Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Cassius Dion, sénateur romain

Marius Maximus, Cassius Dion et Ulpien : destins croisés et débats politiques

Michel Christol

Texte intégral

1Avec chacun de ces trois personnages l’analyse prosopographique peut s’engager dans de larges perspectives et supporter une réflexion sur les contextes politiques du déroulement de leurs carrières. En les associant on s’ouvre encore mieux à ces aspects de l’histoire de l’État impérial. Ce qui prime pour l’historien du droit, à savoir le déroulement de la carrière d’Ulpien et l’articulation entre sa participation à la vie de l’État et sa production juridique, peut être satisfait et même enrichi par les élargissements qu’autorise l’étude d’autres personnages haut placés au sein de la société politique de l’époque sévérienne. Il en va de même pour Cassius Dion, mais dans d’autres registres, celui des rapports biographiques entre son activité littéraire et son activité politique et celui concernant la manière dont sa réflexion aurait été nourrie par son rôle et par son action dans la vie de l’État. Pour eux deux se pose la question du rapport à établir entre temps de l’écriture et temps de l’action. Mais il est difficile de ne pas les associer à Marius Maximus, lui aussi producteur d’une œuvre littéraire, il est vrai moins saisissable en ce qui concerne ses traces dans la tradition historique et plus incertaine en ce qui concerne le niveau d’élaboration, autrement dit le genre auquel elle ressortissait. Ce sont les repères chronologiques provenant de l’établissement des biographies politiques qui aident à comprendre à quel moment, et donc dans quelles conditions, ils ont procédé à l’élaboration de leurs œuvres.

  • 1 Mais il nous semble que pour Dion l’on puisse peu à peu les réduire, comme le montre dans ce volu (...)

2Les rapprochements font apparaître entre eux de profondes distinctions. En effet, le déroulement des carrières s’entrecroise, en sorte que se dégagent des rythmes divers, riches de signification, même si, à la différence de ce que l’on constate pour Marius Maximus, tant pour Ulpien que pour Dion des zones d’ombre, plus ou moins importantes et plus ou moins saisissables, subsistent encore, faute de disposer d’un cursus épigraphique bien détaillé1. La mise en œuvre de biographies comparées et leur entrecroisement non seulement contribuent à mieux éclairer la compréhension des carrières, elle aide à mettre davantage au jour les contextes politiques de la dernière période antonine et de la période sévérienne, c’est-à-dire un cadre englobant de l’activité des sénateurs et des chevaliers engagés dans le service du prince.

3En effet, les trois personnages appartiennent à la même génération, ils ont été mêlés aux mêmes événements, ils ont parfois réagi aux mêmes circonstances, enfin, grâce à une certaine solidité physique, ils ont participé à la vie politique sur une longue période. L’arc temporel dans lequel s’inscrivent leurs vies et leurs carrières politiques est quasiment identique. Disons tout de suite que si Ulpien, né dans la décennie 160-170, plutôt dans ses débuts, vécut jusqu’au début du règne de Sévère Alexandre lorsque sa carrière fut interrompue par l’assassinat, Dion, né peu après 160 aussi (plutôt en 162-163) et consul ordinaire pour la seconde fois en 229, lui survécut de dix ans à peu près, tandis que Marius Maximus, né vers 155, dépassait aussi les débuts du règne de ce prince. Leurs naissances sont très voisines, ils ont vécu à peu près aux mêmes âges de la vie des événements ou des situations identiques, Ulpien et Marius Maximus apparaissent aussi comme des personnages majeurs de la vie politique au moment où Dion prenait toute sa place, d’une façon originale, dans les sommets de l’État et parachevait la rédaction de son œuvre historique en étant guidé par une forte réflexion de philosophie politique.

La carrière de Marius Maximus

  • 2 Birley 1997a. Auparavant Barbieri 1952, 219-220 n° 1100 ; Barbieri 1954 ; PIR2, M 308 (en 1983). (...)

4Elle est apparemment la plus rectiligne et c’est celle qui comporte la plus belle somme de grands honneurs auxquels pouvait prétendre un sénateur, y compris d’une manière exceptionnelle : deux grands proconsulats durant le principat de Caracalla (212-217), en Asie avec l’itération et en Afrique, ce qui constitue une situation très originale, puis la préfecture de la Ville sous Macrin (217-218). Pour un sénateur c’était s’approcher du second consulat, ordinaire. Mais celui-ci ne fut acquis qu’en 223 : en apparence, il avait fallu attendre la mort du “tyran”, le “faux Antonin”2 alors qu’il aurait pu venir à très peu de distance de la préfecture urbaine.

  • 3 CIL, VI, 1450 (= D. 2935), cf. p. 3805 et p. 4700 (Birley 1997a, 2705 10) : L(ucio) Mario L(uc (...)

5Toutefois cette rectitude n’est qu’apparente. Elle masque deux moments difficiles, l’un sous Commode, l’autre sous Élagabal. En effet l’inscription de Rome qui apporte la carrière jusqu’à un moment avancé, postérieurement au consulat3, comporte un trait particulier : l’adlectio inter praetorios. A. Birley, qui en a donné l’étude la plus approfondie, considère que peut-être ce fut le fruit d’une faveur de Cléandre, et que cette décision aurait permis au jeune sénateur d’éviter l’élection à la préture. Il en déduit que la naissance de ce sénateur serait à placer vers 160. Une autre interprétation peut être avancée. L’adlection ne serait-elle pas une compensation destinée à rendre un cours normal à une carrière ralentie ou interrompue ? Plus tard le cursus de Marius Maximus après l’adlection aurait repris un cours plus normal, en lui laissant entrevoir, avec l’obtention d’un commandement de légion, la possibilité de parvenir au consulat. On envisagera donc par cette observation sur un détail de la carrière qu’après avoir perdu la faveur du prince, il l’avait recouvrée : il aurait donc pâti des conflits politiques de la première partie du règne de Commode. Son engagement dans le parti sévérien serait alors, en 193, autant le révélateur des circonstances (il était dans une province dirigée par le propre frère de Septime Sévère) que de liens plus anciens qui l’inséraient dans un groupe politique bien défini. En tout cas, comme Sévère ou Pertinax qui avaient souffert de la chute de Paternus et de l’hégémonie de Perennis, le jeune Marius Maximus aurait subi une interruption de carrière qui venait altérer la position détenue auparavant, dont avait témoigné l’appui impérial pour l’élection au tribunat de la plèbe. On peut envisager que moins âgé de dix ans que le prince qu’il servit fidèlement dans la guerre civile des années 193-198, il serait né vers 155 (Septime Sévère étant né en 145) : il était donc à peine plus âgé qu’Ulpien et Cassius Dion.

  • 4 Christol 2012a ; Christol 2014, avec pour la date du proconsulat la réhabilitation des propositio (...)

6La fin de sa carrière mérite aussi attention. L’itération du proconsulat d’Asie s’expliquerait par les vicissitudes du voyage de Caracalla vers l’Orient. Le prince s’était établi à Nicomédie dès la fin de 213, et il s’astreint à un déplacement vers les frontières de la Dacie qui ralentissait le cours de son déplacement. Caracalla, en effet, ne retourna pas à ses quartiers d’hiver sans avoir aussi longuement parcouru la grande province proconsulaire d’Asie, maintenant pour l’année 214-215 le gouverneur qui s’y trouvait en place dès l’année précédente4.

  • 5 Birley 1997a, 2694 ; Eck 1999b revenant sur l’interprétation erronée d’une inscription d’Uchi Mai (...)
  • 6 Les divers exemples examinés par Hurlet 2006, 76-77, même s’ils montrent les interventions du pri (...)
  • 7 Après avoir été préfet de l’annone, il fut promu, par un avancement inusité, à la préfecture des (...)
  • 8 CIL, X, 6569 (= D. 478) = IG, XIV, 911 (= IGR, I, 402) ; Pflaum 1960-1961, 638-642 n° 237 ; Corbi (...)

7Il faut ajouter une seconde situation d’exception avec l’exercice du proconsulat d’Afrique, que l’on peut placer en 216-217. La singularité de ce redoublement d’un grand proconsulat a été souvent relevée5, mais sans que l’on tente d’apporter une explication6. Ce second proconsulat confiait à Marius Maximus une province d’où partait vers Rome une grande partie du ravitaillement en blé de la plèbe. Il pourrait traduire le souci de s’assurer fermement du contrôle de la province d’Afrique par l’installation d’un fidèle de la famille sévérienne. Parallèlement, on peut relever dans les grandes préfectures équestres l’arrivée à la tête de l’Égypte d’un nouveau préfet, dont la loyauté paraissait ferme : ce fut L. Valerius Datus, transféré de la préfecture des cohortes des vigiles. Mais pour le remplacer dans ce poste on fit appel à un chevalier, originaire de Lepcis Magna, dont la fidélité était particulièrement marquée par des liens anciens avec l’empereur du moment, Q. Marcius Dioga7 : ce fut pour lui une promotion curieuse, avec une apparence de piétinement puisqu’il passait de la préfecture de l’annone à la préfecture des vigiles. Ces transferts de personnes marquent dans le courant de 216 le souci de bien tenir les provinces annonaires et la ville de Rome. On notera qu’au même moment, c’est un parent de l’empereur, Sex. Varius Marcellus, qui se trouvait à la tête de la province de Numidie et de la III Augusta8.

  • 9 79[78].14.3.
  • 10 Comme le note à juste titre Birley 1997a, 2701.
  • 11 79[78].14 ; Millar 1964, 162, 208-209.
  • 12 Sur la distinction entre le personnage et un certain Eutychianus, Millar 1964, 166-167, à partir (...)
  • 13 80[79].4.1-2 ; Millar 1964, 169-170.
  • 14 Sur le consulat sous Sévère Alexandre, Pflaum 1948, 36-38 ; Nasti 1995-1996 ; Nasti 2006, 11-14.

8Lors du bref règne de Macrin (217-218), disponible après son retour d’Afrique, Marius Maximus fut élevé à la préfecture de la Ville, ce dont rend compte Dion9. Même si l’on peut considérer qu’il était un fidèle de la dynastie sévérienne, les décisions d’exception qui avaient accompagné les étapes les plus récentes de sa carrière ne pouvaient pas être totalement désapprouvées par Macrin qui, comme préfet du prétoire de Caracalla, conduisait les affaires avec son collègue Aduentus. Bien que faisant partie des hauts responsables ayant reçu une nomination de l’empereur assassiné, Marius Maximus10 eut la possibilité de prêter son concours au nouveau maître de l’empire. Ayant quitté le gouvernement de l’Afrique, il reçut, plus tôt que ce qu’il était possible de prévoir, la préfecture de la Ville. Oclatinius Aduentus, le plus ancien dans la préfecture du prétoire, qui s’était effacé devant Macrin en avril 217 après l’assassinat de Caracalla, avait ramené à Rome les restes de ce dernier, il avait reçu la préfecture urbaine, mais cette élévation avait offusqué le Sénat. Au grand scandale de Dion il reçut même un second consulat, après une adlection (parmi les consulaires)11. Au début de 218, le choix de Marius Maximus, qui paraissait fidèle au nouveau prince, permettait de satisfaire ceux qui avaient pris la direction des affaires à l’issue de la conquête du pouvoir par Septime Sévère, et qui n’avaient pas nécessairement admis tous les excès de son fils aîné. C’est peut-être ce ralliement, qui pouvait être considéré comme une trahison de la dynastie sévérienne, qui aurait provoqué à la chute de Macrin dans l’année 218 une disgrâce temporaire pour Marius Maximus, remplacé par P. Valerius Comazon12, dont l’ascension révolta tout autant Dion13 et parut marquer pour lui les excès d’une tyrannie. Marius Maximus n’obtint pas immédiatement le second consulat auquel il pouvait prétendre, et celui-ci n’arriva qu’en 223, une fois éliminé Élagabal et établi au sommet de l’État Sévère Alexandre, assisté d’Ulpien et entouré de sénateurs qui considéraient que le règne précédent n’aurait été qu’une parenthèse, conclue par la damnatio memoriae d’un tyran fou. Parmi eux se trouvait Dion. Nous ne pouvons que supputer les raisons qui ont conduit à ce choix, qui remettait en selle le personnage. Mais il en recevait un réel prestige, car il était le consul prior de la première éponymie dont le nouveau pouvoir avait le choix, le prince s’abstenant de renouveler un consulat qu’il avait détenu en 222 après son association au pouvoir d’Élagabal14. Son rôle dans les fêtes du début de l’année 223 devenait significatif : à l’instar de Pline le Jeune dans les premières années du principat de Trajan, il avait la possibilité de présenter les orientations politiques et idéologiques du règne et ce à ses débuts.

La carrière de Cassius Dion

  • 15 Birley 1953 = Birley 1988, 75-92 ; Morris 1964 ; Morris 1965.
  • 16 Millar 1964, 5-27 ; voir aussi sur tous les points la contribution de M. Molin citée supra, n. 1.
  • 17 Barnes 1984 ; ici même Molin ; et aussi Millar 2005 à la suite de Sordi 2000b.

9La carrière de ce sénateur originaire de Bithynie (Nicée) est connue dans ses grandes lignes par ce qu’il nous en dit et par quelques documents relatifs à son père. Son analyse a suscité des discussions, mais on doit les résoudre en tenant compte d’abord des données générales structurant le déroulement des carrières sénatoriales15. Mais tout autant que le déroulement de cette carrière dans une chronologie relative, c’est l’articulation avec les contextes de la vie politique qui importe. Pour l’essentiel la reconstruction de F. Millar, en 1964, demeure valable16, même si quelques points de l’argumentation peuvent à l’occasion être repris, en tenant compte d’observations ou de réflexions nouvelles17.

  • 18 Suet., Aug., 38.2 ; Chastagnol 1992, 38.
  • 19 Dion n’avait pas encore atteint l’âge de la questure. Il en allait de même lorsqu’il accompagna s (...)
  • 20 74[73].12.2. Barnes, sans démontrer que 194 est impossible, opte pour 195, de même que M. Molin ( (...)

10Cassius Dion était fils de sénateur. Nous le saisissons lorsque, jeune laticlave, en assistant à des séances du Sénat il faisait l’apprentissage de la vie politique18. On était en 180 p.C., au moment où Commode revenait à Rome19. La date de l’élection à la questure se déduit de ce que l’on apprend sur la nomination à la préture par les soins de Pertinax en 193 pour 19420. Il faut la placer en 188 ou 189 et fixer sa date de naissance en 162 ou 163.

  • 21 Guey 1962, 82-83.

11Ce début de carrière était banal, mais chez Dion il a laissé des traces, en devenant source de parti-pris durables. En effet un événement politique majeur du début du règne de Commode fut l’ascension du préfet du prétoire Perennis, écartant les partisans d’une politique extérieure agressive qui obérait les finances de l’État. Avec d’autres certainement il convainquit Commode de quitter les frontières, puis il élimina ses adversaires, dont l’autre préfet du prétoire Tarrutenius Paternus. Il imposa une politique extérieure plus prudente, en tout cas moins coûteuse. Comme l’ont montré depuis longtemps les travaux numismatiques, les premières années du règne de Commode ont connu une restauration de l’aloi du denier, la monnaie des dépenses de l’État 21.

  • 22 Grosso 1964, 153-163.
  • 23 SHA, Comm., 5 ; cf. aussi Hdn. 1.8.1-2.

12Outre l’élimination de Paternus de la préfecture du prétoire, puis sa condamnation, cette ascension n’alla pas sans d’autres drames. Pertinax fut écarté de la vie politique pendant trois ans, et vraisemblablement aussi Septime Sévère22. D’autres carrières de sénateurs subirent des coups d’arrêt. Ce fut, nous semble-t-il, le cas de Marius Maximus, à peine plus âgé que Dion : le trace se trouverait dans le cursus épigraphique, si l’adlectio inter praetorios peut être définie comme le moyen de rattraper un retard de carrière. Perennis ayant été éliminé à son tour, la carrière de ce dernier retrouva un cours normal après cette compensation. Mais par la suite le sénateur humilié aurait contribué, dans sa biographie de Commode, à noircir le portrait du puissant préfet de prétoire, en insistant en particulier sur son avidité23. Même rédigées bien plus tard, avec le relais de la Kaisergeschichte d’Ennmann, les vies de Commode et de Pertinax dans l’Histoire Auguste portent la trace de ces événements politiques.

  • 24 Molinier 1998, 239-241 ; Molinier-Arbo 2012, 107-109.
  • 25 73[72].10.1.
  • 26 Millar 1964, 38-39.

13Dans les sources antiques le portrait de Perennis est contrasté. Hérodien, comme l’Histoire Auguste, sans pour autant se copier24, s’inspirent d’une source commune qui paraît être Marius Maximus, à travers peut-être l’Histoire impériale en ce qui concerne cette dernière. Celui-ci leur fournit l’image d’un conseiller néfaste, exploitant la jeunesse du prince pour le pousser aux plaisirs afin de s’emparer de la réalité du pouvoir et d’assouvir son amour des richesses. Mais ce portrait négatif trouve son contraire chez Dion, qui présente le personnage d’une façon plus équilibrée : ce seraient les défauts de Commode qui expliqueraient l’excès de pouvoirs dont bénéficia Pérennis. Dion, de plus, s’insurge contre les accusations portées contre lui. La fin du passage, dans l’abrégé de Xiphilin, est un éloge soutenu : “Pour lui-même, en aucune façon, il ne tendit vers la gloire ou vers la richesse ; au contraire il vécut de la façon la plus incorruptible et la plus empreinte de sagesse”. On a bien remarqué que cette mise en valeur, riche en superlatifs, avec une défense vigoureuse du désintéressement de Perennis, mérite d’être isolée dans le récit du règne de Commode, car elle contraste avec le portrait d’un autre favori, Cléandre, qui aime le pouvoir et les richesses, et dont le rôle néfaste est décrit un peu plus loin25. Ce jugement vraisemblablement a été écrit sous Élagabal26, entre 218 et 222, en tout cas antérieurement à l’événement de Sévère Alexandre. Mais il peut être autant une réponse au portrait plus noir que l’on aurait trouvé chez Marius Maximus, s’il avait entamé la composition de ses biographies ou s’il en avait divulgué le contenu, qu’une prise de position dans un débat plus récurrent dans l’opinion. Pour Dion lui-même, c’est la défense d’un parti-pris ancien, déterminant pour sa carrière ultérieure, qui paraît importer, car il se trouvait, lui et son père, dans un des camps qui luttaient pour le contrôle de la vie politique. Il s’était d’abord trouvé en accord avec celui qui prônait une politique de prudence. Il refusait de renier le bien-fondé de son attitude du passé. Ce n’est pas qu’un exercice d’école, car la réhabilitation d’un préfet du prétoire gestionnaire au destin malheureux peut être replacée dans le contexte de sa rédaction : on se trouverait au lendemain du règne de Macrin, préfet du prétoire élevé à l’empire, qui eut à régler les pertes et profits de l’expédition orientale de Caracalla. Parler de Perennis, si la chronologie de la composition de l’œuvre est acceptable, aussi parler de Macrin – ou par contraste de Plautien – plus que parler de l’œuvre réformatrice d’Ulpien sur laquelle on reviendra un peu plus loin. Mais c’était aussi pour Dion aussi parler de soi.

  • 27 Birley 1997a, 2699.

14Le rapprochement des carrières fait donc apparaître la singularité de celle de Dion. Il se trouve à l’écart du groupe qui prit les rênes de l’État à l’occasion de la guerre civile qui se déroula entre 193 et 197. En revanche, Marius Maximus, un des principaux généraux de Septime Sévère, en retira l’accès au consulat vers 200, peut-être en 198 ou 19927. Suivirent pour lui de grands gouvernements, ceux de Germanie inférieure et de Syrie Creuse, puis les deux grands proconsulats. Il semble être devenu un homme essentiel dans le jeu politique à Rome dès la décennie 200-210 quand il avait entre 45 et 55 ans, puis comme le montrent aussi les responsabilités exercées sous Caracalla, puis le rôle détenu sous Macrin. Et s’il fut apparemment écarté des affaires par Élagabal, son second consulat de 223 indique clairement qu’il détenait une autorité reconnue par le pouvoir nouveau qui venait de s’établir à la suite d’une révolution de palais. On retrouve avec lui les caractéristiques majeures d’une carrière sénatoriale :

  • l’exercice du consulat vers la quarantaine ou peu après ;

  • les apprentissages du pouvoir et de l’administration entre préture et consulat, soit entre 30 et 40 ans ;

  • l’exercice des responsabilités majeures, les grands gouvernements provinciaux impliquant le commandement d’armées importantes, entre 40 et 50 ans, pas plus tard.

15C’est ainsi que la première partie active de la carrière de L. Marius Maximus s’est déroulée entre 190 et 199, et la seconde partie entre 199/200 et 208, fin de son gouvernement de Syrie. En revanche les dernières étapes apparaissent comme un aboutissement exceptionnel entre 213 et 223, quand il avait franchi la soixantaine.

16Le déroulement de la carrière de Dion s’écarte nettement de ce schéma, largement attesté par d’autres cursus épigraphiques. Des anomalies se succèdent dans la partie médiane de sa vie politique (sous Septime Sévère puis sous Caracalla), puis sous une forme différente elles s’accumulent dans la dernière partie de celle-ci (sous Sévère Alexandre) : l’excès de responsabilités arrive à un âge auquel il n’est pas attendu, et à une distance inusitée du consulat. Dans les deux cas les singularités sont fortes. Or Dion a parsemé son œuvre d’indications précieuses.

  • 28 Millar 1964, 16-17, 29.

17La préture se déroule durant la guerre civile. Même si Dion a tout fait pour se concilier l’appui de Septime Sévère, sa plume s’adaptant à la flatterie dès 193, lorsqu’il adresse à ce prétendant un petit ouvrage évoquant sa prédestination impériale, et lorsqu’un peu plus tard il compose une histoire des guerres conduites par ce prince jusqu’à l’élimination de Clodius Albinus28. Il relatait une époque de στάσεις µέγισται. Mais il ne participa pas à la conquête du pouvoir, étant à Rome aux séances du Sénat, et vivant en témoin apeuré la séance durant laquelle Septime Sévère fit l’éloge de la sévérité de Marius, de Sylla et d’Auguste, avant de livrer la liste des sénateurs proscrits. Durant ces années il ne semble pas avoir parcouru une carrière remarquable. Il n’a ni commandé de légion ni gouverné comme légat propréteur une province impériale. Il obtint cependant, en 205 ou 206 selon F. Millar, le consulat suffect. Par rapport à Marius Maximus, et aux généraux du parti sévérien, lui manquait le contact avec deux éléments essentiels du pouvoir : les légions et les provinces impériales.

  • 29 Les parti-pris de Barnes 1984, 243 le conduiraient, à partir du schéma de Millar qui est conforme (...)

18Pour la date du consulat il faut se rallier à l’avis de F. Millar. Plus exactement : le raisonnement qu’il a construit doit susciter l’assentiment, car il concorde avec un autre raisonnement s’appuyant sur la date d’exercice de la préture. On se trouve dix ans après celle-ci, et on aboutit à une date qui correspondrait à 204, ou qui se placerait à très peu de distance après cette date29. Mais, à la différence de Millar, on ne dégagera rien de la date de la fonction exercée par Dion en Afrique, car même si la date est approchée à un an près (entre 221 et 222), la définition de celle-ci est sujette à caution : ce n’est pas nécessairement le proconsulat dont on aurait déduit un repère assez précis.

19L’unanimité est toutefois loin d’être faite sur la date du consulat. Deux solutions très divergentes ont été proposées : soit vers 204 ou peu après, soit vers 223.

  • 30 Gabba 1955, 268-269.
  • 31 77[76].16.4 ; Degrassi 1952, 26 écrit “200 c. o più tardi” en se fondant sur la date de la prétur (...)
  • 32 60.2.3 ; Gabba 1955, 290.
  • 33 77[76].16.4 ; Millar 1964, 17, 204.

20Placer au début du règne de Sévère Alexandre le premier consulat de Dion a été longtemps une solution. E. Gabba, en 195530, faisait l’état de la question. Dans la mesure où, dans un passage transmis par l’abrégé de Xiphilin, se trouvait une allusion au consulat de Dion, un consulat déjà exercé, on avait pensé que la date fournie par ce passage constituait un terminus ante quem incontestable. On y trouvait un jugement sur la personne de Septime Sévère au moment de sa mort : le consulat était donc antérieur à l’année 21131. On a rapproché ce passage d’un autre qui, à propos de l’année 41 p.C., comportait une réflexion indiquant qu’il était ὑπατευκώς, c’est-à-dire consularis, quand il le rédigeait32. Millar est d’accord avec cette façon de poser le problème mais, selon la chronologie traditionnelle de composition de l’œuvre, on se trouverait en 216 p.C. : ce passage n’est donc point d’un grand secours pour ajuster précisément la chronologie. En revanche le premier des deux est précieux. Dion n’introduit pas au hasard toutes ses considérations biographiques. Le passage du livre 77[76].16.4 concerne la législation sur l’adultère de Septime Sévère, qui aurait entraîné une multiplication des accusations. Dion constate que durant son consulat il y avait trois mille causes qui avaient été enregistrées et qui étaient en attente. Ce n’est pas une observation occasionnelle. Elle s’insère dans une appréciation finale sur le règne de Septime Sévère avec d’autres éléments. Il faut donc l’interpréter strictement, ce qui valide le raisonnement de F. Millar33. A partir de là, pour déterminer plus précisément la date à l’intérieur d’une période durant laquelle Septime Sévère pouvait se trouver le plus souvent à Rome, Millar conclut aux dates de 205-206. Mais, comme il construit son raisonnement en ajoutant une considération sur un prétendu proconsulat de notre personnage, dont la date, amputée d’un intervalle de 15-16 ans, fournirait approximativement celle du consulat, nous devons nuancer son avis sur ce point, car on peut hésiter à admettre que Dion ait été proconsul d’Afrique au début du règne de Sévère Alexandre.

  • 34 Gabba 1955, 291, reprenant la position ancienne de Reimar ; il est pour l’essentiel suivi par Let (...)

21Ceux qui s’écartent de cette démonstration recherchent une date bien plus tardive. Mais elle introduit une anomalie en rapprochant à l’excès ce premier consulat de celui acquis en 229 avec l’itération. E. Gabba a bien représenté ce courant, et il a été suivi récemment par C. Letta34. On se concentre alors sur les dernières étapes de la carrière de Dion sans prendre en compte le déroulement d’ensemble de la carrière des sénateurs. On avait initialement argumenté de la sorte :

  • Dion, nommé curateur des cités de Pergame et de Smyrne sous Macrin (217-218), aurait détenu une charge exercée normalement par un ancien préteur ;

  • Dion serait proconsul d’Afrique en 222 ou 223. Il aurait donc exercé le consulat entre Macrin et Sévère Alexandre. Mais c’était oublier qu’il existe habituellement un intervalle de quatorze ou quinze ans, sinon plus, entre consulat et proconsulat.

22Par rapport à ses prédécesseurs Gabba a accepté le premier point, mais il a récusé à bon droit le second. L’expression ἐν τῇφρικῇγεµονία ne pouvant désigner le proconsulat d’Afrique, elle aurait signifié que Dion aurait été legatus Augusti pro praetore prouinciae Africae, “cioè il comando della legio III Augusta”. Donc il convenait de placer le consulat en 223 ou 224. Pour finir, l’addition des deux arguments imposait une chronologie : après 217‑218, après même 222 (Afrique), avant 225.

23On ne peut admettre ce raisonnement que si l’on fait abstraction de deux difficultés considérables par rapport aux carrières des sénateurs : le caractère très tardif du déroulement de cette partie du cursus, en incluant l’obtention tardive du consulat (vers la soixantaine), l’écart étonnant de brièveté entre celui-ci et le second consulat de 229. Il faut reprendre la question.

    • 35 Déjà au iie s. p.C., le patricien Man. Acilius Glabrio (PIR2, A 73 ; I. Eph., 611) avait été envo (...)
    • 36 Burton 1979, 481-487.
    • 37 Ce qui est admis implicitement par Barnes 1984, 244.

    La curatelle de Smyrne et de Pergame, comme celle d’Ephèse35, est consulaire, car Smyrne et Pergame sont des chefs-lieux de conuentus en Asie et surtout deux des plus grandes et des plus prestigieuses cités de la province. S’il est vrai que, à plusieurs reprises, le curateur d’une cité, prise isolément, fut un ancien préteur36, l’accroissement de la documentation ne devrait plus permettre actuellement de considérer que Dion fut curateur en tant qu’ancien préteur. Ce point n’a pas été examiné par F. Millar, car il établissait différemment la date du consulat. Mais cet argument a une valeur en lui-même37.

    • 38 49.36.4 ; 80.1.2.
    • 39 Cf. supra, n. 1. Position admise de longue date : Jardé 1925, 127 ; voir aussi récemment Barnes 1 (...)

    Pour examiner l’autre argument, on tiendra compte que l’on connaît mieux l’évolution des provinces africaines. Le gouvernement de la Numidie, créée par Septime Sévère, était confié à un légat impérial ancien préteur. Il apportait le consulat, mais on n’allait pas en Numidie après le consulat. Il reste que l’expression ἐν τῇφρικῇγεµονία que Dion utilise à deux reprises38 pour définir une fonction exercée en Afrique se réfère en son temps à la province proconsulaire d’Africa, dans les mains d’un proconsul assisté de deux légats. Mais déterminer le sens de l’expression est sans aucun doute la question la plus épineuse du dossier et une autre solution que celle présentée ci-dessous pourrait être proposée, comme on le constate dans la contribution de M. Molin39.

  • 40 Vrind 1923, 141-152.
  • 41 Christol 2012a ; Christol 2012b.

24Dion aurait pu ne pas avoir détenu le proconsulat d’Afrique, car il n’a pas recouru au terme d’ἀνθύπατος. L’appréciation de l’emploi du mot ἡγεµονία a été éclairée par G. Vrind, à propos de l’emploi de la préposition ἐν associée aux mots du pouvoir comme ἀρχή et ἡγεµονία40. Il soulignait que, tant en grec qu’en latin, le mot du pouvoir suivi d’un génitif de détermination indiquait d’une façon précise qu’elle était la fonction exercée (par exemple legatus pro praetore Moesiae), mais que le recours à la préposition (comme en latin avec in plus l’ablatif) provoquait une indétermination de la fonction exercée, qu’il devenait plus difficile de définir. L’expression pouvait s’appliquer à d’autres personnes que le titulaire du gouvernement. C’est pour cette raison que Vrind, et ceux qui l’ont suivi, estimaient que l’expression de Dion devait concerner ce que l’on appelle communément “le territoire militaire” de la province d’Afrique, placé depuis Caligula sous l’autorité d’un légat nommé directement par l’empereur, commandant de la légion et les auxiliaires constituant l’exercitus Africanus. Cette solution devant être récusée en tenant compte de ce que l’on sait41 de l’évolution institutionnelle de la province d’Africa, demeure l’observation initiale : il ne s’agirait pas nécessairement du proconsulat d’Afrique.

  • 42 CIL, XIV, 3902 (D. 1186) : L(ucius) Caesonius C(ai) f(ilius) Quirina Lucillus Macer Rufinianus,
    c
    (...)

25Or il existe une fonction qui pourrait être décrite de la sorte : celle de légat de rang consulaire à l’intérieur d’une province sénatoriale. Les exemples que l’on peut dénombrer augmentent en Afrique comme en Asie. En effet, si dans certains cas (Gordien II, aux côtés de son père le vieux Gordien) la présence de vieux sénateurs peut s’expliquer par des liens familiaux, ce n’est point toujours le cas. On insistera sur celui de L. Caesonius Lucillus Macer Rufinianus42. Il fut lui-même proconsul d’Afrique, mais auparavant, en tout cas avant 238, il avait été legatus prou(inciae) Africae eodem tempore uice proconsulis. Certains ont pensé qu’il s’agissait d’une fonction confiée à un ancien préteur. Mais insérer dans le cursus, entre préture et consulat, trois responsabilités administratives successives, aurait pour effet d’alourdir une phase de la carrière d’un patricien qui en général est vide de fonctions à ce niveau-là. De plus, habituellement la curatelle de Pouzzoles ou celle de Tusculum sont confiées à un ancien consul. Ce sénateur alla dans la province proconsulaire d’Africa après avoir géré les faisceaux, mais sans avoir initialement les pouvoirs d’un proconsul. Mais il n’était pas un légat du proconsul, désigné par lui. En effet, le cumul de la légation et de l’intérim du gouverneur apparaît dans ce cas une pratique en dehors de la norme, car la disparition du proconsul, quelle qu’en soient les raisons, devait priver ses légats de leur autorité, puisque disparaissait la source de leur pouvoir. Il convient donc de supposer que L. Caesonius Lucillus Macer Rufinianus détenait sa position de légat de quelqu’un d’autre. De qui, sinon du prince? Il était donc un légat impérial dans une province sénatoriale, comme l’était un “correcteur” prenant en mains une partie de province. Ce détour permettrait d’éclairer le statut de Dion vers la même période et de donner un contenu institutionnel à son ἡγεµονία, sans que l’on puisse exclure la possibilité d’un proconsulat. On éclairerait mieux la dernière phase du cursus du personnage, très chargée en responsabilités actives à l’encontre de ce que l’on observe en général dans la carrière des sénateurs.

La carrière d’Ulpien

  • 43 Honoré 1979 ; Honoré 1981 ; Honoré 1982.
  • 44 Honoré 1962.
  • 45 Pflaum 1960-1961, 762-765 n° 294.
  • 46 Crifò 1976.
  • 47 Syme 1970b = Syme 1979, 790-804 ; Syme 1980a = Syme 1984, 1393-1414.

26La carrière doit être abordée à partir des conclusions auxquelles était parvenu T. Honoré en 1979, puis dans deux livres parus en 1981 et en 198243, qui parachèvent des recherches annoncées dès 1962, constituant désormais une simple publication préliminaire44. Pour simplifier, disons que la notice de H.-G. Pflaum en 1960-1961 appartient à la préhistoire du sujet45, que l’article de G. Crifò, en 1976, ne connaissait qu’une part de l’œuvre de T. Honoré46, alors que les recherches de R. Syme s’échelonnent entre 1968, avec entre autres sa conférence à l’Institut de droit romain de Paris en 1969, et 1980. Si dans la dernière de ses réflexions ce savant peut citer l’article publié par Honoré en 1979, la plus grande partie de l’œuvre de son collègue lui échappe47.

  • 48 Pflaum 1950, 237-238 ; Christol 1992 ; Christol 2007a.
  • 49 Il parvint au rang de préfet de l’annone et, après un bref intermède comme préfet d’Égypte, revin (...)
  • 50 Selon l’hommage des citoyens d’Antium (CIL, X, 6662 ; D. 1455 ; Pflaum 1960-1961, 472-476) ; voir (...)
  • 51 CIL, VIII, 1174 (D. 1451) ; Pflaum 1960-1961, 337-339.
  • 52 AE, 1980, 235 ; SHA, Ant. Pius, 8.9 ; Camodeca 1979.
  • 53 AE, 1953, 73 ; Pflaum 1960-1961, 219-224 n° 96 et p. 968.
  • 54 AE, 1988, 1051 ; Chastagnol & Vezin 1991 ; Christol 2003.
  • 55 Rey-Coquais 1978, 57, 65. Auparavant, Tyr était Sep(timia) Turus metrop(olis) colon(ia) sur les m (...)
  • 56 Magdelain 1950 ; Casavola 1976.

27Ulpien entre dans un groupe aux carrières bien individualisées dès l’époque antonine, essentiellement civiles et urbaines. Deux phénomènes y concourent : l’essor des fonctions centrales, donnant plus de relief à l’administration financière romaine, et le phénomène de cour, résultant du développement d’organes de gouvernement à proximité du prince. Les personnages ayant son profil de carrière étaient nécessaires au fonctionnement du conseil impérial et à l’accomplissement de la fonction normative du prince48. Ils n’obtiennent que peu de postes durant leur service de l’État, ce qui signifie qu’ils les détiennent pendant plus de temps que le commun des procurateurs ; ils peuplent aussi les divers bureaux palatins, ce qui les conduit en général jusqu’aux préfectures ou bien les laisse entrevoir dans l’horizon le plus proche de ces hautes fonctions, sauf disgrâce. On peut citer parmi les juristes bien authentifiés L(ucius) Volusius Maecianus, un des maîtres de Marc Aurèle, dont le rôle dans l’élaboration du droit ne peut pas être négligé49. À lui on ajoutera M(arcus) Aurelius Papirius Dionysius, qualifié de iurisperitus, sous Marc Aurèle et sous Commode50. D’autres hauts responsables, dont les carrières sont assez comparables, peuvent leur être joints : il s’agit de Sex(tus) Caecilius Crescens Volusianus51 et Sex(tus) Cornelius Repentinus52. Suétone lui-même aurait fait partie de ce groupe si sa carrière n’avait pas été interrompue par sa disgrâce sous Hadrien53. Les juristes de l’époque sévérienne suivirent des carrières du même genre, que ce soit Papinien ou que ce soit Ulpien, dont on connaît mieux à présent les dernières étapes. Un extrait du Code Justinien (8.37.4) indiquait que le 31 mars 222, soit une vingtaine de jours après l’élimination d’Élagabal (11 mars), Ulpien, alors préfet de l’annone, avait formulé un responsum sur lequel se fonda Alexandre Sévère pour répondre à une certaine Sabina. Il est appelé par ce prince iurisconsultus et amicus meus. Un peu plus tard, le 1 décembre 222, il est devenu préfet du prétoire (Cod. Iust., 4.65.4.1). Ces ultimes étapes ont été confirmées par une inscription de Tyr, la cité de son origine à laquelle il accorde aussi une grande place dans un texte conservé dans le Digeste (50.15.1.pr.)54. Ulpien est honoré par la cité appelée Seberia Felix Aug(usta) Tyriorum col(onia) metropol(is), p[a]tria55, “titulature” qui correspond certainement à la récupération de son statut antérieur. En effet, cette cité avait été punie par Élagabal pour avoir pris le parti d’un usurpateur, en même temps que les troupes provinciales. Dès son arrivée aux affaires, grâce à la bienveillance du jeune prince, Ulpien fit rendre à sa patrie ses anciens privilèges : l’intérêt de l’inscription est de confirmer, à présent, comment se produisit ce retour en grâce, jusqu’ici simplement connu par le monnayage. Le titre de Seueria, que porta désormais la cité, s’explique vraisemblablement par le changement de dénomination du nouveau prince. Tant qu’il était associé comme nobilissimus Caesar imperii et sacerdotis le jeune prince s’appelait M. Aurellius Alexander, comme le montre le texte des diplômes militaires de cette période, mais quand il fut seul maître du pouvoir, après l’élimination d’Élagabal, il modifia sa dénomination et s’appela M. Aurellius Seuerus Alexander. L’élément nouveau est inclus dans la dénomination de la ville. Mais l’inscription confirme qu’Ulpien avait reçu le titre de iurisconsultus, ce qui signifiait que le personnage disposait du ius respondendi ex auctoritate principis56. L’inscription de Tyr permet aussi de conclure que l’élévation à la préfecture du prétoire fut rapide. Il était devenu dès les débuts du règne de Sévère Alexandre un personnage essentiel au sommet de l’administration équestre.

  • 57 Les responsa ont une forme écrite. À propos d’un autre responsum d’Ulpien, Paul, Dig., 19.1.43 : (...)
  • 58 T. Honoré estime aussi qu’Ulpien avait disposé du ius respondendi ex auctoritate principis, et qu (...)
  • 59 Mélèze-Modrzejewski & Zawadski 1967, à partir de l’interprétation de P Oxy. 2565. Point de vue ac (...)

28Si les ultimes phases de la carrière ne font pas de doute, l’incertitude concerne la période antérieure. La constitution du Code Justinien, mentionnant le responsum d’Ulpien pourrait signifier qu’il disposait depuis un certain temps de l’autorité de iurisconsultus. Comme il est aussi vraisemblable qu’il faisait partie du conseil impérial, le responsum était une pièce produite par la requérante57, obtenue vraisemblablement avant même l’élimination d’Élagabal (11 mars 222). Ainsi le personnage disposait de ce titre et de la fonction afférente, à défaut de disposer d’un rang précis dans l’administration équestre. Ce titre, impliquant la reconnaissance d’une autorité pour établir les solutions de droit, aurait été acquis avant même la fin de juin 221, lorsque fut imposée à Élagabal l’association de son jeune cousin, Sévère Alexandre, et lorsque autour de celui-ci et d’une partie des princesses syriennes s’organisa une relève58. En effet Ulpien aurait été dans cette période l’objet de la vindicte du prince, et le texte qui en fait état (SHA, Heliogab., 16.4), est considéré comme sûr. Or il est mentionné déjà comme iurisconsultus. Ce qui doit apparaître comme un retour en faveur s’accompagna bien vite d’une grande activité administrative et politique jusqu’à une mort brutale en 22359. Mais l’œuvre du juriste avait été composée préalablement.

  • 60 En postulant une continuité du service R. Syme s’était demandé s’il n’avait pas obtenu la fonctio (...)
  • 61 Papinien fut a libellis durant les premières années de Septime Sévère : Tryphoninus, Dig., 20.5.1 (...)
  • 62 Entre la constitution du 25 mars 202 et celle du 1er mai 209 un autre style caractérise les const (...)
  • 63 Coriat 1997, 261 (exposé des diverses théories), 559, 570 (adhésion à l’interprétation d’Honoré).
  • 64 Le destin du personnage dans les dernières années de Septime Sévère demeure incertain. En 209 Ulp (...)

29Ce qui se produit en 222 est un retour à la faveur impériale. La carrière d’Ulpien a été marquée par un éloignement de la vie politique, imposé par les détenteurs du pouvoir, même si l’on peut admettre que sous Caracalla son activité d’écriture n’était vraisemblablement pas dictée par de seuls intérêts personnels. La carrière antérieure est plus incertaine, pour les responsabilités assumées et pour la chronologie de leur exercice. Néanmoins, sans qu’il soit nécessaire de revenir sur les assertions des historiens latins tardifs, Aurélius Victor, Festus et Eutrope, puis sur l’Histoire Auguste, nous pouvons tenir pour assuré qu’Ulpien fut secrétaire aux requêtes, mais à une date bien antérieure60, sous Septime Sévère. Il succéda vraisemblablement à Papinien comme a libellis61, vraisemblablement entre 202 et 20962. Cette hypothèse de T. Honoré a été maintenue dans tous ses travaux. Elle a été suivie par J.-P. Coriat63. Mais il faut admettre qu’un long intervalle sépare le secrétariat aux requêtes de la préfecture de l’annone64. Tout comme Cassius Dion, Ulpien a parcouru une carrière singulière, qui place lors de l’éloignement du pouvoir la rédaction de ses ouvrages. Cette phase de sa biographie s’achève avec le retour aux affaires en 222.

30C’est donc la carrière d’un homme de la cour, qui se développa d’abord dans l’ombre de Papinien, ce qui valide l’hypothèse d’une naissance dans la décennie 160-170. Et la fin de Papinien, au moment de l’élimination de Géta (en 211), coïncide avec l’effacement d’Ulpien, sauf si la compilation juridique qu’il rédige entrait dans des préoccupations officielles. Être éloigné des cercles du pouvoir sous Caracalla n’implique pas nécessairement une récupération par Macrin. D’abord parce que l’élévation de ce dernier se produisit en Orient, où le nouveau prince dut organiser les cadres de son nouveau pouvoir avec les gens qui accompagnaient l’expédition de Caracalla. Mais pour Ulpien cet éloignement des affaires d’un peu plus de cinq ans est le moment de la rédaction des ouvrages qui font la réputation du juriste, et le temps de l’écriture est pour lui contemporain de la rédaction par Dion d’une grande partie de son œuvre. Mais on peut envisager que les perspectives n’étaient pas identiques.

Marius Maximus, Cassius Dion et Ulpien : le gouvernement de l’État au début du règne de Sévère Alexandre

  • 65 Millar 2005, 30-32, à partir de Sordi 2000b qui prend en considération 77[76].2.1 (sur l’éruption (...)
  • 66 Jardé 1925, 55.

31Le retour aux affaires d’Ulpien, en 222, est celui d’un homme âgé, puisqu’il approche vraisemblablement la soixantaine. Il en est de même pour Cassius Dion, qui l’a peut-être même atteinte, alors que Marius Maximus a quelques années de plus (une décennie ?). Ulpien et Dion parcourent alors une fin de carrière singulière, le vieux sénateur reprenant les activités astreignantes du gouvernement provincial qu’il ne semble pas vraiment avoir connues précédemment, le vieux chevalier romain se lançant dans la conduite des affaires, comme s’il s’agissait de rattraper le temps perdu. Tous les deux ont alors aussi écrit l’essentiel de leur œuvre. Cela est assuré pour Ulpien. Mais la même remarque s’impose pour Dion : les grands passages, dans lesquels Dion élargissait sa réflexion et lui donnait une dimension de philosophie politique, ont été composés antérieurement au retour au pouvoir, si l’on retient la chronologie la plus vraisemblable qu’a pour l’essentiel maintenue récemment F. Millar65. On ne peut pas soutenir que le débat entre Mécène et Agrippa aurait été le fruit d’une réaction de réserve face à la politique de Sévère Alexandre, à quelque moment du règne que ce soit, ni surtout que le retrait de la vie politique active du personnage serait l’expression d’un mécontentement : depuis longtemps A. Jardé a fait justice de cette analyse due à P. Meyer66.

  • 67 Pour Ulpien, assassiné en 223, Mélèze-Modrzejewski & Zawadski 1967 (sur la mort en 223). Mais aus (...)

32Il s’agissait d’un engagement qui dépassait le souci de réaliser une belle carrière. Tant pour l’un que pour l’autre le retour aux affaires pourrait signifier l’accomplissement d’une mission, avec ses risques67. Prenons d’abord le cas d’Ulpien. Son retour en grâce aurait pu s’accompagner tout simplement, vu son âge, de l’octroi du titre de jurisconsulte assorti d’une promotion dans l’ordre sénatorial. En revanche, c’est le choix d’une carrière active et d’une charge très astreignante qu’il effectue. Mais c’était se placer dans une position qui permettait d’embrasser et de contrôler l’ensemble de la vie de l’empire, comme l’avait fait son maître et prédécesseur Papinien, et d’intervenir partout au nom de l’empereur en étant son plus proche collaborateur jour après jour. À sa façon cette dernière phase de la carrière d’Ulpien révèle l’importance qu’avait acquise la préfecture du prétoire comme responsabilité ministérielle, apportant au personnage qui la détenait, surtout quand il en était le seul titulaire, la capacité de faire accepter ses points de vue à l’entourage de l’empereur. C’était un des moyens conçus pour agir pleinement dans le champ du politique et pour y faire pénétrer plus aisément certaines de ses conceptions. Il en est de même pour Dion qui ne se contente plus du rôle de membre du conseil, que son statut de sénateur pouvait lui procurer occasionnellement, mais qui va, au risque de sa vie, en tout cas au risque de sa tranquillité, affronter ceux qui, de tout temps, ont constitué pour lui une des principales menaces de la stabilité de l’empire et un des facteurs essentiels de la dégénérescence du pouvoir impérial, à savoir les soldats. Ce comportement d’hommes d’un âge certain mérite d’être relevé.

  • 68 80.2.2.
  • 69 Freyburger-Galland 1997, 124.

33Il importe aussi de revenir sur l’appréciation portée par Dion sur Ulpien. Certes nous n’avons à ce sujet que l’abrégé de Jean Xiphilin, qui a pu réduire, affadir, et peut-être même altérer la substance du texte original68. Mais quand il écrit : “Ulpien a redressé plusieurs mesures prises irrégulièrement par Sardanapale”, il utilise le verbe qui en latin a comme équivalent corrigere, c’est-à-dire qu’il fait allusion à l’activité du bon législateur et du bon gouvernant, soucieux de ne point dévier des règles établies. M.-L. Freiburger-Galland met bien en relief que les trois substantifs διορθωτής, ἐπανορθωτής, κατορθωτής appartiennent au même réseau de mots pour décrire la réforme de l’État 69. Dans 54.30.1 l’expression ἐπιµελετὴς καὶπανορθωτὴς τῶν τρόπων traduit la fonction de praefectus moribus offerte à Auguste. Mais c’est aussi un jugement d’approbation de Dion, signifiant une conformité entre l’action d’Ulpien et ses propres convictions. On retrouve chez Dion la même appréciation positive à propos de la politique de Pertinax : elle s’exprime par un souci de rigueur financière, une attention scrupuleuse portée aux statuts socio-politiques, un effort pour tenir dans une discipline stricte les soldats.

  • 70 79[78].11.2.

34Le même souci du respect de la loi apparaît dans le portrait plus contrasté de Macrin, le préfet du prétoire qui succéda à Caracalla : c’est un des aspects positifs du caractère du personnage70. On rappellera également l’appréciation flatteuse, exprimée au sujet du préfet du prétoire Perennis, au moment où, dans son récit, il parvenait aux temps de Commode.

  • 71 Carsana 1990, 83-94, 101-102.
  • 72 Millar 1964, 168.

35Dion était conscient de l’importance acquise par l’administration équestre dans le fonctionnement de l’État, et sans aucun doute de la part prise au gouvernement des affaires par les chevaliers romains du rang le plus élevé. Toutefois, il importait de préserver les hiérarchies et l’éminence de l’ordre sénatorial dont la participation à la vie politique représentait dans son esprit, la sauvegarde d’une “constitution” mixte, c’est-à-dire d’une monarchie tempérée par la présence de sages autour de l’empereur71. Cette fonction de conseil lui paraissait indispensable. Mais il lui semblait risqué que celui qui détenait aux côtés du prince un pouvoir énorme dans la vie de l’empire osât s’affranchir de l’obstacle que créait son statut équestre. Macrin l’avait fait en 217, dans des circonstances plutôt difficiles. Mais Dion lui reproche d’avoir pris le pouvoir suprême. Il aurait mieux fait, ajoute-t-il, “de choisir un membre du sénat et de lui confier le pouvoir impérial (ἡ τῶνωµαίωνρχή)”72. Ainsi, comme le montrent les différents épisodes de la transition politique entre Élagabal et Sévère Alexandre, comme le montrent la vie et l’œuvre de Dion et d’Ulpien, comme le montrent aussi les jugements de Dion lui-même, la préfecture du prétoire, apparaissait comme un lieu central de l’activité politique et administrative. Mais, même si sénateurs et chevaliers agissaient en concordance pour conduire les affaires de l’État, la fonction impériale ne pouvait être bien tenue que si elle se trouvait dans les mains d’un membre du premier ordre. L’idéologie politique de Dion explique sans aucun doute que l’on ait entouré le jeune Sévère Alexandre d’un conseil recruté parmi les membres du Sénat : à défaut d’un prince mûr et sage ses conseillers offraient cette garantie.

  • 73 SHA, Heliogab., 13.2 et 13.5 (passages prolongés par Alex. Sev., 1.2) fournissent la trame d’un é (...)

36C’est à ce niveau que peut s’opérer la confrontation avec Marius Maximus. Avait-il déjà entamé la rédaction de ses vies, en se prétendant continuateur de Suétone ? On a supposé que le temps d’Élagabal aurait constitué une sorte de retraite forcée, propice à l’accomplissement de cet exercice. Mais on peut estimer aussi qu’un exercice littéraire important, le discours d’entrée du consul iterum de l’année 223, aurait pu stimuler cette envie. Ce bon représentant des anciens partisans de Septime Sévère avait une place à prendre, ne serait-ce que par l’évidence de l’importance de la continuité dynastique qu’il était impensable de rompre. Le choix des consuls de l’année 223 le projeta au premier plan : il est le premier d’une série de consuls ordinaires recrutés parmi les anciens collaborateurs de Septime Sévère, ce qui montre le rôle politique de ce groupe et l’importance qu’il conservait : le souci du nouveau pouvoir de ne pas lui retirer son influence et de l’écarter de positions prestigieuses apparaît clairement dans le choix de ce consul éponyme qui avait servi tous les princes depuis 193, non sans s’adapter aux circonstances. Les cérémonies du début de l’année 223 donnèrent donc à ce sénateur une position protocolaire majeure : sans aucun doute il lui fallut prononcer le discours d’entrée dans le consulat et justifier l’orientation politique du nouveau pouvoir, donner la clé d’explication des actes du nouveau gouvernement73.

37Il ne fait pas de doute que Dion et Marius Maximus présentaient des biographies différentes et que leurs destins s’étaient souvent entrecroisés sans concorder dans leurs orientations. Leurs propres expériences de la vie politique, durant plus de quarante ans, en témoignent. Entre eux existaient bien des différences : l’engagement dans le fonctionnement de l’État s’était produit d’une manière très différente et n’avait point façonné de la même manière leur rapport au politique et à ses institutions. Un profil nettement militaire pour Marius Maximus, un profil nettement civil pour Dion. Les échecs de l’un s’étaient accompagnés des réussites de l’autre : sous Commode, puis lors de la guerre civile entre 193 et 197. De plus la gloire de Marius Maximus était acquise depuis longtemps, et la plénitude de sa carrière de sénateur était acquise au moment même où Dion tentait dans l’action de traduire son souhait de marquer les événements. Leur vie de sénateur avait été très différente : engagée dans l’action pour l’un, distante de celle-ci pour l’autre mais en revanche nourrie de la réflexion provoquée par la mise à distance et par une longue présence à Rome auprès des milieux sénatoriaux les plus marqués par les traditions de l’ordre.

38Des débats anciens pouvaient alors revenir au premier plan. Peut-être avaient-ils été ressassés dans le milieu romain, alimentant des sujets de controverses d’une manière récurrente. Ils avaient scandé non seulement le déroulement de leurs biographies croisées mais celles des membres de l’élite de gouvernement. On pourrait tenter de les suivre sur un point précis, celui de la politique vis-à-vis des peuples extérieurs à l’empire, un facteur essentiel de la vie politique romaine depuis le temps de Marc Aurèle. On a déjà vu l’attachement que met Dion à défendre la personne et l’œuvre de Perennis, faite de prudence et animée par le souhait de ne pas alourdir les charges financières de l’État par trop d’audace militaire. Manifestement les mêmes préoccupations reviennent sous Sévère Alexandre : il s’agit de restaurer les finances de l’État après les aventures militaires de Caracalla et les folies d’Élagabal. Restaurer, corriger, selon les mots de l’historien grec signifie l’engagement dans une politique relativement prudente du point de vue extérieur et dans des dépenses bien définies, telles que les réaménagements édilitaires dans la Ville de Rome ; c’est aussi tout faire pour ne pas laisser s’exprimer trop vivement les demandes des soldats. Des débats nouveaux se superposaient à présent dans la vieillesse à ceux de la jeunesse et de l’âge adulte, conduisant à reformuler d’anciens paradigmes, ou à les nuancer.

  • 74 68.17.1.
  • 75 Instinsky 1942 ; Pflaum 1969 (= Pflaum 1978, 288-299) ; Birley 1974a. Dans la documentation connu (...)
  • 76 Mastino & Ibba 2012, 178-179.
  • 77 75.2.4.
  • 78 75.3.2-3 ; Magioncalda 1982, 169-174 ; Speidel 2007.
  • 79 Comme l’envisage Millar 2005, 31, en revenant sur ce passage important.
  • 80 On en trouve un écho dans l’œuvre d’Hippolyte de Rome, Commentaire sur Daniel. Il convient de la (...)

39La guerre et les expéditions militaires constituent pour Dion un risque pour l’État, à partir du moment où l’empire romain trouva son ample configuration territoriale. Son œuvre fait émerger en la matière des leçons de gouvernement. Lorsqu’il estime74, en soulignant que c’est son point de vue (“à la vérité”), que Trajan aurait engagé l’expédition parthique par la passion de la gloire (δόξης ἐπιθυµία), il énonce rétrospectivement une critique de la politique extérieure de ce prince : l’optimus princeps, même glorifié de son vivant et après sa mort, en devenant le Diuus Parthicus, ne se serait-il pas engagé dans une entreprise inconsidérée et superflue ? Le portrait bienveillant, et même flatteur, du préfet du prétoire Perennis sous-entend l’expression des mêmes perspectives. Il faut surtout relever le jugement porté sur la politique orientale de Septime Sévère, une orientation qui fut pourtant pour ce prince un fondement de sa légitimité. Les contemporains avaient été impressionnés par l’accumulation des succès, d’autant que tout avait été fait pour orchestrer les réussites militaires d’un souverain propagator imperii75 ou pacator orbis76. Pourtant à ce propos Dion se réfère à nouveau à la motivation qu’il avait donnée de l’entreprise de Trajan : Sévère lutte contre les barbares d’Orient poussé par la passion de la gloire 77, ce qui est confirmé lorsqu’il écrit plus loin que le prince ainsi voulait agir “comme s’il surpassait le genre humain en intelligence et en valeur militaire”. Dion fait suivre le récit qui s’achève par l’organisation de la province de Mésopotamie d’une remarque significative, qui a été relevée depuis longtemps par F. Millar, et qui entre dans une question de politique extérieure à présent bien résolue, la création de la province de Mésopotamie78 : “Sévère disait qu’il avait ajouté un vaste territoire à l’empire et qu’il en (= de Nisibe) avait fait un rempart de la Syrie. Au contraire, il est montré par les faits eux-mêmes que cette conquête a été source pour nous de guerres continuelles autant que de grandes dépenses. Ces territoires rapportent peu et créent de grosses dépenses. Et maintenant que nous avons annexé des peuples voisins des Mèdes et des Parthes plus que de nous-mêmes, nous sommes toujours, peut-on dire, en guerre pour eux”. Ce point de vue n’est sûrement pas propre à Dion, il a vraisemblablement une portée plus générale car il doit être le sentiment d’un groupe. Il devait faire partie de controverses engagées de longue date, sur le bien fondé de la politique de Septime Sévère, reprise par Caracalla. En exprimant son point de vue vers 217-218 peut-être, ou un peu plus tard79, s’il la faisait à la lumière des événements du règne de Sévère Alexandre, Dion montrait qu’il faisait sienne cette critique de l’œuvre militaire du fondateur de la dynastie et de son fils aîné et qu’il pouvait lui donner un tour très argumenté, celui d’un homme nourri de la connaissance des affaires. L’observation se situe toutefois à un moment où les fondements de la puissance romaine n’avaient pas été vraiment mis en question, puisque, s’il s’agissait d’un commentaire tardif, il devrait être antérieur aux guerres de Sévère Alexandre. Le souvenir des entreprises sévériennes était toujours vivace dans l’opinion et il pouvait conforter le sentiment que l’imperium de Rome était rayonnant80, dans la perspective tracée par Aelius Aristide qui avait assuré que l’empire des Romains avait réalisé une œuvre insurpassable. Dion exprimait sa critique dans une perspective plus concrète, fondée sur les exigences du gouvernement, en liant le passé récent et le temps présent, dans une articulation de causes et de conséquences pour le cas précis, mais aussi dans une réflexion plus élargie sur la nature de l’imperium de Rome, thématique qui ponctue à plusieurs reprises son récit. On observera aussi que dans le résumé de Xiphilin l’observation fait suite immédiatement à la création de la province de Mésopotamie, consécutive à la première expédition contre les Parthes, alors que l’observation de Marius Maximus se placerait au moment de la seconde expédition, quelques années plus tard. Ce petit décalage montrerait-il que l’on serait passé de la critique de la seconde expédition parthique de Sévère, dont Dion ne masque pas les difficultés en évoquant en particulier le siège de Hatra, à une critique plus générale et surtout mieux argumentée de l’ensemble de l’action extérieure de ce prince, élargie en quelque sorte à une réflexion sur les moyens de préserver l’imperium de Rome ?

  • 81 Pline le Jeune (Pan., 20) développe de telles recommandations, avec même une insistance et des mo (...)

40La gloire pouvait fonder la légitimité. Elle se conformait au modèle légué par les grands généraux du passé, celui qu’avait réactivé Auguste lui-même au cœur de Rome. Dion critique le désir de gloire, lorsqu’il devient programme d’action politique, et lorsqu’il introduit des risques dans le fonctionnement de l’État en créant des déséquilibres, notamment financiers, et une déstabilisation de la vie politique car les soldats prennent alors trop de place. Dans la critique de la politique de Septime Sévère Dion exprimait un souhait, comme Pline précédemment81 : que l’on ne sépare pas les questions militaires des questions financières. Avec ce propos, la perspective qu’il traçait était bien plus ample qu’une simple critique de l’action d’un empereur : comme la recommandation de Pline, elle s’élevait au niveau des principes de gouvernement.

  • 82 SHA, Sev., 15.1.
  • 83 Chastagnol 1994, 305-306 ; Birley 1997a, 2740-2741, 2752.

41L’Histoire Auguste contiendrait des traces des controverses qu’impliquait l’expression du point de vue de Dion : erat in sermone uulgari Parthicum bellum affectare Septimium Seuerum gloriae cupiditate, non aliqua necessitate deductum, c’est-à-dire, “la rumeur courait que Sévère entreprenait une guerre contre les Parthes par désir de la gloire, mais qu’il n’y était nullement conduit par quelque nécessité”82. L’auteur a pioché dans une source contemporaine du règne de Septime Sévère cette information, ou bien a pioché dans une source qui reprenait les termes du débat. Si l’on admet le point de vue de H. Dessau, repris par A. Chastagnol ainsi que par A. Birley83 sur les sources de la Vita Seueri, la mention de Marius Maximus dans un passage relatif aux turbulences politiques (l’élimination de Laetus) montrerait que son œuvre constitua une source importante jusqu’au chapitre 17.5, lorsque pour continuer sa biographie il se fixa sur une autre source : Aurélius Victor ou, mieux, comme l’a montré F. Chausson, l’Histoire impériale elle même. Mais dans la Vita Seueri, comme chez Aurélius Victor et Eutrope, les succès militaires tiennent dans la présentation du règne une grande place (SHA, Sev., 15-16), tout concourant à exalter l’exceptionnelle réussite militaire de l’empereur, dans les guerres civiles et dans les guerres étrangères. On peut penser que c’était la tonalité dominante de la biographie rédigée de Marius Maximus, considérant comme subalterne cette critique démentie par les résultats acquis sur le terrain. À la relation glorieuse d’un règne vient s’opposer la critique de ce qui en constitue le trait essentiel et d’une manière plus ferme et plus systématique que ne l’était peut-être la rumeur qui courait chez les gens, qui survint lors de l’engagement de la seconde guerre parthique du prince, en 197-198. Avant de parvenir aux constats que Dion met en évidence comme les preuves tangibles du bien-fondé de ses critiques, un débat avait vraisemblablement traversé l’époque sévérienne, sans trouver d’issue. Les deux argumentations s’étaient opposées, mais le point de vue de Dion doit être considérée à présent comme autre chose que la rumeur, même largement répandue : il opère un dépassement du débat en apportant une démonstration par les faits qui vient renverser ce que l’on avait pu opposer initialement aux contradicteurs de la politique de Septime Sévère. L’œuvre de Marius Maximus avait-elle été imprégnée de ce débat ? Si l’analyse traditionnelle des sources de la Vita Seueri est recevable, on l’admettra, sans que l’on puisse affirmer que Marius Maximus prenait parti aussi explicitement que Dion et en lui opposant une argumentation autant nourrie de réflexions issues de la connaissance des affaires. C’était néanmoins des débats de leur vie politique, qu’ils avaient connu dans leur jeunesse, leur âge mûr, et qui revenaient dans leur vieillesse, car ils se poursuivaient à la veille du règne de Sévère Alexandre et ils se poursuivirent durant les années du règne.

42Les biographies comparées montrent aussi que les personnages et les groupes qui se trouvaient ainsi immergés dans les grandes controverses, liées aux orientations politiques majeures, étaient toujours bien présents dans le cœur du pouvoir. Elles révéleraient que pour le moment, par une sorte de compromis, un modus uiuendi se serait établi : le refus des excès du règne précédent, celui du tyran, dont Marius Maximus aussi avait été victime, constituait un point d’assentiment. Ulpien corrigeait les erreurs du règne précédent selon Dion. Il en va de même pour l’auteur de la Vita Alexandri Seueri de l’Histoire Auguste, dont on a relevé depuis longtemps qu’elle constitue un remarquable “miroir du prince”. Ulpien est bien présent dans ce récit, plus même que n’impose de le constater la brève durée de sa haute préfecture. Ainsi par l’action ou par la parole, les trois personnages se retrouvent. L’accès aux plus grands honneurs de Marius Maximus montrerait peut-être aussi que l’on souhaitait apaiser tous ceux qui, dans la décennie de conquête et d’affermissement du pouvoir de Septime Sévère, le premier prince de la dynastie, avaient assuré pour son compte la maîtrise des armées et des provinces et qui comptaient à l’intérieur du sénat : Marius Maximus disposait d’états de service passés et récents qui lui apportaient une position bien établie. Il avait aussi assisté Macrin, et sa carrière n’avait point reçu l’aboutissement espéré sous le tyran. Lui offrir le consulat pour l’année 223 avait donc un prix certain et un réel intérêt. C’était vraisemblablement une possibilité de bien assurer la stabilité du pouvoir du jeune Sévère Alexandre.

Notes

1 Mais il nous semble que pour Dion l’on puisse peu à peu les réduire, comme le montre dans ce volume M. Molin, “Biographie de l’historien Cassius Dion”.

2 Birley 1997a. Auparavant Barbieri 1952, 219-220 n° 1100 ; Barbieri 1954 ; PIR2, M 308 (en 1983). Sur le proconsulat d’Afrique : Christol 2014. Mais la bibliographie est incontestablement plus abondante.

3 CIL, VI, 1450 (= D. 2935), cf. p. 3805 et p. 4700 (Birley 1997a, 2705 10) : L(ucio) Mario L(ucii) f(ilio) Quir(ina) Maximo Perpetuo Aureliano co(n)s(uli), sacerdoti fetiali, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore) prouinc(iae) Syriae Coelae, leg(ato) Augg(ustorum) pr(o) pr(aetore) prouinc(iae) Germaniae inferioris, item prouinc(iae) Belgicae, duci exerciti Mysiaci (sic) aput Byzantium et aput Lugdunum, leg(ato) leg(ionis) I Italic(ae), cur(atori) uiae Latinae, item reip(ublicae) Fauentinorum, allecto inter praetorios, trib(uno) pleb(is) candidato, quaestori urbano, trib(uno) laticl(auio) leg(ionis) XXII Primig(eniae) item III Italicae, IIII<uiro> uiarum curandarum, M(arcus) Iulius Artemidorus [(centurio)] leg(ionis) III Cyrenaicae.

4 Christol 2012a ; Christol 2014, avec pour la date du proconsulat la réhabilitation des propositions de H.-G. Pflaum et H. Halfmann.

5 Birley 1997a, 2694 ; Eck 1999b revenant sur l’interprétation erronée d’une inscription d’Uchi Maius laissant croire qu’une situation comparable aurait concerné M. Iunius Rufinus Sabinianus, consul ordinaire en 155 (Khanoussi 1997, d’où AE, 1997, 1673), d’où AE, 1999, 1513 où l’on corrigera ILAfr., I, 299 en ILAlg., I, 299 ; Hurlet 2006, 76 ; Christol 2004, 170-172.

6 Les divers exemples examinés par Hurlet 2006, 76-77, même s’ils montrent les interventions du prince dans le fonctionnement de la sortitio, ne sont pas totalement comparables. Voir Christol 2014.

7 Après avoir été préfet de l’annone, il fut promu, par un avancement inusité, à la préfecture des vigiles, alors que L. Valerius Datus était élevé de la préfecture des vigiles à la préfecture d’Égypte : Christol 1991 ; Sablayrolles 1996, 499-503. Il faut aussi relever que l’un des premiers actes de Macrin fut de le remplacer par Valerius Titanianus, qui était auparavant ab epistulis graecis (Gilliam 1974 ; Sablayrolles 1996, 503-505). Les inscriptions relatives à Q. Marcius Dioga furent brisées (tant à Rome qu’à Ostie). Voir aussi Christol 2014.

8 CIL, X, 6569 (= D. 478) = IG, XIV, 911 (= IGR, I, 402) ; Pflaum 1960-1961, 638-642 n° 237 ; Corbier 1974, 304‑306 ; Christol 1987, 501-506, suivi pour l’essentiel par Thomasson 1996, 179-180 n° 55.

9 79[78].14.3.

10 Comme le note à juste titre Birley 1997a, 2701.

11 79[78].14 ; Millar 1964, 162, 208-209.

12 Sur la distinction entre le personnage et un certain Eutychianus, Millar 1964, 166-167, à partir des commentaires de Boissevain 1901, 438, déjà admis par Barbieri 1952, 231-232 n° 1174.

13 80[79].4.1-2 ; Millar 1964, 169-170.

14 Sur le consulat sous Sévère Alexandre, Pflaum 1948, 36-38 ; Nasti 1995-1996 ; Nasti 2006, 11-14.

15 Birley 1953 = Birley 1988, 75-92 ; Morris 1964 ; Morris 1965.

16 Millar 1964, 5-27 ; voir aussi sur tous les points la contribution de M. Molin citée supra, n. 1.

17 Barnes 1984 ; ici même Molin ; et aussi Millar 2005 à la suite de Sordi 2000b.

18 Suet., Aug., 38.2 ; Chastagnol 1992, 38.

19 Dion n’avait pas encore atteint l’âge de la questure. Il en allait de même lorsqu’il accompagna son père en Cilicie, un peu plus tard, faisant partie, à ce moment-là, de la cohors amicorum : Millar 1964, 15 ; Rémy 1989, 314-315.

20 74[73].12.2. Barnes, sans démontrer que 194 est impossible, opte pour 195, de même que M. Molin (dans cet ouvrage).

21 Guey 1962, 82-83.

22 Grosso 1964, 153-163.

23 SHA, Comm., 5 ; cf. aussi Hdn. 1.8.1-2.

24 Molinier 1998, 239-241 ; Molinier-Arbo 2012, 107-109.

25 73[72].10.1.

26 Millar 1964, 38-39.

27 Birley 1997a, 2699.

28 Millar 1964, 16-17, 29.

29 Les parti-pris de Barnes 1984, 243 le conduiraient, à partir du schéma de Millar qui est conforme aux usages, à élargir, mais de très peu, la datation du consulat (“shortly after 205”).

30 Gabba 1955, 268-269.

31 77[76].16.4 ; Degrassi 1952, 26 écrit “200 c. o più tardi” en se fondant sur la date de la préture (194) ; Barbieri 1952, 33 n° 122 ; PIR2, C 492 (1936) : “anno incerto sub Severo”, d’après 77[76].16.4, cf. 60.2.3. Il emploie la forme verbale ὑπατευκώς de préférence à l’adjectif substantivé ὑπατικός, pour désigner sa qualité de consulaire : Freyburger-Galland 1997, 155.

32 60.2.3 ; Gabba 1955, 290.

33 77[76].16.4 ; Millar 1964, 17, 204.

34 Gabba 1955, 291, reprenant la position ancienne de Reimar ; il est pour l’essentiel suivi par Letta 1979, 131-137. Même point de vue dans l’introduction de l’édition italienne de la Biblioteca Universale Rizzoli : Norcio 1995, 21-22.

35 Déjà au iie s. p.C., le patricien Man. Acilius Glabrio (PIR2, A 73 ; I. Eph., 611) avait été envoyé en Asie après le consulat : ὑπατικόν, πρεσβευτήνσίας, λογιστὴνφεσίων τῆς πρώτης καὶ µεγίστης µετροπόλεως τῆςσίας καὶ δὶς νεωκόρου τῶν Σεβαστῶν (voir aussi Aristid., Or., 50.97 ; CIL, XIV, 4237).  Au iiie s., ou peut ajouter, pour Ephèse aussi, le cas du sénateur D. Iunius Quintianus (PIR2, I 803 ; I. Didyma 59 ;
I. Milet I.9, 344 ; I. Eph. 304 et 303A). Enfin on retiendra le cas d’un sénateur, dont le cursus, acéphale, provenant de Xanthos, indique qu’il fut curateur consulaire de plusieurs cités voisines : καὶ πάλιν λογιστὴνφεσίων Τραλλιανῶν Μαγνήτων Μειλησίων (Christol & Drew-Bear 1991, 197 [SEG, 41, 1394 = AE, 1993, 1550 b], 217-218).

36 Burton 1979, 481-487.

37 Ce qui est admis implicitement par Barnes 1984, 244.

38 49.36.4 ; 80.1.2.

39 Cf. supra, n. 1. Position admise de longue date : Jardé 1925, 127 ; voir aussi récemment Barnes 1984, 248 ; Thomasson 1996, 87-88.

40 Vrind 1923, 141-152.

41 Christol 2012a ; Christol 2012b.

42 CIL, XIV, 3902 (D. 1186) : L(ucius) Caesonius C(ai) f(ilius) Quirina Lucillus Macer Rufinianus,
co(n)s(ul), frater Arualis, praef(ectus) Vrbi, electus ad cognoscendas uice Caesaris cognitiones,
proco(n)s(ul) prou(inciae) Africae, XXuiros (sic : XXuir <c>o(n)s(ularis)) ex senatus consulto r(ei) p(ublicae) curandae, curator aquarum et Miniciae, cur(ator) albei Tiberis et cloacarum Vrbis, legatus prou(inciae) Africae, eodem tempore uice proconsulis, curator r(ei) p(ublicae) [T]usculanorum
(uel Puteolanorum), curator r(ei) p(ublicae) Suessanorum, praetor candidatus, quaestor kandidatus, electus in patriciam familiam, Xuir stlitibus iudicandis
.

43 Honoré 1979 ; Honoré 1981 ; Honoré 1982.

44 Honoré 1962.

45 Pflaum 1960-1961, 762-765 n° 294.

46 Crifò 1976.

47 Syme 1970b = Syme 1979, 790-804 ; Syme 1980a = Syme 1984, 1393-1414.

48 Pflaum 1950, 237-238 ; Christol 1992 ; Christol 2007a.

49 Il parvint au rang de préfet de l’annone et, après un bref intermède comme préfet d’Égypte, revint à Rome auprès de l’empereur (CIL, XIV, 5347 ; 5348 ; XIV, 250, cf. p. 482 ; SHA, Marc., 3.6 ; Pflaum 1960-1961, 333-336 n° 141 ; Pavis d’Escurac 1976, 346-347), mais il avait accédé à l’ordre sénatorial. La plus récente inscription le faisant connaître indique qu’il avait été désigné au consulat suffect (AE, 1955, 179 ; Corbier 1974, 247-253).

50 Selon l’hommage des citoyens d’Antium (CIL, X, 6662 ; D. 1455 ; Pflaum 1960-1961, 472-476) ; voir aussi Pavis d’Escurac 1976, 352-353.

51 CIL, VIII, 1174 (D. 1451) ; Pflaum 1960-1961, 337-339.

52 AE, 1980, 235 ; SHA, Ant. Pius, 8.9 ; Camodeca 1979.

53 AE, 1953, 73 ; Pflaum 1960-1961, 219-224 n° 96 et p. 968.

54 AE, 1988, 1051 ; Chastagnol & Vezin 1991 ; Christol 2003.

55 Rey-Coquais 1978, 57, 65. Auparavant, Tyr était Sep(timia) Turus metrop(olis) colon(ia) sur les monnaies : Chastagnol & Vézin, 1991, 244. Sur lévolution de la titulature impériale Bertrand-Dagenbach, in : Bertrand-Dagenbach & Molinier-Arbo 2014, xxvii.

56 Magdelain 1950 ; Casavola 1976.

57 Les responsa ont une forme écrite. À propos d’un autre responsum d’Ulpien, Paul, Dig., 19.1.43 : lectum est responsum Domitii Ulpiani, quo continebatur

58 T. Honoré estime aussi qu’Ulpien avait disposé du ius respondendi ex auctoritate principis, et qu’il avait, à ce titre, composé des responsa : trois de ces actes sont mentionnés dans nos sources : Paul, Dig., 19.1.43 ; Macer, Dig., 50.5.5 ; Cod. Iust., 8.37.4.

59 Mélèze-Modrzejewski & Zawadski 1967, à partir de l’interprétation de P Oxy. 2565. Point de vue accepté en dépit de quelques tentatives de réaction : voir Marotta 2000, 151-152, qui fait le point sur les derniers travaux sur le sujet.

60 En postulant une continuité du service R. Syme s’était demandé s’il n’avait pas obtenu la fonction d’a libellis (SHA, Pesc. Nig., 7.4) dans les derniers mois du règne d’Élagabal (dans une conférence prononcée à Paris en 1969, à l’Institut de droit romain, puis dans Syme 1970b, 320-321 = Syme 1979, 801-802), notamment auprès de Sévère Alexandre César (Syme 1980a, 93, 102 = Syme 1984, 1405, 1412). Mais les parallèles que l’on peut apporter, qui concernent des princes associés au pouvoir impérial ne confirment pas ce point de vue, car les fonctionnaires équestres en question sont des personnages se trouvant aux premiers temps de leur carrière, alors qu’Ulpien était parvenu aux sommets. Aussi, à propos de l’inscription de Tyr, cette hypothèse était écartée au terme d’une discussion précise : Chastagnol & Vézin 1991, 241-242.

61 Papinien fut a libellis durant les premières années de Septime Sévère : Tryphoninus, Dig., 20.5.12 ; Pflaum 1960-1961, 583-584 n° 220. Selon Honoré, Papinien exerça ses fonctions entre le 26 septembre 194 (Septime Sévère était alors en Orient) et le 12 février 202 (Septime Sévère était en train de revenir vers Rome). Un changement de style se détecte dans une constitution du 25 mars 202. Entre le printemps 202 et le début de 205, si nous ne savons pas explicitement quelles étaient ses fonctions, celles-ci s’inscrivent en creux dans le tableau d’avancement des hauts fonctionnaires équestres. Il aurait été préfet de l’annone : Magioncalda 2000. Toujours membre du conseil impérial, il pouvait intervenir dans l’élaboration de quelques constitutions : Honoré a encore retrouvé son style dans quelques textes de l’année 205, puis en 206, au milieu d’une production très différente par le ton : Honoré 1981, 63. Christol 2007a, 57 sur le rôle des aînés dans le conseil impérial.

62 Entre la constitution du 25 mars 202 et celle du 1er mai 209 un autre style caractérise les constitutions impériales, un style plus direct, plus vigoureux, impliquant directement le requérant. Un certain nombre de tics de langage se retrouve dans les œuvres préservées d’Ulpien. Honoré 1981 en a conclu qu’Ulpien avait été le successeur de Papinien. Un nouveau changement se produit durant l’été 209, car un nouveau changement de style peut être constaté. Entre le 1er mai 209 et le 15 juillet 209 la famille impériale est en Bretagne. C’est alors que se prépare l’association de Géta à l’Augustat : Honoré 1982, 24.

63 Coriat 1997, 261 (exposé des diverses théories), 559, 570 (adhésion à l’interprétation d’Honoré).

64 Le destin du personnage dans les dernières années de Septime Sévère demeure incertain. En 209 Ulpien n’a pas été promu à une grande préfecture. Mais le véritable éloignement du pouvoir paraît s’être produit à la mort de Géta, qui fut aussi fatale à Papinien (Christol 2008).

65 Millar 2005, 30-32, à partir de Sordi 2000b qui prend en considération 77[76].2.1 (sur l’éruption du Vésuve en 202), mais il en dégage d’autres conclusions chronologiques en accord avec son point de vue antérieur. La position de Marotta 2000, 172-173 (sur une rédaction finale du débat entre Mécène et Agrippa postérieurement à la mort d’Ulpien) ne peut être conciliée qu’avec une chronologie basse de la rédaction de l’œuvre, ce qui est douteux.

66 Jardé 1925, 55.

67 Pour Ulpien, assassiné en 223, Mélèze-Modrzejewski & Zawadski 1967 (sur la mort en 223). Mais aussi pour Dion : Millar 1964, 25-26. Marotta 2000, 165-198 esquisse des rapprochements entre les conceptions de Dion et celles d’Ulpien. Mais s’il y a des points de rapprochements, notamment lorsqu’ils évoquent tous deux la constitutio Antoniniana, il est difficile de dégager ce que serait un “programme de gouvernement”, hormis le souci de freiner les revendications des soldats et le souci de ne pas leur donner trop d’influence : De Blois 1996, 363-364, 366-368 ; Marotta 2000, 150-152, qui met en perspective inversée 77[76].15.2 et 80.4.2. Les personnes issues des rangs de l’armée sont mal jugées, surtout lorsqu’elle ont acquis de l’influence : Millar 1964, 161-163, 166-167.

68 80.2.2.

69 Freyburger-Galland 1997, 124.

70 79[78].11.2.

71 Carsana 1990, 83-94, 101-102.

72 Millar 1964, 168.

73 SHA, Heliogab., 13.2 et 13.5 (passages prolongés par Alex. Sev., 1.2) fournissent la trame d’un éloge de Sévère Alexandre : Birley 1997a, 2753.

74 68.17.1.

75 Instinsky 1942 ; Pflaum 1969 (= Pflaum 1978, 288-299) ; Birley 1974a. Dans la documentation connue, une seule inscription est extérieure au monde africain : Inscr. Ital., X, 2, 6 (Parentium).

76 Mastino & Ibba 2012, 178-179.

77 75.2.4.

78 75.3.2-3 ; Magioncalda 1982, 169-174 ; Speidel 2007.

79 Comme l’envisage Millar 2005, 31, en revenant sur ce passage important.

80 On en trouve un écho dans l’œuvre d’Hippolyte de Rome, Commentaire sur Daniel. Il convient de la dater vers 202 : Norelli 1987, 37-40. Ce traité tient un rôle important dans la réflexion de S. Mazzarino (1962a, 304-318) qui en plaçait toutefois la composition “poco prima del 222 o forse nello stesso 222” (p. 316). On citera Hippol., Comm., 4.5 (trad. G. Bardy) : “Après l’empire grec aucun autre ne s’est élevé sinon celui qui possède de nos jours la domination et qui est solidement établi : c’est un fait évident pour tous. Il a des dents de fer, parce qu’il tue et met en pièces le monde entier par sa propre force, comme le fait le fer … Donc nous ne devons pas devancer la volonté de Dieu, mais au contraire prendre patience et prier pour ne pas tomber en de tels temps. Et nous ne devons pas pour autant ne pas y croire, en nous disant que cela n’arrivera pas”.

81 Pline le Jeune (Pan., 20) développe de telles recommandations, avec même une insistance et des mots qui pourraient apparaître ceux d’une forte réticence devant des projets guerriers jugés imprudents : adsuescat imperator cum imperio calculum ponere … tamquam rationem redditurus.

82 SHA, Sev., 15.1.

83 Chastagnol 1994, 305-306 ; Birley 1997a, 2740-2741, 2752.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search