Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Collèges de dendrophores et autorités locales et romaines

Françoise Van Haeperen

Texte intégral

  • 1 C.Th., 14.8 et 16.10.20.2 ; voir annexe pour les références aux inscriptions (par province et par (...)
  • 2 Par ex. van Nijf 1997, 178-181 ; Diosono 2007, 56-67. Voir cependant les réserves de Liu 2008b, 5 (...)
  • 3 Voir notamment Waltzing 1895-1900, I, 240-253 ; Aurigemma 1910 ; Graillot 1912, 266-278 ; Salamit (...)

1Les dendrophores, documentés à ce jour par cent quarante-neuf inscriptions et deux constitutions impériales tardives, forment l’un des collèges les mieux représentés dans l’Occident romain, aux côtés des collegia fabrum et centonariorum1. Rassemblées, ces trois associations correspondent, selon la plupart des modernes, aux tria collegia qui apparaissent fréquemment dans les sources épigraphiques2. Les recherches concernant les dendrophores se sont principalement focalisées sur deux types de problèmes3. Le premier porte sur leur fonction : s’agissait-il d’un collège religieux, d’un collège professionnel ou encore d’un collège rassemblant des professionnels (bûcherons ou autres) qui jouaient également un rôle dans le culte romain de Magna Mater ? Le second a trait à leur rapport avec les collèges de fabri et de centonarii : remplissaient-ils ensemble des fonctions de “pompiers” ou représentaient-ils plutôt des “de facto status groups” ?

  • 4 Dans son ouvrage récent sur les collegia centonariorum, J. Liu (2009, 52-54) propose des réflexio (...)

2Pour intéressantes qu’elles soient, ces questions en ont – totalement ou partiellement – occulté d’autres, que je souhaiterais affronter ici4. Quelle est la répartition géographique de ces collèges, dans quels types de cités sont-ils attestés ? Quels sont les rapports que les dendrophores entretiennent avec les autorités locales, qu’il s’agisse des décurions ou des prêtres, publics, de Magna Mater ? Mais aussi, quels sont les liens de dépendance ou de reconnaissance qui les lient aux autorités romaines, Sénat ou quindecemuiri sacris faciundis, ces prêtres chargés de l’administration du culte de la déesse phrygienne ?

  • 5 CIL, VI, 641 (D. 3540) ; CIL, VI, 30973 (D. 3992). Sur le culte de Magna Mater, on consultera tou (...)
  • 6 Lyd., mens., 4.59 : Τῇ πρὸ δεκαμιᾶς Καλενδῶν Ἀπριλίων δένδρον πίτυς παρὰ τῶν δενδροφόρων ἐφέρετο (...)

3Avant toute chose, il convient de rappeler brièvement les données dont on dispose sur les dendrophores de Rome. Comme l’indique leur titre très explicite de collegium dendrophorum Matris deum M(agnae) I(daeae) et Attis, ils sont intimement liés au culte de Magna Mater5. Plus précisément, ceux-ci sont chargés de la procession de l’arbor intrat célébrée le 22 mars, qui fait partie du cycle des fêtes de mars en l’honneur de Magna Mater et de son parèdre Attis. D’après Jean le Lydien, la dendrophorie a été instituée par l’empereur Claude, selon toute vraisemblance au moment où ce prince officialise les fêtes de mars en l’honneur de la divinité phrygienne6. Les dendrophores ont dès lors pour fonction de porter un pin en procession sur le Palatin : cette “entrée de l’arbre”, sur laquelle nous ne sommes guère plus informés, doit être interprétée en relation avec la mort d’Attis sous un pin, évoquée tant par le mythe pessinontien que par l’iconographie.

  • 7 CIL, VI, 29691.
  • 8 CIL, VI, 30973 (D. 3992) ; CIL, VI, 1925 (D. 1919) ; CIL, VI, 29691.
  • 9 CIL, VI, 29691 (Rome, en 206).

4Ce n’est donc pas un hasard si les dendrophores de Rome célèbrent le natalis de leur collège le 1er août, jour anniversaire de Claude7 et il est ainsi très vraisemblable que l’institution de ce collège remonte au règne de cet empereur. Le collège des dendrophores est parfois qualifié de collegium dendrophorum Romanorum8. Une inscription de 206 atteste que leur collège a reçu du Sénat le ius coeundi – on pourrait supposer que ce droit leur a été accordé très tôt étant donné leur rôle dans le culte désormais public des fêtes de mars, mais aucun élément ne permet d’appuyer ou de réfuter cette hypothèse9.

  • 10 Voir en annexe, pour les références précises. Si on inclut les mentions de tria collegia ou de om (...)
  • 11 CIL, X, 7 : V Idus April(es), / [Im]p(eratore) Vespasiano Caesar(e) / Aug(usto) VIIII co(n)s(ule) (...)
  • 12 Salamito 1987.
  • 13 CIL, VIII, 23401 (= CCCA, V, 80) : entre 286 et 293, à Sitifis ; CIL, VIII, 20343 (= CCCA, V, 142 (...)

5Quant aux collèges de dendrophores d’Italie et des provinces, ceux-ci sont attestés dans quatre-vingt-cinq cités (Rome non comprise)10. La première inscription datée remonte à 79 p.C. ; elle concerne les dendrophores de Regium Iulium (Calabre), qui honorent des sacratae pour les remercier de leur munificence – et ce le 5 des ides d’avril, pendant les Megalensia, fêtes romaines d’avril de Magna Mater11. La dernière mention des dendrophores figure dans une constitution impériale de 415, reprise dans le Code Théodosien : ceux-ci sont cités, parmi d’autres confréries païennes qui sont alors supprimées12. Les dernières attestations épigraphiques datées remontent quant à elles à la fin du iiie s.13 ; elles se rapportent au culte de Magna Mater.

Nombre de cités où sont attestés des dendrophores

a. répartition dans l’empire

Italie

50

provinces d’Afrique

10

provinces danubiennes

10

Narbonnaise

7

Lyonnaise

2

Belgica

1

Germanie supérieure

2

Bretagne

1

Alpes Maritimes

1

Macédoine

1

85

6Les collèges de dendrophori sont présents, massivement, en Italie, dans cinquante cités, de toutes les régions, avec une nette prédominance dans la regio I et dans la regio X.

b. répartition par régions d’Italie

Aemilia. Regio VIII

5

Apulia/Calabria. Regio II

3

Bruttium et Lucania. Regio III

5

Etruria. Regio VII

3

Latium/Campanie. Regio I

11

Liguria. Regio IX

2

Picenum. Regio V

1

Samnium. Regio IV

4

Transpadana. Regio XI

3

Vmbria. Regio VI

5

Venetia et Histria. Regio X

8

  • 14 Comme le prouvent les récentes fouilles d’Arras : voir Jacques et al. 2008.
  • 15 Voir CCCA.

7On trouve également des dendrophores en Afrique (dans quatre cités de Proconsulaire, quatre de Numidie, quatre de Maurétanie), dans les provinces danubiennes (dans une cité pour la Dacie, la Dalmatie et la Thrace, dans quatre cités de Mésie inférieure et quatre de Pannonie), en Gaule narbonnaise et dans les Alpes maritimes, dans les Trois Gaules (en Lyonnaise et en Belgique14), en Germanie supérieure et enfin, semble-t-il, en Bretagne. On note donc leur absence de la péninsule Ibérique, où le culte de Magna Mater est pourtant répandu15.

8Hors d’Italie, les collèges de dendrophores sont très majoritairement attestés dans des cités dotées du statut de colonie ou de municipe. Les exceptions concernent Tomis et Nicopolis ad Istrum en Mésie inférieure, les Ambarri de Lyonnaise (inscription de Vieu en Val-Romey), la cité d’Arras en Belgique et la ciuitas Taunensium (Nida), en Germanie supérieure.

  • 16 CCCA, IV, 5.

9En Italie, comme dans les provinces, ces collèges semblent principalement actifs dans le chef-lieu de leur cité. Dans l’état actuel des connaissances, la seule exception clairement attestée concerne les dendrophores de Baies, appartenant certes à la cité de Cumes, mais officiant à Baies, dans le territoire de la cité, là où se trouvait le temple de Magna Mater16.

L’ancrage des collèges dans leur cité d’appartenance

  • 17 Ainsi, en Italie, à Rimini, chez les Ligures Baebiani, à Eburum, Gabiae, Puteoli, Pollentia, Cast (...)
  • 18 À Tusculum : CIL, XIV, 2634 (D. 6210) ; voir Goffaux 2008. Quant aux dendrophores de Nida (ciuita (...)
  • 19 Cela semble le cas à Vienne : AE, 1956, 61 = CCCA, V, 374 = ILN, Vienne 29.

10Que ce soit en Italie ou dans les provinces, les collèges de dendrophores apparaissent fréquemment en rapport avec leur cité d’appartenance. Ils reçoivent des décurions des emplacements pour ériger des statues ou des autels17, voire pour installer leur schola18 ; ils peuvent avoir des places qui leur sont réservées au théâtre19.

  • 20 Tran 2006, 256‑261 : “l’assignation d’un locus par les décurions paraît contribuer à la reconnais (...)
  • 21 J’ai opéré ce sondage sur la base de recherches sur locus/o datus/o ou concessus/o ou adsignatus/ (...)

11L’obtention par un collège d’un locus datus decreto decurionum se révèle aussi un marqueur intéressant de la reconnaissance – au moins implicite sinon formelle – d’un collège par la cité dans laquelle il s’insère20. Un sondage dans la base de données de Manfred Clauss permet de nous faire une idée des collèges qui bénéficient d’une telle reconnaissance21. Viennent en tête les fabri (24), suivi des dendrophores (20), des iuuenes (15) et des centonarii (13). On trouve ensuite divers collèges “religieux” (notamment des cultores (7), des scabillarii (3), des cannophori (1) et un contubernium Veneris).

  • 22 Voir en annexe. Si on inclut les tria collegia, il faut ajouter cinq attestations : de Venafrum ((...)
  • 23 Pour ce faire, je me suis d’abord appuyée sur les listes de Waltzing ; j’ai ensuite consulté la b (...)

12Souvent, l’ancrage des dendrophores dans leur cité s’exprime également par leur titre même, qui les désigne comme collège de telle cité ou de ses habitants, de telle colonie ou municipe etc. (près d’un tiers des attestations [45])22. Ces constats gagnent ici aussi à être comparés à ceux qui peuvent être dressés pour d’autres collèges23. Les résultats (provisoires et reposant sur un corpus non exhaustif mais fort large) sont, me semble-t-il, intéressants.

13On compte pour l’épigraphie d’Italie et des provinces occidentales et danubiennes près de 400 (396) attestations d’expressions signifiant “collège de telle cité” (notons qu’une même inscription peut contenir plusieurs mentions de collèges désignés comme appartenant à telle cité). Ces attestations concernent près de cent vingt cités différentes réparties de la manière suivante :

  • 24 Rome n’est pas reprise dans le graphique : on y compte quinze attestations.

Répartition des attestations des collèges de “telle cité” dans l’empire24

Italie

244

provinces danubiennes

20

Narbonnaise

44

Germanies

20

Gaules

33

provinces hispaniques

10

autres

10

14L’Italie domine nettement, mais il faut noter le poids du Latium et de la Campanie (122 attestations dont 100 relatives à Ostie et Portus). Parmi les provinces occidentales, la Narbonnaise occupe la première place (avec notamment 17 attestations relatives à Arles et 5 à Narbonne), suivie par la Lyonnaise (où 26 cas sur 30 se rapportent à Lyon). En Dacie aussi, c’est dans la capitale provinciale Alba Iulia qu’on retrouve la grande majorité des attestations (11 sur 15). On en repère également en Germanie supérieure (13) et inférieure (7 dont 6 pour la capitale provinciale), ainsi qu’en Hispanie (9 dont 4 pour Hispalis).

15Ces attestations “collegium de telle cité” concernent 49 collèges différents. Vingt-sept d’entre eux n’apparaissent qu’une ou deux fois (pour un total de 33 attestations).

Attestations de collèges “de telle cité” selon les types de collèges

fabri

110

dendrophori

47

centonarii

44

tria/omnia collegia

5

iuuenes

18

collèges liés à annone, commerce, batellerie et navigation

113

collèges liés à religion et ludi

39

autres

20

  • 25 Il s’agit notamment de negotatiores (19), d’utriclarii (17), de nautae (13), de mensores (12), de (...)
  • 26 Il s’agit notamment de cannophori (9) et de hastiferi (6) (presqu’exclusivement à Ostie dans ces (...)

16Il est en outre très intéressant de constater que plus de la moitié des attestations du type “collège de telle cité” (206, Rome incluse) se rapportent aux tria collegia – les fabri (110), centonarii (44) et dendrophori (47) (tria/omnia collegia – 5). Une bonne partie des autres (113) sont relatives à des collèges liés à la batellerie et à la navigation, à l’annone ou au commerce25. D’autres concernent des collèges liés à la religion et aux ludi26 (39) ou des collèges de iuuenes (18). Dans certains cas, la mention du “nom de la cité” s’explique sans doute par le fait que l’inscription a été réalisée à un autre endroit (ex. salinatores). Pour la très grande majorité des attestations cependant, les inscriptions ont été posées dans la cité d’appartenance du collège.

17Les associations portant le nom de leur cité correspondent ainsi très largement à des collèges d’utilité publique – soit par la profession qu’exercent leurs membres, soit par leur participation active à la vie religieuse de leur cité. Certaines de ces associations, on y reviendra, ont d’ailleurs reçu du Sénat de Rome l’autorisation de se réunir. Ce lien n’est toutefois pas automatique : certains collèges d’utilité publique ne portent pas le nom de leur cité ou pas systématiquement.

Dendrophores et culte civique de Magna Mater

  • 27 Un des exemples, le plus souvent cité, concerne les dendrophores de Bouillae, qui édifient pour l (...)
  • 28 Tel est le cas à Ostie, à Lyon, à Valence, à Utique, à Mactaris.
  • 29 À Rusicade, un dendrophore fait une offrande à Attis et au génie des dendrophores ; à Cuicul, un (...)

18Comme à Rome, les dendrophores d’Italie et des provinces apparaissent souvent liés au culte civique de Magna Mater. Ce rapport est parfois attesté explicitement par le contenu de l’inscription, par son décor ou par son lieu de découverte (c’est le cas dans dix-neuf cités, Rome comprise)27. On voit ainsi des dendrophores offrir un taurobole ou un criobole, soit au nom du collège, soit individuellement, ou participer à la cérémonie, éventuellement aux côtés des prêtres de la déesse28, ou encore faire des dons à la déesse29.

  • 30 Tel est le cas à Pouzzoles (un prêtre de Magna Mater offre lors d’une dédicace pain, vin et sport (...)
  • 31 À Suessula, un même personnage est dendrophore et prêtre de la déesse ; à Caesarea, un même indiv (...)
  • 32 Je n’ai cependant pas inclus ces inscriptions parmi celles qui attestent l’existence de liens des (...)

19Des dendrophores sont en outre désignés comme destinataires d’offrandes consacrées, par des prêtres de Magna Mater ou d’autres individus, à la déesse phrygienne30. Certains individus, qualifiés de dendrophores dans leur cursus, portent également un titre ou une charge liée au culte de Magna Mater31. Dans certains cas, la date d’une dédicace peut laisser supposer un tel lien : ainsi, les dendrophores de Regium Iulium honorent des sacratae le 9 avril 79, pendant les Megalesia, fêtes romaines de Magna Mater, tandis que le collège des dendrophores d’Eburum offre une statue à son patron le 5 des calendes d’avril, jour suivant la procession de la lauatio durant laquelle la statue de la déesse était baignée dans l’Almo, un affluent du Tibre32.

  • 33 Voir tableau en annexe. Pour les références au culte de la déesse dans ces cités, on se référera (...)
  • 34 Certains proposent cependant d’identifier le temple triangulaire de Verulamium à un sanctuaire de (...)

20On peut également supposer l’existence d’une connexion entre les dendrophores et le culte de la déesse, dans la mesure où ces deux éléments se retrouvent dans une même cité (c’est le cas de cinquante et une cités – y compris bien sûr les dix-neuf que l’on vient d’évoquer)33. Ce lien “dendrophores-Magna Mater de la cité” est très fréquemment décelable hors d’Italie. Seules quatre cités (sur trente-cinq) font exception dans l’état actuel de ma recherche : Cemenelum (Alpes maritimes), Verulamium (Bretagne)34, la ciuitas Heluetiorum (Germanie supérieure) et Troesmis (Mésie). Dans les provinces, l’association dendrophores-Magna Mater, apparaît donc systématique en Gaule Narbonnaise, Lyonnaise et Belgique, dans les provinces d’Afrique et dans les provinces danubiennes (à une exception près).

  • 35 Rubio Rivera 1993 ; Boscolo 2006, 504-505, 514.
  • 36 On rappellera cependant que l’inscription de Regium Iulium a été posée en l’honneur de sacratae, (...)

21La situation est fort différente en Italie où, dans l’état actuel de nos connaissances, l’absence de lien entre les dendrophores et le culte de Magna Mater concerne trente et une cités sur cinquante. Un tel constat a conduit certains savants à identifier les dendrophores de ces cités à un “collège professionnel”35. Je ne suis pas sûre que cette interprétation s’impose nécessairement. Il faut en effet tenir compte de la situation de Rome et des provinces – ce qui m’incite déjà à la considérer avec prudence – mais aussi des différences régionales au sein de la péninsule italique. C’est peut-être simplement l’état de notre documentation archéologique ou épigraphique qui biaise le constat. Si les dendrophores ne semblent jamais en relation avec la Magna Mater en Apulie/Calabre (5)36, en Émilie (3), en Ligurie (2) ou dans le Picenum (1), par contre, ils sont, dans la première région augustéenne (Latium-Campanie), presqu’exclusivement attestés dans des cités (9/11) où la déesse est présente. Dans d’autres régions, tels le Bruttium (2/5), l’Étrurie (1/3), le Samnium (1/4), la Transpadane (1/3), l’Ombrie (1/5) et la Vénétie-Histrie (4/8), les dendrophores sont dans une minorité de cités liés au culte de Magna Mater.

Dendrophores et autorités romaines (quindécemvirs ; Sénat)

  • 37 CIL, X, 3699 ; Van Haeperen 2010.
  • 38 CIL, V, 4341 (D. 1150) = InscrIt, X.5, 135. Voir dans le même sens, Boscolo 2006, 504-505 ; Tran (...)

22Le lien des dendrophores avec le culte municipal de Magna Mater peut également s’accompagner d’une tutelle des quindécemvirs romains, comme l’explicite clairement une inscription que j’ai suggéré d’attribuer à Pouzzoles plutôt qu’à Cumes : dendrophori (…) qui sunt sub cura XVuir(orum) s(acris) [f(aciundis)]37. La nature exacte de la cura qu’exercent les prêtres romains sur ce collège est difficile à préciser, faute de sources. Cette tutelle était-elle automatique, valable pour tout collège de dendrophores ? À nouveau, il est difficile de répondre. Seul un texte de Brescia laisse percevoir que des relations pouvaient exister entre l’association et le collège sacerdotal romain. Les dendrophores de cette cité ont en effet choisi pour patron un notable de rang sénatorial de leur colonie qui était aussi quindécemvir et qui, à ce titre peut-être, œuvra pour confirmer leur immunitas. Quoi qu’il en soit, la mention de cette immunitas révèle en “creux” que ce collège a reçu la confirmation du Sénat romain et les avantages qui y sont liés38. On aurait ainsi, avec Pouzzoles et Brescia, l’exemple de deux colonies romaines d’Italie dont le collège de dendrophores est reconnu par le Sénat romain et lié d’une manière ou d’une autre aux quindécemvirs.

  • 39 Voir récemment Liu 2009, 97‑124.
  • 40 CIL, VI, 29691 (Rome, en 206) ; X, 3700 (Cumes) ; X, 3699 (Pouzzoles ; voir Van Haeperen 2010).
  • 41 CIL, V, 7881 (voir Tran 2006, 264-265 ; Jacques 1990, 216).
  • 42 CIL, XIII, 1921 : omnib(us) cor/porib(us) Lug(duni) licite coeuntibus ; CIL, XIII, 1974 : patrono (...)

23À l’instar d’autres collèges, les dendrophores pouvaient bénéficier du ius coeundi accordé par le Sénat romain39. Celui-ci est attesté pour les dendrophores de Rome (en 206) et est très vraisemblable pour ceux de Cumes (iiie s.), de Pouzzoles (en 251) et de Brescia (au début du iiie s.) : nous venons de le voir40. C’est sans doute également le cas des dendrophores de Cimiez où sont mentionnés (au iiie s.) les tria collegia quib(us) ex s(enatus) c(onsulto) c(oire) p(ermissum)41. La présence de collegia licite coeuntia à Lyon pourrait, elle aussi, être comprise comme se référant à des collèges quibus ex senatus consulto coire licet42, au nombre desquels on peut vraisemblablement ranger les dendrophores.

  • 43 CIL, III, 7060 = FIRA, 1, V, 48, 293- 4 : [S(enatus) c(onsultum) de p]ostulatione Kyzicenor(um) e (...)

24Depuis quand ce droit appartenait-il aux collèges de dendrophores, quelle était la procédure pour se le voir octroyer ? En examinant l’inscription de Pouzzoles, j’avais fait référence au sénatus-consulte relatif à la demande faite par les habitants de Cyzique pour que le collège de neoi de leur cité soit reconnu43. Cet exemple, isolé certes vu l’état de la documentation, montre bien qu’un collège peut être reconnu par sa cité sans l’être par le Sénat, mais surtout que la demande d’autorisation ou de confirmation d’un collège n’émane pas nécessairement de celui-ci mais peut être issue de la cité à laquelle il appartient.

  • 44 Tran 2006, 355-354 ; Marcien, Dig., 47.22.1.1 : Sed religionis causa coire non prohibentur, dum t (...)
  • 45 Callistrate, Dig., 50.6.6.12 : Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius coeundi lege permiss (...)
  • 46 Boscolo 2006, 514.
  • 47 Voir déjà, prudemment, en ce sens Salamito 1987, 999.
  • 48 Tran 2006, 316‑318, 354 ; voir aussi à propos des dendrophores les remarques de Goffaux 2008, 53- (...)

25Les collèges de dendrophores des quatre-vingt-cinq cités d’Italie et des provinces ont-ils tous été approuvés ou confirmés par le Sénat romain ? À nouveau, la nature des sources rend toute réponse hasardeuse. Notons simplement que rien n’empêchait que ceux-ci soient reconnus par leur cité en raison de leur utilité religieuse, sans que le collège ou la cité ne ressente le besoin d’une approbation “en plus haut lieu”, d’autant plus que depuis Hadrien au moins, étaient autorisés les collèges se réunissant pour motifs religieux44. L’approbation ou la confirmation du Sénat revêtait cependant un avantage important, puisque l’immunitas était accordée aux collegiati, en vertu de l’utilité publique de leur association45. Selon certains, l’immunitas des dendrophores de Brescia prouve que les fonctions d’utilité publique revêtues par ceux-ci étaient de nature professionnelle46. C’est à mon avis aller un peu vite en besogne et négliger le fait que la religion étant civique, les fonctions qui s’y attachaient pouvaient être considérées d’intérêt public47. C’est ce que montre clairement l’exemple des symphoniaci romains, autorisés à se réunir en vertu d’un sénatus-consulte et de la lex Iulia, en raison des jeux (ludorum causa). C’est vraisemblablement aussi en raison de leur “utilité religieuse” au sens large que les scabillarii de Pouzzoles ont reçu le ius coeundi du Sénat. De même, selon N. Tran, c’est le rôle religieux des piscatores et urinatores de Rome lors des ludi piscatori qui pourrait justifier que le ius coeundi leur ait été accordé par le Sénat48.

26Ces considérations permettent de jeter un nouvel éclairage sur une constitution impériale, datée de 329, souvent citée comme “preuve” de la nature professionnelle du collège des dendrophores.

  • 49 C.Th., 14.8.1 : Imp. Constantinus A. ad Euagrium p(raefectum) p(raetori)o. Ad omnes iudices litte (...)

“L’empereur Constantin Auguste à Evagrius, préfet du prétoire. Il convient que Ta Gravité adresse une lettre à tous les gouverneurs de provinces, pour que, dans toutes les villes où il y a des dendrophores, ceux-ci soient adjoints aux collèges de centonaires et d’ouvriers du bâtiment, parce qu’il est utile d’accroître ces corps par un grand renfort d’hommes. Donné le 14 des calendes d’octobre à Naissus, reçu le 8 des ides de novembre, sous le quatrième consulat de Constantin Auguste et de Licinius”49.

  • 50 Salamito 1987. Pour un aperçu critique de ces recherches, Perry 2006, 7‑18 ; Liu 2009, 282-284.
  • 51 Liu 2009, 284.
  • 52 C.Th., 16.10.20.2 : omnis expensa illius temporis ad superstitionem pertinens, quae iure damnata (...)

27Comme l’a montré J.-M. Salamito, cette constitution ne vise pas à fusionner ces trois collèges – ils gardent chacun leur identité – mais plutôt à les réunir en vue d’un service commun, dans lequel la plupart des modernes ont reconnu la lutte contre les incendies50. Dans son ouvrage sur les centonarii, J. Liu confirme l’interprétation du savant français sur la “non-fusion” des trois collèges et poursuit sa réflexion. Si les collèges de fabri et de centonarii doivent recevoir du renfort, c’est vraisemblablement à cause du manque d’artisans qualifiés mais pourquoi alors, s’interroge-t-elle, faire appel aux dendrophores ? D’une part, parce qu’il s’agissait de l’un des collèges les plus diffusés mais surtout, propose-t-elle avec acuité, parce que “l’association des dendrophores avec le culte de Magna Mater n’était plus perçue comme particulièrement utile et commençait à faire l’objet d’une suspicion croissante, avec l’essor du christianisme”51. On soulignera en outre, avec J. Liu, que la seconde constitution impériale mentionnant les dendrophores, datée de 415, les inclut parmi d’autres associations païennes désormais supprimées52.

Conclusion

  • 53 Voir les listes dressées par Tran 2006, 352 et Liu 2009, 105.

28À l’instar d’un certain nombre de collèges – et notamment des fabri et des centonarii, les associations de dendrophores apparaissent souvent en liaison étroite avec leur cité d’appartenance : ils agissent dans le paysage civique et portent fréquemment le nom de leur cité dans leur titre. Comme d’autres collèges, ils peuvent, au moins dans certains cas, avoir reçu du Sénat romain l’autorisation de se réunir. Ces collèges bénéficiant du ius coeundi correspondent en bonne partie à des associations ancrées dans la vie municipale. Il s’agit principalement des tria collegia, des iuuenes, de nauicularii (mais aussi des symphoniaci de Rome, des scabillarii de Pouzzoles ou de collèges d’Ostie ou de Portus liés à l’annone, tels les mensores ou les pistores)53.

  • 54 Voir déjà Salamito 1987, 999 ; 1990, 164, 167 ; Goffaux 2008, 53.
  • 55 Cic., Har., 13.28-29.
  • 56 CIL, VI, 641 et 30973, et CIL, VI, 1925 ; cocus à Alba Fucens (CIL, IX, 3938) ; peut-être aussi f (...)

29Ces collèges autorisés par le Sénat revêtent – nous apprennent Asconius et Callistrate – des fonctions d’utilité publique. Derrière cette formule, on a depuis longtemps reconnu des collèges dont les membres exercent un métier utile soit pour leur cité soit pour l’annone. Il convient aussi d’y ajouter les collèges jouant un rôle dans la vie religieuse civique, autorisés ludorum ou sacrorum causa (il est possible que cette précision ait été “gommée“ des compilations juridiques tardives, à cause de sa saveur polythéiste). Se rangent à mon avis dans cette deuxième catégorie les dendrophores – seuls, avec les cannophores, parmi les collèges à porter un nom grec54, tout comme les Ludi Megalenses d’avril, en l’honneur de Magna Mater, étaient les seuls parmi les jeux romains à ne pas porter un nom latin55. Les sources épigraphiques ne permettent en aucun cas de reconnaître dans ces “porteurs d’arbres” une association regroupant des professionnels du bois. Quelques dendrophores se présentent d’ailleurs explicitement comme exerçant une profession sans le moindre lien avec un métier du bois : deux margaritarii à Rome, un cuisinier à Alba Fucens, peut-être un foulon à Pola56. Les dendrophores apparaissent par contre dans ces mêmes sources en contact étroit avec le culte de Magna Mater, qu’ils desservent depuis l’empereur Claude, selon Jean le Lydien. La réévaluation dont fait l’objet la religion des Romains depuis trois décennies permet ainsi de poser un nouveau regard sur les collèges – notamment de dendrophores – et sur la notion d’utilité publique qu’ils pouvaient revêtir.

30 

Annexe : liste par province et cité des attestations de dendrophores dans le monde romain57

  • 57 Cette liste comporte 150 entrées mais le nombre d’inscriptions relatives à des dendrophores s’élè (...)

province

cité

datation

origo

culte MM attesté

référence source

Rome

206

x

x

CIL, VI, 29691

Rome

début iiie s.

x

CIL, VI, 1040

Rome

fin iie s.

x

CIL, VI, 30973

Rome

97

x

CIL, VI, 642

Rome

fin iie s.

x

CIL, VI, 641 (D. 3540)

Rome

x

x

CIL, VI, 1925 (D. 1919)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Castrimoenium / Marino

147

x

AE, 1927, 115

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Cumae / Cuma

x

x

AE, 1971, 90 ; CCCA, IV, 5

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Cumae / Cuma

iiie s.

x

CIL, X, 3700 ; CCCA, IV, 4

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Gabiae / Gabii

220

x

CIL, XIV 2809 (D. 6219)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Lauinium / Pratica di Mare

227

x

x

AE, 1998, 282

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

203

x

x

CIL, XIV, 324 (D. 4176)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

147

x

CIL, XIV, 280

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

x

x

CIL, XIV, 282

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

x

CIL, XIV, 283

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

161-169

x

x

CIL, XIV, 107

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

139

x

x

CIL, XIV, 97

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

196

x

x

CIL, XIV, 71

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

iie-iiie s.

x

CIL, XIV, 69

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

x

CIL, XIV, 295 (D. 6157)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

142

x

x

CIL, XIV, 67

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

fin iie-début iiie s.

x

CIL, XIV, 326

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

début iiie s.

x

CIL, XIV, 281

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

iie-iiie s.

x

x

CIL, XIV, 53 (D. 4173)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

vers 147

x

x

CIL, XIV, 364

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

début iie s.

x

CIL, XIV, 409 (D. 6146)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

iiie s.

x

x

CIL, XIV, 45

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

161-180

x

CIL, XIV, 40 = AE, 1920, 92 = CIL, XIV, 4301

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

178-192

x

x

AE, 1948, 24

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

143

x

x

CIL, XIV, 33 = CCCA, III, 400

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

iie-iiie s.

x

x

CIL, VI, 29725 = AE, 1985, 161

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

256

x

x

AE, 1987, 198

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Ostia

x

CIL, XIV, 309 (D. 6163)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Puteoli / Pozzuoli

251

x

CIL, X, 3699 (D. 4174) ;

CCCA, IV, 2

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Puteoli / Pozzuoli

196

x

CIL, X, 1786 ; CCCA, IV, 13

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Puteoli / Pozzuoli

x

CIL, X, 1790 (D. 6332) ;

CCCA, IV, 14

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Signia / Segni

iie-iiie s.

x

CIL, X, 5968 (D. 6272)

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Suessula / Arienzo

x

x

CIL, X 3764 (D. 6341) ;

CCCA, IV, 97

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Tibur / Tivoli

x

x

CIL, IX, 5189

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Tusculum

2e moitié iie-début iiie s.

x

CIL, XIV, 2634 (D. 6210) ;

Suppl It. Latium Vetus, 359

Italie. Regio I. Latium/Campanie

Verulae / Veroli

197

CIL, X, 5796 (D. 6268)

Italie. Regio II. Apulia/Calabria

Luceria / Alberona

fin iie s.

AE, 2001, 879b

Italie. Regio II. Apulia/Calabria

Ligures Baebiani / Macchia

CIL, IX, 1463

Italie. Regio II. Apulia/Calabria

Ligures Baebiani / Macchia

iiie s.

CIL, IX, 1459

Italie. Regio II. Apulia/Calabria

Volturara / Castelmanno

CIL, IX, 939

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Atina

x

CIL, X, 8100 = InscrIt, III.1, 156

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Eburum / Evoli

iie s.

CIL, X, 451 = InscrIt, III.1,

5 = AE, 1989, 187

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Laviano

CIL, X, 445 = InscrIt, III.1, 8

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Regium Iulium /

Reggio di Calabria

79

x

CIL, X, 7 = AE, 1985, 305

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Volcei / Buccino

CIL, X, 8108 = InscrIt, III.1, 34

Italie. Regio III. Bruttium et Lucania

Volcei / Buccino

CIL, X, 8107 = InscrIt, III.1, 33

Italie. Regio IV. Samnium

Alba Fucens

AE, 1956, 4

Italie. Regio IV. Samnium

Alba Fucens

x

CIL, IX, 3938 (D. 7470)

Italie. Regio IV. Samnium

Allifae/Alife

x

Mancini 2005, 42

Italie. Regio IV. Samnium

Antinum / Antino

CIL, IX, 3836

Italie. Regio IV. Samnium

Antinum / Antino

CIL, IX, 3837

Italie. Regio IV. Samnium

Antinum / Antino

CIL, IX, 3842

Italie. Regio IV. Samnium

Carseoli / Carsoli

x

CIL, IX, 4068

Italie. Regio IV. Samnium

Carseoli / Carsoli

x

CIL, IX, 4067 = CIL, XI, *581, 2 (D. 6538)

Italie. Regio IX. Liguria

Hasta / Asti

iie s.

SupIt 10-H, 7 = AE, 1985, 413 = AE, 1990, 356

Italie. Regio IX. Liguria

Pollentia / Polenzo

après 175

x

CIL, V, 7617 (D. 6750) = InscrIt, IX.1, 130 = AE, 1982, 376

Italie. Regio IX. Liguria

Pollentia / Polenzo

x

CIL, V 7618 = InscrIt, IX.1, 131

Italie. Regio V. Picenum

Falerio / Falerone

193-235

CIL, IX 5439 (D. 1368)

Italie. Regio VI. Vmbria

Fanum Fortunae / Fano

CIL, XI, 6235

Italie. Regio VI. Vmbria

Fanum Fortunae / Fano

CIL, XI, 6231

Italie. Regio VI. Vmbria

Meuaniola / Galeata

AE, 1993, 635

Italie. Regio VI. Vmbria

Ocriculum / Otricoli

251

CIL, XI, 4086

Italie. Regio VI. Vmbria

Pisaurum / Pesaro

iie-iiie s.

CIL, XI, 6362 (D. 7364)

Italie. Regio VI. Vmbria

Sassina / Sarsina

après 112

x

x

CIL, XI, 6520 (D. 6647 ; AE, 1999, 616)

Italie. Regio VII. Etruria

Faesulae / Fiesole

CIL, XI, 1551

Italie. Regio VII. Etruria

Faesulae / Fiesole

CIL, XI, 1152

Italie. Regio VII. Etruria

Luna

x

CIL, XI, 1355

Italie. Regio VII. Etruria

Volsinii / Bolsena

CIL, XI, 2723

Italie. Regio VIII. Aemilia

Ariminum / Rimini

fin iie-début iiie s.

CIL, XI, 377

Italie. Regio VIII. Aemilia

Ariminum / Rimini

iie s.

x

CIL, XI, 6378

Italie. Regio VIII. Aemilia

Boncellino di Bagnacavallo

AE, 1957, 138

Italie. Regio VIII. Aemilia

Fidentia /

Salsomaggiore Terme

206

AE, 1991, 713

Italie. Regio VIII. Aemilia

Parma

iie s.

x

CIL, XI, 1059

Italie. Regio VIII. Aemilia

Ravenna

fin iie-début iiie s.

CIL, XI, *6 = CCID, 456

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Aquileia

iie-iiie s.

x

x

CIL, V, 1012 (D. 6686)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Arusnates / Verona

iie s. ?

x

CIL, V, 424* ; Panciera 1970, 81-84.

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Arusnates / Verona

iie s.

x

Boscolo 2006, 503-504

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Arusnates / Verona

ier-iie s.

x

CIL, V, 3312 (D. 3462)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Bellunum / Belluno

SupIt, 4 B, 9 (AE, 1976, 252a)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Bellunum / Belluno

1ère moitié iiie s.

SupIt, 4 B, 8 (AE, 1888, 132 ; 1976, 252b)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Berua

x

CIL, V, 2071 (D. 6691)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Brixia / Brescia

iie s.

x

CIL, V, 4477 = InscrIt, X.5, 266

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Brixia / Brescia

iie s.

x

CIL, V 4388 = InscrIt, X.5, 932

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Brixia / Brescia

iie s.

x

CIL, V 4418 = InscrIt, X.5, 211

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Brixia / Brescia

iiie s.

x

CIL, V 4341 = InscrIt, X.5, 135 (D. 1150)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Brixia / Brescia

ier-iie s.

x

InscrIt, X.5, 16

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Feltria / Feltre

x

CIL, V, 2071 (D. 6691)

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Patauium / Padova

CIL, V, 2794

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Pola / Pula

iie s.

x

x

CIL, V, 81 = InscrIt, X.1, 155

(D. 4172) ; CCCA, IV, 247

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Pola / Pula

x

CIL, V, 82 = InscrIt, X.1, 156

Italie. Regio X. Venetia et Histria

Pola / Pula

227

x

CIL, V, 56 = CIL, V 61 = InscrIt, X.1, 84

Italie. Regio XI. Transpadana

Bergomum / Bergamo

CIL, V, 5135

Italie. Regio XI. Transpadana

Bergomum / Bergamo

x

CIL, V, 5128 (D. 6726 ; AE, 1993, 800)

Italie. Regio XI. Transpadana

Comum / Como

x

CIL, V, 5296

Italie. Regio XI. Transpadana

Comum / Como

x

CIL, V, 5275

Italie. Regio XI. Transpadana

Mediolanum / Milano

x

CIL, V, 5840

Italie. Regio XI. Transpadana

Mediolanum / Milano

x

CIL, V, 5902 (D. 6733)

Italie. Regio XI. Transpadana

Mediolanum / Milano

x

x

CIL, V, 5465 (D. 4259)

Mauretania Caesariensis

Caesarea / Cherchell

iiie s.

x

CIL, VIII, 9401 (D. 4167) ; CCCA V, 145

Mauretania Caesariensis

Caesarea / Cherchell

x

CIL, VIII, 21070

Mauretania Sitifensis

Sitifis / Sétif

288

x

CIL, VIII, 8457 = 20343 ;

CCCA, V, 142

Numidia

Cirta / Constantine

x

CIL, VIII, 6941 (D. 3391)

Numidia

Cirta / Constantine

x

CIL, VIII, 6940 (D. 3390)

Numidia

Cuicul / Djemila

2e moitié iie-début iiie s.

x

AE, 1911, 22 ; CCCA, V, 128

Numidia

Rusicade / Skikda

iie-iiie s.

x

CIL, VIII 7956 (D. 4117) ; CCCA, V, 139

Numidia

Thamugadi / Timgad

x

CIL, VIII, 17907

Numidia

Thamugadi / Timgad

iiie s.

x

AE, 1954, 154

Africa proconsularis

Carthago

x

CIL, VIII, 12570 ; CCCA, V, 99

Africa proconsularis

Mactaris / Makthar

276-282

x

CIL, VIII, 23400 ; CCCA, V, 79

Africa proconsularis

Mactaris / Makthar

286-293

x

CIL, VIII, 23401 (D. 4142) ; CCCA, V, 80

Africa proconsularis

Thugga / Dougga

x

CIL, VIII, 15527

Africa proconsularis

Vtica / Utique

iiie s.

x

AE, 1961, 201 ; CCCA, V, 114

Dalmatia

Salona

iie-iiie s.

x

CIL, III, 8823 ; CCCA, VI, 160

Dacia

Alba Iulia / Apulum

x

x

CIL, III, 1217

Moesia inferior

Nicopolis ad Istrum

début iiie s.

x

http://dariknews.bg/​view_article.php?article_id=580364 (consulté le 3 septembre 2010)

Moesia inferior

Nouae / Svishtov

x

ILBulg, 295 = IGLNovae, 34 (AE, 1929, 120 = AE, 1949, 202 = AE, 1987, 859) ; CCCA, VI, 385

Moesia inferior

Tomi / Constanta

iie s.

x

CIL, III 763 (D. 4116) = IScM, II, 119

Moesia inferior

Tomi / Constanta

début iiie s.

x

IScM, II, 83

Moesia inferior

Troesmis / Iglita

vers 170

CIL, III, 7505 (D. 2311) = IScM, V, 160

Pannonia inferior

Aquincum / Budapest

x

AE, 1969/70, 483

Pannonia superior

Emona / Ig

1ére moitié iie s.

x

CIL, III, 10738

Pannonia superior

Siscia / Sisak

x

CIL, III, 10858

Thracia

Serdica / Sofia

après 117

x

IGBulg, IV, 1925b

Macedonia

Philippi / Krenides

x

AE, 1935, 53 ; CCCA, VI, 303

Alpes maritimae

Cemenelum / Cimiez

CIL, V, 7921

Alpes maritimae

Cemenelum / Cimiez

iiie s.

CIL, V, 7904

Gallia Narbonensis

Aquae Sextiae /

Aix-en-Provence

iie s.

x

x

ILN, Aix-en-Provence, 38 = AE, 1983, 657

Gallia Narbonensis

Alba Heluiorum / Alba

époque flavienne

x

AE, 1965, 144

Gallia Narbonensis

Massilia / Marseille

x

x

CIL, XII, 411 ; CCCA, V, 314

Gallia Narbonensis

Nemausus / Nîmes

x

CIL, XII, 5953 ; CCCA, V, 326

Gallia Narbonensis

Glanum /

Saint-Remy-de-Provence

x

x

AE, 1946, 156 ; CCCA, V, 342

Gallia Narbonensis

Valentia / Valence

x.

x

CIL, XII, 1744 ; CCCA, V, 368

Gallia Narbonensis

Vienna / Vienne

ier s.

x

AE, 1956, 61 ; CCCA, V, 374 ; ILN, Vienne 29

Gallia Narbonensis

Vienna / Vienne

ier-iie s.

x

CIL, XII, 1878 ; CCCA, V, 372 ; ILN, Vienne 83

Gallia Narbonensis

Vienna / Vienne

iie s.

x

CIL, XII 1917 ; CCCA, V, 373 ; ILN, Vienne 111

Lugudunensis

Ambarri /

Vieu en Val-Romey

x

CIL, XIII, 2543

Lugudunensis

Lugdunum / Lyon

fin ier s.

x

CIL, XIII, 1723 ; CCCA, V, 389

Lugudunensis

Lugdunum / Lyon

160

x

CIL, XIII, 1751 (D. 4131) ; CCCA, V, 386

Lugudunensis

Lugdunum / Lyon

190

x

x

CIL, XIII, 1752 (D. 4132) ; CCCA, V, 385

Lugudunensis

Lugdunum / Lyon

1ère moitié iie s.

x

x

CIL, XIII, 1961 ; CCCA, V, 390

Lugudunensis

Lugdunum / Lyon

fin iie-début iiie s.

x

CIL, XIII, 2026 ; CCCA, V, 391

Belgica

Nemetacum / Arras

x

Jacques et al. 2008, 240-241, 251

Britannia

Verulamium / Saint-Albans

x

AE, 1980, 600

Germania superior

ciuitas Heluetiorum / Amsoldingen

CIL, XIII, 5153

Germania superior

Nida / Heddernheim

fin iie-début iiie s.

x

x

AE, 1962, 232 ; CCCA, VI, 52

Notes

1 C.Th., 14.8 et 16.10.20.2 ; voir annexe pour les références aux inscriptions (par province et par cité). Aux listes dressées jadis par Waltzing 1895-1900, III, et Graillot 1912, 264‑265, 565-566, revues et complétées ensuite par Salamito 1987, 992, n. 5 (qui arrive à un total de 143 inscriptions), Mennella & Apicella 2000 et Liu 2008b, 63, n. 63, doivent être ajoutées quatre inscriptions : une d’Allifae (Italie), une de Vérone mentionnée par Boscolo 2006, 503-504, une d’Arras (Belgica) et une de Nicopolis ad Istrum (Mésie) récemment découverte (http://dariknew.bg/wiew_article.php?article_id=580364, consulté le 3 septembre 2010). Cette nouvelle inscription confirme l’hypothèse de l’existence de dendrophores à Nicopolis, émise par Vladkova 2004, 111-120. On ne retiendra pas l’inscription Orelli 4412, reprise par Waltzing, III, 1377, qui a été reconnue comme un faux par le CIL. Il convient en outre, à mon sens, de retirer de ces listes les deux inscriptions fragmentaires suivantes : CIL, XIV, 70 (Ostie), qui ne mentionne pas les dendrophores mais que Graillot interprétait comme un don fait à ce collège ; CIL, III, 7516 = AE, 1956, 214 = IScM, V, 294, retrouvée en Mésie, à Barbosi, dans ou à proximité d’un établissement militaire : pro sal(ute) Imp(eratoris) L(ucii) Ael(ii) Aur(elii) / Commodi Pi(i) Fel(icis) Aug(usti) Germ(anici)] / Sarm(atici) Brit(tannici) pont(ificis) max(imi) / tr(ibunicia) pot(estate) XVI
c]o(n)s(ulis) VI / [p(atris) p(atriae) per leg(atum) Au]g(usti) pr(o) / [pr(aetore) prouinc(iae) Moesiae
Co]sco/[nium Gentianum -]DEN / [-.
La restitution, à la dernière ligne, den[droph], proposée par Waltzing et reprise par Graillot, ne s’impose absolument pas ; il pourrait tout autant s’agir d’une partie du nom du légat, par exemple. On notera en outre que, nulle part dans le corpus, les dendrophores n’apparaissent dans un contexte militaire.

2 Par ex. van Nijf 1997, 178-181 ; Diosono 2007, 56-67. Voir cependant les réserves de Liu 2008b, 50-54.

3 Voir notamment Waltzing 1895-1900, I, 240-253 ; Aurigemma 1910 ; Graillot 1912, 266-278 ; Salamito 1987 et 1990 ; Rubio Rivera 1993 ; van Nijf 1997, 178‑181, 196‑197 ; Boscolo 2006 ; Diosono 2007, 56-67.

4 Dans son ouvrage récent sur les collegia centonariorum, J. Liu (2009, 52-54) propose des réflexions très intéressantes sur les dendrophores et insiste sur leur rapport avec le culte de Magna Mater.

5 CIL, VI, 641 (D. 3540) ; CIL, VI, 30973 (D. 3992). Sur le culte de Magna Mater, on consultera toujours avec profit Graillot 1912, ainsi que la synthèse désormais incontournable de Ph. Borgeaud (1996, notamment 95‑100, 131-134, pour les acteurs du culte sous la République et sous l’Empire).

6 Lyd., mens., 4.59 : Τῇ πρὸ δεκαμιᾶς Καλενδῶν Ἀπριλίων δένδρον πίτυς παρὰ τῶν δενδροφόρων ἐφέρετο ἐν τῷ Παλατίῳ. τὴν δὲ ἑορτὴν Κλαύδιος ὁ βασιλεὺς κατεστήσατο ; sur leur schola retrouvée sur le Caelius, la Basilica Hilariana, voir Pavolini 2006.

7 CIL, VI, 29691.

8 CIL, VI, 30973 (D. 3992) ; CIL, VI, 1925 (D. 1919) ; CIL, VI, 29691.

9 CIL, VI, 29691 (Rome, en 206).

10 Voir en annexe, pour les références précises. Si on inclut les mentions de tria collegia ou de omnia collegia, on arrive à un total de quatre-vingt-onze cités : à celles mentionnées en annexe, il faudrait dès lors ajouter Asisium, Meuania, Sentinum et Vruinum (dans la regio VI ; Ombrie) ; Dertona (dans la regio IX ; Ligurie) et Venafrum (dans la regio I).

11 CIL, X, 7 : V Idus April(es), / [Im]p(eratore) Vespasiano Caesar(e) / Aug(usto) VIIII co(n)s(ule), / Tito Ves[pasiano Caes]ar(e) / A[ug(usti) f(ilio) VII co(n)s(ule)], // ob munificentiam earum / quae dendrophoros / honorauerunt honos / decretus est eis q(uae) i(nfra) s(criptae) s(unt) : / Claudia Iusta, / [---]IVA[---], sac(rata), / S[---]ia Faustina, sac(rata), / S[---] Eutychia, / Amullia Primigenia, / Satria Pietas, / Claudia Ptolemais, / Terentia Athenais.

12 Salamito 1987.

13 CIL, VIII, 23401 (= CCCA, V, 80) : entre 286 et 293, à Sitifis ; CIL, VIII, 20343 (= CCCA, V, 142) : en 288, à Mactaris.

14 Comme le prouvent les récentes fouilles d’Arras : voir Jacques et al. 2008.

15 Voir CCCA.

16 CCCA, IV, 5.

17 Ainsi, en Italie, à Rimini, chez les Ligures Baebiani, à Eburum, Gabiae, Puteoli, Pollentia, Castelluccio, Carseoli, Bergomum, Brixia, Pola ; mais aussi en Lyonnaise (Lyon).

18 À Tusculum : CIL, XIV, 2634 (D. 6210) ; voir Goffaux 2008. Quant aux dendrophores de Nida (ciuitas Taunensium – Germanie supérieure), ils reçoivent, des uicani Nidenses, un terrain pour établir leur schola. Voir Liertz 2001, 115‑128.

19 Cela semble le cas à Vienne : AE, 1956, 61 = CCCA, V, 374 = ILN, Vienne 29.

20 Tran 2006, 256‑261 : “l’assignation d’un locus par les décurions paraît contribuer à la reconnaissance du caractère civique des collèges” (p. 258).

21 J’ai opéré ce sondage sur la base de recherches sur locus/o datus/o ou concessus/o ou adsignatus/o. Les résultats ici présentés ne prétendent pas à l’exhaustivité mais visent à fournir une idée de la répartition des collèges qui se voient accorder un tel privilège.

22 Voir en annexe. Si on inclut les tria collegia, il faut ajouter cinq attestations : de Venafrum (CIL, X, 4865), Cemenelum (AE, 1965, 194 ; 1981, 607) et Lugdunum (CIL, XIII, 1921, 1974).

23 Pour ce faire, je me suis d’abord appuyée sur les listes de Waltzing ; j’ai ensuite consulté la banque de données épigraphiques de Manfred Clauss, en faisant des requêtes en fonction du nom des collèges qui portaient ce genre de titre dans les listes dressées par le savant belge.

24 Rome n’est pas reprise dans le graphique : on y compte quinze attestations.

25 Il s’agit notamment de negotatiores (19), d’utriclarii (17), de nautae (13), de mensores (12), de fabri nauales (11), de nauicularii (10), de lenuncularii (6), de scapharii (4), de pistores (4), de pelliones (3), de uinarii (3), de lyntrarii (3).

26 Il s’agit notamment de cannophori (9) et de hastiferi (6) (presqu’exclusivement à Ostie dans ces deux premiers cas), de tibicines (8), de cultores (8) ou encore de scabillarii (1), de pausarii (1).

27 Un des exemples, le plus souvent cité, concerne les dendrophores de Bouillae, qui édifient pour le salut de l’empereur un sanctum matri deum et se voient attribuer un terrain pour y planter des pins. Les inscriptions relatives aux dendrophores d’Ostie (principalement des dédicaces à Magna Mater et à Attis ou pour le salut de l’empereur, mais aussi des offrandes à d’autres divinités) ont presque toutes été retrouvées dans le Campus de la Mère des dieux. L’autel offert par les dendrofori Glanici a été retrouvé in situ dans un édifice qualifié par les fouilleurs de “Maison d’Attis”, qui a livré de nombreux autels votifs en l’honneur des divinités phrygiennes ; on y reconnaît désormais un lieu de réunion de ce collège : Gros 1997, 223-228 ; Jacques et al. 2008, 249-250.

28 Tel est le cas à Ostie, à Lyon, à Valence, à Utique, à Mactaris.

29 À Rusicade, un dendrophore fait une offrande à Attis et au génie des dendrophores ; à Cuicul, un dendrophore s’acquitte d’un vœu à Magna Mater. Les dendrophores de Sitifis semblent participer à la reconstruction d’un temple à la déesse.

30 Tel est le cas à Pouzzoles (un prêtre de Magna Mater offre lors d’une dédicace pain, vin et sportules aux dendrophores de la cité) ; à Baies (les dendrophores reçoivent d’un augustal de Cumes une offrande à Magna Mater) ; à Nouae (un prêtre fait une offrande aux dendrophores de la cité) ; le prêtre de Magna Mater de Pola offre un espace funéraire dendrophoris Polensium.

31 À Suessula, un même personnage est dendrophore et prêtre de la déesse ; à Caesarea, un même individu est dendrophore et religiosus antistes de Magna Mater.

32 Je n’ai cependant pas inclus ces inscriptions parmi celles qui attestent l’existence de liens des dendrophores avec le culte de Magna Mater, dans la mesure où il s’agit ici d’hypothèses. Sur la lauatio, voir Borgeaud 1996, 98 et 206.

33 Voir tableau en annexe. Pour les références au culte de la déesse dans ces cités, on se référera au CCCA.

34 Certains proposent cependant d’identifier le temple triangulaire de Verulamium à un sanctuaire de Magna Mater. Voir par ex. Wheeler 1936, 113-120 ou King 2005, 355-356 : cette suggestion est appuyée par un réexamen des ossements découverts dans le sanctuaire.

35 Rubio Rivera 1993 ; Boscolo 2006, 504-505, 514.

36 On rappellera cependant que l’inscription de Regium Iulium a été posée en l’honneur de sacratae, par les dendrophores de la cité, durant les fêtes d’avril de Magna Mater. Voir supra.

37 CIL, X, 3699 ; Van Haeperen 2010.

38 CIL, V, 4341 (D. 1150) = InscrIt, X.5, 135. Voir dans le même sens, Boscolo 2006, 504-505 ; Tran 2008, 302, n. 68 ; sur ce texte Salamito 1990, 171-172.

39 Voir récemment Liu 2009, 97‑124.

40 CIL, VI, 29691 (Rome, en 206) ; X, 3700 (Cumes) ; X, 3699 (Pouzzoles ; voir Van Haeperen 2010).

41 CIL, V, 7881 (voir Tran 2006, 264-265 ; Jacques 1990, 216).

42 CIL, XIII, 1921 : omnib(us) cor/porib(us) Lug(duni) licite coeuntibus ; CIL, XIII, 1974 : patrono omnium / corpor(um) Lug(uduni) licite coeuntium.

43 CIL, III, 7060 = FIRA, 1, V, 48, 293- 4 : [S(enatus) c(onsultum) de p]ostulatione Kyzicenor(um) ex Asia / qui dicunt ut corpus quod appellatur neon / et habent in ciuitate sua auctoritate / [amplissimi o]rdinis confirmetur.

Le verbe, confirmetur, utilisé dans ce sénatus-consulte m’évoque le Commentaire de Gaius (Dig., 3.4.1.pr.‑1) : Item collegia Romae certa sunt, quorum corpus senatus consultis atque constitutionibus principalibus confirmatum est (...).

44 Tran 2006, 355-354 ; Marcien, Dig., 47.22.1.1 : Sed religionis causa coire non prohibentur, dum tamen per hoc non fiat contra senatus consultum, quo illicita collegia arcentur ; CIL, XIV, 2112, l. 10-13 (D. 7212).

45 Callistrate, Dig., 50.6.6.12 : Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius coeundi lege permissum est, immunitas tribuitur ; scilicet eis collegiis uel corporibus, in quibus artificii sui causa unusquisque adsumitur, ut fabrorum corpus est et si qua eandem rationem originis habent, id est idcirco instituta sunt, ut necessariam operam publicis utilitatibus exhiberent. Nec omnibus promiscue, qui adsumpti sunt in his collegiis, immunitas datur : sed artificibus duntaxat (...). “L’immunité est attribuée à certains collèges ou corps à qui le droit de s’assembler est donné ; à savoir à ces collèges ou corps dans lesquels chacun est admis en raison de son métier, tel le corps des artisans et ceux qui ont la même raison d’être, c’est-à-dire ceux institués pour effectuer des tâches nécessaires à l’utilité publique. Et l’immunité ne peut être donnée indistinctement à tous ceux qui sont admis dans ces collèges, mais seulement aux hommes de métier” (trad. Tran) ; Jacques 1984, 639‑646 ; Tran 2006, 354.

46 Boscolo 2006, 514.

47 Voir déjà, prudemment, en ce sens Salamito 1987, 999.

48 Tran 2006, 316‑318, 354 ; voir aussi à propos des dendrophores les remarques de Goffaux 2008, 53-54.

49 C.Th., 14.8.1 : Imp. Constantinus A. ad Euagrium p(raefectum) p(raetori)o. Ad omnes iudices litteras dare tuam conuenit grauitatem, ut, in quibuscumque oppidis dendrofori fuerint, centonariorum adque fabrorum collegiis adnectantur, quoniam haec corpora frequentia hominum multiplicari expediet. Dat. XIIII kal. Octob. Naisso, acc(epta) VII id. Nouemb. Constantino A. IIII et Licinio IIII conss. (trad. Salamito 1987, 993).

50 Salamito 1987. Pour un aperçu critique de ces recherches, Perry 2006, 7‑18 ; Liu 2009, 282-284.

51 Liu 2009, 284.

52 C.Th., 16.10.20.2 : omnis expensa illius temporis ad superstitionem pertinens, quae iure damnata est, omniaque loca, quae frediani, quae dendrophori, quae singula quaeque nomina et professiones gentiliciae tenuerunt epulis uiel sumptibus deputata, possint hoc errore submoto compendia nostrae domus subleuare. “Que tous les revenus dépensés autrefois pour la superstition justement condamnée, et tous les lieux que les frediani, les dendrophores et les confréries païennes, quel que soit leur nom, détenaient pour servir à leurs banquets ou à leurs dépenses, que tout cela, puisque cette erreur a été abolie, vienne accroître les profits de notre domaine” (Salamito 1987, 1009).

53 Voir les listes dressées par Tran 2006, 352 et Liu 2009, 105.

54 Voir déjà Salamito 1987, 999 ; 1990, 164, 167 ; Goffaux 2008, 53.

55 Cic., Har., 13.28-29.

56 CIL, VI, 641 et 30973, et CIL, VI, 1925 ; cocus à Alba Fucens (CIL, IX, 3938) ; peut-être aussi ful(lo?) à Pola (CIL, V, 82 = InscrIt, X.1, 156).

57 Cette liste comporte 150 entrées mais le nombre d’inscriptions relatives à des dendrophores s’élève à 149. La différence s’explique par le fait qu’une inscription (CIL, V, 2071 ; D. 6691) mentionne deux collèges de dendrophores.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search