Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Conclusion générale

Texte intégral

1La multiplication des fouilles, ces dernières dizaines d’années, ont profondément renouvelé l’image que nous avions de l’âge du Fer en Grèce du Nord, et plus particulièrement des pratiques funéraires, qui offrent l’image d’une région aux multiples facettes, dont la richesse et la complexité nécessitaient une première synthèse malgré l’inégalité des données disponibles.

  • 1 Andreou S. 2010, 653.
  • 2 Au sujet d’une réflexion autour de la position culturelle de la Grèce du Nord, voir également Hor (...)

2La Grèce du Nord ne connaît pas de rupture à la fin de l’âge du Bronze dans les habitats et la culture matérielle1. Sur le plan des pratiques funéraires, nos connaissances inégales ne permettent pas encore de comprendre pleinement ce passage si crucial. On constate toutefois que le début de l’âge du Fer est marqué par le développement de vastes nécropoles et par la multiplication des formes funéraires, qui traduisent des approches plurielles de la mort. Les pratiques funéraires dans cette vaste région ne peuvent se résumer en un mot, tout comme il est impossible d’en tracer les contours sans être systématiquement projeté à l’extérieur des limites arbitraires nécessaires à la recherche, tant du côté des terres balkaniques que de celui des terres et mers égéennes2. Il est toutefois évident que le développement des nécropoles apparaît comme l’expression matérielle de l’affirmation de communautés bien structurées.

  • 3 Saxe 1970, 119 : “To the degree that corporate group rights to use and/or control crucial but res (...)
  • 4 Hodder 1982b, 141-142.
  • 5 Morris I. 1991.

3Nous avons pu le voir à travers le choix des lieux funéraires. Installées à distance des habitats et/ou sur des voies de communications, les nécropoles deviennent des éléments structurants dans l’organisation des territoires des communautés. C’est surtout visible dans la région orientale du Golfe Thermaïque, où elles matérialisent la présence des habitants à l’extérieur des toumbes et des trapezes, au sein d’une organisation régionale hiérarchique qui se complexifie à l’âge du Fer. À l’intérieur de ce système proto-urbain, les populations manifestent leur appartenance à un groupe par l’installation des tombes de leurs proches au sein de ces nouveaux lieux de mémoires bien définis, dont le choix du site, les contours et les modes d’organisation relèvent de décisions collectives. Cette observation évoque la fameuse huitième hypothèse d’A. Saxe, reprise par L. Goldstein dans les années 1970, selon laquelle la création d’une nécropole formelle et délimitée serait un moyen pour les communautés de légitimer, par le recours aux ancêtres, leur droit sur le territoire et notamment sur les ressources disponibles lorsque celles-ci sont limitées. Ainsi, la présence de cimetières formels serait le reflet de la mise en place de groupes fonctionnant sur le principe de la filiation patrilinéaire, transmettant ce pouvoir de contrôle aux descendants3. La relation entre cimetières, ancêtres, territoires et sociétés a longuement été débattue par les archéologues postprocessualistes, notamment par I. Hodder, qui critique l’absence de modèle unique, de lien mécanique et fonctionnel entre mode d’organisation des tombes et structure sociale des groupes, et souligne l’importance de la prise en compte du contexte, des normes culturelles, des croyances et des attitudes variées des communautés face à la mort4. On retrouve cette nuance chez I. Morris, qui s’est également emparé de la question, à travers l’exemple athénien et romain, en mobilisant des données ethnographiques et des sources historiques, et en insistant sur l’importance du point de vue des populations elles-mêmes5. Les données disponibles ne permettent pas encore d’aller plus loin dans l’interprétation du phénomène des vastes nécropoles de Macédoine Centrale. Il est toutefois indéniable que l’étude conjointe des habitats et des cimetières de cette région ouvre des pistes de recherches stimulantes dans la compréhension de ces sociétés complexes de l’âge du Fer.

  • 6 Tertre T, recouvrant de nombreuses tombes à armes, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 125-128.
  • 7 Gras 2002, 183.
  • 8 Faklaris 1987, 933.
  • 9 Pour l’Almopie, cf. Chrysostomou A. 1994, 41 ; pour l’Épire, cf. Andreou E. 2003 ; Andreou E. & A (...)
  • 10 Dakoronia 2011, 582.

4De la même manière que pour les nécropoles planes, on ne peut négliger le rôle des nécropoles tumulaires dans la structuration du territoire des communautés et la définition des identités collectives, comme en témoigne la nécropole de Vergina [75], dont les limites sont définies dès les premières phases d’occupation par l’implantation de tertres servant de pôles à l’organisation interne de l’espace funéraire. La “fondation” de cette nécropole jette les bases d’un ensemble de valeurs et de codes collectifs, qui vont perdurer sans grand changement majeur au cours de l’âge du Fer. Sur ce plan, il nous semble que c’est ce qui fait l’originalité de la région par rapport au reste de la Grèce à la même époque et même par rapport à la Macédoine classique et hellénistique. Les tumuli sont finalement rarement isolés ou très dispersés – même si cette image résulte peut-être d’une recherche archéologique focalisée sur les plaines. Dans les nécropoles tumulaires, et en particulier à Vergina [75], le tertre ne signale pas la mémoire d’un seul homme mais d’un groupe de personnes. Le tertre ne constitue pas un point focal unique dans le paysage. C’est l’ensemble des tertres qui imprime sur la terre la présence physique de la communauté. D’ailleurs, rien ne prouve que les monuments étaient envisagés seulement comme des concessions familiales ‒ d’autres types de regroupements sociaux ont bien pu exister6. Par ailleurs, les riches sépultures masculines et féminines ne se distinguent pas des autres tombes par une architecture plus élaborée. L’investissement communautaire se reporte davantage dans la construction des tertres collectifs, qui implique de facto la participation de plusieurs personnes qui approuvent implicitement ou ouvertement ce mode d’organisation, tandis que l’investissement individuel se concentre dans le contenu des tombes, notamment le mobilier funéraire métallique qui accompagne les défunts. L’orientation des tombes dans les tertres, rayonnante ou concentrique, a également ce rôle fédérateur. Elle ne renvoie pas aux individus, mais à des codes et des usages mis en place, perpétués et affermis par la communauté lors des funérailles successives. Il semble qu’on observe la même chose dans la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2], mais les données détaillées manquent encore. Ainsi, le type de nécropole et son organisation jouent un rôle essentiel dans la construction, la cohésion et le maintien des identités collectives. Selon M. Gras, “chaque société se forge au cours de son histoire une identité qui est à la fois un affichage de certaines valeurs aux yeux d’elle-même et une vitrine où ces mêmes valeurs sont présentées aux autres”7. C’est ce processus qui est visible à Vergina [75]. L’adoption de l’enchytrisme ne donne pas lieu à une modification visible archéologiquement de l’architecture des tertres ou de l’organisation de l’espace funéraire. Ainsi, en dépit de cette ouverture à un nouveau rituel, l’image renvoyée à l’extérieur n’en est pas modifiée. On ignore où se trouvait l’habitat de l’âge du Fer des personnes enterrées à Vergina [75]. P. Faklaris a suggéré que la nécropole de l’âge du Fer est un espace funéraire collectif pour des petits groupes transhumants ayant leurs installations hivernales sur les pentes des Monts Piériens8. Les données manquent pour justifier cette hypothèse et les comparaisons avec les nécropoles d’Almopie et d’Épire (hypothèse d’établissements permanents ou d’organisation mixte)9 ainsi qu’avec celle de Marmara dans la partie occidentale du Mont Oeta (hypothèse d’un peuple transhumant selon F. Dakoronia)10 témoignent de la variété des modèles d’organisation de ces sociétés bâtisseuses de tumuli, que seule une étude systématique associant nécropoles, habitats et milieux naturels permettrait d’éclairer.

  • 11 Même les cistes à parement d’argile trouvent leur équivalent dans des tertres d’Albanie, comme da (...)
  • 12 Luce 2007b, 44.
  • 13 Luce 2009, 422 ; Luce 2014, 46.

5Le mode d’organisation des tombes ne correspond qu’à un aspect des nécropoles. L’examen de l’ensemble des types de tombes a permis de faire un état des lieux de la richesse et de la variété des réponses apportées par les différentes communautés face à la mort. Hormis les tombes collectives à habitacle (tombe à chambre, tombe à tholos, pseudo-tholos en tertre), il n’y a aucun type de tombe propre à un mode d’organisation spécifique. Les fosses simples ou aménagées se retrouvent autant dans les tertres collectifs que dans les nécropoles planes, tout comme les enchytrismes ou les crémations secondaires11. C’est dans l’étude combinée de l’ensemble des traits funéraires qu’il est possible de saisir “l’essence” de chaque nécropole, qui se constitue au fil du temps sur des héritages, se définit aussi par des rejets et des attitudes d’opposition, s’enrichit par des innovations et des emprunts, en fonction des transformations sociales des sociétés et des contacts qu’elles entretiennent avec leurs voisins proches ou plus lointains. C’est pour cela que le terme de “séquence”, que nous empruntons à J.-M. Luce, s’accorde davantage à l’aspect dynamique de l’élaboration des rituels funéraires12. La constitution des séquences est le résultat de choix conscients des sociétés, et a pu servir dans certains cas particuliers de marqueurs identitaires13, même si ces situations sont bien difficiles à identifier en l’état actuel de la documentation disponible.

  • 14 Sur la question du rôle actif ou passif des communautés dans l’élaboration de leurs rituels funér (...)

6On ne peut saisir pleinement la manière dont toutes les communautés ont élaboré leurs pratiques et géré leur héritage étant donné que les modes funéraires du Bronze Récent restent largement inconnus en Macédoine Centrale. Toutefois la région à l’est du Strymon et le sud de la Macédoine à la limite de la Thessalie, qui ont livré de riches vestiges, permettent d’observer différents cas de figures traduisant des attitudes variées des sociétés face à leur héritage entre acceptation, perpétuation et mutation. À l’est du Strymon, les groupes qui s’installent dans la plaine de Drama (Drama Z. I. [105]) et près du delta du fleuve (Amphipolis-Kastas [104]) adoptent les rituels alors courants dans les Rhodopes occidentaux (crémation secondaire dans des tertres de pierres) et les transforment au cours de l’âge du Fer avec l’adoption de l’enchytrisme pour les enfants. L’élaboration de cette séquence funéraire reflète une attitude passive et active du groupe face au traitement de ses défunts14 : passive, car le groupe perpétue d’abord les mêmes rituels existants (tertre et crémation secondaire en urne), active, car ils sont modifiés par l’adoption d’un nouveau rituel. Les raisons peuvent être sociales et culturelles. L’utilisation d’une forme de tombe spécifique aux enfants reflète un changement d’attitude de la communauté envers cette classe d’âge et une volonté de le traduire dans les pratiques funéraires. Le choix de l’enchytrisme en pithos est peut-être culturel, car il rapproche ces communautés des traditions funéraires du littoral thrace et de la Grèce égéenne d’une manière générale. Ainsi, les communautés de Drama Z. I. [105] et d’Amphipolis-Kastas [104] se reconnaissent dans les mêmes pratiques et forment un petit groupe relativement homogène qui, malgré un rattachement évident aux traditions montagnardes des Rhodopes, s’en détache par une mixité de pratiques qui en fait une synthèse originale. En Piérie, les héritages sont gérés différemment. Au xie siècle, les habitants qui installent leur nécropole à Petra-Treis Élies [88], perpétuent les rituels de familles ayant vécu dans ces mêmes montagnes à la fin de l’âge du Bronze (Spathes [b‑4]), tandis que sur le piémont de l’Olympe au cours du Protogéométrique, les tertres funéraires collectifs à l’ouest de Dion [86] renvoient à des pratiques du début du Bronze Récent (nécropole de Pigi Artemidos [b-10]) et du Bronze Ancien et Moyen (Pigi Athinas) spécifique au piémont de l’Olympe. Cette différence est-elle corrélée aux milieux naturels opposant montagnes et piémont ? Des jalons chronologiques manquent et les publications des données sont trop limitées pour répondre aujourd’hui à cette question. Dans le nord de la Piérie, autour de l’ancienne Pydna, il y a manifestement une mutation au début de l’âge du Fer. Malgré la conservation du lieu de sépulture, les habitants se posent en rupture avec les rituels de la fin de l’âge du Bronze, par la complexification des pratiques funéraires et l’adoption de formes funéraires à forte tonalité méridionale. Tous les “nouveaux” types de tombes sont en réalité déjà connus dans le sud de la Piérie et en Thessalie. Cette variété est peut-être la transposition d’une hiérarchie plus marquée dans la société. Les quelques familles qui font construire des tombes à chambre se rattachent aux modes d’expression funéraire thessaliens, peut-être dans une période de contacts plus fréquents avec le sud et dans un climat de compétition sociale entre élites.

  • 15 Hdt. 7.173.4 ; Thuc. 2.99.1 ; Strab. 7.7.8. La Haute Macédoine comprenait au moins la Lyncestide, (...)
  • 16 Selon Thucydide (2.99), la Basse Macédoine correspond aux terres soumises par Perdiccas II au der (...)
  • 17 Prendi 1993 ; Andreou E. & Andreou I. 1987.

7La carte funéraire que nous avons établie pour l’âge du Fer, même si elle est tributaire de la publication des fouilles, permet toutefois de mettre en évidence des affinités et des antagonismes entre des nécropoles ou des groupes de nécropoles. La chronologie parfois flottante des ensembles funéraires ne permet pas de connaître en détail l’évolution précise de cette géographie de la mort. On constate toutefois que l’âge du Fer est marqué par l’apparition de régions funéraires parfois bien délimitées qui rassemblent des communautés se reconnaissant dans des pratiques semblables. On observe tout d’abord un clivage entre l’arrière-pays occidental (au sud-ouest du mont Voras, du mont Vermion, des monts Piériens et de l’Olympe), qui correspond en partie à l’antique Haute Macédoine15, et le reste de la région qui correspond pour sa partie centrale à l’antique Basse Macédoine16. Ce clivage se reflète à plusieurs niveaux. Premièrement au niveau du nombre de régions funéraires. À l’Ouest nous n’en avons identifié que deux (celle du lac de Vegoritis et celle située au niveau du cours moyen de l’Haliakmon). Nous proposons même de les considérer comme des variantes d’une seule et même grande région – au sud, la séquence combinant la tombe à tholos et la tombe à chambre se rattache indéniablement à la Thessalie. Dans le centre et jusqu’en Chalcidique, les régions funéraires sont plus nombreuses et la carte davantage morcelée. Deuxièmement, le clivage se retrouve au niveau des rituels avec la quasi-absence de crémation et d’enchytrisme à l’Ouest, alors que ces deux pratiques sont bien plus répandues ailleurs. Les régions occidentales se caractérisent donc par un nombre limité de pratiques funéraires se réduisant bien souvent à l’inhumation en ciste à orthostates. Ainsi, la région occidentale apparaît comme relativement homogène. Ces traits caractéristiques ne se retrouvent pas seulement dans ce couloir de l’Ouest, mais aussi en Épire dès le Bronze Récent et à l’âge du Fer, plus particulièrement dans la vallée du Gormos et du Drinos17. Entre les deux, plus au nord, la région du bassin de Korçë à laquelle nous rattachons la nécropole de Kastoria [8] reflète une originalité propre à l’Illyrie méridionale.

  • 18 Binford 1972, 225-226.
  • 19 Hodder 1982a, 10 ; Hodder 1982, 140-141 ; d’Agostino & Schnapp 1982, 20-21, Papadopoulos J. K. 20 (...)

8La Macédoine Centrale et Orientale est marquée par une plus grande variété de pratiques. L’inhumation côtoie la crémation, l’enchytrisme y est largement pratiqué et les vastes nécropoles planes sont plus fréquentes que les nécropoles tumulaires. Nous avons identifié davantage de régions funéraires dont la plupart se caractérisent par une plus grande variabilité de rituels. Nous intégrons alors la nécropole de Vergina [75] qui, malgré sa rigidité au niveau de l’organisation des tombes, reflète une ouverture dans les types de tombes et les rituels qui la distinguent clairement de la Macédoine Occidentale. À l’échelle de toute la région, cette variété est probablement liée à sa localisation centrale. La variabilité des pratiques funéraires à l’intérieur des nécropoles a été envisagée et interprétée de différentes manières par les chercheurs : un reflet de la complexité sociale des communautés18, le reflet de choix conscients faits par les vivants19. Il est aujourd’hui admis que de nombreux facteurs à la fois culturels et sociaux interviennent dans le choix des rituels. Comme nous l’avons vu, les nécropoles de la côte orientale du Golfe Thermaïque accueillent presque tous les types de tombes connus dans les régions alentours, même si la fosse à couverture de dalles de pierre est prédominante. Faut-il interpréter cette plus grande diversité comme le reflet de ces sociétés hiérarchisées ? Cette diversité est-elle le reflet d’un melting-pot culturel ? Toute interprétation est actuellement prématurée, seule la publication détaillée des données concernant les défunts, les tombes, leur contenu et la chronologie permettrait d’éclairer cette particularité régionale.

9L’étude du mobilier sous l’angle des catégories fonctionnelles et des idéologies funéraires permet de voir que le morcellement de la géographie funéraire ne se répercute pas dans le contenu des tombes qui suivent une autre logique. Le mobilier parle des individus et renvoie à des systèmes de valeurs socioculturelles qui ne sont pas propres à une seule nécropole. C’est dans les idéologies funéraires qu’on peut déceler davantage d’homogénéité, notamment à travers la valeur donnée au métal et plus particulièrement au bronze. Cela se reflète à travers l’image du guerrier qui sert de référence aux élites masculines, surtout dans l’arrière-pays occidental, ainsi qu’à travers les riches parures qui accompagnent l’élite féminine de presque toute notre région. Seule l’idéologie du banquet n’est pleinement intégrée que dans les tombes du littoral chalcidien et piérien, des régions marquées très tôt par la colonisation grecque.

  • 20 Luce 2014, 37-38.
  • 21 Au sujet des Almopes, cf. Xydopoulos 2012.

10Un autre point sur lequel nous souhaiterions revenir est l’apparition à l’âge du Fer de jeux d’opposition marqués entre les régions funéraires. Cela est particulièrement visible dans le nord, entre l’Almopie, les régions alentours et notamment celle du lac Vegoritis. Ces deux régions se caractérisent par des séquences funéraires relativement fermées : pour la première il s’agit des tombes à habitacle en tertre, tandis que pour la seconde il s’agit de tumuli collectifs avec des tombes à ciste. Les nécropoles sont utilisées du tout début de l’âge du Fer à la fin du vie siècle au moins. Ces deux régions sont séparées par les ramifications méridionales du Mont Voras et reliées par divers passages, dont celui d’Edessa. Des groupes devaient bien se déplacer, ne serait-ce que pour faire paître les troupeaux. Ces communautés ne pouvaient pas s’ignorer les unes des autres, ni ignorer les formes extérieures de leurs nécropoles respectives, d’autant plus lorsque les monuments sont visibles dans le paysage et situés à proximité des voies de communication. Malgré tout, ces deux régions funéraires maintiennent cette différence entre elles, et, avec la Macédoine Centrale en dépit des changements politiques entraînés par l’expansion du royaume macédonien. Nous avons vu que les tertres collectifs à tombes à ciste n’étaient pas une spécificité de la nécropole d’Agios Panteleïmon [2] et qu’on retrouve le même type de combinaison au nord en ARYM, dans le sud à la limite de la Thessalie, et en Épire. En revanche, les tombes à habitacle d’Almopie n’ont pour le moment aucun parallèle et semblent circonscrites dans une région bien délimitée. Selon J.-M. Luce les populations parlaient de leurs morts et de leurs pratiques funéraires et c’est pour cela que certains traits funéraires ont pu servir de support à des discours identitaires20. Nous n’avons aucun texte ancien sur les pratiques funéraires en Almopie. Toutefois, le développement de cette forme funéraire singulière, son maintien dans un esprit conservateur, malgré les échanges reflétés à travers le mobilier, nous laissent penser que les habitants avaient conscience de leur différence et qu’ils l’ont cultivée. Dès lors on peut envisager dans ce cas particulier que les pratiques funéraires, et en particulier la tombe à habitacle en tertre, ont pu servir de marqueur identitaire21. Dans la vallée de l’Axios, on observe une autre stratégie d’opposition. Malgré les centaines de crémations accomplies à Palio Gynaikokastro [65] (plus de 500 urnes !), ce rituel ne semble pas avoir eu d’impact localement et semble même avoir été rejeté par les communautés les plus proches établies le long du fleuve, mais peut-être pas par celles de la région orientale du Golfe Thermaïque, où la crémation fait partie des rituels courants.

  • 22 Helly 2007, 197-198 ; Eder 2008.
  • 23 Hatzopoulos 2007, 173-176.
  • 24 Helly 2007, 197 sq.
  • 25 Luce 2007b ; 2009 ; 2014 ; Luce (à paraître).

11La fragmentation de la carte funéraire et les jeux d’opposition entre certaines régions reflète l’existence de groupes de populations qui se rapprochent ou s’opposent par leurs pratiques funéraires. Comment peut-on expliquer cette carte funéraire bigarrée ? Au vu de ce morcellement, on serait tenté de comparer la répartition des régions funéraires avec celles des régions antiques et des peuples connus par les sources écrites (introduction, fig. 1). Il est vrai qu’on constate quelques recoupements singuliers. Le premier recoupement, le plus frappant, est celui de l’ancienne Almopie avec la région funéraire du Bassin d’Aridaia dont nous avons souligné plus haut la spécificité. Un second recoupement est visible dans la région de Kastoria, que nous n’avons isolée du reste de la Macédoine Occidentale et qui se situe dans l’ancienne Orestide. Enfin, un troisième recoupement se situe dans le sud de la région entre la Perrhébie et l’Élimiotide (autour de l’ancienne Aiani). La démarcation entre les deux régions situées de part et d’autre des Monts Cambouniens se retrouve au niveau des pratiques funéraires, plus spécifiquement au niveau de la distribution des tombes à tholos propres à la Perrhébie et la Thessalie en général, et absente de l’Élimiotide et du reste de la Macédoine. Toutefois, lorsqu’on considère cette bande méridionale du cours moyen de l’Haliakmon au sud de la Piérie, on constate une première porosité dans les pratiques funéraires de part et d’autre de l’Olympe, depuis le Bronze Récent, ainsi qu’une autre perméabilité nord-sud entre la Piérie et le nord de la Thessalie, au niveau de l’architecture des tombes individuelles, de l’utilisation de la tombe à chambre à l’âge du Fer ainsi que dans la composition du mobilier funéraire, intégrant davantage la céramique de banquet. Ce constat funéraire rappelle les connexions anciennes à l’époque mycénienne entre la Macédoine et la Thessalie22, et évoque les observations dialectales et historiques faites par M. Hatzopoulos et B. Helly sur cette région particulière. En effet, par l’observation attentive des inscriptions classiques, hellénistiques et des témoignages littéraires, M. Hatzopoulos suppose que la région entre l’Haliakmon et l’Olympe devait être occupée aux époques protohistoriques par des groupes de populations pastorales d’origine achéenne parlant “éolien”. Ces populations sillonnaient les routes entre les montagnes et les fleuves, avant l’installation du royaume par les Macédoniens argéades venus du nord-ouest avec leur spécificité dialectale23. B. Helly, quant à lui, discute entre autres de la limite nord de la Thessalie, et en particulier de celle du royaume de Philoctète, mentionné dans le catalogue des vaisseaux dans l’Iliade, qui devait s’étendre au-delà du Tempé en Piérie24. Si nous de développerons pas le détail des arguments et des débats, nous constaterons toutefois que les observations archéologiques faites à partir des pratiques funéraires semblent rencontrer des questionnements linguistiques, ethniques et historiques, une confrontation qu’a déjà abordé J.-M. Luce pour le reste de la Grèce25 et qui pourrait être étendue au nord.

  • 26 Papadopoulos J. K. 2005, 580-595 ; Tiverios 2008, 1-17.
  • 27 Thuc. 4.123.1. La fondation de Mendè est mise en relation avec celle de Méthonè qui, d’après Plut (...)
  • 28 Hammond 1998, 395-397.
  • 29 Moschonissioti 1998, 256-257.
  • 30 Thuc. 1.57.5.
  • 31 Hdt. 7.185.2 ; 8.127.
  • 32 Papadopoulos J. K. 2005, 580-595 ; Tiverios 2008, 1-17.

12La question se pose également pour la côte thrace de Chalcidique. Il est toutefois difficile de mesurer l’impact de la colonisation grecque et du peuplement sur les pratiques funéraires locales, au risque de chercher dans celles-ci la confirmation des informations tirées des textes antiques. En effet, les circonstances du peuplement et celles des premières fondations coloniales restent encore problématiques26. Parmi les colonies andriennes fondées au viie siècle (Stagire, Sanè, Argilos et Acanthe – établissement peut-être co-fondé avec Chalcis), seule Acanthe, identifiée au site d’Ierissos, a livré une nécropole protohistorique qui est remplacée au viie siècle par un nouvel espace qu’on interprète communément comme la nécropole coloniale. Nous avons vu que la création de cette nouvelle nécropole s’accompagne de changements dans les rites funéraires. S’il est encore difficile d’affirmer que la nécropole protohistorique est celle des indigènes et que la nécropole archaïque est associée aux colons, cette mutation traduit une étape de transformation importante dans l’histoire de cette apoikia. Mendè se présente dans une configuration opposée puisque les premières tombes du cimetière mis au jour sont datées du derniers tiers du viiie siècle, période à laquelle on fait remonter la fondation littéraire de la colonie mentionnée par Thucydide27. Le regroupement des nouveau-nés et des enfants traduit une mutation dans la société avec une perception de la mort moins familiale et plus communautaire. On ne peut toutefois pas affirmer que cette nécropole est la preuve de l’arrivée des colons eubéens28. Seule une petite partie du cimetière a été fouillée. On ignore donc si ces tombes correspondent à une nécropole fondée ex nihilo ou bien à une annexe récente d’un cimetière plus ancien, non encore découvert aujourd’hui. Le site est occupé depuis longtemps et les contacts avec l’Eubée sont anciens29. On ignore donc à quel moment exact Mendè devient une apoikia d’Érétrie. Par ailleurs, si les rites identifiés évoquent ceux de la nécropole du port d’Érétrie, ils renvoient également à une tradition répandue dans le reste de la Chalcidique et en Thrace égéenne au début de l’époque archaïque. À Toronè, la situation est complexe car les conditions de fondation de la cité restent obscures et les sources littéraires mentionnant la composition de la population régionale, les fameux “chalcidiens de Thrace”30ou “genos chalcidien”31, sont équivoques et ont entraîné de nombreux débats autour de la présence eubéenne, de la composition des populations locales et de l’historicité des migrations de la fin de l’âge du Bronze32. Nous soulignerons que la crémation secondaire, telle qu’elle se présente dans cette nécropole, semble se rattacher au domaine ionien. Les forme des tombes et la mise en scène du rituel ont toutefois peu de similitudes avec les tombes de Lefkandi en Eubée, mais peut-être davantage avec les tombes submycéniennes athéniennes. Il est bien difficile de tirer des conclusions, car nous ignorons les pratiques funéraires du Bronze Récent tout comme celles de l’époque archaïque, période à laquelle la cité de Toronè se développe de manière significative.

13Dans le reste de la région étudiée, on constate des discordances entre régions antiques et régions funéraires. Le nord-ouest de la Grèce comprenait en plus de l’Élimiotide et de l’Orestide, l’Éordée et la Lyncestide, puis, plus au nord, la Pélagonie. Nous avons souligné plus haut une certaine homogénéité sur le plan funéraire de ce long couloir du nord-ouest (utilisation combinée de l’inhumation, de la tombe à ciste et du tumulus collectif), malgré les quelques particularités locales. Au niveau de la future Basse Macédoine, on ne constate aucune homogénéité sur le plan funéraire. L’ancienne Bottiée, située sur la bordure occidentale du Golfe Thermaïque, ne correspond à aucune région funéraire vraiment spécifique à l’âge du Fer. Le groupe de nécropoles apparentées sur la côte orientale du Golfe Thermaïque (autour de Thessalonique) recoupe certes l’ancienne Mygdonie, mais s’étend également sur l’Anthémonte jusqu’à l’ancienne Crousis (nécropole de Nea Kallikrateia).

  • 33 Hammond 1967b ; 1976 ; Desborough 1972, 106-111.
  • 34 Barth 1969 ; Hall 1997, 32-33. Pour un bilan historiographique et une réflexion autour du concept (...)
  • 35 Luce 2007a, 18 ; Luce 2014, 37-38.
  • 36 Comme cela a pu être observé pour certaines régions du reste de la Grèce à l’âge du Fer, voir Luc (...)

14Ces quelques remarques permettent de voir que malgré des recoupements intéressants qu’il serait alors nécessaire d’approfondir, la géographie funéraire ne reflète que très partiellement les nombreuses ethnies mentionnées dans les textes et occupant le nord de la Grèce avant l’expansion du royaume macédonien. On ne peut s’en étonner, car on a aujourd’hui dépassé les anciens concepts essentialistes qui attachaient à des groupes ethniques des traits culturels qu’on pouvait “tracer” à travers le temps et l’espace. N. G. L. Hammond et d’autres chercheurs ont utilisé quelques-uns de ces outils pour reconstituer le peuplement de la Grèce du Nord et se sont fondés autant sur les formes funéraires que sur la culture matérielle33. Il est toutefois admis aujourd’hui qu’il n’y a aucun lien mécanique entre les traits culturels et l’identité ethnique, comme l’avait théorisé Fr. Barth, et l’ethnicité est avant tout un discours qu’un groupe tient sur lui-même34. Selon J.-M. Luce, l’identité étant un discours sur soi, un trait culturel ne peut avoir une dimension ethnique que s’il est choisi et utilisé consciemment par les individus ou les groupes d’individus à l’intérieur d’un discours à portée identitaire35. Le peuplement en Grèce du Nord entre le IIe millénaire jusqu’à l’établissement du royaume macédonien est complexe entre migration, colonisation, expansion et fait intervenir de nombreux peuples pour lesquels les sources les plus anciennes sont parfois très minces. Une histoire du peuplement aboutirait peut-être en reprenant la totalité des données littéraires disponibles, croisée à une analyse complète des vestiges et du mobilier afin de dégager les traits culturels à réelle portée identitaire, mais l’étude des modes funéraires n’y apporte, finalement, qu’une contribution limitée. Il est certain que l’existence de nombreux peuples a entraîné des stratégies diverses et que les pratiques funéraires ont probablement joué un rôle déterminant dans la définition de l’identité des groupes36, comme le montre en négatif le passage à l’époque archaïque marqué par une disparition progressive des régions funéraires. Les changements profonds, politiques et sociaux, générés par les fondations coloniales au viie, la formation des cités-États et l’expansion du royaume macédonien ont poussé les groupes à se redéfinir dans cette nouvelle situation géopolitique.

15Le renouvellement des données sur les pratiques funéraires pour cette région, entre Balkans et Égée, témoigne d’une richesse et d’une diversité qui éclatent dès lors qu’on sonde cet écheveau complexe de rituels qui apparaissent au début de l’âge du Fer, et ouvre de nombreuses pistes de recherches stimulantes pour le futur. Sur le plan funéraire, le nord de la Grèce à l’âge du Fer peut être comparé à une image lenticulaire qui change en fonction de l’angle de vue ou de l’angle d’approche, car s’il ne constitue pas une entité homogène ni une simple périphérie du monde grec ou balkanique, il est bien un point de confluence d’histoires régionales.

Notes

1 Andreou S. 2010, 653.

2 Au sujet d’une réflexion autour de la position culturelle de la Grèce du Nord, voir également Horejs 2007b.

3 Saxe 1970, 119 : “To the degree that corporate group rights to use and/or control crucial but restricted resources are attained and/or legitimized by means of lineal descent from the dead (i.e. lineal ties to ancestors). Such groups will maintain formal disposal areas for the exclusive disposal of their dead, and conversely”. Voir également Pearson 1999, 30.

4 Hodder 1982b, 141-142.

5 Morris I. 1991.

6 Tertre T, recouvrant de nombreuses tombes à armes, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 125-128.

7 Gras 2002, 183.

8 Faklaris 1987, 933.

9 Pour l’Almopie, cf. Chrysostomou A. 1994, 41 ; pour l’Épire, cf. Andreou E. 2003 ; Andreou E. & Andreou I. 1999 ; Douzougli 1996, 13-16.

10 Dakoronia 2011, 582.

11 Même les cistes à parement d’argile trouvent leur équivalent dans des tertres d’Albanie, comme dans celui de Patos, cf. Korkuti 1981, 9 fig. 2, 35.

12 Luce 2007b, 44.

13 Luce 2009, 422 ; Luce 2014, 46.

14 Sur la question du rôle actif ou passif des communautés dans l’élaboration de leurs rituels funéraires à travers l’exemple du Péloponnèse, cf. Luce 2009, 422.

15 Hdt. 7.173.4 ; Thuc. 2.99.1 ; Strab. 7.7.8. La Haute Macédoine comprenait au moins la Lyncestide, la Dassarétide, l’Orestide, L’Élimiotide, l’Éordée, la Tymphée, la Derriopos, cf. Papazoglou 1988, 227.

16 Selon Thucydide (2.99), la Basse Macédoine correspond aux terres soumises par Perdiccas II au dernier tiers du ve siècle, au moment de l’expédition du Thrace Sitalcès, et comprend la Piérie, la Bottiée, une partie de la région de l’Axios (donc une partie de l’ancienne Péonie), l’Éordée, l’Almopie, la Mygdonie, la Crestonie et la Bisaltie, cf. Papazoglou 1988, 102.

17 Prendi 1993 ; Andreou E. & Andreou I. 1987.

18 Binford 1972, 225-226.

19 Hodder 1982a, 10 ; Hodder 1982, 140-141 ; d’Agostino & Schnapp 1982, 20-21, Papadopoulos J. K. 2005, 345‑349.

20 Luce 2014, 37-38.

21 Au sujet des Almopes, cf. Xydopoulos 2012.

22 Helly 2007, 197-198 ; Eder 2008.

23 Hatzopoulos 2007, 173-176.

24 Helly 2007, 197 sq.

25 Luce 2007b ; 2009 ; 2014 ; Luce (à paraître).

26 Papadopoulos J. K. 2005, 580-595 ; Tiverios 2008, 1-17.

27 Thuc. 4.123.1. La fondation de Mendè est mise en relation avec celle de Méthonè qui, d’après Plutarque (Mor., 293B), aurait été fondée par les Érétriens après leur expulsion de Corcyre, qu’on date aux environs de 733.

28 Hammond 1998, 395-397.

29 Moschonissioti 1998, 256-257.

30 Thuc. 1.57.5.

31 Hdt. 7.185.2 ; 8.127.

32 Papadopoulos J. K. 2005, 580-595 ; Tiverios 2008, 1-17.

33 Hammond 1967b ; 1976 ; Desborough 1972, 106-111.

34 Barth 1969 ; Hall 1997, 32-33. Pour un bilan historiographique et une réflexion autour du concept d’ethnicité, cf. Luce 2007a ; Malkin & Müller 2012.

35 Luce 2007a, 18 ; Luce 2014, 37-38.

36 Comme cela a pu être observé pour certaines régions du reste de la Grèce à l’âge du Fer, voir Luce 2007b ; Luce (à paraître).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search