Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

Les formes de la narration historique

Cassius Dion et l’évolution de l’annalistique. Remarques à propos de la représentation des Julio-Claudiens dans l’Histoire romaine

Olivier Devillers

Texte intégral

  • 1 Cf. Liv. 2.1.1 : liberi iam hinc populi Romani res pace belloque gestas, annuos magistratus … per (...)
  • 2 Cf. Frier 1999 ; aussi Chassignet 1996, xxiii-xlii (avec bibliographie). Sur le lien entre Annale (...)
  • 3 Rich 2011, 19-22, 30 fait remonter ce schéma à Valerius Antias. Aussi Swan 1987, 275-276.
  • 4 Ainsi C. Gellius, auteur de l’annalistique moyenne, pour lequel est cité un passage du livre 97. (...)
  • 5 Walter 2011, 274.

1Cassius Dion écrit une histoire annalistique. Lié à l’annualité des magistratures, ce format historiographique est chargé d’une connotation républicaine et nobiliaire1. Son origine est sans doute à rapprocher des Annales maximi tenus par les pontifes, eux-mêmes des patriciens2. Vitrine du mos maiorum et terrain d’expression – voire d’émulation – pour les principales gentes, l’annalistique apparaît assez rapidement figée, tant pour la structure que pour la sélection de la matière. Le récit de chaque année se déroule selon une succession affaires intérieures - affaires extérieures - affaires intérieures qui semble calquée sur les déplacements des consuls3. Y sont récurrentes les principales informations que devaient consigner les anciens annales : victoires et défaites, élections, prodiges, morts d’hommes illustres… Ces informations sont, au fil du temps et de la succession des annalistes – dont les ouvrages sont de plus en plus étendus4 –, soumises à une amplification narrative par le recours à des procédés répandus dans l’historiographie grecque et, pour certains, de matrice homérique : discours, excursus géographiques, récits de batailles et de sièges, aristies5

  • 6 Spéc. Rich 2011, 13-15 (p. 14 : “Livy could, if he chose, have reverted to a more traditional nar (...)

2Pourtant, si le schéma-type de l’histoire annalistique est approprié à la “République triomphante” et à une histoire collective, il se prête moins à suivre le destin individuel de figures éminentes. Comme l’a souligné J. Rich, il est possible que Tite-Live déjà, dans ses livres républicains perdus, ait appliqué plus lâchement ce modèle, de manière à s’adapter à des temps nouveaux, marqués par l’avènement de grands chefs politiques et militaires6

  • 7 Ginsburg 1981.
  • 8 Pour les notices nécrologiques, Devillers 2014c ; pour les prodiges, Devillers 2006, 16-21.
  • 9 Ameling 1997, 2482-2483. À propos de Néron, Gowing 1997, 2565, 2568.

3De telles adaptations, du reste, ne sont pas seulement la conséquence de mutations politiques, elles en sont un marqueur. En ce sens, elles peuvent devenir elles-mêmes porteuses de sens, si bien qu’un historien s’écartera de la stricte norme annalistique à la fois parce que les temps ont changé et pour montrer (convaincre ?) que les temps ont changé. Tel aurait été le cas de Tacite, premier annaliste connu de l’époque impériale, qui, à travers son traitement du format annalistique, fait apparaître des tensions consécutives à la place dominante prise par l’empereur et les nouvelles problématiques qui se posent à la société romaine7. On en prendra comme exemple son traitement d’épisodes comme les notices nécrologiques ou les prodiges8, ou le fait qu’un principe individuel, la détérioration des empereurs9, se greffe chez lui sur l’exposition par années.

  • 10 Mallan 2013a, 616-617 (concédant que si Xiphilin a pu transformer l’histoire de Dion en une suite (...)
  • 11 Cf. Ameling 1997 ; Pelling 1997 ; Schulz 2014, spéc. p. 428 ; aussi par ex. Millar 1964, 50 ; Fla (...)
  • 12 Questa 1957 ; cf. Sordi, in : Sordi et al. 1999, 23 ; Mallan 2013a, 636.

4Ses Annales peuvent en tout cas, sur cet aspect, offrir le point de départ à une comparaison avec Dion. Chez ce dernier, pour s’en tenir aux règnes des empereurs julio-claudiens – et même s’il faut concevoir que les épitomateurs, spécialement Xiphilin, aient dans un contexte byzantin altéré la nature annalistique de l’original et privilégié les aspects biographiques10 –, les évolutions visibles chez Tacite apparaissent plus marquées encore11. En particulier, l’évocation de chaque règne commence par une présentation synthétique et synchronique du caractère de l’empereur, dont les accents sont pratiquement suétoniens (Tibère : 57.1-13 ; Caligula : 59.1-5 ; Claude : 60.1-7 ; Néron : 61.1-5)12.

5Ces parties confèrent une sorte d’“hybridité” au format historiographique suivi par Dion. Elles sont les plus propres à illustrer l’emprise biographique sur son exposé. Pourtant, et cela a sans doute été moins démontré, cette emprise n’est pas moindre dans les sections qui sont plus traditionnelles de l’annalistique. C’est sur celles-ci que nous nous concentrerons ici en vue de mesurer les altérations “biographisantes” qu’elles subissent.

  • 13 Si l’on excepte les parties pour lesquelles le texte des Annales n’a pas été conservé et celles p (...)
  • 14 Sur les sources dites “prétacitéennes” utilisées par Dion, cf. dans ce volume O. Devillers, “Cass (...)
  • 15 Toutes n’ont pour autant sans doute pas le même degré de signification ; ainsi à propos de C.D. 6 (...)

6Il convient encore de rappeler que la comparaison de Dion avec Tacite, si elle constitue un outil privilégié, a des limites. À celles qui regardent la transmission des deux auteurs13 s’ajoutent les inconnues qui touchent leur dossier documentaire. Certaines des innovations dans le traitement du schéma annalistique que l’on découvre chez Tacite pourraient être apparues dès ses propres sources ; dans la mesure où celles-ci sont aussi celles de Dion14, ces mêmes innovations peuvent s’être insinuées par leur biais dans l’Histoire romaine. Par ailleurs, ce sont surtout les divergences entre Tacite et Dion qui nous retiendront ; à cet égard, sauf pour ce qui est des sections pour lesquelles les deux textes ont été conservés en intégralité, il semble a priori préférable de tirer argument de ce qui figure chez Dion et non chez Tacite, toute information figurant chez Tacite et non chez Dion ayant pu être supprimée par les abréviateurs de ce dernier. En tout cas, en tant que signes d’une distanciation par rapport à un fonds commun – soit l’un le respecterait tandis que l’autre s’en écarterait, soit l’un et l’autre s’en écarteraient en sens divers –, ces divergences sont potentiellement révélatrices de choix (et celui de ne pas modifier la source en est un) vecteurs eux-mêmes d’intentions15.

Norme et matériau annalistiques

  • 16 Swan 1987, 276-277 (liste, p. 289-291).
  • 17 Swan 1987, 276.
  • 18 Swan 1987, 277-282.

7Les livres de Dion sur Auguste présentent une grande variété dans la construction des séquences consacrées à l’Vrbs. Les passages les plus caractéristiques d’une structure annalistique y alignent, même s’il s’y mêle un matériau autre (digressions, anecdotes, commentaires personnels…), une série de mesures relatives à l’activité du Sénat, dérivant sans doute en dernière main d’une consultation d’archives sénatoriales, les acta senatus16. Certes, pour ce même règne d’Auguste, le retour aux affaires intérieures en fin d’année (un trait livien largement conservé par Tacite) est dans l’Histoire romaine loin d’être automatique et lorsqu’il se produit – dans le cas de six années seulement –, cela pourrait dériver de la source utilisée17. Il n’empêche : alors que plusieurs critiques avaient considéré que, pour le principat d’Auguste, Dion était en panne d’informations de type annalistique, P. M. Swan a établi qu’il ne manquait pas de celles-ci18.

  • 19 Syme 1977, 237 (“On a cursory inspection one would hardly take it to be the same year”) ; aussi G (...)
  • 20 Il est question d’Asinius dans le contexte de l’avènement de Tibère en C.D. 57.2.5-7 ; on signale (...)
  • 21 Asinius est un personnage récurrent chez Tacite, au même titre que, par ex., L. Arruntius, Piso e (...)
  • 22 Cf. aussi C.D. 57.17.1-2.
  • 23 Pour un matériel commun aux deux auteurs pour le règne d’Auguste, et aussi de Tibère, tableau réc (...)
  • 24 Rochette 2015, 163-165.

8On trouve trace de mêmes séquences sur les travaux du Sénat pour legne de Tibère. À ce titre, les années 15 et 16 p.C., pour lesquelles Dion est conservé en entier, se prêtent à une comparaison avec Tacite. Pour l’année 15, pour ce qui regarde les rubriques qui regroupent des événements d’ordre intérieur, les deux historiens n’ont que trois informations en commun ; par ailleurs, outre les membres de la dynastie, Tacite y cite dix-neuf noms de personnes, Dion un seul19, et il souligne plus fréquemment le rôle décisionnaire de l’empereur
(C.D. 57.14.9 : Τιβέριος µὲν ταῦτα ἔπραττεν). Pour l’année 16, parmi le matériel commun (quatre informations), une divergence concerne les mesures somptuaires débattues par le Sénat : dans les Annales, celles-ci sont évoquées principalement à travers le discours que prononça un sénateur éminent, Asinius Gallus ; chez Dion, il n’est pas question de ce dernier20, mais du fait que dans le décret relatif à ces questions, Tibère interdit d’utiliser le terme grec ἔµβληµα, observation qui se développe en une digression sur l’attitude de Tibère face à la langue grecque (57.15.2-3). Alors que Tacite conserve à l’affaire un ancrage dans ce qu’on pourrait appeler “les débats sénatoriaux”, amplifiant même cette dimension par l’insertion d’un discours prêté à un sénateur, Asinius, dont la récurrence dans l’œuvre semble elle-même significative21, Dion y trouve motif à des considérations plus “impériales”, mettant en avant l’attitude du prince face à un des aspects auxquels furent confrontés les princes dans leur administration de l’empire22. L’évocation de cette question par Dion rapproche du reste celui-ci de Suétone23, chez lequel l’usage du grec est une information récurrente à propos de plusieurs empereurs24.

  • 25 De façon générale, sur le moindre intérêt de Xiphilin sur les matières administratives, Brunt 198 (...)

9Les parties pour lesquelles Dion est connu par ses abréviateurs se prêtent moins à des rapprochements, d’autant que les matières sénatoriales semblent parmi les plus exposées à subir des coupes25. Certaines observations sont toutefois possibles.

10Au début de l’année 21, la mention du consulat de Tibère avec son fils Drusus est l’occasion pour Dion d’une digression, conservée par Xiphilin, sur ceux qui furent les collègues de Tibère au consulat ; tous ceux qui l’avaient été auparavant, qu’il s’agisse de Varus, Gnaeus Piso ou en dernier lieu Germanicus, avaient connu une mort violente ; c’est pourquoi, l’on commençait à prévoir la mort de Drusus, et c’est ce qui arriva, tout comme cela se produisit plus tard encore pourjan (57.20.1-2). Chez Tacite, on trouve également au même endroit un commentaire quelque peu discursif : Tibère ressentait plus de satisfaction que lorsqu’il avait été collègue de Germanicus dont il était moins proche par le sang (Ann., 3.31.1). Les deux auteurs introduisent donc, pour la même année, une variation à partir d’un élément du schéma annalistique – la mention des consuls – en insérant un commentaire de nature dynastique. Toutefois, alors que Tacite est seulement rétrospectif (il ne cite que Germanicus) et, finalement, ramène le trait à une remarque sur la psychologie de Tibère, Dion est à la fois rétrospectif et prospectif, puisque son excursus se poursuit jusqu’à anticiper la chute de Séjan ; il semble de même moins attaché à l’état d’esprit de Tibère.

11L’année 24, très courte dans le résumé de Xiphilin, ne comporte qu’une référence temporelle : les dix ans de règne de Tibère. Chez Tacite, il n’y a aucune référence à cet “anniversaire”. On trouve chez lui un “comput impérial” comparable, mais au début de l’année 23, superposé à la mention des consuls éponymes : C. Asinio, C. Antistio consulibus, nonus Tiberio annus erat… Le caractère exceptionnel de la formulation revêt alors une signification narrative puisqu’il s’agit de souligner ce que l’historien voit comme le tournant du règne :
cum repente turbare fortuna coepit (Ann., 4.1.1). Chez Dion, la mention des “dix ans” n’a pas ce lien avec la structure narrative et renvoie simplement à la longévité de l’exercice de la fonction impériale, comme le fera plus tard la mention des “vingt ans” (infra).

12Pour l’année 25, Tacite et Dion présentent uniquement un matériel sénatorial. Ils ont deux informations en commun. L’une est le procès de Cremutius Cordus (infra), l’autre la perte par Cyzique de sa liberté. La formulation de celle-ci nous retiendra, d’autant que Suétone en fait également mention (dans une rubrique sur diverses mesures sécuritaires prises par Tibère) :

Tac., Ann., 4.36.2 : obiecta publice Cyzicenis incuria caerimoniarum diui Augusti, additis uiolentiae criminibus aduersum ciues Romanos ; et amisere libertatem, quam bello Mithridatis meruerant, circumsessi nec minus sua constantia quam praesidio Luculli pulso rege.

Suet., Tib., 37.7 : Cyzicenis in ciues Romanos uiolentius quaedam ausis publice libertatem ademit, quam Mithridatico bello meruerant.

C.D. 57.24.6 : καὶ Κυζικηνῶν ἡ ἐλευθερία αὖθις, ὅτι τε Ῥωµαίους τινας ἔδησαν καὶ ὅτι καὶ τὸ ἡρῷον ὃ τῷ Αὐγούστῳ ποιεῖν ἤρξαντο οὐκ ἐξετέλεσαν, ἀφῃρέθη.

  • 26 Chez Dion, également, les deux causes du châtiment de Cyzique sont sur le même plan, la violence (...)

13Chez Tacite, deux raisons sont données : la négligence envers le culte d’Auguste et les violences contre des citoyens, mais elles sont hiérarchisées de façon telle que la première – concernant Auguste – semble davantage prégnante que la seconde, exprimée à l’ablatif absolu ; ensuite, la perte de la liberté est prolongée par un rappel républicain à travers Lucullus. Pour résumer : chez Tacite, le culte d’Auguste (principalement) apparaît responsable de la perte d’une liberté remontant à l’époque de la République. Aucun des deux autres témoignages n’autorise un tel raccourci : chez Suétone, parce qu’Auguste n’est pas cité ; chez Dion, parce que le rappel républicain est absent26. Par contre, chez Dion, une plus grande précision existe quant à la nature de la négligence envers Auguste.

14Les années 32-37 pour lesquelles Tacite et Dion sont conservés permettent une comparaison plus systématique.

  • 27 Sur cette proposition, Cowan 2009, 201-204.
  • 28 Y compris de deux auxquels il s’attache de manière récurrente : Arruntius et M. Lepidus (Ann., 6. (...)

15Pour l’année 32, consacrée uniquement aux affaires intérieures à la fois dans les Annales et dans l’Histoire romaine, si Dion donne des informations qui ne figurent pas chez Tacite, ce dernier procure toutefois un compte rendu plus développé, nourri en partie par l’évocation de nombreuses affaires judiciaires, lesquelles ne sont chez Dion qu’au nombre de deux (infra). Pour ce qui est de la construction annalistique, deux observations se détachent. D’une part, en début d’année, Dion rapporte une série d’informations relatives au Sénat : a) les sénateurs prêtent individuellement serment à l’empereur (58.17.2-3 ; information absente dans les Annales) ; b) Tibère refuse que certains sénateurs l’accompagnent armés à la curie (58.17.3-18.1 ; cf. Tac., Ann., 6.2.2-5) ; c) malgré ce refus, l’empereur loue les sénateurs, mais il complimente aussi les prétoriens (58.18.2 ; précision absente chez Tacite) ; d) il est proposé que les anciens prétoriens aient le droit, au théâtre, de s’asseoir sur les quatorze rangs de gradins réservés aux sénateurs, proposition qui vaut à son auteur un exil rigoureux (58.18.3-4 ; cf. Tac., Ann., 6.3.1-3)27 ; e) le prince, toujours pour montrer ses bonnes dispositions envers les prétoriens, demande que Macron et quelques tribuns militaires l’escortent au Sénat. Dion souligne que ce dernier point fut voté l’année suivante (58.19.1 : τοῦτο µὲν δὴ τῷ ἐχοµένῳ ἔτει ἐγνώσθη) et c’est effectivement dans son récit de l’année 33 que le signale Tacite (Ann., 6.15.2‑3). Par cette entorse à la stricte succession annalistique, ainsi qu’en livrant des informations, en particulier sur les prétoriens, absentes dans les Annales, Dion marque une volonté de constituer une rubrique sur les rapports de Tibère avec les sénateurs et les prétoriens (57.17‑18) ; l’idée d’une telle rubrique ne transparaît aucunement chez Tacite. D’autre part, pour ce qui est de la fin de l’année, Tacite propose un passage de nature annalistique : une notice nécrologique – de Lucius Piso (Ann., 6.10.3) –, qui se développe en une digression sur la préfecture du prétoire (Ann., 6.11). Dion se contente de noter la mort du même Piso (58.19.5), avant de s’attarder sur une autre question: la politique de Tibère en matière de désignation des magistrats (58.20), des lignes qui se rapportent à une période plus étendue que la seule année qui est alors envisagée (ainsi 58.20.3 : καὶ περὶ µὲν τοὺς ὑπάτους ταῦτα διὰ πάσης ὡς εἰπεῖν τῆς ἡγεµονίας αὐτοῦ ἐγίγνετο) et qui tiennent lieu de transition en vue d’introduire les noms des consuls de l’année suivante. Au total, sur l’ensemble de l’année, Dion se préoccupe davantage des manières de faire de Tibère, Tacite du sort rencontré par différents sénateurs28.

  • 29 Sur ces événements, aussi Suet., Tib., 48.2.
  • 30 Tacite le présente en outre avec une certaine insistance comme jouissant alors toujours d’une pos (...)
  • 31 Sur cette crise financière Howgego 1990, 30-31 ; aussi Martin 2001, 197-198. Pour sa part Koester (...)
  • 32 Pour une remise en cause de cette vision, par ex. López Sánchez 2014.

16Le récit de l’année 33 ne comporte que des affaires intérieures chez les deux historiens, et beaucoup d’informations leur sont communes. D’abord, Tacite présente comme une initiative prise par les accusateurs les mesures contre l’usure (Ann., 6.16-17, spéc. 6.16.1 : magna uis accusatorum in eos inrupit qui pecunias faenore auctitabant)29, tandis que Dion fait davantage apparaître la responsabilité de Tibère (cf. C.D. 58.21.4 : τοὺς νόµους τοὺς περὶ τῶν συµβολαίων ὑπο τοῦ Καίσαρος τεθέντας). Parallèlement, selon Dion, Nerva, qui avait accompagné l’empereur à Capri, se suicida parce que ses conseils en matière de prêt n’avaient pas été suivis (ibid.). Dans les Annales, les décisions prises dans le domaine de l’économie et le suicide de Nerva sont traités sans relation, les unes au début de l’année et l’autre à la fin : Tacite laisse entendre que Nerva se suicida dégoûté par le spectacle de Capri (Ann., 6.26.1‑2)30. Il peut ainsi élaborer une construction psychologique sur l’état d’esprit d’un notable, et masque aussi ce que le récit de Dion permet d’entrevoir : l’existence, dans l’entourage de l’empereur à Capri, de véritables controverses sur des sujets de politique générale, controverses qui pouvaient se solder par la mise à l’écart de conseillers31 – une constatation peu compatible avec la vision de Tibère à Capri, comme indifférent à la conduite de l’État32. Ensuite, Tacite profite du consulat de Galba pour évoquer le fait que le pouvoir fut prédit à celui-ci, ce que Dion situe en 20 p.C. (57.19.4) et qui dans les Annales est développé par l’anecdote sur Thrasylle (Ann., 6.20.2‑22.4). Dion de son côté saisit l’occasion de la questure de Caligula (58.23.3) pour rassembler diverses informations concernant ce dernier, dont une annonce de son futur pouvoir qui, chez Tacite vient dans le récit de l’année 36 (Ann., 6.46.4).

20 p.C.

33 p.C.

36 p.C.

Prédiction à Galba

C.D. 57.19.4

Tac., Ann., 6.20.2

(consulat de Galba)

Prédiction à Caligula

C.D. 58.23.3

(questure de Caligula)

Tac., Ann., 6.46.4

17Pour ce qui est de 33 p.C., la digression porte chez Tacite sur le personnage investi de la plus haute fonction républicaine, à savoir le consulat ; chez Dion, elle porte sur un membre de la famille impériale. On suggérera à titre d’hypothèse que la prédiction sur Galba aurait été déplacée par Tacite pour figurer l’année du consulat de ce dernier et que celle sur Caligula l’aurait été par Dion en vue de constituer, l’année de sa questure, une sorte de rubrique sur le futur empereur. Enfin, Tacite termine l’année par une notice nécrologique (Ann., 6.27.2-4) qui n’a pas son équivalent chez Dion.

  • 33 Sur le passage, Keitel 1999.

18L’année 34 (comme cela avait été le cas pour l’année 24) commence chez Dion par la mention de la date-anniversaire du règne de Tibère, entré en fonction en 14. Il n’y a aucun écho à ce jubilé chez Tacite, qui commence l’année en signalant l’apparition du phénix en Égypte, phénomène qui donne lieu à une digression dans le style de l’annalistique (Ann., 6.28)33 et qui, surtout, pouvait être interprété comme une annonce de la mort de Tibère. C’est en tout cas ainsi que le présente Dion qui le rapporte pour l’année 36 (58.27.1).

  • 34 Devillers 2014c, 21-22.

19Pour ce qui est de l’année 35, Tacite évoque les affaires extérieures, puis les affaires intérieures. Chez Dion, on observe la succession inverse. Cela affecte en particulier l’évocation de la disparition de Poppaeus Sabinus. Tacite qui la signale en fin d’année la traite sous la forme d’une notice nécrologique, la rendant exemplaire d’un type de carrière sénatoriale (Ann., 6.39.3)34 ; Dion la rattache quelque peu artificiellement au thème des morts provoquées par l’empereur, en soulignant que Poppaeus eut le bonheur de mourir avant d’être accusé (58.25.4 : ἥδιστα προαπηλλάγη πρίν τινα αἰτίαν λαβεῖν).

20L’année 36 présente chez Tacite une structure affaires intérieures – affaires extérieures – affaires intérieures. Elle est très courte chez Dion où elle regroupe seulement trois événements qui furent tenus pour annonciateurs de la mort de l’empereur (58.27.1 : καὶ ἔδοξε πάντα ταῦτα τὸν θάνατον τῷ Τιβερίῳ προσηµῆναι). De ces trois événements, dont l’ensemble constitue à nouveau une rubrique, un seul est effectivement retenu dans les Annales pour l’année 36, un autre est signalé pour une autre année (le phénix pour 34 ; supra) et le troisième est absent.

21Pour le règne de Claude, certaines années (cf. années 43 et 47) présentent, dans la tradition annalistique, des alternances entre affaires intérieures et extérieures. Pour ce qui est des affaires intérieures, il devient de plus en plus difficile de les qualifier de “sénatoriales”. Dion tend à voir l’empereur à l’origine de toute décision et se concentre sur son action. Il relate une mesure prise par Claude en tant que censeur (61[60].29.1), mais sans qu’il y ait trace d’une mention de sa censure (sur laquelle s’attarde Tacite) : c’est en sa qualité de gouvernant absolu, et non dans la continuité affichée avec une institution républicaine, que l’action de l’empereur l’intéresse.

  • 35 Gowing 1997, 2563.
  • 36 Sur les omina imperii, Requena 2001.
  • 37 Sur les prodiges chez Suétone, Champeaux 1995 ; aussi Wallace-Hadrill 1983, 189-197 ; Devillers 2 (...)
  • 38 On pourrait en dire de même des prodiges annonçant la mort de Germanicus insérés en C.D. 57.18.3- (...)

22Pour le règne de Néron, la structure globale des récits de Tacite et de Dion est identique, ce en quoi on a vu l’indice d’une source commune35. Le règne commence chez Dion par une évocation d’omina imperii (61.2)36, un de ses domaines de prédilection (cf. 73[72].23.1-3). Même si Tacite fait évoluer la liste prodigiale de type livien de façon à montrer comment le prince s’approprie l’État, ce passage de Dion, à la fois par sa place dans l’évocation du règne et par son esprit, se rapproche davantage des listes fournies par Suétone (spéc. Suet., Ner., 6)37 et est représentatif d’un processus d’“impérialisation” des prodiges38. Un fait relaté alors – la phrase d’Agrippine II, “ἀποκτεινάτω µε, µόνον βασιλευσάτω” (C.D. 61.2.2) – figure chez Tacite dans le cours de la narration (Ann., 14.9.3).

  • 39 Pour les premières années du règne, correspondant au quinquennium Neronis, les affaires intérieur (...)
  • 40 Gowing 1997, 2564 n. 23, à propos des affaires reprises en Tac., Ann., 14.40-50 (cf. C.D. 62.15.1(...)
  • 41 Sur Thrasea dans les Annales, par ex. Heldmann 1991 ; Devillers 2002 ; Turpin 2008 ; Strunk 2010.
  • 42 On peut y ajouter Tac., Ann., 15.23.4, lorsque le Sénat se précipite à Antium à l’occasion de la (...)
  • 43 Sur son attitude lors de la séance qui suit la mort d’Agrippine (C.D. 62[61].15.2-4 ; cf. Tac., A (...)
  • 44 Tacite évoque le manque de zèle de Thrasea lors des Iuuenalia, non toutefois dans le récit de ces (...)

23Par la suite, pour ce que nous possédons, aucune année ne présente de regroupements d’affaires sénatoriales, comme il y en a pour le règne de Tibère et comme il en figure chez Tacite39. Cela pourrait toutefois être dû à Xiphilin40. Pour le reste, un trait de l’hexade tacitéenne sur Tibère avait été de disséminer “en fil-rouge” les évocations de personnages, sénateurs pour la plupart (Asinius, Lepidus…), dont la récurrence prend sens et éclaire la relation entre les élites et le prince. Pour l’hexade néronienne, un homme occupe chez Tacite ce rôle : Thrasea Paetus, au centre de cinq passages41, qui figurent tous dans le contexte d’assemblées sénatoriales (Ann., 13.49 ; 14.12.1 ; 14.48.3-49.3 ; 15.20.2-22.142 ; 16.21-35). Chez Dion, Thrasea est mentionné quatre fois. Trois fois à propos, effectivement d’événements situés au Sénat, et également retenus par Tacite43 ; la mention restante, par contre, absente chez Tacite, vient non à propos de réunions du Sénat, mais dans un contexte plus “impérial”, à propos des Iuuenalia de 59 p.C., lorsqu’il est question de l’attitude des hommes en vue, qui, à l’exception de Thrasea, y applaudissent contre leur gré (C.D. 62[61].20.4)44.

Affaires extérieures

  • 45 Hind 2007, 95 et n. 12, pour des exemples. Pour Tacite, voir Ann., 4.46-51 (Poppaeus Sabinus cont (...)
  • 46 Un fragment d’Aufidius Bassus (FRH 78,3 = Plin., NH, 6.10.27) porte sur la circonférence de l’Arm (...)

24Il semble que Dion partage avec Tacite une pratique qui consiste à évoquer les affaires extérieures en deux temps : d’abord, en produisant un exposé plus général de nature géopolitique (englobant considérations stratégiques, données ethnographiques…), puis en entrant dans le détail des opérations45. En dépit de ce même substrat, remontant peut-être à l’historiographie prétacitéenne46, les différences existent.

  • 47 Ils adoptent également sur ces événements en Parthie une chronologie comparable (identique aussi (...)
  • 48 Devillers 1994, 273-274.

25Pour le règne de Tibère, dans leur évocation de l’année 35 p.C., tant Tacite que Dion introduisent une évocation des affaires en Orient qui regroupe des événements relatifs aux années 35 et 3647. Le récit de Dion, conservé en entier pour cette partie de règne, est bref et strictement factuel (C.D. 58.26.1-4). Tacite est plus détaillé (Ann., 6.31-37), faisant écho à l’Vrbs, à travers une mention de Germanicus (Ann., 6.31.1) et un rapprochement possible entre les rivalités pour la succession au pouvoir chez les Parthes et à Rome48. De même, Tacite, en regroupant les événements de deux années, se sert cette entorse à la succession annalistique pour rappeler les malheurs qui frappent Rome (Ann., 6.38.1 : quae, duabus aestatibus gesta, coniunxi, quo requiesceret animus a domesticis malis) ; Dion laisse soupçonner quelque flottement quant à la datation exacte des événements relatés (58.26.1 : ὑπὸ δὲ δὴ τοὺς αὐτοὺς χρόνους), mais sans autre remarque.

  • 49 Vespasien est explicitement mentionné comme tel dans le récit de la campagne de Plautius en 60.20 (...)
  • 50 Hind 2007, 97 n. 18.
  • 51 Kehne 2001, 274, 284 ; Devillers 1994, 71-72, 280-281 ; spéc. Tac., Ann., 12.40.3 : honte des Bre (...)

26Sous Claude, alors que Tacite évoque plusieurs événements qui se sont produits en Bretagne durant les années qui ont suivi la campagne de Plautius, événements qui impliquent notamment le roi Caratacus (Ann., 12.31-40), chez Dion, ce roi disparaît apparemment du récit et on ne trouve mention de la Bretagne que pour un incident absent dans les Annales, à savoir que Titus sauve la vie de Vespasien lors d’une attaque menée par les Bretons (61[60].30.1-2). On en tirera certes l’image d’une part d’un Dion intéressé à la fortune des empereurs et futurs empereurs49, d’autre part d’un Tacite soucieux d’introduire un matériel qui lui permet de mettre en scène les divers gouverneurs de l’île, membres du Sénat et prédécesseurs dans cette fonction de son beau-père Agricola50. En outre, chez Tacite, les lignes sur Caratacus sont l’occasion d’allusions à la situation intérieure et notamment à la domus impériale51. Est ainsi esquissé un lien entre empereurs romains et rois étrangers qui invite à s’interroger sur la nature monarchique du pouvoir à Rome. Rien de tel chez Dion, pour lequel ces affaires extérieures sont surtout envisagées pour la part qu’y prennent les empereurs, dans le cadre du rôle qui est considéré comme le leur.

  • 52 Devillers 1994, 279-280.
  • 53 Dans ce sens Ballesteros Pastor 2011 opère un rapprochement entre ce passage et la campagne d’Ale (...)

27Le résumé de la guerre contre Mithridate du Bosphore (C.D. 61[60].32.4a ; cf. Tac., Ann., 12.15-21) va dans le même sens. Même si l’on doit toujours envisager que l’épisode ait été plus long chez Dion lui-même que dans la version que nous en avons gardée, il est, tel qu’il nous est parvenu, presque exclusivement centré sur la relation entre Claude et Mithridate. Les éléments qui, chez Tacite, mettaient en évidence l’action des généraux sur place, permettaient de comparer l’attitude du roi du Bosphore envers Claude avec celle qu’il avait adoptée envers le roi des Aorses52, ou auraient consisté en allusions au comportement du prince sur le plan intérieur53, ne se retrouvent pas.

  • 54 Gowing 1997, 2561. Cela aurait déjà été le cas sous Tibère pour les campagnes de Germanicus, ains (...)
  • 55 Gowing 1997, 2575.
  • 56 Cf. Gowing 1997, 2576 et n. 71. Sur cet événement comme marquant le triomphe du “néronisme”, Cize (...)
  • 57 Par ex. Tac., Ann., 13.6.2-4, interrogations des Romains sur la capacité de Néron et de son entou (...)
  • 58 C.D. 62.22.4 : τὸν δὲ δὴ Παῖτον τῆς ἀρχῆς παύσας, τούς τε στρατιώτας τοὺς σὺν αὐτῷ γενοµένους ἄλλ (...)

28Les affaires extérieures sous Néron auraient été particulièrement sujettes à des coupes de la part de Xiphilin. Cela aurait été le cas pour les campagnes de Corbulon en Orient54. Dans l’Histoire romaine, celles-ci semblent avoir été relatées en un seul épisode (C.D. 62.19‑23, dans le récit de l’année 64), alors que leur évocation dans les Annales se répartit sur cinq sections, correspondant chacune à une année. Dans les lignes consacrées à ces événements chez Dion, la venue de Tiridatès à Rome occupe une place centrale (62[63].1-7) 55 ; il y serait considéré comme exemplaire de la manière dont un roi-client doit se comporter, ainsi que de ce que peut être un succès romain sur la scène extérieure56. Sur cet événement, le récit de Tacite manque ; toutefois, l’auteur des Annales établit un lien, dont on n’a pas trace chez Dion, entre la visite du Parthe et l’accusation portée contre Barea Soranus (Ann., 16.23.2). De façon générale, d’ailleurs, à l’exception du contraste entre Néron et Corbulon, bien exploité dans les deux œuvres (spéc. C.D. 62.19.3-4 ; 62.23.5), des allusions à la situation de Rome présentes implicitement ou explicitement à propos des opérations en Orient sous Néron dans les Annales57 ne se retrouvent pas dans l’Histoire romaine. Une autre divergence réside dans le rôle de Néron, plus actif et plus impliqué dans l’Histoire romaine. Dion retient une information, absente ailleurs, selon laquelle Néron aurait initialement eu l’intention de mener personnellement l’expédition (62.22.4). De même, pour Dion, c’est lui qui envoie Caesenius Paetus en Orient avec mission de protéger l’Arménie (62.20.4 : ἀπέστειλεν ; cf. Tac., Ann., 15.6.3 : Corbulon l’avait réclamé) ou qui destitue Paetus et met Corbulon à la tête des opérations58.

  • 59 Gowing 1997, 2572. Cela est sûr pour Tacite. Chez Dion, les mots ἐν ᾧ δὲ ταῦτα ἐν τῇ Ῥώµῃ ἐπαίζετ (...)

29C’est par ailleurs un long récit de la révolte de Boudicca qui figure chez les deux auteurs (Tac., Ann., 14.29-39 ; C.D. 62.1-12). Il y a une indéniable ressemblance dans la manière dont ils introduisent l’événement, lequel est, chez tous deux, le premier à être consigné pour l’année 6159 :

Tac., Ann., 14.29.1 : Caesennio Paeto et Petronio Turpiliano consulibus, grauis clades in Britannia accepta.

C.D. 62.1.1 : ἐν ᾧ δὲ ταῦτα ἐν τῇ Ῥώµῃ ἐπαίζετο, πάθος ἐν τῇ Βρεττανίᾳ δεινὸν συνηνέχθη.

  • 60 Par ex. Tac., Ann., 14.33.2 ; incapacité des Bretons à prendre les places fortes, cf. C.D. 62.5.2 (...)
  • 61 Par ex. Sordi, in : Sordi et al. 1999, 18 ; cf. aussi Sanchez 2004, 56-57.
  • 62 Par ex. pour Tacite, les Bretons ont attaqué trois cités (Ann., 14.32-33), pour Dion, ils en aura (...)
  • 63 Sur ce modèle, Hansen 1993c.
  • 64 De même, la liste des prodiges annonçant le conflit, tout en dérivant d’une même source, ne figur (...)
  • 65 Celle-ci est seulement mentionnée par Dion ; pour une identification, par ex. Nice 1993, 17-18 ; (...)
  • 66 Gowing 1997, 2573 n. 58 ; Adler 2008, 177-178.
  • 67 Sur ceux-ci, Adler 2008.
  • 68 Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 157.
  • 69 Gowing 1997, 2581 ; Schulz 2014, 415.
  • 70 Ce trait explique en partie que ce discours figure parmi ceux que Xiphilin a choisi de faire figu (...)
  • 71 Adler 2008, 189-190 ; aussi Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 160.
  • 72 Plus précisément examinée par Nice 1993, 18 ; Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 161.
  • 73 Nice 1993, 17, qui met ces atrocités en relation avec l’invocation à Adraste. Chez Tacite, ces at (...)
  • 74 Aussi Adler 2008, 183-184, 194. De la même façon, à la fin des événements en Bretagne, en s’attar (...)

30Les récits des deux auteurs laissent en outre apparaître diverses similitudes60 qui font conclure à la connaissance d’une source commune61. De fait, même si chacun apporte l’une ou l’autre information absente chez l’autre, et s’il existe l’un ou l’autre point de divergence62, leurs relations sont relativement convergentes. Les discours prêtés à Boudicca et au général romain Suetonius Paulinus offrent l’une des différences les plus significatives. Tacite fait, assez classiquement, parler les deux personnages au moment de la bataille qui voit s’affronter leurs armées, sur le modèle des harangues sur le champ de bataille63 ; chez Dion, leurs discours ne constituent pas à proprement parler une paire, puisque si le Romain prend effectivement la parole avant le combat, Boudicca s’exprime au début de la guerre, avant de lancer le soulèvement qui fera revenir en Bretagne Suetonius, alors occupé à soumettre l’île de Mona64. De plus, c’est un discours en deux parties qui est prêté à la Bretonne, puisque, après s’être adressée à son peuple, elle reprend la parole pour une invocation à la déesse Adraste65. De même, ce n’est pas une, mais trois harangues (une pour chacun des trois corps qui constituent son armée en bataille) que délivre Suetonius. Les discours sont généralement un type de passage où les historiens se montrent plus libres, et cela semble le cas ici66. Si ceux qui sont prêtés à Suetonius répondent plus ou moins à ce que l’on peut attendre, ceux de Boudicca retiennent l’attention67. Chez Dion, on l’a dit, la reine bretonne s’exprime en deux temps. Ces deux parties diffèrent sensiblement par le ton. La première reprend longuement le thème de la liberté68, tel qu’il est développé aussi dans le discours – plus court – que produisent les Annales. L’invocation à Adraste, quant à elle, constitue une attaque personnelle contre Néron qui n’a pas d’équivalent chez Tacite. On en retient l’insistance sur le caractère efféminé de Néron69, un trait qui apparaît à deux reprises, en 62.6.3 (ὄνοµα µὲν <γὰρ> ἀνδρὸς ἔχει, ἔργῳ δὲ γυνή ἐστι…) et en 62.6.5 (Boudicca désigne l’empereur de Rome par les noms féminisés de Néronis et de Domitia). C’est là d’une critique, très personnalisée, qui porte sur le comportement de l’empereur70 et se situe sur un plan différent des critiques précédentes, lesquelles mettent en cause l’impérialisme de Rome. De même, divers traits, absents chez Tacite, ont pour effet de “barbariser” Boudicca71 : sa description physique (62.2.3-4)72, la prise de présage à partir de la course d’un lièvre (62.6.1) et le détail des atrocités bretonnes, en particulier sur les femmes (62.7.2)73. Ainsi, chez Tacite, Boudicca demeure une figure moins typée, mieux en mesure de porter un discours général sur la libertas74. Chez Dion, à travers le second discours de la reine et certains détails narratifs, la réflexion sur la libertas s’estompe derrière une critique plus personnalisée de Néron et un rappel de la barbarie de la souveraine bretonne.

Récits de procès

31Un certain nombre d’apparitions de l’empereur se font dans le cadre d’affaires qui ont été débattues au Sénat, qui ont un lien avec les principales gentes ou qui renvoient à une pratique républicaine que s’est appropriée l’empereur. On peut voir comment Tacite et Dion traitent ce matériel. Ce qui nous intéresse est la balance qui s’opère chez chacun entre dimensions impériale et sénatoriale. C’est pourquoi nous ne tiendrons pas compte ici des informations qui relèvent strictement du prince et de ses prérogatives, comme les questions (et intrigues) dynastiques ou les relations avec l’armée. Nous retenons un seul type d’information : les procès.

  • 75 Cf. Bleicken 1962, 30-31.
  • 76 Stini 2011, 80.

32Sous l’empire, notamment à partir de Tibère, des procès eurent lieu au Sénat, d’autres étant jugés directement par le prince. Même dans le premier cas, l’empereur tend à demeurer central dans les sources si bien qu’il est difficile d’interpréter certaines affaires : ont-elles été tranchées par l’empereur ou par le Sénat ? qui a décidé de la sanction ?75… Chez Dion, le prince semble le plus souvent derrière les sentences qui sont décrétées : pour prendre un exemple, Lucilius Capito fut accusé devant le Sénat (23 p.C.), ce que précisent à la fois Tacite et Dion, mais lorsqu’il s’agit d’évoquer sa condamnation à l’exil, Dion l’attribue à l’empereur lui-même (57.23.4 : ἐφυγάδευσεν), alors que Tacite utilise un passif qui inclut le Sénat (Ann., 4.15.2 : damnatur)76.

33Pour l’époque de Tibère, les procès se détachent comme un facteur d’évaluation du prince aux yeux de l’historien bithynien. Après la mort de Drusus, le reste de l’année 23 est, dans le résumé de Xiphilin, occupé par un résumé de son attitude lors de ceux-ci (57.22.5-23.5). Cette section se présente comme une rubrique en deux volets : les procès de majesté, qui le voient se conduire de telle façon que l’on se demandait s’il n’avait pas perdu la raison, et les autres affaires, impliquant des particuliers, qui le voient faire au contraire preuve de sagesse. Cette dualité de comportement est soulignée par une phrase récapitulative (57.23.5 : τοσοῦτον µὲν δὴ διαλλάττον ἐν ταῖς Τιβερίου πράξεσιν ἦν). On a là une posture pratiquement “suétonienne”. Dans les Annales, si la section postérieure à la mort de Drusus (Ann., 4.13-16) rend compte d’affaires judiciaires, elle propose aussi l’évocation d’autres affaires à connotation davantage républicaine et sénatoriale.

  • 77 Outre les exemples ci-dessous, on pourra aussi comparer C.D. 58.1.1b-3 et Tac., Ann., 4.68.1-71.3 (...)

34Pour ce qui est d’épisodes particuliers77, Clutorius Priscus avait écrit, lors d’une maladie de Drusus (fils de Tibère), un poème anticipant sa mort et pleurant celle-ci. Il est accusé de maiestas et la mort est requise contre lui. Selon Tacite (Ann., 3.49-51), Aemilius Lepidus intervient et prononce un discours invitant à prononcer une peine d’exil. Il n’est pas suivi par l’ensemble des sénateurs et Clutorius est exécuté. Dans le résumé du même événement par Xiphilin (C.D. 57.20.3-4), on ne trouve aucun écho à une intervention de Lepidus. Par ailleurs, la réaction de Tibère à la mort de Clutorius, bien qu’elle ait à peu près la même longueur chez les deux auteurs (56 mots dans les Annales, 59 mots dans l’Histoire romaine), est présentée de manière sensiblement différente :

Tac., Ann., 3.51 : id Tiberius solitis suis ambagibus apud senatum incusauit, cum extolleret pietatem quamuis modicas principis iniurias acriter ulciscentium, deprecaretur tam praecipites uerborum poenas, laudaret Lepidum neque Agrippam argueret. Igitur factum senatus consultum ne decreta patrum ante diem <decimum> ad aerarium deferrentur idque uitae spatium damnatus prorogaretur. Sed non senatui libertas paenitendum erat neque Tiberius interiectu temporis mitigabatur.

C.D. 57.20.4 : ὁ οὖν Τιβέριος ἀγανακτήσας, οὐχ ὅτι ἐκεῖνος ἐκολάσθη ἀλλ’ ὅτι τις ὑπὸ τῶν βουλευτῶν ἄνευ τῆς ἑαυτοῦ γνώµης ἐθανατώθη, ἐπετίµησέ τε αὐτοῖς, καὶ δόγµατι παραδοθῆναι ἐκέλευσε µήτἀποθνήσκειν ἐντὸς δέκα ἡµερῶν τὸν καταψηφισθέντα ὑπαὐτῶν, µήτε τὸ γράµµα τὸ ἐπ αὐτῷ γενόµενον ἐς τὸ δηµόσιον ἐντὸς τοῦ αὐτοῦ χρόνου ἀποτίθεσθαι, ὅπως καὶ ἀποδηµῶν προπυνθάνηται τὰ δόξαντά σφισι καὶ ἐπιδιακρίνῃ.

  • 78 Sur la dissimulation dans les livres tibériens, spéc. Strocchio 2001, 33-85. Aussi Walker 1952, 1 (...)
  • 79 De même Suet., Tib., 75.2 (information délivrée sans lien avec un procès précis) : cum senatus co (...)

35Les deux passages s’intéressent à la réaction impériale d’abord d’un point de vue plutôt psychologique, puis d’un point de vue davantage institutionnel. Le premier aspect est un peu plus développé par Tacite (27 mots) que chez Dion (19 mots). Même si on peut trouver dans οὐχ ὅτι ἐκεῖνος ἐκολάσθη la même idée que dans neque Agrippam argueret, Tacite rattache l’attitude de l’empereur à son habituel goût pour l’ambiguïté, qui est une forme de sa dissimulatio78, tandis que Dion la réduit à un emportement qui en soi n’est guère compatible avec cette même dissimulatio. Les Annales témoignent alors d’un souci de la cohérence du personnage qu’on ne trouve pas dans l’Histoire romaine ; celle-ci considère certes de façon générale la dissimulation comme un trait majeur de Tibère, mais cet aspect est moins marqué dans ce passage. Par contre, Dion (40 mots) s’attarde davantage que Tacite (18 mots) sur le contenu de l’édit passé alors. D’une part, il montre clairement que l’initiative de l’édit vint de l’empereur, alors que Tacite reste dans le flou (factum est)79. D’autre part, Tacite présente le délai décidé par l’assemblée comme seulement destiné à offrir un sursis aux accusés, tandis que Dion semble en lier la finalité à une volonté de contrôle de l’assemblée par le prince. Chez Tacite, lorsque ce dernier reparaît, c’est dans une conclusion à l’épisode, sous la forme d’une sententia (11 mots) absente chez Dion : sed non senatui libertas paenitendum erat neque Tiberius interiectu temporis mitigabatur. Tacite relie alors le passage à une de ses thématiques de prédilection, la libertas du Sénat. Cette problématique, de fait, est bien présente chez les deux auteurs, mais, en explorant cet aspect, Tacite voit la psychologie du prince comme un facteur déterminant, tandis que Dion est plus attentif au processus de renforcement du pouvoir des empereurs.

  • 80 Sur ce discours, par ex. Meier 2003.

36Pour ce qui est du procès de Cremutius Cordus (Τac., Ann., 4.34-35 ; C.D. 57.24.2-4), Tacite est la seule source conservée qui prête un discours à Cremutius – sur la liberté de parole de l’historien –80, ce qui contribue chez lui à donner plus de consistance à ce sénateur ; il est du reste le seul à informer sur l’état d’esprit de celui-ci (Ann., 4.34.2 : relinquendae uitae certus) en même temps qu’il s’intéresse aussi à l’attitude de Tibère durant le procès (truci uultu). Tout cela reflète la tendance pyschologisante et sénatoriale signalée pour l’exemple précédent. Néanmoins, si l’on fait abstraction du discours, l’affaire ne reçoit pas moins d’espace dans l’Histoire romaine : 132 mots contre 102 dans les Annales (46 avant le discours, 56 après). En particulier, Dion est plus détaillé sur les motifs de l’accusation qui tiennent en 11 mots chez Tacite :

Tac., Ann., 4.34.1 : quod editis annalibus laudatoque M. Bruto C. Cassium Romanorum ultimum dixisset.

C.D. 57.24.2-3 : ὥστε ἐπὶ τῇ ἱστορίᾳ, ἣν πάλαι ποτὲ περὶ τῶν τῷ Αὐγούστῳ πραχθέντων συνετεθείκει καὶ ἣν αὐτὸς ἐκεῖνος ἀνεγνώκει, κριθῆναι, ὅτι τόν τε Κάσσιον καὶ τὸν Βροῦτον ἐπῄνεσε, καὶ τοῦ δήµου τῆς τε βουλῆς καθήψατο, τόν τε Καίσαρα καὶ τὸν Αὔγουστον εἶπε µὲν κακὸν οὐδέν, οὐ µέντοι καὶ ὑπερεσέµνυνε.

37En mentionnant les griefs qui concernent le peuple et le Sénat, ainsi qu’Auguste lui-même et César, Dion donne plus d’assise à l’accusation. On comprend que Tacite ne mentionne pas ces points, ne serait-ce parce qu’il aurait eu à les faire réfuter par Cremutius et qu’il préfère réserver le discours qu’il lui prête à la problématique de la libertas. Pour ce qui est de l’après-procès, Dion est plus précis sur les modalités de destruction des livres hors de Rome ainsi que sur leur sauvegarde (il nomme Marcia, la fille de Cremutius). Ces informations remplacent chez lui la morale que Tacite produit sur l’inutilité pour les tyrans de vouloir faire taire les lettres – toujours la libertas (Ann., 4.35.5).

38Dans son évocation de l’année 32, Tacite semble s’être livré à un effort heuristique particulier, car il précise avoir consigné des procès non relatés par d’autres (Ann., 6.7.5). Dion évoque seulement deux affaires, qu’il réunit parce que l’empereur ne prononça pas de condamnation, créant ainsi une sorte de rubrique sur “ceux qu’épargna Tibère”. De l’une de ces affaires, qui concerne Lucius Caesianus et une offense personnelle au prince (l’homme s’était moqué de sa tête chauve), il n’y a pas trace dans les Annales, et il est vrai qu’aucune poursuite ne semble avoir été engagée (C.D. 58.19.1-2). Dans le second cas, il y a procès et acquittement : le chevalier Terentius, fut accusé pour son amitié avec Séjan, mais son vigoureux discours – rappelant qu’il n’avait été que l’ami de l’ami du prince – rencontra une large approbation. La version qu’en Tacite donne touche à la libertas sénatoriale) cf. Ann., 6.8.4 : nobis obsequii gloria relicta est) ; Dion, chez qui on trouve une version résumée, s’attache simplement à faire apparaître l’argument principal de Terentius.

39Pour l’année 33, Dion réserve quelque place à la condamnation de Sextus Marius (58.22.2‑3) que Tacite évoque plus brièvement (Ann., 6.19.1). Ce dernier présente Marius comme l’homme le plus riche d’Espagne (Hispaniarum ditissimus) et dit que la vraie raison de son élimination fut que Tibère convoitait ses biens. Dion caractérise d’abord le personnage comme un ami de l’empereur et insère à ce titre une anecdote, absente chez Tacite, indiquant le pouvoir que lui conférait cette amitié. C’est sans doute dans le même souci de souligner le lien personnel de cet homme avec l’empereur qu’il rapporte que celui-ci avait soustrait à la vue de ce dernier sa fille, très belle, dont il redoutait qu’elle fût déshonorée par le prince.

  • 81 L’auteur des Annales ajoute que l’épouse de Scaurus l’accompagna dans le suicide, ce dont il n’es (...)

40Pour l’année 34, les deux historiens ne divergent guère sur les motifs de l’élimination de Mamercus Scaurus. Dion dit simplement que Tibère le contraignit à mourir (58.24.4 : ἀνάγκην οἱ προσήγαγεν αὐτοεντεὶ ἀπολέσθαι), alors que Tacite, en soulignant qu’il devança la mort en se suicidant avec un courage digne des anciens Aemilii (Ann., 6.29.4 : ut dignum ueteribus Aemiliis), insuffle à ses derniers moments une aura quasiment “républicaine”81.

  • 82 Mehl 1974, 18-23 ; Seif 1973, 20-37 ; aussi Sage 1990, 1010 ; Hausmann 2009, 168. Sur le procès, (...)
  • 83 Par ex. De Vivo 2009, 19, 23 ; De Vivo 2011, 72. Valerius lui-même ne cite pas Claude comme respo (...)
  • 84 Sur les possibles aspects politiques de l’affaire, par ex. De Vivo 2009, 17 n. 11 ; De Vivo 2011, (...)
  • 85 De Vivo 2011, 78 (le terme exitus est déjà utilisé par le même chercheur, De Vivo 2009, 23) ; cf. (...)
  • 86 Tac., Ann., 11.2.1. Cf. aussi son invective, au style indirect, contre Messaline et Vitellius ; T (...)
  • 87 Par ex. Vessey 1971, 388 ; Castro 1972, 188 ; De Vivo 2009, 22 ; De Vivo 2011, 76-77 ; Hausmann 2 (...)

41Pour le règne de Claude, le procès de Valerius Asiaticus constitue un événement pour lequel on a vu des différences profondes entre Tacite (Ann., 11.1-3) et Dion (61[60].29.4‑6a)82. Même si les deux historiens s’accordent sur le fait que l’accusation chancela et qu’une manœuvre de Vitellius fut à l’origine de la condamnation, Tacite fait de l’affaire un exemple du pouvoir et des intrigues de Messaline et chez lui le prince apparaît mal informé et manipulé par son entourage, toujours sous le coup de l’impression que laissent sur lui ses interlocuteurs successifs83. Dion ne mentionne Messaline qu’à une reprise et construit son récit de telle sorte que l’affaire s’articule sur une description (quelque peu généralisante) de la manière dont Claude traitait ceux qui étaient soupçonnés de complot84. Tacite fait aussi plus grand cas de Valerius, dont il rapporte les derniers moments de manière louangeuse, sur un mode proche de ce que devaient être les exitus illustrium uirorum85. Chez lui, c’est la défense de ce personnage (qu’il amplifie à travers une exclamation au style direct86) qui aurait incité, un moment, Claude à l’absoudre. Chez Dion, c’est la faiblesse du dossier de l’accusation et, en particulier, l’absence de crédibilité d’un témoin à charge. Enfin, Tacite saisit l’occasion de l’affaire pour une allusion ironique à la clementia impériale (Ann., 11.3.1 : secuta sunt Claudii uerba in eandem clementiam)87 ; on ne trouve rien de tel dans l’Histoire romaine. En somme, chez Dion, le sénateur Valerius est moins mis en avant, le lien avec la psychologie de Claude (et sa passivité) est atténué, il n’y a pas d’attaque contre une uirtus constitutive du régime ; l’aspect plus strictement juridique de l’affaire, par contre, est davantage pris en compte.

  • 88 Tresch 1965, 171 ; Corsi Zoli 1972, 333 ; Devillers 1994, 173.

42Pour Néron, Dion n’offre pas un récit suivi de la conjuration de Pison, qui vit de nombreuses exécutions, et s’attache surtout au comportement de militaires, comme Subrius et Asper (62.24.1-2), ou encore à celui de l’affranchie Épicharis (62.27.3). Tacite mentionne aussi ceux-ci (Ann., 15.57 ; 15.67-68), mais chez lui, leur courage marque un contraste avec l’attitude pusillanime, ou dépourvue d’éclat, de certains nobiles88. Une telle fonction n’est pas discernable dans l’Histoire romaine, dans laquelle, dans le cadre la conjuration, une seule mort de sénateur est rapportée en détail, celle de Sénèque (et encore s’agit-il d’un familier de l’empereur et est-il presque davantage question de son épouse Pauline : 62.25). Ce que retient surtout Dion, ce sont les griefs des conjurés, qui permettent de jeter un éclairage sur Néron.

  • 89 Gowing 1997, 2576 et n. 69. De façon plus générale, sur l’influence de l’expérience de Commode ou (...)
  • 90 Ce dernier écrivant du reste alors peut-être sous l’influence des exitus ; Keitel 2014, 68.
  • 91 Par ex. Martin 19892, 184, 186 ; Morford 1990, 1623 ; Devillers 1994, 145.
  • 92 Différent de celui que rapporte Tacite ; C.D 62.27.1 ; cf. Tac., Ann., 16.8.1.

43Quant aux autres procès, c’est aux chefs d’inculpation avancés par le prince ou ses proches que Dion s’attache : il en va ainsi pour Barea Soranus et pour Thrasea Paetus. Pour ce qui est de ce dernier, sans doute se montre-t-il sensible au reproche qui lui est adressé de s’être absenté aux jeux (62.26.3-4 ; déjà 62[61].20.4), ce qui lui aurait fait songer à un personnage qu’il connut lui-même, Claudius Pompeianus, qui avait risqué sa vie en s’absentant des jeux de Commode (73[72].20.1)89. Pour le reste, il n’accorde pas aux derniers moments de Thrasea la même attention que Tacite (Ann., 16.21-35)90, et se borne à signaler l’offrande finale par le Stoïcien de son sang à Jupiter Libérateur (C.D. 62.26.4). Encore, dans les Annales, une part de l’effet de cette information, soulignant le thème de la libertas, réside-t-il dans le parallélisme qu’elle offre avec la mort de Sénèque (Ann., 15.64.4)91, ce qui n’aurait pas opéré dans l’Histoire romaine, où n’est apparemment pas relatée l’information parallèle à propos du Cordouan. De même, pour ce qui est du procès de L. Iunius Silanus, l’Histoire romaine, telle qu’elle nous est parvenue, ne mentionne que le chef d’accusation92, mais ne met pas scène l’exitus du personnage qui constitue la partie sans doute la plus marquante des lignes qui y sont consacrées dans les Annales (16.9.2).

Conclusion

44Dion et Tacite s’intéressent tous deux aux sénateurs, tous deux livrent une critique “personnalisée” des princes… Certes, formulée comme telle, cette double ressemblance est indéniable. Il nous semble néanmoins, au terme de la confrontation de leurs évocations des règnes julio-claudiens, que ce constat puisse être nuancé.

  • 93 Ducos 1977 ; Morford 1991.
  • 94 Turpin 2008.
  • 95 Par ex. Kemezis 2014, 18 : “His main literary product is singularly appropriate to this career an (...)
  • 96 Par ex. C.D. 57.21.3, sur l’expulsion des histrions : τοὺς δὲ ὀρχηστὰς τῆς τε Ῥώµης ἐξήλασε… (cf. (...)
  • 97 Par ex., à propos d’Auguste, Eck 2012a (notamment p. 168).

45Pour ce qui est des sénateurs, d’abord, on voit chez Tacite, à travers la notion de libertas notamment93, ainsi que par l’utilisation d’exempla94 puisés parmi les sénateurs, les éléments d’une réflexion construite et cohérente sur l’activité du Sénat et sur l’attitude des sénateurs face au nouveau pouvoir. Cette réflexion, qui semble s’adresser à ses pairs, constitue une finalité incontestable de ses Annales. Cela ne paraît pas être le cas chez Dion : certes, à travers l’adoption de l’annalistique et la reprise d’un matériel commun avec Tacite s’expriment une sensibilité sénatoriale et un sentiment d’appartenance à cette ordre (dans lequel d’ailleurs à la différence de Tacite il est né)95. Il n’empêche que dans plusieurs cas, Dion ne retiendrait que l’action du seul empereur, là où Tacite appréhenderait aussi le Sénat comme acteur96. Ailleurs, Dion semble prioritairement considérer le Sénat dans son rôle d’interlocuteur du prince, et c’est ce dernier, parce qu’il est décisionnaire, qui est au cœur de ses préoccupations. Dans ce cadre, c’est surtout comme indicateur de la réussite du gouvernement en place, et non pour elle-même, que la relation nouée avec le Sénat figure dans l’Histoire romaine. Inversement l’évolution des institutions et de l’administration impériale le retiennent davantage ; sur la seconde de ces matières, en particulier, il est peut-être notre source la plus précieuse97. Cette tendance est renforcée par son inclination à regrouper sa matière de façon à ménager, au sein même du récit annalistique, des rubriques illustrant tel ou tel trait du caractère, de la destinée ou de la politique du prince.

  • 98 Un aspect qui dériverait aussi de ses sources ; par ex. Millar 1964, 78. Dans ce cas aussi, le fa (...)
  • 99 Gowing 1997, 2580-2583 ; Schulz 2014, 413-415.
  • 100 Devillers 2007 ; Schulz 2014, 408-413.

46Pour ce qui est de la critique des empereurs, ensuite, elle prend surtout la forme de l’investigation psychologique chez Tacite, lequel voit le mauvais prince comme le révélateur d’une faiblesse fondamentale du régime : le fait de s’en remettre à un seul homme, alors que celui-ci peut très bien être mauvais ou le devenir (ou se révéler comme tel) une fois confronté à l’expérience du pouvoir. Chez Dion, même si la nature foncièrement mauvaise d’un Néron est amplement soulignée, la critique prend davantage le biais de l’anecdote98, destinée à montrer que tel ou tel prince n’a pas un comportement à la hauteur de sa fonction, ou n’a pas donné une digne image de celle-ci. Toutefois, chez lui, la légitimité de cette fonction même, davantage invétérée au moment où il écrit, ne fait l’objet d’aucune remise en cause ou restriction. Cela suppose également que, plus sans doute que chez Tacite, il y a dans son Histoire romaine l’idée sous-jacente de ce qu’est un bon prince, de l’existence d’un modèle d’empereur. Attentif aux facteurs de continuité, et d’évolution, dans la forme de gouvernement adoptée depuis Auguste, il juge surtout (ce qui le rapproche de Suétone) le prince en termes de représentativité, c’est-à-dire d’après sa capacité à incarner le régime. En résulte, par exemple, son insistance sur le caractère efféminé de Néron99, sur la manière dont il perçoit ses activités théâtrales100 ou plus généralement l’intégration chez lui de données concernant la vie privée du prince, un trait qui sonne aussi, en quelque sorte, comme une acceptation de l’identification entre Prince et État.

Notes

1 Cf. Liv. 2.1.1 : liberi iam hinc populi Romani res pace belloque gestas, annuos magistratus … peragam.

2 Cf. Frier 1999 ; aussi Chassignet 1996, xxiii-xlii (avec bibliographie). Sur le lien entre Annales maximi et milieu nobiliaire, par ex. D’Ippolito 1998, 143 ; Vasaly 2009, 246-247.

3 Rich 2011, 19-22, 30 fait remonter ce schéma à Valerius Antias. Aussi Swan 1987, 275-276.

4 Ainsi C. Gellius, auteur de l’annalistique moyenne, pour lequel est cité un passage du livre 97. De même, à propos de Valerius Antias, par ex. Wiseman 1979, 11-12 ; Erdkamp 2006, 560.

5 Walter 2011, 274.

6 Spéc. Rich 2011, 13-15 (p. 14 : “Livy could, if he chose, have reverted to a more traditional narrative mode to recount Augustus’ new order, but how far he did we cannot say”). Aussi Walter 2011, 287.

7 Ginsburg 1981.

8 Pour les notices nécrologiques, Devillers 2014c ; pour les prodiges, Devillers 2006, 16-21.

9 Ameling 1997, 2482-2483. À propos de Néron, Gowing 1997, 2565, 2568.

10 Mallan 2013a, 616-617 (concédant que si Xiphilin a pu transformer l’histoire de Dion en une suite de biographies, c’est peut-être parce que la structure de cette histoire se prêtait à une telle transformation).

11 Cf. Ameling 1997 ; Pelling 1997 ; Schulz 2014, spéc. p. 428 ; aussi par ex. Millar 1964, 50 ; Flach 1972, 346 et n. 74 ; Gascou 1984, 390.

12 Questa 1957 ; cf. Sordi, in : Sordi et al. 1999, 23 ; Mallan 2013a, 636.

13 Si l’on excepte les parties pour lesquelles le texte des Annales n’a pas été conservé et celles pour lesquelles l’ouvrage de Dion n’est pas connu dans son intégralité, seules les années 14-16 et 32‑37 se prêtent à une comparaison. L’expérience a néanmoins été tentée pour d’autres parties, ainsi par Gowing 1997 à propos du règne de Néron (sur le Néron de Dion, aussi Schulz 2014). Aussi pour des années pour lesquelles Dion n’est connu qu’à travers un épitomateur, ainsi l’année 21 p.C. (Xiphilin) ; Bellemore 2003.

14 Sur les sources dites “prétacitéennes” utilisées par Dion, cf. dans ce volume O. Devillers, “Cassius Dion et les sources prétacitéennes”.

15 Toutes n’ont pour autant sans doute pas le même degré de signification ; ainsi à propos de C.D. 62.21.1 (mention pour les campagnes de Corbulon, d’un nom de lieu – ῾Ράνδεια – absent chez Tacite, dont le récit de ces événements passe pour être meilleur), Townend 1964, 474 : “The insertion, or omission of a name nowhere else recorded, and presumably meaningless, except to Corbulo and Paetus, cannot be significant” (cité par Gilmartin 1973, 611 n. 55).

16 Swan 1987, 276-277 (liste, p. 289-291).

17 Swan 1987, 276.

18 Swan 1987, 277-282.

19 Syme 1977, 237 (“On a cursory inspection one would hardly take it to be the same year”) ; aussi Goodyear 1981, 136-137. Toutefois sur la tendance générale de Dion à ne pas citer les noms (ou les chiffres), Hose 2007, 464.

20 Il est question d’Asinius dans le contexte de l’avènement de Tibère en C.D. 57.2.5-7 ; on signalera que, dans ce cadre, Dion insiste surtout alors sur les relations du personnage avec Tibère et les raisons qu’avait ce dernier de lui être hostile ; Syme 1977, 236.

21 Asinius est un personnage récurrent chez Tacite, au même titre que, par ex., L. Arruntius, Piso et Lepidus (sur ce dernier, par ex. Strunk 2010), autres capaces imperii, hommes cités par Auguste comme alternatives possibles dans l’optique d’une succession non dynastique (Ann., 1.13.2-3). Leur retour régulier dans le récit permet de tracer les contours d’une attitude pour les sénateurs sous le nouveau régime ; Devillers 2009. Chez Dion, ces personnages reçoivent moins d’attention ; on le constate dès le compte rendu de la séance du Sénat du 17 septembre 14 a.C., suivant la mort d’Auguste (57.2.5-7) ; Syme 1977, 236.

22 Cf. aussi C.D. 57.17.1-2.

23 Pour un matériel commun aux deux auteurs pour le règne d’Auguste, et aussi de Tibère, tableau récapitulatif chez Swan 1987, 287.

24 Rochette 2015, 163-165.

25 De façon générale, sur le moindre intérêt de Xiphilin sur les matières administratives, Brunt 1980, 490. Plus précisément, selon Bellemore 2003, 270 n. 14, les activités relatives au consulat de Drusus en 21 p.C. mentionnées par Tacite (Ann., 3.31-36) et absentes du résumé de Xiphilin, auraient toute chance d’avoir été signalées par Dion lui-même.

26 Chez Dion, également, les deux causes du châtiment de Cyzique sont sur le même plan, la violence contre les Romains étant citée en premier.

27 Sur cette proposition, Cowan 2009, 201-204.

28 Y compris de deux auxquels il s’attache de manière récurrente : Arruntius et M. Lepidus (Ann., 6.5.1 ; 6.7.1).

29 Sur ces événements, aussi Suet., Tib., 48.2.

30 Tacite le présente en outre avec une certaine insistance comme jouissant alors toujours d’une position intacte (Ann., 6.26.1 : integro statu ; 6.26.2 : dum integer, dum intemptatus).

31 Sur cette crise financière Howgego 1990, 30-31 ; aussi Martin 2001, 197-198. Pour sa part Koestermann 1965, 301 juge peu vraisemblable le lien qu’établit Dion entre le suicide de Nerva et la politique économique suivie sous Tibère.

32 Pour une remise en cause de cette vision, par ex. López Sánchez 2014.

33 Sur le passage, Keitel 1999.

34 Devillers 2014c, 21-22.

35 Gowing 1997, 2563.

36 Sur les omina imperii, Requena 2001.

37 Sur les prodiges chez Suétone, Champeaux 1995 ; aussi Wallace-Hadrill 1983, 189-197 ; Devillers 2006, 15-16.

38 On pourrait en dire de même des prodiges annonçant la mort de Germanicus insérés en C.D. 57.18.3-4 et absents dans les Annales.

39 Pour les premières années du règne, correspondant au quinquennium Neronis, les affaires intérieures dominent largement. Dion ne présente pourtant pour cette période aucune affaire proprement sénatoriale ; s’il s’intéresse à un sénateur, Iulius Montanus (61.9.3-4), sur lequel il fournit des détails absents chez Tacite (Ann., 13.25.2 ; cf. aussi Suet., Ner., 26.2), ce n’est pas pour son activité de sénateur, mais dans le cadre des sorties nocturnes de Néron. Tacite, quant à lui, notamment en Ann., 13.26-30 et 13.31-33 – cette seconde entité correspondant chez lui à la totalité de l’année 58 – regroupe diverses informations de type sénatorial : débat sur les affranchis qui a lieu à l’assemblée (13.26-27), conflit entre un préteur et un tribun (13.28), procès (13.30 ; 13.33), sénatus-consulte (13.32)… À l’instar de ce qui a pu être constaté pour les premiers livres tibériens, cette sélection de la matière accompagne, chez l’auteur des Annales, une volonté de montrer la subsistance d’un certain “républicanisme” : manebat nihilo minus quaedam imago rei publicae (13.28.1). À supposer même qu’une telle dimension eût figuré chez Dion, il n’en reste rien dans la version qui nous en est parvenue.

40 Gowing 1997, 2564 n. 23, à propos des affaires reprises en Tac., Ann., 14.40-50 (cf. C.D. 62.15.1a, allusion à un épisode “sénatorial” dans un fragment conservé non par Xiphilin, mais par les Excerpta Vaticana).

41 Sur Thrasea dans les Annales, par ex. Heldmann 1991 ; Devillers 2002 ; Turpin 2008 ; Strunk 2010.

42 On peut y ajouter Tac., Ann., 15.23.4, lorsque le Sénat se précipite à Antium à l’occasion de la naissance de la fille de Néron et de Poppée.

43 Sur son attitude lors de la séance qui suit la mort d’Agrippine (C.D. 62[61].15.2-4 ; cf. Tac., Ann., 14.12.1), pour le procès d’Antistius Sosianus (C.D. 62.15.1a ; cf. Tac., Ann., 14.48-49), pour le propre procès de Thrasea (C.D. 62.26).

44 Tacite évoque le manque de zèle de Thrasea lors des Iuuenalia, non toutefois dans le récit de ces jeux, mais parmi les reproches qui sont fréquemment adressés à Thrasea en prélude à son procès (Ann., 16.21.1).

45 Hind 2007, 95 et n. 12, pour des exemples. Pour Tacite, voir Ann., 4.46-51 (Poppaeus Sabinus contre les Thraces). Pour Dion, voir 62.19 (Corbulon en Arménie et contre les Parthes).

46 Un fragment d’Aufidius Bassus (FRH 78,3 = Plin., NH, 6.10.27) porte sur la circonférence de l’Arménie, ce qui pourrait indiquer la présence, dans son œuvre, de données géographiques sur cette région ; Levick 2013a, III, 604.

47 Ils adoptent également sur ces événements en Parthie une chronologie comparable (identique aussi à celle de Suétone), différente de celle que l’on trouve chez Flavius Josèphe ; Garzetti 1956.

48 Devillers 1994, 273-274.

49 Vespasien est explicitement mentionné comme tel dans le récit de la campagne de Plautius en 60.20.3.

50 Hind 2007, 97 n. 18.

51 Kehne 2001, 274, 284 ; Devillers 1994, 71-72, 280-281 ; spéc. Tac., Ann., 12.40.3 : honte des Bretons à obéir à une femme, Cartimandua (cf. honte des Romains d’obéir à Agrippine).

52 Devillers 1994, 279-280.

53 Dans ce sens Ballesteros Pastor 2011 opère un rapprochement entre ce passage et la campagne d’Alexandre contre les Scythes, telle qu’elle est racontée par Curt. 7.7.1-9.19.

54 Gowing 1997, 2561. Cela aurait déjà été le cas sous Tibère pour les campagnes de Germanicus, ainsi celle de 16 p.C. (C.D. 57.18.1 ; cf. Tac., Ann., 2.5-6).

55 Gowing 1997, 2575.

56 Cf. Gowing 1997, 2576 et n. 71. Sur cet événement comme marquant le triomphe du “néronisme”, Cizek 1982, 145-147.

57 Par ex. Tac., Ann., 13.6.2-4, interrogations des Romains sur la capacité de Néron et de son entourage à gérer la crise arménienne ; 15.2.1, insistance sur l’entente entre le Parthe Vologèse et ses frères, en écho implicite à la cour de Néron… De telles allusions sont fréquentes dans les livres de Tacite sur Claude ; Keitel 1978.

58 C.D. 62.22.4 : τὸν δὲ δὴ Παῖτον τῆς ἀρχῆς παύσας, τούς τε στρατιώτας τοὺς σὺν αὐτῷ γενοµένους ἄλλοσέ ποι πέµψας, τὸν Κορβούλωνα αὖθις τῷ κατ αὐτῶν πολέµῳ προσέταξεν, à comparer avec Tac., Ann., 15.25.2, où Néron (sujet chez Dion) n’apparaît pas : et Corbulo, militum atque hostium tot per annos gnarus, gerendae rei praeficitur, ne cuius alterius inscitia rursum peccaretur, quia Paeti piguerat.

59 Gowing 1997, 2572. Cela est sûr pour Tacite. Chez Dion, les mots ἐν ᾧ δὲ ταῦτα ἐν τῇ Ῥώµῃ ἐπαίζετο semblent marquer une transition avec les activités de Néron qu’il narre précédemment pour l’année 60.

60 Par ex. Tac., Ann., 14.33.2 ; incapacité des Bretons à prendre les places fortes, cf. C.D. 62.5.2 ; Tac., Ann., 14.36.1 : inermes : cf. C.D. 62.9.2 : ἀόπλου.

61 Par ex. Sordi, in : Sordi et al. 1999, 18 ; cf. aussi Sanchez 2004, 56-57.

62 Par ex. pour Tacite, les Bretons ont attaqué trois cités (Ann., 14.32-33), pour Dion, ils en auraient attaqué deux (62.1.1) ; pour Tacite, en voyant sa défaite, Boudicca s’empoisonne (Ann., 14.37.2), pour Dion, elle tombe malade (62.12.6)…

63 Sur ce modèle, Hansen 1993c.

64 De même, la liste des prodiges annonçant le conflit, tout en dérivant d’une même source, ne figure pas au même endroit du récit ; par ex. Nice 1993, 15.

65 Celle-ci est seulement mentionnée par Dion ; pour une identification, par ex. Nice 1993, 17-18 ; Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 161.

66 Gowing 1997, 2573 n. 58 ; Adler 2008, 177-178.

67 Sur ceux-ci, Adler 2008.

68 Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 157.

69 Gowing 1997, 2581 ; Schulz 2014, 415.

70 Ce trait explique en partie que ce discours figure parmi ceux que Xiphilin a choisi de faire figurer dans son abrégé ; cf. Mallan 2013a, 619-620.

71 Adler 2008, 189-190 ; aussi Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 160.

72 Plus précisément examinée par Nice 1993, 18 ; Fernández Palacios & Fernández Uriel 2014, 161.

73 Nice 1993, 17, qui met ces atrocités en relation avec l’invocation à Adraste. Chez Tacite, ces atrocités sont mentionnées en termes génériques ; Ann., 14.33.2 : caedes, patibula, ignes, cruces.

74 Aussi Adler 2008, 183-184, 194. De la même façon, à la fin des événements en Bretagne, en s’attardant sur l’affranchi Polyclite (Ann., 14.39), puis, revenant à Rome, en évoquant le meurtre d’un maître par son esclave, Tacite offre, en écho à ce qui a été le thème principal des lignes sur Boudicca, une déclinaison “romaine” du thème du maître et de ses sujets.

75 Cf. Bleicken 1962, 30-31.

76 Stini 2011, 80.

77 Outre les exemples ci-dessous, on pourra aussi comparer C.D. 58.1.1b-3 et Tac., Ann., 4.68.1-71.3 (procès de Titius Sabinus) : notamment, là où, comme suite du procès, Tacite évoque une proposition d’Asinius Gallus (un des capaces imperii), Dion rapporte l’anecdote du chien de Titius qui le suivit jusque dans la mort. Voir de même la comparaison à propos du procès de Libo Drusus (Tac., Ann., 2.27‑32 ; C.D. 57.15.4-5) par Markov 2011 (en russe, avec résumé en anglais), à compléter par Markov 2013.

78 Sur la dissimulation dans les livres tibériens, spéc. Strocchio 2001, 33-85. Aussi Walker 1952, 17-22 ; Galtier 2008, 318-321.

79 De même Suet., Tib., 75.2 (information délivrée sans lien avec un procès précis) : cum senatus consulto cautum esset, ut poena damnatorum in decimum semper diem differetur…

80 Sur ce discours, par ex. Meier 2003.

81 L’auteur des Annales ajoute que l’épouse de Scaurus l’accompagna dans le suicide, ce dont il n’est pas question chez Dion.

82 Mehl 1974, 18-23 ; Seif 1973, 20-37 ; aussi Sage 1990, 1010 ; Hausmann 2009, 168. Sur le procès, cf. également Tagliafico 1996.

83 Par ex. De Vivo 2009, 19, 23 ; De Vivo 2011, 72. Valerius lui-même ne cite pas Claude comme responsable de sa mort en Tac., Ann., 11.3.2 ; par ex. Hausmann 2009, 166-167. De façon générale, sur le fait que Claude n’est, dans les Annales, que rarement sujet d’un verbe actif, Walker 1952, 22 n. 1 ; Aubrion 1985, 478 n. 1.

84 Sur les possibles aspects politiques de l’affaire, par ex. De Vivo 2009, 17 n. 11 ; De Vivo 2011, 70-71.

85 De Vivo 2011, 78 (le terme exitus est déjà utilisé par le même chercheur, De Vivo 2009, 23) ; cf. Ronconi 1968, 226. Pour sa part, Hausmann 2009, 165, parle de “Philosophentod” et invoque les parallèles tacitéens des morts de Sénèque, Pétrone et Thrasea Paetus.

86 Tac., Ann., 11.2.1. Cf. aussi son invective, au style indirect, contre Messaline et Vitellius ; Tac., Ann., 11.3.2.

87 Par ex. Vessey 1971, 388 ; Castro 1972, 188 ; De Vivo 2009, 22 ; De Vivo 2011, 76-77 ; Hausmann 2009, 164.

88 Tresch 1965, 171 ; Corsi Zoli 1972, 333 ; Devillers 1994, 173.

89 Gowing 1997, 2576 et n. 69. De façon plus générale, sur l’influence de l’expérience de Commode ou de Caracalla sur les portraits de mauvais empereurs, en particulier Néron et Domitien, Schulz 2014, 429-430.

90 Ce dernier écrivant du reste alors peut-être sous l’influence des exitus ; Keitel 2014, 68.

91 Par ex. Martin 19892, 184, 186 ; Morford 1990, 1623 ; Devillers 1994, 145.

92 Différent de celui que rapporte Tacite ; C.D 62.27.1 ; cf. Tac., Ann., 16.8.1.

93 Ducos 1977 ; Morford 1991.

94 Turpin 2008.

95 Par ex. Kemezis 2014, 18 : “His main literary product is singularly appropriate to this career and background: it is a Greek-language example of a specifically Roman genre, the senatorial annalistic history”. Aussi le sous-titre donné à la partie relative à Dion chez Hose 1994, 356-451 : “die Renaissance senatorischer Geschichtsschreibung”. De même Flach 1973c ; Rich 1989, 88, 107 ; Marincola 1997, 31 ; aussi Freyburger-Galland 1992, 129, 136 ; Markov 2013, 215. Toutefois Millar 1964, 31-32 insiste sur un point : si l’œuvre de Dion a été rédigée entre 207 et 219, il ne faut pas, en évaluant ses tendances, considérer Alexandre Sévère et la “réaction sénatoriale”, mais une pensée qui est le produit de l’époque de Septime Sévère et de Caracalla. À cet égard, pour la dimension sénatoriale dans l’histoire contemporaine de Dion, Scott 2015.

96 Par ex. C.D. 57.21.3, sur l’expulsion des histrions : τοὺς δὲ ὀρχηστὰς τῆς τε Ῥώµης ἐξήλασε… (cf. Tac., Ann., 4.14.3 : Caesar de immodestia histrionum rettulit … <ut> auctoritate patrum coercendum sit).

97 Par ex., à propos d’Auguste, Eck 2012a (notamment p. 168).

98 Un aspect qui dériverait aussi de ses sources ; par ex. Millar 1964, 78. Dans ce cas aussi, le faible intérêt pour les explications psychologiques pourrait remonter au travail des épitomateurs, et notamment de Xiphilin ; Mallan 2013a, 629.

99 Gowing 1997, 2580-2583 ; Schulz 2014, 413-415.

100 Devillers 2007 ; Schulz 2014, 408-413.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search