Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

L'interprétation de la décadence. Les causes de la maladie de la res publications

Un facteur historico-psychologique et la décadence : le metus hostilis

Texte intégral

Le metus hostilis : l’idée et ses antécédents

  • 1 Sur ces thématiques abondantes dans la littérature antique, voir Fuchs 1958, qui examine le conce (...)

1Contrairement aux agents dits “extra-humains”, le metus hostilis ne repose pas sur un déterminisme “divin”, mais sur la psychologie humaine et sur les conditions historiques. L’idée est que la crainte des ennemis pousse les citoyens à la concorde et à la moralité, pour repousser la menace, alors que sa disparition produit les effets contraires. Le metus hostilis doit être examiné en deuxième lieu comme cause éventuelle de la décadence de la res publica chez Salluste et Tite-Live, car il s’agit aussi d’un facteur déterministe, dans le sens où il ne dépend pas absolument du comportement des hommes : les Romains ne pouvaient pas toujours décider s’ils auraient des ennemis à affronter et même quand ils pouvaient le faire, comme dans le cas de la destruction de Carthage, leur réaction psychologique après la disparition de l’ennemi échappait à tout contrôle. La théorie du metus hostilis se fonde, d’un côté, sur le principe que la peur peut être utile pour une collectivité et, de l’autre, sur la conviction que la paix est dangereuse pour un État1.

2Salluste énonce clairement cette théorie dans le Jugurtha et dans les Histoires : avant la destruction de Carthage, le metus hostilis poussait les Romains à préserver la concorde et la moralité, alors que sa disparition a ouvert la voie aux discordes et au relâchement des principes moraux. Le concept du metus hostilis est repris par Tite-Live, mais son rôle est, comme nous le verrons, beaucoup moins central qu’il ne l’a été chez son devancier.

  • 2 Vassiliades 2013, 130‑147. Voir aussi sur les antécédents de cette idée Funari 1996, 31‑32.

3Cette idée n’apparaît pas pour la première fois chez les deux historiens. Dans un article récent, nous avons retracé le long parcours du metus hostilis comme facteur de cohésion sociale dans la pensée antique antérieure à Salluste2. Il convient de résumer nos conclusions, en vue de mieux appréhender l’interprétation sallustéenne et livienne de ce facteur.

  • 3 Ainsi Frank 1985, 22.

4Dans les Lois de Platon, Athénée affirme que l’invasion perse inspira aux Athéniens une peur désespérée (φόβον ἄπορον), qui les poussa à une obéissance plus grande aux magistrats et aux lois, et à l’union (φιλία) entre les citoyens (Pl., Lg., 3.698b-c). Toutefois, Platon ne s’intéresse pas aux conséquences de la disparition de la peur des ennemis. Le contexte est aussi différent3 : le philosophe essaie de montrer que la liberté complète est inférieure à une forme modérée de gouvernement sous des magistrats élus. L’opposition dialectique entre la concorde et les conflits de classes, tel qu’il apparaît chez Salluste, n’existe pas chez Platon.

  • 4 Alfonsi 1969, 15-16, signale aussi une différence importante entre Aristote et Salluste : Aristot (...)

5Ce dernier élément apparaît dans les Politiques d’Aristote : les Spartiates “étaient sauvés”, tant qu’ils faisaient la guerre (ἐσῴζοντο µὲν πολεµοῦντες), alors qu’ils furent perdus, quand la cité s’empara de la domination, car tout le système de ses lois vise à la conquête et les Spartiates n’ont pas appris à vivre dans la prospérité (σχολάζειν) (Arist., Pol., 2.9.1271b). Or, même si Aristote évoque les effets positifs de l’existence d’un ennemi pour l’État, la crainte n’intervient pas dans le texte. De plus, Aristote n’explique pas, comme Salluste, en quoi consistent précisément les conséquences de la disparition de l’ennemi4.

  • 5 Bellen 1985, 6 sq.
  • 6 Ibid., 30.
  • 7 App., Pun., 65.290 : αὐτὸν ἐς Ῥωµαίων σωφρονισµὸν ἐθελῆσαι γείτονα καὶ ἀντίπαλον αὐτοῖς φόβον ἐς (...)
  • 8 Cato fr. 163 ORF4 (= Gel. 6.3.16) : id metuere, <ne> si nemo esset homo quem uereremur, quidquid (...)

6C’est plus probablement l’exploitation du concept du metus hostilis dans la vie politique romaine, qui a préparé le terrain pour faire que cette notion soit analysée comme un facteur central de l’histoire. Selon H. Bellen5, après la fin de la Guerre d’Hannibal, le metus Punicus devient progressivement un thème important dans le débat politique sur la place de Rome en tant que puissance impérialiste. L’argument était simple : il ne fallait pas tolérer l’existence d’un État qui pourrait menacer la domination de Rome de la même manière que l’a fait la Carthage d’Hannibal6. Ainsi la paix conclue par Scipion l’Africain a été critiquée par certains comme trop clémente (App., Pun., 52.272-54.288). Selon Appien, Scipion n’a pas voulu détruire Carthage, entre autres, parce qu’il considérait que la peur d’un ennemi pourrait maintenir les Romains dans la voie de la sagesse7. Le même argument, poursuit Appien, a été repris par Caton en 167 a.C. contre ceux qui exigeaient la punition des Rhodiens pour leur neutralité pendant la IIIe Guerre de Macédoine (App., Pun., 65.289-291). Les fragments du discours de Caton tendent à confirmer qu’il a fait appel au metus hostilis : selon Caton, les Rhodiens et d’autres peuples craignaient que s’il ne restait aucun ennemi redoutable pour les Romains, ces derniers se permettraient de faire tout ce qu’ils souhaitaient8.

7Cependant, le recours au concept du metus hostilis ne semble concerner dans ces passages que la conduite de Rome dans sa politique étrangère. Polybe est le premier à établir clairement une corrélation entre la crainte d’un ennemi extérieur (ἔξωθεν κοινὸς φόβος) et la concorde et la moralité à l’intérieur de la cité. L’historien analyse la façon dont la constitution mixte de Rome fonctionne face à l’apparition et à la disparition de la crainte d’un ennemi :

  • 9 Plb. 6.18.2-7 : “2. Lorsque surgit de l’extérieur un péril national qui les contraint à la concor (...)

2. Ὅταν µὲν γάρ τις ἔξωθεν κοινὸς φόβος ἐπιστὰς ἀναγκάσῃ σφᾶς συµφρονεῖν καὶ συνεργεῖν ἀλλήλοις, τηλικαύτην καὶ τοιαύτην συµβαίνει γίνεσθαι τὴν δύναµιν τοῦ πολιτεύµατος 3. ὥστε µήτε παραλείπεσθαι τῶν δεόντων µηδέν, ἅτε περὶ τὸ προσπεσὸν ἀεὶ πάντων ὁµοῦ ταῖς ἐπινοίαις ἁµιλλωµένων, µήτε τὸ κριθὲν ὑστερεῖν τοῦ καιροῦ, κοινῇ καὶ κατ᾽ ἰδίαν ἑκάστου συνεργοῦντος πρὸς τὴν τοῦ προκειµένου συντέλειαν. […] 5. Ὅταν γε µὴν πάλιν ἀπολυθέντες τῶν ἐκτὸς φόβων ἐνδιατρίβωσι ταῖς εὐτυχίαις καὶ περιουσίαις ταῖς ἐκ τῶν κατορθωµάτων, ἀπολαύοντες τῆς εὐδαιµονίας, καὶ ὑποκολακευόµενοι καὶ ῥᾳθυµοῦντες τρέπωνται πρὸς ὕβριν καὶ πρὸς ὑπερηφανίαν, ὃ δὴ φιλεῖ γίνεσθαι, 6. τότε καὶ µάλιστα συνιδεῖν ἔστιν αὐτὸ παρ᾽ αὑτοῦ ποριζόµενον τὸ πολίτευµα τὴν βοήθειαν. 7. Ἐπειδὰν γὰρ ἐξοιδοῦν τι τῶν µερῶν φιλονεικῇ καὶ πλέον τοῦ δέοντος ἐπικρατῇ, δῆλον ὡς οὐδενὸς αὐτοτελοῦς ὄντος κατὰ τὸν ἄρτι λόγον, ἀντισπᾶσθαι δὲ καὶ παραποδίζεσθαι δυναµένης τῆς ἑκάστου προθέσεως ὑπ᾽ ἀλλήλων, οὐδὲν ἐξοιδεῖ τῶν µερῶν οὐδ᾽ ὑπερφρονεῖ 9.

  • 10 Voir Plb. 6.57.5-9. Sur ce passage, voir aussi supra, p. 64-65, 223-224.
  • 11 Koutroumbas 1988, 85-86, évoque les correspondances verbales entre le Plb. 6.57 et le Sal., Cat.,(...)

8Polybe souligne le rôle que peut jouer la peur des ennemis dans la consolidation de l’unité entre les citoyens, et évoque les dangers qui ressortent de sa disparition : l’excès de prospérité rend les citoyens arrogants, ce qui peut naturellement aboutir aux dissensions, mais l’historien assure que la constitution mixte de Rome peut protéger l’État de cette évolution. En revanche, il ne reste pas aussi optimiste à la fin du même livre, quand il affirme qu’aussitôt que l’État surmonte les dangers extérieurs (Ὅταν γὰρ πολλοὺς καὶ µεγάλους κινδύνους διωσαµένη πολιτεία) la décadence morale et les dissensions sont inévitables, ce qui va transformer le régime en un type d’ochlocratie (ὀχλοκρατία)10. Polybe expose un tableau de la décadence, qui ressemble à celui de Salluste dans ses monographies (Cat., 10 et Jug., 41) : à côté de la discorde (τοὺς δ᾽ ἄνδρας φιλονεικοτέρους τοῦ δέοντος περί τε τὰς ἀρχὰς καὶ τὰς ἄλλας ἐπιβολάς), Polybe fait aussi apparaître la cupidité (πλεονεξία), l’ambition (φιλαρχία) et le luxe (πολυτέλεια) comme les éléments constitutifs de la dégradation morale et politique11.

9On pourrait objecter que l’auteur ne se réfère pas au φόβος, mais qu’il parle seulement des dangers que la cité a surmontés. Les vices et les dissensions n’apparaissent pas comme l’effet de la disparition de la crainte des ennemis, mais de la prospérité (ὡς εἰσοικιζοµένης εἰς αὐτὴν ἐπὶ πολὺ τῆς εὐδαιµονίας συµβαίνει τοὺς µὲν βίους γίνεσθαι πολυτελεστέρους). Toutefois, l’auteur avait déjà précisé que ce qui a créé les conditions préalables pour se laisser aller à la prospérité fut la disparition de la crainte des ennemis (Plb. 6.18.5). L’examen parallèle des deux passages (Plb. 6.18.57) permet de conclure que Polybe a dessiné les grandes lignes de la théorie sallustéenne du metus hostilis : son existence assure l’unité civique, alors que son éloignement aboutit à l’augmentation des dissensions et à la dégradation morale.

  • 12 Voir supra, p. 64-65.
  • 13 Voir Posidon. fr. 112 FGrHist. = fr. 178 Theiler (= D.S. 35. fr. 26.5-6).
  • 14 Voir supra, p. 65-66.

10Les avertissements de Polybe ne s’appliquent pas à la destruction de Carthage, mais à la victoire sur Persée en 16812. Ainsi, pour formuler sa théorie selon laquelle la disparition du metus hostilis après 146 a mené à la décadence, Salluste a dû sans doute avoir recours à Posidonius qui rapporte le débat entre Scipion Nasica et Caton l’Ancien. Il suffit de rappeler que, contrairement à Caton, Nasica s’oppose à la destruction de Carthage en invoquant le metus hostilis : si Carthage subsistait, la crainte qu’elle inspire (ὁ ἀπὸ ταύτης φόβος), forcerait les Romains à préserver la concorde ; au contraire, si elle était détruite, la guerre civile serait inévitable et la haine des alliés envers les Romains monterait ; c’est précisément tout cela, remarque Diodore / Posidonius que s’est produit après le sac de Carthage13. Comme chez Salluste, l’existence du metus hostilis a servi la concorde entre les Romains, alors que sa disparition a fait naître la discorde. Toutefois, on a vu que la limite de 146 n’a pas nécessairement chez Posidonius la validité exclusive qu’elle revêt chez Salluste. De plus, contrairement à Polybe et à Salluste, l’auteur du fragment n’insiste pas sur la dégradation morale à l’intérieur de la cité, en se contentant de mentionner la πλεονεξία et la παρανοµία des magistrats romains, qui se manifestent dans la politique étrangère de Rome14.

  • 15 Voir Jacoby 1926, 210 ; Gelzer 1931, 270-272 ; La Penna 1969, 233.

11Tout en étant le plus proche de la conception sallustéenne du metus hostilis, le fragment de Posidonius ne doit pas être considéré comme la source unique de Salluste dans la formation de cette théorie. Il est d’ailleurs possible que Posidonius ait tiré son récit d’un historien romain comme Rutilius Rufus15. Salluste a dû avoir recours au texte de Polybe pour compléter son tableau de la décadence. Par conséquent, Salluste ne s’est plus probablement pas contenté de reproduire une théorie qu’il a puisée chez un historien grec ou romain, mais il a effectué une lecture combinée de ses sources, si bien qu’il a formulé une théorie originale sur le rôle du metus hostilis dans l’histoire romaine.

  • 16 Voir supra, p. 83 sq., 91 sq.

12Il a été constaté, au cours de l’analyse des étapes de la décadence, que cette conception occupe une place importante dans le schéma sallustéen de la décadence : dans le Jugurtha, l’élimination du metus hostilis après la ruine de Carthage est invoquée comme une cause de la dégradation morale et politique ; il en va de même pour les Histoires, avec la différence que l’action salutaire du metus hostilis se borne à la période immédiatement postérieure à l’expulsion des rois et à celle entre la IIe et la IIIe Guerre punique16. Dans ce chapitre, l’accent sera mis sur les implications de ces modifications pour l’interprétation des causes de la décadence : en concédant au metus hostilis un rôle de plus en plus précis et systématique, Salluste exprime-t-il son pessimisme grandissant quant aux possibilités qu’a l’homme d’intervenir dans l’histoire ? Si c’est seulement un facteur externe qui a pu contenir les Romains dans la concorde et la moralité, de quelle marge de manœuvre disposaient-ils afin d’agir et arrêter la décadence ?

13La seconde partie du chapitre sera consacrée à la place du metus hostilis dans la vision livienne des causes de la décadence, pour comprendre de quelle façon le Padouan se positionne par rapport à ces conceptions de Salluste. Le rôle du metus hostilis dans la décadence étant beaucoup moins explicite dans l’AVC que chez Salluste, il sera nécessaire de passer d’abord par l’étude générale de la crainte en tant qu’instrument de cohésion sociale chez Tite‑Live. Ensuite, l’attention doit être portée sur le metus hostilis, tel qu’il est analysé dans plusieurs épisodes, surtout dans la première décade. On observera que Tite‑Live prend ses distances par rapport à la place centrale du metus hostilis chez Salluste, et décrit ce facteur comme un instrument utilisé par la classe dirigeante afin d’apaiser les revendications du peuple, plutôt qu’une cause véritable de la décadence. Il s’agit d’une conception sans doute originale, puisqu’elle n’apparaît chez aucun des auteurs examinés dans cette introduction.

Le metus hostilis chez Salluste17

L’absence du metus hostilis dans le Catilina

  • 18 Voir supra, p. 291-294.

14C’est à dessein que nous n’avons pas fait mention jusqu’à maintenant du Catilina : bien que le sac de Carthage y apparaisse comme le début de la décadence, la crainte de l’ennemi n’est évoquée, ni comme facteur de cohésion sociale, dans la première partie de l’Archéologie (Cat., 6-9), ni comme cause de la dégradation morale et politique après 146, dans la seconde partie (Cat., 10-13). Il a été expliqué que l’exposé de Salluste dans le Cat., 10 laisse apercevoir que, malgré les références à la puissance de la fortuna, la véritable raison du déclin après 146 a été l’incapacité des Romains à exploiter les capacités de la uirtus, en faisant preuve d’un type de uirtus adapté aux nouvelles circonstances de paix (uirtus animi in pace)18.

  • 19 Levene 2000, 179. Voir aussi dans le même sens Vretska 1976, 205 ; Burkard 2003, 398-399.
  • 20 Voir dans le même sens Biesinger 2016, 107-109, qui explique les problèmes de méthode que pose l’ (...)
  • 21 Le même argument peut être invoqué contre Neumeister 1983, 13-14, qui conclut que le metus hostil (...)

15Le metus hostilis n’a donc aucune place dans ce schéma, où l’homme et sa uirtus sont envisagés comme les seuls acteurs de l’histoire. D. S. Levene19 objecte que la théorie serait facilement déduite du contexte du Cat., 10, puisque le metus hostilis était un mode d’explication courant durant l’Antiquité. En effet, cet argument prouve seulement que Salluste connaissait la connexion entre la disparition de la crainte d’un ennemi et la décadence20. Il n’explique pas pourquoi dans le Cat., 10, Salluste préfère attribuer en apparence les évolutions postérieures à 146 à un concept peu clair, la fortuna, au lieu d’affirmer clairement que la décadence morale et politique est due à la disparition du metus hostilis21. S’il avait choisi d’invoquer ce facteur, il n’aurait pas été obligé d’inclure dans son exposé la fortuna. L’explication la plus évidente est que Salluste ne mentionne pas le metus hostilis comme cause du déclin, parce qu’il n’adhère pas encore à ce mode d’explication.

  • 22 Voir Cat., 31.1-3 : 2…suo quisque metu pericula metiri. 3. Ad hoc mulieres, quibus rei publicae m (...)
  • 23 Voir Cat., 51.18-19 : 18. Nam profecto aut metus aut iniuria te subegit, Silane, consulem designa (...)
  • 24 Voir Cat., 52.16 : si in tanto omnium metu solus non timet, eo magis refert me mihi atque uobis t (...)
  • 25 Voir Cat., 52.28 : Scilicet res ipsa aspera est, sed uos non timetis eam. Imme uero maxume : “San (...)

16La crainte face à une menace contre la cité constitue néanmoins un thème récurrent. Ce sont plus précisément Catilina et ses complices qui l’inspirent. Ce sentiment se décèle dans la réaction de la foule, après qu’elle a appris le projet de la conjuration22. Le même thème revient dans le débat entre César et Caton au sujet du châtiment des conjurés. Selon César, la crainte devant cette menace a déterminé Silanus, le consul désigné, à proposer la peine de mort, mais ce sentiment n’est pas justifié, car toutes les mesures nécessaires ont été prises23. En évoquant peut‑être les rumeurs d’implication de César dans la conjuration, Caton répond que, si César est le seul à ne rien craindre, celle-ci est une raison de plus de craindre pour les autres Romains24. À l’instar des conspirateurs, César est implicitement réduit au statut d’hostis suscitant la crainte aux citoyens. Selon Caton, le metus hostilis provenant des complices est grave25 et doit être écarté, en leur infligeant la peine capitale.

  • 26 Levene 2000, 190.
  • 27 Cf. Seider 2014, 155-157, qui analyse, d’un côté, l’élection de Cicéron au consulat (Cat., 23.4-6 (...)

17D. S. Levene voit dans la suggestion de Caton l’inversion du schéma du metus hostilis : en conseillant l’exécution des complices, Caton ignore qu’il suggère de fait qu’on élimine une sorte de metus hostilis qui poussait les Romains à se comporter moralement ; sa disparition allait donc accélérer la décadence26. Nous ne pouvons pas accepter cette analyse : quoique la crainte face à Catilina joue un rôle dans l’évolution des faits, elle n’est nulle part envisagée comme un sentiment qui consolide la moralité et l’unité entre les citoyens27. De plus, il ne faut pas oublier que l’ennemi est à l’intérieur de Rome. La cité étant donc a priori divisée en deux camps, le metus hostilis incarné par Catilina ne pourrait préserver qu’une concorde imparfaite.

  • 28 Voir Cat., 5.9-7.7 et 9.1-5, not. 7.3-5 : Sed ciuitas incredibile memoratu […] quantum breui creu (...)

18Par conséquent, la théorie selon laquelle le metus hostilis assure l’unité et la moralité au sein de la cité est absente dans le Catilina. Qu’est-ce qui détermine l’historien à ne pas inclure ce facteur dans son interprétation de la décadence ? Salluste connaissait la doctrine du metus hostilis, car son schéma de la dégradation morale et politique après 146 a.C. est inspiré de Polybe et de Posidonius, chez qui ce concept est clairement énoncé. Il paraît donc plus logique de voir derrière cette omission une prise de position contre une vision déterministe de la causalité historique. Salluste veut montrer que l’homme est le seul responsable dans la formation de l’histoire. C’est pourquoi la toute-puissance de la uirtus est une idée qui parcourt le Catilina28. Puisque la uirtus est toute-puissante, la raison de la décadence doit être cherchée dans les mauvais choix des hommes qui n’ont pas su exploiter tout son potentiel.

  • 29 Bonamente 1975, 147-151, analyse aussi la modification de l’interprétation de la décadence entre (...)

19Cependant, si la uirtus était vraiment toute-puissante, pourquoi n’a-t-elle pas réussi à l’emporter ? Les Romains, répond Salluste, ont fait face à des conditions inhabituelles après l’établissement de la paix (otium, diuitiae) et avaient besoin d’une sorte de uirtus adaptée à ces nouvelles circonstances, la uirtus animi in pace. La décadence est due au défaut de ce type de uirtus chez les Romains. Or, à bien y réfléchir, si la uirtus avait été véritablement toute-puissante, elle aurait trouvé le moyen de corriger cette déficience de la uirtus des Romains. Ce paradoxe a sans doute forcé l’historien à reconsidérer son point de vue au sujet de la toute-puissance de la uirtus, et à introduire dans son schéma de causalité historique dans le Jugurtha un facteur extérieur à la volonté humaine, à savoir le metus hostilis29.

L’introduction du metus hostilis dans le Jugurtha

20Le motif du metus hostilis est invoqué comme cause de la décadence dans la fameuse digression sur le mos partium et factionum après la destruction de Carthage :

  • 30 Jug., 41.1-2 : “1. Du reste l’habitude des luttes entre le parti populaire et les classes dirigea (...)

1. Ceterum mos partium et factionum ac deinde omnium malarum artium paucis ante annis Romae ortus est otio atque abundantia earum rerum, quae prima mortales ducunt. 2. Nam ante Carthaginem deletam populus et senatus Romanus placide modesteque inter se rem publicam tractabant, neque gloriae neque dominationis certamen inter ciuis erat : metus hostilis in bonis artibus ciuitatem retinebat. 3. Sed ubi illa formido mentibus decessit, scilicet ea, quae res secundae amant, lasciuia atque superbia incessere30.

  • 31 Voir Jug., 1.3, et infra, p. 408 sq.

21Une distinction est opérée entre les causes immédiates et profondes de la décadence. D’une part, l’otium et la prospérité matérielle (abundantia earum rerum) obtenus après 146 sont évoqués comme les facteurs qui ont conduit en premier lieu à l’esprit de discorde (mos partium et factionum) et à la propagation de toute sorte de vice (malae artes). D’autre part, Salluste s’attache à préciser la raison profonde du changement de comportement des Romains après le sac de Carthage, en ayant recours au concept du metus hostilis. Tant que ce dernier existait, explique Salluste, il maintenait la cité dans les bonnes pratiques (bonis artibus). On verra que l’allusion aux bonae artes renvoie à la théorie de la préface, où les bonae artes s’identifient avec les bons principes de gouvernement, tels que l’industria et la probitas, et sont décrites comme des moyens d’exercice de la uirtus31. Salluste laisse donc entendre que l’existence du metus hostilis forçait les Romains à exercer la uirtus.

  • 32 Le substantif formido est préféré à metus, employé dans la ligne précédente, sans doute par souci (...)

22Une fois que le metus hostilis (illa formido)32 disparut des esprits, la cité fut envahie par une série de passions. En évoquant les esprits des hommes (mentibus), Salluste ne laisse pas de doute qu’il donne ici une explication psychologique plus profonde de la décadence, plutôt que de se contenter de la simple attribution du phénomène à la paix et à la prospérité, qui ne constituent que les circonstances matérielles. C’est d’ailleurs après et à cause de la disparition du metus hostilis (ubi illa formido mentibus decessit) que les Romains se sont laissés aller à la licence (lasciuia) et à l’orgueil (superbia), caractérisés comme les maux amis des res secundae. Ainsi la ruine de Carthage a créé les conditions qui ont favorisé la décadence pour deux raisons : d’une part, et tout d’abord, parce qu’elle a éliminé le metus Punicus et, d’autre part, parce qu’elle a entraîné l’otium et l’abondance matérielle, en un mot les res secundae. La combinaison de ces deux facteurs (psychologique et extérieur) a fait naître la lasciuia et la superbia, qui ont mené à la propagation des malae artes. L’abondance matérielle n’aurait pas suffi par elle-même à produire ces résultats si la pression exercée par le metus hostilis n’avait pas disparu ; quant à l’otium, il aurait été irréalisable à la présence du metus hostilis.

  • 33 Hammer 2014, 148-155, associe cette énergie à la cupido qui, avant 146 a.C., était canalisée dans (...)

23Avec l’introduction du concept du metus hostilis et l’allusion au rôle de l’otium dans le processus de décadence, Salluste évoque l’idée d’une énergie qui doit être dépensée d’une manière ou d’une autre. Tant que le metus hostilis menace l’existence de la res publica, les Romains dépensent cette énergie pour affronter les ennemis de Rome, en exerçant les bonae artes. La lutte (certamen) était donc obligatoirement orientée vers l’extérieur. En revanche, dès que cette menace s’éloigna, les Romains non seulement n’eurent plus rien à craindre, mais se trouvèrent aussi soudainement en repos (otium). Cependant, leur énergie devait être dépensée. Ainsi, selon Salluste, l’otium a été catastrophique pour les Romains, car après la disparition des ennemis, l’énergie qu’ils utilisaient jusqu’alors pour la lutte contre leurs ennemis fut canalisée dans les dissensions internes (certamen inter ciuis)33.

24La discorde et la décadence morale ne sont plus dues, comme dans le Catilina, au fait que les Romains n’avaient pas suffisamment exercé leur uirtus in pace, mais à l’influence du metus hostilis qui représente une force ne dépendant pas (au moins exclusivement) des hommes, mais des circonstances extérieures. Salluste réussit à résoudre ainsi la contradiction entre la toute-puissance de la uirtus et la décadence après la ruine de Carthage, en adoptant un point de vue plus modéré, au sujet de la uirtus. Cette dernière n’a plus la puissance qu’elle avait dans le Catilina, puisqu’elle est conditionnée par un facteur extérieur : le metus hostilis. La uirtus se manifeste donc exclusivement en raison de l’instinct d’autoconservation.

  • 34 Voir dans ce sens Latta 1988, 277.
  • 35 Ainsi Dunsch 2006, 211, qui renvoie à Jug., 6.3 : Terrebat eum (i.e. Micipsam) natura mortalium a (...)

25En outre, le metus hostilis, tout en étant un facteur extérieur, est en même temps un motif qui émane de la psychologie innée de l’homme. Le message que fait passer Salluste est que par impulsion instinctive, l’homme maintient les principes de moralité, seulement lorsqu’il est sous l’effet de la crainte, alors qu’il a tendance à se laisser aller en l’absence d’une telle pression34. Ainsi la théorie du metus hostilis contient implicitement une réflexion sur la nature humaine. L’introduction du metus hostilis dans le schéma de Salluste va de pair avec l’affaiblissement de sa croyance aux possibilités de l’homme qui ne fait pas preuve d’un comportement vertueux par impulsion naturelle, mais parce qu’il a une menace à affronter. Comme on le verra plus loin, quelques commentaires montrant que Salluste garde ses réserves à l’égard de la nature humaine concourent à renforcer cette impression35.

  • 36 Jug., 1.1 sq. : Falso queritur de natura sua genus humanum…

26Ce scepticisme quant aux possibilités de l’homme se trouve en contraste avec la théorie optimiste de la préface du Jugurtha : l’auteur commence son œuvre en déclarant que l’homme a tort de se plaindre de sa nature, sous prétexte que, faible et très limitée dans sa durée, elle est régie par le hasard plutôt que par la vertu36. L’homme est capable de tout réussir à travers la pratique de la uirtus (Jug., 1.2 sq.). Nous reviendrons en détail sur la théorie de la préface. Pour notre analyse présente, il suffit de noter que la contradiction entre les considérations du prologue et la doctrine du metus hostilis indique que la pensée de Salluste dans le Jugurtha est en évolution, pour devenir plus pessimiste. L’historien semble hésiter entre l’exhortation protreptique qui présuppose que toute personne dispose d’un potentiel positif, et la conception négative de la nature humaine implicitement véhiculée par la théorie du metus hostilis.

  • 37 Earl 1961, 51-52, et Latta 1988, 282, signalent aussi cette contradiction.
  • 38 Voir Hist., fr. 1.7 M = 1.8 Ramsey =1.13 La Penna-Funari, commenté en détail infra, p. 463-471. L (...)

27Ainsi, à cause de l’obstination de Salluste à ne pas renoncer aux capacités de la uirtus, les contradictions dans sa pensée ne sont pas résolues. La nouvelle théorie du metus hostilis fait surgir les questions suivantes : puisqu’au cours de l’histoire, les hommes suivaient la uirtus seulement sous la pression du metus hostilis, s’agit-il d’une uirtus sincère37 ? En outre, si, comme le prétend l’historien dans le prologue, la nature humaine dispose de capacités, que le genre humain peut exploiter, pourquoi ne l’a-t-il fait que sous la pression d’une crainte extérieure ? Salluste répondra à ces questions dans les Histoires, en affirmant que la nature humaine est mauvaise (uitium humani ingenii)38 et en modifiant son schéma historique. Ces corrections portent aussi sur le rôle du metus hostilis dans l’histoire romaine, qui devient plus précis de façon à refléter l’accentuation du pessimisme de Salluste.

Les corrections apportées dans les Histoires

28Nous avons déjà examiné en détail le schéma modifié de la décadence dans les Histoires : la destruction de Carthage ne représente plus dans la dernière œuvre de Salluste un point culminant exclusif ; la discordia, l’auaritia et l’ambitio existaient dès le début de la res publica, mais se sont considérablement accrues après 146. Salluste invoque le metus hostilis pour excepter deux périodes de la poursuite accélérée du déclin :

  • 39 Hist., fr. 1.11 M = 9-10 Ramsey = 1.15 La Penna-Funari : “En revanche, il (i.e. l’État romain) vé (...)

Optimis autem moribus et maxima concordia egit inter secundum atque postremum bellum Carthaginiense causaque . . . non amor iustitiae, sed stante Carthagine metus pacis infidae fuit. At discordia et auaritia atque ambitio et cetera secundis rebus oriri sueta mala post Carthaginis excidium maxime aucta sunt. Nam iniuriae ualidiorum et ob eas discessio plebis a patribus aliaeque dissensiones domi fuere iam inde a principio neque amplius quam regibus exactis, dum metus a Tarquinio et bellum graue cum Etruria positum est, aequo et modesto iure agitatum. […] Discordiarum et certaminis utrimque finis fuit secundum bellum Punicum39.

  • 40 Hist., fr. 1.12 M = 1.12 Ramsey = 1.16 La Penna-Funari : “Lorsque, la crainte de Carthage étant é (...)

29Salluste n’abandonne pas l’idée que la concorde et la moralité furent maintenues à Rome à cause du metus hostilis inspiré par Carthage. La même représentation est répétée dans un autre fragment où il est question des dissensions et de la détérioration de la vie politique, une fois que le metus Punicus a disparu : Postquam remoto metu Punico simultates exercere uacuum fuit, plurimae turbae, seditiones et ad postremum bella ciuilia orta sunt…40 Salluste procède à deux innovations importantes par rapport au Jugurtha.

  • 41 Voir Bellen 1985, 7-8, 29, qui note qu’en 201 a.C., Carthage représentait plutôt un symbole de pe (...)
  • 42 La formule pax infida apparaît aussi dans ce sens chez Tite-Live. Voir Liv. 4.10.3, 9.45.5, 34.33 (...)
  • 43 Voir Plut., Cat. Ma., 26.3-27.2 ; Cic. Catil. 6.18 ; cf. Plb. 36.9.4.

30Tout d’abord, il utilise à la place de la formule vague metus hostilis, qui peut renvoyer à n’importe quel ennemi de Rome, soit les expressions metus a Tarquinio et metus Punicus, soit encore plus précisément la phrase metus pacis infidae. Cette phrase rend le motif du metus Punicus plus spécifique : en réalité, après les conditions de paix sévères imposées à Carthage, Rome n’avait plus de raisons de craindre que sa rivale puisse constituer une menace immédiate contre l’existence de Rome41. C’est pourquoi Salluste explique que ce qui inquiétait précisément les Romains était une rupture éventuelle de la paix à cause de la fides douteuse des Carthaginois (metus pacis infidae)42. Une telle rupture ferait retomber Rome dans les mêmes dangers que lors de la Guerre d’Hannibal. Caton s’est fondé exactement sur ce danger éventuel afin de conseiller aux Romains la destruction de Carthage43.

31Ces précisions ont paru sans doute nécessaires à Salluste, car les périodes pendant lesquelles le metus hostilis a été présent dans l’histoire romaine sont limitées. Il a donc dû devenir plus exact concernant la source de la peur. Cette remarque nous mène à la deuxième innovation plus importante apportée par Salluste à sa théorie : le metus hostilis n’a pas maintenu la concorde et la moralité durant toute l’époque antérieure à 146 a.C., mais seulement pendant deux phases de l’histoire : la période immédiatement postérieure à l’expulsion des rois, tant qu’on craignait encore le rétablissement de la monarchie, et la phase située entre la deuxième et la troisième Guerre punique. Ainsi Salluste apporte des nuances importantes à sa théorie du metus hostilis, qui reflètent l’accentuation de son pessimisme. L’historien signale que, même lorsque le metus hostilis a mis un frein à la décadence, il n’a réussi à le faire que pendant deux périodes délimitées et courtes et pour des raisons précises. Même si Rome a eu certes plusieurs ennemis à affronter entre la menace de Tarquin et la Guerre d’Hannibal, le metus hostilis n’a été efficace que pendant ces deux périodes. La leçon qui en ressort est pessimiste : non seulement la nature agressive de l’homme ne peut être maintenue dans des limites que sous l’influence d’une contrainte externe, mais aussi cette contrainte ne parvient pas toujours à être plus forte que les mauvais penchants de l’homme.

  • 44 Voir infra, p. 463-471 (not. p. 369 sq.).
  • 45 Latta 1989, 56. Sur l’accentuation du pessimisme, telle qu’elle se dégage du traitement du thème (...)

32Ce n’est donc pas un hasard si Salluste devient aussi affirmatif que dans le fr. 1.7 M, où il attribue les premières dissensions entre les Romains au défaut du caractère humain (uitium humani ingenii)44. Pour résoudre sans doute les contradictions inhérentes à son interprétation de la décadence dans le Jugurtha, Salluste a renoncé à sa théorie optimiste de la nature humaine, telle qu’elle est exposée dans les préfaces de ses monographies et a modifié sa vision du rôle du metus hostilis dans l’histoire romaine. Comme l’explique B. Latta, le fait que la disparition du metus hostilis suffit pour mettre en évidence la structure irrationnelle de la nature humaine implique que le peuple romain n’a pas la liberté de définir l’histoire de Rome. B. Latta souligne que les contradictions dans la pensée de Salluste existent aussi dans les Histoires : d’un côté, l’auteur considère la décadence comme inévitable, mais de l’autre, il ne peut pas prouver où se fonde le comportement idéal qu’il revendique45.

  • 46 Cf. Bellen 1985, 35, n. 133, qui affirme que Salluste connaît le metus Gallicus (Jug., 114.1), ma (...)
  • 47 Voir infra, p. 446-453.
  • 48 Cf. Koestermann 1971, 168, qui considère cet ajout comme une inattention de Salluste, puisque l’h (...)

33Une question annexe mérite d’être posée avant de conclure : un nouveau metus hostilis pourrait-il être salvateur même provisoirement ? Dans le Jugurtha, Salluste a donné un exemple qui montre qu’une nouvelle crainte de l’ennemi peut avoir un effet positif, mais temporaire. Dans le dernier chapitre (Jug., 114), il met en scène la peur d’un nouvel adversaire qui menaçait Rome, en même temps que Marius remportait la victoire contre Jugurtha. Il s’agit du metus Gallicus46 qui faisait trembler Rome et toute l’Italie (Quo metu Italia omnis contremuerat), puisque la lutte contre les Gaulois était une lutte dont l’enjeu était vital (cum Gallis pro salute, non pro gloria certari). Cette situation alarmante obligea les Romains à s’unir autour de Marius (Et ea tempestate spes atque opes ciuitatis illo sitae). Cependant, l’effet d’une telle crainte ne pouvait être que temporaire, puisque Marius allait bientôt vaincre les Gaulois. De plus, il est peu probable que Salluste considérait Marius, dont il fait un portrait ambivalent47, comme quelqu’un qui pourrait rétablir la concorde et la moralité. En ajoutant cette nouvelle peur à la fin de sa deuxième monographie, l’auteur revient sur sa théorie du metus hostilis48 pour signaler qu’après la disparition du metus Punicus, un nouveau metus hostilis ne peut rétablir la concorde que provisoirement.

  • 49 Voir supra, p. 91-101 (not. p. 96 sq.).

34En revanche, cette perspective semble être absente, au moins dans les fragments conservés des Histoires. L’auteur ne laisse pas espérer qu’un hostis pourrait jouer ce rôle même temporairement. Par ailleurs, il a été montré que l’historien décrit une accélération progressive de la décadence après 146, qui devient encore plus rapide à partir de Sylla49. Ainsi tout espoir de retour à la moralité et la concorde semble être hors de question.

Le metus hostilis et la confiance diminuée en les capacités de l’homme

  • 50 Voir ex. Vell. 2.1.1 ; Flor. 1.47.2-3 ; Oros. 4.23.9 et 5.8.2 ; August., C. D., 1.30-31 ; Voir Ja (...)
  • 51 Voir Wood 1995, 181 sq.

35En somme, Salluste est le premier historien qui, ayant effectué une lecture combinée de ses sources, transmet une théorie complète sur le rôle du metus hostilis dans l’histoire romaine. Le succès de cette théorie reflète son bien‑fondé au jugement de plusieurs auteurs romains postérieurs qui affirment aussi que la disparition du metus hostilis après le sac de Carthage a mené à la discorde et à la dégradation morale de Rome50. N. Wood prétend même que Salluste a fondé la peur comme principe de gouvernement, en soulignant son pouvoir unifiant, et que, dans ce sens, sa doctrine peut être considérée comme le fondement de la pensée politique moderne : Machiavel, Bodin et Hobbes ont aussi analysé la peur comme facteur d’unité, avec la différence que, selon ces penseurs, la peur ne doit pas être nécessairement extérieure, mais peut provenir de l’intérieur d’une société51. On verra qu’en effet, Tite-Live apporte déjà cette correction à la théorie de Salluste.

36Il a été montré que la pensée de l’historien évolue au cours de ses trois œuvres vers un pessimisme croissant. La confiance de l’auteur en la possibilité des Romains d’intervenir et d’arrêter la décadence dans le passé semble de plus en plus diminuée. Dans le Catilina, bien qu’il déplore la dégradation morale et politique, il exprime encore sa croyance en la toute‑puissance de la uirtus : les individus pourraient arrêter la décadence, s’ils savaient exploiter toutes les capacités de la uirtus. Cette conviction s’affaiblit dans le Jugurtha, où l’introduction du metus hostilis finit par subordonner la uirtus à la présence ou l’absence d’un facteur historico-psychologique qui ne peut pas être contrôlé par les hommes. Dans les Histoires, Salluste passe au fatalisme : les périodes de concorde sont non seulement dues au metus hostilis, mais aussi beaucoup plus courtes. Ainsi l’efficacité de ce facteur à long terme semble être nuancée, voire remise en question. La décadence paraît donc inévitable.

37Cette évolution de la pensée de Salluste nous conduit à une conclusion préliminaire importante pour la question de l’interprétation des causes de la décadence chez l’historien. Si l’on s’appuie sur sa vision du metus hostilis, il semble que Salluste se montre de plus en plus enclin à attribuer la décadence à des facteurs déterministes, en diminuant ainsi la marge de manœuvre des hommes qui paraissent de moins en moins aptes d’intervenir dans l’histoire.

38En dépit des corrections successives qu’apporte Salluste à son schéma du metus hostilis, il n’en reste pas moins simpliste. Entre l’expulsion définitive des Tarquins et la Guerre d’Hannibal, Rome a dû affronter plusieurs ennemis, dont certains ont menacé l’existence même de l’État romain, comme les Gaulois en 390 a.C. Tite‑Live corrige cette inexactitude de son devancier, en faisant intervenir à plusieurs reprises le metus hostilis dans la première décade. Les corrections du Padouan ne sont pas seulement “quantitatives”, mais surtout “qualitatives”. Il montre, d’une part, que ce n’est pas seulement le metus hostilis qui peut représenter un facteur de cohésion de la société, mais aussi d’autres types de crainte et, d’autre part, que le metus hostilis n’est pas un facteur déterministe de l’histoire, mais plutôt un instrument du pouvoir aux mains de la classe dirigeante.

Le metus hostilis chez Tite-Live

Introduction : la position complexe de Tite-Live par rapport à la théorie sallustéenne du metus hostilis

  • 52 Skard 1956, 17 ; Kajanto 1958, 58, 61-62 ; Gries 1969, 390 ; Lintott 1972, 633. En analysant cert (...)
  • 53 Voir Miles 1995, 77‑78 (= id. 1986, 3-4). Manzo 1991, 290, entrevoit même une réponse à la théori (...)
  • 54 Selon Luce 1977, 271 (contra Kajanto 1958), bien que certains passages montrent que Tite-Live cro (...)

39À l’encontre de Salluste, Tite-Live n’associe pas, du moins clairement, la décadence de la res publica à la disparition du metus hostilis. Une telle théorie est d’ailleurs absente de la préface livienne, investie d’une valeur programmatique quant aux étapes et aux causes qui ont mené Rome à son déclin. Cependant, la doctrine n’est sûrement pas inconnue de l’historien, puisqu’il lui attribue un rôle dans plusieurs épisodes qui seront examinés par la suite, surtout dans la première décade. Or, le traitement qu’en fait Tite-Live prête à confusion, ce qui explique les opinions contradictoires des chercheurs concernant la vision qu’avait le Padouan de la place du metus hostilis dans l’histoire romaine. Loin de mener une étude complète et exhaustive, la plupart des critiques se sont jusqu’à présent contentés d’affirmer52 ou de nier53 l’acceptation de la théorie sallustéenne de la part de Tite‑Live, en se fondant uniquement sur l’analyse de certains passages évoquant plus ou moins nettement l’idée du metus hostilis. Plus prudents, d’autres chercheurs ont souligné la position plus complexe et plus nuancée de l’auteur par rapport à la théorie schématique de son prédécesseur, mais sans vraiment essayer de déduire la place exacte du metus hostilis dans le schéma livien de causalité historique54.

  • 55 Voir à ce propos Pfeifer 2009, 267-464, qui s’intéresse aussi aux passages se référant à la théor (...)

40Un examen plus détaillé de toutes ces références s’impose afin de pouvoir répondre à la question de départ : le metus hostilis est-il aussi analysé chez Tite‑Live comme un facteur de l’histoire, dont la disparition est centrale dans la décadence ? Vu l’absence d’un exposé clair sur le rôle du metus hostilis dans l’histoire romaine, une étude plus générale portant sur la peur en tant que facteur de cohésion de la cité dans l’œuvre livienne nous offrira une base solide, avant de procéder à l’examen du metus hostilis. Le but ne sera pas de faire une étude exhaustive du concept de la peur dans l’AVC55. Il s’agira de chercher à savoir dans quelle mesure la narration livienne tend à véhiculer l’idée que la crainte peut (voire doit) constituer un instrument de cohésion de la cité au même titre que le metus hostilis chez Salluste.

La crainte comme instrument du pouvoir

  • 56 Luce 1977, 243, 288-289.

41Selon T. J. Luce56, le caractère romain, loin d’être analysé comme une réalité stable, est plutôt le produit d’un processus historique décrit par l’auteur. Les réformes politiques et législatives des rois et la mise en œuvre de contraintes sociales visant à renforcer l’union de la société occupent une large part dans ce processus, notamment dans le premier livre. Dans ce cadre, le metus apparaît comme un principe de gouvernement assurant la cohésion sociale au même titre que le metus hostilis chez Salluste. Deux exemples entrent dans cette catégorie de contraintes sociales qui ont formé le caractère romain : le metus deorum de Numa et la création d’une prison de la part d’Ancus Marcius, pour inspirer l’effroi aux citoyens. Il est intéressant que le metus deorum soit mis explicitement sur le même plan que le metus hostilis.

Du metus hostilis sallustéen au metus deorum de Numa

42Numa s’efforce d’adoucir le peuple farouche de Rome, en le déshabituant des armes, en vue d’établir la Ville sur les fondements du droit, de la loi et des boni mores. La disparition du metus hostium et de la disciplina militaris, qui avaient contenu les esprits jusqu’alors, risquait de compromettre la cohésion sociale, conformément à la vision sallustéenne. Le roi pacifique cherche donc à substituer une crainte intérieure à la crainte extérieure :

  • 57 Liv. 1.19.4 : “Mais l’absence de tout danger extérieur et la paix risquaient de porter aux dérègl (...)

…cum omnium circa finitimorum societate ac foederibus iunxisset animos, positis externorum periculorum curis, ne luxuriarent otio animi quos metus hostium disciplinaque militaris continuerat, omnium primum, rem ad multitudinem imperitam et illis saeculis rudem efficacissimam, deorum metum iniciendum ratus est57.

  • 58 On retrouve ici l’idée que l’avènement de la paix peut mener à la dégradation morale d’une cité, (...)
  • 59 Ogilvie 1965, ad loc. ; Luce 1977, 288, et La Penna 2008, 86, parlent aussi de remplacement du me (...)
  • 60 Voir Cat., 19.2 (référence à la formidulosa potentia de Pompée), 20.7 (Catilina affirme que l’oli (...)

43Les éléments fondamentaux de la théorie sallustéenne du metus hostilis sont présents dans ce passage. La disparition du metus hostium entraîne comme conséquence immédiate l’otium qui à son tour crée les conditions favorables au relâchement des esprits (luxuriarent otio animi)58. Le schéma paraît donc identique à celui esquissé par Salluste (Jug., 41). Cependant, Tite‑Live semble introduire une nuance importante à la vision de Salluste, en suggérant que Numa a pu trouver une solution, si bien que l’absence du metus hostilis n’a pas mené à la dégradation morale. Contrairement à son devancier, Tite-Live affirme que dans cette période, le metus deorum a été une contrainte qui a pu remplacer le metus hostilis59. De cette façon, le Padouan montre que le metus hostilis n’a pas été un facteur incontournable pour assurer la cohésion de la société, comme le laisse entendre Salluste, puisque d’autres types de crainte ont pu servir le même but. Une crainte intérieure peut jouer le même rôle qu’un metus externus. Il s’agit peut‑être d’une correction apportée à la théorie de Salluste, chez qui la crainte en tant qu’instrument du pouvoir à l’intérieur de la cité n’est jamais envisagée comme un facteur positif capable de maintenir l’entente sociale ; au contraire, elle apparaît comme un moyen utilisé par les protagonistes dans les conflits civils, pour intimider leur adversaire et imposer leur autorité, en creusant ainsi encore plus la division60.

44Tite-Live donne-t-il son accord à l’utilisation de ce type de contrainte ou les références “à la foule ignorante et encore grossière à cette époque” (multitudinem imperitam et illis saeculis rudem) traduisent-elles plutôt les réserves de l’historien quant à la pertinence et l’efficacité de cette pratique à une autre époque ? Il convient d’examiner comment l’historien commente les moyens utilisés par le roi, afin d’inspirer le metus deorum à ses concitoyens :

  • 61 Liv. 1.19.5 : “Mais, comme il était impossible de la (i.e. la crainte des dieux) faire pénétrer d (...)

Qui (i.e. deorum metus) cum descendere ad animos sine aliquo commento miraculi non posset, simulat sibi cum dea Egeria congressus nocturnos esst : ‘eius se monitu quae acceptissima dis essent sacra instituere, sacerdotes suos cuique deorum praeficere’61.

  • 62 Voir dans ce sens Levene 1993, 136-137 ; Mineo 2006, 176. Cf. Cic., Leg., 1.1.4.
  • 63 Sur cette “version rationaliste des faits” dans le récit de Numa et ses sources, voir Kajanto 195 (...)
  • 64 Le nom commentum, dérive du verbe comminiscor < con + miniscor qui a la même racine que mens. Le (...)
  • 65 Voir Feldherr 1998, 67 ; Pl., R., 414b sq. ; Critias fr. 25 D-K.

45On ne saurait douter que Tite-Live ne dissimule pas la tromperie du roi, sans pour autant la critiquer du moins ouvertement62 : Numa n’a pas eu des entrevues avec Égérie, mais feint (simulat) d’en avoir eu63 ; ces rencontres sont classées dans la catégorie de “miracle fabriqué” (commento miraculi)64. Toutefois, l’auteur ne manque pas de souligner aussi la nécessité des manœuvres de Numa, en notant que le roi ne pouvait pas faire pénétrer le metus deorum dans les âmes des citoyens sans avoir recours à un tel type de miracle. Selon A. Feldherr, la théorie que l’homme d’État peut utiliser des récits fabuleux, afin de renforcer la discipline et le sentiment d’unité civique renvoie à la théorie du “mensonge nécessaire” de Platon et à la doctrine du metus deorum dans le Sisyphos de Critias, avec la différence que Tite-Live ne refuse pas l’existence des dieux comme ce dernier philosophe65.

  • 66 Selon Stübler 1941, 34-39, le roi est mis en avant comme un dirigeant qui a réussi à consolider l (...)
  • 67 Liebeschuetz 1967, 48, indique que Tite-Live a plus que Denys d’Halicarnasse accentué l’aspect so (...)
  • 68 Voir à ce titre Kapust 2011, 100-101, qui montre que contrairement à Tarquin le Superbe, Numa dev (...)

46En outre, c’est surtout l’accent mis sur l’efficacité des pratiques de Numa qui révèle l’approbation tacite de Tite-Live66 : le metus deorum est qualifié de très efficace (rem efficacissimam) par Tite-Live qui emploie l’adjectif efficax au superlatif. La suite du récit confirme ce jugement initial, lorsque les conséquences des nombreuses réformes religieuses de Numa sur les esprits sont longuement détaillées : les cœurs des hommes étaient remplis d’une telle pietas que la fides et le respect du serment avaient remplacé la crainte des lois et des châtiments (pro summo legum ac poenarum metu - Liv. 1.21.1). En effet, le metus deorum en tant que crainte intérieure a été plus efficace que la crainte de la coercition dans l’effort pour renforcer la pietas et la fides, deux valeurs essentielles pour la cohésion de la cité67. De plus, Tite-Live souligne que les Romains réglaient leur conduite sur celle du roi, comme sur un exemple unique (uelut unici exempli - Liv. 1.21.2). Ainsi Numa s’inscrit au compte des exempla à imiter, dont il est question dans la praef., 10 : il est un exemple de communication politique réussie entre le peuple et les dirigeants68. L’efficacité du metus deorum s’étend sur le plan des relations de Rome avec les peuples voisins qui commencèrent de vénérer Rome à cause de sa religiosité, tandis que jusqu’alors on la considérait comme un camp (castra) ne s’occupant que de troubler la paix générale plutôt que comme une ville (Liv. 1.21.2).

  • 69 Ainsi Levene 1993, 136-137.

47On pourrait objecter que la désignation du metus deorum comme une pratique “très efficace (efficacissimam) chez la foule ignorante et encore grossière à cette époque” (Liv. 1.19.4) suggère que le metus deorum ne serait pas aussi efficace à une autre époque69. Toutfois, l’emploi du superlatif absolu de l’adjectif efficax semble traduire plutôt l’idée de comparaison : le metus deorum fut, certes, surtout efficace à cette période et le serait moins à une période plus tardive ; il ne s’ensuit pas qu’il ne pourrait pas être efficace du tout.

  • 70 Voir ex. Liv. 6.1.10 : le Sénat décide de soustraire à la connaissance du public des prescription (...)
  • 71 Voir Liv. 5.51-54. Voir supra, p. 123-124, sur l’utilisation du sentiment religieux de la part de (...)
  • 72 Voir Vassiliades 2015a, 4-7, et id. 2016, 742-744.
  • 73 Voir Stübler 1941, 39-43, et Mineo 2006, 176-181.
  • 74 Voir infra, p. 587-589, à ce propos.

48Par ailleurs, l’appel aux sentiments religieux continue à être utilisé comme un instrument efficace de cohésion plus loin dans le récit70. De plus, après l’invasion gauloise, c’est justement à cause de l’appel à la pietas envers les dieux que Camille réussit à déjouer le projet d’émigration à Véies71. Nous avons aussi constaté que Scipion l’Africain a souvent utilisé une sorte de crainte religieuse, afin d’augmenter la confiance du peuple dans la situation. Tite‑Live, loin de critiquer ces méthodes, insiste sur leur efficacité et leur nécessité72. Enfin, il a été démontré que le récit autour de Numa fait apparaître les analogies entre ce dernier en tant que roi qui a renforcé la pietas et le programme de restauration religieuse d’Auguste73, approuvé sans doute par Tite-Live74.

49Le metus deorum peut donc toujours constituer un instrument efficace aux mains de la classe dirigeante, en vue de renforcer la cohésion sociale, de la même façon que le metus hostilis. L’allusion à la foule ignorante et donc plus prête à accorder foi aux manœuvres de Numa, ne vise pas à contester l’efficacité du metus deorum à une époque postérieure, mais à indiquer plutôt que l’appel aux sentiments religieux doit se faire avec parcimonie et subtilité de la part des dirigeants.

  • 75 Plb. 6.56.6-15. Sur le rôle social de la religion chez Tite-Live, voir aussi Sniezewski 2001, 345 (...)

50Ainsi Tite-Live, sans approuver l’exploitation excessive du metus deorum, l’accepte, voire le préconise, comme instrument politique. La religion est considérée comme fondement de la société par plusieurs penseurs antiques. On a fait mention plus haut de Platon et de Critias. Polybe affirme que Rome doit sa cohésion à ce qu’on a tendance à blâmer chez les autres peuples, à savoir sa superstition (δεισιδαιµονία) : il s’agit de contenir les masses, en se fondant sur des peurs mystérieuses (ἀδήλοις φόβοις). D’un côté, ce recours à la religion semble nécessaire parce que la foule est toujours instable et, de l’autre, il explique pourquoi les Romains respectent toujours leurs engagements et ne sont jamais corrompus75.

  • 76 Voir Cic., N.D., 1.42.117, pour cette distinction.
  • 77 Voir l’Annexe xiii, et supra, p. 132-133, 135-136, 170-174.
  • 78 Voir Cic., N.D., 1.2.3-4 ; Cic., Leg., 2.7.16. Voir aussi August., C.D., 4.27 (= Var., Ant. rer. (...)
  • 79 Voir Lucr. 5.1161-1240. Cf. aussi Lucil. 15.19 Charpin = 15.484-489 Marx (= Lactant., Epit., 22 ; (...)

51Il ne s’ensuit pas que Tite-Live soit prêt à accepter toute sorte de superstitio, définie par Cicéron comme une crainte irréfléchie des dieux (timor inanis deorum), pour obtenir le soutien du peuple ; il n’affirme que la nécessité de la crainte pieuse (religio), qui caractérise le culte des dieux76. Nous avons vu que la condamnation des superstitions est claire dans les récits des crises religieuses de 428, de 213 a.C. et de l’affaire des Bacchanales, et que l’auteur ne laisse pas de doute quant à la nécessité de les éradiquer77. L’approche livienne semble donc être plus conforme à celle de Cicéron qui soutient que la disparition de la pietas envers les dieux entraîne la disparition de la fides, de l’union du genre humain et de la iustitia78, et se distingue nettement par rapport au scepticisme religieux des Épicuriens, exposé chez Lucrèce qui souligne les maux qui résultent pour la collectivité de la croyance aux dieux79.

52Or, en insistant sur la nécessité et l’efficacité d’une crainte intérieure, telle que le metus deorum, Tite‑Live introduit une nuance importante à la théorie de Salluste, selon laquelle c’est seulement un metus externus qui est capable d’assurer la cohésion de la société : le metus deorum a pu aussi protéger la cité de la dégradation morale. En même temps, son traitement du metus deorum montre que la crainte en tant que principe de cohésion sociale n’est efficace et nécessaire que sous certaines conditions. Cette conviction s’oppose à la validité inconditionnelle du metus hostilis, notamment dans le Jugurtha.

La crainte de la coercition

Dans la vie civile

53Tite-Live ne se contente pas d’accepter le metus deorum comme une contrainte sociale, mais montre aussi que les premiers rois ont renforcé la discipline sociale, en inspirant la crainte de la coercition à leurs sujets. Cette pratique a été mise en œuvre d’abord par Ancus Marcius et ensuite par Tullus Hostilius. Sous le règne du premier, l’accroissement territorial engendre la nécessité de freiner l’audace des populations latines récemment intégrées :

  • 80 Liv. 1.33.8 : “Dans cet immense accroissement de la puissance romaine, au milieu d’une population (...)

Ingenti incremento rebus auctis, cum in tanta multitudine hominum, discrimine recte an perperam facti confuso, facinora clandestina fierent, carcer ad terrorem increscentis audaciae media urbe imminens foro aedificatur80.

  • 81 Sur l’ambivalence de l’audacia, voir TLL, s.u. audacia 2.0.1240.55 sq.
  • 82 Voir OLD, s.u. audacia 1. Voir aussi Bianco 1996, pour l’utilisation d’audacia dans ce sens chez (...)
  • 83 Voir à ce titre Wirszubski 1961.
  • 84 L’idée parcourt la littérature latine. Voir ex. Sal., Cat., 5.4, 18.4, 23.2 ; Jug., 14.11 ; Cic., (...)
  • 85 Sur la valeur dissuasive de la crainte du châtiment dans la pensée antique, voir Ducos 1984, 363- (...)

54L’audacia est un terme ambivalent selon le contexte81. D’une part, elle peut prendre une valeur laudative, si elle renvoie à la vaillance et au courage, qui sont associés principalement aux soldats et à leurs chefs sur le champ de bataille82. D’autre part, le terme s’investit d’une connotation péjorative, surtout dans le contexte politique de la fin de la République : l’audacia est souvent attribuée aux populares, et plus précisément aux tribuns de la plèbe. L’adjectif audax est compris comme l’opposé de bonus et renvoie aux abus des populares qui ne respectent aucune barrière morale ou institutionnelle83. L’audacia renvoie de fait à un élan intérieur qui pousse les hommes à ne pas tenir compte des limites. Ainsi cette caractéristique est souvent celle des criminels comme Catilina et Verrès84. C’est ce dernier sens qui paraît le plus proche de l’emploi que fait Tite-Live de l’audacia dans notre passage. En construisant une prison au milieu de la ville, Ancus tente de mettre un frein à cette impulsion vers le crime, l’idée étant que la prison, en tant que symbole visible du châtiment, rappellera aux citoyens que leurs crimes ne resteront pas impunis. La crainte (terror) du châtiment est donc investie d’une valeur dissuasive, puisqu’elle détourne les hommes des actes criminels85.

  • 86 Voir Ducos 1984, 343-354 sur l’idée cicéronienne, selon laquelle la peine doit être proportionnée (...)

55Il est intéressant de remarquer que l’historien, tout en admettant l’utilité du terror inspiré par la prison, prend soin en même temps d’en souligner aussi la nécessité en cette circonstance précise, à cause de l’extension de la cité. De cette façon, l’utilisation de la crainte apparaît comme un instrument accepté du pouvoir, à condition qu’il ne s’agisse pas d’une crainte gratuite, mais d’un sentiment nécessaire pour assurer la cohésion sociale86.

  • 87 Sur la fonction essentielle de la crainte du châtiment dans la philosophie antique, voir Ducos 19 (...)

56Les mesures de Servius Tullius s’inscrivent dans le même cadre : après avoir instauré son système censitaire, il hâta l’achèvement du recensement par la crainte d’une loi (metu legis) menaçant les hommes non recensés de prison ou de mort (Liv. 1.44.1). La crainte du châtiment apparaît comme un instrument pour imposer la justice, à défaut duquel toute règle risque d’être transgressée87. Aucune trace de critique ne semble être énoncée contre cette utilisation du metus legis : Tite-Live se contente de confirmer l’efficacité de la loi, en notant que le roi a ainsi réussi à hâter (maturauerat) l’achèvement de sa réforme.

  • 88 Voir Liv. 10.9.5-6 : 5. Valeria lex cum eum, qui prouocasset, uirgis caedi securique necari uetui (...)
  • 89 Cic., Rep., 5.4.6. Voir Ducos 1979, pour une discussion sur la tradition philosophique dont s’ins (...)

57Or, malgré sa nécessité et son efficacité incontestables, la crainte de la coercition ne suffit pas par elle-même à assurer la cohésion de la cité. Le metus legis n’est pas isolé, mais se trouve à l’intérieur du récit développé de l’instauration du système censitaire et s’accompagne de diverses mesures d’ordre religieux, civil et militaire. De plus, même si Tite-Live affirme l’efficacité du metus legis, il n’envisage pas la crainte du châtiment comme le seul moyen de faire respecter une loi. Il semble avoir plus d’estime pour un respect des lois, qui se fonde sur la honte (pudor) plutôt que sur le metus : la lex Valeria de prouocatione défendait de battre de verges ou de frapper de la hache le citoyen qui avait fait appel au peuple, mais ne prévoyait aucune peine, en indiquant seulement que les transgresseurs “agiraient mal”. Selon Tite-Live, le sentiment de pudor était assez fort à l’époque pour faire observer cette loi, alors qu’à son époque, on ne prendrait pas au sérieux une telle menace88. Cette vision de la place de la loi dans la cité se rapproche de celle de Cicéron qui soutient que les meilleurs citoyens sont moins retenus par la crainte du châtiment (metu poenaque terrentur) que par le sentiment d’honneur (uerecundia)89. Le metus legis est donc un instrument efficace, parfois même nécessaire, mais un respect des lois motivé par une contrainte intérieure est préférable.

58La peur, que ce soit le metus deorum ou la crainte de la coercition, a été donc utile, même nécessaire, pour Rome, notamment au début de son histoire. Dans la préface du livre II, l’historien établit lui-même cette distinction entre l’époque royale et la libera res publica, et souligne l’utilité de la peur comme principe de gouvernement durant l’époque royale :

  • 90 Liv. 2.1.4-8 : “4. Que serait-il arrivé, en effet, si cette populace, faite de bergers et d’avent (...)

4. Quid enim futurum fuit, si illa pastorum conuenarumque plebs, transfuga ex sui populis, sub tutela inuiolati templi aut libertatem aut certe impunitatem adepta, soluta regio metu, agitari coepta esset tribuniciis procellis […] ? 6. Dissipatae res nondum adultae discordia forent…90

59Le metus regius englobe les formes variées qu’avait prises la crainte comme instrument du pouvoir aux mains des rois, et renvoie sans doute, entre autres, au metus deorum et au metus legis, mais aussi de façon générale au pouvoir monarchique voire totalitaire des rois. Si ce metus regius avait disparu prématurément, Rome aurait été anéanti par les discordes, les citoyens n’étant pas encore capables de respecter l’autorité spontanément.

  • 91 Liv. 2.1.8 : ne duplicatus terror uideretur. Sur la continuité des insignes du pouvoir, voir Bloc (...)

60Est-ce que donc la crainte comme principe de gouvernement cesse d’être légitime et efficace après l’expulsion des rois ? La préface du livre II suggère que le metus regius était investi d’un caractère plus intense, qu’on ne retrouvera plus dans la libera res publica. Or, dans cette même préface, Tite-Live insiste sur la continuité du pouvoir entre rois et consuls : toutes les attributions et tous les insignes royaux demeurèrent aux premiers consuls ; on a évité juste de donner des faisceaux à la fois aux deux consuls, “pour ne pas les faire paraître deux fois plus redoutables”91. La crainte (terror) reste toujours l’une des dimensions du pouvoir suprême, mais elle n’est plus concentrée sur une personne : chaque consul dispose de douze licteurs, mais c’est seulement l’un des deux qui peut en être accompagné en alternance.

61En outre, le récit sur la nomination du premier dictateur ne laisse pas de doute quant au fait que des magistrats de la libera res publica pourraient inspirer la crainte à leurs sujets. Le dictateur avait le droit d’être escorté par tous les 24 licteurs des consuls, ce qui suscite l’admiration de la plèbe (magnus plebem metus incessit - Liv. 2.18.8). Le metus dictatoris se rapproche étonnamment du metus regius : il s’agit dans les deux cas d’un maître unique qui suscite la crainte, en vue d’assurer l’obéissance des sujets à son égard, même si la durée du commandement du dictateur ne peut excéder six mois. La nécessité et l’efficacité de cette crainte sont reconnues par Tite-Live qui indique tout de suite après que la création de ce magistrat répandit la terreur chez les Sabins (Liv. 2.18.9). L’auteur montre ainsi qu’il ne s’agit pas non plus d’une crainte imposée aux citoyens sans raison ; l’objectif est que la cité suscite à son tour la crainte chez les ennemis, sa cohésion étant renforcée grâce au metus dictatoris.

Dans la vie militaire

  • 92 Liv. 5.19.4. Trad. G. Baillet (CUF 1954) modifiée.

62La peur en tant que principe de gouvernement semble être surtout employée afin de renforcer la discipline militaire. À titre d’exemple, lors de la bataille du lac Régille, le dictateur Postumius ordonne à son bataillon de traiter tout fuyard en ennemi. Ainsi, placés entre deux craintes (metu ancipiti), les soldats en fuite sont revenus au champ de bataille (Liv. 2.20.5). La nomination de Camille comme dictateur a fait naître selon Tite‑Live de nouvelles espérances. La rigueur envers les fuyards de Véies est associée à ces espoirs : Camille “a fait en sorte que l’ennemi ne fût pas ce que le soldat redoutait (timendus) le plus”92. La crainte apparaît donc clairement comme un instrument nécessaire et utile pour la disciplina militaris. Néanmoins, Camille ne se contente pas de la crainte du châtiment, ce qui montre qu’elle ne suffit pas par elle-même pour assurer la discipline militaire : il prend, entre autres, soin de raffermir le courage des troupes (Liv. 5.19.4-8).

  • 93 Voir Liv. 8.7.1 sq., et l’Annexe xxiv, pour plus de détails.
  • 94 Liv. 8.7.20 : Exanimati omnes tam atroci imperio […] metu magis quam modestia quieuere. Trad. R. (...)
  • 95 Voir à ce propos l’Annexe xxviii.

63La décision du consul de 340 a.C., T. Manlius, d’exécuter son fils est un cas particulier. Le fils du consul a engagé le combat avec l’ennemi hors des rangs, en brisant ainsi selon son père les liens de la discipline militaire93. La terreur inspirée par l’atrocité du châtiment est un thème qui revient dans le récit : les soldats “perdirent le souffle devant un ordre aussi affreux et […] demeurèrent tranquilles par crainte plus que par respect”94. Cette formule véhicule sans doute une critique de Tite-Live. L’horreur des soldats devant l’exécution de Manlius-fils est aussi le leitmotiv dans la suite de l’épisode (Liv. 8.7.21-22). Les ordres de Manlius (Manliana imperia) ne furent pas redoutables (horrenda) seulement sur le moment, mais ont servi aussi d’exemple sinistre (triste exemplum) pour l’avenir (Liv. 8.7.22). Tite-Live ne laisse pas de doute sur l’efficacité de cette crainte, en ajoutant que l’atrocité du châtiment a accru l’obéissance des soldats (Liv. 8.8.1). Cependant, il garde ses réserves concernant la nécessité d’un châtiment aussi sévère. Vers la fin du même livre, la clémence du dictateur Papirius Cursor qui décide enfin de ne pas exécuter son maître de cavalerie Fabius Maximus Rullianus, bien qu’il ait aussi transgressé ses ordres, sert à contrebalancer la rigidité de Manlius95.

64Pendant la guerre contre les Samnites, ce même Papirius Cursor utilise constamment la crainte afin d’obtenir l’obéissance des soldats. Lorsqu’un préteur de Préneste avait, par crainte (per timorem), hésité à faire avancer sa troupe à la première ligne, Papirius l’appela et ordonna au licteur de préparer sa hache. Après avoir fait ressentir au préteur la crainte du dernier supplice, il se contenta de lui infliger une amende (Liv. 9.16.16-18). Papirius est loué par Tite-Live, comme l’homme qui a prêté l’appui le plus solide à la puissance romaine.

  • 96 Voir supra, p. 137-138.

65Enfin, comme on l’a vu, Scipion fait preuve de moderatio, en décidant d’infliger un châtiment seulement aux instigateurs de la sédition en Espagne. Cependant, à travers la mise en scène dramatique de l’exécution des coupables, Tite-Live souligne la terreur (terror, metus) des soldats qui assistaient à ce spectacle (Liv. 28.29.9-12). Tite-Live souligne plus que les autres sources l’efficacité du châtiment : le général est ainsi présenté comme un chef qui réussit à s’imposer auprès de la foule, en utilisant la crainte, mais de façon modérée96.

La modération en tant que critère de la crainte comme instrument du pouvoir

  • 97 Voir à ce propos Kapust 2011, 95-99.

66Il s’ensuit que, tout en préconisant l’utilisation de la peur comme moyen de renforcer la cohésion et la discipline, Tite-Live pose une condition sine qua non pour que cette tactique soit efficace : il ne doit pas s’agir d’une crainte inspirée sans raison et elle doit être utilisée avec modération. Ainsi, dans plusieurs épisodes, Tite-Live prend ses distances par rapport à l’utilisation de la crainte par des dirigeants, dont le pouvoir est jugé tyrannique97.

67Ainsi Tarquin le Superbe usurpa le pouvoir profitant de la peur (pauore) qu’il avait suscitée après son attaque armée sur le forum, et réussit à rassembler les Pères qui tremblaient (metu) d’être tués s’ils s’en abstenaient (Liv. 1.47.8-9). Pour expliquer l’appellation de Superbe, Tite-Live note que, ne pouvant compter sur aucune popularité, il devait défendre son pouvoir par la crainte (metu) (Liv. 1.49.1 sq.).

  • 98 Liv. 3.47.2 : “à quoi bon [garder Rome sauve], si, alors que la ville est encore sauve, ses enfan (...)

68Le jour de l’entrée en fonction des nouveaux décemvirs fut aussi signalé par la manifestation d’une terreur immense (denuntiatione ingentis terroris - Liv. 3.36.3). Alors que pendant le premier décemvirat on donnait les faisceaux à un seul en faisant passer à tour de rôle cet honneur royal (insigne regium), les nouveaux décemvirs apparurent en public avec douze faisceaux et cent vingt licteurs (Liv. 3.36.4). Ils avaient ainsi l’éclat de dix rois (decem regum species) ; la terreur fut aussi accrue (multiplicatusque terror) ; le peuple et les pères pensaient que les décemvirs avaient l’intention d’exécuter celui qui allait parler de la liberté, pour effrayer (ad ceterorum metum) les autres (Liv. 3.36.5). Tite-Live montre donc que les décemvirs ont ramené une sorte de crainte encore plus dure que le metus regius et donc non conforme à la libertas républicaine. Cette crainte finit par détruire la cohésion sociale plutôt que de la renforcer et menace l’existence de Rome qui ne trouve plus de citoyens prêts à la défendre. L’exclamation de Verginius au procès de sa fille est révélatrice à ce titre : quid prodesse si, incolumi Vrbe, quae capta ultima timeantur liberis suis sint patienda ?98.

  • 99 Liv. 3.53.10 : “Mais supposons qu’un jour vous vouliez vous faire craindre : ce jour-là, ayant re (...)
  • 100 Voir l’Annexe viii.

69Après la chute des décemvirs, c’est la plèbe qui essaie d’inspirer la crainte aux patriciens. Les libérateurs Valerius et Horatius refusent de livrer à la plèbe les décemvirs pour les brûler vifs, et déclarent que la plèbe aura un jour le pouvoir de disposer de la vie des patriciens et qu’elle pourra ainsi se faire craindre : ‘Etiam si quando metuendos uos praebituri estis, cum reciperatis magistratibus legibusque uestris iudicia penes uos erunt de capite nostro fortunisque…’99. Les tensions continuent pour longtemps100. La concorde semble impossible car toujours l’un des deux ordres abuse de la modération de l’autre (Liv. 3.65.7 sq.) :

  • 101 Liv. 3.65.11 : “Tant il est difficile de modérer la défense de la liberté, aussi longtemps que ch (...)

Adeo moderatio tuendae libertatis, dum aequari uelle simulando ita se quisque extollit, ut deprimat alium, in difficili est, cauendoque ne metuant, homines metuendos ultro se efficiunt, et iniuriam a nobis repulsam tamquam aut facere aut pati necesse sit, iniungimus aliis101.

  • 102 Gries 1969, 391 ; Frank 1976, 5 ; Pfeifer 2009, 279 ; Steffensen 2009, 121-123 ; et Hammer 2014, (...)
  • 103 Sur ce deuxième sens voir Ernout & Thomas [1951] 2002, §347.
  • 104 B. O. Foster (Loeb 1922) est sensible à la nuance de cause : “So difficult is it to be moderate i (...)
  • 105 Voir l’utilisation similaire du dum dans les réflexions personnelles de Tite-Live dans la praef.,(...)
  • 106 Voir les ms. LRDA qui remontent selon Bayet 1942, CI-CXI, à un archétype commun.

70Faut-il penser avec certains commentateurs102 que Tite-Live déplore ici la méchanceté de la nature humaine qui ne réussit jamais à se montrer modérée ? Tite-Live décrit les comportements humains qui mettent en péril l’équilibre entre les citoyens et qui se produisent souvent au sein de la cité. Une lecture attentive du passage montre toutefois qu’ils ne sont pas la règle. La conjonction dum avec l’indicatif présent indique la simultanéité temporelle et/ou la cause involontaire103 : il est difficile de se montrer modérés dans la défense de la liberté, aussi longtemps que (dum) chacun cherche à s’élever au-dessus des autres, tout en prétendant poursuivre l’égalité ; ou en voulant (dum) s’élever à tel point qu’on rabaisse autrui, tout en feignant de vouloir l’égalité, la modération dans la défense de la liberté devient une affaire difficile104. Il s’ensuit que, si les hommes adoptent une meilleure conduite, la moderatio dans la défense de la liberté ne sera plus en difficulté. Le dum marque donc la simultanéité et la cause : c’est aussi longtemps et parce que105 les hommes se comportent de façon hypocrite et égoïste, qu’il est difficile d’atteindre la modération dans la cité. Tite-Live n’affirme pas que les hommes font toujours preuve d’une mauvaise conduite, mais pose seulement une condition : la modération est impossible si les citoyens se montrent égoïstes et hypocrites. Cette nuance de condition contenue dans la proposition introduite par le dum explique pourquoi certains copistes106 ont remplacé le verbe extollit par le subjonctif extollat : la conjonction dum suivie du subjonctif indique une condition (pourvu que).

71Dans leur effort pour échapper à la crainte, les deux côtés font une utilisation abusive de la peur, ce qui instaure un climat de crainte réciproque. Le gérondif cauendo précise la cause de cette évolution, mais n’indique aucunement que les hommes ne peuvent pas se comporter autrement. Les hommes cherchent à faire subir aux autres l’injustice, pour qu’ils ne la subissent pas eux‑mêmes, comme si (tamquam) il fallait nécessairement qu’il y ait un auteur et une victime de l’injustice. La conjonction tamquam suggère qu’en réalité l’injustice peut être évitée, pourvu que les hommes adoptent une conduite alternative.

  • 107 Voir Liv. 3.55 sq. Voir aussi l’Annexe viii, pour un résumé de cette crise et pour sa résolution.

72Il ne faut perdre de vue que cette déclaration conclut la narration d’une longue série de tensions entre les patriciens et les plébéiens après la chute des décemvirs107. La résolution de cette crise commence à se mettre en place tout de suite après ce passage à cause du ravage du Latium par les Volsques et les Èques, qui pousse à la concorde, mais surtout à cause de l’élection au consulat de T. Quinctius Capitolinus. Ce dernier réussit à mettre fin aux tensions à travers son discours, dans lequel il met en garde le peuple contre la poursuite excessive de l’imperium et de la libertas (Liv. 3.66 sq.). L’alternative qui se laisse entrevoir derrière les lignes du § 3.65.11 est réalisée par le consul et le peuple dans les paragraphes qui suivent.

73Par conséquent, loin de professer la méchanceté naturelle de l’homme, Tite-Live suggère subtilement la solution pour maintenir l’équilibre entre les citoyens qui doivent faire preuve de moderatio non seulement dans la poursuite de l’égalité, mais aussi dans la façon dont ils utilisent la crainte comme moyen de se faire respecter. Ainsi, à travers cette déclaration, Tite-Live tend aussi à souligner l’inefficacité et les limites de la crainte comme instrument politique et à montrer la nécessité de la moderatio.

  • 108 Voir à ce titre Kapust 2011, 101 sq.
  • 109 Voir Cic., Off., 2.7.23-24 ; Amic., 15.53.

74La pensée de Tite-Live se révèle donc conforme à celle de Cicéron qui souligne également l’efficacité limitée de la crainte en tant que principe de gouvernement de façon plus affirmative que l’historien108. Il montre qu’il n’existe pas de plus mauvais moyen pour maintenir sa puissance que la crainte qui est considérée comme une forme de contrainte utilisée par les tyrans109. L’analyse du metus deorum et de la crainte de la coercition montre que Tite-Live est plus enclin à accepter la nécessité et l’efficacité de la crainte en tant qu’instrument de cohésion. Toutefois, il signale que le metus doit être accompagné de la moderatio et souligne le danger pour la cité en cas d’une utilisation excessive de la crainte.

  • 110 Voir praef., 9. Voir aussi infra, p. 493 sq., sur le sens exact de la disciplina.

75Quelles conclusions pouvons-nous tirer de cet examen de la crainte comme principe de gouvernement et comment ces conclusions peuvent-elles influer sur la vision livienne des causes de la décadence de la cité ? Tout d’abord, le Padouan affirme l’existence de plusieurs types de crainte intérieure, tels que le metus deorum et la crainte de la coercition, qui peuvent jouer le même rôle de facteur de cohésion sociale, qui est imparti au metus hostilis chez Salluste. Tite-Live non seulement accepte, mais présente aussi des exemples de chefs comme Numa, Camille et Scipion, qui ont su utiliser cette crainte correctement, c’est-à-dire avec modération, et lorsqu’une telle tactique paraissait nécessaire. Si ces dirigeants n’avaient pas inspiré ce type de crainte au peuple, le dérèglement de la foule et donc la décadence auraient été inévitables, une idée conforme aux considérations de la préface, où l’accentuation progressive de la décadence est identifiée au relâchement de la disciplina110. Cependant, Tite-Live pose la modération comme condition sine qua non d’une utilisation acceptable de la crainte. Dans le cas contraire, la crainte n’est qu’un instrument aux mains des tyrans et sa mise en œuvre aboutit à la discorde entre les citoyens. Ainsi l’abus de la coercition loin de constituer un moyen de protéger la res publica de la décadence, finit même par la favoriser.

76Contrairement donc à Salluste qui tend à envisager la disparition du metus hostilis comme la cause profonde de la décadence, Tite-Live non seulement reconnaît également comme facteurs de concorde et de moralité des formes “intérieures” de crainte, mais souligne en même temps l’insuffisance et les critères de la crainte en tant qu’instrument du pouvoir assurant la cohésion sociale. La peur n’est donc plus chez Tite-Live un facteur extérieur ne dépendant pas de la volonté humaine, mais un instrument du pouvoir à l’intérieur de la cité.

Le metus hostilis dans la première décade : un facteur de l’histoire comme chez Salluste ou un instrument de cohésion sociale ?

77Le metus hostilis, rentre-t-il dans la même catégorie d’analyse ? Sert-il plutôt comme d’instrument aux mains du pouvoir, comme le metus deorum et la crainte de la coercition, ou s’agit-il, comme chez Salluste, d’un facteur de l’histoire ? Dans le deuxième cas, la disparition du metus hostilis entraîne nécessairement la discorde et donc la décadence, alors que dans le premier cette évolution n’est pas obligatoire, puisque les détenteurs du pouvoir disposent de plusieurs moyens de persuasion autres que l’appel au metus hostilis. Le nombre considérablement plus grand des allusions à ce concept dans la première décade nous force à nous concentrer d’abord sur cette partie de l’œuvre livienne.

  • 111 Liv. 7.1.7 : ne quando a metu ac periculis uacarent.
  • 112 Liv. 7.27.1 : ne nimis laetae res essent.
  • 113 Liv. 10.1.4 : ne prorsus imbellem agerent annum. Traduction personnelle.
  • 114 Liv. 10.6.3 : ne undique tranquillae res essent. Traduction personnelle. Sur le contexte dans leq (...)

78Quelques commentaires de Tite-Live sur l’évolution des faits dans certains épisodes de la première décade laissent entrevoir, du moins à première vue, une sorte de déterminisme qui fait que quel que soit le déroulement exact des faits, Rome doit toujours avoir des périls à affronter. Si la cité n’est pas en guerre, elle sera nécessairement, et pour cette raison, sujette à la discorde ou à un autre danger qui menace son existence. Ainsi, en 365 a.C., alors qu’il n’y avait à Rome ni guerre ni sédition, une peste éclate, “pour qu’on ne fût jamais libre de crainte et de périls”111. Le metus hostilis est remplacé par la crainte que suscita la peste. De même, vers 348-347, la paix régnant au dehors (foris pax) et la concorde à l’intérieur (domi concordia), une peste attaqua Rome, “pour empêcher un trop grand bonheur”112. Dans les deux cas, les épidémies apparaissent comme partie d’un plan qui ne dépend pas des hommes, et qui vise à la mise à l’épreuve et au durcissement des forces romaines. Il en va de même pour deux autres propositions finales dans le livre X, qui renvoient aussi à la réalisation d’un tel plan. Dans le premier passage, la tranquillité générale du côté des guerres extérieures fut brisée en 303 par une expédition mineure en Ombrie, “pour qu’on ne passât pas une année sans aucune guerre”113. Le contexte ne permet pas de supposer que Tite-Live désigne à travers cette proposition finale l’intention des dirigeants romains. En 300 a.C., la situation fut paisible tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Ainsi, “pour que les choses ne fussent pas tranquilles de toutes parts”114, les tribuns ont jeté la discorde entre les deux classes.

  • 115 Voir Walsh 1958, 359-361, et id. 1961, 52.
  • 116 Voir Dutoit 1942, 102 ; André 1966, 442-447 ; Walsh 1958, 360 ; et La Penna 2008, 88.
  • 117 Voir supra, p. 321-336.
  • 118 Cf. Dutoit 1942, 101, qui, en commentant les propositions finales citées, note que “selon Tite-Li (...)

79Ces propositions finales ont été interprétées comme trahissant l’adhésion de Tite-Live à une sorte de déterminisme115. L’alternance plus ou moins systématique des guerres à l’extérieur avec les discordes à l’intérieur dans la première décade semble corroborer cette interprétation. Certains critiques ont insisté sur ce motif116, sur lequel nous reviendrons avec des exemples. Chercher à trouver derrière ces propositions finales ou derrière l’enchaînement des événements la marque d’une force extra-humaine qui agit sur l’histoire serait conforme au rôle des dieux comme porteurs d’un fatum pour Rome. Or, il a été démontré que Tite‑Live ne croit pas en un fatum inflexible, puisqu’il revient aux hommes de se conformer aux plans divins117. De plus, en ce qui concerne ces quatre propositions finales, on ne discerne pas si ce “déterminisme” est lié aux plans divins : il serait discutable que dans le dernier passage, la discorde puisse rentrer dans les plans des dieux ou d’une autre puissance, puisque nous avons vu, dans le chapitre précédent, que les dieux ont été favorables à Rome118.

  • 119 Comme l’a noté Ducos 1987a, 145-146, à propos de l’alternance des guerres extérieures avec des di (...)

80Ainsi il est préférable de voir dans ces passages une conclusion personnelle de Tite-Live concernant la causalité historique : au cours de leur histoire, les Romains disposaient d’une énergie qui devait être dépensée dans l’un ou l’autre sens contre un ennemi, qu’il soit extérieur, intérieur ou même contre une épidémie119. Cette conclusion est le fruit d’une réflexion a posteriori de Tite-Live, qui l’a mené à trouver les liens communs unifiant les faits relatés. Il ne faut pas nécessairement voir derrière ces passages l’adhésion de Tite-Live à un déterminisme qui ne laisse pas de place à la volonté humaine, mais plutôt un constat concernant l’enchaînement des faits. Ils ne suggèrent donc pas que les Romains, en l’absence d’une crainte extérieure, n’avaient d’autre choix que de se livrer aux discordes. Si tel était le cas, la résolution des crises de la première décade serait impossible sans le metus hostilis ou un autre metus : pourtant, elles ont été résolues surtout à cause de la moderatio.

81L’absence du metus hostilis ou d’un autre type de crainte n’entraîne donc pas nécessairement la discorde. La présence du metus hostilis amène-t-elle nécessairement la concorde, comme chez Salluste ? Plusieurs épisodes tendent à souligner cette idée. Toutefois, comme le montrera l’analyse de chaque épisode, le metus hostilis ne mène jamais automatiquement à la concorde : Tite-Live part, certes, d’un schéma préétabli selon lequel il y a eu dans l’histoire romaine une alternance des phases de concorde/guerre à l’extérieur et de discorde/paix à l’intérieur. Ce qui a été un principe d’organisation de la narration chez les annalistes romains, qui faisaient alterner à l’intérieur de chaque année les affaires domestiques et politiques avec les affaires extérieures et les guerres (domi militiaeque), devient chez Tite‑Live un mode d’explication philosophique. Or, Tite-Live introduit dans ce schéma préétabli des nuances et des corrections importantes, qui tendent à atténuer sa validité et à privilégier le rôle de la moderatio dans la résolution définitive des discordes.

  • 120 Sur l’alternance entre les discordes intérieures et les périls extérieurs dans cet épisode, voir (...)
  • 121 Cf. Steffensen 2009, 125-130 : dans cet épisode, la crainte de l’ennemi est le seul facteur qui a (...)

82La crainte de l’ennemi intervient en facteur qui pousse à la concorde dans le livre II, et plus précisément dans l’épisode de la crise qui mena à la révolte de la plèbe écrasée de dettes. En effet, les dissensions entre les deux ordres s’interrompent deux fois à cause du metus hostilis suscité par la guerre avec les Volsques et les Èques120. Néanmoins, la peur des ennemis rend plus conciliants seulement les patriciens, alors que la plèbe va jusqu’à exploiter cette menace pour obliger les patriciens à accepter ses revendications121 :

  • 122 Liv. 2.24.1-3 : “1. Là-dessus, surcroît de crainte : des cavaliers latins arrivent au galop et sè (...)

1. Inter haec maior alius terror : Latini equites cum tumultuoso aduolant nuntio ‘Volscos infesto exercitu ad urbem oppugnandam uenire.’ Quae audita – adeo duas ex una ciuitate discordia fecerat – longe aliter patres ac plebem adfecere. 2. Exsultare gaudio plebes ; ‘ultores superbiae patrum adesse’ dicere ‘deos’ ; alius alium confirmare ne nomina darent […] 3. At uero curia, maesta ac trepida ancipiti metu et ab ciue et ab hoste, Seruilium consulem, cui ingenium magis populare erat, orare ut tantis circumuentam terroribus expediret rem publicam122.

83Le metus hostilis n’est donc efficace que sur les patriciens qui sont forcés de faire des concessions à la plèbe (Liv. 2.24.4 sq.). Les tensions reprennent après la victoire, parce qu’Appius veut annuler ces concessions (Liv. 2.27.1 sq.). Malgré la crainte d’une guerre contre les Sabins (timor Sabini belli), personne ne veut s’enrôler (Liv. 2.27.10 sq.), jusqu’à ce que le Sénat décide de faire de nouvelles concessions (Liv. 2.30.3 sq.). Des problèmes réapparaissent à la fin des expéditions, en menant à la première sécession de la plèbe (Liv. 2.31.7 sq.). La crainte des sénateurs que la cité soit anéantie si une guerre éclate les détermine à se montrer plus modérés. La crise est résolue finalement grâce à l’intervention de Menenius Agrippa et à la création des tribuns de la plèbe. On constate donc que la présence ou l’absence du metus hostilis influe sur le comportement des patriciens. Cependant, le schéma de l’alternance entre guerres au dehors et discordes à l’intérieur ne semble valable que pour les patriciens, les plébéiens n’étant ramenés à l’ordre qu’après l’intervention de Menenius.

  • 123 Voir Liv. 2.39.6 : siue infensus plebi magis, siue ut discordia inde inter patres plebemque orere (...)
  • 124 Liv. 2.39.7 : “la crainte de l’ennemi, le nœud le plus solide de l’entente, maintenait, malgré la (...)
  • 125 Liv. 2.39.8 : Id modo non conueniebat quod senatus consulesque nusquam alibi spem quam in armis p (...)
  • 126 Cf. Ogilvie 1965, 333.

84Durant son attaque contre Rome, Coriolan interdit à son armée de piller les propriétés des patriciens et ravage seulement les propriétés des plébéiens, soit qu’il fût plus hostile à l’égard de la plèbe qui le mena à l’exil, soit qu’il eût l’intention d’allumer la discorde entre les deux ordres123. Or, sa stratégie fut inefficace : externus timor, maximum concordiae uinculum, quamuis suspectos infensosque inter se iungebat animos124. L’alternance de la guerre à l’extérieur et la discorde à l’intérieur, régie par le metus hostilis, qui est incarné ici par Coriolan, semble être confirmée aussi dans ce cas. Cependant, tout de suite après cette déclaration, Tite-Live prend soin de la nuancer, en mentionnant le seul point qui divisait les deux ordres : les patriciens n’ont d’espoir que dans les armes, alors que la plèbe veut éviter la guerre et pousse la classe dirigeante à négocier avec Coriolan125. Le metus hostilis conduit donc les deux ordres à réaliser qu’il faut affronter ensemble l’ennemi commun, mais ne fait pas disparaître leurs différends, même au moment où il faut combattre cet ennemi126.

  • 127 Voir l’Annexe iv.
  • 128 Voir Liv. 2.42.3 sq. : Eo infestior facta plebes seditione domestica bellum externum exciuit. Bel (...)
  • 129 Voir Liv. 2.42.9 : Sed ad bella externa prope supererant uires, abutebanturque iis inter semet ip (...)
  • 130 Liv. 2.43.1 : Eo anno non segnior discordia domi et bellum foris atrocius fuit.
  • 131 Voir Liv. 2.43.3 : Qui terrores, cum compescere deberent, auxere insuper animos plebis…
  • 132 Voir Liv. 2.43.3 sq. ; 2.44.1-6.

85L’alternance de la guerre extérieure avec les discordes entre les deux classes est un thème qui revient dans le récit de la crise agraire suscitée par Spurius Cassius127. La sédition qui avait éclaté à cause du mécontentement de la plèbe après l’assassinat du démagogue, déclencha (exciuit) une guerre au dehors ; cette guerre, à son tour, interrompit les discordes qui recommencèrent après la victoire romaine128. Toutefois, ce schéma d’alternance s’avéra inefficace dans la suite : la reprise de la guerre n’arrêta pas les discordes à cause de la surabondance des forces129 ; “les luttes intestines ne furent pas moins vives et la guerre extérieure fut plus acharnée”130. Les menaces (terrores) portèrent à son comble l’insolence du peuple131, alors qu’elles devraient la refréner : à l’instigation du tribun Sp. Licinius, elle y vit l’occasion de promouvoir une loi agraire, en refusant le service militaire ; les autres tribuns aidèrent finalement le Sénat à enrôler des soldats, mais Tite‑Live n’attribue pas cette décision des tribuns au metus hostilis qui n’empêcha pas non plus d’autres discordes132.

  • 133 Liv. 2.45.5-6 : “entre les ennemis du dehors et ceux du dedans, c’est dans leur cœur un conflit d (...)

86Les Étrusques espérèrent même la destruction de Rome par ses discordes (Liv. 2.44.7 sq.) et les consuls ne redoutaient (horrebant) rien tant que leurs propres soldats indisciplinés (Liv. 2.45.1 sq.). Ce n’est pas le metus hostilis, mais les railleries des ennemis, qui déterminèrent finalement les soldats à combattre : externa et domestica odia certare in animis. Tandem superant externa : adeo superbe insolenterque hostis eludebat133. Ce qui entraîne ici l’alternance de la discorde par la guerre n’est pas le metus hostilis, mais l’odium envers l’ennemi, ce qui revient à souligner l’emprise limitée du premier.

  • 134 Liv. 2.52.2 : “Alors l’abondance et la tranquillité ramenèrent la turbulence dans les esprits ; l (...)
  • 135 Liv. 2.54.2 : “À la paix extérieure succèdent immédiatement des troubles intérieurs”.

87Après la fin de la guerre, les problèmes relatifs à la loi agraire réapparaissent : Ex copia deinde otioque lasciuire rursus animi et pristina mala, postquam foris deerant, domi quaerere134. Tite-Live note ensuite que la guerre reprit après la fin des discordes, mais sans établir un lien causal entre les deux (Liv. 2.53.1), ce qui est le cas pour les discordes qui recommencèrent après la fin de la guerre : Paci externae confestim continuatur discordia domi135. Au milieu de ces troubles, une guerre contre les Volsques et les Èques éclata. Appius Cladius, connu pour sa hardiesse contre la plèbe, fut envoyé en tête de l’armée. La mutinerie ne tarde pas à éclater (Liv. 2.58.4 sq.) et l’armée romaine cherche même la défaite pour se venger de son chef (Liv. 2.59.2 sq.), ce qui illustre l’inefficacité du metus hostilis et la nature non obligatoire du schéma d’alternance entre guerre au dehors et discorde à l’intérieur.

88Ce n’est qu’après la mort d’Appius que l’appel au metus hostilis sera efficace. Ainsi la nouvelle de l’arrivée des Volsques, bien qu’elle s’avère comme une terreur vaine (uanus timor), arrête la révolte presque déclenchée (Liv. 2.63.1-3). La paix est troublée de nouveau par la discorde, mais la guerre avec les Sabins ramène de nouveau le calme (Liv. 2.64.1-3).

89Le récit de cette crise longue montre donc que le metus hostilis non seulement ne sert qu’à différer temporairement la discorde, mais que son efficacité à ce propos est même limitée, surtout lorsque la plèbe est excitée par des tribuns séditieux ou outragée par des dirigeants hardis et immodérés, comme Appius.

90La succession répétée des phases de guerre et de discorde caractérise aussi la crise sur la loi Terentilia. Les victoires contre les Volsques firent naître (excitauerunt) immédiatement (extemplo) les agitations internes liées au projet de loi du tribun Terentilius Harsa (Liv. 3.9.1 sq.). Or, “pour que chaque année on tournât dans le même cercle” (ut idem in singulos annos orbis uolueretur), cette discorde ne dura que peu, car on annonça que les Volsques et les Èques reconstituent leurs armes (Liv. 3.10.8). L’orbis renvoie à la métaphore du cercle et fait ressortir l’idée d’une alternance obligatoire et préalablement déterminée des discordes avec les guerres, conformément à une conception cyclique de l’histoire. Le fait que cette métaphore est contenue dans une proposition finale semble renforcer le caractère “déterministe” de ce schéma qui laisse très peu de marge de manœuvre à l’action humaine. Toutefois, en réalité, Tite‑Live ne fait qu’une simple observation d’un motif répétitif dans l’histoire romaine.

  • 136 Liv. 3.10.14 sq. : nullum terrorem externum, nullum periculum esse. Trad. G. Baillet (CUF 1942) m (...)

91La validité obligatoire de ce schéma préétabli est de fait démentie par la suite du récit : les tribuns accusent les patriciens de n’utiliser la guerre que comme une ruse pour empêcher le vote de la loi (Liv. 3.10.9 sq.) ; il n’y a pour eux “aucune crainte, aucun péril au dehors” et ils emploient des manœuvres d’obstruction contre l’enrôlement136. La présence du metus hostilis, loin de calmer la tension, la fait au contraire monter encore plus.

  • 137 Ceux qui ont échappé à la violence des révoltés courent jusqu’au forum poussés par leur crainte ((...)

92Alors qu’on craignait (timebatur) une guerre du côté des Volsques et des Èques, des esclaves et des exilés révoltés s’emparent du Capitole (Liv. 3.15.4 sq.). Tite-Live multiplie le vocabulaire de la crainte dans sa narration137, pour montrer qu’il s’agit d’un nouveau metus hostilis qui a envahi la cité, mais qui n’a pas non plus réussi à apaiser la discorde :

  • 138 Liv. 3.16.3 : “3. Que de craintes de toute nature ! Au premier rang, la crainte des esclaves […] (...)

3. Multi et uarii timores ; inter ceteros eminebat terror seruilis […] 4. […] Tantum, superantibus aliis ac mergentibus malis, nemo tribunos aut plebem timebat ; mansuetum id malum et, per aliorum quietem malorum semper exoriens, tum quiesse peregrino terrore sopitum uidebatur. 5. At id prope unum maxime inclinatis rebus incubuit…138

  • 139 Contra La Penna 2008, 87.
  • 140 Liv. 3.17.2 sq. : 2…Cum hostes supra caput sint, discedi ab armis legesque ferri placet ? […] 4. (...)
  • 141 Voir Liv. 3.17.9 : tribuni cessere nocti timentes consulum arma.

93Tite-Live affirme à la fin de ce passage que le schéma selon lequel le metus externus fait disparaître la discorde ne peut pas être toujours valable139. Les tribuns commencèrent à agiter la plèbe, en déclarant qu’il s’agissait d’une imitation de guerre (imaginem belli), que les patriciens ont installée au Capitole pour détourner l’attention du peuple de la loi, et le convoquèrent pour faire voter la loi (Liv. 3.16.5 sq.). L’appel désespéré du consul Publius Valérius au metus hostilis140 eut des résultats limités : la loi ne fut pas votée et les tribuns cédèrent, mais en redoutant les armes des consuls plutôt que les ennemis141. C’est seulement la promesse du consul indiquant qu’après la reprise du Capitole, il ne mettrait aucun obstacle à la réunion pour le vote de la loi, pourvu qu’on lui permette de défendre son opinion, qu’il a persuadé la plèbe d’apporter son aide (Liv. 3.18.5 sq.).

  • 142 Liv. 3.19.7 sq. : “Et vous […] vous avez porté vos enseignes au pied du Capitole avant de chasser (...)
  • 143 Voir Liv. 3.20.1 sq. ; 3.22.2.
  • 144 À la fin de la guerre contre les Volsques et les Èques, les tribuns ont provoqué une guerre intér (...)

94Le Capitole repris et Valerius étant tombé sur le champ de bataille, le consul suffect T. Quinctius Cincinnatus s’adresse au peuple qui réclame l’accomplissement de la promesse de Valerius : Et uos […] prius in cliuum Capitolinum signa intulistis quam hos hostis de foro tolleretis ? Pudet deorum hominumque !142. Cet appel au sentiment de pudor plutôt qu’au metus hostilis fut plus efficace, puisque le discours de Quinctius émut la plèbe qui, malgré les agitations des tribuns, commença à collaborer avec les patriciens, pour affronter le péril toujours imminent des Volsques et des Èques143. Après ce recours au pudor, l’apparition des menaces extérieures réussit à apaiser les discordes, en dépit des manœuvres des tribuns144.

  • 145 Voir Liv. 3.30.1 sq. ; 3.30.6 : Expressit hoc necessitas patribus…

95L’appel des patriciens au metus hostilis parvient donc à arrêter périodiquement les discordes, mais ne mène pas toujours automatiquement à la concorde : face à une nouvelle menace des Èques et des Sabins, les tribuns permettent finalement l’enrôlement, mais à condition que le nombre des tribuns soit augmenté à dix. Les patriciens font cette concession face à la nécessité de la menace145. On constate donc que non seulement les patriciens, mais aussi les tribuns exploitent les périls extérieurs à leur profit. Les tribuns commencent de nouveau à promouvoir leur projet de loi après la guerre, mais leur tentative est interrompue par une nouvelle guerre contre les Èques (Liv. 3.31.2-3).

  • 146 Voir l’Annexe vi.

96La crise à propos de la loi Terentilia a été finalement dépassée grâce à l’esprit d’entente entre les deux ordres146. Cet épisode illustre que le metus hostilis ne peut être que temporairement efficace. La conception du metus hostilis comme un instrument aux mains de la classe dirigeante et des tribuns surgit de façon de plus en plus marquée.

97Le récit du IIe décemvirat confirme ces conclusions. Il a été expliqué comment les décemvirs ont instauré un régime de terreur. Comme pour montrer que cette utilisation de la crainte ne les a pas rendus tout-puissants, les décemvirs eux-mêmes seront sujets au metus hostilis : la peur (is pauor) provoquée par les incursions des Sabins et des Èques secoua (perculit) les décemvirs, si bien qu’ils convoquèrent le Sénat (Liv. 3.38.2-6). Or, le metus hostilis ne semble perturber qu’eux-mêmes : c’est avec peine qu’ils convainquirent les sénateurs de se rendre à l’assemblée (Liv. 3.38.6-39.1) ; leur effort pour persuader le peuple et le Sénat de participer à la guerre ne fut pas moins difficile. L. Valerius Potitus, le futur libérateur, explique à l’assemblée pourquoi l’appel au metus hostilis s’avère inefficace :

  • 147 Liv. 3.39.8-10 : “8. On fait un rapport sur la guerre contre les Sabins : comme s’il y avait de p (...)

8. De bello Sabino eos referre, tamquam maius ullum populo Romano bellum sit quam cum is qui, legum ferendarum causa creati, nihil iuris in ciuitate reliquerint […] 10. Ne nimium in metu alieno spei ponerent : grauiora quae patiuntur uideri iam hominibus quae metuant147.

98Valerius précise la condition qui doit être remplie, afin que l’appel au metus hostilis soit efficace : le pouvoir à l’intérieur de la cité ne doit pas être plus redoutable que la crainte des ennemis, pour que les citoyens aient intérêt à s’occuper d’une guerre extérieure. La succession de la discorde par la guerre extérieure n’est donc aucunement obligatoire. Le bien‑fondé des déclarations de Valerius sera prouvé par l’évolution des faits.

99Malgré les avertissements de Valerius, L. Cornelius Maluginensis, frère de l’un des décemvirs, invoque le metus hostilis : il demande de mettre en priorité les menaces extérieures et délibérer du pouvoir des triumvirs après le retour de la tranquillité au dehors (Liv. 3.40.9-14). Cet appel au metus hostilis se révèle efficace auprès des sénateurs (Liv. 3.41.1 sq.).

100Toutefois, il ne s’agit que d’une efficacité temporaire : la nomination de la part des décemvirs de Q. Fabius et d’Appius Claudius en tête de l’armée fait que la guerre à l’intérieur (domi) apparaît plus menaçante que la guerre du dehors (foris) (Liv. 3.41.8). Les soldats se laissent vaincre sur le champ de bataille (Liv. 3.42.1 sq.). À l’annonce de ces défaites, la crainte était si grande à Rome (Romam tanti erant terrores allati) que les sénateurs oublient la haine envers les décemvirs et décrètent d’établir des postes dans la ville (Liv. 3.42.6). Comme pour confirmer les arguments de Valerius, cet esprit d’entente, outre qu’il s’applique surtout aux sénateurs, fut très fragile, car, au milieu de ces périls, les décemvirs n’hésitent pas à commettre deux crimes, l’assassinat de L. Siccius et l’enlèvement de Virginie : l’armée quitte la guerre pour s’installer sur l’Aventin et la plèbe sur le Mont Sacré, en réclamant la démission des décemvirs (Liv. 3.43.1-52.10).

101Ainsi l’épisode confirme les considérations de Valerius : le metus hostilis n’a qu’un effet temporaire et fragile, et ne vaut rien aux mains d’un pouvoir tyrannique. Dans ce cas, c’est plutôt le peuple qui peut l’exploiter pour promouvoir ses revendications.

  • 148 Voir Liv. 3.66.1 sq. : 1…consules inde facti nec seditionem domi nec foris bellum acceperunt ; se (...)

102L’efficacité limitée et temporaire du metus hostilis est aussi soulignée dans le récit des tensions après la chute des décemvirs. Bien que la guerre contre les Volsques et les Èques fût menaçante, on n’a pas pu contenir les désaccords entre les citoyens pour longtemps148. Les ennemis voient les discordes comme une occasion pour ravager le Latium (Liv. 3.66.3 sq.).

  • 149 Voir Liv. 3.68.6-8. Sur l’opposition entre domi et foris dans ce discours, voir Frank 1976, 4-5.

103L’appel fait au metus hostilis par le consul T. Quinctius Capitolinus, dans son discours, réussit à rétablir la concorde : il rappelle au peuple que l’ennemi profite des discordes pour attaquer la cité, que ses véritables ennemis ne sont pas les patriciens, mais ceux qui ravagent ses propriétés (Liv. 3.67-68) ; il prévient aussi que s’ils ne chassent pas l’ennemi, ils l’auront dans la ville (Liv. 3.68.7). L’effet des exhortations fut immédiat. Alors que d’habitude, la plèbe exploitait les périls pour revendiquer des concessions, maintenant elle ne veut que combattre (Liv. 3.69.1-2). Ainsi cet épisode révèle que l’appel au metus hostilis peut être efficace, s’il est utilisé avec modération par un dirigeant qui peut gagner la confiance de la foule. Or, même dans ce cas, il ne s’agit pas d’un simple appel au metus hostilis. Le consul s’efforce surtout de susciter le sentiment de honte des citoyens : il leur rappelle la gloire et la richesse qu’ils ont apportées en menant la guerre, et les oppose à leur inaction et à leurs disputes présentes à la manière des femmes (mulierum ritu)149 ; il exhorte le peuple à imiter les mores des ancêtres et à faire passer la peur qu’ils éprouvent de la cité aux villes ennemies (Liv. 3.68.12-13). Un simple recours au metus hostilis aurait été sans doute insuffisant.

  • 150 Voir l’Annexe xii.
  • 151 Steffensen 2009, 135.

104La deuxième moitié du livre IV comporte le récit des discordes, souvent interrompus à cause du metus hostilis150. Vers 433-432 a.C., les patriciens prennent le prétexte d’une soudaine menace de guerre contre les Èques pour faire obstacle aux projets des tribuns sur l’accès des plébéiens aux hautes magistratures ; ils procèdent à l’élection de consuls plutôt que de tribuns militaires et à l’enrôlement (Liv. 4.25.9-26.2). Il s’agit, selon N. Steffensen151, d’une “instrumentalisation” politique du metus hostilis. La terreur de la guerre (terror belli) devenant de plus en plus forte et les deux consuls ne mettant pas de côté leurs désaccords malgré la présence d’un ennemi, le Sénat nomme un dictateur (Liv. 4.26.2-6) et fait appel au grand danger (tanto discrimine) de la république (Liv. 4.26.7 sq.).

105Ainsi le schéma d’alternance entre les discordes et les guerres se voit confirmé, à cause du recours au metus hostilis. Mais cette succession n’est pas automatique : Tite-Live signale que l’agitation plébéienne après la victoire à Fidènes ne reprend qu’après un intervalle long de tranquillité au-dehors comme à l’intérieur (Liv. 4.35.2-5). L’appel au metus hostilis continue à régir ce mécanisme d’alternance, mais sans être systématiquement efficace.

106Ainsi les tribuns militaires qui veulent éviter l’élection des successeurs plébéiens, réussissent à faire partir la plèbe à la guerre, annuler les élections et ordonner la tenue des comices consulaires, en faisant appel à la menace des Volsques (Liv. 4.35.5-36.5). Les échecs de l’armée sèment la terreur dans la ville (terrore Vrbi iniecto), mais à cause du retour des cavaliers à Rome, la crainte fait place à l’allégresse (Liv. 4.40.1-3). Même si Tite-Live ne le dit pas clairement, la disparition de cette crainte a encouragé les discordes qui reprennent tout de suite (Liv. 4.40.4-45.13). Le recours de l’interroi L. Papirius Mugillanus au metus hostilis pousse les deux ordres à un compromis sur les élections. Toutefois, cet effet fut provisoire : les contestations des tribuns de la plèbe reprennent à l’annonce des résultats (Liv. 4.43.9 sq.).

  • 152 Ainsi l’annonce d’une nouvelle guerre imminente contre les Èques et les Volsques, loin de pousser (...)
  • 153 Voir Liv. 4.57.6 (cum haud immeritam laudem gratiamque apud omnis tulisset), 12 (cum ob alias uir (...)

107Les nouvelles menaces des Èques n’ont pas suffi non plus pour apaiser les discordes, cette fois entre les deux tribuns militaires, ce qui a forcé le Sénat à nommer un dictateur (Liv. 4.45.3-46.12). La victoire à Labicum a amené, peu de temps après, la reprise des agitations à propos des lois agraires (Liv. 4.47.6 sq.). L’épidémie et la disette interrompent les discordes, mais ces soucis étant éloignés, la guerre et la discorde réapparaissent (Liv. 4.52.8). Conformément au schéma d’alternance entre discordes et guerres, les dissensions sont donc interrompues périodiquement à cause de périls extérieurs. Cependant, ces interruptions ne sont ni automatiques ni permanentes, car les deux ordres ne cessent pas d’exploiter le metus hostilis chacun à son profit152. Enfin, malgré le grand trouble suscité par les ennemis, qui pousse le Sénat à nommer un dictateur, l’opposition des tribuns militaires n’a pu être levée qu’après l’intervention du tribun militaire modéré Servilius Ahala qui invoque, entre autres, les circonstances critiques de la guerre (Liv. 4.56.8-57.6). L’éloge que fait Tite-Live du désintéressement, du charisme et de la moderatio de Servilius suggère que ce n’est pas le simple appel au metus hostilis qui a poussé à la résolution de la crise153.

  • 154 Voir l’Annexe xii.

108Les deux ordres sont d’ailleurs conscients de l’instrumentalisation du metus hostilis. Ainsi, après la décision du Sénat de déclarer la guerre à Véies, les tribuns reprochent aux patriciens d’utiliser les guerres pour épuiser le peuple et faire échouer ses revendications (Liv. 4.58.11-12). En effet, les tribuns signalent qu’ils sont conscients du fait que le metus hostilis est avant tout un instrument politique aux mains du pouvoir, plutôt qu’un véritable facteur de l’histoire. La succession de la discorde par la guerre ne se fait donc pas conformément à une règle inflexible, mais seulement lorsque les patriciens parviennent à exploiter le metus hostilis à leur profit. En l’occurrence, l’appel au metus hostilis se révèle à nouveau inefficace. Ce qui a résolu les tensions ne fut pas l’appel au metus hostilis, mais la modération des deux ordres154. La loi déclarant la guerre à Véies fut passée après la réconciliation des deux ordres, lorsque le Sénat décida de verser une solde aux soldats (Liv. 4.60.7-9).

109Ainsi, quoique l’alternance des phases de guerre et de discorde revienne comme thème dans la narration du livre IV et que le metus hostilis continue à y jouer un rôle important, la validité automatique et obligatoire de ce schéma est souvent contestée. La présence d’un péril étranger ne mène pas automatiquement à la concorde et même dans ce cas, la pression exercée sur les esprits par le metus hostilis est temporaire et fragile. Le metus hostilis est plutôt analysé comme un instrument de pression politique aux mains de deux ordres.

  • 155 Liv. 5.17.10 : “aussi les dissensions intérieures commencèrent à se calmer, comme d’habitude, dev (...)
  • 156 Voir l’Annexe xvii.
  • 157 La phrase apparaît 26 fois dans l’œuvre, dont 20 dans la première décade, pour évoquer surtout le (...)
  • 158 Voir Liv. 28.24.6, à propos de l’armée de Scipion en Espagne : licentia ex diutino, ut fit, otio (...)
  • 159 Ainsi, à titre d’exemple, la mort du maître de la cavalerie Q. Aulius Cerretanus lors des combats (...)

110Dans le livre V, on a peut-être le seul exemple dans l’œuvre, dans lequel l’efficacité du metus hostilis comme facteur de concorde est affirmée sans réserve. Les tribuns de la plèbe menacent de s’opposer aux comices, si les patriciens n’acceptent pas que la majeure partie des tribuns militaires soit prise parmi les plébéiens (Liv. 5.17.5). La nouvelle que les Étrusques ont envoyé un gros renfort de volontaires au secours de Véies met fin aux agitations des tribuns : eoque mitescere discordiae intestinae metu communi, ut fit, coeptae155. La suite confirme cet énoncé, puisque les discordes se calment jusqu’à la prise de Véies156. Ainsi Tite-Live admet que le metus hostilis puisse constituer un facteur qui pousse à la concorde, en déclarant en plus qu’il s’agit de l’ordre habituel des choses. La formule ut fit est utilisée à maintes reprises par l’historien, lorsqu’il se réfère aux conséquences ordinaires de certains faits ou plus simplement à des habitudes157. Ainsi, de même que la crainte d’un ennemi fait disparaître d’ordinaire les discordes, de même l’otium fait naître d’habitude la licentia au sein d’une armée158. Or, le ut fit ne renvoie pas à une loi inflexible de la nature, mais plus simplement à ce qui se produit le plus souvent, mais non pas toujours159. En ajoutant cette formule, Tite-Live n’affirme donc pas que le metus hostilis mène obligatoirement à la concorde, mais que cela arrive le plus souvent, comme c’est le cas dans cet épisode.

111L’efficacité du metus hostilis est démontrée par la narration. Les échecs des tribuns militaires ont augmenté encore plus la terreur (terror) à Rome et au camp de Véies, où c’est avec peine qu’on empêchait les soldats de fuir. Tite-Live prend soin de mettre en scène la frayeur générale (publicus pauor) de la population : cette crainte fut écartée à travers des cérémonies religieuses et la nomination de Camille à la dictature (Liv. 5.18.7-19.3). Ainsi le metus hostilis non seulement pousse à la concorde, mais mène aussi à ce que le pouvoir soit confié au chef marqué par le destin (fatalis dux) pour la destruction de Véies (Liv. 5.19.2).

  • 160 Liv. 5.19.4 : “il a fait en sorte que l’ennemi ne fût pas ce que le soldat redoutait le plus”. Tr (...)

112Cependant, la fuite des soldats à cause de leur crainte de l’ennemi montre que cette dernière peut s’identifier à une panique irrationnelle qui peut empêcher la victoire. Les actions du dictateur après sa nomination tendent à confirmer cette réalité. Camille appliqua les rigueurs du code militaire à ceux qui dans la panique de Véies (in illo pauore) avaient pris la fuite. La façon dont Tite‑Live résume les mesures de Camille concourt à remettre en question l’efficacité du metus hostilis comme seul facteur de cohésion et à souligner la nécessite de la crainte de la coercition : effecitque ne hostis maxime timendus militi esset160.

  • 161 Voir à ce titre l’analyse de Mineo 2006, 214.
  • 162 Ainsi Miles 1995, 79 sq. = id. 1986, 5 sq. Voir aussi supra, p. 122 sq., notre analyse détaillée (...)

113En outre, l’évolution des faits montre que le metus hostilis n’est pas capable d’assurer la cohésion de la société à long terme. La prise de Véies, perçue comme un succès inespéré causa une joie démesurée (uelut ex insperato immensum gaudium fuit – Liv. 5.23.2). L’adjectif immensum traduit l’absence de limites et évoque ainsi l’idée que l’avènement de la paix aboutit au dérèglement des esprits. Ainsi, même si le metus hostilis n’intervient pas explicitement, sa disparition est à l’origine des discordes de la plèbe avec Camille à propos du butin de Véies, qui mène à l’exil du dux fatalis161. Toutefois, Tite-Live ne cherche aucunement à mettre l’accent sur le metus hostilis comme cause du laisser-aller qui s’est produit après la prise de Véies, mais expose l’absence de pietas et l’auaritia de la foule comme raisons de la crise grave qui a mené à l’exil de Camille et à la prise de Rome par les Gaulois162.

  • 163 Voir Liv. 5.39.5-8 ; 5.42.1, 4. Cf. Liv. 5.43.1.
  • 164 Voir à ce propos supra, p. 333-334.

114La résolution de cette longue crise par l’arrivée de Camille n’est pas non plus présentée comme le résultat de la crainte suscitée par les Gaulois, un motif qui revient pourtant souvent dans le récit de l’invasion gauloise163. Tite‑Live n’associe pas le retour de Camille au metus hostilis, mais à la fortuna164. La mise en scène du moment même du rappel de Camille suggère que cette décision était due à une prise de conscience de la part des soldats qui se sont rendu compte que le chef serait capable de reconquérir la patrie (Liv. 5.46.5 sq.). Le rôle secondaire du metus hostilis dans le salut de la Ville est énoncé dans le discours que Camille tient aux Romains après avoir sauvé sa patrie, afin de les convaincre de ne pas quitter Rome :

  • 165 Liv. 5.52.12 : “À quoi bon tant de nouvelles obligations si, en même temps que les Gaulois, nous (...)

Quid horum opus fuit suscipi, si una cum Gallis urbem Romanam relicturi fuimus, si non uoluntate mansimus in Capitolio per tot menses obsidionis, sed ab hostibus metu retenti sumus ?165.

115Camille souligne que le metus hostilis est une contrainte qui ne peut assurer que provisoirement la cohésion d’une cité. La pietas envers les dieux est un lien beaucoup plus stable. Si les citoyens décidaient de quitter Rome, ils prouveraient que seule la crainte de l’ennemi les a poussés à défendre leur ville. La décision finale des Romains de rester sur le site ancestral confirme la validité des arguments de Camille. Le metus hostilis n’a été qu’un facteur d’importance secondaire dans le refoulement de l’invasion gauloise.

116Ainsi l’étude du récit de la crise gauloise mène aux mêmes conclusions que l’examen des épisodes précédents : le metus hostilis est un facteur valable de cohésion de la société, mais son effet ne peut être que provisoire et il doit être accompagné par d’autres mesures visant à renforcer la discipline et l’unité sociales.

  • 166 Voir l’Annexe xix.
  • 167 Liv. 6.11.1-2 : 1. Insequenti anno […] graue bellum foris, grauior domi seditio exorta, 2. bellum (...)

117L’épisode de la sédition de Manlius Capitolinus166 fait ressortir de façon encore plus nette l’insuffisance du metus hostilis comme facteur de cohésion de la cité. Ainsi, au début de l’épisode, Tite-Live note qu’une guerre grave contre les Volsques et leurs alliés au dehors et une sédition plus grave à l’intérieur se sont produites la même année167. Ensuite, une fois les ennemis vaincus, le dictateur Cornelius Cossus tenait encore son armée dans le camp, parce qu’il croyait que le Sénat ordonnerait une guerre contre les ennemis. Toutefois, le Sénat, au lieu de lui ordonner de faire face au metus hostilis, le rappela à Rome pour réprimer la sédition de Capitolinus qui devenait plus redoutable (magis metuendam – Liv. 6.14.1).

118Au début de la dernière phase de la sédition manlienne, les deux ordres interprètent positivement, mais chacun de façon contradictoire, l’absence d’une menace étrangère :

  • 168 Liv. 6.18.2 : “Au début de l’année suivante, les patriciens et la plèbe trouvèrent très opportun (...)

Cuius principio anni et patribus et plebi peropportune externa pax data : plebi, quod non auocata dilectu spem cepit, dum tam potentem haberet ducem, fenoris expugnandi ; patribus, ne quo externo terrore auocarentur animi ab sanandis domesticis malis168.

119La conception plébéienne de l’absence du metus hostilis comme une occasion de reprendre les luttes civiles est conforme au schéma d’alternance entre les guerres et les discordes. En revanche, les patriciens donnent une interprétation originale du metus hostilis : pour la première fois peut-être dans la littérature antique, la présence du metus hostilis apparaît comme un obstacle à la concorde, plutôt que comme un facteur qui la renforce.

  • 169 Voir l’Annexe xxi.

120La question des dettes resurgit plus loin dans le livre VI, en aboutissant à la proposition des lois licinio-sextiennes, qui provoque une grave et longue crise entre les deux ordres169. Les tensions s’interrompent souvent à cause de l’apparition du metus hostilis. Cependant, dans tous les cas, la façon dont intervient le metus hostilis tend à souligner son efficacité douteuse et temporaire, et à le présenter comme un instrument du pouvoir plutôt que comme un facteur véritable de concorde. Les tribuns sont conscients de l’instrumentalisation du metus hostilis :

  • 170 Liv. 6.27.7 : “en tous sens maintenant, sans plus distinguer, on quêtait des guerres […] c’étaien (...)

passim iam sine ullo discrimine bella quaeri […] Latinis Hernicis Praenestinis iam intentari arma ciuium magis quam hostium odio, ut in armis terant plebem nec respirare in Vrbe aut per odium libertatis meminisse sinant aut consistere in contione, ubi aliquando audiant uocem tribuniciam de leuando fenore et finem aliarum iniuriarum agentem170.

  • 171 Liv. 6.28.3 : “si grande était la terreur qui s’attachait à cette magistrature”.

121Les tribuns utilisent aussi le metus hostilis comme une occasion de promouvoir leurs revendications. Ainsi, à l’annonce d’une guerre avec les Prénestins, ils mettent des obstacles à l’enrôlement. C’est seulement l’imminence d’une attaque des murs de Rome qui a pu éteindre la sédition, les actions des ennemis suscitant un immense tumulte (ingens trepidatio) et menant ainsi à la nomination d’un dictateur (Liv. 6.27.9-28.3). Dès qu’on le sut, non seulement les ennemis s’éloignèrent des murs, mais en outre la jeunesse répondit tout de suite à la convocation de l’édit : tantus eius magistratus terror erat171. Pour assurer la discipline des Romains, on a donc dû joindre au metus hostilis la crainte suscitée par le dictateur. L’insuffisance du metus hostilis comme facteur d’unité et son exploitation comme instrument politique seront confirmées par la suite. Malgré les insuccès militaires, une violente sédition s’alluma. Tite‑Live met l’accent sur l’incapacité du metus hostilis à ramener la concorde :

  • 172 Liv. 6.31.4 : “Au milieu de ce désordre, la crainte étrangère fut si loin d’étouffer les contesta (...)

In qua trepidatione tantum afuit ut ciuilia certamina terror externus cohiberet, ut contra eo uiolentior potestas tribunicia impediendo dilectu esset donec condiciones impositae patribus ne quis, quoad bellatum esset, tributum daret aut ius de pecunia credita diceret172.

  • 173 Voir Liv. 6.32.1-2 : …quia quem dilectum impedirent non habebant tribuni plebis.

122Comme pour se venger des tribuns, une fois la tranquillité revenue du côté des ennemis (postquam quietae res ab hostibus erant), les procès contre les débiteurs se multiplient, non pas à cause de la disparition comme telle du metus hostilis, mais parce que les tribuns n’avaient pas de levée à empêcher173. Autrement dit, les tribuns ne pouvaient plus utiliser le metus hostilis comme instrument de pression sur les patriciens.

  • 174 Voir Liv. 6.42.9 sq. Voir aussi l’Annexe xxi.

123Les discordes continuent pendant et malgré la reprise des expéditions militaires (Liv. 6.34.1 sq.), et s’interrompent une fois à cause du metus hostilis : l’annonce soudaine d’une guerre gauloise ébranla tellement la cité (perpulit ciuitatem) qu’on nomma Camille dictateur (Liv. 6.42.4). L’effet du metus hostilis fut encore une fois très fragile : le dictateur avait à peine (uixdum) achevé cette guerre que les luttes intérieures ont repris plus intenses jusqu’au rétablissement définitif de la concorde, dû à la modération finale des deux ordres174. Il en ressort que le metus hostilis ne parvient pas toujours à remplacer la discorde par la concorde.

  • 175 Cf. Liv. 7.21.9 : une vaine terreur (terror uanus) d’une guerre avec une coalition de douze peupl (...)
  • 176 Voir Liv. 7.12.1-4. Pour une discussion sur l’objet probable de la discorde, voir Oakley 1998, ad (...)

124Le rôle du metus hostilis dans les livres VII-X est moindre. Il y a seulement une allusion à ce facteur dans le livre VII175. En relatant l’attaque subite des Tiburtins contre Rome, qui suscita la terreur (terrorem praebuit), Tite-Live affirme qu’il s’agissait d’une fausse alerte, car les ennemis n’ont pas pu soutenir le premier choc des Romains. En outre, une discorde qui s’élevait fut étouffée à cause de la crainte (metu) des ennemis. L’auteur ne donne aucune précision concernant l’objet de ce désaccord176. Même si Tite-Live semble confirmer la validité du metus hostilis en tant que facteur de concorde, il serait sans fondement d’affirmer qu’il lui confère plus d’importance que dans le reste de la première décade.

  • 177 Voir l’Annexe xxii sq.
  • 178 Voir Liv. 10.6.3, cité et commenté supra, p. 368. Pour le contexte de la citation, voir l’Annexe (...)
  • 179 Voir Liv. 7.17.6 sq. : les dissensions concernant l’origine sociale des magistrats et la question (...)

125En effet, il ne semble pas que la crainte des Tiburtins ou un autre metus hostilis ait été la cause de la consolidation de la concordia à long terme. Il est vrai que les discordes entre les deux classes diminuent considérablement à partir du livre VII, où une place plus large est faite au récit des guerres extérieures. Toutefois, les discordes continuent à exister177, et en tout cas, leur diminution n’est pas associée au metus hostilis. Il ne s’ensuit pas que Tite‑Live n’admette plus l’efficacité même limitée du metus hostilis en tant que facteur de cohésion. Par ailleurs, les quatre propositions finales citées et commentées au début de ce chapitre, dans lesquelles Tite-Live remarque que, si les choses étaient tranquilles au dehors, Rome devait affronter, soit des séditions, soit des épidémies à l’intérieur, apparaissent toutes dans les livres VII et X. Il semble donc que l’auteur croie toujours valable l’alternance de la guerre au dehors avec la discorde à l’intérieur, mais ne l’applique qu’une seule fois dans les livres VII‑X : c’est seulement dans l’un des quatre passages que l’absence d’un ennemi encourage la discorde à l’intérieur178. En outre, comme dans les livres II‑VI, les guerres extérieures ne suffisent pas pour mettre un frein aux discordes179, ce qui confirme que Tite-Live ne serait pas prêt à reconnaître au metus hostilis une efficacité plus grande que dans les livres précédents.

126Si les opinions de Tite-Live concernant la validité du metus hostilis n’ont pas changé, pourquoi les allusions à cette théorie sont-elles donc drastiquement diminuées par rapport aux livres II-VI ? La raison nous paraît aussi simple que concrète : l’absence de références au metus hostilis reflète sans doute la nouvelle orientation du récit livien. À partir du livre VII, les guerres menées par Rome sont surtout des guerres pour étendre son imperium, en offrant sa protection à ses alliés, plutôt que des guerres visant à protéger sa propre existence contre les menaces de ses ennemis. Ainsi le concept du metus hostilis semble sans doute moins approprié pour un ennemi avec qui la lutte ne concerne plus la survie, mais la domination. Ce changement d’orientation du récit paraît s’opérer à partir du début des guerres samnites :

  • 180 Liv. 7.29.1-2 : “1. À partir d’ici vont être narrées des guerres auxquelles la force des ennemis, (...)

1. Maiora iam hinc bella et uiribus hostium et longinquitate uel regionum uel temporum [spatio] quibus bellatum est dicentur. Namque eo anno aduersus Samnites, gentem opibus armisque ualidam, mota arma ; 2. Samnitium bellum ancipiti Marte gestum Pyrrhus hostis, Pyrrhum Poeni secuti. Quanta rerum moles ! quotiens in extrema periculorum uentum, ut in hanc magnitudinem quae uix sustinetur erigi imperium posset !180.

  • 181 Voir Liv., praef., 9 : et partum et auctum imperium.
  • 182 Liv., praef., 4 : ut iam magnitudine laboret sua. Pour une discussion sur cette image, voir supra (...)

127La seule lecture de ces lignes suffit pour montrer que les guerres contre les Samnites inaugurent un nouveau type de guerres qui visent à l’agrandissement de l’empire et s’inscrivent dans la même lignée que les guerres contre Pyrrhus et les Carthaginois. Ainsi Tite-Live se montre cohérent avec ses déclarations programmatiques du prologue, où il affirme que l’objectif de sa narration est d’étudier les valeurs par lesquelles l’imperium fut créé et ensuite agrandi181. La métaphore de l’empire qui a atteint une telle grandeur qu’il ne peut plus supporter son poids rappelle la même image du prologue182. Le rapprochement avec la préface sert à souligner l’ouverture d’un nouveau chapitre dans l’histoire militaire et politique de Rome, celui des guerres pour l’imperium. Les Periochae de la deuxième décade ne donnent aucun élément relatif à la théorie du metus hostilis : ce concept a été probablement absent de cette décade, dominée aussi par les guerres pour l’imperium contre les Samnites, Pyrrhus et les Carthaginois.

128Tite-Live a trouvé cette dichotomie entre les guerres menées pour l’existence (uter esset) et pour la domination (de imperio / uter imperaret) chez Cicéron, sans pour autant accepter nécessairement le classement établi par l’Arpinate : ce dernier considère que toutes les guerres contre les Latins, les Sabins, les Samnites, les Carthaginois et Pyrrhus étaient des guerres pour l’imperium, alors que seules les guerres contre les Cimbres et les Celtibères étaient conduites pour savoir qui subsisterait (Cic., Off., 1.12.38). La vision de Tite‑Live semble s’inscrire dans un schéma d’évolution historique, conforme à ses intentions narratives. C’est pourquoi l’auteur divise l’histoire de Rome en deux périodes : une première phase pendant laquelle la cité a conduit des guerres pour protéger son existence contre les menaces de ses voisins et une autre caractérisée par les guerres d’extension de l’empire. La présence et l’absence respectives du thème du metus hostilis dans la narration corrobore cette division.

129L’examen détaillé des épisodes de la première décade dans lesquels intervient le metus hostilis fait clairement ressortir son rôle. Tite‑Live accepte que la crainte d’un ennemi commun puisse forcer les citoyens à la concorde, surtout s’il s’agit d’une menace urgente. L’auteur part d’un schéma préétabli fondé sur le constat que, de façon ordinaire, les phases de discorde et de concorde, déterminées respectivement par l’absence et la présence d’un ennemi extérieur, se succèdent dans l’histoire romaine. Toutefois, le Padouan introduit des nuances importantes à ce modèle rigide, qui finissent par contester le caractère inconditionnel de sa validité : le récit livien met en valeur l’idée que l’efficacité du metus hostilis n’est ni systématique, ni obligatoire et toujours provisoire. Elle dépend aussi de l’utilisation qu’en font les acteurs politiques : plus les dirigeants qui font appel au metus hostilis sont modérés, moins ils se contentent d’invoquer seulement la crainte de l’ennemi et plus ce recours au metus hostilis s’avère efficace. L’exploitation du metus hostilis de la part des patriciens pour obtenir la soumission de la plèbe suscite le mouvement inverse : la plèbe use à son tour du metus hostilis comme d’un instrument de chantage pour promouvoir ses revendications. Ainsi Tite-Live tend à mettre en évidence le metus hostilis comme un instrument politique au même titre que les types divers de la crainte de la coercition, plutôt que comme un facteur de l’histoire. Cette conception se distingue nettement de la théorie sallustéenne.

130Ainsi l’adhésion de Tite-Live à une vision semblable à celle de Salluste, selon laquelle il existe une sorte d’énergie collective qui doit être canalisée dans l’un ou l’autre sens, ne confère pas au metus hostilis le statut d’un facteur incontournable de l’histoire. Tite-Live expose des exempla qui montrent que l’énergie collective ne doit pas être nécessairement dépensée dans les guerres ou les discordes, mais qu’elle peut et doit être domptée par la moderatio pour être dirigée vers le progrès de la cité. C’est dans ce cadre que la résolution des crises est très souvent scellée par des réformes institutionnelles.

  • 183 Sur le rôle de l’otium chez Tite-Live et son rapport avec la paix, voir André 1966, 431-454.
  • 184 Voir Liv. 1.19.2. Selon Ogilvie 1965, ad loc., Tite-Live fait une addition importante à la théori (...)
  • 185 Voir Liv. 24.18.6, 25.1.6, avec notre commentaire supra, p. 135-136, 147, 269-270.

131La guerre n’est donc pas la seule source de gloire. Même si Tite-Live s’accorde à la vision antique de la paix et de l’otium comme un danger pour la discipline sociale183, il ne manque pas d’admettre que la guerre peut aussi représenter une menace à ce titre. La guerre par elle-même rend les hommes farouches (efferari militia animos), ce qui pousse Numa à entreprendre son projet de réformes dans un contexte de paix184. En outre, la propagation de certains vices et des superstitions au milieu de la IIe Guerre punique est associée à la longue durée de la guerre185. La guerre, loin d’être toujours profitable à la cité, peut donc aussi constituer un “maître violent” (βίαιος διδάσκαλος) comme chez Thucydide (Thuc. 3.82.2).

132Contrairement au schéma de Salluste, Tite-Live ne considère pas le metus hostilis comme le facteur qui a mis Rome à l’abri de la décadence pendant ses premiers siècles. Le fait que les références au metus hostilis se limitent à la période relatée dans les livres II-VI, alors que la décadence de la res publica a commencé beaucoup plus tard, indique aussi qu’il ne joue pas le rôle central que lui attribue Salluste. Le metus hostilis chez Tite-Live est avant tout un instrument politique. Il est nécessaire d’examiner si ce concept intervient dans les décades suivantes, et dans quelle mesure il est ou non associé à la discorde et à la dégénérescence morale, pour voir si cette conclusion est confirmée.

Le metus hostilis et les étapes de la décadence de la res publica

La troisième décade : la IIe Guerre punique

133Il convient de commencer d’abord par le récit de la IIe Guerre punique, où l’on a observé la manifestation des premières tendances décadentes, pour passer ensuite au reste des livres conservés qui marquent l’accentuation de la décadence. L’installation d’Hannibal en Italie est décrite comme une source de terreur. Or, ce metus hostilis pousse-t-il les Romains à la concorde ? Dans quelle mesure sa disparition à cause des victoires romaines est-elle associée à l’apparition des tendances décadentes ?

  • 186 Voir supra, p. 134-135, pour un examen détaillé de ces crises.
  • 187 Voir Liv. 21.57.1 sq. : Romam tantus terror ex hac clade perlatus est… ; 22.7.6 sq. : Romae ad pr (...)
  • 188 Voir supra, p. 134 sq., pour une discussion sur ces crises.

134Le thème de la crainte inspirée par les Carthaginois parcourt le récit. Les nouvelles de la prise de Sagonte sèment la crainte dans le Sénat (metusque de summa rerum cepit) face à la perspective d’une lutte avec un peuple qui semble le plus redoutable de tous (Liv. 21.16.2 sq.). À la fin de la décade, les sénateurs se rappellent de la terreur et de l’épouvante (terroris pauorisque) qu’avait suscitées le passage d’Hannibal en Italie (Liv. 30.21.6). Or, cette peur profonde n’a pas mis un frein à la temeritas des généraux romains, qui a été la cause des crises importantes et des défaites dans le livre XXI186. La terreur profonde qui s’empara de Rome après les échecs romains près de la Trébie et à la bataille de Trasimène187 n’a pas empêché non plus l’éclatement de nouvelles discordes entre les généraux concernant la tactique à suivre, ainsi que les nouvelles défaites dues à la témérité de certains généraux188.

135S’agit-il pour l’auteur de mettre l’accent sur l’efficacité limitée du metus hostilis ? Une telle conclusion serait trop rapide, car Tite-Live ne cherche aucunement à mettre en rapport le metus hostilis avec les discordes. De même, la résolution de ces crises successives après la défaite à Cannes n’est pas attribuée à la présence du metus hostilis, ni même à l’appel à ce sentiment de la part de la classe dirigeante, mais à l’attitude ferme de Fabius et à la clémence envers les responsables de la défaite. Il en va de même pour le reste des crises résolues dans la décade : le metus hostilis n’est jamais évoqué comme la raison de leur résolution.

  • 189 Voir 22.54.8 sq. (Numquam salua urbe tantum pauoris tumultusque intra moenia Romana fuit…), 55.6  (...)
  • 190 Liv. 26.7.4 : Hannibal compte sur l’effroi (pauore) que causerait son attaque imprévue pour se re (...)

136Le metus hostilis est même présenté comme un obstacle à l’effort des autorités pour redresser la situation. Fabius Maximus juge que pour pouvoir faire face à la situation alarmante après la défaite de Cannes, il fallait d’abord supprimer l’agitation et l’effroi, et prend des mesures en cette direction189. La marche d’Hannibal sur Rome est un cas similaire. Tite-Live insiste sur la crainte des Romains face à cette initiative d’Hannibal190. Les autorités de Rome ont fait tous leurs efforts pour apaiser ces tumultes. La crainte fut écartée une fois que Rome fut sauvée grâce à la grêle qui a déjoué les plans d’Hannibal : au moment même où il fut sous les remparts de Rome, des soldats romains partaient pour l’Espagne ; le champ même où il campait fut vendu sans aucune diminution de prix (Liv. 26.11.5-6).

137Ces efforts pour apaiser la crainte face à Hannibal obligent-ils les dirigeants romains à cesser d’exploiter le metus hostilis comme un instrument pour renforcer la discipline et la cohésion sociales ? Deux exemples traduisent la diminution de l’importance du metus hostilis comme instrument politique. En 214, après l’élection de T. Otacilius au consulat, Fabius Maximus rappelle au peuple qu’il a encore affaire à un ennemi qui exige de la vigilance ; il ne fallait donc pas élire au consulat un homme avec des capacités limitées (Liv. 24.8.1 sq.). Fabius réussit à changer la décision du peuple. Deux nouveautés marquent cet appel au metus hostilis : tout d’abord, Fabius n’utilise aucun mot relatif à la notion de crainte ; ensuite, il ne s’agit pas d’une discorde qu’on essaie de résoudre à travers l’appel au metus hostilis, mais plutôt d’une décision stratégique qui compromet le succès des expéditions.

  • 191 Voir Liv. 26.22.1 : Consules cum ambo Apuliam prouinciam haberent, minusque iam terroris a Poenis (...)
  • 192 Voir supra, p. 136, pour une analyse détaillée de cet épisode.

138Le deuxième exemple s’inscrit dans le même cadre, mais l’idée du metus hostilis s’y décèle plus aisément. Selon Tite-Live, après l’échec d’Hannibal, le général inspirait moins de terreur, si bien qu’on décida de ne plus attribuer aux deux consuls l’Apulie comme province, mais d’envoyer l’un d’eux en Macédoine191. Même si l’auteur ne le dit pas clairement, l’élection de T. Manlius Torquatus au consulat, tout de suite après cette affirmation, peut être attribuée au relâchement de la crainte envers Hannibal. Manlius refuse le consulat, en alléguant sa mauvaise vue et rappelle que les ennemis étaient arrivés jusqu’aux remparts de Rome, et qu’il fallait donc être plus prudents dans le choix des dirigeants (Liv. 26.22.7-8). Malgré les réactions initiales, il réussit finalement à imposer son autorité192. En effet, le chef, sans évoquer clairement ce concept, s’efforce de ressusciter le metus hostilis. Or, de même que dans le cas de Fabius, le recours au metus hostilis ne se fait pas non plus en vue de mettre fin à une discorde, mais pour souligner la nécessité des décisions stratégiques prudentes.

  • 193 Voir Liv. 27.39.1. Voir aussi Plb. 11.1.1 : ∆ιόπερ ὡς οὐδέποτε µᾶλλον ὀρθὴ καὶ περίφοβος ἡ τῶν Ῥω (...)
  • 194 Liv. 27.43.7 : in magnam laetitiam ex magno metu uerteret. Trad. P. Jal (CUF 1998), ainsi que tou (...)
  • 195 Voir Liv. 27.44.1 sq. Voir aussi infra, p. 487, sur la témérité “utile” de Claudius Néron.
  • 196 Voir à ce propos Catin 1944, 161‑165, qui analyse la façon dont Tite-Live “peint” les sentiments (...)
  • 197 Liv. 27.51.9-10 : haud secus quam in pace. Cf. Polybe (11.3.4-6) qui se contente d’évoquer la gra (...)

139La peur de la guerre fut redoublée (belli terror duplicatus) par l’arrivée d’Hasdrubal en Italie en 207 a.C. (Liv. 27.38.1-2). La nouvelle qu’il avait traversé les Alpes, augmenta l’alarme (tumultum) à Rome193 ; après le départ des deux consuls dans deux directions, l’un contre Hannibal et l’autre contre Hasdrubal, l’inquiétude fut redoublée (Liv. 27.40.1 sq.). Le consul Claudius Néron décida finalement de rejoindre son collègue en Ombrie, car il estimait qu’à travers cette manœuvre audacieuse, il “transformerait une grande crainte en une grande joie”194. Cette déclaration préfigure les évolutions à venir. Tite-Live souligne qu’à l’annonce de l’initiative de Néron, l’alarme (tumultus) et la peur (terror) à Rome étaient aussi grandes que lorsqu’Hannibal était sous les remparts de la ville195. Après la bataille du Métaure, l’auteur met en scène ce passage de la crainte à la joie196. Les nouvelles parvenues à une cité jusqu’alors très inquiète et anxieuse (tam sollicitae ac suspensae ciuitati) y répandirent une joie immense développée en détail jusqu’à la fin du livre (Liv. 27.50.4-51.10). Le passage qui clôt la scène montre clairement que le metus hostilis n’était plus aussi important : les femmes remerciaient les dieux, “délivrées de toute crainte, comme si la guerre était terminée”(perinde ac si debellatum foret omni solutae metu). Après la victoire, on osa conclure des affaires financières “comme si l’on était en paix”197.

  • 198 Mineo 2000 (not. p. 533-539) ; id. 2003a ; et id. 2006, 293-322 (not. p. 314-320).
  • 199 Voir Liv. 27.37.1-10. Voir aussi sur les prodiges dans le livre XXVII, Guittard 2004a.
  • 200 Sur la dramatisation du récit de l’année, voir surtout Mineo 2003c, 40-45 ; voir aussi Ratti 2009 (...)

140La victoire du Métaure marque donc une nouvelle phase, durant laquelle le metus hostilis est presque écarté. Cette réalité a mené B. Mineo à soutenir que l’année 207 constitue un tournant qu’il identifie avec le début d’une “phase descendante” qui prendra fin à l’époque d’Auguste, conformément à son interprétation cyclique de l’histoire livienne198. Plusieurs éléments autres que la disparition du metus hostilis concourent, selon l’auteur, à accorder à l’année 207 cette place : la liste longue et le caractère exceptionnel des prodiges de 207199 ; l’importance attribuée à la cérémonie de procuratio (Liv. 27.37.11-15) et les ressemblances frappantes entre cette cérémonie et les Ludi saeculares de 17 a.C. ; l’extrême dramatisation du récit de l’année, qui confère à la bataille un poids dramatique dont on retrouve l’équivalent inverse dans le récit de la bataille de Cannes au début de la guerre200.

  • 201 Voir supra, p. 140-145.
  • 202 La conviction générale est que Tite-Live devait écrire en moyenne au moins trois livres par an. C (...)

141L’accent mis sur les prodiges et les expiations religieuses, ainsi que la dramatisation du récit, renforcée souvent par la présence du metus hostilis, visent sans doute à mettre en valeur cette victoire décisive comme un point culminant dans la poursuite de la guerre. En effet, l’armée romaine ne subira aucune défaite après cette bataille importante, et la menace d’Hannibal sera beaucoup moins présente. Cependant, nous serions moins enclin à interpréter l’année 207 comme un tournant dans l’histoire morale de Rome. Comme il a été déjà montré, les tendances décadentes commencent à se manifester quelques années avant 207, surtout avec la prise de Syracuse par Marcellus et le relâchement de la discipline militaire par Fulvius201. De plus, les rapprochements, du reste convaincants, établis par B. Mineo entre la procuratio de 207 et les Ludi saeculares de 17, qui révèlent une manipulation du récit, ne visent pas nécessairement à attribuer une valeur symbolique à l’année 207 dans la dialectique livienne de l’histoire. La date de publication de la troisième décade étant incertaine et peut-être légèrement antérieure à 17202, il s’agirait plus probablement de l’écho d’un débat actuel sur le récit d’une cérémonie qui signale le changement définitif du cours de la guerre.

142En outre, l’idée que la présence du metus hostilis en Italie a protégé la concorde et la moralité des citoyens étant complètement absente du récit livien surtout dans cette décade, il est à notre sens peu probable que Tite-Live ait eu l’intention d’associer la disparition du metus hostilis à la discorde et la dégradation morale. Rien dans ce texte ne laisse suggérer que la joie après la victoire du Métaure est présentée comme une préfiguration des dangers moraux.

  • 203 Voir Liv. 28.11.1 : in ciuitate tanto discrimine belli sollicita.
  • 204 Voir Liv. 28.12.1 sq. : Ac nescio an mirabilior aduersis quam secundis rebus fuerit (ibid. 28.12. (...)

143Par ailleurs, bien que la fin du livre XXVII laisse l’impression qu’il ne sera plus question du metus Punicus, ce dernier subsiste en réalité jusqu’à la fin de la guerre, même de façon moins intense. Au début du livre XXVIII, la cité est décrite comme inquiète en un moment si critique de la guerre203. En 206 a.C., après une défaite aussi importante, Hannibal reste tranquille, mais les Romains préfèrent ne pas le provoquer. Tite-Live invoque comme raison de cette hésitation une sorte d’admiration que les Romains nourrissaient pour la force d’Hannibal204. C’est sans doute sur cette existence sous-jacente du metus hostilis que se fonde Fabius Maximus, lorsqu’il essaie de convaincre les Romains que le plan de transporter la guerre en Afrique est dangereux, puisque le metus hostilis est encore présent en Italie :

  • 205 Liv. 28.41.7-9, 42.14 : “41. 7. Non, Hannibal n’est pas encore dans une situation telle qu’on sem (...)

41. 7. Nondum is est Hannibal, quem non magis timuisse uideatur quam contempsisse qui aliud bellum maluerit. […] 9. […] Pax ante in Italia quam bellum in Africa sit, et nobis prius decedat timor quam ultro aliis inferatur […] 42. 14. Nempe in eodem terrore erimus in quo nuper fuimus cum Hasdrubal in Italiam transcendit, quem tu, qui non solum Carthaginem sed omnem Africam exercitu tuo es clausurus, e manibus tuis in Italiam emisisti205.

144Selon Fabius Maximus, le metus hostilis non seulement n’a pas été écarté, mais risque de devenir encore plus fort, si la proposition de Scipion est adoptée. Il s’agit d’une utilisation du metus hostilis comme instrument politique, mais encore une fois cette exploitation se distingue du même procédé dans la première décade : le but de Fabius n’est pas de forcer la plèbe à obéir et de rétablir la concorde, mais d’amener les citoyens à réfléchir sur la tactique à suivre dans la guerre, comme s’il reconnaissait que le metus hostilis ne pouvait plus garantir l’union entre les Romains.

145En revanche, Fabius utilise comme argument contre Scipion la validité du metus hostilis comme gage de la concorde chez les Numides : tant que la crainte extérieure (externus metus) est loin, leurs rivalités ne s’interrompent pas ; mais dès qu’ils verront l’armée romaine, Syphax et Massinissa offriront leur soutien à Carthage (Liv. 28.42.9 sq.). C’est la seule occurrence de la troisième décade dans laquelle la validité du metus hostilis en tant que facteur de cohésion est affirmée. La prévision de Fabius s’avère en partie exacte. Après l’arrivée de Scipion en Afrique, Syphax porte assistance aux Carthaginois qui lui ont demandé de défendre l’Afrique entière (Liv. 29.34.2 sq.). Ainsi les Romains ne réussissent pas à regagner son alliance (Liv. 30.3.4 sq.). Toutefois, Massinissa reste fidèle aux Romains jusqu’à la fin de la guerre. La validité du metus hostilis semble donc être limitée même chez les barbares, d’autant plus que Tite-Live ne l’évoque pas comme le facteur qui a déterminé Syphax à se joindre au camp carthaginois : Hasdrubal réussit à détourner Syphax de l’alliance romaine en lui donnant en mariage sa fille, dont il s’était épris (Liv. 29.23). Ce ne fut pas le metus hostilis, mais la passion de Syphax pour Sophonisbe, ainsi que ses rivalités avec Massinissa (Liv. 29.31 sq.), qui ont joué le rôle le plus important dans sa décision.

146Les autres prévisions de Fabius se sont révélées encore plus inexactes, contrairement à celles de Scipion. Tout au long de son discours, le général s’efforce de montrer que les craintes de Fabius sont infondées ; loin de remettre en question qu’Hannibal a été une source de peur pour les Romains, il souligne que l’objectif de son expédition en Afrique sera d’inspirer aux Carthaginois la même crainte qu’avait suscitée Hannibal chez les Romains :

  • 206 Liv. 28.44.1-2, 15 : “1. Mais pour montrer en quoi consiste l’importance qu’il y a, en prenant l’ (...)

‘Sed quid, ultro metum inferre hosti et ab se remoto periculo alium in discrimen adducere quale sit, ueteribus externisque exemplum esse admonere opus est ? 2. Maius praesentiusque ullum exemplum esse quam Hannibal potest ? […] 15. […] Africa sit reliqui belli sedes ; illuc terror fugaque, populatio agrorum, defectio sociorum, ceterae belli clades, quae in nos per quattordecim annos ingruerunt, uertantur206.

  • 207 Liv. 29.3.6 : in Africam omnis terror uersus.
  • 208 Liv. 29.3.6-4.1 : 3. 8…nuntiique trepidi Carthaginem terrore ingenti compleuere […] 9. Nec quot n (...)
  • 209 Voir Liv. 29.3.9, pour le pillage des campagnes par les Romains et ibid. 29.3.10-14, pour les déf (...)
  • 210 Liv. 29.15.1 : dempto iam tandem deum benignitate metu…
  • 211 Voir Liv. 29.23.1. Cf. Liv. 29.24.4 sq. : la nouvelle du détournement de Syphax de l’alliance rom (...)
  • 212 Liv. 29.28.2-7 : 2. Iam non in maritimos modo agros conspectu primum classis, dein tumultu egredi (...)
  • 213 Voir Liv. 30.17.1 : ingenti hominum et in praesens laetitia et in futurum spe.

147Les prévisions de Scipion ont été confirmées : “la terreur se concentra sur l’Afrique”207. La terreur et l’épouvante (terror pauorque) gagnèrent les esprits à cause du débarquement de C. Laelius en Afrique. Tite-Live expose les inquiétudes et les craintes des Carthaginois face à cette menace, dans un passage imprégné par le vocabulaire de la crainte208. Le pillage des campagnes et la défection des alliés, évoqués à la fin du passage cité, sont aussi énumérés parmi les fléaux qui ont affligé les Carthaginois après l’invasion de Scipion209. En revanche, à Rome, après l’arrivée de la Mère de l’Ida, les sénateurs vont jusqu’à affirmer que la bienveillance divine avait fait disparaître la crainte210. Les nouvelles sur les mouvements de l’armée romaine remplirent les Carthaginois de crainte et d’anxiété (percunctantes pauentesque)211. Le vocabulaire de la crainte est aussi récurrent dans le passage où l’auteur décrit la réaction des Carthaginois après le débarquement de Scipion en Afrique212. Au contraire, le compte détaillé des expéditions en Afrique, que Laelius rend au Sénat remplit les Romains de joie et d’espoir213.

148Lorsque Hannibal quitte l’Italie, les Romains célèbrent leur joie, et en se souvenant de la terreur qu’avait suscitée l’arrivée du général dans leur pays, ils décident, se croyant enfin libérés de ces craintes, de rendre des actions de grâces aux dieux. Cependant, les inquiétudes persistent, car tout le poids de la guerre retomba maintenant sur un seul général (Liv. 30.21.1 sq., 6 sq.). Les inquiétudes (curae) et les craintes (metus) atteignent leur plus haut point à la veille de la bataille de Zama. Le peuple romain se rappela les avertissements de Fabius Maximus et pense qu’il n’avait pas tort de prédire qu’Hannibal serait un ennemi plus redoutable (magis metuendum) dans sa patrie qu’en Italie (Liv. 30.28). Le peuple fut encore agité par la crainte (trepidatum fuerat) à la nouvelle de la rupture de la trêve par les Carthaginois ; l’annonce de prodiges augmenta l’effroi (terror) (Liv. 30.38.6, 8). La nouvelle de la victoire romaine excita la joie des autorités et du peuple, qui expriment leur reconnaissance envers les dieux (Liv. 30.40.1-3). Il en ressort donc que ce n’est qu’après avoir appris la victoire à la bataille de Zama que le metus hostilis envers les Carthaginois semble définitivement écarté et non pas après la bataille de Métaure.

149Il en ressort que la présence ou l’absence du metus hostilis ne sont pas mises en rapport avec la concorde ou la discorde, et la moralité des Romains, bien que le concept parcoure la troisième décade. La concorde et la moralité romaines, surtout durant la première phase de la guerre, ne sont pas dues à la présence du metus Punicus. De même, sa disparition n’est pas à l’origine de la dégradation morale dont les premiers signes remontent à cette période. Cette diminution de l’importance du metus hostilis en tant que facteur de cohésion se reflète dans l’utilisation du même concept par l’aristocratie : l’appel au metus hostilis reste un instrument politique, mais il ne s’agit plus d’un moyen de coercition. Il convient d’examiner maintenant si la disparition du metus Punicus est liée à la décadence dans le reste des livres conservés.

Les livres XXX-XLV : l’absence du metus Punicus sallustéen

150Vers la fin du livre XXX, Hannibal affirme que les Romains ont voulu interdire à Carthage toute guerre, car ils sont conscients de la réalité suivante :

  • 214 Liv. 30.44.8 : “Aucune grande cité ne peut rester longtemps en paix ; si elle n’a pas d’ennemis a (...)

Nulla magna ciuitas diu quiescere potest ; si foris hostem non habet, domi inuenit, ut praeualida corpora ab externis causis tuta uidentur, suis ipsa uiribus onerantur214.

  • 215 Voir Rossi 2004, 378 ; Feldherr 2010, 215-218 ; cf. Biesinger 2016, 213 sq.

151Certes, la déclaration concerne Carthage, et Hannibal prédit la dégradation de la cité à la faveur de ses luttes intestines. Même si le concept du metus hostilis n’est pas clairement évoqué, il est en filigrane. Peut-on interpréter l’affirmation d’Hannibal comme une préfiguration de l’évolution future de Rome ?215 Autrement dit, la décadence de la res publica romaine est-elle implicitement attribuée à la disparition du metus Punicus ? Il est vrai que Rome aura toujours des ennemis à affronter pendant toute la période qui va jusqu’aux guerres civiles. Or, dans la préface du livre XXXI, Tite-Live affirme que les guerres avec la Macédoine n’ont rien de comparable avec la Guerre d’Hannibal : ni le danger, ni les talents du général, ni la valeur des soldats (Liv. 31.1.6). Ainsi Rome semble avoir affronté les périls les plus importants, ce qui nous permet de considérer la théorie d’Hannibal comme valable dans le cas de Rome après la IIe Guerre punique.

  • 216 Voir Liv., praef., 4 ; 7.29.2. Voir supra, p. 108, 251-252, pour un commentaire à propos de cette (...)

152De plus, l’image que donne Hannibal d’une cité en train de se détruire par ses propres forces, apparaît dans la préface et dans le livre VII216. La déclaration d’Hannibal renchérit sur l’image de Rome accablée par ses propres forces, en ajoutant l’information suivante : l’une des raisons pour lesquelles une magna ciuitas comme Rome n’a pas pu supporter sa propre grandeur fut le fait qu’elle n’avait plus à affronter un ennemi digne de cette grandeur. En conséquence son surplus d’énergie est dépensé dans des luttes intestines qui finissent par la détruire. Cette réflexion sur l’énergie collective qui devait être canalisée soit vers les guerres, soit vers les discordes, rejoint l’analyse du metus hostilis dans le Jugurtha.

  • 217 L’analyse de Feldherr 2010, 215-221, peut être instructive concernant l’ambiguïté que revêt cette (...)

153Cependant, cette doctrine n’est exprimée qu’implicitement. Tite-Live, contrairement à Salluste, ne s’intéresse pas vraiment à la mettre en valeur comme une cause importante de la décadence de la res publica. L’attribution de la théorie du metus hostilis à Hannibal, le grand ennemi de Rome, qui n’évoque même pas clairement le concept de la crainte, est peut‑être significative du rôle ambigu que Tite-Live veut attribuer au metus hostilis217. Cette place secondaire attribuée au metus hostilis peut être liée à son efficacité limitée selon Tite-Live. Comme on l’a vu, la présence d’un ennemi redoutable comme Hannibal sur le sol italien n’a empêché ni les discordes, ni la manifestation des premières tendances décadentes. Ainsi, l’absence d’un tel ennemi a sans doute été un facteur qui a contribué à l’accélération de la décadence, mais n’a pas été sa cause profonde.

  • 218 Liv. 34.9.4 : Disciplina erat custos infirmitatis, quam inter ualidiores optime timor continet.
  • 219 Liv. 39.1.2 : Is hostis uelut natus ad continendam inter magnorum interualla bellorum Romanis mil (...)
  • 220 Cf. Raffezeder 1997, 193-194, qui prétend que le lien avec l’idée sallustéenne du metus hostilis (...)

154Le rôle marginal du metus hostilis est confirmé par quelques passages dans les livres XXXI-XLV. L’idée que la crainte d’un ennemi peut être salutaire pour une cité est formulée dans le livre XXXIV. En se référant à la ville d’Emporia en Espagne, exposée de toute part aux attaques ennemies, l’auteur déclare que la sauvegarde de sa faiblesse était la disciplina que la crainte (timor) maintient de la meilleure façon, lorsqu’on est parmi des voisins plus forts218. Cette conception se décèle aussi au début du livre XXXIX : contrairement aux Asiatiques, les Ligures semblaient destinés par nature à maintenir la disciplina militaris romaine219. Le caractère rude du pays et du peuple ligures (Liv. 39.2) montrent que ce peuple serait capable d’inspirer la peur. Ainsi, même si le metus hostilis n’est pas explicitement évoqué, il apparaît en filigrane, comme un facteur qui maintient la disciplina militaris. Or, dans les deux cas, on n’est pas dans le domaine civique, mais strictement dans celui de la disciplina militaris220. Les passages ne suggèrent point que le metus hostilis maintient la concorde et la moralité au sein d’une cité, d’autant plus que dans le cas de Rome, le metus hostilis, n’est appliquée qu’indirectement et à court terme dans une guerre éloignée.

  • 221 Pour une analyse détaillée des occurrences et du rôle de la crainte des Romains envers leurs enne (...)
  • 222 Voir ex. Liv. 34.62.6 sq. ; 40.26.1 ; 41.5.2 sq.

155Il en va de même des autres occurrences du concept du metus ressenti par les Romains envers leurs ennemis. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un sentiment éprouvé par les soldats sur le champ de bataille sans implications au plan social et politique221. Dans certains cas, l’annonce à Rome d’une situation de danger dans les expéditions militaires suscite la crainte ou l’inquiétude des autorités et les pousse parfois à entreprendre une action rapide222. Cependant, en aucune de ces références, le metus hostilis n’est associé à l’apaisement d’une discorde ou à la correction d’une conduite reprochable.

156Le metus hostilis dans les livres XXXI-XLV est donc un concept qui reste cantonné dans le domaine militaire, sans être lié à l’union et à la moralité sur le plan civique. Dorénavant, le metus hostilis concerne seulement les expéditions militaires. Une exception se présente à ce schéma. Le peuple, fatigué des guerres continues, s’opposa à la proposition de loi relative à la déclaration de guerre contre Philippe sous l’instigation du tribun Q. Baebius :

  • 223 Liv. 31.6.4 : “mais il y eut aussi l’attitude du tribun de la plèbe Quintus Baebius qui, reprenan (...)

tum Q. Baebius tribunus plebis, uiam antiquam criminandi patres ingressus, incusauerat bella ex bellis seri ne pace unquam frui plebs posset223.

157Ces accusations se rapprochent de celles que les tribuns adressaient contre les patriciens dans la première décade : Tite-Live identifie les manœuvres du tribun avec l’ancien système de récriminations contre les Pères (uiam antiquam criminandi patres). Q. Baebius, même s’il n’évoque pas le metus hostilis, reprend l’argumentation des tribuns des premiers siècles de la République : comme ces derniers, il reproche aux patriciens de multiplier les guerres, pour arrêter les revendications du peuple. Le recours du tribun à cette méthode mène le consul à utiliser une argumentation qui ressemble à celle des patriciens du début de la République : le consul fait comprendre au peuple que s’il ne vote pas la guerre, Philippe transportera les expéditions en Italie, comme Hannibal qui a attaqué l’Italie, car les Romains n’avaient pas porté secours à Sagonte (Liv. 31.7). La guerre est alors votée sans d’autres contestations.

  • 224 Cf. Liv. 31.1.9-10 : selon Tite-Live, les raisons de la guerre furent la rancune des Romains cont (...)

158Ainsi l’épisode illustre comment l’appel à une menace extérieure peut constituer un instrument politique efficace. Or, force est de constater que le vocabulaire de la crainte est complètement absent du récit et du discours du consul, ce qui montre que Tite-Live n’a pas vraiment eu l’intention d’insister sur le rôle de l’appel au metus hostilis. Par ailleurs, nous n’avons pas plus de précisions concernant la vraisemblance des avertissements du consul. Il nous paraît peu probable que l’historien y ait accordé foi, car ni Tite‑Live, ni aucune autre source ne se réfèrent à une telle intention de Philippe de transporter la guerre en Italie224. Donc, vu que le metus hostilis ne semble pas être réel, on ne peut pas affirmer que l’épisode confirme la validité du metus hostilis en tant que facteur de cohésion.

159Mis à part cet incident isolé, l’idée que la présence de la crainte de l’ennemi a consolidé la concorde est absente dans les livres XXXI-XLV. Cette représentation s’oppose à celle de Salluste dans les Histoires, qui insiste sur la validité du metus Punicus entre la IIe et la IIIe Guerres puniques, mais paraît logique pour Tite-Live qui considère que Rome avait déjà affronté les menaces extérieures les plus importantes. L’absence du metus hostilis n’est pas non plus associée à la décadence, à l’exception de la déclaration indirecte d’Hannibal à la fin du livre XXX. Hannibal n’a pas eu tort de prévoir de façon implicite la dégradation de la res publica romaine, mais le rôle du metus hostilis dans la première phase de ce processus a été beaucoup moins important que ne l’a insinué le général. Par ailleurs, même si le metus hostilis était moins important, Rome avait toujours des ennemis à affronter pour l’extension de l’imperium. Il reste désormais à examiner, dans la mesure où l’on peut se fier aux Periochae, si le metus hostilis est analysé comme cause de la décadence dans le reste du récit.

La destruction de Carthage et les Periochae

  • 225 Kajanto 1958, 61-62 ; Levene 2010, 12, suit l’interprétation de I. Kajanto, sans se fonder sur le (...)
  • 226 Voir Luce 1977, 272, et La Penna 2008, 88.
  • 227 Voir supra, p. 191.
  • 228 Voir Liv., Per., 48.5, 15, 24 ; 49.2-3.

160Selon certains commentateurs, la déclaration d’Hannibal est une allusion à la disparition du metus Punicus après la destruction de Carthage, plutôt qu’à sa propre défaite. Pour soutenir cette opinion, I. Kajanto invoque comme argument la place importante faite dans les Periochae XLVIII et XLIX au débat entre Scipion Nasica et Caton l’Ancien concernant la décision de détruire Carthage225. D’autres critiques objectent que l’idée du metus Punicus est absente dans le texte des Periochae XLVIII et XLIX, et qu’on ne peut donc pas affirmer que Tite-Live en a fait mention dans le débat226. Nous nous sommes déjà rangé à cet avis227. L’absence de cette idée dans ces deux Periochae particulièrement longues, où l’épitomateur fait une place importante aux arguments des deux hommes228, nous paraît révélatrice. À supposer même que l’association entre la destruction de Carthage et la disparition du metus hostilis ait été faite par Nasica dans le récit livien, il est peu probable que Tite-Live lui‑même l’ait analysée comme une cause importante de la décadence de la res publica.

  • 229 Ainsi Rossi 2004, 377-378.

161Il nous paraît donc injustifié de mettre en rapport les déclarations d’Hannibal à la fin du livre XXX avec la théorie sallustéenne de la disparition du metus hostilis après la destruction de Carthage. En renvoyant à la théorie du metus hostilis, le discours d’Hannibal préfigure le destin de Rome après la défaite du général. Si le metus hostilis a joué quelque rôle que ce soit dans la dégradation morale de Rome, celui-ci ne s’est pas fait sentir après 146, comme le prétend Salluste, mais bien plus tôt, aux lendemains de Zama. S’agit-il d’une réfutation indirecte de la théorie de Salluste229 ? C’est possible, mais le texte ne donne pas plus de précisions à ce propos. Il est donc préférable de parler d’une vision différente chez les deux historiens du rôle du metus hostilis dans l’évolution de la décadence.

  • 230 Liv., Per., 67.5 : “Marius vint au Sénat en costume de triomphateur, ce que personne n’avait fait (...)

162Dans le reste des Periochae, la présence ou l’absence du metus hostilis ne sont jamais mises en rapport avec les discordes et la dégradation morale. La présence d’une menace extérieure pousse parfois à l’adoption d’une nouvelle stratégie sans autres implications sur le plan moral. Le général espagnol Viriathe provoqua une terreur si grande (tantumque terroris) qu’on envoya en Espagne une armée et un consul comme général (Liv., Per., 52.8). Dans un autre cas, la présence du metus hostilis semble même encourager la manifestation des tendances décadentes. L’auteur se réfère aux lendemains du désastre subi par les Cimbres et à l’élection de Marius au consulat après son triomphe sur Jugurtha : Marius triumphali ueste in senatum uenit, quod nemo ante eum fecerat, eique propter metum Cimbrici belli continuatus per complures annos est consulatus230. La crainte d’un ennemi redoutable a obligé la cité à confier le pouvoir au seul homme qui pouvait l’écarter, tout en encourageant son ambition, et en mettant ainsi en péril la concorde à long terme. Le metus hostilis, loin de consolider la concorde et le respect des qualités morales, semble même avoir joué le rôle inverse.

Conclusion. Le metus hostilis : un facteur de la décadence chez Salluste, un instrument politique chez Tite-Live

163Le metus hostilis chez Tite-Live rentre bien dans la catégorie de l’utilisation de la crainte comme instrument du pouvoir, en vue de renforcer la discipline sociale. Ainsi l’appel au metus hostilis peut être employé de la même façon que le metus deorum et la crainte de la coercition ; à plusieurs reprises dans l’AVC, les dirigeants ont eu recours à ce moyen de persuasion, qui n’a été efficace que lorsqu’il a été utilisé avec modération. Ce recours au metus hostilis est de moins en moins présent dans le récit et devient aussi de plus en plus lié aux décisions stratégiques plutôt qu’à l’effort d’apaiser les discordes. Le caractère différent des guerres est sans doute à l’origine de ces deux évolutions : à partir du livre VII, Rome ne mène plus des guerres pour protéger son existence, mais des guerres pour l’imperium.

164Dans la première décade, Tite-Live, en partant d’un schéma d’alternance entre les guerres et les discordes, admet que la crainte d’un ennemi commun a pu souvent, mais pas toujours, arrêter les discordes entre les deux classes. Or, son efficacité a été toujours provisoire. C’était la modération qui conduisait à des résolutions plus stables des crises. Ainsi l’existence du metus hostilis n’a pas été la raison principale pour laquelle la res publica a été à l’abri de la décadence au début de son histoire, comme le prétend Salluste dans le Jugurtha. Il en va de même pour la présence du metus hostilis pendant la IIe Guerre punique. Son relâchement durant la dernière phase de la guerre et sa disparition après Zama ne sont pas non plus associés à l’apparition des premières tendances décadentes. La déclaration d’Hannibal à la fin de la guerre suggère que la défaite de Carthage et la disparition du metus Punicus a accéléré la dégradation politique de Carthage, mais aussi celle de Rome. Toutefois, Tite-Live ne met pas en valeur ces évolutions comme la raison principale de la décadence de la cité. L’analyse des livres XXXI-XLV et des Periochae a confirmé cette conclusion, puisque le metus hostilis n’y intervient pas comme motif dans les phases importantes de la décadence.

165La mise à l’écart du metus hostilis en tant que facteur de décadence s’oppose à la théorie de Salluste dans le Jugurtha et dans les Histoires. Cette opposition se traduit aussi par la façon différente dont les deux auteurs perçoivent les périodes de validité du metus hostilis. Dans le Jugurtha, Salluste applique ce concept à toute la période antérieure à 146, alors que dans les Histoires, il le croit valable seulement pendant une période courte après l’expulsion des rois et entre les deux dernières guerres puniques. Au contraire, chez Tite-Live, le metus hostilis intervient comme facteur de concorde seulement dans les premiers 150 ans de la République. Rien ne permet de parler d’une opposition intentionnelle, mais il est certain que Tite‑Live a lu et réfléchi sur la théorie du metus hostilis si importante pour Salluste. On peut donc conclure que la vision différente de la place du metus hostilis dans l’histoire romaine est aussi le produit d’une réflexion de Tite-Live sur la doctrine de Salluste.

  • 231 Luce 1977, 272-273. Contra Biesinger 2016, 177-178.

166Τ. J. Luce231 va même jusqu’à distinguer entre deux courants d’explication de la décadence : un courant “philosophique” et un courant “sénatorial”. Le premier inspiré par Posidonius et représenté par Salluste et peut-être aussi par Valerius Antias et Claudius Quadrigarius met l’accent sur la disparition du metus hostilis et sur la nature humaine. En revanche, Tite-Live s’inscrit dans le même courant que Caton, Polybe et Pison, qui insistent sur l’influence étrangère pernicieuse. Cette dichotomie rigide entre les deux interprétations de la décadence nous paraît artificielle, surtout si elle est appliquée à Salluste et à Tite-Live. D’une part, l’analyse faite par Salluste des expéditions de Sylla en Asie indique que le rôle du contact avec les civilisations étrangères dans la décadence de la res publica n’a pas été non plus ignoré par l’historien. D’autre part, une réflexion sur le metus hostilis est présente chez Tite-Live, même si le rôle que lui attribue l’historien est beaucoup moins important.

167De plus, comme on le verra dans le chapitre suivant, le Padouan porte une attention particulière à la nature humaine et à la façon dont la mauvaise utilisation de ses forces a mené à la décadence. C’est d’ailleurs son interprétation différente du concept de la nature humaine, qui le pousse à refuser la vision sallustéenne du metus hostilis. En effet, la validité très limitée du metus hostilis repose sur une conception qui donne plus d’importance à l’activité humaine qu’à des facteurs que l’homme ne peut pas contrôler, comme le metus hostilis.

Notes

1 Sur ces thématiques abondantes dans la littérature antique, voir Fuchs 1958, qui examine le concept de la paix comme danger. Kapust 2008, analyse la théorie antique sur l’utilité collective ou individuelle de la peur.

2 Vassiliades 2013, 130‑147. Voir aussi sur les antécédents de cette idée Funari 1996, 31‑32.

3 Ainsi Frank 1985, 22.

4 Alfonsi 1969, 15-16, signale aussi une différence importante entre Aristote et Salluste : Aristote parle des guerres offensives de Sparte, alors que Salluste se concentre sur l’aspect négatif-défensif de la guerre.

5 Bellen 1985, 6 sq.

6 Ibid., 30.

7 App., Pun., 65.290 : αὐτὸν ἐς Ῥωµαίων σωφρονισµὸν ἐθελῆσαι γείτονα καὶ ἀντίπαλον αὐτοῖς φόβον ἐς ἀεὶ καταλιπεῖν, ἵνα µή ποτε ἐξυβρίσειαν ἐν µεγέθει τύχης καὶ ἀµεριµνίᾳ.

8 Cato fr. 163 ORF4 (= Gel. 6.3.16) : id metuere, <ne> si nemo esset homo quem uereremur, quidquid luberet faceremus.

9 Plb. 6.18.2-7 : “2. Lorsque surgit de l’extérieur un péril national qui les contraint à la concorde et à la collaboration, alors le régime manifeste une force si grande et si solide, 3. que, d’abord, aucune obligation n’est négligée, car tous ensemble rivalisent d’imagination pour répondre à toute éventualité ; d’autre part, la décision ne retarde pas sur l’événement, parce que tous en corps et chacun individuellement collaborent à l’accomplissement du projet. […] 5. Lorsqu’au contraire, délivrés des menaces du dehors, les Romains passent leur temps dans la prospérité et l’abondance que leur valent leurs succès, savourant leur bonheur, lorsque les flatteries insinuantes et le laisser-aller les poussent à l’arrogance et à l’orgueil, comme cela se produit en général, 6. c’est à ce moment surtout qu’on peut voir ce régime trouver en lui-même sa propre défense. 7. Lorsqu’en effet un des éléments tend à s’enfler, cherche des querelles et devient trop prédominant, il est évident qu’aucun d’entre eux n’étant indépendant, comme on l’a dit tout à l’heure, et chacun pouvant voir son intention contrebalancée et entravée par les autres, aucun des éléments ne parvient à s’enfler ni à s’enorgueillir”. Trad. R. Weil et C. Nicolet (CUF 1977).

10 Voir Plb. 6.57.5-9. Sur ce passage, voir aussi supra, p. 64-65, 223-224.

11 Koutroumbas 1988, 85-86, évoque les correspondances verbales entre le Plb. 6.57 et le Sal., Cat., 10.

12 Voir supra, p. 64-65.

13 Voir Posidon. fr. 112 FGrHist. = fr. 178 Theiler (= D.S. 35. fr. 26.5-6).

14 Voir supra, p. 65-66.

15 Voir Jacoby 1926, 210 ; Gelzer 1931, 270-272 ; La Penna 1969, 233.

16 Voir supra, p. 83 sq., 91 sq.

17 Nous reprenons avec moins de détails et avec des modifications notre article : Vassiliades 2013, 147-167.

18 Voir supra, p. 291-294.

19 Levene 2000, 179. Voir aussi dans le même sens Vretska 1976, 205 ; Burkard 2003, 398-399.

20 Voir dans le même sens Biesinger 2016, 107-109, qui explique les problèmes de méthode que pose l’hypothèse selon laquelle le metus hostilis serait facilement déduit par le lecteur antique.

21 Le même argument peut être invoqué contre Neumeister 1983, 13-14, qui conclut que le metus hostilis est la raison de la décadence après 146, car il est évoqué indirectement dans le Cat., 10.1, mais aussi dans deux autres passages dans l’Archéologie, qui montrent que l’homme a besoin de contraintes extérieures : a) l’allusion à la création des consuls après l’expulsion des rois, pour empêcher l’animus humanus de se laisser aller à l’orgueil (Cat., 6.7), et b) l’affirmation que les res secundae tourmentent même les âmes des sages (Cat., 11.7). En effet, dans le premier cas, la contrainte est intérieure et la crainte n’est pas évoquée comme motif ; dans les deux cas, il n’est pas question du metus hostilis, mais de l’idée générale des dangers des res secundae.

22 Voir Cat., 31.1-3 : 2…suo quisque metu pericula metiri. 3. Ad hoc mulieres, quibus rei publicae magnitudine belli timor insolitus incesserat […] omnia pauere

23 Voir Cat., 51.18-19 : 18. Nam profecto aut metus aut iniuria te subegit, Silane, consulem designatum, genus poenae nouom decernere. 19. De timore superuacaneum est disserere, cum praesertim diligentia clarissumi uiri consulis tanta praesidia sint in armis.

24 Voir Cat., 52.16 : si in tanto omnium metu solus non timet, eo magis refert me mihi atque uobis timere.

25 Voir Cat., 52.28 : Scilicet res ipsa aspera est, sed uos non timetis eam. Imme uero maxume : “Sans doute, dira‑t‑on, la situation en soi est grave, mais vous ne la craignez pas. Au contraire, elle vous terrorise”.

26 Levene 2000, 190.

27 Cf. Seider 2014, 155-157, qui analyse, d’un côté, l’élection de Cicéron au consulat (Cat., 23.4-6) et, de l’autre, les réactions de la foule après qu’elle a appris les détails du projet de la conjuration (Cat., 31.1-3), comme deux exemples qui montrent que selon Salluste, Catilina pourrait jouer le rôle de l’ennemi apte à restaurer la moralité de Rome. Dans le premier passage, Salluste affirme que la présence du danger (ubi periculum aduenit…) a forcé la noblesse à laisser de côté sa jalousie et son orgueil et à permettre l’élection d’un homo nouus. Or, bien qu’il insiste sur le rôle du periculum, la crainte n’intervient pas en tant que facteur déterminant les évolutions. De plus, le changement de comportement ne s’applique qu’à une minorité des Romains. Quant au deuxième passage, Salluste a recours à la technique d’ἐνάργεια pour décrire l’agitation et la crainte intense de la foule face à la menace. Même si la foule paraît oublier l’orgueil et les plaisirs (superbia atque deliciis omissis), il ne s’agit que d’une réaction de réflexe face au danger, qui ne suggère pas une modification à plus long terme.

28 Voir Cat., 5.9-7.7 et 9.1-5, not. 7.3-5 : Sed ciuitas incredibile memoratu […] quantum breui creuerit […] uirtus omnia domuerat.

29 Bonamente 1975, 147-151, analyse aussi la modification de l’interprétation de la décadence entre les deux monographies, en insistant sur la théorisation, absente dans le Catilina, du metus hostilis dans le Jugurtha.

30 Jug., 41.1-2 : “1. Du reste l’habitude des luttes entre le parti populaire et les classes dirigeantes, cause de toutes les mauvaises pratiques qui s’ensuivirent, avait pris naissance à Rome depuis quelques années, à la faveur de la paix et de cette prospérité matérielle que les hommes estiment avant tout. 2. Car avant la destruction de Carthage, le Sénat et le peuple romain se partageaient le gouvernement sans passion, ni violence ; ni la gloire, ni le pouvoir n’allumaient de lutte entre les citoyens ; la peur de l’ennemi maintenait la cité dans les bonnes pratiques. 3. Mais, dès que cette crainte eut disparu des esprits, les maux amis de la prospérité, la licence et l’orgueil apparurent à leur tour”. Trad. A. Ernout (CUF 1941) légèrement modifiée.

31 Voir Jug., 1.3, et infra, p. 408 sq.

32 Le substantif formido est préféré à metus, employé dans la ligne précédente, sans doute par souci de uariatio. Cependant, il est possible que les deux termes comportent des nuances différentes. Selon Thomas 1999, (not. p. 218-225), qui étudie surtout des textes du ier s. p.C., le metus “se dit du sentiment général de crainte, de la crainte liée à la représentation d’un danger et surtout de la crainte devant un danger présent”, alors que la formido “désigne une crainte envahissant le sujet dans l’instant et avec force”. La formule ubi illa formido mentibus decessit pourrait donc renvoyer à la force de la crainte qui n’envahissait plus les Romains.

33 Hammer 2014, 148-155, associe cette énergie à la cupido qui, avant 146 a.C., était canalisée dans des activités utiles pour la cité, mais se tourna après 146 a.C. contre elle. Cf. Kapust 2011, 27-52 : la discorde n’était pas une mauvaise chose en soi selon Salluste, car c’est la lutte antagoniste pour la gloire personnelle qui a mené Rome à sa grandeur. À cause de la disparition du metus hostilis, ce conflit fut transposé au niveau de la cité.

34 Voir dans ce sens Latta 1988, 277.

35 Ainsi Dunsch 2006, 211, qui renvoie à Jug., 6.3 : Terrebat eum (i.e. Micipsam) natura mortalium auida imperi et praeceps ad explendam animi cupidinem… : nous reviendrons sur ce commentaire et d’autres du même type, infra, p. 438-439, 453, 458-459.

36 Jug., 1.1 sq. : Falso queritur de natura sua genus humanum…

37 Earl 1961, 51-52, et Latta 1988, 282, signalent aussi cette contradiction.

38 Voir Hist., fr. 1.7 M = 1.8 Ramsey =1.13 La Penna-Funari, commenté en détail infra, p. 463-471. Latta 1989, 4950, explique : “Impliziert metus hostilis in bonis artibus ciuitatem retinebat (J. 41.2) ein negatives Menschenbild, so wird das hier mit uitio humani ingenii direct ausgersprochen.”

39 Hist., fr. 1.11 M = 9-10 Ramsey = 1.15 La Penna-Funari : “En revanche, il (i.e. l’État romain) vécut avec des mœurs parfaites et une complète concorde entre la IIe et la IIIe Guerre punique. Et la cause ne fut pas l’amour de la justice, mais la peur d’une paix mal assurée, tant que Carthage restait debout. Mais la discorde, la cupidité, l’ambition et les autres maux qui d’ordinaire éclosent dans la prospérité, prirent une très grande extension après la ruine de Carthage. Les injustices des puissants provoquant la séparation de la plèbe et des patriciens et d’autres dissensions intérieures sévirent chez eux dès l’origine ; car l’observation d’un droit juste et modéré ne dura pas plus longtemps que la crainte de Tarquin et la rude guerre avec l’Étrurie. […] Mais la seconde guerre punique mit fin des deux côtés à ces discordes et à ces luttes”. Trad. G. Combès 1959, modifiée.

40 Hist., fr. 1.12 M = 1.12 Ramsey = 1.16 La Penna-Funari : “Lorsque, la crainte de Carthage étant éloignée, on eut le loisir de se livrer aux rivalités, un très grand nombre de désordres, de séditions et enfin de guerres civiles se sont produits…”. Traduction personnelle.

41 Voir Bellen 1985, 7-8, 29, qui note qu’en 201 a.C., Carthage représentait plutôt un symbole de peur qu’une source véritable de peur. Cf. Grimal [1953] 1975, 321.

42 La formule pax infida apparaît aussi dans ce sens chez Tite-Live. Voir Liv. 4.10.3, 9.45.5, 34.33.12.

43 Voir Plut., Cat. Ma., 26.3-27.2 ; Cic. Catil. 6.18 ; cf. Plb. 36.9.4.

44 Voir infra, p. 463-471 (not. p. 369 sq.).

45 Latta 1989, 56. Sur l’accentuation du pessimisme, telle qu’elle se dégage du traitement du thème du metus hostilis dans les Histoires, voir Bonamente 1975, 151-153.

46 Cf. Bellen 1985, 35, n. 133, qui affirme que Salluste connaît le metus Gallicus (Jug., 114.1), mais seulement comme un fait historique : il ne l’utilise pas dans sa théorie du metus hostilis.

47 Voir infra, p. 446-453.

48 Cf. Koestermann 1971, 168, qui considère cet ajout comme une inattention de Salluste, puisque l’historien avait déjà affirmé (Jug., 41.3) que le metus hostilis a disparu des esprits. Cf. aussi Biesinger 2016, 110, qui soutient que ce passage montre que le metus hostilis n’était pour Salluste qu’un modèle d’éxplication du comportement humain, plutôt qu’une théorie de l’histoire.

49 Voir supra, p. 91-101 (not. p. 96 sq.).

50 Voir ex. Vell. 2.1.1 ; Flor. 1.47.2-3 ; Oros. 4.23.9 et 5.8.2 ; August., C. D., 1.30-31 ; Voir Jacobs 2010, 123‑139, sur la réinterprétation de la théorie du metus hostilis par Silius Italicus.

51 Voir Wood 1995, 181 sq.

52 Skard 1956, 17 ; Kajanto 1958, 58, 61-62 ; Gries 1969, 390 ; Lintott 1972, 633. En analysant certains épisodes dans les livres II-IV, Steffensen 2009 (not. p. 123, 128‑130, 132, 135, 140-141, 146-148), insiste sur le rôle important attribué au metus hostilis dans la réconciliation entre les ordres.

53 Voir Miles 1995, 77‑78 (= id. 1986, 3-4). Manzo 1991, 290, entrevoit même une réponse à la théorie sallustéenne du metus hostilis dans la praef., 11 de Tite-Live.

54 Selon Luce 1977, 271 (contra Kajanto 1958), bien que certains passages montrent que Tite-Live croit à l’efficacité du metus hostilis, il ne faut pas affirmer que l’historien accepte telle qu’elle est cette théorie qui n’est même pas mentionnée dans sa préface. Scott 1987, 38-39, 256, soutient que dans les premiers livres, le metus hostilis est le seul moyen de consolider la concordia, mais, à cause de son efficacité limitée, les deux ordres apprennent la moderatio et la modestia. Kapust 2011, 91-95, signale que le metus hostilis n’est pas défini comme facteur de l’histoire dans la préface. De plus, dans le récit, la concordia entre les classes revient à cause de plusieurs facteurs autres que le metus hostilis. Cf. Frank 1976, et La Penna 2008, qui examinent la question dans le cadre de leur étude sur la paix comme cause du relâchement des mores et tendent à accepter l’adhésion de Tite-Live à la doctrine du metus hostilis. R. I. Frank reconnaît, toutefois, que le metus hostilis est surtout un instrument, afin de mettre obstacle aux réformes en faveur de la plèbe. Selon A. La Penna, le fait que parfois la discorde continue après l’apparition d’un metus hostilis, montre que ce dernier n’est pas une loi de la nature.

55 Voir à ce propos Pfeifer 2009, 267-464, qui s’intéresse aussi aux passages se référant à la théorie du metus hostilis, mais elle n’associe pas ce concept à l’interprétation livienne de la causalité historique.

56 Luce 1977, 243, 288-289.

57 Liv. 1.19.4 : “Mais l’absence de tout danger extérieur et la paix risquaient de porter aux dérèglements des esprits que la crainte de l’ennemi et l’instruction militaire avaient contenus jusqu’alors. Aussi voulut-il avant toute autre chose inspirer un sentiment très efficace chez une foule ignorante et encore grossière à cette époque, la crainte des dieux”. Trad. G. Baillet (CUF 1940) modifiée.

58 On retrouve ici l’idée que l’avènement de la paix peut mener à la dégradation morale d’une cité, contrairement à la guerre qui maintient sa cohésion. Voir Fuchs 1958, sur ce topos. Frank 1976, 1-2, a montré que le passage cité est structuré sur cette opposition entre les biens de la guerre et les maux de la paix. Sur les dangers de la paix chez Tite-Live, voir André 1966, 437-444, et La Penna 2008. Or, Tite-Live ne manque pas de souligner que la guerre peut aussi être à l’origine de la dégradation morale. Voir infra, p. 382-383, et supra, p. 135, 268-269.

59 Ogilvie 1965, ad loc. ; Luce 1977, 288, et La Penna 2008, 86, parlent aussi de remplacement du metus hostilis par le metus deorum. Selon Levene 1993, 136, ce remplacement s’inscrit dans l’intention de mettre en opposition Romulus comme roi belliqueux et Numa comme roi pacifique.

60 Voir Cat., 19.2 (référence à la formidulosa potentia de Pompée), 20.7 (Catilina affirme que l’oligarchie de la noblesse devait trembler devant lui et ses complices), 39.2 (les patriciens qui vivaient sans crainte, tenaient leurs adversaires sous la crainte (terrere) de leurs tribunaux), 51.30 (César fait allusion aux Trente tyrans qui terrorisaient leurs adversaires) ; Jug., 31.3, 14 (Memmius affirme que le peuple craint ceux à qui il devrait inspirer la terreur), 85.47 (Marius exhorte le peuple à ne pas avoir peur des nobiles ; Or. Lep., 1, 6, 10, 18, 24 (allusions critiques au régime de terreur instauré par Sylla).

61 Liv. 1.19.5 : “Mais, comme il était impossible de la (i.e. la crainte des dieux) faire pénétrer dans les cœurs sans avoir recours à quelque miracle fabriqué, il feint d’avoir avec la déesse Egérie des entrevues nocturnes : “C’était sur ses conseils, [disait-il], qu’il instituait les cérémonies les plus agréables aux dieux, et qu’il établissait des prêtres spéciaux pour chaque divinité”. Trad. G. Baillet (CUF 1940) légèrement modifiée.

62 Voir dans ce sens Levene 1993, 136-137 ; Mineo 2006, 176. Cf. Cic., Leg., 1.1.4.

63 Sur cette “version rationaliste des faits” dans le récit de Numa et ses sources, voir Kajanto 1957, 42-43.

64 Le nom commentum, dérive du verbe comminiscor < con + miniscor qui a la même racine que mens. Le verbe comminiscor est utilisé dans le sens d’“imaginer”, “inventer”. Voir Ernout‑Meillet, s.u. miniscor.

65 Voir Feldherr 1998, 67 ; Pl., R., 414b sq. ; Critias fr. 25 D-K.

66 Selon Stübler 1941, 34-39, le roi est mis en avant comme un dirigeant qui a réussi à consolider les valeurs morales et sociales dans une période de paix qui, de façon générale, met en péril la moralité dans le récit livien.

67 Liebeschuetz 1967, 48, indique que Tite-Live a plus que Denys d’Halicarnasse accentué l’aspect sociologique des réformes de Numa, en mettant ainsi plus en valeur la religion comme un fondement de la société.

68 Voir à ce titre Kapust 2011, 100-101, qui montre que contrairement à Tarquin le Superbe, Numa devient un modèle à imiter de la part de ses concitoyens. Ce modèle de communication politique est préconisé par Cicéron.

69 Ainsi Levene 1993, 136-137.

70 Voir ex. Liv. 6.1.10 : le Sénat décide de soustraire à la connaissance du public des prescriptions d’ordre sacré, car les pontifes voulaient avoir les esprits de la multitude attachés (obstrictos) à la religion. Sur les réserves éventuelles de Tite-Live à l’égard de cette pratique, voir Kajanto 1957, 44 ; Levene 1993, 205.

71 Voir Liv. 5.51-54. Voir supra, p. 123-124, sur l’utilisation du sentiment religieux de la part de Camille.

72 Voir Vassiliades 2015a, 4-7, et id. 2016, 742-744.

73 Voir Stübler 1941, 39-43, et Mineo 2006, 176-181.

74 Voir infra, p. 587-589, à ce propos.

75 Plb. 6.56.6-15. Sur le rôle social de la religion chez Tite-Live, voir aussi Sniezewski 2001, 345‑346.

76 Voir Cic., N.D., 1.42.117, pour cette distinction.

77 Voir l’Annexe xiii, et supra, p. 132-133, 135-136, 170-174.

78 Voir Cic., N.D., 1.2.3-4 ; Cic., Leg., 2.7.16. Voir aussi August., C.D., 4.27 (= Var., Ant. rer. diu., fr. 1.27 Condemi) : sur la manipulation de la religion à la fin de la République, voir Le Glay 1990, 266-276.

79 Voir Lucr. 5.1161-1240. Cf. aussi Lucil. 15.19 Charpin = 15.484-489 Marx (= Lactant., Epit., 22 ; Diu. Instit., 1.22.13) : l’utilisation de la religion comme un instrument qui suscite la crainte de la multitude à la manière de Faunus et de Numa était pardonnable à cette époque, mais ne l’est plus à l’époque du poète.

80 Liv. 1.33.8 : “Dans cet immense accroissement de la puissance romaine, au milieu d’une population si nombreuse, il était difficile de distinguer le bien et le mal, et des crimes ignorés se commettaient : une prison, pour inspirer l’effroi à cette audace croissante, s’élève au milieu de la ville et domine le forum”.

81 Sur l’ambivalence de l’audacia, voir TLL, s.u. audacia 2.0.1240.55 sq.

82 Voir OLD, s.u. audacia 1. Voir aussi Bianco 1996, pour l’utilisation d’audacia dans ce sens chez Virgile. Salluste (Cat., 9.3) fait aussi l’éloge de l’audacia in bello des anciens Romains.

83 Voir à ce titre Wirszubski 1961.

84 L’idée parcourt la littérature latine. Voir ex. Sal., Cat., 5.4, 18.4, 23.2 ; Jug., 14.11 ; Cic., Ver., 2.3.5, 2.5.32, 2.5.170 ; Cat., 1.13.31, 2.1.1. Plus précisément sur l’audacia dans le Catilina de Salluste et une comparaison avec l’utilisation du terme dans les Catilinaires de Cicéron et les Commentarii de César, voir Brugisser 2002.

85 Sur la valeur dissuasive de la crainte du châtiment dans la pensée antique, voir Ducos 1984, 363-369 (not. p. 364 sur le passage livien en question). L’idée que la crainte du châtiment est capable de retenir l’audacia des criminels et les détourner du crime est aussi clairement évoquée par Cicéron (S. Rosc., 25.70).

86 Voir Ducos 1984, 343-354 sur l’idée cicéronienne, selon laquelle la peine doit être proportionnée aux crimes.

87 Sur la fonction essentielle de la crainte du châtiment dans la philosophie antique, voir Ducos 1984, 341-369.

88 Voir Liv. 10.9.5-6 : 5. Valeria lex cum eum, qui prouocasset, uirgis caedi securique necari uetuisset, si quis aduersus ea fecisset, nihil ultra quam ‘improbe factum’ adiecit. 6. Id, qui tum pudor hominum erat, uisum, credo, uinculum satis ualidum legis ; nunc uix serio ita minetur quisquam. Voir l’Annexe xxxii, pour le contexte.

89 Cic., Rep., 5.4.6. Voir Ducos 1979, pour une discussion sur la tradition philosophique dont s’inspire ce passage et son rapport avec les institutions romaines. Id. 1984, 369-460, montre que les écrivains romains ont conscience de l’efficacité limitée de la crainte du châtiment et privilégient un respect des lois, fondé sur la fides et le pudor.

90 Liv. 2.1.4-8 : “4. Que serait-il arrivé, en effet, si cette populace, faite de bergers et d’aventuriers fuyant leur patrie pour chercher dans l’asile d’un temple inviolable la liberté ou plutôt l’impunité, avait été affranchie de la crainte du roi ? Si elle avait commencé à être agitée par les tempêtes du tribunat […] ? 6. Cet État encore dans l’enfance eût été anéanti par la discorde…”. Trad. G. Baillet (CUF 1941), ainsi que toutes les traductions du livre II.

91 Liv. 2.1.8 : ne duplicatus terror uideretur. Sur la continuité des insignes du pouvoir, voir Bloch 1965, 102 sq.

92 Liv. 5.19.4. Trad. G. Baillet (CUF 1954) modifiée.

93 Voir Liv. 8.7.1 sq., et l’Annexe xxiv, pour plus de détails.

94 Liv. 8.7.20 : Exanimati omnes tam atroci imperio […] metu magis quam modestia quieuere. Trad. R. Bloch et C. Guittard (CUF 1987).

95 Voir à ce propos l’Annexe xxviii.

96 Voir supra, p. 137-138.

97 Voir à ce propos Kapust 2011, 95-99.

98 Liv. 3.47.2 : “à quoi bon [garder Rome sauve], si, alors que la ville est encore sauve, ses enfants craignent de subir les pires horreurs, comme si la ville était déjà prise ?”. Traduction personnelle.

99 Liv. 3.53.10 : “Mais supposons qu’un jour vous vouliez vous faire craindre : ce jour-là, ayant retrouvé vos magistrats et vos lois, vous aurez entre les mains le pouvoir de disposer de nos biens et de notre vie…”. Trad. G. Baillet (CUF 1943).

100 Voir l’Annexe viii.

101 Liv. 3.65.11 : “Tant il est difficile de modérer la défense de la liberté, aussi longtemps que chacun, en feignant de vouloir l’égalité, s’élève à tel point, qu’il rabaisse autrui ; les hommes, en cherchant à se protéger eux‑mêmes de la crainte, se rendent réciproquement redoutables, et nous cherchons à infliger aux autres l’injustice que nous avons évitée, comme s’il était nécessaire de la commettre ou de la subir”. Traduction personnelle.

102 Gries 1969, 391 ; Frank 1976, 5 ; Pfeifer 2009, 279 ; Steffensen 2009, 121-123 ; et Hammer 2014, 249-250.

103 Sur ce deuxième sens voir Ernout & Thomas [1951] 2002, §347.

104 B. O. Foster (Loeb 1922) est sensible à la nuance de cause : “So difficult is it to be moderate in the defence of liberty, since everyone, while pretending to seek fair-play, so raises himself as to press another down”.

105 Voir l’utilisation similaire du dum dans les réflexions personnelles de Tite-Live dans la praef., 5 : Tite-Live déclare qu’il trouvera une diversion aux spectacles funestes de son siècle, aussi longtemps que et parce qu’il portera son attention aux antiquités (…me a conspectu malorum quae nostra tot per annos uidit aetas, tantisper certe dum prisca illa tota mente repeto, auertam…).

106 Voir les ms. LRDA qui remontent selon Bayet 1942, CI-CXI, à un archétype commun.

107 Voir Liv. 3.55 sq. Voir aussi l’Annexe viii, pour un résumé de cette crise et pour sa résolution.

108 Voir à ce titre Kapust 2011, 101 sq.

109 Voir Cic., Off., 2.7.23-24 ; Amic., 15.53.

110 Voir praef., 9. Voir aussi infra, p. 493 sq., sur le sens exact de la disciplina.

111 Liv. 7.1.7 : ne quando a metu ac periculis uacarent.

112 Liv. 7.27.1 : ne nimis laetae res essent.

113 Liv. 10.1.4 : ne prorsus imbellem agerent annum. Traduction personnelle.

114 Liv. 10.6.3 : ne undique tranquillae res essent. Traduction personnelle. Sur le contexte dans lequel s’inscrit cette affirmation, voir l’Annexe xxxii.

115 Voir Walsh 1958, 359-361, et id. 1961, 52.

116 Voir Dutoit 1942, 102 ; André 1966, 442-447 ; Walsh 1958, 360 ; et La Penna 2008, 88.

117 Voir supra, p. 321-336.

118 Cf. Dutoit 1942, 101, qui, en commentant les propositions finales citées, note que “selon Tite-Live, il y a un degré de félicité auquel il ne faut pas atteindre”, et associe ce schéma avec l’ὕβρις.

119 Comme l’a noté Ducos 1987a, 145-146, à propos de l’alternance des guerres extérieures avec des discordes : “plus largement elle (i.e. l’alternance) constitue la transposition, à l’échelle de la cité, de cette mobilité de l’âme humaine qui s’agite sans cesse, se fixe sur un objet ou un autre et cède aux sollicitations de toute sorte quand elle n’est pas guidée par la raison, ni par les mores ou la disciplina qui en est l’expression”.

120 Sur l’alternance entre les discordes intérieures et les périls extérieurs dans cet épisode, voir Frank 1976, 2-3.

121 Cf. Steffensen 2009, 125-130 : dans cet épisode, la crainte de l’ennemi est le seul facteur qui assure l’unité.

122 Liv. 2.24.1-3 : “1. Là-dessus, surcroît de crainte : des cavaliers latins arrivent au galop et sèment la panique en annonçant que les Volsques sont entrés en campagne et viennent attaquer Rome. À cette nouvelle – tant la nation était coupée en deux par la discorde – l’impression fut bien différente chez les pères et dans la plèbe. 2. Les plébéiens étaient transportés de joie. “C’est”, disaient-ils, “les dieux qui viennent punir l’orgueil des pères”. Ils s’exhortaient l’un l’autre à ne pas s’enrôler […] 3. Au contraire, le Sénat, accablé et redoutant à la fois d’un côté les citoyens, de l’autre l’ennemi, supplie le consul Servilius dont les idées étaient plus démocratiques, de tirer l’État des menaçants périls qui l’assiègent”.

123 Voir Liv. 2.39.6 : siue infensus plebi magis, siue ut discordia inde inter patres plebemque oreretur.

124 Liv. 2.39.7 : “la crainte de l’ennemi, le nœud le plus solide de l’entente, maintenait, malgré la défiance et la haine, l’union entre les esprits”.

125 Liv. 2.39.8 : Id modo non conueniebat quod senatus consulesque nusquam alibi spem quam in armis ponebant, plebes omnia quam bellum malebat.

126 Cf. Ogilvie 1965, 333.

127 Voir l’Annexe iv.

128 Voir Liv. 2.42.3 sq. : Eo infestior facta plebes seditione domestica bellum externum exciuit. Bello deinde ciuiles discordiae intermissae…

129 Voir Liv. 2.42.9 : Sed ad bella externa prope supererant uires, abutebanturque iis inter semet ipsos certando.

130 Liv. 2.43.1 : Eo anno non segnior discordia domi et bellum foris atrocius fuit.

131 Voir Liv. 2.43.3 : Qui terrores, cum compescere deberent, auxere insuper animos plebis…

132 Voir Liv. 2.43.3 sq. ; 2.44.1-6.

133 Liv. 2.45.5-6 : “entre les ennemis du dehors et ceux du dedans, c’est dans leur cœur un conflit de haines. Enfin, la première l’emporte, tant les railleries de l’ennemi étaient orgueilleuses et insolentes”.

134 Liv. 2.52.2 : “Alors l’abondance et la tranquillité ramenèrent la turbulence dans les esprits ; les dangers d’autrefois, écartés au dehors, se retrouvaient au-dedans”.

135 Liv. 2.54.2 : “À la paix extérieure succèdent immédiatement des troubles intérieurs”.

136 Liv. 3.10.14 sq. : nullum terrorem externum, nullum periculum esse. Trad. G. Baillet (CUF 1942) modifiée.

137 Ceux qui ont échappé à la violence des révoltés courent jusqu’au forum poussés par leur crainte (pauore) et crient que “l’ennemi est dans la ville” (Liv. 3.15.6). Les consuls redoutaient (timebant) à la fois d’armer et de laisser désarmée la plèbe, et ne réussissaient pas à calmer la foule qui échappait à toute autorité dans son effroi (pauida multitudo) (Liv. 3.15.7). Le soupçon que derrière cette révolte se cachait une machination des ennemis de Rome multiplie les craintes (Liv. 3.16.1 sq. : ne Veientium neu Sabinorum id consilium esse timere).

138 Liv. 3.16.3 : “3. Que de craintes de toute nature ! Au premier rang, la crainte des esclaves […] 4. […] Si grands étaient les autres maux dont l’affluence submergeait Rome que personne ne craignait plus les tribuns ou la plèbe ; c’était, pensait-on, un mal familier, toujours prêt à renaître lorsque les autres reposaient, et qui, aujourd’hui, était entré en repos, assoupi par la terreur du dehors. 5. Pourtant ce fut lui qui faillit peser le plus lourdement sur la situation chancelante…”.

139 Contra La Penna 2008, 87.

140 Liv. 3.17.2 sq. : 2…Cum hostes supra caput sint, discedi ab armis legesque ferri placet ? […] 4. […] Tantum hostium non solum intra muros est, sed in arce supra forum curiamque…

141 Voir Liv. 3.17.9 : tribuni cessere nocti timentes consulum arma.

142 Liv. 3.19.7 sq. : “Et vous […] vous avez porté vos enseignes au pied du Capitole avant de chasser ces ennemis du forum ? Quelle honte devant les dieux et les hommes !”. Trad. G. Baillet (CUF 1943) modifiée.

143 Voir Liv. 3.20.1 sq. ; 3.22.2.

144 À la fin de la guerre contre les Volsques et les Èques, les tribuns ont provoqué une guerre intérieure (bellum domi) (Liv. 3.24.1), à son tour interrompue, malgré l’opposition des tribuns au recrutement, lorsque les Sabins ont jeté l’effroi dans la ville (terror iniectus urbi est) par leurs ravages (Liv. 3.25.9-26.1).

145 Voir Liv. 3.30.1 sq. ; 3.30.6 : Expressit hoc necessitas patribus…

146 Voir l’Annexe vi.

147 Liv. 3.39.8-10 : “8. On fait un rapport sur la guerre contre les Sabins : comme s’il y avait de pires ennemis pour Rome que ceux qui, élus pour être des législateurs, n’ont pas laissé trace de légalité dans la cité […] 10. Qu’ils ne comptent pas trop sur la crainte de l’étranger : les maux actuels paraissent plus accablants à la population que ceux dont elle est menacée”.

148 Voir Liv. 3.66.1 sq. : 1…consules inde facti nec seditionem domi nec foris bellum acceperunt ; sed imminebat utrumque. 2. Iam non ultra discordia ciuium reprimi poterat… Voir sur les efforts pour contenir l’animosité entre les deux ordres Liv. 3.65.6 sq.

149 Voir Liv. 3.68.6-8. Sur l’opposition entre domi et foris dans ce discours, voir Frank 1976, 4-5.

150 Voir l’Annexe xii.

151 Steffensen 2009, 135.

152 Ainsi l’annonce d’une nouvelle guerre imminente contre les Èques et les Volsques, loin de pousser à la concorde, offrirent l’occasion au tribun de la plèbe M. Menenius de s’opposer au recrutement des soldats (voir Liv. 4.53.1-3). En revanche, lorsqu’on annonça que l’ennemi s’est emparé de la citadelle de Carventum, les autres tribuns offrirert leur soutien au consul Valerius (voir Liv. 4.53.3 sq.). La rancune et l’hostilité des soldats envers le consul persistent, sans pour autant compromettre les expéditions militaires (Liv. 4.53.9-12). La mauvaise disposition de la plèbe se traduit tout de suite dans l’élection de questeurs plébéiens (voir Liv. 4.54). L’annonce de la prise de la citadelle de Carventum ne fait pas céder les tribuns de la plèbe, qui ne permettent l’enrôlement des soldats qu’après avoir forcé les patriciens à faire des concessions (voir Liv. 4.55).

153 Voir Liv. 4.57.6 (cum haud immeritam laudem gratiamque apud omnis tulisset), 12 (cum ob alias uirtutes, tum ob recentem fauorem unica moderatione partum).

154 Voir l’Annexe xii.

155 Liv. 5.17.10 : “aussi les dissensions intérieures commencèrent à se calmer, comme d’habitude, devant la crainte commune”. Trad. G. Baillet (CUF 1954) légèrement modifiée.

156 Voir l’Annexe xvii.

157 La phrase apparaît 26 fois dans l’œuvre, dont 20 dans la première décade, pour évoquer surtout les conséquences habituelles de certains faits et plus rarement des habitudes : cf. par exemple Liv. 6.34.6.

158 Voir Liv. 28.24.6, à propos de l’armée de Scipion en Espagne : licentia ex diutino, ut fit, otio collecta.

159 Ainsi, à titre d’exemple, la mort du maître de la cavalerie Q. Aulius Cerretanus lors des combats autour de Saticula, non seulement n’a pas découragé les troupes, comme il arrive d’habitude, mais lui a donné plus d’ardeur. Liv. 9.22.7 : nec, ut fit, ad ducis casum perculsa magis quam inritata est multitudo. La formule ut solet est utilisée dans le même sens (voir Liv. 2.33.8, 9.38.9, 23.14.2, 26.26.10, 36.23.2, 41.2.4, 42.30.1).

160 Liv. 5.19.4 : “il a fait en sorte que l’ennemi ne fût pas ce que le soldat redoutait le plus”. Trad. G. Baillet (CUF 1954) modifiée.

161 Voir à ce titre l’analyse de Mineo 2006, 214.

162 Ainsi Miles 1995, 79 sq. = id. 1986, 5 sq. Voir aussi supra, p. 122 sq., notre analyse détaillée de cette crise.

163 Voir Liv. 5.39.5-8 ; 5.42.1, 4. Cf. Liv. 5.43.1.

164 Voir à ce propos supra, p. 333-334.

165 Liv. 5.52.12 : “À quoi bon tant de nouvelles obligations si, en même temps que les Gaulois, nous devions évacuer la ville de Rome ? Si ce n’était pas notre ferme volonté qui nous faisait tenir bon sur le Capitole pendant de longs mois de siège ? Si seule la crainte de l’ennemi nous y retenait ?”.

166 Voir l’Annexe xix.

167 Liv. 6.11.1-2 : 1. Insequenti anno […] graue bellum foris, grauior domi seditio exorta, 2. bellum ab Volscis adiuncta Latinorum atque Hernicorum defectione, seditio, unde minime timeri potuit, a patriciae gentis uiro et inclitae famae, M. Manlio Capitolino.

168 Liv. 6.18.2 : “Au début de l’année suivante, les patriciens et la plèbe trouvèrent très opportun que la paix fût assurée au dehors : la plèbe, que les levées ne détournaient pas de ses occupations, espéra, sous la conduite d’un chef si puissant, emporter de haute lutte la suppression de l’usure ; les patriciens avaient pu craindre que quelque danger extérieur ne détournât les esprits de porter remède aux maux domestiques”. Trad. J. Bayet (CUF 1966), ainsi que toutes les traductions du livre VI.

169 Voir l’Annexe xxi.

170 Liv. 6.27.7 : “en tous sens maintenant, sans plus distinguer, on quêtait des guerres […] c’étaient maintenant les Latins, les Herniques, les Prénestins, contre lesquels on se préparait à porter les armes. Par haine des citoyens plus que des ennemis, pour user la plèbe sous les armes, et ne pas lui permettre de reprendre souffle dans Rome ou d’avoir le loisir de se rappeler la liberté, ou de se regrouper pour assister à une de ces réunions où on peut entendre une voix tribunitienne traiter de la diminution des taux usuraires et de la façon de mettre fin à d’autres injustices”.

171 Liv. 6.28.3 : “si grande était la terreur qui s’attachait à cette magistrature”.

172 Liv. 6.31.4 : “Au milieu de ce désordre, la crainte étrangère fut si loin d’étouffer les contestations civiles qu’au contraire la puissance tribunicienne en montra plus de rigueur à empêcher le recrutement, jusqu’à ce que les sénateurs eussent souscrit à deux conditions : pendant toute la durée des hostilités, exemption générale du tribut et interdiction de toute décision judiciaire sur les dettes”. Trad. J. Bayet (CUF 1966) légèrement modifiée. Cf. La Penna 2008, 88-89, qui analyse ce texte comme une exception dans la validité générale du metus hostilis.

173 Voir Liv. 6.32.1-2 : …quia quem dilectum impedirent non habebant tribuni plebis.

174 Voir Liv. 6.42.9 sq. Voir aussi l’Annexe xxi.

175 Cf. Liv. 7.21.9 : une vaine terreur (terror uanus) d’une guerre avec une coalition de douze peuples de l’Étrurie a mené à la nomination d’un dictateur. Même s’il s’agit d’un metus hostilis, ce passage n’a pas été examiné pour les raisons suivantes : la crainte s’est avérée vaine, puisque tout fut finalement tranquille au dehors. De plus, ce metus hostilis n’interrompt aucune discorde.

176 Voir Liv. 7.12.1-4. Pour une discussion sur l’objet probable de la discorde, voir Oakley 1998, ad loc.

177 Voir l’Annexe xxii sq.

178 Voir Liv. 10.6.3, cité et commenté supra, p. 368. Pour le contexte de la citation, voir l’Annexe xxxii. Dans les deux passages (7.1.7, 27.1), il est question d’une peste qui a sévi à l’absence de guerre au dehors et de discorde à l’intérieur, et dans le troisième (10.1.4), Tite-Live parle de l’alternance d’une guerre avec une autre guerre.

179 Voir Liv. 7.17.6 sq. : les dissensions concernant l’origine sociale des magistrats et la question des dettes sont menées en même temps que les expéditions militaires contre les Étrusques (voir à ce titre Liv. 7.17.10, 18.3, 19.5, 21.1, 22.1, 28.9). Liv. 8.12.4-17 : la guerre dans le Latium n’empêche pas la discorde entre les consuls T. Aemilius Mamercinus et Q. Publilius Philo. Liv. 9.26.5-22 : Les investigations menées par le dictateur C. Maenius et le maître de cavalerie M. Folius, objet de tensions au sein de la république, ont lieu en même temps que les guerres samnites. Liv. 9.30.10 : la censure sévère d’Appius Claudius, source de tensions dans la cité, ainsi que la grève des joueurs de flûte se sont produites pendant les préparatifs d’une guerre contre les Étrusques. Liv. 9.33.3-35.1 : le procès contre ce même Appius Claudius est intenté pendant que les Étrusques font le siège de Sutrium. Voir l’Annexe xxii, xxv, xxx, xxxi, pour ces épisodes.

180 Liv. 7.29.1-2 : “1. À partir d’ici vont être narrées des guerres auxquelles la force des ennemis, l’éloignement des pays où se déroulèrent les hostilités, enfin leur longue durée donnent plus d’importance. Car cette année on prit les armes contre les Samnites, peuple économiquement et militairement puissant. 2. Après la guerre contre les Samnites, qui ne fut pas décisive, on eut pour ennemi Pyrrhus ; après Pyrrhus, les Carthaginois. Quelle tâche gigantesque ! Que de fois a-t-il fallu courir les derniers périls pour élever l’empire à sa grandeur présente, dont on a peine à soutenir le poids !”.

181 Voir Liv., praef., 9 : et partum et auctum imperium.

182 Liv., praef., 4 : ut iam magnitudine laboret sua. Pour une discussion sur cette image, voir supra, p. 251 sq.

183 Sur le rôle de l’otium chez Tite-Live et son rapport avec la paix, voir André 1966, 431-454.

184 Voir Liv. 1.19.2. Selon Ogilvie 1965, ad loc., Tite-Live fait une addition importante à la théorie selon laquelle la paix entraîne la dégradation morale : alors que les Romains acceptaient la guerre comme le domaine le plus approprié pour exercer la uirtus, Tite-Live refuse cette vision, en considérant la guerre comme avilissante par elle-même. Le commentateur pense qu’il s’agit d’une conception “hétérodoxe” qui apparaît seulement chez des Romains de son époque (ex. Hor., Epod., 7 ; cf. Tac., Hist., 3.25.31, 33).

185 Voir Liv. 24.18.6, 25.1.6, avec notre commentaire supra, p. 135-136, 147, 269-270.

186 Voir supra, p. 134-135, pour un examen détaillé de ces crises.

187 Voir Liv. 21.57.1 sq. : Romam tantus terror ex hac clade perlatus est… ; 22.7.6 sq. : Romae ad primum nuntium cladis eius cum ingenti terrore ac tumultu concursus in forum populi est factus…

188 Voir supra, p. 134 sq., pour une discussion sur ces crises.

189 Voir 22.54.8 sq. (Numquam salua urbe tantum pauoris tumultusque intra moenia Romana fuit…), 55.6 sq. (illud per patres ipsos agendum, […] ut tumultum ac trepidationem in urbe tollant).

190 Liv. 26.7.4 : Hannibal compte sur l’effroi (pauore) que causerait son attaque imprévue pour se rendre maître d’une partie de la ville. Liv. 26.9.6 sq. : les forfaits qu’Hannibal a infligés sur les populations italiennes pendant sa marche suscitent une grande terreur (ingentem terrorem) à Rome. Liv. 26.10.5 sq. : la fausse nouvelle que l’Aventin avait été pris augmente le tumulte dans la population effrayée (multitudo pauida).

191 Voir Liv. 26.22.1 : Consules cum ambo Apuliam prouinciam haberent, minusque iam terroris a Poenis et Hannibale esset, sortiri iussi Apuliam Macedoniamque prouincias.

192 Voir supra, p. 136, pour une analyse détaillée de cet épisode.

193 Voir Liv. 27.39.1. Voir aussi Plb. 11.1.1 : ∆ιόπερ ὡς οὐδέποτε µᾶλλον ὀρθὴ καὶ περίφοβος ἡ τῶν Ῥωµαίων πόλις ἐγεγόνει...

194 Liv. 27.43.7 : in magnam laetitiam ex magno metu uerteret. Trad. P. Jal (CUF 1998), ainsi que toutes les traductions du livre XXVII.

195 Voir Liv. 27.44.1 sq. Voir aussi infra, p. 487, sur la témérité “utile” de Claudius Néron.

196 Voir à ce propos Catin 1944, 161‑165, qui analyse la façon dont Tite-Live “peint” les sentiments variés de la foule dans l’épisode de la bataille de Métaure.

197 Liv. 27.51.9-10 : haud secus quam in pace. Cf. Polybe (11.3.4-6) qui se contente d’évoquer la grande joie des Romains et d’affirmer que l’optimisme avait atteint un tel degré que les Romains qui avaient craint autant Hannibal, ne pensaient même plus qu’il fut en Italie. Mineo 2003c, 45, signale aussi cette différence.

198 Mineo 2000 (not. p. 533-539) ; id. 2003a ; et id. 2006, 293-322 (not. p. 314-320).

199 Voir Liv. 27.37.1-10. Voir aussi sur les prodiges dans le livre XXVII, Guittard 2004a.

200 Sur la dramatisation du récit de l’année, voir surtout Mineo 2003c, 40-45 ; voir aussi Ratti 2009, 144-155.

201 Voir supra, p. 140-145.

202 La conviction générale est que Tite-Live devait écrire en moyenne au moins trois livres par an. Ce calcul nous paraît raisonnable, puisque l’historien a réussi à composer 137 livres (mis à part la première pentade) dans une période de 40-42 ans après la (deuxième) publication de la première pentade. Si l’on part de 25 a.C. comme terminus ante quem de la publication de la première pentade, les livres VI-XX devraient avoir été achevées et publiées avant 20 a.C. La troisième décade devrait donc être publiée au plus tard vers 17, plus probablement après 19, si la référence à la pacification de l’Espagne par Auguste (Liv. 28.12.12) est une allusion aux expéditions d’Agrippa en 19, plutôt qu’aux expéditions d’Auguste lui-même vers 26/25 a.C.

203 Voir Liv. 28.11.1 : in ciuitate tanto discrimine belli sollicita.

204 Voir Liv. 28.12.1 sq. : Ac nescio an mirabilior aduersis quam secundis rebus fuerit (ibid. 28.12.2).

205 Liv. 28.41.7-9, 42.14 : “41. 7. Non, Hannibal n’est pas encore dans une situation telle qu’on semble l’avoir méprisé plus que craint en préférant une autre guerre. […] 9. […] Qu’il y ait la paix en Italie avant qu’il y ait la guerre en Afrique et que la crainte s’éloigne de nous avant que nous, nous allions, en prenant l’offensive, l’inspirer à d’autres […] 42. 14. Sans doute éprouverons-nous la même peur que celle que nous avons éprouvée récemment quand Hasdrubal passa en Italie, un homme que toi, qui veux bloquer avec ton armée non seulement Carthage, mais toute l’Afrique, tu as laissé échapper et envoyé en Italie”. Trad. P. Jal (CUF 1995), ainsi que toutes les traductions du livre XXVIII.

206 Liv. 28.44.1-2, 15 : “1. Mais pour montrer en quoi consiste l’importance qu’il y a, en prenant l’offensive, à porter la peur chez l’ennemi et, après avoir écarté de soi le danger, à mettre autrui en position critique, est-il besoin d’exemples anciens et étrangers ? 2. Peut-on trouver exemple plus net et plus actuel que celui d’Hannibal ? […] 15. […] Que l’Afrique soit le terrain où se déroule le reste de la guerre ; que la terreur et la fuite, que le pillage des campagnes, la défection des alliés, que tous les autres fléaux de la guerre qui ont fondu sur nous pendant 14 ans, soient détournés pour s’abattre là-bas !”.

207 Liv. 29.3.6 : in Africam omnis terror uersus.

208 Liv. 29.3.6-4.1 : 3. 8…nuntiique trepidi Carthaginem terrore ingenti compleuere […] 9. Nec quot naues uidissent, nec quanta manus agros popularetur satis gnari, omnia in maius metu augente accipiebant. Itaque primo terror pauorque, dein maestitia animos incessit […] 4. 1. In haec deflenda prolapsos ab recenti nuntio animos rursus terror instans reuocauit […] Sur les nuances diverses que peuvent revêtir les termes metus, terror et pauor, voir Thomas 1999.

209 Voir Liv. 29.3.9, pour le pillage des campagnes par les Romains et ibid. 29.3.10-14, pour les défections des peuples africains de l’alliance carthaginoise.

210 Liv. 29.15.1 : dempto iam tandem deum benignitate metu…

211 Voir Liv. 29.23.1. Cf. Liv. 29.24.4 sq. : la nouvelle du détournement de Syphax de l’alliance romaine fait craindre à l’armée de Scipion de devoir combattre à la fois Syphax et les Carthaginois, mais Scipion réussit à apaiser ces inquiétudes, en donnant à ses soldats de fausses informations.

212 Liv. 29.28.2-7 : 2. Iam non in maritimos modo agros conspectu primum classis, dein tumultu egredientium in terram pauor terrorque peruenerat, sed in ipsas urbes […] 4. Vrbibus uero ipsis maiorem quam quem secum attulerant terrorem inferebant ; praecipue Carthagini prope ut captae tumultus fuit […] Eo maior tum fuga pauorque in urbe fuit. Cf. dans le discours de Scipion (Liv. 28.44.15 : terror fugaque). La crainte qu’inspire Scipion revient dans le récit. Voir Liv. 30.9.3 (ingens terror), 16.2 (Carthaginienses […] perculsi).

213 Voir Liv. 30.17.1 : ingenti hominum et in praesens laetitia et in futurum spe.

214 Liv. 30.44.8 : “Aucune grande cité ne peut rester longtemps en paix ; si elle n’a pas d’ennemis au dehors, elle en trouve à l’intérieur, comme les corps robustes qui semblent protégés de tout danger extérieur, mais qui sont eux‑mêmes accablés par leurs propres forces”. Traduction personnelle.

215 Voir Rossi 2004, 378 ; Feldherr 2010, 215-218 ; cf. Biesinger 2016, 213 sq.

216 Voir Liv., praef., 4 ; 7.29.2. Voir supra, p. 108, 251-252, pour un commentaire à propos de cette idée.

217 L’analyse de Feldherr 2010, 215-221, peut être instructive concernant l’ambiguïté que revêt cette théorie mise dans la bouche d’Hannibal. Le critique montre que dans les derniers paragraphes du livre XXX (Liv. 30.42-45), le Padouan renvoie constamment à des intertextes sallustéens. Dans le cas du discours d’Hannibal, l’intertexte se situe dans les lignes suivant la déclaration citée (Liv. 30.44.9 – Sal., Cat., 52.5). En attribuant donc les réflexions citées à Hannibal, un étranger ennemi de Rome, qui applique la théorie du metus hostilis à Carthage, Tite-Live invite son lecteur, comme le fait Salluste dans l’Archéologie, à interpréter l’histoire tel un observateur extérieur, conscient de la décadence de Rome, et à appliquer les réflexions d’Hannibal sur Rome elle‑même. Toutefois, cette interprétation fait concurrence à une autre qui tend à contester la validité des considérations d’Hannibal : la façon dont l’orateur défend sa sincérité (Liv. 30.44.6) n’est pas sans rappeler le vocabulaire qu’utilise Salluste (Cat., 10.5) dans sa description de l’ambitio.

218 Liv. 34.9.4 : Disciplina erat custos infirmitatis, quam inter ualidiores optime timor continet.

219 Liv. 39.1.2 : Is hostis uelut natus ad continendam inter magnorum interualla bellorum Romanis militarem disciplinam erat, nec alia prouincia militem magis ad uirtutem acuebat.

220 Cf. Raffezeder 1997, 193-194, qui prétend que le lien avec l’idée sallustéenne du metus hostilis est évident dans les réflexions de Tite-Live sur Emporia.

221 Pour une analyse détaillée des occurrences et du rôle de la crainte des Romains envers leurs ennemis sur le champ de bataille dans les livres XXXI-XLV, voir Pfeifer 2009, 303-308, 343-346, 379-384, 414-417.

222 Voir ex. Liv. 34.62.6 sq. ; 40.26.1 ; 41.5.2 sq.

223 Liv. 31.6.4 : “mais il y eut aussi l’attitude du tribun de la plèbe Quintus Baebius qui, reprenant l’ancienne politique d’accusations calomnieuses contre les sénateurs, leur avait reproché de semer guerre sur guerre pour empêcher la plèbe de jamais jouir de la paix”. Trad. A. Hus (CUF 1977).

224 Cf. Liv. 31.1.9-10 : selon Tite-Live, les raisons de la guerre furent la rancune des Romains contre le roi qui avait soutenu Hannibal et la violation des traités à l’égard des alliés de Rome.

225 Kajanto 1958, 61-62 ; Levene 2010, 12, suit l’interprétation de I. Kajanto, sans se fonder sur le débat entre Scipion Nasica et Caton dans les Periochae XLVIII et XLIX.

226 Voir Luce 1977, 272, et La Penna 2008, 88.

227 Voir supra, p. 191.

228 Voir Liv., Per., 48.5, 15, 24 ; 49.2-3.

229 Ainsi Rossi 2004, 377-378.

230 Liv., Per., 67.5 : “Marius vint au Sénat en costume de triomphateur, ce que personne n’avait fait avant lui et, en raison de la crainte inspirée par la guerre contre les Cimbres, son consulat fut renouvelé pendant plusieurs années de suite”. Trad. P. Jal (CUF 1984a).

231 Luce 1977, 272-273. Contra Biesinger 2016, 177-178.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search