Version classiqueVersion mobile

La res publica et sa décadence

 | 
Georgios Vassiliades

Présentation de la décadence : vocabulaire, étapes historiques et métaphores

Penser et définir la décadence en Grèce et à Rome avant Salluste et Tite‑Live

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos les références données par Engels 2009, 859-860. Voir aussi id. 2015, 17-18.

1Le sentiment de vivre dans une période de dégradation morale et la tendance à idéaliser les temps anciens sont aussi vieux que l’humanité1. Notre but n’est pas d’exposer ici une histoire de cette conception dans la pensée humaine, ni même dans la pensée gréco-romaine. Il s’agira de dessiner, à travers des références classiques, un panorama de l’idée dans la littérature grecque et latine, pour donner le contexte qui l’a fait naître, mais aussi pour mettre en évidence l’originalité de nos deux historiens : y avait‑il, avant Salluste et Tite‑Live, d’autres écrivains qui aient conçu un schéma complet et précis de la décadence d’une cité ?

La décadence dans la littérature grecque : une réflexion philosophique et historique développée, mais pas encore une histoire du déclin

  • 2 Hes., Op., 106-201. Sur la conception cyclique chez Hésiode et ses origines, voir Laurent 2009, 8 (...)
  • 3 Voir Hes., Op., 174-175 : Μήκετ’ἔπειτ’ὤφελλον ἐγὼ πέµπτοισι µετεῖναι ἀνδράσι, ἀλλ’ἢ πρόσθε θανεῖν (...)
  • 4 C’est pourquoi Vernant 1960, 25-30, soutient que le temps chez Hésiode ne se déroule pas suivant (...)

2L’opposition plus ou moins nette entre les mœurs anciennes et contemporaines, la génération actuelle et les précédentes, appartient aux plus anciens fonds de la littérature occidentale, mais sans être encore appliquée dans un contexte politique. Dans le premier chant de l’Iliade, Nestor déclare qu’on n’a pas encore vu et qu’on ne verra jamais d’hommes tels que les héros anciens (Hom., Il., 1.260-273). Le mythe hésiodique de la succession de cinq races humaines (or, argent, bronze, héros, fer) donne à cette théorie une forme plus précise2. La déchéance graduelle du genre humain s’est interrompue à cause de la création de la race des héros, mais s’est poursuivie par la suite avec la dernière génération, la race de fer. L’interruption du déclin paraît conforme à une conception cyclique. Cette hypothèse semble être confirmée par la suite : Hésiode déclare que la race qui succédera à celle du fer sera meilleure3, mais sans nécessairement suggérer un retour à l’âge d’or ou de bronze4. Enfin, dans les Nuées d’Aristophane, le Raisonnement juste (δίκαιος Λόγος), dans son discours, met en opposition les habitudes et l’éducation des jeunes de jadis avec celles des jeunes d’aujourd’hui, corrompus par la mollesse et la perversion des mœurs (Ar., Nu., 961-984).

  • 5 L’authenticité platonicienne de ce discours, ainsi que de toute l’œuvre est un sujet particulière (...)
  • 6 Voir à ce propos Méridier 1931, 74-77 ; Clavaud 1980 (not. p. 192-193) ; Roscalla 2005, 37-46 ; T (...)

3La même discussion sur la dégradation morale est transposée dans un contexte philosophique et politique, qui pourrait rappeler celui de nos deux historiens, dans les œuvres de Platon. Dans le Ménèxène, un dialogue d’interprétation énigmatique, Aspasie prononce une Oraison funèbre en l’honneur des Athéniens morts lors de la Guerre de Corinthe5. Après avoir dressé un éloge idéalisé des exploits de la ville, l’oratrice finit par exposer et déplorer les divisions entre Athéniens et la guerre civile plus récentes (Pl., Mx., 243d-e). C’est pourquoi plusieurs commentateurs ont souligné l’intention critique et satirique du dialogue qui, loin d’être un véritable éloge d’Athènes, devrait être interprété plutôt comme une dénonciation ironique de la politique et de la rhétorique athénienne de l’époque de Platon6. Dans ce but, le philosophe retrace dans ses grandes lignes l’histoire du progrès d’Athènes, si l’on peut dire, mais sans interpréter les raisons profondes de cette évolution, comme le feront nos historiens.

4Dans les livres VIII-IX de sa République, le philosophe s’interroge plus sur ce dernier aspect, mais sans l’appliquer cette fois dans un contexte politique précis. Le philosophe expose les formes des constitutions inférieures qui peuvent succéder à la constitution idéale qu’il avait proposée dans les livres précédents, si bien qu’on arrive finalement, après avoir passé successivement par la timocratie, l’oligarchie et la démocratie, au pire des gouvernements, la tyrannie. Aux cinq formes de gouvernement correspondent cinq formes d’âme, qui faconnent les mœurs des États (Pl., R., 8.544d-545c). Malgré cette primauté accordée au caractère humain qui apparaît comme la raison profonde de la dégradation des régimes, Platon avoue que la constitution idéale disparaîtra aussi un jour, puisque tout est sujet à la corruption (ibid., 8.545e-546a).

5Dans le troisième livre des Lois, Platon applique sa réflexion sur la décadence dans un contexte politique précis. L’Athénien s’attache à expliquer comment les Spartiates ont pu conserver leur régime à l’origine royal en le mélangeant avec des éléments oligarchiques (Pl., Lg., 3.689e-693e), alors que d’autres cités doriennes comme Argos et Messène n’ont pas pu sauver leur régime royal à cause de l’absolutisme de leurs rois (ibid., 3.682e sq.). L’Athénien montre ensuite comment les excès de la monarchie perse et de la démocratie athénienne ont mené ces dernières à leur dissolution (ibid., 3.694a sq., 697c-698a, 700a-701d). Il convient de souligner que le philosophe, contrairement à nos deux historiens, se focalise uniquement sur la question de la transformation des constitutions.

6Il en va de même pour Aristote qui élabore dans le livre V de sa Politique, une théorie détaillée sur les raisons diverses qui se trouvent à l’origine de la révolution de chaque forme d’organisation politique. Le schéma platonicien du cycle des constitutions est réfuté par Aristote qui souligne la complexité et l’incertitude des changements constitutionnels (Arist., Pol., 5.12.1315b40-1316b27).

  • 7 Isoc. 8.27.75-78, 32.95-96, 33.102-103, 38.116-120. Tout au long l’Aréopagitique, Isocrate fait l (...)

7De même, la réflexion sur la dégradation morale se retrouve aussi en filigrane chez les orateurs attiques du ive siècle, notamment Isocrate qui la relie étroitement à son analyse de l’évolution de l’Empire athénien et parfois aussi spartiate. Il s’agit dans toutes les références de montrer comment les cités, une fois l’hégémonie acquise, abandonnent leurs mœurs sévères et justes, pour s’adonner à un excès de licence contre les autres cités, comportement qui est à l’origine de leur dissolution7. On est loin de l’exposition d’un schéma complet des étapes et des causes précises de la décadence d’Athènes ou de Sparte.

  • 8 Voir à ce propos de Romilly 1977, 6-7.
  • 9 Voir Grene 1961, et de Romilly 1977, 42-46.

8L’approche des grands historiens grecs se rapproche plus de celle de Salluste et de Tite‑Live, dans la mesure où ils retracent l’histoire de grands empires qui, après avoir atteint le sommet de leur gloire, commencent progressivement à perdre de leur influence et à se détériorer. Hérodote annonce dans sa préface que son intention est d’examiner les grandes et les petites cités, car la plupart de celles qui jadis étaient grandes sont devenues petites et inversement, la prospérité humaine ne demeurant jamais fixée au même point (Hdt. 1.5). De fait, toute son histoire concerne des hommes puissants, comme Crésus, Cyrus, Polycrate et Xerxès, qui montent et qui tombent, en emportant leurs empires dans leur chute8. L’ὕβρις est au centre de sa problématique concernant les causes qui ont déterminé cette évolution9.

  • 10 Voir sur cela de Romilly 1977, 46-62 ; Crane 1998, 68 ; et Balot 2001, 136-178. Sur la démoralisa (...)
  • 11 Thuc. 3.82-83. Sur la détérioration morale dans la digression de la στάσις, voir Wassermann 1954, (...)

9Dans la Pentékontaétie, Thucydide se penche sur les causes qui ont mené Athènes à acquérir son hégémonie (Thuc. 1.89-117). Dans l’ensemble de l’oeuvre, l’auteur met en scène la détérioration de la puissance athénienne après la mort de Périclès. Le déclin du rôle hégémonique d’Athènes n’est pas uniquement attribué à des erreurs stratégiques, mais aussi à la dégradation de la moralité civique, qui mène à des choix erronés dans l’exercice de la politique athénienne. Le rôle des démagogues comme Cléon et Alcibiade, qui entraînent le peuple à des décisions désastreuses, est particulièrement souligné10. En outre, dans sa digression fameuse sur la στάσις, Thucydide s’attache à décrire les causes et le processus de dégradation morale au sein des villes grecques en proie aux discordes intestines11.

  • 12 X., Lac., 14. Voir Gianotti 2001, 16-17, pour une discussion sur ce passage.

10La question de la décadence n’est pas centrale dans les Helléniques : Xénophon décrit la défaite finale d’Athènes, ainsi que la détérioration progressive de la puissance spartiate dans le monde grec, mais sans les associer à la dégénérescence morale à l’intérieur des deux cités. En revanche, dans la conclusion de la Cyropédie, l’historien retrace la décadence de l’Empire perse après Cyrus, en mettant nettement en opposition les valeurs morales de Cyrus et celles de ses successeurs (X., Cyr., 8.8). Il ne s’agit pourtant que d’une digression à la fin de l’œuvre. Dans la Constitution des Lacédémoniens, Xénophon se réfère brièvement à la dégradation des mœurs spartiates : à l’époque de Lycurgue, les Spartiates évitaient le contact avec les mœurs d’autres cités ; à l’époque de l’auteur, on se fait gloire d’avoir de l’or, les premiers de la cité s’appliquent à devenir harmostes dans d’autres cités, et on se donne plus de mal pour obtenir un commandement plutôt que d’en être digne12.

  • 13 Ainsi de Romilly 1977, 4, sur Hérodote et Thucydide.

11Il en ressort donc que le thème de la montée et de la chute des États est présent dans les récits des historiens grecs qui essaient d’en expliquer les symptômes, parfois même les causes, surtout dans le cas de Thucydide. Cependant, on est loin de pouvoir affirmer que leur récit est celui du progrès et du déclin d’une cité. Les historiens n’entreprennent pas leur projet historiographique (comme Salluste et Tite‑Live), afin de décrire la montée et la chute des États13. Ce thème revient dans leur narration comme un facteur qui doit être expliqué, afin de mieux comprendre le sujet principal du récit, tel qu’il est annoncé dans les prologues.

La décadence dans la littérature latine du iie s. a.C. et du début du ier siècle

L’expansion vers l’Orient, une source d’inquiétude générale pour les mores romains

  • 14 Hampl 1959, expose aussi des références d’auteurs romains qui illustrent le sentiment de décadenc (...)
  • 15 Voir Cato fr. 66, 76, 85, 87, 108, 138, 141-149, 152-153, 171-173, 193 ORF4. Aulu-Gelle (Gel. 11. (...)
  • 16 Cato, Hist., fr. 113-115, 118-119 Peter = 7.9-13 Chassignet = 109, 113, 119, 144-145 FRHist. Une (...)
  • 17 Cato, Hist. fr. 95a-b Peter = 5.3a-b Chassignet = 163-164 ORF4= 87-88 FRHist (= Gel. 6.3.14, 16)  (...)
  • 18 Selon Biesinger 2016, 72-79, dans les trois derniers livres des Origines, Caton aurait l’intentio (...)

12Dans un contexte plus proche de nos auteurs, la tendance à mettre en opposition les mores décadents de l’époque actuelle avec les vertus exemplaires des ancêtres parcourt également la littérature latine du iie siècle14. Au moment où la puissance romaine s’impose dans le bassin méditerranéen, le sentiment que les mores de Rome commencent à se détériorer à cause de l’expansion vers l’Orient devient de plus en plus fort. Au début du iie siècle, Caton avertit de la propagation du luxe et s’indigne de la corruption des mores romains par le style de vie grec et oriental : cette idée revient dans plusieurs fragments de ses discours et de son livre intitulé Carmen de moribus15. Dans les derniers fragments des Origines, on retrouve les traces de la lutte de Caton contre le luxe, notamment féminin, et les repas somptueux16. En outre, dans son discours en faveur des Rhodiens, Caton exprime son inquiétude face aux dangers de la prospérité à la suite de la victoire qui peut rendre les Romains orgueilleux17. Cependant, ces indices sont faibles pour affirmer que Caton a écrit l’histoire de la décadence de Rome dans ses derniers livres, en développant ses étapes et ses causes profondes : en réalité, l’auteur ne fait que rapporter sa propre activité politique dans des desseins peut-être polémiques18, sans ajouter des considérations générales concernant la dégradation de la cité.

  • 19 Voir infra, p. 62 sq.
  • 20 Voir à ce titre Scip. min. fr. 30 ORF4 = Macr. 3.14.5-6 : Scipion Émilien, dans le discours contr (...)

13Comme il sera montré par la suite19, c’est aussi vers la première moitié du iie s. a.C. que les annalistes romains comme Fabius Pictor et Calpurnius Pison, mais aussi Polybe, s’efforcent de fixer le moment à partir duquel les vertus ont commencé à être remplacées par les vices. En s’inscrivant dans la même perspective, nos deux historiens essaieront aussi plus tard de fixer le début de la décadence. Or, les éléments dont nous disposons sont insuffisants, pour décider si ce souci est ce qui nous est parvenu d’un schéma et d’une réflexion systématiques sur la décadence de la res publica, ou s’il s’agit seulement du reflet du malaise que ressentaient plusieurs Romains à cause de l’évolution des mores20.

Polybe et Posidonius : au seuil d’une histoire du déclin

  • 21 Plb. 4.17-18, 20-21 ; 20.4-6 ; 26.17. Voir Walbank 1980, 44‑47, pour une discussion sur ces passa (...)

14Les cas de Polybe et de Posidonius méritent d’être explorés à part, puisque les deux auteurs semblent avoir préparé le terrain plus qu’aucun autre pour une histoire complète du progrès et du déclin de Rome. De façon générale, la question de la décadence des États tient à cœur à Polybe : tout au long de son récit, il esquisse la dégradation morale et démographique des cités grecques21. De plus, impressionné par la fragilité des grands empires, qu’il oppose à l’étendue et à la stabilité de la domination romaine, il décide d’écrire l’histoire romaine à partir de la deuxième Guerre punique, pour expliquer cette particularité romaine (Plb. 1.2, 29.21). Or, il est tout à fait conscient que la grandeur de Rome ne sera pas pérenne.

  • 22 Pour un examen approfondi des aspects divers de la théorie polybienne des constitutions, voir Wal (...)
  • 23 Voir infra, p. 230-231, pour l’origine biologique de ces termes.

15Dans ce cadre, il est le premier auteur conservé à Rome, qui développe une réflexion philosophique plus large et complète concernant les causes profondes de la décadence des États, qui s’articule autour de sa théorie connue du cycle des constitutions (ἀνακύκλωσις)22. Ce processus est selon Polybe inéluctable, puisqu’il s’agit d’une ordonnance de la nature (φύσεως οἰκονοµία – ibid. 6.9.10) : pour une constitution, de même que pour un corps, il y a toujours, conformément à la nature (κατὰ φύσιν), d’abord un développement (αὔξησις), ensuite une période de maturité (ἀκµή) et enfin un déclin (φθίσις) (ibid. 6.51.4, 57.1). Dans le même paragraphe, en comparant la puissance de Rome et de Carthage au moment de l’éclatement de la Guerre d’Hannibal, il note que Rome était au maximum de sa maturité (ἀκµ), alors que Carthage était en déclin (παρήκµαζεν) (ibid. 6.51.5). Ainsi, à travers l’emploi des termes φθίσις et παρακµή, empruntés au lexique biologique23, Polybe devient le premier historien qui utilise un terme précis pour la notion de décadence.

  • 24 Voir Plb. 6.4.6-9.10, pour une analyse détaillée des modalités de transformations de chaque forme (...)
  • 25 Sur l’originalité de la théorie de Polybe et ses sources possibles voir Walbank 1957, 643-645, et (...)

16Son schéma est assez rigide, chaque constitution devant passer par les étapes successives suivantes : royauté, tyrannie, aristocratie, oligarchie, démocratie, ochlocratie24. Après l’accomplissement du cycle, l’homme retombe au niveau de la bête féroce et retrouve un monarque ; le cycle revient à son état initial (ibid. 6.9.9-10)25. Ce processus “inhérent” est prévisible, contrairement aux processus “externes” (ex. les inondations, les épidémies) selon lesquels peut s’accomplir le dépérissement d’une constitution (ibid. 6.57.2, 6.9.11).

  • 26 Voir Plb. 6.4.13, avec Walbank 1980, 51-53.
  • 27 Plb. 6.9.12 : µοίως δε καὶ τῆς εἰς τοὔµπαλιν ἐσοµένης ἐκ τούτων µεταβολῆς.
  • 28 Plb. 6.3.7. Pour une discussion détaillée sur les divers aspects de la théorie de la constitution (...)

17Polybe souligne que cette théorie s’applique tout particulièrement à la constitution de Rome26, et analyse sous cette perspective la formation, le développement et la maturité, et la transformation du régime romain, qui se produira à l’avenir27. Dans l’“Archéologie” de Rome, conservée de manière fragmentaire, Polybe a expliqué sans doute comment les Romains sont arrivés à l’organisation politique la plus parfaite, après avoir fait l’expérience de formes constitutionnelles moins durables (ibid. 6.10.14 sq.). L’historien tient pour meilleure une constitution qui mélange les trois types originels de constitutions : la monarchie, l’aristocratie et la démocratie28. C’est exactement cette particularité du système politique romain qui l’a mis à l’abri de la dégradation de son régime (ibid. 6.18).

  • 29 Voir à ce propos Walbank 1957, ad loc.
  • 30 Plb. 6.57.7 : λήψεται δὲ τὴν ἐπιγραφὴν τῆς µεταβολῆς ὁ δῆµος. Voir aussi Plb. 6.14.3,12, où l’his (...)
  • 31 Voir à ce propos Walbank 1957, ad 6.11.1, et id. 1980, 56.

18Le caractère mixte d’une constitution peut retarder, mais ne peut pas arrêter l’accomplissement du cycle. Polybe s’efforce de prévoir l’évolution future de la constitution romaine, en se fondant sur le schéma de l’ἀνακύκλωσις : Rome ne tardera pas à se transformer en une ochlocratie (ibid. 6.57). L’historien joint dans son analyse des éléments (ἀσφάλεια, περιουσία, πολυτέλεια, φιλαρχία, πλεονεξία) qui étaient apparus dans toutes les étapes de dégénérescence décrites dans sa théorie de l’ἀνακύκλωσις29 ; la dégradation de la constitution mixte apparaît ainsi comme le résultat de la détérioration de chacune de ses trois composantes, même si la désagrégation de la composante démocratique de la constitution sera plus évidente30. Si l’on suit la succession polybienne des constitutions, la transformation future du régime en ochlocratie indique que la constitution mixte des Romains a été conçue à la place d’une démocratie qui a succédé à une oligarchie, peut-être celle des décemvirs31.

  • 32 Voir sur ces sujets infra, p. 284-285, 344-345.

19La réflexion de Polybe sur l’avenir de la res publica ne reste pas à un niveau théorique, puisqu’elle est ancrée à son expérience vécue à Rome. L’historien, influencé sans doute par ses hôtes romains, essaie aussi de fixer plus loin le début de la décadence, en indiquant que le goût du luxe et de la luxure ont fait leur apparition à Rome depuis 168 a.C. (ibid. 31.25.3 sq.). En outre, sa théorie de l’ἀνακύκλωσις le mène à s’intéresser à la causalité historique, autrement dit aux facteurs qui forment l’histoire et qui peuvent donc conduire à la décadence. C’est dans ce cadre de compréhension de l’évolution de l’histoire, que des concepts comme la nature, la Τύχη et la crainte des ennemis se voient attribuer un rôle important32.

20Toutefois, malgré son intérêt manifeste pour les étapes et les causes de la décadence de la res publica, le récit de Polybe ne peut pas être lu comme l’histoire du déclin de Rome ou d’un autre État. En revanche, comme annoncé dans sa préface, Polybe s’attache à relater l’histoire et les causes de la montée de Rome (ibid. 1.2). Puisqu’à son jugement, la constitution mixte a été un facteur important du progrès de Rome, il insère le livre VI comme une digression, en vue de décrire, dans le cadre de la théorie de l’ἀνακύκλωσις, le caractère particulier de ce régime, qui a conduit Rome à l’hégémonie (ibid. 6.1-2). Bien que Polybe semble apercevoir les premiers signes de désagrégation de ce régime, cette dernière est encore à ses débuts, si bien que l’historien n’a pas pu faire de son récit l’histoire du déclin de Rome.

  • 33 Freund 1984, 36-37.
  • 34 Voir Werner 1939, 93-98, et Widmer 1983, 133 sq., sur la décadence dans l’œuvre de Posidonius.

21À cause de l’état extrêmement fragmentaire de l’historiographie de la fin du iie et du début du ier siècle nous ne pouvons pas être aussi affirmatif que J. Freund qui déclare : “Pendant assez longtemps Polybe demeura un isolé dans l’historiographie de cette époque. Il n’y aurait eu que le philosophe Posidonius qui l’a peut-être connue personnellement, à développer des considérations proches…”33 Il semble probable que Posidonius dans ses Ἱστορίαι µετὰ Πολύβιον se soit aussi intéressé à la question de la décadence34.

  • 35 Voir Posidon. fr. 284 Edelstein-Kidd = fr. 448 Theiler = Sen., Ep., 90.4 sq. La théorie posidonie (...)

22Son attachement à ce thème se reflète dans sa théorie de l’âge d’or de l’humanité, exposée par Sénèque dans la Lettre XC : les premiers mortels, n’étant pas encore corrompus, n’avaient pas besoin de lois, mais s’en remettaient à la suprématie du plus sage, qu’ils désignaient comme leur roi. Néanmoins, les progrès de la corruption ont transformé la monarchie en tyrannie, et c’est alors que le besoin des lois se fit sentir35.

  • 36 Voir infra, p. 65 sq., 345-346.

23L’attention de Posidonius s’est portée aussi à la décadence de Rome. Une opposition s’esquisse dans ses fragments entre les mœurs austères des anciens Romains et le goût du luxe et de la luxure, qui ont mené à la Guerre sociale. Enfin, à l’instar de Polybe, le philosophe essaie sans doute d’explorer également les causes de la dégradation morale des Romains, en évoquant la disparition de la crainte des ennemis après la destruction de Carthage36.

24Or, il convient de le souligner, Posidonius n’a pas l’intention d’écrire l’histoire de la décadence de la res publica romaine et il n’est même pas certain qu’il va jusqu’à envisager de telle façon l’histoire romaine après 146 a.C. Il ne faut pas perdre de vue qu’il écrit une histoire universelle, en portant son attention non seulement sur les Romains, mais en même temps sur tous les peuples du bassin méditerranéen. Il est donc improbable que son histoire ait été celle du progrès et du déclin de la res publica romaine. Dans ce sens, sa perspective est très différente par rapport au romanocentrisme de Salluste et de Tite‑Live.

La décadence à la fin de la République : un sentiment de malaise généralisé

Cicéron, Varron, Cornelius Nepos : une réflexion précise sur la décadence, mais pas encore une histoire du déclin de Rome

  • 37 Cic., Att., 2.19.2 : “Sache-le bien : il n’y a jamais rien eu d’aussi bas, d’aussi vil, d’aussi u (...)
  • 38 Cic., Att., 2.21.1 : “Pourquoi te décrire par le menu l’état de la république ? Elle est toute pe (...)
  • 39 Cic., Fam., 5.15.3 : “Mais, par je ne sais quel hasard, notre vie a coïncidé avec une époque […] (...)

25Les auteurs du ier s. a.C. expriment de façon encore plus intense leur pessimisme devant la dégradation des valeurs à l’époque des guerres civiles. Cicéron, dans ses lettres, extériorise cette angoisse sur un ton d’exagération, suscitée par ses mésaventures politiques. En commentant l’actualité politique de 59 a.C., il écrit à Atticus : Scito nihil umquam fuisse tam infame, tam turpe, tam peraeque omnibus generibus, ordinibus, aetatibus offensum quam hunc statum qui nunc est, magis me hercule quam uellem, non modo quam putarem37. Il exprime aussi l’idée banale que les choses vont de pire en pis et que la res publica est perdue : De re publica quid ego tibi subtiliter ? Tota periit atque hoc est miserior quam reliquisti…38. Ces émotions vont jusqu’à faire Cicéron douter du sens même de la vie, en mai 45 a.C., à un moment où César est le maître absolu du pouvoir : Sed casu nescio quo in ea tempora nostra aetas incidit ut […] uiuere etiam puderet39.

  • 40 Cic., Catil., 1.1.2-2.4. La même formule (o tempora ! o mores !) est également utilisée dans Ver.(...)
  • 41 Le vocabulaire de la chute est repris dans d’autres passages. Voir Cic., Sul., 1.1 : praecipitant (...)

26Dans son effort pour pousser ses auditeurs à l’action, Cicéron met souvent en opposition les mores actuels avec les pratiques des ancêtres. Dans son premier discours contre Catilina, l’orateur s’indigne de l’inertie du Sénat dans la répression de la conjuration, en la juxtaposant à la uirtus de jadis. Il ouvre cette digression avec la formule connue o tempora ! o mores !, et continue, en énumérant des exempla d’hommes de courage (uiri fortes), qui ont châtié avec détermination des citoyens dangereux40. Dans la Deuxième Philippique, la res publica de 49 a.C. est caractérisée comme chancelante et près de s’écrouler (Cic., Phil., 2.21.51 : labentem et prope cadentem rem publicam). Les sénateurs ont essayé de l’étayer (fulcire), mais Antoine a utilisé l’autorité tribunitienne pour s’opposer à leurs desseins. La décadence de la res publica est décrite ici à travers le recours au vocabulaire de la chute, qui suppose l’existence d’un décalage entre deux états de la république, l’un étant plus haut et donc meilleur que l’autre41. Comme nous le verrons, Salluste et Tite-Live ont souvent recours à ce même lexique de la chute pour décrire la décadence.

  • 42 Cic., Rep., 5.1.1 : “C’est grâce aux mœurs et aux hommes d’autrefois que Rome est debout”. Trad. (...)

27Dans un contexte philosophique, Cicéron expose clairement sa propre interprétation des causes de la décadence de la res publica au début du livre V de la République. Le philosophe affirme que la res publica n’existait absolument plus (nulla erat res publica), après avoir cité le vers fameux du poète Ennius : Moribus antiquis res stat Romana uirisque42. Selon Cicéron, de la même façon que le progrès de la res publica est dû à la fois aux mores et aux uiri, sa décadence a aussi été le résultat de l’abandon des mores, faute d’hommes capables de les mettre en œuvre. Ce processus est illustré par la métaphore suivante : la res publica héritée de la génération de Cicéron est comparée à une peinture magnifique (pictura egregia), qui était en train de perdre son éclat à cause de son âge. Au lieu de la restaurer, on ne s’est même pas préoccupé de sauvegarder son dessin et la ligne. À la fin du paragraphe, Cicéron souligne que les seuls coupables de cette évolution sont les hommes (Cic., Rep., 5.1.2).

  • 43 Voir infra, p. 507-508. Sur le schéma cicéronien de la décadence et son exploitation rhétorique e (...)

28Le philosophe est donc bien conscient de la décadence de la res publica. Toutefois, cet exposé contient tout ce qu’il nous rapporte sur ses étapes et ses causes. Comme nous l’expliquerons plus loin, le dialogue de la République vise à indiquer aux hommes d’État comment intervenir dans l’histoire, afin d’arrêter la dégradation de la constitution romaine43. Or, cet effort ne se réalise pas à travers une présentation détaillée des phases et des causes de la décadence de la res publica. Cicéron adopte la méthode inverse : il expose à ses lecteurs un panorama des étapes et des causes du progrès de Rome vers sa constitution parfaite.

  • 44 Cic., Off., 2.8.29 : “Voilà pourquoi seuls les murs de Rome sont encore debout et subsistent, mai (...)
  • 45 Cic., Rep., 1.19.31.
  • 46 Cic., de Orat., 1.9.38 : rem publicam dissupauerunt.

29Plus pessimiste, dans le De officiis, écrit peu avant sa mort, Cicéron devient aussi plus clair quant aux circonstances qui ont mené la cité à sa situation actuelle (Cic., Off., 2.8.27-29). La cruauté (crudelitas) et la licence (licentia), instaurées par Sylla ont créé un précédent funeste, si bien qu’il ne semble plus possible d’arrêter le cercle vicieux des guerres civiles : Itaque parietes modo urbis stant et manent, iique ipsi iam extrema scelera metuentes, rem uero publicam penitus amisimus44. Dans le De oratore et dans le De re publica, Cicéron avait précisé que le processus de décadence avait commencé depuis l’époque des Gracques qui ont été à l’origine de la division des citoyens en deux parties (in duas partis)45 et qui ont mis en pièces la res publica46. La réflexion sur la décadence est donc bien présente chez Cicéron qui tente aussi d’évoquer ses causes, ses symptômes et de fixer son début. Toutefois, il ne s’agit encore que de références éparses qui sont loin de former un schéma complet de la décadence.

  • 47 Var., Sexag., fr. 488-493 Cèbe = 488, 491, 495-498 Astbury. Voir Leonardis 2014 sur cette opposit (...)
  • 48 Var., Sesq., fr. 479-480 Cèbe = 479-480 Astbury.

30L’opposition entre un passé révolu et un présent corrompu est nette dans ce qui nous reste de la Satire Ménippée Sexagessis de Varron. Le narrateur s’est endormi à Rome à l’âge de dix ans, et se réveille cinquante ans après dans une cité complètement changée. Le protagoniste se concentre sur la dégradation morale, en mettant en contraste le tunc et le nunc de Rome : auparavant, on vivait parcimonieusement et vertueusement dans la pudeur ; maintenant on est dans le chaos ; l’impiété, la perfidie et l’impudicité ont remplacé les qualités romaines ; la pietas envers les parents n’existe plus etc.47. La même opposition entre le présent et le passé parcourt aussi le Sesqueulixes : auparavant le cavalier romain était un miles qui s’intéressait uniquement à ce que son cheval soit un animal de combat, alors que maintenant on cherche à acheter un cheval de bel aspect48.

  • 49 Var., De uit. pop. Rom., fr. 295, 334, 382, 398-399, 418 Salvadore = 15, 38h, 64-65, 73, 92 Ripos (...)
  • 50 Var., De uit. pop. Rom., fr. 434-435 Salvadore = 121-122 Riposati.
  • 51 Voir infra, p. 63, 231-232.

31Dans certains fragments du De uita populi Romani, une œuvre rédigée vers la même époque que les écrits de Salluste, qui vise à examiner l’évolution des coutumes romaines au fur et à mesure de l’histoire, l’on peut déceler la même opposition nette entre le passé vertueux et le présent décadent de Rome. La frugalité, la retenue, l’absence de cupidité, la pudeur, la bonne foi et la justice sont admirées chez les ancêtres49, alors que les dirigeants contemporains sont envahis par la cupidité et l’ambition50. Le fait que “la vie du peuple romain” est examinée dès ses origines jusqu’à l’époque contemporaine suivant le modèle annalistique s’accorde bien avec l’idée de détérioration progressive des mores. Dans le même cadre, certains éléments laissent apercevoir le souci de l’auteur de déterminer le début de la décadence de Rome. L’auteur semble aussi adopter le modèle biologique en comparant les phases de la vie humaine avec les étapes de l’histoire romaine51.

  • 52 Voir à ce propos, FRHist, vol. I, 417.
  • 53 Var., Hist. Ann., fr. 1-2 FRHist = Annalium libri III, fr. 1-2 Peter.

32Toutefois, il faut introduire deux nuances importantes qui empêchent d’envisager l’œuvre comme le récit du progrès et du déclin de la res publica. Tout d’abord, l’histoire politique ne semble pas avoir retenu l’attention principale de l’auteur : elle semble plutôt intervenir pour préciser le contexte chronologique dans une narration qui se concentre sur l’évolution des mores éthiques et politiques du peuple romain, conformément à la méthode “antiquaire” de Varron52. De même, une discussion sur la causalité historique est absente dans les fragments qui nous sont parvenus : les causes profondes de la décadence des mores antiques ne sont pas évoquées. Il est impossible de savoir si une telle réflexion a été élaborée dans les Annales de Varron, dont on n’a conservé que deux fragments53.

  • 54 Nep., Exempl., fr. 17-19, 21-25 Peter = 27-29, 31-35 Malcovati = 26-28, 30-34 Marshall.
  • 55 Voir FRHist., vol. I, p. 397-398.
  • 56 Voir Catul. 1.1-7, avec le commentaire de Woodman 2003, 191-196.
  • 57 Sur cette œuvre voir FRHist, vol. I, 398-401, avec bibliographie antérieure.

33La même remarque s’applique à Cornelius Népos : dans certains de ses fragments, transmis par Pline l’Ancien, il est question de l’utilisation de plus en plus répandue de certains produits de luxe, qui en ont remplacé d’autres moins raffinés, utilisés auparavant54. Il a été suggéré que ces fragments, contrairement à la communis opinio qui les classe dans le traité des Exempla, pourraient faire partie d’une digression consacrée au développement de la décadence à Rome dans une œuvre par ailleurs non attestée55. Même au cas où cette thèse extrêmement spéculative serait acceptée, la concentration exclusive sur les produits de luxe montre que cette digression, si elle avait existé, serait loin d’être une présentation des étapes et des causes du phénomène général de la décadence. Il en va de même pour un ouvrage obscur de Nepos, les Chronica, mentionnés par Catulle56 : il s’agissait sans doute d’une compilation chronographique en trois livres des événements de l’histoire universelle, n’ayant donc pas comme sujet le progrès et la décadence de la res publica romaine57.

La décadence de la res publica : un leitmotiv poétique

34Le sentiment de vivre dans une époque de décadence inédite est banalisé dans la poésie de la fin du ier s. a.C. Les poètes de la période s’attachent souvent à condamner les vices des guerres civiles, en les mettant en opposition avec la moralité révolue des anciens Romains. Cependant, le régistre poétique paraît mal adapté à un schéma complet et précis avec les étapes et les causes de la décadence.

  • 58 Sur la relativisation du mythe de “l’âge d’or” par Lucrèce, voir Deproost 2008, 40-41.
  • 59 Voir Lucr. 5.1194-1197, 1305-1307, 1424-1435. Voir aussi à ce propos Furley 1977.
  • 60 Sur ces questions extrêmement complexes, voir Novara 1982, 318-383 ; Luciani 1999, repris par ead (...)

35Lucrèce exprime ce sentiment sans l’associer précisément au contexte politique romain. Conformément à la doctrine d’Épicure, le poète ne doute pas de la fin imminente du monde qui manifeste déjà des signes de vieillesse (Lucr. 2.1144-1174d). L’univers est de substance mortelle depuis sa naissance (ibid. 5.65-66, 91-109, 235 sq.). L’histoire du progrès technique à la fin du livre V repose sur ce prérequis (ibid. 5.925-1457). Il s’agit d’expliquer les étapes par lesquelles est passé l’homme depuis l’époque où il menait une vie primitive, pour arriver à l’écoulement du temps “au faîte de la perfection” (ibid. 5.1454-1457). Le temps ne fait que développer le progrès technique et un retour en arrière semble impossible. Néanmoins, deux nuances doivent être introduites. D’une part, sans vouloir affirmer que le poète est nostalgique de l’état primitif de l’homme58, il n’est pas non plus certain ni qu’il approuve sans aucune réserve ce progrès qui est parfois accompagné des signes de dégradation morale59, ni qu’il en comprenne le sens, étant donné que la fin du monde est inévitable60.

  • 61 Voir infra, p. 62-69.
  • 62 Hor., Carm., 3.6.45-48 : “Que ne dégrade point le temps destructeur ? La génération de nos pères, (...)

36Horace exprime le plus clairement son indignation et ses appréhensions sur l’état moral de Rome. Dans l’Épode XVI (Hor., Epod., 16.1-11), il s’indigne du fait que Rome, que des ennemis redoutables et barbares n’ont pas réussi à soumettre, sera ruinée par cette génération impie (impia aetas). Dans l’Ode, 3.6, il déplore la dégradation de la pietas et le relâchement des mœurs familiales et sexuelles des Romains. Horace souligne que la jeunesse qui a abattu Pyrrhus, Antiochus et Hannibal n’était pas née de tels parents (Hor., Carm., 3.6.33-36). Sans fixer une limite précise, le poète laisse entendre que la décadence morale a commencé après la guerre d’Antiochus, à la suite des conquêtes romaines en Orient. Cette vision coïncide avec celle de la plupart des historiens qui ont fixé le début de la décadence dans la première moitié du iie siècle61. En conclusion, le poète énonce sa conviction que les générations romaines deviennent de plus en plus corrompues : Damnosa quid non iminuit dies ? / aetas parentum, peior auis, tulit / nos nequiores, mox daturos / progeniem uitiosiorem62. Dans le même esprit, dans l’Ode, 3.24, Horace vante la vie chaste des barbares, pour la mettre en contraste avec les mores des Romains corrompus par la richesse. Les barbares font preuve des qualités qui furent à l’origine celles des anciens Romains.

37Dans ce cadre, Properce construit dans l’élégie 3.13 une opposition entre la simplicité de la vie dans un passé quasi-mythique et la cupidité et le luxe, qui ont corrompu les hommes contemporains. Tibulle considère que l’or est responsable de la guerre et donc de la misère de l’époque actuelle, puisque la guerre n’existait pas à une époque révolue où l’on n’avait qu’une coupe de hêtre devant ses plats (Tib. 1.10.7-14). Le même contraste entre les deux ères de l’humanité apparaît aussi dans les Amores d’Ovide (Ov., Am., 3.8.3-4, 35-56). Il s’agit aussi dans ce cas d’une allusion à une époque mythique, celle du règne de Saturne. Donc, les trois poètes ne considèrent pas l’avidité comme un vice récent né d’une dégénérescence morale, historiquement définie, mais comme une caractéristique humaine ancienne.

38Au contraire, l’exposé de Virgile dans les Géorgiques (Verg., G., 1.466 sq.) n’est aucunement anhistorique. Le poète déplore les maux des guerres civiles et énumère les prodiges apparus après la mort de César, à cause desquels une génération impie (impia saecula) a redouté une nuit éternelle (ibid., 1.468). Même dans cet aveu, c’est l’espoir envers Octave qui l’emporte. C’est dans ce cadre qu’il prie les dieux nationaux de ne pas empêcher le jeune héros de porter secours à une génération abattue (euerso saeclo) (ibid., 1.498-502).

39L’impression donc de vivre dans une période historique décadente par rapport au passé parcourt la poésie de la fin de la République et du début du Principat. Cependant, il convient de souligner que les poètes de cette période ne font que reproduire le sentiment intense, mais vague, d’une détérioration morale, dont ils évoquent à peine les symptômes, sans s’intéresser aux causes profondes et aux étapes historiques précises de cette évolution.

L’absence d’une histoire du déclin avant Salluste et Tite-Live ?

40Toutes ces références montrent que Salluste et Tite‑Live n’ont pas été les premiers à éprouver et à exprimer le sentiment de vivre dans une époque de décadence. Les historiens grecs depuis Thucydide se sont aussi intéressés aux causes de ce phénomène, ce qui a débouché sur une discussion générale sur la causalité historique. Chez Caton, mais surtout chez Polybe et Posidonius, l’on retrouve les traces de la même problématique appliquée dans le cas de Rome. Certains auteurs romains comme Calpurnius Pison et Varron, ont même essayé de fixer le début de la décadence de la res publica. Tous ces auteurs ne manquent pas non plus de déplorer les mœurs corrompues de leur époque. Or, aucun d’entre eux ne semble avoir fait de son récit l’histoire de la décadence de Rome ou d’un autre État. La question de la dégradation morale et politique ne revient que comme un thème qui permet de mieux comprendre le sujet que se fixe chaque auteur comme matière principale de son récit.

  • 63 Cette différence de perspective est aussi signalée par Mazza 1967, 77-80.
  • 64 Voir sur cette angoisse Sordi 1972, 782 sq. ; Dopico Cainzos 1999, 154 sq. ; Vassiliades 2018c, 6 (...)

41L’analyse dans cette première partie révélera que l’approche de Salluste et de Tite‑Live est l’inverse : les événements choisis comme thème du récit servent de base afin de mieux saisir l’évolution exacte du phénomène de la décadence de la res publica, qui apparaît ainsi comme le sujet principal. Leurs déclarations dans les préfaces, leurs commentaires ou leurs digressions mettent en évidence cette portée de leur récit. La conjuration de Catilina, la guerre de Jugurtha et les événements après 78 a.C. n’intéressent Salluste que dans la mesure où ils l’aident à reconstituer les étapes de la décadence de la cité. La forme annalistique permet à Tite-Live d’exposer une histoire complète du progrès et de la décadence, alors que Salluste s’intéresse plus au déclin qu’au progrès de Rome63. En outre, la description des étapes de la décadence débouche sur toute une réflexion élaborée concernant les causes de cette évolution. En effet, les deux historiens sont sans doute les premiers penseurs de l’histoire à concevoir et à écrire une histoire de la décadence morale et politique d’un État. À travers cette innovation, ils répondent à une demande commune, soulevée non seulement par la littérature de la fin de la République, mais aussi par une crainte généralisée que la fin de Rome s’approche64.

  • 65 Voir infra, p. 62-63, 168-169.
  • 66 Ledentu 2004, 199-209.
  • 67 Ledentu 2004, 208.

42Il est possible que la perte d’un nombre considérable des œuvres historiques latines de la fin de la République fausse notre image globale. Il ne peut pas être exclu que les étapes et les causes de la décadence de la res publica aient constitué l’objet principal du récit d’un historien romain aujourd’hui perdu. Comme nous le verrons, les fragments de Calpurnius Pison laissent apparaître l’élaboration d’un schéma de décadence progressive65. Cela permet de penser que cette question pourrait être l’objet principal de la dernière partie de sa narration. En outre, selon M. Ledentu66, les fragments et les testimonia des annalistes récents laissent apercevoir une réflexion de plus en plus profonde sur la destinée de Rome et les causes des événements dramatiques de l’époque. Cette réflexion repose sur le sentiment d’assister à l’effondrement de la res publica, et se traduit dans le choix de la forme annalistique, car “seule l’annalistique leur permet d’inscrire le présent dans un continuum historique afin de rendre compte de l’évolution historique qui a conduit Rome à la situation qu’elle connaît”67.

  • 68 Voir Sis. T 13 & 16 FRHist. (= Vell. 2.9.4-6 ; Plut., Luc., 1.7-8).
  • 69 Voir à ce propos FRHist, vol. I, 307, 312-313
  • 70 Sur les motifs probables de cette opposition de Salluste à Sisenna, voir Pasoli 1966, 24-26.
  • 71 Voir dans ce sens La Penna 1969, 309.

43Cornelius Sisenna est aussi susceptible d’avoir construit son récit sur le modèle d’une histoire du progrès et du déclin de la res publica. Les Histoires de Sisenna étaient consacrées aux événements entre l’éclatement de la Guerre Sociale et la fin de la révolution de Sylla (91-78 a.C.)68. Toutefois, trois fragments de l’œuvre se réfèrent aux origines légendaires de Rome (Sis. fr. 1-3 FRHist.) ; dans le fr. 3 FRHist., on apprend que le titre donné à son œuvre était celui de l’Ab urbe condita. Il s’ensuit donc que Sisenna a sans doute inclus dans son histoire une digression récapitulant l’histoire romaine dès les origines jusqu’à l’éclatement de la Guerre sociale sous la forme d’introduction ou d’excursus à la Salluste69. Ainsi la Guerre sociale a été probablement envisagée dans cet excursus comme l’aboutissement d’un processus de décadence. Cette hypothèse paraît d’autant plus pertinente que Salluste semble marquer sa position, voire son opposition70, par rapport à Sisenna : d’une part, il lui reproche de ne pas avoir parlé avec assez d’indépendance à propos de Sylla (Sal., Jug., 95.2) ; d’autre part, Salluste commence ses Histoires à partir de 78 a.C., là où Sisenna s’était arrêté71.

  • 72 Voir La Penna 1969, 309-311.

44Il est donc probable que les digressions de Salluste visant à exposer l’histoire antérieure aux événements, en vue de construire un schéma complet de la décadence de la res publica, ont été conçues en réponse à celles de Sisenna. Cependant, le contenu exact des œuvres perdues de Sisenna ou d’autres historiens ne peut faire que l’objet d’hypothèses spéculatives. En tout état de cause, Salluste et ensuite Tite-Live restent les premiers historiens dont les œuvres ont été conservées à élaborer une histoire complète du progrès et de la décadence de la res publica. En effet, comme l’a noté à juste titre A. La Penna, l’originalité de l’œuvre de Salluste par rapport à celles de ses devanciers consiste dans la problématisation de l’histoire romaine autour de l’analyse de la crise de l’État. C’est sans doute cette place pour la première fois aussi centrale accordée à ce thème, qui a impressionné Tite‑Live, mais qui le pousse en même temps à prendre ses distances par rapport à l’interprétation pessimiste de Salluste72. En raison de cette originalité, la façon exacte dont les deux auteurs mettent en œuvre leur conception des étapes de la décadence de la res publica mérite d’être étudiée en détail.

L’absence du terme “décadence” en latin à la fin de la République

45Comme nous l’avons expliqué dans l’introduction, avant d’entreprendre cette analyse, il nous paraît indispensable de nous interroger sur le lexique utilisé par les deux historiens pour nommer le processus de la décadence. Ainsi sera-t-il possible de voir si les deux auteurs avaient à leur disposition une base lexicale solide pour définir la décadence.

  • 73 Haehling 2007, 65, fait le même constat.
  • 74 Plin., Pan., 26.6.
  • 75 Cf. Cic., Sul., 11.33 ; Pis., 8.18, 15.34 ; [Sal.], Rep., 2.13.5 ; Liv. 44.37.9.

46Cette enquête a abouti à un constat surprenant : il n’existe chez les deux auteurs aucun substantif qui pourrait traduire le terme moderne “décadence”, comme c’est le cas pour les noms grecs παρακµ, φθίσις et φθορά. Il en va de même pour tous les auteurs antérieurs73. Ce n’est qu’un siècle plus tard que Pline le Jeune utilisera le nom occasus, pour renvoyer à un processus de déclin (en l’occurrence démographique) de Rome74, plutôt que pour évoquer simplement la ruine de la cité comme c’était le cas chez des écrivains antérieurs75. Le succès de ce terme ne semble pas avoir été notoire, puisque nous n’avons réussi à trouver aucun autre parallèle dans la littérature latine, même plus tardive.

  • 76 Sen., Const. Sap., 2.3. Tacite emploie le verbe degenerare dans le sens de “dégénérer”, en parlan (...)
  • 77 Cicéron (Dom., 18.46 ; Balb., 26.58) utilise la formule inclinatio communium temporum dans le sen (...)

47Pour sa part, Sénèque fait référence aux vices d’une cité dégénérée (uitia ciuitatis degenerantis)76 à l’époque de Caton d’Utique. Le verbe degenerare apparaît aussi chez Tite‑Live, pour décrire un processus de dégradation morale, qui est attribuée à l’altération raciale : dans son discours à ses soldats, Manlius affirme que les Macédoniens qui se sont installés en Syrie n’ont plus gardé leur ancienne discipline, car ils sont devenus – en dégénérant – des Syriens (Liv. 38.17.11 : Macedones in Syros degenerarunt). Or, le substantif degeneratio n’apparaît jamais dans la littérature latine avant saint Augustin qui l’emploie dans un contexte complètement différent (Aug., Vit. Beat., 4 ; Ord,. 2.5). De même, Pseudo-Salluste utilise la formule inclinata res publica, pour faire allusion à la res publica qui décline ([Sal.], Rep., 2.10.5), mais le nom inclinatio n’est jamais utilisé dans le sens de déclin77.

  • 78 Cogny 1976, 153-154.

48L’absence d’un nom désignant la décadence force les auteurs latins à mettre en œuvre plusieurs stratégies discursives pour exprimer cette idée. D. Cogny78 a examiné le vocabulaire utilisé, afin de mettre en contraste le passé vertueux avec le présent corrompu : opposition de l’emphatique ille avec hic qui revêt une valeur péjorative ; l’emploi de l’imparfait ; l’emploi des verbes inchoatifs qui ont le sens de commencer (coepi) ; les adverbes de temps quondam et olim ; l’opposition de tunc à nunc ; les adverbes de manière, qui renvoient à un processus imprécis (paulatim) ; les métaphores qui confirment l’impression d’une réalité mouvante.

  • 79 Liv., praef., 9. Les passages mentionés dans ce paragraphe seront cités et commentés plus loin.
  • 80 Sal., Cat., 2.2, 10.1, 12.1, 38.1, 41.10 ; Jug., 41.10, 42.5 ; Hist., fr. 1.17 M (= 1.15 Ramsey = (...)
  • 81 Sal., Cat., 4.4 (id facinus in primis ego memorabile existumo), 10.3 (Igitur primo pecuniae, dein (...)
  • 82 Sal., Cat., 52.10 ; Liv. 3.20.5, 4.6.12, 7.25.9, 34.4.19, 43.13.1.
  • 83 Sal., Cat., 5.9, 10.6 ; Hist., fr. 1.16 M = 1.13 Ramsey = 1.17 La Penna-Funari ; Liv., praef., 9.
  • 84 Sal., Jug., 41.9, 42.4 ; Hist., fr. 1.16 M = 1.13 Ramsey = 1.17 La Penna-Funari ; Liv., praef., 9 (...)
  • 85 Voir infra, p. 230-273, le chapitre consacré à ces métaphores.

49Salluste et Tite-Live utilisent les mêmes stratégies. Tite-Live renvoie à son époque corrompue avec la formule ad haec tempora, qui s’oppose à l’emphatique illa, désignant tout ce qui est à l’origine d’une res publica vertueuse79. Le verbe coepi est utilisé par les deux historiens, afin de faire allusion au commencement d’un processus de déclin80. D’autres termes appartenant aussi au même champ lexical reviennent aussi souvent dans les œuvres des deux auteurs, afin de renvoyer au début et à l’accentuation de la dégénérescence morale de la res publica81. Salluste et plus souvent Tite-Live ne manquent pas non plus d’utiliser l’adverbe nunc dans un sens péjoratif, pour l’opposer aux mores antiques82. L’adverbe paulatim est employé à maintes reprises pour évoquer le processus lent de la décadence83. Enfin, les métaphores sont souvent les moyens à travers lesquels les deux auteurs évoquent la dégradation de la république. De la même façon que nous l’avons vu chez Cicéron, l’image de la chute des mores ou de la res publica elle-même sert à exprimer l’idée de la décadence de la res publica84. En outre, Salluste et Tite-Live empruntent au lexique médical, pour former des métaphores, dans lesquelles la dégradation de la res publica est comparée à une maladie85.

50En outre, ils montrent à quel point le thème de la décadence est central dans leur récit, en lui accordant une place centrale dans les parties de leur ouvrage qui sont dotées d’une valeur programmatique : dans les préfaces, des digressions et des commentaires explicatifs sur le récit. L’examen précis de la façon dont ce thème est développé et mis en valeur chez les deux historiens fait l’objet du chapitre suivant.

Notes

1 Voir à ce propos les références données par Engels 2009, 859-860. Voir aussi id. 2015, 17-18.

2 Hes., Op., 106-201. Sur la conception cyclique chez Hésiode et ses origines, voir Laurent 2009, 85-128.

3 Voir Hes., Op., 174-175 : Μήκετ’ἔπειτ’ὤφελλον ἐγὼ πέµπτοισι µετεῖναι ἀνδράσι, ἀλλ’ἢ πρόσθε θανεῖν ἢ ἔπειτα γενέσθαι : “Et plût au ciel que je n’eusse pas à mon tour à vivre au milieu de ceux de la cinquième race, et que je fusse ou mort plus tôt ou né plus tard”. Trad. P. Mazon (CUF 1928). Pour la conception du temps chez Hésiode, voir Werner 1939, 24 ; Vernant 1960, 25‑30 ; Widmer 1983, 45-58 ; Noica 1970 ; Bracher 1987, 275-276.

4 C’est pourquoi Vernant 1960, 25-30, soutient que le temps chez Hésiode ne se déroule pas suivant une succession chronologique. Voir aussi de Romilly 1977, 10.

5 L’authenticité platonicienne de ce discours, ainsi que de toute l’œuvre est un sujet particulièrement débattu. Voir Engels 2012, avec bibliographie antérieure. Le chercheur l’attribue à un faussaire du ive s. a.C.

6 Voir à ce propos Méridier 1931, 74-77 ; Clavaud 1980 (not. p. 192-193) ; Roscalla 2005, 37-46 ; Trivigno 2009.

7 Isoc. 8.27.75-78, 32.95-96, 33.102-103, 38.116-120. Tout au long l’Aréopagitique, Isocrate fait l’éloge des vertus des anciens Athéniens, en les mettant en opposition avec la situation présente pitoyable. Démosthène se livre souvent à une critique générale des mœurs contemporaines d’Athènes, mais sans établir une comparaison explicite avec les mœurs anciennes. Voir D. 9.2-5 ; 19.255 sq. (l’orateur cite une élégie de Solon sur ce sujet).

8 Voir à ce propos de Romilly 1977, 6-7.

9 Voir Grene 1961, et de Romilly 1977, 42-46.

10 Voir sur cela de Romilly 1977, 46-62 ; Crane 1998, 68 ; et Balot 2001, 136-178. Sur la démoralisation de la rhétorique après Périclès, voir Finley 1942, 54-59.

11 Thuc. 3.82-83. Sur la détérioration morale dans la digression de la στάσις, voir Wassermann 1954, Edmunds 1975. Sur le rapport de cette digression avec le récit de la peste, voir Mittelstadt 1968, et Winton 1992.

12 X., Lac., 14. Voir Gianotti 2001, 16-17, pour une discussion sur ce passage.

13 Ainsi de Romilly 1977, 4, sur Hérodote et Thucydide.

14 Hampl 1959, expose aussi des références d’auteurs romains qui illustrent le sentiment de décadence, et essaie de montrer que cette idéalisation du passé ne tient pas à l’épreuve de la réalité historique. Voir aussi Engels 2009, pour une présentation en ordre chronologique des références de la littérature latine (Pison, Polybe, Posidonius, Salluste, Tite-Live, Virgile et Sénèque), qui témoignent d’une réflexion sur la décadence de Rome. Le commentateur examine à quel degré chaque référence relève d’une conception déterministe de l’histoire.

15 Voir Cato fr. 66, 76, 85, 87, 108, 138, 141-149, 152-153, 171-173, 193 ORF4. Aulu-Gelle (Gel. 11.2.2‑3, 5‑6) rapporte trois fragments du Carmen de moribus. Biesinger 2016, 59-92 (not. p. 67-72), soutient que le discours sur la décadence dans ces textes sert à souligner de manière polémique la discontinuité entre les vertus des ancêtres et les vices des nobiles de l’époque de Caton, dont l’orateur veut se distinguer. Sur la propagation du luxe durant le iie siècle voir Grimal [1953] 1975, 260-263. Voir David 2000, 77-89, sur la réaction catonienne à ce propos.

16 Cato, Hist., fr. 113-115, 118-119 Peter = 7.9-13 Chassignet = 109, 113, 119, 144-145 FRHist. Une opposition entre les mores anciens et contemporains semble être établie dans ces fragments, mais nous partageons le scepticisme de T. Cornell (FRHist, ad loc.), qui considère comme peu fondée l’hypothèse des éditeurs antérieurs, selon laquelle ces fragments faisaient partie d’une digression où les mores des anciens Romains étaient mis en opposition avec ceux de l’époque de Caton.

17 Cato, Hist. fr. 95a-b Peter = 5.3a-b Chassignet = 163-164 ORF4= 87-88 FRHist (= Gel. 6.3.14, 16) ; Cato fr. 169 ORF4.

18 Selon Biesinger 2016, 72-79, dans les trois derniers livres des Origines, Caton aurait l’intention de montrer que lui, en tant que homo nouus, incarne les mœurs antiques contrairement aux nobiles de son époque.

19 Voir infra, p. 62 sq.

20 Voir à ce titre Scip. min. fr. 30 ORF4 = Macr. 3.14.5-6 : Scipion Émilien, dans le discours contre la loi judiciaire de Tiberius Gracchus, proteste contre l’enseignement du chant et de la danse à l’école des histrions, choses considérées comme déshonorantes. Une critique contre le luxe et la morale sociale de la fin du iie siècle semble aussi avoir été formulée dans les Satires de Lucilius. Voir à ce propos Steenblock 2013, 35-50.

21 Plb. 4.17-18, 20-21 ; 20.4-6 ; 26.17. Voir Walbank 1980, 44‑47, pour une discussion sur ces passages.

22 Pour un examen approfondi des aspects divers de la théorie polybienne des constitutions, voir Walbank 1957, ad loc., et Pédech 1964, 303-330. Voir aussi Seng 2017, 304-306, qui examine cette théorie comme un discours sur la décadence (Dekadenzdiskurs). Voir aussi von Fritz 1954, 60-75, pour une discussion sur les différences de la conception polybienne de l’ἀνακύκλωσις par rapport à des idées similaires chez Hérodote, Platon et Aristote.

23 Voir infra, p. 230-231, pour l’origine biologique de ces termes.

24 Voir Plb. 6.4.6-9.10, pour une analyse détaillée des modalités de transformations de chaque forme de régime.

25 Sur l’originalité de la théorie de Polybe et ses sources possibles voir Walbank 1957, 643-645, et id. 1980, 49.

26 Voir Plb. 6.4.13, avec Walbank 1980, 51-53.

27 Plb. 6.9.12 : µοίως δε καὶ τῆς εἰς τοὔµπαλιν ἐσοµένης ἐκ τούτων µεταβολῆς.

28 Plb. 6.3.7. Pour une discussion détaillée sur les divers aspects de la théorie de la constitution mixte chez Polybe, voir von Fritz 1954 (not. p. 76-95 & 184-219), Pédech 1964, 317 sq., et Lintott 1997, 73-80.

29 Voir à ce propos Walbank 1957, ad loc.

30 Plb. 6.57.7 : λήψεται δὲ τὴν ἐπιγραφὴν τῆς µεταβολῆς ὁ δῆµος. Voir aussi Plb. 6.14.3,12, où l’historien souligne que la part laissée au peuple dans la constitution était peut-être la plus grande.

31 Voir à ce propos Walbank 1957, ad 6.11.1, et id. 1980, 56.

32 Voir sur ces sujets infra, p. 284-285, 344-345.

33 Freund 1984, 36-37.

34 Voir Werner 1939, 93-98, et Widmer 1983, 133 sq., sur la décadence dans l’œuvre de Posidonius.

35 Voir Posidon. fr. 284 Edelstein-Kidd = fr. 448 Theiler = Sen., Ep., 90.4 sq. La théorie posidonienne sur l’âge d’or est citée par Sénèque dans le cadre de sa réfutation des thèses de l’Apaméen concernant le rôle des sages dans le progrès technique de l’humanité. Il en déforme donc certaines thèses. Sur le contexte particulier dans lequel se situe cette théorie, voir Laffranque 1964, 494-503 ; Bertoli 1982 ; Chaumartin 1988, 24-27 ; Nicolaides 2002 ; Zago 2012, 49-108 ; Degl’Innocenti Pierini 2008 (not. p. 108-109).

36 Voir infra, p. 65 sq., 345-346.

37 Cic., Att., 2.19.2 : “Sache-le bien : il n’y a jamais rien eu d’aussi bas, d’aussi vil, d’aussi universellement odieux aux gens de toute condition, de tous les ordres, de tout âge, que l’état de choses actuel : cela va plus loin que je n’aurais cru, plus loin même, ma parole ! que je n’eusse souhaité”. Trad. L.-A. Constans (CUF 1934).

38 Cic., Att., 2.21.1 : “Pourquoi te décrire par le menu l’état de la république ? Elle est toute perdue, et plus misérable encore que celle où tu l’as laissée.”. Voir aussi Cic., Q. fr., 1.2.15 : Rem publicam funditus amisimus / “Nous n’avons plus de république” Trad. L.-A. Constans (CUF 1934) avec quelques modifications.

39 Cic., Fam., 5.15.3 : “Mais, par je ne sais quel hasard, notre vie a coïncidé avec une époque […] où nous rougissions d’être en vie.” Trad. J. Beaujeu (CUF 1983).

40 Cic., Catil., 1.1.2-2.4. La même formule (o tempora ! o mores !) est également utilisée dans Ver., 2.4.25.56-57 : Cicéron met en opposition l’honnêteté de L. Pison, fils de Calpurnius Pison Frugi, avec la cupidité de Verrès.

41 Le vocabulaire de la chute est repris dans d’autres passages. Voir Cic., Sul., 1.1 : praecipitante re publica ; Har., 26.60 : res publica labefacta ; Off. 2.23.80 : res publica dilabitur.

42 Cic., Rep., 5.1.1 : “C’est grâce aux mœurs et aux hommes d’autrefois que Rome est debout”. Trad. E. Bréguet (CUF 1980). Voir aussi dans le même sens Cic., Att., 4.18.2 (amisimus, mi Pomponi, omnem non modo sucum ac sanguinem sed etiam colorem et speciem pristinam ciuitatis. Nulla est res publica quae delectet, in qua acquiescam) ; Q. fr., 3.4.1 (sed uides nullam esse rem publicam). Cicéron avait évoqué le danger de disparition de la res publica dans ses plus anciennes Lettres. Voir Cic., Att., 1.18.2 (iam exclames necesse est res Romanas diutius stare non posse), 3 (adflicta res publica), 6 (amissa re publica).

43 Voir infra, p. 507-508. Sur le schéma cicéronien de la décadence et son exploitation rhétorique et politique, voir Samotta 2009, 133-147.

44 Cic., Off., 2.8.29 : “Voilà pourquoi seuls les murs de Rome sont encore debout et subsistent, mais eux-mêmes redoutent déjà le moment où les crimes seront portés à leur comble ; quant à la république, nous l’avons complètement perdue”. Trad. S. Mercier (CUF 2014), ainsi que toutes les traductions du De officiis. Voir aussi ibid., 1.11.35 (rem publicam quae nunc nulla est).

45 Cic., Rep., 1.19.31.

46 Cic., de Orat., 1.9.38 : rem publicam dissupauerunt.

47 Var., Sexag., fr. 488-493 Cèbe = 488, 491, 495-498 Astbury. Voir Leonardis 2014 sur cette opposition nette entre le présent décadent et le passé vertueux de Rome.

48 Var., Sesq., fr. 479-480 Cèbe = 479-480 Astbury.

49 Var., De uit. pop. Rom., fr. 295, 334, 382, 398-399, 418 Salvadore = 15, 38h, 64-65, 73, 92 Riposati.

50 Var., De uit. pop. Rom., fr. 434-435 Salvadore = 121-122 Riposati.

51 Voir infra, p. 63, 231-232.

52 Voir à ce propos, FRHist, vol. I, 417.

53 Var., Hist. Ann., fr. 1-2 FRHist = Annalium libri III, fr. 1-2 Peter.

54 Nep., Exempl., fr. 17-19, 21-25 Peter = 27-29, 31-35 Malcovati = 26-28, 30-34 Marshall.

55 Voir FRHist., vol. I, p. 397-398.

56 Voir Catul. 1.1-7, avec le commentaire de Woodman 2003, 191-196.

57 Sur cette œuvre voir FRHist, vol. I, 398-401, avec bibliographie antérieure.

58 Sur la relativisation du mythe de “l’âge d’or” par Lucrèce, voir Deproost 2008, 40-41.

59 Voir Lucr. 5.1194-1197, 1305-1307, 1424-1435. Voir aussi à ce propos Furley 1977.

60 Sur ces questions extrêmement complexes, voir Novara 1982, 318-383 ; Luciani 1999, repris par ead. 2000, 155-177, avec bibliographie antérieure.

61 Voir infra, p. 62-69.

62 Hor., Carm., 3.6.45-48 : “Que ne dégrade point le temps destructeur ? La génération de nos pères, qui valaient moins que nos aïeux, a fait naître en nous des fils plus méchants, qui vont donner le jour à une postérité plus mauvaise encore”. Trad. F. Villeneuve (CUF 1927). Voir Nisbet & Rudd 2004, ad loc., sur les sources grecques du schéma d’Horace. Les critiques soulignent que, contrairement à ses sources, le poète n’applique pas sa théorie à l’histoire humaine en général, puisque la détérioration a commencé à partir du iie siècle.

63 Cette différence de perspective est aussi signalée par Mazza 1967, 77-80.

64 Voir sur cette angoisse Sordi 1972, 782 sq. ; Dopico Cainzos 1999, 154 sq. ; Vassiliades 2018c, 66-70.

65 Voir infra, p. 62-63, 168-169.

66 Ledentu 2004, 199-209.

67 Ledentu 2004, 208.

68 Voir Sis. T 13 & 16 FRHist. (= Vell. 2.9.4-6 ; Plut., Luc., 1.7-8).

69 Voir à ce propos FRHist, vol. I, 307, 312-313

70 Sur les motifs probables de cette opposition de Salluste à Sisenna, voir Pasoli 1966, 24-26.

71 Voir dans ce sens La Penna 1969, 309.

72 Voir La Penna 1969, 309-311.

73 Haehling 2007, 65, fait le même constat.

74 Plin., Pan., 26.6.

75 Cf. Cic., Sul., 11.33 ; Pis., 8.18, 15.34 ; [Sal.], Rep., 2.13.5 ; Liv. 44.37.9.

76 Sen., Const. Sap., 2.3. Tacite emploie le verbe degenerare dans le sens de “dégénérer”, en parlant d’une qualité précise, mais ne l’utilise pas pour parler de la dégradation morale en général. Tac., Dial., 27.3 : libertate, a qua uel magis degenerauimus quam ab eloquentia ; Hist., 2.62.1 : Degenerabat a labore ac uirtute miles. Le verbe est aussi utilisé dans le sens de “s’abaisser à” (Tac., Ann., 14.21.1 : ad theatralis artes degenerauisse).

77 Cicéron (Dom., 18.46 ; Balb., 26.58) utilise la formule inclinatio communium temporum dans le sens de déterioration de la situation.

78 Cogny 1976, 153-154.

79 Liv., praef., 9. Les passages mentionés dans ce paragraphe seront cités et commentés plus loin.

80 Sal., Cat., 2.2, 10.1, 12.1, 38.1, 41.10 ; Jug., 41.10, 42.5 ; Hist., fr. 1.17 M (= 1.15 Ramsey =1.19 La Penna‑Funari) ; Liv., praef., 9, 39.6.8-9.

81 Sal., Cat., 4.4 (id facinus in primis ego memorabile existumo), 10.3 (Igitur primo pecuniae, deinde imperi cupido creuit), 10.6 (Haec primo paulatim crescere) 11.1 (Sed primo magis ambitio quam auaritia animos hominum exercebat) ; Jug., 5.1 (tunc primum superbiae nobilitatis obuiam itum est), 41.10 (ubi primum ex nobilitate […] moueri ciuitas) ; Hist., fr. 1.7 M = 1.8 Ramsey = 1.13 La Penna-Funari (Nobis primae dissensiones…) ; Liv., praef., 9 (uelut desidentis primo mores […] deinde…), 25.40.2 (inde primum initium mirandi Graecarum artium opera…), 39.6.7 (Luxuriae enim peregrinae origo ab exercitu Asiatico inuecta in Vrbem est. Ii primum lectos aeratos…).

82 Sal., Cat., 52.10 ; Liv. 3.20.5, 4.6.12, 7.25.9, 34.4.19, 43.13.1.

83 Sal., Cat., 5.9, 10.6 ; Hist., fr. 1.16 M = 1.13 Ramsey = 1.17 La Penna-Funari ; Liv., praef., 9.

84 Sal., Jug., 41.9, 42.4 ; Hist., fr. 1.16 M = 1.13 Ramsey = 1.17 La Penna-Funari ; Liv., praef., 9. Le vocabulaire de la chute revient dans le même contexte chez Tacite. Voir Tac., Ann., 2.33.4 (si quid in moribus labaret).

85 Voir infra, p. 230-273, le chapitre consacré à ces métaphores.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search