Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La bibliothèque de Dion (sources et modèles)

Origines et période royale

Dominique Briquel

Texte intégral

Comment se faire une idée de la manière dont Dion relatait les origines de Rome et la période royale ?

1Les origines de Rome et la période royale étaient traitées par Dion dans les deux premiers livres de son Histoire romaine, le passage du livre 1 au livre 2 se faisant entre le règne de Numa Pompilius et celui de Tullus Hostilius. Cela signifie que cette période relève de la partie de l’œuvre pour laquelle nous ne disposons que d’une tradition indirecte, avec les conséquences que cela implique.

  • 1 Sur le texte de Zonaras et son rapport avec Plutarque, voir dans ce volume la contribution de M.  (...)
  • 2 Zonaras reprend, souvent textuellement, Plutarque dans sa Vie de Romulus (3.3-5 ; 4.2 ; 4.4 ; 6.3 (...)
  • 3 Plu., Num., 2.6-10 ; 3.1-4 ; 4.1 ; 5.1 ; 6.1-4 ; 7.1-8 ; 8.1 ; 8.13-15 ; 15 ; 16.3-5 ; 18.7 ; 20. (...)
  • 4 De même, la scholie à 1279 relate l’achat par le roi Tarquin le Superbe des livres sibyllins dans (...)
  • 5 Les différences portent sur des détails. La scholie mentionne des événements que Zonaras ne donne (...)
  • 6 Pour la suite de l’histoire de Romulus, les passages de Zonaras qui ne procèdent pas de Plutarque (...)
  • 7 Le fragment évoque la question de la remise aux Véiens de leurs otages, décidée par Romulus seul (...)
  • 8 Ce fragment n’évoque que cette version de la mort violente de Romulus (mentionnée dans Liv. 1.16. (...)

2En l’occurrence, nous pouvons nous fonder en premier lieu sur Zonaras, dont le livre 7, jusqu’au chapitre 11 inclus, procède de Dion1. Mais encore faut-il éliminer les passages dans lesquels Zonaras suit d’autres sources : pour cette partie de son histoire, il reprend souvent ce qu’il a trouvé chez Plutarque, dans ses Vies de Romulus et de Numa, si bien que la majeure partie de ce que l’auteur byzantin relate du fondateur, y compris les préalables concernant son grand-père Numitor et le frère de celui-ci Amulius2, de même que sa présentation de son successeur Numa3 apparaissant comme un démarquage de l’auteur de Chéronée. Ce qui veut dire que Zonaras ne permet pas de se faire véritablement une idée de la manière dont Dion racontait l’histoire des deux premiers rois de Rome. Pour le début de la geste et la fin de la vie de Romulus, il est vrai, nous pouvons suppléer ce manque, jusqu’à un certain point, par d’autres textes qui paraissent procéder de Dion. Une longue scholie de Tzetzès à Alexandra, 12324, après avoir raconté l’histoire d’Énée et de la dynastie albaine dans des termes qui évoquent ce qu’on lit chez Zonaras5, prolonge son récit jusqu’au rétablissement de Numitor sur le trône d’Albe et la mention de la fondation de Rome par Romulus à l’âge de 18 ans6. À l’autre bout de la carrière du conditor, après des lignes qui rapportent son attitude hautaine envers le Sénat et qu’on peut mettre en parallèle avec un fragment de l’œuvre de Dion conservée dans le recueil constantinien De sententiis (fr. 5.11)7, un fragment de Jean d’Antioche (fr. 59 Roberto = C.D. fr. 6.1aa) relate la fin du premier roi, présenté comme mis en pièces par les sénateurs et suscitant l’intervention de Proculus Julius, expressément donné dans ce texte comme une supercherie destinée à éviter une réaction négative des soldats et du peuple. On pourra donc attribuer à Dion cette version, originale par certains points8, de la disparition de Romulus.

  • 9 Courtes allusions à Rhéa Silvia (fr. 5.1), à la querelle entre Romulus et Rémus (fr. 5.3), à la r (...)
  • 10 Détails sur le domicile et le genre de vie de Numa (fr. 6.2), allusion à la consécration d’un boi (...)
  • 11 Boissevain 1895a, 7 (commentaire d’Eustathe à l’Odyssée) sur la mention par Dion de la louve qui (...)
  • 12 D.H. 2.7.2-3.
  • 13 Liv. 1.13.8 (mais le texte ne parle expressément que des trois centuries de chevaliers, non des t (...)
  • 14 Le fr. 5.10 (tiré du De sententiis), à propos de l’institution de noms ou du changement de noms a (...)
  • 15 Dans le court passage que Zonaras consacre à la mort de Rémus, qui ne reprend pas l’exposé de Plu (...)
  • 16 L’évocation, dans fr. 6.3, du bois sacré aux Muses ne permet pas d’être absolument certain que Di (...)

3Mais cette situation implique que, pour une bonne partie de l’histoire de Romulus et pour presque tout ce qui concerne Numa, nous ne disposons pas d’éléments qui nous permettent de nous faire une idée précise du récit de Dion, des faits qu’il évoquait et dans quel contexte il les relatait. Certes, nous disposons, pour le règne du premier roi9 et celui de son successeur10 comme ailleurs, des fragments transmis par d’autres sources, notamment par les extraits constantiniens, ainsi que de quelques allusions d’origines diverses, plus courtes et ne pouvant passer pour conservant la formulation de Dion11. Mais d’une part nous ne savons pas nécessairement comment ces passages s’inséraient dans la narration : ainsi, pour l’institution des trois tribus et des trente curies (fr. 5.8), on peut hésiter entre une décision prise par Romulus dès sa désignation comme roi par ses compagnons (ce qu’on a chez Denys12) ou après la fusion des Romains de Romulus et des Sabins de Titus Tatius (ce qu’on a chez Tite-Live et Plutarque13), et donc deux moments différents de la carrière du conditor14. Et faute de références dans les fragments de Dion qui puissent compléter sa narration des règnes de Romulus et Numa telle que Zonaras permet de la reconstituer, l’existence, chez lui, de pans entiers de la tradition reste indéterminable : ainsi, pour évoquer des points classiques et donc attendus de la geste des deux premiers souverains de l’Vrbs, on ne peut rien conclure quant à sa présentation de la fondation de la ville et son rituel, ou encore de la mort de Rémus15, ou quant au fait qu’il évoquait ou non l’institution des dépouilles opimes par le conditor, ou le détail des guerres que Romulus avait menées, ou encore, à propos de Numa, s’il relatait l’origine des anciles, la capture de Picumnus et Pilumnus pour apprendre d’eux comment faire venir Jupiter et son entrevue avec celui-ci, ou bien ses relations avec Égérie16.

4Nous nous sommes étendu sur les parties du récit de Dion pour lesquelles nous ne disposons pas de passages de Zonaras dont on puisse penser qu’ils reprennent ce qu’il avait écrit. Mais, fort heureusement, ce n’est généralement pas le cas pour les origines et la période royale : la plupart du temps, nous pouvons partir du texte de Zonaras, l’auteur byzantin, dans les parties où il ne procède pas de Plutarque, nous offrant une narration continue d’une part pour la période allant d’Énée à la fondation de Rome, d’autre part pour le règne des cinq souverains qui succédèrent à Romulus et Numa sur le trône de l’Vrbs. Mais cela ne veut pas dire que nous soyons en droit de transférer directement ce que nous lisons de Zonaras à Dion et d’identifier sans nuance le récit de l’auteur de l’Histoire romaine à ce que nous trouvons, neuf siècles plus tard, sous la plume du secrétaire de l’empereur Alexis Commène. Celui-ci n’a pas transmis tel quel le texte de Dion. Nous en avons la preuve pour les éléments du récit pour lesquels nous disposons à la fois de témoignages directs, notamment par les Excerpta constantiniens, et du texte de Zonaras. Celui-ci est sans doute resté assez fidèle à sa source, mais il est loin de l’avoir recopiée servilement. On le constate pour les cas pour lesquels nous possédons, grâce aux extraits constantiniens, à la fois le texte original de Dion et la reprise qui en a été faite par Zonaras : pour la discussion entre Tullus Hostilius et Mettius Fufetius avant le combat des Horaces et des Curiaces (fr. 7.2-3), la partie finale du règne de Tullus Hostilius (fr. 7.5), le renoncement d’Ancus Marcius à une politique excessivement pacifique (fr. 8.1-2), le comportement du premier Tarquin pour se concilier les bonnes grâces des Romains (fr. 9), le pouvoir tyrannique exercé par le second Tarquin (fr. 11.2-6), la décision de Brutus de feindre la stupidité (fr. 11.10), et surtout pour le déclenchement de la révolte contre Tarquin le Superbe, depuis les discussions entre officiers lors du siège d’Ardée jusqu’au suicide de Lucrèce, pour lequel le De uirtutibus et uitiis nous a conservé un long fragment de l’œuvre de Dion (fr. 11.13-19). Cela nous permet de constater à la fois que Zonaras ne s’est pas fondamentalement démarqué de son modèle, dont il conservait assez souvent les expressions, mais l’a quand même suffisamment altéré pour qu’on ne puisse pas transposer automatiquement ce qu’on lit chez lui à sa source, et que notamment il serait dangereux de conclure de ce que tel détail n’est pas rapporté chez Zonaras à son absence chez Dion.

  • 17 Tite-Live également évoquait, mais en une seule phrase, l’ancienne puissance des Étrusques à prop (...)
  • 18 Tzetzès se borne à mentionner le fait dans ses Chiliades (5.21.109-110).
  • 19 Tite-Live racontait l’épisode à l’occasion de l’institution des cultes, dont celui d’Hercule, par (...)

5Les différences essentielles tiennent en effet à des omissions. On constate une tendance générale à l’abrègement : ainsi les considérations relatives au changement d’attitude du roi Ancus ou le discours de Lucrèce avant son suicide ont été réduits chez Zonaras. Assez souvent, l’auteur byzantin a entièrement éliminé les lieux communs moralisateurs dont Dion accompagnait son récit : on le constate à propos de la querelle entre Tullus et son homologue albain, sur la disposition naturelle des hommes à se quereller et leur soif d’hégémonie, à propos des manœuvres de Tarquin l’Ancien pour parvenir au pouvoir, sur la nature trompeuse des hommes et sur leur propension à changer lorsqu’ils ont atteint une haut degré de fortune, ou à propos de la dissimulation de Brutus, sur le fait que toute personne intelligente court un danger sous un régime tyrannique. Certains détails de la narration ont été omis : il n’est plus dit, par exemple, qu’une fois parvenu au pouvoir, le Superbe s’en prit non seulement aux partisans de Servius Tullius et à ceux dont il convoitait les biens ou dont le pouvoir lui portait ombrage, mais aussi à ceux de ses amis qui avaient pris part à son complot, craignant qu’ils ne se comportassent de même à son égard. Des éléments factuels ont entièrement disparu : Zonaras ne mentionne plus la création des Salii Collini par Tullus Hostilius, lorsque celui-ci, frappé par la maladie, se tourna vers la religion, et il n’évoque plus l’introduction de la mise à mort à coup de verges que Dion attribuait à la tyrannie du dernier Tarquin. Les omissions ont pu porter sur passages d’une certaine ampleur : le fr. 2.4, tiré du De sententiis, révèle que l’historien avait consacré un excursus aux Étrusques, vraisemblablement en liaison avec l’apparition du personnage de Mézence (qui semble avoir été défini chez lui comme un Étrusque, et non limitativement comme un roi de Caeré)17. Il devait y traiter assez longuement de l’histoire de ce peuple, même si nous ne pouvons pas savoir en quels termes. Autre point concernant les périodes les plus anciennes, nous savons par le fr. 4.1a 18, qu’il avait traité de la légende d’Hercule et de Cacus, mais sans que nous puissions savoir à quel moment de son récit ni dans quels termes il relatait cette légende19.

  • 20 Resp. Liv. 1.33.6 et D.H. 3.45.2 ; Liv. 1.33.8 ; Liv. 1.33.10 et D.H. 3.44.
  • 21 Liv. 1.44.3 ; D.H. 4.14.1.
  • 22 Resp. Liv. 1.35.8-9 et D.H. 3.68 ; Liv. 1.38.6 et D.H. 3.67.5.
  • 23 Liv. 1.56.2 ; D.H. 4.44.1-2.
  • 24 Liv. 1.42.2-3 ; D.H. 4.27.2-4.
  • 25 D.H. 2.70.1 ; 3.32.4.
  • 26 Liv. 1.36.2-8 ; Denys ne rapporte pas les faits à la guerre sabine, mais parle bien ici de format (...)
  • 27 Liv. 1.52.6 ; Denys (4.45.1) présentait déjà les faits comme Zonaras, mais introduisait ainsi son (...)

6Cette mise en parallèle que nous pouvons faire sur les parties du récit pour lesquelles nous disposons de la reprise de Zonaras montre que, là où la comparaison n’est pas possible, il serait dangereux de juger du récit de Dion uniquement à travers l’auteur byzantin et que l’argumentation a silentio à partir de celui-ci est dangereuse : il n’en reste pas moins que, sur certains points, il paraît raisonnable de penser que l’absence d’attestations, chez Zonaras ou dans les fragments de l’œuvre de Dion qui nous sont parvenus par d’autres canaux, ou au moins l’extrême parcimonie des données sur certains points importants de la tradition correspond au fait que l’historien sévérien ne leur a pas accordé une grande attention. On ne peut ainsi manquer d’être frappé par le fait que, mis à part une référence à l’édification du temple de Diane, entrant dans la politique latine de Servius Tullius, et les anecdotes concernant la construction du Capitole par Tarquin le Superbe, rien ne nous a été transmis sur les réalisations édilitaires des rois – ni pour Ancus Marcius, qui était crédité de la construction du pont sur le Tibre, voire de celle de la prison Mamertine, ainsi que de la fondation du port d’Ostie20, ni pour Servius, qui avait laissé son nom à la première muraille de la ville21, ni pour les Tarquins, dont les historiens antérieurs mettaient en relief l’œuvre de bâtisseurs, à propos non seulement du temple capitolin, mais aussi du Grand Cirque et de la Cloaca Maxima (quitte à répartir la tâche entre les deux rois et présenter les faits d’une manière opposée, positivement et comme signe de la grandeur de Rome pour le premier22, négativement et comme occasion de surcharger le peuple de corvées pour le second23). Plus significative, et rejoignant ce qu’on peut dire de Dion pour d’autres parties de son œuvre, est la place réduite accordée aux guerres, en rupture avec la vieille articulation des faits entre ceux survenus domi et ceux survenus militiae, qui amenait les historiens à décrire minutieusement les batailles et autres péripéties militaires qui avaient marqué l’histoire de l’Vrbs. Évoquant les guerres de Servius Tullius contre les Véiens et les autres Étrusques, Zonaras se contente d’en dire que ουδὲν ἐπράχθη συγγράµµατος ἄξιον (7.9.10). Cet exemple n’est sans doute guère significatif, puisqu’il s’agit de guerres sur lesquelles la tradition n’avait pas transmis de récit développé, en dépit des trois triomphes auxquels elles avaient donné lieu, et qui étaient traitées aussi rapidement chez Tite-Live et Denys d’Halicarnasse24 ; il n’en exprime pas moins le peu d’intérêt que Dion devait accorder à cet aspect du passé romain, alors que c’était là traditionnellement une composante essentielle du récit annalistique. Il est remarquable de ce point de vue, à en juger d’après Zonaras, que des points qui dans la tradition étaient liés aux guerres, ou au moins à des préoccupations d’ordre militaire, en soient déconnectés chez lui. Par exemple, l’institution de la prêtrise des Salii Collini, que Denys liait à un vœu formulé par Tullus Hostilius au cours d’une guerre contre les Sabins25, l’est chez notre auteur à la transformation psychologique du roi belliqueux à la suite de sa maladie. L’altercation entre le premier Tarquin et l’augure Attus Navius se produisait chez Tite-Live à l’occasion de l’insuffisance de la cavalerie romaine, révélée au cours de la guerre contre les Sabins26 : le contexte militaire disparaît chez Zonaras, qui ne parle même plus de centuries de chevaliers que le roi aurait voulu réorganiser, mais de tribus. Le mélange des Latins et des Romains dans les unités militaires, qui chez Tite-Live fut introduit par Tarquin le Superbe dans le cadre de sa politique de domination du Latium, pour éviter que les autres Latins prissent les armes contre Rome27, n’est chez lui qu’une précaution politique du tyran, visant, en mêlant dans sa garde Romains et non-Romains, à faire disparaître tout risque de révolte de ses troupes. De ce point de vue, la rapidité avec laquelle Zonaras traite du volet guerrier de l’histoire de cette période ne semble pas trahir l’esprit de sa source.

La Quellenforschung et ses limites

  • 28 Schwartz 1899 ; voir col. 1695-1698 pour la question des sources de la partie qui nous occupe.

7Nous avons été amené à comparer le récit qu’on peut attribuer à Dion à ce qu’on trouve chez les historiens qui forment la base de notre documentation sur cette période, Tite-Live, Denys d’Halicarnasse et, là où on peut s’appuyer sur son témoignage, le Plutarque des Vies parallèles. Ce genre de rapprochement fut mené systématiquement aux beaux temps de la Quellenforschung et la notice sur Dion d’Eduard Schwartz publiée en 1899 dans la Realencyklopädie, constitue encore de nos jours une référence fondamentale sur cette question pour la partie de l’œuvre qui nous concerne28. Or on constate aisément que, contrairement à la thèse ancienne qui aurait voulu que Dion utilise comme source prioritaire Tite-Live, son récit, pour la période qui nous concerne, s’il correspond parfois à ce qu’on lit dans les Ab Vrbe condita libri, répond d’autres fois davantage à ce qu’on trouve dans l’autre sources principale pour la période, Denys d’Halicarnasse, et parfois encore offre une présentation des faits qu’on ne rencontre ni chez l’un, ni chez l’autre. Nous pouvons tracer un tableau de la situation en relevant rapidement, pour chaque partie pour laquelle il est possible de se faire une idée du récit de Dion, les ressemblances et les différences entre sa version et celles des autres historiens :

  • Histoire d’Énée (Zonar. 7.1 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1232). Ascagne ou Ilus, fils d’Énée et de Créüse, venu de Troie avec son père : cf. D.H. 1.65.1 (mais sans le nom Ilus) ; différemment en Liv. 1.1.10‑11 (Ascagne fils d’Énée et de Lavinia, Ascagne ou Iule fils d’Énée et de Créüse seulement comme variante en 1.3.2). Latinus, roi des Aborigènes, fils de Faunus : cf. D.H. 1.44.3, mais sans filiation en Liv. 1.1.5. Prodige de la truie et manducation des tables : cf. D.H. 1.55.3‑5 ; épisode absent chez Tite-Live. Réunion des Aborigènes et des Troyens sous le nom de Latins avant la guerre contre Turnus et la mort de Latinus : cf. D.H. 1.60.2 (mais après en Liv. 1.2.4). Mort de Turnus, roi des Rutules, en même temps que Latinus : en Liv. 1.2.3 Turnus survit et fait appel à Mézence ; en D.H. 1.64.3 Tyrrhénos meurt en même temps que Latinus, mais est un Latin passé aux Rutules (1.64.2). Énée divinisé sans la référence à Jupiter Indiges (Liv. 1.2.6) ou au Θεὸς Πατὴρ Χθόνιος (D.H. 1.64.5), mais appellation d’Énéades des Romains (absente des autres sources).

  • Histoire d’Ascagne (Zonar. 7.1 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1232). Victoire d’Ascagne sur Mézence : cf. D.H. 1.65, mais sans la mention de Lausus fils de Mézence qu’on trouve chez Denys ; en Liv. 1.3.1, Ascagne est trop jeune pour régner, la paix est conclue et maintenue sous la régence de Lavinia. Fondation d’Albe trente ans après Lavinium conformément à l’omen de la truie : cf. D.H. 1.66.1 ; en Liv. 1.3.3 sans référence à la truie. Retour des Pénates à Lavinium (chez Tzetzès) : cf. D.H. 1.67 ; épisode absent chez Tite-Live.

  • Rois Silvii d’Albe (Zonar. 7.1 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1232).  Silvius fils d’Énée et Lavinia préféré à Ilus, fils d’Ascagne : cf. D.H. 1.70.4, mais en Liv. 1.3.6 Silvius est le fils d’Ascagne, appelé aussi Iule. Dynastie des rois d’Albe : en Liv. 1.3.8-9 et D.H. 1.71, on trouve trois générations de plus (respectivement Alba, son fils Atys, puis Capetus fils de Capys ; Alba, son fils Capetus, puis Calpetus fils de Capys) ; noms Romulus et Allodius au lieu d’Amulius, sans précisions sur la légende chez Tite-Live. Histoire d’Amulius et Numitor : cf. Liv. 1.3.10 ; D.H. 1.76.1 ; en Plu., Rom., 3.2-3, choix de la royauté par Numitor, de la fortune par Amulius. Assassinat d’Aegestes dans une partie de chasse : cf. D.H. 1.76.2 ; allusion vague en Liv. 1.3.11, pas de mention chez Plutarque.

  • Naissance et enfances de Romulus et Rémus (Zonar. 7.3 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1232). Oracle annonçant à Amulius que les enfants de Numitor le tueront : cela n’apparaît pas en Tite-Live, Denys et Plutarque. Intervention de la fille d’Amulius en faveur de la mère des jumeaux : cf. D.H. 1.79.2 ; Plu., Rom., 3.4 (avec nom Antho) ; personnage absent chez Tite-Live. Chez Tzetzès, les enfants sont directement confiés au berger Faustulus et sa femme (mais référence à la louve pour Dion chez Eustathe, commentaire à l’Odyssée, II p. 323,14-16 Weigel). Bagarre avec les bergers de Numitor, où Rémus est pris, Romulus échappe : cf. Liv. 1.5.3-4 ; en D.H. 1.79.13 et Plu., Rom., 7.2, Romulus est absent parce qu’il participe à des cérémonies religieuses.

  • Guerre sabine (surtout fr. 5.5-7). Présentation particulière de Tarpeia, capturée par les Sabins (Zonar. 7.3). Intervention au milieu de la batailles des jeunes femmes, avec discours d’Hersilie : cf. Liv. 1.13.1-4 (sans le nom d’Hersilie) ; Plu., Rom., 19.1-7 (avec le nom d’Hersilie) ; en D.H. 2.44-45, intervention d’Hersilie et des Sabines sous forme d’ambassades. L’origine du nom Comitium est aussi rapportée en Plu., Rom., 19.10.

  • Organisation de Rome par Romulus (fr. 5.8). Trois mille fantassins : cf. D.H. 2.2.4 ; Plu., Rom., 20.1 (avant la guerre sabine). Trois tribus, trente curies : cf. D.H. 2.7.2-4 (avant la guerre sabine) ; Plu., Rom., 20.2-3 (après la guerre) ; mais en Liv. 1.13.8, il est question de trois centuries de chevaliers (après la guerre).

  • Sandales pourpres de Romulus (fr. 6.1a ; Zonar. 7.4) : n’apparaissent pas dans la description du costume de Romulus dans Plu., Rom., 26.2, ni dans celle du costume de Tarquin l’Ancien dans D.H. 3.61.1.

  • Virage vers la tyrannie (fr. 5.11), avec décision de rendre les otages véiens sans en référer au Sénat : cf. D.H. 2.56.3 ; Plu., Rom., 27.2-3 ; Tite-Live (1.15.6) ne fait pas allusion à ce point.

  • Fin de Romulus (fr. 6,1aa = Jo.Ant. fr. 59 Roberto), mis en pièce dans la salle de réunion du Sénat par les sénateurs : cf. D.H. 2.56.4 ; ce n’est qu’un simple soupçon en Liv. 1.16.4 ; Plu., Rom., 27.6. Chez Dion, l’orage se déclenche comme dans la version de la disparition au marais de la Chèvre (Liv. 1.16.1 ; D.H. 2.56.2 ; Plu., Rom., 27.7-8). Intervention de Proculus Julius (présentée comme une supercherie, ce qui ne se retrouve pas ailleurs), qualifié de chevalier (mais paysan en Cic., Rep., 2.10.20 ; campagnard descendant d’Ascagne en D.H. 2.63.3 ; patricien venu d’Albe et ami de Romulus en Plu., Rom., 28.1), révélant la divinisation de Romulus sous le nom de Quirinus (le nom n’est pas donné en Liv. 1.16.5-7). Érection du temple du dieu : cf. Cic., Rep., 2.10.20 ; D.H. 2.63.3. Nomination d’interrois, se succédant tous les cinq jours : cf. Liv. 1.17.5-6 ; D.H. 2.57.1-2 ; Plu., Num., 2.9.

  • Naissance de Numa le jour de la fondation de Rome (fr. 6.5, se référant à des auteurs connaissant l’histoire sabine) : cf. Plu., Num., 3.6.

  • Habitat et mode de vie du roi (fr. 6.2). Maison sur le Quirinal : cf. Plu., Num., 14.2. Palais près du temple de Vesta : cf. Plu., Num., 14.1. Le roi se plaît à la campagne : cf. Plu., Num., 4.1.

  • Institutions religieuses (fr. 6.4). Pontifes, flamines, vestales (fr. 6.2a ; 6.2b), avec allusion aux règles et au châtiment de la vestale coupable : cf. D.H. 2.67.4-5 ; Plu., Num., 10.7-13. Consécration d’un lieu sacré aux Muses (fr. 6.3) : cf. Liv. 1.21.3 (bois sacré des Camènes). Rapport avec Égérie, présentée comme une Nymphe ou Muse en D.H. 2.60.5 ; prédictions dites inspirées par les Muses en Plu., Num., 8.11.

  • Rôle pour le calendrier (fr. 6.7 ; Zonar. 7.5), à propos de janvier, premier mois de l’année : cf. Liv. 1.19.6-7 ; Plu., Num., 18-19 (pas d’allusion chez Denys).

  • Complémentarité de Numa et de Romulus (fr. 6.5-6) : cf. Liv. 1.21.6.

    • 29 La tradition manuscrite de Zonaras leur attribue le nom de Publii Horatii (Πουπλιοράτιοι).

    Règne de Tullus Hostilius (fr. 7.1 ; 7.2-3 ; 7.4 ; Zonar. 7.6) : récit parallèle à Liv. 1.22-31 et D.H. 3.1-35, en beaucoup plus bref (et sans la version particulière du combat des Horaces29 et des Curiaces de D.H. 3.19.6-20.1, où un Curiace meurt dès le début).

  • Fin de la vie de Tullus (fr. 7.5 ; Zonar. 7.6.7) : ne comprend pas l’épisode de la pluie de pierres sur le mont Albain (Liv. 1.31.1-3 ; cf. D.H. 3.35.2). Institution des Salii Collini après l’épidémie : en D.H. 2.70.1 et 3.32.4, elle est liée à la guerre contre les Sabins, non mentionnée chez Zonaras. Mort due à un complot d’Ancus Marcius : variante rejetée dans D.H. 3.35.

  • Règne d’Ancus Marcius (Zonar. 7.7). Explication du nom Ancus par ἀγκύλη : se retrouve seulement chez Valerius Antias (FRH 25,18 = fr. 11 Chassignet : ἀγκών). Renonciation à une politique pacifique (aussi fr. 8.1-2) : cf. Liv. 1.32.1-3 ; D.H. 3.36.1-37.1. Guerre contre les Latins : cf. Liv. 1.32.1-33.5 ; D.H. 3.38-39. Siège et prise de Fidènes : cf. D.H. 3.39.3-40.3 (épisode absent chez Tite-Live). Victoire sur les Sabins dispersés : cf. D.H. 3.40.4-5, ajoutant des guerres contre les Véiens, en 3.41.1-3 (cf. courte allusion en Liv. 1.33.9), et les Volsques, en 3.41.5. Pas de référence aux travaux du roi.

  • Origine et montée sur le trône de Tarquin l’Ancien (fr. 9 ; Zonar. 7.8.1-4) : récit parallèle à Liv. 1.34.1-35.6 et D.H. 3.46.1-49.1, avec omissions (pas de mention de Tanaquil).

  • Mesures prises par le roi (Zonar. 7.8.5-7) : Tarquin crée deux cents nouveaux sénateurs, mais cent en Liv. 1.35.6 (minores gentes) et D.H. 3.67.1. Costume et insignes royaux : cf. D.H. 3.62 (mais chez Denys les insignia imperii sont remis au roi par les Étrusques après leur défaite). Institution du triomphe sur un quadrige : ne se retrouve que chez Plu., Rom., 16.8 ; Publ., 9.9.

  • Altercation avec Attus Navius (Zonar. 7.8.8-10), rapportée à la création de nouvelles tribus : cf. Liv. 1.36 (mais en rapport avec la guerre contre les Sabins et le besoin alors ressenti de renforcer la cavalerie) ; D.H. 3.71 (parlant ici de formations de chevaliers et après avoir longuement relaté l’enfance et la formation de l’augure en 3.70).

  • Guerres contre les Latins et les Sabins aidés des Étrusques (Zonar. 7.8.11) : en Liv. 1.35.7, guerres contre les Latins, en 1.36.1-2, puis 1.37 (avec l’utilisation de brûlots) contre les Sabins, en 1.38 contre les Prisci Latini ; en D.H. 3.49-54 contre les Latins, en 3.55-56 (avec l’utilisation de brûlots), puis en 3.63-66 contre les Sabins, en 3.57-62 contre les Étrusques.

  • Inceste d’une des vestales et institution de leur mode de mise à mort (Zonar. 7.8.11-12), qui avait déjà été évoqué dans fr. 6.2a pour Numa : pas de mention chez Tite-Live ; en D.H. 3.67.3, inceste de la vestale Pinaria, renvoi pour le supplice à 2.67 (sous Numa).

  • Assassinat de Tarquin l’Ancien (Zonar. 7.8.13-14) : cf. Liv. 1.40 ; en D.H. 3.73, précédé d’une première tentative des fils d’Ancus, qui avait été empêchée par le roi et par Servius Tullius (3.72).

  • Origines et enfance de Servius Tullius (Zonar. 7.9.1-2). Fils d’Ocrisia (nom de la mère non donné chez Tite-Live), veuve de Spurius Tullius (en Liv. 1.39.5, prénom Servius ; le prénom Spurius se retrouve seulement dans Festus, Gloss. Lat., p. 182 Lindsay), capturée enceinte par Tarquin l’Ancien ou ayant conçu son fils ensuite. Pas de mention de la version de la procréation par un phallus surgi dans le foyer royal (p. ex. D.H. 4.2.1-3 ; Plu., Mor., 223b-c) ; prodige du nimbe de flammes, interprété par Tanaquil : cf. Liv. 1.39.3 ; D.H. 4.2.4.

  • Prise de pouvoir avec l’aide de Tanaquil (Zonar. 7.9.3-4), avec procès et fuite des fils d’Ancus chez les Volsques : cf. Liv. 1.41 (avec fuite des fils d’Ancus par peur à Suessa Pometia chez les Volsques) ; D.H. 4.4-5 (en 4.8.1, exil des fils d’Ancus en un lieu non précisé).

  • Confirmation par vote de la royauté de Servius (Zonar. 7.9.5-7) après des mesures populaires (distributions d’argent et de terres) et pour répondre aux critiques de patriciens : cf. D.H. 4.8‑12 (aides aux débiteurs en 4.9.7, distributions de terres en 4.10.3 et 4.13.1) ; mais en Liv. 1.46.1, le vote survient après les accusations du futur Tarquin le Superbe.

  • Mesures politiques envers le peuple (Zonar. 7.9.8-9). Recrutement de nouveaux sénateurs, avec évocation de l’évolution ultérieure (les patriciens ne gardant que certains sacerdoces et la charge d’interroi), description des chaussures de patriciens avec lunule : pas d’équivalent chez Tite-Live ou Denys. Politique équilibrée par le fait que les charges publiques étaient confiées aux plus puissants : dans le même sens Liv. 1.43.10-12 ; D.H. 4.19-21. Chez Zonaras, on ne trouve pas de description des classes et du cens (Liv. 1.42.4-43.13 ; D.H. 4.16-21), ni de mention de l’agrandissement de la ville ni de sa muraille (Liv. 1.44.3 ; D.H. 4.14.1).

  • Guerres contre les Véiens et les Étrusques (Zonar. 7.9.10), traitées rapidement : cf. Liv. 1.42.2‑3 ; D.H. 4.27.1-5. Aucun lien n’est posé avec les distributions de terres, comme en Liv. 1.46.1 ; D.H. 4.27.6.

  • Politique latine de Servius, avec construction du temple fédéral de Diane (Zonar. 7.9.11‑12) : cf. Liv. 1.45.1-2 ; D.H. 4.25.6-26.6. Mention de l’omen de la vache du Sabin, comme en Liv. 1.45.4‑6, mais liée ici aux réticences des Latins qu’elle permet de surmonter.

  • Fin du règne de Servius (Zonar. 7.9.13-15). Mécontentement des fils de Tarquin l’Ancien, mariage avec les filles de Servius, empoisonnement par l’aîné et la femme de son frère des deux autres (cf. fr. 11.1), suivi de leur mariage, complot et coup de force au Sénat, Tullia salue son mari comme roi, passe en char sur le cadavre de son père : cf. Liv. 1.46-48 ; D.H. 4.28-40 (qui fait état d’une première tentative suivie du pardon de Servius en 4.30-37).

  • Tyrannie du Superbe (fr. 11.2-6 ; Zonar. 7.10.1-5). Présence de gardes du corps : cf. Liv. 1.49.2 ; D.H. 4.41.3. Introduction d’étrangers parmi les gardes pour éviter les révoltes : cf. D.H. 4.45.1 ; mais en Liv. 1.52.6 le mélange des Latins et des Romains dans les unités militaires est lié à la politique latine du roi. Arrestation et mise à mort des citoyens les plus importants : cf. Liv. 1.49.4-5 ; D.H. 4.42.1-2. Affaiblissement numérique du Sénat pour lui retirer tout pouvoir : cf. Liv. 1.49.6 ; D.H. 4.42.4-5 (mais en 4.42.4 le roi nomme aussi de nouveau sénateurs à sa dévotion). Oppression également du peuple : cf. D.H. 4.43. Attitude hautaine qui lui vaut son surnom de Superbe : cf. D.H. 4.41.4. Décisions prises par lui seul dans un cadre domestique : cf. Liv. 1.49.7 ; D.H. 4.41.3. Introduction de la mise à mort par les verges, le condamné étant attaché à une fourche : indication absente chez Tite-Live et Denys.

  • Chez Zonaras, pas de mention de la volonté de domination politique du Superbe sur le Latium (y compris pour l’épisode d’Appius Herdonius) : ce point tient une place importante dans le récit de Tite-Live (1.49.8-52.6) et Denys (4.45-49). Pas de mention des travaux concernant le Grand Cirque et la Cloaca Maxima, contrairement à Liv. 1.56.2 ; D.H. 4.44.1-2.

  • Prise par traîtrise de Gabies par l’entremise du fils du roi Sextus (fr. 11.7 ; Zonar. 7.10.11-12) : cf. Liv. 1.53-54 (où Sextus ne se fait pas fouetter par son père) ; D.H. 4.53-58 (avec le nom d’Antistius Petro comme opposant principal de Sextus à Gabies). Allusion rapide à la fin du passage à d’autres guerres : mention en Liv. 1.53.2 d’une guerre contre les Volsques ; en D.H. 4.50-52 récit des campagnes contre les Sabins et les Volsques.

  • Acquisition des livres sibyllins (Zonar. 7.11.1-4 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1279) : cf. D.H. 4.62.2-3 ; épisode non rapporté par Tite-Live (et placé par Varron, cité par Lactant., Div. inst., 1.6.10-11, sous le règne de Tarquin l’Ancien). Divulgation du contenu des livres par Marcus Acilius et institution de la peine du sac infligée aux parricides : cf. D.H. 4.62.4 (mais présentant le supplice de Marcus Acilius comme l’application de la peine des parricides déjà existante).

  • Construction du temple de Jupiter Capitolin (Zonar. 7.11.5-8) : découverte de la tête lors du creusement des fondations : cf. Liv. 1.55.5-6 ; D.H. 4.59.2-3. Essai de captation de l’omen par le plus célèbre des haruspices étrusques : cf. D.H. 4.60.1-61.2 ; (et Plin., NH, 28.4.15-16, avec nom de l’haruspice Olenus Calenus) ; épisode absent chez Tite-Live. Nom du Capitole venant de cette tête : même précision en D.H. 4.61.2.

  • Signes du prochain renversement des Tarquins (Zonar. 7.11.9-11), vautours qui chassent les aigles du jardin, serpent qui apparaît dans le palais : seulement second signe en Liv. 1.56.4, premier signe en D.H. 4.63.2-3. Décision de l’envoi d’une délégation à Delphes : due à l’apparition du présage aussi en Liv. 1.56.7 ; mais en D.H. 4.69.2 à une épidémie survenue ultérieurement. Histoire de Brutus et choix de jouer la dissimulation après la mort de son père et de son frère, ce qui lui vaut son surnom : cf. Liv. 1.56.7-8 (ne mentionnant pas la mort du père) ; D.H. 4.68 (dans le récit après la mort de Lucrèce).

  • Ambassade des deux fils du roi et de Tarquin à Delphes (fr. 11.12 ; Zonar. 7.11.12-13) : cf. Liv. 1.56.9-12 (situant aussi à Delphes le baiser de Brutus à la terre) ; D.H. 4.69.3-4 (situant le baiser en Italie). Dans le récit de Zonaras, ajout d’une première réponse de l’oracle : le roi sera renversé quand un chien se mettra à parler.

  • Siège d’Ardée, viol et suicide de Lucrèce (fr. 11.13-19 ; Zonar. 7.11.14-16) : cf. Liv. 1.57-58 ; D.H. 4.64.1-67.2.

  • Révolte contre les Tarquins (Zonar. 7.11.17). Brutus montre le corps de Lucrèce et fait prêter serment de haine à la tyrannie (sans mention du poignard) : cf. Liv. 1.59.1-5 ; D.H. 4.71.1.  Brutus va à Ardée soulever l’armée : cf. Liv. 1.60.1-2 ; en D.H. 4.85.2-3, les consuls nommés entre temps, Brutus et Collatin (4.84.4-5), écrivent à Titus Herminius et Marcus Horatius.

  • Fuite de Tarquin le Superbe (Zonar. 7.11.17). Le roi est repoussé de Rome et fuit à Tarquinia avec ses fils, Tullia se suicide : en Liv. 1.60.2, le roi est repoussé de Rome, ses fils Arruns et Titus sont chassés du camp, tous trois fuient à Caeré, tandis que Sextus se retire à Gabies où il sera assassiné ; en D.H. 4.85, le roi est repoussé de Rome et, informé de la révolte du camp, s’enfuit à Gabies auprès de son fils Sextus.

  • 30 Le récit de Dion ne garde pas la moindre trace de ce qui pourrait apparaître comme un héritage de (...)
  • 31 On le retrouve chez Ovide (Fast., 2.711-713) et, sous une forme différente, chez Pline (voir note (...)
  • 32 Le signe apparaissait, mêlé à celui du serpent (qui chez lui aboyait), chez Plin., NH, 8.41.153.
  • 33 Il serait gratuit de proposer un nom. Schwartz 1899, 1697, notant que Dion faisait état d’un poin (...)

8On voit que Dion ne suit pas Tite-Live, pas plus qu’on ne pourrait dire qu’il suit Denys d’Halicarnasse30. Son récit offre des éléments d’information qui se trouvent tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, ou qui apparaissent chez les deux à la fois, ou encore sont absents de leurs récits à tous les deux. On ne peut pas dire non plus que sa narration privilégie une source à certains moments : la distribution de ces rapports éventuels avec Tite-Live ou Denys ne montre pas qu’il les ait suivi d’une manière exclusive pour certains épisodes. Les rapprochements avec l’un ou l’autre s’entremêlent. Le plus bel exemple est peut-être celui des signes qui ont précédé la chute du dernier roi : Dion en juxtaposait deux, l’un, celui des vautours s’en prenant aux aiglons du jardin royal, qui était présent chez Denys mais pas chez Tite-Live, l’autre, celui du surgissement du serpent d’une colonne du palais, qui était présent chez le second31 mais pas chez le premier. S’il fallait attribuer à ces deux auteurs ces informations, cela signifierait que Dion les avait utilisés conjointement. Mais on ne saurait davantage expliquer son œuvre comme une combinaison de ces deux sources : dans le même contexte, l’historien sévérien évoque un autre signe, énoncé dans l’avertissement de la Pythie, celui du chien qui se met à parler. Il n’en est question ni chez Tite-Live, ni chez Denys32 : le renseignement provient nécessairement d’un autre historien. Il faudrait donc faire intervenir une troisième source ! À moins que, hypothèse qu’on peut tout aussi bien envisager, Dion ait trouvé l’ensemble de ces informations, celle qu’on trouve chez Tite-Live, celle qu’on trouve chez Denys et celle qui ne figure ni chez l’un, ni chez l’autre, chez un auteur unique qui les aurait données toutes les trois et qui aurait été sa source. La Quellenforschung ferait ainsi surgir un troisième auteur, inconnu, à qui il faudrait attribuer la narration, si originale, qu’on peut attribuer à l’auteur sévérien33

  • 34 Pour la manière dont F. Millar voyait la question, voir Millar 1964, 28-40.

9Dans l’absolu les deux hypothèses sont possibles : soit Dion a lui-même procédé à une recomposition à partir de sources diverses qu’il a compilées, comme Tite-Live, Denys et d’autres encore, pour nous indéterminables, soit il s’est borné reprendre une autre version de l’histoire la plus ancienne de la cité que celles qui nous sont parvenues, c’est-à-dire un historien autre que les deux que nous avons cités et qui sont les seuls dont nous ont fourni des récits complets pour cette période. La réponse dépend entièrement de l’idée qu’on se fait de Dion : qui verra en lui un historien consciencieux, qui s’est documenté pendant des années avant de se mettre à la rédaction de son opus magnum34, préférera la première explication ; qui verra en lui un esprit de second ordre, incapable de se lancer dans une synthèse originale, préférera l’autre. Nous ne voudrions pas en tout cas nous lancer dans ce débat, d’autant plus qu’il risque de masquer ce qui est l’essentiel : l’intérêt que représente l’œuvre de Dion, quelle que soit la manière dont il l’a composée.

  • 35 Liv. 1.56.10.
  • 36 D.H. 4.69.2.
  • 37 Sur ce point et la signification du prodige, voir nos remarques dans Briquel 2007, 259-266.

10Nous pouvons reprendre l’exemple des signes échus au dernier des Tarquins qui ont occasionné l’envoi de l’ambassade à Delphes. Ni la version de Tite-Live, ni celle de Denys d’Halicarnasse ne sont satisfaisantes. Chez l’historien padouan, la question posée par les prodiges survenus au palais, qui est le risque encouru par le roi, ne reçoit pas de réponse, puisque, après un désinvolte “leur mission étant remplie” que rien ne vient expliquer, l’auteur raconte que les deux fils du Superbe, arrivés dans le sanctuaire d’Apollon, passent à une autre question, celle de savoir auquel d’entre eux reviendra le trône35 ; quant à Denys, il laisse l’apparition des présages animaux sans suite, tandis que l’envoi de la délégation à Delphes est provoqué par autre chose, le déclenchement d’une épidémie36 : justification des plus banales et qui paraît être une explication passe-partout qu’on a placée là pour rendre compte d’un enchaînement qu’on ne comprenait plus. En réalité, la séquence telle que Zonaras permet de la reconstituer est logique, et certainement conforme à la structure primitive du récit : les deux fils du Superbe et Brutus vont à Delphes pour consulter l’oracle sur ce qui menace le pouvoir de leur père, puisque les signes donnés par les oiseaux ont révélé que celui-ci est en danger, et la réponse du dieu – dont ils ne comprennent pas le sens, puisque le chien qui se mettra à parler est bien évidemment Brutus dont la nature va bientôt se révéler – porte précisément sur ce point. La demande qu’ils font ensuite, portant sur celui à qui le pouvoir sera donné, est une question annexe, indépendante du sens premier leur mission, ainsi que la formulation de Tite-Live et de Denys, qui la font intervenir dans un second temps par rapport à l’objet principal de leur envoi en Grèce, le montre. Mais, pour comprendre vraiment le sens de cette histoire, c’est à Dion qu’il faut se référer, non à ses prédécesseurs augustéens37. Cela est plus important que de se lancer dans l’entreprise impossible de savoir chez quel auteur disparu il aura puisé tel ou tel point de l’information dont il fait état. Et en tant qu’historien, Dion témoigne d’une personnalité qui n’appartient qu’à lui, et qu’il serait dangereux de faire disparaître en ramenant ce qu’il a écrit à une juxtaposition de données qu’il aurait puisées chez ses prédécesseurs.

L’originalité de Dion dans le traitement de la période des origines et de l’époque royale

  • 38 Liv. 1.17.5-6 ; D.H. 2.57 ; Plu., Num., 2.9.
  • 39 Liv. 1.42.4-43.13 ; D.H. 4.16-21 ; Cic., Rep., 2.22.39-40.
  • 40 Liv. 1.48.9 ; 1.60.4.
  • 41 Voir Zonar. 7.9.13.
  • 42 Sur cette épithète que lui avait appliquée Auguste, et qui témoigne au moins de son attachement a (...)
  • 43 Millar 1964, 74 soulignait déjà que Dion utilisait le même terme, µοναρχία, pour la période des r (...)
  • 44 Le mot apparaît en fr. 5.11 (pour Romulus) ; fr. 11.6 ; Zonar. 7.10.4 (pour Tarquin le Superbe). (...)
  • 45 Voir fr. 11.3 ; 11.6.

11Or l’originalité du récit de Dion par rapport à celui que les autres historiens nous ont laissé pour la période qui nous concerne est manifeste. Nous avons déjà signalé son peu d’intérêt pour la chose militaire, trait qu’on ne s’attend certes pas à trouver chez un historien de la ville qui avait conquis l’οἰκουµένη. On ne peut même pas dire que l’attention qu’il témoigne pour le détail des aspects politiques, en ce qui concerne la période qui nous occupe, soit particulièrement poussée. Il décrivait sans doute, à l’occasion de la disparition de Romulus, l’institution des interrois ; mais il ne faisait que suivre la tradition qui, classiquement, était amenée à en parler à ce moment de l’histoire de la cité, lorsque celle-ci avait été confrontée, pour la première fois, à une situation de vacance du pouvoir royal38. Inversement, nous l’avons signalé, alors que Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, comme avant eux Cicéron dans son De republica39, avaient décrit par le menu la constitution servienne, avec la répartition des centuries des cinq classes distinguées par le cens, il ne semble pas que Dion l’ait fait. Il faut dire que ce genre de détail sur le fonctionnement des institutions républicaines ne devait plus guère intéresser les Romains de l’âge des Sévères, en un temps où la libera res publica n’était qu’un lointain souvenir. Dion ne fait plus vraiment, comme Tite-Live, de son Servius Tullius un précurseur du régime républicain qu’il aurait voulu établir et qui aurait été instauré, lorsque les temps furent venus, d’après ses Commentaires40 : s’il fait allusion à la démocratie que le roi avait parlé d’instaurer, c’est uniquement à propos de ses démêlés avec les fils de son prédécesseur, et comme un moyen pour Servius de ne pas leur laisser le pouvoir, à eux dont il s’était pourtant présenté comme le défenseur au moment de l’assassinat de leur père41. Autant les valeurs de liberté et de pouvoir du peuple pouvaient avoir un sens pour le “pompéien” Tite-Live42, au lendemain de la tourmente des guerres civiles, autant ce n’était plus le cas lorsque la monarchie s’était rétablie comme forme de fonctionnement politique normal, après près de trois siècles de régime impérial, et qu’inversement le terme δηµοκρατία était loin d’être connoté positivement43. Assurément, le pouvoir d’un seul peut être dévoyé, virer à la tyrannie et la tyrannie est un point qui intéresse l’historien au plus haut point : ce n’est pas uniquement parce que cela fait partie de la tradition que Dion évoque, à propos de Romulus, son évolution vers une forme de gouvernement autoritaire et personnel, employant le terme τυραννικώτερον à ce propos, et décrit longuement, plus loin, la tyrannie du Superbe, pour lequel il reprend le même mot44 : il ajoute même, semble-t-il, des éléments à la présentation de ses prédécesseurs, introduisant une phrase méprisante du conditor à l’encontre de ses sénateurs et, pour le second Tarquin, le montrant se débarrassant même de ses amis de peur qu’ils ne conspirent contre lui, ou introduisant le supplice de la fourche45.

  • 46 Pour ces deux types de jugements sur l’œuvre, Millar 1964, 76.
  • 47 La préface du livre 2 de Tite-Live, ouvrant la période de la libera res publica, affirme claireme (...)
  • 48 Liv. 1.31.8 ; D.H. 3.35.
  • 49 Zonar. 7.8.6 : “Il habitua les enfants à l’indolence et gâta leur âme et leur corps par ses faveu (...)
  • 50 Fr. 9.4.
  • 51 Accius, Brutus, fr. 4 Dangel, = Cic., Sest., 58.123.
  • 52 Zonar. 7.9 : “Et tout en proclamant qu’il allait leur remettre le pouvoir royal, il renvoyait cel (...)

12Mais avec la tyrannie, nous sommes dans le domaine des considérations morales autant que politiques. Et, s’il est un trait qui saute aux yeux lorsqu’on lit le récit de Dion et par lequel il se différencie de ses devanciers, c’est son moralisme, sa tendance à faire intervenir à tout bout de champ des considérations sur la nature humaine, qui ne sont le plus souvent que des lieux communs de la philosophie de son temps. Quand il en arrive à la grossesse de Rhéa Silvia, c’est pour dire que la destin s’impose et que les précautions de hommes, comme celles d’Amulius lui imposant l’état de vestale, sont impuissantes face à lui (fr. 5.1) ; plus loin dans la légende du fondateur, la querelle des deux frères lui inspire une sentence sur les dangers des périodes apparemment favorables, supérieurs à ceux des moments de danger (fr. 5.3) ; la réaction des habitants des cités latines dont les jeunes femmes ont été enlevées, suivie de leur défaite, sur l’inutilité d’une protestation qui ne s’appuie pas sur la force indispensable (fr. 5.4). Il est inutile de multiplier les exemples tant c’est là un trait constant de l’auteur, qui le différencie de ses devanciers : là où ceux-ci avançaient des raisons historiques, faisaient intervenir des considérations sur les situations et les conjonctures, notre auteur évoque des traits permanents de l’âme humaine. Comme le notait Fergus Millar, dans sa vision de l’histoire, “human nature is the key and he looks no further for the explanation of events”. Et on ne peut pas dire que la psychologie à laquelle il se réfère alors aille très loin : comme le notait le même Millar, “most of his judgments are no more than commonplace”46. Au moins dans le cas des livres qui nous concernent a-t-elle un certain avantage : il ne cède pas à une fascination pour la période des origines, qui ferait de ses acteurs des modèles des vertus romaines, les rois étant uniformément traités d’une manière positive – à l’exception bien sûr du dernier, pur tyran que les pères fondateurs de la République avaient heureusement chassé –, selon le tableau que l’annalistique se plaisait à donner de la période royale47. Chez lui, des figures habituellement présentées positivement sont loin de l’être totalement. Ancus Marcius est donné comme le responsable de la mort de Tullus Hostilius dans l’incendie de son palais, alors que cette version de la fin du roi guerrier est, quand elle n’est pas tue comme chez Tite-Live, au plus avancée comme une hypothèse à laquelle il ne convient pas de donner foi, ce qui est le cas chez Denys d’Halicarnasse48. Le premier Tarquin reste bien traité dans la tradition, même si celle-ci en faisait le premier individu parvenu au pouvoir en courtisant ses concitoyens, inaugurant ainsi les pratiques électorales qui auront cours sous la République : Dion accentue les traits négatifs. Non seulement il avait organisé une partie de chasse à laquelle il avait envoyé les fils d’Ancus au moment où se tenaient les comices afin de pouvoir s’y faire élire roi sans risque de contestation, mais il avait sciemment cherché à pervertir les enfants dont son prédécesseur lui avait confié l’éducation49. Il apparaît clairement comme un manipulateur, dont le jeu ne fut découvert qu’une fois qu’il fut parvenu au pouvoir50. Le portrait de Servius lui-même, dont Accius, déjà au iie s. a.C., dans sa tragédie Brutus, disait qu’“il avait garanti la liberté des citoyens”51, n’est pas sans ombres : nous avons évoqué ce qui apparaît comme des manœuvres de sa part pour empêcher les fils de Tarquin le Superbe d’accéder au pouvoir, contrairement à ce qu’il leur avait promis52. On ne trouve rien de tel chez Tite-Live ou Denys.

  • 53 Fr. 6.7.

13Cette vision étroitement morale des êtres et des événements n’empêche cependant pas Dion d’avoir des préoccupations historiques plus larges, et parfois d’une manière originale : prolongeant un usage qu’on trouvait déjà chez ses devanciers mais qu’il applique à de nouveaux sujets, il parsème son œuvre d’excursus où, sortant du strict cadre événementiel et chronologique, il présente des réflexions qui font le point sur un thème donné, traité sur la longue durée et jusque dans ses prolongements à son époque. Nous avons rappelé qu’il avait inséré dans son premier livre un exposé sur les Étrusques ; il paraît avoir fait de même sur le Tibre et son importance pour Rome, à l’occasion de la noyade du roi albain Tiberinus et du changement de nom de l’ancien Albula : la phrase qu’on lit à ce propos chez Zonaras a des chances d’avoir résumé un développement plus long. Le rappel de la mise en place du calendrier par Numa est accompagné chez lui de considérations assez conséquentes sur la question : on constate au moins que Dion traitait du mois de janvier, et en profitait pour évoquer la figure de Janus, considéré comme un ancien roi du pays, et de la manière dont il avait accueilli Cronos-Saturne à son arrivée en Italie53. L’affirmation, qu’on ne retrouve pas chez Tite-Live ou Denys d’Halicarnasse, que Servius aurait fait entrer des plébéiens au Sénat, jusque-là composé uniquement de patriciens, lui a permis de dresser un tableau sur l’évolution ultérieure de la cité sur ce point essentiel de son histoire : la présentation de Zonaras montre qu’il évoquait déjà à ce moment de son œuvre la fin du conflit des ordres, en précisant les quelques privilèges qu’avait conservés le patriciat, comme la charge d’interrex, certains sacerdoces et ses chaussures spécifiques, les calcei patricii rouges, distinctes de celles, noires, dont se chaussaient les autres sénateurs.

  • 54 Sur ce point, Poucet 1985, 199-208 ; Poucet 2000, 361-365.
  • 55 Valerius Antias, FRH 25,18 = fr. 11 Chassignet ; cf. Serv., Aen., 6.815, et, sans référence à Anc (...)
  • 56 Accius avait déjà donné à sa tragédie Brutus le sous-titre siue Aenedae ; voir également Lucr. 1. (...)
  • 57 D.H. 1.66.1 ; Tite-Live (1.3.3), qui ignore le prodige de la truie, ne s’arrête que sur l’épithèt (...)
  • 58 Varro, Ling., 5.7.41 ; Liv. 1.55.5-6 ; D.H. 4.59-61 ; Plin., NH, 28.4.5-16 ; Plu., Cam., 31.4 ; F (...)
  • 59 Plu., Rom., 19.10.
  • 60 Fr. 5.8 : “Chaque tribu fut divisée en dix curies ou ‘lieux de soucis’, car cura veut dire ‘souci (...)
  • 61 Zonar. 7.3.
  • 62 Fr. 6.2; Zonar. 7.8.11-12 (avec indication aussi du supplice de la furca infligé au complice ma (...)
  • 63 Fr. 11.6 (mais le supplice a déjà été évoqué pour la complice de la vestale coupable).
  • 64 Zonar. 7.11.4 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1279.
  • 65 Fr. 6.1a (avec la précision sur les chaussures rouges de Romulus dont il est le seul à parler).
  • 66 Zonar. 7.8.7 (avec référence également au triomphe sur un char à quatre chevaux).
  • 67 Zonar. 7.9.9 ; dans ce texte, qui met en relation l’ornement en forme de lune (et donc de C) avec (...)

14Beaucoup de ces précisions relèvent de ce qu’on trouve dans la littérature antiquaire. Et effectivement, Dion paraît avoir eu un goût pour les remarques de ce genre, débordant largement ce qu’on trouve chez ses prédécesseurs : si les remarques étiologiques ont toujours eu leur place dans l’historiographie romaine, en particulier pour la période qui nous concerne ici54, celles qu’on rencontre chez Dion sont souvent originales, sans équivalent chez Tite-Live, Denys ou Plutarque. Il s’intéresse aux mots, à leur signification et à leur origine. Nous l’avons vu, il propose une explication du prénom du quatrième roi, Ancus : dans la littérature historique, elle ne figure que chez Valerius Antias, mais correspond à ce qu’on trouve dans la littérature érudite55. Au moment où il relate la disparition de Romulus, il introduit une remarque, sans équivalent chez ses prédécesseurs, sur l’appellation d’Énéades donnée aux Romains, justifiant ainsi une désignation courante dans la poésie tant grecque que latine56. Si la mise en relation du nom d’Albe la Longue par la couleur de la truie aux trente petits (en même temps que par la position de la ville sur une crête allongée)57 ou celle du nom du Capitole par la découverte de la tête humaine58 sont banales et si l’explication du nom du Comitium par la réunion des Romains de Romulus et des Sabins de Titus Tatius que l’intervention des femmes avait imposée par leur surgissement inattendu sur le Forum au milieu des combattants se trouvait déjà au moins dans le récit de Plutarque59, Dion innove en accompagnant la mention de la création des curies par le premier roi par une étymologie, d’ailleurs farfelue et isolée, de leur nom, le rattachant à cura, justifiée par le souci qu’elles prenaient des affaires de la cité60. Certains sujets semblent avoir particulièrement retenu l’attention de Dion. Il s’arrête sur des punitions ou supplices : interdiction sous peine de mort faite au soldat d’entrer dans le camp autrement que par les portes, appuyée bien sûr par ce qui est arrivé à Rémus61, enterrement vivant de la vestale coupable, évoqué à propos de Numa et repris plus en détail pour l’inceste de Pinaria (dont le nom ne figure pas, du moins au niveau du texte de Zonaras) sous le règne de Tarquin l’Ancien62, exécution capitale à coups de verges rapportée à Tarquin le Superbe63, peine du sac infligée au parricide, introduite à l’occasion du châtiment de Marcus Acilius qui avait trahi le secret des lives Sibyllins acquis par le dernier roi64. Les détails du costume l’intéressent : il les évoque à propos de la tenue de Romulus65, de celle de Tarquin l’Ancien66 ou encore des marques de différenciation vestimentaire que les patriciens conservaient, point qu’il aborde en lien avec les réformes de Servius Tullius67.

  • 68 Mart. 2.29.7 ; Juv. 7.192. Plutarque est également critique (évoquant cet ornement dans Mor., 282 (...)
  • 69 Zonar. 7.8.7 : οἷς … καὶ οἱ τὴν αὐτοκράτορα ἔχοντες ἡγεµονίαν ἐχρήσαντο. Cf. D.H. 3.62.2.

15Ce dernier passage est particulièrement intéressant : Dion y décrivait les chaussures ornées d’une petite lune qui étaient, de son temps, une marque de noblesse. Mais il ne semble pas que la coutume remonte très haut dans le temps : les premiers à en faire état, d’ailleurs pour se moquer de ce qu’ils considèrent comme une fatuité ridicule, sont des auteurs comme Martial et Juvénal68. Dion, donnant ces indications érudites, avait donc en vue le monde romain de son temps, et il est fréquent que sa formulation, lorsqu’il traitait de ces questions à propos des origines ou de la période royale, témoigne de son désir de rendre compte des réalités ultérieures, voire contemporaines : mentionnant l’introduction du supplice de la fourche sous Tarquin le Superbe, il insistait sur le fait que l’exemple du tyran avait été suivi et, à propos du costume royal endossé par le premier Tarquin, alors que Denys d’Halicarnasse indiquait qu’il avait été repris par les magistrats républicains, les consuls se succédant chaque année, il expliquait que cette tenue était passée à ceux qui détenaient le pouvoir impérial69. Dion était un homme de l’Empire, du iiie s. de notre ère, et sa vision du plus ancien passé de Rome ne pouvait plus être celle des annalistes des temps républicains ou des historiens de l’époque augustéenne.

Notes

1 Sur le texte de Zonaras et son rapport avec Plutarque, voir dans ce volume la contribution de M. Bellissime et B. Berbessou-Broustet.

2 Zonaras reprend, souvent textuellement, Plutarque dans sa Vie de Romulus (3.3-5 ; 4.2 ; 4.4 ; 6.3 ; 7.1-9.1 ; 11 ; 12.1 ; 13.1-5 ; 14.5-6 ; 16.1-3 ; 17.2-3 ; 18.1 ; 19.2 ; 19.10 ; 20.5 ; 23.1-3 ; 24.1-2 ; 25.1-2 ; 25.6-7 ; 26.1-2 ; 27.1-2 ; 27.7-9 ; 28.1-3 ; 29.1).

3 Plu., Num., 2.6-10 ; 3.1-4 ; 4.1 ; 5.1 ; 6.1-4 ; 7.1-8 ; 8.1 ; 8.13-15 ; 15 ; 16.3-5 ; 18.7 ; 20.4 ; 20.7 ; 21.7.

4 De même, la scholie à 1279 relate l’achat par le roi Tarquin le Superbe des livres sibyllins dans des termes analogues à ceux qu’on trouve chez Zonaras.

5 Les différences portent sur des détails. La scholie mentionne des événements que Zonaras ne donne pas : pour l’arrivée d’Énée dans le Latium, le prodige de la truie au trente petits et la manducation des tables ; plus loin, d’une manière vague, la réclamation par Mézence du vin du Latium, puis le retour des Pénates d’Albe à Lavinum ; inversement Zonaras évoque seul la filiation de Latinus (comme fils de Faunus), la désignation des Romains comme Énéades, les précisions sur les rois albains Tiberinus, Amulius, Aventinus. Dans la liste de la dynastie des Silvii d’Albe, qui est identique (et comporte trois noms de moins par rapport à celle donnée par Tite-Live et Denys d’Halicarnasse) le nom de Capys a été altéré en Pastis dans la tradition de Zonaras.

6 Pour la suite de l’histoire de Romulus, les passages de Zonaras qui ne procèdent pas de Plutarque et ont donc des chances d’être être de Dion mentionnent, très rapidement, le conflit entre les deux frères, présentent d’une manière originale la trahison de Tarpeia (elle aurait été prise par les Sabins alors qu’elle allait puiser de l’eau, ce qui diffère de Liv. 1.11.7 ; D.H. 2.38.3-4 ; Plu., Rom., 17.2) et attribuent au roi des chaussures rouges (cf. fr. 6.1a).

7 Le fragment évoque la question de la remise aux Véiens de leurs otages, décidée par Romulus seul (cf. D.H. 2.56.3 ; Plu., Rom., 27.3 ; pas de mention chez Tite-Live), et cite une phrase méprisante du roi envers les sénateurs, ce que le fragment de Jean d’Antioche ne signale pas.

8 Ce fragment n’évoque que cette version de la mort violente de Romulus (mentionnée dans Liv. 1.16.4 comme un bruit non fondé et posée en alternative par rapport à la version de la disparition mystérieuse au marais de la Chèvre lors d’un orage dans D.H. 2.56.3-4 – même si cet auteur la juge plus fiable – et Plu., Rom., 27.6) ; le cadre orageux, précisé dans cette présentation de la mort du roi, est signalé ailleurs en lien avec l’autre version (Liv. 1.16.1 ; D.H. 2.56.2 ; Plu., Rom., 27.7-8) ; Proculus Julius est ici qualifié de chevalier, alors que Cicéron (Rep., 2.10.20) en fait un simple paysan, Denys aussi un paysan, mais avec la précision qu’il descendait d’Ascagne (2.63.3), Plutarque un patricien, ami de Romulus et venu d’Albe avec lui (Rom., 28.1 ; cf. Num., 2.4).

9 Courtes allusions à Rhéa Silvia (fr. 5.1), à la querelle entre Romulus et Rémus (fr. 5.3), à la réaction des Antemnates, Crustumériens et Caeniniens après l’enlèvement de leurs jeunes filles par les compagnons de Romulus (fr. 5.4), plus long passage sur l’intervention d’Hersilie et la conclusion de la paix entre Romains et Sabins (fr. 5.5-7), enfin fr. 5.11, déjà évoqué, sur les rapports entre Romulus et le Sénat.

10 Détails sur le domicile et le genre de vie de Numa (fr. 6.2), allusion à la consécration d’un bois sacré aux Muses (fr. 6.3 ; cf. Liv. 1.21.3 ; éléments dans D.H. 2.60.5 ; Plu., Num., 8.11), passage un peu plus long sur la complémentarité de Numa et de Romulus (fr. 6.5-6 ; cf., en plus bref, Liv. 1.21.6), où apparaît la précision que le roi sabin était né le jour même de la fondation de Rome (cf. Plu., Num., 3.6).

11 Boissevain 1895a, 7 (commentaire d’Eustathe à l’Odyssée) sur la mention par Dion de la louve qui avait allaité les jumeaux ; fr. 5.8 (Veteres glossae verborum iuris de Labbaeus) sur les tribus et curies instituées par Romulus ; fr. 6.1a (Jean le Lydien) sur les chaussures rouges du fondateur ; fr. 6.2et 6.2b (Souda et Cédrénos) sur les pontifes, saliens et vestales institués par Numa ; fr. 6.7 (Cédrénos) sur Janus et le mois de janvier, rapportés à Numa (cf. Zonar. 7.5 ; voir aussi Liv. 1.19.6-7 et surtout Plu., Num., 18.5).

12 D.H. 2.7.2-3.

13 Liv. 1.13.8 (mais le texte ne parle expressément que des trois centuries de chevaliers, non des trois tribus) ; Plu., Rom., 20.2-3.

14 Le fr. 5.10 (tiré du De sententiis), à propos de l’institution de noms ou du changement de noms anciens, qui a des chances de se référer à la mise en relation du nom des curies avec ceux des Sabines qui avaient été enlevées, ne permet pas de trancher entre les deux hypothèses.

15 Dans le court passage que Zonaras consacre à la mort de Rémus, qui ne reprend pas l’exposé de Plu., Rom., 10, il est évoqué, comme chez Liv. 1.7.2, une double version, celle d’une mêlée générale puis celle du franchissement du pomerium par Rémus, mais en ajoutant la variante (absente du récit livien) où c’est un autre (sans que le nom de Celer soit cité) qui le tue.

16 L’évocation, dans fr. 6.3, du bois sacré aux Muses ne permet pas d’être absolument certain que Dion l’évoquait, comme Liv. 1.21.3, en liaison avec Égérie.

17 Tite-Live également évoquait, mais en une seule phrase, l’ancienne puissance des Étrusques à propos de Mézence (1.2.5). Denys d’Halicarnasse avait consacré à ce peuple un excursus qui s’étendait sur cinq chapitres (1.26-30), mais il intervenait chez lui à propos des Pélasges et s’insérait donc dans le type particulier de narration de l’auteur, qui, dans sa volonté de démonstration du caractère grec de Rome, faisait appel, avant Énée, à une série de couches de peuplement antérieures du Latium, comme les Pélasges, et ne faisait donc pas commencer son œuvre avec l’arrivée sur le sol troyen du héros troyen, comme c’était le cas pour Dion (et avant lui pour Tite-Live). Sur la vision originale du passé de Rome par Denys, Gabba 1991 ; Fromentin 1998, xxxi-xxxiv.

18 Tzetzès se borne à mentionner le fait dans ses Chiliades (5.21.109-110).

19 Tite-Live racontait l’épisode à l’occasion de l’institution des cultes, dont celui d’Hercule, par Romulus (1.7.3-15) ; Denys d’Halicarnasse, à l’occasion de sa présentation de la venue du héros sur le site de Rome avec ses compagnons, qui pour lui formaient une des couches anciennes du peuplement d’origine grecque de la ville (1.39.2-4, avec version évhémériste en 1.42.2-3).

20 Resp. Liv. 1.33.6 et D.H. 3.45.2 ; Liv. 1.33.8 ; Liv. 1.33.10 et D.H. 3.44.

21 Liv. 1.44.3 ; D.H. 4.14.1.

22 Resp. Liv. 1.35.8-9 et D.H. 3.68 ; Liv. 1.38.6 et D.H. 3.67.5.

23 Liv. 1.56.2 ; D.H. 4.44.1-2.

24 Liv. 1.42.2-3 ; D.H. 4.27.2-4.

25 D.H. 2.70.1 ; 3.32.4.

26 Liv. 1.36.2-8 ; Denys ne rapporte pas les faits à la guerre sabine, mais parle bien ici de formations de chevaliers (3.71).

27 Liv. 1.52.6 ; Denys (4.45.1) présentait déjà les faits comme Zonaras, mais introduisait ainsi son exposé sur la politique latine du tyran (4.45-49).

28 Schwartz 1899 ; voir col. 1695-1698 pour la question des sources de la partie qui nous occupe.

29 La tradition manuscrite de Zonaras leur attribue le nom de Publii Horatii (Πουπλιοράτιοι).

30 Le récit de Dion ne garde pas la moindre trace de ce qui pourrait apparaître comme un héritage des orientations des histoires de Tite-Live ou de Denys dans ce qu’elles avaient de plus original. Ainsi, il a existé à la fin de la République et à l’époque augustéenne tout un débat, dont D. Musti a montré l’acuité, sur la place qu’il convenait d’accorder aux différentes composantes de l’Italie dans la vision du passé romain (Musti 1970) : la position de Tite-Live y a été marquée par la mise en sourdine des aspects anti-étrusques que véhiculait le récit annalistique. Mais aucune des innovations qu’il introduisit alors (paix conclue avec Mézence au lendemain de la disparition d’Énée, silence sur tout conflit entre Tarquin l’Ancien et les Étrusques, disparition de l’essai de captation du présage favorable de la découverte de la tête du Capitole par l’haruspice étrusque) ne se retrouve chez Dion. Cet aspect ne joue plus aucun rôle chez lui. De même, s’agissant de Denys, l’orientation centrale de son œuvre historique, qui consistait à démontrer le caractère de ville grecque de Rome, n’a laissé aucune trace chez l’auteur du iiie s.

31 On le retrouve chez Ovide (Fast., 2.711-713) et, sous une forme différente, chez Pline (voir note suivante).

32 Le signe apparaissait, mêlé à celui du serpent (qui chez lui aboyait), chez Plin., NH, 8.41.153.

33 Il serait gratuit de proposer un nom. Schwartz 1899, 1697, notant que Dion faisait état d’un point qu’on ne rencontre que dans un fragment de Valerius Antias (l’explication du prénom du roi Ancus par l’état de son bras), mettait justement en garde contre la tentation d’en conclure que son récit procéderait de cet annaliste : il rappelait que la forme particulière du récit sur le nimbe igné entourant la tête de Servius Tullius qui figurait chez Valerius Antias (signe survenu alors que le futur souverain était déjà adulte, au moment où il venait de perdre sa femme Gegania : FRH 25,20 = fr. 13 Chassignet = Plu., Mor., 323c-d) n’est pas celle qu’on a chez Dion.

34 Pour la manière dont F. Millar voyait la question, voir Millar 1964, 28-40.

35 Liv. 1.56.10.

36 D.H. 4.69.2.

37 Sur ce point et la signification du prodige, voir nos remarques dans Briquel 2007, 259-266.

38 Liv. 1.17.5-6 ; D.H. 2.57 ; Plu., Num., 2.9.

39 Liv. 1.42.4-43.13 ; D.H. 4.16-21 ; Cic., Rep., 2.22.39-40.

40 Liv. 1.48.9 ; 1.60.4.

41 Voir Zonar. 7.9.13.

42 Sur cette épithète que lui avait appliquée Auguste, et qui témoigne au moins de son attachement au respect des institutions héritées des temps républicains, Tac., Ann., 4.34.6.

43 Millar 1964, 74 soulignait déjà que Dion utilisait le même terme, µοναρχία, pour la période des rois et celle du principat.

44 Le mot apparaît en fr. 5.11 (pour Romulus) ; fr. 11.6 ; Zonar. 7.10.4 (pour Tarquin le Superbe). La similitude entre les deux rois est soulignée : le premier trait tyrannique que Dion évoque à propos du Superbe est que, comme Romulus, il se fit entourer de gardes du corps.

45 Voir fr. 11.3 ; 11.6.

46 Pour ces deux types de jugements sur l’œuvre, Millar 1964, 76.

47 La préface du livre 2 de Tite-Live, ouvrant la période de la libera res publica, affirme clairement que, par rapport au tyran que fut le dernier des rois, “ses prédécesseurs ont exercé le pouvoir de manière à mériter tous, autant qu’ils sont, d’être comptés comme fondateurs de Rome” (2.1.2).

48 Liv. 1.31.8 ; D.H. 3.35.

49 Zonar. 7.8.6 : “Il habitua les enfants à l’indolence et gâta leur âme et leur corps par ses faveurs” (καὶ τὰ µειράκια δὲ πρὸς ῥᾳστώνην ἐθίζων τάς τε ψυχὰς αὐτῶν καὶ τὰ σώµατα σὺν χάριτι δή τινι ἔφθειρε).

50 Fr. 9.4.

51 Accius, Brutus, fr. 4 Dangel, = Cic., Sest., 58.123.

52 Zonar. 7.9 : “Et tout en proclamant qu’il allait leur remettre le pouvoir royal, il renvoyait cela à plus tard en avançant à chaque fois un nouveau prétexte” (καὶ τὴν βασιλείαν αὐτοῖς ἀποδώσειν ἐπαγγελλόµενος ἄλλοτε ἄλλο τι προσφασιζόµενος ἀνεβάλλετο).

53 Fr. 6.7.

54 Sur ce point, Poucet 1985, 199-208 ; Poucet 2000, 361-365.

55 Valerius Antias, FRH 25,18 = fr. 11 Chassignet ; cf. Serv., Aen., 6.815, et, sans référence à Ancus Marcius, Paul. Fest., Gloss. Lat., p. 18 Lindsay.

56 Accius avait déjà donné à sa tragédie Brutus le sous-titre siue Aenedae ; voir également Lucr. 1.1 ; Verg., Aen., 8.341 ; 8.648 ; Ov., Fast., 4.161 ; Met., 15.682 ; et en grec AP 7.297.6 (Polystratos, iie s. a.C.) ; 9.155.4 (Agathias de Myrina, vie s.) ; 9.387.6 (empereur Hadrien) ; 9.762.4 (Ablabius, ve s.).

57 D.H. 1.66.1 ; Tite-Live (1.3.3), qui ignore le prodige de la truie, ne s’arrête que sur l’épithète Alba.

58 Varro, Ling., 5.7.41 ; Liv. 1.55.5-6 ; D.H. 4.59-61 ; Plin., NH, 28.4.5-16 ; Plu., Cam., 31.4 ; Flor. 1.1.9 ; De uir. ill., 8.4 ; Isid., Etym., 15.2.31 ; Suda Κ 341.

59 Plu., Rom., 19.10.

60 Fr. 5.8 : “Chaque tribu fut divisée en dix curies ou ‘lieux de soucis’, car cura veut dire ‘souci’” (ἑκάστη δὲ τριττὺς εἰς δέκα διῃρέθη κουρίας ἤτοι φροντιστήρια. κοῦρα µὲν γὰρ ἡ φροντὶς λέγεται).

61 Zonar. 7.3.

62 Fr. 6.2; Zonar. 7.8.11-12 (avec indication aussi du supplice de la furca infligé au complice masculin sur le Forum).

63 Fr. 11.6 (mais le supplice a déjà été évoqué pour la complice de la vestale coupable).

64 Zonar. 7.11.4 ; Tz. ad Lyc., Alex., 1279.

65 Fr. 6.1a (avec la précision sur les chaussures rouges de Romulus dont il est le seul à parler).

66 Zonar. 7.8.7 (avec référence également au triomphe sur un char à quatre chevaux).

67 Zonar. 7.9.9 ; dans ce texte, qui met en relation l’ornement en forme de lune (et donc de C) avec le nombre primitif des sénateurs (considérés comme à l’origine du patriciat), qui étaient cent (chiffre C en latin), Zonaras a dû substituer au C que Dion devait donner la notation grecque pour ce chiffre, qui est un rho, attribuant donc à cet ornement une forme P qu’il n’avait pas.

68 Mart. 2.29.7 ; Juv. 7.192. Plutarque est également critique (évoquant cet ornement dans Mor., 282a, il parle de “ceux qui passent pour se distinguer par une naissance noble” en l’affichant). Attestations en Stat., Silv., 5.2.28 (pour un jeune homme noble) ; Hérode Atticus, dans CIG, 6280b, l. 30 (parlant de Τυρσηνῶν ἀρχαῖον ἐπισφύρον) ; Lyd., Mens., 1.19 (l’attribuant au préfet de la Ville) ; Isid., Etym., 19.34.4 (avec la même explication que Dion). Sur la question, Mommsen 1871, 340-341 ; Marquardt 1882, 572-573 ; Heuzey 1887, 818.

69 Zonar. 7.8.7 : οἷς … καὶ οἱ τὴν αὐτοκράτορα ἔχοντες ἡγεµονίαν ἐχρήσαντο. Cf. D.H. 3.62.2.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search