Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 345-349


Texte intégral

1Cette recherche avait pour objectif de dégager des tendances concernant les dynamiques de peuplement, la genèse des territoires, les systèmes sociaux et politiques au cours de la Protohistoire. J’ai choisi le cadre de région Centre de manière à établir des liens entre plusieurs projets de recherche sur lesquels j’ai travaillé en préventif et en programmé mais que je n’avais jamais eu l’occasion de mettre en perspective. J’ai souhaité traiter cette problématique sur une période de 5000 ans parce que l’histoire des territoires me semble particulièrement pertinente lorsqu’elle est reconstituée dans la longue durée. De ce point de vue, on peut saisir les aspects qui ont attiré l’attention des communautés successives dans un même lieu, que ce soit pour les ressources naturelles, les qualités topographiques ou les réseaux de communication. Dans la longue durée, on peut également examiner de quelle manière elles ont successivement inscrit leur empreinte dans leur territoire et comment ces marques ont été respectées, contribuant à matérialiser puis à fixer dans le temps certaines limites et frontières.

2J’ai conçu cette recherche comme une expérience originale, en adaptant ma problématique en fonction de trois focales : d’abord à petite échelle en examinant les modalités du peuplement du Néolithique ancien à la fin de l’âge du Fer dans l’ensemble de la région Centre ; ensuite, à grande échelle en proposant un coup de projecteur sur trois dossiers majeurs de la région, Fort-Harrouard, Sublaines et Levroux ; enfin, en abordant la question des systèmes politiques protohistoriques sous un angle théorique, anthropologique et historique. À des échelles différentes, les problématiques ne sont pas de même nature et se situent sur des plans distincts : la petite échelle doit permettre de dégager de grandes tendances historiques et leurs liens avec le cadre géographique et naturel ; à des échelles encore plus petites, de l’Europe par exemple, on peut saisir les trajectoires de populations. Quant à la grande échelle, les questions se polarisent plus classiquement au plus près des données du terrain, archéologiques et historiographiques.

3La première étude a permis de dégager les principales tendances du peuplement protohistorique en région Centre, depuis les débuts de la sédentarisation, des premiers défrichements au Néolithique ancien jusqu’à la constitution des civitates gauloises. J’ai montré que certains lieux sont occupés de manière privilégiée et continue comme le bassin versant de la Loire alors que d’autres enregistrent des fluctuations qui peuvent être liées à des transformations d’ordre économique, politique ou culturel. Par exemple, le pôle du Grand-Pressigny émerge subitement, des centaines d’ateliers de débitage s’installent puis disparaissent aussi brusquement 400 ans plus tard. Cette étude s’est appuyée sur une base de données quantitative d’une grande valeur statistique, composée de plus de 14 000 entités archéologiques. C’est pour le Néolithique et l’âge du Fer que les données sont les plus nombreuses, la période de l’âge du Bronze est encore lacunaire, probablement à cause de la morphologie des habitats de cette période et des problèmes de conservation différentielle. À l’âge du Fer, période pour laquelle les données sont les plus abondantes grâce aux opérations préventives réalisées au cours des dernières décennies, l’acquis principal est la visibilité des grandes entités territoriales que sont les trois civitates du Centre, Carnutes, Turons et Bituriges. À travers l’étude préliminaire que j’ai proposée, la base de données Patriarche dévoile le potentiel archéologique exceptionnel de la région Centre et on peut sans difficulté imaginer que des études plus détaillées seront encore plus fructueuses. Je n’ai pas envisagé d’aller plus loin dans le cadre de cet ouvrage car l’étape suivante se heurte à un écueil de taille : Patriarche ne comprend que des données descriptives élémentaires qu’il sera indispensable de contrôler et de compléter en puisant à la source des rapports de fouille et de la documentation brute. Il ne faut pas oublier que cette énorme base de données est majoritairement liée à l’archéologie préventive et que la plupart des sites ne sont ni publiés ni étudiés. Pour envisager des analyses spatiales plus détaillées sur une approche globale des territoires (pour une ou plusieurs phases chronologiques), il est nécessaire au préalable de plonger dans les quelques 1700 rapports de diagnostic et de fouille conservés au SRA du Centre pour les périodes du Néolithique à l’âge du Fer. La tâche n’est pas impossible mais immense car elle nécessite, outre de longs dépouillements, d’inévitables révisions des identifications et datations du mobilier archéologique (ce que j’ai fait pour Sublaines et la vallée de l’Indre par exemple). Des travaux d’une telle envergure nécessiteront de parfaitement cibler les problématiques que l’on veut étudier à des échelles régionales ou micro-régionales.

4J’ai consacré le second volet de cet ouvrage à trois célèbres dossiers de la région Centre, Fort-Harrouard, Sublaines et Levroux. J’ai tenté de leur apporter un nouveau regard en révisant l’ensemble de la documentation disponible et en faisant la synthèse des connaissances archéologiques. Pour cela, j’ai introduit dans ces trois études des données inédites, acquises au cours d’opérations préventives récentes, en particulier pour Sublaines, Levroux et la vallée de l’Indre. Je les ai tous les trois étudiés dans la longue durée, depuis l’origine de leur implantation au Néolithique jusqu’à la fin de l’âge du Fer. J’ai proposé de restituer l’histoire de chaque ensemble à travers plusieurs modalités : caler les ruptures et les continuités dans leur chronologie, observer précisément le déplacement ou la permanence des pôles d’occupation, établir des liens entre habitats, nécropoles et lieux de mémoire. Ces trois études ont permis de dessiner la zone d’influence de chacun des trois sites que l’on peut finalement qualifier, à titre d’hypothèse, tantôt comme des terroirs agricoles, ou à un niveau supérieur, comme des territoires avec un fonctionnement politique autonome. Ils révèlent, séparément et ensemble, différents aspects de la complexification sociale et territoriale telle qu’elle se construit à différents moments de la Protohistoire.

5Fort-Harrouard est le seul site parmi les trois exemples pour lequel la documentation n’a pas été complétée ces dernières années par des fouilles préventives. La différence est de ce fait tout à fait frappante par rapport à Sublaines par exemple, dont la perception a été totalement bouleversée depuis les grandes fouilles préventives de l’A85 en 2005. De même pour la vallée de l’Indre à Châteauroux où les opérations préventives ont été très nombreuses au cours des vingt dernières années : lorsqu’on met en parallèle ces données nouvelles avec celles du site de Levroux, plutôt bien connu par les fouilles programmées et les prospections, le progrès des connaissances est saisissant. En commençant cette étude, mon objectif n’était pas nécessairement de proposer une comparaison de ces trois sites, mais je peux tout de même remarquer, en arrivant au terme de ce travail, que ce réexamen met en valeur trois trajectoires radicalement différentes. Alors qu’ils sont occupés dans la longue durée, de 3000 à 5000 ans avec quelques parenthèses, aucun d’entre eux ne présente ni la même évolution ni la même histoire. Ces différences peuvent être liées à la propre histoire des communautés humaines qui ont vécu dans ces lieux, mais aussi à la position géographique spécifique de ces sites, dont la valeur stratégique a pu varier au cours du temps. Ce sont précisément leurs différences qui rendent cette étude pertinente. En effet, la variabilité des évolutions dans la longue durée met en lumière différents stades de la complexification sociale et politique que ces sites ont enregistré au cours de la Protohistoire.

6Fort Harrouard, comme Moulins-sur-Céphons, a été choisi par les Artenaciens pour construire l’un de leurs fameux remparts. On ignore pour quelle raison ils ont fait ces choix mais il est probable que la position stratégique du promontoire de Fort-Harrouard, au carrefour de plusieurs voies qui existaient au Néolithique final, y est pour quelque chose. L’âge d’or de ce site est sans aucun doute l’âge du Bronze, période au cours de laquelle il accueille un atelier métallurgique de haut niveau, aux confins des complexes culturels atlantique et nord-alpin. Mais Fort-Harrouard ne devient pas un grand centre territorial à l’âge du Fer, malgré une réoccupation du promontoire à LT D. À cette époque, il a pu jouer un rôle économique sur la frontière nord des Carnutes, mais il n’évolue pas en oppidum car il reste plus probablement un établissement de type aristocratique régissant peut-être une fraction de pagus.

7Avec une plus grande quantité de données archéologiques, Sublaines suggère une image très différente de celle de Fort-Harrouard. Au Grand Ormeau, au milieu d’un plateau fertile, il y a dès l’origine un village danubien auquel succède une grande enceinte au sommet d’un léger relief. Celle-ci sera utilisée pendant tout le Néolithique moyen. Alors que les occupations ne sont pas strictement continues pendant 5000 ans, le Grand Ormeau reste un lieu d’ancrage fort, occupé par de vastes habitats à l’âge du Bronze, à l’âge du Fer puis à l’époque romaine. Dès le Néolithique moyen ou récent, plusieurs sites mégalithiques sont construits dans la périphérie de l’habitat. Pendant plusieurs millénaires, ils restent des lieux privilégiés de pratiques rituelles et funéraires, probablement des lieux de mémoire. Au Bronze final puis au Ha D, deux tertres monumentaux construits successivement abritent les sépultures des élites de Sublaines. Ils marquent probablement l’entrée du territoire et symbolisent sa limite au sud-est. Sublaines a pu être occupé par une dynastie aristocratique qui a maintenu un domaine agricole pendant une assez longue durée. Mais après LT C, le site est abandonné et Sublaines ne devient pas un centre territorial à LT D, précisément au moment où les oppida se forment en Gaule. J’ai proposé de voir dans cet abandon le signe de la genèse des oppida, à laquelle la communauté de Sublaines a pu participer, en émigrant par exemple vers Amboise, la capitale de la civitas des Turons située à 18 km au nord.

8L’étude conjointe du secteur de Levroux et de la vallée de l’Indre à Châteauroux a montré que ces deux pôles distants de 25 km ont coexisté et évolué de manière indépendante depuis le Néolithique, caractérisés par des configurations territoriales différentes. À LT C, le pôle de Levroux se singularise avec le développement rapide d’une agglomération artisanale en plaine puis d’un oppidum de hauteur un siècle plus tard. Probablement à la tête d’un chef lieu de pagus, l’oppidum de Levroux pouvait contrôler un territoire de 25 à 30 km de rayon, les grands oppida bituriges étant distants de 50 à 60 km les uns des autres. Quant à la vallée de l’Indre, son évolution montre que l’activité agricole y était bien organisée pendant l’âge du Bronze et l’âge du Fer, avec des exploitations dont la taille, la richesse et le nombre ont varié avec le temps. Celles-ci étaient probablement entre les mains de petites dynasties aristocratiques qui se sont épanouies pendant plusieurs siècles à l’image de celle de Brion. Mais la vallée de l’Indre, malgré l’essor d’une remarquable organisation agricole, ne devient pas un centre territorial. Parce qu’elle n’en a peut-être pas eu les moyens ou parce qu’elle se trouvait en concurrence avec Levroux, elle ne donne pas naissance à un oppidum.

9À travers l’étude détaillée de ces trois exemples, j’ai montré que les données archéologiques abondantes et fiables peuvent permettre de restituer la configuration d’un territoire et d’approcher ses fonctions et son évolution politique au cours du temps. Ce travail pourrait être poursuivi à une autre échelle, celle d’un contexte régional plus large pour comprendre comment ces territoires pouvaient s’intégrer et s’articuler les uns par rapport aux autres. C’est dans ce cadre analytique que l’on pourra peut-être expliquer l’abandon d’un site comme Sublaines, en complétant les études de territoires analogues dans son secteur.

10Passer de la reconstitution des territoires à celle des systèmes socio-politiques qui les ont régis est une tâche complexe et à travers les exemples traités, de nombreuses zones d’ombres subsistent et de nouvelles questions sont apparues. Par exemple, lorsqu’on étudie la composition sociale en se fondant sur les données des habitats, on finit par buter sur une question fondamentale, celle de la diversité des populations qui ont vécu dans ces lieux. En effet, celle-ci s’exprime particulièrement mal à travers les données de l’habitat protohistorique. Il faut bien sûr intégrer les données funéraires, ce que j’ai fait pour Sublaines et Levroux, mais celles-ci correspondent le plus souvent à une fraction de la société, celle qui est représentée dans les tombes riches et élitaires de l’âge du Bronze et du Fer. Quant au Néolithique, la diversité sociale ne s’exprime pas clairement à travers les données funéraires, d’autant que les mégalithes sont souvent liés à des pratiques particulières qui altèrent notre représentation. Par exemple, sur le site des Vaux à Moulins-sur-Céphons, on imagine que différents niveaux ont pu composer la communauté Artenac qui a vécu au Néolithique final, mais l’absence des données funéraires ne permet pas d’aller au delà de ce constat. De même pour l’âge du Fer, les sépultures élitaires sont fondamentales pour affirmer le caractère aristocratique des sociétés, mais elles ne nous aident pas pour comprendre les différents niveaux qui pouvaient exister dans ces communautés. C’est probablement une des raisons pour lesquelles le fonctionnement des résidences princières du Hallstatt final nous échappe en grande partie. Pour combler cette lacune, il faudrait renforcer l’analyse conjointe de l’habitat et du funéraire dans l’approche des territoires, mais peut-être manquons-nous de données funéraires diversifiées, en particulier pour l’âge du Fer.

11D’autres voies de recherche mériteraient d’être poursuivies. La partie théorique de mon étude a insisté sur le recours indispensable aux modèles anthropologiques pour comprendre les sociétés protohistoriques et en particulier l’origine de l’État. En effet, l’archéologie ne détient pas toutes les clés et elle doit puiser dans d’autres disciplines des sciences humaines comme à une source d’inspiration. Un prolongement possible de mon étude pourrait, par exemple, approfondir le rôle de la parenté dans les mutations sociales et politiques des sociétés protohistoriques, je n’ai fait qu’effleurer ce thème ici. En effet, cette caractéristique fondamentale et universelle des sociétés humaines, objet privilégié du développement théorique de l’anthropologie, peut expliquer des comportements que l’archéologie peut mettre en évidence. Je pense en particulier au rôle du lignage en tant qu’unité sociale et à ses évolutions potentielles, la segmentation et la territorialisation.

12Enfin, la réflexion sur les systèmes politiques protohistoriques aurait avantage à être associée aux questions concernant les réseaux économiques. Les sociétés protohistoriques de l’Europe tempérée n’étaient pas coupées du monde mais elles ont au contraire pris place très tôt dans les grands réseaux d’échanges. La diffusion phénoménale des grandes lames pressigniennes en est une preuve dans la première moitié du IIIe millénaire en région Centre. L‘intégration des sociétés pré-étatiques et étatiques dans les systèmes-mondes est un paramètre fondamental pour comprendre l’évolution des modèles politiques. Cette réflexion pourrait constituer un prolongement de mon étude, en changeant d’échelle mais en conservant l’optique de la longue durée.

13En ce début de xxie s., les données archéologiques n’ont jamais été aussi abondantes et diversifiées, et les sciences humaines offrent aujourd’hui aux archéologues des outils de plus en plus performants pour faire évoluer leurs problématiques de recherche. Entre héritage et modernité, l’archéologie protohistorique approche désormais, au plus près, et plus que jamais, les fondements des sociétés humaines.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.