Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La fortune de Dion dans la littérature tardo-antique et byzantine

L’Histoire romaine de Zonaras

Marion Bellissime et Bénédicte Berbessou-Broustet

Texte intégral

  • 1 Certains manuscrits (cf. Parisinus gr. 1715 ; Vaticanus gr. 136 ; Scorialensis T III 30 = gr. 169 (...)
  • 2 Zonar., Praef., 1 = 1.1.2 ; 9.31 = 2.339. La division en 18 livres adoptée par les historiens mod (...)
  • 3 Cf. Zonar. 17.29 = 764.10.
  • 4 Les savants ne s’accordent pas sur ces dates : T. Banchich (Banchich & Lane 2009) pense que Zonar (...)
  • 5 Cf. notamment Grigoriadis 1998a ; Grigoriadis 1998b ; Banchich, in : Banchich & Lane 2009, Karpoz (...)
  • 6 L’editio princeps, réalisée par Wolf 1557 est fondée sur 3 manuscrits. Les éditions suivantes, ré (...)
  • 7 E. Lane (Banchich & Lane 2009) a proposé une traduction anglaise de l’Épitomé depuis Alexandre Sé (...)

1La carrière de Jean Zonaras (xie-xiie s.) est scindée en deux : membre influent de la Cour d’Alexis Ier Comnène (1081-1118)1, Zonaras doit ensuite se retirer du monde. Sa vocation d’historien naît alors, dans un monastère loin de Constantinople2. Son Épitomé monumental comporte deux parties : la première, qui représente environ le tiers de l’œuvre, constitue une histoire du peuple juif, de la création du monde à la prise de Jérusalem en 70 p.C. – elle évoque brièvement l’histoire des empires assyrien, perse et macédonien. La seconde développe une histoire du peuple romain, de Rome à Byzance, de l’arrivée d’Énée dans le Latium à la mort d’Alexis Comnène. Il est difficile de déterminer avec précision la période de rédaction. Dans la mesure où l’auteur donne un récit très détaillé du règne d’Alexis Comnène, nous aurions tendance à penser qu’il a été un témoin direct des événements. Sa liberté de ton plus grande à l’égard du successeur d’Alexis, Jean II Comnène3, suggère en revanche qu’il n’avait alors plus rien à craindre de la Cour. Si son exil, volontaire ou forcé, date bien de la fin du règne d’Alexis ou des débuts du règne de Jean, il faut encore supposer un intervalle de temps avant le début de l’entreprise, comme le laisse entendre la préface. La période de rédaction pourrait donc s’étendre sur les années 1130 à 11504. Cette œuvre historique est relativement méconnue, bien qu’elle fasse l’objet d’une attention nouvelle ces dernières années5. La connaissance que nous pouvons en avoir est biaisée par l’absence d’édition moderne6 ; il n’existe pas encore à ce jour de traduction moderne complète7.

  • 8 Concernant les sources non mentionnées par l’auteur, certains chercheurs ont émis des hypothèses  (...)
  • 9 Sauf pour les livres consacrés à Antonin et Marc-Aurèle.

2L’œuvre de Zonaras puise à de nombreuses sources : toutes ne sont pas citées mais l’étendue de ses lectures est remarquable. Parmi les sources évoquées, on trouve en premier lieu les textes bibliques ; il faut y ajouter, pour la première partie de l’Épitomé, un grand nombre d’auteurs religieux, comme Eusèbe. Les auteurs profanes cités sont exclusivement de langue grecque : Bérose, Hiéronymos l’Égyptien, Mnaséas de Damas, Hérodote et Xénophon puis Appien, Plutarque, Polybe, Flavius Josèphe et Cassius Dion, et enfin Procope, Psellos et Thracesius8. Pour les livres 7-12 de l’Épitomé, consacrés à l’histoire de Rome depuis sa fondation jusqu’au règne de Constantin le Grand, Zonaras se fonde en grande partie sur l’Histoire romaine de Dion. C’est pourquoi l’éditeur du texte de Dion, aux prises avec les livres fragmentaires (1-35 et 61-80), doit prendre en compte, dans la tradition indirecte, l’Épitomé de Zonaras. Le livre 7 de Zonaras couvre selon toute vraisemblance l’équivalent des livres 1-8 de l’Histoire romaine, le livre 8 correspond aux livres 8-14 et le livre 9 aux livres 15-21. Zonaras indique à la fin du livre 9 que faute de sources, il n’a pu traiter la période comprise entre la troisième guerre punique et la période pompéienne, ce qui correspond aux livres 22-35 : la tradition de l’Histoire romaine de Dion était donc déjà lacunaire au xiie s. Par comparaison, Xiphilin, auteur d’un Épitomé qui a pour source unique l’Histoire romaine de Dion9, ne résume l’œuvre qu’à partir de l’année 69 a.C., soit le début du livre 36. Le témoignage de Zonaras est donc précieux pour les premiers livres fragmentaires de Dion. Enfin, le livre 10 équivaut aux livres 36-56 de Dion, le livre 11 aux livres 57-69 et le livre 12 aux livres 70-80.

3Près de dix siècles après la rédaction de l’Histoire romaine, quel état de l’œuvre Zonaras a-t-il pu consulter et quel est son degré de fidélité à celle-ci ?

État de l’Histoire romaine consultée par Zonaras

  • 10 Zonar. 12.9 = 3.103.25.
  • 11 Zonar. 3.7 = 1.194.29.
  • 12 Zonar. 10.31 = 2.433.12.

4Zonaras cite le nom de Cassius Dion à 13 reprises, pour asseoir sa légitimité d’auteur et en fonction d’objectifs variés : cela lui permet de justifier des propos qui pourraient paraître contestables10, de renvoyer le lecteur vers Dion pour plus de détails, afin d’alléger d’autant son Épitomé11 ; enfin, le nom de Dion apparaît aussi quand Zonaras signale des divergences entre auteurs12.

Quel Dion Zonaras connaissait-il ?

  • 13 Fromentin 2013, 25.

5Néanmoins, son utilisation excède largement ces occurrences. Comme cette utilisation est variable selon les périodes envisagées, il faut passer chaque groupe de livres en revue. De la fondation de Rome à la troisième guerre punique, la source principale de Zonaras est Dion (livres 1-21 de l’Histoire romaine) – auquel il faut ajouter plusieurs passages pris à Plutarque, surtout pour les tout premiers temps de Rome. Puis, Zonaras nous apprend, à la fin du livre 9, qu’il va passer directement à l’arrivée de Pompée au pouvoir car les livres allant de la troisième guerre punique à cette date lui manquent : ce sont les livres qui correspondent aux livres 22-35 de Dion, déjà perdus à cette époque. On peut ensuite comparer l’Épitomé à l’Histoire romaine dans sa tradition directe et complète. Zonaras disposait des livres 36‑60 mais a préféré utiliser les Vies de Plutarque (Pompée et César) pour l’équivalent des livres 36‑4313. En revanche, il revient principalement à Dion à partir du livre 44. Enfin, restent les livres 61‑80 : les choses sont moins claires, car Zonaras avait vraisemblablement accès à la fois à l’Histoire romaine et à l’Épitomé de Xiphilin. Pour cette partie de l’Histoire romaine qui n’est pas conservée dans la tradition directe, nous nous demanderons si Zonaras reprend directement l’Histoire romaine ou s’il se contente de l’œuvre de Xiphilin.

Hypothèse d’une utilisation directe des livres 61 à 67 de l’Histoire romaine

  • 14 Schmidt 1839, 276.
  • 15 Pour la partie de l’Histoire romaine perdue dans la tradition directe, la division en livres est (...)
  • 16 Il est tentant de voir dans cette mesure la mise en place du Fiscus Alexandrinus, attesté à l’épo (...)
  • 17 Pour d’autres éléments qui semblent corroborer l’hypothèse selon laquelle Zonaras puiserait direc (...)

6Tout d’abord, au moins pour les livres 61-67, il semble que Zonaras ait pris pour seule source l’Histoire romaine. En effet, W. A. Schmidt14 a prouvé que Zonaras connaissait directement les livres 61-62 consacrés à Néron, notamment parce qu’il donne plus de détails que Xiphilin. Une étude similaire manque pour les livres 63-64. En revanche, pour les livres flaviens (65[66]-67)15, l’utilisation directe de l’Histoire romaine peut être démontrée en détail. La comparaison de l’Épitomé de Zonaras (11.17 = 3.52.22) avec le récit de Xiphilin (205.20) et un extrait constantinien tiré de Dion (EV 271) à propos de l’augmentation des impôts à Alexandrie sous Vespasien est éclairante à cet égard (C.D. 65[66].8.1-9.2). Une partie des mesures prises par Vespasien est rapportée avec les mêmes mots dans l’extrait constantinien et dans les récits de Zonaras et de Xiphilin. Le texte de Xiphilin est plus complet que celui de Zonaras et sa formulation est très similaire à celle de l’excerptum. Zonaras supprime en effet la mention des premières mesures de Vespasien. Toutefois, il conserve un segment de phrase que Xiphilin n’a pas jugé bon de reproduire : καινά τε ἕτερα προσέθετο. Comme dans l’extrait De virtutibus et vitiis, il précise ici que Vespasien ajouta des taxes inédites. C’est une preuve que Zonaras avait un accès direct, pour ces livres, à Dion et que son témoignage est utile. Par ailleurs, l’excerpteur explique que Vespasien a ensuite étendu ces impôts à d’autres contrées qu’il ne nomme pas (τὸ δαὐτὸ τοῦτο καὶ ἐν τῇ ἄλλῃ ὑπηκόῳ ἐποίησε), alors que Xiphilin précise qu’il s’agit de Rome (τὸ δαὐτὸ τοῦτο καὶ ἐν τῇ ἄλλῃ ὑπηκόῳ ἐν τε τῇ Ῥώµῃ µετὰ τοῦτἐποίησεν). Mais c’est Zonaras qui se montre le plus complet puisque selon lui, l’ensemble des provinces, puis l’Italie et Rome même furent touchées16 : τὸ δαὐτὸ τοῦτο καὶ ἐν τῇ ἄλλῃ ὑπηκόῳ τῇ τε Ἰταλίᾳ καὶ αὐτῇ τῇ Ῥώµῃ µετὰ ταῦτα ἐποίησε17. Le texte de Zonaras semble donc emprunter directement au texte de l’Histoire romaine, au moins pour une bonne partie de l’avant-dernière décade.

Pour les livres 68 à 71 : utilisation probable de l’Épitomé de Xiphilin et peut-être de l’Histoire romaine, simultanément

  • 18 Millar 1964, 3, qui se fonde sur Boissevain 1891.
  • 19 Momigliano 2003.
  • 20 Dans son édition de l’Histoire romaine, Boissevain a fait figurer Zonaras dans le corps du texte (...)

7En revanche, pour les livres suivants, à partir du règne de Trajan18 ou de Nerva19 (livres 68‑69), certains critiques considèrent que Zonaras préfère utiliser l’Épitomé de Xiphilin20. De fait, pour ces livres, lorsque l’on compare les Épitomés de Xiphilin, de Zonaras et les Excerpta tirés de Dion, on constate que tous les mots de Zonaras identiques à ceux des Excerpta figurent également chez Xiphilin. Toutefois, il nous semble que cette observation ne suffit pas pour que l’éditeur de Dion laisse systématiquement Zonaras de côté. En effet, pour les livres relatifs à Nerva et Trajan, l’Épitomé de Zonaras apporte certains détails qui ne figurent pas chez Xiphilin, pas plus que dans les autres sources conservées en grec et en latin, à notre connaissance du moins : par exemple, l’interdiction sous Nerva des combats de gladiateurs et des mariages entre oncle et nièce ; les circonstances dans lesquelles Trajan faillit périr au moment du tremblement de terre à Antioche, les détails sur les symptômes de la maladie qui emporta le prédécesseur d’Hadrien. Ces ajouts peuvent avoir deux origines : ils proviennent soit d’une autre source antique ou byzantine aujourd’hui perdue, soit de l’œuvre de Dion et auraient, dans ce cas, été laissés de côté par l’autre abréviateur. Cela signifie que si Zonaras a pu utiliser l’Épitomé de Xiphilin pour ces règnes, il ne s’en est pas contenté. De surcroît, il n’est pas impossible qu’il ait pris pour trame l’abrégé de Xiphilin, plus synthétique que l’œuvre de Dion, mais qu’il ait continué à ajouter des détails tirés de l’Histoire romaine elle-même.

  • 21 Xiph. 256.29 : “Par conséquent, je ne donnerai de ces événements qu’une brève relation, extraite (...)
  • 22 Zonaras pense que ces livres sont effectivement perdus, si ses amis ont véritablement mis tout le (...)
  • 23 Schmidt 1989 ; Juntunen 2013.
  • 24 Xiph. 256.10.
  • 25 Pierre le Patrice, ES 115.
  • 26 Hypothèse soulevée par Boissevain 1891, 445 n. 2.
  • 27 Boissevain 1891, 446.

8Ensuite, aux dires de Xiphilin, les livres de l’Histoire romaine qui traitaient les règnes d’Antonin le Pieux et le début de celui de Marc-Aurèle21, correspondant aux livres 70-71 dans le découpage de Boissevain, étaient déjà perdus au xie s.22. Zonaras a complété cette partie manquante de la même façon que Xiphilin, en citant Eusèbe et Asinius Quadratus, en sélectionnant les mêmes faits que lui, en les présentant dans le même ordre et en utilisant un vocabulaire très similaire. Comme Xiphilin, il raconte un épisode lié à la déification d’Hadrien, sous le règne d’Antonin. Il faut sans doute comprendre que cet épisode avait été raconté par Dion avec le reste de la vie d’Hadrien, à la fin du livre 6923. En outre, les détails donnés par Zonaras pour le début du règne d’Antonin sont identiques à ceux évoqués par Xiphilin, et les formulations sont proches. Ils mentionnent tous deux en effet la querelle entre Antonin et le Sénat concernant la déification d’Hadrien, l’origine du surnom “Pieux” (deux éléments qui proviennent, de l’aveu même de Xiphilin, de Dion24), la clémence d’Hadrien envers les chrétiens, son sens du détail et son surnom de “coupe cumin” et le tremblement de terre dans l’Hellespont qui précéda sa mort. Le texte de Xiphilin comporte des formules identiques à celles du texte de Pierre le Patrice25 – formules qui ont donc pour origine Dion –, mais qui ne se trouvent pas toujours chez Zonaras ; en revanche, l’Épitomé de Zonaras n’a aucun mot en commun avec les extraits correspondants de Pierre le Patrice qui ne soit également chez Xiphilin. D’autre part, pour le règne de Marc-Aurèle, Zonaras ne donne aucune information que l’on ne retrouve également dans Xiphilin et l’ordre de présentation est strictement le même : il est peu probable qu’il s’agisse d’une simple coïncidence ; Zonaras s’est vraisemblablement servi de l’Épitomé de Xiphilin pour les livres 70-71, plutôt que de Dion. Toutefois, il ne semble pas s’être contenté de Xiphilin, car lui seul donne pour le règne d’Antonin certains détails (vente des trésors impériaux, mise aux enchères des bijoux de l’impératrice pour financer la guerre, deux lois relatives aux héritages). Ces ajouts peuvent avoir deux origines : ils proviennent soit d’une autre source (un extrait constantinien perdu26 ou un recueil de textes relatifs à la gestion des finances publiques par exemple), soit d’un exemplaire de Dion lacunaire, mais plus complet que celui dont disposait Xiphilin27.

  • 28 C.D. 79[78].5-6 ; Xiph. 339.3-12 ; Zonar. 12.12 = 3.113.25-32.
  • 29 Zonar. 12.13 = 3.114.13-18 ; Xiph. 342.6 ; C.D. 79[78].11.1.

9Enfin, pour les tout derniers livres (79[78]-80), il est possible de comparer le texte des deux abréviateurs à celui de la tradition directe, grâce aux fragments contenus dans le
Vaticanus gr. 1288. Par exemple, les préparatifs de l’assassinat de Caracalla en 217 p.C. par Aurelius Nemesianus, Aurelius Apollinaris et Julius Martialis, et son déroulement, sont conservés dans la tradition directe et sont relatés à la fois par Xiphilin et Zonaras28. Or lorsque l’on compare les versions de cet épisode chez Dion et les épitomateurs, il apparaît que Zonaras se sert manifestement de Xiphilin sans passer par Dion, puisqu’il reprend des termes et des simplifications de Xiphilin que l’on ne trouve pas dans l’extrait du Vaticanus gr. 1288 : κἀκ τούτου (C.D.) devient διὰ ταῦτα (Xiph.) ou διὰ τοῦτο (Zonar.) ; alors que Dion cite comme alliés de Macrin deux membres de la garde prétorienne, dont il cite les noms (Nemesianus et Apollonaris), ainsi que Julius Martialis, Xiphilin et Zonaras évoquent seulement “deux tribuns militaires appartenant à la garde prétorienne” (δύο τινὰς χιλιαρχοῦντας ἐν τῷ δορυφορικῷ), sans préciser leur nom et sans évoquer le troisième homme. Alors que selon Dion, celui qui porte le coup fatal à Caracalla est Julius Martialis (présenté comme membre des euocati), chez Xiphilin et Zonaras, c’est l’un des tribuns militaires (τις τῶν χιλιάρχων). En outre, alors que la formulation de Xiphilin est souvent proche de celle de Dion, Zonaras n’utilise aucun mot de Dion qui ne soit chez Xiphilin. Plus loin dans le récit, Zonaras et Xiphilin commettent une même erreur au sujet de l’origine de Macrin29. En situant Césarée, sa ville de naissance, en Sicile (ἀπὸ Σικελίας Καισαρείας), Xiphilin se trompe. Les éditeurs précédents ont tenté d’expliquer cela par une mélecture (peut-être Σικελίας pour Κιλικίας, avec une confusion avec Césarée en Cilicie). Or Zonaras donne précisément la leçon erronée de Xiphilin, sans même mentionner dans son cas le nom précis de la ville (ἐκ Σικελίας). Pourtant, cette erreur ne figure pas dans le texte de Dion transmis par le
Vaticanus gr. 1288 : Dion écrit en effet que Macrin vient de la ville de Césarée (ἀπὸ Καισαρείας), sans donner plus de précisions. Sans doute s’agissait-il de Césarée en Mauritanie Césarienne. Il est donc probable que Zonaras ait trouvé l’abrégé de Xiphilin plus commode que l’ouvrage de Dion, au moins pour les livres 79[78]-80.

10Ainsi, Zonaras constitue une source capitale pour les livres 1-21 de l’Histoire romaine de Dion, qui n’est pas résumée dans l’Épitomé de Xiphilin. Pour les livres 36-43, il délaisse Dion pour Plutarque, mais y revient pour les livres 44-60. Pour les livres 60-80, qui ne sont conservés que dans la tradition indirecte, il semble avoir utilisé Dion directement jusqu’aux livres flaviens, puis à travers le prisme de Xiphilin. Il est néanmoins possible qu’il ait ponctuellement ajouté des détails tirés de l’Histoire romaine elle-même, y compris lorsqu’il travaillait manifestement avec Xiphilin sous les yeux.

La sélection de l’information

  • 30 Zonar., Praef. 1 = 1.2.21.

11Comment Zonaras sélectionne-t-il l’information ? Dans sa préface, il examine les différentes façons d’écrire l’histoire et précise ses propres méthodes. Deux écueils sont à éviter, selon lui. Le premier est la prolixité : un récit développé pour lui-même, offrant un luxe de détails sans intérêt pour le lecteur, interrompu par des discours fictifs sans fondement historique ou par des digressions ou des controverses, est à bannir. Zonaras critique l’histoire épidictique, écrite par ceux qui font passer leur renommée avant l’enseignement du lecteur30. Le second défaut est la concision extrême, quand certains événements cruciaux sont ignorés ou racontés trop rapidement et quand les causes des événements ne sont pas mises en évidence. Ces critiques ne s’adressent pas aux modèles (Théopompe ou Thucydide) mais à ceux qui les imitent à l’extrême. Elles permettent de définir le type d’histoire que Zonaras entend composer : une œuvre où la forme ne l’emporte pas sur le fond et où les événements essentiels sont sélectionnés. Il prévient explicitement son lecteur qu’il omettra certains faits, en particulier les épisodes sujets à controverses, pour lesquels les sources ne concordent pas.

Comparaison avec Xiphilin

  • 31 Dans nos calculs, nous n’avons pas pris en compte les mots se référant à l’histoire chrétienne, t (...)
  • 32 Le récit du règne de Marc-Aurèle est très long parce qu’il reproduit certains éléments présents c (...)
  • 33 Cf. les mesures financières et fiscales prises par les triumvirs, relatées au livre 47 de l’Histo (...)
  • 34 Pour ce règne, Xiphilin évoque également Julius Sabinus, Cerealis, Domitia et sa famille, Simon B (...)

12Une rapide comparaison avec l’Épitomé de Xiphilin permet de se faire une première idée de la méthode de Zonaras. Dans la partie de son œuvre qui concerne l’histoire du peuple romain, Zonaras suit une progression chronologique. Cette partie de l’œuvre couvre une étendue de temps immense : de la fondation de Rome au règne d’Alexis Comnène. Comme dans l’Épitomé de Xiphilin, à partir de Tibère, le récit est présenté sous forme de Vies : l’abréviateur commence par apporter des renseignements relatifs aux circonstances des avènements, quelques événements du règne, des anecdotes permettant de comprendre la personnalité des empereurs, les circonstances de leur mort, la durée de leur règne et, enfin, l’histoire de l’Église pour cette période. Le résumé qu’il donne de chaque règne, pour le Haut Empire, est plus succinct que celui de Xiphilin ; la longueur de son texte représente en moyenne 30 % à 40 % de celui de Xiphilin, selon nos calculs31, à quelques exceptions près : les règnes de Néron (9 %) et Vitellius, Septime Sévère, Caracalla (20 %) et, à l’autre opposé, ceux de Didius Julianus et Macrin (50%), Nerva et Caligula (60 %), Claude (80 %) et Marc-Aurèle (90 %). Les proportions varient donc assez nettement d’un empereur à l’autre ; si Zonaras choisit de développer davantage certains règnes, cela ne peut s’expliquer qu’au cas par cas32. Dans l’ensemble, les réductions opérées par Zonaras sont plus drastiques que dans l’Épitomé de Xiphilin : les passages techniques sont généralement supprimés33, aussi bien sur un plan fiscal que militaire et institutionnel ; seuls les noms propres indispensables à la compréhension d’un épisode sont conservés. Pour le règne de Vespasien, par exemple, Zonaras laisse de côté la campagne de Germanie, la prise de Jérusalem par Titus – même s’il évoque en dix mots le triomphe –, le début du règne de Vespasien à Alexandrie – qu’il résume en une phrase –, relate davantage que Xiphilin les premières mesures prises par l’empereur à son arrivée à Rome, développe assez longuement les qualités de Vespasien, conserve quelques bons mots qu’il prononça, et ne mentionne que Mucien, Musonius (Rufus), les conspirateurs Alienus et Marcellus34. Les mêmes sujets intéressent par conséquent les deux abréviateurs, mais Zonaras résume plus que son prédécesseur.

Cas des versions concurrentes et des controverses

  • 35 Autres exemples sans rapport avec Dion : Zonar. 1.14 (divergences entre le livre de l’Exode et Jo (...)
  • 36 Flor. 2.21.11 ; Vell. Pat. 2.87.1 ; Suet., Aug., 17.8 ; Hor., Carm., 1.37.26-27 ; Prop. 3.11.53 ; (...)
  • 37 Zonar. 10.31 = 2.433.5-15 : λέγεται δ’ ἀσπίδος δήγµατι θανεῖν … ὁ δὲ Δίων βελόνην αὐτὴν εἶναί φησ (...)

13Pour ne garder que l’essentiel, Zonaras disait, dans sa préface, vouloir éviter les controverses et les épisodes qui ne faisaient pas l’unanimité dans ses sources. Pourtant, il lui arrive de faire part des divergences35 et de mettre en évidence l’originalité des versions proposées par Dion. Zonaras choisit ainsi de rapporter les doutes de Dion sur les circonstances de la mort de Cléopâtre. Selon la version traditionnelle36, Cléopâtre se serait laissé mordre par un serpent. Dion (51.14.1-3), cependant, ajoute qu’elle pourrait aussi s’être tuée avec une épingle à cheveux enduite de poison. Zonaras mentionne le texte de Dion à côté du récit traditionnel, sans prendre parti37.

  • 38 Zonar. 7.5 = 2.98.25-26.
  • 39 Οἶδα µὲν οὖν καὶ ἕτερά τινα περὶ τῆς τοιαύτης εἰρηµένα ἀρχῆς, ἀλλ’ αὐτὸς τῷ πιθανωτέρῳ ἐθέµην.
  • 40 Nous n’excluons pas totalement la possibilité que Zonaras cite ici une phrase de Dion expliquant (...)

14Plus tôt dans l’Épitomé38, Zonaras intervient de manière plus personnelle. Il est question des conséquences politiques de la mort de Romulus et de la mise en place d’un interregnum. Le texte reprend, sans en changer un mot, un chapitre de Plutarque (Num., 2.9-10). Or Zonaras insère, comme il le fait pourtant rarement, un commentaire d’auteur entre deux phrases de Plutarque, juste avant le moment où ce dernier nommait cette magistrature : “Je sais bien que l’on raconte d’autres choses sur une telle magistrature, mais pour ma part, j’ai repris ce qui me semblait le plus plausible”39. Il existe en effet au moins deux traditions sur l’interrègne. Dans la Vie de Numa, Plutarque témoigne de l’une d’entre elles : chacun des cent cinquante sénateurs est titulaire à tour de rôle du pouvoir royal pendant douze heures. On connaît une autre version, rapportée par Tite-Live (1.17.5-6) et Denys d’Halicarnasse (2.57.1) : dix sénateurs, choisis par décuries, règnent ensemble pendant cinquante jours, chacun prenant à tour de rôle les insignes du pouvoir pendant cinq jours. Zonaras précise qu’il connait l’existence d’une autre version : faut-il en déduire qu’il parle de la tradition Tite-Live / Denys (auteurs qu’il ne mentionne jamais) ou bien que son autre source connue pour cette période, c’est-à-dire Dion, donne justement cette version ? Cela nous renseignerait sur le contenu du livre consacré à Romulus ou à Numa dans l’Histoire romaine et sur la tradition suivie par Dion40.

15Par conséquent, si Zonaras abrège, il compile également : contrairement à Xiphilin, qui ne suit qu’un fil directeur, Zonaras compare fréquemment les différentes versions d’un même événement, en choisit généralement une, mais ne s’interdit pas, ponctuellement, d’indiquer les divergences.

Un cas limite : le mélange des auteurs

  • 41 C’est tout aussi vrai pour le livre 10 (Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xcvii).
  • 42 Zonar. 9.23 = 2.318.28-29 : δὲ Πλούταρχος ἀχθῆναι λέγει τὸν Περσέα πρὸς τὸν Αἰµίλιον.
  • 43 Pittia 2009.
  • 44 Swain 1989.

16Zonaras va parfois au-delà du simple assemblage et il fusionne ses sources, en sélectionnant dans chaque œuvre les éléments pertinents et en travaillant avec plusieurs œuvres sous les yeux. Ainsi, dans les livres 7-9, il abrège tantôt Plutarque, tantôt Dion mais il arrive – certes rarement – qu’il mêle intimement les deux auteurs41. Un passage, tiré du livre 9, témoigne de cette aptitude à jongler entre les sources à l’intérieur d’un même épisode. Zonaras raconte la défaite et la reddition de Persée (9.23 = 2.318). Le texte ne suit pas le récit qu’en fait Plutarque (Paul-Émile) : il est certain que Zonaras utilise ici l’Histoire romaine, d’autant qu’à la fin de ce livre, il doit directement passer de la destruction de Carthage et de Corinthe à la vie de Pompée, faute justement des livres correspondants de Dion. Par ailleurs, l’origine dionienne du reste de l’épisode est confirmée par un fragment des Excerpta de virtutibus et vitiis (EV 59). Cependant, Zonaras conclut le chapitre 23 par une citation de Plutarque, nommément mentionné42. Il s’agit du discours que Plutarque met dans la bouche de Paul Émile (Aem., 26.10-12) et qu’il est le seul à conserver – ou plutôt à développer43. Deux interprétations sont ici possibles : ou bien Dion n’a pas lui-même développé de discours pour cet épisode déjà très connu et Zonaras l’a pris ailleurs, ou bien Zonaras a voulu témoigner d’une tradition légèrement différente de celle rapportée par Dion et moins favorable à Persée44.

  • 45 Zonar. 7.22 = 2.151.

17Plus subtil encore, l’épisode de la trahison du pédagogue de Faléries45, mis en échec par la probité de Camille, reprend à première vue le texte de la Vie de Camille (9-12). Cependant, un long fragment du De Virtutibus et vitiis, qui reprend l’épisode traité par Dion (EV 11-12 = C.D. fr. 24.2-4), permet de constater que Zonaras a incrusté dans le texte de Plutarque plusieurs précisions empruntées à Dion, sous la forme de courts syntagmes. Par exemple, Zonaras utilise Dion pour préciser les motivations possibles du pédagogue. Il insère donc le syntagme διὀργήν τινα κέρδους ἐλπίδι au cœur d’une phrase de Plutarque (οὗτος γὰρ διδάσκαλος ἐπιβουλεύων τοῖς πολίταις ἡµέρας ἑκάστης ἐξῆγε τοὺς παῖδας ἐπὶ τὸ τεῖχος). Plus loin, il ajoute au texte de Plutarque (ἄγειν ἐκέλευσε πρὸς τὸν Κάµιλλον, καὶ παραστὰς αὐτῷ) un passage de discours indirect attribué par Dion au pédagogue (πᾶσαν εἶπε παραδιδόναι τὴν πόλιν διὰ τῶν παίδων). Zonaras travaille avec ses différentes sources sous les yeux et, par moments, rien ne l’empêche d’insérer, dans une trame empruntée à l’une, des éléments empruntés à l’autre.

18Enfin, le traitement de l’attaque gauloise de 390 (7.23 = 2.153-154) pose question. Dans les passages du livre 7 qui reprennent le texte des Vies de Plutarque (Romulus, Numa, Publicola et Camille), Zonaras conserve toujours la chronologie et l’ordre du récit adoptés par Plutarque, sauf dans ce cas précis. En effet, après l’exil de Camille, Plutarque (Cam., 14‑17) explique que les malédictions proférées par Camille ont bien été suivies d’effet : il met en relation les imprécations de Camille et l’arrivée des Gaulois, annoncée par deux prodiges, la mort d’un censeur en fonction et l’annonce faite à Marcus Caedicius de l’approche des ennemis. Suite à cela, Plutarque rappelle qui sont les Gaulois, fait le récit de leur entrée sur le territoire italien, du siège de Clusium, de l’ambassade romaine et de ses conséquences, de la défaite de l’Allia et du sac de Rome par Brennus. En revanche, chez Zonaras, le départ de Camille est immédiatement suivi du rappel des origines des Gaulois (avec des expressions empruntées à Plutarque), des raisons de leurs raids en Italie, du siège de Clusium et de l’ambassade romaine, qui entraîne le sac de Rome (Zonaras passe très vite sur la bataille de l’Allia). Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il rappelle que le désastre avait été annoncé à Marcus Caedicius. Le texte est partiellement emprunté à Plutarque. Chez Tite-Live (5.32.6-7), ce prodige est rappelé comme chez Plutarque au moment de l’exil de Camille. Zonaras, lui, ne fait pas le lien entre les malédictions de Camille et l’arrivée des Gaulois. Faut-il en conclure que Zonaras déplace de lui-même cet épisode ? ou bien qu’il suit l’ordre du récit de son autre source, i. e. Dion ? Dans un cas, cela nous renseignerait sur la méthode de recomposition de Zonaras ; dans l’autre, cela nous donnerait des indications sur le texte perdu de Dion et les choix narratifs de celui-ci.

Entre fidélité et réécriture

  • 46 Zonar., Praef., 1 = 1.2.19-20 : ῥητορικώτερον κεχρηµένοις τῷ λόγῳ.
  • 47 Zonar., Praef., 1 = 1.4.2-4 : ἀφελεστέρᾳ λίαν … τῇ φράσει, καὶ ἰδιωτικαῖς … λέξεσιν ἢ καὶ βαρβάρο (...)
  • 48 Grigoriadis 1998a, 85. Le style de Zonaras est tout particulièrement analysé et loué dans l’intro (...)
  • 49 Zonar., Praef., 2 = 1.6.1-6 : ἐκ πολλῶν γὰρ βίβλων τὰς ἱστορίας ἐρανισάµενος, ἔν γε πολλοῖς ταῖς (...)
  • 50 Zonar., Praef., 2 = 1.5.30 : ποικίλλεται.
  • 51 Fromentin 2013, 26, parle de Zonaras comme d’un “faussaire et plagiaire” et met en garde contre l (...)

19Enfin, du point de la formulation, Zonaras oscille entre fidélité et réécriture. Dans sa préface, il critique aussi bien les historiens qui multiplient les effets rhétoriques46 que ceux qui utilisent une langue orale47. Il prône une écriture située à la croisée de l’éloquence épidictique et de l’atticisme le plus strict48. Dans le même temps, il déclare vouloir s’effacer derrière ses sources. Plutôt qu’unifier son histoire en imposant sa voix, il restitue et imite les styles des historiens abrégés : “Après avoir collecté les récits historiques dans un grand nombre de livres, j’utiliserai dans un grand nombre de cas la syntaxe et l’expression de ces ouvrages ; et dans les cas où j’imiterai et je paraphraserai, j’adapterai ma manière d’écrire à leur style, afin que mon œuvre ne soit pas discordante avec elle-même”49. Zonaras décrit son travail comme une broderie50 : il lit un grand nombre d’ouvrages, collecte les passages qui lui semblent intéressants, puis les “coud” ensemble. Considérant que son postulat d’homogénéité stylistique est irréalisable, l’historien trouve un compromis : il se refuse à ajouter une voix discordante, la sienne, et adopte ce que l’on pourrait appeler un style “caméléon”. Pour l’éditeur de Dion, cette proximité d’expression justifie l’utilisation de Zonaras comme témoin de la tradition indirecte. Toutefois, lorsque seul le texte de Zonaras demeure, cette qualité devient très problématique car il est difficile de savoir si l’on a affaire à une formulation de Dion ou de Zonaras imitant Dion51.

Un style “caméléon”

  • 52 Par exemple Zonar. 7.2 = 2.89 et Plu., Rom., 6-8.
  • 53 Zonar. 10.32 = 2.436.18-21 et C.D. 52.39.2.
  • 54 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2008, xc-xcii ; ead., in : Fromentin & Bertrand 2014, xcv-xc (...)
  • 55 C.D. 55.14.2 : καὶ ὁ Αὔγουστος “καὶ τίς ἄν εἶπεν, ὦ γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀποµερµηρίσειε τοσούτο (...)
  • 56 C.D. 55.21.2 : “Οὐ πάντα τοι τὸ ξίφος διαπράττεται (µέγα γὰρ ἦν ἂν ἀγαθόν, εἰ σωφρονίζειν τέ τινα (...)

20Il arrive que Zonaras copie au mot près – tout en supprimant des membres de phrases – ses sources, comme le prouve par exemple la comparaison entre des chapitres du livre 7 et certaines Vies de Plutarque52 ou un extrait du livre 52 de l’Histoire romaine repris mot pour mot dans le livre 1053. Toutefois, d’autres exemples montrent que Zonaras n’est pas toujours aussi proche du texte original : dans un même passage, il peut reprendre une phrase puis récrire entièrement la suivante54. C’est le cas, par exemple, du dialogue entre Livie et Auguste, au sujet de la conjuration de Cinna (10.36 = 2.450). Le texte de Dion (55.14-21) occupait plusieurs chapitres. Zonaras a considérablement raccourci le texte, mais conservé au discours direct deux phrases qui résument clairement les positions des personnages. Il cite d’abord quasiment intégralement la phrase d’ouverture du dialogue55, en modifiant légèrement l’ordre des mots et en supprimant les termes qui lui semblent redondants ou non nécessaires à la stricte compréhension (ἀεί et ἄλλοτε ὑπ’ ἄλλων) ; il remplace un verbe rare (ἀποµερµηρίζω) par un synonyme (ἀτρεµέω) plus classique. Après deux phrases de synthèse, il reproduit partiellement une phrase de Livie, qui correspond à la conclusion du discours chez Dion. Les modifications sont alors beaucoup plus visibles56 : la première partie de cette phrase a été simplifiée et le second membre a été bien plus transformé. Zonaras choisit d’expliciter la phrase, sentencieuse, de Livie, en ajoutant des compléments (τὸν κολαζόµενον et τοῦ κολάζοντος). Il transforme ensuite une proposition indépendante coordonnée par γάρ en subordonnée causale : il conserve le sens, ainsi que l’opposition οὐ / µήἀλλά, mais choisit des équivalents (comme ἐδικαιώθησαν pour τιµωρηθῶσι), joue sur les radicaux (l’adjectif προσφιλέστεροι est remplacé par le verbe φιλοῦσιν ; le verbe φοβηθῶσιν par le nom φόβος) et supprime les propositions relatives. Par conséquent, au moment de reproduire un seul et même discours, Zonaras alterne entre fidélité au texte source et réécriture plus personnelle.

  • 57 Eus., HE, 3.20.1-2 : καὶ ἐπηρώτησεν αὐτοὺς εἰ ἐκ Δαυίδ εἰσιν, καὶ ὡµολόγησαν. Tότε ἠρώτησεν αὐτοὺ (...)
  • 58 Eus., HE, 3.20.2 : οἱ δὲ εἶπαν ἀµφοτέροις ἐννακισχίλια δηνάρια ὑπάρχειν αὐτοῖς µόνα, ἑκάστῳ αὐτῶν (...)

21Ainsi, il lui arrive souvent de conserver le mouvement des phrases et une bonne partie du vocabulaire, tout en y imprimant sa touche personnelle. On peut alors définir certains traits récurrents de sa technique de réécriture, déjà en partie visibles dans le passage étudié ci-dessus. Zonaras respecte souvent le vocabulaire original mais choisit parfois des équivalents lexicaux qui lui paraissent plus simples, modifie légèrement l’ordre des mots, joue sur les préfixes et supprime les membres de phrases secondaires. Comparons par exemple un extrait de l’Épitomé (11.19 = 3.62) au passage correspondant de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe (3.20.1-2)57, dans lequel Domitien interroge les descendants de David et cherche à déterminer dans quelle mesure ils représentent un danger. L’ordre des mots change ; Zonaras joue comme Eusèbe sur la uariatio d’un même radical verbal (ἐπηρώτησεν, ἠρώτησεν), mais pas à partir du même verbe ni du même préfixe (ἤρετο, προσεπήρετο) ; il choisit trois autres synonymes qui ne modifient guère le sens (κατέθεντο, κέκτηνται et εὐποροῦσι pour ὡµολόγησαν, ἔχουσιν et κυριεύουσιν). Les phrases qui suivent cet extrait sont également révélatrices58. Le texte de l’Épitomé y reproduit tous les mots importants de l’Histoire ecclésiastique ainsi que le mouvement de la phrase, à ceci près qu’il inverse les deux derniers infinitifs. Ici, Zonaras ne reformule pas : il se contente de supprimer quelques détails, ainsi que le second verbe de déclaration, de sorte que la phrase de l’Épitomé contient un seul verbe principal et quatre infinitifs qui en dépendent (alors que celle d’Eusèbe contient deux verbes déclaratifs, le premier régissant un infinitif et le second, trois).

22Ces quelques exemples illustrent la façon dont Zonaras procède souvent pour récrire : il conserve les mots clés et la présentation générale de ses sources, mais joue sur les dérivés des mots, modifie parfois légèrement l’ordre et la syntaxe, supprime des détails, choisit des synonymes et ajoute quelques mots de son cru, notamment pour lier les phrases entre elles.

Le cas des discours : conservation de la lettre (souvent) et de l’esprit (parfois)

  • 59 Cf. aussi C.D. fr. 11.19 (EV 7).
  • 60 “Vengez-moi mais surtout libérez-vous et montrez aux tyrans quels hommes vous êtes et quelle femm (...)

23Ensuite, le traitement par Zonaras des discours au style direct est généralement décrié : alors qu’ils sont très nombreux dans l’Histoire romaine et font partie de la stratégie narrative de Dion, Zonaras les éliminerait presque totalement. Ce jugement peut néanmoins être nuancé. Le livre 7 contient un certain nombre de discours et présente l’intérêt d’abréger à la fois Plutarque (Romulus, Publicola et Camille) et Dion (1-8), soit d’une part un texte transmis aussi par la tradition directe et d’autre part un texte uniquement fragmentaire. En comparant Plutarque et Zonaras, puis Zonaras et Dion dans la tradition directe, nous avons montré que si Zonaras abrège le texte pour s’en tenir à l’essentiel, il sait toutefois conserver des discours. Son témoignage en effet est plutôt fidèle. Il respecte très souvent la lettre des discours : c’est ce que montre par exemple la comparaison avec le Florilège du pseudo-Maxime le Confesseur (52.17-59.20 Ihm = C.D. fr. 30.2-4) pour le discours de M. Curtius (Zonar. 7.25.3-5 = 2.162.16-163.6). Mais il respecte aussi l’esprit car il ne lisse pas les choix narratifs de Dion et nous permet souvent de retrouver, sous une forme concentrée, les particularités de l’Histoire romaine. On retrouve par exemple dans le discours de Lucrèce, pourtant un lieu commun de l’historiographie et de la déclamation, l’originalité de Dion, à savoir la tendance – très forte dans les passages au style direct – à faire jouer la grille des régimes politiques pour faire comprendre l’histoire de Rome. Ainsi, alors que Lucrèce ne fait que demander justice chez Denys d’Halicarnasse (4.66.2 : τιµωρῆσαί µοι), c’est elle chez Dion qui place son viol sur le plan politique et qui engage ses interlocuteurs à renverser les tyrans (Zonar. 7.11.16 = 2.118.16‑1859) : τιµωρήσατε µὲν ἐµοί, ἐλευθερώθητε δὲ αὐτοί, καὶ δείξατε τοῖς τυράννοις οἵων ὑµῶν ὄντων οἵαν γυναῖκα ὕβρισαν60.

Conservation du “je” auctorial

  • 61 Zonar. 7.26.8 = 2.166.19-22 : πῶς γὰρ ἄν τις πιστεύσειεν ἐξ ἑνὸς ἀνδρὸς τοιᾶσδε τελευτῆς τοσοῦτον(...)
  • 62 C.D. fr. 35.7-8.
  • 63 Zonar. 7.25.6 = 2.163.14-16 : ταῦθοὕτω τοῖς Ῥωµαίοις ἱστόρηται· εἰ δέ τῳ µυθώδη κριθείη καὶ µὴ (...)

24Enfin, signalons que l’Épitomé laisse encore parfois parler l’auteur originel, quand Zonaras préserve le “je” de Dion. Voici par exemple ce que l’on trouve dans l’Épitomé à propos de la deuotio de Decius Mus61 : “Comment pourrait-on croire que la mort d’un seul homme, dans une telle mise en scène, peut être seule responsable de la mort d’un si grand nombre d’hommes [i.e. : les ennemis de Rome] d’une part et du salut et de la victoire éclatante des autres [i.e. : les Romains] d’autre part ?” On pourrait croire ici que Zonaras intervient à titre personnel et fait part de son scepticisme vis-à-vis des mythes romains et de leurs superstitions. Pourtant, cette phrase est également attestée dans l’extrait De sententiis (ES 56) attribué à Dion, qui développe plus encore l’incrédulité de l’historien62. Zonaras a donc transmis, avec le texte historique, le point de vue de Dion. Aussi pensons-nous qu’il faut à nouveau entendre la voix de Dion lorsque cela se reproduit, pour une nouvelle deuotio qui plus est, celle de Curtius63 – même si nous n’avons, cette fois, aucune autre attestation qui corrobore cette hypothèse : “Voilà ce que les Romains racontent ; mais si l’on juge cette histoire imaginaire et invraisemblable, on peut ne pas en tenir compte”. Il arrive donc à Zonaras d’être si fidèle au texte qu’il conserve des passages où s’exprime le point de vue personnel de Dion – peut-être dans des cas où leurs avis convergent.

Conclusion

25Le texte de Zonaras constitue une source importante, mais difficile à manipuler pour l’éditeur de Cassius Dion, car les voix auctoriales s’entremêlent intimement. Tantôt Zonaras impose sa voix, tantôt il préserve celle de Dion, tantôt il insère des extraits issus d’autres sources encore. On peut cependant ici et là reconnaître le texte original de l’Histoire romaine et se féliciter de l’existence de cet autre Épitomé, très différent de celui de Xiphilin.

Notes

1 Certains manuscrits (cf. Parisinus gr. 1715 ; Vaticanus gr. 136 ; Scorialensis T III 30 = gr. 169) accompagnent le nom de Zonaras de ses deux fonctions les plus prestigieuses : προτοασηκρῆτις, président d’un grand tribunal de Constantinople, et grand drungaire de la veille, sorte de ministre de la Justice.

2 Zonar., Praef., 1 = 1.1.2 ; 9.31 = 2.339. La division en 18 livres adoptée par les historiens modernes est un découpage arbitraire du texte réalisé par Du Cange 1686-1687 ; nous citons cette dernière avant de donner les références du texte telles qu’elles figurent dans le TLG : jusqu’à l’empereur Constantin (livres 1 à 12), Dindorf ; à partir de Constantin (livres 13 à 18), Büttner-Wobst.

3 Cf. Zonar. 17.29 = 764.10.

4 Les savants ne s’accordent pas sur ces dates : T. Banchich (Banchich & Lane 2009) pense que Zonaras aurait atteint le sommet de sa carrière politique sous Nicéphore III Botaniate (1078-1081) et se serait retiré peu après l’avènement d’Alexis.

5 Cf. notamment Grigoriadis 1998a ; Grigoriadis 1998b ; Banchich, in : Banchich & Lane 2009, Karpozilos 2009, 465-486 ; Berbessou-Broustet 2009 ; Fromentin 2013 ; Treadgold 2013.

6 L’editio princeps, réalisée par Wolf 1557 est fondée sur 3 manuscrits. Les éditions suivantes, réalisées par Du Cange 1686-1687, Pinder 1841-1847 et Büttner-Wobst 1897 (malgré son article de 1892 dans lequel il reproduisait des collations partielles de 15 manuscrits) pour le Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae, et Dindorf 1868-1875 pour Teubner, en sont très dépendantes et privilégient 3 à 6 manuscrits, toujours les mêmes. Le choix des leçons par les éditeurs pose problème : faute d’avoir établi un stemma, ils pratiquent presque systématiquement la critique verbale. Boissevain 1895b recensa une quarantaine de manuscrits et opéra quelques regroupements, mais ne parvint pas à établir un stemma. Leone 1991 dresse un bilan des précédentes éditions et recense plus d’une centaine de manuscrits. Berbessou-Broustet 2009, 189-273 propose un stemma pour les 40 manuscrits qui contiennent les livres 11-12 de l’Épitomé. Pour les besoins de l’édition des livres 1-21 de l’Histoire romaine de Dion (édition en cours), une nouvelle édition des livres 7-9 de l’Épitomé a été établie, assortie d’une proposition de stemma des 25 manuscrits correspondants.

7 E. Lane (Banchich & Lane 2009) a proposé une traduction anglaise de l’Épitomé depuis Alexandre Sévère jusqu’à Théodose (12.15-13.19) ; Trapp 1986 a donné une traduction allemande des livres 18-19. Toutes les traductions de l’Épitomé qui figurent dans cet article sont faites par nos soins.

8 Concernant les sources non mentionnées par l’auteur, certains chercheurs ont émis des hypothèses : Pinder 1841-1847 (dans son édition, il recense pour chaque page les fontes) ; Schmidt 1875 (1839) ; Büttner-Wobst 1890 ; Patzig 1899 ; Moravcsik 1958 ; Banchich, in : Banchich & Lane 2009.

9 Sauf pour les livres consacrés à Antonin et Marc-Aurèle.

10 Zonar. 12.9 = 3.103.25.

11 Zonar. 3.7 = 1.194.29.

12 Zonar. 10.31 = 2.433.12.

13 Fromentin 2013, 25.

14 Schmidt 1839, 276.

15 Pour la partie de l’Histoire romaine perdue dans la tradition directe, la division en livres est incertaine, dans la mesure où les abréviateurs et excerpteurs ne la mentionnent pas.

16 Il est tentant de voir dans cette mesure la mise en place du Fiscus Alexandrinus, attesté à l’époque de Trajan par une inscription découverte près de Rome (D. 1518 = McCrum & Woodhead 1966, 202). Si cette hypothèse est juste, la taxe instaurée par Vespasien serait ensuite devenue permanente à Alexandrie.

17 Pour d’autres éléments qui semblent corroborer l’hypothèse selon laquelle Zonaras puiserait directement à Xiphilin pour ces règnes, cf. Berbessou-Broustet 2009, 130-140.

18 Millar 1964, 3, qui se fonde sur Boissevain 1891.

19 Momigliano 2003.

20 Dans son édition de l’Histoire romaine, Boissevain a fait figurer Zonaras dans le corps du texte à partir du livre 60, mais à partir du règne de Nerva il a pris le parti de reléguer systématiquement cette œuvre au rang des testimonia et de ne plus en citer le texte.

21 Xiph. 256.29 : “Par conséquent, je ne donnerai de ces événements qu’une brève relation, extraite d’autres livres, puis, je reprendrai la suite de Dion”.

22 Zonaras pense que ces livres sont effectivement perdus, si ses amis ont véritablement mis tout leur zèle à les chercher. Les excerpteurs byzantins, au xe s., n’ont tiré aucun extrait de cette partie de l’œuvre de Dion (cf. Juntunen 2013, 466), pas plus que de l’œuvre de Pierre le Patrice, qui date du vie s. : il semble donc qu’elle ait été perdue très tôt (ibid., 469).

23 Schmidt 1989 ; Juntunen 2013.

24 Xiph. 256.10.

25 Pierre le Patrice, ES 115.

26 Hypothèse soulevée par Boissevain 1891, 445 n. 2.

27 Boissevain 1891, 446.

28 C.D. 79[78].5-6 ; Xiph. 339.3-12 ; Zonar. 12.12 = 3.113.25-32.

29 Zonar. 12.13 = 3.114.13-18 ; Xiph. 342.6 ; C.D. 79[78].11.1.

30 Zonar., Praef. 1 = 1.2.21.

31 Dans nos calculs, nous n’avons pas pris en compte les mots se référant à l’histoire chrétienne, tirés le plus souvent d’Eusèbe.

32 Le récit du règne de Marc-Aurèle est très long parce qu’il reproduit certains éléments présents chez Xiphilin, parmi lesquels une polémique chrétienne sur une pluie miraculeuse. À l’inverse, Zonaras ne semble pas avoir accordé à la monarchie sévérienne la prééminence que l’on trouve chez Xiphilin. Pour les règnes de transition, les proportions relatives au texte de Xiphilin diffèrent (Galba et Othon : 45 % ; Vitellius : 20 %), mais cela s’explique par le fait que les règnes courts sont relatés généralement dans un nombre de mots globalement équivalent (Galba et Othon : 400 mots ; Vitellius 700 mots). En revanche, il est difficile de comprendre pourquoi Zonaras a accordé une telle importance au règne de Claude (80 %, 3000 mots), par comparaison avec le règne de Néron (9 %, 1200 mots).

33 Cf. les mesures financières et fiscales prises par les triumvirs, relatées au livre 47 de l’Histoire romaine, qui ne semblent qu’en partie comprises (Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xcvi).

34 Pour ce règne, Xiphilin évoque également Julius Sabinus, Cerealis, Domitia et sa famille, Simon Bargioras, Phoebus, Vologèse, Helvidius Priscus, Thrasea Paetus, Demetrius le Cynique, Hostilianus le philosophe, Caenis concubine de Vespasien, Bérénice, les cyniques Démétrius et Héras.

35 Autres exemples sans rapport avec Dion : Zonar. 1.14 (divergences entre le livre de l’Exode et Josèphe au sujet de l’interprétation de la manne trouvée par les Hébreux) ; 2.9 ; 2.23 (Livre des Rois et Josèphe au sujet du plan du premier Temple de Jérusalem, puis du siège de Péluse par le Roi Assyrien Sennachérib) ; 6.4 (Josèphe et Saint Jean Damascène sur le Christ), 11.20 (Xénophon et Hérodote sur le nom du frère de Cambyse). Zonaras n’indique que rarement la version qu’il considère comme étant la meilleure.

36 Flor. 2.21.11 ; Vell. Pat. 2.87.1 ; Suet., Aug., 17.8 ; Hor., Carm., 1.37.26-27 ; Prop. 3.11.53 ; Verg., Aen., 8.697 ; Plu., Ant., 86.1-3.

37 Zonar. 10.31 = 2.433.5-15 : λέγεται δ’ ἀσπίδος δήγµατι θανεῖν … ὁ δὲ Δίων βελόνην αὐτὴν εἶναί φησιν, ᾗ τὰς τρίχας ἀνεῖρεν … µὲν οὖν ἀπώλετο, τὸ δἀληθὲς οὺκ ἐγνώσθη. Cette autre version est aussi rapportée par Plutarque (Ant., 86.4) mais Zonaras ne le cite pas.

38 Zonar. 7.5 = 2.98.25-26.

39 Οἶδα µὲν οὖν καὶ ἕτερά τινα περὶ τῆς τοιαύτης εἰρηµένα ἀρχῆς, ἀλλ’ αὐτὸς τῷ πιθανωτέρῳ ἐθέµην.

40 Nous n’excluons pas totalement la possibilité que Zonaras cite ici une phrase de Dion expliquant qu’il existe diverses traditions.

41 C’est tout aussi vrai pour le livre 10 (Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xcvii).

42 Zonar. 9.23 = 2.318.28-29 : δὲ Πλούταρχος ἀχθῆναι λέγει τὸν Περσέα πρὸς τὸν Αἰµίλιον.

43 Pittia 2009.

44 Swain 1989.

45 Zonar. 7.22 = 2.151.

46 Zonar., Praef., 1 = 1.2.19-20 : ῥητορικώτερον κεχρηµένοις τῷ λόγῳ.

47 Zonar., Praef., 1 = 1.4.2-4 : ἀφελεστέρᾳ λίαν … τῇ φράσει, καὶ ἰδιωτικαῖς … λέξεσιν ἢ καὶ βαρβάροις.

48 Grigoriadis 1998a, 85. Le style de Zonaras est tout particulièrement analysé et loué dans l’introduction anonyme du Parisinus gr. 1715 (reproduite dans Dindorf 1874, ccxcvii-ccciii), que Grigoriadis 1998a, 114, propose d’attribuer à Nicétas Choniatès ou Constantin Acropolitès. Dans cet éloge, le style de Zonaras est notamment défini comme concis et vigoureux et son vocabulaire comme coloré et précis.

49 Zonar., Praef., 2 = 1.6.1-6 : ἐκ πολλῶν γὰρ βίβλων τὰς ἱστορίας ἐρανισάµενος, ἔν γε πολλοῖς ταῖς τῶν συγγραφέων ἐκείνων χρησαίµην ἂν συνθήκαις καὶ φράσεσιν, ἐν ὅσοις δἂν καὶ αὐτὸς παρῳδήσω παραφράσω, πρὸς τὸν ἐκείνων χαρακτῆρα τὴν ἰδέαν τοῦ λόγου µοι µεθαρµόσοµαι, ἵνα µὴ ἀσύµφωνος αὐτὴ ἑαυτῇ δοκῇ ἡ γραφή.

50 Zonar., Praef., 2 = 1.5.30 : ποικίλλεται.

51 Fromentin 2013, 26, parle de Zonaras comme d’un “faussaire et plagiaire” et met en garde contre les trésors contenus dans son texte qui pourraient s’avérer être de la “fausse monnaie”.

52 Par exemple Zonar. 7.2 = 2.89 et Plu., Rom., 6-8.

53 Zonar. 10.32 = 2.436.18-21 et C.D. 52.39.2.

54 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2008, xc-xcii ; ead., in : Fromentin & Bertrand 2014, xcv-xcviii.

55 C.D. 55.14.2 : καὶ ὁ Αὔγουστος “καὶ τίς ἄν εἶπεν, ὦ γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀποµερµηρίσειε τοσούτους τε ἀεὶ ἐχθροὺς ἔχων καὶ συνεχῶς οὕτως ἄλλοτε ὑπ’ ἄλλων ἐπιβουλευόµενος;” ; Zonar. 10.36 = 2.450.1-4 : ὁ δὲτίς ἄνεἴπεν γύναι, κἂν ἐλάχιστον ἀτρεµήσειε τοσούτους ἔχων ἐχθροὺς καὶ οὕτω συνεχῶς ἐπιβουλευόµενος;” Nous faisons apparaître les similitudes en gras.

56 C.D. 55.21.2 : “Οὐ πάντα τοι τὸ ξίφος διαπράττεται (µέγα γὰρ ἦν ἂν ἀγαθόν, εἰ σωφρονίζειν τέ τινας καὶ πείθεινκαὶ καταναγκάζειν φιλεῖν τινὰ ἀληθῶς ἐδύνατο), ἀλλὰ τὸ µὲν σῶµά τινος φθείρειεν ἄν, τὰς δὲ δὴ τῶν ἄλλων ψυχὰς ἀλλοτριώσειεν· οὐ γὰρ ἐξ ὧν ἂν ἕτεροι τιµωρηθῶσι, προσφιλέστεροί τινι, ἀλλ’ ἐξ ὧν ἂν αὐτοὶ φοβηθῶσιν, ἐχθίους γίγνονται” (“On n’obtient pas tout par le glaive – ce serait un grand bien s’il pouvait vraiment à la fois raisonner les gens et les convaincre ou les forcer à aimer quelqu’un – bien au contraire : en détruisant le corps d’une personne, il pourrait aliéner les esprits des autres. En effet, ce n’est pas en punissant les autres qu’on est aimé, mais c’est en suscitant la peur qu’on se fait des ennemis”) ; Zonar. 10.36 = 2.450.8-14 : “Οὐ γὰρ πείθειν ἀναγκάζεινἔφηφιλεῖν τινα τὸ ξίφος δεδύνηται, ἀλλὰ τὸν µὲν κολαζόµενον ἀπόλλυσι, τὰς δὲ δὴ τῶν ἄλλων ψυχὰς ἀλλοτριοῖ τοῦ κολάζοντος, ἐπεὶ µηδὲ φιλοῦσιν ὅτι ἐδικαιώθησαν ἕτεροι, ἀλλἀπεχθάνονται µᾶλλον ὅτι φόβος καὶ αὐτοῖς ἐντεῦθεν ἐπήρτηται”.

57 Eus., HE, 3.20.1-2 : καὶ ἐπηρώτησεν αὐτοὺς εἰ ἐκ Δαυίδ εἰσιν, καὶ ὡµολόγησαν. Tότε ἠρώτησεν αὐτοὺς πόσας κτήσεις ἔχουσιν ἢ πόσων χρηµάτων κυριεύουσιν ; Zonar. 11.19 = 3.62.5-8 : τούτους πρὸς αὐτὸν ἀχθέντας ὁ Δοµετιανὸς ἤρετο εἰ ἐκ Δαβίδ εἰσι· καὶ κατέθεντο. Προσεπήρετο οὖν πόσας κέκτηνται κτήσεις καὶ πόσων εὐποροῦσι χρηµάτων.

58 Eus., HE, 3.20.2 : οἱ δὲ εἶπαν ἀµφοτέροις ἐννακισχίλια δηνάρια ὑπάρχειν αὐτοῖς µόνα, ἑκάστῳ αὐτῶν ἀνήκοντος τοῦ ἡµίσεος, καὶ ταῦτα οὐκ ἐν ἀργυρίοις ἔφασκον ἔχειν, ἀλλ ἐν διατιµήσει γῆς πλέθρων λθʹ µόνων, ἐξ ὧν καὶ τοὺς φόρους ἀναφέρειν καὶ αὐτοὺς αὐτουργοῦντας διατρέφεσθαι ; Zonar. 11.19 = 3.62.8-12 : οἱ δ ἔφασαν ἐννακισχίλια δηνάρια ὑπάρχειν αὐτοῖς µόνα, καὶ ταῦτα οὐκ ἐν ἀργυρίοις ἔχειν, ἀλλ ἐν διατιµήσει γῆς ἐξ ἧς αὑτούς τε διατρέφεσθαι αὐτουργοῦντας καὶ τοὺς φόρους εἰσφέρειν.

59 Cf. aussi C.D. fr. 11.19 (EV 7).

60 “Vengez-moi mais surtout libérez-vous et montrez aux tyrans quels hommes vous êtes et quelle femme ils ont violée”.

61 Zonar. 7.26.8 = 2.166.19-22 : πῶς γὰρ ἄν τις πιστεύσειεν ἐξ ἑνὸς ἀνδρὸς τοιᾶσδε τελευτῆς τοσοῦτον πλῆθος ἀνθρώπων τὸ µὲν φθαρῆναι, τὸ δὲ σωθῆναι καὶ νικῆσαι περιφανῶς;

62 C.D. fr. 35.7-8.

63 Zonar. 7.25.6 = 2.163.14-16 : ταῦθοὕτω τοῖς Ῥωµαίοις ἱστόρηται· εἰ δέ τῳ µυθώδη κριθείη καὶ µὴ πιστά, ἔξεστίν οἱ µὴ προσέχειν αὐτοῖς.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search