Version classiqueVersion mobile

Comment écrire sur les empereurs ?

 | 
Pauline Duchêne

La trame et le motif : reprise des précédents et élaboration personnelle

Texte intégral

1Les chapitres précédents ont montré à quelles contraintes nos auteurs étaient confrontés au moment de la rédaction vis-à-vis de leurs sources : réfutation plus ou moins appuyée des manipulations issues du pouvoir ; inclusion forcée de versions ou d’histoires jugées peu crédibles, mais trop diffusées pour être passées sous silence ; réappropriation et mise en scène stratégique du matériau à disposition afin de servir une interprétation globale personnelle. Une comparaison plus large des œuvres de Tacite et Suétone indique cependant qu’il existait aussi des contraintes narratives, ne portant pas sur le choix du matériau mentionné, mais sur la manière de mener le récit.

2Il serait possible de confondre cet autre type d’éléments imposés avec les problèmes que chaque historien doit résoudre pour présenter sa matière de la façon la plus intelligible possible : que développer ? qu’omettre ? faut-il adopter une organisation synoptique ou avoir recours à une analepse pour présenter à part un autre “fil” d’événements qui concourent à l’action principale, mais à côté d’elle ? De nos jours, les contraintes qui s’exercent sur les historiens proviennent des faits eux-mêmes et de leur complexité. Or les éléments ou les procédés narratifs fixes qui peuvent être détectés dans notre corpus ne relèvent pas tant de la matière historique que de la manière de la représenter : motifs récurrents ; mise en œuvre de stéréotypes ; technique de dramatisation particulière... Une étude de chaque œuvre séparément fait passer à côté de leur caractère relativement systématique, alors qu’une comparaison entre des ouvrages différents, au contraire, le fait ressortir et permet ainsi de comprendre qu’il n’y a pas là de choix d’élaboration tout à fait libre dans la trame historique choisie. Ce sont ces contraintes que le présent chapitre va présenter en fonction de leur champ d’action narratif, du plus réduit (simple élément récurrent) au plus vaste (somme globale des différentes versions à disposition).

Reprise d’éléments fixes

Naissance d’un futur empereur et nouvel Âge d’or

  • 1 Par exemple Sen., Apoc., 4.1, en particulier le v. 9, où les aurea saecula à venir sont évoqués.

3Les passages relatant la naissance de l’empereur paraissent inclure des éléments fixes, lorsqu’une intention d’annonce d’un nouvel Âge d’or y est discernable. Dans notre corpus, c’est le cas pour Néron, dont le discours impérial développait ouvertement ce thème1. Il est visible, chez Suétone, dès le récit de sa venue au monde :

Nero natus est Anti post octauum mensem quam Tiberius excessit, XVIII. Kalendas Ianuarias tantum quod exoriente sole, paene ut radiis prius quam terra contingeretur.

“Néron est né à Antium, huit mois après la mort de Tibère, le 16 décembre juste au moment du lever du soleil, de sorte qu’il fut presque en contact avec ses rayons avant de l’être avec la terre.” (Suet., Nero, 6.1)

  • 2 Cette histoire est contrecarrée, chez Cassius Dion, par la précision que la lumière qui toucha Né (...)
  • 3 Pour un autre exemple de mythification, cf. chapitre 3, p. 90-95, l’épisode de Néron et des serpe (...)
  • 4 Chapitre 5, 198-208.

4Ce passage contient une mystique du soleil très visible : Néron naît au moment où le jour commence à chasser la nuit (tantum quod exoriente sole) et entre en contact avec la lumière presque avant de l’être avec la terre (paene ut radiis prius quam terra contingeretur). Il y a donc ici la volonté de faire de lui un être exceptionnel, pour ne pas dire un dieu, bien avant son arrivée au pouvoir2, démarche qui n’a pu avoir lieu qu’avant sa mort3 et ne dépendait en aucun cas de Suétone, étant donné le portrait global qu’il fait de ce Prince4.

  • 5 Cizek 1982, passim, surtout p. 28-32 (formation), p. 75-77 (modèle oriental initié par Marc Antoi (...)
  • 6 Cizek 1982, 25. Il parle à ce propos de “légende”.

5Vu la symbolique que son règne mettra en œuvre par la suite, cette élaboration n’a rien d’étonnant5. E. Cizek y voit même une réminiscence d’un rituel égyptien6. Elle n’est néanmoins pas la seule explication possible, car des éléments similaires apparaissent également à propos de la naissance d’Auguste :

Natus est Augustus Marco Tullio Cicerone Caio Antonio consulibus VIIII. Kalendas Octobres paulo ante solis exortum, regione Palati ad Capita Bubula, ubi nunc sacrarium habet, aliquanto post quam excessit constitutum. (...) Huc introire nisi necessario et caste religio est, concepta opinione ueteri, quasi temere adeuntibus horror quidam et metus obiciatur, sed et mox confirmata. Nam cum possessor uillae nouus seu forte seu temptandi causa cubitum se eo contulisset, euenit ut post paucissimas noctis horas exturbatus inde subita ui et incerta paene semianimis cum strato simul ante fores inueniretur.

“Auguste est né sous le consulat de Cicéron et Caius Antonius, le 22 septembre, peu avant le lever du soleil, dans la partie du Palatin appelée “Aux têtes de bœufs”, où se trouve maintenant un sanctuaire, établi peu après sa mort. (...) On se fait un scrupule religieux de n’y entrer que si c’est nécessaire et en état de pureté, car on a conçu depuis longtemps l’opinion que ceux qui s’en approchent avec témérité en sont empêchés par un certain sentiment d’horreur et de crainte ; et elle fut aussi bientôt confirmée. En effet, alors qu’un nouveau propriétaire de la villa, soit par hasard, soit pour la mettre à l’épreuve, s’y était rendu pour se coucher, il arriva que, après très peu d’heures de repos, il en fut chassé par une force subite et inconnue et on le trouva, avec son lit, à demi mort, devant les portes.” (Suet., Aug., 5.1 et 6.2-3).

  • 7 La précision aliquanto post quam excessit constitutum sert sans doute à la fois à souligner la sp (...)
  • 8 Hellegouarc’h 1987 se demande si cette dimension “surhumaine” d’Auguste chez Suétone, manifeste t (...)

6L’intention “mythificatrice” est tout à fait claire ici aussi : l’endroit a été transformé en sanctuaire (ubi nunc sacrarium habet7) ; les deux sentiments éprouvés par les visiteurs, l’horror et le metus, sont typiquement ceux provoqués par la rencontre avec un dieu ; et non seulement des règles religieuses strictes étaient appliquées dans cet endroit (huc introire nisi necessario et caste), mais une histoire fantastique a aussi été élaborée, afin de démontrer qu’une divinité y séjournait effectivement8.

  • 9 Sur l’importance de l’astrologie dans le discours impérial, cf. Schmidt 2005. Pour une présentati (...)
  • 10 Sur Auguste et le thème de l’Âge d’or, cf. Zanker 2006 [2003], 179-205.

7Ce n’est pas le seul point commun entre les deux passages. La naissance d’Auguste aussi contient une mystique du soleil, grâce à la précision sur l’heure où il est né, juste avant le lever du soleil (paulo ante solis exortum) : la lumière n’accueille pas le nourrisson, elle suit sa venue au monde. Cette idée est confirmée par les jeux astrologiques élaborés non autour de la date de cet événement, mais autour de celle de sa conception. Située mi-décembre, elle coincide avec le moment où les jours commencent à rallonger et où, par conséquent, la lumière chasse à nouveau l’obscurité du monde9. La date de naissance de Néron correspond à la même période, mais naturellement cette fois-ci. Auguste a donc, avant lui, développé une mystique solaire orientale, tout à fait adaptée au thème du retour de l’Âge d’or utilisé pour promouvoir son pouvoir personnel10, en élaborant un récit particulier de sa naissance et en jouant sur le calendrier.

  • 11 Vell. 2.36.1.
  • 12 Vell. 2.59.6.
  • 13 Krauss 1930, 67-71.
  • 14 Krauss 1930, 71 : “It is clear that an elevation to power and glory [...] was derived directly fr (...)
  • 15 Le qualificatif de “porphyrogénète”, revendiqué par les empereurs byzantins, signale la persistan (...)

8Si ces procédés ne datent donc pas du règne de Néron, il est difficile de savoir à quel moment ils sont apparus en lien avec Auguste. Le texte de Suétone témoigne de la rapidité de mise en place des sanctuaires dans les endroits liés au premier empereur, puisque celui sur son lieu de naissance serait apparu peu après sa mort. Or l’Histoire romaine de Velléius Paterculus célèbre, certes, sa venue au monde, en la présentant comme le second non mediocre decus du consulat de Cicéron11, mais sans aucune référence à une mystique solaire. En revanche, celle-ci est visible au moment de la mort de César : lorsque le jeune Octave revient à Rome, le disque rond du soleil donne l’impression de poser une couronne sur sa tête12. Il n’apparaît donc pas à la naissance de l’enfant, mais signale à l’assistance le glorieux destin du jeune homme. La mention de ce phénomène est singulière, car les présages liés au soleil sont en général peu nombreux en contexte romain13. Leur interprétation systématique en lien avec le pouvoir14 explique sans nul doute leur présence à propos de la naissance d’Auguste et, ensuite, de celle de Néron, peut-être en partie par imitatio Augusti15.

Attaques contre les parents

  • 16 Cf. par exemple le fameux discours de Marius dans le Bellum Iugurthinum de Salluste.
  • 17 Nous pensons ici aussi bien aux archives familiales des grandes gentes qu’aux laudationes funebre (...)
  • 18 Duchêne 2013.

9Un autre type de points communs réapparaissant d’un empereur à l’autre ne renvoie pas tant à des éléments fixes, comme la mention des mêmes présages ou le recours à la même symbolique, mais à une même pratique, consistant à attaquer systématiquement les parents du Prince, en particulier son père et sa mère. La première raison en est très simple : il s’agissait ainsi de mettre en doute sa légitimité politique, en diminuant l’auctoritas qu’il pouvait tirer de ses liens familiaux et de ce que ses ascendants avaient accompli avant lui. Cette manière de procéder n’est bien sûr pas propre à l’historiographie impériale : elle découle d’une pratique républicaine16, est peut-être en partie à l’origine des débuts de l’écriture de l’histoire à Rome17, et a continué sous le Principat, notamment avec la question du degré de proximité familiale avec Auguste18.

10Vitellius est un très bon exemple de la façon dont ce type d’attaques a marqué l’historiographie impériale, car elles sont très visibles à son sujet et permettent de voir comment nos deux auteurs les ont abordées. Comme il est en effet arrivé au pouvoir parce qu’il commandait aux légions de Germanie, les raisons pour lesquelles il avait été nommé à ce poste devenaient importantes pour la légitimation de son pouvoir. Or l’une d’entre elles était la carrière de son père, ainsi que le dit très explicitement Tacite :

Inferioris Germaniae legiones diutius sine consulari fuere, donec missu Galbae A. Vitellius aderat, censoris Vitellii ac ter consulis filius : id satis uidebatur.

“Les légions de Germanie Inférieure furent longtemps sans chef consulaire, jusqu’à l’arrivée d’Aulus Vitellius, envoyé par Galba. Il était le fils du Vitellius qui avait été censeur et trois fois consul : cela semblait suffisant.” (Tac., Hist., 1.9.1)

  • 19 Plutarque aussi met ce point très explicitement en avant dans le discours qu’il fait tenir aux lé (...)
  • 20 Suet., Vit., 7.5 : Aduenientem... exercitus... libens ac supinis manibus excepit, uelut dono deum (...)

11Vitellius n’a manifestement ici aucun mérite politique ou militaire pouvant le recommander à l’attention de Galba, mais il fallait un ancien consul à la tête de ces légions : faute de mieux, le fils qu’un homme ayant revêtu trois fois cette fonction ferait l’affaire19. C’est au point que Suétone, tout en évoquant par ailleurs ce “capital familial”20, mentionne des causes à la fois futiles et désobligeantes pour Vitellius à propos de cette nomination :

A Galba in inferiorem Germaniam contra opinionem missus est. Adiutum putant T. Vini suffragio, tunc potentissimi et cui iam pridem per communem factionis Venetae fauorem conciliatus esset ; nisi quod Galba prae se tulit nullos minus metuendos quam qui de solo uictu cogitarent ac posse prouincialibus copiis profundam gulam eius expleri, ut cuiuis euidens sit contemptu magis quam gratia electum.

“Galba l’envoya contre toute attente en Germanie Inférieure. On pense qu’il fut aidé par une recommandation de Titus Vinius, qui était alors très puissant et qu’il s’était concilié depuis longtemps déjà au moyen d’une commune faveur pour la faction des Bleus, si ce n’est que Galba déclara que personne n’était moins à craindre que ceux qui ne pensaient qu’à la nourriture et que les ressources de sa province pouvaient combler son profond appétit, de sorte qu’il est évident pour quiconque que ce fut plus par mépris plus que par faveur qu’il a été choisi.” (Suet., Vit., 7.1-2).

12Nulle mention, dans ce passage, du prestige politique du père de Vitellius : son fils obtient ce poste en Germanie Inférieure parce que ses goûts dans les courses de char lui avaient valu l’amitié de Titus Vinius, le puissant conseiller de Galba et/ou parce que ce dernier le considérait ouvertement comme totalement inoffensif, puisqu’il ne pensait qu’à manger. Suétone souligne l’évidence de ce mépris (Galba prae se tulit ; ut cuiuis euidens sit) et va jusqu’à déclarer explicitement que Vitellius fut contemptu magis quam gratia electum.

  • 21 Suet., Vit., 3.5.

13Pourquoi une telle insistance, si tout cela sautait aux yeux ? parce qu’il laisse dans l’ombre l’une des raisons de ce choix : la carrière du père de l’heureux élu. Le biographe est néanmoins tout à fait conscient de l’importance de cet élément, car il l’aborde lorsqu’il traite de la jeunesse de Vitellius, en déclarant que son séjour à Capri comme mignon de Tibère signa le début de l’élévation sociale de son père21. La perspective adoptée est donc presque l’inverse de celle de Tacite : ce n’est pas le fils qui doit sa carrière à son père, mais le père qui doit sa carrière à son fils. Dès lors, l’infamie d’avoir fait partie des scorta de Tibère et de se faire traiter de spintria, qui représente évidemment une tâche ineffaçable pour Vitelius (Suétone utilise l’expression perpetuo cognomine), retombe également sur son père. Sa carrière perd ainsi toute valeur et ce même si sa censure et son triple consulat ont eu lieu non sous Tibère, mais sous Claude.

  • 22 Cf. Tac., Hist., 3.86.1, sur la façon dont les héritiers des grandes familles aristocratiques rom (...)

14La façon dont Tacite aborde la question témoigne aussi de l’autre utilisation, là encore en lien avec les pratiques républicaines, qui est faite des références aux parents. Lorsqu’il dit, que Vitellius fit toute sa carrière nulla sua industria, sed cuncta patris claritudine, il établit également une comparaison entre le père et le fils : Vitellius a, pour ainsi dire, “déchu” par rapport à son père, puisqu’il n’a rien obtenu par son propre mérite22. Suétone est tout à fait explicite quant à cette utilisation des membres de la famille comme mesure des accomplissements et de la déchéance d’un empereur :

Pluris e familia cognosci referre arbitror, quo facilius appareat ita degenerasse a suorum uirtutibus Nero, ut tamen uitia cuiusque quasi tradita et ingenita rettulerit.

“Je juge qu’il importe de connaître davantage de membres de sa famille, afin qu’il apparaisse plus facilement que, de même que Néron a dégénéré des vertus des siens, de même il a cependant repris les vices de chacun d’eux, comme en héritage et par nature.” (Suet., Nero, 1.6)

  • 23 Il y a là un certain paradoxe : si la “nature familiale” est de faire le mal, pourquoi en faire l (...)
  • 24 Par exemple Tac., Ann., 1.4.3 : uetere atque insita Claudiae familiae superbia, “l’orgueil depuis (...)

15La perspective dans ce passage est double : la présentation des ancêtres de Néron n’est pas effectuée en soi, elle sert à montrer combien il s’est montré indigne des membres positifs de sa gens et a, à l’inverse, suivi l’exemple des membres négatifs. L’expression quasi tradita et ingenita est significative : l’empereur a suivi une sorte de “tradition familiale” (tradita), mais aussi sa nature propre (ingenita), que le rapprochement entre les deux participes présente implicitement comme découlant d’un “naturel familial”23. Cette idée d’un caractère hérité des ancêtres et donc d’un comportement typique des membres d’une même gens était présente dès l’époque républicaine, ainsi que le montrent les allusions tacitéennes à la “morgue claudienne” de Tibère24. De telles mentions n’ont donc pas pour unique objet d’attaquer politiquement un empereur en s’en prenant à ses ascendants, mais aussi d’annoncer narrativement le comportement qu’il adoptera. Cette double utilité explique sans doute la récurrence de ce type d’éléments.

Recours aux stéréotypes

  • 25 Devillers 1994, 134-141.

16L’utilisation qui est faite des références à la famille des différents empereurs esquisse l’existence de “types” familiaux : selon qu’on appartient à telle gens, qu’on descend de personnes ayant accompli telles actions, on se comportera et on agira d’une manière particulière. Plus généralement, notre corpus permet de déceler le recours à des stéréotypes plus ou moins apparents. Comme O. Devillers a déjà très bien étudié ceux qui se trouvent dans les Annales25, dont beaucoup portent sur les personnages secondaires, quasi absents chez Suétone, nous nous concentrerons ici sur ceux en lien direct avec la figure impériale.

Stéréotype du tyran

  • 26 Tac., Ann., 6.6.2 et Koestermann 1965, ad loc., p. 251. Platon n’est néanmoins pas désigné par so (...)
  • 27 Tac., Ann., 6.6.1. Tacite en cite un passage littéralement et insiste, en l’introduisant dans son (...)
  • 28 Suet., Tib., 67.1. Suétone est coutumier des citations de lettres, en particulier d’Auguste. L’im (...)

17Le stéréotype le plus visiblement à l’œuvre chez Tacite et Suétone est bien sûr celui du tyran. Il l’est même au point que les Annales comprennent une référence très claire à Platon26, à propos du dégoût de lui-même éprouvé par Tibère, après la citation d’une lettre pleine d’amertume de l’empereur au Sénat27, qui devait être particulièrement importante car son utilisation est commune avec la biographie de Suétone28. Dans les deux cas, ce document est utilisé pour prouver les tourments intérieurs éprouvés par Tibère et, dès lors, renforcer son portrait en empereur tyrannique : le renvoi explicite à Platon et la dernière phrase de l’extrait, en particulier l’adverbe quippe, montrent que le stéréotype du tyran pouvait être ouvertement appliqué à un personnage historique, sans crainte d’être accusé, par exemple, de biais ou de simplification par le lecteur.

  • 29 Chapitre 7, 290-293..
  • 30 Pour une étude générale du stéréotype du tyran chez Tacite, cf. Devillers 1994, 139-140, et, avec (...)
  • 31 Suet., Tib., 57.2-62.6 ; Cl., 34.1-6 ; Nero, 26.1-5, puis 35.1-37.6 ; Gal., 12.1-4 ; Vit., 14.1-5
  • 32 Suet., Tib., 46.1-49.2 ; Nero, 32.1-7 ; Gal., 12.5-13.1 ; Vit., 13.1-6.
  • 33 Suet., Tib., 43.1-45.2 ; Nero, 28.1-29.2 ; Gal., 22.2  ; Vit., 3.5-4.1. Cf. aussi chapitre 3, 101 (...)
  • 34 Suet., Tib., 63.1-65.6 ; Cl. 35.1-37.4.
  • 35 Dunkle 1971, 12-15.

18Nous étudierons en détail dans le chapitre 5 la façon dont ce procédé a été utilisé pour représenter les empereurs de notre corpus. Il suffira pour le moment de noter que ses caractéristiques sont partout évidentes, notamment chez Suétone, car son choix de la catégorisation29 les rend particulièrement saillantes30. Les mêmes rubriques reviennent ainsi tour à tour dans chaque biographie : cruauté31 ; avidité32 ; perversions sexuelles33 ; peur et dissimulation34. Cette récurrence n’est pas étonnante, car ce stéréotype apparaît dans les discours des orateurs romains dès la période républicaine35 : il ne s’agit donc pas d’une innovation de nos deux auteurs. En revanche, elle montre qu’il a immédiatement constitué une clé de lecture majeure pour les règnes des empereurs du ier siècle.

Stéréotype du bon général

  • 36 Suet., Tib., 41 ; Cl., 17.1-6 ; Nero, 18.1-2.
  • 37 Tac., Ann., 12.23.2-24.2. Il y a bien sûr certainement là une influence des récentes conquêtes de (...)
  • 38 Levick 1990, 137-149, en particulier p. 144.
  • 39 Tac., Hist., 1.4.2.

19Un peu moins visible, mais bien présent en arrière-plan, le stéréotype du bon général est néanmoins essentiel pour comprendre certains aspects des portraits impériaux, en particulier celui de Vitellius. La question de l’expansion de l’Empire était un point important de l’évaluation du règne d’un empereur, ainsi que le montrent, à nouveau, sa récurrence dans les biographies suétoniennes36 et l’excursus tacitéen sur le pomoerium dans les Annales37. B. Levick pense ainsi que Claude a entrepris la conquête de la Bretagne précisément pour acquérir une “stature impériale”, en s’emparant de nouveaux territoires et en dépassant César lui-même dans cette partie du monde38. À la mort de Néron s’est ajouté ce que Tacite a évoqué sous le nom d’imperii arcanum39, à savoir qu’un empereur pouvait être fait non par les sénateurs, à Rome, mais par les légions, dans les provinces. Le comportement du Prince ou du futur Prince avec les armées devenait dès lors un point crucial.

  • 40 Nous reviendrons plus loin sur la façon font la prise de pouvoir de Vitellius a été rapportée.
  • 41 Tac., Ann., 1.35.3-4.
  • 42 Woodman 1998 b.
  • 43 Pour un exemple de la façon dont Tacite utilise ce type de raisonnement pour reconstituer ce qui (...)

20Comme chef des légions de Germanie et, à ce titre, proclamé empereur par elles, Vitellius est tout particulièrement concerné par cette problématique, d’autant qu’il se heurte historiographiquement à un précédent, celui de Germanicus, qui, contrairement à lui40, a refusé le pouvoir que lui offraient ses soldats41. Chez Tacite, le rapprochement entre les deux hommes se traduit narrativement par une réutilisation de son récit de Vitellius visitant le champ de bataille de Bédriac, pour décrire la découverte, par Germanicus, du dernier camp occupé par Varus et ses légions, en 9 avant notre ère. A. J. Woodman démontre en effet que des éléments caractéristiques des deux épisodes, en particulier le fait que, à chaque fois, ce soient des vétérans qui fassent office de guides, ne peuvent être le fruit du hasard42. Il explique cette reprise par le fait que, les événements de Bédriac étant plus récents et donc bien mieux connus, la similitude de situations permettait de se représenter avec davantage de vraisemblance qui s’était passé à Teutobourg43 : il appelle ce procédé “imitation substantielle” (substantive imitation) et pense que l’éloignement des scènes permettait une telle reprise sans que le lecteur en soit offusqué.

  • 44 Le rapprochement se trouvait peut-être déjà dans les Bella Germaniae de Pline l’Ancien.

21Cette “superposition” montre également que, au moins dans l’esprit de Tacite44, les deux hommes étaient associés. Or le traitement par Suétone de la visite de Vitellius à Bédriac conduit aussi à des rapprochements entre eux :

Vtque campos, in quibus pugnatum est, adit, abhorrentis quosdam cadauerum tabem detestabili uoce confirmare ausus est “optime olere occisum hostem et melius ciuem”. Nec eo setius ad leniendam grauitatem odoris plurimum meri propalam hausit passimque diuisit. Pari uanitate atque insolentia lapidem memoriae Othonis inscriptum intuens “dignum eo Mausoleo” ait pugionemque, quo is se occiderat, in Agrippinensem coloniam misit Marti dedicandum.

“Et lorsqu’il se rendit sur les champs où l’on a combattu, comme certains s’éloignaient avec horreur des cadavres en décomposition, il osa les affermir avec ces mots abominables : “mort, un ennemi sent parfaitement bon et mieux encore un concitoyen”. N’en cherchant pas moins à atténuer la pénibilité de l’odeur, il vida ostensiblement une très grande quantité de vin et en fit distribuer partout. Avec une égale vanité et insolence, considérant la pierre gravée à la mémoire d’Othon, il déclara qu’il était digne de ce Mausolée et envoya à Cologne le poignard avec lequel il s’était tué, pour qu’il soit dédié à Mars.” (Suet., Vit., 10.4-6)

  • 45 Jal 1962.
  • 46 Suet., Otho, 10.3 ; Tac., Hist., 2.47.3 (cette idée se trouve dans un discours recomposé par l’hi (...)

22Cette description insiste sur l’impiété et l’irrespect de Vitellius à l’égard des morts : il se réjouit de voir les cadavres de ses concitoyens, s’enivre comme s’il se trouvait dans un lieu quelconque et se moque d’Othon. Le poignard qu’il dédie à Mars n’est dès lors pas un acte de piété : il n’y a pas lieu de remercier les dieux pour une guerre fratricide, tout comme il était choquant de se réjouir de morts dues à une guerre civile45, et ce alors que ce serait pour éviter de nouveaux massacres de ce type qu’Othon se serait suicidé46. Un début de bon comportement lui est pourtant montré par des hommes de sa suite, qui ne réussissent pas à supporter l’odeur des cadavres en décomposition : le verbe abhorrescere, utilisé alors par Suétone, témoigne qu’il y avait aussi dans cet éloignement une certaine horreur religieuse. Le mot de Vitellius a d’ailleurs pour but de les confirmare, de les affermir, et non simplement de relativiser l’odeur. Cette scène donne, par contre-coup, du relief à une remarque en apparence anodine que le biographe avait faite à propos de Germanicus, dans la biographie de son fils Caligula :

Sicubi clarorum uirorum sepulchra cognosceret, inferias Manibus dabat. Caesorum clade Variana ueteres ac dispersas reliquias uno tumulo humaturus, colligere sua manu et comportare primus adgressus est.

“S’il apprenait que quelque part se trouvaient des tombeaux d’hommes célèbres, il offrait un sacrifice à leurs Mânes. Comme il avait l’intention d’enterrer dans un seul tumulus les restes vieillis et dispersés de ceux qui étaient tombés lors de la défaite de Varus, il fut le premier à entreprendre de les ramasser et de les porter ensemble de ses propres mains.” (Suet., Cal., 3.5-6)

23Il s’agit à nouveau des morts de Teutobourg et la situation est bien sûr sensiblement différente de celle de Bédriac : non seulement les cadavres ont depuis longtemps fini de se décomposer, mais ils ne sont pas non plus tombés à cause d’une guerre civile, bien qu’ils restent des concitoyens. Néanmoins, le comportement de Germanicus contraste par son respect des morts, dont il ramasse les ossements de ses propres mains (colligere sua manu), montrant l’exemple à ses troupes en étant le premier à accomplir cette tâche (primus adgressus est). Dès lors, la mention qui précède de ses sacrifices systématiques sur les tombeaux d’hommes célèbres peut faire écho aux moqueries de Vitellius devant la pierre célébrant la mémoire d’Othon.

  • 47 Devillers 2005. Il abordait déjà la question dans Devillers 1994, p. 137-139, mais ne parlait alo (...)
  • 48 Tac., Ann., 13.35.1, puis 13.35.3-4.
  • 49 Tac., Ann., 11.18.2-3, où des soldats sont exécutés pour n’avoir pas porté leurs armes pendant qu (...)
  • 50 Koestermann 1967, ad loc., p. 302 : “Demgegenüber [scil. la focalisation sur la personnalité de C (...)
  • 51 Suet., Tib., 18.3-19.1, mais aussi Vell. 2.114.1-3, même s’il est évidemment très peu étonnant de (...)
  • 52 Suet., Tib., 19.1.
  • 53 Tac., Ann., 2.13.1.
  • 54 On peut se demander si le fait qu’ils soient également à la veille d’une offensive importante ne (...)

24Ce qui se dessine ici est plus que l’opposition entre deux hommes, car il y a manifestement une bonne et une mauvaise manière de se conduire lorsqu’on est à la tête des légions. O. Devillers a bien montré qu’un stéréotype du bon général s’était formé à Rome dès la période républicaine et a analysé, à travers l’exemple du beau-père de Tacite, dans la Vie d’Agricola, comment la figure du Prince avait amené à repenser en partie ce modèle47. L’historien joue beaucoup de cette dimension pour développer ses portraits positifs des grands généraux de l’époque impériale, comme avec Corbulon, qui, au début de sa campagne d’Orient, rétablit de manière extrêmement sévère la discipline parmi ses troupes, au point de les mutiler ou de les tuer à cause du froid48. Il pourrait donc être blâmé pour le traitement inhumain qu’il leur fait subir, d’autant que ce n’est pas la première fois qu’il est dépeint dans une telle situation49. Ce n’est cependant pas le cas, car il partage lui-même tout ce qu’il inflige à ses troupes, accentuant même la dureté de sa condition en se vêtant légèrement et en ne se couvrant pas la tête. C’est donc le portrait d’un chef pratiquant l’ancienne disciplina romaine qui est fait ici, non celui d’un homme cruel50. L’exemple de l’ascension de Vespasien jusqu’au pouvoir suprême indique combien cette rhétorique n’est pas innocente, politiquement parlant, car elle n’a pas pour seul effet de louer le comportement d’un officier de haut rang, mais le désigne aussi comme un possible candidat à l’Empire, d’où la malveillance quasi systématique des empereurs pour ce type de figures. Une fois acquis, ce renom devait être très difficile à attaquer, car même l’exécrable réputation de Tibère et les multiples attaques qui le visent dans l’historiographie postérieure à son règne n’ont pu effacer ce trait, ainsi qu’en témoigne un passage de Suétone, où le futur empereur, encore comme “simple” général d’Auguste, présente les mêmes caractéristiques que Corbulon dans les Annales51 : il apparaît comme un général “à l’ancienne” (ses punitions sont notamment ex antiquitate reperitis, “remises en vigueur selon l’usage ancien”), vivant simplement et accessible en cas d’explications, mais aussi sévère avec ses soldats, y compris les officiers. On retrouve également le motif de l’anecdote démontrant cette intransigeance, avec une punition presque excessive au vu de la faute commise52. La figure de Germanicus a très certainement aussi bénéficié de ce stéréotype. Tacite insère en effet, dans les discussions des légionnaires que leur chef écoute en cachette à la nuit tombée, des éléments qui font référence à ces caractéristiques : on loue sa noblesse, sa décence, son endurance et son affabilité53. Le motif n’est donc pas pleinement développé, peut-être parce que le portrait tacitéen du fils adoptif de Tibère est parfois ambivalent, mais il présente clairement les louanges qui lui sont faites : l’évocation de sa patientia renvoie à un partage commun avec les soldats des difficultés de la vie militaire et sa comitas implique qu’il est accessible aux simples légionnaires qui parlent ici. Par ailleurs, le fait qu’il soit toujours d’un esprit égal montre qu’il ne feint pas ce comportement, tout comme la situation narrative où cet éloge est inséré en signale la sincérité, puisque les soldats ne savent pas que leur général est en train d’écouter ce qu’ils disent54.

  • 55 Cet anti-τόπος n’est bien sûr pas une invention de Tacite et Suétone : on le retrouve notamment c (...)

25Au regard de ces exemples, Vitellius apparaît dès lors comme une sorte d’anti-τόπος du bon général55 : il passe son temps en banquets fastueux et mine une discipline déjà mise à mal par une insubordination latente, en levant les punitions et accordant aux soldats tout ce qu’ils désirent. De même que pour le stéréotype, ce retournement a une visée politique, car ce qui doit être discrédité n’est vraisemblablement pas tant les qualités de général de Vitellius que sa proclamation “spontanée” par ses soldats. Alors qu’elle pourrait être considérée comme la preuve de son talent militaire, comme c’est le cas pour Germanicus à la mort d’Auguste, elle est discréditée par l’accent mis sur sa démagogie  : les soldats de Germanie ne l’ont pas acclamé parce qu’ils voyaient en lui un capax imperii, appliquant et mettant en pratique pour lui-même l’antiqua disciplina, mais parce qu’ils voulaient continuer à vivre dans le loisir le plus complet. Le stéréotype du bon général peut donc aussi bien être utilisé “en plein” pour favoriser une figure que “en creux”, pour la dévaloriser.

Stéréotype de la victime

  • 56 Keitel 2009, 135 : “Tacitus at times uses the dignified deaths of Nero’s victims (...) to underli (...)

26La même idée de caractérisation “en creux” m’amène à inclure dans cette liste le stéréotype de la victime, car il fait ressortir d’autant plus visiblement le caractère tyrannique du comportement impérial56. Des constantes peuvent en effet être mises au jour dans la façon dont les morts de différentes personnes sont relatées, avec, la plupart du temps, une insistance sur leur innocence et leur impuissance, qui leur fait perdre souvent tout caractère actif. La façon dont Tacite relate l’exécution d’Octavie en est un bon exemple :

Ac puella uicesimo anno inter centuriones et milites, praesagio malorum iam uitae exempta, nondum tamen morte adquiescebat. Paucis dehinc interiectis diebus mori iubetur, cum iam uiduam se et sororem tantum testaretur communesque Germanicos et postremo Agrippinae nomen cieret, qua incolumi infelix quidem matrimonium sed sine exitio pertulisset. Restringitur uinclis uenaeque eius per omnis artus exoluuntur ; et quia pressus pauore sanguis tardius labebatur, praeferuidi balnei uapore enecatur. Additurque atrox saeuitia quod caput amputatum latumque in urbem Poppaea uidit.

“Mais cette jeune fille de vingt ans, entourée de centurions et de soldats, qui, prévoyant ses malheurs, avait déjà perdu sa vie, ne trouvait cependant pas encore le repos dans la mort. Après un intervalle de quelques jours, on lui ordonne de mourir, alors qu’elle attestait être déjà privée de mari et seulement sa sœur et qu’elle mettait en avant les Germanicus qu’ils avaient en commun et, pour finir, le nom d’Agrippine, du vivant de laquelle elle avait supporté un mariage certes malheureux, mais sans danger pour sa vie. On l’enserre dans des chaînes et on lui ouvre les veines à toutes les articulations ; et parce que son sang, retenu par la peur, coulait trop lentement, on finit de la tuer avec la vapeur d’un bain très chaud. On ajoute cette cruauté atroce que sa tête fut amputée et portée à Rome, pour que Poppée la voie.” (Tac., Ann., 14.64.1-2)

  • 57 Au sens certes actif, mais dont les formes font écho aux vrais passifs du texte.
  • 58 Keitel 2009, p. 131, rapproche cette présentation de l’Antigone de Sophocle.
  • 59 n. 1, 126 de l’édition CUF et Syme 1958, 746.
  • 60 Suétone insiste surtout sur la fausseté des accusations portées contre Octavie et ne donne pas de (...)

27Dans ce passage, Octavie tente de faire changer Néron d’avis, en soulignant le peu d’importance de son statut (cum iam se uiduam et tantum sororem testaretur) et invoquant le souvenir de leurs ancêtres communs, Drusus I et son fils Germanicus (communes Germanicos... cieret). Elle va même jusqu’à rappeler l’attitude d’Agrippine à son égard (qua incolumi infelix quidem matrimonium sed sine exitio pertulisset), dernier recours désespéré dont la maladresse rend visible l’impuissance de cette argumentation. Ces arguments soulignent en effet qu’Octavie n’avait ni rang, ni soutien et était donc politiquement assez facile à éliminer. Il n’est dès lors pas étonnant que presque tous les verbes de cet extrait soient des passifs (iubetur, restingitur, exoluuntur, pressus, enecatur, amputatum, latum) ou des déponents (testaretur, labebatur)57. La jeune femme peut tenter ce qu’elle veut, elle est déjà une victime, presque morte avant même d’avoir été tuée (praesagio malorum iam uitae exempta)58. Le fait que Tacite la rajeunisse59 accentue cette qualité : plus elle est jeune, plus elle attire la pitié et plus la condamnation de son bourreau est grande. Qu’il s’agisse d’une véritable erreur ou non, elle servait sans aucun doute l’objectif narratif de l’historien. Il y a d’ailleurs manifestement eu surenchère de développements pathétiques à propos de cet épisode, puisqu’une version ajoutait même que sa tête amputée avait été présentée ensuite à Poppée (cf. additur atrox saeuitia...)60.

  • 61 Tac., Ann., 14.58.1, puis 14.59.1-2.
  • 62 Sur l’ambiguïté de certaines morts des victimes de Néron, cf. Keitel 2009, 138-141.
  • 63 Sur ces suicides, cf. Grisé 1982. Sur la façon dont ces morts étaient typiques de la mentalité ro (...)

28Certaines victimes le sont à part entière, comme Octavie, mais en acceptant pleinement leur destin, ce qui enlève une part de passivité à leur comportement. En apprenant les intentions homicides de Néron, Rubellius Plautus, qui avait déjà été exilé en Asie, décide de continuer sa vie comme si de rien n’était, jusqu’à ce que ses bourreaux arrivent61. Cette mort pose un certain nombre de questions quant aux motivations de Rubellius de ne pas réagir : conviction de n’avoir aucune chance, dégoût d’une vie entre espoir et abattement, désir de protéger sa famille, tromperie ou décision philosophique62. Un point est toutefois certain, que Tacite souligne par l’adverbe certe : il n’a rien fait pour se défendre et s’est laissé exécuter, alors qu’il était tout à fait en condition physique pour lutter contre le centurion envoyé par Néron, puisqu’il faisait de l’exercice. Il s’agit donc bien là d’un choix et non d’une action subie. Ce type de mort est assez fréquent, en particulier chez les accusés de maiestate, qui préfèrent se suicider sans attendre une sentence certaine63.

  • 64 Sur cette influence chez Tacite, cf. Marx 1937. Sur les exitus en général, cf. Ronconi 1940.
  • 65 Pour une attestation littéraire de l’existence de ce type de récit, cf. Tac., Agr., 2.1. Cf. auss (...)
  • 66 Tac., Ann., 15.60.2-64.4 pour Sénèque et Tac., Ann., 16.34.1-35.2 pour Thraséa.
  • 67 Les références à la mort de Socrate sont également nombreuses dans ce passage : ingestion de cigu (...)
  • 68 Tac., Hist., 3.81.1. Pline l’Ancien cite un Coeranus qu’il qualifie de philosophe, en N.H. 2 inde (...)
  • 69 Sur la dimension tragique, également, de la mort des victimes d’empereurs en général, cf. Galtier (...)

29Une telle récurrence témoigne sans aucun doute de l’influence des récits d’exitus64, recueils qui ne nous sont pas parvenus, mais dont on sait qu’ils relataient les morts des victimes des “mauvais” empereurs, tels Tibère ou Néron65. Les morts de philosophes, notamment, s’appuient très visiblement sur un stéréotype sous-jacent. En effet, tout comme Rubellius Plautus, ni Sénèque, ni Thraséa Paetus ne se rebellent ou ne s’insurgent contre leur destin66 : ils restent calmes, maîtres d’eux-mêmes, et décident de se suicider plus qu’ils n’en reçoivent l’ordre. Le comportement de Sénèque apparaît ainsi comme l’exact opposé de celui d’Octavie, alors qu’il présente exactement les mêmes éléments : artères tranchées, sang coulant trop lentement, immersion dans de l’eau très chaude, mort par suffocation au moyen de la vapeur. La perspective, pourtant, est totalement différente, car Sénèque est toujours moteur de l’action : il a même la présence d’esprit de convaincre sa femme de passer dans une autre pièce et de dicter un dernier discours à ses secrétaires. Il s’agit donc bien d’une mort stoïcienne par excellence67, parfaitement maîtrisée et acceptée, tout comme Rubellius Plautus continue le cours ordonné de sa vie jusqu’à l’arrivée du centurion. Il n’est dès lors pas étonnant qu’une des explications de son refus de réagir implique deux philosophes, le Grec Coeranus et l’Étrusque Musonius, dont le second était connu pour être stoïcien68. S’applique là, par conséquent, un schéma narratif sous-jacent, propre à un type particulier de récit et réutilisé par Tacite69.

  • 70 C’est pourquoi Devillers 2003, 43-45, compte très justement les récits d’exitus parmi les types d (...)

30L’influence de tels ouvrages dans l’élaboration des œuvres de notre corpus n’est pas étonnante, pour deux raisons. Il s’agissait tout d’abord très certainement de sources d’informations majeures sur des événements pour lesquels le discours officiel était plus que douteux70. Ensuite, ils correspondaient aussi parfaitement à la perspective que nos deux auteurs voulaient adopter. La Vie d’Agricola, qui n’est pas un exitus, mais s’en rapproche à sa fin, montre bien comment la mort d’un haut personnage pouvait être utilisée pour noircir le portrait de l’empereur sous lequel il avait vécu :

Finis uitae eius nobis luctuosus, amicis tristis, extraneis etiam ignotisque non sine cura fuit ; uulgus quoque et hic aliud agens populus et uentitauere ad domus et per fora et circulos locuti sunt ; nec quisquam audita morte Agricolae aut laetatus est aut statim oblitus. Augebat miserationem constans rumor ueneno interceptum : nobis nihil comperti adfirmare ausim. Ceterum per omnem ualetudinem eius crebrius quam ex more principatus per nuntios uisentis et libertorum primi et medicorum intimi uenere, siue cura illud siue inquisitio erat. Supremo quidem die momenta ipsa deficientis per dispositos cursores nuntiata constabat, nullo credente sic adcelerari quae tristis audiret. Speciem tamen doloris animi uultu prae se tulit, securus iam odii et qui facilius dissimularet gaudium quam metum.

“La fin de sa vie, qui nous plongea dans le deuil et ses amis dans la tristesse, ne passa pas non plus inaperçue même pour des étrangers et des inconnus ; la foule aussi et ce peuple qui s’intéresse à autre chose à la fois vinrent souvent à sa maison et en parlèrent par les forums et les cercles ; et personne, en apprenant la mort d’Agricola, ne s’en réjouit, ni ne l’oublia immédiatement. La compassion était aussi accrue par la rumeur constante qu’il avait été éliminé au moyen d’un poison : comme nous n’avons rien d’attesté, je n’oserais pas l’affirmer. Toutefois, durant toute sa maladie, plus fréquemment que selon la coutume du principat, Domitien usa comme intermédiaires des envoyés qui lui rendaient visite et les premiers de ses affranchis et les plus proches de ses médecins vinrent le voir, soit parce qu’il s’en souciait, soit pour l’espionner. Du moins, le dernier jour, c’était un fait que les étapes de son agonie lui étaient annoncées grâce à un relais de coureurs et personne ne croyait qu’une telle hâte était pour des nouvelles qui l’auraient attristé. Il mit cependant ostensiblement une apparence de chagrin sur son visage, désormais tranquille sur l’objet de sa haine et en homme qui dissimulait plus facilement sa joie que sa peur.” (Tac., Agr., 43.1-5)

  • 71 Pour Dorey 1960, 70-71, Agricola aurait été en réalité victime d’une sorte de burn-out, qui expli (...)

31Ce paragraphe repose sur un contraste : d’un côté, l’affliction que provoque l’annonce de la mort d’Agricola, même chez des étrangers et des gens qui ne le connaissaient pas personnellement ; de l’autre, la joie ressentie par Domitien à cette même nouvelle. Tacite refuse explicitement d’affirmer que son beau-père a été assassiné (nobis nihil comperti adfirmare ausim), mais la progression du texte amène le lecteur à considérer que c’est bel et bien le cas : la raison des visites fréquentes de proches de l’empereur laisse tout d’abord à ce dernier le bénéfice du doute (siue cura siue inquisitio erat), mais, par la suite, la mise en place d’un relais de coureurs est présentée comme un fait attesté (constabat), ce qui donne par contre-coup davantage de force à l’ablatif absolu qui suit (nullo credente...) : si tout le monde pense que Domitien n’aurait pas mis cela en place s’il était attristé – et nous avons vu que le verbe credere apparaît en général lorsqu’il s’agit d’une source bien informée, car proche du pouvoir –, l’attestation d’un tel dispositif confirme aussi la joie de l’empereur et non sa préoccupation. Dès lors, toute réserve est inutile et c’est un indicatif qui parle de sa dissimulation (speciem doloris animi uultu prae se tulit) : pourquoi ressentir une telle joie et avoir fait surveiller Agricola d’aussi près, si ce n’était pour s’assurer de l’exécution d’un plan prévu à l’avance71 ?

  • 72 Suet., Dom., 11.1-4.
  • 73 Cf. l’introduction d’E. de Saint-Denis pour son édition de la CUF, p. v-vi, pour les arguments en (...)
  • 74 Pline le Jeune aborde également, dans son Panégyrique de Trajan, la question de la cruauté et de (...)

32Domitien est dépeint ici sous les traits d’un personnage cruel et dissimulateur, cachant sous une fausse sollicitude (visites fréquentes de ses proches à Agricola, envoi de ses médecins personnels) ses desseins meurtriers. Or, dans sa biographie, Suétone reprend exactement les mêmes caractéristiques72 : à chaque fois que l’empereur envisage de faire mettre quelqu’un à mort, il redouble de bienveillance apparente, tout comme il feignait de se préoccuper de la santé de son général. Ces deux passages témoignent ainsi de l’existence d’une sorte de vulgate de cruauté à son propos et ce très tôt, car la Vie d’Agricola date de la fin du bref règne de Nerva ou du tout début du règne de Trajan73. Tacite est donc vraisemblablement un des premiers contributeurs à son élaboration74 et Suétone, s’appuyant sur son premier opuscule et/ou sur le récit d’autres exitus célèbres survenus à cette époque, l’a reprise dans son portrait de Domitien. Ce type de comportement dépasse néanmoins le cas du dernier Flavien, car il apparaît aussi presque à l’identique lorsque Vitellius décide de se débarrasser de Junius Blaesus :

Trepidanti inter scelus metumque, ne dilata Blaesi mors maturam perniciem, palam iussa atrocem inuidiam ferret, placuit ueneno grassari. Addidit facinori fidem notabili gaudio, Blaesum uisendo. Quin et audita est saeuissima Vitellii uox, qua se - ipsa enim uerba referam - pauisse oculos spectata inimici morte iactauit.

“Vitellius tremblait entre le crime et la crainte ; pour que la mort de Blaesus, s’il la différait, ne fût pas cause pour lui d’une prompte ruine ou, s’il l’ordonnait publiquement, d’une haine atroce, il décida de procéder par le poison. Il ajouta la confirmation de son forfait par sa joie remarquable, en allant rendre visite à Blaesus. Bien plus, on entendit aussi cette phrase très cruelle de Vitellius, par laquelle - je cite en effet ses propres mots - il se vanta de s’être repu les yeux en assistant à la mort de son ennemi personnel.” (Tac., Hist., 3.39.1)

  • 75 Keitel 2009, 134 : “Other victims of Nero summon up a composure in their last moments that reflec (...)

33On retrouve ici la décision d’empoisonner un possible rival pour que son élimination soit la plus discrète possible, ainsi que le fait que l’empereur ne peut s’empêcher ni d’aller visiter sa victime (Blaesum uisendo), afin de vérifier que tout se passe comme prévu, ni de laisser voir sa joie (notabili gaudio) devant son agonie. Il y a ainsi manifestement là un topos à l’œuvre : des visites fréquentes de l’empereur à un éventuel concurrent malade sont un signe de malveillance plus ou moins dissimulée, trahie par sa joie à l’annonce de sa mort. La récurrence de ces traits montre que le stéréotype de la victime est lié à celui du tyran, qu’il renforce en s’y opposant75.

Dramatisation du récit

La spirale meurtrière des empereurs

  • 76 Notamment en Tac., Ann., 16.16.1-2.
  • 77 Suet., Vit., 13.1.
  • 78 Suet., Vit., 14.1.
  • 79 Suet., Vit., 14.2. Sur les sérieux problèmes financiers de Vitellius, notamment au moment de rejo (...)
  • 80 Suet., Vit., 14.4.
  • 81 Suet., Vit., 14.5.
  • 82 Suet., Vit., 14.7.
  • 83 Cf. supra.
  • 84 p. 139-140.
  • 85 Suet., Vit., 14.2.
  • 86 Suet., Vit., 14.2.
  • 87 Sur le fait que seuls les mauvais empereurs étaient désignés dans les testaments comme co-héritie (...)
  • 88 Suet., Vit., 14.4.
  • 89 Tac., Hist., 2.64.2.
  • 90 Tacite ne prend pas parti à ce sujet et parle simplement d’opportuna morte, en Tac., Hist., 3.67. (...)
  • 91 Sur le présupposé chronologique présidant à l’organisation des catégories suétoniennes, cf. chapi (...)

34Les victimes d’empereurs amènent à élargir le cadre des éléments-types récurrents dans notre corpus. En effet, si elles mettent en évidence l’existence d’un stéréotype inspiré du stoïcisme, le comportement de la personne exécutée sert plus largement à condamner celui du Prince, en dramatisant le récit par la création d’un effet d’accumulation : la répétition d’un même schéma donne ainsi l’impression d’une multiplication de morts semblables, attirant l’attention sur le nombre plus que sur le motif de l’exécution. Le fait est que nos deux auteurs ne cherchent pas uniquement à relater les éliminations de divers opposants, sérieux ou fantasmés : leur but est également de donner au lecteur l’impression d’une spirale meurtrière plus générale, entraînant l’empereur toujours plus loin dans le crime. Tacite souligne ainsi régulièrement l’abondance de morts dans les Annales, en s’excusant de la monotonie que leur succession confère à son récit76. Mais c’est surtout la structure catégorielle adoptée par Suétone qui met le mieux en évidence cet effet, en particulier pour Tibère, Néron et Vitellius. Il serait trop long de citer et d’étudier ici les deux premiers exemples, car les différentes morts qu’ils contiennent sont souvent relatées avec de nombreux détails. Le passage correspondant du Vitellius, en revanche, tout en restant représentatif, est plus bref, ce qui permet de voir précisément comment procède le biographe. Traitant de la cruauté de l’empereur, ce chapitre se situe, dans le Vitellius, juste après celui sur sa gloutonnerie effrénée, caractéristiques présentées par Suétone comme ses principaux vices77. Il met alors en place une gradation ascendante qui part des personnes ayant éventuellement pu imaginer s’emparer du pouvoir, jusqu’à celles qui n’en étaient absolument pas susceptibles. Sont ainsi successivement abordés : les hauts aristocrates proches de l’empereur (nobiles uiros, condiscipulos et aequales)78 ; ses divers créanciers (faeneratorum et stipulatorum publicanorumque)79, qui auraient pu lui susciter des rivaux afin de récupérer leur argent d’une manière ou d’une autre ; des plébéiens (quosdam et de plebe)80 ; des astrologues et des mauvais plaisants (uernaculis et mathematicis)81, qui remettaient en cause son autorité ; enfin, sa propre mère (suspectus et in morte matris fuit)82. À chaque évocation est associé un autre vice. Pour les proches, c’est la dissimulatio, avec un épisode qui rappelle fortement le récit par Tacite de la mort de Junius Blaesus83 : Suétone surenchérit, cette fois, en ajoutant que c’est l’empereur lui-même qui tend la potion empoisonnée à sa future victime. Une telle hypocrisie est due au statut des personnes visées, comme l’expliquait très bien le passage des Histoires cité plus haut84 : une attaque frontale risquait de provoquer la haine de l’opinion publique, alors que ce n’était pas le cas des créanciers, eux-mêmes assez communément haïs. Vitellius ne prend donc aucune précaution avec eux et ce sont dès lors des exemples de cruauté qui se succèdent : yeux “repus” par la mort de l’un d’eux85 ; fils d’un autre exécutés en même temps que leur père86 ; chevalier égorgé avec son affranchi, car il avait osé l’inscrire comme co-héritier avec l’empereur87. Les trois mentions suivantes à la fois mettent en avant l’absurdité des morts qu’elles contiennent et annoncent déjà la chute de Vitellius, dont le récit commencera au paragraphe suivant. Des plébéiens sont ainsi exécutés seulement parce qu’ils ont mal parlé de la faction que Vitellius soutenait aux courses de chars : il aurait considéré qu’ils se le permettaient par mépris et conviction qu’un changement politique était à venir (contemptu et noua spe id ausos opinatus)88. Son acharnement sur les mauvais plaisants et les astrologues provient sans doute des mêmes raisons, mais, comme Suétone ne parle que du libelle qui parut en réaction et non des motifs de cette décision, ils semblent n’avoir rien fait auparavant. Enfin, la mère de l’empereur était connue pour avoir toujours considéré l’ascension de son fils au pouvoir suprême comme une calamité pour sa famille89 et Suétone propose deux causes de sa mort, tout autant négatives pour son fils : soit elle est éliminée par Vitellius et la cruauté de ce dernier atteint son paroxysme ; soit c’est elle qui décide de mourir taedio praesentium et imminentium metu et il y a là aussi une annonce de la chute à venir90. Aucun de ces assassinats, sauf le dernier, n’est daté avec précision, de sorte qu’il en ressort une impression d’accumulation et de spirale meurtrière se mettant en place dès le début du règne, pourtant bref, de Vitellius. Le présupposé chronologique à la présentation du matériau91 provoque un sentiment de crescendo, culminant, juste avant la chute, avec la mort de la mère de l’empereur.

  • 92 Suet., Vit., 6.1-2 : Vxorem habuit Petroniam consularis uiri filiam et ex ea filium Petronianum c (...)

35Il n’est dès lors pas étonnant que ce soit la version où cette dernière est assassinée que Suétone reprenne plus ou moins à son compte avec un suspectus fuit : c’est le meurtre qui parachève la logique du paragraphe et non le suicide, dont l’idée est mise à distance par un alii tradunt. Un autre facteur entre aussi en jeu à propos des membres de la famille proche des empereurs : une tendance à imputer à ces derniers tous les décès est en effet nettement perceptible, qu’elle soit reprise ensuite par nos deux auteurs ou non. Le biographe présente ainsi également Vitellius comme l’assassin de son fils d’un premier lit, afin de récupérer son héritage, avec une mise en scène qui n’est pas sans rappeler la version officielle de la mort d’Agrippine II92. Ce procédé est aussi visible chez Tacite, lorsqu’il réfute une implication de Tibère dans le décès de son fils Drusus :

Haec uulgo iactata, super id quod nullo auctore certo firmantur, prompte refutaueris. (...) Sed, quia Seianus facinorum omnium repertor habebatur, ex nimia caritate in eum Caesaris et ceterorum in utrumque odio quamuis fabulosa et immania credebantur, atrociore semper fama erga dominantium exitus.

“Cette histoire, communément rapportée, non seulement n’est soutenue par aucun auteur certain, mais aussi peut être promptement réfutée. (...) Mais parce qu’on considérait Séjan comme l’inventeur de tous les crimes, à cause de l’affection excessive que César avait pour lui et de la haine que tous les autres éprouvaient pour eux deux, on croyait à des histoires malgré leur caractère fabuleux et monstrueux, la rumeur publique étant toujours plus atroce quand meurent les dirigeants.” (Tac., Ann., 4.11.1-2)

  • 93 p. 74.

36Comme il a été montré au chapitre 293, Tacite use, dans ce passage, de très nombreux termes désignant des sources, car son but est de décrédibiliser le plus possible cette version de l’histoire où Tibère empoisonne personnellement Drusus sur la foi d’insinuations de Séjan. Sa remarque sur Seianus omnium facinorum repertor indique que les empereurs n’étaient pas les seuls à être accusés de toutes les morts : des personnages très proches du pouvoir, tel le tout puissant conseiller du deuxième empereur, pouvaient l’être aussi. Un passage de Suétone concernant, cette fois-ci, le fils de Claude issu d’un de ses premiers mariages confirme ce procédé :

Drusum Pompeis impuberem amisit, piro per lusum in sublime iactato et hiatu oris excepto strangulatum, cum ei ante paucos dies filiam Seiani despondisset. Quo magis miror fuisse qui traderent fraude a Seiano necatum.

“Il perdit Drusus encore enfant à Pompéi, étranglé par une poire que, par jeu, il lançait en l’air et rattrapait avec sa bouche ouverte, quelques jours après avoir été fiancé à la fille de Séjan. C’est pourquoi je m’étonne davantage qu’il y ait eu des gens pour rapporter qu’il avait été tué par une ruse de Séjan.” (Suet., Cl., 27.2)

  • 94 Séjan lui-même n’obtiendra pas l’autorisation d’épouser Livilla, la veuve de Drusus II.
  • 95 Galtier 2011, 219-220, à propos de Néron : “tous ces crimes paraissent s’enchaîner pour ne plus f (...)

37La “surprise” de Suétone montre bien que certains auteurs imputaient à Séjan toutes les morts survenues de près ou de loin dans la famille impériale, même lorsque son implication devenait absurde, suivant certainement des tendances historiographiques apparues dès la chute du conseiller de Tibère. Claude n’était certes pas, à l’époque, un membre prestigieux et respecté de la domus Augusta, mais être fiancée à son fils représentait une ascension sociale inédite pour la fille d’un chevalier, fût-il préfet du prétoire et très proche de l’empereur94 : il n’avait donc aucun intérêt à éliminer le jeune homme. Cette tendance à attribuer aux détenteurs du pouvoir tous les décès plus ou moins suspects dans leur entourage est donc bien attestée. Elle explique, à son tour, les morts qui semblent se précipiter autour d’eux tout au long de leur règne, ce qui contribue, en plus du comportement des victimes et de celui de l’empereur, à une impression d’enfoncement dans le crime et l’horreur95.

  • 96 Tac., Hist., 3.39.1.
  • 97 Suet., Vit., 14.2.
  • 98 Cf. le pauisse oculos spectata inimici morte iactauit de Tacite et le uelle dicens pascere oculos(...)

38Il n’est dès lors pas étonnant de constater une accentuation du caractère horrible de la scène par l’ajout de détails. Dans le récit de la mort de Blaesus, Tacite glisse un élément supplémentaire, sortant cette fois du cadre topique mis en évidence : Vitellius aurait en outre déclaré s’être repu les yeux de la mort de son rival96. L’historien est absolument affirmatif quant à cette déclaration : il l’introduit par un indicatif (audita est) et insiste sur le fait qu’il s’agit là d’une citation textuelle de l’empereur (ipsa uerba referam). Or, dans le paragraphe sur sa “spirale meurtrière”, Suétone mentionne exactement la même phrase, mais à propos de l’exécution d’un créancier97. Malgré le changement total de contexte, la citation est indubitablement la même98, ce qui amène à se poser des questions sur l’affirmation de Tacite. Cette phrase paraît en effet une sorte de “élément flottant”, lié à l’empereur sans être rattaché à un événement précis et que nos deux auteurs auraient utilisé à l’endroit qu’ils estimaient le plus adapté : l’exécution inutile de Blaesus pour Tacite, celle d’un créancier devant tout le monde et en pleine salutation pour Suétone.

  • 99 Chapitre 2, 80-81.
  • 100 J. Hellegouarc’h rapproche aussi le comportement de Vitellius durant l’agonie de Blaesus de sa vi (...)
  • 101 Sur l’horreur soulevée par les luttes fratricides, cf. Jal 1962, en particulier les p. 171-177.

39Pourquoi, alors, l’historien insiste-t-il tant sur le fait qu’il se serait agi des propres mots de l’empereur ? Nous avons déjà vu que de telles déclarations interviennent souvent pour des éléments paroxystiques ou considérés comme à peine croyables99, ce qui pourrait expliquer ce besoin de renforcement métanarratif. Une autre explication est également possible : lors de son arrivée en Italie, Vitellius avait tenu à visiter le champ de bataille de Bédriac, comme si ses armées avaient vaincu là de véritables ennemis et non des concitoyens100. Cette visite presque “touristique” avait beaucoup choqué101, ce que signale, chez Suétone, la présence du même type d’ajout que pour la mort de Blaesus :

Vtque campos, in quibus pugnatum est, adit, abhorrentis quosdam cadauerum tabem detestabili uoce confirmare ausus est : “ optime olere occisum hostem et melius ciuem. “

“Et lorsqu’il visita les champs où l’on a combattu, comme certains se détournaient avec horreur des cadavres en décomposition, il osa les affermir par ces mots abominables : “ mort, un ennemi sent extrêmement bon et mieux encore un concitoyen.” (Suet., Vit., 10.4)

  • 102 Par exemple Néron, pour lequel nos auteurs signalent qu’il aurait fait une première tentative d’e (...)

40Ici aussi, une action de l’empereur condamnée par la postérité se trouve soulignée par une citation présentée comme un fait (cf. l’indicatif ausus est). Or les ajouts d’éléments supplémentaires, notamment de citation à l’authenticité soulignée, sont particulièrement fréquents avec les empereurs renommés pour leur crudelitas ou leur saeuitia102. La récurrence de cette pratique donne ainsi à penser que, une fois ces caractéristiques intégrées au portrait d’un Prince, il était possible de les développer, en continuant dans ce sens. Il ne s’agit donc pas uniquement d’un détail en particulier, mais aussi d’une pratique historiographique.

Le recours aux présages

  • 103 Tac., Hist., 1.86.2-3.

41Les mentions de présages servent également à Tacite et Suétone afin de dramatiser leur récit. Les présages constituaient, en partie, la matière traditionnelle des annales des pontifes, l’une des premières formes d’écriture de l’histoire à Rome, ce qui en fait un élément attendu du public de nos deux auteurs. Par ailleurs, ces annales représentaient une source facile d’accès. Il n’est donc guère étonnant que des mentions de présages apparaissent régulièrement et, ont l’air d’avoir un caractère “obligatoire”, comme au moment du départ d’Othon en campagne. Tacite rapporte que de nombreux signes terrifièrent alors les Romains, notamment une inondation du Tibre qui provoca l’effondrement de nombreuses maisons103, mais dit ensuite que :

a fortuitis uel naturalibus causis in prodigium et omen imminentium cladium uertebatur.

“on tournait [cela] en prodige et prédiction des désastres imminents, alors qu’il provenait de causes fortuites ou naturelles”. (Tac., Hist., 1.86.3)

  • 104 Heubner 1963, ad loc., p. 184, qui dit que les présages “haben bei Tacitus jeweils symptomatisch- (...)
  • 105 C’est peut-être pour cette raison que cet événement n’apparaît pas chez Cassius Dion, mais le car (...)

42Il a donc manifestement des doutes sur la dimension prodigieuse de l’inondation du Tibre104 et, durant sa présentation des faits, il est très précis sur l’enchaînement logique des causes ayant entraîné le désastre (augmentation du débit ; rupture du pont Sublicius ; débris obstruant le cours du fleuve, qui se répand dès lors dans la ville ; fondations corrompues par l’eau, ce qui provoqua l’écroulement des immeubles lorsqu’elle se retira), avant d’insister sur leur caractère fortuit ou naturel (a fortuitis uel naturalibus causis)105. Sa manière même de présenter l’interprétation de cette catastrophe comme une annonce de la défaite de Bédriac, avec l’expression in prodigium et omen uertebatur, signale explicitement une prise de distance supplémentaire, qui ne l’a pourtant pas empêché de mentionner cet élément. De même, Suétone, qui passe pourtant assez rapidement sur tout ce qui concerne la défaite finale d’Othon, prend lui aussi le temps de citer l’inondation parmi les signes qui l’annonçaient :

Expeditionem autem inpigre atque etiam praepropere incohauit, nulla ne religionum quidem cura, sed et motis necdum conditis ancilibus, quod antiquitus infaustum habetur, et die quo cultores deum Matris lamentari et plangere incipiunt, praeterea aduersissimis auspiciis. Nam et uictima Diti patri caesa litauit, cum tali sacrificio contraria exta potiora sint, et primo egressu inundationibus Tiberis retardatus ad uicensimum etiam lapidem ruina aedificiorum praeclusam uiam offendit.

“Toutefois, il entreprit une expédition avec diligence et même une très grande rapidité, ne prenant rien en compte, pas même la religion, alors que à la fois les boucliers sacrés, qui avaient été déplacés, n’avaient pas encore été remis en sûreté, ce qui est considéré depuis très longtemps comme de mauvais augure, que c’était le jour où les dévots de la Mère des dieux commencent à se lamenter et à pleurer et que, en outre, les auspices étaient tout à fait contraires. En effet, à la fois il sacrifia avec succès une victime abattue pour Dis Pater, alors que, pour un tel sacrifice, des entrailles défavorables sont préférables, et, sortant à peine de la ville, il fut retardé par une inondation du Tibre et trouva la voie complètement fermée par la ruine des bâtiments, même jusqu’à la vingtième borne.” (Suet., Otho, 8.5-6)

  • 106 Tacite mentionne aussi ces boucliers, en Tac., Hist., 1.89.3.
  • 107 Cf. le début du paragraphe suivant, en Suet., Otho, 9.1 : Simili temeritate..., “Avec la même tém (...)

43Cette fois-ci, l’inondation est sans aucun doute présentée comme un présage, au même titre que les boucliers sacrés non rangés106 ou la victime sacrifiée avec succès au dieu des Enfers, quand il aurait fallu que les entrailles fussent défavorables. Suétone, néanmoins, n’insiste pas, comme il aurait pu le faire, sur l’impiété que représentait le fait de ne pas tenir compte de ces signes : il préfère parler de temeritas107 et insister sur l’énergie et le sérieux avec lesquels l’empereur prépare son expédition (inpigre atque etiam praepropere). Là encore, cela ne l’empêche pas de citer ces auspicia aduersissima, alors qu’ils font obstacle à ses visées narratives. Il semble ainsi que nos deux auteurs aient été confrontés à la nécessité d’évoquer certains présages bien particuliers, quelles que soient par ailleurs leurs intentions. L’inondation du Tibre au moment du départ en campagne de l’armée d’Othon devait ainsi, dès le début du iie siècle, être considérée comme un signe annonciateur incontournable de sa défaite à venir et, à ce titre, ne pouvait apparaître autrement dans le récit. Se dessine ainsi une sorte de “vulgate”, sans doute appuyée sur des listes, comme pour les bons mots et les citations d’empereurs, où Tacite et Suétone auraient pris ce qui les intéressait et mentionné ce qu’ils ne pouvaient passer sous silence.

  • 108 Guittard 2003, 16, le notait déjà pour les prodiges du livre I des Histoires de Tacite.
  • 109 Pour une analyse détaillée de ce passage chez Tacite et, plus généralement, de la position de l’h (...)
  • 110 Suet., Gal., 19.1.
  • 111 Tac., Hist., 1.27.1.
  • 112 Tac., Hist., 1.18.1 : Quartum idus Ianuarias, foedum imbribus diem, tonitrua et fulgura et caeles (...)
  • 113 Suet., Otho, 3.6 : etiam sacrificanti interfuit audiuitque praedicta haruspicis, “il assista même (...)

44On pourrait s’attendre dès lors à les voir aussi apparaître dans le récit à une place fixe : Tacite aurait pu, par exemple, très commodément les aborder en fin d’année, comme pour les morts naturelles de grands personnages, et Suétone les grouper en une rubrique unique. Or il n’en est rien, car la récurrence ne concerne pas leur place chronologique, mais leur place narrative108. Les auteurs de notre corpus les utilisent en effet tous les deux dans des perspectives bien précises : souligner un moment-clé de leur narration ou annoncer au lecteur un événement à venir. Ces deux utilisations sont bien illustrées par l’exemple de l’haruspice qui, le matin du coup d’État d’Othon, avertit Galba que les entrailles de la victime sacrifiée laissent prévoir un danger imminent109. Suétone utilise cet élément de la façon la plus traditionnelle qui soit, comme simple annonce de la chute toute proche du vieil empereur : la mention intervient à la fin d’une liste de présages laissant attendre le pire, juste avant l’annonce de la présence d’Othon au camp prétorien, qui joue alors un rôle de confirmation des avertissements110. Bien évidemment, il n’y a aucun suspense  : tout le monde sait que Galba est mort assassiné le jour où Othon a pris le pouvoir et Suétone lui-même débute sa phrase par prius uero quam occideretur, “mais avant qu’il soit tué”. L’intervention de l’haruspice sert donc, en quelque sorte, d’introduction au récit de la mort de Galba, qui suit immédiatement. Cet avertissement est également présent chez Tacite, mais il l’utilise à des fins sensiblement différentes  : en effet, étant donné qu’il a déjà raconté à son lecteur tous les préparatifs d’Othon et que nous sommes donc non avant, mais au milieu du récit du coup d’État, la prédiction n’annonce pas ce qui va arriver, mais souligne ce qui est déjà en train de se passer111. La prise de pouvoir d’Othon paraît dès lors inscrite dans le destin, ce qui est cohérent avec les présages mentionnés quand Galba annonce aux prétoriens l’adoption de Pison112 : la pluie et les coups de tonnerre faisaient alors deviner le danger ; à présent, les entrailles de victimes confirment que la prédiction est en train de se réaliser. Voilà pourquoi, dans la Vie d’Othon, Suétone mentionne aussi l’haruspice113, mais seulement en passant : si le présage est important pour Galba, dans le cas d’Othon, il devient une sorte d’épiphénomène.

  • 114 Sur la façon dont les présages font aussi écho aux thèmes des Annales, cf. Devillers 1994, 306-31 (...)
  • 115 Grimal 1989, mais aussi Devillers 2006, 18.
  • 116 Grimal 1989, 176.
  • 117 Tac., Ann., 14.9.3.
  • 118 Tac., Ann., 14.12.2.
  • 119 Tac., Ann., 14.22.1-2.
  • 120 Tac., Ann., 15.47.1-2.
  • 121 Pour Devillers 2006, 19, ces présages successifs ne sont pas à interpréter en fonction du cas per (...)
  • 122 Suet., Nero, 6.2-3.
  • 123 Suet., Nero, 7.3.
  • 124 Suet., Nero, 36.1.
  • 125 Suet., Nero, 40.2-5.
  • 126 Suet., Nero, 46.1-6.
  • 127 Suet., Tib., 14.1-6.
  • 128 Suet., Tib., 74.1-3.
  • 129 Tac., Ann., 6.46.3-4.

45Ainsi, dans notre corpus, ce type de mention vise à créer un indéniable effet de dramatisation114. Étudiant la position de Tacite vis-à-vis de ces signes des dieux115, P. Grimal montre comment le dépérissement du figuier Ruminal, qui clôt le livre XIII des Annales, créait “une attente dramatique” pour l’assassinat d’Agrippine II, qui ouvre le livre XIV116. En vérité, c’est l’ensemble du règne de Néron dont la dégradation est marquée, à la manière de jalons, par des mentions de prodiges survenus à divers intervalles. Celui de la mort et de la renaissance de l’arbre sous lequel la louve aurait allaité Romulus et Rémus n’est en effet que le premier d’une série conséquente : on trouve ensuite, chez Tacite, la prédiction des astrologues à Agrippine au moment de la naissance de son fils (“Qu’il me tue, pourvu qu’il règne ! ”)117, plusieurs manifestations naturelles, en particulier de la foudre, après le matricide118, deux présages interprétés comme en faveur de Rubellius Plautus119 et une série de prodiges juste avant le début de la conjuration de Pison120. Chaque étape de l’enfoncement progressif de l’empereur dans la tyrannie est ainsi soulignée par des avertissements célestes : le matricide ; le libre cours donné aux velléités artistiques de Néron ; le faux espoir d’un changement d’empereur ; la découverte d’une conjuration avec des ramifications partout dans la société romaine121. Même procédé chez Suétone, bien que les passages concernés soient souvent différents : horoscope effrayant et déclarations de mauvais augure au moment de la naissance de Néron122 ; songe de Sénèque annonçant la cruauté du futur empereur123 ; apparition, comme chez Tacite, d’une comète juste avant la découverte de la conjuration de Pison124 ; deux oracles annonçant la chute de Néron125 ; enfin, une accumulation de signes prédisant sa mort126. Là encore, ce sont les moments-clé de la biographie qui sont concernés : naissance ; enfance ; conjuration de Pison ; révolte des Gaules ; mort. Mais le phénomène dépasse le seul règne de Néron et est plutôt à étendre aux années 68-70 lorsqu’on prend en compte l’ensemble des présages communs à Tacite et Suétone  : la conjuration de Pison ; la fin des Julio-Claudiens ; l’accession à l’Empire et la mort de Galba ; la chute d’Othon. Pourtant, en règle générale, nos deux auteurs coïncident rarement et ont plutôt tendance à se compléter. Ainsi, à propos du règne de Tibère, le biographe liste les prodiges annonçant son élévation à l’Empire, qu’ils aient eu lieu pendant son enfance ou son séjour à Rhodes127, puis, à la fin de sa Vie, après le récit de la mort de l’empereur, il énumère quelques phénomènes qui la laissaient entrevoir128. L’historien, lui, ne dit rien de tout cela, mais rapporte trois phrases du mourant décrivant d’ores et déjà ce qui se passera ensuite sous Caligula129. Les mentions communes acquièrent ainsi un relief tout particulier.

  • 130 Sur ce point, en particulier chez Tacite, cf. Galtier 2011, passim.
  • 131 Pour Bradley 1978, 246, commentant Suet., Nero, 40.2, l’inclusion de ces présages avait pour but (...)
  • 132 Bradley 1978, ad. Suet., Nero, 46.1, p. 268, parle de “conventional feature in Roman historical w (...)
  • 133 Suet., Tib., 14.1-6 : poussin que Livie aurait fait éclore ; prédiction de l’astrologue Scriboniu (...)
  • 134 Pour Devillers 2006, 15-16, Suétone est aussi influencé par une tendance de l’historiographie imp (...)

46On peut expliquer ces correspondances par un horizon d’attente du public rendu assez précis en raison du caractère encore relativement récent de ces événements, avec une perspective rapidement acquise d’explication de la fin de la première dynastie par une sorte d’appel au fatum. À cela a pu s’ajouter l’indéniable influence de la tragédie sur l’historiographie romaine130. Mais une sorte de “code” de la narration historiographique entre aussi en compte : non seulement les présages devaient être mentionnés, mais ils devaient manifestement aussi l’être avant les passages cruciaux131. Il est difficile de savoir si ces règles avaient été codifiées explicitement ou si leur respect était tacite132. En revanche, il est clair qu’il y a, à ce sujet, une spécificité du genre biographique. En effet, malgré la moindre ampleur de l’œuvre de Suétone dans notre corpus par rapport à celle de Tacite, elle comporte nettement plus de mentions de présages : soixante-et-une contre quarante-deux dans les Annales et les Histoires réunies. Il est bien sûr nécessaire de prendre en compte l’état lacunaire des deux ouvrages de l’historien, ainsi que le fait qu’ils ne relatent pas la naissance des différents empereurs, ce qui écartait plus ou moins d’office tous les présages de type horoscope, signes prémonitoires pendant l’enfance... Il n’est ainsi pas étonnant que les nombreux prodiges annonçant l’accession de Tibère au pouvoir suprême133 ne se trouvent pas dans les Annales, qui débutent à un moment où elle est assurée. Néanmoins, les listes présentes à de nombreuses reprises dans les Douze Césars donnent à penser qu’elles devaient représenter un de ses éléments attendus, sinon essentiels, d’une biographie : choisir cette forme, c’était devoir s’astreindre à une énumération sans doute aussi exhaustive que possible, sans pouvoir s’en tenir à un simple effet dramatique134.

  • 135 Dix-huit occurrences, sur un total de soixante-quatre mentions. Pour une étude détaillée des type (...)
  • 136 Quatorze occurrences, sur un total de quarante-quatre.
  • 137 Foudre, comète, éclipse de soleil, pluie diluvienne : dix occurrences.
  • 138 Six occurrences chacun. Pour une tentative de relevé systématique et d’explication des différents (...)
  • 139 Grimal 1989.
  • 140 Grimal 1989, 174, signale qu’il ne s’agit pas d’une originalité de Tacite : cette manière de proc (...)

47Cela n’empêche toutefois pas une certaine “personnalisation” de ces mentions, car une attention au détail de ce qu’elles contiennent montre que nos deux auteurs ont tendance à privilégier des signes différents. Suétone préfère nettement les prédictions et les déclarations réinterprétées a posteriori135, alors que Tacite mentionne beaucoup plus ce qui a trait aux animaux, qu’il s’agisse de naissances monstrueuses ou de comportements singuliers136. Les phénomènes naturels attirent en second lieu son attention137, tandis que le biographe cite facilement ce qui relève de la superstitio : rêves, destructions inopinées ou encore pertes d’objets138. Ces décomptes tendent à confirmer le classement mis en évidence par P. Grimal139, qui notait que Tacite divisait les présages en différentes catégories, en fonction de leur degré de solidité : tout d’abord, les présages attestés, car touchant des lieux ou des personnes consacrés ; ensuite, des prodiges ne prenant véritablement de valeur que s’ils sont rapprochés de ceux du premier groupe ; enfin, les signes vagues que le peuple est le seul, par superstition, à prendre en considération140. Dans le cas qui nous intéresse, les naissances monstrueuses et les comportements étranges d’animaux devaient très probablement être rapportés dans les annales pontificales, ce qui leur conférait davantage de sérieux, puisqu’ils avaient été jugés suffisamment remarquables pour y être consignés. De même, les phénomènes naturels soit y étaient mentionnés également, soit étaient attestés par ailleurs : leur interprétation ne relevait donc pas de la superstitio. Suétone ne paraît pas se poser ce genre de questions : il relate comme présages des éléments au départ anodins, mais auxquels une signification particulière a été donnée après les événements. Toute préoccupation d’“officialité” semble donc absente de son texte, mais cette particularité peut s’expliquer par le caractère différent de sa démarche. Tacite cherche manifestement à citer de “vrais” présages, solides et attestés, ce que manifeste peut-être son malaise face à l’histoire de l’oiseau pendant la première bataille de Bédriac. Suétone, lui, veut visiblement stupéfier son lecteur, en suggérant qu’il ne s’agit pas de coïncidence, comme lorsqu’il cherche à montrer que Claude savait probablement que sa fin était proche :

Sed nec ipse ignorasse aut dissimulasse ultima uitae suae tempora uidetur, aliquot quidem argumentis. Nam et cum consules designaret, neminem ultra mensem quo obiit designauit et in senatu, cui nouissime interfuit, multum ad concordiam liberos suos cohortatus utriusque aetatem suppliciter patribus commendauit et in ultima cognitione pro tribunali accessisse ad finem mortalitatis, quamquam abominantibus qui audiebant, semel quidem atque iterum pronuntiauit.

“Mais il semble lui-même n’avoir pas ignoré ou dissimulé qu’il arrivait au terme de sa vie, du moins selon certaines preuves. En effet, alors qu’il désignait les consuls, il n’en désigna aucun au-delà du mois où il mourut ; lors de la dernière séance du Sénat à laquelle il assista, il exhorta beaucoup ses fils à la concorde et recommanda leur jeune âge à tous les deux aux sénateurs en les suppliant ; et lors de sa dernière audience judiciaire, du haut de son tribunal, malgré les objurgations de ceux qui l’écoutaient, il déclara une fois, puis deux, qu’il était arrivé à la fin de sa vie de mortel.” (Suet., Cl., 46.2-3)

  • 141 Tac., Ann., 3.29.1 pour Nero et 4.4.1 pour Drusus III.

48Les “signes” mentionnés ici peuvent tout à fait s’expliquer de façon rationnelle : désir de désigner plus tard les consuls pour l’année 55 ; conscience de la discorde entre Néron et Britannicus ; imitation de Tibère, qui avait lui aussi recommandé le jeune âge des fils de Germanicus au Sénat141 ; fatigue due à la vieillesse. Suétone ne rapporte cependant pas ces décisions dans la rubrique sur le comportement ambivalent de Claude, mais juste après d’autres présages, ce qui amène le lecteur à se demander avec un certain étonnement si l’empereur n’avait pas effectivement pressenti sa mort prochaine. Se dessine alors une pratique à la limite entre le récit canonique et une réappropriation pleine et entière.

Scènes d’annonce

La carrière précédant l’accession à l’Empire

49Au-delà de la dramatisation, certains moments de la vie des empereurs apparaissent clairement soit comme des annonces de ce que sera leur règne, soit comme des récapitulatifs de ce qu’il a été. C’est notamment le cas de la carrière précédant l’accession à l’Empire, dont l’importance est facile à comprendre, car elle est le moment où le futur empereur fait ses preuves de capax imperii. Cette période pose donc les bases de sa légitimité, en justifiant sa proclamation, et, d’un point de vue historiographique, permet de comparer ce qui s’annonçait avec ce qui est réellement survenu. Cette idée est particulièrement visible dans la nécrologie de Galba par Tacite :

Dum uigebat aetas, militari laude apud Germanias floruit. Pro consule Africam moderate, iam senior citeriorem Hispaniam pari iustitia continuit, maior priuato uisus dum priuatus fuit et omnium consensu capax imperii nisi imperasset.

“Tant qu’il était dans la fleur de l’âge, il se distingua par son mérite militaire dans les provinces de Germanie. Comme proconsul, il tint l’Afrique avec modération et, déjà âgé, l’Hispanie Citérieure avec une égale justice, paraissant trop grand pour un simple particulier tant qu’il en fut un et, de l’accord de tous, capable de gouverner, s’il n’avait pas été empereur.” (Tac., Hist., 1.49.4)

50Cet extrait illustre bien comment la carrière avant l’accession au pouvoir entrait en compte dans la légitimité à régner, car c’est parce qu’il s’est distingué à l’armée en Germanie et comme proconsul en Afrique, puis en Hispanie, que Galba a été considéré comme capax imperii.

  • 142 Suet., Otho, 3.1-2. Pour une étude historiographique de cet épisode, cf. Devillers 2008.

51Cette particularité est une des illustrations d’un schéma récurrent apparaissant à ce sujet : dans de nombreux cas, le futur empereur peut se distinguer en bien ou en mal à Rome même, mais c’est en province qu’il révèle sa véritable nature. Le passage de Suétone à propos de l’envoi d’Othon en Lusitanie en est une très bonne illustration. Le biographe raconte en détail sa vie dissolue, qui culmine avec “l’affaire Poppée” et une scène ridicule où Néron joue le rôle de l’amator exclusus à la porte de son meilleur ami142. L’épisode se termine ainsi :

Quare diducto matrimonio sepositus est per causam legationis in Lusitaniam. Id satis uisum, ne poena acrior mimum omnem diuulgaret, qui tamen sic quoque hoc disticho enotuit : “Cur Otho mentito sit, quaeritis, exul honore ? / Vxoris moechus coeperat esse suae.” Prouinciam administrauit quaestorius per decem annos, moderatione atque abstinentia singulari.

“C’est pourquoi, après la rupture du mariage, il fut mis à l’écart en Lusitanie, sous prétexte d’une légation. Cela parut suffisant, afin qu’une peine plus lourde ne divulguât pas toute la mascarade, qui, cependant, fut ainsi également rendue publique par ce distique : “Pourquoi, vous vous le demandez, Othon est-il envoyé en exil avec un honneur mensonger ? / Il avait commencé à être l’amant de sa femme.” Il administra la province comme ancien questeur, pendant dix ans, avec une modération et un désintéressement singuliers.” (Suet., Otho, 3.3-5)

  • 143 Chapitre 5, 227-228.

52La dégradation liée à l’appartenance à la cour de Néron et à son statut de mari bafoué persiste jusqu’à l’envoi en Lusitanie, avec un distique ironique qui la souligne et la résume. Mais à partir de son gouvernement en province, Othon se distingue par sa modération et son désintéressement, ce qui annonce d’ores et déjà sa fermeté et sa grandeur d’âme inattendues lorsqu’il sera empereur. À l’inverse, Vitellius, quoiqu’aimé de ses troupes, se conduit déjà en glouton et en débauché143.

  • 144 Suet., Tib., 15.4 puis 17.1-2.
  • 145 Tac., Hist., 1.4.2.

53Deux explications à ce schéma récurrent sont possibles. La première remonte à la carrière de Tibère, car, arrivé au pouvoir à presque cinquante ans, il avait eu pleinement le temps de faire ses preuves, représentant Auguste en province, à la guerre ou pour des questions administratives144. Quelle que soit la manière dont son règne a été ensuite perçu, cette période “probatoire” a très certainement marqué les esprits et fondé un précédent. À cela s’est sans doute ajouté le contre-coup des événements de 68-69, qui avaient démontré que les empereurs n’étaient alors visiblement plus faits à Rome, mais dans les provinces145, conduisant nécessairement à une plus grande attention aux hommes qui y exerçaient leurs talents, militaires ou administratifs. Les conquêtes de Trajan et la diplomatie mise en place par Hadrien ont pu accentuer cet intérêt, car, avec l’expansion maximale de l’Empire, son délicat gouvernement prenait d’autant plus d’importance. Le passage par les provinces agit dès lors comme une sorte de révélateur, notamment pour les “Princes éphémères” qui succédèrent à Néron : le comportement de Galba en province amène à tort à penser qu’il sera à la hauteur de la situation ; celui d’Othon annonçait déjà qu’il le serait, malgré les craintes déclenchées par son coup d’État ; l’incapacité de Vitellius paraissait à l’avance dans son commandement militaire.

La prise de pouvoir

  • 146 Master 2012, 89 : “One of the lessons the Histories conveys with Otho’s rise and fall is that the (...)
  • 147 La question de sa complicité s’est néanmoins apparemment posée, comme le montre Suet., Nero, 33.1 (...)

54Au-delà de la période pré-impériale, la façon de présenter comment les empereurs de notre corpus sont parvenus au pouvoir paraît avoir été elle aussi utilisée pour annoncer la tournure de leur règne, selon une perspective opposant activité et passivité du protagoniste146. C’est cette dernière qui caractérise les deux empereurs unanimement condamnés par l’historiographie du iie siècle, Néron et Vitellius, au moment de leur proclamation : ils ne prennent pas le pouvoir, c’est le pouvoir qui les prend. Le cas de Néron en est une parfaite illustration, pour des raisons évidentes : il est alors très jeune (dix-sept ans) et c’est sa mère qui prend l’initiative de le faire adopter par Claude, puis d’assassiner l’empereur pour que son fils prenne le pouvoir147. La situation est différente pour Vitellius, homme dans la force de l’âge et à la tête de légions parmi les plus puissantes de l’Empire :

Nocte quae kalendas Ianuarias secuta est, in coloniam Agrippinensem aquilifer quartae legionis epulanti Vitellio nuntiat quartam et duoetuicensimam legiones, proiectis Galbae imaginibus, in senatus ac populi romani uerba iurasse. Id sacramentum inane uisum ; occupari nutantem Fortunam et offerri principem placuit.

“La nuit qui suivit les calendes de janvier, un porte-aigle de la quatrième légion se rend à Cologne pour annoncer à Vitellius que les quatrième et vingt-deuxième légions ont jeté à terre les images de Galba et juré fidélité au Sénat et au peuple romain. Ce serment parut vide de sens ; on décida de s’emparer d’une Fortune chancelante et de proposer un prince.” (Tac., Hist., 1.56.2)

  • 148 Ce qui est clair dès le début dans le texte de Tacite, en Tac., Hist., 1.55.4 : Ac ne reuerentiam (...)

55La manière dont se déroule ce récit rend difficile de déterminer la part d’implication de Vitellius et des légions de Germanie dans la proclamation du nouvel empereur. Le premier mouvement est dû à la quatrième légion, qui refuse de prêter serment à Galba sans que Vitellius soit impliqué, puisqu’il a eu besoin d’un envoyé pour apprendre la nouvelle. Néanmoins, l’invocation du Sénat et du peuple romain est immédiatement présentée comme un leurre (id sacramentum inane uisum)148 et il est décidé de tenter la Fortune. Vitellius est pourtant remarquablement absent de la phrase rapportant cette décision, dont les verbes sont soit un impersonnel (placuit), soit des passifs impersonnels (uisum, occupari, offerri). Le choix qui est fait est lui-même ambigu : occupare est un terme militaire, qui signifie “s’emparer de”, comme si la Fortune était une place forte, mais le prince destiné à accomplir cette action est seulement oblatus, “proposé”, comme si d’autres candidats étaient disponibles sur place. Tacite mélange ainsi dans son texte sa propre interprétation de la réalité des faits (Vitellius saisit sa chance et occupe la place laissée vacante comme il s’emparerait d’une position et l’occuperait) et, très probablement, le vocabulaire utilisé par la propagande vitellienne (Vitellius n’était qu’une “proposition” des armées de Germanie au Sénat et au peuple romain). La même ambiguïté savamment entretenue est présente dans la suite du texte :

Missi a Vitellio ad legiones legatosque qui desciuisse a Galba superiorem exercitum nuntiarent ; proinde aut bellandum aduersus desciscentes aut, si concordia et pax placeat, faciendum imperatorem ; et minore discrimine sumi principem quam quaeri. Proxima legionis primae hiberna erant et promptissimus e legatis Fabius Valens. Is die postero coloniam Agrippinensem cum equitibus legionis auxiliariorumque ingressus imperatorem Vitellium consalutauit. Secutae ingenti certamine eiusdem prouinciae legiones

“Vitellius envoya aux légions et légats des personnes pour annoncer que l’armée de Germanie Supérieure avait déserté le parti de Galba ; par conséquent, il fallait soit combattre contre les déserteurs, soit, si on aimait la concorde et la paix, faire un empereur ; et le danger était moindre de se choisir un prince que d’en demander un. Les quartiers d’hiver les plus proches étaient ceux de la première légion et le plus résolu des légats Fabius Valens. Celui-ci entra dans Cologne le lendemain avec la cavalerie de sa légion et celle des auxiliaires et salua Vitellius empereur. Les légions de la même province le suivirent avec une grande émulation.” (Tac., Hist., 1.56.3-57.1)

  • 149 Tacite avait déjà prêté le même type d’argument à Othon lors de son allocution aux prétoriens, en (...)
  • 150 Tac., Hist., 1.52.3-4. Vitellius est alors qualifié de segne ingenium, de “naturel apathique”. Su (...)

56Grammaticalement, Vitellius est actif puisqu’il joue le rôle de complément d’agent, mais le verbe principal est encore un passif. Le message envoyé donne l’impression de laisser le choix aux autres légions (aut bellandum... aut faciendum), mais le second terme de l’alternative est associé à la concorde et à la paix (si concordia et pax placeat) et le choix d’un nouvel empereur est présenté comme beaucoup moins risqué (minore discrimine sumi principem quam quaeri)149. Enfin, Fabius Valens apparaît comme “le plus résolu des légats” (promptissimus e legatis), ce qui est loin d’être une surprise, car Tacite l’a dépeint, un peu avant, faisant un long discours à Vitellius pour le convaincre de ses chances réelles de devenir empereur150 : celui-ci apparaît alors comme un homme qui désire, mais n’ose pas agir hardiment et donne l’impression d’attendre que quelqu’un finisse par prendre la décision à sa place.

  • 151 Suet., Vit., 7.6.
  • 152 In ueste domestica , c’est-à-dire, surtout, en tenue qui n’était pas militaire.

57De ce point de vue, Suétone va encore plus loin. Son récit présente en effet constamment Vitellius comme un bouffon ne sachant pas vraiment ce qu’il fait et se trouvant emporté dans un mouvement qu’il ne maîtrise en aucun cas, de ses rots pour montrer qu’il avait fait un bon petit-déjeuner151 pendant son voyage vers la Germanie à son “enlèvement”, en tenue d’intérieur152, le jour de sa proclamation. La façon dont il relate cette scène illustre parfaitement la perspective adoptée :

Quare uixdum mense transacto, neque diei neque temporis ratione habita, ac iam uespere, subito a militibus e cubiculo raptus, ita ut erat in ueste domestica, imperator est consalutatus circumlatusque per celeberrimos uicos, strictum Diui Iulii gladium tenens detractum delubro Martis atque in prima gratulatione porrectum sibi a quodam.

“C’est pourquoi un mois était à peine passé que, sans qu’on tînt compte ni du jour, ni de l’heure – car c’était déjà le soir –, il fut soudain enlevé de sa chambre par des soldats, comme il était, en vêtements d’intérieur, salué par tous empereur et porté aux alentours dans les rues les plus fréquentées, tenant en main dégainé le glaive de César divinisé, qu’on avait retiré du temple de Mars et que, au début des félicitations, quelqu’un lui avait tendu.” (Suet., Vit., 8.2)

  • 153 Suet., Vit., 7.5. À propos de la caractérisation générale de Vitellius, Engel 1977, 345, déclare (...)
  • 154 Suet., Vit., 8.1.
  • 155 Sur les tensions dans la troupe dues en particulier à la répartition des tâches, cf. Cosme 2012, (...)
  • 156 Engel 1977, passim.

58Après avoir étudié le texte de Tacite, il est évident que Suétone a fusionné ici deux moments distincts de la proclamation de Vitellius : d’une part, le 1er janvier 69, où il apprend que la quatrième légion a refusé de prêter serment à Galba ; d’autre part, la venue de Fabius Valens à Cologne quelques jours plus tard, afin d’être le premier à le saluer comme empereur. Ce procédé donne ainsi l’impression que les soldats se sont d’eux-mêmes déplacés jusqu’à la ville, où ils se sont littéralement emparés de Vitellius. Le résultat est que celui-ci est caractérisé par une passivité totale : il est raptus, consalutatus, puis circumlatus comme un trophée un peu partout dans la ville, et même le glaive qu’il tient en main, qui pourrait le rapprocher de César, lui a en fait été donné par quelqu’un dont l’identité reste inconnue. Il apparaît ainsi comme un instrument utilisé par l’armée de Germanie pour parvenir à ses fins, ce qui explique pourquoi elle a accueilli ce général indolent et grossier comme un cadeau des dieux : il était le pantin idéal153. Pourtant, Vitellius est loin de n’être pour rien dans ce qui lui est arrivé et Suétone le sait, puisqu’il mentionne les remises de corvées et de punitions sans les commenter154, les faisant passer pour des décisions absurdes et démagogiques et non pour ce qu’elles étaient : des tentatives de retour au calme, en donnant satisfaction aux soldats sur certains points155. Ces premières mesures, tant à son arrivée qu’après sa proclamation, montrent bien que le portrait de Vitellius en prince indolent et passif est une invention ultérieure, notamment à des fins moralisatrices156.

  • 157 Chapitre 5, 224-234.
  • 158 Avec, certes, nettement plus de consistance historique.

59Il y a donc là une volonté manifeste, de la part de Tacite et Suétone, de ne pas présenter l’acclamation de cet empereur comme une prise de pouvoir active, mais comme la réception d’une charge qui, dès le départ, le dépasse. Si cette perspective entre tout à fait dans le cadre du portrait d’ensemble qui est fait de cet empereur157, le fait que Néron soit également présenté dans la même situation158 laisse entrevoir l’idée qu’un empereur qui, ensuite, se révélera mauvais ne peut arriver au pouvoir que de façon passive. Elle explique sans doute en partie le succès de l’histoire de Claude caché derrière un rideau au moment de l’assassinat de Caligula et devenu empereur pour ainsi dire par hasard. La scène décrite par Suétone met en effet clairement sa passivité en avant et n’est pas sans rappeler celle que nous venons d’étudier à propos de Vitellius :

Exclusus inter ceteros ab insidiatoribus Gai, cum quasi secretum eo desiderante turbam submouerent, in diaetam, cui nomen est Hermaeum, recesserat ; neque multo post rumore caedis exterritus prorepsit ad solarium proximum interque praetenta foribus tela se abdidit. Latentem discurrens forte gregarius miles, adnimaduersis pedibus, e studio sciscitandi quisnam esset, adgnouit extractumque et prae metu ad genua adcidentem imperatorem consalutauit. Hinc ad alios commilitones fluctuantis nec quicquam adhuc quam frementis perduxit. Ab his lecticae impositus et, quia sui diffugerant, uicissim succollantibus in castra delatus est tristis et trepidus, miserante obuia turba quasi ad poenam raperetur insons.

“Chassé parmi d’autres par les conspirateurs contre Gaius, alors qu’ils éloignaient la foule comme si l’empereur désirait être seul, il s’était retiré dans une pièce qui portait le nom d’Hermaeum ; et, peu après, terrifié par la rumeur du meurtre, il se glissa dans le solarium le plus proche et se cacha parmi les rideaux tendus devant la porte. Alors qu’il était caché, un soldat de la troupe, passant là par hasard en courant, remarqua ses pieds ; poussé par son désir de savoir qui il était, il le reconnut, le tira de là et, comme Claude, par peur, tombait à ses genoux, il le salua empereur. Ensuite, il le conduisit jusqu’à ses autres camarades d’armes, irrésolus et pour le moment seulement frémissants. Ceux-ci mirent Claude sur une litière et, comme ses gens s’étaient enfuis de toutes parts, le chargèrent à tour de rôle sur leurs épaules, afin de le porter, triste et tout tremblant, dans leur camp ; la foule rencontrée au passage avait pitié de lui, comme si on l’emportait pour le punir alors qu’il était innocent.” (Suet., Cl., 10.2-5)

  • 159 Levick 1990, 33, parle de “paradoxical rise of a fool”. Chez Cassius Dion, même si Claude devient (...)
  • 160 Levick 1990, 26.
  • 161 Levick 1990, 35.
  • 162 Milano 2008.
  • 163 Hurlet 1997.
  • 164 Chapitre 5, 187-192.
  • 165 Pour Hurley 2001, ad loc., p. 94, cette passivité provient d’une volonté de dépeindre Claude comm (...)

60La passivité de Claude est encore plus évidente dans ce passage que lorsqu’il s’agissait de Vitellius et des légions de Germanie : les formes passives se multiplient (exclusus, exterritus, extractum, impositus est, delatus est, raperetur) et les quelques verbes à la voie active dont il est le sujet le dépeignent dans des situations humiliantes (prorepsit, se abdidit, latentem, adcidentem). Comme Vitellius, il est enlevé et promené à travers la ville, avec cette circonstance aggravante que le premier à le saluer empereur est un simple soldat de la troupe (gregarius miles). La foule est par ailleurs manifestement incapable de l’imaginer autrement que comme une victime emportée pour être exécutée (miserante obuia turba quasi ad poenam raperetur insons) : personne, à part les soldats qui l’amènent dans leur camp, n’envisage un instant que cet homme tristis et trepidus sera le futur empereur159. Pourtant, Claude est loin d’avoir été totalement inactif lorsque la fin de Caligula a commencé à se préciser : B. Levick rappelle ainsi qu’il était relativement populaire160 et pense qu’il a pu laisser certains de ses proches se mêler en sous-main aux conjurés pour que le pouvoir lui revienne161. Selon I. Milano, il aurait établi des contacts discrets, dès 39, avec des sénateurs et des militaires162 et F. Hurlet démontre clairement que, même en retrait, son rôle était loin d’être aussi négligeable que les sources le présentent163. Il n’est donc pas tout à fait un hasard que ce soit précisément lui que les soldats choisissent et que le Sénat finit par accepter. La scène du rideau peut bien sûr provenir de la ridiculisation qui eut lieu par la suite, en particulier sous Néron164, mais il est intéressant de noter qu’elle passe par une présentation de l’empereur comme quelqu’un qui n’a pas pris le pouvoir, mais été pris par lui165.

  • 166 Ici, la perspective sénatoriale de nos deux auteurs apparaît clairement : au fond, il ne s’agit p (...)
  • 167 Tac., Hist., 1.23.1.
  • 168 Tac., Hist., 1.21.1-2 pour les réflexions d’Othon et Tac., Hist., 1.22.1-3 pour la prédiction de (...)
  • 169 Tac., Hist., 1.23.1-2.
  • 170 Dans l’absolu, scelus pourrait aussi renvoyer au coup d’État, mais la présence de facinus, juste (...)
  • 171 C’est pourquoi nous avons préféré la traduire par “on ne sait pas bien si...”, plutôt que par “on (...)
  • 172 Selon Cosme 2012, p. 93, suivant P. Le Roux in Année épigraphique 1988, 788, les bonnes relations (...)

61Le cas des empereurs ayant véritablement agi pour s’emparer de la fonction suprême n’est pourtant pas des plus simples non plus, car une posture active ne signifie pas pour autant que leur avènement a été décrit positivement166. Othon en est un bon exemple, car son coup d’État s’est terminé par la mort de son prédécesseur, Galba, ainsi que de l’héritier qu’il s’était choisi, Pison. Leur fin constituait vraisemblablement un point crucial du récit de cet événement, tout comme de la caractérisation de ce personnage d’aspirant au pouvoir suprême : de nombreux éléments apparaissant chez nos auteurs à ce sujet signalent nettement une nécessaire prise de position sur sa responsabilité dans ces crimes. Tacite place ainsi les premiers préparatifs du coup d’État sous le signe de la préméditation, en commençant par : sceleris cogitatio incertum an repens, “on ne sait pas bien s’il eut soudain l’idée de son crime” et en déclarant que cela faisait longtemps qu’il cherchait à s’attirer les faveurs des soldats167. Nous sommes alors au tout début du récit : Galba vient d’adopter Pison et Tacite dépeint un Othon déçu et se disant qu’il est fort probable qu’on cherche à l’éliminer. Il ajoute que les prédictions d’un astrologue ayant fréquenté la cour de Néron, Ptolémée, lui avaient annoncé que non seulement il lui survivrait, mais qu’il prendrait aussi sa place168. La question de la préméditation du crime, scelus, apparaît à ce moment-là et est suivie d’une longue énumération de toutes les actions qu’Othon avait déjà menées pour s’attirer la faveur des soldats entourant le nouvel empereur169. Il ne s’agit donc pas de relater les préparatifs, mais d’immédiatement se poser la question de l’inclusion originelle ou non, dans les plans othoniens, du massacre de Galba et Pison. Tacite utilise deux mots distincts : scelus pour l’assassinat, facinus pour le coup d’État170. Il ne prend toutefois pas parti à ce sujet : son expression, incertum an repens, laisse planer le doute171 et la démonstration qui suit montre surtout qu’Othon se présentait déjà auprès des soldats comme un candidat sérieux au pouvoir172.

62Il n’est dès lors pas étonnant que se trouvent chez Suétone des traces d’une version cherchant à l’innocenter de cet assassinat :

Is mox referre crebro solebat Othonem etiam priuatum usque adeo detestatum ciuilia arma, ut memorante quodam inter epulas de Cassi Brutique exitu cohorruerit ; nec concursurum cum Galba fuisse, nisi confideret sine bello rem transigi posse

“Il [scil. le père de Suétone] avait ensuite souvent l’habitude de rapporter que même lorsqu’il était un simple particulier, Othon détestait à ce point les guerres civiles qu’il fut horrifié quand, lors d’un repas, quelqu’un rappela la fin de Cassius et Brutus ; et qu’il ne serait pas entré en conflit avec Galba s’il n’avait pas été persuadé que cette affaire pouvait être réglée sans guerre.” (Suet., Otho, 10.2)

  • 173 Dans le récit du coup d’État, la mort de Galba et Pison est évoquée presque en passant, dans un b (...)
  • 174 Cf. infra, 162-163 et Duchêne 2018a pour une analyse des différentes versions de cet épisode.

63La référence au père de Suétone permet d’être sûr que ces propos étaient véhiculés par les anciens partisans d’Othon. Or ils sont l’exact inverse de ceux des Histoires : la question de la préméditation ne se pose même pas, elle est réfutée par une anecdote censée avoir eu lieu bien avant les ambitions impériales du protagoniste. Il est dès lors intéressant qu’elle apparaisse dans la biographie non au moment du coup d’État, mais lorsque Othon se suicide173. La valeur de cette dernière action, reconnue par tous, est utilisée ici pour renforcer l’affirmation de non préméditation : le fait qu’Othon se suicide pour éviter que ne coule le sang d’autres concitoyens prouve qu’il n’avait pas prévu le massacre de Galba. Étant donné l’enjeu historiographique qu’a été son suicide même174, la complexité des réponses et contre-réponses décelables dans les discours tenus à son sujet est parfaitement perceptible.

  • 175 Tac., Ann., 1.7.4-7. Koestermann 1963, ad loc., p. 87, parle de “scheinrepublikanische Auftreten (...)
  • 176 impudentissimo mimo (Suet., Tib., 14.1).
  • 177 Tacite les présente comme de faux prétextes pour tester aussi bien la loyauté de Germanicus que c (...)
  • 178 Tac., Ann., 1.3.4. Goodyear 1972, ad loc., p. 113, fait remarquer que deuincire est ensuite à nou (...)
  • 179 Sur la façon dont Tacite utilise les rumeurs, cf. Shatzman 1974 et Giua 1998.
  • 180 Martin 1955 et Duchêne 2013, en particulier p. 270-271. Sur le parallèle entre Livie et Agrippine (...)
  • 181 Tac., Ann., 1.5.3. Pour Goodyear 1981, ad loc., p. 133, les doutes de Tacite proviendraient aussi (...)
  • 182 Suet., Tib., 21.2. La présence des mêmes termes chez l’historien et le biographe (spirantem dans (...)
  • 183 Tac., Ann., 1.5.4.

64L’arrivée au pouvoir de Tibère peut elle aussi être analysée en termes d’activité/passivité. L’ambiguïté de sa recusatio imperii n’est plus à démontrer, car elle a été parfaitement dénoncée par les auteurs antiques, en particulier par ceux de notre corpus : Tacite explique clairement qu’il ne s’agit que d’une feinte hésitation, car Tibère avait déjà en main tous les instruments effectifs du pouvoir, la garde prétorienne et les armées175, et Suétone va jusqu’à parler de “mime très impudent”176, en soulignant lui aussi que Tibère occupait déjà la place de Prince, bien qu’il énumère ensuite un certain nombre de raisons qui pouvaient effectivement le faire hésiter177. On a donc un prince actif qui cherche à se présenter comme passif, provoquant ainsi une rancœur encore perceptible dans l’historiographie romaine près d’un siècle après sa prise de pouvoir. Cela explique peut-être pourquoi Tacite insiste autant sur l’implication de Livie dans le choix de Tibère comme héritier. Il utilise en effet le verbe deuincire à propos de ses manœuvres pour convaincre Auguste178, comme si le premier empereur n’était qu’un vieillard à la merci de sa femme. L’historien joue ici des rumeurs179 et des insinuations ayant entouré sa mort pour la rapprocher de celle de Claude et établir ainsi un parallèle entre Tibère et Néron180. Des motifs littéraires sont donc à l’œuvre ici, visant à la fois à accentuer l’unité de l’œuvre, mais aussi à annoncer dès le départ les dernières années du règne de Tibère. Il ne s’agit cependant pas du seul effet produit, car l’accent sur le rôle de Livie présente aussi son fils comme recevant plus ou moins passivement le pouvoir. Il n’est dès lors pas étonnant que Tacite déclare avoir des doutes sur son arrivée à temps pour recevoir les ultimes consignes d’Auguste181, alors que Suétone est particulièrement affirmatif182 : une passation de pouvoir d’homme à homme donne un rôle actif à Tibère, qui reçoit des instructions de son père adoptif. À l’inverse, le récit de l’historien souligne, à cet endroit, que Livie empêchait quiconque d’entrer et de sortir de la villa183 : c’est donc toujours la femme de l’ancien Princeps et la mère du nouveau qui occupe le devant de la scène, comme si elle seule s’était chargée de la transmission du pouvoir.

  • 184 Sur la façon dont Vindex, puis Galba utilisent ce mot, cf. Sutherland 1984.
  • 185 Suet., Gal., 10.1, en particulier la formule deplorauit temporum statum consalutatusque imperator (...)
  • 186 Suet., Gal., 10.5-11.2, en particulier le projet de suicide en 11.1, à l’annonce de la mort de Vi (...)
  • 187 Sans doute parce que le problème de Galba n’était pas la manière dont il était arrivé au pouvoir, (...)

65Cet exemple révèle sans doute les limites d’une interprétation en termes d’activité et de passivité, car ce qui est reproché à Tibère est précisément d’avoir voulu se présenter comme recevant passivement le pouvoir, alors qu’il l’avait déjà activement en sa possession. Les lignes sont sans doute brouillées à cause de la présence d’une deuxième instance, qui fait que le candidat à l’Empire n’est pas le seul à entrer en compte au moment de sa prise de pouvoir. Le cas de Galba met bien ce point en relief. Il est d’abord approché par le Gaulois Vindex, qui lui écrit pour lui demander d’être l’assertor des révoltés, c’est-à-dire leur défenseur, littéralement celui qui garantira leur qualité d’hommes libres devant un tribunal184 : Galba organise alors une sorte “d’acclamation spontanée” par la foule lors d’une réunion publique185. Pourtant, par la suite, sa résolution ne cessera de fluctuer en fonction des nouvelles qui lui parviendront de la situation à Rome et en Gaule186, jusqu’à ce qu’il apprenne enfin la mort de Néron et la décision du Sénat de le reconnaître à son tour comme nouvel empereur. Dans cet intervalle de temps, est-il actif ou passif ? Rien, dans le texte de Suétone, ne permet de trancher187.

  • 188 Tac., Hist., 2.80.1.
  • 189 Respectivement Tac., Hist., 2.85.1-86.4 et Suet., Vesp., 6.1-4. L’expression ignotorum et absenti (...)
  • 190 Tac., Hist., 2.79 et Suet., Vesp., 6.6.
  • 191 Tac., Hist., 2.74.1-78.4 et Suet., Vesp., 5.1.

66La façon dont Vespasien a été acclamé permet de saisir ce qui s’est joué dans de tels moments, du point de vue historique et historiographique, car le discours produit par son propre camp a en effet manifestement tenté de faire croire à un mouvement spontané de soldats. Des traces en sont visibles chez Tacite, où quelques-uns saluent spontanément Vespasien, ce qui déclenche un mouvement général188. Chez Suétone, ce sont les légions de Mésie et de Pannonie qui, sans le connaître et en étant loin de lui (ignotorum et absentium), se rallient à son nom189. Nos deux auteurs soulignent toutefois l’un et l’autre que Tiberius Alexander avait déjà pris les choses en main à Alexandrie190 et montrent clairement que Vespasien était en train de préparer son entrée dans la guerre civile191. Deux présentations de cet événement cœxistent donc : d’un côté, le discours impérial met l’accent sur une sorte de “passivité” (ce sont ses soldats qui auraient fait de Vespasien un empereur) ; de l’autre, nos deux historiens dépeignent le chef des légions d’Orient comme tout à fait actif, malgré quelques hésitations. La perspective adoptée par Tacite et Suétone trouve sans aucun doute sa source dans un désir de dévoiler la véritable manière dont cet événement s’est produit (l’acclamation a en réalité été organisée en sous-main par les officiers). Il n’en demeure pas moins qu’elle avait aussi l’avantage de présenter Vespasien comme parfaitement maître de ses légions, qui l’acclament, mais parce qu’elles sont sous l’influence des officiers supérieurs. La situation est donc sensiblement la même que pour Vitellius, mais, cette fois-ci, la personne choisie pour occuper la fonction suprême est active et non passive et la perspective adoptée l’exact inverse de celle utilisée pour le soulèvement des légions de Germanie, augurant ainsi le futur retour à l’ordre.

Les scènes de mort d’empereur

67Le début de la biographie d’Élabagal, dans l’Histoire Auguste, dresse une liste de bons et de mauvais empereurs et termine par une remarque qui montre bien l’importance de la façon dont les uns et les autres sont morts :

illi et diu imperauerunt et exitu naturali functi sunt, hi uero interfecti, tracti, tyranni etiam appellati

“Les premiers [scil. les bons empereurs] à la fois régnèrent longtemps et bénéficièrent d’une mort naturelle, tandis que les seconds [scil. les mauvais empereurs] furent assassinés, traînés à terre, même appelés tyrans”. (SHA, Hel., 1.3)

  • 192 Suet., Dom., 2.6.
  • 193 Suet., Titus, 10.1-11.2
  • 194 Cf. Cizek 1977, 117, puis p. 120-134, pour une étude du cas de chaque empereur. Cette analyse por (...)

68Il est très clair, au vu de ce passage, que la mort d’un empereur constitue un “révélateur” de sa vie : s’il a été bon, il meurt dans son lit ; sinon, on l’assassine. La meilleure illustration de cette conception et de ses conséquences est sans doute la mort de Titus dans les Douze Césars, qui présente une alternative où Domitien empoisonne son propre frère192. Cette version, qui apparaît dans le Domitianus, vise bien sûr à noircir un peu plus le portrait qui est fait du dernier Flavien, en le présentant comme l’assassin de l’amor et deliciae populi Romani, mais un empoisonnement devait quand même constituer une “tache” pour Titus, car Suétone ne le mentionne nulle part dans le Titus, pas même pour le réfuter193. Par conséquent, outre que le soin avec lequel elles sont écrites témoigne de ce qu’elles constituaient des “moments de bravoure” en plus d’être des passages obligés, les scènes de mort d’empereur étaient également un enjeu historiographique, parce qu’elles résumaient en quelque sort l’ensemble de leur règne194.

  • 195 Suet., Tib., 73.2-4.
  • 196 Les autres versions sont introduites par un sunt qui putent (empoisonnement) et un alii (inanitio (...)
  • 197 Cf. les différents types de poison envisagés ensuite par Agrippine II pour éliminer Claude, en Ta (...)
  • 198 Malgré un bon début de règne : cf. chapitre 5, 175-177.

69Cet enjeu est visible même lorsque de multiples versions de l’événement cœxistaient, comme pour la mort de Tibère195. Chez Suétone, l’empereur meurt de quatre manières différentes : de maladie (ingrauescente ui morbi) ; empoisonné (uenenum ei a Gaio datum) ; par inanition forcée (cibum desideranti negatum) ; enfin, étouffé avec un coussin (puluinum iniectum). La mort naturelle devait être sinon la plus attestée, du moins la plus acceptée, car Suétone la reprend à son compte et Sénèque, cité nommément à cet endroit, l’avait manifestement étoffée en ajoutant des détails dramatiques. Parmi les trois autres, celle de l’étouffement se distingue par le peu de personnes la rapportant, puisqu’elles sont qualifiées de nonnulli196, mais le plus intéressant est qu’elles témoignent toutes d’une volonté de faire mourir Tibère “comme un tyran”, c’est-à-dire de mort criminelle (poison, inanition, étouffement). La façon dont ces alternatives se sont développées est facile à deviner : comme la maladie ne pouvait être niée, dans un cas elle sert de circonstance conduisant à une inanition forcée (in remissione fortuitae febris, “pendant la rémission d’une fièvre fortuite”), dans un autre elle amène à l’idée de l’empoisonnement progressif (uenenum... lentum atque tabificum, “un poison qui l’a consummé lentement”), pour ne pas attirer des soupçons197. Quant à la version de l’étouffement, le participe deficienti, “alors qu’il agonisait”, soit fait de la maladie une circonstance, comme pour l’inanition, soit présente le dernier acte comme un surcroît de cruauté alors que l’assassinat est déjà en cours. Tibère, unanimement reconnu comme un tyran198, n’était en effet pas mort comme tel et ces trois versions ont tenté de “remédier” à cette “anomalie”.

  • 199 Chapitre 5, 194-196.
  • 200 Cf. le premier discours de Néron au Sénat, en Tac., Ann., 13.4.2 et les allusions récurrentes, da (...)

70La mort de Claude représente une autre tentative de “remédiation”. Son personnage présente en effet des traits tyranniques199, ce qui rend pour ainsi dire sa mort par empoisonnement “cohérente” avec la façon dont son règne a été décrit. Néanmoins, dans un premier temps, il n’était pas possible de reconnaître publiquement l’assassinat, même si des allusions à un fonctionnement tyrannique ont sans doute émergé assez vite200. Cependant, la version officielle de la maladie était une mort de bon empereur et ne pouvait donc pas non plus rester telle quelle. C’est ici qu’intervient l’Apocoloquintose :

Expirauit autem dum comoedus audit, ut scias non sine causa illos timere. Vltima uox eius haec inter homines audita est, cum maiorem sonitum emisisset illa parte, qua facilius loquebatur : “ Vae me, puto, concacaui me. “ Quod an fecerit, nescio ; omnia certe concacauit.

“Il expira donc en écoutant des comédiens, de sorte qu’on sait qu’on ne les craint pas en vain. Voici la dernière parole qu’on entendit de lui parmi les hommes, après émission d’un bruit assez fort du côté par lequel l s’exprimait plus facilement : “ Pauvre de moi ! je me suis couvert de merde, je pense” ; je ne sais pas s’il l’a fait ; mais il est sûr qu’il couvrait tout de merde.” (Sen., Apoc., 4.2)

  • 201 Cf.par exemple Vespasien, qui, pris lui aussi de diarrhées au moment de son agonie, laisse néanmo (...)
  • 202 Ces traits sont ensuite développés dans l’ensemble de l’Apocoloquintose : cf. Moretti 2003.

71La scène décrite dans ce paragraphe ne contient pas une once de dignité impériale : les flatulences de Claude, combinées à sa diarrhée, le souillent complètement de ses excréments ; la narrateur ironise sur son bégaiement en suggérant qu’il parlait plus aisément avec son anus qu’avec sa bouche et ses derniers mots, au lieu de témoigner d’une quelconque grandeur d’âme201, soulignent au contraire son abaissement et le ridiculisent202. Il ne s’agit pas d’une mort de tyran, mais en aucun cas non plus d’une mort de bon empereur.

  • 203 Les notices nécrologiques, par exemple, sont des jugements explicites.
  • 204 Pour une étude détaillée des récits de cet événements, cf. Duchêne 2018 a.
  • 205 La Penna 1976.
  • 206 Harris 1962 et supra, p. 137-138, pour une application de ce modèle aux morts de rivaux de l’empe (...)
  • 207 Othon convainc ses proches de s’en aller (Tac., Hist., 2.48.1 ; Suet., Otho, 10.4) ; il détruit d (...)
  • 208 Suet., Otho, 10.1-3.
  • 209 Gascou 1984, 297-298.

72Ce type de scène, déjà important du point de vue de la narration historique, avait donc également une importance politique, car il représentait, même sans que ce soit explicite203, un ultime jugement sur la vie du Prince ainsi décédé. Les conséquences de cette conception sont particulièrement visibles à propos de la mort d’Othon204. La façon dont elle est relatée présente une évidente dimension littéraire, du fait de son rattachement au type du portrait paradoxal, bien étudié par A. La Penna205. Elle contient également de nombreux éléments communs avec celle de Sénèque, ce qui montre qu’on a aussi cherché à la rapprocher du modèle de morts de philosophes stoïciens206. Ces deux aspects auraient pu provoquer une émulation parmi les auteurs, mais les récits de Tacite et Suétone sont étonnamment identiques et présentent la même précision207. Cette concordance va à l’encontre de l’insistance du biographe sur le fait qu’il tenait ce récit de son père, qui y avait soi-disant assisté208, car il est fort peu probable qu’un tel récit uniforme soit l’œuvre d’un simple tribun angusticlave, qui, de toute façon, ne pouvait matériellement pas être présent209. Il faut donc plutôt voir, dans les affirmations de Suétone, une volonté de combattre, peut-être, un discours, perdu pour nous, qui présentait cette version comme trop belle pour être vraie.

  • 210 Suet., Dom., 10.5.
  • 211 “Après les Julii, les Claudii et les Servii, il avait été le premier à posséder le pouvoir impéri (...)
  • 212 Cf. Tac., Hist., 3.46.1-3 et surtout Suet., Otho, 9.4, où elle est formellement réfutée avec une (...)
  • 213 Chapitre 5, 214-224 et Duchêne 2014.

73Un seul élément y est “flottant”, au sens où il n’apparaît pas toujours à la même place : c’est l’adresse d’Othon à son neveu, Coccéianus. Chez Suétone, en Suet., Otho, 10.4, elle a lieu au moment où l’empereur prie ses proches de s’en aller. Chez Plutarque (Plut., Otho, 16.4) et Tacite (Tac., Hist., 2.48.2), elle est placée après le départ des proches et la distribution d’argent et donne lieu à un discours : le premier la rapporte au style direct, le second au style indirect. Or Coccéianus a ensuite ostensiblement honoré la mémoire de son oncle, au point que Domitien a fini par le considérer comme une menace et le faire exécuter210. Il est dès lors vraisemblable que le récit de la mort d’Othon ait été, au moins en partie, fixé par ses partisans : ils devaient avoir l’espoir de s’en servir pour favoriser à son tour son neveu. Cela pourrait expliquer notamment une phrase comme Post Iulios, Claudios, Seruios, se primum in familiam nouam imperium intulisse211 chez Tacite : l’expression familiam nouam, formée sur celle d’homo nouus, donne l’impression que le principat est une magistature comme les autres, dont Othon aurait ouvert la voie pour que d’autres membres de sa famille y prétendent ensuite, à la manière du consulat. Dans de telles conditions, Coccéianus et ses partisans avaient tout intérêt à ce que prévale un récit édifiant sur une autre version, qui transparaît à propos de la possibilité ou non de continuer le combat et où Othon se suicidait par peur ou désespoir212. En insistant sur la caractère héroïque et “civique” de cette mort, c’était en effet l’ensemble de son bref règne qui se présentait sous un jour positif et ce malgré ses indubitables liens avec Néron213.

Fixité et multiplicité des différentes versions

74Les scènes de mort d’empereurs, parce qu’elles ont été relatées systématiquement, permettent aussi d’étudier plus facilement un autre invariant du traitement de leur matériau par nos deux auteurs : la façon dont ils ont géré les versions parfois multiples qui s’offraient à eux à propos d’un même événement. Les exemples qui vont suivre seront donc uniquement tirés de ce genre de passages, mais les observations qui en découleront sont bien sûr aussi valables pour d’autres épisodes.

Cas des versions multiples

  • 214 Pour Hurley 2001, ad loc., p. 236, ces variantes seraient le signe que l’histoire de l’empoisonne (...)

75Suétone a tendance à présenter à son lecteur tous les détails et récits alternatifs, ce qui devient parfois l’occasion d’un “point” sur la situation historiographique. C’est le cas à propos de la mort de Claude, dont la cause était apparemment connue de tous, mais qui a paradoxalement également engendré des variantes214 :

Et ueneno quidem occisum conuenit ; ubi autem et per quem dato, discrepat. Quidam tradunt epulanti in arce cum sacerdotibus per Halotum spadonem praegustatorem ; alii domestico conuiuio per ipsam Agrippinam, quae boletum medicatum auidissimo ciborum talium optulerat. Etiam de subsequentibus diuersa fama est. Multi statim hausto ueneno obmutuisse aiunt excruciatumque doloribus nocte tota defecisse prope lucem. Nonnulli inter initia consopitum, deinde cibo affluente euomuisse omnia, repetitumque toxico, incertum pultine addito, cum uelut exhaustum refici cibo oporteret, an immisso per clystera, ut quasi abundantia laboranti etiam hoc genere egestionis subueniretur.

“Et du moins sur le fait qu’il a été tué avec un poison, il y a accord ; mais sur où et par l’intermédiaire de qui il lui a été donné apparaissent des divergences. Certains rapportent qu’il était en train de dîner dans la citadelle avec des prêtres et qu’on a utilisé Halotus, l’eunuque qui était son goûteur ; d’autres qu’il s’agissait d’un banquet intime et que ce fut Agrippine : elle lui avait offert des cèpes empoisonnés, car il était tout à fait avide de ce type de mets. Pour la suite aussi, ce qu’on raconte diffère. Beaucoup disent qu’il devint muet tout de suite après avoir ingéré le poison et que, torturé par des douleurs toute la nuit, il mourut peu avant l’aube. Selon quelques-uns, au début, il s’est endormi, puis, la nourriture refluant, il vomit tout et qu’on lui redonna du poison, sans qu’on sache bien s’il avait été ajouté à une bouillie, comme s’il convenait de remédier à son épuisement avec de la nourriture, ou bien en le faisant passer dans un lavement, comme s’il peinait parce qu’il avait trop mangé et qu’on voulait l’aider aussi par cette façon de se vider.” (Suet., Cl., 44.3-7)

76Le jeu des modalisateurs est très intéressant dans ce passage, car il permet de mettre au jour deux types de sources. En effet, dans un premier temps, la partie sur l’empoisonnement est introduite par le verbe tradere, ce qui amène à penser à des récits écrits. Celle sur les effets du poison dépend en revanche d’une fama, puis d’un simple aiunt, ce qui suggère plutôt des sources orales et que les auteurs consultés par Suétone devaient avoir passé sous silence les troubles gastro-intestinaux de Claude, peut-être considérés comme convenant assez mal à des ouvrages d’histoire. À chaque étape de l’empoisonnement, deux versions sont relatées. Pour l’ingestion du poison, les sources sont désignées d’une façon neutre (quidam d’un côté, alii de l’autre), ce qui empêche de les distinguer, et la répétition de l’expression per + accusatif (per Halotum spadonem ; per ipsam Agrippinam) contribue elle aussi à les mettre sur le même plan. Néanmoins, la version où Agrippine se charge en personne de l’empoisonnement apparaît comme un surenchérissement dans l’horreur, comme dans la version où Tibère, et non Séjan, empoisonnait lui-même Drusus II. Les effets du poison donnent eux aussi lieu à des divergences, réparties en deux groupes cette fois-ci distincts, puisqu’un multi introduit la version où le poison est pris en une seule fois et un nonnulli celle où il est nécessaire d’en redonner à Claude. Cette seconde variante contient une hésitation sur le moyen utilisé pour l’administration renouvelée (incertum pultine addito... an immisso per clystera), qui témoigne de ce qu’elle a été imaginée sur la base de la vraisemblance : que pourrait-on bien prétendre pour redonner du poison à l’empereur alors qu’il vient de vomir ? qu’il lui faut manger pour se remettre l’estomac d’aplomb ou, au contraire, qu’il lui est nécessaire de le vider complètement. Suétone présente la version où Claude s’enfonce immédiatement dans l’inconscience comme plus attestée, mais il n’intervient pas lui-même explicitement en sa faveur.

  • 215 Tac., Hist., 1.41.1-3.
  • 216 Suet., Gal., 20.1-2.
  • 217 Plut., Gal., 27.2-3.
  • 218 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 100, ce soldat serait celui qui aurait ensuite coupé la tête de Ga (...)

77Cette manière de procéder est assez courante chez Suétone et donne la même impression de recherche d’exhaustivité que pour les listes de présages, de sorte qu’il est possible de se demander s’il ne s’agirait pas là d’une caractéristique du genre biographique, dont le lectorat attendrait une présentation détaillée et non un simple récit vraisemblable et cohérent. En effet, ce type de procédé apparaît assez peu chez Tacite et, lorsque c’est le cas, le but poursuivi est bien différent de ce que nous venons d’étudier dans la Vie de Claude, par exemple lorsqu’il relate la mort de Galba215. Dans le récit que Suétone fait de cet événement, les modulations portent uniquement sur les derniers mots de l’empereur et on trouve, comme dans les Histoires, la même alternative entre une supplication aux soldats ou une reprise, avec ajout de ferire, de la formule sacrificielle hoc age216. Tacite, lui, insiste sur l’arrière-plan partisan ayant présidé, dans ses sources, au choix d’une des deux versions (ut cuique odium aut admiratio fuit, “selon la haine ou l’admiration qu’on avait pour lui”), mais il les traite de la même façon que le biographe : celle où Galba supplie est introduite par une formule neutre (alii chez Tacite, sunt qui tradant chez Suétone, ce qui permet de savoir qu’il s’agissait de sources écrites), tandis que l’autre a une claire prééminence, puisque les personnes qui la rapportent sont plus nombreuses. L’utilisation, à chaque fois, de l’adjectif substantivé plures et de la formule agerent ac ferirent permet ainsi de voir que nos auteurs se sont, sur ce point, appuyés sur le même matériau. En revanche, l’historien se singularise du biographe par l’attention qu’il porte aux noms des différents soldats dont le comportement “scande” la chute de Galba : le premier à avoir jeté son image à terre (Atilium Vergilionem fuisse tradunt, “on rapporte que c’était Attilius Vergilio”) ; le premier à l’avoir frappé (de percussore non satis constat, “le nom de son assassin n’est pas assez attesté”). Les doutes qui subsistaient au sujet du nom de ce dernier devaient également se trouver dans une source commune, car Plutarque les mentionne aussi, avec en outre les modulateurs similaires à ceux de Tacite217 : son quidam devient ἔνιοι ἱστοροῦσιν, son alii neutre un simple οἱ δέ, son crebrior fama tradidit un ὡς οἱ πλεῖστοι λέγουσι. Il ajoute toutefois un dernier nom, celui de Fabius Fabullus, qu’il introduit par un autre οἱ δέ, ce qui montre qu’il ne s’est pas contenté du matériau utilisé dans les Histoires218.

  • 219 Cf. infra.
  • 220 Suet., Gal., 19.5.
  • 221 Suet., Gal., 20.3. Plutarque mentionne un centurion qui tente de s’interposer pour défendre l’emp (...)
  • 222 Suet., Gal., 20.3-4.
  • 223 Tac., Hist., 1.40.1.
  • 224 Tac., Hist., 1.40.2.
  • 225 Tac., Hist., 1.40.2.

78D’ordinaire, Tacite cite peu ce genre de variations219 : il devait donc avoir une raison particulière de le faire ici. Comme il s’agit de la première mort d’empereur qu’il a décrite, il a pu s’attacher à des détails considérés ensuite comme finalement secondaires, d’où leur disparition. Mais la comparaison entre sa version et celle des Douze Césars permet d’envisager une autre explication. Les éléments que Suétone introduit dans cette trame narrative manifestement déjà assez fixe contribuent à donner à la scène une dimension tragique : les soldats marquent un léger arrêt quand ils aperçoivent l’empereur220 ; absolument personne ne se porte à son secours221 ; une troupe de Germains fait une tentative, mais elle arrive trop tard, car, ne connaissant pas bien Rome, elle s’est perdue en chemin222. Chez Tacite, en revanche, les ajouts signalent une interprétation politique sous-jacente de ce qui est en train de se passer : commentaire sur le silence du peuple223 ; parallèle entre Galba et les rois parthes224 ; insistance sur le fait que ni les lieux, ni la personne qu’ils vont tuer n’arrêtent les soldats othoniens225. Dans cette perspective, ce n’est pas tant l’incertitude sur le nom du porte-enseigne qui importe, mais la confirmation que ce fut bien cet homme-là, au rôle hautement symbolique, qui fut le premier à abandonner l’empereur : l’hésitation est une manière de signaler que, si le nom est incertain, la fonction de porte-enseigne, elle, n’est pas sujette à discussion. De même, évoquer un soldat rengagé ou un homme de la XVe légion vaut davantage pour ce qu’ils indiquent que pour une identification précise des assassins : les hommes qui s’étaient dressés contre Galba appartenaient à l’armée de métier et n’étaient pas des opportunistes, ce qui rend leur nom exact finalement anecdotique. Tacite a donc en réalité fait figurer des expressions modalisatrices à cet endroit-là de son texte pour souligner la symbolique politique des différents acteurs du drame : il ne s’agit ni d’inexpérience, ni d’une volonté de présenter à son lecteur toutes les versions contenues dans ses sources.

Cas des versions unifiées

79La pratique tacitéenne n’a donc pas pour objectif de faire des points historiographiques sur une question particulière. Au contraire, cohérent avec son rôle de guide narratif, l’historien a en réalité plutôt l’habitude de fusionner les versions, pour produire un récit unifié. Sa description de la mort de Claude est ainsi assez différente de celle de Suétone :

Deligitur artifex talium, uocabulo Locusta, nuper ueneficii damnata et diu inter instrumenta regni habita. Eius mulieris ingenio paratum uirus, cuius minister e spadonibus fuit Halotum, inferre epulas et explorare gustu solitus. Adeoque cuncta mox pernotuere ut temporum illorum scriptores proderint infusum delectabili boleto uenenum nec uim medicaminis statim intellectam, socordiane an Claudii uinolentia ; simul soluta aluus subuenisse uidebatur. Igitur exterrita Agrippina et, quando ultima timebantur, spreta praesentium inuidia, prouisam iam sibi Xenophontis medici conscientiam adhibet. Ille, tamquam nisus euomentis adiuuaret, pinnam rapido ueneno inlitam faucibus eius demisisse creditur, haud ignarus summa scelera incipi cum periculo, peragi cum praemio.

“Est choisie comme artisan de ces décisions une femme du nom de Locuste, récemment condamnée pour empoisonnement et longtemps considérée comme un des instruments du pouvoir. Grâce aux connaissances naturelles de cette femme, un poison fut préparé, dont l’agent fut l’eunuque Halotus, qui habituellement apportait les plats et les goûtait. Tous les détails furent bientôt à ce point connus partout que les écrivains de cette période ont fait savoir que le poison avait été répandu sur un cèpe délicieux et qu’on n’avait pas compris tout de suite la force de cette drogue, à cause de l’indolence de Claude ou de son ivrognerie ; en même temps, une diarrhée semblait lui être venue en aide. Agrippine fut donc tout à fait terrifiée et, comme lorsqu’on craint l’ultime châtiment, passa outre la haine de l’assistance, en impliquant le médecin Xénophon, dont elle s’était déjà assuré la complicité. Celui-ci, comme s’il aidait les efforts de Claude en train de vomir, introduisit au fond de sa gorge, croit-on, une plume enduite d’un poison rapide, car il n’ignorait pas que commencer les plus grands crimes est dangereux, mais que les mener à bien est profitable.” (Tac., Ann., 12.66.2-67.2)

  • 226 Chapitre 2, 73-75.
  • 227 Selon Grimm-Samuel 1991, Claude serait mort d’un empoisonnement accidentel à l’amanite phalloïde, (...)
  • 228 Pour Koestermann 1967, ad loc., p. 227, Tacite aurait en fait décidé de ne donner que les détails (...)

80Tacite s’appuie ici sur des sources écrites (scriptores), même s’il ne s’agit pas nécessairement d’historiens226, souligne leur caractère contemporain de l’événement (illorum temporum) et affirme que les détails de la mort de l’empereur étaient connus de tous (adeo cuncta mox pernotuere) : tout est donc fait pour que le lecteur considère sa version comme indiscutable. De fait, contrairement au texte de Suétone, le sien ne comporte que deux modalisations narratives : l’une sur pourquoi l’action du poison n’a pas tout de suite été perceptible (socordiane an Claudii uinolentia), l’autre sur la façon dont le médecin de Claude est intervenu à son tour (Ille... pinnam... demisisse creditur). Or la comparaison avec les Douze Césars montre que les divergences ne portaient pas vraiment sur ces points-là, mais sur la personne ayant présenté le poison en premier lieu à Claude, puis sur les effets de la drogue absorbée par l’empereur. À ce propos, Tacite ne manifeste aucune hésitation et choisit sans problème, parmi les diverses versions présentes du biographe, celles qui l’intéressent le plus : c’est le goûteur Halotus qui présente les champignons empoisonnés à Claude et, par la suite, comme la première dose n’est pas suffisante, on est obligé de lui en administrer une seconde. Il a donc éliminé sans la moindre mention la version avec surenchérissement où Agrippine se charge elle-même de proposer les fameux cèpes227 à Claude et celle, ensuite, où l’empereur est immédiatement frappé de mutisme et décède après une nuit de souffrance228.

  • 229 Sen., Apoc., 4.3 (dans les derniers mots de l’empereur).

81Les raisons à l’œuvre dans ces deux choix sont difficiles à déterminer avec certitude, faute d’indications de la part de l’auteur. Il a pu considérer que le surenchérissement rendait une intervention directe d’Agrippine suspecte et qu’une plongée immédiate de l’empereur dans l’inconscience correspondait mal à la longue réflexion sur le type de poison adéquat introduisant l’assassinat en lui-même. En revanche, les fragments narratifs sélectionnés ont comme point commun de souligner, à chaque fois, l’absence totale de fiabilité des personnes dans l’entourage de Claude, même assez proches de lui (son goûteur ; son médecin personnel). La seconde partie accentue le caractère sordide de sa mort en faisant vomir Claude (nisus euomentis) et en rappelant qu’il est un indolent et un ivrogne (socordiane an Claudii uinolentia), après avoir ajouté le détail de la diarrhée fulgurante (soluta aluus), absent chez Suétone, mais présent chez Sénèque à des fins évidentes de dégradation229.

  • 230 Chapitre 2, 56-59.
  • 231 La variante de la plume est seulement introduite par un nonnulli.
  • 232 Sur les rapports de l’historiographie actuelle à la causalité, cf. Veyne 1971, 196-231 de l’éditi (...)

82Pourquoi, alors, avoir modalisé deux éléments secondaires ? Le creditur dont dépend l’intervention du médecin a pu avoir pour but de signaler le caractère bien informé de cette version, puisque ce verbe est souvent associé à des sources proches du pouvoir230. Or c’est le recours à la bouillie, pas celui à la plume, que Suétone signale comme soutenu par des multi231. Tacite pouvait être conscient d’avoir choisi l’élément le moins fréquent et avoir décidé de mettre en avant la qualité de son origine pour compenser. Quant à l’expression socordiane an Claudii uinolentia, peut-être plus que par une véritable hésitation, elle pourrait s’expliquer par une volonté de souligner combien Claude déchoit de sa position : qu’il soit indolent ou totalement aviné, il n’agissait manifestement pas, à ce moment-là, comme il seyait à un empereur du peuple romain. Tacite opère ainsi une sélection parmi les différentes versions à sa disposition, mais sans expliquer à aucun moment les choix qu’il a faits. Il y a donc production d’un récit cohérent, mais sans justification, ce qui diffère grandement de la pratique historiographique actuelle232.

  • 233 Maladie ; empoisonnement ; inanition forcée ; étouffement.
  • 234 Y contribue aussi la présentation de l’assassinat comme de son propre fait (c’est lui qui séduit (...)
  • 235 Suet., Cal., 12.2-5.
  • 236 Cf. Hurley 1993, ad loc., p. 36 : “Suetonius neither verifies nor denies the tale that follows.”
  • 237 Pour Wardle 1994, ad loc., p. 147, cette histoire peut provenir d’une plaisanterie de mauvais goû (...)
  • 238 Le raisonnement logique et fondé avec opinari, le support écrit et historique avec auctores.

83Il arrive parfois aussi à Suétone de produire ce type de récit unifié, mais dans des cas bien particuliers : lorsqu’il doit raconter à nouveau la mort d’un empereur dans une biographie qui n’est pas la sienne. Celle de Tibère est ainsi bien différente dans le Caligula par rapport au Tiberius, car il y choisit entre toutes les morts possibles233, pour former une version unitaire où certaines d’entre elles s’ajoutent, faisant de Caligula un monstre234 : l’empoisonnement et l’étouffement sont combinés, en lien avec la question de l’anneau impérial, puis deux éléments paroxystiques sont ajoutés, l’étranglement des propres mains de Caligula et la crucifixion d’un affranchi n’ayant pas pu s’empêcher de pousser une exclamation235. L’attitude du biographe face à ce récit est d’ailleurs beaucoup plus ambiguë que pour la mort de Claude, car il a recours à une expression modalisatrice, ut quidam opinantur, “comme le pensent certains”, mais dans une proposition subordonnée, ce qui conduit à un récit à l’indicatif, comme s’il s’agissait d’une vérité établie. La seconde partie du paragraphe, avec son nec abhorret a ueritate, “ce n’est pas incompatible avec la vérité”, accroît la confusion du lecteur, en distinguant cette version et la vérité, sans néanmoins donner d’indication sur en quoi elles s’opposent ou coïncident236 : elles ne sont seulement “pas incompatibles”. En vérité, le verbe abhorrere, qui signifie littéralement “se détourner avec horreur de quelque chose”, signale seulement que ce récit n’est pas une invention grossièrement mensongère, car le discours indirect dépendant de cum sint quidam auctores, “car certains auteurs racontent que”, en dévoile les soubassements : Caligula se serait effectivement vanté d’être une fois presque passé à l’acte, afin de préserver sa réputation de pietas envers sa famille237. Le biographe était donc parfaitement conscient de la façon dont s’élaboraient certains récits qui circulaient sur les empereurs : une déclaration d’intention, vraie ou fausse, pouvait être présentée par la suite comme un fait attesté - ici, Caligula déclarant avoir failli poignarder Tibère est devenu Caligula étranglant Tibère de ses propres mains. Cela peut expliquer pourquoi ses deux expressions modalisatrices signalent la qualité des sources invoquées238, mais aussi pourquoi une telle version unifiée n’apparaît pas dans le Tiberius, où il s’agit non de charger Caligula, mais de donner à l’empereur une mort le signalant définitivement comme un tyran : Suétone est donc bien loin de citer n’importe quoi sans distinction aucune, comme certains continuent encore de le croire.

Quelle personnalisation ?

84Diverses raisons peuvent expliquer la multiplicité ou non des versions circulant sur la mort d’un empereur. La première est le caractère plus ou moins récent de cet événement : les décès les plus “uniformisés” sont ceux de Galba, Othon et Vitellius, soit les plus proches du temps de l’écriture, alors que les plus divers sont ceux de Tibère et de Claude. Il est facile d’imaginer que l’éloignement temporel, en affaiblissant la précision des souvenirs dans la mémoire collective, était propice aux ajouts et aux variations, contrairement à des faits encore récents. Deux autres critères peuvent aussi entrer en compte. L’objectif littéraire, tout d’abord : les versions unifiées de Tacite renforcent la dimension narrative de son texte, quand des formules de type ambigitur ou credunt mettent en avant le processus d’élaboration, en suspendant temporairement le récit. Dans certains cas, comme la mort d’Auguste ou celle de Néron, Suétone efface également ces marques, tout en restant aussi précis qu’ailleurs. Cette particularité donne à penser que ces morts avaient probablement donné lieu à des récits canoniques, auxquels il était difficile d’apporter une “touche personnelle” autre que stylistique, ce qui amène à déplorer avec d’autant plus de regret que le texte de Tacite, pour ces passages, soit elliptique ou manquant.

  • 239 Tac., Hist., 3.84.5-85.1 et Suet., Vit., 17.1-4. C’est aussi, avec quelques ajouts narratifs, le (...)
  • 240 Galtier 2010.
  • 241 Galtier 2010, 486 : “La dégradation de l’aspect extérieur du prince rend plus frappante et plus p (...)
  • 242 Tac., Hist., 3.84.5. et Galtier 2010, 486 : “Vitellius semble être descendu à un degré si bas dan (...)
  • 243 Tac., Hist., 3.84.5. Chez Cassius Dion, c’est la première option qui est choisie, avec une phrase (...)
  • 244 Tac., Hist., 3.85. Pour Galtier 2010, 486, il s’agit aussi de le charger “de tous les maux qui se (...)
  • 245 Tac., Hist., 3.85.
  • 246 Suet., Vit., 17.2. Chez Dion, la lâcheté de Vitellius l’amène à se cacher dans un tas d’immondice (...)
  • 247 Suet., Vit., 17.2-3.
  • 248 Suet., Vit., 17.4.
  • 249 Sur ce point, cf. Cizek 1975.

85Il était toutefois aussi possible d’introduire des éléments propres dans le cadre d’un récit relativement unifié, par exemple au moment de la mort de Vitellius. Tacite et Suétone suivent dans ce cas le même schéma : il est découvert dans son palais du Palatin ; on lui lie les mains dans le dos et on lui arrache ses vêtements ; il est ensuite “promené” dans les rues de Rome sous les insultes et, peut-être, les coups de la foule ; la pointe d’une épée est placée sous son menton afin de l’empêcher de baisser la tête ; pour finir, il est emmené aux Gémonies, où on le transperce avec des poignards239. Un cadre s’est donc visiblement mis en place assez tôt, de sorte que les divergences entre nos deux auteurs ne portent que sur des points de détail et ne se contredisent aucunement les unes les autres. Les différences de perspective qu’ils introduisent sont néanmoins intéressantes. F. Galtier a en effet bien montré que, chez Tacite, la chute de Vitellius, en particulier sa mort, suit un schéma tragique240 : l’empereur devient ainsi une sorte de φαρµακός241. De fait, les éléments que l’historien ajoute à la trame initiale entrent tous dans une perspective tragique : Vitellius ne suscite aucune pitié de qui que ce soit242 ; un Germain tente d’agir, sans qu’on sache bien si c’était pour délivrer ou agresser l’empereur243 ; on le force à prendre conscience de la versatilité de la Fortune en lui faisant contempler l’endroit où Galba a été tué et ses propres statues en train de tomber244 ; ses dernières paroles sont néanmoins dignes245. En comparaison, les éléments ajoutés par Suétone dans son propre récit lui confèrent une dimension sensiblement différente : à deux reprises, Vitellius tente lâchement d’échapper à son destin, d’abord en essayant de passer pour quelqu’un d’autre, ensuite en prétendant avoir des révélations à propos de la sécurité de Vespasien246 ; puis son portrait physique est fait au moment où il est mené à travers les rues de Rome, avec une insistance sur ses défauts, présentés comme une des raisons des insultes et des immondices qu’on lui lance247 ; enfin, le biographe est le seul à mentionner qu’on le torture avant la mise à mort finale248. Ces éléments peuvent aussi être interprétés comme faisant jouer à Vitellius le rôle d’un bouc émissaire, notamment en raison de l’insistance du biographe sur le violent acharnement du peuple contre lui, mais la perspective de Tacite fait de l’empereur déchu presque un simple rouage dans un processus plus global d’éloignement des horreurs de la guerre civile, alors que Suétone accentue l’avilissement du personnage, en soulignant sa lâcheté, sa laideur et sa dégradation physique et sociale249. Il serait donc faux de penser que, parce qu’il a très peu tendance à produire des récits unifiés dissimulant les différentes versions utilisées, ses textes seraient plus fiables ou moins élaborés : ses buts sont tout aussi littéraires que ceux de Tacite et, dans aucun des deux cas, une trame littéraire déjà fixée n’est un obstacle à une personnalisation de la narration.

86Nos deux auteurs ont donc été confrontés à différents éléments fixes qu’ils devaient intégrer à leur narration : parfois il s’agissait de faits incontournables, ainsi lorsqu’une version unifiée d’un événement existait déjà, parfois de simples éléments ponctuels, comme certains présages. Plus souvent, cette trame pré-existante se traduisait par une perspective particulière à adopter, un stéréotype à réutiliser ou une façon de dramatiser la narration. Il est néanmoins faux de voir là des éléments ôtant toute originalité aux œuvres étudiées, car il était manifestement possible de se les approprier pour créer un récit personnel. Cet aspect est évident pour Tacite, ne serait-ce que parce que son souci d’une narration unifiée l’amène à opérer des choix qui lui sont propres, mais c’est aussi le cas pour Suétone, qui se révèle bien loin de recopier n’importe quoi, n’importe comment, y compris quand un recours à des listes est perceptible.

  • 250 Cf. chapitre 3, dont les exemples, bien que ponctuels et circonscripts, permettent déjà de voir c (...)

87Il apparaît ainsi que nos deux auteurs ne se soucient pas uniquement de s’approprier des motifs pré-existants et de les adapter au cours de leur narration. Ils ont également en tête une manière particulière de présenter leurs protagonistes et c’est aussi elle qui détermine quel procédé ils vont utiliser, quel angle ils vont adopter et même comment ils vont mettre en scène leur propre auctoritas et celle de leurs sources250. Il nous faut donc à présent aborder le portrait global que les œuvres de notre corpus font de chaque empereur, car c’est lui qui constitue le but ultime et dès lors la clé de la démarche narrative de Tacite et Suétone.

Notes

1 Par exemple Sen., Apoc., 4.1, en particulier le v. 9, où les aurea saecula à venir sont évoqués.

2 Cette histoire est contrecarrée, chez Cassius Dion, par la précision que la lumière qui toucha Néron n’avait rien de la brillance du soleil (cf. C.D. 61.2.1 : ἐξ οὐδεµιᾶς τοῦ ἡλίου φανερᾶς) : la perspective défavorable à l’empereur a donc été obligée de reprendre cet élément afin de le réinterpréter, ce qui signale qu’il devait être assez diffusé pour qu’on ne puisse tout simplement l’omettre.

3 Pour un autre exemple de mythification, cf. chapitre 3, p. 90-95, l’épisode de Néron et des serpents.

4 Chapitre 5, 198-208.

5 Cizek 1982, passim, surtout p. 28-32 (formation), p. 75-77 (modèle oriental initié par Marc Antoine) et p. 349-353 (aspects religieux). Plus récemment, cf. aussi Champlin 2003, passim.

6 Cizek 1982, 25. Il parle à ce propos de “légende”.

7 La précision aliquanto post quam excessit constitutum sert sans doute à la fois à souligner la spontanéité de cette création, mais aussi le fait qu’Auguste ne s’était pas fait diviniser de son vivant.

8 Hellegouarc’h 1987 se demande si cette dimension “surhumaine” d’Auguste chez Suétone, manifeste tout au long de sa biographie, ne viendrait pas d’une projection des pratiques impériales du début du iie siècle.

9 Sur l’importance de l’astrologie dans le discours impérial, cf. Schmidt 2005. Pour une présentation plus succincte et centrée sur le seul Auguste, cf. Barbone 2013.

10 Sur Auguste et le thème de l’Âge d’or, cf. Zanker 2006 [2003], 179-205.

11 Vell. 2.36.1.

12 Vell. 2.59.6.

13 Krauss 1930, 67-71.

14 Krauss 1930, 71 : “It is clear that an elevation to power and glory [...] was derived directly from the majestic rise and the resplendent light of the sun.”

15 Le qualificatif de “porphyrogénète”, revendiqué par les empereurs byzantins, signale la persistance de cette “mythification” de la naissance du Princeps bien après la période qui nous intéresse.

16 Cf. par exemple le fameux discours de Marius dans le Bellum Iugurthinum de Salluste.

17 Nous pensons ici aussi bien aux archives familiales des grandes gentes qu’aux laudationes funebres, dont le but était de conserver le souvenir des actions accomplies par les membres de la famille, mais aussi, ce faisant, d’assurer la supériorité politique a priori de leurs descendants.

18 Duchêne 2013.

19 Plutarque aussi met ce point très explicitement en avant dans le discours qu’il fait tenir aux légats devant les légionnaires : cf. Plut., Gal., 22.7. Heubner 1963, ad loc., p. 37, qualifie l’expression id satis uidebatur de “sarkastisch” et Chilver 1979, ad loc., p. 61, de “heavily ironical”. La même perspective est adoptée, plus tard, dans la notice nécrologique que Tacite accorde à cet empereur : nulla sua industria, sed cuncta patris claritudine adeptus, “n’ayant rien obtenu par sa propre énergie, mais tout par la distinction de son père.” (Tac., Hist., 3.86.1)

20 Suet., Vit., 7.5 : Aduenientem... exercitus... libens ac supinis manibus excepit, uelut dono deum oblatum, ter consulis filium, “À son arrivée, l’armée l’accueillit volontiers en levant les mains au ciel pour remercier les dieux, comme s’ils le leur avaient envoyé en cadeau, car il était le fils d’un homme trois fois consul”. Chez Cassius Dion, les légionnaires proclament Vitellius empereur uniquement en raison de son origine aristocratique : cf. C.D. 64.4.2.

21 Suet., Vit., 3.5.

22 Cf. Tac., Hist., 3.86.1, sur la façon dont les héritiers des grandes familles aristocratiques romaines à la fois bénéficiaient du renom de leurs ancêtres et étaient tenus de l’actualiser pour s’en montrer digne, cf. Jacotot 2013, 429- 460. D’une manière générale, sur la façon dont les ancêtres étaient utilisés à Rome pour accroître le prestige individuel et familial, cf. Flower 1996.

23 Il y a là un certain paradoxe : si la “nature familiale” est de faire le mal, pourquoi en faire le reproche à Néron et, surtout, pourquoi le blâmer de ne pas avoir suivi les bons exemples qui s’offraient à lui ? Cette contradiction est d’autant plus visible que le verbe degenerare contient, comme le participe ingenita, la racine *gen : les qualités des membres positifs de la famille faisaient donc tout autant partie de la “nature familiale”.

24 Par exemple Tac., Ann., 1.4.3 : uetere atque insita Claudiae familiae superbia, “l’orgueil depuis longtemps congénital dans la famille des Claudii”. Suétone consacre une longue rubrique aux exemples de superbia chez les Claudii : cf. Suet., Tib., 2.4-9. La phrase qui suit présente Tibère comme héritant directement de ces caractéristiques : cf. Suet., Tib., 3.1. Sur ce sujet, cf. Ramondetti 2000, 25-48.

25 Devillers 1994, 134-141.

26 Tac., Ann., 6.6.2 et Koestermann 1965, ad loc., p. 251. Platon n’est néanmoins pas désigné par son nom, mais au moyen de l’expression praestantissimus sapientiae, “le plus remarquable philosophe”. Outre la connivence créée ainsi entre auteur et lecteur, cet exemple est aussi révélateur du statut très particulier des citations nominales.

27 Tac., Ann., 6.6.1. Tacite en cite un passage littéralement et insiste, en l’introduisant dans son récit, sur son respect des mots de Tibère, avec l’expression nam his uerbis exorsus est.

28 Suet., Tib., 67.1. Suétone est coutumier des citations de lettres, en particulier d’Auguste. L’importance de celle-ci est donc marquée par le fait que même Tacite rompt le cours de sa narration pour la citer en partie.

29 Chapitre 7, 290-293..

30 Pour une étude générale du stéréotype du tyran chez Tacite, cf. Devillers 1994, 139-140, et, avec une perspective tragique, Galtier 2011, 184-192.

31 Suet., Tib., 57.2-62.6 ; Cl., 34.1-6 ; Nero, 26.1-5, puis 35.1-37.6 ; Gal., 12.1-4 ; Vit., 14.1-5.

32 Suet., Tib., 46.1-49.2 ; Nero, 32.1-7 ; Gal., 12.5-13.1 ; Vit., 13.1-6.

33 Suet., Tib., 43.1-45.2 ; Nero, 28.1-29.2 ; Gal., 22.2  ; Vit., 3.5-4.1. Cf. aussi chapitre 3, 101-115, pour une application à propos du séjour de Tibère à Capri.

34 Suet., Tib., 63.1-65.6 ; Cl. 35.1-37.4.

35 Dunkle 1971, 12-15.

36 Suet., Tib., 41 ; Cl., 17.1-6 ; Nero, 18.1-2.

37 Tac., Ann., 12.23.2-24.2. Il y a bien sûr certainement là une influence des récentes conquêtes de Trajan.

38 Levick 1990, 137-149, en particulier p. 144.

39 Tac., Hist., 1.4.2.

40 Nous reviendrons plus loin sur la façon font la prise de pouvoir de Vitellius a été rapportée.

41 Tac., Ann., 1.35.3-4.

42 Woodman 1998 b.

43 Pour un exemple de la façon dont Tacite utilise ce type de raisonnement pour reconstituer ce qui a pu se passer, cf. Devillers 1995.

44 Le rapprochement se trouvait peut-être déjà dans les Bella Germaniae de Pline l’Ancien.

45 Jal 1962.

46 Suet., Otho, 10.3 ; Tac., Hist., 2.47.3 (cette idée se trouve dans un discours recomposé par l’historien, mais sa présence également chez le biographe montre qu’elle n’est pas une invention de sa part). Nous reviendrons plus loin sur la façon dont la mort d’Othon a été relatée.

47 Devillers 2005. Il abordait déjà la question dans Devillers 1994, p. 137-139, mais ne parlait alors que du général victorieux.

48 Tac., Ann., 13.35.1, puis 13.35.3-4.

49 Tac., Ann., 11.18.2-3, où des soldats sont exécutés pour n’avoir pas porté leurs armes pendant qu’ils creusaient un retranchement, en Germanie cette fois. Tacite conclut par cette remarque : Quae, nimia et incertum an falso iacta, originem tamen e seueritate ducis traxere : intentumque et magnis delictis inexorabilem scias, cui tantum asperitatis etiam aduersus leuia credebatur, “Ces histoires, excessives et peut-être diffusées mensongèrement, tiraient cependant leur origine de la sévérité du chef : on savait qu’il serait vigilant et inexorable pour les grands délits, celui dont on croyait qu’il était si dur même pour de petites fautes.” (Tac., Ann., 11.18.3) Il n’est donc pas sûr de la véracité de ce qu’il rapporte, mais n’en considère pas moins cette histoire comme représentative et la fait donc figurer à ce titre dans son récit.

50 Koestermann 1967, ad loc., p. 302 : “Demgegenüber [scil. la focalisation sur la personnalité de Corbulon] treten die sachlichen Angaben über der Verlauf des Feldzuges überall in den Hintergrund.” Autres exemples : Tac., Ann., 2.13.1 pour Germanicus ; Tac., Hist., 2.5.1 pour Vespasien. Cette topique était déjà présente dans la Vie d’Agricola, en Tac., Agr., 20.2. Pour une étude détaillée de l’application de ce stéréotype à Agricola, cf. Devillers 2005.

51 Suet., Tib., 18.3-19.1, mais aussi Vell. 2.114.1-3, même s’il est évidemment très peu étonnant de trouver dans cette œuvre la mise en avant d’un tel caractère positif à propos de Tibère.

52 Suet., Tib., 19.1.

53 Tac., Ann., 2.13.1.

54 On peut se demander si le fait qu’ils soient également à la veille d’une offensive importante ne joue pas également ce rôle : on ne ment pas lorsqu’on sait qu’on perdra peut-être la vie au combat le lendemain. Koestermann 1963, ad loc., p. 277 et Goodyear 1981, ad loc., p. 220 signalent tous deux le caractère conventionnel de cet éloge.

55 Cet anti-τόπος n’est bien sûr pas une invention de Tacite et Suétone : on le retrouve notamment chez Salluste, dans ses portraits de généraux romains incapables d’assumer leurs fonctions comme il se devait, dans le Bellum Iugurthinum (cf. notamment Sall., B.J., 37.3-4).

56 Keitel 2009, 135 : “Tacitus at times uses the dignified deaths of Nero’s victims (...) to underline the princeps’ cruelty.”

57 Au sens certes actif, mais dont les formes font écho aux vrais passifs du texte.

58 Keitel 2009, p. 131, rapproche cette présentation de l’Antigone de Sophocle.

59 n. 1, 126 de l’édition CUF et Syme 1958, 746.

60 Suétone insiste surtout sur la fausseté des accusations portées contre Octavie et ne donne pas de détails sur son exécution : cf. Suet., Nero, 35.3-4.

61 Tac., Ann., 14.58.1, puis 14.59.1-2.

62 Sur l’ambiguïté de certaines morts des victimes de Néron, cf. Keitel 2009, 138-141.

63 Sur ces suicides, cf. Grisé 1982. Sur la façon dont ces morts étaient typiques de la mentalité romaine, cf. Schunck 1964.

64 Sur cette influence chez Tacite, cf. Marx 1937. Sur les exitus en général, cf. Ronconi 1940.

65 Pour une attestation littéraire de l’existence de ce type de récit, cf. Tac., Agr., 2.1. Cf. aussi Devillers 1994, 142-143.

66 Tac., Ann., 15.60.2-64.4 pour Sénèque et Tac., Ann., 16.34.1-35.2 pour Thraséa.

67 Les références à la mort de Socrate sont également nombreuses dans ce passage : ingestion de ciguë, “libation” à Jupiter Libérateur pouvant faire penser au coq que Socrate demande de sacrifier pour lui à Esculape (sur ce point, cf. Koestermann 1968, ad loc., p. 309). La mort de Sénèque chez Tacite devient dès lors une sorte de “concentré” de mort de philosophe. Sur la recherche d’une mort stoïcienne par les aristocrates romains, cf. Schunck 1964, 57-73.

68 Tac., Hist., 3.81.1. Pline l’Ancien cite un Coeranus qu’il qualifie de philosophe, en N.H. 2 index, sans préciser à quelle école philosophique il appartenait.

69 Sur la dimension tragique, également, de la mort des victimes d’empereurs en général, cf. Galtier 2011, 200-203. Pour celle des sages, Galtier 2011, p. 207-209, va même jusqu’à parler de deuotio.

70 C’est pourquoi Devillers 2003, 43-45, compte très justement les récits d’exitus parmi les types de sources que Tacite a vraisemblablement utilisés pour rédiger les Annales. Keitel 2009, 142, considère que l’abondant matériau fourni par ces ouvrages explique en partie la récurrence de ce type de scène chez Tacite.

71 Pour Dorey 1960, 70-71, Agricola aurait été en réalité victime d’une sorte de burn-out, qui expliquerait en partie son rappel de Bretagne et dont il n’aurait jamais été capable de se remettre, d’où sa mort prématurée.

72 Suet., Dom., 11.1-4.

73 Cf. l’introduction d’E. de Saint-Denis pour son édition de la CUF, p. v-vi, pour les arguments en faveur de cette datation.

74 Pline le Jeune aborde également, dans son Panégyrique de Trajan, la question de la cruauté et de la dissimulation de Domitien, contribuant certainement lui aussi au développement de ce thème : cf. par exemple Plin., Pan., 48.4.

75 Keitel 2009, 134 : “Other victims of Nero summon up a composure in their last moments that reflects badly on the princeps’ fear and panic.”

76 Notamment en Tac., Ann., 16.16.1-2.

77 Suet., Vit., 13.1.

78 Suet., Vit., 14.1.

79 Suet., Vit., 14.2. Sur les sérieux problèmes financiers de Vitellius, notamment au moment de rejoindre son poste en Germanie, cf. Suet., Vit., 7.3-4 (on notera le satis constat avec lequel Suétone introduit ce paragraphe). Le motif des dettes impossibles à solder et ne donnant d’autre choix que de tenter de prendre le pouvoir apparaît aussi à propos d’Othon : cf. Tac., Hist., 1.21.1 ; Suet., Otho, 5.1 ; Plut., Gal., 21.3.

80 Suet., Vit., 14.4.

81 Suet., Vit., 14.5.

82 Suet., Vit., 14.7.

83 Cf. supra.

84 p. 139-140.

85 Suet., Vit., 14.2.

86 Suet., Vit., 14.2.

87 Sur le fait que seuls les mauvais empereurs étaient désignés dans les testaments comme co-héritiers, cf. Tac., Agr., 43.6-7.

88 Suet., Vit., 14.4.

89 Tac., Hist., 2.64.2.

90 Tacite ne prend pas parti à ce sujet et parle simplement d’opportuna morte, en Tac., Hist., 3.67.1. Cf. aussi Suet., Vit., 3.4 sur l’horreur des parents de Vitellius lorsque, à sa naissance, l’accession à l’Empire lui fut prédite.

91 Sur le présupposé chronologique présidant à l’organisation des catégories suétoniennes, cf. chapitre 6, p. 245-248. Il est ici trompeur, puisque l’allusion à la mort de Blaesus intervient au début du paragraphe, alors que, selon Tacite, elle a eu lieu vers la fin du règne de Vitellius.

92 Suet., Vit., 6.1-2 : Vxorem habuit Petroniam consularis uiri filiam et ex ea filium Petronianum captum altero oculo. Hunc heredem a matre sub condicione institutum, si de potestate patris exisset, manu emisit breuique, ut creditum est, interemit, insimulatum insuper parricidii et quasi paratum ad scelus uenenum ex conscientia hausisset, “Il épousa Pétronia, fille d’un ancien consul, et eut d’elle un fils, Pétronianus, qui était borgne. Comme celui-ci avait été choisi comme héritier par sa mère, à la condition qu’il sorte de la puissance paternelle, Vitellius l’émancipa et, peu de temps après, comme on l’a cru, l’assassina, en l’accusant en outre faussement de parricide et en prétendant que, pris de remords, il avait bu le poison préparé pour le crime.” On retrouve déjà ce motif à propos de Catilina, en Sall., Cat., 15.2.

93 p. 74.

94 Séjan lui-même n’obtiendra pas l’autorisation d’épouser Livilla, la veuve de Drusus II.

95 Galtier 2011, 219-220, à propos de Néron : “tous ces crimes paraissent s’enchaîner pour ne plus former que les étapes successives d’une seule et unique plongée dans l’abomination”.

96 Tac., Hist., 3.39.1.

97 Suet., Vit., 14.2.

98 Cf. le pauisse oculos spectata inimici morte iactauit de Tacite et le uelle dicens pascere oculos de Suétone.

99 Chapitre 2, 80-81.

100 J. Hellegouarc’h rapproche aussi le comportement de Vitellius durant l’agonie de Blaesus de sa visite à Bédriac : cf. sa note ad. loc. dans son édition des Histoires pour la CUF, p. 287.

101 Sur l’horreur soulevée par les luttes fratricides, cf. Jal 1962, en particulier les p. 171-177.

102 Par exemple Néron, pour lequel nos auteurs signalent qu’il aurait fait une première tentative d’empoisonnement de Britannicus avant le banquet qui lui serait fatal (cf. Suet., Nero, 33.4) ou encore l’aurait violé (cf. Tac., Ann., 13.17.2). De même, il aurait fait des commentaires sur le physique de sa mère en allant contempler son cadavre après sa mort (cf. Tac., Ann., 14.9.1 et Suet., Nero, 34.6).

103 Tac., Hist., 1.86.2-3.

104 Heubner 1963, ad loc., p. 184, qui dit que les présages “haben bei Tacitus jeweils symptomatisch-akzessorischen Charackter und sind ihres ursprüngliche religiösen Singehaltes entkleidet.”

105 C’est peut-être pour cette raison que cet événement n’apparaît pas chez Cassius Dion, mais le caractère fragmentaire de son œuvre sur cette période peut aussi en être la raison.

106 Tacite mentionne aussi ces boucliers, en Tac., Hist., 1.89.3.

107 Cf. le début du paragraphe suivant, en Suet., Otho, 9.1 : Simili temeritate..., “Avec la même témérité...”

108 Guittard 2003, 16, le notait déjà pour les prodiges du livre I des Histoires de Tacite.

109 Pour une analyse détaillée de ce passage chez Tacite et, plus généralement, de la position de l’historien face à l’haruspicine étrusque, cf. Guittard 2003, mais aussi Briquel 1995.

110 Suet., Gal., 19.1.

111 Tac., Hist., 1.27.1.

112 Tac., Hist., 1.18.1 : Quartum idus Ianuarias, foedum imbribus diem, tonitrua et fulgura et caelestes minae ultra solitum turbauerant. Obseruatum id antiquitus comitiis dirimendis non terruit Galbam quo minus in castra pergeret, contemptorem talium ut fortuitorum, seu quae fato manent, quamuis significata, non uitantur, “Le quatrième jour avant les ides de janvier, jour horrible à cause des averses, avait été troublé plus que d’habitude par des coups de tonnerre, des éclairs et d’autres menaces célestes. Ce présage respecté autrefois pour ajourner les comices ne fit pas peur à Galba au point de ne pas se rendre au camp, parce qu’il méprisait de tels phénomènes en tant qu’ils étaient fortuits ou parce que ce que le destin nous réserve, bien qu’il nous soit signifié, ne peut être évité.”

113 Suet., Otho, 3.6 : etiam sacrificanti interfuit audiuitque praedicta haruspicis, “il assista même au sacrifice et entendit la prédiction de l’haruspice”.

114 Sur la façon dont les présages font aussi écho aux thèmes des Annales, cf. Devillers 1994, 306-317.

115 Grimal 1989, mais aussi Devillers 2006, 18.

116 Grimal 1989, 176.

117 Tac., Ann., 14.9.3.

118 Tac., Ann., 14.12.2.

119 Tac., Ann., 14.22.1-2.

120 Tac., Ann., 15.47.1-2.

121 Pour Devillers 2006, 19, ces présages successifs ne sont pas à interpréter en fonction du cas personnel de Néron, car ils servent en réalité à signaler une situation de crise dans l’État. Il n’y a donc pas à s’étonner que l’empereur continue à régner malgré ces “avertissements”.

122 Suet., Nero, 6.2-3.

123 Suet., Nero, 7.3.

124 Suet., Nero, 36.1.

125 Suet., Nero, 40.2-5.

126 Suet., Nero, 46.1-6.

127 Suet., Tib., 14.1-6.

128 Suet., Tib., 74.1-3.

129 Tac., Ann., 6.46.3-4.

130 Sur ce point, en particulier chez Tacite, cf. Galtier 2011, passim.

131 Pour Bradley 1978, 246, commentant Suet., Nero, 40.2, l’inclusion de ces présages avait pour but de simplement divertir le lecteur.

132 Bradley 1978, ad. Suet., Nero, 46.1, p. 268, parle de “conventional feature in Roman historical writing”, mais ne s’interroge pas sur la place de ces mentions.

133 Suet., Tib., 14.1-6 : poussin que Livie aurait fait éclore ; prédiction de l’astrologue Scribonius ; illumination spontanée des autels de Philippes ; oracle de Géryon ; aigle sur le faîte de la maison de Tibère ; tunique semblant en feu ; prédiction de l’astrologue Thrasylle.

134 Pour Devillers 2006, 15-16, Suétone est aussi influencé par une tendance de l’historiographie impériale à ne plus interpréter les présages par rapport à l’État, mais par rapport à l’empereur. Il serait donc logique que, écrivant des biographies exclusivement centrées sur ces figures, Suétone en rapporte une grande quantité.

135 Dix-huit occurrences, sur un total de soixante-quatre mentions. Pour une étude détaillée des types de présages chez Suétone, avec une insistance sur ceux relevant de la science interprétative étrusque, cf. Champeaux 1995.

136 Quatorze occurrences, sur un total de quarante-quatre.

137 Foudre, comète, éclipse de soleil, pluie diluvienne : dix occurrences.

138 Six occurrences chacun. Pour une tentative de relevé systématique et d’explication des différents types de présages chez Tite-Live, Tacite et Suétone, cf. Krauss 1930. Sur les prodiges en général, cf. Bloch 1963.

139 Grimal 1989.

140 Grimal 1989, 174, signale qu’il ne s’agit pas d’une originalité de Tacite : cette manière de procéder découle d’une tradition également perceptible chez Tite-Live.

141 Tac., Ann., 3.29.1 pour Nero et 4.4.1 pour Drusus III.

142 Suet., Otho, 3.1-2. Pour une étude historiographique de cet épisode, cf. Devillers 2008.

143 Chapitre 5, 227-228.

144 Suet., Tib., 15.4 puis 17.1-2.

145 Tac., Hist., 1.4.2.

146 Master 2012, 89 : “One of the lessons the Histories conveys with Otho’s rise and fall is that the very actions one uses to carry a coup undermine one’s authority once he has gained control of the principate.” À mon avis, cette perspective peut être élargie à l’ensemble des empereurs et pas seulement à ceux qui sont arrivés au pouvoir suite à un coup d’État.

147 La question de sa complicité s’est néanmoins apparemment posée, comme le montre Suet., Nero, 33.1. Chez Tacite, seule Agrippine entre en scène pour l’assassinat de Claude : cf. Tac., Ann., 12.66.1-69.3.

148 Ce qui est clair dès le début dans le texte de Tacite, en Tac., Hist., 1.55.4 : Ac ne reuerentiam imperii exuere uiderentur, senatus populique Romani obliterata iam nomina sacramento aduocabant, “Mais, pour ne pas paraître abandonner tout respect du pouvoir, ils invoquaient dans leur serment les noms déjà oubliés du Sénat et du peuple romain.”

149 Tacite avait déjà prêté le même type d’argument à Othon lors de son allocution aux prétoriens, en Tac., Hist., 1.37.2.

150 Tac., Hist., 1.52.3-4. Vitellius est alors qualifié de segne ingenium, de “naturel apathique”. Sur le rôle effectivement décisif des tribuns des légions dans la proclamation de Vitellius, cf. Cosme 2012, 79-82.

151 Suet., Vit., 7.6.

152 In ueste domestica , c’est-à-dire, surtout, en tenue qui n’était pas militaire.

153 Suet., Vit., 7.5. À propos de la caractérisation générale de Vitellius, Engel 1977, 345, déclare qu’elle est “ein einseitiges Bild absoluter Nichtwürdigkeit”.

154 Suet., Vit., 8.1.

155 Sur les tensions dans la troupe dues en particulier à la répartition des tâches, cf. Cosme 2012, 74-78.

156 Engel 1977, passim.

157 Chapitre 5, 224-234.

158 Avec, certes, nettement plus de consistance historique.

159 Levick 1990, 33, parle de “paradoxical rise of a fool”. Chez Cassius Dion, même si Claude devient empereur malgré lui (ἄκων, ὡς ἐδόκει), il est néanmoins plus actif et moins ridicule : il assiste en personne à l’assassinat de Caligula et commence par refuser explicitement le pouvoir (cf. C.D. 60.1.2‑3a). Par ailleurs, les soldats le trouvent caché, mais dans un coin isolé, non derrière une tenture dont ses pieds dépassent.

160 Levick 1990, 26.

161 Levick 1990, 35.

162 Milano 2008.

163 Hurlet 1997.

164 Chapitre 5, 187-192.

165 Pour Hurley 2001, ad loc., p. 94, cette passivité provient d’une volonté de dépeindre Claude comme réticent à prendre le pouvoir. Une telle conception pourrait aussi expliquer pourquoi, dans son Panégyrique, Pline le Jeune s’efforce de présenter Trajan comme l’élu des dieux et non comme le simple fils adoptif de Nerva (cf. Roche 2002) : ne devenir empereur que parce qu’on a été adopté revient à recevoir pour ainsi dire passivement le pouvoir, tandis que se distinguer par ses mérites au point d’être choisi et donc favorisé par les dieux est une posture plus active.

166 Ici, la perspective sénatoriale de nos deux auteurs apparaît clairement : au fond, il ne s’agit pas tant de prendre le pouvoir d’une certaine manière que de prendre le pouvoir tout court.

167 Tac., Hist., 1.23.1.

168 Tac., Hist., 1.21.1-2 pour les réflexions d’Othon et Tac., Hist., 1.22.1-3 pour la prédiction de l’astrologue.

169 Tac., Hist., 1.23.1-2.

170 Dans l’absolu, scelus pourrait aussi renvoyer au coup d’État, mais la présence de facinus, juste après, pour indubitablement le désigner amène à considérer que ces mots qualifient deux actions distinctes. Or le crime d’Othon n’est finalement pas tant d’avoir pris le pouvoir que d’avoir fait assassiner son prédécesseur pour y parvenir, ce qu’il était le premier à faire. Tacite ne le lui pardonnera pas (cf. chapitre 5, p. 217-219), d’où, à notre sens, sa distinction entre scelus et facinus.

171 C’est pourquoi nous avons préféré la traduire par “on ne sait pas bien si...”, plutôt que par “on peut en douter”, comme dans l’édition de la CUF, qui revient en réalité à prendre parti : si on peut douter qu’Othon ait eu seulement à ce moment-là l’idée d’assassiner Galba, alors c’est qu’il y a pensé dès avant l’adoption de Pison. Or les exemples qui suivent peuvent tout aussi bien s’appliquer à des espoirs de succession qu’à la préparation d’une prise de pouvoir par la force.

172 Selon Cosme 2012, p. 93, suivant P. Le Roux in Année épigraphique 1988, 788, les bonnes relations d’Othon avec les prétoriens ont pu commencer dès la période où il avait encore la faveur de Néron. Cette hypothèse est cohérente avec l’histoire de la prédiction et pourrait expliquer son envoi en Lusitanie, excessif au regard de sa “faute”.

173 Dans le récit du coup d’État, la mort de Galba et Pison est évoquée presque en passant, dans un bref ablatif absolu ne mentionnant pas explicitement Othon : missis qui Galbam et Pisonem trucidarent, “après avoir envoyé des gens pour massacrer Galba et Pison” (Suet., Otho, 6.7). Le verbe trucidare, par son rapport à la mise à mort d’animaux (cf. Ernout & Meillet 1985 [1932], ad loc., p. 704), signale l’horreur de cet acte, que tente peut-être d’atténuer le développement plus long consacré au remords d’Othon manifeste dès la nuit suivante (cf. Suet., Otho, 7.4).

174 Cf. infra, 162-163 et Duchêne 2018a pour une analyse des différentes versions de cet épisode.

175 Tac., Ann., 1.7.4-7. Koestermann 1963, ad loc., p. 87, parle de “scheinrepublikanische Auftreten des Kaisers”.

176 impudentissimo mimo (Suet., Tib., 14.1).

177 Tacite les présente comme de faux prétextes pour tester aussi bien la loyauté de Germanicus que celle des sénateurs : cf. Tac., Ann., 1.7.7. Pour Levick 1976, 76-77, Tibère aurait vraiment hésité devant la charge que représentait la position de princeps et aurait tenté d’en redéfinir le rôle, mais l’obscurité de son langage l’aurait empêché de se faire comprendre. Lyasse 2011, 96, souligne qu’une implication du Sénat permettait surtout de mettre en scène un consensus autour de la prise de pouvoir de Tibère. Il parle toutefois aussi de “sentiment de malaise” à l’issue de ces trois journées (p. 98).

178 Tac., Ann., 1.3.4. Goodyear 1972, ad loc., p. 113, fait remarquer que deuincire est ensuite à nouveau utilisé lorsque Séjan commence à se rapprocher de Tibère, en Tac., Ann., 4.1.2.

179 Sur la façon dont Tacite utilise les rumeurs, cf. Shatzman 1974 et Giua 1998.

180 Martin 1955 et Duchêne 2013, en particulier p. 270-271. Sur le parallèle entre Livie et Agrippine II, cf. déjà Charlesworth 1927. P. Wuilleumier, dans la note ad loc. de son édition pour la CUF, p. 11, met aussi très justement en relation ces deux récits d’accession au principat avec celle d’Hadrien, en 117.

181 Tac., Ann., 1.5.3. Pour Goodyear 1981, ad loc., p. 133, les doutes de Tacite proviendraient aussi du fait qu’il considère valables les supremi sermones d’Auguste, qu’il évoque ensuite en Tac., Ann., 1.13.2.

182 Suet., Tib., 21.2. La présence des mêmes termes chez l’historien et le biographe (spirantem dans les deux textes ; reppererit d’un côté, repperit de l’autre) laisse penser à l’utilisation d’une même source. Velléius aussi affirme que Tibère est arrivé à temps : cf. Vell. 2.123.

183 Tac., Ann., 1.5.4.

184 Sur la façon dont Vindex, puis Galba utilisent ce mot, cf. Sutherland 1984.

185 Suet., Gal., 10.1, en particulier la formule deplorauit temporum statum consalutatusque imperator legatum se senatus populique Romani professus est, “il déplora la situation actuelle et, salué empereur, se déclara le légat du Sénat et du peuple romain”, qui montre bien la mise en scène, entre organisation et recherche d’une apparence de spontanéité.

186 Suet., Gal., 10.5-11.2, en particulier le projet de suicide en 11.1, à l’annonce de la mort de Vindex.

187 Sans doute parce que le problème de Galba n’était pas la manière dont il était arrivé au pouvoir, mais son incapacité, ensuite, à comprendre que les temps avaient profondément changé : cf. chapitre 5, p. 208-212.

188 Tac., Hist., 2.80.1.

189 Respectivement Tac., Hist., 2.85.1-86.4 et Suet., Vesp., 6.1-4. L’expression ignotorum et absentium est en Suet., Vesp., 6.1.

190 Tac., Hist., 2.79 et Suet., Vesp., 6.6.

191 Tac., Hist., 2.74.1-78.4 et Suet., Vesp., 5.1.

192 Suet., Dom., 2.6.

193 Suet., Titus, 10.1-11.2

194 Cf. Cizek 1977, 117, puis p. 120-134, pour une étude du cas de chaque empereur. Cette analyse porte sur le seul Suétone, mais elle nous paraît également valable pour d’autres auteurs, en particulier Tacite. Cf. aussi Braun 1990 pour l’exemple de Vitellius.

195 Suet., Tib., 73.2-4.

196 Les autres versions sont introduites par un sunt qui putent (empoisonnement) et un alii (inanition forcée).

197 Cf. les différents types de poison envisagés ensuite par Agrippine II pour éliminer Claude, en Tac., Ann., 12.66.1.

198 Malgré un bon début de règne : cf. chapitre 5, 175-177.

199 Chapitre 5, 194-196.

200 Cf. le premier discours de Néron au Sénat, en Tac., Ann., 13.4.2 et les allusions récurrentes, dans l’Apocoloquintose, à la facilité avec laquelle il pouvait condamner à mort.

201 Cf.par exemple Vespasien, qui, pris lui aussi de diarrhées au moment de son agonie, laisse néanmoins comme derniers mots : “Il convient qu’un empereur meure debout” (Suet., Vesp., 24.2). Bien sûr, rien ne garantit que les derniers mots des uns et des autres le soient effectivement, mais cela n’a pas d’importance selon notre perspective : authentiques ou inventés, ils ont été transmis afin de donner une certaine image de l’empereur qui les prononce et c’est cette image qui nous intéresse, non leur degré de véracité.

202 Ces traits sont ensuite développés dans l’ensemble de l’Apocoloquintose : cf. Moretti 2003.

203 Les notices nécrologiques, par exemple, sont des jugements explicites.

204 Pour une étude détaillée des récits de cet événements, cf. Duchêne 2018 a.

205 La Penna 1976.

206 Harris 1962 et supra, p. 137-138, pour une application de ce modèle aux morts de rivaux de l’empereur. Schunck 1964, 74, voit aussi là une influence des récits de la mort de Caton d’Utique et va jusqu’à parler, à propos d’Othon de Cato rediuiuus.

207 Othon convainc ses proches de s’en aller (Tac., Hist., 2.48.1 ; Suet., Otho, 10.4) ; il détruit des lettres potentiellement compromettantes pour eux (Tac., Hist., 2.48.1 ; Suet., Otho, 10.5), distribue l’argent qui lui reste (Tac., Hist., 2.48.1 ; Suet., Otho, 10.5), intervient auprès des soldats qui empêchent quiconque de partir et se laisse approcher par qui le veut jusqu’au soir (Tac., Hist., 2.49.1 ; Suet., Otho, 11.1); puis il boit un peu d’eau fraîche, teste la pointe de deux poignards, en cache un sous son oreiller, passe une bonne nuit et, au petit matin, se transperce le cœur d’un seul coup (Tac., Hist., 2.49.2 ; Suet., Otho, 11.2-3) ; ses gémissements attirent du monde dans sa chambre et on se dépêche de l’enterrer (Tac., Hist., 2.49.3 ; Suet., Otho, 11.3). Plutarque aussi fournit exactement la même version, y compris dans ses détails : cf. Plut., Otho, 16.1-17.7.

208 Suet., Otho, 10.1-3.

209 Gascou 1984, 297-298.

210 Suet., Dom., 10.5.

211 “Après les Julii, les Claudii et les Servii, il avait été le premier à posséder le pouvoir impérial dans une famille très récemment entrée en politique.” (Tac., Hist., 2.48.2) Cette phrase se trouve dans l’adresse d’Othon à son neveu.

212 Cf. Tac., Hist., 3.46.1-3 et surtout Suet., Otho, 9.4, où elle est formellement réfutée avec une intervention directe du biographe, qui considère que c’est nec frustra que certains ont considéré qu’Othon avait immédiatement décidé de se suicider.

213 Chapitre 5, 214-224 et Duchêne 2014.

214 Pour Hurley 2001, ad loc., p. 236, ces variantes seraient le signe que l’histoire de l’empoisonnement aurait été complètement inventée et Claude serait mort d’une crise cardiaque, d’une embolie ou d’une rupture d’anévrisme.

215 Tac., Hist., 1.41.1-3.

216 Suet., Gal., 20.1-2.

217 Plut., Gal., 27.2-3.

218 Pour Chilver 1979, ad loc., p. 100, ce soldat serait celui qui aurait ensuite coupé la tête de Galba pour l’apporter à Othon et ce serait à tort que Plutarque le citerait parmi les assassins.

219 Cf. infra.

220 Suet., Gal., 19.5.

221 Suet., Gal., 20.3. Plutarque mentionne un centurion qui tente de s’interposer pour défendre l’empereur, en Plut., Gal., 27.8-10. Chez Tacite, c’est Pison qu’il essaie de sauver : cf. Tac., Hist., 1.43.1. Sur cette indifférence des citoyens romains devant le massacre imminent de leur empereur et le fait qu’elle ne signifie pas nécessairement une grande animosité de leur part à son égard, cf. Husband 1915.

222 Suet., Gal., 20.3-4.

223 Tac., Hist., 1.40.1.

224 Tac., Hist., 1.40.2.

225 Tac., Hist., 1.40.2.

226 Chapitre 2, 73-75.

227 Selon Grimm-Samuel 1991, Claude serait mort d’un empoisonnement accidentel à l’amanite phalloïde, nécessairement ingérée avant le fameux dîner avec Agrippine, étant donné le délai de latence d’au moins dix heures avant apparition des premiers symptômes. Il est vrai que ceux-ci correspondent à l’analyse que cette chercheuse fait des récits de Tacite et Suétone (première attaque de vomissements, répit, nouvelle attaque avec douleurs gastriques, sueurs profuses et tremblements), mais il reste très étrange que Claude, en grand amateur de champignons qu’il était, ait pu confondre une amanite phalloïde avec un cèpe : même cuites, les lamelles de la première peuvent très difficilement passer pour les tubes du second.

228 Pour Koestermann 1967, ad loc., p. 227, Tacite aurait en fait décidé de ne donner que les détails dignes d’intérêt. Sur la façon dont Tacite est capable de résumer, agréger ou “découper” ses sources pour construire son propre récit, cf. Potter 2012.

229 Sen., Apoc., 4.3 (dans les derniers mots de l’empereur).

230 Chapitre 2, 56-59.

231 La variante de la plume est seulement introduite par un nonnulli.

232 Sur les rapports de l’historiographie actuelle à la causalité, cf. Veyne 1971, 196-231 de l’édition pour la collection Points Histoire.

233 Maladie ; empoisonnement ; inanition forcée ; étouffement.

234 Y contribue aussi la présentation de l’assassinat comme de son propre fait (c’est lui qui séduit Ennia Naevia, approche Macron et donne l’ordre d’étouffer Tibère), alors que, chez Tacite, toutes les initiatives sont prises par le préfet du prétoire : cf. Tac., Ann., 6.45.3 et 6.50.5. On a donc ici un nouvel exemple de prise de pouvoir passive par un mauvais empereur.

235 Suet., Cal., 12.2-5.

236 Cf. Hurley 1993, ad loc., p. 36 : “Suetonius neither verifies nor denies the tale that follows.”

237 Pour Wardle 1994, ad loc., p. 147, cette histoire peut provenir d’une plaisanterie de mauvais goût de la part de Caligula.

238 Le raisonnement logique et fondé avec opinari, le support écrit et historique avec auctores.

239 Tac., Hist., 3.84.5-85.1 et Suet., Vit., 17.1-4. C’est aussi, avec quelques ajouts narratifs, le schéma suivi par Cassius Dion : cf. C.D. 65.20.1-21.2.

240 Galtier 2010.

241 Galtier 2010, 486 : “La dégradation de l’aspect extérieur du prince rend plus frappante et plus pathétique sa chute. Elle met également en évidence combien Vitellius est devenu, au bout de sa trajectoire, ce φαρµακός qu’il convient d’expulser.”

242 Tac., Hist., 3.84.5. et Galtier 2010, 486 : “Vitellius semble être descendu à un degré si bas dans l’échelle de l’humanité qu’il ne peut plus susciter ces sentiments que l’être humain éprouve pour son semblable.”

243 Tac., Hist., 3.84.5. Chez Cassius Dion, c’est la première option qui est choisie, avec une phrase soulignant le tragique de la dégradation de Vitellius : cf. C.D. 65.21.1.

244 Tac., Hist., 3.85. Pour Galtier 2010, 486, il s’agit aussi de le charger “de tous les maux qui se sont abattus sur l’Empire” ; cf. aussi p. 487-490 pour Vitellius comme “victime émissaire”.

245 Tac., Hist., 3.85.

246 Suet., Vit., 17.2. Chez Dion, la lâcheté de Vitellius l’amène à se cacher dans un tas d’immondices : cf. C.D. 65.20.2.

247 Suet., Vit., 17.2-3.

248 Suet., Vit., 17.4.

249 Sur ce point, cf. Cizek 1975.

250 Cf. chapitre 3, dont les exemples, bien que ponctuels et circonscripts, permettent déjà de voir cette préoccupation.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search