Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Dire en grec les choses romaines

Contexte d’énonciation et vocabulaire politique : le cas de César

Marianne Coudry

Texte intégral

  • 1 Par exemple Vrind 1923. C’est sur ce domaine que porte notre contribution dans ce volume intitulé (...)
  • 2 Freyburger-Galland 1997 couvre les deux champs.
  • 3 Comme Fechner 1986 ou Sion-Jenkis 2000, qui envisage l’ensemble des auteurs, grecs et latins, et (...)
  • 4 Notamment l’application à Rome de la théorie des régimes, ce que M. Bellissime (“Polysémie, conte (...)

1L’intérêt que Cassius Dion porte à l’histoire politique et institutionnelle de Rome, l’ampleur de la documentation qu’il dit avoir rassemblée, et la richesse de la tradition de philosophie politique dont il hérite suffiraient à expliquer l’étendue de son vocabulaire dans ces domaines. Celle-ci a été reconnue depuis longtemps et a donné lieu à des études qui ont porté pour partie sur son lexique institutionnel proprement dit1, pour partie sur son vocabulaire politique2, à l’occasion notamment de travaux dédiés à sa réflexion sur les formes de régime3. C’est à ce second domaine, qui englobe à la fois les termes désignant les régimes politiques et ceux relatifs à l’exercice du pouvoir, que nous allons nous intéresser. Notre perspective, cependant, ne sera pas orientée vers le contenu, à savoir les notions utilisées par Dion et la façon dont il adapte le vocabulaire politique grec aux réalités romaines4. Il s’agira plutôt d’observer de près dans quels types de contextes, narratif, discursif ou autre, se rencontrent ces termes, et d’analyser la relation entre ce contexte d’énonciation et les choix lexicaux effectués par Dion.

  • 5 C’est le cas bien sûr pour les fameux discours d’Agrippa et de Mécène du livre 52. Mais ces consi (...)
  • 6 Voir dans ce volume ma contribution “Figures et récit dans les livres républicains”.
  • 7 Par exemple lorsqu’il commente le choix que fit Pompée, à son retour des campagnes d’Orient, de l (...)

2La matière est particulièrement riche pour les livres qui décrivent le passage de la République au principat d’Auguste, mais elle a souvent été traitée sans qu’une attention suffisante soit portée au contexte dans lequel apparaissent les termes, sauf quand il s’agit de discours5. Or les énoncés politiques de Dion apparaissent dans des contextes et sous des formes bien plus divers que chez la plupart des historiens anciens : tantôt directement dans la narration, par exemple dans des passages décrivant la conduite de tel ou tel personnage et lui prêtant éventuellement des réflexions intimes6, tantôt sous la forme de remarques incidentes de Dion, qui peuvent prendre l’ampleur de véritables développements dans lesquels il s’exprime en son nom propre et livre une interprétation personnelle des faits qu’il rapporte7, tantôt par l’évocation de l’opinion de tel ou tel, ou d’une opinion publique mal définie, tantôt enfin par des discours, au style direct ou indirect. Et il ne s’agit pas seulement d’une variété des formes d’écriture : souvent ces passages entretiennent entre eux des rapports plus subtils, tel discours répondant à tel autre, ou faisant pendant à tel passage narratif ou à telle analyse, qu’il explicite ou au contraire contredit.

  • 8 Comme récemment dans Ferrary 2010.

3L’analyse de ces variations formelles mérite d’être conduite pour une partie de lHistoire romaine qui d’ordinaire n’est pas approchée sous cet angle, mais plutôt sous celui de la qualité de l’information8 : les livres 41 à 44, qui décrivent létablissement de la domination de César par sa lutte armée contre les Pompéiens à partir de janvier 49, et le mode de gouvernement qu’il impose après leur défaite, jusqu’à son assassinat en mars 44.

  • 9 44.1.1-2 : “Voilà donc ce que fit César en prévision de sa campagne contre les Parthes. Mais une (...)
  • 10 Voir par ex. Zecchini 2010 et un état récent de la question dans Sion-Jenkis 2012.

4L’opinion que Dion exprime avec véhémence sur le césaricide dans les premières phrases du livre 449, et son choix de consacrer celui-ci tout entier aux Ides de mars, en dérogeant délibérément au découpage chronologique habituel par années, laissent deviner l’importance qu’il attribue à la période césarienne dans son interprétation générale de la mutation des régimes. Il est d’ailleurs révélateur que son récit fournisse une grande part de la matière qui nourrit les discussions anciennes et toujours d’actualité sur la relation entre le régime césarien et le principat d’Auguste10. Une enquête sur les contextes d’énonciation des termes qui constituent le vocabulaire politique de Dion dans ces livres devrait mettre en lumière ce que leur diversité apporte à la compréhension historique de lépisode césarien tel que Dion le présente, permettre d’évaluer la spécificité de ces livres sur ce plan, et finalement mesurer l’originalité de l’écriture de Dion.

  • 11 Voir dans ce volume la contribution d’E. Bertrand, M. Coudry et V. Fromentin.

5On pourrait envisager pour cette analyse une approche typologique, qui traiterait successivement les différentes sortes de contextes dans lesquels apparaissent les termes qui nous intéressent, mais c’est plutôt en suivant pas à pas le récit que l’on approchera la logique d’écriture de Dion. Car létude précise de la construction narrative montre à quel point il maîtrise l’articulation entre le détail des événements et le fil conducteur général, et dessine pour son lecteur un itinéraire soigneusement calculé11.

6Afin de mettre en perspective cette analyse centrée sur les livres 41 à 44, il faut opérer un rapide retour en arrière sur les livres antérieurs, où apparaît déjà la figure de César, pour préciser comment Dion définit sa position politique, à une époque où il est seulement en compétition avec d’autres, dans un cadre institutionnel encore républicain. Les livres 36 et 37 couvrent les années 69 à 60, celles de l’ascension de Pompée à qui ses campagnes en Orient assurent une gloire sans partage : César est encore dans l’ombre, et Dion, au fil de la narration, se contente de décrire son comportement politique. Il en donne une analyse psychologique univoque, qui insiste sur son ambition : César est décrit comme avide de gloire (δόξης ἐπιθυµῶν : 37.52.1, à propos de sa propréture en Espagne), et aspirant à la puissance (δυναστεία et des mots de la même famille, à la fin du livre 37, en particulier en 37.56.5 : “Il orientait toute son action vers sa propre domination”). Mais Dion le met sur un pied d’égalité avec Crassus et Pompée, qui s’associent alors pour former ce qu’on appelle le “premier triumvirat”. En revanche dans les livres 38-39-40, qui vont du début de 59, année du premier consulat de César, à fin de 50, quand s’annonce la guerre civile qui va l’opposer à Pompée, César passe sur le devant de la scène. La narration décrit le dévoiement des institutions républicaines opéré par les triumvirs, mais sans commentaire personnel de Dion, et sans que la domination politique de César soit désignée par des termes précis, sauf de façon allusive dans le discours de consolation que Philiscos adresse à Cicéron en exil, où est évoquée la domination des triumvirs (δυναστεία : 38.25.3). Ces livres, donc, ne comportent pas encore d’analyses portant spécifiquement sur la position politique de César, celle qu’il ambitionne ou celle qu’il occupe.

7Les livres 41-42, qui correspondent aux années 49 à 47, forment un ensemble qui décrit la guerre civile, la bataille de Pharsale, et la mort de Pompée. Ils présentent un net contraste avec les livres précédents : les modes d’énonciation des termes du vocabulaire politique qui concernent César se diversifient largement. On retrouve certes, comme dans les livres précédents, le thème de l’aspiration à la δυναστεία, comme mobile des actes de César, au fil de la narration. Il y apparaît tantôt sous la forme d’une notation de Dion, comme dans la présentation les causes de la bataille de Pharsale, où il incrimine “l’insatiable désir de domination” des deux protagonistes (41.57.4), tantôt sous la forme d’une critique que Dion formule en son propre nom, dénonçant l’hypocrisie de César quand, après la déroute des Pompéiens, il pleure sur la tête de son ennemi vaincu, “alors que depuis le début il convoitait terriblement le pouvoir” (42.8.2). Mais, et c’est une nouveauté, Dion place aussi ce thème dans un contexte discursif, le fameux discours de Plaisance aux soldats mutinés, sous la forme d’une dénégation : “Ignorez-vous, dit César, que je ne désire ni pouvoir ni argent ?” (41.35.3). Par ce procédé, il fait passer le terme du registre de l’analyse psychologique à celui de la polémique politique, en même temps qu’il introduit, en opposant discours et réalité, l’idée de dissimulation, qui deviendra une constante dans ses analyses du pouvoir personnel, s’agissant du second triumvirat puis de l’installation du principat augustéen.

8Une autre nouveauté de ces livres est l’utilisation, toujours au fil du récit, du terme δυναστεία pour désigner non plus une aspiration, mais une situation de fait, une position politique effective, la domination de César contre laquelle Caton veut poursuivre la lutte après la mort de Pompée (42.13.4), et plus tard la position de puissance qui lui permet, à son retour victorieux de Bithynie, en 47, de dépouiller ses concitoyens de leurs biens (42.50.4). C’est à ce moment de la narration que Dion, soucieux d’expliquer les motifs de ces exigences financières, introduit la fameuse sentence dans laquelle César lui-même aurait défini la véritable nature de sa position dans l’État : une domination reposant sur les soldats et l’argent (42.49.4 : δύο τε εἶναι λέγων τὰ τὰς δυναστείας παρασκευάζοντα καὶ φυλάσσοντα καὶ ἐπαύξοντα, στρατιώτας καὶ χρήµατα). Le procédé littéraire, qui donne une force particulière à la représentation de la domination césarienne en faisant dévoiler ses fondements politiques par son détenteur en personne, permet en même temps de souligner l’ampleur de l’écart entre les apparences et les réalités.

9C’est ce que fait Dion dans d’autres passages, mais en utilisant cette fois un mode d’exposition différent : des analyses formulées en son nom. Décrivant, au tout début de la guerre civile, le premier séjour de César à Rome, que les Pompéiens viennent d’évacuer, et ses tentatives pour obtenir les fonds publics dont il a besoin par l’intermédiaire d’Antoine, tribun de la plèbe, donc par des voies légales, il commente : “Ce genre de mesures était voté et appliqué au nom de la démocratie (ὀνόµατι µὲν ἰσονοµίας), mais relevait en réalité du pouvoir absolu (ἔργῳ δὲ δυναστείας)” (41.17.3) . Un autre passage, dans lequel Dion commente la dictature que César revêtit brièvement lors de son second séjour à Rome de 49, après la mutinerie de Plaisance, reprend cette idée, en développant l’opposition entre formes légales illusoires et réalités du rapport de forces : “Il résigna formellement la charge de dictateur (τὸ ὄνοµα τῆς δικτατωρίας ἀπεῖπε), car en réalité il en garda le pouvoir et le conserva toujours en mains (τὴν γὰρ δὴ δύναµιν τό τε ἔργον αὐτῆς). En effet il s’appuyait sur la force des armes (τῇ παρὰ τῶν ὅπλων ἰσχύι ἐχρῆτο), et il reçut une forme de légitimation (ἐξουσίαν ἔννοµον) de la part de ce qui restait à Rome du Sénat, en sorte qu’il se permettait en toute impunité (µετὰ ἀδείας) tout ce qu’il voulait faire” (41.36.4) . Même si le terme δυναστεία n’apparaît pas dans ce passage, la cohérence de l’analyse qu’y énonce Dion avec celles que nous avons déjà citées permet de conclure que, dans ces livres consacrés à la guerre civile, Dion décrit, à l’aide de modes d’expression bien plus variés que dans les précédents – remarques isolées au fil de la narration, analyses personnelles, propos placés dans la bouche de César – , la façon dont celui-ci installe au cœur de la république un pouvoir fondé sur la violence, une δυναστεία.

10Le livre 43, qui décrit les dernières campagnes contre les Pompéiens, avec les victoires de Thapsus en 46 et de Munda en 45, puis les réformes politiques de César et sa façon de gouverner, jusqu’au projet d’expédition parthique du début 44, tranche sur le précédent en ce qui concerne le vocabulaire relatif au pouvoir de César : la définition de sa position dans l’État après l’élimination de ses adversaires prend des formes beaucoup plus diverses, le lexique politique s’enrichit, et le terme δυναστεία disparaît quasiment.

  • 12 C’est ce que pensait Millar 1964, 80-81.

11Deux passages, que leur proximité invite à confronter, illustrent ce changement. Le premier est le fameux discours – peut-être fictif12, mais d’autant plus intéressant pour notre propos – que César adresse aux sénateurs, à son retour à Rome après la victoire de Thapsus, afin de les assurer de sa modération (43.15-18). Après avoir écarté l’idée que ses succès puissent l’entraîner, comme autrefois Marius, Cinna et Sylla, à exercer sur eux une tyrannie (43.15.5 : τυραννῆσαι ὑµῶν), il s’applique à définir son pouvoir par une série d’antinomies : “Je m’attacherai à être non pas votre maître, mais votre guide, à ne pas agir en tyran, mais en chef (43.17.2 : οὐ δεσπόζειν ὑµῶν ἀλλὰ προστατεῖν, οὐδὲ τυραννεύειν ἀλλ ἡγεµονεύειν) ; voyez ma clémence, vous pouvez me considérer comme un père, je veillerai sur vous comme sur mes enfants (43.17.5 : ἐγὼ ὡς παίδων ὑµῶν ἐπιµελῶσαι)”. L’utilisation de toutes les nuances du vocabulaire politique classique permet de faire présenter par César son pouvoir comme une forme de monarchie modérée. Le second passage est celui qui met en scène les soldats qui participent au triomphe célébré immédiatement après, et détaille leurs lazzi, en finissant par le détournement de la ritournelle bien connue si rex eris en “Si tu agis bien, tu seras châtié, si tu agis mal, tu seras roi”, que Dion commente ainsi : “Ils voulaient dire par là que si César restituait au peuple son autonomie (ἂν µὲν ἀποδῷ τῷ δήµῳ τὴν αὐτονοµίαν), ce qu’ils estimaient juste, il serait accusé pour ses actes contraires aux lois et condamné, mais que s’il conservait le pouvoir absolu (ἂν δὲ τῇ δυναστειᾳ ἐµµείνῃ), ce qui est le fait d’une personne injuste, il serait roi (µοναρχήσει)” (43.20.3). Ce second passage permet, en faisant intervenir des locuteurs d’ordinaire exclus du débat politique, mais auxquels Dion a reconnu un rôle fondamental comme base de la domination de César, comme on l’a vu plus haut, de dénoncer la métamorphose du pouvoir absolu de César en une monarchie, et, du même coup, de donner un nom, monarchie, au régime que César proposait aux sénateurs sous un jour rassurant.

12On peut d’ailleurs le rapprocher à son tour d’un troisième passage, situé plus loin, et qui constitue un commentaire de Dion sur l’ensemble des honneurs et des pouvoirs décernés à César après la victoire de Munda. Il les classe en deux catégories, “ceux qui, bien qu’ils aient semblé à certains excessifs et contraires à l’usage établi, ne sont pas étrangers à la démocratie (ἀδηµοκράτητα)”, comme l’octroi du titre d’imperator, et “ceux qui le désignent ouvertement comme monarque (µόναρχον αὐτὸν ἄντικρυς ἀπέδειξαν)” (43.45.1) ; il s’agit du cumul des magistratures, de l’octroi d’une garde de soldats, et du monopole du contrôle du trésor public, qui effectivement sont en opposition radicale avec les usages républicains. Cette fois, c’est de Dion qu’émane une définition de la position politique de César en termes de régimes, avec l’idée que le régime césarien mêle des éléments monarchiques et des éléments démocratiques.

13Dernier passage intéressant pour notre propos dans ce livre, une réflexion que Dion prête implicitement à César et qui le présente, comme c’était déjà le cas dans les livres précédents, en analyste lucide de l’origine de sa domination : si, parmi les réformes qu’il imposa en 46, il limita strictement la durée des commandements provinciaux, c’est parce que la durée de son propre commandement en Gaule avait accru son aspiration à la domination (ἐπιθυµίαν τῆς δυναστείας) et renforcé les bases de sa puissance (τὴν παρασκευὴν τῆς ἰσχύος) – une allusion à ses troupes et à ses profits de guerre (43.25.3).

14Ce livre 43 est donc celui qui présente, avec une grande variété de modes d’énonciation et de vocabulaire, l’institutionnalisation de la domination de César, l’établissement d’un nouveau régime.

15Le livre 44, tout entier consacré aux Ides de mars, s’ouvre comme on le sait sur une violente dénonciation de l’assassinat de César, dans le fameux développement où Dion s’exprime en son nom propre pour condamner la démocratie et faire l’éloge de la monarchie, en reprochant aux meurtriers d’avoir arraché la cité à la concorde pour la replonger dans la στάσις (44.1.2).

16Sa caractéristique principale, dans l’optique que nous avons choisie, est de fournir un regard rétrospectif sur le régime de César, avec deux moments importants et pour lesquels les procédés d’exposition sont différents, celui des Ides de mars, puis celui des funérailles. Le moment des Ides est celui où domine une présentation dialectique, qui met en regard le point de vue de Dion et celui des conjurés. Ce procédé est déjà utilisé dans le développement général qui sert de préface au récit, où Dion disqualifie les justifications qu’ils avaient avancées : “Ils ont prétendu avoir éliminé César et libéré le peuple (καθαιρέται τοῦ Καίσαρος καὶ ἐλευθερωταὶ τοῦ δήµου), mais en vérité ils ont comploté injustement contre lui et jeté dans le désordre la cité qui avait un gouvernement juste (τὴν πόλιν ὀρθῶς ἤδη πολιτευοµένην ἐστασίασαν)” (44.1.2). Plus loin, dans le récit du meurtre, il est dit que les conjurés “craignaient qu’on leur reproche d’avoir agi pour prendre le pouvoir et non pour libérer la cité (ἐπὶ δυναστείᾳ ἀλλοὐκ ἐπ ἐλευθερώσει τῆς πόλεως)” (44.19.2), puis ce sont les conjurés eux-mêmes qui justifient leur acte en prenant la parole devant le peuple – un discours que Dion, seul parmi les auteurs anciens, donne au style direct. Ils disent avoir agi “non pas pour prendre le pouvoir (ἐπὶ δυναστείᾳ), mais pour que eux soient libres et autonomes, et aient un gouvernement juste (ἀλλ ἵν ἐλεύθεροί τε καὶ αὐτόνοµοι ὄντες ὀρθῶς πολιτεύωνται)” (44.21.1). La similitude des termes dans les trois passages et la répétition rhétorique des oppositions sont frappantes. Enfin, ce sont “la majorité des Romains (οἱ πολλοί)” qui se réjouissent “d’être débarrassés du pouvoir absolu (δυναστεία) de César”, tandis que les conjurés sont heureux “d’être appelés libérateurs et tyrannicides (ἐλευθερωταὶ τυραννοφόνοι τε)” (44.35.1). Et dans le passage qui précède immédiatement, Dion présente un échange de plaisanteries entre le consul Antoine et Cassius, dînant ensemble, sur le thème de la tyrannie et du tyrannicide (44.34.7).

17Cette répétition des oppositions dialectiques, que Dion prend soin de faire proférer par des acteurs différents, dans des lieux et des moments différents, et la récurrence d’un vocabulaire emprunté à la fois à la théorie et à la polémique politiques classiques sont remarquables et tout à fait originales dans la partie conservée de son œuvre.

18À ces passages consacrés au césaricide et saturés d’oppositions dialectiques, s’opposent ceux de la fin du livre qui, par le biais de l’oraison funèbre de César prononcée par Antoine, présentent son régime sous un jour positif, celui d’une monarchie, qui n’est pas explicitement désignée comme telle, mais définie indirectement par des métaphores : “Vous l’aimiez comme un père (ὡς πατέρα) et comme un bienfaiteur (ὡς εὐεργέτην), vous souhaitiez qu’il soit le guide permanent de la cité et de l’empire (προστάτην διατελῆ τῆς τε πόλεως καὶ τῆς ἀρχῆς ἁπάσης)” (44.48.1-2). Ce détour par un vocabulaire des formes d’exercice du pouvoir fait écho à la manière dont Dion lui-même, au début du livre, a défini la position de César : “le guide et le protecteur (τόν τε προστάτην καὶ τὸν κηδεµόνα)”, sous-entendude la cité” (44.2.5). Il rappelle aussi les termes que César lui-même, dans le discours qu’il aurait adressé aux sénateurs après sa victoire de Thapsus, utilisait pour désigner la position politique qu’il envisageait (προστατεῖν, ἡγεµονεύειν, ἐπιµελεῖσθαι) (43.17.2 ; 43.17.5).

19L’ensemble du livre 44 présente donc une variété des procédés d’exposition, et une richesse du vocabulaire politique mobilisé pour définir le régime césarien, tout à fait remarquables, qui le singularisent par rapport aux précédents, et bien plus encore par rapport aux suivants. À partir du livre 45, en effet, le régime césarien n’est plus évoqué que rarement, et par des procédés qui se réduisent aux remarques personnelles que Dion place çà et là dans son récit. Font exception les discours symétriques prononcés au Sénat par Cicéron et par Calenus au début de l’année 43, et qui forment la matière d’une bonne partie des livres 45 et 46. Le pouvoir de César y reçoit différentes définitions, mais elles sont toujours liées à la polémique sur Antoine, véritable enjeu de cette confrontation. Dans la bouche de Cicéron, sont évoquées la domination de César (δυναστεία) qui a rendu odieux le titre de dictateur (45.24.2), et dont Antoine voudrait hériter (πρὸς τὴν διαδοχὴν τῆς δυναστείας αὐτοῦ ἐπειγόµενος : 45.41.3) ; et son pouvoir monarchique, désigné conjointement par les termes τυραννίς et µοναρχία (45.33.2-3), auquel Antoine aspirerait. La même association, à laquelle s’ajoute le terme δεσπότης, revient plus loin (45.35.2). Dans la bouche de Calenus, se retrouvent des termes du même registre (δυναστεύων : 46.17.8 ; τυραννίς : 46.19.8), même si le propos est à l’opposé puisqu’il s’agit de présenter Antoine comme celui qui a empêché César de devenir un tyran. Le régime césarien, présenté de façon également négative par les deux orateurs, est un élément parmi d’autres dans un exercice rhétorique dont l’enjeu est ailleurs.

20Au demeurant, dans tous ces livres qui décrivent la guerre civile, depuis les lendemains du césaricide jusqu’à la bataille d’Actium, c’est le vocabulaire du règne de la domination et du pouvoir absolu, la δυναστεία, qu’on rencontre le plus souvent, et en regard celui la démocratie menacée de disparition. Cette opposition, énoncée dans le récit dès la fin de l’année 44 (45.11.2), est répétée par Dion lorsqu’il décrit l’enjeu de la bataille de Modène en mars 43 (46.34.4), puis celui de la bataille de Philippes en octobre 42 (47.39.1-2), et reprise dans la harangue de Brutus (47.42.3-4).

  • 13 Voir dans ce volume la contribution de C. Carsana.

21L’évocation de la monarchie césarienne est bien plus discrète, mais révélatrice. Elle fournit, d’abord, un contrepoint à la description de la δυναστεία des triumvirs, notamment quand Dion dresse le bilan des décisions qu’ils prennent à la fin de l’année 43 : “Ils dirigeaient les affaires publiques au gré de leur volonté et de leurs désirs ; en comparaison la monarchie (µοναρχία) de César faisait figure d’âge d’or” (47.15.4). En même temps, il souligne leur empressement, au même moment, à se présenter comme ses héritiers politiques : “comme leur ambition était d’accéder à la monarchie (µοναρχία)” (47.18.1). Mais surtout, rappeler la monarchie de César permet d’établir un lien avec Octavien et, au-delà, avec le régime augustéen, et de le distinguer d’Antoine. Au lendemain des Ides de mars, Antoine est décrit comme celui qui, cherchant à marginaliser son rival, se proclame l’héritier non seulement des biens mais aussi de la δυναστεία de César (44.53.5). Octavien au contraire est présenté comme celui auquel César souhaitait transmettre sa µοναρχία (45.1.2) – le choix des termes est révélateur – , et qui lui-même “poursuivait les mêmes objectifs que ceux qui avaient valu à César d’être assassiné” (45.4.3). À ces textes qui sont comme une annonce du changement de régime à venir, fait écho l’affirmation que Dion, bien après, place à deux reprises dans la bouche d’Octavien, dans son fameux discours aux sénateurs de janvier 27, sous la forme d’un parallèle entre le refus de la monarchie par César autrefois et sa déposition volontaire par lui-même à présent (53.6.4 ; 53.7.3). Mais c’est la seule évocation du régime césarien qu’on puisse relever dans les livres augustéens de Dion. Sans entrer dans la question de la façon dont il se représente les caractères respectifs de la monarchie césarienne et de la monarchie augustéenne13, remarquons que le point commun à toutes ces notations, dans les livres qui retracent les guerres civiles et l’établissement du principat d’Auguste, est que le régime césarien est bien présenté après coup comme un régime, justement, et régulièrement désigné comme une µοναρχία. Mais il n’apparaît plus qu’en filigrane, et presque uniquement dans de brefs commentaires de Dion : le contraste avec les livres 41 à 44 est flagrant.

22Si l’on récapitule à présent les observations formulées à propos des différents livres ou groupes de livres dans lesquels apparaît la figure de César, on observera d’abord que l’économie générale de ces livres consiste à décrire un processus : montrer comment le pouvoir d’un individu s’installe par la force au cœur de la République, en ruine les institutions, et en fait une monarchie. L’analyse du vocabulaire politique utilisé par Dion pour évoquer ce phénomène, et des contextes dans lesquels il apparaît, a révélé de grandes différences d’un livre à l’autre, avec une forte originalité des livres centraux (43-44).

  • 14 Comme l’ont bien montré Rich 1990, 13-14, et, plus en détail, Gowing 1992, chap. 6 et particulièr (...)

23Les livres 41 et 42 décrivent l’émergence d’un pouvoir reposant sur la force et qui présente des apparences institutionnelles fallacieuses ; c’est essentiellement l’analyse faite par Dion qui le démasque, mais aussi des propos de César lui-même. Le registre du vocabulaire, logiquement, est surtout celui des réalités politiques. Le livre 43 décrit la phase d’institutionnalisation de la domination césarienne. Le lexique devient beaucoup plus riche, en intégrant la typologie des régimes, les locuteurs se diversifient – César lui-même, ses soldats – , leurs modes d’expression également – réflexions intimes supposées, discours dans l’enceinte du Sénat, apostrophes spontanées dans les lieux publics. De cette variété naît une diversité de regards sur la nature du régime, révélant ses ambiguïtés, tandis que les commentaires de Dion apportent des nuances dans la caractérisation du régime qui s’installe. Le livre 44, tout entier consacré aux Ides de mars, ouvre une réflexion rétrospective sur le régime en posant la question de la légitimité du césaricide et du choix du bon gouvernement. Son originalité tient à la richesse du vocabulaire convoqué, et aussi à la forme que Dion a choisi de donner à cette réflexion : un débat auquel lui-même se mêle, et qui confronte les meurtriers et les différents groupes devant lesquels ils justifient leur acte, sénateurs, foule, magistrats, avec le choix formel d’une présentation dialectique des arguments. C’est en quelque sorte un débat sur les régimes tenu dans la cité entière. Aux livres suivants le récit reprend son cours, et la perspective change : les péripéties de la rivalité armée entre les héritiers de César passent au premier plan, et le régime césarien n’est plus qu’un point de référence pour la conduite des triumvirs, avec une focalisation sur Octavien qui anticipe l’avènement du principat d’Auguste14.

24L’originalité des livres 43 et 44 en ressort plus vivement encore, et il reste à en proposer une interprétation. Comment comprendre la variété des procédés d’exposition, la multiplication des points de vue, leur entrelacement parfois virtuose ? Quelles intentions ont présidé à ces choix ?

  • 15 Voir dans ce volume la contribution de C. Carsana.

25Certaines contributions dans ce volume ont déjà mis en lumière l’une des originalités de l’histoire institutionnelle de Rome telle que Dion la décrit : montrer que le passage de la République au Principat ne s’est pas effectué de façon linéaire, mais au prix d’anticipations, de ruptures, de retours en arrière, bref, que ce fut un processus historique complexe15. Le choix de procédés d’exposition aussi divers, et les correspondances qui s’établissent entre discours opposés, ou entre discours et analyses, permettent d’introduire le lecteur dans cette complexité. Par exemple, concernant le régime césarien, de rendre sensibles les incertitudes sur la vraie nature d’un pouvoir que les contemporains percevaient de façon différente, voire opposée, et, au moment des Ides de mars, de faire saisir à quel point les interrogations sur sa légitimité étaient profondes et divisaient les Romains. On a remarqué, à cet égard, le soin que Dion a mis, en multipliant les locuteurs, les formes d’expression, les lieux, à donner l’impression que la controverse s’exprimait ouvertement et s’étendait à la cité tout entière. Si l’on compare avec les seuls autres passages conservés qui comportent des débats de fond sur les institutions et le meilleur régime, ceux qu’on trouve dans les livres augustéens, les discours d’Agrippa et de Mécène, le contraste est frappant : le dernier bouillonnement de la liberté d’expression démocratique d’un côté, le confinement de la réflexion à la tête de l’État monarchique de l’autre, avec ces deux conseillers s’adressant posément et sans témoins au prince. D’une certaine façon, donc, Dion a mis en adéquation son écriture avec le contexte historique.

  • 16 Voir dans ce volume la contribution de M. Bellissime citée supra, n. 5.

26Mais s’agit-il seulement d’animer le récit, et de faire revivre une Rome révolue ? Ce qu’on a observé pour la fonction des discours16 insérés dans l’Histoire romaine, lieux d’une réflexion théorique et conceptuelle, moyens de susciter chez les lecteurs, sous une forme que la diffusion de l’éducation à la rhétorique à son époque leur a rendue familière, une réflexion sur le vocabulaire politique, par opposition aux passages narratifs, pourrait être étendu à tous les passages que nous avons pris en compte dans cette étude. Ils sont aussi, dans leur diversité, et malgré leur discontinuité, des moyens d’interpeller les lecteurs et de les orienter vers une réflexion politique.

Notes

1 Par exemple Vrind 1923. C’est sur ce domaine que porte notre contribution dans ce volume intitulée “Institutions et procédures politiques de la République romaine”.

2 Freyburger-Galland 1997 couvre les deux champs.

3 Comme Fechner 1986 ou Sion-Jenkis 2000, qui envisage l’ensemble des auteurs, grecs et latins, et consacre à Dion les p. 43-50. Voir aussi Kuhn-Chen 2002, 182-209. Le sujet est effleuré dans Millar 1964, 74-77.

4 Notamment l’application à Rome de la théorie des régimes, ce que M. Bellissime (“Polysémie, contextualisation, re-sémantisation”, dans ce volume) appelle sa “grille de lecture” pour les institutions romaines.

5 C’est le cas bien sûr pour les fameux discours d’Agrippa et de Mécène du livre 52. Mais ces considérations apparaissent plus rarement à propos des autres. Cf. dans ce volume M. Bellissime “Fiction et rhétorique dans les prosopopées de l’Histoire romaine”.

6 Voir dans ce volume ma contribution “Figures et récit dans les livres républicains”.

7 Par exemple lorsqu’il commente le choix que fit Pompée, à son retour des campagnes d’Orient, de licencier son armée à Brindes (37.20).

8 Comme récemment dans Ferrary 2010.

9 44.1.1-2 : “Voilà donc ce que fit César en prévision de sa campagne contre les Parthes. Mais une folie funeste s’empara de quelques hommes qui jalousaient sa prééminence et sa position supérieure à la leur, et provoqua sa mort contre toutes les règles, en ajoutant un nouveau nom au registre des sacrilèges ; elle dispersa les décrets, et après la concorde amena à nouveau aux Romains les dissensions et les guerres civiles” (traduction personnelle).

10 Voir par ex. Zecchini 2010 et un état récent de la question dans Sion-Jenkis 2012.

11 Voir dans ce volume la contribution d’E. Bertrand, M. Coudry et V. Fromentin.

12 C’est ce que pensait Millar 1964, 80-81.

13 Voir dans ce volume la contribution de C. Carsana.

14 Comme l’ont bien montré Rich 1990, 13-14, et, plus en détail, Gowing 1992, chap. 6 et particulièrement p. 92-93.

15 Voir dans ce volume la contribution de C. Carsana.

16 Voir dans ce volume la contribution de M. Bellissime citée supra, n. 5.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search