verse toutefois pas dans ce genre d’excès, car il a conscience que Tibère a continué à sévir bien après la mise à mort de Séjan :

Causam abscessus, quamquam secutus plurimos auctorum, ad Seiani artes rettuli, quia tamen, caede eius patrata, sex postea annos pari secreto coniunxit, plerumque permoueor num ad ipsum referri uerius sit, saeuitiam ac libidines cum factis promeret locis occultantem.

“Bien que, en suivant le plus grand nombre des auteurs, j’aie lié les raisons de sa retraite aux manœuvres de Séjan, parce que cependant, après avoir obtenu son exécution, il vécut ensuite six années de plus dans un égal isolement, je suis souvent pris d’un doute persistant, en me demandant s’il ne serait pas plus proche du vrai de lier cela à l’empereur lui-même, qui aurait caché grâce à ces lieux la cruauté et les goûts sexuels qu’il laissait voir par ses actions.” (Tac., Ann., 4.57.1)

  • 49 Chez Cassius Dion, Tibère et Séjan sont tout autant responsables des crimes commis à cette périod (...)

18Il ne s’agit bien sûr ici que des raisons de la retraite à Capri : étant donné que l’empereur est resté sur l’île encore six ans après la mort de Séjan, peut-on vraiment dire que celui-ci fut la seule cause de son éloignement ? Mais la participiale saeuitiam ac libidines cum factis promeret locis occultantem est aussi une allusion aux crimes commis depuis le départ de Rome : les actions de Tibère mettaient en évidence (promeret) sa propre saeuitia. Il serait donc faux de le considérer uniquement comme un vieillard influençable, manipulé par son conseiller49.

  • 50 Charlesworth 1923, en particulier p. 153-154.
  • 51 Levick 1976, 38-42 pour Julie I et ses fils Caius et Lucius, p. 58-59 pour Julie II et son dernie (...)
  • 52 Levick 1976, 163 (“Tiberius was on the lookout for any sign of his former wife in her daughter”), (...)
  • 53 Tac., Ann., 1.41.2 ; 2.43.5-6 ; 3.4.3.
  • 54 Tac., Ann., 4.52.2.
  • 55 Selon Suétone, Caligula aurait prétendu que sa mère était le fruit d’un inceste entre Auguste et (...)
  • 56 Levick 1976, 82-116.

19À ces différents facteurs, il convient d’en ajouter un dernier : l’histoire de ce règne a été écrite sous des empereurs qui appartenaient à la faction politique adverse de la sienne, qui se présentait comme l’héritière directe d’Auguste50. B. Levick montre très bien comment Julie I, puis sa fille Julie II ont cherché à profiter de leur proximité familiale directe avec le premier empereur pour favoriser l’une ses fils aînés, l’autre son dernier frère51. Pour cette chercheuse, ces deux précédents ont sans doute aussi pesé dans les relations de Tibère avec Agrippine I, qu’il devait soupçonner de vouloir faire de même avec ses propres enfants52. Or ce lien direct avec Auguste était manifestement important pour la foule, l’amenant à privilégier la famille de Germanicus sur celle de Drusus, par exemple53. Agrippine I elle-même n’hésitait vraisemblablement pas à en jouer pour tenter d’obtenir ce qu’elle voulait54 et il est probable que son fils, Caligula, ait fait de même55. Or les trois empereurs qui succédèrent à Tibère appartenaient tous à cette branche de la famille : Caligula était le fils d’Agrippine I et le petit-fils de Julie I ; Claude n’avait pas de lien direct avec Auguste, mais il était le frère du très populaire Germanicus, mari d’Agrippine I ; Néron, enfin, était le petit-fils d’Agrippine I et, dès lors, l’arrière-arrière-petit-fils d’Auguste. Une fois Tibère mort, personne n’avait donc intérêt à soutenir la cause de sa mémoire : s’y opposaient soit une appartenance directe au camps adverse (Caligula, Néron), soit une légitimité familiale trop fragile pour pouvoir se le permettre (Claude). À cela s’ajoutait que la façon tibérienne de gouverner était sensiblement différente de celle de son prédécesseur56, ce qui rendait d’autant plus facile la mise en place d’un portrait de Tibère en “anti-Auguste”.

  • 57 Pelling 1993.
  • 58 Pelling 1993, 77 : “Rather than right or wrong ways, we really just have two different ways of pr (...)
  • 59 Suet., Caes., 25.1-4 ; Aug., 21.1-7 ; Tib., 37.8-9 ; Cl., 17.1-6 ; Vesp., 8.6-7 ; Dom., 6.1-4.
  • 60 Suet., Cal., 43.1 ; Nero, 18.1.
  • 61 Tac., Ann., 1.52.1 et surtout 2.26.5.
  • 62 Tac., Ann., 2.59.3.
  • 63 Tac., Ann., 2.59.1-61.2.

20Le résultat de cette situation est une manipulation du récit afin de noircir Tibère autant que possible, parfois non sans ambiguïtés quant à l’héritage augustéen. Un bon exemple en est la différence de conception, en matière de politique étrangère, entre Germanicus et Tibère. C. Pelling57 a bien montré que deux visions s’opposent dans les événements relatés par Tacite au début des Annales : Germanicus est dans une stratégie d’attaque directe, proche de la politique républicaine ; Tibère, lui, est dans la négociation et la mise à profit des conflits internes aux Germains et rappelle les conseils d’Auguste de ne pas chercher à agrandir les limites de l’Empire58. Or malgré l’autorité de la figure et des pratiques du fondateur du régime, la question de l’accroissement du territoire sous domination romaine est restée un critère fondamental d’évaluation des divers empereurs : preuve en est la présence systématique de ce point dans les biographies de Suétone59, avec une présentation critique en cas de non activisme60. Il n’est dès lors pas étonnant de constater que c’est le point de vue de Germanicus qui a été adopté : son rappel à Rome est présenté, non comme la volonté de Tibère de procéder autrement avec les Germains, mais comme le signe d’une jalousie n’annonçant rien de bon61. De même, lorsque le jeune homme pénètre en Égypte sans autorisation, l’allusion à l’édit d’Auguste présente l’interdiction aux membres de la classe sénatoriale de se rendre là de leur propre chef comme découlant de son autocratie, avec le recours au terme dominatio62 ; c’est donc sous cette lumière que le lecteur interprète la vive réaction de Tibère, tandis que la démarche de Germanicus paraît innocente, motivée seulement par la curiosité et le souci d’aider la population égyptienne63. Le discours négatif sur cet l’empereur a ainsi été amené à même contredire deux décisions d’Auguste, pourvu que son successeur soit ainsi présenté comme retors, jaloux et, bientôt, cruel.

21Le portrait général de Tibère présentait donc, au départ, une tradition positive, vraisemblablement liée au discours officiel cherchant à le mettre en valeur à la fin du règne d’Auguste, puis sous le sien propre. Elle n’apparaît cependant que sous forme de traces dans notre corpus, car les empereurs suivants, appartenant à la faction politique adverse, n’avaient aucun intérêt à ce qu’elle se maintienne. Elle a néanmoins survécu, parce qu’elle permettait de justifier le choix de son héritier par Auguste et que les premières années de ce règne étaient unanimement considérées comme plutôt bonnes : il était dès lors difficile d’aller à l’encontre de cette opinion générale, même s’il était possible de faire entrevoir, dans la première partie, ce qui se passerait dans la seconde. Celle-ci se caractérise par une application plus ou moins systématique du stéréotype du tyran : Tibère est présenté comme dissimulateur, cruel, pourvu de vices sexuels développés et sans respect pour la hiérarchie sociale. Mais, là encore, ce portrait n’est pas tout à fait en accord avec certains éléments positifs, qui continuèrent malgré tout à circuler. Sa prétendue haine contre son fils, par exemple, allait directement à l’encontre de sa présentation comme un exemple de force d’âme, au moment de la mort de Drusus : pour manifester cette qualité, il faut réussir à se maîtriser malgré la peine ressentie et donc bel et bien aimer son enfant. La tradition historiographique sur Tibère n’est ainsi pas aussi unanimement négative qu’on pourrait l’imaginer : des éléments positifs ont continué d’être repris et d’avoir de l’importance, d’où cette impression d’un portrait tyrannique reposant, certes, sur des faits historiques, mais aussi un peu forcé, car fruit d’évidentes manœuvres narratives.

Claude

22Le portrait général de Claude est celui pour lequel l’élaboration historiographique est à la fois très visible et la plus difficile à distinguer de sa base historique. En effet, s’il est clair qu’on a cherché à le ridiculiser jusqu’à en faire une sorte de bouffon, cette perspective s’est appuyée sur des caractéristiques véritables, dont on peine à déterminer la part exacte dans la représentation qui nous est parvenue. Il est dès lors compliqué de faire cohabiter l’image d’un Claude empereur érudit, dernier Romain connu de nous à lire l’étrusque, et d’un Claude empereur étourdi, au point de ne plus se souvenir qu’il a condamné sa femme à mort et de demander pourquoi elle ne vient pas dîner.

  • 64 Sur la façon dont, en réalité, Claude était petit à petit apparu comme tout à fait légitime, cf. (...)
  • 65 Woodman, Martin 1996, ad loc., p. 191, font remarquer que Claude est effectivement cité dans le S (...)
  • 66 Tac., Ann., 3.18.3-4.
  • 67 Suet., Cl., 3.6-5.1.
  • 68 Suet., Cl., 10.2-5 et chapitre 4, p. 155-156.

23Le point de départ de ce portrait est que Claude a été conçu, par les autres, peut-être par lui-même aussi, comme celui dont personne n’aurait imaginé qu’il puisse un jour régner64. La remarque de Tacite lors des derniers honneurs à Germanicus est éclairante. Lors de la discussion au Sénat, Messalinus propose en effet de rendre grâce à divers membres de la famille impériale pour la façon dont cette mort a été vengée. Sa proposition inclut évidemment l’empereur Tibère, Livie, sa mère et la grand-mère de Germanicus, Antonia, la mère du général défunt, Agrippine, sa femme, et Drusus, son frère adoptif et fils naturel de Tibère. Toute la famille semble donc avoir été prise en compte... sauf le propre frère de Germanicus, comme si seul Drusus II avait de l’importance de ce point de vue65, et Tacite se demande si le fait que ce soit précisément lui qui deviendra empereur n’était pas une subtile plaisanterie de la Fortune66. Ce passage confirme ce dont témoignent également les nombreuses lettres d’Auguste et de Tibère que cite Suétone67 : Claude était le membre de la domus Augusta le moins pris en considération dans les enjeux de flatteries et de pouvoir. Mais ce n’est pas tout, car la remarque personnelle de Tacite l’annonce aussi comme Prince le plus improbable qui soit, utilisant le terme ludibria. Il n’est dès lors pas étonnant que son arrivée au pouvoir soit relatée, par Suétone, sous le sceau de la passivité et du hasard68 : puisque, pour reprendre les mots de l’historien, ni la réputation (fama), ni l’espoir (spes), ni le respect (ueneratio) ne pouvaient désigner Claude comme capax imperii, d’autres facteurs devaient nécessairement entrer en compte pour expliquer sa future position. La scène suétonienne est même presque comique, devenant ainsi une représentation concrète des ludibria évoqués par l’historien.

  • 69 Suet., Cl., 38.5. Personne ne le crut. Cassius Dion reprend néanmoins intégralement cette affirma (...)
  • 70 Objectivement présente, mais aussi due au fait que nous le lisons en anticipant mentalement le ri (...)
  • 71 Il n’avait pas de lien direct avec Auguste, son association avec lui étant seulement qu’il était (...)
  • 72 Sur leurs hésitation, cf. Milano 2008. Cf. aussi Levick 1990, 29-41.

24Une telle présentation, paradoxalement, peut dater du règne même de Claude, car celui-ci était apparemment conscient du handicap que représentait son existence antérieure. Suétone rapporte ainsi qu’il prétendit avoir simulé la sottise afin de survivre sous Caligula69. Par ailleurs, si l’on fait abstraction de la dimension ridicule présente dans le récit de sa proclamation70, celui-ci le présente comme spontanément choisi par les soldats et si cher au peuple romain que celui-ci se désole en pensant qu’on le mène au supplice : ces éléments assoient la légitimité assez fragile de Claude71, à défaut de pouvoir mettre en avant une adhésion immédiate et massive des sénateurs à ce choix72. Ce souci était manifestement crucial dans la façon dont le nouvel empereur a ensuite cherché à apparaître, car il a ouvertement cherché à égaler, voire surpasser, César et Auguste lui-même. La phrase introduisant, dans le Diuus Claudius, la revue des grands travaux qu’il entreprit l’indique assez bien :

Opera magna potius necessariaque quam multa perfecit, sed uel praecipua : ductum aquarum a Gaio incohatum, item emissarium Fucini lacus portumque Ostiensem, quamquam sciret ex iis alterum ab Augusto precantibus assidue Marsis negatum, alterum a Diuo Iulio saepius destinatum ac propter difficultatem omissum.

“Il accomplit des travaux grands et nécessaires plutôt que nombreux, mais ils devancèrent même tout le reste : un aqueduc commencé par Caligula, en outre le déversoir du lac Fucin et le port d’Ostie, bien qu’il ait su que, des deux, Auguste en avait refusé un aux Marses qui l’en priaient continuellement, et que le divin Jules avait assez souvent eu l’intention de réaliser l’autre et avait renoncé à cause de la difficulté.” (Suet., Cl., 20.1)

  • 73 Hurley 2001, ad loc., p. 143, qualifie les travaux du port d’Ostie et du lac Fucin de “tasks that (...)

25L’expression uel praecipua signifie bien que Claude ne cherchait pas uniquement à achever (perfecit) des projets commencés ou envisagés par ses prédécesseurs, mais aussi à montrer que lui était capable d’accomplir ce à quoi ils avaient renoncé73. Les raisons du refus d’Auguste de réaliser le déversoir du lac Fucin ne sont pas évoquées, mais le rapprochement avec César et le port d’Ostie sous-entend une difficulté excessive : Claude réussit donc, sur ce point, à dépasser les deux premiers Juliens.

  • 74 Levick 1990, 90-91. C’est notamment ainsi qu’elle explique sa décision de conquérir la Bretagne ( (...)
  • 75 Sordi 2007 voit aussi une inspiration grecque dans la politique de Claude.
  • 76 Suet., Cl., 12.3.
  • 77 Tac., Ann., 12.60.2.
  • 78 Suet., Cl., 21.12.
  • 79 Tac., Ann., 12.56.1.
  • 80 Suet., Cl., 21.4.

26B. Levick pense que, dans un premier temps, c’est César qui a servi de modèle à Claude74 et qu’Auguste n’aurait été ostensiblement imité que dans un second temps75, mais c’est surtout l’émulation avec le premier empereur qui est visible dans notre corpus. Des références à Auguste apparaissent en effet très souvent dès qu’il s’agit d’évoquer les réalisations claudiennes : quand Suétone illustre la ciuilitas de Claude par sa demande que les décisions des procurateurs aient la même force que les siennes76, Tacite précise qu’Auguste avait fait exactement la même recommandation77 ; la description suétonienne du spectacle naval donné pour l’achèvement du déversoir du lac Fucin78 est aussi accompagnée, dans les Annales, d’un renvoi au précédent augustéen près du Tibre79 ; dans la même rubrique, le biographe lui-même admet que les Jeux Séculaires avaient pour but de “corriger” Auguste80. Le comportement durant les spectacles paraît aussi un des vecteurs essentiels des tentatives claudiennes de rapprochement avec la figure du premier empereur. Suétone déclare à ce propos :

Nec ullo spectaculi genere communior aut remissior erat, adeo ut oblatos uictoribus aureos prolata sinistra pariter cum uulgo uoce digitisque numeraret

“Et à aucun autre type de spectacle (scil. qu’à ceux de gladiateurs) il n’était plus semblable au commun ou enjoué, au point que, la main gauche tendue en avant, il comptait à voix haute et avec les doigts, en même temps que le peuple, les pièces d’or offertes aux vainqueurs” (Suet., Cl., 21.9).

27Auguste affichait lui aussi un goût “plébéien” pour les spectacles, même si sa manifestation n’atteignait pas le niveau de celle de Claude :

quotiens adesset, nihil praeterea agebat, seu uitandi rumoris causa, quo patrem Caesarem uulgo reprehensum commemorabat, quod inter spectaculum epistulis libellisque legendis aut rescribendis uacaret, seu studio spectandi ac uoluptate, qua tenere se neque dissimulauit umquam et saepe ingenue professus est.

“chaque fois qu’il y assistait, il ne faisait rien de plus, soit pour éviter les murmures, qui, il s’en souvenait, avaient publiquement reproché à son père, César, de s’occuper de lire des lettres et des libelles ou d’y répondre pendant le spectacle, soit par goût et plaisir de regarder, dont il ne dissimula jamais qu’il était pris et que, souvent, il avoua sincèrement.” (Suet., Aug., 45.3)

28Suétone ne donne pas de détails, ici, sur la façon dont le premier empereur se comportait exactement durant les Jeux, mais l’expression studio spectandi ac uoluptate sous-entend une attention soutenue et un plaisir manifeste. Le biographe n’est pas non plus naïf quant aux répercussions politiques d’une telle attitude, puisqu’il commence par évoquer le précédent négatif de César, dont la popularité avait apparemment souffert de son manque d’intérêt pour ce qui se passait dans l’arène. Toutefois, son choix de terminer sur l’hypothèse d’un goût sincère, avec le parallélisme neque... et qui souligne le chiasme “verbe + adverbe / adverbe + verbe” mettant en valeur umquam et saepe, amène le lecteur à conclure qu’il s’agit là de la véritable explication. De fait, ce trait apparaît dans les Annales pour expliquer l’absence de Tibère aux spectacles de gladiateurs donnés par son fils :

Cur abstinuerit spectaculo ipse, uarie trahebant : alii taedio coetus, quidam tristitia ingenii et metu comparationis, quia Augustus comiter interfuisset.

“Quant à pourquoi Tibère lui-même s’était abstenu du spectacle, les explications différaient : pour les uns, c’était par dégoût des rassemblements ; pour certains, à cause de la tristesse de son caractère et et de sa peur de la comparaison, parce qu’Auguste y avait assisté de bonne grâce.” (Tac., Ann., 1.76.4)

  • 81 Selon Grimal 1998, la divinisation aussi équivalait à assimiler les deux hommes, à juste titre ca (...)

29L’alternative présentée ici s’appuie, dans les deux cas, sur le caractère propre du successeur d’Auguste : sa répugnance aux contacts avec la foule (taedio coetus) et sa sévérité naturelle (tristitia ingenii). Dès lors, le rapprochement avec le premier Prince laisse entendre que son goût des spectacles était une de ses caractéristiques bien connues, au point que de rendre certaine une comparaison entre les deux hommes devant le peu d’enthousiasme de Tibère en pareille occasion. Or Auguste avait évidemment marqué les esprits et le règne de Claude n’en était pas si éloigné dans le temps : il est donc possible que le comportement de ce dernier aux Jeux relève également d’une imitation un peu forcée du modèle augustéen. Il ne s’agit ainsi pas uniquement d’un parallèle mis en place par les historiens, mais aussi d’une tentative réelle de passer à la postérité comme un continuateur de la politique et du comportement du premier empereur81.

  • 82 Ripoll 1999.
  • 83 Cf. Grimal 1998, 18, à propos de l’insistance de Sénèque, dans l’Apocoloquintose, sur les défauts (...)
  • 84 Moretti 2003.

30Ce n’est pourtant pas ce portrait qui nous est parvenu, car s’y est opposé le même obstacle que celui rencontré par Tibère : bien que les Flaviens l’aient réhabilité82, l’histoire de son règne s’est fixée sous un empereur qui n’avait aucun intérêt à le présenter sous son meilleur jour. Qu’il en ait été complice ou non, Néron était en effet parvenu au pouvoir grâce à l’assassinat de Claude et ne pouvait donc présenter son prédécesseur comme un bon empereur sans accroître l’horreur du crime commis83. L’Apocoloquintose de Sénèque révèle parfaitement la façon dont il a été ridiculisé immédiatement après sa mort, autant sur son physique que sur ses capacités mentales. Le ton qui y est adopté, en apparance simplement bouffon et ménippéen84, déconstruit en effet méthodiquement la stature impériale de Claude, tout en restant solidement appuyé sur le réel. La version officielle de sa mort est ainsi utilisée comme base pour le récit de son agonie :

Expirauit autem dum comoedos audit, ut scias me non sine causa illos timere. Vltima uox eius haec inter homines audita est, cum maiorem sonitum emississet illa parte qua facilius loquebatur : “ Vae me ! puto, concacaui me. “ Quod an fecerit nescio. Omnia certe concacauit.

“Il expira pendant qu’il écoutait des comédiens : vous voyez que j’ai des raisons de les craindre. Voici les dernières paroles de lui qu’on entendit parmi les hommes, tandis qu’il émettait un son plus fort de la partie avec laquelle il parlait plus facilement : “ Malheur ! je me suis mis de la merde dessus, je crois. “ S’il l’avait fait, je l’ignore. Assurément, il mettait de la merde sur tout.” (Sen. Apoc., 4.2-3)

  • 85 Suet., Cl., 45.1. Chez Tacite, on fait mine de couvrir l’empereur pour le réchauffer, afin de don (...)
  • 86 Suet., Cl., 30.2.
  • 87 Tac., Ann., 12.67.1 et Suet., Cl., 44.6-7

31On retrouve ici plusieurs éléments mentionnés par nos deux auteurs : les comédiens, appelés par Agrippine pour faire croire au peuple que l’empereur était encore vivant85 ; son bégaiement86 ; la diarrhée due à l’action du poison87. Le caractère anti-augustéen de cette mort saute aux yeux lorsqu’on la compare avec la façon dont Suétone relate le décès du premier Prince :

Supremo die identidem exquirens an iam de se tumultus foris esset, petito speculo capillum sibi comi ac malas labantes corrigi praecepit et admissos amicos percontatus ecquid iis uideretur mimum uitae commode transegisse, adiecit et clausulam : “εἰ δέ τι / Ἔχοι καλῶς, τῷ παιγνίῳ δότε κρότον / Καὶ πάντες ἡµᾶς µετὰ χαρᾶς προπέµψατε.” Omnibus deinde dimissis, dum aduenientes ab urbe de Drusi filia aegra interrogat, repente in osculis Liuiae et in hac uoce defecit : “Liuia, nostri coniugii memor uiue ac uale ! ” sortitus exitum facilem et qualem semper optauerat.

“Le dernier jour de sa vie, s’informant sans cesse de s’il y avait déjà à son sujet des troubles dehors, après avoir demandé un miroir, il prescrivit d’arranger ses cheveux et de corriger ses joues tombantes. Recevant des amis, il leur demanda s’il leur semblait en quelque mesure avoir correctement joué jusqu’au bout le mime de la vie et ajouta même la clausule : “et si cela / Vous plaît, donnez à la pièce vos applaudissements / Et, tous, accompagnez notre sortie avec joie.” Puis, ayant renvoyé tout le monde, tandis qu’il interrogeait des gens venus de Rome sur la maladie de la fille de Drusus, soudain, il mourut sous les baisers de Livie et en prononçant cette phrase : “Livie, vis dans le souvenir de notre union et adieu ! ”, obtenant du sort une fin facile et telle qu’il l’avait toujours souhaitée.” (Suet., Aug., 99.1-2)

  • 88 Wardle 2007.
  • 89 Chapitre 4, 160.

32Auguste se maîtrise ici au point de ne perdre de vue ni l’intérêt de l’État (exquirens an iam de se tumultus foris esset), ni son apparence physique (capillum comi ac malas corrigi praecepit), ni sa descendance au sens large (de Drusi filia aegra interrogat), et le sous-texte stoïcien de ce passage est tout à fait visible88. Dès lors, non seulement il meurt en bon empereur89, mais en plus il obtient précisément la mort qu’il désirait avoir (qualem semper optauerat). Le contraste ne peut être plus grand.

33Outre la description de ces derniers instants, le passage où Claude arrive aux portes de l’Olympe est l’occasion pour Sénèque de produire trois portraits de lui qui le dégradent, comme empereur, comme homme et enfin comme être humain :

Nuntiatur Ioui uenisse quendam bonae staturae, bene canum ; nescio quid illum minari, assidue enim caput mouere ; pedem dextrum trahere. Quaesisse se, cuius nationis esset : respondisse nescio quid perturbato sono et uoce confusa. Non intellegere se linguam eius : nec Graecum esse nec Romanum, nec ullius gentis notae. Tum Iuppiter Herculem, qui totum orbem terrarum pererrauerat et nosse uidebatur omnes nationes, iubet ire et explorare quorum hominum esset. Tum Hercules primo aspectu sane perturbatus est, ut qui etiam non omnia monstra timuerit : ut uidit noui generis faciem, insolitum incessum, uocem nullius terrestris animalis, sed, qualis esset marinis beluis solet, raucam et implicatam, putauit sibi tertium decimum laborem uenisse. Diligentius intuenti uisus est quasi homo.

“On annonce à Jupiter qu’est venu un homme de bonne stature, aux cheveux bien blancs ; il profère on ne sait quelles menaces : en effet il remue continuellement la tête ; il traîne le pied droit. On a demandé de quelle nation il était : il a répondu on ne sait quoi, d’un ton tout à fait troublé et d’une voix confuse. On ne comprend pas sa langue : il n’est ni grec, ni romain, ni d’aucun peuple connu. Alors Jupiter ordonne à Hercule, qui avait parcouru en long et en large le monde tout entier et semblait connaître toutes les nations, d’aller examiner à quels hommes il appartenait. Alors Hercule, à première vue, est tout à fait troublé, en homme que même tous les monstres n’ont pu effrayer : lorsqu’il vit son aspect d’un nouveau genre, sa démarche inhabituelle, sa voix ne correspondant à aucune créature terrestre, mais rauque et embarrassée comme en ont habituellement les bêtes marines, il pensa qu’un treizième travail s’était présenté à lui. En le considérant plus attentivement, il lui sembla presque un homme.” (Sen., Apoc., 5.2-4)

  • 90 Suet., Cl., 30.1.
  • 91 Suet., Cl., 30.1.
  • 92 Suet., Cl., 30.2.
  • 93 Suet., Cl., 30.2 et C.D. 60.2.2.
  • 94 Suet., Cl., 30.2 et C.D. 60.2.1.

34Ici aussi, de nombreux éléments historiques sont identifiables dans la description physique de l’empereur : sa grande taille (bonae staturae)90, ses beaux cheveux blancs (bene canum)91, sa claudication (pedem dextrum trahere)92, à nouveau son bégaiement (perturbato sono et uoce confusa)93, ses mouvements répétés et involontaires de la tête (assidue caput mouere)94. Cette description correspond à l’apparence attendue d’un homme de cet âge (cf. l’adjectif bonae et l’adverbe bene), ce qui devrait signifier une certaine prestance et de l’autorité, mais elle se termine sur ses mouvements incontrôlés de la tête (assidue enim caput mouere) et sa claudication (pedem dextrum trahere). Il est donc ridiculisé comme homme, puisque même le simple passage du temps ne réussit pas à compenser la bouffonnerie de son allure. Par ailleurs, l’allusion à ses difficultés d’élocution prépare le dernier portrait qui sera fait de lui, à travers les yeux d’Hercule. Pour le portier, Claude est encore doté d’une voix, même si elle est confuse (uoce confusa) et produit des sons très étranges (perturbato sono) : c’est ce qui amène Jupiter à conclure qu’il parle une langue inconnue et à charger Hercule de l’identifier, puisqu’il a parcouru le monde entier. Cependant, même ce héros qui a tout vu et tout entendu ne parvient pas à identifier Claude : il croit avoir affaire à un nouveau type de monstre (ut qui non omnia monstra timuerit) et, à sa voix, le rapproche d’une sorte de grosse bête marine (uocem nullius terrestris animalis, sed, qualis esset marinis beluis solet). Le défunt empereur n’est donc désormais plus humain, mais presque humain (uisus est quasi homo).

  • 95 Osgood 2007.
  • 96 Sen., Apoc., 10.1-11.5.
  • 97 Sen., Apoc., 10.2.
  • 98 Sen., Apoc., 10.3-4.
  • 99 Un peu plus loin, il rappelle qu’il était son grand-oncle, au même titre que celui de Messaline : (...)

35Ce qui est bien sûr visé derrière ces portraits successifs, ce sont les capacités de Claude en tant que Princeps95 : il est ridicule et diminué physiquement, sa voix ne ressemble à rien et fait plutôt penser à une bête, ce qui démontre qu’il n’a ni l’auctoritas nécessaire à un empereur, ni les capacités requises pour gouverner. Ce thème de l’incompétence de Claude signe l’échec de ses tentatives d’émulation augustéenne, représenté dans l’Apocoloquintose par le discours véhément que prononce Auguste en personne contre son admission parmi les autres dieux96. Outre que le rapprochement entre les deux empereurs est catégoriquement réfuté97, leur peu de lien dynastique est lui aussi remis en cause98. Auguste n’y exclut pas explicitement Claude de la domus Augusta99, mais il démontre parfaitement combien celle-ci a été victime de ses pratiques judiciaires : les malheurs qu’elle a subis sont tels qu’ils en viennent à faire passer au second plan ceux qui ont frappé l’État et les trois morts évoquées concernent toutes des descendants du premier Prince en ligne directe. En outre, la procédure normale n’a pas même été respectée dans leur cas, puisque la sentence a été prononcée non seulement sans qu’ils aient été entendus (antequam audires), mais aussi sans que Claude ait su pour quoi il les condamnait (antequam de causa cognosceres). Le texte sous-entend ainsi qu’un véritable successeur d’Auguste ne se serait en aucun cas comporté ainsi avec des membres de sa famille, d’où l’accusation de se cacher sous son nom (sub meo nomine latens) : cette imitatio Augusti n’est qu’un leurre, qui fait penser aux consignes données par Tibère au début de son règne pour justifier les premières mesures qu’il avait prises.

  • 100 Suet., Cl., 21.2.
  • 101 Suet., Cl., 21.4-5 et Hurley 2001, ad loc., p. 150 : “There were three certain precedents, but on (...)

36La ridiculisation systématique de Claude vise ainsi principalement tout ce qui touche son imitatio Augusti, ce qui est très visible, chez Suétone, dans le paragraphe sur les jeux donnés par l’empereur. Le biographe commence par lui reconnaître l’organisation de jeux inédits et impressionnants, ce qui est sans aucun doute un point positif de son règne100. Les Jeux Séculaires qu’il fit donner entrent dans ces magnifica spectacula, mais leur but est très clairement de se montrer supérieur à Auguste101 : l’érudition claudienne tente de les rabaisser en corrigeant son calcul des années et la déclaration du héraut sur le fait que personne n’en avait jamais vus et n’en reverrait jamais de pareils est une tentative d’effacement du précédent augustéen, en faisant comme s’il n’était pas encore relativement récent. Cet objectif est toutefois immédiatement contrecarré, dans la biographie, par la remarque sur la contradiction de Claude, qui avait lui-même loué le calcul augustéen dans un de ses ouvrages. Dès lors, le ridicule de l’annonce du héraut est d’autant plus sensible : non seulement il restait encore des gens qui avaient assisté aux Jeux d’Auguste, mais on embaucha aussi des acteurs qui y avaient participé. Cet événement ne vaut donc à Claude ni grandeur, ni prestige, contrairement à son intention initiale.

  • 102 Il en faisait tant pour montrer qu’il réagissait comme le peuple qu’il se ridiculisait par des pl (...)
  • 103 Claude est obligé de supplier en claudiquant tous les condamnés de combattre comme prévu, alors q (...)
  • 104 Suet., Nero, 10.1.
  • 105 Tac., Ann., 13.4.2.
  • 106 Koestermann 1963, ad loc., p. 241 : “Ganz im Sinne der Regelung des Augustus werden nunmehr Aufga (...)
  • 107 Sen., De Clem., 1.9.
  • 108 Sen., Apoc., 4.1-2.
  • 109 Sen., Apoc., 10.4.

37Le même procédé apparaît à propos de son goût pour les combats de gladiateurs102 ou encore de la bataille navale organisée au moment de l’ouverture du déversoir du lac Fucin103 : il semble donc bien que toute imitation augustéenne soit volontairement contrebalancée par un aspect ridicule. Ces attaques peuvent être d’origine néronienne, car, au début de son règne, Néron aussi cherchait à se prévaloir du modèle augustéen, ainsi que le déclare Suétone au moment de sa première adresse au Sénat104. Tacite ne cite pas explicitement cette profession de foi, mais l’imitation est visible dans les déclarations d’intention du jeune empereur105, où il rejette la manière claudienne d’exercer le pouvoir, notamment sa pratique judiciaire des auditions privées directement devant le Prince, et dont la fin témoigne clairement d’une inspiration augustéenne : respect du Sénat et des consuls, présentation du Prince comme un sénateur parmi d’autres et uniquement chargé de la gestion des légions106. Il n’est dès lors pas étonnant de voir Sénèque mettre en avant et développer longuement, dans le De Clementia, l’exemple de la clémence d’Auguste à l’égard de Cinna107 : cette référence entrait parfaitement dans la perspective affichée par le nouvel empereur. Le violent réquisitoire d’Auguste contre Claude, dans l’Apocoloquintose, prend ainsi tout son sens : il ne s’agit pas uniquement de refuser d’être assimilé à Claude comme personne, mais aussi de l’être à Claude comme homme politique. La présentation, au début de l’œuvre, du règne de Néron comme une nouvelle ère108 et les accusations d’acharnement de Claude contre les descendants d’Auguste contribuent aussi à ces revendications109.

38Cette volonté néronienne de se distinguer fortement de son prédécesseur explique peut-être aussi une autre caractéristique du portrait de Claude : l’insistance sur son caractère extrêmement influençable. Suétone fait une description assez frappante de la manière dont il prenait des décisions :

Sed et haec et cetera totumque adeo ex parte magna principatum non tam suo quam uxorum libertorumque arbitrio administrauit, talis ubique plerumque, qualem esse eum expediret illis aut liberet.

“Mais aussi bien ces sujets que le reste et jusqu’à une grande part de l’ensemble de son principat, il ne les administra pas tant en usant de son propre jugement que de celui de ses femmes et de ses affranchis, se montrant partout tel, la plupart du temps, qu’il leur était avantageux et qu’il leur plaisait qu’il fût.” (Suet., Cl., 25.15)

39Cette remarque clôt la dernière rubrique évoquant les bonnes mesures prises par Claude durant son règne et elle renverse radicalement tout ce qui a été présenté jusque-là au crédit de l’empereur, puisqu’il n’en est pas véritablement à l’origine. Elle va aussi plus loin, car Claude non seulement agit en fonction de ce qui est avantageux à ses femmes et affranchis (expediret illis), mais encore suit leur bon vouloir (liberet) : n’entrent donc en compte ni l’intérêt public, ni sa propre opinion, d’autant que l’expression talis ubique plerumque qualem l’atteint dans son être même et en fait le jouet de ses proches jusque dans ce qu’il est. Tacite a une formulation similaire au moment de la rupture des fiançailles entre Octavie et Silanus :

Sed nihil arduum uidebatur in animo principis, cui non iudicium, non odium erat, nisi indita et iussa.

“Mais rien ne semblait difficile sur l’esprit d’un prince qui n’avait ni jugement, ni haine si on ne les introduisait pas en lui et qu’on ne lui en donnait pas l’ordre.” (Tac., Ann., 12.3.2)

  • 110 Koestermann 1963, ad loc., p. 113 : “in diesem Fall kam die Annullierung der Verlobung den eigene (...)
  • 111 Il y a là un renversement des rôles que Dickinson 1977 met très bien en évidence. Elle va ainsi j (...)

40Ici aussi, ce sont à la fois ses capacités politiques110 et sa manière d’être qui sont visés : Claude est présenté comme n’ayant spontanément ni jugement (iudicium), ni sentiments personnels (odium). La double expression indita et iussa implique même que son entourage pouvait tout aussi bien agir de manière assez subtile (indita) que lui donner des ordres (iussa)111.

  • 112 Sur la réalité historique de leurs fonctions et de leur puissance sous Claude, cf. Milano 2004.
  • 113 Suet., Cl., 18.1-2.
  • 114 Respectivement Tac., Ann., 11.29.1 (puis le rôle prééminent de Narcisse durant tout l’épisode) et (...)
  • 115 Cf. Suet., Cl., 26.1-8 pour la rubrique dans son entier. La partie parallèle aux Annales est Suet (...)
  • 116 Par exemple, chez Tacite, c’est un chevalier recherchant la faveur d’Agrippine qui imite l’empere (...)
  • 117 Pour une présentation des diverses positions critiques à ce sujet, cf. Cenerini 2010. Pour elle, (...)
  • 118 Cf. supra.
  • 119 Tacite montre toutefois une certaine sympathie à son égard au moment où elle devient une victime (...)
  • 120 Tac., Ann., 13.2.1.
  • 121 Chapitre 3, 95-101.
  • 122 Cizek 1982, 96-100.
  • 123 Sur l’inspiration orientalisante de la politique néronienne, rejoignant par certains points celle (...)
  • 124 Agrippine II aussi a été manifestement accusée d’avoir utilisé le sexe pour obtenir ce qu’elle vo (...)

41Tacite et Suétone n’adoptent pas tout à fait la même attitude à propos des affranchis112, que le biographe présente comme tout puissants, mais surtout comme s’enrichissant éhontément aux dépens de l’État en général et de l’empereur en particulier113, tandis que l’historien dépeint leur influence en action au moment de la mort de Messaline et du remariage avec Agrippine II114, puis reste assez discret sur leur rôle. En revanche, ils sont unanimes à propos des femmes de Claude. Malgré leur importance, Suétone ne les considère que comme des éléments de sa rubrique “maritale”, où il traite aussi des deux jeunes fiancées du futur empereur, ainsi que de ses premières épouses. Il procède donc par résumés succincts, mais néanmoins complets, qui correspondent à ce qui apparaît de façon développée dans la partie des Annales qui nous est parvenue115, à quelques détails secondaires près116. La concordance est telle que, pour certains points obscurs, comme l’histoire des noces de Messaline et Silius, la comparaison entre les deux textes n’est d’aucune utilité117. Une telle unanimité amène dès lors à se demander s’il n’existait pas une sorte de “vulgate” sur les femmes de Claude, suffisamment puissante pour éclipser tout discours alternatif. Étant donné la condamnation de Tibère pour ne pas avoir fait une place à Livie et, surtout, à Agrippine I118, il peut paraître paradoxal que Claude le soit pour la pratique inverse, notamment dans le cas d’Agrippine II : on peut ainsi se demander s’il n’y aurait pas là une influence néronienne. Le portrait qui est fait de la mère de Néron est en effet particulièrement négatif dans les Annales119 : Sénèque et Burrus sont obligés d’intervenir pour empêcher qu’elle ne multiplie les exécutions120 et nous avons vu qu’elle était la première visée par les allégations d’inceste121. Il semble par ailleurs qu’elle ait aussi tenté de continuer en partie la politique de Claude, qui lui permettait d’asseoir sa propre importance, à la manière de Livie “gardienne” de celle d’Auguste122. Les tentatives de Néron pour se distinguer clairement de son prédécesseur123 ne pouvaient donc que se heurter à la figure de sa mère et à la puissance qu’elle avait acquise : il a ainsi pu, soit à ce moment-là, soit après le matricide, avoir fait savoir que lui, contrairement à Claude, ne laissait pas les femmes le diriger, avec comme résultat les diverses accusations d’impudeur à l’égard de Messaline et d’Agrippine124, la dénonciation de leur puissance et la présentation de Claude en véritable pantin. Le texte de Suétone, qui attribue absolument toutes les actions de cet empereur, bonnes ou mauvaises, à ses femmes et à ses affranchis, représenterait le point extrême de ce second discours.

  • 125 La meilleure preuve de cela est la disparition presque totale de Séjan dans le portrait que Suéto (...)
  • 126 Galtier 2011, 191-192, présente Claude, avec quelque embarras, comme un “cas particulier” de la f (...)
  • 127 Suet., Cl., 34.1-6. Pour Hurley 2001, ad loc., p. 207, cette réputation de cruauté vient directem (...)
  • 128 Suet., Cl., 35.1-37.4. Selon Cassius Dion, ce sont elles qui l’amènent à prendre des décisions in (...)
  • 129 Suet., Cl., 38.1-3. Hurley 2001, ad loc., p. 217, fait remarquer que c’est la seule rubrique “col (...)
  • 130 Tac., Ann., 11.26.2.
  • 131 Tac., Ann., 11.31.1, qui correspond à Suet., Cl., 36.3.
  • 132 Sur ces exagérations, cf. Bustos de Lezica 2008.

42L’adoption de cette perspective ne se fait cependant pas sans quelques paradoxes du côté du biographe. Il est en effet possible de déceler dans son texte des traces signalant une tentative d’application à Claude du stéréotype du tyran. Or cette figure littéraire ne peut être associée à un caractère extrêmement influençable, car c’est sa propre cruauté, innée, qu’elle suit et non les suggestions que lui fait celle des autres125. Il paraît donc difficile d’appliquer directement le modèle tyrannique à la personne de Claude126, mais Suétone développe des rubriques qui y correspondent directement : il le présente comme un homme avide de sang127, en proie à une peur et une méfiance perpétuelles128 et prompt à la colère129. Comme ces trois rubriques se suivent les unes les autres, l’assimilation de Claude à un tyran en sort renforcée. Pourtant, ces caractéristiques n’apparaissent qu’épisodiquement chez Tacite et ne constituent en aucun cas le fondement de son portrait de l’empereur. Certes, ses emportements fréquents sont utilisés par Silius pour convaincre Messaline de l’épouser130 et la scène où Claude, terrorisé et rentrant à Rome en catastrophe après avoir appris le mariage, ne cesse de demander s’il est toujours maître du pouvoir est également relatée131, mais ce ne sont que des allusions ponctuelles qu’on ne trouve pas ailleurs. Si l’état de conservation des Annales peut être responsable de cette situation, Suétone a pu aussi exagérer ces points afin que Claude corresponde à un modèle tout fait132.

  • 133 Cf. aussi Sen., Apoc., 10.3, ainsi que toute la scène aux Enfers, avec le procès de Claude devant (...)

43Néron avait choisi la voie de la ridiculisation et du caractère extrêmement influençable : il est donc peu probable qu’il ait également tenté d’y ajouter la tyrannie. Certes, il promet que les abus de la période claudienne, en particulier judiciaires, sont finis, mais il ne va pas jusqu’à présenter son prédécesseur comme un tyran. Toutefois, cette question des procès expéditifs pourrait aussi expliquer la présence de caractères tyranniques dans le portrait que Suétone fait de Claude, car la facilité avec laquelle il pouvait faire exécuter quelqu’un est mise en scène dès l’Apocoloquintose, lorsque le défunt empereur s’emporte contre la Fièvre133 :

Excandescit hoc loco Claudius et quanto potest murmure irascitur. Quid diceret nemo intellegebat ; ille autem Febrim duci iubebat, illo gestu solutae manus ad hoc unum satis firmae, quo decollare homines solebat.

“Claude se fâche tout rouge sur ce point et, autant qu’il le peut, il émet des grondements de colère. Ce qu’il disait, personne ne le comprenait ; lui, pour sa part, ordonnait qu’on se saisît de la Fièvre, avec ce geste de sa main sans énergie, suffisamment ferme uniquement dans ce but, par lequel il avait l’habitude de faire décapiter les gens.” (Sen., Apoc., 6.2)

  • 134 Suet., Cl., 37.1.
  • 135 Suet., Cl., 34.1-3.
  • 136 Levick 1990, p. 58-63, montre comment Claude et Messaline, loin de frapper au gré de leurs capric (...)

44Comme pour la description physique de Claude, le geste évoqué dans ce passage devait être bien connu, sans quoi le jeu de connivences que Sénèque construit manquerait son but. Les condamnations hâtives sont ainsi évoquées par le geste d’une main sans énergie (solutae), sauf pour ordonner une exécution (ad hoc unum satis firmae). Or ces mises à mort nombreuses et iniques apparaissent aussi dans la Vie de Claude, où la rubrique sur la peur perpétuelle de Claude précise qu’il n’hésitait pas à sévir au moindre soupçon134. Le paragraphe traitant de sa cruauté s’ouvre aussi sur une allusion à sa pratique judiciaire, avec l’idée d’une mise au supplice immédiate et d’une cruauté pouvant attendre des heures afin de se repaître les yeux du sang des condamnés135. Ce lien entre les questions judiciaires et les tentatives d’application à Claude d’un modèle tyrannique est trop constant pour ne pas être significatif et amène à se demander s’il ne serait pas le fait de l’opposition sénatoriale, assez durement touchée sous ce règne136. Elle pourrait avoir tenté d’user sur Claude du même procédé que sur Tibère, ce qui expliquerait ces caractéristiques peu cohérentes avec la plus grande partie de son portrait, promue par son successeur afin de le représenter comme un empereur idiot et sans volonté propre.

  • 137 Chapitre 3, p. 106.
  • 138 Chapitre 3, p. 93.
  • 139 Sen., Apoc., 4.3 ; 5.2 ; 5.3 ; 6.2  ; 6.4 ; 11.3.
  • 140 Suet., Cl., 30.1.
  • 141 Suet., Cl., 21.13.
  • 142 Suet., Cl., 15.1.
  • 143 Suet., Cl., 39.1.
  • 144 Suet., Cl., 2.3.
  • 145 Levick 1990, 13-14, est en faveur d’une infirmité motrice cérébrale, maladie se déclarant dans l’ (...)
  • 146 Levick 1990, 15, se demande toutefois si Claude n’était pas sujet à des dépressions chroniques, c (...)
  • 147 Cassius Dion oppose d’ailleurs sa condition physique et ses capacités mentales : cf. C.D. 60.2.1.

45Une dernière question se pose néanmoins : dans quelle mesure cette représentation repose-t-elle sur un comportement effectif ? Jusqu’ici, y compris pour les épisodes les plus invraisemblables, nous avons en effet toujours trouvé un élément réel à la base des différentes élaborations étudiées : les débauches de Tibère venaient d’une incompréhension culturelle des Romains137 ; l’histoire de Néron et du serpent a été inventée à partir d’une mue trouvée près de son oreiller138... Il est donc peu probable que l’inégalité de la censure de Claude, son caractère tête en l’air ou encore sa manière étrange, voire ridicule, de se mouvoir aient été totalement inventés. Les nombreuses allusions de Sénèque à ses difficultés d’élocution sont si récurrentes dans l’Apocoloquintose qu’elles tiennent du comique de répétition139 et ne peuvent provenir de son imagination. Il serait dès lors tout aussi abusif de présenter Claude comme un homme dépourvu de défauts physiques ou comme un orateur confirmé doté d’un sens de la justice sans faille : sa posture et son comportement pouvaient manifestement beaucoup varier, d’une dignité certaine140 à des vacillements ridicules141, d’une grande sagacité142 à une incompréhensible distraction143. Suétone rapporte qu’il fut atteint de maladies assez graves durant son enfance144 : quel que soit le diagnostic145, aucun ne suppose de retard mental146, ce que confirment les ouvrages d’érudition attestés pour cet empereur147.

  • 148 Cf. Tac., Ann., 11.38.1 et Suet., Cl., 39.2, sur son absence de réaction à la mort de Messaline.
  • 149 Suet., Cl., 39.2.

46Il n’en demeure pas moins que celui-ci rendait la justice de manière inégale et faisait parfois preuve d’un étonnant oubli de tout, mentionné par nos deux auteurs148 et qui touche là encore le domaine judiciaire. Suétone le présente même comme récurrent, avec de nombreuses personnes invitées par l’empereur alors qu’elles ont été exécutées sur son ordre149. On peut le soupçonner de généraliser à partir de quelques exemples bien précis, car l’historien rapporte lui aussi un exemple d’oubli de sentence, mais dans un contexte légèrement différent :

ipsa ad perniciem Poppaeae festinat, subditis qui terrore carceris ad uoluntariam mortem propellerent, adeo ignaro Caesare ut paucos post dies epulantem apud se maritum eius, Scipionem, percunctaretur cur sine uxore discubuisset atque ille functam fato responderet.

“pour sa part, Messaline se dépêche de préparer la perte de Poppée, après avoir placé près d’elle des gens pour la convaincre de se suicider par terreur de la prison ; l’empereur ne savait à ce point rien que, quelques jours après, alors que Scipion, son mari, dînait auprès de lui, il lui demanda avec insistance pourquoi sa femme n’était pas installée à côté de lui ; l’autre lui répondit qu’elle avait atteint le terme de sa destinée.” (Tac., Ann., 11.2.2)

  • 150 La question de l’empereur sur l’absence de Messaline au dîner, alors qu’elle vient de se suicider (...)

47Il ne s’agit pas ici d’oubli, mais bel et bien de mise à l’écart la plus totale : Claude est si ignorant des manœuvres de son épouse qu’il en vient même à commettre de terribles impairs en public. Cet exemple montre bien la difficulté de se faire une opinion sur son comportement : là où Suétone parle d’inattention ridiculisant l’empereur, Tacite, lui, montre qu’il n’est pas tant question de sa personne que du fonctionnement de la cour150. On touche ici aux limites factuelles de l’historiographie latine : il est certain que le comportement de Claude a donné matière à ces développements, mais l’élaboration à son sujet est telle qu’il est impossible de déterminer avec certitude dans quelle proportion.

48Le traitement de cet empereur par l’historiographie romaine a donc été fortement influencé par le portrait qui a été fait de lui sous son successeur immédiat. Afin de souligner les différences entre les deux règnes, Néron et son entourage ont accentué un certain nombre de défauts physiques et intellectuels, dans le but de ridiculiser totalement le quatrième empereur : de boiteux avec des difficultés d’élocution, Claude est devenu un monstre difforme, que personne ne comprend et dont tout le monde rit. L’autre dimension majeure de son portrait, son caractère extrêmement influençable, a pu être mise en place dans un second temps, lorsqu’a éclaté la lutte de pouvoir entre Agrippine et Néron : s’appuyant, là encore, sur des faits avérés (la grande importance de l’entourage de Claude dans les décisions qu’il prenait), l’exagération a porté sur une présentation de l’empereur en homme faisant tout ce qu’on lui disait, avec comme point extrême les passages où il se révèle tout à fait inconscient de ce qui se passe autour de lui. Le grotesque du personnage ainsi créé et le fait qu’il était soutenu et entretenu par son héritier ont eu pour conséquence la disparition presque entière des autres courants narratifs concernant Claude : celui où il se présentait lui-même comme un émule de la politique d’Auguste et une application à sa personne du stéréotype du tyran sur le modèle de Tibère, peut-être orchestrée par la classe sénatoriale touchée par de multiples condamnations à mort. Inférieurs face à l’image, incompatible avec la leur, d’un Claude en pantin ridicule, ces courants ne sont repris qu’épisodiquement dans notre corpus, où ils peinent à faire système.

Néron

  • 151 Lefèbvre 2017, 38 : “on ne peut que souligner l’homogénéité des témoignages littéraires relatifs (...)

49La figure de Néron se distingue dès le départ par une étonnante constance des discours tenus à son sujet151. Alors que des variations pouvaient jusqu’ici être décelées entre nos deux auteurs, elles se révèlent très réduites à propos du dernier Julio-Claudien et la différence de genre pratiqué n’y change rien. Ainsi, à propos du divorce d’avec Octavie, Tacite et Suétone suivent exactement la même ligne narrative. Comme à son habitude, le biographe résume brièvement l’épisode, au sein de sa rubrique sur les femmes et les enfants de Néron :

Octauiae consuetudinem cito aspernatus, corripientibus amicis “sufficere illi debere, respondit, uxoria ornamenta.” Eandem mox saepe frustra strangulare meditatus dimisit ut sterilem, sed improbante diuortium populo nec parcente conuiciis, etiam relegauit, denique occidit sub crimine adulteriorum adeo inpudenti falsoque, ut in quaestione pernegantibus cunctis Anicetum paedagogum suum indicem subiecerit, qui fingeret et dolo stupratam a se fateretur.

“Ayant rapidement méprisé la vie avec Octavie, comme ses amis lui faisaient des reproches, il répondit que les insignes conjugaux devaient lui suffire. Ayant bientôt souvent médité en vain de la faire étrangler, il la renvoya pour stérilité, mais, comme le peuple réprouvait ce divorce et ne lui épargnait pas ses injures, il la relégua aussi et enfin la fit exécuter prétextant un crime d’adultère si impudent et si faux que, comme tous ne cessaient de le nier farouchement sous la torture, il suborna Anicétus, son pédagogue, comme témoin, afin qu’il fasse semblant et confesse l’avoir déshonorée par ruse.” (Suet., Nero, 35.3-4)

  • 152 Bradley 1978, ad loc., p. 210 : “Tacitus’ and Suetonius’ versions must be assumed to share a comm (...)

50L’empereur songe d’abord à faire étrangler la fille de Claude, puis se contente de la répudier en prétendant qu’elle est stérile, mais doit ensuite l’exiler et la faire accuser d’adultère, devant l’indignation du peuple. Le récit des Annales, bien qu’évidemment plus développé, suit exactement le même déroulement : Néron commence par prétendre que sa femme est stérile pour pouvoir la répudier (Tac., Ann., 14.60.1) ; Poppée lui suggère d’ajouter le crime d’adultère, mais aucune des servantes, même sous la torture, ne reconnaît quoi que ce soit (Tac., Ann., 14.60.2-3) ; Octavie est d’abord confinée dans la maison de Burrus, puis envoyée en Campanie (Tac., Ann., 14.60.4) ; le peuple désapprouve et manifeste sa joie à la fausse nouvelle du rappel de la jeune femme (Tac., Ann., 14.60.5-61.1) ; Néron revient alors à l’accusation d’adultère, en demandant à Anicétus, le préfet de la flotte de Misène, d’en endosser la responsabilité (Tac., Ann., 14.62.1-4) ; Octavie est envoyée sur l’île de Pandateria (Tac., Ann., 14.63.1), où elle est finalement exécutée (Tac., Ann., 14.64.1-2). De part et d’autre, les élaborations narratives sont visibles : Tacite place le crime d’adultère avant l’exil et insère un développement sur la loyauté infrangible des servantes de la jeune femme, tandis que Suétone ajoute un premier dessein de strangulation. Néanmoins, l’ensemble de l’épisode reste globalement stable d’une œuvre à l’autre152.

  • 153 Suet., Nero, 24.1-2.
  • 154 Champlin 2003, 81 : “A patron with twenty-eight legions at his command cannot compete as a perfor (...)

51Cette uniformité touche aussi la caractérisation de l’empereur en lui-même, y compris pour des éléments qui pourraient sembler anecdotiques. Quand il dépeint Néron en chanteur, Suétone souligne le caractère habituel de son comportement extrêmement scrupuleux : il étend l’interdiction de cracher à terre à la sueur qui coule de son front, craint d’être éliminé parce que son bâton lui a échappé un instant. Mais, par ailleurs, il se proclame aussi lui-même vainqueur et, de ce fait, en profite pour concourir aussi comme héraut153. La dichotomie entre son souci excessif de n’enfreindre aucune règle et son statut de compétiteur extraordinaire154 est donc très claire ici, en particulier dans son auto-attribution de la victoire. Il serait possible de ne voir là qu’une caractéristique du voyage impérial en Grèce, mais deux indicatifs imparfaits, oboediebat et pronuntiabat, la présentent comme une habitude, ce qui fait de l’anecdote du bâton que l’empereur laisse tomber une illustration parmi d’autres d’un comportement récurrent. De son côté, Tacite se focalise sur un moment précis de la vie de Néron, mais présente aussi cette manière de faire comme coutumière :

Interea senatus, propinquo iam lustrali certamine, ut dedecus auerteret, offert imperatori uictoriam cantus, adicitque facundiae coronam, qua ludicra deformitas uelaretur. Sed Nero, nihil ambitu nec potestate senatus opus esse dictitans, se aequum aduersum aemulos et religione iudicum meritam laudem adsecuturum, primo carmen in scaena recitat ; mox, flagitante uulgo ut omnia studia sua publicaret – haec enim uerba dixere - ingreditur theatrum, cunctis citharae legibus obtemperans, ne fessus resideret, ne sudorem nisi ea quam indutui gerebat ueste detergeret, ut nulla oris aut narium excrementa uiserentur. Postremo, flexus genu et coetum illum manu ueneratus, sententias iudicum opperiebatur ficto pauore.

“Pendant ce temps, le Sénat, comme le concours quinquennal était déjà proche, afin d’éviter toute honte, offre à l’empereur la victoire pour le chant et ajoute la couronne de l’éloquence, afin de cacher avec elle le déshonneur d’une participation à des jeux. Mais Néron, ne cessant de dire qu’il n’avait en rien besoin des manœuvres et de la puissance du Sénat, qu’il était de taille devant des rivaux et qu’il obtiendrait une gloire méritée grâce au scrupule religieux des juges, récite tout d’abord un chant sur la scène ; ensuite, comme le peuple réclamait qu’il rende public toutes ses passions – voilà, en effet, les mots qu’ils prononcèrent -, il entre dans le théâtre, se conformant à toutes les règles pour la cithare, qui interdisaient de s’asseoir en cas de fatigue, d’essuyer sa sueur sauf avec le vêtement dont il était vêtu, de ne laisser voir aucune sécrétion de la bouche ou des narines. Enfin, un genou à terre et témoignant de la main son respect à cette illustre assemblée, il attendait le verdict des juges en feignant l’effroi.” (Tac., Ann., 16.4.1-4)

52L’épisode a lieu durant les secondes Neronia, d’où les présents de narration qui le présentent comme un seul événement (offert, adicit, recitat, ingreditur), mais deux indicatifs imparfaits échappent à l’historien (gerebat et opperiebatur), indiquant qu’il s’agit aussi, dans son esprit, d’une scène récurrente. On retrouve de fait, dans ce passage, les mêmes éléments que chez Suétone : le respect absolu des règles (cunctis citharae legibus obtemperans) ; le souci de ne pas laisser couler sa sueur à terre (ne sudorem nisi ea quam indutui gerebat ueste detergeret) ; la crainte devant le verdict des juges (opperiebatur ficto pauore). Comme le biographe, Tacite souligne le statut particulier de l’empereur, qui rend ridicules ses précautions et ses craintes : le Sénat cherche à lui décerner les prix avant même qu’il n’ait concouru et lui-même attend que le jury se prononce en faisant semblant d’avoir peur (ficto pauore). Le contexte narratif est donc différent, mais le contenu, lui, demeure le même.

  • 155 Lefebvre 2017, 33, à propos de la représentation de Néron dans l’Octavie du pseudo-Sénèque : “Ell (...)
  • 156 Suet., Nero, 26.1-4, puis 26.5 ; Tac., Ann., 13.25.1-3, puis 13.25.4.
  • 157 Suet., Nero, 31.1-6 ; Tac., Ann., 15.42.1-2.
  • 158 Suet., Nero, 27.1-4 (banquets), puis Suet., Nero 28.1-29.2 (perversions sexuelles) ; Tac., Ann., (...)

53Étant donné que nos auteurs écrivent environ cinquante ans après la mort de l’empereur, il est possible de conclure de l’uniformité de leurs récits que la façon de raconter le règne de Néron s’est fixée suffisamment tôt et avec un consensus suffisant pour éliminer les versions alternatives155. Certains éléments permettent même, au-delà du simple contenu de son portrait, de postuler l’existence d’une vulgate, sans doute elle aussi rapidement mise en place. En effet, malgré la différence de genre et de perspective, Tacite et Suétone ont tendance, à son sujet, à aborder certaines particularités dans le même ordre. Ainsi, quelle que soit l’œuvre, les attaques nocturnes du jeune Néron sont toujours suivies de ses incitations à la licence dans les théâtres156, l’évocation de la Domus Aurea des travaux sur le lac Averne157 et le banquet fastueux donné par Tigellin du “mariage” de l’empereur avec un affranchi158. Une telle concordance ne peut être expliquée par le seul ordre chronologique, puisque l’organisation per species adoptée par le biographe a précisément pour résultat de le brouiller. Elle donne dès lors à penser qu’il devait probablement exister des listes de vices pour cet empereur, qu’elles aient eu ou non pour objectif de prouver sa nature tyrannique : Suétone les aurait suivies assez fidèlement, tandis que Tacite les aurait en partie intégrées dans son récit, en reprenant périodiquement leur progression.

  • 159 Sur la façon dont les élaborations prennent toujours appui sur un élément historiquement attesté, (...)
  • 160 Sur la façon dont sa pratique musicale finira par devenir l’une des caractéristiques définitoires (...)
  • 161 Suet., Nero, 19.5-20.1.
  • 162 Suet., Nero, 27.1.

54Une autre explication de ces similitudes vient bien sûr aussi de l’application à Néron, comme à Tibère, du stéréotype du tyran. Suétone le suit assez systématiquement, en abordant successivement sa cruauté (Suet., Nero, 26.1-5) ; ses banquets fastueux (Suet., Nero, 27.1-4) ; ses vices sexuels (Suet., Nero, 28.1-29.2) ; ses dépenses folles, en particulier dans la construction, qui finissent par le pousser à la rapine (Suet., Nero, 30.1-32.7) ; enfin, les très nombreux assassinats dont il fut responsable, de ses proches jusqu’à des personnes sans lien avec lui et l’incendie de Rome (Suet., Nero, 33.1-38.7). Il ne manque ici que la peur perpétuelle et le dégoût de soi, peut-être faute d’élément pouvant véritablement servir de base à ces thèmes, contrairement à ce qui s’était passé pour Tibère159. Il est intéressant de constater que ces développements interviennent après la présentation des prétentions musicales et agonistiques de Néron160. Celles-ci ouvrent la partie consacrée à ses vices161 et les éléments associés au stéréotype du tyran sont présentés comme une aggravation du caractère de l’empereur, qui ne se soucie même plus de dissimulation162.

  • 163 Suet., Nero, 28.1-29.2.
  • 164 Tac., Ann., 13.47.2.
  • 165 Tac., Ann., 15.37.4.
  • 166 Tac., Ann., 16.19.3.
  • 167 Tac., Ann., 16.19.3 : exoletorum feminarumque, “des mignons et des femmes”.
  • 168 Tac., Ann., 15.37.4, à comparer avec Suet., Nero, 29.1. L’affranchi jouant le rôle du mari est ap (...)

55Ces éléments stéréotypiques sont aussi présents chez Tacite, mais de façon plus discrète. Là où Suétone dresse, comme pour Tibère, une liste détaillée des perversion sexuelles de Néron163, l’historien reste vague et ne donne pas de précisions : il parle de lasciuire164, de licita atque inlicita165, de flagitia166 et n’évoque les personnes impliquées que par groupes très généraux167. Le seul épisode évoqué avec quelque détail est celui du mariage où Néron joua le rôle de la jeune épousée168. La perspective adoptée est donc à l’opposé de ce qui s’est mis en place pour Tibère. Dans ce cas, en effet, les attaques étaient claires, précises et concordantes : comme elles correspondaient aux insinuations sexuelles courantes dans la vie politique romaine, il était vraisemblable qu’elles aient été diffusées pendant le règne même de cet empereur, à des fins de diffamation, et ont été reprises ensuite par les historiens dans le cadre du stéréotype du tyran. Or les accusations portées contre Néron manquent de cette consistance dans les Annales, alors que Tacite avait tout à gagner à dénoncer aussi chez ce prince ce type de perversions. Une telle différence amène à se demander si les éléments contenus dans ces passages n’étaient pas, en partie, des surenchérissements introduits après la mort de Néron, que Suétone aurait reproduits afin de compléter son portrait, tandis que Tacite se serait contenté de simples allusions, ne voulant ni reprendre, ni inventer.

  • 169 Cf. par exemple, Tac., Ann., 14.60.1, où l’absence de problèmes après l’assassinat d’Agrippine po (...)
  • 170 Tac., Ann., 13.3.3.
  • 171 Tac., Ann., 14.14.1-2.
  • 172 Tac., Ann., 15.31.1-2.
  • 173 Tac., Ann., 16.4.1-4.

56Il est clair, en revanche, que cette figure a été l’occasion, pour les Romains, d’adapter le stéréotype du tyran au contexte politique qui leur était propre. Les prétentions artistiques de cet empereur occupent en effet dans le récit davantage de place que les caractéristiques tyranniques, alors qu’on s’attendrait plutôt à l’inverse, en particulier chez Tacite. Or, dans les Annales, elles rythment tout autant la narration que les crimes impériaux. De fait, si les différents décès, naturels ou provoqués, constituent autant de points d’inflexion du gouvernement néronien169, son désir de plus en plus difficilement contrôlé de se produire sur scène génère aussi une scansion narrative, souvent parallèle. Ce thème apparaît au tout début du règne, au moment où Néron fait l’éloge funèbre de Claude : Tacite signale alors, comme en passant, qu’il avait aussi appris le chant et composait des poèmes170. Par la suite, c’est juste après l’assassinat de sa mère que l’empereur commence à s’adonner au chant et aux courses de chevaux171. Une autre étape est franchie en 64, lorsque Néron décide de se produire publiquement sur scène172, ce qui amène au passage, déjà commenté, où il concourt pendant la seconde édition des Neronia, malgré les efforts du Sénat pour l’éviter173.

  • 174 Suet., Nero, 20.1-25.5.

57De son côté, Suétone aborde ce thème avant même les caractéristiques tyranniques, au début de sa rubrique sur les infamies (probra) et les crimes (scelera) de cet empereur174. Sa distinction entre ces deux types d’actions négatives amène à associer la “carrière artistique” de Néron aux probra, tandis que les rubriques tyranniques développent ses scelera. Or la façon dont Tacite aborde ses prétentions montre que lui aussi séparait les deux domaines. Lorsque l’empereur se produit, que ce soit dans un cadre privé ou public, l’historien met toujours l’accent sur le déshonneur dont il se couvre, y compris lorsqu’il ne s’agit encore que de se donner en spectacle dans l’intimité relative de la vallée du Vatican :

Vetus illi cupido erat curriculo quadrigarum insistere nec minus foedum studium cithara ludicrum in modum canere. Concertare equis regium et antiquis ducibus factitatum memorabat, idque uatum laudibus celebre et deorum honori datum. Enimuero cantus Apollinis sacros, talique ornatu adstare, non modo Graecis in urbibus, sed Romana apud templa, numen praecipuum et praescium. Nec iam sisti poterat, cum Senecae ac Burro uisum, ne utraque peruinceret, alterum concedere. Clausumque ualle Vaticana spatium, in quo equos regeret, haud promiscuo spectaculo

“Il avait depuis longtemps le désir de s’adonner aux courses de chars et la passion non moins honteuse de chanter avec une cithare comme dans les jeux publics. Il rappelait que se mesurer avec des chevaux était une activité royale et que les anciens chefs l’avaient souvent fait : cela avait été célébré par les éloges des poètes et était un don pour honorer les dieux. En effet, les chants étaient consacrés à Apollon et cette divinité importante et prophétique se tenait parée ainsi non seulement dans les villes grecques, mais aussi dans les temples romains. Et il ne pouvait plus en être empêché, quand Sénèque et Burrus décidèrent, pour qu’il ne l’emporte pas sur les deux points, de lui en concéder un. On ferma l’espace de la vallée du Vatican, où il conduisait ses chevaux, de sorte que ce spectacle n’était pas public” (Tac., Ann., 14.14.1-2)

  • 175 Il s’agit ici sans doute d’une allusion au temple d’Apollon Sosianus sur le Champ de Mars, ainsi (...)

58Ce qui est en jeu ici ne sont pas les prétentions artistiques de l’empereur, mais sa dignité selon la conception romaine. Les activités de Néron sont un objet de honte (pudor), un déshonneur (dedecus), mais aussi une tache sur sa réputation (foedare), une infamie (flagitium) : voilà pourquoi Sénèque et Burrus, dans un premier temps, tentent de les dissimuler en les contenant dans la vallée du Vatican. Néron lui-même en paraît conscient dans l’argumentaire que lui prête Tacite, car il cherche à démontrer l’inverse : conduire des chevaux n’est pas une occupation vile, puisque les rois et les anciens chefs s’y sont adonnés ; se produire comme chanteur n’est pas honteux, puisque même les temples romains contiennent des statues représentant Apollon en citharède175. Mais, par la suite, l’historien met surtout l’accent sur la diffusion de ce déshonneur dans le reste de la société romaine :

mox ultro uocari populus Romanus laudibusque extollere, ut est uulgus cupiens uoluptatum et, si eodem princeps trahat, laetum. Ceterum euulgatus pudor, non satietatem, ut rebantur, sed incitamentum attulit ; ratusque dedecus molliri, si plures foedasset, nobilium familiarum posteros, egestate uenales, in scaenam deduxit ; quos, facto perfunctos, ne nominatim tradam, maioribus eorum tribuendum puto. Nam et eius flagitium est qui pecuniam ob delicta potius dedit quam ne delinquerent. Notos quoque equites Romanos operas arenae promittere subegit donis ingentibus, nisi quod merces ab eo qui iubere potest uim necessitatis adfert

“mais bientôt, en outre, le peuple romain fut appelé et l’exalta de ses louanges, étant donné que la foule est avide de plaisirs et se réjouit si le prince va dans le même sens. Toutefois, le caractère public de sa honte ne lui apporta pas la satiété, comme Sénèque et Burrus le pensaient, mais fut une incitation ; et, pensant que son infamie était atténuée s’il déshonorait plus de gens, il amena sur la scène des descendants de familles nobles, rendus vénaux par leur pauvreté ; cependant, comme ils sont morts, je ne les citerai pas nommément, car, à mon avis, il faut accorder cela à leurs ancêtres. En effet, l’ignominie s’attache aussi à celui qui leur a donné de l’argent pour leurs méfaits, plutôt que pour qu’ils ne commettent pas de fautes. Il obligea aussi des chevaliers romains connus à promettre leurs services dans l’arène en leur faisant des dons immenses, si ce n’est que ce qui est donné en salaire par qui peut ordonner a force de nécessité.” (Tac., Ann., 14.14.2-4)

  • 176 Sur ce point, cf. Engels 1972, passim.
  • 177 Cette conception typiquement romaine explique sans doute pourquoi Cassius Dion, qui était grec, l (...)
  • 178 Champlin 2003, 65-66.

59Passe encore que le peuple approuve l’empereur et lui réclame des exhibitions publiques : il est cupiens uoluptatum et représente de toute façon une part de la population pour laquelle Tacite a très peu d’estime176. Mais la partie “saine” de la société romaine est elle aussi “infectée” et, même si c’est malgré eux, de jeunes aristocrates et des chevaliers sont forcés par la misère ou des “cadeaux” à se produire sur scène. L’intervention personnelle de l’historien, expliquant pourquoi il ne donnera pas leurs noms, renforce l’impression d’ineffaçable infamie, qui pourrait se communiquer non seulement à leurs descendants, mais aussi à leurs ancêtres177. Pourtant, comme le souligne E. Champlin, c’est bien plutôt un très large engouement que les activités du prince ont provoqué parmi les élites romaines178 : la condamnation est postérieure à Néron et non contemporaine.

  • 179 Cf. C.D. 63.9.1-2, où, relatant ce même souci obsessionnel de respect des règles agonistiques, l’ (...)
  • 180 Champlin 2003, 81 : “emperors simply should not be professional performers. Amateur indulgence in (...)
  • 181 Ripoll 1999.
  • 182 Suétone signale cette justification en Suet., Vesp., 16.6. L’autre explication est celle de la fo (...)
  • 183 Suet., Nero, 31.7 (histoire du trésor de Didon, juste après le paragraphe sur les folles construc (...)
  • 184 Ripoll 1999 rappelle que l’arrivée au pouvoir de Vespasien a coïncidé avec la montée en puissance (...)

60C’est la dégradation de la fonction d’empereur que représente la participation de Néron à ces spectacles qui est en cause ici179 : un Princeps ne monte pas sur scène comme un histrion, catégorie sociale par ailleurs particulièrement stigmatisée à Rome180. Il y a bien sûr là des traces évidentes de la propagande flavienne, qui n’a cessé de marquer sa différence vis-à-vis de cet empereur. F. Ripoll montre ainsi comment Vespasien s’est attaché à noircir la figure de Néron, afin de très classiquement rehausser son propre règne181. L’accent a en particulier été mis sur les dépenses fastueuses et le luxe effréné du Princeps précédent, afin de mieux justifier les mesures d’économie rigoureuses mises en place par son successeur182. Or ce point est précisément un autre élément commun du portrait qu’en font Tacite et Suétone. Dans les deux œuvres, le déroulement est le même : Néron commence à faire construire et dépenser sans compter, ce qui vide les caisses de l’État et l’amène à se tourner vers la rapine. L’épisode du prétendu trésor de Didon, qu’il intervienne avant les pillages (Suétone) ou pendant ceux-ci (Tacite) à chaque fois comme fonction de souligner combien l’empereur est financièrement aux abois183. L’utilisation par les Flaviens de la figure de Néron, ainsi que le changement de mentalité qui accompagna le règne de Vespasien184, ont donc continué d’influer sur son portrait bien après sa mort.

  • 185 Cizek 1982, 75-91.
  • 186 Galtier 2011, 187-188.
  • 187 Cizek 1982, 71-75.
  • 188 Lefebvre 2017, passim.

61Ces dépenses, qui entraient dans le cadre de l’orientalisme politique de Néron185, sont aussi liées au stéréotype du tyran, qui prend ce qu’il veut où il veut, sans se soucier des propriétaires186. Cette influence orientale et, surtout, l’accent mis sur une dégradation de la fonction d’empereur signalent l’élaboration progressive d’un modèle romain du tyran, formé à partir de la figure de Néron. En effet, le tyran tragique ou platonicien correspond à un type, il n’est pas la dégradation d’une figure d’autorité idéale, dont on devine qu’elle correspond au modèle d’Auguste. Étudiant les influences idéologiques et politiques du règne de Néron, E. Cizek fait remarquer que les Romains de l’Empire, depuis leur enfance, font la différence entre le rex et le tyrannus : le premier protège les citoyens, rend la justice et écoute l’avis du Sénat ; le second n’a aucune limite et asservit tout le monde187. À cela, le portrait de Néron ajoute un goût ostensible pour tout ce qui est grec, donc pour tout ce qui ne correspond pas au mos maiorum, sapant ainsi de plus en plus l’auctoritas que lui confère sa fonction et dont il devrait être le gardien. Il apparaît dès lors comme une réappropriation romaine du stéréotype du tyran, particularité qui expliquerait la puissance que sa figure a conservée tout au long des siècles, continuant pendant longtemps à servir très nettement de repoussoir188.

  • 189 Chapitre 4, p. 177-178.
  • 190 Le récit de son propre règne est lui aussi, très classiquement, influencé par celui des précédent (...)

62Il n’est cependant pas besoin d’aller très loin dans le temps pour constater que Néron sert de contre-modèle impérial. Dans notre corpus même, nous avons vu en effet que le récit, dans les Annales, du passage de pouvoir entre Auguste et Tibère était conçu pour ressembler à celui entre Claude et Néron189 : femme intriguant pour favoriser son fils d’un premier mariage, soupçons d’empoisonnement de la part de Livie, fils naturel présenté comme beaucoup plus légitime, fils adoptif s’emparant presque indûment du pouvoir... Ce schéma est celui de l’assassinat de Claude, réintroduit dans le récit de la mort du premier Princeps grâce à l’insertion de rumeurs. Un tel procédé signifie que c’est Tibère que Tacite a cherché à rapprocher de Néron et non Néron de Tibère : le modèle définitoire était donc celui du dernier Julio-Claudien et non du second. Néron a par conséquent, dès le début du iie siècle, une influence rétroactive sur le portrait des Princes qui l’ont précédé190.

  • 191 Supra, p. 176-177.
  • 192 Cf. par exemple Tac., Ann., 13.5.1, après le discours où Néron trace les lignes d’une politique d (...)
  • 193 Suet., Nero, 10.5.

63Les deux règnes présentaient cependant des points communs, qui ont certainement contribué à leur rapprochement. Ainsi, leurs premières années ont été également considérées comme relativement bonnes, ce qui amène à adopter à chaque fois le schéma narratif d’une dégradation progressive. Tacite adopte à ce sujet une attitude opposée à celle qu’il avait eue pour les débuts de la politique tibérienne. Nous avons vu en effet que, dès le livre I des Annales, son but était d’annoncer la dégradation qui allait avoir lieu191, alors que Suétone accablait certes Tibère dans la seconde partie de sa biographie, mais reconnaissait aussi que ses premières mesures et son comportement initial furent bons. C’est l’inverse avec Néron, pour lequel Tacite accepte la thèse d’un bon Quinquennium192, peut-être sous l’influence d’une tradition historiographique favorable à Sénèque, qui en fut l’artisan avec Burrus, tandis que Suétone multiplie les annonces plus ou moins discrètes du tyran en devenir : la même présentation du premier gouvernement augustéen de Néron fait également allusion à l’admission de la plèbe à ses exercices en plein air et à des récitations de poèmes193, ce qui insère déjà dans ses bons débuts les premiers germes de sa recherche de la popularité à tout prix et de sa passion incontrôlée pour la participation aux spectacles.

  • 194 Germanicus n’intervient pas comme fils naturel dans le schéma narratif de la mort d’Auguste, mais (...)

64Un autre rapprochement entre ces deux figures est dans leur opposition à un autre personnage présenté comme plus légitime qu’eux. Tacite oppose ainsi Néron à Britannicus, comme il opposait, au début des Annales, Tibère et Germanicus194. L’élaboration littéraire autour du fils de Claude n’a pas commencé avec l’historien, car il fait allusion à une source extérieure au moment de l’adoption de Néron :

Quibus patratis, nemo adeo expers misericordiae fuit, quem non Britannici fortuna maerore adficeret. Desolatus paulatim etiam seruilibus ministeriis, perintempestiua nouercae officia in ludibria uertebat, intellegens falsi : neque enim segnem ei fuisse indolem ferunt, siue uerum, seu periculis commendatus retinuit famam sine experimento.

“Ces honneurs une fois obtenus, personne ne fut dénué de compassion au point de n’être pas saisi de tristesse devant le sort de Britannicus. Déserté peu à peu même par les esclaves qui le servaient, il tournait en plaisanteries les marques d’obligeance intempestives de sa marâtre, comprenant ce qu’elles avaient de faux : et en effet, à ce qu’on rapporte, il ne fut pas d’un caractère indolent, soit que ce soit vrai, soit que, mis en valeur par les dangers courus, il en ait conservé la réputation sans en avoir fait la preuve.” (Tac., Ann., 12.26.2)

65Le verbe ferunt signale la reprise d’une source écrite, qui était visiblement très favorable à Britannicus et dont Tacite se distingue : le parallélisme siue... seu ne permet en effet pas de déterminer s’il pense que le jeune homme était effectivement courageux ou s’il considère que cette interprétation provient d’un désir de le mettre en valeur. Ses prédécesseurs paraissent en effet avoir accentué le statut de victime du fils de Claude, allant jusqu’à affirmer que Néron l’avait violé quelques jours avant de l’empoisonner :

Tradunt plerique eorum temporum scriptores crebris ante exitium diebus inlusum isse pueritiae Britannici Neronem, ut iam non praematura neque saeua mors uideri queat, quamuis inter sacra mensae, ne tempore quidem ad complexum sororum dato, ante oculos inimici properata sit in illum supremum Claudiorum sanguinem, stupro prius quam ueneno pollutum.

“La plupart des auteurs de cette époque rapporte que, à de nombreuses reprises les jours qui précédèrent son décès, Néron n’a pas respecté la jeunesse de Britannicus, afin que sa mort ne puisse plus paraître ni prématurée, ni cruelle, bien que ce fût dans le contexte sacré d’un repas, sans même lui donner le temps de serrer ses sœurs dans ses bras, sous les yeux d’un ennemi, qu’elle fut précipitée contre cet ultime représentant du sang des Claudii, souillé par un viol avant de l’être par le poison.” (Tac., Ann., 13.17.2)

  • 195 Suet., Nero, 35.8.
  • 196 Suétone, qui ne se concentre que sur la figure des empereurs, laisse totalement de côté l’antagon (...)

66Ici aussi apparaît une allusion très claire à des sources écrites (tradunt, scriptores), que l’on comprenne le génitif eorum temporum comme signalant des contemporains ou simplement comme le sujet des ouvrages écrits. Ce paragraphe contient toutefois deux ambiguïtés. Tout d’abord, on ne sait pas bien si la consécutive ut... queat renvoie à la pensée de Néron (violer Britannicus pour “atténuer” le scandale de sa mort) ou à celle des auteurs cités (raconter que Britannicus a été violé, pour présenter sa mort comme une libération). Par ailleurs, l’apposition qui clot la phrase, stupro... pollutum, pourrait tout aussi bien renvoyer, elle aussi, au discours des scriptores ou à une prise de position de Tacite, qui affirmerait le viol. Ce type d’accusation contre Néron semble sinon courante, du moins fréquente, puisqu’on la retrouve chez Suétone à propos de la mort d’Aulus Plautus195, autre “remplaçant” à Néron envisagé par Agrippine. Cet exemple pousse à considérer l’histoire du viol de Britannicus comme une surenchère, vraisemblablement destinée à accroître encore la pitié des lecteurs devant sa destinée, en jouant aussi sur la qualité d’homme libre du fils de Claude et le caractère tyrannique de Néron, comme les versions présentant Tibère en violeur d’ingenui196.

  • 197 Dont le premier est, bien sûr, la reprise de l’expression primum facinus noui principatus, en Tac (...)
  • 198 L’opposition entre boni et mali principes apparaît précisément à la fin du ier siècle de notre èr (...)

67Il est difficile de savoir si ce parallèle historiographique est du fait de Tacite ou s’il existait déjà dans la tradition antérieure. En effet, la présence de surenchères narratives à propos de Britannicus ne signifie pas nécessairement qu’il était rapproché de Germanicus, mais son manque de relief chez Suétone peut aussi s’expliquer par la focalisation du biographe sur la personne des empereurs, pas uniquement par une absence de relation. Il est en revanche très clair que Tacite joue sur le rapprochement entre Tibère et Néron, y compris par des phénomènes d’échos197. Il en ressort que Néron a bien été représenté comme un tyran pervers, mais que son portrait ne se réduit pas à l’application de ce stéréotype. Des enjeux idéologiques sont aussi intervenus, à travers une volonté diachronique de définir ce que sont un bon et un mauvais empereurs198. C’est donc bel et bien un enjeux politique et historiographique romain qui transparaît ici, dans la droite ligne de la pratique de l’exemplum. Les deux courants de la référence tyrannique grecque et de la réflexion proprement romaine sur l’exercice du pouvoir impérial se sont ainsi associés, faisant de Néron bien plus qu’un cas particulier historiographique : il a constitué, à partir de ce moment-là, une figure de référence pouvant servir de point d’appui à une présentation négative aussi bien de ses successeurs que, paradoxalement, de ses prédécesseurs.

Galba

  • 199 Je paraphrase ici une expression de La Penna 1976, à propos d’un type de portrait que nous retrou (...)

68Dans notre corpus, Galba est un “empereur paradoxal”199 : tant qu’il ne règne pas, tout le monde le voit empereur, mais, une fois parvenu au pouvoir, il se révèle incapable de l’exercer au mieux, ainsi que le résume une fameuse formule de Tacite à la fin de sa notice nécrologique :

Pro consule Africam moderate, iam senior citeriorem Hispaniam pari iustitia continuit, maior priuato uisus dum priuatus fuit et omnium consensu capax imperii nisi imperasset.

“Comme proconsul, il tint l’Afrique avec modération, déjà âgé, l’Hispanie Citérieure avec une égale justice, paraissant trop grand pour un simple particulier tant qu’il en fut un et, de l’accord de tous, capable de gouverner s’il n’avait pas été empereur.” (Tac., Hist., 1.49.4)

  • 200 Chapitre 4, 150-151.
  • 201 Heubner 1963, ad loc., p. 110 : “nicht der Stab wird gebrochen, aber das Paradoxe der historische (...)
  • 202 Suet., Gal., 14.1.

69Nous avons déjà constaté que Galba est une exception au phénomène de “révélation par les provinces”200 : ses qualités de gouverneur laissent voir en lui un excellent empereur, alors qu’il se révélera le contraire201. Ce paradoxe est inscrit dans la structure grammaticale même de la phrase de Tacite : les gouvernements d’Afrique et d’Espagne sont traités dans la proposition principale, tandis que l’échec comme Princeps n’est évoqué que dans une apposition. Le caractère lapidaire de ce jugement a certainement contribué à son passage à la postérité, mais son contenu n’est pas propre à Tacite, car Suétone aussi utilise une formule de ce genre dans sa biographie de Galba202. L’idée y est la même que dans les Histoires, avec, là aussi, une opposition entre la popularité de Galba avant son arrivée au pouvoir et la façon dont il a ensuite gouverné. Il s’agit donc très vraisemblablement d’une opinion commune sur ce personnage, au moins au début du iie siècle.

70Toutefois, le “paradoxe Galba” tient sans doute davantage de ce qu’il révèle l’impossibilité du retour à un mos maiorum fantasmé que de l’absence de correspondance entre ses comportements comme gouverneur et comme empereur. En effet, dès le récit de ses premières années, Suétone le présente comme un fervent adepte des anciennes coutumes, y compris de celles qui étaient depuis longtemps tombées en désuétude :

Quamquam autem nondum aetate constanti, ueterem ciuitatis exoletumque morem ac tantum in domo sua haerentem obstinatissime retinuit, ut liberti seruique bis die frequentes adessent ac mane saluere, uesperi ualere sibi singuli dicerent.

“En outre, bien que non encore d’âge mûr, il conserva avec la plus grande obstination une vieille coutume civique tombée en désuétude et ne tenant bon que dans sa maison, celle de rassembler en nombre deux fois par jour ses affranchis et ses esclaves, afin que chacun le salue le matin et prenne congé de lui le soir.” (Suet., Gal., 4.8)

  • 203 C’est-à-dire qu’on a pu inventer, pour le jeune Galba, des anecdotes anticipant son comportement (...)
  • 204 Suet., Gal., 17.1.
  • 205 Tac., Hist., 1.12.2, mais aussi 1.16.1.

71L’usage présenté ici est non seulement vieux (ueterem), mais aussi désuet (exoletum) ; il n’existe plus que chez Galba et celui-ci y tient absolument (obstinatissime retinuit). Or il n’est alors pas encore le vieillard attaché aux coutumes républicaines qu’il deviendra (quamquam nondum aetate constanti) : il était déjà ainsi bien avant, ce qui fait de cette habitude un trait définitoire. L’âge auquel il est arrivé au pouvoir, soixante-douze ans, a pu soit accentuer, soit même créer cette caractéristique203. Suétone le présente en effet comme son principal défaut lorsque se répand le bruit du soulèvement des légions de Germanie204 et, même s’il le distingue de son absence d’héritier direct, en réalité, les deux sont liés : c’est parce qu’il est âgé que la désignation d’un héritier prend tout son sens. La mise en avant unanime de cette raison pour expliquer l’adoption de Pison205 peut signifier aussi que l’empereur était conscient de ce handicap : il ne s’agirait donc pas uniquement d’une projection de la situation au moment de l’adoption de Trajan par Nerva, mais aussi d’une réalité historique. Pourtant, l’âge de Galba n’est cité à aucun moment à propos des motivations des légions de Germanie ou, un peu plus tard, pour celles des prétoriens se ralliant à Othon. L’adoption de Pison n’était donc pas une solution : au contraire, elle précipita la perte de l’empereur.

  • 206 Büchner 1965. Avant lui, Koestermann 1956 montrait déjà comment Tacite et Suétone soulignent l’op (...)
  • 207 Tac., Hist., 1.5.2, mais aussi Suet., Gal., 16.2, où la même anecdote est relatée à l’identique.
  • 208 Chapitre 4, p. 132-135.
  • 209 Lavate 1977-1978, p. 41 parle, au sujet de Galba, de la “sterile inutilità di una forma vuota”.

72Le fait est que son âge et son attachement aux anciennes mœurs ont fait de Galba un anachronisme206, dans une société romaine profondément changée à la fois par l’avènement du Principat et par le règne de Néron. Tacite le montre parfaitement lorsque l’empereur refuse de verser aux prétoriens le donatiuum que leur avait promis Nymphidius, leur ancien préfet du Prétoire, et déclare qu’il choisit ses soldats et ne les achète pas207. Cette sévérité de Galba, qui considère que ses soldats doivent lui être attachés par définition parce qu’il est leur empereur et refuse de les payer pour leur loyauté, correspond au stéréotype du bon général faisant respecter l’ancienne discipline208. Il n’est dès lors pas un hasard que l’historien, à cet endroit, ait recours au terme res publica : un tel comportement renvoie à la période républicaine, mais n’a plus cours sous l’Empire209, ainsi que le souligne le commentaire nec [...] ad hanc formam cetera erant, “le reste de ses décisions ne suivait pas ce cadre”.

73La figure de Galba devient dès lors une sorte d’anti-Néron, dont les caractéristiques apparaissent en creux dans la description du caractère de son successeur :

Famae nec incuriosus nec uenditator ; pecuniae alienae non appetens, suae parcus, publicae auarus

“Sa renommée, il n’était ni indifférent à elle, ni ne cherchait sans cesse à la vendre ; il n’était pas attiré par l’argent d’autrui, épargnait le sien, faisait preuve d’avarice avec celui de l’État” (Tac., Hist., 1.49.3).

  • 210 Suet., Nero, 55.
  • 211 Cette attitude est caractéristique du fonctionnement social républicain : cf. Néraudau 1993.
  • 212 De fait, le portrait que Plutarque fait de lui, dans la biographie qu’il lui consacre, est nettem (...)
  • 213 Suet., Gal., 13.
  • 214 Suet., Gal., 12.2.
  • 215 Suet., Gal., 12.5. Pour un point historique sur certaines mesures prises par Galba que nos source (...)
  • 216 Qui ne s’est néanmoins pas transformée en haine à son encontre : cf. Husband 1915. Cassius Dion, (...)
  • 217 Van Wassenhove 2008, 634, se demande si la façon dont Suétone représente Galba ne vise pas aussi (...)
  • 218 Cf. la façon dont Tacite et Suétone décrivent Pison, en Tac., Hist., 1.14.2 et Suet., Gal., 17.1.

74Les qualités rappelées ici représentent l’inverse du gouvernement précédent : alors que Néron était avide de gloire210, Galba, sans la négliger, ne la recherchait pas non plus à tout prix211 ; Néron dépensait aussi bien ses propres deniers que ceux de l’État, pillant littéralement les provinces, tandis que Galba ne versa rien aux soldats, les rendant réceptifs aux manœuvres othoniennes. Au vu de la condamnation unanime de Néron par nos deux auteurs, on s’attendrait à un jugement positif sur son successeur212. Ce n’est pourtant pas le cas : Galba apparaît davantage comme un homme inadapté à son temps que comme un sain retour aux anciennes coutumes. Il devait être déjà envisagé ainsi de son vivant, car Suétone rapporte une application, lors d’une pièce de théâtre, qui le présente comme un vieux campagnard peu adapté à la vie en ville213. Sa réputation d’avare se renforça même à son retour d’Espagne214, au point que le biographe émet des doutes quant à la véracité des anecdotes qu’il rapporte à ce propos215. Il y a donc eu une réaction populaire romaine à son arrivée216, changeant notamment sa parcitas en auaritia. À cela, il faut probablement ajouter la propagande othonienne, qui, pour brève qu’elle ait été, a pu aussi s’appuyer sur cette impopularité217 : faire de Galba un anachronisme vivant, c’est en effet souligner combien Othon, lui, a bien compris l’état du monde après le règne de Néron et suggérer que, s’il n’a pas été adopté, c’est parce que Galba a choisi un jeune homme tout aussi anachronique que lui218, au lieu de l’homme de la situation.

75Cela signifie-t-il pour autant que suivre à la lettre le mos maiorum était déjà considéré comme d’une autre époque ? Avant d’écrire les Histoires, Tacite avait déjà tenu des propos similaires à ceux de la notice nécrologique de Galba, mais à propos de son beau-père, Agricola :

Nec illi, quod est rarissimum, aut facilitas auctoritatem aut seueritas amorem deminuit. Integritatem atque abstinentiam in tanto uiro referre iniuria uirtutum fuerit. Ne famam quidem, cui saepe etiam boni indulgent, ostentanda uirtute aut per artem quaesiuit : procul ab aemulatione aduersus collegas, procul a contentione aduersus procuratores, et uincere inglorium et atteri sordidum arbitrabatur.

“Et dans son cas, ce qui est très rare, ni son affabilité n’a diminué son indulgence, ni sa sévérité l’affection pour lui. Rapporter l’intégrité et le désintéressement qui se trouvaient dans un tel homme aura été une injure à ses vertus. Pas même la renommée, pour laquelle, souvent, même les gens de bien ont de la complaisance, il ne la rechercha en étalant sa vertu ou par des artifices : loin de rivaliser avec ses collègues, loin de lutter avec les procurateurs, il jugeait à la fois que vaincre était sans gloire et qu’être écrasé était ignoble.” (Tac., Agr., 9.5-6)

76Cet extrait contient les mêmes idées que la nécrologie de Galba : Agricola ne cherche pas à être célèbre à tout prix (ne famam quidem... ostentanda uirtute aut per artem quaesiuit) ; il n’est ni à vendre (integritatem), ni avide de s’emparer des richesses d’autrui (abstinentiam). Lui aussi est sévère (seueritas), mais il reste d’abord facile (facilitas). Cette dernière caractéristique ne lui porte cependant pas préjudice, car elle n’est présentée ni comme un paradoxe, ni comme un défaut. Le caractère est donc semblable, mais les conséquences sont diamétralement opposées.

  • 219 Cf. Suet., Vesp., 16.1, où elle est présentée comme son seul défaut.
  • 220 Par exemple celle de “l’argent n’a pas d’odeur”, en Suet., Vesp., 23.5.

77Est-ce à dire qu’un sénateur de l’Empire peut se comporter selon le mos maiorum républicain, tandis que l’empereur, lui, doit agir selon l’esprit de son temps ? Ce n’est pas sûr, car Vespasien aussi a mis en avant le thème du retour aux anciennes traditions romaines : simplicité, économie... Il en retira la même réputation d’extrême avarice que Galba219, accompagnée elle aussi d’anecdotes plus ou moins cocasses220. Mais, là où le successeur de Néron est condamné sans nuances, Vespasien, lui, a trouvé des défenseurs :

Quidam natura cupidissimum tradunt, idque exprobratum ei a sene bubulco, qui negata sibi gratuita libertate, quam imperium adeptum suppliciter orabat, proclamauerit uulpem pilum mutare, non mores. Sunt contra qui opinentur ad manubias et rapinas necessitate compulsum summa aerarii fiscique inopia, de qua testificatus sit initio statim principatus, professus “quadringenties milies opus esse, ut res publica stare posset.” Quod et ueri similius uidetur, quando et male partis optime usus est.

“Certains rapportent qu’il était par nature très avare et qu’un vieux bouvier le lui avait reproché : alors que Vespasien avait refusé de l’affranchir gratuitement, ce dont le vieillard le priait en le suppliant après son arrivée au pouvoir, celui-ci avait crié que le renard avait changé de poil, mais pas de mœurs. À l’inverse, il y a des gens qui pensent qu’il fut poussé par la nécessité aux pillages et aux rapines, à cause de la très grande pénurie du Trésor et du fisc, dont il témoigna immédiatement, au début de son principat, en déclarant qu’il fallait quarante millions de sesterces pour que l’État subsiste. Cela paraît même plus vraisemblable, puisqu’il utilisa très bien aussi ce qu’il avait mal acquis.” (Suet., Vesp., 16.5-7)

  • 221 Chapitre 2, p. 81-83.
  • 222 Il est néanmoins possible que le même discours ait fini par être tenu à propos de Galba, car Dion (...)
  • 223 Gagé 1952.

78Deux interprétations de la conduite de Vespasien sont présentées ici : la première, transmise par une source écrite (tradunt), le dépeint négativement comme un homme cupide par nature ; la seconde, dont le verbe de pensée (opinentur) fait plutôt référence à des personnes bien informées221, met en avant l’état des finances de l’État romain au début de la période flavienne. Rien ne permettrait de véritablement trancher entre l’une et l’autre, si Suétone n’intervenait pas à cet endroit en faveur de la seconde : son argument est que, Vespasien ayant bien utilisé les sommes collectées, ce n’est pas par avidité personnelle qu’il les a fait percevoir. La situation n’est donc pas la même que pour Galba222. Il est vrai que Vespasien a bénéficié du retour de l’ordre et d’un changement de mentalité, qui rendait les dépenses de Néron non plus magnifiques, mais exagérées. Cette évolution explique peut-être l’usage restreint que les Flaviens firent de la figure de Galba223 : l’insistance de Vespasien sur la différence entre sa politique et celle de Néron aurait pu l’amener à se revendiquer de lui, mais ce ne fut pas le cas, peut-être à cause de sa perception comme un anachronisme, qui pouvait rapidement se révéler embarrassante.

  • 224 Il y a sans doute un le lien, dans la pensée romaine, entre un âge avancé et un caractère extrême (...)
  • 225 À l’inverse, la première mesure prise par l’Agricola de Tacite lorsqu’il arrive en Bretagne est d (...)
  • 226 Tac., Hist., 1.12.3-13.1.
  • 227 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 68, ces deux adjectifs représentent “an important contribution to (...)
  • 228 Suet., Gal., 12.1.

79En effet, Galba n’est pas non plus totalement un “champion” du mos maiorum : il fait également preuve d’une inconstance et d’un caractère influençable qui vont à l’encontre de cette caractérisation. Il est ainsi présenté comme totalement sous la coupe de ses affranchis224 et son indulgence à leur égard contraste grandement avec la dureté dont il fait preuve par ailleurs à l’égard des légions225. Le jugement de Tacite à ce sujet est particulièrement sévère : il dépeint les proches de l’empereur comme hiantes in magna fortuna, “béants d’avidité devant son sort élevé” et qualifie l’empereur d’infirmum et credulum, “faible et crédule”226, deux qualificatifs très peu appropriés à un empereur227, encore moins à propos d’un homme dont Suétone nous dit qu’il arriva à Rome précédé d’une réputation de cruauté en raison du traitement réservé à certaines villes gauloises228. Les Douze Césars contiennent pourtant aussi des allusions à la complaisance de Galba devant la malhonnêteté de ses affranchis, comme en Suet., Gal., 15.3, après une présentation de la sévérité de l’empereur dans l’attribution des charges et la récupération des dons faits par Néron :

At contra nihil non per comites atque libertos pretio addici aut donari gratia passus est, uectigalia immunitates, poenas innocentium impunitates noxiorum.

“À l’inverse, il ne laissa rien, tributs, exemptions d’impôts, peines des innocents, impunités des coupables, être adjugé contre de l’argent ou donné par faveur, si ce n’était par l’intermédiaire de ses compagnons et affranchis.” (Suet., Gal., 15.3)

80La perspective adoptée ici est sensiblement différente de celle de Tacite, car, dans cet extrait, Galba intervient plus ou moins, en obligeant tout le monde à passer par ses proches : cela lui confère un certain pouvoir, alors que, chez l’historien, les affranchis ne sont pas des intermédiaires, mais les véritables détenteurs de la puissance impériale.

  • 229 Tac., Hist., 1.13.2.
  • 230 Il y a là comme une anticipation de la scène des Annales où Claude délibère sur la nouvelle épous (...)
  • 231 Schunck 1964, 46-47. Pour lui, toutes les scènes de mort d’empereur des Histoires mettent en avan (...)
  • 232 Contrairement à Othon.
  • 233 Van Wassenhove 2008, 625 : “It is no exageration to say that ambivalence and instability are the (...)

81Or ils sont fréquemment en désaccord, comme le montre bien la scène de délibération sur l’héritier à adopter229 : c’est Galba qui finit par décider, mais il est clair que l’opinion de Titus Vinius, Laco et Icelus compte beaucoup230. P. Schunck souligne combien Galba est incapable de prendre une décision rationnelle et finit par suivre des conseils émotionnels231. Cette inconstance peut être considérée comme un effet conjoncturel, provoqué par la précipitation suivant l’annonce du coup d’État, mais Suétone l’étend aussi à la période d’entre-deux où Galba a été proclamé empereur alors que Néron n’est pas encore mort : il accepte la proposition de Vindex seulement quand il croit que Néron va le faire assassiner (Suet., Gal., 9.5) ; une fois acclamé, il met en place une sorte d’administration de transition, mais un début de revirement de la part d’une aile de cavalerie remet en cause sa décision (Suet., Gal., 10.6) ; enfin, il se désespère lorsqu’il apprend la mort de Vindex et ne retrouve ses esprits qu’à la nouvelle du suicide de Néron (Suet., Gal., 11.1-2). Il n’y a, dans ces événements, que des péripéties politiques presque attendues en cette période de guerre civile, mais à aucun moment Galba ne paraît déterminé à s’emparer du pouvoir232 : il hésite constamment entre la marche en avant ou le renoncement, ce qui fait de son inconstance l’une des caractéristiques majeures de son portrait par Suétone233. Ignorant comment réagir, ne saisissant pas la situation sous tous ses aspects, Galba prend une série de mauvaises décisions qui le mèneront à sa perte. Ce faisant, il se révèle une illusion de mos maiorum, qui annonce implicitement l’avènement de Vespasien.

Othon

82Si Galba apparaît implicitement comme un anti-Néron, le portrait d’Othon est, pour sa part, très clairement influencé par celui du dernier Julio-Claudien. Il faisait en effet partie de son cercle le plus proche, l’accompagnant dans ses excès et ses vices, en particulier pendant “l’affaire Poppée”. En conséquence, il a été ensuite considéré comme un nouveau Néron, ainsi que le formule très clairement Tacite au moment où Galba refuse de le prendre pour héritier :

Credo et rei publicae curam subisse, frustra a Nerone translatae, si apud Othonem relinqueretur. Namque Otho pueritiam incuriose, adulescentiam petulanter egerat, gratus Neroni aemulatione luxus ; eoque Poppaeam Sabinam, principale scortum, ut apud conscium libidinum deposuerat, donec Octauiam uxorem amoliretur ; mox suspectum in eadem Poppaea in prouinciam Lusitaniam specie legationis seposuit. Otho, comiter administrata prouincia, primus in partes transgressus nec segnis et, donec bellum fuit, inter praesentes splendidissimus, spem adoptionis statim conceptam acrius in dies rapiebat, fauentibus plerisque militum, prona in eum aula Neronis ut similem.

“Je crois que le souci de l’État lui vint à l’esprit : cela aurait été en vain qu’on avait enlevé le pouvoir à Néron si on le laissait entre les mains d’Othon. En effet, Othon avait passé une enfance négligée, un adolescence impudente, obtenant la faveur de Néron par une émulation dans le luxe ; c’est pour cette raison qu’il lui avait laissé en dépôt Poppée, la putain princière, comme chez un complice de ses débauches, le temps d’écarter sa femme, Octavie ; comme il le suspecta bientôt à propos de Poppée même, il l’éloigna dans la province de Lusitanie, sous l’apparence d’une légation. Othon, après avoir administré sa province avec bienveillance, passa le premier du côté de Galba ; pas inactif et, tant qu’il y eut la guerre, brillant au plus haut point parmi les présents, il s’attachait de jour en jour plus âprement à un espoir d’adoption immédiatement conçu, car la plupart des soldats lui étaient favorables et la cour de Néron penchait pour lui, en tant qu’il lui était semblable.” (Tac., Hist., 1.13.2-4).

83L’historien reconnaît ici qu’Othon a fait ses preuves comme gouverneur de Lusitanie (comiter administrata prouincia) et que son adhésion au camp galbien est dépourvue d’ambiguïté : il l’a rallié parmi les premiers (primus in partes transgressus) et il y a été actif (nec segnis), ce qui lui a permis de se faire remarquer dans l’entourage du nouvel empereur (inter praesentes splendidissimus). Pourtant, celui-ci refuse de l’adopter parce qu’il voit en lui un autre Néron (frustra a Nerone translatae, si apud Othonem relinqueretur) ; pour la même raison, une partie de la cour, à l’inverse, lui est favorable (prona in eum aula Neronis ut similem). Quoi qu’il ait pu faire après son départ de Rome, Othon n’est donc pas envisagé en lui-même, mais pour son passé néronien, ce que renforce son attitude ambiguë une fois arrivé au pouvoir :

Ac super ceteras gratulantium adulantiumque blanditias ab infima plebe appellatus Nero nullum indicium recusantis dedit, immo, ut quidam tradiderunt, etiam diplomatibus primisque epistulis suis ad quosdam prouinciarum praesides Neronis cognomen adiecit. Certe et imagines statuasque eius reponi passus est et procuratores atque libertos ad eadem officia reuocauit, nec quicquam prius pro potestate subscripsit quam quingenties sestertium ad peragendam Auream domum.

“Et, en plus des autres flatteries de ceux qui le félicitaient et l’adulaient, comme la partie la plus basse de la plèbe l’avait appelé Néron, il ne donna aucun signe de récuser ce nom, au contraire, comme certains l’ont rapporté, il ajouta même le cognomen de Néron aux laisser-passer et aux premières lettres qu’il envoya à certains gouverneurs de province. En tout cas, à la fois il laissa relever ses bustes et ses statues et il rétablit dans les mêmes fonctions ses procurateurs et ses affranchis et il n’approuva de sa puissance aucune décision avant les cinquante millions de sesterces pour terminer complètement la Maison Dorée.” (Suet., Otho, 7.2-3)

  • 234 Chez Dion, la reprise de cette appellation justifie la conviction de chacun qu’Othon serait pire (...)
  • 235 “par peur de l’interdire ou honte de l’admettre” (Tac., Hist., 1.78.2).
  • 236 Sur l’attitude d’Othon vis-à-vis de l’héritage néronien, cf. Duchêne 2014.

84Othon est présenté ici comme revendiquant pour lui la faveur populaire encore attachée à Néron : la reprise de son nom sur ses premières lettres est introduite par un immo de surenchérissement et une incise ut tradiderunt signalant une source écrite, et le relèvement des statues du dernier Julio-Claudien et l’achèvement de la Domus Aurea le sont par un certe, soulignant leur caractère incontestable. Une certaine gêne est néanmoins perceptible : si l’appellation “Néron Othon” n’est pas récusée (nullum indicium recusantis dedit), elle n’est pas non plus officiellement acceptée devant la foule234. Par ailleurs, Othon se contente de laisser faire (passus est) les personnes qui veulent relever les bustes et les statues de l’ancien empereur : aucune autorisation publique n’intervient. À propos de ce double nom, Tacite résume bien la situation où Othon se trouvait par l’expression uetandi metu uel adgnoscendi pudore235 : la popularité de Néron était telle qu’il était dangereux de se distinguer ouvertement de lui, comme l’avait montré l’exemple de Galba, mais reconnaître ces liens empêchait également Othon de renier sa jeunesse dissolue et risquait de lui aliéner les anti-néroniens, au premier rang desquels les sénateurs236.

  • 237 Chapitre 4, p. 135-140.
  • 238 Suet., Otho, 10.4-11.3.
  • 239 Suet., Aug., 99.1 et, supra, p. 188-189.
  • 240 Suet., Aug., 99.2.
  • 241 Tac., Hist., 2.46.1-50.2 ; Plut., Otho, 15.1-18.3 ; C.D. 64.11.1-15.2. Pour une étude plus détail (...)

85Othon se laisse donc, plus ou moins à son corps défendant, considérer comme un second Néron, jusqu’à que sa mort marque une nette différence entre les deux hommes. Elle ne ressemble en effet en rien à celle du dernier Julio-Claudien et reprend les caractéristiques mises en évidence pour les victimes d’empereur237. L’inspiration stoïcienne est particulièrement visible dans la version suétonienne de cet événement : Othon y prend le temps de saluer tous ses amis, d’écrire deux lettres, dont l’une, celle à sa sœur, est à thème philosophique, de distribuer l’argent en sa possession à ses serviteurs et il reste si maître de lui-même qu’il repousse son suicide d’une nuit, afin que chaque soldat puisse prendre congé de lui s’il le désire, et dort sans être troublé le moins du monde par ce qu’il est sur le point de faire238. À cela s’ajoute son souci de l’ordre ambiant, exactement comme pour Auguste239 : il fait en sorte que ses amis ne soient pas mis en danger par les lettres qu’ils lui ont écrites, change ses plans en entendant un tumulte qui s’élève et interdit qu’on fasse du mal à qui que ce soit. Ses recommandations à Messalina à propos de ses cendres et de sa mémoire font également penser à celles données à Livie240. Il y a donc eu très visiblement une élaboration narrative autour de cet événement et le fait que les récits de Tacite, Plutarque et Cassius Dion présentent exactement les mêmes éléments démontre qu’elle s’est fixée assez vite241.

  • 242 Suet., Nero, 47.1-2.

86Rien de tout cela dans la mort de Néron, telle que le biographe nous la relate. Malgré les injonctions de certains de ses officiers et même l’exclamation agacée d’un prétorien, ce n’est pas le suicide que l’empereur envisage en premier, mais des projets irréalistes : se réfugier chez les Parthes, demander pitié à Galba ou au peuple, se “contenter” de la préfecture d’Égypte242. La longueur du récit suétonien qui suit est à l’image de ses hésitations et de son refus de se donner la mort. Même après avoir pris sa décision, Néron tergiverse jusqu’au bout :

Inter moras perlatos a cursore Phaonti codicillos praeripuit legitque se hostem a senatu iudicatum et quaeri, ut puniatur more maiorum, interrogauitque quale id genus esset poenae ; et cum comperisset nudi hominis ceruicem inseri furcae, corpus uirgis ad necem caedi, conterritus duos pugiones, quos secum extulerat, arripuit temptataque utriusque acie rursus condidit, causatus “nondum adesse fatalem horam”. Ac modo Sporum hortabatur ut lamentari ac plangere inciperet, modo orabat ut se aliquis ad mortem capessendam exemplo iuuaret ; interdum segnitiem suam his uerbis increpabat : “Viuo deformiter, turpiter – οὐ πρέπει Νέρωνι, οὐ πρέπει – νήφειν δεῖ τοῖς τοιούτοις – ἄγε ἔγειρε σεαυτόν.” Iamque equites appropinquabant, quibus praeceptum erat ut uiuum eum adtraherent. Quod ut sensit, trepidanter effatus : “Ἵππων µ’ ὠκυπόδων ἀµφὶ κτύπος οὔατα βάλλει”, ferrum iugulo adegit iuuante Epaphrodito a libellis.

“Au milieu de ces retards, il arracha des mains de Phaon un billet apporté par un courrier, lut qu’il avait été jugé ennemi public par le Sénat et était recherché pour être puni selon la coutume des Anciens. Il demanda quel type de peine c’était ; comme il avait appris qu’on insérait le coup du condamné nu dans une fourche et qu’on le frappait à mort sur le corps avec des verges, épouvanté, il s’empara de deux poignards qu’il avait emportés avec lui, en éprouva le tranchant à tous deux et les rengaina, prétextant que l’heure fatale n’était pas encore là. Et tantôt il exhortait Sporus à commencer à se lamenter et à pleurer, tantôt il suppliait que quelqu’un l’aide par son exemple en se donnant la mort ; pendant ce temps, il blâmait sa propre lâcheté de ces mots : “Je mène une vie ignoble, honteuse. – Cela ne convient pas à Néron, non, cela ne convient pas. – Il faut avoir les idées claires dans ces circonstances. – Allons, réveille-toi.” Et déjà des cavaliers approchaient, à qui il avait été prescrit de l’apporter vivant. Mais, lorsqu’il les entendit, il dit en tremblant : “Le fracas des chevaux aux pieds rapides frappe mes oreilles” et il s’enfonça le fer dans la gorge avec l’aide d’Epaphroditus, son secrétaire chargé des requêtes.” (Suet., Nero, 49.2-5)

  • 243 Suet., Otho, 10.2-3. L’histoire du suicide du soldat apparaît aussi chez Tacite, mais ailleurs ; (...)
  • 244 Cf. ses exhortations pour se donner du courage : Viuo deformiter et turpiter ; οὐ πρέπει Νέρωνι.
  • 245 Schunck 1964, 57-73.
  • 246 La Penna 1976.

87Les exhortations, en latin et en grec, que Néron s’adresse à lui-même montrent qu’il a, cette fois-ci, accepté l’idée qu’il n’a plus d’autre choix que de se suicider, mais ce sont toujours des stimuli extérieurs qui le poussent à passer à l’acte : l’annonce qu’il a été déclaré ennemi public et la description du châtiment qui l’attend ; le bruit des chevaux qui approchent. Trois détails permettent d’établir un parallèle plus étroit encore avec la mort d’Othon : Néron essaie la lame de deux poignards, puis les rengaine en renonçant au dernier moment, alors que son ancien ami les place sous son oreiller pour s’en servir plus tard ; Néron demande désespérément à quelqu’un de se suicider sous ses yeux afin de lui servir d’exemple, ce qui arrive précisément à Othon avec le soldat venant lui apprendre la défaite243 ; enfin, Néron a besoin qu’un de ses affranchis l’aide à se trancher la gorge, tandis qu’Othon se tue seul, au réveil. La différence entre ces morts est donc particulièrement nette, tout comme la réputation qu’elles vaudront aux deux hommes : Néron est frappé d’infamie avant même de s’être ôté la vie244 ; Othon, lui, entrera dans l’Histoire précisément en en quittant la scène. P. Schunck met très bien en évidence que ce qui se joue dans ces morts, en particulier dans celle d’Othon, est ce qu’il appelle “la mort romaine” : il ne s’agit pas uniquement de se soustraire à l’oppression ou à un châtiment imminent, mais aussi de laisser un exemple à suivre, car la renommée posthume ainsi acquise est aussi importante que celle obtenue de son vivant245. Othon réussit là où Néron échoue, ce qui rend sa mort d’autant plus étonnante au vu de la vie qu’il a menée auparavant. Il entre ainsi dans la catégorie des portraits paradoxaux selon A. La Penna, c’est-à-dire des portraits d’hommes dont l’existence dissolue ne laissait pas prévoir leur fin de vie remarquable246.

  • 247 Cf. Shoshat 1981, qui ne cesse de dénoncer la partialité de l’historien, mais aussi Mouchová 1966 (...)
  • 248 Supra, p. 214.

88Cette dichotomie est particulièrement visible chez Tacite, car celui-ci adopte, vis-à-vis d’Othon, un parti pris nettement négatif247. Dès le début des Histoires, il justifie en partie par son passé néronien le refus de Galba de l’adopter248, mais c’est surtout son récit du coup d’État qui accentue cette présentation négative. Avant même qu’Othon ait été proclamé empereur, sa position est rabaissée par la condition des deux soldats qui se chargeront de convaincre les autres prétoriens de se rallier à lui :

Sed tum e libertis Onomastum futuro sceleri praefecit, a quo Barbium Proculum tesserarium speculatorum et Veterium optionem eorundem perductos, postquam uario sermone callidos audacesque cognouit, pretio et promissis onerat, data pecunia ad pertemptandos plurium animos. Suscepere duo manipulares imperium populi Romani transferendum et transtulerunt.

“Mais alors il chargea Onomastus, un de ses affranchis, du futur crime ; celui-ci lui amena Barbius Proculus, l’agent de liaison des gardes du corps, et Veterius, un de leurs sous-officiers ; quand il eut reconnu, en discutant sur divers sujets, qu’ils étaient rusés et audacieux, il les chargea d’argent et de promesses, après leur avoir donné une somme pour tenter les esprits de davantage d’hommes. Deux simples soldats se chargèrent de transférer le pouvoir du peuple romain et le transférèrent.” (Tac., Hist., 1.25.1)

  • 249 Ernout & Meillet 1985 [1932], s. v. scelus, p. 600-601.
  • 250 Chilver 1979, ad loc., p. 87, fait remarquer que ce terme pouvait désigner n’importe quel homme e (...)
  • 251 Cf. la remarque de J. Hellegouarc’h, dans ses notes à l’édition de la CUF, p. 145 : “Tacite l’app (...)

89Ce passage est représentatif de la position de Tacite : le projet d’Othon est, dès le départ, qualifié de scelus, terme ayant peut-être, à l’origine, une connotation religieuse249, et la référence aux deux manipulares, dans la phrase finale, dénigre l’ensemble de l’entreprise othonienne, car ce ne sont pas des armées et d’habiles généraux qui entreront en action, mais deux simples soldats. Or Barbius Proculus et Veterius ne sont pas des manipules, ainsi qu’il le révèle lui-même : le premier est tesserarius, c’est-à-dire agent de liaison portant les ordres du général, et le second un sous-officier servant d’adjudant au centurion. Ainsi, certes sans être haut placés dans la hiérarchie militaire250, ces hommes ne sont pas non plus de simples soldats. L’historien les rabaisse donc pour rabaisser avec eux ce qu’ils vont accomplir et souligner l’horreur de ce qui est en train de se préparer251.

90De même, son traitement de la préméditation ou non de la mort de Galba témoigne d’une volonté de présenter Othon sous un jour négatif. Cette question est abordée après l’adoption de Pison, lorsque le candidat malheureux réfléchit à sa situation personnelle et repense aux prédictions que lui a faites l’astrologue Ptolémée :

Sed Otho tamquam peritia et monitu fatorum praedicta accipiebat, cupidine ingenii humani libentius obscura credendi. Nec deerat Ptolemaeus, iam et sceleris instinctor, ad quod facillime ab eius modi uoto transitur. Sed sceleris cogitatio incertum an repens ; studia militum iam pridem spe successionis aut paratu facinoris adfectauerat, in itinere, in agmine, in stationibus uetustissimum quemque militum nomine uocans ac memoria Neroniani comitatus contubernales appellando ; alios agnoscere, quosdam requirere et pecunia aut gratia iuuare, inserendo saepius querelas et ambiguos de Galba sermones quaeque alia turbamenta uolgi.

“Mais Othon accueillait ces prédictions en tant qu’elles venaient d’un expert en avertissements du destin, poussé par le désir de l’esprit humain de croire plus facilement ce qui est mystérieux. Et Ptolémée, déjà aussi instigateur du crime, ne manquait pas de le pousser à un projet auquel on passe très facilement quand on part d’un souhait de ce genre. Toutefois on ne sait pas bien s’il pensa immédiatement au crime ; déjà, depuis longtemps, par espoir de succéder à Galba ou en préparation de son entreprise, il cherchait à se gagner le dévouement des soldats, pendant les marches, dans les revues, lors des gardes, appelant chacun d’eux par son nom et, en souvenir de leur compagnonnage sous Néron, les nommant ses camarades ; il reconnaissait les uns, en interrogeait certains et les aidait de son argent ou de son crédit, en insérant assez souvent des plaintes, des paroles ambiguës à propos de Galba et d’autres éléments qui troublent la foule.” (Tac., Hist., 1.22.3-23.1)

  • 252 Chapitre 2, p. 61-65.
  • 253 Tac., Hist., 1.22.2.
  • 254 Klingner 1940.

91Tacite fait ici une distinction entre un scelus, dont on ne sait si Othon l’a immédiatement envisagé, et un facinus, que les faveurs aux soldats auraient pu contribuer à préparer. L’accession de Claude, puis celle de Néron, avaient montré l’importance de l’appui de la garde prétorienne lors d’une prise de pouvoir : qu’elle ait lieu après un acte de violence ou à la suite d’une adoption n’y changeait rien. Les manœuvres d’Othon auprès des soldats pouvaient donc tout autant être envisagées comme un prélude à sa désignation comme héritier que comme une préparation de coup d’État. Le terme facinus désigne alors vraisemblablement une prise de pouvoir par la force, par opposition à une succession. Cela signifie que la question de la préméditation, elle, porte sur l’autre acte impie de cette journée du 15 janvier 69 : la mise à mort du vieux Galba. En apparence, Tacite ne prend pas parti, puisqu’il utilise l’expression incertum an, dont nous avons vu qu’il l’utilise principalement lorsqu’il exprime une véritable incertitude252. Mais, auparavant, il présente l’astrologue Ptolémée comme ayant une influence certaine sur Othon et le poussant à commettre un crime (sceleris instinctor) : lorsqu’on sait que, quelques lignes plus haut, il lui rappelle les spéculations de certains sur l’âge de Galba et sa propre jeunesse253, on devine aisément ce qu’il lui suggère de faire. Il n’est dès lors pas anodin que Tacite utilise aussi à cet endroit le mot scelus. À cela s’ajoutent les paroles ambiguës qu’Othon glisse, à propos de Galba, dans ses conversations avec les soldats : s’il avait uniquement l’espoir, à ce moment-là, d’être adopté, pourquoi dénigrer son futur père ? Se plaindre ou se moquer d’une personne extérieure est courant dans les groupes humains, dont cela contribue à renforcer la complicité entre les membres, mais un tel comportement est assez malvenu lorsqu’on cherche en réalité à être associé à la personne ainsi isolée. Le discours qu’Othon tient aux soldats apparaît ainsi comme plutôt tourné vers une sape de l’autorité de Galba en vue d’un coup d’État que comme une seule recherche de faveur. Les rapprochements entre Othon et le personnage de Catilina chez Salluste mis en évidence par F. Klingner254 renforcent ce sentiment de coupable machination à l’œuvre.

  • 255 Supra, p. 215
  • 256 Tac., Hist., 1.81.1-2.
  • 257 Chez Dion, cet épisode est présenté comme représentatif du degré d’impudence auquel les soldats é (...)

92Toutefois, l’historien doit aussi prendre en compte la mort stoïcienne d’Othon, ce qui l’amène à mettre en place une évolution progressive, qui commence avec sa prise de pouvoir, lorsque le peuple l’appelle Néron Othon et que le nouvel empereur manifeste sa gêne255 en n’acceptant ni ne refusant officiellement ce surnom. Mais l’inflexion est surtout visible au moment du tumulte des prétoriens, qui croient soudain à une tentative d’assassinat de l’empereur et se précipitent au Palatin, où ils le surprennent en plein banquet. La réaction d’Othon au milieu de ses convives est alors particulièrement intéressante, car l’empereur, qui a pourtant pris le pouvoir en s’appuyant sur les soldats et non sur le Sénat, s’y préoccupe autant du sort des notables que du sien : son premier réflexe est de tenter d’apaiser les prétoriens et de faire sortir tous ses invités, qui, pourtant, sont loin d’être ses alliés puisqu’ils se méfient fort de lui256. Il ne se conduit donc pas en aventurier catilinaire, mais en homme d’État pensant avant tout à la sauvegarde de la classe supérieure de l’Empire257. Le discours que Tacite lui fait prononcer le lendemain au camp prétorien confirme cette inflexion :

“ Nec illas aduersus senatum uoces ullus usquam exercitus audiat. Caput imperii et decora omnium prouinciarum ad poenam uocare non hercule illi, quos cum maxime Vitellius in nos ciet, Germani audeant. Vlline Italiae alumni et Romana uere iuuentus ad sanguinem et caedem depoposcerit ordinem, cuius splendore et gloria sordes et obscuritatem Vitellianarum partium praestringimus ? Nationes aliquas occupauit Vitellius, imaginem quandam exercitus habet, senatus nobiscum est ; sic fit ut hinc res publica, inde hostes rei publicae constiterint” .

“ Et qu’aucune armée, nulle part, n’entende ces propos contre le Sénat. Réclamer que soit châtiée la tête de l’Empire, l’honneur de toutes les provinces, par Hercule ! les lointains Germains, au moment précis où Vitellius les excite contre nous, n’oseraient pas le faire. Seront-ce des enfants de l’Italie et une jeunesse vraiment romaine qui auront réclamé le sang et le meurtre de l’ordre dont la splendeur et la gloire nous permettent d’écraser la fange et l’obscurité du parti vitellien ? Vitellius a occupé certains peuples, il a une certaine image d’armée, mais le Sénat est avec nous ; c’est ainsi qu’il se trouve que l’État est ici et que là ont pris position ses ennemis. ” (Tac., Hist., 1.84.3)

  • 258 Chilver 1979, ad loc., p. 151 : “Of all the speeches in Book I, Tacitus has adapted this one most (...)
  • 259 Cf. les paragraphes qui précèdent cet extrait, où Othon reconnaît à plusieurs reprises que ce qu’ (...)
  • 260 Heubner 1963, ad loc., p. 176, souligne l’ironie qu’il y a pour Othon à employer cet argument.
  • 261 Sur cette complexification, cf. Lavate 1977-1978.

93Rien ne permet de savoir si l’historien s’est inspiré ici d’un discours qu’Othon aurait réellement prononcé, mais, à vrai dire, l’important n’est pas là : quelle que soit la part d’éléments extérieurs dans ce paragraphe, il est l’œuvre de Tacite et montre que son auteur confère à son protagoniste une dimension dépassant celle d’un usurpateur258. Othon cherche en effet à réconcilier la société romaine avec elle-même, en rappelant aux soldats l’obéissance et le respect qu’ils doivent avoir pour le Sénat de Rome : il est certes leur empereur et il reconnaît leur fidélité259, mais c’est parce que le Sénat est de leur côté qu’ils représentent la légalité et Vitellius la guerre civile260. Il serait par conséquent faux de réduire le portrait que Tacite fait d’Othon à une simple image négative aux échos sallustiens261.

  • 262 Suet., Otho, 10.1-3. Après son étude des divers traits positifs et négatifs de la Vie d’Othon, Ci (...)
  • 263 Cf. à propos du jeune Titus avant son arrivée au pouvoir, Suet., Titus, 7.1, où une liste de défa (...)
  • 264 Tac., Ann., 13.25.1-3 et Suet., Nero, 24.2-4.
  • 265 En Tac., Ann., 13.25.2, Tacite mentionne d’autres personnes qui, profitant de la mauvaise conduit (...)

94La situation est différente chez Suétone, car son père était légat dans l’armée othonienne et le présentait manifestement sous un jour très favorable262. Tout rapprochement avec Néron étant conçu comme négatif263, dès le début de la Vie, le biographe cherche à limiter autant que possible les liens entre les deux hommes. Il évoque ainsi l’habitude du jeune Othon d’attaquer des passants de nuit pour s’amuser et, comme Néron aussi était coutumier du fait264, on serait tenté d’associer les deux épisodes pour n’en faire qu’un265, mais Suétone prend soin d’aborder le sujet avant la rencontre des deux jeunes hommes :

A prima adulescentia prodigus ac procax, adeo ut saepe flagris obiurgaretur a patre, ferebatur et uagari noctibus solitus atque inualidum quemque obuiorum uel potulentum corripere ac distento sago impositum in sublime iactare. Post patris deinde mortem libertinam aulicam gratiosam, quo efficacius coleret, etiam diligere simulauit quamuis anum ac paene decrepitam ; per hanc insinuatus Neroni facile summum inter amicos locum tenuit congruentia morum, ut uero quidam tradunt, et consuetudine mutui stupri.

“Dès le début de son adolescence, prodigue et effronté au point que son père le punissait souvent à coups de fouet, il avait, disait-on, aussi l’habitude d’errer la nuit, de se saisir de quelque passant faible ou d’un ivrogne et de le jeter plusieurs fois en l’air après l’avoir déposé sur un manteau tendu. Ensuite, après la mort de son père, pour entourer d’attentions plus efficaces une affranchie de la cour bien en grâce, il fit même mine de l’aimer, bien qu’elle fût une vieille femme et presque décrépie ; introduit par elle auprès de Néron, il tint facilement la toute première place parmi ses amis, parce que leurs mœurs concordaient, comme, de fait, certains le rapportent, et par l’habitude de se déshonorer mutuellement.” (Suet., Otho, 2.1-2)

  • 266 Tac., Hist., 1.13.3.

95Ce paragraphe correspond à l’adulescentiam petulanter egerat de Tacite, au moment où Galba se cherche un héritier266. Suétone admet donc lui aussi qu’Othon n’a pas eu une jeunesse sans reproche : dépensier, il se montre insolent au point d’être corrigé à coups de fouet par son père, agresse les passants la nuit, leurre une vieille courtisane pour être introduit auprès de Néron. On peut déduire du parti pris globalement favorable du biographe à l’égard de ce personnage que les mentions de débauches, sexuelles et autres, devaient être incontournables, sans quoi elles auraient été très probablement passées sous silence, car elles nuisaient sans aucun doute à l’image du futur empereur. Suétone se contente par conséquent d’intervenir sur la marge de manœuvre qui lui restait, celle des attaques nocturnes : grammaticalement rattachées au verbe ferebatur, qui renvoie à la période a prima adulescentia et au moment où le père d’Othon était encore en vie, elles paraissent dès lors clairement distinctes du moment où le jeune homme fait la connaissance de Néron et le suit dans ses perversions.

  • 267 Tac., Hist., 1.13.3, cité supra. Pour Devillers 2008, Othon n’aurait été, dans un premier temps, (...)

96La façon dont “l’affaire Poppée” est présentée dans l’Otho est un autre exemple des tentatives du biographe pour atténuer le passé néronien de son protagoniste. Dans les Histoires, celui-ci joue un rôle non seulement de comparse dans les débauches (ut conscium libidinum), mais aussi de simple dépositaire de la jeune femme (deposuerat <Nero>)267. Suétone adopte une perspective légèrement différente :

Poppaeam Sabinam tunc adhuc amicam eius, abductam marito demandatamque interim sibi, nuptiarum specie recepit nec corrupisse contentus adeo dilexit, ut ne riualem quidem Neronem aequo tulerit animo. Creditur certe non modo missos ad arcessendam non recepisse, sed ipsum etiam exclusisse quondam pro foribus astantem miscentemque frustra minas et preces ac depositum reposcentem. Quare diducto matrimonio sepositus est per causam legationis in Lusitaniam.

“il reçut, sous une apparence de mariage, Poppaea Sabina, alors la maîtresse de Néron, qui l’avait enlevée à son mari et la lui avait confiée en attendant ; ne se contentant pas de la débaucher, il l’aima à ce point qu’il ne supporta avec calme pas même Néron comme rival. On croit du moins que non seulement il ne reçut pas ceux qui avaient été envoyés pour la récupérer, mais que l’empereur lui-même ne fut pas admis, un jour qu’il se tenait devant la porte, mêlait en vain les menaces et les prières et réclamait son dépôt. C’est pourquoi, après la rupture du mariage, il fut éloigné en Lusitanie sous prétexte d’une légation.” (Suet., Otho, 3.1-3)

  • 268 “Prenant part à tous ses projets et secrets...” (Suet., Otho, 3.1).
  • 269 Pour Devillers 2008, il s’agirait d’une trait de propagande pro-othonienne et non d’une caractéri (...)

97On retrouve ici les principaux éléments du texte des Histoires : Othon n’est que le dépositaire de Poppée (recepit, depositum) et, comme cet extrait fait partie d’un paragraphe commençant par omnium consiliorum secretorumque particeps268, ce dépôt apparaît nettement comme le signe d’une grande complicité entre Néron et lui. La différence entre les deux auteurs est que Suétone introduit une anecdote supplémentaire au moyen d’un creditur. Or celle-ci éclaire le personnage d’Othon d’une tout autre lumière, en en faisant un homme amoureux prêt à résister même à l’empereur pour conserver sa femme269. Là encore, l’étroitesse des relations entre les deux hommes et le rôle peu glorieux d’Othon ne sont pas niés, mais le tour que prend le récit réhabilite quelque peu ce personnage et son envoi en Lusitanie devient ainsi la preuve de son opposition à son ancien ami.

  • 270 Suet., Otho, 6.1.
  • 271 Suet., Otho, 10.3 (après le suicide du soldat apportant la nouvelle de la défaite de Bédriac) : H (...)
  • 272 Grimal 1990, 205 : “[le tumulte des prétoriens] illustre bien les rapports qui existaient entre O (...)

98En plus de ces tentatives d’atténuation du rapprochement avec Néron, Suétone glisse dans son récit des éléments qui annoncent le suicide d’Othon et, dès lors, la gloire qu’il lui vaudra. Ainsi, pendant la préparation du coup d’État, il renonce à attaquer Galba immédiatement après l’adoption de Pison, pour des motifs plus humains que tactiques : il se soucie de la réputation de ses soldats270, ce qui annonce, ensuite, son refus de causer de nouvelles morts en poursuivant son combat contre Vitellius271. Ce lien très fort entre l’empereur et ses troupes est, par la suite, un des fils directeurs du récit lors du tumulte des prétoriens272 :

Verum haud dubio bello iamque ducibus et copiis, quas Vitellius praemiserat, appropinquantibus animum fidemque erga se praetorianorum paene internecione amplissimi ordinis expertus est. [Et] Placuerat per classiarios arma transferri remittique nauibus : ea cum in castris sub noctem promerentur, insidias quidam suspicati tumultum excitauerunt ; ac repente omnes nullo certo duce in Palatium cucurrerunt caedem senatus flagitantes, repulsisque tribunorum qui inhibere temptabant, nonnullis et occisis, sic ut erant cruenti, ubinam imperator esset requirentes, perruperunt in triclinium usque nec nisi uiso destiterunt.

“Mais, alors que la guerre n’était pas douteuse et que, déjà, les chefs et les troupes que Vitellius avait envoyés en avant approchaient, il fit l’expérience du courage et de la fidélité des prétoriens à son égard, avec presque le massacre de l’ordre le plus considérable. Il avait été décidé d’utiliser les soldats de la flotte pour transférer les armes et les renvoyer sur des bateaux : tandis que, dans le camp, on les faisait sortir de nuit, certains, suspectant un piège, suscitèrent un tumulte ; et aussitôt, tous, sans chef certain, coururent au Palatin en réclamant la mort du Sénat ; après avoir repoussé les tribuns qui tentaient de les en empêcher, quelques-uns ayant même été tués, comme ils étaient, ensanglantés, demandant où donc était l’empereur, ils firent irruption jusque dans sa salle à manger et ne cessèrent pas avant de l’avoir vu.” (Suet., Otho, 8.3-4)

  • 273 Suétone n’était probablement pas le seul à user des effets d’annonce afin d’annoncer la mort d’Ot (...)

99La perspective adoptée par Suétone est annoncée dès le début du texte : ce n’est pas tant une mise en danger qui va être racontée qu’un exemple de courage (animum) et de fidélité à toute épreuve (fidem), et la circonstancielle paene internecione amplissimi ordinis prend presque des allures de précision facultative. Dès lors, l’ensemble de l’épisode illustre l’affection des prétoriens pour Othon : la seule suspicion d’un piège déclenche un tumulte ; ils réagissent aussitôt (repente), courent au Palatin, n’hésitent pas à s’en prendre à leurs officiers et refusent de partir tant qu’ils n’ont pas vu l’empereur. Ce comportement, à la veille du départ en campagne (haud dubio bello) et alors que le danger est déjà proche (iamque ducibus et copiis quas Vitellius praemiserat appropinquantibus), annonce d’ores et déjà l’ardeur avec laquelle ils refuseront, ensuite, d’abandonner le combat. Cet épisode est donc aussi conçu de manière à renforcer les scènes qui précèderont et accompagneront le suicide d’Othon. Sa décision n’est ainsi pas si surprenante : dès le départ, des indices laissaient entrevoir la vertu dont il ferait preuve à la fin de sa vie273. Or ce suicide a d’autant plus d’importance narrative qu’il fait ressortir, à l’inverse, l’incapacité de son successeur à faire le même choix courageux.

Vitellius

100Le parallèle narratif entre Othon et Vitellius n’est pas uniquement dû au fait qu’ils ont été défaits, à tour de rôle, sur le même champ de bataille. Il apparaît en effet très explicitement chez Tacite bien avant que leurs armées ne se rencontrent, lorsque les Romains comparent les deux prétendants à l’Empire :

Tum duos omnium mortalium impudicitia, ignauia, luxuria deterrimos, uelut ad perdendum imperium fataliter electos, non senatus modo et eques, quis aliqua pars et cura rei publicae, sed uolgus quoque palam maerere. (...) Prope euersum orbem etiam cum de principatu inter bonos certaretur, sed mansisse Caio Iulio, mansisse Caesare Augusto uictore imperium ; mansuram fuisse sub Pompeio Brutoque rem publicam ; nunc pro Othone an pro Vitellio in templa ituros ? Vtrasque preces, utraque detestanda uota inter duos, quorum bello solum id scires, deteriorem fore qui uicisset.

“Alors, que, parmi tous les mortels, les deux qui étaient les pires pour leur impudeur, leur indolence et la mollesse de leur vie, aient été fatalement choisis comme pour provoquer la perte de l’Empire, non seulement les sénateurs et les chevaliers, qui prennent quelque part à l’État et s’en soucient, mais aussi le peuple s’en affligeaient ouvertement. (...) Le monde avait été près d’être renversé même lorsqu’on luttait pour le principat entre gens de bien, mais l’Empire avait persisté après la victoire de Jules César, il avait persisté après celle de César Auguste ; l’État aurait persisté sous Pompée et Brutus ; et maintenant, ce serait pour Othon ou pour Vitellius qu’on se rendrait dans les temples ? Dans les deux cas les prières étaient impies, dans les deux cas les vœux devaient être écartés avec horreur, entre deux hommes dont la guerre faisait seulement savoir que le vainqueur serait le pire.” (Tac., Hist., 1.50.1 et 1.50.3)

  • 274 Chez Dion, Othon commence même par proposer à Vitellius de partager le pouvoir : cf. C.D. 64.10.1

101Othon et Vitellius sont présentés ici comme équivalents274 : ils sont tous les deux parmi les plus horribles mortels qui soient (deterrimos) en raison de leurs mœurs ; aucun d’eux n’a la stature gouvernementale de César ou d’Auguste, voire même de Pompée et Brutus, et les Romains se refusent, dans tous les cas, à émettre des prières ou des vœux (utrasque preces... utraque uota), dans un ensemble qui comprend toute la société (non modo senatus et eques... sed uolgus quoque) et pas seulement ses classes les plus élevées. À la fin de cet extrait, ils n’ont même plus de nom et le vainqueur de leur affrontement est indifféremment considéré comme le pire des deux (deteriorem).

102Cette mise en relation n’est pas une complète invention et repose sur d’indéniables similitudes, en particulier sur leur commun passé néronien. Vitellius ne faisait pas partie du cercle le plus rapproché du dernier Julio-Claudien, mais il s’était attiré ses faveurs :

Sequenti quoque aetate omnibus probris contaminatus, praecipuum in aula locum tenuit, Gaio per aurigandi, Claudio per aleae studium familiaris, sed aliquanto Neroni acceptior, cum propter eadem haec, tum peculiari merito, quod praesidens certamini Neroneo cupientem inter citharoedos contendere nec quamuis flagitantibus cunctis promittere audentem ideoque egressum theatro reuocauerat, quasi perseuerantis populi legatione suscepta, exorandumque praebuerat

“À l’époque suivante aussi s’étant souillé de toutes les infamies, il tint une place de premier plan à la cour, étant un familier de Caligula par son goût pour la conduite de chars, de Claude pour celui des dés ; mais il fut assez mieux vu de Néron, aussi bien en raison de ces mêmes particularités que grâce à un mérite particulier : alors qu’il présidait les jeux néroniens, comme Néron désirait concourir parmi les citharèdes, que, bien que tous le lui réclament, il n’osait pas s’y engager et, pour cette raison, était sorti du théâtre, < Vitellius > l’avait rappelé, comme s’il avait été chargé de cette mission par le peuple qui insistait, et l’avait présenté à la foule afin qu’on le convainque avec des prières.” (Suet., Vit., 4)

103Vitellius apparaît ici comme un courtisan consommé, sachant s’insérer dans les bonnes grâces de chaque empereur en faisant mine de partager leurs passe-temps favoris, les courses de char pour Caligula, les jeux de dés pour Claude. Les mêmes manœuvres l’ont ensuite rapproché de Néron, mais la scène liée aux Neronia montre qu’il était alors devenu bien plus qu’un simple compagnon de divertissement, puisqu’il se présente comme délégué par la foule en délire et se permet de rappeler l’empereur sur scène. Une remarque de Cassius Dion laisse penser que cette proximité ne relevait pas uniquement de la flatterie :

σφόδρα καὶ τὸ ὄνοµα καὶ τὸν βίον τά τε ἐπιτηδεύµατα αὐτοῦ πάντα καὶ ἀγαπῶν καὶ ἐπαινῶν

“à la fois aimant et louant tout à fait aussi bien son nom que sa vie et ses mœurs...” (C.D. 65.4.1)

  • 275 Tac., Hist., 2.95.1. Suétone évoque aussi ce sacrifice, mais en le déplaçant juste après l’arrivé (...)
  • 276 Sur ce point, cf. Duchêne 2014.

104L’empereur est présenté par l’historien grec comme admirant Néron et la présence du terme ἐπιτηδεύµατα donne à penser qu’il cherchait aussi à l’imiter dans sa propre manière de vivre. Le fait est qu’il revendiquait son passé néronien, allant jusqu’à procéder à des sacrifices aux Mânes du dernier Julio-Claudien le jour de son propre anniversaire275. Le symbolisme de cette cérémonie est assez facile à déchiffrer : un empereur meurt, un empereur naît, et la superposition des deux présente le second comme le continuateur de la politique du premier. La participation des Augustales explicite la dimension presque dynastique, qui se superpose au précédent romuléen, lui aussi évoqué. L’attitude de Vitellius vis-à-vis de l’héritage néronien est par conséquent à l’opposé de celle d’Othon276, car l’ami de jeunesse de Néron était gêné par cette association. L’ancien courtisan, lui, la revendiqua ouvertement et sa réussite sur ce point fut si complète que Suétone le dépeint littéralement en nouveau Néron au moment de l’incendie du Capitole, après sa deuxième tentative d’abdication :

Rursus interpellante milite ac populo et ne deficere hortante omnemque operam suam certatim pollicente, animum resumpsit Sabinumque et reliquos Flauianos nihil iam metuentis ui subita in Capitolium compulit succensoque templo Iouis Optimi Maximi oppressit, cum et proelium et incendium e Tiberiana prospiceret domo inter epulas.

“Comme les soldats et le peuple l’interrompaient de nouveau, l’exhortaient à ne pas leur faire défaut et promettaient à qui mieux mieux toute leur aide, il reprit courage, accula sur le Capitole, en faisant subitement usage de la force, Sabinus et le reste des flaviens, qui ne craignaient désormais rien, et, après avoir mis le feu au temple de Jupiter Optimus Maximus, les écrasa, tandis qu’il regardait de loin et le combat et l’incendie depuis le palais de Tibère, entre les plats.” (Suet., Vit., 15.5)

  • 277 Grammaticalement, aucun complément d’agent du participe succenso ne peut être déduit de la phrase (...)
  • 278 Elle explique peut-être aussi la rumeur selon laquelle Vitellius aurait empoisonné sa mère (cf. S (...)
  • 279 Cf. mon article à paraître aux éditions Ausonius (Scripta Antiqua), dans les actes du colloque (...)

105Le parallèle avec Néron est tout à fait clair : Vitellius assiste comme à un spectacle à la destruction du temple le plus important de Rome, dont Suétone le présente implicitement comme responsable277. Il ne chante pas, mais, de même que le chant était une caractéristique néronienne, c’est à sa propre activité caractéristique qu’il se livre pendant ce temps-là : les banquets. Pour que le biographe puisse insérer dans son texte une allusion aussi évidente, il faut que l’association entre les deux empereurs ait déjà été solidement établie278, ainsi que la réputation de voracité du nouvel empereur279.

  • 280 Martin 2007 [1991], 91 : “il est certain que le défaut essentiel de Vitellius fut un désordre tot (...)

106Vitellius est en effet resté dans les mémoires comme l’empereur goinfre280 et les sommes gigantesques qu’il dépensait lors de ses banquets le lient un peu plus à Néron, ainsi que le montre, à nouveau, un passage de Cassius Dion :

ὅτι µέντοι τὸν Νέρωνα µιµεῖσθαι ἤθελε καὶ ἐνήγισε αὐτῷ, καὶ ὅτι τοσαῦτα ἐς τὰ δεῖπνα ἀνήλισκεν, οἱ µὲν ἄλλοι καὶ κατὰ τοῦτ’ ἔχαιρον, οἱ δὲ δὴ νοῦν ἔχοντες ἤχθοντο

“parce que cependant il voulait imiter Néron et lui offrit des sacrifices et qu’il dépensait autant pour ses banquets, les autres s’en réjouissaient aussi, mais ceux qui avaient assurément toute leur raison en étaient irrités” (C.D. 65.7.3).

  • 281 Sur les dépenses de Néron, cf. le présent chapitre, p. 204-205.
  • 282 Un seul exemple peut être repéré dans notre corpus, en Suet., Nero, 29.1 : Néron y est représenté (...)

107Cette phrase ne lie pas explicitement l’imitation de Néron et les dépenses pour les banquets, qui sont présentées en parallèle (ὅτι... καὶ ὅτι...), mais l’évocation de ces thèmes au même endroit, sachant combien Néron avait l’habitude de dépenser pour ses fêtes281, amène à penser que les secondes découlaient vraisemblablement de la première. Le dernier Julio-Claudien avait cependant pris soin de produire un discours justifiant son mode de vie orientalisant et “artistique”, ce qui explique peut-être pourquoi, notamment, le thème de l’animalité n’apparaît pas, y compris à propos des banquets282. Vitellius n’a pas fait de même, laissant ainsi un espace vide, où ses contradicteurs se sont manifestement engouffrés.

  • 283 Suet., Vit., 7.1-2.
  • 284 Suet., Vit., 7.6.
  • 285 Suet., Vit., 13.1-6.
  • 286 Que Martin 2007 [1991], 91, reconnaît tout à fait, même s’il reprend ensuite à son compte l’ensem (...)
  • 287 Cf. la fin de la rubrique sur les perversions sexuelles de Tibère, en Suet., Tib., 44.3 : Fertur (...)
  • 288 Cizek 1977, 132 : “La figure de Vitellius s’impose comme la plus sombre, sinon la plus couverte d (...)
  • 289 Tac., Hist., 2.62.1. Sur les ressorts de ce portrait, cf. mon article à paraître dans les actes d (...)

108Suétone ne cesse en effet d’invoquer ce trait, y compris pour expliquer certains événements qui n’y semblent pas liés. Il signale ainsi le mépris que cette gloutonnerie aurait valu à Vitellius de la part de Galba283, puis le présente comme un rustre tandis qu’il rejoint les légions de Germanie284. Par la suite, lorsqu’il arrive à Rome, les banquets qu’il donne ou auxquels il assiste prennent des dimensions fabuleuses285. Vitellius n’est en effet pas un simple bon vivant : il mange sans cesse, multiplie les repas et dévore de grandes quantités de nourriture, puisqu’il a pris l’habitude de se faire vomir pour continuer à manger. Il n’hésite en outre pas à se faire inviter chez les autres plusieurs fois par jour, en leur imposant, tacitement ou non, de dépenser des fortunes, car il est aussi un gourmet, ainsi que le prouvent les recettes préparées au dîner chez son frère ou à celui qu’il donna lui-même pour la dédicace d’un immense plat. Il envoie dès lors quérir les aliments les plus recherchés d’un bout à l’autre de l’Empire et son appétit est tel qu’il est incapable de le maîtriser, y compris dans des situations solennelles ou mal commodes : cela l’amène soit à manquer de se brûler, soit à manger jusqu’à des mets de la veille ou commencés par d’autres. Il y a, dans cette énumération, une part tout à fait manifeste d’exagération286, qui culmine avec un Vitellius incapable de se contrôler même pendant un sacrifice, élément climaxique récurrent dans de telles gradations ascendantes287. Cette caractérisation ne vient pas uniquement d’une animosité particulière de Suétone à l’égard de Vitellius288 : Tacite aussi mentionne cet insatiable appétit, avec les mêmes exagérations289.

  • 290 Suet., Vit., 7.3, où cette affirmation est introduite par un satis constat. Cf. aussi C.D. 65.5.3
  • 291 Cosme 2012, 62, qualifie les banquets de “forme essentielle de la communication politique entre l (...)
  • 292 Cosme 2012, 138 : “Les banquets de Vitellius appartenaient plutôt au faste obligé d’un prince vic (...)
  • 293 Carrié 1989, 123.

109Outre le rapprochement avec Néron, une telle présentation peut aussi découler du comportement de l’empereur lui-même : si, comme l’écrit Suétone290, il était tombé dans une très grande pauvreté quand Galba l’envoya en Germanie, il a pu souffrir de la faim et se jeter ensuite sur la nourriture. À cela s’ajoute qu’un Prince était rapidement entouré d’une munificence qui accompagnait son titre et manifestait son rang291 : les nombreux banquets auxquels nos deux auteurs font allusion sont donc à replacer dans le cadre plus large des dépenses traditionnellement associées à la fonction d’empereur292. Il était en outre assez courant de représenter les soldats en goinfres, ingurgitant autant de nourriture que leur estomac le leur permettait293 : Vitellius étant étroitement associé aux légions, il est possible qu’on se soit aussi servi de ce stéréotype contre lui.

  • 294 Sur le caractère invraisemblable de ce trait, ainsi que sur le degré d’historicité des autres rep (...)
  • 295 Heubner 1972, ad loc., p. 94, parle de “tierisch-träge Genußleben des Vitellius in Aricia”.

110Il y a toutefois là plus qu’une simple caricature294 : pour les Romains, celui qui mange sans limite n’est plus tant du côté de l’humanité que de celui de l’animalité295. La façon dont Tacite décrit Vitellius à Rome, alors que les flaviens viennent de prendre Crémone, le confirme :

umbraculis hortorum abditus, ut ignaua animalia, quibus si cibum suggeras iacent torpentque, praeterita, instantia, futura pari obliuione dimiserat. Atque illum in nemore Aricino desidem et marcentem proditio Lucilii Bassi ac defectio classis Rauennatis perculit

“caché sous les ombrages de ses jardins, comme les animaux paresseux qui, si on leur fournit à manger, s’allongent à terre et restent inertes, il avait donné congé, avec un égal oubli, à ce qui s’était passé, ce qui était sur le point de se produire et ce qui était à venir. Et c’est cet homme oisif et languissant que la nouvelle de la trahison de Lucilius Bassus et de la défection de la flotte de Ravenne frappa” (Tac., Hist., 3.36.1-2).

111La comparaison de Vitellius avec un animal est à la fois explicite et extrêmement péjorative : l’empereur est, par ce biais, présenté comme ignauus, tout juste bon à rester couché (iacent) dans une torpeur (torpent) l’empêchant de faire quoi que ce soit. La proposition hypothétique si cibum suggeras donne la cause de cet état : il a beaucoup trop mangé et n’a dû, pour cela, faire aucun effort. Le reste de l’extrait va plus loin : si l’adjectif desidem fait écho à ignaua, le participe marcentem renvoie à une image de fleur en train de se faner, à un fruit entrant en putréfaction. Vitellius assommé par la digestion non seulement ne se conduit plus en homme, mais est presque déjà au stade de cadavre.

  • 296 Cf. à nouveau, mon article à paraître dans les actes du colloque Dévorer dépenser.
  • 297 Chapitre 4, 140-142.
  • 298 Chapitre 4, 143-144.

112Ce thème de la goinfrerie contient cependant surtout une critique politique, liée au stéréotype du tyran296, qui a aussi été appliqué à cet empereur. Nous avons déjà vu comment les exemples de cruauté rapportés pour Vitellius sont présentés de façon à donner une impression de spirale meurtrière, l’amenant à s’enfoncer toujours davantage dans le crime297 : la citation prétendument littérale à propos de son désir de “se repaître les yeux” de la mort de ses ennemis, mais qui apparaît à un endroit différent selon qu’on lit Tacite ou Suétone298, témoigne d’une volonté d’accentuer sa crudelitas par des procédés littéraires. Dès lors, les circonstances précises où cette phrase aurait été prononcée importent finalement peu : son utilité principale était de montrer que Vitellius avait si peu de contrôle sur sa soif de sang que la mort d’un citoyen de bonne famille, Junius Blaesus, ou d’un de ses usuriers redoublait son plaisir d’assister à leur mort. Ce thème est, avant cela, également lié à celui de l’impiété, lorsque l’empereur se rend sur le lieu de la première bataille de Bédriac :

Vtque campos, in quibus pugnatum est, adit, abhorrentis quosdam cadauerum tabem detestabili uoce confirmare ausus est, “optime olere occisum hostem et melius ciuem” nec eo setius ad leniendam grauitatem odoris plurimum meri propalam hausit passimque diuisit.

“Et lorsqu’il se rendit dans les champs où l’on a combattu, comme certains se détournaient avec horreur des cadavres en putréfaction, il osa les affermir par ces mots abominables : “mort, un ennemi sent extrêmement bon et mieux encore un concitoyen.” N’essayant pas moins d’atténuer la pénibilité de l’odeur, il vida ostensiblement une très grande quantité de vin et en fit distribuer partout.” (Suet., Vit., 10.4-5)

  • 299 Jal 1962.
  • 300 Cf. aussi C.D. 65.2.1, où τρυφή et ἀσελγεῖα sont liées.

113Ce mot sur l’odeur agréable des corps d’ennemis tués, en particulier de citoyens (et melius ciuem), choque probablement Suétone (detestabili uoce) parce qu’il laisse entendre que Vitellius ne faisait aucun cas du sacrilège infâme que représentait une guerre civile299 : il se moque donc de ce qui est nefas pourvu que cela lui assure le pouvoir, faisant ainsi preuve d’une impietas typiquement tyrannique300. Là encore, le détail sur le vin, de surcroît pur (merum), qu’il boit devant les cadavres, est un signe d’élaboration littéraire, car il apparaît également à propos de Néron, au moment de la mort d’Agrippine :

Adduntur his atrociora nec incertis auctoribus : ad uisendum interfectae cadauer accurrisse, contrectasse membra, alia uituperasse, alia laudasse, sitique interim oborta bibisse.

“On ajoute à ces circonstances des détails plus atroces, dont les garants ne sont pas inconnus : [Néron] aurait accouru pour voir le cadavre de sa mère morte, il lui aurait tâté les membres, en aurait critiqué certains, en aurait loué d’autres et, pendant ce temps, pris de soif, il aurait bu.” (Suet., Nero 34.6)

  • 301 Le texte ne précise pas sa nature, mais, au vu du portrait global de Néron, il y a peu de chance (...)
  • 302 Ainsi que pourrait le faire croire sa présentation comme un fait, à l’indicatif (cf. ausus est ; (...)
  • 303 Tac., Hist., 2.70.4.

114Dans cette phrase aussi Néron manque du respect le plus élémentaire au cadavre de sa mère : il accourt pour le voir comme au spectacle, n’éprouve pas de répugnance à le toucher et fait même des commentaires sur son physique. Le détail de la boisson absorbée301 souligne un peu plus cette nonchalance, comme s’il s’agissait d’une situation banale et quotidienne. L’attitude de Suétone vis-à-vis de ces ajouts est quelque peu ambiguë : il ne les reprend pas directement à son propre compte, mais les présente comme ayant pour origine des auteurs bien connus (nec incertis auctoribus). Pourtant, sa phrase montre clairement l’élaboration narrative et non l’attestation historique dont ils découlent : le verbe adduntur les signale comme un “enjolivement” à partir d’un récit de départ et le comparatif atrociora signifie que le but poursuivi était de frapper d’horreur le lecteur devant un tel manque de pietas, ce qui confirme notre interprétation du comportement de Vitellius à Bédriac. Dès lors, ce dernier détail se révèle à son tour non tant un comportement attesté302 que, plus vraisemblablement, un élément additionnel visant à souligner l’insensibilité du nouveau Prince : Tacite ne mentionne ainsi aucune boisson, mais précise que Vitellius contempla les cadavres sans frissonner et même éprouva de la joie à cette vue303.

  • 304 Tac., Hist., 2.62.1.
  • 305 Ash 2007, ad loc., p. 272 : “Centripedic consumption of luxury goods can succinctly demonstrate a (...)
  • 306 Sur la façon dont la luxuria des troupes vitelliennes est dépeinte dans les Histoires, cf. Furnar (...)
  • 307 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 224, ce tableau vient nécessairement de la propagande flavienne, c (...)

115Ce lien entre l’obsession de Vitellius pour la nourriture et le stéréotype du tyran met en avant les conséquences politiques d’une voracité non contrôlée. Tacite souligne clairement les défaillances entraînées par l’incapacité de Vitellius à réprimer ce type de désirs304. En effet, cette absence de limite à la satisfaction de ses plaisirs amène à lui subordonner les moyens de transport de tout l’Empire305 et ruine aussi bien les particuliers que des cités entières, exagération tout à fait évidente. Plus grave, les soldats eux-mêmes sont contaminés par la luxuria de leur chef, qu’ils méprisent pourtant306, et la dégradation de la discipline qu’elle entraîne annonce la défaite à venir307. Le départ en campagne de Fabius Valens n’a ainsi plus rien de militaire :

Fabius interim Valens multo ac molli concubinarum spadonumque agmine segnius quam ad bellum incedens, proditam a Lucilio Basso Rauennatem classem pernicibus nuntiis accepit.

“Pendant ce temps, Fabius Valens, se mettant en route avec trop d’indolence pour quelqu’un allant à la guerre, accompagné d’une armée nombreuse et pleine de mollesse de concubines et d’eunuques, apprend par des courriers rapides que Lucilius Bassus avait livré la flotte de Ravenne.” (Tac., Hist., 3.40.1)

  • 308 Tac., Hist., 3.56.2 : Sed praecipuum ipse Vitellius ostentum erat, ignarus militiae, improuidus c (...)
  • 309 Cizek 1975, 128 : “Vitellius finit d’une manière indigne de tout homme et notamment d’un empereur (...)

116Le général autrefois victorieux ne ressemble plus à un chef de guerre : il part d’un pas déjà indolent qui ne correspond pas à qui va au combat (segnius quam ad bellum) ; son armée en formation de marche (agmine) n’est même plus composée de soldats, mais de concubines et d’eunuques. Dès lors, l’annonce de la trahison de Lucilius Bassus et de la flotte de Ravenne donne au texte l’allure d’une chronique d’un désastre annoncé. Vitellius lui-même finit par ne plus savoir comment mener une guerre, lorsqu’il décide enfin de réagir face à l’avancée flavienne308. Ni l’empereur, ni son armée ne sont en état d’accomplir quoi que ce soit : E.  Cizek voit ainsi dans ce personnage une punition de lui-même et des Romains par les dieux, en raison de la guerre civile309.

  • 310 Tac., Hist., 2.70.1-4. Sur la façon dont Tacite a conçu en parallèle le récit de ces deux bataill (...)
  • 311 Pour une analyse de la version suétonienne, cf. Braun 1990.
  • 312 Tac., Hist., 3.84.4-85.1.
  • 313 Sur cette caractéristique de morts d’empereur chez Tacite, cf. Schunck 1964, 49. Pour ce chercheu (...)
  • 314 On sait par Suétone qu’il s’agissait de la loge du portier : cf. Suet., Vit., 16.4. Chez Dion, c’ (...)
  • 315 Cf. Galtier 2010, 483-484, qui parle de µετάβασις au sens aristotélicien.
  • 316 Chez Suétone, Vitellius essaie d’échapper à son sort, en prétendant avoir des informations très i (...)

117Ce portrait acquiert dès lors une dimension tragique, déjà perceptible au moment de la visite de Bédriac, où Tacite annonce la défaite à venir au même endroit310. Mais c’est au moment de la mort de l’empereur, notamment dans sa version tacitéenne311, qu’elle devient tout particulièrement visible312. Le comportement de Vitellius y présente à nouveau l’indécision qui lui était caractéristique et l’empêche de trouver une solution à sa situation313. Pris par une peur impérieuse même dans des espaces vides, il finit par renoncer de lui-même à son statut impérial, en acceptant de se cacher dans une latebra pudenda314. Le reste de la scène souligne sa déchéance315 : il n’est plus maître de ses mouvements, ni de sa route ; ses vêtements sont déchirés ; ses statues sont renversées sous ses yeux ; on le couvre d’injures et son exitus est si contraire à celui qu’on attendrait d’un homme de son rang que personne n’éprouve la moindre compassion envers lui. Les dernières paroles qui lui sont prêtées, en rappelant qu’il a été empereur, soulignent ce retournement de situation, mais la formule qui les introduit, una uox non degeneris excepta, “on n’entendit de lui qu’une seul parole digne d’un esprit noble”, laisse entendre que ce sursaut de dignité eut lieu après un flot de bassesses316.

  • 317 Chapitre 4, 160-163.
  • 318 Cf. Galtier 2010, 479-491, qui parle de “processus inéluctable” (p. 482) et déclare en conclusion (...)

118Mise en parallèle avec le processus dégénératif qui caractérise petit à petit l’armée vitellienne, cette scène de mort, qui confirme la véritable nature de leur empereur317, paraît d’une atrocité et d’une infamie inévitables318. Cependant, cette impression de fatum se heurte à l’exemple d’Othon, qui, parti du même passé et se trouvant dans des circonstances similaires, a réagi de manière opposée. Le lien entre les exitus des deux empereurs n’apparaît pas explicitement au moment où ils sont relatés, mais la présence d’un élément flottant lié soit à l’un, soit à l’autre, témoigne d’une relation au niveau métanarratif. Lorsque les flaviens progressent inéluctablement vers la capitale, Tacite rapporte qu’un centurion nommé Julius Agrestis décide d’aller voir de ses propres yeux l’armée ennemie et les ruines de Crémone ; Antonius Primus lui montre alors complaisamment ses troupes, avant de le laisser rentrer à Rome, où advient la scène suivante :

Agrestis ad Vitellium remeauit abnuentique uera esse quae adferret, atque ultro corruptum arguenti, “Quando quidem, inquit, magno documento opus est, nec alius iam tibi aut uitae aut mortis meae usus, dabo cui credas.” Atque ita digressus uoluntaria morte dicta firmauit. Quidam iussu Vitellii interfectum, de fide constantiaque eadem tradidere. Vitellius, ut e somno excitus...

“Agrestis revint auprès de Vitellius et, comme l’autre niait que les nouvelles qu’il apportait fussent vraies et en outre l’accusait d’avoir été corrompu, il lui dit : “ Eh bien, puisqu’une grande démonstration est nécessaire et que soit ma vie soit ma mort ne te sont plus d’une autre utilité, je vais te donner quelque chose auquel croire. “ Et, après s’être éloigné sur ces mots, il confirma ses dire par une mort volontaire. Certains ont rapporté qu’il avait été tué sur ordre de Vitellius, mais ils concordent sur sa loyauté et sa fermeté. Vitellius, comme réveillé d’un songe, ...” (Tac., Hist., 3.54.3-55.1)

119Il faut donc à Vitellius le suicide d’un soldat loyal pour prendre toute la mesure de la situation qui est la sienne et enfin décider de réagir. Cet épisode est parfaitement inséré dans le récit des événements qui suivirent la seconde bataille de Bédriac et correspond en tous points au portrait de l’empereur incapable de prendre une décision. Il peut par conséquent sembler historiquement lié à la défaite des troupes vitelliennes, mais c’est à propos de celles des othoniens qu’une péripétie similaire est rapportée par Suétone :

ad despiciendam uitam exemplo manipularis militis concitatum, qui cum cladem exercitus nuntiaret nec cuiquam fidem faceret ac nunc mendaci nunc timoris, quasi fugisset ex acie, argueretur, gladio ante pedes eius incubuit. Hoc uiso proclamasse eum aiebat non amplius se in periculum talis tamque bene meritos coniecturum.

“(Mon père disait) qu’alors il avait été incité à mépriser la vie par l’exemple d’un simple soldat qui s’était laissé tomber sur son glaive à ses pieds, alors qu’il avait annoncé la défaite de l’armée, n’était cru de personne et se trouvait accusé tantôt de mensonge, tantôt de couardise comme s’il avait fui le champ de bataille. Après avoir vu cela, disait mon père, il s’était exclamé qu’il ne mettrait pas plus longtemps en danger des hommes d’une telle valeur et d’un si grand mérite.” (Suet., Otho, 10.2-3)

  • 319 Chapitre 1, 42.
  • 320 Néanmoins, c’est aussi à propos d’Othon que Cassius Dion rapporte cette histoire : cf. C.D. 64.11 (...)
  • 321 Pour Heubner 1972, le quidam tradidere signalerait que Tacite lui-même ne croit pas à la version (...)

120Les points communs entre les deux passages sont nombreux : un soldat qui vient annoncer une défaite ; personne pour le croire ; des accusations de trahison ; un suicide pour donner du poids à la nouvelle rapportée et un empereur qui, voyant cela, prend une décision. Le peu de fiabilité du témoignage du père de Suétone a déjà été évoqué319 et le fait que Tacite mentionne d’autres sources écrites (quidam tradidere) allant dans son sens pourrait donner à penser que la place originelle de cette scène serait la seconde bataille de Bédriac, le biographe l’ayant ensuite déplacée dans la Vie d’Othon320. Mais les autres auteurs évoqués par l’historien surenchérissent aussi sur cette histoire, en attribuant la mort du soldat non à un suicide, mais à un ordre de l’empereur, signe d’élaboration supplémentaire qui amène à douter d’un quelconque “ancrage historique” de ce passage321. Il apparaît ainsi bien plutôt comme un élément narratif flottant, lié au contexte global des deux affrontements survenus à Bédriac, mais pas à l’un d’entre eux en particulier, ce qui permettait de l’insérer au moment le plus opportun de la narration, afin d’en renforcer la dramatisation. Par là même, il prouve le lien qui était fait entre les fins d’Othon et de Vitellius : si elles n’avaient pas été étroitement associées dans la manière d’envisager ces événements historiques, il n’aurait pas été possible de déplacer indifféremment un tel épisode d’un empereur à un autre. Le portrait du dernier “empereur éphémère” présente donc des caractéristiques qui lui sont propres, mais a aussi été conçu par rapport à celui de son prédécesseur.

121L’étude de chacun de ces portraits d’empereur permet ainsi de mettre au jour certaines constantes dans la façon dont ils ont été abordés. Afin de servir la perspective adoptée par l’auteur, un élément peut être réinterprété et amplifié de manière à devenir la clé de lecture dominante d’une représentation : les banquets donnés par Vitellius sont ainsi présentés comme les signes d’une incontrôlable gloutonnerie, non comme les manifestations d’un faste impérial normal, et ce thème de l’excès de nourriture “contamine” l’ensemble du portrait jusque dans la partie qui précède l’arrivée au pouvoir. Le stéréotype du tyran est par ailleurs largement appliqué, y compris lorsque les correspondances avec le comportement de l’empereur en question manquaient ou que les caractéristiques qu’il comportait contredisaient la perspective globalement adoptée : Claude entrait assez peu dans ce cadre et était de plus majoritairement représenté comme faible et influençable, ce qui va à l’encontre d’une image tyrannique ; la force d’âme de Tibère au moment de la mort de son fils a dû être réinterprétée en preuve qu’il n’éprouvait pour lui aucune véritable affection. Les difficultés d’adaptation de ce modèle grec aux réalités politiques romaines sont peut-être à l’origine de la mise en place progressive de nouveaux stéréotypes, propres au contexte impérial : les personnes d’Auguste et de Néron perdent ainsi plus ou moins rapidement leurs caractéristiques historiques, pour devenir des types littéraires avec de nouveaux traits à utiliser afin de connoter positivement ou négativement une représentation.

  • 322 On observe le même procédé avec Drusus I et Titus.

122Le fait est que les premiers empereurs n’ont pas été conçus seulement comme des individus particuliers, mais aussi et peut-être surtout comme une série dont les membres sont en lien les uns avec les autres. D’un point de vue purement historiographique, la façon de les présenter a été grandement influencée par la position qu’ont adoptée à leur égard les différents camps politiques ultérieurs : Néron a été honoré par Vitellius et considérablement noirci par les Flaviens ; malgré son passé néronien, la représentation d’Othon est relativement positive, car sa famille a certainement eu, pendant un temps, l’espoir de pouvoir tirer à nouveau son épingle du jeu. Du point de vue narratif, les Princes sont aussi parfois opposés à des personnages présentés comme plus légitimes qu’eux, parfois avec une reprise du thème des frères ennemis : Germanicus et Britannicus sont des contre-points d’autant plus faciles à Tibère et Néron que, n’ayant jamais été en position d’exercer effectivement le pouvoir, ils se prêtaient bien aux élaborations ultérieures visant à accentuer leurs qualités ou leur statut de victime322. Mais les parallèles sont le plus souvent établis entre les empereurs eux-mêmes : Tibère et Néron se répondent chez Tacite ; Galba et Othon sont les deux faces, adaptée et inadaptée, d’une même époque profondément changée par les pratiques néroniennes, dont Othon, à nouveau, et Vitellius représentent deux aboutissements possibles, selon qu’ils refusent ou suivent la voie tracée par Néron. Celui-ci paraît ainsi le point de comparaison ultime de tous les empereurs de cette série, y compris quand ils l’ont précédé. Parfois, cette mise en relation était recherchée par le Prince lui-même : Claude est dans un rapport d’imitation et d’émulation avec Auguste, Vitellius se revendique ouvertement du dernier Julio-Claudien. Mais il s’agit bien plus souvent d’un procédé littéraire permettant de colorer un portrait sur fond d’assimilation ou de contraste, dont l’organisation per species choisie par Suétone représente la forme la plus explicite.

  • 323 Chapitre 4, 160-163.

123La façon dont chacun d’eux meurt, au-delà de ses caractéristiques topiques323, devient dès lors aussi la scène clé à la fois de leur représentation et de la caractérisation de leur pouvoir. C’est elle qui distingue clairement Othon de Vitellius et devient l’exemple le plus éclatant de l’excellent empereur qu’il aurait pu être. C’est elle, aussi, qui finit de démontrer l’isolement de Tibère et l’anachronisme de Galba, qui, jusqu’au bout, ne parviendra pas à prendre de décision adaptée aux événements. On ne s’étonnera dès lors plus que ce soit précisément à cette partie-là de la vie de Claude que Sénèque, en courtisan, s’attaque en premier, malgré son aspect délicat du fait de l’implication d’Agrippine dans l’assassinat de son époux et de l’avantage politique que représentait, pour Néron, le titre de diui filius.

124De fait, au-delà des titres et des stratégies politiques immédiates, ce qui se joue derrière ces portraits, peut-être plus que la représentation d’un personnage historique, est une manière particulière d’incarner la fonction impériale, ainsi que ses répercussions sur l’ensemble du corps social. Néron et Vitellius la rabaissent en s’adonnant au chant et à la nourriture ; Claude la ridiculise ; Tibère en dépasse toutes les bornes ; Galba n’est pas à sa hauteur et c’est en mourant qu’Othon montre paradoxalement qu’il l’aurait été. En fonction de cette incarnation, la société romaine s’élève ou s’abaisse : les délateurs se multiplient sous Tibère ; on se moque ouvertement de Claude ; les aristocrates se battent pour monter sur scène sous Néron ; les soldats font preuve d’une loyauté sans faille à Othon et s’abîment dans la débauche à la manière de Vitellius. Dès lors, l’ensemble des procédés mis au jour dans ce chapitre comme dans ceux qui précèdent montre que ces personnages ne sont pas tant conçus comme des individus avec des caractéristiques particulières, mais comme autant de supports à une réflexion sur l’exercice du pouvoir suprême. D’une certaine façon, ces hommes ne sont pas des hommes, ce sont des idées.

Notes

1 Qui a parfois déjà été réalisée : cf. par exemple Baar 1990 pour Tibère ou Lefebvre 2017 pour Néron.

2 Chapitre 3, 101-115.

3 Notamment Pippidi 1938 ; Döpp 1972 ; Cizek 1977, 91-103 ; Giua 1978 ; Baar 1990 ; Devillers 1994, passim.

4 Tac., Ann., 4.6.1.

5 Tac., Ann., 4.4.3-7.1.

6 La mort de Livie apparaît comme un autre moment-clé du règne (cf. Tac., Ann., 5.3.1), mais c’est en 23 que se situe, selon Tacite, le véritable tournant, comme l’exprime bien le recours au verbe uertere.

7 Sur la façon dont les Romains ne conçoivent pas qu’on puisse changer de caractère au cours de la vie et y voient plutôt la révélation d’une véritable nature jusque-là dissimulée, cf. Ramondetti 2000, 22-23, qui parle, à propos de Tibère, d’une “essenziale staticità” (p. 23), mais aussi Gascou 1984, 430-436, qui utilise le terme d’ “essentialisme”. Ces deux ouvrages portent sur Suétone, mais la conception du caractère qu’ils mettent en évidence est aussi clairement à l’œuvre chez Tacite, en particulier à propos de Tibère, célèbre pour sa dissimulatio. Elle apparaît également chez Cassius Dion : cf. C.D. 57.1.1.

8 Pour Koesterman 1965, ad loc., 57, cette remarque sur les bons conseils de Séjan renvoie sans doute à la tradition positive qui existait sur le préfet du Prétoire et apparaît chez Velléius Paterculus. Chez Dion, c’est la peur de la popularité de Germanicus qui pousse Tibère à réfréner sa cruauté : cf. C.D. 57.7.1, 57.13.6 et 57.19.1. Woodman 2018, ad loc., p. 97, estime que la concordance entre Suétone et Dion indique que Tacite allait ici à l’encontre de l’opinion établie, qui faisait plutôt de la mort de Germanicus le tournant du règne de Tibère.

9 Cf. par exemple, Suet., Cal., 22.1 ou encore Suet., Nero, 19.5. Ce peut être un signe de ce que le schéma en deux parties pour les mauvais empereurs n’était pas encore tout à fait fixé dans son esprit, ce qui prouverait qu’il a composé ses biographies selon l’ordre chronologique des empereurs. Sur la conception des biographies de Suétone comme des unités relativement indépendantes, mais faisant néanmoins partie d’un tout, cf. Mouchová 1967, 65-79.

10 Les morts de Germanicus et Drusus II sont toutefois également mentionnées : cf. Suet., Tib., 39.1 et chapitre 3, 102.

11 Pippidi 1938, en particulier p. 280-297.

12 Giua 1991.

13 Vell. 2.114.1-3 et chapitre 4, p. 134-135.

14 Döpp 1972.

15 La façon dont il traite de sa retraite à Capri au chapitre 3, p. 101-115.

16 Sen., De Clem., 1.1.6 : nemo iam diuum Augustum nec Tiberii Caesaris prima tempora loquitur, “personne, désormais, ne parle du divin Auguste, ni des premiers temps de l’empereur Tibère.” Par “parler”, Sénèque entend bien sûr “dire du mal” : il s’agit là de la vieille conception romaine selon laquelle être l’objet de la rumeur publique signifie nécessairement qu’on a encouru un blâme (cf. Néraudau 1993).

17 Tac., Ann., 1.10.7 et Suet., Tib., 21.4.

18 Suet., Tib., 21.5-10.

19 Une autre manifestation de ce courant visant à “innocenter” Auguste du mauvais gouvernement de Tibère a certainement consisté à le présenter comme forcé par Livie de le choisir : Tacite utilise à ce sujet le verbe deuinxerat (cf. Tac., Ann., 1.3.4) et Cassius Dion dit que le choix de cet héritier s’est fait ἄκοντος τοῦ Αὐγούστου, “sans l’assentiment Auguste” (cf. C.D. 57.3.3). En revanche, Tibère, lui, choisit Caligula en ayant pleinement conscience qu’il serait un mauvais empereur, afin de diminuer, par comparaison, l’horreur de ses propre crimes : cf. C.D. 58.23.3-4.

20 Tac., Ann., 1.4.1 et Koestermann 1963, ad loc., p. 74 : “Nach Überzeugung des Tacitus war die scheinbare Dyarchie von Prinzeps und Senat also bereits unter Augustus zur reinen Monarchie entartet.”

21 “au début [il se conduisit] de manière tout à fait civile et à peine comme moins qu’en simple particulier” (Suet., Tib., 26.1). Cassius Dion aussi présente le premier gouvernement de Tibère comme δηµοτικός (cf. C.D. 57.8.3).

22 Koestermann 1963, ad loc., p. 236 : “Eine solche Möglichkeit hat also Tacitus auch für Tiberius vorausgesetzt und hätte darin einen echten Beweis für seinen ciuilis animus gesehen.”

23 Tac., Ann., 1.75.1.

24 Goodyear 1981, ad loc., p. 166 : “The idea that Tiberius was never sated is gratuitously damaging.”

25 Koestermann 1963, ad loc., p. 245, parle à ce propos de “zweischneidiges Schwert”. Goodyear 1981, ad loc., p. 166, n’est pas d’accord : il considère que Tibère ne corrompait en rien la justice et qualifie la remarque de Tacite de “outrageously biased comment”.

26 Chapitre 4, 158.

27 Sur la mise en place de ce stéréotype, cf. Duchêne 2014.

28 La plus visible est le retour sur les vices de Tibère avant Capri et leur influence dans l’attribution de certains postes, en Suet., Tib., 42.3-7.

29 Sur le recours à ces traits dans l’historiographie romaine, cf. Galtier 2011, 184-191. Cet ouvrage porte sur les opera maiora de Tacite, mais les points qu’il met en évidence sont aussi valables pour Suétone.

30 Pour une étude systématique et souvent descriptive de ces catégories chez Tacite, Suétone et Cassius Dion, cf. Baar 1990.

31 Princeps antiquae parsimoniae (Tac., Ann., 3.52.1). Cf. aussi C.D. 57.10.5.

32 Suet., Tib., 46.1.

33 Tac., Ann., 6.15.2-3. À la suite de son analyse de la question, Baar 1990, 19-32, propose très justement de voir du soin pour la gestion de l’État plutôt que de l’angoisse dans la façon dont Tibère s’occupa des affaires de l’Empire.

34 Sur les incohérences qu’elle a provoquées dans le récit du règne de cet empereur, cf. Giua 1978.

35 Suet., Tib., 52.1-3.

36 Par exemple Suet., Tib., 21.4 et 51.3. Cette austérité pouvait découler directement de l’éducation qu’il avait reçue : cf. Levick 1976, 11-19.

37 Cf. aussi C.D. 57.13.1-2, qui apporte que le tranchant de certaines armes aurait été nommé à partir de son nom. Là aussi, Tibère le met publiquement en garde. Cf. également C.D. 57.14.9-10.

38 Tac., Ann., 2.43.5.

39 Sen., Cons. ad Marc., 4.2. Dion aussi réfute tant l’empoisonnement de Drusus par Tibère que la haine du père pour son fils et dit explicitement que cette version est née précisément de ce que sa force d’âme le poussa à ne rien changer à ses habitudes, malgré la maladie de Drusus : cf. C.D. 57.22.1-4.

40 Koesterman 1965, ad loc., p. 59 : “Wie haüfiger kann sich der Historiker der Wirkung des imponierenden Auftretens des Kaisers nicht entziehen, der auch in diesen Tagen der schwersten Prüfung seinen Pflichten als Staatslenker mit großer Charakterstärke nachkam.”

41 La tradition historiographique négative a manifestement continué à essayer de faire disparaître cet épisode, car, chez Cassius Dion, il ne concerne pas Drusus II, mais un des fils de ce dernier (cf. C.D. 57.14.6), le relatif éloignement servant sans doute à expliquer le sang froid de Tibère.

42 Tac., Ann., 4.7.1.

43 Suet., Tib., 61.3.

44 Koestermann 1965, ad loc., p. 32, fait néanmoins remarquer que l’hésitation saeuire ipse aut saeuientibus uires praebere est sans doute le signe que Tacite prenait en compte les deux traditions divergentes.

45 Tac., Ann., 4.3.1-2.

46 Tac., Ann., 4.12.2-3 ; 4.54.1 ; 4.59.2.

47 Tac., Ann., 4.41.1-3.

48 Puisque tradere signale une source écrite : cf. chapitre 2, 53-56.

49 Chez Cassius Dion, Tibère et Séjan sont tout autant responsables des crimes commis à cette période : cf. C.D. 58.16.4. Woodman 2018, ad loc., p. 271, fait remarquer que les deux explications sont possibles : “it is perfectly possible both that Tiberius was predisposed to retirement and that he was encouraged in his predisposition by Sejanus.”

50 Charlesworth 1923, en particulier p. 153-154.

51 Levick 1976, 38-42 pour Julie I et ses fils Caius et Lucius, p. 58-59 pour Julie II et son dernier frère, Agrippa Postumus.

52 Levick 1976, 163 (“Tiberius was on the lookout for any sign of his former wife in her daughter”), puis p. 68-169 pour la reprise, par Tibère, des mêmes procédés utilisés par Auguste contre sa fille et sa petite-fille.

53 Tac., Ann., 1.41.2 ; 2.43.5-6 ; 3.4.3.

54 Tac., Ann., 4.52.2.

55 Selon Suétone, Caligula aurait prétendu que sa mère était le fruit d’un inceste entre Auguste et Julie I, ce qui lui permettait de passer Agrippa sous silence et de se rapprocher un peu plus du fondateur du régime (cf. Suet., Cal., 23.1-2.). De telles allégations s’appuyaient très certainement sur une mise en avant ostensible, par Caligula, de son lien avec Auguste.

56 Levick 1976, 82-116.

57 Pelling 1993.

58 Pelling 1993, 77 : “Rather than right or wrong ways, we really just have two different ways of proceeding against enemies, both of which have something to say for them : the way of Germanicus, old-fashioned, bloody, but glorious ; and the way of Tiberius, diplomatic, modern, unglamorous, but highly effective.” Pour Devillers 2012, Tacite utilise aussi Germanicus pour mettre en avant certaines caractéristiques du Principat, notamment l’accaparement du pouvoir par le Prince.

59 Suet., Caes., 25.1-4 ; Aug., 21.1-7 ; Tib., 37.8-9 ; Cl., 17.1-6 ; Vesp., 8.6-7 ; Dom., 6.1-4.

60 Suet., Cal., 43.1 ; Nero, 18.1.

61 Tac., Ann., 1.52.1 et surtout 2.26.5.

62 Tac., Ann., 2.59.3.

63 Tac., Ann., 2.59.1-61.2.

64 Sur la façon dont, en réalité, Claude était petit à petit apparu comme tout à fait légitime, cf. Hurlet 1997.

65 Woodman, Martin 1996, ad loc., p. 191, font remarquer que Claude est effectivement cité dans le Senatus Consultum de Cn. Pisone Patre, l. 148, mais en tout dernier, après tous les autres membres de la famille impériale. C’est pourquoi, malgré la grande qualité de Hurlet 1997, je suis assez réservée sur son identification avec Claude et non Drusus II du frater invoqué, dans les Annales, dans les derniers mots de Germanicus : cf. Tac., Ann., 2.71.1. Ni Koestermann 1963, ad loc., p. 387, ni Goodyear 1981, ad loc., p. 412 ne pensent que Germanicus ait pu faire allusion de quelque manière que ce soit à Claude.

66 Tac., Ann., 3.18.3-4.

67 Suet., Cl., 3.6-5.1.

68 Suet., Cl., 10.2-5 et chapitre 4, p. 155-156.

69 Suet., Cl., 38.5. Personne ne le crut. Cassius Dion reprend néanmoins intégralement cette affirmation à son compte : cf. C.D. 60.2.4.

70 Objectivement présente, mais aussi due au fait que nous le lisons en anticipant mentalement le ridicule qui caractérisera ensuite le portrait de Claude empereur. Cf. aussi Levick 1990, p. 34 : “There must have been an official version, put out during the reign of Claudius, but few traces remain. Its main features will have been Claudius’ withdrawal to the Palace after the assassination, the unexpected arrival of the Praetorians, their spontaneous salutation of the reluctant Claudius and their demand that he should go with them to the barracks where, still reluctant, he was formally acclaimed and committed to his unsought position.”

71 Il n’avait pas de lien direct avec Auguste, son association avec lui étant seulement qu’il était un membre de la domus Augusta au sens large (cf. Levick 1990, 33). Ce problème peut expliquer la conservation, voire la mise en circulation, de rumeurs faisant d’Auguste le père de Drusus I, second fils de Livie et père, à son tour, de Claude : cf. Suet., Cl., 1.1. Cf. aussi la façon dont les “liens familiaux” entre les deux hommes sont remis en question dans le discours qu’Auguste prononce dans l’Apocoloquintose : cf. Sen., Apoc., 10.4. Levick 1990, 69-70, pense que le mariage de Claude avec Agrippine II et son adoption de Néron avaient aussi pour but de renforcer ses liens familiaux avec Auguste.

72 Sur leurs hésitation, cf. Milano 2008. Cf. aussi Levick 1990, 29-41.

73 Hurley 2001, ad loc., p. 143, qualifie les travaux du port d’Ostie et du lac Fucin de “tasks that were first associated with Julius Caesar and had since become emblematic of massive effort.”

74 Levick 1990, 90-91. C’est notamment ainsi qu’elle explique sa décision de conquérir la Bretagne (p. 144). Pour l’idée que la Bretagne était une “occasion manquée” de César, cf. Tac., Agr., 13.2. Thomasson 1998 montre pour sa part que l’ensemble de la politique extérieure de Claude et sa gestion des provinces suivaient en réalité les principes augustéens.

75 Sordi 2007 voit aussi une inspiration grecque dans la politique de Claude.

76 Suet., Cl., 12.3.

77 Tac., Ann., 12.60.2.

78 Suet., Cl., 21.12.

79 Tac., Ann., 12.56.1.

80 Suet., Cl., 21.4.

81 Selon Grimal 1998, la divinisation aussi équivalait à assimiler les deux hommes, à juste titre car Claude avait pratiqué les mêmes vertus que celles inscrites sur le bouclier d’Auguste. Cet aspect est très visible dans l’Apocoloquintose, où le refus, par Auguste, de l’acceptation de Claude parmi les dieux est particulièrement véhémente : cf. Sen., Apoc., 10.1-11.5. Il y présente d’ailleurs son successeur comme “se cachant sous [son] nom” (sub meo nomine latens : Sen., Apoc., 10.4), ce qui confirme le caractère ostentatoire de l’imitation claudienne.

82 Ripoll 1999.

83 Cf. Grimal 1998, 18, à propos de l’insistance de Sénèque, dans l’Apocoloquintose, sur les défauts de Claude : “L’intérêt de l’État l’exigeait puisqu’il s’agissait, par ce pamphlet, de faciliter le changement de règne en soulignant le contraste entre le défunt et le fondateur du principat, auquel le décret du Sénat, qui venait d’en faire un dieu, assimilait celui-ci.”

84 Moretti 2003.

85 Suet., Cl., 45.1. Chez Tacite, on fait mine de couvrir l’empereur pour le réchauffer, afin de donner le change : cf. Tac., Ann., 12.68.1.

86 Suet., Cl., 30.2.

87 Tac., Ann., 12.67.1 et Suet., Cl., 44.6-7

88 Wardle 2007.

89 Chapitre 4, 160.

90 Suet., Cl., 30.1.

91 Suet., Cl., 30.1.

92 Suet., Cl., 30.2.

93 Suet., Cl., 30.2 et C.D. 60.2.2.

94 Suet., Cl., 30.2 et C.D. 60.2.1.

95 Osgood 2007.

96 Sen., Apoc., 10.1-11.5.

97 Sen., Apoc., 10.2.

98 Sen., Apoc., 10.3-4.

99 Un peu plus loin, il rappelle qu’il était son grand-oncle, au même titre que celui de Messaline : cf. Sen., Apoc., 11.1.

100 Suet., Cl., 21.2.

101 Suet., Cl., 21.4-5 et Hurley 2001, ad loc., p. 150 : “There were three certain precedents, but only one mattered, the last, the revival by Augustus, who essentially invented the celebration intended to herald a new age that promised all things good. Claudius’ ludi saeculares were held in 47, a year when he was consul and began his censorship. He wanted to make the same point as Augustus”.

102 Il en faisait tant pour montrer qu’il réagissait comme le peuple qu’il se ridiculisait par des plaisanteries exagérées et hors de propos : cf. Suet., Cl., 21.9. Chez Cassius Dion, le goût de Claude pour ce type de spectacle est utilisé pour introduire un paragraphe sur sa cruauté (cf. C.D. 60.14.1) : on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une projection sur lui d’un rapprochement déjà utilisé à propos de Drusus II (cf. dans ce chapitre, p. 178-179).

103 Claude est obligé de supplier en claudiquant tous les condamnés de combattre comme prévu, alors qu’ils profitent d’un double-sens pour se déclarer graciés : cf. Suet., Cl., 21.12. Dion ne mentionne pas la partie où l’empereur se ridiculise : cf. C.D. 60.33.4 et chapitre 6, 256-259, pour une analyse de cet épisode.

104 Suet., Nero, 10.1.

105 Tac., Ann., 13.4.2.

106 Koestermann 1963, ad loc., p. 241 : “Ganz im Sinne der Regelung des Augustus werden nunmehr Aufgaben und Pflichten des Senates und der Magistrate von denjenigen des Princeps reinlich geschieden.”

107 Sen., De Clem., 1.9.

108 Sen., Apoc., 4.1-2.

109 Sen., Apoc., 10.4.

110 Koestermann 1963, ad loc., p. 113 : “in diesem Fall kam die Annullierung der Verlobung den eigenen dynastischen Plänen des Claudius entgegen.”

111 Il y a là un renversement des rôles que Dickinson 1977 met très bien en évidence. Elle va ainsi jusqu’à parler de “complete antithesis of the competent ruler” (p. 642). Je suis néanmoins plus réservée quant à son affirmation sur le recours de Tacite au procédé du renversement pour faire rire son lecteur, car le ton est tout sauf badin. Chez Cassius Dion, c’est sa couardise qui pousse Claude à toujours céder devant ses femmes et ses affranchis (cf. C.D. 60.2.4 et 60.14.1), à qui sont attribuées toutes les mauvaises décisions de son règne (cf. C.D. 60.8.4). L’historien grec est cependant le premier à introduire explicitement le thème des Saturnales dans son récit du règne de cet empereur : cf. C.D. 60.19.1-3.

112 Sur la réalité historique de leurs fonctions et de leur puissance sous Claude, cf. Milano 2004.

113 Suet., Cl., 18.1-2.

114 Respectivement Tac., Ann., 11.29.1 (puis le rôle prééminent de Narcisse durant tout l’épisode) et 12.1.1-2.3.

115 Cf. Suet., Cl., 26.1-8 pour la rubrique dans son entier. La partie parallèle aux Annales est Suet., Cl., 26.
4-8.

116 Par exemple, chez Tacite, c’est un chevalier recherchant la faveur d’Agrippine qui imite l’empereur dans ses noces incestueuses et non un affranchi et un primipile comme chez Suétone. Dans les deux cas, néanmoins, le but poursuivi est le même : montrer que seules des personnes issues des basses couches sociales ou voulant obtenir des avantages étaient disposées à suivre leur exemple, quand le reste de la société romaine était horrifié par le tabou qu’ils avaient violé. Tacite ne parle pas non plus d’une dot donnée par Claude à Messaline au moment de son “mariage” avec Silius, mais Cenerini 2010 considère cet élément comme de la propagande, que les partisans de Messaline et Silius auraient fait circuler pour justifier leurs manœuvres politiques.

117 Pour une présentation des diverses positions critiques à ce sujet, cf. Cenerini 2010. Pour elle, Messaline aurait épousé Silius parce qu’elle voyait grandir le pouvoir d’Agrippine II : la réaction du peuple aux jeux troyens lui aurait déjà fait craindre que Britannicus ne soit supplanté par le futur Néron. Colin 1956 voit dans toute l’affaire une simple cérémonie dionysiaque : or, si un rituel de ce type a effectivement eu lieu (cf. Tac., Ann., 11.31.2-3), c’est après celui du mariage (relaté en Tac., Ann., 11.26.3-27.1). Par ailleurs, cette hypothèse n’explique pas la radicalité de la réaction de l’entourage de Claude et de l’empereur lui-même, ni ses demandes répétées, sur le chemin de Rome, pour savoir s’il était encore maître du pouvoir (cf. Tac., Ann., 11.31.1 et Suet., Cl., 36.3). Levick 1990, 67, qualifie cette explication de “alluring modern fantasy” : pour elle, un complot d’importance, dont Silius était à la tête, était en train de se monter parmi les sénateurs et Messaline n’aurait accepté ce mariage que pour protéger ses enfants (p. 65-66). Nappa 2010 termine son article par : “We cannot solve the riddle of what really happened at the end of Messalina’s life” (p. 203) et invite à s’interroger plutôt sur ce qu’on peut apprendre ainsi sur les problématiques contemporaines à la rédaction des œuvres et sur le regard porté alors sur le passé.

118 Cf. supra.

119 Tacite montre toutefois une certaine sympathie à son égard au moment où elle devient une victime de son fils : cf. Devillers 1995.

120 Tac., Ann., 13.2.1.

121 Chapitre 3, 95-101.

122 Cizek 1982, 96-100.

123 Sur l’inspiration orientalisante de la politique néronienne, rejoignant par certains points celle de Caligula, que Claude s’attacha à contrer en adoptant un modèle ostensiblement augustéen, cf. Cizek 1982, 75-89.

124 Agrippine II aussi a été manifestement accusée d’avoir utilisé le sexe pour obtenir ce qu’elle voulait, comme le montre la reprise de cet argument pour l’épisode de l’inceste en Tac., Ann., 14.2.2. Tacite ne s’y demande pas si Agrippine a effectivement eu des relations sexuelles avec Lépidus et Pallas : ces deux liaisons alléguées sont considérées comme des faits établis, d’où leur utilisation comme bases de raisonnement (cf. Koestermann 1968, ad loc., p. 26 : “Die Rückblick auf ihre Vergangenheit is von vernichtender Eindeutigkeit, obwohl die gegen sie erhobenen Vorwürfe keinesweg sämtlich über jeden Zweifel erhaben sind.”).

125 La meilleure preuve de cela est la disparition presque totale de Séjan dans le portrait que Suétone fait de Tibère : si le second empereur est cruel par nature, il ne peut agir sous l’influence de qui que ce soit.

126 Galtier 2011, 191-192, présente Claude, avec quelque embarras, comme un “cas particulier” de la figure du tyran et finit par conclure : “Lorsqu’il incarne l’image d’un tyran, c’est celle d’un tyran dénaturé, grotesque, réduit au fait d’être esclave de ses passions.” (p. 192) C’est, à mon avis, reconnaître que le modèle tyrannique s’applique difficilement à cet empereur.

127 Suet., Cl., 34.1-6. Pour Hurley 2001, ad loc., p. 207, cette réputation de cruauté vient directement des menaces réelles qui pesaient sur Claude et est à mettre en lien avec sa peur perpétuelle.

128 Suet., Cl., 35.1-37.4. Selon Cassius Dion, ce sont elles qui l’amènent à prendre des décisions inappropriées : cf. C.D. 60.2.6. De fait, Claude avait des raisons de se montrer particulièrement prudent : cf. Hurley 2001, ad loc., p. 211-212.

129 Suet., Cl., 38.1-3. Hurley 2001, ad loc., p. 217, fait remarquer que c’est la seule rubrique “colère” des Douze Césars.

130 Tac., Ann., 11.26.2.

131 Tac., Ann., 11.31.1, qui correspond à Suet., Cl., 36.3.

132 Sur ces exagérations, cf. Bustos de Lezica 2008.

133 Cf. aussi Sen., Apoc., 10.3, ainsi que toute la scène aux Enfers, avec le procès de Claude devant Éaque, où il est mis en accusation pour toutes ses exécutions.

134 Suet., Cl., 37.1.

135 Suet., Cl., 34.1-3.

136 Levick 1990, p. 58-63, montre comment Claude et Messaline, loin de frapper au gré de leurs caprices, ont en réalité tenté d’éliminer tous ceux qui constituaient de possibles rivaux.

137 Chapitre 3, p. 106.

138 Chapitre 3, p. 93.

139 Sen., Apoc., 4.3 ; 5.2 ; 5.3 ; 6.2  ; 6.4 ; 11.3.

140 Suet., Cl., 30.1.

141 Suet., Cl., 21.13.

142 Suet., Cl., 15.1.

143 Suet., Cl., 39.1.

144 Suet., Cl., 2.3.

145 Levick 1990, 13-14, est en faveur d’une infirmité motrice cérébrale, maladie se déclarant dans l’enfance ; ses symptômes sont des problèmes moteurs (marche, élocution, préhension...) pouvant aller d’une certaine maladresse à de graves difficultés. Martin 2007 [1991], 198-203, est en faveur d’une encéphalopathie de Little, forme de paralysie cérébrale infantile touchant les membres inférieurs (jambes, hanches, pelvis).

146 Levick 1990, 15, se demande toutefois si Claude n’était pas sujet à des dépressions chroniques, ce qui pourrait expliquer, parfois, son surprenant manque de réaction.

147 Cassius Dion oppose d’ailleurs sa condition physique et ses capacités mentales : cf. C.D. 60.2.1.

148 Cf. Tac., Ann., 11.38.1 et Suet., Cl., 39.2, sur son absence de réaction à la mort de Messaline.

149 Suet., Cl., 39.2.

150 La question de l’empereur sur l’absence de Messaline au dîner, alors qu’elle vient de se suicider, en Suet., Cl., 39.2, paraît ainsi une surenchère à partir de l’épisode avec Scipion après la mort de sa femme.

151 Lefèbvre 2017, 38 : “on ne peut que souligner l’homogénéité des témoignages littéraires relatifs à Néron”. Cette autrice va même jusqu’à parler de “Néronologie” (cf. le titre de ses chapitres 3 et 4). Même si je n’irais pas jusque-là, car beaucoup de traits du portrait néronien ne me paraissent pas propres à Néron, son ouvrage montre bien combien les éléments repris au fil des siècles à propos de cet empereur sont toujours plus ou moins les mêmes (cf. en particulier son chapitre diachronique, p. 19-61).

152 Bradley 1978, ad loc., p. 210 : “Tacitus’ and Suetonius’ versions must be assumed to share a common basis”.

153 Suet., Nero, 24.1-2.

154 Champlin 2003, 81 : “A patron with twenty-eight legions at his command cannot compete as a performer”.

155 Lefebvre 2017, 33, à propos de la représentation de Néron dans l’Octavie du pseudo-Sénèque : “Elle montre de manière éclatante que le passage de Néron du domaine de l’histoire à celui du mythe a été possible très tôt.” Je suis très réservée quant à l’utilisation du terme “mythe” à propos de Néron, qui me paraît relever d’un domaine différent, comme nous le verrons plus loin.

156 Suet., Nero, 26.1-4, puis 26.5 ; Tac., Ann., 13.25.1-3, puis 13.25.4.

157 Suet., Nero, 31.1-6 ; Tac., Ann., 15.42.1-2.

158 Suet., Nero, 27.1-4 (banquets), puis Suet., Nero 28.1-29.2 (perversions sexuelles) ; Tac., Ann., 15.37.1-4.

159 Sur la façon dont les élaborations prennent toujours appui sur un élément historiquement attesté, cf. chapitre 3.

160 Sur la façon dont sa pratique musicale finira par devenir l’une des caractéristiques définitoires de l’évocation de Néron, cf. Lefebvre 2017, 112-122.

161 Suet., Nero, 19.5-20.1.

162 Suet., Nero, 27.1.

163 Suet., Nero, 28.1-29.2.

164 Tac., Ann., 13.47.2.

165 Tac., Ann., 15.37.4.

166 Tac., Ann., 16.19.3.

167 Tac., Ann., 16.19.3 : exoletorum feminarumque, “des mignons et des femmes”.

168 Tac., Ann., 15.37.4, à comparer avec Suet., Nero, 29.1. L’affranchi jouant le rôle du mari est appelé Doryphore chez Suétone, Pythagoras chez Tacite. Cet épisode pourrait en réalité être une cérémonie d’initiation à un culte oriental : cf. Verdière 1975, 20-22.

169 Cf. par exemple, Tac., Ann., 14.60.1, où l’absence de problèmes après l’assassinat d’Agrippine pousse Néron à aller encore plus loin, en répudiant Octavie pour épouser Poppée.

170 Tac., Ann., 13.3.3.

171 Tac., Ann., 14.14.1-2.

172 Tac., Ann., 15.31.1-2.

173 Tac., Ann., 16.4.1-4.

174 Suet., Nero, 20.1-25.5.

175 Il s’agit ici sans doute d’une allusion au temple d’Apollon Sosianus sur le Champ de Mars, ainsi qu’à celui contruit par Auguste sur le Palatin, qui contenaient tous deux une statue du dieu en citharède. Koestermann 1968, ad loc., p. 52, fait néanmoins remarquer que cette argumentation est “ganz unrömisch”.

176 Sur ce point, cf. Engels 1972, passim.

177 Cette conception typiquement romaine explique sans doute pourquoi Cassius Dion, qui était grec, les nomme : cf. C.D. 61.17.4. Néanmoins, les noms mentionnés (Furii, Horatii, Fabii, Porcii, Valerii) non seulement apparaissent tous au pluriel, mais renvoient aussi à d’anciennes familles républicaines depuis longtemps éteintes : ils ont donc certainement été utilisés génériquement par l’historien grec pour désigner la fine fleur de l’aristocratie romaine et non certains de ses membres en particulier. Cette interprétation est également suggérée par la fin de son énumération : τἆλλα πάντα ὧν τὰ τρόπαια, ὧν οἱ ναοὶ ἑωρῶντο, “et toutes les autres familles dont on voit les trophées, les temples”.

178 Champlin 2003, 65-66.

179 Cf. C.D. 63.9.1-2, où, relatant ce même souci obsessionnel de respect des règles agonistiques, l’historien grec en souligne le caractère déplacé en rappelant les titres de Néron (“ἄνδρα Ῥωµαῖον βουλευτὴν εὐπατρίδην ἀρχιερέα Καίσαρα αὐτοκράτορα Αὔγουστον”) et termine par : “καὶ ταῦτα ποιοῦντα ἵνα τὸν τῶν κιθαρῳδῶν καὶ τῶν τραγῳδῶν καὶ τῶν κηρύκων ἀγῶνα νικήσας ἡττηθῇ τὸν τῶν Καισάρων ;”, “et il faisait cela pour, en remportant la compétition entre les citharèdes, les tragédiens et les hérauts, perdre celle entre les empereurs ?”

180 Champlin 2003, 81 : “emperors simply should not be professional performers. Amateur indulgence in an art or a sport might be pardonable ; obsessive dedication was not.” On mesure la honte sociale que cela représentait au refus de Tacite de donner les noms des jeunes gens forcés à se produire en même temps que l’empereur. Néron ne fut pas le seul à se heurter à ce type de limite mentale : on peut aussi penser à Commode, à la fin du IIe siècle, et à sa passion pour les combats de gladiateurs.

181 Ripoll 1999.

182 Suétone signale cette justification en Suet., Vesp., 16.6. L’autre explication est celle de la foncière avarice de Vespasien, qui l’a poursuivi jusqu’à nos jours.

183 Suet., Nero, 31.7 (histoire du trésor de Didon, juste après le paragraphe sur les folles constructions de Néron) et 32.1-7 (pillage éhonté des provinces, après la révélation de la supercherie) ; Tac., Ann., 15.45.1- 2 (après l’incendie de Rome, pillage généralisé des provinces) et 16.1.1-3.2 (histoire du trésor de Didon).

184 Ripoll 1999 rappelle que l’arrivée au pouvoir de Vespasien a coïncidé avec la montée en puissance d’une bourgeoisie municipale beaucoup plus économe que l’ancienne aristocratie sénatoriale. Tacite la met d’ailleurs en scène lors d’une des exhibitions de Néron : choquée dans son respect habituel du mos maiorum, elle se signale par son intégrité et, dès lors, détonne au milieu de la corruption du reste des spectateurs (Tac., Ann., 16.5.1-3). Il est intéressant de constater que, dans ce passage, un ferebant introduit l’histoire de Vespasien s’endormant pendant un de ces spectacles, anecdote, qui se trouve aussi chez Suétone (cf. Suet., Vesp., 4.8) et souligne parfaitement la différence entre les deux empereurs.

185 Cizek 1982, 75-91.

186 Galtier 2011, 187-188.

187 Cizek 1982, 71-75.

188 Lefebvre 2017, passim.

189 Chapitre 4, p. 177-178.

190 Le récit de son propre règne est lui aussi, très classiquement, influencé par celui des précédents empereurs : Lefebvre 2017, 77-79, signale ainsi des rapprochements tardifs avec la Vie de Caligula de Suétone. Il est toutefois difficile de déterminer s’il s’agit d’une contamination du portrait de Néron par celui de Caligula ou s’ils présentent ces points communs parce que le stéréotype du tyran leur a été appliqué à tous les deux.

191 Supra, p. 176-177.

192 Cf. par exemple Tac., Ann., 13.5.1, après le discours où Néron trace les lignes d’une politique d’inspiration augustéenne : Nec defuit fides multaque arbitrio senatus constituta sunt, “Et il ne manqua pas à sa parole et beaucoup de mesures furent prises avec l’avis du Sénat.”

193 Suet., Nero, 10.5.

194 Germanicus n’intervient pas comme fils naturel dans le schéma narratif de la mort d’Auguste, mais l’insistance avec laquelle ses soldats lui proposent le pouvoir le présente comme un choix plus évident que Tibère.

195 Suet., Nero, 35.8.

196 Suétone, qui ne se concentre que sur la figure des empereurs, laisse totalement de côté l’antagonisme Néron-Britannicus. Sur la façon dont Tacite l’adapte pour en faire une opposition de personnes, en particulier lors des Jeux Séculaires, puis à des jeux du cirque, cf. Devillers 1994, 164.

197 Dont le premier est, bien sûr, la reprise de l’expression primum facinus noui principatus, en Tac., Ann., 1.6.1 (exécution d’Agrippa Postumus), légèrement modifiée en prima nouo principatu mors, en Tac., Ann., 13.1.1 (exécution de Junius Silanus).

198 L’opposition entre boni et mali principes apparaît précisément à la fin du ier siècle de notre ère, sous la plume de Tacite, dans la Vie d’Agricola, et de Pline le Jeune, dans le Panégyrique de Trajan : cf. Nauta 2014.

199 Je paraphrase ici une expression de La Penna 1976, à propos d’un type de portrait que nous retrouverons plus loin à propos d’Othon.

200 Chapitre 4, 150-151.

201 Heubner 1963, ad loc., p. 110 : “nicht der Stab wird gebrochen, aber das Paradoxe der historischen Erscheinung Galba hervorgekehrt”.

202 Suet., Gal., 14.1.

203 C’est-à-dire qu’on a pu inventer, pour le jeune Galba, des anecdotes anticipant son comportement dans sa vieillesse.

204 Suet., Gal., 17.1.

205 Tac., Hist., 1.12.2, mais aussi 1.16.1.

206 Büchner 1965. Avant lui, Koestermann 1956 montrait déjà comment Tacite et Suétone soulignent l’opposition entre les vertus antiques de Galba et celles que réclamaient désormais les nouvelles conditions d’exercice du pouvoir. Plutarque, lui, est plus clément envers cet empereur : il le compare à Fabricius et Camille (cf. Plut., Gal., 29.4), ce qui honore Galba, mais montre aussi qu’il n’appartient pas vraiment à l’époque où il vit. Cf. aussi Syme 1958, 204 : “Galba was an anachronism.”

207 Tac., Hist., 1.5.2, mais aussi Suet., Gal., 16.2, où la même anecdote est relatée à l’identique.

208 Chapitre 4, p. 132-135.

209 Lavate 1977-1978, p. 41 parle, au sujet de Galba, de la “sterile inutilità di una forma vuota”.

210 Suet., Nero, 55.

211 Cette attitude est caractéristique du fonctionnement social républicain : cf. Néraudau 1993.

212 De fait, le portrait que Plutarque fait de lui, dans la biographie qu’il lui consacre, est nettement plus positif.

213 Suet., Gal., 13.

214 Suet., Gal., 12.2.

215 Suet., Gal., 12.5. Pour un point historique sur certaines mesures prises par Galba que nos sources présentent négativement, cf. Morgan 2004.

216 Qui ne s’est néanmoins pas transformée en haine à son encontre : cf. Husband 1915. Cassius Dion, en C.D. 64.2.1, présente de fait Galba comme ἀνεπαχθής, “facile à supporter”.

217 Van Wassenhove 2008, 634, se demande si la façon dont Suétone représente Galba ne vise pas aussi à justifier le coup d’État d’Othon. Or Tacite adopte la même présentation, alors qu’il n’a pas de sympathie particulière pour son successeur : il me semble donc que cette façon de le dépeindre relève davantage du camp othonien en général que du seul Suétone.

218 Cf. la façon dont Tacite et Suétone décrivent Pison, en Tac., Hist., 1.14.2 et Suet., Gal., 17.1.

219 Cf. Suet., Vesp., 16.1, où elle est présentée comme son seul défaut.

220 Par exemple celle de “l’argent n’a pas d’odeur”, en Suet., Vesp., 23.5.

221 Chapitre 2, p. 81-83.

222 Il est néanmoins possible que le même discours ait fini par être tenu à propos de Galba, car Dion présente son avarice comme l’unique exception de son bon gouvernement, explique qu’il avait besoin de l’argent qu’il amassait et termine en précisant qu’il dépensait très peu (cf. C.D. 64.2.1). La distinction entre le besoin d’argent et les dépenses réduites donne à penser que ces dernières sont celles en direction du peuple et que les sommes ainsi rassemblées servaient à autre chose. Rien ne permet toutefois de savoir s’il s’agissait du train de vie impérial ou des dettes accumulées par Néron.

223 Gagé 1952.

224 Il y a sans doute un le lien, dans la pensée romaine, entre un âge avancé et un caractère extrêmement influençable : Dickinson 1977 montre notamment comment l’influence de ses femmes et de ses affranchis sur Claude a été construite à partir de la figure du senex de comédie. La figure de Galba a pu bénéficier du même rapprochement. Dion affirme ainsi qu’on l’a rendu responsable des iniquités de ses affranchis : cf. C.D. 64.2.1-2. Sa position à ce sujet est ambiguë : il déclare en effet qu’il est du devoir des gouvernants d’être attentifs à ce que leurs subordonnés ne profitent pas de leur position pour violer la loi (cf. C.D. 64.2.2), mais il ne se prononce pas sur la possibilité que Galba ait su ou ignoré ce que faisaient ses affranchis (cf. C.D. 64.2.3).

225 À l’inverse, la première mesure prise par l’Agricola de Tacite lorsqu’il arrive en Bretagne est de mettre de l’ordre dans sa maison (Tac., Agr., 19.2) et, ensuite, il préfère nommer des personnes dont il sait qu’elles se conduiront bien, plutôt que de devoir punir des fautes (Tac., Agr., 19.3).

226 Tac., Hist., 1.12.3-13.1.

227 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 68, ces deux adjectifs représentent “an important contribution to Tacitus’ complex sketch of Galba”.

228 Suet., Gal., 12.1.

229 Tac., Hist., 1.13.2.

230 Il y a là comme une anticipation de la scène des Annales où Claude délibère sur la nouvelle épouse à prendre après la mort de Messaline.

231 Schunck 1964, 46-47. Pour lui, toutes les scènes de mort d’empereur des Histoires mettent en avant leur passivité, qui contraste avec l’activité des personnages secondaires (conseillers, affranchis..). Pour Grimal 1990, p. 186, la notice nécrologique de Titus Vinius, qui lui reconnaît des qualités, fait porter implicitement à Galba la responsabilité de toutes les décisions prises pendant ces dernières années : Vinius n’était qu’un opportuniste qui suivait le courant, il ne le créait pas.

232 Contrairement à Othon.

233 Van Wassenhove 2008, 625 : “It is no exageration to say that ambivalence and instability are the key features of Suetonius’ representation of Galba’s personality”.

234 Chez Dion, la reprise de cette appellation justifie la conviction de chacun qu’Othon serait pire que Néron : cf. C.D. 64.8.21. Dans cette œuvre, il est aussi présenté comme reprenant intégralement le style de vie du dernier Julio-Claudien, ce qui renforce la haine contre lui : cf. C.D. 64.8.3.

235 “par peur de l’interdire ou honte de l’admettre” (Tac., Hist., 1.78.2).

236 Sur l’attitude d’Othon vis-à-vis de l’héritage néronien, cf. Duchêne 2014.

237 Chapitre 4, p. 135-140.

238 Suet., Otho, 10.4-11.3.

239 Suet., Aug., 99.1 et, supra, p. 188-189.

240 Suet., Aug., 99.2.

241 Tac., Hist., 2.46.1-50.2 ; Plut., Otho, 15.1-18.3 ; C.D. 64.11.1-15.2. Pour une étude plus détaillée de la mort d’Othon, cf. Duchêne 2018a.

242 Suet., Nero, 47.1-2.

243 Suet., Otho, 10.2-3. L’histoire du suicide du soldat apparaît aussi chez Tacite, mais ailleurs ; nous en reparlerons.

244 Cf. ses exhortations pour se donner du courage : Viuo deformiter et turpiter ; οὐ πρέπει Νέρωνι.

245 Schunck 1964, 57-73.

246 La Penna 1976.

247 Cf. Shoshat 1981, qui ne cesse de dénoncer la partialité de l’historien, mais aussi Mouchová 1966, qui compare le traitement de Suétone et celui de Tacite.

248 Supra, p. 214.

249 Ernout & Meillet 1985 [1932], s. v. scelus, p. 600-601.

250 Chilver 1979, ad loc., p. 87, fait remarquer que ce terme pouvait désigner n’importe quel homme en-dessous du grade de centurion.

251 Cf. la remarque de J. Hellegouarc’h, dans ses notes à l’édition de la CUF, p. 145 : “Tacite l’applique (scil. le terme de manipulares) à des sous-officiers et l’oppose à imperium afin de mieux faire ressortir, par cette rencontre de mots, le caractère étonnant et ignominieux de la révolution”.

252 Chapitre 2, p. 61-65.

253 Tac., Hist., 1.22.2.

254 Klingner 1940.

255 Supra, p. 215

256 Tac., Hist., 1.81.1-2.

257 Chez Dion, cet épisode est présenté comme représentatif du degré d’impudence auquel les soldats étaient arrivés sous Othon : cf. C.D. 64.9.2-3.

258 Chilver 1979, ad loc., p. 151 : “Of all the speeches in Book I, Tacitus has adapted this one most brilliantly to the motives and problems of the speaker.”

259 Cf. les paragraphes qui précèdent cet extrait, où Othon reconnaît à plusieurs reprises que ce qu’ont fait les prétoriens la veille était motivé par leur affection et leur loyauté envers lui.

260 Heubner 1963, ad loc., p. 176, souligne l’ironie qu’il y a pour Othon à employer cet argument.

261 Sur cette complexification, cf. Lavate 1977-1978.

262 Suet., Otho, 10.1-3. Après son étude des divers traits positifs et négatifs de la Vie d’Othon, Cizek 1977, 152, considère que, pour Suétone, Othon est “un héros véritable, c’est-à-dire humain, donc astreint à certains vices, qu’il sait toutefois dépasser lorsque son destin et la fortune de l’Empire débouchent sur une crise aiguë”.

263 Cf. à propos du jeune Titus avant son arrivée au pouvoir, Suet., Titus, 7.1, où une liste de défauts typiques des mauvais empereurs (saeuitia, libido, rapacitas), manifestes sous le règne de son père, se termine par : denique propalam alium Neronem et opinabantur et praedicabant, “enfin, à la fois on pensait et on prédisait très ouvertement qu’il serait un autre Néron”. Il n’y a plus rien, ici, d’une quelconque faveur attachée à la figure néronienne, ce qui est d’autant plus compréhensible si opinari renvoie à des cercles bien informés, c’est-à-dire aux milieux sénatoriaux, et non aux milieux populaires.

264 Tac., Ann., 13.25.1-3 et Suet., Nero, 24.2-4.

265 En Tac., Ann., 13.25.2, Tacite mentionne d’autres personnes qui, profitant de la mauvaise conduite du jeune Néron, l’imitaient en détroussant à leur tour les passants. Toutefois, la proximité entre Néron et Othon rend beaucoup plus vraisemblable un compagnonnage qu’une imitation indépendante.

266 Tac., Hist., 1.13.3.

267 Tac., Hist., 1.13.3, cité supra. Pour Devillers 2008, Othon n’aurait été, dans un premier temps, qu’un personnage tout à fait secondaire de cette histoire et ce n’est qu’ensuite, avec ses prétentions à l’Empire, qu’il aurait été étoffé. La version que les Annales contiennent de cet épisode, tout à charge qu’elle soit contre Poppée en particulier, n’est pas pour autant favorable à Othon, qui apparaît comme un idiot vantant imprudemment les charmes de sa femme devant Néron (cf. Tac., Ann., 13.45.4-46.3). Chez Dion, Othon présente Poppée à Néron et tous les deux ont des rapports avec elle au même moment : cf. C.D. 61.12.1.

268 “Prenant part à tous ses projets et secrets...” (Suet., Otho, 3.1).

269 Pour Devillers 2008, il s’agirait d’une trait de propagande pro-othonienne et non d’une caractéristique de Suétone. L’étude poussée qu’il mène de cet épisode montre très bien comment celui-ci a manifestement représenté un enjeux narratif politique pour les auteurs romains qui l’ont relaté. Une preuve de cette importance est peut-être le texte de Plutarque, qui réduit, dans un premier temps, le personnage d’Othon à l’histoire avec sa femme (cf. Plut., Gal., 19.2-20.1, en particulier au début de la présentation d’Othon : ὡς δὲ τὸν Ἀλέξανδρον Ὅµηρος Ἑλένης πόσιν ἠϋκόµοιο, µηδὲν ἔχοντα πρὸς δόξαν ἄλλο, σεµνύνων ἀπὸ τῆς γυναικὸς ὀνοµάζει πολλάκις, οὕτως γεγονὼς περιβόητος ἐν Ῥώµῃ διὰ τὸν Ποππαίας γάµον, “de même qu’Homère appelle Alexandre “l’époux d’Hélène aux longs cheveux”, car il n’avait rien d’autre à louer, et le désigne souvent par le nom de sa femme, de même Othon était devenu célèbre à Rome par son mariage avec Poppée”). Les différentes versions qui nous en sont parvenues n’ont malheureusement pas empêché Shoshat 1981 de prendre celle de Suétone au premier degré (cf. p. 367 : “there is no doubt that Otho’s love for Poppea was sincere”).

270 Suet., Otho, 6.1.

271 Suet., Otho, 10.3 (après le suicide du soldat apportant la nouvelle de la défaite de Bédriac) : Hoc uiso proclamasse eum aiebat non amplius se in periculum talis tamque bene meritos coniecturum, “Après avoir vu cela, disait mon père, il s’était exclamé qu’il ne mettrait pas davantage en danger des hommes d’une telle valeur et d’un si grand mérite”. L’attachement mutuel entre Othon et ses troupes se traduira, à la fin de sa vie, par des suicides de soldats, près de son bûcher funèbre ou à l’annonce de sa mort : cf. Plut., Otho, 17.10 ; Tac., Hist., 2.49.3-4 ; Suet., Otho, 12.4 et C.D. 64.15.12.

272 Grimal 1990, 205 : “[le tumulte des prétoriens] illustre bien les rapports qui existaient entre Othon et ses soldats. Quelques mois plus tard, après le suicide d’Othon, on verra certains de ses hommes se donner la mort auprès de son bûcher.”

273 Suétone n’était probablement pas le seul à user des effets d’annonce afin d’annoncer la mort d’Othon : Plutarque rapporte en effet une intervention de Sénèque pour qu’il ne soit pas mis à mort après l’affaire Poppée, mais seulement envoyé en Lusitanie (cf. Plut., Gal., 19.9-20.1), témoignant sans doute d’une tentative d’associer le philosophe à la mort stoïcienne du futur empereur. Or ce genre de rapprochement relève d’une pratique et de préoccupations romaines : le moraliste grec l’a donc plus vraisemblablement trouvé dans sa source latine qu’inséré lui-même dans son texte pour expliquer la “clémence” de Néron envers son ami.

274 Chez Dion, Othon commence même par proposer à Vitellius de partager le pouvoir : cf. C.D. 64.10.1.

275 Tac., Hist., 2.95.1. Suétone évoque aussi ce sacrifice, mais en le déplaçant juste après l’arrivée de Vitellius à Rome, ce qui lui permet de le présenter comme une annonce de son gouvernement à venir : cf. Suet., Vit., 11.3.

276 Sur ce point, cf. Duchêne 2014.

277 Grammaticalement, aucun complément d’agent du participe succenso ne peut être déduit de la phrase ; s’il s’agissait de Vitellius, qui est sujet du verbe oppressit, il apparaîtrait sous la forme d’une apposition au nominatif. Néanmoins, étant donné que toutes les actions dépendent de Vitellius, l’inclusion de l’incendie parmi elles se fait pour ainsi dire naturellement. Même à refuser à succenso tout complément d’agent, cette catastrophe est néanmoins présentée comme une conséquence du combat entre vitelliens et flaviens, dont Suétone fait porter la responsabilité à Vitellius (cf. les deux verbes compulit et oppressit). Tacite est, lui, beaucoup plus circonspect (ambigitur) sur la responsabilité de l’incendie et déclare même que ce sont plutôt les flaviens que les vitelliens (crebrior fama) qui sont incriminés (cf. Tac., Hist., 3.71.4), prenant ainsi une distance ostensible avec la propagande flavienne (cf. Heubner 1972, ad loc., p. 171). Dion se contente de mentionner l’incendie, sans désigner aucun coupable : cf. C.D. 65.17.3.

278 Elle explique peut-être aussi la rumeur selon laquelle Vitellius aurait empoisonné sa mère (cf. Suet., Vit., 14.6-7 ; Tacite ne se prononce pas et parle seulement d’une opportuna mors, sans qu’on sache si elle était opportune pour la mère ou pour le fils : cf. Tac., Hist., 3.67.1) : puisque Néron était un matricide, Vitellius pouvait l’être aussi. Sur la façon dont cette accusation est également pensée comme le point culminant des meurtres commis par cet empereur, cf. chapitre 4, 140-142.

279 Cf. mon article à paraître aux éditions Ausonius (Scripta Antiqua), dans les actes du colloque Dévorer, dépenser dans le monde hellénistique et romain, qui eut lieu à Tours les 30 et 31 mars 2017.

280 Martin 2007 [1991], 91 : “il est certain que le défaut essentiel de Vitellius fut un désordre total de la vie quotidienne, qui était antérieur à son accession à l’empire et auquel il donna libre cours durant les quelques mois où il disposa du pouvoir suprême.”

281 Sur les dépenses de Néron, cf. le présent chapitre, p. 204-205.

282 Un seul exemple peut être repéré dans notre corpus, en Suet., Nero, 29.1 : Néron y est représenté déguisé en animal avec des peaux de bêtes et se précipitant ainsi sur des condamnés à mort, hommes et femmes, liés à des poteaux. Selon Champlin 2003, 169-170, il s’agit d’un jeu de renversement des rôles, soit dans un contexte sexuel avec des pratiques orales – extrêmement infamantes à Rome –, soit dans un contexte théâtral. Ces deux explications paraissent peu convaincantes, mais il est vrai que cette scène est particulièrement étrange.

283 Suet., Vit., 7.1-2.

284 Suet., Vit., 7.6.

285 Suet., Vit., 13.1-6.

286 Que Martin 2007 [1991], 91, reconnaît tout à fait, même s’il reprend ensuite à son compte l’ensemble de ce type de description.

287 Cf. la fin de la rubrique sur les perversions sexuelles de Tibère, en Suet., Tib., 44.3 : Fertur etiam in sacrificando quondam..., “On raconte qu’une fois, même alors qu’il procédait à un sacrifice...”.

288 Cizek 1977, 132 : “La figure de Vitellius s’impose comme la plus sombre, sinon la plus couverte de réprobation de l’œuvre tout entière”, ainsi que dans Cizek, 1975, 125-130 : “Il est vraiment hostile à la mémoire de Vitellius. Même Caligula et Néron trouvent plus de grâce aux yeux de Suétone.” (p. 126).

289 Tac., Hist., 2.62.1. Sur les ressorts de ce portrait, cf. mon article à paraître dans les actes du colloque Dévorer dépenser.

290 Suet., Vit., 7.3, où cette affirmation est introduite par un satis constat. Cf. aussi C.D. 65.5.3.

291 Cosme 2012, 62, qualifie les banquets de “forme essentielle de la communication politique entre le prince et l’aristocratie” (cf. le dîner qu’Othon est en train de donner aux sénateurs au moment du tumulte des prétoriens), au “protocole minutieux” ; il termine en déclarant que “le caractère fastueux du pouvoir impérial, dès le milieu du ier siècle de notre ère, ne se limitait pas seulement aux pratiques extravagantes d’un Caligula ou d’un Néron.”

292 Cosme 2012, 138 : “Les banquets de Vitellius appartenaient plutôt au faste obligé d’un prince victorieux.”

293 Carrié 1989, 123.

294 Sur le caractère invraisemblable de ce trait, ainsi que sur le degré d’historicité des autres reproches faits à Vitellius (saeuitia, ignauia, luxuria...), cf. Engel 1977.

295 Heubner 1972, ad loc., p. 94, parle de “tierisch-träge Genußleben des Vitellius in Aricia”.

296 Cf. à nouveau, mon article à paraître dans les actes du colloque Dévorer dépenser.

297 Chapitre 4, 140-142.

298 Chapitre 4, 143-144.

299 Jal 1962.

300 Cf. aussi C.D. 65.2.1, où τρυφή et ἀσελγεῖα sont liées.

301 Le texte ne précise pas sa nature, mais, au vu du portrait global de Néron, il y a peu de chance pour que ce soit de l’eau.

302 Ainsi que pourrait le faire croire sa présentation comme un fait, à l’indicatif (cf. ausus est ; hausit).

303 Tac., Hist., 2.70.4.

304 Tac., Hist., 2.62.1.

305 Ash 2007, ad loc., p. 272 : “Centripedic consumption of luxury goods can succinctly demonstrate a tyrannical personality”.

306 Sur la façon dont la luxuria des troupes vitelliennes est dépeinte dans les Histoires, cf. Furnari 1992.

307 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 224, ce tableau vient nécessairement de la propagande flavienne, car les vitelliens, pourtant privés de chef, firent preuve de courage et de détermination pendant la bataille de Crémone.

308 Tac., Hist., 3.56.2 : Sed praecipuum ipse Vitellius ostentum erat, ignarus militiae, improuidus consilii, quis ordo agminis, quae cura explorandi, quantus urgendo trahendoue bello modus, alios rogitans et ad omnes nuntios uoltu quoque et incessu trepidus, dein temulentus, “Mais le principal prodige était Vitellius lui-même, qui ignorait l’art de la guerre, était dépourvu de plan, ne cessait de demander à d’autres quel était l’ordre de marche, si on s’était soucié d’envoyer des éclaireurs, dans quelles limites il fallait presser ou faire durer la guerre ; à chaque nouvelle, son visage aussi et sa démarche tremblaient ; ensuite il s’enivra.” Cf. aussi C.D. 65.16.3-4, où Vitellius hésite à se conduire en empereur ou en simple particulier.

309 Cizek 1975, 128 : “Vitellius finit d’une manière indigne de tout homme et notamment d’un empereur parce que les dieux le punissent, d’après sa valeur ou plutôt sa non-valeur morale et humaine en général”, puis p. 129 : “Avoir, même pour un laps de temps très bref, un tel empereur, c’était pour les Romains un fait très indigne.” Galtier 2011, 213-214, voit dans Vitellius un φαρµακός, dont la mort purifie Rome de la souillure de la guerre civile.

310 Tac., Hist., 2.70.1-4. Sur la façon dont Tacite a conçu en parallèle le récit de ces deux batailles, cf. Malissard 1983.

311 Pour une analyse de la version suétonienne, cf. Braun 1990.

312 Tac., Hist., 3.84.4-85.1.

313 Sur cette caractéristique de morts d’empereur chez Tacite, cf. Schunck 1964, 49. Pour ce chercheur, c’est l’indécision de Vitellius qui est à l’origine du portrait monstrueux qu’en fait Tacite (p. 52).

314 On sait par Suétone qu’il s’agissait de la loge du portier : cf. Suet., Vit., 16.4. Chez Dion, c’était la pièce où il élevait des chiens : cf. C.D. 65.20.1.

315 Cf. Galtier 2010, 483-484, qui parle de µετάβασις au sens aristotélicien.

316 Chez Suétone, Vitellius essaie d’échapper à son sort, en prétendant avoir des informations très importantes à délivrer à Vespasien : cf. Suet., Vit., 17.2.

317 Chapitre 4, 160-163.

318 Cf. Galtier 2010, 479-491, qui parle de “processus inéluctable” (p. 482) et déclare en conclusion : “La chute de l’empereur Vitellius apparaît tragique parce qu’elle reproduit, structurellement, le renversement de condition subi par le tyran” (p. 490).

319 Chapitre 1, 42.

320 Néanmoins, c’est aussi à propos d’Othon que Cassius Dion rapporte cette histoire : cf. C.D. 64.11.1-2.

321 Pour Heubner 1972, le quidam tradidere signalerait que Tacite lui-même ne croit pas à la version où Vitellius en personne tue Julius Agrestis.

322 On observe le même procédé avec Drusus I et Titus.

323 Chapitre 4, 160-163.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search