Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La bibliothèque de Dion (sources et modèles)

Cassius Dion et la troisième décade de Tite-Live

Paul François

Texte intégral

Introduction

  • 1 Aussi bien la dette de Tite-Live envers Polybe est-elle elle-même difficile à apprécier et le tex (...)

1Pour qui s’intéresse à l’histoire de la deuxième guerre punique, deux noms d’historiens anciens viennent aussitôt à l’esprit : Polybe et Tite-Live. Leur valeur intrinsèque mais aussi les aléas de la transmission des textes font que, quoi qu’il en soit des vicissitudes qu’ont connues leurs propres œuvres, ils constituent nos principales sources littéraires pour ce conflit, au point que nous avons peine à imaginer qu’il n’en ait pas été ainsi dès leur époque et à nous défaire de l’idée que tous les historiens postérieurs qui ont traité cette période leur auraient emprunté la matière de leur récit. L’esprit humain a toujours tendance à ramener l’inconnu au connu. Or, nous le savons bien pourtant, de très nombreuses œuvres antiques, antérieures ou postérieures à ces deux phares, ont disparu ou ne survivent plus qu’à l’état de fragments, plus ou moins brefs, plus ou moins privés de contexte1.

  • 2 Le lecteur gagnera, bien sûr, avant de lire cette contribution, à prendre connaissance de celles (...)

2É. Foulon, dans ce même volume, montre comment, dans ces conditions, il est difficile et même impossible de parvenir à quelque certitude sur la question de l’utilisation éventuelle de Polybe par Cassius Dion. Inutile de ménager un faux suspens : la présente étude se situe dans la continuité de celle-là et aboutit à des constats et conclusions le plus souvent similaires2.

3Tous les degrés de proximité et de distance entre Tite-Live et Dion se rencontrent et, selon les passages, toutes les hypothèses sont possibles : filiation directe et unique, utilisation nulle, recours conjoint à Tite-Live et à d’autres sources, source(s) commune(s) au Padouan et au Bithynien, source(s) intermédiaire(s). On observera que “filiation directe et unique” ne signifie pas que Dion n’aurait pas consulté d’autres ouvrages sans en tirer matière, sur le point précis traité ; qu’en sens inverse, “utilisation nulle” n’implique pas qu’il n’aurait pas consulté Tite-Live, sur tel point précis, sans rien lui emprunter.

4Une confrontation des récits fournis par les deux historiens sur la deuxième guerre punique permet de relever des points communs, des divergences plus ou moins importantes, des faits semblables rapportés à des moments différents du récit, et surtout un grand nombre d’épisodes présentant pour l’essentiel le même contenu, mais avec des détails présents chez l’un et non chez l’autre.

  • 3 Pour préparer cette étude, j’ai réalisé un tableau comparatif, qui se voudrait complet, des récit (...)

5Je présenterai des exemples illustrant différentes situations dans le rapport entre les deux historiens. Ne pouvant être exhaustif, je devrai m’en tenir à quelques épisodes significatifs, mais la plupart des cas pourraient être illustrés par plusieurs passages3.

Types de cas peu significatifs

6Les divergences entre les récits de Zonaras et de Tite-Live ne devront être prises en compte que lorsqu’elles porteront sur des points essentiels et nets. Quand elles seront dues à des approximations du Byzantin, il ne faudra pas exclure la possibilité qu’elles puissent résulter du travail d’abréviation.

7Il convient également d’être prudent à l’égard des variantes qui pourraient provenir d’erreurs de copistes, notamment pour l’onomastique ou les données chiffrées.

Onomastique

  • 4 Pour Tite-Live, c’est pendant qu’Hannibal règle une autre affaire avant de s’occuper de Blattius (...)
  • 5 Voir Boissevain 1895a, 242. Cf. Val. Max. 3.8. ext. 1 (Blassius et Dasius) ; App., Hann., 45.191  (...)

8Illustration du premier cas, pour les événements survenus en 210 à Salapia, alors que les deux récits sont pour le reste assez proches, Tite-Live (26.38.6-14) nomme les deux protagonistes Dasius et Blattius, Zonaras (9.7.6) Ἀλίνιος et Πλαύτιος. D’autres éléments laissent penser que Cassius Dion ne dérive pas ici du Padouan4, mais la remarque anthroponymique à elle seule n’autoriserait pas de conclusion : les noms donnés par Zonaras doivent résulter d’une corruption, due à Dion, à l’abréviateur lui-même ou à un copiste5.

  • 6 Texte des manuscrits, que Boissevain corrige en Ἰνδίβιλις, leçon des manuscrits en Zonar. 9.10.8. (...)

9Sur ce même sujet, il est néanmoins intéressant de relever qu’alors que Polybe (passim) appelle le roi des Ilergètes Ἀνδοβάλης et Tite-Live (passim) Indibilis, Dion (16 fr. 57.42) le nomme Ἰνδίβολις6. Le Bithynien ne semble donc pas dériver ici de Polybe ; cependant, tout ce qu’on peut dire (sans exclure l’éventualité d’une erreur de copiste) est que sa source est probablement latine – mais non nécessairement Tite-Live.

  • 7 Voir Liv. 25.41.12-13 ; 26.21.13 (Jal, 1991, 122-123 n. 11) ; 26.21.17 ; 26.26.8 ; 26.28.10. Dans (...)

10Divergence caractérisée, en revanche, en Zonar. 9.6.1, où le préteur affecté en Sicile en 211 est appelé Dolabella, alors que son cognomen est en fait Cethegus7.

Organisation de la matière

11On observe de manière relativement fréquente un ordre de présentation différent chez Tite-Live et chez Dion/Zonaras. Cela pourrait exclure l’hypothèse selon laquelle Dion suivrait alors uniquement ou même essentiellement Tite-Live.

12Souvent, cependant, il peut s’agir non de divergences sur une date, résultant d’une erreur commise (ou reprise) par l’un ou l’autre, mais d’un choix différent de répartition de la matière historique qui n’entraîne pas pour autant de modification chronologique. Dans ce cas, la différence n’implique pas nécessairement une absence de filiation : Dion aurait pu modifier l’ordre de présentation du récit livien tout en le prenant comme source.

  • 8 Nicolet-Croizat 1992, xli.

13Deux exemples suffiront. Tite-Live (25.12.1-7) et Zonaras (9.1.4-5) mentionnent tous deux les prophéties du devin Marcius (Zonaras l’appelle Marcus), dont celle qui annonçait la défaite de Cannes. Mais Tite-Live en parle au moment où elles furent divulguées à Rome (en 212), alors que Zonaras les place avant son récit de Cannes. “C’est peut-être que Dion avait voulu regrouper avant son récit de Cannes toutes les prophéties concernant la défaite”8.

  • 9 On ne peut déceler de différences de composition entre Tite-Live et Dion lui-même, le texte de ce (...)

14Tite-Live (26.21.14-17) comme Zonaras (9.6.1) mentionnent un débarquement d’une force punique en Sicile, qu’ils situent tous deux après que Marcellus a quitté l’île (en 211). Mais Zonaras en parle juste après la prise de Syracuse par ce même général, ensuite élu consul, alors que Tite-Live (25.31.12-26.20.13) intercale divers événements (essentiellement : suite des opérations en Sicile, chronique urbaine, prise de Capoue, opérations en Espagne, désignation de Scipion pour commander dans cette région). Aussi bien n’est-il pas exclu que l’abréviateur ait modifié la composition adoptée par Dion…9 Quoi qu’il en soit, Zonaras (9.5.6) présente l’élection de Marcellus au consulat comme si elle suivait immédiatement son retour de Sicile, alors qu’elle n’intervint que l’année suivante : s’ensuit un certain brouillage de la chronologie.

  • 10 L’ordre adopté par Tite-Live paraît plus logique, dans la mesure où l’inimitié entre les censeurs (...)

15Autre exemple, dans leur compte rendu de l’activité des censeurs en 204, Tite-Live (29.37) et Dion (17 fr. 57.70-71) ne font pas se succéder les faits de la même façon. Chez le premier (qui par ailleurs donne davantage de détails), on trouve la séquence : nouvelle taxe sur le sel et surnom de Marcus Livius / recensement dans les colonies rebelles / inimitié entre les deux censeurs ; chez le second, les deux premiers sujets sont inversés10.

Points d’accord

Versions propres aux deux auteurs seuls

  • 11 Polybe (3.86.8) ne dit rien d’une éventuelle attaque contre Spolète et plusieurs Modernes ont mis (...)

16Très rares sont les passages présentant une version attestée uniquement par les deux historiens. Un exemple : en 22.9.1, Tite-Live écrit qu’après Trasimène, “Hannibal, traversant l’Ombrie, vint en droite ligne jusqu’à Spolète” : à ma connaissance, il est le seul, avec Zonaras (8.25.9), à parler de cet itinéraire, par lequel il semble vouloir montrer que le Punique avait l’intention de se diriger vers Rome11. Ce type de cas même ne permet pas de conclure à l’utilisation directe du Padouan : on ne peut exclure l’existence d’une source intermédiaire ou commune.

Fonds commun historiographique

  • 12 Le “tralaticisches Gut” de Schwartz 1899, 1694.

17On trouve plusieurs points de rencontre inévitables, à partir desquels on ne peut pas davantage déduire que Cassius Dion aurait pour source Tite-Live, notamment parce que ces points sont également présents chez d’autres auteurs et appartiennent à un “fonds commun”12 bien connu dans l’Antiquité.

  • 13 Plb. 3.33.1-4 ; D.S. 25 fr. 18 Goukowsky ; Sil. 2.380-389 ; Flor. 1.22.7 ; App., Hisp., 13.49-50.
  • 14 Liv. 21.14.1-4 ; Val. Max. 6.6. ext. 1 ; Sil. 2.592-680 ; Flor. 1.22.4 ; 1.22.6 ; Zonar. 8.21.12. (...)
  • 15 Liv. 22.51.1-4 ; Zonar. 9.1.16. Cf. Cato, Orig., FRH 5,78-79 (= fr. 4.13-14 Chassignet = Gell., N (...)

18Ainsi la scène fameuse dans laquelle Fabius, devant le sénat de Carthage, dit apporter, dans un pli de sa toge, la paix ou la guerre, au choix des Puniques, est présentée par Dion (13 fr. 55.10 ; cf. Zonar. 8.22.7) de la même manière que chez Tite-Live (21.18.13-14), bien que ce dernier ne la place pas au cours de la même séance que le discours d’Hannon. Mais on la trouve chez plusieurs autres auteurs antiques13. Il en va de même pour le récit du suicide des Sagontins, en 21814. Autre épisode célèbre, le reproche adressé à Hannibal, après Cannes, par Maharbal de ne pas savoir profiter de la victoire15.

  • 16 Voir Plb. 10.2.12 ; Val. Max. 1.2.2 ; Sil. 13.634-644 ; App., Hisp., 23.88 ; Gell., NA, 6.1.6 ; D (...)

19Même dans de tels cas, il est rare qu’on ne relève pas des différences. Bien attestée est par exemple l’habitude prise par Scipion de passer un moment seul dans le temple de Jupiter Capitolin avant d’accomplir un acte public ou privé, habitude qui fit se répandre l’opinion selon laquelle il était d’origine divine et serait né de l’union de sa mère avec un serpent (Liv. 26.19.5 ; C.D. 16 fr. 57.39)16. On trouve chez ces deux auteurs, plus que chez d’autres, des expressions très proches. Mais chacun des deux récits comporte des éléments absents dans l’autre (chez Tite-Live, l’indication que cette habitude fut adoptée dès que Scipion eut pris la toge virile, le rapprochement avec Alexandre, des détails sur le comportement du serpent, l’attitude de Scipion envers ces croyances ; chez Dion, la précision explicite que le père divin supposé était Jupiter).

  • 17 Val. Max. 4.3.1 ; Sil. 15.268-271 ; Frontin., Str., 2.11.5. On trouve des réserves chez Polybe (1 (...)

20L’épisode de la captive celtibère, amenée prisonnière à Scipion par ses soldats après la prise de Carthagène (en 209) et que ce dernier respecte et rend à ses parents et à son fiancé, constitue un exemplum souvent cité. Comme d’autres, Tite-Live (26.50) et Dion (16 fr. 57.43 ; Zonar. 9.8.5) le font tous deux servir sans réserve à la gloire de l’Africain17. Quelques nuances distinguent cependant les deux récits. Tite-Live présente le fiancé comme un princeps Celtiberorum, Dion en fait un magistrat (τιν τῶν ἐν τέλει Κελτιβήρων). Pour le Padouan, le geste de Scipion conduisit le jeune homme à le rejoindre avec mille quatre cents cavaliers d’élite ; pour le Bithynien, il provoqua le ralliement non seulement des parents de la jeune fille mais des autres Celtibères.

  • 18 Le récit même de la bataille et des moments qui l’ont précédée donne lieu à au moins une divergen (...)
  • 19 Cette notation constituait peut-être un lieu commun : on la trouve plusieurs fois, chez Tite-Live (...)

21De ces épisodes attendus mêlant, chez les deux historiens, éléments similaires, détails propres et légère différence de composition, le bilan de la bataille du Métaure offre un bon exemple (Liv. 27.49.5-9 ; Zonar. 9.9.11)18. Les notations identiques que l’on y trouve peuvent provenir de diverses sources, notamment l’importance du butin (Zonaras ne parle pas de sa variété, mais il résume) ou l’idée que cette bataille a permis aux Romains d’infliger aux Carthaginois un désastre égal à celui de Cannes (on lit la même chose en App., Hann., 53.224). Le bilan chiffré n’est pas aussi complet chez le Byzantin, mais présente plusieurs points identiques : il ne donne pas le nombre des morts et des prisonniers ennemis, mais celui des prisonniers romains trouvés dans le camp punique est le même (quatre mille). La présentation des Romains vainqueurs rassasiés de meurtre conclut le bilan chez Tite-Live, l’introduit chez Zonaras19 ; inversement, le rapprochement avec Cannes apparaît au début chez le Padouan, à la fin chez le Byzantin.

Différences

22Il arrive fréquemment que l’un des deux historiens mentionne un fait omis par l’autre. Toutes ces différences n’ont pas le même poids dans la question qui nous occupe.

Éléments absents chez Zonaras

  • 20 Les deux historiens ne s’accordent donc pas sur le nombre.

23On peut logiquement estimer que la présence chez Tite-Live d’éléments qui ne se retrouvent pas chez Zonaras n’est pas significative et n’a donc pas à être relevée : dans un résumé, il est naturel de supprimer des détails, des données considérées comme moins importantes. Ainsi remarque-t-on que les prodiges énumérés par le Padouan pour l’année 215 (23.31.15) n’apparaissent pas tous en Zonar. 9.2, mais que ceux qui y figurent sont justement les plus originaux (un poulain mis au monde par une vache, une phosphorescence sur la mer), alors que ceux qui sont omis sont plus courants (sang sur des statues de dieux, pluie de pierres). De même ne peut-on rien déduire du fait que Zonaras (9.4.3) indique simplement que l’envoyé de Philippe V à Hannibal fut arrêté par les Romains (année 215), quand Tite-Live précise que ces ambassadeurs20, interceptés une première fois à l’aller mais ayant alors réussi à tromper les Romains, furent pris quand ils revinrent de signer le traité d’alliance avec le Punique (23.33.1-34.9) : la différence peut résulter d’un travail de contraction.

  • 21 Liv. 22.4.2 ; Zonar. 8.25.2-10. Voir Plb. 3.83.1 ; Frontin., Str., 2.5.24 ; Sil. 4.823-829 ; App. (...)

24Certaines absences sont néanmoins surprenantes, quand elles concernent des faits bien établis, attestés par plusieurs autres sources antiques, et importants pour l’action. Ainsi en est-il de la topographie de Trasimène21 : l’étonnant n’est pas que Zonaras ne développe pas une description aussi précise que celle du Padouan, mais qu’il ne mentionne même pas le lac, élément déterminant du piège tendu par Hannibal et facteur aggravant de la défaite romaine.

Éléments absents chez Tite-Live

25En sens inverse, on note la présence chez Cassius Dion ou Zonaras (ou chez le “grammairien” byzantin du xiie s. Jean Tzetzès) de données absentes du récit livien, alors qu’on peut les juger importantes. Ce type de cas est plus significatif pour mon propos : il implique que le Padouan n’a pas été la source (ou du moins la source unique) suivie par Dion.

  • 22 On n’en trouve trace ni chez Polybe ni chez Plutarque (Marc., 14-19). La première mention (discut (...)

26Ainsi des miroirs ardents d’Archimède (Zonar. 9.4.7 ; Tz., H., 2.118-128), dont Tite-Live (24.34) ne dit mot. Il semble qu’il s’agisse là d’une tradition relativement récente22. Curieusement d’ailleurs, s’agissant de résumés, les récits de Zonaras (9.5.5) comme de Tzetzès (H., 2.136-149) sur la prise de Syracuse et la mort d’Archimède sont plus développés que celui de Tite-Live (25.31.8-11).

27Le long portrait d’Hannibal développé par Dion (13 fr. 54.1-3 ; 54.4-9), sans contredire celui que brosse Tite-Live (21.4), donne nombre de traits, notamment intellectuels et psychologiques, absents chez l’historien romain. Un peu plus loin, les différentes hypothèses en fonction desquelles devront agir les ambassadeurs romains après l’attaque de Sagonte sont présentées de manière plus précise chez Dion (13 fr. 55.9 ; Zonar. 8.22.4) que chez Tite-Live (21.6.4-8 ; 21.18.1-2).

  • 23 On peut citer aussi : la défiance d’Hannibal à l’égard de ses propres hommes (Liv. 22.1.3 ; Zonar (...)
  • 24 Aussi bien Dion (14 fr. 57.19) et Zonaras (8.26.11) sont-ils les seuls à dire que Minucius fut lo (...)

28Par rapport au seul livre 22 de Tite-Live, outre quelques développements généraux, on peut relever, chez Dion ou Zonaras, plusieurs de ces suppléments. Je n’en présente ci-dessous que quelques-uns23. Notons en particulier que, curieusement, alors que Tite-Live est généralement attentif aux données institutionnelles de Rome, ce n’est pas lui (cf. 22.30.7), mais Zonaras (8.26.11) qui précise que, lorsqu’en 217 le commandement (temporairement partagé à égalité entre le dictateur et son maître de la cavalerie) revint en totalité à Fabius, cette décision fut sanctionnée par le peuple24. De la même manière, on peut s’étonner de voir que c’est chez Zonaras que se lit l’information que, la même année, les difficultés financières rencontrées par les Romains les ont conduits à adopter une monnaie d’argent mêlé de bronze (8.26.14 ; cf. Liv. 22.37). Probablement faut-il voir dans ces deux précisions une source romaine, mais non livienne.

  • 25 Appien (Hann., 20.87) dit lui aussi que le Vulturne se lève vers midi, ajoutant plus loin (20.91) (...)

29Comme beaucoup d’autres auteurs, Tite-Live (22.46.9) et Zonaras (9.1.9 ; 9.1.14) mentionnent le rôle du vent lors de la bataille de Cannes, mais c’est l’abréviateur qui précise le moment auquel il s’est levé : jusqu’à midi, le combat est indécis, mais ensuite le vent apparaît25.

  • 26 Contrairement à Cary 1914, II, 147, en effet, je pense qu’ἐκεῖνος, chez Dion, désigne le consul ( (...)

30Dion (15 fr. 57.29) fait état d’une attaque de cavalerie contre Canusium, où se sont réfugiés les Romains rescapés de Cannes, attaque repoussée par le consul Varron26. Tite-Live (22.54.6) parle bien du repli de ce dernier à Canusium, mais ne dit rien de cette attaque. Son parti pris défavorable aux généraux plébéiens, comme Varron, peut expliquer qu’il ait fait silence sur cet événement, s’il en a eu connaissance ; il est alors possible que Dion soit remonté à une source pré-livienne.

31Toujours après Cannes et la perte de très nombreux soldats, le nouveau dictateur et son maître de la cavalerie procèdent à des recrutements exceptionnels. Tite-Live (22.57.9-12) parle de l’enrôlement de jeunes gens à partir de dix-sept ans, de certains qui portent encore la toge prétexte. Zonaras (9.2.3) ajoute ceux qui avaient passé l’âge de servir. Que Tite-Live ne puisse être ici la source de Dion est évident.

  • 27 Cf. D.S. 26 fr. 19-20 Goukowsky : Hannibal reproche aux Romains leur cruauté, leur scélératesse e (...)

32Un peu plus loin (22.61.1-3), Tite-Live dit seulement que le Sénat refusa de racheter les Romains prisonniers d’Hannibal. Zonaras (9.2.5) ajoute que le Punique envoya alors les plus éminents à Carthage ; les autres, il les fit torturer et mettre à mort ou les força à s’affronter en combat singulier, amis contre amis, parents contre parents27.

  • 28 Jal 1991, 79 note c.

33À propos de Liv. 26.40.3-14, Paul Jal28 écrit, en un raccourci hardi, que “le récit de Tite-Live se retrouve, fortement résumé, chez Zonaras 9.7”. Mais, ici encore, le Byzantin apporte des détails absents chez le Padouan, voire des variantes : si l’un comme l’autre disent que le Numide Muttinès avait, par ses succès, provoqué la jalousie d’Hannon, commandant à Agrigente, et, victime de brimades, avait trahi pour les Romains, Zonaras précise qu’il avait d’abord suscité la jalousie d’Hannibal qui l’avait pour cela envoyé en Sicile ; il ajoute qu’après la prise d’Agrigente, Muttinès aida aussi les Romains à s’emparer des autres villes de l’île (9.7.8-9).

  • 29 Peut-on voir là une influence de la légende du serpent du Bagradas, tué par Regulus lors de la pr (...)

34Après que Scipion eut débarqué en Afrique (en 205), écrit Dion (17 fr. 57.63), un serpent lui serait apparu, ce qui lui rappela la légende concernant son père29. Tite-Live n’en dit rien.

Éclaircissements dus à Zonaras

  • 30 Incohérence relevée par Jal 1991, 118 n. 6.
  • 31 Tite-Live, de son côté, précise que, le dernier jour, Hasdrubal prétexta un interdit religieux po (...)

35Dans l’épisode d’Hasdrubal bloqué dans un défilé, en Espagne, par C. Claudius Nero, en 210, Zonaras (9.7.1-3) permet d’éclairer une incohérence du récit livien (26.17)30 : comment le Barcide a-t-il pu évacuer, à l’insu de l’ennemi, “les éléments les plus lourds de son armée” (quod grauissimum exercitus erat) ? Zonaras, sans parler de cette partie des troupes, explique que les Romains, parce qu’ils espéraient une trêve, avaient abandonné leur surveillance. Contrairement à Tite-Live, il ajoute qu’Hasdrubal devint redoutable pour Nero et que le peuple romain blâma ce dernier ; il présente comme une conséquence de cet échec la décision de confier le commandement en Espagne à un autre homme31. Il semble que Tite-Live, ou sa source, ait voulu éviter d’accabler le général romain. Quoi qu’il en soit, le Padouan n’est pas à l’origine du récit de Zonaras. Peu après, ce dernier (9.7.3) indique qu’à Rome, la plupart renoncent à se proposer pour commander en Espagne à cause du sort subi par les Scipions ; Tite-Live (26.18.6) ne donne pas cette raison.

36Autre ajout éclairant apporté par Zonaras (9.7.4), une simple apposition fournit une explication au choix de M. Iunius Silanus comme adjoint de Scipion en Espagne (cf. Liv. 26.19.10) : il s’agit d’un homme âgé, alors que la jeunesse du futur Africain inquiète certains sénateurs.

Autres données unilatérales

  • 32 La dernière anecdote est chez Valère Maxime (4.4.10).

37Pour les opérations menées par les Scipions en Espagne en 214, si pour l’essentiel les faits rapportés sont semblables, sur certains points le récit de Zonaras (9.3.7-9) est moins précis que celui de Tite-Live (24.41-42) : il ne parle pas des batailles devant Munda ou devant Orongis (ou du moins ne mentionne qu’une des deux, sans la nommer), ni de Publius Scipion, cerné, sauvé par son frère, ni de la blessure de Gnaeus Scipion ; les responsables de la guerre et de la défaite des Sagontins (les Turdétans) ne sont pas nommés. On peut voir là une nécessité de contraction. Mais Zonaras apporte d’autres détails : les Scipions qui ne gardent rien du butin pour eux, sinon des osselets envoyés à leurs enfants ; le vote par le Sénat d’une dot, prise sur le Trésor public, pour la fille de Gnaeus. Les deux dernières anecdotes pourraient provenir d’un annaliste latin, mais on se serait attendu à ce que ce type d’exemplum se trouvât chez Tite-Live32.

38Dans le récit de l’assaut donné par Marcellus à Syracuse, Zonaras (9.5.4) ajoute aux cris et aux sonneries de trompette, également mentionnés par Tite-Live (25.24.5), le heurt des épées sur les boucliers.

  • 33 Je ne tirerai pas argument, en revanche, du fait que, si l’un et l’autre parlent des deux serpent (...)

39La comparaison des listes de prodiges respectivement fournies, pour l’année 206, par Tite-Live (28.11.1-7) et par Dion (17 fr. 57.60) apporte des enseignements intéressants. On y relève des prodiges identiques mais avec un ordre de présentation propre ; d’autres localisés de manière différente ; pour des prodiges identiques, des détails présents chez un seul des deux auteurs ; des prodiges signalés par un seul. Il est possible d’en conclure que Dion ne dérive pas ici de Tite-Live, ou du moins pas uniquement. On ne peut parler d’une source commune qu’en admettant que chacun des deux y aurait puisé à sa manière, prenant ou laissant tel ou tel détail. Mais pourquoi Tite-Live, qui offre ailleurs des listes de prodiges plus longues, aurait-il ici opéré une sélection ou supprimé des données ? Ce qui me paraît aller dans le sens de l’utilisation par l’un et par l’autre de sources distinctes est l’existence de précisions différentes à propos d’un même prodige. Ainsi, quand Tite-Live écrit qu’une sueur abondante avait coulé de l’autel de Neptune au cirque Flaminius, Dion, sans donner cette localisation, précise qu’il s’agit de l’autel placé dans le temple du dieu et dit que la sueur apparut aussi sur les portes33.

40La proposition de rappeler Scipion à Rome, suite aux exactions de son légat Pleminius à Locres, et les reproches qui lui sont adressés concernant son mode de vie à la grecque sont présentés différemment par les deux historiens (Liv. 29.19.3-13 ; C.D. 17 fr. 57.62). On trouve, certes, des éléments relevant d’un fonds commun (proposition de rappeler Scipion ; sa fréquentation de la palestre), mais aussi des détails propres : Dion mentionne l’intention de certains d’intenter un procès à Scipion, ce que Tite-Live n’évoque que pour Pleminius, dont Dion ne dit mot ; concernant l’adoption de coutumes vestimentaires grecques, les deux auteurs donnent des exemples différents.

41Les récits de la bataille de Zama proposés par Tite-Live (30.33.12-35.3) et par Zonaras (9.14.7-9) constituent un exemple parlant. Ils offrent plusieurs points communs : les lignes romaines s’écartant pour laisser passer les éléphants et les blessant sur leur passage ; Laelius et Masinissa attaquant les Puniques par derrière (Tite-Live précise qu’ils agissent ainsi après avoir poursuivi les cavaliers ennemis) ; le bilan des pertes carthaginoises ; Hannibal s’échappant avec un petit nombre d’hommes. Mais on y lit aussi des détails présents chez l’un et absents chez l’autre. Chez Zonaras : l’éclipse de soleil ; les Romains frappant de leur lance leur bouclier ; Masinissa poursuivant Hannibal et finalement blessé par lui. Chez Tite-Live : le détail des opérations sur les différents points de la ligne de bataille ; les étapes du combat ; le désaccord entre les différentes lignes carthaginoises.

  • 34 Quand Dion écrit qu’il était demandé aux Carthaginois de ne pas avoir de vaisseaux à l’avenir, Zo (...)

42De même sur les conditions de paix présentées par Scipion aux Carthaginois après Zama, pour lesquelles nous disposons d’un fragment de Dion (17 fr. 57.82). De nombreuses données sont partagées par les deux récits, mais l’historien grec ne parle pas des lois et territoires conservés aux Carthaginois, ne dit rien des fournitures de blé et d’argent pour la solde, des indemnités, de la restitution des navires, ne précise pas l’âge des otages. Tite-Live (30.37.1‑6) ne présente pas les précisions sur les transfuges (“qu’ils soient des Romains ou de leurs alliés”, écrit Dion), sur l’interdiction de se procurer des navires à l’avenir, de faire des levées, d’employer des mercenaires, sur Masinissa34.

Divergences

43Outre cette présence chez l’un de données absentes chez l’autre, on relève des divergences caractérisées.

Transcontextualisation

  • 35 Cette version adoptée par Dion et par Zonaras est aussi celle qu’ont suivie (avec au moins une va (...)
  • 36 Tite-Live semble suivre une autre source en 26.13.5 et en 31.31.12 : il y parle d’un massacre de (...)
  • 37 Zonaras (9.2.12) n’ajoute pas ce dernier point. Version similaire en revanche en App., Pun., 63.2 (...)

44Un passage au moins, dans le corpus considéré, constitue un cas de ce que j’appellerai transcontextualisation : des données similaires sont utilisées par les deux auteurs dans des contextes différents. Au sujet de la prise de Nuceria par Hannibal, en 216, Tite-Live (23.15.1‑6) écrit, comme Cassius Dion (15 fr. 57.30) et Zonaras (9.2.10), que le Punique autorisa les habitants à quitter la ville avec chacun un seul vêtement. Mais il ne dit pas qu’il ait fait ensuite enfermer les sénateurs dans les bains pour les faire mourir par suffocation, ni que, malgré sa parole de les laisser aller où ils voudraient, il ait ensuite tué les autres habitants sur la route35. Tite-Live parle bien d’une mise à mort par suffocation, mais il l’attribue un peu plus haut (23.7.3) aux Capouans, à l’égard des préfets des alliés et autres citoyens romains, arrêtés et enfermés dans les bains par la plèbe36. Sans doute Dion suit-il la même source peu après (15 fr. 57.34), quand il écrit qu’Hannibal agit de même avec les habitants d’Acerrae, si ce n’est qu’il fit jeter les sénateurs dans des puits et non dans les bains37. Ici encore, Tite-Live (23.17.1-7) ne dit rien de ce traitement. Si, dans le cas de Nuceria, la proximité avec le développement livien sur Capoue peut autoriser l’hypothèse que Dion aurait pris Tite-Live pour source mais, travaillant de mémoire, aurait ensuite fait une confusion, son passage sur Acerrae montre qu’il n’y a pas suivi le Padouan.

Divergences géographiques

45Les deux auteurs, nous l’avons vu, datent parfois différemment certains événements ; il leur arrive aussi de les situer diversement dans l’espace. Ainsi pour Tite-Live (23.46.8), Hannibal, à la fin de 215, prend-il ses quartiers d’hiver à Arpi, quand Zonaras (9.3.6) le fait se retirer à Capoue. Pour l’année suivante, Tite-Live (24.13.6) dit qu’il ravage le territoire de Cumes et Zonaras (9.4.5) “ce qu’on appelle maintenant la Calabre”.

46Leur présentation même des lieux peut être différente. Tite-Live (28.37.3) dit que les Baléares sont deux (Majorque et Minorque), Zonaras (9.10.10) en compte trois, ajoutant Ebusus (Ibiza).

Chronologie

  • 38 Liv. 26.11.1-7 ; Zonar. 9.6.3-4. Voir aussi Sil. 12.652-668 ; Oros. 4.17.5-6.
  • 39 Liv. 26.11.4 : Hannibal déclare que lui est refusée tantôt l’intention, tantôt l’occasion de pren (...)
  • 40 Zonaras ajoute l’envoi en Espagne d’un préteur (non nommé) et précise, au sujet de la vente par l (...)

47Ont été évoqués plus haut des cas de différences dans l’ordre de présentation, peu significatifs pour la question ici traitée. Cela peut se produire à l’intérieur d’un même récit et ne pas relever simplement de la répartition de la matière. Dans l’épisode des deux batailles livrées par Hannibal devant les murs de Rome en 211 et interrompues par la pluie, la trame générale se retrouve chez les deux historiens38, avec cependant des particularités propres à chacun, dans certains détails39 ou précisions40, mais aussi pour la succession des faits : d’après Tite-Live, c’est dans le second orage que les Carthaginois voient une signification religieuse ; selon Zonaras, c’est dès le premier qu’Hannibal pense à une intervention divine, ce qui ne l’empêche pas de continuer le siège.

  • 41 D’après Tite-Live (22.4.4), il n’a pas fait reconnaître le terrain par des éclaireurs (inexplorat (...)

48Voici un autre exemple de divergence portant sur le moment précis d’une action. À Trasimène, d’après Tite-Live (22.4.4-5), l’attaque d’Hannibal a lieu à l’aube (uixdum satis certa luce), pour Zonaras (8.25.6), au milieu de la nuit. On peut juger la version de l’historien romain plus vraisemblable : il était logique que Flaminius attendît le jour pour franchir le défilé. Placer l’attaque la nuit permet à Zonaras – ou à Dion, ou à la source de ce dernier – d’ajouter dans le récit de la bataille un autre élément défavorable aux Romains : l’obscurité. La source de Dion a pu vouloir minimiser la victoire d’Hannibal, ou déprécier le général punique, en accentuant le côté inégal de la bataille ; en ce cas, il pourrait s’agir d’un partisan de Flaminius, dont la défaite serait ainsi davantage excusable. Mais un raisonnement opposé est aussi possible : la source de Dion pourrait appartenir aux milieux défavorables au consul plébéien et apporter un nouvel élément à sa charge : non seulement il a agi sans précaution41, mais il a installé son camp pour la nuit dans le défilé même, où l’ennemi l’a encerclé. La tonalité générale du récit de Trasimène tel qu’il figure chez Zonaras (Flaminius veut bénéficier seul de la victoire qu’il espère ; il se laisse prendre à la ruse d’Hannibal qui feint la peur ; il s’avance sans précaution) fait pencher pour cette seconde hypothèse.

49Les durées peuvent être diversement rapportées : évoquant la fête de Diane / Artémis célébrée par les Syracusains, à l’occasion de laquelle Marcellus fit escalader les remparts en profitant de l’ivresse des défenseurs de la ville, Tite-Live (25.23.14) dit qu’elle durait trois jours, Zonaras (9.5.3), toute une nuit.

  • 42 Il est vrai que, Baecula étant au sud de l’Espagne, Hasdrubal devait passer par le centre de la p (...)

50Il arrive que le caractère fragmentaire des livres de Dion qui nous intéressent empêche de savoir à quel moment précis il rattachait tel épisode. Ainsi quand nous lisons (C.D. 16 fr. 57.48) que les Ibères ont appelé Scipion Grand Roi “à cause de la rapidité de sa victoire : de quelle victoire s’agit-il ? Est-ce bien celle de Baecula, à laquelle Tite-Live (27.19.3) relie ce fait ? Certaine circonstance connexe présente dans les deux récits (Scipion s’empare du camp ennemi) pourrait le faire penser, mais elle n’est pas vraiment caractéristique et Dion lui ajoute un détail (Scipion avait prédit cela) dont ne parle pas Tite-Live. Plus curieux, alors que le premier écrit qu’à la suite de sa défaite, Hasdrubal s’éloigna vers l’intérieur, le Padouan affirme qu’il se dirigea vers les Pyrénées42.

  • 43 On peut avancer que certaines de ces divergences, si elles interdisent de penser à une filiation (...)
  • 44 C.D 16 fr. 57.36 ; Zonar. 9.6.11 ; cf. Liv. 22.58.7 ; 25.58.9. Pour l’historien grec, il s’agissa (...)

51Quoi qu’il en soit, on relève quelques exemples nets de divergences chronologiques43. Ainsi Dion date-t-il de 210 une tentative de négociation menée par Carthalo, que les Romains refusèrent de laisser entrer dans la ville : Tite-Live, lui, la situe après Cannes, en 21644.

52Comme Appien (Hann., 16.70-71), Dion (14 fr. 57.14) et Zonaras (8.26.5) situent après Trasimène (pendant la dictature de Fabius) la remarque ironique des Carthaginois sur la demande d’armées et d’argent de la part d’un général vainqueur ; Tite-Live la place après Cannes, en attribuant la réflexion plus précisément à Hannon (23.12.13-14).

53Inversement, l’historien romain date de “l’année de la défaite de Trasimène” (23.2.3) les manœuvres de Pacuvius Calavius pour soumettre le sénat de Capoue. Zonaras, lui, non seulement ne nomme pas ce personnage (“un individu de la foule”, 9.2.8), mais situe cet épisode après Cannes.

  • 45 Voir Jal 1991, 116 n. 1.

54Autre cas : Tite-Live (26.12.10-16.1 ; 26.33.4) et Zonaras (9.6.5) suivent des versions différentes sur le moment précis de la mort d’Ap. Claudius Pulcher à Capoue, en 210 : pour le premier, elle eut lieu peu après la reddition de la ville ; pour le second, dès avant l’arrestation de faux déserteurs numides dans le camp romain45.

  • 46 Les deux événements se situent en 209, mais Tite-Live place la prise de Carthagène en 210 ; il di (...)

55Le récit de la prise de Tarente (Liv. 27.15.4-16.9) est placé par Zonaras (9.8.1-2) avant celui de la prise de Carthagène (9.8.3), rapporté par Tite-Live à la fin du livre 2646.

  • 47 Sur les problèmes historiographiques concernant ce retour, et notamment pour une confrontation en (...)
  • 48 Jal 1995, xxviii, xxxi avait déjà noté ce décalage chronologique.

56La divergence la plus curieuse se situe en C.D. 17 fr. 57.56. Contrairement à Tite-Live, Dion y écrit que Scipion, revenu d’Espagne (en 205, donc)47, ne put se porter candidat au consulat parce que les élections avaient déjà eu lieu ; il ne l’aurait fait que l’année suivante. Fait intéressant, Zonaras (9.11.6) rapporte une version conforme au récit de Tite-Live (28.38.6) : Scipion fut élu consul cette année-là avec P. Licinius Crassus48. On ne peut donc considérer que Zonaras donne partout une image exacte des passages perdus de Dion, voire qu’il ne se fonde que sur cet auteur.

Autres divergences

  • 49 Surnom que ne précise pas Tite-Live.

57Lors des discussions qui eurent lieu à Carthage avant le déclenchement de la guerre, Tite-Live (21.10) ne présente que le discours du chef de la faction anti-barcide, Hannon, ajoutant (21.11.1) que personne, dans un sénat acquis à Hannibal, ne jugea nécessaire d’exposer une opinion contraire. Zonaras, lui (8.22.5), mentionne “un certain Hasdrubal” qui aurait parlé en faveur d’Hannibal, avant qu’Hannon le Grand49 prononce un discours en sens inverse.

  • 50 Voir François 1994, 143 n. 2. Il est difficile, dans un cas comme celui-ci, de déterminer si l’er (...)

58Dépassant les problèmes onomastiques déjà évoqués, on rencontre des divergences sur les personnes. Ainsi, en 218, c’est à Hannon, fils de Bomilcar, qu’Hannibal, d’après Tite-Live (21.27.2), confie le mouvement tournant destiné à prendre les Gaulois à revers, au bord du Rhône, à son frère Magon selon Zonaras (8.23.3). Pour Tite-Live (29.34.1), le commandant des cavaliers levés à Carthage en 204 est Hannon, fils d’Hamilcar, pour Dion (17 fr. 57.65-66 ; Zonar. 9.12.3), Hannon, fils d’Hasdrubal, fils de Gisgon50.

59Dans ce dernier épisode, la bataille livrée en commun par Scipion et Masinissa près de Salaeca, en Afrique, est relatée par les deux historiens avec plusieurs divergences : chez Tite-Live (29.34.4-17), c’est Scipion qui demande au Numide d’attirer les cavaliers d’Hannon dans une embuscade tendue par les Romains ; selon Dion (17 fr. 57.65-66), le plan est conçu par Masinissa et ce sont les Romains eux-mêmes qui provoquent l’ennemi, ensuite attaqué dans le dos par Masinissa, qui feignait encore d’être leur allié.

60Les motifs pour lesquels Publius Scipion envoya son frère en Espagne, en 218, ne sont pas les mêmes chez les deux historiens. Pour Tite-Live (21.32.3-4), il s’agit de protéger les anciens alliés, d’en gagner de nouveaux et de chasser Hasdrubal d’Espagne. D’après Zonaras (8.23.7), Publius vise à s’emparer de la région ou d’y faire revenir Hannibal.

61Redescendant de l’Apennin, écrit Tite-Live (21.59.1), Hannibal marche contre Sempronius Longus ; la rencontre se conclut avec un résultat équilibré. Selon Zonaras (8.24.8), Longus attaque Hannibal pendant une grande tempête et les pertes sont importantes dans les deux camps. L’initiative de l’attaque ne vient pas du même côté dans chacun des deux récits.

62Alors que Tite-Live écrit (26.16.5) qu’après la prise de Capoue, en 211, la ville d’Atella se rendit aux Romains et que ses dirigeants furent châtiés ou incarcérés, puis dit simplement (26.38.1) que beaucoup de peuples italiens se sont détournés d’Hannibal, Zonaras (9.6.10) non seulement ne parle pas d’un châtiment des dirigeants, mais précise que, si les villes voisines passent aux Romains, les habitants d’Atella, eux, abandonnent leur cité et se rendent en masse auprès du Punique.

63L’épisode des plaintes des Syracusains contre Marcellus (daté de 210) donne lieu, lui aussi, à plusieurs divergences. Selon Tite-Live (26.29), Marcellus, devant le désespoir de ces derniers et pour ne pas fausser les débats, se serait dit prêt à échanger sa province (la Sicile) avec celle de son collègue au consulat ; d’après Zonaras (9.6.9), il aurait demandé à ne pas partir pour la Sicile. Pour l’historien romain (26.30.1-10), les Syracusains portent des accusations contre leur vainqueur ; pour le Byzantin (9.6.8), ils ont l’habileté de ne pas l’accuser mais de simplement supplier et se défendre.

64Après la prise de Tarente par Fabius, en 209, Hannibal envoie au Romain une lettre des dirigeants de Métaponte d’après Tite-Live (27.16.12), prétendument écrite par les habitants d’après Zonaras (9.8.2). Les deux auteurs s’accordent sur le contenu du message : il s’agit de proposer de livrer la ville. Tite-Live (ibid.) ajoute quelques clauses (la garnison punique sera aussi livrée ; les Métapontins recevront en échange l’impunité pour le passé), mais surtout une divergence nette apparaît concernant la réaction du consul et la fin de l’épisode. Pour le Padouan (27.16.16), Fabius prend la proposition pour vraie et fixe le jour où il s’approchera de la ville ; Hannibal tend une embuscade ; mais auspices et sacrifices dissuadent le Romain d’aller au rendez-vous. Pour Zonaras (9.8.2), le consul soupçonne la réalité et, en comparant la lettre avec celles qu’Hannibal avait un jour écrites aux Tarentins, il reconnaît la machination à partir de la ressemblance d’écriture.

  • 51 Cette version rappelle, avec cependant des différences, celle de Silius (15.813) : Nero porte sur (...)

65L’épisode fameux de la tête d’Hasdrubal apportée au camp de son frère est raconté différemment par les deux historiens. Selon Tite-Live (27.51.11), Nero fait jeter la tête d’Hasdrubal devant les avant-postes ennemis et montre les prisonniers africains enchaînés ; d’après Zonaras (9.9.12), il envoie des prisonniers dans le camp d’Hannibal expliquer ce qui s’est passé et fait fixer sur un pieu, dans un endroit proche, la tête d’Hasdrubal51.

  • 52 À la différence de Tite-Live, mais en accord avec Zonaras, Valère Maxime (9.11. ext. 1), fait des (...)

66En 206, Scipion revient à Carthagène pour s’acquitter de ses vœux aux dieux et pour donner des jeux de gladiateurs à la mémoire de son père et de son oncle. Tite-Live (28.21) écrit que combattirent en particulier deux cousins germains, Corbis et Orsua, pour décider de la souveraineté sur la ville d’Ibès. Pour Zonaras (9.10.3), qui ne nomme ni la ville ni les deux prétendants au trône, ceux-ci sont deux frères. À cette réserve près, les deux récits sont similaires : Scipion essaie vainement de réconcilier les rivaux ; le plus âgé (plus expérimenté et rusé, précise Tite-Live) l’emporte sur le plus jeune, bien que ce dernier soit plus fort52.

67Si le déclenchement et les premiers moments de la mutinerie de Sucro (qui survient peu après) se présentent de la même manière chez Tite-Live et chez Zonaras, la suite offre des divergences. On lit en Liv. 28.25.1-7 que Scipion envoie sept tribuns militaires qui rétablissent le calme et s’informent sur la cause de la colère : les mutins mettent en avant la solde non versée au jour fixé et l’absence de reconnaissance envers eux pour avoir défendu et sauvé la province. Les tribuns assurent que Scipion et l’État se montreront reconnaissants. Zonaras (9.10.5) donne une version qui prête à Scipion une certaine duplicité : le général envoie dire aux mutins qu’il leur pardonne de s’être soulevés à cause du manque du nécessaire et qu’ils ne doivent pas s’inquiéter ; il loue même ceux qui se sont chargés du commandement afin que leurs camarades ne subissent ou ne commettent rien de dangereux à cause de l’absence de chef. Dans la suite, le Byzantin présente encore quelques détails absents du récit livien, notamment que Scipion donne des ordres pour qu’à leur arrivée à Carthagène les mutins bivouaquent hors des murs. Pour le châtiment, inversement, à côté de plusieurs éléments communs, on relève des détails présents chez Tite-Live (28.29.10-11) et non chez Zonaras : les responsables de la mutinerie, nus, sont frappés de verges et décapités à la hache. Enfin, des divergences apparaissent sur la réaction des assistants et la suite éventuelle : en Liv. 28.29.11-12, les assistants, paralysés par la peur, ne protestent pas et ne font même pas entendre de gémissements ; en Zonar. 9.10.8, comme certains des assistants s’indignent et causent du trouble, Scipion punit aussi un bon nombre d’entre eux.

68J’ai noté plus haut la divergence chronologique entre Dion et Tite-Live à propos de la candidature de Scipion au consulat. Les mêmes pages offrent un autre point de désaccord concernant son départ d’Espagne : pour l’historien romain (28.38.1), Scipion confie lui-même la province d’Espagne à L. Lentulus et à L. Manlius Acidinus (des anciens préteurs) et rentre volontairement à Rome ; selon le Bithynien (17 fr. 57.55-56), les Romains s’inquiètent de l’importance prise par Scipion et, pour ne pas se donner eux-mêmes un tyran, ils lui envoient deux des préteurs comme remplaçants et le rappellent. Ici comme dans l’exemple précédent et à plusieurs reprises, l’image donnée de Scipion est nettement plus défavorable chez Dion et Zonaras.

  • 53 La phrase de Dion a été reconnue comme lacunaire. Diodore (35 fr. 26.2 Goukowsky) affirme que Nas (...)

69Sur les raisons qui ont conduit à considérer P. Cornelius Scipion Nasica comme l’homme le meilleur de la cité, désigné à ce titre pour accueillir à Rome la Mère de l’Ida, en 204, Tite-Live (29.14.9) dit n’avoir trouvé aucune indication chez les auteurs les plus proches de cette époque et préfère ne pas risquer une opinion personnelle. Selon Dion (17 fr. 57.61), le motif était qu’on le jugeait pieux et juste53. Tout ce qu’on peut avancer est que – si l’on suit Tite-Live – la source de Dion ne peut être Fabius Pictor, Cincius Alimentus, Caton, Postumius Albinus ou Acilius, tous contemporains de l’événement, ou très proches.

70L’incendie des camps d’Hasdrubal et de Syphax, en 203, présente plusieurs divergences chez les deux historiens. Pour Tite-Live (30.3.4-6.9), ce sont des centurions qui espionnent les camps ennemis ; pour Zonaras (9.12.7), des soldats. Chez Tite-Live, Scipion se montrant très désireux de faire la paix, les Carthaginois et Syphax ajoutent des conditions inéquitables dont il prend prétexte pour rompre la trêve ; chez Zonaras, le prétexte est que Syphax avait été surpris formant un complot contre Masinissa. Tite-Live parle de l’incendie des deux camps, Zonaras ne mentionne que celui d’Hasdrubal.

  • 54 Voir aussi Nep., Hann., 8 (en 193, Magon se rendit avec Hannibal en Cyrénaïque pour essayer d’ent (...)

71Sur la mort de Magon, le plus jeune frère d’Hannibal, les deux auteurs sont en désaccord. Tite-Live (30.19.1-5) le fait mourir de ses blessures alors qu’il regagne Carthage par mer en 203. Pour Zonaras (9.13.10), après être rentré en Afrique, il fut envoyé en Italie54.

72Lors de l’entrevue entre Hannibal et Scipion avant Zama, Tite-Live (30.31.1-9) fait tenir au Romain un discours assez rude et ferme. Zonaras affirme au contraire (9.14.5) qu’il ne donna pas de réponse dure ni claire, mais parla de manière assez mesurée, afin de mettre Hannibal en confiance et de le pousser à la négligence ; le récit qui suit n’a pas d’équivalent chez le Padouan.

Conclusion

  • 55 Le “presque” peut apparaître comme une affectation de modestie, ou comme une précaution devant la (...)

73On peut difficilement douter que Cassius Dion ait lu Tite-Live avant de rédiger sa propre Histoire romaine. Étant donné la célébrité du Padouan, dont l’œuvre pouvait apparaître définitive pour la période qu’il avait traitée, comment aurait-il pu être laissé de côté par un historien qui affirme avoir lu presque tout ce qui a été écrit sur son sujet par qui que ce soit (1 fr. 1.2)55 et avoir passé dix ans à rassembler sa documentation (73[72].23.5) ? On peut concevoir cependant que, pour la période qui leur est commune, il ait jugé plus intéressant, dans son travail de sélection (1 fr. 1.2), plutôt que de “recopier” Tite-Live, de présenter, par places, là où l’historiographie pré-livienne lui fournissait des éléments, non seulement une organisation différente de la matière, mais des compléments ou des versions divergentes. Une “reconstruction alternative”, une “nouvelle histoire de Rome parallèle à celle de Tite-Live” comme l’écrit, dans ce volume, Giuseppe Zecchini. C’est en cela que l’œuvre du Bithynien trouve sa justification, son intérêt et sa grandeur.

Notes

1 Aussi bien la dette de Tite-Live envers Polybe est-elle elle-même difficile à apprécier et le texte de ce dernier ne nous est-il pas parvenu complet, notamment pour la période ici considérée.

2 Le lecteur gagnera, bien sûr, avant de lire cette contribution, à prendre connaissance de celles d’É. Foulon, de M. de Franchis et de M. Simon. Leur présence dans ce volume me permettra d’éviter des redites, en allégeant celle-ci d’un certain nombre de références et de raisonnements.

3 Pour préparer cette étude, j’ai réalisé un tableau comparatif, qui se voudrait complet, des récits livien et dionien sur la deuxième guerre punique. Ces quelque quatre-vingts pages ne sauraient trouver place dans ce volume.

4 Pour Tite-Live, c’est pendant qu’Hannibal règle une autre affaire avant de s’occuper de Blattius que celui-ci propose à Dasius de trahir ; pour Zonaras, pendant qu’Hannibal délibère avec ceux qui siègent avec lui sur son châtiment, Plautius ose sous ses yeux parler de trahison à Alinius.

5 Voir Boissevain 1895a, 242. Cf. Val. Max. 3.8. ext. 1 (Blassius et Dasius) ; App., Hann., 45.191 ; 47.205 (Βλάτιος et Δάσιος).

6 Texte des manuscrits, que Boissevain corrige en Ἰνδίβιλις, leçon des manuscrits en Zonar. 9.10.8. Cf. D.S. 26 fr. 28 Goukowsky : Ἰνδιβέλης ; App., Hisp., 37.147 ; 38.156 : Ἰνδίβιλις. Valère Maxime (4.3.1) appelle Indibilis celui que Tite-Live, en 28.50.2 et 28.50.12, nomme Allucius.

7 Voir Liv. 25.41.12-13 ; 26.21.13 (Jal, 1991, 122-123 n. 11) ; 26.21.17 ; 26.26.8 ; 26.28.10. Dans les passages du livre 26, le cognomen n’apparaît pas. On peut imaginer aussi qu’un copiste aurait ajouté au gentilice le cognomen absent, dans le texte de Dion ou de Zonaras, en commettant une erreur…

8 Nicolet-Croizat 1992, xli.

9 On ne peut déceler de différences de composition entre Tite-Live et Dion lui-même, le texte de celui-ci étant, pour cette période, à l’état de fragments. De façon générale, pour le livre 25 de Tite-Live, Nicolet-Croizat 1992, xli remarque : “Le chapitre consacré par Zonaras à la période couverte par notre livre présente une composition et une chronologie confuses. … Pour De Sanctis, cette étrange composition s’expliquerait ainsi : Zonaras aurait d’abord résumé le prologue d’un livre de Dion, puis le contenu de ce livre ; la chronologie de Dion serait empruntée à Tite-Live, la place du désastre des Scipions dans le prologue étant une simple erreur. … En tout cas, pour le récit des événements eux-mêmes, il semble bien que Dion ne suivait pas Tite-Live”. F. Nicolet-Croizat renvoie en notes à Zonaras 9.5 ; De Sanctis 1917, 370-371 ; Soltau 1897, 190-192 (pour qui Dion ne dépend jamais de Tite-Live, mais de Coelius et d’Antias) ; Klotz 1936, 68.

10 L’ordre adopté par Tite-Live paraît plus logique, dans la mesure où l’inimitié entre les censeurs se manifeste à l’occasion des opérations du cens.

11 Polybe (3.86.8) ne dit rien d’une éventuelle attaque contre Spolète et plusieurs Modernes ont mis en doute l’authenticité de la notice livienne, qui serait une invention annalistique. Il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail de l’argumentation. Voir Kahrstedt 1913, 413 n. 4 ; De Sanctis 1917, 43 ; Walbank 1957, 421-422 ; Ciotti 1964 ; Pareti 1965, 216-217 ; Alvisi 1974 ; Lancel 1995, 159.

12 Le “tralaticisches Gut” de Schwartz 1899, 1694.

13 Plb. 3.33.1-4 ; D.S. 25 fr. 18 Goukowsky ; Sil. 2.380-389 ; Flor. 1.22.7 ; App., Hisp., 13.49-50.

14 Liv. 21.14.1-4 ; Val. Max. 6.6. ext. 1 ; Sil. 2.592-680 ; Flor. 1.22.4 ; 1.22.6 ; Zonar. 8.21.12. Polybe (3.15 ; 3.17) parle du siège de la ville mais non du suicide de la population.

15 Liv. 22.51.1-4 ; Zonar. 9.1.16. Cf. Cato, Orig., FRH 5,78-79 (= fr. 4.13-14 Chassignet = Gell., NA, 2.19.9 ; 10.24.7 ; Macrob., Sat., 1.4.26) ; Coelius Antipater, FRH 15,22 (= fr. 27 Chassignet = Gell., NA, 10.24.6 ; Macrob., Sat., 1.4.26) ; Plb. 3.118.4 ; Nep., Hann., 5.1 ; Val. Max. 9.5. ext. 3 ; Sil. 10.330-387 ; Plu., Fab., 17.1-2 ; Flor. 1.22.19 ; Amm. Marc. 18.5.6 ; Oros. 4.16.4.

16 Voir Plb. 10.2.12 ; Val. Max. 1.2.2 ; Sil. 13.634-644 ; App., Hisp., 23.88 ; Gell., NA, 6.1.6 ; De uir. ill. 49.1-3.

17 Val. Max. 4.3.1 ; Sil. 15.268-271 ; Frontin., Str., 2.11.5. On trouve des réserves chez Polybe (10.19.3-7) et chez Aulu-Gelle (7.8.3) ; voir aussi Val. Max. 6.7.1.

18 Le récit même de la bataille et des moments qui l’ont précédée donne lieu à au moins une divergence : chez Tite-Live (27.48.1), quand Hasdrubal cherche à s’enfuir de nuit, le consul Nero le rejoint avec la cavalerie, puis Porcius suit avec l’infanterie légère ; chez Zonaras (9.9.9), les consuls envoient la cavalerie en avant et suivent eux-mêmes. On relève aussi des détails donnés par un des deux historiens seulement : Hasdrubal perd un jour à chercher où traverser le Métaure et permet ainsi aux consuls de le rejoindre (Liv. 27.47.8-11) ; Hasdrubal décide de partir chez les Gaulois, de s’informer précisément au sujet de son frère et de faire la guerre à sa guise ; à l’arrivée des cavaliers romains, il se range contre eux, les croyant seuls, mais les consuls arrivent, le mettent en fuite et le poursuivent (Zonar. 9.9.9).

19 Cette notation constituait peut-être un lieu commun : on la trouve plusieurs fois, chez Tite-Live, au sujet de Cannes (22.48.6 ; 22.59.8 ; 22.60.9) ; elle contribue ainsi à faire ici le lien entre introduction et conclusion du bilan.

20 Les deux historiens ne s’accordent donc pas sur le nombre.

21 Liv. 22.4.2 ; Zonar. 8.25.2-10. Voir Plb. 3.83.1 ; Frontin., Str., 2.5.24 ; Sil. 4.823-829 ; App., Hann., 10.39.

22 On n’en trouve trace ni chez Polybe ni chez Plutarque (Marc., 14-19). La première mention (discutable) serait Apul., Apol., 16.1-6 (voir aussi Lucien, Hipp., 2). Tzetzès (H., 2.149) cite Dion et Diodore à la fin de son développement sur Archimède (“Dion et Diodore écrivent l’histoire”), mais il est difficile de déterminer si chacun des deux auteurs a été utilisé pour l’ensemble du récit ; il est possible que Diodore ne l’ait été que pour certains passages, dont la fin sur la mort du savant (contra Jal 2005, 103‑105, qui présente un état de la question). Voir aussi Rashed 2000, 317-320 ; Jaeger 2008, 4, 159-160 n. 19 (tous deux avec bibliographie).

23 On peut citer aussi : la défiance d’Hannibal à l’égard de ses propres hommes (Liv. 22.1.3 ; Zonar. 8.24.8) ; les motivations de Flaminius avant Trasimène (Liv. 22.3.7-14 ; Zonar. 8.25.2) ; Hannibal faisant semblant d’avoir peur de Flaminius (Zonar. 8.25.4 ; cf. Frontin., Str., 2.5.24) ; le fait que Centenius était en embuscade (Zonar. 8.25.9) ; des précisions sur les ponts coupés par les Romains (Liv. 22.8.7 : “des ponts” ; Zonar. 8.25.10 : le pont sur le Nar et tous les ponts sur le Tibre sauf un) ; les prisonniers qu’Hannibal aurait fait égorger avant le stratagème des bœufs (Zonar. 8.26.1 ; cf. Liv. 22.16.5-17.3 ; sur les sources antiques pour cet épisode : François 2001) ; le procédé adopté par Cn. Scipion lors de la bataille navale de l’embouchure de l’Èbre (Zonar. 9.1.2 ; cf. Liv. 22.19) ; Hannibal faisant retourner le terrain, à Cannes, pour faire plus de poussière (Zonar. 9.1.9 ; cf. Liv. 22.43.10-11) ; les morts romains jetés dans le fleuve après une escarmouche (Zonar. 9.1.11 ; cf. Liv. 22.45.2-6).

24 Aussi bien Dion (14 fr. 57.19) et Zonaras (8.26.11) sont-ils les seuls à dire que Minucius fut loué pour avoir volontairement résigné son commandement.

25 Appien (Hann., 20.87) dit lui aussi que le Vulturne se lève vers midi, ajoutant plus loin (20.91) qu’Hannibal attendit la deuxième heure pour engager le combat, afin que le vent survînt plus vite.

26 Contrairement à Cary 1914, II, 147, en effet, je pense qu’ἐκεῖνος, chez Dion, désigne le consul (Varron) et non Scipion.

27 Cf. D.S. 26 fr. 19-20 Goukowsky : Hannibal reproche aux Romains leur cruauté, leur scélératesse et surtout leur arrogance ; il se venge en faisant égorger les fils et les parents des sénateurs et en formant parmi ses prisonniers des paires de gladiateurs qu’il fait combattre frère contre frère, père contre fils, parent contre parent ; ces Romains, malgré les tortures, refusent de s’entretuer ainsi. Cf. App., Hann., 28.121-122 ; Pun., 63.281 ; Eutr. 3.11.1.

28 Jal 1991, 79 note c.

29 Peut-on voir là une influence de la légende du serpent du Bagradas, tué par Regulus lors de la première guerre, autre épisode fameux, traité non seulement par Tite-Live (voir Per., 18.1), par Jean Damascène (De draconibus, 472 = PG 94.1600, qui cite nommément “Dion le Romain”) et par Zonaras (8.13.2), mais par nombre d’autres auteurs : Tubéro, FRH 38,11 (= fr. 9 Chassignet = Gell., NA, 7.3.1) ; Val. Max. 1.8. ext. 19 (qui cite Tite-Live) ; Plin., Nat., 8.14.37 ; Sil. 6.151-293 ; Flor. 1.18.20 ; Oros. 4.8.10-15 ? Mais l’interprétation en est tout autre, suggérant peut-être l’issue elle aussi différente des deux expéditions.

30 Incohérence relevée par Jal 1991, 118 n. 6.

31 Tite-Live, de son côté, précise que, le dernier jour, Hasdrubal prétexta un interdit religieux pour ne pas négocier et profita du brouillard pour s’échapper avec ses cavaliers et ses éléphants.

32 La dernière anecdote est chez Valère Maxime (4.4.10).

33 Je ne tirerai pas argument, en revanche, du fait que, si l’un et l’autre parlent des deux serpents qui se glissèrent sous les portes du temple de Jupiter, Dion seul précise qu’il s’agit de Jupiter Capitolin. Le Bithynien a pu fournir, à l’intention de son public grec, ce détail absent d’une source latine car inutile pour des Romains, mais il arrive fréquemment aussi que des copistes ou des lecteurs ajoutent dans un manuscrit ce genre de précision.

34 Quand Dion écrit qu’il était demandé aux Carthaginois de ne pas avoir de vaisseaux à l’avenir, Zonaras (9.14.11) précise “qu’ils n’aient pas plus de dix vaisseaux longs”. Le Byzantin puise-t-il cette précision de nombre et de nature dans une autre source, ou la déduit-il de ce qui précède (les Carthaginois doivent livrer tous leurs éléphants et leurs trières sauf dix, indication présente à la fois chez lui et chez Dion – et chez Tite-Live) ?

35 Cette version adoptée par Dion et par Zonaras est aussi celle qu’ont suivie (avec au moins une variante : deux vêtements sont laissés à chaque habitant) Valère Maxime (9.6. ext. 2) et Appien (Pun., 63.278). Sur son caractère peu vraisemblable, voir Pomeroy 1989 qui l’attribue à Valerius Antias.

36 Tite-Live semble suivre une autre source en 26.13.5 et en 31.31.12 : il y parle d’un massacre de la garnison romaine.

37 Zonaras (9.2.12) n’ajoute pas ce dernier point. Version similaire en revanche en App., Pun., 63.278.

38 Liv. 26.11.1-7 ; Zonar. 9.6.3-4. Voir aussi Sil. 12.652-668 ; Oros. 4.17.5-6.

39 Liv. 26.11.4 : Hannibal déclare que lui est refusée tantôt l’intention, tantôt l’occasion de prendre Rome ; Zonar. 9.6.4 : il se retire en s’écriant “ Ô Cannes ! Cannes ! ”.

40 Zonaras ajoute l’envoi en Espagne d’un préteur (non nommé) et précise, au sujet de la vente par les Romains du terrain sur lequel campait Hannibal, qu’il appartient à l’État ; Tite-Live ajoute qu’Hannibal, en réplique, fait mettre en vente les boutiques des changeurs qui se trouvent autour du forum.

41 D’après Tite-Live (22.4.4), il n’a pas fait reconnaître le terrain par des éclaireurs (inexplorato).

42 Il est vrai que, Baecula étant au sud de l’Espagne, Hasdrubal devait passer par le centre de la péninsule pour atteindre les Pyrénées, mais la notation géographique essentielle est bien celle qu’indique Tite-Live. L’expression grecque (ἐς τὴν µεσόγειαν ἀνεχώρησεν) ne me semble pas assez explicite pour déterminer si, dans l’esprit de Dion, l’intérieur des terres est une destination ou une simple direction prise pour atteindre un objectif plus éloigné (non précisé). Ce morceau de phrase n’apparaît pas chez Zonaras (9.8). Sur la situation de Baecula et sur le trajet suivi, voir Foulon, in : Foulon & Weil 1990, n. 5 à Plb. 10.38.7 et n. 2 à Plb. 10.39.8.

43 On peut avancer que certaines de ces divergences, si elles interdisent de penser à une filiation directe de Tite-Live à Dion, n’excluent pas l’utilisation d’une source commune : on a souvent attribué les différences de chronologie entre Polybe et le Padouan à des problèmes de correspondance entre les systèmes de datation grec et romain. Nos deux historiens ont pu interpréter chacun à sa manière la chronologie d’une même source. Cette remarque ne vaut pas, en revanche, dans les cas de chronologie relative (quand un événement est situé dans le temps par rapport à un autre), comme dans plusieurs des exemples proposés infra.

44 C.D 16 fr. 57.36 ; Zonar. 9.6.11 ; cf. Liv. 22.58.7 ; 25.58.9. Pour l’historien grec, il s’agissait alors d’un échange de prisonniers, dont les Romains avaient eu l’initiative. Pour Tite-Live, Carthalo accompagne les délégués des prisonniers de Cannes venus demander au Sénat de verser une rançon pour leur libération, mais lui-même doit proposer des conditions de paix. La proposition de rançon présentée par Hannibal en 216 est néanmoins rapportée en Zonar. 9.2.15.

45 Voir Jal 1991, 116 n. 1.

46 Les deux événements se situent en 209, mais Tite-Live place la prise de Carthagène en 210 ; il discute cette datation en 27.7.5.

47 Sur les problèmes historiographiques concernant ce retour, et notamment pour une confrontation entre la tradition “polybiano-livienne” et celle qu’a transmise Dion, voir Zecchini 2002.

48 Jal 1995, xxviii, xxxi avait déjà noté ce décalage chronologique.

49 Surnom que ne précise pas Tite-Live.

50 Voir François 1994, 143 n. 2. Il est difficile, dans un cas comme celui-ci, de déterminer si l’erreur vient de l’un des deux historiens, de la source suivie par chacun, ou d’un copiste. Quoi qu’il en soit, Tite-Live fait lui-même état de variantes chez les auteurs qu’il a consultés pour cet épisode (29.35.2) : de ce qu’il en dit, on peut déduire qu’une source possible de Dion pourrait être Coelius Antipater ou Valerius Antias.

51 Cette version rappelle, avec cependant des différences, celle de Silius (15.813) : Nero porte sur sa lance la tête d’Hasdrubal et interpelle Hannibal. Pour Frontin (Str., 2.9.2), Nero fit jeter la tête d’Hasdrubal dans le camp punique. La notice du De uiris illustribus (48.3) correspond aux données liviennes.

52 À la différence de Tite-Live, mais en accord avec Zonaras, Valère Maxime (9.11. ext. 1), fait des deux duellistes des frères et ne les nomme pas. En Sil. 16.533, il s’agit de frères jumeaux qui s’entretuent. Dans les comparaisons avec Silius Italicus, il faut faire la part de la différence générique entre histoire et poésie épique.

53 La phrase de Dion a été reconnue comme lacunaire. Diodore (35 fr. 26.2 Goukowsky) affirme que Nasica fut ainsi distingué en raison de ses qualités d’homme d’État. Voir François 1994, xvii,  xxvii,  119 n. 9.

54 Voir aussi Nep., Hann., 8 (en 193, Magon se rendit avec Hannibal en Cyrénaïque pour essayer d’entraîner les Carthaginois dans une nouvelle guerre ; Hannibal l’aurait envoyé en Italie ; il serait mort dans un naufrage ou tué par ses esclaves) ; App., Pun., 49.211 ; 54.235 ; 59.260.

55 Le “presque” peut apparaître comme une affectation de modestie, ou comme une précaution devant la possibilité d’avoir laissé échapper un ouvrage mineur ou peu connu, ce qui est loin d’être le cas de l’Ab Vrbe condita.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search