Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Catalogue des données archéologiques

Catalogue des ensembles funéraires de Grèce du Nord

Texte intégral

1 Macédoine Occidentale : la région de Florina (fig. 2)

Fig. 2. Carte de localisation des sites de la région de Florina.

Fig. 2. Carte de localisation des sites de la région de                     Florina.

1[1] Aetos (Αετός)

2Datation : âge du Fer. Bibliographie : Hammond 1972, 344 ; Trantalidou 1985, 54 ; BCH, 85, 1961, Chr., 773, 775 (G. Daux) ; AD, 17, 1961-1962, B’, Chr., 216 (P. Petsas) ; Makedonika, 7, 1966-1967, Chr., 355 (P. Petsas). On mentionne des tombes à ciste découvertes fortuitement dans les années 1960.

3[2] Agios Pantéléïmon, dit “Pateli” (Άγιος Παντελεήµονας)

4Datation : début de l’âge du Fer au visiècle. Bibliographie : pour les fouilles du xixe siècle, cf. Rey 1932, 44-45 ; Makridis 1937, 514-515 ; Heurtley 1939, 104-105 ; Amandry 1953, 35-75 ; Hammond 1972, 340-344 ; Trantalidou 1985, 53-54. Pour les fouilles des années 2000, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 385-387, 434-436, 466-469, 507-511 (Pa. Chrysostomou).

5Caractéristiques : tertre collectif / inhumation (individuelle, collective dont réductions) / ciste à orthostates, fosse, enchytrisme en pithos / position allongée sur le dos, position contractée dorsale / adultes et enfants.

6Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum, rituel ?) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances, flèches) / ustensiles et accessoires (couteaux, pierres à aiguiser, pinces à épiler, fusaïoles).

  • 1 Bouzek 1974 ; Kilian-Dirlmeier 1979.
  • 2 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)
  • 3 Le Tumulus I (secteur I) aurait été utilisé entre le ixe et le vii(...)

7La nécropole se situe entre les actuelles rives des lacs Vegoritis et Petres. Les premières fouilles ont été conduites par l’Institut Archéologique Russe de Constantinople (1898, 1899) et auraient permis la découverte de 376 tombes. Elles n’ont alors fait l’objet que de brefs comptes-rendus en russe. Les rapports accessibles sont ceux plus tardifs de L. Rey, de T. Makridis, de W. A. Heurtley et de N. G. L. Hammond. Certains objets ont également été publiés par P. Amandry, J. Bouzek et I. Kilian-Dirlmeier1. En 1934, une autre opération, appelée la “fouille Kotzia” a permis la mise au jour d’autres tombes datées de l’âge du Fer2. Ce n’est qu’en 2001 que de nouvelles fouilles ont été engagées par l’éphorie de Florina, permettant la découverte de nombreux tertres funéraires (au moins 14) renfermant des centaines de tombes. Les résultats ne sont publiés que sous forme de rapports préliminaires. La nécropole aurait été utilisée au moins dès le début de l’âge du Fer et jusqu’au vie siècle3.

  • 4 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 385, 434, 468, 510 (...)
  • 5 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 507 (Pa. Chrysostomou).
  • 6 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)

8Organisation des tombes. Il s’agit d’une nécropole tumulaire qui semble structurée selon deux axes (nord-sud, nord-ouest/sud-est). Les tertres décrits font plus de 20 m de diamètre et sont érigés avec le limon sableux local. Un tertre était entouré d’un mur faisant 21 m de diamètre, 0,60 m de largeur et 1,30 m de hauteur conservée (fig. 3). Le tertre était également coupé transversalement par un autre muret moins imposant4. À l’intérieur des monuments, les tombes sont agencées de manière concentrique ou rayonnante autour d’un large centre réservé pouvant atteindre 20 m de diamètre (Tumulus I)5. Les dommages causés par les labours empêchent de connaître le nombre exact de tombes par tertre. Le Tumulus I (secteur I) aurait renfermé entre 25 et 30 tombes, tandis que le Tumulus I (Secteur II), plus de 100. Un groupe de 11 cistes se distinguent par leurs grandes dimensions et leur agencement en rangées parallèles et perpendiculaires (secteur II, fouille 2003)6.

Fig. 3. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD, 54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131γ (Pa. Chrysostomou).

Fig. 3. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD,                         54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131γ                     (Pa. Chrysostomou).
  • 7 Rey 1932, 45 ; Chrysostomou A. 2016, 31 n. 70 (...)
  • 8 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)

9Rites et types de tombes. Le rite exclusif est l’inhumation, les tombes sont en majorité des cistes à orthostates et en minorité des fosses et des enchytrismes7. Les cistes à orthostates sont faites de dalles de schiste, de calcaire ou de conglomérat (portant des traces de taille). Les couvercles (une ou plusieurs dalles) ainsi que les parois sont parfois jointés avec de l’argile. Un caisson peut être ajouté au niveau d’un côté de la tombe (fig. 4), ou bien, la tombe est subdivisée – le nouvel espace sert à recueillir les ossements d’anciennes sépultures déplacées. Les dimensions des tombes sont variables mais on notera certaines tombes particulièrement larges et à la construction soignée (T. 3, Tumulus II faisant 2,10 x 1,40 m, fig. 5). Le sol est naturel, couvert de dalles ou de gravier (plus rarement). La tête du défunt repose parfois sur une petite pierre plate. Entre la T. 10 et T. 11 du Tumulus IV, a été trouvée une stèle anthropomorphique8.

Fig. 4. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD, 54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131a (Pa. Chrysostomou).

Fig. 4. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD,                         54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131a (Pa. Chrysostomou).

Fig. 5. Agios Pantéléïmon, T. 3, Tumulus II. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131β (Pa. Chrysostomou).

Fig. 5. Agios Pantéléïmon, T. 3, Tumulus II. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131β (Pa. Chrysostomou).
  • 9 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)
  • 10 Par exemple, la T. 26 du Tumulus IV, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3 (...)
  • 11 Par exemple, la T. XIV (Tumulus I), la T. 33 (...)
  • 12 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)
  • 13 T. 2, secteur II, fouille 2003. Le défunt a été trouvé dans une ci (...)
  • 14 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

10Les défunts. Les nouveau-nés semblent être en tombe individuelle tandis qu’il n’est pas rare que plusieurs adultes soient rassemblés dans une même tombe – jusqu’à 11 individus (Tumulus I). Les défunts étaient orientés la tête vers le centre du tertre. L’ajout de sépultures a entraîné de complexes manipulations sur les sépultures anciennes. Des ossements ont été trouvés dans des caissons, rassemblés contre un côté de la tombe, réagencés selon les parties du squelette (crânes contre le petit côté de la tombe orienté vers le centre du tertre, os longs agencés autour du dernier défunt, etc.), ou redéposés autour ou sur le couvercle de la tombe9. Dans certains cas, il n’y a pas de manipulation visible, la nouvelle sépulture était sur l’ancienne dépouille10. Dans quelques cas de doubles sépultures, les individus étaient tête-bêche11.Les défunts sont en position allongée sur le dos, ou en position contractée dorsale avec les jambes pliées sur le côté droit ou gauche. Les mains sont ramenées au niveau du bassin, du thorax ou le long du corps (assez rare finalement)12. Dans un cas unique, le défunt a été retrouvé assis13. Les tertres renferment des sépultures d’adultes, d’immatures, d’hommes et de femmes (parfois dans une même tombe)14.

  • 15 Durant les fouilles russes, 614 vases auraient été (...)
  • 16 Hammond 1972, 341. On notera également la présence d’une fibule en (...)
  • 17 Bouzek 1974, 22 fig. 4 ; Weber 1966, 89-94 ; (...)
  • 18 T. 24 et 5ε, Tumulus I, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (...)
  • 19 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 435 (Pa. Chrysostomou).

11Le mobilier (fig. 6, fig. 7). Il comprend des vases en céramique, des parures, des armes, des ustensiles et des accessoires. D’une manière générale, les vases sont nombreux, mais chaque individu n’est accompagné que d’un ou deux vases, placés de part et d’autre de la tête ou au niveau des pieds. Les formes les plus courantes comprennent des vases de table (cruches, canthares, skyphoi, tasses/kyathoi, “phiales”), des amphores/amphorisques, des biberons et des vases composites. Nombreux vases portent des décors à la peinture mate ou des décors incisés15. Les parures comprennent des attaches de vêtements et des ornements corporels (fibules, épingles, boutons, clous, parures tubulaires spiralées, boucles d’oreilles en bronze et en or, bracelets, anneaux, perles en bronze, en ambre, en pierre et en terre cuite)16. Les défunts étaient également accompagnés de diverses pendeloques en bronze (doubles‑haches, pyxides, rouelles, etc.). On notera la présence d’un petit cheval en bronze (dernier quart du viiie s. ou début du viie s.)17.Les armes comprennent des épées en fer et au moins une en bronze, des pointes de lance, des poignards et des pointes de flèche en fer. Dans deux tombes d’enfants, un poignard en fer a été retrouvé à l’intérieur du vase d’accompagnement18. Les ustensiles et accessoires comprennent des couteaux en fer, des fusaïoles, des pinces à épiler et des pierres à aiguiser19.

Fig. 6. Agios Pantéléïmon. Effectifs des objets provenant des fouilles russes (hors vases en céramique).

Types d’objets Bronze Fer Or Divers matériaux Total
Armes Épée 1 9 - - 10
Lance - 25 - - 25
Flèche - 4 - - 4
Ustensiles Couteau - 72 - - 72
Pince à épiler - 25 - - 25
Accessoires et ornements Fibule 180 - - - 180
Boucle d’oreille 8 - 2 - 10
Collier/pendeloque 257 - - 18 275
“Vase miniature” 20 - - - 20
Bracelet 46 9 - - 55
Ornements divers - - 4 - 4
Bague/Anneau 75 - - - 75
Bouton 185 - - - 185
Clou 27 25 - - 52
Divers/Fragments 68 38 - 78 184
Total 867 207 6 96 1176
Comptage d’après Hammond 1972, 341.

Fig. 7. Agios Pantéléïmon. Effectifs des vases en céramique provenant des fouilles russes.

Types de vases Nombre
Vases de table Cruche 53
Tasse 14
Canthare 7
Bol 3
Stockage Amphore 6
Autre Vase composite 2
Total 85
Vases non observés 529 ?
Comptage d’après Heurtley 1939, 105.

12[3] Petres (Πέτρες)

13Datation : âge du Fer. Bibliographie : Adam-Veleni 1996, 13 ; 2000, 27 sq., 37. Sur la colline opposée à celle renfermant les vestiges de la cité hellénistique et d’une occupation remontant au moins à l’âge du Fer, une nécropole a été identifiée. Aucune information supplémentaire n’est disponible.

14[4] Vegora-Nisi (Βέγορα-Νησί)

15Datation : âge du Fer. Bibliographie : Trantalidou 1985, 56. Une nécropole de l’âge du Fer est supposée au lieu-dit Nisi.

2 Macédoine Occidentale : la région de Kastoria (fig. 8)

Fig. 8. Carte de localisation des sites de la région de Kastoria.

Fig. 8. Carte de localisation des sites de la région de                     Kastoria.

16[5] Avgi-Hatzoglou (Αυγή-Αγρός Χατζόγλου)

17Datation : âge du Fer ou époque archaïque. Bibliographie : AD, 60, 2005, Chr., 754, fig. 86-87 (G. Stratouli). Une tombe seule découverte au sud du site néolithique d’Avgi, sur le terrain Hatzoglou. Malgré les perturbations causées par les labours, elle aurait livré 5 bracelets (1 en bronze et 1 en fer à un poignet ; 2 en bronze et 1 en fer à l’autre).

18[6] Ano Pteria (Άνω Πτεριά)

19Datation : âge du Fer. Bibliographie : Adam-Veleni 1996, 13 ; 2000, 27 sq., 37 ; Tsougaris 2009, 81. Une nécropole de l’âge du Fer aurait été repérée.

20[7] Fotini (Φωτεινή)

21Datation : âge du Fer. Bibliographie : Trantalidou 1985, 56 ; Tsougaris 2009, 81. Une nécropole de l’âge du Fer aurait été repérée.

22[8] Kastoria-Daïlaki (Καστοριά-Νταηλάκη)

23Datation : du viiie siècle à la fin de l’époque archaïque. Bibliographie : Tsougaris 1997, 19-25, 29-30 fig. 1-8 ; Tsougaris 2009, 81-82 ; AD, 52, 1997, B’2, Chr., 743-744 (H. Tsougaris) ; AD, 53, 1998, B’2, Chr., 683 (H. Tsougaris) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 474 (H. Tsougaris) ; BCH, 122, 1998, Chr., 852 (G. Touchais) ; BCH, 124, 2000, Chr., 909-911 (G. Touchais, S. Huber, A.-P. Touchais).

24Caractéristiques : nécropole tumulaire supposée / inhumation (individuelle, collective) / fosse / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

25Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances, flèches) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 20 La T. 20 est une tombe à fosse renfermant une sépulture adulte fém (...)

26La nécropole de Kastoria a été découverte et fouillée en 1997 puis en 2003. Elle se situe dans le quartier de Daïlaki, sur les premières hauteurs de Kastoria, non loin de l’Institut de Technologie. La nécropole a été endommagée par les bulldozers et n’a été fouillée que sur 0,2 ha. Au moins 40 tombes ont été mises au jour. La nécropole est utilisée entre le viiie siècle et la fin de l’époque archaïque. Les résultats des fouilles n’ont été publiés que sous forme de rapports préliminaires, qui donnent néanmoins des détails sur quelques tombes dont la T. 2020 .

  • 21 Tsougaris 1997, 21.

27Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le rite exclusif est l’inhumation, dans des fosses, creusées dans le substrat rocheux, comblées de terre et de galets de rivières rapportés. Dans un cas, deux sépultures étaient recouvertes du même amas de pierres. D’autres cairns devaient recouvrir d’autres groupes de tombes mitoyennes, l’hypothèse d’un ou de plusieurs tumuli collectifs n’est donc pas à exclure21.

  • 22 Tsougaris 1997, 21.
  • 23 Tsougaris, 2009, 81.

28Les défunts. Les tombes sont individuelles ou collectives. Dans le second cas, les os de la sépulture plus ancienne étaient rassemblés contre un côté de la tombe pour libérer de l’espace, ou bien, le nouveau défunt était dans la même fosse mais à une hauteur suffisante pour ne pas endommager la dépouille précédente22. Les défunts étaient en position allongée sur le dos, les jambes étendues (fig. 9). Le recrutement funéraire n’est pas détaillé et aucune étude ostéologique n’a été publiée, toutefois il est précisé que la nécropole renfermait surtout des sépultures d’adultes23.

Fig. 9. Kastoria-Daïlaki. La tombe 20 et une partie de son mobilier. D’après Tsougaris 1997, 21 sx. 2, 29-30 fig. 4, 8. Εφορεία Αρχαιοτήτων Καστοριάς (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών Πόρων).

Fig. 9. Kastoria-Daïlaki. La tombe 20 et une partie de son                     mobilier. D’après Tsougaris 1997, 21 sx. 2, 29-30 fig. 4, 8. Εφορεία Αρχαιοτήτων                     Καστοριάς (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών                     Πόρων).
  • 24 Pour la fibule triangulaire, dite pectoral, (...)

29Le mobilier. Toutes les tombes mises au jour contenaient du mobilier : vases en céramique, parures et armes. Les vases à boire (tasses/kyathoi, canthares) ou les petites cruches ont été retrouvées au niveau de la tête des défunts, tandis que les plus grands vases fermés (cruches, hydries, amphores et amphorisques) ont été retrouvés au niveau des pieds. La majorité des céramiques sont modelées et nombreuses portent des décors à la peinture mate (fig. 9). Les vases tournés sont moins fréquents (canthares, tasses, petites hydries). Les parures comprennent des attaches et des accessoires vestimentaires (parures tubulaires spiralées et fibules ainsi que des épingles dans les sépultures féminines et masculines)24, des ornements corporels (perles en bronze, or, verre, pierre ou sardoine, des sphécotères en bronze et en or, des bracelets en bronze, deux diadèmes en bronze décorés) ainsi que des pendeloques (type à boule, oiseau, pyxide, un jug-stopper, unecruche miniature et un bouquetin sur cage, les trois derniers ayant été retrouvés au niveau du bassin de la T. 20, fig. 9). Les armes sont fréquentes dans les sépultures dépourvues de parures : une ou deux pointes de lance en fer au niveau de la poitrine ou au-dessus de l’épaule, parfois une épée en fer placée sur le côté, un poignard en bronze. Aux côtés des sépultures à parures on trouve également quelques poignards en fer, mais ils restent rares. Aucun ustensile n’est mentionné.

30[9] Krepeni-Giole (Κρεπενή-Γκιόλε)

31Datation : fin de l’âge du Fer (viie s.). Bibliographie : Tsougaris 1999, 611-612 ; 2009, 81 ; AD, 54, 1999, B’2, Chr., 644 (H. Tsougaris) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 440, 474, pl. 118γ-ε, 125α (H. Tsougaris).

32Caractéristiques : inhumation / fosse, cistes, enchytrismes (pithos, pyraunos, canthare) / au moins un nourrisson.

33Type de mobilier funéraire : non détaillé pour la période concernée.

  • 25 La découverte dans les années 1970 d’une pendeloque en bronze de t (...)
  • 26 I Kathimerini, 24 février 2016 (...)

34En 2002 et en 2003, près de la rive orientale du lac de Kastoria, à Krepeni au lieu-dit Giole (Γκιόλε), un sondage a permis la mise au jour d’un groupe de trois tombes, datées aux environs du viie siècle25. Elles appartiennent à un ensemble funéraire plus vaste, découvert récemment en 2016. Plus précisément, l’opération archéologique a permis la mise au jour de trois nécropoles dont la plus ancienne est datée de la fin de l’âge du Fer (viiie-viie s.) et les deux autres de l’époque archaïque (vie s.) et hellénistique (fin du ive ou début du iiie s.)26.

  • 27 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)
  • 28 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 474 (H. Tsougaris).

35Organisation des tombes, rites et types de tombes. La nécropole de l’âge du Fer couvre une surface d’environ 0,15-0,18 ha et renferme des tombes à fosse et quelques cistes. Les trois tombes découvertes au début des années 2000 sont des enchytrismes : un en pithos fermé par une pierre, un autre à l’intérieur de deux marmites à support (pyraunoi) placées bord à bord (fig. 10)27, et un autre en canthare modelé28.

Fig. 10. Krepeni, lieu-dit Giole. Enchytrisme en pyraunoi AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, pl. 118γ (H. Tsougaris). Εφορεία Αρχαιοτήτων Καστοριάς (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών Πόρων).

Fig. 10. Krepeni, lieu-dit Giole. Enchytrisme en pyraunoi AD,                     56-59, 2001-2004, B’3B, pl. 118γ (H. Tsougaris). Εφορεία Αρχαιοτήτων Καστοριάς                     (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών Πόρων).

36Les défunts. Le canthare aurait renfermé une sépulture de nourrisson ; l’âge des autres défunts n’est pas précisé.

37Le mobilier. Les enchytrismes étaient dépourvus de mobilier. Les fouilles récentes ont livré un matériel important (céramiques, parures et armes), mais qui n’est pas détaillé par ensemble funéraire ou époque dans les publications consultées.

3 Macédoine Occidentale : La région de Kozani

38La région de Kozani s’étend depuis le piémont occidental du Vermion jusqu’aux versants orientaux du Pinde. Pour plus de clarté, nous avons ordonné les informations en cinq unités régionales (fig. 11) : 1) La région de Boïon, 2) Le versant sud-ouest du Mont Vermion, 3) Kozani, 4) La région de l’ancienne Aiani, 5) La rive droite de l’Haliakmon.

Fig. 11. Carte de localisation des sites de la région de Kozani.

Fig. 11. Carte de localisation des sites de la région de                     Kozani.

3.1 La région du Boïon

39[10] Aïdonochori-Goura Rachi (Αηδονοχωρί-Γκούρα Ράχη)

40Datation : âge du Fer. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1999, 144, 386.

41Une nécropole datée de l’âge du fer a été repérée à la suite de fouilles clandestines, au sud-ouest du village d’Aïdonochori, au croisement des routes de Neapoli-Tsotili et de Kallistrati. Des tombes à fosse et des cistes à orthostates sont mentionnées.

42[11] Lefkothea-Dragasia (Λευκοθέα-∆ραγασιά)

43Datation : âge du Fer. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1999, 148.

44Près du village de Lefkothea, au lieu-dit Dragasia, une tombe détruite aurait livré une fibule en bronze datée de l’âge du Fer.

45[12] Sianitsi (Σιανίτσι)

46Datation : âge du fer et époque archaïque. Bibliographie : PAE, 1937, 71 (A. D. Keramoupoulos) ; Karamitrou-Mentessidi 1999, 149-150.

47Une nécropole a été fouillée par A. D. Keramopoulos et les tombes avaient alors été datées de l’époque archaïque. Toutefois, selon G. Karamitrou-Mentessidi, qui se fonde sur le mobilier récupéré (fibules triangulaires, bagues, épingles et quelques vases), trois tombes (n° 13, 14, 15) dateraient plutôt de la fin de l’âge du Fer-début de l’époque archaïque.

48[13] Tsotili-Saranta Gortsies (Τσοτύλι-Σαράντα Γκορτσιές)

49Datation : âge du Fer. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1999, 149-150.

50Une nécropole est supposée au lieu-dit Saranta Gortsies, là où des ossements et des objets datés de l’âge du Fer ont été découverts (fibules et bagues en bronze, perles, un vase modelé à anse de type wishbone).

51[14] Vronti-Ampelotopia (Βροντή-Αµπελοτόπια)

52Datation : âge du Fer et époque archaïque. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1999, 147. Une nécropole archaïque est connue au lieu-dit Ampelotopia. Toutefois des tombes de l’âge du Fer sont également supposées au même endroit à la suite de la découverte d’une fibule à lunettes en bronze.

3.2 Le versant sud-ouest du Mont Vermion

53[15] Pyrgoi (Πύργοι)

54Datation : âge du Fer à époque protobyzantine. Bibliographie : BCH, 114, 1990, Chr., 784 (A. Pariente) ; 115, 1991, Chr., 899 (A. Pariente) ; 120, 1996, Chr., 1225-1226 (G. Touchais) ; AD, 38, 1983, B’2, Chr., 310-311 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; 39, 1984, B’, Chr., 256 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; 62, 2007, B’2, 994-996 ; 63, 2008, B’2, Chr., 997-998 (G. Karamitrou-Mentessidi).

55Des fouilles de sauvetage près du village de Pyrgoi ont permis la mise au jour de tombes à ciste et à fosse renfermant au moins des vases modelés et tournés, une armille et des disques en bronze. L’ensemble appartiendrait à une plus vaste nécropole, peut-être également utilisée au ive siècle et jusqu’à l’époque protobyzantine.

56[16] Karyochori (Καρυοχωρί)

57Datation : fin de l’âge du Bronze ou début de l’âge du Fer (?). Bibliographie : AR, 44, 1997‑1998, Chr., 86 (D. Blackman) ; Karamitrou-Mentessidi 1999, 142-143 ; 2001, 619.

58Des amas de pierres, dont certains entourés à leur base d’un cercle de pierres plates, repérés dans la région de Karyochori, ont été interprétés comme des possibles tertres funéraires.

59[17] Tetralopho (Τετραλόφο)

60Datation : fin de l’âge du Bronze ou début de l’âge du Fer (?). Bibliographie : AD, 42, 1987, B’2, Chr., 428 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; Karamitrou-Mentessidi 1999, 143, n. 436.

61Des amas de pierres de 6 m de diamètre, repérés sur un plateau à 1200 m d’altitude, ont été interprétés comme des possibles tertres funéraires.

62[18] Kapnochorio-Kissas (Καπνοχωρίο-Κίσσας)

63Datation : fin de l’âge du Bronze ou début de l’âge du Fer (?). Bibliographie : AD, 44, 1989, B’2, Chr., 366-367 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; Karamitrou-Mentessidi 1999, 143, n. 436. Des amas de pierres, de 3 à 4 m de diamètre et de 0,50 m de hauteur, repérés au lieu-dit Kissas ont été interprétés comme des possibles tertres funéraires.

64[19] Koilada-Potistra (Κοιλάδα-Ποτίστρα)

65Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : BCH, 108, 1984, Chr., 794 (G. Touchais) ; BCH, 115, 1991, Chr., 899 (A. Pariente) ; AR, 30, 1983-1984, Chr., 48 (H. W. Catling) ; AD, 38, 1983, B’2, Chr., 307 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 39, 1984, B’, Chr., 257 (G. Karamitrou-Mentessidi).

66Caractéristiques : inhumation(individuelle, collective) / ciste à orthostates / position allongée sur le dos / adultes et enfants (en majorité).

67Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

68Dans les années 1980, près du village de Koilada, au lieu-dit Potistra, au sud de la route actuelle qui relie Veria à Kozani (terrain n° 333), les labours ont fait remonter des objets provenant de tombes détruites. Les fouilles ont permis la mise au jour de 38 tombes, datées du début de l’âge du Fer. Les résultats des fouilles n’ont été publiés que sous forme de rapports préliminaires.

69Organisation des tombes, rites et types de tombes. Aucun tertre n’est mentionné dans les publications. L’organisation et l’orientation des tombes ne sont pas précisées. Le rite exclusif est l’inhumation et les défunts sont dans des cistes à orthostates (fig. 12).

  • 29 Par exemple, la tombe B fouillée en 1983, (...)

70Les défunts. Les tombes renferment un ou plusieurs individus. La tombe A, fouillée en 1984, renfermait deux adultes retrouvés tête-bêche, en position allongée sur le dos. La nécropole abriterait en majorité des enfants, parfois regroupés par deux dans les tombes29.

  • 30 AD, 39, 1984, B, Chr., 257 (...)

71Le mobilier. On mentionne des céramiques modelées, dont certaines décorées de motifs peints. Sur la photographie d’une des tombes (fig. 12), on peut apercevoir deux cruches, un vase composite et un bol à anses horizontales. Des parures vestimentaires et corporelles sont également mentionnées (fibules, sphécotères et bagues), mais aucune arme30.

Fig. 12. Koilada-Potistra, tombe à ciste. AD, 39, 1984, B’, pl. 130β. G. Karamitrou-Mentessidi.

Fig. 12. Koilada-Potistra, tombe à                                 ciste. AD, 39, 1984, B’, pl. 130β.                             G. Karamitrou-Mentessidi.

3.3 Kozani, ville moderne

72[20] Kozani-Koursona (Κοζάνη-Κουρσονά)

73Datation : viiie s. Bibliographie : BCH, 100, 1976, Chr., 655 (P. Aupert) ; AD, 26, 1971, B’2, Chr., 408 (K. Rhomiopoulou) ; Rhomiopoulou 1971b, 356 n° 14, pl. 60.

74Caractéristique : tombe seule / inhumation / ciste à orthostates.

75Type de mobilier : vases (table) / parures / arme (lance) / ustensiles et accessoires (couteau).

76Une tombe à ciste a été découverte fortuitement en 1971 près d’une école publique (terrain P. Efthaltsidou). Le mobilier récupéré comprenait : 1 cruche décorée de motifs à la peinture mate, 1 pointe de lance en fer, 1 perle en bronze biconique, 1 pendeloque en bronze, 1 tige de fer et 1 couteau en fer fragmentaire.

77[21] Kozani-Rue Philippou (Κοζάνη-Όδος Φιλίππου)

78Datation : de l’âge du Fer au ive siècle. Bibliographie : Kallipolitis & Feytmans 1948‑1949 ; Kallipolitis 1950 ; Petsas 1960, 107-113 ; Ergon 1958, 85-90 (V. Kallipolitis) ; 1960, 96-102 (P. Petsas) ; BCH, 85, 1961, Chr., 777-781 (G. Daux) ; AD, 17, 1961-1962, B’, Chr., 216-217, (P. Petsas).

79Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective) / fosses, cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

80Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, pierres à aiguiser, pinces à épiler, fusaïoles).

  • 31 Kallipolitis 1950, 281-292 ; ibid., 1958, 96-102.
  • 32 La tombe III ne figure pas sur le plan de 1960. Elle se si (...)
  • 33 Hammond 1972, 344-345. La tombe remonte probablement aux (...)
  • 34 Desborough 1964, 28, 13 ; Hammond 1972, (...)
  • 35 Kallipolitis & Feytmans 1948-1949, (...)

81Dans la ville moderne de Kozani, la nécropole antique a été découverte fortuitement en 1948 dans le quartier de la rue Philippou (fig. 13). Des fouilles ont été entreprises en 1948‑1949 et en 1950, sous la direction de V. Kallipolitis et ont permis la mise au jour de 21 tombes (I à XXI)31. En 1960, P. Petsas ouvre trois nouveaux sondages (∆, Ε, Η) et met au jour trois nouvelles tombes (XXI, XXII et XXIII). Seule la T. XXIII, non endommagée, a fait l’objet d’une publication plus détaillée. La chronologie détaillée de toutes les tombes n’est pas clairement établie. La nécropole avait d’abord été datée de l’époque classique. Toutefois, les tombes VI, XXIII et peut-être III sont plus anciennes32. N. G. L. Hammond a daté la T. VI de l’âge du Fer33. V. R. d’A. Desborough date la T. XXIII du xie siècle en raison de l’absence d’objets en fer, tandis que N. G. L. Hammond la situe entre le xie et le viie siècle34. Enfin, la T. III remonte probablement à la fin de l’âge du Fer ou début de l’époque archaïque35.

Fig. 13. Kozani, quartier de la rue Philippou. Plan général des fouilles jusqu’à 1960. D’après les plans de P. Petsas publiés dans Ergon 1963, 42 fig. 47 et BCH, 85, 1961, Chr., 778 fig. 1.

Fig. 13. Kozani, quartier de la rue Philippou. Plan                             général des fouilles jusqu’à 1960. D’après les plans de P. Petsas                             publiés dans Ergon 1963, 42 fig. 47 et BCH, 85, 1961, Chr., 778                             fig. 1.

82Organisation des tombes, rites et types de tombes. Aucun tumulus n’est mentionné. Le rite exclusif est l’inhumation, en fosse (T. VI) et en ciste à orthostates (T. XXIII).

83Les défunts. Les tombes contiennent au moins une femme adulte (T. VI) et deux enfants (T. XXIII, fig. 14). Les défunts étaient allongés sur le dos les jambes étendues. Dans le cas de la T. XXIII, les enfants sont placés tête-bêche.

  • 36 Cette ciste à orthostates (1,20 m de longueur), orientée e (...)
  • 37 En détail, la T. VI a livré les objets suivants : 1 amphor (...)

84Le mobilier. Le mobilier céramique est important (six vases dans la T. XXIII)36, mais les parures occupent une place non négligeable comme en témoignent celles de la T. VI (fibules, épingle, bagues), dans laquelle a également été récupéré un couteau en fer37.

Fig. 14. Kozani, quartier de la rue Philippou, intérieur de la tombe XXIII. Petsas 1960, pl. 85β.

Fig. 14. Kozani, quartier de la rue Philippou,                             intérieur de la tombe XXIII. Petsas 1960, pl. 85β.

3.4 La région de l’ancienne Aiani (fig. 15)

Fig. 15. Carte des sites de la région d’Aiani. D’après G. Karamitrou-Mentessidi 2008, 76 carte 3.

Fig. 15. Carte des sites de la région d’Aiani.                             D’après G. Karamitrou-Mentessidi 2008, 76 carte 3.

85[22] Aiani-Leivadia (Αιανή-Λειβάδια)

86Datation : fin de l’âge du Bronze à l’époque hellénistique. Les tombes de l’âge du Fer vont jusqu’au début du vie siècle. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1989, 50 ; 1996, 23-40 ; 2011a, 281-283 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 424 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 45, 1990, B’2, Chr., 353, 354 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; 51, 1996, B’2, Chr., 530 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; BCH, 116, 1992, Chr., 901 (A. Pariente) ; 118, 1994, Chr., 736-737 (A. Pariente).

87Caractéristique : inhumation (individuelle, réduction) / fosses, cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes.

88Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épée, lance) / ustensiles et accessoires (couteau).

  • 38 Concernant l’âge du Fer, quatre tombes à fosse ont été fou (...)

89La nécropole de Leivadia se situe en plaine, à environ 700 m au nord de l’ancienne Aiani (fig. 15-16). Cet espace a été utilisé comme nécropole du Bronze Récent à l’époque hellénistique38. Les tombes de l’âge du Fer sont peu nombreuses et les vestiges ont été présentés dans les rapports préliminaires de fouille.

Fig. 16. Le secteur d’Aiani-Leivadia vu depuis le sud. Cliché pris en novembre 2010 (A.-Z. Chemsseddoha).

Fig. 16. Le secteur d’Aiani-Leivadia vu depuis le                             sud. Cliché pris en novembre 2010 (A.-Z. Chemsseddoha).
  • 39 Tombes des terrains n° 153 et n° 158, cf. AD, 45, 1990, B’2, Chr., 354 (G. Karamitrou-Mentessidi)  (...)

90Organisation des tombes, rites et types de tombes. Aucun tertre n’est mentionné. Le rite exclusif est l’inhumation dans des fosses ou des cistes à orthostates. Les tombes à ciste sont de construction soignée et le crâne des défunts reposait sur une petite pierre plate39.

91Les défunts. L’intérieur des tombes n’a livré que des sépultures individuelles, mais des restes osseux ont été trouvés à l’extérieur des tombes (appartenant probablement à d’anciennes sépultures). Les défunts sont en position allongée sur le dos. Le recrutement funéraire n’est pas détaillé, aucun enfant n’est mentionné.

  • 40 Par exemple, la T. 1 (1987) a livré : 1 sphécotère en (...)

92Le mobilier. Il n’est détaillé pour quelques tombes40. On peut observer une prédominance des vases modelés, notamment des vases de table (cruches, canthares). Les parures ne sont pas très nombreuses, hormis dans la T. 2 (1987), dont la défunte était accompagnée d’épingles et de fibules dont une triangulaire.Les armes sont représentées par une épée et des pointes de lance en fer. Les ustensiles et accessoires comprennent un couteau en fer.

  • 41 Karamitrou-Mentessidi 2008, 71-75 ; 2009, (...)
  • 42 Karamitrou-Mentessidi 2008, 49-70.

93Remarques sur les tombes du Bronze Récent et de l’époque archaïque. Les fouilles de la nécropole ont livré 41 tombes du Bronze Récent, dont 38 inhumations en fosses et 3 crémations secondaires, toutes datées de l’HR IIIA-B41. Les défunts sont majoritairement en position contractée latérale. Les tombes renfermaient 21 adultes (entre 18 et 35 ans, 10 hommes et 7 femmes), 10 enfants et adolescents (entre 9 et 15 ans) et 2 nouveau-nés. Les restes brulés sont ceux d’adultes et d’un enfant. Presque toutes les tombes ont livré du mobilier qui comprend des céramiques (alabastres, amphorisques, canthares, kyathoi, tasses, cruches et un askos), des armes en bronze, des parures et des fusaïoles. La nécropole archaïque et classique se développe à partir de la fin du vie siècle et est marquée par un retour de la tombe à fosse simple ainsi que par l’apparition de tombes monumentales42. L’inhumation reste le rituel exclusif. Dans les tombes à fosse, les défunts devaient être dans des sarcophages en bois. Le mobilier, riche et varié comprend de nombreux vases en céramique aux formes variées (cotyles, canthares, skyphoi, œnochoés, cratères, hydries, amphores, aryballes, alabastres, lécythes, etc.), puis des vases métalliques (phiales, œnochoés, etc.), des armes (épée, lances), des parures (épingles, perles, bracelets, colliers et parures tubulaires spiralées en bronze dans les tombes d’enfants), des couvre-bouches en or, des accessoires (strigiles, pinces à épiler) ainsi que des statuettes en terre cuite à partir du ve siècle.

94[23] Aiani-Rachi Kommenoi (Αιανή-Ράχι Κοµµένοι)

95Datation : début de l’âge du Fer (ixe s.). Bibliographie : Andreiomenou 1968, 244-246 ; Rhomiopoulou 1971b, 353 ; BCH, 94, 1970, Chr., 1060 (J.-P. Michaud) ; AD, 53, 1998, B’2, Chr., 666 (G. Karamitrou-Mentessidi).

96Caractéristiques : inhumation (individuelle) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

97Type de mobilier : vases (table, stockage/transport), parures (vestimentaires et corporelles).

  • 43 Fouille de 8 tombes, cf. Andreiomenou 1968, (...)
  • 44 Fouille de 3 tombes, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 666 (G. Karamitr (...)

98À environ 2 km au nord d’Aiani, sur la colline de Kommenoi, à la fin des années 196043 et en 199844, ont été mises au jour 11 tombes datées du ixe siècle et présentées dans des rapports préliminaires de fouille.

  • 45 Dimensions intérieures.

99Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole n’est pas précisé, mais aucun tertre n’est mentionné (fig. 17). Les tombes fouillées en 1998, étaient orientées ouest-est. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates. Les tombes 3, 4, 7 et 8 font 1,10 x 0,35 m et les autres font 1,70-2 m de longueur, 0,45-0,68 m de largeur, 0,66-0,78 m de profondeur45.Dans ces trois dernières tombes, on note la présence d’une pierre plate sous le crâne des défunts et d’un sol aménagé pour la T. 2.

Fig. 17. Aiani-Rachi Kommenoi, plan du secteur fouillé à la fin des années 1960. D’après Andreiomenou 1968, 245 sx. 1.

Fig. 17. Aiani-Rachi Kommenoi, plan du secteur                             fouillé à la fin des années 1960. D’après Andreiomenou 1968, 245                             sx. 1.

100Les défunts. Les défunts sont allongés sur le dos. Les tombes 3, 4, 7, aux dimensions plus petites, pourraient appartenir à des immatures.

  • 46 Cette tombe aurait livré le mobilier suivant 2 : (...)

101Le mobilier. Les tombes 1 à 3 étaient dépourvues de mobilier. Les vases comprennent des cruches modelées à col coupé et une jarre décorée datée du ixe siècle (fig. 18). Comme le montre l’exemple de la T. 6, certains défunts portaient de riches parures46.

Fig. 18. Aiani-Rachi Kommenoi, jarre modelée décorée. Rhomiopoulou 1971b, 354, fig. 1.

Fig. 18. Aiani-Rachi Kommenoi, jarre modelée décorée.                             Rhomiopoulou 1971b, 354, fig. 1.

102[24] Aiani-Koupoutsina (Αιανή-Κουπουτσίνα)

103Datation : début de l’âge du Fer et une tombe du viie siècle. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1989, 46, sx. 1, fig. 2-4 ; 2011a, 283-285 ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 399, pl. 235β, 236α-β (G. Karamitrou-Mentessidi).

104Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective avec réduction) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes.

105Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances) / ustensiles et accessoires (couteaux, pince à épiler).

106Autour de la colline de Megali Rachi, site de l’ancienne Aiani, à 250 m à l’est, au lieu-dit Koupoutsina (champ K. Karakoula Konstantinou n° 498), en 1988, un groupe de trois tombes perturbées par les labours a été fouillé et plus récemment au même endroit, un mur de 20 m de long a été mis au jour (chronologie non précisée). Les tombes sont datées de l’âge du Fer et la T. 3 plutôt de la fin de la période (viie s). Les résultats des fouilles ont été publiés sous forme de rapports préliminaires.

107Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole, l’organisation et l’orientation des tombes ne sont pas renseignés. Il s’agit d’inhumations dans des cistes à orthostates, avec plusieurs dalles sur chaque côté. Le sol de la T. 2 était aménagé de dalles de pierres.

  • 47 La T. 1 a livré : 1 cruche modelée décorée de motifs à la (...)

108Les défunts. Deux tombes renfermaient un seul individu en position primaire (T. 1 et T. 3), tandis qu’une autre a livré une sépulture primaire et une réduction (T. 2). Les défunts, des adultes, étaient en position allongée sur le dos. D’après le mobilier, il y aurait une sépulture masculine (T. 1), et une féminine (T. 3) 47.

  • 48 Découverts dans un dépôt correspondant à une tombe perturb (...)

109Le mobilier (fig. 19). Il comprend des vases de table (cruches, canthares, bols, tasses) découverts à l’intérieur et à l’extérieur des tombes, des parures (T. 3), un bronze de type jug-stopper, des armes (pointes de lance retrouvées dans la T. 1) et des accessoires (couteaux en fer, pince à épiler)48.

Fig. 19. Aiani-Koupoutsina. a-b. Vases découverts à l’intérieur (a) et à l’extérieur (b) de la T. 2. c. Jug-stopper de la T. 3. Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.

Fig. 19. Aiani-Koupoutsina. a-b. Vases découverts à                             l’intérieur (a) et à l’extérieur (b) de la T. 2. c. Jug-stopper de la                             T. 3. Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης,                             Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.

110[25] Aiani-Giannouka Vryssi (Αιανή-Γιαννούκα Βρύση)

111Datation : début de l’âge du Fer (xie s.). Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 2011a, 285‑286 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 423-424 (G. Karamitrou-Mentessidi).

112Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective dont réductions) / cistes à orthostates / position du corps non précisée / âge des défunts non précisé.

113Type de mobilier : vases (table, stockage/transport).

  • 49 Trois dans le champ no 549 et trois dans le champ n° 550 ( (...)

114À la fin des années 1980, dans trois champs contigus, à l’ouest de la colline de Megali Rachi (site de l’ancienne Aiani), ont été découverts trois groupes de tombes dont six cistes de l’âge du Fer, présentées dans des rapports préliminaires de fouille49.

  • 50 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 303 (...)

115Organisation des tombes, rites et types de tombes. L’organisation des tombes n’est pas renseignée et aucun tertre n’est mentionné. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates. Le couvercle de la T. 5 consistait en une seule grande dalle de pierre et son sol était aménagé de petites dalles50.

116Les défunts. Les tombes renfermaient des inhumations primaires et des réductions (dans la T. 5, des ossements d’une sépulture antérieure ont été rassemblés contre un côté de la tombe).

  • 51 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 285-286 ; AD, 42, 1987, B’2, (...)

117Le mobilier. Seul du mobilier céramique est mentionné. La T. 5 aurait livré 2 cruches et 2 amphores modelées, dont une de chaque, décorée de motifs à la peinture mate, datées du xie siècle, tandis que les deux autres tombes n’auraient livré qu’1 et 2 vases (kyathoi et cruche)51.

118[26] Aiani-Agios Ioannis Prodromou (Αιανή-Αη Γιάννης Προδρόµου)

119Datation : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer. Bibliographie : AD, 24, 1969, Chr., 332 (I. Touratsoglou) ; BCH, 95, 1971, Chr., 971 (J. P. Michaud) ; Siampanopoulos 1974, 122, fig. 70 ; Karamitrou-Mentessidi 2011a, 287.

120Caractéristiques : inhumation (individuelle) / fosses, cistes / position du corps et âge des défunts non précisés.

121Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaire et corporelle) / ustensiles et accessoires (couteau).

  • 52 En 1968, du mobilier de l’âge du Fer avait déjà été recuei (...)

122Le site se trouve au sud-est de la colline d’Agios Ioannis Prodromou, qui se situe à 200 m au nord-est du village d’Aiani en face du musée archéologique. En 1968, lors de travaux d’élargissement de la route Kaisareia-Aiani, ont été découvertes six tombes datées de la fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer et présentées dans des rapports préliminaires de fouille52.

123Organisation des tombes, rites et types de tombes. Aucun tertre n’est mentionné. Les tombes comprennent cinq cistes à orthostates et une fosse simple.

124Les défunts. Le rite exclusif est l’inhumation et le recrutement funéraire n’est pas détaillé.

125Le mobilier. Il comprend principalement des vases de table, dont 1 kyathos, 1 canthare et 1 vase “en forme de phiale” décorés de motifs à la peinture mate et datés de la fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer, ainsi que 3 cruches et 3 bols modelés à anses dressées. On mentionne également 1 couteau en fer fragmentaire, 1 bouton et 1 fibule en bronze.

126[27] Aiani-Isiomata (Αιανή-Ισιώµατα)

127Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 2011a, 288-289 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 430 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 401 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 50, 1995, B’2, Chr., 567 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; BCH, 119, 1995, Chr., 932 (A. Pariente).

128Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective avec réductions) / cistes à orthostates / position du corps et âge des défunts non précisés.

129Type de mobilier : vases (table) / parures (corporelles) / ustensiles et accessoires (un couteau).

  • 53 Six tombes dans le champ n° 3468 de Malliara et sept dans (...)

130Au sud du village d’Aiani, au lieu-dit Isiomata, les labours ont mis au jour et endommagé plusieurs groupes de tombes, entraînant des fouilles de sauvetage à la fin des années 1980 et en 1995. Lors de la première campagne de fouille, 13 tombes ont été dégagées dans deux champs53. La nécropole devait toutefois s’étendre davantage (dalles de tombes et parures en bronze dispersées dans la région de Kato Isiomata). À environ 1 km à l’est, au lieu-dit Tzitzika Mandri, les nombreuses pierres et vestiges éparses pourraient indiquer l’emplacement de l’habitat contemporain à la nécropole.

131Organisation des tombes, rites et types de tombes. Aucun tertre n’est mentionné. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates et la T. 8 était couverte d’un amas de pierres.

132Les défunts. Il s’agit principalement de tombes individuelles, mais deux tombes (T. 4 et T. 13) renfermaient, chacune, une réduction avec son mobilier dans un coin de la tombe.

  • 54 Karamitrou-Mentessidi 2011a, (...)

133Le mobilier54. Les défunts étaient accompagnés d’1 à 3 vases (canthares, bols, cruches et kyathoi). Les parures récupérées sont peu nombreuses. On notera, d’une part, la découverte d’un anneau en bronze à l’intérieur du canthare de la T. 13, et d’autre part l’association d’un collier de perles en verre, d’un bouton et d’un anneau en bronze avec un couteau en fer fragmentaire dans la T. 4.

134[28] Milia-Kerasia, Poupos (Μηλιά-Κεράσια, Πούπος)

135Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 536-537 (G. Karamitrou-Mentessidi). Une tombe à ciste datée de l’âge du Fer a été mise au jour au lieu-dit Poupos, entre les villages de Milia et de Kerasia, au nord d’Aiani. Elle devait appartenir à un ensemble funéraire plus important comme en témoignent les dalles de schistes et les objets épars remontés par les labours et provenant probablement de tombes détruites. D’autres tombes similaires ont été identifiées non loin, au lieu-dit Myltnorachi, mais la datation n’est pas précisée.

3.5 La rive droite de l’Haliakmon (fig. 11)

136[29] Elati-Longas (Ελάτη-Λογκάς)

137Datation : nécropole utilisée dès l’âge du Bronze. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi & Theodorou 2009, 53-62 ; Karamitrou-Mentessidi 2011b, 129 fig. 26c.

138Suite à la construction du barrage d’Ilariona, des fouilles, entreprises à l’ouest du village actuel d’Elati, ont permis la mise au jour d’une nécropole utilisée dès l’âge du Bronze et aux époques postérieures. Des cistes à orthostates, des ‟périboles” funéraires en pierre, des crémations et des enchytrismes sont mentionnés. Depuis 2012, le site est recouvert par les eaux de l’Haliakmon et les informations consultées ne se présentent que sous la forme de courts rapports préliminaires.

139[30] Frourio-Kambos (Φρούριο-Κάµπος)

140Datation : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer (xiie-xie s.). Bibliographie : Chondroyanni-Metoki 1997, 37-40 ; 1998, 297-299 ; AD, 50, 1995, Chr., 572-573 (A. Chondroyanni‑Metoki) ; 51, 1996, B’2, Chr., 536 (A. Chondroyanni-Metoki).

141Caractéristiques : tombes à habitacle (tholoi, tombes à chambre) / aucun ossement.

142Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, vases à parfum), armes (lance).

143Au milieu des années 1990 dans la commune de Frourio, au lieu-dit Kambos, non loin du barrage d’Ilariona du fleuve Haliakmon, ont été mises au jour lors de sondages, deux tombes à tholos et quatre tombes à chambre, dont l’utilisation remonterait à la fin de l’âge du Bronze ou au tout début de l’âge du fer (xiie-xie s.). Le site a été réoccupé à l’époque romaine et transformé en zone artisanale : les deux plus grandes tombes ont été vidées de leur contenu et transformées en un four (pour la tombe Sud) et en un édifice quadrangulaire en brique (pour la tombe Nord). Les petites tombes à chambre ont été réutilisées comme dépotoirs. On y a retrouvé des vases et des objets provenant des tombes. Cette nécropole se situe à côté d’un habitat contemporain qui s’étendait à l’est sur 200 m².

  • 55 Chondroyanni-Metoki 1998, 298.
  • 56 Chondroyanni-Metoki 1997, 39.

144Organisation des tombes, rite et types de tombes. Les deux tholoi sont orientées ouest-est avec le dromos à l’ouest, selon la pente du terrain et l’orientation générale du site55. La chambre de la tombe Nord fait 2,80 m de diamètre et son dromos mesure 2,50 x 0,60 m, tandis que la tombe Sud a une chambre de 2,40 m de diamètre et son dromos fait 2,30 x 2,60 m. Les quatre tombes à chambre sont circulaires. Elles font de 0,70 à 1 m de diamètre, et, jusqu’à 1 m de hauteur. Certaines portent encore l’empreinte de deux marches au niveau de l’entrée. En raison de la présence de nombreuses pierres sur le site, les tombes étaient peut-être recouvertes de monticules de pierres56.

145Les défunts. Aucun ossement n’a été retrouvé. Selon A. Chondroyanni-Metoki, d’après le contexte régional, les défunts devaient être inhumés, les grandes tombes étaient probablement collectives à la différence des plus petites. On ne peut toutefois vérifier ces hypothèses.

  • 57 Chondroyanni-Metoki 1997, 39.

146Le mobilier. Il comprend en majorité des céramiques, certaines, caractéristiques du répertoire mycénien, et d’autres, de tradition locale caractéristiques du tout début de l’âge du Fer : canthares, cratérisques, amphores, alabastres, vases “en forme de phiales”, cruches à col échancré57. On notera l’absence de céramique à peinture mate. Des parures en bronze et une pointe de lance ont également été récupérées.

147[31] Anavrika-Tranovalto (Αναβρικά-Τρανοβάλτο)

148Datation : âge du Fer. Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1999, 140 ; AD, 39, 1984, Chr., 256 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 534 (G. Karamitrou‑Mentessidi) ; BCH, 115, 1991, Chr., 898 (A. Pariente) ; AR, 38, 1991-1992, 47 (E. B. French).

149Caractéristiques : tumulus collectif supposé / inhumation / cistes à orthostates / position et âge des défunts non précisés.

150Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (une épée fragmentaire).

  • 58 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 534 (...)

151Lors de travaux d’élargissement d’une route, au niveau de l’exploitation d’amiante, sur la rive orientale de l’Haliakmon, ont été découvertes quatre tombes appartenant probablement à une nécropole plus vaste. En 2004, autour de Tranovalto et de l’ancien village abandonné de Padi, de nombreux objets et d’autres cistes détruites ont également été identifiés ainsi qu’une installation de l’âge du Fer (pithoi, murs) à 400 m à l’est58.

152Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’inhumations dans des cistes à orthostates, orientées est-ouest, couvertes par une épaisse couche de terre et de pierres rapportées (tertre ?).

153Les défunts. Les informations disponibles sont lacunaires, mais il ne fait guère de doute que ces cistes devaient contenir des inhumations.

154Le mobilier. Il comprend des vases en céramique, des parures (fibules à lunettes en bronze, perles) et peut-être une épée en fer fragmentaire.

155[32] Rymnio-Ampelia (Ρύµνιο-Αµπελία)

156Datation : fin de l’âge du Bronze et âge du Fer (au moins dès le viiie-viie s.). Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 2003a, 555-556 ; Karamitrou-Mentessidi 2011b, 129 fig. 26a-b ; AD, 45, 1990, B’2, Chr., 355 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitrou-Mentessidi).

157Caractéristiques : tertre collectif supposé / inhumation / cistes à orthostates / position et âge des défunts non précisés.

158Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 59 BCH, 120, 1996, Chr., 1224 (G. (...)
  • 60 D’autres tombes similaires de l’âge du Fer ont été découvertes (...)

159Près du village de Rymnio, au lieu-dit Ampelia ou Ophanos, des fouilles en 1990 et 1991 ont permis la mise au jour de 13 tombes datées vers le viiie-viie siècle59 et de deux tertres dont un renfermant 8 tombes de l’HR IIIB-C60. Les tombes ont été en partie pillées.

  • 61 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 355 (G. Karam (...)

160Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tombes de l’âge du Fer sont analogues à celles de la fin de l’âge du Bronze : des inhumations dans des cistes à orthostates. Trois tombes étaient agencées en rayons. Elles étaient peut-être recouvertes d’un tertre, comme pour les tombes de la période précédente61.

161Les défunts. Les tombes renferment des inhumations mais les informations concernant le détail du traitement des défunts et leur âge sont très lacunaires.

  • 62 T. 9, 1991, cf. AD, 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitro (...)
  • 63 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 355 (G. Karam (...)

162Le mobilier. Les vases en céramique comprennent des cruches, des canthares et des kyathoi. Les parures comprennent des fibules en bronze, des boucles d’oreilles, dont une en or62, des bracelets, des colliers, des perles en bronze, en verre ou en ambre, des boutons et des pendeloques en bronze. Deux couteaux en fer sont mentionnés63.

  • 64 AD, 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; (...)

163Remarques sur les tombes du Bronze Récent. Il s’agit de deux tertres collectifs recouvrant des inhumations en cistes à orthostates. Le Tumulus A fait 1,50 m de hauteur et couvre 8 tombes agencées en rayons autour du centre. Le sol des cistes est parfois aménagé de galets ; du limon sert de joint aux dalles de couverture. Le mobilier comprend des vases, des parures (épingles, bagues, boucles d’oreilles, colliers de perles en bronze et en verre), ainsi que des haches miniatures en bronze64.

164[33] Kranidia-Kryovryssi A et B (Κρανιδία-Κρύοβρυση)

165Datation de l’ensemble A : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer (?), vers le xiiexie s. Datation de l’ensemble B : époque géométrique. Bibliographie : Chondroyanni‑Metoki 1990, 112-113 ; 1992, 38-39, 43, fig. 8-9,11 ; 1997, 37-41, 35 sx. 1, 42 fig. 2-3 ; 1998, 300-301 ; 453, 2009 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 419 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; 47, 1992, B’2, Chr., 447 (A. Chondroyanni‑Metoki) ; 52, 1997, B’2, Chr., 741 (A. Chondroyanni-Metoki) ; BCH, 117, 1993, Chr., 841 (A. Pariente) ; 118, 1994, Chr., 737 (A. Pariente) ; AR, 43, 1996-1997, 78 (D. Blackman).

166Caractéristiques de l’ensemble A : inhumation (individuelle) / cistes à orthostates (remploi de stèles anthropomorphiques) / position légèrement contractée latérale / adultes.

167Caractéristiques de l’ensemble B : enchytrisme, urnes cinéraires / inhumation, crémation secondaire / âge des défunts non renseignés.

168Type de mobilier : vases (table, parfum) / parures (corporelles) / ustensiles et accessoires (fusaïoles). Pas de mobilier dans l’ensemble B.

  • 65 5 fouillées en 1986, 3 en 1997 et 2 autres détruites.
  • 66 Chondroyanni-Metoki 1997, 34.
  • 67 Chondroyanni-Metoki 2009, 453.

169Le site se trouve à environ 5,5 km de Skamniès près de la ville de Servia, sur les rives du lac artificiel de Polyphyto. Avec le recul des eaux du lac, deux ensembles funéraires ont été découverts sur deux plateaux (A et B). L’ensemble funéraire du plateau A comprend 10 tombes65 datées du xiie-xie siècle (entre 1190 et 1040)66, tandis que celui du plateau B comprend 7 tombes datées de l’époque géométrique. Les tombes ont été perturbées par les eaux du lac et les pillages67.

  • 68 Chondroyanni-Metoki 1992, 39.
  • 69 Leur forme évoque les statuettes du Néolithique final de la ré (...)

170Les tombes du plateau A ont été installées sur un habitat néolithique et tout près d’un autre habitat du Bronze Récent (?). Le site est à nouveau occupé aux époques historiques68. Il s’agit de cistes à orthostates, disposées en enfilades, réparties sur trois rangées orientées nord-est/sud-ouest. Elles sont toutes au même niveau, creusées dans le sol naturel. Le type de nécropole n’est pas renseigné mais aucun tertre collectif n’est mentionné. Les parois des cistes sont aménagées de plaques de schiste et pour quatre tombes, de stèles anthropomorphiques remployées (six stèles au total). Cinq font entre 1,35 et 2 m de longueur, 0,35 à 0,60 m de largeur et 0,15-0,20 m d’épaisseur. Elles ne portent aucune décoration et daterait du Néolithique final69.

171Les défunts. Il s’agit de tombes individuelles. Il n’y a que des adultes mais le sexe n’a pu être déterminé. Les défunts sont en position légèrement contractée latérale, la tête orientée vers le sud-ouest ou le nord-est.

172Le mobilier. Les vases en céramique comprennent les objets suivants : 1 coupe à haut pied datée de l’HR IIIC (T. 6), 1 lécythe fragmentaire du SM et 2 canthares modelés. Des parures corporelles ont été retrouvées dans la T. 6 : 2 fragments de bijoux en or, 1 bague en bronze, 1 perle en ambre. Le défunt de cette tombe était également accompagné de 4 fusaïoles.

  • 70 Cet ensemble funéraire se situe à côté du précédent et a été (...)

173Les tombes du plateau B appartiennent à nécropole plane comprenant quatre tombes certaines et trois probables : trois tombes à crémation secondaire en urne (une amphore tournée et décorée, un fond de vase modelé ‒ peut-être une hydrie, et une amphorisque modelée), trois autres vases détruits qui renfermaient peut-être à l’origine des os brûlés (deux amphores tournées décorées et une hydrie modelée), et un enchytrisme en amphore modelée. Aucun objet d’accompagnement n’est mentionné70.

174[34] Servia-Kokkinoï (Σέρβια-Kokkinoï)

175Datation : âge du Fer (viiie-viie s). Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 2003a, 553-555 ; AD, 56-59, 2001-2004, B3’B, Chr., 461-462, 461 sx. 30, pl. 121ε (G. Karamitrou-Mentessidi).

176Caractéristiques : inhumation (individuelle) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adulte.

177Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 71 Des vases de style mycénien ont été retrouvés aux alentours, c (...)
  • 72 Karamitrou-Mentessidi 2003a, 5 (...)
  • 73 Karamitrou-Mentessidi 2003a, 5 (...)

178En 2003, le musée d’Aiani a récupéré plus d’une vingtaine d’objets provenant du lieu-dit Kokkinoï près de la ville de Servia, ce qui a entraîné des sondages et la mise au jour de quatre tombes à ciste à orthostates datées du viiie-viie siècle. Elles font probablement partie d’un ensemble funéraire plus important et peut-être plus ancien71. Seule la T. 1, bien conservée, est décrite en détail dans les publications (fig. 20)72. Il s’agit d’une ciste à orthostates, orientée sud-nord, faisant 2 x 0,40 x 0,40 m, avec deux dalles de couverture (partiellement conservées), un sol laissé naturel mais avec une petite pierre plate (0,10 x 0,15 m) servant d’appui-tête au défunt. La tombe contenait une sépulture féminine adulte, la tête orientée au sud, en position allongée sur le dos, le bras gauche le long du corps et l’autre légèrement replié73. La défunte était accompagnée des objets suivants : 1 canthare modelé (à côté de la tête, les anses sont manquantes), des sphécotères en bronze fragmentaires, 1 grande fibule à lunettes en bronze (épaule gauche), 1 fibule plus petite (contre le bras droit), 2 bracelets en bronze décorés (poignets), 1 bague en bronze (main gauche), 1 perle en pâte de verre. Quelques objets ont été récupérés dans les autres tombes détruites : 1 vase “en forme de phiale” décoré et 1 perle en verre.

Fig. 20. Servia-Kokkinoï, T. 1. Karamitrou-Mentessidi 2003, 554 sx. 1 ; Georgia Karamitrou Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.

Fig. 20. Servia-Kokkinoï, T. 1. Karamitrou-Mentessidi                         2003, 554 sx. 1 ; Georgia Karamitrou Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων                         Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.

179[35] Servia-Kolitsaki ou Baïria (Σέρβια-Κολιτσάκι ou Μπαïρια)

180Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Chondroyanni-Metoki 1998, 299 ; Pateli 2009, 153 ; BCH, 118, 1994, Chr., 737 (A. Pariente) ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 418-419 (G. Karamitrou‑Mentessidi) ; AD, 63, 2008, B’2, Chr., 950-951 (G. Karamitrou-Mentessidi).

181Caractéristiques : inhumation (individuelle, réduction) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / âge des défunts non précisé.

182Type de mobilier : vases (table) / parures.

  • 74 Chondroyanni-Metoki 1998, 299.
  • 75 Établissement aujourd’hui immergé par les eaux du lac de Polyp (...)
  • 76 AD, 63, 2008, B’, Chr., 951-952.

183En 1985-1986, à Servia, lieu-dit Kolitsaki, à la suite de la baisse des eaux du lac de Polyphyto ont été découvertes quatre tombes appartenant à une nécropole plus importante74. En 2008 le même phénomène en a révélé deux autres (fig. 21), mais une était pillée (T. A.) et l’autre détruite (T. B). Les tombes sont datées du début de l’âge du Fer. L’habitat associé n’est pas identifié mais dans la région, on connaît un habitat du Bronze Récent (Servia Skamnies), un de l’âge du Fer sur la colline voisine de Paliokastania75, ainsi qu’un ensemble de structures de stockage (pithoi) au lieu-dit Nisaki76.

Fig. 21. Servia-Kolitsaki ou Baïria, fouilles 2008. Vue générale (gauche) et T. A (à droite) Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού ; Pateli 2009, 154 fig. 7.

Fig. 21. Servia-Kolitsaki ou Baïria, fouilles 2008. Vue                         générale (gauche) et T. A (à droite) Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία                         Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού ; Pateli 2009, 154                         fig. 7.
  • 77 La T. A mesure 2,40 x 0,85 m et a une dalle par côté. La T. B (...)

184Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole n’est pas connu. Les quatre tombes des années 1980 étaient orientées est-ouest. Le rite exclusif est l’inhumation, dans des cistes à orthostates et une tombe à fosse77. Dans la T. A de 2008 (fig. 21), les dalles de couverture étaient scellées par de l’argile.

185Les défunts. Une des tombes contenait en plus une réduction, les autres, des sépultures individuelles. Les défunts étaient allongés sur le dos, avec les mains au niveau de la poitrine.

186Le mobilier. Il comprend quelques vases (cruches, “phiales”, canthares décorés de motifs à la peinture mate et un skyphos de style PG – T. 11 de 1986) ainsi que des parures récupérées autour des tombes.

187[36] Servia-Liakou (Σέρβια-Λιάκου)

188Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 29, 1973-1974, B’3, Chr., 720, sx. 4, pl. 518γ (I. Touratsoglou).

189Une tombe seule a été découverte dans le terrain G. Liakou près de Servia. Il s’agit d’une ciste à orthostates de calcaire, orientée ouest-est, mesurant 2,30 x 0,80 x 0,65 m et renfermant une sépulture adulte accompagnée d’une cruche et de nombreuses parures en bronze dont des parures tubulaires spiralées (?), des fibules à lunettes, 1 torque, 1 bracelet, 4 perles biconiques et 2 pendeloques.

190[37] Velventos-Kato Bravas (Βελνεντό-Κάτω Μπράβας)

191Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Chondroyanni-Metoki 1998, 299-300 ; Karamitrou-Mentessidi 2010, 45 ; AD, 51, 1996, B’2, Chr., 535 (A. Chondroyanni-Metoki).

192Caractéristiques : inhumation (collective avec réductions) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes.

193Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 78 AD, 51, 1996), B’2, Chr., 535 (...)

194Dans la vallée de l’Haliakmon, en 1996, la baisse du niveau du lac artificiel de Polyphyto a révélé quatre tombes près de l’église Agios Nikolaos. Une seule tombe était intacte (T. 1), les autres, endommagées par les eaux du lac et par la réoccupation du site à l’époque protobyzantine78. La nécropole devait être plus importante.

195Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole est inconnu. Dans le secteur ont été repérés des monticules de pierres qui auraient pu servir de marqueurs mais cela reste une hypothèse. Le rite exclusif est l’inhumation en ciste à orthostates.

196Les défunts La T. 1, orientée est-ouest renfermait trois individus : une sépulture féminine et deux réductions retrouvées sur le côté ouest de la tombe. La défunte, tête orientée à l’est reposant sur une pierre plate, était en position allongée sur le dos, les mains ramenées au niveau du bassin.

  • 79 Des canthares et une cruche modelée à col échancré sont égalem (...)

197Le mobilier : la défunte de la T. 1 était accompagnée de 3 vases (dont 1 une cruche tournée à col coupé), d’1 fibule à lunettes en bronze, de boucles d’oreilles et d’autres bijoux en forme de spirales, de perles en terre cuite et en verre. Le mobilier appartenant probablement aux réductions comprend 2 tessons et quelques bijoux en bronze79.

4 Macédoine Occidentale : la région de Grevena

198[38] Spilaio (Σπήλαιο)

199Datation : début de l’âge du Fer (antérieure au ixe s.). Bibliographie : Rhomiopoulou 1971a, 37-41.

200Caractéristiques : tertre collectif supposé / inhumation (individuelle) / fosses / position allongée sur le dos / adultes.

201Type de mobilier : vases (table, stockage/transport) / parures (vestimentaires et corporelles).

202La nécropole se situe dans le village de Spilaio, non loin de la rivière Venetikos, un affluent de l’Haliakmon. Le site a été repéré à la fin des années 1950 par une découverte fortuite d’ossements et de bijoux en bronze. En 1970, des sondages sur la place du village ont permis la mise au jour d’un groupe de tombes, dont le nombre exact n’est pas connu à cause de la densité des vestiges et des perturbations modernes. Par ailleurs, les tombes découvertes ne correspondraient qu’à une petite portion d’une nécropole plus vaste.

203Organisation des tombes, rites et types de tombes. On ignore l’agencement des tombes et seulement trois sont décrites dans les publications (A, B, Γ). Il s’agit de fosses creusées dans le sol naturel (rougeâtre avec cailloux) et comblées d’une terre différente (marron avec peu de pierres). Il est possible que les tombes étaient recouvertes d’un tertre.

204Les défunts. Les défunts étaient orientés sud-est/nord-ouest (tête-pieds) et en position allongée sur le dos. Les trois tombes renfermeraient des sépultures féminines.

  • 80 Notamment la T. A : 3 fibules à lunettes en bronze, 4 bijoux à (...)

205Le mobilier. Les tombes se caractérisent par une grande quantité de parures80. Sur les trois tombes décrites, seules deux sépultures étaient accompagnées d’un vase : 1 amphorisque modelée et décorée de motifs à la peinture mate et 1 petite cruche modelée. Les parures comprennent : des attaches de vêtements (fibules), des parures tubulaires spiralées de coiffes, des parures corporelles (colliers, bracelets, anneaux), 1 diadème et 3 doubles-haches miniatures en bronze (fig. 22).

Fig. 22. Spilaio. Quelques parures de la T. A. D’après Rhomiopoulou 1971a, 39 fig. 2, 40 fig. 3.

Fig. 22. Spilaio. Quelques parures de la T. A. D’après                     Rhomiopoulou 1971a, 39 fig. 2, 40 fig. 3.

5 Macédoine Centrale : la région de Pella (fig. 23)

Fig. 23. Carte de localisation des sites de la région de Pella.

Fig. 23. Carte de localisation des sites de la région de                     Pella.

206La préfecture de Pella est étendue et les fouilles ont permis la découverte de nombreux ensembles que nous avons répartis en trois groupes :

  • Le nord du lac Vegoritis et le passage d’Édessa

  • Le bassin d’Aridaia et ses abords

  • Les nécropoles autour du site de l’ancienne Pella

5.1 Le nord du lac Vegoritis et le passage d’Edessa

207[39] Panagitsa-Zervi Ampelia (Ζερβή-Παναγίτσα Αµπελία)

208Datation : âge du Fer (fin du ixe-début du viiie s.). Bibliographie : Chrysostomou A. 1995a, 47 ; 2008, 37-38 ; 2012, 82-90 ; BCH, 123, 1999, Chr., 758 (G. Touchais) ; AR, 45, 1998-1999, Chr., 87 (D. Blackman) ; AD, 48, 1993, B, Chr., 375 (A. Chrysostomou) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 354-355 (A. Chrysostomou) ; AD, 60, 2005, B’2, Chr., 722 (A. Chrysostomou).

209Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective dont réductions) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / Adultes et enfants.

210Type de mobilier : vases (table, stockage) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 81 AD, 56-59 (2001-2004), B’3B, Chr., 354-355 (...)
  • 82 AD, 60, 2005, B’2, Chr., 722 (A. Chrysostomou).
  • 83 Chrysostomou A. 2012.

211Sur la colline “Delicler” (Ντελικλέρ), au nord-est du lac Vergoritis, entre la ferme de Panagitsa et le village de Zervi, ont été mis au jour une nécropole de l’âge du Fer et un habitat contemporain sur la Toumba Panagitsa au sud-ouest du village81. Les prospections ont débuté en 1992 et la fouille de la nécropole l’été 2005. Au total, 14 tombes ont été explorées : 13 sur la colline et une plus éloignée près de complexe hôtelier d’Agios Orphanos. L’ensemble est daté autour de la fin du ixe-début du viiie siècle (sauf peut-être la T. 7, plus tardive ?)82. Les tombes ont été détaillées dans une publication de 2012 par A. Chrysostomou83. Nous avons donc rassemblé les informations dans la fig. 24.

Fig. 24. Panagitsa-Zervi. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

N° Dimensions (en m) Sol aménagé Appui-tête Orientation NMI Sexe/âge Mobilier
1 2,27 x 0,60 - - O-E 1 H/A 1 amphorisque, 1 tasse, 1 lance (fer)À côté de la T. 1 : 2 cruchesEntre la T. 1 et T. 2 : 1 fibule (bze), 1 sphécotère (bze)
2 - - - NO-SE - - 1 sphécotère (bze)
3 2,40 x 0,88 · - NO-SE - -
4 2,30 x 0,92 - · NE-SO 1 F/A 2 fibules (bze) sur l’épaule droite, 4 anneaux (bze) pour cheveux, 1 couteau en fer
5 2,35 x 1,05 · - NE-SO > 2 1 F/A Sépulture primaire : 1 canthare, 2 fibules (bze), 1 lance (fer), 1 couteau (fer)Sépulture reléguée : 1 amphore, 1 amphore, 1 tasse
6 1,96 x 0,65 · · O-E ≥ 1 -
7 2,10 x 1,10 · - O-E 6 -
8 2,10 x 0,70 - · NE-SO - F/A 2 épingles (bze), 1 disque (bze)
9 2,05 x 1,15 · - O-E 5 -
10 0,90 x 0,35 · - E-O - E
11 2,13 x 0,60 - - NO-SE ≥ 1 - Sépulture reléguée à l’extérieur : 2 vases à une anse, 2 cruches, 2 sphécotères (bze)Mobilier récupéré autour de la tombe : 1 anse, 1 base de cruche
12 2,05 x 0,88 · - E-O ≥ 1 - 1 fond de vase (mod.)
13 2,00 x 0,60 · - E-O ≥ 1 -

212Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole n’est pas connu. D’après le plan publié (fig. 25), on notera la cohérence de l’agencement des tombes 4, 5, 8 (alignées et parallèles). Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates. Ces tombes font de 0,90 à 2,40 m de longueur et de 0,35 à 1,15 m de largeur. Les tombes 7 et 9, qui accueillaient six et cinq individus sont les plus larges. Les tombes sont construites avec des dalles de schiste (parois et couvercle). Dans sept cas, le sol était couvert de dalles de pierre : plusieurs petites dalles (T. 5, 6, 11, 12), une ou deux grandes plaques (T. 10), entourées de petites pierres (T. 7, 9). Dans trois cas la tête du défunt reposait sur une petite pierre plate (T. 4, 6, 8).

Fig. 25. Panagitsa-Zervi. Plan de la nécropole. Chrysostomou A. 2012, 83 sx. 1.

Fig. 25. Panagitsa-Zervi. Plan de la nécropole.                         Chrysostomou A. 2012, 83 sx. 1.

213Les défunts. Les tombes sont individuelles ou collectives. Dans le cas de la T. 5, on a trouvé du mobilier et une réduction sur le couvercle et un peu à côté de la tombe ainsi que d’autres ossements relégués dans le contenant funéraire. Les défunts étaient tous allongés sur le dos et leur orientation semble varier en fonction de leur sexe (déduit à partir du mobilier) : les sépultures féminines avaient la tête tournée à l’est et les sépultures masculines, la tête à l’ouest. L’ensemble funéraire accueille des adultes et au moins un enfant.

  • 84 Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 5, 86, (...)

214Le mobilier (fig. 26-28). Une partie des tombes a été pillée. Les vases d’accompagnement sont tous modelés. Les vases de table sont prédominants (canthares, cruches à col coupé ou à bord droit, tasses, dont une décorée de motifs à la peinture mate datée de la fin du ixe-début du viiie s.), mais les vases de stockage/transport ne sont pas absents (amphores)84. Les parures en bronze sont relativement rares (à cause des pillages ?) : attaches et accessoires vestimentaires (fibules, épingles et disques en bronze), et quelques ornements corporels (sphécotères et anneaux en bronze pour cheveux). Il n’y a que deux armes (deux pointes de lance en fer). Les ustensiles et accessoires ne comprennent que deux petits couteaux en fer dont un associé à des parures (T. 4).

Fig. 26. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 1 (gauche) et T. 4 (droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 2, 84 sx. 2.

Fig. 26. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 1 (gauche) et                         T. 4 (droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 2, 84 sx. 2.

Fig. 27. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 5. D’après Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 3-5.

Fig. 27. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 5. D’après                         Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 3-5.

Fig. 28. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 8 (à gauche) et de la T. 11 (à droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 87 fig. 6-7.

Fig. 28. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 8 (à gauche)                         et de la T. 11 (à droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 87 fig. 6-7.

215[40] Arnissa (Άρνισσα)

216Datation : viiie-vie s. Bibliographie : Hammond 1972, 266-267 ; Chrysostomou A. 2008, 36‑37 ; Chrysostomou A. 2009, 96-97 ; Chrysostomou A. 2016 ; JHS, 74, 1954, Chr., 159 (J. M. Cook, J. Boardman) ; BCH, 78, 1954, Chr., 140 (P. Courbin) ; Makedonika, 7, 1966-1967, Chr., 308 (P. Petsas) ; AR, 44, 1997-1998, Chr., 85 (D. Blackman, J. Baker & N. Hardwick) ; AD, 47, 1992, B’2, Chr., 458-459 (A. Chrysostomou) ; AD, 62, 2007, B’2, Chr., 932-933 (A. Chrysostomou).

217Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation (individuelle, collective dont réductions) / cistes à orthostates, enchytrisme en pithos / position du corps non précisée / Adultes et enfants.

218Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum/cosmétiques) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances, coutelas) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 85 Hasluck 1936, 455-456.
  • 86 Chrysostomou A. 2016.

219La nécropole d’Arnissa se situe au sud du village actuel, au bord de la rive du lac Vegoritis (ancien lac Ostrovo). Connue depuis le début du xxe siècle, la nécropole a été redécouverte grâce au recul du niveau du lac85. Une première fouille a eu lieu en 1954, puis d’autres sondages et une petite fouille ont été conduits plus récemment (2007-2009) dans un champ près du club nautique. Au total au moins deux tertres collectifs ont été identifiés et 18 tombes ont été mises au jour, dont huit durant la dernière fouille. Ces résultats ont été rassemblés dans l’article d’A. Chrysostomou paru en 201686. Parmi ces huit tombes, seules quatre ont livré de riches informations (les T. 3 et T. 8 étaient vides et les T. 4 et T. 6 n’ont pas été fouillées). Les tombes découvertes dans les années 1950 avaient été datées du début de l’âge du Fer, tandis que la fouille récente a permis de préciser l’utilisation de l’ensemble entre le viiie et vie siècle. Le site est réoccupé à l’époque romaine et a malheureusement fait l’objet de quelques pillages.

  • 87 Chrysostomou A. 2016, 7.
  • 88 BCH, 78, 1954, Chr., 140 (...)
  • 89 Chrysostomou A. 2009, 97 ; (...)
  • 90 Chrysostomou A. 2016, 10 sx. 2

220Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tombes semblent s’organiser en petits tertres collectifs87. Le tumulus découvert en 1953 était délimité par un “cercle d’orthostates" (11,50 m de diamètre). Les chroniques rapportent que les 10 cistes se trouvaient à l’intérieur et à l’extérieur de cette limite88. La description sommaire du monument ne permet pas de savoir si le “cercle” correspond à celui des tombes ou bien à une corolle de pierres marquant la bordure du tertre. Aucun aménagement en pierre n’a été découvert lors de la fouille récente. Le rite exclusif attesté jusqu’à aujourd’hui est l’inhumation en ciste à orthostates. Lors des dernières fouilles, trois pithoi ont été découverts, deux en position verticale (Π1, Π3) et un couché sur la panse (Π2), peut-être légèrement antérieur aux tombes. Dans le premier rapport préliminaire de fouille, le pithos Π2 avait été interprété comme un enchytrisme d’enfant accompagné de six perles en terre cuite. Toutefois l’analyse récente détaillée des vestiges a permis de remettre en question cette interprétation. Rien ne prouve que le pithos Π2 soit funéraire. Par ailleurs, les six disques perforés en céramique, ne sont probablement pas des perles mais peut-être plutôt des poids89. Les dimensions des cistes, qui font entre 0,90 et 1,70 m de longueur semblent être corrélées à l’âge des défunts. Les tombes contiennent plusieurs défunts. Les ossements des sépultures plus anciennes sont regroupés dans la tombe ou dans un cas, placés dans un petit coffre attenant à la tombe (T. 1) comme dans la nécropole d’Agios Pantéléïmon90.

  • 91 Chrysostomou A. 2016, 16-17, 22-23.

221Les défunts. Les tombes découvertes entre 2007 et 2009 étaient toutes collectives. Les quatre tombes fouillées et qui ont livré du matériel renfermaient un minimum de 19 individus. Par exemple, la T. 1 contenait les dépouilles de cinq individus (une sépulture primaire et des réductions – dont quatre crânes), et, le petit coffre attenant (T. 1a), également quatre autres crânes. Le recrutement funéraire est ouvert aux adultes (hommes et femmes) et aux immatures. Notons toutefois la particularité du regroupement d’au moins trois nouveau-nés (0-3 ans) dans la T. 2 et celui de trois enfants (3-8 ans) dans la T. 791.

222Le mobilier. Les objets d’accompagnement des tombes fouillées entre 2007 et 2009 comprend moins d’une quinzaine de céramiques (des cruches, une amphore canthariforme décorée de motifs à la peinture mate, une amphorisque, une olpé, une tasse, un biberon et divers tessons), le double de parures vestimentaires et corporelles (épingles doubles et fibules à lunettes en bronze, parures tubulaires spiralées, une boucle d’oreille, des sphécotères, des perles et quelques pendeloques en bronze, des bracelets et des bagues en bronze et en fer), quelques armes (pointes de lance et un coutelas en fer), ainsi que quelques couteaux en fer.

223[41] Agras (Άγρας)

224Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1999, 265-266 ; 2000a, 230-232 ; 2008, 38-39 ; AD, 53, 1998, B’2, Chr., 655-656 (A. Chrysostomou) ; BCH, 125, 2001, Chr., 933 (G. Touchais, S. Huber, A. Philippa-Touchais) ; BCH, 128-129, 2004-2005, Chr., 1477 (A. Philippa-Touchais).

225Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective dont réductions) / fosses (avec couvercle de dalles de pierre), cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes (aucun enfant n’est mentionné).

226Type de mobilier : vases (table, stockage/transport) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances, flèches) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles).

  • 92 Chrysostomou A. 2009.

227Dans les années 1990, dans la vallée d’Edessa à l’ouest du village d’Agras, entre la route nationale Edessa-Florina et la rivière Edessaios, a été fouillée une nécropole déjà connue en 1986. En 1990, six tombes de l’âge du Fer ont été explorées, puis 50 en 1998 dans le terrain de l’école communale. La nécropole est proche de la Toumba Philokastro (traces d’occupation remontant au Néolithique et à la fin de l’âge du Bronze), ainsi que d’un habitat en fond de vallée, récemment découvert en 2009 au nord de la route nationale92. Les rapports préliminaires de fouille ne détaillent surtout que les six premières tombes.

  • 93 Chrysostomou A. 2008, 38.
  • 94 Cette tombe, décrite en détail dans les publications, mesure 2 (...)
  • 95 AD, 53, 1998, B’2, Chr., 655-656 (A. Chrysostomou) ; Chrysosto (...)

228Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane93. Le rite exclusif est l’inhumation, principalement en ciste à orthostates (fig. 29). On mentionne la tombe en fosse T. 1-1984, fermée par des dalles de schiste, avec un sol recouvert d’argile rouge94. Dans deux cas au moins, la tête du défunt reposait sur une pierre plate (fig. 30)95.

Fig. 29. Agras. Nécropole. Chrysostomou A. 2009, 100 fig. 6.

Fig. 29. Agras. Nécropole. Chrysostomou A. 2009, 100                         fig. 6.

Fig. 30. Agras. Tombe collective (à gauche) et inhumation masculine (à droite). D’après Chrysostomou A. 2008, 39 fig. 17 et 40 fig. 18.

Fig. 30. Agras. Tombe collective (à gauche) et inhumation                         masculine (à droite). D’après Chrysostomou A. 2008, 39 fig. 17 et 40                         fig. 18.

229Les défunts. Les tombes sont individuelles ou collectives. Des réductions ont été trouvés dans les tombes ou bien à l’extérieur ou sur le couvercle (T. 1-1986). Les défunts étaient en position allongée sur le dos.

  • 96 Chrysostomou 2008, 38-39.

230Le mobilier. Il comprend des vases modelés dont des vases de table (cruches à col coupé, vases ouverts à une ou deux anses), des vases de stockage/transport (amphores à quatre anses), des amphorisques dont certaines à anses surmontées d’un poucier et quelques œnochoés tournées, des parures vestimentaires (fibules à lunettes en bronze, parures tubulaires spiralées et boutons) ainsi que des parures corporelles (sphécotères en bronze, perles en terre cuite, une pendeloque en forme d’oiseau). Certaines sépultures étaient accompagnées d’armes (pointes de lance et pointes de flèche en fer), et d’ustensiles/accessoires (couteaux et fusaïoles)96.

231[42] Kato Grammatiko (Κάτω Γραµµατικό)

232Datation : âge du Fer (?). Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 476 (A. Chrysostomou).

233Des concentrations de pierres ont été repérées au nord de la colline de Vasilikos en 2003 et interprétées comme des possibles tertres funéraires de l’âge du Fer.

5.2 Le bassin d’Aridaia et ses abords (Almopie)

234[43] Notia-24 Platania (Νότια-24 Πλατάνια)

235Datation : âge du Fer (?). Bibliographie : Chrysostomou A. 1997c, 484 ; 1999, 266.

236À l’est du village de Notia, lieu-dit “24 Platania”, au nord de la route Notia-Periklia ont été repérées des concentrations de pierres pouvant être identifiées avec des tertres funéraires. La céramique ramassée en surface est datée de l’âge du Fer.

237[44] Aloros (Άλωρος)

238Datation : âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1997c, 477.

239Des vases de l’âge du Fer appartiendraient à une inhumation en pithos détruite.

240[45] Chryssi-Kara Déré (Χρυσή-Καρά Ντερέ)

241Datation : âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1994, 32 fig. 5, 41 fig. 9 ; Chrysostomou A. 1997c, 487, fig. 11.

242Au nord-est du village de Chryssi (lieu-dit Kara Déré) ont été repérés des probables tertres funéraires, détruits par des travaux dans les années 1960. Le mobilier ramassé en surface comprend des bijoux en bronze dont deux boutons à pétales et un pendentif à boule datés du viiie-viie siècle.

243[46] Archangelos-Periklia (Αρχάγγελος-Περίκλεια)

244Datation : âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1997c, 478, 485 ; BCH, 123, 1999, Chr., 759 (G. Touchais) ; AD, 48, 1993, B’2, Chr., 375 (A. Chrysostomou).

245Au nord-est du village d’Archangelos, des cistes à orthostates ont été découvertes et feraient partie du même ensemble repéré dans la région de Periklia.

246[47] Foustani (Φούστανη)

247Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 392 (A. Chrysostomou).

248Sur les pentes occidentales du Mont Païkon, dans un champ au nord-est du village de Foustani, des concentrations de pierres ont été repérées en 2001 et interprétées comme des probables tertres funéraires. Le mobilier ramassé en surface comprend des parures (perles, disques, sphécotères, pendeloques, épingles en bronze, etc.) et une pierre à aiguiser.

249[48] Neromyloi-Prodromos (Νερόµυλοι-Πρόδροµος)

250Datation : fin de l’âge du Bronze (?) et âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A ; 2011 Chrysostomou A. & E. Stefani 1994, 91-92, 97-99, 102 fig. 9-10 ; BCH, 120, 1996, Chr., 1238-1239 (G. Touchais) ; 122, 1998, Chr., 854 (G. Touchais) ; AR, 41, 1994-1995, Chr., 47 (R. A. Tomlinson) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 361 (A. Chrysostomou) ; AD, 60, 2005, B’, Chr., 726-727 (A. Chrysostomou).

251Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation / pas d’information sur les défunts.

252Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, une fusaïole).

  • 97 Les tertres 5 et 8 sont des empierrements naturels et le 27 un (...)
  • 98 Il y a une occupation hellénistique et romaine sur la colline (...)
  • 99 Chrysostomou A. 2011, 581.

253Sur la colline de Goritsa entre les villages de Neromyloi et de Prodomos, au nord d’un affluent de l’Almopaios qui descend depuis la chaîne de Païkon, de nombreux tumuli ont été repérés. Une opération de sauvetage a permis d’inventorier 56 tertres (40 en 1994, 16 en 2001) et d’en fouiller trois97. Les tertres ont été pillés dans l’antiquité et de nos jours98. La nécropole est peut-être déjà mise en place dès la fin de l’âge du Bronze99.

  • 100 Chrysostomou A. & Stefani 1994, 97.
  • 101 Le Tumulus III fait 3,50 m de diamètre et renferme une chambre (...)

254Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres sont organisés par groupes. Un de ceux-là aurait été entouré d’un péribole100. L’architecture des monuments est analogue aux autres nécropoles d’Almopie, en particulier Konstantia (fig. 31). Les tertres font de 15 à 20 m de diamètre, de 1 à 2 m de hauteur, sont formés de terre et de grosses pierres et couvrent chacun une tombe à habitacle circulaire, ovale ou rectangulaire munie d’un dromos orienté à l’est. L’entrée est marquée par deux jambages dépassants qui devaient servir de marqueur. Dans le cas de la T. 4, c’est une grosse pierre pointue placée au milieu de l’entrée du dromos qui semble avoir signalé la tombe101.

Fig. 31. Neromyloi Prodromos, T. 4. Chrysostomou A. 2011, 591 fig. 12.

Fig. 31. Neromyloi Prodromos, T. 4.                             Chrysostomou A. 2011, 591 fig. 12.

255Les défunts. Il n’y a pas d’information sur les défunts et la T. 26 n’a livré aucun ossement.

  • 102 Chrysostomou A. 2011, 593 fig. 14 ; AD, 56-59 (...)

256Le mobilier. Il comprend de la céramique, en majorité des vases modelés de table (tasses, canthares, cruches)102, des parures vestimentaires (parures tubulaires spiralées, disques en bronze, fibules à lunettes en bronze pour des vêtements et des coiffes, une fibule à arc en bronze), des parures corporelles (sphécotères, perles, bracelets), des pendeloques ainsi que des ustensiles et accessoires (couteaux en fer, fusaïole en terre cuite).

257[49] Konstantia-Xirika (Κονσταντία-Ξηρικά)

258Datation : début de l’âge du Fer au ve siècle. Bibliographie : Chrysostomou A. 1995a, 155‑166 ; 2000a, 233-236 ; 2000b ; 2011, 579-593 ; Chrysostomou A. & Georgiadou 2007, 170-171 ; BCH, 122, 1998, 853-854 (G. Touchais) ; AD, 50, 1995, B’2, Chr., 559-561 (A. Chrysostomou) ; AD, 53, 1998, B’2, Chr., 658 (A. Chrysostomou) ; AD, 55, 2000, B’2, Chr., 782-783 (A. Chrysostomou).

259Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation (collective dont réductions) / position du corps non précisée / adultes (aucun enfant mentionné).

260Type de mobilier : vases (table, culinaire, stockage) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles, pierres à aiguiser).

  • 103 Chrysostomou A. 2011, 581.
  • 104 AD, 56-59, 2001-2004, B3’B, Chr., 360-361 (...)

261Au sud de la commune de Konstantia (lieu-dit Xirika), en 1995 a été repérée une quarantaine de tertres funéraires au pied du versant occidental du Mont Païkon. Les opérations archéologiques ont eu lieu en 1995, 1998 et 2000. Le site a été endommagé par des fouilles clandestines et les travaux agricoles des années 1970. L’utilisation de la nécropole pourrait remonter à la fin de l’âge du Bronze103 et perdurerait jusqu’au début du ve siècle. À l’époque hellénistique, la T. 20 et T. 31 ont été remployées à des fins domestiques. L’habitat associé à la nécropole correspondrait à celui identifié à quelques centaines de mètres à l’est sur le versant de la montagne. Au nord de la nécropole a également été découvert récemment un espace de stockage de l’âge du Fer (fosses à pithoi)104. Les résultats des fouilles ont été publiés dans des rapports préliminaires relativement bien détaillés et une visite personnelle du site a permis d’observer quelques tombes encore visibles sur le terrain.

  • 105 Il y a également quelques tombes à habitacle sans tertre appar (...)
  • 106 Chrysostomou A. 1995a, 156.
  • 107 Chrysostomou A. 1995a 159-160.
  • 108 Chrysostomou A. 2000a, 510.
  • 109 Chrysostomou A. 2000a, 510-511
  • 110 Chrysostomou A. 1995a, 160-161 ; AD, 50, 1995, B’2, Chr., 559- (...)
  • 111 La T. 38 est appelée tombe en théké (θήκη), cf. (...)
  • 112 Chrysostomou A. 2011, 582.

262Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres s’organisent d’est en ouest le long d’un cours d’eau (fig. 32) et semblent être par endroit séparés par des murets. Toutefois, la relation entre ces structures n’est pas encore établie. Les recherches se sont surtout focalisées sur la rive nord, où on peut distinguer deux groupes de tertres, séparés par un vaste espace occupé par un tertre isolé (T. 13). Dans le groupe oriental, on peut identifier un alignement de tertres (tombes 1, 2, 3, 5, 6, 8, 10) qui semble faire apparaître en négatif une probable voie de circulation. L’architecture funéraire la plus fréquente est la tombe à habitacle (pseudo-tholos) enchâssée dans un amoncellement de pierres prélevées dans le cours d’eau voisin (fig. 33-35)105. Ces tertres font presque tous entre 8 et 14 m de diamètre sauf les tombes T. 2 et T. 13, qui sont allongés et font respectivement 20 x 8 m et 17 x 11 m106. La bordure des monuments est marquée par de plus gros blocs. Les tombes s’apparentent à des pseudo-tholoi comprenant : une chambre funéraire (ovale ou orthogonale), pouvant faire jusqu’à 3 m de large et 1-1,50 m de hauteur conservée, une entrée, parfois très étroite (0,38 m pour la T. 20), souvent marquée par deux jambages, un seuil et une pierre bloquant le stomion, prolongée par un dromos (jusqu’à 2,85 m de longueur pour la T. 8)107 orienté à l’est, aux parois parfois couvertes d’orthostates (T. 5) (fig. 35). Les jambages dépassent la hauteur de l’entrée de la chambre (ex. T. 7), ne supportent aucun linteau et devaient en réalité servir de marqueur funéraire. Les parois des chambres des tombes T. 5 et T. 7 étaient couvertes d’une seule assise de 13 blocs dont la surface interne a été travaillée. Dans le cas de la T. 20, la paroi sud était aménagée d’une assise de quelques blocs qui ne se poursuit pas sur la totalité de la hauteur. Le sol des chambres était aménagé d’une couche de pierres ou de galets. La question du toit des tombes est problématique. La T. 26 était probablement couverte de dalles de pierres (fig. 36), mais était comblée de pierres au moment de la fouille. Au fil du temps, le toit a pu être délaissé108. Les autres tombes n’avaient peut-être aucun toit, comme en témoigne la T. 2 (fig. 33-34), dont la chambre était remplie de couches de pierres disposées en cercles, donnant l’impression en surface d’une voûte en encorbellement. Dans la T. 7, le mobilier déposé sur le sol pavé de la tombe était lui aussi recouvert volontairement d’une couche de pierres. Dans la T. 20, les jambages et l’entrée ne débouchaient sur aucun dromos109. Les défunts étaient peut-être introduits par le dessus des tombes et la forme de ces pseudo-tholoi semble être plus symbolique que fonctionnelle110. Un groupe de tombes se différencie des autres (T. 21, 22, 34, 40) par leur aspect extérieur qui s’apparente à une sorte de plateforme assez basse en pierre. Ces structures contiennent plusieurs habitacles ovales ou rectangulaires situés sur la périphérie du tertre. Ces tombes sont utilisées du début de l’âge du fer jusqu’au début de l’époque archaïque. Les tombes 35 et 39 étaient dépourvues de tertre apparent (fig. 36). Enfin, les tombes 23 et 38 s’apparentent à des sortes de cistes à orthostates111. Pour A. Chrysostomou, ces simples tombes hypogées pourraient être considérées comme des variantes simplifiées des pseudo-tholoi débarrassées des éléments monumentaux112.

Fig. 32. Konstantia. Plan de la nécropole. AD, 55, 2000, B’2, 782 fig. 29 (A. Chrysostomou).

Fig. 32. Konstantia. Plan de la nécropole. AD, 55, 2000, B’2, 782 fig. 29 (A. Chrysostomou).

Fig. 33. Konstantia. T. 2 vue depuis le sud-est. Chrysostomou A. 1995a, 166 fig. 9.

Fig. 33. Konstantia. T. 2 vue depuis le sud-est.                         Chrysostomou A. 1995a, 166 fig. 9.

Fig. 34. Konstantia. Plan de la T. 2. AD, 50, 1995, B’2, Chr., 561 sx. 6 (A. Chrysostomou).

Fig. 34. Konstantia. Plan de la T. 2. AD, 50, 1995, B’2,                         Chr., 561 sx. 6 (A. Chrysostomou).

Fig. 35. Konstantia. T. 5. Clichés pris en avril 2014 (A.-Z. Chemsseddoha).

Fig. 35. Konstantia. T. 5. Clichés pris en avril 2014                         (A.-Z. Chemsseddoha).

Fig. 36. Konstantia. T. 26 et T. 39. D’après Chrysostomou A. 2000b., 510 sx. 3, 513 sx. 5.

Fig. 36. Konstantia. T. 26 et T. 39. D’après                         Chrysostomou A. 2000b., 510 sx. 3, 513 sx. 5.
  • 113 Chrysostomou A. 2000a, 512 n.  (...)

263Les défunts. En l’état actuel des connaissances, le rite exclusif est l’inhumation. Les tombes renfermaient plusieurs individus (10 crânes dans la T. 2), mais les informations sont limitées. La présence d’objets personnels retrouvés dans le dromos de la T. 5 suggère que les sépultures pouvaient être déplacées. Des ossements d’animaux (un chien et un bovidé ou un cheval) ont été récupérés lors des fouilles de 2000, mais leur relation avec les tombes n’est pas précisée113.

  • 114 Chrysostomou A. 1995b, 160-162
  • 115 Chrysostomou A. 1995b, 158-159

264Le mobilier. Les tombes ont été perturbées par des pillages mais de nombreux objets ont pu être récupérés dans les chambres funéraires. On notera également que dans la T. 1 et T. 2 ont été retrouvés un vase brisé volontairement dans le dromos (un canthare dans le cas de la T. 2)114. De même, la fouille du dromos de la T. 5 a livré un pendentif en bronze ainsi que des sphécotères en bronze115. D’une manière générale, les défunts étaient accompagnés de vases de table (canthares modelés à anses avec pouciers ou à décoration cannelée, cruches, bols, etc.), de vases culinaires, de parures vestimentaires (fibules à arc et à lunettes en bronze, 1 épingle double en fer, 1 bouton en bronze, des parures tubulaires spiralées), et corporelles (sphécotères, bracelets, pendeloques et diverses perles), d’ustensiles et d’accessoires (couteaux en fer, fusaïoles en terre cuites, pierres à aiguiser).

265[50] Apsalos-Verpen (Αψάλος-Βέρπεν)

266Datation : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1997b, 141-143 ; BCH, 124, 2000, Chr., 914 (G. Touchais, S. Huber, A.-P. Touchais) ; AD, 52, 1997, B’2, Chr., 727 (A. Chrysostomou) ; 55, 2000, B’2, Chr., 780-782 (A. Chrysostomou).

267Caractéristiques : nécropole tumulaire / crémation secondaire en urne / âge des défunts non précisé.

268Type de mobilier : ustensiles et accessoires (couteau en fer)

269Dans la vallée qui relie la plaine centrale de Macédoine à Aridaia (route Mavrovouni-Aridaia) des fouilles au lieu-dit Verpen (sud-est de l’actuelle Apsalos) ont permis la mise au jour en 1997 d’un tumulus constitué de pierres recouvrant au moins quatre urnes cinéraires datées de la fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer (A, B, Γ, ∆). Le tertre, en partie endommagé par les labours, fait 15 m de diamètre et est couronné à sa base par un cercle de grosses pierres (fig. 37). Les urnes devaient être placées à l’intérieur du cercle, fixées verticalement par des pierres de calage. Seule l’urne A est la mieux conservée, écrasée en place par le poids des pierres. Il s’agit d’une amphore modelée à quatre anses (fig. 37). Il n’y a pas d’information sur les restes osseux et seul un couteau en fer fragmentaire semble avoir été récupéré.

Fig. 37. Apsalos Verpen. Plan du tumulus et amphore funéraire A. D’après Chrysostomou A. 1997, 142 sx. 1 ; AD, 52, 1997, pl. 264 δ (A. Chrysostomou).

Fig. 37. Apsalos Verpen. Plan du tumulus et amphore                         funéraire A. D’après Chrysostomou A. 1997, 142 sx. 1 ; AD, 52, 1997, pl. 264                         δ (A. Chrysostomou).

270[51] Apsalos-Margarita (Αψάλος-Μαργαρίτα)

271Datation : âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou 1997c, 479 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 357-358 (A. Chrysostomou).

272Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation (?) / pas d’information sur les défunts.

273Type de mobilier : vases (table) / armes (pointe de flèche) / ustensiles et accessoires (pierre à aiguiser).

274Dans les ramifications méridionales du Mont Voras, entre Apsalos et Margarita, au lieu-dit Ampelia, un groupe de tertres avait été repéré dans les années 1970. Suite à des destructions et des pillages, des fouilles de sauvetage ont été engagées. Un seul tertre a fait l’objet d’une description plus détaillée dans les publications consultées. Il recouvre une tombe à habitacle avec une chambre funéraire faisant 2,60 x 2,30 m munie d’un dromos faisant 2,57 x 1,12 m. La chambre funéraire est bâtie avec des pierres plates sur plusieurs assises conservées.

275Les défunts. Les informations concernant le rituel et les défunts sont limitées. Par comparaison avec les autres nécropoles tumulaires de tombes à habitacle de la région, il s’agit probablement d’inhumations.

276Le mobilier. Seuls les objets suivants sont mentionnés : 1 tasse et 1 autre vase modelé, 1 pierre à aiguiser et 1 pointe de flèche en fer.

277[52] Nea Zoï ΣΤ (Νέα Ζωή ΣΤ)

278Datation : âge du Fer, dernière phase d’utilisation vers le viie-vie siècle. Bibliographie : Chrysostomou A. 1993 ; 1997b, 143-145 ; 2011, 582-583 ; AD, 52, 1997, B’2, Chr., 726-727 (A. Chrysostomou) ; BCH, 124, 2000, Chr., 916 (G. Touchais, S. Huber, A.-P. Touchais).

279Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation (collective dont réductions) / position allongée sur le dos / adultes (?). Aucun enfant mentionné.

280Type de mobilier : vases (table, stockage/transport) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, pierre à aiguiser) / arme (lance).

  • 116 Chrysostomou A. 2011, 582.
  • 117 Chrysostomou A. 1997b, 145 et (...)

281Près du village de Nea Zoï, à 150 m au nord et à l’est de la colline de Terikleia, au-delà d’un cours d’eau, s’étend un groupe de tumuli (secteur ΣΤ)116, qui diffère des tombes individuelles découvertes sur les flancs de la colline de Terikleia [53]. La nécropole tumulaire comprend 11 tertres, dont 9 fouillés en 1997-1998. À 3 km à l’est, 4 autres tertres ont été repérés mais les informations publiées ne concernent que ceux du secteur ΣΤ117. La nécropole est utilisée à partir de l’âge du Fer jusqu’au viie-vie siècle (datation du dernier dépôt de la T. 8).

282Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres, circulaires et en pierre, font de 4 à 9 m de diamètre et renferment chacun une tombe à habitacle basse (de 0,60-0,80 m de hauteur) avec une entrée marquée par deux jambages, suivie par un dromos orienté à l’est. Les chambres sont rectangulaires ou légèrement trapézoïdales de 2-3 m de long et 1 m de large. Les parois de la chambre sont tapissées d’orthostates et le sol de dalles en pierre (fig. 38). Au moins pour une tombe, le toit était constitué de plaques en pierre.

Fig. 38. Nea Zoï, secteur ΣΤ, T. 1. Chrysostomou A. 2011, 589 fig. 9.

Fig. 38. Nea Zoï, secteur ΣΤ, T. 1. Chrysostomou A. 2011,                         589 fig. 9.
  • 118 Chrysostomou A. 2011, 282-283.

283Les défunts. Le rite exclusif est l’inhumation collective. Un des défunts de la T. 8 était allongé sur le dos, la tête reposant sur une petite pierre plate. Des réductions avec leur mobilier ont été trouvées dans le dromos118.

  • 119 Chrysostomou A. 1997b, 143-145 ; (...)

284Le mobilier. Il comprend des vases de table (canthares, “phiales”, cruches modelées à col échancré, œnochoés tournées), des vases de stockage/transport (amphores), des parures vestimentaires (fibules à lunettes et à arc en bronze, épingles en fer, disques en bronze), des parures corporelles (perles en terre cuite et en bronze, un torque en bronze), des pendeloques en bronze (fig. 39), une seule lance ainsi que des ustensiles et accessoires (des couteaux, une pierre à aiguiser)119.

Fig. 39. Nea Zoï, secteur ΣΤ, diverses parures. Chrysostomou A. 2011, 587 fig. 5.

Fig. 39. Nea Zoï, secteur ΣΤ, diverses parures.                         Chrysostomou A. 2011, 587 fig. 5.

285[53] Nea Zoï-Terikleia (Νέα Ζωή-Τερικλεία)

286Datation : âge du Fer (viie-vie s. pour au moins deux tombes). Bibliographie : Chrysostomou A. 1993, 111-114 ; 1994, 39 ; 1997b, 143-144 ; 1997c, 487 ; 1998 ; 2000a, 236-237 ; AD, 35, 1980, B’2, Chr., 411 (M. Siganidou) ; 48, 1993, B’2, Chr., 364-365 (A. Chrysostomou) ; BCH, 120, 1996, Chr., 1238 (G. Touchais) ; AR, 43, 1996-1997, 77 (D. Blackman).

287Caractéristiques : nécropole plane supposée / inhumation (individuelle) / fosse, enchytrismes (pithoi et vases culinaires) / position allongée sur le dos (?) / un adulte et des enfants.

288Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 120 Chrysostomou A. 1993, 112-114.
  • 121 AD, 35 (1980, B’2), 411 ; (...)
  • 122 Chrysostomou A. 1993.

289La colline de Terikleia, à l’est du village de Nea Zoï, est entourée par deux cours d’eau et forme une acropole naturellement fortifiée. Elle est d’abord utilisée comme habitat au Bronze Récent. À l’âge du Fer, une partie du site est utilisée comme nécropole (secteur E). Le site est réoccupé à l’époque hellénistique. La nécropole a été repérée en 1988 (découverte d’une tombe à ciste et d’un enchytrisme) et puis partiellement fouillée en 1993 (12 tombes). Les tombes 1 et 8 sont datées des viie-vie siècles120 mais certaines cistes pourraient être plus anciennes121. Quelques tombes ont fait l’objet d’une publication relativement détaillée ; nous avons donc rassemblé les informations dans le tableau synthétique de la fig. 43122.

  • 123 Chrysostomou A. 2000, 237-238.

290Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane de tombes individuelles orientées nord-sud ou nord-ouest/sud-est (fig. 40). Il s’agit d’inhumations dans des cistes ou dans des vases : un des défunts a été trouvé dans un grand pithos (T. 8), tandis que les autres étaient placés dans des petits pithoi et/ou des marmites à support ou pyraunoi (fig. 41), parfois assemblés bord à bord, entourés de pierres de calage et parfois recouverts de cairns123.

  • 124 Chrysostomou A. 2000, 237-238 ; Chrysostomou A. 1993, 112.

291Les défunts. Le grand pithos renfermait un adulte (probablement une femme), tandis que les plus petits et les pyraunoi auraient renfermés des nouveau-nés124.

292Le mobilier. Les enchytrismes n’ont livré qu’une perle biconique chacun à la différence de la T. 8 plus richement fourni (fig. 42).

Fig. 40. Nea Zoï-Terikleia, plan de la nécropole. AD, 48, 1993, B’2, Chr., 365 sx. 5 (A. Chrysostomou).

Fig. 40. Nea Zoï-Terikleia, plan de la nécropole. AD, 48,                         1993, B’2, Chr., 365 sx. 5 (A. Chrysostomou).

Fig. 41. Nea Zoï-Terikleia. Pyraunos de la T. 1. Chrysostomou A. 2000a, 241 fig. 9.

Fig. 41. Nea Zoï-Terikleia. Pyraunos de                             la T. 1. Chrysostomou A. 2000a, 241 fig. 9.

Fig. 42. Nea Zoï-Terikleia. Une partie du mobilier de la T. 8. D’après Chrysostomou A. 1993, 121 fig. 5-6.

Fig. 42. Nea Zoï-Terikleia. Une partie du mobilier de la                         T. 8. D’après Chrysostomou A. 1993, 121 fig. 5-6.

Fig. 43. Nea Zoï-Terikleia. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

Fig. 43. Nea Zoï-Terikleia. Tableau récapitulatif des                         tombes et de leur contenu.

293[54] Nea Zoï-Amygdaleonas (Νέα Ζωή-Αµυγδαλεώνας)

294Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2002, B’3B, Chr., 457 (A. Chrysostomou).

295En 2003, à l’entrée de la plaine à l’ouest de l’Almopaios, a été identifiée une probable nécropole datant l’âge du Fer sur la base d’un repérage de structures dispersées faites de dalles de schiste. Des petits sondages ont permis de récupérer de la céramique modelée.

296[55] Samari-Mantri Bitzoli (Σάµαρι-Μαντρί Μπιτζόλη)

297Datation : âge du Fer (?). Bibliographie : Chrysostomou A. 1995b, 49.

298Au sud-est du village de Samari (lieu- dit Mantri Bitzoli), des tertres ont été repérés. Un d’eux, détruit pendant l’aménagement d’une route, a révélé une tombe. Les objets récupérés datent de l’âge du Fer.

299[56] Krania (Κρανιά)

300Datation : âge du Fer. Bibliographie : Chrysostomou A. 1997c, 480 ; 1999, 266 ; Chrysostomou P. 1990, 209-210 n° 1-2 ; 1997, 495, n. 5 ; AR, 32, 1985-1986, Chr., 63 (H. W. Catling) ; BCH, 110, 1986, Chr., 719 (G. Touchais) ; AD, 46, 1991, B’2, Chr., 308 (A. Chrysostomou) ; AD, 55, 2000, B’2, Chr., 765, 768-769 (A. Chrysostomou).

301Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation (?) / pas d’information sur les défunts.

302Type de mobilier : vases / parures.

  • 125 Chrysostomou A. 1997c, 480 ; Chrysostomou P. 1990, 209-210 n°  (...)

303Des centaines de tertres ont été repérés dans la vallée de l’Almopaios (Moglenitsa) aux alentours de la colline de Sideres Piles (Σιδηρές Πύλες) ou Demir Kapou (∆εµίρ Καπού)125. Ils n’ont pas tous été fouillés de manière systématique et les informations disponibles restent encore très générales.

304Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres se présentent comme les autres d’Almopie. Ils sont en pierre, font de 5 à 20 m de diamètre et 1,20 m de hauteur. Ils renferment chacun une tombe à habitacle avec dromos orienté sud-est/nord-ouest. À 500 m au sud de la colline, un tumulus parmi d’autres aurait recouvert plusieurs tombes à habitacle.

305Les défunts. Le traitement et l’âge des défunts ne sont pas précisés mais il s’agit probablement d’inhumations.

306Le mobilier. Le mobilier recueilli comprend de la céramique, des perles en ambre, en pierre ainsi que deux perles biconiques en terre cuite.

307[57] Profiti Ilias-Skliropetra (Προφήτης Ηλίας-Σκληρόπετρα)

308Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 411-412 (A. Chrysostomou).

309Caractéristiques : nécropole tumulaire avec tombes à habitacle / inhumation / position du corps et âge des défunts non précisés.

310Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux).

311À la suite de travaux liés à la carrière de pouzzolane sur la rive ouest de l’Almopiaos (Moglenitsa) en 2000, des observations archéologiques ont permis la découverte de 16 tumuli dont trois ont été fouillés en 2002 (n° 1, 2 et 14). Ils recouvrent chacun une tombe à habitacle comme dans les nécropoles de Neromyloi-Prodromos [48] et Konstantia [49].

  • 126 La question du toit reste problématique. La T. 14 était comblé (...)

312Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres font de 9 à 11 m de diamètre et renferment chacun une tombe à habitacle, située vers le sommet du tertre (T. 1, 14) ou légèrement en périphérie (T. 2). Les chambres funéraires sont rectangulaires, ovales ou circulaires, et, sont prolongées dans deux cas d’un dromos faisant 2 m de longueur (T. 2 et 14). L’entrée de la chambre pouvait être marquée par deux jambages et le stomion fermé par une pierre posée de chant (T. 2). Le sol des tombes est aménagé de dalles ou de pierres brutes126.

313Les défunts. L’inhumation est le seul rite identifié à ce jour (quelques os gisaient sur le sol de la chambre funéraire de la T. 14).

314Le mobilier. Il est peu abondant. Il comprend des céramiques retrouvées parfois dans le dromos (T. 2), essentiellement des vases de table (une “phiale”, une cruche et un canthare), des parures (fibules, sphécotères et perles) et un couteau en fer.

315Détails de quelques tertres :

316T. 1. Tertre : Ø 11 m et H. 1 m. Chambre funéraire rectangulaire : 1,75 x 0,75 m. Dromos. Parement d’orthostates dans la chambre funéraire et sol couvert de pierres plates. Mobilier : 1 “phiale” fragmentaire et des tessons.

317T. 2. Tertre : Ø 9 m et H. 0,90 m. Chambre funéraire ovale : 2,40 x 0,70 et 0,40 m de hauteur conservée. Dromos : 2 m de longueur. Entrée marquée par deux jambages et fermée par une pierre posée de chant. Sol aménagé de petites pierres. Mobilier : 1 œnochoé fragmentaire (chambre funéraire), 1 canthare fragmentaire (dromos).

318T. 14. Tertre : Ø 9,5 m et H. 0,90 m. Chambre funéraire circulaire : Ø 3 m et 0,40 m de hauteur. Dromos : 2 m de longueur. Sol aménagé de petites pierres. Mobilier : une dizaine de vases fragmentaires et des parures en bronze (2 fibules à lunettes, 1 sphécotère, 2 perles biconiques).

3195.3 Le piémont sud-est du Mont Païkon

320[58] Agrosykia (Αγροσυκιά)

321Datation : fin de l’âge du Fer (fin du viiie-début du viie s). Bibliographie : Chrysostomou A. 1997a ; Chrysostomou P. et al. 2007, 209-279 ; BCH, 118, 1994, Chr., 749-750 (A. Pariente).

322Caractéristiques : tertre collectif supposé / inhumation (individuelle) / fosses à blocage de pierres / cistes à galets / position allongée sur le dos / adultes.

323Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances) / ustensiles et accessoires (couteaux, pinces à épiler).

  • 127 Chrysostomou P. et al. 2007, 13.
  • 128 Chrysostomou P. et al. 2007, (...)
  • 129 Autour du secteur de la nécropole, parmi les objets en bronze (...)
  • 130 Chrysostomou P. et al. 2007, (...)
  • 131 Tableau construit à partir des données recueillies dans Chryso (...)

324Le site d’Agrosykia se situe dans la région vallonnée de Macédoine Centrale sur le piémont sud-est du mont Païkon à 8,3 km au nord de Pella et à 13 km à l’ouest du fleuve Axios. Les diverses fouilles et prospections ont permis d’identifier de nombreuses phases d’occupation depuis le Néolithique. Le site s’organise autour de la colline de Peliti (ou “Kastri”), de la Toumba Leptokarya, des cours d’eau Platanopotamos et Platanorematos (fig. 44)127. À l’âge du Bronze se met en place la toumba au nord-est de la colline, entre les deux bras du Platanopotamos. À l’âge du Fer, l’habitat s’étend au sud sous forme de trapeza et sur la colline de Peliti128. L’agriculture et les pillages ont endommagé le site. De nombreux objets de l’âge du Fer ont été retrouvés dispersés sur toute la surface et les limites des espaces funéraires ne sont pas clairement identifiées129. La nécropole du lieu-dit Ampelia se situe au nord de la colline de Peliti au-delà du Platanopotamos et à l’est de la Toumba Leptokarya. La fouille de 1990-1991, d’une surface limitée, a permis la mise au jour de 10 tombes relativement riches mais la nécropole devait s’étendre davantage (fig. 45)130. Les tombes ont été publiées, nous avons donc rassemblé les informations dans la (fig. 46)131.

Fig. 44. Agrosykia. Carte topographique du site. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 210 fig. ΙΙΙ.1.

Fig. 44. Agrosykia. Carte topographique du site. D’après                         Chrysostomou P. et al. 2007, 210 fig. ΙΙΙ.1.

Fig. 45. Agrosykia. Plan de la nécropole. Chrysostomou P. et al. 2007, 215 fig. ΙΙΙ.2.

Fig. 45. Agrosykia. Plan de la nécropole. Chrysostomou P.                         et al. 2007, 215 fig. ΙΙΙ.2.

Fig. 46. Agrosykia. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu

Fig. 46. Agrosykia. Tableau récapitulatif des tombes et                         de leur contenu
  • 132 Chrysostomou et al. 2007, 209-279, 213-214.
  • 133 Tombe dite en “λιθοσωρός”.
  • 134 Chrysostomou A. 1997b, 409.

325Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les couches supérieures ont été perturbées mais il n’est pas impossible que les tombes étaient initialement recouvertes d’un tertre. Elles sont creusées dans la terra rosa naturelle et parfois dans le substrat132. Le rituel exclusif est l’inhumation. Deux types de tombes ont été identifiés : la ciste à parement de galets (type 1a) ou de galets mêlés à des fragments de pithoi (type 1b – ne concerne que la T. B), et la fosse à blocage de pierres (type 2)133. Ce dernier type serait légèrement postérieur au type 1134. Dans le cas de la T. B, le sol était aménagé de galets et de fragments de pithoi. La T. H ne renfermait peut-être aucune sépulture. Un amas de pierres de 3 m de longueur recouvrait une fosse irrégulière (3,5 x 1-1,50 m). Des pierres étaient mêlées à de la terre brûlée et des tessons. Au fond, à 1 et 1,75 m de profondeur, ont été retrouvés des vases fragmentaires jetés volontairement dans la fosse (des vases modelés, des récipients pithoïdes, un canthare et un vase à une anse).

326Les défunts. Les tombes sont individuelles et comprennent les sépultures d’au moins six adultes et jeunes adultes. Aucun enfant n’est mentionné, on notera seulement la présence d’un biberon dans la T. K. Le sexe des défunts a été supposé à partir du mobilier funéraire : il y aurait au moins trois sépultures masculines (armes sans parures) et cinq sépultures féminines (riches parures).

  • 135 Dans les tombes E et Θ, deux fibules servaient au vêtement tan (...)
  • 136 Chrysostomou A. 1997, 409-415.
  • 137 Chrysostomou P. et al. 2007, (...)
  • 138 Une autre pointe de lance a été trouvée dans la zone de la tou (...)
  • 139 Un des couteaux de la T. B avait des clous en bronze.

327Le mobilier. Il comprend quelques céramiques (un seul vase par tombe sauf pour les tombes ∆ et K, qui en ont respectivement trois et deux), situées au niveau des membres inférieurs des défunts (tombes A, Γ, E). Il s’agit exclusivement de vases de table, c’est-à-dire des canthares, des tasses et des cruches (fig. 47). Les tasses sont associées aux sépultures féminines tandis que presque tous les canthares sont associés à des sépultures masculines. Les objets en métal sont bien plus nombreux et comprennent des parures vestimentaires (fibules et parures tubulaires spiralées)135 dont les éléments d’une ceinture exceptionnelle retrouvées dans la T. ΣΤ (fig. 49), composée de 48 anneaux et 74 boutons en bronze, et datée de la fin du viiie- début du viie siècle136. De nombreuses parures corporelles accompagnaient également les défunts (des sphécotères dont 4 en or, 1 collier de perles en bronze, des bracelets et 1 bracelet en or), ainsi qu’une série de 8 pendeloques en bronze (T. Θ), dont 5 en forme d’ancre et 3 cylindriques, chacun surmonté d’oiseaux stylisés (?) (fig. 48). Ces derniers pourraient être des couvercles de pyxides miniatures en bronze137. Les armes (épées et lances) sont nombreuses et se concentrent dans trois tombes138. Les ustensiles et accessoires ne comprennent que deux couteaux en fer et une pince à épiler139.

Fig. 47. Agrosykia. Céramiques provenant des tombes Γ, ∆ et E. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 260 pl. III.10.3, 262 pl. III.12.2, 264, pl. III.14.3.

Fig. 47. Agrosykia. Céramiques provenant des tombes Γ, ∆                         et E. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 260 pl. III.10.3, 262                         pl. III.12.2, 264, pl. III.14.3.

Fig. 48. Agrosykia. Petits objets en bronze de la T. Θ. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 269 pl. III. 19.1-2.

Fig. 48. Agrosykia. Petits objets en bronze de la T. Θ.                         D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 269 pl. III. 19.1-2.

Fig. 49. Agrosykia. Ceinture de la T. ΣΤ. Chrysostomou P. et al. 2007, 278 pl. III.B.3.

Fig. 49. Agrosykia. Ceinture de la T. ΣΤ. Chrysostomou P.                         et al. 2007, 278 pl. III.B.3.

328[59] Archontiko (Αρχοντικό)

329Datation : fin de l’âge du Fer au début de l’époque hellénistique. Les tombes rattachées à l’âge du Fer sont datées du début du viie au début du vie siècle. Bibliographie : Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2000, 479-480 ; 2001, 479-480 ; 2002, 465-466 ; 2003, 505 ; 2004, 561 ; 2005, 436 ; 2006, 703-704 ; 2007a, 83, 85 sx. 1 ; 2008, 119-120 ; 2009, 195-196 ; BCH, 127, 2003, Chr., 935-937 (F. Burkhalter & A. Philippa-Touchais) ; BCH, 128-129, 2004-2005, Chr., 1479-1481 (A. Philippa‑Touchais) ; AD, 55, 2000, B’2, Chr., 769-774 (A. Chrysostomou & P. Chrysostomou) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 344-349 (fouilles 2001) ; 404-405 (fouilles 2002) ; 450 (fouilles 2003), 486 (fouilles 2004) (A. Chrysostomou & P. Chrysostomou).

330Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective dont réductions) / fosses, cistes à orthostates pour les inhumations. Urnes pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos, position fœtale (1 cas) / adultes et enfants.

331Type de mobilier : vases (table, stockage, culinaires) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles) / objets particuliers (epistomia).

  • 140 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 477-490.
  • 141 2000 (10 tombes dont 5 fosses et 3 crémations), 2001 (46 tombe (...)

332Le site d’Archontiko se situe entre l’ancienne Pella et la ville moderne de Giannitsa. Il comprend un habitat en toumba-trapeza, occupé de l’âge du Bronze à l’époque classique et quatre nécropoles (Ouest, Sud, Sud-Ouest, Nord) utilisées depuis la fin de l’âge du Fer jusqu’au début de l’époque hellénistique140. La nécropole Ouest a fait l’objet de recherches plus approfondies et c’est pour celle-ci que les informations sur les tombes de l’âge du Fer sont les plus accessibles. Jusqu’en 2007, 872 sépultures ont été fouillées dont 227 de la fin de l’âge du Fer, 409 archaïques, 229 de la fin de l’époque classique-début hellénistique141. Les résultats des fouilles n’ont été publiés que sous forme de rapports préliminaires.

  • 142 Tombes E1, E2, E3, voir Chrysostomou A. & (...)

333Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane. D’une manière générale, les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée. Le rite funéraire prédominant est l’inhumation – en 2000, trois urnes cinéraires datées de l’âge du Fer ont été identifiées142. Les types de tombes sont assez peu variés : fosses simples étroites (type le plus fréquent), fosses à dalles de couverture et quelques cistes à orthostates.

  • 143 Par exemple, T. 209 en ciste qui renfermait un adulte et un en (...)
  • 144 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2002, 466, 475 fig. 1.

334Les défunts. Les tombes renferment un ou plusieurs individus (sépultures primaires ou réductions)143. Les défunts sont généralement en position allongée sur le dos mais dans le cas de la T. 160A, l’individu était en position fœtale144. La nécropole rassemble des sépultures d’adultes, d’enfants, d’hommes et de femmes mais l’étude anthropologique n’a pas encore été publiée.

  • 145 Par exemple, la T. 507 : 1 œnochoé, 1 tasse tournée, 1 “phiale (...)
  • 146 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.
  • 147 Par exemple T. 383 : 1 epistomion (...)
  • 148 Par exemple T. 206 : 1 épée et 1 couteau en fer, 1 épingle en (...)

335Le mobilier. Les tombes de la fin de l’âge du Fer ne sont accompagnées que d’un ou de deux vases, rarement trois ou quatre145.Parmi les tombes décrites dans les publications, les vases sont souvent placés au niveau des pieds, mais on peut également les trouver parfois au niveau de la tête. Les formes les plus courantes sont les vases à boire (canthares à une ou deux anses, tasses) et les bols/écuelles modelés. Les vases à verser (œnochoés, cruches, hydries), vases de stockage (amphores, amphorisques tournés, vases pithoïdes), vases de cuisson et biberons sont plus rares146. Le reste du mobilier comprend des parures vestimentaires (fibules et épingles en bronze ou en fer) et corporelles (perles en bronze, en ambre et en or, anneaux en bronze, boucles d’oreilles en bronze et une en or, des sphécotères en bronze et un en or, des bracelets en bronze), au moins trois couvre-bouches en or (epistomia)147, quelques armes (seulement deux épées sont mentionnées)148, des couteaux, des fusaïoles dans quelques tombes à parures.

  • 149 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2007b.

336Observations sur les pratiques funéraires archaïques. Les tombes archaïques sont datées à partir du deuxième quart du vie siècle. Un changement est visible dans les rites (crémation primaire ou secondaire plus courante), l’architecture des tombes (fosses à banquette pour les tombes riches, enchytrisme, sarcophage, etc.), dans le mobilier qui se diversifie davantage : nouvelles formes céramiques avec augmentation de la vaisselle de banquet et des vases à parfum (cratères, hydries, lékanés, coupes, exaleiptra, etc.), des parures aux matériaux plus diversifiés, des parures funéraires en or et des tombes guerrières exceptionnelles (armes défensives, etc.)149.

337[60] Giannitsa-Talabassi (Γιάννιτσα-Ταλαµπάσι)

338Datation : fin de l’âge du Fer (viie-vie s.). Bibliographie : Chrysostomou A. 2000a, 237-239 ; 2000c ; BCH, 100, 1976, Chr., 676, fig. 208-209 (P. Aupert) ; 125, 2001, Chr., 935 (G. Touchais, S. Huber, A.-P. Philippa-Touchais) ; AD, 26, 1971, Chr., 395 (A. Vavritsas).

339Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos (?) / adultes et enfants.

340Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires, pendeloques) / armes (lances) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 150 Chrysostomou A. 2000c, 38.

341En 1972, neuf tombes ont été fouillées sur une petite hauteur appelée Talabassi, située au sud-ouest de Giannitsa entre la route nationale Thessalonique-Edessa et celle conduisant à Veria. Ces tombes appartiennent à un ensemble plus vaste signalé en 1971. L’habitat associé à la nécropole n’a pas encore été clairement identifié150. Les tombes ont été publiées et nous avons rassemblé les informations dans la fig. 52.

  • 151 Chrysostomou A. 2000c, 37.

342Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane151. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates faites de dalles de grès ou de poros (fig.  50). Quand un couvercle est attesté (T. 2, 5), il est monolithique. Les tombes étaient remplies de terre au moment de la fouille. Dans deux cas, le squelette aurait été retrouvé sur une couche de terre de 0,10 m ou 0,15 m (T. 3). Des restes organiques sont mentionnés dans la T. 5.

343Les défunts. Les restes osseux sont très mal conservés mais il semble que les tombes étaient individuelles. La nécropole renfermait probablement des adultes et au moins un enfant (T. 9), des hommes et des femmes (d’après le mobilier).

344Le mobilier (fig. 50-51). Les tombes 1 et 2 ont été pillées et la 3 perturbée. Les tombes comprenaient un à deux vases placés aux extrémités. Il s’agit en grande majorité d’œnochoés tournées et d’olpés. Les parures comprennent des attaches de vêtements (épingles et fibules en bronze, une épingle en fer), des parures corporelles (perles), et des pendeloques en bronze, un disque en fer et une sorte de manche en bronze (T. 7). Le reste du mobilier comprend des armes (pointes de lance en fer) et des couteaux en fer. Nous noterons que dans le cas de la T. 5, la pointe de lance a été trouvée à l’extérieur de la tombe, au niveau de l’angle nord-est, fichée verticalement. Dans le cas de la T. 9 d’enfant, le petit couteau a été trouvé près de la main droite, tandis que dans la T. 2, il a été retrouvé au niveau de l’intérieur de la cuisse droite.

Fig. 50. Giannitsa-Talabassi. T. 7 et une partie de son mobilier. D’après Chrysostomou A. 2000c, 44 fig. 11-13.

Fig. 50. Giannitsa-Talabassi. T. 7 et une partie de son                         mobilier. D’après Chrysostomou A. 2000c, 44 fig. 11-13.

Fig. 51. Giannitsa-Talabassi. Une partie du mobilier de la T. 8. D’après Chrysostomou A. 2000c, 46 fig. 14-15.

Fig. 51. Giannitsa-Talabassi. Une partie du mobilier de                         la T. 8. D’après Chrysostomou A. 2000c, 46 fig. 14-15.

Fig. 52. Giannitsa-Talabassi. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

Fig. 52. Giannitsa-Talabassi. Tableau récapitulatif des                         tombes et de leur contenu.

6 Macédoine Centrale : la région de Kilkis (fig. 53)

Fig. 53. Carte de localisation des sites de la région de Kilkis.

Fig. 53. Carte de localisation des sites de la région de                     Kilkis.

345[61] Plagia (Πλαγιά)

346Datation : âge du Fer (viiie s.) et époque hellénistique. Bibliographie : Grammenos et al. 1997, 74 ; Savvopoulou 2012a, 111-120 ; AD, 51, 1996, B’2, Chr., 456-457 (T. Savvopoulou) ; BCH, 127, 2003, Chr., 944 (F. Burkhalter & A. Philippa-Touchais).

347Caractéristiques : nécropole plane supposée / inhumation (individuelle) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes.

348Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 152 Savvopoulou 2012a, 111-120.

349Dans la commune de Plagia (terrain E. Leïlidi n°392), à 20-30 m de la route Plagia-Kilkis, à la suite de fouilles clandestines, une opération de sauvetage a permis la mise jour en 1996, de quatre tombes dont trois datées du viiie siècle (T. 1, 2 et 4) et une de l’époque hellénistique (T. 3). L’habitat associé devait se situer sur la colline Prophiti Ilias (occupation depuis l’époque protohistorique à l’époque protobyzantine). Les tombes ont récemment été publiées par T. Savvopoulou152.

350Organisation des tombes, rites et types de tombes. Seules les tombes 1 et 2 ont livré suffisamment d’informations. Il s’agit d’inhumations dans des cistes à orthostates (dalles de schiste), orientées nord-est/sud-ouest. La bordure des fosses était également aménagée de dalles sur une largeur de 0,35 m pour la T. 1 (fig. 54).

Fig. 54. Plagia. Relevés des tombes 1 et 2. D’après Savvopoulou 2012a, 115-116, sx. 1-2.

Fig. 54. Plagia. Relevés des tombes 1 et 2. D’après                     Savvopoulou 2012a, 115-116, sx. 1-2.

351Les défunts. Les tombes sont individuelles. La position exacte des défunts n’était pas identifiable. Il s’agit d’adultes, le sexe n’a pu être identifié par le squelette, seulement supposé par les objets pour la T. 2 (féminine).

  • 153 La T. 1 : 1 tasse tournée, 1 anneau en bronze. La T. 2 : 1 tasse t (...)

352Le mobilier. Les trois tombes ont livré du mobilier mais c’est la T. 2 qui était la plus riche153. Chaque défunt était accompagné d’une ou de deux céramiques, exclusivement des vases de table tournés (3 tasses et 1 bol à une anse en ruban). Les autres objets ne sont que des parures vestimentaires (1 épingle et 1 fibule en bronze) et corporelles (bagues et bracelets en bronze) et deux objets indéterminés. À l’extérieur de la T. 2, se trouvait un autre vase ouvert modelé.

353[62] Chauchitsa (Τσαουσίτσα)

354Datation : au moins dès le viiie-viie s. Bibliographie : Gardner & Casson 1918-1919, 32-38 ; Casson 1919-1921 ; Casson 1921, 10 ; Casson 1923-1925, 1-29 ; Bailey 1969 ; Hammond 1972, 348-351 ; Kilian 1975, 74-78 ; Hochstetter 1984, 307-309.

355Caractéristiques : inhumation (individuelle, collective dont réductions) / fosses, sépultures sur sol naturel ou sous amas de pierres, cistes à orthostates / position allongée sur le dos, sur le côté / adultes.

356Type de mobilier : vases (table, parfum/cosmétique) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lance) / ustensiles et accessoires (coutelas, couteaux, fusaïoles), objets de toilette (pinces à épiler) / objets particuliers (epistomia).

  • 154 Heurtley 1939, 32-33.
  • 155 Gardner & Casson 1918-1919, 32-38.
  • 156 14 tombes numérotées de T. 1 à T. 14 (cf. Casson 1919-1921, 1-3) e (...)
  • 157 S. Casson avait daté les vases entre le xie et le milieu du viie s (...)
  • 158 Casson 1919-1921, 8-9, 12 fig. 7-8 ; pl. 1, (...)
  • 159 La tombe E date du ive siècle (?) et les tombes F et G du iie et du ive de (...)

357Le situe se trouve au nord de l’ancien lac Ardjan (Αρτζάν) entre Kastro et Pontoïrakleia. Il se compose d’un habitat en toumba, occupé depuis le Bronze Récent,154 et, d’une nécropole située au sud sur deux affleurements rocheux. Le site a été identifié en 1917 par les troupes britanniques lors du front du Lac Doirani lorsque celles-ci s’établirent sur des collines situées près de Chauchitsa, qui était alors une station de chemin de fer reliant Karasouli à Kilindir155. S. Casson revient en avril 1921 puis en avril 1922 pour entreprendre des fouilles sur la colline Est. Au total, 36 tombes ont été dégagées156. On admet d’une manière générale que la nécropole est utilisée entre le viiie et le viie siècle157. En 1917 et 1918, huit autres tombes ont été découvertes aux alentours, la “slab grave” à 300 m au sud-est des collines158, “ le groupe A, B, C d’Edinbourg” et les tombe D, E, F et G. Les trois dernières sont tardives159. Enfin, en 1970, à environ 2 km de Chauchitsa, une autre tombe a été découverte (la tombe dite d’A. Vavritsas). Nous avons rassemblé les informations des 36 tombes de la colline Est dans le tableau de la fig. 56.

Le groupe des tombes d’Edimburg, les tombes D-E de 1917 et la “slab grave” de 1918

  • 160 Casson 1919-1921, 8 fig. 8.

358Il s’agit d’inhumations. La T. B, est une fosse à blocage de pierres alors que les tombes A, D et la “slab grave” sont des cistes à orthostates160. Les premières sont individuelles. La “slab grave” renfermait une sépulture primaire. Les ossements retrouvés à l’extérieur de la tombe appartiennent probablement à une sépulture déplacée. Les défunts étaient en position allongée sur le dos. Le mobilier comprend essentiellement des objets en métal : des parures et de nombreuses pendeloques (cruches, pyxides, oiseaux et ancres miniatures). La T. A a également livré un petit cheval en bronze qui devait former un collier avec les autres pendeloques.

Les 36 tombes de la colline Est (fig. 55)

Fig. 55. Chauchitsa, colline Est. Fouilles de 1921 et 1922. Casson 1923-1925, 2 fig. 2.

Fig. 55. Chauchitsa, colline Est. Fouilles de 1921 et                         1922. Casson 1923-1925, 2 fig. 2.

Fig. 56. Chauchitsa, colline Est. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

Fig. 56. Chauchitsa, colline Est. Tableau récapitulatif                         des tombes et de leur contenu.
  • 161 Hammond 1972, 350-351.
  • 162 Hammond 1972, 349-350. L’hypothèse d’un grand tumulus est également partagée, (...)

359Organisation des tombes, rites et types de tombes. La colline Est, bordée par un cours d’eau, est un affleurement rocheux de 6 m de hauteur, de 120 m de long et 45 m de large, avec un sommet plat faisant 25 x 45 m en surface. Le tout est recouvert d’une mince couche de terre. L’inhumation est le rite exclusif. Les défunts ont été retrouvés dans des fosses ou dans des anfractuosités naturelles, recouverts de pierres. Il y a plusieurs variantes de tombes : la T. 1 et T. 2 avaient un sol de galets, la T. (1), un sol et des parois recouvertes de fragments de pithoi. La sépulture de la T. (19) reposait sur un lit de gros blocs de pierre. N. G. L. Hammond propose d’y voir une sépulture enchâssée dans un cairn élaboré. Toujours selon l’auteur, les défunts devaient reposer dans des cercueils ou dans des fosses fermées par un couvercle en bois. Une fois désagrégé, l’amas de pierres se serait écroulé sur les sépultures et le mobilier161. Selon S. Casson, les cairns permettaient de couvrir les sépultures et de les protéger contre les animaux. Au fil des siècles, de la terre aurait recouvert le tout progressivement. N. G. L. Hammond inverse le processus d’érosion et propose d’y voir un grand tumulus de terre aujourd’hui arasé, qui devait recouvrir les tombes individuelles. Il se fonde sur la profondeur variable des fosses et sur la superposition de certaines tombes. Le tertre aurait initialement été érigé autour de la T. (19). Le tumulus se serait érodé au fil des siècles et c’est pour cela que S. Casson aurait trouvé des amas de pierres tombés du bord de la colline rocheuse162. Aucune des deux hypothèses ne peut être actuellement vérifiée. Les tombes se répartissent de manière inégale sur le sommet et les premières pentes de la colline. Le plan donne l’impression d’une organisation des tombes par petits groupes. Si la T. (19) est la tombe centrale, les tombes satellites n’ont pas été disposées en fonction d’elle. Néanmoins, la présence d’un tumulus n’implique pas forcément une logique unique des tombes.

  • 163 Casson 1919-1921, 7.
  • 164 Casson 1923-1925, 5-6.
  • 165 Casson 1923-1925, 7, 12.

360Les défunts. Les squelettes étaient très mal conservés, écrasés par les pierres de couverture mais chaque tombe semble n’avoir renfermé qu’un seul individu. D’après S. Casson, les défunts étaient en position allongée sur le dos ou sur le côté163. Le recrutement funéraire n’est pas détaillé et aucune étude anthropologique n’a été faite. Les riches tombes à parures pourraient être identifiées à des sépultures féminines. La T. (2) pourrait être une sépulture masculine164 mais l’identification se complique pour les tombes T. (5) et T. (17), qui contenaient coutelas, couteaux, fusaïoles et parures165.

361Le mobilier. Les défunts étaient accompagnés de vases en céramique, de parures et d’ustensiles (fig. 57). D’une manière générale les objets métalliques sont plus nombreux que ceux en céramique (fig. 58). Les céramiques comprennent en majorité des vases de table (fig. 59) : des vases à boire (canthares, skyphoi, bol, tasses), et des vases à verser (cruches, olpés). Les parures sont nombreuses et variées (fig. 60) : des accessoires vestimentaires (fibules, épingles, parures tubulaires spiralées, boutons/appliques à pétales, disques en bronze), des parures corporelles (perles, bracelets ou armilles en bronze, anneaux), de nombreuses pendeloques et des couvre-bouches en or. Les ustensiles et accessoires sont également variés (coutelas, couteaux, lames, fusaïoles, pierre à aiguiser et pinces à épiler).

Fig. 57. Chauchitsa, colline Est. Catégories d’objets d’accompagnement.

Fig. 57. Chauchitsa, colline Est. Catégories d’objets                         d’accompagnement.

Fig. 58. Chauchitsa, colline Est. Matériaux des objets d’accompagnement.

Fig. 58. Chauchitsa, colline Est. Matériaux des objets                         d’accompagnement.

Fig. 59. Chauchitsa, colline Est. Graphique des formes céramiques représentées.

Fig. 59. Chauchitsa, colline Est. Graphique des formes                         céramiques représentées.

Fig. 60. Chauchitsa, colline Est. Parures et objets particuliers.

Fig. 60. Chauchitsa, colline Est. Parures et objets                         particuliers.

362[63] Karathodoreïka (Καραθωρέικα)

363Datation : fin de l’âge du Fer (fin du viiie ou début du viie à la fin du ve s.). Bibliographie : Savvopoulou 1994 ; AD, 49, 1994, B’2, Chr., 462 (T. Savvopoulou) ; 50, 1995, B’2, Chr., 487-488 (T. Savvopoulou) ; 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 156 (T. Savvopoulou) ; AR, 47, 2000-2001, Chr., 96 (D. Blackman) ; 50, 2003-2004, Chr., 46 (J. Whitley).

364Caractéristiques : nécropole plane à marqueurs individuels / inhumation (individuelle, collective avec réductions) / fosses à blocage de pierres, cistes à orthostates et blocage de pierres / position allongée sur le dos / adultes (aucun enfant mentionné).

365Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / armes / ustensiles et accessoires (fusaïoles, outils en pierre).

  • 166 Savvopoulou 2004, 312.

366En 1994 et en 2003, dans le domaine de K. Karathodorou (Karathodoreïka), près du village de Latomeio (commune de Pontoïrakleia), ont été mises au jour 66 tombes d’une nécropole de la fin de l’âge du Fer166. Le site a subi de nombreux pillages, le nombre exact de tombes est inconnu et peu d’entre elles ont été retrouvées intactes. L’habitat contemporain se situerait à Lykotopos, un site fortifié localisé à environ 500 m au nord de la nécropole. Les résultats des fouilles ne sont publiés que sous la forme de rapports préliminaires.

367Organisation des tombes, rites et types de tombes (fig. 61). Les tombes se situent à proximité d’un cours d’eau nord-sud. Le rite exclusif est l’inhumation et trois types de tombes ont été identifiés : la tombe à fosse couverte d’un blocage de pierres formant un petit tertre individuel (type 1), la ciste à orthostates avec dalles au sol et d’autres posées à plat sur la bordure de la fosse (type 2), la ciste à orthostates couverte d’un blocage de pierres formant un petit tertre individuel (type 3). Les tombes sont principalement orientées nord-est/sud-ouest, mais d’autres tombes sont orientées nord-sud ou est-ouest.

Fig. 61. Karathodoreïka. Plan de la nécropole. AD, 50, 1995, B’2, Chr., 490 sx. 13 (T. Savvopoulou).

Fig. 61. Karathodoreïka. Plan de la nécropole. AD, 50, 1995, B’2, Chr., 490 sx. 13                         (T. Savvopoulou).
  • 167 Savvopoulou 1994, 254-255.
  • 168 AR, 50, 2003-2004, Chr., 46 (...)

368Les défunts. Les squelettes étaient mal conservés. La majorité des tombes ne renfermait qu’un individu. On mention toutefois deux tombes renfermant chacune une réduction au côté d’une sépulture primaire. Les défunts étaient en position allongée sur le dos. Leur sexe n’a pu être déterminé par l’étude ostéologique mais a été supposé à partir du mobilier : les sépultures masculines auraient eu la tête orientée au nord167. En 2003, un squelette de cheval a été découvert entre les tombes mais sa chronologie n’est pas précisée168.

  • 169 AD, 49, 1994, B’2, Chr., 462 (T. Savvopoulou) ; Savvopoulou 19 (...)

369Le mobilier. Toutes époques confondues, le mobilier comprend des vases en céramique (locaux à pâte grise, tournés et peints d’époque archaïque, vases à vernis noir), des parures en bronze (fibules, bracelets, perles et anneaux), des armes en fer (épées, pointes de lance), des ustensiles et accessoires (des couteaux, une fusaïole et un outil en pierre). De nombreux objets ont été trouvés entre les pierres des cairns perturbés par les labours et les pillages. Ils auraient été placés en offrandes après les funérailles, toutefois, les perturbations modernes compliquent la compréhension du site169.

370[64] Axioupoli-Bohemitsa (Αξιούπολη-Μποέµιτσα)

371Datation : fin de l’âge du Fer (viie à mi-vie s.). Bibliographie : Rey 1932, 44-40 ; Savvopoulou 1988b, 91-101 ; 2007, 607-617 ; 2012b ; BCH, 119, 1995, Chr., 948 (A. Pariente) ; 123, 1999, Chr., 760-761 (G. Touchais) ; AR, 43, 1996-1997, Chr., 68 (D. Blackman) ; 45, 1998-1999, Chr., 79-80 (D. Blackman) ; AD, 43, 1988, B’2, 367 (T. Savvopoulou) ; 48, 1993, B’2, Chr., 354 (T. Savvopoulou).

372Caractéristiques : nécropole plane / inhumation, crémation secondaire (1 cas) / cistes à orthostates et enchytrismes pour les inhumations. Urne en fosse pour la crémation secondaire / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

373Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances) / ustensiles et accessoires (coutelas, couteaux).

  • 170 Rey 1932, 40-44. Dans cet article, 22 tombes sont numérotées d (...)
  • 171 BCH, 119, 1995, Chr., 948 (...)
  • 172 Rey 1932, 40-44 ; Savvopoulou 1988b, (...)

374La nécropole se situe au nord du village actuel d’Axioupoli (anciennement appelé Bohemitsa ou Bohemica), sur les plateaux qui surplombent la rive droite de l’Axios. Le site fut découvert fortuitement en 1918 par les soldats d’un détachement d’infanterie française de l’Armée d’Orient. Des premières fouilles furent menées par Raoul Caussé qui explora et identifia 25 tombes, dont le mobilier fut envoyé au musée du Louvre par le Service Archéologique de l’Armée d’Orient en 1919. Une partie des données a été publiée par L. Rey170. En 1988 au lieu-dit Baïra, non loin de la fouille de R. Caussé, des travaux publics firent remonter des bijoux en bronze provenant de tombes de l’âge du Fer171. Des fouilles furent entreprises en 1993 par le service archéologique grec et 25 autres tombes furent mises au jour (fig. 62). On atteint donc un total de 50 tombes (33 cistes, 16 enchytrismes et 1 crémation secondaire en urne). Nous avons rassemblé dans la fig. 63 les informations disponibles pour certaines tombes de la fouille de L. Rey et pour celles présentées par T. Savvopoulou172.

Fig. 62. Axioupoli. Plan de la nécropole (fouille de 1993). AD, 48, 1993, B’2, Chr., 355 sx. 5 (T. Savvopoulou).

Fig. 62. Axioupoli. Plan de la nécropole (fouille de                         1993). AD, 48, 1993, B’2, Chr., 355 sx. 5                             (T. Savvopoulou).

Fig. 63. Axioupoli. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

Fig. 63. Axioupoli. Tableau récapitulatif des tombes et                         de leur contenu.

La première fouille d’Axioupoli de 1918-1920.

375Organisation des tombes, rites et types de tombes. Seules des inhumations ont été découvertes durant cette campagne : au moins 21 cistes à orthostates et 1 enchytrisme en pithos. Les cistes étaient disposées en rangées parallèles avec une orientation privilégiée est-ouest. Les fosses sont aménagées d’une à plusieurs dalles de pierres, qu’on retrouve également parfois sur le sol des tombes.

376Les défunts. À l’époque, aucune étude ostéologique n’avait été faite. Ce groupe devait renfermer des sépultures d’adultes mais aussi peut-être d’enfants au vu des petites dimensions de certaines tombes (entre 0,80 et 1,20 m de longueur).

  • 173 Rey 1932, 44.

377Le mobilier. Les défunts étaient accompagnés de quelques vases, placés au niveau des pieds (T. 2 et T. 18) ou de la tête (T. 20). Les parures, plus nombreuses comprennent des ornements corporels (sphécotères et anneaux pour cheveux, torques, colliers de perles, bracelets, armilles, bagues), ainsi que de nombreuses pendeloques. Lors de cette campagne, une seule pointe de lance en fer a été découverte mais à 4 m de la T. 18 et fichée dans le sol la pointe en haut173.

Les fouilles de 1993

  • 174 Savvopoulou 2007, 609.
  • 175 Savvopoulou 2007, 620 fig. 4.

378Organisation des tombes, rites et types de tombes. Cette campagne de fouille a permis la mise au jour de 25 tombes, (9 cistes, 15 enchytrismes et 1 crémation secondaire en urne) ainsi que quatre dépôts de bijoux en bronze, provenant de sépultures détruites ou correspondant à des dépôts rituels (fig. 62)174. Les cistes ne diffèrent pas de celles découvertes au début du xxe siècle. Les pithoi utilisés pour les enchytrismes (1,45 x 0,65 m environ) étaient couchés sur le flanc, leur ouverture fermée par un pithos plus petit, des grands tessons ou bien une marmite à support (pyraunos). L’unique crémation secondaire (A24) est en petit pithos, dans lequel ont été retrouvés des restes osseux brûlés, 1 épée et 1 couteau en fer ainsi qu’1 perle biconique en bronze (fig. 64)175.

Fig. 64. Axioupoli. Tombe à crémation secondaire en urne A 24. Savvopoulou 2007, 620, fig. 4.

Fig. 64. Axioupoli. Tombe à crémation secondaire en urne                         A 24. Savvopoulou 2007, 620, fig. 4.
  • 176 Savvopoulou 2007, 609.
  • 177 AD, 48, 1993, B’2, Chr., 354 (T. Savvopoulou).

379Les défunts. Les squelettes étaient mal conservés. Les sépultures semblent être individuelles. Les défunts étaient en position allongée sur le dos, les bras le long du corps et la tête orientée à l’ouest pour les sépultures féminines176. Le sexe des défunts a été supposé d’après le mobilier177 : il y aurait au moins six sépultures masculines (armes). Pour cette campagne de fouille, aucun enfant n’est mentionné.

  • 178 Savvopoulou 2007, 610, 620 fig. 5-6.

380Le mobilier. Comme lors de la première fouille, les vases sont moins nombreux que les objets métalliques. Ils ont été retrouvés au niveau des pieds des défunts et comprennent des petits vases tournés à pâte fine, des canthares modelés et tournés, des bols et une chytra178. On retrouve les mêmes catégories de parures corporelles (torques, bracelets et armilles, perles en bronze et en ambre) et d’accessoires vestimentaires (fibules à lunettes ou à arc en bronze) ainsi que des pendeloques (fig. 65) et davantage d’armes.

Fig. 65. Axioupoli. T. Π5 et son mobilier. D’après Savvopoulou 2007, 623 fig. 14-15.

Fig. 65. Axioupoli. T. Π5 et son mobilier. D’après                         Savvopoulou 2007, 623 fig. 14-15.

381[65] Palio Gynaikokastro (Παλιό Γυναικόκαστρο)

382Datation : du xiie-xie siècle à la fin du viiie siècle puis à l’époque romaine (pour la nécropole tumulaire). Fin du viiie-début viie siècle pour les tombes de la nécropole plane. Bibliographie : Savvopoulou 1987 ; 1988a ; 1998, 48-55 ; 2001 ; 2004 ; AR, 35, 1988‑1989, Chr., 66‑67 (H. W. Catling) ; BCH, 117, 1993, Chr., 852 (A. Pariente) ; AD, 39, 1984, 218 (T. Savvopoulou) ; 40, 1985, 239 (T. Savvopoulou) ; 41, 1986, Chr., 139 (K. Soueref) ; 42, 1987, B’2, Chr., 360-363 (T. Savvopoulou) ; 43, 1988, B’2, Chr., 365 (M. Besios) ; 45, 1990, B’2, Chr., 310-311 (T. Savvopoulou) ; 47, 1992, B’2, Chr., 390-391 (T. Savvopoulou) ; 49, 1994, B’2, Chr., 462-463 (T. Savvopoulou) ; 51, 1996, B’2, Chr., 459 (T. Savvopoulou).

383Caractéristiques :

384Nécropole principale : nécropole tumulaire (enclos/plateformes) / inhumation, crémation secondaire / cistes à orthostates, fosses à blocage de pierres, enchytrismes pour les inhumations. Urnes pour les crémations / adultes et enfants (pour les inhumations).

385Tombes périphériques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective avec réductions) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes.

386Type de mobilier :

387Nécropole principale : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles) / coquillages.

388Tombes périphériques : parures (corporelles) / armes (épée) / ustensiles et accessoires (coutelas, couteaux) / objets particuliers (epistomia).

  • 179 Cette occupation avait déjà été repérée et cataloguée par W. C (...)

389La colline de Palio Gynaikokastro doit son nom à la forteresse byzantine du xive siècle qui s’élève sur son sommet. C’est sur les pentes orientales de cette colline qu’a été identifié l’habitat de l’âge du Fer, s’organisant en terrasses179. La nécropole se situe en plaine à 500 m au sud-est. Des fouilles systématiques furent entreprises entre 1984 et 1994. Il y a en réalité deux groupes de tombes distincts : la nécropole tumulaire comprenant en majorité des sépultures à crémation secondaire (utilisée du xiie-xie à la fin du viiie siècle et réutilisée à l’époque romaine), et, à l’extérieur de ce secteur, des cistes un peu plus tardives (fin du viiie-début du viie s.) appartenant probablement à une nécropole plane plus vaste ou des groupes de tombes dispersées.

La nécropole tumulaire

  • 180 Savvopoulou 1987, 305 ; ibid., (...)
  • 181 AD, 42, 1987, B’2, Chr., 363 (T. Savvopoulou) ; Savvopoulou 20 (...)
  • 182 11 incomplets en forme de fer à cheval et un entier, Savvopoul (...)
  • 183 Savvopoulou 1988a, 220, 225 fig. 3.
  • 184 Savvopoulou 2001, 171, n. 8.
  • 185 AR, 35, 1988-1989, Chr., (...)
  • 186 Savvopoulou 2001, 170.
  • 187 Savvopoulou 2001, 171, fig. 4.
  • 188 Savvopoulou 2001, 171 ; Savvopoulou 1988a, (...)
  • 189 AR, 35, 1988-1989, Chr., (...)
  • 190 Savvopoulou 2001, 171-172.
  • 191 Savvopoulou 2001, 173-174, fig. 6.
  • 192 Savvopoulou 2001, 173.
  • 193 Ces cistes rappellent celles de Karathodoreïka [63].
  • 194 Communication personnelle avec Mme T. Savvopoulou le 9 avril 2 (...)

390Organisation des tombes, rites et types de tombes. La partie fouillée couvre une superficie de 450 m² (fig. 66)180. Au moment de l’exploration l’ensemble funéraire se présentait comme un grand amoncellement de pierres et de terre. Au total, 542 urnes cinéraires ainsi que 85 inhumations ont été mises au jour. Ces dernières comprennent également les tombes d’époque romaine, parfois difficile à distinguer (généralement sans mobilier au même niveau ou traversant les couches protohistoriques)181. Les urnes cinéraires ont été trouvées dans deux types de structures. Le premier s’apparente à un enclos circulaire (2 à 3,50 m de diamètre en moyenne)182, de construction soignée en maçonnerie de pierres sèches (une à trois assises et jusqu’à 0,40 m de hauteur conservée). Un de ces enclos était renforcé par des pierres verticales posées de chant contre la paroi extérieure183. À l’intérieur de ces structures, la base était recouverte d’une couche de terre rougeâtre rapportée, probablement depuis les pentes de la colline de Gynaikokastro184. Les urnes ont été trouvées à l’intérieur et à l’extérieur des enclos185, fermées par des vases-couvercles (skyphoi et tasses tournées par exemple) ou des pierres plates. Le tout était comblé de pierres transformant les structures en sorte de plateformes186. Certaines urnes ont été retrouvées dans des caissons aménagés ultérieurement contre la paroi extérieure des monuments, mais intégrés dans la structure par l’extension de la couche supérieure de pierres de comblement. Selon T. Savvopoulou, considérant le soin accordé à leur construction, seule la partie centrale des structures devait être ensuite recouverte de terre, laissant ainsi visible le mur périmétral187. Le second type de structure consiste en une plateforme quadrangulaire. Une des deux identifiées au moment de la fouille mesure 1,60 x 1,70 m et a livré cinq urnes : une au centre fixée verticalement par des pierres, deux autres ajoutées sur le côté oriental de la structure dans des sortes de caissons et couvertes par la couche de pierres, et une dernière ajoutée sur le dessus188. La nécropole est très dense et les structures ont été trouvées à différentes profondeurs, se superposant parfois sur quatre niveaux189. D’après le plan et les photographies disponibles, certaines urnes semblent parfois juste entourées par quelques pierres ou des corolles de pierres rudimentaires. À côté des tombes, une zone de 50 m² constituée de couches de cendre et d’os brûlés (environ 0,30 à 0,50 m d’épaisseur) pourrait correspondre aux bûchers funéraires. Aucune autre structure associée n’a été identifiée190. Le nombre exact d’inhumations de l’âge du Fer est inconnu (en raison de la perturbation occasionnée par les inhumations romaines). Certaines inhumations sont antérieures aux crémations et d’autres postérieures191. Les types de tombes sont variés192 : cistes à orthostates avec sol et couvercle de dalles de pierre, cistes à orthostates ou fosses couvertes des pierres brutes193, fosses simples creusées dans la roche tendre, enchytrisme en pithos (un cas mentionné). La découverte d’inhumations datées de l’âge du Fer à quelques centaines de mètres de la nécropole confirme l’existence des deux rites à cette époque, mais au sein de la nécropole à périboles leur contemporanéité reste incertaine194.

Fig. 66. Palio Gynaikokastro. Plan de la nécropole. AD, 42, 1987, Chr., 362 sx. 8 (T. Savvopoulou).

Fig. 66. Palio Gynaikokastro. Plan de la nécropole. AD,                         42, 1987, Chr., 362 sx. 8 (T. Savvopoulou).
  • 195 Savvopoulou 2001, 178.
  • 196 Savvopoulou 2001, 173-174.

391Les défunts. Concernant les crémations, l’étude ostéologique n’est pas encore publiée. D’après les observations de terrain, une sélection soigneuse des os aurait été opérée (sélection des os faiblement affectés par le feu)195. Les inhumations sont pratiquées pour les adultes et les enfants, avec toutefois une plus grande densité de ces derniers au nord-est de la nécropole196.

  • 197 Savvopoulou 2001, 173-174.
  • 198 Savvopoulou 1987, 307 ; Savvopoulou 2001, 177 ; AR, (...)
  • 199 Savvopoulou 2001, 177.
  • 200 Savvopoulou 2001, 177 ; AD, 39, 1984, Chr., B’2, 218 (T. Savvo (...)
  • 201 Savvopoulou 2001, 172. Une épée avait également été découverte (...)

392Le mobilier. Les vases en céramique correspondent pour l’essentiel aux urnes cinéraires. Les récipients d’accompagnement comprennent des petits vases ou des vases miniatures retrouvés à l’extérieur des urnes cinéraires. La synthèse proposée par T. Savvopoulou concerne toutes les céramiques. Les vases modelés représentent 66,7 % de l’ensemble et comprennent principalement des vases de stockage, puis des vases à boire et à verser : amphores (38,98 %), cruches (28,25 %), canthares (16,67 %), bols modelés à anses de type wishbone, tasses. Les vases de cuisson semblent absents197. Les vases tournés représentent 33,8 % de l’ensemble. Les skyphoi et les tasses tournées à pâte grise datées du ixe siècle, sont utilisés comme couvercles pour les urnes. Parmi la céramique tournée, on trouve des amphores et amphorisques ornés de quelques lignes horizontales rappelant le style submycénien et des vases ornés de motifs de style protogéométrique (fig. 67). Parmi les petits objets, nombreux sont ceux qui portent des traces de chauffe. Ils ont été retrouvés dans et autour des urnes198. La plupart des objets sont en bronze, les objets en fer sont surtout des couteaux et des bagues199. Les accessoires de vêtements et les ornements corporels sont nombreux200 : fibules à lunettes en bronze, fibules à arc, épingles en bronze, boutons en bronze, bijoux pour cheveux et coiffes (sphécotères et parures tubulaires spiralées en bronze, un anneau en or), colliers (perles en bronze et en ambre), bracelets en bronze, anneaux en fer, bagues en fer ou en bronze, pendeloques (doubles-haches miniatures par exemple). Les ustensiles comprennent des couteaux en fer ainsi que des fusaïoles, et, on mentionne des coquillages perforés (dans trois cas, ils ont été trouvés autour de l’urne)201.

Fig. 67. Palio Gynaikokastro. Vases modelés locaux et vases tournés de style submycénien. D’après Savvopoulou 1998, 50 fig. 15, 51 fig. 17.

Fig. 67. Palio Gynaikokastro. Vases modelés locaux et                         vases tournés de style submycénien. D’après Savvopoulou 1998, 50 fig. 15, 51                         fig. 17.

Les cistes dans le voisinage de la nécropole202

  • 202 Savvopoulou 1988b, 221.
  • 203 T. 1 : un individu avec 2 couteaux et 1 coutelas. T. 2 : un in (...)

393À l’est de la nécropole tumulaire, d’autres fouilles ont permis la mise au jour d’inhumations légèrement postérieures (fin du viiie, début du viie s.) : des cistes à orthostates à couvercle et sol de dalles de pierre. La roche utilisée proviendrait de la région de Mesiano, à 3 km à l’est de la nécropole. Les tombes sont individuelles ou collectives. Les défunts étaient allongés sur le dos. Le mobilier ne comprend que des objets métalliques : armes (épée et coutelas), ustensiles (couteaux), parures et un epistomion en or (fig. 68)203.

Fig. 68. Palio Gynaikokastro. Epistomion en or de la T. 3. Savvopoulou 1988, 229 fig. 15.

Fig. 68. Palio Gynaikokastro. Epistomion en or de la                         T. 3. Savvopoulou 1988, 229 fig. 15.

394[66] Axiochori (Αξιοχώρι)

395Datation : fin de l’âge du Fer. Bibliographie : AD, 47, 1992, B’2, Chr., 390-391 (T. Savvopoulou).

  • 204 L’autre date du ive-iiie s.

396Dans un champ près du village d’Axiochori (ancienne Vardaroftsa), connu pour son habitat préhistorique en toumba-trapeza, deux tombes ont été découvertes dont une datée de la fin de l’âge du Fer204. Il s’agit d’une ciste à orthostates de poros. Vidée avant l’arrivée des archéologues, le mobilier récupéré comprend un couteau en fer, une bague en or et un epistomion en or.

7 Macédoine Centrale : l’Émathie (fig. 69)

Fig. 69. Carte de localisation des sites de la région d’Émathie.

Fig. 69. Carte de localisation des sites de la région                     d’Émathie.

397[67] Lefkopetra-Kallipetra (Λευκόπετρα-Καλλίπετρα)

398Datation : âge du Fer à époque hellénistique. Bibliographie : AD, 60, 2005, B’2, Chr., 744 (E. Stefani). Les informations disponibles très succinctes mentionnent un site occupé du Néolithique à l’époque romaine et une nécropole utilisée de l’âge du Fer à l’époque hellénistique.

399[68] Tzamala (Τζαµάλα)

400Datation : âge du Fer (entre le ixe et le viie s.). Bibliographie : Kottaridi 2001a, 501-507 ; 2002, 501-508 ; 2009, 218-225 ; Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002, 509-518 ; BCH, 127, 2003, Chr., 916 (F. Burkhalter & A. Philippa-Touchais) ; 128-129, 2004-2005, Chr., 1465 (A. Philippa‑Touchais) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 372-378 (A. Kottaridi).

401Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation (individuelle, collective avec réductions) / cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

402Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, coutelas) / ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 205 Kottaridi 2001a, 504.
  • 206 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Ch (...)

403À l’occasion de la construction de l’autoroute Egnatia au début des années 2000, des fouilles ont été entreprises au lieu-dit Tzamala, dans la zone montagneuse du Vermion. Les nombreux vestiges se répartissent sur plusieurs secteurs : deux nécropoles de l’âge du Fer (Tzamala IA et IV), deux habitats de l’âge du Fer (Tzamala II et Tzamala V, VI), des couches d’occupation datées de l’âge du Fer à la fin de l’époque classique (Tzamala III) et un établissement hellénistique (Tzamala I). Les deux nécropoles de l’âge du Fer se situent sur des plateaux alors que les habitats sont établis sur les pentes abritées en contrebas205.Dans la notice de l’AD 2001-2004, A. Kottaridi présente une synthèse des découvertes ainsi que le détail des tombes de la nécropole Tzamala IV206. Nous avons rassemblé les informations dans la fig. 71.

La nécropole Tzamala IA

  • 207 Kottaridi 2001a, 504-505 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 3 (...)

404Des périboles étaient visibles en surface (sans trace de tertres). Celui qui a été fouillé, construit en maçonnerie de pierres sèches, entourait une ciste fermée par des dalles et un amas de pierres brutes, et, renfermait quatre individus. La tombe était perturbée et pillée. Le mobilier comprend des vases (cruches, canthares, petite marmite à pieds), une fibule en bronze et un poignard en fer. Cet ensemble a été daté du viie siècle. Il semble donc un peu plus récent que la nécropole Tzamala IV207.

La nécropole Tzamala IV

405Cette nécropole se situe entre les deux habitats. Elle s’étend d’est en ouest, non loin de vestiges appartenant à une phase d’occupation antérieure comprenant des structures sur poteaux et des fosses. Il s’agit d’une nécropole de type tumulaire qui connaît deux phases d’utilisation : une première datée de la fin de l’âge du Bronze (xiie-xie s.) et qui comprend un seul tertre, puis une seconde de l’âge du Fer qui comprend au moins une dizaine de tertres (fig. 70).

Fig. 70. Tzamala. Plan de la nécropole. AD, 56-59, 2001-2004, 422 sx. 20. Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 70. Tzamala. Plan de la nécropole. AD, 56-59,                         2001-2004, 422 sx. 20. Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των                         εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού                         (N.3028/2002).

Fig. 71. Tzamala. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.

Fig. 71. Tzamala. Tableau récapitulatif des tombes et de                         leur contenu.
  • 208 Kottaridi 2009a, 223. Le tumulus H n’avait aucune tombe (détruit ?) et la (...)
  • 209 Le tumulus Z pourrait être classé avec les tertres à tombe cen (...)
  • 210 Les différentes phases architecturales ne sont pas détaillées  (...)
  • 211 Sauf la T. 10 aménagée de dalles de calcaire.
  • 212 Kottaridi 2002, 506.

406Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole tumulaire renfermant une ou plusieurs cistes à orthostates208. Les monuments constitués de pierres font entre 8 et 12 m de diamètre et 1 m de hauteur conservée. On peut distinguer deux types de tertres : le tertre individuel avec deux cercles de pierres (externe et interne) autour d’une tombe centrale (type A concernant les tertres A et IE), celui avec deux cercles de pierres et des sortes de murets créant un espace alvéolé en forme de roue (type B concernant les tertres E, I, Θ, IZ, Z et IB)209. Ces derniers renfermaient le plus souvent une seule tombe, rarement deux ou trois, les autres compartiments étaient vides. Cet aménagement serait plus symbolique que fonctionnel210. Les cistes sont principalement faites de dalles de schiste211 avec des petites pierres interstitielles, une couverture de dalles jointées avec de l’argile et un sol souvent aménagé212.

  • 213 Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002.
  • 214 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 421, 424 (...)
  • 215 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, (...)
  • 216 Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002.

407Les défunts. Chaque tombe renfermait une sépulture primaire et dans quelques cas une réduction. La nécropole regroupait des adultes et des enfants, des hommes et des femmes213. Les réductions ne concernent que des adultes (tombes I-13, Θ-23, IB-6, Z-1) : dans trois cas, la réduction est féminine et la sépulture primaire, masculine214. Les tertres pouvaient regrouper des individus d’âges et de sexes différents (ex. du tumulus Z). Les tombes étaient principalement orientées est-ouest : les hommes avec la tête à l’ouest et les femmes, la tête à l’est. Pour les tombes orientées nord-sud, les défunts avaient la tête au sud215. Une étude ostéologique a été menée sur 26 sujets des tombes de l’âge du Fer et de la fin de l’âge du Bronze216. Une dizaine d’hommes ont subi des traumatismes violents, et, trois d’entre eux des blessures mortelles : deux individus morts d’une blessure à la tête (réductions des tombes 6 et 13), peut-être provoquée par une pointe pour l’un (flèche ?) et un objet contondant pour l’autre (épée ?). Le troisième (sépulture primaire de la T. 13) avait une grande fracture au bras non guérie provoquée par un objet contondant (épée ?). L’état de santé général de la population témoignerait d’une activité physique importante, probablement liée à une forte mobilité sur un terrain accidenté (déformations osseuses liées à l’effort). Le bon état sanitaire général des individus traduit une nutrition relativement bonne, un régime riche en viande (bovidé, chèvre comme en témoignent les restes fauniques retrouvés sur le site) et en céréales.

  • 217 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 424-425 (...)

408Le mobilier. Les céramiques sont peu nombreuses (un ou deux vases par défunt), souvent placées au niveau des pieds et plus rarement au niveau de la tête : des vases de table (canthares, cruches, vases ouverts), des amphorisques et un biberon. Des tessons ont également été récupérés entre les pierres des tertres. Les parures ne sont associées qu’aux sépultures masculines (bagues) et à l’enfant de la T. 10 (1 ruban décoré, 1 plaque de bronze, des boutons, 2 parures tubulaires spiralées, 2 sphécotères en or, des bracelets et bagues en bronze). Toutes les sépultures masculines étaient accompagnées d’au moins un ou plusieurs coutelas, qu’on a parfois retrouvé dans la main des défunts, repliée sur la poitrine217. Il n’y a aucune lance mais deux petites épées en fer.

  • 218 Kottaridi 2002, 506 ; Kottaridi 2009a, (...)

409Les tertres non funéraires. Entre et contre les tertres funéraires ont été identifiés 14 amoncellements de pierres (cairns rituels formés par les visiteurs, qui auraient déposé des pierres pour marquer leur passage ?)218.

Remarques sur le tumulus de la fin de l’âge du Bronze

410Il se situe sous le tumulus IE de l’âge du Fer. Aménagé d’une corolle de pierres de 6 m de diamètre, il regroupait six tombes à fosse, renfermant des inhumations individuelles d’enfants (3 à 10 ans) en position contractée latérale, sans orientation privilégiée. Seules trois sépultures étaient accompagnées de vases (des alabastres et une cruche), placés au niveau de la tête des défunts. Une seule était dépourvue d’objet (T. 17) et trois défunts portaient des parures et des accessoires de vêtements.

411[69] Assomata-Delik Tash (Ασώµατα-Ντελίκ Τας)

412Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Stefani L. 2004, 33-34, 47 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 415 (E. Stefani).

413Caractéristiques : Type de nécropole indéterminé / inhumation (collective avec réductions) / cistes à orthostates.

414Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances).

415En 2002, lors de la construction de l’autoroute Egnatia, au niveau de la colline appelée Delik-Tash, ont été découvertes trois tombes datées du début de l’âge du Fer.

  • 219 Stefani L. 2004, 47 fig. 4.
  • 220 Nous ignorons si elles font partie du même ensemble funéraire, (...)

416Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates creusées dans la roche tendre naturelle219. Des fosses et des enchytrismes sont également mentionnés220.

417Les défunts. Les tombes étaient collectives (sépultures primaires et réductions). Cet ensemble est interprété comme une petite nécropole familiale mais le détail des découvertes et l’étude ostéologique n’ont pas encore été publiés.

  • 221 Stefani L. 2004, 47 fig 5.

418Le mobilier. Il comprend des vases modelés, des parures vestimentaires et corporelles (parures tubulaires spiralées, fibules à lunettes en bronze, bagues en bronze) et des armes (pointes de lance en fer)221.

419[70] Assomata-Egnatia (Ασώµατα-Εγνατία)

420Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Koukouvou 2000, 565-566 ; 2001, 576 ; 2004, 58-59 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 362 (E. Stefani).

421Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective) / fosse / adulte (aucun enfant mentionné).

422Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles).

  • 222 Kefalidou 2009, 17-19.

423Le site, découvert lors des travaux de l’autoroute Egnatia en 2000-2001, se trouve sur un plateau au pied du Vermion. Huit tombes de l’âge du Fer ont été mises au jour dans cet établissement occupé depuis le Néolithique jusqu’à l’époque romaine. À l’âge du Fer, des maisons et des tombes occupent la partie nord et le centre du plateau, tandis qu’à partir de l’époque archaïque la nécropole est déplacée au sud. Les tombes ont été endommagées par les phases postérieures de cet établissement connu pour ses carrières de calcaire exploitées à l’époque classique222.

424Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le rite exclusif est l’inhumation dans des fosses simples, orientées est-ouest. Une tombe avait une bordure de pierres partielle et une couverture constituée de pierres et de tessons de pithoi mêlés.

425Les défunts. Les tombes étaient individuelles ou collectives (une tombe avec trois individus superposés).

  • 223 Le contenu de trois tombes est décrit. T. III : 1 jarre à anse (...)

426Le mobilier. Il comprend des vases de table (canthares modelés et vases à une anse modelés), des parures (un disque, des épingles et des bracelets en bronze, des perles en pâte de verre), une hache miniature en fer et des ustensiles (fusaïoles en terre cuite, un couteau en fer)223.

427[71] Assomata-Plaka (Ασώµατα-Πλάκα)

428Datation : âge du Fer. Bibliographie : Stefani L. 2004, 34.

429Dans la région d’Assomata à Plaka, une fouille aurait permis la mise au jour de tombes de l’âge du Fer et des couches d’occupation qui dateraient de la même période.

430[72] Assomata-Tsardaki (Ασώµατα-Τσαρδάκι)

431Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 60, 2005, Chr., B’2, 742 (I. Psarra).

432Une tombe isolée a été découverte dans la région d’Assomata (lieu-dit Tsardaki). Il s’agit d’une ciste à orthostates, orientée est-ouest, mesurant 1,80 x 0,50 m, avec un couvercle et un sol de dalles de schiste, renfermant une sépulture féminine accompagnée de nombreuses parures (1 disque, 1 bracelet, 1 pendeloque en forme d’ancre et 1 fibule à lunettes en bronze, ainsi qu’1 sphécotère en or).

433[73] Veria-rue Anemonis (Βέροια-Ανεµώνης ΄Οδος)

434Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Allamani & Apostolou 1992, 102-103 ; AD, 21, 1966, B’2, Chr., 355-357, pl. 380 (A. Andreiomenou).

435Caractéristiques : inhumation (individuelle) / enchytrismes, ciste à orthostates / position du corps non précisée / adultes (?), aucun enfant mentionné.

436Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires).

437En 1966, dans la ville actuelle de Veria, rue Anemonis, dans la cour d’une maison, ont été découvertes fortuitement trois tombes dont deux de l’âge du Fer (la troisième étant en partie détruite).

  • 224 Le pithos A mesure 1,50 x 1 m et le pithos B, (...)

438Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole est indéterminé. Il s’agit de deux enchytrisme en pithos (T. A et T. B)224 et d’une ciste à orthostates (T. Γ). Les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée.

439Les défunts. Aucun enfant n’est mentionné. La partie supérieure du pithos A a disparu et les os ont été perturbés. Le pithos B renfermait un individu mais la position du corps n’est pas précisée.

440Le mobilier. Au total, seuls quelques objets ont été retrouvés : 1 canthare modelé à anses avec pouciers et 1 bol modelé (T. A), 1 “vase préhistorique” et une paire de fibules à lunettes en bronze (T. B).

441[74] Kombos Veria-Xirokampos (Κόµβος Βέροιας-Ξηρόκαµπος)

442Datation : âge du Fer. Bibliographie : AD, 60, 2005, B’2, Chr., 738 (E. Stefani).

443À l’occasion des travaux de l’autoroute Egnatia, des tombes de l’âge du Fer et du ive siècle ont été découvertes. Aucun détail supplémentaire n’est disponible.

444[75] Vergina (Βεργίνα)

445Datation : âge du Fer (du xie au viie s.). Bibliographie : Andronikos 1964 ; 1969 ; Petsas 1961-1962 ; 1963 ; Radt 1974 ; Faklaris 1987 ; Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989 ; Kottaridi 2000 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013.

446Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation (individuelle et collective), crémation secondaire / fosses, cistes à blocs de pierre, cistes à orthostates, enchytrismes pour les inhumations. Urnes pour les crémations / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

447Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum/cosmétique, rituel) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances, flèches) / ustensiles et accessoires (coutelas, couteaux, pierres à aiguiser, fusaïoles, pinces à épiler).

  • 225 Heuzey 1860, 20.
  • 226 Andronikos 1969. Les tertres suivent une numérotation (...)
  • 227 Petsas 1961-1962, 1963. Les tertres sont numérotés en chiffres (...)
  • 228 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013. Comme pour la fouille de M.  (...)
  • 229 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989.
  • 230 Faklaris 1987.
  • 231 Kottaridi 2000.
  • 232 Ces effectifs ne prennent pas en compte la structure ∆-I (foui (...)

448La nécropole de Vergina est un des ensembles funéraires majeurs de Grèce du Nord. Elle se situe sur le site de l’ancienne capitale macédonienne Aigai, dans la commune moderne de Vergina et s’étend sur la plaine au pied des Monts Piériens, à l’est du fleuve Haliakmon. La nécropole s’étend depuis le torrent Andreolakkos jusque dans la plaine à l’extérieur de la ville hellénistique, au nord-est des nécropoles archaïques et du Grand Tumulus, abritant la nécropole royale et plus particulièrement la tombe attribuée à Philippe II. La nécropole avait déjà probablement été repérée au xixe siècle par L. Heuzey225. Les premières tombes sont mises au jour en 1940, mais c’est la campagne de fouille de M. Andronikos qui marque un tournant décisif. Entre 1951 et 1961, le scientifique explore 32 tertres dont 23 ont livré des tombes de l’âge du Fer, qu’il publie dans sa monographie en 1969226. Il ne fouille qu’une sélection de tertres dispersés dans la nécropole, une stratégie qui diffère de celle imposée à P. Petsas en 1960 et 1961, lorsque le projet de construction de la route Veria-Palatitsia nécessite une nouvelle campagne. L’archéologue mène une fouille extensive le long du tracé de la route et explore 75 tertres, dont 12 ont livré des tombes de l’âge du Fer clairement identifiées. Ces résultats sont d’abord publiés sous la forme de rapports préliminaires dans l’Archaiologikon Deltion227 puis repris une soixantaine d’année plus tard par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier dans une nouvelle monographie qui tient compte des carnets de fouilles de l’archéologue228. En 1970, 5 nouveaux tertres sont explorés par K. Rhomiopoulou et publié en 1989229. À la fin des années 1970, la fouille du Grand Tumulus, permet la mise au jour d’une tombe isolée de l’âge du Fer (publiée en 1987 par P. Faklaris)230. Dans les années 2000, les fouilles ont repris sous la direction d’A. Kottaridi, qui présente brièvement trois tombes de l’âge du Fer dans les publications récentes (fig. 72)231. En l’état actuel de la documentation disponible, nous avons donc recensé au total 41 tertres renfermant 391 tombes de l’âge du Fer232. À l’origine, il devait y en avoir davantage.

Fig. 72. Vergina. Tableau récapitulatif des campagnes de fouille.

Campagnes de fouille Nombre de tertres explorés Nombre de tertres avectombes de l’âge du Fer Nombre de tombesde l’âge du Fer
Andronikos 1951-1961 32 23 223
Petsas 1960-1961 75 12 129
Rhomiopoulou 1970 5 5 35
Faklaris 1978 - (1) 1
Kottaridi 2000 - 1 3
Total - 41 391
  • 233 Andronikos 1969, 275-279.
  • 234 Kilian 1975, 65-74.
  • 235 Hochstetter 1984, 302-307 ; Vokotopoulou 1986, 6-7, 351-352.
  • 236 D’après le tableau publié dans Bräuning & Kilian-Dirlmeier 201 (...)

449La nécropole tumulaire est utilisée depuis le début du xe siècle jusqu’à la fin du viie siècle, et réoccupée à l’époque hellénistique. M. Andronikos avait établi un premier phasage chronologique233 qui avait été revu et modifié par K. Kilian en 1975234, qui propose sa propre chronologie relative de la nécropole. La totalité des tombes n’était pas prise en compte et A. Hochstetter ainsi que J. Vokotopoulou avaient émis quelques critiques235. Récemment, dans la nouvelle publication des fouilles de P. Petsas, les auteurs s’appuient sur le système de K. Kilian avec des modifications (fig. 73)236. Considérant le fait que les tombes sont publiées ainsi que les photographies, nous proposons dans cette notice de faire une synthèse en insistant sur des données numériques globales.

Fig. 73. Vergina. Tableau des phases chronologiques de la nécropole selon A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier.

Phases chronologiques Chronologie absolue
II jusqu’à 1000
III A 1000-900
B 900-850
C ancien 850-700
III/IV III C récent 750-700
III C récent-IV ancien 750-650
IV A archaïque ancien 700-650
B archaïque récent 650-600
  • 237 Andronikos 1969, 279.
  • 238 Le tumulus AB et les groupes A-AΓ-AE, AZ-K-AH, Γ-P-A-O-B, ∆-AA (...)
  • 239 Tumuli L, LV, LVIII, LVI et (...)
  • 240 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 142.
  • 241 Andronikos 1969, 150.
  • 242 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 112-114.
  • 243 Andronikos 1969, 150-151.
  • 244 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 90.

450Organisation des tombes, rites et types de tombe. L’élément structurant de la nécropole est le tertre collectif (fig. 74-78). M. Andronikos pensait que la nécropole s’étendait du nord vers le sud237. Même s’il est vrai que les tombes les plus récentes sont particulièrement nombreuses dans la portion sud de la nécropole (fouille de P. Petsas), A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier ont toutefois démontré que la nécropole s’organise initialement autour de quelques tertres dispersés sur tout le terrain qui fonctionnent comme des pôles autour desquels se greffent d’autres tertres238. L’espace funéraire est donc délimité et programmé dès les premiers temps de la nécropole. Bien que le tertre funéraire soit la structure collective la plus commune dans cette nécropole, il n’est pas impossible qu’une organisation sans tertre ou des tombes satellites aient également existé, comme en témoignent les structures mises au jour par P. Petsas, parfois nommées “tertres” mais dont aucune limite n’a pu être définie239. Selon A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, à partir du viie siècle, plus aucun nouveau monument n’est érigé et c’est peut-être à cette époque-là qu’on passe d’une nécropole tumulaire à une nécropole plane, un changement qui serait corrélé à l’apparition des crémations secondaires en urnes240. La grande majorité des tertres renferment plusieurs tombes. En raison de l’absence d’étude stratigraphique systématique, il est difficile de savoir si les tertres étaient bâtis avant l’intégration des tombes (hypothèse de M. Andronikos)241 ou bien érigés progressivement avec l’apport successif de terre des différents dépôts. Il est probable que les deux modèles ont existé car nombre de tombes semblent avoir été recreusées dans le remblai des tertres. Toutefois, la reprise des données de terrain de P. Petsas a permis de montrer que le tumulus III (fig. 75) ne s’était pas formé en une fois242. Les tertres sont majoritairement constitués de terre rougeâtre argileuse tamisée et rapportée (terra rosa), qui diffère du limon sableux de la plaine alluviale locale243. Les tertres fouillés par P. Petsas témoignent d’une plus grande variété dans les remblais. En effet, pour certains tertres, la couche de terre rouge est recouverte par un blocage de pierres (LXVII et LXVIII), et d’autres sont constitués de pierres et de terre mêlés (III, L, LV, LX, LXIV et LXVI)244. Les tertres font entre 8,5 et 22 m de diamètre supposé et entre 0,50 et 2,10 m de hauteur conservée. Huit tertres avaient à leur base un cercle de pierres plus ou moins bien conservé : les tertres I, LXVIII, C, CI, AA, ∆, Z et P (fig. 77). Les tertres renferment d’1 à 59 tombes minimum identifiées. Toutefois, notons qu’avec ses 59 tombes, le tumulus LXV est exceptionnel (fig. 76) et que le reste des tertres renferme 7,9 tombes en moyenne (d’1 à 22 tombes).

Fig. 74. Vergina. Plan de la nécropole. A.-Z. Chemsseddoha (d’après Andronikos 1969, pl. 2 et Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 1).

Fig. 74. Vergina. Plan de la nécropole.                         A.-Z. Chemsseddoha (d’après Andronikos 1969, pl. 2 et Bräuning,                         Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 1).

Fig. 75.Vergina. Tumulus III. Petsas 1961-1962, 222 sx. 4, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 75.Vergina. Tumulus III. Petsas 1961-1962, 222 sx.                         4, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων                         ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 76. Vergina. Tumulus LXV. À partir d’un plan de Petsas 1961-1962, 267 sx. 47, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 76. Vergina. Tumulus LXV. À partir d’un plan de                         Petsas 1961-1962, 267 sx. 47, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των                         εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού                         (N.3028/2002).

Fig. 77. Vergina. Tumuli C, LXVIII, ∆, Z, P et AA. D’après Petsas 1961-1962, 241 sx. 28 (tumulus C) ; Petsas 1963, 221 sx.6 (tumulus LXVIII) ; Andronikos 1969 (tumuli ∆, Ζ, Ρ, ΑΑ). Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 77. Vergina. Tumuli C, LXVIII, ∆, Z, P et AA.                         D’après Petsas 1961-1962, 241 sx. 28 (tumulus C) ; Petsas 1963, 221 sx.6                         (tumulus LXVIII) ; Andronikos 1969 (tumuli ∆, Ζ, Ρ, ΑΑ). Εφορεία Αρχαιοτήτων                         Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο                         Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

451Le rite principal est l’inhumation (91 %). La crémation secondaire n’est qu’un rituel minoritaire (4,3 %) qui n’apparaîtrait qu’au tournant du viie siècle c’est-à-dire durant la dernière phase de la nécropole (fig. 81). Les restes osseux étant très mal conservés et non étudiés, il est possible qu’il y ait eu davantage de crémations. Nous avons identifié cinq types de tombes qui sont les suivants dans l’ordre d’importance (fig. 82) : la tombe à fosse (41,7 %), l’enchytrisme en pithos (14,6 %), la ciste à blocs de pierre (11 %), l’urne cinéraire (4,3 %) et la ciste à orthostates (0,3 %). Les 28,1 % restants correspondent à des sépultures pour lesquelles aucun aménagement n’était visible (probablement des fosses), et des tombes à l’architecture incertaine. Les fosses et les cistes à blocs de pierre sont les tombes les plus anciennes. L’enchytrisme en pithos n’aurait été adopté qu’au cours du viiie siècle et la crémation n’apparaît qu’à la fin de l’utilisation de la nécropole. Les urnes cinéraires utilisées sont principalement de grandes cruches tournées à anse bifide, des marmites à support (pyraunoi) et un cratère. À l’intérieur des tertres les tombes sont agencées de manière radiale (56 %) ou de manière concentrique (13,6 %), fig. 83. Dans la première configuration, les défunts ont souvent la tête vers le centre. Toutefois les agencements peuvent être variés comme en témoigne le tumulus LXV (fig. 76). Certaines tombes ont été retrouvées en position centrale dans les tertres (4,9 %) mais leur identification pose certains problèmes et les opinions divergent entre les chercheurs (fig. 84). Lorsque les enchytrismes sont agencés en rayons, leur ouverture est bien souvent orientée vers la périphérie du tertre, probablement pour faciliter l’introduction des défunts dans les vases (exemple du tumulus AE, fig. 78).

Fig. 78. Vergina. Tumuli N, T, Φ, AE, AZ et AH. D’après Andronikos 1969, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 78. Vergina. Tumuli N, T, Φ, AE, AZ et AH. D’après                         Andronikos 1969, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των                         εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού                         (N.3028/2002).
  • 245 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989.

452Les défunts. La nécropole de Vergina est non seulement connue pour son grand nombre de tombes mais aussi pour la mauvaise conservation de ses ossements. Les squelettes ont presque tous disparus à cause des facteurs taphonomiques. Seules les sépultures en vase, bénéficiant d’une protection, ont été mieux conservées. La seule étude ostéologique publiée est l’étude faite sur les sépultures fouillées par K. Rhomiopoulou245. Le nombre exact d’individus est donc loin d’être connu. Les sépultures collectives sont attestées dans quelques cas, notamment dans les tombes en vase, où les squelettes se sont mieux conservés (tombe Z-2, Z-4, Φ-1) et supposés lorsque le mobilier est dédoublé, comme dans la T. Mal Γ-I (fig. 79). La question du recrutement funéraire est bien difficile à résoudre. Nous sommes certains qu’il y avait des adultes et des enfants enterrés ensembles, mais leurs proportions exactes sont impossibles à déterminer avec certitude. Le même problème se pose pour l’identification du sexe des défunts, qui ne peut être que supposé pour les tombes riches dans lesquelles les oppositions symboliques du mobilier (armes/parures) sont suffisamment marquées.

Fig. 79. Vergina. Tombe Malamas Γ-I. Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, fig. 20, 111, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 79. Vergina. Tombe Malamas Γ-I. Rhomiopoulou &                         Kilian-Dirlmeier 1989, fig. 20, 111, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα                         δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και                         Αθλητισµού (N.3028/2002).

Fig. 80. Vergina. Scénographie simplifiée de l’emplacement des parures sur silhouettes féminines en position anatomique. A.-Z. Chemsseddoha (également dans Chemsseddoha 2014, 82 fig. 4).

Fig. 80. Vergina. Scénographie simplifiée de                         l’emplacement des parures sur silhouettes féminines en position anatomique.                         A.-Z. Chemsseddoha (également dans Chemsseddoha 2014, 82 fig. 4).

Fig. 81. Vergina. Graphique représentant les types de rituels identifiés.

Fig. 81. Vergina. Graphique représentant les types de                         rituels identifiés.

Fig. 82. Vergina. Graphique représentant les différents types de tombes identifiés.

Fig. 82. Vergina. Graphique représentant les différents                         types de tombes identifiés.

Fig. 83. Vergina. Graphique représentant l’orientation des tombes à inhumation dans les tertres.

Fig. 83. Vergina. Graphique représentant l’orientation                         des tombes à inhumation dans les tertres.

Fig. 84. Vergina. Liste des éventuelles tombes centrales des tertres.

Tertres Tombes centrales Orientation(tête-pied) Sexe du défunt
Andronikos 1969, 149 Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, 106 tab. 49
A VIII - (E-O) -
Ι Perturbation hellénistique OSO-ENE -
K VI VII VI : ONO-ESEVII : NNE-SSO VI : ♂ ?VII : ♀ ?
N XIV XIV ONO-ESE
Ξ IV IV -
P II II ONO-ESE
T VIII VIII O-E
Φ I I E-O
X I I O-E
XI XI O-E
A∆ - III O-E ♂ ?
AZ - XII NO-SE ♂ ?
Pet. LXV Γ O-E
Pet. C Β O-E
Pet. CL détruite -
Mal. A IIa ? -
Mal. B III ou IV ? -
Mal. Γ I ONO-ESE ♂ et ♀
  • 246 La catégorie “divers” (18 %) est constituée de boutons, d’anne (...)

453Le mobilier funéraire. Nous avons comptabilisé plus de 2000 objets dont 672 vases et plus de 1400 autres objets. La majorité des objets comprennent des parures (fig. 85)246. Les vases n’occupent qu’un tiers du mobilier. Les objets métalliques sont trois fois plus nombreux que les objets en céramique ou en d’autres matériaux (fig. 86). Parmi les petits objets, le bronze est largement dominant (65 %) tandis que le fer n’occupe qu’une petite part (7 %). Cette répartition est le résultat de la grande quantité de parures majoritairement en bronze.

Fig. 85. Vergina. Graphique représentant les catégories d’objets d’accompagnement.

Fig. 85. Vergina. Graphique représentant les catégories                         d’objets d’accompagnement.

Fig. 86. Vergina. Graphique représentant les différents matériaux des objets d’accompagnement.

Fig. 86. Vergina. Graphique représentant les différents                         matériaux des objets d’accompagnement.

454Les vases en céramique comprennent presque toutes les catégories fonctionnelles (fig. 88). La céramique modelée est prédominante (81 %) mais les vases tournés ne sont pas absents (12 %) comme le montre la fig. 87. Les vases modelés, par ordre de fréquence comprennent : des cruches, des canthares, des amphorisques, des bols à anses plates ou à anses dressées, des tasses/kyathoi, des vases ouverts à deux anses, des hydries et des biberons. La plupart de ces formes (sauf les bols et les vases ouverts à deux anses) existent en version tournée. Les vases tournés comprennent dans l’ordre d’importance des skyphoi, des tasses, des amphorisques, des biberons, un lékané et un cratère. Il n’y a en moyenne que deux vases par tombe, principalement situés au niveau de l’emplacement de la tête et des pieds du défunt (fig. 89). Cette disposition est dans plusieurs cas corrélée avec la forme des récipients (cruches souvent au niveau de la tête et canthares au niveau des pieds).

Fig. 87. Vergina. Graphique représentant les types de céramiques déposées dans les tombes.

Fig. 87. Vergina. Graphique représentant les types de                         céramiques déposées dans les tombes.

Fig. 88. Vergina. Tableau des formes céramiques associées à des sépultures.

Vases Effectif %
Cruche 288 43
Canthare 149 22,2
Amphorisque 40 6,1
Vase indéterminé 40 5,9
Tasse/Kyathos 34 5,2
Bol à anses plates 33 4,8
Vase à anses dressées 27 4
Skyphos 24 3,6
Vase ouvert à deux anses 12 1,8
Biberon 9 1,3
Cruche-olpé 8 1,2
Hydrie 4 0,3
Cratère 1 0,1
Lékané 1 0,1
Alabastre 1 0,1
Vase composite 1 0,1
Total 672 100 %

Fig. 89. Vergina. Graphique représentant le pourcentage de tombes en fonction de la quantité de vases associés.

Fig. 89. Vergina. Graphique représentant le pourcentage                         de tombes en fonction de la quantité de vases associés.

455Les armes associées à des sépultures se répartissent dans 69 tombes (fig. 90). Elles sont presqu’exclusivement toutes en fer. Il n’y a qu’une épée en bronze (tombe C-∆, fig. 77) et une autre alliant le bronze et le fer (tombe LXVIII-Z, fig. 77). Les parures sont les objets les plus nombreux et les plus variés (fig. 90). Les accessoires vestimentaires comprennent des attaches de vêtements (fibules et épingles), des éléments de coiffes (parures tubulaires spiralées, diadèmes, plaques, etc.), des éléments de ceintures (disques en bronze, ensembles de boutons ou de petits clous en bronze). Les parures corporelles apparaissent aussi fréquemment et comprennent des sphécotères (en bronze et en or), des boucles d’oreilles (en bronze et en or), des torques, des colliers, des perles, des bracelets et des bagues. Les ustensiles et accessoires, comprennent en grande majorité des couteaux et des coutelas car il y a finalement peu de fusaïole, de pinces à épiler ou pierres à aiguiser en regard avec le nombre total de sépultures connues.

Fig. 90. Vergina. Tableau des effectifs des objets (hors céramiques).

Catégories d’objets Types d’objets Effectifs Totaux
Armes Épée 25 88
Lance 30
Talon de lance 2
Flèche 27
Dague 1
Couteau de taille 3
Ustensiles et accessoires Coutelas 7 99
Couteau 72
Pierre à aiguiser 3
Pince à épiler 7
Fusaïole 9
Aiguille 1
Attaches de vêtement Fibule à lunettes bze/fer 190 232
Fibule à arc bze/fer 24
Épingle 18
Éléments de ceintures /ensembles de boutons Disque 17 36
Ceinture ornée de boutons 12
Ensemble de boutons 7
Éléments de coiffe Parure tubulaire spiralée 187 198
Plaque en fer avec boutons en bze 3
Diadème 8
Parures corporelles Sphécotère bze 29 429
Sphécotère or 36
Boucle d’oreille/anneau or 10
Torque 15
Collier (de 4 à 56 ; perles = 545) 31
Perle 177
Bracelet 76
Bague 55
Pendeloque 23 23
Divers Anneau bronze/fer 133 401
Bouton 208
Bijoux divers/indéterminé 60

456[76] Kypseli (Κύψελη)

457Datation : âge du Fer. Bibliographie : Apostolou 1988, 307-309 ; 1991, 31-36 ; BCH, 118, 1994, Chr., 746 (A. Pariente).

458Caractéristiques : inhumation / fosses / position du corps et âge des défunts non précisés.

459Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles)

  • 247 Rey 1917-1919, 54-55, 102.

460À 1,5 km au sud-est du village Kypseli (anciennement appelé Neochori), aux pieds des monts Piériens, se succèdent trois collines dont la “Toumba tou Vasilia”, occupée au moins depuis le Bronze Récent et déjà repérée au début du xxe siècle247 ; un établissement d’époque historique identifié avec l’ancienne Aloros. C’est sur la troisième colline au sud que deux tombes de l’âge du Fer ont été découvertes à l’intérieur d’une nécropole romaine.

461Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le type de nécropole est indéterminé. Il s’agit de deux inhumations dans des fosses simples orientées nord-sud.

462Défunts. Un des défunts avait la tête au nord et l’autre au sud. Leur position dans la tombe et leur âge ne sont pas précisés.

  • 248 Apostolou 1991, 34.

463Le mobilier. Seuls les objets d’une des deux tombes sont détaillés248 : 1 bol modelé à anses plates et tenons, 1 cruche modelée à col échancré (retrouvée au niveau des pieds), des parures tubulaires spiralées en bronze (au niveau de la tête). D’autres parures en bronze ont été retrouvées à l’extérieur d’une des tombes (1 fibule à lunettes, 1 bracelet, 1 bouton et 1 anneau).

464[77] Rovia (Ρόβια)

465Datation : fin de l’âge du Fer (vers le viie s.). Bibliographie : Kottaridi 2001c, 511-512 ;AD, 55, 2000, B’2, Chr., 790 (A. Kottaridi).

466Caractéristique : nécropole à marqueurs individuels / inhumation (individuelle, collective) / cistes à orthostates, cistes à blocs de pierre, enchytrismes / position allongée sur le dos.

467Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux).

468En 2001, sur les premières pentes du mont Vermion, lors d’une opération de sauvetage, ont été mis au jour 13 tombes ainsi que des structures domestiques dans les environs. L’ensemble n’a pas encore été publié en détail.

469Organisation, rites et types de tombe. Les tombes sont organisées par groupes et ont une orientation privilégiée nord-sud. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates (dalles de poros) et à blocs de pierre (11 cas), et en enchytrisme (2 cas). Le sol des tombes était parfois aménagé de pierres et certaines tombes n’avaient pas de couvercle (en bois ?). Les deux enchytrismes, en lébès et en pithos, renfermaient une et deux sépultures d’enfants. D’après les publications, chaque tombe était recouverte d’un petit tumulus de pierres servant de marqueur.

470Les défunts. Les défunts étaient en position allongée sur le dos la tête au sud, donc vers le versant de la pente. Le sexe des défunts n’a pu être déterminé par l’étude ostéologique et a été supposé à partir du mobilier. L’enchytrisme en pithos aurait renfermé deux petites filles.

471Le mobilier. Il comprend des vases modelés (dont des cruches et des canthares), placés au niveau de la tête ou des pieds des défunts, des parures vestimentaires et corporelles (fibules à lunettes en bronze, parures tubulaires spiralées, colliers de perles en faïence, verre, terre cuite et sardoine), des ustensiles (deux couteaux dont un associé à un anneau et un bracelet).

8 Macédoine Centrale : la Piérie (fig. 91)

Fig. 91. Carte de localisation des sites de Piérie.

Fig. 91. Carte de localisation des sites de Piérie.

472[78] Aiginio-Melissia (Αιγίνιο-Μελίσσια)

473Datation : âge du Fer (Protogéométrique). Bibliographie : AD, 50, 1995, B’2, Chr., 485 (M. Besios) ; Besios 2010, 88-89.

474Deux tombes de l’âge du Fer ont été découvertes à l’intérieur d’une nécropole plus tardive. Une seule tombe est détaillée dans les publications. Il s’agit d’une ciste à orthostates, renfermant un individu en position allongée sur le dos accompagné d’une œnochoé protogéométrique.

475[79] Makrygialos-Dexameni (Μακρύγιαλος-∆εξαµενή)

476Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Besios 1993, 204.

477Lors d’une fouille faite à la suite d’aménagement ferroviaire, une ciste de l’âge du Fer a été découverte au sein d’un ensemble de tombes de l’époque romaine. Aucun détail supplémentaire n’est disponible dans la publication consultée.

478[80] Makrygialos (Μακρύγιαλος)

479Datation : début de l’âge du Fer (ixe s.). Bibliographie : Besios 1989, 155-156, 161 fig. 1-3, 162 fig. 4 ; 1990, 241-242, 245 fig. 1-2 ; 1991, 171-172 ; 1996 ; 2010, 78-91 ; Besios & Athanasiadou 2001, 363-364 ; 2010, 127-134 ; Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148 ; Karliabas et al. 2004, 341-352 ; Triantaphyllou 1998. AR, 42, 1995-1996, Chr., 27 (R. A. Tomlinson) ; 43, 1996-1997, Chr., 73 (D. Blackman) ; 45, 1998-1999, Chr., 79-80 (D. Blackman). BCH, 117, 1993, Chr., 845 (A. Pariente) ; 118, 1994, Chr., 743 (A. Pariente) ; 122, 1998, Chr., 843 (G. Touchais) ; 123, 1999, Chr., 753 (G. Touchais) ; 127, 2003, Chr., 909 (F. Burkhalter, & A. Philippa-Touchais). AD, 44, 1989, B’2, Chr., 325 (M. Besios) ; 45, 1990, B’2, Chr., 311 (M. Besios) ; 46, 1991, B’2, Chr., 292 (M. Besios) ; 50, 1995, B’2, Chr., 484 (M. Besios) ; 51, 1996, B’2, Chr., 455 (M. Besios) ; 52, 1997, B’2, Chr., 659 (M. Besios) ; 54, 1999, B’2, Chr., 561-562 (M. Besios) ; 55, 2000, B’2, Chr., 712-713 (M. Besios).

480Caractéristiques : nécropole plane et tombes à habitacle avec ou sans tertre visible / inhumation (individuelle, collective avec réductions), crémation primaire, crémation secondaire / fosses, fosses à coffrage de bois, cistes à orthostates, cistes à blocs de pierre, tombes à chambre collective pour les inhumations. Fosses pour les crémations primaires et urnes pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

481Type de mobilier : vases (table, parfum/cosmétiques) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épée, pointes de flèche), ustensiles et accessoires (couteaux, pierres à aiguiser).

  • 249 Karliabas et al. 2004.
  • 250 Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148. Fouilles de 2010 dans le ter (...)
  • 251 Terrain 480. Le fossé est orienté nord-sud, fait 6 m de large et (...)
  • 252 Besios 1996, 233-238.
  • 253 Karliabas et al. 2004, 342-343. Il faut également ajouter à cela l (...)
  • 254 Triantaphyllou 1998 ; 2001 ; Karliabas et al. (...)

482Dans la région de l’actuelle Makrygialos, autour de l’ancienne Pydna, ont été mises au jour plusieurs nécropoles utilisées pour certaines depuis le Bronze Récent jusqu’au iiie siècle et qui s’étendent sur une vaste bande nord-sud ainsi qu’à l’intérieur des terres vers l’ouest. Les fouilles systématiques ont débuté à la fin des années 1980 suite à l’aménagement de réseaux routiers et ferroviaires. Les découvertes sont essentiellement présentées dans les chroniques de fouilles, dans les actes du congrès annuel de l’AEMTh, et dans un article de synthèse paru en 2004249. À l’âge du Bronze et au début de l’âge du Fer, l’habitat se développe en toumba près de la côte. Au Bronze Récent, les tombes semblent se concentrer dans la nécropole Nord (terrain 480), située entre la toumba et le village actuel de Makrygialos. Au début de l’âge du Fer, les tombes sont toujours installées dans ce secteur ainsi que dans la nécropole Ouest, près de routes antiques250. À la fin de l’âge du Fer, l’habitat s’étend au nord comme en témoigne la présence d’un fossé monumental251.À l’époque archaïque, la réutilisation de cette nécropole semble correspondre à un rétrécissement du centre urbain252. Toutes époques confondues, plus de 2000 tombes ont été fouillées, dont au moins 123 datées du ixe siècle253. La nécropole s’étend au sud jusqu’au tumulus d’Alykes Kitrou [81]. Les tombes de l’âge du Fer ne sont pas encore publiées en détail. En revanche, on peut trouver les résultats de l’étude ostéologique faite pas S. Triantaphyllou254.

  • 255 Il faut ajouter les deux tombes à fosse découvertes en 2009, cf. B (...)

483Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane. On trouve des inhumations en majorité et quelques crémations primaires et secondaires, dans des tombes de types variés255 :

484Inhumations : 81 fosses, 28 cistes (à blocs et à orthostates), 4 fosses avec traces de coffre en bois, 5 tombes à chambre.

485Crémations : 3 crémations primaires dans des fosses, 2 urnes cinéraires.

  • 256 Besios 1990, 242 ; Karliabas et al. 2004, (...)
  • 257 Besios 1990, 242 ; Karliabas et al. (...)
  • 258 Elles sont datées de l’âge du Fer par le contexte mais n’ont pas l (...)
  • 259 Besios 1991, 172 ; Karliabas et al. 2004, 343.

486Les tombes à inhumation comprennent en majorité des fosses étagées fermées d’un couvercle en pierre ‒ d’autres devaient être en bois. Le sol était couvert de gravier ou de sable, la fosse comblée par la terre issue de son creusement256. Les cistes sont construites de la même manière avec des parois aménagées d’orthostates (dalles de schiste) ou de blocs de pierre (fig. 92), fermées par un couvercle de pierre et un sol également aménagé de gravier ou de sable257. Certains défunts devaient être placés dans des coffres en bois. Les tombes à chambre, moins nombreuses, sont creusées dans le sol naturel. La chambre funéraire est circulaire dotée d’un dromos orienté à l’est et d’un stomion fermé par des pierres. Dans un cas (T. 11), au-dessus de la couche correspondant à la voûte effondrée, a été identifiée une couche de terre rougeâtre rapportée, qui suppose l’existence d’un tertre. Une dalle de pierre retrouvée au-dessus de la tombe devait servir de marqueur funéraire (fig. 93). Dans le cas de la T. 4, le dromos était comblé de pierres et l’entrée très étroite. Les tombes à crémation comprennent trois crémations primaires d’enfants en petites fosses rectangulaires258. Des restes brûlés ont également été découverts dans deux amphores tournées et peintes259.

Fig. 92. Makrygialos. Quelques types de tombes représentés. D’après Karliabas et al. 2004, 343 fig. 4-5.

Fig. 92. Makrygialos. Quelques types de tombes représentés.                     D’après Karliabas et al. 2004, 343 fig. 4-5.

Fig. 93. Makrygialos. Tombe à chambre 11. Besios 2010, 82.

Fig. 93. Makrygialos. Tombe à chambre 11. Besios 2010,                     82.
  • 260 Besios 1990, 242, 245 fig. 2.
  • 261 Besios 1989, 155-156.
  • 262 Triantaphyllou 2001, 60.
  • 263 Karliabas et al. 2004, 346-347.

487Les défunts. Les tombes individuelles contiennent des sépultures individuelles primaires et parfois des réductions. Dans le cas particulier de la T. 166, des ossements appartenant à des sépultures plus anciennes avaient dû être déposés sur le couvercle en bois de la tombe260. On notera un cas de double sépulture d’une femme et d’une petite fille (T. 46)261.Les tombes ont une orientation privilégiée est-ouest, les femmes, souvent la tête à l’est. Les défunts étaient en position allongée sur le dos, les mains souvent ramenées au niveau du thorax ou du bassin. Les tombes à chambre renfermaient plusieurs individus, comme le montre par exemple la T. 11 (fig. 93) : 5 sépultures primaires (1 jeune femme adulte, 2 femmes, 1 jeune adulte et 1 adolescent) et 2 réductions (1 jeune femme adulte et 1 immature)262. La nécropole comprend des adultes, dont de nombreuses femmes (79 % du total des adultes dont le sexe a été identifié) et des enfants mais est largement déficitaire en nouveau-nés263.

  • 264 Karliabas et al. 2004, 344 sq.
  • 265 T. 46 : fosse renfermant une sépulture féminine adulte accompagnée (...)
  • 266 Par exemple, dans une des tombes à chambre (T. 11) ont été découve (...)

488Le mobilier264. Près des trois quarts des tombes ont livré du mobilier, aucune classe d’âge n’est exclue et les enfants semblent avoir été plus richement dotés265. Les types d’objets les plus fréquents sont des vases et des parures, les armes et ustensiles étant moins nombreux. Il y a autant de vases tournés que de vases modelés, principalement de la vaisselle de table (fig. 94). Les vases modelés comprennent les mêmes formes que dans les nécropoles tumulaires de Dion [86] ou de Vergina [75] : des cruches à col échancré, des canthares à anses avec pouciers, des tasses et des bols à anses plates. Les vases tournés sont décorés de motifs géométriques et comprennent des œnochoés, des skyphoi, des cratères, des tasses, des canthares, des amphorisques et des biberons266. Les parures (bronze, fer et or) comprennent des attaches de vêtements (épingles et fibules en bronze et en fer), des parures de coiffe (boutons en bronze), des boutons (ornant probablement des ceintures ou les vêtements), des ornements corporels (sphécotères en bronze et en or pour les cheveux, parures tubulaires utilisées en perles de collier, perles en sardoine, pâte de verre, coquillage ou matière osseuse animale, bracelets en bronze et bagues en bronze et en fer). Les armes sont quasi absentes : une seule épée en fer de type Naue II et des pointes de flèche. On trouve également quelques pierres à aiguiser et des couteaux en fer plus nombreux.

Fig. 94. Makrygialos. Les formes céramiques représentées dans les tombes. Karliabas et al. 2004, 345 fig. 9.

Fig. 94. Makrygialos. Les formes céramiques représentées dans                     les tombes. Karliabas et al. 2004, 345 fig. 9.
  • 267 Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148.

489Remarques sur les pratiques funéraires du Bronze Récent. Au Bronze Récent, le rite exclusif est l’inhumation et les défunts sont placés dans des fosses simples sans orientation privilégiée et peut-être à l’origine recouvertes de petits tertres. À la différence de l’âge du Fer, les défunts semblent être en position contractée latérale267.

490[81] Alykes Kitrou (Αλυκές Κίτρου)

491Datation : âge du Fer (Protogéométrique). Bibliographie : AD, 38, 1983, B’2, Chr., 274-275 (M. Besios) ; Besios 1986.

492Caractéristiques : tombe à chambre sous tumulus / inhumation (collective)

493Type de mobilier : vases / parures (corporelles) / armes (pointes de flèche)

  • 268 Besios 1986.

494En 1984, à environ 1500 m au sud du site de l’ancienne Pydna, ont débuté les fouilles d’un grand tumulus (50 m de diamètre et 9,50 m de hauteur) qui recouvrait des dizaines de tombes allant de l’époque classique au iie siècle, et, une tombe à chambre de l’âge du Fer recouverte par son propre tertre, située sur le côté nord-ouest du monument postérieur268. La tombe de l’âge du Fer est une tombe à chambre circulaire (2,80 m de diamètre) avec un dromos orienté à l’est (5 m de long et 1 m de large) et une entrée fermée par une dalle de pierre (1,60 x 0,75 m de large). La tombe renfermait deux individus. Parmi les objets d’accompagnement sont mentionnés les objets suivants : 7 vases dont 5 décorés, 1 anneau en fer et 1 pointe de flèche en fer.

495[82] Kitros-Ammos (Κίτρος-Άµµος)

496Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : Besios 2010,79.

497Lors de la fouille d’un site ayant livré des pithoi et des fosses appartenant probablement à un établissement de l’âge du Fer, a été découverte une ciste à orthostates renfermant une sépulture d’enfant accompagné d’un biberon tourné et peint.

498[83] Moschochori (Μοσχοχώρι)

499Datation : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer. Bibliographie : Gimatzidis & Jung 2008, 217-218.

500Après la fouille du site du Kastro de Neokaisaria, des recherches ont été étendues dans la région de Moschochori mettant au jour une riche tombe. Il s’agit d’une fosse renfermant un adulte (probablement une femme), allongé sur le dos et accompagné d’un canthare modelé (au niveau de la tête) et de nombreuses parures : 1 paire de sphécotères en or, 3 épingles en bronze, ainsi que 4 grands disques en bronze, 14 petits disques en bronze, 1 collier et des sphécotères en bronze (au niveau du torse), et, 3 bracelets en bronze.

501[84] Neokaisaria-Aisona (Νεοκαισάρεια-Αίσωνα)

502Datation : âge du Fer. Bibliographie : Gimatzidis & Jung 2008, 211, 213 fig. 2.

503Une nécropole de l’âge du Fer a été repérée sur la rive droite de l’Aisona (ou Mavroneri), en face du village actuel de Neokaisaria. La publication consultée ne livre pas davantage de détail.

504[85] Kountouriotissa (Κουντουριώτισσα)

505Datation : âge du Fer (protogéométrique) Bibliographie : JHS, LXIV, 1944, Chr., 93 (T. J. Dunbabin) ; Makedonika, I, 1940, Chr., 490 (C. I. Makaronas) ; Hammond 1972, 361.

506Caractéristiques : nécropole tumulaire (?) / inhumation / cistes à orthostates / position allongée sur le dos.

507Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 269 Ou Kontariotissa (Κονταριώτισσα).

508Près du village actuel de Kountouriotissa269, une nécropole de l’âge du Fer a été découverte. Les données disponibles sont rapportées par N. G. L. Hammond.

509Organisation des tombes, rites et types de tombe. L’ensemble comprend 12 inhumations dans des cistes à orthostates fermées par des dalles de calcaire. Chaque tombe aurait été surmontée d’un petit tertre de 0,50 à 0,80 m de hauteur conservée. Les joints entre les pierres des cistes ainsi que les squelettes étaient recouverts d’argile, et le sol des tombes laissé naturel.

510Les défunts. Les tombes étaient individuelles et les défunts étaient allongés sur le dos.

511Le mobilier. Il comprend des vases (coupes à pied, “phiales”, skyphoi, hydries, canthares modelés à anses avec pouciers), et des parures (fibules à lunettes et bagues en bronze).

512[86] Dion (∆ίον)

513Datation : âge du Fer (Protogéométrique, Subprotogéométrique). Bibliographie : Pandermalis 1999, 40 ; Poulaki-Pandermali 2013, 67-83. BCH, 55, 1931, Chr., 495 (Y. Béquignon) ; 109, 1985, Chr., 810 (G. Touchais) ; 110, 1986, Chr., 714 (G. Touchais) ; 111, 1987, Chr., 545 (G. Touchais) ; 112, 1988, Chr., 647 (G. Touchais) ; AR, 32, 1985-1986, Chr., 56 (H. W. Catling) ; 33, 1986-1987, Chr., 33-34 (H. W. Catling) ; Ergon 1981, 28-30 (D. Pandermalis) ; 1984, 37 (D. Pandermalis) ; 1985, 24‑28 (D. Pandermalis) ; 1986, 71-73 (D. Pandermalis) ; 1987, 63-65 (D. Pandermalis) ; 1988, 68‑72 (D. Pandermalis). AD, 44, 1989, B’2, Chr., 324 (E. Poulaki-Pandermali).

514Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation (individuelle, collective dont réductions) / fosses, cistes à orthostates, cistes à blocs de pierre, enchytrismes / position allongée sur le dos, position légèrement contractée latérale / adultes et enfants.

515Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum/cosmétiques, rituel ?) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, poignards), ustensiles et accessoires (couteaux).

  • 270 BCH, 55, 1931, Chr., 494-495 (Y. Béqui (...)
  • 271 Poulaki-Pandermali 2013, 67-83 ; Triantaphyllou 2001.
  • 272 Ainsi que deux périboles dépourvus de tombes, et, une tombe sans t (...)

516Ce vaste ensemble funéraire, composé principalement de tertres collectifs, s’étend au pied de l’Olympe à l’ouest de l’ancienne Dion. Les premiers monuments funéraires ont été repérés et explorés entre 1928 et 1931 par G. Sotiriadis270. Des fouilles plus extensives ont été menées dans les années 1980. Ces vestiges ont fait l’objet de courtes descriptions dans les chroniques de fouilles mais n’ont pas encore été publiés dans leur intégralité. La synthèse d’E. Poulaki-Pandermali et l’étude ostéologique faite par S. Triantaphyllou apportent à la fois des éléments généraux ainsi que certains détails permettant de se faire une image assez précise de cet important ensemble271. Les nombreux tertres ont été identifiés au pied de la montagne, et, en particulier le long des cours d’eaux qui se déversent dans la plaine de Dion. Plus de 19 tertres et plus de 79 tombes (au moins 102 individus) ont été identifiés aux lieux-dits suivants272 : Agios Vasilios dans la commune de Karitsa près de l’Ourlia (Άγιος Βασίλειος), Messonissi (Μεσονήσι), Kladeri entre les cours d’eau Koraka et Xydia (Κλαδερή), Arapi (Αράπη) et Gavrolakka (Γαβρόλακκα).

  • 273 BCH, 109, 1985, 810 (G. Touchais) ; (...)
  • 274 Poulaki-Pandermali 2013, 70.
  • 275 Poulaki-Pandermali 2013, 71-72.

517Organisation des tombes, rites et types de tombe. Il s’agit de tertres circulaires ou ovales plus ou moins réguliers qui font jusqu’à 25 m de diamètre environ et 1,50 m de hauteur conservée. Leur base est marquée par un cercle de petites ou de grosses pierres et le remblai est composé d’un mélange de galets de rivière et de terre. D’après les publications, le grand tertre d’Agios Vassilios fouillé en 1985 avait deux cercles de pierres (un externe et un autre interne entourant une tombe centrale)273. Le second cas particulier est le tumulus 16 de Gavria (ΓαΤυ 16) : un cercle de pierres interne, un second externe et des cloisons dans l’espace intermédiaire créant des alvéoles, le tout étant recouvert de pierres et de terre274 ; ce qui n’est pas sans rappeler les tertres de la nécropole de Tzamala IV [68]. Certaines tombes étaient surmontées d’un marqueur funéraire, comme par exemple une pierre dressée (Kladeri 1γ et 2), un petit cercle de pierres (Gavria 16) ou d’autres aménagements275.

  • 276 Poulaki-Pandermali 2013, 71.

518Le rite exclusif est l’inhumation. Les tertres peuvent recouvrir de 1 à 22 tombes au moins. Les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée. La ciste à blocs de pierre est le type le plus courant (fig. 95), la ciste à orthostates est plus rare, on trouve également des fosses simples et on mentionne un enchytrisme en pithos dans le grand tertre d’Agios Vassilios (fig. 96). Comme dans les nécropoles de la fin de l’âge du Bronze et du Submycénien (Spathès, Petra-Treis Elies), une couche d’argile scelle les plaques de couverture des quelques tombes à ciste (phénomène moins fréquent que dans les nécropoles antérieures). On peut également trouver cette couche d’argile sur le sol de la tombe (ΓαΤυ 12ε) ou sur les parois (ΓαΤυ 6γ, ΓαΤυ 15ε)276.

Fig. 95. Dion, nécropole tumulaire. Ciste à blocs de pierre. Poulaki-Pandermali 1995, 123.

Fig. 95. Dion, nécropole tumulaire. Ciste à blocs de pierre.                     Poulaki-Pandermali 1995, 123.

Fig. 96. Dion, nécropole tumulaire. Enchytrisme en pithos. Pandermalis 1999, 40.

Fig. 96. Dion, nécropole tumulaire. Enchytrisme en pithos.                     Pandermalis 1999, 40.
  • 277 Poulaki-Pandermali 2013, 72.
  • 278 Triantaphyllou 2001, 38-39.

519Les défunts. Les tombes étaient individuelles ou collectives. Des dépouilles déplacées ont été retrouvées avec leur mobilier dans le coin de certaines tombes, ou dans une fosse aménagée spécialement (Gavria, tombes 6ε, 9γ, 11β, 15ιγ). Parfois la réduction et son mobilier ont été retrouvés sur le couvercle, pris dans la couche d’argile ou plus haut dans le comblement de la fosse. On mentionne le cas d’un défunt directement déposé sur le précédent (ΓαΤυ 15β)277.Les défunts étaient généralement en position allongée sur le dos. La nécropole rassemble des adultes et des enfants mais ces derniers ont tous plus de six ans278.

  • 279 BCH, 111, 1987, 545 ; Pandermalis 1999, (...)
  • 280 Poulaki-Pandermali 2013, 74-83.
  • 281 Lemos 2002, 46-48.

520Le mobilier. Les défunts étaient accompagnés de vases, de parures, d’armes et d’ustensiles. Les parures vestimentaires et corporelles comprennent des fibules à lunettes en bronze dont une à ardillon en fer auquel était encore accroché des lambeaux de tissus279, des épingles en bronze, des bracelets en bronze, de riches colliers de perles en ambre ou en sardoine, quelques doubles-haches miniatures en bronze. Les armes comprennent deux épées et quelques poignards ou coutelas en fer. Les ustensiles et accessoires comprennent des couteaux en fer et des pesons en pierre. Les vases déposés dans les tombes sont nombreux et les céramiques tournées sont plus fréquentes que celles faites à la main (fig. 97)280. Les premiers, de style protogéométrique et subprotogéométrique comprennent des skyphoi (dont certains plus grands et profonds identifiables à des crater-bowls)281, des canthares, des œnochoés, des lékanés, ainsi que des amphorisques, des biberons et un vase composite (œnochoé à deux cols). Les vases modelés comprennent les formes habituelles (cruches à col échancré ou oblique, canthares de type thessalien à anses surélevées, canthares à anses avec pouciers, bols modelés à anses plates).

Fig. 97. Dion, nécropole tumulaire. Céramiques. D’après Vokotopoulou & Koukouli‑Chryssanthaki 1995, 134 n° 84 (cruche décorée), 85 (lékané), 135 n° 86 (canthare), 87 et 88 (cruches), 98, 99 et 100 (skyphos, cratérisque et canthare).

Fig. 97. Dion, nécropole tumulaire. Céramiques. D’après                     Vokotopoulou & Koukouli‑Chryssanthaki 1995, 134 n° 84 (cruche décorée), 85                     (lékané), 135 n° 86 (canthare), 87 et 88 (cruches), 98, 99 et 100 (skyphos,                     cratérisque et canthare).

521[87] Kalogeros (Καλόγερος)

522Datation : début de l’âge du Fer (?). Bibliographie : AD, 44, 1989, B’2, Chr., 324, 323, sx. 3 n° 11 (E. Poulaki-Pandermali).

523À l’est de la rivière Petriotikos entre l’ancienne Petra et le site de Rachi. Une nécropole a été découverte lors de l’élargissement d’une route. Les cistes à orthostates sont peut-être contemporaines de celles de la nécropole de Petra-Treis Elies [88] mais elles ont été détruites et pillées.

524[88] Petra-Treis Elies (Τρείς Ελιές των Στενών της Πέτρας)

525Datation : Submycénien-Protogéométrique (c. xie s.). Bibliographie : Poulaki-Pandermali 1988 ; 2013, 64-66. BCH : 119, 1995, 936 (A. Pariente) ; 120, 1996, 1229 (G. Touchais). AR, 41, 1994‑1995, 44 (R. A. Tomlinson) ; 42, 1995-1996, 27 (R. A. Tomlinson). AD : 43, 1988, B’2, Chr., 366 (E. Pandermali) ; 44, 1989, B’2, Chr., 324 (E. Poulaki-Pandermali).

526Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective) / fosses (à couvercle de dalles de pierre), cistes à orthostates / position allongée sur le dos, position contractée latérale / adultes et enfants.

527Type de mobilier : vases (table, stockage/transport, parfum/cosmétiques) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux) / objet particulier (sceau en pierre).

  • 282 Poulaki-Pandermali 2013, 64-65.
  • 283 Poulaki-Pandermali 2013, 64-65 ; Triantaphyllou (...)

528La nécropole se situe sur le sommet de colline de Treis Elies, séparée de l’ancienne Petra par la vallée encaissée du Petriotikos. Au total, près de 80 tombes ont été identifiées (55 fouillées). Elles étaient entourées par un péribole repéré au nord, à l’ouest et au sud. De nombreuses tombes ont été pillées et détruites mais d’une manière générale l’ensemble date du Submycénien-début du Protogéométrique (xie s.)282. Les informations disponibles proviennent essentiellement des chroniques de fouilles, de la synthèse d’E. Poulaki-Pandermali et de l’étude ostéologique faite par S. Triantaphyllou283.

529Organisation des tombes, rites et types de tombe. Aucun tertre n’a été repéré. Le rite exclusif est l’inhumation dans des cistes à orthostates ou à blocs de pierre (un cas mentionné) et des fosses fermées de dalles de pierres. Certaines cistes étaient dans des fosses étagées. Le couvercle des tombes était parfois recouvert d’une couche d’argile comme dans la nécropole mycénienne de Spathès-Agios Dimitrios [b-4] ou les tertres du piémont de l’Olympe à l’ouest de Dion [86]. Les défunts reposaient sur le sol naturel.

530Les défunts. Les tombes étaient individuelles ou collectives. Les défunts étaient pour la plupart en position allongée sur le dos avec les jambes étendues ou légèrement contractée, ou bien, en position contractée latérale.

  • 284 AD, 44, 1989, B’2, Chr., 324 (E. Poulaki-Pandermali).
  • 285 Poulaki-Pandermali 2013, 58.

531Le mobilier. La nécropole a largement été pillée. Le mobilier céramique (fig. 98) comprend des vases tournés de style submycénien et protogéométrique (tasses, amphorisques, amphores, œnochoés) et des vases modelés (cruches à col échancré, canthares)284. Les parures comprennent des attaches de vêtements (fibules à arc, épingles) et des ornements corporels (sphécotères en or, boucles d’oreilles, dont une paire en argent, colliers de perles en pâte de verre et en sardoine, des bagues en bronze, des bracelets). Les défunts étaient également accompagnés de couteaux en fer et on notera la découverte d’un sceau en pierre de type mycénien (comme ceux retrouvés à Spathès)285.

Fig. 98. Petra-Treis Elies. Céramiques. D’après Vokotopoulou & Koukouli-Chryssanthaki 1995, 133 n° 82-83.

Fig. 98. Petra-Treis Elies. Céramiques. D’après Vokotopoulou                     & Koukouli-Chryssanthaki 1995, 133 n° 82-83.

9 Macédoine Centrale : la région de Thessalonique (fig. 99)

Fig. 99. Carte de localisation des sites de la région de Thessalonique.

Fig. 99. Carte de localisation des sites de la région de                     Thessalonique.

532[89] Lefkochori (Λευκοχώρι)

533Datation : début de l’âge du Fer. Bibliographie : AD, 39, 1984, B’, Chr., 217, pl. 101β (M. Tsimbidou).

534Une tombe seule a été découverte près du village actuel de Lefkochori. Il s’agit d’une ciste à orthostates dont la fouille a permis de récupérer des bracelets et des sphécotères en bronze.

535[90] Assiros-Toumba (Τούµπα Ασσήρου)

536Datation : c. 800. Bibliographie : Wardle K. A. 1989, 449, 451 fig. 1, pl. 68a.

537Une tombe isolée a été découverte entre deux phases d’occupation de la toumba d’Assiros. Il s’agit d’un enchytrisme en pithos de 2 m de long, renfermant les ossements d’un immature et d’un adulte. Pour l’insertion de ce dernier, la dépouille de l’immature a été poussée vers le fond du vase et le sol aménagé de trois couches de tessons de pithoi. Le mobilier ne comprend qu’un bouton en bronze.

538[91] Nea Philadelpheia (Νέα Φιλαδέλφεια)

539Datation : du ixe à la fin du viie-début du vie siècle. Bibliographie : MisaïlidouDespotidou 1998 ; Misaïlidou-Despotidou 2004, 265-269 ; Milka & Papageorgopoulou 2004 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 25-65. AD : 50, 1995, B’2, Chr., 470-472 (V. Misaïlidou‑Despotidou) ; 51, 1996, B’2, Chr., 443-444 (V. Misaïlidou-Despotidou) ; 52, 1997, B’2, Chr., 645 (V. Misaïlidou‑Despotidou). BCH : 122, 1998, Chr., 861-862 (G. Touchais).

540Caractéristiques : nécropole plane, quelques tertres supposés / inhumation (individuelle, collective), crémation secondaire / fosses (avec ou sans couvercle de dalles de pierre), cistes à orthostates, cistes à blocs de pierre, enchytrismes pour les inhumations. Urnes dans des fosses circulaires avec ou sans parement de pierres pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos / adultes et enfants (pour les inhumations).

541Type de mobilier : vases (table, parfum/cosmétiques) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles) / objets particuliers (epistomia).

  • 286 Rey 1917-1919, 64, 67.
  • 287 Misaïlidou-Despotidou 2008, 28-36.
  • 288 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38.
  • 289 La portion sud-ouest de la nécropole a été utilisée très sporadiqu (...)
  • 290 Milka & Papageorgopoulou 2004. Dans cette publication, sont mentio (...)

542La construction de la ligne de chemin de fer reliant Thessalonique à Alexandroupolis a entraîné des fouilles de 1995 à 2001 près de l’actuelle Nea Philadelpheia, située au nord de Thessalonique et la découverte d’une vaste nécropole qui appartient à une agglomération ancienne importante. Plus précisément, le site se trouve dans la plaine alluviale du fleuve Gallikos (ancien Echédoros), et se compose de la Toumba Naresh (habitat de l’âge du Bronze), de la Trapeza Naresh (habitat de l’âge du Fer et des époques historiques)286, d’un autre habitat de l’âge du Fer287, de la nécropole de l’âge du Fer, puis, à partir du vie siècle d’un nouvel espace funéraire utilisé jusqu’à l’époque romaine. En 2004, le total des tombes mises au jour dans la nécropole de l’âge du Fer s’élevait à 2228. Les limites nord et ouest avaient alors été atteintes mais la nécropole devait probablement faire le double de la surface fouillée288. Les tombes s’échelonnent entre le ixe et la fin du viie-premier quart du vie siècle.289 Une étude ostéologique, effectuée sur 231 tombes (240 individus), permet de documenter le recrutement funéraire et l’état sanitaire de la population. Les tombes et leur contenu ne sont pas encore publiés en détail290.

  • 291 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38 ; (...)
  • 292 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264.
  • 293 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39.
  • 294 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39.

543Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une vaste nécropole qui semble être délimitée par deux voies de circulation (nord-sud et est-ouest). À l’intérieur de cet espace, les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée et sont disposées les unes à côté des autres sur une seule couche. Les superpositions sont rares291. La nécropole semble se développer du nord vers le sud. Dans la portion sud-ouest ont été identifiés sept cercles de pierres dont un de 20 m de diamètre, qui pourraient correspondre à des tertres arasés. Aucune structure semblable n’a été identifiée ailleurs292. L’inhumation est le rite dominant mais la crémation secondaire est également pratiquée. En 1998, sur 1350 tombes fouillées, 53 crémations ont été identifiées (soit 3,7 %). Il y a plusieurs types de tombes à inhumation (fig. 100) : la fosse, l’enchytrisme en pithos (parfois deux pithoi emboîtés sont utilisés comme contenant), la ciste à orthostates (rudimentaire au début de la période d’utilisation du cimetière puis plus soignée et plus monumentale vers la fin), la ciste à blocs de pierre (moins fréquentes)293. Les enchytrismes renferment des adultes et des enfants. Les sépultures à crémation sont secondaires, dans des urnes placées dans des fosses circulaires, parfois aménagées de pierres (fig. 100), entre les tombes à inhumation, ou bien parfois sur leurs dalles de couverture294.

Fig. 100. Nea Philadelpheia. Différents types de tombes. D’après Misaïlidou-Despotidou 2008, 38 fig. 25, 39 fig. 27, 40 fig. 28.

Fig. 100. Nea Philadelpheia. Différents types de tombes. D’après Misaïlidou-Despotidou 2008, 38 fig. 25, 39 fig. 27, 40                         fig. 28.
  • 295 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39. ; Grammenos & Triantaphyllou, é(...)
  • 296 T. 2.2, 65.650, 74.682, cf. Grammenos & (...)
  • 297 Misaïlidou-Despotidou 2008, 39.
  • 298 Grammenos & Triantaphyllou, éd. 2004, 566-568, (...)

544Les défunts. La majorité des tombes sont individuelles295. Parmi les tombes recensées dans l’étude ostéologique, on compte deux tombes avec trois individus et quatre tombes avec deux individus. Dans trois cas, elles renfermaient des sépultures d’adultes associées à celles de nourrissons296. Sur les 240 sujets étudiés, il y a 170 adultes, 9 adolescents, 15 enfants (6-12 ans), 33 nourrissons et jeunes enfants (1-6 ans), 11 périnataux/post-néonataux. Les tombes d’immatures sont présentes partout dans la nécropole. On ne mentionne aucun traitement funéraire spécifique. Les défunts étaient en position allongée sur le dos, les pieds joints297. D’après l’étude ostéologique, l’état sanitaire de la population semble assez bon, aucun événement n’aurait affecté la communauté (épidémies, infections), hormis quelques épisodes de stress dus à une mauvaise alimentation. L’étude des dents a montré que les habitants avaient un régime riche en légumes et en sucres mais relativement pauvre en viande à la différence des sujets analysés provenant des tombes du vie siècle. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Le pourcentage important de jeunes femmes (18-30 ans) est probablement dû aux difficultés rencontrées lors de la grossesse ou de l’accouchement298.

  • 299 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264.
  • 300 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40.
  • 301 Dans les couches tardives de l’habitat de l’âge du Fer, ces vases (...)
  • 302 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40 sq.
  • 303 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.
  • 304 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41.
  • 305 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41.

545Le mobilier. Seules 40 % des tombes ont livré du mobilier, qui est réparti de manière inégale. Soit les tombes sont relativement pauvres, soit très riches et ces dernières semblent correspondre à des sépultures féminines299. Le mobilier comprend des vases en céramique, des parures, des ustensiles et quelques rares armes. Les vases de table sont récurrents (cruches, canthares, vases ouverts à une ou deux anses), mais on mentionne également des petites amphorisques ainsi que des biberons dans les tombes de nouveau-nés300. Les vases ouverts à une ou deux anses sont plus fréquents dans les tombes tardives301. Les parures comprennent des accessoires de vêtements et des parures corporelles en bronze : fibules à lunettes, épingles, parures tubulaires spiralées, boucles d’oreilles (dont une paire en or), torques, armilles, bracelets simples ou décorés de motifs incisés, bagues de formes variées, et perles en verre. Ont également été retrouvés divers pendentifs et des disques en bronze recouverts d’or qui devaient être cousus sur le vêtement au niveau de la poitrine, de la taille et de la tête du défunt et qui sont plus courants vers la fin de la période302. À la fin du viie-début du vie siècle, les pendentifs en bronze sont également plus fréquents (rouelles, anneaux, oiseaux). Apparaissent également les epistomia en or (couvre-bouches). Les armes ne comprennent en réalité que deux épées en fer (T. 1543, 1544), et trois pointes de lance dans des tombes de la fin de l’âge du Fer303. Parmi les ustensiles, des couteaux en fer ont été retrouvés aux côtés de sépultures masculines et féminines304. Les fusaïoles semblent être associées à des tombes pauvres en parures. Parfois, c’est le seul objet qui accompagne le défunt. V. Misaïlidou-Despotidou émet l’hypothèse que le filage était réservé à une couche de la population exclues des richesses. La différence entre les tombes très pauvres et celles très riches témoignerait d’une société hiérarchisée, mais qui ne se reflète pas dans l’organisation apparente des tombes305.

546Observations sur les pratiques funéraires archaïques. Les tombes archaïques se situent au sein d’un ensemble distinct situé à 200 m de la trapeza. La fouille a livré plus de 150 tombes datées du milieu du vie au début du iiie siècle. Les mêmes types de tombes que l’âge du Fer perdurent mais le sarcophage en poros est également adopté. La différence réside surtout dans les combinaisons des objets d’accompagnement. Toutes les sépultures ont livré des objets, sauf celles des nouveau-nés. Les formes des vases se diversifient : skyphoi, coupes, cratères, lécythes. Les défunts sont également accompagnés de statuettes en terre cuite (protomés féminines). Les parures sont nombreuses et les matériaux précieux se diversifient (argent, or, etc.). Les armes sont bien plus courantes qu’à la période précédente (casques parfois dorés, épées, lances). Dès le vsiècle on place une monnaie sur la bouche de certains défunts, dans leurs mains ou dans leur tombe, cette pratique devient plus courante au ive siècle. Les tombes aristocratiques archaïques rappellent celles retrouvées à Sindos et à Archontiko.

547[92] Oraiokastro (Ωραιοκάστρο)

548Datation : âge du Fer (viiie s.). Bibliographie : Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001 ; Lambrothanassi-Korantzi 2005. BCH : 127, 2003, Chr., 948-949 (F. Burkhalter & A. Philippa-Touchais). AD : 53, 1998, B’2, Chr., 577 (E. Lambrothanassi) ; 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 18, 67 (E. Lambrothanassi).

549Caractéristiques : nécropole plane / inhumation, crémation secondaire / fosses (simples, avec dalles de couverture, fragments de pithoi, mixte), cistes à orthostates, ciste à parement d’argile (un cas), enchytrismes pour les inhumations. Urnes dans des fosses avec ou sans couverture pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

550Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (une pointe de flèche) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles) / objets particuliers (disques en bronze recouverts d’or).

  • 306 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, (...)

551Dans la commune d’Oraiokastro, des fouilles de sauvetage menées en 1998, 2001 et 2002 ont permis la mise au jour d’un ensemble de 210 tombes sur une surface de 800 m². L’habitat associé à la nécropole est la Trapeza Daoutbali (Τράπεζα Νταουτµπαλή) ou Oraiokastro A, située à 500 m au sud-est, formée au début de l’âge du Fer et occupée jusqu’à l’époque classique306. Les tombes n’ont pas encore été publiées en détail mais les informations diffusées dans les rapports préliminaires nous permettent de dresser un portrait général de cet ensemble funéraire.

  • 307 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.
  • 308 Fouilles de 2002, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 67 (...)
  • 309 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 67 (...)
  • 310 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.

552Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane. Les tombes sont disposées les unes à côté des autres sur un niveau et sont majoritairement orientées nord-sud. L’inhumation est le rite principal, même si quelques crémations secondaires sont mentionnées307. Les tombes à inhumation sont surtout des fosses (80 %) – un enchytrisme en pithos est mentionné (fig. 101). Les fosses sont simples ou fermées par divers dispositifs de couverture : dalles de schiste avec bordure de pierres (fig. 101) ou de fragments de pithoi, mélange de dalles de schiste et de fragments de pithoi308. Il y a au moins cinq cistes à orthostates et une ciste à parois d’argile (fig. 101). On mentionne quelques cas de sols aménagés de dalles de schiste309. Les neuf crémations sont secondaires, en urnes déposées dans des fosses, parfois couvertes par une ou plusieurs dalles de schiste. Les contenants utilisés sont des amphores, des œnochoés ou des hydries310.

Fig. 101. Oraiokastro. Couverture en pierre (T. 10), tombe à parois d’argile (T. 23), enchytrisme en pithos (Εγχ. 1). D’après Lambrothanassi-Korantzi 2005, 18, 19, 21.

Fig. 101. Oraiokastro. Couverture en pierre (T. 10), tombe à                     parois d’argile (T. 23), enchytrisme en pithos (Εγχ. 1). D’après                     Lambrothanassi-Korantzi 2005, 18, 19, 21.
  • 311 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 18 ; (...)
  • 312 Le défunt était accompagné des objets suivants : 1 “phiale” modelé (...)

553Les défunts. La nécropole comprend des tombes d’adultes ainsi que des sépultures d’enfants, de nourrissons et de nouveau-nés (environ un tiers)311. Les défunts étaient généralement en position allongée sur le dos avec les bras le long du corps, ou les mains légèrement ramenées sur le bassin, plus rarement au niveau du ventre ou du torse. On mentionne de rares cas où le défunt était “sur le côté” avec les jambes légèrement fléchies. Nous noterons également le cas particulier d’un enchytrisme renfermant le squelette d’un homme allongé sur le dos les bras le long du corps, les pieds au sud (vers le fond du pithos), dont le crâne était manquant et avec une pointe de lance plantée dans le thorax de l’arrière vers l’avant (fig. 101)312.

  • 313 Sauf par exemple la riche sépulture féminine T. 21 ayant livré : 1 (...)
  • 314 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19-20.
  • 315 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 270 fig. 8, 265.
  • 316 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 265-266 ; Lambrothanass (...)
  • 317 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 266 ; Lambrothanassi-Ko (...)

554Le mobilier. Seules 40 % des tombes renfermaient du mobilier, d’un à quatre objets, hormis quelques exceptions313. Les objets métalliques sont plus nombreux que les céramiques. Celles-ci sont principalement modelées et comprennent surtout des vases ouverts à une ou deux anses (fig. 102)314. Un vase tourné est mentionné (une cruche à col échancré réparée)315. Les nombreuses parures sont en bronze (fibules à lunettes, épingles, bracelets, bagues, boutons), en fer (épingles, bracelets, bagues), en verre (perles). Nous noterons également des disques en bronze recouverts d’or retrouvés au niveau du crâne de nourrissons316. Les fusaïoles en terre cuite semblent avoir été trouvées en grand nombre à la différence des armes317. En effet, on ne mentionne qu’un poignard et une pointe de flèche (trouvée dans l’enchytrisme cité plus haut).

Fig. 102. Oraiokastro. Céramiques. Lambrothanassi-Korantzi 2005, 20.

Fig. 102. Oraiokastro. Céramiques. Lambrothanassi-Korantzi                     2005, 20.

555[93] Nea Efkarpia (Νεα Ευκαρπία)

556Datation : âge du Fer (xe-viiie s.). Bibliographie : Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 249-256. BCH : 127, 2003, Chr., 951 (F. Burkhalter & A. Philippa-Touchais) ; 128-129, 2004-2005, Chr., 1490-1491 (A. Philippa-Touchais). AD : 51, 1996, B’2, Chr., 436 (E. Lambrothanassi) ; 53, 1998, B’2, Chr., 577 (E. Lambrothanassi) ; 54, 1999, B’2, Chr., 547-548 (E. Lambrothanassi) ; 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 17-18, 57-58 (E. Lambrothanassi).

557Caractéristiques : nécropole plane, au moins un tertre collectif / inhumation, crémation secondaire / fosses (simples, avec dalles de couverture, fragments de pithoi), fosses à blocage de pierres, enchytrismes pour les inhumations. Urnes dans des fosses (simples, à dalles de couverture ou avec blocage de pierres) ou en ciste à orthostates pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

558Type de mobilier : vases (table, transport/stockage) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïoles) / objets particuliers (epistomion en bronze et disques en bronze recouverts d’or).

  • 318 Fouille de 1996, croisement des rues C. Smyrnis et M. Alexandrou (...)

559La nécropole a été découverte dans le cadre de fouilles de sauvetage menées dans la commune actuelle de Nea Efkarpia (banlieue nord de Thessalonique) entre 1996 et 2002. Au total, jusqu’en 2002, 437 tombes datées entre le xe et le viiie siècle avaient été mises au jour318. L’habitat n’est pas encore localisé et les résultats des fouilles sont résumés dans les chroniques et les rapports préliminaires de fouilles.

  • 319 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, (...)
  • 320 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 57 (E. Lambrothanassi).
  • 321 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Ch (...)

560Organisation, rites et types de tombes. L’ensemble funéraire comprend 423 inhumations et 14 crémations secondaires. Il s’agit d’une vaste nécropole plane qui semble s’organiser en deux phases : des tombes creusées dans le sol naturel, et d’autres, creusées dans une couche brune de 0,50 m d’épaisseur, qui se superposent rarement et qui semblent bordées par un fossé peu profond orienté nord-est/sud-ouest (10 m de longueur et 1,40 m de largeur)319. L’orientation des tombes est variable320. On mentionne également huit tombes regroupées sous un tertre rudimentaire formé de dalles de schiste entassées (deux fosses simples, trois fosses fermées par des dalles de schiste et trois recouvertes par des fragments de pithoi). D’autres amoncellements de dalles de schiste, dépourvus de tombe, ont été identifiés près de la limite sud de la nécropole (certains ont livré de gros clous en fer). En l’état actuel de la documentation, leur fonction et leur datation restent incertaines321.

  • 322 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 249 ; (...)

561Les tombes à inhumation comprennent des fosses (fosses simples, fosses fermées par des dalles de schiste ou des fragments de pithoi), des fosses à blocage de pierres (fig. 103), des cistes à orthostates, deux cistes à blocs de pierre, des enchytrismes dans des pithoi. Dans une des cistes, le sol était aménagé de dalles de pierre. Certaines fosses fermées par des dalles étaient surmontées d’un monticule de pierres qui devait servir de marqueur individuel322.

Fig. 103. Nea Efkarpia. Tombe à blocage de pierres (T. 74). Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 255 fig. 2.

Fig. 103. Nea Efkarpia. Tombe à blocage de pierres (T. 74).                     Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 255 fig. 2.
  • 323 Durant les fouilles de 2002, 11 crémations ont été mises au jour s (...)

562Les crémations sont toutes secondaires. Les urnes, trouvées dans des fosses, étaient parfois fixées verticalement par des pierres, fermées par des dalles de schiste ou des pierres entassées à la manière des inhumations. On notera un cas d’urne placée dans une ciste à orthostates. Les urnes sont des amphores, des cruches à col échancré, et, dans un cas, un canthare modelé à anses avec pouciers323.

  • 324 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 58 (...)

563Les défunts. Les informations disponibles sont limitées et les os étaient mal conservés. La majorité des défunts étaient en position allongée sur le dos (les deux bras le long du corps ou ramenés au niveau du bassin, ou bien un seul bras le long du corps). L’identification du sexe des défunts repose surtout sur le mobilier. Parmi les 437 tombes, 40 % sont celles d’enfants324.

  • 325 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 58 (...)
  • 326 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 250.
  • 327 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 436 (E. Lambrothanassi).
  • 328 La T. 55 : 1 vase, 1 perle biconique, 2 bracelets en bronze, 3 bag (...)

564Le mobilier. Seules 40 % des tombes ont livré du mobilier325 et parmi celles-ci, la majorité ne renfermait qu’un ou deux objets. Le mobilier comprend des vases en céramique, des parures et quelques ustensiles. Les armes sont quasi absentes (on mentionne un poignard ou couteau). La position des vases est variable (au milieu du corps ou au niveau des pieds des défunts). Les récipients comprennent surtout des vases de table. La céramique modelée est prédominante (canthares à une ou deux anses avec pouciers, tasses à anse surélevée de type wishbone, bols modelés à une ou deux anses horizontales perforées), tandis que les vases tournés sont minoritaires (canthares à une anse à pâte grise, tasses décorées de bandes horizontales ou de demi-cercles concentriques suspendus, une amphorisque à anses horizontales)326. Les parures comprennent des attaches et des accessoires de vêtements en bronze (épingles, fibules à arc, disques)327, des ornements corporels (sphécotères, perles biconiques, torques, bracelets, armilles et boucles d’oreilles en bronze, nombreuses bagues en bronze ou en fer, simples ou à terminaisons en spirales inversées), des doubles-haches miniatures en bronze, une rouelle en plomb, ainsi que cinq disques en bronze plaqués or (exclusivement dans des tombes d’enfants) et un epistomion en bronze (dans une tombe d’adulte). Les ustensiles comprennent, entre autres, deux couteaux en fer et deux fusaïoles en terre cuite. Les tombes riches sont relativement rares et concernent des sépultures féminines328.

565[94] Stavroupoli-Polichni (Σταυρούπολη-Πολίχνη)

566Datation : âge du Fer (entre le ixe et le viiie siècle). Bibliographie : Lioutas & Gkioura 1997. AD : 52, 1997, B’2, Chr., 640-642 (A. Lioutas) ; 53, 1998, B’2, Chr., 575 (A. Lioutas) ; 54, 1999, B’2, Chr., 548 (A. Lioutas) ; 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 107, 174-175 (A. Lioutas). BCH : 124, 2000, Chr., 926 (G. Touchais, S. Huber).

567Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective), crémation / fosses (avec ou sans couvercle de dalles de pierre), cistes à orthostates, à blocs, en briques de terre crue, à parement d’argile, pour les inhumations. Urnes dans des fosses (fermées ou non par des dalles de pierre) pour les crémations secondaires / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

568Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles et accessoires (couteaux, pinces à épiler) / objets particuliers (epistomia et disques recouverts d’or).

  • 329 Wace & Thompson, 1909, 161 (Karaissi) ; Wace (...)
  • 330 Soueref 2011, 154-157.
  • 331 Fouille de 1997 (341 tombes), fouille de 1998 (30 tombes), fouille (...)

569Actuellement situé au niveau des communes voisines de Stavroupoli et de Polichni dans la banlieue de Thessalonique, ce site, occupé du Néolithique à l’époque romaine est connu depuis le début du xxe siècle329. Il comprend : la Toumba Lembet (traces du Bronze Ancien à l’âge du Fer), la Trapeza Lembet (de l’âge du Fer à la fin du ive s.) située à 270 m de la toumba330, trois nécropoles (âge du Fer, archaïque-hellénistique, et fin de l’époque classique) au pied des habitats. Dans la nécropole de l’âge du Fer, les fouilles menées entre 1997 et 2011 ont permis la mis au jour plus de 500 tombes datées entre le ixe et le viiie siècle331.

  • 332 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Ch (...)
  • 333 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Ch (...)
  • 334 Seulement deux sont mentionnées pour les fouilles de 1997, trois p (...)
  • 335 Trois cas mentionnés pour la fouille de 1998, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 575 (...)
  • 336 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Ch (...)
  • 337 Lioutas & Gkioura 1997, 322.
  • 338 Une crémation est mentionnée pour la fouille de 1997 et une autre (...)
  • 339 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Chr., 107 (A. Lioutas).

570Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane. Les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée et s’organisent sur différents niveaux332. L’inhumation est le rite dominant mais des crémations sont attestées. Les tombes à inhumation sont de simples fosses fermées ou non par des dalles de schiste333, des cistes à orthostates334, à blocs de pierre, ou à briques de terre crue335, et une ciste à parement d’argile comblée et recouverte d’un amas de pierres336. Près d’une vingtaine d’enchytrismes sont également mentionnés337. Les crémations secondaires sont en urnes (cruches et amphores), placées dans des fosses circulaires338. Les fosses peuvent être fermées de dalles de pierre comme pour les inhumations339.

  • 340 Lioutas & Gkioura 1997, 322.
  • 341 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Ch (...)

571Les défunts. Les tombes sont majoritairement individuelles, mais on mentionne un cas de tombe avec deux individus. Les défunts étaient en position allongée sur le dos (les bras le long du corps ou les mains ramenées au niveau du bassin), en position sur le côté (plus rare), et sur le ventre (trois cas mentionnés pour les fouilles de 1997)340. En 2004, est mentionné une tombe dans laquelle le défunt, en position allongée sur le dos, avait les mains volontairement ramenées contre les épaules341. La nécropole renferme des adultes et des enfants (42 % de nourrissons lors des fouilles de 1997).

  • 342 AD, 52, 1997, B’2, Chr, 640-641, pl. 235β (...)
  • 343 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Ch (...)
  • 344 16 fibules, 3 sphécotères, 10 perles, 8 bracelets, 2 pendeloques e (...)

572Le mobilier. Moins de la moitié des tombes contenait du mobilier funéraire, et souvent un seul vase modelé. Les céramiques sont principalement des vases de table (fig. 104) et plus particulièrement des vases à boire (canthares modelés à anses avec pouciers, vases tournés à une anse, bols à anses plates ou tasses à anse dressée de type wishbone). Il y a également quelques céramiques tournées importées (une tasse et un biberon de style protogéométrique, un skyphos eubéen subgéométrique)342. Les parures comprennent des attaches de vêtements en bronze (épingles, fibules à lunettes, fibules à arc), des ornements corporels (parures tubulaires spiralées et sphécotères en bronze, perles en bronze, en verre, en terre cuite et une en or, bracelets en bronze, bagues en fer et en bronze, simples ou à extrémités en spirales inversées)343, quelques pendeloques en bronze (une rouelle, une double-hache et une boule suspendue), deux epistomia et une bande en or, ainsi qu’un disque en bronze recouvert d’or retrouvé sur la mâchoire d’un nourrisson, comme dans la nécropole d’Oraiokastro [92]. Les parures semblent être inégalement réparties dans les tombes. Lors de la fouille de 1999 (canalisation du 162 rue Oraiokastro), presque la totalité du mobilier était concentrée dans seulement deux cistes344. Il y a peu d’ustensiles et accessoires mentionnés : une pince à épiler, quelques couteaux ou poignards, aucune arme.

Fig. 104. Stavroupoli-Polichni. Céramiques. D’après Lioutas, Gkioura 1997, 326 fig. 8.

Fig. 104. Stavroupoli-Polichni. Céramiques. D’après Lioutas,                     Gkioura 1997, 326 fig. 8.
  • 345 Lioutas et al. 2003.

573Observations sur les pratiques funéraires archaïques et classiques. Du vie au ive siècle, l’inhumation reste le rite dominant et les mêmes types de tombes sont utilisés mais s’ajoutent à ceux-ci le sarcophage en poros. Les tombes semblent suivre une orientation privilégiée nord-ouest/sud-est et celle des défunts semble être déterminée en fonction du sexe : les hommes avec la tête à l’ouest ou au nord-ouest, les femmes avec la tête à l’est ou au nord-est. Le mobilier se diversifie (importations, vases à parfum, statuettes féminines) avec des parures dans des matériaux plus variés. On mentionne quelques armes (lances)345.

574[95] Toumba Thessalonique (Τούµπα Θεσσαλονίκης)

575Datation : âge du Fer à époque classique (ixe au ive s.). Bibliographie : Soueref 1994, 193-194 ; Soueref 1999 183-185, 189-190, fig. 16-17, 25 ; 2009, 350-354 ; AD, 54, 1999, B’2, Chr., 529‑530 (K. Soueref).

576Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle) / fosses, cistes à blocs de pierre / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

577Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles).

  • 346 Soueref 2009, 351-352.
  • 347 Soueref 2009, 351-352.

578Ce site doit son nom à son immense toumba située aujourd’hui au cœur d’un quartier de Thessalonique (Ano et Kato Toumba). Le site se compose en effet d’une toumba dominant le site, mais aussi d’une trapeza, peu visible sous les constructions modernes. Le site est occupé entre le iie millénaire et la fin du ive siècle, et les couches d’habitat de la trapeza s’échelonnent entre le ixe et le ive siècle. Quelques tombes du Bronze Récent ont été découvertes dans l’habitat de la toumba, le tombes des autres époques sont dispersées au pied des habitats dans un rayon de 500 m. Les premiers travaux sur la nécropole remontent aux années 1920-1930 (recherches de S. Pelekidis et de C. Makaronas) mais ce n’est qu’en 1994 que des fouilles furent entreprises au gré des constructions modernes346. Au total, jusqu’en 1999, au moins 12 tombes de l’âge du Fer ont été mises au jour. L’ensemble est mal conservé car il a subi de nombreux dommages causés par les constructions modernes et le colluvionnement important347.

  • 348 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 529 (K. Soueref) ; (...)
  • 349 Havela 2012, 309 fig. 3.

579Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tombes ont été découvertes parfois sous d’épaisses couches de sédiments. Elles ont été creusées dans le sol argileux ou dans la roche tendre du site et sont orientées ouest-est. D’après la documentation consultée, seule l’inhumation est attestée pour l’âge du Fer, dans des fosses fermées ou non par des dalles de pierre. Une des tombes était recouverte par un amas de pierres (T. 4)348. Des cistes à blocs de pierre sont également mentionnées349.

  • 350 K. Soueref mentionne des cas de défunts en position contractée lat (...)

580Les défunts. Les squelettes étaient très mal conservés. Les tombes étaient individuelles et les défunts, allongés sur le dos, les bras le long du corps, parfois la main gauche sur le thorax ou le bassin, plus rarement les deux mains sur le bassin. Les femmes et les enfants occuperaient une part importante des défunts350.

  • 351 Soueref 1999, 183 ; Soueref 2009, 354.

581Le mobilier. Les défunts n’étaient accompagnés que d’un à trois récipients en céramique. Les vases de table prédominent et sont principalement modelés. On trouve des canthares, des bols à deux anses plates ou tenons, à une anse de type wishbone, des tasses tournées à anse surélevée et des skyphoi351. Les parures comprennent des accessoires de vêtements et des ornements corporels (épingles, boucles d’oreilles en bronze, bagues en bronze ou en fer). Aucune arme n’est mentionnée.

  • 352 Soueref 2009, 354.

582Observations sur les pratiques funéraires archaïques. Les types de tombes sont les mêmes mais s’ajoutent plus tard le sarcophage en poros et l’enchytrisme. La crémation est attestée. Les catégories de mobilier d’accompagnement se diversifient. Aux côtés des vases locaux s’ajoutent des vases importées (eubéens, ioniens, corinthiens, attiques, cycladiques, etc.) et de nouvelles formes céramiques accompagnent les défunts dans la tombe, comme l’exaleiptron ou le lécythe. Les parures se diversifient et les armes sont bien présentes dans les tombes masculines. C’est à cette époque qu’apparaissent également des epistomia en or352.

583[96] Thermi (Θέρµη)

584Datation : âge du Fer à époque hellénistique (viiie au iiie s.). Bibliographie : Skarlatidou & Ignatidou 1996 ; Allamani et al. 1999 ; Skarlatidou 2007, 9-13 ; Skarlatidou 2009, 329-334. AD, 44, 1989, B’2, Chr., 320-321 (K. Lazaridi) ; 45, 1990, B’2, Chr., 308-309 (K. Lazaridi) ; 46, 1991, B’2, Chr., 279-281 (K. Lazaridi) ; 48, 1993, B’2, Chr., 328-334 (surtout p. 332-334) (E. Skarlatidou) ; 49, 1994, B’2, Chr., 446-450 (surtout p. 447-448) (D. Ignatidou) ; 50, 1995, B’2, Chr., 461-465 (surtout p. 462, 464) (E. Skarlatidou) ; 51, 1996, B’2, Chr., 436-441 (surtout p. 436-440) (E. Skarlatidou) ; 52, 1997, B’2, Chr., 638-640 (surtout p. 639-640) (E. Skarlatidou) ; 53, 1998, B’2, Chr., 567-573 (surtout p. 568, 569, 571) (E. Skarlatidou, B. Allamani) ; 54, 1999, B’2, Chr., 532-544 (surtout p. 534) (E. Skarlatidou) ; 55, 2000, B’2, Chr., 675-580 (surtout p. 675-676) (E. Skarlatidou) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 59-63 (E. Skarlatidou). BCH, 120, 1996, Chr., 1258 (G. Touchais) ; 122, 1998, Chr., 874 (G. Touchais) ; 123, 1999, Chr., 767 (G. Touchais) ; 125, 2001, Chr., 945-946 (G. Touchais, S. Huber et A. Philippa-Touchais). AR, 43, 1996-1997, Chr., 68 (D. Blackman) ; 46, 1999-2000, Chr., 84 (D. Blackman).

585Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle) / fosses, enchytrismes / adultes (aucun enfant mentionné).

586Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / objets particuliers (epistomia).

  • 353 Skarlatidou 2009, 329.

587Le site de Thermi se situe dans la vallée de l’Anthémonte et comprend une toumba (anciennement appelée Toumba Sédès), occupée de l’âge du Bronze à l’âge du Fer, une trapeza, occupée à partir de l’âge du Fer et une nécropole au pied de la trapeza sous la ville actuelle. Entre 1987 et 2006, ont été mis au jour plus de 4200 tombes datées entre le viiie et le iiie siècle (il y en a aussi quelques-unes du siècle dernier)353. Les tombes considérées comme appartenant à l’âge du Fer sont datées du viiie-viie siècle. Un changement s’opère à partir du vie siècle avec une diversification des pratiques funéraires et du mobilier. Les tombes n’ont pas encore été publiées dans leur intégralité, nous nous réfèrerons donc aux chroniques et rapports préliminaires de fouilles.

  • 354 AD, 48, 1993, B’2, Chr., 332 (E. Skarlatidou). Une seconde voie de (...)
  • 355 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 440, sx. 9 (E. Skarlatidou).
  • 356 Skarlatidou 2009, 333-334.
  • 357 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 438-439 (E. Skarlatidou).
  • 358 Par exemple, la T. 15, ciste à parement de galets, fermée par des (...)
  • 359 AD, 53, 1998, B’2, Chr., 568 et pl. 215γ (...)
  • 360 AD, 54, 1999, Chr., 534 (E. Skarlatidou).
  • 361 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 308-309 (K. Lazaridi) ; AD, 46, 1991, (...)

588Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane. Le noyau initial de la nécropole (au sud-ouest) se caractérise par une grande densité de tombes. L’ensemble funéraire était longé par une voie de circulation nord-sud, qui devait relier la trapeza aux terres cultivées354. Par ailleurs, cinq tombes datées de la fin de l’âge du Fer-début de l’époque archaïque, recoupent deux fossés antérieurs qui devaient fonctionner avec l’habitat avant l’expansion de la nécropole355. Les tombes les plus anciennes (viiie-viie s.), sont presque toutes des fosses, souvent fermées par des dalles de schiste356. Les bordures de certaines tombes sont aménagées de pierres ou de galets, une pratique qui semble surtout se développer à l’époque archaïque357. Sont également mentionnées des cistes à parement de galets et couvercle de dalles de schiste358. L’enchytrisme en pithos est plus rare mais semble être néanmoins utilisé dès la mise en place de la nécropole359. Quelques-uns étaient dans des fosses fermées de dalles de schistes, et on note un cas en ciste à orthostates360. Certaines tombes étaient marquées par des amas de pierres installés sur toute la longueur des dalles de couverture ou seulement sur une partie (au niveau de la tête des défunts)361. Pour une tombe à ciste (T. 126), on a remployé pour le couvercle une stèle anthropomorphique datée de l’âge du Fer, portant la représentation gravée d’un guerrier portant une lance, un baudrier et une épée (fig. 105).

Fig. 105. Thermi. Stèle anthropomorphique remployée comme couvercle de la ciste T. 126. Skarlatidou, Ignatidou 1996, 488 fig. 4.

Fig. 105. Thermi. Stèle anthropomorphique remployée comme                     couvercle de la ciste T. 126. Skarlatidou, Ignatidou 1996, 488 fig. 4.
  • 362 On mentionne une tombe de femme avec nourrisson, et celle de deux (...)
  • 363 AD, 44, 1989, B’2, Chr., 320-321 (K. Lazaridi).

589Les défunts. Les tombes étaient majoritairement individuelles362, les défunts, allongés sur le dos ou “sur le côté”. L’orientation des squelettes serait corrélée au sexe des défunts (les hommes avec la tête à l’ouest, et les femmes avec la tête à l’est)363.

  • 364 AD, 56-59, 2001-2004, B’ 3A, C (...)
  • 365 T. 6 et T. 57, cf. AD, 53, 1998, (...)
  • 366 Skarlatidou 2007.
  • 367 Exemples de quelques tombes à parures de l’âge du Fer détaillées d (...)

590Le mobilier. Les défunts des sépultures les plus anciennes étaient accompagnés de céramiques et de parures. Les armes semblent être absentes. Les vases ont été retrouvés au niveau de la tête ou des pieds des défunts et déjà brisés364. Pour deux tombes du viie siècle, les débris ont été trouvés sous la tête des défunts365. Les vases de table sont prédominants (vases ouverts à une anse, canthares à anses avec pouciers ou de type wishbone, bols à bec verseur, parfois décorés de cercles concentriques, cruches à col échancré). Les bijoux en bronze sont plus nombreux et comprennent des attaches de vêtements (épingles et fibules à lunettes), des ornements corporels (parures tubulaires spiralées, sphécotères, boucles d’oreilles, torques, pendeloques, perles, bracelets, etc.)366, au moins un epistomion (couvre-bouche) et une bande en or367.

  • 368 Pour les tombes archaïques, voir AD, 56-59 (2001-2004), B’3A, Chr., 58 (E. Skarlatidou).
  • 369 Skarlatidou 2009, 337-338, 337 fig. 14 ; AD, 44, 1989, (...)

591Observations sur les pratiques funéraires archaïques. À partir du vie siècle, les types de tombes se diversifient : fosses à couvercle de poros ou de schiste, fosses étagées, cistes à orthostates de poros, de schiste ou mixtes, à galets, puis à la fin de l’époque archaïque, des cistes à parement d’argile, de briques de terre crue avec traces de support en bois. L’enchytrisme est davantage utilisé, puis, le sarcophage en poros est adopté ainsi que la crémation secondaire368. Les amas de pierres sur les tombes semblent être plus fréquents. Les tombes sont orientées est-ouest, les hommes et les femmes sont orientés différemment. Le mobilier céramique est plus diversifié avec l’intégration de vases à parfum ou à cosmétiques (exaleiptra, aryballes, etc.) et la multiplication des importations (corinthiennes puis attiques)369.

592[97] Plagiari (Πλαγιαρί)

593Datation : âge du Fer (entre le xe et le viiie siècle). Bibliographie : Soueref & Havela 1998 ; AD, 53, 1998, B’2, Chr., 574 (K. Soueref) ; BCH, 124, 2000, Chr., 937 (G. Touchais & S. Huber).

594Caractéristiques : inhumation (individuelle) / fosses / position allongée sur le dos / adultes.

595Type de mobilier : vases / parures (corporelles).

  • 370 La T. 1 n’a livré que des tessons d’un vase modelé et un (...)

596En 1998, deux tombes ont été fouillées dans la commune de Plagiari au pied de la Toumba Phener. On ignore si elles appartiennent à un ensemble funéraire plus large. Il s’agit de deux inhumations dans des fosses creusées dans le sol naturel argileux et fermées par des dalles de pierre, qui, d’après les photographies reposaient sur une petite margelle. Les tombes étaient individuelles. Les squelettes étaient mal conservés et le sexe n’a pu être identifié. Hormis quelques tessons de céramique modelée, le mobilier est principalement composé de parures métalliques, comme le montre la riche sépulture féminine de la T. 2 : 2 boucles d’oreilles en bronze (spirales), 1 perle en bronze (sous la mâchoire), 1 torque en bronze, 2 grands anneaux, 1 morceau de tôle en fer370.

10 Macédoine Centrale : la Chalcidique (fig. 106)

Fig. 106. Carte de localisation des sites de la région de Chalcidique.

Fig. 106. Carte de localisation des sites de la région de                     Chalcidique.

597[98] Nea Kallikrateia (Νέα Καλλικράτεια)

598Datation : fin de l’âge du Fer (viiie-viie s.) à antiquité tardive. Bibliographie : Bilouka et al. 2000, 300-302 ; Bilouka et al. 2004 ; 2005, 239-248 ; Bilouka & Graïkos 2001, 279-282 ; Bilouka & Graïkos 2009, 239-243 ; AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 27-28 (A. Bilouka) ; AD, 60, 2005, B’2, Chr., 625 (A. Bilouka).

599Caractéristiques : nécropole plane (à marqueurs individuels ?) / inhumation / fosses / position allongée sur le dos / adultes.

600Type de mobilier : vases (table) / parures / ustensiles et accessoires (couteaux, fusaïole).

  • 371 Soueref 2011, 191-194
  • 372 Hansen 2004, 828, n° 573 ; Bilouka et al. 2005, 246 ; Tiverios (...)
  • 373 Bilouka et al. 2005, 240.
  • 374 Une quinzaine de tombes ont été découvertes jusqu’en 2005. En 2006 (...)

601De nombreux vestiges ont été mis au jour dans la commune actuelle de Nea Kallikrateia sur le littoral nord de la Chalcidique. Ils comprennent un habitat en toumba (Néolithique et âge du Bronze) et en trapeza (âge du Fer)371, des tombes de la fin du viie- début du viie siècle, d’autres nécropoles extra-muros archaïques et classiques autour du cœur de la cité antique, identifiée, non sans encore quelques incertitudes avec l’ancienne Dikaia, colonie érétrienne372. Les nécropoles mises au jour sont les suivantes : la nécropole Sud (tombes archaïques et classiques), la nécropole Est (tombes de l’âge du Fer et de l’époque archaïque), la nécropole Ouest (tombes de l’âge du Fer et de l’époque archaïque), le sommet de la colline Ouest (tombes d’époque romaine). Les tombes sont généralement situées sur un axe est-ouest, qui pourrait suggérer la présence d’une ancienne route parallèle à la côte373. La nécropole orientale est la plus documentée pour notre période, mais les tombes n’ont pas encore été publiées en détail374. On mentionne au total 22 tombes de l’âge du Fer sur plus de 400 tombes mises au jour.

  • 375 La crémation primaire n’apparaît que de manière ponctuelle durant (...)
  • 376 Bilouka & Graïkos 2001, 285. Un autre tertre entouré d’un cercle d (...)

602Organisation des tombes, rites et types de tombes. À l’âge du Fer, le rite exclusif est l’inhumation375, dans des fosses fermées par des dalles de calcaire ou de grès, ou bien, d’une grande pierre brute. Les tombes ne semblent pas suivre d’orientation privilégiée et auraient été marquées d’un petit tertre376.

  • 377 Bilouka et al. 2004, 110.
  • 378 Bilouka & Graïkos 2001, 285.

603Les défunts. Le nombre d’individus par tombe et le recrutement funéraire sont peu renseignés. Les ossements étaient mal conservés et le sexe des défunts a été supposé à partir du mobilier, quand les assemblages étaient suffisamment parlants377. Les défunts étaient en position allongée sur le dos. Les sépultures masculines avaient la tête orientée vers l’ouest, tandis que les sépultures féminines avaient la tête vers l’est378.

  • 379 Bilouka et al. 2004, 110.
  • 380 Bilouka et al. 2004, 110 ; AD, 61, 2006, B’2, Chr., 778 (...)

604Le mobilier. Il comprend des vases en céramique ‒ pas plus d’un par tombe (canthares modelés à anses avec pouciers, skyphoi, et un kyathos importé eubéen de la fin du Géométrique)379, des parures en bronze et un pendentif en forme d’ancre miniature en bronze, des couteaux en fer et au moins une fusaïole en terre cuite380.

605[99] Kalandra-Mendè (Καλάνδρα-Μένδη)

606Datation : fin du viiie siècle au vie siècle. Bibliographie : Vokotopoulou & Moschonissioti 1990 ; Vokotopoulou 1994 ; Moschonissioti 2010 ; Moschonissioti 2004.

607Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective) / enchytrismes (nourrissons et jeunes enfants), fosses, cistes à orthostates (grands enfants) / position allongée sur le dos, contractée latérale, contractée dorsale / immatures (adultes à partir du vie siècle).

608Type de mobilier : vases (table, parfum/cosmétique) / parures.

  • 381 Thuc. 4.123.

609La nécropole est celle située sur le site de l’ancienne Mendè, colonie érétrienne381, près de l’actuel village de Kalandra sur la côte méridionale de la presqu’île de Kassandra (ancienne Pallène). L’occupation du site remonte au xiie siècle (vestiges sur la colline de Vigla). Le site est divisé en trois secteurs : l’acropole (colline de Vigla), la ville basse (le proasteion), et à l’est, la nécropole (fig. 107). Cette dernière a été découverte près de la plage actuelle et fouillée dans le cadre d’une opération de sauvetage précédent la construction d’un hôtel. Les fouilles, effectuées à la fin des années 1980 et au début des années 1990 dans la portion sud de la nécropole, ont permis la mise au jour de 241 sépultures datées entre la fin du viiie et le vie siècle (la majorité des tombes datent du viie siècle). Les tombes n’ont pas encore été publiées en intégralité et les informations disponibles concernent la fin du viiie siècle comme l’époque archaïque.

Fig. 107. Mendè. Carte topographique simplifiée du site. D’après Vokotopoulou 1993, 122 fig. 2.

Fig. 107. Mendè. Carte topographique simplifiée du site.                     D’après Vokotopoulou 1993, 122 fig. 2.
  • 382 Vokotopoulou 1994, 92.
  • 383 Moschonissioti 2010, 209-212.
  • 384 Pour le ve s., est mentionné un cas de tombe à tuile, cf. Moschoni (...)
  • 385 Moschonissioti 2010, 210.
  • 386 Moschonissioti 2010, 210-211.
  • 387 Vokotopoulou 1994, 94-95.
  • 388 Moschonissioti 2010, 209.

610Organisation des tombes, rites et types de tombes. Cette portion de nécropole mise au jour semble avoir été réservée dès le début aux enfants (97,6 % des tombes), tandis que les sépultures d’adultes (2,4 %) sont datées du vie siècle. Les tombes sont parallèles au front de mer et parfois superposées sur trois niveaux (fig. 108)382. L’inhumation est le rite exclusif qui se présente sous la forme d’enchytrismes (173 cas), de fosses (59 cas) ou de tombes à ciste (3 cas). Les enchytrismes sont réservés aux nouveau-nés et jeunes enfants. Les vases ont été retrouvés sur le flanc, plus rarement debout, fermés par des tessons, des pierres, des bouchons d’argile ou des fragments de tuiles. Certains vases étaient entourés par quelques pierres de calage. Les défunts devaient être introduits par l’ouverture du récipient ou bien par la panse dont une partie était brisée383. Les récipients utilisés comprennent des pithoi, des amphores, des pithamphores, des amphores stamnoïdes et des petites jarres modelées. Les autres types de tombes, réservés aux grands enfants, adolescents et adultes, comprennent des fosses rectangulaires creusées dans le sable et comblées par le même sédiment, deux fosses à bordure de pierres et trois cistes orthostates384. Dans un cas, la présence de quatre clous retrouvés in situ au niveau du sol de la tombe suggère l’existence d’une structure en bois (cercueil ? simple planche ?)385. Des petits cairns retrouvés sur des tombes auraient servi de dispositifs de protection contre les animaux386, mais ils ont également pu servir de marqueur. À côté des tombes, ont été identifiés des petites couches de cendres mêlées à des esquilles d’os, des tessons et du charbon de bois. Il s’agirait de restes de libations et de commémorations387. Une tombe animale a été mise au jour (chien ?) mais elle n’est pas datée388.

Fig. 108. Mendè. Vue de la nécropole en cours de fouille. Moschonissioti 2012, fig. 5.

Fig. 108. Mendè. Vue de la nécropole en cours de fouille.                     Moschonissioti 2012, fig. 5.
  • 389 Moschonissioti 2010, 209.

611Les défunts. L’inhumation individuelle est l’usage courant mais non exclusif. Deux fosses contenaient chacune deux enfants placés tête-bêche enterrés simultanément et un enchytrisme renfermait deux individus déposés successivement. Dans la plupart des cas, les défunts étaient allongés sur le dos, et, dans le cas des enchytrismes, la tête placée vers l’ouverture du vase, donc vers l’est. Il y a toutefois des exceptions. On mentionne la présence d’individus en position fœtale et en position contractée dorsale (genoux repliés vers le haut). Le nombre exact de ces cas particuliers et l’âge des défunts concernés ne sont pas précisés389.

  • 390 Moschonissioti 2010, 213.
  • 391 Vokotopoulou & Moschonissioti 1990, 419 (...)

612Le mobilier. Seules 20 % des sépultures étaient accompagnées de mobilier et parmi celles-ci, seulement 10 % des enchytrismes. Tous siècles confondus, le mobilier comprend des céramiques (tasses, coupes, cruches, biberons, aryballes, lécythes – les deux derniers étant plutôt déposés au niveau des pieds), des parures (fibules, épingles, bagues, bracelets, colliers) et des statuettes en terre cuite390. La pauvreté du mobilier dans le cas des enchytrismes aurait été compensée par la valeur des contenants funéraires qui comprennent des céramiques peintes "chalcidiennes" et quelques importations dont deux amphores de Chios et six jarres décorées à haut pied conique ajouré, proches de celles connues à Érétrie et datées du début du viie siècle391.

613[100] Nikiti-Aï Giannis (Νικήτη, Αϊ-Γιάννης)

614Datation : âge du Fer à époque classique (ixe au ve s.). Les tombes de l’âge du Fer sont datées du ixe au milieu du viiie siècle. Bibliographie : Trakossopoulou-Salakidou 1988, 347-354 ; Rhomiopoulou 2012 ; AD, 39, 1984, B’ Chr., 224-225 (K. Sismanidis) ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 361-362 (E. Trakossopoulou-Salakidou).

615Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective), crémation secondaire / enchytrisme pour les inhumations. Pour les crémations, urnes dans des fosses ou pseudo-cistes à blocs de pierre / position allongée sur le dos / adultes et enfants (pour les inhumations).

616Type de mobilier : vases (table, cuisine) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles (fusaïoles).

  • 392 Grammenos et al. 1997, 61-62.
  • 393 AD, 32, 1977, B’2, Chr., 204 (Aik. (...)
  • 394 AD, 39, 1984, B’, Chr., 224, 225 sx. 1 (...)
  • 395 Trakossopoulou-Salakidou 1988 ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 361-362 (...)
  • 396 Les tombes de l’âge du Fer ont été découvertes lors des fouilles d (...)
  • 397 Rhomiopoulou 2012.
  • 398 Rhomiopoulou 2012, 444.

617La nécropole de Nikiti se situe sur la côte occidentale de la presqu’île de Sithonia, sur la plage Aï-Giannis. Le site est occupé depuis le début de l’âge du Bronze. Des traces d’occupation de l’âge du Fer ont été identifiées sur l’île en face de la colline de Kastro et sur les collines voisines du site392. L’ensemble funéraire a été découvert fortuitement en 1977 (59 tombes)393, puis refouillé en 1984 (28 tombes)394 et en 1988 (45 tombes)395. Au total ont été mises au jour 132 tombes dont 71 qui remonteraient à l’âge du Fer, entre le ixe à la moitié du viiie siècle396. Seules les tombes archaïques et classiques de la première campagne de fouille ont fait récemment l’objet d’une description détaillée397. Hormis, l’ajout de tombes à tuiles et de petites larnakes, les pratiques funéraires des époques historiques s’inscrivent dans la continuité de celles du début de l’âge du Fer comme le montre la T. 2 qui a livré une cruche, un canthare et une marmite tripode modelée (fig. 112)398.

  • 399 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 348.
  • 400 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.
  • 401 AD, 39, 1984, B’, Chr., 224 (K. Sismanidis).
  • 402 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 348.
  • 403 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.

618Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il s’agit d’une nécropole plane littorale. Les tombes se superposaient sur au moins deux couches avec une orientation principale ouest-est, parallèlement au littoral (fig. 109)399. Elles comprennent 66 enchytrismes et 5 crémations secondaires (dont 2 incertaines). Les enchytrismes sont dans des pithoi installés dans des fosses. Les vases étaient couchés sur le flanc, fermés par une dalle de schiste arrondie, parfois maintenue par d’autres pierres brutes400. Comme à Ierissos [103], certains pithoi étaient entourés de pierres. Dans trois cas ces périboles sont construits en maçonnerie de pierres sèches (1 m de hauteur et 0,35-0,50 m de largeur), formant un espace intérieur ovale, et, dans un cas, recouvert de trois grandes dalles de granite (T. 43). À l’intérieur, l’embouchure des pithoi était fermée par un amas de pierres brutes (fig. 110). D’une manière générale, ces vases funéraires font entre 0,85 et 2,50 m de longueur. À l’intérieur, les squelettes ont été retrouvés sur une couche de restes organiques qui pourraient correspondre à un lit d’écorces de pins401. Il n’y a pas de marqueurs funéraires clairement identifiés mais on suppose que les tombes devaient être signalées en surface par des dalles de schiste402. Il y a trois crémations attestées (T. 8, 22, 23) et deux incertaines. Les trois premières sont des crémations secondaires en urnes. Deux d’entre elles sont des fonds de vases placés verticalement entre des pierres (T. 8, 23) – l’urne de la T. 23 était fermée par une dalle de schiste arrondie. La troisième (T. 22) a été trouvée sous une couche de pierres rectangulaire (1 x 0,53 m) orientée nord-sud. Les deux autres cas possibles de crémation secondaire correspondent à des petites structures semi-circulaires en maçonnerie de pierres sèches, de 0,80 m de diamètre, avec des “murets” de 0,28 à 0,40 m de largeur. L’ouverture, orientée au sud était fermée par deux dalles de schiste placées de chant. L’intérieur a été lessivé par l’eau de mer mais on suppose que des restes brûlés devaient à l’origine reposer sur les quelques fragments de pithoi retrouvés à plat à l’intérieur403.

Fig. 109. Nikiti, Aï-Giannis. Plan de la nécropole, fouille de 1984. AD, 39, 1984, B’, Chr., 225 sx. 1 (K. Sismanidis).

Fig. 109. Nikiti, Aï-Giannis. Plan de la nécropole, fouille                     de 1984. AD, 39, 1984, B’, Chr., 225 sx. 1 (K. Sismanidis).

Fig. 110. Nikiti, Aï-Giannis. Vue de la nécropole en cours de fouille. D’après Trakossopoulou-Salakidou 1988, 354 fig. 5.

Fig. 110. Nikiti, Aï-Giannis. Vue de la nécropole en cours de                     fouille. D’après Trakossopoulou-Salakidou 1988, 354 fig. 5.
  • 404 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.

619Les défunts. L’inhumation individuelle est l’usage le plus courant, mais les trois pithoi placés dans les périboles renfermaient chacun au moins deux individus et sont interprétés comme des tombes familiales. La nécropole renferme des adultes et davantage d’enfants404.

  • 405 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.
  • 406 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.

620Le mobilier. Il comprend des céramiques, des parures et des ustensiles. Les vases d’accompagnement ont été retrouvés à l’intérieur des pithoi, et, dans au moins un cas, sur la panse du vase (T. 37). Les formes courantes modelées comprennent des cruches, des canthares, un bol à une anse et bec verseur, une marmite tripode et des biberons. Dans quatre tombes d’enfants, ces derniers ont été trouvés au niveau de la tête des défunts (fig. 111-112). Les parures comprennent des accessoires de vêtements (fibules) et des ornements corporels (bracelets en bronze, deux perles en plomb, une perle en verre). Parmi les quelques ustensiles sont mentionnées deux fusaïoles en terre cuite405. Certaines tombes féminines pouvaient être assez riches comme le montre le contenu de la T. 37 : 2 fibules à lunettes en bronze, 1 bracelet en bronze, 1 tôle de bronze enroulée, 1 perle en verre, 1 fusaïole en terre cuite406.

Fig. 111. Nikiti, Aï-Giannis. Bol à bec verseur et biberon. D’après AD, 39, 1984, B’, Chr., pl. 110δ-ε (K. Sismanidis).

Fig. 111. Nikiti, Aï-Giannis. Bol à bec verseur et biberon.                     D’après AD, 39, 1984, B’, Chr., pl. 110δ-ε (K. Sismanidis).

Fig. 112. Nikiti, Aï-Giannis. Canthare et marmite tripode de la T. 2. D’après Rhomiopoulou 2012, 444 fig. 4-5.

Fig. 112. Nikiti, Aï-Giannis. Canthare et marmite tripode de                     la T. 2. D’après Rhomiopoulou 2012, 444 fig. 4-5.

621[101] Toronè (Τορώνη)

622Datation : du xie à la moitié du ixe s. Bibliographie : Papadopoulos J. K. 2005 ; Papadopoulos et al. 2011.

623Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective dont réductions), crémation secondaire (individuelle, collective) / fosses, cistes à orthostates, pseudo-enchytrismes pour les inhumations. Pour les crémations secondaires, urnes dans des fosses, dans des cistes à orthostates / position allongée sur le dos / adultes et enfants (pour les inhumations et les crémations).

624Type de mobilier : vases (table, cuisine, parfum/cosmétique) / parures (vestimentaires et corporelles) / ustensiles (lame, pierres à aiguiser, fusaïole ?).

  • 407 Hdt. 7.122.
  • 408 Papadopoulos J. K. 2005.
  • 409 La date haute de l’utilisation de la nécropole a récemment été con (...)

625La nécropole de l’âge du Fer se situe sur le site de l’ancienne cité de Toronè407 localisée sur la côte méridionale de Sithonia, et plus précisément sur une presqu’île rocheuse qui sépare les golfes de Toroni au nord et de Kouphos au sud. Les vestiges allant du Néolithique à l’époque byzantine, s’étendent sur une série de quatre promontoires et des terrasses (fig. 113). Jusqu’à la fin de l’âge du Bronze, le cœur de l’habitat se situe sur le promontoire rocheux dit le “Lécythe”. Durant les époques protogéométrique et géométrique, l’occupation s’étend sur la terrasse V, où se trouve la nécropole, abandonnée vers 850. On ignore où sont situées les tombes archaïques, mais à partir du viie siècle, se développe un système de fortification, l’habitat perdure sur le “Lécythe” et s’étend sur la colline 2. La ville basse se développe vers la zone portuaire à l’est, tandis qu’à l’époque classique, elle continue de se développer également vers le sud sur la plus haute colline “Viglaˮ où une acropole est alors bâtie. La nécropole protohistorique se situe sur la terrasse V (fig. 114). Fouillée dans sa quasi-totalité entre 1981 et 1984 par une équipe de l’Université de Sydney et la Société archéologique d’Athènes, elle a été publiée en 2005 dans une remarquable monographie408. Les fouilles ont permis la découverte de 134 tombes datées entre le xie et la moitié du ixe siècle.409

Fig. 113. Toronè. Plan topographique du site. D’après Papadopoulos J. K. 2005, 715 fig. 7.

Fig. 113. Toronè. Plan topographique du site. D’après                     Papadopoulos J. K. 2005, 715 fig. 7.

Fig. 114. Toronè. Plan de la nécropole sur la terrasse V. Papadopoulos J. K. 2005, 719 fig. 13.

Fig. 114. Toronè. Plan de la nécropole sur la terrasse V.                     Papadopoulos J. K. 2005, 719 fig. 13.
  • 410 Papadopoulos J. K. 2005, 366-367.

626Organisation des tombes, rites et types de tombes (fig. 115). La crémation secondaire est le rite principal (118 tombes) et l’inhumation, le rite minoritaire (16 tombes). Au sud, une partie de la terrasse a été aplanie puis couverte d’un sédiment appelé dépôt 4 pour répondre à l’installation des premières tombes. Cette phase initiale (phase I) compte une douzaine d’inhumations dont les premières remontent au Submycénien. Au nord, un second noyau de quatre inhumations semble lui aussi ancien mais la contemporanéité avec le premier groupe n’est pas complètement établie. L’espace en entier est progressivement utilisé pour des crémations (Phase II), rite qui supplante l’inhumation au cours du Protogéométrique (la dernière inhumation pourrait être la T. 13 de la phase IA)410. En plus des différentes phases, 18 groupes de tombes apparentées ont été identifiés :

627Phase IA, IB, I/II : secteur sud, tombes installées dans la terrasse aménagée ;

628Phase III : extension du cimetière au nord-est et au sud ;

629Phase IV : l’équivalent de la phase III mais pour les tombes du secteur nord ;

630Phase III/IV : tombes à l’est et au nord-est du noyau initial (sans qu’il soit possible de les distinguer chronologiquement).

631Au total, il y a trois types de tombes adaptés aux inhumations et aux crémations secondaires : la simple inhumation en fosse (13 tombes), celle en ciste à orthostates (1 tombe) et celle en pithos, appelée ici pseudo-enchytrisme (2 tombes), l’urne cinéraire en fosse (115 tombes), celle en ciste à orthostates (2 tombes) et un cas hybride d’urne placée dans une fosse dont le fond a été aménagé d’un grand fragment de pithos (1 tombe).

Fig. 115. Toronè. Plan récapitulatif des pratiques funéraires (A.-Z. Chemsseddoha, à partir des données des plans de Papadopoulos J. K. 2005 notamment fig. 192, 194, 216).

Fig. 115. Toronè. Plan récapitulatif des pratiques funéraires                     (A.-Z. Chemsseddoha, à partir des données des plans de Papadopoulos J. K. 2005                     notamment fig. 192, 194, 216).
  • 411 T. 7, voir Papadopoulos J. K. 2005, 82-83, (...)
  • 412 Papadopoulos J. K. 2005, 372-373.
  • 413 Papadopoulos J. K. 2005, 372.
  • 414 Papadopoulos J. K. 2005, 194-196.

632Les inhumations sont orientées nord-ouest/sud-est. Les fosses simples sont ovales ou rectangulaires creusées dans le sol naturel. Des restes organiques retrouvés à l’intérieur d‘une tombe suggéreraient l’existence de bois ou de branchages411. Les deux peudo-enchytrismes (T. 1 et T. 12) sont des variantes hybrides de l’enchytrisme : les défunts (des immatures) reposaient sur un grand fragment de pithos412. La tête du défunt de la T. 7 reposait sur un fragment de pithos également. Il y a une seule ciste à orthostates (T. 9), faite de dalles de schiste – le défunt reposait sur le sol naturel413. On retrouve également ce type de tombe pour deux crémations secondaires. Il n’y a pas de marqueur funéraire visible, sauf peut-être pour la T. 109 (urne placée dans une fosse avec une dalle de pierre verticale qui dépassait du niveau d’ouverture de la fosse)414. Les crémations sont secondaires (fig. 116), avec les restes osseux dans des urnes déposées dans des fosses ou dans des cistes à orthostates. Les fosses sont circulaires ou ovales et mesurent de 0,25 à 0,80 m de longueur ou de diamètre et de 0,10 à 0,40 m de profondeur. Dans un cas (T. 89), l’urne était un pithos incomplet placé sur le flanc, à la manière des pseudo-enchytrismes. Dans le cas de la T. 27, l’urne cinéraire était placée sur un grand fragment de pithos au fond de la fosse.

Fig. 116. Toronè. Les types de tombes renfermant des crémations secondaires. D’après Papadopoulos J. K. 2005, 720-721 fig. 14.

Fig. 116. Toronè. Les types de tombes renfermant des                     crémations secondaires. D’après Papadopoulos J. K. 2005, 720-721 fig. 14.
  • 415 Papadopoulos J. K. 2005, 378.
  • 416 Papadopoulos J. K. 2005, 151, 837 fig. 135, pl. 330 (T. 79), 212-2 (...)
  • 417 Papadopoulos J. K. 2005, 894 fig. 194.

633Les urnes cinéraires et les couvercles sont variés. Pour les urnes (fig. 117), les formes fermées sont plus fréquentes (84 urnes) que les vases ouverts (33 urnes). Les tasses/kyathoi semblent n’avoir été réservés qu’aux immatures415. Certaines urnes étaient déjà brisées, incomplètes ou réparées (par exemple, les urnes de la T. 79, T. 116 et T. 129)416. Il s’agit donc de remplois. Les cruches, les canthares, les bols, les marmites et les lékanés servaient de couvercles ou étaient utilisés pour caler les urnes. Les urnes pouvaient être également fermées par des pierres plates parfois retaillées en arrondi. Certaines urnes étaient fermées par deux vases (T. 48, une base de cratère retournée et par-dessus un lékané complet également posé à l’envers). À l’intérieur de la fosse, les urnes étaient maintenues par des pierres et des éclats de substrats rocheux provenant du creusement de la fosse. Dans la T. 47, l’amphorisque était placée verticalement, maintenue par des petites pierres de calage et des éclats de roche, l’embouchure de l’urne fermée par une base de cratère et un lékané retourné lui-même calé par des petites pierres et des fragments de marmites tripodes. Les fosses situées dans le secteur du dépôt 4 étaient comblées de résidus du bûcher, tandis que la plupart des tombes situées à l’extérieur de cette zone étaient comblées d’éclats du sol excavé417.

  • 418 Papadopoulos J. K. 2005, 336.

634Les bûchers n’ont pas été découverts. Certains devaient être construits sur la plage (coquillages marins et galets intrusifs trouvés dans le comblement des fosses)418.

Fig. 117. Toronè. Les types d’urnes cinéraires. D’après Papadopoulos J. K. 2005, 898, fig. 198.

Fig. 117. Toronè. Les types d’urnes cinéraires. D’après                     Papadopoulos J. K. 2005, 898, fig. 198.
  • 419 Papadopoulos J. K. 2005, 243-315.
  • 420 Un cas possible de position contractée dorsale, mais non assuré (T (...)
  • 421 Papadopoulos J. K. 2005, 395.
  • 422 Papadopoulos J. K. 2005, 377-378.

635Les défunts. L’étude ostéologique a été faite par J. H. Musgrave419. Les 134 tombes renfermaient un minimum de 147 individus. Les inhumations étaient individuelles ou collectives : réductions ou défunts superposés. Les défunts étaient en position allongée sur le dos, la tête orientée vers le sud-est420. Les urnes cinéraires renfermaient généralement un individu, mais dans quelques cas plusieurs individus ont été identifiés (fig. 121). Cette nécropole regroupe des adultes, des adolescents, des enfants et des nouveau-nés, des hommes et des femmes. La crémation a été utilisée pour les enfants comme pour les adultes421, mais il y a aucune inhumation de nouveau-né. Dans six tombes à crémation, les enfants avaient leur propre tombe. On notera toutefois le cas particulier de la double sépulture T. 123, qui rassemblait les restes d’une femme et d’un fœtus/nouveau-né, interprétés comme ceux d’une mère, peut-être morte en couche422 :

  • Adultes : 67,3 %

  • Enfants et jeunes adolescents : 10,2 %

  • Jeunes enfants (< 3 ans) : 4,1 %

  • Indéterminés : 18,4 %

  • 423 Papadopoulos J. K. 2005, 360-367, table 4.1.
  • 424 Parmi les parures on compte 3 fibules, 2 anneaux/spirales pour che (...)
  • 425 Papadopoulos J. K. 2005, 82-84.
  • 426 Papadopoulos J. K. 2005, 154.
  • 427 Papadopoulos J. K. 1996 154-159 ; (...)
  • 428 Papadopoulos J. K. 2005, 3-14, 39-40 ; (...)

636Le mobilier423. Le mobilier comprend en majorité de la céramique (fig. 118-119). Les parures et les ustensiles sont rares424. Les vases associés aux inhumations sont presque tous modelés : des canthares, des cruches, une amphore et un pied de marmite tripode (fragmentaire). Une des tombes les plus riches (T. 7) a livré en plus d’une cruche, d’un canthare modelé et d’un pied de marmite tripode, un sphécotère en bronze et deux anneaux de cheville en bronze425. Dans 66 crémations secondaires, l’urne elle-même était le seul objet dans la tombe. Dans les 52 autres tombes, l’urne était accompagnée d’un à cinq vases disposés autour. Ces vases d’accompagnement sont presque tous modelés. Le vase le plus fréquent est la cruche à col échancré (27 cas), puis viennent les canthares modelés (deux dans la T. 82). On trouve également un vase composite, une amphorisque tournée (T. 22) et des fragments de marmites tripodes. Les vases étaient disposés soigneusement et maintenus par des pierres, des éclats du sol excavé, ou par les résidus du bûcher, comme dans la T. 82 : une amphore tournée couchée sur le flanc (urne), une cruche modelée placée verticalement et deux canthares modelés sur le flanc (vases d’accompagnement), tous volontairement installés de cette manière426. Les céramiques fragmentaires retrouvées dans les résidus brûlés sont plus variées (fig. 120) : les vases tournés sont deux fois plus nombreux que les vases modelés. La part des vases de table est importante, notamment les vases à boire et à mélanger. La commensalité est également présente à travers des récipients utilisés dans la préparation des repas (les marmites tripodes). On compte au total environ 500 vases (urnes cinéraires et vases d’accompagnement). Plus des trois quarts des vases sont locaux mais la part des vases importés n’est pas négligeable (fig. 119). D’une manière générale, on constate que la céramique appartenant à la première phase d’utilisation du cimetière est marquée par une influence attique, tandis que durant la dernière phase du cimetière, l’influence attique diminue au profit des importations d’autres centres (Chalcidique, Eubée, Cyclades, Thessalie, Locride et Crète)427. La céramique de production locale est très présente dans ce cimetière. La découverte d’un four de potier sur le lieu de la nécropole ainsi que des marques de potiers sur quelques vases témoignent de l’importance de cette activité artisanale428. Au total, les vases locaux modelés représentent 39 % (soit 134 vases). Il s’agit de vases de table (cruches, canthares, bols), de vases de stockage (jarres) et de vases culinaires (marmites tripodes). Les vases tournés locaux, représentent 55 % (soit 189 vases) et comprennent essentiellement des vases fermés (amphores, amphorisques) et des vases ouverts (skyphoi et cratères). Les vases importés retrouvés dans les tombes ne représentent que 5 % (soit 17 vases) de l’ensemble céramique.

  • 429 Papadopoulos J. K. 2005, 342 (F. Gyulai, (...)
  • 430 Papadopoulos J. K. 2005, 317-318 (...)
  • 431 Papadopoulos J. K. 2005, 335-336 (...)

637On a également retrouvé dans les tombes quelques restes végétaux429 ainsi que des restes fauniques (dans 16 tombes) : ossements d’ovins/caprins et suidés, brûlés ou non brûlés (animaux rôtis mais dont les os n’étaient pas en contact direct avec la flamme)430, de la faune marine (coquillages, oursins, poissons). Certains coquillages semblent avoir été sélectionnés pour leurs qualités esthétiques et d’autres ont dû être consommés431.

Fig. 118. Toronè. Distribution du mobilier par matériau.

Fig. 118. Toronè. Distribution du mobilier par matériau.

Fig. 119. Toronè. Les types de céramiques. D’après Papadopoulos J. K. 2005, 421 graph. 5.1.

Fig. 119. Toronè. Les types de céramiques. D’après                     Papadopoulos J. K. 2005, 421 graph. 5.1.

Fig. 120. Toronè. Vases affectés par le feu et déposés dans les tombes à crémation. D’après Papadopoulos 2005, 391, tab. 4.7.

Fig. 120. Toronè. Vases affectés par le feu et déposés dans                     les tombes à crémation. D’après Papadopoulos 2005, 391, tab. 4.7.

Fig. 121. Toronè. Identité biologique des défunts dans les tombes collectives.

Rite n° de tombe NMI Âge-Sexe
A ado E n.-né
Inh. 5 3
9 4 ♀♀♂
16 2 ♂♂
Crém. 58 2
82 2
84 2
103 2
112 2
118 2 ?
123 2
124 2 ?

638[102] Koukos (Κούκος)

639Datation : du xe à la fin du viiie siècle. Bibliographie : Carington-Smith & Vokotopoulou 1988 ; 1989 ; 1990 ; 1992 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 370-371 (J. Vokotopoulou).

640Caractéristiques : nécropole plane / crémation secondaire (individuelle, collective) / urnes dans des fosses, des cistes ou des pithoi / aucune information sur les défunts.

641Type de mobilier : vases (table, cuisine) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (lances) / ustensiles et accessoires (fusaïoles, lames en fer).

  • 432 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 428, 429.
  • 433 Les tombes 94 et 97 pourraient être un peu plus tardives, cf. Cari (...)

642Le site de Koukos se situe sur une colline escarpée du même nom, dans la partie sud de la presqu’île de Sithonia, à environ 4 km à l’ouest du village de Sykia. Il est occupé au moins depuis le xe siècle et est abandonné aux alentours de 700. Il s’agit d’un village de l’âge du Fer comprenant un mur de fortification, un habitat et une nécropole située à environ 100 m à l’ouest (fig. 122). La nécropole a été pillée et endommagée432. Les résultats des fouilles systématiques entreprises sur cinq saisons (1987-1990 et 1992) sont disponibles sous forme de rapports préliminaires relativement détaillés. Au total, 98 tombes ont été mises au jour, contemporaines de l’occupation de l’habitat (fig. 123)433.

Fig. 122. Koukos. Plan topographique du site. D’après Carington-Smith & Vokotopoulou 1990, 440 sx. 1.

Fig. 122. Koukos. Plan topographique du site. D’après                     Carington-Smith & Vokotopoulou 1990, 440 sx. 1.

Fig. 123. Koukos. Plan de la nécropole. Carington-Smith & Vokotopoulou 1991, 441 fig. 2.

Fig. 123. Koukos. Plan de la nécropole. Carington-Smith &                     Vokotopoulou 1991, 441 fig. 2.
  • 434 T. 20, T. 30 et T. 44 par exemple, cf. Carington-Smith & Vokotopou (...)
  • 435 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 361 ; ibid. 1989, 430. Sous la T. 65, un (...)
  • 436 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 431.
  • 437 Carrés 8, 19 et 22 (voir le plan fig. 123), cf. Carington-Smith & (...)
  • 438 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, (...)
  • 439 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, (...)
  • 440 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, (...)

643Organisation des tombes, rites et types de tombes. Le rite exclusif attesté est la crémation secondaire dans deux types de tombes : la ciste à orthostates (49 cas) et la fosse (49 cas, dont 34 contenaient des pithoi et 15 des petites urnes cinéraires). Les tombes s’organisent en deux groupes. Celui du nord-est est le plus dense. Les tombes se superposaient parfois sur trois niveaux434. D’une manière générale, les tombes ne suivent pas d’orientation privilégiée et semblent plutôt s’adapter au terrain. Dans le secteur nord-est, un péribole en maçonnerie de pierres sèches (5,30 x 4 m) semble avoir été installé sur des tombes mais sa fonction est inconnue435. Il recouvrait un bûcher de forme ovale (1,40 x 0,90 m) dont le sol était couvert de pierres portant des traces de chauffe. Les couches de la zone entourant cette structure étaient chargées de cendres, à la différence du reste de l’espace funéraire436. À plusieurs endroits de la nécropole ont été découverts des amoncellements de pierres interprétés comme des réserves de matériaux pour la construction des tombes437. Les cistes à orthostates ne dépassent pas un mètre de longueur (fig. 124). Elles ont une plaque par côté et devaient être fermées par une dalle de couverture438. La T. 20 était constituée de deux caissons, contenant respectivement trois et deux urnes cinéraires439. Les fosses renfermaient des pithoi ou d’autres urnes cinéraires. Les pithoi, couchés sur le flanc à la manière des enchytrismes, renfermaient directement des restes brûlés ou bien une ou plusieurs urnes cinéraires. La T. 90 et les urnes de la T. 56 étaient recouvertes par des blocages de pierres. Dans un cas (T. 60), l’urne cinéraire a été trouvée dans une anfractuosité de rocher. Pour la T. 75, du mobilier reposait directement sur la roche naturelle, cet ensemble n’est peut-être pas une sépulture440. Les urnes, autres que les pithoi, étaient fermées par des tessons d’autres vases. Elles comprennent des vases de table modelés ou tournés (cruches, coupes, canthares, cratères), des amphorisques et des amphores tournées, des vases culinaires (dont une marmite tripode).

Fig. 124. Koukos. Crémation T. 5. AD, 42, 1987, B’2, Chr., pl. 210α (J. Vokotopoulou).

Fig. 124. Koukos. Crémation T. 5. AD, 42, 1987, B’2, Chr.,                     pl. 210α (J. Vokotopoulou).
  • 441 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, (...)
  • 442 Il s’agit d’une fosse recouverte par un petit amoncellement de pie (...)
  • 443 T. 44 : un pithos renfermait 1 cruche modelée, 1 canthare à anses (...)

644Les défunts. L’analyse ostéologique n’a pas encore été publiée. Des tombes renfermaient plusieurs urnes cinéraires, parfois jusqu’à cinq ou six441. Par exemple, la T. 56 a été interprétée comme une tombe familiale et les objets miniatures découverts à l’intérieur pourraient être des indicateurs pour la présence d’une sépulture d’immature442. D’après les catégories de mobilier d’accompagnement, des hommes et des femmes étaient enterrés dans ce cimetière, peut-être parfois dans la même tombe (mobilier mixte de la T. 44)443.

  • 444 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, (...)
  • 445 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, (...)
  • 446 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 364.
  • 447 Parmi les pointes de lance, 4 ou 5 ont été découvertes dans la T.  (...)
  • 448 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 362 ; (...)

645Le mobilier. Les céramiques utilisées comme urnes ou vases d’accompagnement sont proches de celles connues dans la nécropole voisine de Toronè [101]. On trouve des vases modelés locaux ainsi que des vases tournés de style eubéen protogéométrique ou subprotogéométrique444. Les vases de table sont dominants, en particulier les services à boisson avec des cruches, des canthares, des coupes, des skyphoi, des cratères simples ou à bec verseur (fig. 125). On trouve également des amphores et amphorisques ainsi que des vases culinaires (marmites tripodes fragmentaires ou fragments éparpillés dans la tombe)445. Le reste du mobilier comprend des parures, dont des attaches de vêtement (fibules) et des ornements corporels (bracelets et bagues en bronze, perles en verre, en faïence, en bronze et en or, un sphécotère en or et une boucle d’oreille en argent)446, ainsi que 7 pointes de lance447 et des ustensiles (6 couteaux, 10 fusaïoles, 1 outil en pierre et 1 pierre à aiguiser)448.

Fig. 125. Koukos. Cratère à bec verseur modelé de la T. 50 (à gauche) et vase à une anse avec poucier de la T. 80. D’après Carington-Smith & Vokotopoulou 1990, 451 fig. 6, 452 fig. 7.

Fig. 125. Koukos. Cratère à bec verseur modelé de la T. 50 (à                     gauche) et vase à une anse avec poucier de la T. 80. D’après Carington-Smith                     & Vokotopoulou 1990, 451 fig. 6, 452 fig. 7.

646[103] Ierissos (Ιερισσός)

647Datation : du xe à la fin du viiie siècle. Bibliographie : Trakossopoulou-Salakidou 2001, 350-352 ; 2004, 265-276 ; 2013, 146-147 ; Panti 2005, 350 ; AD, 54, 1999, B’2, Chr., 559‑560 (E. Trakossopoulou) ; AD, 55, 2000, B’2, Chr., 709-711 (E. Trakossopoulou) ; AD, 56-59, 2001‑2004, B3’A, 33-34, 83-84, 139 (E. Trakossopoulou).

648Caractéristiques : nécropole plane / inhumation (individuelle, collective), crémation secondaire / fosses, enchytrismes, pour les inhumations, urnes, pour les crémations / position allongée sur le dos / adultes et enfants.

649Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (une épée).

  • 449 Plu., Mor., 298A-B ; Trakossop (...)
  • 450 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 275.
  • 451 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 266-267

650La ville actuelle d’Ierissos sur la côte orientale de la Chalcidique est bien connue pour les vestiges de l’ancienne Acanthe, colonie d’Andros fondée au viie siècle et notamment son immense nécropole littorale qui a livré des milliers de tombes datées entre le viie siècle et l’antiquité tardive449. La nécropole de l’âge du Fer se situe plus en retrait du rivage, parallèlement à cet immense ensemble. Les tombes archaïques ne sont pas complètement absentes de cet espace funéraire dit précolonial mais sont rares450. L’habitat de l’âge du Fer a été localisé sur la colline de Kastro et au lieu-dit Ladiava. Il aurait été occupé du xie au viiie siècle451. La nécropole a été fouillée à partir des années 1970 au gré des constructions modernes (115 tombes mises au jour jusqu’en 2003) et les tombes de la nécropole de l’âge du Fer n’ont pas encore été publiées en détail.

  • 452 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 275.
  • 453 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. T (...)
  • 454 AD, 55, 2000, B’2, Chr., 711 (E. T (...)
  • 455 AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Ch (...)
  • 456 Kaltsas 1998, 291.
  • 457 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. Trakossopoulou).
  • 458 Kaltsas 1998, 299.

651Organisation des tombes, rites, types de tombes et défunts. Il s’agit d’une nécropole plane où l’inhumation est le rite principal, en enchytrisme surtout, ou bien en fosse. Les crémations sont rares et une seule est bien détaillée dans les publications. Les tombes ont été découvertes dans une seule couche et ne semblent pas suivre d’orientation privilégiée, à la différence de la nécropole archaïque452. Le type de tombe le plus courant est l’enchytrisme en pithos (fig. 126). Les vases funéraires sont couchés sur le flanc, l’ouverture fermée par une plaque de schiste et des pierres calcaires non travaillées. Des pierres entouraient les vases et les recouvraient parfois dans leur intégralité453. On mentionne un enchytrisme dans deux pithoi emboîtés. Les vases portaient un bandeau plastique décoré de lignes incisées ou d’impressions digitées454 et certains portaient des traces de réparation en plomb455. L’enchytrisme perdure à l’époque archaïque, mais concerne surtout les nourrissons, qui sont déposés dès lors dans des plus petits vases de stockage (amphores, hydries, cruches, etc.)456. Les tombes à fosse semblent minoritaires. Le bord du creusement des fosses mises au jour était souligné par des pierres calcaires et le tout fermé par des dalles de schiste457. Cette pratique se rencontre également dans la nécropole postérieure458.

Fig. 126. Ierissos. Vue d’une partie de la nécropole en cours de fouille. AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, pl.12δ (E. Trakossopoulou).

Fig. 126. Ierissos. Vue d’une partie de la nécropole en cours                     de fouille. AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, pl.12δ (E. Trakossopoulou).
  • 459 Trakossopoulou-Salakidou 2001, 350-352
  • 460 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 269 (...)
  • 461 Trakossopoulou-Salakidou 2001, 351.
  • 462 Trakossopoulou-Salakidou 2013, 146-147 ; Panti (...)

652D’après la documentation consultée, nous n’avons enregistré que trois crémations. La première est la plus importante (T. 8978-8979)459. Retrouvée contre l’angle d’un bâtiment classique interprété comme un hérôon ou un lieu de culte dédié à Cybèle (fig. 127), la tombe est une fosse rectangulaire (1,20 x 1 x 0,80 m) avec un bord de creusement souligné par des pierres. Elle renfermait trois urnes cinéraires recouvertes par une couche de terre et d’os brûlés. Une cruche modelée à col échancré, qui renfermait les os d’un enfant était placée sur la plaque-couvercle de l’amphore modeléequi renfermait les os d’un adulte. La sépulture adulte était accompagnée de plusieurs éléments de parures (2 bracelets en bronze, 6 anneaux en fer, 3 perles, 2 fibules à arc en bronze). Ces restes ont été interprétés comme ceux d’une mère et de son enfant. La troisième urne est un vase de cuisine, retrouvé couché dans la fosse qui contenait des cendres mais il ne s’agit peut-être pas d’un troisième individu460. Le bûcher a été installé sur place et une partie du bois carbonisé a été retrouvée in situ au fond de la fosse461. Le seul objet retrouvé, en dehors des parures, est une petite marmite tripode fragmentaire. Les deux autres crémations secondaires correspondent à deux urnes cinéraires, une pithamphore (T. 9944)et un petit pithos (T. 11260), datant pour la première au plus tard du viiie siècle et pour l’autre de la seconde moitié du viiisiècle462.

Fig. 127. Ierissos. Tombe à crémation. Trakossopoulou-Salakidou 2001, 350 fig. 13.

Fig. 127. Ierissos. Tombe à crémation.                     Trakossopoulou-Salakidou 2001, 350 fig. 13.
  • 463 Exemple de la T. Π4.9939, cf. AD, 56-59, 2001-2004, (...)

653Les défunts. Les enchytrismes renferment des adultes et des enfants. Entre 1999 et 2003, on dénombre au moins 30 cas d’inhumations collectives : deux ou trois individus par vase463. Les défunts semblent être en position allongée sur le dos.

  • 464 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. T (...)
  • 465 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 272-274.

654Le mobilier. D’une manière générale, la moitié des tombes contient du mobilier et les parures en bronze semblent plus nombreuses que les vases en céramique. Lors des fouilles de 1999, sur les 18 tombes mises au jour, une seule œnochoé aurait été récupérée464. Les vases modelés comprennent des cruches, des canthares, une coupe modelée à une anse. Les parures comprennent des accessoires vestimentaires (fibules à arc et disques en bronze) et des ornements corporels (armilles, bracelets, anneaux, perles). On notera la découverte d’une petite parure tubulaire spiralée en or et d’une épée en fer de type Naue II (T. 9967)465.

11 Du Strymon aux Rhodopes occidentaux (fig. 128)

Fig. 128. Carte de localisation des sites à l’est du fleuve Strymon.

Fig. 128. Carte de localisation des sites à l’est du                         fleuve Strymon.

655[104] Amphipolis-Kastas (Αµφίπολης-Καστάς)

656Datation : du xe au ive siècle (tombes de l’âge du Fer du xe au viiie siècle). Bibliographie : PAE 1976, 97-98 (D. Lazaridis) ; 1977, 42-45 (D. Lazaridis) ; Koukouli-Chryssanthaki 1993, 683‑684 ; Lazaridis 1997, 73-74.

657Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation, crémation secondaire / pour les inhumations, enchytrismes, dépôts primaires dans le tertre (?). Pour les crémations, urnes, dépôts secondaires dans le tertre (?).

658Type de mobilier : vases (table) / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, poignard).

  • 466 Lazaridis 1997, 72-73 ; Koukouli-Chryssanthaki 1993, (...)
  • 467 Lazaridis 1997, 73-75.
  • 468 PAE, 1977, 42-45 (D. Lazar (...)
  • 469 Koukouli-Chryssanthaki 1993, 683-684.

659La nécropole d’Amphipolis du lieu-dit Kastas correspond au site du fameux tumulus monumental érigé sur une tombe macédonienne exceptionnelle. Il se situe au pied de la “Colline 133ˮ, ayant livré des traces d’occupation allant du Néolithique à la moitié du ve siècle, et en face du site de l’ancienne Amphipolis466. Dans les années 1960, 1970 et 1980, D. Lazaridis avait procédé à de grands sondages sur les bords visibles du tertre, qui avaient permis la mise au jour de groupes de tombes datées entre le xe et la moitié du ve siècle. Les sépultures de l’âge du Fer, au moins 18, datées du xe à la fin du viiie siècle, sont associées à deux aires pierreuses identifiées à des tertres, tandis qu’à partir du viie siècle, il s’agit de tombes individuelles à ciste ou à fosse467. Les découvertes ont été présentées sous forme de rapports préliminaires dans les PAE. Pour les tombes de l’âge du Fer, nous nous référerons essentiellement à la chronique de 1977468 ainsi qu’à la courte synthèse de H. Koukouli-Chryssanthaki469.

  • 470 PAE 1977, 42-45 (D. Lazari (...)

660Organisation des tombes, rites, types de tombes et mobilier. Les tombes sont associées à deux couches de pierres circulaires470. Les structures renferment des crémations secondaires (une urne cinéraire et peut-être des dépôts secondaires brûlés sans urne) et des inhumations (enchytrismes en pithos et peut-être des dépôts primaires placées entre les pierres).

  • 471 PAE 1977, 42-45 (D. Lazari (...)

661La construction n° 1 ou tertre A (8,5 x 12 m) renfermait 13 sépultures, dont cinq en pithos (ouverture fermée par une plaque de schiste), une crémation secondaire en urne, sept sépultures retrouvées sur le sol recouvertes par la couche de pierres brutes. La crémation secondaire était dans une amphore modelée datée entre le xe et le viiie siècle et associée à deux épées en fer de type Naue II (fig. 129). Le reste du mobilier comprend entre autres les objets suivants : 2 sphécotères en or, 1 poignard en fer fragmentaire, 1 épingle en bronze, 2 bagues en fer, 3 bracelets, des perles en bronze et des pendeloques471.

Fig. 129. Amphipolis-Kastas. Urne cinéraire du tertre A (à gauche) et quelques vases d’accompagnement provenant des deux tertres (à droite). D’après Koukouli-Chryssanthaki 1993, 700 fig. 5, 701 fig. 6.

Fig. 129. Amphipolis-Kastas. Urne cinéraire du tertre A                         (à gauche) et quelques vases d’accompagnement provenant des deux tertres (à                         droite). D’après Koukouli-Chryssanthaki 1993, 700 fig. 5, 701 fig. 6.
  • 472 PAE 1977, 42-45 (D. Lazari (...)

662La construction n° 2 ou tertre B (5 x 4,65 m) renfermait cinq sépultures, dont quatre enchytrismes en pithos et un dépôt primaire découvert entre les pierres. Le mobilier comprend les objets suivants : 4 perles en bronze, 1 perle en verre, 2 anneaux en bronze, 1 bague en fer, 1 cruche et des tessons de vases modelés472.

663Il n’y a pas d’information disponible sur les défunts enterrés dans cet ensemble.

664[105] Drama Z. I. (∆ράµα-Βιοµηχανική Ζώνη)

665Datation : début de l’âge du Fer au viie siècle. Bibliographie : Koukouli-Chryssanthaki 1993, 685-686, 703 sx. 8, 720-726 fig. 20-29 ; Peristeri 2004, 259-264 ; AD, 34, 1979, B’2, Chr., 334‑335 (K. Peristeri).

666Caractéristiques : nécropole tumulaire / inhumation (individuelle, collective), crémation secondaire / enchytrismes pour les inhumations. Pour les crémations secondaires, urnes ou dépôts secondaires entre les pierres des tertres et dans des fosses.

667Type de mobilier : vases / parures (vestimentaires et corporelles) / armes (épées, lances / ustensiles et accessoires (outils en fer, fusaïoles).

668En 1979, dans la zone industrielle de la ville de Drama au sud de la route Drama-Prosotsanis, a été mise au jour une nécropole tumulaire. La fouille a révélé trois tertres (A, B, Γ) utilisés du début de l’âge du Fer au viie siècle, renfermant au moins neuf sépultures. L’habitat associé pourrait être celui identifié sur le site de Profiti Ilias à Xeropotamos. Le site a été pillé et les tombes perturbées. Les découvertes ont été présentées sous forme de rapports préliminaires. Le tumulus Γ est le plus ancien. Ses dernières tombes dateraient du viiie siècle et sont contemporaines de celles des tertres A et B, qui auraient été utilisés jusqu’au viie siècle.

669Organisation des tombes, rites et types de tombes. Les tertres, espacés de quelques dizaines de mètres, font 9 à 10 m de diamètre, 0,70 à 0,92 m de hauteur conservée, et sont constitués de terre et de galets. Le tertre Γ avait à sa base trois cercles concentriques de gros galets (fig. 130). Les sépultures ont été retrouvées entre les pierres, parfois sans aménagement visible. Elles comprennent des inhumations (au moins quatre enchytrismes en pithos) et des crémations secondaires (au moins cinq dépôts brûlés retrouvés dans des urnes ou entre les pierres des tertres). Dans le tumulus Γ, qui ne renferme que des crémations, les dépôts secondaires étaient groupés dans trois endroits du tertre (un au niveau du péribole externe et deux autres au centre). Dans le tumulus A, une des urnes était une amphore tournée de la fin de l’âge du Fer, accompagnée d’une fibule datée du viie siècle (fig. 131).

Fig. 130. Drama Z. I. Tumulus Γ. Peristeri 2004, 264 fig. 10.

Fig. 130. Drama Z. I. Tumulus Γ. Peristeri 2004, 264 fig. 10.

Fig. 131. Drama Z. I. Urne cinéraire et fibule du Tumulus A. Koukouli‑Chryssanthaki 1993, 703 sx. 8.

Fig. 131. Drama Z. I. Urne cinéraire et fibule du                         Tumulus A. Koukouli‑Chryssanthaki 1993, 703 sx. 8.
  • 473 Peristeri 2004, 262, 261 fig. 8 ; AD, 34, 1979, B’2, Chr., 333 (...)

670Les défunts. Les enchytrismes renfermaient des sépultures d’enfants mais aussi la dépouille d’un chien (tumulus B, tombe Π3)473. L’âge des autres défunts inhumés et brûlés n’est pas précisé. Dans le tumulus B, deux enchytrismes en pithos renfermaient chacun deux enfants (Π1 et Π2).

  • 474 Koukouli-Chryssanthaki 1993, 686 ; Peristeri 2004, 261-263 ; (...)
  • 475 Peristeri 2004, 262.

671Le mobilier. Il comprend des vases, des parures, des armes et des ustensiles. La vaisselle comprend de la céramique modelée à peinture mate, dont une grande amphore et une cruche, ainsi que de la céramique tournée peinte protogéométrique, de la céramique incisée et cannelée. Parmi les parures on notera des sphécotères en bronze et en or, des perles en bronze et en terre cuite, un bracelet, une fibule en bronze en forme de huit, deux fibules à arc dont une en fer, des petits boutons en bronze, des bagues en bronze et en fer. Il y a aussi des armes en fer, dont deux épées de type Naue II, deux pointes de lance et une pointe de flèche, des fusaïoles ainsi que des ustensiles en fer (couteaux, ciseaux à bois, poinçon)474. À côté de la sépulture de chien, on mentionne un grand nombre d’objets, et, d’autres petits objets, associés à des restes brûlés, ont été retrouvés dans une fosse près de l’enchytrisme Π2 du tumulus B475.

672[106] Nevrokopi-Exochi (Νευροκόπι-Εξοχή)

673Datation : fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer jusqu’au ixe siècle. Bibliographie : Grammenos 1979 ; AR, 28, 1981-1982, Chr., 42 (H. W. Catling) ; BCH, 103, 1979, Chr., 593 (G. Touchais).

674En 1976 et 1977, dans la région de Nevrokopi, deux tertres funéraires ont été identifiés et explorés, un premier à Potamoi [b-13] utilisé au Bronze Récent et un deuxième à Exochi, utilisé au Bronze Récent et probablement jusqu’au ixe siècle. Nous trouverons la majorité des informations dans la publication de D. B. Grammenos (1979).

675Organisation des tombes, rites et types de tombes. Il ne s’agit pas d’une seule nécropole tumulaire car les deux tertres sont espacés d’une trentaine de kilomètres. Celui d’Exochi se situe sur un piémont près d’un cours d’eau. Il fait 20 m de diamètre, est érigé sur le sol naturel, et est constitué de terre et de pierres mêlés. Le tumulus de Potamoi était assez similaire mais plus petit (5-7 m de diamètre). Le tumulus d’Exochi renfermait des crémations secondaires en urnes, fichées dans le sol à la base du tertre. Le tumulus a été perturbé par les cultures et les arbres et il n’était pas possible de connaître le nombre exact d’urnes cinéraires. Par ailleurs, aucun détail sur les défunts n’est disponible dans les publications consultées.

676Mobilier. La céramique (urnes et vases d’accompagnement) comprend des vases modelés ouverts (canthares, bols, coupes) et des vases fermés (cruches, amphores, amphorisques). Il y a également quelques parures dont des perles et une fibule de l’âge du Fer ainsi que des fusaïoles.

Catalogue - annexe 1  Les nécropoles de la fin de l’âge du Bronze en Grèce du Nord

677Pour la fin de l’âge du Bronze, les connaissances sur les pratiques funéraires sont hétérogènes. En effet, les nécropoles connues se situent en majorité dans le sud de la région à limite de la Thessalie (région d’Aiani et Piérie) et dans le nord-est de la région (Rhodopes occidentaux) - des données qui peuvent être comparées aux nécropoles découvertes dans le sud de l’ARYM. Jusqu’à aujourd’hui, il y a un saisissant déficit de nécropoles du Bronze Récent dans la partie centrale de la région ainsi qu’en Chalcidique, où seule une poignée de tombes mises au jour ont été datées de cette époque (fig. 132).

Fig. 132. Carte de localisation des sites du Bronze Récent en Grèce du Nord. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Fig. 132. Carte de localisation des sites du Bronze Récent en                     Grèce du Nord. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu                     à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

678Dans cette annexe, nous proposons de rassembler de manière très synthétique les informations livrées par les fouilles de ces ensembles funéraires, accompagnées de références bibliographiques sélectionnées. Quelques détails des découvertes sont exploités dans la synthèse.

679Par ailleurs, pour les ensembles funéraires d’Aiani-Leivadia [22], Makrygialos [80], Toumba Thessalonique [95] et Nevrokopi-Exochi [106], qui ont livré des tombes de la fin de l’âge du Bronze en plus de celles de l’âge du Fer, nous renvoyons le lecteur aux notices du catalogue principal.

680[b-1] Ano Komi (Άνω Κώµη). Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi 1998, 439.

681Nécropole plane datée de l’HR IIIB-C. Ensemble de 26 inhumations dans des fosses, ayant livré de la céramique (dont des vases mycéniens), des parures et des armes.

682[b-2] Polymylos (Πολύµυλος). Bibliographie : Karamitrou-Mentessidi, Vatali 1999.

683Nécropole tumulaire comprenant un ensemble de cinq petits tertres marqués à leur base d’un péribole de pierres, ayant chacun livré une à quatre inhumations. Un des tertres a été réoccupé à l’époque hellénistique. Les défunts étaient en position contractée latérale ou sur le dos et étaient accompagnés de vases modelés locaux (canthares) et de vases mycéniens (skyphoi). Quelques parures s’ajoutent au mobilier (des bagues, une boucle d’oreille et un collier).

684[b-3] Stou lakkou to Ampeli (Στου λάκκου το αµπέλι). Bibliographie : Poulaki-Pandermali 2013, 56.

685Nécropole plane. Inhumations dans des cistes à orthostates. Deux tombes pillées ont livré toutefois six sceaux mycéniens en pierre.

686[b-4] Spathès-Agios Dimitrios (Σπάθες - Αγίος ∆ηµητρίος). Bibliographie : Poulaki‑Pandermali 2013, 53-62.

687Nécropole datée de l’HR IIIA-B. Ensemble de 34 cistes (dans des fosses étagées) renfermant dans la plupart des cas plusieurs individus inhumés, accompagnés d’un mobilier relativement riche comprenant des vases, quelques armes en bronze, et des sceaux en pierre.

688[b-5] Aiginio (Αιγίνιο). Bibliographie : AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 157-158 (M. Besios).

689Deux tombes à fosse renfermant des inhumations d’enfants ont été découvertes dans un habitat du Bronze Récent.

690[b-6] Nea Agathoupoli (Νέα Αγαθούπολη). Bibliographie : Besios 2010, 61-62.

691Nécropole découverte non loin du site de l’ancienne Méthonè. Les défunts, inhumés dans des fosses, étaient en position contractée et accompagnés de vases modelés et tournés, de parures et de quelques ustensiles.

692[b-7] Korinos (Κορινός). Bibliographie : Besios 1993, 202-203.

693Nécropole (tumulaire ?) de 35 fosses contenant des inhumations. Les tombes étaient réparties en deux groupes, peut-être surmontés de tertres. Les défunts étaient en position contractée latérale et étaient accompagnés de vases, de parures et de poignards en bronze. Une tombe plus ancienne renfermait un vase en marbre du Cycladique Ancien.

694[b-8] Leibethra (Λείβηθρα). Bibliographie : Poulaki-Pandermali 2013, 51.

695Nécropole HR IIIB-C qui se situe au nord-ouest de l’acropole de l’ancienne Leibethra. Ensemble de 10 cistes à orthostates ayant livré de la céramique, dont des vases tournés de style mycénien et quelques parures.

696[b-9] Platamon “Stopˮ – près de l’ancienne Hérakleion (Πλαταµώνα). Bibliographie : Poulaki-Pandermali 2013, 48-50.

697Nécropole plane dont la fouille a livré un ensemble de plus d’une dizaine de tombes contenant des inhumations (fosses simples, à parement d’argile, cistes à orthostates et à blocs de pierre). Les défunts étaient accompagnés de vases, d’armes en bronze et de diverses parures.

698[b-10] Pigi Artemidos-ΠΑΘΕ 2009 (Πηγή Αρτεµίδος). Bibliographie : Poulaki-Pandermali 2013, 46-47.

699Nécropole datée de l’HR I/IIA. Cet ensemble comprend 11 tombes à fosse (inhumations) signalées en surface par des petits amas de pierres, qui ont peut-être été entourées plus tardivement par un péribole de pierres (tertre ?).

700[b-11] Palaiokastro (Παλαιόκαστρο). Bibliographie : AD, 61, 2006, B’2, Chr., 786 (K. Papastathis).

701Il s’agit d’une tombe découverte fortuitement : une ciste à orthostates renfermant deux urnes cinéraires datées aux environs de 1400 a.C.

702[b-12] Faia Petra (Φαιά Πέτρα). Bibliographie : Valla 2000 ; Valla 2002.

703Nécropole datée de l’HR IIIB-C. Six enclos funéraires renfermaient des inhumations et des restes osseux partiellement brûlés. Le mobilier associé comprend de la céramique, dont un vase à étrier mycénien, des parures et des armes.

704[b-13] Nevrokopi-Potamoi (Νευροκόπι-Ποταµοί). Bibliographie : Grammenos 1979.

705Tumulus comparable à celui d’Exochi et publié dans le même article de synthèse. Il fait 5-7 m de diamètre et renfermait des urnes cinéraires.

Catalogue - annexe 2 Les pratiques funéraires de la fin de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer en ARYM (fig. 133)

Fig. 133. Carte de localisation des sites du Bronze Récent et de l’âge du Fer en ARYM A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Fig. 133. Carte de localisation des sites du Bronze Récent et                     de l’âge du Fer en ARYM A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief                     d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Les pratiques funéraires de la fin de l’âge du Bronze

  • 476 Mitrevski 2003, 46-51.

706Pour la fin de l’âge du Bronze, on distingue généralement deux groupes de nécropoles. Le premier dit d’Ulanci apparaît à partir du xive siècle et gagne en visibilité au xiiie-xiie siècle476. Il est nommé d’après la nécropole d’Ulanci, lieu-dit Dimov Grob dans la région de Gradsko.  Il s’agit de nécropoles planes à inhumations. Les tombes ont une orientation privilégiée ouest-est et comprennent principalement des cistes à orthostates et quelques fosses fermées de dalles de pierre. Les défunts sont en position contractée latérale, la tête à l’ouest et les pieds à l’est. Les femmes seraient tournées du côté gauche et les hommes tournés du côté droit. Le mobilier comprend des vases en céramique, des parures, des ustensiles et des accessoires à forte influence mycénienne. Ces nécropoles qui forment un groupe homogène, se concentrent surtout dans la vallée de l’Axios/Vardar. Les plus documentées dans les publications sont les nécropoles d’Ulanci lieu-dit Dimov Grob (50 tombes) et de Vodovrati lieu-dit Vodovratski Rid (24 tombes).

Région Site Bibliographie sélective
Axios/Vardar RMb-1 Ulanci (Dimov Grob) Mitrevski 1997, 316-317, n° 68 ; 1999, 789-790 ; 2000, 17-18
RMb-2 Vodovrati (Vodovratski Rid) Mitrevski 1997, 285-286, n° 13 ; 1999, 790
RMb-3 Demir Kapija (Gradiste) Mitrevski 2003, 43, carte 3, 48
RMb-4 Gevghelia (Vardarski Rid) Mitrevski 2003, 43, carte 3, 48
Pélagonie RMb-5 Prilep-Bonica (Učitelska škola) Mitrevski 1997, 304 n° 47
RMb-6 Prilep-Prisat (Sivec) Mitrevski 1997, 307 n° 52
Skopje RMb-7 Skopje-Dolno Solnje (Košur) Mitrevski 1997, 293 n° 26
  • 477 Mitrevski 2003, 51-52.

707Le second type de nécropole se développe au xiie siècle et est associé à ce que D. Mitrevski appelle la “transitional periodˮ477. La nécropole caractéristique est celle de l’Hippodrome Klučka à Skopje, qui est la plus documentée dans les publications disponibles (fig. 134). Dans cet ensemble qui nous sert d’exemple, le rite exclusif est la crémation secondaire pour les adultes et les enfants. Les ossements brûlés ont été retrouvés dans des urnes, fermées par des vases ou des pierres plates, enfouies dans des fosses et recouvertes d’amas de galets (qui peut parfois couvrir deux urnes) ou bien entourées par des petites structures construites en maçonnerie de pierres sèches. D’autres urnes cinéraires ont été découvertes à l’intérieur d’aires circulaires de galets (par exemple la construction I faisant 12 m de diamètre), qui ont également livré de nombreux vases brisés ainsi que des restes de faune. Les urnes utilisées sont principalement des amphores à col tronconique tandis que les vases-couvercles sont surtout des vases à boire. Le bûcher a été identifié à une aire de combustion plus ou moins circulaire (2-3 m de diamètre et 0,25-0,50 m d’épaisseur). Les défunts étaient brûlés avec leurs effets personnels mais des petits vases d’accompagnement étaient parfois ajoutés dans les fosses aux côtés des urnes. Le mobilier de cette nécropole comprend des vases de table, des alabastres, quelques parures (perles), des accessoires et ustensiles (rasoirs, pinces à épiler) et un casque en défenses de sanglier. Ce type de nécropole a été découvert le long de la vallée du Vardar, notamment autour de Skopje (Hippodrome, Ograda Oresani, Stobi), à l’est près de Štip dans la vallée de la Bregalnitsa, mais aussi dans le sud-ouest du pays près de Bitola, aux abords de la plaine de Pélagonie.

Fig. 134. Nécropole de l’Hippodrome Klučka à Skopje. D’après Mitrevski 1992-1993, 121 fig. 7.

Fig. 134. Nécropole de l’Hippodrome Klučka à Skopje.                         D’après Mitrevski 1992-1993, 121 fig. 7.
Région Site Bibliographie sélective
Axios/Vardar RMb-8 Skopje-Hippodrome Klučka Mitrevski 1997, 317, n° 69 ; 1992-1993 ; 2000, 18-19 ; 2003, 51-52
RMb-9 Ograda-Oresani Mitrevski 2003, 51-52
RMb-10 Stobi-Jugozapadna Nekropola Mitrevski 1997, 313-314, n° 62
Bregalnitsa RMb-11 Štip-Krivi Dol (Bežanija) Mitrevski 1997, 297, n° 33 ; 2003, map. 4
Pélagonie RMb-12 Bitola-Kravari Tumba Mitrevski 1997, 296, n° 32
RMb-13 Bitola-Medžitlike Tumba Mitrevski 1997, 301, n° 40

Les pratiques funéraires de l’âge du Fer

  • 478 Mitrevski 2003, 57.

708Le début de l’âge du Fer (xie-viiis.) est marqué par l’adoption du tertre collectif. D. Mitrevski appelle les premiers tertres des “clan tumuli” car ils sont fondés d’abord sur une tombe centrale, entourée par des tombes satellites prises dans un tertre qui englobe le tout478. Le site caractéristique est celui de Beranci-Visoï dont le tertre est utilisé du xie au vie siècle (fig. 135). Il s’agit d’un tumulus de 23 m de diamètre englobant 44 tombes, dont une au centre plus ancienne entourée d’un premier cercle de pierres. Cette tombe renfermait la sépulture d’un adulte en position contractée latérale alors que les défunts des autres tombes étaient en position allongée sur le dos. Dans le cas d’un des tertres du site de Bitola-Mojno Retkov Dol, la tombe centrale était une tombe à fosse. Les tumuli du site de Štip-Star Karaorman Orlovi Čuki, utilisés entre la fin du ixe siècle et la fin du viie-début du vie siècle, se distinguent des autres par l’architecture des tombes individuelles qui comprennent des cistes à blocs de pierre. Les autres sites mentionnés dans ce bref catalogue sont peu documentés dans les publications consultées.

Fig. 135. Beranci-Visoï. Plan du tertre. Mitrevski 2000, 23 fig. 8.

Fig. 135. Beranci-Visoï. Plan du tertre. Mitrevski 2000,                         23 fig. 8.
Région Site Bibliographie sélective
Pélagonie RMf-1 Beranci-Visoï Hammond 1972, 336-337 ; Mitrevski 1997, 280, n° 3 ; Ibid. 2000, 19
RMf-2 Bitola-Mojno (Retkov Dol) Mitrevski 1997, 301, n° 41 ; Mikulčić 1966, 14
RMf-3 Bitola-Trap (ZIK-ovi nivi) Mitrevski 1997, 314, n° 64
RMf-4 Prilep-Krusevica (Stragata) Mitrevski 2003, 53 map 4, 57
RMf-5 Prilep-Caniste (Barata) Mitrevski 2003, 53 map 4, 57
RMf-6 Bitola-Zović, (Marta) Mitrevski 1997, 295, n° 29 ; Mikulčić 1966, 28
RMf-7 Bitola-Orle (Najdenka) Mitrevski 1997, 303, n° 45
RMf-8 Bitola-Rapeš (Karanka) Mitrevski 1997, 308-309, n° 55
Bregalnitsa RMf-9 Štip-Star Karaorman (Orlovi Čuki) Mitrevski 1997, 312-313 n° 61
Axios/Vardar RMf-10 Kumanovo-Vojnik (Strnovac) Mitrevski 2003, 53 map 4, 57
  • 479 Mitrevski 2003, 57.

709À partir de la fin du viiie siècle et surtout durant le viie siècle, les types de nécropoles se diversifient. On continue d’enterrer les défunts à l’intérieur de tertres collectifs mais ceux-ci sont dépourvus de tombe centrale et ont un nombre plus limité de tombes479 : T. Veles‑Sopot (Dabici), Vinica-Kršla (Kokolov Rid), Štip-Radanje (Krivi Dol), Štip-Star Karaorman (Gorno Pole). Les nécropoles de Bitola-Rapeš et Kočani-Orizari semblent associer tertres à cercle de pierres avec cistes à orthostates. À Rapeš, dans le tertre de Vozišta, une stèle anthropomorphique a été découverte à l’extrémité nord-est de la tombe 7. La nécropole de T. Veles-Sopot (Dabici) se distingue des autres par des tombes essentiellement parallèles et enchâssées dans des tertres de pierres.

Région Site Bibliographie sélective
Pélagonie RMf-11 Bitola-Rapeš (Slamite) Mitrevski 1997, 309-310, n° 56 ; Vasileva 1992
Bregalnitsa RMf-12 Kočani-Orizari (Kunovo Čuki) Mitrevski 1997, 303-304, n° 46 ; Mitrevski 1990
RMf-13 Štip-Radanje (Krivi Dol) Mitrevski 1997, 307-308, n° 53
RMf-14 Vinica-Kršla (Kokolov Rid) Mitrevski 1997, 297-298 n° 34
Axios/Vardar RMf-15 T. Veles-Sopot (Dabici) Mitrevski 1997, 311 n° 59
  • 480 Heilmann 2014.
  • 481 Mitrevski 1991, 160-161.
  • 482 Pašić 1983.
  • 483 Pašić 1978.
  • 484 Ristov 1993-1995.
  • 485 Filow, Schkropil 1927.

710À la fin de l’âge du Fer (viie-vie s.) se développent des nécropoles planes, notamment dans la vallée de l’Axios/Vardar au niveau de la frontière actuelle avec la Grèce. Les nécropoles de Milci, Suva Reka, Dedeli et Marvinci forment un groupe homogène partageant les mêmes caractéristiques480. L’inhumation est le rite exclusif et le type de tombe principal est la ciste à orthostates, sauf dans la nécropole de Milci, pour laquelle sont mentionnées deux fosses recouvertes d’un cairn imposant, qui, selon D. Mitrevski, ressembleraient aux tombes de Chauchitsa [62] et de Palio Gynaikokastro [65]481. La nécropole de Marvinci-Lisičin Dol abrite la riche tombe féminine T. 15, qui est une simple tombe à fosse (fig. 136). Par ailleurs, même si l’enchytrisme reste rare il est attesté à Valandovo-Dedeli482, à Gevgelia-Suva Reka483 et un autre a été découvert près de Skopje, le cas le plus nordique du pays484. Nous ne prenons pas en considération la nécropole de Trebenište, rattachée au groupe des nécropoles archaïques comme celles de Sindos et d’Archontiko et qui ont livré de riches sépultures masculines parfois accompagnées de masques en or exceptionnels485.

Fig. 136. Marvinci-Lisičin Dol. Restitution de la tenue et des accessoires portés par la défunte de la T. 15. D’après Mitrevski 1996-1997, 84, T. IV.

Fig. 136. Marvinci-Lisičin Dol. Restitution de la tenue                         et des accessoires portés par la défunte de la T. 15. D’après Mitrevski                         1996-1997, 84, T. IV.
Région Site Bibliographie sélective
Axios/Vardar RMf-16 Gevghelia-Milci Mitrevski 1997, 287-288, n° 16 ; Georgiev 1979-1982 ; Mitrevski 1991
RMf-17 Gevghelia-Suva Reka Mitrevski 1997, 288-289, n° 18 ; Pašić 1975-1978
RMf-18 Valandovo-Dedeli Mitrevski 1997, 290-291, n° 21 ; Pašić 1983
RMf-19 Valandovo-Marvinci Mitrevski 1997, n° 39, 300 ; Pingel 1970
RMf-20 Marvinci-Lisičin Dol Mitrevski 2003, 59-61 ; Verger 2013

Catalogue - annexe 3 Les pratiques funéraires de l’âge du Fer dans le nord de l’Épire actuelle et en Albanie méridionale (fig. 137)

Fig. 137. Carte de localisation des sites de l’âge du Fer au nord de l’Épire actuelle et en Albanie méridionale. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Fig. 137. Carte de localisation des sites de l’âge du Fer au                     nord de l’Épire actuelle et en Albanie méridionale. A.-Z. Chemsseddoha à partir                     d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel                     Global Mapper.

Le nord de l’Épire actuelle

  • 486 Andreou E. & Andreou I. 1987, (...)
  • 487 Andreou E. & Andreou I. 1987 ; Andreou E. (...)

711Les pratiques funéraires en Épire à l’âge du Fer sont connues à travers quelques sites principalement localisés dans le nord de la région près de la frontière avec l’Albanie. On peut tout d’abord distinguer les nécropoles tumulaires situées dans la région de Pogoni le long de la vallée du Gormos, qui forment un ensemble homogène (Glava-Kato Meropi, Paliouri-Paliopyrgos, Plassi). Les tertres A et B de Paliouria-Paliopyrgos sont utilisés dès la fin de l’âge du Bronze, tandis que les autres ensembles sont utilisés à partir de l’âge du Fer. Certains tertres sont réutilisés à l’époque hellénistique (Paliouria) ou parfois à l’époque médiévale (Glava-Kato Meropi, Plassi). Les tertres s’étendent le long de la vallée en petits groupes (parfois entourés d’un péribole) associés à leur habitat respectif. Ils sont principalement constitués de terre. Ils font entre 5 et 8 m de diamètre et 1 m de hauteur conservée, ou entre 10 et 14 m de diamètre et entre 1,5 et 2 m de hauteur conservée. Ils couvrent de 2 à 30 tombes environ, majoritairement des cistes à orthostates, mais aussi quelques fosses, souvent agencées de manière rayonnante autour du centre du tertre. D’après les données publiées, il n’y a pas de tombe centrale (fig. 138). Le rite exclusif est l’inhumation. Les défunts sont le plus souvent en position allongée sur le dos, excepté la sépulture féminine du tumulus Γ de Paliouria-Paliopyrgos, en position contractée. On notera la riche sépulture de la tombe B du tumulus de Glava, datée de la fin du ixe siècle. Dans une ciste à orthostates, la défunte était accompagnée d’un diadème, de deux épingles et de deux bagues en bronze ainsi que d’un objet en os décoré486. Les données pour cette région ne sont pas encore publiées en intégralité, mais quelques articles substantiels nous donnent une image assez précise des pratiques funéraires locales487.

Fig. 138. Paliouria-Paliopyrgos, plan et vue du tertre A. Andreou E. 1994, 262 sx. 2 ; 1999, 83 fig. 23 (Εφορεία Αρχαιοτήτων Ιωαννίνων © Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού).

Fig. 138. Paliouria-Paliopyrgos, plan et vue du tertre A.                         Andreou E. 1994, 262 sx. 2 ; 1999, 83 fig. 23 (Εφορεία Αρχαιοτήτων Ιωαννίνων                         © Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού).
  • 488 Vokotopoulou 1986.
  • 489 Douzougli & Papadopoulos J. K (...)

712Les deux autres nécropoles importantes sont celles de Vitsa Zagoriou et de Konitsa-Liatovouni. La première est une référence car les fouilles de la nécropole ont été publiées en détail488. La seconde a fait l’objet d’un article très complet489.

  • 490 Vokotopoulou 1986, 151-157.

713La nécropole de Vitsa Zagoriou se situe à plus de 1000 m d’altitude sur un col étroit. Le site comprend un habitat et trois ensembles funéraires, occupés du ixe siècle à la fin du ive siècle. Le nombre total de tombes s’élève à 178, dont 103 ont été datées entre le ixe et le début du viie siècle. Le rite exclusif est l’inhumation en fosse recouverte de terre ou d’un amas de pierres. Les parois des fosses ont divers aménagements en fonction de la nature du terrain (sans parement, parement complet ou partiel de blocs de pierre – les cistes à orthostates sont rares). Les tombes étaient marquées par des amas de pierres, par des pierres plates fichées verticalement ou bien par des orthostates de la tombe dépassant le bord du creusement de la fosse. La nécropole renferme des adultes et des enfants, des hommes et des femmes, majoritairement en position allongée sur le dos. Le mobilier comprend des vases en céramique (principalement des canthares, des cruches, des amphores et des amphorisques, des skyphoi et des tasses/kyathoi), des parures (vestimentaires et corporelles), des armes qui accompagnent autant les adultes que les jeunes (épées et surtout des lances), des ustensiles et accessoires (notamment des couteaux). Nous noterons la riche sépulture féminine de la T. 113 (nécropole sud), déposée dans une fosse à blocs de pierre, et accompagnée d’un riche mobilier que J. Vokotopoulou a souvent comparé avec celui des riches sépultures de Vergina [75] : 1 amphorisque, 1 vase composite, 1 diadème en bronze décoré, 9 boutons en bronze (retrouvés à l’arrière du crâne), 2 fibules à lunettes en bronze, 1 armille, 4 parures tubulaires spiralées en bronze, 1 pendeloque en forme de pyxide et 1 plaque en bronze recouverte de petits clous, 1 pendeloque en forme de peigne, 8 bagues en bronze, 1 collier (43 perles en pâte de verre et en pierre), 1 couteau en fer, 1 disque en fer, 1 perle biconique en fer et 1 ornement de vêtement en fer490.

  • 491 Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010.

714La nécropole de Konitsa Liatovouni est analogue à celle de Vitsa Zagoriou491. Le site se trouve sur la colline de Liatovouni, qui domine la plaine de Konitsa, à la confluence des fleuves Aôos et Voïdomatis. Il comprend un habitat, qui serait occupé de l’âge du fer jusqu’au ive siècle, et, une nécropole utilisée principalement du xie-xe au ive siècle. En effet, la nécropole se développe autour d’une tombe plus ancienne de guerrier en armes datée du xiiie-xiie siècle, probablement surmontée d’un tertre aujourd’hui disparu. Au total, 103 tombes ont été fouillées. Les tombes s’organisent en petites rangées sur plusieurs niveaux. Le rite exclusif est l’inhumation en fosse ou très rarement en ciste à orthostates (un cas). Dans deux tombes, la tête du défunt reposait sur une pierre plate. Les fosses étaient comblées de terre et surmontées de pierres brutes qui devaient servir de marqueurs individuels. Les tombes sont individuelles ou collectives. La nécropole renferme des sépultures d’adultes en majorité, quelques enfants et nouveau-nés, en position allongée sur le dos. Les vases d’accompagnement, déposés dans ou à l’extérieur des tombes, comprennent surtout récipients de table modelés (cruches, canthares, bols, kyathoi), des amphorisques, des vases composites, puis des vases tournés géométriques à partir du viiie siècle. Comme à Vitsa, les vases à parfum apparaissent à l’époque archaïque. De la même manière que cette nécropole voisine, les défunts étaient accompagnés de parures (vestimentaires et corporelles) et d’armes (nombreuses lances).

Site Bibliographie
EP-1 Glava – Kato Meropi Andreou E. 1994, 236-237
EP-2 Paliouria-Paliopyrgos Andreou E. & Andreou I. 1987, 47-49
EP-3 Plassi Andreou E. & Andreou I. 1987, 47-49
EP-4 Vitsa Zagoriou Vokotopoulou 1986
EP-5 Konitsa-Liatovouni Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010

L’Albanie méridionale

  • 492 Cabanes, éd. 2008.

715Les pratiques funéraires en Albanie méridionale à l’âge du Fer s’inscrivent dans la continuité de celles de l’âge du Bronze492. Les tombes s’organisent le plus souvent en nécropoles tumulaires (sauf la nécropole de Borovë). Les tertres de Piskovë et Vodhinë auraient été mis en place dès le Bronze Ancien. Ils comprennent une tombe centrale et les tombes se rajoutent au fil des siècles, le tertre est agrandi au Bronze Moyen, au Bronze Récent et à l’âge du Fer. Le tertre de Piskovë comprend des tombes à ciste un peu à la manière de ceux de la région de Pogoni en Épire. Les tertres de Barç, Çepunë, Kamenicë, Luaras et Prodan se mettent en place dès le Bronze Récent, tandis que ceux de Bodrishtë, Kakavi, Kuç i Zi, Psar et Shuec sont utilisés dès l’âge du Fer.

  • 493 Andrea 1976a.

716On distingue généralement trois régions. La première est celle qui correspond au bassin de Korçë au sud-ouest des lacs Prespa (Kuç i Zi, Barç et Kamenicë)493. Les tumuli de Barç et de Kamenicë sont les plus anciens. Le site de Barç comprend quatre tertres mais nous retiendrons le tertre I (fig. 139). Il est utilisé de la fin du xiiie siècle au vie-ve siècle. Il est érigé au Bronze Récent sur une tombe centrale initiale sous amas de pierres et entouré par un cercle de pierres faisant 13,50 m de diamètre. Durant le début de l’âge du Fer il est agrandi et un second cercle de pierres est construit à 1,40 m au-dessus du premier, des tombes sont ajoutées et l’ensemble du tertre est agrandi. Il fait alors au total 43 m de diamètre, 3,40 m de hauteur et renferme 203 tombes. Le même phénomène se retrouve dans le tertre de Kamenicë, utilisé du xiiie-xiie siècle à la moitié du ve siècle, et ayant livré au total 395 tombes. Il s’agit d’un double tertre érigé sur une tombe centrale initiale couverte par un amas de pierres sous un premier tertre faisant 12,5-13 m de diamètre et entouré de deux cercles de pierres. Il s’érige au fur et à mesure de l’ajout des tombes jusqu’au viie siècle. À cette époque, on utilise désormais des pierres pour élever le tertre, ce qui l’agrandit et le transforme (75 x 44 m). Les tombes se situent alors en périphérie du tertre initiale et sont parfois organisées en groupes de tombes reliées par les parois des fosses recouvertes de pierres. Les tertres de Kuç i Zi, plus tardifs (viiie-viie s. ou vie-ve s.) n’ont pas de tombe centrale et sont constitués d’une ou de plusieurs couches de terre. Le tumulus I (fig. 140) fait 29 m de diamètre et 2,30 m de hauteur (117 tombes). La particularité de ces tertres est la combinaison de l’inhumation (fosses, cistes à blocs de pierre) et de la crémation secondaire en urne. Le mobilier comprend des vases en céramique, des armes (pointes de lance, épées), des parures vestimentaires et corporelles, des pendeloques pour les tombes tardives (Kuç i Zi) ainsi que des ustensiles et accessoires (dont des pinces à épiler). Les tertres du plateau de Kolonjë (Luaras, Prodan, Psar) sont assez semblables à ceux du Bassin de Korçë. Le troisième groupe de tertres, situés dans la région de la vallée du Drinos sont proches ou semblables à ceux de la région de Pogoni en Épire (Bajkaj, Kakavi, Bodrishtë, Vodhinë). Toutefois, le tertre de Bajkaj, faisant 20 m de diamètre et 3 m de hauteur avec un cercle de pierres de 6 m de diamètre renferme une tombe à crémation alors que les 43 autres tombes sont des inhumations dans des cistes à orthostates ; le tertre de Vodhinë est également un double tertre avec une tombe centrale initiale. Hormis ces exceptions on retrouve l’inhumation comme rite principal ou exclusif et l’usage quasi systématique de la ciste à orthostates. Les tombes sont agencées en rayons autour du centre du tertre.

Région n° Site Bibliographie sélective
Bassin de Korçë et ses alentours AL-1 Shuec Andrea 2009-2010
AL-2 Kuç i Zi Andrea 1976b ; 1985
AL-3 Barç Andrea 1975 ; 1985
AL-4 Kamenicë Bejko 2004
Plateau de Kolonjë AL-5 Psar Aliu 1995
AL-6 Luaras Aliu 2004
AL-7 Borovë Aliu 1994
AL-8 Prodan Aliu 1984
Vallée de l’Aôos (ou Vjosa) AL-9 Piskovë Bodinaku 1981
Vallée du Drinos AL-10 Çepunë Studia Albanica 8, 1971, 152-153
AL-11 Kakavi Hammond 1967, 349-350 ; Prendi 1959
AL-12 Bodrishtë Prendi 1959
AL-13 Vodhinë Hammond 1967a, 201-204 ; Snodgrass 1971, 173, 259-260
Région côtière AL-14 Bajkaj Hammond 1976, 154

Fig. 139. Barç, tertre I. Les différentes phases de sa formation du noyau à la surface. D’après Andrea 1985, 243-247, fig. 4 à 8.

Fig. 139. Barç, tertre I. Les différentes phases de sa                         formation du noyau à la surface. D’après Andrea 1985, 243-247, fig. 4                         à 8.

Fig. 140. Kuç i Zi, tertre I. Andrea 1976, fig. 2.

Fig. 140. Kuç i Zi, tertre I. Andrea                             1976, fig. 2.

Notes

1 Bouzek 1974 ; Kilian-Dirlmeier 1979.

2 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 386 (Pa. Chrysostomou).

3 Le Tumulus I (secteur I) aurait été utilisé entre le ixe et le viie siècle et le Tumulus IV du ixe au vie siècle, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 386-387, 436 (Pa. Chrysostomou).

4 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 385, 434, 468, 510 (Pa. Chrysostomou).

5 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 507 (Pa. Chrysostomou).

6 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 434, 467 (Pa. Chrysostomou).

7 Rey 1932, 45 ; Chrysostomou A. 2016, 31 n. 70 (citant Pa. Chrysotmou).

8 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 385-386, 507-510 (Pa. Chrysostomou).

9 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508, 510 (Pa. Chrysostomou). La T. 3 du Tumulus II renfermait par exemple neuf individus au total : la première sépulture a été déplacée pour le dépôt de quatre autres individus, eux-mêmes déplacés (une partie des ossements avec les crânes dans un angle et le reste des os à l’autre extrémité de la tombe), pour accueillir les quatre dernières sépultures primaires, à savoir deux adultes et deux enfants.

10 Par exemple, la T. 26 du Tumulus IV, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 434-436 (Pa. Chrysostomou).

11 Par exemple, la T. XIV (Tumulus I), la T. 33 (Tumulus IV), cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 385-387, 434-436.

12 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

13 T. 2, secteur II, fouille 2003. Le défunt a été trouvé dans une ciste à orthostates (1,5 x 2,50 m) à parois monolithiques et couvercle de grandes dalles de pierres. Le mobilier récupéré comprend 2 cruches en céramique, 4 pointes de lance, 1 lame et 1 couteau en fer, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 468 (Pa. Chrysostomou).

14 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

15 Durant les fouilles russes, 614 vases auraient été récupérés dans les 376 tombes. Seulement 85 d’entre eux ont pu être observés dans les collections d’Istanbul par W. A. Heurtley, cf. Heurtley 1939, 105, 252 pl. XXIII, AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

16 Hammond 1972, 341. On notera également la présence d’une fibule en ivoire associée à une sépulture féminine adulte dans la T. 3 du Tumulus II, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 509, 511 (Pa. Chrysostomou).

17 Bouzek 1974, 22 fig. 4 ; Weber 1966, 89-94 ; Zimmermann 1989, 261 MAC 1.

18 T. 24 et 5ε, Tumulus I, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

19 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 435 (Pa. Chrysostomou).

20 La T. 20 est une tombe à fosse renfermant une sépulture adulte féminine, en positon allongée sur le dos, les bras le long du corps. Le mobilier comprenait les objets suivants : 1 amphore et 1 vase fermé (au niveau des pieds), 2 sphécotères en or, 2 épingles en bronze, 1 perle, 2 bracelets, trois pendeloques au niveau du bassin (1 jug-stopper, 1 cruche miniature, 1 bouquetin sur boule ajourée) et 1 possible fibule triangulaire. Elle est datée aux environs de la fin du viiie-début du viie siècle. Information recueillie au musée d’Argos Orestikos où le contenu de la tombe est exposé ; ainsi qu’auprès de H. Tsougaris le 10 juin 2012. Voir également Tsougaris 1997, 23.

21 Tsougaris 1997, 21.

22 Tsougaris 1997, 21.

23 Tsougaris, 2009, 81.

24 Pour la fibule triangulaire, dite pectoral, cf. Bouzek 1974, 92 fig. 28, 96-97. Concernant la découverte d’épingles dans des sépultures à armes, un exemple est visible dans la reconstitution d’une tombe masculine présentée au musée archéologique d’Argos Orestikos - information confirmée lors d’une conversation avec H. Tsougaris le 10 juin 2012.

25 La découverte dans les années 1970 d’une pendeloque en bronze de type man-on-cage datée du viieviie siècle suggérait alors déjà l’existence d’une nécropole, cf. Bouzek 1974, 67 fig. 20, 74. La fouille du début des années 2000 a également livré du mobilier de toutes périodes ainsi qu’un pithos domestique retrouvé in situ, cf. AD, 56-59 (2001-2004), B’3B, Chr., 388, 475 (H. Tsougaris).

26 I Kathimerini, 24 février 2016 (G. Stratouli).

27 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 440 (H. Tsougaris). Le contenant funéraire du second enchytrisme est exposé au musée archéologique d’Argos Orestikos. Information recueillie auprès de H. Tsougaris, le 10 juin 2012.

28 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 474 (H. Tsougaris).

29 Par exemple, la tombe B fouillée en 1983, cf. AD, 38, 1983, Chr., B’2, 307 (G. Karamitrou-Mentessidi).

30 AD, 39, 1984, B, Chr., 257 (G. Karamitrou-Mentessidi).

31 Kallipolitis 1950, 281-292 ; ibid., 1958, 96-102.

32 La tombe III ne figure pas sur le plan de 1960. Elle se situait à quelques dizaines de mètres au sud-ouest du groupe de tombes.

33 Hammond 1972, 344-345. La tombe remonte probablement aux alentours du viie siècle, en raison de la présence d’une fibule en bronze triangulaire, cf. Bouzek 1974, 92 fig. 28, 96-97.

34 Desborough 1964, 28, 13 ; Hammond 1972, 345.

35 Kallipolitis & Feytmans 1948-1949, 106-107, fig. 23-24. La cruche à bord droit trouve des parallèles dans la phase 7 de Sindos, cf. Gimatzidis 2010, 220 fig. 59, 226.

36 Cette ciste à orthostates (1,20 m de longueur), orientée est-ouest, qui renfermait deux sépultures d’enfants placées tête-bêche (inhumations non simultanées) a livré le matériel suivant : 1 grande tasse et 1 cruche modelée à col échancré placées près de la paroi nord au niveau des membres inférieurs d’un des deux enfants, et 1 bol à bord plat à l’angle sud-ouest au niveau des pieds de l’autre enfant, 3 perles en terre cuite et 2 biconiques en bronze, 1 tige spiralée en bronze et 1 cylindre en os décoré. À l’extérieur de la tombe, 3 vases modelés (une cruche, un biberon et une tasse) ont été récupérés. Ils auraient été déplacés au moment du dépôt de la sépulture d’un des enfants, cf. Petsas 1960, 107-113 ; Hammond 1972, 345.

37 En détail, la T. VI a livré les objets suivants : 1 amphore, 1 œnochoé, 1 cruche modelée à col échancré (retrouvés au niveau des pieds du défunt), 1 fibule triangulaire au niveau du bassin, 2 fibules à lunettes en bronze, 2 bagues (à la main droite), 1 épingle en os et 1 couteau en fer, cf. Kallipolitis 1950, 287-288.

38 Concernant l’âge du Fer, quatre tombes à fosse ont été fouillées en 1987, une en 1990 (tombe du terrain n° 153 N. Gouliafa) et une en 1996 (tombe du terrain n° 158 L. Koutsianou). La tombe 2 de 1987 est datée du tout début du vie s. La chronologie des tombes à ciste de 1990 et de 1996 n’est pas précisée, cf. Karamitrou-Mentessidi 2011a, 281-282.

39 Tombes des terrains n° 153 et n° 158, cf. AD, 45, 1990, B’2, Chr., 354 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 51, 1996, B’2, Chr., 530, pl. 147δ-ε ; Karamitrou-Mentessidi 2011a, 281-282. Le défunt de la tombe n° 153 aurait également reposé sur une planche de bois.

40 Par exemple, la T. 1 (1987) a livré : 1 sphécotère en bronze, 1 pendeloque en bronze. La T. 2 (1987) a livré 1 canthare tourné pâte grise, 1 sphécotère en bronze, 3 épingles doubles en bronze, 1 épingle double en fer, 2 fibules à lunettes en bronze, 1 fibule triangulaire en bronze. Le défunt de la T. 3 (1987) aurait été accompagné d’une épée en fer. Les T. 4 et T. 5 (1987) ont livré 1 œnochoé, des bagues en bronze, des couteaux en fer et des pointes de lances, cf. AD, 42, 1987, B’2, Chr., 424 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; BCH, 118, 1994, Chr., 736-737 (A. Pariente) ; Karamitrou-Mentessidi 2011a, 281-282, 300 fig. 6.

41 Karamitrou-Mentessidi 2008, 71-75 ; 2009, 101-123.

42 Karamitrou-Mentessidi 2008, 49-70.

43 Fouille de 8 tombes, cf. Andreiomenou 1968, 244-246.

44 Fouille de 3 tombes, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 666 (G. Karamitrou-Mentessidi).

45 Dimensions intérieures.

46 Cette tombe aurait livré le mobilier suivant 2 : parures tubulaires spiralées, 2 torques, 1 fibule à lunettes, au moins 2 épingles, 2 bracelets et 2 anneaux en bronze, cf. Andreiomenou 1968, 245 fig. 3.

47 La T. 1 a livré : 1 cruche modelée décorée de motifs à la peinture mate, 2 pointes de lance et 2 couteaux en fer. La T. 2 renfermait le mobilier suivant : 1 cruche, 1 canthare et 1 bol à anses dressées (et à l’extérieur de la tombe, 1 cruche et 1 tasse à peinture mate, 1 autre tasse et 1 bol à anses dressées). La T. 3 renfermait : 1 cruche tournée, 1 collier de 24 perles en bronze, 2 de boucles d’oreilles en bronze, 1 fibule à lunettes en bronze (épaule droite), 1 fibule à lunettes en os et en bronze (épaule gauche), 2 armilles, et, au niveau du bassin, 1 bouton et 1 pendeloque de type jug-stopper, cf. Karamitrou-Mentessidi 2011b, 283-284.

48 Découverts dans un dépôt correspondant à une tombe perturbée au nord de la T. 1, cf. Karamitrou‑Mentessidi 2011b, 283-284.

49 Trois dans le champ no 549 et trois dans le champ n° 550 (celles-ci n’ont pas livré de mobilier). Les autres tombes sont classiques et hellénistiques.

50 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 303 fig. 12.

51 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 285-286 ; AD, 42, 1987, B’2, Chr., 423-424 (G. Karamitrou-Mentessidi).

52 En 1968, du mobilier de l’âge du Fer avait déjà été recueilli, cf. Siampanopoulos 1974, 122, fig. 70.

53 Six tombes dans le champ n° 3468 de Malliara et sept dans le champ n° 3466 de Kyrina, cf. AD, 43 (1988), B’2, 404 (G. Karamitrou-Mentessidi). Les tombes fouillées en 1995 étaient détruites et pillées, cf. Karamitrou-Mentessidi 2011a, 288.

54 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 288-289.

55 Chondroyanni-Metoki 1998, 298.

56 Chondroyanni-Metoki 1997, 39.

57 Chondroyanni-Metoki 1997, 39.

58 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 534 (G. Karamitrou-Mentessidi).

59 BCH, 120, 1996, Chr., 1224 (G. Touchais).

60 D’autres tombes similaires de l’âge du Fer ont été découvertes sur la route qui va de Rymnio à l’usine d’amiante près de Tranovalto, cf. AD, 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; Karamitrou‑Mentessidi 2003, 555-557.

61 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 355 (G. Karamitrou-Mentessidi).

62 T. 9, 1991, cf. AD, 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitrou-Mentessidi).

63 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 355 (G. Karamitrou-Mentessidi).

64 AD, 46, 1991, B’2, Chr., 304 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; Karamitrou-Mentessidi 2011b, 129 fig. 26a-c.

65 5 fouillées en 1986, 3 en 1997 et 2 autres détruites.

66 Chondroyanni-Metoki 1997, 34.

67 Chondroyanni-Metoki 2009, 453.

68 Chondroyanni-Metoki 1992, 39.

69 Leur forme évoque les statuettes du Néolithique final de la région de l’Haliakmon et il est vrai que le site est initialement utilisé comme habitat à cette époque, cf. Chondroyanni-Metoki 1992 ; Koukouli‑Chryssanthaki 2004.

70 Cet ensemble funéraire se situe à côté du précédent et a été découvert en 1986, sondé en 1993 et en 1997. Chondroyanni-Metoki 1998, 300 ; AD, 42, 1987, Chr., 418 (G. Karamitrou-Mentessidi).

71 Des vases de style mycénien ont été retrouvés aux alentours, cf. Karamitrou-Mentessidi 2003a, 553.

72 Karamitrou-Mentessidi 2003a, 553-555.

73 Karamitrou-Mentessidi 2003a, 554.

74 Chondroyanni-Metoki 1998, 299.

75 Établissement aujourd’hui immergé par les eaux du lac de Polyphyto. Il devait se trouver à environ 700 m de la rive de l’Haliakmon avant la construction du barrage. Les vestiges comprennent une série de pithoi retrouvés in situ et un amoncellement de pierres correspondant probablement à un bâtiment contemporain, cf. AD, 55, 2000, B’2, Chr., 802-803 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 543.

76 AD, 63, 2008, B’, Chr., 951-952.

77 La T. A mesure 2,40 x 0,85 m et a une dalle par côté. La T. B mesure 2,20 x 0,55 m.

78 AD, 51, 1996), B’2, Chr., 535 (A. Chondroyanni-Metoki).

79 Des canthares et une cruche modelée à col échancré sont également mentionnés mais sans préciser à quelle sépulture ils appartiennent, cf. Chondroyanni-Metoki 1998, 299-300.

80 Notamment la T. A : 3 fibules à lunettes en bronze, 4 bijoux à double spirale, 1 diadème en bronze décoré, des spirales, 1 collier de perles en bronze, 5 bracelets en bronze, 1 torque, 40 fragments de longues parures tubulaires spiralées, 14 anneaux en bronze dont 3 constitués de deux ou trois spirales (bagues et/ou sphécotères ?), 3 doubles-haches miniatures perforées, cf. Rhomiopoulou 1971a, 38-40.

81 AD, 56-59 (2001-2004), B’3B, Chr., 354-355 (A. Chrysostomou).

82 AD, 60, 2005, B’2, Chr., 722 (A. Chrysostomou).

83 Chrysostomou A. 2012.

84 Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 5, 86, 89.

85 Hasluck 1936, 455-456.

86 Chrysostomou A. 2016.

87 Chrysostomou A. 2016, 7.

88 BCH, 78, 1954, Chr., 140 (P. Courbin) ; Hammond y voit un double tumulus, cf. Hammond, 1972, 266-267.

89 Chrysostomou A. 2009, 97 ; Chrysostomou A. 2016, 31-32.

90 Chrysostomou A. 2016, 10 sx. 2.

91 Chrysostomou A. 2016, 16-17, 22-23.

92 Chrysostomou A. 2009.

93 Chrysostomou A. 2008, 38.

94 Cette tombe, décrite en détail dans les publications, mesure 2,20 x 0,57 m. Elle renfermait le squelette d’un adulte, allongé sur le dos, les bras le long du corps, la tête orientée à l’est, reposant sur une pierre plate. Des ossements appartenant à deux anciennes dépouilles ont été retrouvés sur le couvercle et à l’ouest de la tombe avec trois vases modelés. Le mobilier de la dernière inhumation comprenait : 1 cruche modelée à col coupé (au niveau de l’épaule droite), 1 tasse modelée (au niveau de la tête), cf. Chrysostomou A. 2000a, 200-232.

95 AD, 53, 1998, B’2, Chr., 655-656 (A. Chrysostomou) ; Chrysostomou 2008, 38-39.

96 Chrysostomou 2008, 38-39.

97 Les tertres 5 et 8 sont des empierrements naturels et le 27 une probable cabane effondrée, cf. AD, 60, 2005, B’, Chr., 727.

98 Il y a une occupation hellénistique et romaine sur la colline adjacente.

99 Chrysostomou A. 2011, 581.

100 Chrysostomou A. & Stefani 1994, 97.

101 Le Tumulus III fait 3,50 m de diamètre et renferme une chambre funéraire ovale (2,50 x 2,10 m), avec un dromos (1,80 x 1 m). L’intérieur de la chambre a un parement 11 gros blocs de pierre (cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr, 361, n. 47). Le Tumulus 26 fait 9,50 m de diamètre, 1,10 m de hauteur et renferme une chambre funéraire circulaire de 2,50 m de diamètre, avec un dromos (1,60 x 1,10 m) marqué par deux jambages. La tombe a été perturbée à l’époque hellénistique. La paroi nord de la chambre est couverte de trois blocs dressés et la paroi ouest de deux assises de pierres brutes. Le mobilier récupéré comprend : 1 perle en pierre, 1 anneau en bronze, 1 couteau en fer, 1 fusaïole en terre cuite biconique (ou perle), cf. AD, 60, 2005, B’, Chr., 726-727 (A. Chrysostomou).

102 Chrysostomou A. 2011, 593 fig. 14 ; AD, 56-59 (2001-2004), B’3B, pl. 97γ (A. Chrysostomou).

103 Chrysostomou A. 2011, 581.

104 AD, 56-59, 2001-2004, B3’B, Chr., 360-361 (A. Chrysostomou).

105 Il y a également quelques tombes à habitacle sans tertre apparent, cf AD, 55, 2000, B’2, Chr., 782-783.

106 Chrysostomou A. 1995a, 156.

107 Chrysostomou A. 1995a 159-160.

108 Chrysostomou A. 2000a, 510.

109 Chrysostomou A. 2000a, 510-511.

110 Chrysostomou A. 1995a, 160-161 ; AD, 50, 1995, B’2, Chr., 559-561.

111 La T. 38 est appelée tombe en théké (θήκη), cf. Chrysostomou A. 2000a, 510.

112 Chrysostomou A. 2011, 582.

113 Chrysostomou A. 2000a, 512 n. 24.

114 Chrysostomou A. 1995b, 160-162.

115 Chrysostomou A. 1995b, 158-159.

116 Chrysostomou A. 2011, 582.

117 Chrysostomou A. 1997b, 145 et n. 21.

118 Chrysostomou A. 2011, 282-283.

119 Chrysostomou A. 1997b, 143-145 ; Chrysostomou A. 2011, 282-283. Exemple d’une partie du mobilier de la T. 8, datée du viie-vie s. : le mobilier associé à la dernière sépulture primaire découverte dans la chambre funéraire comprenait 1 œnochoé et 1 fibule à arc en bronze, tandis le mobilier des réductions retrouvées dans le dromos comprenait 2 disques en bronze ainsi que des pendentifs en bronzes qui devaient être portés en collier ou suspendus à la ceinture du défunt.

120 Chrysostomou A. 1993, 112-114.

121 AD, 35 (1980, B’2), 411 ; Chrysostomou A. 1993, 111-112, n. 4.

122 Chrysostomou A. 1993.

123 Chrysostomou A. 2000, 237-238.

124 Chrysostomou A. 2000, 237-238 ; Chrysostomou A. 1993, 112.

125 Chrysostomou A. 1997c, 480 ; Chrysostomou P. 1990, 209-210 n° 1-2.

126 La question du toit reste problématique. La T. 14 était comblée de pierres au moment de la fouille, mais elle a été pillée et les pierres du sommet déplacées pour former un cercle. Il se peut que le monument ait été utilisé comme base de tir pendant la guerre (des éclats d’obus ont été retrouvés).

127 Chrysostomou P. et al. 2007, 13.

128 Chrysostomou P. et al. 2007, 22.

129 Autour du secteur de la nécropole, parmi les objets en bronze découverts fortuitement, on notera des sphécotères, un ruban, des bracelets, des armilles, un torque, des pendentifs, une rouelle, des fibules, des disques dont un ajouré comme ceux de Chauchitsa, cf. Chrysostomou P. et al. 2007, pl. III.20 à III.26.

130 Chrysostomou P. et al. 2007, 239-241.

131 Tableau construit à partir des données recueillies dans Chrysostomou P. et al. 2007, 209-279.

132 Chrysostomou et al. 2007, 209-279, 213-214.

133 Tombe dite en “λιθοσωρός”.

134 Chrysostomou A. 1997b, 409.

135 Dans les tombes E et Θ, deux fibules servaient au vêtement tandis que deux autres retrouvées au niveau du crâne, devaient servir à fixer une coiffe.

136 Chrysostomou A. 1997, 409-415.

137 Chrysostomou P. et al. 2007, 226-228. Ils sont similaires à un des objets de la nécropole de Chauchitsa identifié ainsi, cf. Casson 1923-1925, pl. II.2.c et Adam-Veleni, Koukouvou 2012, 169 n° 94.

138 Une autre pointe de lance a été trouvée dans la zone de la toumba-trapeza, cf. Chrysostomou P. et al. 2007, 20.

139 Un des couteaux de la T. B avait des clous en bronze.

140 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 477-490.

141 2000 (10 tombes dont 5 fosses et 3 crémations), 2001 (46 tombes dont 38 fosses, 1 fosse à dalles de couverture en pierre et 7 cistes), 2002 (24 tombes), 2003 (14 tombes dont 1 avec 2 individus), 2004 (34 tombes), 2005 (49 tombes dont 1 avec 2 individus), 2006 (35 tombes), 2007 (13 tombes).

142 Tombes E1, E2, E3, voir Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2000, 479.

143 Par exemple, T. 209 en ciste qui renfermait un adulte et un enfant identifiés comme une femme adulte et une petite fille (cf. Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2003, 505), T. 526 avec deux individus placés tête-bêche (ibid. 2005, 436), T. 407A-B avec une défunte et une réduction (ibid. 2004, 561).

144 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2002, 466, 475 fig. 1.

145 Par exemple, la T. 507 : 1 œnochoé, 1 tasse tournée, 1 “phiale”, 1 petite perle en or, des bagues en fer et en bronze, 1 bracelet en bronze (cf. Chrysostomou A. & Chrysostomou P., 2005, 436). La T. 508 : 3 “phiales”, 1 petite fibule à lunettes en bronze, des boucles d’oreilles en bronze, 1 collier de perles en ambre, 2 fusaïoles en terre cuite (cf. ibid. 2006, 703-704). La T. 112 : 1 “phiale” et 2 tasses (cf. AD, 56-59 [2001-2004], B’3B, Chr., 344).

146 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.

147 Par exemple T. 383 : 1 epistomion en or, 2 boucles d’oreilles en or (cf. Chrysostomou A. & Chrysostomou P., 2004, 561, 569 fig. 1). La T. 409 : 1 coupe à une anse, 1 perle en bronze, 1 epistomion en or, 1 bracelet en bronze (cf. ibid. 2004, 561). La T. 595 : 1 epistomion en or, 1 lékané, 1 tasse tournée décorée (cf. ibid. 2006, 704, 711 fig. 2).

148 Par exemple T. 206 : 1 épée et 1 couteau en fer, 1 épingle en fer, 1 “phiale” (cf. Chrysostomou A. & Chrysostomou P., 2002, 466). La T. 526 : deux adultes placés tête-bêche, 1 épée et 1 pierre à aiguiser (cf. ibid. 2005, 436).

149 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2007b.

150 Chrysostomou A. 2000c, 38.

151 Chrysostomou A. 2000c, 37.

152 Savvopoulou 2012a, 111-120.

153 La T. 1 : 1 tasse tournée, 1 anneau en bronze. La T. 2 : 1 tasse tournée, 1 bol tourné à anse en ruban, 1 fibule à lunettes en bronze, 1 bague et 2 bracelets en bronze, 1 fragment de tôle de bronze, 1 tige en fer (un clou ?), cf. Savvopoulou 2012a.

154 Heurtley 1939, 32-33.

155 Gardner & Casson 1918-1919, 32-38.

156 14 tombes numérotées de T. 1 à T. 14 (cf. Casson 1919-1921, 1-3) et 22 tombes numérotées de T. (1) à T. (22) (cf. Casson 1923-1925, 1-29).

157 S. Casson avait daté les vases entre le xie et le milieu du viie siècle. K. Kilian a proposé trois phases chronologiques (IA, IB et II) allant de la fin du ixe siècle à la fin du viie siècle (cf. Kilian 1975, 74-78). Elles ont été discutées par A. Hochstetter qui reconnaît dans les vases modelés des similarités avec les ensembles céramiques des horizons VII et VIII de Kastanas, c’est-à-dire du viiie-viie siècle, cf. Hochstetter 1984, 307-309.

158 Casson 1919-1921, 8-9, 12 fig. 7-8 ; pl. 1, fig. 9b.

159 La tombe E date du ive siècle (?) et les tombes F et G du iie et du ive de notre ère, cf. Bailey 1969.

160 Casson 1919-1921, 8 fig. 8.

161 Hammond 1972, 350-351.

162 Hammond 1972, 349-350. L’hypothèse d’un grand tumulus est également partagée, non sans quelques réserves, par H. Koukouli-Chryssanthaki, cf. Koukouli-Chryssanthaki 1992, 631.

163 Casson 1919-1921, 7.

164 Casson 1923-1925, 5-6.

165 Casson 1923-1925, 7, 12.

166 Savvopoulou 2004, 312.

167 Savvopoulou 1994, 254-255.

168 AR, 50, 2003-2004, Chr., 46 (J. Whitley) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 156 (T. Savvopoulou).

169 AD, 49, 1994, B’2, Chr., 462 (T. Savvopoulou) ; Savvopoulou 1994, 255.

170 Rey 1932, 40-44. Dans cet article, 22 tombes sont numérotées de 1 à 22, les trois autres sont nommées par leur date de découverte (18 juin, 20 juin et 21 juin). Il n’y a aucune information pour les tombes 5, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 14, 21, 22 et quatre tombes étaient perturbées (tombes 4, 15, 17, 18).

171 BCH, 119, 1995, Chr., 948 (A. Pariente) ; AR, 43, 1996-1997, Chr., 68 (D. Blackman) ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 367 (T. Savvopoulou).

172 Rey 1932, 40-44 ; Savvopoulou 1988b, 2007.

173 Rey 1932, 44.

174 Savvopoulou 2007, 609.

175 Savvopoulou 2007, 620 fig. 4.

176 Savvopoulou 2007, 609.

177 AD, 48, 1993, B’2, Chr., 354 (T. Savvopoulou).

178 Savvopoulou 2007, 610, 620 fig. 5-6.

179 Cette occupation avait déjà été repérée et cataloguée par W. Cooksey et A. M. Woodward (Cooksey & Woodward 1918-1919, 59 fig. 2, 60, site n° 3 sous le nom d’Avret-Hissar, 98 sq.), W. A. Heurtley (Heurtley 1939, 23) et D. H. French (French 1967, n° 3.59) ; puis vérifiée par quelques sondages plus récents (Savvopoulou 2001, 169 ; ibid. 2004, 310-311).

180 Savvopoulou 1987, 305 ; ibid., 2001, 169, 171, 174. Près de 80 % de la nécropole aurait été fouillée.

181 AD, 42, 1987, B’2, Chr., 363 (T. Savvopoulou) ; Savvopoulou 2001, 170, 173-174.

182 11 incomplets en forme de fer à cheval et un entier, Savvopoulou 2001, 170.

183 Savvopoulou 1988a, 220, 225 fig. 3.

184 Savvopoulou 2001, 171, n. 8.

185 AR, 35, 1988-1989, Chr., 66-67 (H. W. Catling) ; Savvopoulou 1987, 306.

186 Savvopoulou 2001, 170.

187 Savvopoulou 2001, 171, fig. 4.

188 Savvopoulou 2001, 171 ; Savvopoulou 1988a, 220.

189 AR, 35, 1988-1989, Chr., 66-67 (H. W. Catling).

190 Savvopoulou 2001, 171-172.

191 Savvopoulou 2001, 173-174, fig. 6.

192 Savvopoulou 2001, 173.

193 Ces cistes rappellent celles de Karathodoreïka [63].

194 Communication personnelle avec Mme T. Savvopoulou le 9 avril 2011.

195 Savvopoulou 2001, 178.

196 Savvopoulou 2001, 173-174.

197 Savvopoulou 2001, 173-174.

198 Savvopoulou 1987, 307 ; Savvopoulou 2001, 177 ; AR, 35, 1988-1989, Chr., 66-67 (H. W. Catling).

199 Savvopoulou 2001, 177.

200 Savvopoulou 2001, 177 ; AD, 39, 1984, Chr., B’2, 218 (T. Savvopoulou).

201 Savvopoulou 2001, 172. Une épée avait également été découverte hors contexte stratigraphique dans le champ du propriétaire avant le début des fouilles, cf. AD, 39, 1984, B’2, Chr., 218 (T. Savvopoulou) ; Savvopoulou 2001, 177.

202 Savvopoulou 1988b, 221.

203 T. 1 : un individu avec 2 couteaux et 1 coutelas. T. 2 : un individu avec 2 armilles (une à chaque bras) et 1 perle en bronze. T. 3 : pillée, elle renfermait une sépulture féminine avec 1 couvre-bouche en or et deux réductions (dont une probablement masculine) avec respectivement 1 couteau et 1 épée en fer, cf. Savvopoulou 1988b, 221.

204 L’autre date du ive-iiie s.

205 Kottaridi 2001a, 504.

206 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 420-425 (A. Kottaridi).

207 Kottaridi 2001a, 504-505 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 373 (A. Kottaridi).

208 Kottaridi 2009a, 223. Le tumulus H n’avait aucune tombe (détruit ?) et la tombe 9 était isolée au milieu des tertres.

209 Le tumulus Z pourrait être classé avec les tertres à tombe centrale. D’après le plan, la T. 5 apparaît au centre et les tombes satellites occupent des compartiments périphériques. Par ailleurs, le plan du tumulus K donne l’impression d’un amoncellement de pierres avec un espace central réservé pour la T. 24.

210 Les différentes phases architecturales ne sont pas détaillées : les tombes centrales sont-elles antérieures aux tombes satellites ? Ne peut-on pas imaginer que les compartiments vides aient été prévus pour des inhumations ultérieures ?

211 Sauf la T. 10 aménagée de dalles de calcaire.

212 Kottaridi 2002, 506.

213 Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002.

214 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 421, 424 (A. Kottaridi).

215 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 421, 424 (A. Kottaridi).

216 Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002.

217 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 424-425 (A. Kottaridi).

218 Kottaridi 2002, 506 ; Kottaridi 2009a, 223.

219 Stefani L. 2004, 47 fig. 4.

220 Nous ignorons si elles font partie du même ensemble funéraire, cf. Stefani L. 2004, 34.

221 Stefani L. 2004, 47 fig 5.

222 Kefalidou 2009, 17-19.

223 Le contenu de trois tombes est décrit. T. III : 1 jarre à anse verticale, 1 cruche (?), 1 vase modelé à une anse, 2 bracelets en bronze, 2 fusaïoles en terre cuite. T. V : 1 canthare à anses avec poucier, 1 couteau en fer. T. VIII : 1 canthare, 1 vase ouvert, 1 épingle en bronze, 2 bracelets en bronze, 1 disque en bronze, cf. Koukouvou 2000 ; 2001.

224 Le pithos A mesure 1,50 x 1 m et le pithos B, 1,50 x 0,96 m.

225 Heuzey 1860, 20.

226 Andronikos 1969. Les tertres suivent une numérotation alphabétique grecque et les tombes sont listées en chiffres romains.

227 Petsas 1961-1962, 1963. Les tertres sont numérotés en chiffres romains et les tombes suivent une numérotation alphabétique grecque.

228 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013. Comme pour la fouille de M. Andronikos, les tertres suivent une numérotation alphabétique grecque et les tombes sont numérotées en chiffres romains.

229 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989.

230 Faklaris 1987.

231 Kottaridi 2000.

232 Ces effectifs ne prennent pas en compte la structure ∆-I (fouille de M. Andronikos), dont l’identification comme tombe reste incertaine, ainsi que la tombe LXXI-I (fouille de P. Petsas) qui semble plus tardive.

233 Andronikos 1969, 275-279.

234 Kilian 1975, 65-74.

235 Hochstetter 1984, 302-307 ; Vokotopoulou 1986, 6-7, 351-352.

236 D’après le tableau publié dans Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 139 tab. 55. Il s’agit d’un phasage général appliqué pour une sélection de tertres et de tombes (tumuli III, LXV, N et T, cf. ibid. 111, 113, 116, 121).

237 Andronikos 1969, 279.

238 Le tumulus AB et les groupes A-AΓ-AE, AZ-K-AH, Γ-P-A-O-B, ∆-AA-AE, C-LXIV à LXVIII, III-I, cf. Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, 141.

239 Tumuli L, LV, LVIII, LVI et LVII.

240 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 142.

241 Andronikos 1969, 150.

242 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 112-114.

243 Andronikos 1969, 150-151.

244 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 90.

245 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989.

246 La catégorie “divers” (18 %) est constituée de boutons, d’anneaux, etc., dont la fonction dans la tombe reste bien souvent indéterminée (parures ? attache de vêtement ? élément d’accessoire déposé dans la tombe ?).

247 Rey 1917-1919, 54-55, 102.

248 Apostolou 1991, 34.

249 Karliabas et al. 2004.

250 Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148. Fouilles de 2010 dans le terrain 691, cf., Besios & Athanasiadou 2010.

251 Terrain 480. Le fossé est orienté nord-sud, fait 6 m de large et 2,50 m de profondeur, cf. AD, 50, 1995, B’2, Chr, 484 (M. Besios).

252 Besios 1996, 233-238.

253 Karliabas et al. 2004, 342-343. Il faut également ajouter à cela les deux tombes découvertes dans le terrain n° 691, cf. Besios & Athanasiadou 2010.

254 Triantaphyllou 1998 ; 2001 ; Karliabas et al. 2004.

255 Il faut ajouter les deux tombes à fosse découvertes en 2009, cf. Besios & Athanasiadou 2010.

256 Besios 1990, 242 ; Karliabas et al. 2004, 343.

257 Besios 1990, 242 ; Karliabas et al. 2004, 343 ; Besios 1989, 155, 161 fig. 1.

258 Elles sont datées de l’âge du Fer par le contexte mais n’ont pas livré de mobilier, cf. Besios, 1991, 172 ; Karliabas et al., 2004, 343.

259 Besios 1991, 172 ; Karliabas et al. 2004, 343.

260 Besios 1990, 242, 245 fig. 2.

261 Besios 1989, 155-156.

262 Triantaphyllou 2001, 60.

263 Karliabas et al. 2004, 346-347.

264 Karliabas et al. 2004, 344 sq.

265 T. 46 : fosse renfermant une sépulture féminine adulte accompagnée de 2 épingles en fer, et, une sépulture d’enfant accompagnée de nombreuses parures : 1 bague en fer, 1 épingle en bronze, 1 diadème (?) avec une applique en bronze, 2 sphécotères en bronze, 1 collier et des bracelets en bronze, cf. Besios 1989, 155-156 ; Besios 2010, 85.

266 Par exemple, dans une des tombes à chambre (T. 11) ont été découverts deux cratères parmi le mobilier, cf. Besios 2010, 80-81.

267 Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148.

268 Besios 1986.

269 Ou Kontariotissa (Κονταριώτισσα).

270 BCH, 55, 1931, Chr., 494-495 (Y. Béquignon).

271 Poulaki-Pandermali 2013, 67-83 ; Triantaphyllou 2001.

272 Ainsi que deux périboles dépourvus de tombes, et, une tombe sans tertre ni péribole, cf. Poulaki‑Pandermali 2013, 68, 72.

273 BCH, 109, 1985, 810 (G. Touchais) ; 110, 1986, 714 (G. Touchais) ; Ergon 1984, 37 (D. Pandermalis) ; 1985, 24-28 (D. Pandermalis).

274 Poulaki-Pandermali 2013, 70.

275 Poulaki-Pandermali 2013, 71-72.

276 Poulaki-Pandermali 2013, 71.

277 Poulaki-Pandermali 2013, 72.

278 Triantaphyllou 2001, 38-39.

279 BCH, 111, 1987, 545 ; Pandermalis 1999, 34.

280 Poulaki-Pandermali 2013, 74-83.

281 Lemos 2002, 46-48.

282 Poulaki-Pandermali 2013, 64-65.

283 Poulaki-Pandermali 2013, 64-65 ; Triantaphyllou 2001.

284 AD, 44, 1989, B’2, Chr., 324 (E. Poulaki-Pandermali).

285 Poulaki-Pandermali 2013, 58.

286 Rey 1917-1919, 64, 67.

287 Misaïlidou-Despotidou 2008, 28-36.

288 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38.

289 La portion sud-ouest de la nécropole a été utilisée très sporadiquement au cours du vie, du ive et du iiie siècle puis à l’époque romaine, cf. Misaïlidou-Despotidou 2008, 43-44.

290 Milka & Papageorgopoulou 2004. Dans cette publication, sont mentionnées trois squelettes qui proviendraient de la toumba, cf. ibid., 271.

291 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38 ; Misaïlidou-Despotidou 1998, 263.

292 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264.

293 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39.

294 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39.

295 Misaïlidou-Despotidou 2008, 38-39. ; Grammenos & Triantaphyllou, éd. 2004, pl. 130.

296 T. 2.2, 65.650, 74.682, cf. Grammenos & Triantaphyllou, éd. 2004, pl. 130.

297 Misaïlidou-Despotidou 2008, 39.

298 Grammenos & Triantaphyllou, éd. 2004, 566-568, pl. 130.

299 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264.

300 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40.

301 Dans les couches tardives de l’habitat de l’âge du Fer, ces vases sont également plus fréquents, cf. Misaïlidou-Despotidou 2008, 40 sq.

302 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40 sq.

303 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.

304 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41.

305 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41.

306 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 268 ; Soueref 2011, 175-177.

307 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.

308 Fouilles de 2002, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 67 (E. Lambrothanassi).

309 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 67 (E. Lambrothanassi).

310 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.

311 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 18 ; Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 263.

312 Le défunt était accompagné des objets suivants : 1 “phiale” modelée (sur l’épaule gauche), 1 poignard en fer (dans la main droite), 1 pointe de flèche en silex (sur l’épaule gauche). Cet ensemble est daté du viiie siècle. Cf. Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 266.

313 Sauf par exemple la riche sépulture féminine T. 21 ayant livré : 1 parure tubulaire spiralée, des perles en verre, 1 bracelet en fer, 1 bracelet en bronze, 11 bagues en fer, 2 bagues en bronze, 1 tôle en bronze qui couvrait un des doigts, cf. Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 266.

314 Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19-20.

315 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 270 fig. 8, 265.

316 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 265-266 ; Lambrothanassi-Korantzi 2005, 20-21.

317 Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 266 ; Lambrothanassi-Korantzi 2005, 20.

318 Fouille de 1996, croisement des rues C. Smyrnis et M. Alexandrou (95 tombes) ; fouille de 1998, 9 rue 28 Oktovriou (81 tombes) ; fouille de 1999, 9 rue 28 Oktovriou (51 tombes) ; fouille 2001, 7 et 11 rue 28 Oktovriou (55 et 96 tombes) ; fouille de 2002, 4 rue Polytechniou (20 tombes) et 4 rue M. Alexandrou (38 tombes).

319 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 253.

320 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 57 (E. Lambrothanassi).

321 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 58 (E. Lambrothanassi) ; Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 249.

322 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 249 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 57, 583 (E. Lambrothanassi) ; AD, 54, 1999, B’2, Chr., 547 fig. 37 (E. Lambrothanassi).

323 Durant les fouilles de 2002, 11 crémations ont été mises au jour sur un total de 20 tombes. Cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 57-58 (E. Lambrothanassi) ; Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 250.

324 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 58 (E. Lambrothanassi).

325 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, 58 (E. Lambrothanassi).

326 Lambrothanassi-Korantzi et al. 2002, 250.

327 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 436 (E. Lambrothanassi).

328 La T. 55 : 1 vase, 1 perle biconique, 2 bracelets en bronze, 3 bagues en bronze, 4 bagues en fer, 1 poignard en fer, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 577, fouille du 9 rue 28 Oktobriou (E. Lambrothanassi). La T. 42 : 1 vase, 1 perle biconique, 1 bracelet en fer, 5 bagues en bronze et 9 bagues en fer, cf. AD, 54, 1999, B’2, Chr., 547-548 (E. Lambrothanassi). Une tombe féminine découverte en 2002 : 1 vase, 1 grande fibule à arc et 1 épingle en bronze (épaules), 1 torque en bronze, 1 armille (bras droit), 2 bracelets, des bagues en bronze et en fer, 1 fragment de couvre-bouche en bronze et 1 rouelle en plomb, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 57-58, fouilles du 4 rue M. Alexandrou (E. Lambrothanassi).

329 Wace & Thompson, 1909, 161 (Karaissi) ; Wace 1913-1914, 127-128 ; Rey 1917-1919, 105-108.

330 Soueref 2011, 154-157.

331 Fouille de 1997 (341 tombes), fouille de 1998 (30 tombes), fouille de 1999 (36 tombes), fouille de 2002 (11 tombes), fouille de 2004 (29 tombes), fouilles entre 2005 et 2011 (au moins 54 tombes).

332 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr, 174 (A. Lioutas).

333 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr, 175 (A. Lioutas).

334 Seulement deux sont mentionnées pour les fouilles de 1997, trois pour les fouilles de 1998 et trois autres pour 1999.

335 Trois cas mentionnés pour la fouille de 1998, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 575 (A. Lioutas).

336 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Chr., 174 (A. Lioutas).

337 Lioutas & Gkioura 1997, 322.

338 Une crémation est mentionnée pour la fouille de 1997 et une autre pour la fouille de 2002. D’autres ont été trouvées dans les fouilles plus récentes.

339 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Chr., 107 (A. Lioutas).

340 Lioutas & Gkioura 1997, 322.

341 AD, 56-59, 2001-2001, B’3A, Chr., 175, pl. 51γ (A. Lioutas).

342 AD, 52, 1997, B’2, Chr, 640-641, pl. 235β (A. Lioutas) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 175 (A. Lioutas).

343 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 107 (A. Lioutas).

344 16 fibules, 3 sphécotères, 10 perles, 8 bracelets, 2 pendeloques et 1 pince à épiler en bronze, 3 perles en verre, 2 boucles d’oreilles, 1 perle et un episomion en or ; 1 petit récipient. Cf. AD, 54, 1999, B’2, Chr., 548 (A. Lioutas).

345 Lioutas et al. 2003.

346 Soueref 2009, 351-352.

347 Soueref 2009, 351-352.

348 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 529 (K. Soueref) ; Soueref 2009, 352.

349 Havela 2012, 309 fig. 3.

350 K. Soueref mentionne des cas de défunts en position contractée latérale, notamment dans deux tombes associant une sépulture féminine à un enfant. Toutefois, la chronologie n’est pas précisée, cf. Soueref 2009, 254.

351 Soueref 1999, 183 ; Soueref 2009, 354.

352 Soueref 2009, 354.

353 Skarlatidou 2009, 329.

354 AD, 48, 1993, B’2, Chr., 332 (E. Skarlatidou). Une seconde voie de circulation probablement plus tardive a été identifiée à l’intérieur de la nécropole, entre les tombes archaïques et classiques, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 178 et 179 sx. 55 (E. Skarlatidou).

355 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 440, sx. 9 (E. Skarlatidou).

356 Skarlatidou 2009, 333-334.

357 AD, 51, 1996, B’2, Chr., 438-439 (E. Skarlatidou).

358 Par exemple, la T. 15, ciste à parement de galets, fermée par des dalles de schiste, a livré un squelette et des ornements (parures tubulaires spiralées, perles, boutons, bracelets, pendeloque en forme d’oiseau), cf. AD, 51, 1996, B’2, Chr., 438-439 (E. Skarlatidou).

359 AD, 53, 1998, B’2, Chr., 568 et pl. 215γ (E. Skarlatidou) ; Skarlatidou 2009, 333-334, 334 fig. 6.

360 AD, 54, 1999, Chr., 534 (E. Skarlatidou).

361 AD, 45, 1990, B’2, Chr., 308-309 (K. Lazaridi) ; AD, 46, 1991, B’2, Chr., 279-281 (K. Lazaridi) ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 61 (E. Skarlatidou).

362 On mentionne une tombe de femme avec nourrisson, et celle de deux enfants, mais leur chronologie n’est pas précisée, cf. AD, 44, 1989, B’2, Chr., 320-321 (K. Lazaridi).

363 AD, 44, 1989, B’2, Chr., 320-321 (K. Lazaridi).

364 AD, 56-59, 2001-2004, B’ 3A, Chr., 14 (E. Skarlatidou).

365 T. 6 et T. 57, cf. AD, 53, 1998, B’2, Chr., 571 (E. Skarlatidou).

366 Skarlatidou 2007.

367 Exemples de quelques tombes à parures de l’âge du Fer détaillées dans les publications. La T. 3 (1995) : tombe à fosse à bordure de galets, fermée par des dalles de schiste reposant sur une petite margelle et renfermant un individu probablement féminin accompagné de 2 fibules en bronze à lunettes (épaules), de parures tubulaires spiralées, d’1 collier (perles en bronze, une perle en ambre et un coquillage), et de bracelets, cf. AD, 50, 1995, B’2, Chr.¸462-464 (E. Skarlatidou). La T. 5 (1996) : tombe à fosse à bordure de pierres, fermée par des dalles de schiste reposant sur une petite margelle, orientée est-ouest, avec sol aménagé de galets. Elle a été perturbée et son contenu a aussi été retrouvé à l’extérieur de la tombe : 1 epistomion en or de forme rhomboïdale décoré d’une nervure centrale et de motifs de cercles incisés, une bande en or avec un disque à son extrémité, décorée des mêmes motifs, 1 pendeloque biconique en bronze, cf. AD, 51, 1996, B’2, Chr., 438-439 (E. Skarlatidou). T. 55 (1997) : ciste à parement de galets (sur trois assises), renfermant un individu probablement féminin accompagné d’1 cruche, de 2 parures tubulaires spiralées, de 2 bracelets, d’1 pendeloque en forme d’oiseau, de 2 rouelles et d’1 bande en or décorée, cf. AD, 52, 1997, B’2, Chr., 639-640 (E. Skarlatidou).

368 Pour les tombes archaïques, voir AD, 56-59 (2001-2004), B’3A, Chr., 58 (E. Skarlatidou).

369 Skarlatidou 2009, 337-338, 337 fig. 14 ; AD, 44, 1989, B’2, Chr., 320-321 (E. Skarlatidou).

370 La T. 1 n’a livré que des tessons d’un vase modelé et un bracelet.

371 Soueref 2011, 191-194

372 Hansen 2004, 828, n° 573 ; Bilouka et al. 2005, 246 ; Tiverios 2008, 24.

373 Bilouka et al. 2005, 240.

374 Une quinzaine de tombes ont été découvertes jusqu’en 2005. En 2006, ont été mises au jour sept autres tombes datées du Géométrique Récent-début de l’époque archaïque, cf. AD, 61, 2006, B’2, Chr., 778.

375 La crémation primaire n’apparaît que de manière ponctuelle durant les premières décennies du ve s., cf. Bilouka et al. 2004, 107-108.

376 Bilouka & Graïkos 2001, 285. Un autre tertre entouré d’un cercle de pierres recouvrait 11 sépultures datées du ive siècle, cf. Bilouka et al. 2005, 239-240.

377 Bilouka et al. 2004, 110.

378 Bilouka & Graïkos 2001, 285.

379 Bilouka et al. 2004, 110.

380 Bilouka et al. 2004, 110 ; AD, 61, 2006, B’2, Chr., 778 (A. Bilouka) ; Bilouka et al. 2005, 239. Certaines tombes féminines étaient relativement riches, comme le montre la T. 19 datée de la fin du viiie-début du viie siècle : inhumation en fosse, orientée est-ouest, creusée dans le sol naturel et fermée par une dalle de calcaire reposant sur une petite margelle en bordure de fosse. Elle renfermait la sépulture d’une femme adulte en position allongée sur le dos, orientée la tête à l’est. Le mobilier récupéré comprenait : 1 fibule à plaque orné d’un cheval et de motifs géométriques (trouvée au niveau de l’épaule gauche), 2 boucles d’oreilles, 2 bracelets et 4 perles biconiques en bronze (trouvées au niveau du bassin), cf. Bilouka & Graïkos 2001, 280-282.

381 Thuc. 4.123.

382 Vokotopoulou 1994, 92.

383 Moschonissioti 2010, 209-212.

384 Pour le ve s., est mentionné un cas de tombe à tuile, cf. Moschonissioti 2010, 210.

385 Moschonissioti 2010, 210.

386 Moschonissioti 2010, 210-211.

387 Vokotopoulou 1994, 94-95.

388 Moschonissioti 2010, 209.

389 Moschonissioti 2010, 209.

390 Moschonissioti 2010, 213.

391 Vokotopoulou & Moschonissioti 1990, 419 fig. 6 ; Moschonissioti 2004, 280, fig. 3.

392 Grammenos et al. 1997, 61-62.

393 AD, 32, 1977, B’2, Chr., 204 (Aik. Rhomiopoulou).

394 AD, 39, 1984, B’, Chr., 224, 225 sx. 1 (K. Sismanidis).

395 Trakossopoulou-Salakidou 1988 ; AD, 43, 1988, B’2, Chr., 361-362 (E. Trakossopoulou-Salakidou).

396 Les tombes de l’âge du Fer ont été découvertes lors des fouilles de 1984 (26 tombes au moins) et de 1988 (45 tombes). Les 59 tombes découvertes en 1977 dateraient plutôt des époques archaïque et classique.

397 Rhomiopoulou 2012.

398 Rhomiopoulou 2012, 444.

399 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 348.

400 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.

401 AD, 39, 1984, B’, Chr., 224 (K. Sismanidis).

402 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 348.

403 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.

404 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 349.

405 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.

406 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.

407 Hdt. 7.122.

408 Papadopoulos J. K. 2005.

409 La date haute de l’utilisation de la nécropole a récemment été confirmée par des datations 14C effectuées sur les charbons de bois utilisés pour les bûchers funéraires de quatre tombes (T. 101, 112, 108, 104), cf. Papadopoulos et al. 2011.

410 Papadopoulos J. K. 2005, 366-367.

411 T. 7, voir Papadopoulos J. K. 2005, 82-83, 375.

412 Papadopoulos J. K. 2005, 372-373.

413 Papadopoulos J. K. 2005, 372.

414 Papadopoulos J. K. 2005, 194-196.

415 Papadopoulos J. K. 2005, 378.

416 Papadopoulos J. K. 2005, 151, 837 fig. 135, pl. 330 (T. 79), 212-213, 875 fig. 172, pl. 326 (T. 116), 236, 888 fig. 185, pl. 291 (T. 129).

417 Papadopoulos J. K. 2005, 894 fig. 194.

418 Papadopoulos J. K. 2005, 336.

419 Papadopoulos J. K. 2005, 243-315.

420 Un cas possible de position contractée dorsale, mais non assuré (T. 2), ibid., 79-80.

421 Papadopoulos J. K. 2005, 395.

422 Papadopoulos J. K. 2005, 377-378.

423 Papadopoulos J. K. 2005, 360-367, table 4.1.

424 Parmi les parures on compte 3 fibules, 2 anneaux/spirales pour cheveux, 1 parure tubulaire spiralée, 1 sphécotère, 2 bracelets de cheville, 4 perles (bronze, ambre, verre, os). Les ustensiles et accessoires comprennent 1 bracelet d’archer en terre cuite, 1 lame en fer, 2 pierres à aiguiser, 4 fusaïoles (ou perles ou boutons), 1 manche en os, 1 couvercle en céramique, 1 disque en pierre et 8 objets indéterminés.

425 Papadopoulos J. K. 2005, 82-84.

426 Papadopoulos J. K. 2005, 154.

427 Papadopoulos J. K. 1996 154-159 ; Papadopoulos J. K. 2005, 490-493.

428 Papadopoulos J. K. 2005, 3-14, 39-40 ; Papadopoulos J. K. 1994.

429 Papadopoulos J. K. 2005, 342 (F. Gyulai, K. Kelertas).

430 Papadopoulos J. K. 2005, 317-318 (S. Bökönyi).

431 Papadopoulos J. K. 2005, 335-336 (D. Ruscillo).

432 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 428, 429.

433 Les tombes 94 et 97 pourraient être un peu plus tardives, cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1990, 443.

434 T. 20, T. 30 et T. 44 par exemple, cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 361-362.

435 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 361 ; ibid. 1989, 430. Sous la T. 65, un alignement courbe de pierres pourrait également correspondre aux vestiges d’un péribole plus ancien, cf. ibid., 429.

436 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 431.

437 Carrés 8, 19 et 22 (voir le plan fig. 123), cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1990, 442.

438 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 362.

439 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 362.

440 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 430-431.

441 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 363.

442 Il s’agit d’une fosse recouverte par un petit amoncellement de pierres et qui renfermait 1 cratérisque, 1 cruche et 1 amphore fragmentaire contenant des os brûlés, 1 canthare à anses avec pouciers ainsi que 3 objets miniatures (1 petite cruche, 1 objet de forme phallique et 1 objet en forme de bateau), qui contenaient également quelques fragments d’os, cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 430, 437 fig. 8-10.

443 T. 44 : un pithos renfermait 1 cruche modelée, 1 canthare à anses avec pouciers, 1 pointe de lance en fer, 1 couteau en fer, 2 fibules en bronze et peut-être 1 en argent, 6 bracelets en bronze, 4 fusaïoles en terre cuite, 1 perle en terre cuite, 2 perles en bronze, cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 362.

444 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 431-432.

445 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 429.

446 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 364.

447 Parmi les pointes de lance, 4 ou 5 ont été découvertes dans la T. 75, cf. Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 430-431.

448 Carington-Smith & Vokotopoulou 1988, 362 ; Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 428-430, 440-443.

449 Plu., Mor., 298A-B ; Trakossopoulou-Salakidou 1996, 298-299.

450 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 275.

451 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 266-267.

452 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 275.

453 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. Trakossopoulou) ; AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 84 (E. Trakossopoulou).

454 AD, 55, 2000, B’2, Chr., 711 (E. Trakossopoulou) ; AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 33-34, 139 (E. Trakossopoulou) ; Trakossopoulou-Salakidou 2004, 274.

455 AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 139 (E. Trakossopoulou).

456 Kaltsas 1998, 291.

457 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. Trakossopoulou).

458 Kaltsas 1998, 299.

459 Trakossopoulou-Salakidou 2001, 350-352.

460 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 269 fig. 5.

461 Trakossopoulou-Salakidou 2001, 351.

462 Trakossopoulou-Salakidou 2013, 146-147 ; Panti 2005, 350.

463 Exemple de la T. Π4.9939, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 33-34 (E. Trakossopoulou).

464 AD, 54, 1999, B’2, Chr., 560 (E. Trakossopoulou).

465 Trakossopoulou-Salakidou 2004, 272-274.

466 Lazaridis 1997, 72-73 ; Koukouli-Chryssanthaki 1993, 682-683.

467 Lazaridis 1997, 73-75.

468 PAE, 1977, 42-45 (D. Lazaridis).

469 Koukouli-Chryssanthaki 1993, 683-684.

470 PAE 1977, 42-45 (D. Lazaridis).

471 PAE 1977, 42-45 (D. Lazaridis) ; Koukouli-Chryssanthaki 1993, 683-684.

472 PAE 1977, 42-45 (D. Lazaridis) ; Koukouli-Chryssanthaki 1993, 683-684.

473 Peristeri 2004, 262, 261 fig. 8 ; AD, 34, 1979, B’2, Chr., 333-334, pl. 146β (K. Peristeri).

474 Koukouli-Chryssanthaki 1993, 686 ; Peristeri 2004, 261-263 ; exposition des objets au musée archéologique de Drama.

475 Peristeri 2004, 262.

476 Mitrevski 2003, 46-51.

477 Mitrevski 2003, 51-52.

478 Mitrevski 2003, 57.

479 Mitrevski 2003, 57.

480 Heilmann 2014.

481 Mitrevski 1991, 160-161.

482 Pašić 1983.

483 Pašić 1978.

484 Ristov 1993-1995.

485 Filow, Schkropil 1927.

486 Andreou E. & Andreou I. 1987, 48.

487 Andreou E. & Andreou I. 1987 ; Andreou E. & Andreou I. 1999.

488 Vokotopoulou 1986.

489 Douzougli & Papadopoulos J. K 2010.

490 Vokotopoulou 1986, 151-157.

491 Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010.

492 Cabanes, éd. 2008.

493 Andrea 1976a.

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Carte de localisation des sites de la région de Florina.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 3. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD, 54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131γ (Pa. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 4. Agios Pantéléïmon, Tumulus III. AD, 54-56, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131a (Pa. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5. Agios Pantéléïmon, T. 3, Tumulus II. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., pl. 131β (Pa. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 8. Carte de localisation des sites de la région de Kastoria.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 9. Kastoria-Daïlaki. La tombe 20 et une partie de son mobilier. D’après Tsougaris 1997, 21 sx. 2, 29-30 fig. 4, 8. Εφορεία Αρχαιοτήτων Καστοριάς (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών Πόρων).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 10. Krepeni, lieu-dit Giole. Enchytrisme en pyraunoi AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, pl. 118γ (H. Tsougaris). Εφορεία Αρχαιοτήτων Καστοριάς (© Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού και του Ταµείου Αρχαιολογικών Πόρων).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fig. 11. Carte de localisation des sites de la région de Kozani.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 12. Koilada-Potistra, tombe à ciste. AD, 39, 1984, B’, pl. 130β. G. Karamitrou-Mentessidi.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre Fig. 13. Kozani, quartier de la rue Philippou. Plan général des fouilles jusqu’à 1960. D’après les plans de P. Petsas publiés dans Ergon 1963, 42 fig. 47 et BCH, 85, 1961, Chr., 778 fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 14. Kozani, quartier de la rue Philippou, intérieur de la tombe XXIII. Petsas 1960, pl. 85β.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 15. Carte des sites de la région d’Aiani. D’après G. Karamitrou-Mentessidi 2008, 76 carte 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 16. Le secteur d’Aiani-Leivadia vu depuis le sud. Cliché pris en novembre 2010 (A.-Z. Chemsseddoha).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Fig. 17. Aiani-Rachi Kommenoi, plan du secteur fouillé à la fin des années 1960. D’après Andreiomenou 1968, 245 sx. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Fig. 18. Aiani-Rachi Kommenoi, jarre modelée décorée. Rhomiopoulou 1971b, 354, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 19. Aiani-Koupoutsina. a-b. Vases découverts à l’intérieur (a) et à l’extérieur (b) de la T. 2. c. Jug-stopper de la T. 3. Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 20. Servia-Kokkinoï, T. 1. Karamitrou-Mentessidi 2003, 554 sx. 1 ; Georgia Karamitrou Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 21. Servia-Kolitsaki ou Baïria, fouilles 2008. Vue générale (gauche) et T. A (à droite) Georgia Karamitrou-Mentessidi. Εφορεία Αρχαιοτήτων Κοζάνης, Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού ; Pateli 2009, 154 fig. 7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 22. Spilaio. Quelques parures de la T. A. D’après Rhomiopoulou 1971a, 39 fig. 2, 40 fig. 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 23. Carte de localisation des sites de la région de Pella.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 25. Panagitsa-Zervi. Plan de la nécropole. Chrysostomou A. 2012, 83 sx. 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 26. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 1 (gauche) et T. 4 (droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 2, 84 sx. 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 27. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 5. D’après Chrysostomou A. 2012, 85 fig. 3-5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 28. Panagitsa-Zervi. Mobilier de la T. 8 (à gauche) et de la T. 11 (à droite). D’après Chrysostomou A. 2012, 87 fig. 6-7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 29. Agras. Nécropole. Chrysostomou A. 2009, 100 fig. 6.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 30. Agras. Tombe collective (à gauche) et inhumation masculine (à droite). D’après Chrysostomou A. 2008, 39 fig. 17 et 40 fig. 18.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 31. Neromyloi Prodromos, T. 4. Chrysostomou A. 2011, 591 fig. 12.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 32. Konstantia. Plan de la nécropole. AD, 55, 2000, B’2, 782 fig. 29 (A. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Fig. 33. Konstantia. T. 2 vue depuis le sud-est. Chrysostomou A. 1995a, 166 fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 34. Konstantia. Plan de la T. 2. AD, 50, 1995, B’2, Chr., 561 sx. 6 (A. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 35. Konstantia. T. 5. Clichés pris en avril 2014 (A.-Z. Chemsseddoha).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 36. Konstantia. T. 26 et T. 39. D’après Chrysostomou A. 2000b., 510 sx. 3, 513 sx. 5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 37. Apsalos Verpen. Plan du tumulus et amphore funéraire A. D’après Chrysostomou A. 1997, 142 sx. 1 ; AD, 52, 1997, pl. 264 δ (A. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 38. Nea Zoï, secteur ΣΤ, T. 1. Chrysostomou A. 2011, 589 fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Fig. 39. Nea Zoï, secteur ΣΤ, diverses parures. Chrysostomou A. 2011, 587 fig. 5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 40. Nea Zoï-Terikleia, plan de la nécropole. AD, 48, 1993, B’2, Chr., 365 sx. 5 (A. Chrysostomou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 41. Nea Zoï-Terikleia. Pyraunos de la T. 1. Chrysostomou A. 2000a, 241 fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 42. Nea Zoï-Terikleia. Une partie du mobilier de la T. 8. D’après Chrysostomou A. 1993, 121 fig. 5-6.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Fig. 43. Nea Zoï-Terikleia. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-39.png
Fichier image/png, 225k
Titre Fig. 44. Agrosykia. Carte topographique du site. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 210 fig. ΙΙΙ.1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 45. Agrosykia. Plan de la nécropole. Chrysostomou P. et al. 2007, 215 fig. ΙΙΙ.2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Fig. 46. Agrosykia. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-42.png
Fichier image/png, 196k
Titre Fig. 47. Agrosykia. Céramiques provenant des tombes Γ, ∆ et E. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 260 pl. III.10.3, 262 pl. III.12.2, 264, pl. III.14.3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 48. Agrosykia. Petits objets en bronze de la T. Θ. D’après Chrysostomou P. et al. 2007, 269 pl. III. 19.1-2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Fig. 49. Agrosykia. Ceinture de la T. ΣΤ. Chrysostomou P. et al. 2007, 278 pl. III.B.3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 50. Giannitsa-Talabassi. T. 7 et une partie de son mobilier. D’après Chrysostomou A. 2000c, 44 fig. 11-13.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 51. Giannitsa-Talabassi. Une partie du mobilier de la T. 8. D’après Chrysostomou A. 2000c, 46 fig. 14-15.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 52. Giannitsa-Talabassi. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-48.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 53. Carte de localisation des sites de la région de Kilkis.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Fig. 54. Plagia. Relevés des tombes 1 et 2. D’après Savvopoulou 2012a, 115-116, sx. 1-2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 55. Chauchitsa, colline Est. Fouilles de 1921 et 1922. Casson 1923-1925, 2 fig. 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 56. Chauchitsa, colline Est. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-52.png
Fichier image/png, 117k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-53.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 57. Chauchitsa, colline Est. Catégories d’objets d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 58. Chauchitsa, colline Est. Matériaux des objets d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 59. Chauchitsa, colline Est. Graphique des formes céramiques représentées.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 60. Chauchitsa, colline Est. Parures et objets particuliers.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 61. Karathodoreïka. Plan de la nécropole. AD, 50, 1995, B’2, Chr., 490 sx. 13 (T. Savvopoulou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Fig. 62. Axioupoli. Plan de la nécropole (fouille de 1993). AD, 48, 1993, B’2, Chr., 355 sx. 5 (T. Savvopoulou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 63. Axioupoli. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-60.png
Fichier image/png, 197k
Titre Fig. 64. Axioupoli. Tombe à crémation secondaire en urne A 24. Savvopoulou 2007, 620, fig. 4.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 65. Axioupoli. T. Π5 et son mobilier. D’après Savvopoulou 2007, 623 fig. 14-15.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Fig. 66. Palio Gynaikokastro. Plan de la nécropole. AD, 42, 1987, Chr., 362 sx. 8 (T. Savvopoulou).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 67. Palio Gynaikokastro. Vases modelés locaux et vases tournés de style submycénien. D’après Savvopoulou 1998, 50 fig. 15, 51 fig. 17.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Fig. 68. Palio Gynaikokastro. Epistomion en or de la T. 3. Savvopoulou 1988, 229 fig. 15.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Fig. 69. Carte de localisation des sites de la région d’Émathie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 70. Tzamala. Plan de la nécropole. AD, 56-59, 2001-2004, 422 sx. 20. Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Fig. 71. Tzamala. Tableau récapitulatif des tombes et de leur contenu.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-68.png
Fichier image/png, 148k
Titre Fig. 74. Vergina. Plan de la nécropole. A.-Z. Chemsseddoha (d’après Andronikos 1969, pl. 2 et Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 1).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 75.Vergina. Tumulus III. Petsas 1961-1962, 222 sx. 4, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Fig. 76. Vergina. Tumulus LXV. À partir d’un plan de Petsas 1961-1962, 267 sx. 47, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Fig. 77. Vergina. Tumuli C, LXVIII, ∆, Z, P et AA. D’après Petsas 1961-1962, 241 sx. 28 (tumulus C) ; Petsas 1963, 221 sx.6 (tumulus LXVIII) ; Andronikos 1969 (tumuli ∆, Ζ, Ρ, ΑΑ). Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Fig. 78. Vergina. Tumuli N, T, Φ, AE, AZ et AH. D’après Andronikos 1969, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 79. Vergina. Tombe Malamas Γ-I. Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, fig. 20, 111, Εφορεία Αρχαιοτήτων Ηµαθίας. Τα δικαιώµατα των εικονιζόµενων µνηµειων ανήκουν στο Υπουργείο Πολιτισµού και Αθλητισµού (N.3028/2002).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 80. Vergina. Scénographie simplifiée de l’emplacement des parures sur silhouettes féminines en position anatomique. A.-Z. Chemsseddoha (également dans Chemsseddoha 2014, 82 fig. 4).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Fig. 81. Vergina. Graphique représentant les types de rituels identifiés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 82. Vergina. Graphique représentant les différents types de tombes identifiés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 83. Vergina. Graphique représentant l’orientation des tombes à inhumation dans les tertres.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 85. Vergina. Graphique représentant les catégories d’objets d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 86. Vergina. Graphique représentant les différents matériaux des objets d’accompagnement.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Fig. 87. Vergina. Graphique représentant les types de céramiques déposées dans les tombes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 89. Vergina. Graphique représentant le pourcentage de tombes en fonction de la quantité de vases associés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Fig. 91. Carte de localisation des sites de Piérie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 92. Makrygialos. Quelques types de tombes représentés. D’après Karliabas et al. 2004, 343 fig. 4-5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 93. Makrygialos. Tombe à chambre 11. Besios 2010, 82.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 94. Makrygialos. Les formes céramiques représentées dans les tombes. Karliabas et al. 2004, 345 fig. 9.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Fig. 95. Dion, nécropole tumulaire. Ciste à blocs de pierre. Poulaki-Pandermali 1995, 123.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 96. Dion, nécropole tumulaire. Enchytrisme en pithos. Pandermalis 1999, 40.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Fig. 97. Dion, nécropole tumulaire. Céramiques. D’après Vokotopoulou & Koukouli‑Chryssanthaki 1995, 134 n° 84 (cruche décorée), 85 (lékané), 135 n° 86 (canthare), 87 et 88 (cruches), 98, 99 et 100 (skyphos, cratérisque et canthare).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 98. Petra-Treis Elies. Céramiques. D’après Vokotopoulou & Koukouli-Chryssanthaki 1995, 133 n° 82-83.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15874/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 71k