Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

Annexe : Description des crises de la première décade de l’Ab Vrbe Condita

Texte intégral

Tableau récapitulatif

Raison de la crise

Date

Livre

Les instigateurs

Facteurs de résolution de la crise

Moyens de résolution finale de la crise

i) Complot pour le rétablissement des Tarquins.

509 a.C.

2.3-8.

Nobles, sympathisants de la royauté.

P. Valerius Publicola.

- Modération de Valerius.

- Discours

- Lois contre ceux qui visaient à la royauté.

ii) Révolte – sécession de la plèbe écrasée de dettes.

495-493 a.C.

2.23-33.

- La plèbe.

- La superbia d’Appius Claudius Sabinus Inregillensis.

- Menenius Agrippa.

- Sénat.

- Servilius Priscus Structus.

- Manius Valerius.

- Discours.

- Modération des deux ordres.

- Création des tribuns de la plèbe.

iii) Exil de Coriolan.

492-488 a.C.

2.34-40.

Opposition violente de Coriolan à la plèbe.

La mère et la femme de Coriolan.

Modération de Coriolan.

iv) Rogatio de Spurius Cassius.

487-470 a.C.

2.41-61.

- La démagogie de Sp. Cassius.

- La cupidité de la plèbe.

- La malignitas du Sénat.

- L’orgueil d’Appius Claudius fils.

- Voléron Publilius.

- Quinctius Capitolinus

- Sénat.

- Instauration des comitia tributa.

- Modération des deux ordres.

v) Rogatio d’une loi agraire par le consul Titus Aemilius.

467 a.C.

3.1.

Titus Aemilius.

Quintus Fabius.

Proposition modérée : création d’une colonie.

vi) La rogatio de Terentilius Harsa.

462-454 a.C.

3.9.2-31.7.

Le tribun de la plèbe Terentilius Harsa.

Proposition modérée des tribuns de la plèbe.

Modération de deux ordres.

vii) La crise des décemvirs.

451-445 a.C.

3.34.7-54.15.

Superbia, cupiditas, ambitio des décemvirs.

L. Valerius Potitus et M. Horatius Barbatus.

Renversement des décemvirs.

viii) Tensions après la chute des décemvirs.

444-441 a.C.

3.55-69.

Tribuns de la plèbe.

- Marcus Duillius.

- Quinctius Capitolinus.

- Discours

-Modération des deux ordres.

ix) Conflit sur le territoire des Ardéates et des Aricins.

446-442 a.C.

3.71-72, 4.7, 10-11.

La cupidité de la plèbe.

Le Sénat.

- Restitution du territoire.

- Mesures diverses.

x) Lex Canuleia.

445 a.C.

4.1-6.

- Le tribun C. Canuleius.

- Les tribuns de la plèbe.

Les patriciens et la plèbe.

- Vote de la lex Canuleia.

- Création des tribuns militaires consulari potestate.

- Moderatio.

- Modestia.

xi) Démagogie de Spurius Maelius.

440-438 a.C.

4.12.6-16.4.

- Spurius Maelius.

- Les tribuns de la plèbe.

- Quinctius Cincinnatus

- La plèbe.

- Discours.

- Modestia.

xii) Discordes continues entre les tribuns de la plèbe et les Pères.

434-404 a.C

4.25-60.

Les tribuns de la plèbe.

- Le Sénat.

- La plèbe.

- Instauration de la solde pour les soldats.

- Moderatio.

- Modestia.

xiii) Crise religieuse.

428 a.C.

4.30.9-11.

- La guerre.

- Les devins étrangers.

Les autorités romaines.

Mesures de répression.

xiv) Protestations des tribuns de la plèbe avant la guerre à Véies.

403 a.C.

5.2-7.

Les tribuns de la plèbe.

Appius Claudius Crassus.

- Discours.

- Metus hostilis.

- Instauration de la solde pour la cavalerie.

xv) Différends entre les tribuns militaires.

402 a.C.

5.8-9.

Les tribuns militaires.

Servilius Ahala.

- Discours.

- Modestia.

xvi) Agitations des tribuns de la plèbe.

402-398 a.C.

5.10-14.

Les tribuns de la plèbe.

- P. Licinius Calvus.

- La plèbe.

- Discours.

- Moderatio.

- Modestia.

xvii) Opposition des tribuns de la plèbe aux comices pour l’élection de tribuns consulaires.

397 a.C.

5.17.5-18.6.

Les tribuns de la plèbe.

- P. Licinius Calvus.

- La plèbe.

- Discours.

- Moderatio.

- Modestia.

xviii) De la prise de Véies à la reconstruction de la Ville.

396-390 a.C.

5.20-55.

Les rivaux de Camille (tribuns de la plèbe).

- Camille.

- La plèbe.

- Moderatio.

- Modestia.

- Discours.

xix) Les aspirations royales de Manlius Capitolinus.

384 a.C.

6.11.2-20.16.

M. Manlius Capitolinus.

- Le Sénat.

- Les tribuns de la plèbe.

Meurtre de Manlius.

xx) L’armée brûle de combattre malgré les conseils de Camille.

383 a.C.

6.23-24.

L. Furius.

- Camille.

- L. Furius.

- Discours – reproche à la plèbe.

- Modestia de L. Furius.

xxi) Les lois licinio-sextiennes / la question des dettes.

380-367 a.C.

6.27-42.

Les tribuns de la plèbe.

Camille.

- Moderatio.

- Lois sur les magistratures (lex Licinia).

xxii) Discordes sur l’origine sociale des magistrats / le respect de la lex Licinia.

356-343 a.C.

7.17.6-32.15.

Les patriciens.

- Les patriciens.

- La uirtus des consuls plébéiens.

Moderatio.

xxiii) Mutinerie de l’armée romaine à Capoue.

343-342 a.C

7.38-41.

- Les soldats.

- La luxuria de Capoue.

- Valerius Corvus.

- Titus Quinctius.

- Discours.

- Moderatio / modestia.

- Amour de la patrie.

xxiv) Exécution de Manlius.

340 a.C.

8.7.1-8.1.

T. Manlius fils.

T. Manlius père.

Sévérité – crainte.

xxv) Les procédés démagogiques des consuls T. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo.

339 a.C.

8.12.4-17.

T. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo.

Le Sénat.

- Moderatio.

- Mesures législatives.

xxvi) L’affaire des empoisonneuses.

331 a.C.

8.18.

L’égarement des matrones.

Les autorités romaines.

- Désignation d’un dictateur.

- Mesures religieuses.

xxvii) Question des dettes / traitement cruel de C. Publilius.

326 a.C.

8.28.

La cruauté de L. Papirius.

Les consuls.

Loi abolissant l’esclavage pour dettes.

xxviii) Conflit entre Papirius Cursor et Q. Fabius.

325 a.C.

8.30-36.

- L’indiscipline de Q. Fabius.

– La sévérité de Papirius Cursor.

- Le peuple entier.

- Papirius Cursor.

- Moderatio.

- Modestia.

xxix) Fourches Caudines.

321-319 a.C.

9.1-16.

Impietas/pietas du peuple romain.

Restauration de la pax deorum.

xxx) Les investigations du dictateur plébéien Gaius Maenius.

314 a.C.

9.26.5-22.

La noblesse.

C. Maenius.

Moderatio.

xxxi) La censure d’Appius Claudius Caecus.

312-304 a.C.

9.29-34, 46.

Appius Claudius.

Les censeurs P. Decius et Q. Fabius.

Création des tribus urbaines.

xxxii) Débats à propos de l’accès des plébéiens aux sacerdoces.

300 a.C.

10.6-10.

- Les tribuns de la plèbe.

- Appius Claudius Caecus.

P. Decius Mus.

- Discours.

- Moderatio.

- Lois.

xxxiii) Querelle entre Appius Claudius Caecus et Lucius Volumnius.

296 a.C.

10.15-19.

Appius Claudius Caecus.

- Quintus Fabius.

- Lucius Volumnius.

- Le peuple.

Moderatio.

xxxiv) Conflit entre P. Decius et Q. Fabius.

295 a.C.

10.24.1-30.10.

- Les patriciens.

- Les plébéiens.

- Le peuple.

- Les deux consuls.

- Moderatio.

Résumé détaillé

  • 1 Voir Liv. 2.4-5. Sur les leçons politiques actuelles de cet épisode voir Feldherr 1997b (not. p. (...)

1i) La première crise éclata peu après l’expulsion des rois, lorsqu’un petit groupe de jeunes aristocrates fomentèrent un complot visant au rétablissement des Tarquins (Liv. 2.3 sq.). La conjuration fut enfin déjouée et les participants furent condamnés à mort1. Même après le début de la guerre avec les Étrusques et la mort du consul Brutus, une discorde s’éleva entre le peuple et le consul survivant Publius Valerius, soupçonné d’aspirer à la royauté. Valerius, surnommé ensuite Publicola, réussit finalement à apaiser ces rumeurs par ses gestes de modération, qui montraient que son pouvoir était soumis au peuple, par son discours à la foule et par des lois contre ceux qui oseraient aspirer au trône (Liv. 2.7.5-8.4).

  • 2 Liv. 2.23.1 ; 24.1 : “Cependant, tandis que la guerre avec les Volsques était imminente, la cité (...)

2ii) Après la victoire contre les Tarquins, le problème des dettes émerge pour la première fois, et mène à la révolte de la plèbe écrasée de dettes (Liv. 2.23-33). Tite-Live illustre la gravité de cette discorde : Sed et bellum Volscum imminebat et ciuitas secum ipsa discors intestino inter patres plebemque flagrabat odio ; maxime propter nexos ob aes alienum […] adeo duas ex una ciuitate discordia fecerat2. Face à la menace des Volsques, des Aurunces et des Sabins, le consul P. Servilius Priscus publia un édit qui défendit de retenir en prison un citoyen romain, pour apaiser le peuple. Or, après la victoire, son collègue Appius Claudius Sabinus Inregillensis, dont le caractère orgueilleux est souligné (insita superbia animo), prononça des discours contre le peuple. Servilius qui adopta une attitude modérée, fut à tort accusé d’ambitio par les patriciens et de fourberie par la plèbe (Liv. 2.27.4, 10). L’esprit de parti et les considérations personnelles (factione respectuque rerum priuatarum) firent triompher les opinions d’Appius, et peu s’en fallut qu’on le nomme dictateur, pour mener la guerre contre les Èques et les Volsques. Manius Valerius fut finalement désigné et par un édit pareil à celui de Servilius, il gagna la confiance du peuple (Liv. 2.30.2 sq.). Après la guerre, la sédition aboutit à la sécession au Mont Sacré. Le discours de Menenius Agrippa, contenant l’apologue des membres et de l’estomac, qui illustre l’importance de la concordia, apaisa la foule ; la concordia fut scellée par la création des tribuns de la plèbe (Liv. 2.32-33).

  • 3 Liv. 2.40.9 : “Alors, les embrassements de sa femme et de ses enfants, les sanglots qui montaient (...)

3iii) Une nouvelle crise surgit à cause d’une disette (Liv. 2.34-40). L’opposition violente du sénateur M. Coriolan à la puissance tribunitienne provoque le mécontentement de la plèbe. Coriolan est condamné à l’exil. Ayant trouvé refuge chez les Volsques, il se dresse contre Rome avec les troupes des Volsques et des Èques. Néanmoins, il cède enfin aux prières de sa femme et de sa mère, et décide de lever le siège de Rome. La discorde est résolue grâce à la modération que manifeste Coriolan au dernier moment : Vxor deinde ac liberi amplexi fletusque ab omni turba mulierum ortus et comploratio sui patriaeque fregere tandem uirum3.

  • 4 Liv. 2.41.3 : “C’est à cette date que fut promulguée la première loi agraire ; jamais depuis cett (...)

4iv) Une discorde longue émerge en raison de la loi agraire proposée par le consul de 486 a.C., Spurius Cassius (Liv. 2.41). L’auteur montre que cette loi serait à l’origine d’une grave discorde : Tum primum lex agraria promulgata est, numquam deinde usque ad hanc memoriam sine maximis motibus rerum agitata4. Les méthodes démagogiques sont clairement mises en exergue. Sp. Cassius employa des largesses, pour obtenir la faveur populaire ; l’autre consul Proculus Verginius prévient que le but de Cassius est de devenir roi. Ainsi, malgré ses nouvelles largesses, le peuple le soupçonna d’aspirer à la royauté, ce qui mena à son exécution (Liv. 2.41.4-10). La tension fut résolue grâce à Verginius et au peuple qui ne céda pas à l’ambition d’un démagogue, mais cet apaisement ne fut que provisoire :

  • 5 Liv. 2.42.1 : “La loi agraire en elle-même, et une fois son auteur disparu, avait des attraits sé (...)

Dulcedo agrariae legis ipsa per se, dempto auctore, subibat animos, accensaque ea cupiditas est malignitate patrum, qui, deuictis eo anno Volscis Aequisque militem praeda fraudauere : quidquid captum ex hostibus est, uendidit Fabius consul ac redegit in publicum5.

  • 6 Liv. 2.44.8-9 : “8…la puissance des Romains était éternelle s’ils s’entre-déchiraient par leurs s (...)

5La cupiditas de la plèbe et l’avarice (malignitas) du Sénat rallumèrent la tension. Cette crise sera longue, et passera par plusieurs étapes. Pendant la guerre contre les Étrusques, une mutinerie dans l’armée romaine fit espérer aux ennemis qu’ils pourraient détruire Rome à la faveur de ses troubles : 8…aeternas opes esse Romanas nisi inter semet ipsi seditionibus saeuiant […] 9. Diu sustentatum id malum, partim patrum consiliis, partim patientia plebis, iam ad extrema uenisse : duas ciuitates ex una factas6. La loi agraire crée de nouveaux troubles jusqu’au tumulte de Voléron (Liv. 2.52, 54-55).

  • 7 Liv. 2.55.11 : “Après bien des propositions intransigeantes, on céda aux plus anciens, qui furent (...)
  • 8 Voir Liv. 2.56.15-57.2. Sur le rôle de T. Quinctius Capitolinus comme opposant de la politique d’ (...)

6Les premiers signes d’un apaisement sont apparus, lorsque la majorité des sénateurs adopta une position modérée : Multis ferociter dictis sententiis, uicere seniores, quibus ira patrum aduersus temeritatem plebis certari non placuit7. Le tribun Voléron proposa une loi modérée pour l’institution des comitia tributa. Malgré l’opposition d’Appius Claudius fils, la loi fut votée (Liv. 2.56-57). Son collègue T. Quinctius Capitolinus calma le peuple et apaisa la discorde8. Or, l’orgueil d’Appius suscite encore des problèmes : une mutinerie s’élève au sein de son armée (Liv. 2.59). La concorde ne s’installe qu’après la mise à l’écart d’Appius (Liv. 2.61). Les consuls l’appellent en justice, mais il mourut avant le procès. Tite-Live clôt l’allusion à la mort d’Appius avec une scène de réconciliation, qui montre que la volonté d’entente entre les deux ordres l’emporta sur la discorde et l’ambition :

  • 9 Liv. 2.61.9 : “Un tribun prétendait interdire de prononcer son oraison funèbre ; mais la plèbe ne (...)

Cuius cum laudationem tribunus plebis impedire conaretur, plebs fraudari sollemni honore supremum diem tanti uiri noluit ; et laudationem tam aequis auribus mortui audiuit quam uiui accusationem audierat et exsequias frequens celebrauit9.

  • 10 Voir Liv. 2.63.1-3 ; 64.1-2. Sur le metus hostilis dans cet épisode, voir supra, p. 370-371.

7Les discordes entre les deux ordres surgissent de nouveau à deux reprises jusqu’à la fin du livre II. Toutefois, Tite-Live ne tient pas à développer le récit de ces dissensions qui, avant même de déclencher ou de prendre des dimensions inquiétantes, sont vite apaisées à cause du metus hostilis suscité par de nouvelles guerres avec les Volsques et les Sabins10.

  • 11 Liv. 3.1.4 : “Une lutte terrible allait éclater, si Fabius n’avait trouvé une solution du conflit (...)

8v) Un conflit rapidement réglé éclate au début du livre III, à la suite de la promulgation d’une loi agraire par le consul Titus Aemilius. Tite-Live insiste sur l’efficacité du collègue d’Aemilius, Quintus Fabius, qui rattrapa l’éclatement d’une crise avec une proposition qui ne lésait aucun parti : Atrox certamen aderat, ni Fabius consilio neutri parti acerbo rem expedisset11. Sa solution consistait à créer une nouvelle colonie à Antium.

  • 12 Sur ce personnage comme champion de la cause de la concordia, voir Vasaly 1998-1999, 518-520.

9vi) En 462 a.C., un projet de loi de Terentilius Harsa, tribun de la plèbe, sera à l’origine des séditions graves et longues. Selon la loi, une commission serait créée, en vue de préciser les droits des consuls et d’en limiter ainsi leur pouvoir arbitraire. Les patriciens s’opposent avec véhémence à ce projet et poussent le tribun à le différer (Liv. 3.9-10). La discorde passe par diverses phases, et s’interrompt parfois à cause des guerres extérieures : l’annonce d’une guerre avec les Volsques et les Èques, le jugement et la condamnation de Céson, la prise et l’évacuation du Capitole par l’armée des esclaves et des bannis, l’élection du consul suffect T. Quinctius Cincinnatus12. Enfin, la solution à ce long conflit a été donnée, lorsque les tribuns réalisèrent la vanité de cette affaire, et firent une proposition modérée aux patriciens :

  • 13 Liv. 3.31.7-8 : “7. Alors, abandonnant ce texte vieilli sur affiches, les tribuns firent aux patr (...)

7. tum abiecta lege, quae promulgata consenuerat, tribuni lenius agere cum patribus : finem tandem certaminum facerent. Si plebeiae leges displicerent, at illi communiter legum latores et ex plebe et ex patribus, qui utrisque utilia ferrent quaeque aequandae libertatis essent, sinerent creari. 8. Rem non aspernabantur patres ; laturum leges neminem nisi ex patribus aiebant. Cum de legibus conueniret, de latore tantum discreparet, missi legati Athenas Sp. Postumius Albus, A. Manlius, P. Sulpicius Camerinus iussique inclitas leges Solonis describere et aliarum Graeciae ciuitatium instituta, mores iuraque noscere13.

10Une crise longue et grave a été dépassée grâce à l’esprit d’entente entre les deux classes. Tite-Live montre clairement que les tribuns avaient l’intention de mettre fin à la tension provoquée par la loi (finem tandem certaminum facerent). L’attitude bienveillante des patriciens (rem non aspernabantur patres) a permis la réconciliation des deux classes.

  • 14 Voir Liv. 3.35 (§2 : tanta exarsit ambitio… ; §4 : ipse medius inter tribunicios […] in foro uoli (...)
  • 15 Voir Liv. 3.36-37. Voir aussi Liv. 3.39.7 pour la cupiditas dominationis des décemvirs.

11vii) La nomination des décemvirs et la constitution des lois de Dix Tables ramena le calme à Rome (Liv. 3.33-34). Un conflit se produit lorsqu’on décide de nommer une nouvelle commission de décemvirs, afin de compléter le code des lois (Liv. 3.34.7 sq.). Tite-Live décrit l’ardeur de la campagne électorale et insiste sur l’ambitio d’Appius Claudius le Décemvir14. Les décemvirs installent un régime dont les caractéristiques sont la superbia, la terreur et le pillage des biens de la plèbe15. Les menaces extérieures ne réussissent pas à apaiser le peuple et l’armée subit des défaites (Liv. 3.38 sq.). Le procès de Virginie aboutit à une révolte du peuple ; les décemvirs sont forcés de démissionner (Liv. 3.44-52). L’auteur conclut l’affaire par une scène de réconciliation du peuple qui reçoit L. Valérius et M. Horatius comme libérateurs, et avec l’abdication des décemvirs au milieu de la joie de la plèbe (Liv. 3.53-54).

  • 16 Voir Liv. 3.56-58 (not. 3.58.11).
  • 17 Voir Liv. 3.67-69 (not. 3.67.6). Sur l’efficacité du discours, voir Tsisiou-Chelidoni 2008, 201-2 (...)
  • 18 Voir Liv. 3.69.1-2 : 1. Raro alias tribuni popularis oratio acceptior plebi quam tunc seuerissimi (...)

12viii) Après le renversement des décemvirs, des crises courtes se sont élevées, à cause des tentatives de la plèbe de consolider ses droits. Les consuls L. Valérius et M. Horatius introduisent des mesures garantissant la liberté de la plèbe (Liv. 3.55). Les tribuns trouvent ensuite l’occasion de poursuivre en justice les décemvirs et Appius Claudius qui se donne la mort avant le jour de l’assignation16. Face à la terreur des patriciens pour les assignations personnelles, le tribun M. Duillius interdit qu’on assigne d’autres personnes (Liv. 3.59). De nouvelles tensions s’élèvent après les victoires contre les Volsques, les Èques et les Sabins (Liv. 3.64-65). Le ravage du Latium par les Volsques et les Èques pousse à la concorde (Liv. 3.66) qui ne s’achève que grâce au discours du consul T. Quinctius Capitolinus qui met en garde le peuple contre la discordia et la poursuite excessive de l’imperium et de la libertas17. Tite‑Live souligne l’efficacité du discours qui inspira le peuple et ramena la concorde18.

13ix) Le territoire que se disputaient les Ardéates et les Aricins, qui désignèrent les Romains comme arbitres, fut l’objet d’un conflit entre les ordres. Le peuple romain s’adjuge ce territoire après le témoignage d’un plébéien âgé, P. Scaptius (Liv. 3.71-72). Les patriciens critiquent la convoitise (cupiditas) du peuple (Liv. 3.72.6). Dans le livre IV, les Romains réparent l’injustice et prennent soin de supprimer toute trace de cette cupidité collective (auaritia publica - Liv. 4.10.6).

  • 19 Liv. 4.6.12 : “Ces qualités, modération, équité, profondeur d’esprit, les trouverait-on chez un s (...)

14x) Le livre IV s’ouvre avec les conflits autour de la lex Canuleia (445 a.C.), proposée par le tribun C. Canuleius et instaurant la mixité des mariages entre les patriciens et la plèbe (Liv. 4.1 sq.). Sous la menace des guerres, les patriciens sont forcés d’accepter la loi. Les tribuns demandent le droit d’élire des consuls plébéiens ; les patriciens acceptent la création de tribuns militaires consulari potestate. Malgré les tribuns, le peuple, satisfait de l’attitude des patres, n’élit que des patriciens. Tite-Live clôt l’épisode avec un commentaire illustrant la modération du peuple, qu’il oppose aux mores actuels : Hanc modestiam aequitatemque et altitudinem animi ubi nunc in uno inueneris, quae tum populi uniuersi fuit ?19

15xi) Les années 440-438 a.C. sont marquées par des discordes graves. Tite-Live montre clairement que Rome est entrée dans une période de crise :

  • 20 Liv. 4.12.6 : “À la suite de ce calme politique, l’année où Proculus Géganius Macérinus et Lucius (...)

Sequitur hanc tranquillitatem rerum annus, Proculo Geganio Macerino L. Menenio Lanato consulibus, multiplici clade ac periculo insignis, seditionibus, fame, regno prope per largitionis dulcedinem in ceruices accepto20.

  • 21 Voir Liv. 4.15.1 sq. Sur la représentation de L. Quinctius Cincinnatus comme un chef qui réussit (...)

16Ce fut la famine qui ralluma d’abord la tension : c’est alors, selon Tite-Live, qu’un chevalier riche, Spurius Maelius, prit une initiative qui constitua un très mauvais précédent (pessimo exemplo) : il acheta à ses propres frais un stock de blé et fit des distributions de blé. Encouragé par la foule, il aspira au trône (Liv. 4.13.1-4). Ses plans étant dévoilés, les Pères nommèrent L. Quinctius Cincinnatus dictateur, et Sp. Maelius fut assassiné par le maître de cavalerie C. Servilius Ahala (Liv. 4.13.5-14.7). Le peuple fut alors agité et le dictateur prononça un discours, pour apaiser le trouble21. Quelques tribuns de la plèbe réunissent les comices, pour nommer des tribuns militaires au lieu des consuls. En se déclarant les vengeurs de Maelius, ils espèrent nommer six tribuns militaires, parmi lesquels des plébéiens (Liv. 4.16.5 sq.). Tite-Live conclut l’affaire, en insistant sur la modération de la plèbe :

  • 22 Liv. 4.16.7 : “La plèbe, agitée cependant cette année-là de bien des mouvements divers, se borna (...)

Plebs, quamquam agitata multis eo anno et uariis motibus erat, nec pluris quam tres tribunos consulari potestate creauit et in iis L. Quinctium Cincinnati filium, ex cuius dictaturae inuidia tumultus quaerebatur22.

17xii) Dans la deuxième moitié du livre IV (Liv. 4.25-60), Tite-Live décrit une longue période (434-404 a.C.) de conflits continus entre les tribuns et les Pères, provoqués par l’animosité des tribuns de la plèbe. Ces derniers sont frustrés du fait que le peuple choisit toujours des patriciens, pour exercer la fonction de tribun militaire. En attribuant ce phénomène à la brigue (ambitio) des patriciens, ils présentent une loi contre la brigue (Liv. 4.25.12-14). Un sénatus‑consulte ordonne alors la nomination des consuls, de peur que le peuple vote pour des plébéiens, si l’on désigne des tribuns militaires. La raison de cette décision fut la terreur suscitée par une invasion des Èques et des Volsques (Liv. 4.25.14 sq.).

  • 23 Voir à ce titre supra, p. 375 sq.

18Les revendications des tribuns passent par des diverses phases, et sont souvent interrompues à cause de l’appel des patriciens aux menaces extérieures ; cet appel n’a qu’un effet provisoire23. La modération des ordres réussit quelquefois à apaiser les discordes, mais le retour au calme est aussi provisoire. Tel est le cas des poursuites engagées par les tribuns contre le consul Sempronius pour sa gestion de la guerre à Véies (Liv. 4.40 sq.). Les tribuns poussent leur collègue Hortensius à retirer sa plainte contre Sempronius. Cette décision fut agréable tant au peuple qu’aux sénateurs (Liv. 4.42), mais la réconciliation ne fut que temporaire : les luttes reprennent à propos de l’élection des questeurs plébéiens et d’une loi agraire (Liv. 4.44), et aboutissent au massacre du tribun consulaire M. Postumius par ses soldats (Liv. 4.49.11-50.8). Malgré la modération des consuls qui décidèrent le supplice seulement de quelques soldats, la plèbe se plaint de la décision (Liv. 4.51.1-4). Les Pères décident alors la distribution à la plèbe des terres de Bola (Liv. 4.51.5-6). Les tribuns furent aussi modérés et il n’y eut pas de séditions, pendant cette année (Liv. 4.52.1).

19Néanmoins, cette modération ne dura pas non plus pour longtemps. Un nouveau projet de loi agraire et l’épidémie et la disette à Rome allument à nouveau la discorde. Malgré la menace des Volsques et des Èques, c’est à peine que les consuls réussissent à procéder au recrutement (Liv. 4.52-53). Le mécontentement de la plèbe se manifeste avec l’élection de questeurs plébéiens et les conflits opiniâtres continuent malgré l’annonce des défaites romaines (Liv. 4.54-57). C’est seulement grâce à la modération d’un tribun militaire, Servilius Ahala, qu’on put finalement nommer un dictateur (Liv. 4.57.1-6, 12).

20Cette longue phase de crises incessantes se termine à la fin du livre IV avec l’introduction d’une mesure législative qui atteste la modération des patriciens. Avant toute demande du peuple ou des tribuns, le Sénat décréta que les soldats recevraient une solde prise sur le trésor public (Liv. 4.59.11). La réaction du peuple à cette décision fut enthousiaste :

  • 24 Liv. 4.60.1-3 : “1. Jamais mesure ne fut accueillie par la plèbe avec tant de joie, paraît-il. Un (...)

1. Nihil acceptum umquam a plebe tanto gaudio traditur. Concursum itaque ad curiam esse prensatasque exeuntium manus et ‘patres uere’ appellatos, ‘effectum esse’ fatentibus ‘ut nemo pro tam munifica patria, donec quicquam uirium superesset, corpori aut sanguini suo parceret’ 2. […] tum quod ultro sibi oblatum esset, non a tribunis plebis umquam agitatum, non suis sermonibus efflagitatum, id efficiebat multiplex gaudium cumulatioremque gratiam rei. 3. Tribuni plebis, communis ordinum laetitiae concordiaeque soli expertes…24

  • 25 Liv. 4.60.8 : “En voyant les Pères les féliciter et les hommes en âge de porter les armes admirer (...)

21Le rétablissement de la concordia est incontestable. Ce n’est pas un hasard si Tite‑Live a choisi de mettre cette scène peu avant la fin du livre IV (401 a.C.). L’auteur insiste sur l’isolement des tribuns (soli expertes), qui préviennent que les patriciens trouveraient l’argent, en imposant de nouveaux impôts. Ces avertissements attirent l’attention d’une partie du peuple, jusqu’à ce que les Pères paient les premiers l’impôt pour la solde (Liv. 4.60.3-7). La plèbe tourne alors le dos aux tribuns : Quos cum a patribus collaudari et a militare aetate tamquam bonos ciues conspici uolgus hominum uidit, repente, spreto tribunicio auxilio, certamen conferendi est ortum25. Cette scène finale donne l’impression d’une résolution viable de la discorde grâce à la modération des patriciens, mise en évidence par la proposition d’une mesure législative, et à la volonté d’entente de la plèbe.

22xiii) À l’intérieur de cette crise, Tite-Live évoque aussi une crise religieuse en 428 a.C. (Liv. 4.30.9-11). À cause de la sécheresse et de l’épidémie, les esprits furent gagnés par la superstition (capti superstitione animi). Des rites étrangers furent introduits dans les maisons romaines par des devins qui exploitaient la crédulité du peuple. Cette crise de pietas fut rapidement dépassée par un ordre aux édiles de ne plus tolérer que les cultes nationaux.

  • 26 Voir Liv. 5.2.2. Cette affirmation confirme que l’institution de la solde militaire à la fin du l (...)
  • 27 Voir Vasaly 1987, 222-225, pour cette place particulière d’Appius Claudius Crassus.

23xiv) Une nouvelle discorde s’élève au début du livre V. Lors du siège de Véies, on décida pour la première fois d’hiverner en camp, sans interrompre les opérations (398 a.C.). Cette mesure déclencha les protestations des tribuns qui, selon Tite‑Live, depuis longtemps, ne trouvaient aucun prétexte pour agiter la foule26. Selon les tribuns, cette décision montre que la raison de l’institution de la solde militaire fut l’exténuation du peuple (Liv. 5.2.2-12). Appius Claudius Crassus, personnage nourri selon Tite-Live depuis sa jeunesse dans les luttes contre la plèbe (Liv. 5.2.13-14) et descendant d’une famille traditionnellement opposée à la plèbe, prononce un discours, pour répondre à l’agitation (Liv. 5.3-6). Appius souligne la nécessité de poursuivre le siège pendant l’hiver, et prévient les soldats qu’une sédition serait souhaitée par les ennemis. Ainsi met-il en garde la plèbe contre ses tribuns qui visent à désorganiser l’État (Liv. 5.6.11, 15-17). La harangue ne convainquit que la moitié de l’assemblée (Liv. 5.7.1). La méfiance à l’égard d’un opposant traditionnel à la puissance populaire fut sans doute la cause de ce succès limité, bien qu’Appius se distingue par rapport à ses ancêtres, en ce qu’il essaie de ramener la concorde entre les deux ordres27. Or, les nouvelles d’un échec devant Véies firent triompher la thèse d’Appius et renforcèrent la concordia (Liv. 5.7.1 sq.). La décision des chevaliers de faire leur service sur des chevaux à eux consolide l’ambiance de concorde (Liv. 5.7.5 sq.). Les plébéiens s’engagent à servir la république comme volontaires. Tite-Live montre que la crise est résolue, en développant une scène de joie et de réconciliation, scellée par une mesure législative : on fixa le montant d’une solde non seulement pour l’infanterie, mais aussi pour la cavalerie (Liv. 5.7.6-13).

24xv) La concorde civile sera mise à l’épreuve par les désaccords entre les tribuns militaires chargés de conduire la guerre contre Véies (Liv. 5.8-9). Ces différends ayant mené à une défaite, le Sénat veut élire de nouveaux tribuns militaires, sans attendre les élections. Q. Servilius et L. Verginius, tribuns militaires, refusent de se soumettre au sénatus-consulte. Les tribuns de la plèbe ordonnent aux tribuns militaires d’obéir à l’autorité du Sénat ; sinon, ils les condamneraient à mort. Enfin, c’est grâce à l’intervention de l’autre tribun militaire, Servilius Ahala, qui ne voyait pas d’un bon œil l’initiative des tribuns de la plèbe, que les tribuns militaires se soumirent à l’autorité du Sénat à la grande satisfaction des sénateurs.

25xvi) De nouvelles agitations des tribuns se produisent ensuite sous divers prétextes. Ils s’opposent d’abord à ce que les tribuns militaires demandent des ressources à une taxe payée par ceux qui restaient à Rome, pour pouvoir verser la solde aux enrôlés (Liv. 5.10.4-10). Ensuite, le débat à propos de la lex Trebonia, ralluma la haine entre les Pères et les tribuns (Liv. 5.10.11-11.3). Ce débat fut oublié avec le procès intenté par quelques tribuns de la plèbe contre les tribuns militaires de l’année précédente Verginius et Sergius (Liv. 5.11.4-12.2). Après leur condamnation, les tribuns de la plèbe, affichèrent un projet de loi agraire et empêchèrent de collecter la taxe pour la solde des soldats (Liv. 5.12.3). Ainsi éclata une mutinerie “plus dangereuse que des guerres” (maiore mole quam bella), car les soldats réclamaient leur solde (Liv. 5.12.7 sq.). Au milieu de ces troubles, les tribuns demandaient à la plèbe d’élire des tribuns militaires plébéiens (Liv. 5.12.8 sq.), mais le peuple élut un seul plébéien, un vieux sénateur âgé, P. Licinius Calvus.

  • 28 Liv. 5.12.13 : “Dans la joie de ce succès aux comices, les tribuns de la plèbe cédèrent sur la qu (...)

26Tite-Live s’interroge sur les raisons de ce choix. Selon l’une des hypothèses, le soutien à ce personnage était dû à un discours qu’il avait tenu sur l’union des classes, et qui avait gagné la faveur à la fois des Pères et de la plèbe. L’auteur clôt l’affaire avec une image de joie, en créant l’impression que les problèmes furent dépassés : Hac uictoria comitiorum exsultantes tribuni plebis, quod maxime rem publicam impediebat, de tributo remiserunt. Collatum oboedienter missumque ad exercitum est28. La modération d’un personnage a réussi à réconcilier les ordres. Les considérations politiques de deux classes continuent à occuper les esprits, mais sans aboutir à des dissensions (Liv. 5.14).

  • 29 Liv. 5.17.10 : “aussi les dissensions intérieures commencèrent à se calmer, comme d’habitude, dev (...)

27xvii) De nouveaux troubles émergent, lorsqu’après le prodige du lac Albain, les tribuns de la plèbe s’opposent aux comices pour l’élection de nouveaux tribuns militaires, s’il n’était pas convenu que leur majeure partie serait prise à la plèbe (Liv. 5.17.5). Les revers militaires en Étrurie apaisèrent les dissensions : eoque mitescere discordiae intestinae metu communi, ut fit, coeptae29. P. Licinius Calvus fut réélu sans avoir posé sa candidature, mais cela n’irrita pas les Pères, à cause de la modération (moderationis expertae) dont il avait fait preuve pendant son mandat (Liv. 5.18.1). Calvus, comme pour confirmer l’apaisement du conflit, déclare que son élection est un présage de concorde (omen concordiae), mais il prie le peuple de nommer à sa place son fils, car ses forces sont affaiblies. La plèbe accepte cette requête (Liv. 5.18.2-6).

28xviii) Voir supra, p. 122-124, pour la crise après la prise de Véies.

  • 30 Voir Liv. 6.11-20. Selon Burck 1966, 94-100, le récit de cette crise chez Tite-Live se rapproche (...)
  • 31 Voir Liv. 6.11.1-9. Sur cette présentation négative de Manlius et ses sources voir Valvo 1983, 9- (...)
  • 32 Liv. 6.17.6 : “Cet acte ne mit pas fin à la sédition, mais lui donna un chef”. Trad. J. Bayet (CU (...)

29xix) La sédition de M. Manlius Capitolinus, connu pour son rôle dans le refoulement des Gaulois, fut la première agitation après la refondation de Rome30. Tite-Live insiste sur les origines patriciennes de Manlius, son caractère orgueilleux et immodéré, son opposition contre Camille et ses méthodes démagogiques31. La gravité de la crise est soulignée par la nomination d’un dictateur chargé de faire face non seulement aux ennemis, mais surtout aux projets de Manlius (Liv. 6.1.10). La guerre à peine terminée, Manlius redouble ses attaques contre le Sénat, en s’attirant par sa démagogie le soutien du peuple (Liv. 6.14-15). Il se fait ensuite emmener en prison, ce qui désole la plèbe incapable de réagir, car ses tribuns ne combattent pas l’autorité du dictateur (Liv. 6.16.1-4). Le Sénat s’efforce en vain de calmer le peuple par des largesses (Liv. 6.16.5-17.6). Les patriciens sont donc forcés de libérer Manlius : quo facto non seditio finita, sed dux seditioni datus est32.

  • 33 Cf. Plut., Cam., 36.1-9 ; Zonar. 7.10 ; D.S. 15.35.3 ; D.H. 14.4 ; Gel. 17.21.24 ; App., Ital., 9 (...)
  • 34 Liv. 6.20.5 : “Et j’appelle surtout l’attention de mes lecteurs sur la foule et la qualité des mé (...)

30Selon une tradition obscure, Manlius commence alors à aspirer à la royauté (Liv. 6.18). Le Sénat ne peut pas imaginer d’autre moyen pour l’affronter que le meurtre, mais craint l’éclatement d’un conflit sanglant (Liv. 6.19.1-5). Les tribuns offrent alors leur soutien au Sénat. Selon eux, il ne s’agit pas d’un conflit entre le Sénat et la plèbe, mais d’une opposition entre toute la cité et un citoyen pestiféré (unum pestiferem ciuem – Liv. 6.19.6 sq.). Tite-Live semble soucieux de souligner l’isolement de Manlius : il est le seul à faire mention de cette alliance du Sénat et des tribuns contre lui33. Lorsqu’il est assigné en justice, l’auteur note que la cupiditas regni fut un motif suffisant pour condamner cet homme, malgré ses qualités et les services qu’il avait rendus à sa patrie : Illud notandum uidetur, ut sciant homines quae et quanta decora foeda cupiditas regni non ingrata solum sed inuisa etiam reddiderit34.

  • 35 Voir Liv. 6.20.15 : postquam periculum ab eo nullum erat.
  • 36 Liv. 6.20.14 : uir, nisi in libera ciuitate natus esset, memorabilis. Sur les échos actuels de ce (...)
  • 37 Cette attitude n’est pas sans rappeler la conception cicéronienne selon laquelle le meurtre des h (...)

31Tite-Live donne l’impression que la condamnation de Manlius reçut l’approbation générale, ce qui se reflète dans les deux mesures infamantes qui sont ajoutées à sa mort. L’une consistait à interdire aux patriciens d’habiter sur le Capitole, où Manlius avait sa demeure, et la seconde à interdire aux membres de la gens Manlia de porter désormais le prénom Marcus (Liv. 6.20.13-14). Certes, le peuple concevait un regret au souvenir de ses vertus, mais Tite-Live indique que ce sentiment s’est manifesté, après qu’il a cessé de le craindre35. Certains attribuaient même l’épidémie, qui frappa Rome au fait que les dieux n’étaient pas contents de la profanation du Capitole par le sang de son sauveur (Liv. 6.20.15-16). La seditio Manliana clôt avec la peste, suivie de la disette (Liv. 6.21.1), ce qui montre que la décision de précipiter Manlius fut sans doute excessive et appela la rétribution divine. Or, la leçon qui ressort de tout l’épisode est qu’un homme comme Manlius, qui aurait été illustre, s’il n’était pas né dans une cité libre36, ne peut pas se conformer aux règles républicaines. Le seul moyen qui puisse résoudre une crise provoquée par un homme aspirant à la tyrannie est la violence convenue entre tous les dirigeants de la cité37.

32xx) Une nouvelle discorde se produit lors de la guerre contre les Vélitres et les Volsques, lorsque l’armée romaine et le tribun militaire L. Furius brûlent de combattre (Liv. 6.23-24). Malgré les conseils de Camille, son collègue téméraire engage le combat et met l’armée dans une position difficile. Camille intervient et sauve l’armée. Enfin, le conflit est résolu lorsque L. Furius avoue ouvertement sa faute et se plie sous les ordres de Camille.

  • 38 Voir à ce propos notre analyse supra, p. 379 sq.

33xxi) Une crise longe se déclencha en 380 a.C. à propos de la question des dettes, qui ne trouvera sa fin qu’en 367 avec l’adoption des lois licinio-sextiennes. L’incapacité de nommer des censeurs suscite la réaction des tribuns ; les patriciens cherchent à apaiser la sédition par le recrutement de nouvelles légions au bruit d’une guerre avec les Prénestins. Or, cette mesure n’a eu de résultat que lorsque la guerre était presque aux portes de Rome (Liv. 6.27). La discorde sera souvent interrompue à cause de l’appel au metus hostilis, mais toujours de façon provisoire38. La question des dettes continue à occuper les esprits pendant la guerre (Liv. 6.32.1 sq.), la plèbe étant menée à la misère totale (Liv. 6.34.1-4).

34Un incident mineur (parua res) détermina un mouvement qui allait mettre fin à cette crise (Liv. 6.34.5 sq.) : Ambusta se sentit offensée par sa sœur aînée qui était mariée avec un tribun militaire patricien Ser. Sulpicius ; cela donna l’élan à son mari et tribun de la plèbe, C. Licinius Stolo, pour déposer avec son collègue L. Sextius des projets de lois sur les dettes, sur l’étendue de propriétés rurales, et une loi qui prévoyait que l’un des consuls devait être pris dans la plèbe (Liv. 6.35.1-5). Selon Tite-Live, ces lois mettaient en question tout ce qui excite la cupidité immodérée (immodica cupido) chez les mortels : terres, argent et honneurs (Liv. 6.35.6). Le conflit vif qui s’élève (Liv. 6.35.6-42.10), passe par diverses phases, en s’interrompant provisoirement à cause d’une guerre contre les Gaulois (Liv. 6.42.2-3, 9-10).

  • 39 Contra Lipovsky 1984, 47-48, prétend que Tite-Live met peu l’accent sur le rétablissement de la c (...)

35Les discordes s’apaisent finalement grâce à Camille, alors dictateur, qui proposa un compromis : la noblesse céderait à l’élection d’un consul plébéien et la plèbe sur celle d’un préteur patricien (Liv. 6.42.11). Tite-Live montre que la concorde a été rétablie après une longue crise (Ita ab diutina ira tandem in concordiam redactis ordinibus), et clôt l’affaire avec la décision du Sénat de célébrer des jeux solennels, pour manifester sa reconnaissance envers les dieux pour l’apaisement de la discorde39. Camille demanderait au peuple la création d’un collège d’édiles patriciens ; le Sénat sanctionnerait l’élection de L. Sextius comme premier consul plébéien (Liv. 6.42.12-14). Une crise longue, interrompue souvent par l’appel au metus hostilis, n’a été résolue que grâce à la proposition modérée de Camille. De même que dans les livres IV et V, Tite-Live rapporte la réconciliation du peuple à la fin du livre VI, sans doute pour attirer davantage l’attention sur la résolution de la crise.

  • 40 Le procès intenté par le tribun de la plèbe M. Pomponius contre le dictateur L. Manlius Imperiosu (...)
  • 41 Voir Liv. 7.15.12-13. L’ambitio est ici employée dans le sens originel de brigue. Voir supra, p. (...)
  • 42 Voir Liv. 7.16.1 : une loi sur le taux d’intérêt ne sera pas bien perçue par les patriciens ; 7.1 (...)

36xxii) Après cette période de discordes se succède une phase longue (367-356 a.C.) de concorde au début du livre VII ; seuls des conflits mineurs se produisent40. Rome doit affronter ses ennemis dans des guerres incessantes. Cependant, l’ambitio n’en reste pas moins présente dans la vie politique. Ainsi une proposition de loi de ambitu, soutenue par les tribuns et le Sénat, est présentée pour la première fois, en vue de réprimer l’ambitio des hommes nouveaux41. Le vote de quelques lois rallume aussi la tension entre les deux ordres42.

37Des discordes plus graves s’élevèrent concernant l’origine sociale des magistrats : la plèbe s’efforce de consolider les droits acquis au titre de la loi Licinia, et les patriciens essaient de les invalider. Le conflit surgit lorsque le dictateur (C. Marcius Rutulus) et un maître de cavalerie plébéiens sont élus pour la première fois. Les patriciens indignés font obstacle à toute action du dictateur, et procèdent à la convocation de comices qui mènent à l’élection des deux consuls patriciens (Liv. 7.17.6-13). La misère de la plèbe écrasée de dettes l’empêche de se soucier des comices, et le consulat reste aux mains des patriciens pour deux années successives (Liv. 7.18.1-19.5-6). Le conflit sur ce sujet reprend aux comices suivants. Malgré leur obstination, les patriciens respectèrent la loi Licinia pour le bien de la concorde (concordiae causa - Liv. 7.21.1-5). Les choses s’orientent vers une réconciliation des ordres. Les esprits étant inclinés vers la concorde (inclinatis semel in concordiam animis), les deux consuls créent une commission de cinq membres, pour alléger la charge de l’intérêt des dettes. Tite‑Live insiste sur la moderatio de cette commission qui a mené à bien sa tâche sans plaintes d’aucune des deux parties (Liv. 7.21.5-8).

38Le débat sur de l’origine des magistrats reprend lors des comices de l’année suivante, mais de façon manifestement moins rude qu’avant. Les patriciens obtiennent la désignation de deux consuls patriciens après l’allégement des dettes de la plèbe (Liv. 7.22.1-3). C. Marcius Rutulus qui fut le premier dictateur plébéien, devient le premier censeur plébéien (Liv. 7.22.6-10). Ensuite, les Pères essayèrent de contester la loi Licinia, mais sans provoquer de sédition importante. Ils nommèrent comme dictateur M. Fabius, pour empêcher le respect de cette loi, mais la plèbe désigna un consul plébéien et un patricien, conformément à la loi (Liv. 7.22.10-23.1). Tite-Live insiste sur les succès militaires du consul plébéien M. Popilius, comme pour confirmer la pertinence de ce choix (Liv. 7.23.2 sq., 25.1-2). Le dictateur L. Furius Camille, au mépris de la loi Licinia, rend ensuite le consulat aux patriciens, en se créant lui-même consul et en désignant Appius Claudius comme collègue. Cela suscite les plaintes de la foule, mais sans provoquer de sédition (Liv. 7.24.11-25.2).

  • 43 Cf. Liv. 7.28.9-10 : Tite-Live rapporte que d’après la tradition, le peuple a prononcé des jugeme (...)

39La concorde s’installe pour une période assez longue (350-343 a.C.)43. Le sujet semble définitivement résolu lorsque, pendant les guerres samnites, le consul patricien Valerius Corvinus s’adresse à ses troupes, en déclarant que, puisque le consulat s’ouvre également aux deux classes, ce n’est plus le prix de la naissance, mais de la uirtus (Liv. 7.32.13 sq.). Un patricien accepte donc et fait l’éloge de la loi Licinia.

40xxiii) Voir supra, p. 127-129, pour la crise de Capoue.

  • 44 Liv. 8.8.1 : “Au demeurant, l’atrocité du châtiment accrut l’obéissance du soldat à son chef”. Tr (...)

41xxiv) Dans le livre VIII, Tite-Live se focalise sur les guerres en Italie. Les discordes intérieures, toujours mineures, occupent une place moins importante. La décision du consul T. Manlius d’exécuter son fils (340 a.C.), parce qu’il avait engagé le combat avec l’ennemi hors des rangs, suscite la consternation de l’armée à la vue de l’atrocité de ce châtiment. L’exécution a laissé un exemple désagréable (tristis exempli) à la postérité (Liv. 8.7.16, 22), mais à la fin de cette affaire, Tite-Live insiste sur son utilité : Fecit tamen atrocitas poenae oboedientiorem duci militem44. Ainsi, malgré la réaction des soldats, la sévérité de Manlius non seulement ne provoqua pas de sédition, mais renforça davantage la discipline militaire.

  • 45 Liv. 8.12.5 : “ils se montrèrent pour leur part plus soucieux de leurs propres intérêts ou de leu (...)
  • 46 Pour une discussion sur l’historicité d’une telle loi, voir Oakley 1998, ad loc., avec bibliograp (...)
  • 47 Liv. 8.12.17 : “Cette année-là, au jugement des sénateurs, les consuls et le dictateur causèrent (...)

42xxv) La tension entre le Sénat et le peuple monte à cause des procédés démagogiques des consuls plébéiens T. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo (Liv. 8.12.4-17). Tite-Live met l’accent sur le caractère intéressé de leurs actions : ipsi aut suarum rerum aut partium in re publica magis quam patriae memores45. Aemilius, à la nouvelle du triomphe accordé à son collègue, interrompt la guerre et réclame un triomphe, avant de remporter la victoire. Lorsque les sénateurs lui refusent le triomphe, le consul, avec le soutien de son collègue, devient hostile au Sénat et son consulat ressembla à un tribunat séditieux (seditiosis tribunatibus similem). Le Sénat, désirant écarter les deux consuls, ordonne à Aemilius de nommer un dictateur et lui, il nomme son collègue. Pendant sa dictature, Publilius réussit à faire voter trois lois avantageuses pour la plèbe, dont l’une rendit les plébiscites obligatoires pour tous46. Tite-Live ne fait que mentionner les plaintes des sénateurs : Plus eo anno domi acceptum cladis ab consulibus ac dictatore quam ex uictoria eorum bellicisque rebus foris auctum imperium patres credebant47.

43À supposer même les paroles des sénateurs reflètent le point de vue de l’auteur, ce dernier ne développe pas la lutte entre les deux partis, et donne l’impression que la crise est terminée avec le vote des lois. En effet, l’introduction de ces mesures populaires, ainsi que l’attitude modérée des sénateurs a permis l’apaisement de la sédition. L’affaire est présentée comme une exception dans une période de concorde. La formule eo anno semble s’inscrire dans cette perspective. La modération des sénateurs empêchera l’éclatement de nouvelles discordes : lorsque ce même Publilius fut élu comme le premier préteur plébéien, malgré l’opposition du consul Sulpicius, le Sénat ne disputa pas la préture à la plèbe (Liv. 8.15.9).

  • 48 Voir 39.38.3, 41.5-6 ; 40.37.4-9 ; Per., 48.

44xxvi) L’affaire des empoisonneuses (331 a.C. - Liv. 8.18) sort du cadre ordinaire des crises dans la première décade, puisqu’il ne s’agit pas d’une dissension, mais d’un scandale qui révèle un certain fléchissement de la pietas familiale. Les principaux citoyens, atteints de maladies semblables, mouraient à peu près de la même façon, soit à cause de l’insalubrité de l’air, soit par le poison préparé par leurs femmes. Cette dernière version trouble Tite-Live qui déclare qu’il voudrait bien que cette tradition soit fausse (Illud peruelim proditum falso esse), d’autant plus que le fait n’est pas rapporté par tous les historiens. Cet épisode perturbe la présentation de l’époque comme une phase de formation des mores romains : Tite-Live indique qu’il n’y avait pas eu, avant ce jour, d’enquête judiciaire pour empoisonnement. Ce type de procès caractérisent une époque plus tardive, lorsque les mores avaient déjà commencé à fléchir48. C’est pourquoi l’auteur diminue l’importance de l’affaire, en la présentant comme un prodige religieux, plutôt que comme un symptôme de corruption. Tite-Live insiste sur la folie des matrones (captisque mentibus), qu’il assimile aux esprits égarés par la discorde (alienatasque discordia mentes – Liv. 8.18.11-12). Un épisode qui révèlerait logiquement un certain relâchement moral des matrones romaines est, d’une part, attribué à une sorte de folie quasi‑religieuse qui appelle une expiation religieuse et, d’autre part, il est associé implicitement avec la discordia, c’est-à-dire un défaut caractéristique de toute l’histoire romaine. De cette façon, la nature inédite de l’affaire est atténuée.

45xxvii) Le traitement cruel de C. Publilius (Liv. 8.28) qui avait livré sa personne à L. Papirius pour des dettes paternelles, suscita un nouveau soulèvement de la plèbe. Son maître est tombé amoureux de lui, mais le jeune, ne cédant pas à ses instances, fut châtié à coups de verges. Sa vue publique enflamma la compassion de la foule. La crise fut résolue, lorsque les consuls proposèrent une loi abolissant l’esclavage pour dettes.

  • 49 Voir Liv. 8.29.10 : ad ultimum dimicationis.
  • 50 Liv. 8.33.13 : “Quelle différence entre la modération des anciens et l’orgueil et la cruauté mode (...)

46xxviii) Le conflit entre le dictateur L. Papirius Cursor et son maître de cavalerie Q. Fabius Maximus Rullianus (325 a.C. - Liv. 8.30-36) a été la crise la plus grave du livre VIII. Selon Tite-Live, leur discorde est arrivée aux limites d’un affrontement armé49. Malgré les auspices incertains, Fabius profite de l’absence du dictateur, pour livrer une bataille victorieuse contre les Samnites. Papirius s’indigne du mépris de son autorité et décide d’imposer à Fabius la peine de mort, en suivant l’exemple de Manlius. Fabius s’enfuit du camp et a recours à Rome, où l’affaire est portée devant le Sénat et le peuple. Tite-Live cite en discours indirect les paroles du Fabius qui analyse la cruauté de Papirius comme un symptôme de décadence par rapport à l’antique modération de Quinctius Cincinnatus envers L. Minucius et de Camille envers L. Furius : Quantum interesse inter moderationem antiquorum et nouam superbiam crudelitatemque !50. Papirius analyse aussi la conduite des Fabius, père et fils, dans des termes de décadence :

  • 51 Liv. 8.34.3 : “c’était le châtiment que Lucius Brutus, le fondateur de la liberté romaine, avait (...)

hoc etiam L. Brutum, conditorem Romanae libertatis, antea in duobus liberis fecisse ; nunc patres comes et senes faciles de alieno imperio spreto, tamquam rei paruae, disciplinae militaris euersae iuuentuti gratiam fecere51.

47Papirius se pose donc en défenseur de la discipline militaire. Finalement, les prières de tout le peuple, des tribuns et des Fabius, père et fils, fléchissent sa colère. Papirius s’adresse au jeune Fabius, en soulignant, d’une part, que l’accord de la cité (consensu ciuitatis), qui lui a sauvé la vie, est plus important que sa victoire et, d’autre part, que désormais, il doit se soumettre aux autorités (Liv. 8.35.4-7). Cette décision suscite la joie du peuple et du Sénat :

  • 52 Liv. 8.35.9 : “Et non moins que le lamentable supplice du jeune Manlius, le péril qu’avait couru (...)

firmatumque imperium militare haud minus periculo Q. Fabi quam supplicio miserabili adulescentis Manli uidebatur52.

  • 53 C’est pourquoi Lipovsky 1984, 121-122, ainsi que Bloch & Guittard 1987, XLVIII, parlent d’une sym (...)

48À travers la mise en rapport de cet épisode avec les Manliana imperia, Tite-Live vise à compléter vers la fin du livre VIII la leçon tirée d’un épisode relaté au début du même livre : la discipline militaire ne doit pas toujours être aussi rigide que dans le cas de Manlius53. La modération peut aussi renforcer la discipline, car elle consolide l’union de la cité. Ainsi la fin de l’épisode dément son analyse dans des termes de décadence par le vieux Fabius et Papirius. La moderatio et la disciplina sortent indemnes et renforcées de la crise. Les esprits des soldats sont encore hostiles à l’égard de Papirius qui réussit à calmer leur mécontentement, en se montrant plus doux et moins sévère. La modération du dictateur a résolu cette crise.

49xxix) Sur la crise des Fourches Caudines, voir supra, p. 335-336. Cet épisode se distingue par rapport à la majorité des crises dans la première décade, dans le sens où il ne s’agit plus d’une discorde entre les hommes, mais d’une rupture des Romains avec les dieux.

50xxx) Les investigations menées par le dictateur C. Maenius et le maître de cavalerie M. Folius (314 a.C. - Liv. 9.26.5-22) ont fait l’objet de tensions. C. Maenius fut nommé dictateur, pour ouvrir une enquête contre les Capouans qui complotaient contre Rome. Ces conjurations ayant été réprimées, le dictateur a continué ses investigations à Rome, en se fondant sur ce que le Sénat lui avait ordonné : il devait être informé contre ceux qui auraient conjuré contre la res publica à Rome ou ailleurs. Donc il se dirige contre les complots formés pour obtenir des honneurs. Des hommes de condition élevée sont appelés à comparaître. La noblesse entière porte secours à ces hommes et proteste que les hommes nouveaux, comme le dictateur et son maître, devraient figurer comme accusés, plutôt que comme juges. Maenius, plus soucieux de sa renommée que de son autorité (famae magis quam imperii memor), abdique la dictature et s’offre à comparaître en justice : Maenius et Folius sont absous de façon éclatante (egregie). Les investigations perdirent de leur vigueur, jusqu’au moment où elles ont été renversées par les factions contre lesquelles on les avait établies.

  • 54 Sur les difficultés d’interprétation de l’épisode, voir Oakley 2005a, 304-306, avec bibliographie

51En effet, cette discorde fut apaisée à cause de la décision modérée de Maenius d’abdiquer la dictature. Plus loin, le tribun P. Sempronius présente Maenius comme un exemple de modestia qui s’oppose à Appius Claudius le censeur qui refusait d’abdiquer la censure (Liv. 9.34.14-15). Néanmoins, la fin de l’affaire avec la victoire des factions et des cabales ne laisse pas l’impression que Tite-Live tient à présenter cet épisode comme un exemple de résolution d’une crise, d’autant plus que certaines questions restent sans réponse. Tite‑Live ne précise pas l’objet exact de l’enquête de Maenius54. L’absence des sources parallèles rend les choses encore moins claires. L’obscurité de cet épisode pourrait être expliquée de la façon suivante : le Padouan l’a trouvé dans ses sources aujourd’hui perdues, et a considéré qu’il faudrait l’inclure dans son récit. Cependant, il n’a pas voulu développer cette crise interne, car elle interrompt son récit des guerres Samnites, qui constitue l’objet primordial de la première moitié du livre IX. Ainsi fait-il allusion à la modération de Maenius, qui fut à l’origine de la résolution de cette crise, mais sans développer la fin de l’épisode, pour insister, comme dans les autres crises, sur la réconciliation finale du peuple.

  • 55 Roller 2009b (not. p. 155-166), id. 2018, 95-133 (not. p. 97-110), suggère que dans les livres IX (...)
  • 56 Voir Liv. 9.29.7, 30.1-2, 46.10.
  • 57 Voir Liv. 9.29.9-11. Levene 1993, 230-232, analyse la grève des joueurs de flûte (Liv. 9.30.5-10) (...)
  • 58 Voir Liv. 9.33.5 : non popularem magis quam iustam.

52xxxi) La censure d’Appius Claudius Caecus (312 a.C.) est présentée comme une source de tension dans la deuxième moitié du livre IX55. Dans sa révision du Sénat, le censeur avait dégradé l’institution, en y introduisant des fils d’affranchis56. Il avait aussi permis à la famille des Potitius d’utiliser des esclaves publics aux cérémonies du culte d’Hercule. La colère divine anéantit les Potitius qui périrent tous dans l’année ; Appius perdit la vue57. Les consuls de l’année suivante ne tinrent pas compte de la révision d’Appius (Liv. 9.30.1-2). L’autre censeur C. Plautius, ne pouvant plus supporter le blâme de cette révision, abdiqua la censure ; Appius exerça seul la magistrature, une décision qu’attribue Tite-Live à son opiniâtreté caractéristique de sa famille (Liv. 9.29.8). Alors, le tribun P. Sempronius intenta une action contre Appius pour le forcer à se démettre de ses fonctions. Cette action fut selon l’historien aussi populaire que juste58. Dans son discours (Liv. 9.34), Sempronius insiste sur la cupiditas, la superbia et l’audacia du censeur. À la fin du discours, il donne l’ordre d’arrêter le censeur, mais Appius obtient le soutien des trois tribuns, et continue à exercer seul la censure.

  • 59 Liv. 9.46.10-11. Voir sur cette réforme d’Appius, Oakley 2005a, ad loc.

53Tite-Live revient sur cette affaire au dernier paragraphe du livre : Cn. Flavius, bien que petit-fils d’un affranchi, fut élevé à l’édilité curule, à cause de son éloquence et son opposition à la superbia des nobles (Liv. 9.46.1-9). Dans la digression consacrée à ce personnage, Tite-Live fait le lien avec le récit de la censure d’Appius : Flavius fut nommé édile par la même factio du forum qui avait été fortifiée par la censure d’Appius qui corrompit les comitia, en répandant les personnes d’humble naissance par toutes les tribus59.

  • 60 Voir Liv. 9.46.13. Sur le sens de la factio chez Tite-Live, voir Dutoit 1960, 332.
  • 61 Cf. Sal., Hist., fr. 1.16 M : Ex quo tempore maiorum mores non paulatim ut antea, sed torrentis m (...)
  • 62 Voir Liv. 9.46.14-15. Lipovsky 1984, 69-71, explique que la lutte entre patriciens et plébéiens c (...)

54À partir de cette époque, la cité fut divisée en deux parties (ex eo tempore in duas partes discessit ciuitas) : les bons citoyens et la faction du forum60. Tite-Live reprend le vocabulaire sallustéen de la décadence, afin de décrire la situation créée par les mesures d’Appius61. Or, cette scission qui mènerait Rome à son déclin, fut supprimée par les censeurs P. Decius et Q. Fabius (304 a.C.), qui, visant au rétablissement de la concorde (concordiae causa), ont créé les quatre tribus, appelées urbaines, dans lesquelles ils ont classé les citoyens d’humble origine. Cette mesure fut accueillie si vivement que Fabius a reçu le surnom de Maximus, pour avoir rétabli l’équilibre entre les ordres62. De cette façon Tite-Live clôt également le livre IX avec la résolution d’une crise et l’introduction d’une mesure qui renforce la concorde.

55xxxii) Les discordes se sont interrompues entre 304 et 301 a.C., pendant la guerre avec les Étrusques. En 300 a.C., les tribuns Quintus et Cneius Ogulnius ont lancé le débat à propos de l’accès des plébéiens aux sacerdoces. Ils présentèrent un projet de loi décidant la nomination de pontifes et d’augures plébéiens (Liv. 10.6.3-8). Les patriciens réagirent, en prétextant de motifs religieux (Liv. 10.6.9-10). Leur réaction fut pourtant modérée ; le commentaire suivant prépare une discorde beaucoup moins acharnée :

  • 63 Liv. 10.6.11 : “Mais ils résistèrent moins qu’avant, étant déjà habitués à se voir vaincre dans l (...)

Minus autem tetendere, adsueti iam tali genere certaminum uinci ; et cernebant aduersarios non, id quod olim uix sperauerint, adfectantes magnos honores sed omnia iam, in quorum spem dubiam erat certatum, adeptos, multiplices consulatus censurasque et triumphos63.

56Les deux côtés ont avancé à peu près les mêmes arguments que ceux apportés autrefois en faveur ou contre la lex Licinia (Liv. 10.7.2). C’est surtout Appius Claudius Caecus qui lutta pour combattre la loi, et P. Decius Mus pour l’appuyer. Tite-Live donne la parole seulement à ce dernier, pour soutenir dans un long discours le projet de loi (Liv. 10.7-8). Tite-Live ne donne pas la parole à Appius, dont la présentation est par ailleurs peu flatteuse, ce qui montre que la loi reçoit sans doute son approbation.

  • 64 Liv. 10.9.6 : “Vu le sentiment de l’honneur qu’on avait alors, cela parut, je crois, une chaîne a (...)

57La loi fut finalement votée (Liv. 10.9.1-3). Tite-Live ne clôt pas l’épisode avec une scène de réconciliation, sans doute parce que le débat n’a pas provoqué une discorde grave. L’affaire est scellée par l’introduction d’une autre loi par le consul M. Valerius sur le droit d’appel au peuple pour les citoyens frappés de verges ou tués (lex Valeria de prouocatione). Tite-Live ajoute que, contrairement aux lois Porciae, votées au début du iie siècle, la lex Valeria prescrivait juste que celui qui exercerait la violence contre un citoyen “agirait mal” : Id, qui tum pudor hominum erat, uisum, credo, uinculum satis ualidum legis ; nunc uix serio ita minetur quisquam64. Ce commentaire qui conclut l’épisode confirme que, malgré les luttes acharnées entre les classes pendant cette période, la décadence n’a pas encore commencé.

58xxxiii) La querelle entre les consuls Appius Claudius Caecus et Lucius Volumnius apparaît comme un conflit mineur. La querelle est préparée par les élections consulaires de 296 a.C. (Liv. 10.15.7-12). Tout montre que Q. Fabius, d’origine patricienne, sera élu consul. Appius Claudius, homme ardent et ambitieux (uir acer et ambitiosus), veut à tout prix être le collègue de Fabius, pour voir les patriciens reprendre les deux places des consuls. Fabius, qui calma les passions par des paroles modérées (media oratione), refuse pourtant de transgresser la loi. Ainsi L. Volumnius fut nommé consul avec Appius. Volumnius fut envoyé dans le Samnium et Appius en Étrurie, mais une lettre d’Appius manda Volumnius en Étrurie. Lorsque Volumnius rejoignit son collègue, celui-ci lui ordonna de façon méprisante de rentrer à sa province. Volumnius laisse Appius trancher la question, mais les soldats demandent que les deux consuls poursuivent ensemble les expéditions. Les circonstances forcent enfin Appius à se soumettre à la volonté des soldats (Liv. 10.18.7-19.13). De fait, il ne s’agit pas d’une discorde qui sépare le peuple, puisque Appius est isolé par tous. L’épisode illustre comment l’orgueil d’un patricien était réprimé, et comment la modération de Volumnius a gagné la confiance du peuple.

  • 65 Liv. 10.24.18 : “Et l’accord ne fut pas moins grand dans le peuple qu’au Sénat pour attribuer, sa (...)
  • 66 Liv. 10.26.4 : “la joie et les félicitations furent si grandes qu’on se représentait d’avance la (...)

59xxxiv) L’opposition entre les consuls P. Decius et Q. Fabius (295 a.C. - Liv. 10.24) pour l’attribution des provinces fait exception à leur entente par ailleurs parfaite. Tite-Live indique qu’il s’agissait plutôt d’une rivalité entre les ordres, les patriciens désirant que l’Étrurie soit attribuée à Fabius, et les plébéiens engageant Decius à remettre l’affaire au tirage au sort. Cette crise fut vite résolue : l’affaire fut soumise au vote du peuple qui attribua la province d’Étrurie à Fabius. Tite-Live dresse une image d’union nationale : nec minore populi consensu quam senatus prouincia Etruria extra sortem Fabio decreta est65. Cette impression est renforcée par l’enthousiasme avec lequel le peuple s’empresse de s’enrôler dans l’armée de Fabius (Liv. 10.25.1 sq.). Lorsque celui-ci demande à Decius de joindre ses forces aux siennes, Decius s’est montré prêt à le suivre. Tite-Live rapporte une scène de joie et d’union nationale, qui présage la victoire de Sentinium : tanta laetitia ac gratulatio fuit, ut praeciperetur uictoria animis triumphusque, non bellum decretum consulibus uideretur66.

Notes

1 Voir Liv. 2.4-5. Sur les leçons politiques actuelles de cet épisode voir Feldherr 1997b (not. p. 152-157).

2 Liv. 2.23.1 ; 24.1 : “Cependant, tandis que la guerre avec les Volsques était imminente, la cité était en discorde avec elle-même et en proie à une haine intestine entre sénateurs et plébéiens, dont la principale cause était l’esclavage pour dettes […] tant la cité était coupée en deux par la discorde”. Trad. G. Baillet (CUF 1941) légèrement modifiée.

3 Liv. 2.40.9 : “Alors, les embrassements de sa femme et de ses enfants, les sanglots qui montaient de toute la foule des femmes, et leurs lamentations sur la patrie et sur elles-mêmes finirent par briser son énergie”. Trad. G. Baillet (CUF 1941), ainsi que toutes les traductions du livre II.

4 Liv. 2.41.3 : “C’est à cette date que fut promulguée la première loi agraire ; jamais depuis cette époque jusqu’à nos jours, la question n’a été reprise sans amener de graves désordres politiques”.

5 Liv. 2.42.1 : “La loi agraire en elle-même, et une fois son auteur disparu, avait des attraits séduisants. La convoitise fut encore allumée par la mesquinerie du Sénat : cette année-là, après une défaite des Volsques et des Èques, il priva l’armée du butin ; toutes les dépouilles de l’ennemi furent vendues par le consul Fabius au profit du trésor”.

6 Liv. 2.44.8-9 : “8…la puissance des Romains était éternelle s’ils s’entre-déchiraient par leurs séditions […] 9. Longtemps supportable tant par la largesse des patriciens que par la résignation de la plèbe, le mal arrivait maintenant à son dernier période. Il s’était fait deux États dans un seul”.

7 Liv. 2.55.11 : “Après bien des propositions intransigeantes, on céda aux plus anciens, qui furent d’avis de ne pas mettre aux prises le courroux du Sénat et les instincts irraisonnés de la plèbe”.

8 Voir Liv. 2.56.15-57.2. Sur le rôle de T. Quinctius Capitolinus comme opposant de la politique d’Appius Claudius le Décemvir et restaurateur de la concorde, voir Vasaly 1998-1999, 515-516.

9 Liv. 2.61.9 : “Un tribun prétendait interdire de prononcer son oraison funèbre ; mais la plèbe ne voulut pas priver de cet honneur solennel le jour suprême de ce grand homme ; elle prêta au panégyrique une oreille aussi attentive que naguère au réquisitoire et suivit en foule le cortège funèbre”.

10 Voir Liv. 2.63.1-3 ; 64.1-2. Sur le metus hostilis dans cet épisode, voir supra, p. 370-371.

11 Liv. 3.1.4 : “Une lutte terrible allait éclater, si Fabius n’avait trouvé une solution du conflit qui ne lésait aucun parti”. Trad. G. Baillet (CUF 1943), ainsi que toutes les traductions du livre III.

12 Sur ce personnage comme champion de la cause de la concordia, voir Vasaly 1998-1999, 518-520.

13 Liv. 3.31.7-8 : “7. Alors, abandonnant ce texte vieilli sur affiches, les tribuns firent aux patriciens une proposition plus modérée : Il fallait à la fin mettre un terme aux querelles. Si les projets de loi de la plèbe leur semblaient inacceptables, ils pouvaient du moins consentir à constituer en commun une commission législative composée à la fois de patriciens et de plébéiens, et chargée de rédiger les lois utiles aux deux ordres et propres à assurer la liberté et l’égalité. 8. La chose ne déplaisait pas aux patriciens ; mais disaient-ils, nul ne pourra être législateur sans être patricien. Ainsi était-on d’accord sur le principe : il ne s’agissait plus que de savoir qui l’exécuterait. On envoya à Athènes une commission composée de Spurius Postumius Albus, Aulus Manlius et Publius Sulpicius Camérinus ; elle devait copier la célèbre constitution de Solon et étudier les usages, les coutumes et les lois d’autres cités grecques”.

14 Voir Liv. 3.35 (§2 : tanta exarsit ambitio… ; §4 : ipse medius inter tribunicios […] in foro uolitare, per illos se plebi uenditare ; §7 : obuiam ire cupiditati parum ausi…).

15 Voir Liv. 3.36-37. Voir aussi Liv. 3.39.7 pour la cupiditas dominationis des décemvirs.

16 Voir Liv. 3.56-58 (not. 3.58.11).

17 Voir Liv. 3.67-69 (not. 3.67.6). Sur l’efficacité du discours, voir Tsisiou-Chelidoni 2008, 201-202. Voir aussi Vasaly 1998-1999, 515-517, 520-526, et ead. 2015, 80-82, sur la présentation de T. Quinctius Capitolinus comme un exemple de chef qui maîtrise la rhétorique et renforce la concordia. Cf. von Haehling 1989, 191-215, qui rapproche cet épisode de la question actuelle des limites du pouvoir monarchique.

18 Voir Liv. 3.69.1-2 : 1. Raro alias tribuni popularis oratio acceptior plebi quam tunc seuerissimi consulis fuit. 2. Iuuentus quoque, quae inter tales metus detractationem militiae telum acerrimum aduersus patres habere solita erat, arma et bellum spectabat : “1. On vit rarement les discours démagogiques d’un tribun mieux accueillis du peuple que ne le fut ce jour-là la rude semonce du consul. 2. La jeunesse elle-même, qui, d’ordinaire, dans des circonstances aussi alarmantes, considérait le refus du service militaire comme sa meilleure machine de guerre contre les patriciens, ne rêvait plus qu’armes et combats”.

19 Liv. 4.6.12 : “Ces qualités, modération, équité, profondeur d’esprit, les trouverait-on chez un seul de nos contemporains ? Elles étaient alors chez le peuple tout entier”. Trad. G. Baillet (CUF 1946) modifiée.

20 Liv. 4.12.6 : “À la suite de ce calme politique, l’année où Proculus Géganius Macérinus et Lucius Ménénius Lanatus furent consuls se distingue par toute espèce de désastres et de dangers : des troubles, la famine, la royauté, dont des largesses séduisantes faillirent faire accepter le joug”. Trad. G. Baillet (CUF 1946), ainsi que toutes les traductions du livre IV.

21 Voir Liv. 4.15.1 sq. Sur la représentation de L. Quinctius Cincinnatus comme un chef qui réussit à imposer son autorité sur le peuple, et à promouvoir ainsi la concorde, voir Vasaly 2015, 85-86.

22 Liv. 4.16.7 : “La plèbe, agitée cependant cette année-là de bien des mouvements divers, se borna à nommer trois tribuns faisant fonction de consuls, et même parmi eux Lucius Quinctius, fils de Cincinnatus dont la dictature impopulaire servait de prétexte aux agitateurs”.

23 Voir à ce titre supra, p. 375 sq.

24 Liv. 4.60.1-3 : “1. Jamais mesure ne fut accueillie par la plèbe avec tant de joie, paraît-il. Un rassemblement se fait devant la curie ; on serre la main des sénateurs à leur sortie en disant qu’ils sont de vrais pères ; on se déclare prêt, pour une patrie si généreuse, à aller jusqu’à la limite de ses forces et à ne ménager ni son corps ni son sang. 2. […] mais surtout qu’on leur eût fait cette offre spontanément, sans la moindre réclamation du tribunat, sans un mot de leur part pour la solliciter, voilà ce qui redoublait leur joie et le comble à la popularité de cette mesure. 3. Les tribuns de la plèbe, dans ce concert d’allégresse et de bonne entente de tous les ordres, faisaient seuls exception…”.

25 Liv. 4.60.8 : “En voyant les Pères les féliciter et les hommes en âge de porter les armes admirer ces bons citoyens, le public, se moquant de l’aide des tribuns, se mit soudain à payer à l’envi”.

26 Voir Liv. 5.2.2. Cette affirmation confirme que l’institution de la solde militaire à la fin du livre IV est considérée par Tite-Live comme une solution durable aux conflits entre les classes

27 Voir Vasaly 1987, 222-225, pour cette place particulière d’Appius Claudius Crassus.

28 Liv. 5.12.13 : “Dans la joie de ce succès aux comices, les tribuns de la plèbe cédèrent sur la question la plus gênante pour l’État, celle de la taxe. L’argent rentra sans difficulté et fut envoyé aux armées”. Trad. G. Baillet (CUF 1954), ainsi que toutes les traductions du livre V.

29 Liv. 5.17.10 : “aussi les dissensions intérieures commencèrent à se calmer, comme d’habitude, devant la crainte commune”. Trad. G. Baillet (CUF 1954) légèrement modifiée.

30 Voir Liv. 6.11-20. Selon Burck 1966, 94-100, le récit de cette crise chez Tite-Live se rapproche à bien des égards de celui de la conjuration de Catilina chez Salluste. Or, une différence importante, soulignée par E. Burck, confirme l’analyse de l’épisode comme une crise résolue : la sédition de Capitolinus a été résolue. Au contraire, la répression de la conjuration de Catilina non seulement n’a mis qu’une fin temporaire aux discordes, mais a entraîné aussi l’affrontement sanglant entre les forces de l’État et les troupes de Catilina. Selon Valvo 1983, les deux récits remontent sans doute à une source aristocratique commune du ier siècle.

31 Voir Liv. 6.11.1-9. Sur cette présentation négative de Manlius et ses sources voir Valvo 1983, 9-12.

32 Liv. 6.17.6 : “Cet acte ne mit pas fin à la sédition, mais lui donna un chef”. Trad. J. Bayet (CUF 1966), ainsi que toutes les traductions du livre VI.

33 Cf. Plut., Cam., 36.1-9 ; Zonar. 7.10 ; D.S. 15.35.3 ; D.H. 14.4 ; Gel. 17.21.24 ; App., Ital., 9. Voir Oakley 1997, 484‑486, pour une comparaison de Tite-Live avec les autres sources de la seditio Manliana.

34 Liv. 6.20.5 : “Et j’appelle surtout l’attention de mes lecteurs sur la foule et la qualité des mérites que le hideux désir de la royauté suffit à rendre vains et, bien plus, odieux”.

35 Voir Liv. 6.20.15 : postquam periculum ab eo nullum erat.

36 Liv. 6.20.14 : uir, nisi in libera ciuitate natus esset, memorabilis. Sur les échos actuels de cette leçon, voir Mineo 2016, 178-180, qui analyse la figure de Capitolinus comme un contrepoids à celle de Camille.

37 Cette attitude n’est pas sans rappeler la conception cicéronienne selon laquelle le meurtre des hommes nuisibles à la cité puisse être utile à la république. Voir Cic., Mil., 3.8.

38 Voir à ce propos notre analyse supra, p. 379 sq.

39 Contra Lipovsky 1984, 47-48, prétend que Tite-Live met peu l’accent sur le rétablissement de la concorde, puisque les conflits reprendront.

40 Le procès intenté par le tribun de la plèbe M. Pomponius contre le dictateur L. Manlius Imperiosus (Liv. 7.4‑5) ne provoque pas de discorde générale et concerne plutôt une affaire familiale, Manlius étant accusé pour sa cruauté non seulement envers ses soldats, mais surtout envers son fils. De même, le mécontentement des soldats contre le dictateur C. Sulpicius ne provoque pas de révolte (Liv. 7.12.10‑14.3).

41 Voir Liv. 7.15.12-13. L’ambitio est ici employée dans le sens originel de brigue. Voir supra, p. 70.

42 Voir Liv. 7.16.1 : une loi sur le taux d’intérêt ne sera pas bien perçue par les patriciens ; 7.16.7-8 : l’initiative du consul C. Marcius de faire voter par ses soldats une loi décidant l’impôt du vingtième sur l’affranchissement des esclaves suscite le mécontentement des tribuns qui interdisent sous peine de mort de tenir hors de Rome une assemblée du peuple.

43 Cf. Liv. 7.28.9-10 : Tite-Live rapporte que d’après la tradition, le peuple a prononcé des jugements sévères contre les usuriers. En outre, il rapporte qu’on a eu recours à un interrègne pour des raisons peu claires, plus probablement afin de désigner comme consuls deux patriciens. La question des dettes et de la loi Licinia semble avoir été toujours d’actualité, mais Tite-Live ne développe pas en détail cet épisode.

44 Liv. 8.8.1 : “Au demeurant, l’atrocité du châtiment accrut l’obéissance du soldat à son chef”. Trad. R. Bloch et C. Guittard (CUF 1987), ainsi que toutes les traductions du livre VIII.

45 Liv. 8.12.5 : “ils se montrèrent pour leur part plus soucieux de leurs propres intérêts ou de leur parti que de la patrie”.

46 Pour une discussion sur l’historicité d’une telle loi, voir Oakley 1998, ad loc., avec bibliographie.

47 Liv. 8.12.17 : “Cette année-là, au jugement des sénateurs, les consuls et le dictateur causèrent à l’intérieur plus de désastres qu’ils n’accrurent l’empire grâce à leurs victoires et leurs actions militaires”.

48 Voir 39.38.3, 41.5-6 ; 40.37.4-9 ; Per., 48.

49 Voir Liv. 8.29.10 : ad ultimum dimicationis.

50 Liv. 8.33.13 : “Quelle différence entre la modération des anciens et l’orgueil et la cruauté modernes !”.

51 Liv. 8.34.3 : “c’était le châtiment que Lucius Brutus, le fondateur de la liberté romaine, avait lui aussi jadis infligé à ses deux fils ; aujourd’hui la douceur des pères, la facilité des vieillards à accepter le mépris de l’autorité d’autrui, pardonnaient à la jeunesse comme chose de peu de prix la destruction de la discipline militaire”.

52 Liv. 8.35.9 : “Et non moins que le lamentable supplice du jeune Manlius, le péril qu’avait couru Fabius semblait avoir fortifié le commandement militaire”.

53 C’est pourquoi Lipovsky 1984, 121-122, ainsi que Bloch & Guittard 1987, XLVIII, parlent d’une symétrie entre les deux épisodes. Contra Brizzi 1990, 186 sq.

54 Sur les difficultés d’interprétation de l’épisode, voir Oakley 2005a, 304-306, avec bibliographie.

55 Roller 2009b (not. p. 155-166), id. 2018, 95-133 (not. p. 97-110), suggère que dans les livres IX et X, Appius Claudius est présenté comme un nobilis qui ne poursuit pas la gloire à travers ses commandements militaires, mais à travers ses poursuites contre la plèbe. Sur la présentation négative d’Appius Claudius Caecus chez Tite-Live, voir aussi Humm 2001, qui s’interroge également sur la construction progressive de cette image dans la tradition historiographique. Voir enfin Briquel 2015, 161-167, sur la figure négative d’Appius Claudius Caecus.

56 Voir Liv. 9.29.7, 30.1-2, 46.10.

57 Voir Liv. 9.29.9-11. Levene 1993, 230-232, analyse la grève des joueurs de flûte (Liv. 9.30.5-10) comme une affaire religieuse qui est en lien avec l’impietas d’Appius.

58 Voir Liv. 9.33.5 : non popularem magis quam iustam.

59 Liv. 9.46.10-11. Voir sur cette réforme d’Appius, Oakley 2005a, ad loc.

60 Voir Liv. 9.46.13. Sur le sens de la factio chez Tite-Live, voir Dutoit 1960, 332.

61 Cf. Sal., Hist., fr. 1.16 M : Ex quo tempore maiorum mores non paulatim ut antea, sed torrentis modo praecipitati ; Jug., 41.5 : Ita omnia in duas partis abstracta sunt ; res publica, quae media fuerat, dilacerata.

62 Voir Liv. 9.46.14-15. Lipovsky 1984, 69-71, explique que la lutte entre patriciens et plébéiens commence à se transformer en opposition entre les nobles et le peuple. Selon Briquel 2015, 154-170 (not. p. 168-170), la confrontation entre Appius Claudius Caecus et Q. Fabius Maximus Rullianus parcourt le livre IX.

63 Liv. 10.6.11 : “Mais ils résistèrent moins qu’avant, étant déjà habitués à se voir vaincre dans les luttes de ce genre : ils voyaient leurs adversaires non, comme ils l’auraient à peine espéré autrefois, aspirant aux grandes charges, mais ayant déjà obtenu tout ce pourquoi ils avaient combattu avec des espoirs bien incertains : consulats multipliés, censures et triomphes”. Trad. E. Lasserre (Classiques Garnier 1938), ainsi que toutes les traductions du livre X.

64 Liv. 10.9.6 : “Vu le sentiment de l’honneur qu’on avait alors, cela parut, je crois, une chaîne assez forte pour la faire observer ; aujourd’hui, on aurait peine à prendre au sérieux une telle menace”.

65 Liv. 10.24.18 : “Et l’accord ne fut pas moins grand dans le peuple qu’au Sénat pour attribuer, sans tirage au sort, la province d’Étrurie à Fabius”.

66 Liv. 10.26.4 : “la joie et les félicitations furent si grandes qu’on se représentait d’avance la victoire, et qu’on semblait avoir décerné aux consuls le triomphe, et non le soin d’une guerre”.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search