Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse d’Épaminondas à Hadrien

 | 
Catherine Grandjean

Conclusion : Le Péloponnèse dans le temps et l’espace, et l’identité civique

Jean Andreau

Texte intégral

1L’Histoire de la péninsule grecque aux époques hellénistique et romaine a été, et reste, une belle occasion de poser le problème de la crédibilité des textes antiques, notamment en matière démographique, économique et sociale. En effet, comme le rappellent ici J. Bintliff et C. Grandjean, les sombres tableaux que présentent de la Grèce plusieurs passages de Polybe, Strabon et Pausanias, ont paru démentis, d’une part par la permanence des institutions municipales (même si l’on peut considérer, avec A. Rizakis et I. Touratsoglou, qu’à certains égards elle perdaient de leur vigueur démocratique), – et de l’autre par ce que nous savons de l’architecture monumentale et, plus largement, de l’histoire de l’art.

2Mais, dans ce débat, sont venues s’introduire les campagnes de prospection archéologique. Elles nous offrent une nouvelle image de l’exploitation agricole, de l’occupation du sol, de l’environnement et du paysage, – image parfois assez éloignée de celles dont nous disposions auparavant, et, en un sens, plus proche du témoignage des textes antiques. Aucune documentation n’est entièrement crédible, certes, aucune ne dispense d’un effort de critique historique. Il en est de la prospection comme des autres types de sources. La lecture des articles de J. Bintliff et de Gr. Shipley montre toutefois quels énormes progrès la pratique de ces “surveys” a faits depuis un quart de siècle. Le passage aux “intensive surveys” dont J. Bintliff explique la spécificité et qu’il a expérimentés en Béotie, la multiplication de telles campagnes de prospection, la comparaison entre les résultats des diverses campagnes, interdisent désormais de leur adresser les critiques très générales dont elles faisaient souvent l’objet il y a vingt ou vingt-cinq ans. Il n’est plus pertinent d’évoquer, de façon globale et à titre de question préalable, les limites de la chronologie des céramiques et la difficulté à appréhender les évolutions à partir des “surveys”. Mais il est vrai que chaque type de documentation a sa propre chronologie. Une inscription n’est pas toujours bien datée mais, quand sa date précise est connue, elle concerne souvent un événement ponctuel, facile à situer dans le temps, et qui, d’autre part, ne révèle pas nécessairement une évolution durable. La temporalité des prospections archéologiques est tout autre. La manière dont, depuis longtemps déjà, J. Bintliff et d’autres archéologues britanniques se réclament de F. Braudel est significative, et, à mon avis, très efficace : les trois durées sur lesquelles F. Braudel a bâti une partie de ses ouvrages les aident à réfléchir sur l’imbrication des temporalités, et à articuler leurs découvertes par rapport au reste de la documentation, qui, assez souvent, informe davantage sur des événements isolés et à moins long terme.

3Entre la situation de l’époque classique, avec son agriculture intensive (révélée à Thespies et Tanagra par le nombre des tessons hors sites) et les importants domaines de l’époque impériale qui s’accompagnent d’un effacement relatif du centre urbain, il y a un contraste. Mais un tel contraste ne signifie pas, dans tous les cas, un déclin. D’ailleurs, il arrive que cet effacement des centres urbains soit compensé par le développement de quelques plus grandes agglomérations, comme l’avait remarqué S. Alcock dans Graecia Capta. Peut-être y a-t-il là un moyen de sortir de l’alternative prospérité/déclin, et d’échapper à quelques éternelles obsessions, celle de l’oliganthropie, dont C. Grandjean montre les limites, ou celle du “latifondo”.

4Quant au Péloponnèse, les “surveys”, jusqu’ici, portent à conclure à une relative permanence du paysage agricole autour de Corinthe et en Élide. Dans d’autres petites régions, il y a une densification de l’occupation vers la fin du ive siècle et dans la première partie du iiie. C’est le cas en Argolide, en Laconie et dans la région de Dymè (la ville de Sparte et celle de Dymè connaissent elles-mêmes une expansion à cette époque). Mais cette progression de la population et de l’occupation du sol, que soulignent aussi A. Rizakis et I. Touratsoglou, n’est pas partout durable : dans le Sud de l’Argolide, il y a une chute aux environs de 250 a.C. ; à Berbati-Limnes (Argolide centrale), vers 200.

  • 1 Pol. 4.73.5-10.

5Ces remarques sur les prospections m’ont conduit à la question des rapports ville-campagne. À ce sujet, même si, en règle générale, les textes antiques s’intéressent moins aux ruraux qu’aux habitants des chefs-lieux de cités, ils fournissent parfois des informations que, de nos jours, nous attendrions plutôt de l’archéologie. Dans un passage que commente J. Roy, Polybe nous informe par exemple qu’une partie des notables éléens (mais non pas tous) vivaient davantage sur leurs terres que ceux du reste du Péloponnèse, et qu’ils possédaient davantage d’esclaves et de bétail1. L’excellent article de Chr. Chandezon, riche en détails précis et significatifs, est à cet égard presque étonnant. Qu’il s’agisse de l’octroi du droit de pâturage, des troupeaux des sanctuaires, des déplacements d’animaux ou de la production de mulets à partir de juments et d’ânes, il montre combien les textes littéraires et épigraphiques sont instructifs, même quant à des réalités très matérielles et économiques.

  • 2 Str. 8.3.12.

6Néanmoins, quand un auteur parle du déclin d’une cité ou de sa disparition, il faut accueillir avec précaution une telle information : comme le remarque J. Roy, les fouilles réalisées à Pheia montrent que le site continuait à être occupé à l’époque romaine, quoi qu’en dise Strabon2. Un tel décalage peut s’expliquer de diverses manières, et notamment par le fait que l’idée de déclin est très relative. Les auteurs antiques doivent être considérés avec beaucoup d’attention, mais aussi avec circonspection, et non sans nuances.

7Et que dire de l’évolution économique du Péloponnèse au cours des trois siècles de l’époque hellénistique ? Le rôle de la puissance qui dominait le Péloponnèse n’a sûrement pas été négligeable. De ce point de vue, il y a trois grandes phases : la domination macédonienne, à laquelle est consacrée l’article de Gr. Shipley ; l’époque du koinon achéen, dont la politique a eu d’excellents côtés, comme le soulignent A. Rizakis et Y. Touratsoglou, et dont J. Warren analyse avec acuité le monnayage ; enfin, la domination romaine. Au fil des siècles, cette dernière n’a pas eu un comportement constant, et les résultats de sa présence n’ont pas été constants non plus. Peut-on déterminer des phases, ou tracer une courbe des progressions et des moments de crise ? Les événements militaires et politiques ont évidemment fait des victimes, et il ne faut pas sous-estimer non plus leur impact sur l’environnement et les récoltes. Mais il est impossible de fournir une évaluation sérieuse des dommages. L’instabilité politique, les tensions sociales, les criantes inégalités qu’ont connues beaucoup de cités n’ont pas été indolores, elles non plus, comme le soulignent à juste titre A. Rizakis et Y. Touratsoglou ; mais, là encore, il est impossible d’évaluer l’ampleur des dégâts. Et, même aux périodes qui paraissent les plus noires, il y a des indices d’activité et de réactivité ; c’est la cas de la persistance des émissions monétaires après 146 a.C., que souligne Chr. Boehringer.

8L’évolution est-elle la même dans toutes les régions du Péloponnèse ? Il ne le semble pas. Sur le très long terme, la géographie et le relief exercent une forte influence, qui contribue à diviser le Péloponnèse en deux groupes de régions : celle du golfe de Corinthe, à laquelle on peut joindre l’Élide et le Nord de l’Arcadie ; et, d’autre part, le Sud, la Laconie et la Messénie. En même temps, J. Bintliff a raison de souligner qu’il se produit un glissement vers l’Ouest, dû au moins en partie à l’influence de Rome et de l’Italie. Ce sont les koina achaïen et étolien qui jouent le rôle de puissances intermédiaires ; ils occupent le devant de la scène aux dépens des grandes cités d’autrefois, Athènes, Thèbes, Sparte. Par la suite, à l’époque romaine, les déductions de colonies romaines ont, certes, en partie remédié à une vraisemblable diminution de la population, mais elles ont contribué à modifier ce que C. Grandjean appelle, dans son Introduction, “le centre de gravité de la Grèce”.

  • 3 Paus. 4.24.10.

9De plus, certaines cités sont plus ouvertes à l’extérieur et davantage portées sur le commerce (Corinthe, Dymè, les ports de Messénie et l’intérieur de la Laconie), tandis que d’autres semblent repliées sur elles-mêmes et peu ouvertes aux influences extérieures (l’Élide, les petites villes d’Arcadie et d’Achaïe et l’intérieur de la Messénie). Comme le remarque Gr. Shipley, cela se perçoit notamment à partir des styles de la céramique. Dans la deuxième partie de l’époque hellénistique et sous la domination romaine, l’Élide, telle que la décrit J. Roy, paraît particulièrement refermée sur elle-même, malgré l’existence des Jeux Olympiques. Les contacts entre les notables de l’Élide et les régions éloignées du Péloponnèse et de la Grèce continentale semblent faibles (“most of the Elean élite were content with life in Elis”). La phrase de Pausanias que commente Fr. Wojan3 porte à conclure que l’Élide, à l’époque impériale, n’était pas prospère et que son importance était limitée. L’état du temple consacré au culte impérial dont il s’occupe est édifiant ! Quant à l’intention de Pausanias, il semble impossible de la connaître. D’ailleurs, le même phénomène se produit à propos de Tiberius Claudius Caelianus, auquel N. Luraghi a consacré son article : dans ce cas aussi, Pausanias avait visiblement une intention, mais laquelle ? Mystère !

10L’extrémité du Cap Ténare était-elle un lieu commercial très actif, à cause d’un marché des mercenaires ? Pouvons-nous retenir que s’y tenait “la principale bourse aux mercenaires” de la fin du ive siècle a.C., comme l’a écrit P. Ducrey ? Et s’agissait-il, entre 330 et 322, d’une zone extra-territoriale par rapport à la cité de Sparte, selon l’opinion de E. Badian ? La première de ces deux questions a un rapport étroit avec les grands débats sur l’économie antique, puisqu’il s’agirait d’un cas spécifique de marché du travail ; la seconde aussi, mais plus indirectement, – faut-il conclure que ces engagements de soldats juridiquement libres avaient lieu sans que la cité de Sparte puisse intervenir ? Jean-Christophe Couvenhes donne une réponse négative aux deux questions. Mais, sur la seconde, il éprouve plus de doutes que sur la première, d’autant qu’elle est liée à tout le déroulement politique des années 320 a.C. Je ne suis certes pas compétent pour assurer qu’il ait raison, mais je trouve son argumentation très convaincante ; elle est dense et a de la rigueur.

11On peut développer deux images de la cité grecque à l’époque hellénistique : soit l’on insiste sur sa continuité, soit l’on conçoit l’époque hellénistique comme une période de déclin au cours duquel le cadre civique se dissout plus ou moins rapidement. C’est ainsi que, comme l’écrit N. Deshours, une certaine tradition historiographique souligne le déclin de la religion civique à l’époque hellénistique.

12Parce qu’il était divisé en cités, parce que les citoyens d’un bon nombre d’entre elles avaient une forte conscience de l’originalité de leur communauté et nous ont transmis une notable quantité de textes littéraires et épigraphiques, le monde grec antique est particulièrement intéressant pour l’étude des identités. En outre, aucune cité grecque, ou presque aucune, n’est entièrement homogène. Comme le remarque N. Deshours, la question de l’identité d’un peuple n’est pas résolue une fois pour toutes. Et, en même temps, les identités se situent les unes par rapport aux autres. Dans le monde grec, l’identité de chaque cité se définit par rapport à l’identité globale de l’hellénisme et par rapport à celles des autres cités.

13À ce point de vue, le cas des Messéniens est très intéressant, puisque leur cité, fondée en 370/369, a dû se forger à ce moment-là une véritable histoire “nationale”. Les émissions monétaires ont évidemment joué un rôle dans cette élaboration, à laquelle se consacre N. Deshours. Tout en tenant à se différencier des Spartiates, ils avaient en commun, avec Sparte, le culte d’Artémis Limnatis ; à partir de la fin du IIIe siècle, ils se situaient aussi par rapport aux Achaïens ; et, en outre, ils prétendaient rivaliser, en termes d’hellénisme, avec des cités comme Athènes. La révolte de Messène contre le koinon achéen, le fait qu’elle perde plusieurs districts qui deviennent autonomes et que le district d’Andania passe à Mégalépolis avant de revenir aux Messéniens, le fait qu’ils aient choisi Antoine alors que Sparte s’était ralliée à Octave, rien de tout cela n’empêche les Messéniens de continuer à cultiver leur identité et même de la renforcer. Tout en se situant dans la tradition du culte du souverain sur le modèle grec, le culte impérial lui-même s’inscrit aussi dans la religion civique, et contribue ainsi à ce renforcement des identités.

14Dans l’identité des cités et des régions, la langue et son évolution jouent un rôle non négligeable. L’article de S. Minon, par exemple, apprend beaucoup sur la conscience que les Éléens avaient de leur communauté et sur la manière dont cette communauté a cessé, vers la fin du iiie siècle, d’être liée au maintien de leur dialecte dans la langue officielle écrite, face à la koinè et face à la koina dorienne. Mais la langue est aussi un marqueur de l’identité des communautés triphyliennes, qui ont reconquis leur indépendance à la suite de la guerre du Péloponnèse, et qui ont tendance à s’affranchir du dialecte éléen pour se différencier de ceux dont elles dépendaient. La question de l’identité (politique, religieuse, sociale, culturelle) ne se pose pas de la même manière pour les Triphyliens que pour les Éléens, et elle se pose encore d’une autre façon pour les Messéniens. Aucune identité civique n’est simple, maints éléments y sont juxtaposés et enchevêtrés. Des dieux qui portent le même nom, mais qui sont différents, peuvent à la fois protéger des cités qui se combattent ; c’est le cas d’Athéna, qui demeure une divinité spartiate aussi bien qu’athénienne, et cela jusqu’en pleine époque romaine (voir l’article de L. Thromas).

15Quelle que soit la date de son abandon (au cours de l’époque hellénistique, ou beaucoup plus tardivement ?), le petit sanctuaire rupestre consacré à Artémis, sur le mont Mégalovouni, sanctuaire dont traite l’article de Y. Morisot, témoigne de la persistance de lieux de culte datant de la période archaïque. Il confirme aussi la force des identités civiques, puisqu’il s’agit d’un sanctuaire des confins, faisant partie du territoire de Phlionte, mais à proximité de la frontière de celui d’Argos.

16Les particularités de certaines cités nous surprennent ; mais, à vrai dire, nous ignorons souvent si elles frappaient autant les esprits des Grecs de l’époque. Par exemple, entre la fin du iiie siècle et le milieu du iie, les Messéniens, comme le montre P. Fröhlich, ont commencé à élever des tombeaux monumentaux à l’intérieur même de leur centre urbain, ce qui, à cette époque, ne se voyait nulle part ailleurs dans le monde grec.

17L’identité grecque reste très forte à toutes les époques, et beaucoup de cités ont un sens aigu de leur identité ; la célébration des grands ancêtres des périodes antérieures, dont parle par exemple N. Luraghi dans son article sur Messène, le met bien en évidence. Mais que dire d’une identité dorienne ? et d’une identité péloponnésienne ? Elles paraissent très peu prégnantes. Si, dans la seconde partie de l’époque hellénistique, une certaine tendance à l’uniformisation se fait jour, elle résulte, selon N. Deshours, de l’action du koinon achéen.

18Il est très instructif de voir comment Rome a réussi à ne pas porter atteinte aux procédures et aux traditions des cités grecques, mais en les utilisant à son profit, comment elle a persuadé les Grecs qu’elle sauvait la Cité, tout en intégrant cette Cité à leur Empire. L. Robert et ses élèves n’ont cessé de souligner la permanence des institutions civiques, et c’est de nouveau ce que fait ici L. Migeotte à propos de l’oktobolos eisphora du ier siècle a.C. Le respect des traditions n’empêche pas que l’argent du prélèvement soit alors destiné aux Romains et qu’il résulte très clairement d’une demande des Romains. Le paragraphe de Louis Robert que cite J.-S. Balzat nous rappelle d’ailleurs qu’il y a plusieurs moments dans la domination romaine, et que le Ier siècle est l’époque où les notables grecs se situent par rapport à “ces personnages tout-puissants que sont Sylla, Pompée, César, Antoine, Octave”.

19Que faut-il penser de l’ingénieuse thèse de J.-S Balzat sur les Euryclides, que je trouve très séduisante, mais qui, malheureusement, écarte l’un des témoignages les plus précis sur le sujet, celui de Pausanias ? En tout cas, l’épisode montre à la fois quelle place les services rendus aux maîtres de Rome occupaient dans les carrières des grands notables grecs (ou au moins de certains d’entre eux) et quel rôle Rome jouait dans le règlement des éventuels conflits locaux, – par exemple, ici, celui qui opposait Sparte aux cités du koinon des Laconiens. C’est encore plus vrai si Livie, elle aussi, a joué un rôle à côté de son époux, et si Euryclès a été amené à prendre parti quand Auguste songeait à sa succession, comme l’a expliqué Gl. Bowersock, cité ici par Chr. Hoët-Hoët-Van Cauwenberghe. Ces évolutions qui marquent la dernière partie du ier siècle a.C. constituent un des aspects politiques indirects de la romanisation des cités grecques et de leurs ressortissants. Rome ne cherchait pas vraiment à “romaniser” les Grecs, mais certains d’entre eux, même parmi ceux qui n’avaient pas reçu la citoyenneté romaine, ont choisi de donner des noms latins à leurs enfants. S. Zoumbaki, qui étudie ce phénomène, et principalement pour la Messénie, montre les limites de telles pratiques ; il serait intéressant de mener une telle recherche cité par cité, ce qui confirmerait sûrement que certaines cités étaient plus ouvertes que d’autres aux influences culturelles extérieures.

20Chr. Hoët-Van Cauwenberghe met bien en évidence le fait que, sous Auguste et les Julio-Claudiens, l’implication des notables provinciaux dans la politique impériale était particulièrement forte dans des régions comme le Péloponnèse et dans des cités comme Sparte, et qu’elle était fondée sur des relations clientélaires. Les réseaux de clientèles grecs étaient suffisamment comparables à ceux de la tradition romaine pour que les deux séries de réseaux s’interpénètrent, créant des relations à la fois prestigieuses, utiles et dangereuses pour les notables des régions grecques et pour leurs cités. En même temps, le rôle que jouent désormais les femmes dans ces réseaux et les honneurs et hommages qu’elles reçoivent, rôle mis en relief par Chr. Hoët, est un clair symptôme du caractère monarchique du régime. Entre les traditions grecques et celles de Rome, on perçoit des caractéristiques communes qui ont facilité l’insertion des cités grecques dans l’ensemble romain. Les tombeaux des lignées oligarchiques dont traite P. Fröhlich ne sont pas tellement différents de ceux des notabilités romaines (mais ces derniers, certes, ne se trouvaient jamais à l’intérieur des murs de la ville). Et la prosopographie des lignées messéniennes, avec ses stemmata brillamment reconstitués, mais souvent très hypothétiques, ressemble largement à celle des articles de Fr. Münzer dans la Pauly Wissowa, telle que la pratique ici Chr. Hoët-Van Cauwenberghe pour l’époque des guerres civiles et le Haut Empire. Quand, au IIe siècle p. C., se multiplient les grands notables citoyens romains qui se piquent de descendre de personnages historiques du passé, par exemple Tiberius Claudius Saethida Caelianus, Titus Flavius Polybius et Tiberius Claudius Polycrates, les deux mondes culturels se sont rejoints. Comme le remarque très justement N. Luraghi, cette façon de se réclamer d’ancêtres glorieux paraît être une habitude plus romaine que grecque. Nous sommes bien en présence d’un phénomène de romanisation, mais d’une romanisation qui a conservé plus de place aux traditions et aux formes de pensée “indigènes” que cela n’a été le cas dans les provinces d’Occident.

21Occupation du sol, densité de la population et prospérité économique ; relations entre la ville et la campagne ; identité civique et maintien des traditions et des cultes grecs. Le colloque dont ce livre est la publication a été très animé et convivial. Il aboutit maintenant à un ouvrage utile, très riche et stimulant. Sur les thèmes que je viens d’énumérer, mais sur beaucoup d’autres aussi, il constitue une source de réflexion et un modèle de méthode historique. Remercions et félicitons notre collègue et amie Catherine Grandjean d’avoir organisé le colloque et d’avoir mené à bien cette importante publication.

Notes

1 Pol. 4.73.5-10.

2 Str. 8.3.12.

3 Paus. 4.24.10.

Auteur

© Ausonius Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540