Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

La guérison de la res publica : à la recherche des remèdes à la décadence

Salluste et les remèdes à la décadence

Texte intégral

Le dilemme d’un Salluste optimiste ou pessimiste

  • 1 Pöschl 1940, 1 ; Bernert 1949-1950, 94-95 ; Earl 1961, 120 ; La Penna 1969, 32-34, 56-57 ; Richar (...)
  • 2 Vretska 1937a, (not. p. 35-43) ; id. 1976, 694-695 ; Paladini 1948, 186-187, 195-197 ; Steidle 19 (...)
  • 3 Koestermann 1973, 794-795 ; Novara 1983, 584-585 ; Heldmann 1993b, 117 ; Schmal 2001, 118 ; Leden (...)
  • 4 Cf. Büchner 1960, 346-347, qui est le seul à laisser cette question en suspens, tout comme l’a fa (...)

1La question de savoir si Salluste propose des remèdes à la décadence avancée de la res publica divise la critique. D’une part, un certain nombre de chercheurs n’entrevoient dans l’œuvre aucune issue à la situation décrite : Salluste est un auteur désillusionné et incapable de proposer des solutions pour guérir la cité1. D’autre part, plusieurs chercheurs ne veulent pas admettre une telle position de la part de l’historien : malgré son désespoir apparent, il ne perd jamais de vue l’objectif du renouvellement de l’État, qui pourrait se réaliser en suivant l’éthique de la uirtus et de l’industria2. Certains critiques vont jusqu’à envisager l’œuvre de Salluste, et surtout son diagnostic du progrès et de la décadence, comme un moyen utilisé par l’historien pour suggérer à son lecteur les remèdes pour guérir le mal3. Malgré les jugements parfois affirmatifs des chercheurs4, toutes les études citées ne sont pas consacrées précisément à la question qui nous préoccupe dans cette partie.

  • 5 Scanlon 1987.
  • 6 Vasta 2014.

2Deux autres critiques ont mené des études complètes sur ce sujet, en l’abordant de façon différente. T. F. Scanlon5 propose une étude du concept de spes comme paradigme pour aborder l’optimisme ou le pessimisme de Salluste. Selon le chercheur, à travers la façon dont il construit son récit, l’auteur oriente ses lecteurs vers l’espoir que la uirtus peut l’emporter sur le déclin. Cependant, il dément à chaque fois ces espoirs et souligne ainsi la difficulté de restituer les vertus. L’œuvre de Salluste n’est pourtant pas complètement pessimiste. Salluste invite ses lecteurs à abandonner, comme lui-même (Cat., 4.2), la spes dans son sens traditionnel et à poursuivre un nouvel idéal de uirtus qui consiste dans la délibération réaliste. Pour sa part, M. S. Vasta6 adopte comme catégorie d’analyse l’exemplarité, pour démontrer que pour Salluste le lien traditionnel entre les exempla et leur imitation ou leur rejet est irréparablement détruit. Après la destruction de Carthage, les Romains perdent leur capacité à imiter les exempla d’un passé qui ne leur est plus familier. Ainsi l’auteur ne fait que proposer un diagnostic post mortem avec tous les symptômes de la maladie de la res publica.

3Nous avons l’intention de suivre une méthode différente. Pour répondre à la question “Salluste propose-t-il des remèdes à la décadence ?”, il faut s’interroger d’abord sur les solutions possibles que pourrait envisager l’historien. Comme cela a été annoncé dans l’introduction, la première solution pourrait être purement politique et relèverait du même ordre que les conseils de Pseudo-Salluste à César. On peut imaginer soit que Salluste aurait donné ses conseils de réformes aux Triumvirs, alors au pouvoir, à travers son œuvre, soit qu’il prônerait la mise en place de réformes qui auraient renouvelé la res publica, sans définir les personnages capables de les réaliser. Si cette possibilité finit par être exclue, une deuxième solution, cette fois de portée morale, pourrait être envisageable par un historien ayant derrière lui une tradition établie qui veut que l’histoire puisse avoir un impact sur la réalité. Ainsi il faudra examiner si Salluste propose son œuvre comme remède à la crise, ce qui nous amènera à éclaircir le sens qu’il donne à la notion d’exemplarité de l’histoire. Si cette dernière solution est encore exclue, on doit conclure que Salluste ne propose pas de remèdes à la décadence.

  • 7 Scanlon 1987, 71.

4Il ne s’ensuit pas nécessairement que la res publica soit déjà morte, comme l’a suggéré M. S. Vasta, mais qu’elle est peut-être si malade que tout remède semble inefficace. Enfin, il faudra préciser la raison pour laquelle Salluste a décidé d’entreprendre son œuvre, s’il ne l’a pas fait pour aider la res publica. Dans ce cas, la conclusion de T. F. Scanlon pourrait nous offrir un point de départ, mais elle a besoin d’être reformulée : l’espoir réside dans la uirtus animi dont chacun peut faire preuve, “en s’adonnant à la poursuite d’un nouvel idéal de délibération réaliste, face aux contradictions innées dans tout”7. Il conviendra de souligner, plus nettement que T.F. Scanlon, qu’il ne s’agit plus d’un espoir collectif mais individuel.

Salluste et sa position politique

  • 8 La Penna 1969, 114-124. Selon Empli 1997, 433-471, les portraits comparés de César et de Caton pe (...)
  • 9 Voir Cat., 6.7-7.2. Voir aussi Skard 1930 (not. p. 95) ; et Syme 1964, 119-120, pour la position (...)

5La première piste à explorer est donc celle de la position politique de Salluste. L’historien croit-il qu’une res publica réformée serait sauvée ? Entreprend-il dans ce but un dialogue avec les hommes au pouvoir pour leur proposer des mesures dans cette direction ? Concernant la première question, A. La Penna a soutenu que Salluste est à la recherche d’un pouvoir autoritaire qui serait capable d’éliminer le mos partium et factionum. Salluste ne condamne donc pas en bloc le programme de César, mais surtout la dictature militaire qui s’est montrée incapable d’aider au renouvellement de l’État. Cette position “utopique” prépare le régime d’Auguste qui part aussi comme l’historien du besoin d’un retour aux mores antiques, pour établir un pouvoir autoritaire, mais éloigné du regnum et rétablissant la concorde8. Cependant, dans la digression sur le mos partium et factionum (Jug., 41), l’auteur ne fait que reprendre l’historique des luttes entre les classes ; il n’affirme nulle part que la mise en place d’un pouvoir autoritaire pourrait y mettre fin. De plus, dans l’Archéologie du Catilina, on retrouve des opinions qui seraient difficilement adoptées par un partisan du programme du dictateur, qui était soupçonné de viser à la royauté. Salluste reprend la défiance traditionnelle envers les rois : le pouvoir royal se transforma “en une orgueilleuse tyrannie” (in superbiam dominationemque) ; les rois furent un obstacle à l’exercice de l’ingenium, car ils suspectent plus les boni que les mali et redoutent la uirtus des autres9.

  • 10 Anna 1979, 820 sq.

6L’application du programme politique des populares n’est pas non plus envisagée comme solution, ni dans l’Archéologie du Catilina, ni dans le Jug., 41. Nous ne pouvons donc pas non plus accepter l’opinion de G. d’Anna, selon laquelle l’analyse d’A. La Penna est seulement valable dans le Catilina, alors que dans le Jugurtha, la position idéologique de Salluste évolue pour devenir plus proche des populares10.

  • 11 Due 1983, (not. p. 128 sq.). Voir aussi contra A. La Penna, Garbugino 2006, 116-118.
  • 12 Due 1983, 132.

7O. S. Due a sans doute raison de soutenir que Salluste n’a pas de programme politique positif11 : “Il ne semble pas que Salluste ait cru à l’existence dans la société romaine d’une classe dont l’intérêt est un régime stable aussi loin de la corruption oligarchique que des excès démocratiques. C’est exactement l’absence de ce centre politique qu’il déplore”12. Dans l’Archéologie, Salluste note que, depuis le renversement des rois, chacun s’efforçait de faire davantage preuve de ses mérites (Cat., 6.7 sq.). La crise de la royauté fut donc résolue par une modification du régime, mais Salluste ne profite pas de cet exemple historique, pour suggérer qu’une pareille réforme serait opérationnelle dans la circonstance présente.

8En ce qui concerne la deuxième question qui est celle de savoir si Salluste entreprend un dialogue avec les Triumvirs, alors au pouvoir, l’examen des données nous indiquera qu’il le fait pour dénoncer leurs abus, plutôt que pour leur suggérer des remèdes.

  • 13 Fro., Ver., 2.1.9, p. 122, 19-21 Van den Hout.
  • 14 Voir Skard 1972 ; Garbugino 2006, 131-139.
  • 15 Ainsi Allen 1954, 11, n. 33 ; Büchner 1960, 19 ; Syme 1964, 223 ; Mazzarino 1968, 367 ; La Penna (...)
  • 16 Allen 1954, 10-14, invoque au soutien de sa thèse deux autres passages (Hor., Sat., 1.2.41-43 ; S (...)
  • 17 Voir Allen 1954, 11, n. 34.

9Il convient de se référer en premier lieu à un témoignage indirect sur les relations entre Salluste et Marc Antoine. Fronton, dans une lettre à Verus, rapporte que Ventidius, après avoir remporté sa victoire contre les Parthes en 38 a.C., ad uictoriam suam praedicandam orationem a C. Sallustio mutuatus est13. Le sens du verbe mutuatus est divise les chercheurs. Certains le traduisent par “a emprunté”. Dans ce cas, Ventidius aurait juste utilisé les Histoires de Salluste et son style, afin de composer lui-même ce discours et de célébrer ainsi sa victoire14. D’autres traduisent par “s’est procuré”, ce qui suppose donc que c’est Salluste qui a écrit le discours pour Ventidius15. En se fondant sur cette interprétation, J. W. Allen va jusqu’à affirmer que Salluste était lié d’une certaine façon au cercle de Marc Antoine après sa retraite de la vie politique16. Il suppose aussi que Ventidius est resté partisan de Marc Antoine malgré l’attitude hostile de ce dernier à l’égard du général17.

  • 18 Plut., Ant., 34 ; D.C. 49.21.1. Voir à ce propos Syme 1964, 223, n. 29.
  • 19 Les arguments d’Allen 1954 ont été invalidés par Syme 1964, 223 ; La Penna 1969, 285-286, n. 131, (...)

10Or, Plutarque et Cassius Dion rapportent les moyens par lesquels Marc Antoine s’est efforcé de mettre à l’écart le général à cause de sa jalousie envers lui après ses succès contre les Parthes18. Ainsi, même si l’on accepte que Salluste ait écrit un discours pour le général Ventidius, cela ne prouve aucunement que l’historien ait été un sympathisant d’Antoine19.

  • 20 Voir Hist., fr. 3.2-3 M = 3.2-3 Ramsey. Ce passage est aussi utilisé comme argument par La Penna (...)
  • 21 Tiffou 1982.

11Néanmoins, vu la fragilité de nos témoignages, É. Tiffou va peut-être très loin lorsqu’il soutient qu’il existait entre les deux hommes une inimitié violente qui se lit en filigrane, entre autres, dans le jugement virulent de Salluste contre le père de Marc Antoine dans les Histoires20. Selon le chercheur, cette inimitié fut même la raison de la retraite de Salluste de la vie politique ; si l’historien a échappé aux proscriptions, c’est à cause de ses rapports avec des personnages influents auprès de Marc Antoine, comme Ventidius21.

  • 22 Voir Cat., 3.3-5 ; Jug., 3.1-4, 4.7-9. Sur le contexte politique et historique dans lequel Sallus (...)

12En tout état de cause, le texte même de Salluste semble exclure que l’historien ait été un proche des Triumvirs : dans ses préfaces, pour expliquer sa décision de se retirer de la res publica, il déplore la vie politique corrompue de son époque22 et n’hésite pas à affirmer qu’il est vain et insensé d’y participer (Jug., 3.3). Un homme favorablement disposé envers le pouvoir n’aurait sans doute pas inclus ce type de commentaires généralisants.

  • 23 Havas 1971, 50-54.

13L. Havas tente même de montrer que le Catilina prenait son actualité dans la mêlée des événements qui ont suivi la mort de César, en contenant une attaque contre Antoine. Selon le critique, l’historien reprend le parallèle cicéronien Catilina‑Antoine (Cic., Phil., 2.1.1, 4.6.15), et dans plusieurs passages du Catilina, il met en relief les analogies entre le mouvement de Catilina et celui d’Antoine. Salluste souligne aussi le rôle suspect qu’avait joué dans le complot l’oncle du triumvir et consul en 63 a.C. Antonius Hybrida, ainsi que d’autres hommes liés à Marc Antoine, comme son beau-père Lentulus Sura. Le Catilina est donc envisagé comme une critique dissimulée contre Marc Antoine23.

14Selon d’autres chercheurs, les œuvres de Salluste fourmillent d’allusions subtiles à l’actualité politique. Ce n’est notre intention ni d’en proposer une liste exhaustive, ni de discuter de la validité de chacune, mais de montrer qu’en tout état de cause, nous ne pouvons pas entrevoir chez Salluste un état d’esprit favorable envers les Triumvirs. Tous ces passages révèlent une prise de position négative vis-à-vis des actes des héritiers de César.

  • 24 Voir à ce propos l’analyse plus détaillée de Perl 1969a, 203-206, et de Canfora 1993, 121-126.
  • 25 Cat., 51.36 : “Il se peut qu’en un autre temps, sous un autre consul, ayant lui aussi une armée d (...)
  • 26 Voir Vogt 1938, 67 ; Syme 1964, 121-123 ; Pöschl 1970a, 385 ; Vretska 1976, 552 ; Schmal 2001, 57 (...)
  • 27 Voir Perl 1969a, 204, et Havas 1971, 52.
  • 28 Voir Drummond 1995, 33-36.
  • 29 Voir Levene 2000, 189-190.

15Tout le discours de César dans le Catilina a été lu comme une critique cachée à l’égard du régime, une critique mise dans la bouche de César lui-même qui dévoilerait ainsi que les Triumvirs ne sont pas les vrais héritiers de son programme politique24. César affirme qu’il ne craint pas un abus de violence de la part de Cicéron à cette époque (his temporibus), mais prévient des conséquences futures des décisions sévères contre les conjurés : Potest alio tempore, alio consule, cui item exercitus in manu sit, falsum aliquid pro uero credi25. Ce passage a été perçu comme une allusion à la marche d’Octave sur Rome en 43, à la tête de légions, pour forcer les autorités à le nommer consul26. D’autres ont vu ici une critique implicite contre Antoine et sa politique de violence27, une allusion à l’ambiance violente de 44-43 a.C.28 ou de toute la période postérieure à la conjuration de Catilina29.

16La plupart des passages interprétés comme des allusions négatives aux Triumvirs se retrouvent dans les paragraphes 3 et 4 du Jugurtha, où Salluste explique pourquoi la participation à la vie politique ne lui paraît nullement désirable à son époque :

  • 30 Jug., 3.2 : “Quant à l’emploi de la violence pour gouverner parents et patrie – dût-on y réussir (...)

Nam ui quidem regere patriam aut parentes, quamquam et possis et delicta corrigas, tamen importunum est, cum praesertim omnes rerum mutationes caedem, fugam aliaque hostilia portendant30.

  • 31 Voir La Penna 1969, 119-121. Lämmli 1946, 108, avait déjà vu dans le passage une allusion à César
  • 32 Steidle 1958, 106-107 ; Büchner 1960, 109 ; Koestermann 1971, ad loc. ; contra Vretska 1955a, 21- (...)
  • 33 Voir Syme 1964, 216 ; Anna 1979, 817-819 ; Garbugino 2006, 127. Cf. Paul 1984, ad loc., qui voit (...)

17A. La Penna voit dans le passage une évocation de la dictature militaire de César : sa tendance à la violence a mené à son assassinat et à l’échec de son programme politique, pour le reste approuvé par Salluste31. W. Steidle, K. Büchner et E. Koestermann lisent aussi une allusion à César, en s’opposant à la thèse de K. Vretska qui préfère interpréter le passage comme une critique contre les Triumvirs, notamment Octavien32. D’autres, comme R. Syme, n’excluent ni l’une, ni l’autre possibilité33. R. Syme ne manque pas pour autant de noter que la préface du Jugurtha porte les traces de l’époque des Triumvirs :

  • 34 Jug., 3.3-4 : “3. Quant à s’épuiser en vains efforts, et pour prix de ses fatigues ne récolter qu (...)

3. Frustra autem niti neque aliud se fatigando nisi odium quaerere, extremae dementiae est : 4. nisi forte quem inhonesta et perniciosa lubido tenet potentiae paucorum decus atque libertatem suam gratificari34.

  • 35 Voir Steidle 1958, 108 ; Syme 1964, 218 ; Malitz 1975, 89-91. Cf. Paul 1984, ad loc.
  • 36 Pour cette interprétation du passage, voir Tiffou 1982, 147 ; Garbugino 2006, 127. Cf. Lämmli 194 (...)
  • 37 Voir TLL, s.u. orcinus 9.2.931.38-56, qui contient plusieurs références à des textes juridiques.

18Les pauci dénoncés ne seraient pas autres que les Triumvirs35. Quels sont donc ceux qui sont prêts à se soumettre à l’oligarchie violente ? Salluste vise sans doute ceux qu’Antoine a désignés comme membres du Sénat, en se fondant sur l’autorité douteuse des mémoires que César avait laissés après sa mort. Les Romains appelaient par plaisanterie ces personnes Orcini Senatores, car ils appuyaient leur titre sur les testaments d’un défunt36. L’allusion à ces hommes semble d’autant plus justifiable si l’on se rappelle que les Orcini représentaient une catégorie juridique distincte désignant les esclaves qui étaient affranchis en vertu du testament de leur maître après sa mort37. Dans le passage cité, Salluste dénonce l’esprit servile de ces hommes (libertatem gratificari), ce qui rend le rapprochement plus reconnaissable.

  • 38 Voir Jug., 4.4. Voir aussi dans ce sens La Penna 1969, 119.
  • 39 Voir Jug., 4.7, et Syme 1964, 218-219.

19C’est sans doute de ces mêmes hommes dont il parle avec mépris un peu plus loin, lorsqu’il invite ceux qui critiquent sa décision de se retirer de la vie politique à se rappeler quelles sortes de gens ont envahi le Sénat38. Enfin, ses commentaires sur les homines noui qui ne s’efforcent pas de conquérir le pouvoir par les bonae artes comme auparavant, mais par le vol et le brigandage, seraient selon R. Syme une allusion à certains partisans d’Octavien39.

  • 40 Hist., fr. 3.2 M = 3.2 Ramsey : curator nocentior piratis.
  • 41 Hist., fr. 3.3 M = 3.3 Ramsey : Perdendae pecuniae genitus et uacuus a curis nisi instantibus. Ga (...)
  • 42 Voir Perl 1969a, 212-215. Voir aussi id. 1969b. Les interprétations de Pasoli 1965, 70-72 ; McGus (...)

20Les allusions aux hommes au pouvoir dans les Histoires sont encore moins certaines, à cause de l’état fragmentaire de l’œuvre, mais la prise de position négative à l’égard des Triumvirs ne semble pas moins valable. On a déjà mentionné les commentaires peu élogieux à l’encontre du père de Marc Antoine, le fameux Creticus, pour la façon dont il a conduit les expéditions en Crète : il fut plus nuisible que les pirates40 ; il était né pour gaspiller de l’argent et ne s’intéressait qu’aux affaires urgentes41. De plus, selon G. Perl, Salluste a construit l’épisode du tumultus Lepidi de façon à rappeler l’actualité et à susciter ainsi une critique contre les Triumvirs. L’opposition de Philippe à Lépide suggère l’opposition de Cicéron à Antoine. Dans les deux cas, un jeune priuatus (Pompée et Octavien) intervient au nom de l’État. Le discours de Philippe rappelle à plusieurs égards les Philippiques de Cicéron42.

  • 43 Tiffou 1973, 226, n. 8, 227, n. 10, 228-230 ; Schmal 2001, 56-57. Voir aussi Paul 1984, 12-15, qu (...)
  • 44 Tiffou 1973, 227.
  • 45 Schmal 2001, 56-57.

21Il convient de le répéter : notre intention, en citant toutes ces allusions prétendues à l’actualité politique n’est ni de les confirmer, ni de les démentir. É. Tiffou et S. Schmal ont sans doute raison de mettre en garde contre la pertinence de certaines43. Cependant, ces passages n’en marquent pas moins selon les deux critiques la déception de Salluste. Comme le note É. Tiffou à propos du Jug., 3.2 : “La remarque de Salluste (quamquam et possis et delicta corrigas) est donc, selon nous, moins une concession qu’un aveu d’impuissance. Le diagnostic est sans illusion et ne laisse dans l’immédiat aucun espoir au malade”44. S. Schmal ne doute pas qu’à l’époque où Salluste écrit, il voulait montrer que les Triumvirs n’étaient pas les vrais héritiers de la politique de César45. Nous ne le voyons pas ainsi : il sera montré que, dans la synkrisis, César ne représente pas non plus un modèle de dirigeant.

  • 46 Cf. Malitz 1975, 90-92, qui soutient que Salluste en tant qu’ex-césarien n’avait rien à craindre (...)

22À travers toutes ces allusions, même si elles ne sont pas toutes certaines, Salluste avait l’intention de manifester son désaveu de la politique menée par les Triumvirs ; et il avait tout intérêt à le faire de façon camouflée, pour ne pas subir le sort de Cicéron qui a payé de sa vie ses attaques contre Antoine46. Malgré l’état fragmentaire des Histoires, qui obscurcit quelque peu notre vision, les allusions contre le régime semblent d’ailleurs augmenter progressivement, ce qui est conforme à l’accentuation du pessimisme de Salluste.

  • 47 [Cic.], Sal., 7.19 ; D.C. 43.9. Voir à ce propos la discussion de Bertrandy 2005, 35-38. Cf. Mali (...)
  • 48 Selon Syme 1964, 38-39, cette amende a été infligée par César à Salluste pour mettre fin au procè (...)
  • 49 Contra Vretska 1955b, 56-59, essaie de montrer que l’enrichissement dû à l’activité politique de (...)
  • 50 Cf. Havas 1971, et id. 1972, qui envisage un rapprochement de Salluste avec Cicéron.

23Son désillusionnement face aux hommes au pouvoir pourrait peut-être s’expliquer aussi à l’aide de certaines données biographiques. Sa retraite de la vie politique après la mort de César n’est probablement pas sans rapport avec le regard que portaient sur lui les Triumvirs. On ne dispose pas de témoignages solides, mais il est logique de penser que les nouveaux dirigeants n’avaient aucune envie de collaborer avec un homme qui en réalité n’avait plus d’avenir politique après son retour d’Afrique : selon Cassius Dion et l’Invective de Pseudo-Cicéron contre Salluste47, ce dernier rentra d’Afrique, considérablement enrichi ; il reçut le pardon de César et échappa à un procès de repetundis en s’engageant à verser à César une amende48. Dans la mesure où l’on peut se fier à l’Invective, Salluste n’accepta pas ces accusations, puisque Pseudo-Cicéron invite Salluste à démontrer, à l’aide de preuves qu’elles sont fausses ([Cic.] Sal. 7.19). Qu’elles aient été vraies ou fausses, il n’en reste pas moins qu’elles ont souillé également le nom de César, et ses héritiers auraient été peu enclins à faire confiance à Salluste49. Sa mise à l’écart par les Triumvirs après la mort de César était donc attendue, comme l’était aussi le mécontentement de Salluste pour cette raison50.

24Les données examinées jusqu’à maintenant montrent que Salluste portait un regard critique sur la politique menée par les héritiers proclamés de César. Une question mérite toutefois d’être posée : Salluste ne pourrait-il pas espérer que si, par une heureuse coïncidence, les Triumvirs étaient écartés du pouvoir, il serait encore possible de réformer la res publica ? Telle est la conviction de K. Vretska qui se fonde sur la préface du Jugurtha. Après avoir affirmé qu’il existe plusieurs artes animi par lesquels l’homme peut acquérir la gloire, l’historien déclare :

  • 51 Jug., 3.1 : “Mais parmi ceux-ci, les magistratures, les commandements militaires, bref toute acti (...)

Verum ex iis magistratus et imperia, postremo omnis cura rerum publicarum minime mihi hac tempestate cupiunda uidentur, quoniam neque uirtuti honos datur neque illi, quibus per fraudem is fuit, tuti aut eo magis honesti sunt51.

  • 52 Cat., 4.1 : “je fus résolu à passer le reste de ma vie loin de la politique”.
  • 53 Voir Vretska 1955a, 11-12, 20-21.
  • 54 Voir à ce titre l’analyse de Steidle 1958, 105-107.

25K. Vretska a juxtaposé ce hac tempestate avec la formule plus radicale qu’avait employée Salluste pour annoncer sa retraite dans le Catilina : relicuam aetatem a re publica procul habendam decreui52. Ainsi il soutient que la phrase hac tempestate montre l’objectivité plus grande de Salluste qui commence à espérer que le pouvoir des Triumvirs sera provisoire, et à envisager un retour à la politique53. Il convient d’objecter que la condamnation de la vie politique est nette54 et ne peut pas concerner uniquement la circonstance actuelle, mais toute l’histoire de Rome, après que la décadence s’est accélérée. Salluste l’indique clairement, lorsqu’il compare les hommes illustres du passé avec les hommes politiques du présent :

  • 55 Jug., 4.7 : “Dans nos mœurs actuelles au contraire, c’est en richesse et en prodigalité qu’on veu (...)

At contra, quis est omnium his moribus, quin diuitiis et sumptibus, non probitate neque industria cum maioribus suis contendat ? Etiam homines noui, qui antea per uirtutem soliti erant nobilitatem anteuenire, furtim et per latrocinia potius quam bonis artibus ad imperia et honores nituntur55.

  • 56 Voir Tiffou 1973, 233-236. Le chercheur (ibid., 234, n. 34) répond aussi à Mazzarino 1968, 367 sq (...)
  • 57 Cf. Paul 1984, 13.
  • 58 Voir Cat., 7.1, 36.4 ; Jug., 79.2 ; Ep. Mith., 10. Voir aussi Koestermann 1971, 34.

26Le syntagme his moribus montre que la corruption de la vie politique n’est pas une question liée aux circonstances actuelles, mais à la décadence des mores. C’est pourquoi Salluste avait regretté dans le Catilina d’avoir participé à la vie politique en tant que jeune homme : non parce que la politique ne peut pas être une source de gloria, mais parce que dans la vie politique actuelle, c’étaient les vices qui régnaient au lieu des vertus (Cat., 3.2 sq.). Comme l’a souligné É. Tiffou, même si l’auteur ne rejette la politique que dans la mesure où la décadence ne permet plus qu’elle soit un champ d’exercice de la uirtus, il ne se fait pas d’illusions quant à la circonstance actuelle56. Donc, la formule hac tempestate ne renvoie pas aux circonstances politiques des années 40, mais à une période plus large qui est celle de la décadence57. Ce n’est pas l’unique occurrence où Salluste utilise le terme tempestate dans le sens de “à cette époque”, plutôt que dans celui de “en cette circonstance précise”58.

27Le message que fait passer Salluste dans les préfaces des monographies, surtout dans le Jug. 3.1, est qu’à cause de la dégradation de la res publica, il est vain de vouloir la servir par l’activité politique, car cette dernière n’est plus un domaine d’exercice de la uirtus. La réforme de la res publica semble être une utopie, du moins si elle est poursuivie par la participation à la vie politique. C’est pourquoi l’auteur se propose un autre domaine d’activité conforme à l’exercice de la uirtus : l’écriture de l’histoire. Il convient donc d’examiner si Salluste espère contribuer à la guérison de l’État grâce à son activité d’historien ou s’il perçoit plutôt cette activité comme un moyen d’exercer sa uirtus individuelle sans implications plus larges pour le destin de la république.

L’œuvre historique, un remède à la décadence ?

La justification de la retraite de Salluste et l’utilité de l’histoire

  • 59 Sur ce topos voir Herkommer 1968, 34-45.
  • 60 Cato Hist., fr. 1.2 Chassignet (= Cic., Planc., 66) : “les hommes en vue et les personnages impor (...)
  • 61 Voir Cic., Off., 2.2.5-6, 3.1.1-3 ; de Orat., 1.1.3 ; Arch., 6.13-14. Voir Bernert 1949-1950, 92- (...)

28Salluste consacre la seconde moitié de ses préfaces (§ 3-4) à se justifier de sa décision de se consacrer à l’historiographie. La justification de l’activité d’historien est un topos qui apparaît souvent dans les préfaces des historiens romains59. Selon Cicéron, Caton a commencé ses Origines avec la déclaration suivante : clarorum hominum atque magnorum opus non minus otii quam negotii rationem exstare opportere60. Toute activité autre que la politique, l’historiographie incluse, est perçue comme un otium qui devait être expliqué à un auditoire romain pour lequel l’activité politique était le seul véritable negotium. L’exemple de Cicéron peut être révélateur à ce titre. La retraite de la vie politique n’a été pour le philosophe qu’un otium imposé par les circonstances, une pause en vue de retourner à la politique. Quant à l’activité littéraire, même s’il la considère clairement comme un otium, plutôt que comme un negotium, elle ne doit pas moins être subordonnée à l’intérêt de la res publica61.

  • 62 Sur la conception de l’otium chez Salluste et ses différences par rapport à Cicéron, voir Bernert (...)

29La position de Salluste est différente : même s’il reconnaît la primauté de l’activité politique par rapport au service de l’État par la parole, sa retraite est, comme on vient de le montrer, définitive, car la participation à la vie politique n’a plus de sens à son époque. Il s’efforce donc d’accorder à l’écriture de l’histoire le statut de negotium62. Après avoir montré dans le Cat., 2 que l’homme de bien doit poursuivre la gloire, en s’adonnant à une tâche (aliquo negotio), Salluste ajoute :

  • 63 Cat., 3.1-2 : “1. Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et au (...)

1. Sed in magna copia rerum aliud alii natura iter ostendit. Pulchrum est bene facere rei publicae, etiam bene dicere haud absurdum est ; uel pace uel bello clarum fieri licet ; et qui fecere, et qui facta aliorum scripsere, multi laudantur. 2. Ac mihi quidem, tametsi haudquaquam par gloria sequitur scriptorem et auctorem rerum, tamen imprimis arduum uidetur res gestas scribere…63

  • 64 Ainsi Wolff 1993, 164 sq.
  • 65 Voir dans ce sens McGushin 1977, ad loc. ; voir aussi Chapman 1983, 142 : “Sallust’s modest sugge (...)
  • 66 Voir à ce propos Burkard 2003, 499-500.

30L’écriture de l’histoire est présentée comme un negotium qui peut assurer la gloire. S’agit-il d’une gloria purement individuelle ou d’une gloria qui ressort d’une action utile à la res publica ? C’est en répondant à cette question qu’on pourra savoir si Salluste envisage son œuvre comme un moyen d’aider l’État en décadence64. L’auteur est assez clair quant au lien de son travail avec la collectivité : il admet qu’il est beau de servir la res publica par ses actes (bene facere rei publicae), mais cet aveu n’est qu’un point de départ pour affirmer qu’il n’est pas non plus déplacé de la servir par la parole, en lui rendant un éloge (bene dicere rei publicae)65. Le verbe bene dicere demande un complément qui ne peut être que le datif rei publicae66. Ce service rendu à la res publica par les belles paroles, quoique inférieur par rapport au service rendu par les belles actions (bene facere), n’en procure pas moins la gloire à l’auteur (scriptorem rerum), même si cette dernière n’est pas la même que la gloire qui suit celui qui fait l’histoire (auctorem rerum). Après avoir expliqué les difficultés propres au travail d’historien, Salluste prend soin d’exposer à ses lecteurs la raison qui l’a poussé à opter pour l’historiographie, plutôt que pour la participation active à la vie politique :

  • 67 Cat., 3.3-4.1 : “3. 3. Pour moi, tout jeune encore, mon goût me porta comme tant d’autres, vers l (...)

3. 3. Sed ego adulescentulus initio, sicuti plerique, studio ad rem publicam latus sum, ibique mihi multa aduorsa fuere. Nam pro pudore, pro abstinentia, pro uirtute, audacia, largitio, auaritia uigebant. 4. Quae tametsi animus aspernabatur, insolens malarum artium, tamen inter tanta uitia imbecilla aetas ambitione corrupta tenebatur […] 4. 1. Igitur, ubi animus ex multis miseriis atque periculis requieuit et mihi relicuam aetatem a re publica procul habendam decreui, non fuit consilium socordia atque desidia bonum otium conterere, neque uero agrum colundo aut uenando, seruilibus officiis, intentum aetatem agere67.

  • 68 Les commentateurs se sont étonnés de ce mépris de Salluste à l’égard de la chasse et de l’agricul (...)
  • 69 Dans ce sens Salamon 2019, 92-93. Cf. Burkard 2003, 482-494 : ces réflexions ne visent pas tant à (...)

31La dégradation morale et politique ne laisse donc pas d’autre choix à Salluste que de s’éloigner définitivement de la vie politique. Il cherche donc à trouver une activité apte à transformer son otium en un véritable negotium68. C’est pourquoi libéré désormais d’espoir, de crainte et d’esprit de parti, il a décidé d’écrire l’histoire (Cat., 4.2). L’écriture de l’histoire chez Salluste tient donc lieu de negotium. Le raisonnement de Salluste se rapproche de celui de Cicéron, dans le sens où l’historien, tout comme le philosophe, devant des circonstances politiques interdisant la participation à la vie politique, est obligé de trouver une activité alternative pour être utile à la république et acquérir ainsi la gloire. La différence entre les deux hommes réside dans le fait que Salluste parle d’une retraite définitive de la vie politique (mihi relicuam aetatem a re publica procul habendam decreui), et envisage son activité comme un negotium qui remplace la participation à la vie politique69.

  • 70 Voir dans ce sens Vretska 1976, 85-86, avec bibliographie antérieure. Mevoli 1994, 33‑73, étudie (...)
  • 71 Voir à ce propos l’analyse de Tiffou 1973, 148 sq., 213 sq., 251-284.

32L’intention de Salluste est donc de servir la res publica. La gloire dont il parle dans le § 3 est certes sa gloire personnelle, mais n’en est pas moins issue d’un negotium utile pour la res publica70. Ainsi l’auteur reste fidèle à la conception romaine traditionnelle de la uirtus au service de l’État, mais ajoute un nouveau domaine d’industria, celui de l’historiographie71.

  • 72 Voir Luc., Hist. Conscr., 53. Voir sur ce passage Herkommer 1968, 14-17.

33Toutefois, l’historien n’explique pas dans sa préface en quoi précisément son œuvre sera utile à la république, en s’opposant ainsi aux conventions du genre. Selon Lucien qui se fonde sans doute sur une tradition antérieure, contrairement aux orateurs, les historiens doivent écarter de leurs préfaces la captatio beneuolentiae (τὸ τῆς εὐνοίας). En revanche, ils doivent, d’un côté, attirer l’attention (προσοχή) de leurs lecteurs, en soulignant l’importance et l’utilité de ce qu’ils vont relater et, de l’autre, s’efforcer de leur faire comprendre (εὐµάθεια) ce qui va suivre, en leur exposant les causes et les éléments les plus importants des faits72.

  • 73 La classification se fonde sur Rhet. Lat. Min. p. 588, 31 sq. Halm. Voir Herkommer 1968, 17-19.
  • 74 Pour une analyse détaillée de ces trois topoi chez Salluste, Tite-Live et Tacite, voir Nikolaidis (...)
  • 75 Cf. Hdt. 1.1 : ὡς µήτε τὰ γενόµενα ἐξ ἀνθρώπων τῷ χρόνῳ ἐξίτηλα γένηται.

34À l’encontre de ces préceptes, Salluste tente surtout de gagner la faveur de ses lecteurs, en rédigeant une préface de persona ; il aurait pu opter pour une préface de historia, comme Caton qui parle de l’utilité de l’histoire, ou de materia, comme Tite-Live qui se concentre sur l’importance de son récit73. Même si cette classification est schématique, puisqu’on retrouve dans les préfaces de Salluste et de Tite-Live des éléments appartenant aux trois topoi, elle n’en reste pas moins pertinente dans ses grandes lignes74. Même lorsqu’il se réfère aux raisons qui l’ont incité à choisir le complot de Catilina comme sujet, il se contente d’affirmer qu’il l’a fait, parce que c’est un crime qu’il estime mémorable par sa nouveauté et par le danger qu’il a constitué (Cat., 3.3-4). Il ne précise pas pourquoi ces événements doivent être commémorés75.

  • 76 Voir Cic., Rep., 5.1.1 ; Plb. 6.54.3.
  • 77 Seider 2014, 151-154.

35A. Seider soutient que malgré cette omission, les lecteurs romains, familiers comme ils l’étaient avec l’idée que la mémoire peut jouer un rôle dans l’amélioration de la société76, n’auraient aucune difficulté à saisir que les références de Salluste à la mémoire impliquent que les faits décrits doivent les influencer. L’utilisation de la formule auctor rerum (Cat., 3) pour renvoyer à celui qui fait l’histoire n’est pas fortuite. Le terme auctor qui peut signifier à la fois l’auteur des œuvres et des actions, efface la frontière entre l’action de faire et d’écrire, en sous-entendant que l’action de Salluste peut provoquer le changement77.

  • 78 Ferrary 1980, 19. Dans ce sens Walter 2004, 323-324.

36À notre sens, l’hésitation de l’historien à faire justement allusion au topos de l’utilité de l’histoire dissimule peut-être son malaise par rapport à cette thèse. On peut faire le même commentaire à propos de la question posée par J.-L. Ferrary : “Mettre au jour les raisons d’une crise aussi grave et en analyser les développements, n’était-ce pas en effet servir l’État romain en l’éclairant sur les maux dont il souffrait ?”78. Salluste qui était à ce point soucieux de défendre sa décision de se retirer de la vie politique et d’expliquer à ses lecteurs sceptiques l’intérêt de l’historiographie, serait porté à formuler clairement cette fonction utile de l’histoire, s’il y tenait absolument. Son silence paraît pour le moins suspect.

  • 79 Voir à ce propos l’analyse de Bernert 1949-1950, 95-96 ; et André 1966, 342.
  • 80 Ce paradoxe a aussi été signalé par Leeman 1954, 332, et Tiffou 1973, 219-220.

37Par conséquent, Salluste manifeste sa volonté d’être utile à la res publica à travers son activité d’historien mais ne précise pas comment. Il devient un peu plus précis dans le Cat. 8 : les actions des Athéniens sont célébrées plus qu’elles le mériteraient, parce qu’à Athènes sont nés de grands écrivains qui les ont exaltées ; en revanche, le peuple romain n’a jamais eu cette ressource, car les Romains préféraient l’action à la parole. Sans le déclarer nettement, l’auteur insinue que son intention est de combler une lacune qui faisait tort à la renommée de Rome, et reste ainsi attaché à la cause de la res publica79. Il s’agit bien entendu d’une thèse paradoxale, car, à l’exception de la première moitié de l’Archéologie, Salluste ne célèbre pas dans ses œuvres des actions d’éclat, mais des actions accomplies par des hommes corrompus80.

  • 81 Voir dans ce sens Leggewie 1953, 351-352.
  • 82 Feldherr 2012, 96-97.

38Même si l’on accepte que l’intention de Salluste aurait été de réparer un tort fait à la cité en relatant des actions d’éclat romaines (ce qu’il n’a pas fait finalement), il n’est nulle part affirmé que cette activité vise à aider la res publica à sortir de la crise. Salluste, marqué par les conditions critiques de son époque, est à la recherche d’un vrai negotium et voit l’historiographie comme un substitut à la politique, mais ses explications à ce propos ne sont pas convaincantes81. L’absence d’une théorie sur ce qui fait l’utilité de l’histoire, donne le droit au lecteur d’adopter plusieurs modes d’interprétation du Catilina, selon A. Feldherr82. Le passage suivant du prologue, dans lequel l’auteur se réfère aux difficultés de la tâche d’historien, illustre l’incapacité des lecteurs contemporains à tirer profit du récit historique :

  • 83 Cat., 3.2 : “2. […] c’est une tâche des plus ardues que celle de l’historien […] s’il lui arrive (...)

2…tamen imprimis arduum uidetur res gestas scribere […] quia plerique, quae delicta reprehenderis, maliuolentia et inuidia dicta putant ; ubi de magna uirtute atque gloria bonorum memores, quae sibi quisque facilia factu putat, aequo animo accipit, supra ea ueluti ficta pro falsis ducit83.

  • 84 Voir Feldherr 2010, 204-205.

39A. Feldherr a raison d’affirmer que cette déclaration met en doute la capacité du texte à communiquer avec les lecteurs contemporains à cause de la décadence : en raison de leurs vices, les lecteurs croient aussi l’auteur animé par des motivations négatives et ne peuvent tenir compte ni de ses blâmes, ni de ses éloges. Ils sont donc incapables de s’inspirer du récit et d’améliorer ainsi leur conduite84. Il en ressort que, dans le Catilina, Salluste manifeste son intention de servir la res publica par sa monographie, mais ne précise pas comment.

  • 85 Voir surtout à ce titre Tiffou 1973, 223-249 ; voir aussi Büchner 1960, 106-113 ; contra Burkard (...)
  • 86 Voir Jug., 3.1 sq. Voir aussi dans ce sens Oppermann 1935, 49-50, et id. 1958, 190-191.

40Dans le Jugurtha, Salluste élabore des considérations plus concrètes sur l’utilité de l’histoire. Pour donner une base plus solide à ces réflexions, il devient d’abord encore plus affirmatif dans la façon dont il critique la vie politique actuelle85. Dans le Catilina, sa décision de se retirer de la res publica est imposée par la corruption qui règne sur la scène politique de son époque ; il ne s’agit que d’une résolution forcée, car selon l’historien, la gloire revient en priorité à celui qui fait les actions plutôt qu’à celui qui les écrit (Cat., 3). En revanche, dans le Jugurtha, Salluste se contente de condamner la vie politique actuelle par les déclarations qu’on a commentées plus haut comme des allusions probables à l’actualité politique (Jug., 3). L’auteur affirme que toute activité politique ne lui paraît nullement désirable à son époque, sans nuancer cette prise de position radicale en précisant que l’activité politique reste pour autant la source de gloire par excellence86. Ainsi, ayant comme base cette confiance plus grande en sa retraite, Salluste explique ensuite pourquoi son œuvre sera en réalité beaucoup plus utile à la res publica que la participation à la vie politique :

  • 87 Jug., 4.1-4 : “1. Mais parmi les exercices qui sont du ressort de l’esprit, un des plus utiles es (...)

1. Ceterum ex aliis negotiis quae ingenio exercentur, in primis magno usui est memoria rerum gestarum. 2. Cuius de uirtute quia multi dixere, praetereundum puto, simul ne per insolentiam quis existumet memet studium meum laudando extollere. 3. Atque ego credo fore qui, quia decreui procul a re publica aetatem agere, tanto tamque utili labori meo nomen inertiae imponant […] 4. Qui si reputauerint et quibus ego temporibus magistratus adeptus sum [et] quales uiri idem adsequi nequiuerint, et postea quae genera hominum in senatum peruenerint, profecto existumabunt me magis merito quam ignauia iudicium animi mei mutauisse, maiusque commodum ex otio meo quam ex aliorum negotiis rei publicae uenturum87.

41Salluste ne laisse pas de doute quant à l’utilité de son projet : il affirme que la memoria rerum gestarum est un negotium qui peut exercer l’ingenium au même titre que les autres. Il s’agit donc d’une activité conforme à l’idéal des préfaces. Toutefois, il reste au départ vague quant à la façon précise dont son œuvre sera utile à la collectivité (magno usui, tanto tamque utili labori). Pour indiquer à ses lecteurs que son œuvre sera aussi utile à la res publica, il renvoie d’abord aux autres écrivains qui ont fait l’éloge de l’histoire (multi dixere).

  • 88 Voir sur ce topos Herkommer 1968, 128-137, et Janson 1964, 66-67. Sur la tendance des historiens (...)
  • 89 Cato, Hist., fr. 3 Peter = T 9 FRHist. = Rhet. Lat. Min. p. 588, 31 sq. Halm.
  • 90 Plb. 1.1.2-3, 3.31, 3.118.12, 30.6.1-4. L’histoire peut aussi contribuer selon Polybe à l’amélior (...)
  • 91 Asel., Hist., fr. 2 Peter = fr. 2 Chassignet = fr. 2 FRHist. = Gel. 5.18.9.
  • 92 Selon Feldherr 2012, 96, n. 2, nombreux sont ceux qui ont parlé de l’utilité de l’histoire (multi (...)

42L’utilité de l’histoire est un topos qui apparaît dans les préfaces de plusieurs historiens88 et c’est sans doute à ces multi que se réfère Salluste. On a déjà mentionné que Caton avait parlé dans sa préface de l’utilité de l’histoire89. Selon Thucydide, l’histoire est un κτῆµα ἐς αἰεὶ pour comprendre (τὸ σαφὲς σκοπεῖν) les événements du passé et du futur (Thuc. 1.22.4). Polybe analyse souvent l’histoire comme une leçon politique (πρὸς τὰς πολιτικὰς πράξεις) qui peut servir à la correction des hommes (τοῖς ἀνθρώποις διόρθωσιν)90. L’homme d’État est même assimilé à un médecin qui doit savoir évaluer les causes des événements, pour porter facilement remède aux circonstances qui se présenteront (Plb. 3.7.4-7). Sempronius Asellio explique que, s’il a renoncé à la forme annalistique, c’est parce qu’elle est inappropriée pour inciter les hommes à défendre la communauté ou pour les détourner du mal91. Cette liste des historiens qui ont souligné que l’histoire peut être une magistra uitae, selon la formule cicéronienne (Cic., de Orat., 2.9.36), un guide pour diriger les actions des hommes politiques, n’est certainement pas exhaustive. Elle n’en montre pas moins que les déclarations sur l’utilité de l’histoire pour la collectivité restent vagues et générales92 et ne s’appliquent pas à un contexte historique et politique chronologiquement précis. En renvoyant à tous ces auteurs, Salluste n’affirme aucunement que son œuvre puisse constituer un remède à la décadence actuelle de la cité. Il indique seulement, de façon peu précise, que son œuvre présente un certain intérêt pour la collectivité. Ces réflexions auraient plus de poids, si elles étaient formulées explicitement, plutôt que par le filtre de l’allusion à d’autres qui les ont énoncées.

43L’idée de l’utilité à la cité est certes soulignée plus clairement dans la phrase maiusque commodum […] uenturum : Salluste déclare que son otium sera beaucoup plus utile à la res publica que l’activité politique de ses adversaires. S’agit-il d’affirmer que l’œuvre vise à la guérison de la république ? Il ne faut pas oublier le contexte polémique du passage. En effet, dans une perspective d’aemulatio, Salluste se sent obligé de répondre à ceux qui le critiquent, et compare inévitablement sa tâche à celle de ses adversaires. Il n’affirme pas que son œuvre dispose d’une capacité à changer la situation, mais qu’elle sera plus utile que la participation à la vie politique. L’auteur marque seulement son intention d’être utile à la res publica. Les lignes suivantes qui commencent par la conjonction nam représentent à première vue un effort de l’auteur pour expliquer plus précisément en quoi son œuvre sera utile à la collectivité :

  • 93 Jug., 4.5-6 : “5. J’ai souvent entendu conter que Q. Maximus, P. Scipion, et tant d’hommes illust (...)

5. Nam ego saepe audiui Q. Maxumum, P. Scipionem, praetera ciuitatis nostrae praeclaros uiros solitos ita dicere, cum maiorum imagines intuerentur, uehementissume sibi animum ad uirtutem accendi. 6. Scilicet non ceram illam neque figuram tantam uim in sese habere, sed memoria rerum gestarum eam flammam egregiis uiris in pectore crescere neque prius sedari quam uirtus eorum famam atque gloriam adaequerit93.

  • 94 Sur les imagines maiorum, voir l’étude complète de Flower 1996.
  • 95 Voir dans ce sens Büchner 1960, 111 ; Earl 1961, 9 ; Tiffou 1973, 239-241 ; Paschalis 1980, 129-1 (...)
  • 96 Le sujet étant très vaste, nous nous contentons de citer quelques travaux consacrés à la notion d (...)

44L’histoire peut donc être utile de la même façon que les imagines des ancêtres94 l’ont été aux hommes éminents du passé. En lisant ce passage, le lecteur éprouve l’impression que l’œuvre de Salluste sera utile à mesure qu’elle exposera des exempla aptes à exercer une influence sur lui, et donc sur la res publica95 ; l’historien fait de la sorte ici allusion à un long débat sur la capacité des exempla à façonner la conduite humaine96. C’est dans cet esprit que Cicéron avait aussi parlé dans le Pro Archia d’une foule d’exemples (quam multas imagines) que les auteurs grecs et romains ont laissés non seulement pour les admirer, mais aussi pour les imiter (non solum ad intuendum, uerum etiam ad imitandum). Cicéron déclare avoir eu ces imagines devant ses yeux, quand il gouvernait la république (Cic., Arch., 6.14). Or, le lecteur du Jugurtha se trouve confronté à un paradoxe : chez Salluste, cette déclaration programmatique est démentie, car ce sont les figures négatives, non conformes aux valeurs du prologue, qui l’emportent sur les figures positives. L’auteur répond à cette objection, en introduisant les réflexions suivantes avec la conjonction d’opposition at contra :

  • 97 Jug., 4.7 : “Dans nos mœurs actuelles au contraire, c’est en richesse et en prodigalité qu’on veu (...)

At contra, quis est omnium his moribus, quin diuitiis et sumptibus, non probitate neque industria cum maioribus suis contendat ? Etiam homines noui, qui antea per uirtutem soliti erant nobilitatem anteuenire, furtim et per latrocinia potius quam bonis artibus ad imperia et honores nituntur97.

  • 98 Ainsi Vretska 1955a, 17.

45En reprenant le vocabulaire du prologue (probitate, industria, uirtutem, bonis artibus), Salluste cherche à expliquer à son lecteur pourquoi il trouvera dans son œuvre très peu d’exemples à imiter : son récit est consacré à une période décadente (his moribus), pendant laquelle même les homines noui n’incarnent plus les valeurs du prologue. Puisque l’exemplarité de l’histoire peut aussi être portée par des figures négatives, une question ressort logiquement : Salluste indique-t-il à son lecteur qu’il trouvera dans son œuvre des exempla à éviter ? Autrement dit, est-ce qu’il ambitionne d’agir sur lui et sur la res publica à travers la présentation des exempla négatifs98 ? La seule chose qu’on peut soutenir, en se fondant sur le passage, est que Salluste semble préparer ses lecteurs à l’apparition dans son œuvre de personnages éloignés de l’idéal du prologue. Il n’affirme pas que la mise en avant de ces caractères négatifs puisse exercer une influence positive sur la réalité.

  • 99 Selon Grethlein 2006, ce passage (Jug., 4.7) montre que les imagines maiorum ne peuvent plus remp (...)
  • 100 Cf. Feldherr 2010, 207 sq., qui, en répondant à J. Grethlein (voir la note précédente), soutient (...)
  • 101 Ainsi Biesinger 2016, 146-148.
  • 102 Vasta 2014 (not. p. 1-4, 38-74, 364-367). Cf. Biesinger 2016, 146-149 et sq., 159 sq., qui suggèr (...)

46La mise en place d’une telle exemplarité “inversée” ne semble pas être la priorité de l’auteur dans ce passage, puisqu’il ne vise pas à établir un rapport entre les figures négatives et les lecteurs contemporains. Au contraire, Salluste met sur le même plan, d’une part, l’incapacité des hommes actuels à imiter les vertus de leurs ancêtres et, d’autre part, le rapport dialectique constructif des hommes du passé avec les imagines des ancêtres. Cette juxtaposition semble suggérer qu’il est impossible pour l’historien de l’époque de Salluste de donner une portée exemplaire à son œuvre, car les hommes politiques (même les homines noui) ne sont plus enclins à percevoir les hommes du passé comme des exempla d’ordre moral99. Salluste admet de façon indirecte que, même si son intention était de proposer des exempla positifs ou négatifs, il n’est plus capable dans la situation politique et morale actuelle d’agir sur l’histoire100. Selon M. S. Vasta, Salluste décrit “une crise d’exemplarité” : la dégradation morale a affecté Rome à l’époque de Salluste à ce point qu’il n’est plus possible pour l’auditoire moyen d’imiter ou d’éviter les exempla du passé101. Le seul moyen de rétablir le rapport dialectique entre les exempla et l’action humaine est de se tenir en marge de la société romaine, de devenir un “outsider” à l’instar de Salluste102.

  • 103 Voir dans ce sens Burkard 2003, 508-512.
  • 104 Selon Steidle 1958, 110, la structure complexe du Jug., 4 montre que Salluste n’a aucune confianc (...)
  • 105 Feldherr 2012, 96, n. 2 : la démonstration de Salluste dans le Jug., 4 est “une feinte”, car il e (...)

47Le raisonnement complexe de Salluste dans le Jug., 4 révèle sa confusion. L’historien se trouve pris entre deux contradictions : d’une part, en homme politique qu’il est encore, malgré sa retraite, et conscient du fait que ses explications dans le Catilina n’ont pas été convaincantes, il se sent obligé de répondre à ses adversaires ; il veut leur démontrer que son histoire sera plus utile à la cité que la participation à la vie politique, et qu’elle sera en quelque sorte la continuation de la politique par d’autre biais103. Ainsi est-il obligé d’avoir recours aux lieux communs sur l’utilité de l’histoire. D’autre part, malgré ses bonnes intentions, il ne croit plus possible d’agir sur la res publica à travers son œuvre : s’il y avait cru, il l’aurait dit clairement, pour justifier sa retraite de façon plus convaincante104. Salluste éprouve donc le même malaise que dans la préface du Catilina, et reste vague quant à l’utilité de son œuvre pour la cité105. En tout état de cause, il ne la propose pas comme un remède à la décadence.

  • 106 Voir Hist., fr. 1.3-5 La Penna-Funari = 4.54, -, 1.137 M = inc. 27, inc. 1, 1.122 McGushin = inc. (...)
  • 107 Telle est l’interprétation de Tiffou 1973, 320-321, 576. Cf. Scanlon 1998, 197-198 : “The very un (...)
  • 108 Contra Engels 2009, 877-879.

48Ces considérations sur l’utilité de l’histoire n’apparaissaient pas dans les fragments des Histoires. Dans sa reconstitution de la préface des Histoires, A. La Penna suppose l’existence d’une partie dans laquelle Salluste lançait une polémique contre la rhétorique contemporaine, en vue de justifier sa propre activité intellectuelle106. Si cette hypothèse est correcte, on peut envisager l’existence de réflexions sur l’utilité de l’histoire dans cette partie du prologue. À supposer que ce type de considérations ait été absent, cela ne doit pas être nécessairement attribué à l’accentuation du pessimisme de l’historien107, mais au fait qu’il renonce peut-être à justifier sa retraite. L’évolution de la pensée de l’historien vers un pessimisme plus profond ne se reflète pas tant dans sa position par rapport à l’avenir, que dans sa vision du passé de Rome et des forces qui déterminent l’histoire. Salluste reste dans ses trois œuvres également sceptique quant à la possibilité d’un renouveau108.

49Malgré les apparences, son œuvre n’est pas proposée comme un moyen d’aide, un remède à la res publica souffrante. Dans ses préfaces, Salluste ne saisit pas l’occasion d’énoncer clairement que l’histoire serait utile à la res publica, car tout lecteur pourrait y trouver des exempla, en vue d’exercer une influence positive sur la res publica en agonie. Salluste propose-t-il pourtant des exempla dans son récit ? En effet, à travers ses choix narratifs et la présentation de ses intentions, l’historien ne saisit pas non plus l’occasion de proposer des exempla, positifs ou négatifs, à ses lecteurs, là où le récit se prêterait à un tel développement. C’est dans ce sens que nous parlons d’exemplarité “annulée” dans les œuvres sallustéennes : à plusieurs reprises, la narration est construite de façon à préparer le lecteur à l’exposition des exempla qui ne sont finalement pas présentés dans la suite.

L’exemplarité annulée et l’espoir démenti dans le récit de Salluste

Le Catilina

L’Archéologie

50La méthode “d’annulation de l’exemplarité” est utilisée avec prédilection dans le Catilina, surtout dans l’Archéologie et la synkrisis entre César et Caton, les deux parties du récit qui seraient les plus appropriées pour la mise en avant d’exempla. Dans l’Archéologie Salluste expose les vertus des anciens Romains qui ont mené Rome à sa grandeur, avant de passer à la description des causes et des symptômes de la décadence.

  • 109 Guntram 1941. Voir dans le même sens Ferrary 1980, 19.
  • 110 Seider 2014 (not. p. 145-158).
  • 111 Voir supra, p. 348 sq., pour plus de détails.
  • 112 Seider 2014, 149-151.

51Selon G. Guntram, malgré le ton résigné du récit et l’absence de propositions, le diagnostic même des causes de la maladie de l’État pourrait être un point de départ pour la guérison109. A. Seider suggère que le Catilina est divisé en deux parties : dans la première qui contient la préface et l’Archéologie, Salluste crée l’impression que la décadence est réversible, mais cet espoir est démenti dans la seconde moitié de l’œuvre, dans les discours de César et de Caton, et les deux discours de Catilina. Le projet historiographique de Salluste et les réactions suscitées à Rome après la conjuration sont les fondements de cet espoir dans la première partie110. Or, l’analyse des §3-4 a montré que Salluste ne propose pas son œuvre comme un remède à la décadence. La crainte de la foule, après qu’elle a appris les plans des conjurés n’est pas non plus analysée comme un signe de cohésion de la société111. Quant à l’Archéologie, selon A. Seider, ce qui renforce l’espoir est l’omission du fratricide entre Rémus et Romulus ; de plus, la décadence est attribuée à un facteur extérieur, la destruction de Carthage, plutôt qu’au “retour inévitable d’un péché originel”112.

  • 113 Biesinger 2016, 129-130, signale aussi l’absence des exempla dans le Catilina.

52L’Archéologie serait ainsi le fondement de l’espoir d’un retour, car elle contient les causes du progrès et de la décadence, qui ne dépendent que de l’homme. Ce dernier, en tant que facteur principal de l’histoire, peut donc aider la cité à revenir en arrière, en imitant la uirtus de ceux qui ont fait son progrès, et en évitant les vices de ceux qui ont été responsables de son déclin. Pour accepter cette analyse, il faut montrer que Salluste invite ses lecteurs à trouver des exempla dans l’Archéologie, comme le fera plus tard Tite‑Live (praef., 10) et comme l’avaient fait avant lui les historiens qui ont insisté sur l’utilité de l’histoire. Or, rien dans le texte de l’Archéologie ne dévoile une telle intention de Salluste113.

  • 114 Cat., 5.1-8. Voir supra, p. 415-417, pour une analyse du portrait.
  • 115 Cat., 4.5 : “Sur l’homme lui-même et sur son caractère il me faut donner quelques éclaircissement (...)
  • 116 Voir supra, p. 417-422, sur ces portraits.

53Avant d’entamer l’Archéologie, l’auteur trouve utile de développer le fameux portrait de Catilina114. Salluste justifie de la façon suivante l’inclusion de cette description : De cuius hominis moribus pauca prius explananda sunt quam initium narrandi faciam115. Le portrait n’est pas proposé comme un exemplum à éviter, mais seulement comme un exposé qui vise à illustrer la société décadente décrite dans l’Archéologie. La même analyse peut être appliquée aux autres portraits négatifs, celui des collaborateurs de Catilina (Cat., 14) et celui de Sempronia (Cat., 25)116. Salluste souligne la dépravation totale de ces caractères, qui reflète la dégradation morale de la cité, mais ne fait aucune déclaration pour les présenter comme des exempla à éviter de la part des lecteurs contemporains.

54Il en va de même pour la fonction narrative de l’Archéologie. Après avoir présenté les mores du protagoniste, l’historien exprime clairement la raison de cette digression :

  • 117 Cat., 5.9 : “Et puisque l’occasion m’a fait souvenir des mœurs de la cité, le sujet même semble m (...)

Res ipsa hortari uidetur, quoniam de moribus ciuitatis tempus admonuit, supra repetere ac paucis instituta maiorum domi militiaeque, quomodo rem publicam habuerint quantamque reliquerint, ut, paulatim immutata, ex pulcherruma <atque optuma> pessuma ac flagitiosissuma facta sit, disserere117.

  • 118 McGushin 1977, ad loc. interprète la formule res ipsa comme une évocation du sujet de la monograp (...)

55Ce n’est donc pas à cause de considérations étrangères à l’objet de la monographie, qu’il choisit d’ajouter à son récit cette digression, mais parce que son sujet même (res ipsa) le demande118. Il a été démontré dans la première partie de cette étude que l’Archéologie sert à situer la conjuration dans son contexte historique, en la présentant comme le point culminant d’un processus de décadence après une longue période de progrès. Salluste n’exploite pas, dans ce passage, l’occasion d’affirmer qu’on peut trouver des exempla à suivre et à éviter dans cette description de la montée et de la décadence, pourtant imprégnée de moralisme.

56La lecture de la première moitié de l’Archéologie (Cat., 6‑9) confirme cette analyse. Certes, Salluste y élabore un éloge des vertus des ancêtres, mais ne donne aucune réponse à la question de savoir si ces vertus peuvent faire l’objet d’imitation de la part des Romains contemporains. On est face à une narration construite entièrement sur des verbes au passé. Le retour à des circonstances similaires n’est pas envisagé comme possibilité et l’auteur ne formule aucune incitation à l’imitation de ces vertus. La répétition de la formule incredibile memoratu, tend plutôt à souligner la distance qui existe entre ce passé et le présent :

  • 119 Cat., 6.2, 7.3 : “6. 2. Quand se trouvèrent réunis dans les mêmes murs ces hommes de races divers (...)

6. 2. Hi postquam in una moenia conuenere, dispari genere, dissimili lingua, alius alio more uiuentes, incredibile memoratu est quam facile coaluerint […] 7. 3. Sed ciuitas incredibile memoratu est adepta libertate quantum breui creuerit…119.

  • 120 Feldherr 2010, 210-212. Cf. Cat., 13.1 (Nam quid ea memorem quae nisi eis qui uidere nemini credi (...)
  • 121 Cat., 7.7 : ni ea res longius nos ab incepto traheret.
  • 122 Sur les autres fonctions de la digression, voir supra, p. 294 sq., 426.

57Comme le suggère A. Feldherr, tous ces exploits paraissent incroyables au lecteur romain contemporain qui sait qu’il n’est plus capable de les imiter120. La fonction exemplaire que ce texte pourrait endosser ressort donc affaiblie. L’auteur reste fidèle aux desseins narratifs fixés dès le début de cette digression. C’est pourquoi il évite de rappeler les exploits des Romains en guerre, pour ne pas être détourné de son projet121. En effet, Salluste signale son attachement aux objectifs fixés de l’Archéologie pour justifier auprès de son lecteur le détour du paragraphe suivant. On a vu que dans le Cat., 8, il fait une digression dans la digression, pour expliquer pourquoi ces exploits des ancêtres sont restés sans éloge : contrairement aux Athéniens, les Romains n’ont pas disposé d’écrivains de génie, voués à la célébration des faits. Cette digression a aussi une fonction méta-narrative dans l’économie de l’Archéologie. Salluste revient sur le but de l’Archéologie et ajoute une raison supplémentaire à sa décision d’inclure dans son récit cet éloge des ancêtres122 : malgré ses intentions narratives différentes, il veut combler une lacune qui portait tort à la renommée des anciens Romains, même à travers cette courte digression (Cat., 6-7, 9). L’auteur avait ici l’occasion de dire un mot sur la façon dont ce récit pourrait exercer son influence sur les Romains de son époque, qui pourraient y trouver des exempla à suivre. Il ne saisit pas cette occasion.

58La description de la décadence de la res publica dans la seconde moitié de l’Archéologie suit le même schéma. Le but est toujours de situer la conjuration dans son contexte historique plus large. L’auteur porte un regard très critique sur les Romains d’après 146 et notamment sur Sylla : en comparant les anciens Romains et leur retenue à l’égard des alliés avec la rapacité des Romains après Sylla, il n’hésite pas à les qualifier d’hommes les plus lâches (ignauissumi homines Cat., 12.5). Toutefois, Salluste n’y manifeste nulle part son intention de présenter les Romains d’après 146 comme des exempla à éviter, en visant à la correction morale de ses contemporains. La fonction exemplaire d’un récit, qu’il s’agisse d’exempla positifs ou négatifs, suppose l’explicitation de la part du narrateur d’un rapport entre les modèles construits dans ce dessein et leurs récepteurs. Salluste évite systématiquement d’attribuer une telle fonction à sa narration.

La “deuxième Archéologie” et la synkrisis

59La même analyse peut être appliquée à la “deuxième Archéologie”. Salluste revient sur les raisons du progrès et du déclin de la cité entre les deux discours opposés de César et de Caton, et la synkrisis des deux hommes, mais sans y trouver l’occasion de proposer à ses lecteurs des exempla à imiter ou à éviter :

  • 123 Cat., 53.2-5 : “2. Pour moi, lorsque je lisais ou que j’écoutais toutes les belles actions accomp (...)

2. Sed mihi multa legenti, multa audienti quae populus Romanus domi militiaeque, mari atque terra, praeclara facinora fecit, forte lubuit adtendere quae res maxume tanta negotia sustinuisset. 3. Sciebam saepe numero parua manu cum magnis legionibus hostium contendisse ; cognoueram paruis copiis bella gesta cum opulentis regibus ; ad hoc saepe fortunae uiolentiam tolerauisse ; facundia Graecos, gloria belli Gallos ante Romanos fuisse. 4. Ac mihi multa agitanti constabat paucorum ciuium egregiam uirtutem cuncta patrauisse, eoque factum uti diuitias paupertas, multitudinem paucitas superaret. Sed postquam luxu atque desidia ciuitas corrupta est, rursus res publica magnitudine sua imperatorum atque magistratuum uitia sustenabat ac, sicut effeta parente, multis tempestatibus haud sane quisquam Romae uirtute magnus fuit123.

  • 124 Voir La Penna 1969, 50 sq., et surtout Heldmann 1992. Cf. Klinz 1978, 515-516 : dans cette digres (...)
  • 125 Contra Sarsila 2006, 123-127, prend surtout argument de ce passage pour soutenir que la uirtus ét (...)

60Selon certains chercheurs, alors que dans la première partie de l’Archéologie (Cat., 6-9), les exploits qui ont mené à la grandeur de Rome sont ceux de tout le peuple romain, dans ce passage, c’est la vertu éminente d’un petit nombre de citoyens (paucorum ciuium egregiam uirtutem) qui a tout assuré124. À notre sens, il ne faut pas percevoir une contradiction entre les deux textes. Salluste apporte une nouvelle information, en guise de nuance : dans la première partie du passage (Sed mihi multa […] Romanos fuisse), le progrès n’en reste pas moins le résultat des actions de tout le peuple romain. Salluste trouve seulement nécessaire de mettre l’accent sur un élément qu’il n’avait pas suffisamment souligné dans l’Archéologie, à savoir le rôle des individus qui ont su pallier les faiblesses propres au peuple romain125. Cette nuance apparaît indispensable, puisque la synkrisis qui suit, vise à expliquer comment deux hommes, César et Caton, ont sauvé la cité à une époque de corruption générale. Salluste montre ainsi que les deux hommes firent exception à l’absence générale de ces pauci uiri : c’est pour cette raison que l’État fut sauvé de Catilina. Salluste établit clairement ce lien entre cette “deuxième Archéologie” et la synkrisis :

  • 126 Cat., 53.6 : “À mon époque pourtant il y eut deux hommes d’une vertu immense, quoique de mœurs di (...)

Sed memoria mea ingenti uirtute, diuorsis moribus fuere uiri duo, M. Cato et C. Caesar. Quos quoniam res obtulerat, silentio praeterire non fuit consilium, quin utriusque naturam et mores, quantum ingenio possem, aperirem126.

  • 127 Telle est par exemple la lecture de Steidle 1958, 22, et de Vretska 1976, 610.
  • 128 Scanlon 1987, 32-33.

61Ainsi la façon dont Salluste construit son récit joue avec les attentes du lecteur qui espère retrouver dans la synkrisis, développée tout de suite après, une description des vertus de deux hommes qui ont sauvé la res publica dans une circonstance particulièrement critique et dont l’imitation pourrait donc représenter un espoir pour l’avenir127. Or, avant même la description des deux hommes, cette attente est minée par deux éléments. Tout d’abord, selon T. F. Scanlon, cet espoir est conditionné de façon pessimiste (“pessimistically qualified”) : Salluste, dans le passage cité introduisant la comparaison, souligne que ces deux hommes ont été les seuls hommes de vertu, ce qui implique qu’il n’y en a pas eu d’autres128.

  • 129 L’examen des discours nous amènerait loin de notre sujet. La seule lecture du discours de Caton ((...)

62En outre, le lecteur a déjà lu les deux discours opposés de César et Caton129 et sait que l’auditoire adopta seulement la proposition de Caton. Les arguments de César, concernant le danger que représentait le précédent de l’exécution de citoyens romains ne furent pas retenus. Donc, ce n’est pas la vertu commune des deux hommes qui a sauvé Rome ; le fait qu’ils soient mis sur le même plan ne peut que paraître étrange au lecteur.

  • 130 Voir à ce propos supra, p. 29.

63Pour expliquer l’inclusion du portrait de César, on pourrait supposer que Salluste aurait voulu défendre la vertu du chef de son ancien parti, parce que sa proposition fut rejetée. Cette interprétation repose sur l’hypothèse, depuis longtemps abandonnée, selon laquelle l’historien a écrit le Catilina pour disculper César des rumeurs selon lesquelles il aurait été favorable aux projets de Catilina130. La lecture de la synkrisis montre non seulement qu’en réalité Salluste ne dresse pas un portrait monolithiquement favorable à César, mais aussi que les deux hommes ne sont qu’en apparence présentés comme des exempla. La façon dont la synkrisis est introduite prépare cette “annulation de l’exemplarité” : Salluste n’affirme pas qu’il a décidé de comparer les deux héros, parce qu’ils sont des exempla, mais parce que “son sujet les a mis sur sa route” (quos quoniam res obtulerat) ; il reste aussi vague quant à la qualité de la natura et des mores de chacun :

  • 131 Cat., 54 : “1. Ils étaient donc à peu près égaux par la naissance, par l’âge, par l’éloquence ; m (...)

1. Igitur eis genus, aetas, eloquentia prope aequalia fuere ; magnitudo animi par, item gloria, sed alia alii. 2. Caesar beneficiis ac munificentia magnus habebatur, integritate uitae Cato. Ille mansuetudine et misericordia clarus factus, huic seueritas dignitatem addiderat. 3. Caesar dando, subleuando, ignoscundo, Cato nihil largiundo gloriam adeptus est. In altero miseris perfugium erat, in altero malis pernicies. Illius facilitas, huius constantia laudabatur. 4. Postremo Caesar in animum induxerat laborare, uigilare, negotiis amicorum intentus sua neglegere, nihil denegare quod dono dignum esset ; sibi magnum imperium, exercitum, bellum nouom exoptabat, ubi uirtus enitescere posset. 5. At Catoni studium modestiae, decoris, sed maxume seueritatis erat. 6. Non diuitiis cum diuite neque factione cum factioso, sed cum strenuo uirtute, cum modesto pudore, cum innocente abstinentia certabat. Esse quam uideri bonus malebat ; ita quo minus petebat gloriam, eo magis illum assequebatur131.

  • 132 Last 1948, 365.
  • 133 Cat., 3.1 : “Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et aux aut (...)

64Aucun passage chez Salluste n’a été autant étudié que la synkrisis. H. Last a raison de déclarer à propos de la comparaison : “This is indeed so surprising that the Bellum Catilinae must remain something of a mystery until it is explained”132. Qu’est-ce qui surprend enfin les lecteurs de Salluste ? De prime abord, le texte paraît facile à comprendre : Salluste juxtapose les vertus également positives, quoique différentes, des deux hommes. C’est justement cette juxtaposition de vertus et de conceptions de la vie si différentes entre elles, qui surprend le plus, car on se demande comment deux hommes peuvent réussir à atteindre la même grandeur d’âme et la même gloire par des chemins presque opposés ? Or, cela ne pose pas de problème à Salluste qui souligne dans la préface que l’homme qui veut pratiquer la uirtus a plusieurs options à sa disposition : Sed in magna copia rerum aliud alii natura iter ostendit133. Il ne faut donc pas douter du caractère en principe positif des vertus et des comportements de chacun.

  • 134 Voir Pöschl 1940, 9-12, 63-69 ; et id. 1970a ; Last 1948 ; Olivieri Sangiacomo 1954, 142 sq. ; Wo (...)

65Peut-on donc affirmer que les deux hommes sont également et à la fois proposés comme des exempla à imiter ? Une minorité de commentateurs répond par l’affirmative134. Cependant, si Salluste voulait proposer les deux héros comme des exempla à imiter, comment s’explique leur opposition au sujet du sort des conjurés ? Laquelle des deux positions devrait être imitée ? Enfin, et plus important, comment deux hommes exemplaires ont‑ils pu finir par s’affronter dans une guerre civile sanglante, au lieu de tout faire, pour l’empêcher ?

  • 135 Dans ce sens Schwartz 1897, 572 ; Schmid 1962 ; cf. Drummond 1995, 23-77, qui montre que les argu (...)

66Ces questions ont poussé plusieurs chercheurs à interpréter la juxtaposition des deux hommes comme un agôn, en s’efforçant de dégager du texte lequel des deux est le gagnant. Selon les uns, Salluste donne l’avantage à César qui apparaît à la fois comme le champion de la légitimité républicaine, avec ses arguments juridiques contre l’exécution des conspirateurs, et l’homme politique “pratique”, contrairement à la conception théorique qu’avait Caton de la politique135. Mais pourquoi Salluste aurait-il besoin d’être aussi prolixe, s’il voulait juste soutenir César ? Le contexte politique lui était en tout cas favorable. Il aurait pu, en plus, ajouter un commentaire en faveur de César après avoir rapporté la victoire de Caton :

  • 136 Cat., 53.1 : “Lorsque Caton se fut assis, tous les consulaires et la majorité des sénateurs appla (...)

Postquam Cato adsedit, consulares omnes itemque senatus magna pars sententiam eius laudant, uirtutem animi ad caelum ferunt ; alii alios increpantes timidos uocant. Cato clarus atque magnus habetur ; senati decretum fuit sicuti ille censuerat136.

  • 137 Voir Cat., 52.7-10. Voir pour cette lecture Skard 1930, 86-95 ; Earl 1961, 95-102 ; Shimron 1967  (...)

67C’est César qui avait besoin de soutien après cette défaite. Le fait qu’il soit mis sur le même plan que Caton dans la synkrisis ne permet pas au lecteur d’interpréter son caractère comme un exemplum unique. La même objection peut être adressée à ceux qui soutiennent que Salluste a voulu donner l’avantage à Caton comme l’homme qui incarne mieux les idéaux de l’auteur, surtout à cause des inquiétudes exprimées dans son discours à propos de la force de l’auaritia et de la luxuria137. Si Salluste avait l’intention de proposer Caton comme unique exemplum de uirtus, sans contrarier les Triumvirs, il aurait pu s’arrêter au passage cité, où l’éloge de Caton est d’ailleurs mis dans la bouche des sénateurs.

  • 138 Dans ce sens, Guntram 1941, 224 ; Empli 1997, 451-458.
  • 139 Ainsi Syme 1964, 103-120 ; Duxbury 1989, 293-334 ; Gäth 2011, 18-21, 38-44. Cf. Levene 2000, 180- (...)
  • 140 Dans ce sens Büchner 1960, 138-142 ; id. 1976 ; McGushin 1977, 309-311 ; Karl 1988, 156-164 ; et (...)

68Il s’ensuit que ni César, ni Caton, pris séparément, ne sont à interpréter comme des exempla. Peut-on donc supposer que le but de Salluste dans la synkrisis serait d’exposer des vertus qui, bien qu’antithétiques, n’en sont pas moins positives et complémentaires, et dont la réunion aurait pu sauver l’État ? Certains chercheurs tendent à voir derrière cette association l’intention de Salluste de proposer un exemplum d’homme combinant les vertus des deux, qui pourrait ainsi sauver la république138. D’autres se contentent d’affirmer que la fragmentation des vertus des deux hommes les a conduits à l’échec et à celui de la république139. Selon d’autres, Salluste juxtapose ces qualités qui réunies auraient pu sauver l’État, pour déplorer justement leur fragmentation qui rend la restauration de la res publica impossible140.

  • 141 Voir dans ce sens La Penna 1969, 138-146 ; Ableitinger 1970, 349-350 ; Vretska 1976, 638 ; Schmal (...)

69Cette dernière lecture nous paraît la plus acceptable. Pour affirmer que Salluste propose la réunion des vertus de ceux-ci comme remède à la décadence, il faut considérer que c’est l’action commune des deux hommes qui a sauvé l’État du péril de Catilina. Or, en réalité, la proposition de César n’a même pas été prise en considération. La réunion des qualités des deux hommes serait idéale, mais cet idéal reste théorique et irréalisable. L’auteur cherche à déplorer la fragmentation de la uirtus, plutôt qu’à proposer la façon de la redresser. C’est dans l’échec des deux hommes vertueux que réside la tragédie de son époque141.

  • 142 Voir Drexler 1928, 394-399 ; id. 1970, 59-66 ; Schörner 1934, 24-29 ; Vretska 1937b, 215-217 ; Lä (...)
  • 143 Seel 1930, 38-46.
  • 144 Voir Schur 1934, 191-201, et ensuite Vogt 1938, 65-68 ; Havas 1971, 45-47. Voir aussi Eisenhut 19 (...)
  • 145 Batstone 1988a ; Balmaceda 2017, 59-61.
  • 146 Voir à ce titre Vasta 2014, 229-237.

70Une grande partie des critiques donne une interprétation qui refuse plus nettement toute exemplarité dans les portraits des deux hommes : derrière leurs qualités, l’auteur fait allusion à leurs défauts qui ont mené aux guerres civiles. Pour certains d’entre eux, la préférence de Salluste va à Caton à qui il donne raison, et les allusions négatives concernent notamment les défauts de César, même s’il manque aussi à Caton, adonné à son moralisme extrême, le sens de l’industria142. En revanche, selon O. Seel, Salluste donne raison à César, mais les défauts des deux ont été également décisifs dans la guerre civile qui a suivi143. Enfin, selon plusieurs critiques, Salluste prend ses distances par rapport aux deux hommes à la fois, en insistant sur leurs défauts, sans pour autant nier leurs qualités144. Selon W. Batstone, la synkrisis, structurée par la juxtaposition de vertus antithétiques qui s’excluent mutuellement, invite à une relecture négative des qualités mentionnées de chacun sous le prisme de la vertu opposée de l’autre : la munificentia de César est implicitement qualifiée de duplicité par sa juxtaposition avec l’integritas uitae de Caton, qui à son tour semble être une allusion à l’illiberalitas de Caton, à cause de sa comparaison avec la munificentia de César145. Les qualités “extrêmes” de chacun des deux ont joué un rôle négatif dans la guerre civile146.

  • 147 Voir supra, p. 412-415.

71Selon nous, la compréhension de la synkrisis passe par la conciliation des deux dernières tendances d’interprétation. D’une part, Salluste révèle la position tragique de la cité, en faisant allusion à l’échec des deux hommes malgré leurs qualités. Ainsi, lorsque Salluste énumère les vertus de chacun, il ne doute pas que ce soient des qualités qui les ont vraiment caractérisés, du moins en cette circonstance. Nous avons expliqué que Salluste reprend dans la synkrisis le vocabulaire du prologue, pour montrer que les deux hommes sont conformes à cet idéal147. Par ailleurs, les qualités décrites dans la synkrisis sont celles qu’ils ont invoquées dans leurs discours. Par sa proposition de faire preuve d’indulgence envers les conjurés, le César de Salluste se montre en accord avec les qualités qui lui sont attribuées dans la synkrisis (mansuetudo, misericordia, facilitas). De même, la seueritas parcourt le discours de Caton et son integritas uitae se reflète dans ses plaintes contre la propagation de l’auaritia et de la luxuria (Cat., 52.5-7, 21-22). Salluste compare donc dans la synkrisis deux hommes vertueux, mais qui n’ont pas réussi à aider la cité à sortir de la crise.

  • 148 Contra Kapust 2011, 65-80, soutient que selon Salluste, c’est la tension constructive entre les d (...)
  • 149 Cat., 52.11 (uera uocabula rerum amisimus). La formule de Caton a été rapprochée du passage suiva (...)
  • 150 Cat., 55.6 : “trouva une fin digne de ses mœurs et de ses actes”.

72Le fait que Salluste porte un jugement positif sur les deux hommes à ce moment précis ne serait-il pas un indice que l’historien propose les deux hommes comme exempla seulement pour leur action pendant la période antérieure aux guerres civiles ? Il ne faut pas perdre de vue qu’on est dans le cadre d’une opposition entre les deux hommes qui sape toute exemplarité, puisqu’elle n’est pas résolue148. Caton ne manque pas de jeter de l’ombre sur la mansuetudo, la misericordia et la liberalitas de César, en doutant de leur caractère sincère : on a perdu, selon lui, le sens véritable des mots149. En fin de compte, c’est la proposition de Caton qui a été adoptée, et le rôle de César dans l’échec du complot est peu clair. Ce n’est donc pas la coopération exemplaire des vertus des deux qui a sauvé la cité. Salluste était sans doute d’accord avec l’exécution des conjurés, comme le montrent la présentation de Caton comme un homme illustre (Cat., 53.1) et le commentaire qui accompagne l’exécution de Lentulus : dignum moribus factisque suis exitium uitae suae inuenit150. Cependant, les avertissements de César pour l’avenir n’en auraient pas moins reçu l’approbation de Salluste : ses prédictions sur les abus futurs (potest alio tempore, alio consule…) ont trouvé peut-être leur réalisation dans la politique des Triumvirs (Cat., 51.35-36). Un rapprochement mérite d’être fait avec le sens que Salluste attribue au châtiment dans la description de la décadence après 146 :

  • 151 Cat., 10.6 : “Le progrès de ces vices fut d’abord insensible, parfois même ils étaient punis ; pu (...)

Haec primo paulatim crescere, interdum uindicari ; post ubi contagio quasi pestilentia inuasit, ciuitas immutata, imperium ex iustissumo atque optumo crudele intolerandumque factum151.

  • 152 Voir supra, p. 71 sq.

73Ce passage montre que les châtiments ne pouvaient plus être efficaces après l’accélération de la décadence, et plus précisément après la domination de Sylla, à laquelle se réfère l’adverbe post152. Caton avait sans doute raison de conseiller l’exécution des conjurés, mais cette mesure ne pouvait pas arrêter la contagio.

  • 153 Cf. Biesinger 2016, 140-141 : tout en soutenant que Caton est le seul porte-parole des valeurs sa (...)

74Ainsi le lecteur se trouve face à deux exemples d’hommes également vertueux ; les deux avaient raison : Caton pour le présent et César pour l’avenir. Cependant, ils n’ont pas pu laisser de côté leur opposition, pour offrir une solution plus viable au déclin de la république. Leurs qualités ne devraient donc pas être imitées par les Romains contemporains de Salluste. Les portraits des deux hommes ont été positifs, mais n’ont pas valeur d’exemple153.

  • 154 Voir à ce propos Vogt 1938, 66-67 ; Batstone 1988a, 4-5 ; Vasta 2014, 234-237.
  • 155 Voir Suet., Iul., 38 ; Plin., Nat., 14.97 ; Plut., Cat. Mi., 33 ; Caes., 14.
  • 156 Voir Cic., Off., 2.23.83-24.85.

75D’autre part, l’interprétation des critiques qui voient derrière les vertus des deux hommes une allusion à leurs défauts renforce plutôt qu’elle ne contredit cette analyse : la façon dont le débat et la synkrisis sont construits renvoie à leur opposition sanglante pendant laquelle leurs qualités sont transformées en vices154, ce qui déconstruit l’exemplarité des deux héros. Les vertus attribuées aux deux hommes vont jouer un rôle important dans leur carrière politique et dans la guerre civile qui les opposera. L’évocation de la munificentia de César ne peut que rappeler les largesses du général à ses soldats et au peuple155, une pratique qui a suscité des critiques156. Cette allusion devient plus claire dès lors qu’elle s’oppose à la qualité correspondante de Caton, qui consiste à ne rien accorder (nihil largiundo).

  • 157 Caes., Ciu., 1.22-23, 85.12 ; Vell. 2.50 ; Plut., Caes., 34.7-8, 48.4 ; App., BC, 2.6.38 ; Suet., (...)
  • 158 Voir Cic., Fam., 6.6.8 ; Suet., Iul., 75.7 ; D.C. 43.50.1-2 ; Plut., Caes., 57.4.
  • 159 Pour une mise au point sur la clementia de César et son caractère ambivalent, voir Ducos 2004‑200 (...)
  • 160 Cf. Caes., Ciu., 2.14.5, 31.4, sur sa conduite envers des ennemis. Voir Ducos 2004-2005, 122.
  • 161 Voir Jug., 33.4 ; Or. Lep., 1. Voir sur ce point Ducos 2004-2005, 124-125. Voir aussi sur la clem (...)
  • 162 Ducos 2004-2005, 126.
  • 163 Voir Syme 1964, 119, et Ducos 2004-2005, 126-127. Flamerie de Lachapelle 2011, 80-105, insiste su (...)
  • 164 Cic., Att., 9.7c : dans une de ses lettres, César déclare, selon Cicéron, qu’il veut éviter l’exe (...)

76De même, la mansuetudo et la misericordia de César ne sont pas sans rappeler la clementia du chef envers les vaincus pendant la guerre civile157 et sa dictature158, une qualité qui comporte aussi des aspects négatifs159. On peut facilement comprendre pourquoi Salluste, autant que César lui‑même160, évite d’attribuer à son héros cette qualité : la clementia est à l’origine attribuée au peuple romain entier, plutôt qu’à des personnes161 ; il s’agit d’un don offert par le vainqueur au vaincu, par le supérieur à l’inférieur. Dans la vie politique intérieure, elle apparaît comme la qualité du magistrat qui, ayant l’autorité légale de punir, préfère se montrer indulgent. Donc, comme le suggère M. Ducos, “se référer à la clementia et user de ce terme, c’était traiter des concitoyens en inférieurs, se poser en vainqueur tout puissant, en titulaire d’un imperium qu’il ne possédait pas vraiment”162. La clementia n’est donc pas la vertu d’un citoyen, mais d’un tyran163, et n’est pas dépourvue de calculs politiques, comme l’avoue d’ailleurs César lui‑même164. La mansuetudo et la misericordia attribuées à César sont transformées pendant les guerres civiles en une qualité ambivalente et liée à son pouvoir absolu. Enfin, l’allusion à la nouvelle guerre (nouom bellum) qu’ambitionnait César est aussi ambivalente, car elle renvoie sans doute à la guerre des Gaules, dont le rôle dans l’éclatement de la guerre civile est bien connu.

  • 165 Cic., Att., 2.1.8 : “Car enfin notre ami Caton, pour qui j’ai autant d’affection que tu peux en a (...)
  • 166 Cic., Mur., 3.6, 30.63, 31.65-66, 36.75.

77La description de Caton n’est pas non plus dépourvue d’allusions négatives. Sa seueritas et sa constantia extrêmes n’ont pas toujours rendu service à l’État. Cicéron le dit clairement : Nam Catonem nostrum non tu amas plus quam ego ; sed tamen ille optimo animo utens et summa fide nocet interdum rei p. ; dicit tamen tamquam in Platonis πολιτείᾳ, non tamquam in Romuli faece sententiam165. Dans le Pro Murena, l’orateur reproche à Caton d’être privé de douceur et d’indulgence166. Ces mêmes qualités extrêmes ont contribué à l’éclatement de la guerre civile. Selon Plutarque, en s’opposant à la loi de Pompée pour faire aux soldats une distribution de terres, Caton a fourni le prétexte du premier triumvirat (Plut., Cat. Min., 31.1-2). Il avait aussi refusé à Pompée une alliance par mariage, ce qui a obligé celui-ci à se tourner vers César et à contracter un mariage qui a fini par renverser la république (Plut., Cat. Min., 30.6). Suétone rapporte aussi que selon certains, l’une des raisons qui ont incité César à traverser le Rubicon est le fait que Caton répétait qu’il le citerait en justice, dès qu’il aurait licencié son armée (Suet., Jul., 30.4).

78Les qualités que Salluste attribue aux deux hommes dans la synkrisis ne sont pas monolithiquement positives, malgré leur conformité avec les valeurs du prologue. La seueritas de Caton a mené à l’exécution des conjurés et a donc sauvé l’État du péril de Catilina. Toutefois, ce salut ne fut que temporaire, puisqu’il n’a pas arrêté la décadence. César, grâce à sa misericordia, a mis en garde contre les conséquences de cette décision. Ainsi les bonae artes des deux hommes ont été utiles d’une certaine façon à la res publica, mais n’ont pas constitué d’obstacle dans la course vers le déclin, puisqu’elles se sont transformées en malae artes et ont joué un rôle crucial dans les évolutions futures.

79Donc, malgré leur conformité avec l’idéal du prologue, les deux hommes ne sont pas présentés comme des exempla à imiter. L’auteur ajoute la synkrisis, pour expliquer comment la cité a pu réprimer la conjuration, malgré sa décadence avancée. Il saisit cette occasion pour montrer pourquoi les deux hommes, malgré leurs qualités, n’ont pas sauvé Rome de la décadence, mais ont au contraire contribué à son accélération. En revanche, il manque l’occasion de les proposer comme exempla à imiter. En outre, la conformité de César et Caton avec l’idéal du prologue et l’exposition de vertus qui caractérisaient vraiment les deux hommes empêchent le lecteur de comprendre leurs portraits comme des exempla à éviter.

  • 167 Cic., Orat., 10.35 ; Att., 12.4.
  • 168 Cic., Att., 12.40.
  • 169 Suet., Iul., 56.5 ; Tac., Ann., 4.34.4 ; Plut., Caes., 3.4.
  • 170 Cic., Att., 12.21 ; Suet., Aug., 85.1.

80En effet, Salluste apporte une contribution originale à la littérature contemporaine autour de Caton. Cicéron avait écrit un éloge de Caton167, auquel Aulus Hirtius168 et César ont répondu avec un Anticato169. Brutus avait aussi composé un éloge de Caton170. Salluste rompt avec la tradition présentant Caton comme un exemplum à imiter ou à éviter, et énonce un jugement équilibré sur les deux hommes, en évaluant leur rôle dans la conjuration et dans l’histoire récente. Sa conviction que Rome a atteint un tel degré de corruption que personne ne pourrait porter remède à la situation a influé sur la conception de la synkrisis.

  • 171 Voir Scanlon 1987, 30 sq.

81Il ressort de cette analyse que la construction du récit de “la deuxième Archéologie” et de la synkrisis tend à déconstruire progressivement les attentes du lecteur, en mettant en œuvre une stratégie “d’exemplarité annulée”. La section commence avec une référence à la paucorum uirorum egregia uirtus, qui sert d’introduction à la synkrisis, où le lecteur s’attend à ce que les deux hommes soient mis en avant comme des exempla d’egregia uirtus. Or, la structure de la synkrisis affaiblit la valeur exemplaire des deux hommes. La juxtaposition des vertus des deux héros augmente l’espoir qu’une solution au déclin est possible, d’autant plus que cette comparaison se situe vers la fin de l’œuvre. Toutefois, cet espoir est démenti171.

  • 172 Voir Cat., 55.4. Rivière 2004, 58, tente de reconstruire les divisions du cachot romain à partir (...)
  • 173 Sur la construction du Catilina comme une tragédie sans catharsis, voir Sensal 2010. Voir aussi S (...)
  • 174 Contra Vretska 1937a, 36-37, et id. 1976, 643.

82La mise en scène de l’exécution des conjurés accentue le sens tragique de la condition de la république, loin d’illustrer une solution viable à son drame. Salluste fait une description détaillée de la prison de Tullianum où les conjurés furent exécutés : la saleté, l’obscurité et l’odeur lui donnent un aspect terrifiant172. L’auteur précise aussi le moyen d’exécution. Lentulus et les autres complices furent étranglés avec un lacet (Cat., 55.5-6). L’impression d’être devant une tragédie sans catharsis173 est renforcée par la scène finale. Catilina, se rappelant sa famille et son ancienne dignitas (memor generis atque pristinae suae dignitatis), fait preuve de bravoure et tombe en combattant (Cat., 60.7). Salluste ne cache pas que l’armée de Catilina a aussi combattu avec bravoure (Cat., 61.1-6). Cependant, la uis animi des conjurés est mal employée : ils n’ont pas acquis la gloria, en exerçant la uirtus animi. Il en va de même pour Catilina qui garde, au seuil de la mort, sa ferocia animi (Cat., 61.4). On ne peut donc pas affirmer que le sens d’un vrai Romain subsiste encore chez les plus corrompus, et qu’on entrevoit derrière cette présentation, l’espoir de Salluste que Rome puisse sortir de son impasse174. La victoire sur Catilina ne console aucunement le lecteur, à qui Salluste rappelle qu’il n’est pas question d’une victoire contre un ennemi, mais contre une armée romaine :

  • 175 Cat., 61.7-9 : “7. Du reste la victoire remportée par l’armée du peuple Romain n’était pas de cel (...)

7. Neque tamen exercitus populi Romani laetam aut incruentam uictoriam adeptus erat ; nam strenuissimus quisque aut occiderat in proelio aut grauiter uolneratus discesserat. 8. Multi autem, qui e castris uisendi aut spoliandi gratia processerant, uoluentes hostilia cadauera, amicum alii, pars hospitem aut cognatum reperiebant ; fuere item qui inimicos suos cognoscerent. 9. Ita uarie per omnem exercitum laetitia, maeror, luctus atque gaudia agitabantur175.

  • 176 Seider 2014, 170-172.
  • 177 Voir dans ce sens Scanlon 1987, 33-35.
  • 178 Cat., 2.6 : “Ainsi le pouvoir passe sans cesse du moins bon au meilleur”. Ainsi Feldherr 2012, 97 (...)

83Cette scène de sentiments mélangés montre qu’à travers son œuvre, Salluste n’a pas eu l’intention de présenter le péril de Catilina comme un exemple de crise résolue, qui pourrait guider les Romains dans l’effort pour arrêter une décadence déjà avancée. Selon A. Seider, cette conclusion pessimiste représente peut‑être le dernier appel aux Romains de ses jours de revenir aux mores antiques176. À notre sens, la dernière phrase montre au contraire que l’optimisme est ambigu et l’espoir mince, puisqu’il n’y a pas de solutions proposées pour une reprise du progrès177. Ainsi Rome aura sans doute le même sort que les empires étrangers ; après le changement des mores, elle sera obligée de céder le pouvoir à une autre puissance : Ita imperium semper ad optumum quemque a minus bono transfertur178.

Le Jugurtha

84L’étude de l’Archéologie et de la section qui aboutit à la synkrisis dans le Catilina a montré que Salluste manque délibérément l’occasion de proposer des exempla à imiter ou à éviter, afin de sauver la res publica. La même stratégie “d’exemplarité annulée” parcourt-elle le Jugurtha ? Comme on l’a déjà vu, les déclarations programmatiques dans la préface semblent suggérer qu’il est impossible pour l’historien de l’époque de Salluste de donner une portée exemplaire à son œuvre, car les hommes politiques ne sont plus enclins à percevoir les hommes du passé comme des exempla d’ordre moral. Nous n’avons pas l’intention de refaire ici un examen détaillé des portraits du Jugurtha. Il a déjà été montré que Memmius est de fait le seul portrait entièrement positif. Or, la focalisation sur les vertus du héros n’est pas suffisamment développée, comme dans le cas de César et Caton, pour explorer la possibilité que Salluste propose ce personnage comme un exemplum. Salluste ne se réfère qu’à la libertas ingenii du héros, à son opposition contre la nobilitas, et à son talent oratoire (Jug., 31.3-4).

  • 179 Voir l’analyse détaillée de ces portraits, supra, p. 437-453.

85En revanche, l’auteur se focalise sur les vertus de Jugurtha, de Metellus et de Marius179. Cependant, la dégradation progressive de leur caractère sape la valeur exemplaire positive de leurs portraits. Comment le lecteur peut‑il être invité à imiter des personnages qui n’ont pas su résister à la corruption qui les entourait ? Cette question semble encore plus pertinente, si l’on se rappelle que les trois héros portent en eux-mêmes les germes de leur dégradation future, même pendant la période où ils sont encore vertueux.

  • 180 Voir supra, p. 438 sq., 443 sq., 447 sq.

86Il a été expliqué que la transformation de Jugurtha et de Marius est attribuée de façon indirecte à un vice inné chez tout homme, la cupido imperi ; de même, la dégradation de Metellus est due également à sa superbia, ce défaut commun de la nobilitas, et à son contemptor animus180. S’il est donc question des vices innés ou caractéristiques de leur classe sociale, il était difficile, voire impossible, d’empêcher leur détérioration. Les trois hommes ne peuvent donc pas non plus fonctionner comme des exempla à éviter, car leurs défauts, présentés comme innés et universels ou typiques d’une classe sociale, échappent au contrôle non seulement des protagonistes, mais aussi de tout homme.

  • 181 Voir supra, p. 436-437.

87Il en va de même pour Sylla qui apparaît comme un mélange des qualités ambivalentes et donc peu aptes à servir d’exemplum. Salluste ne manque pas de faire allusion aux actions futures honteuses du général181, ce qui déconstruit encore plus la valeur exemplaire du portrait. Ne serait-il pas un exemplum à éviter ? Salluste n’affirme que l’inclusion du portrait lui fut dictée par la volonté de corriger le récit partisan de L. Sisenna (Jug., 95.2). Salluste avait ici l’occasion de souligner la portée exemplaire du portrait, mais ne le fait pas. La même analyse peut être appliquée aux autres portraits négatifs du Jugurtha, celui d’Aemilius Scaurus (Jug., 15.4-5) et celui de Calpurnius Bestia (Jug., 28.4-5). Salluste ne donne aucun indice que ces portraits courts fonctionnent comme des exempla à éviter.

  • 182 Cosma 2006, 166, applique cette hypothèse aux deux monographies : “Heureusement, les gens de bien (...)

88Une objection peut être présentée : ne pourrait-on pas envisager la guerre de Jugurtha comme un épisode exemplaire, une crise qui fut finalement résolue malgré les défauts des Romains182 ? Les prolepses extradiégétiques qui annoncent les actes futurs de Sylla et de Marius interdisent un tel espoir. Comme il a été montré dans la première partie, la guerre de Jugurtha est plutôt analysée comme une étape importante de la décadence, située entre la révolution des Gracques et la guerre civile entre Marius et Sylla.

  • 183 Plut., Mar., 12.3-4, 6-7. Cf. aussi Liv., Per., 67.4-5.
  • 184 Eutrop. 4.27.4. Voir aussi Liv., Per., 67.4 ; Oros. 5.15.19.
  • 185 Jug., 114.3-4 : “Et dès lors c’est sur lui que reposèrent toutes les ressources et tous les espoi (...)
  • 186 Voir supra, p. 452.

89La fin du Jugurtha indique aussi que Salluste n’a pas eu l’intention de présenter la guerre comme une crise résolue. Salluste, contrairement à Plutarque183, fait seulement une référence allusive au triomphe de Marius, pendant lequel Jugurtha fut promené chargé de chaînes, mais ne dit rien sur le sort du roi. Selon Plutarque, il est mort six jours plus tard de faim et de froid dans la prison du Tullianum (Plut., Mar., 12.4-5) ; selon Eutrope, il fut étranglé sur l’ordre de Marius184. Plutôt que d’évoquer cette fin, il clôt la monographie avec une phrase ambivalente qui se réfère à Marius : Et ea tempestate spes atque opes ciuitatis in illo sitae185. Cette phrase est une allusion, non seulement aux victoires de Marius contre les Cimbres et les Teutons en 102 a.C., mais aussi à ses actions qui ont mené à la guerre avec Sylla186. Le triomphe sur Jugurtha n’est donc pas la fin d’une crise aiguë, mais le début d’une nouvelle étape de la décadence. La victoire n’a donc pas de valeur exemplaire.

  • 187 Tschiedel 1996.
  • 188 Jug., 35.10 : “Ville vénale, et qui ne tardera pas à périr, si elle trouve un acheteur !”. Helleg (...)
  • 189 Cf. Tschiedel 1996, 404.

90L’idée qu’une amélioration de la situation est impossible paraît renforcée par certains passages qui peuvent être interprétés comme une prévision de l’avenir. Selon R. Tschiedel, l’épisode du séjour de Jugurtha à Rome non seulement révèle au lecteur la corruption de Rome, qui laisse au roi libre cours d’entreprendre ses actions, mais fonctionne aussi comme un miroir de la corruption à l’époque de Salluste187. L’exclamation de Jugurtha après son départ de Rome traduit donc aussi les sentiments de Salluste lui-même, puisqu’elle s’accorde avec ses critiques contre l’auaritia : Vrbem uenalem et mature perituram si emptorem inuenerit188. Cette déclaration ne doit pas être lue comme un appel aux Romains pour agir afin d’empêcher cette évolution189. La condition pour que Rome soit perdue n’est pas l’inactivité des Romains : il suffit qu’un acheteur soit trouvé ; le participe futur (perituram) donne à cette évolution un caractère inéluctable.

91Deux autres passages semblent aussi suggérer que la dissolution de Rome est imminente. Dans sa digression sur le mos partium et factionum, l’historien se réfère aux abus des nobiles après leur victoire sur les Gracques, en faisant le commentaire suivant :

  • 190 Jug., 42.4 : “La noblesse usa de son triomphe au gré de sa passion : elle fit disparaître nombre (...)

Igitur ea uictoria nobilitas ex lubidine sua usa multos mortalis ferro aut fuga extinxit, plusque in relicuom sibi timoris quam potentiae addidit. Quae res plerumque magnas ciuitates pessum dedit, dum alteri alteros uincere quouis modo et uictos acerbius ulcisci uolunt190.

  • 191 Voir supra, p. 88 sq.
  • 192 Jug., 10.6 : “Car la concorde fortifie les petits États, la discorde détruit les plus grands”.

92Comme on l’a expliqué, à travers l’image de la chute, l’historien prévient que ce désir de vengeance fut la cause de la chute des grands États, et prévoit ainsi la chute de la république, en proie à ses dissensions191. Dans son discours, Micipsa reprend la même idée, pour mettre en garde Jugurtha contre la discorde : Nam concordia paruae res crescunt, discordia maxumae dilabuntur192. Cette prévision se révélera exacte pour le royaume de Numidie, ce qui confirme sa vérité et souligne donc le danger pour l’avenir de Rome.

93Une influence éventuelle de son œuvre sur le devenir historique paraîtrait donc vaine et impossible à Salluste. C’est pourquoi il refuse implicitement toute exemplarité à ses portraits et à son récit, à travers ses déclarations programmatiques dans la préface, la construction de ses portraits, la fin ambivalente de l’œuvre et les passages qui prévoient la dissolution de la res publica. Il s’ensuit que les choix narratifs de l’auteur tout au long de l’œuvre s’inscrivent dans sa stratégie de “l’exemplarité annulée”. Le lecteur s’attend à voir une confirmation de la valeur exemplaire du Jugurtha, pourtant affirmée même de façon prolixe dans le prologue. Or, Salluste dément à chaque fois cette attente, en faisant ainsi entendre que son ouvrage ne peut pas contribuer à la guérison de la res publica.

Les Histoires

  • 193 Hist., fr. 1.9 M = inc. 45 Ramsey = 1.14 La Penna-Funari : “Avec des chefs très grands et des sub (...)
  • 194 Ramsey 2015 le classe parmi les fragmenta incertae sedis (fr. inc. 45 Ramsey).Voir aussi La Penna (...)

94L’état fragmentaire des Histoires nous empêche d’aboutir à des conclusions solides. Il est impossible de savoir si l’exemplarité de l’histoire apparaît comme thème dans la préface, de la même façon que dans les monographies. L’historien a fait probablement l’éloge des ancêtres qui ont assuré à Rome sa domination : Maximis ducibus, fortibus strenuisque ministris193. Or, ce fragment court et isolé, qui ne peut même pas être classé avec certitude dans la préface194, ne permet pas d’affirmer qu’il y avait une présentation des anciens Romains comme des exempla à imiter.

  • 195 Voir surtout Hist., 1.88-90, 94 M = 1.76-78, 91 Ramsey = 1.81-83, 86 La Penna-Funari.
  • 196 Voir à ce propos Schur 1934, 222-271 ; Katz 1981, et id. 1982. Quant aux autres protagonistes, Sc (...)
  • 197 Büchner 1960, 263 ; Syme 1964, 204-205 ; Vasta 2014, 286-294.
  • 198 Voir Hist., fr. 1.57-61 M = 1.44, 50-53 Ramsey = 1.129, 54-55, 57, 56 La Penna-Funari. Voir aussi (...)
  • 199 Sur la présentation favorable ou défavorable des orateurs Lepidus, Macer, Philippe et C. Cotta, v (...)

95Il en va de même pour les portraits des Histoires. Sans vouloir entrer dans les détails, les fragments conservés semblent témoigner d’une présentation plutôt favorable de Licinius Macer et de Philippe. De même, le jugement sur Sertorius semble être positif dans certains fragments195 ; selon certains commentateurs, Sertorius est même idéalisé par Salluste, par opposition à Pompée196, alors que d’autres insistent sur l’ambiguïté de sa présentation197. En revanche, Sylla198, Lepidus et Cotta sont dépeints avec des couleurs plutôt sombres199.

96À supposer que cette classification des caractères positifs et négatifs soit correcte, il ne s’ensuit pas pour autant que les caractères du premier groupe ont été proposés par Salluste comme des exempla à imiter et ceux du second comme des exempla à éviter : il est différent de constater que l’un ou l’autre caractère est positivement ou négativement présenté, et d’affirmer que ces portraits sont des exempla à imiter ou à éviter. Pour accepter la valeur exemplaire d’un caractère, il faut d’abord admettre que Salluste croyait que la conduite d’un homme du passé pourrait encore être imitée ou évitée par les lecteurs contemporains, de façon à influencer l’évolution future de l’histoire. Une telle vision semble démentie dans la préface du Jugurtha. Ensuite, il faudrait pouvoir préciser les moyens narratifs par lesquels l’auteur accorde à son héros le statut d’exemplum, en esquissant un rapport entre le lecteur et sa figure. Un tel examen est impossible dans un récit fragmentaire. L’analyse des portraits des monographies a démontré qu’une présentation à première vue favorable et exemplaire peut être déconstruite à travers les choix narratifs de l’historien.

97Il faudrait donc avoir conservé l’ensemble de la présentation d’un héros pour pouvoir se prononcer au sujet de son exemplarité. Il est donc préférable de laisser de côté cette question dans les Histoires. Il nous semble pour autant utile de noter qu’à notre sens, il est peu probable que la perspective de Salluste ait changé à ce point qu’il ait inclus dans son récit des exempla. Le pessimisme de Salluste est accentué dans sa dernière œuvre ; la nature humaine paraît de moins en moins capable d’amélioration. Comment donc pourrait-il croire que la mise en avant d’exempla pourrait agir sur la formation de l’histoire à l’avenir ?

L’incapacité d’agir sur l’avenir de Rome

  • 200 Burkard 2003, 545-548, remarque aussi en conclusion cette absence d’exempla dans le récit de Sall (...)

98Selon le raisonnement suivi dans ce chapitre, il a été d’abord exclu que Salluste puisse être optimiste par rapport à la possibilité d’une amélioration de la situation politique grâce à l’action politique des hommes au pouvoir. Ensuite, l’examen des préfaces a révélé que Salluste, bien qu’il affirme l’utilité de son œuvre pour la res publica, ne professe qu’à première vue que l’histoire peut aider la république par ses exempla positifs ou négatifs. Cette prise de position par rapport à la non-validité de l’exemplarité de l’histoire est confirmée dans le récit, où l’auteur manque systématiquement l’occasion de présenter des exempla dans des parties du récit où il aurait pu le faire. Au contraire, il préfère construire une narration apparemment exemplaire, mais en faisant des choix narratifs qui sapent son exemplarité200.

99La stratégie “d’exemplarité annulée”, renforcée par des commentaires qui prévoient implicitement la fin de Rome, est utilisée de façon plus subtile dans le Catilina. On doit savoir lire derrière les lignes de l’Archéologie et de la synkrisis pour comprendre que les anciens Romains, ainsi que César et Caton, sont des figures positives, mais ne sont pas pour autant des exempla à imiter. La construction des portraits des protagonistes dans le Jugurtha suggère plus clairement cette idée : les caractères sont en évolution et portent dès le début l’inclination qui mènera à leur corruption ; ils ne peuvent donc pas fonctionner comme des exempla à imiter ou à éviter. L’accentuation du pessimisme semble se refléter dans l’utilisation moins subtile de la stratégie de “l’exemplarité annulée”. Dans le Catilina, il doit faire face à une contradiction : d’une part, il croit que les hommes ont été responsables de la décadence ; d’autre part, il doit expliquer pourquoi il n’est plus possible d’envisager un renouveau grâce à l’imitation des exempla, et pourquoi des hommes comme César et Caton n’ont pas pu arrêter la décadence. Dans son effort pour concilier ces deux opinions, il a recours à l’idée que la décadence a avancé à tel point qu’elle a pris la forme d’une contagion (Cat., 10.6).

100Une reprise du progrès semble donc impossible, ce qui explique l’échec de César et Caton, malgré la répression de la conjuration. Dans le Jugurtha, plus conscient des défauts innés de la nature humaine, Salluste manifeste plus clairement l’incapacité de ses héros à fonctionner comme des exempla. Le récit des Histoires est très fragmentaire et on ne peut pas tirer des conclusions solides à ce propos, mais il semble logique qu’à cause de l’accentuation du pessimisme de l’auteur, la valeur exemplaire de l’histoire soit également démentie.

La raison d’être de l’historiographie sallustéenne

  • 201 Voir Scanlon 1987, 71.
  • 202 Voir supra, p. 403-411 (not. p. 404 sq., 408-409).

101Quel est donc la raison d’être de l’historiographie sallustéenne, si l’historien ne peut rien faire pour arrêter la décadence par son œuvre ? Selon T. F. Scanlon, la possibilité d’une transformation morale existe. Salluste lui-même qui a abandonné les malae artes pour la uirtus, en est un exemple (Cat,. 3.3-4.2). Selon l’auteur, Salluste invite ses lecteurs à abandonner la spes aux individus et aux dieux, pour “poursuivre un nouvel idéal de délibération réaliste face aux contradictions innées dans tout”201. Cependant, une telle intention ne serait pas entièrement conforme à l’idéal de l’industria professé dans les prologues. La uirtus de Salluste est une vertu pratique qui se met en évidence dans l’activité de l’homme, consacrée à la communauté civique202.

  • 203 Voir Vasta 2014, 376-380 ; Fornara 1983, 71-73.
  • 204 Voir Cic., Rep., 5.1.1 ; Att., 2.21.1.
  • 205 Contra Feldherr 2010, 206 sq., affirme que Salluste envisage son histoire comme un κτῆµα ἐς αἰεὶ (...)

102La vision de Salluste a été aussi rapprochée de celle de Thucydide. Ainsi, de la même façon que Thucydide avait décrit la guerre qui avait désolé la Grèce, en donnant uniquement un diagnostic de ses causes et de ses symptômes, et sans proposer de moyens de guérison, l’historien romain devient le médecin de la république post mortem203. Or, l’étude présente a montré que, même si Salluste semble prévoir la fin imminente de la res publica dans un avenir plus ou moins proche, il n’affirme nulle part que celle-ci ait déjà disparu, comme l’avait fait Cicéron avant lui204. De plus, cette interprétation suppose comme prérequis que la conception sallustéenne du rôle de l’histoire soit identique à celle de l’historien grec. Ce dernier envisage l’histoire comme un κτῆµα ἐς αἰεὶ, utile pour comprendre (τὸ σαφὲς σκοπεῖν) les événements du passé et du futur (Thuc. 1.22.4). Cette vision contemplative de l’histoire est peu conforme à l’idéal de l’industria. Salluste n’était ni un philosophe comme Platon, ni un historien “rationaliste” comme Thucydide. Son histoire ne pouvait avoir de sens à ses yeux que si elle était considérée comme un negotium capable de lui procurer la gloire205.

103L’écriture de l’histoire est envisagée comme une source de gloire, un negotium à travers lequel l’auteur peut exercer les bonae artes et acquérir ainsi la fama (Cat., 2.9). Or, bien qu’il mette l’accent sur l’utilité de l’histoire pour la res publica, la gloire qui lui revient grâce à l’écriture de l’histoire ne semble être que personnelle, l’intérêt de ce negotium pour la collectivité étant expliqué de façon très vague :

  • 206 Cat. 3.1-2 : “1. Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et aux (...)

1. Sed in magna copia rerum aliud alii natura iter ostendit. Pulchrum est bene facere rei publicae, etiam bene dicere haud absurdum est ; uel pace uel bello clarum fieri licet ; et qui fecere, et qui facta aliorum scripsere, multi laudantur. 2. Ac mihi quidem, tametsi haudquaquam par gloria sequitur scriptorem et auctorem rerum, tamen imprimis arduum uidetur res gestas scribere…206.

104Il en ressort que l’historiographie trouve son sens dans la mesure où elle devient pour Salluste une source de gloire, qui l’aide à remplir son devoir d’homme, un devoir qu’a défini lui-même dans les deux premiers paragraphes. Il ne s’agit pas pourtant d’une prise de position egocentrée et utilitariste : Salluste manifeste clairement sa volonté d’être utile à la res publica, en la servant par la parole (bene dicere) ; dans le Jugurtha, l’historien déclare qu’écrire l’histoire est aussi utile, sinon plus, que la politique et qu’il sera plus utile à la cité dans sa retraite politique (Jug., 4.1 sq.). Or, l’état avancé de la décadence ne lui permet pas de préciser en quoi consistera ce service et comment il peut aider la cité à sortir du déclin.

105En outre, la tâche de Salluste prend son sens pour une autre raison, qui n’est pas non plus sans rapport avec la cité. Par la formule uel pace uel bello clarum fieri licet, il explique que son activité d’historien représente son effort personnel pour acquérir la gloire, en faisant preuve de uirtus animi in pace. C’est exactement l’absence de cette qualité, qui selon la théorie exposée dans le Cat., 2, a mené les empires étrangers à leur déclin. De même, on a vu que dans le Catilina, Salluste attribue la décadence de Rome au fait que les Romains n’ont pas développé leur uirtus in pace, mais seulement in bello. En effet, l’historien accomplit même a posteriori un devoir dont le respect aurait pu arrêter la décadence dans le passé.

106Le lien de son activité d’historien avec la théorie de la préface est souligné par la reprise du terme animus dans l’explication des étapes qui l’ont conduit à son retrait de la vie politique : son animus éprouvait d’abord de l’aversion face aux vices de la vie politique, mais l’ambition empêchait l’historien de s’en détourner (Cat., 3.4) ; ensuite, son animus retrouva le calme, ce qui le détermina à se retirer de la vie politique (Cat., 4.1) ; enfin, étant désormais libre d’espoir, de crainte et d’esprit de parti, son animus put se consacrer à l’histoire (Cat., 4.2). De même, dans la préface du Jugurtha, Salluste revient aux termes de sa théorie de la uirtus, pour justifier sa retraite : l’historiographie est reconnue comme un negotium qui s’exerce par l’ingenium (Jug., 4.1) ; son industria est opposée à celle des hommes qui s’adonnent à des activités pour obtenir la faveur de la foule (Jug., 4.3).

107Ainsi l’historiographie trouve son sens dans cet effort de Salluste pour se conformer à sa propre conception de la uirtus. Il s’agit de poursuivre la gloire grâce à la uirtus animi in pace, en se distinguant ainsi par rapport à la pratique des anciens Romains, qui fut à l’origine de la décadence de Rome. Salluste montre donc qu’il a appris la leçon de l’histoire. Il sait pourtant qu’il n’est plus possible d’aider la cité à travers cette prise de conscience. Son activité sera utile à lui‑même plutôt qu’à la collectivité, puisqu’elle lui procure la gloire ; l’auteur ne peut plus vraiment servir la république par cette gloire, mais éprouve un certain malaise à l’avouer ouvertement. L’optimisme de la préface s’explique par le fait que, malgré la décadence irréversible, l’historien a trouvé un moyen de faire preuve de uirtus et de s’immortaliser ainsi par la gloire. Son attitude peut se résumer dans le principe “je fais ce que je peux faire”, pour se conformer à l’idéal de l’industria dans une société incapable d’amélioration.

  • 207 Voir dans ce sens Vasta 2014, 367.
  • 208 Voir Moatti 1997, 42-44.

108Salluste semble conscient qu’il n’est plus possible de se conformer à sa propre vision de la uirtus, s’il ne s’éloigne pas de la res publica. Il semble suggérer que la seule solution qui reste pour l’homme de bien est de fuir la cité, pour trouver un autre moyen d’obtenir la gloire207. L’historiographie a été pour lui ce moyen. Selon C. Moatti, l’histoire de Salluste vise à sauver de la mort la tradition et l’esprit de la cité. Dans ce sens, elle devient une œuvre de salut public208. Or, l’auteur n’a pas l’illusion de pouvoir sauver la cité elle-même.

  • 209 Voir à ce propos l’analyse de Jal 1963, 318-321. Le critique (ibid., 320) inscrit la retraite de (...)
  • 210 Ce sujet est particulièrement débattu. Pour un bilan de cette discussion voir Watson 2003, 484-48 (...)
  • 211 Voir Hist., fr. 1.100-103 M = 1.88-90, 87 Ramsey = 1.92-95 La Penna-Funari. Voir aussi Plut., Ser (...)
  • 212 Syme 1964, 284-285. Voir sur ce rapprochement McGushin 1994, 166-167 ; La Penna & Funari 2015, 32 (...)

109La retraite de Salluste peut être mieux comprise si on la situe dans le désir d’évasion caractéristique de l’époque : plusieurs Romains expriment leur volonté de quitter la Ville, pour échapper aux maux de la guerre civile209. C’est le même désir qui parcourt l’Épode XVI d’Horace, écrite vers la même époque. Le poète incite ses concitoyens à partir de Rome pour gagner les Îles Fortunées que Jupiter a réservées aux hommes pieux. Quel que soit le sens exact de cet appel210, l’épode traduit le sentiment éprouvé par les hommes de bien que le seul moyen de conserver leur moralité est de fuir Rome. Dans les Histoires, Salluste se réfère au plan de Sertorius de quitter l’Espagne pour s’installer sur les Îles Fortunées211, ce qui montre que l’historien était au courant du dessein de certains hommes de partir pour ce lieu exotique, en vue de laisser derrière eux les maux de la cité212. Cependant, l’évasion que recherche Salluste n’est pas géographique mais intellectuelle ; c’est dans cette retraite qu’il trouve le sens de sa vie et la solution face à la corruption irrémédiable de la cité.

Conclusion : la décadence irréversible de la res publica

  • 213 Sur le sens différent des notions de “décadence” et de “déclin”, voir l’introduction supra, p. 17 (...)

110Salluste ne propose pas de remèdes à la décadence de la res publica. L’historien décrit de fait le “déclin” de la res publica, puisqu’il croit que ce processus de décadence mènera à la fin de l’État213. Il semble d’abord avoir perdu tout espoir quant à la possibilité des hommes au pouvoir d’agir pour améliorer la situation. Il n’espère pas non plus exercer sa propre influence sur le devenir historique à travers son œuvre. Son intention d’être utile à la res publica est manifeste dans ses préfaces, mais la façon dont il annonce cette prise de position dément dans sa genèse l’espoir d’un impact positif sur l’histoire. Les choix narratifs dans le récit renforcent cette impression. La stratégie de “l’exemplarité annulée”, qui consiste à ne pas donner des exempla là où le lecteur s’y attend, parcourt les monographies. Tout concourt à montrer que Salluste est conscient du fait que son plan annoncé, consistant à rendre service à la res publica, n’est pas réaliste. Salluste apparaît comme le médecin de la res publica mourante, qui est capable d’expliciter les causes et les symptômes de sa maladie, mais ne peut pas proposer de remèdes à cause de l’état avancé de l’affection. Il n’exclut pas probablement que la guérison soit possible, mais il se montre lui‑même incapable de proposer des remèdes.

  • 214 Sen., Ot., 3.3 : “Si la république est trop corrompue pour qu’on y puisse porter remède, si elle (...)

111Il ne lui reste donc qu’à sauver sa propre moralité, en se retirant de la vie politique. Cette attitude rappelle celle qu’adopte plus tard Sénèque qui, de façon plus explicite que Salluste, invite le sage à préférer l’otium, au cas où il ne peut pas apporter son assistance à la res publica corrompue : si res publica corruptior est quam ut adiuuari possit, si obscurata est malis, non nitetur sapiens in superuacuum ne se nihil profuturus impendet214. Selon le philosophe, si l’homme ne peut pas être utile à un grand ou à un petit nombre d’hommes, il doit du moins se rendre utile à lui-même, avec la perspective de pouvoir être utile aux autres dans l’avenir (Sen., Ot., 3.5). Sans s’inspirer nécessairement de cette approche stoïcienne des devoirs du sage, Salluste s’efforce aussi d’être utile à lui-même, en se consacrant à une activité apte à lui procurer la gloire, conformément à sa propre vision des devoirs de l’homme. Le choix de l’historiographie, alors que l’auteur admet qu’on peut exercer la uirtus dans des domaines très variés (Cat., 2.7 ; Jug., 2.4), révèle à quel point il est encore hanté par son passé d’homme politique. Salluste ne choisit pas un domaine d’activité sans aucun rapport avec la politique, mais opte pour l’historiographie qui a un caractère politique incontestable. De cette façon il échappe à la corruption de la res publica actuelle, pour protéger sa propre moralité, mais reste nostalgique d’une res publica perdue.

112Cette position prise par Salluste se comprend facilement dans le contexte de la période immédiatement postérieure à l’assassinat de César et antérieure à la mort de l’auteur en 35 a.C. Sans vouloir présenter un récapitulatif des événements, Rome traverse une phase de tensions incessantes, les périodes d’entente entre Antoine et Octave n’étant que très courtes et caractérisées par la violence contre leurs adversaires politiques. En vivant donc dans une période d’écroulement, il lui paraît sans doute impossible d’en espérer l’issue.

Notes

1 Pöschl 1940, 1 ; Bernert 1949-1950, 94-95 ; Earl 1961, 120 ; La Penna 1969, 32-34, 56-57 ; Richard 1970, 55 ; Mineo 1997b, 48-49 ; Gunderson 2000, 112-120 ; Sensal 2010, 476 ; Balmaceda 2017, 82. Cf. Engels 2009, 875-879, qui ne peut pas exclure que Salluste espérait encore une amélioration de la situation dans le Catilina, mais dans le Jugurtha et les Histoires, la décadence est irréversible.

2 Vretska 1937a, (not. p. 35-43) ; id. 1976, 694-695 ; Paladini 1948, 186-187, 195-197 ; Steidle 1958, 22 ; Klinz 1978, 513.

3 Koestermann 1973, 794-795 ; Novara 1983, 584-585 ; Heldmann 1993b, 117 ; Schmal 2001, 118 ; Ledentu 2007, 108 ; Hammer 2014, 174-179 ; cf. Tiffou 1973, 337-346, qui soutient que l’analyse de Salluste ne manque pas de signaler “les anticorps” qui peuvent arrêter le mal, mais souligne que cet optimisme est annulé dans les Histoires, où la pensée de Salluste évolue vers un pessimisme plus profond.

4 Cf. Büchner 1960, 346-347, qui est le seul à laisser cette question en suspens, tout comme l’a fait Salluste lui-même selon le critique : l’histoire dépend chez Salluste de l’homme ; l’avenir reste donc imprévisible.

5 Scanlon 1987.

6 Vasta 2014.

7 Scanlon 1987, 71.

8 La Penna 1969, 114-124. Selon Empli 1997, 433-471, les portraits comparés de César et de Caton peuvent être interprétés comme un effort pour définir un nouveau style de gouvernement individuel. La personnalité de César serait apte à unifier Rome même au nom de sa uirtus individuelle, surtout si elle était nuancée par la temperantia de Caton. Cet optimisme est démenti dans le Jugurtha, où l’émergence des individus montre qu’un pouvoir individuel ne peut qu’aboutir à une forme plus ou moins tyrannique. Notre analyse montrera, au contraire, que César et Caton sont loin d’être proposés comme des modèles d’exercice du pouvoir.

9 Voir Cat., 6.7-7.2. Voir aussi Skard 1930 (not. p. 95) ; et Syme 1964, 119-120, pour la position défavorable de Salluste à une monarchie éventuelle de César.

10 Anna 1979, 820 sq.

11 Due 1983, (not. p. 128 sq.). Voir aussi contra A. La Penna, Garbugino 2006, 116-118.

12 Due 1983, 132.

13 Fro., Ver., 2.1.9, p. 122, 19-21 Van den Hout.

14 Voir Skard 1972 ; Garbugino 2006, 131-139.

15 Ainsi Allen 1954, 11, n. 33 ; Büchner 1960, 19 ; Syme 1964, 223 ; Mazzarino 1968, 367 ; La Penna 1969, 285-286, n. 131, 473, 477. Voir aussi Van den Hout 1999, 292, pour une bibliographie plus riche sur ce sujet.

16 Allen 1954, 10-14, invoque au soutien de sa thèse deux autres passages (Hor., Sat., 1.2.41-43 ; Sen., Cl., 1.10.1). Sans vouloir entrer dans les détails de ses arguments, ce qui nous entraînerait trop loin, ces passages nous paraissent éloignés de la question de la position politique de Salluste.

17 Voir Allen 1954, 11, n. 34.

18 Plut., Ant., 34 ; D.C. 49.21.1. Voir à ce propos Syme 1964, 223, n. 29.

19 Les arguments d’Allen 1954 ont été invalidés par Syme 1964, 223 ; La Penna 1969, 285-286, n. 131, 477 ; id. 1961, 258 ; Skard 1972, 70-78 ; et surtout Garbugino 2006, 131-139.

20 Voir Hist., fr. 3.2-3 M = 3.2-3 Ramsey. Ce passage est aussi utilisé comme argument par La Penna 1961, 258, pour invalider la thèse de J. W. Allen.

21 Tiffou 1982.

22 Voir Cat., 3.3-5 ; Jug., 3.1-4, 4.7-9. Sur le contexte politique et historique dans lequel Salluste a écrit ses deux monographies, voir Biesinger 2016, 168-171.

23 Havas 1971, 50-54.

24 Voir à ce propos l’analyse plus détaillée de Perl 1969a, 203-206, et de Canfora 1993, 121-126.

25 Cat., 51.36 : “Il se peut qu’en un autre temps, sous un autre consul, ayant lui aussi une armée dans sa main, on tienne pour vraie quelque fausse nouvelle”.

26 Voir Vogt 1938, 67 ; Syme 1964, 121-123 ; Pöschl 1970a, 385 ; Vretska 1976, 552 ; Schmal 2001, 57 ; Canfora 1993, 121, et Ramsey 2007, ad loc.

27 Voir Perl 1969a, 204, et Havas 1971, 52.

28 Voir Drummond 1995, 33-36.

29 Voir Levene 2000, 189-190.

30 Jug., 3.2 : “Quant à l’emploi de la violence pour gouverner parents et patrie – dût-on y réussir et corriger des abus – il n’est pas non plus sans danger, surtout si l’on considère que toutes les révolutions entraînent à leur suite le meurtre, l’exil, et autres violences”.

31 Voir La Penna 1969, 119-121. Lämmli 1946, 108, avait déjà vu dans le passage une allusion à César.

32 Steidle 1958, 106-107 ; Büchner 1960, 109 ; Koestermann 1971, ad loc. ; contra Vretska 1955a, 21-22 ; Perl 1969a, 201.

33 Voir Syme 1964, 216 ; Anna 1979, 817-819 ; Garbugino 2006, 127. Cf. Paul 1984, ad loc., qui voit dans le passage une critique générale plutôt qu’une allusion précise.

34 Jug., 3.3-4 : “3. Quant à s’épuiser en vains efforts, et pour prix de ses fatigues ne récolter que la haine, c’est le comble de la folie, 4. à moins que, par une folie pire encore, on n’ait d’aventure la méprisable et pernicieuse envie de sacrifier à l’élévation de quelques ambitieux son honneur et sa liberté”.

35 Voir Steidle 1958, 108 ; Syme 1964, 218 ; Malitz 1975, 89-91. Cf. Paul 1984, ad loc.

36 Pour cette interprétation du passage, voir Tiffou 1982, 147 ; Garbugino 2006, 127. Cf. Lämmli 1946, 109-110, qui croit que Salluste se réfère à Caton qui s’est rallié à la cause de la nobilitas, pour s’opposer à César. Cf. aussi Syme 1964, 216-217, qui note qu’il s’agit plutôt d’une critique générale contre les serviteurs du pouvoir. Sur les Orcini Senatores, voir Plut., Ant., 15 ; App., BC, 3.5.17 ; Cic., Phil., 13.8.18, 12.26 sq. ; Suet., Aug., 35.

37 Voir TLL, s.u. orcinus 9.2.931.38-56, qui contient plusieurs références à des textes juridiques.

38 Voir Jug., 4.4. Voir aussi dans ce sens La Penna 1969, 119.

39 Voir Jug., 4.7, et Syme 1964, 218-219.

40 Hist., fr. 3.2 M = 3.2 Ramsey : curator nocentior piratis.

41 Hist., fr. 3.3 M = 3.3 Ramsey : Perdendae pecuniae genitus et uacuus a curis nisi instantibus. Garbugino 2006, 131, décèle aussi dans ces fragments une attitude hostile de Salluste à l’égard de Marc Antoine le fils.

42 Voir Perl 1969a, 212-215. Voir aussi id. 1969b. Les interprétations de Pasoli 1965, 70-72 ; McGushin 1994, 19, 146-147 ; et Garbugino 2006, 130‑131, vont dans le même sens. Cf. Syme 1964, 219-224.

43 Tiffou 1973, 226, n. 8, 227, n. 10, 228-230 ; Schmal 2001, 56-57. Voir aussi Paul 1984, 12-15, qui voit dans les passages du Jug., 3 des critiques générales, plutôt que des allusions précises.

44 Tiffou 1973, 227.

45 Schmal 2001, 56-57.

46 Cf. Malitz 1975, 90-92, qui soutient que Salluste en tant qu’ex-césarien n’avait rien à craindre des proscriptions à cause de ses rapports supposés avec Ventidius Bassus. L’argument est pour autant fragile, comme cela a été montré quelques paragraphes plus haut.

47 [Cic.], Sal., 7.19 ; D.C. 43.9. Voir à ce propos la discussion de Bertrandy 2005, 35-38. Cf. Malitz 1975, 87-88 (avec n. 27), qui exprime ses doutes par rapport à ces informations.

48 Selon Syme 1964, 38-39, cette amende a été infligée par César à Salluste pour mettre fin au procès, mais ce dernier avait désormais peu de chances de poursuivre sa carrière politique.

49 Contra Vretska 1955b, 56-59, essaie de montrer que l’enrichissement dû à l’activité politique de Salluste ne serait pas considéré comme quelque-chose de critiquable.

50 Cf. Havas 1971, et id. 1972, qui envisage un rapprochement de Salluste avec Cicéron.

51 Jug., 3.1 : “Mais parmi ceux-ci, les magistratures, les commandements militaires, bref toute activité politique ne me semblent nullement désirables à notre époque, où les honneurs ne sont pas donnés au mérite, et où les hommes qui les ont acquis par la fraude n’en sont ni plus en sûreté ni plus en honneur”.

52 Cat., 4.1 : “je fus résolu à passer le reste de ma vie loin de la politique”.

53 Voir Vretska 1955a, 11-12, 20-21.

54 Voir à ce titre l’analyse de Steidle 1958, 105-107.

55 Jug., 4.7 : “Dans nos mœurs actuelles au contraire, c’est en richesse et en prodigalité qu’on veut dépasser les ancêtres, non en probité et en énergie. Même les hommes nouveaux, qui naguère triomphaient d’ordinaire de la noblesse par leur vertu, s’efforcent de conquérir commandements et honneurs non par les bonnes pratiques, mais par le vol et le brigandage”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) légèrement modifiée.

56 Voir Tiffou 1973, 233-236. Le chercheur (ibid., 234, n. 34) répond aussi à Mazzarino 1968, 367 sq., qui soutient que le discours écrit par Salluste pour Ventidius montre que l’historien n’a jamais renoncé à la politique. Selon E. Tiffou, Salluste aurait juste rendu un service d’amitié.

57 Cf. Paul 1984, 13.

58 Voir Cat., 7.1, 36.4 ; Jug., 79.2 ; Ep. Mith., 10. Voir aussi Koestermann 1971, 34.

59 Sur ce topos voir Herkommer 1968, 34-45.

60 Cato Hist., fr. 1.2 Chassignet (= Cic., Planc., 66) : “les hommes en vue et les personnages importants doivent rendre compte aussi bien de leurs loisirs que de leurs activités”. Trad. M. Chassignet (CUF 1986). Cf. X., Smp., 1.1, avec le commentaire de Herkommer 1968, 35, n. 1.

61 Voir Cic., Off., 2.2.5-6, 3.1.1-3 ; de Orat., 1.1.3 ; Arch., 6.13-14. Voir Bernert 1949-1950, 92-94 ; André 1966, 279‑334 ; Luciani 2010, 67‑95, 100‑110, pour une discussion sur la conception de l’otium chez Cicéron.

62 Sur la conception de l’otium chez Salluste et ses différences par rapport à Cicéron, voir Bernert 1949-1950, 94-96 ; André 1966, 335-347 ; Ferrary 1980, 17-18 ; Biesinger 2016, 161-163.

63 Cat., 3.1-2 : “1. Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et aux autres des voies différentes. Il est beau de servir l’État par ses actes ; le servir par la parole n’est pas non plus sans mérite ; on peut s’illustrer soit dans la paix soit dans la guerre ; les auteurs de belles actions comme ceux qui ont raconté celles des autres sont également nombreux à recevoir nos éloges. 2. Et même à mes yeux, bien que la gloire soit loin d’être la même pour celui qui écrit l’histoire et celui qui la fait, c’est une tâche des plus ardues que celle de l’historien…”.

64 Ainsi Wolff 1993, 164 sq.

65 Voir dans ce sens McGushin 1977, ad loc. ; voir aussi Chapman 1983, 142 : “Sallust’s modest suggestion is that words as well as deeds can benefit the state and win praise from it”. Cf. Leeman 1954, 329.

66 Voir à ce propos Burkard 2003, 499-500.

67 Cat., 3.3-4.1 : “3. 3. Pour moi, tout jeune encore, mon goût me porta comme tant d’autres, vers la politique, et j’y trouvai bien des déboires. Au lieu de l’honneur, du désintéressement, du mérite, c’étaient l’audace, la corruption, la cupidité qui régnaient. 4. Malgré l’aversion qu’inspiraient ces vices à mon âme encore innocente, ma faible jeunesse, gâtée par l’ambition, demeurait pourtant attachée à ce milieu corrompu ; […] 4. 1. Aussi lorsqu’après bien des misères et des périls mon esprit eut retrouvé le calme, et que je fus résolu à passer le reste de ma vie loin de la politique, je ne songeai pas à gaspiller dans la paresse et l’inaction de précieux loisirs, ni non plus à consacrer mon activité à cultiver la terre ou à chasser, besognes bonnes pour des esclaves”.

68 Les commentateurs se sont étonnés de ce mépris de Salluste à l’égard de la chasse et de l’agriculture, si peu conforme à la tradition et à l’idéologie catonienne. Cf. Cic., Off,. 1.42.151 ; Cat., 51-60. Pour une discussion sur ce passage, voir Syme 1964, 44 sq. ; Bianco 1979 ; Delz 1985 ; et Levene 2000, 173-174.

69 Dans ce sens Salamon 2019, 92-93. Cf. Burkard 2003, 482-494 : ces réflexions ne visent pas tant à défendre son choix de se retirer de la vie politique, que son droit de présenter un récit détaché des passions de son époque.

70 Voir dans ce sens Vretska 1976, 85-86, avec bibliographie antérieure. Mevoli 1994, 33‑73, étudie le projet historiographique de Salluste comme une vocation politique, en se concentrant sur le sens dont est investi le terme studium dans le lexique sallustéen. Cf. Rambaud 1946, 124 ; Bernert 1949-1950, 94 ; Syme 1964, 127 ; et McGushin 1977, 45-46, qui considèrent que dans la préface du Catilina l’accent est mis sur la gloire personnelle plutôt que sur l’usus rei publicae. Selon Pöschl 1940, 36-37, l’idée de l’utilité pour la res publica est absente de la préface, mais elle est sous-entendue dans la présentation de l’historiographie en tant qu’une activité de uirtus.

71 Voir à ce propos l’analyse de Tiffou 1973, 148 sq., 213 sq., 251-284.

72 Voir Luc., Hist. Conscr., 53. Voir sur ce passage Herkommer 1968, 14-17.

73 La classification se fonde sur Rhet. Lat. Min. p. 588, 31 sq. Halm. Voir Herkommer 1968, 17-19.

74 Pour une analyse détaillée de ces trois topoi chez Salluste, Tite-Live et Tacite, voir Nikolaidis 1988.

75 Cf. Hdt. 1.1 : ὡς µήτε τὰ γενόµενα ἐξ ἀνθρώπων τῷ χρόνῳ ἐξίτηλα γένηται.

76 Voir Cic., Rep., 5.1.1 ; Plb. 6.54.3.

77 Seider 2014, 151-154.

78 Ferrary 1980, 19. Dans ce sens Walter 2004, 323-324.

79 Voir à ce propos l’analyse de Bernert 1949-1950, 95-96 ; et André 1966, 342.

80 Ce paradoxe a aussi été signalé par Leeman 1954, 332, et Tiffou 1973, 219-220.

81 Voir dans ce sens Leggewie 1953, 351-352.

82 Feldherr 2012, 96-97.

83 Cat., 3.2 : “2. […] c’est une tâche des plus ardues que celle de l’historien […] s’il lui arrive de blâmer quelque faute, on le croit généralement inspiré par la malveillance et la jalousie ; lorsqu’il parle de la vertu et de la gloire des grands hommes, chacun accepte avec indifférence ce qu’il se croit capable de faire lui-même ; mais tout ce qui dépasse ce niveau, il le tient pour imaginaire et mensonger”.

84 Voir Feldherr 2010, 204-205.

85 Voir surtout à ce titre Tiffou 1973, 223-249 ; voir aussi Büchner 1960, 106-113 ; contra Burkard 2003, 494‑498, entrevoit une tendance plus apologétique de Salluste dans la préface du Jugurtha.

86 Voir Jug., 3.1 sq. Voir aussi dans ce sens Oppermann 1935, 49-50, et id. 1958, 190-191.

87 Jug., 4.1-4 : “1. Mais parmi les exercices qui sont du ressort de l’esprit, un des plus utiles est le rappel des événements passés. 2. Ceux qui en ont fait l’éloge sont assez nombreux pour que je n’aie pas à y revenir, et je ne veux pas non plus qu’on me soupçonne de vouloir par vanité exalter moi-même les mérites de l’étude qui a mes préférences. 3. Je ne doute même pas que, depuis que j’ai pris la résolution de me tenir à l’écart de la république, il n’y ait des gens pour traiter de paresse la tâche si grande et si utile que j’entreprends […] 4. S’ils veulent bien se rappeler d’une part combien d’hommes de valeur n’ont pu, à l’époque où j’ai été investi de magistratures, obtenir les mêmes honneurs, et quelles sortes de gens ont par la suite envahi le Sénat, ils ne laisseront pas de reconnaître que si j’ai modifié ma façon de voir, c’est pour de bonnes raisons et non par simple paresse, et que mon inaction sera plus utile à la République que l’activité de bien des gens”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) légèrement modifiée.

88 Voir sur ce topos Herkommer 1968, 128-137, et Janson 1964, 66-67. Sur la tendance des historiens romains (Salluste et Tite-Live inclus) à présenter dans leurs préfaces des réflexions personnelles pour expliquer leur projet, voir Cupaiuolo 2002.

89 Cato, Hist., fr. 3 Peter = T 9 FRHist. = Rhet. Lat. Min. p. 588, 31 sq. Halm.

90 Plb. 1.1.2-3, 3.31, 3.118.12, 30.6.1-4. L’histoire peut aussi contribuer selon Polybe à l’amélioration personnelle des hommes par ses leçons (Plb. 1.35, 8.21.10-11), et à la meilleure compréhension des événements dans l’avenir (Plb. 2.35.4-6 ; 3.31.12-13 ; 12.25b1-3, f 2, g 2).

91 Asel., Hist., fr. 2 Peter = fr. 2 Chassignet = fr. 2 FRHist. = Gel. 5.18.9.

92 Selon Feldherr 2012, 96, n. 2, nombreux sont ceux qui ont parlé de l’utilité de l’histoire (multi dixere), mais ils ont dit des choses différentes ; il est donc difficile de savoir quelle est précisément l’opinion de Salluste.

93 Jug., 4.5-6 : “5. J’ai souvent entendu conter que Q. Maximus, P. Scipion, et tant d’hommes illustres de notre cité allaient répétant que la vue des portraits de leurs ancêtres enflammait leur âme d’un ardent amour pour la vertu. 6. Ce n’est pas sans doute que cette cire, ces images eussent en soi un pareil pouvoir ; mais au souvenir des exploits accomplis, une flamme s’allumait dans le cœur de ces hommes éminents, qui ne s’éteignait qu’au jour où leur vertu avait atteint même éclat, même gloire”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) légèrement modifiée.

94 Sur les imagines maiorum, voir l’étude complète de Flower 1996.

95 Voir dans ce sens Büchner 1960, 111 ; Earl 1961, 9 ; Tiffou 1973, 239-241 ; Paschalis 1980, 129-132 ; Paul 1984, ad loc. ; Scanlon 1987, 12-13 ; Flower 1996, 46 ; Kraus & Woodman, éd. 1997, 10 ; Mineo 1997b, 47 ; et Chaplin 2000, 25-26.

96 Le sujet étant très vaste, nous nous contentons de citer quelques travaux consacrés à la notion d’exemplarité dans la culture antique. Voir Fornara 1983, 104-120 ; Chaplin 2000, 5-29 ; Walter 2004 (not. p. 42-83, 374-407) ; Roller 2004 (not. p. 1-10, 50-53) ; id. 2019a (not. p. 214-219) ; id. 2018, 1-23 ; et Vasta 2014, 23-27. Voir aussi sur la fonction sociale et politique des exempla, David 1998a, et id. 1998b.

97 Jug., 4.7 : “Dans nos mœurs actuelles au contraire, c’est en richesse et en prodigalité qu’on veut dépasser les ancêtres, non en probité et en énergie. Même les hommes nouveaux, qui naguère dépassaient d’ordinaire la noblesse par leur vertu, s’efforcent de conquérir commandements et honneurs non par les bonnes pratiques, mais par le vol et le brigandage”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée.

98 Ainsi Vretska 1955a, 17.

99 Selon Grethlein 2006, ce passage (Jug., 4.7) montre que les imagines maiorum ne peuvent plus remplir leur mission qui était d’établir un rapport dialogique entre la memoria rerum gestarum et l’histoire elle-même. Salluste veut donc indiquer que l’historiographie devient plus nécessaire : le rôle de l’historien est de montrer comment la négligence des exempla génère une crise morale dans la vraie histoire. À notre sens, rien ne montre que Salluste espérait rétablir ce rapport entre les res gestae et la memoria rerum gestarum au moyen de son récit. Nous ne pouvons pas non plus nous accorder avec l’opinion du chercheur, selon laquelle Salluste, conscient de l’inefficacité des exempla positifs, se rapproche de la conception livienne qui veut que l’histoire propose des exempla, qu’ils soient positifs ou négatifs (Liv. praef., 10). Voir à ce propos Vasta 2014, 11.

100 Cf. Feldherr 2010, 207 sq., qui, en répondant à J. Grethlein (voir la note précédente), soutient que Salluste adopte dans ce passage une approche historiciste qui consiste à souligner la distance entre le passé et le présent et donc à nier la capacité des exempla à exercer de l’influence sur la réalité.

101 Ainsi Biesinger 2016, 146-148.

102 Vasta 2014 (not. p. 1-4, 38-74, 364-367). Cf. Biesinger 2016, 146-149 et sq., 159 sq., qui suggère que malgré l’inefficacité des imagines, l’historiographie sallustéenne pourrait offrir une partie de la solution surtout aux hommes qui n’étaient plus dépendants des imagines, comme les homines noui. Les œuvres de Salluste n’ont pas de dessein pédagogique proprement dit (ibid. 163-173) ; l’historien s’adresse à des lecteurs qui, comme lui, étaient exclus de la vie politique, pour remettre en cause l’utilité de la participation à la vie politique.

103 Voir dans ce sens Burkard 2003, 508-512.

104 Selon Steidle 1958, 110, la structure complexe du Jug., 4 montre que Salluste n’a aucune confiance en l’avenir de Rome, mais n’arrête pas de travailler pour sa cité. Ainsi Koestermann 1971, 39-40 ; contra Due 1983,121‑122, croit que Salluste a ajouté a posteriori les réflexions sur l’utilité de l’histoire, en visant seulement à justifier sa retraite de la vie politique, qu’il a décidée pour des raisons autres que le service de la cité.

105 Feldherr 2012, 96, n. 2 : la démonstration de Salluste dans le Jug., 4 est “une feinte”, car il explique en quoi la memoria rerum gestarum a été utile dans le passé, mais sans préciser comment elle fonctionne maintenant.

106 Voir Hist., fr. 1.3-5 La Penna-Funari = 4.54, -, 1.137 M = inc. 27, inc. 1, 1.122 McGushin = inc. 33, inc. 38, 1.121 Ramsey. Voir aussi La Penna & Funari 2015, 47, 121-124. Voir aussi La Penna 1973.

107 Telle est l’interprétation de Tiffou 1973, 320-321, 576. Cf. Scanlon 1998, 197-198 : “The very undertaking of this, his lengthiest project, at least implies a claim for its beneficial function. Otherwise, cui bono?”. Nous allons répondre à cette dernière question à la fin de ce chapitre.

108 Contra Engels 2009, 877-879.

109 Guntram 1941. Voir dans le même sens Ferrary 1980, 19.

110 Seider 2014 (not. p. 145-158).

111 Voir supra, p. 348 sq., pour plus de détails.

112 Seider 2014, 149-151.

113 Biesinger 2016, 129-130, signale aussi l’absence des exempla dans le Catilina.

114 Cat., 5.1-8. Voir supra, p. 415-417, pour une analyse du portrait.

115 Cat., 4.5 : “Sur l’homme lui-même et sur son caractère il me faut donner quelques éclaircissements, avant d’aborder mon récit”.

116 Voir supra, p. 417-422, sur ces portraits.

117 Cat., 5.9 : “Et puisque l’occasion m’a fait souvenir des mœurs de la cité, le sujet même semble m’inciter à remonter en arrière et à exposer brièvement les habitudes de nos ancêtres au dedans comme au dehors, à montrer comment ils ont gouverné la République, en quel état de grandeur ils la laissèrent, de sorte que, en changeant peu à peu, elle soit transformée, de la plus belle et la meilleure qu’elle était, en la plus mauvaise et la plus corrompue”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée.

118 McGushin 1977, ad loc. interprète la formule res ipsa comme une évocation du sujet de la monographie.

119 Cat., 6.2, 7.3 : “6. 2. Quand se trouvèrent réunis dans les mêmes murs ces hommes de races diverses, de langage différent, de mœurs dissemblables, ils se fondirent en un corps avec une facilité incroyable […] 7. 3. Et l’on peine à croire avec quelle rapidité la cité s’accrut, une fois en possession de sa liberté…”.

120 Feldherr 2010, 210-212. Cf. Cat., 13.1 (Nam quid ea memorem quae nisi eis qui uidere nemini credibilia sunt, a priuatis compluribus subuorsos montis maria constrata esse ?). Selon A. Feldherr, Salluste fait ici allusion aux lecteurs futurs qui ne pourront plus croire quel niveau a atteint la décadence à l’époque de Salluste.

121 Cat., 7.7 : ni ea res longius nos ab incepto traheret.

122 Sur les autres fonctions de la digression, voir supra, p. 294 sq., 426.

123 Cat., 53.2-5 : “2. Pour moi, lorsque je lisais ou que j’écoutais toutes les belles actions accomplies par le peuple romain dans la paix et dans la guerre, sur mer comme sur terre, l’idée m’est venue de rechercher les causes qui avaient permis de soutenir de tels efforts. 3. Je savais que souvent Rome, avec une poignée de soldats, avait lutté contre de nombreuses légions ennemies. J’avais appris qu’avec de faibles ressources elle avait fait la guerre à des rois puissants ; que de plus elle avait souvent supporté sans faiblir les coups de la Fortune ; mais que les Romains étaient inférieurs aux Grecs en éloquence, et aux Gaulois en gloire militaire. 4. À force de réfléchir sur ces questions, j’en arrivai à me convaincre que c’était la vertu éminente de quelques citoyens qui avait tout fait ; c’était elle qui avait assuré la victoire de la pauvreté sur la richesse, du petit nombre sur la multitude. 5. Mais lorsque la cité eut été corrompue par le luxe et l’oisiveté, seule la grandeur de la république fut à son tour assez forte pour ne pas succomber aux fautes de ses généraux et de ses magistrats ; et, comme si la mère était devenue stérile, pendant de longues périodes, il n’y eut à Rome aucun homme grand par sa vertu”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée. Le texte des manuscrits (sicuti effeta parentum) est corrompu. On retient comme plus proche de la leçon des manuscrits la correction de parentum en parente par La Penna 2004, 204‑205. Cf. A. Ernout (CUF 1941) : sicuti <esset> effeta pariendo.

124 Voir La Penna 1969, 50 sq., et surtout Heldmann 1992. Cf. Klinz 1978, 515-516 : dans cette digression, Salluste reconnaît l’action des individus, dans la mesure où ils ne servent pas des objectifs personnels.

125 Contra Sarsila 2006, 123-127, prend surtout argument de ce passage pour soutenir que la uirtus était selon Salluste l’apanage de certains individus.

126 Cat., 53.6 : “À mon époque pourtant il y eut deux hommes d’une vertu immense, quoique de mœurs différentes, M. Caton et C. César : puisque mon sujet les a mis sur ma route, je n’ai pas voulu les passer sous silence, et je vais dépeindre, dans la mesure où mon esprit me le permet, leur nature et leurs mœurs”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée.

127 Telle est par exemple la lecture de Steidle 1958, 22, et de Vretska 1976, 610.

128 Scanlon 1987, 32-33.

129 L’examen des discours nous amènerait loin de notre sujet. La seule lecture du discours de Caton (Cat., 52) suffit pour montrer que Caton reprend les arguments et le contenu du discours de César (Cat., 51) pour s’y opposer. Sur la construction antithétique des deux discours et les éléments qui structurent cette opposition, voir Büchner 1960, 67-81 ; Pöschl 1970a ; Vretska 1976, 565-608 ; McGushin 1977, 261-265 ; Karl 1988 ; Canfora 1993, 149-155 ; Sklenar 1998 ; Marincola 2010, 279‑286 ; Kapust 2011, 65-70 ; Feldherr 2012, 95-112.

130 Voir à ce propos supra, p. 29.

131 Cat., 54 : “1. Ils étaient donc à peu près égaux par la naissance, par l’âge, par l’éloquence ; même grandeur d’âme, même gloire aussi, mais de nature différente. 2. César devait son prestige à ses largesses et à sa munificence, Caton, à l’intégrité de sa vie. Le premier s’était rendu célèbre par sa douceur et sa pitié, le second avait conquis le respect par sa sévérité. 3. César avait obtenu la gloire à force de donner, de soulager, de pardonner, Caton, par sa volonté de n’accorder rien. Le premier était le refuge des malheureux, le second, la perte des méchants. On louait la complaisance de l’un, la fermeté de l’autre. 4. Enfin, César s’était donné pour règle de travailler, de veiller, de négliger ses intérêts pour se consacrer à ceux de ses amis, de ne rien refuser qui méritât d’être accordé ; il ambitionnait un haut commandement, une armée, une guerre nouvelle, où sa valeur pût briller de tout son éclat. 5. Caton, lui, avait le goût de la modération, du devoir, mais surtout de la sévérité. 6. Il ne luttait pas de richesse avec le riche, ni d’intrigue avec l’intrigant, mais de vertu avec le brave, de réserve avec le modeste, d’intégrité avec l’honnête homme. Il préférait être plutôt que paraître homme de bien ; aussi, moins il recherchait la gloire, plus elle s’attachait à lui”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée.

132 Last 1948, 365.

133 Cat., 3.1 : “Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et aux autres des voies différentes”.

134 Voir Pöschl 1940, 9-12, 63-69 ; et id. 1970a ; Last 1948 ; Olivieri Sangiacomo 1954, 142 sq. ; Wolff 1993, 168-169 ; Burkard 2003, 209-226.

135 Dans ce sens Schwartz 1897, 572 ; Schmid 1962 ; cf. Drummond 1995, 23-77, qui montre que les arguments de César sont plus forts du point de vue juridique que ceux de Caton.

136 Cat., 53.1 : “Lorsque Caton se fut assis, tous les consulaires et la majorité des sénateurs applaudissent sa motion, portent aux nues la vertu de son âme, échangent des invectives et se traitent l’un l’autre de poltrons. Caton est considéré comme grand et illustre, et le Sénat rend un décret conforme à sa proposition”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) modifiée.

137 Voir Cat., 52.7-10. Voir pour cette lecture Skard 1930, 86-95 ; Earl 1961, 95-102 ; Shimron 1967 ; Tiffou 1973, 387-408 ; Fehrle 1983, 303-316 ; Garbugino 2006, 120-126 ; Biesinger 2016, 117-141 ; cf. Becker 1973.

138 Dans ce sens, Guntram 1941, 224 ; Empli 1997, 451-458.

139 Ainsi Syme 1964, 103-120 ; Duxbury 1989, 293-334 ; Gäth 2011, 18-21, 38-44. Cf. Levene 2000, 180-190, qui parle aussi des vertus fragmentaires des deux hommes qui partagent entre eux les vertus de Caton l’Ancien. Salluste montre que César apparaît comme le véritable héritier de la politique de clémence de Caton l’Ancien, alors que Caton d’Utique prône une politique qui rappelle l’attitude de son ancêtre contre Carthage.

140 Dans ce sens Büchner 1960, 138-142 ; id. 1976 ; McGushin 1977, 309-311 ; Karl 1988, 156-164 ; et Sklenar 1998. L’analyse de Scanlon 1987, 29-36, est la plus proche de la nôtre : les vertus complémentaires de ces deux hommes, exposés vers la fin du Catilina, raniment l’espoir des lecteurs, en suggérant qu’une solution au déclin moral est possible. Cependant, les deux hommes sont en opposition et le seront encore dans la suite de leur carrière, ce qui, avec la fin du Catilina, dément cet espoir.

141 Voir dans ce sens La Penna 1969, 138-146 ; Ableitinger 1970, 349-350 ; Vretska 1976, 638 ; Schmal 2001, 39‑42. Selon Ferrary 1980, 21, et Mevoli 1994, 89, l’échec des deux hommes est invoqué par Salluste comme justification de sa retraite.

142 Voir Drexler 1928, 394-399 ; id. 1970, 59-66 ; Schörner 1934, 24-29 ; Vretska 1937b, 215-217 ; Lämmli 1946, 94-117. Cf. Steidle 1958, 21-30.

143 Seel 1930, 38-46.

144 Voir Schur 1934, 191-201, et ensuite Vogt 1938, 65-68 ; Havas 1971, 45-47. Voir aussi Eisenhut 1973, 52.

145 Batstone 1988a ; Balmaceda 2017, 59-61.

146 Voir à ce titre Vasta 2014, 229-237.

147 Voir supra, p. 412-415.

148 Contra Kapust 2011, 65-80, soutient que selon Salluste, c’est la tension constructive entre les deux qui s’avère utile à la res publica. Mais, d’une part, c’est cette même tension qui a mené aux guerres civiles entre les deux ; d’autre part, l’opposition entre les deux n’a pas conduit à un compromis, mais à la victoire de Caton.

149 Cat., 52.11 (uera uocabula rerum amisimus). La formule de Caton a été rapprochée du passage suivant dans la digression de Thucydide sur la stasis (Thuc. 3.82.4) : τὴν εἰωθυῖαν ἀξίωσιν τν ὀνοµάτων ἐς τὰ ἔργα ἀντήλλαξαν τῇ δικαιώσει. Sur la formule catonienne, voir Batstone 1988, 8 ; Canfora 1993, 149-155 ; Sklenar 1998, 214-215 ; Büchner 1983 ; Kapust 2011, 69-70 ; Döpp 2011, 192-194 ; Vasta 2014, 314 sq. ; Balmaceda 2017, 73-75. Sur la perte de sens du vocabulaire politique dans le Catilina, voir Salamon 2019, 102-103.

150 Cat., 55.6 : “trouva une fin digne de ses mœurs et de ses actes”.

151 Cat., 10.6 : “Le progrès de ces vices fut d’abord insensible, parfois même ils étaient punis ; puis, lorsque la contagion se fut répandue comme une épidémie, la cité changea d’aspect ; le plus juste et le meilleur des gouvernements se transforma en un empire cruel et intolérable”.

152 Voir supra, p. 71 sq.

153 Cf. Biesinger 2016, 140-141 : tout en soutenant que Caton est le seul porte-parole des valeurs sallustéennes, le chercheur conclut que la synkrisis est proposée par Salluste comme un modèle alternatif de Geschichtsdidaktik, qui se substitue à la présentation des exempla.

154 Voir à ce propos Vogt 1938, 66-67 ; Batstone 1988a, 4-5 ; Vasta 2014, 234-237.

155 Voir Suet., Iul., 38 ; Plin., Nat., 14.97 ; Plut., Cat. Mi., 33 ; Caes., 14.

156 Voir Cic., Off., 2.23.83-24.85.

157 Caes., Ciu., 1.22-23, 85.12 ; Vell. 2.50 ; Plut., Caes., 34.7-8, 48.4 ; App., BC, 2.6.38 ; Suet., Iul., 75.2.

158 Voir Cic., Fam., 6.6.8 ; Suet., Iul., 75.7 ; D.C. 43.50.1-2 ; Plut., Caes., 57.4.

159 Pour une mise au point sur la clementia de César et son caractère ambivalent, voir Ducos 2004‑2005 ; Flamerie de Lachapelle 2011, 45-106, avec bibliographie antérieure.

160 Cf. Caes., Ciu., 2.14.5, 31.4, sur sa conduite envers des ennemis. Voir Ducos 2004-2005, 122.

161 Voir Jug., 33.4 ; Or. Lep., 1. Voir sur ce point Ducos 2004-2005, 124-125. Voir aussi sur la clementia populi Romani, Flamerie de Lachapelle 2011, 13-44.

162 Ducos 2004-2005, 126.

163 Voir Syme 1964, 119, et Ducos 2004-2005, 126-127. Flamerie de Lachapelle 2011, 80-105, insiste sur la valeur d’abord républicaine et puis royale dont s’investit la clementia Caesaris.

164 Cic., Att., 9.7c : dans une de ses lettres, César déclare, selon Cicéron, qu’il veut éviter l’exemple de Sylla et associe son indulgence à une stratégie qui peut lui procurer la victoire.

165 Cic., Att., 2.1.8 : “Car enfin notre ami Caton, pour qui j’ai autant d’affection que tu peux en avoir, va parfois, avec les meilleures intentions et une parfaite loyauté, contre les intérêts de la république : il opine comme si nous étions dans la cité idéale de Platon, et non dans la cité fangeuse de Romulus”. Voir aussi Cic. Att. 1.18.7, à propos d’une affaire qui concerne les publicains : Unus est, qui curet constantia magis et integritate quam, ut mihi uidetur, consilio aut ingenio, Cato : “Il n’en est qu’un qui veille, mais il y emploie plus de fermeté et de honnêteté que, selon moi, de sagesse ou de talent : c’est Caton”. Trad. L.-A. Constans (CUF 1934).

166 Cic., Mur., 3.6, 30.63, 31.65-66, 36.75.

167 Cic., Orat., 10.35 ; Att., 12.4.

168 Cic., Att., 12.40.

169 Suet., Iul., 56.5 ; Tac., Ann., 4.34.4 ; Plut., Caes., 3.4.

170 Cic., Att., 12.21 ; Suet., Aug., 85.1.

171 Voir Scanlon 1987, 30 sq.

172 Voir Cat., 55.4. Rivière 2004, 58, tente de reconstruire les divisions du cachot romain à partir de cette description de Salluste. Voir aussi ibid. p. 105‑106, 151, pour une discussion sur la détention des conjurés.

173 Sur la construction du Catilina comme une tragédie sans catharsis, voir Sensal 2010. Voir aussi Späth 1998, qui tend à montrer qu’il y a derrière le Catilina un intertexte tragique.

174 Contra Vretska 1937a, 36-37, et id. 1976, 643.

175 Cat., 61.7-9 : “7. Du reste la victoire remportée par l’armée du peuple Romain n’était pas de celles qui ne coûtent ni larmes ni sang. Les plus braves étaient tombés en combattant ou s’étaient retirés grièvement blessés. 8. En outre nombre de soldats sortis du camp pour visiter ou pour piller le champ de bataille, découvraient en retournant les cadavres ennemis les uns un ami, les autres un hôte ou un parent ; quelques‑uns aussi reconnaissaient des adversaires personnels. 9. Ainsi par toute l’armée régnaient des sentiments divers, où se mêlaient le plaisir et la tristesse, le deuil et la joie”.

176 Seider 2014, 170-172.

177 Voir dans ce sens Scanlon 1987, 33-35.

178 Cat., 2.6 : “Ainsi le pouvoir passe sans cesse du moins bon au meilleur”. Ainsi Feldherr 2012, 97-98.

179 Voir l’analyse détaillée de ces portraits, supra, p. 437-453.

180 Voir supra, p. 438 sq., 443 sq., 447 sq.

181 Voir supra, p. 436-437.

182 Cosma 2006, 166, applique cette hypothèse aux deux monographies : “Heureusement, les gens de bien ont encore assez de valeur personnelle pour avoir su sauver Rome dans deux circonstances critiques”.

183 Plut., Mar., 12.3-4, 6-7. Cf. aussi Liv., Per., 67.4-5.

184 Eutrop. 4.27.4. Voir aussi Liv., Per., 67.4 ; Oros. 5.15.19.

185 Jug., 114.3-4 : “Et dès lors c’est sur lui que reposèrent toutes les ressources et tous les espoirs de la cité”.

186 Voir supra, p. 452.

187 Tschiedel 1996.

188 Jug., 35.10 : “Ville vénale, et qui ne tardera pas à périr, si elle trouve un acheteur !”. Hellegouarc’h 1990, montre que cette phrase attribuée à Jugurtha est conforme à la présentation sallustéeenne de la décadence.

189 Cf. Tschiedel 1996, 404.

190 Jug., 42.4 : “La noblesse usa de son triomphe au gré de sa passion : elle fit disparaître nombre d’hommes par le fer et par l’exil, se préparant ainsi pour l’avenir plus d’inquiétude que de puissance. Car c’est là ce qui d’ordinaire a ruiné les plus puissants États : les deux partis veulent vaincre à tout prix, et se venger sans pitié sur les vaincus”.

191 Voir supra, p. 88 sq.

192 Jug., 10.6 : “Car la concorde fortifie les petits États, la discorde détruit les plus grands”.

193 Hist., fr. 1.9 M = inc. 45 Ramsey = 1.14 La Penna-Funari : “Avec des chefs très grands et des subordonnés courageux et énergiques”. L’interprétation de B. Maurenbrecher, ad loc. va dans ce sens.

194 Ramsey 2015 le classe parmi les fragmenta incertae sedis (fr. inc. 45 Ramsey).Voir aussi La Penna-Funari, ad loc. qui, tout en n’excluant pas l’interprétation de B. Maurenbrecher, insiste sur le contexte incertain du fragment qui pourrait pour cette raison être classé parmi les fragments de place incertaine.

195 Voir surtout Hist., 1.88-90, 94 M = 1.76-78, 91 Ramsey = 1.81-83, 86 La Penna-Funari.

196 Voir à ce propos Schur 1934, 222-271 ; Katz 1981, et id. 1982. Quant aux autres protagonistes, Schur 1934, 271-284, soutient que Salluste fait une présentation défavorable de tous les hommes politiques. Sur les portraits des protagonistes dans les Histoires, voir aussi Pasoli 1966, 43-50 ; La Penna 1969, 258-290.

197 Büchner 1960, 263 ; Syme 1964, 204-205 ; Vasta 2014, 286-294.

198 Voir Hist., fr. 1.57-61 M = 1.44, 50-53 Ramsey = 1.129, 54-55, 57, 56 La Penna-Funari. Voir aussi supra, p. 96 sq., pour le rôle important de Sylla dans l’accentuation de la décadence dans les Histoires.

199 Sur la présentation favorable ou défavorable des orateurs Lepidus, Macer, Philippe et C. Cotta, voir supra, p. 307-309, 460-463, avec bibliographie détaillée.

200 Burkard 2003, 545-548, remarque aussi en conclusion cette absence d’exempla dans le récit de Salluste, et l’attribue à la pensée plus déterministe et moins moraliste de l’auteur.

201 Voir Scanlon 1987, 71.

202 Voir supra, p. 403-411 (not. p. 404 sq., 408-409).

203 Voir Vasta 2014, 376-380 ; Fornara 1983, 71-73.

204 Voir Cic., Rep., 5.1.1 ; Att., 2.21.1.

205 Contra Feldherr 2010, 206 sq., affirme que Salluste envisage son histoire comme un κτῆµα ἐς αἰεὶ pour un auditoire futur non-romain.

206 Cat. 3.1-2 : “1. Mais dans le vaste champ de l’activité humaine, la nature indique aux uns et aux autres des voies différentes. Il est beau de servir l’État par ses actes ; le servir par la parole n’est pas non plus sans mérite ; on peut s’illustrer soit dans la paix soit dans la guerre ; les auteurs de belles actions comme ceux qui ont raconté celles des autres sont également nombreux à recevoir nos éloges. 2. Et même à mes yeux, bien que la gloire soit loin d’être la même pour celui qui écrit l’histoire et celui qui la fait, c’est une tâche des plus ardues que celle de l’historien…”.

207 Voir dans ce sens Vasta 2014, 367.

208 Voir Moatti 1997, 42-44.

209 Voir à ce propos l’analyse de Jal 1963, 318-321. Le critique (ibid., 320) inscrit la retraite de Salluste dans cette perspective, en indiquant qu’elle est due probablement à son dégoût des luttes politiques.

210 Ce sujet est particulièrement débattu. Pour un bilan de cette discussion voir Watson 2003, 484-485.

211 Voir Hist., fr. 1.100-103 M = 1.88-90, 87 Ramsey = 1.92-95 La Penna-Funari. Voir aussi Plut., Sert., 8-9 : le biographe se fonde peut-être sur le récit fragmentaire de Salluste.

212 Syme 1964, 284-285. Voir sur ce rapprochement McGushin 1994, 166-167 ; La Penna & Funari 2015, 321.

213 Sur le sens différent des notions de “décadence” et de “déclin”, voir l’introduction supra, p. 17-18.

214 Sen., Ot., 3.3 : “Si la république est trop corrompue pour qu’on y puisse porter remède, si elle disparaît étouffée sous les maux, le sage s’épargnera des efforts superflus et ne se sacrifiera pas en pure perte”. Trad. R. Waltz (CUF 1927).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search