Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Ausonius Éditions Scripta Antiqua Collegia À côté des collèges : les curies ...

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

À côté des collèges : les curies des provinces nord-occidentales de l’empire romain

Monique Dondin-Payre

Texte intégral

  • 1 Hülsen 1910, spéc. col. 1821 pour les curies municipales ; Sigwart 1906/1909, spéc. col. 1487-148 (...)
  • 2 Rüger 1972. Après lui, mis à part Scheid 1999, les curies n’ont été abordées que par le biais du (...)

1Outre les collèges, d’autres formes associatives existent dans l’empire, dont l’une, les curiae, est examinée ici ; il ne s’agit ni des assemblées civiques qui administrent les cités, ni des entités administratives à l’intérieur desquelles s’organise le vote1, mais de groupes dont Christoph Rüger a mis en évidence la spécificité dans certaines provinces nord-occidentales2.

Les sources épigraphiques sont les suivantes3

1 - Laurenzberg, près d’Aix-la-Chapelle, Ubiens, Germanie inférieure

2Rüger 1972, 251-253, A, fig. 1 et pl. 2, 1, d’où AE, 1972, 356 ; Schillinger, p. 529, n° 145. Scellé dans le clocher de Laurenzberg en 1840, puis transporté au musée de Jülich ; moulage au musée de Bonn. Revu.


[Mercurio] / curia / Amratnina / [i]npendio Sex(ti) / Antisti / [F]lauini plutôt que [N]auini.

3iie s. p.C. au plus tard (prénom énoncé).

4Flauinus, plus répandu, est préférable à Nauinus d’autant que la dernière ligne déborde sur la précédente.

Fig. 1. Dédicace de la curie Amratnina, AE, 1972, 356 (d’après Rüger 1972, pl. 2).

Fig. 1. Dédicace de la curie Amratnina, AE, 1972, 356 (d’après Rüger 1972, pl. 2).

2 - Weisweiler, Ubiens, Germanie inférieure.

5CIL, XIII, 7859 ; Rüger 1972, 252-253 et pl. 3. Scellé dans le porche de l’église de Lohn.

[Mer]curio Leud/[iac]ano / (curia) Amrat/[nin]a impendio / [Fla?]ui Proculi.

6iieiiie s. p.C.

7Pour le nom de la curie, Rüger 1972, 122 et Neumann 1987, 124-125.

3 - Holzweiler, lieu-dit Erkelenz, Ubiens, Germanie inférieure

8Rüger 1972, 253-254, B ; fig. 2 et pl. 2, 2, d’où AE, 1972, 357 ; Schillinger, 529-530, n° 147. Vu pour la première fois en 1950 scellé dans un mur de la cure d’Holzweiler ; moulage au musée de Bonn. Revu.

Mercurio / Tib(erius) Claudius / Iustus ex im[p(erio)] / ips(ius) l(ibens) m(erito) [pro] / (curia) Etratium.

9iie s. p.C. au plus tard (prénom énoncé).

Fig. 2. Dédicace pour la curie Etratium, AE, 1972, 357 (d’après Rüger 1972, pl. 2).

Fig. 2. Dédicace pour la curie Etratium, AE, 1972, 357 (d’après Rüger 1972, pl. 2).

10On restitue d’ordinaire [pro s(alute)] (curiae) ; mais salute n’est jamais (ou très rarement, une occurrence ayant pu nous échapper) abrégé en s ; pro, la proposition la plus simple, appuyée sur de multiples parallèles, s’articule mieux avec l’intitulé.

4 - Nimègue, Bataves, Germanie inférieure

11CIL, XIII, 8727. Trouvé en réemploi dans une construction romaine ; disparu. Revu.

Mineruae / cur(iae) Ladae / T(itus) Punicius Ge/nialis IIuir co/lon(iae) Morino/rum sacerdos / Romae et Aug(usti) / ob honorem / flamoni(i).

12iie s. p.C. (prénom énoncé).

  • 4 Dondin-Payre 1999, 139-140 ; Grünewald & Schalles 2001, 426 le retiennent sans restriction ; voir (...)

13Scheid 1999, 405 l’exclut comme “inutilisable” ; Rüger 1972, 254 estime le texte peu fiable ; son authenticité a été mise en doute, car la pierre n’est connue que par des copies et parce que la dernière ligne paraît confuse, mais le CIL la retient comme sûre. Depuis la première transcription, compliquée par le fait que le bas de la pierre était masqué, la lecture a été la suivante : F() V() A() M() O() V() L() ; il faut renoncer à cette succession d’initiales incompréhensibles, et, comme l’avait suggéré Gruter, y voir l’expression banale de l’honneur conféré à Punicius Genialis. Rien ne ternit plus l’authenticité de cette pierre4.

5 - Nimègue, Bataves, Germanie inférieure

14AE, 1998, 967. Bague en argent, sans doute passée au doigt d’une statue de divinité ; gravure au poinçon.

Sal(uti) / Rusticus / sutoribus / Nouiom(agensibus) / (curiae) Esseraui / d(ono) d(edit) d(edicauitque).

  • 5 Haalebos & Willems 1999, 250 proposent avec précaution (could) une date antérieure à la constitut (...)

15iie s. - début du iiie s. p.C.5

Fig. 3. Bague mentionnant la curia Esseraui, AE, 1998, 967 (Museum het valkhof Nijmegen).

Fig. 3. Bague mentionnant la curia Esseraui, AE, 1998, 967 (Museum het valkhof Nijmegen).

16La lecture de ˥ comme centuria (l. 5) a été corrigée en curia, sur la foi des abréviations similaires (n° 2, 3, 8). L’AE donne par erreur Essaraui au lieu de Esseraui ; ce dernier mot est inconnu comme anthroponyme, mais le suffixe -avus peut être rapproché de celui de noms de fleuves.

  • 6 Van Enckevort & Thijssen 2003, 65-66 comprennent “à la déesse Salus, au nom des cordonniers de No (...)

17L’agencement du formulaire laconique sur ce support particulier est difficile à déterminer avec certitude ; on a développé curia, compris comme l’indication de l’appartenance de Rusticus ou des cordonniers à la curie, mais deux autres interprétations sont possibles : curia au nominatif, auquel cas il faut conjuguer les verbes au pluriel ; ou plutôt, version que nous avons retenue ici, curiae : Rusticus a fait la dédicace pour Salus, pour les cordonniers et pour la curie, comme aux n° 3, 4, 8 et 106.

6 - Mayence, Hultschinerstraße, Germanie supérieure

18Pfeffer 1964, 61, n° 13, photo, d’où AE, 1965, 247 ; Instinsky 1972, 133-136, pl. 28, d’où AE, 1972, 354 ; Schillinger, 490, n° 60. Réemployé comme couvercle de sarcophage et reconstitué à partir des fragments.

19Ruto / Mattiaci / f(ilius) ciues (= ciuis) Ca/iracas curia / Flacci an. XXV / Allia mat/er an(norum)
(vacat) / sibi et filio / s(ua) p(ecunia) / [f(aciendum) c(urauit)].

202e moitié du ier s. p.C. d’après le décor.

21La mère avait prévu que la durée de sa vie serait précisée à son décès.

Fig. 4. Épitaphe de Ruto, citant la curia Flaui, AE, 1965, 247 (Landesmuseum Mainz, d’après Selzer 1988, 168, n° 109).

Fig. 4. Épitaphe de Ruto, citant la curia Flaui, AE, 1965, 247 (Landesmuseum Mainz, d’après Selzer 1988, 168, n° 109).

22Instinsky, après examen soigneux de la pierre, a tranché entre les multiples propositions d’interprétation en faveur de Cairacas, variante de Caeracas, nom de peuple connu par Tacite (Hist., 4.70.3), qui le rapproche des Triboques et des Vangions. À la lecture s(uo) p(osuit), étrange vu la mise en page, il faut substituer sua pecunia complété par une formule qui se poursuivait, la pierre étant brisée en bas.

23Voir infra, annexe : Curia Flacci ?

7 - Amberloup, Tongres, Gaule Belgique

24CIL, XIII, 3631 ; ILB2, 61, pl. XII. Comme les n° 1 à 3, la pierre a été encastrée au-dessus du porche d’une église, à Saint Martin.

Curia / Arduenn(a).

25Non datable, mais similaire aux n° 1 et 2.

26La mise en forme est très proche du n° 1 ; il est probable qu’il s’agit de la 1ère ligne d’une dédicace.

Fig. 5. Fragment citant la curie Arduenna, ILB2, 61 (encastrée au-dessus de la porte du clocher de l’église Saint-Martin d’Amberloup : d’après ILB2, pl. XII).

Fig. 5. Fragment citant la curie Arduenna, ILB2, 61 (encastrée au-dessus de la porte du clocher de l’église Saint-Martin d’Amberloup : d’après ILB2, pl. XII).

8 - Noville/Bastogne, Trévires, Gaule Belgique

27CIL, XIII, 3632 ; ILB2, 62, pl. XIII.

Deo Entarabo et Genio / (curiae) Ollodag(i) ou -(ae) porticum quam Velugnius Ingenuus promi/serat post obitum eius / Sollauius Victor fil. adoptiuos / fecit.

28Époque antonine.

Fig. 6. Dédicace au dieu Entarabus et au Génie de la curie Ollodagi, ILB2, 62 (Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles, d’après ILB2, pl. XIII).

Fig. 6. Dédicace au dieu Entarabus et au Génie de la curie Ollodagi, ILB2, 62 (Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles, d’après ILB2, pl. XIII).

29Lecture, commentaire et traduction dans ILB2, 62. Intarabus ou Entarabus est un dieu trévire, connu par 8 autres inscriptions.

9 - Neuvy-en-Sullias, Carnutes, Gaule Lyonnaise

30CIL, XIII, 3071 = AE, 1954, 293 et 2007, 966-967.

Aug(usto) Rudiobo sacrum / cur(ia) Cassiciate d(e) s(ua) p(ecunia) d(edit) / Ser(uius) Esumagius Sacrouib(=r), Ser(uius) Iomaglius Seuerus / f(aciendum) c(urauerunt).

31Entre le milieu et la fin du ier s. p.C.

32AE, 2007, 966-967 comprend à tort curia comme le conseil municipal.

Fig. 7. Dédicace pour la curie Cassiciate, CIL, XIII, 3071 et AE, 2007, 966-967 (Musée historique et archéologique de l’Orléanais).

Fig. 7. Dédicace pour la curie Cassiciate, CIL, XIII, 3071 et AE, 2007, 966-967 (Musée historique et archéologique de l’Orléanais).

33Lecture et commentaire, Dondin-Payre 2007, 307-317. Cassiciate viendrait de cassica, “jument” en celtique, d’où découlent les toponymes Cassiacum / Chécy ou Le Chassis attestés à proximité (ibid., 312).

10 - Vienne-en-Val, Carnutes, Gaule Lyonnaise

34AE, 1968, 308 ; voir AE, 1969/70, 401. Pierre à quatre dieux.

I(oui) Opt(imo) M(aximo) pro sal(ute) d(omus) d(iuinae) et curiae Ludn(-) Perpetu(u)s Rulli fil. et Maternus Toutorigis fil. d(edicauerunt) p(ecunia) p(ublica) p(osuerunt).

  • 7 Scheid 1999, 404, n. 84.

35ier s. ou plutôt iie s. p.C.7

36L’inscription est restituée en combinant les versions, lacunaires, inscrites sur deux faces de la pierre.

Fig. 8. Dédicace pour la curie Ludn(-), AE, 1968, 308 (Musée de Vienne-en-Val, cl. De J.-F. Bradu).

Fig. 8. Dédicace pour la curie Ludn(-), AE, 1968, 308 (Musée de Vienne-en-Val, cl. De J.-F. Bradu).

11 - Beltingham, Brigantes, Bretagne

37CIL, VII, 712 ; AE, 1934, 282 ; RIB, 1695.

Deae / Sattadae / curia Tex/touerdorum / u. s. l. m.

38iie s. p.C. (?).

  • 8 Whatmough 1970, 66.
  • 9 Delamarre 2003, 294 et 314.
  • 10 VT II, 312 = Inv. 88.935, en ligne, http://vindolanda.csad.ox.ac.uk.
  • 11 Birley 1990, 18 propose Corieptusti(um).
  • 12 Jackson 1948, 56.

39Jusqu’à la publication d’une tablette de Vindolanda, les Textouerdi étaient inconnus par ailleurs. Whatmough pensait que le nom avait été mal lu ou qu’il comportait une faute8 ; pourtant le texte est soigneusement gravé. Le nom a été rapproché de celui d’un peuple de Germanie inférieure, les Texuandri, connus par Pline (NH, 4.106) ; ou, mieux, même si les linguistes discutent de l’association ‘xt’ en celtique, il nous semble que les éléments celtes texto/tecto (‘bien, possession’) et uer(o) (‘sur, super’) sont identifiables9. Que ce nom ait, comme il est fréquent, été un unicum n’a rien pour surprendre. Il ne l’est d’ailleurs peut-être plus si l’on adhère à la proposition de lecture d’une tablette de Vindolanda, sans doute une reconnaissance de dette. L’adresse en a été déchiffrée ainsi10 : Coris t--st / Cessaucio Ni[g?]rin[o ?] / dup(licario) / a Tullioni : “(Envoyé) à Coria des Textouerdi (?) à Cessaucius Nigrinus (?), de la part de Tullio”. Avec précaution, il est suggéré que la lecture Coris Texsto est à comprendre comme Coria + un nom de tribu, qui serait une subdivision des Brigantes. Coria serait un mot celtique qui signifierait ‘centre tribal’, à assimiler au curia de l’inscription sur pierre, complété par le nom tribal. Il faudrait alors admettre que Cu/oria est à la fois un toponyme et la désignation d’un organe de gestion, ce qui ne va pas de soi, non plus que la superposition entre la ciuitas des Brigantes, administrée par la curie, qui est une assemblée de décurions, et un ensemble tribal, qui peut exister sur un mode informel mais n’entre pas pour autant dans une structure officielle11. De plus, Jackson réfute la possibilité du passage du “o” au “u” en gaulois ou en breton12. Finalement, il nous semble que la tablette n’apporte pas d’élément décisif et que deux interprétations restent possibles : une curie groupement associatif ou une curie municipale, auquel cas il faut supposer l’existence d’une ciuitas inconnue ; la première nous semble largement préférable et nous retenons donc la curie des Textoverdes dans notre corpus.

Fig. 9. Dédicace de la curie des Textouerdi, RIB, 1, 1695 (Chesterholm, “in the Black Gate”, d’après RIB, 1, s.n.).

Fig. 9. Dédicace de la curie des Textouerdi, RIB, 1, 1695 (Chesterholm, “in the Black Gate”, d’après RIB, 1, s.n.).

Documents exclus

12 - Vaison la Romaine / Vasio, Voconces, Gaule Narbonnaise

40CIL, XII, 1468.

C(aius) V() R() / Vardigi/ae.

  • 13 Provost & Meffre 2003 [CAG, 84/1], 346, n° 465, fig. 577.

41Comme Rüger 1972, 254, ILB2, p. 107 lit cur(iae) Vardigiae, mais le support, une stèle cintrée, et l’écriture, grossière et mal distribuée par rapport aux textes précédents, renforcent l’interprétation, déjà avancée, comme une épitaphe13. Le document est à exclure.

13 - Langres, Lingons, Gaule Belgique

42ILingons, 584.

…]curiae […]icae p(onendum) curau(it).

  • 14 Voir Joly 2001 [CAG, 52/2], 121.

43Une lecture incluant un nom de curie a été proposée (cf. ILB2, p. 107) : …] curiae … ; mais, de même que pour le n° 12, il faut y voir une épitaphe dans laquelle il manque une partie du nom de la défunte (ILingons après Drioux 1934, 121, n° 66414). Cependant, il ne s’agit pas d’une pérégrine avec filiation par la mère …]icae [f.] (ILingons), ce qui est exceptionnel, mais d’une citoyenne dont le gentilice se termine en -]curia (Mócsy et al. 1983, 367 pour les noms en -curius) et le surnom en -]ica (ibid., 346-347). Le document est à exclure.

14 - Cologne, Germanie inférieure

44AE, 1926, 18 ; IKöln, 118 ; IKöln2, 172 ; cf. AE, 2004, 967.

Primio / Celissi fil. / curia gru(es) duas / Mercurio / u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito).

45ier s. p.C.

Fig. 10. Dédicace du curialis Primius, IKöln, 118 (Römisch-Germanisches Museum Köln, d’après IKöln, pl. 25).

Fig. 10. Dédicace du curialis Primius, IKöln, 118 (Römisch-Germanisches Museum Köln, d’après IKöln, pl. 25).

46En dépit des réticences exprimées dans un premier temps (IKöln, 118), le développement en curia(lis) ne fait pas de doute puisque la curie n’est pas identifiée par un nom ; Rüger 1972, 255 l’élimine donc avec raison. En dernier lieu Gregarek 2004, qui reconstitue le monument votif sur lequel auraient été disposées les deux grues en bronze évoquées dans l’inscription, lit aussi curialis.

  • 15 Rüger 1972.
  • 16 Tranoy 1981, 371-376 : aucune définition de la centurie asture n’ayant été transmise, on ignore s (...)
  • 17 Nous n’avons pas su déterminer si l’abréviation ˥ a été employée pour les curies municipales.
  • 18 Kretschmer 1920, 147-157.
  • 19 Ernout & Meillet 1959, 160, avec citations.
  • 20 Cagnat 1898, 374.
  • 21 Voir n. 1 ; Hülsen 1910 ; Sigwart 1906/1909.
  • 22 On pense à un mot comme corios = armée, troupe, groupe, Delamarre 2003, 125.

47Nous retenons donc comme pertinents pour notre étude 11 textes, tous des dédicaces mis à part le n° 4, et 10 curies, la curia Amratnina étant attestée 2 fois (n° 1 et 2). Le mot curia est transcrit de diverses manières : in extenso (n° 1, 6, 7, 10, 11), abrégé en cur. (n° 4, 9), et, sous diverses formes graphiques, par le signe traditionnellement transcrit par ˥ (n° 2, 3, 5, 8). Ce dernier symbole a posé un problème, quoique le rapprochement entre les n° 1 et 2 rende son développement incontestable (curia Amratnina / ˥ Amratnina). La relation entre un signe associé au nombre 100 et une curie n’est pas évidente, c’est pourquoi, jusqu’à Rüger15, elle n’avait pas été décryptée, et c’est pourquoi cette équivalence n’apparaît guère dans les listes d’abréviations. Il est logique que centuria, même sans signification militaire comme en Galice et en Asturies, soit couramment abrégé en > : sans imaginer que ce groupe humain socio-géographique était constitué à l’origine de 100 personnes, l’homophonie justifie l’emploi du sigle ˥16. Mais l’explication ne vaut pas pour la curie17. Le raisonnement qui établit une association entre curia et centuria par une construction équivalente est irrecevable : de même que centumuiria = 100 hommes a été contracté en centuria, de même curia serait la contraction de couiria ¬ cum - uir = ‘assemblée’ d’hommes18. Parmi toutes les objections qu’on peut opposer à cette reconstitution, plusieurs sont fondamentales ; l’étymologie de curia est “énigmatique” : celle qui rapproche le mot de cura n’est “qu’un calembour”, celles qui l’apparentent à couehriu volsque (?) ou à ko-wiriya étrusque (?), celtique (?) sont infondées19 ; le maillon essentiel manque donc. René Cagnat écrivait déjà il y a un siècle que ˥ est “une convention paléographique” qui “signifie caput, conductor, contra, corona, et d’autres mots encore qui n’ont entre eux de commun que de commencer par un C”20 ; aucun indice quant à l’histoire du mot susceptible d’éclairer sa signification n’est à y chercher. Curia a de très nombreuses acceptions en latin21, et les emplois qui nous concernent sont sans doute inspirés par une assonance d’un mot celto-germanique avec le mot latin, qui a entraîné la transcription et l’usage de l’abréviation correspondante22.

Ces curies sont désignées par un déterminatif

Tableau 1 : Les noms des curies

nom

catégorie gramm. probable

catégorie ling.

catégorie culturelle

1, 2

amratnina

adj.

germ.

géogr. ?23

7

arduenna

adj.

celt.

géogr.

9

cassiciate

non décliné

celt.

géogr.

5

esseraui

gén. sing.

germ., suffixe de noms de fleuve

géogr. ?, inconnu comme anthropon.

3

etratium

gén. plur.

germ., aitra, ‘eau’ ou anthropon.

géogr. ou anthropon.

6

flacci

gén. sing.

latin

anthropon.

4

lada

adj. ?

¬ celt., lada, ladanos ‘sourd’ ?24

anthropon. ?25 aucune racine connue

10

ludn(a) ?

adj.

celt., luto, ‘marais’

géogr.

8

ollodag(i) ? (a) ?

gén. sing. ou adj.

germ.

dieu plutôt que géogr.26

11

textouerdorum

gén. plur.

celt.

nom de peuple ?

  • 23 Au terme de son analyse Neumann 1987, 124-125 ne peut conclure ; la parenté la plus proche semble (...)
  • 24 Delamarre 2003, 195.
  • 25 Ce n’est qu’une supposition par défaut, aucun nom commençant par lad- n’étant recensé dans OPEL 3 (...)
  • 26 ILB2, p. 107 semble préférer la toponymie ; Schmidt 1987, 144 y voit un qualificatif linguistique (...)

48 23242526

  • 27 Tranoy 1981, 371-376 : les centuries galices et astures sont suivies de noms de lieu, mais étant (...)
  • 28 Neumann 1987.
  • 29 Rüger 1972 ; Scheid 1999, 408.
  • 30 Rüger 1972, 251-253 ; Weisgerber 1969, spéc. 344-351 ; Fleuriot 1991, 1-35 ; ILB2, p. 108.
  • 31 Delamarre 2003, 241 et 134.
  • 32 Rüger 1972, 261, n. 3.
  • 33 Rüger 1983, 122, n° 9, d’où AE, 1984, 672 : Matron(is) / Amratnine(is) / Optius Qua[- ; Spickerma (...)
  • 34 ILB2, 77 et p. 124 et Neumann 1987, 123-124 : ce nom germanique à rapprocher de celui des Matrone (...)

49L’analyse des noms est délicate car il est souvent impossible d’établir le nominatif à partir de la désignation déclinée si elle est abrégée (n° 8 et 10)27. Mis à part le n° 6 (Flacci), aucun nom n’est latin ; ils sont translittérés du celtique et du germanique, les deux étant parfois imbriqués, et déclinés sauf le n° 9 (en -ate)28. Du point de vue grammatical, ils se répartissent en deux catégories : les adjectifs féminins (n° 1, 2, 4 ?, 7, 8 ?) et les noms au génitif, singulier (n° 5, 6, 8 ?) ou pluriel (n° 3, 11) ; ces variantes ne sont pas étonnantes ; a priori on penserait que les génitifs s’appliquent à des noms d’hommes (n° 6, 11) ou de dieux, conformément à l’affirmation courante29, mais la méconnaissance des langues souches incite à la nuance. Ainsi, Ollodagus/a (n° 8) est interprété comme la désignation d’un dieu ou d’une personne par Rüger, comme un toponyme par Weisgerber et comme une épiclèse divine équivalant à optimus par Fleuriot30 ; les racines ollos, “grand” et dagos, “bon’” fondent cette dernière interprétation qui n’est pas incompatible avec les autres31. Les registres sont, en effet, imbriqués, et, si la toponymie l’emporte en apparence, avec une possible présence d’anthroponymes, le cas d’Amratnina est instructif : dans un premier temps Rüger a tranché pour la forme Amaratinna (voir les ligatures, fig. 1), avec une double gémination germanique32 ; puis la découverte d’une partie d’autel citant la curia Amratnina et dédié aux Matronae Amratnineae, dans un site proche des lieux d’où proviennent les n° 1 et 2, a livré la désignation exacte33 ; en définitive le nom des Matrones, comme celui de la curie, viennent certainement d’un toponyme, celui du lieu où le sanctuaire est implanté34.

  • 35 Rüger 1972, 255 ; Haalebos & Willems 1999, 78.

50Il en va sans doute de même pour les n° 7, 8 et 9, avec une certitude moindre pour les n° 5 et 10, les autres (n° 3, 4, 11) relevant de l’anthroponymie, quoique la marge d’incertitude reste large. Contrairement au diagnostic précédemment posé, il n’apparaît pas que les curies tirent essentiellement leur dénomination d’un homme ou d’un dieu, elles sont plutôt associées à une localisation, elle-même étant fréquemment liée à un culte ; la théonymie découle de la toponymie35.

Fig. 11. Dédicace à des Matrones, AE, 1984, 672 (Rheinisches Landesmuseum Bonn, d’après EpStud, 13, 122, n° 9).

Fig. 11. Dédicace à des Matrones, AE, 1984, 672 (Rheinisches Landesmuseum Bonn, d’après EpStud, 13, 122, n° 9).

Les rôles des curies varient, mais le corpus présente des constantes

Tableau 2 : Le rôle des curies

nom

rôle de la curie

date

1

amratinna

dédicante

iie s.

2

amratinna

dédicante

iie-iiie s.

9

cassiciate

dédicante

2e moitié ier s.

11

textouerdorum

dédicante

iie s. ?

7

arduenna

inconnu, probablement dédicante

iie-iiie s. ?

3

etratium

bénéficiaire de la dédicace

iie s.

4

lada

bénéficiaire de la dédicace

iie s.

5

esseraui

bénéficiaire de la dédicace

iie-déb. iiie s.

8

ollodag(i) ? (a) ?

bénéficiaire de la dédicace

milieu iie s.

10

ludn(a) ?

bénéficiaire de la dédicace

iie s. ?

6

flacci

appartenance

2e moitié ier s.

  • 36 Derks 1992, 14.

51Mis à par le n° 6 sur lequel nous reviendrons (voir annexe), les curies sont toutes à l’origine de dédicaces, ou en sont bénéficiaires. De cette constatation, on ne saurait déduire que ces groupements sont d’essence religieuse, la domination du religieux dans l’expression collective étant une caractéristique générale dans l’empire romain. Cependant l’homonymie entre les Matrones Amrataninae et la curie Amratnina, qui explicite un lien entre cultes et curies, ainsi que la superposition géographique partielle des attestations des Matrones et des curies36, toutes très étroitement associées à un territoire réduit (fig. 12), ont contribué à les rapprocher.

Fig. 12a. Carte de répartition des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie inférieure. D’après Scheid 1999, 406, fig. 1.

Fig. 12a. Carte de répartition des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie inférieure. D’après Scheid 1999, 406, fig. 1.

Fig. 12b. Carte de répartitions des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie supérieure. D’après Scheid 1999, 407, fig. 2.

Fig. 12b. Carte de répartitions des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie supérieure. D’après Scheid 1999, 407, fig. 2.

Tableau 3 : L’implantation des curies

  • 37 Scheid 1999, 414 trouve curieux le rattachement de la curie de Noville aux Trévires alors que cel (...)

nom

cité

province

date

1

amratinna

Ubiens

Germanie inférieure

iie s.

2

amratinna

Ubiens

Germanie inférieure

iie-iiie s.

3

etratium

Ubiens

Germanie inférieure

iie s.

4

lada

Bataves

Germanie inférieure

iie s.

5

esseraui

Bataves

Germanie inférieure

iie-déb. iiie s.

6

flacci

Mongotiacum

Germanie supérieure

2e moitié ier s.

7

arduenna

Tongres

Gaule Belgique

iie-iiie s. ?

8

ollodag(i) ? (a) ?

Trévires37

Gaule Belgique

milieu iie s.

9

cassiciate

Carnutes

Gaule Lyonnaise

2e moitié ier s.

10

ludn(a) ?

Carnutes

Gaule Lyonnaise

iie s. ?

11

textouerdorum

Brigantes

Bretagne

iie s. ?

  • 38 Il est impossible et inutile de l’énumérer ici, on se référera essentiellement à Matronen, à comp (...)

52Cette relation entre les curies et les Matrones mérite un examen approfondi car, de déduction en déduction, on a abouti à des conclusions excessives. Le culte des Matrones, attesté notamment en Germanie inférieure et en Gaule Belgique, a suscité un immense intérêt, secrétant une considérable bibliographie38 ; mais le corpus documentaire, incomparablement plus important que celui des curies, avoisine les 600 références : les possibilités de recoupements explicites sont donc minimes.

  • 39 Eck 2007 et 2009.
  • 40 Spickermann 2002, 146-147 pour cette évolution en ce qui concerne les Matrones.
  • 41 On ne peut se prononcer pour les n° 8 et 10 à cause des abréviations.

53La révision de la liste des curies confirme l’existence, déjà constatée, de “gisements” épigraphiques sur le territoire civique : chez les Ubiens, où se côtoient curies et matrones, chez les Tongres, les Trévires, les Carnutes, les Brigantes pour les seules curies. Les deux attestations de Nimègue (n° 4 et 5) contrastent avec les précédentes par leur situation au chef-lieu de la cité des Bataves ; on peut les rapprocher des implantations matronales dans la ville de Cologne39. Il est frappant que les attestations soient aussi groupées en Lyonnaise, chez les Carnutes, que dans le nord-ouest, alors que les noms différents prouvent un ancrage territorial fort, mais limité spatialement, pour chaque curie carnute. Le fait que les noms des curies, de souche indigène, soient latinisés, comme ceux de la plupart des Matrones, tient à la chronologie et reflète le processus naturel d’intégration40 ; preuve en est qu’à la date haute assurée de la curia Cassiciate (2e moitié du ier s. p.C., n° 9) correspond un nom celtique non décliné, qui ne tient pas compte de la grammaire latine41.

54Outre l’homonymie entre curie et Matrones Amratninae (n° 1 et 2 et fig. 11), d’autres désignations témoignent d’un lien linguistique entre curies et Matrones :

  • 42 Rüger 1977, 256.

nom de curie

noms proches

1, 2

amratnina

Matronae : Amratninae et Afratninae

7

arduenna

Arduinne / dea Ardbinna

3

etratium

Matronae Etrahenae42

  • 43 Alföldy 1967, spéc. 3-8 ; Derks 1998, 123.
  • 44 Derks 1998, 120 ; Rüger 1987, 2-3.
  • 45 Derks 1998, 126-128 ; Rüger 1977, 10-12 ; synthèse et discussion, Spickermann 2002, 151-152 et n. (...)

55Toutefois, le fait que les noms des curies et ceux des Matrones seraient également inspirés de groupes humains (Textouerdi ?, n° 11, Etrates ?, n° 3), d’individus (Flacci, n° 6), et majoritairement de toponymes43, ne reflète pas d’affinités particulières entre les deux corpus puisque, hormis les qualités divines, réservées aux Matrones, le registre possible est ainsi couvert44. La datation des cultes matronaux a longtemps été discutée ; entre l’hypothèse haute (à partir de Claude) préférée par T. Derks, qui les met en relation avec l’implantation des uillae, et l’hypothèse basse (à partir de 150) que pose Chr. Rüger, la proposition du créneau 70-iiie s. est la plus convaincante45. Les attestations de curies sont légèrement plus hautes (tabl. 2) : entre le milieu du ier s. (n° 9) et le début du iiie s. p.C. (n° 2, 5).

  • 46 Weisgerber 1969 a et b.
  • 47 Spickermann 2002, 159 ; on pense aussi à l’affirmation selon laquelle les curies regroupent des i (...)

56Si curies et Matrones présentent des caractéristiques communes incontestables, il nous semble que la superposition est infondée sur plusieurs points, et que, même si les premières études de Weisgerber46 ont légitimement attiré l’attention sur le gisement d’informations apportées par les documents matronaux, la transposition de celles-ci aux curies ne doit pas être automatique. Ainsi, rien ne montre que les recrutements respectifs se superposent, contrairement à ce qu’impliquent des formules comme : “Mais qui donc étaient les membres des curiae ? Les recherches concernant les noms inscrits sur les dédicaces aux matrones...”47. À lui seul, le déséquilibre numérique entre les dévots des Matrones et les personnages en relation avec les curies fragilise cette assimilation. La simultanéité de l’appartenance à une curie et de l’adhésion aux cultes matronaux peut être un postulat argumenté, mais elle ne peut être présentée comme découlant des sources ; nous nous limiterons donc ici à l’examen des personnes dont les relations avec les curies sont attestées.

Tableau 4 : Les nomenclatures des intervenants dans les curies

nom de la curie

anthroponymes individuels

catégorie linguistique des noms

date

1

amratnina

Sex. Antistius Flauinus

C R

latin traduct. celtique ? / german.

iie s.

2

amratnina

Flauius (?) Proculus

C R

germanique (?) / latin italien

iie-iiie s.

9

cassiciate

Ser. Esumagius Sacrouib

Ser. Iomaglius Seuerus

C R

C R

celtique

celtique

2e moitié ier s.

5

esseraui

Rusticus

pérégr.

latin italien

iie-déb. iiie s.

3

etratium

Tib. Claudius Iustus

C R

latin italien

iie s.

6

flacci

Ruto Mattiaci f. ciues Cairacas

pérégr.

germanique

2e moitié ier s.

4

lada

T. Punicius Genialis

C R

latin patronym. / latin assonant

iie s.

10

ludn(a) ?

Perpetuus Rulli fil.

Maternus Toutorigis fil.

pérégr.

pérégr.

latin italien

latin italien / celtique

ier ou iie s.

8

ollodag(i) ? (a) ?

Velugnius Ingenuus

Sollauius Victor

C R

C R

celto-germanique

celtique ? / latin assonant

milieu iie s.

  • 48 Dondin-Payre 2007, 307-317.
  • 49 Sur ce prénom, plus souvent employé comme gentilice, Salomies 1987, 260-263.
  • 50 Derks 1998, 123 pense à des associations familiales ; Rüger 1972 et 1987 à un lien territorial ; (...)
  • 51 Raepsaet-Charlier 2010 ; voir aussi Spickermann 2010.
  • 52 Scheid 1999, 416 : les curies expriment les structures sociales locales.

57Ces personnes sont au nombre de 12, citoyens romains pour les 2/3 (8/12), à l’onomastique marquée pour tous par des influences celtiques et germaniques, qui s’estompent nettement au fil du temps (n° 8, abrégé comme un mot latin décliné, au iie s. par rapport au n° 9, translittéré du celtique sans adaptation grammaticale un siècle avant). Une majorité énonce son prénom (5/8), indice de datation (iie s. au plus tard). Tous sont des hommes, constatation qui, compte tenu de la répartition générale entre les sexes de l’épigraphie, ne confirme ni n’infirme la vision des curies comme des associations masculines. Quatre curies fournissent deux noms (n° 1-2, 8, 9, 10), qui correspondent à la même catégorie juridique pour chacune d’elles – citoyens (n° 1-2, 8, 9), pérégrins (n° 10) –, et sont proches ou semblables par leur appartenance linguistique ; par conséquent, les intervenants relèvent, pour chaque curie, d’un groupe social similaire. Le seul lien de parenté exprimé concerne Velugnius Ingenuus et Sollauius Victor, père et fils par adoption (n° 8), qui ne portent pourtant pas le même gentilice ; cette filiation est précisée pour expliquer l’accomplissement par le fils d’une promesse paternelle ; ce geste n’est donc pas directement imputable à l’appartenance partagée (qui reste possible) à la curie Ollodag. À notre avis, la communauté du prénom Seruius pour Esumagius et Iomaglius, tous deux membres de la curie Cassiciate (n° 9), exprime aussi une parenté48. Cette supposition est argumentée par la construction de leurs gentilices à partir de racines celtiques de même type, et surtout par le choix du rarissime prénom Seruius49, dont une double occurrence sur une même pierre ne peut relever du hasard. Les deux Seruii ne sont ni frères ni père et fils, mais associés par un autre lien dont la nature ne peut être plus précisément définie et que les règles de l’onomastique citoyenne ne permettaient peut-être pas d’énoncer. La curie a choisi pour la représenter ces indigènes promus citoyens à une date précoce, preuve que le recrutement des membres concernait les plus hautes sphères, déjà engagées dans la romanisation. Il est frappant que, un siècle plus tard environ, toujours sur le territoire carnute, et à moins de 10 km, à Vienne-en-Val, les deux dédicants d’une colonne à Jupiter, monument de tradition germano-celte, honorant la curie Ludn. dont ils faisaient certainement partie, sont aussi des indigènes celtes, mais pérégrins, que ne rapproche aucun lien de parenté, en tous cas pas de fraternité – Perpetuus fils de Rullus et Maternus fils de Toutorix (n° 10). L’image qui s’esquisse à partir de ces maigres données correspond à l’hypothèse émise pour la zone rhénane : les curies sont des associations d’époque pré-romaine ou romaine précoce, liées à un territoire, plutôt que des clans parentaux sans lien spatial50 dont, au fil du temps, les liens de parenté originels se seraient distendus, ou n’auraient plus été perceptibles dans les nomenclatures. Les seuls points communs entre les dévots sont qu’ils sont citoyens romains dans les curies ubiennes (n° 1-3), selon la norme sur un territoire colonial, pérégrin pour le Nimègois Rusticus (n° 5), ce qui n’est pas étonnant dans une cité promue municipe, citoyen pour Punicius Genialis de la colonie des Morins (n° 4)51 : leur condition civique reflète donc le statut municipal de leur cité, sans autoriser aucune autre déduction52.

Les modalités des implications religieuses des curies

58Toutes les curies sont citées dans des documents religieux avec des modes d’implication différents ; la curie :

  • élève la dédicace seule, à la suite d’un vœu, n° 11 ;

  • est à l’origine de la dédicace, dont les frais sont assumés par un individu, n° 1-3 ;

  • est à l’origine de la dédicace, la finance, mais la responsabilité de la réalisation est assumée par des individus, n° 9 ;

  • est bénéficiaire de la dédicace, toujours avec d’autres entités, n° 4, 5, 8, 10.

Tableau 5 : Le contexte de mention des curies

nom

rôle

financement

autres bénéficiaires

date

11

textouerdorum

dédicante

par la curie

dea Sattada

iie s.

1

amratnina

dédicante

par un particulier

Mercurius

iie-iiie s.

2

amratnina

dédicante

par un particulier

Mercurius Leudiacanus

iie-iiie s.

3

etratium

bénéficiaire

par un particulier

Mercurius

iie-iiie s.

9

cassiciate

dédicante

par la curie

Augustus Rudiobus

2e moitié ier s.

4

lada

bénéficiaire

par un magistrat, prêtre

Minerua

iie-iiie s.

5

esseraui

bénéficiaire

par un particulier

Salus, sutores Nouiomagenses

ier-iie s. ?

8

ollodag(i) ? (a) ?

bénéficiaire

par un particulier

deus Entarabus et genius curiae

milieu iie s.

10

ludn(a) ?

bénéficiaire

sur fonds publics

IOM, domus diuina

iie s. ?

7

arduenna

inconnu

6

flacci

funéraire

2e moitié ier s.

  • 53 Rüger 1987 ; Scheid 1999, 410.
  • 54 ILB2, 104-107.
  • 55 Scheid 1999.
  • 56 Le sanctuaire comportait au moins deux piliers, Debal 1969 et 1973 ; Provost 1988, n° 38, 69-70, (...)

59À la lumière des considérations précédentes, la première remarque qui s’impose est qu’aucune curie ne célèbre les Matrones, ni n’est en relation avec elles par l’intitulé épigraphique. Dans le groupe ubien (n° 1-3) les curies sont associées à Mercure, dont un au moins est doté d’un qualificatif indigène (Leudiacanus) ; ce dieu est considéré comme le parèdre des Matrones puisqu’il est célébré dans les mêmes sanctuaires qu’elles53. Selon les curies, l’ancrage cultuel est soit local, soit d’empire : Sattada en Bretagne, Rudiobus chez les Carnutes, Entarabus chez les Trévires – le seul dieu connu par des documents autres54 – sont des divinités indigènes ; Minerve, Salus, Jupiter très bon très grand et la maison impériale sont des divinités d’empire. Le rôle reconnu aux curies comme éléments structurants de la religion civique, en Gaule Belgique et en Germanie supérieure55, se retrouve dans la dédicace de la base d’un des piliers aux quatre dieux de Vienne-en-Val, en Gaule Lyonnaise (n° 10)56 : celui dont les faces représentaient Jupiter, Mars, Vulcain et Vénus porte, sous deux des registres supérieurs consacrés à l’effigie divine, une dédicace rapportant que deux pérégrins, pour lesquels aucun rôle public civique n’est évoqué, ont fait élever à frais publics ce monument dédié à IOM d’une part, au salut de la famille impériale et de la curia Ludn(a) de l’autre (n° 10). À Nimègue (n° 4), en revanche, Punicius Genialis, magistrat et prêtre du culte impérial dans la cité des Morins, célèbre Minerve et la curie Lada à l’occasion de son élévation au flaminat ; la raison de sa présence dans la capitale des Bataves est inconnue (des étrangers séjournent couramment dans le grand port militaire), mais contingente par rapport à son statut : il prend une initiative personnelle, tout en énonçant sa qualité de représentant administratif et religieux d’une collectivité officielle.

  • 57 À partir des sculptures du corpus matronal de Cologne, il a été déduit que des offrandes se compo (...)

60Il est difficile de savoir selon quelles modalités les curies accomplissent leurs actes religieux, et même quels types de monuments elles choisissent, parce qu’une proportion forte des pierres ont été retaillées (les dédicaces des territoires ubien et belges), et/ou ont été trouvées hors du contexte cultuel, ou en position secondaire (n° 1 à 4, 7 à 9) ; une seule a la forme d’un autel (n° 11, qui vient peut-être de Chesterholm), ce qui implique le dépôt postérieur de dons, par les membres de la curie ou tout dévot fréquentant le lieu, sur une période qui peut être longue57.

  • 58 Haalebos & Willems 1999, 250
  • 59 Dondin-Payre 2007.
  • 60 Dondin-Payre & Kaufmann-Heinimann 2009, 93.

61Deux offrandes sont remarquables par leur originalité : à Neuvy-en-Sullias, sur le territoire de la cité carnute, un cheval en bronze (n° 9) ; à Nimègue, capitale de la cité batave, une bague bordée de perles de métal entourant un disque inscrit (n° 5). Cet anneau d’argent est trop grand (2,7 cm pour le médaillon) pour avoir été destiné à une effigie de taille humaine ; les découvreurs ont donc supposé qu’il devait orner le doigt d’une statue de dimensions supérieures se trouvant dans un des temples proches, celle de Salus, ont-ils pensé à cause de la dédicace58 (ce qui n’est pas assuré) ; la curie joue un rôle passif, puisqu’elle est bénéficiaire et non initiatrice du don. Le cheval de bronze destiné au dieu Rudiobus faisait, quant à lui, partie d’un dépôt de sanctuaire rassemblant un grand nombre d’objets anépigraphes, de la première moitié du ier s. p.C., que rien n’associe ni à Rudiobus ni à la curie Cassiciate59. Stylistiquement gallo-romain, c’est-à-dire associant des caractéristiques gauloises et romaines, il n’est pas la représentation de la divinité60. Le sanctuaire n’était pas réservé à la curie : elle y a déposé son don parce qu’elle était implantée à proximité, mais elle occupait certainement une place éminente dans les célébrations puisque le cheval, haut de plus d’un mètre, était équipé d’anneaux permettant de le porter dans les processions. L’inscription que la curie a fait graver sur le socle la met en valeur, sans mentionner aucune instance religieuse ou civique qui aurait émis un avis à un stade de la réalisation, ou dont les représentants seraient intervenus au cours du processus. Était-elle chargée de la célébration d’un culte, comme on le pense, sans en avoir la preuve, pour les Matrones germaniques ? Rien ne le dit, mais c’est, avec l’autel à Sattada de Bretagne (n° 11), un siècle plus tard, le témoignage qui fait jouer à la curie le rôle le plus actif.

Finances et organisation - relations avec les collectivités officielles

62Que les curies soient bénéficiaires de dédicaces, au même titre que d’autres groupes, les uicani notamment, n’apporte pas d’information sur leur implication religieuse, mais prouve leur visibilité publique. La dédicace la plus significative est celle de Vienne-en-Val dans laquelle la curie Ludn. clôt l’énumération, après Jupiter OM et la maison impériale (n° 10) : le dieu suprême du panthéon romain et le culte impérial passent sans surprise avant elle, et ils insèrent un acte dans lequel elle est partie prenante dans la religion officielle de l’empire ; le financement sur fonds publics, le seul qui soit attesté dans la série, confirme cet ancrage dans le cadre administratif civique. Il est risqué, mais tentant, de faire le rapprochement avec la dédicace de Neuvy, voisine et antérieure d’un siècle environ (n° 9) : dans la même cité carnute, la curie Cassiciate finance de sua pecunia le cheval de bronze pour Rudiobus, mais sans intervention officielle ; on verrait volontiers dans cette différence de relation entre les protagonistes la marque d’un processus d’intégration des curies dans le schéma civique au cours du ier s. p.C., similaire à celui qui a été proposé pour la zone nord-occidentale.

  • 61 Bien que la pierre, comme le n° 1, ait été taillée et que seul le nom de la curie ait été conserv (...)
  • 62 Spickermann 2002, 159 : “manifestement, des groupes de plus ou moins grande importance organisés (...)

63En dépit de leur laconisme, les textes renseignent sur l’organisation des curies. Que des particuliers assument la charge financière de dédicaces (in/mpendio, pro, n° 1-3, peut-être n° 761) n’est pas informatif quant aux ressources des curies, mais est significatif de leur organisation. Les particuliers ne se substituent pas aux curies par suite d’une faiblesse financière de celles-ci, mais pour marquer leur attachement à la structure curiale. La curie peut déléguer à un de ses membres la mise en œuvre de sa décision, ou bien l’un d’eux peut, pour obéir à l’injonction divine (n° 3), réaliser un geste en sa faveur ; on peut imaginer que cette initiative évergésique répond à une impulsion personnelle, ou qu’elle correspond à une règle communautaire, comme un tour de rôle organisé. Quelles qu’en soient les modalités concrètes, elle implique que la curie dispose d’une instance de décision qui approuve le geste d’un de ses membres, ou le lui prescrit, sans qu’aucune relation de dépendance envers la cité apparaisse. Au ier s., la curie Cassiciate délègue à deux curateurs distingués pour leur statut civique prestigieux (deux citoyens romains dans une cité majoritairement pérégrine) le soin de veiller à la fabrication de l’offrande très onéreuse qu’elle a décidée (n° 10). Elle dispose donc de fonds propres, dont elle use à sa guise, et qui viennent d’une cotisation, volontaire ou imposée, dont l’emploi est décidé par des délégués, ou par la totalité des membres, selon des processus (vote ? approbation informelle ?) inconnus. Jamais les curies n’agissent autrement que comme des groupes solidaires qui ont, ou acquièrent au fil des siècles, une dimension publique, s’insérant dans la communauté officielle, leur fonctionnement restant dans l’ombre62.

  • 63 CIL, XIII, 12021 ; Rüger 1987, 68.
  • 64 Rüger 1983, 122, n° 9 ; Scheid 1999, 409-411.
  • 65 Prudence bienvenue d’ILB2, 62, p. 108.

64La dédicace à Entarabus et au Génie de la curie d’Ollodagus (?) qu’éleva Velugnius Ingenuus à l’occasion de la construction d’un portique (n° 8) parut à Chr. Rüger justifier l’identification, au sanctuaire de Pesch, d’une salle (la “basilique”), à l’agencement particulier, comme siège de curie, où, présume-t-on, une curie (non attestée) aurait eu la charge du culte des Matrones Vacallinehae63. Dans le sanctuaire de Fronhoven, dont les pierres de Laurenzberg (n° 1) et de Lohn (n° 2) citant la curie Amratanina proviennent très probablement, un local aurait été réservé à la curie, qui aurait assumé le fonctionnement du culte des Matrones, Alaferchuiae puis Amfratninae64. Il n’y aurait rien pour étonner dans tout cela puisque les curies, groupes reconnus dans le cadre civique et pourvus de ressources financières propres, devaient disposer de locaux ; que ces locaux pouvaient être plus ou moins sophistiqués, selon l’importance des investissements ; que, si les curies entretenaient des rapports étroits avec un sanctuaire, elles y avaient une place légitime. Mais la superposition topographique entre siège de curie et lieu de culte ne va pas de soi ; elle doit être examinée cas par cas : elle est vraisemblable pour la curia Amaratnina (n° 1 et 2) et les Matrones homonymes ; la curia Cassiciate (n° 10) est proche de Neuvy, où fut retrouvée son offrande, mais pas au même endroit ; l’inscription à Entarabus et au Génie de la curia Ollodag. mentionne un portique, équipement qui conviendrait parfaitement à un sanctuaire, ou à une partie de sanctuaire, mais aussi à de nombreuses structures (n° 8). Que les curies aient eu à leur disposition des lieux de réunion qui leur appartenaient ou leur étaient prêtés, qui pouvaient faire partie de sanctuaires ou leur être rattachés, résulte du bon sens. Toutefois, aucun document n’en témoigne explicitement65, et il est illégitime d’affirmer à partir de cet argument que les curies étaient “chargées” de la gestion de sanctuaires.

Conclusion

  • 66 Ausbüttel 1982, 29-31 ; aussi Waltzing 1895-1900.
  • 67 Scheid 1999, 411-413.
  • 68 Scheid 1999, 416 en déduit une différence de rayonnement avec les curies du territoire ; la diffé (...)

65La comparaison entre les curies et les collèges contraint, étant donné la pénurie d’informations à propos des premières, à considérer comme globales les caractéristiques individuelles attestées. Le parallèle n’en est pas moins possible et instructif. Les modes de désignation des curies et des collèges diffèrent : en écrasante majorité les noms des collèges, linguistiquement latins, sont en relation avec leur composition et leur rôle – métier, dieu(x), anthroponymes pour les collèges funéraires66 ; en revanche, mis à part le recoupement entre la curia Amratnina et les Matrones Amratninae, on ne peut pas établir de relation entre l’énoncé de l’identité d’une curie, appartenant au registre linguistique indigène, et le(s) but(s) qu’elle s’assigne. Les curies peuvent, comme les collèges, être bénéficiaires de pollicitationes (n° 8) ; cet aspect reflète le fait que, dans les provinces occidentales de l’empire, les associations unissant sur la base du volontariat des individus partageant un ou des points communs, quels que soient leur but et leur composition, fonctionnent selon un schéma identique67, à l’époque où nous les percevons, c’est-à-dire sous l’Empire. Les curies ne sont pas des émanations de la puissance romaine, puisque leurs noms prouvent qu’elles lui préexistaient, et puisque leur fort ancrage, non familial mais territorial, s’inscrit dans un cadre pré-provincial. Tout en conservant cette dernière caractéristique (curies carnutes), elles se sont adaptées au découpage imposé par Rome puisqu’elles sont connues dans les chefs-lieux civiques (Nimègue, Mayence)68. À la différence des collèges, leur activité n’est associée qu’au domaine religieux, sans diversification, quoique, là non plus, elles ne soient pas restées des témoignages fossilisés du passé de l’Indépendance, puisque, aux divinités traditionnelles, elles aussi ancrées dans un territoire (Matrones, Rudiobus, Entarabus), elles associent les cultes d’empire (Jupiter, Minerve, Salus…). Elles n’ont pas été supplantées par les collèges puisqu’elles coexistent avec eux, au moins jusqu’au iiie s. ; elles vivent à côté d’eux, plus éloignées, semble-t-il, qu’eux des institutions de la cité, mais, comme eux, elles montrent que le schéma administratif civique n’a pas effacé les modes de regroupement antérieurs, et que les individus continuent à disposer de moyens de partager et d’exprimer leur attachement à la culture (celte ou germanique) qui a façonné leur histoire.

Annexe : Cvria Flacci (n° 6) ?

66Il est apparu qu’un témoignage (n° 6, fig. 4) mentionnant indubitablement une curie pose un problème car il présente des anomalies par rapport aux autres :

  • par sa nature ; il s’agit d’une épitaphe, alors que toutes les autres pierres sont des dédicaces ; certes, le document, destiné à être exposé en public, émane d’une source privée, mais le registre funéraire et le registre cultuel sont de nature différente ;

  • par le nom de la curie ; il s’agit d’un anthroponyme au singulier, alors que toutes les autres désignations, si importantes, comme nous l’avons vu, pour l’essence même des curies, sont, par leur nature et leur caractère grammatical, absolument différentes ;

  • enfin par le rôle de la mention de la curie qui ne sert qu’à préciser l’appartenance du défunt, au lieu de jouer un rôle dans le processus dédicatoire.

  • 69 Scheid 1999, 407-408.

67Qu’elle provienne d’un chef-lieu de cité n’est pas rédhibitoire pour deux raisons : parce que la curie peut concerner, comme il a été suggéré69, le territoire céracate d’où le défunt était originaire, et s’inscrire donc dans un schéma indigène ; et parce que dans un autre chef-lieu de cité, Nimègue, deux curies sont désormais attestées (n° 4, 5).

  • 70 Instinsky 1972, 136, n. 12.
  • 71 Instinsky 1972, 136, n. 12 : “Sollte … curia Flacci etwa als eine Bezeichnung für eine Abteilung (...)

68Instinsky70 avait souligné combien cette mention, dans un chef-lieu de ciuitas, était étrange ; il fait erreur en y voyant un cas unique, bien qu’il soit possible qu’il ait refusé l’authenticité du n° 5 qui avait déjà été trouvé à Nimègue, (future ?) capitale de la cité des Bataves, et bien qu’il n’ait pas connu le n° 6, plus récemment mis au jour dans le même lieu. Sa remarque reste pertinente, et la piste explicative qu’il ouvre, pour la refermer immédiatement sans la justifier, nous paraît, à condition d’être infléchie, mériter d’être prise en compte : il envisageait que curia Flacci était “la désignation d’une unité de la garnison militaire de la ciuitas”, en ajoutant que cette proposition était “audacieuse”71. Examinons les arguments :

  • l’épitaphe de Ruto fils de Mattiacus et d’Allia était réemployée comme couvercle de sarcophage, sa position initiale est donc inconnue, mais elle a toutes chances de venir, sinon d’un camp, du moins des canabae (IKöln) ;

    • 72 Bien qu’ils soient agrégés aux Germains par cette source, unique il est vrai, leur désignation a (...)

    l’identité de Ruto est énoncée de façon insolite : la mention ciues Cairacas n’a pas de portée juridique, mais elle est l’exact équivalent de natione … ; fils légitime de Mattiacus et d’Allia, Ruto appartient au peuple des Cé/Cairacates, connu pour avoir fourni des contingents militaires au chef trévire Tutor en 69/70 (Tacite, Hist., 4.70.4) 72;

    • 73 Raepsaet-Charlier 1999, spéc. 336-338.
    • 74 L’inscription RIB, 2151 = AE, 1950, 129, Bretagne, Castlebury, fort du Mur d’Hadrien, fournit peu (...)

    les noms des protagonistes sont : un unicum pour Ruto ; un unicum pour Mattiacus, qui n’est connu qu’en toponymie – Aquae Mattiacorum (Wiesbaden), castellum Mattiacorum, enfin ciuitas Mattiacorum, Mayence même73 – et dans des composantes d’unités (cohortes Mattiacorum, numerus Mattiacorum) fréquemment citées dans des diplômes militaires. L’usage comme anthroponyme est un hapax, qui donne à penser que ce nom a été pris par le père ou qu’il lui a été donné par “défaut”, l’emploi ou la translittération de son nom indigène paraissant impossibles ou inutilement compliqués : Mattiacus est un ethnonyme qui fait office d’anthroponyme, et on est très tenté d’inscrire ce glissement dans un contexte militaire, la procédure d’enrôlement ; l’appartenance au peuple mattiaque de soldats, même légionnaires, est attestée74 ;

  • comme on l’a souligné, l’abréviation > est le substitut de multiples mots, dont les plus courants ont trait à l’armée : centuria, centurio.

  • 75 Il arrive que le nom de la centurie ne soit suivi que de celui de son commandant, quand la centur (...)

69Nous suggérons donc que Ruto était, au milieu du ier s., soldat d’une unité auxiliaire composée de Germains, parmi lesquels des Cairacates ; que, à sa mort, sa mère, Allia, lui fit élever une épitaphe en fournissant un document militaire donnant son nom, sa filiation, le nom du peuple où il avait été recruté, et celui de la centurie à laquelle il était rattaché, la centurie de Flaccus75 ; que, cette information étant abrégée ou ayant été mal transcrite, centuria s’est trouvé transformé en curia. Et, que, par conséquent, cette curie est à retirer de la liste des curies nord-occidentales. Cette proposition rencontre des objections : pourquoi a-t-on donné l’origine tribale et la curie, mais pas le nom de l’unité ? pourquoi la mention de miles ou d’un rang militaire est-elle omise ? pourquoi, si > figurait sur le document originel, le lapicide a-t-il écrit curia, plus rare que centuria ? Nous ne les sous-estimons pas, mais ils nous semblent plus raisonnablement explicables par une incompréhension des informations mises à la disposition des protagonistes que ne le serait l’insertion du document dans la série des curies. Toutefois, un doute subsistant, nous l’avons maintenu dans les sources pour en permettre l’examen.

Notes

1 Hülsen 1910, spéc. col. 1821 pour les curies municipales ; Sigwart 1906/1909, spéc. col. 1487-1488 pour les curies proches des sodalités et de societates ; pour les curies municipales en Afrique, Gascou Jacques 1972, 58-60.

2 Rüger 1972. Après lui, mis à part Scheid 1999, les curies n’ont été abordées que par le biais du culte des Matrones ; voir ci-dessous.

3 Liste établie par Rüger 1972, 251-260, reprise dans Scheid 1999, 404-405 , mise à jour dans ILB2, p. 107 ; certains textes y ont été ajoutés (n° 5), d’autres en ont été retirés (n° 12, 13).

4 Dondin-Payre 1999, 139-140 ; Grünewald & Schalles 2001, 426 le retiennent sans restriction ; voir aussi AE, 1998, 967 et Raepsaet-Charlier 1999, 429.

5 Haalebos & Willems 1999, 250 proposent avec précaution (could) une date antérieure à la constitution des Bataves en municipe, qu’ils situeraient en 227, mais au iie s. le municipium était certainement créé, Raepsaet-Charlier 1999, 278-282 ; Van Enckevort & Thijssen 2004, 457 pensent à une date aux alentours de 100 pour la création du municipe qui fut abandonné vers le milieu du iiie s. Le statut pérégrin de Rusticus ne permet pas de descendre loin dans le iiie s.

6 Van Enckevort & Thijssen 2003, 65-66 comprennent “à la déesse Salus, au nom des cordonniers de Noviomagus de l’association cultuelle d’Esseravus, Rusticus …” ; si tous les cas sont possibles pour ˥, on comprend mal comment sutoribus pourrait être lu comme “au nom de…”.

7 Scheid 1999, 404, n. 84.

8 Whatmough 1970, 66.

9 Delamarre 2003, 294 et 314.

10 VT II, 312 = Inv. 88.935, en ligne, http://vindolanda.csad.ox.ac.uk.

11 Birley 1990, 18 propose Corieptusti(um).

12 Jackson 1948, 56.

13 Provost & Meffre 2003 [CAG, 84/1], 346, n° 465, fig. 577.

14 Voir Joly 2001 [CAG, 52/2], 121.

15 Rüger 1972.

16 Tranoy 1981, 371-376 : aucune définition de la centurie asture n’ayant été transmise, on ignore sa nature. On estime qu’elle est suivie d’un nom de lieu, mais étant donnée la variété des formes, cette appréciation nous paraît hâtive.

17 Nous n’avons pas su déterminer si l’abréviation ˥ a été employée pour les curies municipales.

18 Kretschmer 1920, 147-157.

19 Ernout & Meillet 1959, 160, avec citations.

20 Cagnat 1898, 374.

21 Voir n. 1 ; Hülsen 1910 ; Sigwart 1906/1909.

22 On pense à un mot comme corios = armée, troupe, groupe, Delamarre 2003, 125.

23 Au terme de son analyse Neumann 1987, 124-125 ne peut conclure ; la parenté la plus proche semble être avec un nom de plante ou avec un toponyme, le second pouvant dériver du premier, mais la forme reste difficile à comprendre.

24 Delamarre 2003, 195.

25 Ce n’est qu’une supposition par défaut, aucun nom commençant par lad- n’étant recensé dans OPEL 3, 15 ; lad- n’est pas non plus une racine celtique connue (aucune entrée dans Degavre 2, 264) ; Delamarre 2007, 114 et 224 rassemble quelques attestations en lad- (5 noms, en lada, lado, ladu). Aucun indice n’oriente plus vers un anthroponyme que vers un toponyme ou vers n’importe quel autre type de mot.

26 ILB2, p. 107 semble préférer la toponymie ; Schmidt 1987, 144 y voit un qualificatif linguistiquement celto-germanique (ollo germanique étant devenu alla celte), signifiant “qui donne tout” (ollo, ‘grand’, dago, ‘bon’), correspondant à l’épiclèse des matrones Ollogabiae/Alagabiae. Scheid 1999, 408 y voit un anthroponyme, comme Flaccus (n° 6, voir annexe).

27 Tranoy 1981, 371-376 : les centuries galices et astures sont suivies de noms de lieu, mais étant donnée la variété des formes, cette appréciation, à l’évidence valable pour certaines, nous paraît une généralisation hâtive.

28 Neumann 1987.

29 Rüger 1972 ; Scheid 1999, 408.

30 Rüger 1972, 251-253 ; Weisgerber 1969, spéc. 344-351 ; Fleuriot 1991, 1-35 ; ILB2, p. 108.

31 Delamarre 2003, 241 et 134.

32 Rüger 1972, 261, n. 3.

33 Rüger 1983, 122, n° 9, d’où AE, 1984, 672 : Matron(is) / Amratnine(is) / Optius Qua[- ; Spickermann 2002, 165 : ces sanctuaires étaient si proches qu’on pouvait se voir de l’un à l’autre.

34 ILB2, 77 et p. 124 et Neumann 1987, 123-124 : ce nom germanique à rapprocher de celui des Matrones Atufraginehae, du germanique atuƒraƒni “à la tour, au temple”.

35 Rüger 1972, 255 ; Haalebos & Willems 1999, 78.

36 Derks 1992, 14.

37 Scheid 1999, 414 trouve curieux le rattachement de la curie de Noville aux Trévires alors que celle d’Amberloup se trouve dans la cité des Tongres ; cette zone de confins lui paraît mal définie.

38 Il est impossible et inutile de l’énumérer ici, on se référera essentiellement à Matronen, à compléter notamment par Eck 2007, Eck & Kossmann 2009, et Spickermann 2010.

39 Eck 2007 et 2009.

40 Spickermann 2002, 146-147 pour cette évolution en ce qui concerne les Matrones.

41 On ne peut se prononcer pour les n° 8 et 10 à cause des abréviations.

42 Rüger 1977, 256.

43 Alföldy 1967, spéc. 3-8 ; Derks 1998, 123.

44 Derks 1998, 120 ; Rüger 1987, 2-3.

45 Derks 1998, 126-128 ; Rüger 1977, 10-12 ; synthèse et discussion, Spickermann 2002, 151-152 et n. 43, et 2010 ; Eck 2007, 425.

46 Weisgerber 1969 a et b.

47 Spickermann 2002, 159 ; on pense aussi à l’affirmation selon laquelle les curies regroupent des individus selon leur ascendance matrilinéaire, Scheid 1999, 413.

48 Dondin-Payre 2007, 307-317.

49 Sur ce prénom, plus souvent employé comme gentilice, Salomies 1987, 260-263.

50 Derks 1998, 123 pense à des associations familiales ; Rüger 1972 et 1987 à un lien territorial ; Scheid 1999, 416 : les curies dépassent le cadre familial. Herz 1989a, spéc. 210-211 (voir 2003) estime avoir à faire à des clans parentaux sans lien spatial ; son expression “dans un certain nombre de cas” (eine Reihe) est curieuse vu le nombre limité de mentions. La discussion se fonde sur des considérations tenant à l’anthropologie proto-historique qui n’entrent pas dans notre propos.

51 Raepsaet-Charlier 2010 ; voir aussi Spickermann 2010.

52 Scheid 1999, 416 : les curies expriment les structures sociales locales.

53 Rüger 1987 ; Scheid 1999, 410.

54 ILB2, 104-107.

55 Scheid 1999.

56 Le sanctuaire comportait au moins deux piliers, Debal 1969 et 1973 ; Provost 1988, n° 38, 69-70, avec bibliogr.

57 À partir des sculptures du corpus matronal de Cologne, il a été déduit que des offrandes se composaient notamment de fruits et de fleurs, Eck 2007, spéc. 429-430 et Eck & Kossmann 2009, spéc. 85-90.

58 Haalebos & Willems 1999, 250

59 Dondin-Payre 2007.

60 Dondin-Payre & Kaufmann-Heinimann 2009, 93.

61 Bien que la pierre, comme le n° 1, ait été taillée et que seul le nom de la curie ait été conservé, la similitude de la mise en page et la proximité géographique autorisent à l’inclure dans le groupe.

62 Spickermann 2002, 159 : “manifestement, des groupes de plus ou moins grande importance organisés en curiae agirent comme promoteurs de la plupart des sanctuaires matronaux” ; Scheid 1999 y voit des organisations officielles au sein des ciuitates avec leurs fonctionnaires propres, c’est-à-dire avec une composante structurante propre au sein de la communauté.

63 CIL, XIII, 12021 ; Rüger 1987, 68.

64 Rüger 1983, 122, n° 9 ; Scheid 1999, 409-411.

65 Prudence bienvenue d’ILB2, 62, p. 108.

66 Ausbüttel 1982, 29-31 ; aussi Waltzing 1895-1900.

67 Scheid 1999, 411-413.

68 Scheid 1999, 416 en déduit une différence de rayonnement avec les curies du territoire ; la différence est sans doute dans le rayonnement spatial, mais pas numérique, une curie de chef-lieu pouvant concerner autant de membres qu’une curie du territoire.

69 Scheid 1999, 407-408.

70 Instinsky 1972, 136, n. 12.

71 Instinsky 1972, 136, n. 12 : “Sollte … curia Flacci etwa als eine Bezeichnung für eine Abteilung des militärischen Aufgebots der Civitas aufzufassen sein ? Gewiss eine sehr gewagte Überlegung !”

72 Bien qu’ils soient agrégés aux Germains par cette source, unique il est vrai, leur désignation a été analysée par les linguistes celtisants comme celtique, Sergent 1991, 10-11 ; on sait aujourd’hui que la césure germanique/celtique n’est pas aussi tranchée qu’on le croyait.

73 Raepsaet-Charlier 1999, spéc. 336-338.

74 L’inscription RIB, 2151 = AE, 1950, 129, Bretagne, Castlebury, fort du Mur d’Hadrien, fournit peut-être un témoignage, négligé jusqu’ici, sur l’insertion des Mattiaques parmi les citoyens romains grâce à l’armée : C. Iul. Spiratus n(atione) Mat(tiacus) ue[t(eranus)] leg. VI V(ictricis) P(iae) F(idelis) u. s. l. l. m. ; la plupart du temps on l’invoque comme preuve de la présence d’un détachement de la légion sur le fort car on lit ue[xillatio …, en laissant tomber N MAT et en ne reliant pas la mention d’un individu à la suite ; il nous semble donc beaucoup plus probable qu’il s’agit d’un légionnaire d’origine mattiaque qui tient à rappeler, une fois son unité transférée en Bretagne, son extraction familiale. Autres exemples : CIL, XIII, 2614 : Iustinius Mercator ciuis Treuerus ueteranus leg. XXX Vlpiae Victricis ; AE, 1912, 89 : Valerius Vrsianus ciuis Aquileiensis leg. X Gem.

75 Il arrive que le nom de la centurie ne soit suivi que de celui de son commandant, quand la centurie est à l’initiative d’une inscription par exemple, ou quand le nom accompagne un anthroponyme sans autre précision, dans une indication de propriété (par ex. AE, 1926, 9-11 ; 1929, 44-45 ; 1984, 624 ; 1988, 849…), toujours dans le contexte d’une garnison, comme ici, à Mayence, pour Ruto.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dédicace de la curie Amratnina, AE, 1972, 356 (d’après Rüger 1972, pl. 2).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 971k
Titre Fig. 2. Dédicace pour la curie Etratium, AE, 1972, 357 (d’après Rüger 1972, pl. 2).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Fig. 3. Bague mentionnant la curia Esseraui, AE, 1998, 967 (Museum het valkhof Nijmegen).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 610k
Titre Fig. 4. Épitaphe de Ruto, citant la curia Flaui, AE, 1965, 247 (Landesmuseum Mainz, d’après Selzer 1988, 168, n° 109).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre Fig. 5. Fragment citant la curie Arduenna, ILB2, 61 (encastrée au-dessus de la porte du clocher de l’église Saint-Martin d’Amberloup : d’après ILB2, pl. XII).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 6. Dédicace au dieu Entarabus et au Génie de la curie Ollodagi, ILB2, 62 (Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles, d’après ILB2, pl. XIII).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Fig. 7. Dédicace pour la curie Cassiciate, CIL, XIII, 3071 et AE, 2007, 966-967 (Musée historique et archéologique de l’Orléanais).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 8. Dédicace pour la curie Ludn(-), AE, 1968, 308 (Musée de Vienne-en-Val, cl. De J.-F. Bradu).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 9. Dédicace de la curie des Textouerdi, RIB, 1, 1695 (Chesterholm, “in the Black Gate”, d’après RIB, 1, s.n.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 10. Dédicace du curialis Primius, IKöln, 118 (Römisch-Germanisches Museum Köln, d’après IKöln, pl. 25).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Fig. 11. Dédicace à des Matrones, AE, 1984, 672 (Rheinisches Landesmuseum Bonn, d’après EpStud, 13, 122, n° 9).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Titre Fig. 12a. Carte de répartition des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie inférieure. D’après Scheid 1999, 406, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 12b. Carte de répartitions des sites d’attestations de Matrones et de curies – Germanie supérieure. D’après Scheid 1999, 407, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15938/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search