Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La bibliothèque de Dion (sources et modèles)

Tite-Live modèle de Cassius Dion, ou contre-modèle ?

Marielle de Franchis

Texte intégral

  • 1 Schwartz 1899.
  • 2 Levene 2010, 126-163 ; de Franchis 2014b.
  • 3 C.D. fr. 1.2.
  • 4 La seule mention conservée du nom de Tite-Live (C.D. 67.12.4), transmise par le seul résumé de Xi (...)

1Cassius Dion qui, comme Tite-Live, s’inscrit dans la tradition annalistique romaine, a longtemps été écrasé par la comparaison avec le plus illustre de ses prédécesseurs. Dans la partie de son œuvre (livres 1 à 55.2) qui traite de la même période que Tite-Live, soit de l’arrivée d’Énée en Italie à la mort de Drusus en 9 a.C., l’historien sévérien a surtout été réduit à un compilateur de sources, dont l’importance était secondaire quand Tite-Live était conservé, et qui pouvait au mieux servir à le reconstruire quand celui-ci était perdu. Pourtant les recherches minutieuses menées depuis un siècle, et dont l’étude d’E. Schwartz1 représente un sommet d’érudition particulièrement impressionnant, ont fréquemment mis en évidence l’autonomie du témoignage de Dion par rapport à celui de Tite-Live. Parallèlement, la réhabilitation, dans le dernier tiers du xxe s., de la dimension rhétorique de l’historiographie, si essentielle à l’écriture de l’histoire antique, a permis de renouveler le traitement traditionnel de la question des sources (Quellenforschung) en l’intégrant à une étude plus large du rapport de l’historien à ses prédécesseurs. Cette démarche, dont la fécondité a été récemment illustrée par l’analyse de D. Levene sur le rapport de Tite-Live à Polybe dans la troisième décade2, invite à considérer Tite-Live comme un intertexte de Dion, peut-être son intertexte privilégié dans cette partie de son œuvre. Il est en effet hors de doute que Tite-Live représentait pour Dion, qui affirme avoir tout lu3, un auteur de référence, même s’il ne le cite jamais comme source, du moins dans ce qui nous reste de son œuvre4.

2Cette étude comprendra deux volets, d’abord une synthèse, puis une étude de cas. Dans la synthèse, je commencerai par faire le point sur l’apport de Schwartz et sur ses limites. Je soulignerai ensuite les difficultés de méthode que pose la comparaison entre les deux historiens : comment procéder, alors qu’ils nous sont parvenus l’un et l’autre de manière incomplète et/ou fragmentaire, ou même, pour certaines parties, sous la forme de résumés, dont la fidélité au texte original est controversée ? Une telle situation m’a incitée à proposer d’intégrer une autre dimension à l’étude, en adoptant une vision d’ensemble des corpus. Ce changement d’échelle permet en effet de faire nettement ressortir la différence de point de vue des deux historiens sur une matière identique et de mieux les situer dans une même tradition historiographique, celle des Annales.

3Le second volet de l’étude illustrera quelques modalités du dialogue de Dion avec Tite-Live à travers deux études de cas comparant des éléments précis chez Dion/Zonaras et chez Tite-Live : un récit de bataille (Sentinum) par M. Simon et un grand moment de l’histoire de Rome (la deuxième guerre punique) par P. François.

L’apport de Schwartz et ses limites

Sa méthode

4Je retiendrai seulement deux aspects, à mes yeux les plus caractéristiques, de l’article de Schwartz, d’une ampleur et d’une érudition telles qu’il reste toujours fondamental. D’abord une particularité de sa structure : l’hypertrophie de la partie consacrée à la recherche des sources de Cassius Dion, qui s’étend sur 25 colonnes (1692-1717), par rapport au reste de l’article, notamment par rapport à la présentation du projet de l’historien, qui n’occupe que 7 colonnes (1685-1692). Ensuite, la tonalité très négative de cette présentation. En homme de son temps, Schwartz conçoit en effet l’histoire de manière positiviste et considère comme une “malédiction” (Fluch) le fait que malgré ses compétences d’administrateur, Dion se soit enfermé dans une écriture rhétorique de l’histoire. Schwartz souligne fortement ici l’infériorité stylistique de Dion par rapport à celui qu’il estime être son unique modèle, Thucydide. Il critique le manque de pertinence d’un tel choix, reprochant à Dion de ne pas avoir tenu compte de la difficulté d’adapter ce modèle à une histoire longue comme celle qu’il écrit. Point particulièrement révélateur, il n’évoque jamais Tite-Live comme modèle possible de Dion. Il déplore enfin la perte de la quasi-totalité de la partie la plus intéressante de l’œuvre à ses yeux, la fin (livres 72-80), celle où l’historien rapportait les événements dont il avait été témoin, et arrêtait donc de se livrer à la compilation de sources. Dion n’a ainsi selon Schwartz aucune valeur propre pour la plus grande partie de son œuvre, jusqu’à Marc Aurèle (livres 1-71), puisqu’il le réduit à un simple compilateur. Dans une telle perspective, l’intérêt essentiel de l’œuvre dionienne est d’en rechercher les sources, pour apprécier sa fidélité envers elles ou essayer de retrouver des vestiges de traditions disparues.

  • 5 Une seule exception, Schwartz 1899, 1699, au début de la liste des convergences entre Dion et la (...)
  • 6 Comme le souligne Millar 1964, 34, l’essentiel des travaux sur Dion ne l’abordaient que sous cet (...)
  • 7 Roddaz 1983, 70 (bibliographie n. 12).

5Schwartz envisage ainsi les rapports entre Dion et Tite-Live uniquement de ce point de vue, celui de la recherche des sources, et quasiment jamais pour confronter leur manière d’écrire l’histoire de Rome5. Il déploie pour cela une érudition impressionnante, mais force est de constater que cet émiettement de l’œuvre provoque chez le lecteur un sentiment de découragement, ainsi que des doutes sur la pertinence d’une telle approche6. Il y a en effet un étonnant paradoxe chez Schwartz entre l’omniprésence de Tite-Live dans l’étude des sources et son absence dans la partie consacrée à la présentation du projet historique de Dion. On a eu cependant tendance à simplifier sa position et à considérer que “E. Schwartz, dans son article de la R.E., s’était appliqué à faire de Dion Cassius un ‘livien’”7, alors que le savant allemand est beaucoup plus prudent : sa position varie de manière importante selon les parties de l’œuvre de Dion. Il est donc nécessaire de résumer brièvement les résultats de son enquête et d’indiquer à chaque fois l’état actuel de la question.

Ses résultats et leur réception

  • 8 Dans le même sens, Zecchini 2012, 207.
  • 9 Urso 2011, 44-45.
  • 10 Libourel 1973 ; Libourel 1974.
  • 11 Urso 1997.
  • 12 Cf. notamment pour la première guerre punique De Sanctis 1916, 236-240 ; Bleckmann 2002, 35-56, a (...)

6Pour les livres 1 à 21 de Dion, transmis de manière fragmentaire, mais dont le résumé de l’historien byzantin du xiie s., Zonaras, donne une idée du contenu, depuis l’arrivée d’Énée en Italie jusqu’à la destruction de Carthage et de Corinthe en 146 a.C., Schwartz constate que Dion (Zonaras) offre un mélange de sources annalistiques, qui, malgré de nombreux points de contact, est indépendant de Tite-Live (1696 § 3). Il reconnaît au passage à Tite-Live le mérite d’avoir su apprécier la valeur de Polybe, pour le récit de l’histoire de Rome à partir des guerres puniques8, ce qui n’a pas été, selon lui, le cas de Dion (1697 § 1). Cette analyse de Schwartz a été confirmée par les travaux ultérieurs portant sur des périodes précises : fin de la période royale et naissance de la République9, guerres samnites10, épisode des Fourches caudines11, guerres puniques12.

  • 13 Cf. Zonar. 9.31. Sur les livres de Dion utilisés par Zonaras, voir dans ce volume la contribution (...)
  • 14 Cf. Urso 2013a, 19-20, avec liste des divergences les plus significatives.
  • 15 Cette tradition regrouperait, dans l’ordre chronologique généralement admis : Valère Maxime, Vell (...)

7Schwartz laisse de côté (1697 §2) le problème des sources des livres fragmentaires 22-35 (période 145-70 a.C.), au motif que l’état des témoins, d’un côté comme de l’autre, ne permet pas la comparaison. Ajoutons un élément essentiel : Zonaras n’a pas fourni de résumé pour cette partie13. G. Urso qui vient d’achever l’étude des fragments des livres 21-30, conclut, de manière très documentée, à l’indépendance de Dion dans cette décade par rapport non à Tite-Live, perdu, mais à deux représentants importants de ce que l’on considère comme la tradition livienne, les Abrégés (Periochae) et Orose14. Précisons que cette tradition livienne, formée de textes d’époques et de statuts très différents, est aujourd’hui considérée avec circonspection, et qu’on préfère souligner la complexité de la filiation avec Tite-Live de cet ensemble protéiforme15.

  • 16 À l’exception de quelques passages, notamment la guerre civile entre César et Pompée (confirmé pa (...)
  • 17 C.D. 55.1-2.
  • 18 Sur la difficulté posée par le silence de Schwartz, cf. Manuwald 1979, 169-170.

8Les livres 36-51 (69-30 a.C.), parvenus dans la tradition directe, occupent l’essentiel de l’enquête de Schwartz (1697-1714). Le savant allemand est ici globalement favorable à la thèse alors communément admise de la dépendance de Dion vis-à-vis de Tite-Live, ou plutôt, de la tradition livienne16. Son argumentation présente cependant deux points faibles : la contradiction, dont il a conscience (1698), entre ce résultat et le fait qu’il avait conclu, pour les livres antérieurs, à l’indépendance de Dion par rapport aux décades liviennes conservées. Mais surtout, il achève, sans vraiment s’en expliquer, son étude comparative au livre 51 de Dion (= Liv., Per., 133) et non au début du livre 55, alors que c’est dans ce livre que Dion évoque l’année 9 a.C., et notamment la mort de Drusus17. C’est cet événement qui correspond à la fin du récit livien, d’après la Periocha 142. En somme, alors que Schwartz accepte l’influence livienne sur Dion dans cet ensemble, il ne dit rien sur le rapport entre les livres 52.1-55.2 de Dion et les livres 134-142 de Tite-Live18.

  • 19 Je les cite dans l’ordre chronologique de leur parution. Cf. Zecchini 1978 ; Manuwald 1979, 168-2 (...)

9C’est précisément pour cette partie que les conclusions de Schwartz ont été largement infirmées, depuis les études majeures de G. Zecchini pour la période de la guerre des Gaules, de B. Manuwald pour le second triumvirat et les livres consacrés à Auguste, et plus récemment, d’A. Lintott pour la fin de la République19.

  • 20 Cf. en dernier lieu Urso 2013b, 81-82.

10L’autonomie de Dion par rapport au récit parallèle de Tite-Live est donc actuellement bien établie, que ce soit dans la continuité des analyses de Schwartz pour les livres fragmentaires, ou en assez nette opposition avec elles pour les livres conservés. Sa préférence pour des sources pré-liviennes ou écartées par Tite-Live est également mise en avant20.

  • 21 Zecchini 1979, 86.
  • 22 Sur l’importance de la recherche de l’innovation dans l’historiographie gréco-romaine, voir Marin (...)

11Il importe alors d’envisager différemment, et de manière plus stimulante, les rapports entre les deux historiens, en reprenant la suggestion de G. Zecchini21 qui fait de Dion un “anti-Livio”, dont le projet serait de réécrire l’histoire de Rome en s’appuyant sur des sources que le succès de l’œuvre de Tite-Live avait plongées dans l’oubli. L’historien sévérien présenterait une version alternative à la vulgate livienne et chercherait ainsi à redonner vie à la tradition annalistique. Cette hypothèse d’un rapport d’émulation entre Dion et Tite-Live trouve un soutien puissant dans la réévaluation récente de la dimension littéraire de l’historiographie antique, qui met notamment en évidence que les historiens antiques avaient, comme les poètes, le souci de dépasser leurs prédécesseurs22. Ce changement de perspective se heurte néanmoins à une difficulté : comment apprécier ce rapport d’émulation dans l’état actuel des corpus de nos deux historiens ?

Les contraintes imposées par l’état des témoins

Les conditions de la comparaison

  • 23 Les techniques d’abréviation des textes historiques en usage dans l’Antiquité et dans le monde by (...)

12Il me semble essentiel de garder à l’esprit les conditions de la comparaison entre Cassius Dion et Tite-Live : celle-ci ne peut se faire que de manière ponctuelle, avec le plus souvent un comparé et un comparant de nature différente, d’un côté un texte complet et de l’autre un fragment ou un résumé23. Je n’indiquerai que l’essentiel pour l’état des corpus, en raison de l’étude que fait J. Rich dans ce volume des livres 1-35 de Dion, et à laquelle je me permets de renvoyer le lecteur.

  • 24 Cf. Zonar. 7.1-8.1 ; 8.21-9.25 ; Urso 2013a, 15.
  • 25 Elle a été proposée par Gutschmid 1894, 554-562 et reprise avec quelques modifications par Boisse (...)
  • 26 Cf. Urso 2013a, 11-15.

13La partie conservée de Tite-Live (livres 1-10 et 21-45) relate l’histoire de Rome depuis l’arrivée d’Énée en Italie jusqu’en 293 a.C. (livres 1-10), et de la deuxième guerre punique au triomphe de Paul-Émile sur Persée, soit de 218 à 167 a.C. (livres 21-45). Ces périodes étaient traitées par Dion dans ses livres 1-8 et 13-20, qui ne nous sont connus que de manière fragmentaire. Leur contenu peut toutefois être reconstitué avec une relative certitude grâce au résumé de Zonaras, considéré comme globalement fiable24. Mais, même si ce résumé a l’immense avantage de favoriser la reconstitution des arcs chronologiques traités dans ces décades perdues de Dion, l’assignation des fragments conservés à tel ou tel livre perdu reste très hypothétique. La répartition couramment adoptée date de la fin du xixe s.25. Comme celle-ci repose essentiellement sur la confrontation avec les récits parallèles fournis par Tite-Live ou d’autres historiens, elle est parfois aujourd’hui remise en question, en raison du fait que bien souvent Dion est pour nous l’unique témoin dévénements inconnus par ailleurs26.

  • 27 Fr. 26-63 Jal.
  • 28 Liv. fr. 35 J. / C.D. 41.14.3 ; Liv. fr. 44 J. / C.D. 41.61.5 ; Liv. fr. 50 J. / C.D. 42.41.3 ; L (...)
  • 29 Elles varient de 3 à 25 lignes dans la Collection des Universités de France (éd. Jal, 1984) pour (...)

14La partie conservée de Dion qui porte sur des événements que Tite-Live avait traités, soit de 69 à 9 a.C. (= livres 36.1-55.2 de Dion), ne peut être confrontée, hormis quelques rares fragments, qu’avec les Abrégés (Periochae) des livres 98-142 de Tite-Live, et avec la tradition livienne. Le corpus livien est ici, comme je l’ai déjà signalé, très hétérogène et, en outre, extrêmement restreint. Prenons d’abord le cas des fragments : sur les 85 fragments attribués à Tite-Live, 38 sont assignables à ses livres 98-13627, mais seuls 7 d’entre eux offrent des éléments de comparaison avec le récit de Dion28. Ils sont tous très courts, à l’exception notable de ceux concernant la mort de Cicéron (fr. 59-60). Ces deux fragments (une quarantaine de lignes en tout dans la Collection des Universités de France) illustrent très clairement la diversité des choix narratifs des deux historiens : récit circonstancié et pathétique chez Tite-Live, rapide chez Dion, mais avec des détails sur la cruauté de Fulvie inconnus par ailleurs. Les Periochae sont elles aussi très brèves29. Elles donnent une idée bien moins précise du contenu de l’original livien que ne le fait le résumé de Zonaras pour les parties perdues de Dion.

  • 30 Cf. supra, n. 13.
  • 31 Étude menée par Urso 2013a pour les fragments 70.4-9 à 100 attribués aux livres 21-30 de Dion.

15La perte des livres 46-98 de Tite-Live et 21-35 de Dion rend la confrontation encore plus délicate dans la partie intermédiaire (récit des événements de 166 à 68 a. C.), sans le soutien pour Dion d’un résumé par Zonaras30. J’ai pu constater que les fragments conservés des deux historiens, une petite quinzaine pour Tite-Live (fr. 14-27) et une quarantaine pour Dion (fr. 70.4-9 à 111) n’autorisent aucune comparaison. On ne peut donc s’appuyer que sur le recours – prudent – aux Periochae et aux autres composantes de la tradition livienne31.

Adopter une vision d’ensemble des corpus

16Cet état des lieux incite à changer d’échelle par rapport à la Quellenforschung et à privilégier une vision panoramique de ces deux ensembles, de manière à confronter chez les deux historiens les modalités d’organisation de la matière historique, à l’intérieur d’une même trame annalistique.

  • 32 À partir du livre 73(72) (189 p.C.), Dion évoque des événements correspondant à la période où il (...)

17La première différence concerne la place accordée à l’histoire récente et contemporaine. Tite-Live avait consacré à cette période la moitié de ses livres : il lui avait fallu les livres 71-142, pour raconter le siècle de sa naissance, du déclenchement de la Guerre sociale (91 a.C.) à la mort de Drusus (9 a.C.). Un si grand nombre de livres pour une durée si limitée souligne la précision du récit livien, mais aussi l’intérêt de l’historien pour l’histoire de son temps. Cet aspect a été occulté par les aléas de la transmission qui ont abouti à donner de lui une vision faussée, celle d’un historien des temps anciens de Rome. Dion ne consacre pour sa part qu’une seule décade (livres 70-80) aux événements proches de lui ou auxquels il a participé, de 138 à 229 p.C., du règne d’Antonin à sa propre retraite en Bithynie32. La place de l’histoire de son temps dans son œuvre est donc bien moins importante que chez Tite-Live.

  • 33 Pour Tite-Live, cf. Stadter 2009, 112-116. Pour Dion, cf. Millar 1964, 38-40 ; Hose 1994, 361-363 (...)
  • 34 Pour une comparaison détaillée entre Tite-Live et Dion sur ce point, cf. la contribution de G. Ze (...)
  • 35 La longueur d’un livre de Dion correspond environ à la moitié d’un livre de Tite-Live. Cf. dans c (...)
  • 36 À l’exception du livre 29 (une année et demie). Levene 2010, 19-20 et n. 48 relève chez Silius It (...)

18Une autre différence porte sur le traitement des matériaux historiques33. Dion offre un récit plus resserré, traitant en 54 livres ce que Tite-Live présentait en 14234. Un livre de Dion, pourtant plus court qu’un livre de Tite-Live, couvre généralement les événements que ce dernier racontait en deux, ou parfois trois livres35. Dion évoque ainsi en à peine plus d’une décade et demie (livres 13-30) la période de 218 à 92 a.C., qui occupait cinq décades chez Tite-Live (livres 21-70). Mais ce resserrement de l’ensemble ne doit pas faire oublier que Dion pouvait être plus développé que Tite-Live : il consacrait deux livres à la monarchie, que Tite-Live traitait en un seul. Ce moment de l’histoire de Rome avait donc proportionnellement plus de poids dans une histoire qui comportait 80 livres, et non 142. En outre, s’il y a par exemple une forte réduction, par rapport à Tite-Live, du récit de la deuxième guerre punique, 5 livres chez Dion (13-17) et 10 chez Tite-Live (21-30), le résumé de Zonaras permet de comprendre que les trois premières années de la guerre (218-216 a.C.) étaient l’objet du récit de Dion jusqu’au milieu du livre 15 (Zonar. 8.21-9.2 = 107 pages dans l’édition Loeb) et que les quinze années suivantes jusqu’à la conclusion de la paix (215-201 a.C.) occupaient l’autre moitié, de la seconde partie du livre 15 à la fin du livre 17 (Zonar. 9. 3-14 = 112 pages dans l’édition Loeb). La narration livienne était non seulement plus détaillée, mais elle offrait un rythme plus régulier que celle de Dion, chaque livre traitant le plus souvent d’une période comprise entre deux et trois années36.

  • 37 Sur la périodisation adoptée par Dion, cf. Kemezis 2014, 94-104, et J. Rich, dans ce volume.

19Le choix par Dion d’une écriture annalistique de l’histoire ne semble donc pas avoir entravé sa liberté de modifier le rapport entre histoire du passé et histoire du présent, ou celle de revisiter à un autre rythme une matière identique37. Ce choix apparaît donc plutôt comme une manière d’entrer en compétition avec le modèle livien, compétition d’autant plus ardue que les deux historiens avaient en commun le goût de la rhétorique. Les travaux récents permettent précisément d’affiner notre perception du rapport des deux historiens et de préciser leur place respective dans une même tradition historiographique.

Un projet similaire, mais des différences indéniables

Un projet similaire

  • 38 Kemezis 2014, 90-149.
  • 39 Liv., Praef., 2 : quippe qui cum ueterem tum uolgatam esse rem uideam.
  • 40 Le seul historien conservé (en fragments) à avoir eu un projet voisin de celui de Tite-Live avant (...)
  • 41 On la rattache plutôt à des Annales (Zecchini 1998 ; Levick & Cornell 2013) qu’à une Histoire uni (...)
  • 42 Hose 1994 ; G. Zecchini, dans ce volume.

20Quel sens donner à lécriture d’une histoire annalistique à l’époque des Sévères ? Dion serait-il le dernier annaliste, pour reprendre le titre d’un chapitre de l’étude récente d’A. M. Kemezis38 ? Le projet d’écrire une histoire depuis les origines de la ville jusquà son temps, dont Tite-Live redoutait la banalité39, n’a en effet plus guère trouvé d’émules avant cette époque, en raison certainement du succès de l’entreprise livienne. Les historiens qui ont repris la forme annalistique après Tite-Live, et dont l’exemple le plus célèbre est Tacite, ne recommençaient pas aux origines, mais offraient une continuation de l’œuvre de leur prédécesseur, reprenant là où il s’était arrêté40. On remarque en revanche à l’époque des Sévères un regain d’intérêt pour le projet livien dans son extension chronologique, avec l’œuvre de Cassius Dion, mais aussi peut-être celle d’Asinius Quadratus41. Trois raisons sont en général avancées42 : réaction à l’œuvre d’Appien, centrée sur l’expansion romaine et organisée géographiquement, de manière à exposer, dans des livres indépendants, l’histoire de chaque peuple conquis par Rome ; volonté de rappeler à l’empereur le rôle du Sénat dans l’histoire de Rome, depuis l’origine ; souci enfin de faire ressortir la continuité entre le principat et le passé républicain de l’Vrbs.

Un traitement différent de la matière

21Si cette similitude du projet rapproche incontestablement les deux historiens, elle ne restreint nullement leur liberté d’exposition. Je me permettrai de renvoyer sur ce point à létude de P. François, dans ce volume, sur le traitement de la deuxième guerre punique chez nos deux historiens. Elle illustre à quel point les divergences dans la présentation des mêmes événements sont fréquentes et importantes.

  • 43 Cf. Rich 2011, notamment 15-22.
  • 44 Cf. Rich 2011, 3-8. Sur le fait que ce schéma n’est pas pertinent pour rendre compte de l’organis (...)
  • 45 Cf. Levene 2010, 34-63.
  • 46 Cf. de Franchis 2014b, 181-182.
  • 47 Lachenaud & Coudry 2011, xxii-xxiii ; Lachenaud & Coudry 2014, xxx-xxxix ; Fromentin & Bertrand 2 (...)

22Nous sommes aujourd’hui plus sensibles à l’autonomie de Tite-Live et de Dion par rapport à de prétendus “principes” de historiographie annalistique, qui auraient imposé de décrire l’année consulaire selon un ordre immuable, avec d’abord l’entrée en charge des consuls et les notices de routine sur l’activité des magistrats à Rome (domi) avant leur départ pour la guerre (militiae), puis les opérations militaires menées en divers endroits, et enfin le retour du récit à Rome à l’occasion des élections. J. Rich a en effet montré qu’il ne s’agissait pas là d’une tradition héritée de l’historiographie pré-livienne, mais que c’était au contraire une innovation récente, probablement de Valerius Antias43. Le cadre adopté par Valerius Antias semble plutôt avoir été repris, et réaménagé, par Tite-Live, mais uniquement pour ses livres 21‑4544. D. Levene analyse ainsi le caractère paradoxal du traitement de l’année consulaire dans la troisième décade livienne45 : elle est marquée de manière quasi-obsessionnelle dans le cours du récit par le retour des mêmes rubriques, mais pas toujours dans le même ordre, et surtout, elle est rarement traitée comme une unité narrative fondamentale. L’année consulaire devient donc pour Tite-Live un objet à construire (“artificial”), en fonction des thèmes qui commandent la structure de chaque livre46. Les éditeurs des livres de Dion parvenus complets pour la fin de la période républicaine (livres 36-50) soulignent également sa spécificité dans le traitement de l’année consulaire, en relevant par exemple son souci d’atténuer la discontinuité entre les activités domi et militiae des consuls47.

  • 48 Sur les discours chez Dion, cf. dans ce volume M. Bellissime, “Fiction et rhétorique dans les pro (...)
  • 49 G. Urso, “Les grands mutations de la πολιτεία dans l’Histoire romaine de Cassius Dion” (à paraîtr (...)
  • 50 Pour le rapport entre récit et discours chez Tite-Live, nous renvoyons le lecteur à la mise au po (...)

23Le goût des deux historiens pour la rhétorique les rend particulièrement attentifs aux “ornements de l’histoire”. Je renverrai le lecteur à l’étude de M. Simon, dans ce volume, pour la comparaison du traitement des scènes de batailles chez nos deux historiens et m’arrêterai ici sur les discours. Une vision de loin fait ressortir leurs différences sur ce point : chez Dion, les discours peuvent couvrir la quasi-totalité d’un livre48. C’est le cas du livre 52, avec le débat entre Agrippa et Mécène, et probablement du livre 3, dont les études récentes invitent à penser qu’il contenait presque uniquement un débat sur la monarchie49. Il n’est pas rare, non plus, au moins dans la partie conservée, que les discours occupent la moitié d’un livre, ou presque (livres 38, 44, 45, 46 et 50). Il arrive aussi qu’un débat entre deux orateurs se prolonge sur deux livres : le discours de Calenus qui occupe la première moitié du livre 46 (chap. 1-28) répond à celui de Cicéron contre Antoine qui s’étendait la seconde moitié du livre 45 (chap. 18-47). De telles situations ne se rencontrent pas chez Tite-Live, ni dans la partie conservée, ni, sur la foi des Periochae, dans la partie perdue. La répartition entre récit et discours est en effet chez lui beaucoup plus équilibrée que chez Dion50.

  • 51 La liste donnée par Schwartz 1899, 1718 est incomplète. Cf. les ajouts de Kemezis 2014, 107 n. 35 (...)
  • 52 Per., 104.2 : C. Caesar … trepidationem militum propter metum nouorum hostium ortam adlocutione e (...)
  • 53 Kemezis 2014, 106.
  • 54 Cf. notamment Millar 1964, 79.
  • 55 Cette hypothèse demande bien sûr à être vérifiée. J’ai été alertée par le fait que quand Zonaras (...)
  • 56 Hypothèse formulée par Nissen 1863, 154 pour ce débat : “Abweichend sind die Reden bei Zonaras 9, (...)
  • 57 Voir notamment les exemples de sujets historiques donnés par Quintilien, pour des suasoires (Inst (...)

24L’état des corpus ne permet d’envisager une comparaison des discours figurant à la fois chez Tite-Live et chez Dion que dans un nombre assez limité de cas51, une vingtaine. Pour ne pas alourdir cette synthèse, j’ai regroupé dans un tableau en annexe les discours attestés chez nos deux historiens et me limiterai à quelques observations d’ensemble. Ces discours sont tous situés dans la partie fragmentaire de Dion, à l’exception du discours de César avant la bataille contre Arioviste, figurant dans la partie conservée de Dion (38.36-46). J’ai dû exclure ce discours du tableau, car il se trouvait dans la partie perdue de Tite-Live, et la très brève mention de la Per., 104 n’autorise aucune étude comparative52. Comme A. M. Kemezis53 a raison de le relever, l’objectif moral des compilateurs d’extraits de Dion a peut-être accentué la tendance à la généralisation qu’on a souvent relevée chez lui, au détriment du contexte historique54. Sur les quatorze discours subsistant sous forme de fragments chez Dion, seuls trois d’entre eux (ceux de Fabius Rullus, d’Herennius Pontius et de Fabius Cunctator) ne sont pas mentionnés dans le résumé de Zonaras. Le Byzantin est donc globalement fidèle à sa source, dont il respecte en outre très souvent le mode d’énonciation. Une telle fidélité engage à se demander si les discours au style direct de Zonaras, pour lesquels nous n’avons plus le texte de Dion, ne seraient pas une réduction de ceux qui se trouvaient chez lui55. Cela est fort tentant à propos des discours de l’épisode de Sophonisbe, et également pour le débat entre Caton et L. Valerius sur le luxe des femmes56. En tout état de cause, une telle récurrence de discours parallèles chez les deux historiens révèle que Dion n’a pas hésité à se mesurer avec Tite-Live sur ce terrain. Mais pas seulement avec lui. Nous avons en effet souvent conservé, chez d’autres historiens ou poètes d’autres versions de ces discours. Je les ai mentionnées dans une colonne spécifique. L’historien sévérien entre donc ici en compétition non seulement avec Tite-Live, mais aussi avec nombre de ses prédécesseurs, sur des sujets historiques qui étaient devenus des thèmes d’exercices rhétoriques57. C’était là certainement une manière de faire apprécier à ses lecteurs son habileté à introduire des variations sur des sujets bien connus. La comparaison -nécessairement très limitée par létat du corpus-, a au moins le mérite d’illustrer le souci de Dion de faire autrement que celui dont le projet était si semblable au sien, par exemple en variant le mode d’énonciation, en introduisant un débat entre deux orateurs, là où Tite-Live n’en faisait parler qu’un seul, en recréant un discours juste mentionné par Tite-Live, ou en mettant en scène une autre version, moins courante, d’une situation célèbre.

Une perspective autre

  • 58 L’anecdote sur Tite-Live et l’habitant de Gadès (Plin., Ep., 2.3.8) illustre la notoriété, du viv (...)
  • 59 Cf. Zecchini 1979, 86 ; Potter 2011, 332.
  • 60 Cf. la mention par C.D. 69.1.3 du témoignage de son père Apronianus, gouverneur de Cilicie, à pro (...)
  • 61 Sur le fait que Dion désigne souvent les sénateurs par ἡµεῖς, cf. Marincola 1997, 200. Sur son in (...)
  • 62 Liv., Praef., 10. Sur cette conception de l’histoire comme nouveau devoir civique, cf. de Franchi (...)
  • 63 Cf. Potter 2011, 341 ; Kemezis 2014, 22-23.
  • 64 Schwartz 1899, 1688 déniait au contraire toute valeur à l’entreprise de Dion pour la partie où el (...)

25La similitude du projet n’a donc en rien freiné la réécriture par Dion de la partie de l’histoire de Rome déjà traitée par Tite-Live. Au contraire, alors que cette dernière avait acquis, dès sa parution, le statut de vulgate sur le passé de Rome58, le récit de Dion, qui témoigne, comme déjà Fronton et Aulu-Gelle sous les Antonins, d’un intérêt certain pour des sources pré-liviennes ou non-liviennes59, ravale l’histoire monumentale de son prédécesseur augustéen, au rang d’une simple version du passé de la cité devenue capitale du monde. Dion adopte en effet une perspective différente. La première justification qui vient à l’esprit est que le point d’aboutissement de son récit n’est pas le même. Il est bien connu que le présent de l’historien éclaire l’enquête sur le passé d’un jour qui lui est propre. Mais cela tient surtout, à mon avis, à la différence de statut social entre Dion et Tite-Live. Ils portent certes tous deux sur l’histoire de Rome un regard relativement éloigné, étant l’un et l’autre, à des degrés divers, issus de mondes périphériques : Tite-Live venait de Padoue, entrée récemment, à lépoque de son adolescence, dans la citoyenneté romaine. Dion était originaire de la partie orientale de l’empire. Mais aucune charge publique n’est attestée pour le premier, tandis que le second appartenait à une famille sénatoriale qui participait, depuis au moins une génération, à l’administration du monde romain60. Dion écrit l’histoire en tant que sénateur, il offre une histoire “sénatoriale”, c’est-à-dire une histoire pour hommes d’État61, alors que Tite-Live, qui présente son œuvre comme un “monument placé en pleine lumière” (illustre monumentum), avait pour ambition de rendre le passé de Rome accessible à tous, en tant qu’individus, mais aussi en tant que citoyens d’une cité élargie à l’ensemble de l’Italie (tibi tuaeque rei publicae62). Les deux historiens ne visaient donc pas le même public. Les avis sont partagés sur celui de Dion63. Plutôt que de choisir entre les deux hypothèses les plus fréquemment émises, classe gouvernante ou Grecs des provinces orientales, qui ne me semblent pas exclusives l’une de l’autre, j’en ajouterai une troisième : Dion s’adressait aussi à un public latin cultivé, qui connaissait l’histoire de Tite-Live et qui était d’autant plus susceptible d’apprécier les variations qu’il introduisait dans un récit devenu canonique64. Ce qui réunit ces trois hypothèses, c’est qu’elles supposent toutes à Dion un public restreint, à l’inverse de Tite-Live, qui visait le plus grand nombre, pour susciter un consensus des populations italiennes autour du passé de Rome.

  • 65 Septime Sévère et Caracalla avaient écrit des Mémoires. Cf. Potter 2011, 333-334.
  • 66 Cordier 2005.
  • 67 Sur les premiers historiens de Rome (Fabius Pictor, mais aussi Cincius Alimentus, puis, autour de (...)

26Le signe le plus visible de cette différence de perspective est le choix de la langue, latin pour Tite-Live, grec pour Dion. On a expliqué de plusieurs manières ce choix du grec pour raconter le passé de la Ville : souci de ne pas entrer en compétition avec l’empereur65 et/ou de prendre face à l’objet le recul nécessaire à l’historicisation de l’événement66, mais aussi, à mon sens, décision délibérée de renouer avec les origines de l’histoire à la romaine, écrite en grec par Fabius Pictor. Dion était, en effet, comme lui, sénateur, et avait choisi, comme lui, d’écrire en grec, et non en latin, l’histoire de l’Vrbs67.

  • 68 Je remercie Guy Lachenaud et Paul François de leur précieuse relecture.

27La comparaison entre les deux historiens, telle que nous la proposons, permet donc de mesurer la persistance de l’intérêt, à lépoque sévérienne, pour la première forme d’écriture de l’histoire à Rome, et ce malgré l’évolution des conditions politiques qui aurait pu la rendre obsolète. Elle donne aussi l’occasion d’apprécier sur deux ensembles qui restent d’une amplitude considérable malgré les accidents de leur transmission, et non sur quelques fragments isolés comme c’est le plus souvent le cas pour les autres représentants de l’histoire annalistique, combien pouvait être variée cette écriture de l’histoire. Tite-Live et Cassius Dion sont finalement les rares survivants d’une forme d’écriture historique qui avait connu sa plus grande diffusion à l’époque républicaine. Le changement récent de perspective provoqué par la prise en compte de l’intertextualité restitue à Dion toute sa place dans cette longue tradition historiographique, illustrée certes par Tite-Live, mais d’abord avant lui par Fabius Pictor, le “père” de l’histoire à Rome. En d’autres termes, replacer Dion dans cette tradition invite à le lire comme un historien de Rome à part entière, sans le mettre à part, comme historien “grec” de Rome68.

Annexe

28Cassius Dion et Tite-Live : discours parallèles

  • 69 Le discours de Scipion est clairement attesté par Zonaras, mais l’attribution des deux fragments de (...)

Tite-Live

Cassius Dion

Orateur

Autres discours attestés

Remarques

Liv. 1.58.7-10

Style direct

C.D. fr. 11.18-19

Style direct

Zonar. 7.11.16

Résumé, avec dernière phrase au style direct

Lucrèce

(510 a.C.)

D.H. 4.66

Ov, Fast., 2.825-826 ; 2.830

Émulation

Liv. 2.32.9-11

Style indirect

C.D. fr. 17.10-12

Style indirect

Zonar. 7.14.8-9

Style indirect et direct

Ménénius Agrippa : Apologue des membres et de l’estomac

(494 a.C.)

D.H. 6.86

Émulation.

Zonaras plus développé que Dion

Liv. 2.40.5-9

Style direct

C.D. fr. 18.8-11

Style direct

Zonar. 7.16.8-10

Style direct

Véturie et Coriolan

(488 a.C.)

D.H. 8.46.2-54.1 ; Plu., Cor., 35.2-36.5

Réponse de Coriolan chez Dion (cf. Denys et Plutarque).

Liv. 7.6.3

Un court membre de phrase, au style indirect

C.D. fr. 30.2-4

Long fragment au style direct

Zonar. 7.25.3-6

Style direct

M. Curtius

(362 a.C.)

D.H. 14.11.3

Dion plus développé

Liv. 8.7.13-19

Style direct

C.D. fr. 35.2

Style direct

Zonar. 7.26.4-5

Style direct

T. Manlius et son père

(340 a.C.)

Autre version chez Dion : éloge du fils, puis mise à mort

Liv. 8.33.12-22

Style indirect

C.D. fr. 36.1-3 ; 36.4-5

Style direct.

Zonar. 7.26.9 : ∅

Fabius Rullus

(325 a.C.)

Variation de l’énonciation

Liv. 9.3.12-13

Style direct

C.D. fr. 36.14

Style direct

Zonar. 7.26.10-11 : ∅

Hérennius Pontius, chef samnite

(321 a.C.)

D.H. 16.2.2-4 ; App. Sam., fr. 4.3-5.

Autre version.

Traces chez Dion
(fr. 36.11 ; 36.12 ; 36.13 ; 36.14) d’un débat entre Gavius Pontius et son père (cf. Denys et Appien)

Liv. 9.8.3-10 ; 9.9

Deux discours au style direct

C.D. fr. 36.17 ; 36.18a

Style direct

Zonar. 7.26.14-15

Style indirect

Postumius

(320 a.C.)

Autre version.

Zonar. 7.26.13-14 : débat au sénat antérieur à l’intervention de Postumius.

Liv. 21.6.6-7

Simple mention

C.D. fr. 55.1 ; 55.2 ; 55.3 ; 55.3; 55.3b-5 ; 55.6 ; 57.12 ; 55.7 ;55.8 ; 55.9

Style direct

Zonar. 8. 22.2-3

Style indirect

Débat de Fabius

et de Lentulus

au sénat

(218 a.C.)

Sil. 1.676-686

Dion plus développé.

Tite-Live

Cassius Dion

Orateur

Autres discours attestés

Remarques

Liv. 21.18.13-14

Style direct et indirect

C.D. fr. 55.10

Style direct et indirect

Zonar. 8.22.7

Id.

Fabius et les sénateurs carthaginois

(218 a.C.)

Plb. 3.33.2 ;
D.S. 25 fr. 18 Goukowsky ;

Sil. 2.384-389 ; App, Hisp., 13.49

Émulation

Liv. 21.40-41

Style direct

Liv. 21.43.2-44.9

Style direct

C.D. fr. 57.6-6b

Style indirect ?

Zonar. 8.23.9

Très courte mention

C.D. fr. 57.5 Style direct Zonar. 8.23.8 Simple mention

Scipion (?)69

avant la bataille du Tessin

(218 a.C.)

Hannibal avant la bataille du Tessin (218 a.C.)

Plb. 3.64.2-8 ;

Sil. 4.68-80

Plb. 3.63.3-13 ;

Sil. 4.59-66

Inversion des discours chez Dion (cf. Polybe et Silius Italicus)

Liv. 22.25.12-15

Style indirect

C.D. fr. 57.11

Style direct

Zonar. 8.26.6-8 : ∅

Fabius Cunctator :

conflit avec Minucius

(217 a.C.)

Variation de l’énonciation

Liv. 28.27.1-29.8

Très long discours au style direct

C.D. fr. 57.47

Style direct

Zonar. 9.10.7

Résumé, avec dernière phrase au style direct

Scipion aux mutins du Sucro (206 a.C.)

Plb. 11.28-29 ;

App, Hisp., 36.144-146

Émulation

Liv. 30.12.12-17

Style direct

Zonar. 9.13.2

Style direct

Sophonisbe à Masinissa

(203 a.C.)

Autre version. Inversion des orateurs

Liv. 30.13.9-14

Style indirect

Zonar. 9.13.3-4

Surtout style direct

Scipion et Syphax

App, Pun., 27.113-115

Émulation ?

Liv. 30.14.4-11

Style direct

Zonar. 9.13.5

Simple mention

Scipion à Masinissa

Pas de discours chez Dion ? (cf. D. S. 27. F10 Goukowsky ; App, Pun., 28.117)

Liv. 30.15.5-6

Style indirect

Zonar. 9.13.5

Style direct

Masinissa à Sophonisbe

App, Pun., 28.118

Autre version

Liv. 30.15.7

Style direct

Zonar. 9.13.6

Style direct

Sophonisbe à Masinissa

Autre version

Liv. 34.2-7

Style direct

Zonar. 9.17.2-3

Style direct

Débat de Caton
et de L. Valérius
sur le luxe des femmes

(195 a.C.)

Autre version

Notes

1 Schwartz 1899.

2 Levene 2010, 126-163 ; de Franchis 2014b.

3 C.D. fr. 1.2.

4 La seule mention conservée du nom de Tite-Live (C.D. 67.12.4), transmise par le seul résumé de Xiphilin (222.24-25), ne concerne pas notre propos : elle intervient au titre d’un des chefs d’accusations retenus par Domitien, en 91 p.C., pour exiler et mettre à mort Mettius Pompusianus. Celui-ci aurait été coupable d’avoir fait des extraits des discours de rois et de grands hommes figurant chez Tite-Live et d’en avoir donné lecture (cf. Suet., Dom., 10.5).

5 Une seule exception, Schwartz 1899, 1699, au début de la liste des convergences entre Dion et la tradition livienne pour les sources des livres 36-51, partie à laquelle il consacre l’essentiel (col. 1697‑1714) de son étude des sources. Cette liste, écrit-il, donnera une image de la manière dont Dion ordonne la matière. Mais la perte de Tite-Live pour cette partie restreint singulièrement la portée de l’analyse.

6 Comme le souligne Millar 1964, 34, l’essentiel des travaux sur Dion ne l’abordaient que sous cet angle.

7 Roddaz 1983, 70 (bibliographie n. 12).

8 Dans le même sens, Zecchini 2012, 207.

9 Urso 2011, 44-45.

10 Libourel 1973 ; Libourel 1974.

11 Urso 1997.

12 Cf. notamment pour la première guerre punique De Sanctis 1916, 236-240 ; Bleckmann 2002, 35-56, avec bibliographie antérieure. Pour la deuxième guerre punique, De Sanctis 1917, 195-202, 357-360, 364-365, 370-371, 377-379, 656-660 ; Klotz 1936 ; Zecchini 2002.

13 Cf. Zonar. 9.31. Sur les livres de Dion utilisés par Zonaras, voir dans ce volume la contribution de M. Bellissime et B. Berbessou-Broustet. On pense en général que les livres 22-35 de Dion étaient perdus dès l’époque byzantine. Cf. Treadgold 2013, 310-311 ; Fromentin 2013, 25 (plus nuancée).

14 Cf. Urso 2013a, 19-20, avec liste des divergences les plus significatives.

15 Cette tradition regrouperait, dans l’ordre chronologique généralement admis : Valère Maxime, Velleius Paterculus, Lucain, Frontin, Florus, Eutrope, les Periochae, Obsequens et Orose. Sur cette question, voir en dernier lieu Chaplin 2010 ; Bessone 2015.

16 À l’exception de quelques passages, notamment la guerre civile entre César et Pompée (confirmé par Berti 1988, 7-21, 52-53, 95-96, 146-147) et, de manière moins claire, l’expédition de Crassus contre les Parthes et la mort de César (Schwartz 1899, 1714 § 2).

17 C.D. 55.1-2.

18 Sur la difficulté posée par le silence de Schwartz, cf. Manuwald 1979, 169-170.

19 Je les cite dans l’ordre chronologique de leur parution. Cf. Zecchini 1978 ; Manuwald 1979, 168-254 ; Lintott 1997.

20 Cf. en dernier lieu Urso 2013b, 81-82.

21 Zecchini 1979, 86.

22 Sur l’importance de la recherche de l’innovation dans l’historiographie gréco-romaine, voir Marincola 1999.

23 Les techniques d’abréviation des textes historiques en usage dans l’Antiquité et dans le monde byzantin sont encore peu étudiées. Voir notamment la synthèse de Brunt 1980 et, plus récemment, Horster & Reitz 2010. Pour les techniques propres à Zonaras, cf. Fromentin 2013 ; M. Bellissime et B. Berbessou-Broustet, dans ce volume.

24 Cf. Zonar. 7.1-8.1 ; 8.21-9.25 ; Urso 2013a, 15.

25 Elle a été proposée par Gutschmid 1894, 554-562 et reprise avec quelques modifications par Boissevain dans son édition.

26 Cf. Urso 2013a, 11-15.

27 Fr. 26-63 Jal.

28 Liv. fr. 35 J. / C.D. 41.14.3 ; Liv. fr. 44 J. / C.D. 41.61.5 ; Liv. fr. 50 J. / C.D. 42.41.3 ; Liv. fr. 51 J. / C.D. 42.39.1-40.1 ; Liv. fr. 52 J. / C.D. 42.38.2 ; Liv. fr. 59-60 J. / C.D. 47.8.3-4.

29 Elles varient de 3 à 25 lignes dans la Collection des Universités de France (éd. Jal, 1984) pour les livres 98-142.

30 Cf. supra, n. 13.

31 Étude menée par Urso 2013a pour les fragments 70.4-9 à 100 attribués aux livres 21-30 de Dion.

32 À partir du livre 73(72) (189 p.C.), Dion évoque des événements correspondant à la période où il était sénateur.

33 Pour Tite-Live, cf. Stadter 2009, 112-116. Pour Dion, cf. Millar 1964, 38-40 ; Hose 1994, 361-363.

34 Pour une comparaison détaillée entre Tite-Live et Dion sur ce point, cf. la contribution de G. Zecchini, dans ce volume.

35 La longueur d’un livre de Dion correspond environ à la moitié d’un livre de Tite-Live. Cf. dans ce volume la contribution de J. Rich, n. 24.

36 À l’exception du livre 29 (une année et demie). Levene 2010, 19-20 et n. 48 relève chez Silius Italicus et chez Florus le même déséquilibre que chez Dion.

37 Sur la périodisation adoptée par Dion, cf. Kemezis 2014, 94-104, et J. Rich, dans ce volume.

38 Kemezis 2014, 90-149.

39 Liv., Praef., 2 : quippe qui cum ueterem tum uolgatam esse rem uideam.

40 Le seul historien conservé (en fragments) à avoir eu un projet voisin de celui de Tite-Live avant Dion est Fenestella, à l’époque de Tibère. Cf. Drummond 2013.

41 On la rattache plutôt à des Annales (Zecchini 1998 ; Levick & Cornell 2013) qu’à une Histoire universelle (Sidebottom 2007, 52-53). L’hypothèse de Zecchini 1998 (Asinius Quadratus historien officiel de Philippe l’Arabe) en ferait même un émule de Dion. Mais, comme le souligne Potter 2011, 333, son œuvre était beaucoup plus courte (15 livres).

42 Hose 1994 ; G. Zecchini, dans ce volume.

43 Cf. Rich 2011, notamment 15-22.

44 Cf. Rich 2011, 3-8. Sur le fait que ce schéma n’est pas pertinent pour rendre compte de l’organisation du récit livien dans la première décade, cf. Rich 2011, 9-11.

45 Cf. Levene 2010, 34-63.

46 Cf. de Franchis 2014b, 181-182.

47 Lachenaud & Coudry 2011, xxii-xxiii ; Lachenaud & Coudry 2014, xxx-xxxix ; Fromentin & Bertrand 2014, xi-xvi. Pour d’autres exemples du rapport particulier de Dion à la tradition annalistique, cf. dans ce volume la contribution de J. Rich.

48 Sur les discours chez Dion, cf. dans ce volume M. Bellissime, “Fiction et rhétorique dans les prosopopées de l’Histoire romaine”.

49 G. Urso, “Les grands mutations de la πολιτεία dans l’Histoire romaine de Cassius Dion” (à paraître).

50 Pour le rapport entre récit et discours chez Tite-Live, nous renvoyons le lecteur à la mise au point bibliographique récente de Chaplin & Kraus 2009, 220-221 et, pour Dion, à l’étude de G. Lachenaud dans ce volume.

51 La liste donnée par Schwartz 1899, 1718 est incomplète. Cf. les ajouts de Kemezis 2014, 107 n. 35 et de Bellissime 2016. Je remercie Marion Bellissime pour son aide généreuse dans l’établissement de la liste figurant en annexe.

52 Per., 104.2 : C. Caesar … trepidationem militum propter metum nouorum hostium ortam adlocutione exercitus inhibuit.

53 Kemezis 2014, 106.

54 Cf. notamment Millar 1964, 79.

55 Cette hypothèse demande bien sûr à être vérifiée. J’ai été alertée par le fait que quand Zonaras rapporte les paroles de Paul-Émile à Persée (Liv. 45.8.3-7 et Zonar. 9.23 = 2.318.28-319.10 Dindorf), il prend la peine de préciser que sa source est Plutarque : ὁ δὲ Πλούταρχος ἀχθῆναι λέγει τὸν Περσέα… Est-il envisageable que Zonaras n’ait fait que reprendre ici une indication qui se trouvait déjà chez Dion ? En tout état de cause, cela m’a permis d’exclure ce discours du tableau comparatif.

56 Hypothèse formulée par Nissen 1863, 154 pour ce débat : “Abweichend sind die Reden bei Zonaras 9,17, wahrscheinlich von Dio Cassius selbst verfasst”.

57 Voir notamment les exemples de sujets historiques donnés par Quintilien, pour des suasoires (Inst., 3.8.19-38) et pour des prosopopées (Inst., 3.8.49). Sur la place de l’histoire dans l’éducation antique, voir Nicolai 1992, 32-88, 215-233 ; Nicolai 2007, 19-23 ; Nicolai 2009, 283-287.

58 L’anecdote sur Tite-Live et l’habitant de Gadès (Plin., Ep., 2.3.8) illustre la notoriété, du vivant même de Tite-Live, de l’historien et de son œuvre. Sur cette question, cf. de Franchis 2012.

59 Cf. Zecchini 1979, 86 ; Potter 2011, 332.

60 Cf. la mention par C.D. 69.1.3 du témoignage de son père Apronianus, gouverneur de Cilicie, à propos du retard avec lequel fut annoncée la mort de Trajan.

61 Sur le fait que Dion désigne souvent les sénateurs par ἡµεῖς, cf. Marincola 1997, 200. Sur son intérêt pour l’histoire du Sénat et des pratiques sénatoriales, cf. par exemple Zonar. 7.19.10 ; Millar 1964, 181.

62 Liv., Praef., 10. Sur cette conception de l’histoire comme nouveau devoir civique, cf. de Franchis 2014a, 203-209.

63 Cf. Potter 2011, 341 ; Kemezis 2014, 22-23.

64 Schwartz 1899, 1688 déniait au contraire toute valeur à l’entreprise de Dion pour la partie où elle était parallèle à Tite-Live.

65 Septime Sévère et Caracalla avaient écrit des Mémoires. Cf. Potter 2011, 333-334.

66 Cordier 2005.

67 Sur les premiers historiens de Rome (Fabius Pictor, mais aussi Cincius Alimentus, puis, autour de 150 a.C., Postumius Albinus et Acilius), tous des sénateurs qui écrivaient en grec, voir en dernier lieu les mises au point de Bispham & Cornell 2013a (Fabius Pictor) ; Bispham & Cornell 2013b (Cincius Alimentus) ; Northwood 2013 (Postumius Albinus) ; Bispham & Northwood (Acilius).

68 Je remercie Guy Lachenaud et Paul François de leur précieuse relecture.

69 Le discours de Scipion est clairement attesté par Zonaras, mais l’attribution des deux fragments de Dion à ce discours est problématique. Cf. Boissevain 1895a, 204, 206.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search