Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Rome et son empire

L’empire de Cassius Dion : géographie et imperium Romanum dans l’Histoire romaine

Estelle Bertrand

Texte intégral

  • 1 40.15.1 : περὶ µὲν οὖν τοῦ τε γένους καὶ τῆς χώρας τῆς τε ἰδιότητος τῶν ἐπιτηδευµάτων αὐτῶν πολλο (...)
  • 2 Sur cette ambition du fondateur du Principat d’apparaître comme le “commanditaire d’expéditions g (...)
  • 3 Le cercle littéraire de l’impératrice Julia Domna, que fréquentait Dion, et l’infléchissement éru (...)
  • 4 Il faut signaler toutefois un intérêt nouveau pour ce thème dans les travaux récents, notamment G (...)

1L’Histoire romaine de Cassius Dion est une entreprise monumentale qui ne vise pas seulement à offrir à un public de lettrés un panorama des événements ayant contribué à construire l’empire romain, mais qui entend aussi donner matière à réflexion politique dans un contexte troublé par les dérives du Principat et le dérèglement de l’ordre social. C’est cette réflexion politique qui constitue assurément le cœur du projet de Dion, et sa perspective n’est pas, a priori, comparable à celle d’Appien qui, un siècle plus tôt, proposait une histoire de Rome par aires géographiques et accordait aux peuples et espaces dominés par Rome une fonction de structuration du récit. L’expansion de la domination romaine sur la majeure partie de la terre habitée sont présentes dans le récit, mais elles ne donnent lieu à aucun éloge et sont au contraire analysées comme des facteurs de déstabilisation politique, de στάσις et de changement de régime. C’est seulement à ce titre que la dimension impériale occupe une place importante dans l’Histoire romaine, et la réflexion sur l’administration provinciale – exercice des commandements de provinces, mode de désignation des gouverneurs, liens entre le Prince et les gouverneurs, objet à ce jour d’une abondante bibliographie moderne –, témoigne de l’attention soutenue de la part de l’historien pour la mise en œuvre du contrôle des territoires et des peuples soumis, qui relègue au second plan le description géographique et ethnographique de ces mêmes territoires. Toutefois, héritier d’une longue tradition historiographique mêlant histoire, géographie et ethnographie, Dion ne pouvait s’abstenir de fournir, au fil du récit, ces informations – attendues et parfois indispensables à l’intelligence des événements – sur les lieux, les espaces et éléments naturels, les villes et les peuples dont les noms devaient, pour les besoins de l’histoire, être mentionnés. C’est d’ailleurs en ces termes qu’il justifie, au livre 40, en plein récit de la campagne parthique de M. Crassus en 55, son excursus sur l’armement des Parthes : “Cela étant, beaucoup ayant traité de leur race, des particularités de leur pays et de leurs mœurs, je n’ai pas l’intention de les exposer. Voici cependant leur armement et leur mode de combat (en effet il convient que mon récit donne ces précisions, puisqu’elles sont désormais utiles)”1. Son récit comporte donc un certain nombre de notices d’ordre géographique et ethnographique qui attestent de la connaissance et de l’acceptation de cette convention du récit historique, en même temps que d’une préoccupation pour les savoirs géographiques dans leur ensemble. Récits de voyageurs, périples et itinéraires, dont la tradition s’ancrait dans la littérature grecque et punique, constituaient sous l’Empire une littérature souvent érudite, qui avait contribué à l’accroissement des connaissances et pouvait fournir une documentation utile au gouverneur de province comme à l’historien. Qui plus est, l’époque de Septime Sévère avait renoué avec les expéditions militaires d’envergure, dont certaines visaient clairement l’approfondissement des connaissances géographiques ; comme Auguste avant lui, et sans doute dans une perspective d’imitatio du fondateur du Principat, Septime Sévère avait attribué à ses officiers l’observation scientifique des terrains d’opération. Comme sous Auguste, la domination romaine s’affirmait à nouveau dans la connaissance du monde habité2, en même temps qu’elle suscitait d’importants débats sur les connaissances des peuples et des territoires au contact de Rome, menés au sein de cercles littéraires réunissant, autour de la maison impériale, grammairiens, médecins et autres érudits3. Il ne semble donc pas inutile de se demander dans quelle mesure l’Histoire romaine de Dion intègre ces connaissances géographiques et ethnographiques du monde habité, quelle est la place que l’historien leur accorde et quelle forme elles prennent. Plus largement, au moment où la constitution antonine assure l’égalité juridique entre les habitants libres de l’empire, on pourra se demander quel regard porte Dion sur les peuples dans et hors de l’empire, d’autant plus que ce thème, s’il a été abondamment traité pour les historiens antérieurs, a jusqu’ici moins attiré l’attention des chercheurs s’intéressant à l’Histoire romaine4.

Géographie et histoire : place de la géographie dans le récit

  • 5 Pitcher 2012, 265.
  • 6 Par exemple : Illyricum : Zonar. 8.19.8 ; Ibérie : Zonar. 8.21 ; les îles Gymnasiae (Baléares) : (...)
  • 7 Messine : (11) Zonar. 8.9.6-7 ; Cannes : (15) Zonar. 9.1.4-5 = Tz. ad Lyc., Alex., 602 = Tz., H., (...)
  • 8 Nisibis : 36.6.2 ; les deux Comana : 36.11.1 ; Acropolis : 37.1.4 ; Jérusalem, temple : 37.16.1 ; (...)
  • 9 Chaines montagneuses : les Pyrénées : (13) Zonar. 8.21.6 ; les Monts Cérauniens : 41.44.3 ; le Pa (...)
  • 10 Ces données concernent notamment les Etrusques, les Pannoniens, les Parthes, les Juifs, les Breto (...)
  • 11 De Jong 2012b, 1-2 et n. 2 pour un rappel bibliographique ; 13-14 : la rhétorique antique plaçait (...)
  • 12 41.49.2-3 : καὶ οἱ µὲν τοῦτο γράψαντες τήν τε κτίσιν αὐτῆς καὶ τὸ ὄνοµα ἐς Δυρράχιον ἥρωα ἀναφέρο (...)
  • 13 51.27.2 : γράφω δὲ τά τε ἄλλα ὥς που παραδέδοται, καὶ αὐτὰ τὰ ὀνόµατα.
  • 14 Cette connaissance livresque de la géographie était déjà soulignée par Millar 1964, 177, à propos (...)

2Force est de constater que le récit de Cassius Dion comporte un nombre relativement limité d’informations géographiques, de descriptions topographiques ou encore de digressions ethnographiques, et le lecteur qui attend des précisions dans ce domaine peut se trouver déçu par la rareté des notices. Dion semble la plupart du temps se contenter d’une géographie “utilitaire”, pour reprendre la formulation de L. Pitcher, dans un des articles les plus récents consacrés à ce thème5, autrement dit une information qui réponde aux besoins du récit et permette de préciser le décor et le contexte spatial des événements mentionnés. C’est ainsi que les notices géographiques, au demeurant d’ampleur très variable, allant de la simple notation à l’excursus développé, concernent l’identification et la localisation des sites, régions, peuples lors de leur première mention dans le récit6, la description des sites de batailles importantes7, de villes majeures8 et d’éléments naturels significatifs9, ainsi que des données ethnographiques ou ethnonymiques plus développées et destinées à faciliter la compréhension du récit10. Cette géographie “utilitaire”, à laquelle les savants avaient jusqu’à récemment réduit la place de la géographie dans le récit, peut plus justement être qualifiée de “story-space”, “espace de l’histoire”, en ce qu’elle contextualise spatialement le récit. Nécessairement sélective – et donc signifiante –11, elle provient de sources variées, essentiellement des écrits antérieurs que Dion n’identifie jamais, conformément à son habitude : à propos de l’histoire de la ville de Dyrrachium, Dion mentionne, sans en nommer aucune, plusieurs traditions écrites divergentes12 ou plus loin, lors du récit des campagnes de M. Licinius Crassus contre les Gètes en 29 a.C., Dion signale que son récit se conforme à la tradition, y compris concernant l’onomastique des peuples13. De ce point de vue, il se situe dans une veine historiographique plus proche de Thucydide et Xénophon que d’Hérodote, qui accordait une place privilégiée à l’autopsie et à l’enquête de terrain14.

  • 15 Ces indications sont également mentionnées par Plin., NH, 3.26.145, mais elles sont bien moins dé (...)
  • 16 L’importance de ces deux ports dans le contrôle des routes assurant la liaison entre la côte adri (...)
  • 17 41.56.1 : ἥ τε γὰρ πόλις ἡ τῶν ῾Ρωµαίων καὶ ἡ ἀρχὴ αὐτῆς ἅπασα, καὶ πολλὴ καὶ µεγάλη ἤδη οὖσα, ἆθ (...)
  • 18 Ce procédé n’est pas rare dans l’Histoire romaine : l’expédition entreprise par Crassus contre le (...)
  • 19 Voir à ce propos Bertrand 2015b, 49-50.

3Cette géographie utilitaire ne revêt toutefois aucun caractère systématique, pas plus qu’elle ne garantit l’exactitude des notices. Une première lecture fait en effet apparaître un certain nombre de lacunes qui ne laissent pas d’interroger. Si figurent au fil du récit les opérations militaires engagées par les Romains, la mention des sites de bataille semble en revanche aléatoire, et l’on peut s’étonner que ne soit pas précisée la localisation des batailles décisives de Zama, Carrhes, Pharsale, alors que sont nommés et décrits les sites des batailles de Cannes, Cynoscéphales, Pydna, Thapsus, Philippes, Actium. On ne trouve par exemple, au moment de l’affrontement final entre les armées de César et celles de Pompée, aucune mention ni description du site de Pharsale, alors même que le récit de la bataille elle-même constitue un morceau d’anthologie rhétorique savamment construit et mis en écho avec le récit de la bataille de Philippes au livre 47. Le lieu de la bataille décisive de 48, laconiquement située “en Thessalie” (41.52.3), n’est bien entendu pas inconnu de Dion, et la référence au toponyme intervient un peu plus loin, à l’occasion des opérations périphériques menées par le pompéien Octavius (42.11.5), puis lorsque Dion en vient aux réactions des Romains restés à Rome (42.18.1), ou encore lors des opérations de conquêtes des territoires orientaux par les Républicains Brutus et Cassius (47.21.3). On comprend que dans le cas de cette bataille, le toponyme sert uniquement de référence historique, de “carte d’identité” de la bataille, mais n’a pas pour Dion d’intérêt géographique. Si l’on rapproche le traitement de Pharsale du traitement de la bataille de Cannes, dont Zonaras et les excerpteurs byzantins ont conservé la description topographique, d’Actium, ou de celui dont a bénéficié cette même bataille de Pharsale chez les auteurs antérieurs à Dion, on peut raisonnablement penser qu’il s’agit d’un choix de l’historien sévérien, qui cherche peut-être à se démarquer de ses prédécesseurs. On remarquera, pour poursuivre dans cette hypothèse, que le récit des opérations de la guerre civile entre César et Pompée comporte plusieurs digressions toponymiques ou ethnographiques qui témoignent de la volonté de l’historien de nourrir le récit de précisions de cette sorte, mais qui ne soient pas les indications convenues : le récit de l’avancée des armées de César et de Pompée après le déclenchement de la guerre civile en 48, au livre 41, inclut ainsi des détails topographiques concernant la ville d’Apollonie la Corinthienne dont s’empare César, ainsi que la description de son célèbre nymphée, objet d’étonnement (41.45) ; des précisions concernant le toponyme de Dyrrachium, occupée par Pompée, et ses différentes appellations grecque et romaine (41.49)15. On peut s’étonner que Dion place à cet endroit du récit des indications concernant deux toponymes déjà mentionnés auparavant dans le récit (12 fr. 49.6), d’autant qu’elles n’apportent rien à l’intelligence des opérations militaires et au déroulement des événements. Leur fonction dans le récit est sans doute autre : par la profondeur qu’elles donnent aux entreprises militaires des deux imperatores, elles soulignent sans aucun doute, outre l’enjeu stratégique du contrôle de ces deux postes importants dans les communications maritimes et terrestres16, la tentative de contrôle des espaces représentatifs du monde habité, indiquée dans les réflexions qui précèdent le déclenchement de la bataille17. Dans ce passage, Dion a négligé les informations géographiques sur le lieu de la bataille et privilégié les digressions relevant d’un autre registre18. On pourra comparer ce cas avec le traitement de la bataille de Philippes, opposant en 42 les triumvirs Antoine et le jeune César aux républicains Brutus et Cassius : comme dans le cas de Pharsale, le récit ne fournit sur le site de bataille en lui-même aucune des précisions qui pourraient être attendues en matière de topographie. Les indications ont été fournies plus avant, lors de l’arrivée et de l’installation des troupes triumvirales dans la région. C’est à ce moment-là que Dion a mentionné des repères géographiques précis qui vont peser sur les choix tactiques des deux camps, dont la montagne du Sumbolon, absente des sources parallèles19. La sélection “utilitaire” des notices géographiques a vocation à renseigner le contexte spatial des événements tout autant qu’à ajouter une seconde dimension à un récit qui se déploie d’abord dans le temps.

  • 20 37.11.1 : “Mithridate, au lieu de céder à l’adversité, se fiant à sa détermination plus qu’à sa p (...)
  • 21 43.7.2 : ἡ δὲ δὴ Θάψος κεῖται µὲν ἐν χερρονήσῳ τρόπον τινά, ἔνθεν µὲν τῆς θαλάσσης ἔνθεν δὲ λίµνη (...)
  • 22 B Afr., 80 ; Str. 17.3.12.831 ; Plu., Caes., 53.1.
  • 23 Voir Th. 6.97. Le rapprochement a été judicieusement suggéré par Antoine Jayat, dont la thèse en (...)

4Cette dernière fonction se révèle parfois néfaste pour la qualité des informations géographiques mentionnées. On a pu remarquer par exemple que l’itinéraire qu’aurait emprunté Mithridate dans son projet d’invasion de l’Italie en 63 a.C. avait pu être inspiré à Dion par l’épopée des Argonautes qui, comme Mithridate, avaient traversé l’Istros (le Danube) au retour de la Colchide20. Un biais similaire s’observe également dans la description du site de Thapsus en Afrique, où César affronta en avril 46 les représentants du camp pompéien après Pharsale.  On a là une des rares descriptions précises de Dion concernant un site de bataille : introduite par la difficulté du terrain, qui explique la stratégie mise en œuvre par César, la description du site apparente Thapsus à une péninsule, bordée d’un côté par la mer, de l’autre par un lac21. Dans les sources parallèles, les auteurs ne mentionnent cependant que le lac22, et la réalité du terrain ne fait pas apparaître ce caractère péninsulaire. La description semble ici faussée, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit d’une réminiscence incontrôlée ou d’un effet de style, par la description du site de Thapsos en Sicile, que l’on lit dans la Guerre du Péloponnèse à propos de l’expédition de Sicile, site dont la nature insulaire est avérée23.

  • 24 Voir l’analyse très convaincante de Simons 2012.
  • 25 C.D. 39.46.1 ; Caes., B Gall., 1.1-2 ; Str. 4.2.1.189 ; Plin., NH, 4.17.105. L’image des peuples (...)

5De même, les indications topographiques concernant la défaite de Varus en 9 p.C. dans la forêt de Teutobourg, particulièrement détaillées, sont suspectes : considérées par certains comme déterminantes pour la reconstitution de la topographie locale, elles semblent au contraire volontairement déformées pour renforcer le parallèle littéraire avec la défaite de Crassus à Carrhes en 53 a.C.24. S’agissant enfin de l’origine ethnique des Aquitains, Dion précise que les peuples de l’Aquitaine, voisine de la Celtique, sont des Gaulois, adoptant un point de vue que contredit non seulement la tradition littéraire, notamment César, suivi par Strabon et Pline, qui les en distingue par “la langue, les coutumes et les lois”, mais aussi la documentation archéologique25. Cette notice erronée assure toutefois un lien logique, autrement incompréhensible, entre le récit des opérations de Titurius Sabinus contre les Unelles, et celles de Publius Crassus contre les peuples d’Aquitaine, qui sont concomitantes. L’information géographique se trouve donc aussi soumise aux principes de composition du récit.

  • 26 De Jong 2012b, 3.
  • 27 49.36.4 : ταῦτα δὲ οὐκ ἀκούσας οὐδ’ ἀναγνοὺς µόνον, ἀλλὰ καὶ ἔργῳ µαθὼν ὥστε καὶ ἄρξας αὐτῶν, οἶδ (...)
  • 28 50.12.4-7.
  • 29 74[73].14.5.
  • 30 La description des murailles occupe les chapitres 10 et 11 du livre 75[74], à l’occasion du siège (...)
  • 31 41.45.1-2 : ἡ δὲ Ἀπολλωνία αὕτη ἡ Κορινθία ἐν καλῷ µὲν τῆς γῆς ἐν καλῷ δὲ καὶ τῆς θαλάσσης, ποταµ (...)
  • 32 39.38.1 : κἀν ταῖς αὐταῖς ἡµέραις ὁ Ποµπήιος τὸ θέατρον, ᾧ καὶ νῦν λαµπρυνόµεθα, καθιέρωσε.
  • 33 53.19.4-6: “De plus, à cause de la taille de l’empire et de la multiplicité des événements, il es (...)
  • 34 La critique des connaissances exclusivement livresques concerne la Bretagne : 39.50.3 : καὶ πολλο (...)

6Dans le cadre d’une géographie de type “utilitaire”, principalement appuyée sur des sources écrites, on discerne par ailleurs une géographie plus personnelle, en lien avec l’espace du narrateur26, qui se caractérise par l’insertion d’informations issues de l’autopsie ou de la connaissance de terrain. C’est le cas de la digression sur les Pannoniens, au livre 49, que Dion dit appuyer sur son expérience du gouvernement de la province de Pannonie Supérieure27, du promontoire d’Actium (Nicopolis aujourd’hui) dont la précision descriptive traduit le point de vue d’un spectateur28, de Dyrrachium ou des défilés de Thrace, vus par l’auteur29, des murailles de Byzance, dont Dion dit avoir encore pu observer les ruines monumentales après la destruction de la ville par Septime Sévère30, du nymphée de Calypso à Baies, ville de Campanie servant de villégiature à l’historien (48.50-51), de Capoue (77[76].2), ou d’Apollonie en Epire, dont une particularité a suscité son étonnement31, ou enfin du théâtre de Pompée à Rome, encore objet de la fierté de Dion et de ses contemporains32. Cette géographie “personnelle” se laisse également sentir dans la répartition des indications ethno-géographiques entre les différentes parties de l’empire : les territoires orientaux, la région du Danube et des Balkans, Rome et l’Italie, l’Afrique, dans lesquels l’auteur a séjourné ou exercé des charges, bénéficient d’informations plus nourries que la péninsule ibérique ou la Bretagne. Ce déséquilibre est également renforcé par le contexte militaire de l’époque contemporaine de Dion : on remarque en effet que les villes qui font l’objet de notices détaillées dans le cours du récit, Nisibis, Hatra, Byzance, sont des théâtres d’opérations majeurs des guerres sévériennes. La prééminence que Dion accorde aux notices vérifiées, qui s’explique par son expérience personnelle et la géographie des conflits à l’époque sévérienne, est de plus justifiée par de nouvelles difficultés épistémologiques générées depuis l’époque augustéenne par l’extension excessive de l’empire33. Même si le primat de l’autopsie sur la connaissance livresque a déjà été fréquemment évoqué par les prédécesseurs de Dion, il ne semble pas relever ici de la pure convention, mais bien d’une démarche méthodologique de l’historien sévérien34.

  • 35 Dans le discours prononcé pour encourager ses congénères, la reine Boudicca rappelle que les Bret (...)
  • 36 Il est clair que Dion souligne les avancées par rapport à l’aveu d’ignorance d’Hérodote (2.34 : “ (...)
  • 37 39.50.3, cité supra n. 32. Dion fait référence à l’expédition menée par Septime Sévère en Ecosse (...)
  • 38 39.50.2 : παρήκει δὲ … παρὰ τὴν Ἰβηρίαν ὀλίγου πᾶσαν = Caes., B Gall., 5.13.2 : alterum uergit ad (...)
  • 39 C’est la distance indiquée par Strabon qui s’approche le plus de la distance actuelle entre Douvr (...)
  • 40 Caes., B Gall., 5.13.1 : insula natura triquetra. Ce sont les dimensions qui ont été établies lor (...)

7Enfin, l’on peut identifier dans l’Histoire romaine une géographie, également conventionnelle, relevant de l’esprit encyclopédique illustré un siècle et demi plus tôt par l’entreprise de Pline l’Ancien, appuyée sur une documentation scrupuleuse et intéressée à témoigner de l’état et des progrès de la connaissance géographique et du monde habité à l’époque contemporaine de l’auteur. La reconnaissance de la nature insulaire de la Bretagne, qui figure comme une indication récurrente, en est emblématique : ce territoire, considéré par les Romains comme hors du monde connu à l’époque de Claude (60.19-21) et encore à l’époque de la révolte de Boudicca (62.5.6)35, aurait été reconnu comme une île lors de l’expédition d’Agricola en 88 (66.20.1-2) puis à nouveau à l’époque de Septime Sévère, dont l’expédition permit en outre de contrôler les dimensions (39.50.4 ; 77[76].12.5). La reconnaissance des sources du Nil, dont le λόγος est appuyé sur la connaissance exacte issue de l’enquête de l’auteur et démontre les progrès de la connaissance par rapport aux Grecs (76[75].13.3-5), est un autre exemple de la manière dont Dion entend souscrire aux débats scientifiques ancestraux et actuels36. Là encore cependant, la démarche n’est pas gage d’exactitude, comme le montre l’exemple de la Bretagne. Dion prétend en effet, à l’occasion de la première expédition de César en 55, que les connaissances concernant la Bretagne ont progressé sous l’empire grâce à des témoignages autoptiques et à des enquêtes auprès des indigènes37 ; or les informations qu’il fournit dans ce passage sont, à tout le moins, approximatives voire erronées. Sa description de l’île, tout d’abord, est vague : elle ne reprend aucune des représentations imagées de ses prédécesseurs (un triangle selon Caes., B Gall., 5.13.1 ; Str. 4.5.1.199 ; un coin, selon Tac., Agr. 10.4 ; un plat allongé ou une hache à double tranchant selon certains auteurs anciens évoqués par Tac., Agr., 10.3) et se contente de signaler les deux caractéristiques principales : l’alignement sur l’Espagne et l’ouverture sur l’océan38 ; on ne peut en déduire la représentation cartographique que Dion utilise. On note également une différence dans la distance indiquée entre l’île et la partie la plus proche du continent, c’est-à-dire la région des Morins (actuel Pas-de-Calais) : 450 stades (70 km) contre 30000 pas d’après César depuis le port d’Itius chez les Morins (B Gall., 5.2.3), 320 stades selon Strabon depuis le même port (4.5.2.199) et 50000 pas (environ 38 km) selon Pline (NH, 4.16.102)39. Surtout, Dion prétend que la nature insulaire de la Bretagne a été reconnue par Agricola puis vérifiée à l’époque de Septime Sévère, alors qu’elle était en réalité déjà bien connue de César40. Dion a en l’occurrence choisi de mettre en valeur les progrès de la connaissance, au prix d’une déformation conduisant à minimiser le rôle de César.

  • 41 L’origine du nom de la partie de l’océan appelée mer Erythrée, liée à un ancien roi : 68.28.3-4.
  • 42 La description de l’asphalte : 68.27.1 ; les animaux curieux : le camélopard (la girafe) : 43.23. (...)
  • 43 41.45.2 (ὅ τε µάλιστα διὰ πάντων ἐθαύµασα, πῦρ πολὺ πρὸς τῷ Ἄνᾳ ποταµῷ ἀναδίδοται). Dion est le s (...)

8Apparentée à cette dernière catégorie de notices géographiques, l’insertion de mirabilia, curiosités naturelles suscitant l’étonnement et/ou l’admiration, voire de légendes attachées à tel ou tel lieu du monde connu41, souscrit quant à elle à ce genre littéraire apparu à l’époque hellénistique et florissant à l’époque impériale qu’était la littérature paradoxographique, tout en participant aussi plus largement de l’ornement de la narration42. C’est le cas de la description du nymphée d’Apollonie. La particularité de ce feu que la pluie n’éteignait pas était bien connue dans le monde antique et attesté sur le monnayage de la cité comme sur une monnaie de l’empereur Commode et une autre de Julia Domna, mais elle suscite aussi l’étonnement de Dion et occasionne un exposé précis du phénomène naturel et de l’oracle, inconnu par ailleurs, l’un et l’autre confirmés par les recherches des géologues albanais et la toponymie moderne43.

  • 44 Cette tendance au renouveau de la tradition grammairienne alexandrine est illustrée par Athénée, (...)
  • 45 Cet intérêt se manifeste également pour d’autres réalités romaines, comme c’est le cas pour les s (...)
  • 46 Voir sur ce point Bertrand 2015b.
  • 47 47.35.3 : σύµβολον γὰρ τὸ χωρίον ὀνοµάζουσι καθ ὃ τὸ ὄρος ἐκεῖνο ἑτέρῳ τινὶ ἐς µεσόγειαν ἀνατείν (...)
  • 48 Le site (aujourd’hui Dürres, en Albanie), occupé à l’origine par les Illyriens, reçut des colons (...)
  • 49 Str. 7.7.8.326-327 ; voir Cabanes 1995, 23. L’arête côtière où se situe Dyrrachium culmine par en (...)
  • 50 Plin., NH, 3.26.145 : Epidamnum colonia, propter inauspicatum nomen a Romanis Dyrrachium appellat (...)
  • 51 App., BC, 2.39.152-158. L’exposé, inséré au moment de l’arrivée des troupes pompéiennes en Epire, (...)
  • 52 Dion reprend, en la traduisant en grec, une étymologie bien connue des auteurs latins : Plaute y (...)
  • 53 Cabanes 2001, 127.
  • 54 Les réalités physiques ne sont pas ignorées : dans le cas de Dyrrachium, les spécificités du terr (...)
  • 55 De pareils résultats ont été mis en évidence à propos d’Hérodote (Pollini 2012) et de César (Fran (...)

9Dans l’Histoire romaine, la sélection des informations géographiques et ethnographiques reflète, semble-t-il, les principales conventions historiographiques d’une géographie à la fois utilitaire, personnelle et encyclopédique. On notera toutefois que Dion se distingue en accordant un intérêt tout particulier aux détails concernant l’onomastique des peuples et des lieux et en insérant des notices proches des lexicographes et des grammairiens, dont les traités s’étaient multipliés aux iie et iiie s.44 : l’étymologie des ethnonymes (les Pannoniens : 49.36.5), des toponymes (le Sumbolon : 47.35.3 ; le “port doux” de Corcyre : 50.12.2), ou des noms de villes (Epidamne-Dyrrachium : 41.49.2-3 ; Zeugma/Séleucie sur l’Euphrate, dont le nom signifie “pont” : 40.17.3 ; 49.19.3) ou de fleuves (le Pô : 55.33.3), la distinction entre une dénomination grecque et une dénomination romaine (les habitants de l’Ibérie appelés Ἱσπανοί par les Romains, Ἴβηροι par les Grecs : Zonar. 8.21.6 ; les Pannoniens appelés ainsi par les Romains et eux-mêmes, mais Péoniens par les Grecs : 49.36.6 ; les Celtes et les Gaulois, séparés par le Rhin : 39.49.1-2 ; les Daces, nom donné par les Romains à ceux que les Grecs appellent Gètes : 67.6.2), les changements de nom (la Palestine devenue Judée : 37.16.5), font l’objet de remarques multiples45. Si ces notices se trouvent en partie dans les sources antérieures et traduisent nettement la culture, voire l’érudition de l’historien46, ce qui semble intéressant en revanche, c’est que Dion ne se contente pas d’intégrer les débats les plus courants, qui avaient pu être redynamisés par les campagnes sévériennes, en Bretagne ou en Égypte, mais qu’il procède à la même enquête pour des toponymes moins discutés. La montagne du Sumbolon, en Macédoine, fait l’objet d’une précision d’ordre étymologique que Dion est le seul à proposer, et qui semble indiquer l’usage de notices de grammairiens47. La même observation peut être faite à propos de la différenciation des appellations grecque et romaine : elle concerne les ethnonymes, mais aussi les toponymes, comme Dyrrachium (41.49.2-3). Dans ce cas précis, les informations données par Dion ne sont pas inédites, puisqu’on trouve déjà chez des auteurs antérieurs des remarques et digressions, d’ampleur variable, sur le double nom de la cité, Epidamne-Dyrrachium48. La comparaison avec les sources antérieures n’est toutefois pas dénuée d’intérêt : Strabon se contente de signaler le nom grec, puis le nom romain, en l’attribuant au toponyme de l’arête côtière sur laquelle la ville fut établie49 ; Pline l’Ancien signale simplement l’abandon par les Romains du nom original à résonance négative, Epidamne, pour un nom plus neutre, Dyrrachium, sans préciser l’origine des deux noms50 ; Appien quant à lui, qui consacre un chapitre à la question dans le même contexte du récit de la marche de Pompée, adopte un point de vue grec et entreprend d’établir la distinction entre deux villes, Epidamne, qui serait une ville haute, et Dyrrachium, qui serait une ville basse, en expliquant leur origine respective51. Dion présente quant à lui les deux traditions, sans trancher sur la ville elle-même – la question des réalités matérielles, c’est-à-dire de savoir s’il s’agit d’une seule ville portant deux noms ou de deux villes, est évacuée – mais centre le propos sur la distinction entre le nom donné par les Grecs et admis par “certains auteurs” (sous-entend-il Appien ?), qui remonterait à un héros nommé “Dyrrachios” et le nom donné par les Romains, pour se soustraire au mauvais présage du damnum52. Le λόγος fourni par Dion est donc une synthèse des différentes traditions, complétée par une explication étymologique qui, pour être “fantaisiste”53, n’en figurait pas moins dans les recueils des grammairiens, puisqu’on la trouve compilée dans le lexique byzantin du xiie s., l’Etymologicum magnum. Ces quelques exemples montrent que Dion accorde moins d’importance aux réalités physiques de l’espace qu’il décrit qu’à la connaissance savante des espaces du monde romain : son point de vue s’apparente davantage à celui d’un lettré qu’à celui d’un géographe54. Pour autant, sa représentation de l’espace, sélective, parfois déformante et soumise au besoin du récit, n’en dessine pas moins les réalités géographiques du monde romain avec plus de précision qu’il n’y paraît55.

Géographie et ethnographie : la représentation des peuples étrangers

  • 56 Sur ces procédés conventionnels mis en œuvre pour introduire les notices ethnographiques, voir sp (...)
  • 57 Sur les modalités et les limites de la mise en œuvre de cette convention dans l’Histoire romaine, (...)
  • 58 Dion précise, dans un fragment suivant une digression sur les Étrusques, qu’il ne rapportera des (...)
  • 59 La première mention des Scythes Bastarnes (38.10.3) : τὸ δ αὐτὸ τοῦτο καὶ περὶ τοὺς συµµάχους το (...)

10La tradition historiographique antique incluait, selon des modalités et une ampleur variables, des notices ethnographiques qui reflétaient autant une représentation de l’altérité qu’un ensemble de caractéristiques et traits conventionnels transmissibles et transposables. Cassius Dion ne fait pas exception à cette convention, même s’il en fait un usage modéré : son récit intègre un certain nombre de notices d’ordre ethnographique, sous forme de λόγοι relevant de l’ἔκφρασις, ou sous forme d’incises plus ou moins développées, qui témoignent de sa familiarité avec cette tradition56. Ces indications ethnographiques, quelle que soit la forme que Dion leur donne, prennent généralement place, comme c’est souvent le cas dans la tradition historiographique, en contexte militaire, en l’occurrence, puisque Dion organise globalement la matière du récit selon la convention annalistique57, dans les passages consacrés aux événements extérieurs, les conflits offrant l’opportunité de présenter les adversaires des Romains pour éclairer le déroulement des événements58. Un bel exemple de cette répartition est offert par le cas des Scythes Bastarnes : ce peuple est mentionné une première fois au livre 38.10.3, à l’occasion du récit des opérations militaires infructueuses menées par C. Antonius Hybrida lors de son proconsulat en Macédoine en 62 a.C., qui lui valurent un procès à Rome en 60 ; mais l’indication sur leurs origines ethniques n’est donnée que plus loin, lors des guerres menées par M. Licinius Crassus en 29-28, et elle éclaire la stratégie du proconsul qui, connaissant le penchant de la race scythe pour la boisson, enivre les délégués bastarnes pour en obtenir des informations59. De même la digression sur la religion des Juifs (37.17) et leur stricte observance du jour de “Cronos” est insérée après le récit des opérations de Pompée en Syrie-Palestine en 63 a.C., parce que ce jour de repos a été exploité par les armées romaines pour s’emparer du Temple (37.16.2-4). Quant aux digressions sur les Parthes et sur les Pannoniens, elles sont justifiées par leur utilité au récit.

  • 60 Le λόγος sur les Etrusques, attesté par le fr. 2.4 justifiant son insertion dans le récit, est pe (...)
  • 61 54.32-33. On trouve pourtant dans ce passage la première mention dans l’histoire des Chauques, l’ (...)

11La rareté des λόγοι, ces petites digressions occupant généralement un chapitre et informant sur les mœurs, le mode de vie, les coutumes de certains peuples, doit cependant être soulignée : on n’en dénombre que quatre: les Juifs (37.16.5-17.3) ; les Parthes (40.14-16) ; les Pannoniens (49.36) ; les Bretons (Calédoniens et Méates : 77[76].12)60. Dans ces λόγοι, qui interrompent le cours du récit, on retrouve un artifice rhétorique souvent utilisé par l’auteur, qui indique qu’il procède à une sélection de l’information pour se distinguer des auteurs antérieurs : c’est le cas pour les Juifs et les Parthes, à propos desquels Dion renvoie pour leurs mœurs aux auteurs antérieurs, et affirme se concentrer sur des points précis de leur culture : la religion pour les Juifs, l’armement et le mode de combat pour les Parthes. Dans ce dernier cas, l’ampleur accordée à cet excursus, le plus long de tous (deux chapitres), s’explique aisément par l’actualité des guerres parthiques, deux fois soulignée par Dion (40.14.3-4). On peut remarquer l’absence d’excursus sur les Gaulois et sur les Germains, alors même qu’ils représentaient, dans la tradition, des cas d’école, avec les Commentarii de César sur la guerre des Gaules et le non moins célèbre ouvrage de Tacite sur la Germanie, que l’on a coutume de considérer comme le premier ouvrage à caractère ethnographique de l’Antiquité. Chez Dion, le récit de la guerre des Gaules, réparti sur les livres 38, 39, et 40, occupe pourtant 62 chapitres sur les 181 que comptent ces livres (38.31-50 ; 39.1-5 ; 39.40-54 ; 40.1-11 ; 40.31-43), mais il ne comporte aucune digression d’importance sur les Gaulois, pas plus que les opérations de Drusus en Germanie en 12 a.C., qui sont pourtant l’occasion d’évoquer très précisément un grand nombre de peuples et de préciser la géographie des opérations61. Les caractéristiques ethniques sont dans ce cas disséminées dans le cours du récit.

  • 62 Les Belges (39.1.1) : “Plus tard les Romains connurent une autre guerre. Les Belges en effet, don (...)
  • 63 Voir par exemple la présentation des peuples belges, dont l’absence de villes constituées et l’ex (...)
  • 64 Déjà souligné par Hose 1994, 385 ; Martinelli 2005, 10 ; sur ces stéréotypes, Murphy 2004, 77-79  (...)
  • 65 Cette présentation indistincte des peuples d’Europe du Nord et du Nord-Ouest a été remarquée et a (...)

12Les excursus sont en effet peu nombreux, mais ils ne sont pas l’unique manière de présenter les peuples adversaires des Romains : le récit fourmille de remarques éparses, au fil du récit, sur ces peuples qu’affrontent les Romains, sous forme de brèves incises introduites par la particule γάρ. Ces incises servent à localiser les peuples mentionnés, à expliciter le cas échéant leur origine ethnique62, et, souvent, à préciser leur mode de vie et leurs caractéristiques éthiques quand l’indication sert le récit des événements et permet d’en expliquer le déroulement63. On observe que, sur ce point, Dion manque d’originalité : ces indications s’inscrivent globalement dans la vision dichotomique habituelle et stéréotypée des auteurs anciens opposant Romains (ou Grecs) et barbares64. C’est ainsi que se trouvent semblablement caractérisés dans l’Histoire romaine les Gaulois, les Germains, les peuples des régions danubiennes dont les Pannoniens, et les Bretons65.

  • 66 Ce stéréotype, caractéristique de la polarisation Grecs/barbares, a été remarquablement analysé p (...)
  • 67 Les Morins et les Ménapes (39.44.2) : οὔτε γὰρ πόλεις ἔχοντες ἀλλ ἐν καλύβαις διαιτώµενοι, καὶ τ (...)
  • 68 Les Bretons à l’époque de la guerre des Gaules mettent leurs biens à l’abri dans les forêts (40.2 (...)
  • 69 Les Bretons : Caratacus, lors de l’expédition de Claude, évoque les “misérables tentes” que convo (...)
  • 70 56.18.2-4 : καὶ στρατιῶταί τε αὐτῶν ἐκεῖ ἐχείµαζον καὶ πόλεις συνῳκίζοντο, ἔς τε τὸν κόσµον σφῶν (...)
  • 71 49.37.1 : “C’est donc contre ce peuple que César [= Octavien] marcha. Il ne commit ni ravage ni e (...)

13L’absence d’urbanisme constitué est un de ces stéréotypes les plus fréquents : les barbares ne connaissent pas la πόλις, ni ses caractéristiques urbaines66, et vivent dans des cabanes67, des forêts68, des tentes69. Cette opposition entre le monde de la πόλις et le monde barbare est particulièrement révélée à l’occasion du récit du désastre de Varus, en 9 p.C. Peu avant l’arrivée du gouverneur de Germanie, les peuples de la région, au contact des soldats romains et du mode de vie qu’ils avaient développé dans les villes nouvellement fondées, étaient en train de s’adapter au mode de vie romain, notamment aux rassemblements collectifs sur les places publiques, de manière progressive et non imposée, et de devenir “autres”70 : l’altérité des barbares est ici clairement signifiée. Ces stéréotypes ethniques se retrouvent même quand Dion dit appuyer sa digression sur ses observations personnelles, comme c’est le cas pour les Pannoniens, dont le mode de vie présente les caractéristiques du paradigme barbare, alors même que dans le récit des opérations militaires, la mention de villages abandonnés et de villes fortifiées résistant à l’assaut contredit cette première impression71.

  • 72 Les Pannoniens : 49.36.2 ; 55.33.1 ; les Bretons : 62.5.5 (selon les propos de Boudicca) ; 77[76] (...)
  • 73 77[76].12.1-2 : δύο δὲ γένη τῶν Βρεττανῶν µέγιστά εἰσι, Καληδόνιοι καὶ Μαιάται· καὶ ἐς αὐτὰ καὶ τ (...)
  • 74 77[76].16.5. Dion rapporte cette anecdote immédiatement après une allusion à sa connaissance de 3 (...)

14Les barbares s’apparentent par ailleurs au monde animal par leur alimentation : leur terre étant impropre à produire les cultures méditerranéennes, ils se contentent de racines et d’herbes72 ; l’excursus sur les Calédoniens et les Méates, qui condense toutes ces caractéristiques, illustre la permanence de ces stéréotypes du barbare dans l’horizon culturel de Dion : “Les uns et les autres habitent sur des montagnes sauvages et arides, ou des plaines désertes et marécageuses, sans murailles, ni villes, ni terres labourées, ne mangeant que de l’herbe, du gibier et du fruit de certains arbres ; car ils ne goûtent jamais de poisson bien qu’ils en aient en quantité innombrable. Ils passent leur vie sous des tentes, sans vêtements et sans chaussures, usant des femmes en commun et élevant tous les enfants qui naissent. Le gouvernement de la plupart de ces peuples est démocratique, et ils se livrent volontiers au brigandage”73. Comme dans le cas des Pannoniens, les caractéristiques stéréotypées prennent valeur de vérité en étant relayées, un peu plus tard, par l’anecdote d’un échange entre l’impératrice Julia Domna et la femme d’un chef Calédonien, vantant la liberté sexuelle de ce peuple74.

  • 75 Le nombre se retrouve fr. 57.6 ; les Unelles terrifient Q. Titurius Sabinus par leur grand nombre (...)
  • 76 Les Vénètes dépourvus d’expérience de ce genre de combat naval : 39.41.2.
  • 77 38.35.2 : τά τε γὰρ µεγέθη αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος τό τε θράσος καὶ τὰς ἀπ’ αὐτοῦ προχείρους ἀπειλὰς (...)
  • 78 38.49.1 : κατασπῶντες τοὺς ἀντιπάλους, δάκνοντες, σπαράττοντες.
  • 79 7 fr. 25.3 : πρός τε γὰρ τὸ ἀδόκητον τῆς ἐπιστρατείας αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος καὶ τὸ µέγεθος τῶν σωµά (...)
  • 80 62.7.2 : καὶ ὃ δὴ δεινότατον καὶ θηριωδέστατον ἔπραξαν.
  • 81 Dans l’état actuel du texte, la caractéristique ayant trait aux cheveux longs n’intervient pour l (...)

15L’assimilation des barbares au monde animal se traduit également par leur grand nombre, renvoyant à une horde ou un troupeau75, ainsi que par leur mode de combat, impulsif et désorganisé, peu au fait du combat contre les Romains76. La comparaison est tout à fait explicite dans le cas des Germains d’Arioviste, qui provoquent l’effroi des Romains, terrifiés “comme s’ils allaient affronter non des hommes mais des bêtes sauvages invincibles”77 ; de fait, leur manière de combattre en mordant leurs adversaires, quand ils sont privés de leurs armes, confirme la métaphore78. Mais elle l’est aussi dans le cas des Gaulois de l’invasion de Rome, dont les cris s’apparentent à ceux d’animaux79, ou encore dans le cas des Bretons qui, lors de la révolte de Boudicca, se livrent à des atrocités des plus bestiales80. L’absence de description physique, en dehors de la stature et, dans le seul cas de la reine Boudicca, de la chevelure portée longue, achève de fondre l’étranger dans une représentation stéréotypée indistincte81.

  • 82 Les Gaulois sont affublés de tous ces vices : καὶ δειλὸν καὶ ἄπιστον φύσει πᾶν τὸ Γαλατικὸν γένος (...)
  • 83 Les Unelles attaquent les Romains de manière téméraire, parce qu’ils sont gorgés de nourriture et (...)
  • 84 L’arrogance/la vantardise (τὸ θράσυς ; θρασύνεσθαι) sont des caractéristiques fréquentes qui qual (...)
  • 85 Les Celtes (38.47.5) : ἡ ἄκριτος ὁρµή ; les Unelles (39.45.4) : ἀπερισκέπτως ; les Gaulois (39.45 (...)
  • 86 38.47.5, opposé à la prudence (τὸ φρόνηµα) de César.
  • 87 Les Juifs, cruels quand ils sont sous l’emprise de la colère (49.22.4) : πολλὰ µὲν δὴ καὶ δεινὰ κ (...)
  • 88 79[78].27.1 : ὁ γὰρ Μακρῖνος ὑπό τε δειλίας ἐµφύτου (καὶ γὰρ Μαῦρος ὢν δεινῶς ἐδείµαινεν). Sur la (...)
  • 89 78[77].6.1a : ὅτι τρισὶν ἔθνεσιν ὁ Ἀντωνῖνος προσήκων ἦν, καὶ τῶν µὲν ἀγαθῶν αὐτῶν οὐδὲν τὸ παράπ (...)

16Dion mêle toutefois à ces poncifs de la barbarologie grecque des critères éthiques, conformément aux recommandations d’Eratosthène suivies par la tradition ethnographique romaine : le manque de fides et la ruse, les excès de toute nature – excès de confiance, peur immodérée82, excès de boisson/ivresse83 – le manque de contrôle, de mesure84 et de réflexion85, et le furor (ὁ θυµός)86, confinant à la cruauté87, redoublent les traits liés au mode de vie ou aux manières de combattre. Pour l’époque contemporaine de Dion, ces τόποι barbares participent amplement de la peinture de la dégradation de la fonction impériale en intervenant dans les portraits des empereurs que Dion considère comme les plus illégitimes à exercer le pouvoir : Macrin, seul empereur issu de l’ordre équestre qualifié de naturellement couard parce que Maure88, ou Caracalla, dont les traits de caractère issus de sa triple origine ethnique contribuent à la description d’un prince barbare89.

  • 90 Jacob 1997, 160 ; Murphy 2004, 82-83.
  • 91 Voir notamment 39.45.
  • 92 7 fr. 25.3 : πρός τε γὰρ τὸ ἀδόκητον τῆς ἐπιστρατείας αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος καὶ τὸ µέγεθος τῶν σωµά (...)
  • 93 38.47.5. La haute stature est l’une des caractéristiques les plus récurrentes dans l’ethnographie (...)
  • 94 78[77].14.1 : ἐπολέµησε καὶ πρός τινας Κέννους, Κελτικὸν ἔθνος· οὓς λέγεται µετὰ τοσούτου θυµοῦ π (...)
  • 95 39.46.2 : ὀλίγους µὲν ἐν ὁµολογίᾳ τινὶ ἐξ ἀπάτης ἀποβαλών.

17Même si l’on ne doit pas oublier que l’ethnographie est une construction littéraire, usant pour définir l’altérité d’un panel de caractéristiques interchangeables puisées à un fonds commun de la tradition ethnographique gréco-romaine90, il peut être intéressant de souligner que Dion ne différencie guère les Gaulois des Germains, et qu’en cela il confirme son interprétation d’une origine celte commune aux peuples situés de part et d’autre du Rhin91 : les mêmes traits sont dégagés à leurs propos, le furor (ὁ θυµός), la vantardise (τὸ θράσος), le nombre (τὸ πλήθος) et la haute taille (τὸ µέγεθος), et ils caractérisent aussi bien les peuples “celtes” qui, à l’initiative d’Arioviste, ont franchi le Rhin et envahi la Gaule en 58, que les Gaulois de l’invasion de Rome92, les Unelles adversaires de César93 ou les peuples “de race celtique” affrontés par Caracalla94. De même, la parenté ethnique que Dion établit – à tort – entre les peuples d’Aquitaine et les Gaulois est renforcée par l’attribution des mêmes caractéristiques, comme la ruse dont font usage aussi bien les Sotiates, adversaires de Crassus en Aquitaine, que les Eburons95.

  • 96 Il est évident que le récit de César met amplement en évidence la ruse d’Ambiorix, mais sans qual (...)

18Dans le cas des peuples de Gaule, la confrontation avec le récit césarien permet d’ailleurs de mettre en évidence que, si Dion reproduit dans l’ensemble les propos de César, l’exposé des motivations et traits des Gaulois peut même forcer la présentation stéréotypée du barbare. Un exemple est à cet égard révélateur : au livre 40, Dion rapporte la révolte des Eburons, qui constitua un des plus graves revers de César pendant la guerre des Gaules. L’historien sévérien reproduit au discours indirect l’argumentaire du chef Ambiorix, prétextant l’oppression exercée par les Romains, mais il évoque plus longuement les vraies raisons : le mépris éprouvé à l’égard des lieutenants de César que les barbares sous-estiment et qu’ils ne croient pas capables de leur résister. S’étant rendus compte de leur erreur, puisqu’ils ne parviennent pas à s’emparer de leur camp facilement, les Eburons se tournent vers la ruse (πρὸς ἀπάτην ἐτράποντο) et envoient une délégation aux Romains pour les inciter, par des paroles trompeuses, à sortir de leur camp (C.D. 40.5.1-2). Le mépris et la ruse ne sont nullement mentionnés explicitement dans le récit césarien (Caes., B Gall., 5.26.1), et Dion a visiblement coloré son récit de motifs topiques, la ruse et l’absence de fides étant là encore des caractéristiques éthiques récurrentes des adversaires des Romains96.

  • 97 Fr. 73 ; Urso 2013a, 47-52.
  • 98 7 fr. 25.6 : θαυµάζω µὲν οὖν καὶ τῶν βαρβάρων ὅτι αὐτοῦ, εἴτ’ οὖν διὰ τοὺς θεοὺς εἴτε καὶ διὰ τὴν (...)

19Cette vision globalement stéréotypée et figée du monde barbare, conforme à l’imaginaire de monde gréco-romain, est par endroits délaissée au profit de portraits individualisés et manifestement soigneusement travaillés. C’est le cas du portrait d’Hannibal, que Dion n’affuble pas du principal vice punique, ou encore de Viriathe, le chef de la révolte des Ibères : inspirée de Diodore (ou de sa source), mais reprenant des caractéristiques également appliquées à Hannibal ou à Scipion Emilien, la mise en valeur des qualités morales et militaires de ce chef conduit à donner une image élogieuse de l’adversaire des Romains97. L’analyse moraliste des barbares permet donc, elle seule, de nuancer le cas échéant les stéréotypes du barbare : Dion va même, dans le cas des Gaulois de l’invasion de Rome, jusqu’à s’étonner de leur ἀρετή, quand leur scrupule religieux les conduit à respecter le pontife Fabius Caeso descendu de la citadelle pour accomplir les rites habituels98.

  • 99 38.49.1-4 : “Les Romains mirent fin au lancer de javelots (τὴν ἀκόντιστιν αὐτῶν) sur lequel l’adv (...)
  • 100 Supra, l’origine scythe des Bastarnes ; l’origine celte des Usipètes et des Tenctères : 39.47.1.
  • 101 Voir sur ce point Fromentin & Gotteland 2001, spéc. p. 9-10.
  • 102 C’est ainsi qu’Arioviste est dit chef des Celtes (38.34.1 : ἦρχε µὲν γὰρ Ἀριόουιστος τῶν Κελτῶν ἐ (...)
  • 103 D.H. 14.1. Cette tradition grecque s’est perpétuée jusqu’à l’époque byzantine : Günnewig 1998, 26 (...)

20Certes, l’ethnographie de Dion est très largement stéréotypée et conforme à l’opposition traditionnelle entre civilisé et barbare dans la tradition romaine, mais elle n’est pas figée dans un point de vue uniformément négatif. Par ailleurs, quelques détails significatifs sont témoins qu’il est attentif à certains aspects particuliers des coutumes des peuples étrangers. C’est le cas des indications concernant l’armement des Celtes: au cœur de la description de la bataille opposant les Germains d’Arioviste et les troupes césariennes en 58, on relève ainsi des précisions sur l’armement qui ne figurent pas dans le récit césarien : armes de jet (javelots), armes de trait (piques), armes de poing (épées courtes, épées longues, poignards) sont détaillées et composent une panoplie précise de l’armement des adversaires des Romains, qui sont par ailleurs entièrement protégés à l’exception de la tête99. Si l’impression générale est celle d’une ethnographie dépourvue d’originalité, imprégnée de motifs topiques et influencée par le contexte de la multiplication des guerres contre les peuples d’Europe du nord et d’Europe centrale, on note toutefois, par certains aspects, un intérêt pour des particularités ethniques plus précises et individuées, qui montrent que l’historien n’a pas entièrement négligé de s’informer, de manière attentive, sur les peuples qu’il décrit. C’est le cas également de l’intérêt notoire de Dion pour les débats sur l’origine ethnique des peuples, dont on a vu qu’elle était régulièrement mentionnée100. Cet intérêt n’est là encore pas propre à Dion101, mais il se manifeste par des prises de position contraires à l’opinio communis, et principalement à l’ethnographie césarienne concernant les peuples celtes. Dion fait des Germains des Celtes, et les appelle ainsi non seulement tout au long du récit de la guerre des Gaules102, mais encore pour son époque. Il se démarque ainsi de César, qui pouvait justifier par cette distinction les limites de son expédition, et reste dans un courant représenté également par Denys d’Halicarnasse et en partie confirmé par les découvertes archéologiques103.

  • 104 Voir Coudry 2015a, 79. La manière dont les menaces extérieures qui s’intensifient à l’époque sévé (...)
  • 105 Cette fidélité à Rome par l’adoption d’un mode de vie romain semble trouver sa pleine expression (...)
  • 106 36.37.4-6 : πολλῇ δὲ καὶ τῇ φιλανθρωπίᾳ τῇ πρὸς τοὺς ὁµολογοῦντάς οἱ, ὥστε καὶ ὑπὸ τοῦ τοιούτου π (...)
  • 107 54.9.1 : ὁ δὲ Αὔγουστος τὸ µὲν ὑπήκοον κατὰ τὰ τῶν Ῥωµαίων ἔθη διῴκει, τὸ δὲ ἔνσπονδον τῷ πατρίῳ (...)
  • 108 52.19.5-6 : καὶ τοσοῦτόν γε δέω τοῦθ’ ὡς οὐκ ὀρθῶς εἰρηµένον ἀναθέσθαι, ὥστε καὶ τῆς πολιτείας πᾶ (...)
  • 109 78[77].9.5. Sur le portrait de Caracalla dans l’Histoire romaine, et les rapports entre Dion et c (...)
  • 110 Sur ce lien entre le portrait des ennemis barbares et la critique de l’impérialisme romain, voir (...)
  • 111 Contra Hose 1994, 386 n. 5.

21Cette ethnographie révèle donc l’empreinte profonde des traditions ethnographiques gréco-romaines et des conventions littéraires de la “barbarologie”, mais celle-ci est amplifiée par les préoccupations contemporaines de Dion et les pressions des peuples germaniques, qui rendent plus aiguë l’opposition entre le monde de la πόλις et le monde barbare bien connue du monde antique104. Cette polarisation qui confine à la caricature met toutefois en relief les effets positifs, en terme de sécurité et de maintien de l’ordre, de la diffusion du mode de vie en πόλις : les allusions à ce point de vue de Dion sont rares, mais il semble qu’on ne doive pas minimiser le rôle que joue, aux yeux de Dion, la vie en πόλις dans le maintien de la paix dans les territoires soumis et à leurs marges. Le terme revient par deux fois, on l’a vu, à la fois pour expliquer l’appellation de la Gaule “togata”, et pour décrire les changements dans le mode de vie des peuples de Germanie, qui garantissent une cohabitation pacifique jusqu’à ce que le gouverneur Varus leur impose des prélèvements arbitraires et les traite comme des peuples soumis, les conduisant à la révolte105. On trouve la même idée à propos de la politique de Pompée à l’issue de sa victoire sur les pirates : la pacification de ces populations qui incarnent, comme les brigands, l’exact opposé de la vie en πόλις, est assurée par la fondation de nouvelles villes pour accueillir ceux qui se sont rendus à lui106. De même on rapprochera de ce point de vue l’exposé sur la politique extérieure d’Auguste, à propos de laquelle Dion retient non pas les victoires mais le fait qu’il administra les peuples provinciaux “en fonction des coutumes romaines” et laissa aux alliés leur propre administration107. On ne peut s’empêcher d’y voir un écho aux recommandations qui figurent dans le discours de Mécène, suggérant à Auguste de faire partager aux habitants de l’empire le mode de vie civique qui est celui des Romains, de manière à ce que les peuples soumis deviennent de fidèles alliés108. Et si la concession de la citoyenneté romaine, finalement mise en œuvre par Caracalla, est ensuite réduite par Dion à une simple mesure fiscale, destinée à compenser les dépenses excessives occasionnées par les guerres du Prince, il n’y a pas lieu de s’en étonner, puisque Dion ne reconnaît à ce Prince aucune intelligence politique109. Au-delà des poncifs, la vision des peuples étrangers dans l’Histoire romaine sert plus largement la réflexion de Dion sur la capacité de Rome à assurer, par la stabilité de son mode de vie, le maintien de son vaste empire, et rejoint pleinement ses préoccupations sur les dangers de l’expansion romaine et sa critique de l’impérialisme romain110. Nourrissant la critique des empereurs d’origine non-romaine, Macrin et Caracalla, elle contribue aussi à la description de la crise politique que connaît le Principat à l’époque de Dion111.

Espace et pouvoir : l’imperium Romanum au regard de Cassius Dion

  • 112 Un des apports majeurs du livre de référence de F. Hartog, Au miroir d’Hérodote (Hartog 2001 ; vo (...)
  • 113 Cette catégorie a été bien mise en évidence par Nicolet 1988a, 34, notamment à propos des modèles (...)
  • 114 Exactement dans la même perspective que les mirabilia de Pline : voir la démonstration de Naas 20 (...)
  • 115 C’est la même perspective que Clarke 1999, 307 sq. a mise en évidence dans la Géographie de Strab (...)

22On a vu que dans l’ensemble, l’Histoire romaine de Cassius Dion ne proposait guère de vision originale des peuples et de la géographie du monde habité, et que même si l’historien semble accorder un intérêt particulier à certaines grandes controverses, il se situait dans la veine d’une tradition historiographique ancienne et s’y conformait pour l’essentiel. Ce n’est sans doute pas dans ce domaine que l’étude est la plus fructueuse, mais, comme l’ont montré les travaux des dernières décennies, les indications géographiques et ethnographiques informent davantage sur la culture et la pensée de l’auteur que sur les réalités qu’il décrit112. Limites et frontières de l’empire, domination du monde habité, figures de conquérants semblent ainsi révélées au travers des mentions repérées dans l’Histoire romaine. Les indications géographiques et ethnographiques insérées dans l’œuvre témoignent que Dion reconnaît aussi la dimension universelle de l’empire romain. L’accroissement des connaissances est régulièrement souligné, de même que le franchissement des limites, ou les mentions relevant d’une géographie “triomphale”113. La connaissance de nouveaux territoires est ainsi soulignée par la mention de nouveaux animaux : le camélopard (la girafe), introduit à Rome par César (43.23.1), le corocotta (la hyène), introduit par Septime Sévère (77[76].1.4). On notera que ces animaux ne sont pas mentionnés lors de la découverte de nouveaux peuples ou territoires, comme relevant de la connaissance de la terre habitée, mais quand ils sont montrés à Rome dans le cadre des célébrations triomphales114. Le point de vue est à l’évidence centré sur Rome, et sur l’état du monde à l’époque de Dion115. C’est ce que montrent également les notations concernant l’intégration de territoires au monde romain, comme Padoue, “aujourd’hui en Italie mais à l’époque de Pharsale encore en Gaule” (41.61.4), ou Dyrrachium, “autrefois en territoire des Illyriens Parthiniens, aujourd’hui partie intégrante de la Macédoine” (41.49.2). Ce type de notations reste cependant rare, et cette rareté révèle la place mineure accordée par Dion à cette géographie triomphale.

  • 116 Murphy 2004, 129-164 : l’expansion de la puissance romaine est représentée comme la source de nou (...)

23S’agissant de la domination du monde habité, il a déjà été souligné que la géographie de Dion est dans la plupart des cas liée étroitement aux opérations militaires, qui fournissent le prétexte à l’insertion de notices topographiques, ethnographiques ou ethnonymiques. C’est dans ce contexte que sont soulignés les progrès de la connaissance du monde habité. Cette mise en avant des avancées scientifiques liées aux expéditions militaires est un procédé déjà bien utilisé avant Dion, qui ne se distingue guère de ses prédécesseurs ici116 ; on rappellera que l’expédition de Septime Sévère en Bretagne avait eu un objectif scientifique, et qu’un certain nombre de ces questions devaient être au cœur des débats intellectuels des cercles auxquels Dion appartenait. Il est en revanche intéressant de voir quels sont les progrès qu’il souligne et comment il les met en exergue, pour tenter de saisir quelle place Dion leur accorde dans la conception de l’évolution de l’empire et quels sont les auteurs de ces avancées à ses yeux.

  • 117 38.38.4 : τί γὰρ δεῖ κἀνταῦθα καθ’ ἕκαστον ἐπεξιέναι τὴν Κρήτην, τὸν Πόντον, τὴν Κύπρον, τὴν Ἰβηρ (...)

24Dion accorde incontestablement un relief particulier aux liens entre expéditions militaires, franchissement de limites, et progrès de la connaissance. Il reproduit, sans originalité au demeurant, la thématique de la domination romaine élargie aux limites du monde connu, devenue un lieu commun de la propagande des imperatores à la fin de la République. C’est en ces termes en effet que les étapes de l’expansion romaine sont rappelées par César, dans le discours prononcé devant ses officiers à Vesontio, pour les encourager à le soutenir dans l’attaque contre Arioviste : “À quoi bon citer encore en détail la Crète, le Pont, Chypre, l’Ibérie asiatique, l’Albanie de là-bas, les deux peuples syriens, les deux peuples arméniens, les Arabes et les Palestiniens ? Auparavant nous ne connaissions même pas leurs noms de manière précise et aujourd’hui tantôt nous en sommes maîtres, tantôt nous les avons confiés à d’autres souverains afin d’en tirer revenus, troupes, marques d’honneurs et alliances”117.

  • 118 39.5.1 : µαθόντες δὲ ταῦθ’ οἱ <οἴκοι> Ῥωµαῖοι ἐθαύµασαν ὅτι ἔθνη τοσαῦτα, ὧν οὐδὲ τὰ ὀνόµατα πρότ (...)
  • 119 Caes., B Gall., 2.35.4.
  • 120 39.53.2 : ἐµφανῆ τε γὰρ τὰ πρὶν ἄγνωστα καὶ ἐπιβατὰ τὰ πρόσθεν ἀνήκουστα ὁρῶντές σφισι γεγονότα, (...)

25L’allusion concerne ici les conquêtes orientales de Pompée, dont on notera qu’elles n’ont fait l’objet, ni dans le cours du récit ni dans le bilan qu’il en dresse quand elles s’achèvent (37.20.1-3), d’aucune emphase particulière de la part de l’historien, qui se contente de signaler la gloire acquise par Pompée pour “avoir agrandi sa patrie” (41.13.4). Dion fait d’ailleurs silence sur l’ambition pompéienne d’atteindre certaines des limites du monde habité, la Caspienne lors des campagnes caucasiennes d’une part, la Mer Rouge lors de la campagne contre le roi d’Arabie d’autre part, se plaçant délibérément à contre-courant de la tradition historiographique. En revanche, le thème est particulièrement insistant à propos des conquêtes de César, conformément à un lieu commun de la tradition littéraire concernant l’imperator. Après la victoire de César sur les peuples belges, Dion signale que “les Romains admirèrent qu’il ait pu soumettre toutes ces nations dont ils ne connaissaient même pas exactement le nom auparavant et décrétèrent pour l’occasion quinze jours de sacrifices, ce qui ne s’était jamais produit auparavant”118. La comparaison avec les sources parallèles, notamment le récit césarien, montre que Dion place la focale sur la domination de nouveaux peuples : César signale aussi ce nombre exceptionnel de jours de supplications, mais il le réfère à l’ampleur des victoires, pas à la conquête de peuples inconnus jusque-là119 ; la nuance est, à notre sens, significative, d’autant qu’elle est répétitive : on la retrouve encore en 39.53.2, quand les Romains constatent que l’inconnu, c’est-à-dire la Bretagne, a été révélé au grand jour et décrètent vingt jours de supplications pour cet exploit120, et en 44.42.2 et 44.42.5, quand Antoine, dans l’oraison funèbre de César, souligne l’ampleur des territoires nouveaux soumis à Rome par César.

  • 121 Sablayrolles 2006. On retrouve un écho de cette propagande dans les discours : celui de César ava (...)
  • 122 Voir, pour cette analyse, Lachenaud & Coudry 2011, 141 n. 134-135. Cette frontière permet de dist (...)

26Le franchissement du Rhin par César, autre leitmotiv de la propagande de l’imperator, destiné à consolider sa gloire de conquérant et de κοσµοκράτωρ, prend également dans l’Histoire romaine une ampleur significative121 : non seulement Dion souligne l’ambition de César d’accomplir un exploit jamais accompli jusqu’ici (39.48.4) et reconnaît l’exploit, sans emphase cependant (39.50.1 : “César fut donc le premier Romain à passer le fleuve”), mais il saisit surtout l’opportunité d’insérer un excursus sur le Rhin tout à fait significatif, et placé à dessein, le fleuve ayant déjà été nommé plusieurs fois auparavant sans donner lieu à aucune explication (38.33.6 ; 39.1.1 ; 39.47.1). Les informations qu’il donne, concernant sa source et sa localisation, sont proches de celles de Strabon, mais il les complète en indiquant que depuis cette date, le fleuve distingue les Gaulois des Celtes, qui formaient auparavant un même peuple (39.49). Son excursus permet ainsi de donner du relief à la conquête césarienne, sinon à la faire apparaître comme le point de départ de la distinction des peuples de part et d’autre du Rhin122.

27Suit immédiatement dans le récit la nouvelle expédition de César en Bretagne, qui cette fois inclut des précisions sur les progrès successifs de la connaissance géographique de l’île depuis César (39.50.2-4) et se conclut sur la célébration par les Romains de la découverte de nouveaux territoires par César (39.53.2). Dion reconnaît ainsi le rôle de César comme artisan d’importantes conquêtes, et lui assure une fonction de modèle, suivi par son fils adoptif, qui “pour égaler son père, préparait une expédition en Bretagne” (49.38.2), par Agrippa, “le deuxième Romain à franchir le Rhin” (48.49.3), ou encore par Agricola (66.20.1).

  • 123 RGDA 26.2 ; Nicolet 1988a, 36 souligne que ce nom, connu des géographes grecs, n’avait alors pas (...)
  • 124 53.29.3 : καὶ ἄλλη τις στρατεία καινὴ ἀρχήν τε ἅµα καὶ τέλος ἔσχεν ; 53.29.8 : πρῶτοι µὲν δὴ Ῥωµα (...)
  • 125 77[76].12 est consacré à un excursus sur les Calédoniens et les Méates, ainsi que sur les dimensi (...)

28Toutefois, en dépit de cette reconnaissance des exploits de César, les effets positifs des nouvelles conquêtes se trouvent incidemment minimisés. S’agissant de l’expédition de Bretagne, Dion attribue la vérification de sa nature insulaire aux successeurs de César, atténuant ainsi l’ampleur de ses découvertes, au prix d’ailleurs d’une assertion erronée, comme on a vu. En ce qui concerne l’expédition d’Aelius Gallus en Arabie Heureuse sous le Principat d’Auguste, emblématique de la dimension conquérante du nouveau princeps dans les Res gestae123, ce n’est pas cet aspect que retient Dion, mais la découverte d’une nouvelle maladie qui décime les soldats romains. Si Dion souligne là une expédition inédite, et admet qu’elle permit aux Romains d’accéder à des territoires qu’ils n’avaient pas encore vus, il en omet toutefois la visée scientifique, mentionnée par Strabon124, et dramatise l’épisode en donnant une large place à la description d’une maladie inconnue auparavant, ce qui contribue à atténuer la dimension positive de l’opération. De même les gains territoriaux de l’expédition de Septime Sévère en Bretagne sont à peine mentionnés dans la conclusion, rapide et dépourvue de commentaires, du long passage qui s’est attardé sur les mœurs des Calédoniens et sur les innombrables morts causées, dans les rangs des soldats romains, non pas par les affrontements mais par les conditions particulières du terrain125.

  • 126 Voir dans ce volume ma contribution citée supra, n. 117.
  • 127 68.28.3-4. Voir sur ce thème ma contribution citée supra, n. 117.
  • 128 75.3.3. Ce thème a été développé dans ma contribution citée supra, n. 117.

29Ce point de vue réservé sur les effets des nouvelles conquêtes peut, semble-t-il, être rapproché de la réflexion de Dion sur l’impérialisme romain, de ses réserves face à l’extension excessive de l’empire romain et de sa critique des ambitions immodérées de gloire poursuivies par les imperatores à la fin de la République aussi bien que par Trajan ou Septime Sévère126. Le désir de nouvelles découvertes, de franchissement de limites du monde connu, sert clairement la gloire de l’individu au lieu de bénéficier au peuple romain tout entier : c’est particulièrement net pour Trajan, qui conduit ses armées aux confins de la terre habitée vers la mer Rouge par désir de gloire et d’imitatio Alexandri127, ça l’est encore davantage, on l’a maintes fois souligné, pour les guerres extérieures de Septime Sévère, coûteuses et sans bénéfice aucun128.

30La géographie de l’Histoire romaine apparaît au premier abord comme une convention historiographique et les indications que le lecteur y rencontre composent globalement un panel disparate, tantôt extrêmement précis voire érudit, tantôt erroné, servant tout à la fois à préciser le cadre spatial des événements et à les mettre en relief. Dans ce cadre, le regard porté sur les peuples étrangers adversaires des Romains semble le reflet des stéréotypes ethniques les plus répandus, opposant sans originalité le monde barbare au monde civilisé. Mais ce contraste sert la mise en évidence de l’effet positif de l’impérialisme romain, à la condition qu’il assure la diffusion du mode de vie civique, et il sous-tend une critique d’un impérialisme brutal, néfaste pour la stabilité de l’empire. Ces considérations, pleinement en lien avec les préoccupations contemporaines, et renforcées par le rejet de l’idéologie triomphale des imperatores et des empereurs, contribuent à nourrir et renforcer la mise en garde de Dion contre les dangers de l’expansion excessive de Rome pour la stabilité de l’État.

Notes

1 40.15.1 : περὶ µὲν οὖν τοῦ τε γένους καὶ τῆς χώρας τῆς τε ἰδιότητος τῶν ἐπιτηδευµάτων αὐτῶν πολλοῖς τε εἴρηται καὶ ἐγὼ οὐκ ἐν γνώµῃ ποιοῦµαι συγγράψαι· τῇ δὲ δὴ ὁπλίσει καὶ τῇ τῶν πολέµων διαχειρίσει (τούτων γὰρ ὁ ἐξετασµὸς τῷδε τῷ λόγῳ, ὅτι καὶ ἐς χρείαν αὐτῶν ἀφικνεῖται, προσήκει) τοιᾷδε χρῶνται.

2 Sur cette ambition du fondateur du Principat d’apparaître comme le “commanditaire d’expéditions géographiques, dans la tradition des souverains hellénistiques”, voir Nicolet 1988a, 39. Sur les objectifs scientifiques de l’expédition de Septime Sévère en Bretagne, voir 77[76].13.2.

3 Le cercle littéraire de l’impératrice Julia Domna, que fréquentait Dion, et l’infléchissement érudit des lettrés au iiie s., sont bien connus : voir Dumont 1987, 235 ; Reardon 1971, 226.

4 Il faut signaler toutefois un intérêt nouveau pour ce thème dans les travaux récents, notamment Günnewig 2000 ; Pitcher 2012 ; M. Coltelloni-Trannoy, “Dion géographe” (à paraître) ; une enquête inédite sur la géographie et l’ethnographie dans l’Histoire romaine a également été menée, dans le cadre du programme Dioneia, par G. Lachenaud, qui l’a aimablement communiquée aux membres de notre équipe et dont plusieurs réflexions ont contribué à orienter le présent chapitre. Qu’il soit ici remercié pour les échanges fructueux que nous avons eus sur le sujet.

5 Pitcher 2012, 265.

6 Par exemple : Illyricum : Zonar. 8.19.8 ; Ibérie : Zonar. 8.21 ; les îles Gymnasiae (Baléares) : Zonar. 9.10.10 ; les Dardaniens : Zonar. 9.15 ; la Commagène : 36.2.5 ; la Palestine : 37.16 ; la Bretagne : 39.50.

7 Messine : (11) Zonar. 8.9.6-7 ; Cannes : (15) Zonar. 9.1.4-5 = Tz. ad Lyc., Alex., 602 = Tz., H., 1.757-759 ; Cynoscéphales : (18) Zonar. 9.16.10 ; Thapsus : 43.7.2 ; Philippes : 47.35.2-3 ; Actium : 50.12.3-8 ; Teutoburg (site non nommé mais décrit) : 56.20.1-4.

8 Nisibis : 36.6.2 ; les deux Comana : 36.11.1 ; Acropolis : 37.1.4 ; Jérusalem, temple : 37.16.1 ; Séleucie : 40.16.3 ; Avaricum : 40.34.1 ; Gergovie : 40.35.4-36.2 ; Apollonie : 41.45.1 ; Lugdunum : 46.50.4-5 ; Siscia : 49.37.1-2 ; Éphèse et Nicée : 51.20.6 ; Babylone : 68.27.3 ; Hatra : 68.31.1 ; Byzance : 75[74].10-11.

9 Chaines montagneuses : les Pyrénées : (13) Zonar. 8.21.6 ; les Monts Cérauniens : 41.44.3 ; le Pangée-Sumbolon : 47.35.3 ; l’Amanus (monts Nur) : 48.41.2 ; les montagnes d’Arménie : 49.31.1 ; le Vésuve : 66.21.1-2 ; 77[76].2.1. Fleuves et mers : le Rhin : 39.49.1 ; le Colops et la Save, à Siscia (Pannonie) : 49.37.3 ; l’Elbe : 55.1.3 ; le Pô : 55.33.3 ; le confluent de l’Euphrate et du Tigre : 68.28.1 ; la mer Erythrée : 68.28.3-4 ; le Nil : 76[75].13.5.

10 Ces données concernent notamment les Etrusques, les Pannoniens, les Parthes, les Juifs, les Bretons, sous la forme d’excursus, et de manière plus diffuse dans le récit les Gaulois et les Germains. Dans l’un des rares λόγοι ethnographiques du récit, à propos des Parthes, Dion affirme clairement souscrire aux nécessités du récit ; même s’il peut s’agir ici d’un artifice rhétorique, l’intention de l’historien confirme l’hypothèse d’une géographie largement “utilitaire”. Sur la variété des modes de présentation des notices relatives à l’espace, description (présentation synoptique d’un espace ou d’un objet) ou notices disséminées au fil du récit, voir De Jong 2012b, 5-7 et, spécialement pour les récits de batailles, S. Gotteland, dans ce volume.

11 De Jong 2012b, 1-2 et n. 2 pour un rappel bibliographique ; 13-14 : la rhétorique antique plaçait elle-même la descriptio/ἔκφρασις dans la section ornatus. Dans la bibliographie récente sur les rapports entre espace et littérature antique, espace et histoire/narration (notamment Purves 2010 ; Gilhuly & Woman 2014), seul De Jong 2012a prend en compte la question sur la longue durée et dans les différents genres littéraires.

12 41.49.2-3 : καὶ οἱ µὲν τοῦτο γράψαντες τήν τε κτίσιν αὐτῆς καὶ τὸ ὄνοµα ἐς Δυρράχιον ἥρωα ἀναφέρουσιν· οἱ δ’ ἕτεροι Δυρράχιον ἀντονοµασθῆναι τὸ χωρίον ὑπὸ τῶν Ῥωµαίων πρὸς τὴν τῆς ῥαχίας δυσχέρειαν ἔφασαν, ὅτι ἡτῆς Ἐπιδάµνου πρόσρησις ζηµιώδη δήλωσιν ἐν τῇ τῶν Λατίνων γλώσσῃ ἔχουσα δυσοιώνιστός σφισιν ἐς τὸ περαιοῦσθαι ἐς αὐτὴν ἔδοξεν εἶναι. L’une de ces traditions est représentée par Plin., NH, 3.26.145, mais il est impossible d’affirmer que Dion y fait référence.

13 51.27.2 : γράφω δὲ τά τε ἄλλα ὥς που παραδέδοται, καὶ αὐτὰ τὰ ὀνόµατα.

14 Cette connaissance livresque de la géographie était déjà soulignée par Millar 1964, 177, à propos de la Bretagne. Chez Dion, comme dans l’historiographie antique, les deux traditions ne sont pas exclusives l’une de l’autre, mais “a matter of emphasis” : Clarke 1999, 66.

15 Ces indications sont également mentionnées par Plin., NH, 3.26.145, mais elles sont bien moins détaillées.

16 L’importance de ces deux ports dans le contrôle des routes assurant la liaison entre la côte adriatique et l’intérieur est bien connue : voir Cabanes 2001, spéc. p. 125.

17 41.56.1 : ἥ τε γὰρ πόλις ἡ τῶν ῾Ρωµαίων καὶ ἡ ἀρχὴ αὐτῆς ἅπασα, καὶ πολλὴ καὶ µεγάλη ἤδη οὖσα, ἆθλον σφισι προύκειτο (“C’était la ville de Rome et tout son empire, déjà vaste et puissant, qui en étaient le prix proposé”).

18 Ce procédé n’est pas rare dans l’Histoire romaine : l’expédition entreprise par Crassus contre les Parthes donne également lieu à l’une des rares digressions ethnographiques du récit, concernant les Parthes et leur armement (40.14-15), à des précisions concernant l’occupation grecque de Séleucie (40.16.3) ou le toponyme Zeugma (40.17.3), à l’explication de l’aigle romaine (40.18.1-2), autant d’indications qui enrichissent le récit, le toponyme de la défaite mémorable n’étant signalé qu’incidemment quand Crassus s’y replie (40.25.1).

19 Voir à ce propos Bertrand 2015b, 49-50.

20 37.11.1 : “Mithridate, au lieu de céder à l’adversité, se fiant à sa détermination plus qu’à sa puissance, conçut le projet, d’autant plus que Pompée séjournait en Syrie, de gagner l’Istros en traversant le pays des Scythes et, de là, d’envahir l’Italie” : voir Lachenaud & Coudry 2011, 143 n. 69.

21 43.7.2 : ἡ δὲ δὴ Θάψος κεῖται µὲν ἐν χερρονήσῳ τρόπον τινά, ἔνθεν µὲν τῆς θαλάσσης ἔνθεν δὲ λίµνης παρηκούσης, στενὸν δὲ δὴ τὸν ἰσθµὸν καὶ ἑλώδη διὰ µέσου οὕτως ἔχει ὥστε διχῇ µὲν δι’ ἐλαχίστου δὲ ἐφ’ ἑκάτερα τοῦ ἕλους παρ’ αὐτὴν τὴν ῥαχίαν ἀµφοτέρωθεν παριέναι (“Si Thapsus se trouve en quelque sorte sur une presqu’île (puisqu’elle est longée d’un côté par la mer mais de l’autre par un lac), c’est une bande de terre étroite et marécageuse en son milieu qui lui sert d’isthme, si bien que cet isthme, pour ce qui est du chemin le plus rapide vers la ville, progresse en deux chemins, tous deux passant de chaque côté du marais et longeant les flots”).

22 B Afr., 80 ; Str. 17.3.12.831 ; Plu., Caes., 53.1.

23 Voir Th. 6.97. Le rapprochement a été judicieusement suggéré par Antoine Jayat, dont la thèse en cours porte sur les livres 43 et 44 de l’Histoire romaine.

24 Voir l’analyse très convaincante de Simons 2012.

25 C.D. 39.46.1 ; Caes., B Gall., 1.1-2 ; Str. 4.2.1.189 ; Plin., NH, 4.17.105. L’image des peuples d’Aquitaine offerte par les sources littéraires est une image en négatif, qui les définit par leurs différences avec les peuples de Gaule celtique, et leur proximité avec les peuples ibériques. Cette image est confirmée par un certain nombre d’indices toponymiques et épigraphiques (Gardes 2002, 49). Seuls les Nitiobroges et les Bituriges Vivisques, dont le territoire occupait les deux rives de la Garonne, étaient d’origine celtique (ibid., p. 50).

26 De Jong 2012b, 3.

27 49.36.4 : ταῦτα δὲ οὐκ ἀκούσας οὐδ’ ἀναγνοὺς µόνον, ἀλλὰ καὶ ἔργῳ µαθὼν ὥστε καὶ ἄρξας αὐτῶν, οἶδα.

28 50.12.4-7.

29 74[73].14.5.

30 La description des murailles occupe les chapitres 10 et 11 du livre 75[74], à l’occasion du siège de la ville par Septime Sévère, et Dion ajoute : καὶ εἶδον ἐγὼ τά τε τείχη πεπτωκότα ὥσπερ ὑπ’ ἄλλων τινῶν ἀλλ οὐχ ὑπὸ Ῥωµαίων ἑαλωκότα, ἐτεθεάµην δὲ αὐτὰ καὶ ἑστηκότα καὶ ἠκηκόειν αὐτῶν καὶ λαλούντων (75[74].14.5).

31 41.45.1-2 : ἡ δὲ Ἀπολλωνία αὕτη <ἡ> Κορινθία ἐν καλῷ µὲν τῆς γῆς ἐν καλῷ δὲ καὶ τῆς θαλάσσης, ποταµῶν τε ἄριστα κεῖται. Ὅ τε µάλιστα διὰ πάντων ἐθαύµασα, πῦρ πολὺ πρὸς τῷ Ἄνᾳ ποταµῷ ἀναδίδοται. Le Nymphée d’Apollonie est décrit par Str. 7.5.8.316, mais cet auteur ne mentionne pas l’oracle et évoque un “rocher qui produit du feu”, sous lequel “s’écoulent des fontaines d’eau chaude et d’asphalte” : le feu serait issu de l’asphalte en fusion. On remarque que la description de l’asphalte est réservée par Dion à un autre passage.

32 39.38.1 : κἀν ταῖς αὐταῖς ἡµέραις ὁ Ποµπήιος τὸ θέατρον, ᾧ καὶ νῦν λαµπρυνόµεθα, καθιέρωσε.

33 53.19.4-6: “De plus, à cause de la taille de l’empire et de la multiplicité des événements, il est très difficile d’être précis : en effet, beaucoup de choses se passent à Rome, et dans les provinces aussi, et il ne se passe pas un jour ou presque sans qu’il se produise quelque chose chez nos ennemis, et il est difficile de savoir clairement ce qui se passe, à moins d’avoir participé à ces événements et, en réalité, la plupart des gens n’en entendent même pas parler. C’est pourquoi pour ma part je donnerai la version publique de tous les événements postérieurs au changement, ceux qu’il faudra raconter en tout cas, que les choses se soient passées ainsi ou autrement. Toutefois j’ajouterai, autant que possible, le fruit de mes réflexions aux récits des événements pour lesquels je serai en mesure d’apporter les preuves, grâce à tout ce que j’ai lu, entendu ou même vu, d’une version différente de celle qui circule partout” (trad. M. Bellissime). Cette difficulté épistémologique, énoncée très significativement lors de la mutation politique opérée à partir d’Auguste, a été soulignée et analysée dans la plupart des études dioniennes récentes; voir Pitcher 2012, 258-259 ; Kemezis 2014, 95-96 et n. 9 pour un rappel bibliographique des commentaires de ce passage.

34 La critique des connaissances exclusivement livresques concerne la Bretagne : 39.50.3 : καὶ πολλοῖς ἐφ’ ἑκάτερον, εἰδόσι µὲν οὐδὲν ἅτε µήτ αὐτόπταις µήτ αὐτηκόοις τῶν ἐπιχωρίων γενοµένοις, τεκµαιροµένοις δὲ ὡς ἕκαστοι σχολῆς ἢ καὶ φιλολογίας εἶχον, συγγέγραπται. Polybe évoquait déjà cette critique formulée par Héraclite à l’égard de Timée (4.40.3 ; 12.27), comme l’ont rappelé Lachenaud & Coudry 2011, 141-142 n. 138 ; la même critique est présente chez Tacite, à propos des connaissances sur la Bretagne livrées par ses prédécesseurs (Agr., 10.1 : Britanniae situm populosque multis scriptoribus memoratos non in comparationem curae ingeniiue referam, sed quia tum primum perdomita est ; ita quae priores nondum comperta eloquentia percoluere, rerum fide tradentur).

35 Dans le discours prononcé pour encourager ses congénères, la reine Boudicca rappelle que les Bretons ont un avantage sur les Romains, celui de connaître leur territoire : καὶ µὴν καὶ τὰ χωρία ταῦτα ἡµῖν µὲν συνήθη καὶ σύµµαχα, ἐκείνοις δὲ δὴ καὶ ἄγνωστα καὶ πολέµια.

36 Il est clair que Dion souligne les avancées par rapport à l’aveu d’ignorance d’Hérodote (2.34 : “On ne peut rien assurer des sources du Nil, parce que la partie de la Libye qu’il traverse est déserte et inhabitée”) ; la recherche des sources du Nil était un objet de convoitise depuis les rois hellénistiques (Luc. 10.276-279 ; Néron en fait un objectif attribué à deux centurions : Sen., Q Nat., 6.8.3-4) et à l’époque de Dion, les sources sont désormais clairement établies dans l’Atlas de Maurétanie (encore mal défini à l’époque de Strabon : 17.3.4.826-827 ; Plin., NH, 5.9.51-52). Des progrès scientifiques sont également soulignés dans d’autres domaines, comme l’astrologie, inconnue des anciens Grecs (C.D. 37.18.1).

37 39.50.3, cité supra n. 32. Dion fait référence à l’expédition menée par Septime Sévère en Ecosse vers 208-210 (77[76].13).

38 39.50.2 : παρήκει δὲ … παρὰ τὴν Ἰβηρίαν ὀλίγου πᾶσαν = Caes., B Gall., 5.13.2 : alterum uergit ad Hispaniam ; Tac., Agr., 10.2 : in occidentem Hispaniae obtenditur) ; l’ouverture sur la mer infinie, sans précision (C.D., ibid. : ἐς τὸ πέλαγος ἀνατείνουσα = Caes., B Gall., 5.13.6 : tertium est contra septentriones ; cui partis nulla est obiecta terra ; Tac., ibid. : septentrionalia eius, nullis contra terris, uasto atque aperto mari pulsantur).

39 C’est la distance indiquée par Strabon qui s’approche le plus de la distance actuelle entre Douvres et Boulogne-sur-mer, où l’on situe habituellement Portus Itius, le point initial du calcul de la distance. Dion utilise donc en ce cas précis d’autres sources, mais elles ne sont pas plus exactes qu’à l’époque de Strabon.

40 Caes., B Gall., 5.13.1 : insula natura triquetra. Ce sont les dimensions qui ont été établies lors de l’expédition sévérienne : 77[76].13.3.

41 L’origine du nom de la partie de l’océan appelée mer Erythrée, liée à un ancien roi : 68.28.3-4.

42 La description de l’asphalte : 68.27.1 ; les animaux curieux : le camélopard (la girafe) : 43.23.1 ; le corocotta d’Inde : 77[76].1.4 (peut-être une sorte de hyène/crocotta, également décrite par Plin., NH, 8.10.30, mais présentée pour la première fois à Rome en 202). Lachenaud 2003, 99 rappelle l’intérêt des Romains pour les mirabilia dans l’ἱστορίη ; voir aussi M. Coltelloni-Trannoy, “Les temporalités du récit impérial dans l’Histoire romaine de Cassius Dion” (dans ce volume) et “Dion et le thauma” (à paraître) ; sur la littérature paradoxographique, voir Hansen 1996, 1-22 ; Murphy 2004, 21 ; sur l’intérêt pour les “curiosités” dans les milieux littéraires au début du iiie s., voir Dumont 1987. Naas 2002, 8, 243-292, 327-393 a bien montré l’importance du registre du merveilleux dans l’entreprise plinienne : l’articulation entre le projet encyclopédique et la perspective paradoxographique est la problématique centrale de son ouvrage.

43 41.45.2 (ὅ τε µάλιστα διὰ πάντων ἐθαύµασα, πῦρ πολὺ πρὸς τῷ Ἄνᾳ ποταµῷ ἀναδίδοται). Dion est le seul à mentionner l’oracle, mais ce fait est admis, sur la foi du toponyme actuel du village où le nymphée a été localisé, Frakulla, qui viendrait du mot “oracle” (Vrekaj 2011, 204 : “orakull” en albanais) mais surtout d’inscriptions attestant d’un prêtre des Nymphes (Cabanes 1995, 369 n° 189). La localisation du nymphée près du fleuve Aoos coïncide avec les données d’Ampelius (8 : 5000 pas d’Apollonia vers Amantia = 7 km au sud d’Apollonia), et l’endroit où les géologues albanais ont identifié des fontaines de gaz et de gaz mêlé à du pétrole, dont la particularité correspond au phénomène décrit par Dion. Ces fontaines d’une hauteur de 50 à 70 m peuvent prendre feu spontanément ; par ailleurs, pendant que le gaz brûle, des couches de bitume se liquéfient et sortent en coulant ; la pluie en pénétrant dans le sol produit une remontée du gaz et fournit donc davantage de combustible; autour la végétation reste intacte, ce qui est une caractéristique des gisements de gaz naturel (Vrekaj 2011, 205).

44 Cette tendance au renouveau de la tradition grammairienne alexandrine est illustrée par Athénée, le contemporain de Dion, qui fréquentait lui aussi les milieux littéraires proches de l’impératrice Julia Domna : Reardon 1971, 226.

45 Cet intérêt se manifeste également pour d’autres réalités romaines, comme c’est le cas pour les soldats euocati : 45.12.3.

46 Voir sur ce point Bertrand 2015b.

47 47.35.3 : σύµβολον γὰρ τὸ χωρίον ὀνοµάζουσι καθ ὃ τὸ ὄρος ἐκεῖνο ἑτέρῳ τινὶ ἐς µεσόγειαν ἀνατείνοντι συµβάλλει, καὶ ἔστι µεταξὺ Νέας πόλεως καὶ τῶν Φιλίππων ; Bertrand 2015b.

48 Le site (aujourd’hui Dürres, en Albanie), occupé à l’origine par les Illyriens, reçut des colons de Corcyre, ainsi que quelques Corinthiens, vers 625 a.C. (Th. 1.24.2). Après l’extinction de la dynastie régnant sur l’Epire vers 232, puis la première guerre d’Illyrie, la ville tombe sous la domination romaine, puis est intégrée à la province de Macédoine en 146 (sur les origines de la cité, voir Hammond 1967 425-426, 469-470 ; Cabanes 1995, 33-47). Le point sur les traditions littéraires concernant le double nom est fait dans Cabanes 1995, 19-28.

49 Str. 7.7.8.326-327 ; voir Cabanes 1995, 23. L’arête côtière où se situe Dyrrachium culmine par endroits à 200 mètres et est inaccessible du côté occidental en raison de falaises abruptes (Muller & Tartari 2011, 294).

50 Plin., NH, 3.26.145 : Epidamnum colonia, propter inauspicatum nomen a Romanis Dyrrachium appellata.

51 App., BC, 2.39.152-158. L’exposé, inséré au moment de l’arrivée des troupes pompéiennes en Epire, se concentre sur les origines mythiques des deux villes et sur leurs héros fondateurs : Dyrrachios pour Dyrrachium, Epidamne, pour Epidamne. Le double nom date probablement de l’origine de la ville : les auteurs anciens utilisent toujours le nom d’Epidamne, jusqu’à l’époque romaine où le nom de Dyrrachium s’impose, mais le monnayage de la cité porte toujours l’abréviation Dur (voir Cabanes 1995, 23). L’idée de deux villes distinctes, une ville haute et une ville basse portuaire, autrefois admise, est contredite par les recherches archéologiques récentes et aujourd’hui abandonnée (Cabanes 1995, 22 ; Muller & Tartari 2011).

52 Dion reprend, en la traduisant en grec, une étymologie bien connue des auteurs latins : Plaute y faisait déjà allusion, désignant la ville comme un port cosmopolite, lieu de dépravation (Men., 263-264 : quia nemo ferme sine damno huc deuortitur), de même que Pline, qui y fait allusion sans l’expliciter (NH, 3.26.145), et Pomponius Mela (2.56 : Romani nomen mutauere quia uelut in damnum ituris omen id uisum est).

53 Cabanes 2001, 127.

54 Les réalités physiques ne sont pas ignorées : dans le cas de Dyrrachium, les spécificités du terrain d’opérations, caractérisé par la lagune et les marais, sont signalées un peu plus loin lors de l’avancée des troupes césariennes (41.50.3 ; sur la topographie de Dyrrachium, voir Muller & Tartari 2011, 292).

55 De pareils résultats ont été mis en évidence à propos d’Hérodote (Pollini 2012) et de César (France 1989).

56 Sur ces procédés conventionnels mis en œuvre pour introduire les notices ethnographiques, voir spéc. Woolf 2011, 16-17.

57 Sur les modalités et les limites de la mise en œuvre de cette convention dans l’Histoire romaine, et la plus grande complexité de la structure du récit que ce que nous évoquons ici par commodité, on se reportera aux contributions de M. Coltelloni-Trannoy (citée supra, n. 42) et d’E. Bertrand, M. Coudry et V. Fromentin, dans ce volume.

58 Dion précise, dans un fragment suivant une digression sur les Étrusques, qu’il ne rapportera des autres peuples que ce qui est nécessaire à la compréhension de l’histoire des Romains : 1 fr. 2.4 : ὅτι περὶ Τυρσηνῶν φησιν ὁ Δίων “ταῦτα γὰρ καὶ προσῆκεν ἐνταῦθα τοῦ λόγου περὶ αὐτῶν γεγράφθαι· ἑτέρωθι καὶ ἄλλο τι καὶ αὖθις αὖ ἕτερον, ὅτῳ ποτ ἂν ἡ διέξοδος τῆς συγγραφῆς τὸ ἀεὶ παρὸν εὐτρεπίζουσα προστύχῃ, κατὰ καιρὸν εἰρήσεται. Τὸ δαὐτὸ τοῦτο καὶ περὶ τῶν ἄλλων τῶν ἀναγκαίων ἀρκούντως ἔχοντες· τὰ µὲν γὰρ τῶν Ῥωµαίων πάντα κατὰ δύναµιν ἐπέξειµι, τῶν δὲ δὴ λοιπῶν τὰ πρόσφορα αὐτοῖς µόνα γεγράψεται” (voir la contribution de M. Coltelloni-Trannoy citée supra, n. 42). Sur cette convention en général, voir notamment Murphy 2004, 78. Sur la distinction des notices selon qu’elles apparaissent dans les sections intérieures ou extérieures, voir l’analyse du binôme Γερµανία/Κελτική par Becker 2012, 71.

59 La première mention des Scythes Bastarnes (38.10.3) : τὸ δ αὐτὸ τοῦτο καὶ περὶ τοὺς συµµάχους τοὺς ἐν τῇ Μυσίᾳ ποιήσας ἡττήθη <πρὸς> τῇ τῶν Ἰστριανῶν πόλει πρὸς τῶν Σκυθῶν τῶν Βασταρνῶν, ἐπιβοηθησάντων αὐτοῖς, καὶ ἀπέδρα. La précision concernant l’origine scythe des Bastarnes (51.23.2-3) : ὁ Κράσσος ὁ Μᾶρκος ἔς τε τὴν Μακεδονίαν καὶ ἐς τὴν Ἑλλάδα πεµφθεὶς τοῖς τε Δακοῖς καὶ <τοῖς> Βαστάρναις ἐπολέµησε. Καὶ περὶ µὲν ἐκείνων, οἵτινές τέ εἰσι καὶ διὰ τί ἐπολεµώθησαν, εἴρηται· Βαστάρναι δὲ Σκύθαι τε ἀκριβῶς νενοµίδαται. La caractéristique ethnique scythe des Bastarnes exploitée par Crassus (51.24.1) : καὶ αὐτοὺς ὁ Κράσσος κατασχὼν ὡς καὶ τῇ ὑστεραίᾳ τὴν ἀπόκρισιν δώσων, τά τε ἄλλα ἐφιλοφρονήσατο καὶ κατεµέθυσεν ὥστε πάντα τὰ βουλεύµατα αὐτῶν ἐκµαθεῖν· ἀπλήστως τε γὰρ ἐµφορεῖται πᾶν τὸ Σκυθικὸν φῦλον οἴνου, καὶ ὑπερκορὲς αὐτοῦ ταχὺ γίγνεται. On a observé le même choix de répartition pour les indications concernant Apollonie et Dyrrachium, insérées non pas lors de leur première mention dans le récit, mais au moment où elles présentent un enjeu stratégique dans le conflit entre César et Pompée (voir supra).

60 Le λόγος sur les Etrusques, attesté par le fr. 2.4 justifiant son insertion dans le récit, est perdu. On rapprochera la rareté de ces λόγοι de la faiblesse du nombre de peuples mentionnés dans le récit de la guerre des Gaules au regard du récit césarien (Lachenaud & Coudry 2011, xliii-xliv).

61 54.32-33. On trouve pourtant dans ce passage la première mention dans l’histoire des Chauques, l’un des peuples les plus nobles des Germains selon Tacite (Germ., 35) pour qui leur primitivisme sert de contraste positif à la décadence de la civilisation (Murphy 2004, 174).

62 Les Belges (39.1.1) : “Plus tard les Romains connurent une autre guerre. Les Belges en effet, dont les tribus nombreuses et mêlées vivaient sur les bords du Rhin, jusqu’aux rivages de l’Océan face à la Bretagne…” ; les Atuatuques (39.4.1), “qui étaient les voisins (des Nerviens) et étaient apparentés aux Cimbres par la race et le tempérament  ; les Vénètes (39.40.1), “qui vivent près de l’Océan” ; les Gaulois d’Aquitaine (39.46.1) : “Il s’agit encore de Gaulois qui vivent à proximité de la Celtique et le long des Pyrénées jusqu’à l’Océan” ; les Ubiens (39.48.4), “qui étaient voisins des Sicambres” ; les Astures et les Cantabres (53.25.2), localisés au pied des Pyrénées ; les Cenni (78[77].14.1), de race celtique.

63 Voir par exemple la présentation des peuples belges, dont l’absence de villes constituées et l’exploitation défensive des forêts expliquent l’échec de César à les dominer : 39.44.1-2 (et infra).

64 Déjà souligné par Hose 1994, 385 ; Martinelli 2005, 10 ; sur ces stéréotypes, Murphy 2004, 77-79 ; Woolf 2011, 16.

65 Cette présentation indistincte des peuples d’Europe du Nord et du Nord-Ouest a été remarquée et analysée par Günnewig 2000 : l’auteur explique cette présentation par l’influence des guerres marcomanniques et le point de vue de Dion sur la politique extérieure menée par les empereurs à son époque.

66 Ce stéréotype, caractéristique de la polarisation Grecs/barbares, a été remarquablement analysé par Ando 2012.

67 Les Morins et les Ménapes (39.44.2) : οὔτε γὰρ πόλεις ἔχοντες ἀλλ ἐν καλύβαις διαιτώµενοι, καὶ τὰ τιµιώτατα ἐς τὰ λασιώτατα τῶν ὀρῶν ἀνασκευασάµενοι, πολὺ πλείω τοὺς προσµίξαντάς σφισι τῶν Ῥωµαίων ἐκάκωσαν ἢ αὐτοὶ ἔπαθον. Cette caractéristique ne sert pas un jugement négatif assurant l’infériorité du barbare par rapport aux Romains, au contraire elle justifie l’échec de César à soumettre ces peuples.

68 Les Bretons à l’époque de la guerre des Gaules mettent leurs biens à l’abri dans les forêts (40.2.1) ; à l’époque sévérienne, les Calédoniens et les Méates ne connaissent toujours pas la ville (77[76].12). On relève sans surprise une exception pour les Vénètes, dont les villes sont réputées imprenables depuis César (39.40.4) ; et pour les Parthes, dont l’empire est structuré en places fortes, garnisons et villes et dont la capitale est Ctésiphon (40.14.1).

69 Les Bretons : Caratacus, lors de l’expédition de Claude, évoque les “misérables tentes” que convoitent les Romains alors qu’ils habitent une ville magnifique (61[60].33.3c) ; Lachenaud 2003, 101 souligne dans ce contraste entre le luxe d’un côté et la frugalité de l’autre un motif hérodotéen (Hdt. 1.71). Voir aussi, toujours s’agissant des Bretons, l’excursus sur les Calédoniens et les Méates (77[76].12.2) : “Ils passent leur vie sous des tentes”.

70 56.18.2-4 : καὶ στρατιῶταί τε αὐτῶν ἐκεῖ ἐχείµαζον καὶ πόλεις συνῳκίζοντο, ἔς τε τὸν κόσµον σφῶν οἱ βάρβαροι µετερρυθµίζοντο καὶ ἀγορὰς ἐνόµιζον συνόδους τε εἰρηνικὰς ἐποιοῦντο. Οὐ µέντοι καὶ τῶν πατρίων ἠθῶν τῶν τε συµφύτων τρόπων καὶ τῆς αὐτονόµου διαίτης τῆς τε ἐκ τῶν ὅπλων ἐξουσίας ἐκλελησµένοι ἦσαν. Καὶ διὰ τοῦτο, τέως µὲν κατὰ βραχὺ καὶ ὁδῷ τινι µετὰ φυλακῆς µετεµάνθανον αὐτά, οὔτε ἐβαρύνοντο τῇ τοῦ βίου µεταβολῇ καὶ ἐλάνθανόν σφας ἀλλοιούµενοι.

71 49.37.1 : “C’est donc contre ce peuple que César [= Octavien] marcha. Il ne commit ni ravage ni exaction bien qu’ils eussent abandonné leurs villages dans la plaine” ; puis César s’étant approché de Siscia, les indigènes “fermèrent les portes et s’installèrent dans un siège” (49.37.2). Sur le paradigme barbare des Pannoniens, voir Günnewig 2000, 140.

72 Les Pannoniens : 49.36.2 ; 55.33.1 ; les Bretons : 62.5.5 (selon les propos de Boudicca) ; 77[76].12.

73 77[76].12.1-2 : δύο δὲ γένη τῶν Βρεττανῶν µέγιστά εἰσι, Καληδόνιοι καὶ Μαιάται· καὶ ἐς αὐτὰ καὶ τὰ τῶν ἄλλων προσρήµατα ὡς εἰπεῖν συγκεχώρηκεν. Οἰκοῦσι δὲ οἱ µὲν Μαιάται πρὸς αὐτῷ τῷ διατειχίσµατι ὃ τὴν νῆσον δίχῃ τέµνει, Καληδόνιοι δὲ µετ ἐκείνους, καὶ νέµονται ἑκάτεροι ὄρη ἄγρια καὶ ἄνυδρα καὶ πεδία ἔρηµα καὶ ἑλώδη, µήτε τείχη µήτε πόλεις µήτε γεωργίας ἔχοντες, ἀλλ ἔκ τε νοµῆς καὶ θήρας ἀκροδρύων τέ τινων ζῶντες· τῶν γὰρ ἰχθύων ἀπείρων καὶ ἀπλέτων ὄντων οὐ γεύονται. Διαιτῶνται δὲ ἐν σκηναῖς γυµνοὶ καὶ ἀνυπόδητοι, ταῖς γυναιξὶν ἐπικοίνοις χρώµενοι καὶ τὰ γεννώµενα πάντα κοινῶς ἐκτρέφοντες. δηµοκρατοῦνταί τε ὡς πλήθει, καὶ λῃστεύουσιν ἥδιστα.

74 77[76].16.5. Dion rapporte cette anecdote immédiatement après une allusion à sa connaissance de 3000 cas de procès pour adultère en cours pendant son consulat, ce qui lui confère en quelque sorte une authenticité. L’anecdote, qui s’inscrit dans le contexte des nombreux procès pour adultère consécutifs aux lois sévériennes, a ici un effet positif puisqu’elle oppose, “avec finesse” (ἀστείως) l’hypocrisie des Romaines et la bassesse de leurs relations aux pratiques des femmes bretonnes : pour rendre compte de la perversion des mœurs à son époque, Dion n’hésite pas à recourir au τόπος du bon barbare non corrompu, développé notamment par Tacite, dans la Germanie (voir sur ce point M. Molin, “Cassius Dion et la société de son temps”, dans ce volume), comme il le fait aussi pour les Cimbres, ces redoutables adversaires amollis par le changement de mode de vie (fr. 94.2).

75 Le nombre se retrouve fr. 57.6 ; les Unelles terrifient Q. Titurius Sabinus par leur grand nombre (39.45.1‑2) ; les Vaccéens (Ibérie) en supériorité numérique par rapport aux Romains de Metellus Nepos en 56 (39.54.2) (Dion étant le seul à rapporter ces événements, on ne peut être assuré de l’historicité de ses propos, mais l’allusion à la supériorité numérique est clairement topique). Voir aussi 38.47.5 ; 40.7.3 ; 40.34.1. On notera que lors de la révolte de Bretagne, en 66, menée par Boudicca, le nombre de combattants sous les ordres de la reine est donné par deux fois : 120000 (62.2.3) puis 230000 (62.8.2) : l’idée de multitude est cette fois rendue par des indications chiffrées, et même si l’on peut se demander si ces indications proviennent de Dion ou si Xiphilin a puisé à une autre source, étant donné que les indications chiffrées sont rares dans les parties conservées de l’œuvre, il est clair que l’on retrouve ce τόπος de la multitude de barbares.

76 Les Vénètes dépourvus d’expérience de ce genre de combat naval : 39.41.2.

77 38.35.2 : τά τε γὰρ µεγέθη αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος τό τε θράσος καὶ τὰς ἀπ’ αὐτοῦ προχείρους ἀπειλὰς ἐκπλαγέντες οὕτω διετέθησαν ὡς µηδὲ πρὸς ἀνθρώπους τινὰς ἀλλὰ πρὸς θηρία ἄπορα καὶ ἄγρια προσοισόµενοι. Le τόπος se trouve déjà chez Plutarque, à propos des Ambrons qui poussent des cris semblables à des bêtes sauvages (Plu., Mar., 21), ou à propos des Cimbres comparés aux Géants de la mythologie grecque (Plu., Mar., 23.4). Cf. App., Gall., 1.9. Voir sur ce τόπος Günnewig 1998, 35, 51.

78 38.49.1 : κατασπῶντες τοὺς ἀντιπάλους, δάκνοντες, σπαράττοντες.

79 7 fr. 25.3 : πρός τε γὰρ τὸ ἀδόκητον τῆς ἐπιστρατείας αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος καὶ τὸ µέγεθος τῶν σωµάτων τήν τε φωνὴν ξενικόν τέ τι καὶ φρικῶδες φθεγγοµένην ἐκπλαγέντες.

80 62.7.2 : καὶ ὃ δὴ δεινότατον καὶ θηριωδέστατον ἔπραξαν.

81 Dans l’état actuel du texte, la caractéristique ayant trait aux cheveux longs n’intervient pour les Gaulois que dans l’explication de l’étymologie de la province de Gaule Comata (46.55.5) : “On appelait cette province-là togata, comme je l’ai dit, parce qu’elle semblait plus pacifique comparée aux autres parties de la Gaule et qu’on y portait déjà le vêtement de citoyen romain, celle-là étant appelée comata, parce que les Gaulois de cette province, pour la plupart d’entre eux, laissaient leurs cheveux longs et se distinguaient de ce point de vue des autres Gaulois”, non pas pour décrire les particularités de ces peuples dans le récit des affrontements militaires. Elle sert toutefois à distinguer entre Gaulois pacifiés et intégrés au mode de vie romain, comme le révèle le port de la toge, et Gaulois non pacifiés. Le terme se trouve déjà, mais sans explication, chez Plin., NH, 4.17.105.

82 Les Gaulois sont affublés de tous ces vices : καὶ δειλὸν καὶ ἄπιστον φύσει πᾶν τὸ Γαλατικὸν γένος ἐστίν· ὥσπερ γὰρ ἑτοίµως θρασύνεται πρὸς τὰς ἐλπίδας, οὕτως ἑτοιµότερον φοβηθὲν ἐκπλήττεται (fr. 57.6b). Les Eburons, ayant échoué à vaincre les Romains au premier assaut, recourent à la ruse : 40.5.2. Il est à remarquer qu’on ne retrouve en revanche guère ce poncif à propos du portrait d’Hannibal (v. Hose 1994, 387). À l’époque romaine, l’opposition barbares/Grecs évolue en barbares/civilisés, qui se distinguent désormais également par leur méchanceté ou leur vertu (Eratosthène, cité par Str. 1.4.9.66 : voir sur ce point Jacob : 1997, 160). Pour un inventaire des composantes du “champ barbarographique” dans la littérature latine, on se reportera à Dauge 1981, spéc. p. 413-449.

83 Les Unelles attaquent les Romains de manière téméraire, parce qu’ils sont gorgés de nourriture et de boisson (ἀπερισκέπτως ἐκεῖνοι πάνυ γάρ τι διακορεῖς καὶ τῆς τροφῆς καὶ τοῦ ποτοῦ ἦσαν εὐθὺς ἐπὶ τοὺς ῾Ρωµαίους ὥρµησαν : 39.45.4) : la remarque n’est pas chez César (B Gall., 3.17-18) et constitue sans aucun doute un trait propre à caractériser leur nature barbare ; la race scythe : 51.24.2 ; les Gaulois, lors de l’attaque de Rome en 386, découvrent le vin et s’enivrent (Zonar. 7.23.5) ; la même remarque vaut pour les Nasamones, peuple tributaire de Rome qui, lors d’une révolte et de l’attaque du camp du gouverneur de Numidie, trouvent du vin et des vivres et en font un tel festin qu’ils s’endorment (εὑρόντες δὲ ἐν αὐτῷ τἆλλά τε ἐπιτήδεια καὶ οἶνον ἐµπλησθέντες ὕπνωσαν : 67.4.6). Sur ce stéréotype du barbare concernant la race scythe : Lenfant 2002 ; s’agissant des Gaulois : Lafon 2002 ; mais surtout Poux 2004, dont l’étude novatrice à partir de la documentation archéologique met en évidence la dimension sociale, religieuse et politique de l’usage du vin chez les peuples de Gaule indépendante.

84 L’arrogance/la vantardise (τὸ θράσυς ; θρασύνεσθαι) sont des caractéristiques fréquentes qui qualifient : les Gaulois (fr. 57.6 ; 39.45.2) ; les Alexandrins (39.58.1), mais elles vont de pair avec la couardise (Gaulois : ibid. et 39.45.7 ; Alexandrins : ibid. et 42.42.1 ; Maures : 79[78].27.1) ; l’excès de confiance/le mépris inconsidéré de l’adversaire, à l’origine de la défaite : les Vénètes qui méprisent la taille des navires romains (39.40.4) ; les jeunes guerriers Tenctères et Usipètes, qui décident d’attaquer les cavaliers de César, par mépris pour eux (39.47.1) ; les Eburons méprisent les lieutenants de César Sabinus et Cotta (40.5.1 : κατεφρόνησαν). L’ardeur au combat est plus rarement signalée comme une qualité : c’est le cas pour les Vénètes, qui “ne le cèdent en rien (aux Romains) pour l’ardeur et pour l’audace” (39.43.4).

85 Les Celtes (38.47.5) : ἡ ἄκριτος ὁρµή ; les Unelles (39.45.4) : ἀπερισκέπτως ; les Gaulois (39.45.7) : ἄπληστοι γὰρ ἀλογίστως οἱ Γαλάται ἐς πάνθ ὁµοίως ὄντες οὔτε τὸ θαρσοῦν σφων οὔτε τὸ δεδιὸς µετριάζουσιν, ἀλλὰ ἔκ τε τούτου πρὸς δειλίαν ἀνέλπιστον καὶ ἐξ ἐκείνου πρὸς θάρσος προπετὲς ἐκπίπτουσιν. Dans ce passage, la description de leur inconstance est en tous points similaire à celle de César (B Gall., 3.19.6 : nam ut ad bella suscipienda Gallorum alacer ac promptus est animus, sic mollis ac minime resistens ad calamitates ferendas mens eorum est).

86 38.47.5, opposé à la prudence (τὸ φρόνηµα) de César.

87 Les Juifs, cruels quand ils sont sous l’emprise de la colère (49.22.4) : πολλὰ µὲν δὴ καὶ δεινὰ καὶ οἱ Ἰουδαῖοι τοὺς Ῥωµαίους ἔδρασαν (τὸ γάρ τοι γένος αὐτῶν θυµωθὲν πικρότατόν ἐστι) ; les Bretons (62.7.2) : καὶ ὃ δὴ δεινότατον καὶ θηριωδέστατον ἔπραξαν ; les Africains, dont on retrouve la cruauté dans le portrait de Caracalla (78[77].6.1a).

88 79[78].27.1 : ὁ γὰρ Μακρῖνος ὑπό τε δειλίας ἐµφύτου (καὶ γὰρ Μαῦρος ὢν δεινῶς ἐδείµαινεν). Sur la critique de Macrin, dont l’accès au pouvoir est pour Dion “le comble de la perturbation de l’ordre social”, voir la contribution de M. Molin citée supra, n. 72.

89 78[77].6.1a : ὅτι τρισὶν ἔθνεσιν ὁ Ἀντωνῖνος προσήκων ἦν, καὶ τῶν µὲν ἀγαθῶν αὐτῶν οὐδὲν τὸ παράπαν τὰ δὲ δὴ κακὰ πάντα συλλαβὼν ἐκτήσατο, τῆς µὲν Γαλατίας τὸ κοῦφον καὶ τὸ δειλὸν καὶ τὸ θρασύ, τῆς Ἀφρικῆς τὸ τραχὺ καὶ ἄγριον, τῆς Συρίας, ὅθεν πρὸς µητρὸς ἦν, τὸ πανοῦργον ; sur les défauts liés à son origine syrienne (78[77].10.2) : ἦν γὰρ ἐς πάντα καὶ θερµότατος καὶ κουφότατος, πρὸς δὲ τούτοις εἶχε καὶ τὸ πανοῦργον τῆς µητρὸς καὶ τῶν Σύρων, ὅθεν ἐκείνη ἦν. Sur la perversion du portrait de Caracalla dans l’Histoire romaine, on se reportera à l’analyse rigoureuse de Davenport 2012.

90 Jacob 1997, 160 ; Murphy 2004, 82-83.

91 Voir notamment 39.45.

92 7 fr. 25.3 : πρός τε γὰρ τὸ ἀδόκητον τῆς ἐπιστρατείας αὐτῶν καὶ τὸ πλῆθος καὶ τὸ µέγεθος τῶν σωµάτων τήν τε φωνὴν ξενικόν τέ τι καὶ φρικῶδες φθεγγοµένην ἐκπλαγέντες.

93 38.47.5. La haute stature est l’une des caractéristiques les plus récurrentes dans l’ethnographie des Celtes et des Germains : voir Günnewig 1998, 45 sq.

94 78[77].14.1 : ἐπολέµησε καὶ πρός τινας Κέννους, Κελτικὸν ἔθνος· οὓς λέγεται µετὰ τοσούτου θυµοῦ προσπεσεῖν τοῖς Ῥωµαίοις ὥστε καὶ τὰ βέλη, οἷς ὑπὸ τῶν Ὀσροηνῶν ἐτιτρώσκοντο, τοῖς στόµασιν ἐκ τῶν σαρκῶν ἀποσπᾶν.

95 39.46.2 : ὀλίγους µὲν ἐν ὁµολογίᾳ τινὶ ἐξ ἀπάτης ἀποβαλών.

96 Il est évident que le récit de César met amplement en évidence la ruse d’Ambiorix, mais sans qualifier le personnage de perfidus (contra Günnewig 1998, 53).

97 Fr. 73 ; Urso 2013a, 47-52.

98 7 fr. 25.6 : θαυµάζω µὲν οὖν καὶ τῶν βαρβάρων ὅτι αὐτοῦ, εἴτ’ οὖν διὰ τοὺς θεοὺς εἴτε καὶ διὰ τὴν ἀρετήν, ἐφείσαντο. Cette vision modérée des Gaulois, dans cet épisode, a été soulignée par Schettino 2006, 71.

99 38.49.1-4 : “Les Romains mirent fin au lancer de javelots (τὴν ἀκόντιστιν αὐτῶν) sur lequel l’adversaire comptait le plus en chargeant à la course tout en poussant des cris ; de fait ils s’approchèrent si près des ennemis que ceux-ci ne pouvaient utiliser ni leurs piques ni leurs épées longues (µήτε τοῖς κοντοῖς µήτε τοῖς ξίφεσι τοῖς µακροτέροις) … Beaucoup, qui étaient privés aussi de leurs épées courtes (τῶν βραχυτέρων ξιφῶν), les remplaçaient par leurs bras et leur bouche … [Les Romains] finirent par l’emporter tard dans la soirée. En effet, leurs poignards, qui étaient plus petits que les poignards gaulois (τά τε γὰρ ξιφίδια καὶ σµικρότερα τῶν Γαλατικῶν ὄντα), leur furent d’une grande utilité” ; 38.50.2 : “Puisque [les Romains] ne pouvaient avec leurs épées ni combattre au corps à corps ni atteindre l’ennemi à la tête, seule partie de leur corps qui fût vulnérable puisqu’ils combattaient sans la protéger”. Ces précisions sont remarquables et témoignent à la fois que Dion exploite d’autres sources que le récit césarien et qu’il sélectionne des informations en fonction de ses propres centres d’intérêt, liés à l’armement, aux modes de combat, aux stratagèmes militaires. C’est aussi le cas quand il choisit de ne parler que de l’armement parthe.

100 Supra, l’origine scythe des Bastarnes ; l’origine celte des Usipètes et des Tenctères : 39.47.1.

101 Voir sur ce point Fromentin & Gotteland 2001, spéc. p. 9-10.

102 C’est ainsi qu’Arioviste est dit chef des Celtes (38.34.1 : ἦρχε µὲν γὰρ Ἀριόουιστος τῶν Κελτῶν ἐκείνων).

103 D.H. 14.1. Cette tradition grecque s’est perpétuée jusqu’à l’époque byzantine : Günnewig 1998, 26. Sur les découvertes archéologiques, voir Günnewig 1998, 27 ;  Lafon 2002, 279.

104 Voir Coudry 2015a, 79. La manière dont les menaces extérieures qui s’intensifient à l’époque sévérienne influencent l’écriture de l’histoire a été maintes fois soulignée : voir notamment Bering-Staschewski 1981 ; Martinelli 2005 ; Simons 2012 ; Simons 2014.

105 Cette fidélité à Rome par l’adoption d’un mode de vie romain semble trouver sa pleine expression dans l’emploi du néologisme ῥωµαίζω, pour évoquer un certain nombre de peuples alliés (50.6.4 : Καίσαρι µὲν ἥ τε Ἰταλία ἥ τε οὖν Ἰταλία καὶ ἡ Γαλατία τό τε Ἰβηρικὸν καὶ τὸ Ἰλλυρικόν, καὶ Λίβυες οἵ τε ἐκ τοῦ πρὶν ῥωµαΐζοντες πλὴν τῶν περὶ τὴν Κυρήνην καὶ οἱ τοῦ Βογούου τοῦ τε Βόκχου γεγονότες, Σαρδώ τε καὶ Σικελία καὶ αἱ ἄλλαι νῆσοι αἱ ταῖς εἰρηµέναις ἠπείροις προσεχεῖς συνεµάχησαν ; 51.1.5 : καὶ ἐκεῖνοι καὶ οἱ δῆµοι πάντες, ὅσοι καὶ πρότερον ἐρρωµάιζον, οἱ µὲν εὐθὺς οἱ δὲ καὶ µετὰ τοῦθ› ὡµολόγησαν).

106 36.37.4-6 : πολλῇ δὲ καὶ τῇ φιλανθρωπίᾳ τῇ πρὸς τοὺς ὁµολογοῦντάς οἱ, ὥστε καὶ ὑπὸ τοῦ τοιούτου παµπόλλους προσποιήσασθαι· οἱ γὰρ ἄνθρωποι ταῖς τε δυνάµεσιν ἡττώµενοι καὶ τῆς χρηστότητος αὐτοῦ πειρώµενοι προθυµότατα αὐτῷ προσεχώρουν. Τά τε γὰρ ἄλλα αὐτῶν ἐπεµελεῖτο, καὶ ὅπως µηδ αὖθίς ποτε ἐς ἀνάγκην πονηρῶν ἔργων ὑπὸ πενίας ἀφίκωνται, καὶ χώρας σφίσιν ὅσας ἐρήµους ἑώρα, καὶ πόλεις ὅσαι ἐποίκων ἐδέοντο, ἐδίδου. Kαὶ ἄλλαι τε ἐκ τούτου συνῳκίσθησαν καὶ ἡ Ποµπηιόπολις ἐπικληθεῖσα· ἔστι δὲ ἐν τῇ Κιλικίᾳ τῇ παραθαλασσίᾳ καὶ ἐπεπόρθητο ὑπὸ τοῦ Τιγράνου, Σόλοι πρότερον ὠνοµασµένη. Pour une analyse complète de la représentation des pirates et, plus largement, du contexte philosophique et idéologique de l’œuvre de Pompée en Cilicie, on se reportera à l’analyse éclairante de Coudry 2015a.

107 54.9.1 : ὁ δὲ Αὔγουστος τὸ µὲν ὑπήκοον κατὰ τὰ τῶν Ῥωµαίων ἔθη διῴκει, τὸ δὲ ἔνσπονδον τῷ πατρίῳ σφίσι τρόπῳ εἴα ἄρχεσθαι·

108 52.19.5-6 : καὶ τοσοῦτόν γε δέω τοῦθ’ ὡς οὐκ ὀρθῶς εἰρηµένον ἀναθέσθαι, ὥστε καὶ τῆς πολιτείας πᾶσί σφισι µεταδοθῆναί φηµι δεῖν, ἵνα καὶ ταύτης ἰσοµοιροῦντες πιστοὶ σύµµαχοι ἡµῖν ὦσιν, ὥσπερ τινὰ µίαν τὴν ἡµετέραν πόλιν οἰκοῦντες, καὶ ταύτην µὲν ὄντως πόλιν τὰ δὲ δὴ σφέτερα ἀγροὺς καὶ κώµας νοµίζοντες εἶναι. Je ne crois pas qu’il faille comprendre ici πολιτεία comme la “citoyenneté romaine”, mais plutôt comme le mode de vie civique en vigueur à Rome, comme l’a bien montré Ando 2012 notamment à propos de Strabon. Le même auteur cite également, de manière convaincante, l’allusion de Dion aux indigènes qui se joignent volontiers à la fondation pompéienne de Nicopolis en Cappadoce (36.50.3), pour attester de la diffusion, dans la littérature d’époque romaine, des effets culturels de l’impérialisme romain.

109 78[77].9.5. Sur le portrait de Caracalla dans l’Histoire romaine, et les rapports entre Dion et ce Prince : Davenport 2012 ; M. Christol, dans ce volume.

110 Sur ce lien entre le portrait des ennemis barbares et la critique de l’impérialisme romain, voir Adler 2013, spéc. p. 303-304.

111 Contra Hose 1994, 386 n. 5.

112 Un des apports majeurs du livre de référence de F. Hartog, Au miroir d’Hérodote (Hartog 2001 ; voir l’analyse de Murphy 2004, 93-99).

113 Cette catégorie a été bien mise en évidence par Nicolet 1988a, 34, notamment à propos des modèles des Res gestae Diui Augusti.

114 Exactement dans la même perspective que les mirabilia de Pline : voir la démonstration de Naas 2002.

115 C’est la même perspective que Clarke 1999, 307 sq. a mise en évidence dans la Géographie de Strabon.

116 Murphy 2004, 129-164 : l’expansion de la puissance romaine est représentée comme la source de nouvelles découvertes par Pline, et l’exploration géographique comme la réalisation de grands conquérants, princes mais aussi autres individus (NH, 6.28.160 : Aelius Gallus en Arabie ; 5.1.14 : Suetonius Paulinus dans l’Atlas ; 5.24.83 et 6.13.40 : Domitius Corbulo en Arménie ; 6.29.181 : Publius Petronius en Ethiopie).

117 38.38.4 : τί γὰρ δεῖ κἀνταῦθα καθ’ ἕκαστον ἐπεξιέναι τὴν Κρήτην, τὸν Πόντον, τὴν Κύπρον, τὴν Ἰβηρίαν τὴν Ἀσιανήν, τὴν Ἀλβανίαν τὴν ἐκεῖ, Σύρους ἀµφοτέρους, Ἀρµενίους ἑκατέρους, Ἀραβίους, Παλαιστίνους; ὧν οὐδὲ τὰ ὀνόµατα πρότερον ἀκριβῶς εἰδότες νῦν τῶν µὲν αὐτοὶ δεσπόζοµεν, τὰ δὲ ἑτέροις ἐχαρισάµεθα, ὥστε ἐξ αὐτῶν καὶ προσόδους καὶ δυνάµεις καὶ τιµὰς καὶ συµµαχίας προσειληφέναι. Sur la périodisation de l’expansion romaine qui transparaît dans ce discours, voir dans ce volume E. Bertrand, “Point de vue de Cassius Dion sur l’impérialisme romain”.

118 39.5.1 : µαθόντες δὲ ταῦθ’ οἱ <οἴκοι> Ῥωµαῖοι ἐθαύµασαν ὅτι ἔθνη τοσαῦτα, ὧν οὐδὲ τὰ ὀνόµατα πρότερον ἠκρίβουν, ᾑρήκει, καὶ ἐψηφίσαντο πεντεκαίδεκα ἐπ αὐτοῖς ἡµέρας θῦσαι, ὅπερ οὔπω πρότερον ἐγεγόνει. On remarquera que la formulation est strictement identique à celle qui figure dans le discours de César à Vesontio, supra n. 117.

119 Caes., B Gall., 2.35.4.

120 39.53.2 : ἐµφανῆ τε γὰρ τὰ πρὶν ἄγνωστα καὶ ἐπιβατὰ τὰ πρόσθεν ἀνήκουστα ὁρῶντές σφισι γεγονότα, τήν τε µέλλουσαν ἐξ αὐτῶν ἐλπίδα ὡς καὶ παροῦσαν ἔργῳ ἐλάµβανον, καὶ πάνθ ὅσα καταπράξειν προσεδέχοντο, ὡς καὶ ἔχοντες ἤδη ἠγάλλοντο. Καὶ οἱ µὲν διὰ ταῦτα ἱεροµηνίας ἐπὶ εἴκοσιν ἡµέρας ἀγαγεῖν ἐψηφίσαντο. La gloire que cet exploit valut à César est rappelée plus loin : Octavien veut imiter son père et prépare une expédition en Bretagne (49.38.2). On retrouve le même éloge chez Vell. Pat. 2.46.1 ; Plu., Caes., 23.3 ; Suet., Iul., 25.4.

121 Sablayrolles 2006. On retrouve un écho de cette propagande dans les discours : celui de César avant Pharsale (41.30.3 ; 41.56.3) ; l’oraison funèbre de César prononcé par Antoine (44.42.4) ; le discours d’Octavien à ses troupes avant Actium (50.24.4 ; 53.7.1). Plus généralement, sur l’importance accordée par les Romains aux fleuves, en tant que limites symboliques, voir Murphy 2004, 138-148 (les fleuves honorés comme des dieux, sur des inscriptions invoquant le Rhin : CIL, XIII, 5255 ; 7790f ; 8810f ; le Danube : CIL, III, 3416 ; 5863 ; 10263 ; 10395 ; 11894 ; 14359.

122 Voir, pour cette analyse, Lachenaud & Coudry 2011, 141 n. 134-135. Cette frontière permet de distinguer aussi plus loin (51.22.6) : εἰσὶ δὲ οὗτοι µὲν Κελτοί, ἐκεῖνοι δὲ δὴ Σκύθαι τρόπον τινά· καὶ οἱ µὲν πέραν τοῦ Ῥήνου ὥς γε τἀκριβὲς εἰπεῖν (πολλοὶ γὰρ καὶ ἄλλοι τοῦ τῶν Σουήβων ὀνόµατος ἀντιποιοῦνται), οἱ δὲ ἐπ ἀµφότερα τοῦ Ἴστρου νέµονται ; voir aussi 53.12.4 : Κελτῶν γάρ τινες, οὓς δὴ Γερµανοὺς καλοῦµεν, πᾶσαν τὴν πρὸς τῷ Ῥήνῳ Βελγικὴν κατασχόντες Γερµανίαν ὀνοµάζεσθαι ἐποίησαν, τὴν µὲν ἄνω τὴν µετὰ τὰς τοῦ ποταµοῦ πηγάς, τὴν δὲ κάτω τὴν µέχρι τοῦ ὠκεανοῦ τοῦ Βρεττανικοῦ οὖσαν ; même observation à 54.20.5 : Σύγαµβροί τε γὰρ καὶ Οὐσιπέται καὶ Τέγκτηροι τὸ µὲν πρῶτον ἐν τῇ σφετέρᾳ τινὰς αὐτῶν συλλαβόντες ἀνεσταύρωσαν, ἔπειτα δὲ καὶ τὸν Ῥῆνον διαβάντες τήν τε Γερµανίαν καὶ τὴν Γαλατίαν ἐλεηλάτησαν.

123 RGDA 26.2 ; Nicolet 1988a, 36 souligne que ce nom, connu des géographes grecs, n’avait alors pas même été latinisé, signe qu’il était inconnu des Romains.

124 53.29.3 : καὶ ἄλλη τις στρατεία καινὴ ἀρχήν τε ἅµα καὶ τέλος ἔσχεν ; 53.29.8 : πρῶτοι µὲν δὴ Ῥωµαίων οὗτοι, νοµίζω δ’ ὅτι καὶ µόνοι, τοσοῦτον ἐπὶ πολέµῳ τῆς Ἀραβίας ταύτης ἐπῆλθον· µέχρι γὰρ τῶν Ἀθλούλων καλουµένων, χωρίου τινὸς ἐπιφανοῦς, ἐχώρησαν ; Str. 16.4.22.780 : “César Auguste confia cette expédition à Aelius Gallus pour obtenir des renseignements sur les peuples et les villes d’Arabie Heureuse mais aussi d’Ethiopie”.

125 77[76].12 est consacré à un excursus sur les Calédoniens et les Méates, ainsi que sur les dimensions de l’île ; 77[76].13.1-3 évoque les effets désastreux des marais sur l’armée romaine. La mainmise sur de nouveaux territoires est d’ailleurs attribuée à la négociation et non pas à la victoire militaire du Prince : 77[76].13.4 : καὶ ὁ µὲν οὕτω διὰ πάσης ὡς εἰπεῖν τῆς πολεµίας κοµισθείς (ἐκοµίσθη γὰρ ὡς ἀληθῶς ἐν τὴν φιλίαν ἐπανῆλθεν, ἐς ὁµολογίαν τοὺς Βρεττανούς, ἐπὶ τῷ χώρας οὐκ ὀλίγης ἐκστῆναι, ἀναγκάσας ἐλθεῖν.

126 Voir dans ce volume ma contribution citée supra, n. 117.

127 68.28.3-4. Voir sur ce thème ma contribution citée supra, n. 117.

128 75.3.3. Ce thème a été développé dans ma contribution citée supra, n. 117.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search