Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Des collèges en Gaule Belgique

Ségolène Demougin

Texte intégral

  • 1 Et surtout son ouvrage, Tran 2006. Voir les recensions de L. De Salvo (2007) et de K. Verboven (2 (...)
  • 2 Perry 2006.
  • 3 Tran 2006, 3-4.
  • 4 Cf. par exemple, Tarpin 2002 ; Tran 2006, 270-271.

1Les études sur les collèges connaissent un regain d’intérêt. Qu’il suffise ici de mentionner l’œuvre de N. Tran1. À la même époque a été publié un livre de J. S. Perry portant sur les “collèges” contemporains se réclamant du modèle antique, comme les corporazioni fascistes2. Les problèmes de définition sont très importants dans ce contexte, comme l’a récemment rappelé N. Tran, et particulièrement dans son livre de 2006 ; l’introduction est partiellement consacrée à cette question, qui se trouve compliquée par la pluralité des termes appliqués à ces collectivités, que, pour plus de commodité, nous nommerons collèges3. Il a semblé intéressant de considérer l’une des provinces de l’ensemble gaulois, la Belgique, pour cerner les difficultés présentées par une recherche localisée ; bien entendu, je ne m’interdirai pas d’aller rendre visite aux provinces germaniques voisines. Cependant, dans mon enquête, j’ai volontairement négligé les associations de type militaire, telles qu’on les rencontre dans les provinces fortement militarisées ; donc, on laissera de côté la question spécifique des associations de vétérans, tout comme les problèmes touchant aux uicani et à leur regroupement dans des structures qui peuvent s’apparenter à celles des collèges4, sans pourtant négliger les associations cultuelles qui apparaissent dans la documentation.

  • 5 Dans son habilitation inédite, p. 332 et s., citée par Ausbüttel 1982, 33.
  • 6 Christ 1973, 549-551.
  • 7 Le Bohec 2003, 11.

2En élisant la Belgique comme champ d’études, on ne choisit pas la facilité ; en effet, contrairement à ce que l’on pourrait espérer, les témoignages épigraphiques sont relativement rares, et difficiles à commenter. Dans ces conditions, on pourrait croire que le fait associatif est resté périphérique. De toute façon, et comme on l’a déjà remarqué, il s’agit essentiellement d’un phénomène, qui ne semble manifester son existence que dans les centres habités, donc fortement lié au fait urbain lui-même. C’est la raison pour laquelle on pourrait se trouver quelque peu démuni, en concentrant l’étude sur les cités de la Belgique. À cet égard, l’exemple de Reims, capitale de province, est d’un silence éloquent, puisqu’en dépit des efforts récents des études archéologiques, le patrimoine épigraphique de la ville ne s’est pas accru autant que nous le voudrions. Et même si, dans d’autres cas, des découvertes sont venues enrichir les collections épigraphiques, elles n’ont pas souvent amené de données utilisables dans ce type de recherches. J’en prendrai comme exemple l’épigraphie de Diuodorum (Metz), qui s’est certes largement augmentée avec la découverte d’une grande nécropole, lors de la construction de la gare centrale, à la fin du xixe s., ou de celle de pierres tombales en remploi dans le rempart du iiie s., mais cette épigraphie, de type privé, n’a guère renforcé notre connaissance des associations diverses, qui venaient innerver la vie de la cité. Pourtant, ce lien fort avec la collectivité urbaine a été mise en doute par certains : ainsi K. Christ5 considère que dans les Gaules, se trouvaient à la campagne des associations sans indication de statut aussi précis que “collegium ou corpus” ; mais rappelons aussi ici que K. Christ se consacrait aux collèges professionnels, qu’il a particulièrement étudiés à Narbonne, Lyon et Trèves6. Il faut donc tenter d’y voir plus clair. Dans les développements qui vont suivre, j’examinerai d’abord les questions de terminologie, puis j’analyserai les cas qui nous ont été conservés. Un premier problème s’est posé, quand on veut envisager la Gaule Belgique tout entière : faut-il ou non y incorporer le pays des Lingons, considéré par certains comme faisant partie de la Belgique et non de la Germanie supérieure7 ? Pour l’instant, j’ai fait le choix de la Germanie supérieure, en renonçant ainsi à quelques exemples intéressants.

Questions de terminologie

  • 8 Gaius, Dig., 3.4.1pr. : neque societas neque collegium neque huiusmodi corpus passim omnibus habe (...)
  • 9 Waltzing 1895-1900, IV, 236-244.
  • 10 De Robertis 1971, 9-21.
  • 11 Ausbüttel 1982, 16-32.
  • 12 CIL, XIII, 11313 (D. 9418) = KTrier, 179.
  • 13 AE, 1966, 257.
  • 14 CIL, XIII, 3641 (D. 7059) = KTrier, 90.
  • 15 Schillinger, 1.

3Il est bien connu que des noms divers désignent les associations romaines, quels que soient leurs buts, professionnels, religieux, funéraires ou conviviaux. Tous les historiens qui ont voulu analyser et élucider le phénomène associatif à Rome ont commencé par revenir sur les problèmes posés par le vocabulaire utilisé par les Anciens. En dépit des nombreuses variantes et tournures employées, si l’on se réfère à Gaius8, celui-ci met en avant trois expressions : societas, collegium, corpus. Pour ne prendre ici que quelques exemples, déjà J.-P. Waltzing9 en avait fait la liste pour son énorme publication, qui reste le fondement de nos études ; Fr. M. De Robertis10 y est revenu, tout comme Fr. Ausbüttel11. Il est évident que les nombreuses appellations connues pour toutes ces associations, dans la partie latinophone de l’Empire, font référence à leur spécificité propre. Mais en nous penchant sur les données qui émanent de la Gaule Belgique, et quel que soit le genre de collège auquel nous avons affaire, nous sommes bien contraints de constater que les appellations canoniques manquent cruellement. Ainsi, le terme de collegium n’apparaîtrait qu’à Trèves, mais il a été restitué à la première ligne d’une inscription bien connue au demeurant, puisque c’est la seule qui énumère la composition – ou plutôt ses débuts – de l’association des fabri dolabrarii de la ville12, qu’il faudrait dater des années 170 à 18513. Par ailleurs, on connaît pareillement les arenarii consistentes col(onia) Aug(usta) Tre(uerorum)14, qui formaient aussi un groupe professionnel. Il n’est pas nécessaire d’insister ici sur l’expression de “consistentes”, que l’on retrouve dans la titulature de nombreux collèges professionnels, comme, par exemple, à Lyon, où les exemples fourmillent. On peut aussi citer les proretae qui figurent sur une dédicace au numen impérial et au génie des empereurs15 et dont l’appellation est typique pour un groupe professionnel ; encore aurons-nous à discuter du statut des proretae.

  • 16 CIL, XIII, 4481 ; cf. Flotté & Fuchs 2004 [CAG, 51/1], 673, n° 596.
  • 17 CIL, XIII, 4335, cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 310, F 2.
  • 18 CIL, XIII, 4332 ; cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 162, A 24.
  • 19 CIL, I², 672 = X, 3773 (D. 7274 = ILLRP, 705) Capua.

4En revanche, si nous passons au territoire des Médiomatriques, nous rencontrons des expressions qui attestent, sans aucun doute, l’existence d’associations organisées autour d’une activité quelconque. On citera, par exemple, provenant du Héraple16 une inscription du 23 septembre 20 p.C., gravée en l’honneur de Tibère par les [n]eg(otiatores) [q]ui c(onsistunt) uico. Ce type d’expression, bien connue par ailleurs, évoque les nombreuses attestations que nous avons conservées d’associations de commerçants, qui se rassemblaient tout naturellement pour assurer le succès de leurs affaires, petites ou grandes. Nous nous trouvons là, en quelque sorte, en pays de connaissance. Mais si le commerce a tendance à s’organiser, il en va de même pour d’autres activités, comme celle du transport dont relèvent les nautae Mossallici17, de Metz, connus par l’un de leurs affranchis sur lequel nous reviendrons plus bas ; là encore le nom des nautes suffit, sans qu’aucune allusion ne soit faite à leur organisation propre. On fera les mêmes remarques sur les ho[li]tores, qui apparaissent aussi sur une autre inscription de la même ville18. Ces dénominations où n’apparaissent pas les termes devenus canoniques de collegium etc…, correspondent sans doute aussi bien à de vieux usages romains qu’à des usages locaux. Rappelons que dans l’épigraphie républicaine, on rencontre, seulement à la fin du iie s. a.C., des allusions à des collèges constitués comme le conlegium mercatorum de Capoue, connu en 112 ou en 111 a.C.19

  • 20 CIL, XIII, 8183 (D. 7067) ; IKöln, 30 = IKöln2, 40.
  • 21 CIL, XIII, 8255 ; IKöln, 215.
  • 22 CIL, XIII, 8233 ; IKöln, 314 = IKöln2, 442.
  • 23 IKöln, 315 = IKöln2, 440.
  • 24 IKöln, 154 = IKöln2, 214.

5Devant ces maigres éléments, et à titre de comparaison, j’ai mis en parallèle les inscriptions de la colonie de Cologne, capitale de la Germanie inférieure. Dans cette cité, on relève la présence du collegium focariorum, les apprentis en cuisine20, celle du collegium pistricorum, meuniers et boulangers21. S’y ajoutent le collegium fabrum tignuariorum22, et celui des tectores, les stucateurs23 et une autre association officielle, dont la spécialité reste inconnue24. Comme on le voit, sont essentiellement représentés les métiers de bouche et ceux du bâtiment, dont les représentants sont réunis dans les structures classiques que sont les collèges. La généralisation de cette forme de réunion est sans doute aussi liée à la chronologie des inscriptions que nous venons d’évoquer et qui se placent toutes à la fin du iie s. et/ou au iiie s., contrairement à celles que nous avons conservées pour Metz ou Trèves. Bien entendu, les organisations corporatives développées et structurées telles que nous les connaissons par exemple pour l’Italie se sont petit à petit imposées aussi dans les provinces, et sans doute plus facilement d’abord dans les colonies.

Les collèges

  • 25 CIL, XIII, 4, p. 41.

6Avant même d’analyser l’activité et de la composition des collèges, il faut revenir sur les documents qui nous ont été conservés, car nous ne sommes pas toujours en mesure de déterminer s’ils relèvent de la sphère des associations. J’en prendrai un exemple, le seul il est vrai, que nous a livré l’épigraphie des Ambiani. Il s’agit d’un texte extrêmement lacunaire, trouvé à Pont de Metz, près d’Amiens. Dans son premier état, CIL, XIII, 3498, il a été considéré comme le décret d’un collège inconnu, gravé éventuellement en l’honneur d’un gouverneur, dont on aurait retrouvé à la ligne 3, une partie des louanges à lui adressées, [op]timi iust[issimique ---]. Les lectures et corrections faites par Espérandieu et reprises par le Supplément au CIL, XIII25, amènent à douter de la nature du texte, dans lequel on pourrait identifier, non pas un décret de collège, mais des remerciements officiels faits par n’importe quel corps constitué, à la suite d’une donation qui lui fut concédée, comme on en trouve par dizaines en Italie.

  • 26 CIL, XIII, 3707.
  • 27 CIL, XIII, 3650 (D. 7058 b). Ce uicus est bien connu par ailleurs dans l’épigraphie de la cité : (...)
  • 28 Finke, 5 ; KTrier, 27 pour les deux premières lignes du texte, puis 326 et 327 pour des fragments (...)
  • 29 Nesselhauf, 1 ; KTrier, 28.
  • 30 Nesselhauf, 7 ; KTrier, 65.
  • 31 CIL, XIII, 4301 ; cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 335, NL 3 (5).
  • 32 CIL, XIII, 3708.
  • 33 CIL, XIII, 4325, cf. AE, 1983, 705 et Flotté 2005 [CAG, 57/2], 272, E 18.

7En revanche, il est sans doute possible d’identifier des listes comportant les noms de membres d’organisations collégiales, et cela chez les Trévires. J’ai déjà parlé, et j’y reviendrai de la grande dédicace des fabri dolabrarii de Trèves, qui présente leurs membres. Je me demande si nous n’avons pas le même type de texte avec une inscription certes mutilée, mais comprenant soixante noms26. On pourrait m’objecter qu’il s’agit peut-être d’un texte de nature religieuse, en faisant une comparaison avec un autre texte bien connu de Trèves : il s’agit de la commémoration placée sous l’invocation de la domus diuina, de Jupiter Optimus Maximus, de la restauration d’une culina, par les habitants du uicus Voclanionnum27, bien attesté par ailleurs. Dans la même série, il faudrait peut-être ajouter une dédicace à la déesse Aueta, faite, vers 150, par les adfines, c’est-à-dire les personnes installées autour de l’enceinte sacrée du temple, dont les noms devaient être gravés sur la liste d’accompagnement28. On sait d’ailleurs que la même déesse est honorée aussi par un groupe de sept dévots29, qu’il reste difficile de considérer comme l’ensemble des membres d’une association cultuelle. On pourrait multiplier les exemples : ainsi, un hommage rendu à la domus diuina, au numen impérial, à Epona, par un ensemble de personnes dont les noms [i]nfra scribti sunt, sur quatre colonnes30. Mais, pour l’instant, en ce qui concerne notre grande base, je préfère privilégier l’hypothèse du collège, à moins d’y voir une liste de uicani, comme à Metz31. De même, on rencontre, toujours à Trèves, une organisation de la jeunesse locale, dont on connaît bien le modèle romain, avec ses collegia iuuenum. Mais on ne trouve pas trace de l’emploi du mot collegium, que l’on attendrait, mais la simple appellation de iuuenes, qui ont des places réservées dans l’amphithéâtre32. On constate donc ici les difficultés auxquelles on se heurte, en tentant d’identifier des structures associatives dans cette ville. À Metz, la situation est plus simple, puisque les quelques groupes qu’on y a repérés forment des associations, dans lesquelles on peut englober les augustales, qui sont connus par une célèbre inscription mentionnant une évergésie aquatique importante pour la cité, un captage d’eau et un nymphée33.

  • 34 Toussaint 1948, 198.
  • 35 Pour la classis Germanica, voir désormais Konen 2000.
  • 36 CIL, XIII, 8322 (D. 2827) ; IKöln, 277.
  • 37 Finke, 41 ; KTrier, 426.
  • 38 Raepsaet-Charlier 2001, 386.

8Il nous reste à examiner les activités de ces groupes, activités dont parfois la nature même n’est pas très claire. Tout d’abord, et c’est très classique, les associations rassemblent des individus exerçant le même métier, et ceci d’abord dans le domaine de la production. C’est le cas des holitores de Metz, les maraîchers, sans doute nombreux autour de la cité. Mais point de production sans commerce ni transport : on ne s’étonnera donc pas de rencontrer d’une part les commerçants établis au Héraple, qui constituent une association, comme je l’ai déjà dit, et les nautes de Moselle responsables de la navigation fluviale sur le fleuve. On peut penser que la circulation sur le fleuve était répartie en secteurs, confiée tout au long de son cours, à différents collèges de bateliers. Ceux de Metz devaient assurer la navigation peut-être depuis Scarpone jusqu’à Sierck-les-Bains, où ils étaient relayés par les nautes de Trèves34. C’est probablement sur ces bateaux qu’exerçaient les proretrae, marins à qui était confiée la responsabilité de la partie avant des embarcations. Certes, ils sont essentiellement connus, sous l’Empire, dans les grandes flottes impériales comme l’attestent de nombreux documents en provenance de la classis Misenensis mais ils pouvaient aussi servir dans des flottes provinciales, comme, par exemple la classis Germanica35 ; le montre une épitaphe en provenance de Cologne et datant de la première moitié du ier s.36, mentionnant Horus Pabeci filius, Alexandrinus, proretra ex classe. Nous ne saurions établir de relations claires entre cette flotte provinciale et le port fluvial de Trèves ; mais on doit signaler la présence dans la cité, au iiie s., d’un miles classis Germanic(a)e, resté anonyme37, et devenu apparemment marchand de bière après sa retraite militaire. Il faut donc se demander si, dans le contexte local, l’on se trouve devant des militaires ou assimilés, ou devant des marins spécialisés effectuant leur travail sur des bateaux locaux, comme semble le prouver l’onomastique des deux dédicants, Libonius Mettus et Libonius Cracuna, auteurs, entre 150 et 20038 d’un hommage au numen Augusti et au génie des proretae.

  • 39 CIL, XIII, 7065.
  • 40 Cf. note 26 ; CIL, XIII, 11313 ; KTrier, 179.
  • 41 Cf. Derks 1998 ; Jufer & Lugnibrühl 2001.
  • 42 CIL, XIV 250 (D. 6174) de 152 ; 251 (D. 6175) de 192 ; 252 (D. 6176) de 200.

9En passant aux fabri, j’ai déjà présenté plus haut les données du problème. D’une part, l’apparition du terme même de collegium à Trèves est due à une restitution. Mais, comme je l’ai également fait remarquer, nous connaissons l’existence de collegia en bonne et due forme dans les provinces adjacentes : ainsi, un texte de Mayence mentionne un col(legium) fabrorum (sic) local39. Quant au collège de Trèves,40 dont le statut est assuré, il est formé des fabri dolabrarii, c’est-à-dire des fabricants ou des utilisateurs des doloires, auxquels on fait aussi appel en cas d’incendies. L’hommage rendu aux numina des empereurs et au dieu trévire Intarabus41 est particulièrement intéressant pour nous, car il comporte la structure de l’association. Tout d’abord, on indique le nom de son ex-préfet, Magissius Maina, dont le titre développé devait être praefectus collegii fabrum dolabrariorum, à moins qu’on n’ait raccourci en praefectus fabrum dolabrariorum. En tout cas, il est à peu près sûr que nous nous trouvons en face d’un collège : la structuration de la liste de ses membres en est la preuve, car ils sont répartis en décuries ; sur le texte, tel qu’il nous a été transmis, sont mentionnées deux décuries, la première et la seconde. Grâce aux hasards de la conservation des documents, est parvenue jusqu’à nous la composition des collèges ou du moins de certains d’entre eux. Je ne dirai presque rien ici des grands albums des collèges d’Ostie42, ceux des lenuncularii, sauf pour rappeler que les corporati, en dehors des patrons sénatoriaux et équestres et des dirigeants du collège, sont tous regroupés sous une rubrique unique, celle de la plebs, sans qu’intervienne la division en décuries. Celle-ci est bien connue par ailleurs pour des corps constitués, et à Ostie même : en effet, on y trouve le décompte de décuries pour les fabri tignuarii ; sur toutes ces questions, je renvoie encore à l’ouvrage de N. Tran.

  • 43 CIL, XIII, 8333 ; IKöln, 314.
  • 44 IKöln, 315 = IKöln2, 441.
  • 45 Voir aussi Eck 2004, 377.
  • 46 Ausbüttel 1982, 34 et s., auquel se réfère Eck 2004.
  • 47 CIL, VI, 1060 = 33858 ; 9405 (D. 7238) ; 10300 = 33857 a.
  • 48 CIL, V, 5892 (D. 6731).
  • 49 Ausbüttel 1982, 35.
  • 50 Voir le commentaire de W. Binsfeld, KTrier, 95.

10En revanche, la structuration des collèges de fabri connus en Gaule Belgique et même dans les Germanies est toujours fondée sur la division en décuries : je viens de parler des deux décuries connues à Trèves. À Mayence, le collège des fabri de la cité que j’ai évoqué plus haut comptait probablement au moins deux décuries, si l’on développe convenablement les abréviations D SEC, pour d(ecuria) sec(unda). À Cologne même, nous avons la chance de posséder plusieurs données : le collège des fabri tignuarii comptait au moins trois décuries, d’après l’épitaphe de Q. Vetinius Ver[us], mort à 21 ans43 ; celui des tectores44 au moins cinq45. Il semble difficile de tirer de ce type d’indication des éléments qui nous permettraient de connaître le nom exact d’individus qui faisaient partie des décuries. Fr. Ausbüttel a tenté de présenter un dénombrement des membres des collèges46 ; mais il est bien évident qu’entre le collège des fabri tignuarii de Rome, qui aurait compté environ mille deux cent membres47, ou le collegium aerariorum de Milan48 et les associations provinciales, la différence devait être grande49. Mentionnons simplement que pour les dolabrarii de Trèves, et dans l’état actuel du texte, leur première décurie compte 50 membres, et la seconde, dont la liste a disparu en grande partie, 16 seulement ; les estimations pour l’effectif complet du collège vont à 150 personnes50. Nous sommes donc bien loin des vastes effectifs de la capitale de l’Empire ou des grandes cités italiennes.

  • 51 CIL XI 862 : D M / Q. Alfidio / Q. l. Hylae, VIuir. Foro Sem/proni colleg. harena/riorum Romae ne (...)
  • 52 AE, 1891, 3.
  • 53 Cf. déjà Pollack 1895, col. 638-640.
  • 54 Pour les sens du mot (h)arenarius, cf. TLL, s.v., col. 2531-2532.
  • 55 CIL XII 1590 (D 5148) : Coll(egium) uenator(um) / Deensium qui mi/nisterio arenario / fungunt[ur (...)

11Il nous reste à définir les activités de deux autres associations. Tout d’abord, il faut revenir aux arenarii consistentes col(onia) Aug(usta) Tre(uerorum). Ils y sont mentionnés sur un hommage rendu à la domus diuina et au génie du corps, retrouvé dans l’arène de l’amphithéâtre de la cité.
Les (h)arenarii sont connus par ailleurs par une inscription de Mutina (Modène) dans la huitième région augustéenne51, qui ne laisse pas elle-même de poser quelques problèmes de compréhension. Cette épitaphe est celle de Q. Alfidius Q. l. Hylas, VIuir Foro Semproni, collegio harenariorum Romae, negotians lanarius. Le terme d’arenarius, qui apparaît d’ailleurs aussi sous forme d’un graffito sur un vase trouvé chez les Viromanduens52, est fortement connoté, et lié aux activités gladiatoriales53. Il désigne ainsi un chasseur (uenator) ou un bestiaire et c’est ainsi que Waltzing comprenait l’activité de cette association. Mais le terme peut aussi désigner la personne chargée de nettoyer l’arène54, ce qui semblerait ici mieux convenir. Ajoutons qu’une inscription, trouvée à Beaufort, sur le territoire de Die, mentionne à la fois le collegium uenatorum (Deensium) 55et la tâche dont ils s’acquittent, qui ministerio arenario funguntur. Donc sont conjoints ici une fonction de participation aux ludi d’une part, et un emploi indispensable à leur bon déroulement. Reste que ce n’est qu’à Trèves et à Rome, que l’association des arenarii est attestée de manière officielle.

  • 56 Schillinger, 5 : Gen(io) (centuriarum) p ( ) p ( ) / Macal(ius) Auitus / Vitalius Respectus / ciu (...)
  • 57 En Germanie supérieure : CIL, XIII 6451, Marbach : peregrini ; 6475 Marbach : contubernium peregr (...)
  • 58 RIB, 69-71 Calleva : conlegium peregrinorum consistentium Callauae.
  • 59 Cf. les remarques de Tran 2006, 292, fondées entre autres sur les réflexions de Pavis d’Escurac 1 (...)
  • 60 CIL, VI, 9404.
  • 61 CIL, V, 5612.
  • 62 CIL, V, 5701 (D. 7251).
  • 63 CIL, V, 5869 (D. 6730).
  • 64 CIL, V, 5446 (D. 7252).
  • 65 AE, 1978, 504.
  • 66 Speidel & Scardigli 1990, 203,3 (AE, 1990, 754) ; les éditeurs, pour ordines sequentur, pensaient (...)
  • 67 Le Roux 1992, 263-264 (AE, 1992, 1246).
  • 68 Ausbüttel, 1982, 37.
  • 69 CIL, XIII, 4211 : in h(onorem) d(omus) d(iuinae) / signum Mercu/ri Tetricia/nus Seroti/nus fratri (...)
  • 70 Pour les fratres dans un collège religieux, voir par exemple CIL, III, 3415 (D. 4264) Aquincum, p (...)

12Reste à examiner un dernier témoignage trévire, sur lequel on peut discuter. Il s’agit une fois de plus d’un hommage à un genius, mais dont la définition reste problématique. La formulation même du texte56, qui figure sur la base d’une statuette, trouvée lors des travaux de la construction du canal de la Moselle, à Trèves, ne laisse pas d’être assez mystérieuse. U. Schillinger Häfele, qui l’a repris dans le dernier Supplément au CIL, XIII, a considéré qu’il était difficile de le rapporter au domaine militaire, puisqu’il faudrait comprendre “gen(io) (centuriarum) p(rimorum) p(ilorum)” et elle a préféré suggérer que l’on se trouvait devant un collège de pérégrins – type d’association bien connu dans les Germanies57 et en Bretagne58, les pérégrins formant une communauté d’allogènes dans le contexte des cités59. Les deux dédicants, Macalius (Magaius) Respectus et Vitalius Respectus ont tenu à rappeler leur origine – ce sont des Suebi Nicrenses – ce qui se comprend parfaitement dans le contexte de personnes étrangères à la cité. Il faudrait aussi comprendre alors que les termes de centuriae et d’ordines, que l’on retrouve dans le vocabulaire propre aux collèges, permettent d’identifier une organisation collégiale. Il est vrai que dans la composition de collèges, aussi bien à Rome60 qu’à Milan, ou à Clivio, dans la Lombardie actuelle, apparaissent non plus des décuries, mais des centuries comme divisions internes des associations : on trouve ainsi la mention à Milan d’une quinzième centurie pour le collège des aerarii61, d’une troisième centurie du collège des fabri et centonarii62, des douze centuries de ce même collège63. Pour Clivio, on rappellera la centuria du collège des centonarii, dolabrarii et scalarii64. Ces propositions ont été battues en brèche, d’abord par les rédacteurs de l’Année Epigraphique65, qui pensaient déjà à genio (centuriarum) pr(imorum) p(ilorum) ou à p(rimi) p(ili). M. P. Speidel et B. Scardigli sont revenus à une interprétation plus stricte66, tout à fait militaire : centuriarum p(rae)p(ositorum), remise en cause sur la restitution, mais non sur l’orientation militaire, par P. Le Roux67, qui opte pour genio centuriarum duarum p(rimi) p(ili). Dans ce cas, il nous faudrait renoncer à l’hypothèse des collèges de pérégrins, défendue par Fr. Ausbüttel68, et retourner dans le domaine militaire – et là faudrait-il encore trouver une explication raisonnable : dans quelles conditions un objet qui aurait rendu hommage à des officiers subalternes légionnaires a-t-il pu se trouver à Trèves, dépourvue de troupes de ce type ? Enfin, restent des allusions peu explicites à des associations, plutôt cultuelles, et sur lesquelles il est difficile de se prononcer. Ainsi, une inscription de Temmels, chez les Trévires, a été offerte en l’honneur de la domus diuina et a donné l’occasion à un certain Tetricianus Serotinus d’offrir une statue de Mercure pour ses frères “fratribus”69, dans lesquels on a cru reconnaître les membres d’un collège70.

Les hommes

  • 71 CIL, XIII, 4335. Cf. Toussaint 1948, 199, et Flotté 2005, 310, F 2.
  • 72 Halkin 1897.
  • 73 Weiss 2005.
  • 74 CIL, XIII, 11539, cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 265, E 15 (7). La restitution de l’inscription pos (...)

13Dans cette première approche des problèmes liés à l’existence des associations en Gaule Belgique, il nous reste à dire un mot de ce qu’on appellerait “l’environnement humain”. J’aimerais certes disposer de l’extraordinaire documentation italienne, si bien exploitée par N. Tran, ou même de l’épigraphie lyonnaise dont s’occupent Fr. Bérard et N. Laubry. Malheureusement, dans la région étudiée ici, nous sommes assez démunis. Cependant, je peux tenter de présenter ici quelques rapides considérations sur les personnes liées à des collèges. Avant même de parler de leurs membres, je dirai un mot de l’affranchi des nautes de la Moselle, M. Publicius Sec[un]danus71, à qui sa libération a permis de faire une petite carrière locale, en devenant archiviste, sans doute de la cité, et sévir augustal, ce qui atteste son aisance. Si l’on en doutait encore, le gentilice de Publicius prouve que le collège des nautes possédait une part de la puissance publique, puisque son affranchi porte un nomen typique, donné aux anciens esclaves des collectivités municipales. Je renverrai ici à la dernière synthèse parue sur les esclaves publics, qui remplace désormais le livre classique de L. Halkin72, publiée par A. Weiss en 200573, qui a insisté sur les implications du nom de Publicius dans un contexte servile. On rappellera aussi qu’à Metz est connu un autre Publicius, Sex. Publicius Decmanus74, affranchi de la cité.

  • 75 Schillinger, 1 ; cf. Raepsaet-Charlier 2001, 386 ; 388.
  • 76 Ce nomen est connu par ailleurs à Trèves : Schillinger, 31 (sièges du théâtre d’un uicus ?, à Cru (...)
  • 77 Pour Sacruna, voir Dondin Payre 2001, 329.
  • 78 CIL, XIII, 11313 (D. 9418). Le texte a été repris dans KTrier, 179, Taf. 46.

14On trouvera certes des éléments plus intéressants dans la documentation trévire, en se fondant surtout sur des analyses onomastiques, j’évoquerai particulièrement les études qu’a consacrées M.‑Th. Raepsaet-Charlier à l’onomastique trévire. On ne s’étonnera pas, au niveau des individus isolés comme des membres des collèges, de rencontrer essentiellement des personnes d’origine locale. Pour le premier groupe, les Libonii Mettus et Cracuna75, porteurs de noms d’origine latine et de surnoms celtiques, ces derniers connus par ailleurs à Trèves, ou Axsillius76 Auitus siue Sacruna77. Pour le second, il convient de se pencher d’abord sur le collège des dolabrarii78 :

Fig. 1. a. Album des dolabrarii de Trêves, CIL, XIII, 11313 (Rheinisches Landesmuseum Trier ; photographie d’après KTrier, 179, Taf. 46) ; b. fac-similé du CIL.

Fig. 1. a. Album des dolabrarii de Trêves, CIL, XIII, 11313 (Rheinisches Landesmuseum Trier ; photographie d’après KTrier, 179, Taf. 46) ; b. fac-similé du CIL.
  • 79 Raepsaet-Charlier 2001, 365 et 376.
  • 80 W. Binsfeld, KTrier, sub numero.

15Les membres sont tous des résidents à Trèves ; leur préfet, Magissius Maina, “président” alors en exercice du collège porte une nomenclature dont le gentilice est celtique, mais le surnom typiquement trévire79. Quant aux membres des deux centuries, ils portent, pour la moitié d’entre eux, des noms d’origine celtique80.

16Pour faire une comparaison, on me permettra de revenir ici sur l’inscription CIL, XIII, 3707, dont il n’est pas facile de définir la nature :

Fig. 2. Album d’un collège indéterminé de Trèves, CIL, XIII, 3707 (fac-similé du CIL).

Fig. 2. Album d’un collège indéterminé de Trèves, CIL, XIII, 3707 (fac-similé du CIL).

17Là encore, pour une étude purement onomastique, je renverrai aux travaux de M.-Th. Raepsaet-Charlier sur les dénominations trévires, mais j’attirerai l’attention sur les différences entre les deux listes. Pour les dolabrarii, on ne relève qu’une onomastique à deux éléments ; en revanche, pour le supposé collège, on constate que certaines des personnes nommées, une nomenclature citoyenne :

  • l. 11 : Sex. Iulius Martialis
    l. 16 : C. Vlittius Secundus
    l. 17 : C. Nonnius Germanus
    l. 18 : C. Melius Primigenius etc…

  • 81 Raepsaet-Charlier 2001, 366.
  • 82 Raepsaet-Charlier 2001, 376.
  • 83 Tran 2006, 149 et s.
  • 84 Tran 2006, 52.

18Ce qui est le cas de la seconde colonne presque entière et de la quatrième. On y repère aussi des noms indiquant plutôt une origine familiale servile : ainsi [- P]ublicius Florus ; pour M. Treuerius (Couirus), M.-Th. Raepsaet-Charlier propose une origine celtique81, et non pas, comme on pourrait le penser, une allusion à l’état d’ancien esclave de la cité d’Augusta Treuerorum, origine renforcée par l’usage du surnom Couirus82. Reste un élément, qui nous permettra peut-être de trancher sur la définition du texte : à la ligne 7 de la partie postérieure, apparaît le nom de Caesaris qu’il faut développer en Caesaris (seruus). Un esclave impérial peut-il appartenir à un collège constitué, ou à une association légalement reconnue ? Cela revient à s’interroger sur l’entrée des personnes de condition servile dans les collèges. En fait, c’est parfaitement licite et autorisé, même si le phénomène est minoritaire ; je renverrai ici aux pages éclairantes de N. Tran83, et je tomberai entièrement d’accord avec lui quand il précise, en retrouvant des esclaves impériaux dans les listes de collèges que “le serviteur du prince n’est pas un esclave comme les autres”84. Donc, cette donnée supplémentaire peut fournir un argument de plus en faveur de l’identification de l’inscription CIL, XIII, 3707 avec un album de collège.

19Ce tour d’horizon que nous venons d’effectuer montre bien les limites de mon propos : en effet, nous ne disposons pas, en Belgique, d’une documentation assez importante qui nous permettrait de tirer les fermes conclusions que l’on peut faire sur le phénomène associatif dans d’autres parties du monde romain. Certes, nous disposons de quelques données, mais qui ne concernent qu’une faible partie de la vie associative. Sont privilégiés, dans la documentation qui nous est parvenue, les collèges de type professionnel, indispensables à la collectivité civique, qu’ils concernent le cadre de vie, ou le développement économique, et les associations cultuelles, nécessaires à la piété et au réconfort moral. Et il est regrettable que notre connaissance du phénomène soit au fond si limitée. Mais, comme je l’ai précisé dans mon introduction, ce n’est là qu’une approche. Il faut, en effet, déborder les frontières de la Gaule Belgique et élargir l’entreprise, vers une recherche systématique dans les deux provinces de Germanie. On aura ainsi une vue plus synthétique de l’extension de la vie associative, qui rendra compte aussi de l’empressement des populations à adopter des modèles romains.

Notes

1 Et surtout son ouvrage, Tran 2006. Voir les recensions de L. De Salvo (2007) et de K. Verboven (2008).

2 Perry 2006.

3 Tran 2006, 3-4.

4 Cf. par exemple, Tarpin 2002 ; Tran 2006, 270-271.

5 Dans son habilitation inédite, p. 332 et s., citée par Ausbüttel 1982, 33.

6 Christ 1973, 549-551.

7 Le Bohec 2003, 11.

8 Gaius, Dig., 3.4.1pr. : neque societas neque collegium neque huiusmodi corpus passim omnibus habere conceditur.

9 Waltzing 1895-1900, IV, 236-244.

10 De Robertis 1971, 9-21.

11 Ausbüttel 1982, 16-32.

12 CIL, XIII, 11313 (D. 9418) = KTrier, 179.

13 AE, 1966, 257.

14 CIL, XIII, 3641 (D. 7059) = KTrier, 90.

15 Schillinger, 1.

16 CIL, XIII, 4481 ; cf. Flotté & Fuchs 2004 [CAG, 51/1], 673, n° 596.

17 CIL, XIII, 4335, cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 310, F 2.

18 CIL, XIII, 4332 ; cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 162, A 24.

19 CIL, I², 672 = X, 3773 (D. 7274 = ILLRP, 705) Capua.

20 CIL, XIII, 8183 (D. 7067) ; IKöln, 30 = IKöln2, 40.

21 CIL, XIII, 8255 ; IKöln, 215.

22 CIL, XIII, 8233 ; IKöln, 314 = IKöln2, 442.

23 IKöln, 315 = IKöln2, 440.

24 IKöln, 154 = IKöln2, 214.

25 CIL, XIII, 4, p. 41.

26 CIL, XIII, 3707.

27 CIL, XIII, 3650 (D. 7058 b). Ce uicus est bien connu par ailleurs dans l’épigraphie de la cité : cf. CIL, XIII, (D. 7058 ; 7058 a) . D’autres collectivités de uicani sont connues sur le territoire de Diuodorum : cf. les uicani Marossallenses, auteurs d’une dédicace à Claude en 44, CIL, XIII, 4565 (D. 7061), cf. Flotté & Fuchs 2004 [CAG, 57/1], 589, n° 16*(029).

28 Finke, 5 ; KTrier, 27 pour les deux premières lignes du texte, puis 326 et 327 pour des fragments éventuels de la liste.

29 Nesselhauf, 1 ; KTrier, 28.

30 Nesselhauf, 7 ; KTrier, 65.

31 CIL, XIII, 4301 ; cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 335, NL 3 (5).

32 CIL, XIII, 3708.

33 CIL, XIII, 4325, cf. AE, 1983, 705 et Flotté 2005 [CAG, 57/2], 272, E 18.

34 Toussaint 1948, 198.

35 Pour la classis Germanica, voir désormais Konen 2000.

36 CIL, XIII, 8322 (D. 2827) ; IKöln, 277.

37 Finke, 41 ; KTrier, 426.

38 Raepsaet-Charlier 2001, 386.

39 CIL, XIII, 7065.

40 Cf. note 26 ; CIL, XIII, 11313 ; KTrier, 179.

41 Cf. Derks 1998 ; Jufer & Lugnibrühl 2001.

42 CIL, XIV 250 (D. 6174) de 152 ; 251 (D. 6175) de 192 ; 252 (D. 6176) de 200.

43 CIL, XIII, 8333 ; IKöln, 314.

44 IKöln, 315 = IKöln2, 441.

45 Voir aussi Eck 2004, 377.

46 Ausbüttel 1982, 34 et s., auquel se réfère Eck 2004.

47 CIL, VI, 1060 = 33858 ; 9405 (D. 7238) ; 10300 = 33857 a.

48 CIL, V, 5892 (D. 6731).

49 Ausbüttel 1982, 35.

50 Voir le commentaire de W. Binsfeld, KTrier, 95.

51 CIL XI 862 : D M / Q. Alfidio / Q. l. Hylae, VIuir. Foro Sem/proni colleg. harena/riorum Romae negot/ianti lanario / Alfidia Seuera pat/[ri] pientisssimo.

52 AE, 1891, 3.

53 Cf. déjà Pollack 1895, col. 638-640.

54 Pour les sens du mot (h)arenarius, cf. TLL, s.v., col. 2531-2532.

55 CIL XII 1590 (D 5148) : Coll(egium) uenator(um) / Deensium qui mi/nisterio arenario / fungunt[ur l(oco)] d(ato) ex d(ecreto) s(enatus) V(ocontiorum).

56 Schillinger, 5 : Gen(io) (centuriarum) p ( ) p ( ) / Macal(ius) Auitus / Vitalius Respectus / ciues Suebi
Nicr/e(n)sens (sie) his qui or/dines sequentur / d(ono) d(ederunt) m(erito)
; ce texte n’a pas été inclus dans KTrier.

57 En Germanie supérieure : CIL, XIII 6451, Marbach : peregrini ; 6475 Marbach : contubernium peregrinorum ; 6540, Marbach : colli(gium) peregrinorum ; 6453 Marbach : coll(egium) peregrinorum). En Germanie inférieure, CIL, XIII, 8808 (D. 7066) Forum Hadriani : collegium peregrinorum.

58 RIB, 69-71 Calleva : conlegium peregrinorum consistentium Callauae.

59 Cf. les remarques de Tran 2006, 292, fondées entre autres sur les réflexions de Pavis d’Escurac 1988.

60 CIL, VI, 9404.

61 CIL, V, 5612.

62 CIL, V, 5701 (D. 7251).

63 CIL, V, 5869 (D. 6730).

64 CIL, V, 5446 (D. 7252).

65 AE, 1978, 504.

66 Speidel & Scardigli 1990, 203,3 (AE, 1990, 754) ; les éditeurs, pour ordines sequentur, pensaient à secutores ; les rédacteurs de l’AE pensent aux futurs centurions.

67 Le Roux 1992, 263-264 (AE, 1992, 1246).

68 Ausbüttel, 1982, 37.

69 CIL, XIII, 4211 : in h(onorem) d(omus) d(iuinae) / signum Mercu/ri Tetricia/nus Seroti/nus fratribus / d(ono) d(edit).

70 Pour les fratres dans un collège religieux, voir par exemple CIL, III, 3415 (D. 4264) Aquincum, pour les sectateurs de Mithra.

71 CIL, XIII, 4335. Cf. Toussaint 1948, 199, et Flotté 2005, 310, F 2.

72 Halkin 1897.

73 Weiss 2005.

74 CIL, XIII, 11539, cf. Flotté 2005 [CAG, 57/2], 265, E 15 (7). La restitution de l’inscription pose un problème : en effet, elle comporte la mention COL MED LIB. On a d’abord voulu comprendre col(legii) med(icorum) lib(ertus), étant donné la présence, dans la documentation épigraphique, à Metz ou ailleurs, de médecins originaires de la cité. On est passé ensuite à la restitution de col(onia) Med(iomatricorum), dont ce serait ici la seule preuve. Pour Chastagnol 1995, 173, n. 19, “Metz a obtenu le droit latin et le titre de colonie à un moment difficile à déterminer”, en se fondant sur cette seule inscription. À la page 184, A. Chastagnol renvoie pour la compréhension colonia Mediomatricorum, à Draye 1971, 73-74.

75 Schillinger, 1 ; cf. Raepsaet-Charlier 2001, 386 ; 388.

76 Ce nomen est connu par ailleurs à Trèves : Schillinger, 31 (sièges du théâtre d’un uicus ?, à Crutisium).

77 Pour Sacruna, voir Dondin Payre 2001, 329.

78 CIL, XIII, 11313 (D. 9418). Le texte a été repris dans KTrier, 179, Taf. 46.

79 Raepsaet-Charlier 2001, 365 et 376.

80 W. Binsfeld, KTrier, sub numero.

81 Raepsaet-Charlier 2001, 366.

82 Raepsaet-Charlier 2001, 376.

83 Tran 2006, 149 et s.

84 Tran 2006, 52.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. a. Album des dolabrarii de Trêves, CIL, XIII, 11313 (Rheinisches Landesmuseum Trier ; photographie d’après KTrier, 179, Taf. 46) ; b. fac-similé du CIL.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Fig. 2. Album d’un collège indéterminé de Trèves, CIL, XIII, 3707 (fac-similé du CIL).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15957/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search