Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Rome et son empire

Cassius Dion et la religion dans les livres 50-61. Quelques réflexions sur l’historiographie de l’époque julio-claudienne

John Scheid

Texte intégral

1Les livres 50 à 61 de Dion que j’ai examinés ont fait l’objet de nombreuses études, surtout les sept premiers, ne fût-ce que parce que les suivants sont en partie conservés sous forme de résumés. Ils ont également été appréciés de manière différente. Les livres sur le principat d’Auguste bénéficient d’une importance majeure, puisque les livres de Tacite relatifs à son principat sont perdus, alors que les livres qui concernent les successeurs d’Auguste souffrent de l’existence des Annales de Tacite et des Vies de Suétone, un peu mieux conservés et plus proches des événements. Dans l’ensemble ces livres ne manquent toutefois pas d’intérêt, du moins quand on les examine sous l’angle de la religion. Ils sont aussi, toujours de ce point de vue, différents des biographies de Suétone et de la chronique de Tacite, parce qu’il s’agit d’un récit fait par un Grec, un sénateur certes, mais grec quand même, et que celui envisage d’un autre point de vue les principats des successeurs d’Auguste.

2Pour le démontrer, je commencerai par rappeler la forte présence des sujets religieux dans les livres consacrés à Auguste, avant de les comparer avec les séquences consacrées à des sujets religieux dans les livres suivants, moins étudiés. Je comparerai notamment les données à une source directe, les cultes célébrés par les frères arvales, avant de poser la question de la variabilité des portraits de princes selon les historiens.

Les livres 50-58

  • 1 Je me permets de renvoyer entre autres à Rich 1990 ; Rich 1996 ; Scheid 1999 ; Scheid 2005 ; Rocc (...)

3Que la Guerre civile et la fondation du principat aient été développées très longuement par Dion n’étonnera personne. Ces récits lui permirent entre autres de donner une interprétation du régime impérial, notamment dans les discours qui émaillent le récit. Il suffit de citer les discours d’Agrippa et de Mécène au livre 52. Nous ne pourrons pas donner un commentaire de tous les passages des livres “augustéens”. Ce serait même inutile, puisqu’ils ont déjà été commentés de nombreuses fois1. Je me contenterai de traiter un ensemble de thèmes qui sont développés plus longuement par Dion, ou qui reviennent plusieurs fois.

  • 2 C.D. 50.24-25.
  • 3 Cf. CIL, VI, 934 (D. 252) ; 933 (D. 249) ; X, 3828 (D. 251, 77/78 p.C.).

4Il est à noter d’abord que Dion évoque plus souvent des données religieuses dans ces livres que dans les livres précédents ou suivants. On ne s’en étonnera pas, car il est bien connu qu’Octavien/Auguste utilisa le thème de la religion pour caractériser son pouvoir, dès la fin de la Guerre civile. Mais il est surprenant qu’il n’insiste pas, comme Auguste lui-même dans les Res gestae, sur l’accumulation spectaculaire de “restaurations” religieuses au début du principat, entre 34 et 28 environ. Ses remarques sont distribuées sur l’ensemble du principat, et sans souligner l’abandon des coutumes ancestrales. Dans le discours précédant la bataille d’Actium, Octavien raille, certes, les pratiques cultuelles exotiques et méprisables auxquelles Marc Antoine se livre en Égypte2, mais ne dit mot de ses propres entreprises de respect et de restauration des coutumes religieuses ancestrales. Il faut supposer que Dion comptait diluer toutes les actions d’Octavien/Auguste dans le récit général de la fondation du principat, puisqu’il le considérait à bon droit comme l’une de ses caractéristiques. Que cette intention d’Octavien n’était pas oubliée par les successeurs est donnée par la référence implicite de Vespasien à cette démarche après la guerre civile de 69-70, dont témoignent quelques inscriptions3. D’ailleurs il existe de nombreux témoignages des restaurations de temples par Septime Sévère, et le thème était donc bien connu à la Cour du début du iiie s. Pour les contemporains de Dion, c’est le principat d’Auguste dans son ensemble qui était exemplaire, et pas seulement ses premières années. C’est sans doute pour cette raison que Dion n’insiste pas davantage sur les restaurations des premières années du régime.

5Nous ferons pour commencer quelques remarques sur des problèmes spécifiques avant d’examiner de plus près la manière dont Dion examine les institutions religieuses et le culte impérial.

  • 4 Par exemple dans l’édition Loeb : 51.19.3 ; 51.19.7 ; 54.19.7 ; 54.27.1 ; 55.31.2 ; 58.5.5.
  • 5 C.D. 51.19.2.
  • 6 C.D. 53.1.4.
  • 7 Cf. pour ceci RGDA 9.1 et notre commentaire.

6Il conviendrait d’abord de rectifier la traduction et la compréhension du terme εὐχή ou εὔχεσθαι4. Ce n’est que très rarement que ces termes se réfèrent à la formule de prière elle-même, mais à un vœu. D’autre part, il convient d’interpréter les Jeux mentionnés en 51.19.2, 53.1.4 et 54.19.8 comme des Jeux votifs pour la victoire d’Actium. Ce vœu fut formulé par Octavien avant la campagne contre Cléopâtre et Antoine, et il fut désormais célébré tous les quatre ans, successivement, par les consuls et l’un des quatre collèges sacerdotaux. En 305, on fit une supplication (ἱεροµηνία) au jour anniversaire de l’annonce de la victoire, mais les jeux pro salute Imp. Caesaris ne furent célébrés par les consuls, Octavien et Agrippa, qu’à l’échéance du vœu, en 286. En 16 a.C., ils furent célébrés par les quindécemvirs, ce qui signifie que les célébrations précédentes avaient été faite, en 20 par les augures, en 24 par les pontifes, et, comme Dion le rapporte, en 28 par les consuls7.

  • 8 Cf. Hekster & Rich 2006.
  • 9 C’est ce que la formule de Suet., Aug., 29.4 (templum Apollinis in ea parte Palatinae domus excit (...)
  • 10 C.D. 49.15.5.
  • 11 Panciera 2006, 359-361.
  • 12 Reitzenstein 1907, 20. Gagé 1955 est partiellement fondé sur la même présomption.

7Nous n’énumérerons pas les dédicaces de temples qu’Octavien/Auguste effectua sous son principat ou fit faire à ses successeurs présumés. Dion ne les rapporte pas toutes, mais il se contente d’évoquer les plus importantes. Nous voudrions uniquement nous arrêter brièvement au temple d’Apollon au Palatin. Ainsi que J. Rich8 l’a souligné, ce temple n’est pas un temple commémorant la victoire de Sicile, et Octavien ne l’a pas installé de sa propre volonté à côté de sa maison9. À cette date, quand il essayait de légitimer son pouvoir, une telle initiative aurait constitué une arrogance dangereuse, et aurait contredit son attitude à l’égard des dieux qu’il ne cessait de mettre en avant. En fait, les données sont clairement exposées par Dion10. Octavien avait acheté un terrain pour faire construire une maison au Palatin. Quand, en 36, la foudre tomba sur ce terrain, les haruspices, consultés, répondirent que le dieu Apollon revendiquait ce terrain. Octavien se conforma à cette réponse, rendit public le terrain en question et le consacra à Apollon. Son imperium de triumvir l’autorisait à faire des consécrations officielles. Le peuple décida alors de donner à Octavien une maison ἐκ τοῦ δηµοσίου, financée par le trésor public”. Manifestement Octavien entreprit également la construction du temple, car il le liait sans doute au succès de sa guerre contre Antoine. La victoire de Sicile, acquise au pied d’un temple de Diane donna lieu à la restauration du temple de Diane Cornificia11, et après Actium, il était clair qu’outre la décision manifestée par la déesse en 36, l’attribution du temple à la triade palatine fut motivée par le soutien d’Apollon dans la guerre contre Antoine. Une fois de plus, l’imperium triumviral permit à Octavien de procéder à la constitutio et à la dédicace du temple. Tout cet enchaînement de hasards et d’événements ne suffit toutefois pas pour faire d’Apollon la divinité principale du principat d’Auguste, dont on a prétendu qu’elle ouvrait une ère religieuse nouvelle12.

8Les livres que Dion a consacrés au principat d’Auguste contiennent de nombreuses descriptions, notations et remarques sur la reconstitution de l’édifice institutionnel de la religion romaine, et des nouveautés qui y furent ajoutées. Une série d’indications concerne le triomphe et le domaine connexe des spolia opima.

  • 13 C.D. 51.24.4.
  • 14 C.D. 51.24.4 : εἴπερ αὐτοκράτωρ στρατηγὸς ἐγεγόνει.
  • 15 Voir pour le débat Rich 1998 ; Rich 1999 ; Hurlet 2000 ; Hurlet 2001 ; Hurlet 2015b ; Tarpin 2003 (...)
  • 16 Voir Rich 1998, 546.
  • 17 C.D. 51.21.6.
  • 18 C.D. 54.24.6.
  • 19 C.D. 54.18.2.
  • 20 Voir aussi Beard 2007, 295-305.

9Une première affaire a trouvé un certain écho dans l’historiographie, la victoire du proconsul de Macédoine Licinius Crassus, qui défit en 29 a.C. les Bastarnes et tua même leur roi. Pour cela il obtint le triomphe, mais pas le droit d’accrocher les spolies opimes au temple de Jupiter Feretrius, qu’Octavien avait fait restaurer13. D’après Dion, il ne fut pas autorisé parce qu’il n’aurait pas été commandant en chef14. L’affaire a été débattue dans un sens et dans l’autre, et on a voulu la lier au fait qu’Octavien/Auguste aurait voulu l’empêcher de triompher puisqu’il ne possédait pas d’auspices propres15. En fait, Crassus triompha en 27, et il bénéficia donc apparemment d’auspices propres, sinon il n’aurait pas pu triompher. C’était plutôt en relation avec la discussion sur les spolia opima16. La situation de C. Carrinas, en 29, était différente17, car il ne détenait pas le commandement suprême. Il célébra donc le triomphe, mais Octavien le célébra également le premier jour de son triple triomphe. La restriction du triomphe à Auguste et aux membres de sa famille est rapportée dans le cadre des opérations de 14 a.C. sur le Bosphore, et de la victoire d’Agrippa à Sinope, qui conclut la guerre18. À cette occasion, Agrippa refusa le triomphe que le Sénat lui avait accordé, et l’on se borna à célébrer des sacrifices en son nom. Et Dion de conclure qu’à son avis aucun de ceux qui se trouvaient dans la même situation que lui ne reçurent l’honneur du triomphe, mais les ornements impériaux. Il ne dit rien sur le monopole progressif du triomphe réservé à Auguste et aux membres de sa famille. Un peu avant il rapporte toutefois l’association d’un contexte triomphal, en tout cas militaire, à ses fils Gaius et Lucius, dès leur adoption19. À cette occasion Dion rapporte aussi qu’Auguste exhorta les triomphateurs à dresser des monuments à l’aide de leur butin, comme si en 17 a.C. il ne pensait pas encore à la suppression des triomphes de particuliers20.

  • 21 C.D. 54.10.3.
  • 22 C.D. 54.25.3-4.
  • 23 C.D. 55.5.1.

10Dion rapporte sans souligner l’aspect exceptionnel de la célébration du retour d’Auguste en 19 a.C. par la création de l’autel de Fortuna Redux, et par le nom Augustalia donné à ce jour21. En revanche, il raconte comment Auguste évita les honneurs prévus par le Sénat lors de son retour en 13 a.C., mais décrit les rites qu’il célébra, notamment une montée au Capitole pour déposer le laurier attaché à ses faisceaux sur les genoux de la statue de Jupiter22. Auguste pratiqua un usage différent en 8 a.C. quand il déposa son laurier dans le temple de Jupiter Feretrius23.

  • 24 C.D. 54.27.2. Rich 1990, 10, 205 est d’avis que Dion a placé l’élection au grand-pontificat dans (...)
  • 25 Pour la procédure de l’élection des membres des collèges majeurs et son évolution, voir Scheid 19 (...)

11Dion rapporte également la “nomination” d’Auguste au grand pontificat, en 13, après le décès de Lépide24. Dion écrit qu’ “après la mort du grand-pontife Lépide, il fut désigné (ἀπεδείχθη)” par le Sénat. Cette description peut se référer aux coutumes de l’époque de Dion, quand le Sénat investissait seul le grand-pontife25. Du temps d’Auguste, au contraire, la procédure était plus traditionnelle. La formalisation de la candidature était sans doute effectuée par la procédure de la nominatio par les pontifes devant le Sénat, comme cela se faisait désormais pour le recrutement des membres des collèges sacerdotaux majeurs. Nous savons de toute façon que cette candidature fut formellement approuvée par les comices le 6 mars 12 a.C. Il est possible que le terme employé par Dion recouvre cette démarche et que ἀποδείχθη signifie nominauerunt, “présentèrent sa candidature”. Ce qui expliquerait aussi pourquoi Dion situe cet épisode en 13 et non en 12 a.C.

  • 26 C.D. 54.25.3.
  • 27 C.D. 54.30.1.

12Dion mentionne la proposition du Sénat d’installer un autel dans la curie pour commémorer son retour en 13 a.C., mais Auguste refusa cet honneur26. En revanche, Dion n’évoque pas la construction de l’Ara Pacis Augustae, érigée à la même occasion. En 12 a.C., à en croire Dion, Auguste prescrivit aux sénateurs de faire une libation d’encens et de vin quand ils tenaient une séance27. Il se peut qu’il ait répété et formalisé une coutume née en 29, en la couvrant désormais de l’autorité du grand-pontife.

  • 28 C.D. 53.17.8.
  • 29 Cf. Scheid 1990, 187-201.
  • 30 C.D. 54.18.2 ; RGDA 22.2.
  • 31 C.D. 54.17.2.

13Un peu plus haut, dans la description des pouvoirs d’Auguste, qui trace en fait la figure de l’empereur du Haut-Empire, Dion précise le système du pouvoir sacerdotal qui s’est mis en place sous Auguste28. Désormais l’empereur est membre de tous les collèges sacerdotaux, et de cette manière il peut contrôler dans chaque collège et sodalité l’attribution des charges sacerdotales aux personnes de son choix. Les protocoles des frères arvales montrent la procédure utilisée : l’empereur envoie une tablette avec son vote, qui est lu d’abord, et ensuite les autres prêtres approuvent ce choix ex tabella imperatoris29. Dion ajoute que lorsqu’il y a plusieurs empereurs, c’est celui qui est grand-pontife qui l’emporte en pouvoir sur les autres. Cette remarque démontre qu’il parle de l’empereur en général, en se référant aux cas de Vespasien et Titus, de Marc Aurèle et de Lucius Verus, ou de Septime Sévère, Caracalla et Geta. On peut ajouter à la description des restaurations religieuses que Dion n’évoque pas des créations nouvelles comme les arvales, les sodales Titii ou les Caeninenses. Et pour ce qui concerne les Jeux séculaires, qui sont devenus si célèbres dans l’historiographie moderne, il les mentionne en cinq mots, comme le font d’ailleurs les Res gestae30, alors qu’il consacre nettement plus d’espace à la révision, en 19 a.C., des vers contenus dans les Livres Sibyllins31.

  • 32 C.D. 54.20.8. Dion rapporte les mesures prises lors de la mort d’Auguste (56.46-47) et lors du dé (...)
  • 33 Gradel 2002, 246 s.
  • 34 Cf. pour le problème Scheid 2015.
  • 35 C.D. 51.19.7.
  • 36 Voir Scheid 1999, 18.
  • 37 C.D. 53.27.3.
  • 38 C.D. 52.35-36.

14Dion accorde toutefois nettement plus d’espace à une autre nouveauté : le culte impérial. Le premier passage concerne les sanctuaires de Rome et de César à Éphèse et à Nicée, ainsi que le culte d’Auguste à Pergame et Nicomédie, et son extension aux autres provinces. Le sujet intéressait évidemment un lecteur hellénophone. Mais Dion ajoute également une note fort précieuse concernant les citoyens romains. À Rome et en Italie on ne rendait pas un culte à l’empereur de son vivant, même aux plus mauvais. Il fallait attendre leur mort et leur divinisation32. Cette affirmation a suscité des discussions, soulevées encore récemment par le livre de Ittai Gradel, car elle paraît s’opposer à d’autres sources33. Mais cette contradiction n’est qu’apparente, car en fait à Rome et en Italie, on sacrifiait au Genius ou au Numen d’Auguste, non à Auguste lui-même34. Dion signale d’ailleurs le privilège attribué en 30 à Octavien, qu’une libation lui fût faite lors de tous les banquets formels, publics et privés35. La formule αὐτῷ σπένδειν doit être comprise comme les mesures rapportées dans le chapitre suivant : il s’agit d’une libation au Génie d’Octavien36. Dion confirme cette position au cours de son récit. Ainsi Auguste refuse-t-il d’avoir une statue à l’intérieur du Panthéon37. On n’oubliera pas non plus la recommandation de Mécène, dans son discours38.

15L’élément le plus surprenant dans les livres consacrés aux cinq premiers empereurs réside dans le fait que pratiquement aucune initiative religieuse de Tibère n’est donnée par Dion. L’empereur célèbre des rites, reprend des traditions, bloque certaines initiatives comme la construction du temple d’Auguste et la divinisation de Livie. De façon générale il est l’objet de critiques, certes, mais il n’apparaît pas comme un tyran. Mais il n’est pas non plus un Diuus, ce qui lui confère une position particulière dans la série des empereurs. À la distance qui le sépare du début du iiie s., il n’est plus ni un modèle ni un monstre.

Les livres 59-61

  • 39 C.D. 59.3.3-4 : ἔς τε τῆν µητέρα καὶ ἐς τὰς ἀδελφὰς τήν τε τήθην τὴν Ἀντωνίαν πλεῖστα ὅσα εὐσεβῶς (...)
  • 40 C.D. 56.46.1 : καὶ θιασώτας οἱ καὶ ἱερὰ ἱέρειάν τε τὴν Λιουίαν τὴν Ἰουλίαν τε καὶ Αὔγουσταν ἤδη κ (...)
  • 41 Cf. Hoffman Lewis 1955, 38 pour les références.
  • 42 CIL, VI, 921a ; D. 222, 2. Pour tous ces privilèges et cette prêtrise cf. Scheid 2003.

16Le premier passage du livre 59 que nous voudrions commenter39 concerne les honneurs que Caligula attribua à ses sœurs et à sa grand-mère Antonia. Cette dernière devint prêtresse d’Auguste (ἱέρεια τοῦ Αὐγούστου) et reçut par sénatus-consulte en une fois tous les privilèges des Vestales, notamment le ius trium liberorum, et le droit de siéger à des places d’honneur au cirque, et sans doute de disposer de licteurs, que Livie avait mis des années à acquérir. Auguste avait tenté par là de conférer une place para-institutionnelle à son épouse, car bien entendu il n’y a jamais eu quelque chose comme une impératrice. Comme pour Livie, il existe une ambiguïté dans le titre de la prêtrise d’Antonia, et même d’ailleurs celle de Livie. D’après Dion40, le Sénat lui avait accordé une ἱέρεια, et Velleius paraît confirmer ce titre en l’appelant sacerdos. Or le montage du nouveau culte s’est inspiré à la fois du modèle des sodales Titii, qui honoraient la mémoire de Titus Tatius, en grec θιασῶται, de celui du couple flaminal de Jupiter, ou si l’on veut de celui des prêtres et prêtresses des cultes provinciaux. Or les prêtres provinciaux étaient des flamines, même si à l’occasion on pouvait les appeler, comme les pontifes par exemple, sacerdotes. Il existe donc une ambiguïté. Le flamine du Divin Auguste institué en 14 était Germanicus41. Or dans le passage du livre 59 de Dion, l’auteur attribue le titre de ἱέρεια à Antonia. Et ce titre paraît confirmé sur l’inscription de l’arc de Claude à Rome, construit après la mort d’Antonia42, puisque nous y lisons sacerdos Di(u)i Augusti. Pour ajouter à la confusion, il convient de noter qu’Agrippine devint flaminica Claudialis aux côtés de D. Iunius Silanus Torquatus (cos. ord. 53).

17Par ailleurs, Caligula conféra à ses sœurs les mêmes honneurs que sous Auguste le Sénat avait accordé à Livie, le droit de s’asseoir au théâtre parmi les Vestales et de se déplacer en char (carpentum). Le passage du livre 59 précise qu’aux jeux du cirque elles seraient assises aux mêmes places que lui.

  • 43 C.D. 59.7.1-8.
  • 44 Tac., Hist., 4.53.

18La consécration du temple du Divin Auguste43, qui était enfin achevé en 37, fut l’occasion d’une grande fête. Celle-ci n’est pas banale. Il s’agit tout simplement d’une version réduite des Jeux séculaires. Dion ne dit sans doute pas tout. Il ne dit rien des sacrifices, mais mentionne les banquets qui eurent lieu à cette occasion. Mais il mentionne des garçons et des filles bien nés, ayant père et mère, qui chantaient à cette occasion l’hymne. Normalement on ne chantait pas d’hymne lors des dédicaces de temples, comme on peut le voir lors la constitutio du Capitole en 7044. Dans ce cas, des garçons et des filles ayant père et mère qui avaient puisé de l’eau vive aspergeaient le site. Puis le préteur qui consacrait le temple menait des victimes suovétauriles autour de l’aire, sacrifiait ces victimes, et demandait à Jupiter Junon et Minerve ainsi qu’aux dieux tutélaires de l’empire de seconder l’entreprise. Rien de tel dans la cérémonie décrite par Dion. Il s’agit indéniablement d’une imitation de la création de l’hymne séculaire des Jeux de 17 a.C. Le tout se conclut avec des jeux que Caligula présida – au milieu de ses sœurs – avec les sodales Augustales, tout comme Auguste avait présidé les Jeux séculaires et les jeux du cirque avec les quindécemvirs. Enfin, il produisit à la fin des jeux le lusus Troiae, un ensemble de figures équestres complexes exécutées par des garçons de haute naissance, encore comme aux Jeux séculaires. Nous avons donc ici, si nous pouvons faire confiance à Dion, le premier témoignage d’une cérémonie imitant les Jeux séculaires augustéens. Une dizaine d’années plus tard, Claude se référera au même modèle pour célébrer le 800e anniversaire de la fondation de Rome.

19Dion donne également une série d’indications sur les nouveaux rituels que nous rangeons aujourd’hui sous la rubrique “culte impérial”.

  • 45 C.D. 59.3.4 (37 p.C.).
  • 46 On pourra renvoyer par exemple à la partie conservée du début du commentarius arvale de 38, Schei (...)

20Commençons par un détail, qui peut avoir son importance : outre les privilèges qu’il donna à ses sœurs, sur le modèle de ceux qu’avait reçu Livie, il décida qu’elles étaient désormais comprises dans la formule des εὐχαὶ αἱ κατ᾽ ἔτος ὑπὸ τῶν ἀρχόντων καὶ ὑπὸ τῶν ἱερέων ὑπέρ τε ἑαυτοῦ καὶ ὑπὲρ τοῦ δηµοσίου ποιoύµεναι45. Ici on devra d’abord donner quelques précisions : εὐχαί ne se traduit pas, comme chez Loeb et ailleurs, par “prières”, nous l’avons déjà dit. À cette époque et dans ce contexte, il s’agit de “vœux”, plus exactement avant tout des vota pro salute principis et rei publicae fixés au 3 janvier depuis les années 27 et suivantes46. D’autre part Dion précise qu’il s’agit de vœux pour le prince et pour la res publica, ὑπέρ τε ἑαυτοῦ καὶ ὑπὲρ τοῦ δηµοσίου. Sur les protocoles arvales ceci n’est pas attesté, puisqu’il y est question uniquement de la salus du Prince. Le témoignage des arvales nous apprend toutefois que sous Marc Aurèle, ces vœux mentionnaient également le Peuple. Mais au cours des principats précédents, les comptes rendus arvales citent uniquement l’empereur et sa famille. Ce qui n’est pas un autre indice de la tyrannie de Gaius, mais, semble-t-il, simplement l’habitude des vœux du 3 janvier dès le début de ce rite, vers la fin du principat de Tibère. Enfin, Dion dit aussi clairement que ce sont les magistrats et les prêtres qui formulent ces vœux pour le salut du Prince. Cette précision n’est pas non plus banale. Même si nous pouvons présumer que les prêtres, c’est-à-dire tous les collèges sacerdotaux publics, le faisaient, nous ne savons rien des magistrats. Dion ajoute explicitement les magistrats aux prêtres. Comme aucun autre texte votif du principat de Caligula n’est conservé, nous ne pouvons pas vérifier l’affirmation que désormais ses sœurs étaient associées aux vœux en question. En 38, en tout cas, elles n’en faisaient pas partie.

  • 47 C.D. 59.4.4 (37 p.C.) : καὶ ψηφισθέν ποτε τῇ Τύχῃ αὐτοῦ θύεσθαι παρέµενος.
  • 48 Scheid 1998, n° 16 (date imprécise) : [– – – – – – immolauit] / [Io]ui [bouem marem, Iunoni uacca (...)

21Un autre passage, qui concerne la modération de Caligula au début de son principat, raconte qu’il aurait fait annuler un décret qui ordonnait des sacrifices à sa Τύχη47. Τύχη est bien entendu la traduction grecque du sacrifice romain au Genius impérial, car à Rome bien entendu on ne parlait pas de la Τύχη de quelqu’un, mais de son Genius. Ce dernier est effectivement attesté sur un fragment de procès-verbal des arvales du principat de Caligula48. L’empereur a donc rapidement perdu sa modestie.

  • 49 C.D. 59.11.
  • 50 Scheid 1998, n° 12 (38 p.C.), fr. c, l. 99-104.

22La divinisation de Drusilla, longuement décrite49, ressemble à celle des autres princes. Elle est bien entendue réelle, puisqu’on trouve la Diua sur les commentaires des arvales, qui décrivent même les sacrifices offerts le jour de son anniversaire50.

  • 51 Cf. Scheid 1984b, 177-193.
  • 52 C.D. 59.24.2-4 (40 p.C.) : καὶ διὰ ταῦθὑπατεύοντος αὐτοῦ τὸ τρίτον οὐδεὶς οὔτε τῶν δηµάρχων οὔτ (...)
  • 53 Cf. Scheid 1984b, 184.

23Le reste du livre 59 donne les descriptions de la folie impie de Gaius, qui revendiquait des honneurs divins de son vivant, des excès que l’on retrouve également dans les autres textes d’historiens. Je n’en parlerai donc pas sinon pour signaler que ces descriptions appartiennent au discours du tyran, qui possède entre autres le vice de l’impiété51. Un seul passage est assez original, et peut être décrypté. Quand Caligula fut consul pour la 3e fois, en 40, sine collega, entre le 1er et le 13 janvier, personne n’osait réunir le Sénat à sa place, raconte Dion52. Les sénateurs se réunirent donc d’eux-mêmes au Capitole pour les sacrifices, et pour prêter serment devant le siège du Prince, absent et y déposer les étrennes. Ils retournaient ensuite dans la curie pour y passer la journée, écrit Dion, en éloges de Gaius et en vœux pour lui. Comment comprendre ce passage ? La date – entre le 1er et le 13 janvier – et les sacrifices qui sont évoquées montrent la voie. Il s’agit de l’acquittement du vœu pro salute formulé l’année précédente, et des hommages habituels du Nouvel an, puis, dans la curie, de la formulation de nouveaux vœux. Les rites que l’empereur aurait normalement dû célébrer en tant que consul (unique), étaient certainement célébrés par le préteur urbain. Bien entendu, nous ne pouvons pas contrôler ceci dans les comptes rendus des arvales, car leurs vœux ne doivent pas être confondus avec ceux des consuls. Enfin, dans le récit de l’assassinat de Caligula lors d’un sacrifice lié aux Ludi Palatini, institués en 14 par Livie en l’honneur d’Auguste, Dion répète la version donnée par Josèphe et par Suétone, qu’il fut abattu comme une victime sacrificielle53.

  • 54 C.D. 60.5.2.
  • 55 Scheid 1998, n° 17, l. 15-18.

24Dans le livre 60, qui débute avec le principat de Claude, il y a beaucoup moins de données sur les pratiques religieuses que dans le livre précédent. Une première série de brèves notations concernent la pietas de Claude, qui consiste dans ce qu’on peut appeler des restaurations. La première consiste à appliquer enfin la volonté du Sénat lors de la mort de Iulia Augusta en 29, mais refusée par Tibère. Claude la fit déifier, et fit entrer sa statue dans le Temple neuf du Divin Auguste54. Il affecta au service de la Diua Augusta non pas un nouveau collège sacerdotal, mais les vierges Vestales, et inséra son nom dans les formules de serment pour les femmes. Les commentaires des arvales témoignent, en 44, année dont date le premier document conservé pour le principat de Claude, de la divinisation effective de Livie55 puisqu’elle appartient désormais aux bénéficiaires des sacrifices.

  • 56 C.D. 60.23.1.
  • 57 C.D. 60.24.7.
  • 58 C.D. 60.25.8.
  • 59 C.D. 61(60).29.1.
  • 60 Cf. Tac., Ann., 11.11 ; Suet., Claud., 21.4-5 ; Ner. 7 ; Vit. 2.12 ; Dom. 4.7 ; Plin., NH, 7.48.1 (...)
  • 61 Voir pour ce fragment et son intégration dans l’inscription augustéenne, Schnegg-Köhler 2002, 14, (...)

25Dion mentionne par ailleurs la célébration archaïsante ou spectaculaire du triomphe sur les Bretons56, pendant lequel Claude monta à genoux l’escalier du temple pour aller déposer sa couronne triomphale sur les genoux de Jupiter. Il faisait aussi respecter le calendrier cultuel, en déplaçant à un autre jour, sacrorum causa, les marchés du neuvième jour. Et il agit de même dans beaucoup d’autres occasions, ce qui signifie qu’il faisait respecter le calendrier liturgique, sans doute l’ordre des feriae pendant lequel les transactions des mortels étaient interdites57. Il a aussi supprimé un grand nombre de supplications et de jours de fête, même s’il rétablit le cinquième jour des Saturnales qui avait été ajouté par Caligula, mais ensuite supprimé58. Toujours dans le même registre, il célébra le 800e anniversaire de la fondation de Rome, en observant un rituel semblable aux Jeux séculaires. Manifestement, ce genre de cérémonie n’intéressait pas Xiphilin, et il a réduit la note sur le huitième anniversaire de Rome au minimum, en mentionnant juste l’année du 800e anniversaire après la date consulaire59. Comparé aux descriptions de Tacite et de Suétone, le passage de Dion ne dit pratiquement rien60. Il convient de signaler que l’on continue parfois d’appeler cette célébration “Jeux séculaires”. La volonté de Claude était, certes, de célébrer une grande fête du même type, mais il n’y avait pas de confusion, même si les critiques se moquaient de sa prétention, à en croire Suétone. Le seul document qui paraissait prouver qu’il avait effectivement célébré des Jeux séculaires était longtemps un fragment d’un commentarius de Jeux séculaires, que tous attribuaient à Claude, jusqu’à ce que L. Moretti publie un nouveau fragment, qui démontre que le fragment attribué à Claude appartient en fait avec le nouveau fragment au début du procès-verbal augustéen61.

  • 62 C.D. 60.5.4.
  • 63 C.D. 60.22.2.
  • 64 C.D. 60.23.4.

26Toutes ces mesures relatives au culte, qui ne sont pas celles que donnent Suétone et d’autres auteurs, traduisent à notre avis pour Dion la volonté nette d’imiter Auguste, par un retour à la tradition et à la remise en ordre des obligations religieuses. Toujours comme son modèle il modéra, d’après Dion, les manifestations du culte de l’empereur62. Et comme ses prédécesseurs, il fit conférer à Messaline les mêmes privilèges que ceux dont avait joui Livie63. Signalons encore un détail. Quand il célébra, en 44, les jeux liés à son triomphe, il le fit, d’après Dion64, revêtu d’une sorte de pouvoir consulaire (ὑπάτου τινὰ ἐξουσίαν λαβών). Cet imperium consulaire ressemble à la prise du consulat par Auguste en 2 a.C. pour célébrer les Jeux Martiaux liés à la dédicace du Forum d’Auguste.

27Somme toute, donc, peu de données sur les initiatives religieuses de Claude en dehors de celles qui l’inscrivent dans la tradition augustéenne.

28Les livres 61 et 62 consacrés à Néron offrent beaucoup moins de données sur la religion, mieux même, elles omettent d’exploiter le côté religieux des affaires qui est mis au service de la biographie du tyran par Tacite ou Suétone.

  • 65 Scheid 1990, 394-400.
  • 66 C.D. 62(61).16.1-2 ; 62(61).16.2a.

29C’est par exemple le cas de l’assassinat d’Agrippine. Alors que Dion donne de nombreuses anecdotes qui sont censées prouver le côté tyrannique de Néron, il n’exploite pas beaucoup l’aspect religieux du thème, beaucoup moins en tout cas que le livre 59, consacré à Caligula, ou les autres sources sur les Julio-Claudiens. Ainsi, les protocoles des arvales65 permettent-ils de confirmer la mise en scène de la prétendue conjuration d’Agrippine contre son fils, dont il n’est presque pas question ici. Si Dion évoque des sacrifices ou une entrée triomphale66, c’est uniquement pour signaler les prodiges qui se produisirent pendant ces actes. En fait, du 28 mars au 23 juin, les arvales se réunissent plusieurs fois pour des sacrifices pro salute et reditu de Néron, qui scandent les affaires qui se développent en Campanie. Mais il est vrai qu’il n’était sans doute pas nécessaire de décrire ces actes religieux. On constate en tout cas que la documentation épigraphique directe confirme l’aspect triomphal du retour de Néron. Le char tiré par les éléphants doit être celui qui portait l’image d’Auguste lors des Augustalia du 12 octobre.

  • 67 C.D. 62(61).19.1.
  • 68 C.D. 62.23.
  • 69 C.D. 62.26.

30Parmi les rites décrits, seul est retenu, à la fin du livre 61, le dépôt de la bulle avec sa première barbe au temple de Jupiter capitolin67. Sinon, le livre contient une description du rite de la proscynèse du roi Tiridate68, et une affaire de magie dans laquelle fut impliquée la fille de Barea Soranus69. En bref, Dion n’a pas insisté sur l’impiété de Néron qu’il donne pour escomptée, mais s’est surtout attaché aux signes avant-coureurs de la chute de Néron.

Les Julio-Claudiens d’après Dion

31Si nous comparons maintenant les onze livres et les cinq principats, autant qu’on peut le faire quand il s’agit de résumés byzantins, peu intéressés par les descriptions de rituels romains, pervertis ou non, on constate qu’ils sont déterminés par le topos du tyran ou bien le modèle du bon empereur. Caligula et Néron sont décrits, de manière différente, comme des monstres, qui ne respectent aucune règle sociale. Dans le cas de Caligula, ce trait se transcrit dans son impiété grossière à l’égard des dieux, alors que chez Néron, c’est par d’autres comportements que le portrait du tyran est tracé chez Dion : par l’inceste, le parricide, les signes annonçant sa fin. Claude en revanche bénéficie d’une description plus annalistique et neutre. On évoque seulement sa tendance à la cruauté, mais pour le reste, ce sont la conquête de la Bretagne et aussi un certain conservatisme de type augustéen qui le caractérisent. À l’époque de Dion, Claude appartenait au groupe des Diui, et il ne représentait rien du point de vue politique, à l’exception du chaînon qu’il formait entre les dynasties, ce qui était important. Avec le long développement sur Auguste et la naissance du principat, son règne donne en contre-point l’image du bon empereur. Il appartient à la liste de ceux qui ont mérité d’être divinisés. C’est peut-être pour cette raison que Dion a rapproché son comportement en matière religieuse de celui d’Auguste, en sélectionnant des traits qui s’en inspiraient.

32Nous voudrions terminer, en soulignant un aspect des biographies tyranniques des successeurs d’Auguste. à plusieurs reprises, nous avons fait appel au parallèle des commentaires des frères arvales, parce qu’ils nous offrent pour cette époque, à travers le filtre des services religieux publics, des descriptions très précises de la vie politique. Or si nous pouvons souvent confirmer des dires de l’historien, le côté monstrueux de Caligula ne transparaît pas du tout dans ces documents. Le document de 38 est largement conservé, et il atteste un culte public tout à fait traditionnel. Les autres documents des années du principat de Caligula, moins complets, transmettent la même image. L’une des seules nouveautés est constituée par l’apparition (vraisemblable) de sacrifices publics au Génie de l’empereur. Aucune des prétendues revendications de la divinité par le Prince n’est en revanche mentionnée. Le culte du Génie du Prince est bien attesté dès Auguste, mais dans les cités d’Italie, dans des contextes privés ou subordonnés, et il est possible que, au niveau des grands services religieux d’État, la présence du Génie à côté des dieux immortels et du Divin Auguste ait pu choquer. Cette innovation introduite par Caligula a-t-elle servi de point de départ aux accusations d’impiété, d’après lesquelles il voulait priver les dieux de leur rang ? On se rappelle que lors du Totengericht, du jugement posthume de Tacite, au début des Annales, l’historien fait incriminer par les adversaires d’Auguste sa divinisation après sa mort. C’est ce type d’initiatives et de cultes qui a pu irriter beaucoup de sénateurs et jouer un rôle dans les tableaux de tyrans ou de bons princes. D’autant plus que le principat de Caligula, dont Dion donne une représentation conforme au topos du tyran, commence bien, avec une certaine modération du point de vue du culte impérial.

33Le portrait de Néron est de ce point de vue conforme à l’image du monstre. Mais comme nous l’avons constaté, l’impiété à l’égard des dieux ne joue pas le même rôle que chez Suétone ou Tacite. Pourtant, le témoignage direct des commentaires des arvales permet de constater que certains épisodes, que l’on pourrait mettre en cause comme des exagérations liées au thème du tyran, sont bien réels. La rentrée triomphale de Néron à Rome après l’assassinat d’Agrippine, et la présentation du meurtre comme une victoire dans un complot dangereux sont parfaitement attestées dans les commentaires des arvales par la série de sacrifices scandant le retour du prince.

34Comme nous l’avons dit, le fait qu’une partie du texte de Dion ne soit plus connu que sous forme de résumés a pu supprimer des données importantes pour notre enquête, puisqu’elles furent jugées inintéressantes à l’époque byzantine. Le texte conservé de Dion paraît néanmoins confirmer dans l’ensemble la nature du portrait traditionnel des six premiers empereurs, et il se trouve en accord avec la tradition officielle de ceux qui méritèrent l’apothéose.

Notes

1 Je me permets de renvoyer entre autres à Rich 1990 ; Rich 1996 ; Scheid 1999 ; Scheid 2005 ; Rocco 2003 ; Hekster & Rich 2006.

2 C.D. 50.24-25.

3 Cf. CIL, VI, 934 (D. 252) ; 933 (D. 249) ; X, 3828 (D. 251, 77/78 p.C.).

4 Par exemple dans l’édition Loeb : 51.19.3 ; 51.19.7 ; 54.19.7 ; 54.27.1 ; 55.31.2 ; 58.5.5.

5 C.D. 51.19.2.

6 C.D. 53.1.4.

7 Cf. pour ceci RGDA 9.1 et notre commentaire.

8 Cf. Hekster & Rich 2006.

9 C’est ce que la formule de Suet., Aug., 29.4 (templum Apollinis in ea parte Palatinae domus excitauit, quam fulmine ictam desiderari a deo haruspices pronuntiarant) peut laisser entendre.

10 C.D. 49.15.5.

11 Panciera 2006, 359-361.

12 Reitzenstein 1907, 20. Gagé 1955 est partiellement fondé sur la même présomption.

13 C.D. 51.24.4.

14 C.D. 51.24.4 : εἴπερ αὐτοκράτωρ στρατηγὸς ἐγεγόνει.

15 Voir pour le débat Rich 1998 ; Rich 1999 ; Hurlet 2000 ; Hurlet 2001 ; Hurlet 2015b ; Tarpin 2003 ; Dalla Rosa 2011.

16 Voir Rich 1998, 546.

17 C.D. 51.21.6.

18 C.D. 54.24.6.

19 C.D. 54.18.2.

20 Voir aussi Beard 2007, 295-305.

21 C.D. 54.10.3.

22 C.D. 54.25.3-4.

23 C.D. 55.5.1.

24 C.D. 54.27.2. Rich 1990, 10, 205 est d’avis que Dion a placé l’élection au grand-pontificat dans un groupe d’honneurs, d’où l’impression qu’il date mal l’événement.

25 Pour la procédure de l’élection des membres des collèges majeurs et son évolution, voir Scheid 1990, 202-211.

26 C.D. 54.25.3.

27 C.D. 54.30.1.

28 C.D. 53.17.8.

29 Cf. Scheid 1990, 187-201.

30 C.D. 54.18.2 ; RGDA 22.2.

31 C.D. 54.17.2.

32 C.D. 54.20.8. Dion rapporte les mesures prises lors de la mort d’Auguste (56.46-47) et lors du décès de Livie (58.2).

33 Gradel 2002, 246 s.

34 Cf. pour le problème Scheid 2015.

35 C.D. 51.19.7.

36 Voir Scheid 1999, 18.

37 C.D. 53.27.3.

38 C.D. 52.35-36.

39 C.D. 59.3.3-4 : ἔς τε τῆν µητέρα καὶ ἐς τὰς ἀδελφὰς τήν τε τήθην τὴν Ἀντωνίαν πλεῖστα ὅσα εὐσεβῶς ποιήσας˙ ταύτην τε γὰρ Αὔγουστάν τε εὐθὺς καὶ ἱέρειαν τοῦ Αὐγούστου ἀποδείξας πάντα αὐτῇ καθάπαξ, ὅσα ταῖς ἀειπαρθένοις ὑπάρχει, ἔδωκε, …

40 C.D. 56.46.1 : καὶ θιασώτας οἱ καὶ ἱερὰ ἱέρειάν τε τὴν Λιουίαν τὴν Ἰουλίαν τε καὶ Αὔγουσταν ἤδη καλουµένην ἀπέδειξαν ; Vell. Pat. 2.75.3 : Liuia, nobilissimi et fortissimi uiri Drusi Claudiani filia, … quam postea coniugem Augusti uidimus, quam transgressi ad deos sacerdotem ac filiam. Cf. Fishwick 1987, 162 s.

41 Cf. Hoffman Lewis 1955, 38 pour les références.

42 CIL, VI, 921a ; D. 222, 2. Pour tous ces privilèges et cette prêtrise cf. Scheid 2003.

43 C.D. 59.7.1-8.

44 Tac., Hist., 4.53.

45 C.D. 59.3.4 (37 p.C.).

46 On pourra renvoyer par exemple à la partie conservée du début du commentarius arvale de 38, Scheid 1998, n° 12 (38 p.C.), l. 1-7 : [a(nte) d(iem) (tertium) non(as) Ianuar(ias)] / [Taurus Statilius Coruinus promag(ister) collegii fratrum arualium nomine] / [uota nuncupauit pro salute C. Caesaris Augusti Germanici, pont(ificis) max(imi), trib(unicia) pot(estate), co(n)s(ulis), p(atris) p(atriae), uictimis] / [immolatis in Capitolio, quae superioris anni magister uouerat, persoluit et in] [proximum annum nuncupauit, praeunte – – – in] / [eadem uerba, quae infra scripta sunt : (vacat) ] / [«Iuppiter o(ptime) m(axime), si C. Caesar Augustus Germanicus – – –,] / [quem me sentio dicere, uiuet domusque eius ? incolumis erit a(nte) d(iem) (tertium) non(as) Ian(uarias), quae proximae p(opulo) R(omano) Q(uiritibus) rei p(ublicae)] / [p(opuli) R(omani) Q(uiritium) erunt fuerint, eumque diem eosque (eumque ?) saluos seruaueris] / [ex periculis, si qua sunt eruntue ante eum diem euentumque bonum ita, uti me sentio dicere,] / [dederis eosque (eumque ?) in eo statu, quo nunc sunt (est ?)] / [aut eo meliore seruaueris,] astu [ea ita faxis, tum tibi collegii] / fratrum arual[um nomine boue aurato uoueo esse futurum.] / Iuppiter o(ptime) m(axime), quae in uer[ba tibi boue aurato uoui esse futur], [quod] / hoc die uoui, ast tu ea ita fa[xis, tum tibi donum] ạuri p(ondo) (uiginti quinque) / argenti p(ondo) (quinquaginta quinque) ex pecunia fratrum [ar]ualium nomine eoru[m] positum iri uoueo. (vacat) / Iuno regina, quae in uerba Ioui o(ptimo) m(aximo) boue aurato uoui esse … ”. Il est indubitable que ces lignes se rapportent au 3 janvier, même si leur début est restauré, puisque le fragment conservé donne la prière votive, et que le 7 janvier, à la rubrique suivante, les arvales immolent une des victimes de l’acquittement votif du 3 janvier, date explicitement donnée par le protocole.

47 C.D. 59.4.4 (37 p.C.) : καὶ ψηφισθέν ποτε τῇ Τύχῃ αὐτοῦ θύεσθαι παρέµενος.

48 Scheid 1998, n° 16 (date imprécise) : [– – – – – – immolauit] / [Io]ui [bouem marem, Iunoni uaccam,] / Miner[uae uaccam, Saluti publicae (?)] / uaccam, [Felicitati (?) uac]/ cam, Gen[io ipsius taurum, et] / ante tem[plum diui Augusti nouum] / diuae D[rusillae sorori Germanici Aug(usti)] / uaccam, [item in luco deae] / Diae [– – – – – –.]

49 C.D. 59.11.

50 Scheid 1998, n° 12 (38 p.C.), fr. c, l. 99-104.

51 Cf. Scheid 1984b, 177-193.

52 C.D. 59.24.2-4 (40 p.C.) : καὶ διὰ ταῦθὑπατεύοντος αὐτοῦ τὸ τρίτον οὐδεὶς οὔτε τῶν δηµάρχων οὔτε τῶν στρατηγῶν ἀθροῖσαι τὴν γερουσίαν ἐτόλµησε ἀλλἐς τὸ Καπιτώλιονθρόοι οἱ βουλευταὶ ἀναβάντες τάς τε θυσίας ἔθυσαν

53 Cf. Scheid 1984b, 184.

54 C.D. 60.5.2.

55 Scheid 1998, n° 17, l. 15-18.

56 C.D. 60.23.1.

57 C.D. 60.24.7.

58 C.D. 60.25.8.

59 C.D. 61(60).29.1.

60 Cf. Tac., Ann., 11.11 ; Suet., Claud., 21.4-5 ; Ner. 7 ; Vit. 2.12 ; Dom. 4.7 ; Plin., NH, 7.48.159 ; 8.65.160.

61 Voir pour ce fragment et son intégration dans l’inscription augustéenne, Schnegg-Köhler 2002, 14, 24-26.

62 C.D. 60.5.4.

63 C.D. 60.22.2.

64 C.D. 60.23.4.

65 Scheid 1990, 394-400.

66 C.D. 62(61).16.1-2 ; 62(61).16.2a.

67 C.D. 62(61).19.1.

68 C.D. 62.23.

69 C.D. 62.26.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search