Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

Conclusion générale

Texte intégral

1Le but de la présente étude a été de combler une lacune dans la recherche, en entreprenant pour la première fois de façon systématique et approfondie une étude synchronique globale sur la conception de la décadence de la res publica, chez les penseurs de l’histoire de la fin de la République. Salluste et Tite‑Live ont été choisis comme cas d’étude, car ils sont les seuls auteurs à avoir esquissé une réflexion historique et philosophique complète sur la question. Ainsi on a pu appréhender non seulement la présentation historique du phénomène chez les deux auteurs, mais aussi, d’un côté, leur réflexion philosophique sur la causalité historique et, de l’autre, leur position idéologique face aux politiques de leur époque.

2En outre, nous avons essayé de faire nettement apparaître le rapport étroit et parfois complexe entre Salluste et Tite-Live. L’émulation entre les deux historiens a été seulement constatée par certains auteurs antiques et par quelques chercheurs modernes, qui ont insisté surtout sur les choix stylistiques différents des deux auteurs, sans s’intéresser à leur relation précise au niveau de l’interprétation de l’histoire. À l’encontre de cette tendance, notre étude a montré qu’il est de fait impossible de bien saisir la conception livienne de la décadence sans avoir exploré d’abord le schéma sallustéen. La question principale à laquelle nous avons voulu répondre a été celle de savoir comment et dans quelle mesure la conception sallustéenne de la décadence a influé sur la construction du schéma livien.

3Dans ce dessein, l’étude a été divisée en trois grandes parties ; dans chacune, les théories de deux historiens ont été comparées, pour voir si Tite-Live adopte ou rejette l’interprétation de son devancier sur chaque aspect de la question. Cette étude précise a démontré que la théorie de la décadence est loin de se limiter à des topoi moralisateurs et superficiels. Elle suscite au contraire une réflexion approfondie chez les deux auteurs sur des thèmes aussi variés que la représentation de l’histoire romaine, la conception du temps, le rôle des facteurs humains et extérieurs dans la causalité historique, l’utilité de l’histoire, l’exercice du pouvoir et les hommes politiques de l’époque de Salluste et de Tite-Live.

4Dans la première partie, après avoir examiné brièvement la réflexion sur la décadence dans la pensée antique antérieure à Salluste, on a conclu que ce dernier a été le premier auteur qui a fait de cette théorie le thème central de sa narration historique. Les parties introductives et les longues digressions insérées dans le récit des monographies et des Histoires mettent en valeur cette thématique, en lui accordant le statut de sujet central. Salluste tente de présenter ainsi un panorama des étapes historiques du progrès et de la décadence de la res publica, en se focalisant dans chaque œuvre sur une phase différente du processus. L’examen du schéma sallustéen a permis de déceler – peut‑être pour la première fois de façon aussi systématique – l’évolution de sa présentation qui devient clairement plus pessimiste : dans le Catilina, la décadence a commencé après la destruction de Carthage et s’est accentuée à partir de la domination de Sylla ; dans le Jugurtha, certaines tendances décadentes analysées dans le Catilina comme caractéristiques de la période postérieure à Sylla, sont déjà présentes durant l’époque immédiatement postérieure à 146 a.C. ; dans les Histoires, toute l’histoire romaine est envisagée comme une accentuation progressive du déclin, à l’exception de deux phases.

5Pour sa part, Tite-Live perpétue la tradition établie par Salluste, et choisit comme thème central de son œuvre le progrès et la décadence de la res publica. Ce choix est annoncé de manière encore plus nette que chez Salluste dans la préface. L’adoption de la forme annalistique, qui rompt avec le choix de son prédécesseur d’opter pour la monographie, rend cette problématique plus explicite. L’étude sur Tite‑Live a révélé que ce dernier construit sa propre présentation historique de la décadence, en réponse à celle de son devancier. L’auteur apporte constamment des corrections à la conception des étapes de la décadence dans les monographies et dans les Histoires. Les traces de cette réponse délibérée de Tite‑Live à Salluste se décèlent déjà dans la préface de l’AVC, à travers la réappropriation du vocabulaire sallustéen, et se concrétisent tout au long du récit. Le Padouan montre que la décadence a été un processus plus lent et plus progressif que ne l’affirme Salluste. Les repères chronologiques de la décadence selon Salluste se voient tous attribuer un rôle différent dans l’évolution du phénomène chez Tite-Live ; les premiers temps de Rome ne sont ni idéalisés, comme dans les monographies, ni considérés comme une période pendant laquelle la décadence existait mais fut moins généralisée, comme dans les Histoires. Tite-Live admet que les passions existaient dès le début de la res publica. Toutefois, il montre au moyen de son schéma répétitif des crises résolues, que ces passions étaient réprimées, si bien que la décadence n’a commencé que relativement tard, et plus précisément durant la période située entre la IIe et la IIIe Guerre punique, que Salluste s’obstine encore à idéaliser dans les Histoires.

6Ces conclusions nous ont amené à explorer dans quelle mesure l’analyse des étapes de la décadence chez chacun des deux historiens dévoile l’adhésion à une vision déterministe du temps. La manière particulière dont chacun fait valoir les deux conceptions du temps a montré que ni Salluste, ni Tite-Live ne se conforment à un schéma purement cyclique ou linéaire. En se fondant sur l’utilisation différente des éléments cycliques et linéaires dans la vision des deux auteurs, on a abouti aux conclusions préliminaires suivantes : dans les monographies, Salluste insiste sur la responsabilité des individus dans le commencement et l’accentuation de la décadence, alors que dans les Histoires, il envisage cette évolution comme inévitable. La possibilité d’un renouveau paraît peu probable surtout dans les Histoires, où la décadence semble poursuivre un parcours linéaire. En revanche, la réutilisation des éléments cycliques et linéaires chez Tite-Live montre que les hommes sont les seuls responsables du début et de l’accentuation de la décadence également dans le passé et à l’avenir. La perspective d’une reprise du progrès, conformément à une conception cyclique, paraît donc plus ouverte.

7Nous avons dû ensuite porter notre attention sur la représentation biologique de la cité, car elle est étroitement liée à la conception du temps. Cette étude a fait apparaître de façon encore plus évidente l’émulation entre les deux auteurs sur la conception de la décadence. Les deux historiens présentent ce phénomène comme une maladie qui a atteint la cité et pour laquelle les hommes sont les seuls responsables, mais arrivent à des conclusions opposées concernant son évolution future. Contrairement à Salluste qui insiste sur la violence de l’affection, sans s’intéresser à la possibilité de guérison du corps de l’État, cette perspective est évoquée par Tite‑Live qui répond à Salluste en utilisant le même vocabulaire médical.

8Il est ressorti de cette analyse que la théorie de la décadence débouche sur une réflexion, d’une part, sur les causes profondes du phénomène et, d’autre part, sur les perspectives de guérison de la res publica. Nous avons donc consacré la deuxième partie à l’étude des causes profondes de la maladie de la décadence, et la troisième à la guérison de la res publica. L’analyse des causes de la décadence a conduit inévitablement à l’étude des trois facteurs qui semblent tenir une place importante dans la conception de la causalité historique chez les deux auteurs : les facteurs “divins”, le metus hostilis et la nature humaine. Il a été remarqué à nouveau que Tite-Live conçoit sa propre interprétation des causes de la décadence de façon à renverser subtilement l’analyse qu’avait faite Salluste de chacun de ces facteurs.

9Dans les monographies de Salluste et dans l’AVC, l’homme est également dénoncé comme le responsable principal de la dégradation morale et politique. Cependant, nous avons fait ressortir l’évolution progressive de la position de Salluste, en montrant que l’auteur laisse de plus en plus de place à des facteurs déterministes qui ne dépendent pas de l’homme. Contrairement à la tendance générale de la recherche, qui consiste à analyser en bloc les deux monographies, nous avons remarqué que cette nouvelle conception fait déjà son apparition dans le Jugurtha. Dans les Histoires, la décadence semble avoir été une évolution inévitable due à la disparition du metus hostilis et à la mauvaise nature humaine. Tite-Live renverse cette analyse déterministe de la causalité historique dans les Histoires, et réintroduit l’homme en tant que facteur principal de l’histoire et donc responsable de la décadence.

10Or, en insistant sur la responsabilité humaine, il ne s’identifie pas à l’interprétation sallustéenne des agents de l’histoire dans les monographies. Tite‑Live construit son propre schéma de causalité historique en réfléchissant à celui de Salluste. Il adopte donc toutes les catégories utilisées par ce dernier, afin d’appréhender les lois qui régissent l’histoire, mais les réinterprète en y apportant des nuances, voire des corrections. Même s’il accepte l’affirmation de base du Catilina, selon laquelle l’homme fut le responsable de la décadence, il n’envisage pas les facteurs extra-humains comme opposés, mais comme complémentaires à la vertu humaine. Le metus hostilis n’est plus analysé comme un facteur véritable de l’histoire, mais comme un argument politique et un moyen de persuasion. Son efficacité limitée est soulignée par le Padouan, en guise de réponse à son devancier. Enfin, sa vision de la nature humaine est aussi dualiste, mais d’une essence différente : il n’est plus question d’une lutte entre les forces de l’animus et du corpus, qui correspond chez Salluste à une lutte entre la vie conforme à la nature et l’état contre-nature, mais la nature humaine porte en soi deux tendances opposées, à savoir l’impetus et le consilium. La nature humaine n’est donc ni unilatéralement positive comme dans les monographies, ni négative comme dans les Histoires.

11La théorie de la décadence s’attache aussi chez les deux historiens à une réflexion sur l’avenir de la cité, et plus précisément sur les perspectives de guérison de la res publica malade. Dans la troisième partie, on a vu que la vision moins déterministe de l’histoire chez Tite‑Live est confirmée par la position différente de deux auteurs sur cette dernière question. Déjà dans le Catilina, Salluste analyse la maladie de la res publica comme incurable, et n’y propose pas de remède. En revanche, Tite-Live, tout en admettant que la maladie a avancé à tel point qu’il est difficile de guérir la res publica, ne manque pas d’espérer que son œuvre et, sous certaines conditions, Auguste puissent opérer un renouveau.

12La représentation que se font les deux historiens de l’avenir de la cité les amène à élaborer une théorie approfondie, d’un côté, sur les réalités politiques contemporaines et, de l’autre, sur l’utilité de l’histoire. En examinant ces deux grands axes, on a pu explorer dans quelle mesure ils espèrent la guérison de la cité : Salluste désespère de la capacité des Triumvirs, alors au pouvoir, à entreprendre une action positive. En outre, en mettant en œuvre des détours et des stratégies narratives subtiles dans sa préface, aussi bien que dans son récit, Salluste renonce à l’exemplarité de son œuvre. L’historien veut, mais ne peut pas aider à la guérison de la res publica à travers des exempla ; il envisage donc son œuvre comme un moyen pour obtenir la gloire éternelle, conformément aux préceptes de ses préfaces.

13Pour sa part, Tite-Live ne manque pas de prendre ses distances par rapport à cette position de son prédécesseur, à nouveau dans sa préface générale. Au moyen des allusions à des termes ou des pratiques de Salluste, Tite-Live montre qu’il se distingue par rapport à son devancier en ce qui concerne sa vision non seulement de la décadence dans le passé, mais aussi des possibilités de guérison à l’avenir et du rôle de l’histoire dans cet effort. Ainsi reproche-t-il implicitement à Salluste d’avoir manqué ce qui fait l’utilité de l’histoire : exhorter les citoyens à une meilleure conduite. Dans ce dessein, Tite-Live s’engage dans l’écriture d’une histoire étroitement liée aux besoins actuels de la communauté politique, en dénonçant comme “apolitique” l’attitude de Salluste. La portée exemplaire de l’œuvre est aussi manifeste dans le récit, où le Padouan présente aussi les exempla des trois hommes (Camille, Scipion l’Africain et Paul-Émile), qui ont mis un frein à la décadence à leur époque, grâce à leur pouvoir modéré et leur personnalité charismatique et apte à conduire le peuple.

14La position politique différente du Padouan par rapport à Salluste a été ensuite analysée en détail. En adoptant “l’espoir” comme catégorie pour appréhender le rapport complexe de Tite-Live avec Auguste, nous avons montré que les chercheurs se sont enfermés dans un faux dilemme, en essayant de caractériser Tite-Live soit comme un partisan, soit comme un adversaire du régime. L’auteur approuve quelques initiatives de réforme morale entreprises par le prince, mais sans devenir un propagandiste du régime. Le Padouan n’accepte pas a priori le programme politique d’Auguste, même s’il en reconnaît les aspects et initiatives positifs, qui peuvent éventuellement aider la res publica à renverser la poursuite du déclin.

15En somme, la thèse principale qui ressort de cette étude est que Tite-Live s’inscrit dans la tradition inaugurée par Salluste, en faisant de son œuvre l’histoire du progrès et de la décadence de la res publica et en adoptant les mêmes catégories d’analyse du phénomène, mais en même temps, il conçoit sa propre présentation et interprétation de la décadence en réponse à celle de son devancier, dont il renverse les théories. L’émulation entre les deux auteurs ne se limite pas au niveau stylistique, comme on a tendance à le croire, mais elle est aussi constante au niveau de l’interprétation de l’histoire. Leur intérêt commun pour la décadence de la res publica devient, pour la première fois dans la littérature antique, le fondement d’une réflexion historique et philosophique profonde sur plusieurs questions historiques, politiques et morales, qui les mène à des conclusions différentes, voire opposées.

  • 1 Voir dans un sens pareil, Leeman 1961, 34-38, et Koster 1996, 262.

16Comment peut-on expliquer cette prise de position différente ? Les réponses à cette question ne peuvent être que spéculatives et subjectives. On peut penser au contexte historique et politique différent des deux historiens. Salluste écrit ses œuvres aux lendemains des Ides de mars, à une époque tourmentée et caractérisée par des conflits incessants. Au contraire, la position de Tite-Live s’insère bien dans l’ambiance d’espoir après la fin des guerres civiles, grâce à la victoire d’Auguste à Actium. Des lectures différentes ont peut‑être joué aussi un rôle : la conception pessimiste de l’histoire chez Salluste paraît conforme à l’image sombre que laisse la lecture de Thucydide, souvent considéré comme modèle de Salluste. En revanche, on a pu mettre en valeur, à plusieurs reprises, l’affinité du Padouan avec les théories de Cicéron, surtout dans le De re publica. Ainsi, tout en admettant que la décadence est sans précédent, Tite‑Live ne manque pas de souligner que les exempla qui pourraient aider la res publica ne peuvent se trouver que dans le passé romain. Enfin, l’origine différente de deux hommes pourrait peut-être expliquer leur position différente. Salluste, né près de Rome, à Amiternum, et ayant participé à la vie politique, ne peut pas prendre du recul par rapport à la situation politique. En revanche, Tite-Live, né à Padoue et n’ayant jamais été impliqué dans la vie politique, est capable d’adopter une position plus modérée à cause de cet éloignement de Rome. Il passe une grande partie de sa vie dans la Ville, mais lorsqu’il commence à travailler sur l’AVC, les guerres civiles étaient déjà finies ou étaient proches de leur fin. Ainsi on peut supposer que la patauinitas que lui reproche Asinius Pollion (Quint., Inst., 1.5.56, 8.1.3), lui‑même auteur d’une histoire des guerres civiles, ne concerne pas seulement le style de Tite-Live, influencé par le dialecte de son pays, mais aussi son attitude plus sereine à l’égard de l’histoire et de la situation actuelle de Rome1.

17Une question mérite d’être posée, avant de clore cette étude : quel fut le destin de ces premières histoires du progrès et du déclin sous le Principat ? Est-ce que des auteurs comme Tacite, Florus et Velleius Paterculus continuent cette tradition, et comment se positionnent-ils par rapport à l’interprétation de la décadence, promue par Salluste et Tite-Live ?

  • 2 Voir Tac., Agr., 2.3, 3.1 ; Hist., 1.2-3, 2.37.2-38.2 ; cf. Tac., Dial., 1 sq., 36 sq., sur le dé (...)
  • 3 Voir Tac., Ann., 3.26.1-28.4 ; 3.55 (not. 3.55.5).
  • 4 Voir Tac., Germ., 33.1-3, cité et commenté supra, p. 332, n. 270. Voir aussi Tac., Ann., 6.22, où (...)
  • 5 Koestermann 1973 ; Ducroux 1978 (not. p. 304-309, 313-314). Voir von Haehling 2007, 76-81, qui co (...)

18Dans l’Agricola et dans les Histoires de Tacite, surtout dans les préfaces, la théorie de la décadence est étroitement associée aux débats politiques sur le Principat2. Dans les Annales, Tacite, à l’instar de Salluste, introduit des digressions qui visent à insérer les événements relatés dans le contexte plus large de l’histoire morale de Rome. Le thème de la décadence semble reposer davantage sur une réflexion philosophique concernant l’évolution des mores et la nature humaine3. Enfin, il existe chez Tacite une analyse du rôle du fatum dans l’histoire de l’Empire, qui semble porter les traces de la discussion livienne sur la question4. Certains chercheurs5 ont déjà observé que la théorie tacitéenne de la décadence doit beaucoup à Salluste, mais elle est nourrie en même temps de l’expérience et des questions idéologiques différentes du Principat. Tacite envisage aussi l’histoire dans des termes de progrès et de décadence, mais son analyse semble être beaucoup plus politique que moraliste. Il reste à étudier si les digressions, l’intérêt pour la causalité historique et les considérations sur le pouvoir, visent à transformer la narration en une histoire du progrès et du déclin.

  • 6 Zanker 2014, 299‑311, montre que son œuvre abonde en thèmes rhétoriques liés à la problématique d (...)
  • 7 Voir Vell. 1.11.5 : la construction d’un temple de marbre par Metellus Macedonicus en 148 est déc (...)
  • 8 Voir Vell. 2.86.1 sq. ; 2.89.4 : Prisca illa et antiqua rei publicae forma reuocata…
  • 9 Voir Vell. 2.131 : l’historien prie à la fin de son œuvre les dieux de conserver ce régime et l’E (...)

19Les historiens Florus et Velleius Paterculus adoptent la forme annalistique, en proposant une version raccourcie de l’histoire romaine Ab Vrbe condita. Est-ce qu’ils choisissent cette forme, pour présenter aussi une histoire du progrès et de la décadence de Rome ? À l’instar de Salluste, Velleius6 fixe le début de la décadence en 146 a.C., en adoptant en plus la théorie sallustéenne sur le metus hostilis (Vell. 2.1.1 sq.). L’auteur s’intéresse aussi aux étapes intermédiaires de ce processus7. Le déclin prend fin à la victoire d’Actium8 ; désormais, Velleius semble rapporter l’histoire d’un progrès renouvelé, conformément à une conception cyclique9. Il en ressort donc une analyse des étapes de la décadence, qui débouche sur une réflexion sur la causalité historique. Une étude sur toutes ces questions et sur la position de Velleius par rapport aux théories de Salluste et de Tite‑Live, mériterait d’être entreprise.

  • 10 Voir Flor., praef., 4-8. Voir supra, p. 232.

20Il en va de même pour Florus. La thématique du progrès et de la décadence est au centre de sa réflexion. Dans la préface, il annonce comme sujet de l’œuvre la grandeur de l’Empire, obtenue grâce à la uirtus et la fortuna (Flor., praef., 1-3), et divise la vie du peuple romain en quatre âges comparables aux âges de l’homme (enfance, adolescence, maturité, vieillesse)10. La décadence commence au milieu du troisième âge, à partir de 146 a.C., et passe par diverses étapes (Flor. 1.47). Le récit s’arrête à l’avènement d’Auguste, qui correspond au début de la senescence. Cette dernière dura jusqu’à Trajan qui initia une époque de reddita iuuentus.

  • 11 Tac., Dial., 18.3 : “mais, par un défaut de la malignité humaine, au passé vont toujours les loua (...)

21Les historiens continuent donc à éprouver le même sentiment de vivre dans une période de décadence, en espérant qu’un avenir meilleur est en train de naître. Cette vision parcourt leurs œuvres, et il existe des indices pour supposer qu’ils s’inscrivent dans la tradition établie par Salluste et Tite-Live, en proposant une histoire du progrès et du déclin. Au cours du ier s. p.C., une métaréflexion sur ce sentiment de décadence fait son apparition. Dans le Dialogue des Orateurs, Aper se porte à la défense des orateurs modernes et s’indigne, en affirmant : uitio autem malignitatis humanae uetera semper in laude, praesentia in fastidio esse11. Selon Sénèque, si le sentiment de dégradation morale est éternel, ce n’est pas parce que la décadence est réelle, mais parce que l’homme reste toujours méchant :

  • 12 Sen., Ben., 1.10.1 : “C’était le grief qu’exprimaient nos ancêtres, comme c’est le nôtre, comme c (...)

22Hoc maiores nostri questi sunt, hoc nos querimur, hoc posteri nostri querentur, euersos mores, regnare nequitiam, in deterius res humanas et omne nefas labi ; at ista eodem stant loco stabuntque paulum dumtaxat ultra aut citra mota, ut fluctus, quos aestus accedens longius extulit, recedens interiore litorum uestigio tenuit12.

  • 13 Une étude détaillée sur ce sujet nous amènerait trop loin. Voir à propos de la réflexion sur la d (...)
  • 14 Pour l’influence de Tite-Live sur Montesquieu, voir Mason 1971.
  • 15 Voir à ce propos l’Introduction (supra, p. 20-22).
  • 16 Voir à ce propos Koselleck & Widmer, éd. 1980, 28-29.
  • 17 Voir Chateaubriand 1861, 409-410 : “Tel fut l’œuvre inaperçu de soixante années, tel fut un résul (...)

23Le sentiment de décadence est donc erroné, puisque la nature méchante de l’homme ne change pas ; c’est seulement le caractère exact des vices qui change, chaque époque étant tourmentée par des vices différents (Sen., Ben., 1.10.2-4). La réflexion sur la décadence apparaît chez plusieurs auteurs de l’Antiquité tardive13 et parcourt les siècles, pour arriver jusqu’à nos jours, ce qui donne raison à Tacite et à Sénèque : l’appréhension de la décadence accompagne l’homme à travers les siècles. En concevant l’histoire de leur cité comme celle du progrès et de la décadence, Salluste et Tite-Live préfigurent non seulement les études sur la grandeur et le déclin de Rome menées par Montesquieu14 et E. Gibbon durant le xviiie siècle et se multipliant jusqu’à nos jours15, mais aussi la conception de l’histoire de toute nation comme une histoire du déclin. À partir de la fin du même siècle, Chateaubriand met sur le même plan les peuples antiques avec les nations modernes, pour prouver que l’histoire se répète, le progrès n’existe pas, et que l’histoire de toute nation est donc une histoire de déclin16. L’influence de Salluste ne doit pas nous échapper : dans son histoire de France, les révoltés de 1789 sont comparés aux conjurés de Catilina17 ; à l’instar de la conjuration de Catilina, la révolution française est ainsi perçue comme l’aboutissement d’un long processus de déclin. Cette réflexion sera élaborée au xxe siècle par O. Spengler qui dans son Déclin de l’Occident, subordonne toute civilisation à ce schéma de progrès et de déclin.

24Le sentiment de la décadence est donc universel et apparaît à toutes les époques de l’humanité. Cela ne veut aucunement dire qu’il n’a pas sa raison d’être ou qu’il est toujours erroné. Pour reprendre la représentation biologique, récurrente chez nos deux historiens, nous pourrions comparer ce sentiment à la sensation de douleur qu’éprouve le corps d’une communauté à cause d’une maladie. Sa fonction est donc identique à celle de la douleur : elle avertit le corps d’une menace véritable contre son existence. Plus la douleur est intense, plus la maladie de la décadence est grave. Salluste et Tite-Live ont donc donné forme à cette appréhension face à une menace véritable pour la république.

25Plus le corps d’une cité est vieilli, plus ce sentiment de douleur devient important et plus la volonté de retourner à une étape antérieure idéalisée de son existence devient obsédante. Dans son En attendant les barbares, C. Cavafis met en scène cette frustration des civilisations qui, ayant atteint le sommet de leur vie, souhaitent le retour des barbares, qui symbolise le retour à un état primitif. Or, les barbares n’arrivent jamais, puisque toujours une nouvelle structure plus robuste et différente succédera à l’ancienne, vieillie et épuisée. Cependant, on attendra toujours les barbares, surtout si l’on vit dans une civilisation avancée. Salluste et Tite-Live seront donc toujours d’actualité.

Notes

1 Voir dans un sens pareil, Leeman 1961, 34-38, et Koster 1996, 262.

2 Voir Tac., Agr., 2.3, 3.1 ; Hist., 1.2-3, 2.37.2-38.2 ; cf. Tac., Dial., 1 sq., 36 sq., sur le déclin de l’éloquence.

3 Voir Tac., Ann., 3.26.1-28.4 ; 3.55 (not. 3.55.5).

4 Voir Tac., Germ., 33.1-3, cité et commenté supra, p. 332, n. 270. Voir aussi Tac., Ann., 6.22, où Tacite s’intéresse de façon générale au rôle du fatum dans la vie des mortels.

5 Koestermann 1973 ; Ducroux 1978 (not. p. 304-309, 313-314). Voir von Haehling 2007, 76-81, qui compare l’analyse de Tacite à la fois avec celle de Salluste et celle de Tite-Live. Cf. Biesinger 2016, 312-354, qui étudie “le discours sur la décadence” chez Tacite.

6 Zanker 2014, 299‑311, montre que son œuvre abonde en thèmes rhétoriques liés à la problématique de la décadence, mais sans proposer une étude systématique de la conception de la décadence chez l’historien. Voir aussi dans le même cadre De Vivo 1984, et Portalupi 1991. Enfin, Biesinger 2016, 277-311, analyse le thème de la décadence chez Velleius comme une réalité discursive.

7 Voir Vell. 1.11.5 : la construction d’un temple de marbre par Metellus Macedonicus en 148 est décrite comme préfigurant le début de la décadence ; 2.33.4 : Lucullus est qualifié de luxuriae primus auctor.

8 Voir Vell. 2.86.1 sq. ; 2.89.4 : Prisca illa et antiqua rei publicae forma reuocata…

9 Voir Vell. 2.131 : l’historien prie à la fin de son œuvre les dieux de conserver ce régime et l’Empire.

10 Voir Flor., praef., 4-8. Voir supra, p. 232.

11 Tac., Dial., 18.3 : “mais, par un défaut de la malignité humaine, au passé vont toujours les louanges, au présent le dédain.” Trad. H. Bornecque (CUF 1936).

12 Sen., Ben., 1.10.1 : “C’était le grief qu’exprimaient nos ancêtres, comme c’est le nôtre, comme ce sera celui de nos descendants : renversement des mœurs, règne des méchants, humanité en décadence et sur la pente de tous les crimes […] Mais le mal demeure au même point et il y demeurera, avec un très léger mouvement, sans plus, en un sens ou en l’autre, comme les flots que la marée montante a déchaînés au-delà du rivage et que la marée descendante ramène dans les limites intérieures de leur lit”. Trad. F. Préchac (CUF 1961).

13 Une étude détaillée sur ce sujet nous amènerait trop loin. Voir à propos de la réflexion sur la décadence durant l’Antiquité tardive le volume récent de Formisano & Fuhrer, éd. 2014.

14 Pour l’influence de Tite-Live sur Montesquieu, voir Mason 1971.

15 Voir à ce propos l’Introduction (supra, p. 20-22).

16 Voir à ce propos Koselleck & Widmer, éd. 1980, 28-29.

17 Voir Chateaubriand 1861, 409-410 : “Tel fut l’œuvre inaperçu de soixante années, tel fut un résultat en apparence si dissemblable à sa cause, qu’au moment où la révolution éclata, on fut étonné que tant de faiblesse, d’asservissement, de folie, eût déposé tant de force, de liberté et de raison dans les cahiers des trois états ; c’est qu’on voyait là le travail des lumières de l’esprit, et non celui de la corruption des mœurs. Catilina, et les jeunes patriciens ses complices, méditèrent au milieu de leurs débauches le renversement de la liberté romaine ; les jeunes nobles de France sortirent des bras des courtisanes de haute ou basse compagnie pour parler à notre tribune à peine ouverte le langage des hommes libres”.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search