Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Chapitre V – Le mobilier et les thématiques funéraires

Texte intégral

Remarques préliminaires

Le mobilier funéraire en contexte

  • 1 Bérard R.-M., 2014.

1La notion de dépôt funéraire renvoie à des réalités archéologiques et des activités rituelles diverses et complexes1. À la lecture des vestiges funéraires de l’âge du Fer de notre région d’étude, nous avons retenu trois types de dépôts à l’intérieur des nécropoles : le mobilier d’accompagnement des sépultures, les dépôts associés à des monuments funéraires collectifs et les dépôts isolés.

Le mobilier d’accompagnement des sépultures

  • 2 Papadopoulos J. K. 2005, 86-89, 373.
  • 3 Kottaridi 2012, 73-74. Pour la tombe, cf. Andronikos 1969, 75-76, pl. K.
  • 4 Chemsseddoha 2014, 73, n. 73.

2Les objets associés à une sépulture se trouvent généralement aux côtés du défunt dans la tombe mais ils peuvent aussi se trouver à l’extérieur pour plusieurs raisons en plus des pillages et des destructions modernes : déplacements opérés lors des réouvertures des tombes, mise à l’écart intentionnelle en raison de leur rôle dans le rituel ou pour leur valeur symbolique. Il y a malheureusement peu d’exemples mentionnés et attestés. À Toronè [101], les deux canthares fragmentaires découverts au niveau des dalles de couverture et au nord de la T. 10 ont peut-être été abandonnés là après avoir servi à des libations2. Dans le cas de la nécropole de Vergina [75], A. Kottaridi a récemment suggéré que deux des trois vases de la tombe AZ‑VII (la cruche et le skyphos) étaient initialement posés sur un couvercle en bois qui se serait effondré avec le temps3. Si cette hypothèse est valable pour cette tombe au vu de la position renversée de la cruche et de la perturbation des bijoux de coiffe, elle ne l’est peut-être pas pour toutes les tombes4. Les données disponibles ne permettent pas de restituer fidèlement la forme originelle des tombes de Vergina [75] ni de comprendre pleinement la relation entre les objets et le corps des défunts.

  • 5 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.
  • 6 Cet effectif ne tient pas compte des vases-couvercles ni des tessons servant de calage. Dans deux (...)
  • 7 Dans l’enclos funéraire T12, une pointe de lance brulée a été retrouvée dans l’urne, tandis que d (...)
  • 8 Tombes LV-∆, LVIII-A, LVIII-B, LXIV-H, LXIV-Θ, LXV-AΞ, LXV-AΨ, LXVI-Γ, cf. Bräuning & Kilian‑Dirl (...)
  • 9 Tombes L-Γ, LV-B, LXIV-A, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.
  • 10 Tombes L-A, LV-A, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.
  • 11 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 197-198.

3Il y a une différence entre un objet déposé à l’extérieur du contenant, mais dans la fosse de la tombe, ou à l’extérieur de la tombe. En effet, dans la nécropole de Nikiti-Aï Giannis [100], un vase a été découvert sur la panse d’un pithos funéraire5, un peu à la manière des crémations secondaires où l’urne joue le rôle de linceul protecteur d’une partie ou de toute la dépouille, qui est séparée des vases d’accompagnement et des débris du bûcher placés autour. À Toronè [101], dans 27 tombes, l’urne était accompagnée d’un vase, rarement plusieurs, non brûlés et calés à l’intérieur des fosses6. Aucun récipient entier n’a été retrouvé dans les urnes. À Palio Gynaikokastro [65], les vases d’accompagnement sont également placés à l’extérieur des urnes, tandis que les objets personnels (accessoires vestimentaires, parures, etc.) ont été retrouvés à l’intérieur et à l’extérieur des vases cinéraires – une situation comparable à celle observée à Thasos dans la nécropole de Tsiganadika7. Si à Toronè [101] il ne fait guère de doute que les vases d’accompagnement, placés dans les fosses, sont associés aux dépouilles déposées dans les urnes, à Vergina [75], cette relation est incertaine. Parmi 13 crémations secondaires, les objets associés ont été trouvés exclusivement à l’intérieur (8 cas)8, à l’intérieur et à l’extérieur (3 cas)9, ou uniquement à l’extérieur des urnes (2 cas)10. On observe une corrélation entre les types d’objets et leur emplacement : les parures, le kyathos et presque tous les couteaux sont à l’intérieur des urnes, tandis que les pointes de lance et les cruches sont à proportion égale à l’intérieur et à l’extérieur des urnes11. Toutefois les dépôts trouvés à l’extérieur ont été rattachés aux urnes les plus proches, mais la relation stratigraphique n’est pas documentée en détail dans la bibliographie, les limites des tombes n’étaient pas visibles, et les quelques restes osseux non analysés. Il est donc difficile de savoir à quoi correspondent réellement ces objets : les affaires du défunt, dont les restes ont été déposés dans l’urne la plus proche ? Des objets appartenant à d’autres sépultures non conservées ? En l’absence de données complémentaires ces questions restent en suspens, et, pour le moment, nous devons nous résoudre à accepter les maigres indications des fouilleurs.

  • 12 Par comparaison, les tombes plurielles de la nécropole de Mégara Hyblaea constituent un autre exe (...)
  • 13 Les objets peuvent être déplacés avec les ossements des dépouilles précédentes dans un coin de la (...)
  • 14 Poulaki-Pandermali 2013, 72.
  • 15 Kurtz & Boardman 1971, 56-57.

4Pour les tombes collectives et les tombes individuelles à usage multiple, l’attribution des objets aux différents individus peut s’avérer complexe12, d’autant plus lorsqu’il y a eu pillage (exemple de Panagitsa-Zervi [39]). Au moment de la réouverture des tombes, les objets peuvent être déplacés avec les ossements des sépultures plus anciennes à l’intérieur de la tombe ou à l’extérieur13. Par ailleurs, on ne peut exclure l’hypothèse que chaque réouverture ait été l’occasion de nouvelles offrandes dédiées aux défunts délogés ou du moins de gestes rituels à leur attention. En témoignent peut-être les tombes des tertres de Dion [86] où des vases brisés, provenant de sépultures antérieures, ont été retrouvés dans la couche d’argile scellant les dalles de couverture ou dispersés dans le comblement supérieur des fosses14. Les vases utilisés comme marqueurs, tels ceux, monumentaux, retrouvés au-dessus des tombes du Céramique à Athènes, occupent une place particulière, car ils constituent un pont entre le défunt, dont ils indiquent la présence, et les vivants auxquels ils s’adressent15. Toutefois, d’après la documentation consultée, cette pratique ne semble pas être attestée en Grèce du Nord pour l’âge du Fer.

Les dépôts intentionnels isolés ou à l’extérieur des tombes

  • 16 Vokotopoulou 1994, 94-95 ; Moschonissioti 2010, 211-212.
  • 17 Savvopoulou 2007, 609.
  • 18 Hom., Il., 10.151-153.
  • 19 Hammond 1972, 354 ; Arist., Po., 1461a.

5Deux cas de dépôts intentionnels à l’extérieur des tombes sont mentionnés : à Mendè [99] et à Axioupoli [64]. Dans le cas de la colonie érétrienne, il s’agit de petits dépôts brûlés constitués d’une couche de cendre, de fragments de bois brûlé, de quelques esquilles d’os et de tessons découverts sur ou à côté des tombes, interprétés comme des offrandes faites aux morts après les funérailles16. Le cas d’Axioupoli [64] est différent par la nature des dépôts qui comprennent des bijoux en bronze. Ils sont interprétés comme des offrandes ou bien comme des restes de sépultures déplacées17. Lors de la première mission exploratoire, une pointe de lance a été trouvée en position verticale dans le sol à 4 m de la T. 18. En raison de l’absence de données stratigraphiques on ne peut interpréter ce dépôt. Pour N. G. L. Hammond, cette configuration rappelle un passage de l’Iliade, dans lequel Homère décrit les compagnons de Diomède dormant la tête sur leur bouclier et leur lance plantée non loin de leur couche18. Cette découverte a même été utilisée pour justifier l’origine ethnique de la communauté enterrée à Axioupoli sur la base d’un passage d’Aristote, stipulant que, comme au temps d’Homère, les Illyriens avaient pour usage de planter leur lance verticalement19. On ne peut prouver que le défunt a été inhumé à l’image d’un guerrier endormi avec son arme posée à côté de lui – encore faut-il déjà prouver que cette arme lui ait appartenu.

Les dépôts d’objets dans les structures funéraires collectives

  • 20 Mylonas 1966, 112-113 ; Blegen 1937, 238 ; Kontorli-Papadopoulou 1995, 118-119.
  • 21 Kottaridi 2002, 506.
  • 22 Tertre A : cruches A1, A2, A9 retrouvées vers le centre du tertre à environ 1,10 m de hauteur par (...)
  • 23 C’est d’ailleurs ainsi qu’il interprète certains vases dispersés dans le remblai du tertre ∆ (And (...)

6Ce type de dépôt comprend les objets découverts dans les tombes collectives ou les tumuli, qui ne peuvent être rattachés à une sépulture en particulier. Les canthares découverts sur le sol des dromoi des tombes de Konstantia [49] (T. 2) et de Prophiti Ilias [57] (T. 2), auraient volontairement été brisés sur place. Ce phénomène ne semble pas avoir été enregistré pour les tombes à chambre de Piérie. Ces dépôts, bien connus à l’époque mycénienne ailleurs en Grèce, sont le résultat de gestes intentionnels de destruction des récipients ayant servi à des libations ou lors du banquet funéraire en l’honneur des défunts20. Dans le cas des tertres collectifs, les informations sont lacunaires et peu fiables car les perturbations des monuments ne permettent pas de distinguer clairement les objets provenant de sépultures détruites de ceux qui sont liés à des activités commémoratives pour un ou plusieurs défunts. L’hypothèse a toutefois été avancée pour les nécropoles tumulaires de Tzamala [68] et de Vergina [75]. Dans la première, les vases de table, brisés et dispersés sur et entre les pierres des tertres, seraient des offrandes faites aux défunts après leur ensevelissement pendant une durée assez longue, malheureusement indéterminée21. De tels dépôts rappellent ceux qui ont été observés par Th. Savvopoulou dans les monuments de la nécropole de Karathodoreïka [63], mais ils comprennent en plus de nombreux petits objets comme des parures. Dans cette nécropole, il serait toutefois nécessaire de distinguer les objets dispersés par les saccages et perturbations modernes de ceux volontairement déposés sur les tombes. Pour Vergina [75], M. Andronikos propose d’interpréter les quelques vases isolés découverts au centre et vers le sommet des tertres comme les vestiges de libations22. L’auteur reste prudent car rien ne les différencie typologiquement des vases déposés dans les tombes. Ils peuvent donc provenir de sépultures détruites ou non identifiées en raison de la mauvaise conservation des os23. Si on ne peut clairement attester l’acte de la libation fait sur les tertres, on peut davantage l’appréhender dans les tombes avec les vases perforés déposés auprès des défunts, comme nous le verrons par la suite.

L’étude des thématiques funéraires

  • 24 Scapin et al. 2014, 9.
  • 25 Denti 2013, 16-17.

7D’une manière générale, les artefacts livrent des informations de natures diverses (technologiques, chronologiques, culturelles, symboliques, idéologiques et sociales). Dans les nécropoles, les objets sont à la fois les acteurs et les témoins des rituels mis en place par les sociétés pour faire face à la mort24. Depuis maintenant plusieurs années, les chercheurs s’intéressent de plus en plus à la relation entre les objets et leur contexte afin de restituer, le plus fidèlement possible, l’histoire des dépôts funéraires. Si cette archéologie des gestes est essentielle pour comprendre les rituels du passé25, la lecture symbolique et sociale du mobilier funéraire n’en reste pas moins importante.

  • 26 Luce 2003, 63. Le terme d’“ustensilité” est utilisé par l’auteur en faisant référence à cette not (...)
  • 27 Luc., Luct., 14, trad. Eugène Talbot, Paris, 1912.
  • 28 Luce 2003, 55 ; Murray 1988 ; Murray 1991, 27.
  • 29 Kurtz & Boardman 1971, 200-202.
  • 30 Luce 2003, 64.
  • 31 Vernant 1982, 5-7 ; d’Agostino & Schnapp 1982, 19-21.

8La notion de fonctionnalité des objets sépulcraux est paradoxale. Les objets, notamment ceux qui ne jouent pas de rôle actif lors des funérailles, suivent le même destin que ceux offerts aux dieux. Ils sont retirés de la vie quotidienne, des réseaux d’échanges et perdent ainsi toute “l’ustensilité” qu’ils avaient dans le monde des vivants ; ils se “défonctionnalisent”26. En effet, les fibules et les épingles sont attachées à un vêtement sur un corps inerte ou disparu en cendres et la pierre à aiguiser n’affute plus la lame d’une arme retirée de tout combat. “Que de vêtements et de parures n’a-t-on pas brûlés ou enterrés avec les morts ; comme s’ils devaient en user et en jouir dans le séjour infernal !”, écrivait Lucien au iie siècle de notre ère27. Dans le monde grec, sauf dans des contextes très particuliers, les objets déposés dans les tombes n’ont eu qu’un rôle eschatologique limité28. Bien qu’il soit difficile de pénétrer les croyances profondes des sociétés anciennes pour expliquer l’ensemble des gestes associés aux rituels funéraires, le mobilier avait une fonction symbolique et sociale. La quantité et la qualité des objets peuvent constituer des marqueurs sociaux, mais ne peuvent être les seuls indices de la prospérité et du statut du défunt, comme en témoignent les lois funéraires des époques archaïque et classique, qui reflètent une prise de contrôle du contenu de la tombe par la cité afin d’éviter les excès de démonstration de richesses lors des funérailles29. Les objets sélectionnés avec soin par les vivants formulent un discours sur le défunt, sur l’identité que les proches et la société ont bien voulu lui prêter : “dans la mort, l’homme perd son existence réelle, mais pas son essence, et le monument, le mobilier et le cérémoniel funéraires sont là pour assurer cette survie d’une autre sorte”30. Si les objets perdent leur fonction utilitaire dans la tombe, ils gagnent en profondeur symbolique. Cette image du défunt cristallisée dans la tombe se construit sur des usages, des codes, une idéologie ou “une politique de la mort”31, spécifiques à chaque communauté, susceptibles d’évoluer dans le temps.

  • 32 Houby-Nielsen 1992 .
  • 33 Luce 2003, 58 sq ; Belletier 2003.

9Pour l’Attique, S. Houby-Nielsen a identifié trois phases successives dans les modes de représentation des défunts. La première période, couvrant le Protogéométrique et le Géométrique Moyen, aurait été dominée par “l’idéologie du guerrier”, qui se serait traduite par un dépôt important d’armes dans les tombes masculines et de parures dans les tombes féminines. La distinction sociale des élites dans la mort aurait reposé sur l’expression des valeurs guerrières. Cette phase aurait été suivie par celle de “l’idéologie du banquet”, se manifestant par une diminution des armes et une augmentation des vases de table dans les tombes, et plus particulièrement dans les sillons à offrandes pour certaines tombes à crémation du viie siècle. Ce ne sont plus les valeurs guerrières qui sont mises en avant, mais la capacité pour les familles à organiser des banquets ostentatoires. Enfin, à partir du vie siècle, l’augmentation des vases à parfum, et plus particulièrement des lécythes, ainsi qu’un appauvrissement général du contenu des tombes, correspondraient à un basculement vers une troisième phase, celle de “l’idéologie du parfum”, qui reflèterait une nouvelle politique de la mort et un nouveau système de valeurs, tournés vers les vertus athlétiques et le soin du corps, et tendant à gommer les différences sociales visibles dans le mobilier d’accompagnement32. Les travaux de J.-M. Luce et de M.-P. Belletier ont nuancé ce découpage en montrant que les vases de table ne sont pas absents dans les tombes les plus anciennes et que le banquet en contexte funéraire appartient à une longue tradition remontant au moins au xe siècle33.

10D’une manière générale pour la Grèce du Nord, on observe un changement dans les dépôts céramiques entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, (vases à parfum/cosmétique → vases de table), puis entre l’âge du Fer et l’époque archaïque (vases de table → service de banquet et vases à parfum/cosmétique). Le caractère fragmentaire des données ne permet pas d’analyser en détail les évolutions chronologiques des modes de représentation funéraire à l’intérieur de l’âge du Fer, il est toutefois possible de déceler des tendances régionales intéressantes, qui complexifient le modèle proposé par S. Houby-Nielsen.

  • 34 Chemsseddoha 2014, 76.

11En effet, avec les fouilles de Vergina [75], non seulement l’image du tumulus était devenue emblématique de la Grèce du Nord, mais également celle du guerrier et de la femme parée, en raison de la découverte d’une grande quantité d’armes et de bijoux dans les tombes. Comme pour les pratiques funéraires, les fouilles récentes de cette vaste région ont sensiblement corrigé cette image simpliste et homogène, en faisant apparaître une certaine disparité régionale entre un “arrière-pays”, plus enclin à afficher les vertus guerrières des défunts, et une région côtière, où les habitants ne semblent pas les privilégier pour souligner le statut des défunts34.

12L’observation faite sur le mobilier céramique nous a amené à une seconde réflexion autour de la présence du banquet dans les idéologies funéraires de cette vaste région. À Toronè [101], à Koukos [102] et en Piérie, le symposion s’exprime à travers la présence de vases protogéométriques et géométriques caractéristiques (amphore, cratère, skyphos), découverts en quantité importante. Dans les autres nécropoles, les vases sont beaucoup moins nombreux dans les tombes, et sont en majorité des récipients modelés d’usage quotidien. Si l’image de la commensalité est exprimée par la récurrence des vases de table, celle d’un banquet ostentatoire au sens large est beaucoup moins évidente. On peut alors se demander si cette absence de visibilité est due à une perspective trop hellénocentrée qui nous inciterait à ne chercher dans les tombes que l’image d’un rituel de boisson “à la grecque”, ou bien si la thématique du banquet n’est pas tout simplement absente des modes de représentation élitaire de la majorité des communautés de l’arrière-pays macédonien à l’âge du Fer.

Observations quantitatives

  • 35 Andronikos 1969, catalogue des tombes.

13Tous les défunts des nécropoles n’étaient pas enterrés avec des objets. Les données quantitatives dont nous disposons sont inégales (fig. 1). En raison des problèmes occasionnés par une chronologie parfois flottante, il n’est pas possible d’analyser à l’aide de statistiques l’évolution siècle par siècle des dépôts funéraires. À Vergina [75], seulement 6 % des tombes identifiées sont dépourvues de mobilier. Ce taux paraît extrêmement bas et n’est peut-être pas significatif en raison de l’impact des facteurs taphonomiques. En effet, les os étaient très mal conservés, notamment dans les fosses simples dont les limites dans le remblai des tertres étaient peu ou pas visibles. De nombreuses tombes n’ont été identifiées que par l’agencement des objets retrouvés in situ, ce qui a peut-être entraîné une surreprésentation des tombes riches. Il est donc très probable que des sépultures sans objet soient totalement passées inaperçues lors des fouilles, sans mentionner celles d’immatures dont les dépouilles avaient encore moins de chance d’être retrouvées. En revanche, il est possible de dire que parmi les tombes pourvues en mobilier, près d’un tiers n’avait aucun objet métallique associé, tandis que les tombes avec objets métalliques avaient presque systématiquement des vases. Sans information anthropologique et chronologique détaillée il est difficile d’expliquer les raisons pour lesquelles les biens métalliques sont exclus à certains défunts, si cela est lié à leur âge, à leur sexe ou à leur condition sociale. On peut juste constater que ces tombes “pauvres” se mêlent aux autres tombes dans la quasi-totalité des tertres. Elles se font toutefois plus discrètes dans les tertres Z, T et N, où il y en a moins de trois par tertre35. À Toronè [101], 47 % des tombes renferment du mobilier si on tient compte des vases représentés dans les résidus des bûchers et qu’on exclut les vases-couvercles des urnes. Toutefois, comme nous l’avons vu plus haut, 27 tombes à crémation secondaire seulement avaient des vases entiers déposés à côté des urnes cinéraires. Ainsi, la majorité du mobilier se concentre dans moins de la moitié des tombes. Il y a par ailleurs une distinction à faire entre les inhumations et les crémations. Parmi les 16 inhumations, la moitié seulement des tombes ont livré du mobilier. Dans la nécropole de la colline Est à Chauchitsa [62], toutes les tombes ont livré des objets d’accompagnement avec un taux moyen d’objets par tombe relativement élevé. On retrouve ces mêmes rapports dans le petit ensemble d’Agrosykia [58]. La totalité de la nécropole n’a pas été fouillée et on ignore si les tombes s’étendaient autour. Les données pour les nécropoles restantes sont trop lacunaires pour aller plus loin. Nous pouvons seulement faire quelques remarques. Les nécropoles de la côte orientale du Golfe Thermaïque semblent partager le même modèle de distribution des tombes avec ou sans mobilier, avec 40 % des tombes pourvues en objets d’accompagnement, et, parmi elles, un écart marqué entre des tombes pauvres et quelques-unes relativement riches.

Fig. 1. Quantification du mobilier dans les tombes.

Fig. 1. Quantification du mobilier dans les tombes.

Classification des objets

  • 36 Seul type recensé dans les tombes de l’âge du Fer de notre région d’étude.
  • 37 Scapin et al. 2014, 10-11.
  • 38 Voir, par exemple, les classifications de la céramique mise au jour dans l’habitat en toumba-trap (...)

14On distingue généralement les objets personnels du défunt (parures, accessoires vestimentaires, armes et ustensiles compris), et les objets déposés autour, souvent les récipients. Cette distinction, pratique au premier abord, pose quelques problèmes car les vases en céramique36 ont notamment pu servir de réceptacle pour des offrandes alimentaires, avoir été utilisés pendant les funérailles (toilette mortuaire, extinction du feu du bûcher, libation, repas, etc.), ou avoir été déposés en tant qu’objet personnel et/ou objet de prestige. Par ailleurs, la notion de bien personnel est discutable, car la proximité physique du mobilier avec les restes osseux des défunts ne résout pas la question de la propriété37. La classification courante fondée sur la technique, le décor et les styles des objets est importante pour établir un cadre chronologique, mettre en évidence les ateliers de production, identifier les réseaux de distribution et de diffusion des artisanats et les contacts entre les différentes communautés38. Nous avons toutefois choisi un classement par catégories fonctionnelles, qui nous permettra de dégager les thématiques récurrentes associées aux défunts et d’identifier les grandes tendances idéologiques associées : 1) les récipients, 2) les armes, 3) les parures, 4) les ustensiles et accessoires. Les données quantitatives mentionnées ne sont données qu’à titre indicatif, sachant que le mobilier de certaines nécropoles n’est pas toujours détaillé dans les publications.

Les récipients en céramique

  • 39 Bats 1988, 23-25 ; Sparkes 1991, 60-62 ; Clop 2008.

15La fonction des récipients se déduit de leurs propriétés physiques et de leur morphologie, élaborées dans le but de servir à une activité spécifique39. En raison du caractère fragmentaire des données disponibles, nous proposons d’organiser les récipients en catégories relativement larges :

  • les vases de table ;

  • les vases de cuisson ;

  • les vases de transport et de stockage ;

  • les vases à parfum ;

  • les vases rituels (?).

  • 40 Nous avons intégré dans la catégorie des vases à boire les biberons, même si ceux-là occupent une (...)
  • 41 Sparkes 1991, 62-65.
  • 42 Soueref 2011, 274.

16Si le classement de certaines formes dans ces catégories s’avère parfois compliqué, la terminologie l’est tout autant40. Ce problème n’est pas spécifique à la Grèce du Nord, mais récurrent pour la céramique modelée qui n’avait pas été prise en compte dans les premières nomenclatures41. En outre, le début de l’âge du Fer dans notre région est marqué par la diversification des formes céramiques, résultant de la continuité de celles de l’âge du Bronze, de l’élaboration de nouvelles, ainsi que de l’introduction de vases tournés de style protogéométrique à partir du xie siècle via les nombreux contacts et les premiers mouvements coloniaux42. Si la publication des fouilles d’habitats comme Kastanas, Agios Mamas (Olynthe), Assiros et Sindos ainsi que les divers travaux universitaires locaux ont permis de mettre à disposition une riche documentation, l’absence d’harmonisation de la terminologie, notamment dans les rapports de fouilles préliminaires, ne permet pas toujours d’identifier les formes des récipients, surtout lorsqu’aucune photographie n’est disponible. Nous avons essayé dans ces cas-là, de respecter au plus près les dires des auteurs.

Présentation des formes céramiques déposées dans les tombes

Les vases de table (fig. 2)

Fig. 2. Carte des nécropoles pour lesquelles des vases de table sont mentionnés (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 2. Carte des nécropoles pour lesquelles des vases de table sont mentionnés (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Les vases à verser (fig. 4a)

  • 43 Dans la bibliographie grecque on observera que le terme “cruche” (πρόχους) est davantage utilisé (...)
  • 44 Une olpé a été découverte à l’intérieur d’un pithos dans l’habitat de Sindos (Gimatzidis 2010, 22 (...)
  • 45 Lemos 2002, 85-86.
  • 46 Havela 2012, 309.
  • 47 Lioutas 2013, 213 ; Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.
  • 48 Sauf dans le cas de la T.72, dont l’urne est une cruche tournée peinte importée, cf. Papadopoulos (...)
  • 49 Papadopoulos J. K. 2005, 375, 391.
  • 50 Vokotopoulou 1986, 236-241, 253.

17Les vases à verser comprennent les cruches, les œnochoés et les olpés43. Toutefois des exemples montrent que l’olpé pouvait également servir de puisette44 et on ne peut exclure que certaines grandes cruches aient été utilisées pour la cuisine45. Les vases à verser font partie des récipients les plus fréquemment déposés dans les tombes et sont mentionnés dans près d’une cinquantaine d’ensembles funéraires. On les trouve associés à des inhumations et à des crémations. À Vergina [75] et à Agios Pantéléïmon [2], les cruches occupent la plus grande part du répertoire céramique (catalogue, fig. 7). À Nea Philadelpheia [91] et à Ierissos [103], les cruches sont utilisées comme urnes cinéraires et comme vases d’accompagnement46, tandis qu’à Oraiokastro [92], Nea Efkarpia [93] et à Stavroupoli-Polichni [94], elles ne renferment que les crémations secondaires47. Au contraire, à Toronè [101], les cruches ne sont presque jamais utilisées comme urne48. Elles sont déposées aux côtés des urnes, ou mêlées aux résidus du bûcher49, occupant au total 26 % de la céramique découverte dans les tombes, et plus de 36 % des vases de table, un taux proche de celui observé dans les tombes de l’âge du Fer de la nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4] en Épire50.

Les vases à boire (fig. 4b)

  • 51 Dans la bibliographie le canthare à anses avec pouciers est appelé en grec moderne κάνθαρος µε δι (...)
  • 52 Les deux autres ont été trouvés dans la T. 82 (phase IV), une des rares crémations secondaires ay (...)

18Le canthare est le vase à boire le plus répandu. Il est mentionné pour plus d’une quarantaine de sites. Cette appellation recouvre plusieurs types modelés et tournés, non décorés ou décorés (peinture-mate, cannelures, incisions, incrustations). Le canthare à anses avec pouciers ainsi que celui à panse sphérique et col tronconique sont les plus courants à Vergina [75] (fig. 4b, canthares n° 2, 4, 5)51. Le canthare est le vase à boire par excellence dans notre région, mais il est possible que certains aient été utilisés pour le service ou la consommation d’aliments solides. Ils sont déposés comme vases d’accompagnement aux côtés d’inhumations et de crémations. C’est à Vergina [75], à Dion [86] et à Tzamala [68] qu’ils occupent la part la plus importante. À Toronè [101] le canthare n’est guère intégré dans le répertoire vasculaire funéraire (5,3 %) et la majorité accompagne des inhumations (7/9 vases)52.

  • 53 Un skyphos mentionné à Servia-Kolitsaki [35]. Voir également Tiverios 2008, 6-7 ; Papadopoulos J. (...)
  • 54 Poulaki-Pandermali 2013, 75-77.
  • 55 Desborough 1952, 77.
  • 56 Poulaki-Pandermali 75-76 ; Lemos 2002, 46-48.
  • 57 Papadopoulos J. K. 2005, 415.
  • 58 Poulaki-Pandermali 2013, 76, 96 n. 148.

19Le skyphos est quant à lui mentionné dans une quinzaine d’ensembles funéraires qui se situent principalement dans des régions côtières (Chalcidique, Piérie, Golfe Thermaïque). Quelques exemplaires sont mentionnés dans les tombes de la vallée de l’Axios et du lac Vegoritis, mais ils se font plus rares à l’ouest du Vermion53. À Toronè [101], ils représentent près de 20 % de la céramique d’accompagnement. Hormis ceux utilisés comme urnes cinéraires (16 cas) ou comme couvercles (2 cas), les autres ont tous été retrouvés fragmentaires, mêlés aux résidus des bûchers (fig. 11 ; catalogue, fig. 120). En Piérie, il semble que ce vase ait également eu une place de choix54. Plus on s’éloigne de la côte, moins ils sont nombreux. À Vergina [75], ces vases n’occupent que 3,6 % du total des céramiques associées à des sépultures (24 dans 23 tombes), un rapport proche de celui qui fut observé pour Chauchitsa [62] (3/55 vases) et Giannitsa-Talabassi [60] (1/13). Comme pour le canthare, on admet que le skyphos ait également pu servir à la consommation d’aliments solides55. Certains vases de grandes dimensions, provenant des tombes des tertres de Dion [86], ont été qualifiés de “crater-bowls”, et pourraient avoir été utilisés comme cratère (catalogue, fig. 97)56. La différence entre le skyphos et le cratère se joue au niveau de la forme de la lèvre, et des vases à boire de grandes dimensions ne sont pas inenvisageables57. Toutefois, l’hypothèse que ces grands récipients furent utilisés comme vases à mélanger le vin et l’eau ne peut être complètement rejetée. Considérant l’absence de cratères proprement dits58, et au vu de l’association de ces grands skyphoi à d’autres plus petits, à des lékanés à becs verseur, à des tasses et à des cruches, l’ensemble apparaît comme un service pour la consommation du vin.

  • 59 Saripanidi 2013 ; Hochstetter 1984, 66-78 ; Papadopoulos J. K. 2005, 475-476 ; Bräuning & Kilian‑ (...)
  • 60 À Vergina [75], le vase à une anse de la tombe L-Γ est décrit comme une louche, (πηλίνη ἀρύταινα, (...)
  • 61 Mountjoy 1993, 71-72.

20Les tasses (vases ouverts à une anse) sont mentionnées dans 29 ensembles funéraires. La variété des formes modelées et tournées, doublée de l’absence de terminologie homogène, entraînent une certaine confusion. Certains récipients inspirés des canthares (fig. 4b. Tasses n° 4-8) sont souvent appelés “canthare à une anse”, ce qui n’invalide en rien leur fonction de vase à boire, tandis que d’autres (fig. 4b. Tasses n° 9-15) sont souvent nommés “vase en forme de phiale” comme ceux à deux ou plusieurs anses59. Les tasses sont parfois appelées kyathoi pour évoquer leur possible fonction de puisette60, telle qu’on peut la supposer pour les vases munis d’une longue anse surélevée, comme leurs homologues mycéniens61. Les tasses se rencontrent dans toute la Grèce du Nord et on ne voit guère de différence de proportion entre Vergina [75] et Toronè [101], où elles n’occupent qu’une part minoritaire dans le répertoire céramique. Dans cette dernière, elles ont été trouvées fragmentaires dans les résidus de bûcher. En revanche, elles semblent très fréquentes dans les tombes des nécropoles du Golfe Thermaïque et occupent une place non négligeable à Chauchitsa [62], ainsi qu’à Agrosykia [58] où elles auraient été préférées pour les sépultures féminines.

  • 62 Une autre coupe combinant la forme du canthare à pouciers et un pied à tige provient de Vergina, (...)

21La coupe à haut pied n’est mentionnée que dans la nécropole de Kranidia-Kryovryssi A [33], remontant à la toute fin de l’âge du Bronze62.

  • 63 Andronikos 1969, 176-178, 201 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 15.
  • 64 Poulaki-Pandermali 2013, 74.

22Les biberons63 sont mentionnés dans 13 ensembles funéraires répartis dans presque toutes les régions sauf autour du Lac de Polyphyto et dans la région de Kastoria. On notera qu’il n’y en a aucun à Toronè [101] alors qu’il y a au moins six individus de moins de 3 ans, tandis qu’on en a trouvé dans les tombes des tumuli de Dion [86]64, alors qu’aucune sépulture de nouveau-né n’a clairement été identifiée. Cet apparent paradoxe peut être lié à des biais taphonomiques, mais confirme également l’absence de relation mécanique et systématique entre la présence de nouveau-nés et celle de cet objet dans les tombes.

Les “vases en forme de phiale” : écuelles et bols pour la nourriture ? (fig. 4c)

  • 65 Saripanidi 2013. La diversité des formes est visible dans l’habitat de Kastanas, où ils ont été r (...)
  • 66 Bats 1988, 245-247 ; DÉLG, s.u. “τρύβλιον”.
  • 67 Nommés φιαλόσχηµα µετὰ λαβῶν par Andronikos (1969, 208) et Schalen mit randständigen Schräghenkel(...)
  • 68 Nommés ἄωτα, δίωτα ou τετράωτα αγγεία par M. Andronikos (1969, 208), Schalen mit randständigen Ho (...)
  • 69 Hochstetter 1984, 101.
  • 70 Dans la récente publication de Vergina, les auteurs divisent les bols à anses plates en deux caté (...)
  • 71 Papadopoulos J. K. 2005, 476.
  • 72 Wardle K. A. et al. 2001, 637-638.

23Parmi les vases de table, on trouve une série de récipients ouverts caractéristiques de la région, dont les fonctions sont difficiles à cerner et les usages probablement multiples. Dans la bibliographie ces “vases en forme de phiale” (“φιαλόσχηµα αγγείαˮ) désignent le plus souvent des récipients modelés ouverts de tradition locale, munis d’une à quatre anses perforées ou ajoutées, horizontales ou surélevées. Les anses ont des formes variées et sont parfois remplacées par des anses pleines ou des tenons65. Ainsi, la “phialeˮ ne désigne pas ici le vase à libation ou la coupe à boire de banquet, bien documentés pour les époques postérieures, mais se rapproche plutôt du trublion, c’est-à-dire une écuelle ou un bol utilisé pour la présentation et la consommation de divers aliments solides ou liquides66. Selon M. Andronikos, ceux qui sont modelés à anses dressés (fig. 4c. Écuelles et bols n° 1-4) auraient été inspirés de récipients en bois67 et se distinguent clairement des bols à anses ou à tenons horizontaux (fig. 4c écuelles et bols n° 6)68. D’après la forme de la lèvre de ces récipients, il est difficile de les considérer comme des vases à boire69. La présence des anses et des tenons, parfois au nombre de quatre, ne s’y prête guère. Il vaut mieux les envisager comme des bols et des écuelles utilisés pour la présentation ou la consommation de nourriture sèche ou cuisinée. À Vergina [75], on observe trois catégories de diamètres à l’ouverture pour ces types de récipients : petit (8-16 cm), moyen (17-21 cm) et rarement grand (22-25 cm)70. La fouille des tombes de Toronè [101] a livré une variante de bol à anses dressées (with square-cut handles, fig. 4c. n° 8)71, qui se rapproche de celui à anses de type wishbone déjà connu à la fin de l’âge du Bronze, et qui aurait été utilisé comme vase à boire collectif72. Ces récipients n’occupent que 5,8% du répertoire céramique et n’ont été découverts que dans les résidus des bûchers.

  • 73 Nea Philadelpheia [91], Oraiokastro [92], Nea Efkarpia [93], Stavroupoli-Polichni [94], Toumba-Th (...)

24Ces vases ouverts, variés, semblent surtout se concentrer dans la région du Golfe Thermaïque, où ils sont mentionnés dans la totalité des grands ensembles funéraires comme vases d’accompagnement privilégiés73. On les retrouve à Vergina [75] où ils occupent 8,9 % des céramiques d’accompagnement (catalogue, fig. 88). Dans les tombes des tumuli de Dion [86], les habitants semblent rester plus imperméables à ce type de vase et seuls quelques bols à anses plates et une saucière sont mentionnés.

Les vases à mélanger (fig. 4d)

  • 74 Carington-Smith 2003.
  • 75 Andronikos 1969, 174.
  • 76 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 27. S. Gimatzidis le considère comme un lébès, cf. Gimatzidis 2 (...)

25Des cratères ont été recensés dans les nécropoles de Vergina [75], de Koukos [102], et surtout de Toronè [101], où ils sont de loin les plus nombreux. Dans cette dernière nécropole, ils sont surtout utilisés comme urnes cinéraires (11 cas) ou comme couvercle d’urne (2 cas), mais de nombreux fragments étaient mêlés aux résidus des bûchers versés dans les fosses des crémations secondaires (catalogue, fig. 120). Dans le site voisin de Koukos [102], la situation semble analogue74. À Vergina [75], un seul cratère est déposé comme vase d’accompagnement (tombe N-XIV)75, tandis qu’un autre, assez tardif, semble avoir été utilisé en urne cinéraire (tombe L-Γ)76.

  • 77 Lemos 2002, 53-54 ; Schalen type II et III de Sindos, cf. Gimatzidis 2010, 166-170.
  • 78 Papadopoulos J. K. 2005, 447-450.

26Les lékanés correspondent aux shallow bowls thessaliens ou eubéens77. La nécropole de Toronè [101] est celle qui en a livré le plus grand nombre78, mais on en trouve également une variante munie d’un bec verseur dans la nécropole de Dion [86] (catalogue, fig. 97).

Les vases culinaires (fig. 3)

Fig. 3. Carte des nécropoles pour lesquelles les autres catégories de vases sont mentionnées (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 3. Carte des nécropoles pour lesquelles les autres catégories de vases sont mentionnées (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 79 On mentionne toutefois des fragments de pyraunos dans la T. 7 de Konstantia [49].
  • 80 Lemos 2002, 86 ; T. 46.8 datée du SPG II (Popham & Lemos, éd. 1996, pl. 53), T. 80 datée du SPG I (...)

27Les vases culinaires mentionnés dans la bibliographie comprennent essentiellement des marmites tripodes (fig. 4e). Ces dernières diffèrent des marmites à support (pyraunoi) de l’arrière-pays tant par leur forme, héritée d’une tradition égéenne, que par leur usage dans la tombe, en vases d’accompagnement (chapitre II, fig. 15-16)79. Ces marmites sont mentionnées comme objets funéraires dans quatre nécropoles, toutes situées en Chalcidique : Toronè [101], Koukos [102], Ierissos [103] et Nikiti-Aï Giannis [100]. Dans cette dernière, une marmite tripode entière a été déposée dans une tombe (catalogue, fig. 112), tandis que dans les autres ensembles, elles ont toutes été retrouvées fragmentaires. À Toronè [101], ce type de dépôt appartient aux phases les plus anciennes (SM-PG Ancien), tandis qu’à Nikiti [100] et à Ierissos [103], ils datent de la fin du viiie et du viie siècle. La présence de tels récipients évoque deux tombes subprotogéométriques de Lefkandi, notamment la T. 80 qui en a livré neuf exemplaires80.

  • 81 Andronikos 1969, 34-35, 90, pl. 43.
  • 82 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, pl. 24.1, 141-142.
  • 83 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 20.
  • 84 Chemsseddoha 2014, 72.
  • 85 Heurtley 1939, 234 n° 472.

28À Vergina [75], un groupe de vases pose des difficultés quant à leur fonction et nous serions tentés de les inclure parmi les vases culinaires. Il s’agit de récipients ouverts, modelés, à pâte grossière munis de deux anses horizontales placées sous la lèvre (fig. 4f). Dans les publications, ils sont nommés ανοικτά δίωτα81, krateriskoi82 ou simplement Schüsseln83. Le terme krateriskoi semble peu approprié. Hormis un ajout plastique entre les deux anses, ces récipients sont dépourvus de décoration et rien dans les assemblages auxquels ils sont associés ne leur confère un usage ou une symbolique particulière. Ils ont été retrouvés associés à des tombes pauvres ou riches, avec ou sans épée, avec ou sans riche parure84. Une observation attentive de leur pâte et de leur surface serait nécessaire. Leur forme évoque davantage un petit faitout, une fonction évoquée par un vase similaire découvert dans les couches de l’âge du Fer de la toumba de Vardaroftsa (Axiochori), et nommé cooking-pot par W. A. Heurtley85.

Fig. 4a et b. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.

Fig. 4a et b. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.

Fig. 4c à f. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. Fig. 4 c, d, e, A.-Z. Chemsseddoha.

Fig. 4c à f. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. Fig. 4 c, d, e, A.-Z. Chemsseddoha.

Fig. 4g et h. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.

Fig. 4g et h. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.

Les vases de stockage et de transport (fig. 3)

  • 86 Alexandridou 2014.
  • 87 Tombes E-I, N-II, N-VII, AΓ-X, cf. Andronikos 1969.

29D’après la bibliographie disponible, l’hydrie ne semble pas être un récipient fréquemment déposé dans les tombes de l’âge du Fer de notre région. On ne la mentionne que dans quatre nécropoles : Kastoria-Daïlaki [8], Archontiko [59], Vergina [75], et Kountouriotissa [85]. Des informations détaillées ne sont disponibles que pour Vergina [75], où cette forme représente moins de 1 % de la totalité des vases associés aux tombes (catalogue, fig. 88). Ce récipient domestique, qui servait à transporter et à verser l’eau, est souvent relié à l’univers féminin86. À Vergina [75] cette forme est associée à quatre sépultures féminines87. Il est toutefois difficile de faire des généralités avec un échantillon aussi maigre et nous ignorons les assemblages de mobilier associés à ces vases dans les autres nécropoles.

  • 88 Poulaki-Pandermali 2013, 66.

30Les amphores sont mentionnées dans 14 ensembles funéraires, qui se situent en majorité dans la région occidentale du piémont du Païkon jusqu’à Kastoria, ainsi que dans la région de Kozani. En effet, seules deux amphores tournées et peintes sont mentionnées comme objets d’accompagnement dans les tombes à inhumations de Petra-Treis Elies [88] en Piérie88. Ailleurs, elles sont majoritairement utilisées comme contenants funéraires pour des crémations ou des enchytrismes, hormis à Toronè [101], où elles ont été retrouvées fragmentaires dans les résidus des bûchers des tombes (catalogue, fig. 120).

Les vases à parfum/cosmétiques (fig. 3, fig. 4g)

  • 89 Papadopoulos J. K. 2005, 437-441.
  • 90 Andronikos 1969, 178-180, 204-207.

31Les amphorisques ont pu être utilisées pour renfermer des huiles, onguents et cosmétiques. Elles sont mentionnées dans 14 nécropoles. À Toronè [101], les amphorisques sont en grande majorité utilisées comme urnes cinéraires. Elles ne sont déposées comme vases d’accompagnement que dans une inhumation (T.9) et une crémation (T.22 où l’urne est également une amphorisque)89. À Vergina [75], les amphorisques déposées dans les tombes sont principalement modelées (34 associées à des tombes) et plus rarement tournées (6 associées à des tombes). Les premières sont tour à tour nommées amphores ou amphorisques par M. Andronikos et mesurent entre 14,5 et 24,9 cm de hauteur90. On peut alors se demander si les plus grandes ne sont pas plutôt des petites amphores de table.

  • 91 Tombe ∆-VII vase n° 5 (cf. Andronikos 1969, 17, 83). Un autre a été retrouvé dans le remblai du t (...)
  • 92 Chondroyanni-Metoki 1997, 34, 39.
  • 93 Belletier 2003, 76-77 ; Bohen 1988 ; Popham et al., éd. 1980, 418-420 table 1-3.
  • 94 Casson 1923-1925, 11. Le contexte chronologique de celles qui ont été mentionnées pour Mendè [99] (...)

32Les autres vases liés à la toilette et au parfum sont très rares et ont été trouvés en grande majorité dans des contextes de la toute fin de l’âge du Bronze. Hormis un alabastre de style mycénien découvert dans une tombe de Vergina [75]91, les autres proviennent de la nécropole de Frourio-Kambos [30]. Le lécythe semble absent des tombes de l’âge du Fer et le seul mentionné, de style mycénien, provient d’une des tombes de la nécropole de Kranidia-Kryovryssi A [33]92. Alors qu’à l’époque géométrique, dans la nécropole du Céramique à Athènes, comme à Lefkandi, la pyxide est plus fréquemment déposée dans les tombes93, ce n’est pas le cas en Grèce du Nord. On n’en rapporte qu’une seule modelée, découverte dans la T. 14 de Chauchitsa [62] (fig. 4g n° 2)94.

Les vases composites : des vases rituels ? (fig. 3, fig. 4h)

  • 95 Ces récipients sont nommés dans les publications multiple vases (Papadopoulos J. K. 2005, 472-473 (...)
  • 96 Agios Pantéléïmon [2], Koilada-Potistra [19], Vergina [75], Dion [86] et Toronè [101]. Deux autre (...)
  • 97 Poulaki-Pandermali 2013, 74.
  • 98 Tombe AZ-III, vase n° 8, cf. Andronikos 1969, 192 fig. 38, 193, pl. 72.
  • 99 Papadopoulos J. K. 2005, 473.
  • 100 Pollitt 1979, 230 sq. ; Kourou 2007.
  • 101 Ceux qui ont été découverts à Kastanas ne sont d’ailleurs pas considérés ainsi. La majorité provi (...)
  • 102 Hom., Od., 20.151-154 ; Saint-Pierre Hoffmann 2015, 44 n. 1.

33Des vases composites95 sont mentionnés dans cinq nécropoles situées autant dans l’arrière-pays que dans les régions littorales96. Les récipients consistent en des petits pichets modelés reliés par leur anse, ou comportant une double embouchure – trilobée à Dion [86]97, à col coupé à Vergina [75]98. Les vases composites sont connus depuis l’âge du Bronze, ont une aire de distribution très vaste (Grèce, Balkans, Chypre, Asie Mineure, etc.) et ne forment pas un groupe homogène issu d’une même tradition99. Majoritairement retrouvés dans les tombes, ces objets, souvent rattachés à la famille des kernoi, auraient eu un rôle actif dans les libations faites aux morts. Il est toutefois risqué d’attribuer cette fonction rituelle à tous ces récipients de formes variées100, même si par ailleurs, il est difficile d’en faire des vases de table101. Le terme employé en grec moderne, αµφικύπελλα, renvoie au terme ἀµφικύπελλος utilisé dans les textes homériques et désigne une coupe à deux anses ou à double-fond, mais il est difficile d’en déterminer la forme exacte ou la fonction102.

  • 103 Vitsa Zagoriou [EP-4] (Vokotopoulou 1986, 247), Konitsa-Liatouvouni [EP-5] (Douzougli & Papadopou (...)
  • 104 Barç [AL-3] (Andrea 1976a, pl. IV ; Prendi 1975, pl. VII.4, VIII.6) ; Luaras [AL-6] (Aliu 2004, p (...)
  • 105 Kourou 2007, 67.
  • 106 Kourou 2007, 73-74 avec références bibliographiques.
  • 107 D’ailleurs, l’auteur n’intègre pas le vase composite de la T. 54 du cimetière de Toumba, daté du (...)
  • 108 Vokotopoulou 1986, 247-249.

34On en trouve également dans les tombes d’Épire103 et d’Albanie104. Ils se distinguent des vases eubéens submycéniens et protogéométriques qui combinent principalement des amphorisques et qui s’inscrivent dans la continuité des vases mycéniens105. Selon N. Kourou, ils auraient été élaborés spécifiquement pour les funérailles de quelques enfants de la nécropole de Skoubris à Lefkandi. Dans un service à libation, ils auraient également eu une portée symbolique en reflétant, par la multiplication des récipients, l’image de la fertilité, du cycle de la vie et du passage dans l’Au-Delà106. Cette interprétation ne peut toutefois pas s’appliquer à tous les exemplaires trouvés en contexte funéraire107. En effet, si à Koilada-Potistra [19] (catalogue, fig. 12) le vase est déposé dans la ciste d’un enfant, nous ignorons l’âge et le sexe des autres défunts ayant reçu un vase multiple dans le reste de notre région. Dans le cas de Vitsa Zagoriou [EP-4], J. Vokotopoulou considère les vases composites comme des récipients spécifiquement féminins, en raison de leur dépôt aux côtés de sépultures à riches parures108. Il faudrait toutefois vérifier cette association de manière systématique dans les tombes des autres nécropoles aux alentours. Il est donc encore difficile de comprendre le rôle de ces vases dans notre région, même si la fonction rituelle pour les libations est une explication possible.

Du monde des vivants au monde des morts : de la maison à la tombe

  • 109 Le site de Koukos [102] comprenant habitat et nécropole contemporaine le montre bien, cf. Caringt (...)
  • 110 Papadopoulos 2005, 376. Pour Vergina [75], voir le vase AZ24 de la T. AZ-X (Andronikos 1969, 77). (...)
  • 111 Courbin 1974, 127.

35Malgré nos connaissances limitées sur les habitats associés aux nécropoles, il est probable que la grande majorité des récipients en céramique découverts dans les tombes ait été prélevée des habitats109. La plupart des formes que nous avons présentées plus haut se retrouvent dans les habitats de Kastanas, Thessalonique, Assiros ou Sindos. Par ailleurs, certains vases incomplets, usagés, ou bien, portant des traces de réparations, témoignent de leur utilisation antérieure110. Hormis les vases composites dont la fonction et l’usage restent incertains, il ne semble y avoir eu aucune production céramique spécifique pour le funéraire, “les vases (…) ne sont funéraires que par affectation, non par destination”, comme l’écrivait P. Courbin pour Argos111.

  • 112 Savvopoulou 2001, 174.

36Ce constat ne résout pas la question de la sélection des récipients qui reste toutefois problématique en l’état actuel de la documentation disponible. Pour les sites dont on ne connaît que la nécropole, on peut la déduire par l’absence de certaines formes usuelles du quotidien (comme par exemple l’absence de vases culinaires à Palio Gynaikokastro [65]112.

Le nombre de vases et leur emplacement : service minimal et standardisation

Le nombre de vases par tombe

37Alors qu’en Grèce centrale et méridionale, certaines tombes de l’âge du Fer se distinguent par une accumulation exceptionnelle de vaisselle en céramique, ce n’est pas le cas dans la majorité des nécropoles de Macédoine Centrale et Occidentale, les défunts ne sont accompagnés que d’un ou de deux vases en moyenne (fig. 5), même lorsque le reste du mobilier est riche. C’est notamment le cas dans la nécropole de Vergina [75], assez bien représentative du reste de la région, excepté de la Piérie et du sud de la Chalcidique, où Toronè [101] et Koukos [102] se distinguent par un nombre plus important de récipients, évoquant une tradition plus méridionale.

Fig. 5. Nombre de vases par tombe dans les nécropoles de l’âge du Fer.

Fig. 5. Nombre de vases par tombe dans les nécropoles de l’âge du Fer.
  • 113 Andronikos 1969, 25, 55.
  • 114 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 467 (Pa. Chrysostomou).

38Dans la nécropole de Vergina [75], parmi les 334 tombes renfermant des vases en céramique, 75 % en ont un à deux (fig. 6). Parmi les 16 tombes ayant livré quatre récipients, deux abritaient deux individus (Z-pithos 4 et Φ-pithos 1)113. Dans la première tombe, il y a deux cruches et deux vases modelés à anses dressées. La répétition des formes peut être liée au nombre d’individus, chacun accompagné d’un service (un vase à verser/un bol pour la présentation ou la consommation de nourriture). On retrouve un phénomène analogue dans une des tombes décrites de la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2], qui renfermait une sépulture primaire, trois réductions, une cruche et deux kyathoi sur le couvercle de la tombe, ainsi qu’une cruche et un kyathos associés à la dernière sépulture primaire114.

Fig. 6. Vergina. Distribution des tombes en fonction du nombre de vases déposés.

Fig. 6. Vergina. Distribution des tombes en fonction du nombre de vases déposés.

39Les observations faites pour Vergina [75] trouvent des parallèles à Agrosykia [58], Giannitsa-Talabassi [60], Chauchitsa [62] et Tzamala [68], ainsi que dans les nécropoles de la région du Golfe Thermaïque jusqu’à Nea Kallikrateia [98]. Toutefois, pour ces dernières, les données disponibles ne sont pas encore suffisantes pour quantifier ce phénomène.

40À Vergina [75], la quantité de vases est assez peu corrélée à la richesse de la tombe. Les tombes pauvres en objets (autres que la céramique) ont rarement plus de deux vases. De même, les tombes riches n’ont pas forcément le plus grand nombre de récipients. On constate la même chose dans les diverses tombes détaillées d’autres nécropoles où certaines tombes riches n’ont livré aucun vase, comme à Spilaio [38], Plagiari [97], ou bien un seul, comme à Aiani-Koupoutsina [24] (T. 3), Servia-Kokkinoï [34], Nea Zoï-Terikleia [53] (T. 8), Archontiko [59] (T. 206), ou Nea Efkarpia [93].

  • 115 Papadopoulos J. K. 2005, 373, 461-482. 
  • 116 Papadopoulos J. K. 2005, voir catalogue des tombes et de leur contenu.
  • 117 Styrenius 1967, 101-102.

41La nécropole de Toronè [101] se distingue avec un nombre moyen d’objets par tombe deux fois plus élevé. Toutefois leur inégale répartition fait apparaître deux types de dépôts différents selon le rituel. En effet, comme dans le reste de la région, les sépultures à inhumations ne sont accompagnées que d’un à trois vases : presqu’exclusivement des vases modelés combinant des canthares et des cruches de tradition locale. Il n’y a qu’une seule amphorisque tournée dans la tombe multiple T. 9. Le nombre de vase n’est pas corrélé au nombre d’individus115. Les sépultures à crémation secondaires ont livré le plus grand nombre de vases, notamment celles qui ont livré des résidus de bûchers, et plus particulièrement quatre d’entre elles (T. 101, 104, 113, 117 – de 11 à 19 récipients représentés). Les céramiques tournées protogéométriques sont prédominantes et associées à quelques vases modelés116. Ainsi, la répartition des récipients dans les tombes à crémations de Toronè [101] est assez proche de celle observée dans les crémations protogéométriques athéniennes, où la majorité ne renferme qu’un à quatre vases, exceptées quatre tombes du cimetière du Céramique, qui en ont livré des dizaines117. De même, on constate le même parallèle quantitatif dans le cas des inhumations, puisque les tombes submycéniennes athéniennes n’ont livré qu’un petit nombre de vases. La différence se joue au niveau des formes sélectionnées, puisqu’à Toronè [101], il y a une restriction ou un élargissement du choix des céramiques selon le rituel. Il est alors surprenant de voir la manière dont Toronè [101] se situe à la croisée d’une tradition locale et d’une autre plus méridionale, tant dans le traitement des défunts que dans le mobilier qui leur est associé.

L’emplacement des récipients par rapport au corps des défunts

  • 118 Styrenius 1967, 38-39, 68, 100.
  • 119 Papadopoulos J. K. 2005, 373.
  • 120 Courbin 1974, 137.
  • 121 Chemsseddoha 2014, 73.

42L’emplacement des récipients fait partie des gestes intentionnels effectués aux cours des funérailles. On peut donc renseigner la localisation des vases dans l’espace de la tombe et par rapport au défunt. Pour Athènes, au vu de l’analyse faite par C. G. Styrénius, il n’y a pas de tendance unique dans le choix de l’emplacement des vases, si ce n’est qu’ils sont plutôt au niveau de la tête ou des pieds118. S’il est vrai, comme le souligne J. K. Papadopoulos, qu’à l’intérieur d’une tombe individuelle, il y a finalement peu de choix d’emplacement (extrémités, côtés ou sur le corps)119, il nous semble toutefois pertinent de l’analyser, mais en corrélation avec la forme des vases. Pour les tombes d’Argos, P. Courbin avait déjà observé que de nombreux récipients se situaient dans la région de la tête des défunts, et certains “approchés de la bouche du mort”, comme la coupe de la T. 106/2120. Les motivations qui président au choix de l’emplacement des récipients peuvent être d’ordre pratique (l’espace disponible), culturel, religieux ou symbolique. Une analyse systématique faite pour les tombes de Vergina [75] a permis de mettre en évidence une corrélation entre la forme des vases et leur emplacement dans la tombe, qui ne résulte pas d’une logique fonctionnelle évidente : les cruches sont principalement situées au niveau de l’emplacement de la tête et les canthares au niveau de celui des pieds des individus (fig. 7)121. Par ailleurs, les amphorisques et les hydries sont systématiquement placées au pied des défunts.

Fig. 7. Vergina. Graphique représentant la corrélation entre la forme des vases et leur emplacement par rapport au corps des défunts (d’après Chemsseddoha 2014, 85 fig. 9).

Fig. 7. Vergina. Graphique représentant la corrélation entre la forme des vases et leur emplacement par rapport au corps des défunts (d’après Chemsseddoha 2014, 85 fig. 9).
  • 122 Ce graphique est construit sur les données provenant de 94 tombes d’époque géométrique ayant livr (...)

43Les funérailles impliquent donc une série de gestes ritualisés qui peuvent se répéter d’un défunt à l’autre indépendamment de son genre ou de la richesse de sa tombe. Il n’est pas possible de mesurer dans le détail l’extension de cet usage, car les informations pour les autres nécropoles voisines sont trop lacunaires, ou bien le nombre de tombes et de vases est trop faible. On notera toutefois qu’à Tzamala [68], les vases de toutes formes sont plutôt déposés au niveau des pieds des défunts (10 tombes sur 14), tandis qu’à Kastoria-Daïlaki [8], ce ne sont que les grands récipients fermés qui y sont déposés. Par comparaison, à Vitsa Zagoriou [EP-4], les vases sont déposés en majorité dans la région des membres inférieurs (fig. 8), mais il n’y a peu ou pas de corrélation avec leur forme122. Si l’emplacement des vases semble alors relever d’usages locaux, il est possible de dégager quelques tendances régionales dans la composition des assemblages céramiques comme nous le verrons plus bas.

Fig. 8. Emplacement des vases dans les tombes de Vitsa Zagoriou.

Fig. 8. Emplacement des vases dans les tombes de Vitsa Zagoriou.

Offrandes alimentaires et libations

  • 123 Par comparaison, pour les récipients des tombes géométriques d’Argos, les taches identifiées sur (...)
  • 124 Zurbach 2005, 163-164 ; Jubier-Galinier 2014, 42-43 ; Garland 1985, 24.
  • 125 Andronikos 1968, 93 ; Schnapp-Gourbeillon 1982, 81 ; Zurbach 2005, 164.
  • 126 Papadopoulos J. K. 2005, 375.
  • 127 Courbin 1974, 128.
  • 128 Andronikos 1969, pl. 8, 10-13, 20-21, 23-25, 27 ; Petsas 1961-1962, pl. 94, 134, 136-137, 142, 14 (...)
  • 129 Morris I. 1992, 17-21.
  • 130 Luce 2003, 63 ; Jouanna 2015, 58-59.
  • 131 Hom., Od., 10.525 ; Jouanna 2015, 58-59.
  • 132 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 91-92.
  • 133 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 91 n. 633.
  • 134 Papadopoulos J. K. 2005, 141, pl. 367.
  • 135 Kübler 1954, 33-35 ; Andronikos 1968, 94 ; Coldstream [1977] 2003, 10.

44Les récipients retrouvés dans les tombes peuvent avoir été déposés pour ce qu’ils contenaient (offrandes alimentaires, huiles parfumées, etc.). Ils ont également pu servir lors des préparatifs (toilette du défunt, etc.) ou bien lors des funérailles (libations, rites de commensalités), et puis être déposés dans la tombe. Les récipients ont pu être déposés pour eux-mêmes et pour leur symbolique. Aucune donnée directe sur le contenu des récipients n’est disponible pour les nécropoles de l’âge du Fer de notre région123. On ne peut dire si les vases à parfum/cosmétiques étaient remplis au moment de leur dépôt, ou bien, s’ils ont servi lors de la préparation du cadavre – pour le reste de la Grèce, l’onction et les soins accordés aux corps sont largement documentés par les textes et l’iconographie124. Lors des funérailles de Patrocle des amphores de miel et d’huile (ou de graisses) sont déposées sur le bûcher funéraire tandis que le vin intervient pour l’extinction des flammes et des braises125. Sans traces conservées, ni tamisage du sédiment ou analyse physico-chimique de la surface des vases, leur dispositif dans les tombes non perturbées fournit toutefois quelques indices. Dans le cas de Toronè [101], la position des cruches, calées verticalement aux côtés des urnes cinéraires, suggère que le contenu importait plus que le contenant126. Dans le cas des tombes d’Argos, P. Courbin avait déjà avancé cette hypothèse pour les récipients fermés retrouvés debout, parfois fermés d’un couvercle, ou les vases ouverts fermement calés horizontalement, c’est-à-dire en position adéquate avec leur fonction première127. On ne peut que constater la position verticale de nombreux vases sur les photographies de fouilles de la nécropole de Vergina [75]128. Si cela ne constitue pas une preuve, la majorité de vases modelés et une certaine standardisation des formes déposées constituent un indice supplémentaire pour la prévalence du contenu sur le contenant céramique. Actuellement, nous ne pouvons pas connaître le liquide versé dans les récipients à boissons (eau ? vin ? huile ?) ni les motivations ou les croyances à l’origine de ces dépôts129. Dans le monde homérique de l’Odyssée, les psuchai passées dans l’Hadès sont des êtres évanescents, des ombres sans intelligence qui ne semblent avoir besoin de rien dans cette “anti-existence” de l’Au-delà130. Le mélange de miel et de lait, le vin, l’eau puis la farine qu’Ulysse verse successivement à l’entrée de l’Hadès sur les conseils de Circé, sont des libations pour apaiser les âmes des disparus et non des offrandes faites lors des funérailles131. À Vergina [75], les deux types de dépôts semblent se combiner dans certaines tombes. En effet, au moins neuf vases (surtout des cruches) portent des perforations faites après cuisson, à différentes hauteurs (épaule, milieu de la panse, bas de la panse et fond du vase). Selon A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, elles auraient été faites à l’occasion des funérailles pour des libations à l’intérieur de la tombe pour une minorité d’individus. La quantité de liquide restant ou écoulé pourrait symboliser les étapes de la vie du défunt132. On ne peut vérifier cette interprétation. Seuls les vases de la fouille de P. Petsas ont été examinés, il est donc possible que d’autres soient parmi le matériel mis au jour par M. Andronikos, en plus des deux récipients pour lesquels les perforations sont visibles sur les photographies publiées133. Parmi les vases de Toronè [101], le vase composite de la T. 69 porte également une perforation au niveau de la panse134. Cette pratique n’est rapportée pour aucune autre nécropole de Grèce du Nord en l’état actuel des publications. Toutefois elle est bien connue en Attique, comme l’attestent les vases perforés des tombes du Céramique dès le Géométrique Ancien, même si cela concerne davantage les vases utilisés comme marqueurs funéraires135.

  • 136 Sur la question du banquet funéraire, cf. Andronikos 1968, 15-18, 106-107 ; Kurtz & Boardman 1971 (...)
  • 137 Papadopoulos J. K. 2005, 317-318 (S. Bökönyi, D. Ruscillo).
  • 138 Papadopoulos J. K. 2005, 321-338 (D. Ruscillo).
  • 139 Papadopoulos J. K. 2005, 339-342 (F. Gyulai, K. Kelertas).

45Les dépôts alimentaires ne sont documentés que pour la nécropole de Toronè [101]. Les restes fauniques ou végétaux ne proviennent pas des vases directement mais des résidus des bûchers. Ils constituent les reliefs d’un repas et d’un rituel de boisson partagée par les proches au moment des funérailles136. De la faune a été identifiée dans 16 tombes, toutes des crémations, et comprend en majorité des os d’ovidés/caprinés. Les restes osseux portent des traces de chauffe plus ou moins marquées, à cause de l’emplacement des pièces de viande sur le bûcher ou du moment durant lequel elles y ont été jetées. La majorité des os sont longs et appartiennent à des parties animales assez maigres en viande. Selon les chercheurs on peut supposer que lors des funérailles, la carcasse était divisée entre les proches et le défunt, qui ne recevait qu’une petite part sur son bûcher137. Les restes de faune marine sont plus nombreux et variés. On n’a trouvé qu’une seule pince de crabe dans les tombes à inhumation, peut-être déposée là en ornement ou talisman. Les autres restes proviennent des résidus des bûchers. Les mollusques, qui comprennent en majorité des espèces comestibles courantes (coques et patelles), sont les plus nombreux dans les tombes. Parmi la totalité de la faune marine, il est probable que certains mollusques aient été emportés avec quelques galets lors du ramassage des restes brûlés après la crémation, qui devait se passer dans certains cas sur le rivage. Il est difficile de savoir si les coquillages étaient consommés par les proches ou offerts aux défunts. Une partie devait être mêlée aux restes du repas jetés dans le bûcher, tandis que certains coquillages ont peut-être été choisis pour leur qualité esthétique plus que nutritionnelle. L’absence de dépôt systématique dans la totalité des tombes ainsi que le manque de cohérence dans les assemblages montrent peut-être que les coquillages étaient choisis en fonction de leur disponibilité et du goût de chaque famille138. Concernant les restes végétaux, des graines ont été identifiées dans une dizaine de tombes à crémation (avec résidus des bûchers). On trouve entre autres des légumineuses (lentilles, fèves, ers), des céréales (orge), quelques baies (prunellier) et des pépins de vignes cultivées139.

  • 140 Papadopoulos J. K. 2005, 83, 373.
  • 141 Kefalidou 2010, 140.
  • 142 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).
  • 143 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 288-289.
  • 144 Vokotopoulou 1986, 96-97.
  • 145 Courbin 1974, 128.
  • 146 Jubier-Galinier 2014.

46Dans certains cas on peut se demander si les récipients n’étaient pas déposés vides dans les tombes. Dans différentes nécropoles, nous avons relevé quelques exemples de vases retrouvés à l’envers : T. 7 de Toronè [101] (canthare à l’envers sur le coude gauche sur défunt alors que la cruche est placée verticalement dans la tombe)140, T. 9 de Stavroupoli-Polichni [94] (un vase retrouvé à l’envers sur le dos du défunt placé face contre terre)141. On peut également se poser la question lorsque des objets ont été découverts à l’intérieur des récipients : Agios Pantéléïmon [2] (poignard dans un vase)142, Aiani-Isiomata [27] T. 13 (un anneau de bronze à l’intérieur du canthare)143. Un autre exemple est mentionné dans la nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4], T. 58, où un fer de lance a été retrouvé à l’intérieur d’un canthare144. À Argos, la question s’était posée à P. Courbin pour les cas de récipients en position couchée dans les tombes non perturbées ou dans le cas de vases empilés145. De même, dans les riches tombes géométriques attiques, comme la “tombe d’Isis” à Éleusis, il n’est pas certain que la totalité des récipients aient contenu quelque aliment. Comme pour le phénomène de la multiplication des lécythes au ve siècle146, l’accumulation de vaisselle souligne la richesse matérielle de la famille et renforce la portée symbolique de ces récipients.

  • 147 Andronikos 1969, 37, 174-175, pl. 11.
  • 148 Chemsseddoha 2014, 74.

47Il y a donc peu de vases dans les tombes, sauf quelques exceptions. On peut toutefois se demander si quelques-uns n’étaient pas déposés pour leur valeur de prestige. Notre hypothèse se fonde sur l’observation des assemblages céramiques de Vergina [75], et notamment celui de la tombe N-XIV qui a livré un cratère importé protogéométrique147. Il s’agit du seul exemplaire déposé comme vase d’accompagnement parmi les tombes fouillées. La tombe renferme également une cruche, une épée, deux couteaux et quatre boutons en bronze. Ces objets correspondent aux dépôts habituels des tombes à armes, tandis que la présence du cratère constitue une originalité. Il a pu avoir été déposé comme objet de prestige agissant comme un marqueur social et comme témoin des réseaux d’échanges qu’entretenait le défunt de son vivant148.

La composition des assemblages

De l’âge du Bronze à l’âge du Fer : du parfum à la table ?

  • 149 AD, 38, 1983, B’, Chr., 204-208 (A. Tziafalias).
  • 150 Belletier 2003, 74-77.
  • 151 Blandin 2007, 83-85.
  • 152 Popham et al., éd. 1980.
  • 153 Courbin 1974, 125-126.

48Les vases de table sont présents dans la majorité des nécropoles de l’âge du Fer et dominent largement le répertoire céramique des nécropoles publiées. Cette tendance n’est pas spécifique à la Grèce du Nord et se retrouve dans le reste du pays, comme à Vitsa Zagoriou en Épire [EP-4], à Krannon en Thessalie149, à Athènes150, à Érétrie151 ou encore à Lefkandi152 ou à Argos153 (fig. 9).

* La catégorie “Autreˮ pour Vergina, Toronè et Vitsa Zagoriou = vases indéterminés et vases composites. Pour Athènes, il s’agit des vases miniatures.

Fig. 9. Effectifs et proportions des vases déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.

Fig. 9. Effectifs et proportions des vases déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.
  • 154 Poulaki-Pandermali 2013, 57, αρτόσχηµα αλάβαστρα apparenté au type straight-sided alabastron de M (...)
  • 155 Besios & Chrachtopoulou 1994, 147-148 ; Besios 2010, 65.
  • 156 Leibethra [b-8], Spathes [b-4], Platamon “Stop” [b-9]. À Leibethra [b-8], les alabastres sont les (...)
  • 157 À Aiani [22], les alabastres sont les vases de style mycénien les plus courants et représentent p (...)
  • 158 Mountjoy 1993, 67, 76, 85, 90, 127 ; Lewartowski 2000, 29 ; Phialon 2011, 390 Annexe 04, tab. E.
  • 159 Karamitrou-Mentessidi, 2011b, 111-122 ; Eder 2009.
  • 160 Mountjoy 1993, 127 ; Popham et al., éd. 1980, 283.
  • 161 Poulaki-Pandermali 2013, 55, 57-59, 66.
  • 162 Papadopoulos J. K. 2005, 437-441.

49Ces assemblages diffèrent de ceux du Bronze Récent, dans lesquels les vases à parfum/cosmétique occupent une place de choix. Les données numériques manquent encore à l’appui. Toutefois on constate qu’à cette époque, les alabastres, dont la forme est inspirée des alabastres mycéniens154, sont couramment déposés dans les tombes de Piérie septentrionale155, méridionale156, et, en Macédoine Occidentale157. Bien qu’ils soient associés à des vases de table, on retrouve cette préférence pour les vases à parfum dans le reste du monde mycénien158. Ainsi, la composition des assemblages céramiques des tombes de Kranidia-Kryovrissi [33] et de Frourio-Kambos [30] (canthares, kylix, lécythe pour le premier et canthares, “phiales”, amphores et alabastres pour le second), s’inscrit dans la continuité de l’époque mycénienne, qui se manifeste déjà à Frourio-Kambos [30] dans la construction de tholoi et de tombes à chambre. Grâce aux récentes découvertes de sites de la fin de l’âge du Bronze, le sud de la Macédoine actuelle n’est plus considéré aujourd’hui comme une simple périphérie du monde mycénien159. À partir de l’HR IIIC en Attique et au Protogéométrique à Lefkandi, l’alabastre disparaît au profit du lécythe et, dans une moindre mesure, de l’amphorisque160. En Piérie un tel remplacement semble s’opérer avec l’amphorisque qu’on va trouver au côté des vases de table dans les tombes de Petra-Treis Elies [88] puis dans celles des tumuli de Dion [86]161. À Toronè [101], on ignore les pratiques funéraires antérieures à l’âge du Fer, mais nous soulignerons qu’on retrouve, comme en Attique et en Eubée, les petites amphorisque à anses horizontales puis celles à anses verticales162.

50Les vases de table et notamment les services à boisson ne sont pas absents des tombes du Bronze Récent, et il est encore difficile de mesurer la disparition des vases à parfum/cosmétiques dans les tombes de l’âge du Fer, même s’ils semblent bien moins nombreux. En l’état actuel de la documentation il est donc encore difficile de mesurer en détail ce passage crucial entre les deux époques. Toutefois, on ne peut que constater un certain basculement vers une augmentation significative des vases de tables et notamment des services à boisson.

L’âge du Fer : émergence de tendances régionales

51Si les données chronologiques manquent pour étudier l’évolution des assemblages céramiques au cours de l’âge du Fer, nous parvenons néanmoins à souligner quelques tendances régionales significatives.

* Pour Toronè, la catégorie “Ind.” correspond aux bols modelés à anses carrées.

52Lorsqu’on observe la distribution géographique des grandes catégories fonctionnelles des vases, on constate tout d’abord que les vases de table sont présents partout, tandis que les vases de transport/stockage sont plus inégalement répartis. On ne les dépose guère dans les tombes des nécropoles du Golfe Thermaïque, ni à Nikiti-Aï Giannis [100] ou à Ierissos [103] en Chalcidique. Toronè [101] et Koukos [102] apparaissent comme deux exceptions. En revanche, ils semblent assez courants dans les tombes de Macédoine Occidentale, comme à Kastoria-Daïlaki [8]. Cela mériterait d’être vérifié lors de la publication des tombes. Cette tendance régionale semble toutefois se confirmer, comme le montre l’exemple de la nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4], dans laquelle les amphores et amphorisques occupent une place non négligeable dans les assemblages des tombes de l’âge du Fer (21,2 % de la totalité des vases en céramique).

53Lorsqu’on observe de plus près les combinaisons des vases de table dans les tombes (fig. 10), ce sont les récipients liés à la consommation de boissons qui sont les plus représentés (vases à verser et à vases à boire). Dans la nécropole de Vergina [75], ces vases occupent 89,2 % des vases de table et 76 % de la totalité des récipients déposés dans les tombes. Cela semble être assez représentatif des autres nécropoles de l’arrière-pays, ainsi que de celles de la côte chalcidienne ou piérienne. Les exemples mentionnés ci-dessus ne correspondent qu’aux nécropoles pour lesquelles le mobilier est détaillé. Il est toutefois courant de lire dans les rapports préliminaires de fouilles que, parmi les récipients, prédominent les vases à boire et les vases à verser. Il ne s’agit pas d’une particularité régionale. On retrouve ces catégories fonctionnelles dans les tombes de Grèce centrale, d’Attique ou d’Eubée.

Fig. 10. Effectifs et proportions des différents vases de table déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.

Fig. 10. Effectifs et proportions des différents vases de table déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.
  • 163 Chemsseddoha 2014, 72-73.
  • 164 Belletier 2003.
  • 165 Andronikos 1969, 75-76.
  • 166 À Chauchitsa [62] les tasses sont associées à des tombes avec ou sans parures.

54En revanche, des différences régionales se manifestent dans le choix des formes céramiques (fig. 11). En Macédoine Centrale et Occidentale, la combinaison la plus fréquente est celle de la cruche et du canthare163. À Vergina [75] ces deux formes représentent plus des deux tiers de la totalité des vases (catalogue, fig. 88), et on les trouve associées dans 101 tombes, soit un peu plus d’un quart de celles identifiées jusqu’à aujourd’hui. Cette combinaison est l’équivalent de l’œnochoé et du skyphos de la Grèce méridionale164. En outre, on observe un jeu d’équivalence entre le canthare et le skyphos. À Vergina [75], le canthare atteint quasiment la même proportion que le skyphos à Toronè [101]. Dans ces tombes chalcidiennes, les skyphoi sont tous associés à des crémations tandis que les canthares, de tradition locale, ne sont déposés que dans des inhumations. À Vergina [75], on compte 24 skyphoi associés à 23 tombes. Dans une dizaine de cas, associé à une cruche, le skyphos constitue le seul vase à boire et vient donc remplacer le canthare. Dans trois cas, et notamment dans la tombe la plus riche AZ-VII165, il vient s’ajouter au service cruche-canthare et se présente alors davantage comme l’élément d’un service de luxe. Dion [86] semble se situer à la croisée de Vergina [75] et de Toronè [101] avec une quantité importante de skyphoi décorés ou de canthares. Cette diversité est probablement le résultat de la position géographique du site entre le littoral égéen, la Thessalie et l’arrière-pays macédonien. Dans ces trois sites, les tasses, modelées ou tournées, ne semblent jouer qu’un rôle mineur dans la composition des assemblages. En revanche, elles apparaissent comme une alternative au canthare et au skyphos dans certaines nécropoles du nord et de l’ouest de la Macédoine. Les données proviennent malheureusement de sites encore mal documentés dans la bibliographie disponible (Agios Pantéléïmon [2]) ou ayant livré peu de tombes (Agrosykia [58], Giannitsa-Talabassi [60]). À Agrosykia [58], le choix de la tasse ou du canthare modelé serait corrélé au sexe du défunt, puisque la première n’est associée qu’à des tombes à parures et le second à des tombes à armes pour la plupart. Toutefois le nombre de tombes connues est limité et cela ne se vérifie pas dans les autres nécropoles dont les tombes sont détaillées166.

Fig. 11. Effectifs et proportions des vases à boire déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et en Épire.

Fig. 11. Effectifs et proportions des vases à boire déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et en Épire.
  • 167 Havela 2012, 310.
  • 168 Bilouka et al. 2004, 110.
  • 169 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264 ; Havela 2012, 310 n. 20.

55Comme nous l’avons vu plus haut, les écuelles et les bols servant à la présentation ou à la consommation de la nourriture sont mentionnés dans plus d’une vingtaine de nécropoles. À Vergina [75], ils occupent 10,5 % des vases de table, soit 8,9% de la totalité des récipients déposés dans les tombes (catalogue, fig. 88). Parmi les 168 tombes ne contenant que deux vases, dans 19 cas, le bol à anses dressées ou à anses plates remplace le vase à boire. Toutefois parmi les 57 tombes renfermant trois vases, dans une dizaine de cas, ils viennent s’ajouter au service à boisson. Les nécropoles de la côte orientale du Golfe Thermaïque se singularisent par la popularité de ces récipients, en association avec des vases à boire, et surtout par la rareté des vases à verser. Les cruches sont déposées comme contenants funéraires pour des crémations secondaires et peu ou pas comme vase d’accompagnement167. Ce phénomène semble s’étendre au sud jusqu’à Nea Kallikrateia [98]168. Au nord et à l’ouest, lorsqu’on s’éloigne du Golfe on retrouve une certaine variété, comme à Nea Philadelpheia [91] où les cruches et les canthares sont prédominants169. Il serait nécessaire de vérifier cette particularité régionale par des données numériques une fois les nécropoles publiées. Toutefois l’absence récurrente de cruche ne peut être due au hasard et implique une variante dans le rituel ou dans les idéologies funéraires.

56La dernière tendance régionale est perceptible à travers la distribution des vases à préparer/mélanger. Les cratères, “crater-bowl” et lékanés ne sont mentionnés qu’à Vergina [75], Dion [86], Toronè [101] et Koukos [102]. Toutefois, à Vergina [75], il n’y en a qu’un seul déposé comme vase d’accompagnement. La majorité provient donc des sites côtiers de Chalcidique et de Piérie. Leur distribution géographique coïncide avec celles des skyphoi. À Toronè [101], ils sont non seulement retrouvés dans les résidus du bûcher, mais sont également utilisés comme urnes cinéraires et vases-couvercles.

De la simple commensalité au symposion comme marqueur social : arrière-pays versus littoral ?

  • 170 Luce 2003.
  • 171 Papadopoulos J. K. 2005, 215.
  • 172 Esposito 2015, 13-15.
  • 173 T. 117 (Papadopoulos 2005, 212-220), T. 101 (ibid., 172-177), T. 113 (ibid. 201-206), T. 104 (ibi (...)
  • 174 Papadopoulos J. K. 2005, 385-387.
  • 175 T. 23 : 1 cratère à bec verseur, 1 amphore, 2 petites amphorisques, 1 cruche à col échancré et un (...)
  • 176 Karliabas et al. 2004, 344 ; Poulaki-Pandermali 2013, 74-83.
  • 177 Les céramiques mises au jour dans les six tombes à tholos comprennent : 6 cruches modelées et 15 (...)

57Les vases de table sont les récipients les plus couramment déposés dans les tombes à l’âge du Fer comme dans le reste de la Grèce. Le grand nombre de vases à verser et de vases à boire reflète l’importance de la boisson dans les rituels funéraires170. Ces rites de commensalité faits en l’honneur du mort étaient l’occasion pour les proches d’entamer le travail de deuil, de resserrer les liens familiaux, et d’affirmer ou de réaffirmer la position de chacun au sein de la famille et de la communauté171. Toutefois, les différents types d’assemblages céramiques, tels qu’ils apparaissent dans les tombes de Grèce du Nord, nous invitent à faire la distinction entre l’évocation de la boisson, d’un côté, et l’expression claire et ostensible de celle du banquet, au sens large et plus précisément du symposion de type grec, ce moment particulier consacré à la consommation partagée de vin mélangé à l’eau172, identifié dans les tombes de Piérie, mais aussi et surtout dans le sud de la Chalcidique. Comme nous l’avons dit, dans les tombes de Toronè [101], on retrouve l’ensemble de la vaisselle liée à la consommation du vin. Dans quelques tombes, on observe une multiplication des récipients (T. 117, 101, 113, 104, 115)173, notamment des céramiques pour la consommation individuelle de boisson, comme les skyphoi ou les tasses – on serait presque tenté de compter le nombre de proches conviés aux funérailles et invités à partager ce “drinking ritual”. Par exemple, dans la T. 117, on compte six skyphoi. Dans la T. 113 ont été identifiées entre autres 19 anses appartenant principalement à des skyphoi et cinq lèvres de bols modelés à anses carrées. Enfin, la fouille de la T. 101 a livré entre autres cinq tasses et deux ou trois skyphoi. L’évocation du banquet est renforcée par la présence des quelques restes d’animaux d’élevage découverts sur le bûcher et qui pourraient être interprétés comme la part de viande offerte au défunt lors du repas partagé entre les proches174. Dans cette nécropole et pour ces tombes en particulier, le banquet fait clairement partie de l’idéologie funéraire de la communauté et des stratégies sociales pour valoriser le défunt et ses proches. La quantité de céramique renvoie à la prospérité de la famille et lui permet d’affirmer son statut au sein de la communauté par un processus de récupération de la mort. Les tombes citées plus haut sont riches car les résidus du bûcher ont été versés dans les fosses. Elles se situent toutes dans la portion ancienne de la nécropole, au niveau de la terrasse aménagée (dépôt 4). L’absence de tels dépôts dans la majorité des tombes restantes ne signifie pas qu’aucun moment de commensalité n’a été partagé en l’honneur du défunt. Toutefois, l’image du banquet résonne plus faiblement dans les tombes et ne se cristallise pas autour de la dépouille du défunt après les funérailles. Pour la nécropole voisine de Koukos [102], l’absence de publication détaillée des tombes empêche de mesurer l’importance donnée aux vases de table pour chaque enterrement, en dehors de l’attestation des formes céramiques caractéristiques (cratères, skyphoi, lékanés, tasses, marmites, etc.). Toutefois, il ne fait aucun doute que la consommation de vin occupe une place importante dans les modes de représentation funéraire, comme en témoignent le contenu de la T. 23 et des autres tombes175. En Piérie, le symposion s’exprime également dans le mobilier funéraire à travers la vaisselle en céramique. Les vases tournés se rattachant au style protogéométrique de la koinè thessalo-eubéenne sont aussi fréquents (Makrygialos [80]) ou plus fréquents (Dion-Piémont de l’Olympe [86]) que la céramique modelée de tradition locale176, une mixité qu’on retrouve dans les tombes à tholos de Marmariani en Thessalie177.

  • 178 Chemsseddoha 2014, 73-75.
  • 179 Wardle K. A. et al. 2001.
  • 180 Wardle K. A. et al. 2001, 642.

58Dans les autres nécropoles et notamment à Vergina [75], les nombreux vases de table renvoient à l’idée de commensalité. Toutefois, le banquet, ne semblent pas s’exprimer de manière claire. Le cratère, symbole par excellence de la boisson partagée, est quasiment absent. Les quelques vases tournés et/ou décorés (skyphoi, canthares) peuvent correspondre à un service à boisson de luxe, mais les références au banquet telles qu’elles apparaissent à Toronè [101] sont très discrètes178. On ne peut identifier l’évocation de cette activité particulière dans les modes de représentation funéraire des nécropoles de Grèce du Nord par le seul prisme de la céramique protogéométrique ou géométrique. Ce serait négliger la possibilité d’un service local d’apparat utilisé pour la consommation du vin et pour les festins organisés par les communautés locales. Cette question a déjà été posée pour le Bronze Récent, dans le cadre d’une étude comparée entre la fonction de la vaisselle de style mycénien et celle de la vaisselle locale, découvertes toutes les deux dans l’habitat de la Toumba Assiros179. Selon les auteurs, le service à boisson local comprenait un bol modelé à anses “wish-bone”, ainsi que des jarres et des cruches pour la préparation et le service des mélanges. Le bol modelé, d’une capacité de 4 à 6 litres, devait être utilisé comme vase à boire collectif, la forme des anses se prêtant à un passage de mains en mains. Les importations mycéniennes correspondent à d’autres formes bien connues (cratères, bols profonds, tasses), qui n’ont aucun équivalent avec la vaisselle locale en termes de capacité, et l’importance est donnée aux vases de consommation individuelle. Les auteurs montrent que les contacts avec le monde mycénien ont entraîné le transfert de nouvelles formes céramiques ainsi qu’une nouvelle manière de consommer la boisson, selon un “Mycenaean style symposium”, qui devait également incarner une valeur de prestige. À l’âge du Fer, en parallèle de la céramique protogéométrique et géométrique, le service à boisson local perdure avec une sensible diminution en capacité des bols modelés (2 litres de capacité), tandis qu’apparaissent également de grands bols à anses surélevées dont le plus caractéristique, orné de protomés animales sur les anses, pouvait contenir 25 litres de liquide180.

  • 181 T. 88 : 1 cruche, 1 amphorisque, 5 canthares et, sur le dessus de la pile de vases, 1 cratère à b (...)
  • 182 En effet, les fouilles du bâtiment orthogonal de l’habitat associé à la nécropole d’Ierissos (col (...)

59Dans les autres sites contemporains, il ne fait aucun doute que la vaisselle modelée locale pouvait être utilisée lors d’un banquet et le contenu de la T. 88 de Koukos [102] en fait probablement référence181. Toutefois, comme nous l’avons vu pour Vergina [75] comme pour la majorité des nécropoles du Golfe Thermaïque et de l’arrière-pays, le nombre de récipients par tombe est minimal, les assemblages standardisés quelle que soit la richesse de la sépulture, les catégories fonctionnelles limitées et rarement répétées au sein d’une même tombe. Il est difficile de comprendre à quoi servaient ces récipients. Renfermaient-ils la part de boisson et de nourriture pour le défunt ? Quoi qu’il en soit, un choix a été fait par les proches. Pour mesurer avec précision la sélection des céramiques pour les funérailles, il serait nécessaire d’avoir à notre disposition les données quantitatives de celles qui provenaient des habitats associés. Ces données n’étant pas encore disponibles nous noterons simplement qu’à Ierissos [103], Nea Philadelpheia [91] et Agrosykia [58], la céramique provenant des tombes comprend notamment des récipients locaux modelés ou non décorés, tandis que celles des habitats comprend en plus de la céramique fine locale, tournée et décorée de style géométrique182. S’il s’avère qu’au moment des funérailles, la vaisselle d’apparat reste dans l’habitat ou qu’elle n’est déposée que de manière très limitée dans les tombes, on serait alors dans un schéma opposé à celui qui a été observé dans les tombes de Grèce méridionale, où la belle vaisselle était fréquemment offerte aux défunts.

  • 183 Vergina (Kottaridi 2009b, 149), Archontiko (Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479-481), Nea (...)
  • 184 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479-480, fig. 2.
  • 185 Luce 2003, 60 ; Despini 2016c, 242, sq.
  • 186 Pour un développement détaillé sur le mobilier céramique des tombes archaïques, cf. Saripanidi 20 (...)

60L’absence d’évocation claire du banquet, dans la majorité des tombes de l’âge du Fer de Grèce du Nord, est d’autant plus marquée si on regarde les assemblages de récipients déposés dans les tombes de l’époque archaïque. Dans la plupart des nécropoles, à partir du vie siècle, on observe un changement dans la composition du mobilier funéraire, qui se traduit par une diversification des classes fonctionnelles des céramiques, corrélée à la multiplication des importations et des imitations locales (attiques, corinthiennes, de la Grèce de l’Est, etc.). Les récipients liés au service à boisson continuent d’être déposés dans les tombes, désormais aux côtés de vases de banquets, tels que des cratères, des cratérisques et des dinoi183. Par ailleurs, le banquet est également évoqué à travers d’autres objets comme une statuette de symposiaste (Archontiko)184, ainsi que des modèles miniatures de tables, de chaises ou de chenets (Sindos)185, absents des tombes de l’âge du Fer186.

61Ainsi dans la composition des assemblages céramiques déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Grèce du Nord, il y a une nette distinction entre le littoral et l’arrière-pays. Il s’agit toutefois d’une petite portion du littoral correspondant en réalité au binôme Toronè-Koukos et à la Piérie, où on privilégie la vaisselle tournée et en particulier celle de banquet. Il est donc intéressant de noter que les contacts répétés avec la Grèce centrale et méridionale depuis l’âge du Bronze, attestés à l’âge du Fer, notamment dans le matériel issu des habitats, ne semblent avoir eu qu’un impact limité dans la nature des dépôts céramiques placés dans les tombes de la région orientale du Golfe Thermaïque et de l’arrière-pays macédonien, avec une réticence à intégrer le banquet dans les modes de représentation des élites. Ces hypothèses mériteraient d’être vérifiées avec la publication détaillée du matériel de ces ensembles et des habitats associés. Il est en revanche certain que de nombreuses communautés valorisaient davantage le mobilier métallique aux côtés des défunts.

armes, parures et accessoires

62Les tombes de l’âge du Fer en Grèce du Nord sont particulièrement connues pour la quantité et la qualité des objets métalliques qu’elles ont livrés. Dans l’idéal, il faudrait distinguer les objets portés par le défunt de ceux déposés autour de lui. Toutefois, lorsque les restes osseux sont mal conservés ou que les études anthropologiques ne sont pas disponibles, il n’est pas possible de connaître l’emplacement initial des objets. Par ailleurs, tous les objets ne sont pas en métal. Ainsi, comme pour la céramique, nous avons préféré conserver une présentation des objets selon un classement par catégories fonctionnelles : 1) les armes, 2) les ustensiles, 3) les parures et accessoires de vêtement.

Présentation des objets

Les armes

  • 187 Andronikos 1969, 266.
  • 188 Trois Hiebmesser associés aux tombes Z-pithos 5 (46,3 cm de longueur), LXV-AΩ (environ 37 cm de l (...)

63Seules les armes offensives sont représentées dans les tombes (fig. 12). Il n’y a aucun casque, élément d’armure ou bouclier attestés. Comme nous le verrons, les disques en bronze, retrouvés dans les tombes féminines, sont interprétés comme des éléments de ceintures. Les armes identifiées comprennent les épées, les pointes de lance et les pointes de flèche. Dans cette classification fonctionnelle, les couteaux posent quelques problèmes. M. Andronikos avait rangé ceux qui avaient été découverts dans les tombes de Vergina [75] parmi les armes en distinguant les couteaux (µαχαιριδια) avec des lames inférieures à 15 cm de longueur et les coutelas (µάχαιρα) avec des lames supérieures à 15 cm. Le couteau déposé dans une tombe sans arme aurait symbolisé l’équipement guerrier d’un défunt de statut social modeste187. Cette interprétation fragile, reposant sur l’utilisation des couteaux comme marqueur de genre masculin et comme marqueur d’une hiérarchie sociale parmi les guerriers, a été remise en question par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier qui rappellent la polyvalence de ces outils et ne considèrent comme arme que certains couteaux de taille188. Pour cette raison et considérant l’inégalité des publications disponibles sur le mobilier des nécropoles retenues dans notre corpus, nous avons préféré inclure cette catégorie d’objets dans la catégorie des ustensiles et accessoires.

Les épées

  • 189 D’autres épées découvertes fortuitement sont mentionnées par I. Kilian-Dirlmeier : trois archaïqu (...)

64Les épées sont mentionnées dans 23 nécropoles. Il y en a au total au moins 47 exemplaires (fig. 12)189. La moitié provient de la nécropole de Vergina [75]. On observe toutefois quelques tendances régionales. Les épées sont plus fréquemment déposées dans les tombes situées dans la partie occidentale de la région, et à l’est du Strymon, tandis que sur le pourtour du Golfe Thermaïque, en Piérie, ainsi qu’en Chalcidique, l’épée apparaît comme plus rare ou exceptionnelle.

Fig. 12. Carte de répartition des types d’armes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 12. Carte de répartition des types d’armes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 190 Snodgrass 1964, 93-100.
  • 191 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 301, 305 fig. 267. La présence de cette épée a entraîné un déba (...)
  • 192 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32, 290, 296 fig. 256.
  • 193 Andronikos 1969, 261-265.
  • 194 Antikas L. W., Antikas T. G. 2002.

65La quasi-totalité des épées a été trouvée dans des tombes à inhumation – une seule est associée à une crémation secondaire (Axioupoli, T. A24 [64], catalogue fig. 64). L’emplacement des épées par rapport aux corps des défunts n’est pas explicité (informations lacunaires ou squelette mal conservé). Elles appartiennent presque toutes au type Naue II190 et sont presque toutes en fer. Deux épées en bronze proviennent des nécropoles d’Agios Pantéléïmon [2] et de Vergina [75] (tombe C-∆)191. Une autre épée en fer avec pommeau de bronze (Vergina, tombe LXVIII-Z) appartient au type Glasinac-Mati et daterait de la dernière phase de la nécropole (début du viie siècle)192. On peut distinguer trois catégories dimensionnelles : celles qui mesurent entre 0,70 et 1,06 m de longueur, celles qui mesurent entre 0,50 et 0,70 m et les épées courtes, comme celle de la tombe ∆-II de Vergina [75] (32,5 cm)193 ou celles d’Axioupoli [64] et de Tzamala [68]. Dans cette dernière nécropole, les épées courtes accompagnaient deux hommes, un de moins de 40 ans et un adolescent194.

Les pointes de lance

  • 195 Notons qu’à Oraiokastro [92], la seule pointe de lance est celle qui a été retrouvée dans le thor (...)
  • 196 Vokotopoulou 1986, 300-304.
  • 197 Tombes fouillées par P. Petsas : L-A, L Γ, LV-A, LV-B, LVIII-B, LXIV-A, LXV AΨ, cf. Bräuning & Ki (...)
  • 198 Andronikos 1969, 11.
  • 199 Schmitt H.-O. 2007, 426-466 ; Snodgrass 1964, 136-139.
  • 200 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 35 tab. 2.

66Les pointes de lance sont mentionnées dans 22 ensembles funéraires et couvrent quasiment les mêmes régions géographiques que les épées (fig. 12), sauf qu’on les trouve également à Koukos [102] en Chalcidique195. En l’état actuel de la documentation, ce sont les nécropoles de Vergina [75] et d’Agios Pantéléïmon [2] qui en ont livré le plus grand nombre. Par nécropole, il y en a toutefois moins qu’à Vitsa Zagoriou [EP-4] en Épire (48 pour les tombes datées entre 850 et 700)196. Proportionnellement, comme pour les épées, la nécropole d’Agrosykia [58] en a livré une quantité non négligeable. On les trouve associées à des inhumations et à des crémations, notamment à Vergina [75] (8 pointes de lance associées à des crémations secondaires)197. Comme pour les épées, la position des lances est assez mal documentée. Dans le cas de l’enchytrisme A-3 de Vergina [75], la lance devait être placée en diagonale sur le défunt, probablement en raison du manque d’espace dans le pithos198 (chapitre II, fig. 17). Pour Vergina |75], la typologie des pointes de lance a été faite d’après celle établie pour le sanctuaire de Kalapodi par H.-O. Schmitt, qui distingue trois classes dimensionnelles associées à trois fonctions différentes : arme de jet, arme polyvalente et arme d’estoc199. Ainsi, dans cette nécropole, la majorité des pointes de lance sont de taille moyenne. Les pointes de lances courtes ou très longues sont très peu représentées (fig. 13)200.

Fig. 13. Les dimensions des pointes de lance de la nécropole de Vergina.

Fig. 13. Les dimensions des pointes de lance de la nécropole de Vergina.
  • 201 Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24]. À Vergina [75], la seule paire de lances est associ (...)
  • 202 Douzougli & Papadopoulos 2010, 40, 42 ; Vokotopoulou 1986, 303.
  • 203 Douzougli & Papadopoulos 2010, 40, 42 ; Vokotopoulou 1986, 303.
  • 204 Chrysostomou A. 2016, 29.

67Les paires de lances sont rares201, à la différence des nécropoles épirotes de Konitsa-Liatovouni [EP-5] et de Vitsa Zagoriou [EP-4]202. Dans ces deux sites très similaires, les lances ne sont pas interprétées comme les éléments d’un équipement guerrier, mais plutôt comme des armes utilisées occasionnellement pour repousser quelques incursions isolées et surtout lors des activités quotidiennes de chasse et d’élevage, si l’on considère leur forte distribution dans les tombes d’adultes et de jeunes, la continuité de ces dépôts à travers les siècles, et l’environnement naturel où les activités pastorales étaient importantes pour ces deux communautés203. Ainsi, il est difficile de savoir si ces armes constituent les éléments d’un discours sur la guerre, sur la chasse ou bien fait référence aux deux activités comme cela est suggéré pour la nécropole d’Arnissa [40]204.

Les pointes de flèche

  • 205 Tombe LXV-B∆ (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 263), K-VIII (Andronikos 1969, 29).
  • 206 Tombes ∆-II, X-I, AΓ-VIII (Ibid., 16, 57, 64), Mal Γ-I (Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, 97)
  • 207 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 34-35 ; Andronikos 1969, 272-273.

68Les pointes de flèche sont moins répandues que les pointes de lance. Elles ne sont mentionnées que pour huit nécropoles (fig. 12). On n’en rapporte qu’une seule à Tzamala [68] ou à Oraiokastro [92]. Elles sont toutes en fer, sauf celle d’Oraiokastro [92] qui est en silex. Comme pour les autres armes, c’est la nécropole de Vergina [75] qui fournit la documentation disponible la plus complète (27 au total). Elles ont été déposées seules (5 cas), par trois (4 cas), par quatre (1 cas) ou par six (1 cas). Elles ont été retrouvées soit vers le centre205 de la tombe soit sur le côté avec les autres armes et ustensiles206. Aucun carquois ou arc n’a été identifié et, comme pour les lances, les usages de ces armes de jet ont pu être multiples207.

Les ustensiles et les accessoires

Les coutelas et les couteaux

  • 208 Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, 78-82. Pour comparaison, voir également la synthèse faite pour c (...)
  • 209 Type 3, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 80 tab. 41.
  • 210 Type 4, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013., 80 tab. 42.
  • 211 Tzamala [68], Giannitsa-Talabassi [60], Aiani-Leivadia [22].
  • 212 Giannitsa-Talabassi [60].
  • 213 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 80 tab. 43.
  • 214 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.
  • 215 Vokotopoulou 1986, 297.

69Les coutelas et les couteaux, tels qu’ils sont présentés dans la bibliographie, sont les ustensiles les plus répandus dans les tombes de l’âge du Fer (fig. 14). La question de leurs fonctions n’est que rarement abordée, excepté pour la nécropole de Vergina [75], pour laquelle une petite étude intégrée dans la monographie récemment publiée permet de mesurer la variété des lames déposées dans les tombes208. Parmi les 73 couteaux que nous avons recensés dans les tombes de cette nécropole, cinq sont identifiés à des rasoirs209, tandis que cinq autres seraient plutôt des faucilles210. Les couteaux sont des outils polyvalents et les informations pour les autres nécropoles sont encore trop lacunaires pour aller plus loin. Ils sont associés à des inhumations et à des crémations secondaires. Dans le cas des inhumations, la position des couteaux est variable : à côté de la tête et des épaules, comme dans la tombe masculine d’Agras [41] (catalogue, fig. 30), près des bras, dans ou tout près de la main211, entre ou le long des membres inférieurs212. Il est aujourd’hui admis que les couteaux peuvent être associés à des sépultures masculines ou féminines, comme les quelques exemples identifiés à Vergina [75]213, à Nea Philadelpheia [91]214, à Agrosykia [58] (T. E-1α, catalogue, fig. 46), à Kozani-rue Philippou [21], T. VI, et à Vitsa Zagoriou en Épire [EP-4]215.

Les ustensiles de toilette

  • 216 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 78, 79 tab. 37.
  • 217 Tombes Φ-1 et LXV-Γ, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 79 tab. 37.

70Parmi les ustensiles de toilette nous avons déjà souligné la présence de quelques rasoirs dans la nécropole de Vergina [75]. Les pinces à épiler sont mentionnées dans six nécropoles principalement localisées dans la partie occidentale de la région (fig. 14). On en compte 39 au total, dont la majorité a été trouvée dans la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2] (catalogue, fig. 6), alors qu’il y en a moins d’une dizaine associée aux tombes de Vergina [75]216. Elles sont en fer ou en bronze. Parfois les deux matériaux sont représentés dans la même nécropole, comme à Chauchitsa [62] (catalogue, fig. 56). Elles sont majoritairement déposées seules dans les tombes, sauf dans la riche T.2-1922 de cette nécropole, qui en a livré deux en bronze (catalogue, tab. 23). À Vergina [75], cinq pinces étaient associées à des lances et deux associées à des sépultures féminines217.

Les pierres à aiguiser

  • 218 Trois autres ont été trouvées dans le remblai des tertres, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, (...)
  • 219 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 82.
  • 220 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 82.
  • 221 Papadopoulos J. K. 2005, 81-82, 125, 127.

71Les pierres à aiguiser (fig. 14) sont mentionnées dans une dizaine de nécropoles réparties dans presque toutes les différentes régions, mais elles ne sont pas nombreuses par nécropole. Elles sont déposées au côté de sépultures à inhumation et à crémation, comme en témoignent celles qui sont associées aux tombes de Toronè [101] et de Koukos [102]. À Vergina [75], il n’y en a que trois associées à des sépultures, toutes des tombes à lance218. Il s’agit d’objets d’usage quotidien, et celle de la tombe III-E de Vergina [75] était peut-être associée à un anneau de suspension découvert non loin219. Les deux autres de la même nécropole (III-Ξ, LXV-AΓ) ont été retrouvées avec les armes220. Les deux pierres à aiguiser de Toronè [101] ne sont pas perforées. Celle de l’inhumation T. 6 a été retrouvée sur la tempe gauche du défunt, tandis que celle de la crémation T. 52 était placée dans l’urne aux côtés d’une lame en fer, le tout probablement emballé initialement dans une pièce de cuir221.

Fig. 14. Carte de répartition des accessoires (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 14. Carte de répartition des accessoires (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Les fusaïoles

  • 222 À Kranidia-Kryovryssi A [33], les 4 fusaïoles ont été trouvées dans une seule tombe. À Chauchitsa (...)
  • 223 Karliabas et al. 2004, 346 note 32 ; voir aussi Koukouli-Chryssanthaki 1992, 594-598.
  • 224 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 83-84. Tombes LXV-BA et LXV-BK, cf. Ibid., 2013, 258 fig. 193, (...)
  • 225 Andronikos 1969, 79, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 84 tab. 46.
  • 226 Andronikos 1969, 79, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 84 tab. 46.

72Les fusaïoles sont mentionnées dans 18 nécropoles réparties dans toute notre région (fig. 14), mais leur nombre semble assez réduit, sauf à Nea Philadelpheia [91] et à Oraiokastro [92] où elles seraient fréquentes dans les tombes. Elles sont associées à des inhumations comme à des crémations. Nous noterons qu’à Kranidia-Kryovryssi A [33], à Chauchitsa [62] et à Koukos [102], les fusaïoles se concentrent dans un nombre restreint de tombes222. Elles pouvaient être déposées aux côtés du défunt ou portées en perles ou en pendentifs comme cela est suggéré pour une tombe de la nécropole de Makrygialos [80]223. À Vergina [75], parmi la dizaine de fusaïoles, la majorité a été retrouvée au niveau de l’emplacement supposé du bassin ou de la taille des défunts ou près d’éléments de ceinture224. Dans un seul cas la fusaïole se situait dans la partie supérieure du corps (AH-IX)225 et, dans un autre, probablement au niveau des membres inférieurs (AH-V)226. Malgré la difficulté à connaître l’emplacement initial des fusaïoles dans les tombes et par rapport aux défunts, les références au filage et au monde féminin sont toutefois maintenues.

Les parures corporelles et les accessoires vestimentaires

  • 227 Karliabas et al. 2004, 345 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 59.

73Les parures et les accessoires vestimentaires sont les objets les plus fréquents et les plus variés dans les tombes de Grèce du Nord à l’âge du Fer. Ils sont mentionnés dans la quasi-totalité des ensembles funéraires. Ainsi, l’inhumation habillée était la pratique dominante à cette époque. Ces objets sont très nombreux et nous n’en traiterons qu’une sélection (objets caractéristiques des panoplies et objets particuliers). Nous distinguons les parures corporelles (diadèmes, sphécotères, boucles d’oreilles, torques, perles et colliers, bracelets et bagues) des accessoires vestimentaires (fibules, épingles, boutons, anneaux et ceintures). Au début de l’âge du Fer, certaines sépultures féminines, notamment à Vergina [75], se distinguent par des parures et des accessoires qui faisaient partie de coiffes plus ou moins élaborées (cylindres spiralés, boutons, petites fibules)227. Ces objets supposés accrochés à un tissu sont considérés ici comme des accessoires vestimentaires.

74Dès la fin du viiie siècle, sont déposés dans les tombes de nombreuses perles et pendentifs variés, bien connus sous le nom de “bronzes macédoniens”. Portés autour du cou, en ceinture, sur le vêtement ou déposés dans la tombe, leur fonction reste encore mal définie. C’est pourquoi nous les traiterons à part avec les amulettes et les couvre-bouches en or (epistomia), ces derniers étant spécifiquement funéraires.

  • 228 Andronikos 1969, 224-260 ; Kilian 1975 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-77 ; Pabst-Dörrer 2 (...)
  • 229 Misaïlidou-Despotidou 2011.

75D’une manière générale, l’ensemble des parures est constitué de bijoux de tradition égéenne, mais aussi, et surtout, d’éléments balkaniques et d’Europe centrale évoquant la tradition hallstattienne. La majorité des types de parures a été mise au jour à Vergina [75]. Nous nous appuierons donc sur les monographies et les articles de synthèse existants228. Certains de ces objets continuent d’être fabriqués et portés à l’époque archaïque. L’ouvrage de V. Misaïlidou-Despotidou sur les parures des nécropoles archaïques de Nea Philadelpheia et d’Agia Paraskevi constitue alors une base documentaire importante229.

Les parures corporelles

Les sphécotères et boucles d’oreilles
  • 230 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 599. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 54-56.
  • 231 Strömberg 1993, 93.
  • 232 Vokotopoulou 1986, 78-79.

76Les sphécotères, spirales en métal enserrant une mèche de cheveux, sont des parures répandues dans toute la région étudiée (fig. 15). Même si Vergina [75] semble en avoir livré le plus grand nombre (près de 69 associés à des sépultures), on en trouve également dans les tombes des nécropoles du Golfe Thermaïque, de la Piérie et de la Chalcidique. Cela n’est guère étonnant, si nous considérons la popularité de ce type d’ornement en Grèce égéenne depuis l’âge du Bronze, et, en parallèle, en Europe centrale et dans les Balkans dès la fin de l’âge du Bronze et au cours de l’âge du Fer230. Dans les ensembles funéraires de notre corpus, ils ne sont jamais clairement associés à des armes. Par comparaison, à Athènes, le sphécotère serait un marqueur féminin à partir du Protogéométrique231. À Vitsa Zagoriou [EP-4], la paire de sphécotères en bronze, découverte au-dessus de l’épaule droite du défunt de la T. 30 accompagné d’une épée et d’une pointe de lance, est interprétée comme une offrande faite par l’épouse du défunt au moment des funérailles, en raison de l’association exclusive de ce type de bijou avec des sépultures féminines dans le reste de la nécropole232.

Fig. 15. Carte de répartition des parures particulières (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 15. Carte de répartition des parures particulières (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 233 Seulement attesté dans la T. ∆ d’Agrosykia [58], cf. Catalogue, fig. 46.

77Les sphécotères semblent jouer un rôle important dans la définition du statut social des défunts car ils font partie des rares parures en bronze qui ont leur équivalent en or avec les boucles d’oreilles et les anneaux. Les sphécotères en or sont mentionnés dans plus d’un tiers des ensembles funéraires qui ont livré ce type de parure. À Vergina [75] (34 exemplaires), à Agrosykia [58] (catalogue, fig. 46) et peut-être à Tzamala [68] (catalogue, fig. 71), ils sont plus nombreux que ceux en bronze. Ces parures en or ne sont presque jamais associées à des exemplaires en bronze dans la même tombe233 et sont bien souvent trouvés par paires.

Torques, colliers, bracelets et bagues
  • 234 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 51-52.
  • 235 Pabst-Dörrer 2007, 645-649.
  • 236 T. 948, cf. Misaïlidou-Despotidou 2008, 42.
  • 237 Bodinaku 2001-2002, 32, tab. VII n° 5, 7, tab. XVII, n° 10-11.

78Des torques en bronze sont mentionnés dans une douzaine d’ensembles funéraires situés en Macédoine Centrale et Occidentale (fig. 15-16). Comme pour les autres parures, c’est la nécropole de Vergina [75] qui en a livré le plus grand nombre234. Cette parure semble réservée aux sépultures féminines, ou du moins à des sépultures sans arme. Selon S. Pabst‑Dörrer, à Vergina [75], le torque ne serait porté que par des défuntes de rang social élevé235. En effet, dans la majorité des cas, les torques sont associés à des tombes riches en parures. Il n’est pas rare de trouver plusieurs torques dans la même tombe, parfois jusqu’à quatre comme à Nea Philadelpheia [91]236. Cette accumulation n’est pas spécifique à ces régions et semble se retrouver dans les régions voisines, comme le montre la T. 13 du tertre II de Dukat en Albanie237.

Fig. 16. Tableau des nécropoles pour lesquelles des torques sont mentionnés.

Fig. 16. Tableau des nécropoles pour lesquelles des torques sont mentionnés.
  • 238 Tombes LXV-Φ (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 221), LXV-AP (ibid., 252), LXV-AY-AT (ibid., 254) (...)

79Les colliers et les perles sont beaucoup plus répandus et très variés. Nous pouvons distinguer les sépultures associées à des grands colliers composés de nombreuses perles et les tombes n’ayant livré qu’une à trois perles. Concernant les premières, les colliers comprennent environ une douzaine ou une quinzaine de perles (par exemple, voir la T. ΣΤ d’Agrosykia [58] et la T. 13-1922 de Chauchitsa [62], catalogue, fig. 46, 56). Toutefois, certaines sépultures étaient accompagnées de colliers exceptionnels composés de plusieurs dizaines de perles : à Vergina [75], sept sépultures avec des colliers comprenant entre 24 et 56 perles238, à Aiani-Koupoutsina [24], un collier de 24 perles dans la T. 3, un autre de 101 perles dans la “Slab-grave” de Chauchitsa [62] (catalogue, fig. 56).

  • 239 Bouzek 1974, 101-121.
  • 240 Sur la question de la “route” de l’ambre en Europe et en Méditerranée, cf. Palavestra 2007.

80Certains défunts n’avaient que quelques perles, comme par exemple à Giannitsa-Talabassi [60] (une perle en bronze par tombe), à Nea Zoï-Terikleia [53] (une perle associée à chaque sépulture d’enfant, catalogue, fig. 43). C’est surtout de cette manière que sont portées les grosses perles en bronze biconiques, rattachées à la catégorie des “bronzes macédoniens” et qu’on peut considérer comme des pendentifs239. Les colliers permettaient de mettre en valeur l’accumulation d’un seul matériau, comme le bronze ou bien la variété des matières, comme le verre, la faïence, la sardoine ou l’ambre, témoins des échanges à longues distances240. Les colliers sont surtout associés à des sépultures féminines. Toutefois, on peut trouver quelques perles associées à des sépultures à armes, comme dans la nécropole Giannitsa-Talabassi [60], mais il n’y en a pas plus de trois à chaque fois (catalogue, fig. 52).

  • 241 Andronikos 1969, 241-243 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 48-51.
  • 242 Andronikos 1969, 241-243 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 51 fig. 8.
  • 243 Andronikos 1969, 243.
  • 244 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 49-51 avec références bibliographiques.

81Les bracelets et les bagues sont également des parures récurrentes dans les tombes de l’âge du Fer. Les premiers sont mentionnés dans une quarantaine d’ensembles funéraires. La plupart des types connus ont été retrouvés dans la nécropole de Vergina [75]241. Nous ferons seulement quelques remarques. L’armille, qui peut faire jusqu’à quinze circonvolutions autour du bras, est une parure caractéristique des Balkans, de Glasinac en Bosnie jusqu’à la Grèce du Nord242. Cet objet serait à la fois un marqueur féminin et un marqueur de rang social243. Les bras couverts de bronze, ces parures participaient en effet à cette démonstration de richesse, visible une dernière fois sur le lit funéraire. Le même effet devait être produit par les bracelets lourds ouverts de type illyro-macédonien, décorés de motifs incisés, préférés dans la région de l’Haliakmon, comme à Servia-Kokkinoï [34] (catalogue, fig. 20), ou plus à l’ouest à Kastoria [8] (catalogue, fig. 9), dans le reste de l’Épire ou en Albanie méridionale244.

  • 245 Andronikos 1969, 75-76 ; Kottaridi 2012, 80.
  • 246 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 101.

82Cette accumulation de parures sur les bras pouvait se prolonger sur les mains, comme en témoignent les nombreuses bagues de la tombe AZ-VII de Vergina [75] (sept bagues en bronze à double spirales, catalogue, fig. 80)245. Cette tombe est toutefois exceptionnelle. En revanche, nous avons constaté au fil du récolement d’informations que l’accumulation des bagues était plus fréquente dans la région du Golfe Thermaïque, comme par exemple à Oraiokastro [92] (T. 21) et à Nea Efkarpia [93] (T. 42). On notera la manière dont le fer est intégré dans la tombe par ces objets alors qu’il reste minoritaire ou absent dans la plupart des autres types de parures. Si les bracelets ne sont jamais clairement associés à des sépultures masculines, les bagues font partie de leur panoplie, comme le montrent des tombes à Vergina [75]246 ou à Tzamala [68] (T. ΣΤ-4, catalogue, fig. 71).

Les accessoires vestimentaires

Les diadèmes
  • 247 Papadopoulos J. K.  2010, 50.
  • 248 DÉLG, s.u.στέφω”.
  • 249 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 65 ; Andronikos 1969, 251-254.
  • 250 Vitsa Zagoriou, T. 113, cf. Vokotopoulou 1986, 153 ; T. B et Γ du tertre de Glava-Kato Meropi à P (...)
  • 251 Papadopoulos J. K. 2010, 45 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 325 liste 14.
  • 252 Papadopoulos J. K. 2010, 65 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 325 liste 14.

83Nous considérons dans la catégorie des diadèmes, les bandeaux en bronze martelé, découverts au niveau du crâne ou de son emplacement dans les tombes de Kastoria-Daïlaki [8], de Spilaio [38] et de Vergina [75] (fig. 15, 17). Le terme moderne “diadème” est impropre car dans la littérature classique, διάδηµα (diadèma) désigne plutôt un accessoire royal masculin ‒ bandeau porté par les rois perses et macédoniens247, alors que ceux découverts en Grèce du Nord et dans les Balkans appartiennent plutôt à des sépultures féminines. Le terme plus large de στεφάνη (stéphanè), désignant tout élément enserrant la tête, conviendrait davantage248. Le plus grand nombre de diadèmes provient de la nécropole de Vergina [75]249. Toutefois, on les trouve plus fréquemment à l’ouest. Ces exemples rejoignent ceux bien connus en Épire, comme dans la nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4] ou Glava-Kato Meropi [EP-1]250, ceux d’Albanie (Barç, Dukat, Löfkend, etc.) ainsi que vers le nord dans les nécropoles du cours moyen de l’Axios en ARYM (Dedeli, Marvinci), ou en Bosnie (Glasinac). Dans le reste de la Grèce, ils sont principalement déposés dans les tombes de Grèce centrale, tandis qu’ailleurs ils proviennent des sanctuaires251. Le classement typologique proposé pour les diadèmes de Vergina [75] peut s’appliquer aux autres régions. On distingue ceux constitués d’une bande large en bronze martelé et portant des motifs géométriques en pointillés faits selon la technique du repoussé (type 1), et ceux formés d’une bande plus étroite non décorée (type 2a) ou décorée (type 2b)252. Le premier type est le plus rare en Grèce du Nord (un seul à Vergina) et le plus ancien (aux alentours de 900-850), tandis que le second est plus courant (sept exemplaires à Vergina [75], deux à Kastoria [8] et un à Spilaio [38]), et peut-être plus récent ‒ notamment ceux de la nécropole de Kastoria dont les tombes sont datées à partir de la fin du viiie siècle.

Fig. 17. Tableau des nécropoles pour lesquelles des diadèmes sont mentionnés.

Fig. 17. Tableau des nécropoles pour lesquelles des diadèmes sont mentionnés.
  • 253 Papadopoulos J. K. 2010 ; Papadopoulos et al.  2014, 363-367.
  • 254 Papadopoulos J. K. 2010, 48-49 ; Papadopoulos et al. 2014, 224-226.
  • 255 À Vergina [75], les diadèmes sont associés à une paire de fibules au moins (dans les huit tombes) (...)

84Concernant la fonction de cette parure, la récente étude faite sur les diadèmes découverts dans les tombes du tumulus de Löfkend en Albanie est éclairante253. Ces parures seraient réservées à des jeunes femmes et des enfants (petites filles ?), accompagnés d’un riche mobilier, et sont interprétés comme des couronnes nuptiales. Pour ces défuntes particulières, mortes avant leur mariage, les proches auraient souhaité souligner l’impossible réalisation de ce rite de passage essentiel, par un substitut dans la tombe, célébrant d’une certaine manière des noces funèbres254. En Macédoine et en Épire, les diadèmes sont également associés à des sépultures féminines. Même si l’âge des défuntes reste problématique et si aucun diadème n’est clairement associé à des sépultures d’enfants, l’hypothèse de couronne nuptiale nous semble pertinente, d’autant plus que, dans notre région, ces parures ne sont pas systématiquement associées aux tombes les plus riches (sauf à Spilaio [38])255. Il nous semble alors possible d’étendre cette réflexion aux nombreuses parures de coiffes en bronze qui se multiplient dans les tombes féminines à partir du début de l’âge du Fer.

Les coiffes aux “σύριγγες
  • 256 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.
  • 257 Andronikos 1969, 225-227 ; Radt 1974, 124 ; Kilian-Dirlmeier & Rhomiopoulou 1989, 101-107 ; Kouko (...)
  • 258 Hom., Il., 17.52 ; Andronikos 1969, 225.
  • 259 Misaïlidou-Despotidou 2011, 128.
  • 260 En effet, il est couramment utilisé dans les chroniques de fouilles, les divers articles et ouvra (...)

85La plus riche documentation disponible provient encore de la nécropole de Vergina [75], où des parures de coiffes ont été découvertes dans 47 tombes256. La très grande majorité des parures de coiffes comprend ce qu’on appelle couramment en grec moderne des σύριγγες ou σωλινίσκοι, de longues parures tubulaires spiralées en bronze257. Ces objets sont mentionnés dans 48 ensembles funéraires et dans 45 tombes de la nécropole de Vergina [75] (catalogue, fig. 79). Présent depuis le début de l’âge du Bronze en Europe centrale, ainsi qu’en Grèce à l’époque mycénienne, ce type de parure devient très populaire au début de l’âge du Fer dans le sud des Balkans, en Italie, en Grèce du Nord et beaucoup moins dans le reste du pays. Le mot σύριγγες est utilisé par M. Andronikos, en référence à la littérature homérique. En effet, c’est ainsi que les scholiastes d’Homère interprètent et nomment la parure portée par Euphorbos, fils de Panthoos, lorsqu’il se fait tuer par Ménélas258. En réalité, le sphécotère semble davantage correspondre à la parure du héros plutôt qu’aux parures tubulaires spiralées de Vergina [75]259. En effet, si l’on considère leur petit diamètre et leur longueur, il est peu probable qu’on y glissait une mèche de cheveux. Néanmoins, ce mot s’est maintenu dans la littérature scientifique locale260.

  • 261 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 98.
  • 262 Andronikos 1969, 157, 226.
  • 263 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 57-59.
  • 264 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 603. Dans les tombes d’époque archaïque de Nea Philadelpheia et d’Ag (...)

86Les parures tubulaires spiralées ainsi que les coiffes d’une manière générale sont toutes associées à des sépultures féminines. Elles ne sont jamais clairement associées à des armes261. Il est aujourd’hui admis que celles qui furent retrouvées au niveau du crâne étaient soit accrochées sur un tissu ou un voile au niveau des tempes, selon M. Andronikos (catalogue, fig. 80)262, soit autour de la tête, formant un bandeau élaboré, selon la proposition plus récente d’A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier263. Dans d’autres régions limitrophes ainsi qu’à l’époque archaïque, les parures tubulaires spiralées pouvaient également être montées en perles de collier264.

  • 265 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 59-60, 100, Beilage 9.

87Les parures tubulaires spiralées sont trouvées seules ou associées à des boutons, des clous, des anneaux, des fibules, ou des plaques en fer, ces assemblages formant alors des coiffes plus ou moins complexes, comme le montrent bien les sépultures de Vergina [75] (catalogue, fig. 80). Dans cette nécropole on peut alors clairement distinguer les sépultures avec coiffe et/ou diadème de celles qui en sont dépourvues265. C’est dans les tombes des premières qu’on trouve les parures les plus riches. Par ailleurs, des objets particuliers comme les triples doubles-haches, les disques en bronze, les ceintures, les sphécotères en or ainsi que les armilles sont systématiquement associés à des sépultures à coiffe. Ainsi, ces vêtements ornés particuliers devaient participer à marquer le rang social de la défunte. Il est toutefois possible qu’elles aient été l’équivalent du diadème, constituant également des parures nuptiales, dans des groupes sociaux pour lesquels le mariage revêtait un enjeu politique entre les grandes familles.

Les attaches de vêtements
  • 266 Argyropoulion, cf. AD, 1996, B’1, Chr., 372-373 (A. Zaouri) ; Homolion T. 1, cf. AD, 17, 1961-196 (...)
  • 267 Styrenius 1967, 46, 68, 105-109.
  • 268 Popham et al., éd. 1980, 244-246.
  • 269 Kozani-Rue Philippou [21]. Plusieurs sont connues en Albanie méridionale, comme à Barç [AL-2] (Ku (...)
  • 270 Comme par exemple à Agios Pantéléïmon [2], Tsotili [13], Arnissa [40], Kozani-Rue Philippou [21], (...)
  • 271 L’épingle à tête triangulaire est également connue sous le nom d’épingle de type de Kozani ou de (...)

88Les épingles et les fibules sont mentionnées dans de nombreuses nécropoles réparties sur toute la région. On notera toutefois qu’aucune épingle n’a été trouvée dans la nécropole de Toronè [101], à la différence de la nécropole submycénienne de Petra-Treis Elies [88], des tombes des tertres à l’ouest de Dion [86], de celles de Thessalie266, ou bien sûr de celles d’Athènes267 ou de Lefkandi268. En quantité, c’est la nécropole de Vergina [75] qui a livré le plus grand nombre d’épingles (catalogue, fig. 90). C’est toutefois dans la petite nécropole de Giannitsa-Talabassi [60] (catalogue, fig. 52) et dans celle de Chauchitsa [62] (catalogue, fig. 60) qu’elles sont proportionnellement les plus fréquentes. Les épingles sont surtout en bronze, mais aussi en en fer et rarement en os (un seul cas recensé à Kozani)269. Sans entrer dans le détail de leur typologie, il nous semble pertinent de distinguer les épingles simples en bronze (les plus anciennes) des épingles doubles à tête triangulaire ou à trois boucles (catalogue, fig. 50)270, qui apparaissent vers le milieu du viie siècle271, se popularisent à l’époque archaïque et perdurent à l’époque classique. En effet, comme nous le verrons, ce type semble être préféré pour les sépultures masculines.

  • 272 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-37.
  • 273 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-37, Beilage 9.

89Les épingles simples en bronze sont parfois retrouvées par paires, comme à Vergina [75]272 ou à Kastoria [8] (catalogue, fig. 9). La T. 13-1922 de Chauchitsa [62] (catalogue, fig. 56) et celle de Moschochori [83] en ont livré trois, ce qui est relativement exceptionnel. Les épingles peuvent être associées à des fibules, comme à Vergina [75]273, à Giannitsa-Talabassi [60] (T. 2 et T. 7, catalogue, fig. 52), à Chauchitsa [62] (T. 13 et 15 de 1922, cf. catalogue, fig. 9) ou à Nea Efkarpia [93].

  • 274 Aiani-Koupoutsina [24], T. 3.
  • 275 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.
  • 276 Alexander 1965 ; pour celles de Vergina, cf. Pabst-Dörer 2007.
  • 277 Bouzek 1974, 92 fig. 28, 96-97.
  • 278 Le dépôt de trois ou quatre fibules sur le torse (sans compter celles pour les coiffes) est rare (...)

90Les fibules sont bien plus fréquentes que les épingles et sont mentionnées dans la quasi-totalité des ensembles funéraires. Elles sont principalement en bronze, mais il y en a également en fer et une seule en os a été recensée274. En l’état actuel de la documentation, c’est la nécropole de Vergina [75] qui en a livré le plus grand nombre : 214 fibules, dont 27 utilisées pour des coiffes275. Les 187 autres se répartissent dans 113 tombes (1,9 par tombe en moyenne). Les fibules en bronze à lunettes sont de loin les plus fréquentes (88,8 %). Ce type d’attache issu d’Europe centrale gagne le nord de la Grèce au début de l’âge du Fer et connaît une grande popularité276. À Chauchitsa [62], on en compte une douzaine (catalogue, fig. 60) tandis qu’elles sont fréquemment mentionnées dans les chroniques de fouilles concernant les autres ensembles funéraires. La nécropole de Tzamala [68] fait exception puisque les tombes mises au jour n’en ont livré aucune. Il s’agit toutefois là d’un cas particulier, car, en réalité, les sépultures féminines adultes n’étaient accompagnées d’aucune parure. La fibule, dite triangulaire ou pectoral fibula, est moins courante, plus tardive (viie s.) et spécifique à la région de l’Haliakmon277. Par sa morphologie particulière et son emplacement, au niveau du bassin de la défunte de la T. VI de Kozani-Rue Philippou [21], elle n’a pas la même fonction que les autres fibules. Comme les épingles, les fibules à lunettes sont portées seules (Vergina – 40 tombes) ou par paires (Vergina – 57 tombes)278.

  • 279 Jacobsthal 1956 ; Desborough 1972, 293-300 ; Snodgrass 1971, 225-228 ; Lee 2015, 100-106.
  • 280 Kilian-Dirlmeier 1984, 79 ; Kurti 2006, 69 ; Misaïlidou-Despotidou 2011, 132-139.
  • 281 Misaïlidou-Despotidou 2011, 133, 135.

91Le développement du port des épingles par paires est lié à celui du péplos, qui était fermé par deux attaches au niveau des épaules279. Toutefois, la variabilité du nombre d’épingles par tombe, de leur position sur le corps des défunts et de leur association avec d’autres bijoux, témoigne probablement d’une variété de vêtements280. À Vergina [75] et à Nea Philadelpheia [91], les épingles sont finalement peu fréquentes et à Nea Philadelpheia [91], elles sont surtout portées seules. Le port du péplos à épingles ne serait alors pas si populaire parmi les communautés de l’âge du Fer de la région, qui préféraient remplacer ces attaches par des fibules, et ne se serait vraiment développé qu’à partir du second quart du vie siècle281.

  • 282 Bejko 2002, 184.
  • 283 Misaïlidou-Despotidou 2011, 134.
  • 284 Vokotopoulou, 1986, 171-172.
  • 285 Misaïlidou-Despotidou 2011, 134-135. Ajoutons qu’à Vergina [75], un lot de huit tiges en fer, int (...)
  • 286 Misaïlidou-Despotidou 2011, 135
  • 287 Chrysostomou A. 2008, 36.
  • 288 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 40 ; Pabst-Dörrer 2007, 645 sq.
  • 289 Pabst-Dörrer 2007, 649-652.

92Les épingles et les fibules ne sont pas en soi des accessoires spécifiquement féminins. Concernant les épingles, les deux tombes de Kastoria-Daïlaki [8] l’illustrent bien, ou d’autres exemples d’Albanie282. Il est toutefois possible d’identifier quelques tendances qui mériteraient d’être vérifiées par des analyses ostéologiques systématiques. L’étude faite sur les parures des nécropoles d’Agia Paraskevi et de Nea Philadelpheia par V. Misaïlidou-Despotidou montre que le nombre d’attaches, l’endroit où elles sont retrouvées, et le choix de certains types spécifiques, peuvent être liés au sexe du défunt. Les paires d’épingles ou de fibules retrouvées au niveau des épaules sont systématiquement associées à des sépultures féminines, et renvoient à l’image du peplos, tandis que celles qui furent retrouvées seules sont associées à des sépultures féminines comme masculines (plutôt placées au niveau du torse)283. Pour les hommes elles pouvaient fermer une sorte de manteau (chlamyde) – hypothèse avancée dans le cas des défunts de la nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4]284. Pour les femmes, elles pouvaient servir à maintenir un himation ou un châle D’autres attaches retrouvées au niveau des membres inférieurs ont pu servir à fermer un linceul ou bien ont pu être déposées en offrandes et ne pas être portées par les défunts285. Certains types d’attaches semblent être plus populaires pour les hommes ou pour les femmes. C’est par exemple le cas des épingles doubles fréquemment associées à des sépultures masculines, comme le montre l’étude faite sur les nécropoles archaïques d’Agia Paraskevi et Nea Philadelpheia286. On observe cette même récurrence dans les tombes de Giannitsa-Talabassi [60] et d’Arnissa [40]287. Par ailleurs, les fibules à lunettes seraient des attaches spécifiquement féminines, car on ne les trouverait jamais associées à des armes288. Néanmoins, mêmes si ces observations traduisent probablement des tendances réelles, cela ne concerne alors que les nécropoles où les oppositions symboliques d’objets féminins ou masculins sont suffisamment marquées. La T. 5 de la nécropole de Panagitsa-Zervi [39] invite à la prudence, puisque la fouille a livré deux fibules à lunettes, retrouvées près des membres inférieurs, une pointe de lance et un couteau (catalogue, fig. 24). Les sépultures de Vergina [75] renfermant des fibules à lunettes ont été étudiées en détail par S. Pabst-Dörrer. D’après son analyse fondée sur les combinaisons récurrentes des parures, l’emplacement des tombes dans les tertres, l’identification de tombes d’enfants, l’auteur en déduit que ces fibules sont essentiellement des marqueurs d’âges et de statut marital : les paires de fibules seraient portées par des femmes adultes mariées et les fibules seules le seraient par des petites filles ou des femmes non mariées, quel que soit leur statut social qui s’exprimait à travers le port d’autres parures spécifiques (torques, coiffes élaborées, armilles et bracelets, etc.) 289.

Les disques et les ceintures
  • 290 Casson 1923-1925, 12-13, 22-23.
  • 291 Snodgrass 1964, 40, 42, 47.
  • 292 Andronikos 1969, 243-247 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 60.
  • 293 Snodgrass 1964, 37-51.
  • 294 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 60-61.
  • 295 Gimatzidis & Jung 2008, 217-218.
  • 296 T. 108 de la nécropole Nord de Makrygialos, cf. Besios 2010, 65. En Épire, pour le Bronze Récent, (...)
  • 297 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 61-64.
  • 298 Chrysostomou A. 1997a, 409-415.

93Un certain nombre de tombes ont livré des disques en bronze, en fer ou en bronze plaqué or ainsi que d’autres éléments de ceintures élaborées (fig. 15, 18). L’identification de la fonction de ces objets a entraîné des débats. Ceux de Chauchitsa [62], mesurant de 18 à 31,5 cm de diamètre, ont d’abord été interprétés par S. Casson comme des umbos de bouclier290. A. Snodgrass avait repris, non sans quelques doutes, cette hypothèse en se fondant sur le système d’attache291. Il est aujourd’hui admis qu’il s’agit d’ornements de ceintures grâce à la découverte d’un disque identique contemporain portée par la défunte de la T. 15 de la nécropole de Lisičin Dol à Marvinci [RMf-20] dans la vallée de l’Axios (catalogue, fig. 136). C’est également le cas de ceux de Vergina [75] mesurant 8 à 12 cm de diamètre, munis d’une projection au centre, ornés de motifs de points et qui sont plus anciens292. Ces disques sont connus dans le reste de la Grèce depuis l’époque subminoenne, mais ils sont associés à des tombes à armes293, tandis que dans le nord de la Grèce ils sont associés à de riches parures féminines294. Si, à Chauchitsa [62], un seul disque a été trouvé par tombe, à Vergina [75], on les trouve par paires, voire en cinq ou six exemplaires (catalogue, fig. 79-80). Dans la tombe de Moschochori [83], les 18 disques ont été retrouvés au niveau de la poitrine de la défunte. On peut supposer qu’ils étaient cousus sur le vêtement295. Les grands disques portés en ceinture semblent avoir des antécédents à la fin de l’âge du Bronze en Piérie septentrionale296. Les ceintures sont bien souvent agrémentées de boutons, retrouvés par centaines organisées en rangées (catalogue, fig. 80)297. La fameuse ceinture de la T. ΣΤ d’Agrosykia [58] (catalogue, fig. 49), composée de pendeloques en forme d’anneaux et de boutons est exceptionnelle et jusqu’à aujourd’hui unique en Grèce298, mais trouve un parallèle dans la même tombe de Marvinci citée plus haut. D’autres pendeloques de la catégorie des bronzes macédoniens devaient être montées en ceinture, comme cela est suggéré pour la T. 8 de la nécropole de Nea Zoï-Secteur ΣΤ [52] (catalogue, fig. 42) ou la T. 20 de Kastoria [8] (catalogue, fig. 9). Toutefois, leurs positions variables dans les tombes montrent que ce n’était pas systématique.

Fig. 18 . Tableau des nécropoles pour lesquelles des disques sont mentionnés.

Fig. 18 . Tableau des nécropoles pour lesquelles des disques sont mentionnés.
  • 299 Mitrevski 1996-1997, 88 ; Petrova 1999, 128-130.
  • 300 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.
  • 301 Hom., Il., 14.181 ; Andronikos 1972.

94Les disques et les éléments de ceinture n’accompagnent jamais les sépultures à armes. Ils sont systématiquement associés à de riches sépultures féminines, dont quelques-unes d’entre elles sont également accompagnées d’objets spécifiques reflétant un rôle particulier de la défunte au sein de la communauté. En effet, la défunte de la T. 15 de Marvinci [RMf‑20] portait une pyxide en bronze, qui contenait des traces d’une substance opiacée. Pour D. Mitrevski, cet objet ainsi associé à un vêtement cérémoniel exceptionnel est un indice sur le rôle que pouvait occuper cette femme dans des cérémonies religieuses, peut-être, une prêtresse d’un culte solaire auquel renverrait le grand disque en bronze ajouré, considérant l’importance donnée au soleil dans les croyances des communautés péoniennes selon les scientifiques locaux299. Pour Vergina [75], on ne peut interpréter la douzaine de sépultures ayant livré des disques de bronze et des ceintures élaborées comme celles de prêtresses, même s’il est vrai que dans cinq cas elles portaient également une triple double-hache, comme nous le verrons par la suite (catalogue, fig. 80)300. Selon M. Andronikos, ces ceintures ouvragées rappellent celle portée par Héra au chant XIV de l’Iliade301. Quel qu’ait été le rôle de ces panoplies remarquables, ces femmes de Vergina “aux belles ceintures”, si nous reprenons la formule homérique, se distinguaient dans la mort par ces accessoires vestimentaires exceptionnels, qui leur conféraient un prestige par la beauté, la qualité et la quantité de bronze porté, et confirmait leur position sociale privilégiée au sein de la communauté, de la même manière que les hommes avec leurs épées.

  • 302 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40.

95Une mention particulière doit également être faite pour les disques en bronze plaqué or. Nous n’en avons recensé que dans la région du Golfe Thermaïque, et ils semblent réservés aux enfants et aux nouveau-nés dans les nécropoles d’Oraiokastro [92], de Nea Efkarpia [93] et de Stavroupoli-Polichni [94]. À Nea Philadelpheia [91], l’âge des défunts sur lesquels il en a été retrouvé n’est pas précisé302. On ignore si ces objets étaient spécifiquement façonnés ou recouverts d’or pour les funérailles. On peut toutefois supposer qu’ils jouaient un rôle particulier, peut-être apotropaïque dans le cas des tombes d’enfants. Dans tous les cas, il nous semble pertinent de les rapprocher des couvre-bouches en or et des autres parures funéraires de cette nature, qui apparaissent à la toute fin de l’âge du Fer et se développent au cours de l’époque archaïque.

Pendeloques en bronze, epistomia et bandes en or

96Cette classe d’objets hétérogènes comprend un sceau en pierre, les pendeloques en bronze, les bandes et les couvre-bouches en or ou epistomia (fig. 15, 19). Leur fonction première n’était pas d’orner le corps. Les sceaux en pierres et les pendeloques en bronze ne sont pas des objets spécifiquement funéraires, mais il est probable qu’on leur prêtait des propriétés magiques, une fois qu’ils étaient déposés dans la tombe. En revanche, comme nous le verrons, les epistomia en or constituent peut-être les témoins de nouvelles croyances sur l’Au-Delà à la fin de l’âge du Fer.

Fig. 19. Tableau des nécropoles pour lesquelles des epistomia sont mentionnés.

Fig. 19. Tableau des nécropoles pour lesquelles des epistomia sont mentionnés.
  • 303 Poulaki-Pandermali 1987, 204 ; 2013, 55-56.
  • 304 Ano Dranitsa, cf. PAE 1911, 351 ; Eder 2009.

97Un seul sceau en pierre a été trouvé dans une des tombes de la nécropole de Petra-Treis Elies [88]. Cet objet constitue une survivance de l’époque mycénienne, et plus précisément des coutumes locales, comme l’atteste leur présence dans les tombes des nécropoles mycéniennes voisines de Piérie méridionale et montagneuse (Stou Lakkou to Ampeli [b‑3], Spathes [b-4], Pigi Artemidos [b-10]). Retrouvés au niveau du torse des défunts, ils sont interprétés comme des amulettes303. Au-delà des vertus protectrices qu’on pouvait leur prêter, ces sceaux étaient à l’origine des instruments administratifs de contrôle économique et politique réservés à un cercle restreint de personnes. Dans la tombe ils perdent cette fonction, mais gardent une valeur de prestige, d’autant plus si le sceau associé à la personne enterrée à Petra-Treis Elies [88] faisait partie d’un héritage familial. Cette survivance se retrouve également en Thessalie dans des tombes protogéométriques et géométriques, ce qui montre à nouveau les affinités culturelles entre les deux régions304.

  • 305 Bouzek 1974 ; 1988 ; 1997, 110-112 ; 2006 ; Kilian 1975 ; Kilian-Dirlmeier 1979.
  • 306 Mitrevski 1996-1997.
  • 307 Bouzek 2006, 107.
  • 308 Bouzek 2006, 105 fig. 5.
  • 309 On les trouve également en petit nombre dans les habitats comme en témoignent les fouilles faites (...)
  • 310 Bouzek 2006, 107. Notons qu’à Pithécusses et Mégara Hyblaea, ils sont également déposés dans les (...)

98Le dépôt de pendeloques en bronze est un phénomène de la fin de l’âge du Fer. Elles apparaissent dans les tombes dès le ixe siècle, mais se développent surtout à partir du viiie siècle et connaissent une grande popularité au tournant du viie siècle. Ce type d’objet a largement été étudié par J. Bouzek, K. Kilian et I. Kilian-Dirlmeier305. Ces pendeloques devaient servir d’amulettes, de talismans auxquels les peuples prêtaient certains pouvoirs magiques et protecteurs. Les pyxides en bronze, retrouvées par exemple à Chauchitsa [62], étaient probablement des ustensiles rituels, comme en témoignent les traces d’opiacés identifiées sur le fond de celle qui fut déposée dans la fameuse T. 15 de Marvinci [Rmf-20]306. Selon J. Bouzek, le jug-stopper (catalogue, fig. 19) pourrait représenter une sorte de chaman perché sur un arbre stylisé307. Les pendeloques ne sont pas associées à des tombes à armes et sont principalement déposées aux côtés de sépultures féminines. La source d’inspiration de ces objets particuliers viendrait de la région du Caucase, mais ceux de Macédoine suivent leur propre développement créatif et artisanal, qui aurait pris naissance autour des Lacs Prespa, à la frontière actuelle de la Grèce, de l’Albanie et de l’ARYM. En effet, on les trouve en grande quantité dans la nécropole de Kastoria [8], mais aussi dans celles du Bassin de Korçë, à Kuç i Zi [AL-2] ou à Barç [AL-3] par exemple, et dans les tombes de la vallée de l’Axios qui joue un rôle crucial dans leur diffusion au nord et au sud. Dans le Golfe de Thermaïque, à l’âge du Fer, on en trouve dans la plupart des nécropoles et particulièrement à Nea Philadelpheia [91] et à Thermi [96]. Ces bronzes macédoniens ont une aire de diffusion très large, comme en témoignent les nombreux exemplaires trouvés ailleurs en Grèce, et même jusqu’en Sicile308. Toutefois, les contextes de découvertes mettent en évidence une rupture entre le nord, où ils sont majoritairement trouvés dans les tombes309, et le reste de la Grèce, à partir de la Thessalie, où ils proviennent des sanctuaires310.

  • 311 Nea Efkarpia [93], Stavroupoli-Polichni [94] et Nea Philadelpheia [91]. Pour cette dernière, cf. (...)
  • 312 Assomata-Egnatia [70].
  • 313 Misaïlidou-Despotidou 2012, 471-475.
  • 314 Mitrevski 2006, 89-91.
  • 315 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75-77 (avec bibliographie), 76 fig. 15, 327 liste 18. Pour Thas (...)

99D’autres objets particuliers méritent qu’on s’y attarde. Il s’agit des haches miniatures. Il faut distinguer les doubles-haches et les triples doubles-haches. Les premières sont mentionnées pour trois nécropoles du Golfe Thermaïque311, dans le nord du Vermion312 et plus à l’ouest à Agios Pantéléïmon [2], dans le Pinde à Spilaio [38] et à Vergina [75]. Elles sont associées à des sépultures féminines adultes ou immatures, comme le montrent les cinq tombes de Nea Philadelpheia [91] : deux ont été trouvées au niveau de l’épaule gauche de la défunte adulte de la T. 514, trois étaient au niveau du bassin de la tombe d’enfant T. 1482 (probablement une petite fille), tout comme les deux autres découvertes dans une autre tombe enfantine (T. 972). Celle de la T. 1943 aurait peut-être été associée aux deux perles biconiques en bronze formant un collier313. Ces doubles-haches miniatures apparaissent en Grèce du Nord dès la fin de l’époque mycénienne en contexte funéraire, à Rymnio [32] ainsi qu’en ARYM dans la nécropole d’Ulanci-Dimov Grob [RMb-1]314. À l’âge du fer, leur aire de diffusion est plus large et les contextes plus variés. Dans le nord de la Grèce et les régions alentours, on va les retrouver en contexte funéraire en Épire (Vitsa Zagoriou [EP-4]), en Albanie, en ARYM, à Thasos et jusqu’en Grèce centrale (Atalanti, Medeon). Ailleurs, elles sont plutôt attestées en contexte religieux315.

  • 316 Misaïlidou-Despotidou 2012, 477, 478 (avec bibliographie) ; Andronikos 1969, 251 (avec bibliograp (...)
  • 317 Mitrevski 2006, 89-91.
  • 318 Strab. 7.fr.11 ; Hammond 1972, 153, 335-336 ; Mitrevski 2006, 91 ; cf. Misaïlidou-Despotidou 2012 (...)
  • 319 Hammond 1972, 336 ; Xydopoulos 2017, 72-74.
  • 320 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 76.
  • 321 Misaïlidou-Despotidou 2012, 478.

100Ces objets ont suscité un débat quant à leur fonction et leur interprétation : rasoir, amulette, talisman et plus particulièrement symbole cultuel et religieux. Au vu de leur contexte de découverte dans des sépultures féminines et de leur emplacement par rapport aux défuntes (partie supérieure du corps, éléments de ceinture, etc.), l’hypothèse d’un rasoir, proposée alors dans les années 1950 par V. Milojčić a été depuis abandonnée316. C’est l’interprétation religieuse qui est sujette à davantage de discussion. Dans la nécropole d’Ulanci-Dimov Grob [RMb-1], des doubles-haches miniatures ont été retrouvées dans deux tombes féminines (T. 54 et T. 80), portées en ceinture. Selon D. Mitrevski, il s’agirait de ceintures portées par des femmes ayant eu un rôle religieux particulier dans la communauté, peut-être des prêtresses317. Pour certains, il ne fait aucun doute que cet objet prend sa source dans l’âge du Bronze égéen et a été adapté aux usages et aux croyances locales. La double-hache évoque le labrys crétois, symbole de culte fondamental de la religion minoenne. Sa présence dans notre région constituerait alors un élément supplémentaire en faveur de la tradition littéraire relative à l’origine des Bottiéens qui, selon Strabon, seraient venus de Crète derrière leur chef d’expédition, un certain Botton, descendant de Minos318. Toutefois, on ne peut prouver par ces seuls objets l’historicité de cette migration qui aurait eu lieu vers le xive siècle selon N. G. L. Hammond319. D’autres rejettent l’interprétation minoenne de ces objets. Leur large diffusion géographique et leur découverte en contexte funéraire et religieux témoignent de leur popularité à l’âge du Fer. Ils n’avaient alors peut-être pas tous la même fonction et signification selon le contexte archéologique et chrono-culturel320. Leur découverte dans des tombes d’enfants oriente leur interprétation vers de simples amulettes, mais on admet aujourd’hui plus simplement qu’il s’agit avant tout d’un ornement corporel ou vestimentaire féminin321.

  • 322 Andronikos 1969, 248-251 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75-77.
  • 323 Chemsseddoha 2014, 70.
  • 324 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75 ; Kottaridi 2004, 83.

101Les triples doubles-haches sont davantage particulières. Elles n’ont été découvertes qu’à Vergina [75] (catalogue, fig. 79-80)322. Elles ne sont associées qu’à de très riches sépultures féminines, même si elles ne constituent pas un accessoire indispensable, comme en témoigne la tombe AZ-VII, la plus riche, qui en est dépourvue323. On les trouve le plus souvent au niveau de l’emplacement de l’épaule, le système d’attache vers le bas ou vers le haut. Plusieurs chercheurs s’accordent à y voir l’extrémité d’un sceptre, symbole d’un certain pouvoir politique ou religieux que devait posséder ces femmes324.

  • 325 Despini 2016c, 22.

102La dernière catégorie d’objets singuliers découverts dans les tombes comprend les bandes et les epistomia en or (catalogue, fig. 68), mentionnés dans huit nécropoles de l’âge du Fer (fig. 15, 19). Ces fines plaques en métal précieux tiennent leur nom de leur découverte au niveau des mâchoires des défunts, bien que, dans d’autres cas, ils semblent avoir été placés ailleurs dans la tombe. On les trouve associées à des sépultures féminines, masculines, à des adultes et à un enfant. Ils sont rectangulaires, ovales ou rhomboïdales, décorés d’une nervure centrale et/ou de lignes et de cercles concentriques, et sont perforés aux extrémités. Dans deux tombes (Stavroupoli-Polichni [94] et Thermi [96]), ils sont associés à des bandes en or décorées de la même manière. Selon A. Despini, ces epistomia pouvaient être cousus sur un morceau de tissu qui recouvrait le visage ou bien servait peut-être de mentonnière325.

  • 326 Notons que ce type d’objet est également attesté à Rhodes au viiie et au viie siècle, voir les tr (...)
  • 327 Despini 2016c, 16.
  • 328 Garland 1985, 23.
  • 329 Tzifopoulos 2012 ; Hatzopoulos 2006, 58-59.

103Ce type d’objet n’apparaît en Grèce du Nord qu’à la fin de l’âge du Fer, et plus précisément au viiie siècle et au viie siècle. Ce n’est qu’au cours du vie siècle qu’ils vont connaître un certain essor, et vont prendre désormais la forme de masques funéraires pour quelques riches sépultures masculines et féminines, comme en témoignent les découvertes exceptionnelles faites à Archontiko ou à Sindos326. Ces objets funéraires reflètent probablement un changement dans les croyances des communautés qui l’adoptent. Ils semblent être les supports d’un discours eschatologique nouveau. Selon A. Despini, ils pourraient attester la naissance d’une certaine croyance de survie dans un Au-delà ‒ l’or, métal inaltérable, protégeant le défunt contre les effets du temps, et servant de garant pour une certaine immortalité327. S’il est malheureusement difficile sans source écrite de vérifier ces hypothèses, ces objets ne sont toutefois pas sans évoquer les pièces de monnaies déposées dans la bouche des défunts à partir du ve siècle, et destinées à Charon pour la traversée du Styx328, ou, encore, les epistomia inscrits de l’époque classique, accompagnant les défunts initiés aux cultes dionysiaques pour leur voyage dans l’Au-Delà329.

Synthèse : de la sobriété des panoplies guerrières aux opulentes parures féminines

104Au vu de la quantité d’armes et de parures dans les nécropoles de l’âge du Fer, on suppose que le sexe et l’âge des défunts sont des facteurs importants dans la constitution des dépôts. Toutefois, l’état de la documentation anthropologique et archéologique disponible ne permet pas encore d’en comprendre les principes en détail. Nous ne pouvons aborder la question des modes de représentation que pour les sépultures les plus riches, pour lesquelles l’identification du sexe est la moins hasardeuse.

Les modes de représentation de l’élite masculine : une panoplie guerrière sobre et stéréotypée

  • 330 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 100-102.
  • 331 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 200, 293, 296.
  • 332 Andronikos 1969, 33, 44.

105À Vergina [75], la répartition des armes dans les tombes fait clairement apparaître quatre types d’assemblages : ceux avec une épée, ceux avec une lance, ceux avec une ou des flèches, ceux avec une dague ou un coutelas (fig. 20)330. Les dépôts les plus courants sont composés d’une seule épée ou d’une seule lance. Seule la tombe exceptionnelle Mal. Γ I rassemble les trois armes (catalogue, fig. 79) et la tombe tardive LXVIII-Z, une épée et une lance331. Les pierres à aiguiser et les pinces à épiler n’ont été retrouvées associées qu’à des lances. Hormis la sépulture N-IV accompagnée d’un cratère, les autres tombes ne présentent pas de mobilier céramique qui les démarquent des autres sépultures. La tombe P-I était accompagnée d’un biberon et d’un skyphos, ce qui n’est pas courant. Malheureusement on ignore l’âge exact du défunt332.

Fig. 20. Les panoplies guerrières dans la nécropole de Vergina.

Fig. 20. Les panoplies guerrières dans la nécropole de Vergina.
  • 333 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 118 tab. 50, 126 tab. 53.
  • 334 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 136-137.
  • 335 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32.
  • 336 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 118 tab. 50, 126 tab. 53.

106Selon le phasage établi par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, les sept tombes à épées des tertres LXV, N et T sont rattachées aux phases III A et III B, donc entre 1000 et 850 avant notre ère333. L’épée en bronze de la tombe C-∆ appartient également à la première phase de la nécropole334 et enfin l’épée composite de la tombe LXVIII-Z à la dernière phase (viie s.)335. Les tombes à lance des mêmes tertres sont rattachées aux phases III et IV-AB (entre 1000 et 650-600)336. Ces quelques informations suggèrent que ces types de dépôts apparaissent durant toute l’utilisation de la nécropole, mais que les épées sont plus fréquentes durant entre le xe et la moitié du ixe siècle. Sans datation précise de la totalité des tombes, il est difficile d’aller plus loin pour comprendre l’évolution des dépôts.

  • 337 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 130-131, fig. 29.
  • 338 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, 133, 135.
  • 339 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 128-129.

107Ainsi, c’est la thématique du guerrier qui domine dans de nombreuses tombes. En raison de l’absence de données anthropologiques, on ignore le nombre d’individus qui y échappent. Ces assemblages se caractérisent par une certaine sobriété et une standardisation avec d’un côté les sépultures à épée et de l’autre celles à lance. Les tertres N, X, C et “Lazaridis” ne renferment que des tombes à épée, tandis que les tertres III et LXIV ne renferment que des tombes à lance337. Dans la publication de 1989, K. Rhomiopoulou et I. Kilian-Dirlmeier interprètent cette distinction dans les dépôts comme une volonté de signifier dans la tombe le rôle des individus dans les affrontements – le rang social se manifestant dans la qualité des armes338. Plus récemment, dans la dernière monographie sur cette nécropole, les auteurs nuancent cette hypothèse en la proposant seulement pour le tertre T, qui renferme presque exclusivement des tombes à armes (trois tombes à épée, trois tombes à lance et une tombe à flèches). Il s’agirait alors d’un tertre réservé à un groupe de compagnons d’armes339. L’image des défunts cristallisée dans la tombe n’est pas le miroir exact de la société des vivants, mais on ne peut négliger la valeur sociale et symbolique de ces armes. Les épées étaient destinées à une élite. Par leur fonction réelle ou leur portée symbolique, elles incarnent les valeurs héroïques guerrières, un certain privilège à porter une arme, et transmettent à son porteur et sa famille un certain prestige, notamment par les qualités intrinsèques de l’objet (manufacture, matériaux utilisés), qui témoignent des réseaux d’échanges mobilisés pour son acquisition.

  • 340 Andronikos 1969, 174 ; Chemsseddoha 2014, 74.
  • 341 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 102.
  • 342 Gernet 1968 ; Baray 2007, 172.
  • 343 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32.

108Les sépultures à épée ne se distinguent guère entre elles par d’autres biens matériels et les ustensiles de toilette, comme les pinces à épiler, semblent réservés aux sépultures à lance. On peut toutefois envisager le cratère de la tombe à épée N-XIV comme un bien de prestige local340. Ces quelques hommes sont enterrés sous les traits de guerriers selon un discours simple et stéréotypé. La différence entre les tombes réside essentiellement dans la qualité des armes341. C’est notamment le cas pour l’épée en bronze de la tombe C-∆ qui acquiert une valeur “mythique”342 par son ancienneté, peut-être, ou du moins son matériau, ainsi que pour celle, plus tardive, de la tombe LXVIII-Z, qui est un des exemplaires d’épée Glasinac-Mati les plus méridionaux de Grèce – les autres provenant d’Albanie et de Bosnie343. Les défunts ne se distinguent pas non plus par la forme des tombes identiques aux autres. On peut seulement noter que trois d’entre elles se situaient au centre de leur tertre (N-XIV, X-I, AΓ-XI, catalogue, fig. 78, 84), mais, comme nous l’avons vu, cela ne justifie pas leur ancienneté dans le monument. En revanche, dans le cas du guerrier de la tombe Mal. Γ-I, l’accumulation d’armes, ainsi que l’association du défunt avec une des plus riches sépultures féminines, renforce incontestablement l’image d’une position élitaire, ainsi que de celle de sa famille au sein de la communauté. Cette image simple et standardisée du guerrier, si manifeste à Vergina [75], semble être celle que l’on retrouve dans la portion occidentale de la région, où les épées et lances sont fréquentes (fig. 12), ainsi que dans la région à l’est du Strymon (Amphipolis-Kastas [104], Drama Z. I. [105]). À Axioupoli [64], la seule tombe ayant livré une épée est une crémation secondaire. Dans ce cas particulier, l’arme et le rituel constituent des marques distinctives par rapport aux autres défunts inhumés.

  • 344 Karamitrou-Mentessidi 2011b, 119, 121.
  • 345 Poulaki-Pandermali 2013, 59.
  • 346 Besios 1993, 202-2023 ; Besios & Athanasiadou 2001, 363-368.

109L’idéologie du guerrier n’est pas une nouveauté à l’âge du Fer, comme en témoigne la nécropole du Bronze Récent d’Aiani-Leivadia [22], où cinq hommes sont enterrés avec une épée et une lance ou avec une lance seule344. On la retrouve plus discrètement dans la région de l’Olympe (Spathes-Agios Dimitrios [b-4])345, ou en Piérie septentrionale où les poignards
en bronze semblent être préférés346. Les lacunes dans nos connaissances sur le Bronze Récent dans les autres régions ne permettent pas de connaître les types de dépôts funéraires de cette époque. Au début de l’âge du Fer, l’idéologie du guerrier se manifeste de manière plus claire, mais pas dans toutes les régions.

  • 347 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.
  • 348 Papadopoulos J. K. 2005, 382.

110La Piérie, la côte orientale du Golfe Thermaïque, la vallée du Gallikos et la Chalcidique y échappent, considérant le très faible nombre d’épées ou de lances associées aux tombes (fig. 12). Nous ne connaissons pas le détail de ces quelques exceptions, mais nous savons qu’à Nea Philadelpheia [91], ce type de dépôt est tardif et reflèterait les prémisses des changements profonds qui se manifestent pleinement à partir du milieu du vie siècle par un dépôt fréquent d’armes et d’objets de luxe dans les tombes désormais installées dans un nouvel espace funéraire347. Ainsi, à l’âge du Fer, l’idéologie du guerrier ne semble pas faire partie du mode d’expression de l’élite masculine de toutes les communautés de notre région. L’image véhiculée par la nécropole de Vergina [75] est surtout représentative de la partie occidentale, et non de la totalité de la Grèce du Nord. Il serait absurde d’expliquer la quasi-absence d’arme dans les régions côtières du golfe par un éventuel pacifisme des communautés locales, ou bien par l’absence d’élite masculine enterrée dans ces cimetières. Il serait nécessaire de connaître le rituel, le type de tombe et l’emplacement des tombes masculines pour saisir la manière dont les hommes sont représentés dans la mort et de comprendre pleinement les enjeux de cette limitation d’objets – ce que la documentation disponible ne permet pas encore de faire. À Toronè [101], les sépultures masculines et féminines ne se distinguent pas par le contenant funéraire, seules les femmes reçoivent des parures un peu plus distinctives, mais qui restent bien discrètes348.

  • 349 Testart 2004 ; Baray 2007, 171 ; Baray 2008, 191-192.

111Au fond, on observe des politiques et des modes de représentations funéraires diverses. En effet, au moment des funérailles plusieurs choix s’offrent aux proches concernant la destination des biens du mort. Ils peuvent être récupérés et redistribués parmi les proches, donnés à la communauté ou bien être retirés de tout circuit et être abandonnés dans la tombe avec le défunt. A. Testart propose de faire la distinction entre une politique de dépôt, selon laquelle, tout ou une grande partie des biens est déposée dans la tombe, et une politique de distribution, qui implique une répartition des biens entre les héritiers et la communauté. Il y a également “une politique de dépôt bis”, qui implique un dépôt limité d’objets349. À Vergina [75], cette dernière semble avoir été appliquée. La social persona de ces hommes est réduite à un nombre minimal d’éléments constituant un discours simple sur les valeurs guerrières. Dans les nécropoles marquées par l’absence d’armes, il semble que ce soit la politique de distribution qui prévaut. Toutefois, une lecture rapide du matériel montre que cette régionalisation des politiques funéraires est propre aux sépultures masculines. Les sépultures féminines, qui se caractérisent par une opulence de parures, se retrouvent dans presque toutes les régions depuis le début de l’âge du Fer jusqu’à la fin de la période.

L’élite féminine sous le signe de l’opulence

  • 350 Ierissos [103], cf. Trakossopoulou-Salakidou 2004, 272-273 ; Vergina, fibule de type 5, cf. Bräun (...)
  • 351 Poulaki-Pandermali 2013, 61.

112En Grèce, les riches parures féminines en bronze constituent une spécificité du nord. La courte présentation de chaque catégorie d’objet nous a permis d’évaluer leur variété qui marque une rupture avec le Bronze Récent, tel que nous le connaissons par les quelques sites de Macédoine méridionale. Dès le xe siècle, aux épingles en bronze s’ajoutent les fibules à arc et surtout celles à lunettes caractéristiques de l’âge du Fer. Les accessoires vestimentaires se multiplient sous formes d’éléments de coiffes complexes ou de ceintures élaborées. Les parures corporelles connaissent également un enrichissement, notamment avec l’adoption des armilles. Tous ces objets traduisent une nouvelle manière de se parer et de se vêtir, parfois proche de la tradition grecque méridionale (sphécotères et certaines fibules à arc par exemple)350, mais évoquant davantage des traditions plus nordique d’Europe centrale. La fin du viiie siècle, et surtout le viie siècle, dans le nord-ouest, dans la vallée de l’Axios et sur la côte orientale du Golfe Thermaïque, est quant à lui marqué par le port de ces nombreux et divers bronzes macédoniens, évoquant des formes symboliques, animales et humaines stylisées, ainsi que des objets domestiques ou rituels. Le matériau privilégié est le bronze, le fer étant utilisé plus sporadiquement pour des petits objets comme des bagues, dans la région de Thessalonique. L’or est introduit sous forme de sphécotères ou de boucles d’oreilles, tandis que les perles présentent une diversité de matériaux (sardoine, os, ambre, verre, terre cuite) déjà bien présente dans les nécropoles “mycénaïsante” de la Piérie méridionale351.

  • 352 Andronikos 1969, 75-76, 143-146 ; Kottaridi 2012, 73-81.
  • 353 Chemsseddoha 2014, 71.
  • 354 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41-42.

113Dans la nécropole de Vergina [75], les parures représentent plus de 40% de la totalité du mobilier mis au jour dans les tombes et les types d’objets sont variés. Dans cet ensemble exceptionnel, le port de coiffes élaborées serait un signe de distinction sociale au vu des riches parures qui leur sont fréquemment associées, notamment pour quelques-unes d’entre elles (catalogue, fig. 80). La tombe AZ-VII totalise plus de 50 objets de parure, dont cinq bossages en bronze, quatre sphécotères en or et un collier de 50 perles en sardoine352. Une telle accumulation de parures et de métal se retrouve dans la tombe Mal. Γ-I de la même nécropole ‒ plus de 30 objets dont cinq bossages en bronze, deux sphécotères en or et 56 perles en sardoine, dans laquelle est également ajoutée une triple double-hache en bronze (catalogue, fig. 79). Ces sépultures rassemblent presque tous les types de parures connus à l’âge du Fer dans la région ainsi que des signes distinctifs de richesse, de position sociale et peut-être de pouvoir politique ou religieux au sein de la communauté, avec la présence de la triple double-hache. Dans cette société aux codes stricts, ces sépultures sont le pendant féminin des tombes à armes, comme le montrent la double sépulture masculine/féminine Mal. Γ-I et leurs associations courantes à l’intérieur des mêmes tertres. L’idéologie du guerrier se combine à celle de la parure353. On retrouve cela dans la petite nécropole d’Agrosykia [58] qui rassemble des sépultures masculines en armes et la riche sépulture ΣΤ qui porte l’impressionnante ceinture de bronze (catalogue, fig. 49). Toutefois, entre l’élite féminine et l’élite masculine, la politique de dépôt est sensiblement différente. Pour les hommes, le discours se réduit à un ou deux éléments significatifs, tandis que pour les femmes les diverses panoplies traduisent un discours plus complexe (en fonction de l’âge, du statut social, etc.), qui repose sur l’accumulation et une logique de dépôt plus marquée. Certaines femmes dans la mort emportent tout ou une grande partie de leurs biens personnels. La deuxième différence est géographique. Si l’idéologie du guerrier et celle du costume féminin résonnent à l’unisson à Vergina [75], ce n’est pas le cas partout, notamment dans la région orientale du Golfe Thermaïque où seules quelques sépultures féminines se distinguent clairement par la richesse des dépôts associés. On le voit particulièrement bien dans la nécropole de Nea Philadelpheia [91], où la quasi-absence d’arme contraste avec les quelques riches tombes féminines comme la T. 514, renfermant une défunte enterrée avec 40 disques en bronze recouverts d’or, des bracelets, des bagues, et des doubles-haches miniatures354.

  • 355 Misaïlidou-Despotidou 2008, 50-52.
  • 356 Expression empruntée à L. Baray (2008, 189).

114Les costumes funéraires féminins se caractérisent donc par un aspect composite. Les sphécotères en bronze ou en or, les fibules à arc, les bracelets simples et les bossages en bronze sont connus et répandus en Grèce. Si, dans le nord, les parures corporelles ont la même fonction, les disques, eux, semblent réservés aux femmes et portés en ceintures. Les armilles, les fibules à lunettes et les torques en bronze notamment se rattachent à une tradition septentrionale balkanique et d’Europe Centrale355, les parures tubulaires spiralées, qui sont typiques de la Grèce du Nord, se retrouvent également en Italie. Portées ensembles ces parures variées forment une synthèse originale spécifique à l’âge du Fer. Malgré quelques variantes locales, ces parures reflètent des codes d’habillement analogues dans “une sorte de fonds symbolique commun”356. Ces parures constituent des marqueurs de richesse par l’accumulation du métal. Leurs diverses combinaisons sur le même vêtement polarisent les différents réseaux d’échanges mobilisés pour l’acquisition de ces biens.

  • 357 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 114.
  • 358 Hammond 1972, 349-350.

115Dans le tertre LXV de Vergina [75], une riche tombe féminine se situe au centre (T. LXV-Γ). D’après la restitution proposée par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, elle aurait servi de tombe fondatrice au monument funéraire collectif357. Hormis dans le tertre N, où les sépultures féminines sont nombreuses, les autres riches défuntes se répartissent sur une grande partie de la nécropole tumulaire aux côtés d’hommes et probablement d’enfants. L’absence quasi-totale de données anthropologiques rend difficile une étude de la société, même s’il est évident que les femmes ont eu un rôle social important et même peut-être un certain pouvoir dans cette communauté. C’est probablement le cas à Chauchitsa [62], comme en témoignent les trois défuntes portant chacune un grand disque en bronze ajouré. Dans cette nécropole, la T. 19 se situe d’ailleurs au centre de la colline et, selon N. G. L. Hammond, elle aurait servi de point d’ancrage aux autres tombes satellites de cet ensemble exceptionnel358. La chronologie de toutes ces sépultures mériterait d’être affinée afin de mieux comprendre la mise en place de cet ensemble. Dans les autres régions, nos connaissances sur les contextes sont limitées pour pouvoir tirer des conclusions générales sur la place de ces riches défuntes au sein des cimetières. Nous noterons toutefois que, dans cette atmosphère d’opulence, les quelques femmes de la petite communauté de Tzamala [68] semblent en être exclues. Les seules parures sont portées par les hommes et par un immature identifié comme une petite fille (T. IZ-10). Cette enfant, destinée à engendrer une descendance, porte une panoplie identique à celles retrouvées dans de nombreuses tombes de Vergina [75] (parures tubulaires spiralées, un bracelet, une bague, des boutons et une tôle de bronze). Les armes et ces parures montrent que les familles avaient accès à des réseaux d’échanges. La localisation reculée de cet établissement de montagne est peut-être l’un des facteurs de cette politique funéraire restrictive, où la richesse de la défunte était conservée ou transmise, et où seuls les défunts qui bénéficiaient d’offrandes étaient les guerriers et cette petite fille décédée avant d’avoir pu occuper sa place de femme.

Quelques éléments de conclusion

  • 359 À la différence de la Grèce méridionale, cf. Luce 2003.

116Les modes de représentation funéraire ne semblent pas connaître autant de diversité que les rites funéraires. L’observation du mobilier céramique a permis de voir qu’au-delà des variantes typologiques des céramiques, la distribution des catégories fonctionnelles des récipients fait apparaître deux types de dépôts distincts qui dessinent deux régions. Le premier, qui semble couvrir la majeure partie de la région, sauf le sud de la Chalcidique et la Piérie, se caractérise par un nombre limité de récipients par tombe. Les formes renvoient principalement à la boisson et à la commensalité, sans pour autant faire du banquet un marqueur social distinctif dans la mort. Même si les contacts avec la Grèce méridionale sont attestés par la présence de vases géométriques locaux ou importés, et même si ponctuellement la vaisselle a pu acquérir une dimension plus significative (le cratère de la tombe N-IV de Vergina [75]), ces communautés ont privilégié les objets métalliques à la céramique pour définir l’identité et le statut de leurs proches. À la différence de nombreux sites de Grèce centrale et méridionale, le défunt n’est pas représenté sous les traits d’un banqueteur359 et les reliefs des banquets restent dans l’habitat des vivants. En revanche, les dépôts dans les tombes du sud de la Chalcidique, et en particulier dans la nécropole de Toronè [101] et de Koukos [102], et peut-être même dans les tombes de Piérie, se distinguent par une plus grande accumulation de céramiques, notamment de vases tournés et décorés qui se rattachent à une tradition méridionale, dans laquelle, le banquet, en tant qu’activité sociale élitaire est un marqueur essentiel dans la définition de la social persona des défunts. Cela peut s’expliquer par les contacts répétés avec la Grèce centrale et méridionale à l’époque mycénienne et au cours de l’âge du Fer, notamment pour la Chalcidique qui aurait connu une première vague de colonisation dès la période post-palatiale (xiie-xie s.). Néanmoins, il s’agit surtout d’une question de choix, comme le montrent les nécropoles de la côte orientale du Golfe Thermaïque qui semblent perméables à cette idéologie funéraire.

  • 360 Duplouy 2006, 154 sq.
  • 361 Nous tenons à mentionner l’existence de la très récente thèse de Rovena Kurti intitulée Parure, c (...)
  • 362 Sourvinou-Inwood 1975, 168 : “In my opinion, some time in the course of the 12th century, a loose (...)

117Lorsqu’on observe le mobilier non céramique, on serait tenté d’inverser cette carte géographique. La situation est toutefois plus complexe. L’armement déposé dans les tombes se concentre essentiellement dans l’arrière-pays. La thématique du guerrier fait peu ou pas partie des modes de représentation des élites de la région du Golfe Thermaïque, ni de la Chalcidique, ce qui est plus étonnant, notamment pour Toronè [101] dont les contacts avec l’Attique et l’Eubée ne sont plus à démontrer. Dans l’arrière-pays, les hommes enterrés en guerrier ne sont définis que par des codes simples, standardisés et limités, se réduisant le plus souvent à l’arme elle-même. Les signes extérieurs de richesse propres à une élite aristocratique, tels qu’on les retrouve dans les tombes d’Attique ou d’Eubée, comme celle de l’Hérôon de Lefkandi avec des biens luxueux et exotiques360 sont finalement très rares. La quantité d’armes à Vergina [75] contraste avec une certaine sobriété individuelle des sépultures. L’opulence et l’ostentation semblent être réservées à l’élite féminine. La thématique de la parure prédomine, tant par la quantité de bijoux et d’accessoires vestimentaires que par son extension à presque toute la région étudiée. Les diverses parures de tradition égéenne et balkanique se combinent pour former des costumes originaux361. Il nous semble alors que le concept de loose type of cultural koine ou, dit autrement, “Early Iron Age Macedonian loose koine”, formulé par C. Sourvinou-Inwood concernant la culture matérielle, soit relativement bien approprié pour les parures de l’âge du Fer, qui forment un groupe assez homogène par leur diversité362. Ces observations mériteraient d’être sondées en détail, mais il est nécessaire pour cela d’attendre les publications des tombes de ces nouvelles nécropoles qui ont émergé par dizaines depuis la découverte de celle de Vergina [75].

  • 363 Snodgrass 1980 ; Morris, I. 1989 ; Kotsoglou 2010, 170 sq.
  • 364 Cette tombe renfermait entre autres : des kalathoi, 1 amphore, 3 lécythes, 1 pyxide, 1 coffre fer (...)
  • 365 Cette tombe à ciste datée du Géométrique Moyen II renfermait, en plus des riches parures variées (...)
  • 366 Statistiques établies d’après le comptage effectué par M.-P. Belletier (Belletier, 2003).
  • 367 Belletier 2003, 74 ; Morris I. 1987, 148-151.
  • 368 Popham et al., éd. 1980, 231 sq.
  • 369 Vokotopoulou 1986, 291 sq.
  • 370 AD, 38, 1983, Chr., 204-208 (A. Tziafalias).
  • 371 Heurtley & Skeat 1930-1931.
  • 372 Batziou-Efstathiou 1999.
  • 373 Poulaki-Pandermali 2013, 72.

118L’accumulation de métal dans les tombes distingue clairement la Grèce du Nord du reste du pays. Le fer est plutôt réservé pour les armes tandis que le bronze est privilégié pour les parures. La question des conditions de développement de la technologie du fer et son impact sur les sociétés méditerranéennes, ainsi que la composition des dépôts métalliques en Grèce à l’âge du Fer, a fait l’objet de plusieurs discussions363. Si ce sujet reste important et mériterait qu’on s’y attarde davantage pour notre région au vu de la documentation renouvelée, dans cette conclusion, nous proposons de faire des observations plus générales sur la part qu’occupent le métal et la céramique dans les dépôts (fig. 21-22). En effet, la différence est frappante lorsqu’on compare par exemple la fameuse double sépulture Mal Γ-I de Vergina [75] ou bien la tombe AZ-VII (catalogue, fig. 79-80) et la tombe de “la Riche Dame athénienne” à Athènes364, ou “La tombe d’Isis” à Éleusis365, qui ont livré, outre quelques parures métalliques exceptionnelles, une grande quantité de vases en céramique. À Vergina [75], le métal occupe près de 60 % du mobilier et les vases seulement 30 %. Ce rapport déséquilibré n’est pas propre à cette nécropole, mais se retrouve à Chauchitsa [62] (68 % d’objets métalliques), à Tzamala [68] (58 %), à Agrosykia [58] (77%). Même si, pour les deux derniers sites, le total des objets est bien faible, on constate que le métal est largement prédominant. Lorsqu’on se tourne vers la Chalcidique et plus particulièrement vers la nécropole de Toronè [101], le rapport s’inverse brutalement (13 % d’objets métalliques et 85 % de céramiques), l’isole du reste de la région, mais la rapproche de la nécropole du Céramique à Athènes, dont les objets, tous siècles confondus (entre la moitié du ixe siècle et la fin du viiie siècle) comprennent 83% de céramiques et seulement 14 % d’objets métalliques366. Les données disponibles pour notre région ne permettent pas de prendre en compte le facteur temporel et les nécropoles pour lesquelles nous connaissons les effectifs des objets n’appartiennent pas toutes à la même époque. Néanmoins, on n’observe guère de changement dans la quantité de vases déposés dans les tombes entre les nécropoles qui sont occupées dès le début de l’âge du Fer (Vergina [75]) et celles de la fin de l’âge du Fer (Agrosykia [58]). Dans la nécropole du Céramique à Athènes, jusqu’à la moitié du ixe siècle, les objets métalliques occupent une part importante au sein des assemblages. Le basculement est visible vers à la fin du viiie siècle avec une forte augmentation des vases en céramique, notamment des vases de table367. Il est donc intéressant de voir que la nécropole de Toronè [101] ne connaît pas cette phase du guerrier. C’est en cela que cet ensemble funéraire diffère également de la nécropole de Lefkandi368 ainsi que de celle de Koukos [102], sa voisine qui semble avoir livré à la fois une grande quantité de céramique et de nombreux objets en métal. La nécropole de Vitsa Zagoriou [EP-4] en Épire se trouve au centre de ces rapports d’oppositions avec une part à peu près égale entre les vases en céramique et les objets métalliques. Cette particularité épirote tient à la fois au dépôt plus important de vases dans les tombes (plus de deux en moyenne par tombe), et à celui, plus limité, des objets métalliques. Toutefois la différence se joue essentiellement au niveau des parures qui n’occupent que 27 % de l’ensemble des objets contre 60 % à Vergina, tandis que le pourcentage d’armes de Vitsa (14 %) est le plus élevé des nécropoles étudiées369. La Thessalie, à travers les exemples des nécropoles de Krannon370, de Marmariani371 et les tombes de Nea Ionia372, offre une image en demi-teinte avec une majorité de vases en céramique pour les deux premiers sites, mais une part non négligeable de mobilier métallique, notamment à Nea Ionia. Non seulement cela se ressent dans les statistiques, mais également dans les types d’objets associés aux tombes avec une quantité relativement importante de parures en bronze. Nous ne connaissons malheureusement pas la quantité d’objets métalliques dans les tombes de Piérie, où, comme nous l’avons montré, les vases en céramique et particulièrement la vaisselle de table et de banquet occupent une place importante. Toutefois E. Poulaki-Pandermali précise que les femmes ne portent pas autant de bijoux de bronze à la différence des autres sites de Macédoine Centrale373. Le rapport entre le métallique et la céramique fait apparaître une sorte de rupture en Grèce continentale entre un “Nord” où le métal est valorisé dans la tombe et un “sud” englobant Toronè [101] et le littoral piérien où la vaisselle en céramique joue un rôle crucial dans le choix des offrandes.

Fig. 21. Tableau représentant la distribution des objets céramiques et métalliques dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce.

Fig. 21. Tableau représentant la distribution des objets céramiques et métalliques dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce.

Fig. 22. Répartition du mobilier céramique et métallique dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 22. Répartition du mobilier céramique et métallique dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 374 Sur la question de la construction de la valeur, voir l’ouvrage récent, Papadopoulos J. K, Urton, (...)
  • 375 Papadopoulos J. K. 1996, 172-173 (avec bibliographie).
  • 376 Thuc. 4.105.1.
  • 377 Hammond 1972, 13.

119Une fois déposés dans la tombe les objets en métal sont retirés des réseaux de circulations. Ils perdent leur valeur d’échange, mais gagnent en valeur symbolique au cours de la performance des funérailles374. Au-delà de leur rôle actif dans la définition de l’identité des défunts, leur abandon dans la tombe constitue une forme de démonstration sociale, un moyen pour les familles de montrer leur capacité à mobiliser les réseaux d’acquisition et de contrôle des objets métalliques et des matières premières, non seulement le fer, à travers les nombreuses armes, mais aussi les divers alliages cuivreux à travers les riches parures portées par les défuntes. La Grèce du Nord jouait un rôle clé dans la circulation des ressources métalliques, que convoitaient déjà peut-être les Mycéniens, et très certainement les Eubéens au début de l’âge du Fer. La Chalcidique possède en effet des minerais de fer, d’argent et de cuivre sur le promontoire de Sithonia et ailleurs375. Les ressources aurifères de la côte Thrace dans la région du Pangée sont bien connues du temps du père de Thucydide qui possédait des mines d’or376, sans oublier l’or du fleuve Gallikos dont le nom antique Echedoros (Εχέδωρος), “celui qui apporte des présents”, prend toute sa signification377.

  • 378 Misaïlidou-Despotidou 2011, 145 sq. ; ibid. 2008, 45-46 (exemple de Nea Philadelpheia).
  • 379 Despini 2016a, 116-119 ; Despini 2016b et 2016c.
  • 380 Kottaridi 2009b, 150-151, fig. 5-7 ; voir également la synthèse de Saripanidi 2017, notamment p.9 (...)

120La situation décrite pour l’âge du Fer bascule à l’époque archaïque, au cours du vie siècle. Comme nous l’avons vu au cours du développement, cela se traduit non seulement par l’émergence de nouvelles nécropoles et un changement variable dans les pratiques funéraires, mais aussi dans les modes de représentation funéraire. Nous avons déjà vu que la céramique s’enrichit des importations provenant de tout le bassin égéen, et que le service et les accessoires de banquet apparaissent beaucoup plus fréquemment dans les tombes riches. Au niveau des objets personnels et des parures, la deuxième moitié du vie siècle marque l’émergence de nouveaux codes adaptés à la nouvelle situation politique liée à la mise en place du royaume macédonien dans la nouvelle capitale Aigai à Vergina, et à l’émergence d’aristocraties puissantes, qui désirent souligner dans la tombe leur statut d’élite guerrière. À Nea Philadelpheia [91], dans la nouvelle nécropole fondée à côté de celle de l’âge du Fer, on constate une augmentation du nombre d’objets par tombe, non seulement des parures, dont les matériaux se diversifient, mais aussi des armes qui accompagnent les hommes, et parfois de riches panoplies avec épée, lance et casque parfois recouvert de feuilles d’or. Les parures féminines sont toujours déposées. Si certains types de bijoux disparaissent progressivement comme l’armille ou les parures tubulaires spiralées qui se font plus rares, d’autres bijoux en métaux précieux (or, argent) se multiplient378. Les funérailles sont l’occasion d’une démonstration de richesses pour cette nouvelle élite dans une atmosphère de compétition sociale, comme en témoignent les plus riches tombes masculines d’Archontiko ou de Sindos, dans lesquelles les défunts portent un masque funéraire en or et sont accompagnés d’un équipement guerrier complet (épées, lances, casques, boucliers, etc.) et de dizaines d’objets379. Ce changement dans l’idéologie funéraire est également perceptible à Vergina [75]. Si l’idéologie du guerrier et de la parure perdurent, la sobriété des dépôts céramiques caractéristiques de l’âge du Fer est remplacée, à l’époque archaïque par une plus grande opulence marquée par les vases à parfum, la vaisselle et les ustensiles de banquet, désormais bien visibles aux côtés des défunts380.

Notes

1 Bérard R.-M., 2014.

2 Papadopoulos J. K. 2005, 86-89, 373.

3 Kottaridi 2012, 73-74. Pour la tombe, cf. Andronikos 1969, 75-76, pl. K.

4 Chemsseddoha 2014, 73, n. 73.

5 Trakossopoulou-Salakidou 1988, 350.

6 Cet effectif ne tient pas compte des vases-couvercles ni des tessons servant de calage. Dans deux tombes, l’urne était accompagnée de deux cruches modelées (T. 81 et 84), et une tombe seulement renfermait trois vases d’accompagnement (T. 82, une cruche et deux canthares modelés). Cf. Papadopoulos J. K. 2005, 152-156 (T. 81, 82), 157-159 (T. 84).

7 Dans l’enclos funéraire T12, une pointe de lance brulée a été retrouvée dans l’urne, tandis que dans l’enclos T13, un petit canthare était placé à côté de l’urne, cf. Koukouli-Chryssanthaki 1992, 641, 163-170.

8 Tombes LV-∆, LVIII-A, LVIII-B, LXIV-H, LXIV-Θ, LXV-AΞ, LXV-AΨ, LXVI-Γ, cf. Bräuning & Kilian‑Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.

9 Tombes L-Γ, LV-B, LXIV-A, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.

10 Tombes L-A, LV-A, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.

11 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 197-198.

12 Par comparaison, les tombes plurielles de la nécropole de Mégara Hyblaea constituent un autre exemple parlant, cf. Bérard R.-M. 2014, 114.

13 Les objets peuvent être déplacés avec les ossements des dépouilles précédentes dans un coin de la tombe : Aiani-Giannouka Vryssi [25], Aiani-Isiomata [27], Velventos-Kato Bravas [37], T. 3 de Palio Gynaikokastro [65], Tzamala [68]. Dans les nécropoles de Panagitsa-Zervi [39] et de Dion [86], les configurations sont diverses.

14 Poulaki-Pandermali 2013, 72.

15 Kurtz & Boardman 1971, 56-57.

16 Vokotopoulou 1994, 94-95 ; Moschonissioti 2010, 211-212.

17 Savvopoulou 2007, 609.

18 Hom., Il., 10.151-153.

19 Hammond 1972, 354 ; Arist., Po., 1461a.

20 Mylonas 1966, 112-113 ; Blegen 1937, 238 ; Kontorli-Papadopoulou 1995, 118-119.

21 Kottaridi 2002, 506.

22 Tertre A : cruches A1, A2, A9 retrouvées vers le centre du tertre à environ 1,10 m de hauteur par rapport au sol – donc à environ 0,80 m par rapport au sommet du tertre conservé (Andronikos 1969, 10-12). Le tertre ∆ : bols modelés fragmentaires (∆28 et ∆29), cruche (∆30), découverts vers le centre du tertre à moins de 0,25 m de profondeur par rapport au sommet (ibid. 18-19). Le tertre E : canthare à anses avec pouciers (E29), découvert un peu au nord du centre du tertre à 0,35 m par rapport au sommet (ibid. 22). Le tertre AA : canthare à anses avec pouciers (AA2) découvert vers le centre du tertre à 0,70 m de hauteur par rapport au sol – donc à environ 0,40 m de profondeur par rapport au sommet (ibid. 60). Le tertre AE : vase ouvert fragmentaire (AE30) découvert vers le centre du tertre (ibid. 71).

23 C’est d’ailleurs ainsi qu’il interprète certains vases dispersés dans le remblai du tertre ∆ (Andronikos 1969, 19). Nous pourrions faire de même pour les objets en bronze dispersés dans les couches supérieures du tertre E (parures, attaches de vêtement, etc.), comme le suggère la présence de quelques dents découvertes non loin de ces objets (ibid. 22).

24 Scapin et al. 2014, 9.

25 Denti 2013, 16-17.

26 Luce 2003, 63. Le terme d’“ustensilité” est utilisé par l’auteur en faisant référence à cette notion employée par Heidegger dans Être et Temps (Paris, 1986) pour désigner la capacité des objets à servir ; voir aussi Luce 2011, 54.

27 Luc., Luct., 14, trad. Eugène Talbot, Paris, 1912.

28 Luce 2003, 55 ; Murray 1988 ; Murray 1991, 27.

29 Kurtz & Boardman 1971, 200-202.

30 Luce 2003, 64.

31 Vernant 1982, 5-7 ; d’Agostino & Schnapp 1982, 19-21.

32 Houby-Nielsen 1992 .

33 Luce 2003, 58 sq ; Belletier 2003.

34 Chemsseddoha 2014, 76.

35 Andronikos 1969, catalogue des tombes.

36 Seul type recensé dans les tombes de l’âge du Fer de notre région d’étude.

37 Scapin et al. 2014, 10-11.

38 Voir, par exemple, les classifications de la céramique mise au jour dans l’habitat en toumba-trapeza de Sindos (Gimatzidis 2010), dans celui de la Toumba Kastanas (Hochstetter 1984 ; Jung 2002) ou celui d’Olynthe (Horejs 2007). Pour une classification des céramiques en fonction de leur provenance ou de la tradition artisanale à laquelle elles se rattachent, voir celle de M. Tiverios (2012).

39 Bats 1988, 23-25 ; Sparkes 1991, 60-62 ; Clop 2008.

40 Nous avons intégré dans la catégorie des vases à boire les biberons, même si ceux-là occupent une place particulière par leur usage pour l’alimentation des nourrissons.

41 Sparkes 1991, 62-65.

42 Soueref 2011, 274.

43 Dans la bibliographie grecque on observera que le terme “cruche” (πρόχους) est davantage utilisé pour désigner les vases de tradition locale. Des olpés tournées sont mentionnées dans les nécropoles d’Arnissa [40], de Konstantia [49] et de Giannitsa-Talabassi [60] (AR 54, 2007-2008, Chr., 65 ; Chrysostomou A. 2000b, 512 ; 2000c, 41), ainsi que dans celles de la vallée de l’Axios, et qui sont datées du viie-début du vie siècle (Mitrevski 1997, 119 fig. 31 n° 4 ; Heilmann 2013, 91). À Vergina, ces vases sont appelés Krüge mit gerader Mündung (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 25) et à Chauchitsa, Single-handed jug (Casson 1923-1925, 10 fig. 3b, 18). Ces olpés se rattachent au type Krug mit horizontalem Rand und kurzem Hals (Variante II) de la typologie de S. Gimatzidis pour Sindos (Gimatzidis 2010, 220 fig. 59, 224-226).

44 Une olpé a été découverte à l’intérieur d’un pithos dans l’habitat de Sindos (Gimatzidis 2010, 226).

45 Lemos 2002, 85-86.

46 Havela 2012, 309.

47 Lioutas 2013, 213 ; Lambrothanassi-Korantzi 2005, 19.

48 Sauf dans le cas de la T.72, dont l’urne est une cruche tournée peinte importée, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 143.

49 Papadopoulos J. K. 2005, 375, 391.

50 Vokotopoulou 1986, 236-241, 253.

51 Dans la bibliographie le canthare à anses avec pouciers est appelé en grec moderne κάνθαρος µε δισκόµορφες απολήξεις στις λαβές (cf. Andronikos 1969, 202-204), en allemand Schale mit Knopfhenkeln (cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 16), et en anglais kantharos with vertical handles surmounted by a disk knob (cf. Papadopoulos J. K. 2005, 474-475). Il s’agit du type 12b de Kastanas (cf. Hochstetter 1984, 99). Selon A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier (2013, 16, 17 fig. 5), leur grand nombre à Vergina (110 associés à des sépultures, soit 73,8 % des canthares et 16,3 % du total des vases d’accompagnement) ferait de cette région le centre de production. Toutefois, en l’absence de preuve matérielle locale de leur fabrication, cette hypothèse ne peut pas encore être vérifiée. Pour les autres types de canthares, se référer à la monographie de Kastanas dont les fouilles ont livré la plupart des formes connues dans la région, cf. Hochstetter 1984, 58-66.

52 Les deux autres ont été trouvés dans la T. 82 (phase IV), une des rares crémations secondaires ayant livrée trois vases d’accompagnement (les deux canthares et une cruche modelée). Un autre canthare est utilisé comme couvercle de l’urne de la T.75 et quelques rares tessons ont été retrouvés dans les résidus des bûchers, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 473.

53 Un skyphos mentionné à Servia-Kolitsaki [35]. Voir également Tiverios 2008, 6-7 ; Papadopoulos J. K. 2005, 442-447.

54 Poulaki-Pandermali 2013, 75-77.

55 Desborough 1952, 77.

56 Poulaki-Pandermali 75-76 ; Lemos 2002, 46-48.

57 Papadopoulos J. K. 2005, 415.

58 Poulaki-Pandermali 2013, 76, 96 n. 148.

59 Saripanidi 2013 ; Hochstetter 1984, 66-78 ; Papadopoulos J. K. 2005, 475-476 ; Bräuning & Kilian‑Dirlmeier 2013, 20, 27 ; Gimatzidis 2010, 189-191.

60 À Vergina [75], le vase à une anse de la tombe L-Γ est décrit comme une louche, (πηλίνη ἀρύταινα, cf. Petsas 1961-1962, 258), puis comme tasse (cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 188).

61 Mountjoy 1993, 71-72.

62 Une autre coupe combinant la forme du canthare à pouciers et un pied à tige provient de Vergina, mais elle a été découverte dans un champ à l’extérieur des limites de la nécropole, cf. Andronikos 1969, 221.

63 Andronikos 1969, 176-178, 201 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 15.

64 Poulaki-Pandermali 2013, 74.

65 Saripanidi 2013. La diversité des formes est visible dans l’habitat de Kastanas, où ils ont été retrouvés en grand nombre, cf. Hochstetter 1984, 78-101.

66 Bats 1988, 245-247 ; DÉLG, s.u. “τρύβλιον”.

67 Nommés φιαλόσχηµα µετὰ λαβῶν par Andronikos (1969, 208) et Schalen mit randständigen Schräghenkel par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier (2013, 18-19).

68 Nommés ἄωτα, δίωτα ou τετράωτα αγγεία par M. Andronikos (1969, 208), Schalen mit randständigen Horizontalösen, par Bräuning et Kilian-Dirlmeier (2013, 16-18).

69 Hochstetter 1984, 101.

70 Dans la récente publication de Vergina, les auteurs divisent les bols à anses plates en deux catégories selon leur diamètre à l’ouverture : ceux de 12 cm et ceux de 16-18 cm (cf. Bräuning &Kilian-Dirlmeier 2013, 17). Pour les bols à anses dressées, les auteurs distinguent ceux avec un diamètre moyen inférieur à 13-16 cm et ceux mesurant entre 22 et 24 cm (ibid. 18). Toutefois, un tiers de ces récipients mesurent entre 17 cm et 22 cm. C’est pour cela qu’il nous a semblé intéressant d’utiliser les catégories établies par M. Bats pour les mêmes types de récipients, cf. Bats 1988, 203.

71 Papadopoulos J. K. 2005, 476.

72 Wardle K. A. et al. 2001, 637-638.

73 Nea Philadelpheia [91], Oraiokastro [92], Nea Efkarpia [93], Stavroupoli-Polichni [94], Toumba-Thessalonique [95], Thermi [96], cf. Havela 2012, 310.

74 Carington-Smith 2003.

75 Andronikos 1969, 174.

76 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 27. S. Gimatzidis le considère comme un lébès, cf. Gimatzidis 2010, 231-232.

77 Lemos 2002, 53-54 ; Schalen type II et III de Sindos, cf. Gimatzidis 2010, 166-170.

78 Papadopoulos J. K. 2005, 447-450.

79 On mentionne toutefois des fragments de pyraunos dans la T. 7 de Konstantia [49].

80 Lemos 2002, 86 ; T. 46.8 datée du SPG II (Popham & Lemos, éd. 1996, pl. 53), T. 80 datée du SPG IIIa (ibid. pl. 84).

81 Andronikos 1969, 34-35, 90, pl. 43.

82 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, pl. 24.1, 141-142.

83 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 20.

84 Chemsseddoha 2014, 72.

85 Heurtley 1939, 234 n° 472.

86 Alexandridou 2014.

87 Tombes E-I, N-II, N-VII, AΓ-X, cf. Andronikos 1969.

88 Poulaki-Pandermali 2013, 66.

89 Papadopoulos J. K. 2005, 437-441.

90 Andronikos 1969, 178-180, 204-207.

91 Tombe ∆-VII vase n° 5 (cf. Andronikos 1969, 17, 83). Un autre a été retrouvé dans le remblai du tumulus N (vase n° 20, cf. ibid. 38, 91). M. Andronikos les appelle alors pyxide (ibid. 167-168).

92 Chondroyanni-Metoki 1997, 34, 39.

93 Belletier 2003, 76-77 ; Bohen 1988 ; Popham et al., éd. 1980, 418-420 table 1-3.

94 Casson 1923-1925, 11. Le contexte chronologique de celles qui ont été mentionnées pour Mendè [99] et Karathodoreïka [63] est imprécis car les nécropoles sont utilisées respectivement jusqu’au vie et au ive siècle.

95 Ces récipients sont nommés dans les publications multiple vases (Papadopoulos J. K. 2005, 472-473), binocular jars (Heurtley 1939, 105) ou αµφικύπελλα (Vokotopoulou 1986, 247).

96 Agios Pantéléïmon [2], Koilada-Potistra [19], Vergina [75], Dion [86] et Toronè [101]. Deux autres proviendraient d’Axiokastro et de Tsotili [13], mais leur contexte reste incertain : cf. BCH, 85, 1961, Chr., 774 fig. 5 (Axiokastro) ; Karamitrou-Mentessidi 1997, 226 fig. 1 (Tsotili).

97 Poulaki-Pandermali 2013, 74.

98 Tombe AZ-III, vase n° 8, cf. Andronikos 1969, 192 fig. 38, 193, pl. 72.

99 Papadopoulos J. K. 2005, 473.

100 Pollitt 1979, 230 sq. ; Kourou 2007.

101 Ceux qui ont été découverts à Kastanas ne sont d’ailleurs pas considérés ainsi. La majorité provient des couches datées de l’HR IIIB, cf. Hochstetter 1984, 175.

102 Hom., Od., 20.151-154 ; Saint-Pierre Hoffmann 2015, 44 n. 1.

103 Vitsa Zagoriou [EP-4] (Vokotopoulou 1986, 247), Konitsa-Liatouvouni [EP-5] (Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010, 44-45, fig. 17-18), Kato Meropi [EP-1] (Andreou E. & Andreou I., 1999, 80, 81 fig. 14-15).

104 Barç [AL-3] (Andrea 1976a, pl. IV ; Prendi 1975, pl. VII.4, VIII.6) ; Luaras [AL-6] (Aliu 2004, pl. XXXIV-XXXV) ; Psar [AL-5] (Aliu 1995, 119-148). Notons également que les vases composites à cruches se retrouvent en pendeloque de bronze (Bouzek 1974, 41, 43 fig. 12 n° 2).

105 Kourou 2007, 67.

106 Kourou 2007, 73-74 avec références bibliographiques.

107 D’ailleurs, l’auteur n’intègre pas le vase composite de la T. 54 du cimetière de Toumba, daté du PG Récent et qui rappelle plus généralement les cruches de Grèce du Nord et en particulier, le vase composite de Toronè, cf. Popham & Lemos, éd. 1996, Tombe 54, pl. 60 n° 22, pl. 121.

108 Vokotopoulou 1986, 247-249.

109 Le site de Koukos [102] comprenant habitat et nécropole contemporaine le montre bien, cf. Carington‑Smith & Vokotopoulou 1992 ; Carington-Smith 2000.

110 Papadopoulos 2005, 376. Pour Vergina [75], voir le vase AZ24 de la T. AZ-X (Andronikos 1969, 77). Pour des récipients portant des traces de réparation, voir par exemple la cruche de la T. 86 de Toronè [101] (Papadopoulos J. K. 2005, 160), le canthare modelé à anses avec pouciers n° 181 de la T. LXV-AE de Vergina [75] (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 238 fig. 161), une cruche dans une tombe d’Oraiokastro [92] (Lambrothanassi-Korantzi & Papagianni 2001, 265, 270 fig. 8). Les mêmes observations peuvent être faites pour les contenants funéraires, comme les pyraunoi recyclés pour des enchytrismes dans la nécropole de Nea Zoï-Terikleia [53] (Chrysostomou A. 1998, 325 n. 23). Des réparations ont également été identifiées sur des pithoi funéraires comme le montre la T. LXV-AK de Vergina [75] (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 237), sur des urnes cinéraires ou des vases-couvercles, comme à Vergina, T. LV-∆, (ibid., 193 fig. 91) ou à Toronè T. 43, 67, 116, 129, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 116-117, 138, 212-213, 236).

111 Courbin 1974, 127.

112 Savvopoulou 2001, 174.

113 Andronikos 1969, 25, 55.

114 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 467 (Pa. Chrysostomou).

115 Papadopoulos J. K. 2005, 373, 461-482. 

116 Papadopoulos J. K. 2005, voir catalogue des tombes et de leur contenu.

117 Styrenius 1967, 101-102.

118 Styrenius 1967, 38-39, 68, 100.

119 Papadopoulos J. K. 2005, 373.

120 Courbin 1974, 137.

121 Chemsseddoha 2014, 73.

122 Ce graphique est construit sur les données provenant de 94 tombes d’époque géométrique ayant livré de 1 à 4 vases d’accompagnement. On notera tout de même que dans quatre tombes, le canthare est placé à côté de la main (T. 21, 79, 93, 129), cf. Vokotopoulou 1986, catalogue des tombes.

123 Par comparaison, pour les récipients des tombes géométriques d’Argos, les taches identifiées sur la surface de quelques vases proviendraient de leur contenu (Courbin 1974, 128 ; 1966, 463).

124 Zurbach 2005, 163-164 ; Jubier-Galinier 2014, 42-43 ; Garland 1985, 24.

125 Andronikos 1968, 93 ; Schnapp-Gourbeillon 1982, 81 ; Zurbach 2005, 164.

126 Papadopoulos J. K. 2005, 375.

127 Courbin 1974, 128.

128 Andronikos 1969, pl. 8, 10-13, 20-21, 23-25, 27 ; Petsas 1961-1962, pl. 94, 134, 136-137, 142, 144.

129 Morris I. 1992, 17-21.

130 Luce 2003, 63 ; Jouanna 2015, 58-59.

131 Hom., Od., 10.525 ; Jouanna 2015, 58-59.

132 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 91-92.

133 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 91 n. 633.

134 Papadopoulos J. K. 2005, 141, pl. 367.

135 Kübler 1954, 33-35 ; Andronikos 1968, 94 ; Coldstream [1977] 2003, 10.

136 Sur la question du banquet funéraire, cf. Andronikos 1968, 15-18, 106-107 ; Kurtz & Boardman 1971, 64‑67, 146-147 ; Garland 1985, 110-115 ; Styrenius 1967, 110-111.

137 Papadopoulos J. K. 2005, 317-318 (S. Bökönyi, D. Ruscillo).

138 Papadopoulos J. K. 2005, 321-338 (D. Ruscillo).

139 Papadopoulos J. K. 2005, 339-342 (F. Gyulai, K. Kelertas).

140 Papadopoulos J. K. 2005, 83, 373.

141 Kefalidou 2010, 140.

142 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 508 (Pa. Chrysostomou).

143 Karamitrou-Mentessidi 2011a, 288-289.

144 Vokotopoulou 1986, 96-97.

145 Courbin 1974, 128.

146 Jubier-Galinier 2014.

147 Andronikos 1969, 37, 174-175, pl. 11.

148 Chemsseddoha 2014, 74.

149 AD, 38, 1983, B’, Chr., 204-208 (A. Tziafalias).

150 Belletier 2003, 74-77.

151 Blandin 2007, 83-85.

152 Popham et al., éd. 1980.

153 Courbin 1974, 125-126.

154 Poulaki-Pandermali 2013, 57, αρτόσχηµα αλάβαστρα apparenté au type straight-sided alabastron de Mountjoy 1993, 32 fig. 19.

155 Besios & Chrachtopoulou 1994, 147-148 ; Besios 2010, 65.

156 Leibethra [b-8], Spathes [b-4], Platamon “Stop” [b-9]. À Leibethra [b-8], les alabastres sont les formes céramiques tournées les plus courantes (cf. Poulaki-Pandermali 2013, 51). À Spathes [b-4] les nombreux récipients sont accompagnés d’autres petits vases à huile parfumée (cf. ibid. 57-59).

157 À Aiani [22], les alabastres sont les vases de style mycénien les plus courants et représentent plus d’un quart des récipients déposés dans les tombes (Karamitrou-Mentessidi 2000, 597 ; 2011b, 111-122). On en trouve également à Ano Komi [b-1], cf. ibid. 1998, 439, 450, 462 fig. 5, 463 fig. 8.

158 Mountjoy 1993, 67, 76, 85, 90, 127 ; Lewartowski 2000, 29 ; Phialon 2011, 390 Annexe 04, tab. E.

159 Karamitrou-Mentessidi, 2011b, 111-122 ; Eder 2009.

160 Mountjoy 1993, 127 ; Popham et al., éd. 1980, 283.

161 Poulaki-Pandermali 2013, 55, 57-59, 66.

162 Papadopoulos J. K. 2005, 437-441.

163 Chemsseddoha 2014, 72-73.

164 Belletier 2003.

165 Andronikos 1969, 75-76.

166 À Chauchitsa [62] les tasses sont associées à des tombes avec ou sans parures.

167 Havela 2012, 310.

168 Bilouka et al. 2004, 110.

169 Misaïlidou-Despotidou 1998, 264 ; Havela 2012, 310 n. 20.

170 Luce 2003.

171 Papadopoulos J. K. 2005, 215.

172 Esposito 2015, 13-15.

173 T. 117 (Papadopoulos 2005, 212-220), T. 101 (ibid., 172-177), T. 113 (ibid. 201-206), T. 104 (ibid. 181-187), T. 115 (ibid., 209-212).

174 Papadopoulos J. K. 2005, 385-387.

175 T. 23 : 1 cratère à bec verseur, 1 amphore, 2 petites amphorisques, 1 cruche à col échancré et une petite à bord droit, 2 skyphoi, 2 tasses et des canthares. Cf. Carington-Smith 2003, 245, 251 fig. 8 ; ibid. 1991.

176 Karliabas et al. 2004, 344 ; Poulaki-Pandermali 2013, 74-83.

177 Les céramiques mises au jour dans les six tombes à tholos comprennent : 6 cruches modelées et 15 tournées à col coupé, 5 œnochoés, 6 canthares modelés et 4 canthares tournés, 2 skyphoi et 4 tasses tournées, 1 coupe à pied, 4 vases en forme de phiale, 7 cratères et 4 amphorisques, cf. Heurtley & Skeat 1930-1931.

178 Chemsseddoha 2014, 73-75.

179 Wardle K. A. et al. 2001.

180 Wardle K. A. et al. 2001, 642.

181 T. 88 : 1 cruche, 1 amphorisque, 5 canthares et, sur le dessus de la pile de vases, 1 cratère à bec verseur. Cf. Carington-Smith 2003, 243-244, 249 fig. 5.

182 En effet, les fouilles du bâtiment orthogonal de l’habitat associé à la nécropole d’Ierissos (colline de Kastri) a livré entre autres des œnochoés tournées, des amphores et des cratères tournés et décorés – de tels récipients ne sont pas mentionnés dans la description du contenu des tombes, où semble privilégiée la céramique de table modelée (Trakossopoulou-Salakidou 2004, 266-267). À Agrosykia [58], les tombes ne renfermaient que de la céramique modelée ou tournée, locale, quotidienne, tandis que les quelques sondages effectués dans les couches d’occupation de l’habitat de la colline de Peliti ont livré de la céramique tournée locale de style géométrique ainsi qu’un skyphos, peut-être importé (Chrysostomou P. et al. 2007, 211). À Nea Philadelpheia [91], alors que les céramiques déposées dans les tombes comprennent des cruches, des canthares, des “vases en forme de phiale” à une anse, des tasses, des amphorisques et des biberons, les fouilles faites dans l’habitat du plateau au nord-ouest de la Toumba ont livré en plus de la céramique fine géométrique, dont des skyphoi et des tasses décorés de cercles concentriques, et, nous dit-on, dans la pièce 4 du bâtiment du secteur sud, 11 vases in situ, dont de la vaisselle de banquet (Misaïlidou-Despotidou 2008, 33-34).

183 Vergina (Kottaridi 2009b, 149), Archontiko (Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479-481), Nea Philadelpheia (Misaïlidou-Despotidou 2008, 45 ; 229-231) ; Sindos (Despini 2016b).

184 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479-480, fig. 2.

185 Luce 2003, 60 ; Despini 2016c, 242, sq.

186 Pour un développement détaillé sur le mobilier céramique des tombes archaïques, cf. Saripanidi 2017.

187 Andronikos 1969, 266.

188 Trois Hiebmesser associés aux tombes Z-pithos 5 (46,3 cm de longueur), LXV-AΩ (environ 37 cm de longueur), LXV-AN (fragmentaire), cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 33.

189 D’autres épées découvertes fortuitement sont mentionnées par I. Kilian-Dirlmeier : trois archaïques à Chauchitsa (Kilian-Dirlmeier 1993, 115 n° 373, 374, 375, pl. 51), une provenant de la région de Grevena (ibid., 45 n° 69, pl. 13) ainsi qu’une provenant de la région de Kozani (ibid. 119, n° 411). Pour les épées de Vergina, cf. Andronikos 1969, 261-265, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 30-32. Pour celles d’Agrosykia, cf. Chrysostomou P. et al. 2007, 215-216, 218-219.

190 Snodgrass 1964, 93-100.

191 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 301, 305 fig. 267. La présence de cette épée a entraîné un débat entre les chercheurs depuis les années 1960 sur la chronologie d’occupation de la nécropole. Pour résumer, soit l’épée et la tombe remontent à la fin de l’âge du Bronze, auquel cas la nécropole est plus ancienne que ce qui est admis aujourd’hui (position défendue à l’époque par N. G. L. Hammond [1972, 315-316]), soit l’épée remonte à la fin de l’âge du Bronze mais n’est déposée dans la tombe qu’à l’âge du Fer. Elle constituerait donc un héritage ou un cadeau obtenu du défunt et de la famille (position défendue à l’époque par A. Snodgrass [1971, 255]), soit l’épée date de l’âge du Fer, ce qui ne serait pas exceptionnel, considérant les parallèles connus en Achaïe, en Béotie ainsi qu’en Albanie et en ARYM, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 30-31.

192 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32, 290, 296 fig. 256.

193 Andronikos 1969, 261-265.

194 Antikas L. W., Antikas T. G. 2002.

195 Notons qu’à Oraiokastro [92], la seule pointe de lance est celle qui a été retrouvée dans le thorax d’un individu inhumé dans un pithos funéraire.

196 Vokotopoulou 1986, 300-304.

197 Tombes fouillées par P. Petsas : L-A, L Γ, LV-A, LV-B, LVIII-B, LXIV-A, LXV AΨ, cf. Bräuning & Kilian‑Dirlmeier 2013, 187 fig. 82, 188 fig. 84, 191 fig. 89, 192 fig. 90, 194, 199 fig. 98, 257 fig. 190.

198 Andronikos 1969, 11.

199 Schmitt H.-O. 2007, 426-466 ; Snodgrass 1964, 136-139.

200 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 35 tab. 2.

201 Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24]. À Vergina [75], la seule paire de lances est associée à l’urne cinéraire LXIV-A. Une a été trouvée à l’intérieur de l’urne et l’autre à l’extérieur, brûlée. On ignore toutefois si les deux armes appartiennent au même défunt, cf. Petsas 1961-1962, 264 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 197-198. Le cas de la T. 2 d’Agios Pantéléïmon [2] (4 pointes de lance), et celui de la tombe T. 75 de Koukos [102] (4 ou 5 pointes de lance) sont des exceptions. Ces deux tombes affichent par ailleurs des pratiques funéraires déviantes au sein de leurs nécropoles respectives : tombe à ciste avec défunt en position assise dans la première et, dans la seconde, ossements et objets trouvés ensembles sans urne.

202 Douzougli & Papadopoulos 2010, 40, 42 ; Vokotopoulou 1986, 303.

203 Douzougli & Papadopoulos 2010, 40, 42 ; Vokotopoulou 1986, 303.

204 Chrysostomou A. 2016, 29.

205 Tombe LXV-B∆ (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 263), K-VIII (Andronikos 1969, 29).

206 Tombes ∆-II, X-I, AΓ-VIII (Ibid., 16, 57, 64), Mal Γ-I (Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, 97).

207 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 34-35 ; Andronikos 1969, 272-273.

208 Bräuning, Kilian-Dirlmeier 2013, 78-82. Pour comparaison, voir également la synthèse faite pour ceux qui furent découverts dans les tombes de Vitsa Zagoriou, cf. Vokotopoulou 1986, 297-299.

209 Type 3, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 80 tab. 41.

210 Type 4, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013., 80 tab. 42.

211 Tzamala [68], Giannitsa-Talabassi [60], Aiani-Leivadia [22].

212 Giannitsa-Talabassi [60].

213 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 80 tab. 43.

214 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.

215 Vokotopoulou 1986, 297.

216 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 78, 79 tab. 37.

217 Tombes Φ-1 et LXV-Γ, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 79 tab. 37.

218 Trois autres ont été trouvées dans le remblai des tertres, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 83 tab. 45.

219 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 82.

220 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 82.

221 Papadopoulos J. K. 2005, 81-82, 125, 127.

222 À Kranidia-Kryovryssi A [33], les 4 fusaïoles ont été trouvées dans une seule tombe. À Chauchitsa, 3 étaient associées à la T. 10 et 3 autres à la T. 13(1922). À Koukos, 8 des 10 fusaïoles mentionnées étaient réparties dans 3 tombes (T. 44, T. 30, T. 96).

223 Karliabas et al. 2004, 346 note 32 ; voir aussi Koukouli-Chryssanthaki 1992, 594-598.

224 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 83-84. Tombes LXV-BA et LXV-BK, cf. Ibid., 2013, 258 fig. 193, 269 fig. 10. Tombes E-II, Ξ-IV, ΑΓ-XVII, Α∆-I, AZ-VII, cf. Andronikos 1969, 20, 41, 65, 67, 75-76.

225 Andronikos 1969, 79, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 84 tab. 46.

226 Andronikos 1969, 79, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 84 tab. 46.

227 Karliabas et al. 2004, 345 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 59.

228 Andronikos 1969, 224-260 ; Kilian 1975 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-77 ; Pabst-Dörrer 2007.

229 Misaïlidou-Despotidou 2011.

230 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 599. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 54-56.

231 Strömberg 1993, 93.

232 Vokotopoulou 1986, 78-79.

233 Seulement attesté dans la T. ∆ d’Agrosykia [58], cf. Catalogue, fig. 46.

234 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 51-52.

235 Pabst-Dörrer 2007, 645-649.

236 T. 948, cf. Misaïlidou-Despotidou 2008, 42.

237 Bodinaku 2001-2002, 32, tab. VII n° 5, 7, tab. XVII, n° 10-11.

238 Tombes LXV-Φ (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 221), LXV-AP (ibid., 252), LXV-AY-AT (ibid., 254), N-X (Andronikos 1969, 35-36), A∆-I (ibid., 67), AE-V (ibid., 69), AZ-VII (ibid., 75-76), Mal Γ-I (Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, 97).

239 Bouzek 1974, 101-121.

240 Sur la question de la “route” de l’ambre en Europe et en Méditerranée, cf. Palavestra 2007.

241 Andronikos 1969, 241-243 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 48-51.

242 Andronikos 1969, 241-243 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 51 fig. 8.

243 Andronikos 1969, 243.

244 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 49-51 avec références bibliographiques.

245 Andronikos 1969, 75-76 ; Kottaridi 2012, 80.

246 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 101.

247 Papadopoulos J. K.  2010, 50.

248 DÉLG, s.u.στέφω”.

249 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 65 ; Andronikos 1969, 251-254.

250 Vitsa Zagoriou, T. 113, cf. Vokotopoulou 1986, 153 ; T. B et Γ du tertre de Glava-Kato Meropi à Pogoni [EP‑1], cf. Andreou E. & Andreou I., 1999, 80, 81 fig. 10-12, 14-15.

251 Papadopoulos J. K. 2010, 45 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 325 liste 14.

252 Papadopoulos J. K. 2010, 65 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 325 liste 14.

253 Papadopoulos J. K. 2010 ; Papadopoulos et al.  2014, 363-367.

254 Papadopoulos J. K. 2010, 48-49 ; Papadopoulos et al. 2014, 224-226.

255 À Vergina [75], les diadèmes sont associés à une paire de fibules au moins (dans les huit tombes), à des bracelets (dans six tombes) ainsi qu’à quelques autres parures qu’on trouve dans de nombreuses autres sépultures dépourvues de diadèmes. Hormis un et deux anneaux en or associés à deux tombes (T. Y-III), il n’y a aucun autre objet de prestige, Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 65.

256 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.

257 Andronikos 1969, 225-227 ; Radt 1974, 124 ; Kilian-Dirlmeier & Rhomiopoulou 1989, 101-107 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, 603 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 57-60 ; Misaïlidou-Despotidou 2011, 50.

258 Hom., Il., 17.52 ; Andronikos 1969, 225.

259 Misaïlidou-Despotidou 2011, 128.

260 En effet, il est couramment utilisé dans les chroniques de fouilles, les divers articles et ouvrages de synthèse postérieurs à la publication d’Andronikos (Koukouli-Chryssanthaki 1992, 603). Dans les publications antérieures, comme celles de P. Petsas, on utilise les expressions “bijoux de cheveux” (“κόσµηα τῆς κόµης, cf. Petsas 1961-1962, 225), “fil ou ruban de métal enroulé” (“τεµάχια περιειλιγµένων συρµάτων”, “χαλκᾶ περιειλιγµένα ἐλάσµατα”, ibid., 226-227) ; en allemand on trouvera “Spiral-Kopfschmuckˮ (Radt 1974, 124) et plus couramment “Spiralröllchenˮ (Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 57) ; en anglais “hair coilsˮ (Hammond 1972, fig. 17a).

261 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 98.

262 Andronikos 1969, 157, 226.

263 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 57-59.

264 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 603. Dans les tombes d’époque archaïque de Nea Philadelpheia et d’Agia Paraskevi, cf. Misaïlidou-Despotidou 2011, 129.

265 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 59-60, 100, Beilage 9.

266 Argyropoulion, cf. AD, 1996, B’1, Chr., 372-373 (A. Zaouri) ; Homolion T. 1, cf. AD, 17, 1961-1962, B’, Chr., 175-178 (D. Theocharis), Krannon, cf. AD, 38, 1983, B’1, Chr., 204-208, (A. Tziafalias), Nea Ionia à Volos, cf. Batziou-Efstathiou 1999.

267 Styrenius 1967, 46, 68, 105-109.

268 Popham et al., éd. 1980, 244-246.

269 Kozani-Rue Philippou [21]. Plusieurs sont connues en Albanie méridionale, comme à Barç [AL-2] (Kurti 2006, 70 tab. 2). En Macédoine, elles semblent plus fréquentes au Bronze Récent, comme le montrent les exemples de Tzamala [68] T. 16, cf. AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 424 (A. Kottaridi), et de Nea Agathoupoli, cf. Besios 2010, 61-62.

270 Comme par exemple à Agios Pantéléïmon [2], Tsotili [13], Arnissa [40], Kozani-Rue Philippou [21], Giannitsa-Talabassi [60] et Vergina [75].

271 L’épingle à tête triangulaire est également connue sous le nom d’épingle de type de Kozani ou de type macédonien, tandis que celle à trois boucles est également connue sous le nom d’épingle de type Trebenište, ou de type illyrien. Cf. Chrysostomou A. 2000c, 39, 44, 46 ; Jacobsthal 1956 ; Misaïlidou-Despotidou 2011, 90-94.

272 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-37.

273 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 36-37, Beilage 9.

274 Aiani-Koupoutsina [24], T. 3.

275 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.

276 Alexander 1965 ; pour celles de Vergina, cf. Pabst-Dörer 2007.

277 Bouzek 1974, 92 fig. 28, 96-97.

278 Le dépôt de trois ou quatre fibules sur le torse (sans compter celles pour les coiffes) est rare. On en compte quatre cas à Vergina [75]. Toutefois, dans la T. LXV AY/AT, on suppose la présence de deux individus, et celles de la T. AZ-VI ont été retrouvées à deux niveaux différents (deux individus également ?), cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 91, 253.

279 Jacobsthal 1956 ; Desborough 1972, 293-300 ; Snodgrass 1971, 225-228 ; Lee 2015, 100-106.

280 Kilian-Dirlmeier 1984, 79 ; Kurti 2006, 69 ; Misaïlidou-Despotidou 2011, 132-139.

281 Misaïlidou-Despotidou 2011, 133, 135.

282 Bejko 2002, 184.

283 Misaïlidou-Despotidou 2011, 134.

284 Vokotopoulou, 1986, 171-172.

285 Misaïlidou-Despotidou 2011, 134-135. Ajoutons qu’à Vergina [75], un lot de huit tiges en fer, interprétées comme des épingles de vêtement, pose question. Elles sont en majorité associées à des sépultures masculines à armes et n’ont pas été retrouvées au niveau de l’emplacement du corps des défunts. Il a alors été proposé qu’elles fussent accrochées à l’origine sur un vêtement déposé dans la tombe à côté des individus, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 127.

286 Misaïlidou-Despotidou 2011, 135

287 Chrysostomou A. 2008, 36.

288 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 40 ; Pabst-Dörrer 2007, 645 sq.

289 Pabst-Dörrer 2007, 649-652.

290 Casson 1923-1925, 12-13, 22-23.

291 Snodgrass 1964, 40, 42, 47.

292 Andronikos 1969, 243-247 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 60.

293 Snodgrass 1964, 37-51.

294 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 60-61.

295 Gimatzidis & Jung 2008, 217-218.

296 T. 108 de la nécropole Nord de Makrygialos, cf. Besios 2010, 65. En Épire, pour le Bronze Récent, on connaît ceux du guerrier de la nécropole de Konitsa-Liatouvouni [EP-5], qui auraient été portés sur un plastron, cf. Douzougli & Papadopoulos 2010, 30 sq.

297 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 61-64.

298 Chrysostomou A. 1997a, 409-415.

299 Mitrevski 1996-1997, 88 ; Petrova 1999, 128-130.

300 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, Beilage 9.

301 Hom., Il., 14.181 ; Andronikos 1972.

302 Misaïlidou-Despotidou 2008, 40.

303 Poulaki-Pandermali 1987, 204 ; 2013, 55-56.

304 Ano Dranitsa, cf. PAE 1911, 351 ; Eder 2009.

305 Bouzek 1974 ; 1988 ; 1997, 110-112 ; 2006 ; Kilian 1975 ; Kilian-Dirlmeier 1979.

306 Mitrevski 1996-1997.

307 Bouzek 2006, 107.

308 Bouzek 2006, 105 fig. 5.

309 On les trouve également en petit nombre dans les habitats comme en témoignent les fouilles faites à Nea Philadelpheia, cf. Misaïlidou-Despotidou 2008, 29.

310 Bouzek 2006, 107. Notons qu’à Pithécusses et Mégara Hyblaea, ils sont également déposés dans les tombes.

311 Nea Efkarpia [93], Stavroupoli-Polichni [94] et Nea Philadelpheia [91]. Pour cette dernière, cf. Misaïlidou-Despotidou 2012.

312 Assomata-Egnatia [70].

313 Misaïlidou-Despotidou 2012, 471-475.

314 Mitrevski 2006, 89-91.

315 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75-77 (avec bibliographie), 76 fig. 15, 327 liste 18. Pour Thasos, cf. Koukouli-Chryssanthaki 1992, 604-606.

316 Misaïlidou-Despotidou 2012, 477, 478 (avec bibliographie) ; Andronikos 1969, 251 (avec bibliographie).

317 Mitrevski 2006, 89-91.

318 Strab. 7.fr.11 ; Hammond 1972, 153, 335-336 ; Mitrevski 2006, 91 ; cf. Misaïlidou-Despotidou 2012, 477.

319 Hammond 1972, 336 ; Xydopoulos 2017, 72-74.

320 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 76.

321 Misaïlidou-Despotidou 2012, 478.

322 Andronikos 1969, 248-251 ; Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75-77.

323 Chemsseddoha 2014, 70.

324 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 75 ; Kottaridi 2004, 83.

325 Despini 2016c, 22.

326 Notons que ce type d’objet est également attesté à Rhodes au viiie et au viie siècle, voir les travaux d’A. Despini, notamment Despini 1998, Despini 2009, Despini, 2016c, 22-31. Pour Archontiko, voir Chrysostomou A. & P. Chrysostomou 2012, 504-505.

327 Despini 2016c, 16.

328 Garland 1985, 23.

329 Tzifopoulos 2012 ; Hatzopoulos 2006, 58-59.

330 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 100-102.

331 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 200, 293, 296.

332 Andronikos 1969, 33, 44.

333 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 118 tab. 50, 126 tab. 53.

334 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 136-137.

335 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32.

336 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 118 tab. 50, 126 tab. 53.

337 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 130-131, fig. 29.

338 Rhomiopoulou & Kilian-Dirlmeier 1989, 133, 135.

339 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 128-129.

340 Andronikos 1969, 174 ; Chemsseddoha 2014, 74.

341 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 102.

342 Gernet 1968 ; Baray 2007, 172.

343 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 32.

344 Karamitrou-Mentessidi 2011b, 119, 121.

345 Poulaki-Pandermali 2013, 59.

346 Besios 1993, 202-2023 ; Besios & Athanasiadou 2001, 363-368.

347 Misaïlidou-Despotidou 2008, 43.

348 Papadopoulos J. K. 2005, 382.

349 Testart 2004 ; Baray 2007, 171 ; Baray 2008, 191-192.

350 Ierissos [103], cf. Trakossopoulou-Salakidou 2004, 272-273 ; Vergina, fibule de type 5, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 45. Ce type apparait en Grèce au Submycénien, en Attique et à Lefkandi, cf. Lemos 2002, 111.

351 Poulaki-Pandermali 2013, 61.

352 Andronikos 1969, 75-76, 143-146 ; Kottaridi 2012, 73-81.

353 Chemsseddoha 2014, 71.

354 Misaïlidou-Despotidou 2008, 41-42.

355 Misaïlidou-Despotidou 2008, 50-52.

356 Expression empruntée à L. Baray (2008, 189).

357 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 114.

358 Hammond 1972, 349-350.

359 À la différence de la Grèce méridionale, cf. Luce 2003.

360 Duplouy 2006, 154 sq.

361 Nous tenons à mentionner l’existence de la très récente thèse de Rovena Kurti intitulée Parure, costume et modes vestimentaires en Albanie à l’Âge du Bronze final et à l’Âge du Fer à travers la documentation funéraire, sous la direction de S. Verger et I. Gjipali, soutenue en novembre 2016, École Pratique des Hautes Études, Paris.

362 Sourvinou-Inwood 1975, 168 : “In my opinion, some time in the course of the 12th century, a loose type of cultural koine (in the broad sense of the word) was formed, comprising Macedonia Thrace, Troy viib, Eastern Epirus, probably South Albania, South Yugoslavia, South Bulgaria, and, to a certain extent, part of NW Thessaly. The material culture of this loose koine contained various elements of different origin: local Macedonian and, perhaps to a lesser extent, local Epirote and Thessalian, local Trojan, echoes of the Late Mycenaean and post-Mycenaean South Greek culture, and a new, intrusive set ; the arrival of the bearers of this set might have been the direct or indirect cause for the creation of this loose koine combined, (and whether or not causally linked), with other population movements involving the original inhabitants of the areas mentioned above”.

363 Snodgrass 1980 ; Morris, I. 1989 ; Kotsoglou 2010, 170 sq.

364 Cette tombe renfermait entre autres : des kalathoi, 1 amphore, 3 lécythes, 1 pyxide, 1 coffre fermé par un couvercle en forme de modèle de greniers, les tessons d’une vingtaine de récipients, cf. Smithson 1968 ; Liston & Papadopoulos, J. K. 2004.

365 Cette tombe à ciste datée du Géométrique Moyen II renfermait, en plus des riches parures variées et de la figurine égyptienne en faïence représentant Isis, plus d’une soixantaine de vases en céramique, cf. Coldstream [1977] 2003, 57 ; Skias 1898, 109-110, pl. 2. 14-15.

366 Statistiques établies d’après le comptage effectué par M.-P. Belletier (Belletier, 2003).

367 Belletier 2003, 74 ; Morris I. 1987, 148-151.

368 Popham et al., éd. 1980, 231 sq.

369 Vokotopoulou 1986, 291 sq.

370 AD, 38, 1983, Chr., 204-208 (A. Tziafalias).

371 Heurtley & Skeat 1930-1931.

372 Batziou-Efstathiou 1999.

373 Poulaki-Pandermali 2013, 72.

374 Sur la question de la construction de la valeur, voir l’ouvrage récent, Papadopoulos J. K, Urton, éd. 2012, notamment l’introduction par J. K. Papadopoulos et G. Urton, p.1-47.

375 Papadopoulos J. K. 1996, 172-173 (avec bibliographie).

376 Thuc. 4.105.1.

377 Hammond 1972, 13.

378 Misaïlidou-Despotidou 2011, 145 sq. ; ibid. 2008, 45-46 (exemple de Nea Philadelpheia).

379 Despini 2016a, 116-119 ; Despini 2016b et 2016c.

380 Kottaridi 2009b, 150-151, fig. 5-7 ; voir également la synthèse de Saripanidi 2017, notamment p.99 sq.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Quantification du mobilier dans les tombes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 2. Carte des nécropoles pour lesquelles des vases de table sont mentionnés (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 3. Carte des nécropoles pour lesquelles les autres catégories de vases sont mentionnées (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 4a et b. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 4c à f. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. Fig. 4 c, d, e, A.-Z. Chemsseddoha.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 4g et h. Types de vases déposés en mobilier d’accompagnement. A.-Z. Chemsseddoha.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 5. Nombre de vases par tombe dans les nécropoles de l’âge du Fer.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Fig. 6. Vergina. Distribution des tombes en fonction du nombre de vases déposés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 7. Vergina. Graphique représentant la corrélation entre la forme des vases et leur emplacement par rapport au corps des défunts (d’après Chemsseddoha 2014, 85 fig. 9).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 8. Emplacement des vases dans les tombes de Vitsa Zagoriou.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende * La catégorie “Autreˮ pour Vergina, Toronè et Vitsa Zagoriou = vases indéterminés et vases composites. Pour Athènes, il s’agit des vases miniatures.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 9. Effectifs et proportions des vases déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende * Pour Toronè, la catégorie “Ind.” correspond aux bols modelés à anses carrées.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 10. Effectifs et proportions des différents vases de table déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et dans le reste de la Grèce.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 11. Effectifs et proportions des vases à boire déposés dans les tombes de l’âge du Fer en Macédoine et en Épire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 12. Carte de répartition des types d’armes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 13. Les dimensions des pointes de lance de la nécropole de Vergina.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 14. Carte de répartition des accessoires (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 15. Carte de répartition des parures particulières (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Fig. 16. Tableau des nécropoles pour lesquelles des torques sont mentionnés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 17. Tableau des nécropoles pour lesquelles des diadèmes sont mentionnés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. 18 . Tableau des nécropoles pour lesquelles des disques sont mentionnés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 19. Tableau des nécropoles pour lesquelles des epistomia sont mentionnés.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 20. Les panoplies guerrières dans la nécropole de Vergina.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 21. Tableau représentant la distribution des objets céramiques et métalliques dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 22. Répartition du mobilier céramique et métallique dans les nécropoles de l’âge du Fer en Grèce (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15579/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 501k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search