Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

La guérison de la res publica : à la recherche des remèdes à la décadence

Introduction : la recherche des remèdes à la décadence, un postulat de l’historiographie ?

Texte intégral

  • 1 Freund 1984, 12.

1“On ne saurait le contester, la plupart des prophètes de la décadence sont également des annonciateurs d’une autre ou nouvelle société”1.Tel est l’aphorisme formulé par J. Freund dans son ouvrage sur la conception sociologique et philosophique de la décadence. Il ne reste, à notre sens, aucun doute sur le fait que Salluste et Tite-Live puissent entrer dans cette catégorie des “prophètes de la décadence”. L’étude présente doit donc être complétée par cette dernière partie, dans laquelle le but sera d’examiner s’ils sont aussi “des annonciateurs d’une autre ou nouvelle société”, qui aura trouvé une issue à ses tourments actuels.

2Une telle entreprise s’impose d’autant plus que les deux auteurs décrivent la décadence comme une maladie dont on a examiné les symptômes dans la première partie, et les causes dans la deuxième. On doit voir désormais s’ils restent cohérents avec cette conception physiologique, en proposant des remèdes contre la maladie de la décadence. Il a été constaté que Salluste insiste sur la violence de la maladie, sans évoquer la possibilité de guérison de la res publica, alors que cette perspective semble plus plausible chez Tite‑Live. À travers l’examen de la conception du temps, il a été aussi conclu que la représentation sallustéenne semble exclure un renouveau, alors que chez le Padouan, la reprise du progrès conformément à une conception cyclique est aussi probable que la poursuite linéaire du déclin. Il convient d’étudier dans quelle mesure ces conclusions peuvent être confirmées, en examinant si Salluste et Tite-Live proposent des remèdes à la décadence déjà avancée de la res publica.

  • 2 Cic., Fam., 5.12.4. Sur la Lettre à Lucceius, voir aussi supra, p. 280.

3Par ailleurs, à côté de la recherche des causes, la proposition des solutions semble avoir aussi été posée par Cicéron comme l’un des postulats de l’historiographie. Dans sa Lettre à Lucceius, Cicéron s’efforce de convaincre son destinataire que sa carrière politique pourrait lui offrir la matière d’une monographie historique, car il pourrait y expliquer les causes des révolutions (in explicandis causis rerum nouarum), et proposer des remèdes aux situations nuisibles (in remediis incommodorum)2. N’ayant pas réalisé lui-même un ouvrage historique, il semble se conformer à ces principes dans la République, dont le dessein est d’expliquer comment on peut organiser et conserver la meilleure forme de constitution, en proposant comme exemple de régime idéal la constitution mixte de Rome (Cic., Rep., 2.38.64 sq.).

  • 3 Voir Meier 1966 (not. p. 201-205, 301-306).

4Ce conservatisme, fondé sur la conviction que la constitution romaine est la meilleure ou en tout cas celle qui sert le mieux les intérêts de toutes les classes politiques, a créé à la fin de la République les conditions pour ce qu’E. Meier appelle une “crise sans alternative” (Krise ohne Alternative). Alors que les réformes constitutionnelles deviennent urgentes, les acteurs politiques profitent de l’expansion de l’imperium pour les empêcher, et y résistent de plus en plus pour sauvegarder leurs privilèges3. La vision romaine, et peut-être antique en général, exprimée par Cicéron est l’inverse : s’il y a une alternative à la crise de l’État, elle ne se trouve pas dans les innovations en rupture avec la tradition, mais bien au contraire dans le retour à la tradition. C’est pourquoi la proposition de solutions politiques concrètes ne semble pas envisagée par les historiens antiques comme l’une des visées de leur travail. La solution est à chercher dans le passé qui sert à proposer des exempla pour le présent.

5Qu’en est-il de nos deux historiens ? Si l’on laisse hors de considération les Histoires de Salluste, la décadence de la res publica n’a pas été une évolution inéluctable, ni dans les monographies de Salluste, ni dans l’Ab Vrbe Condita de Tite-Live. La dégradation morale et politique est due d’abord aux actions des hommes, plutôt qu’à des facteurs qui ne dépendent pas d’eux. Cependant, il a été aussi démontré que Salluste modifie progressivement cet axiome, pour donner de plus en plus de poids à l’influence de facteurs qui ne dépendent pas de l’homme, à savoir la nature humaine et le metus hostilis, dans la formation de l’histoire. À la lumière de ces données, on peut supposer que Salluste serait sans doute prédisposé à abandonner graduellement l’effort de prescrire des remèdes à la décadence, contrairement à Tite-Live, qui fait d’ailleurs mention des remedia dans sa préface (praef., 9).

6On verra que les solutions proposées par Tite-Live ne se résument pas seulement à un retour à la tradition : l’auteur montre que le programme d’Auguste, sans recevoir d’approbation inconditionnelle de sa part, pourrait sous certaines conditions faire renaître l’espoir d’une amélioration. Ainsi le Padouan semble prendre pleinement en considération les objectifs de l’historiographie, tels qu’ils sont définis par Cicéron. Une étude détaillée des textes s’impose pour voir comment ces réalités se concrétisent dans leur exposé et pour savoir dans quelle mesure cette prise de position différente de Tite-Live peut ou doit être considérée comme une réponse du Padouan au manque de solutions chez Salluste.

7La discussion dans cette introduction fournit les éléments qu’il faut prendre en considération pour étudier la position des deux historiens par rapport à l’avenir de Rome : d’une part, il faudra examiner si les deux auteurs se réapproprient les théories communes parmi les historiens sur l’utilité de l’histoire et quel contenu ils leur accordent ; d’autre part, il convient de s’interroger sur la position politique des deux historiens, pour voir si les hommes politiques de leur époque pourraient faire partie de la solution du problème.

  • 4 [Sal.], Rep., 2.8.3. Voir aussi ibid., 2.12.5, 13.7.
  • 5 [Sal.], Rep., 1.6.3 : aut tu mederi potes, aut omittenda est cura omnibus.
  • 6 Voir [Sal.], Rep., 2.5.4 sq., 2.7.2, 11.5-7 ; 1.3.1 sq., 5.4-6.5, 8.4-6.
  • 7 Cf. Vassiliades 2016, 641-649, pour un examen détaillé de ces propositions. Voir aussi Skard 1930 (...)

8Cette dernière enquête aurait pu commencer par l’examen des Lettres de Pseudo-Salluste à César, d’une part, parce que ces textes obscurs sont censés être les premiers écrits de Salluste, si la thèse de leur authenticité était retenue et, d’autre part, parce qu’ils sont directement liés à la question des remèdes à la décadence : l’ambition de Pseudo-Salluste dans ces Lettres est justement de donner des conseils à César sur la façon de remédier à la situation déplorable de Rome. L’auteur ne manque pas d’appeler une partie de ses conseils comme “des remèdes (remedia) puissants contre les richesses”4. Il affirme aussi que César est le seul qui puisse remédier à ces maux, sinon tous devraient abandonner ce soin5. La res publica est donc envisagée comme un vieux corps malade qui ne peut être guéri que par le médecin César. Les Lettres contiennent des propositions de réforme politique et morale qui pourraient selon le(s) rédacteur(s) améliorer la situation6. Étant donné que nous nous accordons avec la majorité des critiques, qui considèrent ces Lettres comme des exercices rhétoriques de l’époque impériale, nous avons décidé de ne pas examiner en détail ces propositions7.

9Les Lettres représentent toutefois un témoignage important de la façon dont l’œuvre historique de Salluste a été interprétée par les générations suivantes : ces lecteurs de Salluste, constatant que l’auteur expliquait dans ses ouvrages les étapes et les causes de la décadence, mais manquait d’en proposer des remèdes concrets, ont trouvé ici matière à invention pour leurs exercices de rhétorique. Ainsi, en se fondant sur l’explication philosophique de la décadence dans les trois œuvres sallustéennes, ils les ont complétées par l’invention des remèdes qu’aurait proposés Salluste, lorsqu’il était encore partisan de César et avait donc encore l’espoir que la res publica pourrait être soignée.

  • 8 Nous ne suggérons pas que le(s) auteur(s) des Lettres a/ont procédé nécessairement à une lecture (...)

10Selon l’avis de ce Salluste “imaginé”, César était le seul à pouvoir porter remède à la situation. Il semble que le ou les rédacteur(s) des Lettres aient considéré que l’échec de César a déçu à ce point Salluste que, désormais, il pensait qu’il ne restait plus d’autre option à la res publica que d’être plongée dans le chaos. Les Lettres semblent donc avoir été le produit d’une lecture pessimiste des ouvrages historiques de Salluste8.

11Malgré leur caractère sans doute falsifié, les deux Lettres n’en suscitent pas moins la question de la participation active de Salluste à la vie politique de la fin de la République. Cette dernière réalité nous oblige à nous interroger d’abord sur la position politique de l’auteur dans ses monographies, pour voir si, après l’assassinat de César, Salluste a vraiment perdu tout espoir de régénération des mœurs politiques par les hommes alors au pouvoir. Conformément à la méthode annoncée, il convient de tourner ensuite notre attention à la façon dont Salluste envisage son œuvre : la conçoit-il comme un remède éventuel aux maux de la république ? Il nous paraît utile d’avoir d’abord une vision globale de la vision de l’avenir romain selon Salluste, en explorant ces deux aspects, pour pouvoir ensuite comparer cette conception à celle de Tite-Live.

Notes

1 Freund 1984, 12.

2 Cic., Fam., 5.12.4. Sur la Lettre à Lucceius, voir aussi supra, p. 280.

3 Voir Meier 1966 (not. p. 201-205, 301-306).

4 [Sal.], Rep., 2.8.3. Voir aussi ibid., 2.12.5, 13.7.

5 [Sal.], Rep., 1.6.3 : aut tu mederi potes, aut omittenda est cura omnibus.

6 Voir [Sal.], Rep., 2.5.4 sq., 2.7.2, 11.5-7 ; 1.3.1 sq., 5.4-6.5, 8.4-6.

7 Cf. Vassiliades 2016, 641-649, pour un examen détaillé de ces propositions. Voir aussi Skard 1930, 70-82 ; Seel 1930, 20, 27-28 ; Schur 1934, 13-23, 32 sq. ; Vretska 1937a, 28 ; id. 1961, 62-73 ; Vogt 1938, 39-51 ; Bolaffi 1939 ; Paladini 1948, 26-35 ; Olivieri Sangiacomo 1954, 60-64, 69-72 ; Collins 1955, 447 sq. ; Büchner 1960, 40 sq., 57 sq., 66 sq., 89 sq. ; La Penna 1969, 121-124 ; Ratti et al. 2009, 91-97 ; Samotta 2009, 257-388.

8 Nous ne suggérons pas que le(s) auteur(s) des Lettres a/ont procédé nécessairement à une lecture approfondie des œuvres de Salluste, étant donné que les faussaires ne prennent pas toujours soin de poursuivre les idées de l’auteur falsifié dans leurs pseudépigraphes. Voir à ce propos Engels 2012, 28-29, et de façon plus générale sur cette question Speyer 1971 (not. p. 11-149).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search