Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Les collèges militaires dans les provinces des Germanies et de Rhétie1

Christophe Schmidt Heidenreich

Texte intégral

  • 1 La présente communication a été précédée d’une présentation plus générale sur les collèges faite (...)
  • 2 Carrié 1992, 140-141.
  • 3 MacMullen 1984, 447-449 ; Stoll 2001a, 129-132.
  • 4 MacMullen 1984, 443-444 ; Stoll 2001a, 130-132.
  • 5 Le cas des Éméséniens est évoqué par Carrié 1992, 139. On pourrait y ajouter celui des Palmyrénie (...)
  • 6 Alföldy 2000, 42-43 et 47-48.

1L’efficacité de l’armée romaine dépendait autant de la qualité du matériel et de l’entraînement de ses soldats que de leur motivation. Aussi le maintien du moral de la troupe a-t-il été un souci constant des autorités militaires2. Ces dernières mesuraient apparemment l’importance du sentiment d’identification des hommes à leur unité, ce que l’on a volontiers qualifié d’esprit de corps3. Bien que cette dernière notion ne puisse résumer à elle seule la complexité des rapports humains qui se tissaient à l’armée, il est toutefois évident que la camaraderie, tout comme la reconnaissance sociale dont les soldats jouissaient au sein de l’institution militaire, influençaient l’aptitude au combat. La documentation épigraphique et papyrologique donne une idée des différents types de relations qui se nouaient. Il pouvait s’agir de liens créés par la simple appartenance à un même groupe4 ou reposant sur une origine ethnique commune5. Le développement progressif dans les secteurs frontaliers de sociétés gravitant autour des camps où se mélangeaient étroitement militaires et civils contribuait également à renforcer l’attachement du soldat à l’armée, même après son licenciement6. Toutefois, ces relations restaient strictement dans un cadre privé.

  • 7 Dig., 47.22.1 (Marcien) : Mandatis principalibus praecipitur praesidibus prouinciarum, ne patiant (...)

2Les seuls liens qui reçurent une forme institutionnelle au sein de l’armée furent les collèges militaires. Ceux-ci constituent un cas particulier, car ils sont le reflet de relations professionnelles. S’ils ne différaient pas de manière significative de ceux que l’on rencontre dans d’autres couches de la société romaine, le fait qu’ils soient intégrés à une institution qui constitue l’un des piliers du régime impérial leur conférait une importance particulière. Ils ne concernaient qu’une minorité de cadres ou d’exemptés : centurions, principales et immunes. En effet, il n’existait pas de liberté d’association complète à l’armée : le grade était déterminant, car les simples soldats ou caligati ne pouvaient pas se réunir en collège7. Pour ceux qui y avaient droit, les collèges militaires jouaient un important rôle social, car ils offraient un cadre approprié au développement des relations entre leurs membres tout en leur permettant de renforcer leur dignitas et la reconnaissance dont ils jouissaient. Ajoutons que les distinctions de grade ne semblent plus avoir joué de rôle dans les collèges de vétérans au sein desquels se retrouvaient les soldats une fois terminé leur service actif.

  • 8 Perea Yébenes 1999, 19-20.
  • 9 Perea Yébenes 1999. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir fourni un exemplaire de son ouvrage.
  • 10 Waltzing 1895-1900 ; Kornemann 1901, col. 399-401 ; Ginzburg 1940 ; Schulz-Falkenthal 1968 ; Ausb (...)
  • 11 Voir les critères proposés par Perea Yébenes 1999, 29-33. Sur le sens de schola et collegium en g (...)
  • 12 Waltzing 1895-1900, IV, 147 ; Nelis-Clément 2000, 284-285.
  • 13 Nelis-Clément 2000, 269-272 ; Schmidt Heidenreich 2008, 234-235.
  • 14 Le Roux 1982, 269, n. 337, estime que, dans le vocabulaire officiel, collegium aurait aussi servi (...)

3Les collèges n’ont que peu retenu l’attention des historiens militaires8. Le sujet est largement ignoré dans les manuels et, jusqu’à présent, une seule monographie leur a été consacrée9. Par ailleurs, l’essentiel de la littérature est due à des spécialistes des collèges et non de l’armée10. Ce désintérêt s’explique peut-être en partie par les difficultés que pose l’identification des collèges. En effet, bien que les inscriptions mentionnant des soldats agissant ensemble soient nombreuses, toutes n’impliquent pas automatiquement l’existence d’une telle association. Ainsi les dédicaces collectives élevées par les soldats au moment de leur licenciement, les mentions des sui ou encore les termes commilito, contubernalis et manipularis témoignent de réunions temporaires dues aux circonstances ou sont l’expression d’une relation personnelle entre soldats. Collegium, collega et schola sont plus explicites11. Toutefois, aucun des termes n’est dépourvu d’ambiguïté. Collega peut désigner un camarade de rang égal ou un membre d’une même association12. Une schola n’est pas toujours un local de réunion, mais parfois une association13. Même collegium, quoiqu’il soit le terme technique utilisé pour parler des collèges, notamment dans le Digeste, pourrait avoir eu une acception plus générale14. En forçant un peu le trait, on pourrait dire que seule l’existence d’une lex collegii est susceptible de lever toute ambiguïté. Toutefois, il serait évidemment réducteur de s’en tenir à ces seuls documents. La présence de collèges est probable dans de nombreux autres cas, mais qui requièrent chacun un examen individuel.

  • 15 Une dizaine d’exemplaires sont connus. Tous proviennent de Lambèse. Il s’agit des règlements du t (...)
  • 16 La fonction de l’optio a été discutée. Breeze 1976, 127, considère qu’il peut s’agir d’un secréta (...)
  • 17 CIL, VIII, 2552 = 18070, 2601 et 2602 ; AE, 1895, 204. Voir Perea Yébenes 1999, 116 ; Nelis-Cléme (...)
  • 18 CIL, VIII, 2562 = 18051.
  • 19 Besnier 1899, 239. Les associations de citoyens romains avaient aussi à leur tête des curatores s (...)
  • 20 Perea Yébenes 1999, 119.
  • 21 CIL, VIII, 2560 ; ILJug, 272 ; RIB, 451.
  • 22 Les règlements du collège des cornicines (CIL, VIII, 2557 = 18050) et celui du personnel du ualet (...)
  • 23 Sur le statut particulier du discens, Le Roux 1992, 265-266.
  • 24 Perea Yébenes 1999, 118-119, a supposé l’existence d’un principalis collegii, mais ses arguments (...)
  • 25 Schmidt Heidenreich 2008, 234.
  • 26 AE, 1899, 60 ; 1902, 10 ; CIL, VIII, 2551 = 18046 ; 2557 = 18050.
  • 27 Voir en général Ginsburg 1940, 152-154. Les règlements les plus détaillés sont ceux des cornicine (...)

4Malgré ces incertitudes, il est possible en combinant diverses informations de décrire de manière schématique le fonctionnement d’un collège militaire. Celui-ci peut se définir comme une association dotée d’une structure institutionnelle hiérarchisée régie par un règlement (la lex collegii)15 qui vise à garantir à l’ensemble de ses membres certains avantages. Le collège comprenait un président portant le titre d’optio16. Un quaestor était chargé de gérer ses finances17. Le curator, fonction qui n’est attestée qu’à une occasion18, pourrait avoir été un président du collège19 ou un responsable financier20. Les simples membres sont appelés collegae21. On a également supposé, sur la foi de deux règlements lambésitains, que les nouveaux adhérents avaient un statut particulier, celui de tirones ou de discentes22. Toutefois, il nous semble plus probable que ces mots renvoient aux catégories usuelles des recrues et des apprentis. En effet, seul celui qui avait achevé sa formation pouvait prétendre devenir membre de plein droit d’un collège de soldats spécialisés, raison pour laquelle certains règlements prévoyaient des catégories spéciales pour ceux qui suivaient encore une instruction, les tirones et les discentes23. Aucune autre fonction n’est attestée de manière certaine24. En principe, chaque collège possède un local de réunion ou schola25. Ses fonds sont réunis dans une caisse (arca)26. Les mécanismes destinés à garantir la viabilité financière des collèges constituent leur activité la mieux connue grâce aux règlements de Lambèse qui ont tous trait aux montants des cotisations versées par les membres et à ce qu’ils peuvent espérer toucher au moment de leur départ du collège27.

  • 28 L’étude la plus complète sur la hiérarchie des collèges de vétérans demeure celle de Müller 1912, (...)
  • 29 Müller 1912, 276. Sur les magistri civils : Waltzing 1895-1900, I, 385-405 ; Kornemann 1901, col. (...)
  • 30 Müller 1912, 276-277. Contra : Watson [1969] 1983, 153, qui fait du curator le président du collè (...)
  • 31 Müller 1912, 277, envisage plutôt quaestor. Halkin 1895, 376, avait pensé à arcarius. Sa suggesti (...)
  • 32 La dénomination exacte peut varier. On trouve par exemple des cultores ueterani à Lambèse : CIL, (...)
  • 33 Halkin 1895, 376 ; Müller 1912, 277-278. Contra : Kornemann 1901, col. 423-424.
  • 34 Müller 1912, 275-276. Contra : Halkin 1895, 376, qui voit dans le pater un patron. Selon Korneman (...)

5Les collèges de vétérans avaient une structure hiérarchique assez proche de celle des soldats en service actif28. Toutefois, certaines différences significatives peuvent être relevées. Ainsi, le président ne portait pas le titre d’optio, mais celui de magister comme dans les collèges civils29. Il semble qu’il ait eu un curator pour adjoint30. La gestion des finances était confiée à un caissier, mais son titre demeure inconnu31. Les simples membres sont qualifiés de ueterani ou conueterani32. Il faut ajouter quelques fonctions qui ne sont pas attestées dans les collèges de soldats comme le scriba ou secrétaire, et l’actor qui serait un représentant du collège lors d’actions en justice33. Enfin, les collèges de vétérans peuvent entrer dans la clientèle d’un personnage puissant comme l’attestent quelques mentions d’un patronus. Le terme pater, moins fréquent, désignerait plutôt un bienfaiteur34.

  • 35 Voir le catalogue réuni par Perea Yébenes 1999, 507-551. Les études sur les activités cultuelles (...)
  • 36 P. ex. RIB, 156 (collegium fabricae) ou ILJug, 272 (schola centurionum).
  • 37 Cagnat [1892] 1912, 404-405, insiste sur la fonction funéraire, Le Bohec [1989] 2002, 210, sur l’ (...)
  • 38 Il existe de rares cas plus ambigus, comme ces collèges réunissant des soldats ayant reçu une dou (...)
  • 39 Halkin 1895, 1-5 ; Müller 1912, 271-275 ; Ginsburg 1940, 154, n. 28. Un exemple de sépulture de v (...)

6Les compétences des collèges sont mal connues, car la documentation épigraphique, qui est notre principale source, se compose avant tout de dédicaces religieuses. Celles-ci suggèrent leur rôle social et cultuel, mais demeurent muettes sur leurs autres compétences35. De rares inscriptions funéraires montrent les collèges prendre en charge les funérailles de l’un de leurs membres36. En raisonnant par analogie avec les collèges civils, la recherche s’accorde à reconnaître aux associations militaires quatre grands domaines d’activité : professionnel, funéraire, social et cultuel. Leur importance respective est diversement appréciée37. À notre avis, la dimension professionnelle n’a pas été suffisamment soulignée jusqu’à présent. En effet, la structure même des collèges de soldats en service actif, par grade ou par service, suggère que leur première vocation devait être la défense des intérêts professionnels de leurs membres38. De là découlent leurs dimensions sociale et cultuelle. Les collèges de vétérans, pour lesquels les questions professionnelles sont naturellement absentes, devaient poursuivre avant tout des buts sociaux, cultuels et funéraires39.

La place du dossier germanique dans la documentation sur les collèges

  • 40 Nous reviendrons en conclusion sur la question des liens entre collèges militaires et intégration (...)
  • 41 Même si, comme l’a suggéré récemment Reuter 2007, 77-149, les frontières de Germanie supérieure e (...)

7L’ampleur de la documentation épigraphique disponible impose de ne traiter ici que d’une partie des collèges militaires. Afin de nous en tenir à la thématique principale de ce volume portant prioritairement sur les Gaules et les Germanies, nous nous limiterons au phénomène associatif tel qu’il peut être observé dans les armées des provinces de Germanie supérieure et de Germanie inférieure40. Nous ferons également appel aux inscriptions découvertes en Rhétie, non seulement en raison des informations complémentaires qu’elles livrent, mais également parce que cette province est solidaire des grandes évolutions stratégiques affectant les armées du Rhin, en particulier au iiie s.41 Il est ainsi possible d’étudier un ensemble cohérent et qui bénéficie en outre d’une documentation de qualité comme on va le voir à présent.

  • 42 La question est délicate. On admet en général que seul un “corps institué” est susceptible de pos (...)
  • 43 Nelis-Clément 2000, 284.
  • 44 Ainsi, la mention d’un collega dans une inscription funéraire ne peut être considérée à notre avi (...)
  • 45 Garnison de Rome : 5. Légions : 31. Unités auxiliaires : 8. Bénéficiaires (stationes) : 4. Prétoi (...)
  • 46 Relevons toutefois que, selon la catégorie de document envisagée (sur ces catégories, voir infra) (...)

8Des collèges militaires sont attestés dans la plupart des corps de troupes de l’armée romaine, mais le vocabulaire épigraphique est parfois ambigu et plusieurs cas ne peuvent être tranchés avec certitude. On peut par exemple se demander si la seule mention d’un génie de soldats ayant le même grade, comme les signiferi ou les capsarii, implique l’existence d’un collège42. Par ailleurs, toutes les associations d’officiales n’avaient pas nécessairement “la forme officielle d’un collège”43. Aussi les chiffres varient-ils sensiblement en fonction des critères retenus par les auteurs44. D’après nos estimations, une soixantaine d’inscriptions attestent avec certitude l’existence de collèges militaires, tous corps de troupe confondus (garnison de Rome, armées provinciales, personnel des prétoires, flottes…)45. Deux provinces se révèlent particulièrement riches : la Numidie (24 inscriptions) et la Germanie supérieure (13 inscriptions). Cette dernière présente donc un profil favorable à l’étude du phénomène associatif. La documentation relative aux vétérans y est également assez abondante (6 inscriptions)46. Si les provinces limitrophes de Germanie inférieure et de Rhétie sont moins riches, elles apportent néanmoins d’utiles compléments. Prises ensemble, et en s’en tenant aux seules inscriptions où l’on peut considérer que les mentions des collèges sont assurées ou très probables, les deux Germanies et la Rhétie permettent de donner un aperçu complet des différents collèges militaires.

  • 47 CIL, XIII, 8186.
  • 48 CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.
  • 49 AE, 1978, 576.
  • 50 CIL, XIII, 6669.
  • 51 CIL, XIII, 7753-7754, 7761, 11979.
  • 52 CIL, XIII, 6566, 11766 = AE, 2004, 1007.
  • 53 CIL, XIII, 7439.
  • 54 CIL, XIII, 6127 et peut-être D. 9183.
  • 55 CIL, XIII, 6676, 6732. AE, 1979, 433.
  • 56 CIL, XIII, 7556.
  • 57 AE, 2004, 1062.
  • 58 AE, 2001, 1569.

9Le matériel épigraphique des Germanies comprend une dizaine de documents provenant de prétoires (Cologne47, Mayence48), ainsi que de camps légionnaires (Xanten49, Mayence50) ou auxiliaires (Niederbieber51, Osterburken52, Kapersburg53). Les stations de bénéficiaires ne sont attestées que de manière exceptionnelle (Altrip54). Les vétérans sont connus grâce à quatre inscriptions dont trois de Mayence55 et une de Boppard56 en Germanie supérieure. Nous évoquerons également deux dédicaces découvertes en Rhétie, l’une près du camp légionnaire de Ratisbonne57, l’autre près du camp auxiliaire de Künzing58. Cette répartition s’accorde bien avec une tendance constatée ailleurs : la vie associative se concentre dans les camps et leurs environs, mais est aussi effective dans les prétoires. Les vétérans quant à eux s’installent volontiers près de leur ancien lieu de service et plus particulièrement dans les capitales provinciales.

  • 59 Osterburken – CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007.
  • 60 Altrip – CIL, XIII, 6127 = CBIFR, 96.
  • 61 Ratisbonne – AE, 2004, 1062.
  • 62 Kapersburg – CIL, XIII, 7439.
  • 63 Mayence – CIL, XIII, 6669.
  • 64 Niederbieber – CIL, XIII, 11979.
  • 65 Niederbieber – CIL, XIII, 7753.
  • 66 Osterburken – CIL, XIII, 6566.
  • 67 Niederbieber – CIL, XIII, 7754.
  • 68 Xanten – AE, 1978, 576.
  • 69 Cologne – CIL, XIII, 8186.
  • 70 Boppard – CIL, XIII, 7556.
  • 71 Mayence – AE, 1979, 433.
  • 72 Mayence – CIL, XIII, 6676.
  • 73 Mayence – AE, 2004, 1022.
  • 74 Mayence – CIL, XIII, 6732.
  • 75 Künzing – AE, 2001, 1569.
  • 76 Ausbüttel 1985, 503-504, tire argument de l’existence d’un collegium des Germani corporis custode (...)

10La majorité des documents relatifs aux soldats en service actif, soit une dizaine, peut être datée de manière assez précise : 159 env.59, 18160, 218-22161, 230-240 env.62, 23163, 238-24464, 23965, 244‑24966, 24667. Pour quelques autres cas, la fourchette temporelle est plus large : fin iie ou début iiie s.68, iiie s.69 Les témoignages, constitués avant tout de dédicaces religieuses, se concentrent sur une période d’une vingtaine d’années comprises entre les règnes de Sévère Alexandre et de Philippe l’Arabe, à un moment où la culture épigraphique tend à décliner. Le contraste est grand avec les inscriptions concernant les vétérans, qui comptent un nombre important d’épitaphes et sont sensiblement plus anciennes : Auguste70, avant 41 p.C.71, ier s.72, ier ou iie s.73, entre 160 et 25074, iie s. ou début du iiie s.75 Ce décalage s’explique en partie par le fait que nous avons inclus dans les associations de vétérans les uexilla ueteranorum. Mais il n’est pas impossible qu’il reflète également deux évolutions différentes. En effet, les collèges de vétérans, qui remontent peut-être aux origines de l’armée impériale, semblent bien avoir précédé ceux des soldats en service actif76.

Le prétoire

  • 77 RIT, 43 = CBIFR, 854.
  • 78 D. 9493 = ILTG, 234.
  • 79 Schola speculatorum à Aquincum (CIL, III, 3524) et à Apulum (IDR, III/5, 426). Schola centurionum(...)
  • 80 CIL, VIII, 2748 ; AE, 1915, 27 ; 1917/1918, 49 et 78 ; Le Glay 1954, 273, n° 2.
  • 81 CBIFR, 762 et 768.
  • 82 CIL, VIII, 18083
  • 83 CBIFR, 763-766, 771.

11Plusieurs associations de soldats détachés auprès du prétoire du gouverneur sont attestées par l’épigraphie. On peut citer à titre d’exemple le collège des stratores à Tarraco77 ou la schola des polliones de Lyon78. Certains groupes comme les speculatores ou les centurions possédaient également leur schola ou local de réunion dans le praetorium. Nul doute que la présence de ce local implique l’existence d’un collège79. Plusieurs piédestaux montrent que les soldats entretenaient des liens parfois étroits avec le gouverneur. Le dossier de Lambèse est à cet égard le plus riche. Il comprend treize piédestaux élevés au légat ou à des membres de sa famille par des soldats actifs dans l’officium : les stratores80, les beneficiarii81, les speculatores seuls82 ou associés aux beneficiarii83. Malheureusement, on ne possède pas de preuve absolue que ces inscriptions impliquent l’existence de véritables collèges.

  • 84 CIL, XIII, 8186 = IKöln, 34 : Herculi, / Ianuarius / Moderat(us), col(legio) / equitum, d(ono) (...)

12Les informations sur la vie associative dans les prétoires sont peu abondantes dans les Germanies. Le seul témoignage tout à fait assuré est une base de statuette du iiie s. découverte à Cologne. L’objet, dédié à Hercule, était offert au collegium equitum par un soldat. Il est vraisemblable que le collège en question réunissait les equites singulares de la province de Germanie inférieure détachés auprès du gouverneur84.

  • 85 CIL, XIII, 6732 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Laribus strat(orum) co(n)s(ularis) leg(ionis) X (...)
  • 86 À Bostra (IGLS, XIII/1, 9086), mais aussi à Lambèse (AE, 1915, 27 ; 1917/1918, 49 ; Le Glay 1954, (...)
  • 87 CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.
  • 88 CBIFR, 96.
  • 89 CBIFR, 98.
  • 90 Nelis-Clément 2000, 278. À Sirmium, des dédicaces élevées par des beneficiarii consularis à leur (...)

13Une dédicace de Mayence élevée aux Lares par des stratores consularis de la legio XXII Primigenia suggère la présence d’un local de réunion pour ces soldats responsables des chevaux à l’intérieur du praetorium85. L’existence d’un collège est d’autant plus probable que l’on connaît d’autres dédicaces collectives de stratores dans des prétoires86. Toutefois la dédicace, qui est due à des ueterani missi honesta missione, ne concerne pas des soldats en service actif. Toujours à Mayence, les beneficiarii consularis de Germanie supérieure élèvent une statue à Claudius Aelius Pollio, gouverneur de 218 à 21987. Ceux-ci possédaient d’ailleurs leur propre génie88. Un autre texte évoque quant à lui la Concorde des bénéficiaires de la province89. Malgré l’absence de preuve définitive, il est donc très probable que l’on ait affaire ici à un collège90.

Les légions

  • 91 Petrikovits 1975, 152-157. En dernier lieu, Reddé et al. 2006, passim.

14Alors que, pour l’ensemble de l’empire, ce sont les légions qui ont fourni le plus de documents, dans les Germanies au contraire la documentation relative à ces unités est bien maigre, avec deux inscriptions seulement. Cela s’explique en partie par le fait que les principaux camps légionnaires du Rhin ont été recouverts par des agglomérations modernes (Bonn, Mayence, Strasbourg) ou ont disparu dans les méandres du fleuve (Vetera II/Xanten). Quelques-uns sont mieux connus (Vetera I/Xanten, Neuss, Nimègue), mais ils remontent à une époque plus ancienne où la culture épigraphique n’était pas encore très développée dans les camps91.

  • 92 AE, 1978, 576 : Genio signif(erorum) / leg(ionis) XXX V(lpiae) V(ictricis), / P. Aelius Seue/rinu (...)
  • 93 RIB, 451.

15La seule inscription que l’on puisse attribuer à une association de militaires est une dédicace au Genius des signiferi de la legio XXX Vlpia mise au jour dans l’île de Bislich, c’est-à-dire à l’emplacement du camp légionnaire de Vetera II92. Le texte, rédigé entre la fin du iie et le début du iiie s., a été gravé sur un plat conformément aux dernières volontés d’un personnage qui devait être lui-même signifer, mais on ignore s’il était encore en service au moment de la dédicace. Une inscription du camp légionnaire de Chester fournit un parallèle presque exact à notre texte. Dédiée au Genius des signiferi, cette base offerte par le dédicant à ses collegae devait porter une représentation du génie93. L’existence d’un collège dans les deux cas ne fait guère de doute.

  • 94 CIL, XIII, 6669 : Bonum Euentum / eeqq(uitum) leg(ionis) XXII Pr(imigeniae) p(iae) f(idelis), / A (...)
  • 95 Domaszewski 1972, 124.
  • 96 Sur la photographie de l’inscription, la lettre suivant le premier Q est aujourd’hui très effacée (...)
  • 97 Kornemann 1901, col. 423.
  • 98 On connaît un actarius à León (CIL, II, 2663) et un tabularium à Lambèse (AE, 1957, 85).
  • 99 AE, 1969-1970, 583 ; 1998, 975.

16Une autre inscription de Mayence pose un problème plus délicat. Il s’agit d’une statue du Bonus Euentus des equites legionis élevée en 231 par deux quaestores qui précisent être des ciues Sumelocennenses94. La première difficulté vient de la lecture. Faut-il comprendre qq(uaestores) comme le veut le CIL ou q(uon)d(am), leçon proposée par v. Domaszewski95 ? La pierre est aujourd’hui très abîmée (fig. 1)96. Néanmoins, il semble bien qu’il faille préférer la lecture du CIL. Il reste alors à se demander à quel organisme se rattachaient ces deux quaestores. L’hypothèse d’un collège est la plus probable, d’autant que cette association pouvait compter deux caissiers97, mais il n’est pas exclu qu’ils aient été responsables de la comptabilité des cavaliers. On sait que ces derniers disposaient de leur propre caisse98. Par ailleurs, le grade de quaestor equitum est attesté99.

Fig. 1. Inscription d’érection d’une statue de Bonus Euentus, CIL, XIII, 6669 (Mayence) (cl. CIL, XIII. Photodatei Osnabrück/Trèves).

Fig. 1. Inscription d’érection d’une statue de Bonus Euentus, CIL, XIII, 6669 (Mayence) (cl. CIL, XIII. Photodatei Osnabrück/Trèves).
  • 100 AE, 2004, 1062 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). I(oui) O(ptimo) M(aximo), / Iun(oni) Reg(inae), (...)
  • 101 CIL, VIII, 2557 = 18050.

17Un autel récemment découvert en remploi à Ratisbonne mérite d’être signalé. Cette dédicace à Jupiter et Junon a été élevée entre 218 et 221 par des CORN legionis100. Le texte, très abîmé, est suivi d’une liste de noms répartis sur trois colonnes. S’agit-il de corn(icularii) ou de corn(icines) ? Afin de répondre à cette question, il convient de considérer la liste, incomplète, qui comprend une quinzaine de noms répartis sur trois colonnes, soit beaucoup plus que le nombre de cornicularii incorporés dans une légion. Or, on sait par le règlement du collège des cornicines de Lambèse que celui-ci comptait 36 membres101. Dès lors, c’est bien la seconde solution qui paraît préférable. Ajoutons que les deux colonnes latérales portaient chacune en tête la mention d’un quaestor dans lequel il est tentant de voir les deux caissiers du collège.

Les auxiliaires

18Les camps auxiliaires ont livré sensiblement plus d’inscriptions que les camps légionnaires. Un contexte archéologique plus favorable n’y est pas étranger. En effet, les camps auxiliaires de Germanie supérieure ont été abandonnés au milieu du iiie s. et, souvent, n’ont été recouverts par des constructions qu’à l’époque contemporaine. En outre, ils ont fait l’objet de fouilles systématiques. Le matériel épigraphique qui y a été mis au jour est essentiellement constitué de dédicaces aux génies datant presque toutes du iiie s.

  • 102 Baatz [1974] 2000, 95-97. Voir en dernier lieu Steidl 2006, 345-346.

19Le camp de Niederbieber occupe une place particulière, car avec une demi-douzaine de documents, il est de loin le plus riche. En outre, certains lieux de découverte sont connus avec une relative précision, ce qui constitue une occasion unique pour se faire une idée de la localisation des collèges et de leur aménagement (fig. 2). Il faut rappeler que ce camp, le plus septentrional de Germanie supérieure, a une situation particulière, puisqu’il est occupé par deux numeri, le numerus exploratorum Germanicianorum Diuitiensium et un numerus Brittonum qui se partageaient également les principia102.

Fig. 2. Plan du camp Niederbieber (d’après Baatz [1974] 2000, 96, fig. 56).

Fig. 2. Plan du camp Niederbieber (d’après Baatz [1974] 2000, 96, fig. 56).
  • 103 CIL, XIII, 7753 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio uexillar(iorum) et / imaginif(eri), Attia (...)
  • 104 CIL, XIII, 7754 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Baioli / et uexillari, col/legio uictorien/sium (...)
  • 105 Les données sont contradictoires comme le note Stoll 1992, 423.
  • 106 Cf. la dédicace au Genius tabularii du numerus Brittonum mis au jour à l’extrémité orientale des (...)
  • 107 Stoll 1992, 435, admet qu’il s’agit du même collège.

20Plusieurs documents se rapportent aux principia, montrant que les collèges, comme à Lambèse, pouvaient s’établir dans cet édifice de prestige. Deux dédicaces sont particulièrement importantes. La première, adressée au Genius uexillariorum et imaginiferi, a été mise au jour dans la première pièce à l’est de l’aedes. Le texte, qui date de 239, nous donne quelques indications sur la nature de l’ameublement de la pièce. Celle-ci comprenait une statue dans son édicule (signum cum aedicula) et une plaque de marbre (tabula marmorea)103. L’inscription peut être mise en lien avec une statuette en bronze sur socle du génie du collegium uictoriensium signiferorum restaurée en 246 par quatorze soldats, des baioli et des uexillarii104. Cette statuette a été découverte dans une canalisation des thermes ou plus vraisemblablement des principia105, où elle avait sans doute été cachée au moment de la destruction du camp. Bien que ces deux inscriptions ne précisent pas l’unité de rattachement des soldats, il devait s’agir du numerus Brittonum, car c’est cette troupe qui occupait l’aile orientale des principia106. Ces deux inscriptions pourraient se référer au même collège qui aurait réuni tous les porte-enseignes du numerus107.

  • 108 CIL, XIII, 7761. Frag. 1 : [I]n h(onorem) d(omus) d(iuinae). / [- - -] n(umeri) Diuitiensium / [- (...)
  • 109 Sur l’histoire de ce numerus, Reuter 1999, 485-491.
  • 110 Le CIL propose à titre d’hypothèse [appa]torium, l’Epigraphische Datenbank Heidelberg (HD023589) (...)
  • 111 Les noms étaient disposés sur une ou deux colonnes, entre deux parties de textes, comme dans le c (...)
  • 112 P. ex. CIL, V, 4015 et CIL, XIV, 2112. Voir également la table de Brigetio : AE, 1937, 158 = 232. (...)
  • 113 Règlement du tabularium principis (D. 9100), des officiales praefecti castrorum (AE, 1899, 60), d (...)

21Une autre inscription fragmentaire mise au jour à Niederbieber concerne manifestement un collège (fig. 3)108. Cette plaque en marbre noir dont il ne reste que treize fragments de différentes tailles a été mise au jour dans l’avant-dernière pièce de la rangée arrière occidentale des principia, soit dans la partie occupée par le numerus Germanicianorum exploratorum Diuitiensium109. Il n’est malheureusement pas possible d’en restituer plus que le sens général, mais il apparaît qu’une partie des membres du numerus Diuitensium a participé – de suo f(ecerunt) – à la construction d’un objet indéterminé dont le nom se terminait par [- - -]torium (frag. 1)110. La disposition de certaines lettres montre que le centre du texte était occupé par une liste d’au moins sept noms au nominatif (frag. 7 et 10)111. Certains fragments suggèrent un vocabulaire se référant aux collèges : on croit reconnaître un quaes[tor] (frag. 9) et des [uet]e rani (frag. 6). Dans ce dernier fragment, qui se situait dans l’angle inférieur gauche du champ épigraphique, apparaît à la ligne suivante sollemniu[m], qui ne peut guère être que le génitif pluriel de sollemne, un mot qui fait partie du lexique de l’épigraphie des collèges112. Il n’est pas non plus sans rappeler l’expression ob quam sollemnitatem, bien attestée dans les règlements de Lambèse113. Tous ces éléments nous semblent mener à la conclusion que la table de marbre de Niederbieber était un texte relatif à un collège.

Fig. 3a. Inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber. CIL, XIII, 7761 (fac-similé du CIL.

Fig. 3a. Inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber. CIL, XIII, 7761 (fac-similé du CIL.

Fig. 3b. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).

Fig. 3b. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).

Fig. 3c. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).

Fig. 3c. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).
  • 114 CIL, XIII, 11979 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio capsari/orum n(umeri) Diuitiensium / Gor (...)
  • 115 CIL, VIII, 2553 = 18047.

22Une autre inscription, découverte hors du camp, doit probablement être versée au dossier. Il s’agit d’une dédicace élevée au Genius capsariorum par un medicus ordinarius sous le règne de Gordien III114. Bien que le mot collegium n’apparaisse pas, on peut mettre ce document en parallèle avec une inscription mise au jour dans le ualetudinarium du Grand Camp de Lambèse. Ce texte, un règlement de collège, concernait une bonne partie du personnel médical : optiones, pequarii, librarius et discentes capsariorum115. Il est donc fort possible que les capsarii de l’un des deux numeri de Niederbieber aient été eux aussi organisés en collège.

  • 116 CIL, XIII, 7751 : [I]n h(onorem) d(omus) d(iuinae). / [Ge]nio n(umeri) expl/[or]at(orum)
    German[i
    (...)
  • 117 Herz 1975, 280-281. Stoll 1992, 448.

23Signalons enfin une inscription découverte probablement dans les principia. Cette dédicace au Genius numeri exploratorum Germanicianorum Diuitiensium a été élevée par un cornicularius sous le règne de Sévère Alexandre116. Comme l’objet offert a été réalisé ex usuris, certains auteurs ont conclu à l’existence d’un don fait à un collège dont les intérêts auraient servi à financer le monument117. Sans rejeter l’hypothèse d’une caisse liée à un collège, il nous semble toutefois que notre connaissance du fonctionnement des finances des unités est trop lacunaire pour écarter d’emblée d’autres solutions.

  • 118 CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007 : Genio pr[aep]/ositorum / et Genio con/legi{s} secutor/um eoru (...)
  • 119 Voir l’aperçu historiographique de Ausbüttel 1985, 502-504, lui-même favorable à une datation hau (...)
  • 120 Alföldy 2004, 7-20.

24Un seul autre camp auxiliaire a livré une inscription qui est avec certitude relative à des collèges. Il s’agit d’un autel au Genius praepositorum et au Genius conlegii secutorum découvert à Osterburken. Ce texte a été récemment révisé par G. Alföldy qui propose de le dater de 157 env.118 Il revêt un intérêt qui dépasse la seule Germanie supérieure, car si sa datation est exacte, il s’agirait de la plus ancienne attestation d’un collège militaire. C’est un nouvel argument en faveur de ceux qui estiment que les collèges furent autorisés dans le courant du iie s., peut-être sous Hadrien119. On relèvera que seuls les secutores formaient un collège. Peut-être cela s’explique-t-il par le fait que, comme le suppose G. Alföldy, l’inscription a été érigée à l’occasion d’une rencontre de praepositi120. Or, à la différence des secutores, les praepositi n’étaient pas organisés en collège, mais seulement réunis de manière temporaire.

  • 121 CIL, XIII, 6566 (date de 244-249 p.C.) : Genio / opt(ionum) / coh(ortis) III / Aquit(anorum) /
    Ph
    (...)
  • 122 CIL, XIII, 7439 (date de 230-240 p.C. env.) : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio / ueredarioru (...)
  • 123 CIL, XIII, 11803 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio tectorum mil(ites ?) / [n(umeri) ? M]ati (...)
  • 124 CIL, XIII, 7754.
  • 125 CIL, VIII, 2554 = 18048.
  • 126 Sur cette question, Blanc 1984, 727-737.

25La difficulté de conclure de manière automatique à l’existence d’un collège lorsqu’est invoqué un grade ou un corps de métier se pose pour trois autres dédicaces adressées au Genius d’un grade particulier : les optiones à Osterburken121, les ueredarii à Kapersburg122 et les tectores à Mayence123. Comme pour les capsarii de Niederbieber évoqués plus haut, il est nécessaire de procéder par analogie. Ainsi, on a vu que les ueredarii possédaient un collège à Niederbieber124. Par ailleurs, un collège des optiones est attesté à Lambèse où l’on dispose de son règlement125. Aussi est-il fort probable que le Genius des ueredarii de Kapersburg et celui des optiones d’Osterburken impliquent une organisation de type collégial. La dédicace de Mayence concerne des stucateurs, comme l’a bien montré N. Blanc126. Malgré l’absence de parallèle, il est possible que ces hommes, qui avaient sans doute le rang d’immunes, aient été organisés en collège.

Les associations de vétérans

26Le licenciement ne signifiait pas la fin de toute vie associative dans un cadre militaire. Au début de l’Empire, les vétérans continuaient à être incorporés dans le uexillum ueteranorum. Par la suite sont attestées au moins deux structures qui leur étaient propres : le collegium ueteranorum et les ueterani. Enfin, les vétérans s’associent parfois au moment du licenciement afin d’ériger une dédicace célébrant leur honesta missio. Tous ces types de structures sont présents en Germanie supérieure et dans les provinces avoisinantes.

  • 127 Keppie 2000, 239-240 et 246-247.
  • 128 Domaszewski [1908] 1967, XX et 78-80, suivi entre autres par Watson 1983 [1969], 11, estime que l (...)
  • 129 AE, 1979, 433 : C. Tallius / C. (f.) Fab(ia) Pris/cus, uetera/nus ex leg(ione) XIIII / Gem(ina), (...)
  • 130 CIL, XIII, 6676 : Fortunae / Aug(ustae) sac(rum). C. / Nemonius Se/necio, c(urator) u(eteranorum) (...)

27La forme la plus ancienne est le uexillum ueteranorum qui n’est pas à proprement parler une association, mais une unité militaire de réserve. Créé sous Auguste, le uexillum était en effet composé de soldats licenciés maintenus sous les drapeaux pour quatre, puis cinq années supplémentaires. Il disparaît au début du règne de Vespasien127. Son encadrement demeure mal connu. Apparemment, il avait à sa tête un préfet de rang équestre. On rencontre en outre un curateur, un centurion et, pour les finances, un quaestor128. En Germanie supérieure, la seule mention explicite d’un uexillum est fournie par une inscription de Mayence antérieure à 41 p.C.129 Il est probable que c’est également à cette unité qu’il faut rapporter un second document trouvé dans la même ville. Il s’agit d’une dédicace à Fortuna due à un curator ueteranorum, un actor et un quaestor130.

  • 131 AE, 2006, 1480.
  • 132 AE, 2001, 1569 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). / Gen(io) collegii / ueteranor(um), / Ingenus / (...)
  • 133 ILJug, 3117 = AE, 1989, 617. Mosser 2003, 102-103. Une inscription d’Aquincum est à peu près cont (...)

28Le collegium ueteranorum est quant à lui attesté dès les Flaviens. La plus ancienne inscription le mentionnant date du règne de Domitien. Elle a été découverte il y a peu à Ancyre, en Galatie131. La Germanie supérieure n’a livré aucun document analogue. En revanche, on a récemment mis au jour à proximité du camp auxiliaire de Künzing en Rhétie une statuette dédiée à un Genius collegii ueteranorum132. Ce document, daté de manière approximative du iie s., est important, car il montre que ce type d’association est bien implanté dès les Antonins dans tout l’empire, une impression confirmée par la découverte à Topusko (Dalmatie) d’une stèle élevée vers 110-115 p.C. par un collège de vétérans dont le siège se trouvait sans doute à Siscia133.

  • 134 La plus ancienne inscription est CIL, III, 6166.
  • 135 D. 9400 = ILAfr, 301. Maurin 1995, 112-113 et 121-122.
  • 136 Nesselhauf & Lieb, n° 141 : - - - - - - / - c. 3-4 - [[L. Se[ptimi] / Seueri]] / ueterani con/s (...)
  • 137 CIL, XIII, 6540 : [-]N[- - - / red]ucis E++++ [- / g]enium c[um] bas[i / uete]ranis et per[e/g]ri (...)

29Une seconde forme d’association de vétérans est connue sous le nom de ueterani. Attestée dès le règne d’Hadrien134, elle est ancrée dans la vie municipale. En effet, les ueterani sont toujours associés à un groupe de civils, ciues Romani ou peregrini. Il semble que ces ueterani aient été à l’origine des vétérans, mais que le terme se soit étendu à leurs descendants, car ceux-ci jouissent à titre héréditaire de certains privilèges fiscaux accordés aux vétérans135. En Germanie supérieure et dans les provinces avoisinantes, deux inscriptions mentionnent des ueterani. La première est un autel daté de 182 découvert à Jagsthausen qui a pour dédicants les ueterani consistentes ad hiberna cohor(tis) I Ger(manorum)136. La seconde est une dédicace d’Öhringen. Ce texte très effacé fait apparaître deux groupes, les ueterani et peregrini. L’inscription ne peut malheureusement pas être datée plus précisément qu'entre le milieu du iie et le milieu du iiie s.137

  • 138 D. 9400 = ILAfr, 301.
  • 139 Une autre inscription de la province d’Afrique proconsulaire, datant sans doute du ier s., mentio (...)
  • 140 AE, 2006, 1480. À comparer avec l’expression ueterani morantes, cf. n. précédente.
  • 141 La plus récente semble être CIL, III, 11189 (Carnuntum), datant du règne de Maximin le Thrace.
  • 142 CIL, III, 6166 (Troesmis) : la dédicace est offerte aux uet(erani) et c(iues) R(omani) cons(isten (...)
  • 143 AE, 1933, 90 (Augusta Traiana), concerne des ueterani consistentes.
  • 144 Müller 1912, 268.
  • 145 Müller 1912, 279-280.

30La relation entre ces ueterani et le collegium ueteranorum est difficile à établir. Une dédicace africaine à Septime Sévère élevée par les ciues Romani pagani ueterani pagi Fortunalis fait allusion au beneficium que leurs parentes (ici les ancêtres) avaient reçu d’Auguste138. Rien n’est dit sur la manière dont ils étaient organisés, mais les groupes de vétérans sont bien attestés dès cette époque139. Environ un siècle plus tard, l’inscription d’Ancyre, réalisée sous Domitien, évoque un collegium ueteranorum qui Ancyrae consistunt, mélangeant en une seule formule le terme collegium et l’expression ueterani consistentes140. Peut-être doit-on y reconnaître l’indice que ces deux associations étaient assez proches au ier s. En tout cas, à partir des Antonins, on distingue clairement deux séries d’inscriptions, l’une relative aux collegia, l’autre aux ueterani. La première couvre tout le iie s. et se prolonge jusque vers 235-238 au moins141. La seconde se place entre le règne d’Hadrien142 et l’année 233143. Les deux types d’associations ont donc coexisté pendant un siècle, mais l’usage de deux expressions – jamais confondues – pour les désigner suggère qu’elles recouvrent des réalités différentes. Les ueterani, presque toujours mentionnés avec des civils, ont manifestement fini par perdre leur composante militaire pour devenir une fraction du corps civique144. On les rencontre parfois fort loin des frontières. Leur organisation interne demeure mystérieuse. Le collegium paraît plus structuré. Aucun document ne permet d’établir qu’il ait eu des liens avec les civils145. Enfin, à part quelques cas de collegia implantés en Italie, il semble aussi plus fréquemment installé près des armées.

  • 146 CIL, XIII, 6732.
  • 147 C’est le cas des dédicaces des equites singulares Augusti à Rome. Dans les provinces, on peut cit (...)

31Le seul exemple explicite d’inscription érigée par des vétérans au moment de leur licenciement qui est connu dans les Germanies est la dédicace de Mayence aux Lares stratorum consularis vue plus haut. Elevée entre le milieu du iie et le milieu du iiie s., elle est due aux ueterani missi honesta missione146. La plupart des exemples d’emploi de la formule ueterani missi honesta missione, assez peu courante dans le cas des dédicaces de licenciement, sont datables des règnes d’Hadrien ou d’Antonin147. Il est possible qu’il en aille de même ici. Rien ne permet de déterminer si ces ueterani ont agi de manière ponctuelle ou s’ils formaient un collège.

Considérations générales sur les collèges militaires de Germanie et de Rhétie

32Il convient de souligner d’emblée les difficultés méthodologiques posées par l’étude des collèges militaires au moyen du matériel épigraphique. Si la documentation permet de saisir l’existence d’une vie associative, elle ne livre en revanche guère d’informations supplémentaires. En l’absence de mentions explicites comme collegium ou schola, il est délicat de distinguer ce qui reflète un acte ponctuel de ce qui révèle des structures plus durables. Le fait qu’un même mot – par exemple Genius – puisse apparemment recouvrir des réalités différentes oblige à procéder à une évaluation individuelle de chaque document et rend dès lors toute généralisation hasardeuse. En d’autres termes, dans de nombreux cas, il est difficile de déterminer avec certitude si l’on est en présence d’une association qui correspond bien à la définition des collèges telle qu’elle a été donnée plus haut.

  • 148 CIL, XIII, 7753 et 7754.
  • 149 CIL, VIII, 2553 = 18047.
  • 150 D. 9100.
  • 151 CIL, VIII, 2551 = 18046.

33La seconde difficulté, liée à la première, a trait à leur structure. En effet, on perçoit mal comment les collèges étaient organisés, en particulier ceux regroupant plusieurs grades. Le cas le plus symptomatique à cet égard est celui des collèges de porte-enseignes de Niederbieber. Deux inscriptions, à moins de dix ans d’intervalle, font allusion à une association regroupant ces soldats, mais comme le nom et la composition changent, on ignore s’il s’agit bien de la même association148. Doit-on imaginer un seul collège, appelé collegium uictoriensium signiferorum, qui regroupe les uexillarii, les baioli et l’imaginifer (mais où les signiferi ne sont pas attestés) ou faut-il conclure à l’existence d’un collège des uexillarii et à un autre des signiferi ? L’absence de vocabulaire unifié dans les inscriptions est-il le reflet d’un usage lexical peu rigoureux ou l’indice de collèges fondés sur des grades qui pouvaient s’associer de temps en temps ? Un détour par la documentation de Lambèse ne permet pas non plus d’apporter de réponse définitive. La composition de certains collèges dont on connaît les membres n’est d’ailleurs pas exempte d’incohérences. Ainsi le collège du personnel médical comprend-il les discentes capsariorum, mais pas les capsarii149. Ajoutons que le nombre des membres pouvait fortement varier : à Lambèse, le collège du tabularium legionis compte une quarantaine de membres150, celui de l’officium du tribun laticlave une dizaine seulement151. Enfin, on ignore tout de la longévité de ces associations.

  • 152 Signiferi : AE, 1978, 576. Beneficiarii : CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.
  • 153 CIL, XIII, 11979.
  • 154 Secutores : CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007. Vexillarii : CIL, XIII, 7753 et 7754. Stratores : (...)
  • 155 Veredarii : CIL, XIII, 7439. Baioli : CIL, XIII, 7754.
  • 156 Cornicines (?) : AE, 2004, 1062.
  • 157 Tectores : CIL, XIII, 11803.
  • 158 Praepositi : CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007. Optiones : CIL, XIII, 6566.

34Néanmoins, la documentation offre quelques pistes pour mesurer l’importance de la vie associative dans les troupes des Germanies. Il apparaît ainsi que celle-ci concerne une grande partie des principales, qu’ils soient actifs dans les services administratifs (signiferi, beneficiarii)152, le domaine médical (medicus et capsarii)153, la garde et l’escorte, souvent à cheval (secutores, uexillarii, stratores, equites singulares)154, la transmission (ueredarii, baioli)155, la musique (cornicines ?)156 ou encore la logistique (tectores)157. Notons que les cadres possèdent aussi des associations qui leur sont propres (optiones, praepositi)158. Plus étonnant, la documentation suggère que les collèges militaires ont connu leur apogée dans le deuxième quart du iiie s., soit une trentaine d’années après ceux de Lambèse, à un moment généralement considéré comme une phase de repli. Certes, le mouvement peut en partie s’expliquer par l’augmentation du nombre d’inscriptions sous les Sévères et leurs successeurs immédiats. Mais il n’est pas impossible d’y déceler un réel renforcement de la vie associative. En d’autres termes, les collèges semblent bien avoir joué un rôle important dans le développement de l’esprit de corps des cadres de l’armée romaine. Par ailleurs, ce mouvement ne s’est manifestement pas essoufflé avec le début de la crise du iiie s., mais paraît au contraire s'être renforcé.

35Les collèges de vétérans posent des problèmes différents, ce qui s’explique en premier lieu par la nature de la documentation. En effet, dans les Germanies, les informations sur ces associations sont ténues. Le seul élément concret dont on dispose est constitué par les inscriptions associant ueterani et peregrini qui montrent que ces deux corps agissaient ensemble, et il faut faire appel à la Rhétie pour des informations sur les collegia ueteranorum. On est mieux renseigné sur les uexilla ueteranorum, qui ne peuvent être rangés dans la même catégorie, puisque leur existence était institutionnalisée dans l’armée. Naturellement, les inscriptions laissent de nombreuses zones d’ombre : structure, nombre de membres... Notons que le terme utilisé est toujours celui de vétérans, sans distinction de grade, ce qui suggère que tous se retrouvaient dans un même collège. Ce constat s’explique sans doute par le fait que la fin de l’exercice actif d’une charge rendait caduques les distinctions de fonction. Malgré la maigreur des informations disponibles, le fait qu’aucune inscription ne puisse être attribuée avec certitude au iiie s. donne plutôt à penser que les collèges de vétérans ont connu leur période faste au cours du iie s., soit avant les collèges militaires, mais l’importance du phénomène ne peut être évaluée.

  • 159 Müller 1912, 279-281.
  • 160 Un cas similaire se rencontre à Aquincum avec les ciues Romani consistentes ad legionem (CIL, III (...)
  • 161 D. 9400 = ILAfr, 301.

36Dans quelle mesure les collèges militaires ont-ils eu une influence sur l’histoire des provinces germaniques ? La question mérite d’être posée, mais il faut y apporter une réponse prudente au vu des lacunes de la documentation. Toutefois, force est de constater que leur rôle a été assez limité. En tout cas, rien ne montre qu’ils aient facilité les liens entre soldats et civils, ni même qu’il ait existé des contacts entre les collèges militaires et la population civile. Certes, les soldats conservaient des liens avec leur patrie, comme on le voit avec l’exemple des deux questeurs ciues Sumelocennenses de Mayence. Le cas n’est pas isolé (des soldats de même origine s’assemblent aussi à Rome ou dans les provinces), mais il s’agit là de solidarités locales concernant des individus agissant en dehors de tout cadre officiel. Les collèges militaires sont avant tout l’expression d’un esprit que l’on pourrait qualifier de corporatiste. Les rares contacts que l’on peut observer avec la population civile sont l’affaire des vétérans. Ceux-ci semblent néanmoins avoir été plus intéressés par la vie des camps que par celle des cités, même si certains d’entre eux ont pu être impliqués à titre personnel dans la vie municipale159. Quoiqu’il ne s’agisse que d’une dénomination topographique, il est assez plaisant de rappeler que les ueterani de Jagsthausen se définissent comme consistentes ad hiberna cohortis, c’est-à-dire par leur proximité au camp160. La dédicace des ueterani et peregrini d’Öhringen montre que les vétérans ou leurs descendants finirent néanmoins par s’intégrer au corps civique, tout en conservant sans doute certains avantages qui les distinguaient du reste de la population, comme on l’a vu avec les vétérans du pagus Fortunalis en Afrique proconsulaire161.

37Si les collèges ne semblent avoir eu qu’une influence limitée sur la vie des provinces, à l’inverse, l’histoire des provinces a-t-elle eu une incidence sur la leur ? Aux deux premiers siècles de l’Empire, les collèges militaires des Germanies ne se distinguent pas de manière significative de ceux des autres provinces, si ce n’est qu’ils semblent s’être développés plus tardivement. En tout cas, les premières années de la crise du iiie s. coïncident avec leur période de plus forte activité épigraphique. En revanche, les désordres de l’année 260 les touchèrent certainement plus que d’autres régions de l’empire. En effet, la création de l’Empire gaulois conduisit à une guerre civile au sein même de l’armée du Rhin entre les partisans de Postume et ceux de Salonin, puis à une séparation durable des troupes des provinces des Germanies et de Rhétie du reste de l’empire. Enfin, une partie de l’armée, les vexillations légionnaires détachées auprès de Gallien, suivit désormais sa propre histoire, rattachée au pouvoir central. L’évacuation de pans entiers de la frontière à l’est du Rhin eut à l’évidence aussi des conséquences sur les collèges militaires et sur les associations de vétérans, mais celles-ci nous échappent complètement. En effet, nous perdons la trace de ces associations à ce moment. La réunification réalisée par Aurélien, synonyme de retour de l’armée des Germanies sous l’autorité du pouvoir central, ouvre un nouveau chapitre dont sont absents les collèges militaires, du moins sous la forme qui fut la leur sous le Haut-Empire.

Notes

1 La présente communication a été précédée d’une présentation plus générale sur les collèges faite le 7 mars 2008 au Centre Glotz (Paris) dans le cadre du programme quadriennal “Empreinte de Rome sur les Gaules et les Germanies”. Elle a également fourni la matière d’un article paru en 2009 : Schmidt Heidenreich 2008, 231-245. J’exprime ma gratitude à Mmes M. Dondin-Payre et M.‑Th. Raepsaet‑Charlier de m’avoir associé à leurs travaux.

2 Carrié 1992, 140-141.

3 MacMullen 1984, 447-449 ; Stoll 2001a, 129-132.

4 MacMullen 1984, 443-444 ; Stoll 2001a, 130-132.

5 Le cas des Éméséniens est évoqué par Carrié 1992, 139. On pourrait y ajouter celui des Palmyréniens. Un autre exemple intéressant est celui des Bataves, bien connu par les tablettes de Vindolanda (Birley 2002, 100).

6 Alföldy 2000, 42-43 et 47-48.

7 Dig., 47.22.1 (Marcien) : Mandatis principalibus praecipitur praesidibus prouinciarum, ne patiantur esse collegia sodalicia neue milites collegia in castris habeant. Ausbüttel 1985, 502, estime que la mesure visait seulement à interdire les collèges de simples soldats dans les camps, mais que ceux-ci pouvaient se constituer en collège au-dehors. Toutefois, de tels collèges ne sont pas attestés jusqu’à aujourd’hui et on est en droit de se demander s’ils ont jamais existé : voir déjà Ginsburg 1940, 150-151 et Schulz-Falkenthal 1968, 157-159.

8 Perea Yébenes 1999, 19-20.

9 Perea Yébenes 1999. Je remercie vivement l’auteur de m’avoir fourni un exemplaire de son ouvrage.

10 Waltzing 1895-1900 ; Kornemann 1901, col. 399-401 ; Ginzburg 1940 ; Schulz-Falkenthal 1968 ; Ausbüttel 1985.

11 Voir les critères proposés par Perea Yébenes 1999, 29-33. Sur le sens de schola et collegium en général, Schmidt Heidenreich 2008, 231-245.

12 Waltzing 1895-1900, IV, 147 ; Nelis-Clément 2000, 284-285.

13 Nelis-Clément 2000, 269-272 ; Schmidt Heidenreich 2008, 234-235.

14 Le Roux 1982, 269, n. 337, estime que, dans le vocabulaire officiel, collegium aurait aussi servi à “désigner chaque groupe de spécialistes”.

15 Une dizaine d’exemplaires sont connus. Tous proviennent de Lambèse. Il s’agit des règlements du tabularium legionis (CIL, VIII, 2560 = AE, 1898, 108-109), du tabularium principis (D. 9100), de l’officium du tribun laticlave (CIL, VIII, 2551 = 18046), de l’officium du praefectus castrorum (AE, 1899, 60), du personnel du ualetudinarium (CIL, VIII, 2553 = 18047), des optiones (CIL, VIII, 2554 = 18048), des tesserarii (CIL, VIII, 2552 = 18070), des custodes armorum (AE, 1902, 10), des tubicines (AE, 1906, 10 = 1907, 184), des cornicines (CIL, VIII, 2557 = 18050), des duplarii regressi de expeditione felicissima mesopotamica (AE, 1895, 204), d’un collège anonyme (CIL, VIII, 2556 = 18049).

16 La fonction de l’optio a été discutée. Breeze 1976, 127, considère qu’il peut s’agir d’un secrétaire. Perea Yébenes 1999, 117-118 et Nelis-Clément 2000, 274-276, y voient le président d’un collège, exerçant une charge équivalente à celle du magister dans les associations civiles. La documentation leur donne raison, nous semble-t-il. À Lambèse, le titre est porté par le soldat mentionné en tête dans les listes des membres des collèges des cornicines (CIL, VIII, 2557 = 18050) et des tubicines (AE, 1906, 10 = 1907, 184). Il s’agit vraisemblablement du président du collège, puisque tous les membres ont le même grade. On rencontre une situation identique à Rome avec le collegium curatorum des equites singulares Augusti (Speidel 1994, n° 54 et 58, qui interprète aussi l’optio comme le président du collège).

17 CIL, VIII, 2552 = 18070, 2601 et 2602 ; AE, 1895, 204. Voir Perea Yébenes 1999, 116 ; Nelis-Clément 2000, 274.

18 CIL, VIII, 2562 = 18051.

19 Besnier 1899, 239. Les associations de citoyens romains avaient aussi à leur tête des curatores selon Gogniat Loos 1994, 31-33.

20 Perea Yébenes 1999, 119.

21 CIL, VIII, 2560 ; ILJug, 272 ; RIB, 451.

22 Les règlements du collège des cornicines (CIL, VIII, 2557 = 18050) et celui du personnel du ualetudinarium (CIL, VIII, 2553 = 18047) prévoient des dispositions spéciales pour les tirones et les discentes. Carcopino 1925-1926, 219-220 et Batiffol & Isaac 1926, 197, qui parlent “d’élèves”, considèrent que ces tirones étaient en quelque sorte des aspirants adhérents. Ils sont suivis par Perea Yébenes 1999, 336‑337. Id., 283‑285, estime que les discentes sont des aides. Ginsburg 1940, 152-153, préfère voir en eux des apprentis dans une situation proche de celle des tirones.

23 Sur le statut particulier du discens, Le Roux 1992, 265-266.

24 Perea Yébenes 1999, 118-119, a supposé l’existence d’un principalis collegii, mais ses arguments n’emportent pas la conviction.

25 Schmidt Heidenreich 2008, 234.

26 AE, 1899, 60 ; 1902, 10 ; CIL, VIII, 2551 = 18046 ; 2557 = 18050.

27 Voir en général Ginsburg 1940, 152-154. Les règlements les plus détaillés sont ceux des cornicines et des tubicines : Cagnat 1907, 183-187 ; Battifol & Isaac 1926, 179-200 ; Carcopino 1925-1926, 217-229. Des informations complémentaires sont apportées par le règlement du tabularium legionis : Philonenko 1928, 429-435.

28 L’étude la plus complète sur la hiérarchie des collèges de vétérans demeure celle de Müller 1912, 275-279. Voir également Halkin 1895, 374-376.

29 Müller 1912, 276. Sur les magistri civils : Waltzing 1895-1900, I, 385-405 ; Kornemann 1901, col. 420‑421.

30 Müller 1912, 276-277. Contra : Watson [1969] 1983, 153, qui fait du curator le président du collège. On rencontre aussi un curator dans les uexilla ueteranorum.

31 Müller 1912, 277, envisage plutôt quaestor. Halkin 1895, 376, avait pensé à arcarius. Sa suggestion repose sur une inscription lambésitaine où apparaît dans une liste le nom du vétéran P. Tamudius Venustus suivi des lettres ARCAR qu’il propose de développer en arcar(ius) (CIL, VIII, 2618 = 18096). Toutefois, à la suite du CIL, c’est le développement Ar(nensi) Car(thagine) qui s’est imposé (voir p. ex. Le Bohec 1989, 251).

32 La dénomination exacte peut varier. On trouve par exemple des cultores ueterani à Lambèse : CIL, VIII, 2618 = 18096.

33 Halkin 1895, 376 ; Müller 1912, 277-278. Contra : Kornemann 1901, col. 423-424.

34 Müller 1912, 275-276. Contra : Halkin 1895, 376, qui voit dans le pater un patron. Selon Kornemann 1901, col. 425, le titre de pater est, dans les collèges civils, purement honorifique.

35 Voir le catalogue réuni par Perea Yébenes 1999, 507-551. Les études sur les activités cultuelles des collèges demeurent peu nombreuses. On citera notamment Fishwick 1991, 329-341.

36 P. ex. RIB, 156 (collegium fabricae) ou ILJug, 272 (schola centurionum).

37 Cagnat [1892] 1912, 404-405, insiste sur la fonction funéraire, Le Bohec [1989] 2002, 210, sur l’aspect économique, Ginsburg 1940, 156 et Schultz-Falkenthal 1968, 160-161, sur la dimension sociale.

38 Il existe de rares cas plus ambigus, comme ces collèges réunissant des soldats ayant reçu une double solde suite à leur participation à une campagne militaire : AE, 1895, 204 et CIL, VIII, 2564 = CBIFR, 782.

39 Halkin 1895, 1-5 ; Müller 1912, 271-275 ; Ginsburg 1940, 154, n. 28. Un exemple de sépulture de vétéran prise en charge par son collège : ILJug, 3117 = AE, 1989, 617 qui évoque un collegius (sic) ueteranorum.

40 Nous reviendrons en conclusion sur la question des liens entre collèges militaires et intégration provinciale.

41 Même si, comme l’a suggéré récemment Reuter 2007, 77-149, les frontières de Germanie supérieure et de Rhétie ne furent peut-être pas évacuées en même temps.

42 La question est délicate. On admet en général que seul un “corps institué” est susceptible de posséder un génie (van Andringa 2002, 199). À l’armée, la plupart des dédicaces à un Genius concernent des unités et il est rare que l’on fasse appel à une notion plus générale comme l’armée romaine (Rüpke 1990, 189). Toutefois, même si les attestations épigraphiques sont rares, le Genius exercitus est bien attesté dans le monnayage à partir du milieu du iiie s. (Ankersdorfer 1973, 194-196).

43 Nelis-Clément 2000, 284.

44 Ainsi, la mention d’un collega dans une inscription funéraire ne peut être considérée à notre avis comme la preuve de l’existence d’un collège. Contra : Perea Yébenes 1999, 507-551 a pour sa part retenu ces documents dont le nombre s’élève à une vingtaine.

45 Garnison de Rome : 5. Légions : 31. Unités auxiliaires : 8. Bénéficiaires (stationes) : 4. Prétoires des gouverneurs : 17. Flottes : 2.

46 Relevons toutefois que, selon la catégorie de document envisagée (sur ces catégories, voir infra), d’autres régions fournissent un matériel plus abondant : l’Italie a par exemple livré plus d’inscriptions relatives au curator ueteranorum (4), tandis que les inscriptions concernant les ueterani proviennent avant tout de Mésie inférieure (12).

47 CIL, XIII, 8186.

48 CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.

49 AE, 1978, 576.

50 CIL, XIII, 6669.

51 CIL, XIII, 7753-7754, 7761, 11979.

52 CIL, XIII, 6566, 11766 = AE, 2004, 1007.

53 CIL, XIII, 7439.

54 CIL, XIII, 6127 et peut-être D. 9183.

55 CIL, XIII, 6676, 6732. AE, 1979, 433.

56 CIL, XIII, 7556.

57 AE, 2004, 1062.

58 AE, 2001, 1569.

59 Osterburken – CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007.

60 Altrip – CIL, XIII, 6127 = CBIFR, 96.

61 Ratisbonne – AE, 2004, 1062.

62 Kapersburg – CIL, XIII, 7439.

63 Mayence – CIL, XIII, 6669.

64 Niederbieber – CIL, XIII, 11979.

65 Niederbieber – CIL, XIII, 7753.

66 Osterburken – CIL, XIII, 6566.

67 Niederbieber – CIL, XIII, 7754.

68 Xanten – AE, 1978, 576.

69 Cologne – CIL, XIII, 8186.

70 Boppard – CIL, XIII, 7556.

71 Mayence – AE, 1979, 433.

72 Mayence – CIL, XIII, 6676.

73 Mayence – AE, 2004, 1022.

74 Mayence – CIL, XIII, 6732.

75 Künzing – AE, 2001, 1569.

76 Ausbüttel 1985, 503-504, tire argument de l’existence d’un collegium des Germani corporis custodes pour faire remonter les premiers collèges militaires au début de l’Empire. Toutefois, cette unité au statut très particulier constitue une exception. Son cas, non dépourvu d’ambiguïté, n’est pas généralisable à l’armée régulière : voir en dernier lieu Sablayrolles 2001, 136-137, avec renvoi à la littérature antérieure.

77 RIT, 43 = CBIFR, 854.

78 D. 9493 = ILTG, 234.

79 Schola speculatorum à Aquincum (CIL, III, 3524) et à Apulum (IDR, III/5, 426). Schola centurionum à Césarée Maritime (AE, 2003, 1806).

80 CIL, VIII, 2748 ; AE, 1915, 27 ; 1917/1918, 49 et 78 ; Le Glay 1954, 273, n° 2.

81 CBIFR, 762 et 768.

82 CIL, VIII, 18083

83 CBIFR, 763-766, 771.

84 CIL, XIII, 8186 = IKöln, 34 : Herculi, / Ianuarius / Moderat(us), col(legio) / equitum, d(ono) d(edit).

85 CIL, XIII, 6732 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Laribus strat(orum) co(n)s(ularis) leg(ionis) XXII P(rimigeniae) p(iae) f(idelis), ueter[a]ni m(issi) h(onesta) m(issione), Meninius Adiu[t]or, C. Ap[p]ul(-) [Satur]ninus / [- - -]BIII[- - -]us / N[- - -]D / [- - -]. Sur la fonction des stratores, Haensch 1997, 723.

86 À Bostra (IGLS, XIII/1, 9086), mais aussi à Lambèse (AE, 1915, 27 ; 1917/1918, 49 ; Le Glay 1954, 273, n° 2 ; CIL, VIII, 2748).

87 CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.

88 CBIFR, 96.

89 CBIFR, 98.

90 Nelis-Clément 2000, 278. À Sirmium, des dédicaces élevées par des beneficiarii consularis à leur Genius collegii (AE, 1994, 1429 et 1464 – cf. Nelis-Clément 2000, 270) suggère que les bénéficiaires du gouverneur de Pannonie inférieure étaient organisés en collège.

91 Petrikovits 1975, 152-157. En dernier lieu, Reddé et al. 2006, passim.

92 AE, 1978, 576 : Genio signif(erorum) / leg(ionis) XXX V(lpiae) V(ictricis), / P. Aelius Seue/rinus, t(estamento) p(oni) i(ussit).

93 RIB, 451.

94 CIL, XIII, 6669 : Bonum Euentum / eeqq(uitum) leg(ionis) XXII Pr(imigeniae) p(iae) f(idelis), / Albanius Agricola / et Macrinius Iuli/[a]nus, qq(uaestores), ciues Sumelo(cennenses), / [Po]mpeiano et Paeligniano / co(n)s(ulibus).

95 Domaszewski 1972, 124.

96 Sur la photographie de l’inscription, la lettre suivant le premier Q est aujourd’hui très effacée. La lecture Q semble néanmoins la plus probable. Je remercie vivement R. Wiegels et K. Matijevic qui m’ont autorisé à reproduire cette inscription et m’en ont fourni une photographie.

97 Kornemann 1901, col. 423.

98 On connaît un actarius à León (CIL, II, 2663) et un tabularium à Lambèse (AE, 1957, 85).

99 AE, 1969-1970, 583 ; 1998, 975.

100 AE, 2004, 1062 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). I(oui) O(ptimo) M(aximo), / Iun(oni) Reg(inae), pro sal(ute) / D(omini) n(ostri) Imp(eratoris) [[M. Aur[el(i) An/tonin]]]i Pii Fel(icis) Aug(usti) et / [I]ul(iae) Maesae Aug(ustae) CORN / [[[ . . . ]++++++]] leg(ionis) III Ital(icae). Suivent au moins cinq noms. Côté dr., liste de six noms. Côté g., liste de quatre noms.

101 CIL, VIII, 2557 = 18050.

102 Baatz [1974] 2000, 95-97. Voir en dernier lieu Steidl 2006, 345-346.

103 CIL, XIII, 7753 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio uexillar(iorum) et / imaginif(eri), Attianus Coresi, uex(illarius), / Fortionius Constitutus, / imag(inifer), signum cum edicula (!) / et tab(u)l(am) marmoream d(ono) d(ederunt) d(edicauerunt), / Imp(eratore) d(omino) n(ostro) Gordi(a)no Aug(usto) et Auiolo
co(n)s(ulibus)
.

104 CIL, XIII, 7754 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Baioli / et uexillari, col/legio uictorien/sium signifer/orum, Genium d/e suo fecerunt, / VIIII kal(endas) Octobr(es) / Presente et Albino (!) / co(n)s(ulibus), / homines XIIII d(e) s(uo) r(estituerunt). Sur le côté dr., sept noms. Sur le côté g., sept noms.

105 Les données sont contradictoires comme le note Stoll 1992, 423.

106 Cf. la dédicace au Genius tabularii du numerus Brittonum mis au jour à l’extrémité orientale des principia (CIL, XIII, 7752).

107 Stoll 1992, 435, admet qu’il s’agit du même collège.

108 CIL, XIII, 7761. Frag. 1 : [I]n h(onorem) d(omus) d(iuinae). / [- - -] n(umeri) Diuitiensium / [- - -]torium de suo f(ecerunt) / [- - -]est [- - -]NV[- - - / - - -]ER[- - - / - - -]VA[- - - / - - -]AT[- - -]. Frag. 6 : [- - -]RANI[- - -] / sollemniu[m - - -] / REBRIC TEM[- - -]. Nous ne reproduisons que les deux fragments les plus importants. Je remercie vivement R. Wiegels et K. Matijevic qui m’ont autorisé à reproduire cette inscription et m’en ont fourni une photographie.

109 Sur l’histoire de ce numerus, Reuter 1999, 485-491.

110 Le CIL propose à titre d’hypothèse [appa]torium, l’Epigraphische Datenbank Heidelberg (HD023589) [si]g(num) et [reposi]torium. On pourrait aussi suggérer [excubi]torium, comme dans CIL, III, 3526.

111 Les noms étaient disposés sur une ou deux colonnes, entre deux parties de textes, comme dans le cas des règlements des tubicines et des cornicines de Lambèse (AE, 1906, 10 = 1907, 184 et CIL, VIII, 2557 = 18050).

112 P. ex. CIL, V, 4015 et CIL, XIV, 2112. Voir également la table de Brigetio : AE, 1937, 158 = 232. Sur ce texte, en dernier lieu, AE, 1995, 32.

113 Règlement du tabularium principis (D. 9100), des officiales praefecti castrorum (AE, 1899, 60), du personnel du ualetudinarium (CIL, VIII, 2553 = 18047), des optiones (CIL, VIII, 2554 = 18048), des tesserarii (CIL, VIII, 2552 = 18070), des custodes armorum (AE, 1902, 10).

114 CIL, XIII, 11979 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio capsari/orum n(umeri) Diuitiensium / Gordianorum, T. F(lauius) Proces/sus, medicus hordina/rius, sub C. Vibio Vita/le, pr(a)ef(ecto) n(umeri) s(upra) s(cripti), d(onum) p(osuit).

115 CIL, VIII, 2553 = 18047.

116 CIL, XIII, 7751 : [I]n h(onorem) d(omus) d(iuinae). / [Ge]nio n(umeri) expl/[or]at(orum)
German[i]c(ianorum)
/ D[iui]tien(sium) [[Alex/andrianorum]], A[u]rel[iu]s Vict[o]/rinus, cornicu[l(arius)], / ex u[s]ur[is - / nu]meri, kal(endis) oct[obr(ibus), / u(otum)] s(oluit) l(ibens) [m(erito)].

117 Herz 1975, 280-281. Stoll 1992, 448.

118 CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007 : Genio pr[aep]/ositorum / et Genio con/legi{s} secutor/um eorum, sub cur(a) / Verani Saturnini, / (centurionis) leg(ionis) V[III A]u[g(ustae) - - -]. La datation repose sur l’identification de l’auteur de la dédicace, un centurion de la legio VIII Augusta nommé Veranius Saturninus, avec un homonyme connu par une inscription de Neckarburken datée de 158 (AE, 1986, 523). Cf. Richier 2004, 342-343, n° 288.

119 Voir l’aperçu historiographique de Ausbüttel 1985, 502-504, lui-même favorable à une datation haute. Plus récemment, Perea Yébenes 1999, 170-172, en est revenu à une création sous Septime Sévère.

120 Alföldy 2004, 7-20.

121 CIL, XIII, 6566 (date de 244-249 p.C.) : Genio / opt(ionum) / coh(ortis) III / Aquit(anorum) /
Philippi
/anae.

122 CIL, XIII, 7439 (date de 230-240 p.C. env.) : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio / ueredariorum n(umeri) N[- / -]tionius Remu[s].

123 CIL, XIII, 11803 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). Genio tectorum mil(ites ?) / [n(umeri) ? M]ati[a]corum / - - -. La restitution de la seconde ligne, qui suit les propositions de Dessau, demeure très incertaine, en particulier parce que les deux unités portant le nom de numerus Mattiacorum ne sont pas attestées avant le ive s., à une date où la formule in honorem domus diuinae est tombée en désuétude.

124 CIL, XIII, 7754.

125 CIL, VIII, 2554 = 18048.

126 Sur cette question, Blanc 1984, 727-737.

127 Keppie 2000, 239-240 et 246-247.

128 Domaszewski [1908] 1967, XX et 78-80, suivi entre autres par Watson 1983 [1969], 11, estime que le curator commandait le uexillum. Contra : Keppie 2000, 271 et 241-246, avec renvoi à la littérature antérieure, met en avant le rôle du préfet, tout en soulignant que l’on ne sait rien des fonctions du curator. Le Bohec [1989] 2002, 25, avec d’autres références, ne tranche pas entre “un curateur, un préfet ou un centurion appelé triarius ordo”.

129 AE, 1979, 433 : C. Tallius / C. (f.) Fab(ia) Pris/cus, uetera/nus ex leg(ione) XIIII / Gem(ina), anno(rum) / XLIIX, stip(endiorum) XXVII, / uex[s]illo P. Atili(i) / Crispi, h(ic) s(itus) e(st), / frater pro pi/etate pos(u)it.

130 CIL, XIII, 6676 : Fortunae / Aug(ustae) sac(rum). C. / Nemonius Se/necio, c(urator) u(eteranorum), et T. / Tertius Felix, q(uaestor), / et C. Atius Vere/cundus, ac(tor), d(e) s(uo) p(osuerunt).

131 AE, 2006, 1480.

132 AE, 2001, 1569 : In h(onorem) d(omus) d(iuinae). / Gen(io) collegii / ueteranor(um), / Ingenus / Celadi, ue(teranus), d(onum) d(edit).

133 ILJug, 3117 = AE, 1989, 617. Mosser 2003, 102-103. Une inscription d’Aquincum est à peu près contemporaine, mais il n’est pas certain qu’elle concerne un collège militaire : AE, 1965, 43 = 1967, 367.

134 La plus ancienne inscription est CIL, III, 6166.

135 D. 9400 = ILAfr, 301. Maurin 1995, 112-113 et 121-122.

136 Nesselhauf & Lieb, n° 141 : - - - - - - / - c. 3-4 - [[L. Se[ptimi] / Seueri]] / ueterani con/sistentes ad hi/berna cohor(tis) / I Ger(manorum), duobus / Siluanis co(n)s(ulibus).

137 CIL, XIII, 6540 : [-]N[- - - / red]ucis E++++ [- / g]enium c[um] bas[i / uete]ranis et per[e/g]rinis herede[s / .]VNAERIS +V+++[. / p]atris posue[runt]. La lecture suit le dessin reproduit dans le CIL et les restitutions qui y sont proposées.

138 D. 9400 = ILAfr, 301.

139 Une autre inscription de la province d’Afrique proconsulaire, datant sans doute du ier s., mentionne des ueterani morantes Simittu (CIL, VIII, 14608). Selon Keppie 2000, 241, il pourrait s’agir de vétérans établis là provisoirement, dans l’attente de terres.

140 AE, 2006, 1480. À comparer avec l’expression ueterani morantes, cf. n. précédente.

141 La plus récente semble être CIL, III, 11189 (Carnuntum), datant du règne de Maximin le Thrace.

142 CIL, III, 6166 (Troesmis) : la dédicace est offerte aux uet(erani) et c(iues) R(omani) cons(istentes) ad canab(as) leg(ionis) V Mac(edonicae).

143 AE, 1933, 90 (Augusta Traiana), concerne des ueterani consistentes.

144 Müller 1912, 268.

145 Müller 1912, 279-280.

146 CIL, XIII, 6732.

147 C’est le cas des dédicaces des equites singulares Augusti à Rome. Dans les provinces, on peut citer la dédicace à Vénus de Carnuntum (CIL, III, 11140) et celle à la triade capitoline d’Apulum (IDR, III/5, 198).

148 CIL, XIII, 7753 et 7754.

149 CIL, VIII, 2553 = 18047.

150 D. 9100.

151 CIL, VIII, 2551 = 18046.

152 Signiferi : AE, 1978, 576. Beneficiarii : CIL, XIII, 6807 = CBIFR, 118.

153 CIL, XIII, 11979.

154 Secutores : CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007. Vexillarii : CIL, XIII, 7753 et 7754. Stratores : CIL, XIII, 6732. Equites singulares : CIL, XIII, 8186 = IKöln, 34.

155 Veredarii : CIL, XIII, 7439. Baioli : CIL, XIII, 7754.

156 Cornicines (?) : AE, 2004, 1062.

157 Tectores : CIL, XIII, 11803.

158 Praepositi : CIL, XIII, 11766 = AE, 2004, 1007. Optiones : CIL, XIII, 6566.

159 Müller 1912, 279-281.

160 Un cas similaire se rencontre à Aquincum avec les ciues Romani consistentes ad legionem (CIL, III, 3585).

161 D. 9400 = ILAfr, 301.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Inscription d’érection d’une statue de Bonus Euentus, CIL, XIII, 6669 (Mayence) (cl. CIL, XIII. Photodatei Osnabrück/Trèves).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 2. Plan du camp Niederbieber (d’après Baatz [1974] 2000, 96, fig. 56).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 3a. Inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber. CIL, XIII, 7761 (fac-similé du CIL.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 3b. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 3c. Fragment de l’inscription de construction d’un collège du camp de Niederbieber : CIL, XIII, 7761 (cl. Du CIL, XIII. Photodatei, Osnabrück-Trèves).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search