Version classiqueVersion mobile

Cassius Dion : nouvelles lectures

 | 
Valérie Fromentin
, 
Estelle Bertrand
, 
Michèle Coltelloni-Trannoy
, 
et al.

La fortune de Dion dans la littérature tardo-antique et byzantine

Xiphilin, abréviateur de Cassius Dion

Bénédicte Berbessou-Broustet

Texte intégral

  • 1 Xiph. 87.3 = C.D. 53.22.1 : Ἰωάννης ὁ Ξιφιλῖνος ἀδελφόπαις ὢν Ἰωάννου τοῦ πατριάρχου (“Jean Xiphi (...)
  • 2 Xiphilin est également l’auteur de cinquante-trois homélies et d’un µηνολόγιον dédié à Alexis I C (...)
  • 3 Psellos lui-même a rédigé deux ouvrages historiques, une Chronographie et une Historia Syntomos. (...)
  • 4 Zonar. 18.16 = 708.9-17 : γὰρ βασιλεὺς παιδαριώδεσιν ἐσχόλαζε πράξεσι, τοῦ ὑπάτου τῶν φιλοσόφων (...)
  • 5 C’est en effet Psellos qui rédigea l’oraison funèbre du patriarche Jean Xiphilin, ancien recteur (...)

1Sous le règne de Michel VII Doukas (1067-1078), Jean Xiphilin, neveu du Patriarche du même nom1, écrit un abrégé des livres 36 à 80 de l’Histoire romaine de Cassius Dion, couvrant la période allant de 69 a.C. à 229 p.C2. Xiphilin n’indique nulle part le dessein général de son œuvre ; celle-ci nous est parvenue sans préface – que ce soit dû à un choix délibéré ou à la perte des premiers folios. Il est néanmoins possible d’émettre une hypothèse pour expliquer le choix du sujet et de la méthode retenue, en se fondant notamment sur un extrait de l’Épitomé de Zonaras. Ce dernier critique en effet Michel Doukas, qui n’avait pas la carrure, selon lui, pour gouverner l’Empire : refusant de prendre des décisions, le prince laissait gouverner à sa place l’eunuque Nicéphore, retors et peu apprécié. C’est Michel Psellos que Zonaras considère comme responsable du détachement de l’empereur à l’égard de la conduite de l’Empire : selon lui, l’érudit faisait étudier au prince la rhétorique et l’histoire3, au détriment des affaires de l’État4. Xiphilin a donc pu composer le résumé de l’Histoire romaine, afin de permettre à l’empereur Michel d’en prendre connaissance plus rapidement et plus facilement, sur les préconisations de Psellos, proche de son oncle Patriarche5.

  • 6 La méthode de Xiphilin a fait l’objet d’assez peu d’études. Notons cependant les pages qu’y consa (...)
  • 7 Xiph. 256.8-30. Cette partie de l’œuvre a été perdue très tôt, sans doute avant même le vie s. (c (...)

2Quoi qu’il en soit, les éditeurs et historiens modernes s’intéressent particulièrement à l’Épitomé de Xiphilin non pas en tant que tel6, mais parce que c’est le seul texte continu composé uniquement à partir de l’Histoire romaine – à l’exception de ce qui concerne le règne d’Antonin et le début de celui de Marc-Aurèle, dont le récit par Dion était déjà perdu au xi s.7. Il est donc nécessaire d’évaluer sa fidélité à l’œuvre de Dion.

Effacement de l’abréviateur vis-à-vis de son modèle : servilité et fiabilité

  • 8 Le titre retenu (Ἐπιτοµὴ τῆς Δίωνος Ῥωµαικῆς ἱστορίας) est celui qui figure en tête du manuscrit (...)

3En premier lieu, le titre même que Xiphilin donne à son œuvre, “abrégé de l’Histoire romaine de Dion”8, la place dans une relation d’absolue dépendance vis-à-vis de sa source. Xiphilin apparaît comme un abréviateur fidèle, voire servile ; cette fidélité peut se mesurer sur trois plans différents : le respect du contenu, de la formulation et de l’énonciation.

Respect des contenus

  • 9 Xiph. 50.28 = C.D. 47.40-41.
  • 10 Xiph. 225.4 = C.D. 67.16.1 : καὶ ο γάρ ἐστιν οὐδὲν τῶν τηλικούτων ἀπρόοπτον.

4Tout d’abord, Xiphilin est souvent fidèle au contenu de l’Histoire romaine. Xiphilin ne résume pas, au sens moderne du terme : il ne restitue pas toutes les idées fondamentales en les synthétisant, mais il abrège, selon une méthode en partie comparable à celle des excerpteurs, en constituant une sorte de florilège des extraits qu’il juge les plus significatifs ; néanmoins, contrairement aux excerpteurs, il reproduit généralement l’ordre originel et lie les extraits entre eux, pour produire un texte continu et cohérent. En outre, il conserve notamment des passages de l’Histoire romaine qu’il désapprouve et qu’il aurait pu supprimer sans nuire à la cohérence de l’ensemble. Par exemple, il commence par émettre de fortes réserves sur l’utilisation des présages par Cassius Dion9. Et pourtant, il conserve de longues listes de prodiges et de signes dans son abrégé, allant jusqu’à retranscrire ce qui est vraisemblablement une remarque de Dion lui-même, au moment où il relate l’un des présages de la mort de Domitien : “Aucun événement de cette importance n’arrive sans avoir été prévu”10. Sans doute sa fidélité à sa source – voire sa servilité vis-à-vis de cette dernière – et son attirance pour les curiosités et les anecdotes expliquent-elles l’oubli des principes précédemment annoncés.

Respect de la formulation

  • 11 Ce n’est pas parce que Xiphilin rejette les discours et les développements parénétiques par princ (...)
  • 12 Ce livre occupe trente-deux pages dans l’édition de Boissevain.
  • 13 Xiph. 80.27-81.6.
  • 14 Figurent ici en gras les mots de l’Histoire romaine que Xiphilin a retenus :
  • 15 Les seuls mots qui ne soient pas des reprises littérales de l’Histoire romaine sont les suivants  (...)

5Xiphilin est aussi généralement assez fidèle à la formulation. En effet, sa technique d’abréviation consiste à sélectionner les passages qui l’intéressent, puis à les recopier quasiment mot pour mot. Pour comprendre comment il procède, examinons la façon dont il résume le débat entre Agrippa et Mécène, passage de l’Épitomé dans lequel Xiphilin élague le plus le texte de sa source. La discussion sur le choix du meilleur régime, qui met en scène les deux conseillers d’Auguste, aujourd’hui considérée comme l’un des passages-clefs de l’œuvre de Dion, est résumée le plus succinctement possible11. Le livre 52 de l’Histoire romaine, de taille conséquente12, est réduit à un quart de page chez Xiphilin13. Seul le thème général de la discussion est évoqué ; aucun argument n’est conservé ; une seule valeur incarne chacune des deux positions (la justice pour la République, l’utilité pour la monarchie constitutionnelle). Or ce passage illustre les différents procédés rédactionnels utilisés par Xiphilin. Premièrement, il utilise fréquemment la citation littérale : par exemple, il reprend mot pour mot les phrases d’introduction du débat. Deuxièmement, la technique qu’il emploie le plus souvent est l’abrègement : il supprime de nombreuses phrases et, dans celles qu’il choisit de restituer, certains membres de phrases, des adjectifs qualificatifs, des parenthèses, des compléments circonstanciels, tout en conservant la trame syntaxique du texte de Dion. La phrase de conclusion illustre cette méthode : la longue parenthèse de Dion sur l’ancien sens du mot imperator est occultée ; l’adjectif ἑτέραν est également supprimé14. Troisièmement, il lui arrive de recomposer, mais ce procédé est assez rarement utilisé. Dans le passage qui nous intéresse, une seule phrase15 résume schématiquement les arguments d’un livre entier, sans reproduire le vocabulaire de Dion ; en particulier, Xiphilin emploie le terme ἰσηγορία pour désigner le retour à la République, alors que Dion n’utilise jamais ce nom dans l’ensemble de l’Histoire romaine conservé. Ainsi, même lorsqu’il résume en quelques lignes un livre entier, Xiphilin reformule assez peu. Néanmoins, dans le cas – extrême – étudié précédemment, il ne donne pas une idée fidèle de ce qu’était l’œuvre de Dion.

  • 16 Xiph. 250.1 = C.D. 72[71].5.1-2.

6L’essentiel de son travail consiste donc à sélectionner les extraits qu’il va reproduire, puis à les insérer dans son œuvre, en supprimant tout ce qui lui semble inutile, en ménageant des transitions et en précisant les contextes. Or cet assemblage se fait parfois de façon approximative. Par exemple, dans un passage qui figure à la fin de la Vie de Marc-Aurèle, le texte originel a été tellement abrégé qu’il en perd toute logique interne : deux anecdotes – celle d’un prisonnier transi de froid qui réclame un habit à l’empereur, et celle d’un soldat qui franchit l’Ister de nuit pour délivrer ses camarades16 – y sont livrées sans interprétation et sans liaison, ni entre elles, ni avec le reste du récit, de sorte que l’on ne voit guère ce qu’elles signifient.

7Ainsi, Xiphilin reprend souvent la formulation originelle de sa source. Il mélange les procédés d’écriture suivants : citation littérale, abrègement et, dans une moindre mesure, réécriture synthétique. Le travail d’extraction et de reprise littérale de sa source le conduit parfois à négliger les transitions et à juxtaposer des fragments simplement recopiés. La volonté de simplifier peut modifier le sens du texte originel.

Respect de la situation d’énonciation

  • 17 Xiph. 355.21 = C.D. 80.2.1. : διὰ µὲν οὖν ταῦτα οὐκ ἠδυνήθην ὁµοίως τοῖς πρόσθεν καὶ τὰ λοιπὰ συν (...)
  • 18 Xiph. 279.10 = C.D. 73[72].20.1 : τοιαύτη µὲν τὸ σύµπαν ἡ θέα ἐκείνη τέσσαρσι καὶ δέκα ἡµέραις ἐγ (...)
  • 19 Xiph. 325.25 = C.D. 80[79].17.3.

8Enfin, Xiphilin est également fidèle à la situation d’énonciation de sa source. Alors qu’il arrive souvent à Dion de parler en son nom propre, à la première personne, et de faire référence à son époque pour évoquer son expérience, Xiphilin conserve les indices qui désignent cette situation d’énonciation ; il ne les adapte pas : dans l’Épitomé, la première personne désigne généralement Dion ; les circonstants de temps se réfèrent à l’époque de Dion. Voici quelques exemples tirés de l’Épitomé. À partir de Macrin, lorsque Dion est envoyé en province comme curateur ou procurateur, pris par sa tâche, il a moins le temps de se consacrer à son œuvre littéraire et avertit son lecteur : “Voilà pourquoi je n’ai pas pu mettre dans les faits qui ont suivi le même ordre que dans les précédents ; néanmoins, je raconterai succinctement tous ceux qui se sont passés jusqu’à mon second consulat”17. Xiphilin ne précise pas que cette première personne n’est pas la sienne. De même que la première personne du singulier réfère généralement à Dion, la première personne du pluriel désigne toujours les sénateurs, parmi lesquels Dion, comme l’atteste cette allusion aux spectacles donnés par Commode : “Ce spectacle dura, en somme, quatorze jours ; quand l’empereur combattait, nous autres sénateurs, nous nous rendions chaque fois à l’amphithéâtre avec les chevaliers…”18. De cette façon, Xiphilin est conduit à énoncer à la première personne des opinions avec lesquelles il ne peut pourtant être qu’en désaccord. Il indique par exemple que l’adoption de Sévère Alexandre est le résultat de l’action “d’une divinité” (θεῖα τις), qui n’est assurément pas le Dieu des chrétiens. Et malgré tout, Xiphilin conserve la première personne, ainsi que le pronom personnel ἔγωγε19.

  • 20 Mallan 2013a, 621 considère que cet usage de la première personne référant à Dion vise à donner d (...)
  • 21 Xiph. 87.3 = C.D. 53.22.1 : λέγω γὰρ τοῦτο οὐκέτι ὡς Δίων …, ἀλλὡς Ἰωάννης Ξιφιλῖνος.
  • 22 Xiph. 319.11 = C.D. 78[77].6.1.

9Ainsi, dans l’Épitomé, la première personne renvoie la plupart du temps à Dion20. Toutefois, il arrive à Xiphilin d’intervenir dans son récit et de revendiquer la première personne comme étant la sienne. Par exemple, après avoir décrit quelques mesures prises par Auguste pour organiser son régime, Xiphilin explique qu’il résume le texte en raison du peu d’importance des événements pour les lecteurs de son époque. Il revendique cette initiative comme la sienne et précise qu’il parle “non pas en tant que Dion, … mais que Jean Xiphilin”21 : cette précision met en relief le fait que la plupart du temps, la première personne dans l’Épitomé est celle de Dion et non celle de Xiphilin, y compris lorsque cette première personne affirme abréger. À une autre reprise, Xiphilin distingue explicitement sa parole de celle de Dion (ὁ µὲν Δίων …, ἐµοὶ δέ), pour justifier le fait qu’il ne reprenne pas à son tour la liste nominale des victimes de Caracalla donnée intégralement par Dion22. Conscient de l’ambiguïté de son utilisation de la première personne, Xiphilin donne donc parfois son nom ou celui de Dion, afin que le lecteur puisse démêler les fils inextricables des deux voix qui se confondent.

  • 23 C.D. 55.28.2-3 : οὐ µέντοι καὶ περὶ πάντων αὐτῶν ἀκριβῶς ἐπεξάξω· πολλά τε γὰρ ὡς ἑκάστοις καὶ ο(...)
  • 24 Pour Millar 1964, 43-44, cette volonté d’aller à l’essentiel constitue un trait caractéristique d (...)
  • 25 Xiph. 10.16-10.22 : πολλῶν δὲ τῶν ἱστορουµένων παραλελειµµένων…
  • 26 Xiph. 246.7 = C.D. 69.8.11 : ταῦτα περί γε τοῦ τρόπου, ὡς ἐν κεφαλαίῳ εἰπεῖν, προείρηκα· λέξω δὲ (...)
  • 27 Xiph. 204.16 = C.D. 65[66].3.1 : ἐν δὲ τῇ Γερµανίᾳ ἄλλαι τε κατὰ Ῥωµαίων ἐπαναστάσεις ἐγένοντο, ο (...)

10Cependant, l’équivoque n’est pas toujours levée, de sorte que le lecteur ne sait pas toujours si la première personne du singulier renvoie à l’auteur de l’Histoire romaine ou à celui de l’Épitomé. En particulier, l’historien et son abréviateur affichent tous deux leur volonté d’abréger et d’aller à l’essentiel. Voici un exemple d’avertissement donné par Dion dans un livre de l’Histoire romaine conservé dans la tradition directe, à un moment où, sous le règne d’Auguste, les guerres ou les incursions barbares se multiplient aux quatre coins de l’Empire : “Je n’entrerai pas dans le détail de tous ces événements ; en effet, beaucoup sont des faits isolés et peu remarquables ; cette minutie n’offrirait d’ailleurs aucun avantage. Néanmoins, je raconterai succinctement, à l’exception des faits importants, ceux qui méritent quelque souvenir”23. Dion a donc pour principe d’aller à l’essentiel et de passer sous silence les faits secondaires24. Or ce principe méthodologique est également fondamental aux yeux de Xiphilin, qui explique “[je] passe sous silence quantité de choses qui sont racontées dans les Histoires25. Par conséquent, pour les livres de l’Histoire romaine perdus dans la tradition directe, lorsque la première personne affiche sa décision de couper ou de résumer dans l’Épitomé, il est difficile de déterminer qui est à l’origine de cette déclaration : s’agit-il d’un raccourci effectué et revendiqué par Dion, puis recopié par Xiphilin, ou d’une coupe supplémentaire à l’initiative de l’abréviateur lui-même ? Par exemple, après que le portrait d’Hadrien a été brossé à grands traits (“succintement”), une transition indique que les détails de son règne seront ensuite abordés26 : l’auteur de ces mots pourrait être aussi bien Xiphilin que Dion. De même, au début du règne de Vespasien, c’est l’ensemble de la crise en Gaule et en Germanie, qui culmina avec l’imperium Galliarum, qui est délibérément passé sous silence27 – alors que Tacite y consacre les livres 4 et 5 de ses Histoires. Qui a décidé de passer sous silence ces événements ? Il est possible que ce soit Xiphilin, qui sacrifie souvent les passages consacrés aux affaires extérieures à Rome ; mais rien ne permet de trancher avec certitude. Les exemples de ce genre sont fréquents.

11Ainsi, Xiphilin se présente comme un abréviateur plus que comme un historien : il ne donne presque jamais son avis et conserve la première personne lorsque Dion l’a employée dans son récit. Certes, cela peut parfois prêter à confusion, puisque l’on ne peut pas toujours déterminer à qui renvoie la première personne dans l’Épitomé. Mais à cette réserve près, le maintien de la situation d’énonciation de l’Histoire romaine témoigne de la fidélité de l’abréviateur byzantin à sa source. Ces observations peuvent rassurer l’éditeur de la tradition indirecte de Dion, dans la mesure où l’abréviateur s’efface généralement derrière son modèle.

Faut-il se méfier de Xiphilin ? Une posture d’auteur

12Toutefois, Xiphilin modifie en partie le prisme de l’Histoire romaine du fait de sa technique d’abréviation, de sa recomposition de l’œuvre selon ses propres critères, et parce qu’il revendique ponctuellement son rôle d’auteur : si le témoignage de Xiphilin peut donc être utilisé, ce doit être avec une certaine prudence.

Le travail d’abrègement

  • 28 Brunt 1980, 489.
  • 29 Outre le débat entre Agrippa et Mécène, dont nous avons vu qu’il était réduit à la portion congru (...)
  • 30 Xiphilin relate par exemple la bataille menée de nuit par Pompée contre Mithridate (Xiph. 5.1-20 (...)
  • 31 Le récit de la bataille de Philippes (C.D. 47.43-49) est par exemple repris presque intégralement (...)
  • 32 Il réduit par exemple à la portion congrue les mesures financières et fiscales prises par les tri (...)
  • 33 Ce jugement est subjectif et bien plus restrictif que celui de Dion, notamment pour la fin de la (...)

13Tout d’abord, le travail d’abréviation, qui se caractérise généralement par un travail de coupe plutôt que de reformulation, entraîne parfois des simplifications excessives, qui modifient la portée du texte, comme nous l’avons déjà vu plus haut avec l’extrême raccourcissement du débat entre Agrippa et Mécène. P. A. Brunt calcule que Xiphilin conserve environ le quart du texte de sa source pour la période impériale et un peu moins pour la période républicaine28. Il laisse souvent de côté les discours29, les récits de bataille et de guerres – sauf quand ils comportent des nouveautés étonnantes30 ou quand ils ont une importance fondamentale31 –, les développements relatifs aux mesures institutionnelles32 ou aux individus dont il considère qu’ils ne jouent pas un rôle capital33 ou qui ne sont pas hors norme. Ces choix faussent donc nécessairement la portée de l’Histoire romaine.

  • 34 Xiph. 9.30 = C.D. 37.20.5 : δυνηθεὶς ἂν ῥᾳδίως τήν τε Ἰταλίαν κατασχεῖν
  • 35 C.D. 37.20.5 :καὶ τὸ τῶν Ῥωµαίων κράτος πᾶν περιποιήσασθαι
  • 36 C.D. 37.20.6.
  • 37 Mallan 2013a, 628.

14Si le travail d’abréviation va ici de pair avec des choix parfois contestables, il s’accompagne également souvent d’une simplification qui peut déformer le point de vue originel de sa source. C’est ainsi que parlant de Pompée, au moment de son retour à Brindes après son commandement à l’Est en 63 a.C., Xiphilin et Dion louent le général d’avoir congédié son armée, malgré la puissance qu’il a acquise et “qui lui aurait permis de se rendre facilement maître de l’Italie”34. Or alors que Dion précise ensuite qu’il aurait alors pu “s’arroger la totalité du pouvoir sur les Romains”35 et que tous se seraient soumis, Xiphilin utilise le verbe µοναρχῆσαι, “gouverner en monarque”. Ce terme introduit un changement de perspective : là où Dion compare l’attitude de Pompée à celle de ses prédécesseurs Marius et Sylla36, Xiphilin le rapproche implicitement pour sa part de ceux qui le suivirent, dans la perspective de l’établissement du principat37. Du fait de ses choix et de ses simplifications, Xiphilin peut donc modifier considérablement la perspective proposée par Dion.

Recomposition de l’œuvre

  • 38 Xiph. 35.6 : εἰς τοσαῦτα µερίζοντας τὴν συγγραφὴν τµήµατα ὅσοι εἰσὶν καὶ οἱ µετὰ Ἰούλιον Καίσαρα (...)
  • 39 La vie d’Auguste (à partir d’Actium) occupe les livres 51 à 56 de l’Histoire romaine.
  • 40 La vie de Tibère occupe les livres 57 et 58 de l’Histoire romaine.

15Ensuite, l’organisation de l’Épitomé diffère de celle de sa source. Xiphilin prend délibérément le parti de modifier la division de l’œuvre et de changer ponctuellement le découpage des événements. Avant de commencer l’histoire du règne d’Auguste, Xiphilin précise que l’organisation de son abrégé change : à partir de là, il “divis[e] [son] histoire en autant de parties que Rome a connu d’empereurs après Jules César”38. Or cette division en Vies n’a pas pour origine Dion, à qui il a fallu par exemple plusieurs livres pour relater les règnes d’Auguste39 ou de Tibère40. En regroupant plusieurs livres de l’Histoire romaine en une seule Vie, Xiphilin estompe donc les effets de dilatation de la chronologie. Il retient avant tout les événements qui concernent l’empereur. La focalisation sur les personnages les plus emblématiques lui importe bien plus, notamment, que les réflexions sur l’organisation des provinces ou les expéditions militaires. Par conséquent, pour la partie de l’Histoire romaine que nous ne connaissons de façon continue que grâce à Xiphilin, le lecteur doit être vigilant : la perspective est au moins en partie modifiée par le découpage en Vies choisi par l’abréviateur.

  • 41 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2008, lxxxv, pour C.D. 45.9.4 et Xiph. 39.5-16.
  • 42 T Σέξτῳ τῷ τοῦ Μεγάλου Ποµπηίου νεωτέρῳ υἱῷ.
  • 43 Kαὶ Γάιον Ἀσίνιον Πολίωνα κατὰ τὴν Βαιτικὴν µάχην νενικηκότι, καὶ πόλεις τὰς µὲν ἑκούσας τὰς δὲ (...)
  • 44 C.D. 45.10.3.
  • 45 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, lxxxix.
  • 46 Millar 1964, 195-203.

16Si la progression chronologique de l’Histoire romaine est conservée, ce n’est pas toujours le cas de son organisation interne ; l’ordre du récit est parfois bouleversé et certaines séquences narratives déplacées. V. Fromentin41 a par exemple comparé un extrait conservé du livre 45 de l’Histoire romaine, qui relate la politique d’Antoine durant l’été 44 a.C. ainsi que l’immunité accordée à Sextus Pompée, et son résumé par Xiphilin. Les deux textes sont très similaires : l’ordre des mots est le même et des phrases entières sont reprises à l’identique. Ce qui peut paraître plus étonnant à première vue, c’est que le texte de l’abrégé est ici plus long que celui de son modèle. Il comporte en effet deux additions : la première est pédagogique et elle vise à éclairer l’origine d’un personnage, Sextus Pompée42, fils du Grand Pompée, au cas où le lecteur n’aurait pas lu le début de l’Épitomé. En effet, l’Épitomé étant divisé en Vies à partir d’Auguste, chacune de ces Vies peut être lue séparément et pas seulement selon l’ordre chronologique : l’abréviateur procède donc à des rappels concernant des personnages qui sont pourtant déjà apparus auparavant dans l’œuvre. La seconde addition43 est en fait un déplacement : elle résume un passage situé plus loin dans le texte44, évoquant la victoire militaire remportée par Sextus Pompée en Bétique sur Asinius Pollion. Dans ce cas, le texte de l’Épitomé modifie donc assez sensiblement l’ordre de sa source. V. Fromentin note un nombre plus important de déplacements pour l’abrégé du livre 4745. Par ailleurs, le texte de l’Épitomé et celui de sa source ont également été comparés par F. Millar, dans le premier appendice de son ouvrage consacré à Dion46 : dans un tableau synthétique, il met en regard les versions du livre 54 de l’Histoire romaine données par Dion, Xiphilin et Zonaras. Il en ressort là encore que Xiphilin respecte dans l’ensemble l’ordre de l’Histoire romaine et reprend très fréquemment les formulations de Dion. Mais à un endroit, il bouleverse significativement l’ordre de sa source, sans que la chronologie et le sens puissent l’expliquer – peut-être peut-on imputer ce désordre à un accident matériel dans l’ordre matériel des folios du manuscrit contenant l’Histoire romaine ? Toujours est-il que dans ce passage comme dans d’autres, l’Épitomé propose ponctuellement une progression différente de celle de l’Histoire romaine.

Critiques de l’œuvre de Dion

  • 47 Xiph. 31.1-26, critiquant le début du livre 44 de l’Histoire romaine.
  • 48 Xiph. 31.1-26: ὡς δὲ τὸ ἀληθὲς ἔχει καὶ Πλούταρχος ἐν τοῖς Παραλλήλοις διδάσκει (“conformément (...)
  • 49 Xiph. 31.5 : διἀλιτηριώδη τινὰ οἶστρον.
  • 50 Plu., Brut., 6.8-9 ; 8.1. Cf. Mallan 2013a, 625.
  • 51 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xcii-xciii.
  • 52 Xiph. 54.7 : Φαώνιος τοῦ Κάτωνος ἐραστής. Cf. Plu., Brut., 12.3 ; 34.4 ; Fromentin, ibid.

17De surcroît, Xiphilin intervient trois fois pour critiquer les positions de Dion. C’est au sujet des causes de l’assassinat de Jules César que Xiphilin prend pour la première fois ouvertement ses distances avec l’interprétation de Dion47. Il indique que Dion ne cherche pas à comprendre les causes profondes de cette conspiration – l’aspiration pour la liberté en particulier – et les réduit à un acte dû à la folie et à l’hypocrisie des conjurés. Xiphilin analyse l’origine de ce jugement : l’interprétation de Dion est tributaire de son statut social ; en effet, sénateur de premier rang, ayant bénéficié de faveurs impériales, il ne peut que vanter ce régime et ses fondateurs. L’abréviateur lui oppose la version de Plutarque : ce dernier, selon lui, cherche à faire la part des choses de façon moins partisane et souligne ainsi les limites du gouvernement monarchique, qui transforme les citoyens en sujets non libres. Bien qu’au xie s. l’Empire ne soit plus remis en question d’un point de vue institutionnel et que les revendications républicaines aient disparu depuis plusieurs siècles, Xiphilin semble approuver ici le point de vue de Plutarque, qui se place selon lui du côté de la “vérité”48 : le régime impérial, dans la mesure où il restreint fortement les libertés individuelles, peut être sinon remis en question, du moins critiqué. L’abréviateur présente ici un avis original pour son époque. Il fait preuve d’esprit critique à l’égard de Dion, compare différentes sources et recherche les causes des événements. Néanmoins, il caricature le point de vue de Dion, en prétendant qu’il évoque la “funeste folie” des conspirateurs49 : cette vue est plus proche de Plutarque50 que de Dion. Le Brutus de Plutarque semble l’avoir d’ailleurs beaucoup marqué : c’est ainsi que dans le résumé du livre 47, dont les bornes chronologiques sont la mise en place du second triumvirat d’une part et la bataille de Philippes d’autre part, la figure principale de l’Épitomé n’est ni César ni Antoine, mais Brutus51. En outre, Xiphilin se sert en une occurrence de Plutarque pour donner une précision biographique, au sujet de Marcus Favonius, qui s’était rallié à Brutus et Cassius : il indique en effet que c’était un “émule de Caton”52, renseignement qui ne figure pas chez Dion. Cet ajout d’une précision à partir d’une autre source, qui n’est pas revendiqué comme tel, est unique en son genre dans l’état actuel des connaissances. Il invite à prendre le témoignage de Xiphilin avec précaution lorsqu’il ne subsiste pas la tradition directe correspondante.

  • 53 Xiphilin pense peut-être ici aux critiques que Polybe profère contre Timée, coupable, entre autre (...)
  • 54 Xiph. 50.28 : εἰ µὲν οὐδ’ ἂν γενέσθαι νοµίζων, µεµπτῶς, πλήρης γὰρ τῶν τοιούτων ἡ ἱστορία (“Si Di (...)
  • 55 Xiph. 50.28 : εἰ δ’ ὡς οὐχ ἱστορήσας γε αὐτός, συγγνωστῶς (“S’il l’avait fait dans la pensée qu’i (...)
  • 56 Xiph. 50.28 : Δίων µὴ πέρα τοῦ δέοντος αὐτὰ τεθηπώς (“Dion aurait mieux fait de ne pas s’en éme (...)
  • 57 Xiph. 50.28 : πολλὰ τῶν σηµείων τοῖς τερατολόγοις παρήσω : (“Je laisserai les nombreux récits de (...)
  • 58 Xiph. 73.1, qui abrège C.D. 50.8.3.
  • 59 Xiph. 73.1 : θαυµαστὸν πάντως.
  • 60 Xiph. 73.1 : εἰ ἀληθές ἐστι.
  • 61 Xiph. 73.1 : εἰ µήτι γελοῖος ὁ Δίων.

18La seconde critique de Dion intervient peu après, avant qu’il ne relate la défaite de Brutus et Cassius à Philippes : l’épitomateur reproche à Dion son usage excessif des présages et souligne qu’il aurait pu prendre là encore exemple sur Polybe53. Xiphilin est notamment gêné par la position de Dion vis-à-vis des présages : soit ce dernier les relate tout en suggérant qu’il n’y croit pas, ce qui est critiquable d’après Xiphilin54, soit il les présente en tant qu’intermédiaire, ce qui est pardonnable selon lui55 ; c’est la question du rapport de l’historien à la vérité qui est ici soulevée. L’abréviateur laisse entendre au lecteur que pour sa part, il ne croit pas aux présages56 et que, par conséquent, il ne les recopiera pas par la suite57 – ce qui, de fait, n’est pas le cas. Un peu plus loin, avant de raconter la mort d’Antoine58, Xiphilin prend à nouveau ses distances avec les présages rapportés par l’historien – notamment le fait que des bœufs volèrent, que des singes s’introduisirent dans des temples ou encore que l’on trouva un serpent à deux têtes. Après avoir relaté ces présages annonçant le caractère décisif de la bataille d’Actium, il indique qu’ils sont “très étonnants”59, “si c’est vrai”60 et “si Dion ne plaisante pas”61. Xiphilin affiche donc un certain scepticisme, mais n’en relate pas moins quatre présages (là où le texte de Dion en comporte huit). Ces formules hypothétiques qui introduisent et closent cette énumération de prodiges révèlent un certain embarras de la part de l’abréviateur : bien que Xiphilin veuille suggérer son absence d’adhésion aux propos de Dion, il semble malgré tout tenté de croire à ces faits.

  • 62 C.D. 52.36.2: καινά τινα δαιµόνια οἱ τοιοῦτοι ἀντεσφέροντες πολλοὺς ἀναπείθουσιν ἀλλοτριονοµεῖν, (...)
  • 63 Martinelli 1990. Cet article s’oppose au point de vue de Millar 1964, 179, qui pense que Dion n’a (...)
  • 64 Pour une mise au point très détaillée sur cet épisode, voir Kovács 2009.
  • 65 Xiph. 251.22-260.24 = C.D. 72[71].8.
  • 66 Cette lettre de Marc-Aurèle, reconstruction chrétienne postérieure, est ajoutée à la fin de l’Apo (...)
  • 67 Xiph. 260.25 = C.D. 72[71].9.1 : ἔοικε δὲ ψεύδεσθαι … ἑκών.
  • 68 La legio XII fut créée avec la legio XI Claudia en 58 a.C. par Jules César pour mener campagne co (...)
  • 69 Mallan 2013a, 640.
  • 70 De même, il nous semble vraisemblable que Xiphilin – et non Dion – soit l’auteur des lignes prése (...)

19Enfin, bien que Xiphilin soit moine et que son oncle soit patriarche de Constantinople, il reste silencieux sur la vie de Jésus et le sort des chrétiens sous le Haut Empire. Toutefois, Xiphilin s’insurge une fois contre le parti pris de Dion. En effet, Dion, dans les livres conservés dans la tradition directe, ne parle jamais ouvertement des chrétiens ; pour les livres transmis dans la tradition indirecte, rien ne subsiste à ce sujet, sans que l’on puisse déterminer avec certitude si c’est dû à l’historien bithynien ou à ses abréviateurs. On ne peut exclure, en effet, que les commentaires de Dion à l’égard des chrétiens aient été ouvertement critiques et, dans ce cas, censurés par les abréviateurs. Au livre 52, l’hostilité de l’historien est palpable : Mécène avertit Auguste des dangers que représente pour la monarchie toute autre religion que le polythéisme traditionnel62. Si jamais l’Histoire romaine a mentionné les chrétiens, c’est donc de façon négative : Zonaras et Xiphilin auraient dans cette hypothèse supprimé les passages qu’ils ne cautionnaient pas. Mais il est également probable que Dion n’ait jamais évoqué les chrétiens dans son œuvre. G. Martinelli63 soutient que si Dion ne parle pas des chrétiens, c’est sans doute parce qu’il s’en tient à la version officielle, qui est de les ignorer. Quoi qu’il en soit, en dépit du polythéisme de Dion et de son silence à l’égard des chrétiens, Xiphilin reproduit généralement fidèlement le texte de l’Histoire romaine et ne cherche pas à y insérer des éléments d’histoire chrétienne. Néanmoins, il conteste l’explication d’une victoire des troupes de Marc-Aurèle et inscrit les propos de Dion dans une polémique opposant païens et chrétiens64. Dion considère en effet que la victoire contre les Quades, en 174 p.C., fut acquise grâce aux pouvoirs d’un mage et à l’intervention d’une divinité65. Pour Xiphilin au contraire, ce fut grâce à la prière des soldats chrétiens que Marc-Aurèle put vaincre, contrairement à toute attente. Xiphilin conteste l’interprétation de Dion et justifie la sienne par une lettre de l’empereur dont il a entendu parler66. Ce récit a selon lui été transformé par les païens et il dénonce la mauvaise foi de l’historien, qu’il accuse de “mentir délibérément”67. Il présente la version des faits de ce dernier et l’attaque point par point, en se fondant sur d’autres écrits (la lettre de Marc-Aurèle) et sur la recherche des causes (le nom de “Fulminante” donné à cette légion68 et la rationalité de l’empereur qui rend peu probable l’intervention de magiciens). Comme l’indique Mallan69, cette correction est probablement moins à mettre sur le compte de ses convictions personnelles – puisque contrairement à Zonaras, Xiphilin ne souhaite pas écrire une histoire chrétienne – que de sa volonté de se présenter comme un auteur, comme un érudit et de faire de l’empereur Marc-Aurèle un exemple de piété et de tolérance70.

  • 71 Mallan 2013a, 622 a remarqué que sur les vingt-quatre citations poétiques recensées chez Dion, Xi (...)

20Ainsi, Xiphilin critique à trois reprises les interprétations de Dion. Il le fait en comparant la perspective de Dion à celle d’autres historiens. Il montre ici qu’il fait lui-même œuvre d’auteur et pas seulement d’abréviateur : il se présente comme un auteur capable de prendre des distances avec sa source et comme un lecteur des historiens de l’Antiquité ; avant de se lancer dans le résumé de l’Histoire romaine, il a lui-même lu d’autres sources traitant du même sujet : il veut se présenter comme un érudit71. Toutefois, ces prises de distance avec Dion sont peu nombreuses.

Conception de l’Histoire

  • 72 Xiph. 87.2-5 = C.D. 53.22.1 : λέξω δὲ καὶ καθ ἕκαστον ὅσα ἀναγκαῖόν ἐστι µνηµονεύεσθαι (“Je ra (...)
  • 73 C.D. 53.22.1 : µετὰ τῶν ὑπάτων, ἐφὧν ἐγένετο.
  • 74 Xiphilin revendique personnellement ce changement de perspective et explique immédiatement après (...)
  • 75 Xiph. 87.2-5 : καὶ νῦν µάλιστα, διὰ τὸ πάµπολυ ἀπηρτῆσθαι τῶν καιρῶν ἐκείνων τὸν καθἡµᾶς βίον κ (...)
  • 76 Xiph. 10.16-10.22.
  • 77 Xiph. 10.16-10.22 : πολλῶν δὲ τῶν ἱστορουµένων παραλελειµµένων, διὰ τ λίαν ἀπαρτίσθαι καὶ ἔκφυλα (...)
  • 78 Lucien, Hist. Conscr., 42 : καὶ ἐπάγει τὸ χρήσιµον καὶ τέλος ἄν τις εὖ φρονῶν ὑπόθοιτο ἱστορίας (...)
  • 79 Cf. par exemple D.H. 1.8.3 : …καὶ εἴ τισι ἀοχλήτου δεήσει διαγωγῆς ἐν ἱστορικοῖς ἀναγνώσµασιν… (“ (...)
  • 80 Dion ne théorise pas sa conception de l’Histoire ; toutefois, plusieurs remarques disséminées au (...)
  • 81 Xiph. 349.31-351.2.

21Xiphilin prend donc à de rares occasions une posture d’auteur critique ; il lui arrive également d’indiquer selon quels critères il sélectionne les faits, ce qui permet d’appréhender sa conception de l’Histoire. Lorsqu’il résume le livre 53, conservé dans la tradition directe, il modifie considérablement une phrase dans laquelle Dion indiquait sa méthode. Il conserve à l’identique le début de la phrase, à la première personne du singulier, qui affirme une volonté d’exhaustivité pour relater “tout ce qui est nécessaire”72. En revanche, alors que Dion ajoute ensuite qu’il le fera “en citant les consuls sous lesquels ces événements se sont produits”73, ce qui donne une dimension annalistique à son récit républicain, Xiphilin, pour sa part74, modifie la perspective, en soulignant l’importance du passé pour comprendre la situation présente75. Ce qu’il est “nécessaire” de rapporter est donc ce qui peut être utile pour le présent. D’une façon similaire, dans son résumé du livre 3776, Xiphilin décrit les mœurs de Caton, puis signale qu’il passe alors sous silence les événements de cette période, avant de résumer en une phrase la conjuration de Catilina. Il révèle les trois critères qui lui ont permis d’opérer sa sélection, à savoir l’“utile” (χρήσιµον), le “nouveau” (καινόν) et l’idée selon laquelle les faits du passé ne sont retenus que lorsqu’ils peuvent servir d’enseignement au lecteur présent : c’est la raison pour laquelle ce qui est révolu est rejeté77. L’abréviateur exige donc de l’Histoire qu’elle ait une utilité exemplaire et pédagogique, bien qu’il ne tire jamais explicitement la morale d’une anecdote. Sa volonté de composer une histoire utile est par conséquent conforme à l’exigence de Thucydide78. Toutefois, sa conception est sans doute plus proche de Denys d’Halicarnasse79 et de Dion80 que de Thucydide, pour qui le plaisir (τερπνόν) doit être dissocié de l’utile (χρήσιµον). Certes, Xiphilin n’emploie pas le terme τερπνόν, mais le “nouveau” (καινόν) s’y rattache : l’abréviateur aime à surprendre son lecteur, en particulier au moyen d’anecdotes. Celles-ci peuvent servir à l’édification morale, mais une certaine jubilation est souvent patente : Xiphilin cherche manifestement à étonner son lecteur, à attiser sa curiosité et tout simplement à l’amuser. Par exemple, les débauches d’Elagabal81 auraient pu être éludées en une phrase ; mais l’abréviateur a préféré raconter par le menu les frasques sexuelles de l’empereur : son récit ne subordonne pas le plaisir à l’utilité ; le τερπνόν supplante parfois le χρήσιµον.

22Xiphilin ne théorise nulle part son travail d’abréviation ; toujours est-il qu’à ses yeux, ce travail ne s’oppose manifestement pas à celui de l’historien. Dans les quelques passages examinés ci-dessus, Xiphilin adopte une posture d’historien et fait valoir son autorité. Il n’hésite pas à modifier l’ordre de présentation adopté par Dion et à imprimer de cette façon à son œuvre une logique et une cohérence qui lui sont propres. Il critique à trois reprises des jugements de Dion, montrant par là qu’il ne renonce pas à exercer son esprit critique et qu’il est capable de confronter différentes sources. Enfin, il revendique une méthode de sélection de l’information qui privilégie l’utile, sans négliger le travail du lecteur.

Conclusion

23Xiphilin voulait faire œuvre d’auteur : il cite d’autres ouvrages historiques qu’il a lus, critique à trois reprises les jugements de Dion et se montre très influencé par le Brutus de Plutarque dans sa restitution du livre 47 de l’Histoire romaine ; il n’hésite pas non plus à imposer sa marque personnelle à son ouvrage en lui proposant une organisation différente de celle de l’Histoire romaine, en sélectionnant les faits en fonction de ses centres d’intérêt et en focalisant son attention sur les personnages les plus marquants, au détriment par exemple des réflexions sur les types de régime, les institutions ou sur les expéditions étrangères. Néanmoins, lorsque nous comparons ses prétentions à ce qu’il réalise vraiment, force est de constater un décalage. Xiphilin est souvent fidèle à l’œuvre de son prédécesseur : dans un bon nombre de passages, il reformule assez peu, déplace peu, recopie des idées pourtant contraires aux siennes et conserve l’énonciation de sa source. C’est ce manque de créativité et de reformulation qui est précieux pour l’éditeur de Dion ; cependant, cette attitude servile est loin d’être avérée pour l’ensemble de l’Épitomé : Xiphilin ne doit donc être utilisé qu’avec prudence et précaution pour les parties de l’Histoire romaine qui ne sont conservées que dans la tradition indirecte.

  • 82 L’Athous 4932 = Iviron 812 (XIV²), découvert par B. C. Barmann (cf. Barmann 1971).

24Pour compléter cette esquisse, il faudrait rééditer intégralement l’Épitomé de Xiphilin, en prenant en compte le manuscrit du mont Athos découvert récemment82, puis comparer systématiquement l’abrégé et les livres de l’Histoire romaine conservés dans la tradition directe ; une analyse des rapports qu’entretient l’Épitomé avec les histoires composées au xie s. permettrait également de mieux comprendre les choix et la méthode de Xiphilin.

Notes

1 Xiph. 87.3 = C.D. 53.22.1 : Ἰωάννης ὁ Ξιφιλῖνος ἀδελφόπαις ὢν Ἰωάννου τοῦ πατριάρχου (“Jean Xiphilin, neveu du Patriarche Jean”). Brunt 1980, 488 confond l’auteur de l’Épitomé et son oncle. En revendiquant sa parenté avec son oncle patriarche, l’abréviateur se montre conscient et fier de son appartenance à une famille socialement et politiquement haut placée. Sur la famille des Xiphilini aux xie et xiie s., cf. Kazhdan 1991.

2 Xiphilin est également l’auteur de cinquante-trois homélies et d’un µηνολόγιον dédié à Alexis I Comnène. Cf. Trapp 1992 ; Ziegler 1967.

3 Psellos lui-même a rédigé deux ouvrages historiques, une Chronographie et une Historia Syntomos. L’attrait pour l’histoire romaine au xie s. a notamment été étudié par Markopoulos 2006, 290 (“Interest in the Roman past … is without doubt one of the distinguishing features of eleventh-century Byzantium”) ; ce phénomène n’est pas nouveau, mais fut particulièrement à la mode sous le règne de Michel VII.

4 Zonar. 18.16 = 708.9-17 : γὰρ βασιλεὺς παιδαριώδεσιν ἐσχόλαζε πράξεσι, τοῦ ὑπάτου τῶν φιλοσόφων καὶ ὑπερτίµου Μιχαὴλ τοῦ Ψελλοῦ λόγοις τῷ δοκεῖν αὐτὸν ἐµβιβάζοντος καὶ διδάσκοντος νῦν µὲν τὴν γραµµατικὴν τέχνην καὶ µέτρα καὶ διαλέκτους, νῦν δ’ ἵνα κατὰ ῥήτορας διαλέγοιτο, νῦν δ’ ἱστορίαις αὐτὸν προσεθίζοντος, ἄλλοτε δὲ φιλοσόφων θεωρηµάτων ἀκροᾶσθαι παρασκευάζοντος· ὁ δὲ πρὸς οὐδὲν ἐπεφύκει (“Comme l’empereur [Michel Doukas] consacrait son temps à des occupations puériles, il semblait à tous que Michel Psellos, inestimable prince des philosophes, le menait à l’école, tantôt lui enseignant la grammaire, la métrique et la dialectique, tantôt cherchant à le faire déclamer comme l’apprennent les rhéteurs, tantôt lui faisant fréquenter l’Histoire et, d’autres fois, le préparant à écouter les préceptes des philosophes ; pourtant, il n’était absolument pas apte à cela”).

5 C’est en effet Psellos qui rédigea l’oraison funèbre du patriarche Jean Xiphilin, ancien recteur du département juridique de l’Université fondée par Constantin IX (cf. Lemerle 1977, 203-212).

6 La méthode de Xiphilin a fait l’objet d’assez peu d’études. Notons cependant les pages qu’y consacrent par exemple Millar 1964, 195-203 ; Canfora 1978 ; Mazzucchi 1979 ; Schmidt 1989 ; Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2008, lxxxii-lxxxix ; ead., in : Fromentin & Bertrand 2014, lxxxviii-xciv ; Mallan 2013a. Pour ce qui est de l’édition de son texte, on se réfère à Boissevain 1901, 479-730, édition dont les principes sont expliqués par Boissevain 1897, i-xvii, et qui conserve la pagination et les numéros de lignes de Dindorf 1865. Il serait utile qu’une nouvelle édition complète de l’Épitomé voie le jour, qui prendrait en compte d’une part les leçons de l’Athous 4932 = Iviron 812, un manuscrit essentiel, mais ignoré jusqu’à la découverte récente de Barmann 1971. Il faudrait d’autre part examiner systématiquement les corrections proposées dans le Matritensis 4714 (cod. 163, olim O-49) : ce manuscrit, que l’on peut dater des années 1475, comporte d’intéressantes corrections marginales datant des années 1540-1550 ; soit elles ont été apportées à partir d’un manuscrit retrouvé alors, et qui aurait rapidement disparu par la suite, sans avoir jamais servi de modèle ; soit il s’agit de conjectures heureuses d’un érudit. Cf. Berbessou-Broustet 2009, 281-302. Les traductions françaises proposées ci-dessous sont les nôtres.

7 Xiph. 256.8-30. Cette partie de l’œuvre a été perdue très tôt, sans doute avant même le vie s. (cf. Juntunen 2013 et l’article portant sur Zonaras dans ce même ouvrage). Xiphilin cite Eusèbe et Quadratus comme sources pour le bref résumé qu’il donne de ces règnes. Il a peut-être recours à d’autres historiens qu’il ne cite pas : il utilise en effet les verbes λέγεται et φασιν. De surcroît, on ne peut exclure qu’il se serve également des Excerpta de sententiis tirés de Dion (aujourd’hui perdus). En effet, les détails qui concernent l’avènement d’Antonin sont des anecdotes et comprennent des paroles au style direct, susceptibles de former un tout homogène, comme le montre le découpage similaire des Excerpta de sententiis tirés de Pierre le Patrice. Ils sont en outre plusieurs fois précédés chez Xiphilin de la conjonction ὅτι, qui se trouve au début de chaque extrait constantinien : Xiph. 256.9 : ἀγνοεῖσθαι τὴν καταὐτὸν ἱστορίαν σχεδὸν σύµπασαν, πλν τικαὶ τικα τι

8 Le titre retenu (Ἐπιτοµὴ τῆς Δίωνος Ῥωµαικῆς ἱστορίας) est celui qui figure en tête du manuscrit du Mont Athos Athous 4932 = Iviron 812 (XIV²), qui constitue à lui seul, pour la tradition manuscrite de Xiphilin, l’une des deux branches du stemma, comme l’a mis en évidence Barmann 1971. Les deux hyparchétypes de l’autre branche du stemma (cf. Boissevain 1897, iii), à savoir le Vaticanus graecus 145 et le Parisinus Coislinianus graecus 320 (xvie s.) comportent deux titres, le premier étant Δίωνος ῥωµαικὴ ἱστορία (“Histoire romaine de Dion”), sans référence à la notion d’abrégé. Nous avons démontré ailleurs (Berbessou 2014) que le deuxième titre, plus long (Ἐπιτοµὴ τῆς Δίωνος τοῦ Νικαέως ῥωµαικῆς ἱστορίας ἣν συνέτεµεν Ἰωάννης ὁ Ξιφιλῖνος, περιέχουσα µοναρχίας Kαισάρων εἰκοσιπέντε ἀπὸ Ποµπηίου Μάγνου µέχρις Ἀλεξάνδρου τοῦ Μαµαίας : “Abrégé de l’Histoire romaine de Dion de Nicée, composé par Jean Xiphilin, embrassant les règnes de vingt-cinq Césars, de Pompée le Grand jusqu’à Alexandre, fils de Mamaea”), était apocryphe et irrecevable.

9 Xiph. 50.28 = C.D. 47.40-41.

10 Xiph. 225.4 = C.D. 67.16.1 : καὶ ο γάρ ἐστιν οὐδὲν τῶν τηλικούτων ἀπρόοπτον.

11 Ce n’est pas parce que Xiphilin rejette les discours et les développements parénétiques par principe : par exemple, au livre 55 (Xiph. 104.5-112.29 = C.D. 55.14.4-21.4), le discours de Livie portant sur la clémence de l’empereur est longuement repris dans l’Épitomé. C’est sans doute parce que la remise en question du régime impérial semble invraisemblable au xie s. et que les conseils de Mécène au sujet de l’organisation de l’Empire semblent dépassés et inutiles pour le lecteur de cette époque. Concernant l’attitude générale de Xiphilin au sujet des discours, cf. Brunt 1980, 490 ; Mallan 2013a, 618-621. Ce dernier constate que l’abréviateur conserve les discours qui ont un rapport direct avec le comportement de l’empereur et peuvent avoir des échos au xie s. : c’est le cas notamment du discours où Othon indique qu’il faut éviter les guerres civiles (Xiph. 192.6-30 = C.D. 63[64].13-14), du discours où Marc-Aurèle déplore les maux engendrés par les guerres civiles et souligne l’importance de la clémence de la part du vainqueur (Xiph. 263.1-264.1 = C.D. 72[71].24-26) ou encore de celui prononcé par Hadrien pour louer la succession impériale adoptive et élective plutôt qu’héréditaire (Xiph. 253.28-254.12 = C.D. 69.20.2-5). Or cette dernière question se posa à plusieurs reprises à l’époque de l’abréviateur : par exemple, Michel V le Calfat (1041-1042) fut adopté par l’impératrice Zoé ; Michel VI (1056-1057) fut choisi pour succéder à l’impératrice Théodora, sans faire partie de sa famille ; puis Constantin X Doukas (1059-1067), ministre et principal conseiller d’Isaac Ier Comnène, prit la suite de ce dernier.

12 Ce livre occupe trente-deux pages dans l’édition de Boissevain.

13 Xiph. 80.27-81.6.

14 Figurent ici en gras les mots de l’Histoire romaine que Xiphilin a retenus :

C.D. 52.41.3-4 : τήν τοῦ αὐτοκράτορος ἐπίκλησιν ἐπέθετο· λέγω δὲ ο τὴν ἐπὶ ταῖς νίκαις κατὰ τ ἀρχαῖον διδοµένην τισίν (ἐκείνην γὰρ πολλάκις µὲν καὶ πρότερον πολλάκις δὲ καὶ ὕστερον ἀπαὐτῶν τῶν ἔργων ἔλαβεν, ὥστε καὶ ἅπαξ καὶ εἰκοσάκις ὄνοµα αὐτοκράτορος σχεῖν) ἀλλὰ τὴν ἑτέραν τὴν τὸ κράτος διασηµαίνουσαν, ὥσπερ τῷ τε πατρὶ αὐτοῦ τῷ Καίσαρι καὶ τοῖς παισὶ τοῖς τε ἐγγόνοις ἐψήφιστο (“Et il prit le titre d’imperator ; je ne parle pas ici de celui que l’on donnait anciennement des généraux pour des victoires remportées (il l’avait reçu souvent auparavant et il le reçut souvent encore dans la suite, pour ses exploits, au point qu’il fut vingt et une fois appelé imperator) ; je parle de l’autre, qui désigne l’autorité suprême”).

Xiph. 81.1-6 : τήν τε τοῦ αὐτοκράτορος ἐπίκλησιν (λέγω δὲ ο τὴν ἐπὶ ταῖς νίκαις κατὰ τ ἀρχαῖον διδοµένην τισίν, ἀλλὰ τὴν τὸ κράτος διασηµαίνουσαν) ἐπέθετο, ὥσπερ τῷ τε πατρὶ αὐτοῦ τῷ Καίσαρι καὶ τοῖς παισὶ καὶ τοῖς ἐγγόνοις ἐψήφιστο.

15 Les seuls mots qui ne soient pas des reprises littérales de l’Histoire romaine sont les suivants : καὶ τοῦ Ἀγρίππου συµβουλεύοντος τὰ δικαιότερα (ἀποθέσθαι γὰρ ἠξίου τὴν δυναστείαν καὶ ποιῆσαι πάλιν ἰσηγορίαν), τοῦ δὲ Μαικήνου τὰ συµφέροντα (συµφέρειν γὰρ µᾶλλον τῷ µεγέθει τοῦ πολιτεύµατος µοναρχίαν βασιλικήν τε καὶ ἔννοµον) (“Agrippa prit parti pour la justice (il lui conseillait de se démettre de son pouvoir personnel et de permettre le retour à la République), tandis que Mécène prit parti pour l’Utile (selon lui, en raison des dimensions de l’État, un pouvoir personnel de type monarchique et fondé sur la loi était bien plus utile)”).

16 Xiph. 250.1 = C.D. 72[71].5.1-2.

17 Xiph. 355.21 = C.D. 80.2.1. : διὰ µὲν οὖν ταῦτα οὐκ ἠδυνήθην ὁµοίως τοῖς πρόσθεν καὶ τὰ λοιπὰ συνθεῖναι, κεφαλαιώσας µέντοι ταῦτα, ὅσα γε καὶ µέχρι τῆς δευτέρας µου ὑπατείας ἐπράχθη, διηγήσοµαι.

18 Xiph. 279.10 = C.D. 73[72].20.1 : τοιαύτη µὲν τὸ σύµπαν ἡ θέα ἐκείνη τέσσαρσι καὶ δέκα ἡµέραις ἐγένετο· ἀγωνιζοµένου δ’ αὐτοῦ ἡµεῖς µὲν οἱ βουλευταὶ ἀεὶ µετὰ τῶν ἱππέων συνεφοιτῶµεν

19 Xiph. 325.25 = C.D. 80[79].17.3.

20 Mallan 2013a, 621 considère que cet usage de la première personne référant à Dion vise à donner de l’autorité au texte de Xiphilin.

21 Xiph. 87.3 = C.D. 53.22.1 : λέγω γὰρ τοῦτο οὐκέτι ὡς Δίων …, ἀλλὡς Ἰωάννης Ξιφιλῖνος.

22 Xiph. 319.11 = C.D. 78[77].6.1.

23 C.D. 55.28.2-3 : οὐ µέντοι καὶ περὶ πάντων αὐτῶν ἀκριβῶς ἐπεξάξω· πολλά τε γὰρ ὡς ἑκάστοις καὶ οὐκ ἀξιόλογα συνηνέχθη, καὶ οὐδὲν ἂν λεπτολογηθέντα ὠφελήσειε. Tά γε µὴν µνήµης τινὸς ἄξια κεφαλαιώσας, πλὴν τῶν µεγίστων, ἐρῶ.

24 Pour Millar 1964, 43-44, cette volonté d’aller à l’essentiel constitue un trait caractéristique du style de Dion.

25 Xiph. 10.16-10.22 : πολλῶν δὲ τῶν ἱστορουµένων παραλελειµµένων…

26 Xiph. 246.7 = C.D. 69.8.11 : ταῦτα περί γε τοῦ τρόπου, ὡς ἐν κεφαλαίῳ εἰπεῖν, προείρηκα· λέξω δὲ καὶ τὰ καθ’ ἕκαστον, ὅσα ἀναγκαῖόν ἐστι µνηµονεύεσθαι (“J’ai commencé par présenter son caractère succinctement ; je raconterai également en détail tous les faits qui méritent d’être rappelés”).

27 Xiph. 204.16 = C.D. 65[66].3.1 : ἐν δὲ τῇ Γερµανίᾳ ἄλλαι τε κατὰ Ῥωµαίων ἐπαναστάσεις ἐγένοντο, οὐδὲν ἐς µνήµην ἐµοὶ γοῦν ὄφελος φέρουσαι, καί τι συνηνέχθη καὶ θαύµατος ἄξιον (“En Germanie, il y eut contre les Romains plusieurs soulèvements que, selon moi du moins, il est fort inutile de rapporter, mais il se passa un fait qui mérite l’admiration”).

28 Brunt 1980, 489.

29 Outre le débat entre Agrippa et Mécène, dont nous avons vu qu’il était réduit à la portion congrue, Xiphilin supprime les débats qui sont rapportés pour la période républicaine de l’Histoire romaine : cf. Mallan 2013a, 618-619.

30 Xiphilin relate par exemple la bataille menée de nuit par Pompée contre Mithridate (Xiph. 5.1-20 = C.D. 36.49).

31 Le récit de la bataille de Philippes (C.D. 47.43-49) est par exemple repris presque intégralement mot pour mot. Cf. Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xci.

32 Il réduit par exemple à la portion congrue les mesures financières et fiscales prises par les triumvirs, qui impliquent pourtant la remise en question du principe fondateur de la République que constituait le census (C.D. 47.14-17, fin 43 a.C.). Cf. Fromentin, ibid.

33 Ce jugement est subjectif et bien plus restrictif que celui de Dion, notamment pour la fin de la République : alors que Dion considérait que les turbulences politiques était dues à de nombreux acteurs, Xiphilin fait le choix de s’intéresser d’emblée principalement à Pompée et ne mentionne pas, par exemple, Gabinius, à propos du commandement exceptionnel donné à Pompée contre les pirates en 67, pas plus que Manilius en 66. Pour la période républicaine, Mallan 2013a, 631 n. 62 suggère que, parmi ses critères de choix, Xiphilin a pu développer les portraits des Romains qui faisaient l’objet d’une vie chez Plutarque.

34 Xiph. 9.30 = C.D. 37.20.5 : δυνηθεὶς ἂν ῥᾳδίως τήν τε Ἰταλίαν κατασχεῖν

35 C.D. 37.20.5 :καὶ τὸ τῶν Ῥωµαίων κράτος πᾶν περιποιήσασθαι

36 C.D. 37.20.6.

37 Mallan 2013a, 628.

38 Xiph. 35.6 : εἰς τοσαῦτα µερίζοντας τὴν συγγραφὴν τµήµατα ὅσοι εἰσὶν καὶ οἱ µετὰ Ἰούλιον Καίσαρα ἐν τῇ Ῥώµῃ ἄρξαντες αὐτοκράτορες.

39 La vie d’Auguste (à partir d’Actium) occupe les livres 51 à 56 de l’Histoire romaine.

40 La vie de Tibère occupe les livres 57 et 58 de l’Histoire romaine.

41 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2008, lxxxv, pour C.D. 45.9.4 et Xiph. 39.5-16.

42 T Σέξτῳ τῷ τοῦ Μεγάλου Ποµπηίου νεωτέρῳ υἱῷ.

43 Kαὶ Γάιον Ἀσίνιον Πολίωνα κατὰ τὴν Βαιτικὴν µάχην νενικηκότι, καὶ πόλεις τὰς µὲν ἑκούσας τὰς δὲ ἀκούσας προσειληφότι.

44 C.D. 45.10.3.

45 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, lxxxix.

46 Millar 1964, 195-203.

47 Xiph. 31.1-26, critiquant le début du livre 44 de l’Histoire romaine.

48 Xiph. 31.1-26: ὡς δὲ τὸ ἀληθὲς ἔχει καὶ Πλούταρχος ἐν τοῖς Παραλλήλοις διδάσκει (“conformément à la vérité et à l’enseignement de Plutarque dans ses Vies parallèles”).

49 Xiph. 31.5 : διἀλιτηριώδη τινὰ οἶστρον.

50 Plu., Brut., 6.8-9 ; 8.1. Cf. Mallan 2013a, 625.

51 Fromentin, in : Fromentin & Bertrand 2014, xcii-xciii.

52 Xiph. 54.7 : Φαώνιος τοῦ Κάτωνος ἐραστής. Cf. Plu., Brut., 12.3 ; 34.4 ; Fromentin, ibid.

53 Xiphilin pense peut-être ici aux critiques que Polybe profère contre Timée, coupable, entre autres, d’accorder une importance démesurée à des prodiges, “d’une basse superstition et d’un fantastique propre aux femmes” (Plb. 12.24.5 : δεισιδαιµονίας ἀγεννοῦς καὶ τερατείας γυναικώδους).

54 Xiph. 50.28 : εἰ µὲν οὐδ’ ἂν γενέσθαι νοµίζων, µεµπτῶς, πλήρης γὰρ τῶν τοιούτων ἡ ἱστορία (“Si Dion pensait, en les écrivant, qu’ils n’avaient même pas eu lieu, on ne peut que le blâmer, étant donné que ses Histoires en sont remplies”).

55 Xiph. 50.28 : εἰ δ’ ὡς οὐχ ἱστορήσας γε αὐτός, συγγνωστῶς (“S’il l’avait fait dans la pensée qu’il n’en était pas lui-même l’historien, on le lui pardonnerait”).

56 Xiph. 50.28 : Δίων µὴ πέρα τοῦ δέοντος αὐτὰ τεθηπώς (“Dion aurait mieux fait de ne pas s’en émerveiller ainsi, plus que de raison”).

57 Xiph. 50.28 : πολλὰ τῶν σηµείων τοῖς τερατολόγοις παρήσω : (“Je laisserai les nombreux récits de présages à ceux qui aiment à disserter sur les prodiges”).

58 Xiph. 73.1, qui abrège C.D. 50.8.3.

59 Xiph. 73.1 : θαυµαστὸν πάντως.

60 Xiph. 73.1 : εἰ ἀληθές ἐστι.

61 Xiph. 73.1 : εἰ µήτι γελοῖος ὁ Δίων.

62 C.D. 52.36.2: καινά τινα δαιµόνια οἱ τοιοῦτοι ἀντεσφέροντες πολλοὺς ἀναπείθουσιν ἀλλοτριονοµεῖν, κἀκ τούτου καὶ συνωµοσίαι καὶ συστάσεις ἑταιρεῖαί τε γίγνονται, ἅπερ ἥκιστα µοναρχίᾳ συµφέρει (“L’introduction de nouvelles divinités engage beaucoup de citoyens à obéir à d’autres lois ; de là des conjurations, des coalitions et des associations qui ne sont pas du tout profitables à un gouvernement monarchique”).

63 Martinelli 1990. Cet article s’oppose au point de vue de Millar 1964, 179, qui pense que Dion n’a pas parlé des chrétiens parce qu’il ne s’était pas rendu compte de l’importance du phénomène.

64 Pour une mise au point très détaillée sur cet épisode, voir Kovács 2009.

65 Xiph. 251.22-260.24 = C.D. 72[71].8.

66 Cette lettre de Marc-Aurèle, reconstruction chrétienne postérieure, est ajoutée à la fin de l’Apologie de Saint Justin (ch. 70) ; elle est mentionnée dans l’Histoire Ecclésiastique d’Eusèbe.

67 Xiph. 260.25 = C.D. 72[71].9.1 : ἔοικε δὲ ψεύδεσθαι … ἑκών.

68 La legio XII fut créée avec la legio XI Claudia en 58 a.C. par Jules César pour mener campagne contre les Helvètes (Caes., B Gall., 1.10.3). Xiphilin ignore que cette légion s’appelait déjà Fulminata sous les Flaviens, comme l’atteste par exemple l’inscription qui figure dans l’AE, 1951, 263 : imp(eratore) Domitiano / Caesare Aug(usto) / Germanic(o) / L(ucius) Iulius / Maximus / (centurio) / leg(ionis) XII Ful(minatae).

69 Mallan 2013a, 640.

70 De même, il nous semble vraisemblable que Xiphilin – et non Dion – soit l’auteur des lignes présentant Marcia, concubine de Commode, comme une chrétienne impliquée dans le salut de ses semblables. Xiph. 270.13 = C.D. 73[72].4.7 : ἱστορεῖται δὲ αὕτη πολλά τε ὑπὲρ τῶν Χριστιανῶν σπουδάσαι καὶ πολλὰ αὐτοὺς εὐηργετηκέναι, ἅτε καὶ παρὰ τῷ Κοµµόδῳ πᾶν δυναµένη (“L’histoire raconte que cette Marcia eut beaucoup d’affection pour les chrétiens et leur fit beaucoup de bien, étant toute-puissante auprès de Commode”). Cf. Strong 2014.

71 Mallan 2013a, 622 a remarqué que sur les vingt-quatre citations poétiques recensées chez Dion, Xiphilin en avait conservé vingt-trois.

72 Xiph. 87.2-5 = C.D. 53.22.1 : λέξω δὲ καὶ καθ ἕκαστον ὅσα ἀναγκαῖόν ἐστι µνηµονεύεσθαι (“Je raconterai en détail tout ce qu’il est nécessaire de rappeler.”).

73 C.D. 53.22.1 : µετὰ τῶν ὑπάτων, ἐφὧν ἐγένετο.

74 Xiphilin revendique personnellement ce changement de perspective et explique immédiatement après au lecteur “ne plus dire cela en tant que Dion, mais en tant que Xiphilin” (λέγω γὰρ τοῦτο οὐκέτι ὡς ὁ Δίων …, ἀλλὡς Ἰωάννης Ξιφιλῖνος).

75 Xiph. 87.2-5 : καὶ νῦν µάλιστα, διὰ τὸ πάµπολυ ἀπηρτῆσθαι τῶν καιρῶν ἐκείνων τὸν καθἡµᾶς βίον καὶ τὸ πολίτευµα (“Et surtout de nos jours, parce que notre vie contemporaine et notre situation politique se rattachent étroitement aux événements de cette époque”).

76 Xiph. 10.16-10.22.

77 Xiph. 10.16-10.22 : πολλῶν δὲ τῶν ἱστορουµένων παραλελειµµένων, διὰ τ λίαν ἀπαρτίσθαι καὶ ἔκφυλα εἶναι τῶν νῦν καιρῶν (“Je passe sous silence quantité de choses qui sont racontées dans les Histoires, parce qu’elles font partie d’un temps révolu)”.

78 Lucien, Hist. Conscr., 42 : καὶ ἐπάγει τὸ χρήσιµον καὶ τέλος ἄν τις εὖ φρονῶν ὑπόθοιτο ἱστορίας, ὡς εἴ ποτε καὶ αὖθις τὰ ὅµοια καταλάβοι, ἔχοιεν, φησι, πρὸς τὰ προγεγραµµένα ἀποβλέποντες εὖ χρῆσθαι τοῖς ἐν ποσί (“De là, il [= Thucydide] conclut que l’utilité doit être le but que se propose tout homme sensé en écrivant l’histoire, afin que si, par la suite, il arrive des événements semblables, on voie, en jetant les yeux sur ce qui a été écrit, ce qu’il est utile de faire”).

79 Cf. par exemple D.H. 1.8.3 : …καὶ εἴ τισι ἀοχλήτου δεήσει διαγωγῆς ἐν ἱστορικοῖς ἀναγνώσµασιν… (“…même pour ceux qui ne désirent qu’un simple divertissement dans la lecture de l’histoire…)”.

80 Dion ne théorise pas sa conception de l’Histoire ; toutefois, plusieurs remarques disséminées au sein du texte soulignent que pour lui, l’Histoire se devait d’être utile (cf. fr. 1.1 = EV 2 ; 55.24.1) et qu’elle avait une fonction morale (comme en attestent notamment les γνῶµαι, cf. Xiph. 124.10 = C.D. 56.45.1 ; Xiph. 346.28 = C.D. 79[78].41.1), ce qui ne l’empêche pas de multiplier les anecdotes ou les bons mots, destinés à la fois à illustrer des caractères et à procurer du plaisir au lecteur.

81 Xiph. 349.31-351.2.

82 L’Athous 4932 = Iviron 812 (XIV²), découvert par B. C. Barmann (cf. Barmann 1971).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search