Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

L'interprétation de la décadence. Les causes de la maladie de la res publications

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Les théories élaborées par les deux historiens concernant les étapes historiques de la décadence de la res publica, ainsi que la représentation métaphorique de ce processus comme maladie, aboutissent à une réflexion philosophique approfondie sur les causes de ce phénomène. Salluste et Tite-Live prennent donc en considération l’un des postulats importants de l’historiographie antique, qui consistait à demander aux historiens l’explication des causes des évolutions historiques. Étant donné que les deux historiens sont les premiers à choisir comme sujet principal de leurs œuvres la déchéance de la res publica, ils sont obligés d’expliciter les causes de cette évolution qu’ils avaient décrite comme une maladie de l’État.

  • 1 Engels 2009, 893.

2L’examen des facteurs qu’évoquent les deux historiens comme causes de la dégradation morale et politique, confirme les conclusions préliminaires formulées vers la fin de la première partie, où on a discuté la conception du temps et la représentation biologique de la décadence chez les deux historiens. Ainsi c’est effectivement l’homme qui porte la responsabilité principale dans la maladie de la décadence, dans les monographies de Salluste et chez Tite-Live. Donc, alors que la décadence est un sentiment qui, comme le suggère D. Engels, tend à déresponsabiliser l’individu, en transférant son vécu personnel à un niveau qui ne dépend pas de lui1, ce même sentiment se transforme chez les deux historiens en une expression de malaise pour les fautes dont les hommes sont coupables. Cependant, cette analyse n’est pas valable pour toute l’œuvre de Salluste, car l’interprétation de l’historien évolue progressivement à partir du Jugurtha, et l’auteur finit, dans les Histoires, par attribuer clairement la décadence à des facteurs déterministes qui ne dépendent pas de l’homme.

3Tite-Live semble avoir réfléchi à l’interprétation sallustéenne des causes de la décadence et cette réflexion a sans doute été l’un des piliers sur lesquels repose sa propre explication de l’évolution historique de la cité. Alors il rejette la conception déterministe de la causalité, qu’avait élaborée Salluste dans les Histoires, en proposant un schéma qui rétablit l’homme comme créateur de l’histoire et donc comme coupable de la décadence. Il ne manque pas aussi de prendre ses distances par rapport à l’analyse sallustéenne des facteurs de l’histoire dans les monographies. L’intention livienne de répondre à son prédécesseur se décèle dans l’analyse des trois facteurs que les deux historiens associent à la décadence.

4En ce qui concerne les facteurs “divins”, tels que la fortuna et les dieux, Tite-Live, souligne, à la manière de Salluste, que c’est l’homme qui détermine le cours de l’histoire, plutôt que les dieux ou la fortuna. Or, il montre en même temps, en guise de réponse à Salluste, qu’il ne faut pas nier que les dieux interviennent dans l’histoire pour récompenser la vertu humaine. La décadence pourrait donc être attribuée au retrait du soutien divin aux hommes, mais cela n’exonère aucunement l’homme de ses responsabilités. La volonté de se distinguer par rapport à Salluste apparaît dans l’interprétation livienne du metus hostilis. Le metus hostilis ne représente plus une cause déterministe de la décadence, mais surtout un instrument du pouvoir. Sa validité en tant que facteur de l’histoire est remise en question.

5Cette analyse différente du metus hostilis s’appuie sur une conception différente de la nature humaine. Tite-Live accepte la leçon véhiculée par le dualisme des monographies : ce n’est pas la nature humaine qui est coupable de la décadence, mais les Romains eux-mêmes, car ils n’ont pas exploité les forces dont ils disposent par nature. Or, Tite-Live détourne le sens du dualisme sallustéen entre l’animus et le corpus, qui ne renvoie qu’indirectement à la théorie de la bipartition de l’âme, en le transformant en un dualisme impetus/consilium. Cette modification se reflète dans l’interprétation des causes du progrès et de la décadence de la res publica. En reconnaissant que le bien et le mal résident à la fois dans l’homme, Tite-Live montre que le progrès de Rome fut possible, non pas parce que celui-ci fut conforme à l’ordre naturel des choses, comme le laisse entendre Salluste, mais parce que les Romains ont réussi à faire que leur impetus soit dominé par le consilium. De même, la décadence n’est pas un état qui s’oppose à cet ordre naturel, mais la conséquence logique d’une mauvaise utilisation des forces innées chez l’homme, qui consiste à permettre à l’impetus de l’emporter sur le consilium. L’homme n’est ni bon ni mauvais par nature. La décadence n’est donc pas non plus due à la méchanceté de la nature, comme tend à le croire Salluste dans les Histoires.

6Par conséquent, alors que Salluste balance entre l’affirmation et le rejet radical de la possibilité qu’a l’homme de changer l’histoire, Tite-Live formule un nouveau schéma qui donne la priorité à l’homme, tout en reconnaissant en arrière-plan l’influence des facteurs qui ne dépendent pas de sa volonté. La responsabilité revient toujours à l’homme qui doit se montrer capable de gérer avec succès les données de la nature et des dieux. Les modifications des étapes historiques de la décadence auxquelles procède Tite-Live relèvent donc d’une conception différente de la nature humaine.

7On ne peut que formuler des hypothèses pour expliquer les raisons qui auraient imposé à Tite-Live cette nouvelle interprétation des causes de la décadence. Le Padouan, avec des lectures philosophiques plus approfondies que celles de Salluste, aurait trouvé simplistes les théories de son devancier. En outre, un milieu culturel et politique différent a peut-être influé sur la nouvelle conception de Tite-Live : Salluste est mort avant la bataille d’Actium et n’a pas vu l’avènement d’Auguste au pouvoir, qui a ravivé les espoirs d’une amélioration de la situation. Pour mieux appréhender cette question complexe, il faudra examiner de plus près la position de Salluste et de Tite-Live par rapport à l’avenir de la res publica. Les hommes sont-ils encore capables de rendre à la res publica sa santé ?

Notes

1 Engels 2009, 893.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search