Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Cassius Dion, sénateur romain

Biographie de l’historien Cassius Dion

Michel Molin

Texte intégral

  • 1 * Je tiens à remercier M. Christol dont les judicieuses observations ont permis d’améliorer ce tex (...)
  • 2 Stein 1936.
  • 3 Millar 1964, 5-27.
  • 4 Birley 1997b.

1La découverte de nouveaux documents et le réexamen des anciens impose de revisiter les notices consacrées par E. Schwartz1, E. Stein dans la seconde édition de la Prosopographia Imperii Romani2, F. Millar3 et A. R. Birley4 à l’historien grec de Rome traditionnellement appelé par les francophones Dion Cassius. Après avoir rappelé le très petit nombre de documents précis et, par conséquent, le peu d’éléments indiscutables, nous étudierons successivement l’onomastique, les liens de parenté, la vie et la carrière de l’historien, sans dissimuler les difficultés rencontrées, en privilégiant toujours dans l’œuvre les passages issus de la tradition directe, comme le veulent les bonnes pratiques méthodologiques.

  • 5 Ce manuscrit, témoin de la tradition directe, nous est malheureusement parvenu dans un piètre éta (...)
  • 6 Dion utilise ce sobriquet qu’il commente en 79[78].3.3 (ms Vaticanus graecus 1288, f° 1r col 2, l (...)
  • 7 79[78].10.2 (ms Vaticanus graecus 1288, f° 2v col 3 ou d., l. 20) repris par Xiph. 341, 18 R. St.
  • 8 79[78].8.4 qui n’est connu que par Xiph. 340, 20 R. St., le passage correspondant à une lacune du (...)
  • 9 Mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du second de l’historie (...)
  • 10 80.5.1 = Xiph. 356, 26-27 R. St.
  • 11 Lassère 2007, 656 n. 39.
  • 12 CIL, XIII, 6752, datée du 28 mars 229.
  • 13 CIL, XIII, 7337.
  • 14 CIL, XIII, 7502.
  • 15 AE, 1973, 414.
  • 16 AE, 1994, 1419.
  • 17 CIL, III, 3511.
  • 18 CIL, III, 5587 (mention du second consulat de Dion).
  • 19 AE, 1960, 349 (mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du secon (...)
  • 20 CIL, VI, 2998 = D. 2177 (mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre e (...)
  • 21 À noter l’inscription grecque d’une stèle funéraire d’Asturica en Tarraconnaise (AE, 1967, 228), (...)
  • 22 Touratsoglou 1970, 280-285 et pl. lxxvii ; AE, 1971, 430 = IBer., 68.
  • 23 Roxan 1985, 208-209 n° 133 = AE, 1985, 821, qui, lui, en revanche, ne mentionne pas le gentilice (...)
  • 24 Cassius est le gentilice du meurtrier de César, C. Cassius Longinus, qui a pu distribuer la citoy (...)

2L’historien lui-même nous indique, dans un passage transmis par le manuscrit Vaticanus graecus 1288, du ve ou du vie s.5, le nom sous lequel Septime Sévère s’adressa à lui quand il lui apparut en songe après l’assassinat de son successeur Caracalla6 : Δίων7. C’est le même nom qu’utilise celui-ci au cours du banquet de la fête des saturnales de décembre 214, célébrée par la cour à Nicomédie8. Quant à la documentation épigraphique, tout comme la grosse vingtaine de datations du Code Justinien9, elle ne concerne que le second consulat de Dion, consulat ordinaire qu’il a géré comme collègue de l’empereur Sévère Alexandre, ce dont il nous informe lui-même10, et ce qui était un honneur considérable11. Cinq inscriptions latines de Mogontiacum (Mayence)12, de Nida (Heddernheim)13, de Bingium (Bingen)14, de Dalmatie (Bosnie)15 et de Sirmium16 ne le désignent qu’avec le cognomen “Dio”. Quatre autres, latines aussi, d’Aquincum17, de Rabenden, district de Trostberg (Norique)18, de Capidaua, en Mésie inférieure19, et de l’excubitorium de la VIIe cohorte des vigiles à Rome20 l’appellent “Cassius Dio”21. Il faut souligner l’importance de deux inscriptions découvertes ces quarante dernières années qui ont apporté chacune une information supplémentaire : l’inscription grecque de Beroia, en Macédoine22 indique le gentilice de l’historien Κλ/ sous une forme abrégée assez fréquente, soit Κλαύδιος / Claudius et le diplôme militaire en latin d’un marin de la flotte de Misène originaire de Cilicie23 révèle son praenomen L(ucius). La séquence onomastique complète est donc Lucius Claudius Cassius Dio, Cassius étant non le gentilice mais l’un des éléments de la polyonymie caractéristique de l’état civil des nobles des iie et iiie s.24. L’appellation Dion Cassius n’a guère pour justification que le poids de l’habitude prise depuis plusieurs siècles par les savants français, qui pensaient, il est vrai, avant la découverte de l’inscription de Beroia que, Cassius étant le gentilice, il y avait lieu de suivre l’ordre grec utilisé par Dion lui-même et ses contemporains qui plaçaient volontiers le cognomen avant le gentilice : Φρόντων Κορνήλιος, ἨρώδηςΚλαύδιος, ἸουλιανὸςΔίδιος. Le maintien de l’ordre Cassius Dio, à la mode de la plupart de nos collègues étrangers, est donc théoriquement bien préférable.

  • 25 Pape & Benseler 1863, 315 ; RE, V, 834-877.
  • 26 C.D. 39.14.2-3.
  • 27 Dans les Verrines, le Dion originaire d’Halèse, en Sicile, reçoit la citoyenneté romaine du consu (...)
  • 28 Philo, De l’éternité du monde, 9.48-51 ; D.L. 7.70 ; 7.78.
  • 29 Solin 1982, 238-239, liste à compléter par CIL, VI, 8828 ; 12974 ; 14401 ; 16867 ; 31852 = 13562  (...)
  • 30 TLL, III, 1918, 157-158, s.u. Dio(n).
  • 31 CIL, VI, 2998.
  • 32 CIL, VI, 37118. PIR2, C 491 = PLRE, I, 253 (s.u. Cassius Dio) ; Chastagnol 1962, 25-27 n° 6.
  • 33 Men. Rh., p. 390,1 Spengel.
  • 34 Corsten 2010, 146.

3Δίων / Dio est un nom grec connu au début du ive s. a.C. dans toutes les classes sociales, de l’affranchi athénien du discours d’Isée Sur l’héritage de Philoctémon ou du beau-frère et gendre du tyran Denys qui attira Platon à Syracuse25 au chef de l’ambassade envoyée à Rome par les Alexandrins en 56 a.C. pour se défendre auprès du Sénat des accusations du roi Ptolémée26. Dans le monde romain, il est utilisé comme cognomen dès l’époque de Cicéron27 et devient assez courant à l’époque impériale pour servir d’exemple28 : H. Solin dans son recueil consacré aux inscriptions de la ville de Rome, de l’époque de Sylla à la fin du iiie s.29, et le CIL, VI en fournissent une grosse trentaine complétée par l’Onomasticon du Thesaurus linguae latinae30 et reflétant toutes les couches de la société, les deux seuls sénateurs étant l’historien31 et le préfet de la Ville de la fin du iiie s., sans doute descendant de l’historien à la deuxième ou troisième génération32; en Bithynie, outre l’orateur Dion de Pruse, contemporain de Trajan, appelé par Ménandre le Rhéteur, vers 270, Dion Chrysostome33, et l’historien et son père, on dénombre quinze autres exemples34.

  • 35 Phot., Bibl, 71.35a. Κοκκίος Δίων est repris en 84.65a.
  • 36 Suda Δ 1239.
  • 37 Roos 1910, 235.
  • 38 Gowing 1990.
  • 39 Plin., Ep., 10.81-82. Ces textes nous donnent quelques indications sur ce personnage, qui était v (...)
  • 40 Philostr., VS, 1.7.487.

4Au ixe s., la notice de Photios désigne l’historien sous le nom de Κασσιανὸς Κοκκιανὸς Κοκκίος Δίων35. Un siècle plus tard, la Souda est la première à utiliser l’ordre Δίων, ὁ Κάσσιος χρηµατίσας mais mentionne aussi Κοκκήιος et Κοκκηίανος36. Les Excerpta Constantiniana sont un peu antérieurs mais la séquence Δίων Κοκκιανός n’apparaît que sur le cod. Peirescianus, f° 288v, du xe ou du xie s., dans le titre du chapitre des Excerpta de uirtutibus et uitiis tirés de l’Histoire romaine de Dion37, et dans la liste des auteurs fournie par des copies du xvie s. des Excerpta de legationibus Romanorum ad gentes38. On rejettera donc le nom de Kokkeianos ou de Kokkeios, dont on ne trouve aucune trace pour notre historien entre son époque et le ixe s., et qui provient probablement d’une confusion, effectuée par l’auteur de la Bibliothèque historique sinon par l’une de ses sources, entre l’historien et l’orateur Dion de Pruse, contemporain de Trajan, qui avait pour cognomen Cocceianus Dion39, mais sans que l’on connaisse encore le gentilice du personnage. La confusion peut s’expliquer par le chiffre de quatre-vingt, nombre à la fois des discours attribués à Dion de Pruse et des livres de l’Histoire romaine, mais va, dans la Souda, jusqu’à attribuer à l’historien le traité Τὰ Γετικά, ouvrage perdu de l’orateur mentionné par Philostrate, contemporain de l’historien40.

  • 41 Birley 1997b.
  • 42 Par ex. Schwartz 1899, 1684 ; Stein 1936.
  • 43 Dans les Essais, II, 32 (“Defence de Sénèque et de Plutarque”), Montaigne désigne encore l’histor (...)

5Trois conclusions peuvent donc être tirées : 1) dans l’état actuel de nos connaissances, la séquence onomastique complète que l’on peut reconstituer est L(ucius) Cl(audius) Cassius Dio, mais elle n’est livrée intégralement par aucun document, ce qui doit inciter à la plus grande prudence ; 2) il n’y a aucune raison de conserver, comme le faisaient Boissevain ou, encore récemment, A. R. Birley41, le cognomen de Cocceianus, traditionnellement attribué42 mais qui n’est pas attesté par les documents antiques ; 3) en tout état de cause, la désignation Cassius Dio témoigne de la faiblesse du praenomen et du gentilice dans l’onomastique romaine au début du iiie s. ; adoptée par la plupart des savants étrangers, elle n’est pas complète, mais respecte l’ordre épigraphique, ce qui n’est pas le cas de l’appellation qui s’est répandue en français à partir de la fin du xvie s.43.

  • 44 PIR2, C 485 (E. Groag).
  • 45 73[72].7.2 = Xiph. 271, 20-21 R. St. : gouverneur de Cilicie.
  • 46 49.36.4 : gouverneur de Dalmatie.
  • 47 69.1.3 = Xiph. 242, 21-22 R. St. : gouverneur de Cilicie.
  • 48 80.5.2 = Xiph. 357, 4-5 R. St.
  • 49 76[75].15.3 = Xiph. 313, 2 R. St. 
  • 50 Str. 12.4.7.565.
  • 51 D.Chr. 38.
  • 52 Robert 1977 ; Fernoux 2004.
  • 53 D.Chr. 39.
  • 54 Fernoux 2005.

6Sur sa famille, l’historien est extrêmement discret, par pudeur ou par déontologie, et ne parle ni de ses éventuels frères et sœurs, ni de sa femme et de ses enfants, ce qui rend évidemment difficile le travail de son biographe. Il ne nous donne des indications que sur son père44, évoqué à plusieurs reprises, tant dans la tradition indirecte45 que directe46, mais désigné une seule fois, dans un passage de la tradition indirecte qui le présente comme gouverneur de Cilicie, par le cognomen Ἀπρωνιανός47, que l’on peut rencontrer après différents gentilices. Le fait que l’historien parle de la Bithynie48 et de Nicée49 comme de sa patrie indique que son père en était citoyen. Située sur les rives du lac d’Ascania50, l’actuelle Iznik était connue sous le règne de Trajan par la correspondance de Pline le Jeune lors de son gouvernement de Bithynie avec l’empereur et les discours de Dion de Pruse. Malgré sa rivalité avec sa voisine Nicomédie51, qui devait perdurer pendant toute la période romaine52, les dissensions internes53 et les tremblements de terre, la prospérité de la cité est attestée aux deux premiers siècles de notre ère par se relations commerciales dans le Pont-Euxin et dans l’ensemble du bassin égéen54.

7Par ailleurs le gentilice Claudius indique que le lignage avait obtenu la citoyenneté romaine sous le règne de Claude ou de Néron, plus vraisemblablement sous celui de Claude, comme celui d’Hérode Atticus, le riche précepteur de Marc Aurèle, et serait ainsi comme celui-ci un exemple de la faveur du troisième successeur d’Auguste pour les élites des cités grecques.

  • 55 73[72].7.2 = Xiph. 271, 21 R. St. 

8Un point assuré de la chronologie est l’exécution des frères Quintilii sur l’ordre de Commode ca 183, que Dion apprend en Cilicie quand il s’y trouve aux côtés de son père qui en est alors le gouverneur55.

  • 56 Épitaphe : AE, 1903, 56 = IGR, III, 654, 1 = TAM, II, 1-3, Lykia 856.
  • 57 TAM, II, 428.
  • 58 AE, 2005, 1721 = Eck & Pangerl 2005. Le cursus reconstitué par Rémy 1989, 314-315 n° 264, ne pouv (...)

9Trois inscriptions peuvent, vraisemblablement mais sans certitude, se rapporter au cursus du père de Dion : deux inscriptions grecques de Lycie, une épitaphe d’Idebessos mentionnant un proconsul du nom de Cassius Apronianus56 et une inscription de Patara57, auxquelles s’ajoute un diplôme militaire de Thrace en latin daté du 24 mai d’une année identifiée par deux consuls dont seuls sont conservés les deux cognomina Apronianus et Tertullus58.

  • 59 En se basant sur une préture exercée à trente ans (à l’époque d’Auguste : 52.20.2) et un premier (...)
  • 60 Pour le père et le fils : 49.36.4 ; pour le fils seulement : 80.1.3 = Xiph. 355, 18 R. St.
  • 61 CIL, XIV, 4089, 26 = XV, 2164.

10Sa carrière pourrait alors être reconstituée comme suit : il entame un cursus sénatorial sous Marc Aurèle, dont des étapes seraient le proconsulat, de rang prétorien, de Lycie et Pamphylie en 179/180, ce qui induit une naissance trente-cinq ans environ auparavant, dans les années 14059, puis le gouvernement de Cilicie, province impériale de rang prétorien à l’époque, avec le titre de legatus Augusti pro praetore sous Commode, dans les années 181‑184. Le gouvernement avec le même titre, mais de rang consulaire, de la Dalmatie, évoqué par l’historien60, suppose entre temps immédiatement après le gouvernement de la Cilicie, un consulat suffect, vers 184/185, en compagnie de Ti. Claudius Vibianus Tertullus si l’on considère qu’il s’agit bien du père de l’historien dans l’inscription du diplôme militaire de Thrace évoqué ci-dessus. La dernière fonction connue d’Apronianus, le gouvernement de Dalmatie, pourrait donc se situer après 185. Il est en tout cas tout à fait remarquable que ce sénateur hellénophone, surtout s’il est le premier de son lignage, ait comme dernier poste attesté le gouvernement d’une province latinophone. À ce personnage se rattacherait l’inscription d’une tuile ou d’un tesson d’Ostie, qui révèlerait le praenomen M(arcus) et lui conférerait le statut de propriétaire dans cette ville61.

  • 62 Halfmann 1979, 80, 194 n° 123 (s.u. M. Cassius Apronianus).
  • 63 Chastagnol 1992, 163.
  • 64 Rémy 1988, 194, 220.
  • 65 PIR2, C 486 (A. Stein).
  • 66 Tac., Ann., 16.33.1.
  • 67 62.26.2 = Xiph. 171, 10 R. St.
  • 68 PIR2, C 515 (A. Stein).
  • 69 CIG, 3759 = IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 85, p. 83-84.
  • 70 Cf. le tome II de la Correspondance de Cicéron, dans la Collection des Universités de France.
  • 71 CIG, 3745a ; 3745d ; 3746 ; 3747 = IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 25-28, p. 19-23. Le musée d’I (...)
  • 72 IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 57, p. 53-55. Voir le commentaire de Pflaum 1966, 15-21 [= Pflau (...)

11À la différence d’H. Halfmann62 et d’A. Chastagnol63 qui pensent que le père de l’historien était un homo nouus qui avait reçu le laticlave sous Marc Aurèle, B. Rémy le croit de naissance sénatoriale64. Il est difficile de trancher. Le gentilice Claudius suggère de rapprocher du lignage de Dion le Cassius Asklépiodotos de Nicée65, l’associé de (Q. Marcius) Barea Soranus, dont la conduite comme proconsul d’Asie sans doute en 61/62 entraîna par la suite en 66 la mise en accusation puis la condamnation à mort. “Bithynien distingué par ses grandes richesses”, Asklépiodotos, selon le témoignage de Tacite66 repris par Dion67, refusa de porter de faux témoignages contre Soranus, ce qui lui valut d’être exilé et dépouillé de ses biens que Galba lui rendit plus tard. Cet épisode prouve la fortune, sinon la notoriété, de ce personnage qui avait une résidence à Rome, était en relations avec de grandes familles sénatoriales, disposait sûrement de la citoyenneté romaine, même si le gentilice Claudius ne lui est jamais attribué, et est sans doute à identifier avec le père de C. Cassius Philiskos68, décédé à 83 ans, dont le monument funéraire s’élève à Nicée, près de la porte d’Istanbul69. La mention de l’épisode par Dion souligne l’intérêt de l’historien, mais est-ce parce qu’il s’agit de l’un de ses ancêtres ou simplement d’un célèbre compatriote digne d’admiration ? D’autre part, la longue consolation de Philiskos à Cicéron exilé en Macédoine en 58/57 a.C., au livre 38, qui occupe les douze chapitres 18 à 29, alors que ce personnage, s’il a bien existé, totalement inconnu par ailleurs, n’est même pas mentionné dans la correspondance de Cicéron, qui est conservée pour cette période70, peut être aussi bien un éloge déguisé du rhéteur de ce nom que Dion a dû fréquenter dans le cercle de l’impératrice Iulia Domna qu’une allusion à un nom souvent porté dans sa propre famille. Comme l’on ne connaît pas les liens exacts avec les personnages précédents de C. Cassius Chrestos, l’évergète de la construction des portes du rempart de Nicée à lépoque de Vespasien71, ni du proconsul de Bétique Κάσ]σιον / [...]ππου υἱόν, dont le cursus sénatorial est retracé par une inscription honorifique de la même ville72, il ne peut y avoir de relais assurés dans la généalogie de l’historien entre l’époque d’Asklépiodotos et la sienne ni de preuve de l’appartenance à l’ordre sénatorial des ancêtres de Dion.

  • 73 IK, 13, Ephesos, III, 710b, p. 106-109.
  • 74 Raepsaet-Charlier 1987, 183-184 n° 193 reprend l’hypothèse de H. Engelmann, D. Knibbe et R. Merke (...)
  • 75 Rémy 1989, 319-320 n° 270.
  • 76 PIR2, VI, p. 269.
  • 77 Settipani 2000, 357.
  • 78 Ibid., 360.
  • 79 Ibid., 361-362, 366.
  • 80 Ibid., 362, 366. Sur Marius Maximus, voir Sallmann 2000, 58-61 (§ 405.1). On a pu faire l’hypothè (...)
  • 81 Christol 2014.
  • 82 79[78].14.3. (Marius) Maximus est nommé deux autres fois dans le récit livré par la tradition dir (...)

12Sur la famille de Dion, une inscription fragmentaire d’Éphèse73 a permis, à partir de proximités anthroponymiques, de faire de nombreuses hypothèses : M.-T. Raepsaet-Charlier lui attribue une sœur mariée à Cn. Pompeius Hermippus Aelianus74, proconsul de Lycie‑Pamphylie entre 180 et 21275 ; K. Wachtel lui suppose un fils, une fille, des petits-enfants et arrière-petits-enfants76, C. Settipani, un fils et une fille77, un frère aîné nommé Maximus78, une sœur cadette79, qu’il fait épouser à l’auteur latin contemporain de biographies impériales L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus80, proche de Caracalla sous le règne duquel il exerça successivement, mais dans un ordre désormais établi, les proconsulats d’Asie puis d’Afrique81, avant d’être nommé préfet de la Ville par Macrin, comme l’indique Dion dans un passage transmis par la tradition directe du Vaticanus graecus 128882.

  • 83 PLRE, I, 253 (s.u. Cassius Dio).
  • 84 Inscriptions latines : AE, 2003, 1392 = 1982, 782, au sanctuaire de Pfaffenberg à Bad Deutsch-Alt (...)
  • 85 Acta martyrum, p. 340 Ruinart. Si l’historien a bien été proconsul d’Afrique, on ne peut détermin (...)
  • 86 Chronographe de 354, in MGH, IX.1, 1892, 66 ; Chastagnol 1962, 25-27 n° 6.
  • 87 CIL, VI, 37118.
  • 88 Libellus de regionibus urbis Romae, p. 90,2 Nordh.
  • 89 Guidobaldi 1995.

13En aval, on peut considérer comme descendant de l’historien, à la deuxième ou troisième génération, le Cassius Dio(n)83 dont le consulat ordinaire de 291 en compagnie de C. Iunius Tiberianus, consul bis pour sa part, est attesté par plusieurs documents84, qui fut proconsul d’Afrique en 294/295 cité sur les actes du martyre de Maximilien le 12 mars 29585 puis préfet de la Ville du 18 février 296 jusqu’à une date inconnue de cette même année 296 puisque il est remplacé par Afranius Annibalianus dès le début de l’année suivante86. Il figure sur une liste de sénateurs versant une contribution pour la construction d’un édifice au début du ive s., probablement sous le règne de Maxence87 et était vraisemblablement le propriétaire de la domus Dionis sur le Palatin, mentionnée par le Libellus de regionibus urbis Romae88, si ce n’était l’historien lui-même89.

  • 90 Pour un exemple patent, voir Molin 2007, 211-212.
  • 91 73[72].4.2-3 = Xiph. 269, 24-28 R. St.
  • 92 C’est à dix-huit ans que les jeunes membres de l’ordre sénatorial effectuent le tribunat militair (...)
  • 93 Ce sont les dates retenues par Chastagnol 1994, lix, Millar 1964, 13 préférant 163-164, ce qui ne (...)
  • 94 Ἡ πατρίς µου : 76.[75].15.3 = Xiph. 313, 2 R. St. 
  • 95 D’une part, πατρίς µου peut désigner aussi bien lorigo que la patria ; d’autre part, la carriè (...)
  • 96 Ameling 1984, 136 : taille des poissons pêchés dans le lac de Nicée (76[75].15.3 = Xiph. 313, 3 R (...)
  • 97 69.11.2 = Xiph. 248, 5 R. St. ; 69.14.4 = Xiph. 251, 27 R. St.
  • 98 Οἴκαδε : 80.1.3 = Xiph. 355, 20 R. St.
  • 99 Ἡµᾶς τε καὶ τὰς γυναῖκας ἡµῶν καὶ τοὺς παῖδας : 73[72].16.3 = Xiph. 277, 9 R. St.
  • 100 74[73].12.2 = Xiph. 289, 21 R. St.
  • 101 En 68.27.3 = Xiph. 238, 24-29 R. St., il déclare avoir vu lui-même les vapeurs mortifères de Hiér (...)
  • 102 73[72].9.1-21 = Xiph. 272, 21-28 R. St. ; 73[72].9.22-10.1 = Xiph. 272, 28 - 273, 16 R. St. 
  • 103 75[74].5.1-5 = Xiph. 296, 10-32 R. St. 
  • 104 Schwartz 1899, 1684, Stein 1936 et Millar 1964, 16 n. 3 pensent que la préture a été exercée en 1 (...)
  • 105 Barnes 1984, 242. Pour sa part, Humphrey 1988 hésite entre 194 et 195.
  • 106 73[72].23 = Xiph. 281, 6-27 R. St. 
  • 107 75[74].6.4 = Xiph. 297, 15 R. St. ; Hdn. 3.2.9-10. 
  • 108 76[75].8.1-4 = Xiph. 308, 6-22 R. St. 
  • 109 Millar 1964, 17.
  • 110 Paul, De officio proconsulis, 1 = Dig. 50.12.7 ; traduction et commentaire dans Coriat 2014, 378- (...)
  • 111 Rémy 1988, 246.
  • 112 Ibid., 299.
  • 113 Sur la réduction d’un an d’âge ou dispense d’un an d’intervalle entre deux magistratures par enfa (...)
  • 114 Certains sénateurs pouvaient être gratifiés du ius trium liberorum sans avoir eu d’enfant, comme (...)

14Les indications fournies sur la biographie de Dion par le texte de Xiphilin, que l’on peut estimer souvent proche du texte originel de l’historien90, sont complétées par quelques documents indépendants de la tradition indirecte : une dizaine d’inscriptions attestent le second consulat de Dion, consulat ordinaire qu’il a géré comme collègue de l’empereur Sévère Alexandre en 229 p.C. et quelques passages de la tradition directe, comme en 49.36.4, ou tirés du Vaticanus graecus 1288, donnent des renseignements fournis par Dion lui-même. Il est donc possible de reconstituer avec une certaine vraisemblance le cursus de l’historien, même si certains points de détail posent encore problème : appartenant à l’ordre sénatorial de naissance, de père consulaire, le jeune Dion assiste au premier discours de Commode devant le Sénat lors de son aduentus dans l’Vrbs en octobre 180, sept mois après le décès de Marc Aurèle91. Comme l’exige la règle, Dion a alors dix-sept ans révolus92 et l’empereur n’en a guère que deux de plus. Cet événement permet de placer la naissance de Dion vers 162/16393, sans doute à Nicée de Bithynie94, ce qui n’est toutefois pas assuré95. L’historien donne un certain nombre de détails qui prouvent une bonne connaissance de la région96, et sa revendication identitaire est si prégnante chez lui qu’il utilise la première personne du pluriel pour parler des Bithyniens97 et qu’il regarde Saotéros, l’a cubiculo de Commode sans hostilité, bien que celui-ci cumule les deux défauts d’être originaire de Nicomédie, la rivale de Nicée, et dêtre le mignon de Commode, et son attachement à sa patrie assez fort pour l’amener à passer “à la maison98 toute la fin de sa vie pour achever la rédaction de l’Histoire romaine. À la fin du règne de Commode, il s’exprime à la première personne du pluriel en tant que membre du Sénat, laissant même entendre qu’il fait partie de ceux qui ont femme et enfants99. Pertinax, qui ne règne que trois mois au début de l’année 193, le désigne pour exercer la préture100, ce qui montre que le futur historien a donc sous le règne de Commode, non seulement effectué son vigintivirat et son année de tribunat laticlave, mais aussi la questure, à Rome ou, en raison de ses origines, dans une province hellénophone, peut-être en Asie101, et même le tribunat de la plèbe, au plus tard en 192, de manière à respecter la règle du biennium entre deux magistratures. Si aucun détail ne nous est parvenu sur ce début de carrière, on peut observer qu’il n’a été nullement entravé par Commode ni par son administration, et Dion semble même avoir apprécié la politique du préfet du prétoire Perennis visant à rétablir les grands équilibres à l’intérieur de l’État après le retour de la paix102. Toutefois, le récit des funérailles de Pertinax103 où Dion réserve la première personne du pluriel à l’ensemble des sénateurs alors qu’il parle à la troisième des magistrats en charge et designatiς νέωτα, “pour l’année suivante”, qui portaient le cercueil et dont il s’exclut ainsi, prouve que la préture a été exercée, non en 194104, malgré la décision de Pertinax, mais comme l’a bien observé T. D. Barnes105, seulement en 195, pour avoir dû céder la place à des partisans de Septime Sévère, maître de Rome depuis son aduentus début juin et qui s’empare de son côté du consulat avec son César Clodius Albinus pour l’année 194. Bien que l’historien ait pris soin, en 193 comme en 196, de s’attirer les bonnes grâces de Septime Sévère dès son arrivée à Rome par ses deux premiers ouvrages sur les rêves et les présages qui ont annoncé l’avènement de l’empereur, puis sur les guerres qui ont suivi la mort de Commode106, le cursus de Dion semble avoir été un peu ralenti, peut-être parce que Nicée avait choisi le camp de Pescennius Niger au cours de l’hiver 193/194107. Les anecdotes rapportées au moment du retour de Septime Sévère après sa sanglante victoire sur Clodius Albinus en février 197 montrent que Dion était présent aux séances du Sénat qui ont suivi108. F. Millar109 fait remarquer que pourrait alors s’intégrer dans la carrière un proconsulat de rang prétorien. Est-ce à l’historien que fait allusion un texte du jurisconsulte Paul conservé dans le Digeste, rescrit adressé par Septime Sévère à un proconsul du nom de Dion, pour lequel on ne peut proposer dans l’état actuel de nos connaissances d’autre candidat homonyme110 ? Comme il s’agit des relations du proconsul avec les cités, F. Millar pensant, non sans raison, à une province de la partie grecque de l’empire, le gouvernement de Lycie et Pamphylie semble une hypothèse valable pour deux raisons mises en évidence par B. Rémy : sa place parmi les premières fonctions exercées après la préture111 et la spécialisation géographique des sénateurs affectés dans les provinces d’Asie Mineure112, qui peut expliquer que l’historien, originaire de Bithynie, gère à son tour ce proconsulat après son père, comme ce devait être le cas plus tard pour la légation de Dalmatie. Il y a toutefois une difficulté : le texte de Paul ne mentionnant comme Auguste que Septime Sévère, il est antérieur au 28 janvier 198, date de l’élévation de Caracalla à l’augustat. Or Dion, pour respecter la règle de l’intervalle des cinq ans après la préture, s’il a bien exercé celle-ci en 195, ne peut être proconsul qu’en 200/201, à moins d’avoir bénéficié d’une réduction d’âge de trois ans113 liée au nombre effectif ou supposé114 d’enfants, ce qui semble beaucoup.

  • 115 77[76].1 = Xiph. 314, 13 - 315, 9 R. St.
  • 116 77[76].2.1 = Xiph. 315, 9-13 R. St. Freyburger-Galland 2004 remarque que la présence de Dion à l’(...)
  • 117 77[76].16.4 = Xiph. 325, 7-8 R. St. En 43.46.6, Dion se range parmi les consulaires au moyen de l (...)
  • 118 Hurlet 2006, 75.
  • 119 Si l’ἡγεµονία exercée par Dion ἐν τῇφρικῇ (49.36.4 ; 80.1.2 = Xiph. 355, 17 R. St.) sous le règ (...)
  • 120 Morris 1964, 335-336. On notera toutefois douze ans aussi (178-190) pour le futur empereur Septim (...)

15Le récit de la célébration des decennalia de Septime Sévère à Rome115, comme celui de l’éruption du Vésuve116, indiquent que Dion était de retour en Italie en 202. Ce texte est important car l’auteur nous explique qu’il a choisi Capoue comme résidence quand il séjourne en Italie afin de pouvoir travailler au calme loin des tracas de l’Vrbs, mais montre aussi l’élasticité de la chronologie dans lœuvre de Dion, puisque il fait de cette éruption un présage de la chute de Plautien qui ne devait intervenir que trois ans plus tard, en janvier 205. On peut supposer alors, mais sans certitude, l’exercice par l’historien d’une ou de plusieurs charges italiennes de rang prétorien avant celui du premier consulat suffect sous le règne de Septime Sévère117, qu’il faut situer à cette époque une quinzaine d’années environ118 avant l’obtention du proconsulat d’Afrique sous Sévère Alexandre119, c’est à dire c. 207, à quarante-quatre, quarante-cinq ans, soit douze ans après la préture. Cet intervalle entre ces deux étapes importantes du cursus honorum qu’étaient la préture et le consulat suffect peut paraître relativement long, si on le compare à la moyenne des trois années pour les sénateurs patriciens, et d’une dizaine d’années pour les plébéiens120. Faut-il supposer ici l’inimitié de Plautien, alors tout puissant auprès de l’empereur, et que Dion n’épargne guère dans son récit, comme cause d’un ralentissement de la carrière de l’historien ?

  • 121 77[76].8.1 = Xiph. 318, 30 R. St. Sur ce personnage : PIR2, P 842 [K. P. Johne] ; sur la date de (...)
  • 122 77[76].16.5 = Xiph. 325, 9-15 R. St.
  • 123 Date que Christol 2006, 47 n. 4, préfère à la date traditionnelle du 27 février 212.
  • 124 78[77].2 = Xiph. 327, 9 - 328, 1 R. St.
  • 125 Daguet-Gagey 2000, 395.
  • 126 Philostr., VS, 2.30.621-623.

16À partir de la chute de Plautien, qui intervint le 22 janvier 205 et sur laquelle Dion s’étend assez, comme sur la condamnation pour magie du proconsul d’Asie (Popilius Pedo) Apronianus en 205121, pour suggérer sa propre présence à Rome à l’époque, tout se passe comme s’il avait désormais accompagné la domus impériale dans ses déplacements sans que l’on puisse pour autant lui conférer le statut de comes au sens précis du terme, réservé à de très hauts personnages dont Dion n’était pas encore. Sa participation à l’expédition de Bretagne est suggérée par le récit de la discussion entre l’impératrice Iulia Domna et la femme d’Argentocoxos, un chef calédonien, à laquelle il a manifestement assisté122. L’évocation de l’assassinat de Géta le 26 décembre 211123 est un témoignage direct qui atteste la présence de Dion à la cour124. C’est à partir de ce moment-là que Dion a fait partie du cercle d’intellectuels gravitant autour de l’impératrice Iulia Domna, ce qui a pu lui donner l’occasion de rencontrer le rhéteur Philiskos de Thessalie125, connu grâce à Philostrate126, et qui était l’homonyme d’un possible ancêtre de Dion, comme nous l’avons dit plus haut.

  • 127 Pour la datation, voir Christol 2012a.
  • 128 Christol 2006, 44-45.
  • 129 79[78].8.5 : οὐκ ἐς µακράν.
  • 130 79[78].6.5.
  • 131 Millar 1977, 51-52.
  • 132 78[77].18.4 = EV 386.
  • 133 78[77].19.3 = Xiph. 335, 19-26 R. St.
  • 134 79[78].37.5.
  • 135 Molin 2006b.
  • 136 80[79].7.4.
  • 137 Sur cette double fonction : Guerber 2004.
  • 138 79[78].38.1.
  • 139 79[78].31.1 ; 80[79].11.1 = Xiph. 348, 3 R. St. ; 80[79].11.3 = Xiph. 349, 18 R. St. ; 80[79].17. (...)
  • 140 80[79].1.1.
  • 141 80[79].7.4.
  • 142 80[79].18.1-3 = Xiph. 352, 29 - 353, 11 R. St. 

17L’épisode marquant suivant de la vie de Dion est le banquet des saturnales de 214 à Nicomédie127 où Caracalla a pris ses quartiers d’hiver au début de sa campagne orientale128, lors duquel le successeur de Septime Sévère adresse à Dion, qui se trouve alors à la cour en tant que sénateur originaire de la province de Bithynie, quelques vers d’Euripide. L’historien y voit une annonce par Caracalla de la proximité de sa propre mort129, qui n’intervint toutefois que le 8 avril 217, donc deux ans et demi après130. Au cours de ce séjour à Nicomédie, qu’à la différence de son père, Caracalla semble avoir préférée à Nicée131, Dion montre bien que le groupe de sénateurs dont il fait partie n’est pas intégré aux φίλοι de l’empereur132. Lors de l’anniversaire de celui-ci le 4 avril 215, Dion n’était plus avec la cour à Nicomédie, puisqu’il livre au lecteur une anecdote rapportée133, mais se trouve à Rome en avril 217 lors de l’avènement du préfet du prétoire Macrin puisqu’il témoigne de l’effet produit au Sénat par les premières lettres du nouvel empereur134. Malgré le parti pris dont l’historien fait preuve à l’égard de celui-ci, dont le règne est pour lui un signe de crise des institutions et de déclin135, Dion se voit nommé par cet empereur, selon ses propres dires136, correcteur de la province d’Asie chargé en outre de la curatèle des cités de Pergame et de Smyrne137, mais ne quitte Rome qu’entre l’annonce de la rébellion d’Auitus à Émèse le 16 mai 218, comme le montre la description de la réaction du Sénat et des magistrats138, et celle de la défaite de Macrin devant Antioche le 8 juin 218. Il accomplit donc cette mission sans doute prestigieuse sous le règne d’Élagabal qu’il n’appelle jamais sous ce nom, réservé à la divinité139, mais selon un passage de la tradition directe, Auitus, avant l’avènement, puis le Faux-Antonin, l’Assyrien, Sardanapale ou Tiberinus140, ce qui prouve assez la haine que l’historien porte à cet empereur. La mission de Dion en Asie n’est cependant pas écourtée, puisque il est toujours présent à Pergame ou dans la région non seulement au cours de l’hiver 218/219, lors de la tentative de mutinerie de la flotte quand Élagabal séjournait à Nicomédie141, mais encore en 221, au moment de l’épisode du Faux-Alexandre142, après l’adoption par l’empereur de son cousin Bassianus sous le nom d’Alexandre et l’élévation de celui-ci au césarat à la fin du mois de juin 221.

  • 143 80.1.2 = Xiph. 355, 16 R. St. 
  • 144 49.36.4 ; 80.1.2 = Xiph. 355, 17 R. St. 
  • 145 49.36.4 ; 80.1.3 = Xiph. 355, 17 R. St. 
  • 146 Vrind 1923, 163 ; Letta 1979, 134.
  • 147 Millar 1964, 23 ; Thomasson 1984, 387 (39. Africa proconsularis, n° 132) ; Thomasson 1996, 87 n°  (...)
  • 148 Voir dans ce volume la contribution de M. Christol.
  • 149 53.12.4 ; 55.23.2 ; 59.20.7.
  • 150 43.3.3 ; 43.9.4 ; 48.1.3 ; 48.21.1 ; 48.21.4 ; 48.22.2 ; 48.22.5.
  • 151 52.33.3 ; 53.14.1 ; 54.14.3 ; 55.27.6 ; 56.18.3 ; 56.40.3 ; 58.23.5.
  • 152 Alföldy 1958, 192.
  • 153 Hdn. 7.8.11 ; 8.6.1.

18La séquence des dernières étapes de la carrière de Dion est bien connue, mais il subsiste des incertitudes à cause de l’imprécision du vocabulaire employé par Dion et sur la chronologie exacte jusqu’au consulat ordinaire bis de 229. Ayant passé un certain temps en Bithynie retenu par la maladie143, il reçoit une ἡγεµονία à exercer ἐν τῇφρικῇ144 aussitôt suivie du gouvernement avec le titre de légat propréteur d’Auguste de la Dalmatie, comme son père, puis de la Pannonie supérieure145 et enfin le consulat ordinaire bis. On s’est interrogé sur la charge exacte recouverte par cette ἡγεµονία à exercer ἐν τῇφρικῇ qu’aucun document épigraphique n’est venu éclairer à ce jour. Certains penchent pour le commandement de la legio III Augusta146, d’autres pour le proconsulat d’Afrique147, d’autres pour une tierce solution148. La légation de la légion de Numidie, fonction de rang prétorien semble invraisemblable après l’importante et longue mission de trois ans confiée auparavant à Dion dans le cadre de la province d’Asie. En outre, la distinction systématique que l’historien établit dans les passages livrés par la tradition directe entre l’Afrique et la Numidie149, y compris pour l’époque républicaine où l’administration romaine n’utilisait pas encore le terme150, l’emploi récurrent du terme ἡγεµονία par Dion lui-même dans les textes de tradition directe pour désigner le pouvoir d’un gouverneur de province proconsulaire ou proprétorienne151, enfin l’âge de Dion, une soixantaine d’années, ne permettent guère de douter qu’il s’agissait bien du prestigieux proconsulat d’Afrique. La présence de la préposition ἐν avec le datif à la place du génitif qui a attiré l’attention de beaucoup d’auteurs à la suite de G. Vrind ne doit pas être surinterprétée : les mots grecs ἡγεµονία et ἡγεµών sont liés au concept de souveraineté, ce qui explique que pour la période impériale, dès l’époque d’Auguste, tant dans les textes littéraires ou officiels et dans les inscriptions, ils ne s’appliquent qu’au princeps ou à des gouverneurs ou des préfets disposant d’une délégation de son imperium. On a pu aussi s’étonner du passage direct du proconsulat d’Afrique à la province de Dalmatie dont le gouvernement était un poste consulaire de premier échelon. La difficulté peut être levée si l’on songe que la légation de Dalmatie était le précédent obligé de celle de Pannonie supérieure, charge elle très importante pour laquelle les conseillers de Sévère Alexandre se devaient d’avoir un homme de confiance, en raison du mécontentement grandissant des armées de la région152 à tel point qu’elles fournirent du début jusqu’à la fin de son règne les partisans les plus fidèles de Maximin le Thrace153.

  • 154 Grosso 1968.
  • 155 Cleve 1988. Je remercie G. Urso d’avoir attiré mon attention sur cet article.
  • 156 Trad. E. Gros - V. Boissée (1870).
  • 157 Date précisément établie par Andreae 1976 pour la tête de bronze d’une statue colossale de Sévère (...)
  • 158 Hurlet 2006, 75.

19Il faut rappeler l’intérêt du papyrus Oxyrhynchos 2565 publié en 1966154, qui situe la mort d’Ulpien au printemps 223. Or il y a deux lectures possibles de la phrase de Xiph. 356, 24-25 R. St. (C.D. 80.4.2) qui relate la dénonciation par les prétoriens de la sévérité de Dion à l’égard des soldats lors de son gouvernement de Pannonie : on peut donner à l’expression πρὸς τῷ Οὐλπιανῷ le sens communément admis “auprès d’Ulpien”, “devant Ulpien”, comme E. Cary dans sa traduction anglaise de l’édition Loeb de 1927, sens qui suppose que les prétoriens ont dénoncé Dion à Ulpien encore vivant donc avant le printemps 223 et que le gouvernement de Pannonie est au plus tard contemporain de cette date, mais au xixe s. déjà, E. Gros et V. Boissée, dans leur édition de 1870, suivis il y a une vingtaine d’années par R. L. Cleve 155, proposaient de traduire πρὸς τῷ Οὐλπιανῷ par “comme ils avaient fait Ulpianus”156, en conférant à πρός suivi du datif le sens de “outre Ulpien”, “après Ulpien”, sens qui ne rebute pas les hellénistes et qui permet à la fois de descendre dans le temps et de desserrer la succession des différents postes exercés par Dion à la fin de sa carrière : le début du gouvernement de Pannonie supérieure, qui était la cause des récriminations des soldats contre Dion, ne doit plus être antérieur au printemps 223, moment de l’assassinat d’Ulpien, et peut donc être situé en 225 ou 226157, celui de la Dalmatie en 224 ou 225. Ainsi Dion aurait été désigné seulement à l’avènement de Sévère Alexandre pour gérer le proconsulat d’Afrique à partir du 1er juillet 222 ou du 1er juillet 223, ce qui permet de fixer rétrospectivement le consulat suffect en 207 ou 208 pour respecter le délai des quinze années158.

  • 159 CJ 6.34.1 ; 7.45.4.
  • 160 80.5.2 = Xiph. 357, 3-4 R. St. S’agit-il de la goutte ? Nombreux sont dans l’Histoire romaine les (...)
  • 161 Christol 2006, 73, d’après Zonar. 12.15. En 36.6.2, Nisibis est présentée par Dion comme une vill (...)

20L’épilogue est bien connu : Sévère Alexandre ou, plus vraisemblablement l’impératrice mère Iulia Mammaea, soutiennent Dion en le désignant comme collègue de l’empereur pour le consulat éponyme de 229, point d’orgue de la carrière de l’historien et en assumant eux-mêmes les dépenses afférentes à cette charge, ce qui pourrait indiquer que Dion n’en avait alors pas ou plus les moyens, mais doivent bientôt lui conseiller de quitter Rome pour échapper à ses adversaires, ce qu’il fait sans quitter l’Italie, afin de rendre visite à l’empereur à Rome et en Campanie. À la fin de son consulat, que les datations du Code Justinien font courir au moins jusqu’au 18 décembre 229159 la maladie (ἀρρωστία τῶν ποδῶν160) le contraint à se retirer définitivement en Bithynie où il achève la rédaction de son ouvrage. À part cet épisode se rapportant à la vie de l’historien, les derniers événements évoqués par le texte de Xiphilin sont l’établissement des Sassanides (226), l’attaque de la place d’Hatra, principauté indépendante, par Artaxerxès/Ardashir (229) mais rien n’est dit de celle de Nisibis
en 230161 ni de la campagne orientale de Iulia Mammaea et de Sévère Alexandre de 232 ni même de sa préparation.

  • 162 Ce que les Latins selon nous, qui développons l’analyse esquissée par Zawadzki 1995, 208-209, app (...)
  • 163 Voir l’exemple du préfet du prétoire Perennis, exécuté par ses propres hommes : 73[72].9.1-21 = X (...)
  • 164 79[78].14.
  • 165 49.36.
  • 166 75[74].2.5 = EV 337.

21Sans être exceptionnelle ni remarquable, la carrière de Dion, dont le nom, il faut le souligner, n’est mentionné ni par Hérodien ni par l’Histoire Auguste, n’en est pas moins caractéristique de son époque, où les sénateurs d’origine hellénophone sont de plus en plus nombreux et influents (les Gordiens accèdent au trône en 238), alternant dans leur cursus provinces latinophones et hellénophones, et où est perceptible la montée des tensions entre civils et militaires. D’où les convictions politiques de l’historien : sans remettre en question la légitimité du principat, chose désormais impossible au début du iiie s., il réclame sinon la participation du Sénat au gouvernement de l’empire, au moins l’apparence du respect de l’assemblée et le contrôle des forces armées par le pouvoir civil162, comme on le voit lors du fameux débat mis en scène au livre 52, qui oppose Agrippa et Mécène en présence d’Auguste. La mutinerie des soldats, les risques de coups d’état militaires semblent avoir été une hantise de Dion, qui explique volontiers les situations de crise par la rupture de la chaîne du commandement, notamment de la part des soldats163, non sans parti pris sur l’ordre équestre et les promotions sociales qu’il permet (Macrin, Oclatinius Aduentus164), les Pannoniens, courageux mais vivant dans la misère et produisant chichement huile et vin de mauvaise qualité165, les soldats incultes de l’armée de Sévère, qui en prenant la place des prétoriens réduisent ceux-ci au brigandage166. On remarquera toutefois que la carrière de Dion non seulement n’a nullement été entravée sous le règne d’un Commode, d’un Macrin ou d’un Élagabal sur lesquels l’historien porte pourtant des jugements très négatifs, mais qu’elle a pu même rebondir comme lorsque Macrin l’a désigné pour cette importante mission dans la province d’Asie que le gouvernement d’Élagabal ne devait pas lui retirer. D’où la nécessité d’une lecture critique de l’Histoire romaine sur les événements contemporains de l’auteur.

  • 167 Voir dans ce volume la contribution de M. Christol.

22A-t-il eu l’ambition de jouer auprès du jeune Sévère Alexandre et de sa mère le rôle de conseiller politique à la place laissée libre par l’assassinat d’Ulpien167 ? Victime comme lui de l’animosité des militaires qui redoutaient la résurgence d’un contrôle de l’armée par les civils, il mena à bien dans les années qui lui restèrent cette vaste entreprise de l’Histoire romaine qui lui permit de passer à la postérité, retouchant et amendant sans doute jusqu’à la fin de sa vie son œuvre. Le récit s’achève en tout cas sur la protection accordée par l’empereur et sa mère à l’historien que les deux vers du chant XI de l’Iliade cités à la fin du texte assimilent à Hector que Zeus soustrait aux traits des Danaens. Le dossier épigraphique confirme l’ordre des cognomina utilisé par nos collègues étrangers et les dernières inscriptions découvertes nous apprennent que Dion appartenait à la gens Claudia.

Annexe

23Tableau biographique de l’historien cassius dion (en gras, les dates indiscutables)

162 ou 163 : naissance de L. Claudius Cassius Dio, fils de M. Claudius Cassius Apronianus

1 juillet 179-30 juin 180 : en Lycie-Pamphylie  avec son père, proconsul de rang prétorien

Octobre 180 : assiste avec son père, ayant 17 ans minimum au premier discours devant le Sénat de Commode lors de son aduentus

c. 183 : Cassius Dion apprend en Cilicie avec son père, légat propréteur d’Auguste de rang prétorien, l’exécution des frères Quintilii à Rome

Après 185 : mort de M. Claudius Cassius Apronianus père de Cassius Dion

192 : à la mort de Commode, membre du Sénat ayant exercé vigintivirat, questure, tribunat de la plèbe

Entre le 1er janvier et le 27 mars 193 Pertinax le désigne pour la préture

Remet à Septime Sévère un ouvrage sur les rêves et les présages qui ont annoncé son avènement

195 : exercice de la préture

Décembre 196 et année 197 : à Rome lors du retour de Septime Sévère à Rome après sa victoire sur Albinus à Lyon en février 197

Remet à Septime Sévère un ouvrage sur les guerres qui ont suivi la mort de Commode

1er juillet 197-30 juin 198 : proconsulat de rang prétorien en Asie Mineure ?

En Lycie-Pamphylie ?

202 : assiste à la célébration des decennalia de Septime Sévère à Rome, comme à l’éruption du Vésuve

Janvier 205 : à Rome, lors de la chute de Plautien, fréquente désormais la cour

c. 207 : consulat suffect

209-211 : accompagne la cour en Bretagne

211 : après la mort de Septime Sévère début de la collecte des documents pour la rédaction de l’Histoire romaine (73[72].23)

26 décembre 211 : à Rome lors de l’assassinat de Géta

Décembre 214 : participe avec Caracalla à la cour au banquet des saturnales à Nicomédie

Du printemps 217 jusqu’à fin mai ou début juin 218 : à Rome, de l’avènement de Macrin à celui d’Élagabal

Jusqu’au début de l’été 221 : correcteur des cités de la province d’Asie et curateur des cités de Pergame et de Smyrne

221 : fin de la collecte des documents ; début de la rédaction de l’Histoire romaine (73[72].23)

221-222 : retenu par la maladie en Bithynie

222/223 ou 223/224 : proconsulat d’Afrique

224 ou 225 : légat propréteur de rang consulaire de Dalmatie

À partir de 225 ou 226 : légat propréteur de rang consulaire de Pannonie supérieure

229 : à Rome et en Italie, consulat II ordinaire comme collègue de l’empereur Sévère Alexandre consul III

Se retire à Nicée avant la fin de l’année

233 : selon 73[72].23.5 achèvement de la rédaction de l’Histoire romaine, qui ne comporte aucune allusion à un événement postérieur à 229

Notes

1 * Je tiens à remercier M. Christol dont les judicieuses observations ont permis d’améliorer ce texte. Il va de soi que les erreurs ou imperfections qui subsistent ne sont imputables qu’à moi seul.

Schwartz 1899.

2 Stein 1936.

3 Millar 1964, 5-27.

4 Birley 1997b.

5 Ce manuscrit, témoin de la tradition directe, nous est malheureusement parvenu dans un piètre état de conservation : Mazzucchi 1979, 94-122.

6 Dion utilise ce sobriquet qu’il commente en 79[78].3.3 (ms Vaticanus graecus 1288, f° 1r col 2, l. 22) repris par Xiph. 341, 18 R. St., mais appelle en général cet empereur Antonin, conformément à sa titulature, ou Tarautas, du nom d’un petit gladiateur cruel et disgracieux (79[78].9.3).

7 79[78].10.2 (ms Vaticanus graecus 1288, f° 2v col 3 ou d., l. 20) repris par Xiph. 341, 18 R. St.

8 79[78].8.4 qui n’est connu que par Xiph. 340, 20 R. St., le passage correspondant à une lacune du Vaticanus graecus. Pour la datation de l’épisode, voir in fine Christol 2012a, 163.

9 Mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du second de l’historien : CJ 2.3.11 ; 4.47.1 ; mention du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du consulat de l’historien : CJ 2.11.13 ; 2.12.11 ; 2.40.1 ; 3.28.12 ; 3.38.2 ; 4.31.4 ; 4.31.6 ; 4.47.1 ; 5.15.2 ; 5.16.6 ; 5.17.1 ; 5.21.1 ; 5.37.8 ; 5.43.3-4 ; 5.54.4 ; 5.61.1 ; 5.62.10 ; 6.21.7 ; 6.34.1 ; 6.35.6 ; 7.45.4 ; 7.55.1 ; 8.33.1 ; 8.40.11, les dates, quand elles sont précisées, s’étalant du 13 janvier (5.43.3) au 18 décembre (6.34.1 ; 7.45.4).

10 80.5.1 = Xiph. 356, 26-27 R. St.

11 Lassère 2007, 656 n. 39.

12 CIL, XIII, 6752, datée du 28 mars 229.

13 CIL, XIII, 7337.

14 CIL, XIII, 7502.

15 AE, 1973, 414.

16 AE, 1994, 1419.

17 CIL, III, 3511.

18 CIL, III, 5587 (mention du second consulat de Dion).

19 AE, 1960, 349 (mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du second de l’historien).

20 CIL, VI, 2998 = D. 2177 (mention conjointe du troisième consulat de l’empereur Sévère Alexandre et du second de l’historien).

21 À noter l’inscription grecque d’une stèle funéraire d’Asturica en Tarraconnaise (AE, 1967, 228), élevée à Κάσσιος Δίων, parfait homonyme de l’historien, par son père Κάσσιος Ἀρκεσίλαος, personnage qui peut, évidemment, faire partie de la familia de l’historien, toutefois sans aucune certitude, puisque l’on ignore à la fois la date et le statut de Cassius dans la séquence onomastique : gentilice ou cognomen.

22 Touratsoglou 1970, 280-285 et pl. lxxvii ; AE, 1971, 430 = IBer., 68.

23 Roxan 1985, 208-209 n° 133 = AE, 1985, 821, qui, lui, en revanche, ne mentionne pas le gentilice Claudius : photo dans Kellner 1985, pl. 24.

24 Cassius est le gentilice du meurtrier de César, C. Cassius Longinus, qui a pu distribuer la citoyenneté romaine en Asie Mineure avant Philippes, mais se retrouve aussi comme cognomen dans l’état civil du gouverneur de Syrie, usurpateur sous le règne de Marc Aurèle, C. Auidius Cassius (PIR2, A 1402 [A. Stein]), fils du chevalier C. Auidius Heliodorus (PIR2,, A 1405) : Thomasson 1984, 312-313 (33. Syria, n° 60) ; Chastagnol 1994, 187.

25 Pape & Benseler 1863, 315 ; RE, V, 834-877.

26 C.D. 39.14.2-3.

27 Dans les Verrines, le Dion originaire d’Halèse, en Sicile, reçoit la citoyenneté romaine du consul Q. Caecilius Metellus (Creticus), cos. 69 a.C., et devient Q. Caecilius Dio.

28 Philo, De l’éternité du monde, 9.48-51 ; D.L. 7.70 ; 7.78.

29 Solin 1982, 238-239, liste à compléter par CIL, VI, 8828 ; 12974 ; 14401 ; 16867 ; 31852 = 13562 ; 35105 ; 35106.

30 TLL, III, 1918, 157-158, s.u. Dio(n).

31 CIL, VI, 2998.

32 CIL, VI, 37118. PIR2, C 491 = PLRE, I, 253 (s.u. Cassius Dio) ; Chastagnol 1962, 25-27 n° 6.

33 Men. Rh., p. 390,1 Spengel.

34 Corsten 2010, 146.

35 Phot., Bibl, 71.35a. Κοκκίος Δίων est repris en 84.65a.

36 Suda Δ 1239.

37 Roos 1910, 235.

38 Gowing 1990.

39 Plin., Ep., 10.81-82. Ces textes nous donnent quelques indications sur ce personnage, qui était veuf et avait perdu un fils au moment où il est accusé devant le gouverneur.

40 Philostr., VS, 1.7.487.

41 Birley 1997b.

42 Par ex. Schwartz 1899, 1684 ; Stein 1936.

43 Dans les Essais, II, 32 (“Defence de Sénèque et de Plutarque”), Montaigne désigne encore l’historien, dont il réfute l’honnêteté à propos de Sénèque, par le seul nom de Dion.

44 PIR2, C 485 (E. Groag).

45 73[72].7.2 = Xiph. 271, 20-21 R. St. : gouverneur de Cilicie.

46 49.36.4 : gouverneur de Dalmatie.

47 69.1.3 = Xiph. 242, 21-22 R. St. : gouverneur de Cilicie.

48 80.5.2 = Xiph. 357, 4-5 R. St.

49 76[75].15.3 = Xiph. 313, 2 R. St. 

50 Str. 12.4.7.565.

51 D.Chr. 38.

52 Robert 1977 ; Fernoux 2004.

53 D.Chr. 39.

54 Fernoux 2005.

55 73[72].7.2 = Xiph. 271, 21 R. St. 

56 Épitaphe : AE, 1903, 56 = IGR, III, 654, 1 = TAM, II, 1-3, Lykia 856.

57 TAM, II, 428.

58 AE, 2005, 1721 = Eck & Pangerl 2005. Le cursus reconstitué par Rémy 1989, 314-315 n° 264, ne pouvait tenir compte de cette inscription.

59 En se basant sur une préture exercée à trente ans (à l’époque d’Auguste : 52.20.2) et un premier proconsulat prétorien cinq ans après, à trente-cinq ans, selon la règle en vigueur depuis la lex Pompeia de prouinciis de 52, que nous connaissons par Dion lui-même (40.30.1 ; 40.46.2 ; 40.56.2) : voir Morris 1965, 25.

60 Pour le père et le fils : 49.36.4 ; pour le fils seulement : 80.1.3 = Xiph. 355, 18 R. St.

61 CIL, XIV, 4089, 26 = XV, 2164.

62 Halfmann 1979, 80, 194 n° 123 (s.u. M. Cassius Apronianus).

63 Chastagnol 1992, 163.

64 Rémy 1988, 194, 220.

65 PIR2, C 486 (A. Stein).

66 Tac., Ann., 16.33.1.

67 62.26.2 = Xiph. 171, 10 R. St.

68 PIR2, C 515 (A. Stein).

69 CIG, 3759 = IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 85, p. 83-84.

70 Cf. le tome II de la Correspondance de Cicéron, dans la Collection des Universités de France.

71 CIG, 3745a ; 3745d ; 3746 ; 3747 = IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 25-28, p. 19-23. Le musée d’Iznik, Inv. 2047, possède le sarcophage d’un personnage homonyme, grand-prêtre du culte impérial local : IK, 9, 116, p. 99-101.

72 IK, 9, Museum Iznik (Nikaia), I, 57, p. 53-55. Voir le commentaire de Pflaum 1966, 15-21 [= Pflaum 1981, 385-391], qui distingue de façon convaincante ce personnage du consul suffect de 130 Cassius Agrippa cité par les actes des frères Arvales : Scheid 1998, 220 n° 73,5.

73 IK, 13, Ephesos, III, 710b, p. 106-109.

74 Raepsaet-Charlier 1987, 183-184 n° 193 reprend l’hypothèse de H. Engelmann, D. Knibbe et R. Merkelbach, éditeurs de IK, 13, Ephesos, III, 710 ; 710a ; 710b ; 710c (p. 104-109).

75 Rémy 1989, 319-320 n° 270.

76 PIR2, VI, p. 269.

77 Settipani 2000, 357.

78 Ibid., 360.

79 Ibid., 361-362, 366.

80 Ibid., 362, 366. Sur Marius Maximus, voir Sallmann 2000, 58-61 (§ 405.1). On a pu faire l’hypothèse que sa biographie de Commode était la source de la Vie de Commode de l’Histoire Auguste : Molinier 1998. Il était un peu plus âgé que Dion, et sa carrière fut plus brillante : voir dans ce volume la contribution de M. Christol.

81 Christol 2014.

82 79[78].14.3. (Marius) Maximus est nommé deux autres fois dans le récit livré par la tradition directe, comme destinataire en tant que préfet de la Ville de lettres de Macrin : 79[78].36.1 ; 80[79].2.1.

83 PLRE, I, 253 (s.u. Cassius Dio).

84 Inscriptions latines : AE, 2003, 1392 = 1982, 782, au sanctuaire de Pfaffenberg à Bad Deutsch-Altenburg, l’antique Carnuntum, datée du 11 juin 291 ; ICUR, I, 17 = Diehl, ILCV, 2305, datée du 1er avril ; ICUR, I, 18 = Diehl, ILCV, 4578, datée du 27 novembre ; ICUR, I, 32 = Diehl, ILCV, 4366a = ICUR, n.s. III, 8718, datée du 17 mars ; papyrus très mutilé P. Oxy., IX, n° 1205,14.

85 Acta martyrum, p. 340 Ruinart. Si l’historien a bien été proconsul d’Afrique, on ne peut déterminer si l’inscription CIL, VIII, 17329 se rapporte à l’historien ou à ce descendant. 

86 Chronographe de 354, in MGH, IX.1, 1892, 66 ; Chastagnol 1962, 25-27 n° 6.

87 CIL, VI, 37118.

88 Libellus de regionibus urbis Romae, p. 90,2 Nordh.

89 Guidobaldi 1995.

90 Pour un exemple patent, voir Molin 2007, 211-212.

91 73[72].4.2-3 = Xiph. 269, 24-28 R. St.

92 C’est à dix-huit ans que les jeunes membres de l’ordre sénatorial effectuent le tribunat militaire, selon le discours de Mécène (52.20.1).

93 Ce sont les dates retenues par Chastagnol 1994, lix, Millar 1964, 13 préférant 163-164, ce qui ne garantit pas les 17 ans requis pour assister aux séances du Sénat.

94 Ἡ πατρίς µου : 76.[75].15.3 = Xiph. 313, 2 R. St. 

95 D’une part, πατρίς µου peut désigner aussi bien lorigo que la patria ; d’autre part, la carrière de son père, alors jeune sénateur d’une vingtaine d’années, comme nous l’avons vu plus haut, pouvait avoir entraîné ses parents loin de Nicée.

96 Ameling 1984, 136 : taille des poissons pêchés dans le lac de Nicée (76[75].15.3 = Xiph. 313, 3 R. St.) ; description du site de Byzance (75[74].10 = Xiph. 299, 25 - 300, 22 R. St.) et de ses remparts, que l’historien déclare avoir vus dans une longue intervention à la première personne (75[74].14.5 = Xiph. 303, 9 R. St.) dont l’authenticité est garantie par l’évocation du phénomène acoustique observé sur place. Le maintien de cette première personne par Xiphilin montre que lépitomateur demeure fidèle à sa source.

97 69.11.2 = Xiph. 248, 5 R. St. ; 69.14.4 = Xiph. 251, 27 R. St.

98 Οἴκαδε : 80.1.3 = Xiph. 355, 20 R. St.

99 Ἡµᾶς τε καὶ τὰς γυναῖκας ἡµῶν καὶ τοὺς παῖδας : 73[72].16.3 = Xiph. 277, 9 R. St.

100 74[73].12.2 = Xiph. 289, 21 R. St.

101 En 68.27.3 = Xiph. 238, 24-29 R. St., il déclare avoir vu lui-même les vapeurs mortifères de Hiérapolis d’Asie, mais l’épisode peut aussi dater de sa mission de correcteur sous le règne de Macrin.

102 73[72].9.1-21 = Xiph. 272, 21-28 R. St. ; 73[72].9.22-10.1 = Xiph. 272, 28 - 273, 16 R. St. 

103 75[74].5.1-5 = Xiph. 296, 10-32 R. St. 

104 Schwartz 1899, 1684, Stein 1936 et Millar 1964, 16 n. 3 pensent que la préture a été exercée en 194, Millar s’appuyant explicitement sur Tac., Hist., 1.77.2, qui concerne toutefois la répartition par Néron durant les premiers mois de l’année 68 des consulats suffects de la fin de l’année 69, non de la désignation des préteurs de cette même année 69, qui pouvait être plus tardive.

105 Barnes 1984, 242. Pour sa part, Humphrey 1988 hésite entre 194 et 195.

106 73[72].23 = Xiph. 281, 6-27 R. St. 

107 75[74].6.4 = Xiph. 297, 15 R. St. ; Hdn. 3.2.9-10. 

108 76[75].8.1-4 = Xiph. 308, 6-22 R. St. 

109 Millar 1964, 17.

110 Paul, De officio proconsulis, 1 = Dig. 50.12.7 ; traduction et commentaire dans Coriat 2014, 378-379 n° 168.

111 Rémy 1988, 246.

112 Ibid., 299.

113 Sur la réduction d’un an d’âge ou dispense d’un an d’intervalle entre deux magistratures par enfant en vertu du ius liberorum, voir Raepsaet-Charlier 1991, 1833-1834.

114 Certains sénateurs pouvaient être gratifiés du ius trium liberorum sans avoir eu d’enfant, comme Pline le Jeune.

115 77[76].1 = Xiph. 314, 13 - 315, 9 R. St.

116 77[76].2.1 = Xiph. 315, 9-13 R. St. Freyburger-Galland 2004 remarque que la présence de Dion à l’éruption de 202 est prouvée moins par le passage qu’il lui consacre qu’au récit beaucoup plus détaillé et circonstancié qu’il fait de l’éruption de 79, au livre 66.21.1-24.3 = Xiph. 213, 1 - 215, 3 R. St., tout en soulignant que dans les deux cas, il s’agit de textes transmis par la tradition indirecte.

117 77[76].16.4 = Xiph. 325, 7-8 R. St. En 43.46.6, Dion se range parmi les consulaires au moyen de la première personne du pluriel (διαφέροµεν), mais ne donne aucune indication sur la date ni sur les circonstances de ses consulats.

118 Hurlet 2006, 75.

119 Si l’ἡγεµονία exercée par Dion ἐν τῇφρικῇ (49.36.4 ; 80.1.2 = Xiph. 355, 17 R. St.) sous le règne de Sévère Alexandre est bien le proconsulat. Voir la discussion infra.

120 Morris 1964, 335-336. On notera toutefois douze ans aussi (178-190) pour le futur empereur Septime Sévère, qui aurait ainsi exercé son premier consulat suffect à peu près au même âge que Dion, neuf (c. 184-193) pour L. Fabius Cilo, le grand maréchal de cet empereur, également préfet de la Ville et tuteur de Caracalla, pour prendre deux exemples de la même époque.

121 77[76].8.1 = Xiph. 318, 30 R. St. Sur ce personnage : PIR2, P 842 [K. P. Johne] ; sur la date de la condamnation : Demougin 1994, 329 ; Christol & Drew-Bear 1998.

122 77[76].16.5 = Xiph. 325, 9-15 R. St.

123 Date que Christol 2006, 47 n. 4, préfère à la date traditionnelle du 27 février 212.

124 78[77].2 = Xiph. 327, 9 - 328, 1 R. St.

125 Daguet-Gagey 2000, 395.

126 Philostr., VS, 2.30.621-623.

127 Pour la datation, voir Christol 2012a.

128 Christol 2006, 44-45.

129 79[78].8.5 : οὐκ ἐς µακράν.

130 79[78].6.5.

131 Millar 1977, 51-52.

132 78[77].18.4 = EV 386.

133 78[77].19.3 = Xiph. 335, 19-26 R. St.

134 79[78].37.5.

135 Molin 2006b.

136 80[79].7.4.

137 Sur cette double fonction : Guerber 2004.

138 79[78].38.1.

139 79[78].31.1 ; 80[79].11.1 = Xiph. 348, 3 R. St. ; 80[79].11.3 = Xiph. 349, 18 R. St. ; 80[79].17.3 = Xiph. 352,
24 R. St. ; 80[79].21.2 = Xiph. 354, 16 R. St. 

140 80[79].1.1.

141 80[79].7.4.

142 80[79].18.1-3 = Xiph. 352, 29 - 353, 11 R. St. 

143 80.1.2 = Xiph. 355, 16 R. St. 

144 49.36.4 ; 80.1.2 = Xiph. 355, 17 R. St. 

145 49.36.4 ; 80.1.3 = Xiph. 355, 17 R. St. 

146 Vrind 1923, 163 ; Letta 1979, 134.

147 Millar 1964, 23 ; Thomasson 1984, 387 (39. Africa proconsularis, n° 132) ; Thomasson 1996, 87 n° 119 ; Le Bohec 2005, 94.

148 Voir dans ce volume la contribution de M. Christol.

149 53.12.4 ; 55.23.2 ; 59.20.7.

150 43.3.3 ; 43.9.4 ; 48.1.3 ; 48.21.1 ; 48.21.4 ; 48.22.2 ; 48.22.5.

151 52.33.3 ; 53.14.1 ; 54.14.3 ; 55.27.6 ; 56.18.3 ; 56.40.3 ; 58.23.5.

152 Alföldy 1958, 192.

153 Hdn. 7.8.11 ; 8.6.1.

154 Grosso 1968.

155 Cleve 1988. Je remercie G. Urso d’avoir attiré mon attention sur cet article.

156 Trad. E. Gros - V. Boissée (1870).

157 Date précisément établie par Andreae 1976 pour la tête de bronze d’une statue colossale de Sévère Alexandre retrouvée dans les canabae de Carnuntum qui serait un acte de loyalisme des Pannoniens après la répression d’une mutinerie des soldats suite à l’intransigeance du gouverneur ; photo dans Jobst 1983, 20 fig. 4, 81 fig. 5. Déjà Reidinger 1956, 106-107 plaçait ce gouvernement de 226 à 228.

158 Hurlet 2006, 75.

159 CJ 6.34.1 ; 7.45.4.

160 80.5.2 = Xiph. 357, 3-4 R. St. S’agit-il de la goutte ? Nombreux sont dans l’Histoire romaine les personnages souffrant de la ποδάγρα au soir de leur vie : Vespasien (66.17.1 = Xiph. 210, 16 R. St.) ; Faustine la Jeune (72[71].29.1 = Xiph. 265, 6 R. St.) ; Pertinax (74[73].1.5 = Xiph. 283, 13 R. St.) ; Septime Sévère (77[76].16.1 = Xiph. 324, 27 R. St.).

161 Christol 2006, 73, d’après Zonar. 12.15. En 36.6.2, Nisibis est présentée par Dion comme une ville appartenant aux Romains et dotée du statut de colonie.

162 Ce que les Latins selon nous, qui développons l’analyse esquissée par Zawadzki 1995, 208-209, appellent la seueritas, qui faisait partie du programme politique du Sénat à l’époque médio-républicaine, équilibre qu’Auguste et ses successeurs des deux premiers siècles se sont efforcés de maintenir, mais qui devait être rompu au iiie s. : Molin 2006a. Bien que le mot n’ait pas d’équivalent en grec, on voit à quel point Dion s’est approprié cette valeur des sénateurs romains des anciens temps.

163 Voir l’exemple du préfet du prétoire Perennis, exécuté par ses propres hommes : 73[72].9.1-21 = Xiph. 272, 21-28 R. St. ; 73[72].9.22-10.1 = Xiph. 272, 28 - 273, 16 R. St.

164 79[78].14.

165 49.36.

166 75[74].2.5 = EV 337.

167 Voir dans ce volume la contribution de M. Christol.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search