Version classiqueVersion mobile

Les pratiques funéraires de l'âge du Fer en Grèce du Nord : étude d'histoires régionales

 | 
Anne-Zahra Chemsseddoha

Chapitre III - Les défunts

Texte intégral

Le recrutement funéraire et la question de l’accès à la sépulture

Quelques remarques préliminaires

La représentativité des populations archéologiques

  • 1 T. Waldron cité par A. Ingvarsson-Sundström, cf. Ingvarsson-Sundström 2008, 25 n. 80.

1La population identifiée dans les nécropoles ne reflète jamais la population d’origine qui vivait à l’endroit du site : “What has to be considered is that only a proportion of the population were : (1) buried on the site, (2) preserved, (3) discovered, (4) excavated and finally identified1.

  • 2 Duday et al. 1990, 30.

2Les premiers facteurs qui affectent la représentativité démographique des populations découvertes dans les ensembles funéraires sont liés à la fouille, car il est rare qu’une nécropole soit mise au jour dans son intégralité. À cela s’ajoutent les méthodes et les stratégies de fouilles parfois destructrices. Pendant longtemps on ne faisait guère cas des restes osseux. Seules les tombes à l’architecture remarquable et surtout le mobilier intéressaient les chercheurs. Les études ostéologiques ne sont souvent faites que sur un échantillon de la population enterrée. Par ailleurs, la majorité des observations anthropologiques doivent être faites sur le terrain ce qui n’est pas toujours le cas2.

  • 3 Duday et al. 1990, 30 ; Ingvarsson-Sundström 2008, 25 (les facteurs environnementaux).
  • 4 Ingvarsson-Sundström 2008, 27 (les facteurs individuels).
  • 5 Comme l’a montré l’étude ostéologique faite sur les défunts de la nécropole tumulaire de Celic-De (...)

3La deuxième série de facteurs est d’ordre taphonomique. La conservation du squelette résulte d’une interaction entre la dégradation du corps et le milieu dans lequel le défunt est déposé (propriétés chimiques du sol, variations des températures, interventions d’animaux fouisseurs, etc.)3. Le type de contenant funéraire, la localisation de la tombe (profondeur, exposition à l’érosion, etc.), le rite et les manipulations du cadavre sont des variables à prendre en considération4. Les phénomènes taphonomiques affectent différemment les squelettes en fonction de l’âge, du sexe, de la robustesse et des conditions de vie des individus. Par conséquent l’état de conservation des ossements peut varier d’un site à l’autre ou d’une tombe à l’autre5.

  • 6 Morris I. 1987, 57-155.
  • 7 Morris I. 1987, 171 sq.
  • 8 Papadopoulos J. K. 1993 ; Pomadère 2007, 436-438.
  • 9 La thèse de I. Morris sur la naissance de la polis s’oppose donc à celle de A. Snodgrass dans les (...)

4Les facteurs culturels jouent également un rôle essentiel. La population visible des cimetières est le résultat de ce qu’on appelle communément le recrutement funéraire. L’accès à la nécropole relève d’une décision familiale ou communautaire et tous les défunts n’avaient pas forcément accès au cimetière commun. Pour la Grèce ancienne, les notions de visibilité funéraire et d’accès à la sépulture ont été discutées par I. Morris qui remet en question la représentativité démographique des nécropoles attiques. Comme nous l’avons vu dans l’introduction, les variations du nombre de tombes et de nécropoles seraient liées à l’extension ou à la restriction de l’accès à une sépulture formelle6. L’absence de tombes d’enfants archéologiquement visibles durant certaines périodes ainsi que le déficit supposé d’une partie des adultes résulteraient d’une sélection à l’entrée des cimetières. L’évolution du recrutement funéraire constituerait donc le reflet d’un changement profond dans la société. Ainsi, dans le cadre particulier de l’Attique, les tombes permettraient de comprendre le phénomène de la naissance de la polis. En utilisant l’outil statistique, l’auteur constate que la majorité des enfants et une partie des adultes sont absents des nécropoles entre 1050 et 750 puis entre 700 et 500 a.C. L’analyse quantitative et qualitative du contenu des tombes (évolution de la richesse du mobilier) permet de supposer que durant ces deux périodes la sélection par âge, avec exclusion des enfants, se doublait d’une restriction de l’accès pour les adultes sur la base du rang social qui opposait les agathoi, une élite intégrée aux nécropoles, et les kakoi qui en étaient exclus. Hormis la timide ouverture observée à la moitié du viiie siècle, ce n’est qu’à la fin du vie siècle qu’une grande partie de la population serait intégrée dans les cimetières formels, reflétant la naissance de la démocratie7. Malgré les critiques et les nuances formulées contre cette thèse8, cette démarche novatrice permet de souligner que la population observée dans les nécropoles n’est pas le reflet passif de la communauté des vivants mais le résultat de décisions collectives nourries par des circonstances politiques, sociales et culturelles particulières9.

5Les populations sont donc susceptibles de varier d’une nécropole et d’une époque à l’autre. Toutes les classes d’âge sont-elles représentées ? Comment sont-elles agencées dans la nécropole ? Quelles sont les proportions d’hommes et de femmes ? Malgré l’inégalité des données disponibles, nous tenterons de réfléchir sur la gestion des espaces funéraires en Grèce du Nord en montrant en quoi celle-ci, et donc le rapport des vivants face aux morts, varie d’une région ou d’un site à l’autre.

Le problème de l’identification des immatures

  • 10 Hermary & Satre 2012, 561.
  • 11 Guy & Masset 1997, 39.
  • 12 L’Indice de Conservation Anatomique (ICA) est différent du degré de fragmentation, car il “tradui (...)
  • 13 Bello et al. 2002.

6Dans les rapports préliminaires de fouilles de nécropoles pour lesquelles aucune étude ostéologique n’est disponible, les critères servant à distinguer les adultes des immatures sont rarement explicites – l’identification à l’œil nu sur le terrain étant plus difficile pour les âges intermédiaires. Dans les anciennes études, on supposait la présence d’immatures dans les tombes sans squelette en raison de la “fragilité présumée” de leur ossature10. Les ossements des enfants se dissoudraient plus rapidement en raison d’une plus faible minéralisation. Il a été démontré que l’état de conservation est proportionnel à l’âge avec un premier effet de seuil après l’âge de 1 an et un second plus marqué après l’âge de 5 ans11. L’Indice de Conservation Anatomique12 augmente et atteint une sorte de niveau optimal pour les défunts âgés entre 15 et 19 ans13.

  • 14 Hermary & Satre 2012.
  • 15 Étude faite par Ursula Wittwer-Backhofen et publiée en annexe dans Rhomiopoulou &
    Kilian-Dirlmeie (...)
  • 16 Andronikos 1969, 152.
  • 17 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 95-96 tab. 47.
  • 18 Hermary & Satre 2012, 561-563.
  • 19 Par exemple, à Makrygialos [80], parmi les 54 tombes, la taille moyenne des hommes adultes varie (...)
  • 20 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 95-96 tab. 47. La tombe N-XIV a livré 1 épée, 2 couteaux, 4 bou (...)
  • 21 Il s’agit d’une tombe à fosse étagée, mesurant 2,40 m de longueur. Le squelette n’était pas conse (...)
  • 22 Tombes N-IX (Andronikos 1969, pl. 11), Y-I, (ibid., pl. 16), Φ-III (ibid., pl. 17), AB-I (ibid., (...)
  • 23 Tombe LXV-AZ, cf. Petsas 1961-1962, pl. 139β.
  • 24 Tombe LXV-AZ (Petsas 1961-1962, pl. 139β) ; Tombes A-pithos 3 (Andronikos 1969, 11), LXV-Ψ (Petsa (...)
  • 25 Par comparaison, dans les tombes attiques, la position allongée sur le dos jambes étendues, quoiq (...)
  • 26 Par ailleurs il est possible que les biberons aient pu avoir des usages plus étendus que celui de (...)

7Lorsque les squelettes font défaut d’autres critères sont proposés (dimension des tombes, mobilier associé au monde de l’enfance, taille des parures, etc.)14. C’est ce qui a été tenté pour l’interprétation des vestiges de la nécropole de Vergina [75]. Dans cet ensemble où les restes osseux sont peu ou pas conservés pour les tombes de l’âge du Fer, seuls les restes dentaires retrouvés dans les tombes découvertes en 1970 ont pu être examinés et les résultats publiés15. Les limites des fosses étaient peu visibles et le mobilier a souvent été utilisé pour identifier les sépultures. La plupart des céramiques ont été trouvées au niveau des petits côtés des tombes donc supposées aux extrémités du corps des défunts. La distance entre les vases pourrait être une indication pour la taille et l’âge des individus et servirait donc à identifier les tombes d’enfants16. A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier sont récemment revenues sur cette question en proposant une liste de 56 potentielles tombes d’enfants, fondée sur divers critères non ostéologiques : dimension des tombes, distance entre les objets composant le mobilier, taille des bracelets et présence d’objets associés au monde de l’enfance17. L’utilisation des dimensions des tombes est une méthode ancienne18. La corrélation “longueur de la tombe = taille du défunt = âge” est parfois vérifiée. Toutefois, cette méthode présente quelques faiblesses notamment pour les âges intermédiaires car cette longueur ne renseigne pas directement sur l’âge mais plutôt sur la stature du défunt. Les deux sont liés mais seulement jusqu’à la puberté19. Pour Vergina [75], il est alors difficile d’interpréter de manière définitive les tombes N-XIV et P-I, pour lesquelles la distance entre les objets donnerait une taille des défunts autour d’1,50 m, comme des tombes d’enfants traités en adulte, au regard du mobilier et notamment des armes20. Les cas de transgressions sont possibles, comme en témoigne la riche tombe 39 du cimetière de Toumba à Lefkandi21. Nous n’avons toutefois aucun cas similaire vérifié anthropologiquement à Vergina [75]. Par ailleurs, il est possible que les vases n’aient pas toujours été déposés exactement aux extrémités du corps des défunts. Sur certaines photographies, on observe que les céramiques sont parfois à côté de l’emplacement de la tête, matérialisée par des parures de coiffe22, ou sur le bas des jambes et des pieds de l’individu23. Cette méthode suppose également que les défunts étaient en position allongée sur le dos, jambes étendues. On peut l’attester pour au moins trois tombes24 mais le reste ne peut être vérifié25. Le diamètre des bracelets correspondant à l’ossature d’un immature est un indice plus fiable. Les objets associés au monde de l’enfance, comme les biberons, peuvent étayer une interprétation. Ils sont toutefois des marqueurs sociaux et ne renvoient pas toujours à la personne enterrée26. Ces tentatives pour identifier les enfants dans les tombes sans squelette portent un nouvel éclairage sur cette classe sous-représentée. Toutefois, en l’absence d’examen dentaire systématique pour la totalité des échantillons disponibles, nous devons admettre qu’il est impossible de savoir de manière certaine le nombre total de tombes d’enfants à Vergina [75]. Distinguer les immatures des adultes est une première étape nécessaire mais insuffisante car les nouveau-nés, les enfants ou adolescents ne sont pas forcément traités de la même manière.

La détermination de l’âge des défunts

  • 27 Tillier & Duday 1990, 91.
  • 28 Ledermann 1969.
  • 29 Castex et al. 1996, 428-429. Une terminologie similaire a été utilisée pour l’étude faite sur les (...)

8Lorsque le squelette est conservé, la détermination de l’âge est mieux assurée pour les immatures que pour les adultes. Les enfants bénéficient de marqueurs de croissance reconnaissables qui varient peu d’un individu à l’autre (degré de calcification dentaire, points d’ossification du squelette, longueurs diaphysaires des os longs)27. Dans la catégorie des immatures des tables-types de mortalité (Ledermann), on distingue les 0-1, 1-4, 5-9, 10-14, 15-19 ans28. Les anthropologues ont affiné ce découpage dans le but d’identifier d’éventuelles différences de traitement entre les individus morts avant-terme, ceux mort-nés et ceux ayant vécu quelques mois. Ils se sont appuyés sur les nomenclatures des démographes actuels, avec quelques adaptations, en distinguant la mortalité périnatale qui affecte les individus âgés de 6 mois lunaires gestationnels à 1 mois après le terme et la mortalité postnéonatale d’un mois après la naissance à 1 an29.

  • 30 Sa méthode est présentée dans Triantaphyllou 2001, et dans Grammenos & Triantaphyllou 2004.
  • 31 Makrygialos [80], Petra-Treis Elies [88], Dion [86], Nea Philadelpheia [91]. Dans cette dernière (...)
  • 32 Skarlatidou 2010, 380-387 (étude faite par A. Agelarakis).

9Dans notre région, la majorité des études anthropologiques ont été conduites par S. Triantaphyllou30. Ainsi les classes d’âge sont les mêmes pour quatre des cinq nécropoles pour lesquelles nous disposons d’analyses ostéologiques31. Celles définies par J. H. Musgrave pour Toronè [101] sont différentes (fig. 1-2). Sur le littoral thrace, dans la nécropole archaïque d’Abdère où les individus de moins de 18 ans représentent 86 % du total des sujets examinés, les classes d’âge des individus de moins de 6 ans ont été affinées (avant ou après terme, jusqu’à 2 ans, 2-3 ans, 3-6 ans)32. Dans le futur il sera donc intéressant de comparer les résultats obtenus pour cette nécropole avec ceux des tombes de Mendè [99] qui partagent de nombreux points communs. Au sujet des nécropoles pour lesquelles nous disposons d’aucune d’étude anthropologique détaillée, les classes d’âge des immatures précisées dans les publications sont encore trop générales.

Fig. 1. Graphiques représentant le nombre d’individus par classes d’âge dans les nécropoles de Makrygialos, Petra-Treis Elies, Dion-Piémont de l’Olympe et Nea Philadelpheia. (d’après Triantaphyllou 2001, 36 tab. 4.5 et Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).

Fig. 1. Graphiques représentant le nombre d’individus par classes d’âge dans les nécropoles de Makrygialos, Petra-Treis Elies, Dion-Piémont de l’Olympe et Nea Philadelpheia. (d’après Triantaphyllou 2001, 36 tab. 4.5 et Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).

Fig. 2. Nombre de défunts par catégories d’âge dans la nécropole de Toronè. (d’après Papadopoulos 2005, 251-252 (J. H. Musgrave)).

Fig. 2. Nombre de défunts par catégories d’âge dans la nécropole de Toronè. (d’après Papadopoulos 2005, 251-252 (J. H. Musgrave)).
  • 33 Schmitt A. 2002. L’auteur met en avant la difficulté que pose chaque indicateur de sénescence et (...)

10Pour les individus âgés de plus de 20 ans, la détermination précise de l’âge est difficile. Les indicateurs de vieillesse permettent de définir de larges fourchettes (synostose des sutures crâniennes, remodelage osseux, pathologies dégénératives sur les articulations, symphyse pubienne, état de la surface sacro-pelvienne et de l’extrémité sternale des côtes, usure des dents, etc.). La marge d’erreur est plus grande que pour les immatures car l’âge biologique (état de santé général) varie d’un individu ou d’une population à l’autre33.

La détermination du sexe des défunts

  • 34 Murail et al. 2005.
  • 35 Triantaphyllou 2001, 35.

11La diagnose sexuelle n’est possible que pour les sujets ayant dépassé la puberté. S’il existe diverses méthodes de détermination du sexe, l’examen des os du bassin reste le plus fiable34. Les analyses ADN offrent une vérification mais elles restent coûteuses et complexes. Pour les nécropoles étudiées par S. Triantaphyllou la détermination du sexe n’a été proposée que pour les défunts âgés de plus de 18 ans à partir des os du bassin, du crâne et des os longs, selon le degré de conservation des squelettes35.

  • 36 De Polignac 2007, 352.
  • 37 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 93-94. La méthodologie est présentée dans l’ouvrage et repose n (...)
  • 38 Strömberg 1993, 100.
  • 39 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 93-94, 100, Beilage 9, 10, 11.
  • 40 Strömberg 1993, 108.
  • 41 Delamard & Mariaud 2007, 67.
  • 42 Nous pensons au cas de la tombe 14 du cimetière de la Porte de l’Ouest à Érétrie qui renfermait l (...)
  • 43 Kurtz & Boardman 1971, 200-203.
  • 44 Baray 2007, 171 ; Baray 2008, 191-192 ; Testart 2004.

12En l’absence d’étude ostéologique ou de restes osseux conservés, les chercheurs ont souvent recours au mobilier funéraire en se fondant sur les “systèmes récurrents d’oppositions symboliques”36 (parures/femmes, armes/hommes par exemple), et sur des marqueurs de genre (la fusaïole pour les femmes, le rasoir pour les hommes, etc.). Cette méthode a été utilisée pour la récente étude des tombes de Vergina [75]37. Le grand nombre de tombes et d’objets métalliques (armes et parures) combinés à la faible quantité d’ossement offrent un terrain de recherche à la fois stimulant et frustrant puisque l’identité biologique des défunts ne peut être vérifiée – seulement supposée à partir de comparaisons extérieures au site. Les auteurs ont identifié des marqueurs, équivalents au sex indicators d’A. Strömberg38. Les armes offensives (épées, lances, flèches) caractériseraient les hommes, et, certaines parures (parures de coiffes, fibules à lunettes) seraient spécifiques aux femmes39. L’utilisation des objets pour la détermination du sexe ne peut s’appliquer que sur des tombes riches avec des indices matérielles et des objets sexués suffisamment nombreux, qui peuvent être comparés avec des dépôts provenant de sépultures dont le sexe biologique a été déterminé40. Ainsi, la fiabilité de cette méthode se discute davantage pour les sépultures n’ayant livré que quelques anneaux, perles, boutons de bronze et petits couteaux domestiques, qui peuvent avoir été associés à des hommes comme à des femmes. Le sexe et le genre sont deux approches différentes mais complémentaires car “si l’identification du sexe biologique repose sur des critères physiques et anthropologiques désormais clairs, en revanche, l’identification du genre s’attache à comprendre un objet social construit, et donc susceptible de fluctuations, de manipulations, voire d’inversions qui empêchent dans ce domaine toute relation mécanique simple”41. Par ailleurs, les objets n’appartiennent pas tous forcément au mort42. D’autre part, la question du contrôle des biens matériels déposés dans la tombe est essentielle. Aux époques historiques les limitations imposées par les lois funéraires en sont les témoignages les plus éloquents43 et pour les époques antérieures les modèles relatifs aux politiques de dépôt/distribution intervenant dans la constitution des assemblages funéraires soulignent la complexité du rapport entre l’identité biologique et sociale du défunt et sa visibilité matérielle44.

Identification des recrutements funéraires de l’âge du Fer en Grèce du Nord

  • 45 On mentionne 15 adultes, 1 adolescent, 4 enfants et 1 nouveau-né (tumulus Z, T. 2), cf. Antikas L (...)

13Les résultats issus des études anthropologiques publiées pour les nécropoles de Grèce du Nord ont été rassemblés dans les fig. 1 et 2. Les restes osseux des tombes de Tzamala [68] ont été examinés par les chercheurs mais les résultats n’ont été publiés que sous forme d’un rapport préliminaire indépendant de celui des tombes si bien que les effectifs présentés sont moins détaillés45. Pour les nécropoles restantes, les informations récoltées dans la bibliographie ont été rassemblées dans le tableau de la fig. 3.

Fig. 3. Tableau récapitulatif de l’âge des défunts dans les autres nécropoles.

Fig. 3. Tableau récapitulatif de l’âge des défunts dans les autres nécropoles.

La gestion des immatures : trois types de recrutements funéraires ?

14Les adultes sont représentés dans presque tous les ensembles pour lesquels l’âge des défunts est mentionné dans la bibliographie, sauf dans la nécropole de Mendè [99], où ils ne sont attestés, à l’intérieur de l’espace fouillé de la nécropole, que pour le vie siècle. Des immatures sont identifiés avec certitude dans les nécropoles dont une partie de la population a été examinée et d’autres sont mentionnés dans plus d’une vingtaine d’ensembles (fig. 3). D’après les quelques études anthropologiques et les informations plus générales fournies pour les autres nécropoles, nous pouvons distinguer trois tendances : 1) Les nécropoles à majorité d’adultes avec une part importante d’immatures, 2) Les nécropoles où les nouveau-nés voire les jeunes enfants sont absents ou très peu nombreux, 3) Les nécropoles à majorité d’immatures.

Les nécropoles à majorité d’adultes qui intègrent une grande partie des immatures

  • 46 Nea Philadelpheia [91] (29,2 % d’immatures), Oraiokastro [92] (30 % d’immatures), Nea Efkarpia [9 (...)
  • 47 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 354-364 : tombes n° 50, 58, 118, 126, 157, 166, 197, 208, 209, 2 (...)
  • 48 Tombe 2.2 : un jeune enfant (5 ans ±16 mois), un adolescent (12-18 ans), un jeune adulte (18-30 a (...)
  • 49 Dans les espaces funéraires de Kastri à Thasos, il y aurait plus d’un tiers d’immatures dont plus (...)

15La première tendance correspond aux nécropoles dont la population est composée d’une majorité d’adultes ainsi que d’immatures (30 à 40 % de la population totale étudiée). Elles se situent majoritairement dans la région de Thessalonique46. Dans la nécropole de Nea Philadelpheia [91] les immatures sont enterrés dans le cimetière communautaire47. Les dépouilles sont placées dans des tombes individuelles parmi les adultes ou à l’intérieur de tombes d’adultes48. On ignore toutefois la chronologie des tombes et leur distribution spatiale précise. Dans tous les cas, la présence d’une part importante d’immatures mêlés aux adultes est un phénomène qui semble se retrouver dans les autres nécropoles de cette région, ainsi qu’en Chalcidique à Nikiti-Aï Giannis [100], Ierissos [103], et, par comparaison plus à l’est, dans la nécropole de Kastri à Thasos49. À Ierissos [103], l’absence de discrimination spatiale adultes/immatures se poursuit dans la nécropole archaïque, à la différence de la nécropole de Mendè [99] caractérisée par le regroupement des jeunes enfants. Dans les nécropoles tumulaires de Vergina [75], Amphipolis-Kastas [104] et Drama Z. I. [105], les enfants semblent intégrés avec les adultes dans les monuments collectifs. Toutefois dans les deux dernières, ils sont traités différemment par le rituel (inhumation) et la forme de la tombe (enchytrisme en pithos).

Les nécropoles où les jeunes enfants sont absents ou très peu nombreux

  • 50 Triantaphyllou 2001, 38 tab. 4.7.

16La Piérie se caractérise par un déficit de jeunes immatures. À Makrygialos [80] ce sont les 0-1 ans qui sont absents de l’échantillon étudié alors que les autres classes d’âge sont représentées (sépultures placées dans des tombes individuelles au milieu des adultes ou exceptionnellement à l’intérieur de tombes d’adultes comme le montre la T. 46). Ces jeunes défunts sont également absents de l’échantillon étudié provenant de la nécropole du Bronze Récent de Spathes-Agios Dimitrios [b-4] située dans les montagnes de l’Olympe. Dans le reste de la région, les classes d’âge sont encore plus restreintes puisque dans la nécropole de Petra-Treis Elies [88], ainsi que dans les tumuli à l’ouest de Dion [86], les nouveau-nés (0-1 ans) et les jeunes enfants (1-6 ans) n’ont pas été identifiés50.

  • 51 Kottaridi 2002, 504-505 ; Antikas L. W. & T. G. Antikas 2002.
  • 52 Kottaridi 2002, 509.

17On peut également questionner leur faible représentation dans le petit ensemble de Giannitsa-Talabassi [60] (1 enfant sur les 9 tombes), Agrosykia [58], Panagitsa-Zervi [39] (1 enfant sur les 13 tombes), autour de l’ancienne Aiani et sur la rive orientale du lac de Polyphyto (aucun enfant mentionné). Dans tous ces cas-là les fouilles sont peu étendues. À Tzamala [68] quelques immatures ont été identifiés parmi les adultes, mais leur nombre paraît faible51. Dans tous les cas la répartition des individus semble sensiblement différente par rapport à la fin de l’âge du Bronze, période à laquelle a été daté le tertre regroupant les enfants âgés de 3 à 10 ans52.

  • 53 Les sépultures d’immatures de moins de 3 ans identifiées sont les crémations secondaires T. 21, 2 (...)
  • 54 Papadopoulos J. K. 2005, 227-229.
  • 55 Papadopoulos J. K. 2005, 359.

18À Toronè [101], les immatures occupent 14,3 % de la population étudiée. Les nourrissons (< 3 ans) occupent seulement 4,1 % (6 individus), et n’ont été identifiés que dans des tombes à crémation secondaire53. Les inhumations d’enfants (> 3 ans) sont concentrées dans le secteur nord, tandis que les crémations secondaires de cette même classe d’âge se situent à l’intérieur et à l’extérieur du secteur du dépôt 4, considéré comme le plus ancien réservé à la crémation (catalogue, fig. 115). Les restes brûlés de nouveau-nés de moins de 3 ans se situent tous en dehors de ce secteur sauf ceux du fœtus de la T. 123, associés aux restes osseux d’une jeune adulte, probablement sa mère54. L’inhumation serait antérieure à la crémation ou bien contemporaine des crémations les plus anciennes55. Ainsi, l’adoption de ce rite pour les nouveau-nés au cours du Protogéométrique ne reflète pas forcément un traitement différencié lié à l’âge mais suit l’évolution générale du changement de rite. La plupart du temps, les dépouilles sont déposées dans des tombes individuelles, sauf dans un cas d’inhumation triple et dans quatre cas de crémation secondaire (catalogue, fig. 121).

Les nécropoles à majorité d’immatures

  • 56 D’après les rapports préliminaires de fouille, excepté le grand pithos d’1,80 m, tous les autres (...)
  • 57 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 435, 507 (Pa. Chrysostomou) ; Chrysostomou A. 2016, 30.

19Le troisième cas de figure est représenté par la nécropole de Mendè [99] qui ne rassemble que des sépultures d’enfants entre la fin du viiie siècle et le viie siècle, et peut-être, par la nécropole de Nea Zoï-Terikleia [53]56. Aucune des deux nécropoles n’a été fouillée en intégralité. On ignore donc si les portions découvertes correspondent à des secteurs réservés aux enfants à l’intérieur de nécropoles plus vastes ou bien s’il s’agit de nécropoles conçues pour ne recevoir que des immatures. Le regroupement de nouveau-nés ne s’observe pas uniquement dans les nécropoles planes, puisqu’à Agios Pantéléïmon [2] et à Arnissa [40], les nourrissons semblent avoir été rassemblés dans une portion d’un des tertres pour le premier site et aux extrémités de la zone fouillée pour le second57. À Agios Pantéléïmon [2], cette discrimination spatiale semble se doubler d’un mode d’ensevelissement spécifique : les corps sont déposés dans des tombes individuelles alors que l’usage courant est la ciste collective. La publication des tombes permettra, nous l’espérons, de mesurer l’ampleur de ce phénomène, l’âge limite de ce groupe et s’il y a des nouveau-nés qui échappent à cette règle.

Hommes et femmes dans les nécropoles

20La distribution des classes d’âge des adultes ne fait sens que si on tient compte du sexe des défunts. En l’état actuel de la documentation, on ne peut fonder notre analyse qu’à partir des travaux de S. Triantaphyllou pour les sites de Makrygialos [80], Dion [86], Petra-Treis Elies [88]), de E. Milka et C. Papageorgopoulou pour Nea Philadelpheia [91], et de J. H. Musgrave pour Toronè [101]. Nous avons rassemblé les résultats de leurs études dans la fig. 4.

  • 58 Triantaphyllou 2001, 32, 37.
  • 59 Triantaphyllou 2001, 41.
  • 60 Triantaphyllou 2001, 41-42.
  • 61 Euripide souligne la souffrance et le péril de l’enfantement à travers les paroles de Médée : “On (...)
  • 62 Liston & Papadopoulos J. K. 2004, 17-18.
  • 63 Demand 1994, 71-86. Trois autres pistes de réflexion ont été proposées par S. Triantaphyllou pour (...)

21D’après S. Triantaphyllou, l’absence d’adulte d’âge moyen (30-40 ans) et d’âge mûr (50 ans et +) à Petra-Treis Elies [88] pourrait être liée à un problème de détermination de l’âge58. Le nombre élevé de jeunes adultes dans les nécropoles de Petra-Treis Elies [88], de Dion [86] et de Makrygialos [80] (fig. 1) résulterait d’une intégration systématique et d’une plus grande visibilité funéraire de cette catégorie d’âge ou bien d’un biais au niveau des échantillons analysés59. À Petra-Treis Elies [88], Dion [86] et Nea Philadelpheia [91], les hommes et les femmes sont répartis de manière équilibrée, mais les résultats pour Nea Philadelpheia [91] sont en réalité peu significatifs car, sur 170 adultes, le sexe n’a pu être déterminé que pour 20 % d’entre eux (fig. 4). À Makrygialos [80], sur 29 adultes dont l’âge et le sexe ont pu être déterminés, les femmes sont plus nombreuses que les hommes et plus de la moitié a entre 18 et 30 ans60. Ce déséquilibre est probablement lié aux risques engendrés par la grossesse et l’accouchement, comme en témoignent les sources littéraires antiques61, la tombe de la “riche Athénienne” renfermant la sépulture d’une jeune femme portant un fœtus de 8-9 mois lunaire62, ainsi que les comparaisons ethnographiques63.

Fig. 4. Graphiques représentant le nombre de femmes et d’hommes en fonction des classes d’âge (d’après Triantaphyllou 2001, 42 tab. 4.9, Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).

Fig. 4. Graphiques représentant le nombre de femmes et d’hommes en fonction des classes d’âge (d’après Triantaphyllou 2001, 42 tab. 4.9, Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).

Interprétation des profils de mortalité

  • 64 Morris I. 1987, 57.
  • 65 Ledermann 1969 ; Séguy et al. 2006 ; Guy & Masset 1997, 36.
  • 66 Guy & Masset 1997, 36, fig. 1.

22Les chercheurs s’accordent pour dire que les schémas de mortalité des sociétés pré- et protohistoriques sont comparables à celles des sociétés préindustrielles ou de pays en voie de développement n’ayant pas ou peu d’accès aux soins médicaux modernes64. Ainsi, pour déceler des anomalies dans les profils de mortalité des populations anciennes, les anthropologues et les paléodémographes se basent sur des modèles théoriques (tables-types)65 de ces populations dites pré-jennériennes. La mortalité infantile y est très forte : 200 à 400 ‰ pour les individus âgés entre 0 et 1 an ; près de la moitié de la population décède avant d’avoir atteint la puberté66.

  • 67 Morris I. 1987, 58.
  • 68 Snodgrass 1980, 21 ; Garland 1985, 103, 165 ; Papadopoulos J. K 1993, 184.
  • 69 Morris I. 1987, 62.
  • 70 Brulé 1992.
  • 71 Si l’enchytrisme de nouveau-nés peut apparaître comme un indice pour cette pratique, dans le nord (...)

23D’après les calculs d’I. Morris, une nécropole de l’âge du Fer devrait renfermer 45,2‑51,8 % de nourrissons/enfants (0-9 ans) et 48,2-54,8 % de jeunes/adultes (>10 ans)67. Il est aujourd’hui admis que la composition de la population funéraire d’une nécropole ne reflète pas la population ayant vécu dans l’habitat correspondant. Même si la représentativité peut être plus fidèle dans les cas où l’ensemble des âges et les deux sexes sont identifiés, on ne peut exclure une part d’incertitude. Dans son raisonnement, I. Morris ne tient pas assez compte des problèmes de conservation des ossements, mais insiste sur les principes de traitements différentiels et de visibilité funéraire des défunts en fonction de leur âge ou de leur condition sociale68. L’absence de certaines classes d’âge pourrait s’expliquer par un rite, un type de tombe ou un emplacement “in an archaeologically invisible fashion69. Pour les immatures, l’auteur parle d’“invisible disposal” (dépôt invisible) qui renverrait à des pratiques funéraires n’ayant pas laissé de trace comme la crémation avec abandon des restes sur le bûcher, le rejet de sépultures dans des puits ou l’exposition – c’est-à-dire l’abandon de l’enfant dans la nature ou dans un endroit de passage conduisant de fait à son adoption ou à sa mort70. On ne peut exclure l’existence de cette dernière pratique en Grèce du Nord à l’âge du Fer mais les preuves matérielles manquent71.

  • 72 On observe également un regroupement des classes d’âge dans la nécropole de Kastri à Thasos, cf.  (...)

24Dans notre région, il est difficile d’interpréter les profils de mortalité en raison de l’inégalité des publications et de l’incertitude des chronologies internes des nécropoles. On peut toutefois se demander si les trois tendances dans la distribution des adultes et des immatures, que nous avons identifiées, ne correspondent pas à trois formes d’accès à la sépulture. À Nea Philadelpheia [91] et dans les nécropoles de la région de Thessalonique, une grande partie des défunts est admise dans les cimetières sans discrimination notoire relative à l’âge et au sexe. Le degré de visibilité archéologique des immatures semble donc assez proche de celui des adultes. Les défunts des différents âges sont enterrés les uns à côtés des autres. L’emplacement de la tombe incombait alors peut-être aux familles : les enfants pouvaient avoir une tombe individuelle ou bien être déposés à l’intérieur de tombes déjà utilisées (organisation interne fondée sur les liens de parenté ?)72. Toutefois en l’état actuel de la documentation tout cela reste à vérifier. De nombreuses questions restent en suspens, notamment au niveau de la chronologie relative des tombes. On ignore si les communautés admettent tous les défunts dès la création des espaces funéraires ou bien au cours de leur utilisation. On ignore également si l’intégration des nouveau-nés se double de l’absence de traitement différentiel au niveau des rites et des types de tombes.

  • 73 Day 1984, n° 26.
  • 74 Luce 2008, 263.

25Dans les nécropoles tumulaires, nous avons vu qu’à Agios Pantéléïmon [2] les enfants étaient intégrés dans les tertres mais peut-être avec une différenciation dans le traitement. C’est ce qu’on observe également dans la nécropole de Drama Z. I. [105], avec l’utilisation de l’enchytrisme en pithos pour les enfants. Malgré l’absence d’étude ostéologique publiée, il est toutefois intéressant de noter l’association dans le tertre B d’adultes, d’enfants et d’un chien (tombe Π3). Ce dernier est inhumé en pithos comme les enfants. L’association de restes d’animaux et de sépultures humaines est une pratique courante remontant aux époques préhistoriques. Toutefois, les chiens sont souvent mêlés à d’autres restes fauniques à l’intérieur de tombes humaines et ont rarement droit à une tombe individuelle élaborée. Par ailleurs les exemples connus sont plutôt tardifs73. Il est difficile de prouver qu’il s’agit d’un sacrifice. Quand bien même l’animal aurait été poussé à rejoindre son maître, l’intégration de sa tombe dans le tertre collectif ainsi que l’utilisation d’un contenant funéraire individuel semblent témoigner d’un certain attachement sentimental à l’animal alors peut-être perçu comme “membre de l’oikos74.

  • 75 Morris I. 1987, 109.
  • 76 Papadopoulos J. K. 2005, 403-404.
  • 77 Pomadère 2011, 569.

26Le relatif large accès à la sépulture observé dans la région orientale du Golfe Thermaïque s’oppose à celui qui se manifeste dans les nécropoles de Toronè [101] et de Piérie, où les immatures sont peu présents voire quasiment absents. À Toronè [101], l’attitude de la communauté face aux nouveau-nés semble évoluer au cours de l’utilisation de la nécropole. Les enfants (>3 ans) sont présents tout au long de l’utilisation de la nécropole, mais en faible quantité. En revanche, l’absence des nouveau-nés (<3 ans) au Submycénien traduit peut-être une exclusion délibérée qui s’assouplit au cours du Protogéométrique, au moment où la crémation devient exclusive. Il est probable que la majorité des immatures devait être ensevelie ailleurs. Le déficit général d’immatures à Toronè [101] au Protogéométrique évoque un phénomène identique en Attique à la même époque75. La nécropole chalcidienne suit toutefois sa propre évolution sur le plan du rite qui s’applique sans distinction à tous les individus acceptés dans l’espace funéraire. J. K. Papadopoulos a émis l’hypothèse que seule une partie des adultes avait été ensevelie dans le cimetière, peut-être des familles de rang social élevé76. Dans cette perspective, l’intégration de quelques nouveau-nés semble participer à l’affirmation de l’identité du groupe. Les enfants sont intégrés en tant qu’héritiers et garants de la préservation de l’oikos77. La publication de l’étude ostéologique des sépultures de la nécropole voisine de Koukos [102] apporterait des informations complémentaires précieuses, notamment sur l’organisation des cistes contenant plusieurs urnes et semblant davantage fonctionner comme des tombes collectives (familiales ?).

27À Tzamala [68], un scénario possible consisterait à dire qu’entre le Bronze Récent (avec le tertre réservé aux enfants) et le début de l’âge du Fer (enfants dans les tertres avec des adultes), on passerait d’une discrimination spatiale des enfants à leur intégration dans les monuments familiaux avec permanence de l’exclusion des nouveau-nés. Malheureusement, cette interprétation un peu spéculative ne peut être vérifiée car on ignore où sont enterrés les adultes au Bronze Récent et l’intégralité de la nécropole n’a pas été fouillée.

  • 78 Triantaphyllou 2001, 46.
  • 79 Besios 1996, 237 ; Besios 2010, 133.
  • 80 Triantaphyllou 2001, 34 tab. 4.3.
  • 81 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 90 graph. 26, 91.
  • 82 Les chroniques de l’Ergon mentionnent quelques enfants mais sans qu’on connaisse leur âge, cf. Er (...)
  • 83 Dans trois tertres, les enfants avaient été déposés dans des cistes à la périphérie des monuments (...)
  • 84 Autour des périboles de pierres renfermant des crémations, ont été découverts des vases couchés s (...)

28En Piérie, l’absence répétée des nouveau-nés depuis le Bronze Récent est surprenante et pourrait traduire la permanence d’un traitement différencié des jeunes immatures78, en dépit des changements profonds visibles à Makrygialos [80] avec la diversification des types de tombes et l’apparition de tombes à chambre (familiales ?), et sur le piémont de l’Olympe [86] avec la construction de tertres individuels et collectifs (interprétés comme familiaux). À l’époque archaïque, les modes d’ensevelissement des immatures ne sont pas précisés mais au ve s. l’enchytrisme des nouveau-nés est pratiqué79. L’inégalité des données invite à la prudence. L’absence de nouveau-nés à l’âge du Fer dans les sites de Piérie peut-elle s’expliquer par le seul facteur de l’exclusion ? À Makrygialos [80], la totalité des défunts n’a pas été examinée. L’indice de conservation des squelettes est relativement bon pour ceux âgés de plus de 6 ans mais diminue de moitié pour ceux âgés de 2 à 6 ans80. L’absence des 0-1 an peut donc être simplement liée à des facteurs taphonomiques. Une comparaison avec la nécropole archaïque d’Agia Paraskevi en Macédoine Centrale étaie cette hypothèse. Selon S. Triantaphyllou, la quasi-absence de nouveau-nés dans cet ensemble (1 seul sur les 176 sujets dont l’âge a pu être déterminé – 370 tombes au total) serait principalement due à un problème de conservation des ossements même si on ne peut exclure complètement la part de responsabilité de la politique funéraire de la communauté81. Dans le cas de la nécropole de Makrygialos [80] d’autres interprétations sont néanmoins possibles. Ils ont pu être ensevelis dans une zone réservée encore inconnue. Pour la nécropole de Petra-Treis Elies [88], bien que la totalité des tombes n’ait pas été explorée (55 tombes sur un total de 75), l’accès au cimetière était probablement restreint à une partie des immatures car il n’y en a que trois (âgés entre 6 et 18 ans). Quant au piémont de l’Olympe [86], les tumuli ont en partie été fouillés à la pelle mécanique, ce qui ne laissait que peu de chance aux nouveau-nés d’être découverts82. À Vergina [75], comme les squelettes sont peu ou pas conservés, si les nouveau-nés ont été déposés en pleine terre, sans mobilier, ils sont alors totalement passés inaperçus lors des fouilles. Par ailleurs, l’exclusion partielle des nouveau-nés en périphérie des tertres serait une piste à suivre, considérant le fait que les zones intermédiaires entre les monuments ont peu ou pas été explorées. Ce phénomène a été identifié en Thessalie dans la nécropole d’Halos-Platanos Almyrou, lieu-dit Voulokalyva (utilisée du Protogéométrique au début de l’époque archaïque)83 et supposé dans la nécropole de Tsikalario à Naxos (utilisée au Géométrique Moyen)84. Une dernière hypothèse serait celle de leur dispersion dans les champs, près des maisons et dans les jardins, ce qui rend les chances de leur découverte beaucoup plus faibles, notamment dans le cas de fouilles de sauvetage localisées.

  • 85 Mazarakis-Ainian 2010.
  • 86 En Épire, deux tombes de nourrissons ont été trouvées respectivement dans les habitats de Vitsa Z (...)

29En Grèce méridionale au début de l’âge du Fer, la dispersion des sépultures de nouveau-nés dans l’espace habité est un phénomène bien documenté. Il est courant d’en trouver sous ou entre les maisons ou à l’extérieur des enclos qui les entourent (Érétrie, Oropos, Asiné, Volos, Halos-Platanos Almyrou lieu-dit Kephalossi, Athènes, etc.)85. Dans notre région d’étude, nous n’avons trouvé aucune mention de tombe enfantine clairement identifiée en habitat. Certes, il est vrai que nous ne connaissons pas dans tous les cas les habitats associés aux nécropoles et lorsque ceux-ci sont connus, ce sont les nécropoles qui font défaut. Toutefois, cette lacune suggère, si ce n’est l’absence de cette pratique, peut-être sa faible popularité86.

  • 87 Vokotopoulou 1990b ; ibid., 1994, 89.
  • 88 Skarlatidou 2010.
  • 89 Blandin 2007, 59-71.
  • 90 Pour Athènes, cf. Pomadère 2007, 444-445, 536-537 tab. 20, 539 ; Snodgrass 1971, 149 ; Morris, I. (...)
  • 91 Phalère, Thorikos en Attique, Tachi de Thèbes en Béotie, cf. Pomadère 2007, 446-447, 462. Ce phén (...)
  • 92 Morris I. 1987, 65, 183-184.
  • 93 Pomadère 2007,446-447.
  • 94 Pavement circulaire de pierres découvert à l’intérieur de la maison postérieure H. Cette phase es (...)
  • 95 Thuc. 4.123.1 ; Hammond 1998, 395-397.

30Au sujet du troisième type de recrutement funéraire correspondant à la concentration d’immatures dans des aires spécifiques, la nécropole de Mendè [99] préfigure une situation plus courante à l’époque archaïque en Chalcidique et sur le littoral nord-égéen, comme à Polychrono87 ou à Abdère88. Elle présente également à nouveau des parallèles avec la nécropole Géométrique Récent de l’Hygeionomeion à Érétrie – période où on commence à ensevelir les jeunes enfants dans des aires funéraires spécifiques89. Le phénomène de différenciation funéraire en fonction des classes d’âge est surtout observé en Attique au Géométrique Récent90 et se poursuit également au début du viie siècle91. D’après I. Morris l’accroissement de la visibilité funéraire des immatures, combinée à un appauvrissement général des tombes en mobilier métallique traduirait une sorte de “démocratisation” de l’accès à la sépulture et serait donc une des manifestations matérielles de la naissance de la polis92. Comme l’a souligné M. Pomadère cette “réintégration” des immatures doit être nuancée car ils sont tout de même traités différemment des adultes par leur regroupement dans des aires spécifiques ou par le rite93. Les données disponibles pour notre région ne permettent pas encore de discuter ces hypothèses. Que dire à propos de Mendè [99] ? On ne connaît pas les tombes des adultes mais le regroupement de tous ces immatures suggère en creux une organisation spatiale de l’espace funéraire en classes d’âge. Les premières tombes sont contemporaines de la troisième phase d’aménagement de la ville basse et de la majorité des phases de constructions des maisons H, ΣΤ, ∆, et E du viie au début du vie siècle94. L’occupation du site remonte à l’HR IIIC et les pratiques funéraires jusqu’au viiie siècle sont méconnues. La nécropole d’enfants de Mendè [99] reflèterait alors une redéfinition de l’espace de l’agglomération et l’affirmation de la communauté politique dans le domaine funéraire, qui coïncide avec à la datation littéraire de la fondation de la colonie par Érétrie (vers 730)95. Toutefois l’état de la documentation ne permet pas encore de lier avec certitudes ces faits archéologiques et historiques.

  • 96 Kaltsas 1998, 289-290.

31À l’âge du Fer, le recrutement funéraire n’est pas le même dans toutes les nécropoles de Grèce du Nord et tous les enfants n’occupent pas la même place d’un cimetière à l’autre : pleine intégration, accès limité à la sépulture formelle, organisation spatiale en fonction des classes d’âge. Sur le plan chronologique, les datations imprécises et l’absence de publication systématique des tombes ne nous permettent pas de saisir des évolutions à l’intérieur de chaque espace funéraire (excepté à Toronè [101]). Sur le plan géographique, on constate que la Chalcidique présente une situation contrastée, avec des attitudes face aux enfants qui varient d’un site à l’autre. Les nécropoles appartiennent à différentes phases chronologiques : Toronè [101] du Submycénien à la moitié du ixe siècle, Ierissos [103] du xe au début du viie siècle, Nikiti-Aï Giannis [100] du début de l’âge du Fer au début du ve siècle et Mendè [99] de la fin du viiie au début du vie siècle. Il ne faut toutefois pas y voir d’évolution chronologique linéaire – de l’exclusion à la visibilité funéraire des enfants. Chaque site a sa propre histoire, comme le montre la nécropole archaïque d’Acanthe (Ierissos), dans laquelle aucun lieu spécifique ne semble avoir été réservé pour les nouveau-nés96. Pour Nikiti-Aï Giannis [100], on ignore la répartition spatiale des défunts et à Toronè [101] nous ignorons les pratiques funéraires postérieures à la moitié du ixe siècle. Dans la région de Thessalonique et jusqu’à Nea Philadelpheia [91], il est intéressant de constater que l’homogénéité de ce groupe de nécropoles, visible à travers les rites et les types de tombes, se répercute sur le recrutement funéraire avec un large accès à la sépulture dans les cimetières communautaires, y compris pour les plus jeunes.

  • 97 Pomadère 2007, 463-468.

32Ainsi à la variété des types de nécropoles s’ajoute celle des recrutements funéraires. Cette situation est analogue à ce qu’on retrouve en Thessalie où les sépultures d’enfants ne sont pas traitées de la même manière partout. Peu ou pas visibles dans les tombes à tholos, elles sont intégrées aux adultes à Velestino (ancienne Phères, nécropole découverte sous le temple de Zeus Thaulios) et parfois regroupées (“le cimetière d’enfants” du km 280.000). Dans la nécropole de Halos-Platano Almyrou Voulokalyva, les enfants intégrés partiellement font tout de même l’objet d’une discrimination spatiale, en bordure des tertres, et d’un traitement spécifique, l’inhumation97.

33Après avoir examiné les profils des populations enterrés dans les nécropoles, il convient de s’intéresser en détail aux traitements pratiqués sur les défunts.

Les rites : le traitement des défunts

34Au sens étymologique l’inhumation, du latin inhumare (“mettre en terre, dans l’humus”), décrit le processus de déposition du cadavre dans la terre, tandis que la crémation, du latin cremare (“brûler”), décrit le traitement de la dépouille par le feu. Ainsi, à l’origine, les termes ne s’opposent pas à la différence de leur usage aujourd’hui en archéologie. L’inhumation suppose l’absence de traitement par le feu tandis que le second implique la destruction de la dépouille sur un bûcher avant son enterrement.

35En Grèce du Nord, l’inhumation et la crémation sont toutes les deux pratiquées mais de manière inégale. Lorsqu’on considère l’ensemble de la région étudiée, l’inhumation est le rituel le plus fréquent (fig. 5). En effet, parmi les ensembles funéraires pour lesquels le rituel est connu, dans plus d’une soixantaine, seule l’inhumation est attestée, dans trois c’est la crémation qui est exclusive, tandis que dans une quinzaine, on trouve les deux (fig. 6). Les données numériques concernant la répartition des inhumations ou des crémations au sein des nécropoles ne sont données qu’à titre indicatif, le minimum des cas mentionnés dans la bibliographie, et sont donc susceptibles d’évoluer avec les futures publications détaillées (fig. 7).

Fig. 5. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation en Grèce du Nord. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Fig. 5. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation en Grèce du Nord. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.

Fig. 6. Diagramme représentant la distribution des nécropoles en fonction du rituel.

Fig. 6. Diagramme représentant la distribution des nécropoles en fonction du rituel.

Fig. 7. Tableau récapitulatif de la répartition des inhumations et des crémations dans les nécropoles attestant les deux rituels ou la crémation exclusive.

Fig. 7. Tableau récapitulatif de la répartition des inhumations et des crémations dans les nécropoles attestant les deux rituels ou la crémation exclusive.

L’inhumation

Le nombre d’individus par tombe

  • 98 Duday et al. 1990, 31.
  • 99 Duday et al. 1990, 43.
  • 100 Duday et al. 1990, 44.

36Le nombre d’individus par tombe n’est pas corrélé à la forme de la tombe ou bien au type de nécropole (plane, tumulaire). Il faudrait distinguer les tombes renfermant plusieurs sépultures primaires de celles qui sont plurielles et qui renferment une sépulture primaire et un ou plusieurs dépôts secondaires et réductions. “La sépulture primaire se définit comme l’apport d’un cadavre à l’état ‘frais’ – donc peu de temps après la mort – dans son lieu de dépôt définitif ”98. Ce type de dépôt, identifié par l’observation des connexions anatomiques, est le plus courant – le défunt est déposé dans la tombe lors des funérailles. Le dépôt secondaire et la réduction sont des “sépultures en deux ou plusieurs temps”99. Dans le premier cas la dépouille est déplacée de son lieu initial vers son lieu définitif et se distingue de la réduction du corps qui “correspond au regroupement de tous les os d’un individu, ou du moins de la majorité d’entre eux, à l’intérieur de l’espace où a été effectué le dépôt initial”100.

  • 101 D’ouest en est, Agios Pantéléïmon [2], Kastoria-Daïlaki [8], Koilada-Potistra [19], Kozani-Rue Ph (...)
  • 102 Des sépultures collectives à plus de deux individus sont également mentionnées pour les nécropole (...)
  • 103 Koilada-Potistra [19], Kozani-Rue Philippou [21], Agras [41], Archontiko [59], Vergina [75] et Me (...)
  • 104 Vergina [75], par exemple la T. Z-2, et la T. Z-4, cf. Andronikos 1969, 25.
  • 105 Kastoria-Daïlaki [8], Assomata-Egnatia [70], Dion [86], Toronè [101]. Pour cette dernière il s’ag (...)
  • 106 Koilada-Potistra [19], Agras [41], Archontiko [59] et Toronè [101]. Pour cette dernière nécropole (...)
  • 107 Makrygialos [80], Nea Philadelpheia [91].
  • 108 D’autres exemples ont été relevés pour les nécropoles de Koilada-Potistra [19], Mendè [99] et Dra (...)
  • 109 Selon les conventions anthropologiques, on parle de sépulture collective lorsque les défunts ont (...)
  • 110 Duday et al. 1990, 46.
  • 111 Duday et al. 1990, 31.
  • 112 Moschonissioti 2010, 211.
  • 113 Tombe 6 de la rue A. Eratonymou et tombe 2 de la parcelle Roussos, cf. Blandin 2007, vol. I, 58, (...)
  • 114 Besios 1989, 155-156.
  • 115 Vokotopoulou 1986, 103-105, pl. 152-154, sx. XI.

37Parmi les sites ayant livré des tombes dites individuelles, les sépultures primaires collectives se rencontrent dans au moins 14 sites qui se distribuent dans l’ensemble de la région étudiée101. Le plus souvent, seulement deux individus sont placés dans la même tombe, mais dans quelques cas il peut y en avoir trois ou plus comme le montrent les beaux exemples des tombes d’Agios Pantéléïmon [2] (catalogue, fig. 4-5)102. Les défunts sont placés tête-bêche (catalogue, fig. 14)103, côte à côte104, ou les uns sur les autres105. Les sépultures collectives peuvent regrouper des adultes106, des adultes et des enfants107 ou seulement des enfants comme la T. XXIII de la nécropole de Kozani-Rue Philippou [21] (catalogue, fig. 14)108. L’ensevelissement de plusieurs sépultures primaires dans une même tombe n’implique pas forcément la simultanéité du décès et du dépôt109. Lorsqu’aucun remaniement des ossements n’est observé, elle peut être supposée. Cette démarche a toutefois ses limites : “il n’est pas possible de différencier des dépôts lorsque le délai qui les sépare est inférieur au temps nécessaire à la dislocation des articulations les plus labiles”110. Ainsi une simultanéité apparente peut cacher un écart de quelques semaines, qui impliquerait alors deux funérailles111. En Grèce du Nord, ces informations ne sont pas documentées. Deux sépultures doubles sont supposées dans deux tombes de Mendè [99], renfermant chacune deux nourrissons112. Elles évoquent les deux enchytrismes renfermant des sépultures de jumeaux à Érétrie113. Dans la T. 46 de Makrygialos [80] une femme adulte et une petite fille auraient été enterrées en même temps114. Par comparaison, le cas de la T. 84 de Vitsa Zagoriou [EP‑4] en Épire est singulier. La tombe renfermait les squelettes d’une femme (identifiée par le mobilier) et d’un nourrisson placé entre ses jambes en position inversée. Contrairement à ce qu’évoque cette mise en scène, la défunte ne serait pas décédée suite à la mise au monde de l’enfant, puisque l’âge de celui-ci a été estimé à un an au moment de sa mort. Il s’agit de la seule sépulture collective de la nécropole, des circonstances particulières ont donc probablement présidé au regroupement de ces deux individus dans la même tombe115.

  • 116 Agios Pantéléïmon [2], Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24], Aiani-Giannouka Vryssi [25], (...)
  • 117 Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24], Aiani-Giannouka Vryssi [25], Aiani-Isiomata [27], K (...)

38Les dépôts secondaires et les réductions sont relativement courants. On en rencontre dans au moins 16 ensembles funéraires répartis sur l’ensemble de la région étudiée116. Il faut distinguer les dépôts secondaires des réductions qui restent à l’intérieur du sépulcre. Les réductions sont faites dans un coin, contre un côté de la tombe ou au fond du vase funéraire117. Le réagencement des os dans le cas de la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2] est tout à fait particulier et ne trouve son pendant de manière plus limitée que dans la nécropole voisine d’Arnissa [40]. À Agios Pantéléïmon [2], les ossements sont réorganisés en fonction de la taille ou des parties anatomiques du squelette. Les crânes font l’objet d’un traitement particulier en étant rassemblés contre le petit côté de la tombe orienté vers le centre du tertre, ou le long du corps de la nouvelle sépulture primaire, et les autres os sont rassemblés au pied du nouveau défunt ou bien réorganisés pour former un cadre autour de celui-ci (catalogue, fig. 4).

  • 118 Duday et al.1990, 44.
  • 119 Aiani-Leivadia [22], Agras [41], Chauchitsa [62].
  • 120 Agras [41], Makrygialos [80], Dion [86].
  • 121 Poulaki-Pandermali 2013, 55.

39Le dépôt secondaire implique le déplacement des ossements dans un autre lieu qui devient la nouvelle sépulture définitive du défunt. La différence entre une réduction et un dépôt secondaire est parfois très mince. Des dépôts secondaires peuvent être identifiés à l’intérieur d’une même tombe lorsque les os sont rassemblés dans un endroit qui traduit une partition fonctionnelle de la tombe118. À l’intérieur de certaines tombes de Dion [86] des petites fosses permettaient de rassembler les os des sépultures précédentes. Dans le cas des nécropoles tumulaires d’Agios Pantéléïmon [2] et d’Arnissa [40], ces espaces prennent la forme d’ossuaires par la création d’un petit compartiment à l’intérieur de la ciste ou l’ajout d’un coffre dans le prolongement de la tombe (catalogue, fig. 4). Dans d’autres cas, des os d’anciennes dépouilles ont été trouvés à l’extérieur des tombes119. Aucun aménagement particulier n’est décrit, moins de soin semble avoir été accordé. On peut aussi considérer comme dépôts secondaires les sépultures déplacées sur les couvercles des tombes120. À Dion [86], certaines anciennes dépouilles, quoiqu’expulsées à l’extérieur du sépulcre sur le couvercle, sont concrètement et symboliquement liées à la tombe en étant prises dans la couche d’argile qui la scelle. Dans ce cas particulier, cette tradition est un héritage du Bronze Récent, comme on peut l’observer dans la nécropole de Spathes [b-4]121.

  • 122 Triantaphyllou 2001, 60 ; AD, 38, 1983, B’2, Chr., 274-275 (J. Vokotopoulou).
  • 123 Pelon 1976, 295 ; Boardman 1960.

40Les tombes à habitacle renfermaient plusieurs défunts, de deux à sept dans les tombes de Piérie122. Les tombes ne renfermaient donc pas la totalité des familles. On ne peut pas les comparer avec les tombes à habitacle du bassin d’Aridaia car les données sont trop lacunaires. On sait toutefois qu’à Konstantia [49] lors de la réouverture des tombes les ossements étaient déplacés comme en témoignent les 10 crânes regroupés à l’intérieur de la T. 2. Le possible dépôt secondaire retrouvé dans le dromos de la T. 5 de Konstantia [49] et ceux attestés dans le dromos de la T. 8 de Nea Zoï- ΣΤ [52] évoquent une pratique courante dans les tombes à chambre et plus rarement dans les tombes à tholos de Grèce centrale et de Crète. Néanmoins il s’agit le plus souvent de sépultures primaires et non de réductions123.

La position du corps

De la position générale du corps à celle des bras

  • 124 Duday et al. 1990, 33-34 ; Duday 2009, 15-57.

41La position du corps des défunts, identifiée au moment de la fouille, est le résultat de manipulations faites par les proches au moment de l’ensevelissement ainsi que de phénomènes taphonomiques. Le jeu des forces mécaniques qui interagissent dans la tombe (dégradation du corps, type de contenant, linceul, vêtement, etc.) ont pu modifier la position initiale du corps. Seules des observations attentives sur le terrain permettent de la restituer124. Pour notre région, nous avons identifié quatre positions du corps et quelques variantes (fig. 8) :

  • Position allongée sur le dos jambes étendues (decubitus dorsal) ;

  • – Position contractée,
    contractée dorsale (genoux pliés),
    contractée latérale,
    “sur le côté” (position de sommeil),
    fœtale ;

  • Position sur le ventre (decubitus ventral) ou “face contre terre” ;

  • Position assise.

  • 125 Mentionnée pour Assomata-Egnatia [70], Dion [86], Oraiokastro [92], Stavroupoli-Polichni [94], Th (...)
  • 126 Lioutas & Gkioura 1997, 322 ; Kefalidou 2010, 140.

42La position allongée sur le dos est la plus courante. Toutefois, la position contractée dorsale est mentionnée pour Agios Pantéléïmon [2], Petra-Treis Elies [88], et Mendè [99]. Parmi les différentes positions contractées, la position fœtale est rare. On la rencontre dans un cas à Archontiko [59] et à Mendè [99]. La position contractée latérale est exclusive dans la nécropole de Kranidia-Kryovryssi A [33]. La position dite “sur le côté” est plus répandue125, mais la différence entre les variantes des positions contractées est parfois difficile à saisir. D’autres positions du corps atypiques ont également été relevées. L’inhumation assise de la grande tombe à ciste T. 2 du tumulus II d’Agios Pantéléïmon [2] est unique dans toute notre région. Enfin, à Stavroupoli-Polichni [93], trois défunts identifiés lors des fouilles de 1997 avaient été enterrés face contre terre126.

Fig. 8. Tableau récapitulatif de la position du corps des défunts.

Fig. 8. Tableau récapitulatif de la position du corps des défunts.
  • 127 Duday et al. 1990, 33-34 ; Duday 2009, 17-19.

43La position de la tête des défunts ne peut être prise en compte dans l’étude des rites funéraires en Grèce du Nord en l’état actuel de la documentation et des analyses anthropologiques disponibles. La rotation de la tête observée au moment de la fouille peut résulter de manipulations intentionnelles ou de phénomènes taphonomiques complexes (milieu de décomposition, présence ou absence d’un calage, contenant funéraire, planche de bois, etc.). Elle n’est donc identifiable que grâce à un examen approfondi de la partie supérieure du squelette127.

  • 128 Duday 2009, 9.
  • 129 Agios Pantéléïmon [2], Velventos-Kato Bravas [37], Makrygialos [80], Nea Efkarpia [93], Stavroupo (...)
  • 130 Toumba Thessalonique [95].
  • 131 Agios Pantéléïmon [2], Servia-Kolitsaki [35], Agras [41], Makrygialos [80], Nea Efkarpia [93], To (...)
  • 132 Un cas mentionné à Stavroupoli-Polichni [94] et au moins un cas à Agras [41].

44Quant à la position des membres supérieurs, celle observée au moment de la fouille n’est pas toujours celle initiale puisque la décomposition du corps peut également provoquer des déplacements128. Toutefois les informations sont plus nombreuses. D’une manière générale, les deux bras sont le plus souvent le long du corps mais pour quelques sites on mentionne que les mains sont ramenées au niveau du bassin ou au niveau de l’emplacement du ventre129. Parfois une seule main est ramenée au niveau du bassin tandis que l’autre repose le long du corps130. Pour une autre partie des défunts, les coudes sont pliés et les mains ramenées sur la partie supérieure du corps, au niveau du thorax131, et plus rarement au niveau des épaules – dans une position forcée non naturelle132. La position des bras et des mains varie donc d’une tombe à l’autre au sein des espaces funéraires. Il n’y a pas d’usage standard particulier, le choix semble donc relever des proches du défunt.

La position du corps des défunts, un marqueur chronologique ?

  • 133 Aspöck 2008.
  • 134 Dans le rapport préliminaire de fouille, la disposition des objets n’est pas claire. On aurait tr (...)
  • 135 Blegen 1937, 248 ; Cavanagh & Mee 1998, 71.
  • 136 Les défunts ont les genoux repliés vers le haut. D’après l’inventeur une telle position aurait ét (...)

45La position de la tête et des membres supérieurs est peu significative à une échelle régionale. En revanche, il est possible d’apporter quelques éléments de réflexion autour de la position du corps. Nous avons vu que dans la majorité des ensembles funéraires du Nord de la Grèce, c’est donc la position allongée sur le dos jambes étendues qui est privilégiée. Elle coexiste parfois avec la position contractée latérale ou dorsale qui reste néanmoins minoritaire. L’inhumation assise et les trois défunts déposés face contre terre font partie de ce qu’on appelle communément les sépultures atypiques. Le récent article d’E. Aspöck, qui fait un état de la question, souligne la difficulté de définir le concept de deviant burial et l’impossibilité d’élaborer des typologies générales, car chaque cas doit être interprété dans son contexte particulier133. La tombe 2 du tumulus II de d’Agios Pantéléïmon [2] est une large ciste. Le défunt, un adulte, est seul dans sa tombe. On ignore son âge et son sexe. Il est assis contre la paroi sud (initialement peut-être contre matériau périssable), les jambes allongées. Sa position ne semble donc pas liée à une optimisation de l’espace sépulcral, et, comme dans les autres tombes, il était accompagné de mobilier134. Ainsi c’est la position du défunt qui est atypique ainsi que l’absence d’autres sépultures dans la tombe, mais pas l’architecture de la tombe ni le type d’objets d’accompagnement. Cette tombe est difficile à interpréter en l’absence de parallèle direct. Nous n’en avons trouvé aucun cas en ARYM, et ceux attestés dans le reste du monde grec sont rares et datent de l’Helladique Récent (tombe à chambre de Prosymna)135 ou du Minoen Récent IIIB-C (tombes à chambre de la région d’Erganos)136.

  • 137 Kefalidou 2010, 140.
  • 138 Elle était également accompagnée d’un vase ouvert, de quelques éléments de parures en bronze et d (...)
  • 139 Des boucles d’oreilles et deux bracelets en bronze, cf. Kefalidou 2010, 140.
  • 140 Kefalidou 2010, 140.
  • 141 Une fusaïole en terre cuite et deux vases modelés. L’examen ostéologique a montré qu’il souffrait (...)
  • 142 La défunte était accompagnée de 3 (ou 4 ?) plaques circulaires en bronze (placées au niveau du cr (...)
  • 143 La tombe est une fosse fermée par des dalles. La tête de la défunte faisait face à l’Est et elle (...)
  • 144 Stampolidis 1994, 27-28.
  • 145 Kefalidou 2010, 130, 138.

46Les trois défunts enterrés sur le ventre dans la nécropole de Stavroupoli-Polichni [94] comprennent deux femmes adultes et un adulte de sexe indéterminé. Les tombes féminines étaient associées à celles d’immatures137. L’architecture de ces tombes est identique aux autres – fosses à couvercle de dalles de pierre, mais quelques éléments particuliers les singularisent. Pour la T. 6, c’est le mobilier qui marque la différence avec la présence de tôles d’or sur le visage et le corps de la défunte138, tandis que la défunte de la T. 12, accompagnée d’un couteau en fer, se distingue par la quantité d’objets déposés dans la tombe de l’enfant qui lui est associée (T. 12a)139. Enfin, dans la T. 9, la position inversée du défunt est accentuée par celle du vase d’accompagnement renversé sur son dos140. Le choix de la position du corps semble être indépendant de la richesse matérielle exprimée dans la tombe. On constate la même chose dans les quelques autres cas connus de Grèce du Nord. L’enfant de 7 ans enterré sur le ventre dans la couche de la fin du xiie- début du xie siècle de l’habitat de Toumba Thessalonique a fait l’objet d’un soin particulier notamment dans le mobilier d’accompagnement plus riche que les autres tombes141. Une situation similaire se rencontre plus à l’ouest à Polymylos avec la tombe isolée d’une jeune femme datée de l’époque archaïque ou de l’âge du Fer142. Ailleurs dans le monde grec les sépultures “face contre terre” sont rares (un cas du Submycénien ou du début du Protogéométrique dans le cimetière de la rue Érechthéion à Athènes)143. Le soin accordé à ces défunts particuliers diffère bien du traitement de la femme déposée sur le ventre au sommet du bûcher 4L/92 d’Éleutherna. Cette sépulture est marquée par une violence visible à travers les liens qui attachaient ses mains et ses pieds ainsi que par l’absence de mobilier144. Il est difficile d’interpréter ces tombes atypiques. À Stavroupoli-Polichni [94], ce rite est répété trois fois. Il fait donc partie de l’ensemble des réponses possibles pour le traitement des défunts de cette communauté au viiie siècle. Pour ces cas particuliers (hormis le cas d’Eleutherna), l’intentionnalité de sépulture, l’existence de funérailles, le soin accordé à la tombe et au cadavre ainsi que le dépôt d’objets sont en contradiction avec l’image d’humiliation et de soumission véhiculée par la description et la représentation des défunts “face contre terre” dans les textes homériques et l’iconographie vasculaire. Comme le souligne E. Kefalidou cette “formule de pathos” n’est toutefois utilisée que pour les guerriers au moment de leur mort – l’ordre est rétabli lors de la prothesis, de l’ekphora ou sur le bûcher lorsqu’ils sont replacés face vers le ciel145. Par ailleurs aucune femme n’est décrite ou représentée ainsi. Ces témoignages littéraires et iconographiques ne nous fournissent donc pas les clés de compréhension de ces traitements funéraires particuliers.

  • 146 Triantaphyllou 2001, 21-22.
  • 147 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 157-158 ; Besios 2010, 61-62 ; Besios & Krachtopoulou 1994, 147 (...)
  • 148 Poulaki-Pandermali 2013, 46, 54-55, 57-58.
  • 149 Karamitrou-Mentessidi 1998, 439 ; Karamitrou-Mentessidi 2008, 71-75 ; Karamitrou-Mentessidi & Vat (...)
  • 150 Seulement 6 défunts en position allongée sur le dos sur un total de 30 individus, cf. Karamitrou- (...)
  • 151 AD, 46, 1991, B’2, Chr., pl. 115β (G. Karamitrou-Mentessidi).
  • 152 Poulaki-Pandermali 2013, 54-55.
  • 153 Kefalidou 2010, 139-140. 
  • 154 Georganas 2011, 627.
  • 155 Kamenicë [AL-4] (Bejko 2004, 42) ; Piskovë [AL-9] (Cabanes, éd. 2008, 39, 57) ; nécropole plane d (...)

47Malgré ces cas particuliers, l’âge du Fer en Grèce du Nord est marqué par l’adoption massive de la position allongée sur le dos jambes étendues, qui marque dans certaines régions une rupture avec l’âge du Bronze. En effet depuis le Néolithique, c’est la position contractée qui était dominante146. Au Bronze Récent elle semble quasiment exclusive dans les nécropoles du nord de la Piérie comme à Aiginio [b-5], Nea Agathoupoli-Méthonè [b‑6], Makrygialos [80] et Korinos [b-7]147, dominante dans celles du sud de la Piérie et de la région de l’Olympe (Pigi Artemidos [b-10], Spathes [b-4])148 et sur la rive gauche de la vallée moyenne de l’Haliakmon (Ano Komi [b-1], Aiani-Leivadia [22], Polymylos [b-2]149. La position allongée sur le dos n’est pas inconnue mais est appliquée pour un petit nombre de défunts dans la nécropole d’Aiani-Leivadia [22]150, dans celle de Rymnio [32]151 et dans celle de Spathes [b-4]152. Seules les sépultures de Toumba Thessalonique [95], allongées sur le dos, font exception153. En Piérie septentrionale, entre le Bronze Récent et l’âge du Fer, le changement de position des corps semble soudain tandis qu’il est progressif en Piérie méridionale et montagnarde, avec une mixité de pratique au Submycénien, comme le montre l’ensemble de Petra-Treis Elies [88], qui se poursuit à l’âge du Fer, comme à Dion [86] avec désormais une préférence pour la position allongée sur le dos. Cette mixité des positions du corps dans cette région rappelle la Thessalie aux mêmes époques154. Dans la région d’Aiani, nous n’avons pas recensé de mixité à l’intérieur des ensembles de l’âge du Fer, la rupture semble plus nette. Ainsi dans cette région particulière, la position contractée latérale devient un marqueur chronologique et son utilisation exclusive dans la nécropole de Kranidia-Kryovryssi A [33], datée de la toute fin de l’âge du Bronze, le montre bien. Plus à l’ouest dans les tombes de certains tertres d’Albanie méridionale, le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer est également marqué par l’abandon progressif de la position contractée155.

  • 156 Lewartowski 2000, 20-21.
  • 157 Poulaki-Pandermali 2013, 45 sq.
  • 158 Exemple d’Ulanci-Dimov Grob [Rmb-1], cf. Mitrevski 1997, 38 fig. 6, 348 fig. 10-11).

48Au Bronze Récent la position des corps inhumés de Grèce du Nord ne diffère donc pas du reste de la Grèce à la même époque – la position contractée latérale et dorsale étant caractéristique des tombes mycéniennes156. Il est donc intéressant de la retrouver également dans les tombes de Piérie méridionale et montagnarde souvent qualifiée de “mycénaïsante” au regard de leurs formes, du traitement des défunts ou du mobilier associé157. On retrouve également cette même tradition dans les nécropoles du groupe d’Ulanci en ARYM, qui associent inhumation, cistes à orthostates, sépultures collectives, position contractée ou allongée sur le dos et objets de style mycénien158. Hormis la nécropole d’Agios Pantéléïmon [2], celles de Piérie méridionale et celle de Kranidia-Kryovryssi A [33], qui semblent perpétuer une tradition du passé, dans le reste de la région, tout le monde adopte en majorité la position allongée sur le dos quelles que soient la forme de nécropole et le type de tombe adoptés.

L’orientation des corps

  • 159 Baray 2003, 65.

49“L’étude de l’orientation des tombes conduit à examiner la façon dont les communautés expriment leurs relations à l’espace”159.

  • 160 Expression empruntée à J.-F. Baré (1977, Pouvoir des vivants. Langage des morts. Idéo-logiques, M (...)
  • 161 Ael., VH, 7.19 ; Luce 2014, 39.

50En Grèce du Nord, nous avons vu que l’orientation des tombes prend une signification particulière en fonction du type de nécropole. Dans les nécropoles tumulaires d’Agios Pantéléïmon [2] et de Vergina [75], l’orientation des tombes accentue la circularité des tertres. Dans les nécropoles planes, elle participe à leur organisation spatiale. Un second niveau de discours est ajouté avec l’orientation des corps à l’intérieur des tombes. En plus d’être une variable supplémentaire participant à la construction de “repères de mouvement”160 au sein des nécropoles, l’orientation des corps peut se faire l’écho de croyances religieuses et/ou être un marqueur de l’identité collective du groupe. D’ailleurs, l’orientation des corps des défunts aurait été un des arguments utilisés par Solon pour justifier la reconquête de l’île de Salamine alors aux mains des Mégariens pour son rattachement à Athènes161. Communément on enregistre l’axe qui va de la tête au pied du défunt en se fondant sur les points cardinaux. Il est toutefois difficile de savoir si à l’époque ce qui importait était la direction de la tête, celle du regard ou bien celle des pieds du mort. Par ailleurs, si les points cardinaux sont des outils commodes, ils ne correspondent pas forcément aux référents de l’époque. Le relief, la nature, l’emplacement de l’habitat ont pu également servir de repères. De surcroît, l’identité biologique et sociale des défunts constituent autant de facteurs présidant aux choix de l’orientation des corps durant les funérailles. Nous allons donc d’abord observer l’orientation des corps dans les tertres funéraires, qui peut se baser sur la circularité des monuments ou bien suivre l’axe de la course du soleil. Dans les nécropoles planes, nous questionnerons la corrélation entre l’orientation des corps et le sexe des défunts, un phénomène qui apparaît à la fin de l’âge du Fer et qui semble propre à la Macédoine Centrale.

L’orientation des corps dans les tertres

51D’après les données disponibles, l’orientation des défunts selon les points cardinaux ne se retrouve que dans la nécropole de Tzamala [68] (catalogue, fig. 70-71). Alors que la majorité des tombes sont orientées ouest-est, les défunts eux-mêmes ont souvent la tête à l’ouest, même dans les quelques tertres collectifs (IZ, Z et ΣΤ). Il y a seulement quatre exceptions : l’enfant de la T. 10, la T. 7 et les deux tombes T. 20 et T. 24. Dans le premier cas, la tombe est orientée ouest-est, mais le défunt a la tête à l’est. Les trois autres tombes sont orientées nord-sud, mais seule la T. 7 a livré une sépulture conservée, celle d’un adolescent orienté la tête au sud.

  • 162 Dakoronia 1987, 72.

52Le plus souvent les défunts tout comme les tombes sont orientés en fonction de la circularité des tertres. À Vergina [75], nous avions identifié un côtoiement des logiques centripète, centrifuge et astronomique. La majorité des tombes sont disposées en rayons autour du centre des tertres, mais de nombreuses tombes sont tangentes à la courbe des monuments (catalogue, fig. 83). Les vases funéraires utilisés pour les inhumations se situent souvent en bordure de tertre et lorsqu’ils sont disposés en rayon leur ouverture est tournée vers la périphérie facilitant probablement l’insertion des défunts. L’orientation des défunts eux-mêmes n’est connue que pour les tombes renfermant des restes osseux et/ou du mobilier in situ pouvant être associé à des parties du corps. Sur 77 sépultures disposées en rayons autour du centre et pour lesquelles il est possible de déduire l’orientation du corps, 68 ont la tête vers le centre du tertre. Pour les enchytrismes, la situation est plus contrastée, mais les données sont trop insuffisantes pour en tirer des conclusions. Dans les tombes centrales, les défunts ont la tête à l’ouest. Il y a seulement deux exceptions, les deux sépultures féminines Φ-I et K-VII, qui ont la tête tournée respectivement vers l’est et le nord-est (catalogue, fig. 84). Dans le Tumulus LXV (catalogue, fig. 76), nous avons observé que parmi les tombes disposées de manière tangente à la courbe du cercle en périphérie sud du tertre, les défunts de plusieurs tombes voisines suivaient la même orientation – c’est-à-dire dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (tombes AN, T, AO, AT, BB, AZ, P). On peut alors se demander s’il n’y avait pas un sens de circulation privilégié lors des processions funèbres. Un parallèle est observable dans les tombes de la phase 3 du tertre de Barç I [AL-3] en Albanie méridionale (catalogue, fig. 139). Cette phase correspond à l’utilisation du tertre après la construction du second cercle de pierres. Les tombes à l’intérieur du cercle sont disposées de manière rayonnante tandis que celles à l’extérieur sont disposées en enfilades autour. D’après le plan publié, presque tous les défunts sont orientés dans le sens des aiguilles d’une montre. La nécropole d’Agios Pantéléïmon [2] a des points communs avec celle de Vergina [75] car les tombes sont agencées en fonction de la circularité des monuments collectifs. Toutefois dans ce cas, non seulement les défunts sont orientés vers le centre des monuments mais aussi les réductions dont les crânes sont déplacés et rassemblés contre le côté de la tombe orienté vers le cœur du tertre. En Épire, dans la vallée du Gormos, on ignore l’orientation des défunts des tombes placées en rayon dans les tertres (catalogue, fig. 138). En revanche, plus au sud dans la nécropole tumulaire de Marmara, la tête des défunts était orientée vers le centre des tertres162. Nous constatons que dans les deux plus grandes nécropoles tumulaires (Vergina [75] et Agios Pantéléïmon [2]), la circularité de chaque monument collectif est renforcée par l’orientation des tombes et des défunts et le symbole du cercle est répété à plusieurs échelles.

L’orientation des corps dans les nécropoles planes

  • 163 Savvopoulou 2007, 609.
  • 164 Savvopoulou 1994, 254-255.

53En l’état actuel de la documentation, il n’est pas possible de faire une étude statistique de l’orientation des défunts. Dans certains ensembles funéraires, il y a une tendance qui fait corréler orientation des corps et sexe des individus inhumés. Les informations sont toutefois à considérer avec prudence car l’identification du sexe est parfois incertaine. Dans le cas des tombes orientées est-ouest des nécropoles de Panagitsa-Zervi [39], Makrygialos [80], Thermi [96] et Nea Kallikrateia [98], les sépultures féminines auraient eu la tête à l’est. Toutefois, pour le premier ensemble, le sexe n’est supposé que pour quatre tombes et par ailleurs on ignore s’il s’agit d’une nécropole plane ou bien d’un tertre arasé. À Axioupoli [64], les sépultures féminines auraient eu la tête à l’ouest163. À Karathodoreïka [63], parmi les défunts dont le sexe a été identifié à partir du mobilier, les sépultures masculines ont la tête orientée vers le nord, et une sépulture féminine a la tête au sud164.

  • 165 Graphique construit à partir des informations tirées du catalogue des tombes, cf. Vokotopoulou 19 (...)
  • 166 Vokotopoulou 1986, 343.

54La corrélation entre le sexe et l’orientation des corps des défunts dans les tombes semble également trouver un parallèle en Épire dans la nécropole de Vitsa Zagoriou (fig. 9)165. Les hommes ont la tête orientée vers le nord, l’ouest ou le sud-ouest, tandis que les femmes ont la tête orientée vers l’est et le sud166.

Fig. 9. L’orientation des défunts dans les tombes de la nécropole de Vitsa Zagoriou (ixe au viiie s.).

Fig. 9. L’orientation des défunts dans les tombes de la nécropole de Vitsa Zagoriou (ixe au viiie s.).
  • 167 Skarlatidou & Ignatidou 1996, 482.
  • 168 Lioutas et al. 2003, 300-301.
  • 169 Chrysostomou A. & P. Chrysostomou 2007a, 479 ; ibid. 2007b, 115. Ce phénomène a aussi été observé (...)
  • 170 Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.
  • 171 Misaïlidou-Despotidou 2004, 268 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.
  • 172 Tsibidou-Avloniti 1992, 372-373 ; Tsimbidou-Avloniti 1993, 251.
  • 173 Despini 2016a, 115.
  • 174 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 85.
  • 175 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2013a, 407 ; ibid. 2013b, 50-51.
  • 176 Les tombes masculines (T. I à VII) ont la tête vers l’ouest (cf. Filow & Schkropil 1927) et les s (...)

55En Macédoine Centrale, cette tendance va s’accentuer et s’étendre à d’autres nécropoles à partir du vie siècle (fig. 10). À Thermi [96] l’usage se poursuit167. À Stavroupoli-Polichni [94] cette pratique n’est pas rapportée pour l’âge du Fer mais elle semble apparaître à partir du vie siècle : les hommes avec la tête à l’ouest ou au nord-ouest, et les femmes avec la tête à l’est ou au nord-est168. D’après les archéologues, l’orientation sexuée n’apparaît à Archontiko [59] qu’au vie siècle et ne durerait que jusqu’au premier quart du ve siècle. Les sépultures féminines sont enterrées la tête à l’est ou au sud (jamais à l’ouest), et les hommes la tête à l’ouest, au nord ou au sud (jamais à l’est)169.  On constate la même évolution dans la nécropole archaïque de Nea Philadelpheia [91]170 : dans les tombes situées entre la deuxième moitié du vie siècle et la première moitié du ve siècle, les hommes ont la tête à l’ouest ou au nord, tandis que les femmes ont la tête à l’est ou au sud171. Ailleurs ce phénomène a été observé dans les nécropoles d’Agios Athanasios172, de Sindos173, d’Agia Paraskevi174, d’Edessa175 et peut-être également dans la nécropole de Trebenište176.

Fig. 10. Carte de répartition des nécropoles où a été observée une corrélation entre le sexe des défunts et l’orientation de leur corps dans les tombes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 10. Carte de répartition des nécropoles où a été observée une corrélation entre le sexe des défunts et l’orientation de leur corps dans les tombes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 177 Kefalidou 2009, 36 n. 76.
  • 178 Pandermali & Trakossopoulou 1994, 205.
  • 179 Nea Skioni, les tombes sont disposées en rangées, orientées sud-est/nord-ouest et les défunts ava (...)
  • 180 Kottaridi 2009b, 145.
  • 181 Rhomiopoulou & Touratsoglou 2002, 19.

56À l’âge du Fer et à l’époque archaïque cette pratique se concentre donc davantage dans la région de Thessalonique. Elle n’est toutefois pas totalement généralisée puisque dans l’ensemble de Triandria, nécropole archaïque de Toumba Thessalonique177 ainsi qu’à Karabournaki178, elle n’a pas été observée. Le même constat est valable pour les nécropoles archaïques de Chalcidique (Scionè, Acanthe)179, ainsi que pour la nécropole archaïque de Vergina (tombes orientées nord-sud avec la tête des défunts au sud)180 ou celle de Mieza181. Cet usage est donc relativement localisé dans l’espace et dans le temps. Il serait toutefois nécessaire de vérifier cette corrélation sur davantage de défunts dont le sexe a été identifié par une étude ostéologique afin de ne pas glisser vers un raisonnement circulaire qui accentuerait ce phénomène. En effet, on ignore si cette relation ne concerne que les tombes riches en objets d’accompagnement, et pour lesquelles l’identification du sexe à partir du mobilier est plus facile, ou bien tous les défunts.

Interpréter l’orientation des tombes et des défunts

  • 182 L’exemple de la nécropole A d’Entella en Sicile le montre bien. Parmi des tombes hellénistiques, (...)
  • 183 Baray 2003, 79.

57La signification de l’orientation des tombes et des défunts répond à un système de croyances qui nous échappe, notamment en raison de l’absence de sources écrites182. Pour les nécropoles planes ou celles à habitacle, les points cardinaux sont nos référents mais ils n’étaient peut-être pas ceux des populations anciennes, dont les comportements pouvaient être dictés par d’autres critères : “Il semble en effet réducteur de vouloir tout expliquer par la seule référence à la course du soleil. Dans la zone étudiée, la topographie du terrain (…), l’existence de monuments antérieurs à l’implantation des tombes (…), de chemins, de voies de circulation naturelles proches, de petits cours d’eau, de fleuves, peut également intervenir de manière plus ou moins drastique sur l’organisation des tombes et leur orientation ”, écrit L. Baray183. Les tombes de Mendè [99] et de Nikiti-Aï Giannis [100] suivent l’orientation du front de mer. Dans la première nécropole, l’orientation des défunts, tête à l’est, pourrait avoir un rapport avec le soleil levant. Ils peuvent aussi avoir été déposés ainsi par opposition à la ville basse se trouvant à l’ouest, accentuant encore un peu plus la séparation entre défunts et vivants. Quelle que soit l’interprétation, ce type d’orientation est adopté à l’époque archaïque dans les autres nécropoles littorales (Scionè, Acanthe). L’orientation sexuée des défunts dans le cas des tombes est-ouest de Macédoine Centrale est un phénomène qui apparaît à la fin de l’âge du Fer et qui se popularise à l’époque archaïque. Il semble toutefois être spécifique à la Grèce du Nord et relève alors probablement de croyances locales particulières.

La crémation

  • 184 Stampolidis 1996, 94-97, Andronikos 1968, 51 sq. ; Schnapp-Gourbeillon 1982 ; Zurbach 2005.

58On distingue communément la crémation primaire de la crémation secondaire. Dans le premier cas, le corps du défunt est brûlé sur le lieu de la tombe, tandis que dans le second, le corps est brûlé dans un lieu distinct de la tombe. Cette variante implique donc l’existence de bûchers individuels extérieurs aux tombes ou d’aires crématoires collectives. Le rituel de la crémation implique de nombreuses étapes exigeant à la fois un savoir-faire technique et une logistique complexe : le choix de l’emplacement de la crémation, la construction du bûcher, le suivi de la combustion, l’extinction des braises, la collecte, le traitement des os et des résidus du bûcher, etc. Les données archéologiques nous renseignent de manière inégale sur ces différentes étapes. L’épopée homérique nous livre une description détaillée du processus pour Patrocle, et d’autres éléments pour les funérailles des autres héros, mais dans un registre poétique concernant des funérailles héroïques exceptionnelles tant par leur faste que par le fait qu’elles se déroulent en pleine guerre loin de la patrie des guerriers enterrés. Ce texte composite ne renvoie pas à une réalité unique mais à des éléments qui relèvent à la fois du passé du poète, de son époque et de son imagination184.

  • 185 Deux d’entre elles sont recoupées par des tombes hellénistiques, cf. Besios 1991, 172 ; Karliabas (...)
  • 186 Cabanes, dir. 2008 52-53 ; Bejko 2004, 42 (pour le tumulus de Kamenicë).
  • 187 Malakassioti & Mousioni 2004 ; Wace & Thompson 1911-1912.
  • 188 Une fosse renfermant une crémation primaire, découverte non loin du village de Chloi, cf. BCH 125 (...)

59En l’état actuel de la documentation disponible, nous n’avons recensé que trois crémations primaires – à Makrygialos [80]. Dépourvues de mobilier, elles ne sont datées de l’âge du Fer que par la stratigraphie. Les rapports préliminaires de fouille ne détaillent pas davantage ces tombes. Nous savons seulement qu’elles renfermaient des sépultures d’enfants185. Il est donc intéressant de constater la quasi absence de cette variante du rituel, notamment en Chalcidique où les contacts avec l’Eubée sont attestés tant dans la culture matérielle que dans les sources historiques. Dans les régions limitrophes les seules crémations primaires que nous avons relevées se situent en Albanie186. À l’âge du Fer, en Thessalie cette pratique est caractéristique de la nécropole d’Halos (Voulokalyva)187, mais peu répandue en dehors de ce cas particulier188.

60La crémation secondaire est la pratique la plus courante. Dans notre région, la nécropole de Toronè [101] est celle pour laquelle il y a le plus de données disponibles, tandis que quelques informations générales sont accessibles pour les nécropoles de Palio Gynaikokastro [65] et de Koukos [102].

Les bûchers funéraires

  • 189 Chez Homère ce terme peut aussi désigner le feu de camp (Hom., Il., 7.509, 554, 562) ou bien l’em (...)
  • 190 Kübler 1942, fig. 6 ; voir aussi les remarques de B. Blandin sur le problème de l’identification (...)
  • 191 Savvopoulou 2001, 171-172.
  • 192 Stampolidis 1990, 381 fig. 9, 382 fig. 10.
  • 193 Il s’agit d’un bûcher dressé sur un lit de pierres plates. Il s’appuyait contre la roche recreusé (...)
  • 194 Blandin 2007, 40 ; Popham et al., éd. 1980, 201.
  • 195 Savvopoulou 2001, 171.
  • 196 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 431.
  • 197 Papadopoulos J. K. 2005, 354, 382-383.
  • 198 Papadopoulos J. K. 2005, 354.
  • 199 Hom., Il., 23.127-128.
  • 200 Pour Lefkandi, cf. Popham et al., éd. 1980, 110-111 ; ibid. 1988-1989, 118 ; Popham & Lemos, éd. (...)
  • 201 Kurtz & Boardman 1971.

61Dans le cas des crémations secondaires, les défunts pouvaient être brûlés sur un bûcher individuel ou une aire crématoire collective. En latin deux termes respectifs sont utilisés, bustum et ustrinum. En grec ancien le mot πυρά (ou πυρκαϊά) englobe les diverses installations189. Les bûchers associés aux crémations sont difficiles à identifier. Les résidus ont pu être dispersés ou déversés dans les tombes comme à Athènes190. Dans notre région, malgré un certain nombre de crémations nous avons finalement très peu d’informations sur les bûchers funéraires, seules deux structures s’apparentant à des aires crématoires ont été supposées à Palio Gynaikokastro [65] et à Koukos [102]. À Toronè [101], des indices permettent d’avancer des hypothèses quant à leur localisation et leur usage. Pour les autres sites, nous n’avons aucune information. La majorité des nécropoles n’ont pas été fouillées dans leur intégralité et le caractère préventif des fouilles empêche bien souvent l’exploration de vastes zones. À Nea Philadelpheia [91], aucun bûcher n’est mentionné alors que la fouille a couvert 1,2 ha de surface. Ils ont peut-être été arasés par les labours, ou bien ils se situent dans la portion non fouillée, ou encore en bordure ou à l’extérieur de l’espace funéraire. À Palio Gynaikokastro [65], il est très probable que l’épaisse couche de cendres chargée de restes osseux constitue les vestiges de bûchers funéraires successifs. Th. Savvopoulou reste néanmoins prudente car ces restes pourraient tout aussi bien être liés à des activités rituelles191. L’identification des os provenant des couches permettrait de confirmer l’hypothèse funéraire. À Koukos [102], la couche de pierres portant des traces de chauffe recouverte par une terre chargée de cendres, de charbons et d’os brûlés correspondrait elle aussi à des restes de bûchers funéraires. Une telle structure rappelle les aires crématoires d’Eleutherna192 ou le bûcher de la tombe du guerrier à Amorgos193. À Lefkandi, les pierres noircies retrouvées au fond de certaines fosses auraient eu la même fonction de ventilation194. Ces deux zones de combustion se situent en limite de nécropole, mais à Koukos [102] le secteur est colonisé par des tombes tandis qu’à Palio Gynaikokastro [65] cette zone reste préservée195. Dans l’hypothèse d’une aire crématoire on constate que l’emplacement relève d’une décision collective qui se maintient à travers les générations, tandis qu’à Koukos [102] la logistique semble être plus flexible. Ici, l’emplacement du bûcher aurait été choisi en fonction de la topographie du site – en face d’une faille rocheuse laissant passer un courant d’air qui devait permettre d’activer la combustion196. À Toronè [101], certains bûchers devaient être élevés sur la plage comme en témoigne la présence de galets et de coquillages marins intrusifs trouvés parmi les résidus des bûchers dans certaines tombes. Même si on ne peut complètement l’affirmer, on ne peut exclure que certains bûchers furent aussi érigés sur le terrain de la nécropole, dominant ainsi l’agglomération dans une “grande théâtralité”197. L’installation des bûchers sur la plage devait probablement limiter les nuisances de la fumée et des odeurs. On ignore si la mer jouait un rôle symbolique. Quoi qu’il en soit, les funérailles n’étaient pas moins visibles à cause de la longue procession funèbre qui devait passer par le village, le littoral et la nécropole, une occasion pour les familles de réaffirmer leur position sociale au sein de la communauté198. L’emplacement du bûcher au bord de la mer rappelle celui du bûcher de Patrocle199. Néanmoins dans l’Iliade, le lieu du rite se confond avec celui du tertre érigé par-dessus, tandis qu’à Toronè [101], le bûcher n’est que l’étape provisoire avant l’enfouissement des restes brûlés dans la tombe définitive. Concernant les types de structures associées aux bûchers, nous ne pouvons aller plus loin pour notre région. À Palio Gynaikokastro [65] la possible aire de combustion se définit simplement par l’accumulation des débris reposant directement sur la roche naturelle. Les paradigmes de bûchers que nous connaissons de la Grèce de l’âge du Fer (Eubée-Lefkandi, Naxos-Tsikalario, Thessalie-Halos, Crète-Eleutherna, Kos)200 ou du viie siècle (Athènes)201 sont peu pertinents car ils sont individuels et prévus pour des crémations primaires.

  • 202 Papadopoulos J. K. 2005, 245 (J. H. Musgrave).
  • 203 Voir les tombes 18, 58, 102, 104, 124. Cf. Papadopoulos J. K. 2005, 96, 132, 179, 184, 231.
  • 204 Papadopoulos J. K. 2005, 384-385 ; Wells 1960, 35-36 ; Grévin 2005, 17.
  • 205 Popham et al., éd. 1980, 429 (J. H. Musgrave).
  • 206 Papadopoulos J. K. 2005, 245-246 ; McKinley 1989, 67.1. 
  • 207 Hom., Il., 23.216-217, 226-228 (Patrocle) ; 24.785-792 (Hector).
  • 208 Hom., Il., 23.110-125 (Patrocle) ; 24.662-663, 784 (Hector).
  • 209 Schnapp-Gourbeillon 1982, 82.
  • 210 Papadopoulos J. K. et al. 2011, 198.
  • 211 Cambitoglou et al., éd. 2001, 56.
  • 212 Breitinger 1939, 181.
  • 213 Popham et al., éd. 1980, 201, n. 17.
  • 214 Moskal-del Hoyo 2012, 3390-3391.
  • 215 Stampolidis 1990.
  • 216 Tumulus XIX, cf. Alexandrescu 1966, 151-152, 152 fig. 18.
  • 217 Voir l’amphore attique à figures rouges représentant Crésus sur son bûcher, par le Peintre de Mys (...)
  • 218 Blandin 2007, 132-133.

62The Toroneans seem to have mastered cremation commendably202. Le degré élevé de crémation des ossements et la présence, dans certaines tombes, de petits fragments de bronze déformés203, impliquent une capacité de chauffe importante (900° à 1000° C)204– plus que ce qui a été supposé pour les bûchers de la nécropole de Lefkandi205. Dans les crematoria modernes, la crémation complète prend environ 1 à 2 heures alors que sur un bûcher traditionnel cela prend 7-8 heures ou plus206 – une durée proche de celle qu’on peut supposer dans l’Iliade lorsqu’Achille se lamente autour du bûcher de Patrocle toute la nuit207. Dans l’épopée homérique, la construction des bûchers de Patrocle et d’Hector requièrent une mobilisation importante de personnes et de matériaux. C’est toute une expédition d’hommes et d’animaux qui s’organise pour aller chercher le bois208. Au-delà de “l’excès, de la démesure” de ces funérailles exceptionnelles qui sont à l’échelle du statut héroïque des guerriers que l’aède veut souligner209, la description de la préparation des bûchers soulève des questions importantes relatives aux choix des essences, à l’approvisionnement et au transport des combustibles. À Toronè [101], d’après les analyses récentes faites sur les charbons provenant des résidus des bûchers de quatre tombes, les habitants utilisaient du chêne et du frêne, parfois ensemble pour le même bûcher (T. 101)210. Ces résultats sont intéressants car dans les sources anciennes, la Macédoine était connue pour l’abondance de ses forêts et la qualité de ses résineux pour la construction des bateaux211. Dans la nécropole du Céramique à Athènes, du pin et du bois de vigne ont été identifiés dans les bûchers212 tandis qu’à Lefkandi, on a identifié de l’olivier213. Ainsi les essences utilisées sont variées. Des comparaisons ethnographiques ont montré que certains bois sont sélectionnés pour leur parfum ou pour le bruit qu’ils produisent lorsqu’ils brûlent214. Ainsi sans étude approfondie des restes brûlés, il n’est pour le moment pas possible de connaître le fonctionnement de l’économie du bois pour les crémations à Palio Gynaikokastro [65] et dans les autres régions pratiquant la crémation. L’architecture des bûchers elle-même reste encore inconnue pour notre région, à la différence de la nécropole d’Éleutherna215 ou de celle d’Istros216 qui en ont livré deux exceptionnels, et dont l’architecture trouve un écho plus tardif dans l’iconographie vasculaire d’époque classique217. Qui construisait les bûchers ? Qui les surveillait ? Y avait-il un crémateur qui était en charge de tout cela ?218 Les sources manquent et ces questions restent en suspens.

Après la crémation : sélection, tri, traitement et rangement des os

63Hom., Il., 23.236-244 :

Ἀτρεΐδη τε καὶ ἄλλοι ἀριστῆες Παναχαιῶν,
πρῶτον µὲν κατὰ πυρκαϊὴν σβέσατ’ αἴθοπι οἴνῳ
πᾶσαν, ὁπόσσον ἐπέσχε πυρὸς µένος· αὐτὰρ ἔπειτα
ὀστέα Πατρόκλοιο Μενοιτιάδαο λέγωµεν
εὖ διαγιγνώσκοντες· ἀριφραδέα δὲ τέτυκται·
ἐν µέσσῃ γὰρ ἔκειτο πυρῇ, τοὶ δ’ ἄλλοι ἄνευθεν
ἐσχατιῇ καίοντ’ ἐπιµὶξ ἵπποι τε καὶ ἄνδρες.
καὶ τὰ µὲν ἐν χρυσέῃ φιάλῃ καὶ δίπλακι δηµῷ
θείοµεν, εἰς ὅ κεν αὐτὸς ἐγὼν Ἄϊδι κεύθωµαι·

  • 219 Texte établi et traduit par P. Mazon, Les Belles Lettres, Paris, 1938.

“Atride, et vous, héros du camp panachéen, avec le vin aux sombres feux, commencez donc par éteindre le bûcher, entièrement, partout où a régné la fougue de la flamme. Recueillons ensuite les os de Patrocle, fils de Ménœtios. Distinguons-les soigneusement ; ils se laissent aisément reconnaître : ils sont au milieu du bûcher, tandis que les autres ont brûlé à part, à l’extrême bord, hommes et chevaux ensemble. Plaçons-les dans une urne d’or avec double couche de graisse, en attendant le jour où je m’enfoncerai moi-même dans l’Hadès219.”

  • 220 Hom., Il., 23.237-238, 250 (pour Patrocle), 24.791-792 (pour Hector) ; Andronikos 1968, W29.
  • 221 Grévin 2005, 20.

64On ignore si les habitants laissaient le bûcher s’éteindre de lui-même ou bien si le processus était interrompu en versant un liquide. Pour Patrocle et Hector, le bûcher est éteint avec du vin220. L’interruption du bûcher est difficilement identifiable archéologiquement. Comme l’ont montré des exemples ethnographiques, l’extinction des flammes et des braises avec de l’eau contribue à l’éclatement des os221. Dans les dépôts d’os brûlés, il est toutefois difficile d’attribuer cette fragmentation à l’écroulement du bûcher, à un broiement intentionnel ou bien au choc thermique dû au liquide aspergé sur les braises. À Toronè [101] la fragmentation des ossements serait peut-être due à un broiement post-crématoire. Quels récipients utilisait-on pour éteindre le feu et que faisait-on des récipients après ? Pour les funérailles de Patrocle, rien n’est dit. À Toronè [101], parmi les 27 tombes renfermant un ou plusieurs vases d’accompagnement non brûlés (en plus de l’urne et en dehors des tessons brûlés issus des résidus du bûcher), 25 comprenaient au moins une cruche modelée. Est-il possible que ces cruches aient servi à éteindre le bûcher ? Considérant leur calage en position verticale à l’intérieur des fosses c’est probablement le contenu qui importait plus que le contenant.

  • 222 Popham et al., éd. 1980, 441.
  • 223 Hom., Il., 23.251-252 (pour Patrocle), Il., 24.793 (pour Hector) ; Od., 24.76 (pour Achille).
  • 224 Poplin 1995, 254 ; Grévin 2005, 17.
  • 225 Poplin 1995, 254-255.
  • 226 Papadopoulos J. K. 2005, 247 (J. H. Musgrave).
  • 227 Papadopoulos J. K. 2005, 247 (J. H. Musgrave).
  • 228 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave).
  • 229 Savvopoulou 2001, 178.
  • 230 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave).
  • 231 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave) ; Paidoussis & Sbarounis 1975, 130, 145.
  • 232 Hom., Il., 23.254 (pour Patrocle) ; 24.782-804 (pour Hector). J. Zurbach note qu’il n’est pas pré (...)
  • 233 Popham et al., éd. 1993, 17-22.
  • 234 Kottaridi 2001b, 361.
  • 235 Kurtz & Boardman 1971, 53 ; Desborough 1952, 5-6.
  • 236 Papadopoulos J. K. 2005, 382.
  • 237 Papadopoulos J. K. 2005, 378.

65Après extinction du bûcher, les proches avaient plusieurs choix à leur disposition : abandonner la dépouille et les offrandes sur le bûcher ou bien en collecter une partie ou la totalité222. Là encore la description des funérailles des héros homériques nous livre un certain nombre de détails. Achille donne des instructions et des conseils concernant la collecte des os de Patrocle, qui se distinguent par leur emplacement au centre du bûcher et par leur couleur blanche (qui caractérise également les os brûlés d’Achille et d’Hector)223. Cette couleur est liée à la calcination des os, après la carbonisation des matières organiques qui laisse visible la partie minérale de l’os, précédant celui de leur déformation et de leur vitrification224. Un tel résultat s’obtient à l’aide d’un bûcher avec un feu vif et bien ventilé et nécessite un savoir-faire évident225. À la différence des funérailles de Patrocle, la collecte des ossements dans le cas des funérailles à Toronè [101] est moins soigneuse, le poids des restes osseux dans les urnes non perturbées varie entre 9 et 1522 g mais la moyenne est de 301 g226, deux fois moins que dans les tombes du cimetière nord de Cnossos et loin derrière le poids des os collectés pour la sépulture féminine de la tombe II de la nécropole royale Vergina ou la tombe III de Nea Michaniona (Aineia) des époques plus tardives227. Les proches n’accordaient que peu de soin à la collecte pour la majorité des défunts comme en témoignent l’absence de très petits os et la présence de galets et de coquillages marins intrusifs. Une poignée d’ossements, sorte de relique, suffisait pour finaliser les funérailles228. À Palio Gynaikokastro [65], bien qu’aucune étude ostéologique n’ait été publiée jusqu’à aujourd’hui, les observations préliminaires montrent que le tri était peut-être plus précautionneux. Seuls les os non complètement calcinés semblent avoir été récupérés229. Dans le cas de Toronè [101], une fragmentation volontaire est suggérée230. Cette pratique, qui a également été identifiée à Perati en Attique, doit toutefois être nuancée car l’effondrement du bûcher participe également à la destruction des restes231. Enfin, pour Ierissos [103], l’auteur précise que les os des urnes cinéraires ont été découverts “propres”. Cela nous évoque le passage de l’épopée homérique lorsque les os d’Achille sont lavés au vin pur (Od., 24.73). Cette étape du rite est difficilement identifiable archéologiquement car les cendres n’adhèrent pas forcément aux os et un tri manuel pouvait être suffisant sans avoir recours à un rinçage. Dans les nécropoles pratiquant la crémation secondaire les os semblent avoir été directement déposés dans les urnes cinéraires. À Toronè [101] quelques os ont été retrouvés mêlés aux restes du bûcher dans les fosses. Aucune trace de linge entourant les ossements n’est mentionnée dans les publications. Cette pratique rapportée dans les épopées homériques pour les funérailles de Patrocle232 trouve un écho à l’âge du Fer dans la tombe de l’Hérôon à Lefkandi233 et plus tard en Macédoine au vie siècle à Vergina234. Concernant le choix des urnes cinéraires on ne peut actuellement faire de synthèse car les analyses anthropologiques sont trop peu nombreuses. À la différence du cas athénien235, les formes des urnes cinéraires de Toronè [101] ne semblent pas avoir de lien avec le sexe des individus236. En revanche, malgré un échantillon très mince, il est peut-être corrélé à l’âge. Les sépultures des enfants et nouveau-nés sont déposées dans des amphores, des jarres, des petits pithoi, une amphorisque, une pyxide ou des tasses/kyathoi mais pas dans des vases renvoyant à l’image du symposion (cratère, skyphos)237.

Les résidus du bûcher : entre incorporation et mise à distance

66Dans les cas où la crémation n’est pas faite sur le lieu de la tombe, la question de la destination des résidus du bûcher apparaît comme essentielle. L’étude du comblement des tombes recevant les crémations secondaires permet d’aborder cette question. Parmi les quelques nécropoles pour lesquelles nous avons de plus amples informations (Palio Gynaikokastro [65], Toronè [101], Koukos [102] et Ierissos [103]), nous avons identifié à l’échelle des nécropoles, plusieurs cas de figures : 1) incorporation des résidus dans la tombe, 2) absence des résidus dans la tombe, 3) présence des deux configurations dans la nécropole.

  • 238 Kübler 1942, fig. 6.
  • 239 Lemos 2002, 163.

67L’incorporation du rite dans la tombe ne correspond, pour notre région étudiée, qu’à la crémation d’Ierissos [103] (catalogue, fig. 127). L’intégrité des dépouilles est symboliquement préservée à travers leur isolement dans les vases. Les vestiges du processus de la crémation sont incorporés dans la tombe presqu’aussi clairement que pour les crémations primaires. Ce rapport entre ossements et résidus est celui qu’on retrouve dans les tombes contemporaines de la nécropole du Céramique à Athènes238 ou dans trois tombes du cimetière de Toumba de Lefkandi239.

68L’absence de résidu du bûcher dans la tombe reflète une sorte de mise à distance délibérée. Dans le cas de la nécropole de Palio Gynaikokastro [65], on observe une séparation physique entre les débris du bûcher et les tombes. Seuls quelques os sélectionnés sont déposés dans les urnes placées dans les enclos – les résidus du bûcher restent sur le lieu de la crémation. Ils ne sont pas déversés dans les enclos et la couche de terre rouge rapportée étalée sur le fond des tombes a peut-être ici une vertu purificatrice. Le tumulus d’Apsalos-Verpen [50] et ses urnes étaient trop endommagés pour observer ce phénomène, mais par comparaison, on retrouve cette démarcation spatiale dans la nécropole de l’Hippodrome de Skopje [RMb-8].

  • 240 Pour la T. 105, il est possible que le comblement de la fosse et les tessons ne proviennent pas d (...)
  • 241 Papadopoulos J. K. 2005, 172, 191, 199, 206.
  • 242 Papadopoulos J. K. 2005, 201.
  • 243 Papadopoulos J. K. 2005, 383.

69Même rite, attitude différente, les tombes de Toronè [101] présentent les deux configurations, de l’incorporation à une mise à distance. Sur la totalité des crémations secondaires en urne (118 cas), 38 tombes contenaient également de la terre noircie des résidus du bûcher. Bien qu’il faille nuancer cet effectif car certains cas sont douteux240, quelques fosses en étaient remplies d’une quantité importante (T. 101, 108, 112, 114)241. Le cas de la T. 113, où le volume de tessons brûlés est important par rapport à celui des résidus, témoigne probablement d’un tri au moment de la collecte242. Les résidus sont simplement déversés dans la tombe autour et au-dessus des urnes. Les tombes contenant des résidus du bûcher se situent presque toutes dans la zone nivelée du dépôt 4. Bien que ce niveau artificiel soit riche en matériaux organiques il n’a pas pu être prouvé que des bûchers avaient été installés dessus. Les tombes de ce secteur sont creusées dans le substrat nivelé ou bien dans la couche de sédiment rapporté (dépôt 4). On ne peut donc exclure l’intrusion d’un peu de terre sombre et de tessons extérieurs, mais un tel phénomène ne peut expliquer la présence d’une quantité importante de résidus à l’intérieur des tombes, notamment pour les T. 24 et 25 situées bien à l’extérieur de ce secteur. Dans les autres tombes dépourvues de résidus, les fosses sont comblées d’éclats de substrat rocheux, de petites pierres brutes et de terre. Les deux types de comblement impliquent des séries de gestes distincts. En effet, les tombes renfermant des résidus du bûcher supposent un tri (os/résidus), deux collectes distinctes et donc une logistique adéquate (utilisation de récipients pour le transport, etc.). Dans plus d’une vingtaine de tombes les résidus comprennent des tessons, brûlés ou non, pouvant représenter plus d’une quinzaine de vases fragmentaires et incomplets. Dans la tombe sont alors rassemblés la dépouille du défunt, réduite à quelques os représentant le tout, les objets personnels, ainsi que les reliefs d’un repas, de libations et du rituel, si opulents fussent-ils, qui sont une dernière fois exposés avant d’être enfouis sous terre. Pour les autres crémations, le rite n’est exprimé qu’à travers les quelques os sélectionnés, l’urne, la forme de la tombe, et parfois des restes de faunes. La chronologie relative n’a pu être établie pour la totalité des tombes, mais le phasage général a montré que les crémations du secteur du dépôt 4 sont les plus anciennes. Le déversement de résidus dans la tombe apparaît dès l’adoption de ce rite et ne devient qu’exceptionnel aux phases III et IV (T. 24, 25). Plusieurs explications peuvent être proposées pour justifier ce changement. Les premières sont d’ordre pratique. L’éloignement du bûcher aurait compliqué le transport des résidus dans la tombe243, ou bien la communauté brûle désormais ses défunts sur des aires crématoires collectives. Les couches s’accumulant au fil des décès, il n’était plus envisageable de prélever les résidus en raison du risque de contamination de la tombe par les restes de crémations précédentes. D’autres explications d’ordre religieux ou social sont possibles. L’absence de résidus pourrait être liée à un changement d’attitude à l’égard des restes calcinés qu’on refuse désormais d’unir à la tombe du défunt. Aucune explication n’est totalement satisfaisante. L’absence de résidus réduit numériquement le nombre de vases représentés dans la tombe et met à distance l’acte crématoire lui-même. Il semble qu’on assiste là à une simplification du discours funéraire.

Le nombre d’individus par tombe

  • 244 Papadopoulos J. K. 2005, 250.
  • 245 Musgrave 1990a, 285.
  • 246 Les os de Patrocle sont provisoirement déposés dans une phiale en or (Hom., Il., 23.243-244) pour (...)
  • 247 Musgrave 1990b, 310.
  • 248 Liston & Papadopoulos 2004.
  • 249 Musgrave 1990b, 302-305.

70Comme les tombes à inhumation, celles à crémation ont pu renfermer un ou plusieurs individus. Les trois crémations primaires de Makrygialos [80] ne renfermaient qu’un seul individu, tandis que la tombe d’Ierissos [103] renfermait les dépouilles d’un adulte et d’un immature. Parmi les crémations secondaires en urnes, nous distinguons les tombes regroupant plusieurs urnes individuelles et les tombes renfermant une ou plusieurs urnes contenant les ossements de plusieurs individus mêlés. À Palio Gynaikokastro [65] les enclos renferment plusieurs urnes, et à Koukos [102] ce sont les cistes. En apparence, celles-ci prennent alors l’allure de tombes familiales. Malheureusement, nous ignorons le nombre de défunts par urne. À Toronè [101] les deux types de regroupements sont pratiqués. Parmi l’ensemble des tombes à crémation, huit tombes auraient renfermé plusieurs individus. Dans deux cas les deux individus ont leur propre urne (T. 112, 118) et dans les six autres cas les ossements sont regroupés (catalogue, fig. 121). Toutefois pour les quatre dernières il ne s’agit que d’hypothèses244. Comme nous l’avons souligné plus haut nos connaissances sur les bûchers de Toronè sont très limitées. Dans le cas d’aires crématoires collectives par exemple, la présence d’ossements intrusifs de crémations précédentes à l’intérieur des urnes est tout à fait possible. Le regroupement de plusieurs individus dans une même urne n’implique pas forcément la crémation simultanée des deux corps245. On en a un témoignage indirect dans les épopées homériques246. D’autres sépultures à crémation multiples sont connues comme celle de la tombe du cratère de Derveni (tombe B)247. La double sépulture T. 123 de Toronè, réunissant un adulte et un fœtus à terme évoque celle de la “riche Athénienne”248, et celle de la tombe II de Nea Michaniona plus tardive (ive siècle)249. Pour les autres éventuelles sépultures collectives on ne peut pas se prononcer davantage. On ne peut exclure l’hypothèse de bûchers collectifs à Toronè [101], mais nous n’en avons pas la preuve.

Le sexe et l’âge des défunts incinérés

71Malgré l’inégalité des données disponibles nous remarquons tout d’abord que le rite de la crémation est pratiqué pour les adultes, hommes et femmes. À Axioupoli [64], la seule crémation est celle d’une sépulture masculine (armes associées), tandis qu’à Ierissos [103] il s’agit d’une sépulture féminine accompagnée de celle d’un enfant. Dans certains sites, la crémation est également pratiquée sur les immatures. On peut identifier trois cas de figure.

  • 250 Dans le reste de la Grèce, à l’intérieur de nécropoles où l’inhumation est le rite majoritaire, l (...)
  • 251 Papadopoulos J. K. 2005, 394, 395. Il ne faut toutefois pas minimiser le phénomène de la crématio (...)
  • 252 Popham et al., éd. 1980, 439. Pour celles du cimetière de Toumba, voir les tombes 5 et 22 (cf. Ib (...)
  • 253 Papadopoulos J. K. 2005, 391 tab. 4.7.
  • 254 Papadopoulos J. K. 2005, 404-405.

72Dans le premier cas, représenté par la nécropole de Makrygialos [80] (les trois crémations primaires) et celle d’Ierissos [103], la crémation des immatures apparaît comme exceptionnelle250. Le deuxième cas de figure est représenté par la nécropole de Toronè [101] où la crémation s’applique sans distinction aux adultes et aux immatures. Le changement progressif de rite (inhumation → crémation) est contemporain de l’apparition des nouveau-nés dans la nécropole. C’est ce qui marque la différence avec Athènes où, à partir du Protogéométrique, l’incinération est davantage réservée aux adultes251, et qui rapproche Toronè [101] de Lefkandi, où quelques enfants sont incinérés aux côtés des adultes jusqu’au Subprotogéométrique252. Plutôt que d’y voir une influence eubéenne – que nous n’excluons pas, on peut aussi interpréter ce phénomène comme une stratégie du groupe visant à affirmer sa position sociale au sein de la communauté entière par l’intégration des nouveau-nés au cimetière et par l’utilisation de rituels communs. La différence entre les tombes se place désormais au niveau du mobilier, plus précisément dans la quantité de céramiques récupérées dans les résidus du bûcher253, et donc sur la visibilité des reliefs de la cérémonie funéraire. En revanche, il y a peu de différence de richesse visible entre les tombes dépourvues de résidus du bûcher, et presque chaque groupe de tombes identifié dans l’espace funéraire comprend une ou plusieurs sépultures d’enfants, de nouveau-nés ou d’adolescents. Ainsi, c’est l’accès à la nécropole qui semble prévaloir sur la distinction entre les défunts à l’intérieur de cet espace254.

  • 255 Les dernières tombes du tertre Γ sont contemporaines des tertres A et B dans lesquels les enchytr (...)
  • 256 Pomadère 2005, 156.
  • 257 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 653, 696.

73Le troisième cas de figure correspond à la différentiation du rituel entre des adultes (incinérés) et des immatures (inhumés). Cela concernerait le petit ensemble de Kranidia-Kryovryssi B [33] et la nécropole de Drama Z. I. [105], où les enchytrismes renferment des sépultures d’enfants. Dans cette dernière, les inhumations seraient légèrement postérieures aux crémations255. Il serait donc nécessaire de connaître en détail la chronologie relative des tombes ainsi que l’âge de tous les individus, afin de savoir si l’adoption de l’enchytrisme pour les enfants reflète un élargissement de l’accès à la sépulture formelle avec traitement différentiel des immatures à la fin du viiie siècle. Dans le reste de la Grèce, d’une manière générale, à partir de la transition entre le Submycénien et le Protogéométrique, s’opère une exclusion des enfants du rite de la crémation alors pratiquée pour les adultes en Attique, en Thessalie (Halos), à Rhodes (Ialysos), à Kos, à Paros (Paroikia), à Thera, et à Érétrie256. À Thasos la différentiation n’est pas aussi nette même si l’enchytrisme en pithos semble avoir été préféré pour les nourrissons257. En Grèce du Nord, on constate l’absence de modèle unique et plutôt une variabilité d’un site à l’autre.

  • 258 Pomadère 2005, 157-160.

74Il est difficile de trouver une seule explication pour justifier l’inclusion ou l’exclusion des enfants du rituel de la crémation. Si les croyances religieuses ont pu jouer un rôle déterminant, en Grèce méridionale et insulaire, l’accès à la crémation était peut-être lié à l’âge des défunts, et plus précisément à leur intégration sociale dans la communauté258. Dans le nord de la Grèce, la documentation disponible ne permet pas encore de proposer d’interprétation, mais cette hypothèse offre néanmoins des pistes de recherche stimulantes.

Conclusion : inhumation versus crémation

  • 259 Deux crémations secondaires avaient été mises au jour lors des fouilles de M. Andronikos et 17 lo (...)

75Parmi les 18 ensembles funéraires où la crémation a été identifiée (fig. 5), elle est exclusive dans trois nécropoles, elle est le rite dominant pour trois ensembles et minoritaire pour une dizaine (fig. 7). Dans ces derniers, la crémation représente 1,3 à 6 % du total des tombes connues. Sur le plan numérique, la situation à Vergina [75] est donc similaire à celle des nécropoles planes de Macédoine Centrale259. Hormis la nécropole de Toumba Thessalonique [95] qui n’a livré aucune crémation jusqu’à aujourd’hui, les autres ensembles de la région du Golfe Thermaïque partagent une fois encore un autre point commun. La crémation y est toujours présente mais en faible proportion. Concernant les nécropoles où la crémation est le rite majoritaire nous pouvons identifier deux groupes qui se distinguent par leur emplacement géographique et le type de nécropole. Nous avons d’une part Toronè [101] et Koukos [102], et, d’autre part, les nécropoles tumulaires de la région à l’est du Strymon, Amphipolis-Kastas [104], Drama Z. I. [105] et Nevrokopi-Exochi [106]. Palio Gynaikokastro [65] est un cas particulier et isolé dans sa région.

Inhumations et crémations dans les espaces funéraires

  • 260 Savvopoulou 2001, 173-174.
  • 261 Urne ∆10 retrouvée à 0,40 m de la surface visible du tertre (Andronikos 1969, 18) ; pour la tombe (...)
  • 262 Bräuning & Kilian-Dirlmeier, 2013, 142.

76Dans les nécropoles planes d’Archontiko [59], d’Axioupoli [64], de Nea Philadelpheia [91], de Nea Efkarpia [93], de Nikiti-Aï Giannis [100] et d’Ierissos [103], les crémations ont été retrouvées entre les inhumations et dans certains cas les urnes sont même associées à des tombes à inhumation (Nea Philadelpheia [91]). À Palio Gynaikokastro [65], la situation n’est pas claire à cause de la réutilisation du site à l’époque romaine et des destructions causées par les labours, mais les deux rites ont peut-être coexisté – une partie des tombes à inhumation est placée à l’intérieur du noyau initial, mais ne semble pas avoir été intégrée dans le système des enclos-plateformes260. Un changement plus marqué est perceptible à la fin du viiie – début du viie siècle avec l’installation de tombes individuelles à inhumations dans d’autres terrains situés à l’extérieur du noyau initial de la nécropole. Seule une poignée de tombes est connue, mais en l’état actuel de la documentation aucune crémation n’a été enregistrée. À Vergina [75], les urnes E5 et ∆10 sont clairement déposées à l’intérieur de tertres existants261. Toutefois, pour les ensembles L, LV, LVIII, LXIV et LXVI, les limites des monuments funéraires ne sont pas définies et leur existence est même remise en question262. Ainsi il est possible que dans le secteur sud l’introduction de la crémation aille de pair avec une réorganisation de l’espace funéraire.

L’adoption de la crémation en Grèce du Nord : des histoires discontinues et régionales

  • 263 Chondroyanni-Metoki 2010.
  • 264 Agios Mamas (Pappa 1992, 475), Kriaritsi Sykia (Asouchidou 2011), Nea Skioni (Tsingarida & Mantaz (...)
  • 265 Xeropigado, Goulès, cf. Ziota 2007, 38-40, 270 ; Ziota 2010.
  • 266 Pigi Athinas, cf. Poulaki-Pandermali et al. 2010, 990.
  • 267 Deux crémations secondaires parmi les tombes HR IIIA-B de la nécropole d’Aiani-Leivadia [22], cf. (...)
  • 268 Papastathis et al. 2008.
  • 269 Valla 2000, 2002, Triantaphyllou 2002.
  • 270 Grammenos 1979.
  • 271 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 641.

77Dans le nord de la Grèce la crémation apparaît à la fin du Néolithique Récent263 et se retrouve à toutes les époques postérieures. Toutefois cette apparente continuité du rite dissimule une disparité régionale. Au Bronze Ancien et au Bronze Moyen (fig. 11), elle est pratiquée en Chalcidique264, en Macédoine Occidentale265 et de manière très sporadique en Piérie266. Au Bronze Récent (fig. 12), les nécropoles connues jusqu’alors ne sont plus utilisées et, d’une manière générale, la crémation disparaît presque totalement de Macédoine Occidentale267. En Chalcidique, il y aurait une seule tombe connue du Bronze Récent (Palaiokastro [b-11])268. En revanche, elle apparaît à l’est du Strymon dans la totalité des nécropoles mises au jour jusque-là dès l’HR IIIA-B dans la nécropole de Faia Petra [b-12]269, dans les tertres de Nevrokopi Exochi [106] et Potamoi [b-13]270, ainsi qu’à Thasos271. Ainsi pour chaque période chronologique nous avons des occurrences de crémations, mais leur répartition géographique révèle une grande disparité régionale, sauf à l’est du Strymon.

Fig. 11. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Ancien et Moyen (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 11. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Ancien et Moyen (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 12. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Récent (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).

Fig. 12. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Récent (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
  • 272 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 633.
  • 273 Snodgrass 1971, 148-149 ; Styrenius 1967, 96-99 ; Lemos 2002, 152.
  • 274 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 23 (pithos décoré), 25 (grandes cruches tournées), 90-91.
  • 275 Tertres L (tombe Γ), LV (tombes A, B, Γ, ∆), LVIII (tombes A, B), LXIV (tombes A, H, Θ), LXV (tom (...)
  • 276 Andronikos 1969, 18 (tombe ∆10), 22 (tombe E5).
  • 277 Andronikos 1969, 22, 85, pl. 36.
  • 278 Andronikos 1969, 18, 219 fig. 60, pl. 9, 33. Pour celle de Palio Gynaikokastro [65], cf. Savvopou (...)

78Dans le reste de la région, la crémation ne réapparaît qu’à la transition âge du Bronze-âge du Fer ou au tout début de l’âge du Fer dans le nord, avec le tertre d’Apsalos-Verpen [50], les enclos-plateformes de Palio Gynaikokastro [65]. Elle se généralise au cours de l’âge du Fer en Macédoine Centrale, mais pour chaque espace funéraire, la chronologie des tombes n’est pas assez fine pour savoir exactement quand la crémation a été adoptée. Selon H. Koukouli-Chryssanthaki, à Amphipolis-Kastas [104] et à Drama Z. I. [105] la crémation serait plus ancienne que l’inhumation272. À Toronè [101] et à Vergina [75], c’est l’inverse. À Toronè [101], la crémation supplante l’inhumation au Protogéométrique, une situation analogue à Athènes où, à la même époque, la crémation est adoptée de manière plus systématique273. À Vergina [75], selon A. Bräuning et I. Kilian-Dirlmeier, la crémation aurait été adoptée à partir de la deuxième moitié du viiie siècle au plus tôt (phase IIIC-Récent) et surtout durant le viie siècle (phase IV)274. Ce nouveau rite vient s’ajouter aux autres et ne les supplante pas. Toutefois ce nouveau phasage chronologique ne semble concerner que les crémations découvertes dans les tumuli fouillés par P. Petsas dans le sud de la nécropole qui forment un groupe homogène tant par leur localisation dans la nécropole, leur regroupement dans certains tertres et les types d’urnes utilisés (majorité de cruches tournées et de marmites à support)275. On peut se demander si les urnes cinéraires E5 et ∆10 découvertes lors de la fouille de M. Andronikos appartiennent à la même phase chronologique276. Elles ont été découvertes dans la partie supérieure du remblai des tertres, donc à une phase plutôt récente de l’utilisation des monuments. Toutefois, leurs types diffèrent de ceux identifiés dans les tombes fouillées par P. Petsas. Il s’agit, pour la première, d’un vase modelé ouvert avec au moins une anse horizontale, mais très incomplet277, tandis que la seconde est une amphore modelée à trois anses surmontées de pouciers, qui n’est pas sans rappeler un vase découvert plus au nord à Palio Gynaikokastro [65]278.

79Au début de l’âge du Fer, dans la partie centrale et péninsulaire de la Grèce du Nord, la généralisation de la crémation, même en tant que rituel mineur, complexifie une carte funéraire déjà enrichie par les nombreux types de tombes. Une démarche analytique était nécessaire afin de comprendre en détail l’histoire de chaque forme funéraire. Il convient maintenant d’en proposer une synthèse et de voir dans quelle mesure la diversité des pratiques dessine une géographie funéraire constituée de plusieurs régions aux traits spécifiques.

Notes

1 T. Waldron cité par A. Ingvarsson-Sundström, cf. Ingvarsson-Sundström 2008, 25 n. 80.

2 Duday et al. 1990, 30.

3 Duday et al. 1990, 30 ; Ingvarsson-Sundström 2008, 25 (les facteurs environnementaux).

4 Ingvarsson-Sundström 2008, 27 (les facteurs individuels).

5 Comme l’a montré l’étude ostéologique faite sur les défunts de la nécropole tumulaire de Celic-Dere dans le nord de la région du Dobruja, cf. Rowlett 2000.

6 Morris I. 1987, 57-155.

7 Morris I. 1987, 171 sq.

8 Papadopoulos J. K. 1993 ; Pomadère 2007, 436-438.

9 La thèse de I. Morris sur la naissance de la polis s’oppose donc à celle de A. Snodgrass dans les années 1980. L’auteur était parti du principe que les tombes et les nécropoles pouvaient être utilisées pour reconstituer les démographies antiques et que l’accroissement de la population (visible par l’augmentation du nombre de tombes et des cimetières) aurait contribué à des profonds changements structurels de la société grecque, cf. Snodgrass 1980, 21-25.

10 Hermary & Satre 2012, 561.

11 Guy & Masset 1997, 39.

12 L’Indice de Conservation Anatomique (ICA) est différent du degré de fragmentation, car il “traduit le rapport entre la somme des scores de conservation (en pourcentage) attribués à chaque élément ou groupe d’éléments osseux constitutifs du squelette (…) et le nombre total d’os du squelette (…). Cet indice donne principalement une idée de la masse osseuse présente”, et malgré quelques limites énoncées par les auteurs, “il permet, de manière relativement simple, de quantifier l’état de conservation tant au niveau anatomique (la conservation des différents os), qu’au niveau individuel (la conservation de chaque individu)”, cf. Bello et al. 2002, 248-249.

13 Bello et al. 2002.

14 Hermary & Satre 2012.

15 Étude faite par Ursula Wittwer-Backhofen et publiée en annexe dans Rhomiopoulou &
Kilian-Dirlmeier 1989, 150-151.

16 Andronikos 1969, 152.

17 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 95-96 tab. 47.

18 Hermary & Satre 2012, 561-563.

19 Par exemple, à Makrygialos [80], parmi les 54 tombes, la taille moyenne des hommes adultes varie entre 1,61 m et 1,75 m et celle des femmes adultes entre 1,50 et 1,56 m (chiffres arrondis au centième, Triantaphyllou 1998, 357). Pour l’Attique, afin d’avoir suffisamment de matériel et de données I. Morris se fonde sur le rapport taille des tombes/âge des défunts. Cela fonctionne pour son analyse car il se base principalement sur deux grandes classes d’âge (plus ou moins de 10 ans), mais cette méthode ne pourrait être utilisée pour l’étude de profils de mortalité plus affinés à cause du degré d’incertitude, cf. Morris I. 1987, 58-59.

20 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 95-96 tab. 47. La tombe N-XIV a livré 1 épée, 2 couteaux, 4 boutons en bronze, 1 cratère et 1 cruche ; la tombe P-I a livré 1 épée courte, 2 couteaux, 1 skyphos et 1 biberon, cf. Andronikos 1969, 37, 44.

21 Il s’agit d’une tombe à fosse étagée, mesurant 2,40 m de longueur. Le squelette n’était pas conservé sauf une dent récupérée au tamisage, qui appartiendrait à un immature de 10 ans. Le mobilier, très riche, comprenait entre autres de nombreuses céramiques, un chariot miniature en terre cuite, diverses parures et objets en or, bronze, fer et faïence ainsi qu’une hache, un talon de lance et des fragments de poignard en fer, cf. Popham et al. 1982, 217-220.

22 Tombes N-IX (Andronikos 1969, pl. 11), Y-I, (ibid., pl. 16), Φ-III (ibid., pl. 17), AB-I (ibid., pl. 20), Α∆-I (ibid., pl. 23), AE-V (ibid., pl. 25), AH-II (ibid., pl. 29).

23 Tombe LXV-AZ, cf. Petsas 1961-1962, pl. 139β.

24 Tombe LXV-AZ (Petsas 1961-1962, pl. 139β) ; Tombes A-pithos 3 (Andronikos 1969, 11), LXV-Ψ (Petsas 1961-1962, pl. 137β).

25 Par comparaison, dans les tombes attiques, la position allongée sur le dos jambes étendues, quoique dominante, n’est pas exclusive (Morris 1987, 58-59). À Argos, c’est le contraire avec la position contractée. Très fréquente, elle n’est pas forcément liée à la taille des tombes à ciste, cf. Courbin 1974, 122.

26 Par ailleurs il est possible que les biberons aient pu avoir des usages plus étendus que celui de l’alimentation des bébés, cf. Dubois 2012, 336-338.

27 Tillier & Duday 1990, 91.

28 Ledermann 1969.

29 Castex et al. 1996, 428-429. Une terminologie similaire a été utilisée pour l’étude faite sur les immatures de la nécropole mésohelladique d’Asiné, cf. Ingvarsson-Sundström 2008, 25 table 2. Notons que cette catégorisation ne réduit pas le degré de difficulté pour la détermination des âges, notamment entre les enfants morts en période périnatale (avant le 1er mois) et ceux morts en période postnéonatale (après le 1er mois), cf. ibid.

30 Sa méthode est présentée dans Triantaphyllou 2001, et dans Grammenos & Triantaphyllou 2004.

31 Makrygialos [80], Petra-Treis Elies [88], Dion [86], Nea Philadelpheia [91]. Dans cette dernière nécropole, un sujet mort à environ 6 mois gestationnels, mentionné comme fœtus dans la publication, a été reporté dans la classe des nouveau-nés qui inclut également un sujet âgé de 0 mois, cf. Grammenos & Triantaphyllou 2004, 354-364 (tombes 185 et 244).

32 Skarlatidou 2010, 380-387 (étude faite par A. Agelarakis).

33 Schmitt A. 2002. L’auteur met en avant la difficulté que pose chaque indicateur de sénescence et propose un ensemble de solutions pour réduire les marges d’erreurs, notamment l’utilisation de populations de référence bien identifiées et représentatives. Pour notre région, cf. Triantaphyllou 2001, 35-36.

34 Murail et al. 2005.

35 Triantaphyllou 2001, 35.

36 De Polignac 2007, 352.

37 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 93-94. La méthodologie est présentée dans l’ouvrage et repose notamment sur les travaux antérieurs d’A. Bräuning (1995) pour les armes et sur ceux de S. Pabst‑Dörrer pour les parures (2007).

38 Strömberg 1993, 100.

39 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 93-94, 100, Beilage 9, 10, 11.

40 Strömberg 1993, 108.

41 Delamard & Mariaud 2007, 67.

42 Nous pensons au cas de la tombe 14 du cimetière de la Porte de l’Ouest à Érétrie qui renfermait la sépulture d’un enfant de 9 mois ± 3 mois avec un immense collier d’une cinquantaine de perles, qui ne devait probablement pas lui appartenir, cf. Bérard, C. 1970, 34 sq. ; Blandin 2007, 53-55.

43 Kurtz & Boardman 1971, 200-203.

44 Baray 2007, 171 ; Baray 2008, 191-192 ; Testart 2004.

45 On mentionne 15 adultes, 1 adolescent, 4 enfants et 1 nouveau-né (tumulus Z, T. 2), cf. Antikas L. W. & Antikas T. G. 2002 ; Kottaridi 2002 ; AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 423-425 (A. Kottaridi).

46 Nea Philadelpheia [91] (29,2 % d’immatures), Oraiokastro [92] (30 % d’immatures), Nea Efkarpia [93] (40 % d’immatures), Stavroupoli-Polichni [94] (42% et 17 % d’immatures en fonction des fouilles) et peut-être aussi Toumba-Thessalonique [95] (femmes et enfants occuperaient une part importante des défunts, cf. Soueref 2009, 254) ainsi que Thermi [96], où la moitié des tombes de l’âge du Fer et de l’époque archaïque, découvertes en 1991, renfermaient des immatures, cf. AD, 46, 1991, B’2, Chr.,
279-280 (K. Lazaridis). Ces données numériques sont indicatives en attendant la publication détaillée des études anthropologiques.

47 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 354-364 : tombes n° 50, 58, 118, 126, 157, 166, 197, 208, 209, 238, 244.

48 Tombe 2.2 : un jeune enfant (5 ans ±16 mois), un adolescent (12-18 ans), un jeune adulte (18-30 ans). Tombe 74 : un jeune enfant (3 ans ±12 mois), un adulte d’âge moyen (30-40 ans), cf. Grammenos & Triantaphyllou 2004, 354-364 pl. 130.

49 Dans les espaces funéraires de Kastri à Thasos, il y aurait plus d’un tiers d’immatures dont plus de la moitié ont moins de 6 ans, cf. Pomadère 2007, 478-479.

50 Triantaphyllou 2001, 38 tab. 4.7.

51 Kottaridi 2002, 504-505 ; Antikas L. W. & T. G. Antikas 2002.

52 Kottaridi 2002, 509.

53 Les sépultures d’immatures de moins de 3 ans identifiées sont les crémations secondaires T. 21, 29, 43, 57, 87 et 123, et les immatures de plus de 3 ans identifiés sont les inhumations T. 44, 112, 126, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 360-367, tab. 4.1, 377-378.

54 Papadopoulos J. K. 2005, 227-229.

55 Papadopoulos J. K. 2005, 359.

56 D’après les rapports préliminaires de fouille, excepté le grand pithos d’1,80 m, tous les autres enchytrismes renfermaient quelques os de nouveau-nés, cf. Chrysostomou A. 1993, 112. Il est vrai que la longueur totale des contenants pourrait correspondre à des sépultures d’immatures. Pour les enchytrismes constitués de deux vases placés bord à bord la longueur totale varie entre 0,60 m et 0,90 m et pour ceux constitués d’un seul vase elle varie de 0,30 m à 0,80 m.

57 AD, 56-59, 2001-2004, B’3B, Chr., 435, 507 (Pa. Chrysostomou) ; Chrysostomou A. 2016, 30.

58 Triantaphyllou 2001, 32, 37.

59 Triantaphyllou 2001, 41.

60 Triantaphyllou 2001, 41-42.

61 Euripide souligne la souffrance et le péril de l’enfantement à travers les paroles de Médée : “On dit de nous que nous menons une vie sans péril à la maison, tandis qu’ils combattent à la guerre. Raisonnement insensé ! Être en ligne trois fois, le bouclier au flanc, je le préférerais à enfanter une seule” (E., Med., 247-251, traduction de L. Méridier, les Belles Lettres, Paris, 1926).

62 Liston & Papadopoulos J. K. 2004, 17-18.

63 Demand 1994, 71-86. Trois autres pistes de réflexion ont été proposées par S. Triantaphyllou pour expliquer la surreprésentation féminine : un mode de vie fondé sur la résidence matrilocale, l’émigration des jeunes hommes impliqués dans des activités guerrières ou commerciales et qui auraient été enterrés à l’extérieur, ou bien l’infanticide des garçons (Triantaphyllou 2001, 46). Ces hypothèses sont toutefois difficiles à vérifier et l’échantillon étudié est malheureusement très mince. L’infanticide ne laisse guère de traces matérielles. Dans la société homérique et dans la Grèce classique les garçons sont plus valorisés que les filles, qui risquaient davantage d’être exposées ou abandonnées, cf. Brulé 1992 ; Pomadère 2007, 245-247.

64 Morris I. 1987, 57.

65 Ledermann 1969 ; Séguy et al. 2006 ; Guy & Masset 1997, 36.

66 Guy & Masset 1997, 36, fig. 1.

67 Morris I. 1987, 58.

68 Snodgrass 1980, 21 ; Garland 1985, 103, 165 ; Papadopoulos J. K 1993, 184.

69 Morris I. 1987, 62.

70 Brulé 1992.

71 Si l’enchytrisme de nouveau-nés peut apparaître comme un indice pour cette pratique, dans le nord de la Grèce du moins, leur mise en terre dans des nécropoles, parfois au milieu des adultes, le soin accordé à la tombe et les offrandes déposées à l’intérieur ne vont pas dans le sens du rejet et de l’exclusion que suppose l’exposition, cf. Pomadère 2007, 245-246.

72 On observe également un regroupement des classes d’âge dans la nécropole de Kastri à Thasos, cf. Koukouli-Chryssanthaki 1992, 739-751 ; Pomadère 2007, 478-479.

73 Day 1984, n° 26.

74 Luce 2008, 263.

75 Morris I. 1987, 109.

76 Papadopoulos J. K. 2005, 403-404.

77 Pomadère 2011, 569.

78 Triantaphyllou 2001, 46.

79 Besios 1996, 237 ; Besios 2010, 133.

80 Triantaphyllou 2001, 34 tab. 4.3.

81 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 90 graph. 26, 91.

82 Les chroniques de l’Ergon mentionnent quelques enfants mais sans qu’on connaisse leur âge, cf. Ergon 1986, 71-73.

83 Dans trois tertres, les enfants avaient été déposés dans des cistes à la périphérie des monuments. Pour le tumulus Γ, ces tombes seraient plus tardives, ce qui signifie qu’avant, les enfants en auraient été exclus, cf. Georganas 2002, 293 ; Malakassioti & Mousioni 2004, 359-363.

84 Autour des périboles de pierres renfermant des crémations, ont été découverts des vases couchés sur le flanc et fermés par des pierres. Les vases étaient remplis de sable, sans aucun ossement ou cendre. F. Zapheiropoulou propose d’y voir des récipients à offrandes liquides ou des tombes de bébés. La seconde hypothèse est la plus probable, cf. Zapheiropoulou 2001, 289 ; Pomadère 2007, 469.

85 Mazarakis-Ainian 2010.

86 En Épire, deux tombes de nourrissons ont été trouvées respectivement dans les habitats de Vitsa Zagoriou [EP-4] (Vokotopoulou 1986, 34) et de Konitsa-Liatovouni [EP-5] (Douzougli & Papadopoulos 2010, 38).

87 Vokotopoulou 1990b ; ibid., 1994, 89.

88 Skarlatidou 2010.

89 Blandin 2007, 59-71.

90 Pour Athènes, cf. Pomadère 2007, 444-445, 536-537 tab. 20, 539 ; Snodgrass 1971, 149 ; Morris, I. 1987, 65 ; Haentjens 1999, 182, fig. 67. Pour l’Attique, voir la nécropole de la rue Dimitros au nord du sanctuaire d’Éleusis, la nécropole de Marathon où un secteur est réservé aux nourrissons et enfants, cf. Pomadère 2007, 445-447.

91 Phalère, Thorikos en Attique, Tachi de Thèbes en Béotie, cf. Pomadère 2007, 446-447, 462. Ce phénomène n’est pas identifié partout. À Argos, par exemple, les tombes d’enfants continuent de côtoyer celles des adultes, cf. Courbin 1974, 149.

92 Morris I. 1987, 65, 183-184.

93 Pomadère 2007,446-447.

94 Pavement circulaire de pierres découvert à l’intérieur de la maison postérieure H. Cette phase est suivie par la construction de deux maisons (H et ΣΤ) à la moitié du viie siècle, cf. Moschonissioti 1998, 257-258.

95 Thuc. 4.123.1 ; Hammond 1998, 395-397.

96 Kaltsas 1998, 289-290.

97 Pomadère 2007, 463-468.

98 Duday et al. 1990, 31.

99 Duday et al. 1990, 43.

100 Duday et al. 1990, 44.

101 D’ouest en est, Agios Pantéléïmon [2], Kastoria-Daïlaki [8], Koilada-Potistra [19], Kozani-Rue Philippou [21], Agras [41], Archontiko [59], Assomata-Egnatia [70], Vergina [75], Rovia [77], Makrygialos [80], Dion [86], Mendè [99], Toronè [101], Drama Z. I. [105], et probablement Ierissos [103].

102 Des sépultures collectives à plus de deux individus sont également mentionnées pour les nécropoles de Panagitsa-Zervi [39], d’Assomata-Egnatia [70], de Toronè [101] et de Drama Z. I. [105].

103 Koilada-Potistra [19], Kozani-Rue Philippou [21], Agras [41], Archontiko [59], Vergina [75] et Mendè [99]. Pour Vergina, il s’agit des tombes LXV-AK et LXV-AZ, cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 232, 237 ; Petsas 1961-1962, pl. 141α.

104 Vergina [75], par exemple la T. Z-2, et la T. Z-4, cf. Andronikos 1969, 25.

105 Kastoria-Daïlaki [8], Assomata-Egnatia [70], Dion [86], Toronè [101]. Pour cette dernière il s’agit de la T. 5, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 80-81.

106 Koilada-Potistra [19], Agras [41], Archontiko [59] et Toronè [101]. Pour cette dernière nécropole, il s’agit de la T. 9, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 310.

107 Makrygialos [80], Nea Philadelpheia [91].

108 D’autres exemples ont été relevés pour les nécropoles de Koilada-Potistra [19], Mendè [99] et Drama Z. I. [105].

109 Selon les conventions anthropologiques, on parle de sépulture collective lorsque les défunts ont été déposés à différentes périodes dans la tombe et lorsque l’architecture funéraire implique des réouvertures pour d’autres dépôts. On parle de sépulture multiple lorsque les défunts ont été déposés simultanément, cf. Duday 2009, 13.

110 Duday et al. 1990, 46.

111 Duday et al. 1990, 31.

112 Moschonissioti 2010, 211.

113 Tombe 6 de la rue A. Eratonymou et tombe 2 de la parcelle Roussos, cf. Blandin 2007, vol. I, 58, vol. II, 34, 85.

114 Besios 1989, 155-156.

115 Vokotopoulou 1986, 103-105, pl. 152-154, sx. XI.

116 Agios Pantéléïmon [2], Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24], Aiani-Giannouka Vryssi [25], Aiani-Isiomata [27], Panagitsa-Zervi [39], Agras [41], Archontiko [59], Karathodoreïka [63], Tzamala [68], Assomata-Delik Tash [69], Dion [86], Petra-Treis Elies [88], Assiros-Toumba [90], Toronè [101], et probablement Ierissos [103].

117 Kastoria-Daïlaki [8], Aiani-Koupoutsina [24], Aiani-Giannouka Vryssi [25], Aiani-Isiomata [27], Karathodoreïka [63], Petra-Treis Elies [88], Assiros-Toumba [90] et Toronè [101]. Pour Toronè, voir par exemple la T. 16, dans laquelle les os ont été retrouvés empilés dans un coin de la tombe, cf. Papadopoulos J. K. 2005, 93-94.

118 Duday et al.1990, 44.

119 Aiani-Leivadia [22], Agras [41], Chauchitsa [62].

120 Agras [41], Makrygialos [80], Dion [86].

121 Poulaki-Pandermali 2013, 55.

122 Triantaphyllou 2001, 60 ; AD, 38, 1983, B’2, Chr., 274-275 (J. Vokotopoulou).

123 Pelon 1976, 295 ; Boardman 1960.

124 Duday et al. 1990, 33-34 ; Duday 2009, 15-57.

125 Mentionnée pour Assomata-Egnatia [70], Dion [86], Oraiokastro [92], Stavroupoli-Polichni [94], Thermi [96].

126 Lioutas & Gkioura 1997, 322 ; Kefalidou 2010, 140.

127 Duday et al. 1990, 33-34 ; Duday 2009, 17-19.

128 Duday 2009, 9.

129 Agios Pantéléïmon [2], Velventos-Kato Bravas [37], Makrygialos [80], Nea Efkarpia [93], Stavroupoli-Polichni [94] et Mendè [99].

130 Toumba Thessalonique [95].

131 Agios Pantéléïmon [2], Servia-Kolitsaki [35], Agras [41], Makrygialos [80], Nea Efkarpia [93], Toumba Thessalonique [95] et Mendè [99].

132 Un cas mentionné à Stavroupoli-Polichni [94] et au moins un cas à Agras [41].

133 Aspöck 2008.

134 Dans le rapport préliminaire de fouille, la disposition des objets n’est pas claire. On aurait trouvé au-dessus à gauche et à droite du défunt des objets en fer, à savoir 4 pointes de lance, 1 pince à épiler, 1 couteau et 1 cruche à col échancré, tandis qu’une autre cruche gisait sur le sol de la tombe, cf. AD, 56‑59, 2001-2004, B’3B, 468, pl. 123δ (P. Chrysostomou).

135 Blegen 1937, 248 ; Cavanagh & Mee 1998, 71.

136 Les défunts ont les genoux repliés vers le haut. D’après l’inventeur une telle position aurait été obtenue à l’aide de liens resserrés autour du cadavre, cf. Halbherr 1901, 273-274 (pour la première tombe), 277‑278.

137 Kefalidou 2010, 140.

138 Elle était également accompagnée d’un vase ouvert, de quelques éléments de parures en bronze et d’une fusaïole en bronze. Le nouveau-né qui lui est associé n’avait aucun objet, cf. Kefalidou 2010, 140.

139 Des boucles d’oreilles et deux bracelets en bronze, cf. Kefalidou 2010, 140.

140 Kefalidou 2010, 140.

141 Une fusaïole en terre cuite et deux vases modelés. L’examen ostéologique a montré qu’il souffrait d’une infirmité visible au niveau de son dos. cf. Kefalidou 2010, 141.

142 La défunte était accompagnée de 3 (ou 4 ?) plaques circulaires en bronze (placées au niveau du crâne et du bassin), 2 grandes épingles en bronze, 1 fragment de fibule, 1 collier et 1 fusaïole en terre cuite, cf. Karamitrou-Mentessidi & Vatali 1999, 374 ; AD, 54, 1999, B’2, Chr., 621 (G. Karamitrou-Mentessidi).

143 La tombe est une fosse fermée par des dalles. La tête de la défunte faisait face à l’Est et elle était accompagnée de 4 vases en céramique (amphorisque, pyxide, tasse et skyphos), cf. Brouskari 1980,
22-23 ; Lewartowski 2000, 20.

144 Stampolidis 1994, 27-28.

145 Kefalidou 2010, 130, 138.

146 Triantaphyllou 2001, 21-22.

147 AD, 56-59, 2001-2004, B’3A, Chr., 157-158 ; Besios 2010, 61-62 ; Besios & Krachtopoulou 1994, 147-148 ; Besios 1993, 202-203.

148 Poulaki-Pandermali 2013, 46, 54-55, 57-58.

149 Karamitrou-Mentessidi 1998, 439 ; Karamitrou-Mentessidi 2008, 71-75 ; Karamitrou-Mentessidi & Vatali 1999.

150 Seulement 6 défunts en position allongée sur le dos sur un total de 30 individus, cf. Karamitrou-Mentessidi 2008, 73.

151 AD, 46, 1991, B’2, Chr., pl. 115β (G. Karamitrou-Mentessidi).

152 Poulaki-Pandermali 2013, 54-55.

153 Kefalidou 2010, 139-140. 

154 Georganas 2011, 627.

155 Kamenicë [AL-4] (Bejko 2004, 42) ; Piskovë [AL-9] (Cabanes, éd. 2008, 39, 57) ; nécropole plane de Germënj (Andrea 1981, 224).

156 Lewartowski 2000, 20-21.

157 Poulaki-Pandermali 2013, 45 sq.

158 Exemple d’Ulanci-Dimov Grob [Rmb-1], cf. Mitrevski 1997, 38 fig. 6, 348 fig. 10-11).

159 Baray 2003, 65.

160 Expression empruntée à J.-F. Baré (1977, Pouvoir des vivants. Langage des morts. Idéo-logiques, Maspero, Paris), cité par Baray, 2003, 65.

161 Ael., VH, 7.19 ; Luce 2014, 39.

162 Dakoronia 1987, 72.

163 Savvopoulou 2007, 609.

164 Savvopoulou 1994, 254-255.

165 Graphique construit à partir des informations tirées du catalogue des tombes, cf. Vokotopoulou 1986.

166 Vokotopoulou 1986, 343.

167 Skarlatidou & Ignatidou 1996, 482.

168 Lioutas et al. 2003, 300-301.

169 Chrysostomou A. & P. Chrysostomou 2007a, 479 ; ibid. 2007b, 115. Ce phénomène a aussi été observé dans la nouvelle nécropole archaïque de Mesiano située à l’est d’Archontiko, cf. Chrysostomou P. & Zarogiannis 2005, 427, 429.

170 Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.

171 Misaïlidou-Despotidou 2004, 268 ; Misaïlidou-Despotidou 2008, 45.

172 Tsibidou-Avloniti 1992, 372-373 ; Tsimbidou-Avloniti 1993, 251.

173 Despini 2016a, 115.

174 Grammenos & Triantaphyllou 2004, 85.

175 Chrysostomou A. & Chrysostomou P. 2013a, 407 ; ibid. 2013b, 50-51.

176 Les tombes masculines (T. I à VII) ont la tête vers l’ouest (cf. Filow & Schkropil 1927) et les sépultures féminines (T. IX et X) ont la tête vers l’est (cf. Vulić 1930, 276).

177 Kefalidou 2009, 36 n. 76.

178 Pandermali & Trakossopoulou 1994, 205.

179 Nea Skioni, les tombes sont disposées en rangées, orientées sud-est/nord-ouest et les défunts avaient la tête à l’est, cf. Tsingarida & Mantazi 2003, 372. La même chose est constatée pour la nécropole archaïque d’Acanthe où les tombes sont orientées est-ouest ou nord-est/sud-ouest avec la tête des défunts à l’est ou au sud-est, cf. Kaltsas 1998, 299.

180 Kottaridi 2009b, 145.

181 Rhomiopoulou & Touratsoglou 2002, 19.

182 L’exemple de la nécropole A d’Entella en Sicile le montre bien. Parmi des tombes hellénistiques, d’autres sépultures différaient par leur architecture et l’orientation des défunts regardant vers le sud‑est. Un examen attentif des témoignages écrits a en fait révélé que le site avait été réutilisé tardivement pour des sépultures musulmanes. Les défunts étaient donc tournés vers La Mecque et pas simplement vers le sud-est, cf. Duday 2009, 24-25.

183 Baray 2003, 79.

184 Stampolidis 1996, 94-97, Andronikos 1968, 51 sq. ; Schnapp-Gourbeillon 1982 ; Zurbach 2005.

185 Deux d’entre elles sont recoupées par des tombes hellénistiques, cf. Besios 1991, 172 ; Karliabas et al. 2004, 343.

186 Cabanes, dir. 2008 52-53 ; Bejko 2004, 42 (pour le tumulus de Kamenicë).

187 Malakassioti & Mousioni 2004 ; Wace & Thompson 1911-1912.

188 Une fosse renfermant une crémation primaire, découverte non loin du village de Chloi, cf. BCH 125, 2001, Chr., 909 (G. Touchais, S. Huber, A. Philippa-Touchais) ; AD, 51, 1996, B’1, Chr., 342-343 (A. Doulgeri‑Intzesiloglou) ; une autre plus douteuse associée à une tombe à tholos à Ano Dranitsa (PΑΕ, 1911, 351).

189 Chez Homère ce terme peut aussi désigner le feu de camp (Hom., Il., 7.509, 554, 562) ou bien l’emplacement du bûcher et du tumulus érigé par-dessus, cf. DÉLG, s.u. πυρά”.

190 Kübler 1942, fig. 6 ; voir aussi les remarques de B. Blandin sur le problème de l’identification des bûchers dans Blandin 2007, 40-41.

191 Savvopoulou 2001, 171-172.

192 Stampolidis 1990, 381 fig. 9, 382 fig. 10.

193 Il s’agit d’un bûcher dressé sur un lit de pierres plates. Il s’appuyait contre la roche recreusée et contre des murets construits sur les autres côtés, cf. Marangou 2001, 210.

194 Blandin 2007, 40 ; Popham et al., éd. 1980, 201.

195 Savvopoulou 2001, 171.

196 Carington-Smith & Vokotopoulou 1989, 431.

197 Papadopoulos J. K. 2005, 354, 382-383.

198 Papadopoulos J. K. 2005, 354.

199 Hom., Il., 23.127-128.

200 Pour Lefkandi, cf. Popham et al., éd. 1980, 110-111 ; ibid. 1988-1989, 118 ; Popham & Lemos, éd. 1996, pl. 14, 16. Pour Tsikalario, cf. Zapheiropoulou 2001. Pour Halos, cf. Malakassioti & Mousioni 2004. Pour Éleutherna, cf. Stampolidis 1990. Pour Kos, cf. Bosnaki 2001.

201 Kurtz & Boardman 1971.

202 Papadopoulos J. K. 2005, 245 (J. H. Musgrave).

203 Voir les tombes 18, 58, 102, 104, 124. Cf. Papadopoulos J. K. 2005, 96, 132, 179, 184, 231.

204 Papadopoulos J. K. 2005, 384-385 ; Wells 1960, 35-36 ; Grévin 2005, 17.

205 Popham et al., éd. 1980, 429 (J. H. Musgrave).

206 Papadopoulos J. K. 2005, 245-246 ; McKinley 1989, 67.1. 

207 Hom., Il., 23.216-217, 226-228 (Patrocle) ; 24.785-792 (Hector).

208 Hom., Il., 23.110-125 (Patrocle) ; 24.662-663, 784 (Hector).

209 Schnapp-Gourbeillon 1982, 82.

210 Papadopoulos J. K. et al. 2011, 198.

211 Cambitoglou et al., éd. 2001, 56.

212 Breitinger 1939, 181.

213 Popham et al., éd. 1980, 201, n. 17.

214 Moskal-del Hoyo 2012, 3390-3391.

215 Stampolidis 1990.

216 Tumulus XIX, cf. Alexandrescu 1966, 151-152, 152 fig. 18.

217 Voir l’amphore attique à figures rouges représentant Crésus sur son bûcher, par le Peintre de Myson, datée de 500-490 a.C. Musée du Louvre G 197, cf. Furtwängler & Reichhold (1904-1932), vol. II, 277, fig. 97, pl.113 (A, B).

218 Blandin 2007, 132-133.

219 Texte établi et traduit par P. Mazon, Les Belles Lettres, Paris, 1938.

220 Hom., Il., 23.237-238, 250 (pour Patrocle), 24.791-792 (pour Hector) ; Andronikos 1968, W29.

221 Grévin 2005, 20.

222 Popham et al., éd. 1980, 441.

223 Hom., Il., 23.251-252 (pour Patrocle), Il., 24.793 (pour Hector) ; Od., 24.76 (pour Achille).

224 Poplin 1995, 254 ; Grévin 2005, 17.

225 Poplin 1995, 254-255.

226 Papadopoulos J. K. 2005, 247 (J. H. Musgrave).

227 Papadopoulos J. K. 2005, 247 (J. H. Musgrave).

228 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave).

229 Savvopoulou 2001, 178.

230 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave).

231 Papadopoulos J. K. 2005, 248 (J. H. Musgrave) ; Paidoussis & Sbarounis 1975, 130, 145.

232 Hom., Il., 23.254 (pour Patrocle) ; 24.782-804 (pour Hector). J. Zurbach note qu’il n’est pas précisé dans le texte si le tissu entoure les os ou les urnes, cf. Zurbach 2005, 165. 

233 Popham et al., éd. 1993, 17-22.

234 Kottaridi 2001b, 361.

235 Kurtz & Boardman 1971, 53 ; Desborough 1952, 5-6.

236 Papadopoulos J. K. 2005, 382.

237 Papadopoulos J. K. 2005, 378.

238 Kübler 1942, fig. 6.

239 Lemos 2002, 163.

240 Pour la T. 105, il est possible que le comblement de la fosse et les tessons ne proviennent pas des résidus du bûcher spécifique à la tombe : le sédiment de la fosse est identique au dépôt 4, seuls trois tessons étaient affectés par le feu et deux fragments du même cratère ont été retrouvés à l’intérieur et à l’extérieur de la tombe (cf. Papadopoulos J. K. 2005, 187). Pour la T. 123, un peu de terre noircie a été trouvée à proximité immédiate de la fosse, mais pas à l’intérieur ; dans le comblement il n’y avait aucun tesson ou os brûlé (cf. Ibid., 227-229). Pour les tombes 70, 107, 122 et 124, il y avait juste un peu de terre sombre, mais pas de résidus aussi évidents que dans les autres tombes (cf. ibid., 141, 190, 226, 229) ; même remarque pour les tombes 96 et 97 comblées d’un sédiment plus sombre que celui du dépôt 4 (cf. ibid., 167, 168).

241 Papadopoulos J. K. 2005, 172, 191, 199, 206.

242 Papadopoulos J. K. 2005, 201.

243 Papadopoulos J. K. 2005, 383.

244 Papadopoulos J. K. 2005, 250.

245 Musgrave 1990a, 285.

246 Les os de Patrocle sont provisoirement déposés dans une phiale en or (Hom., Il., 23.243-244) pour être réunis à ceux d’Achille dans l’amphore en or offerte par Thétis (Hom., Il., 23.91-92). Les os brûlés des deux héros sont en effet mêlés lors des funérailles d’Achille (Hom., Od., 24.73-77).

247 Musgrave 1990b, 310.

248 Liston & Papadopoulos 2004.

249 Musgrave 1990b, 302-305.

250 Dans le reste de la Grèce, à l’intérieur de nécropoles où l’inhumation est le rite majoritaire, les cas de crémations d’enfants sont rares. En Thessalie, le seul exemple recensé est celui de la T. 35 de la nécropole de Krannôn : une fosse (2,28 x 1,80 m) fermée par quatre dalles de couverture, renfermant une urne cinéraire (vase composite) et 1 vase d’accompagnement (cruche à col échancré), cf. AD, 38, 1983, Chr., B’1, 206 (A. Tziafalias) ; Tziafalias & Zaouri 1999, 148.

251 Papadopoulos J. K. 2005, 394, 395. Il ne faut toutefois pas minimiser le phénomène de la crémation des enfants en Attique, comme en témoignent les quelques cas recensés, par exemple, à Athènes ‒ cimetière de l’agora et ensemble funéraire de la rue Érechthéion (cf. Pomadère 2005, 156), ou à Éleusis (cf. Mylonas 1975, 108, 115).

252 Popham et al., éd. 1980, 439. Pour celles du cimetière de Toumba, voir les tombes 5 et 22 (cf. Ibid., 170‑171, 178, 433, 436-437) ; pour celles du cimetière de Skoubris, voir les tombes 2, 6, 17, (cf. ibid., 134-135, 137, 430-431).

253 Papadopoulos J. K. 2005, 391 tab. 4.7.

254 Papadopoulos J. K. 2005, 404-405.

255 Les dernières tombes du tertre Γ sont contemporaines des tertres A et B dans lesquels les enchytrismes ont été découverts, cf. Peristeri 2004, 262.

256 Pomadère 2005, 156.

257 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 653, 696.

258 Pomadère 2005, 157-160.

259 Deux crémations secondaires avaient été mises au jour lors des fouilles de M. Andronikos et 17 lors de celles de P. Petsas (dont deux très incertaines, LXVI-I, LXVII-A). Il est juste de préciser qu’avec les fouilles de P. Petsas la crémation secondaire n’apparaît plus comme marginale puisqu’elle représente 13 % sur le total des tombes fouillées par P. Petsas (cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 90). Toutefois sur l’ensemble des tombes mises au jour la part des crémations redescend à 4,4 %.

260 Savvopoulou 2001, 173-174.

261 Urne ∆10 retrouvée à 0,40 m de la surface visible du tertre (Andronikos 1969, 18) ; pour la tombe E5 (ibid. 22).

262 Bräuning & Kilian-Dirlmeier, 2013, 142.

263 Chondroyanni-Metoki 2010.

264 Agios Mamas (Pappa 1992, 475), Kriaritsi Sykia (Asouchidou 2011), Nea Skioni (Tsingarida & Mantazi 2004).

265 Xeropigado, Goulès, cf. Ziota 2007, 38-40, 270 ; Ziota 2010.

266 Pigi Athinas, cf. Poulaki-Pandermali et al. 2010, 990.

267 Deux crémations secondaires parmi les tombes HR IIIA-B de la nécropole d’Aiani-Leivadia [22], cf. AD, 54, 1999, B’2, Chr., 617-619 (G. Karamitrou-Mentessidi) ; AD, 55, 2000, B’2, Chr., 791-793 (G. Karamitrou-Mentessidi).

268 Papastathis et al. 2008.

269 Valla 2000, 2002, Triantaphyllou 2002.

270 Grammenos 1979.

271 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 641.

272 Koukouli-Chryssanthaki 1992, 633.

273 Snodgrass 1971, 148-149 ; Styrenius 1967, 96-99 ; Lemos 2002, 152.

274 Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, 23 (pithos décoré), 25 (grandes cruches tournées), 90-91.

275 Tertres L (tombe Γ), LV (tombes A, B, Γ, ∆), LVIII (tombes A, B), LXIV (tombes A, H, Θ), LXV (tombes AΞ, AΨ), LXVI (tombe Γ) et LXVIII (tombes H, Θ), cf. Bräuning & Kilian-Dirlmeier 2013, catalogue des tombes.

276 Andronikos 1969, 18 (tombe ∆10), 22 (tombe E5).

277 Andronikos 1969, 22, 85, pl. 36.

278 Andronikos 1969, 18, 219 fig. 60, pl. 9, 33. Pour celle de Palio Gynaikokastro [65], cf. Savvopoulou 1998, 51 fig. 16.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Graphiques représentant le nombre d’individus par classes d’âge dans les nécropoles de Makrygialos, Petra-Treis Elies, Dion-Piémont de l’Olympe et Nea Philadelpheia. (d’après Triantaphyllou 2001, 36 tab. 4.5 et Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2. Nombre de défunts par catégories d’âge dans la nécropole de Toronè. (d’après Papadopoulos 2005, 251-252 (J. H. Musgrave)).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 3. Tableau récapitulatif de l’âge des défunts dans les autres nécropoles.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Fig. 4. Graphiques représentant le nombre de femmes et d’hommes en fonction des classes d’âge (d’après Triantaphyllou 2001, 42 tab. 4.9, Milka & Papageorgopoulou 2004, 270 sq.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 5. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation en Grèce du Nord. A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 6. Diagramme représentant la distribution des nécropoles en fonction du rituel.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 7. Tableau récapitulatif de la répartition des inhumations et des crémations dans les nécropoles attestant les deux rituels ou la crémation exclusive.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Fig. 8. Tableau récapitulatif de la position du corps des défunts.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Fig. 9. L’orientation des défunts dans les tombes de la nécropole de Vitsa Zagoriou (ixe au viiie s.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Fig. 10. Carte de répartition des nécropoles où a été observée une corrélation entre le sexe des défunts et l’orientation de leur corps dans les tombes (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Fig. 11. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Ancien et Moyen (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 12. Carte de répartition de l’inhumation et de la crémation au Bronze Récent (A.-Z. Chemsseddoha à partir d’un fond relief d’A. Chabrol obtenu à l’aide des données ASTER GDEM, logiciel Global Mapper).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search