Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Les collèges et la romanisation dans les provinces occidentales

Koen Verboven

Note de l’auteur

Un séjour d’étude à Oxford, en 2007, m’a permis de réaliser les recherches nécessaires à cette étude. Je voudrais vivement remercier la Classics Faculty qui m’a reçu comme “research associate”, le Linacre College qui m’a reçu comme Visiting Member, Merton College qui m’a offert son hospitalité et surtout les dr. Katherine Keats-Rohan et Jonathan Prag. Je tiens à remercier aussi le directeur et les employés de l’Academia Belgica à Rome où j’ai pu finir cette étude, en 2010.

Texte intégral

1Quel fut le rôle des collèges dans la romanisation des provinces occidentales ? C’est une question qui n’a guère été posée jusqu’ici et qui pourtant est essentielle si nous admettons que les collèges occupaient une place centrale dans les villes romaines. Dans cet article, je présente une analyse du rôle des collèges dans les structures caractéristiques de la cité romaine, suivie par une analyse prosopographique détaillée des parcours sociaux réalisés dans les collèges des provinces ibériques, gauloises et germaniques. Je vais défendre l’idée que les collèges jouèrent un rôle important dans la romanisation des provinces gauloises et germaniques, mais beaucoup moins dans les provinces hispaniques.

La cité romaine et les collèges

  • 1 Whittaker 1997, 145 ; voir aussi Woolf 1998, 48 qui parle d’un éthos de civilisation centré sur l (...)

2Ch. R. Whittaker a décrit la romanisation “comme un processus de transformation culturelle stimulé par l’empereur dans le but d’introduire la culture et l’ordre social ‘romain’”. Les villes jouaient un rôle de première importance comme “both the major cultural construct and conveyencer of Roman imperialism abroad”1.

  • 2 Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999 ; pour le ius latinum, voir Kremer 2006.

3La cité romaine était avant tout une ciuitas : une communauté de citoyens (ciues). Chaque ciuitas contrôlait un territoire avec un chef-lieu (caput ciuitatis) et, le plus souvent, des centres de peuplement (uici) d’importance mineure mais jouissant parfois d’une autonomie locale. À l’exception des coloniae ciuium Romanorum, les ciuitates des provinces occidentales étaient issues, en règle générale, d’une redistribution et redéfinition des anciens peuples indigènes. Peu à peu les coutumes, les techniques et les produits romains se répandirent. Le nombre de citoyens romains augmenta grâce à l’installation de vétérans, l’immigration d’hommes d’affaires romains et l’octroi de la citoyenneté romaine aux vétérans des auxiliaires indigènes. Progressivement, les institutions des cités furent réorganisées sur le modèle des municipes romains. La citoyenneté latine, puis romaine fut accordée aux cités, l’une après l’autre, et elles furent transformées en municipe ou colonie honoraire. Cette évolution trouva son aboutissement logique avec la constitutio antoniniana de 212 p.C.2 Aussi le statut personnel des habitants des cités provinciales demeura-t-il hétérogène pendant longtemps. Avant qu’une cité obtienne le statut de municipe ou de colonie latine ou romaine, il y avait des citoyens locaux, sans ou avec la citoyenneté latine ou romaine et des résidents étrangers (incolae, inquilini), qui pouvaient être des citoyens romains, des Latins ou des pérégrins.

  • 3 Plin., Ep., 1.19 ; Petr. 44 ; pour la possibilité de variations locales voir Patterson 2006, 202 (...)
  • 4 CJ 9.21.1.pr.
  • 5 Cf. Duthoy 1974 ; 1978 ; Abramenko 1993a ; D’Arms 2000 ; Ostrow 1985 ; Patterson 2006, 242-252.

4Dans les cités provinciales, l’ordre social s’est peu à peu conformé au modèle romain. Dans les municipes et les colonies, les citoyens étaient divisés en honestiores (regroupant les membres des ordres sénatorial, équestre et décurional, ainsi que les vétérans) et humiliores. La dignité des “plus honorables” (honestiores) était mise en évidence publiquement ; par exemple par le vêtement, les places d’honneur lors des spectacles et des banquets publics ou de plus grandes parts lors de distributions publiques. Ces personnages jouissaient de privilèges juridiques et participaient à la vie politique. Le cens assez modeste de 100 000 sesterces (celui de l’ancienne prima classis), habituel en Italie pour l’ordo decurionum, était probablement habituel aussi dans les provinces3. La lex Visellia de 24 p.C. interdisait la dignité d’honestior aux affranchis4, mais les conseils municipaux pouvaient leur conférer la dignité de sévir augustal. Pour ceux qui, comme les affranchis, étaient exclus du décurionat, l’augustalité constituait un ordre honorable alternatif, au sein des municipes et des colonies5.

5Mise à part la distinction fondamentale entre ingénus, affranchis et esclaves, les sources littéraires et juridiques ne reconnaissent guère de distinctions parmi les humiliores. Pourtant, il serait faux d’en conclure qu’ils constituaient une classe sociale homogène, sans différenciation interne pertinente. Une cité ne se réduisait jamais à son organisation politique et administrative. La position sociale d’un citoyen ne se résumait jamais à ses fonctions ou dignités formelles ou à son statut juridique personnel. Même en tant que municipe ou colonie, la ciuitas demeurait d’abord une communauté de citoyens. Les citoyens participaient aux mêmes cultes et fêtes. Ils fréquentaient les mêmes temples, théâtres et marchés. Ils écoutaient les mêmes discours, suivaient les mêmes campagnes politiques, applaudissaient ou critiquaient les mêmes magistrats annuels.

  • 6 MacMullen 1966, 174.
  • 7 Liu 2008b.
  • 8 Cf. Patterson 2006, 255, 261 ; Verboven 2007a, 881.

6Les structures de la vie communautaire ne recoupaient que partiellement les structures formelles de la cité. Elles émergeaient des différences identitaires entre professions, quartiers, cultes, ethnies, origines etc. Elles étaient institutionnalisées, exprimées et vécues dans les associations privées nombreuses et multiformes. Les collèges fonctionnaient comme porte-parole auprès des institutions formelles de la cité et structuraient la vie sociale. Il y avait de grandes variations entre les collèges. Quelques-uns réunissaient des collegiati pratiquant le même métier, d’autres étaient formés autour du culte d’une divinité, d’autres encore réunissaient les résidents d’un quartier ou des immigrés d’origine commune. Les esclaves et les affranchis de grandes familles formaient parfois des collegia domestica. Bien qu’il y eût des collèges plus sélectifs que d’autres, la condition primordiale était d’avoir les moyens de payer le droit d’entrée et les cotisations mensuelles. R. MacMullen estimait qu’au iie s. de notre ère, jusqu’à un tiers de la population masculine urbaine en Italie était membre d’un collège6. Il est impossible de confirmer de telles estimations et J. Liu a récemment défendu l’idée que le phénomène ne fut pas très répandu avant le dernier quart du ier s. p.C.7 Néanmoins, il est probable que, dans les villes italiennes, au moins à partir de la fin du ier s. p.C., la plebs media – c’est-à-dire les humiliores qui avaient des moyens suffisants pour vivre sans pouvoir se dispenser de travailler – était largement une plebs collegiata8.

  • 9 Waltzing 1895-1900, I, 351 ; Liu 2009, 140-148 (et passim).
  • 10 CIL, VI, 1060 ; 9405. Ce collège fut restructuré (institué ?) en 7 a.C., cf. Panciera 1981.
  • 11 Meiggs 1960, 317. Voir pour d’autres exemples : les fabri de Ravenne étaient divisés au moins en (...)
  • 12 CIL, III, 7905.
  • 13 CIL, XIII, 11313 (Trèves, 2e moitié du iie s. p.C.), voir aussi ci-dessous.
  • 14 ILLPRON, 1450-1458 ; Liu 2009, 340, n° 36 (voir ici pour bibliographie).
  • 15 Plin., Ep., 10.33 : dumtaxat hominum CL. ... nec erit difficile custodire tam paucos.

7Le collège des fabri et centonarii à Milan était organisé en douze centuriae de dix (?) decuriae chacune9. Les fabri tignuarii de Rome, au iiie s. p.C., étaient organisés en au moins soixante decuriae d’environ vingt-deux membres10. À Ostie et à Portus, plus de mille membres de grands collèges sont attestés à l’époque des Sévères11. Il n’y a aucune raison de penser, a priori, que les effectifs collégiaux étaient inférieurs dans les provinces. À Sarmizegetusa, le collège des fabri était organisé en treize decuriae12. À Trèves, le collège de fabri dolabrarii était divisé en au moins deux decuriae de cinquante membres13. Datée de 204 p.C., la liste des centonarii de Solua, en Norique, contient quatre-vingt treize membres14. Le projet de Pline de créer un collège de fabri à Nicomédie envisage un corps de “seulement” cent cinquante membres, parce qu’un nombre aussi limité serait facile à surveiller15.

  • 16 Cf. CIL, XI, 23 ; X, 5796 ; XI, 6053 ; 6378 ; AE, 2000, 344a ; 531 ; Patterson 1992, 234 ; 2006, (...)
  • 17 CIL, XII, 3316-3318 ; AE, 2000, 940.
  • 18 Cf. Bollman 1998 ; Tran 2006, 241-294. Voir aussi la contribution de N. Tran dans ce même volume.

8Plusieurs inscriptions distinguent les collegiati comme une catégorie de citoyens spécifique. Lors de distributions publiques les membres de (certains) collèges recevaient parfois plus que les non collegiati (mais toujours moins que les Augustales et les décurions)16. Dans le théâtre de Nîmes, la corporation des nautes de l’Ardèche et de l’Ouvèze, les nautae Atr(icae ?) et Ouidis, avait vingt-cinq places réservées et celle(s) des nautes du Rhône et de la Saône, les nautae Rhodanici et Ararici, en avai(en)t quarante17. La place et la visibilité des scholae et temples de collèges dans les villes étaient éminentes. Le “Piazzale delle corporazioni” à Ostie n’en est que l’exemple le plus spectaculaire18. De tels marqueurs de respectabilité se multiplient pour culminer à l’époque des Sévères. Ils montrent à quel point les collèges étaient une partie constitutive de la communauté urbaine des cités.

  • 19 Plut., Numa, 17 ; Flor., Epit., 1.1.176 ; Plin, NH, 34.1 ; 35.159. Cf. Gabba 1984 ; Liu 2009, 100 (...)

9La tradition romaine imputait l’origine de cet ordre social aux rois Numa ou Servius Tullius. Plutarque raconte comment Numa organisa les Romains selon leurs technai (professions) pour unifier en un seul peuple les Latins et les Sabins. De son côté, l’historien Florus (début iie s. p.C.) raconte comment Servius Tullius divisa le peuple en classes, decuriae et collegia19. Cette attribution aux rois est légendaire, mais la tradition et son insertion dans la narration de Plutarque et de Florus montrent qu’à l’évidence les collèges tenaient une place centrale au sein du modèle de la cité authentiquement romaine tel qu’il était conçu au iie s. de notre ère. Les motivations attribuées à Numa par Plutarque reflètent la conviction que les collèges renforçaient la cohésion de la communauté des citoyens.

  • 20 Cf. Waltzing 1895-1900, I, 357-368 ; Tran 2006, 139-174 ; Verboven 2007a.
  • 21 Waltzing 1895-1900, I, 334-515 ; Royden 1988.

10L’organisation interne des collèges en Italie et dans les provinces occidentales procède du même modèle. Comme la cité, le collège était une communauté organisée et hiérarchisée20, dirigée par des magistrats élus (quinquennales, magistri et/ou curatores). Dans les grands collèges il y avait parfois des fonctionnaires spéciaux pour la caisse commune (des quaestores) ou pour d’autres tâches : comme les scribae, les uiatores ou encore les aediles. Ces responsabilités étaient considérées comme des honores. Ainsi, les magistrats devaient payer une summa honoraria et fournir des munera, mais gardaient à perpétuité la dignité d’honoratus. Les collegiati – parfois désignés collectivement comme la plebs ou le populus – se réunissaient en assemblée générale (conuentus) pour élire leurs magistrats, coopter leurs patrons et voter des leges et decreta. Les très grands collèges étaient subdivisés en décuries, avec à leur tête des decuriones. Ces décurions et les anciens magistrats du collège pouvaient former un ordo decurionum, qui pouvait accaparer quelques responsabilités revenant d’ordinaire à l’assemblée générale21.

  • 22 Dig., 47.22.4 : … his autem potestatem facit lex pactionem quam uelint sibi ferre, dum ne quid ex (...)
  • 23 Le locus classicus est Dig., 3.4.1 qui semble suggérer que les collèges ne jouissaient pas de l’u (...)

11Une ou plusieurs lois statutaires – leges collegii – réglaient l’organisation et les activités du collège. Ces lois étaient valables pour les collegiati, à condition qu’elles ne contreviennent pas aux lois publiques. Gaius rapporte cette règle aux lois des XII Tables et pense qu’elle était inspirée d’une loi solonienne22. L’opinion de Gaius n’est pas nécessairement exacte sur le plan historique, mais elle montre le caractère “corporatif” des collèges, aux yeux des juristes. Chaque collège agissait comme une entité collective représentée par ses magistrats. Même si le fait que les collèges aient bénéficié de l’uniuersitas23 – l’équivalent romain incomplet de la capacité juridique moderne – n’est pas clair, la formalisation de l’organisation interne et le caractère contraignant des lois du collège leur assuraient une identité collective que les juristes comparaient avec la res publica.

  • 24 Cf. Flambard 1981, 158-159 ; 1982 ; 1983. Voir aussi ci-dessous.
  • 25 Dig., 47.22.1 ; CIL, XIV, 2112 ; De Ligt 2000 ; 2001 ; Cotter 1996 ; Arnaoutoglou 2002 ; Liu 2005 (...)

12Cette organisation stricte est mieux connue pour les collèges des époques augustéenne et postérieures. Les collèges des temps républicains étaient dirigés par des conseils de magistri, parfois au nombre de dix ou plus24. L’uniformité d’organisation à l’époque impériale et la différence avec l’époque antérieure suggèrent l’application d’un modèle commun, lié peut-être à l’autorisation préalable obligatoire, requise depuis la lex Iulia de collegiis. Cette loi augustéenne interdisait en principe tout collège qui n’avait pas reçu du sénat le ius coeundi. Elle fut suivie par d’autres mesures impériales, élargissant ou limitant les droits accordés aux collèges. Des associations de tenuiores étaient tolérées, peut-être par un sénatus-consulte du milieu du ier s., pourvu qu’elles ne se réunissent qu’une fois par mois et se limitent à des activités liées au culte, à la sociabilité ou aux funérailles des collegiati25.

  • 26 Tran 2006, 62-63.
  • 27 Verboven 2007a ; cf. Tert., Apol., 39.2.5.

13L’organisation et la hiérarchie internes des collèges ressemblent à celles des cités26. Pourtant les différences sont aussi remarquables. Les collèges étaient plus démocratiques que les municipes et les colonies. Chaque collegiatus avait une voix à l’assemblée générale. L’affiliation à un collège était sélective et le nombre de fonctions était limité, mais, mise à part la condition (pas toujours observée) de remplir le critère sur lequel le collège était fondé (communauté de profession, de culte, de quartier...), la condition décisive était surtout d’ordre financier. Les membres devaient payer une somme d’entrée et une cotisation mensuelle. Les magistrats payaient une summa honoraria et étaient chargés de munera. Les donations faites par des collegiati attestées dans les inscriptions (statuettes, autels etc.) nous montrent des communautés où l’honneur et la respectabilité pouvaient être acquis librement par le biais de dépenses personnelles, pour l’intérêt commun du collège27.

  • 28 Pour l’historiographie des collèges voir Perry 2006 ; Dissen 2009 ; pour les collèges et les funé (...)
  • 29 Van Minnen 1987 ; Gibbs 2011.
  • 30 Pleket 1990, 121-122.

14L’importance des collèges dans la vie des cités a été longtemps sous-estimée. À partir de Th. Mommsen et de J.-P. Waltzing, les collèges furent considérés comme des clubs privés dont les membres s’associaient pour se fréquenter et pour s’assurer des funérailles respectables. Contrairement aux guildes médiévales, les collèges n’auraient eu aucune importance politique ou économique28. Ce point de vue minimaliste a subi des corrections sensibles depuis les années 1990. Des papyrus montrent que les associations professionnelles en Égypte romaine jouaient un rôle dans la formation d’artisans, qu’elles imposaient des accords de prix, négociaient des salaires, défendaient les intérêts de leurs membres, les soutenaient financièrement, percevaient des taxes pour le gouvernement29. De telles informations manquent dans les inscriptions publiques, qui constituent l’essentiel de notre documentation dans les autres régions de l’Empire30.

  • 31 AE, 1999, 538.
  • 32 Cf. Sirks 1991 ; De Salvo 1992 ; Broekaert 2011.
  • 33 CIL, III, 14165, 8. Cf. Virlouvet 2004 ; De Salvo 1992, 403-409 ; Christol 1971 ; 1982 ; Sirks 19 (...)

15Pourtant, même les inscriptions suggèrent parfois que certains collèges étaient plus que des simples clubs sociaux. À Foro Felice, à la fin de la République, le collège de Mercuriales acheta le droit d’usage de trois magasins et d’autres infrastructures appartenant à la cité31. L’administration de l’annone s’appuyait sur les corporations d’armateurs et de négociants, pour conclure des contrats de livraison de blé, de vin, d’huile d’olive et de garum à Rome et pour accorder des privilèges aux négociants. Les collèges de meuniers-boulangers (pistores) à Rome et Ostie, les corporations de mesureurs de grains (mensores) et des armateurs se chargeant du transport d’Ostie à Rome (lenuncularii et caudicarii) occupaient aussi une position privilégiée du fait de leur importance pour l’annone32. La fameuse inscription de Beyrouth, qui atteste l’intervention du préfet de l’annone auprès d’un procurator Augusti ad annonam en faveur des nauicularii marini arlésiens, témoigne de l’influence de leurs corporations33.

  • 34 La liste se trouve dans Waltzing 1895-1900, III, 115-118 (n° 370-403) ; elle est complétée par Me (...)
  • 35 Dig., 50.6.6.12 : ... in quibus artificii sui causa unusquisque adsumitur, ut fabrorum corpus est (...)
  • 36 Liu 2009, 57-96.
  • 37 Leur utilité réelle comme pompiers est mise en cause par Nijf 2002, à mon avis sans raison (Verbo (...)

16Plus important, dans la cité romaine les collèges contribuaient à l’intégration à la vie urbaine des citoyens et des résidents appartenant à des catégories sociales inférieures aux élites. À travers les collèges la plebs media était impliquée dans l’organisation de jeux, de fêtes, de cultes, de campagnes politiques, bref de tout ce qui avait trait à la vie publique des cités. Les murs de Pompéi montrent encore les appels de groupes professionnels à voter pour tel ou tel candidat au poste de duumuir ou d’édile34. L’utilité publique de certains collèges fut expressément reconnue par les empereurs et les juristes. Pour Callistrate, l’utilité publique est la vraie raison d’être des collèges professionnels, comme ceux de fabri, qui sont “institués pour fournir une prestation nécessaire (operam necessariam) à l’utilité publique”35. La nature précise des “prestations pour l’utilité publique” fournies par les collèges d’ouvriers (fabri) ou de producteurs/marchands de textiles (centonarii) est débattue36. Leur participation à la lutte contre les incendies semble signalée par la lettre de Pline à Trajan, concernant l’institution d’un collège de fabri à Nicomédie (Ep., 10.33), mais ce n’était sûrement pas leur seule finalité37.

  • 38 Liu 2008a ; le droit de recevoir des dons et legs en tant que collectivité fut reconnu par Marc A (...)

17Un collège reconnu pouvait avoir un patrimoine et une caisse communs. Au cours du iie s. de notre ère, surtout, les grands collèges accumulèrent des fonds importants grâce à des dons et à des legs évergétiques. L’argent était prêté à intérêt, probablement aux collegiati eux-mêmes, en premier lieu. Ainsi, les collèges conquirent une place centrale dans les structures de crédit romaines38.

Mobilité sociale – l’élite des collèges

18Cet “ordre social associatif” procurait aux citoyens communs (humiliores) les moyens et l’encadrement pour réaliser un parcours social qui était lié aux structures de la cité, sans être soumis aux critères restrictifs contrôlés par le conseil de la cité. À travers les collèges, la richesse matérielle pouvait être transformée en capital symbolique. Les magistrats et les responsables de collèges étaient revêtus de la “dignité” attachée à leurs postes (honores). Ils occupaient des places d’honneur lors des banquets et des festivités du collège. Sans doute était-ce eux qui, en priorité, occupaient les places réservées aux collèges dans les théâtres ou les amphithéâtres. Ils négociaient avec les patrons et les defensores de leur collège, agissaient comme porte-parole et entraient ainsi en contact avec le conseil, les magistrats et les notables de la cité.

  • 39 Christol 2003, 330 (repris dans Christol 2010a, 526).
  • 40 Clemente 1972 ; Hemelrijk 2008 ; Saavedra 1995. Mais les inscriptions qui attestent ce patronage (...)

19M. Christol, en se référant aux collèges de la Gaule narbonnaise et de la vallée du Rhône, a avancé que “c’est dans le monde des patrons de corporations que l’on atteint l’élite économique, celle qui peut côtoyer l’élite politique”39. Il faut nuancer cette idée. La grande majorité des patrons de collèges appartenaient à l’élite politique, surtout (mais pas seulement) à l’aristocratie municipale40. Les patrons qui avaient commencé leur carrière dans les collèges où ils avaient servi comme magistrats, n’appartenaient plus aux collèges lorsqu’ils étaient choisis comme patron. Ils avaient franchi le seuil qui séparait le monde des collèges du monde de l’élite civique (même si les affranchis devaient se contenter de la position d’Augustalis). Mais l’idée de M. Christol demeure valable, dans le sens où le patronage d’associations privées était à la fois le point culminant des carrières à l’intérieur des collèges et le lieu de rencontre entre l’élite des collèges et l’élite politique.

  • 41 Cf. Lendon 1997, 97-98 ; Barton 2001, 12-14.

20Pour comprendre la dynamique sociale créée et régulée par les collèges, il nous faut considérer non seulement les patrons, mais aussi les magistrats et les bienfaiteurs de collèges : c’est-à-dire tous ceux qui participaient aux jeux de prestige pratiqués dans ces collectivités. Elles contribuaient au prestige des élites politiques, par exemple par la cooptation de patrons et l’érection de monuments et d’inscriptions honorifiques. Mais leur contribution primordiale à la (ré)génération de différences sociales se situait au niveau des humiles eux-mêmes. Ainsi, les collegiati ont formé et donné à voir les “communautés d’honneur” des classes sub-aristocratiques41. Ils établissaient des distinctions entre les membres et les non-membres, entre les magistrats, les bienfaiteurs et les membres ordinaires, entre les patrons et les magistrats.

  • 42 Verboven 2007a.

21Les collèges offraient ainsi la possibilité de suivre un cursus qui menait à des positions de respectabilité à l’intérieur et à l’extérieur du collège. De fait, ils ont institutionnalisé un processus de mobilité sociale ouvert à tous ceux qui disposaient de moyens financiers suffisants, nonobstant leurs origines ou leur statut juridique (à l’exception évidente des esclaves). Ils ont contribué à l’acceptation par la plebs media des inégalités sociales résultant de la distribution inégale du pouvoir, de l’influence et de la richesse42. Dans les provinces, ce cursus ne se limitait pas à l’acquisition de prestige. À travers la place des collèges dans la cité “romaine”, il menait aussi à l’intégration des collegiati dans le nouvel ordre romain. Les collèges participaient aux cultes romains, y compris au culte impérial, leurs monuments étaient intégrés à l’architecture publique ; ils avaient des places réservées dans les théâtres ou les amphithéâtres.

Diversité des collèges

  • 43 Waltzing 1895-1900, I, 33.
  • 44 La catégorie des collegia funeraticia établie par Mommsen était incluse par Waltzing dans la caté (...)

22Depuis le xixe s., les chercheurs ont essayé de construire une taxonomie des collèges romains. J.-P. Waltzing les a classés en quatre catégories : les collèges religieux, les clubs politiques, les cercles d’amusement et les corporations professionnelles43. Les clubs politiques avaient disparu en même temps que la République. La catégorie des collèges religieux consistait en des collegia tenuiorum, qui jouissaient d’une dérogation à l’interdiction générale des collèges non-autorisés, comme nous l’avons indiqué ci‑dessus. Selon J.-P. Waltzing, les cercles d’amusement n’étaient à vrai dire que des collèges religieux qui taisaient leur nom44. Ainsi, il n’aurait existé que deux grandes catégories : les collèges professionnels, jouissant d’un certain prestige mais surveillés par l’État et soumis à l’obligation d’obtenir une autorisation préalable, et les collèges religieux et sociaux, plus libres mais d’importance marginale dans la vie urbaine.

  • 45 Ausbüttel 1982, 29-32 ; Kloppenborg 1996 ; Harland 2003, 28-52 ; Tran 2006, 10-15 ; Verboven 2009 (...)
  • 46 Verboven 2007a, 872-873 ; Venticinque 2010 ; Patterson 1992 ; Perry 1999 ; cf. Artem. 5.82.

23Aujourd’hui cette stricte taxonomie est généralement rejetée, parce qu’elle méconnaît la plurifonctionnalité des collèges romains. Chaque collège était au fond une communauté plutôt qu’une association fonctionnelle. La relation entre les collegiati reposait sur la fides – la solidarité et la confiance – exprimée et vécue par des activités sociales communes, telles que sacrifier, manger, s’amuser, faire des processions ou aller au théâtre. Cette solidarité ne se limitait jamais à des domaines strictement définis. Les collèges se déployaient en tant que communautés, parce que les collegiati considéraient leurs activités souhaitables, utiles ou simplement agréables45. Tous les collèges étaient religieux parce l’idée d’une communauté non-religieuse était simplement inconcevable. Chaque collège avait ses dieux favoris, son génie, ses autels et ses statuettes. Les sacrifices, libations et prières étaient des ingrédients indispensables à chaque réunion formelle. Le calendrier d’un collège suivait le rythme des cérémonies et des fêtes religieuses. De même, les collèges étaient souvent impliqués dans les funérailles de leurs membres (sans que cela ait un véritable rapport avec un besoin économique, puisque le droit d’entrée et les contributions mensuelles excluaient les vrais indigents)46.

  • 47 RIT, 41.

24Néanmoins, il faut nous méfier aussi de tout confondre. Le grand corpus mercatorum cisalpinorum et transalpinorum, qui dominait le commerce transalpin et était patronné par des sénateurs, avait ses cérémonies et ses dieux favoris. En outre, il était sûrement impliqué dans les funérailles de ses membres. Pourtant, il serait absurde de le comparer, pour ces raisons, au club des cultores Mineruae Augustae de Tarragone, dont un petit nombre d’inscriptions modestes atteste l’existence (cf. infra). Pour la même raison, Marius Gamicus, magister de ces cultores durant le iie s. de notre ère,47 n’est guère comparable au chevalier romain C. Sentius Regulianus, naute du Rhône et de la Saône, patron de ces mêmes nautes, président puis patron des négociants en vin résidant à Lyon (negotiatores uinarii Lugduni consistentes), président des marchands d’huile de Bétique (olearii ex Baetica) et enfin diffusor olearius, lié à l’annone de Rome (cf. infra).

  • 48 Voir la contribution de Tran dans ce volume.
  • 49 Cf. Patterson 2006, 257 ; sur les centonarii voir maintenant Liu 2009. Sur les dendrophori voir l (...)
  • 50 Rougé 1959 (bateliers à radeaux) ; Lafer 2000, 58-60, 191-192 (pompiers) ; Leglay 1964 (fabricant (...)

25La plupart des collèges étaient des clubs locaux qui structuraient la vie sociale de leurs membres par la participation à des festivités de quartier, par la pratique de cultes, ou encore par des banquets et des réunions régulières. Ils disposaient de peu de richesses et avaient peu d’influence auprès des institutions de la cité. En revanche, dans bien des cités, il existait aussi des collèges importants qui recevaient des emplacements publics pour leurs monuments et leurs temples48, participaient à l’organisation de festivités publiques, se voyaient accorder des places réservées dans les (amphi-)théâtres et pouvaient servir le cas échéant comme garde civique ou corps de pompiers. Les mieux connus sont les collèges des fabri, centonarii et dendrophori, désignés parfois comme les tria collegia principalia ou splendidissima49. Mais parfois, selon la situation locale, d’autres collèges aussi pouvaient occuper une telle position privilégiée. C’est sûrement le cas des utriclarii qui sont souvent associés aux collèges de fabri, centonarii ou dendrophori50.

26Certains collèges, surtout de négociants, dépassaient le niveau local, par exemple les corporations des armateurs du Rhône et de la Saône (nautae Rhodanici et nautae Ararici), la corporation des négociants en vin résidant à Lyon (negotiatores uinarii Lugduni consistentes) ou la corporation des marchands cisalpins et transalpins (mercatores cisalpini et transalpini). Ils déployaient leurs activités et recrutaient leurs membres sur une échelle qui dépassait souvent les confins d’une province. En outre, à Ostie, les corporations de marchands et d’armateurs, par exemple les olearii ex Baetica ou les diverses corporations ayant des stationes sur le “Piazzale delle corporazioni”, entretenaient des relations privilégiées avec l’annone impériale. Bien qu’il soit vrai que, même dans les communautés modestes, les postes de président ou d’autres fonctions conféraient un certain prestige, ce prestige était d’autant plus grand que le collège en cause était associé aux institutions de la cité et de l’empire, de sorte que ses patrons et magistrats pouvaient participer aux activités de la cité, de la province et de l’empire, comme représentants de leur collège.

  • 51 Harland 2003, 28-52. Ce qui d’ailleurs ne veut pas dire que la typologie de Harland est inutile, (...)

27Il demeure donc utile de distinguer plusieurs types de collèges selon leurs relations avec la puissance publique, plutôt que de bâtir une typologie fondée sur leurs fonctions apparentes ou sur l’arrière-plan et les réseaux sociaux de leurs membres (comme le propose Harland51). On peut ainsi distinguer :

  • Les collegia annonaria : des collèges liés directement à l’annone, comme ceux des négociants d’huile de Bétique (olearii ex Baetica), des négociants en blé (mercatores frumentarii) et des boulangers-meuniers (pistores) de Rome et Ostie.

  • Les collèges reconnus de la ville de Rome et d’Ostie-Portus, non liés directement à l’annone, comme les fabri tignuarii ou les centonarii de Rome.

  • Les collèges provinciaux qui recrutaient leurs membres et déployaient leurs activités sur une échelle supra-locale.

    • 52 Ginestet 1991 ; Jaczynowska 1978.

    Les collèges municipaux illustres ou splendides (corpora splendidissima) liés à une cité et à ses institutions, comme les collèges de fabri, de centonarii, de dendrophori et d’utriclarii. Les collèges des jeunes (collegia iuuenum) peuvent aussi être rangés dans cette catégorie52.

  • Les collèges de citoyens romains résidant en terre pérégrine (qui regroupaient surtout des négociants). Ces associations jouissaient d’une relation privilégiée avec l’administration et l’armée romaines. Ils fonctionnaient comme représentants des communautés de Romains installés dans les provinces (les ciues Romani consistentes, ciues Romani qui negotiantur).

  • Les collèges de militaires et de vétérans, liés à l’armée romaine.

  • Les autres collèges, y compris les collèges de quartiers et les collèges de pérégrins résidant hors de leur terre natale.

Les collèges et la romanisation

  • 53 Patterson 2006, 261-262 : “The existence of the Augustales and the collegia helped to socialize t (...)

28Les collèges étaient donc partie prenante de la cité romaine. S’il est vrai que la cité était le principal vecteur du nouvel “ordre social romain” dans les provinces, et le moyen par excellence d’intégrer la population (surtout l’élite) indigène à ce nouvel ordre, il convient de se demander quel était le rôle des collèges dans ce processus. J. R. Patterson a suggéré que le rôle important des collèges en Gaule cisalpine (les Régions X et XI) était dû au fait que les cités étaient relativement plus grandes et plus jeunes qu’ailleurs en Italie53. Cette idée est-elle valable dans les provinces occidentales ?

Distribution géographique de collèges

  • 54 Ausbüttel 1982, 31-32.
  • 55 Santero 1978.
  • 56 Hasegawa 2005 ; 2005b, 81-88.
  • 57 Par exemple, les conlatores de CIL, II, 657, inclus dans la liste, mais exclus à la p. 75.
  • 58 Par exemple CIL, II, 823 (Santero 1978, n° 52) ; CIL, II, 6109 (Santero 1978, n° 51).
  • 59 CIL, VI, 1625 ; 1935 ; 9677.
  • 60 Ce chiffre inclut les ciues Romani qui Bracaraugustae negotiantur : CIL, II, 2423.

29Les occurrences de collèges dans les provinces occidentales sont très inégalement réparties. Fr. M. Ausbüttel estime qu’environ 2000 collèges sont attestés dans l’épigraphie latine, dont les deux tiers en Italie54. Des quelque 700 collèges connus dans les provinces latinophones, il n’y en a guère dans les provinces africaines. Dans les trois provinces ibériques, les attestations sont plutôt rares. La liste dressée par J. M. Santero comporte 108 collèges55. Cependant, les collegia domestica de conliberti et de conserui sont inclus dans ce décompte. Or il s’agit de clubs d’esclaves et d’affranchis de familles aristocratiques, réunis pour le culte des Lares familiaux ou pour la construction de monuments funéraires collectifs, plutôt que de collèges ouverts56. Par ailleurs, des socii monumenti, qui mettaient des fonds en commun pour la construction d’une sépulture, sont exclus par J. M. Santero dans son texte, mais inclus sur sa liste57. Les habitants de districts ruraux (compagani) et de divisions cadastrales (centuriae) sont considérés comme constituant des collèges. Les inscriptions funéraires mentionnant un sodalis sont considérées comme des attestations de collèges, même si les dédicants ne sont pas expressément désignés comme collegiati58. Enfin, les collèges de négociants des provinces ibériques attestés à Rome et à Ostie, comme les mercatores olei Hispani ou les negotiantes Malacitanorum, sont considérés comme des collèges ibériques59. Si nous ôtons tous ces cas de la liste proposée, il ne reste plus que 69 collèges connus dans les trois provinces ibériques60.

  • 61 CIL, II, 3433 ; 3434. Voir aussi ci-dessous.
  • 62 HEp., 1, 487. Voir aussi ci-dessous.
  • 63 CIL, II, 4309 (p 973). Voir aussi ci-dessous.
  • 64 AE, 2001, 1237 = 2003, 970. Voir aussi ci-dessous.
  • 65 IRCPacen, 146 (Mirobriga, ier s. p.C.) ; IRCPacen, 339 (Pax Iulia, 2e moitié du iie s. p.C.) ; Sa (...)

30Trente-cinq dignitaires de collèges sont attestés en Hispania citerior, mais dix-neuf d’entre eux sont des magistri de deux collèges de Carthagène, à l’époque républicaine61. Deux autres sont connus par une inscription républicaine très fragmentaire de Mazzaron (près de Carthagène)62. À Tarragone, une inscription très fragmentaire évoque au moins un magister d’un collège républicain63. À la même époque, au moins trois magistri apparaissent à Burgo del Ebro (près de Saragosse)64. En Bétique, j’ai repéré dix-neuf dignitaires, dont quatre sont membres d’un corpus oleariorum, lié à l’annone. En Lusitanie, seuls deux personnages de rang comparable sont attestés65.

  • 66 233 numéros dans le livre de Waltzing, à comparer aux 56 numéros concernant les provinces ibériqu (...)
  • 67 Pour les chiffres qui suivent voir les tableaux en annexe.
  • 68 Trois, si nous incluons les deux curatores ciuium Romanorum de Vesunna (CIL, XIII, 954 ; Étienne (...)

31Le contraste est grand avec les provinces gauloises et germaniques, où plusieurs centaines de collèges sont connues66, surtout dans la province de Gaule narbonnaise, à Lyon et dans les provinces germaniques, c’est-à-dire dans les régions les plus romanisées. Le nombre de dignitaires de collèges, qu’il s’agisse de patrons, de magistrats (ou d’anciens magistrats) et de bienfaiteurs, est lui aussi sensiblement plus élevé dans les provinces gauloises et germaniques, bien que la répartition entre les diverses régions soit très inégale et montre bien le caractère profondément romain des collèges provinciaux. Ces collectivités apparaissent surtout dans les grands centres de l’administration civile et militaire67. On ne dénombre qu’un seul véritable dignitaire en Aquitaine68, deux en Belgique, vingt-deux en Germanie supérieure, dont l’un est devenu patron des nautae Ararici et Rhodanici à Lyon, et cinq bienfaiteurs d’un collegium iuuentutis à Bürg. En Germanie inférieure, j’ai rassemblé quinze exemples. En Gaule lyonnaise, il y en a trente-neuf, mais trente et un proviennent de Lyon même. En Gaule narbonnaise enfin, la province la plus romanisée, j’en ai repéré quarante-huit, dont onze à Arles, onze à Vienne, six à Nîmes (dont un négociant en vin établi à Lyon), et cinq à Narbonne. Enfin, à Toulouse, est conservée la trace d’un collège d’époque républicaine et de huit de ses magistri.

  • 69 Verboven 2007b.

32La différence entre les provinces gauloises et germaniques, d’une part, ibériques et africaines, d’autre part, révèle des spécificités régionales, qui ne peuvent découler du seul “fait” de la romanisation, étant donné la romanisation bien ancienne de la Bétique, par exemple. Ce n’est sûrement pas une coïncidence si les mentions épigraphiques de professions sont rares, elles aussi, en Afrique et en Espagne, par rapport à celles des provinces gauloises et germaniques69. S’il est vrai que, dans les provinces, les collèges ont offert à la population indigène l’opportunité de participer au nouvel ordre romain, les différences entre provinces suggèrent que ce processus ne fut pas partout uniforme.

Les collèges de l’époque républicaine

  • 70 Hatzfeld 1912 ; Boak 1916 ; Flambard 1982 ; Flambard 1983 ; Hasenohr 2002 ; 2003 ; 2007. Sur les (...)

33Les plus anciens collèges des provinces occidentales sont de type “campano-délien”. Ce sont des clubs dirigés par des conseils, souvent larges, de magistri le plus souvent affranchis ou esclaves. De tels collèges sont bien connus en Campanie et à Délos, à la fin du iie et au début du ier s. avant notre ère. À Capoue, ils semblent avoir rempli le vide créé par la dissolution des institutions officielles de la cité, en punition de son ralliement à Hannibal. À Délos, ils tenaient un rôle important dans l’organisation de la communauté de Romains et d’Italiens, constituée pour l’essentiel de négociants ou de leurs agents70.

  • 71 CIL, II, 3434 (= ELRH, C 10) ; cf. Díaz 2004, 467-468 ; Abascal & Ramallo 1997, 71-77, n° 1.
  • 72 CIL, II, 3433 (= ELRH, C 50) ; Santero 1978, 43-44, n° 1 ; Díaz 2004, 468 ; Abascal & Ramallo 199 (...)
  • 73 HEp., 1, 487 ; Díaz 2004, 467 ; Ramallo 1985, 82 ; 1986, 186.
  • 74 AE, 2001, 1237 = 2003, 970 = ELRH, 105 ; Ferreruele et al. 2003 ; Díaz 2004, 465-466.
  • 75 CIL, II, 4309 = ELRH, C 62. Díaz 2004, 469 ; seul le nom d’un magister affranchi, Ephesius, est e (...)
  • 76 CIL, XII, 5388 (= CIL, I2, 779) ; Labrousse 1968, 104, 210.

34À la même époque, plusieurs collèges comparables ont vu le jour dans les provinces ibériques et en Gaule narbonnaise. À Carthagène, un collège dirigé par dix magistri, pour moitié esclaves et pour moitié affranchis, s’est occupé de la construction d’un quai portuaire71. Un autre bâtiment (semi-)public de Carthagène fut construit par un collège dirigé par neuf magistri, dont trois esclaves, quatre affranchis et deux ingénus.72 Près du site minier de Mazzaron, à une trentaine de kilomètres de Carthagène, un grand bâtiment fut doté d’un pavement, financé par un troisième collège.73 Dans le Nord, à El Burgo del Ebro, à quatorze kilomètres de Saragosse, le petit sanctuaire d’un collège fut détruit dans les années 70 a.C. Les noms de deux magistri affranchis, responsables de sa construction, sont partiellement conservés74. À Tarragone, dans un bâtiment de la même époque, un pavement de mosaïque citait les noms d’un nombre inconnu de magistri75. Dans les provinces gauloises, une seule collectivité de ce type est connue : à Toulouse, où une inscription de 47 a.C. mentionne douze magistri (dont six esclaves), responsables de la construction d’un sanctuaire muni d’une terrasse ou d’un cadran solaire (solarium)76.

  • 77 Hatzfeld 1912 ; Boak 1916 ; Flambard 1982 ; Hasenohr 2002 ; 2003.
  • 78 Des lingots de plomb portant leur nom ont été retrouvés dans des épaves, Abascal & Ramallo 1997, (...)

35La prépondérance d’esclaves et d’affranchis dans les collèges “campano-déliens” suggère l’implication indirecte de notables et d’hommes d’affaires fortunés résidents en Italie. Les liens multiples entre les Romains de Délos et la Campanie, qui était alors le cœur économique de l’Italie, ont été soulignés depuis longtemps77. Aussi est-il bien possible que ce type d’organisations se soit diffusé à partir de cette région. Toutefois, l’onomastique des magistri des collèges “campano-déliens” d’Espagne citérieure suggère des origines plus diverses. Un des magistri de Carthagène s’appelait
P(h)ilemo ou P(h)ilippus, esclave de M. et C. Pontilienus. La famille de ses maîtres était originaire du Picenum et devint éminente à Carthago Noua, entre le ier s. a.C et le ier s. p.C., grâce à l’exploitation de mines d’argent et de plomb78. Les noms d’esclaves et d’affranchis, Ephesius (à Tarragone) et Surus (à Toulouse), suggèrent l’existence de réseaux commerciaux qui s’étendaient jusqu’en Orient.

36Ce type de collège a disparu avec la République. Cela est peut-être dû au renforcement de la présence romaine dans les provinces à l’époque de César puis d’Auguste, par la fondation de coloniae ciuium Romanorum, la réorganisation de la population indigène en ciuitates, la cadastration et l’allotissement de vétérans, les réformes militaires créant des camps et des castella permanents, l’amélioration de l’accessibilité (par la construction de voies romaines), et l’établissement de nouvelles institutions impériales (comme l’autel de Rome et Auguste à Lyon et l’Ara Vbiorum de Cologne). Toutes ces mesures ont dû amoindrir le besoin et la volonté de s’organiser en collèges, pour mieux défendre ses intérêts en milieu hostile.

Un cas très spécial : les curiae gallo-romaines

  • 79 Mais pas tous, car le nom d’un bienfaiteur de la curia Etratrium, Ti. Claudius Iustus, suggère qu (...)

37Dans les provinces gauloises, les curiae, liées au culte des Matres, représentent un type d’associations très spécifique. Les inscriptions qui les attestent sont souvent difficiles à dater, mais les plus anciennes datent sûrement de la fin du ier s. p.C. et les plus récentes du iiie s. Ces collectivités étaient liées à la population indigène rurale et portaient les noms de districts ruraux (pagi) ou de divinités indigènes : curia Arduennae, curia Amratinna, curia Essaraui, curia Ollodagi… Bien que les inscriptions soient toutes en latin, leurs membres ont des noms indigènes et, souvent, n’ont pas la citoyenneté romaine79.

  • 80 AE, 1968, 308 = 1969/70, 401 ; Rüger 1972, 254, n° 5 ; Debal 1969, 211-220 ; 1973, 178-184 ; Pica (...)

38Le monument le plus remarquable est la colonne monumentale de Vienne-en-Val (c. 151-175 p.C.), érigée en l’honneur de Jupiter Optimus Maximus pour la sauvegarde de la Domus Diuina et de la Curia Ludn(?). Les deux responsables chargés de la construction et de la dédicace, Perpetuus Rulli filius et Maternus Toutorigis filius, étaient des autochtones, dépourvus de la citoyenneté romaine. Cependant, le monument se rapporte expressément à l’ordre romain par son iconographie (composée de reliefs de Jupiter, Mars, Vulcain et Venus), sa dédicace, et l’usage de la langue latine pour sa double inscription80.

  • 81 Kotula 1968 ; 1980 ; Lebek 1995 ; Amodio 1998. Notez aussi l’existence de la curia Aciniponensium (...)
  • 82 AE, 1965, 247 = 1972, 354.
  • 83 AE, 1998, 967 : Sal(uti) ; / Rusticus / sutoribus / Nouiom(agensibus) / (curiae) Essaraui / d(ono (...)

39Les curiae demeurent énigmatiques. S’agit-il d’associations cultuelles ou correspondent-elles à un système d’encadrement de la population civique, comme c’est le cas des curiae dans les provinces africaines et ibériques81 ? C’est une question que nous ne pouvons pas aborder ici, mais deux inscriptions pourraient étayer cette seconde hypothèse. Une inscription funéraire de Mayence (Mogontiacum) identifie le défunt comme Ruto, fils de Mattiacus, citoyen de Cairaas (?), de la curia de Flaccus82. Une inscription gravée sur un anneau trouvé à Nimègue (Nouiomagus Batauorum), appartenant à une statue de Salus, fait référence aux cordonniers de la cité, de la Curia Essaraui83.

Les parcours sociaux dans les collèges

  • 84 Les salinatores Menapiorum et Morinorum, qui honorèrent le centurion primipile L. Lepidius L. f. (...)

40Les collèges campano-déliens et les curiae diffèrent sensiblement des collèges que nous rencontrons communément dans les provinces occidentales, surtout à partir de l’époque flavienne84. La “romanité” de ces collèges est bien soulignée par le fait qu’aucun de leurs magistrats, bienfaiteurs ou patrons n’est de statut pérégrin, même si plusieurs sont sûrement d’origine indigène. La majorité des inscriptions qui évoquent ces dignitaires de collège sont honorifiques ou se rapportent à des évergètes de collèges. Très proches dans leur structure des inscriptions d’Italie, elles accompagnent des dons religieux, d’autels et de statuettes notamment.

  • 85 CIL, XIII, 8808 (2, p 31).
  • 86 CIL, XIII, 6453. Condollus était sans doute un soldat ou un vétéran des troupes auxiliaires, puis (...)

41La fonction d’intégration des collèges est bien illustrée par deux inscriptions émanant de collegia peregrinorum. À Voorburg (Forum Hadriani en Germanie inférieure), au cours du iie s., deux citoyens romains, Ulpius December et Verecundius Cornutus, probablement d’origine pérégrine, érigèrent un autel votif en l’honneur de la Domus Diuina, au Génie d’un collège de pérégrins85. Près de Marbach, en Germanie supérieure, le socle inscrit d’une statuette de la Victoire signale que l’objet a été offert à un collegium i(uuentutis ?) peregrinorum, par Domitius Condollus. Son cognomen celtique trahit son origine86. Dans les deux cas, les collegia peregrinorum ont rassemblé des (ou les ?) résidents dépourvus de la citoyenneté locale, mais qui participaient pleinement à la vie locale.

Les collèges ordinaires

  • 87 CIL, XII, 3637, l’inscription peut être mise en relation avec CIL, XII, 3861 et 3356 : voir Schie (...)

42Les collèges ordinaires apparaissent rarement comme des institutions contribuant au prestige individuel. Les rares exceptions semblent surtout pertinentes dans le cadre restreint de la communauté des collegiati. Peu après 73 p.C., le magister Iulius Graptus, sans doute membre d’un collège familial, embellit le mausolée du collège et y fit planter des ceps de vignes et des rosiers. Le collège lui offrit en remerciement le privilège de l’immunité (preuve que Graptus était membre du collège) et une inscription honorifique. Graptus s’était comporté comme un véritable évergète en remerciant les collegiati de l’immunité, tout en la déclinant généreusement et en se contentant de l’inscription.87

  • 88 RIT, 41.
  • 89 CIL, II, 4085.
  • 90 À comparer, par exemple, avec CIL, II, 4498, de Barcino : Mineruae / Aug(ustae), / N(umerius) Auf (...)
  • 91 CIL, II, 2818. Cf. Christol 2004, 71 (repris dans Christol 2010a, 512).

43L’affranchi Marius Gamicus, magister des cultores Mineruae Augustae de Tarragone au iie s. p.C., signale qu’il a financé et dédié un autel88. Bienfaiteur du même collège, Q. Attius Messor avait payé la restauration du temple89. Estimer l’échelon social où ce collège social se situait est difficile car Minerve, ici associée à l’empereur, était la patronne des artisans et, en tant que telle, son culte était populaire auprès des collèges (prestigieux) de fabri90. À Osma (Vxama), en Espagne citérieure, un certain L. Licinius Urcico – sans doute un autchtone romanisé – fit une offrande aux dieux celtes Lugoves, au nom du collège des cordonniers (collegio sutorum)91. Curieusement, peut-être par coïncidence, le même corps de métier fut impliqué dans l’érection d’une statue en l’honneur de Salus : elle fut offerte aux cordonniers de la curia Essaraui (voir ci-dessus). Les deux cas montrent comment la population locale adopta des structures romaines.

  • 92 CIL, XIII, 1688 (ILTG, 219 ; AE, 1974, 421) ; Wierschowski 2001, 302-303, n° 423.
  • 93 CIL, XIII, 1709 ; Wierschowski 2001, 303-304 ; il était patron aussi des nautae Ligerici.
  • 94 Audin 1986, 74 ; Rougé 1974 ; voir la contribution de Fr. Bérard à ce même volume.

44Il est rare que le patronage des collèges ordinaires soit mentionné dans l’épigraphie des provinces occidentales. Les quelques attestations sont de nature douteuse ou ambiguë. À Lyon, le Concile des Gaules honora deux notables gaulois, L. Besius Superior (des Viromanduens)92 et Tauricius Florens (des Vénètes),93 attachés (allectus) à sa caisse. Les inscriptions en question notent leur qualité de patrons des bateliers de la Saône et du Rhône (nautae Ararici et Rhodanici, pour Superior), des bateliers de la Saône et de la Loire (nautae Ararici et Ligerici, pour Florens) et des Condeates Lugduni et des arecarii Lugduni consistentes (pour les deux). L’identité des arecarii et des Condeates n’est pas très claire. Le nom de ces derniers se réfère sans doute au confluent où l’ara Romae et Augusti était située. Les arecarii ont été identifiés comme des bateliers ou des passeurs, œuvrant sur la Saône, au niveau du confluent. En revanche, Fr. Bérard propose (de façon convaincante, à mon avis) de les considérer comme le personnel attaché à l’arca Galliarum. Cette identification expliquerait mieux pourquoi ces deux collèges jouissaient du patronage de deux grands notables des Trois Gaules, et pourquoi ils sont mentionnés sur un monument érigé en un lieu des plus symboliques. Il y a de bonnes raisons, par conséquent, de classer ces deux collèges inconnus, étroitement liés au Concile des Gaules et à sa caisse commune, parmi les collèges illustres94.

  • 95 CIL, XIII, 5474-5476 = ILingons, 51-53. Qu’il s’agit de véritables collèges ressort du fait qu’il (...)

45Dans les provinces gauloises, les artisans du fer résidant à Dijon (ferrarii Dibione consistentes) et les tailleurs de pierre résidant dans le district rural d’Andomus (lapidarii pago Andomo consistentes) ont érigé deux autels en l’honneur de Jupiter Optimus Maximus et de Fortuna Redux, en remerciement du voyage et du retour sans encombre (pro salute itu et reditu) de leur patron Ti. Flavius Vetus. Mais, le statut réel de ces deux collèges est incertain. Le fait que le premier ait regroupé des étrangers venus à Dijon pour exploiter des ressources naturelles pourrait suggérer qu’il réunissait des hommes d’affaires relativement importants95.

  • 96 CIL, II, p. 251 = Waltzing 1895-1900, III, n° 45 ; Santero 1978, 165, n° 115 ; D’Ors 1953, 395, n (...)

46Une association de résidents étrangers, honorant un patron local, apparaît à Malaca, en Bétique. Le koinon (?) des Syriens et des Asiatiques y a érigé une statue, avec une inscription en grec, en l’honneur de son patron, préfet (prostatès) et bienfaiteur. La communauté de Syriens et Asiatiques regroupait les négociants orientaux établis à Malaca. Il est non seulement fort probable que cette communauté était assez riche, mais l’exemple des Tyriens de Pouzzoles montre encore que de telles communautés pouvaient entretenir des relations étroites avec leur patrie, qui augmentaient leur attractivité comme clients. Enfin, la rédaction en grec de l’inscription indique que le monument était placé dans la schola de l’association et non dans l’espace public96.

  • 97 CIL, II, 4540 ; Piernavieja 1977-1978, 437-443 ; Santero 1978, 124-125.

47Ce n’est pas le cas à Barcelone (Barcino) au début du iie s. p.C., où les Ausotani résidant dans la ville insérèrent leur inscription en l’honneur de L. Licinius Secundus dans une série qui comptait au moins vingt-deux inscriptions semblables, érigées notamment par les ordines de Barcino, des Iamontani et des Ausotani, les seuiri Augustales de Barcino, ainsi que plusieurs amis et affranchis de Secundus, à titre personnel. Secundus est désigné comme amicus, et non comme le patron du collège des Ausotani, probablement parce qu’il n’était qu’un affranchi du consulaire Licinius Sura. Le contexte exceptionnel et spectaculaire de l’hommage, ainsi que l’implication de l’ordre des décurions des Ausotani, suggèrent que la communauté des Ausotani était importante à Barcino97.

Les collèges municipaux illustres

48La construction du prestige par le biais des collèges ordinaires est donc peu attestée dans les provinces ibériques, gauloises et germaniques. La situation est toute différente pour les collèges liés aux institutions municipales. Comme nous l’avons vu, ces collèges illustres (surtout ceux de fabri, de centonarii, de dendrophori et d’utriclarii) étaient partie prenante de la cité “romaine” et œuvraient à l’encadrement de la population urbaine. Leur honorabilité était grande et ils en conféraient à leurs bienfaiteurs, à leurs honorati et à leurs patrons, qui cumulaient souvent leurs affiliations au(x) collège(s) avec l’augustalité ou les honneurs civiques.

  • 98 CIL, XIII, 1734. Voir la contribution de N. Laubry à ce volume.
  • 99 CIL, XII, 1898 ; notez aussi le cognomen de C. Rusonius Mercurialis, un affranchi du sévir august (...)

49Quelques inscriptions laissent entrevoir la carrière antérieure du dignitaire d’un tel collège. À Lyon, le testament du bienfaiteur Claudius Myron (au iie s. p.C.) ordonna la construction sur la parcelle funéraire commune de son collège d’un monument funéraire dédié au Génie de la splendissime corporation des charpentiers et des artisans couvreurs (Genio splendidissimi corporis fabrorum tignariorum itemque artificum tectorum). La dédicace suggère que Myron a débuté comme couvreur de toits et évoluait dans un secteur d’activité dont le modeste collège était lié à l’illustre collège des charpentiers98. Le cas de C. Rusonius Myron est comparable. Il était ancien magistrat (honoratus) des centonarii, corporatus des sagarii à Lyon ou à Vienne et sévir augustal de la colonie de Lugdunum, où les Rusonii (porteurs d’un nom celte) sont bien attestés. Il semble donc que Myron ait fait carrière comme producteur/marchand de manteaux gaulois (sagae). Myron appartenait sans nul doute à un groupe familial (comprenant des affranchis) de négociants d’origine indigène99.

  • 100 CIL, XIII, 1966 ; 1967.
  • 101 CIL, XIII, 1966.
  • 102 CIL, XIII, 1937.

50Les patrons des collèges illustres appartenaient presque toujours à l’ordo decurionum ou à l’ordo Augustalium. Plusieurs d’entre eux étaient issus du monde des collèges. L’exemple le mieux connu est celui de C. Primius Secundus et de son fils C. Primius Secundianus. Le père avait commencé sa carrière comme charpentier (faber tignuarius) et avait parcouru tous les échelons du collège (omnibus honoribus functus) avant d’en devenir le patronus. Puis, il s’était transformé en batelier du Rhône (nauta Rhodanicus) et devint le praefectus de cette corporation (une fonction qui était normalement confiée à un personnage extérieur). Le sommet de son parcours fut sa cooptation comme sévir augustal par la colonie de Lugdunum et son élection comme curator du collège des seuiri100. Son fils Secundianus avait commencé sa carrière comme négociant de sauce de poisson (negotiator muriarius) et batelier du Rhône navigant sur la Saône (nauta Rhodanicus Arare nauigans). Il fut reçu parmi les charpentiers installés à Lyon (corporatus inter tignarios Lugduni consistentes). Comme son père, il fut coopté comme sévir augustal de la colonie de Lyon et enfin élu comme curator de leur collège101. Ayant fait carrière (omnibus honoribus functus) dans le collège des producteurs/négociants de textiles (centonarii), avant d’en devenir patronus, Munatius Felix suivit un parcours comparable. Il fut ensuite admis dans le collège des dendrophori dont il devint le curator, avant d’être désigné comme sévir augustal de Lyon et, enfin, de devenir curator des sévirs102.

  • 103 CIL, XII, 982. Voir aussi l’affranchi Paquius Pardalas (CIL, XII, 700).
  • 104 CIL, XII, 4393 (Dellong 2002 [CAG, 11/1], 427-429, n° 223) ; Héron De Villefosse 1914 ; Cels 1976 (...)

51D’autres patrons d’illustres collèges municipaux ont fait carrière ailleurs. L’affranchi M. Frontonius Euporus avait fait fortune comme armateur (nauicularius marinus) à Arles, où il devint curator de sa corporation et sévir augustal. L’influente corporation des armateurs maritimes d’Arles était liée à l’annone, et il est probable qu’Euporus dut sa cooptation comme patron des bateliers de la Durance (nautae Druentici) et des utriclarii d’Ernaginum à sa position parmi les armateurs103. Le fameux Sex. Fadius Pap. Secundus Musa, du milieu du iie s. p.C., était d’une tout autre envergure. Musa était un négociant d’huile d’olive de Bétique et appartenait à une riche famille d’armateurs. Il avait parcouru toutes les fonctions municipales et devint flamen (ou curator) du nouveau temple d’Auguste à Narbonne. Son petit-fils était clarissime, ce qui implique que son fils soit devenu sénateur ou que sa fille se soit mariée à un sénateur. Le collège des fabri subaediani de Narbonne le coopta comme patron et reçut de sa part, en remerciement, une fondation de 16 000 sesterces104.

  • 105 CIL, XII, 1877.
  • 106 CIL, XIII, 1606.

52Deux autres aristocrates municipaux sont attestés comme protecteurs d’un collège : L. Aquilius L. f. Vol. Severianus, édile et duumuir aerarius à Vienne, honoré comme praeses des fabri tignuarii105, et [---] Ciltica – d’origine visiblement indigène – qui parcourut tous les honneurs chez les Vellaves et y fut coopté comme patron des fabri tignuarii, lui aussi106. Il est donc clair que, dans les provinces gauloises et germaniques, une carrière dans les collèges municipaux en vue permettait aux hommes d’affaires d’origine indigène de s’assurer un certain prestige et d’intégrer les réseaux personnels de l’élite municipale. Les élites locales étaient en partie renouvelées par la promotion sociale de l’élite de ces collèges, dont les notables municipaux acceptaient volontiers de devenir les patrons.

  • 107 CIL, II, 1167 ; 4318.
  • 108 CIL, II, 4498 ; 4316 ; 2924 ; RIT, 351.
  • 109 CIL, II, 2211 ; AE, 1983, 530b.
  • 110 RIT, 351 = Santero 1978, n° 87.
  • 111 CIL, II, 4498 ; Christol 2004, 72 (repris dans Christol 2010a, 513).
  • 112 CIL, II, 4316.

53En revanche, dans les provinces ibériques, les collèges municipaux illustres sont beaucoup moins visibles. Des centonarii ne sont attestés qu’à Hispalis et peut-être à Tarraco107 ; des fabri à Barcelone (Barcino), à Tarragone (Tarraco), parmi les Viatenses (?) et peut-être à Miranda108. À Cordoue (Corduba), une association de fabri subaediani est citée sur deux tabulae patronatus, l’une datée de 349 p.C. et l’autre (d’authenticité douteuse) de 247 p.C.109. Les dendrophores ne sont pas attestés dans les provinces ibériques. Les trajectoires de mobilité sociale offertes par les collèges municipaux illustres sont encore moins attestées. Une épitaphe très mutilée d’un certain Terentius Candidus mentionne peut-être son lien avec les fabri des Viatenses110. Un Num. Aufustius Homuncio (sans doute un affranchi) se présente comme le bienfaiteur du collège des fabri de Barcelone, en donnant une statue de Minerua Augusta munie d’un piédestal de marbre111. Un Murrius Thales offrit un cadran solaire aux fabri de Tarragone112. Ni Homuncio ni Thales ne sont connus par ailleurs et leurs gestes n’eurent probablement qu’un retentissement interne à leur collège.

Collèges (supra-)provinciaux

54L’ampleur de certains collèges dépassait le niveau de la cité. Surtout dans les provinces gauloises et germaniques, beaucoup moins dans les provinces hispaniques, de grands collèges régionaux et (supra-)provinciaux jouèrent un rôle important dans l’organisation de la vie provinciale. Ils attiraient des membres, des magistrats et des patrons d’une provenance plus large et d’un niveau social et politique élevé. Les corporations des nautes de la Saône ou du Rhône et des négociants en vin résidant à Lyon en apportent les exemples les mieux connus. Leurs sièges se situaient à Lyon. Les carrières et les réseaux sociaux de plusieurs de leurs magistrats sont bien mis en évidence par l’épigraphie locale.

  • 113 CIL, XIII, 1918.
  • 114 AE, 1975, 613 = 1976, 445.
  • 115 CIL, XII, 1814 ; la nature des hastiferi est discutée, mais leur lien avec les dendrophori est ma (...)
  • 116 CIL, XII, 2243.
  • 117 CIL, XII, 2259 = ILN, Vienne 393.
  • 118 CIL, XIII, 1911 ; 11179 ; Wierschowski 2001, 318-319, n° 443 ; Schlipschuh 1974, 27 ; Jacobsen 19 (...)

55Le duumuir de Vienne L. Helvius L. f. Volt. Frugi était batelier et fut élu deux fois curator de la (les) corporation(s) des nautes de la Saône et du Rhône, avant d’en devenir le patron dans la première moitié du iie s. p.C.113. Un autre batelier de la Saône, L. Helvius Victorinus, peut en être rapproché114. Par ailleurs, la femme de L. Helvius Frugi se nommait Nameria Titulla. Elle était peut-être liée (comme patrona ?) à Namerius Euprepes, magister des hastiferi de Vienne115. Frugi lui-même était sans doute proche d’un autre decurio de Vienne, P. Helvius Masso, qui résidait à Grenoble (Cularo) à l’époque de sa mort116. Masso était marié à Apronia Sabini f. Casata117 qui, à son tour, peut être rapprochée de C. Apronius Blandi f. Raptor, un Trévire résidant à Lyon, decurio de sa cité d’origine. Raptor était négociant en vin à Lyon et naute de la Saône. Il fut coopté comme patron par deux grandes corporations : les nautes de la Saône (nautae Ararici) et les négociants en vin résidant à Lyon (negotiatores uinarii Lugduni consistentes). Il reçut une statue des uinarii, et offrit en remerciement 5 sesterces à chacun d’eux118.

  • 119 CIL, XIII, 1954 ; Wierschowski 2001, 327-328, n° 454 ; Christol 1992, 126 ; 2003, 334 (repris dan (...)

56Le cas de M. Inthatius M. f. Vitalis, dont le gentilice trahit l’origine indigène, est comparable. Il fut négociant en vin et naute de la Saône, curator bis et quaestor du collège des négociants en vin résidant à Lyon (negotiatores uinarii Lugduni consistentes) et patron de nombreuses collectivités :
le collège des nautes de la Saône (nautae Ararici), les “equites Romani locaux (?), les seuiri Augustales, les utriclarii et les fabri. Il n’a pas atteint la dignité de decurio, mais obtint le droit du consessum du sénat d’Alba Heluiorum, en Gaule narbonnaise. Lui aussi reçut une statue des uinarii et leur offrit une distribution en remerciement119.

  • 120 CIL, XIII, 1695 ; Wierschowski 2001, 303, n° 424.
  • 121 Ou des uenalicii du corpus mercatorum Cisalpinorum et Transalpinorum : CIL, XIII, 11480-11492 = A (...)

57Les cas de C. Apronius Raptor et de M. Inthatius Vitalis illustrent les relations étroites qu’entretenaient les grandes corporations fluviales et la corporation des négociants de vins, ainsi que l’ampleur et l’influence de ces corporations. Leur rayonnement géographique, étendu à toute la Gaule du iie s. p.C., explique que des notables liés au Concile des Gaules en aient été les patrons, ce qui renforça encore ce rayonnement. Ainsi l’inquisitor Galliarum Q. Iulius Severinus fut le patron des nautes de la Saône et du Rhône. C’était un grand personnage de la cité des Séquanes, où il avait assumé toutes les magistratures et fut honoré sur décision du sénat de deux statues publiques120. Le cas de Q. Otacilius Pollinus, un des grands notables des Helvètes d’Auenticum, est très comparable. Il avait assumé toutes les magistratures de sa cité (omnibus honoribus functus) et avait reçu une immunité de l’empereur Hadrien à trois reprises. Il représenta sa cité au Concile des Gaules, où il devint inquisitor Galliarum. Il était patron des nautes de la Saône et du Rhône (nautae Ararici et Rhodanici) et des marchands d’esclaves cisalpins et transalpins (uenalicii Cisalpini et Transalpini)121.

  • 122 CIL, XIII, 1960 ; Wierschowski 2001, 329-330, n° 456.
  • 123 Rémy 1973.
  • 124 CIL, VI, 29722 ; Le Roux 1986, 269 ; Rémy 1973, 92 ; Vallat 1981, 262-263 ; Rico 2003, 428.

58Le réseau de ces collèges provinciaux pouvait s’étendre jusqu’en Italie et en Bétique. C. Marius Ma[---] était sévir augustal et curator du collège des sévirs à Pouzzoles, mais fut choisi comme patron par les utriclarii Lugduni consistentes et les nautes de la Saône et du Rhône. Nous ne savons pas s’il était originaire de Campanie ou des Trois Gaules, mais ses relations dans ces deux régions indiquent clairement son importance dans le commerce interprovincial122. Le cas de C. Sentius Regulianus est encore plus spectaculaire. Il avait commencé sa carrière parmi les négociants en vin de Lyon, dont il devint le curator. Comme M. Inthatius Vitalis, il exploitait aussi des navires fluviaux et fut élu curator de la corporation des nautes de la Saône. C’est sans doute à cette époque qu’il s’est marié avec Ulattia Metrodora, l’affranchie d’une famille de notables123. Un autre affranchi, C. Ulattius Meleager est attesté comme sévir augustal et patron de tous les collegia licita de Lyon. C. Sentius Regulianus devint lui-même patron des seuiri Augustales Lugduni consistentes. Il s’engagea ensuite dans le commerce d’huile de Bétique, fut accepté comme membre de la corporation des olearii ex Baetica et fit carrière en son sein, jusqu’à en devenir le curator. C’est probablement comme membre (ou magistrat ?) de cette corporation qu’il se fit remarquer par les administrateurs de l’annone et qu’il devint diffusor olearius à Rome. La dignité de chevalier romain lui fut conférée, probablement vers la même époque124.

  • 125 Alföldi 1952 ; Walser 1991 ; Verboven 2007a, 876-877.
  • 126 CIL, XIII, 2029. Voir Wierschowski 2001, 355, n° 492 ; Schlippschuh 1974, 58 ; Krier 1981, 48-50, (...)
  • 127 CIL, V, 5911.

59Une autre grande corporation dans les Trois Gaules était la splendide corporation des marchands cisalpins et transalpins (corpus splendidissimum mercatorum Cisalpinorum et Transalpinorum), qui était liée aux collèges des nautes de la Saône et du Rhône par des patrons communs, comme Otacilius Pollinus125. Le rayonnement de cette corporation et ses liens étroits avec la Lyonnaise, la Rhénanie et la plaine du Pô sont illustrés par les relations que ses membres entretenaient avec d’autres collèges. Ainsi, le Trévire M. Sennius Metilus était négociant de la splendide corporation des (marchands) cisalpins et transalpins et membre du collège des charpentiers (fabri tignuarii) de Lyon126. L’anonyme de CIL, V, 5911, résidant à Milan, était membre de la corporation des marchands cisalpins et transalpins, mais aussi patron des nautes du Lac de Côme (nautae Comensium)127.

  • 128 Il s’agit des scapharii Romulae consistentes, des scapharii qui Romulae negotiantur et les lyntra (...)
  • 129 CIL, II, 1175 ; cf. Santero 1978, 135, 137-139 ; Chic 1992, 11 ; Chic et al. 2001 ; Blázquez 2007 (...)
  • 130 CIL, II,1180 = AE, 1991, 993 ; cf. Remesal 1991 ; Blázquez 2007, 181.

60Dans les provinces ibériques, seules les corporations fluviales du Guadalquivir (le Baetis) semblent avoir été importantes à un niveau supra-local128. Dans le port d’Hispalis au iie s. p.C., les lyntrarii de Canama, Naeuia et Oducia honorèrent C. Aelius C.f. C. n. Quir. Avitus comme patron de tous les lyntrarii du Guadalquivir129. Les scapharii Hispalenses honorèrent le chevalier de haut rang Sex. Iulius Possessor pour son intégrité (ob innocentiam iustitiamque singularem) dans l’exercice de ses fonctions de procurator Augustorum ad ripam Baetis ou d’adiutor praefecti annonae130. Le contraste est remarquable avec les corporations de nautes gaulois, qui tiraient leur nom des rivières naviguées.

Les collèges annonaires

  • 131 Voir Tran 2011.
  • 132 Cf. Sirks 1991 ; De Salvo 1992.
  • 133 Cf. De Salvo 1992, 403-409 ; Christol 1971 ; 1982 ; Sirks 1991, 98-99 ; Virlouvet 2004 ; Tran 201 (...)

61Les grands collèges provinciaux ont sans doute entretenu des contacts intenses avec l’administration romaine. L’armée du Rhin constituait sûrement un important débouché pour les négociants et bateliers appartenant à ces collèges. Pourtant, rien ne suggère que ces professionnels opéraient principalement pour l’administration ou qu’ils jouissaient de privilèges spéciaux comme fournisseurs de l’annona militaris131. Cette position d’honneur était réservée aux collèges liés à l’annone de Rome132. Leur influence politique est bien mise en lumière par la fameuse table en bronze de Beyrouth, sur laquelle est gravée une copie de la lettre d’un praefectus annonae à un procurator Augusti ad annonam, concernant une plainte des armateuars maritimes des cinq corporations d’Arles (nauicularii marini Arelatenses). Les armateurs maritimes avaient menacé de ne plus servir l’annone133.

  • 134 CIL, XII, 982.
  • 135 CIL, XII, 692 ; AE, 1991, 1193.
  • 136 CIL, XII, 672 = AE, 1987, 753 : praefectus cohortis tertiae Bracaraugustanorum, tribunus legionis (...)

62Étant donné l’influence et le prestige de ces collèges, il n’est guère surprenant de rencontrer un de leurs curatores, M. Frontonius Euporus, sous les traits d’un sévir augustal d’Aquae Sextiae, patron des bateliers de la Durance (nautae Druentici) et des utriclarii d’Ernaginum134. Sa position mettait Euporus en contact avec les patrons de haut rang du collège, comme l’arlésien C. Cornelius Optatus, flamen et duumuir de la cité135, et le chevalier romain [.] Cominius Bo[---]ius Agricola Aurelius Aper, qui fut procurateur pour l’annone de la province de Narbonnaise et de Ligurie136.

  • 137 Sur les olearii ex Baetica, voir Le Roux 1986 ; Chic Garcia 1992 ; Rico 2003 ; Blazquez 2007 ; Br (...)
  • 138 AE, 2001, 1186 (= HEp., 10, 576) ; CIL, II, 1481 (= CIL, II2, 5, 1180) ; CIL, VI, 20742 ; cf. Tch (...)

63La corporation liée à l’annone la mieux connue est celle des négociants d’huile de Bétique (corpus oleariorum ex Baetica), dont les membres apparaissent non seulement en Bétique, à Rome et Ostie-Portus, mais aussi en Gaule137. Le cas du chevalier C. Sentius Regulianus, originaire de Lyon, dont nous avons déjà parlé, est représentatif de l’envergure de cette corporation. M. Iulius Hermesianus, diffusor olearius ad annonam urbis et curator de l’association des olearii ex Baetica, reçut une statue en bronze à Hispalis de la part de sa corporation. Le sénat d’Astigi – la cité d’origine de Hermesianus – accorda un emplacement public pour une autre statue à son effigie, érigée par son fils et son petit-fils : M. Iulius Hermes Frontinianus et M. Iulius Hermesianus138.

  • 139 CIL, II, 1165 = 1474 = HEp., 3, 346 = AE, 1988, 726 ; CIL, VI, 1625b = CIL, VI, 31834b = AE, 1987 (...)
  • 140 CIL, VI, 1935 ; XV, 3943-3959 ; AE, 2000, 734 = CIL, II2, 7, 544 ; Remesal 2000 ; Rodriguez 1974‑ (...)

64La carrière d’autres négociants d’huile s’est poursuivie à Rome et Ostie-Portus. Astigi était la cité d’origine de D. Caecilius Hospitalis, actif au milieu du iie s. p.C. Nous le rencontrons comme curator de la corporation des négociants d’huile de Bétique à Ostie, où il érigea avec son collègue Cassius Faustus une statue en l’honneur du patron de la corporation, M. Petronius M. f. Quir. Honoratus, chevalier et administrateur impérial de très haut rang, qui fut préfet de l’annone, puis préfet d’Egypte, ainsi que pontifex minor139. Le marchand d’huile (mercator olei) L. Marius Phoebus – un affranchi originaire de Cordoue – reçut un poste d’appariteur (uiator tribunicius) à Rome, où il mourut vers la fin du iie s.140

Conclusion

  • 141 Verboven 2007a.
  • 142 Dans ce sens aussi, voir Liu 2005, 310.

65Élément constitutif du modèle de la cité romaine, les collèges furent impliqués dans la transformation culturelle, sociale et politique des provinces. Ils constituaient une structure où des personnes de statut et de prestige inégaux se rencontraient, et dans laquelle des trajectoires de mobilité sociale furent institutionnalisées. En tant qu’organisations strictement circonscrites et hiérarchisées, ils créèrent des catégories socialement pertinentes et distinctives, de membres, de fonctionnaires, de magistrats, de bienfaiteurs et de patrons. Leurs représentants agissaient comme porte-parole auprès des représentants d’autres collèges et des institutions civiques et impériales. Aussi étaient-ce des communautés d’honneur d’un point vue à la fois interne et externe. Leurs opinions – exprimées symboliquement à travers la cooptation de patrons, l’érection de monuments honorifiques, les acclamations et les cortèges publics – étaient reconnues comme des expressions légitimes de la uox populi des citoyens modestes mais respectables. Ainsi, la hiérarchie interne avait un impact social au-delà du seul contexte collégial. Les configurations de réseaux et les contextes sociaux mis en place par cet “ordre associatif” structuraient et institutionnalisaient la mobilité sociale et l’accumulation de capital symbolique. Dans cet ordre associatif, l’ascension sociale était déterminée par l’argent plus que par le prestige hérité ou par le hasard141. Dans les provinces, ce processus institutionnalisé de mobilité sociale permettait aux autochtones d’entrer dans l’ordre romain, d’y accumuler du prestige et, dans quelques cas, de faire carrière jusque dans la capitale. Mais, ce phénomène n’avait pas la même intensité dans toutes les provinces. Dans les provinces gauloises et germaniques, les collèges jouaient un rôle moteur dans l’intégration des élites et des populations indigènes. Dans les provinces ibériques, cette fonction était largement absente, mis à part pour les collèges annonaires142. Dans les deux cas, les grands collèges annonaires liaient les provinces au pouvoir impérial et permettaient aux hommes d’affaires de réaliser une mobilité sociale qui les rapprochait du cœur du pouvoir. Cependant, en Gaule narbonnaise et dans les Trois Gaules, les collèges annonaires étaient imbriqués dans un réseau d’associations beaucoup plus vaste, qui associait les collèges municipaux illustres, les collèges provinciaux et les collèges annonaires. Dans les provinces ibériques, une telle structure n’est guère perceptible dans les parcours sociaux attestés. À l’inverse de ce que l’on observe dans les provinces gauloises, les dignitaires, bienfaiteurs et patrons des collèges n’y laissent guère transparaître leur origine indigène. En outre, le nombre d’associations liées aux cités est limité en comparaison avec les provinces gauloises. Certes, les corporations des bateliers du Guadalquivir (du Baetis) étaient importantes, mais leur influence et leur réputation étaient loin d’être au niveau des corporations fluviales gauloises. L’importance relative des corporations du Baetis reflète surtout leur contribution indirecte à l’annone impériale. Il ne s’ensuit pas que les provinces ibériques étaient moins intégrées à l’empire, mais la manière dont s’est réalisée cette intégration fut différente. La plus grande ancienneté des provinces ibériques peut y avoir contribué. La situation économique et géographique aussi peut avoir joué un rôle. Les provinces ibériques étaient riches en minerais, en produits agricoles destinés à la commercialisation (huile d’olive, vin), en centres de production de garum etc., et elles avaient peu besoin de produits importés. Les provinces gauloises n’étaient pas aussi riches, mais occupaient une position stratégique entre la Méditerranée et la zone très militarisée du Rhin et la Mer du Nord.

Tres Galliae

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

ITALIA TRANSPADANA / GALLIA TRANSALPINA

Anonymus

nautae Comenses (patronus)

mercatores Cisalpini et Transalpini

c. 101-250 p.C.

Mediolanum

Italia Regio XI, Transpadana

Gallia Transalpina

CIL, V, 5911

AQUITANIA

[---] Ciltica

fabri tignuarii Vellaui (patronus)

c. 101 – 225 p.C.

Vellauorum ciuitas

Aquitania

CIL, XIII, 1606 = ILA, Vellaves, 36

[---] Silvani f. Quir. Bassus

ciues Romani in ciuitate Vesunnae (curator)

c. 101-200 p.C.

Vesunna

Aquitania

CIL, XIII, 954 = ILA, Pétrucores, 21

Afranius Clari l. Graphicus, C.

ciues Romani in ciuitate Auscorum (Eliumberrum) (curator)

c. 1-100 p.C.

Eliumberrum

Aquitania

CIL, XIII, 444

BELGICA

Magissius Maina

fabri dolabrarii Augustae Treuirorum (praefectus ; curam agens)

c. 151 – 250 p.C.

Treuirorum Augusta

Gallia Belgica

CIL, XIII, 11313 = AE, 1908, 132 = AE, 1909, 56 s. n. 203

Velugnius Ingenuus

curia Ollodagi (bienfaiteur)

c. 151 – 250 p.C.

Treuirorum Augusta

(Noville, Bastogne)

Gallia Belgica

CIL, XIII, 3632 = ILB, 62

GALLIA LUGDUNENSIS

[---] Poppill(i)us

utriclarii Lugduni consistentes (adpertinens et honoratus)

corpus [...]

c. 151-250 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2023
Wierschowski 2001, 353, n° 489

Anonymus

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes (curator)

seuiri Lugduni constistentes (curator)

c. 101-125 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

AE, 1900, 203 = ILGN, 423. Wierschowski 2001, 431-432, n° 624

Anonymus

nautae Rhodanici (bis praefectus)

c. 101-250 p.C. ?

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1716

Apriclius Priscianus

fabri Lugduni consistentes (quaestor)

c. 101-250 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1978

Apronius Apronii Blandi f. Raptor, C.

nautae Ararici et Rhodanici (patronus)

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes (patronus)

c. 76-125 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 11179 ; CIL, XIII, 1911 ;

Wierschowski 2001, 318-319, n° 443

Arrius Attilius

utriclarii Lugduni consistentes (honoratus)

annonarii riparii Lugduni (honoratus ?)

c. 201-300 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1979

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

GALLIA LUGDUNENSIS

Besius Superior, L.

nautae Ararici et Rhodanici (patronus)

Condeates Lugduni (consistentes ?) (patronus)

arecarii Lugduni consistentes (patronus)

c. 101-225 p.C

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1688 = ILTG, 219 = AE, 1974, 421 ;
Wierschowski 2001, 302-303, n° 423

Caesonius Nico

fabri tignuarii Luguduni consistentes (corporatus inter)

c. 101-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1939

Catius Driburo, C.

utriclarii Lugduni consistentes

c. 125-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1985

Censorinius Ibliomarus, L.

utriclarii (curator)

c. 101-200 p.C.

Bar-le-Regulier

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2839 ;
Wierschowski 2001, 377

Claudius Myron

fabri tignuarii Luguduni consistentes (bienfaiteur)

artifices tectores Lugduni (bienfaiteur)

c. 101-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1734

Claudius Silvanus

dendrophori Lugduni (perpetuus quinquennalis)

c. 151-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1752

Helvius L. f. Volt. Frugi, L.

nautae Ararici et Rhodanici (curator bis ; patronus)

c. 76-150 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1918

Hilarianius Cinnamus, L.

nautae Rhodanici (curator)

c. 126-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1996

Illiomarius Aper

utriclarii Lugduni consistentes (corporatus)

c. 151-250 p.C.

Véliocasses

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1998 ; Wierschowski 2001, 338-339, n° 468

Inthatius M. f. Vitalis, M.

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes
(curator bis et quaestor)

nautae Ararici (patronus)

equites Romani Lugduni (patronus) (?)

utriclarii (patronus)

c. 101-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1954 ; Wierschowski 2001, 327-328, n° 454

Iulius Severinus, Q.

nautae Ararici et Rhodanici (patronus)

c. 101-300 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1695 ;
Wierschowski 2001, 303, n° 424

Ligurius Sex. f. Gal. Marinus, Sex.

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes (bienfaiteur)

omnia collegia licita Lugdunensis (bienfaiteur)

c. 151-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1921

Lupercius Excessus, L.

negotiatores uestiarii Cisalpini et Transalpini (collegiatus)

c. 101-150

Heluetii

Gallia Lugdunensis

AE, 2000, 632 = Epigraphica, 62, 2000, 133

Marcius Ur[banus ?]

collegium incertum (curator)

c. 126-175 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2013

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

GALLIA LUGDUNENSIS

Marius Ma[---], C.

seuiri augustales Puteolani (curator et patronus)

nautae Ararici et Rhodanici (patronus)

utriclarii Lugduni consistentes (patronus)

c. 151-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1960 ; Wierschowski 2001, 329-330, n° 456

Maternus Toutorigis f.

curia Ludn()

c. 151-200 p.C.

Vienne-en-Val

Gallia Lugdunensis

AE, 1968, 308 = AE, 1969/70, 401

Munatius Felix

seuiri augustales Lugduni (curator)

dendrophori Lugduni (curator)

centonarii Lugduni consistentes (omnibus honoribus apud eos functus, patronus)

c. 101-150 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1937
CIL, XIII, 1961

Novellius Ianuarius, C.

nautae Ararici (curator et patronus)

c. 176-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2020 ; Wierschowski 2001, 351-352, n° 486

Perpetuus Rulli f.

curia Ludn()

c. 151-200 p.C.

Vienne-en-Val

Gallia Lugdunensis

AE, 1968, 308 = AE, 1969/70, 401

Primius Secundianus, M.

seuiri augustales Lugduni (curator)

fabri tignuarii Luguduni consistentes (corporatus)

c. 176-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1966
CIL, XIII, 1967

Primius Secundus, C.

seuiri augustales Lugduni (curator)

fabri tignuarii Luguduni consistentes

(omnibus honoribus functus et patronus)

c. 126-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1967

Rufius Catulus, M.

nautae Rhodanici (curator)

c. 151-250 p.C.

Ambarri

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2494

Sabinius Cassianus, L.

dendrophori Lugduni (quaestor, duplicarius, omnibus honoribus functus)

c. 176-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2026

Sennius Metilus, M.

mercatores Cisalpini et Transalpini (praefectus ?)

fabri tignuarii Luguduni consistentes (praefectus ?)

c. 101-175 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2029 ; Wierschowski 2001, 355, n° 492

Sentius Regulianus, C.

olearii ex Baetica (curator)

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes (curator et patronus)

nautae Ararici (patronus)

c. 151-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, VI, 29722

Tauricius Florens, L.

nautae Ararici (patronus)

nautae Ligerici (patronus)

Condeates Lugduni (consistentes ?) (patronus)

Arecarii Lugduni consistentes (patronus)

c. 101-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1709 ;

Wierschowski 2001, 303-304

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

GALLIA LUGDUNENSIS

Toutius Incitatus

centonarii Lugduni consistentes (honoratus)

c. 201-300 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1972

Vagirius Sex. f. Gal. Martianus, Sex.

omnia collegia Lugduni (patronus)

c. 151-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1900

Varenius Vol. Varus, C.

ciues Romani (curator)

c. 1-125 p.C.

Osismi

Gallia Lugdunensis

ILTG, 338 = AE, 1999, 1070

Victorius Tauricus, C.

utriclarii Lugduni consistentes (incorporatus)

c. 175-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2039

Vireius Vitalis

fabri tignuarii Luguduni consistentes (corporatus)

c. 201-300 p.C

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 2036

Vlattius Meleager, C.

seuiri augustales Lugduni (patronus)

patronus omnium corporum Luguduni licite coeuntium

c. 151-225 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

CIL, XIII, 1974

Attalus

centonarii Lugduni consistentes (corporatus inter)

c. 126-200 p.C.

Lugdunum

Gallia Lugdunensis

 AE, 1982, 702

GERMANIA INFERIOR

[---]ius Servandus

pistores Coloniae Agrippinensis consistentes (bienfaiteur)

c. 201-300 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 8255 = IKöln, 155

Atius Verecundus, C.

ueterani Moguntiaci (actor)

c. 1-200 p.C.

Moguntiacum

Germania Inferior

CIL, XIII, 6676

C[apit?]o(nius) Vitalis, M.

collegium incertum (curator)

c. 101-226 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

= AE, 1974, 444 = IKöln, 32

Claudius Iustus, Ti.

curia Etratium (bienfaiteur)

c. 51-225 p.C.

Holzweiler

Germania Inferior

AE, 1972, 357

Ianuarinius Modestus

equites Coloniae Agrippinensis (bienfaiteur)

c. 201-300 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 8186 = IKöln, 34

Iulius Victor

figuli Nouiomagi Batauorum (magister)

c. 101-226 p.C.

Nouiomagus Batauorum

Germania Inferior

CIL, XIII, 8729

Memnonius Amandus

collegium incertum (curator)

c. 101-226 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

AE, 1974, 444 = IKöln, 32

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

GERMANIA INFERIOR

Reginia Paterna

collegium Bacchanale Coloniae Agrippinensium
(mater nata et facta)

c. 201-300 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 8244 = IKöln, 134

Rusticus

curia Essaraui (bienfaiteur)

sutores Nouiomagenses (bienfaiteur)

c. 1-250 p.C.

Nouiomagus Batauorum

Germania Inferior

AE, 1998, 967

Senilius Decimanus

ciues Romani manticularii negotiatores Moguntiacensium
(curator et quaestor)

c. 176-225 p.C.

ciuitas Taunensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 7222

Seranius Catullus

collegium Bacchanale Coloniae Agrippinensium (pater ; sacerdos)

c. 201-300 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 8244 = IKöln, 134

Tertius Felix

ueterani Moguntiaci (quaestor)

c. 1-200 p.C.

Moguntiacum

Germania Inferior

CIL, XIII, 6676

Ulpius December

peregrini Fori Hadriani (bienfaiteur)

c. 121-225 p.C.

Forum Hadriani

Germania Inferior

CIL, XIII, 8808

Verecundius Cornutus

peregrini Fori Hadriani (bienfaiteur)

c. 126-225 p.C.

Forum Hadriani

Germania Inferior

CIL, XIII, 8808

Vetinius Verus, Q.

fabri tignuarii Coloniae Agrippinensium
(ex collegio … centuria III)

c. 101-226 p.C.

Colonia Claudia Arae Agrippinensium

Germania Inferior

CIL, XIII, 8344 = IKöln, 314 = AE, 1899, 10

GERMANIA SUPERIOR

Acutia Ursa

collegium iuuentutis uici Apollinensis (bienfaiteur)

c. 201-250 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

CIL, XIII, 6688

Acutius Ursus

collegium iuuentutis uici Apollinensis (bienfaiteur)

c. 201-250 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

CIL, XIII, 6688

Adventius Aquinus

collegium iuuentutis (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Bürg

Germania Superior

CIL, XIII, 6468

Antistius Flavinus, Sex.

curia Amratinna (bienfaiteur)

c. 101-226 p.C.

Laurenzberg

Germania Superior

Schillinger, 145

Bilicius Gematus

collegium incertum (bienfaiteur)

c. 176-225 p.C.

Kapersburg

Germania Superior

CIL, XIII, 7438 = AE, 1902, 174

Camillius Polynices

fabri tignuarii Auentici

c. 151-250 p.C.

Auenticum

Germania Superior

CIL, XIII, 5154 = AE, 1974, 434

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

GERMANIA SUPERIOR

Domitius Condollus

peregrini (bienfaiteur)

c. 151-250 p.C.

Marbach

Germania Superior

CIL, XIII, 6453

Flavius Vetus, Ti.

ferrarii Dibione consistentes (patronus)

lapidarii pago Andomo consistentes (patronus)

c. 101-200 p.C.

Dibio

Germania Superior

CIL, XIII, 5474-5475 = ILingons, 51-52

Genialius Optatus

fabri tignuarii (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Nida

Germania Superior

CIL, XIII, 7371

Iulius Urbicus, C.

nautae (bienfaiteur)

c. 1-226 p.C.

Marbach

Germania Superior

CIL, XIII, 6450

Iulius Venussimus

collegium Matisonensium

c. 151-250 p.C.

Bietigheim

Germania Superior

CIL, XIII, 11749

Maternius Aeternalis

collegium iuuentutis (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Bürg

Germania Superior

CIL, XIII, 6468

Meddignatius Severus, C.

hastiferi ciuitatis Matiacorum (curator bis)

c. 201-250 p.C.

Castellum Mattiacorum

Germania Superior

CIL, XIII, 7281

Natalius [---]

collegium iuuentutis (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Bürg

Germania Superior

CIL, XIII, 6468

Nemonius Senecio, C.

ueterani Moguntiaci (curator)

c. 1-200 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

CIL, XIII, 6676

Opt[---], L.

collegium Matisonensium

c. 151-250 p.C.

Bietigheim

Germania Superior

CIL, XIII, 11749

Optatius [---]arriania

negotiatores Pannoniarum

c. 201-250 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

 CIL, XIII, 6744

Otacilius Pollinus, Q.

mercatores Cisalpini et Transalpini (patronus ?)

uenalicii Transalpini et Cisalpini (patronus)

nautae Ararici et Rhodanici (patronus)

c. 101-150 p.C.

Auenticum

Germania Superior

CIL, XIII, 11480-11492 = AE, 1995, 1141 ;

CIL, XIII, 5106

Pervincius Stabilis

fabri Moguntiaci (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

CIL, XIII, 7065

Ruto Mattiaci f.

curia Flacci

c. 51-100 p.C.

Moguntiacum

Germania Superior

AE, 1965, 247 = AE, 1972, 354

Varucius Fortius

collegium iuuentutis (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Bürg

Germania Superior

CIL, XIII, 6468

Victorinius Ursianus

collegium iuuentutis (bienfaiteur)

c. 101-250 p.C.

Bürg

Germania Superior

CIL, XIII, 6468

Gallia Narbonnensis

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

[---] Cirratus

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

[---]nus Trebi, L. s.

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

[---]s Surus

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Aebutius Agathon

seuiri augustales Arelate (corporatus ; bis curator)

seuiri Aptae Iuliae

nautae Ararici

c. 101-250 p.C

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1005

Aemilius Dionysius, Cn.

collegium incertum libertorum Nemausi (magister)

c. 51-100 p.C.

Nemausus

Gallia Narbonnensis

 CIL, XII, 3356 = INîmes, 33

Anonymus [---]orum Luciorum s.

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Anonymus

negotiatores uinarii Lugduni in canabis consistentes (curator)

collegium incertum (praefectus)

c. 101-250 p.C.

Nemausus

Gallia Narbonnensis

AE, 1909, 81 = ILGN, 424 ; Wierschowski 2001, 432, n° 625

Anonymus

collegium incertum libertorum Nemausi (magister)

c. 51-100 p.C.

Nemausus

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 3356 = INîmes, 33

Anonymus

utriclarii Arelatenses (corporatus ; curator)

nautae Atr(icae ou Atridis ?) et Ouidis (curator)

c. 101-250 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 4107

Antonius Pelagius

utriclarii (immunis)

c. 201-300 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1815 = ILN, Vienne 7

Aquilius L. f. Vol. Severianus, L.

fabri tignuarii Viennenses (patronus)

c. 101-225 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1877

Attius Saturnino

fabri (magister)

c. 101-300 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1911 = ILN, Vienne 122

Aurelius Eutyches

utriclarii (immunis)

c. 176-300 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1815 = ILN, Vienne 7

Aurelius Marinus

utriclarii

c. 201-300 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1815 = ILN, Vienne 7

Avenius Avitianus, L.

fabri tignuarii Arelatenses (magister)

c. 101-225 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 719

Candidius Benignus, Q.

fabri tignuarii Arelatenses (corporatus)

c. 101-300 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 722 = CLE, 483

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

Cassius [..]tianus

fabri (magister)

c. 101-300 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1911 = ILN, Vienne 122

Cassius Venustus, C.

fabri (magister)

c. 101-200 p.C.

Baeterrae

Gallia Narbonnensis

ILGN, 561

Cominius Bonus Agricola Laelius Aper

nauicularii marini Arelatenses (patronus)

c. 151-225 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 672 = AE, 1987, 753

Cornelius Optatus, Cn.

nauicularii marini Arelatenses (patronus)

c. 76-150 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 692 ; AE, 1991, 1193

Craxxius Severinus, T.

centonarii Nemausi (magister)

c. 101-200 p.C.

Tresques

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 2754 = AE, 1999, 1032

Diallus Atti, P. s.

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Eppilius Astrapton, T.

fabri Lattarenses (bienfaiteur)

utriclarii Lattarenses (bienfaiteur)

c. 101-200 p.C.

Lattara

Gallia Narbonnensis

AE, 1965, 164 = AE, 1966, 247 = AE, 2003, 1142

Fadius Pap. Secundus Musa, Sex.

fabri subaediani Narbonnenses (patronus)

c. 126-175 p.C.

Narbo

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 4393 = AE, 1992, 1225 = CAG, 11/1, 427-429

Frontonius Euporus, M.

nauicularii marini Arelatenses (curator)

utriclarii Ernaginenses (patronus)

nautae Druentici (patronus)

c. 101-200 p.C.

Aquae Sextiae

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 982 = AE, 1998, 876

Hilar(us) Flavi, M. s.

collegium incertum (magister, bienfaiteur)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Iulius Catullinus, C.

utricularii (bienfaiteur)

c. 1-200 p.C.

Antipolis

Gallia Narbonnensis

 CIL, XII, 187 = ILN, Antibes, 66

Iulius Diadochus, Ti.

dendrophori (munificus)

c. 76-100 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1917

Iulius Graptus

liberti Iulii Nemausi (magister)

c. 51-100 p.C. (peu après 73 p.C.)

Nemausus

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 3637

Iulius Pom[---], C.

fabri nauales Arelatenses (curator)

c.150 -250 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 730

Iulius Secundus, L.

utriclarii Arelatens (corporatus, bienfaiteur)

nautae Druentici (corporatus)

 c. 101-200 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

 CIL, XII, 731

Iunius Eudoxus, Tib.

nauicularii marini Narbonis Martii

c. 101-200 p.C.

Narbo

Gallia Narbonnensis

 CIL, XII, 4398

Iunius Messianus, M.

utriclarii Arelatens (magister IIII)

 c. 101-200 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 733

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

Libertius Decimanus, C.

nautae Ararici (honoratus)

utriclarii Lugduni consistentes

c. 176-225 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XIII, 2009

Manlius Primigenius, L.

collegium incertum (magister III)

c. 1-200 p.C.

Narbo

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 4525

Marullius Marcellinus ?, M.

nautae Ararici et Rhodanici (curator ou patronus ?)

Valentini ? (patronus)

collegium incertum (patronus)

c. 151-225 p.C.

Saint-Blaise

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 2438

Moccia Silvina C. f.

centonarii Vgernenses (bienfaiteur)

c. 51-200 p.C.

Vgernum

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 2824

Namerius Euprepes

hastiferi (magister)

c. 51-150 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1814

Olitius Apollonius, P.

seuiri augustales Narbonis Martii

nauicularii marini Narbonis Martii

c. 51-200 p.C.

Narbo

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 4406

Paquius Pardala, C.

fabri nauales Arelatenses (patronus)

utriclarii Arelatenses (patronus)

centonarii Arelatenses (patronus)

c. 101-200 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 700 ; 747

Phillodam(us) Volusi, C. s.

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Phindarus Curiati Ap. s.

collegium incertum (magister)

c. 75-26 a.C. (47 a.C.)

Tolosa

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 5388 = I², 779

Publius Bellicus, C.

utriclarii Arelatenses (magister)

c. 101-200 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 738

Rusonius Myron, C.

centonarii Viennenses (honoratus)

sagarii Viennenses (corporatus)

c. 151-225 p.C.

Vienna

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 1898 = XIII, *299 = ILN, Vienne 124

Sammius Maternus, L.

sunhodus (archiereus sunhodi)

c. 126-175 p.C.

Nemausus

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 3183

Secundius Eleutherus, L.

seuiri augustales Arelatis

nauicularii marini Arelatenses

c. 101-200 p.C.

Arelate

Gallia Narbonnensis

 CIL, XII, 704

Valerius Secundinus, L.

utriclarii Nemausenses (bis magister)

c. 101-200 p.C.

Nemausus

Gallia Narbonnensis

CIL, XII, 3351

Hispaniae

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

BAETICA

Aelius C. f. C. n. Quir. Avitus, C.

lyntrarii Canamenses (patronus) ; lyntrarii Naeuenses (patronus) ; lyntrarii Oducienses (patronus)

c. 101-200 p.C.

Hispalis

Hispania Baetica

CIL, II, 1175 = CILA, 2.1.32 = Santero 1978, n° 113

Belius Licinianus

fabri subaediani Cordubenses (patronus)

c. 201-275 p.C.

Canete

Hispania Baetica

AE, 1983, 530b = AE, 1985, 564b

Caecilius Hospitalis , D.

olearii ex Baetica (curator)

c. 101-175 p.C.

Astigi

Hispania Baetica

CIL, XV, 3762-3764 ; 3769-3781 ; CIL, VI, 1625b = 31834b = AE, 1987, 138 ; CIL, II, 1165 = 1474 = HEp., 3, 346 = AE, 1988, 726

Caelius Alexander, M.

serrarii Augusti Italicae (bienfaiteur)

c. 176-225 p.C.

Italica

Hispania Baetica

CIL, II, 1131 : Santero 1978, 126-127, 163, n° 101

Calpurnius Gallio, L.

iuuenes Laurenses (curator)

c. 125-175 p.C.

Nescania

Hispania Baetica

CIL, II2, 5, 840 = II, 2008 ; Santero 1978, n° 53

Cassius Faustus

olearii ex Baetica (curator)

c. 101-175 p.C.

 Roma / Ostia

Hispania Baetica

CIL, VI, 1625b = 31834b = AE, 1987, 138 ; Santero 1978, n° 118

Claudius Iulianus, Ti.

Suri et Asiatici Malacae (patronus ; prostatès ; euergetès)

c. 50-301 p.C.

Malaca

Hispania Baetica

CIL, II, p. 251 = IG, XIV, 2539 ; Santero 1978, n° 115

Clodius Augendus

fabri subaediani Cordubenses (rector)

c. 326-375 (349 p.C.)

Corduba

Hispania Baetica

CIL, II2, 7, 332 = II, 2211 ; Santero 1978, n° 88

Cornelius (?) Silvanus

Suri et Asiatici Malacae (magister/curator ?)

c. 50-301 p.C.

Malaca

Hispania Baetica

CIL, II, 251; Santero 1978, n° 115

Curiatius Innocentius

fabri subaediani Cordubenses (rector)

c. 326-375 (349 p.C.)

Corduba

Hispania Baetica

CIL, II2, 7, 332 = II, 2211 = Santero 1978, 161, n° 88

Flavius Victor, T.

illychiniarii Igabri (bienfaiteur)

c. 76-125 p.C.

Igabrum

Hispania Baetica

CIL, II², 5, 340 = HEp., 5, 312 = AE, 1972, 272

Fulvius Q. f. Carisianus, Q.

centuria Arua (patronus)

c. 76-125 p.C.

Arua

Hispania Baetica

CIL, II, 1064 = AE, 1979, 350 = Santero 1978, n° 103

Iulius [---]s, L.

[--]rinorum (bienfaiteur)

c. 101-150 p.C.

Hispalis

Hispania Baetica

CIL, II, 1163 = CILA, II, 4, 1025 ; Santero 1978, n° 109

Iulius Hermesianus, M.

olearii ex Baetica (curator stationis Romulae ?)

c. 151-200 p.C.

Astigi

Hispania Baetica

HEp., 10, 576 = AE, 2001, 1186 ; CIL, II, 1481 = II², 5, 1180 ; CIL, VI, 20742

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

BAETICA

Iunius Germanus

fabri subaediani Cordubenses (rector)

c. 326-375 (349 p.C.)

Corduba

Hispania Baetica

CIL, II², 7, 332 = II, 2211; Santero 1978, 161, n° 88

Marius Clemens, C.

iuuenes Laurenses (curator)

c. 125-175 p.C.

Nescania

Hispania Baetica

CIL, II², 5, 840 = II, 2008 ; Santero 1978, n° 53

Publicius Germanus, A.

familia publica Cordubensis (sacerdos ; magister II perpetuus)

c. 76-126 p.C.

Corduba

Hispania Baetica

CIL, II², 7, 315 ; Santero 1978, n° 152

Servilius Asper

curiae sacrae Aciponensium (pontifex ? ; bienfaiteur)

c. 25 a.C. - 26 p.C.

Acipino

Hispania Baetica

CIL, II, 1346 = ILMalaga, 47 ; Santero 1978, n° 10

Valerius Valens, (M. ?)

olearii ex Baetica (bienfaiteur)

c. 126-175 p.C.

Hispalis

Hispania Baetica

AE, 2002, 716 ; CIL, II, 4030 ; 4031 ; 4032 ; 4033 ; 4034a-h

HISPANIA CITERIOR / TARRACONENSIS

[---] l. Ephesius

collegium incertum (magister)

c. 100-1 a.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 4309 = ELRH, C 62

[---] Lollianus

iuuenes Legionensium (assertor)

c. 1-200 p.C. (?)

Legio

Hispania Citerior / Tarraconensis

IRPLeon, 194 ; Santero 1978, 102-103

Acerdo Saponi, M. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Aelius Dento

collegium incertum (magister)

c. 126-175 p.C.

Asturica

Hispania Citerior / Tarraconensis

EAstorga, 13 = IRPLeon, 99

Alexander Titini, L. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Antiochus Bruti, L. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Attius Messor, Q.

cultores Mineruae Augustae (bienfaiteur)

c. 101-200 p.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 4085 = RIT, 39 ; Santero 1978, n° 19

Aufustius Homuncio, N.

fabri (bienfaiteur)

c. 101-150 p.C.

Barcino

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 4498 = IRC, 4.14 = IRC, 5, p. 111 ; Santero 1978, n° 85

Aurelius Vegetus

collegium incertum (magister)

c. 126-175 p.C.

Asturica

Hispania Citerior / Tarraconensis

EAstorga, 13 = IRPLeon, 99

Caeicius N. C. l., M.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

HISPANIA CITERIOR / TARRACONENSIS

Caelius [---]

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Mazzaron

Hispania Citerior / Tarraconensis

HEp., 1, 487 = ELRH, C 5

Cervius L. f., L.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Eleuterus ? Terenti C. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Licinius Secundus, L.

Ausitani Barcinonis consistentes (amicus)

c. 76-150 p.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 4540 = IRC, 4.91 = IRC, 5, p. 113 = IRB, 89

Licinius Urcico, L.

sutores Vxamae (bienfaiteur)

c. 1-200 p.C. ?

Uxama

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 2818

Luucius Sex. l. Caepio ?, Sex.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Manilius C. l. [---], P.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

El Burgo del Ebro

Hispania Citerior / Tarraconensis

HEp., 11, 621 = AE, 2001, 1237 = AE, 2003, 970 = ELRH, C 105

Marius Gamicus

cultores Mineruae Augustae (magister)

c. 101-200 p.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

RIT, 41

Murrius Thales, Q.

fabri (bienfaiteur)

c. 51-150 p.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

 CIL, II, 4316 = RIT, 435

Paquius Noni (?) l. Silus, L.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Pil(ippus ?) Pontili(enorum), M. C. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Pilemo Aleidi, L. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Poplicius C. f., C.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Prosius M. l., M.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Puupius M. l., M.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Quinctio Claudi Pos(tumi ?), C. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

­Nom

Collèges

Floruit

Cité

Province

Références

HISPANIA CITERIOR / TARRACONENSIS

Quinctio Verati, C. s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp. 4, 565 = ELRH, C 50

Scandilius L. l. Licinus

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

El Burgo del Ebro

Hispania Citerior / Tarraconensis

HEp., 11, 621 = AE, 2001, 1237 = AE, 2003, 970 = ELRH, C 105

Seleucus [---] s.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Mazzaron

Hispania Citerior / Tarraconensis

HEp., 1, 487 = ELRH, C 5

Talepius A. l., L.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Terentius Candidus

fabri Viatienses (patronus) ; fabri Tarraconenses (patronus)

c. 51-200 p.C. ?

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

RIT, 351 ; Santero 1978, n° 87

Titius L. l. Num[erianus ?], Num.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

Tongilius P. l., Cn.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-76 a.C.

Carthago Nova

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3433 = HEp., 4, 565 = ELRH, C 50

Valerius Flavus, L.

stratores legionis VII Geminae Felicis (bienfaiteur)

c. 151-200 p.C.

Tarraco

Hispania Citerior / Tarraconensis

RIT, 43 ; Santero 1978, n° 95

Vereius M. l., C.

sodalicium sacrum incertum (magister)

c. 125-51 a.C.

Carthago Noua

Hispania Citerior / Tarraconensis

CIL, II, 3434 = 5927 = ELRH, C 10

LUSITANIA

Iulius Rufinus, C.

sodalicium sacrum incertum

c. 1-100 p.C.

Mirobriga

Lusitania

IRCPacen, 146

Messius Artemidorus

Bracari Pacis Iuliae consistentes (magister)

c. 151-200 p.C.

Pax Iulia

Lusitania

AE, 1984, 465 = IRCPacen, 339 = ILER, 281, 282 =
Santero 1978, n° 9

Notes

1 Whittaker 1997, 145 ; voir aussi Woolf 1998, 48 qui parle d’un éthos de civilisation centré sur la cité.

2 Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999 ; pour le ius latinum, voir Kremer 2006.

3 Plin., Ep., 1.19 ; Petr. 44 ; pour la possibilité de variations locales voir Patterson 2006, 202 ; Duncan-Jones 1982, 147, 243 ; les cités petites ou pauvres avaient moins de décurions : Castrimoenium en avait 30 (CIL, XIV, 2458 ; 2466), Irni 63 (Lex Irnitana 31) ; voir Duncan-Jones 1982, 283-284 ; Nicols 1988 ; Patterson 2006, 222-224 ; Mouritsen 1998, 247-248.

4 CJ 9.21.1.pr.

5 Cf. Duthoy 1974 ; 1978 ; Abramenko 1993a ; D’Arms 2000 ; Ostrow 1985 ; Patterson 2006, 242-252.

6 MacMullen 1966, 174.

7 Liu 2008b.

8 Cf. Patterson 2006, 255, 261 ; Verboven 2007a, 881.

9 Waltzing 1895-1900, I, 351 ; Liu 2009, 140-148 (et passim).

10 CIL, VI, 1060 ; 9405. Ce collège fut restructuré (institué ?) en 7 a.C., cf. Panciera 1981.

11 Meiggs 1960, 317. Voir pour d’autres exemples : les fabri de Ravenne étaient divisés au moins en 28 decuriae : CIL, XI, 126 ; AE, 1977, 265a (une liste de 31 fabri et 42 plebei), les centonarii de Ravenne en au moins 17 decuriae (CIL, XI, 125, voir Liu 2009, 131-132). Notez aussi le collège des scaenici de Bouillae en 167 p.C. et ses 60 membres (CIL, XIV, 2408).

12 CIL, III, 7905.

13 CIL, XIII, 11313 (Trèves, 2e moitié du iie s. p.C.), voir aussi ci-dessous.

14 ILLPRON, 1450-1458 ; Liu 2009, 340, n° 36 (voir ici pour bibliographie).

15 Plin., Ep., 10.33 : dumtaxat hominum CL. ... nec erit difficile custodire tam paucos.

16 Cf. CIL, XI, 23 ; X, 5796 ; XI, 6053 ; 6378 ; AE, 2000, 344a ; 531 ; Patterson 1992, 234 ; 2006, 255 ; Verboven 2007a, 880.

17 CIL, XII, 3316-3318 ; AE, 2000, 940.

18 Cf. Bollman 1998 ; Tran 2006, 241-294. Voir aussi la contribution de N. Tran dans ce même volume.

19 Plut., Numa, 17 ; Flor., Epit., 1.1.176 ; Plin, NH, 34.1 ; 35.159. Cf. Gabba 1984 ; Liu 2009, 100-101.

20 Cf. Waltzing 1895-1900, I, 357-368 ; Tran 2006, 139-174 ; Verboven 2007a.

21 Waltzing 1895-1900, I, 334-515 ; Royden 1988.

22 Dig., 47.22.4 : … his autem potestatem facit lex pactionem quam uelint sibi ferre, dum ne quid ex publica lege corru<m>pant. Cf. Eliachevitch 1942, 243-249 ; Crawford 1996, 694-695 ; Liu 2009, 98-99.

23 Le locus classicus est Dig., 3.4.1 qui semble suggérer que les collèges ne jouissaient pas de l’uniuersitas sauf exception. Mais le passage en question est sûrement corrompu et semble en contradiction avec les inscriptions et avec d’autres textes juridiques qui présentent les collèges comme des collectivités en droit. Voir Eliachevitch 1942, 264-265 et n. 105 ; Liu 2009, 104-107 ; Aubert 1999, 59-64 ; Sirks 1991, 83‑89 ; Verboven (à paraître B).

24 Cf. Flambard 1981, 158-159 ; 1982 ; 1983. Voir aussi ci-dessous.

25 Dig., 47.22.1 ; CIL, XIV, 2112 ; De Ligt 2000 ; 2001 ; Cotter 1996 ; Arnaoutoglou 2002 ; Liu 2005 (qui ne croit pas à l’existence d’une unique lex Iulia de collegiis).

26 Tran 2006, 62-63.

27 Verboven 2007a ; cf. Tert., Apol., 39.2.5.

28 Pour l’historiographie des collèges voir Perry 2006 ; Dissen 2009 ; pour les collèges et les funérailles Perry 1999 ; Hopkins 1983, 211-217 (“burial clubs”).

29 Van Minnen 1987 ; Gibbs 2011.

30 Pleket 1990, 121-122.

31 AE, 1999, 538.

32 Cf. Sirks 1991 ; De Salvo 1992 ; Broekaert 2011.

33 CIL, III, 14165, 8. Cf. Virlouvet 2004 ; De Salvo 1992, 403-409 ; Christol 1971 ; 1982 ; Sirks 1991, 98-99 ; Tran 2011.

34 La liste se trouve dans Waltzing 1895-1900, III, 115-118 (n° 370-403) ; elle est complétée par Menella et Apicella 2000, 56-58 ; mais voir la critique de Liu 2008b et Mouritsen 1999 qui pensent qu’il ne s’agit pas d’associations formelles. Notez pourtant que ces appels illustrent bien la conception d’une population urbaine divisée en catégories professionnelles et non religieuses ou territoriales.

35 Dig., 50.6.6.12 : ... in quibus artificii sui causa unusquisque adsumitur, ut fabrorum corpus est et si qua eandem rationem originis habent, id est idcirco instituta sunt, ut necessariam operam publicis utilitatibus exhiberent. Cf. Liu 2009, 111-121.

36 Liu 2009, 57-96.

37 Leur utilité réelle comme pompiers est mise en cause par Nijf 2002, à mon avis sans raison (Verboven 2007a, 876). Voir surtout Lafer 2001 pour cet aspect. Mais voir aussi les critiques de Liu 2009.

38 Liu 2008a ; le droit de recevoir des dons et legs en tant que collectivité fut reconnu par Marc Aurèle (Dig., 34.5.20), mais la pratique existait depuis au moins un siècle. Pour le statut juridique de ces avoirs en commun et la question de personnalité juridique voir ci-dessus n. 24.

39 Christol 2003, 330 (repris dans Christol 2010a, 526).

40 Clemente 1972 ; Hemelrijk 2008 ; Saavedra 1995. Mais les inscriptions qui attestent ce patronage proviennent surtout des collèges eux-mêmes.

41 Cf. Lendon 1997, 97-98 ; Barton 2001, 12-14.

42 Verboven 2007a.

43 Waltzing 1895-1900, I, 33.

44 La catégorie des collegia funeraticia établie par Mommsen était incluse par Waltzing dans la catégorie des collèges religieux : “Les collèges portant le nom d’un dieu ont donc tous un caractère à la fois religieux et funéraire, et généralement ce dernier domine” (Waltzing 1895-1900, I, 46-47).

45 Ausbüttel 1982, 29-32 ; Kloppenborg 1996 ; Harland 2003, 28-52 ; Tran 2006, 10-15 ; Verboven 2009, 2-3. Voir surtout les lois de collèges IG, II, 1368 (Iobacchoi) ; P. Mich., 5.243 (époque de Tibère) ; P. Mich., 5.244 (collège d’Apolysimoi, a. 43 p.C.) ; CIL, XIV, 2112 (collège d’Esculape et d’Hygie, a. 136 p.C.) ; CIL, VI, 33885 (eborarii et citratii).

46 Verboven 2007a, 872-873 ; Venticinque 2010 ; Patterson 1992 ; Perry 1999 ; cf. Artem. 5.82.

47 RIT, 41.

48 Voir la contribution de Tran dans ce volume.

49 Cf. Patterson 2006, 257 ; sur les centonarii voir maintenant Liu 2009. Sur les dendrophori voir la contribution de Van Haeperen dans ce volume.

50 Rougé 1959 (bateliers à radeaux) ; Lafer 2000, 58-60, 191-192 (pompiers) ; Leglay 1964 (fabricants d’outres) ; Kneissl 1981 ; Liu 2009, 136-137 (marchands/transporteurs de liquides, surtout de vin et d’huile d’olives, par voie de terre) ; AE, 1965, 144 = 1976, 1142 (centonarii, utriclarii, dendrophori) ; AE, 1967, 281 (collegio fabrum utricla/riorum et centonariorum) ; AE, 1965, 164 = 2003, 1142 (fabri et utriclarii Lattarenses) ; CIL, XII, 700 (fabri nauales, utriclarii, centonarii).

51 Harland 2003, 28-52. Ce qui d’ailleurs ne veut pas dire que la typologie de Harland est inutile, seulement qu’elle est moins utile pour comprendre le prestige de tel ou tel collège.

52 Ginestet 1991 ; Jaczynowska 1978.

53 Patterson 2006, 261-262 : “The existence of the Augustales and the collegia helped to socialize the upwardly mobile into the civilized nexus of patronage, benefaction, and reciprocal honours that characterized the Roman city, and allowed their members to participate in civic affairs to their own benefit and that of the community more generally”.

54 Ausbüttel 1982, 31-32.

55 Santero 1978.

56 Hasegawa 2005 ; 2005b, 81-88.

57 Par exemple, les conlatores de CIL, II, 657, inclus dans la liste, mais exclus à la p. 75.

58 Par exemple CIL, II, 823 (Santero 1978, n° 52) ; CIL, II, 6109 (Santero 1978, n° 51).

59 CIL, VI, 1625 ; 1935 ; 9677.

60 Ce chiffre inclut les ciues Romani qui Bracaraugustae negotiantur : CIL, II, 2423.

61 CIL, II, 3433 ; 3434. Voir aussi ci-dessous.

62 HEp., 1, 487. Voir aussi ci-dessous.

63 CIL, II, 4309 (p 973). Voir aussi ci-dessous.

64 AE, 2001, 1237 = 2003, 970. Voir aussi ci-dessous.

65 IRCPacen, 146 (Mirobriga, ier s. p.C.) ; IRCPacen, 339 (Pax Iulia, 2e moitié du iie s. p.C.) ; Santero 1978, n° 9

66 233 numéros dans le livre de Waltzing, à comparer aux 56 numéros concernant les provinces ibériques.

67 Pour les chiffres qui suivent voir les tableaux en annexe.

68 Trois, si nous incluons les deux curatores ciuium Romanorum de Vesunna (CIL, XIII, 954 ; Étienne 2001) et Eliumberrum (CIL, XIII, 444).

69 Verboven 2007b.

70 Hatzfeld 1912 ; Boak 1916 ; Flambard 1982 ; Flambard 1983 ; Hasenohr 2002 ; 2003 ; 2007. Sur les communautés de citoyens romains, voir van Andringa 1998 ; 2003 ; Díaz 2004 ; Gogniat Loos 1994.

71 CIL, II, 3434 (= ELRH, C 10) ; cf. Díaz 2004, 467-468 ; Abascal & Ramallo 1997, 71-77, n° 1.

72 CIL, II, 3433 (= ELRH, C 50) ; Santero 1978, 43-44, n° 1 ; Díaz 2004, 468 ; Abascal & Ramallo 1997, 460-465, n° 10.2

73 HEp., 1, 487 ; Díaz 2004, 467 ; Ramallo 1985, 82 ; 1986, 186.

74 AE, 2001, 1237 = 2003, 970 = ELRH, 105 ; Ferreruele et al. 2003 ; Díaz 2004, 465-466.

75 CIL, II, 4309 = ELRH, C 62. Díaz 2004, 469 ; seul le nom d’un magister affranchi, Ephesius, est encore lisible.

76 CIL, XII, 5388 (= CIL, I2, 779) ; Labrousse 1968, 104, 210.

77 Hatzfeld 1912 ; Boak 1916 ; Flambard 1982 ; Hasenohr 2002 ; 2003.

78 Des lingots de plomb portant leur nom ont été retrouvés dans des épaves, Abascal & Ramallo 1997, 460‑465, 236, n° 10.2, n° 217 ; Domergue 1990, 322.

79 Mais pas tous, car le nom d’un bienfaiteur de la curia Etratrium, Ti. Claudius Iustus, suggère que lui ou sa famille avait déjà acquis la citoyenneté sous le règne de Claude. Pour les curiae, voir Rüger 1972 ; Scheid 1999, 402-423. Voir la contribution de M. Dondin-Payre à ce volume.

80 AE, 1968, 308 = 1969/70, 401 ; Rüger 1972, 254, n° 5 ; Debal 1969, 211-220 ; 1973, 178-184 ; Picard 1969 ; 1969b, 195-210 ; 1970, 182-185 ; Duval 1969, 423.

81 Kotula 1968 ; 1980 ; Lebek 1995 ; Amodio 1998. Notez aussi l’existence de la curia Aciniponensium de Malaga, à l’époque augustéenne (CIL, II, 1346 = ILMMalaga 47 ; Santero 1978, 44, n° 10).

82 AE, 1965, 247 = 1972, 354.

83 AE, 1998, 967 : Sal(uti) ; / Rusticus / sutoribus / Nouiom(agensibus) / (curiae) Essaraui / d(ono) d(edit) d(edicauitque). Voir Haalebos 1999, 249-250. L’objet appartenait probablement à une statue de Salus offerte par un autochtone répondant au nom latin de Rusticus.

84 Les salinatores Menapiorum et Morinorum, qui honorèrent le centurion primipile L. Lepidius L. f. Ani. Proculus, caserné à Nouaesium (Neuss) entre 70 et 75 p.C., dans sa patrie de Rimini (CIL, XI, 390 ; 391), constituaient peut-être les associations professionnelles les plus anciennes, mais l’interprétation des salinatores comme négociants locaux est loin d’être évidente, voir De Clercq 2009, 475-479.

85 CIL, XIII, 8808 (2, p 31).

86 CIL, XIII, 6453. Condollus était sans doute un soldat ou un vétéran des troupes auxiliaires, puisqu’il y avait un castellum près de Marbach-Benningen, où une cohors était stationnée.

87 CIL, XII, 3637, l’inscription peut être mise en relation avec CIL, XII, 3861 et 3356 : voir Schiess 1888, 146, n° 323.

88 RIT, 41.

89 CIL, II, 4085.

90 À comparer, par exemple, avec CIL, II, 4498, de Barcino : Mineruae / Aug(ustae), / N(umerius) Aufustius / Homuncio, / IIIIIIuir Aug(ustalis), / collegio fabr(um) / dono posuit.

91 CIL, II, 2818. Cf. Christol 2004, 71 (repris dans Christol 2010a, 512).

92 CIL, XIII, 1688 (ILTG, 219 ; AE, 1974, 421) ; Wierschowski 2001, 302-303, n° 423.

93 CIL, XIII, 1709 ; Wierschowski 2001, 303-304 ; il était patron aussi des nautae Ligerici.

94 Audin 1986, 74 ; Rougé 1974 ; voir la contribution de Fr. Bérard à ce même volume.

95 CIL, XIII, 5474-5476 = ILingons, 51-53. Qu’il s’agit de véritables collèges ressort du fait qu’ils ont coopté un patron, c’est‑à-dire qu’ils ont accompli un acte formel, collectivement.

96 CIL, II, p. 251 = Waltzing 1895-1900, III, n° 45 ; Santero 1978, 165, n° 115 ; D’Ors 1953, 395, n° 29. Malheureusement, la date de l’inscription est très incertaine (entre 50 et 300 p.C.). Prostatès est l’équivalent grec du latin praefectus, cf. Mason 1974, 81-82. Sur l’office de praefectus collegii, voir Waltzing 1895-1900, II, 352-353 ; Royden 1988, 16. Sur les collèges de résidents, voir Verboven (à paraître A). Pour les Tyriens de Pouzzoles, voir Sosin 1999.

97 CIL, II, 4540 ; Piernavieja 1977-1978, 437-443 ; Santero 1978, 124-125.

98 CIL, XIII, 1734. Voir la contribution de N. Laubry à ce volume.

99 CIL, XII, 1898 ; notez aussi le cognomen de C. Rusonius Mercurialis, un affranchi du sévir augustal Rusonius Hyla (CIL, XIII, 1970). Voir aussi le cas de Toutius Incitatus (d’origine indigène), nauta Araricus et negotiator frumentarius, honoratus des centonarii établis à Lyon et enfin seuir augustalis de Lyon (CIL, XIII, 1972).

100 CIL, XIII, 1966 ; 1967.

101 CIL, XIII, 1966.

102 CIL, XIII, 1937.

103 CIL, XII, 982. Voir aussi l’affranchi Paquius Pardalas (CIL, XII, 700).

104 CIL, XII, 4393 (Dellong 2002 [CAG, 11/1], 427-429, n° 223) ; Héron De Villefosse 1914 ; Cels 1976 (un ingénu, pas un affranchi). Son nom est attesté sur les amphores du Monte Testaccio.

105 CIL, XII, 1877.

106 CIL, XIII, 1606.

107 CIL, II, 1167 ; 4318.

108 CIL, II, 4498 ; 4316 ; 2924 ; RIT, 351.

109 CIL, II, 2211 ; AE, 1983, 530b.

110 RIT, 351 = Santero 1978, n° 87.

111 CIL, II, 4498 ; Christol 2004, 72 (repris dans Christol 2010a, 513).

112 CIL, II, 4316.

113 CIL, XIII, 1918.

114 AE, 1975, 613 = 1976, 445.

115 CIL, XII, 1814 ; la nature des hastiferi est discutée, mais leur lien avec les dendrophori est maintenant largement accepté (Fishwick 1967 ; Liertz 2001).

116 CIL, XII, 2243.

117 CIL, XII, 2259 = ILN, Vienne 393.

118 CIL, XIII, 1911 ; 11179 ; Wierschowski 2001, 318-319, n° 443 ; Schlipschuh 1974, 27 ; Jacobsen 1995, 30, 68 ; Krier 1981, 31-32, n° 7-8.

119 CIL, XIII, 1954 ; Wierschowski 2001, 327-328, n° 454 ; Christol 1992, 126 ; 2003, 334 (repris dans Christol 2010a, 607 et 530). À comparer avec l’anonyme de AE, 1900, 203 : curator des negotiatores uinarii Lugduni consistentes, curator des seuiri de Lyon, seuir Augustalis à Lyon et à Nîmes, où il reçut les ornamenta decurionatus.

120 CIL, XIII, 1695 ; Wierschowski 2001, 303, n° 424.

121 Ou des uenalicii du corpus mercatorum Cisalpinorum et Transalpinorum : CIL, XIII, 11480-11492 = AE, 1995, 1141. Voir Reynolds 1969 ; Herzig 1973 ; 1973-1974 ; 1974 ; Frei Stolba 1988.

122 CIL, XIII, 1960 ; Wierschowski 2001, 329-330, n° 456.

123 Rémy 1973.

124 CIL, VI, 29722 ; Le Roux 1986, 269 ; Rémy 1973, 92 ; Vallat 1981, 262-263 ; Rico 2003, 428.

125 Alföldi 1952 ; Walser 1991 ; Verboven 2007a, 876-877.

126 CIL, XIII, 2029. Voir Wierschowski 2001, 355, n° 492 ; Schlippschuh 1974, 58 ; Krier 1981, 48-50, n° 15 ; Walser 1991, 173-174.

127 CIL, V, 5911.

128 Il s’agit des scapharii Romulae consistentes, des scapharii qui Romulae negotiantur et les lyntrarii de diverses localités : cf. De Salvo 1992, 130-131 ; 166-171.

129 CIL, II, 1175 ; cf. Santero 1978, 135, 137-139 ; Chic 1992, 11 ; Chic et al. 2001 ; Blázquez 2007, 181.

130 CIL, II,1180 = AE, 1991, 993 ; cf. Remesal 1991 ; Blázquez 2007, 181.

131 Voir Tran 2011.

132 Cf. Sirks 1991 ; De Salvo 1992.

133 Cf. De Salvo 1992, 403-409 ; Christol 1971 ; 1982 ; Sirks 1991, 98-99 ; Virlouvet 2004 ; Tran 2011.

134 CIL, XII, 982.

135 CIL, XII, 692 ; AE, 1991, 1193.

136 CIL, XII, 672 = AE, 1987, 753 : praefectus cohortis tertiae Bracaraugustanorum, tribunus legionis I Adiutricis, procurator Augustorum ad annonam prouinciae Narbonensis et Liguriae, praefectus alae milliariae in Mauretania Caesariensi ; cf. Pflaum 1960-1982, I, 507-508, n° 186 ; Pavis D’Escurac 1976, 129134 ; Alföldy 1980, 278 ; 1986, 173-180 ; Christol & Demougin 1984, 163-170 ; Devijver 1976-2001, 287288, n° 220.

137 Sur les olearii ex Baetica, voir Le Roux 1986 ; Chic Garcia 1992 ; Rico 2003 ; Blazquez 2007 ; Broekaert 2011. Voir aussi, pour les élites commerciales des provinces ibériques, Étienne & Mayet 2001 ; Remesal 2004.

138 AE, 2001, 1186 (= HEp., 10, 576) ; CIL, II, 1481 (= CIL, II2, 5, 1180) ; CIL, VI, 20742 ; cf. Tchernia 1980 ; Le Roux 1986 ; Chic Garcia et al. 2001 ; Rico 2003. Voir aussi Valerius Valens qui fit construire ou embellir un sanctuaire pour le corpus oleariorum d’Hispalis, complété par le don de deux statues de culte (Minerua Augusta et Venus Genetrix Augusta) par ses deux filles (AE, 2002, 716 ; AE, 2001, 1187).

139 CIL, II, 1165 = 1474 = HEp., 3, 346 = AE, 1988, 726 ; CIL, VI, 1625b = CIL, VI, 31834b = AE, 1987, 138 ; CIL, XV, 3762-3764 ; 3769-3781. Voir Rodriguez 1972, 164-166, n° 12 ; 1974-1975, 206-208 ; Tchernia 1980 ; Eck 1986, 284-285 ; Chic 1988, 15-16 ; Étienne & Mayer 2001, 92 ; Remesal 2004, 131.

140 CIL, VI, 1935 ; XV, 3943-3959 ; AE, 2000, 734 = CIL, II2, 7, 544 ; Remesal 2000 ; Rodriguez 1974‑1975, 199-248 ; Le Roux 1986, 268. Pour les apparitores, voir surtout Purcell 1983, en particulier p. 154, pour Phoebus.

141 Verboven 2007a.

142 Dans ce sens aussi, voir Liu 2005, 310.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search