Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La bibliothèque de Dion (sources et modèles)

Cassius Dion témoin de traditions disparues : les premiers siècles de la République

Gianpaolo Urso

Texte intégral

1L’indépendance de Cassius Dion par rapport à la vulgate sur les premiers siècles de la République romaine (et en particulier par rapport à Tite-Live et Denys d’Halicarnasse) avait déjà été soulignée en 1899 par Eduard Schwartz, dans son article sur Dion pour la Pauly-Wissowa :

  • 1 Schwartz 1899, 1692.

“Die Darstellung der Königszeit (Buch I. II), des Ständekampfes und der Eroberung Italiens bis zum Zug des Pyrrhos (Buch III-VIII) ist bei allen Berührungen von Livius ebenso unabhängig wie von Dionys, zeigt vielmehr eine Mischung der annalistischen Traditionen, die so zwischen beiden steht, dass sie näher an Dionys heranrückt”1.

  • 2 Cf. Bleckmann 2002, 40-41.

2La thèse de Schwartz s’appuyait sur une comparaison synoptique entre un certain nombre de passages de Dion, tirés des Excerpta constantiniens ou de l’épitomé de Zonaras, et des passages parallèles de Tite-Live et de Denys. Bien que limitée à une sélection non exhaustive d’exemples, la démonstration du savant allemand demeure encore aujourd’hui convaincante2. Cependant elle laissait pendant le problème de la valeur historique de ces premiers livres fragmentaires. Dans sa monographie sur Dion, parue en 1964, Fergus Millar faisait montre à cet égard d’un certain scepticisme :

  • 3 Millar 1964, 310. 

“It could be said of Dio, as for Livy, that we would willingly exchange what we have of him for what we have not. On the one hand, while Dio’s history of Augustus is of the greatest value, the complex political and military events of the late Republic were a hopeless task for his narrative technique. On the other, the straight narration of early Republican history would have suited him perfectly, though the account might not have given many new facts or insights”3.

3Le problème mérite d’être reconsidéré, à la lumière de plusieurs études de ces dernières décennies sur Dion lui-même, sur d’autres auteurs (en particulier Tite-Live) et, de manière plus générale, sur l’histoire des premiers siècles de la République. Ces études ont mis en évidence non seulement l’originalité de l’historien bithynien par rapport au reste de la tradition, mais aussi la bonne qualité de la documentation historiographique à laquelle il a puisé.

  • 4 Urso 2011, 53-54.

4La reconstitution des origines du consulat s’avère très intéressante. D’après ce que nous pouvons tirer des Excerpta constantiniens et de Zonaras, le récit de Cassius Dion ne correspondait nullement à la version traditionnelle, selon laquelle le premiers consuls furent élus tout de suite après la chute de Tarquin le Superbe : pour Dion les Romains nommèrent, à la place de Tarquin, un “magistrat” (ἄρχων), assisté d’un “collègue” (συνάρχων) (Zonar. 7.12.1). Il semble que, dans un premier temps, Dion se bornait à cette définition générique (C.D. fr. 13.2 ; Zonar. 7.12.4 ; 7.13.9) : de toute façon, à partir du début du ve s. a.C. ces deux magistrats sont appelés, à maintes reprises, “préteurs” (στρατηγοί) plutôt que “consuls” (ὕπατοι)4. Il est certain d’ailleurs qu’ici Zonaras reproduit fidèlement le lexique de Dion, comme le confirme la présence du terme στρατηγοί dans trois fragments tirés des Excerpta (C.D. fr. 18.3 ; 20.3 ; 21.3). Il est vrai que dans son récit sur les premières décennies du ve s. Zonaras utilise les deux termes, στρατηγοί et ὕπατοι, comme s’ils étaient synonymes. Mais pour cette période Zonaras dépend de deux sources : Dion et la Vie de Publicola de Plutarque. Alors que ὕπατοι est employé par l’excerpteur dans les paragraphes dérivés de Plutarque (que l’on peut reconnaître facilement, parce que nous disposons du texte plutarchéen), dans les paragraphes qui remontent à Dion il n’utilise, jusqu’à l’an 450 “varronien”, que le terme στρατηγοί (Zonar. 7.12-18).

5On trouve une autre variante remarquable à propos des deux collèges décemviraux. Selon Dion (Zonar. 7.18.2), le collège de 451 varr. était composé de deux “préteurs dotés des pleins pouvoirs” (στρατηγοὶ αὐτοκράτορες) et de huit autres membres (ἄνδρες ὀκτώ) : ici le principe de la collégialité inégale, suggéré indirectement par l’appellation des magistrats de 509 varr. (ἄρχων et συνάρχων), est énoncé de manière claire et explicite. Ce principe est cependant dépassé l’année suivante, dans le collège de 450 varr., dont les dix membres “gouvernaient sur un pied d’égalité” (Zonar. 7.18.4 : ἀπὸ τῆς ἴσης ἦρχον). La notice sur le collège de 450 varr. annonce à son tour celle de 449 varr., au lendemain de l’abolition du décemvirat : selon Dion, ce fut justement à partir de cette année-là que les deux premiers magistrats de Rome furent appelés “consuls” (Zonar. 7.19.1 : τότε γὰρ λέγεται πρῶτον ὑπάτους αὐτοὺς προσαγορευθῆναι, στρατηγοὺς καλουµένους τὸ πρότερον).

6Cette notice est un témoignage unique en ce qu’elle donne un encadrement chronologique à une donnée très ancienne, à laquelle les autres sources ne font que des allusions vagues, occasionnelles et dépourvues de contexte (Cic., Leg., 3.3.8 ; Liv. 7.3.5 ; Plin., NH, 18.3.12 ; Gell., NA, 11.18.8 ; Festus, Gloss. Lat., p. 249 Lindsay). Elle apparaît encore plus significative si l’on considère l’importance cruciale du sujet : les origines de la première magistrature républicaine. Nous pouvons exclure, à mon avis, que Dion (ou Zonaras) soit victime d’un malentendu. Dion est ici en train de suivre une source hétérodoxe, qu’il considère comme particulièrement fiable et qui garde la trace d’une “tradition disparue” : c’est peut-être la même tradition dont dépend, chez Tite-Live (3.9), la notice concernant la rogatio de C. Terentilius Harsa, tribun de la plèbe en 462 varr., ut quinque uiri creerentur legibus de imperio consulari scribendi. Quoi que l’on pense de la valeur de la version de Dion, il demeure indubitable qu’elle a le mérite de proposer une réponse à un problème qui ne cesse d’intéresser les historiens modernes : le caractère fictif de la version traditionnelle, selon laquelle la fin de la monarchie fut suivie immédiatement par l’introduction du système politique fondé sur deux consuls électifs et annuels, dotés des mêmes pouvoirs.

  • 5 Ce sujet, que j’ai étudié dans Urso 2005, a été repris ensuite, de manière indépendante et avec d (...)
  • 6 Urso 2005, 167-171.
  • 7 Cette conclusion est partagée par Smith 2012, 109. L’hypothèse d’une source unique était déjà ava (...)
  • 8 J’ai proposé, très prudemment, d’identifier cette source avec Q. Aelius Tubéro (Urso 2005, 181-19 (...)
  • 9 Urso 2005, 75-77, 128-129, 155, 171-175.
  • 10 Libourel 1974, 390 ; Urso 2005, 66-67 (avec bibliographie).
  • 11 De toute façon c’est aussi l’opinion de Dion : le responsable de la dégénérescence de la dictatur (...)

7Mais Dion était également intéressé par les autres magistratures républicaines aussi. Les prérogatives originelles de chaque magistrat et leur évolution successive étaient décrites dans une série d’excursus (Zonar. 7.13.3 [questeurs] ; 7.13.12-14 [dictateurs] ; 7.15.1-9 [tribuns de la plèbe] ; 7.15.10 [édiles] ; 7.19.4-5 [tribuns consulari potestate] ; 7.19.6-9 [censeurs]), avec un appendice sur la hiérarchie des magistratures temporaires et sur le princeps senatus (7.19.10)5. Ces excursus nous offrent de nombreuses notices qui ne sont pas attestées ailleurs et ils se caractérisent par l’emploi fréquent d’une terminologie formulaire, typique du langage juridique ; par leur tendance à faire la distinction entre les pouvoirs juridiques des magistrats (de iure) et leur application pratique (de facto) ; pas leur parfaite cohérence, évidente surtout dans les renvois explicites d’un excursus à l’autre (alors qu’il peut y avoir des contradictions entre un excursus et son contexte narratif)6. Je ne crois pas que Dion ait élaboré lui même ces excursus, en s’appuyant sur plusieurs sources : il est probable à mon avis qu’il ait utilisé (au moins comme source principale) un texte juridique, sans doute un liber de magistratibus7. Plusieurs détails semblent suggérer qu’il s’agit d’un texte rédigé peu après la moitié du ier s. a.C.8 : l’absence d’allusions à l’évolution des magistratures à l’époque impériale ; l’insistance sur la question de la transitio ad plebem (Zonar. 7.15.9 ; 7.19.3), qui n’acquit une signification politique qu’avec le tribunat de Clodius en 589 ; le fait que l’innovation la plus récente mentionnée dans les excursus est une limitation du pouvoir des censeurs (7.19.9), que nous pouvons sans doute identifier avec la lex Clodia de censoria notione, approuvée en 58 et abrogée en 52 (C.D. 38.13.2 ; 40.57.1) ; l’allusion polémique à la οἰωνοσκοπία des tribuns (Zonar. 7.19.2), inspirée peut-être par des discussions sur la lex Clodia de iure et tempore legum rogandarum (C.D. 38.13.3-6)10 ; la conclusion de l’excursus sur la dictature (Zonar. 7.13.14), avec la mention polémique de César, considéré comme celui qui altéra les caractéristiques traditionnelles de la dictature παρὰ τὰ νενοµισµένα (en admettant, évidemment, que cette opinion se trouvait déjà dans la source de Dion)11.

8Autour de la moitié du ier s. a.C., la “constitution” romaine fut l’objet, auprès des interpretes iuris, d’un grand débat, qui selon Tite-Live (3.55.8-12) portait justement sur l’origine des magistratures, mais aussi sur des questions plus “techniques” : par exemple, la distinction entre la sacrosanctitas tribunicienne, sanctionnée par le serment de la plèbe au moment de la première sécession, et la condamnation comme sacer de celui qui offensait les tribuns (nous retrouvons cette même distinction dans l’excursus sur les tribuns : Zonar. 7.15.5) ; ou encore l’origine du tribunat, que certains faisaient remonter à un accord entre les patriciens et les plébéiens (Liv. 2.33.1 ; D.H. 6.89.4 ; 11.55.3), mais que les interpretes iuris (Liv. 3.55.10) attribuaient à l’initiative de la plèbe uniquement, à travers une lex sacrata (ce qui était justement la version admise par Dion : Zonar. 7.15.1).

  • 12 Libourel 1974, 384-386.
  • 13 Le danger couru par Collatinus est attesté chez Zonaras, celui couru par Publicola chez les Excer (...)
  • 14 Libourel 1974, 386-387, suppose que toutes ces notices dérivent d’une source peu connue, d’époque (...)
  • 15 On retrouve l’épisode chez Valère-Maxime (6.3.2), qui le date de l’époque de Spurius Cassius et d (...)
  • 16 Libourel 1974, 392-393 : “Obscure and unusual traditions”.
  • 17 Je me limite ici à renvoyer à Cornell 2009, 6. Il faut d’ailleurs remarquer que, s’il est vrai qu (...)

9Au delà des notices sur les consuls et sur les autres magistrats, la narration de Cassius Dion sur les premiers décennies de la République s’écartait de la version traditionnelle (et en particulier de la version de Tite-Live et de Denys d’Halicarnasse) sur plusieurs détails. Cette originalité est de toute évidence déjà dans les fragments sur l’“an 1 de la République”. Ces fragments décrivent une situation politique très tendue12, qui avait faillit aboutir au lynchage de L. Tarquinius Collatinus auparavant (Zonar. 7.12), de P. Valerius Publicola après (C.D. fr. 13.2)13 : deux épisodes dont nous ne trouvons aucune trace dans les sources parallèles (D.H. 5.10-12 ; 5.19 ; Liv. 2.2 ; 2.7.5-12 ; Plu., Publ., 10). Cette tension caractérise dès le début les rapports entre les magistrats : chez Dion, Publicola participe à la cérémonie pour la dédicace du temple de Jupiter Capitolin et c’est justement lui qui diffuse la fausse nouvelle de la mort du fils du consul Marcus Horatius, dans le but d’accomplir le rite au lieu de son collègue (C.D. fr. 13.3-4 ; autrement Liv. 2.8 ; D.H. 5.35.3 ; Plu., Publ., 14). Cette même connotation réapparaît constamment dans la narration de la lutte entre les patriciens et les plébéiens, qui comprend plusieurs épisodes “inédits” : pendant les agitations des débiteurs, le peuple prend d’assaut le sénat et manque de tuer les sénateurs mêmes (C.D. fr. 17.1-3 ; Zonar. 7.14.1‑2 ; cf. Liv. 2.23-24 ; D.H. 6.22.1-29.1) ; la première sécession de la plèbe est accompagnée d’actes de violence et de saccage (C.D. fr. 17.9), que les autres sources ne mentionnent pas (Liv. 2.32.4 ; D.H. 6.47.2 ; Plu., Cor., 6.1)14 et qui aboutissent à un épisode, absent chez Tite-Live et chez Denys : neuf tribuns de la plèbe sont brûlés vifs (C.D. fr. 22.1-2 ; Zonar. 7.17.7)15. Nous pouvons exclure que ce soit Dion qui “invente” ces épisodes : derrière ceux-ci on reconnaît la trace de traditions hétérodoxes16. Bien sûr l’originalité du récit de Dion n’implique pas, ici, une fiabilité plus grande que celle des sources parallèles et, d’ailleurs, la question de la fiabilité serait fausse : les détails de la lutte entre patriciens et plébéiens ne peuvent en tout cas relever de la tradition la plus ancienne17.

  • 18 Libourel 1974, 387-388.
  • 19 Smith 2006, 52.
  • 20 ES 33 (= fr. 18.7-12) porte sur la saga de Coriolan ; ES 34 concerne Spurius Cassius (dont la mor (...)

10Dans le récit de Dion sur la lutte entre patriciens et plébéiens, deux fameux exemples de adfectatio regni se distinguent pour leur originalité : celui de Spurius Cassius et celui de M. Manlius Capitolinus. Sur Cassius nous n’avons qu’un fragment (fr. 19), qui le présente comme un bienfaiteur du peuple romain (τοὺς Ῥωμαίους εὐεργετήσας), tué injustement à cause de l’ingratitude et de l’envie, bien qu’il n’eût commis aucune injustice (ζηλοτυπηθείς ἀλλ’ οὐκ ἀδικήσας). Les sources parallèles, qui insistent sur l’aspiration de Cassius à la monarchie, ne semblent nullement confirmer la version de Dion (D.S. 11.37.7 ; D.H. 8.69.2-4 ; 8.77.1-79.1 ; Liv. 2.41.8-12)18. À vrai dire, un jugement favorable est attesté chez Denys, mais il est placé hors contexte, dans un discours attribué à L. Siccius Dentatus en 453 varr. D’après Siccius, Cassius a été condamné injustement et sur la base de faux témoignages, “uniquement parce qu’il aimait son pays et son peuple” (D.H. 10.38.3 : φιλόπολις ἦν καὶ φιλόδηµος). Comme l’a montré Christopher Smith, on retrouve dans le discours de Siccius la trace d’une version favorable à Cassius : “A history dramatically different from that of Livy, and different not merely in the odd detail or element of style, but in terms of basic political outlook”19. Cette version “disparue”, tout à fait différente de celle de Tite-Live, dont Denys se fait l’écho indirect dans le discours de Siccius, était certainement la version de Dion : sur la base de la séquence des Excerpta de sententiis on peut déduire que le fragment 19 (= ES 34) terminait la narration sur Cassius20 et que, par conséquent, le jugement positif était le dernier mot de l’historien sur le sujet.

  • 21 Oakley 1997, 20 : “Surprisingly different”.
  • 22 Cf. infra, p. 149.

11Sur la mort de M. Manlius Capitolinus nous disposons de quelques détails supplémentaires, qui montrent comment la version de Dion était différente21 de celles de Tite-Live (6.18-20) et de Plutarque (Cam., 36) : d’après cette version (C.D. fr. 26.1-2 ; Zonar. 7.23.10), Manlius occupa le Capitole avec ses partisans et fut capturé grâce au stratagème d’un esclave, qui feignit de s’accorder avec lui pour provoquer une révolte. Pour résoudre la crise, les Romains nommèrent M. Furius Camillus dictateur “pour la quatrième fois” (Zonar. ibid. : δικτάτωρ τὸ τέταρτον) : pour Tite-Live (6.15-16) le dictateur qui arrêta Manlius fut
A. Cornelius Cossus, pour Plutarque (Cam., 36.4) T. Quinctius Capitolinus (qui chez Tite-Live est le magister equitum de Cossus). Au-delà de cette divergence, nous pouvons constater que l’information de Dion ne correspond pas à celle des Fasti Capitolini et de Tite-Live même (5.19.2 ; 5.46.10 ; 6.2.5 ; 6.38.4), qui placent la quatrième dictature de Camille presque vingt ans après, en 368 varr. Évidemment Dion a utilisé une autre liste de magistrats : nous reviendrons sur ce point tout à l’heure22.

  • 23 Cf. respectivement Sordi 1965, 10 (“La versione che Dione Cassio … dava di tale morte, avvenuta n (...)
  • 24 De cette même tradition pourrait dépendre la notice très brève (juste deux lignes) de Diodore (15 (...)

12Puisque sur la fin de Manlius Capitolinus les réélaborations de l’historiographie ancienne ont été nombreuses, il n’est pas surprenant que la version de Dion ait fait l’objet de considérations opposées : certains ont estimé que l’occupation du Capitole constitue le noyau authentique de l’épisode ; d’autres, au contraire, ont souligné les analogies que cette version comporte avec des épisodes tardo-républicains, en remarquant en particulier que le stratagème de l’esclave rappelle la mort de P. Sulpicius Rufus, tribun de la plèbe de 88 (Liv., Per., 77.1-3 ; Val. Max. 6.5.7 ; Oros. 5.19.6)23. La perte du texte de Dion (dont il ne reste que deux fragments : 26.1-2 ; 26.3) empêche des conclusions définitives. Il est évident cependant que cette version n’a rien à voir avec celle des autres sources24.

  • 25 Pour une traitement exhaustif du sujet, je renvoie à Schettino 2006.
  • 26 Schettino 2006, 69.

13Un épisode sur lequel le récit de Cassius Dion se signalait sans doute par des nombreuses variantes, par rapport au reste de la tradition, est l’attaque des Gaulois contre Rome en 386 a.C.25 Malheureusement plusieurs détails nous échappent, non seulement en raison de l’état fragmentaire du texte, mais aussi parce que Zonaras a utilisé ici, outre Dion, la Vie de Camille de Plutarque. On constate des détails originaux déjà dans l’introduction de l’épisode
(C.D. fr. 25.1-2) : il n’y a aucune trace, chez Dion, de la présence des Gaulois en Italie avant le ive s. (Plb. 2.17 ; Liv. 5.33-35), ni de leur rapports commerciaux avec les Étrusques. Plus que l’argumentum ex silentio, qui n’aurait pas une grande importance, l’affirmation que ce fut justement pendant le siège de Rome que les Gaulois goutèrent du vin pour la première fois (Zonar. 7.23.5) est ici décisive. Elle contredit ce que les autres sources attestent sur la précédente importation du vin étrusque en Gaule (D.H. 13 fr. 10.3 ; Liv. 5.33.2 ; Plu., Cam., 15.3). Plus intéressante encore est la façon dont Dion décrit l’attitude des ambassadeurs Fabii dans l’épisode de Clusium, qui constitue l’antécédent immédiat de l’attaque à Rome (fr. 25.2) : selon Dion, les ambassadeurs ne prirent pas les armes contre les Gaulois (comme l’attestent D.S. 14.113.4 ; D.H. 13 fr. 12 ; Liv. 5.36), ni ne poussèrent les Clusiniens à le faire (comme chez Plut., Cam., 17.6), mais ils furent presque entraînés à participer à la bataille par les Clusiniens mêmes (C.D. fr. 25.2 : συµπεσόντες δὲ τοῖς βαρβάροις ἐκ τῶν λόγων ἐς µάχην τοὺς τῶν Ρωµαίων πρέσβεις προσπαρέλαβον). Ici Dion semble témoigner d’“une variante autonome de la tradition pro-fabienne”26. Cette variante, qui tout compte fait acquitte les ambassadeurs de l’accusation d’avoir violé le ius gentium, pourrait en définitive reproduire la version originale de la gens Fabia.

  • 27 Zonar. 7.24.7 est à cet égard emblématique. Sur l’importance de la figure de Camille dans l’épopé (...)
  • 28 Schettino 2006, 70.

14Un autre détail significatif est conservé dans l’épisode bien connu du centurion, dont le cri “Hic manebimus optime!”, accueilli comme un omen favorable, amène les Romains à renoncer au projet de se transférer à Véies. Chez Tite-Live (5.51-54), cet épisode est précédé par un long discours de Camille, qui exhorte le peuple à ne pas quitter l’urbs (cf. Plu., Cam., 32.1-2). Chez Zonaras (7.23.8) nous lisons que le peuple n’aurait prêté attention “ni aux autorités ni au sénat” (οὔτε τοῖς ἐν τέλει οὔτε τῇ γερουσίᾳ), s’il n’avait pas entendu la phrase du centurion. Ici Camille n’est pas mentionné et en ce cas le silence de notre source est étrange, parce que, pour Dion, Camille est le protagoniste indiscuté de la lutte contre les Gaulois dans les décennies qui suivirent27. Au premier abord on pourrait considérer ce passage comme une variante assez négligeable ; mais, comme l’a souligné Maria Teresa Schettino, l’épisode du centurion joue un rôle central par rapport à l’image de Camille “second fondateur de Rome” et, en tant que tel, précurseur d’Auguste. Le silence de Dion est donc significatif : sa version de l’épisode, où Camille ne figure pas, présente “un stade d’élaboration du personnage de Camille antérieur à l’image qu’en donne Tite-Live : un stade où Camille n’est pas encore assimilé à Auguste28.

  • 29 Cassola 1982, 734-735.

15En ce qui concerne les affaires intérieures de Rome durant la première moitié du ivs., on constate plusieurs différences entre Cassius Dion et les autres sources : par exemple les détails sur l’activité politique de C. Licinius Stolo (C.D. fr. 29.6 ; cf. Liv. 6.39.1‑4) ou l’attaque des Gaulois en 367 varr. (Zonar. 7.24.10-12 ; cf. Liv. 6.42.4-8). On peut citer également aussi l’indication hétérodoxe des années d’“anarchie” : cinq ans pour Tite-Live (6.35.10), mais quatre pour Dion (Zonar. 7.24.9 : τέσσαρσιν ἔτεσιν), pour Cassiodore et pour les Fasti Hydatiani (CIL, I.12, p. 124-125), alors que la version la plus digne de foi reste celle (un an) attestée par Diodore (15.75.1) et par Pline l’Ancien (NH, 16.85.235)29. La chronologie conservée par Zonaras confirme ce que nous venons de dire à propos de la “quatrième” dictature de Camillus : la liste des magistrats utilisée par Dion ne correspondait pas à celle de Tite-Live ni à celle des Fasti Capitolini, ce qui d’ailleurs n’est pas surprenant, étant donné que Tite-Live même atteste l’existence de plusieurs listes (cf. 2.18.5-6 ; 8.23.17 ; 8.40.4-5 ; 9.15.11).

  • 30 Bloch & Guittard 1987, xxv : “Les historiens s’accordent aujourd’hui à mettre la première guerre (...)
  • 31 La première allusion de Diodore aux guerres samnites se trouve à 19.10.1, où il parle de la campa (...)

16Mais le contexte où la présence chez Dion de traditions hétérodoxes ressort le plus clairement est celui des guerres en Italie méridionale de la seconde moitié du ive s. Ici l’organisation du récit chez Zonaras s’avère déroutante. On n’y trouve aucune allusion à la “première guerre samnite” (que la tradition date de 343-341 varr.), dont l’historicité a été contestée à plusieurs reprises30 ; le récit conservé sur la guerre latine (340-338 varr.) ne concerne que les opérations de 340 varr. (C.D. fr. 35.1 ; 35.2 ; 35.4 ; 35.7-8 ; 35.9 ; Zonar. 7.26.1‑9) ; Zonaras ne parle du conflit contre les Samnites qu’à partir de la dictature de L. Papirius Cursor (325 varr.), mais il se limite aux années 325-320 varr. (C.D. fr. 36.1-3 ; 36.4-5 ; 36.6-7 ; 36.8 ; 36.10 ; 36.11 ; 36.12 ; 36.13 ; 36.14 ; 36.15-16 ; 36.17 ; 36.18 ; 36.19-20 ; 36.21 ; 36.22 ; 36.23 ; Zonar. 7.26.9-16), 311-310 varr. (C.D. fr. 36.26 ; Zonar. 8.1) et 296-290 a.C. (C.D. fr. 36.27 ; 36.28 ; 36.29 ; 36.30-31 ; 36.32 ; 36.33 ; 37.1 ; 40.1-2 ; Zonar. 8.2-14). C’est seulement à partir de cette date que le récit de Zonaras adopte un rythme plus régulier, qu’il conserve également pour les guerres contre Pyrrhus et contre les Carthaginois. Malheureusement il n’est pas possible d’établir si cette organisation du récit correspond à celle du texte original : en particulier nous ne savons pas si le silence de Zonaras sur la “première guerre samnite” est dû à une coupure considérable du texte original ou bien s’il est le reflet du silence de Dion, qui s’ajouterait en ce cas au silence de Diodore31.

  • 32 Oakley 1998, 425, 438.

17La version de Zonaras (7.26.1-8) sur les opérations de 340 varr. contre les Latins est similaire dans ses grandes lignes à celle de Tite-Live (8.6.8-12.1), mais elle présente néanmoins des nombreuses variantes32 : le combat de Manlius iunior contre le chevalier latin se déroule pendant une bataille ; le rêve des deux consuls est placé après l’épisode de Manlius iunior (chez Tite-Live, il le précède) ; les consuls discutent longtemps pour décider lequel des deux doit accomplir la deuotio ; Zonaras ajoute une version alternative, selon laquelle Decius fut tué par un soldat romain. Dans l’épisode de Manlius iunior, en particulier, les éléments inédits sont nombreux : dans un premier temps le jeune homme tente de se soustraire au combat singulier, selon les ordres du consul T. Manlius Torquatus, son père ; le chevalier latin rétorque que Manlius iunior est indigne de son père et que pour les Romains il est plus facile de combattre contre les Gaulois que contre les Latins ; dans son discours, après le duel, le consul annonce qu’il va récompenser son fils de cet exploit et qu’il va en même temps le punir : il couronne le jeune homme et lui coupe la tête.

  • 33 Oakley 1998, 438-439.
  • 34 Lorsqu’il cherche à interpréter le problème des rapports entre Tite-Live et Dion, dans les deux p (...)
  • 35 À vrai dire, la mention des Samnites a été coupée par l’excerpteur constantinien, mais la compara (...)
  • 36 Liv. 2.33.1 ; 3.55.10 ; Zonar. 7.15.1 (cf. supra, p. 146). Pour d’autres passages, où la version (...)
  • 37 On pourrait théoriquement admettre que la source de Dion soit ici Denys. Mais cette hypothèse doi (...)
  • 38 De Sanctis 1907, 273-274 ; Gabba 1956, 27 ; Gabba 1967, 129 n. 176 ; Bernardi 1973, 56-57 ; Diper (...)
  • 39 Urso 2013b.

18Selon Oakley33, le récit de Dion est “en partie” indépendant de Tite-Live : soit Dion a utilisé à la fois Tite-Live et une autre source, soit Tite-Live a puisé à la même source suivie ensuite par Dion, mais il a omis les détails moins vraisemblables. À mon avis, l’hypothèse d’une source commune est sans doute la plus probable34, comme le montre le fragment de Dion, où les Samnites sont présentés comme des alliés douteux des Romains
(fr. 35.4) : ils attendent l’issue d’une bataille en cours entre les Latins et les Romains, avant d’intervenir aux côtés de ces derniers35. La notice se trouve aussi dans un fragment de Denys d’Halicarnasse (15 fr. 4.3) et dans le récit livien sur la bataille ad Veserim (8.11.2), qui permet de la contextualiser. Mais pour Tite-Live il ne s’agit que d’une version alternative (apud quosdam auctores inuenio) à celle qu’il préfère, selon laquelle les Samnites participèrent activement à la bataille dès le début (8.10.7). Comme il le faisait déjà pour les premiers tribuns de la plèbe, Dion suit la “version 2” de Tite-Live36. Il est évident qu’il ne trouve pas cette version chez Tite-Live, mais dans une autre source, à savoir dans la même source utilisée par Tite-Live, que Dion consulte directement37. Qu’il s’agisse de la source de Tite-Live est confirmé à mon avis par le commentaire qui terminait le récit de Dion sur la guerre latine (fr. 35.10) : l’allusion polémique à l’octroi aux Latins, après leur défaite, de la citoyenneté romaine, que les Romains leur avaient refusée avant la guerre, n’a aucun lien avec la réalité historique de la guerre latine mais semble plutôt évoquer la guerre sociale38. Or cette même superposition historiographique de la guerre sociale à la guerre latine se trouve aussi chez Tite-Live, mais dans un contexte différent. Chez Tite-Live elle ne concerne pas, comme chez Dion, la conclusion de la guerre latine, mais ses antécédents : il s’agit de l’épisode célèbre du préteur latin Annius de Saetia (8.5-6). L’esprit polémique est le même, mais l’occasion de la polémique est différente. Nous pouvons conclure que Dion a ici suivi la même source que Tite-Live : un auteur du ier s. a.C., qui réécrivait l’histoire de la guerre latine à la lumière du souvenir, bien plus récent, de la guerre sociale. Dion a utilisé cette source directement, sans la médiation de Tite-Live39.

  • 40 Salmon 1967, 207 ; Buonocore & Firpo 1991, 66-67 ; Brizzi 1997, 97, 99, 102 ; Urso 2013b, 81.
  • 41 Cf. infra, p. 157-158.

19Dans toutes ces notices, l’emploi de sources pré-liviennes n’implique pas que le récit de Dion soit préférable à celui de Tite-Live ou d’autres sources (sur la participation des Samnites à la bataille ad Veserim, la version de Tite-Live est manifestement la plus ancienne et crédible)40. Il demeure néanmoins significatif sur le plan historiographique : je reviendrai sur ce point à la fin de mon développement41. Dans le récit sur les guerres samnites, en revanche, le problème de la fiabilité du récit se pose, au moins en certains cas, d’une manière plus évidente. En effet, non seulement le texte de Dion présente à plusieurs reprises des versions alternatives à celle de Tite-Live, mais il semble garder le souvenir de traditions “disparues”.

  • 42 Cf. la liste donnée par Oakley 2005a, 9.

20L’exemple le plus intéressant concerne la bataille de Caudium. Dans son ensemble, Dion reprend la version traditionnelle, aussi bien pour la bataille que pour les événements qui suivirent immédiatement : les Romains dénoncent l’accord conclu sur le champ, reprennent tout de suite les armes, battent à leur tour les Samnites et les obligent à passer sous le joug. Mais la reconstitution de Dion se distingue par de nombreux détails : en ce cas aussi, je me limiterai à signaler ceux qui me semblent les plus intéressants42.

  • 43 Stouder 2006.
  • 44 Beloch 1926, 128 ; Salmon 1967, 218 ; Sordi 1969, 58 ; Oakley 1998, 770.
  • 45 Stouder 2006, 219.
  • 46 Et ils ont subi une évolution sémantique : Stouder 2006, 210-216.
  • 47 Stouder 2006, 219.
  • 48 On relève la même similitude entre Appien et Dion au moins dans deux autres passages, sur le lend (...)

21Dion rapporte des négociations de paix en 322 varr. : suite à l’échec de ces négociations, les Romains décident de conduire contre les Samnites une “guerre sans héraut et sans trêve”. Ce dernier détail est absent chez Tite-Live (8.39.10-15), mais se trouve chez Appien, qui utilise en trois fragments l’expression ἄσπονδος καὶ ἀκήρυκτος πόλεµος (Samn., fr. 4.3 ; 4.13 ; 4.16)43. Nous retrouvons cette même expression dans un fragment de Dion (fr. 36.8 : ἄσπονδόν σφισι τὸν πόλεµον παρεσκεύασαν … ἀκηρυκτὶ πολεµεῖν αὐτοῖς ἐψηφίσαντο). On a reconnu depuis longtemps que dans le récit de nos sources sur ces négociations de paix transparaît le souvenir d’événements plus récents : le suicide du chef samnite Brutulus Papius est une évidente anticipation de celui de Papius Mutilus, à l’époque de la guerre sociale44. Et selon Ghislaine Stouder le détail de la “guerre sans héraut et sans trêve” peut avoir été introduit par un auteur qui écrivait après la guerre sociale et après la répression syllanienne45. Il faut d’ailleurs ajouter que, si les termes employés par Appien sont largement attestés46, il est vrai par contre que le syntagme ἄσπονδος καὶ ἀκήρυκτος πόλεµος est assez rare : sauf erreur de ma part, c’est même le seul cas, ici, où il est attesté en référence à une véritable guerre. D’après Stouder il y a, derrière Appien et Dion, “sinon la même source, du moins la même tradition”47. Sur ce point je crois qu’il n’y a aucun doute et même j’irais plus loin : la rareté du syntagme rend à mon avis probable que Appien et Dion dérivent de la même source, à l’évidence un auteur qui écrivait en grec48.

  • 49 Cf. dernièrement Oakley 2005a, 25-26 ; Grossmann 2009, 65-66 (selon lequel la version de Cicéron (...)

22À propos du déroulement de la bataille, dans le récit de Dion/Zonaras on constate la présence de deux traditions différentes, mal combinées par l’historien : l’une évoquait l’enveloppement de l’armée romaine par le Samnites et une bataille manquée (c’est la version dominante chez Dion, comme chez Tite-Live et le reste de la tradition) ; l’autre décrivait un véritable affrontement entre les deux armées. De cette seconde tradition semblent dépendre deux passages de Cicéron (Sen., 12.41 : Caudinum proelium ; Off., 3.30.109 : cum male pugnatum apud Caudium esset) et un fragment d’Appien (Samn., fr. 4.18 : διεφθαρµένοι)49. Bien que Dion semble accepter la vulgate, on trouve dans un de ses fragments le terme de “défaite” romaine (fr. 36.15 : ἡττηθήντες). Une autre divergence concerne le passage sous le joug : alors que pour Tite-Live (9.6.2) les Samnites à cette occasion tuèrent des soldats romains, Zonaras (7.26.11) le nie explicitement. Évidemment (la source de) Dion connaissait la version admise par Tite-Live, qu’il contredisait.

23Mais le détail le plus original et intéressant porte sur les considérations des habitants de Rome, au moment où ils apprennent la nouvelle de la défaite. Selon Dion (fr. 36.16), dans un premier temps les Romains considérèrent ce qui s’était passé à Caudium comme une terrible honte, au point qu’ils auraient préféré la mort de l’armée entière, les armes à la main ; mais après avoir considéré que, s’il en était ainsi, Rome même aurait été en grand danger et aurait risqué de tout perdre, “ils ne regrettèrent pas d’apprendre qu’ils avaient été sauvés” (οὐκ ἀκουσίως ἤκουον ὅτι ἐσώθησαν). Par ces mots se termine l’excerptum constantinien
(ES 65), alors que dans l’épitomé de Zonaras nous lisons que les Romains “se réjouirent de leur salut” (7.26.13 : ἐπὶ τῇ σφῶν ἥδοντο σωτηρίᾳ).

  • 50 Urso 1997, 241-243. Cf. Firpo 2012, 471.
  • 51 Degrassi 1947, 107 : “Scilicet posteriores Postumii cladem a gentili suo acceptam decori vertere (...)
  • 52 Mommsen 1870, 306-307 ; Babelon 1886, 533 ; Sydenham 1952, 66 ; Gundel 1958, 1884 ; Thomsen 1961, (...)
  • 53 Cf. Cic., Inu., 2.30.91 : in eo foedere quod factum est quondam cum Samnitibus quidam adulescens (...)

24Il y a quelques années j’ai eu l’occasion de montrer que le témoignage de Dion sur le “soulagement”, sinon sur la “joie” des Romains, au premier abord déroutant, n’est pas complètement isolé. Il pose en effet le même problème que l’attribution au consul Spurius Postumius du cognomen Caudinus, attestée non seulement par les Fasti Capitolini, mais aussi par le Chronographus anni 354 : cela semble être le seul exemple de cognomen ex clade enregistré dans les Fasti50 et, en tant que tel, a suscité à juste titre la perplexité d’Attilio Degrassi51. On peut encore mentionner le denier de Tiberius Veturius, descendant de l’autre consul de Caudium, Titus Veturius. Ce denier, qui date de la fin du iie s. a.C.52, reproduit la scène de l’accord conclu sur le champ de Caudium53 et semble présenter la même incohérence par rapport à la version traditionnelle de l’épisode : on ne rappelle pas sur une monnaie un accord infâmant !

  • 54 Urso 1997, 243-244.
  • 55 Cette fonction originelle du joug semble en quelque sorte connue encore par Jugurtha, en 110 a.C. (...)

25Le cognomen Caudinus dans les Fasti, le denier de Ti. Veturius, mais aussi – pouvons-nous ajouter – la notice de Dion sur le “soulagement” des Romains après la bataille : tout cela implique une tradition très ancienne, selon laquelle l’accord conclu sur le champ par les consuls Postumius et Veturius avait permis de sauver l’armée romaine et avait été accepté et ensuite respecté par le peuple romain54. Cette version, dans laquelle évidemment le joug gardait son caractère originel d’“exorcisme rituel” et n’impliquait pas l’humiliation de l’ennemi vaincu55, a certainement existé : le fragment de Dion en est la seule attestation historiographique.

26Cette version a sans doute “disparu” à l’époque de la guerre civile syllanienne, quand les Samnites se révélèrent comme les ennemis italiens les plus irréductibles. Ce fut à ce moment que s’imposa définitivement la version, ré-élaborée après les événements de Numance de 137 a.C., qui évoquait une deditio foede facta (Liv. 9.7.7), rejetée avec indignation par le peuple romain et immédiatement vengée. Cela devait être la version suivie par Claudius Quadrigarius (cf. FRH 24,16 = Gell., NA, 1.25.6), tandis que la version la plus ancienne était peut-être admise par A. Postumius Albinus (FRH 4), descendant de Caudinus (mais les quatre fragments dont nous disposons ne nous permettent pas de vérifier cette hypothèse).

  • 56 Grossmann 2009, 71 : “Es scheint wahrscheinlicher dass Dio hier auf eine ältere Tradition zurückg (...)

27Il est évidemment impossible d’identifier la source suivie par Dion, mais il me semble certain qu’il a gardé ici la trace d’une “tradition disparue”, comme l’a confirmé après moi Lukas Grossmann dans une étude récente56.

  • 57 Deux fragments de Dion (fr. 36.23 ; 36.24) portent sur le caractère de L. Papirius Cursor, en cor (...)
  • 58 Dernièrement, Grossmann 2009, 205-206. Cf. déjà Sordi 1969, 73-74 ; Briquel 2001, 143-145. Dans l (...)
  • 59 Libourel 1973, 78 (“This tradition probably dated from the time of the battle or at least from th (...)

28Après la “revanche” romaine de 320 varr.57, la synthèse de Zonaras passe directement à l’année 311 varr., où l’on trouve une autre variante remarquable, concernant la campagne de C. Iunius Bubulcus contre les Samnites. Sur ces événements, outre Diodore (20.26.3‑4), qui parle d’une suite de victoires romaines, dont la localisation demeure incertaine et discutée, nous avons les récits de Tite-Live et de Zonaras, qui s’accordent sur plusieurs détails, mais qui diffèrent sur le point essentiel : alors que Tite-Live (9.31.7-16) parle d’une victoire difficile de Bubulcus in saltum auium, chez Zonaras (8.1.1) la bataille se déroule εἰς τὰς ὕλας τὰς Ἀόρνους (“dans les bois d’Averne”) et se termine par une lourde défaite romaine. Cette dernière version est évidemment la plus crédible, car il est tout à fait invraisemblable que l’historiographie romaine ait transformé une victoire en défaite58. Les détails comme l’embuscade des Samnites et les difficultés dues au terrain, qui sont connus par Tite-Live aussi, conservent chez Zonaras (comme il conservaient chez Dion) leur sens originel : ils viennent expliquer l’échec des Romains. Dion était donc le témoin d’une tradition bien plus ancienne que celle attestée par Tite-Live, comme l’avait déjà souligné Jan M. Libourel et comme l’a confirmé plus récemment Grossmann59. En ce cas, Dion non seulement est indépendant de Tite-Live, mais il nous transmet la version authentique de l’épisode.

  • 60 Oakley 2005b, 382 : “Dio is unlikely to have derived his account from L. It follows that Dio and (...)

29Après cette notice, Zonaras passe directement à l’an 296 a.C. et à la “troisième guerre samnite”. On relève ici encore plusieurs variantes, comme la liste détaillée de prodiges du
fr. 36.28 et de Zonar. 8.1.2-4, absente chez Tite-Live (10.23.1 ; 10.31.8), la notice sur l’attaque des Samnites en Campanie en 293 (Zonar. 8.1.8) ou celle sur l’imposition de fournitures de blé aux Etrusques (Zonar. 8.1.9). Comme l’a souligné Oakley, le contexte des deux dernières notices, assez semblable au récit livien, suggère l’emploi de sources communes60. L’emploi par Dion des sources de Tite-Live est d’ailleurs évident pour le récit de 295, l’année de Sentinum : selon Dion (Zonar. 8.1.5), les consuls Fabius et Decius, une fois élus et en charge de leur fonctions, furent envoyés “contre les Gaulois et leurs alliés” et se dirigèrent “rapidement” (σπουδῇ) en Etrurie. Tite-Live (10.24.1-26.4), en revanche, parle d’une longue discussion sur l’attribution à l’un ou à l’autre du commandement des opérations. À la fin de ce récit, cependant, Tite-Live fait brièvement allusion à l’existence d’une autre version (10.26.5) : inuenio apud quosdam extemplo consulatu initio profectos in Etruriam Fabium Deciumque sine ulla mentione sortis prouinciarum certaminumque inter collegas quae exposui. C’est justement la version attestée chez Zonaras : Dion suivait évidemment, une fois encore, la “version 2” de Tite-Live, puisant directement à la source (ou aux sources) de ce dernier.

  • 61 Urso 1998, 113-115 ; Stouder 2007.
  • 62 Bleckmann 2002, 44-50.
  • 63 Il me paraît très significatif que des conclusions identiques à celles de Bleckmann aient été tir (...)

30On ne fera ici qu’une brève allusion aux fragments sur le iiie s. On constate la présence de détails inédits et intéressants sur la guerre contre Pyrrhus aussi, en particulier sur les antécédents “italiens” du conflit (C.D. fr. 39.1 ; 39.3 ; Zonar. 8.2.1-2)61. Il reste néanmoins difficile de se prononcer sur l’originalité de Dion, étant donné la perte de Tite-Live et le caractère fragmentaire du livre 20 de Denys d’Halicarnasse. Il peut être utile, en revanche, de mentionner rapidement les deux événements marquants de ce siècle, les deux premières guerres puniques, sur lesquelles les fragments de Dion sont nombreux (27 sur la première, 53 sur la deuxième, outre Zonaras). Pour la première guerre punique, il est possible de comparer ces fragments avec le premier livre de Polybe et avec les sources de ce qu’on a appelé, parfois à tort, la “tradition livienne”. De nombreuses études ont été consacrées à cette comparaison, parmi lesquelles je ne citerai ici que l’excellente analyse de Bruno Bleckmann : elle a confirmé la pleine indépendance de Dion par rapport aussi bien à Polybe qu’à la “tradition livienne” et a surtout montré que dans le récit de Dion se rencontrent des fragments de témoignages contemporains (“zeitgenössische Zeugnisfragmente”)62 et des traditions en tout cas antérieures à Polybe. L’étude de Bleckmann a permis de compléter et de confirmer, selon une perspective méthodologique opportunément éloignée des schémas trop rigides de la Quellenforschung du début du xxe s., ce qu’Alfred Klotz avait soutenu (et à mon avis démontré) dans son article fondamental de 1936, sur Dion et la deuxième guerre punique : le recours direct à Coelius Antipater et à Valerius Antias63.

31En conclusion de ce bref passage en revue, forcement sélectif, des premiers siècles de la République, nous pouvons essayer de résumer ce que cela signifie dans le contexte plus général de l’œuvre de Cassius Dion.

  • 64 Je renvoi sur ce point à la contribution de G. Zecchini, dans ce volume.

32Dans l’introduction au premier livre (fr. 1.2), Dion revendiquait l’exhaustivité de sa recherche (<…> πάντα ὡς εἰπεῖν τὰ περὶ αύτῶν τισι γεγραµµένα) et l’originalité de sa sélection du matériel (συνέγραψα δὲ οὐ πάντα ἀλλ’ ὅσα ἐξέκρινα). Dion se mettait pour ainsi dire en compétition avec ceux qui avaient déjà traité la même matière : le modèle avec lequel il faillait forcément se mesurer était Tite-Live64, le dernier historien qui avait rédigé une grande histoire romaine ab urbe condita. Étant donné que plus de la moitié de l’Histoire romaine de Dion (les livres 1-55) aurait été consacrée aux huit siècles traités par Tite-Live (qui était arrivé à l’an 9 a.C., en 142 livres), le projet de composer une œuvre originale impliquait l’effort d’aller “au-delà” de Tite-Live, c’est-à-dire l’engagement à mettre en valeur, chaque fois que possible, des sources que ce dernier n’avait pas utilisées ou bien à recourir aux mêmes sources que Tite-Live, mais de manière directe et en sélectionnant différemment le matériel.

  • 65 Cf. par exemple Hahn 1982 (pour Appien) ; Schettino 1986 ; Schettino 1987 (pour Aulu-Gelle).
  • 66 Crifò 1976, 713 ; Schiavone 1992, 58. Sur Ulpien et Dion : Millar 2005 ; Urso 2005, 175-180.

33La récupération des sources pré-liviennes était une exigence ressentie depuis longtemps. Les historiens et les érudits du iie s. s’étaient déjà caractérisés par leur tendance à “remonter aux sources”, en dépassant pour ainsi dire Tite-Live et la tradition augustéenne sur l’époque républicaine65 : cette tendance est encore visible à l’époque sévérienne, en particulier dans les fragments d’Ulpien, où les citations des textes des juristes républicains sont particulièrement nombreuses66. C’est dans ce contexte que le projet dionien d’une grande histoire romaine ab urbe condita, la reprise d’un modèle historiographique abandonné après Tite-Live et la recherche de traditions “disparues”, que celui-ci n’avait pas mises en valeur, trouvent leur justification.

34D’un point de vue chronologique, les variantes que les fragments de Dion nous conservent, et qui remontent généralement à des sources pré-liviennes, sont souvent l’expression de traditions antérieures à celles attestées par Tite-Live. Cela vaut tout d’abord pour les notices, d’excellente qualité, sur les “consuls” archaïques et sur les magistratures, mais aussi pour l’épisode de Spurius Cassius et même pour l’attaque gauloise de 386 a.C. Les épisodes de violence, si nombreux dans ces fragments, peuvent bien sûr être considérés (en partie) comme des anticipations d’événements tardo-républicains, mais ils nous transmettent aussi une vision non idéalisée des origines de la République : dans ce contexte, des versions hétérodoxes comme celle sur la mort de Manlius Capitolinus peuvent donner lieu à des interprétations divergentes, mais restent remarquables pour leur originalité. En ce qui concerne, finalement, les guerres du ive s., les variantes de Dion nous restituent régulièrement des versions pré-liviennes, souvent meilleures (comme pour la campagne de 311 varr. et, à mon avis, pour Caudium aussi) et en tout cas de grand intérêt historiographique (comme celles sur la guerre latine ou sur les tractations de 322 varr.).

  • 67 Cf. supra p. 151.
  • 68 Un autre épisode pour lequel Dion acceptait la “version 2” de Tite-Live, bien que, de toute évide (...)
  • 69 En ce sens, les considérations de Bleckmann 2002, 36-50, demeurent à mon avis fondamentales. Cont (...)

35Bien entendu, cet effort qui consiste à remonter aux sources de Tite-Live, ou à des sources que Tite-Live n’avait pas utilisées, n’implique pas que Dion soit toujours digne de foi et que son témoignage soit toujours préférable à celui de Tite-Live. Le récit de la bataille ad Veserim en constitue un bon exemple : comme nous l’avons vu67, Dion dépend ici d’une source pré-livienne, mais c’est Tite-Live qui rapporte la version la plus ancienne68. En tout cas, si le recours à des sources pré-liviennes n’est pas une garantie de fiabilité, il est vrai cependant qu’il comble en quelque sorte le décalage chronologique entre Tite-Live et Dion. Autrement dit, le fait que Dion écrit deux siècles après Tite-Live perd en partie son importance, étant donné que les sources auxquelles Dion puise se situent au même niveau chronologique des sources de Tite-Live, et que les traditions qu’elles conservent peuvent dans certains cas être plus anciennes que celles attestées par Tite-Live69.

  • 70 Zecchini 1978, 188-200 ; Manuwald 1979, 168-272 ; Berti 1988, 7-21. Cf. aussi Freyburger & Roddaz (...)
  • 71 Cf. supra, p. 143.

36Nous pouvons, en conclusion, revenir aux affirmations de Schwartz et de Millar, dont je suis parti. Je crois que les exemples examinés ici, qui comprennent plusieurs passages que Schwartz n’avait pas pris en considération, confirment sa conclusion, c’est-à-dire l’indépendance de Dion par rapport à Tite-Live et à la vulgate : la même indépendance que Dion montre aussi dans ses livres “tardo-républicains” et “augustéens”, comme plusieurs études récentes l’ont mis en évidence70. Si l’on ne peut pas s’attendre à ce que Dion réécrive ex novo l’histoire républicaine archaïque, ce qui lui aurait été impossible, son projet de “remonter aux sources” se concrétisait par un récit riche en détails non attestés ailleurs, qui à l’époque de Dion devaient être “disparus” depuis longtemps de la mémoire historique. On doit peut-être conclure que, contrairement à ce que Millar écrivait en 196471, la perte des premiers livres de l’Histoire romaine nous a privés aussi de “faits inédits” et de “perspectives nouvelles” : les Excerpta constantiniens et l’épitomé de Zonaras le suggèrent très clairement.

Notes

1 Schwartz 1899, 1692.

2 Cf. Bleckmann 2002, 40-41.

3 Millar 1964, 310. 

4 Urso 2011, 53-54.

5 Ce sujet, que j’ai étudié dans Urso 2005, a été repris ensuite, de manière indépendante et avec des conclusions en partie différentes, par Simons 2009, 33-119.

6 Urso 2005, 167-171.

7 Cette conclusion est partagée par Smith 2012, 109. L’hypothèse d’une source unique était déjà avancée, très brièvement, par Cornelius 1940, 31 ; contra : Millar 1964, 181-182 ; Libourel 1974, 384. Sur l’utilisation d’une source juridique, cf. aussi Simons 2009, 108-109, qui identifie cette source avec Ulpien (cf. infra, n. 8).

8 J’ai proposé, très prudemment, d’identifier cette source avec Q. Aelius Tubéro (Urso 2005, 181-193), mais cela reste une hypothèse : comprendre les caractéristiques et le contenu de la source est bien plus important que l’identifier.

9 Urso 2005, 75-77, 128-129, 155, 171-175.

10 Libourel 1974, 390 ; Urso 2005, 66-67 (avec bibliographie).

11 De toute façon c’est aussi l’opinion de Dion : le responsable de la dégénérescence de la dictature n’a pas été Sylla, mais César (cf. Urso 2016).

12 Libourel 1974, 384-386.

13 Le danger couru par Collatinus est attesté chez Zonaras, celui couru par Publicola chez les Excerpta de sententiis (ES 21 = C.D. fr. 13.2) : on pourrait supposer à partir de là que, dans le texte original de Dion, seul l’un des deux avait failli mourir et qu’une transcription maladroite, de la part de l’excerpteur ou de Zonaras, a provoqué un “doublon”. Mais dans les deux passages le contexte de l’épisode est clairement tracé et l’identification de Collatinus et de Publicola est sans équivoque.

14 Libourel 1974, 386-387, suppose que toutes ces notices dérivent d’une source peu connue, d’époque syllanienne ou césarienne, qui transpose au ve s. a.C. le climat de violence qui caractérisa les dernières décennies de la République.

15 On retrouve l’épisode chez Valère-Maxime (6.3.2), qui le date de l’époque de Spurius Cassius et donne des détails différents. Dion en parlait après 471 varr. et avant 458 varr., mais il ne le datait pas, comme le montre clairement la présence de l’adverbe ποτέ aussi bien dans le fragment que chez Zonaras. À une tradition voisine, mais distincte, renvoie la notice de Diodore (12.25.3). Cf. aussi Fest., Gloss. Lat., p. 180 Lindsay.

16 Libourel 1974, 392-393 : “Obscure and unusual traditions”.

17 Je me limite ici à renvoyer à Cornell 2009, 6. Il faut d’ailleurs remarquer que, s’il est vrai que la lutte violente des plébéiens contre les patriciens était devenue, pour les populares de l’époque tardo-républicaine, une sorte de “mythe fondateur”, ce sujet était déjà connu avant les Gracques et il n’est pas, en soi, une tradition tardive : cf. Lintott 2006, 17-18.

18 Libourel 1974, 387-388.

19 Smith 2006, 52.

20 ES 33 (= fr. 18.7-12) porte sur la saga de Coriolan ; ES 34 concerne Spurius Cassius (dont la mort est traditionnellement datée de 485 varr.) ; ES 35 (= fr. 20.1 ; cf. Zonar. 7.17.1) est forcément antérieur à 481 varr., l’an du “consulat” de Spurius Furius et de Caeso Fabius, mentionnés juste après (Zonar. 7.17.2).

21 Oakley 1997, 20 : “Surprisingly different”.

22 Cf. infra, p. 149.

23 Cf. respectivement Sordi 1965, 10 (“La versione che Dione Cassio … dava di tale morte, avvenuta nel corso della difesa del Campidoglio, ha la probabilità di essere la più antica e la più aderente alla verità”) ; Valvo 1983, 55-57.

24 De cette même tradition pourrait dépendre la notice très brève (juste deux lignes) de Diodore (15.35.3) : cf. Lintott 2006, 15.

25 Pour une traitement exhaustif du sujet, je renvoie à Schettino 2006.

26 Schettino 2006, 69.

27 Zonar. 7.24.7 est à cet égard emblématique. Sur l’importance de la figure de Camille dans l’épopée gauloise du ive s. chez Dion, cf. Schettino 2006, 64-65.

28 Schettino 2006, 70.

29 Cassola 1982, 734-735.

30 Bloch & Guittard 1987, xxv : “Les historiens s’accordent aujourd’hui à mettre la première guerre samnite de 343 au compte des inventions de l’annalistique romaine en général, et de Fabius Pictor en particulier”.

31 La première allusion de Diodore aux guerres samnites se trouve à 19.10.1, où il parle de la campagne de 318 varr. (cf. 19.2.1), “neuvième année” (ἔνατον ἔτος) de guerre.

32 Oakley 1998, 425, 438.

33 Oakley 1998, 438-439.

34 Lorsqu’il cherche à interpréter le problème des rapports entre Tite-Live et Dion, dans les deux premiers volumes de son commentaire, Oakley (1997 et 1998) penche pour une utilisation par Dion de Tite-Live combiné à d’autres sources. Dans les deux volumes suivants (publiés en 2005), l’auteur tend plutôt à expliquer les analogies et les différences entre les deux historiens par l’emploi de sources communes. Cf. infra.

35 À vrai dire, la mention des Samnites a été coupée par l’excerpteur constantinien, mais la comparaison du fragment avec les notices parallèles de Tite-Live et de Denys élimine toute incertitude.

36 Liv. 2.33.1 ; 3.55.10 ; Zonar. 7.15.1 (cf. supra, p. 146). Pour d’autres passages, où la version de Dion correspond à la version “alternative” de Tite-Live (ou de Denys), cf. Schwartz 1899, 1693.

37 On pourrait théoriquement admettre que la source de Dion soit ici Denys. Mais cette hypothèse doit être à mon avis exclue. En dehors de l’allusion à l’attitude ambiguë des Samnites, il n’y a aucune correspondance entre le fragment de Denys et l’abrégé de Zonaras. En particulier, l’explication de la décision du consul Manlius d’interdire au soldats romains le combat singulier est, dans les deux textes, différente : alors que pour Denys il s’agissait d’une mesure contre l’indocilité de l’armée, pour Dion/Zonaras elle visait à éviter toute confusion entre soldats romains et soldats latins, qui portaient les mêmes armements. Cette dernière est aussi l’explication donnée par Tite-Live.

38 De Sanctis 1907, 273-274 ; Gabba 1956, 27 ; Gabba 1967, 129 n. 176 ; Bernardi 1973, 56-57 ; Dipersia 1975 ; Oakley 1988, 408-411.

39 Urso 2013b.

40 Salmon 1967, 207 ; Buonocore & Firpo 1991, 66-67 ; Brizzi 1997, 97, 99, 102 ; Urso 2013b, 81.

41 Cf. infra, p. 157-158.

42 Cf. la liste donnée par Oakley 2005a, 9.

43 Stouder 2006.

44 Beloch 1926, 128 ; Salmon 1967, 218 ; Sordi 1969, 58 ; Oakley 1998, 770.

45 Stouder 2006, 219.

46 Et ils ont subi une évolution sémantique : Stouder 2006, 210-216.

47 Stouder 2006, 219.

48 On relève la même similitude entre Appien et Dion au moins dans deux autres passages, sur le lendemain de Caudium. Selon Appien (Samn., fr. 4.21) et Dion (Zonar. 7.26.12), plusieurs soldats romains n’osèrent pas rentrer à Rome, mais ils s’arrêtèrent aux environs de la ville : Tite-Live (9.7.10‑11) ne mentionne pas ce détail. En outre pour Dion (Zonar. 7.26.13), comme pour Appien (Samn., fr. 4.20), l’interruption des activités publiques, décrétée après la défaite, aurait duré jusqu’à la “revanche” romaine de 320 varr. : Tite-Live omet ce détail aussi (non sans raison…). Selon Oakley 2005a, 9-10 l’explication évidente (“obvious”) de ces analogies est qu’ici les deux historiens utilisent Denys : je ne soutiendrais pas sans réserves cette hypothèse, mais il me semble très probable que la source commune soit un auteur qui écrivait en grec.

49 Cf. dernièrement Oakley 2005a, 25-26 ; Grossmann 2009, 65-66 (selon lequel la version de Cicéron serait la plus ancienne : contra, Briquel 2010, 425).

50 Urso 1997, 241-243. Cf. Firpo 2012, 471.

51 Degrassi 1947, 107 : “Scilicet posteriores Postumii cladem a gentili suo acceptam decori vertere studuerunt”. Degrassi estimait que dans ce contexte le cognomen ne pouvait avoir qu’un caractère honorifique. Mais il semble difficile de croire que les descendants de Postumius aient pu envisager de “vertere decori” le souvenir d’une clades, en attribuant simplement à leur ancêtre le surnom Caudinus.

52 Mommsen 1870, 306-307 ; Babelon 1886, 533 ; Sydenham 1952, 66 ; Gundel 1958, 1884 ; Thomsen 1961, 256 ; Crawford 1973, 4 ; Lintott 1994, 61.

53 Cf. Cic., Inu., 2.30.91 : in eo foedere quod factum est quondam cum Samnitibus quidam adulescens nobilis porcum sustinuit iuss imperatoris. Foedere autem ab senatu improbato et imperatore Samnitibus dedito… ; Mommsen 1870, 306 ; Münzer 1920, 131-132 ; Beloch 1926, 397 ; Heurgon 1942, 227-228 ; Breglia 1947, 68-70, 77 ; Gundel 1958, 1885 ; Thomsen 1961, 278 ; Crawford 1973, 5-6 ; Lintott 1994, 61 ; Valvo 1994, 384.

54 Urso 1997, 243-244.

55 Cette fonction originelle du joug semble en quelque sorte connue encore par Jugurtha, en 110 a.C., comme l’a montré de manière convaincante Brizzi 1990. La décision du roi numide de faire passer sous le joug l’armée d’A. Postumius Albinus (Sall., Iug., 38.9) ne peut être expliquée par l’intention d’humilier l’ennemi : au contraire elle doit être interprétée comme une tentative de sceller, par le moyen d’un rituel archaïque de purification, un accord conclu sur le champ avec un adversaire, les Romains, qui dans la guerre en Espagne (à laquelle Jugurtha avait participé, parmi les auxiliaires de Scipion Emilien : Sall., Iug., 7.2-7 ; App., Hisp., 89.387) avait montré à plusieurs reprises une inquiétante propension à ne pas respecter ce genre d’accords.

56 Grossmann 2009, 71 : “Es scheint wahrscheinlicher dass Dio hier auf eine ältere Tradition zurückgeht”. Contra, Loreto 1989-1990, 661, selon lequel les considérations attribuées par Dion aux Romains n’exprimeraient que l’opinion de l’historien.

57 Deux fragments de Dion (fr. 36.23 ; 36.24) portent sur le caractère de L. Papirius Cursor, en correspondance avec l’éloge de Tite-Live (9.16.19). Cependant on ne trouve pas chez Tite-Live l’allusion a son gout immodéré pour le vin (C.D. fr. 36.23), alors que l’anecdote du préteur de Praeneste, objet du second fragment, est raconté par Dion d’une manière semblable à Liv. 9.16.17-18 : selon Oakley 2005a, 175 Tite-Live et Dion pourraient avoir utilisé une source commune.

58 Dernièrement, Grossmann 2009, 205-206. Cf. déjà Sordi 1969, 73-74 ; Briquel 2001, 143-145. Dans l’étude de La Regina 1989 consacrée à la campagne de 311 varr., Dion n’est même pas mentionné.

59 Libourel 1973, 78 (“This tradition probably dated from the time of the battle or at least from the following century and found its way into one of the earlier annalists”) ; Grossmann 2009, 106 (“Der Bericht des Zonaras geht hier somit auf eine ältere Tradition zurück als jener des Livius”). Plus incertain à ce propos Oakley 2005a, 403-404.

60 Oakley 2005b, 382 : “Dio is unlikely to have derived his account from L. It follows that Dio and L. used very similar sources, but that L. has virtually suppressed the initial Samnite attack on Campania”.

61 Urso 1998, 113-115 ; Stouder 2007.

62 Bleckmann 2002, 44-50.

63 Il me paraît très significatif que des conclusions identiques à celles de Bleckmann aient été tirées, la même année, par Zecchini 2002, 99-103, à propos d’un épisode de la deuxième guerre punique : le retour de Scipion à Rome en 206 a.C. Comme Zecchini le montre bien, la version de Dion (fr. 57.53-56), selon laquelle le sénat ordonna à Scipion de quitter l’Espagne, représente une tradition antérieure à l’image idéalisée de l’Africain, déjà complétement élaborée chez Polybe et reprise ensuite par Tite-Live. Dans ce cas aussi, Dion garde la trace d’une tradition “disparue”, pré-polybienne, qu’il peut évidemment avoir trouvé dans une source successive à Polybe (selon Zecchini, il s’agit de Valerius Antias).

64 Je renvoi sur ce point à la contribution de G. Zecchini, dans ce volume.

65 Cf. par exemple Hahn 1982 (pour Appien) ; Schettino 1986 ; Schettino 1987 (pour Aulu-Gelle).

66 Crifò 1976, 713 ; Schiavone 1992, 58. Sur Ulpien et Dion : Millar 2005 ; Urso 2005, 175-180.

67 Cf. supra p. 151.

68 Un autre épisode pour lequel Dion acceptait la “version 2” de Tite-Live, bien que, de toute évidence, elle ne soit pas fiable, est le passage du Pô par Hannibal en 218 a.C. (cf. Klotz 1936, 71-72). Selon Dion (Zonar. 8.24.1), Hannibal – n’ayant pas de barques à sa disposition – ordonna à son frère Magon de traverser le fleuve à la nage avec les cavaliers et de se lancer à la poursuite des Romains, tandis que lui-même disposait les éléphants en file pour briser la force du courant et permettre aux soldats un passage plus aisé. Cette version correspond à celle de Coelius Antipater (FRH 15.13), que Tite-Live mentionne à 21.47.4-5, mais qu’il juge “difficilement admissible pour ceux qui connaissent ce fleuve” (ea peritis amnis eius uix fidem fecerint). Tite-Live accepte ici une version différente, attestée déjà par Polybe (3.66.6-8). Comme l’a montré Klotz, il est très improbable que Dion ait tiré de Tite-Live la version de Coelius : ici Dion utilisait Coelius directement. On peut certainement être d’accord avec Klotz : la critique de Tite-Live à Coelius semblerait s’imposer, puisqu’elle est fondée sur la connaissance directe des lieux ; toujours est-il que Dion n’en tenait pas compte.

69 En ce sens, les considérations de Bleckmann 2002, 36-50, demeurent à mon avis fondamentales. Contra : Hoyos 2004, 488.

70 Zecchini 1978, 188-200 ; Manuwald 1979, 168-272 ; Berti 1988, 7-21. Cf. aussi Freyburger & Roddaz 1991, 67-87 ; Fromentin & Bertrand 2014, xvi-xxi.

71 Cf. supra, p. 143.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search