Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Les corporations de transport fluvial à Lyon à l’époque romaine

François Bérard

Texte intégral

  • 1 Cet ordre est connu par la célèbre dédicace de Sex. Ligurius Marinus (CIL, XIII, 1921 = ILS, 7024 (...)

1Les nautes sont la profession la mieux documentée du Lyon antique, puisqu’ils sont mentionnés dans une vingtaine d’inscriptions, ce qui les place avant même les prestigieux marchands de vin, qui avaient pourtant la préséance dans la hiérarchie des corporations1. Le mot corpus est, comme souvent à Lyon, régulièrement utilisé à leur propos, et il semble bien qu’il s’agisse dans leur cas d’associations professionnelles, au moins pour une part de leurs activités. Une des difficultés non résolues est de savoir combien il y avait exactement d’associations, car les titulatures ne vont pas sans quelques variations.

  • 2 de Boissieu 1846-1854, 388.
  • 3 Rougé 1966, 473, dont le décompte comprend aussi les nautae Ararici et Ligerici ; voir aussi Roug (...)
  • 4 Rougé 1978, 53.
  • 5 Cracco Ruggini 1978, 84, n. 1.

2On admet en général qu’il y avait au moins trois corporations principales, les nautes du Rhône, les nautes de la Saône, et les nautes du Rhône et de la Saône, qui seraient les plus importants et les plus prestigieux : schéma défendu déjà au xixe s. par l’épigraphiste lyonnais A. de Boissieu2, mais qui ne rend pas compte de tous les cas de figure, puisqu’il existe par exemple des nautes du Rhône naviguant sur la Saône, dont on ne sait s’ils ne formaient pas eux aussi une association propre, et même un encore plus intrigant naute du Rhône naviguant sur le Rhône. Ainsi dans sa thèse J. Rougé distinguait un corpus de nautes du Rhône naviguant sur la Saône et un autre corpus de nautes du Rhône naviguant sur le Rhône, arrivant, avec les nautes de la Saône et les nautes du Rhône et de la Saône, à un total de cinq corporations3. Mais dans une étude plus récente il a proposé, pour simplifier, d’identifier les nautes du Rhône naviguant sur la Saône avec les nautes du Rhône et de la Saône et de revenir à un total de trois organisations4. Cette position raisonnable a été suivie par L. Cracco Ruggini5 et fait autorité depuis.

  • 6 Ainsi Steyert 1895, 250-252.
  • 7 Grenier 1934, 552-553.
  • 8 AD, II, 463-465 ; Waltzing 1895-1900, II, 31.
  • 9 Wuilleumier 1953, 50-51 ; cf. Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 81.

3D’autres auteurs, cependant, avaient essayé de résoudre la difficulté en tenant compte d’une possible évolution chronologique. Ils supposaient ainsi soit que des associations séparées se soient ensuite réunies6, soit au contraire qu’une association à l’origine unique se soit ensuite divisée en plusieurs corpora7. Mais la chronologie des inscriptions n’appuie guère ces tentatives, la plupart des monuments étant datables entre la fin du iie et le début du iiie s., sans qu’on puisse en général préciser davantage, et les différentes associations semblent plutôt, comme le notent de Boissieu et Rougé, avoir existé à peu près à la même période. Dans ces conditions A. Allmer et J.-P. Waltzing envisagent une alternance de fusions et de séparations entre une ou deux sociétés8, tandis que P. Wuilleumier préfère une société unique divisée en plusieurs branches9. Mais ces positions sont elles aussi assez vagues et elles sont restées, malgré l’autorité de leurs auteurs, minoritaires.

  • 10 Cf. Audin 1986, 73 ; de Izarra 1993, 176-177, qui suppose l’existence de compagnies rivales ; Chr (...)
  • 11 Kolb 1993, 90-94.

4Si la plupart des travaux récents admettent, à la suite de J. Rougé, l’existence de plusieurs organisations distinctes, il reste des obscurités concernant leur nombre et surtout leurs titulatures, le cas des nautes du Rhône naviguant sur la Saône étant sans doute le plus mystérieux10. On se propose donc de reprendre ici cette question délicate en reconnaissant les limites de notre connaissance et en partant de quelques principes simples : les titres ne sont pas toujours invariables, comme on l’admet souvent sans tenir suffisamment compte de la nature différente des inscriptions, ni toujours parfaitement exacts ou parfaitement complets. Cela vaut bien sûr pour les inscriptions funéraires, qui forment la majorité de nos sources, mais aussi pour les inscriptions honorifiques : si on pense par exemple à l’ampleur très variable que prend la titulature des curatores aedium sacrarum et operum locorumque publicorum dans les carrières sénatoriales11, est-il impossible de trouver plusieurs formulations différentes pour une même organisation de marchands ? Il faudra ainsi se demander si l’expression Arare nauigans désigne vraiment les membres d’une organisation spécifique, n’est pas simplement une version plus développée de l’adjectif Araricus qu’on trouve dans d’autres textes, ou encore ne renvoie pas à une activité particulière à certains nautes. Enfin les titres ont pu aussi changer avec le temps, par simple développement des formulaires, comme on en a de nombreux exemples dans d’autres domaines, et sans que cela traduise nécessairement un changement correspondant des institutions, ainsi que le pensaient J.-P. Waltzing et P. Wuilleumier. Toutes ces incertitudes invitent à beaucoup de prudence et à une analyse rigoureuse des documents, que nous allons donc examiner successivement, en commençant par les plus simples, ceux des nautes du Rhône, puis des nautes de la Saône, avant de s’interroger sur ceux qui présentent des associations plus complexes.

  • 12 Rougé 1978, 54 ; mais voir aussi Rougé 1965, 139, où cette navigation est attribuée aux ratiarii.
  • 13 CIL, XIII, 2494 = ILAin, 46 ; voir aussi XII, 2438.
  • 14 CIL, XII, 1797 = ILN, Vienne 316, datée de 119 p.C.
  • 15 CIL, XIII, 2002.
  • 16 Cf. Audin 1956, 137-138, 141 et 142, selon lequel les nautes du Rhône auraient d’abord eu un étab (...)
  • 17 Cf. Ayala 2009 ; Rieth 2010.
  • 18 CIL, XIII, 1966.
  • 19 CIL, XIII, 1967.
  • 20 CIL, XIII, 1996 ; cf. Christol 1992, 126 et 2000, 85 (repris dans 2010a, 606 et 619), qui fait re (...)
  • 21 AE, 1997, 1130 ; cf. Colin 1997.

5Les nautes du Rhône, sans autre précision, ne sont pas très nombreux, puisqu’on n’en compte que six, dont un anonyme. Selon J. Rougé, ils s’occupaient surtout de la navigation en amont de Lyon, entre Lyon et Seyssel, au-delà de laquelle le fleuve n’était plus navigable12. Cette spécialisation géographique serait plutôt confirmée par le mausolée érigé par leur curateur M. Rufius Catulus à Gélinieux, dans l’Ain13. Mais elle est contredite par une inscription découverte à Tournon, en Ardèche, qui nous apprend que les n(autae) Rhodanici ont élevé, vraisemblablement dans le voisinage, une statue à l’empereur Hadrien14. À Lyon même, les nautes du Rhône sont connus depuis longtemps par une base que leur a offerte l’un des membres de la corporation, C. Iulius Sabinianus15. De forme rectangulaire, elle devait porter un bateau ou une statue du Rhône couché et se trouvait sans doute au siège même de la corporation, puisque la dédicace précise que l’emplacement a été donné par décret des nautes du Rhône. C’est la raison pour laquelle on situe généralement ce siège à Saint-Georges, où l’inscription a été découverte en remploi dans un mur de l’ancienne commanderie, à proximité de la Saône et du port attribué à la corporation16. L’hypothèse est confortée par la fouille récente du Parc Saint-Georges, qui a mis au jour dans le voisinage immédiat une demi-douzaine de grands bateaux antiques échoués sur la berge de la Saône, ainsi qu’un riche mobilier17. Les quatre autres nautes du Rhône répertoriés sont connus par des épitaphes, qui confirment que la corporation était bien établie à Lyon. C. Primius Secundus, qui avait été non seulement membre, mais aussi préfet des nautes du Rhône, appartenait à deux autres corporations influentes, les sévirs augustaux, dont il avait été curateur, et les fabri tignuarii, chez lesquels il avait exercé toutes les charges avant d’être choisi comme patron18. On retrouve ces trois mêmes corporations dans l’épitaphe de son fils M. Primius Secundianus, qui y ajoute la profession de negotiator muriarius et précise qu’il était nauta Rhodanicus Arare nauigans19. Cette accumulation de titres montre qu’il s’agit de notables bien implantés dans la ville, même s’ils n’accèdent pas au décurionat, mais seulement au sévirat augustal, et peut-être d’origine lyonnaise, bien que ce ne soit pas formellement indiqué. La citoyenneté lyonnaise est en revanche explicite dans l’épitaphe de M. Hilarianius Cinnamus, qui était à la fois nauta Rhodanicus Rhodano nauigans, formule curieuse sur laquelle nous reviendrons, et negotiator olearius20. Le dernier naute du Rhône connu est un anonyme dont l’épitaphe a été découverte plus récemment, dans la nécropole de Choulans, qui, coïncidence notable, n’était pas très éloignée de Saint-Georges21. Seul le nom de son épouse, Pompeia Latina, et la fonction de n(auta) Rhodanicus peuvent être lus, mais l’anonyme avait exercé deux autres fonctions, à Vienne et à Lyon, aujourd’hui illisibles, qu’on sera tenté de chercher aussi dans le domaine artisanal ou commercial, ou éventuellement le sévirat. L’information la plus intéressante est l’ancienneté de l’épitaphe, une plaque calcaire que la paléographie et la nature de la pierre (la “pierre du midi” importée de Gaule méridionale) permettent de dater du ier s. p.C. et peut-être même encore de l’époque julio-claudienne. C’est donc jusqu’à présent la plus ancienne attestation de nautes à Lyon et, si on ajoute la dédicace ardéchoise en l’honneur d’Hadrien, on conviendra que les nautes du Rhône sont ceux pour lesquels nous disposons des attestations les plus anciennes. On remarquera aussi qu’ils sont majoritairement originaires de Lyon ou de ses environs et actifs dans le voisinage de la ville, que ce soit en amont dans l’Ain ou en aval dans la région de Tournon.

  • 22 CIL, XIII, 2020. Sur l’hypothèse d’un port à Saint-Paul, voir la bibliographie citée supra, n. 16 (...)
  • 23 CIL, XIII, 2041 ; cf. de Boissieu 1846-1854, 391.
  • 24 On ne peut dire si à la fin le nom des nautes de la Saône était le dernier mot du texte ou s’il p (...)

6Les nautes de la Saône sont plus nombreux, puisqu’on en connaît en tout une dizaine. On place traditionnellement leur siège au bord de la Saône, dans le quartier Saint-Paul, donc en amont de celui des nautes du Rhône à Saint-Georges. C’est là en effet qu’a été découverte au xixe s. dans une maison du quai de Bondy la base d’une statue élevée à un de leurs patrons, C. Nouellius Ianuarius22. Comme l’inscription précise que l’emplacement de cette statue a été donné par décret des nautes de la Saône, on peut en effet supposer qu’elle se trouvait au siège de la corporation. Mais la conclusion est moins certaine que pour les nautes du Rhône, car les indications sont moins précises et surtout nous avons conservé trace d’un autre décret des nautes de la Saône dont la localisation est différente23. Cette inscription fragmentaire se trouvait en effet dans la façade de l’ancienne église Saint-Georges, à proximité immédiate de la base offerte aux nautes du Rhône, et pourrait donc conduire à chercher également le siège des nautes de la Saône dans ce quartier, où l’on situe généralement le port des nautes du Rhône. Pour sortir de la contradiction, on pourrait supposer que le siège des nautes de la Saône, situé d’abord dans le quartier Saint-Paul, avait été transféré à Saint-Georges au moment de la réunion des deux organisations dans une grande corporation des nautes du Rhône et de la Saône : l’inscription de l’ancienne église Saint-Georges serait alors un argument en faveur de la fusion des deux corpora. Mais la base de C. Nouellius Ianuarius, qui porte la date consulaire de 216 p.C., obligerait à placer cette éventuelle fusion à une période relativement tardive. Quant à l’inscription de Saint-Georges, aujourd’hui perdue et de toutes façons réduite aux dernières lignes du texte, elle est trop fragmentaire pour donner une indication solide. D’ailleurs, si elle était postérieure à la fusion des deux corporations, on s’attendrait à ce que le décret n’ait pas été pris par les seuls nautes de la Saône, mais aussi par ceux du Rhône24. Il est prudent, dans ces conditions, de ne pas tirer de conclusion trop ferme d’un texte aussi incertain et de laisser la question du siège des nautes de la Saône ouverte.

  • 25 CIL, XIII, 1911 et 11179 ; cf. Krier 1981, 31-35.
  • 26 CIL, XIII, 2028 ; cf. Tran 2006, 277-278.
  • 27 CIL, XIII, 1972.
  • 28 CIL, XIII, 5489 = ILingons, 67 ; cf. Espérandieu, IV, 3521 ; Deyts 1976, n° 70.
  • 29 CIL, XIII, 1954 = ILS, 7030 ; cf. Burnand 2005-2011, II, 421-422, qui, rejetant l’hypothèse vienn (...)
  • 30 CIL, XIII, 2009 ; cf. Rémy & Kayser 2005, n° LXXXVIII.
  • 31 CIL, XII, 1005.
  • 32 CIL, VI, 29722 = ILS, 7490.
  • 33 L’ami à qui Sénèque a dédié le De beneficiis s’appelait Aebutius Liberalis ; sur son origine lyon (...)
  • 34 Voir en ce sens Wierschowski 2001, 84-86, et Burnand 2005-2011, I, 344-348 et II, 443, qui s’appu (...)

7Les données prosopographiques apportent des informations plus sûres. Une première constatation est le nombre élevé d’étrangers. Outre C. Nouellius Ianuarius, qui appartenait à la cité des Vangions, en Germanie supérieure, on trouve un Trévire, C. Apronius Raptor, qui était aussi patron des marchands de vin et devait donc transporter cette marchandise et sans doute d’autres sur la Saône, puis la Moselle25. Il est tentant d’attribuer aux régions de Gaule du nord ou de Germanie d’autres nautes de la Saône qui n’indiquent pas leur origine, mais portent un nom celtique comme C. Tipur[---]ius Sacruna26 ou Toutius Incitatus, qui était également marchand de blé27, et peut-être aussi l’anonyme connu par un relief funéraire de Dijon28, voire M. Inthatius Vitalis, lui aussi marchand de vin et qui n’avait à Alba Heluiorum, en Narbonnaise, que le privilège du consessus, mais certainement pas la citoyenneté29. Venaient en revanche de la province de Narbonnaise au moins un Viennois, C. Libertius Decimanus30, et un sévir d’Arles et d’Apt nommé Aebutius Agatho, qui avait aussi la responsabilité des finances de Glanum31. Il est plus difficile de situer C. Sentius Regulianus, mort à Rome, où il était marchand d’huile, mais dont les activités de naute et de patron des marchands de vin supposent des liens étroits avec le grand commerce gaulois32. On observe que, contrairement à ceux du Rhône, aucun de ces nautes de la Saône n’est présenté comme originaire de Lyon, mais que ce sont leurs activités commerciales qui les ont amenés dans la ville. La plupart y résidaient sans doute, puisque plusieurs y ont pris des responsabilités de sévir augustal ou de patron et qu’une majorité y sont morts. On ne peut certes exclure que l’un ou l’autre d’entre eux ait été d’origine lyonnaise, comme Aebutius Agatho, dont le gentilice est connu à Lyon33, ou C. Sentius Regulianus, dont l’épouse, morte à Lyon, porte un gentilice caractéristique des Ségusiaves34. Mais cela ne changerait pas fondamentalement le tableau. Les nautes de la Saône sont des résidents venus à Lyon pour les besoins de leur profession : ils y sont éventuellement sévirs augustaux ou patrons de corporations, mais jamais magistrat ni même décurion. Il arrive en revanche qu’ils exercent ces responsabilités dans leur cité d’origine, comme C. Apronius Raptor, qui était décurion à Trèves. Leurs carrières montrent que leur recrutement est non seulement plus large géographiquement que celui des nautes du Rhône, mais aussi plus élevé socialement, comme le confirme le cas de C. Sentius Regulianus, qui était chevalier romain et cumulait à Lyon les curatèles et patronats prestigieux, puisqu’aux nautes de la Saône il ajoutait les sévirs et les marchands de vin.

  • 35 Ainsi AD, II, 217 ; Audin 1986, 74.
  • 36 Sur les amphores lyonnaises, cf. Desbat & Dangréaux 1997 ; sur les transvasements, voir aussi Chr (...)

8Selon une opinion logique et souvent répandue, les nautae Ararici n’exerçaient leur métier que sur la Saône, le transport sur le Rhône étant réservé aux nautes du Rhône35. Mais l’importance de leurs activités et la présence de marchands venus de Narbonnaise et peut-être de plus loin encore invitent à se demander s’ils ne pouvaient pas naviguer aussi sur le Rhône. Il manque certes une preuve indiscutable de leur activité dans une ville rhodanienne comme Arles, Beaucaire, Avignon ou Valence, mais les places qui leur sont réservées aux côtés des nautes du Rhône dans l’amphithéâtre de Nîmes plaident plutôt en ce sens. La question est liée à celle des transbordements qui pouvaient se faire dans le ou les ports lyonnais. Les fabrications d’amphores locales laissent supposer des transvasements de vin ou d’huile, même s’il faut aussi tenir compte aujourd’hui d’éventuels produits locaux36. Mais il reste difficile d’évaluer aussi bien la nature et la quantité des marchandises concernées que les conditions de navigabilité, et en tout état de cause rien ne permet d’exclure une certaine continuité de navigation d’un fleuve à l’autre. Il ne serait pas illogique, dans ces conditions, que les nautes de la Saône aient assuré, au moins pour certaines marchandises, également le transport sur le Rhône, même si leur titulature ne le dit pas explicitement. Cela amène en tout cas à réexaminer la question d’une éventuelle troisième corporation, celle des nautes du Rhône et de la Saône, qui dans le schéma traditionnel opérait justement sur les deux fleuves et jouissait pour cette raison de la plus grande notoriété. Si les problèmes de transbordement concernent surtout les archéologues, ce second point regarde aussi l’épigraphie. Il convient donc maintenant d’étudier les inscriptions qui peuvent confirmer l’existence d’une corporation commune des nautes du Rhône et de la Saône.

  • 37 CIL, XII, 3316-3317 = EAOR, V, 43-44.

9Les textes qui associent les nautes du Rhône et ceux de la Saône ne sont en fait pas très nombreux. Le premier est celui qui réserve 40 places à l’amphithéâtre de Nîmes n(autis) Rhod(anicis) et
[A]rar(icis)
37. Les deux adjectifs sont coordonnés, mais cela ne suffit pas à prouver qu’il s’agit d’une seule et même organisation, car on a très bien pu regrouper deux corporations qu’unissaient une même pratique professionnelle et une même origine géographique, en l’occurrence lyonnaise. Ces places montrent en revanche que l’activité des nautes lyonnais s’étendait jusque dans la cité de Nîmes, et ce à une date assez haute, si les gradins appartiennent bien à la phase flavienne de l’édifice. On dispose à Lyon, comme nous l’avons vu, d’une épitaphe à peu près contemporaine pour les nautes du Rhône, mais c’est sans doute une des plus anciennes mentions pour ceux de la Saône et pour une éventuelle organisation commune.

  • 38 CIL, XIII, 1918 ; cf. N. Laubry, in Savay-Guerraz 2005, 88-90.
  • 39 Rémy & Kayser 2005, n° XXV, face B.
  • 40 CIL, XIII, 1918 ; cf. de Boissieu 1846-1854, 395 ; AD, II, n° 180.
  • 41 La prudence de Tran 2006, 268, semble sur ce point excessive.
  • 42 Pour des parallèles voir CIL, XIII, 2002 et 2020.
  • 43 La copie du CIL, qui propose une ligne centrée, plaiderait plutôt pour la seconde solution ; mais (...)
  • 44 AE, 1975, 613 = 1976, 445.

10La seconde inscription qu’on cite généralement en faveur d’une organisation commune des nautes du Rhône et de la Saône est la base opisthographe du duumvir viennois L. Heluius Frugi, qui avait été curator nautarum à deux reprises, puis patronus Rhodanicorum et Araric(orum)38. Il ne faut pas lire patronus Rhodanic(orum) et Araric(orum) / n(autarum), comme le propose contre toute logique épigraphique une édition récente39, car dans l’épigraphie lyonnaise le substantif nauta précède toujours l’adjectif géographique et le N du début des lignes 8 (face B) et sans doute 10 (face A) donne évidemment le nom des dédicants, les n(autae) Rhod(anici) et Arar(ici), comme l’avaient bien compris les éditeurs lyonnais du xixe s. et après eux le CIL40. C’est donc dans la dédicace finale qu’apparaît le nom le plus complet de la ou des corporations, et il n’y a en ce qui concerne Frugi que des titres simplifiés. Nous ignorons ainsi le nom de l’organisation dans laquelle il a été à deux reprises curateur et donc auparavant, même si ce n’est pas dit, simple naute. Même pour le patronat qui couronna sa carrière la formulation est simplifiée : patronus Rhodanicorum et Araricor(um). Il s’agit vraisemblablement de nautes, même si le mot n’est pas écrit41, mais rien ne garantit que nous ayons là le titre exact de la corporation. Il en va de même pour le nom des dédicants, dont il n’est pas assuré qu’ils appartenaient à un seul et unique corpus nautarum Rhodanicorum et Araricorum : on pourrait aussi avoir affaire à deux corporations qui se seraient associées pour honorer ce patron commun qui était sorti de leurs rangs, même si on ne peut plus savoir aujourd’hui à laquelle des deux organisations il appartenait à l’origine. Après le nom des dédicants, la face A de la base a conservé quelques lettres d’une ligne supplémentaire (la 11e) sur laquelle on lit à nouveau RHOD. Il ne faut pas y voir le nom des dédicants, comme certaines lectures qui rattachaient pour cette raison la première mention du titre (l. 10) à la titulature du dédicataire, ni une erreur, comme on l’a récemment proposé. Ainsi que l’ont très bien vu les éditeurs anciens, il s’agit à cette place de l’indication du décret collégial qui a fixé l’emplacement de la statue : [l(oco) d(ato) d(ecreto)] n(autarum) Rhod(anicorum)42. Malheureusement la cassure de la pierre ne permet pas de dire si les nautes de la Saône étaient nommés à la ligne suivante, ce qui serait un argument sérieux en faveur d’une organisation unique, ou s’il s’agissait d’un décret des seuls nautes du Rhône, ce qui poserait d’autres problèmes d’interprétation43. La base de Frugi ne peut donc apporter de réponse définitive au problème délicat de l’organisation des nautes, ni du reste nous dire à quelle organisation il appartenait lui-même. L’épitaphe lyonnaise d’un naute de la Saône nommé L. Heluius Victorinus44 inviterait plutôt à rattacher Frugi, dont il était peut-être parent, à cette même corporation, mais ce n’est qu’un indice fragile, d’autant que nous ignorons le degré de cette éventuelle parenté. La topographie n’apporte pas non plus d’argument décisif, puisque la base de Frugi a été trouvée en remploi dans l’église Saint-Étienne, près de Saint-Jean, soit à mi-chemin entre Saint-Paul et Saint-Georges. Mais elle confirme au moins l’installation des corporations de nautes dans ce secteur central de la ville basse, à proximité de la rive de la Saône.

  • 45 CIL, XIII, 1695.
  • 46 CIL, XIII, 1734 et 2029.
  • 47 On notera qu’inversement à Ostie, une inscription précise clairement patronus corporum mensorum f (...)

11La troisième inscription utilisée pour prouver l’existence d’une organisation commune des nautes vient du sanctuaire des Trois Gaules. Il s’agit de la base du notable séquane Q. Iulius Seuerinus, honoré en qualité d’inquisitor Galliarum après avoir été patronus splendidissimi corporis n(autarum) Rhodanicor(um) et Araricor(um)45. C’est incontestablement l’argument le plus solide en faveur d’une corporation unique des nautes du Rhône et de la Saône, dont on aurait cette fois la titulature officielle. Mais il n’est pourtant pas absolument décisif. Le singulier en effet pourrait être mis en facteur commun et s’appliquer à deux corpora qui seraient l’un et l’autre splendidissimum, celui des nautes du Rhône et celui des nautes de la Saône. L’épithète splendidissimum ne fait pas difficulté, car on la retrouve à Lyon dans la titulature d’autres grandes corporations, comme les fabri tignuarii ou le corpus Cisalpinorum et Transalpinorum46. Mais il est plus difficile de dire si le souci de la brièveté épigraphique pouvait justifier un tel raccourci47 ou si l’expression utilisée implique effectivement l’existence d’une corporation unique des nautes du Rhône et de la Saône.

  • 48 CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021.
  • 49 Sur ces variations de titulature, cf. Kneissl 1998, 440-441.
  • 50 CIL, XIII, 11480-11492 = AE, 1972, 352 = 1995, 1141 ; cf. Oelschig 1995.
  • 51 Cf. la liste dressée par Tran 2006, 263, en particulier à Ostie CIL, XIV, 363 et 409, et à Arles (...)

12Un cas analogue se trouve dans la carrière d’un autre dirigeant des Trois Gaules, le Viromanduen L. Besius Superior, qui était adlectus arcae Galliarum. Sa base, longtemps immergée dans la Saône, est difficile à lire, notamment en ce qui concerne le patronat suivant, sur lequel nous reviendrons48. Mais aux lignes 5-7 on lit sans trop de difficulté patrono nautar(um) Araricor(um) et Rhodanicor(um). Ce notable de Gaule Belgique avait donc été, comme Iulius Seuerinus, patron des nautes lyonnais, peut‑être à l’occasion de sa charge fédérale. Mais on remarquera que l’ordre des adjectifs n’est pas le même que dans les inscriptions précédentes, et il faut donc se demander pourquoi les Ararici précèdent cette fois les Rhodanici : parce que la titulature de la corporation admettait certaines variations49, comme on peut le voir dans les titulatures de plusieurs fonctions sénatoriales, ou parce qu’il s’agissait de deux corporations différentes qu’on pouvait mettre dans un ordre ou dans un autre ? La question mérite d’autant plus d’être posée que le même ordre se retrouve apparemment dans la grande dédicace élevée à Avenches au notable helvète Q. Otacilius Pollinus, qui avait été inquisitor Galliarum et patron lui aussi des Ararici et Rhodanici50. Même si cette inscription fragmentaire pose de multiples problèmes de restitution, dans lesquels on n’entrera pas ici, l’ordre des deux adjectifs paraît assez probable, et on observe dans cette riche carrière le même lien entre le patronat des nautes et une charge fédérale lyonnaise. Certes, l’hypothèse d’une formulation approximative reste possible, et sans doute plus à Avenches que dans le sanctuaire de la Croix-Rousse, qui était plus proche du siège des corporations. Mais il me semble que ces deux textes concordants nous conduisent à envisager plutôt la seconde hypothèse, selon laquelle il s’agirait de deux corporations distinctes qu’on pouvait placer dans un ordre ou dans l’autre, comme il est logique dans les cas de patronats multiples. Peut-être les nautes de la Saône semblaient-ils plus importants à ces notables de Gaule du Nord, soit à cause de leur plus grande notoriété, soit simplement à cause de leur proximité géographique ; mais on remarquera qu’inversement la base lyonnaise du Séquane Q. Iulius Seuerinus, pourtant encore plus directement concerné par le trafic sur la Saône, place, elle, en tête les Rhodanici. Il faut assurément se garder de surinterpréter ces inscriptions, qui n’avaient peut-être pas toujours la plus grande rigueur de formulaire. Mais les dédicaces à L. Besius Superior et à Q. Otacilius Pollinus invitent au moins à se demander si dans le cas de Q. Iulius Seuerinus on n’a pas également affaire au patronat de deux organisations, le titre de splendidissimum corpus étant accordé, au singulier, avec la première, comme le permet la syntaxe latine. Q. Iulius Seuerinus ne ferait alors que s’ajouter à la liste des patrons multiples, bien fournie en Gaule comme en Italie51.

  • 52 CIL, XIII, 1966.
  • 53 Cracco Ruggini 1978, 84, n. 1.

13Dans l’ensemble, les attestations d’une organisation commune des nautes du Rhône et de la Saône sont peu nombreuses, si on les compare à celle des organisations séparées, et toutes indirectes, le plus souvent dans des cursus de patrons. Leur nombre augmente un peu si, comme l’a proposé J. Rougé, on leur ajoute la catégorie un peu mystérieuse des nautes du Rhône naviguant sur la Saône. Le cas le plus clair est celui de M. Primius Secundianus, que son épitaphe définit comme nauta Rhodanicus Arare nauigans52. Comme le note L. Cracco Ruggini, qui suit la proposition de J. Rougé, la précision indique sans doute une promotion sociale53. Mais plutôt que le passage dans une corporation plus prestigieuse (celle des nautes du Rhône et de la Saône), ne peut-on pas penser à une distinction supplémentaire, que Secundianus aurait acquise en restant dans sa corporation des nautes du Rhône, mais qui le différencierait des simples nautes du Rhône ? Une telle solution serait d’autant plus logique que son père était déjà naute du Rhône et qu’il lui a également succédé dans les organisations des sévirs augustaux et des fabri. L’extension de ses activités sur la Saône pouvait être un signe de prestige supplémentaire sans qu’il soit amené à changer de corporation, et il semble donc préférable de maintenir M. Primius Secundianus parmi les nautes du Rhône.

  • 54 CIL, XIII, 1954 = ILS, 7030 : voir supra, n. 29.
  • 55 La base offerte par C. Iulius Sabinianus aux nautes du Rhône offre peut-être un exemple analogue (...)
  • 56 CIL, XIII, 1911 et 11179.
  • 57 Voir en ce sens AD, II, ad n° 171 ; Burnand 2005-2011, II, 421-422.
  • 58 Sur les autres hypothèses, toutes incertaines, voir supra n. 29. Le gentilice Inthatius, s’il lai (...)

14Un second exemple de nauta Arare nauig(ans) est le marchand de vin M. Intathius Vitalis, auquel ses collègues ont élevé une statue au siège même de la corporation, dans les kanabae du quartier d’Ainay54. Il était aussi naute, cumul fréquent qui laisse penser qu’une des principales marchandises transportées par les nautes devait être le vin. Mais rien ne prouve qu’il ait été naute du Rhône, et donc membre de l’organisation commune, comme le suppose J. Rougé. Plus vraisemblablement nauta Arare nauig(ans) est ici un équivalent plus développé de nauta Araricus55. Un parallèle très proche est celui du Trévire C. Apronius Raptor, membre et patron des uinarii, qui lui élèvent également une statue au siège de la corporation, mais aussi naute de la Saône, comme le précise son épitaphe monumentale découverte dans le quartier de Vaise56. Cette liaison étroite entre les deux organisations invite à considérer plutôt M. Intathius Vitalis comme un naute de la Saône57 et donc à ne pas l’inscrire parmi les membres d’une éventuelle organisation commune. Mais il découle de là deux conséquences importantes : d’abord que les nautes de la Saône devaient naviguer aussi sur le Rhône, puisque M. Intathius Vitalis achetait sans doute du vin chez les Helviens, en Ardèche, où il a obtenu le privilège honorifique du consessus ; ensuite que M. Intathius Vitalis était peut-être originaire des provinces de Gaule septentrionale ou de Germanie, au profit desquelles se faisait surtout le commerce des nautes de la Saône58.

  • 59 CIL, XIII, 1960.

15Un autre parallèle possible pour M. Primius Secundianus est fourni par l’épitaphe fragmentaire de C. Marius Ma[---], auquel on restitue généralement le titre de pat[ronus nautarum Rhodanicorum] / Arare nauig[antium]59 : mais la restitution, si elle est séduisante, reste quelque peu incertaine, car il pourrait y avoir aussi dans la lacune le nom d’une autre corporation, suivie des seuls nautes de la Saône désignés par la même périphrase que dans la base de M. Intathius Vitalis. De toutes façons il s’agit, comme le montre le mot utriculariorum à la ligne suivante, d’une énumération de patronats multiples dont il serait difficile de tirer une conclusion claire quant au nombre et à la titulature des organisations concernées.

  • 60 CIL, XIII, 1996 : voir supra, n. 20.
  • 61 Ainsi Rougé 1966, 473 ; contra Kneissl 1998, 440.

16Paradoxalement c’est peut-être avec le negotiator olearius M. Hilarianius Cinnamus qu’on pourrait trouver un dernier exemple de naute naviguant sur les deux fleuves. Son épitaphe, qui est perdue, lui donne le titre de nauta Rhodanicus Rhodano nauigans, qui montre le même lien des nautes avec un marchand d’huile qu’avec les marchands de vin60. Mais cette formulation pose évidemment problème, d’abord parce qu’elle est unique et ensuite à cause de sa redondance même. Plutôt qu’y chercher la trace d’une association spécifique qui ferait pendant à celle des nautes du Rhône naviguant sur la Saône61, ne faudrait-il pas, puisque l’inscription n’est connue que par quelques rares copies du xviiie s., envisager une erreur de transmission ? Nous pourrions avoir alors un second exemple de nauta Rhodanicus Arare nauigans qui viendrait s’ajouter à celui de M. Primius Secundianus. Si la lecture était en revanche confirmée, plutôt que le nom d’une nouvelle organisation, il vaudrait mieux y voir une version plus développée du titre nauta Rhodanicus, comme c’est sans doute le cas pour celui de naute de la Saône dans l’inscription de M. Intathius Vitalis.

17Au total, on ne recense qu’un tout petit nombre de nautes du Rhône naviguant sur la Saône, le seul qui soit sûrement attesté étant M. Primius Secundianus. Il est difficile dans ces conditions d’y voir la titulature d’une corporation spécifique et encore plus de celle des nautes du Rhône et de la Saône, qui, dans le schéma classique, serait la plus prestigieuse de toutes. On pourrait à la rigueur envisager une subdivision du corpus des nautes du Rhône, même si l’existence parallèle de nautes du Rhône naviguant sur le Rhône paraît encore plus incertaine. Mais il y a sans doute une solution plus simple : que la précision Arare nauigans distingue dans leur propre organisation certains nautes du Rhône auxquels elle apportait quelques droits ou quelque prestige supplémentaires. Resterait naturellement à définir ceux-ci. On songe par exemple à une autorisation qu’auraient obtenue certains nautes du Rhône de travailler sur la Saône ou d’utiliser certaines installations, soit que cette autorisation ait été accordée par les nautes de la Saône, soit qu’elle l’ait été par les autorités publiques ; mais il est difficile d’en dire plus en l’absence de toute information sur une telle réglementation. Dans ces conditions, on peut se demander si le simple fait de naviguer sur la Saône n’était pas en lui-même un honneur que tenaient à souligner certains, sans doute parmi les plus huppés, des nautes du Rhône. Le prestige considérable dont jouissaient les nautes de la Saône pourrait expliquer un tel souci d’honorabilité et inversement le petit nombre d’attestations se comprend mieux si l’honneur ne touchait qu’une petite élite parmi les nautes du Rhône. Il n’y a pas à s’étonner en revanche qu’aucun des nautes de la Saône n’éprouve le besoin de rappeler qu’il naviguait sur le Rhône, même s’ils le faisaient sans doute assez souvent : car il n’y avait pas là pour eux le même honneur à en tirer. Il s’agit bien sûr d’hypothèses qui sont difficilement vérifiables en l’état de nos sources. Mais on peut à tout le moins constater la relative rareté des nautes du Rhône naviguant sur la Saône. Avec un exemple sûr et deux autres possibles, mais pas démontrés, cela ne fait de toutes façons pas un renfort bien considérable pour un éventuel corpus des nautes du Rhône et de la Saône que nous avons vu lui-même fort dépourvu d’attestations bien solides. Et c’est pourquoi il est sans doute plus pertinent d’expliquer une telle titulature par les activités individuelles des nautes considérés.

18Quant à l’éventuelle organisation commune des nautes du Rhône et de la Saône, il est frappant de constater que les attestations que nous pouvons avoir d’elle se trouvent soit dans des titulatures de patrons, comme Q. Iulius Seuerinus, L. Besius Superior et Q. Otacilius Pollinus, soit dans des mentions collectives, comme sur les gradins de l’amphithéâtre de Nîmes ou dans la dédicace lyonnaise à L. Heluius Frugi. En revanche aucune inscription ne mentionne individuellement un naute du Rhône et de la Saône ni un dirigeant d’une telle association, et tant qu’il en sera ainsi l’existence d’une organisation commune restera incertaine. Le doute est d’autant plus prudent que, par comparaison, on ne connaît pas moins d’une dizaine de nautes de la Saône et d’une demi-douzaine de nautes du Rhône, pourtant en principe moins prestigieux, et que la base de C. Nouellius Ianuarius prouve qu’en 216 p.C. l’organisation des nautes de la Saône prenait des décrets et existait donc toujours en tant que telle. Cela n’empêche certes pas qu’à un moment ou à un autre, par exemple à l’époque des patronats de Q. Iulius Seuerinus ou de L. Heluius Frugi, il ait pu y avoir une fusion temporaire des deux corpora, mais nos données ne nous permettent ni de vérifier une telle hypothèse ni de la dater.

  • 62 Cf. Kneissl 1998, 436-443 ; Tran 2006, 264-266.
  • 63 Cf. De Salvo 1992, 144-182 ; 2004, 120-121.
  • 64 CIL, XII, 672 et III, 14165 = ILS, 6987 ; cf. Christol 1982 ; De Salvo 1992, 404-409 ; Virlouvet (...)
  • 65 Ainsi Kneissl 1998, 440, critiquant les explications fondées sur une évolution chronologique.
  • 66 Voir en ce sens Christol 1982 ; Virlouvet 2004, 361-362.
  • 67 Sur la difficulté de préciser la nature des regroupements de collèges, cf. De Salvo 1992, 149-150 (...)

19Une solution plus intéressante serait celle d’une sorte de fédération qui coifferait les deux organisations en leur laissant leur personnalité propre, mais en leur permettant d’avoir quelques activités ou quelques représentations communes, comme par exemple aux jeux donnés par la colonie de Nîmes. L’épigraphie lyonnaise ne fournissant aucune indication sur une telle structure, on ne peut que se reporter à des dossiers mieux documentés, comme ceux d’Ostie ou d’Arles62. Même si tous ne sont pas identifiés avec certitude, les quinque corpora lenunculariorum Ostiensium paraissent avoir eu une spécialisation géographique, ou plutôt technique, assurant diverses formes de transport, de transbordement, de liaison ou simplement de traversée (traiectus) dans le grand ensemble portuaire des bouches du Tibre63 ; entre ces fonctions différentes, mais complémentaires, une forme d’organisation centrale ou du moins de coordination est envisageable, même si aucun document ne permet actuellement de la définir. En ce qui concerne Arles, deux inscriptions mentionnent des nauicularii marini Arelatenses quinque corporum qui élèvent une statue à un procurateur ou déposent devant l’administration de l’annone une plainte dont une inscription fameuse de Beyrouth nous a conservé la trace64. Comme cette plainte prend la forme d’un decretum pris collectivement, on en conclut généralement soit que les cinq corporations de naviculaires arlésiens avaient fini par former un seul collège, soit qu’elles disposaient d’une structure commune qui leur permettait notamment d’agir auprès des autorités65. La seconde solution pourrait fournir un parallèle pour les nautes du Rhône et de la Saône, mais celui-ci est lui aussi plutôt vague et de surcroît incertain, puisque selon certains travaux récents les quinque corpora ne seraient pas nécessairement tous des naviculaires arlésiens, mais pourraient comprendre aussi d’autres corporations également engagées au service de l’annone66. Les activités des naviculaires marins sont de toutes façons assez différentes de celles, plus compartimentées, des bateliers du port d’Ostie, et il est difficile de définir d’après ces deux seuls exemples quelle forme aurait pu prendre une éventuelle organisation commune des corporations de nautes du Rhône et de la Saône67. L’absence de sources ne saurait certes constituer un argument décisif, et on pourrait peut-être envisager dans le cas lyonnais une spécialisation, plutôt géographique que technique, même si elle était moins systématique qu’on l’a voulu parfois. Mais ce silence ne plaide naturellement pas en faveur d’une fusion complète et inviterait à préférer plutôt des modes d’association plus flexibles qui laisseraient à chacune des deux grandes organisations sa propre personnalité. Le fait d’avoir des patrons communs pouvait constituer une forme particulièrement souple de coordination, mais il est possible qu’il y en ait eu d’autres qui n’ont pas laissé de trace épigraphique.

Documentation épigraphique68

Nautes du Rhône

  • CIL, XIII, 1996 = ILS, 7031. Sarcophage vu à Saint-Irénée au xviiie s. et perdu depuis.

20D. M. / L. Hilariani Cinna/mi, ciuis Lug(udunensis), naut(a)e / Rhodanico Rho/dano nauigantis, / curatori eiusdem / corporis, negotiato/ris <ole>ari, Q. Maspe/tius Seuerianus, s<o>/cer eius, et Cl(audius) Seueri[a]/nus, amicus, idemqu[e] / heredes p(onendum) c(urauerunt) et sub / [as]cia dedicauerun[t].

  • CIL, XIII, 2002 = AD, n° 175 = ILS, 7032. Base parallélépipédique, à Saint-Georges, dans les fondations de l’ancienne commanderie.

C. Iulius Sabinianus, / nauta Rhod(anicus), / in honorem / nautarum Rhodanicor(um) / dat. // L(oco) d(ato) / dec(reto) / n(autarum) R(hodanicorum). // Dedicatione / doni huius / omnibus / nauigantib(us) (denarios) III / dedit.

    • CIL, XIII, 1967 = AD, n° 165. Autel portant deux épitaphes parallèles. À Vaise, dans les fondations de l’ancienne église Saint-Pierre.

21[D. M.] / [C. Primi / Secu]ndi, IIIIII/[uir(i)] Aug(ustalis) c(oloniae) C(opiae) C(laudiae) /
[Au]g(ustae) Lug(uduni), cur(atoris) / [eius]d(em) co[r]p(oris), n(autae) / [Rh]od(anici), praef(ecti) / [eius]d(em) cor(poris), fab(ri) / [tign(uarii)] Lug(uduni) cons(istentis), / [om]nib(us) hono/[rib(us) a]pud eos fu/[nc]t(i), pat(roni) eiusd(em) / [co]rp(oris), Prim(ius) Se/[cu]ndianus fil(ius) / [pat]ri incomp(arabili) / [mon(umentum) ?] quod sibi ui/[uus p]osuit insc/[ribe]nd(um) cur(auit) et s/[ub asci]a [dedicauit]. // Ae[‑‑‑] /ria[--- ? cum] / con[iuge ? ---] / CO[--- / --- uixi]/t an[nis ---] / m(ensibus) X, di[eb(us) ---] / sine u[lla ---] / animi [laesio]/ne, C. Pr[imius] / Secund[us con]/iugi o[pti]/mae ite[m ---]/sto uni[co fil(io) ?] / Primi [--- po]/nend[um cu]/r[auit et / sub ascia dedicauit].

  • CIL, XIII, 1966 = AD, n° 166 = ILS, 7028. Sarcophage. À Vaise, dans les fondations de l’ancien monastère Saint-Pierre.

22D. // M. // et memoriae aeternae / M. Primi Secundiani, IIIIIIuir(i) Aug(ustalis) / c(oloniae) C(opiae) C(laudiae) Aug(ustae) Lug(uduni), curator(is) eiusd(em) cor/por(is), nautae Rhodani(ci) Arare
na/uigant(is), corporat(i) inter fabros / tign(uarios) Lug(uduni) consist(entes), negot(iatoris) muriar(ii), / M. Primius Augustus, fil(ius) et heres, patri / karissim(o) ponend(um) cur(auit) et sub asc(ia) ded(icauit).

  • CIL, XIII, 2494 = ILS, 9439 = ILAin, 46. Murs-et-Gélignieux (Ain), à proximité du Rhône. Épitaphe provenant d’un mausolée, dans deux cadres successifs, le premier en forme de fronton triangulaire et le second de cartouche à queues d’aronde ; copiée au xvie s. et en grande partie perdue.

Memoriae aeter/nae. M. Rufius Catul/lus, curator n(autarum) Rh[od(anicorum)] /, uiuus sibi et R[uf(io)] Rufiano f(ilio), / Ruf(iae) Pupae fil(iae) // et Rufiae Saciratae fil(iae), defunctae annor(um) / XXII, aedic(u)lam cum uinea et muris ad opus / consummandum et tutelam eius et ad cenam omni/bus Tricontis ponendam (denariorum) II in perpet(uum) sic ut petrudeca/meto consumatur. Hoc opus sub ascia est. Haec o(pera ?) s(iue ?) l(ocus ?) h(eredem) n(on) s(equentur).

  • AE, 1997, 1130. Plaque rectangulaire portant une épitaphe dans un cadre mouluré. À Choulans.

[---]nioni, / [---] n(autae ?) Rhod(anico ?) / [---] Viennae / [---] Luguduni / Pompeia C. f. Latina / uxsor uiro piissimo.

  • CIL, XII, 1797 = ILN, Vienne 316. À Saint-Jean-de-Muzols, mais provenant peut-être de Tournon (Ardèche). Base de statue.

Imp. Caes. diui / Traiani Parthici / fil. diui Neruae / nepoti Traiano / Hadriano Aug., / pontif(ici) max(imo), trib(unicia) / potest(ate) III, co(n)s(uli) III, / n(autae) Rhodanici / indulgentissimo / principi.

Nautes de la Saône

  • CIL, XII, 1005. À Glanum. Autel funéraire.

[D. M. et ?] // [me]mori(a)e aeterna[e] / [A]ebuti Agathon[is], / [se]uiro Aug(ustali) corp(orato) [col(oniae) Iul(iae) / Pat]er(nae) Arel(atensium), curat(ori) e[ius/de]m corp(oris) bis, item IIII[II/ui]ro col(oniae) Iul(iae) Apt[ae], nau/[ta]e Ararico, curator[i] / peculi r(ei) p(ublicae) Glanico(rum), qui / uixit annos LXX, / Aebutia Eutychia patro/no erga se pientissimo.

  • CIL, XIII, 1911 = AD, n° 172 = ILS, 7033. Base de statue découverte à l’angle de la rue Sainte Colombe, près de l’ancienne église Saint-Michel, au quartier d’Ainay, sans doute à l’emplacement du siège des negotiatores uinarii.

23C. Apronio / Aproni / Blandi fil(io) / Raptori, / Treuero, / dec(urioni) eiusd(em) ciuitatis, / n(autae) Ararico, patrono / eiusdem corporis, / negotiatores uinari / Lugud(uni) con[sist]entes / bene de se
m[ere]nti / patro[n]o. / Cuius statua[e d]edica/tione sportulas / ded(it) negot(iatoribus) sing(ulis) corp(oratis) (denarios) V.

  • CIL, XIII, 11179. Grande plaque en calcaire, incomplète et brisée. À Vaise, à proximité de l’ancienne église Saint-Pierre.

24[Dis Ma]nibus / [C. Aproni R]aptoris, Tre/[ueri, dec(urionis) eiusd(em) ci]uitat(is), negot/[iatoris ? uinar(ii)] in canab(is), nautae / [Ararici, patro]ni utrorumq(ue) cor/[porum, ---] Aproniae Belli/[cae ? --- ponen]d(um) curauerunt et / [sub ascia] dedicauerunt.

  • AE, 1975, 613 = 1976, 445. Autel funéraire. À Saint-Just, à proximité de l’église paléo-chrétienne.

D. M. / L. Helui Victo/rini, n(autae) Araric(i), / [R]omania Se/[cun]dilla, / [coniu]nx ka/[rissima] et / --‑---

  • CIL, XIII, 1954 = AD, n° 171 = ILS, 7030. Base de statue découverte à l’angle de la rue Sainte Colombe et de la place Saint-Michel, au quartier d’Ainay, sans doute à l’emplacement du siège des negotiatores uinarii.

M. Inthatio M. fi[l.] / Vitali, negotiat(ori) uinari[o] / Lugud(uni) in kanabis con/sist(enti), curatura eiusdem / corporis bis funct(o), itemq(ue) / q(uaestori), nautae Arare nauig(anti), / patrono eiusd(em) corporis, / patrono eq(uitum) R(omanorum), IIIIIIuir(orum), utr[i]/c(u)lar(iorum), fabror(um) Lugud(uni) con/sist(entium), cui ordo splendidis/simus ciuitat(is) Albensium / consessum dedit, / negotiatores uinari [Lug(uduni)] / in kanabis consist(entes) pat[rono]. / Ob cuius statuae ded[ica]/tione(m) sportul(as) (denarios) [---] / dedit.

  • CIL, XIII, 2009 = AD, n° 178. Autel funéraire. À Saint-Irénée, dans la maison du prieur.

D. M. / et memoriae aetern(ae) / G. Liberti Decimani, / ciui Viennens(i), naut(ae) / Ararico honorato, / utric(u)lario Lugu/duni consistenti, / Matrona Marcia/ni coniugi ca/rissimo qui cum / ea vixsit annis XVI, / mensibus III, diebus / XV, sine ulla a/nimi l(a)esione, / ponendum cu/rauit et sub
as/cia dedicauit.

  • CIL, XIII, 2020 = AD, n° 177. Base de statue, découverte quai de Bondy, dans le quartier Saint-Paul. 216 p.C.

C. Nouellio Ianuario, / ciui Vangioni, nautae / Ararico, curatori et / patrono eiusd[em c]orp(oris), / Nouelli Faus[tus et ? Sote]ri/cus de se [merenti ?] / patrono in[dulgen]tis/simo. C[uius statu]a[e] / dedica[tione ded]it / sportulas u[niuersis n]a[u]/tis praesent[ibus] (denarios) III. / L(ocus) d(atus) d(ecreto) n(autarum) Araric[or]um, / dedicata pr(idie) [---] Sept(embres) / Sabino II et [Anullin]o / co(n)s(ulibus).

  • CIL, VI, 29722 = ILS, 7490. À Rome. Autel funéraire en marbre.

D. M. s(acrum). / C. Sen[ti]o Reguliano, eq(uiti) R(omano), / diffus(ori) oleario ex Baetica, / curator(i) eiusdem cor/poris, negot(iatori) uinario Lugu/dun(i) in canabis consisten(ti), / curatori et patrono ei/usd(em) corporis, nautae Arari/co, patrono eiusd(em) corporis, / patrono IIIIIIuir(orum) Luguduni / consistentium, L. Silenius / Reginus au(u)s et Ulattia / Metrodora et fili eius/dem ponendum curauerunt, / procurante Dionysio et / Belliciano et / ------

  • CIL, XIII, 2028 = AD, n° 179. Autel funéraire, découvert quai de Bourgneuf, sur la rive droite de la Saône.

D. M. / et qu[ieti] aetern[ae] / Secu[ndi]ae Pla[ci]/dae, [fe]minae s[anc]/tiss[im]ae, quae uix[it] / mecum annis XV, / m(ensibus) IIII, diebus XI, / sine ul(l)a anim[i / l]aesione. G. Tipur[i?/n]ius Sacruna, nau[ta] / Araric(us), coniug[i] / karissimae et sib[i] / uiu(u)s ponendum / curauit et sub / ascia dedicaui[t].

  • CIL, XIII, 1972 = AD, n° 162. Autel funéraire, découvert sur la rive droite de la Saône, près du rocher de Pierre-Scize.

D. / M. / et quieti aeternae / Touti Incitati, IIIIIIuir(i) / Aug(ustalis) Lug(uduni) et naut(ae) Arar(ici), item / centonario Lug(uduni) consis/tent(i) honorato, negotia/tori frumentario, / Toutius Marcellus, lib(ertus), / [p]atrono piissimo et sibi ui/[uus p]osuit et sub ascia dedicau(it). / [Opt]o felix et hilaris uiuas qui / [leg]eris et Manibus meis be/ne optaueris.

  • CIL, XIII, 2041. Bloc vu au xvie s. à Saint-Georges, entre l’église et la commanderie ; disparu au xixe s..

------ / [--- corpus ?] splendidissim[u]m / perpetuam vacatione[m] / decre[u(it)]. / L(oco) d(ato) d(ecreto) n(autarum) Araric(orum).

  • CIL, XIII, 5489 = ILingons, 67. À Dijon. Bloc sculpté représentant une scène de chargement ou déchargement d’un chariot tiré par deux chevaux. Inscription sur un bandeau au-dessus du relief.

Nauta Araricus. / H(oc) m(onumentum) s(iue) l(ocus) h(eredem) n(on) s(equetur).

Corporation indéterminée

  • CIL, XIII, 1918 = AD, n° 180. Base de statue opisthographe, à l’entrée de l’ancienne église Saint‑Étienne, à côté de la cathédrale Saint-Jean.

25A - L. Heluio L. filio / Voltin(ia) Frugi, / curatori nau/tarum bis, / IIuir(o) Viennen/sium, / patrono
Rho/danicorum / et Araricor(um), / [n(autae)] Rhod(anici) et Arar(ici) / [l(oco) d(ato) d(ecreto) ?] n(autarum) Rhod(anicorum) / ------

26B - L. Heluio L. filio / Voltin(ia) Frugi, / curatori nau/tarum bis, IIuir(o) / Viennensium, / patrono
Rho/danic(orum) et Arar(icorum), / n(autae) Rhod(anici) et Araric(i ) / ------

Mentions collectives

  • CIL, XII, 3316 = ILS, 5656 = EAOR, V, 43. À Nîmes, sur trois blocs du couronnement du mur du podium de l’amphithéâtre.

N(autis) Atr(icae) et Ouidis loca n(umero) XXV d(ata) d(ecreto) d(ecurionum) N(emausensium). N(autis) Rhod(anicis) et [A]rar(icis) (loca) XL d(ata) d(ecreto) d(ecurionum) N(emausensium).

27Second texte similaire : CIL, XII, 3317 = EAOR, V, 44.

Patrons n’appartenant pas aux corporations

  • CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021 = AD, n° 129. L. Besius Superior : voir infra, Appendice.

  • CIL, XIII, 1695 = AD, n° 127. Base de statue, dans l’église Saint-Pierre, aux Terreaux.

Q. Iulio Seuerino, / Sequano, omnib(us) / honoribus in/ter suos functo, / patrono splendi/dissimi corporis / n(autarum) Rhodanicor(um) et / Arar(icorum), cui ob innoc(entiam) / morum ordo ciui/tatis suae bis statuas / decreuit, inquisito/ri Galliarum, tres / prouinciae Gall(iae).

  • CIL, XIII, 1960 = AD, n° 176. Grand bloc portant la moitié d’une épitaphe monumentale, trouvé dans la Saône, vis-à-vis de la montée du Greillon.

D. / [M.] / et mem[oriae aeternae]. / C. Marius Ma[---, seuir Aug(ustalis) ? coloniae] / Flauiae Augu[stae Puteolorum ?, item ?] / curatura eiu[sdem corporis functus eiusque ?] / patronus et pat[ronus nautarum --- ?] / Arare nauig[antium, item ? ---] / utric(u)larior[um Luguduni consistentium ?] / uiuus sibi et [---] / quondam c[oniugi --- et incompa]/rabili et PER[---] / superstiti CIV[--- ponendum cu]/rauit [et sub ascia dedicauit].

  • CIL, XIII, 11480-11492 = AE, 1952, 205 = 1972, 352 = 1995, 1141. À Avenches. Grande dédicace gravée sur douze plaques de calcaire assemblées ; brisée en de multiples morceaux.

Q. Otacil[i]o Quir(ina) Pollino, Q. Otac[ili] / Ceriali[s] filio, omnibus honor[ibus] / apud suo[s] functo, t[e]r immunit[ate] / a diuo [H]adr[ian(o)] don[at]o, inquis[itor(i)] / II[I Gall]iar(um), pa[tro]no uenal(iciorum) [corporis] / Cisal[p]ino[rum] et Transalpinorum, / item [n]aut[a]r(um) Ar[ar]icor(um) [Rho]danicor(um), / ob [egre]g[i]a eius erga re[m pub]l(icam) ergaq(ue) / sin[gulos] un[i]uerso[sque me]r[it]a / Helu[etii publ(ice) p]atron[o ---]S et / [ inscr]ibti[on(es) ? a]b QV[--- d]e su[o].

  • CIL, XIII, 1709 = ILS, 7020 ; cf. AD, II, p. 80 et 484. L. Tauricius Florens : voir infra, Appendice.

Cas incertains

28On a préféré ne pas tenir compte des inscriptions dont l’attribution aux nautes n’était pas assurée ou, si elle l’était, dont le contenu était trop fragmentaire pour éclairer ce débat : CIL, XII, 2438 = ILAin, 52 (épitaphe d’un probable naute du Rhône dont la tombe se trouvait, comme celle de M. Rufius Catullus, au bord du fleuve) ; à Lyon AE, 1982, 702 (épitaphe d’un negotiator seplasiarius qui aurait été aussi centonarius et n[auta Rhodanicus ou Araricus ?]), 703 (un très hypothétique n[auta --- A]ra[re nauigans ?]) et CIL, XIII, 1716 (un prêtre des trois Gaules qui aurait pu être praef(ectus) [nautarum ? Rhodani]corum, à moins qu’il n’ait été plutôt préfet de cohorte : cf. Maurin 1978, 188, n. 39 ; Burnand 2005-2011, I, 184-185, et II, 474-476) ; CIL, XIII, 3144 = AE, 1969/1970, 404 = 1999, 1072, dédicace fragmentaire à un notable coriosolite, dans laquelle la restitution d’un patronat des nautes proposée par Hirschfeld et Maurin 1978, p. 199 paraît aléatoire compte tenu de l’importance des lacunes (voir aussi infra, n. 79).

Appendice : arcarii et Condeates

  • 69 Cf. Rougé 1978, 56 : “À ces métiers fluviaux on joint souvent deux métiers mystérieux, connus par (...)

29Deux notables cumulent avec le patronat des nautes celui des Arecarri (ou Arecarii) et des Condeates, qu’on considère généralement comme d’autres corporations de nautes, ou du moins de bateliers, mais dont les noms comme les activités restent en fait incertains et ont découragé de nombreux savants69. Ces noms apparaissent dans deux inscriptions copiées à Lyon au xvie s., dont l’une est perdue et l’autre très difficile à lire après un long séjour dans l’eau de la Saône (fig. 1). Il a donc semblé utile de les reproduire ici avec un apparat critique un peu plus détaillé, quoique sélectif et volontairement limité aux passages concernés par cette discussion. Les copies étant nombreuses, notamment dans les manuscrits italiens, on n’a cité que les textes les plus importants et qui ont pu être contrôlés ; pour les autres il faut se reporter à l’édition d’Hirschfeld au CIL, toujours fondamentale et particulièrement riche pour le n° 1709. À l’exception de Spon, les auteurs des xviie et xviiie s., qui n’avaient pas vu eux-mêmes les pierres, n’ont pas été mentionnés. En revanche il a semblé utile d’indiquer, même s’ils n’ont pas vu eux-mêmes les pierres, les grands auteurs ou répertoires postérieurs au CIL, qui sont souvent cités dans les travaux récents (Dessau, Waltzing etc).

Fig. 1. La base de L. Besius Superior, CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021 = AD, n° 129 b(photographie de J.-M. Degueule, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière).

Fig. 1. La base de L. Besius Superior, CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021 = AD, n° 129 b(photographie de J.-M. Degueule, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière).

30CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021 = AD, n° 129. À Lyon, vue au xvie dans une des piles du pont du Change, sur la Saône, retrouvée au xixe s. et transférée au Musée.

31Cl. Bellièvre, Lugdunum Priscum, p. 86 (= f. 54) ; J. Matal, cod. Vat. 6039, f. 423 ; G. Paradin, Mémoires de l’histoire de Lyon, p. 417 ; J. Spon, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, p. 127 ; de Boissieu 1846-1854, 259-261, etc. Examen récent de Rougé 1974, 138-140, et 1985‑1987, 382-384 ; Burnand 2005-2011, I, p. 115, n. 20.

32Cf. Waltzing 1895-1900, III, 2078 ; Meyers 1964, 123 ; Wierschowski 2001, 302-303, n° 423 ; Burnand 2005-2011, II, 542-543.

33L(ucio) Besio [S]up[e]riori, / Viromand(uo), [eq(uiti) ?] R(omano), / omnib[us honor]ib(us) / a[p]ud suos fun[c]t(o), / patron[o] nautar(um) / Araricor(um) et Rho/dan[i]cor(um),
patron[o / C]ond[eatiu]m item / [a]r[c]arior(um) L[u]gu[d(uni)] / consistentiu[m], / allect(o) ar[k(ae)] Galliar(um), / ob allectur(am) fideli/ter [a]dm[inistrata]m / [t]re[s p]roui[nc(iae) Galli]ae.

  • L. 2 : eq(uiti) R(omano), Bellièvre, Paradin, Spon – e[q(uiti)] R(omano), Allmer ; eq(uiti) R(omano), de Boissieu, Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Meyers ; [..]N, Rougé (1974) ; [eq(uiti)] R(omano), Burnand.

  • L. 8 : CONDI, Bellièvre, Matal, Paradin ; COND, Spon – Cond[eat]ium, Allmer, Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Meyers, Rougé, Wierschowski, Burnand. [et], Allmer ; i[tem], Hirschfeld (d’où Dessau, Waltzing, Wierschowski, Burnand etc) ; item, Rougé, qui est effectivement lisible.

  • L. 9 : ARTORI, Bellièvre, Spon ; Araricor., Matal – [a]r[c]ariorum, Allmer, Rougé ; Arecar[i]orum, Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Meyers, Wierschowski, Burnand.

  • L. 11 : allect. ar, Bellièvre ; allectariae, Matal, Paradin, Spon ; allectari, de Boissieu – allect(ori) ark(ae) de Boissieu, Allmer, Rougé, Cracco Ruggini ; allect(o) ark(ae), Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Wuilleumier, Fishwick, Wierschowski, Burnand.

34CIL, XIII, 1709 = ILS, 7020 ; cf. AD, II, p. 80 et 484. À Lyon, vue au xvie s. au quartier Saint-Paul, au xviie près de l’Hôtel Dieu et perdue depuis le xviiie. C’est très probablement à la suite d’une confusion qu’Allmer, qui signale deux fois la pierre, dit (p. 484) en avoir vu quelques traces peu lisibles : les lectures qu’il donne pour les lignes 9-10 sont en tous cas très exactement celles qu’il propose pour l’inscription 1688 et il est donc préférable de ne pas en tenir compte, aucun autre auteur du xixe s. n’ayant vu la pierre.

35Iucundus, cod. Marc., f. 209 ; S. Champier, Galliae Celticae ac antiquitatis Lugdunensis civitatis, quae caput est Celtarum, campus, 1537, App. ; Cl. Bellièvre, Lugdunum Priscum, p. 106 (= f. 70) ; G. Paradin, Antiqui status Burgundiae liber, 1542, 119 ; Mémoires de l’histoire de Lyon, 1573, 416 ; J. Matal, cod. Vat. 6039, f. 424 ; G. Symeoni, L’origine et le antichità di Lione, p. 40 (= f. 63) ; J. Spon, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, p. 167, … de Boissieu 1846-1854, 258-259 ; Rougé 1974, 137-138, et 1985-1987, 381-382, etc.

36Cf. Waltzing 1895-1900, III, 2080 ; Wierschowski 2001, 303-304, n° 425 ; Burnand 2005-2010, I, 223.

L(ucio) Tauricio / Florenti, / Taurici / Tauriciani filio, / Veneto, / allect(o) ark(ae) Gall(iarum), / patrono nautar(um) / Araricorum et / Ligericor(um), item / ar{e}car[i]orum et / Condeatium, / [I]II prouinciae / Galliae.

  • L. 5 : allecto ark(ae), Iucundus ; allect. ar, Bellièvre ; alectori, Matal, Paradin ; allectori, Champier, Paradin (Burgundiae), Symeoni ; allecto{a}ri, Spon – allectori, de Boissieu, Allmer ; allect(ori) ark(ae), Rougé, Cracco Ruggini ; allec(t)o ark(ae), Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Wuilleumier, Fishwick, Wierschowski, Burnand.

  • L. 9 : Arecarrorum, Iucundus, Matal, Paradin, Spon ; Arecairorum, Champier, Paradin (Burgundiae) ; Araricorum, Bellièvre ; Arecairor., Symeoni, de Boissieu – [a]r[c]ariorum, Allmer, sans doute par erreur ; Arecar[i]orum, Hirschfeld, Dessau, Waltzing, Rougé (1974), Wierschowski.

  • L. 10 : Conderatium, Iucundus ; Condeatium, Champier, Paradin (Burgundiae), Symeoni ; Condeatum, Bellièvre ; ponderantium, Matal ; ponderatium, Paradin, Spon – Condeatium, de Boissieu, Allmer, Hirschfeld, Waltzing, Rougé (1974), Wierschowski.

  • 70 Ainsi Hirschfeld, CIL, XIII, p. 230, qui s’appuie notamment sur la copie de Iucundus ; Wuilleumie (...)
  • 71 Ainsi Hirschfeld, CIL, XIII, p. 230 ; Wuilleumier 1953, 38 ; Deininger 1965, 102 ; Fishwick 1987- (...)
  • 72 Ainsi Hirschfeld 1904, 212, revenant sur sa première appréciation ; cf. Burnand 2005-2011, II, 54 (...)
  • 73 Cf. en ce sens Rougé 1974, 142, qui rappelle que les nautae Ligerici sont par ailleurs connus à N (...)
  • 74 Voir supra, n. 48.

37Bien que découvertes hors de l’emprise territoriale du sanctuaire de la Croix-Rousse, ces deux pierres en provenaient certainement, comme beaucoup d’autres monuments découverts à proximité, dans l’ancien pont du Change ou le quartier Saint-Paul. Il s’agit de deux bases de statue élevées par les trois provinces de Gaule à deux de leurs dirigeants, des allecti arcae Galliarum, qui sont, il faut le noter, les seuls connus dans cette charge. Leur titre, qui était abrégé, doit sans doute être lu allect(us), plutôt qu’allect(or), qui remonte à une lecture inexacte du xvie s.70. Malgré le petit nombre d’attestations, on peut penser que ces notables s’occupaient de l’arca Galliarum, la caisse chargée de la gestion du sanctuaire fédéral, soit comme adjoints du iudex arcae Galliarum71, soit comme responsables principaux de la caisse72. Celui dont la pierre est perdue était un Vénète nommé L. Tauricius Florens qui était aussi patronus nautar(um) Araricorum et Ligericor(um), item Arecarrorum et Condeatium, lecture qu’il faut préférer au ponderatium proposé par certaines copies. C’est à cause de cette inscription qu’on a voulu voir dans les deux derniers noms les mystérieux Arecarri et Condeates, ceux de deux autres corporations de nautes, s’ajoutant à ceux de la Saône et de la Loire, qui constituaient sans doute eux-mêmes deux organisations différentes73. Le second adlectus, L. Besius Superior, a eu un peu plus de chance, puisque sa base a été retrouvée au milieu du xixe s. dans une pile du pont du Change et qu’elle figure donc dans tous les corpus lyonnais. Bien que l’usure de l’eau la rende aujourd’hui très difficile à lire (voir fig.1), on peut donc au moins contrôler les lectures anciennes et parfois avancer ou récuser quelques hypothèses. Le dédicataire est cette fois un Viromanduen de Gaule Belgique, probablement, même si la lecture n’est pas totalement sûre, chevalier romain et qui avait rempli tous les honneurs dans sa cité. Comme nous l’avons déjà vu74, il était patronus nautar(um) Araricor(um) et Rhodanicor(um) (l. 5-7) et lui aussi allect(us) ar<k>ae Galliarum (l. 11), l’inscription précisant même que la statue avait été élevée à l’issue de cette fonction, ob allectur(am) fideliter administratam. Entre les deux, figure aux lignes 7-9 un autre patronat sur deux corporations dont les noms sont largement effacés, mais où les lettres conservées (CONDI et ARIOR) font penser aux Arecarri et Condeates de l’inscription précédente. Bien que l’ordre soit inversé, il s’agit très probablement des mêmes noms. L’adjonction de L[u]gu[d(uni)] consistentiu[m] (l. 9-10) n’est qu’une précision supplémentaire, qui n’empêche pas que ce soient les mêmes corporations, mais indique que leur activité s’exerçait à Lyon, ce que n’impliquait pas le texte de L. Tauricius Florens. Une autre différence est la répétition du mot patrono, là où l’on avait item dans l’inscription du Vénète : on peut en induire que ces deux corporations n’étaient pas nécessairement des corporations de nautes et peut-être même qu’elles n’en étaient sans doute pas, car sinon il eût été inutile de répéter patrono, mais cette seconde conclusion est naturellement fragile.

  • 75 Mommsen 1853, 68 : “i barcaruoli abitanti nel pagus Condatus (sic)” ; mais de Boissieu 1846‑1854, (...)
  • 76 AD, II, 485.
  • 77 Rougé 1974, 141 ; 1978, 56 (cité supra, n. 69) ; cf. 1985-1987 ; même prudence de la part de De S (...)
  • 78 Cf. “Arecarri”, in Diz. Ep., 1.655 ; “Arecarii”, in TLL, II, 500 (cf. Onomasticon, 560) ; Jullian (...)

38Si on considère généralement les Arecarri et les Condeates comme des nautes ou du moins comme des bateliers, c’est en fait surtout en se fondant sur l’autorité de Mommsen75 et aussi sur celle d’Allmer, qui arguait précisément du fait qu’ils étaient nommés après les corporations bien connues des nautes du Rhône, de la Saône ou de la Loire76. Malgré les réserves de J. Rougé, qui préférait laisser les deux inscriptions en dehors du dossier de la navigation fluviale77, la majorité de la bibliographie moderne a inscrit à leur suite les Arecarri et les Condeates parmi les organisations de nautes ou de bateliers78. Mais ni la liaison item, ni a fortiori la répétition du substantif patrono ne peuvent prouver que ces patronats concernent eux aussi des corporations de navigants, et il faut donc réexaminer complètement la question en essayant de préciser, si c’est possible, le sens de ces noms.

  • 79 La restitution [Conde]atium proposée par Bousquet 1972 pour l’inscription d’un notable coriosolit (...)
  • 80 CIL, XIII, 1670 ; AD, II, 110 et 483-485 ; Audin 1947, 116-117, et 1956, 128-130 ; Wuilleumier 19 (...)
  • 81 On ne peut donc dire, comme Rougé 1985-1987, 384, que ponderatium a été corrigé en condeatium d’a (...)
  • 82 AD, II, 485 ; suivi par Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 83, et Wuilleumier 1953, 51 ; cf. Audin (...)
  • 83 Sur l’hypothèse traditionnelle d’une sorte de territoire fédéral, cf. AD, II, 44-49, et Hirschfel (...)

39Le moins difficile est certainement Condeates, qui vient en première position dans la base de L. Besius Superior, mais en seconde dans celle de L. Tauricius Florens79. Même si la forme conserve quelque obscurité, on la rapproche raisonnablement, depuis Allmer et Hirschfeld, du nom de Condate, qui désigne un confluent, mais aussi le passage d’un fleuve et à Lyon le quartier situé de l’autre côté de la Saône, où l’on connaît un pagus Condat(ensis ?) et où était situé le sanctuaire des Trois Gaules, sur les premières pentes de la colline de la Croix-Rousse80. La lecture ponderatium que donnent Matal, Paradin et Spon pour l’inscription de L. Tauricius Florens est sans doute une correction postérieure, peut-être suggérée par une réminiscence de Sidoine Apollinaire (Ep., V, 7, 3 : arcariis pondera). On trouve en effet condeat(i)um dans les copies plus anciennes de Champier, du même Paradin dans son ouvrage antérieur sur la Bourgogne, de Bellièvre et de Symeoni, et déjà conderatium dans celle de Iucundus81, et c’est aussi cond[eat(i)um] qu’il faut restituer sur la base de L. Besius Superior, pour laquelle aucune copie ne donne la lettre P. La précision L[u]gu[d(uni)] consistentiu[m] qui apparaît dans le texte de L. Besius Superior confirme cette interprétation géographique, même si elle implique que, contrairement à ce qu’on pense parfois, ce territoire situé de l’autre côté de la Saône pouvait faire partie de Lugudunum. Il ne s’ensuit pas pour autant que, comme l’admet Allmer, les Condeates soient les bateliers assurant le passage à proximité du confluent82. Il pourrait s’agir plus simplement, comme l’avait suggéré A. de Boissieu, des habitants du quartier de la rive gauche de la Saône, qu’ils dépendent du sanctuaire fédéral, si celui-ci disposait d’un territoire propre, du pagus Condat(ensis) que fait connaître une dédicace à Diane, ou de la colonie elle-même83.

  • 84 Comme le notent Wuilleumier 1953, 51, et Rougé 1985-1987, 384, qui rejette justement de très hypo (...)
  • 85 Ainsi Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 83 ; Lamoine 2009, 54 et n. 86. 
  • 86 CIL, XIII, 3641 = ILS, 7559 = EAOR, V, 84, avec un inventaire des différents sens possibles pour (...)
  • 87 CIL, XI, 862 et XII, 1590 = ILS, 7559 et 5148.
  • 88 Sur les différentes hypothèses possibles voir Friedländer 1922, II, 68, et EAOR, V, 84.
  • 89 AD, II, 484, suivi par Audin 1986, 74, et de Izarra 1993, 177, en référence aux hâleurs célébrés (...)
  • 90 AD, II, n° 129 et p. 484 ; Rougé 1974, 139 ; 1985-1987, 383-385.
  • 91 Voir note précédente ; dans le même sens Audin 1947, 117 et 1986, 74, qui considère Condeates et (...)
  • 92 Cf. TLL, II, 1900-1906, 433-434, avec une référence à l’arche de Noé.
  • 93 Cf. TLL, II, 1900-1906, 438.
  • 94 L’épigraphie lyonnaise fait connaître un de ces employés subalternes, le tabul(arius) Gall(iarum)(...)
  • 95 Ainsi Burnand 2005-2011, III, 89 et n. 259, qui voit dans le et qui réunit les deux noms un argum (...)

40Plus obscur paraît le sens du second mot, très endommagé dans l’inscription de L. Besius Superior, mais mieux conservé dans celle de L. Tauricius Florens : Arecarrorum ou Arecairorum, avec quelques variantes qui montrent que la lecture a fait difficulté. On ne reconnaît là aucun nom de rivière qui permette d’envisager une organisation de nautes84, et ce n’est que par analogie qu’on a pu les considérer comme des passeurs85. Compte tenu des lettres conservées, on pourrait penser plutôt à des ouvriers bronziers (aerarii), à des marchands de sauce de poisson (allecarii) ou encore à des arenarii, qui s’occuperaient de l’amphithéâtre voisin. Cette dernière hypothèse serait d’autant plus séduisante que nous avons vu à Trèves des arenarii col(oniae) Aug(ustae) Treuerorum consistentes86 et qu’il existait à Rome un collegium harenariorum, ainsi qu’à Die un collegium uenatorum Deensium qui ministerio arenario funguntur87. Même s’il est souvent difficile de dire s’il s’agissait de desservants de l’arène ou plutôt de combattants88, on pourrait envisager un ensemble de personnels liés aux jeux du sanctuaire et qui auraient eu le même patron que les Condeates. Mais si tentante soit-elle, il faut sans doute renoncer à une telle restitution. L’examen de la base de L. Besius Superior permet en effet de reconnaître au début de la ligne 9 les traces du R et du second A, entre lesquels il n’y a place que pour une lettre, comme le notent très exactement les copies d’Allmer et du CIL ; dès lors [a]r[en]ariorum paraît exclu, comme du reste [A]r[ec]arrorum. La révision de la pierre montre aussi qu’il n’y a place que pour une lettre avant le R, ce qui interdit une restitution comme [(h)elci]ariorum, envisagée par Allmer89, ou [ba]rcariorum, à laquelle on aurait pu aussi penser. Dans ces conditions, la lecture la plus satisfaisante est sans doute [a]r[c]ariorum, d’autant qu’on devine peut-être encore l’extrémité inférieure d’un C entre le R et le A. C’est la solution que proposait déjà fort justement Allmer et qui a été reprise, après examen de la pierre, par J. Rougé90. L’un comme l’autre concluaient qu’il devait s’agir de petites barques (arcae) et donc d’une corporation de bateliers91. Mais leur interprétation est moins convaincante que leur lecture. Arca en effet ne désigne une barque qu’à une époque très tardive et il n’y a jusqu’ici aucune attestation épigraphique de ce sens92. D’autre part, arcarius ne désigne jamais un métier en rapport avec la batellerie, alors qu’il est très courant dans le sens de caissier, pour des particuliers, mais aussi des cités, des collèges ou d’autres collectivités93. À Lyon, l’arca Galliarum est le nom officiel de l’administration financière de l’organisation des Trois Gaules. Ne pourrait-on comprendre que les arcarii étaient les caissiers ou même, plus généralement, l’ensemble des employés de cette administration94 ? Il serait tout naturel qu’ils choisissent pour patrons deux allecti arkae Galliarum qui étaient leurs chefs de service, et cela pourrait expliquer aussi pourquoi nous n’avons que deux attestations de cette corporation, précisément dans les deux seules inscriptions que nous ayons conservées en l’honneur d’un allectus arkae Galliarum. Quant aux Condeates, qui se trouvaient au voisinage du sanctuaire ou peut-être l’abritaient sur leur territoire, ils devaient être eux aussi en relation fréquente avec les responsables fédéraux. Il est difficile de dire si c’était une collectivité territoriale ou s’ils exerçaient une activité plus précise. Mais même dans ce cas, cela n’impliquerait pas nécessairement qu’ils appartiennent à la même corporation que les arcarii95 : il pourrait s’agir aussi de deux organisations différentes, qui travaillaient souvent ensemble et avaient un même patron, comme les nautae Ararici et les nautae Ligerici dans l’inscription de L. Tauricius Florens et peut-être aussi, comme nous l’avons vu, les Ararici et les Rhodanici dans celle de L. Besius Superior et dans d’autres. Quoi qu’il en soit, les Condeates et les arcarii avaient sans doute plus de rapports avec l’administration qu’avec la navigation, et, même si nous ne savons pas exactement quelle pouvait être l’activité des premiers, il est donc préférable de les exclure du dossier des transports fluviaux.

Notes

1 Cet ordre est connu par la célèbre dédicace de Sex. Ligurius Marinus (CIL, XIII, 1921 = ILS, 7024), qui, à l’occasion d’une inauguration, donne 5 deniers aux décurions, 3 aux chevaliers romains, aux sévirs augustaux et aux marchands de vin, contre 2 à l’ensemble des autres corporations autorisées.

2 de Boissieu 1846-1854, 388.

3 Rougé 1966, 473, dont le décompte comprend aussi les nautae Ararici et Ligerici ; voir aussi Rougé 1965, 139, avec un total de quatre corpora, les nautes du Rhône étant considérés cette fois comme formant une unique organisation.

4 Rougé 1978, 53.

5 Cracco Ruggini 1978, 84, n. 1.

6 Ainsi Steyert 1895, 250-252.

7 Grenier 1934, 552-553.

8 AD, II, 463-465 ; Waltzing 1895-1900, II, 31.

9 Wuilleumier 1953, 50-51 ; cf. Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 81.

10 Cf. Audin 1986, 73 ; de Izarra 1993, 176-177, qui suppose l’existence de compagnies rivales ; Christol 2003, 331-332 (repris dans Christol 2010a, 527-528) ; Desbat 2007, 221, pour lequel la corporation la plus importante est celle des nautes du Rhône naviguant sur la Saône. Cf. cependant Kneissl 1998, 435, qui semble ne retenir que deux grandes corporations.

11 Kolb 1993, 90-94.

12 Rougé 1978, 54 ; mais voir aussi Rougé 1965, 139, où cette navigation est attribuée aux ratiarii.

13 CIL, XIII, 2494 = ILAin, 46 ; voir aussi XII, 2438.

14 CIL, XII, 1797 = ILN, Vienne 316, datée de 119 p.C.

15 CIL, XIII, 2002.

16 Cf. Audin 1956, 137-138, 141 et 142, selon lequel les nautes du Rhône auraient d’abord eu un établissement plus ancien à Choulans ; Burnand 1977, 295-298 ; Rougé 1978, 54. Mais ces localisations restent incertaines et les installations inconnues : cf. Desbat & Lascoux 1999, 56 ; Desbat 2007, 221 ; Desbat 2010, 178.

17 Cf. Ayala 2009 ; Rieth 2010.

18 CIL, XIII, 1966.

19 CIL, XIII, 1967.

20 CIL, XIII, 1996 ; cf. Christol 1992, 126 et 2000, 85 (repris dans 2010a, 606 et 619), qui fait remarquer que cette citoyenneté pourrait avoir été acquise récemment, comme le cas est connu pour deux autres marchands venus s’installer à Lyon (CIL, XIII, 1998 et 2023) ; Tran 2006, 283.

21 AE, 1997, 1130 ; cf. Colin 1997.

22 CIL, XIII, 2020. Sur l’hypothèse d’un port à Saint-Paul, voir la bibliographie citée supra, n. 16.

23 CIL, XIII, 2041 ; cf. de Boissieu 1846-1854, 391.

24 On ne peut dire si à la fin le nom des nautes de la Saône était le dernier mot du texte ou s’il pouvait être suivi d’une autre indication, comme par exemple [et Rhodanicorum].

25 CIL, XIII, 1911 et 11179 ; cf. Krier 1981, 31-35.

26 CIL, XIII, 2028 ; cf. Tran 2006, 277-278.

27 CIL, XIII, 1972.

28 CIL, XIII, 5489 = ILingons, 67 ; cf. Espérandieu, IV, 3521 ; Deyts 1976, n° 70.

29 CIL, XIII, 1954 = ILS, 7030 ; cf. Burnand 2005-2011, II, 421-422, qui, rejetant l’hypothèse viennoise, le considère comme Lyonnais, mais sans argument décisif ; contre une éventuelle origine lyonnaise, Christol 1992, 126, et 2000, 84 (repris dans 2010a, 606-607 et 618), qui ne propose pas d’alternative précise ; voir aussi Tran 2006, 283, n. 175.

30 CIL, XIII, 2009 ; cf. Rémy & Kayser 2005, n° LXXXVIII.

31 CIL, XII, 1005.

32 CIL, VI, 29722 = ILS, 7490.

33 L’ami à qui Sénèque a dédié le De beneficiis s’appelait Aebutius Liberalis ; sur son origine lyonnaise, voir Ep., 91 ; PIR2 A 111.

34 Voir en ce sens Wierschowski 2001, 84-86, et Burnand 2005-2011, I, 344-348 et II, 443, qui s’appuient aussi sur les deux épitaphes élevées à Lyon par le dédicant de l’inscription romaine, L. Silenius Reginus (CIL, XIII, 2087 et 2250) ; contra Christol 1992, 126 (repris dans 2010a, 606), qui penche pour une cité voisine de Lyon, et Tran 2006, 282-283.

35 Ainsi AD, II, 217 ; Audin 1986, 74.

36 Sur les amphores lyonnaises, cf. Desbat & Dangréaux 1997 ; sur les transvasements, voir aussi Christol & Fiches 1999, 154.

37 CIL, XII, 3316-3317 = EAOR, V, 43-44.

38 CIL, XIII, 1918 ; cf. N. Laubry, in Savay-Guerraz 2005, 88-90.

39 Rémy & Kayser 2005, n° XXV, face B.

40 CIL, XIII, 1918 ; cf. de Boissieu 1846-1854, 395 ; AD, II, n° 180.

41 La prudence de Tran 2006, 268, semble sur ce point excessive.

42 Pour des parallèles voir CIL, XIII, 2002 et 2020.

43 La copie du CIL, qui propose une ligne centrée, plaiderait plutôt pour la seconde solution ; mais l’examen de la pierre ne confirme pas cette mise en page, puisque les lettres RHOD se trouvent en fait en fin de ligne, laissant ouverte la possibilité d’une ligne suivante.

44 AE, 1975, 613 = 1976, 445.

45 CIL, XIII, 1695.

46 CIL, XIII, 1734 et 2029.

47 On notera qu’inversement à Ostie, une inscription précise clairement patronus corporum mensorum frumentariorum et urinatorum (CIL, XIV, 4620).

48 CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021.

49 Sur ces variations de titulature, cf. Kneissl 1998, 440-441.

50 CIL, XIII, 11480-11492 = AE, 1972, 352 = 1995, 1141 ; cf. Oelschig 1995.

51 Cf. la liste dressée par Tran 2006, 263, en particulier à Ostie CIL, XIV, 363 et 409, et à Arles XII, 982 ; à Lyon M. Inthatius Vitalis (XIII, 1954), ainsi que deux patrons omnium corporum Luguduni licite coeuntium (XIII, 1900 et 1974) et le tableau dressé par Cracco Ruggini 1978.

52 CIL, XIII, 1966.

53 Cracco Ruggini 1978, 84, n. 1.

54 CIL, XIII, 1954 = ILS, 7030 : voir supra, n. 29.

55 La base offerte par C. Iulius Sabinianus aux nautes du Rhône offre peut-être un exemple analogue d’équivalence entre le participe et le substantif, puisque des sportules sont décernées omnibus nauigantibus (CIL, XIII, 2002).

56 CIL, XIII, 1911 et 11179.

57 Voir en ce sens AD, II, ad n° 171 ; Burnand 2005-2011, II, 421-422.

58 Sur les autres hypothèses, toutes incertaines, voir supra n. 29. Le gentilice Inthatius, s’il laisse supposer une origine celtique, ne permet guère de préciser davantage.

59 CIL, XIII, 1960.

60 CIL, XIII, 1996 : voir supra, n. 20.

61 Ainsi Rougé 1966, 473 ; contra Kneissl 1998, 440.

62 Cf. Kneissl 1998, 436-443 ; Tran 2006, 264-266.

63 Cf. De Salvo 1992, 144-182 ; 2004, 120-121.

64 CIL, XII, 672 et III, 14165 = ILS, 6987 ; cf. Christol 1982 ; De Salvo 1992, 404-409 ; Virlouvet 2004.

65 Ainsi Kneissl 1998, 440, critiquant les explications fondées sur une évolution chronologique.

66 Voir en ce sens Christol 1982 ; Virlouvet 2004, 361-362.

67 Sur la difficulté de préciser la nature des regroupements de collèges, cf. De Salvo 1992, 149-150 ; Tran 2006, 264-265.

68 Quand aucune autre commune n’est indiquée, il s’agit d’une inscription lyonnaise.

69 Cf. Rougé 1978, 56 : “À ces métiers fluviaux on joint souvent deux métiers mystérieux, connus par deux inscriptions, l’une perdue et l’autre irrémédiablement mutilée, ce sont les arecarii et les condeates (les lectures ne sont même pas sûres) ; il me paraît impossible pour le moment de formuler à leur sujet la moindre hypothèse”.

70 Ainsi Hirschfeld, CIL, XIII, p. 230, qui s’appuie notamment sur la copie de Iucundus ; Wuilleumier 1953, 38 ; Fishwick 1987-2005, III/2, 49 ; Burnand 2005-2011, II, 542-543. Allector, qui figure en entier dans les copies de l’inscription de L. Tauricius Florens données par Champier et Paradin, est conservé par de Boissieu 1846-1854, 258-261, qui y voyait à tort un collecteur d’impôts impérial, AD, II, ad n° 139, Rougé 1974, 141 et n. 10 bis, pour qui le choix reste cependant ouvert, et Maurin 1978, 189 et 198-199.

71 Ainsi Hirschfeld, CIL, XIII, p. 230 ; Wuilleumier 1953, 38 ; Deininger 1965, 102 ; Fishwick 1987-2005, III/2, 49 ; Burnand 2005-2011, I, 219. Cf. Cracco Ruggini 1978, 74, n. 1, qui en fait des subordonnés appartenant au personnel financier de l’arca (mais qu’on ne peut toutefois rabaisser au niveau des arcarii et des tabularii).

72 Ainsi Hirschfeld 1904, 212, revenant sur sa première appréciation ; cf. Burnand 2005-2011, II, 543, qui leur attribue l’ensemble de l’administration financière du conseil fédéral.

73 Cf. en ce sens Rougé 1974, 142, qui rappelle que les nautae Ligerici sont par ailleurs connus à Nantes (CIL, XIII, 3105) ; Kneissl 1998, 435.

74 Voir supra, n. 48.

75 Mommsen 1853, 68 : “i barcaruoli abitanti nel pagus Condatus (sic)” ; mais de Boissieu 1846‑1854, 259‑261 hésitait entre des corporations et des peuples, voire (n. 1) les habitants du confluent.

76 AD, II, 485.

77 Rougé 1974, 141 ; 1978, 56 (cité supra, n. 69) ; cf. 1985-1987 ; même prudence de la part de De Salvo 1992, 134, qui ne précise pas l’activité de cette corporation liée au bourg de Condate.

78 Cf. “Arecarri”, in Diz. Ep., 1.655 ; “Arecarii”, in TLL, II, 500 (cf. Onomasticon, 560) ; Jullian [1920‑1926] 1993, 792, n. 83 ; Audin 1947, 117, et 1986, 74 ; Wuilleumier 1953, 51 ; Maurin 1978, 189 et 199 ; de Izarra 1993, 177 ; Burnand 2005-2011, II, 543 ; Lamoine 2009, 54. Voir toutefois Wierschowski 2001, 303, qui suppose qu’il s’agit de deux villes dont l’allectus arkae aurait été patron, reprenant une piste déjà envisagée, quoiqu’un peu différemment, par de Boissieu 1846-1854, 260, n. 1.

79 La restitution [Conde]atium proposée par Bousquet 1972 pour l’inscription d’un notable coriosolite (CIL, XIII, 3144 = AE, 1969/1970, 404 = 1999, 1072) est trop hypothétique pour pouvoir être prise en compte ici ; tout aussi incertaines apparaissent les mentions éventuelles de l’arka Galliarum ou d’un patronat des nautes (cf. Maurin 1978, 199) dans cette dédicace fragmentaire qui mériterait d’être réexaminée dans son ensemble.

80 CIL, XIII, 1670 ; AD, II, 110 et 483-485 ; Audin 1947, 116-117, et 1956, 128-130 ; Wuilleumier 1953, 10 et 38 ; dans le même sens De Salvo 1992, 134.

81 On ne peut donc dire, comme Rougé 1985-1987, 384, que ponderatium a été corrigé en condeatium d’après l’inscription de L. Besius Superior : les copies les plus anciennes montrent que condeatium est à la fois la plus ancienne et la meilleure lecture, indépendamment de toute interpolation.

82 AD, II, 485 ; suivi par Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 83, et Wuilleumier 1953, 51 ; cf. Audin 1947, 117, Maurin 1978, 189, n. 47, et Burnand 2005-2011, II, 543, qui parlent des bateliers de Condate ; également Lamoine 2009, 54.

83 Sur l’hypothèse traditionnelle d’une sorte de territoire fédéral, cf. AD, II, 44-49, et Hirschfeld, CIL, XIII, p. 228 ; mais celle-ci reste, en l’absence de toute indication précise, très incertaine, comme l’a noté Deininger 1965, 99. Sur le pagus Condat(ensis) CIL, XIII, 1670.

84 Comme le notent Wuilleumier 1953, 51, et Rougé 1985-1987, 384, qui rejette justement de très hypothétiques “nautes de l’Arroux”.

85 Ainsi Jullian [1920-1926] 1993, 792, n. 83 ; Lamoine 2009, 54 et n. 86. 

86 CIL, XIII, 3641 = ILS, 7559 = EAOR, V, 84, avec un inventaire des différents sens possibles pour cette profession.

87 CIL, XI, 862 et XII, 1590 = ILS, 7559 et 5148.

88 Sur les différentes hypothèses possibles voir Friedländer 1922, II, 68, et EAOR, V, 84.

89 AD, II, 484, suivi par Audin 1986, 74, et de Izarra 1993, 177, en référence aux hâleurs célébrés par Sidoine Apollinaire (Ep., II, 10, 4., 25).

90 AD, II, n° 129 et p. 484 ; Rougé 1974, 139 ; 1985-1987, 383-385.

91 Voir note précédente ; dans le même sens Audin 1947, 117 et 1986, 74, qui considère Condeates et arcarii comme formant une seule corporation.

92 Cf. TLL, II, 1900-1906, 433-434, avec une référence à l’arche de Noé.

93 Cf. TLL, II, 1900-1906, 438.

94 L’épigraphie lyonnaise fait connaître un de ces employés subalternes, le tabul(arius) Gall(iarum) Firmanus (CIL, XIII, 1725), mais aucun arcarius : cf. Deininger 1965, 104, et CIL, XIV, 327-328 = ILS, 7022‑7023 ; Herz 1989b, 167-168.

95 Ainsi Burnand 2005-2011, III, 89 et n. 259, qui voit dans le et qui réunit les deux noms un argument en faveur d’une organisation unique ; mais c’est forcer le sens de la conjonction et oublier qu’on trouve au contraire dans l’inscription de L. Besius Superior l’adverbe item, qui est fréquemment employé pour désigner des fonctions différentes dans un cursus ; pour une seule corporation voir aussi Audin 1986, 74 (supra, n. 91).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La base de L. Besius Superior, CIL, XIII, 1688 = ILS, 7021 = AD, n° 129 b(photographie de J.-M. Degueule, Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 736k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search