Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Chapitre IV – Géographie funéraire de la Grèce du Nord à l’âge du Fer

Texte intégral

Remarques préliminaires

Méthodologie

  • 1 Les questions développées dans ce chapitre ont fait l’objet d’une communication lors du colloque (...)
  • 2 Luce 2007b, 40, 44.
  • 3 Luce 2007b, 44.

1La présentation des types de tombes, de leurs variantes ainsi que des rituels connus à ce jour en Grèce du Nord pour l’âge du Fer a mis en évidence une grande variété de pratiques funéraires1. Chaque trait funéraire a une épaisseur chronologique et une étendue géographique qui lui est propre. Chaque nécropole se caractérise par plusieurs traits qui reflètent les choix proposés et acceptés par la communauté pour la gestion de ses défunts2. Ces combinaisons de rituels se mettent en place progressivement, se construisent sur des héritages et sont susceptibles de se transformer au fil du temps par le rejet ou l’adoption de certaines pratiques, en fonction de l’évolution du contexte socio-culturel. Elles constituent ce que J.-M. Luce appelle des “séquences funéraires”, une expression qui permet d’exprimer le caractère dynamique des cadres rituels au sein desquels évoluent les populations. Une même séquence peut être identifiée pour plusieurs ensembles funéraires, elle a donc également une extension géographique3.

  • 4 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 90-91.
  • 5 Papadopoulos J. K. 2005, 366-367, 395.

2Les cas de Vergina [75] et de Toronè [101] sont assez parlants. Pour la première nécropole, si on admet le phasage chronologique proposé par A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, jusqu’au viiie siècle, la séquence combine le tumulus collectif, la tombe à fosse, la ciste à blocs de pierre et l’inhumation. À partir de la phase IIIC (entre 850 et 700), l’enchytrisme est introduit. Durant la dernière phase (phase IV, 700-600), les pratiques funéraires se complexifient avec la crémation secondaire4. On passe donc d’une séquence relativement fermée à une séquence ouverte qui traduit une multiplication des choix dans le traitement des défunts. Dans le cas de la nécropole de Toronè [101], l’apparente pluralité des rites et des formes de tombes est nuancée si on tient compte du facteur temporel. L’inhumation en fosse semble être la pratique la plus ancienne bien qu’il soit difficile de préciser de combien de temps. Très rapidement, l’adoption de la crémation complexifie les formes des tombes dans lesquelles les contenants jouent désormais un rôle essentiel. Durant cette période de bi-ritualisme, l’ensemble des réponses apportées par la communauté pour le traitement des défunts est relativement ouvert sans différenciation entre les classes d’âge. Au cours du Protogéométrique, lorsque l’inhumation est abandonnée, la séquence funéraire se replie sur un seul rituel. La nécropole ne se définit alors que par la crémation et le dépôt secondaire des ossements dans des urnes cinéraires placées dans des fosses individuelles. Les règles sont à nouveau modifiées au cours de cette phase avec l’abandon du versement des résidus des bûchers dans les fosses5.

  • 6 Snodgrass 1971, 178 sq. ; Luce 2007b, 42.
  • 7 Luce 2007b, 44-46.

3La comparaison des combinaisons de traits funéraires permet de faire apparaître des affinités ou des différences entre les nécropoles et les groupes de nécropoles, et ainsi d’identifier des régions funéraires. En Almopie (bassin d’Aridaia), la tombe à habitacle en tertre, associée à l’inhumation, compose une séquence funéraire qui dépasse l’échelle d’un seul cimetière et dessine une région clairement définie. Il est toutefois rare que la distribution géographique d’un seul trait soit significative, comme l’avait déjà montré A. Snodgrass – qui souhaitait au fond mettre en évidence le phénomène de diversification des pratiques et du développement de la tombe individuelle au début de l’âge du Fer en Grèce6. S’il est nécessaire de décomposer les traits funéraires afin de comprendre leur développement chronologique et géographique, une approche synthétique des combinaisons de pratiques permet de poser de manière plus pertinente la question des régions funéraires7.

  • 8 Luce 2007b, 43-44.

4Nous avons retenu quatre catégories de traits funéraires (fig. 1) : le mode d’organisation des tombes, en distinguant bien les tertres collectifs qui ont un rôle structurant pour les tombes dans les nécropoles, le type de tombe et le contenant, ainsi que le rituel. À la différence de la carte établie pour le reste de la Grèce par J.-M. Luce, nous n’avons pas considéré la position du corps des défunts8. Si elle peut être discriminante en Grèce centrale et méridionale, pour la Grèce du Nord, elle n’est pertinente que dans une approche diachronique des pratiques funéraires entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer, car le passage de l’une à l’autre période est marqué par l’adoption généralisée de la position allongée sur le dos. On observe simplement une plus grande variabilité dans certains sites. Il est difficile de tout représenter sur une carte et un trait qui semble mineur au premier abord peut apparaître comme discriminant lorsqu’on confronte les nécropoles entre elles. Ainsi les traits funéraires mineurs, comme le nombre de défunts par tombe ou les aménagements internes des sépulcres, peuvent rapprocher ou opposer deux ensembles funéraires. Ces éléments seront examinés dans le commentaire.

Fig. 1. Organigramme des différents traits funéraires observés dans les nécropoles de l’âge du Fer en Macédoine.

Fig. 1. Organigramme des différents traits funéraires observés dans les nécropoles de l’âge du Fer en Macédoine.

5Les nécropoles peuvent se caractériser par deux traits funéraires (un rite et un type de tombe) ou par plusieurs (deux rites et plusieurs types et variantes de tombes). Dans le premier cas on parle de séquence fermée. Cela signifie que le traitement des défunts se limite à une sélection restreinte de rituels. On peut citer en exemple la nécropole de Koilada-Potistra [19] où n’a été identifiée que l’inhumation en ciste à orthostates. En revanche, la séquence ouverte reflète des choix communautaires plus larges. Divers traitements et types de tombes sont acceptés au sein de l’espace funéraire – citons par exemple la nécropole de Nea Efkarpia [93], dans laquelle, même si l’inhumation en fosse fermée par des dalles de pierre est la plus fréquente, ont également été identifiés des cistes à orthostates ou à blocs de pierre, des enchytrismes, des urnes cinéraires en fosses ou en cistes.

6Les traitements et les formes des tombes n’occupent pas tous la même place. À Vergina [75], dans l’absolu, la ciste à orthostates fait partie des choix funéraires mais jusqu’ici une seule a été enregistrée sur un total de 391 tombes recensées. En revanche ce type de tombe est quasiment exclusif dans la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2], la fosse et l’enchytrisme étant largement minoritaires. Les données quantitatives disponibles étant inégales d’un site à l’autre il n’est pas encore possible d’utiliser l’outil statistique pour faire figurer ces nuances. C’est pourquoi la construction de la carte funéraire doit nécessairement s’accompagner d’un commentaire.

Les essais de cartographie funéraire précédents

  • 9 Snodgrass 1971, 162-163.
  • 10 Hammond 1972, 326-370 (présentation des vestiges), 405-441 (conclusions sur le peuplement de la G (...)
  • 11 Rhomiopoulou 2006 ; Vokotopoulou 1994 ; Lemos 2002, 183-184.

7Jusqu’à aujourd’hui, il y a eu peu d’essais de cartographies funéraires de la Grèce du Nord à l’âge du Fer. A. Snodgrass présente les différents sites connus. Il s’attarde sur Vergina mais s’abstient d’ériger le tumulus en trait caractéristique du nord de la Grèce, pressentant déjà l’hétérogénéité des rituels, visible à travers les quelques autres sites alors déjà connus (Kozani, Agios Pantéléïmon, Chauchitsa)9. À l’exception de ce chercheur, jusqu’au début des années 1990, les pratiques funéraires de Grèce du Nord sont décrites mais plutôt considérées dans le cadre de débats sur le peuplement et moins pour elles-mêmes10. Les traits funéraires des nécropoles sont souvent envisagés séparément dans l’argumentaire des auteurs. Le développement des recherches sur le monde colonial grec au cours des années 1990, puis la difficulté de caractériser culturellement les sites “à la frontière du monde grec”, ont entraîné une vision relativement tranchée des pratiques funéraires opposant le littoral colonial à l’arrière-pays11. Que les communautés de la côte chalcidienne aient développé des combinaisons de pratiques qui leur sont propres est bien possible, mais on ne peut partir de ce postulat sous peine de déformer la lecture des vestiges.

  • 12 Baralis 2007 ; Baralis & Riapov 2007a, 2007b, 2008.
  • 13 À l’intérieur des périboles, des inhumations ainsi qu’une crémation secondaire en urne ont été id (...)
  • 14 Baralis 2007, 17.
  • 15 Baralis 2007, 17-18. Pour la nécropole de Kriaritsi, cf. Asouchidou 2011.
  • 16 Tsingarida & Mantazi 2004 ; Pappa 1992.
  • 17 Baralis 2007 ; Baralis & Riapov 2008.

8Pour la Macédoine Orientale et la Thrace égéenne, les récents articles d’A. Baralis et d’A. Riapov offrent une première synthèse par l’identification de profils archéologiques funéraires, fondée sur l’analyse spatiale et chronologique des combinaisons de rituels pratiqués dans les nécropoles du Bronze Récent et du début de l’âge du Fer12. À la fin de l’âge du Bronze, l’association de tombeaux collectifs maçonnés avec des sépultures primaires inhumées et secondaires brûlées caractérise les nécropoles de Thasos, mais semble s’étendre sur le continent à la nécropole de Faia Petra, non sans quelques variations locales13. Le second groupe homogène correspond aux nécropoles des Rhodopes occidentaux, qui partagent les mêmes rituels, combinant des urnes cinéraires à des tertres en pierre (fig. 2). C’est à ce profil que se rattachent les tertres de Nevrokopi-Exochi [106] et Potamoi [b-13]. L’âge du Fer est marqué par une diversification des profils et une permanence des anciennes séquences comme celle de Thasos, celle des Rhodopes occidentaux et peut-être celle de la Chalcidique, qui constitueraient alors “le socle de la carte archéologique du premier millénaire avant notre ère” (fig. 2)14. En effet, la crémation en Chalcidique au début de l’âge du Fer, et plus particulièrement les rites funéraires pratiqués à Koukos [102], associant urnes cinéraires et cistes à orthostates, pourraient être les survivances de pratiques déjà en œuvre dans le site voisin de Kriaritsi Sykia au Bronze Ancien (nécropole côtière avec périboles de pierres agglutinés renfermant des urnes placées dans des caissons faits d’orthostates)15. Cette analogie de séquence funéraire est en effet troublante, même si aucun cercle de pierres n’est attesté à Koukos [102]. Toutefois, tant que d’autres jalons intermédiaires tels que la tombe de Palaiokastro [b-11] (ciste à orthostates renfermant des urnes cinéraires et datées du Bronze Récent) n’ont pas été découverts, on peut au mieux parler de résurgence de ces pratiques. Par ailleurs, la nécropole de Koukos [102] doit être étudiée en regard avec Toronè [101], sa voisine contemporaine. On pourrait supposer le même phénomène de maintien pour l’enchytrisme, présent en Chalcidique dès le début de l’âge du Fer (Nikiti Aï-Giannis [100], Ierissos [103]), mais déjà attesté pour le Bronze Ancien-Moyen (Nea Skioni, Agios Mamas)16. Toutefois l’absence de sites pour la période intermédiaire complique la compréhension de l’évolution des pratiques funéraires locales sur la longue durée. En revanche à l’est du Strymon, la continuité de la séquence funéraire caractérisant les Rhodopes occidentaux est bien attestée. Nous partageons également la proposition d’A. Baralis et d’A. Riapov, qui voient une extension de cette combinaison de rituels jusqu’au littoral égéen, en l’occurrence à Drama Z. I. [105] et à Amphipolis-Kastas [104], en soulignant toutefois que cette séquence connaît une modification avec l’introduction de l’enchytrisme17.

Fig. 2. Cartes des profils funéraires en Macédoine Orientale et en Thrace à l’âge du Bronze Récent et au début de l’âge du Fer. Baralis & Riapov 2008, 23 fig. 1, 24 fig. 4.

Fig. 2. Cartes des profils funéraires en Macédoine Orientale et en Thrace à l’âge du Bronze Récent et au début de l’âge du Fer. Baralis & Riapov 2008, 23 fig. 1, 24 fig. 4.

9Récemment K. Havela a présenté dans un article un essai de cartographie des pratiques funéraires du début de l’âge du Fer d’une partie de la Macédoine Centrale actuelle (de la Piérie au fleuve Strymon). L’auteur parvient à identifier quatre groupes de nécropoles qui partagent des pratiques similaires. Le groupe A comprend les nécropoles situées dans la préfecture de Thessalonique. Dans le groupe B, sont rassemblées les nécropoles découvertes le long du fleuve Axios dans la préfecture de Kilkis. Pour le groupe Γ correspondant à la Chalcidique, l’auteur distingue deux sous-groupes, Γ1 (Nikiti-Aï Giannis et Ierissos) et Γ2 (Toronè et Koukos). De la même manière le groupe ∆, correspondant à la Piérie, comprend le sous-groupe ∆1 (Petra-Treis Elies, Dion) et le ∆2 (Makrygialos). La description de chacune des entités ainsi que des traits funéraires, qui les réunissent ou les opposent, est une première approche intéressante et nous adopterons souvent les mêmes regroupements. Prenant en considération une région plus vaste, nous avons toutefois dépassé les limites administratives des départements, en élargissant le point de vue aux autres régions alentours. Ainsi, bien que le site de Nea Kallikrateia [98] se situe actuellement en Chalcidique, la séquence funéraire de sa nécropole pour l’âge du Fer se rapproche davantage de celle de la région de Thessalonique que des autres identifiées sur la péninsule. De la même manière, les pratiques funéraires d’Agrosykia [58], actuellement situé dans la préfecture de Pella, ont davantage de points communs avec celles de Chauchitsa [62] qu’avec celles d’Archontiko [59], sa plus proche voisine géographiquement.

La géographie funéraire de l’âge du Bronze

  • 18 Tsingarida & Mantazi 2004 ; Asouchidou 2001 ; Asouchidou 2011.
  • 19 Poulaki-Pandermali 2013, 31-44.
  • 20 Ziota 2007, 28 sq., 267 sq.
  • 21 On connaît toutefois quelques sépultures dans l’habitat de Toumba Thessalonique (cf. Andreou S. (...)

10Le Bronze Ancien et le Bronze Moyen se caractérisent par une assez grande variété des pratiques funéraires. La répartition géographique des différents traits funéraires fait déjà apparaître à cette époque quelques régions aux pratiques spécifiques. La combinaison de tertres/enclos en pierre à des urnes cinéraires est une séquence spécifique à la Chalcidique (Nea Skioni, Kriaritsi Sykia)18. La seconde région funéraire homogène est celle de la Piérie méridionale, caractérisée par l’association de l’inhumation en fosse, du tumulus en pierre à tombe centrale et marqueurs funéraires (Pigi Athinas, Valtos)19. La Macédoine Occidentale offre quant à elle une image hétérogène de pratiques variées à l’intérieur de chaque nécropole, combinant l’inhumation et la crémation, la tombe à fosse simple ou aménagée de pierres brutes, l’enchytrisme et les urnes cinéraires (Xeropigado), ou bien avec la variante de la ciste à orthostates (Tourla Goulon)20. En l’état actuel de la documentation disponible, aucune nécropole utilisée au Bronze Ancien ne l’est au Bronze Récent. Nos connaissances les plus solides sur les pratiques funéraires de cette époque ne se limitent qu’au sud de la Macédoine Occidentale et de la Piérie, à la Macédoine Orientale, à l’Épire, à l’Albanie et à l’ARYM. Les pratiques funéraires de la région nord-ouest de la Macédoine Centrale et de la Chalcidique restent encore largement inconnues (fig. 3)21. Les sépultures sont rassemblées en nécropoles organisées. Les défunts sont surtout en position contractée latérale ou dorsale. L’organisation en tertres collectifs est bien attestée en Macédoine Orientale (Nevrokopi-Potamoi [b-13] et Exochi [106]), en Macédoine Occidentale (Polymylos [b-2], Rymnio [32]) et est supposée dans le nord de la Piérie et dans le sud à Pigi Artemidos [b-10]. La crémation est bien attestée à l’est du Strymon, ailleurs on n’en connaît qu’un seul cas en Chalcidique (Palaiokastro [b-11]) et deux à Aiani-Leivadia [22]. Dans tous les autres ensembles l’inhumation est exclusive et l’enchytrisme semble absent. Nous avons donc comptabilisé au total huit traits funéraires principaux : 1) le tertre collectif (en pierre ou en terre), 2) l’enclos en pierre, 3) l’inhumation, 4) la crémation secondaire 5) la tombe à fosse 6) la ciste à orthostates, 7) la ciste à blocs de pierre 8) l’urne cinéraire. Les diverses communautés ont donc un panel de rituels assez restreint. Les nécropoles ne se composent bien souvent que de deux traits funéraires (un rite + un type de tombe), sauf les sites de Piérie méridionale qui présentent une plus grande variété de pratiques.

Fig. 3. Carte synthétique des pratiques funéraires à la fin de l’âge du Bronze (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 3. Carte synthétique des pratiques funéraires à la fin de l’âge du Bronze (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 22 Baralis 2007.
  • 23 Les tertres de Potamoi [b-13] et Exochi [106] présentent toutefois une séquence funéraire simplif (...)
  • 24 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 641, 651.

11Les deux premières séquences funéraires, correspondant à la région située à l’est du Strymon, ont en commun la pratique de la crémation secondaire. Toutefois la prédominance de ce rituel n’exclut pas l’existence de profils spécifiques, décrits par A. Baralis et que nous admettons22 : un premier associant tertres en pierre et urnes cinéraires (Nevrokopi-Potamoi [b-13] et Exochi [106]) qui s’étend dans les Rhodopes occidentaux23. La seconde séquence funéraire correspond à la nécropole de Faia Petra [b-12] et à aux nécropoles de Kastri à Thasos qui renferment des structures maçonnées24.

  • 25 Poulaki-Pandermali 2013, 35-44.
  • 26 Lewartowski 2000, 109 tab. 6, 110 tab. 7.
  • 27 Mitrevski 2000, 17-18.

12La Piérie semble être divisée en deux régions funéraires distinctes, le nord et le sud. Dans la partie méridionale (piémont du Bas Olympe et région montagneuse), nous avons identifié trois sous-séquences qui font en réalité partie d’une seule séquence qui s’inscrit dans une continuité du Bronze Moyen avec de nouveaux traits et des variantes locales. La première, et la plus ancienne (HR I/IIA), associe la tombe à fosse, la ciste à blocs de pierre, l’inhumation et le cercle de pierres (Pigi Artemidos [b-10]) et s’inscrit dans la continuité du Bronze Moyen (Pigi Athinas et Valtos) avec quelques variantes25, notamment avec l’adoption de la ciste à blocs de pierre. À l’HR IIIB-C, la séquence funéraire est modifiée par l’adoption de la tombe à ciste à orthostates, qui s’ajoute aux autres types de tombes (Platamon “Stop” [b-12]), ou qui devient le seul type construit (Leibethra [b-8], Spathes [b-4], Stou Lakkou to Ampeli [b-3]). Cette restriction du choix de traitement s’accompagne à Spathes [b-4] de l’utilisation de l’argile comme scellement des plaques de couvertures – une pratique qui va perdurer jusqu’à l’âge du Fer. Toute cette région est marquée par une forte influence mycénienne. Par ailleurs, l’évolution des tombes individuelles est analogue à celle observée en Thessalie à la même époque ‒ la différence étant l’absence de tombe à tholos26. Un parallèle intéressant est donc à faire avec les pratiques funéraires contemporaines de la région du cours moyen de l’Axios/Vardar, notamment avec les nécropoles du groupe d’Ulanci en ARYM, qui se caractérisent par la ciste à orthostates prédominante, l’inhumation exclusive, les défunts en position contractée et une forte influence mycénienne dans le mobilier27.

  • 28 Budhina 1969.
  • 29 Theocharis 1968 ; AD, 23, 1968, B’2, Chr., 263-265 (G. Chourmouziadis).
  • 30 Dakoronia 1987.

13La séquence funéraire associant l’inhumation à la tombe à fosse simple caractérise les nécropoles de Piérie septentrionale, qui forment alors une région homogène. On retrouve ce choix à Ano Komi [b-1] et à Aiani-Leivadia [22] en Macédoine Occidentale. Toutefois ces deux régions se distinguent l’une de l’autre, non seulement par la présence d’urnes cinéraires à Aiani [22] mais aussi par l’organisation des tombes – à Makrygialos [80], des tumuli sont supposés tandis qu’à Aiani [22] il s’agit d’une nécropole plane. Les tertres de Polymylos [b-2], individuels ou collectifs, en pierre, avec inhumations en fosse, et celui de Rymnio [32], tertre collectif en terre avec cistes à orthostates disposées en rayons, ont peu en commun et appartiennent tous les deux à des séquences funéraires distinctes. La nécropole de Rymnio [32] renvoie plutôt à ce qu’on connaît à la même période à l’ouest en Épire (tertres A et B de Paliouria-Paliopyrgos [EP-2], catalogue, fig. 138), en Albanie méridionale (Piskovë [AL-9], Çepunë [AL-10], Bajkaj [AL-14)28, en Thessalie septentrionale (Exalophos)29 et à Marmara en Phthiotide30.

14Cette courte synthèse sur la géographie funéraire du Bronze Récent a permis de mettre en avant huit régions funéraires : 1) les Rhodopes occidentaux, 2) Faia-Petra [b-12] et Thasos, 3) La Chalcidique centrale, 4) le nord de la Piérie, 5) le sud de la Piérie et les sites de montagne de l’Olympe, 6) Aiani [22] et Ano Komi [b-1], 7) Polymylos [b-2], 8) Rymnio [32]. Le début de l’âge du Fer est marqué par l’abandon ou le maintien de certaines séquences, l’apparition de nouvelles régions funéraires et surtout une complexification des combinaisons née de la multiplication des traits funéraires.

Du Bronze Récent au début de l’âge du Fer : évolution des régions funéraires

Les phénomènes funéraires marquants du début de l’âge du Fer

15Étant donné nos connaissances inégales des pratiques funéraires du Bronze Récent, il est difficile de mesurer en détail les changements opérés durant le passage à l’âge du Fer pour la totalité de la région étudiée. L’âge du Fer est néanmoins marqué par quatre phénomènes importants qui ont été détaillés dans le développement :

  • La multiplication des nécropoles tumulaires avec un nombre plus important de tombes à l’intérieur des monuments.

  • Le développement de la crémation, qui entraîne la naissance de nouveaux profils funéraires. À la toute fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer, elle est utilisée comme rituel exclusif dans quelques nécropoles du nord et à l’est du Strymon, tandis que durant l’âge du Fer, elle est plus répandue mais reste souvent un rituel limité, sauf en Chalcidique à Toronè [101] et à Koukos [102]. Elle n’a toutefois que peu d’impact sur les autres ensembles de la péninsule. Dans la région du Golfe Thermaïque et jusqu’à Vergina [75], l’adoption de ce rituel complexifie l’éventail des pratiques funéraires des communautés. En revanche, elle est quasiment absente dans le sud et à l’ouest.

    • 31 Snodgrass 1971, 178 fig. 166, 181 fig. 167, 183.
    • 32 Snodgrass 1971, 149-150.
    • 33 Snodgrass 1971, 159 ; Coldstream [2003] 2007, 177 ; Blandin 2007, 58-63.
    • 34 Par exemple à Naxos (cf. Zapheiropoulou 2001) et à Samos (cf. Viglaki-Sofianou 2004, 192).
    • 35 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 653.
    • 36 Nécropole de Vafeïka et de Mésembria-Zônè, cf. Baralis 2007, 18-19, 22.

    La réintroduction de l’enchytrisme dès le xe siècle comme dans le reste de la Grèce31, surtout en Chalcidique, à l’est du Strymon mais aussi en Macédoine Centrale. Dans les autres régions les cas sont plus rares ou tardifs. Plus on va vers l’ouest moins il y en a – l’enchytrisme ne semble pas pratiqué dans le nord de l’Épire ni en Albanie. En Chalcidique, et particulièrement à Mendè [99] ainsi qu’à l’est du Strymon jusqu’à Drama Z. I. [105], les enchytrismes ne semblent réservés qu’aux immatures, un phénomène qu’on retrouve en Attique32, en Eubée33, dans les Cyclades34 et à Thasos35. En revanche plus à l’est, on y dépose également des adultes36.

  • La diversification des types de tombes individuelles qui se déclinent en fonction des systèmes de couverture et qui s’adaptent aux rituels, ainsi que l’introduction des tombes à habitacles (tholos, tombe à chambre, tombe à habitacle en tertre).

16Au total il n’y a pas moins d’une quinzaine de formes de tombes identifiées (fig. 1). Ainsi, la diversité des pratiques funéraires en Grèce du Nord correspond avant tout au grand nombre de types de tombes. Néanmoins la comparaison des séquences de chaque nécropole fait apparaître des régions funéraires. On peut opposer les régions caractérisées par un nombre limité de pratiques et qui se situent plutôt dans l’arrière-pays et celles pour lesquelles la diversité des traitements funéraires constitue leur spécificité, et qui se situent principalement autour du Golfe Thermaïque (fig. 4). Auparavant il convient d’observer en détail le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer.

Fig. 4. Carte synthétique des pratiques funéraires de l’âge du Fer en Grèce du Nord et dans les régions et pays limitrophes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 4. Carte synthétique des pratiques funéraires de l’âge du Fer en Grèce du Nord et dans les régions et pays limitrophes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Du Bronze Récent au début de l’âge du Fer

  • 37 À Toumba Thessalonique les sépultures cessent d’être déposées dans l’habitat.

17Seules les nécropoles d’Aiani-Leivadia [22], de Rymnio [32], de Makrygialos [80], et de Nevrokopi-Exochi [106] sont également utilisées à l’âge du Fer37. Toutefois la continuité n’est pas précisée en détail pour les trois premiers sites. À Aiani-Leivadia [22], les tombes semblent être datées de la fin de l’âge du Fer, celles de Makrygialos [80] sont datées du ixe siècle. À Rymnio [32], les tombes découvertes en 1990 et 1991 sur le même secteur que le tumulus A daté de l’HR IIIB-C datent aux environs du viiie et du viie siècle. Dans ce dernier cas, malgré la lacune chronologique, qui n’est peut-être due qu’à l’absence de fouilles systématiques, la séquence funéraire ne semble avoir subi aucune modification. En dehors de ces sites, les premières tombes des nécropoles d’Aiani-Giannouka Vryssi [25], d’Aiani-Agios Ioannis Prodromou [26], de Frourio-Kambos [30], de Kranidia-Kryovryssi A [33], d’Apsalos-Verpen [50] et de Palio Gynaikokastro [65] remonteraient à la toute fin de l’âge du Bronze ou période de transition (xiie-xie siècle) et les premières tombes de Petra-Treis Elies [88] et de Toronè [101] du xie siècle.

Les zones de rupture

  • 38 Toutefois, une sépulture isolée remonte à la fin de l’âge du Fer-début de l’époque archaïque, cf. (...)

18En l’état actuel de la documentation, on constate qu’au tournant de l’âge du Fer, certaines séquences funéraires du Bronze Récent sont abandonnées. À l’est du Strymon, celle correspondant aux sites de Faia Petra [b-12] et de Thasos (enclos funéraires + inhumation + crémation) ne se réduit plus qu’aux nécropoles de Thasos. À l’ouest de l’Haliakmon, les tertres de Polymylos [b-2] sont abandonnés38. Avec eux disparaît alors la séquence funéraire combinant tertre en pierre à péribole, tombe centrale, fosse à inhumation. En Piérie septentrionale, la permanence de l’utilisation funéraire des secteurs au nord de Makrygialos [80] entre le Bronze Récent et l’âge du Fer contraste avec un profond changement observable au niveau des pratiques funéraires. En effet, pour les tombes de l’âge du Fer, la présence de tertres collectifs n’est pas envisagée. L’inhumation est maintenue mais les défunts sont désormais en position allongée sur le dos et les formes de tombes se diversifient avec l’adoption de la ciste à orthostates, de la ciste à blocs de pierre, de la tombe à chambre et de quelques crémations. Les chronologies sont encore imprécises et on ignore s’il y a une interruption entre les dernières tombes du Bronze Récent et celles de l’âge du Fer.

Les zones de continuité

  • 39 Baralis 2007, 19-20. 

19À l’est du Strymon, la continuité de la séquence funéraire des Rhodopes occidentaux s’exprime à travers l’utilisation du tertre de Nevrokopi-Exochi [106] peut-être jusqu’au ixe siècle. Cette continuité n’est pas un cas isolé et se retrouve dans les autres nécropoles des Rhodopes bulgares39. Ainsi, la région funéraire se maintient.

20En Chalcidique, la combinaison de la ciste à orthostates et de la crémation en urne, caractéristique du site de Palaiokastro [b-11], se retrouve dans la nécropole de Koukos [102] au début du Protogéométrique. Toutefois le peu de vestiges ne nous permet pas encore de parler de continuité.

21En Piérie méridionale, les nécropoles de la région de Pigi Artemidos [b-10], Platamon “Stop”[b-9], Leibethra [b-8] et Spathes [b-4] ne semblent pas se poursuivre au début de l’âge du Fer mais la séquence funéraire dans sa forme de l’HR IIIC (inhumation + ciste à orthostates) est maintenue au Submycénien à Petra-Treis Elies [88], dont les pratiques funéraires sont analogues à celles de Spathes [b-4].

  • 40 Aiani-Agios Ioannis Prodromou [26] (une seule tombe à fosse), Aiani-Giannouka Vryssi [25], Kranid (...)

22Dans la région d’Aiani et du lac de Polyphyto, la situation est contrastée. La nécropole “mycénaïsante” d’Ano Komi [b-1] (inhumation + tombe à fosse + position contractée) ne semble pas se poursuivre à l’âge du Fer. Dans le reste de la région autour du lac Polyphyto, les sites les plus anciens ont presque tous la même séquence funéraire combinant l’inhumation avec la ciste à orthostates40, comme dans la nécropole de Rymnio [32] déjà occupée au Bronze Récent. On ignore toutefois le mode d’organisation des tombes de l’âge du Fer. Soit il s’agit de nécropoles tumulaires arasées auquel cas il y a une continuité, soit l’organisation en tertre disparaît et il y a continuité partielle. Dans tous les cas on constate une expansion de l’utilisation de la ciste à orthostates qui gagne les deux rives de cette portion du fleuve Haliakmon.

Émergence de nouveaux profils rattachés à d’anciennes traditions extérieures

  • 41 Mitrevski 2003, 51-52.
  • 42 Mitrevski 1992-1993, 124 ; Mitrevski 2003, 51-52 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, 631 ; Asouchidou (...)
  • 43 Mitrevski 2003, 51.
  • 44 Asouchidou 2011.
  • 45 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 372, 641.

23Le passage à l’âge du Fer est marqué en Almopie et dans la vallée de l’Axios par l’apparition de la crémation en urne combinée à des constructions de type tumulaire (Apsalos-Verpen [50] et Palio Gynaikokastro [65]). Ces deux traits funéraires sont proches de ceux des nécropoles des Rhodopes occidentaux mais semblent également se rattacher à une variante caractéristique des nécropoles dites de “la période de transition” en ARYM. Le tertre d’Apsalos-Verpen [50] (catalogue, fig. 37) ressemble à la Construction I de la nécropole de Skopje-Hippodrome Klučka [RMb-8] datée du xiie siècle (catalogue, fig. 134)41. Ces nécropoles à crémations sont considérées comme des héritières de la culture de Donja Brnjica qui se développe à partir du milieu du iie millénaire au sud de la Serbie et au Kosovo, et qui se serait diffusée depuis le sud du Bassin de la Morava42. De telles nécropoles ont été identifiées jusqu’en Pélagonie, dans la vallée de la Cerna Reka (ancien Erigon), près de l’ancienne Heraclée (Bitola-Kravari Tumba [RMb-12] et Medžitlike Tumba [RMb-13]). On notera que le tertre d’Apsalos-Verpen [50], tout comme ces nécropoles de la “période de transition”, semble avoir une durée d’utilisation limitée. À ce jour aucun autre tertre à crémation n’a été mis au jour dans la région. Selon D. Mitrevski, la nécropole de Palio Gynaikokastro [65] se rattache à ce groupe43. En effet, les enclos peuvent être considérés comme une version monumentale des aires pierreuses déjà connues plus au nord. Néanmoins, cet ensemble conserve des caractéristiques originales et la ressemblance avec les monuments circulaires du Bronze Ancien de Kriaritsi Sykia en Chalcidique ne peut être ignorée malgré l’écart chronologique et géographique qui nous empêche de parler d’héritage ou de continuité44. Par ailleurs, les plateformes orthogonales rappellent celles du type IIA de la nécropole de Tsiganadika à Thasos qui n’accueillent que des urnes cinéraires45. Il est donc encore difficile de comprendre à quelle tradition se rattache cette nécropole. Dans tous les cas, on constate que cette communauté en particulier perpétue ces rituels funéraires durant tout l’âge du Fer et que ceux-ci se complexifient avec l’adoption de l’inhumation dans des tombes individuelles.

  • 46 Luce 2007b, 47, 49.

24En Chalcidique, les premières urnes de la nécropole de Toronè [101] sont datées du Submycénien. Ces pratiques renvoient plutôt à une tradition égéenne et se rattachent à la séquence funéraire de l’Attique et plus largement au domaine ionien intégrant bien sûr l’Eubée46.

  • 47 Cavanagh & Mee 1998, 93-94.
  • 48 Themelis 1973 ; Snodgrass 1971, 326-327 ; Melas 1984 ; récemment R. Jung est revenu sur la questi (...)

25Dans le chapitre sur les rites funéraires, nous avons noté que sur la totalité de la période étudiée, la crémation était moins fréquente que l’inhumation en termes de nombre de sites où le rituel est attesté. Lorsqu’on tient compte de la chronologie, on constate qu’au tournant de l’âge du Fer, la crémation domine la portion septentrionale de notre région. Ce déséquilibre est peut-être dû à l’état de la documentation car nous ne disposons finalement que d’un petit nombre de sites. Néanmoins, l’expansion de la crémation à la fin de l’HR IIIC a également été observée dans le reste de la Grèce égéenne, notamment à Perati, à Kos, à Ialysos, en Achaïe, en Élide, à Thèbes, à Élatée et en Argolide47. L’origine de ce phénomène a fait l’objet d’un débat opposant une origine balkanique, une autre orientale et plus récemment une autre approche intégrant le rôle du nord de l’Italie48. Au vu des données disponibles, l’adoption de la crémation en Grèce du Nord ne peut être imputée une tradition unique. Pour les sites du nord (Apsalos-Verpen [50], Palio Gynaikokastro [65], Nevrokopi-Exochi [106]), les comparaisons avec les Balkans nous orientent plutôt vers l’hypothèse d’une influence exogène nordique tandis que Toronè [101] s’inscrit davantage dans la continuité du phénomène plus large qui touche notamment l’Attique et l’Eubée au tournant de l’âge du Fer.

  • 49 Luce 2007b, 42 ; Georganas 2011.
  • 50 Au sud-ouest, le seul cas attesté est celui d’Exalophos situé à une douzaine de kilomètres à l’ou (...)

26Dans le sud, à la limite de la Thessalie, la période de transition âge du Bronze-âge du Fer voit apparaître la séquence funéraire combinant la tholos et la tombe à chambre. Elle ne correspond en réalité qu’à la nécropole de Frourio-Kambos [30]. Ce site représente le cas le plus septentrional de tombe à tholos en Grèce et se rattache à la tradition funéraire thessalienne, qui se caractérise par la combinaison de la ciste à orthostates, de la tombe à tholos, de la crémation et de l’inhumation, et qui s’inscrit dans la continuité du Bronze Récent49. On ne peut intégrer toute la région du lac de Polyphyto à la région funéraire thessalienne juste en raison de la présence de tholoi à Frourio-Kambos [30] et de tombes à ciste sur les rives du lac de Polyphyto, car aucune autre tholos n’a encore été découverte au-delà de Frourio-Kambos [30]. Par ailleurs, les tumuli à cistes caractéristiques de la nécropole de Rymnio [32] ne semblent pas avoir d’équivalent en Thessalie dans la région d’Elassona50. Ainsi à la fin de l’âge du Bronze-début de l’âge du Fer, la région des Monts Cambouniens constitue une limite pour la tombe à tholos ou le tumulus collectif mais également une zone tampon mixte caractéristique des espaces frontaliers.

Les régions funéraires à l’âge du Fer

27Pour l’ensemble de la période allant du xie au viie siècle, en raison du caractère parfois imprécis des chronologies disponibles, nous proposons une seule carte de synthèse (fig. 4). Le commentaire nécessaire qui l’accompagne permettra de souligner les légères variations chronologiques et spatiales déduites à partir des données consultées. Nous retiendrons déjà que les nécropoles de Krepeni-Giole [9], de Nea Zoï-Terikleia [53], d’Archontiko [59], de Giannitsa-Talabassi [60] et de Karathodoreïka [63] remontent à la toute fin de la période (viie siècle). Cela ne modifie pas fondamentalement la carte sauf dans la région de l’Axios comme nous le verrons. En prenant en considération l’ensemble des traits funéraires pour l’âge du Fer, nous avons identifié une douzaine de régions funéraires.

La portion occidentale : quelques régions funéraires homogènes

L’Almopie et ses abords

28La séquence funéraire homogène la plus visible est celle qui se développe dans le bassin d’Aridaia et qui se caractérise par la construction de tombes à habitacle enchâssées dans des tertres en pierre. Malgré quelques variations locales au niveau de l’architecture des monuments et de leurs dimensions, les nécropoles forment un groupe homogène qui s’étend jusqu’aux ramifications méridionales de la chaîne du Voras. Les nécropoles tumulaires s’étendent en bordure de plaine, aux entrées et aux sorties des vallées comme des bornes territoriales. Au sud-est, cette région funéraire s’étend jusqu’à la sortie du bassin au niveau de la vallée de l’Almopaios/Moglenitsa (Prophiti Ilias-Skliropetra [57]) et peut-être jusqu’à Samari-Mantri Bitzoli [55], où des tumuli ont été repérés. À l’est, elle semble circonscrite par la chaîne du Païkon. Au nord, elle va jusqu’à Neromyloi-Prodromos [48] et s’étend peut-être jusqu’aux premiers plateaux situés près du village de Notia [43] où ont été repérées des concentrations de pierres. L’étroit passage de Notia conduit à la vallée de l’Axios/Vardar, plus précisément à Gevghelia, où aucune tombe à habitacle en tertre n’a été découverte jusque-là d’après la documentation consultée. Cette séquence se serait peut-être mise en place à la toute fin de l’âge du Bronze (cela reste à confirmer) et elle semble perdurer jusqu’au ve siècle à Konstantia [49]. Toutefois à la fin de l’âge du Fer, vers le viie siècle dans le sud de la région, plus particulièrement à Nea Zoï [52-53], cette séquence se complexifie avec l’émergence de l’enchytrisme et de la ciste à orthostates. D’autres tombes à ciste ont été repérées dans le nord de la région, à Archangelos et à Perikleia [46]. Ces ensembles, non explorés de manière systématique, sont datés de l’âge du Fer mais aucune chronologie plus précise n’est à ce jour disponible. Deux cas de figures sont possibles. Si ces tombes sont exactement contemporaines des nécropoles tumulaires, la séquence funéraire combinerait alors tombe à habitacle et cistes à orthostates, un peu à la manière de la Thessalie avec la tholos et la ciste. Si les tombes datent de la fin de la période, on pourrait alors y voir une extension de la séquence funéraire caractéristique de la vallée de l’Axios/Vardar qui se développe à partir du viie siècle. L’aire de distribution des tombes à habitacle en tertres se trouve en rupture avec les séquences funéraires observées dans les régions limitrophes. Ceci est particulièrement visible au-delà du passage d’Edessa.

Du lac Vegoritis à la “Boucle de la Cerna” : les “méga-tumuli”

29Au sud de la chaîne du Voras, les nécropoles situées autour du lac Vegoritis s’imposent tant par l’homogénéité de leurs pratiques (tertres collectifs, inhumation, cistes à orthostates prédominantes) que par leur emprise au sol avec leurs larges tumuli collectifs, comme à Agios Pantéléïmon [2]. Nous intégrons à cette région funéraire la nécropole de Panagitsa-Zervi [39]. Elle ne partage que deux traits majeurs avec les deux autres ensembles (inhumation exclusive et ciste à orthostates), mais la présence de traits funéraires mineurs soutient l’hypothèse du groupement que nous proposons : l’ensevelissement d’adultes et d’enfants dans le même espace funéraire, l’utilisation collective des sépulcres (jusqu’à six individus par tombe) avec le déplacement d’ossements au-dessus des couvercles ou à côté des tombes, ainsi que la corrélation entre la dimension des tombes et le nombre de défunts à l’intérieur. Cette région funéraire semble s’étendre également jusqu’à la nécropole d’Agras [41] qui partage avec les autres deux traits funéraires principaux (l’inhumation, la ciste à orthostates) et deux traits mineurs (coussins funéraires faits d’une plaque de pierre et utilisation collective des tombes).

  • 51 Beranci-Visoï [RMf-1], Bitola-Mojno (Retkov Dol) [RMf-2], Bitola-Rapeš (Karanka) [RMf-8], Bitola- (...)
  • 52 Expression utilisée pour désigner le site d’une bataille qui a eu lieu au cours de la Première Gu (...)

30La combinaison incluant à la fois le tertre collectif, l’inhumation et la ciste à orthostates, relativement restrictive et homogène, évoque ce que D. Mitrevski appelle les “Clan Tumuli51, situés dans la région de la “Boucle de la Cerna”52 en ARYM, c’est-à-dire aux abords de la plaine de Pélagonie près de la rivière Cerna Reka (ancien Erigon) qui forme une boucle avant de se jeter dans l’Axios/Vardar. Il s’agit de grands tertres érigés au-dessus d’une tombe centrale sur des lieux proéminents du paysage. Les tombes satellites sont installées autour et sont englobées dans un tertre plus large (catalogue, fig. 135). L’inhumation est exclusive et le type de tombe privilégié est la ciste à orthostates. Pour la nécropole de Beranci-Visoï [Rmf‑1], aucune manipulation des ossements, telle qu’elle a été observée à Agios Pantéléïmon [2], n’est mentionnée. Cette pratique singulière est peut-être alors une particularité locale propre à cette communauté.

D’un lac à l’autre. Les pratiques funéraires autour du lac de Polyphyto : une variante d’une grande région funéraire du nord-ouest ?

31Autour de l’ancienne Aiani et sur les rives du lac de Polyphyto, nous avons vu que l’âge du Fer est marqué par l’expansion de la ciste à orthostates, combinée avec le tertre collectif dans le sud (Rymnio [32]). Hormis le petit ensemble de Kranidia-Kryovryssi B [33], où l’enchytrisme et la crémation secondaire sont pratiqués, cette région manifeste une grande homogénéité, même si chaque nécropole conserve quelques spécificités locales, comme le remploi de stèles anthropomorphiques pour des parois de cistes dans la nécropole de Kranidia-Kryovryssi A [33]. Au sud, cette séquence s’interrompt au niveau des Monts Cambouniens qui constituent la limite septentrionale de l’aire de distribution des tombes à tholos. En aval de l’Haliakmon, la limite nord-est de ce groupe est moins claire. Si nous prenons en considération le rituel et la forme des tombes, nous pourrions étendre la région funéraire jusqu’à Assomata [69-70]. Toutefois, les pratiques funéraires de la nécropole Tzamala [68] se situent à la croisée de celles de la région du lac de Polyphyto (tertres funéraires + inhumation + cistes à orthostates) et de celle de Piérie méridionale (tertres compartimentés + cairns sans sépultures + argile utilisée comme joints des dalles des cistes). Cette mixité et hétérogénéité des pratiques dans cette région peut être corrélée à la position géographique de cet étroit passage montagneux entre le Vermion et la Piérie.

  • 53 Budhina 1969.

32Au vu de ces observations on serait tenté de regrouper dans une seule et même région funéraire ce grand couloir de la Macédoine Occidentale, borné à l’est par la chaîne du Voras et celle de Vermion, et à l’ouest, par les trois chaînes successives du Vernon, de l’Askion et du Vourinos. Un trait funéraire mineur se retrouve dans toutes ces nécropoles, à savoir le coussin funéraire en dalle de pierre placé dans certaines tombes sous la tête des défunts. Cet aménagement qui pourrait passer pour un simple détail, constitue en réalité un élément supplémentaire renforçant l’homogénéité de cette région déjà marquée par l’utilisation massive de la ciste à orthostates. Comme nous l’avons vu, cette séquence funéraire se forme déjà à la fin de l’âge du Bronze et se retrouve plus à l’ouest en Épire et dans le sud-est de l’Albanie (vallée du Gormos et vallée de l’Aoôs/Voïdomatis)53 peut-être déjà depuis la fin de l’âge du Bronze. On ne peut pour le moment confirmer la continuité géographique entre ces deux régions séparées d’une part, par le Pinde, et, d’autre part, par un groupe de nécropoles qui ne partagent pas la même séquence funéraire.

Du bassin de Kastoria au bassin de Korcë ?

33La nécropole de Kastoria-Daïlaki [8] (à partir de la fin du viiie siècle), par ses pratiques funéraires, se rapproche davantage des nécropoles du bassin de Korçë en Albanie (Barç [AL‑3], Kuç i Zi [AL-2] par exemple). Dans cette région, le tumulus est le mode d’organisation principal, comme dans le reste de l’Albanie. La ciste à orthostates est toutefois absente. Les communautés enterrent leurs défunts principalement dans des fosses simples et des cistes à blocs de pierre peu élaborées. Les tombes sont parfois recouvertes d’une couche de pierres brutes et les sépultures parfois rassemblées par paires en partageant une paroi commune (Kuç i Zi [AL-2]). Les tombes sont orientées de manière rayonnante et concentrique. La nécropole de Kastoria-Daïlaki [8] a été très perturbée par les bulldozers avant que les archéologues n’interviennent. L’organisation des tombes n’a pu être identifiée avec certitude mais la présence de tertres est fortement suggérée. L’enchytrisme n’est pas pratiqué dans les nécropoles d’Albanie, ni à Kastoria-Daïlaki [8]. Le petit ensemble funéraire de Krepeni [9] apparaît alors comme une exception mais il est tardif. L’utilisation de pyraunoi en contexte funéraire n’est pas inconnue dans le bassin de Korçë, mais semble réservée à des urnes cinéraires ou à des couvercles d’urne.

34Plus on se rapproche du Golfe Thermaïque, plus les pratiques funéraires sont variées et le choix des traitements moins restrictif.

De la plaine de Macédoine Centrale à la Chalcidique : une nébuleuse de pratiques funéraires

35D’une manière générale, les nécropoles situées en Macédoine Centrale, autour du Golfe Thermaïque et le long de la vallée de l’Axios, se caractérisent par une plus grande variété de formes funéraires, parmi lesquelles la crémation secondaire joue un rôle important. Les séquences funéraires ouvertes reflétent un plus large éventail des traitements proposés et admis par les membres de ces communautés. On ne peut toutefois pas regrouper toutes ces nécropoles dans une seule et même région funéraire.

La Piérie : diversité des pratiques sous influences méridionales ?

  • 54 AD, 17, 1961-1962, B’, Chr., 175-178 (D. Theocharis).

36Comme nous l’avons vu, au Bronze Récent, la Piérie comprend deux régions funéraires distinctes : le nord, qui se caractérise par une certaine homogénéité avec la combinaison de la fosse simple, de l’inhumation et de la position contractée, et, le sud, où prévalent la ciste à blocs de pierre et la ciste à orthostates, la position contractée latérale ou dorsale et celle allongée sur le dos. Le début de l’âge du Fer en Piérie est marqué par trois phénomènes. Le premier se manifeste par la continuité de pratiques dans la région montagneuse de l’Olympe comme le montre la nécropole submycénienne de Petra-Treis Elies [88] (inhumation, ciste à orthostates, utilisation d’argile pour sceller les dalles de couverture). Le second phénomène est la réapparition (?) de tertres funéraires collectifs sur le piémont de l’Olympe à l’ouest de Dion [86], qui renferment des fosses, des cistes à blocs de pierre ou à orthostates, parfois jointées avec de l’argile, et quelques rares enchytrismes en pithos. Ce vaste ensemble funéraire rassemble presque les mêmes types de tombes qu’au Bronze Récent, mais les lieux d’ensevelissement et le mode d’organisation changent. Il y a rupture avec les espaces funéraires des ancêtres mais conservation du rite, des formes de tombes principales ainsi que de certaines pratiques particulières (argile dans les tombes). Le troisième phénomène concerne le nord de la Piérie où on observe une situation inverse. La nécropole au nord de Makrygialos [80] continue d’être occupée, mais la rupture est visible dans la diversification des rites et des types de tombes qui rappellent toutefois les pratiques du Bronze Récent de la Piérie méridionale (inhumation, fosse, ciste à orthostates, à blocs de pierre, à coffrage de bois dans des fosses étagées, etc.). Toutefois, deux nouveaux traits funéraires apparaissent, la crémation (pour seulement 5 tombes) et la tombe à chambre collective. En l’état actuel de nos connaissances, il s’agit d’une forme funéraire inédite dans la région et son adoption semble plutôt correspondre à un apport indirect via la Thessalie, où les communautés continuent à en construire à l’âge du Fer, comme en témoignent les découvertes faites à Homolion près du passage du Tempè54. Au vu de ces observations, pour l’âge du Fer, la Piérie ne peut être clairement divisée en deux régions funéraires distinctes et indépendantes. On observe plutôt l’abandon de la séquence funéraire propre à l’âge du Bronze Récent au nord de la Piérie et une extension vers cette portion de la région de traits funéraires alors caractéristiques de la zone méridionale et montagneuse, qui s’accompagne de l’ajout de traits funéraires originaux et spécifiques. Les pratiques funéraires du nord et du sud semblent plutôt correspondre à deux variantes d’une seule et même région funéraire.

Qu’en est-il de Vergina ?

37La nécropole de Vergina [75] se situe à une vingtaine de kilomètres de Makrygialos [80], ancienne Pydna, et à une cinquantaine de kilomètres de l’ancienne Dion. Prise dans son ensemble, sa séquence funéraire l’isole des sites alentours ‒ tumulus collectif, tombe à fosse, ciste à blocs de pierre, puis durant les phases plus tardives, adoption de l’enchytrisme puis de la crémation secondaire en urne. En effet, elle ne peut être assimilée ni totalement à la séquence de Tzamala [68] (une seule ciste à Vergina !), ni totalement aux tertres collectifs de Dion [86] (nombreux enchytrismes et crémations secondaires à Vergina). Les quatre premiers traits funéraires (tumulus collectif, inhumation, fosse, ciste à blocs de pierre) ainsi que la crémation secondaire trouvent en réalité des parallèles assez convaincants dans les nécropoles tumulaires du bassin de Korçë (Barç [AL-3] et Kuç i Zi [AL-2]), tandis que la pratique de l’enchytrisme en pithos, la rattache indéniablement à une tradition égéenne.

La vallée de l’Axios : une mosaïque funéraire

  • 55 Heilmann 2014, 88-89.

38La vallée de l’Axios ne correspond pas à une région funéraire uniforme. Les nécropoles possèdent leur singularité mais partagent également quelques traits les unes avec les autres. Par ailleurs, il est nécessaire dans cette région de prendre en considération le facteur temporel. Les nécropoles de Palio Gynaikokastro [65] et de Chauchitsa [62] sont les plus anciennes. Celle d’Agrosykia [58] date de la fin du viiie siècle. Celles de Karathodoreïka [63] et d’Axioupoli [64] ne se seraient mises en place qu’au viie siècle. La crémation pratiquée à Palio Gynaikokastro [65] ne semble avoir eu qu’un impact très limité sur les autres sites de la vallée. Les nécropoles de Chauchitsa [62] et d’Agrosykia [58] partagent quasiment la même séquence funéraire (inhumation, ciste à blocs de pierre, de galets ou fragments de pithoi, amas de pierres). La ciste à blocs se retrouve également en nombre peut-être plus limité à Palio Gynaikokastro [65] puis à Karathodoreïka [63]. Le développement de l’enchytrisme, à Axioupoli [64] à partir du viie siècle, et celui de la ciste à orthostates, à Karathodoreïka [63] et à Palio Gynaikokastro [65], trouvent un parallèle dans les cimetières du groupe de Gevghelia à quelques kilomètres plus au nord55. L’ensemble constitue une séquence spécifique de la fin de l’âge du Fer, qui semble également s’étendre à la même époque en Almopie, comme en témoignent les tombes de Nea Zoï-Terikleia [53]. On constate alors que l’Axios, couloir naturel entre les Balkans et l’Égée, ne constitue peut-être pas une frontière est-ouest au niveau des rites funéraires pour cette époque.

La région de Thessalonique : homogénéité par la diversité

39Dans la région de la côte orientale du Golfe Thermaïque, l’âge du Fer est marqué par le développement de vastes nécropoles planes organisées à distance des habitats en toumba et en trapeza, déjà à partir du ixe siècle, mais aussi et surtout au viiie siècle. Ces nécropoles se caractérisent par l’utilisation massive de l’inhumation en fosse simple ou fermée par des dalles de pierre, ainsi que par une ouverture à d’autres formes funéraires comme la sépulture en amas de pierres, la ciste à orthostates, à blocs, à galets, à parement d’argile ou de briques crues, l’enchytrisme en pithos et la crémation secondaire en urne. Cette dernière est présente dans presque la totalité des ensembles mais toujours en faible proportion. Les contenants privilégiés sont les cruches ou les amphores et les tombes associées sont aussi variées que pour les inhumations, même si c’est la simple fosse qui semble prévaloir. Nous étendons cette région funéraire à Nea Kallikrateia [98] en Chalcidique dont les pratiques funéraires aussi bien que le type d’habitat en toumba-trapeza qui lui est associé semblent avoir plus de points communs avec les sites de la région de Thessalonique que le reste de la Chalcidique.

La Chalcidique : une entité géographique divisée

  • 56 Havela 2012, 313-314.

40Au niveau des pratiques funéraires, la Chalcidique à l’âge du Fer ne constitue pas une région funéraire homogène. Nous rejoignons en partie le découpage de K. Havela qui a identifié deux groupes distincts : celui composé des nécropoles de Toronè [101] et de Koukos [102] et l’autre comprenant celles de Nikiti-Aï Giannis [100] et d’Ierissos [103]56. Nous ajoutons la séquence funéraire correspondant à la nécropole de Mendè [99] que nous avons pris en compte dans notre corpus. Les deux séquences funéraires associées aux deux premières paires de nécropoles sont déjà en place au xe siècle (Ierissos [103] et Toronè [101]).

41Les nécropoles de Toronè [101] et de Koukos [102] sont proches géographiquement et partagent la pratique de la crémation comme rituel principal. Ces deux ensembles conservent néanmoins des traits qui leur sont propres. Les deux ensembles ont quatre traits funéraires en commun : la tombe à fosse, la tombe à ciste, l’urne cinéraire et la crémation secondaire. La nécropole de Toronè [101] connaît néanmoins une première phase caractérisée par le bi-ritualisme. Ce n’est qu’au cours du Protogéométrique que la crémation supplante l’inhumation. On retrouve dans les deux ensembles les fosses et les cistes à orthostates, mais dans des proportions différentes : 2 cistes à Toronè [101] contre 49 à Koukos [102]. Par ailleurs, l’utilisation du pithos entier comme réceptacle secondaire (recevant alors l’urne cinéraire), n’a été identifié qu’à Koukos [102], tout comme les urnes recouvertes d’une couche de pierres. Nous avons déjà souligné l’analogie entre les pratiques funéraires de Toronè [101] et celles submycéniennes attiques. Celles de Koukos [102] ont finalement peu de point commun avec cette région et plongent peut-être leur racine plus localement, considérant les parallèles troublants avec les nécropoles de l’âge du Bronze de Nea Skioni et de Kriaritsi Sykia, site voisin de Koukos [102]. Toutefois les lacunes chronologiques entre ces différents ensembles ne nous permettent pas encore de parler d’une continuité, même si la découverte de la tombe du Bronze Récent de Palaiokastro [b-11] semble aller dans ce sens.

42Les nécropoles de Nikiti-Aï Giannis [100] et d’Ierissos [103] partagent quasiment la même séquence funéraire avec la prédominance de l’enchytrisme en pithos pour les adultes et les enfants, dans des fosses marquées d’une bordure de pierres, parfois monumentale. L’absence d’autres nécropoles alentours plus anciennes ne permet pas de comprendre la genèse de cette région funéraire, mais les quelques points de comparaisons à faire avec les nécropoles de Thasos, ainsi que l’utilisation généralisée de l’enchytrisme rattache ces deux sites à une tradition plutôt ancrée vers le nord-est de l’Égée.

  • 57 Luce 2007b, 47.

43Si les pratiques funéraires de la nécropole de Mendè [99] la rattache au domaine ionien en général on ne peut l’inclure dans le groupe que forme Nikiti Aï Giannis [100] et Ierissos [103] en raison de l’utilisation exclusive de l’espace pour les immatures et l’application systématique de l’enchytrisme pour les nouveau-nés. Cette communauté semble mettre en place des pratiques funéraires spécifiques qui apparaissent comme étant l’expression septentrionale de celles eubéennes du Géométrique Récent57. Toutefois, la découverte des tombes d’adultes contemporaines ainsi que des espaces funéraires associés aux phases plus anciennes de l’occupation du site apporteraient sans nul doute des éléments nouveaux à la compréhension de ce site.

Les Rhodopes occidentaux et leur variante littorale

  • 58 Baralis 2007, 20.

44La région funéraire correspondant aux nécropoles à l’est du Strymon dans la plaine de Drama et dans les premières montagnes de la chaîne des Rhodopes est marquée par une homogénéité des pratiques funéraires qui plongent leurs racines dans l’âge du Bronze (Nevrokopi-Exochi [106]). Les pratiques funéraires d’Amphipolis-Kastas [104] et de Drama Z. I. [105] correspondent à une extension littorale de la séquence funéraire des Rhodopes, qui s’accompagne d’une complexification des rituels avec l’adoption de l’enchytrisme en pithos pour les immatures. Si ce dernier trait est une spécificité du littoral thrace, le bi-ritualisme a également été observé dans les autres nécropoles des Rhodopes58.

Quelques éléments de conclusion

Régions funéraires et géographie physique

  • 59 Luce 2007b, 47.

45Comme dans le reste de la Grèce, l’âge du Fer est marqué par une certaine régionalisation des pratiques funéraires, mais plus fragmentée et parfois à une échelle très locale. C’est ce qui fait la spécificité de la Grèce du Nord et c’est en cela qu’elle s’oppose à la Thessalie qui manifeste une plus grande uniformité59.

46La plupart des régions funéraires semblent suivre la topographie naturelle. Cela se voit particulièrement bien dans le cas des tombes à habitacle sous tumuli en Almopie (bassin d’Aridaia), dont les limites occidentales et septentrionales correspondent à la chaîne du Voras, et, l’extension, aux vallées principales du sud-est qui conduisent vers l’intérieur du bassin (vallées de l’Almopaios/Loudias et celle de Nea Zoï). Il y a toutefois des exceptions :

  • Au tournant de l’âge du Fer, les tumuli en pierre associés à des crémations secondaires en urne sont regroupés dans les Rhodopes occidentaux mais dispersés ailleurs : Apsalos-Verpen [50], Palio Gynaikokastro [65], ceux d’ARYM.

  • La séquence caractéristique des nécropoles de la région de Thessalonique s’étend également à Nea Kallikrateia [98] en Chalcidique.

  • En Chalcidique, la séquence funéraire spécifique à Nikiti-Aï Giannis [100] et à Ierissos [103] s’étend sur deux promontoires.

  • La séquence funéraire combinant tertre, ciste et inhumation exclusive est caractéristique de l’ouest de notre région depuis le cours moyen de l’Haliakmon jusqu’en Pélagonie, mais a également une extension géographique discontinue puisqu’on la retrouve aussi en Épire et en Grèce centrale, à Marmara, même si cet ensemble remonte à la toute fin de l’âge du Bronze.

  • La nécropole de Kastoria semble se rattacher au groupe du Bassin de Korçë.

  • À la fin de l’âge du Fer, on peut se demander si le Mont Païkon marque encore une limite naturelle aux usages funéraires considérant les similitudes de pratiques observées à Nea Zoï-Terikleia [53] (bassin d’Aridaia) et Axioupoli [64] (vallée de l’Axios).

Dynamiques locales et influences extérieures : une question d’angle de vue

47Sur le plan des pratiques funéraires, la Grèce du Nord à l’âge du Fer ne peut pas être considérée juste comme une périphérie du monde grec, ou des Balkans ou encore comme un couloir nord-sud. En réalité, cela dépend des régions et de l’angle de vue. Certaines régions funéraires sont tournées vers l’extérieur alors que d’autres se développent localement. Cette fragmentation n’est pas dépourvue de cohérence et nous la questionnerons dans la conclusion générale. Durant la période de transition vers l’âge du Fer, la séquence funéraire combinant l’utilisation de la crémation dans des tertres collectifs en pierre, caractéristique d’Apsalos-Verpen [50], Palio Gynaikokastro [65] et Nevrokopi-Exochi [106] renvoie plutôt à une tradition nordique, tandis que celle identifiée à Toronè [101] nous renvoie davantage au domaine ionien de l’Attique et de l’Eubée. Tandis que les pratiques funéraires attestées en Almopie forment un ensemble replié sur lui-même, celles des communautés voisines du lac de Vegoritis font partie d’un ensemble plus vaste s’étendant au nord en Pélagonie et couvrant une grande partie de la Macédoine Occidentale. Sur la côte orientale du Golfe Thermaïque, les nécropoles concentrent (ou attirent ?) les types de tombes observés dans les nécropoles autour, tandis que dans la vallée de l’Axios, la distribution des formes funéraires est assez cohérente avec le corridor naturel du fleuve. Dans le sud (Piérie, sud du lac de Polyphyto), nous avons déjà vu que le rapport avec la Thessalie était complexe. La distinction sur le plan funéraire se joue sur le rituel, les tombes monumentales, le mode d’organisation des tombes. D’un point de vue méridional, l’Haliakmon et l’Olympe représentent la frontière nord de la tombe à tholos telle qu’on la connaît en Thessalie, ainsi que de la crémation dans une moindre mesure. D’un point de vue septentrional, la Thessalie représente la frontière sud des tumuli collectifs à tombes individuelles avec inhumation qu’on ne va retrouver que vers le Pinde ou à Marmara en Grèce centrale. Toutefois, la limite marquée au niveau de la topographie par les Monts Cambouniens et le passage du Tempé est poreuse ou même disparaît concernant les tombes individuelles à inhumation et les tombes à chambre qu’on retrouve jusqu’à Makrygialos [80] au nord de la Piérie.

48La Grèce du Nord à l’âge du Fer est donc une vaste région aux multiples facettes, dont les pratiques funéraires composent des régions, qui, par endroits se rattachent aux sphères culturelles alentours, et dans d’autres sont des développements locaux spécifiques. Cette carte funéraire qui se met en place pour certaines régions dès l’âge du Bronze n’est pas une entité fixe et immuable. Les données disponibles ne permettent pas encore de créer une carte dynamique pour chaque siècle. En revanche, les changements qui s’opèrent déjà à la fin de l’âge du Fer puis surtout à l’époque archaïque redessinent cette carte funéraire.

À partir de l’époque archaïque : une mutation de la carte funéraire à plusieurs vitesses

49Les premiers changements témoignant d’une rupture entre l’âge du Fer et l’époque archaïque dans les pratiques funéraires sont perceptibles en Chalcidique à partir du viie siècle, avec l’abandon de certaines nécropoles, la création de nouveaux espaces funéraires, dont les pratiques tendent à gommer les régions funéraires existantes. Ailleurs, la situation varie d’une région à l’autre. Le viie siècle marque une période de changement dans la vallée de l’Axios et dans la région du bassin d’Aridaia avec l’émergence d’une nouvelle séquence funéraire de la fin de l’âge du Fer, impliquant le développement de l’enchytrisme et la multiplication des cistes à orthostates, comme nous l’avons vu plus haut. Dans la région du Golfe Thermaïque, dans le Vermion et dans la région d’Aiani, une rupture s’observe à partir du vie siècle, tandis que la région occidentale (lac Vegoritis, lac de Kastoria) est marquée par un certain conservatisme des pratiques funéraires mises en place à l’âge du Fer.

  • 60 Il s’agit des six crémations primaires découvertes à l’intérieur d’un péribole maçonné. Ce monume (...)
  • 61 Le groupe de tombes a été découvert dans le secteur nord-ouest de l’agglomération. Il s’agit de h (...)
  • 62 Misaïlidou-Despotidou 2006, 491.

50Les changements les plus précoces sont visibles en Chalcidique sur la presqu’île de Sithonia et correspondent d’abord à des abandons de nécropoles. À Toronè [101], aucune tombe n’est postérieure au milieu du ixe siècle, alors que le site continue d’être occupé. Nous n’avons actuellement aucun témoignage des pratiques funéraires qui succèdent à celles du Protogéométrique. En parallèle, le site de Koukos [102] est abandonné à la fin du viiie siècle (habitat et nécropole). Ainsi, au début du viie siècle, la séquence funéraire caractéristique combinant crémation secondaire, urnes cinéraires, fosses ou cistes disparaît de la région. Au viie siècle, la crémation n’a été identifiée que dans la nécropole coloniale d’Acanthe (Ierissos)60. Ailleurs, elle ne semble attestée qu’au tout début du ve siècle à Nea Kallikrateia61 ainsi qu’à Aphytis, où a été découvert un groupe de crémations primaires datées de la seconde moitié du ve siècle et du ive siècle62.

  • 63 Hdt. 7.116 ; Th. 4.84-85 ; Plu., Mor., 298A-B.
  • 64 Kaltsas 1998, 289.
  • 65 Kaltsas 1998, 290-299 ; Trakossopoulou-Salakidou 1998 ; 2001.
  • 66 Skarlatidou 2010.
  • 67 Vokotopoulou 1990b ; Vokotopoulou 1994 ; Vokotopoulou et al. 1989.
  • 68 Misaïlidou-Despotidou 2006, 491.
  • 69 AD 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 134-137 (E. Tsingarida).
  • 70 Panti 2012, 477-480.
  • 71 La nécropole dite de “Riverside” est utilisée de la deuxième moitié du vie siècle au ive siècle. (...)
  • 72 Lazaridis 1997, 74-75.

51Au cours du viie siècle, la séquence funéraire qui caractérisait Nikiti-Aï Giannis [100] et Ierissos [103] ne se réduit plus qu’à la nécropole de Nikiti-Aï Giannis [100], dans laquelle les pratiques funéraires déjà connues se maintiennent. En effet, Ierissos [103] connaît un changement avec l’abandon progressif de la nécropole de l’âge du Fer au profit de l’occupation d’un nouvel espace le long du front de mer, qui serait lié à la fondation de la colonie d’Acanthe63. On y observe une nouvelle organisation des tombes, orientées par rapport à la ligne de côte64, une diversification des pratiques, avec le maintien de l’enchytrisme mais seulement pour les immatures, la prédominance des inhumations dans des fosses, l’intégration de crémations pour des adultes et quelques enfants ainsi que l’apparition de sarcophages en terre cuite vers la seconde moitié du vie siècle65. Cette nouvelle séquence funéraire trouve des parallèles avec la nécropole d’Abdère66 ainsi qu’avec les autres nécropoles archaïques de Chalcidique. La nécropole de Mendè [99] continue d’être occupée jusqu’au vie siècle. Les pratiques varient légèrement à la fin de la période avec l’intégration de quelques sépultures d’adultes. On retrouve les mêmes combinaisons de pratiques dans le nouvel établissement archaïque de Polychrono (enchytrisme, ciste, tombes à tuile et inhumation exclusive)67 et dans les nécropoles archaïques et classiques des anciennes Aphytis68 et Scionè69. Si dans ces deux nécropoles on retrouve la fosse et la ciste, chacune conserve des spécificités comme l’intégration de la crémation et l’utilisation du sarcophage pour la première, et celle de l’enchytrisme pour la seconde. Ainsi le passage de l’âge du Fer à l’époque archaïque en Chalcidique est surtout marqué par l’abandon progressif de l’enchytrisme pour les adultes. Il est moins aisé de clairement distinguer des régions funéraires, même si certains sites conservent des pratiques spécifiques70. Ce type de séquence funéraire relativement ouverte se retrouve dans l’arrière-pays à Olynthe71, mais également à l’est du Strymon et sur la côte orientale du Golfe Thermaïque. En effet, à l’est du Strymon, le passage à l’époque archaïque est également marqué par l’abandon de la nécropole de Drama Z. I. [105], tandis qu’à Amphipolis-Kastas [104], la crémation secondaire et l’enchytrisme sont remplacés à la toute fin du viie siècle par l’inhumation en fosse ou en ciste à orthostates72.

  • 73 Pour Stavroupoli-Polichni, cf. Lioutas et al. 2003. Pour Nea Philadelpheia, cf. Misaïlidou-Despot (...)
  • 74 Misaïlidou-Despotidou 2008, 45. L’étude anthropologique n’a été conduite que sur une douzaine d’i (...)

52Dans la région de Thessalonique, c’est au vie siècle que les changements apparaissent, notamment à travers le développement de nouvelles nécropoles distinctes de celles de l’âge du Fer comme à Stavroupoli-Polichni [94] et à Nea Philadelpheia [91]73. À Nea Philadelpheia [91], la nouvelle nécropole fondée au vie siècle se situe à 200 m de la Trapeza Naresh et ne compte à ce jour que 160 tombes échelonnées jusqu’au iiie siècle. Dans ce nouvel espace, les défunts sont enterrés dans des cistes et des tombes à fosse, qui parfois se monumentalisent (larges couvercles monolithiques)74.

  • 75 Misaïlidou-Despotidou 2004, 268 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.
  • 76 Skarlatidou & Ignatidou 1996 ; Skarlatidou 2009 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 58, fouilles (...)
  • 77 Soueref 2009, 354 ; 1997, 338.
  • 78 Bilouka et al. 2004 ; Bilouka & Graïkos 2009.
  • 79 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.
  • 80 Chrysostomou P. & Zarogiannis 2005.
  • 81 Bilouka et al. 2004.
  • 82 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.
  • 83 Filow & Schkropil 1927.

53Dans ces deux nouvelles nécropoles, il y a désormais une corrélation entre le sexe du défunt et l’orientation de son corps dans la tombe, mais à Nea Philadelpheia [91] cela ne concerne que les tombes datées entre le vie siècle et la première moitié du ve siècle75. Dans les sites de Thermi [96]76, de Toumba Thessalonique [95]77, de Nea Kallikrateia [98]78 et d’Archontiko [59]79, les mêmes espaces funéraires continuent d’être utilisés et parfois de nouveaux sont créés (nécropole Est d’Archontiko)80. À Thermi [96], les tombes sont orientées différemment avec une orientation privilégiée en corrélation avec le sexe des défunts, le rite de la crémation est introduit et les types de tombes se diversifient (fosse étagée à bordure de galets, ciste à orthostates, à parement de galets, d’argile ou de briques crues puis sarcophages en poros, etc.). On constate la même chose à Toumba Thessalonique [95] avec l’adoption de la ciste à orthostates, de l’enchytrisme puis plus tard du sarcophage. À Nea Kallikrateia [98], le changement n’est visible qu’à la transition vers le ve siècle, et se traduit par l’extension d’un espace funéraire près du littoral (surtout à l’époque classique), par une diversification de l’architecture funéraire pour les inhumations (fosses simples ou avec cercueil en bois, sarcophages en poros ou en terre cuite, cistes à orthostates, enchytrismes et tombes à tuiles), qui renvoient à ce qu’on connaît ailleurs en Chalcidique81. À Archontiko [59] au début du vie siècle (vers 580)82, un changement se traduit par la monumentalisation de certaines fosses désormais aménagées d’une banquette et qui renfermaient les défunts les plus riches en offrandes, comme dans la nécropole de Trebenište, près de la ville d’Ochrid en ARYM83.

  • 84 Vokotopoulou et al. 1985, 12-13.
  • 85 Soueref 2009, 359.
  • 86 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 103-104 (K. Soueref).
  • 87 Grammenos et al. 2004, 81-88.
  • 88 Tsimbidou-Avloniti 1996.
  • 89 Pandermali & Trakossopoulou 1994.
  • 90 Vokotopoulou 1990a.

54Parmi les nécropoles ayant livré des tombes de l’époque archaïque et pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de mention de tombes de l’âge du Fer, telles que celles de Sindos84, Souroti85, Toumba Alana86, Agia Paraskevi87, Agios Athanasios88, Karabournaki89 et Nea Michaniona‑Aineia90, les séquences funéraires semblent un peu plus restreintes, avec l’inhumation en fosse (prédominante à Sindos, Souroti, Toumba Alana, Agios Athanasios, Karabournaki et Nea Michaniona) ou en cistes à orthostates (prédominantes à Agia Paraskevi).

  • 91 Kottaridi 2009b.
  • 92 Karamitrou-Mentessidi 2008, 48-70.
  • 93 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 138-139.
  • 94 Kottaridi 2009b, 145.
  • 95 Kottaridi 2001b, 359-360 ; Kottaridi 2009b, 151-152.
  • 96 Karamitrou-Mentessidi 2008, 66, 68.
  • 97 Karamitrou-Mentessidi 1999, 106.

55À Vergina [75]91 et à Aiani [22]92 le passage à l’époque archaïque est marqué par une rupture qui survient au début du vie siècle et qui se traduit par l’installation de nouveaux espaces funéraires et l’émergence de nécropoles royales. À Vergina [75] la nécropole tumulaire de l’âge du Fer aurait été utilisée jusqu’à la fin du viie siècle93. Au début du vie siècle, un nouvel espace funéraire est installé à 200 m au sud-ouest de la nécropole tumulaire94. Dans cet ensemble de 80 tombes découvertes jusqu’à aujourd’hui, l’inhumation est le rite exclusif et les défunts sont déposés dans des tombes à fosse, presqu’exclusivement orientées nord-sud, organisées en petits groupes qui se déploient en rangées. La nécropole comprend des tombes d’adultes et d’enfants. Comme à Archontiko [59], les dimensions des fosses varieraient en fonction de la richesse du mobilier associé. C’est au second tiers du vie siècle que se développent les groupes de tombes royales identifiées à celles de la dynastie des Téménides (le groupe C et le groupe B “des reines”), où est notamment attestée la crémation depuis le début de la seconde moitié du vie siècle95. Ainsi de l’organisation en tumuli collectifs avec inhumation en fosse, enchytrisme et crémation à l’âge du Fer, on passe à une nécropole plane où le rite de l’inhumation est exclusif et l’enchytrisme absent ainsi qu’à la création de nécropoles royales aux pratiques funéraires spécifiques réservées à cette élite de la capitale macédonienne Aigai. Un tel développement trouve un parallèle en Élimiotide autour d’Aiani, avec la création d’un nouvel espace funéraire au vie siècle, comprenant des fosses simples, et, à côté des tombes monumentales construites, dites royales, dont la plus ancienne est datée de la première moitié du vie siècle96. Ainsi, le passage à l’époque archaïque à Aiani voit la disparition de l’utilisation de la simple ciste à orthostates. Toutefois, sur la rive orientale du lac de Polyphyto vers Servia, à l’époque archaïque elle coexiste encore avec la fosse dans la nécropole d’Avlès (près de la Toumba Angelaki)97.

  • 98 Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010, 35-38 ; Vokotopoulou 1986 ; ibid. 1987.

56Dans la région du Lac Vegoritis les nécropoles semblent être utilisées sans rupture jusqu’à la fin du vie siècle. On retrouve ce conservatisme dans certaines nécropoles tumulaires de la région de la Cerna, dont l’utilisation se poursuit avec les mêmes rituels jusqu’au viie siècle (Bitola-Mojno (Retkov Dol) [RMf-2], Štip-Star Karaorman (Orlovi Čuki) [RMf‑9]), et jusqu’au vie siècle (Beranci-Visoï [RMf-1]). On retrouve ce même phénomène de maintien des pratiques dans la nécropole de Kastoria-Daïlaki [8], comme d’ailleurs, dans les tumuli voisins du Bassin de Korçë (Shuec [AL-1], Kuç i Zi [AL-2]). Ce conservatisme est assez caractéristique de cette vaste région occidentale. On le retrouve d’ailleurs de l’autre côté du Pinde en Épire, comme en témoignent les nécropoles de Vitsa Zagoriou [EP-4] et de Konitsa-Liatovouni [EP‑5], dont les pratiques restent quasiment inchangées jusqu’au début du ive siècle, au moment de l’abandon des villages98.

57La géographie funéraire de la Grèce du Nord et des régions alentours à l’âge du Fer reflète une image complexe à plusieurs facettes et les formes funéraires composent un discours sur les communautés qui les ont mis en place. On ne peut donner une seule explication au morcellement de cette carte funéraire et nous aborderons les pistes de réponses en conclusion. Mais avant d’aborder ces points importants, il convient maintenant de s’intéresser au contenu des tombes, dont les assemblages ne suivent pas les mêmes logiques spatiales que les séquences funéraires. Le mobilier funéraire parle du défunt et renvoie aux idéologies funéraires des communautés, qui peuvent dépasser les limites d’une nécropole, d’une région géographique ou d’une région funéraire.

Notes

1 Les questions développées dans ce chapitre ont fait l’objet d’une communication lors du colloque international Regional stories towards a new perception of the early Greek world à Volos en 2015, dont les actes ont été publiés en 2017, cf. Chemsseddoha 2017.

2 Luce 2007b, 40, 44.

3 Luce 2007b, 44.

4 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 90-91.

5 Papadopoulos J. K. 2005, 366-367, 395.

6 Snodgrass 1971, 178 sq. ; Luce 2007b, 42.

7 Luce 2007b, 44-46.

8 Luce 2007b, 43-44.

9 Snodgrass 1971, 162-163.

10 Hammond 1972, 326-370 (présentation des vestiges), 405-441 (conclusions sur le peuplement de la Grèce du Nord à l’âge du Fer) ; Corvisier 1991, 57-63 ; ibid. 1987, 140-148 (catalogue des sites, 149-164).

11 Rhomiopoulou 2006 ; Vokotopoulou 1994 ; Lemos 2002, 183-184.

12 Baralis 2007 ; Baralis & Riapov 2007a, 2007b, 2008.

13 À l’intérieur des périboles, des inhumations ainsi qu’une crémation secondaire en urne ont été identifiées, comme à Thasos. Il a également été observé des traces de combustion sur les os de certaines inhumations, qui résulteraient de l’action du feu provenant de foyers installés sur la fine couche de terre qui recouvraient les défunts, cf. Baralis & Riapov 2008 7-8 ; Triantaphyllou 2002.

14 Baralis 2007, 17.

15 Baralis 2007, 17-18. Pour la nécropole de Kriaritsi, cf. Asouchidou 2011.

16 Tsingarida & Mantazi 2004 ; Pappa 1992.

17 Baralis 2007 ; Baralis & Riapov 2008.

18 Tsingarida & Mantazi 2004 ; Asouchidou 2001 ; Asouchidou 2011.

19 Poulaki-Pandermali 2013, 31-44.

20 Ziota 2007, 28 sq., 267 sq.

21 On connaît toutefois quelques sépultures dans l’habitat de Toumba Thessalonique (cf. Andreou S. & Efkleidou 2008) et la tombe de Palaiokastro en Chalcidique [b-11].

22 Baralis 2007.

23 Les tertres de Potamoi [b-13] et Exochi [106] présentent toutefois une séquence funéraire simplifiée, comparée à celles d’autres tertres connus dans les Rhodopes (crémation primaire, plateformes revêtues d’argile, etc.), Baralis & Riapov 2008, 7.

24 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 641, 651.

25 Poulaki-Pandermali 2013, 35-44.

26 Lewartowski 2000, 109 tab. 6, 110 tab. 7.

27 Mitrevski 2000, 17-18.

28 Budhina 1969.

29 Theocharis 1968 ; AD, 23, 1968, B’2, Chr., 263-265 (G. Chourmouziadis).

30 Dakoronia 1987.

31 Snodgrass 1971, 178 fig. 166, 181 fig. 167, 183.

32 Snodgrass 1971, 149-150.

33 Snodgrass 1971, 159 ; Coldstream [2003] 2007, 177 ; Blandin 2007, 58-63.

34 Par exemple à Naxos (cf. Zapheiropoulou 2001) et à Samos (cf. Viglaki-Sofianou 2004, 192).

35 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 653.

36 Nécropole de Vafeïka et de Mésembria-Zônè, cf. Baralis 2007, 18-19, 22.

37 À Toumba Thessalonique les sépultures cessent d’être déposées dans l’habitat.

38 Toutefois, une sépulture isolée remonte à la fin de l’âge du Fer-début de l’époque archaïque, cf. Karamitrou-Mentessidi & Vatali 1999, 374.

39 Baralis 2007, 19-20. 

40 Aiani-Agios Ioannis Prodromou [26] (une seule tombe à fosse), Aiani-Giannouka Vryssi [25], Kranidia-Kryovryssi A [33].

41 Mitrevski 2003, 51-52.

42 Mitrevski 1992-1993, 124 ; Mitrevski 2003, 51-52 ; Koukouli-Chryssanthaki 1992, 631 ; Asouchidou 2001, 40 ; Jung 2007, 224 ; Luci 2007 ; Vasić 2013, 175 fig. 3, 176-179.

43 Mitrevski 2003, 51.

44 Asouchidou 2011.

45 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 372, 641.

46 Luce 2007b, 47, 49.

47 Cavanagh & Mee 1998, 93-94.

48 Themelis 1973 ; Snodgrass 1971, 326-327 ; Melas 1984 ; récemment R. Jung est revenu sur la question en proposant un état de la question en prenant en considération les témoignages archéologiques de Grèce, d’Italie et des Balkans, cf. Jung 2007.

49 Luce 2007b, 42 ; Georganas 2011.

50 Au sud-ouest, le seul cas attesté est celui d’Exalophos situé à une douzaine de kilomètres à l’ouest de l’actuelle Trikala sur le piémont oriental du Pinde. La totalité du tertre n’a pas été fouillée (seulement deux sondages). L’architecture du tertre est toutefois différente car sous le remblai de terre, on mentionne la présence d’une chape de pierres qui recouvrait une des deux tombes, ce qui n’est pas sans rappeler le tertre de Kakavi [AL-11] dans la vallée de la Vjosë (ou Aôos), cf. AD, 23, 1968, B’2, Chr., 263-265 (G. Chourmouziadis) ; Prendi 1959 ; Hammond 1967a, 349-350.

51 Beranci-Visoï [RMf-1], Bitola-Mojno (Retkov Dol) [RMf-2], Bitola-Rapeš (Karanka) [RMf-8], Bitola-Rapeš (Slamite) [RMf-11]), voir aussi Mitrevski 2003, 56-57.

52 Expression utilisée pour désigner le site d’une bataille qui a eu lieu au cours de la Première Guerre mondiale en 1917.

53 Budhina 1969.

54 AD, 17, 1961-1962, B’, Chr., 175-178 (D. Theocharis).

55 Heilmann 2014, 88-89.

56 Havela 2012, 313-314.

57 Luce 2007b, 47.

58 Baralis 2007, 20.

59 Luce 2007b, 47.

60 Il s’agit des six crémations primaires découvertes à l’intérieur d’un péribole maçonné. Ce monument funéraire collectif aurait été utilisé dès la moitié du viie siècle jusqu’au premier tiers du vie siècle, cf. Trakossopoulou-Salakidou 2001,352-353.

61 Le groupe de tombes a été découvert dans le secteur nord-ouest de l’agglomération. Il s’agit de huit crémations primaires sur le sol ou dans des fosses quadrangulaires peu profondes. Les bûchers étaient chacun recouverts de terre et surmontés d’un marqueur (pierre ou stèle). Les sépultures sont celles d’adultes qui étaient allongés sur le dos, la tête orientée à l’est (sauf la T. 12 qui s’installe sur une tombe archaïque plus ancienne et qui en remploie les pierres). On mentionne autour quelques enchytrismes orientés vers les bûchers. Le mobilier comprenait des effets personnels et de nombreux vases. L’ensemble est daté du début du ve siècle, cf. Bilouka et al. 2004, 105-108.

62 Misaïlidou-Despotidou 2006, 491.

63 Hdt. 7.116 ; Th. 4.84-85 ; Plu., Mor., 298A-B.

64 Kaltsas 1998, 289.

65 Kaltsas 1998, 290-299 ; Trakossopoulou-Salakidou 1998 ; 2001.

66 Skarlatidou 2010.

67 Vokotopoulou 1990b ; Vokotopoulou 1994 ; Vokotopoulou et al. 1989.

68 Misaïlidou-Despotidou 2006, 491.

69 AD 56-59, 2001-2004, B3’A, Chr., 134-137 (E. Tsingarida).

70 Panti 2012, 477-480.

71 La nécropole dite de “Riverside” est utilisée de la deuxième moitié du vie siècle au ive siècle. La majorité des tombes sont postérieures à la moitié du ve siècle. Parmi les huit tombes datées entre la fin du vie siècle et le début du ve siècle (tombes 68, 75, 220, 267, 314, 455, 501, 536), on rencontre des fosses avec ou sans cercueil en bois, des enchytrismes et des tombes à tuiles, cf. Robinson 1942.

72 Lazaridis 1997, 74-75.

73 Pour Stavroupoli-Polichni, cf. Lioutas et al. 2003. Pour Nea Philadelpheia, cf. Misaïlidou-Despotidou 2004, 267-269 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.

74 Misaïlidou-Despotidou 2008, 45. L’étude anthropologique n’a été conduite que sur une douzaine d’individus inhumés dans des tombes datées du vie et du ve siècle. Il n’y a aucun nouveau-né (0-1 ans), ni enfant ou adolescent (6-18 ans) mais l’échantillon très maigre est très peu représentatif de la totalité de la population inhumée. Les tombes et leur mobilier n’ont pas encore été publiés, cf. Milka & Papageorgopoulou 2004, 272-274.

75 Misaïlidou-Despotidou 2004, 268 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.

76 Skarlatidou & Ignatidou 1996 ; Skarlatidou 2009 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 58, fouilles de la rue Lambraki (E. Skarlatidou).

77 Soueref 2009, 354 ; 1997, 338.

78 Bilouka et al. 2004 ; Bilouka & Graïkos 2009.

79 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.

80 Chrysostomou P. & Zarogiannis 2005.

81 Bilouka et al. 2004.

82 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2009, 479.

83 Filow & Schkropil 1927.

84 Vokotopoulou et al. 1985, 12-13.

85 Soueref 2009, 359.

86 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 103-104 (K. Soueref).

87 Grammenos et al. 2004, 81-88.

88 Tsimbidou-Avloniti 1996.

89 Pandermali & Trakossopoulou 1994.

90 Vokotopoulou 1990a.

91 Kottaridi 2009b.

92 Karamitrou-Mentessidi 2008, 48-70.

93 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 138-139.

94 Kottaridi 2009b, 145.

95 Kottaridi 2001b, 359-360 ; Kottaridi 2009b, 151-152.

96 Karamitrou-Mentessidi 2008, 66, 68.

97 Karamitrou-Mentessidi 1999, 106.

98 Douzougli & Papadopoulos J. K. 2010, 35-38 ; Vokotopoulou 1986 ; ibid. 1987.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Organigramme des différents traits funéraires observés dans les nécropoles de l’âge du Fer en Macédoine.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2. Cartes des profils funéraires en Macédoine Orientale et en Thrace à l’âge du Bronze Récent et au début de l’âge du Fer. Baralis & Riapov 2008, 23 fig. 1, 24 fig. 4.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15569/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 3. Carte synthétique des pratiques funéraires à la fin de l’âge du Bronze (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15569/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 4. Carte synthétique des pratiques funéraires de l’âge du Fer en Grèce du Nord et dans les régions et pays limitrophes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15569/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search