Version classiqueVersion mobile

Collegia

 | 
Monique Dondin-Payre
, 
Nicolas Tran

Introduction

Texte intégral

Les collèges et l’empreinte de Rome sur l’Occident

  • 1 Perry 2006.
  • 2 Waltzing 1895-1900.
  • 3 Mommsen 1843 : originellement publié en latin, le livre a fait l’objet d’une réédition bilingue l (...)
  • 4 Sur le phénomène associatif en général, outre Waltzing 1895-1900, on peut citer les monographies (...)

1Le phénomène associatif correspond à un champ d’étude à la fois traditionnel et dynamique de l’historiographie de Rome et du monde romain. En 2006, la publication sous forme de bilan raisonné de la minutieuse enquête de J. S. Perry mit cette double dimension en valeur1. Puisant ses racines dans les travaux de prestigieux pionniers, en particulier dans l’Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains de J.-P. Waltzing2, l’histoire des collegia n’a cessé d’être d’actualité depuis plus d’un siècle et demi. Épigraphistes, juristes et archéologues ont conjugué leurs compétences et montré à quel point les Romains et les peuples soumis à leur autorité furent enclins à constituer, d’eux-mêmes et au-delà du seul cercle familial, des groupes issus de leur sociabilité. Chaque génération a porté sur les collèges un regard conforme à ses préoccupations et à sa sensibilité. Enfin, plusieurs livres récents sont venus témoigner de l’enrichissement constant d’une tradition de recherche incarnée, dès 1843, par le jeune Th. Mommsen3. Cette tradition associa des chercheurs qui lui consacrèrent l’essentiel de leurs travaux à des auteurs spécialistes d’autres sujets, qui apportèrent des contributions plus ponctuelles4.

  • 5 E.g. van Nijf 1997, 22-23.
  • 6 Sur l’étymologie de collegium, voir Ernout & Meillet 1932, 515.
  • 7 Voir ainsi Dig., 47.22.3.2, pour la synonymie entre collegium et corpus, et 47.22.4, pour la syno (...)
  • 8 Voir e.g. Scheid 1985 (sur le lien très étroit entre la collégialité, les rites sacrificiels et l (...)
  • 9 Flambard 1987, 210 ; voir aussi Flambard 1983, 79, qui souligne “la complexité du phénomène assoc (...)

2Très peu d’historiens du monde romain n’ont jamais rencontré de collèges sur leur route. Ces collectivités rassemblaient, en effet, des personnages très divers, même si beaucoup avaient en commun d’appartenir à des catégories hiérarchiquement intermédiaires des sociétés romaines5. Artisans ou militaires, compatriotes ou dévots d’un même dieu, jeunes d’une cité ou habitants d’un même quartier, par exemple, choisirent de s’assembler dans des groupes aux dénominations, aux activités et aux modes de fonctionnement similaires. Leurs membres étaient soumis à des règles communes (la même loi, à en croire l’étymologie du mot collegium), se considéraient comme des compagnons (parfois réunis dans un sodalicium), appartenaient à la même entité (parfois désignée comme un corpus)6. Utilisées comme de parfaits synonymes par plusieurs auteurs antiques7, ces appellations courantes recouvraient les mêmes pratiques : se réunir et se fréquenter, célébrer des rites et partager des moments de convivialité, organiser l’association en se donnant des responsables et en trouvant des protecteurs. Tout collège constituait une communauté de culte et de commensalité, structurée de manière hiérarchique sur le modèle d’une petite cité8. Ses effectifs étaient établis de manière nominative et son nom complet permettait d’en connaître instantanément le critère essentiel de recrutement. La mention au génitif d’un nom de métier ou d’une divinité principale, par exemple, répondait à cet objectif. Toutefois, derrière les dénominations officielles se cachaient souvent des réalités plus complexes. Ainsi, J.-M. Flambard a insisté avec raison sur l’impossibilité d’enfermer les associations romaines dans une typologie fonctionnelle trop rigide : le nom d’un collège indiquait au mieux une dominante, “une écrasante majorité de collegia [mêlait] inextricablement des données professionnelles, (…) des données territoriales (…), des données religieuses (…) des données conviviales”9.

  • 10 Flambard 1983.
  • 11 CIL, I2, 2270-2271, repris par ILLRP, 777-778.
  • 12 AE, 2001, 1237 = 2003, 970.
  • 13 CIL, I2, 779 (a. 47 a.C.), repris par ILLRP, 766. La restitution de [magistrei] ou de [ministrei](...)
  • 14 Plut., Num., 17.1-4.
  • 15 Suet., Iul., 42.4 ; Aug., 32.3 ; voir Linderski [1962] 1995.
  • 16 Flambard 1977.
  • 17 Le choix d’une telle datation suppose d’admettre que la création en 7 a.C. de l’ère du grand coll (...)

3De la fin du iie siècle a.C au milieu du iiie s. p.C., le phénomène associatif connut une large diffusion dans l’empire romain, d’abord en Italie, puis dans les provinces. L’épigraphie en apporte les témoignages les plus nombreux. Gravés dans la seconde moitié du iie s. a.C., les plus anciens proviennent de Rome et de cités d’Italie, telles que Préneste, Minturnes ou Capoue10. Bon nombre visaient à entretenir le souvenir de dédicaces ou de constructions prises en charge par des magistri : des responsables le plus souvent esclaves ou affranchis. Or, à la fin du iie s. a.C. et dans la première moitié du ier, des formulaires très proches furent composés en terre provinciale, non seulement en Orient, comme à Délos ou à Samos, mais aussi dans la péninsule Ibérique et en Gaule méridionale : ainsi, à Carthagène11, à proximité de Saragosse12 et à Toulouse13. Sous le Haut-Empire, les collèges étaient donc perçus comme des cadres traditionnels de la vie romaine, au point que Plutarque en attribuait la paternité au roi Numa14. Aux yeux de Suétone, les collegia que César et Auguste laissèrent subsister se caractérisaient déjà par leur antiquitas15. À l’issue des troubles qui eurent raison de la République, auxquels contribuèrent des bandes qui n’avaient de collèges que le nom, Auguste réorganisa le droit d’association16. La lex Iulia de collegiis, probablement promulguée à cet effet vers 7 a.C., était restrictive et le pouvoir impérial romain ne se départit jamais d’une certaine méfiance à l’égard des collèges17. Néanmoins, grâce au double apogée de la pratique épigraphique et du phénomène associatif dans l’Occident des trois premiers siècles de notre ère, il n’est pas de provinces de l’Occident romain, des Maurétanies au Danube en passant par la Bretagne, où ne s’épanouirent pas quelques collèges. Leur nombre donne, en certains lieux, l’impression d’un véritable foisonnement : dans la capitale impériale et son avant-port d’Ostie, en Gaule cisalpine, dans la vallée du Rhône ou en Dacie.

  • 18 Sur la présence de pérégrins de Gaule du Nord dans les collèges lyonnais, voir les inscriptions, (...)

4De fait, l’essor des collèges correspondit à l’un des phénomènes multiples et complémentaires qui modifièrent en profondeur le visage des régions intégrées à l’empire. Des cités très diverses par leur peuplement et leur statut, allant des colonies de vétérans aux cités pérégrines, en constituèrent le théâtre ; des individus d’origines et de statuts personnels différents, les acteurs. Ainsi, les nombreux collèges dont les sièges se trouvaient en contrebas de la vieille colonie de Lyon accueillirent des pérégrins et des citoyens romains de plus ou moins fraîche date, issus non seulement du corps civique local, mais aussi de diverses cités du Nord des Gaules18. L’appartenance à un collège était un marqueur culturel fort, car la vie associative se fondait sur un ensemble de pratiques qui constituaient en elles-mêmes autant de signes de “romanisation”. La production épigraphique des collèges livre des informations sur le rapport à l’écrit et à la langue latine dans les sociétés urbaines de l’Occident romain. La tenue d’assemblées et le vote de décrets impliquaient des procédures calquées sur le modèle civique romain. Les membres des associations nouaient entre eux des relations de pouvoirs, dont la terminologie, les valeurs et les modalités découlaient d’emprunts semblables. Ils entretenaient avec des évergètes, à qui le titre de patron était souvent conféré, des rapports de clientèle fondés sur l’échange de dons et de services. Leurs pratiques financières, les prestations dont ils bénéficiaient dans le cadre de fondations, par exemple, procédaient de structures économiques qui n’existaient guère en Occident avant la conquête romaine. Ils célébraient par des cultes de forme romaine tant leur cohésion (par le truchement du Genius collegii, par exemple) que leur fidélité au pouvoir impérial.

  • 19 Le Roux 2004, 296-297 : “Peu à peu s’est imposée l’idée d’une mosaïque dont les tesselles multico (...)

5L’énumération pourrait se poursuivre, mais il ne faudrait pas en conclure que les auteurs de cet ouvrage se représentent les sociétés de l’Occident romain de manière uniforme. Certes, des collèges sont attestés dans toutes les provinces, mais des régions plus petites sont vides, ou quasiment vides, de tout témoignage. En outre, la vie associative se développa comme un phénomène avant tout urbain, dans des sociétés où le poids démographique des campagnes demeurait considérable. Il est désormais unanimement admis que les rencontres entre Rome et les peuples conquis donnèrent naissance à des sociétés romano-provinciales dotées, chacune, d’une irréductible part de singularité19. En conséquence, qui s’attache à étudier des traits partagés dans l’ensemble occidental, pourra toujours être suspecté d’avoir sélectionné “l’arbre qui cache la forêt”. Cependant, l’existence de ces éléments communs et leur rôle dans la cohésion de l’empire ne sont pas moins indéniables que les singularités évoquées à l’instant. À ce titre, l’épigraphie des collèges présente l’intérêt de jeter quelques lumières sur la vie sociale et les mentalités de plébéiens. Elle révèle ainsi que les notables, sur qui l’histoire comme la critique de la “romanisation” a eu tendance à se focaliser, ne furent pas les seuls, tant s’en faut, à s’approprier des conceptions sociales, juridiques, politiques et culturelles issues du cœur italien de l’empire.

  • 20 Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999 ; 2001 ; 2006.

6Les raisons qui poussèrent le groupe de recherche sur “l’Empreinte de Rome sur l’Occident” à orienter ses travaux vers les collèges étaient donc intimement liées aux caractères intrinsèques de ces communautés. Le programme “Empreinte” vit le jour dans les années 1990, sous la responsabilité de M. Dondin-Payre et de M.-Th. Raepsaet-Charlier. Le Centre Gustave-Glotz, qui a rejoint ANHIMA (UMR 8210) en janvier 2010, en était l’équipe de rattachement. Les thèmes de la municipalisation, de l’onomastique et des grands sanctuaires civiques furent successivement traités et aboutirent à la publication de trois livres20. Collegia est le quatrième et s’inscrit dans une série cohérente. De fait, sa genèse et les conférences organisées entre 2007 et 2009 sur le thème des collèges se sont appuyées sur la conviction qu’une meilleure connaissance des sociétés municipales et de leurs habitants passait par l’étude d’institutions inscrites au cœur des cités, au point de contribuer à leur donner corps. Par ailleurs, ce quatrième livre confirme une tendance perceptible à la lecture du troisième. Portés d’abord sur la Gaule et les Germanies, les regards du programme “Empreinte” se sont progressivement élargis, en intégrant d’autres horizons. L’Italie en fait partie, sans qu’il faille y voir le révélateur d’un quelconque romano-centrisme : au contraire, l’essor du phénomène associatif sous le Haut-Empire, conçu comme un aspect de la “romanisation”, fut sans doute moins l’histoire d’un simple transfert de structures nées dans l’Italie républicaine, du centre vers les périphéries, qu’une histoire commune.

7Pour mieux cerner cette communauté de destin, les contributions à cet ouvrage développent trois approches complémentaires. La première consiste en des études transversales qui, autour d’un thème ou d’un type de collèges particulier, embrasse l’Occident romain dans sa globalité. Au sein d’un deuxième ensemble, la focale se resserre sur les provinces gauloises et germaniques. Une troisième série d’articles apporte des éléments de comparaison, sous la forme d’éclairages italiens, hispaniques, dalmates et égyptiens.

Notes

1 Perry 2006.

2 Waltzing 1895-1900.

3 Mommsen 1843 : originellement publié en latin, le livre a fait l’objet d’une réédition bilingue latin/allemand en 2006, par les soins de C. Masi Doria. Parmi les livres parus dans la dernière décennie, voir Tran 2006 ; Diosono 2007 ; Liu 2009.

4 Sur le phénomène associatif en général, outre Waltzing 1895-1900, on peut citer les monographies suivantes : Liebenam 1890 ; De Robertis 1955 et 1971 ; Ausbüttel 1982 ; van Nijf 1997.

5 E.g. van Nijf 1997, 22-23.

6 Sur l’étymologie de collegium, voir Ernout & Meillet 1932, 515.

7 Voir ainsi Dig., 47.22.3.2, pour la synonymie entre collegium et corpus, et 47.22.4, pour la synonymie entre sodalicium et collegium.

8 Voir e.g. Scheid 1985 (sur le lien très étroit entre la collégialité, les rites sacrificiels et la tenue de banquets) et Royden 1988 (sur les hiérarchies et les fonctions de dignitaires au sein des collèges professionnels italiens).

9 Flambard 1987, 210 ; voir aussi Flambard 1983, 79, qui souligne “la complexité du phénomène associatif, irréductible, le plus souvent, à nos réflexes taxinomiques modernes”.

10 Flambard 1983.

11 CIL, I2, 2270-2271, repris par ILLRP, 777-778.

12 AE, 2001, 1237 = 2003, 970.

13 CIL, I2, 779 (a. 47 a.C.), repris par ILLRP, 766. La restitution de [magistrei] ou de [ministrei] n’est pas sûre, mais probable.

14 Plut., Num., 17.1-4.

15 Suet., Iul., 42.4 ; Aug., 32.3 ; voir Linderski [1962] 1995.

16 Flambard 1977.

17 Le choix d’une telle datation suppose d’admettre que la création en 7 a.C. de l’ère du grand collège des fabri tignuarii de Rome est liée à la mise en vigueur de la lex Iulia (voir Panciera 1981).

18 Sur la présence de pérégrins de Gaule du Nord dans les collèges lyonnais, voir les inscriptions, d’interprétation certes délicate, CIL, XIII, 1998 et 2023.

19 Le Roux 2004, 296-297 : “Peu à peu s’est imposée l’idée d’une mosaïque dont les tesselles multicolores contrastaient par trop avec le caractère indéfini de la romanisation”. Voir aussi Le Roux 2006, 159-160. Au-delà de la question précise de la “multi-polarité du monde romain”, ces deux articles offrent un point de vue très stimulant sur les débats récents sur la “romanisation”.

20 Dondin-Payre & Raepsaet-Charlier 1999 ; 2001 ; 2006.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search