Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Annexe 2 - catalogue des mentions de castra, castella, oppida et turres dans les textes de la Gascogne bordelaise avant les années 1220

Texte intégral

  • 1  C’est le cas de Cazes, AHG, I, n° LXXXVII, p. 190, ou de Montferrand (1214, Rot. litt. pat., p. 11 (...)

1Les investigations menées dans les sources régionales ont permis d’actualiser les recensements des châteaux du Bordelais et du Bazadais aux xie et xiie siècles effectués par L. Drouyn et J. Gardelles en faisant apparaître quelques sites non inventoriés ou, pour d’autres, de faire remonter plus haut dans le temps leurs premières mentions écrites. L’inventaire que nous présentons est pour l’essentiel un récolement des mentions de castra, castella, oppida et turres dans les textes, ainsi que des toponymes dérivés de Castel (Castelnau, Castelviel, Castets) mentionnés à la même époque car, dans la majorité des cas, l’existence d’un château en ces lieux a été confirmée. Nous avons également considéré les localités closes (mentions de portes). Compte tenu du décalage bien connu entre la première mention textuelle et la période d’occupation d’un site, il eût été inopportun de se limiter au seul xiie siècle : c’est pourquoi le terminus ad quem de cet inventaire a été poussé jusqu’aux années 1220 pour les seuls sites dont nous ne connaissons pas la période de construction (ceux dont les textes du début du xiiie siècle évoquent la mise en place ont été naturellement écartés1). Ce corpus n’est pas un inventaire archéologique. Pour cela, il nous aurait fallu entreprendre de plus larges prospections sur les deux diocèses, ce qui n’était pas réalisable dans les limites de ce travail. Nous nous bornerons à signaler pour chaque site, la nature des vestiges attribuables à notre période et si une motte y a été repérée.

Bazas (ch.-l. ca, 33)

  • 2AHG, XV, p. 29.
  • 3GCSM, n° 685, casalem unum qui est inter portam civitatis Basatensis et ecclesie de Cabozits.
  • 4  Marquette 1992, id. 1997, 17.
  • 5Rôles gasc., t. I. n° 1064.

2La cité épiscopale possédait des portes mentionnées en 11562, puis entre 1155 et 11823. Le palais épiscopal occupait l’angle sud-ouest de la cité antique en s’appuyant sur les remparts de la fin de l’Antiquité4. Le castrum n’est pas à notre connaissance mentionné avant 12435.

Bègles (ch.-l. ca., 33)

  • 6  Shirley éd. 1862, 199 ; Cassagne 91.
  • 7Rot. chart. p. 135, in dominico nostro (…) in bosco, planis, in viis et semitis, in pratis et pasc (...)

3En 1222, le roi ordonna aux bourgeois de Bordeaux de rendre à un certain Chitre, un ancien serviteur du roi Richard, le castrum qu’ils avaient fait détruire à Bègles6. Les actes antérieurs par lesquels Richard, en 1198, Aliénor, en 1199, et le duc Othon de Brunswick ont accordé et confirmé audit Chitre la terre “de Bègles, Corbiac, Combes et Laforêt” n’évoquent pas de castrum. En juin 1204, le roi confia cette terre à Hélie Béguey, citoyen de Bordeaux, qui l’avait réclamée, prétextant la mort de Chitre ; il la garda jusqu’à la sienne, peu avant 1221. La donation évoquait une seigneurie taillée dans la directe ducale, sans castrum7. La construction du castrum se situe donc entre 1204 et 1221.

  • 8   Ménil 1983, I, 58-60.

4La paroisse de Bègles présentait encore, au xixe siècle, une motte qui correspond peut-être à ce castrum. Située au lieu-dit “château de Franc”, à deux cent cinquante mètres du fleuve, la motte est évoquée dans des actes de 1349 (motta de Beccla) et 1519 (mothe de Bègles)8. Il n’en reste rien.

Belin-Beliet (ch.-l. ca., 33)

  • 9Pat. rolls., 1216-1225, 245, mandamus etiam vobis quod audiatis similiter compotum ipsius (…) de h (...)
  • 10Pat. rolls, 1216-1225, 275-276, preposito de Belis, de castro de Belis eidem Philippo liberando. A (...)
  • 11  Boutoulle 2004d.
  • 12  Drouyn [1865] 1977, 2000, I, p. XLVII.

5En 1220, le roi d’Angleterre a confié à Rostand de Soler, en même temps que le castrum de Bordeaux, plusieurs castra dans les Landes de Bordeaux9. Parmi ceux-ci devait se trouver celui de Belin, mentionné l’année suivante. En 1221, le prévôt de Belin reçut l’ordre de Henri III de répondre devant le nouveau sénéchal de Gascogne, Philippe de Ulecot, pour le castrum de Belin10. Le Guide du pèlerin, d’après lequel Belin était, sur la route de Bordeaux à Dax, une localité suffisamment importante pour abriter les restes des compagnons de Charlemagne, n’y signale aucune fortification à la fin des années 1130. Il faut donc mettre sur le compte de la légende l’existence du château où serait née, d’après la tradition locale, Aliénor d’Aquitaine, en 1120 ou 112211. Sa construction au début du xiiie siècle se comprend par la place acquise par l’axe Bordeaux-Dax-Bayonne, dans la géographie des possessions ducales après, d’une part, la cession de l’Agenais au comte de Toulouse en 1196 et, d’autre part, le resserrement des possessions continentales du roi-duc après les conquêtes de Philippe Auguste (1204-1205). Au siècle dernier, Léo Drouyn a reconnu une motte avec une tour semi-circulaire entourée d’une courtine de cinquante mètres, disparue depuis12.

Benauges (co. Arbis, ca. Targon, 33)

  • 13  Boussard éd. 1857, 29.
  • 14GCSM, n° 17 et 19.
  • 15  Champeval éd. 1901, 124, n° 81.
  • 16GCSM, n° 1186.
  • 17  De Rouvray 1953, 281 (d’après la Chronica J. Itier, f 325), confirmare Helie Geraldo, correctori e (...)
  • 18Rot. litt. pat., p. 66b.

6Le castellum de Benauges est évoqué par l’Historia pontificum entre 1087 et 1120, en même temps que celui de Saint-Macaire13. Il avait été apporté dans le patrimoine du comte d’Angoulême par Vitapoy, fille “d’Amanieu le Gascon” , qui devait être un vicomte de Bezeaumes ou un seigneur de Benauges. Le comte d’Angoulême s’en empara avant 1096. Guilhem Amanieu, seigneur de Benauges entre 1079 et la fin des années 1080, figurait en tête de la liste des principes castella tenentes14. En 1097, l’abbaye d’Uzerche reçut l’église de Montpezat, située près du castellum de Benaugias15. On signalait, entre 1194 et 1204, une voie conduisant au castrum de Benauges partant de Saint-Jean de Campagne16. Le 4 février 1190, le roi Richard confirma la donation des vicomtes de Bezeaumes, Guilhem Amanieu et Bernard, aux religieux de Grandmont, de la chapelle de Verdelais et de la dîme des pains vendus dans les castra de Benauges et de Saint-Macaire17. Le 2 août 1206, le roi Jean confia la garde du castrum de Benauges (Bennag’) à Savary de Mauléon18.

  • 19Souny 2004, t. I 49, t. II 21.
  • 20GCSM, n° 236, 649, 897. Souny 2004, 39-43.

7Le château du xiie siècle a entièrement été reconstruit après 1254 et sa prise par l’armée du roi Henri III au terme d’un mois de siège. Il subsiste de son état antérieur le tracé de sa vaste enceinte extérieure (deux cents mètres sur cent dix), de forme ovoïde, formée à l’ouest et au nord d’un imposant vallum (haut de huit à dix mètres, large à la base de vingt-cinq) entourant un fossé tout aussi large. À l’intérieur, une autre enceinte entièrement reprise après 1254 englobe une plate-forme ovoïde (quatre-vingts mètres sur cinquante, dix mètres de haut), formée de terre partiellement rapportée19. Elle est fermée par une courtine à la base de laquelle un appareil plus grossier est peut-être antérieur aux travaux de la seconde moitié du xiiie siècle. Le toponyme Benauges-Vieille, correspondant à la paroisse de Ladaux, attesté au milieu du xiie siècle, et où l’abbaye de La Sauve avait un prieuré, suggère un déplacement du site20.

Berson (ca. Blaye, 33)

  • 21Wiederhold éd. 1913, n° 146.

8Une bulle du pape Alexandre III énumérant les possessions de l’abbaye Saint-Romain de Blaye évoque les homines du castelar vivant à Berson. Ce castelar devait correspondre à une fortification mineure21.

Blaignac (co. Cabara, ca. Branne, 33)

  • 22Shirley éd. 1862, 198.
  • 23PCSM, p. 135.
  • 24GCSM, n° 153, 286, 603, 543, 592, 593, 606, 631, 632, 951, 952 ; Boutoulle 1999a, 27-32. Voir p. 1 (...)

9Le 4 décembre 1222, le roi Henri III interdit aux prud’hommes de Bordeaux d’accueillir dans leur cité les personnes qui avaient pris le castrum de Blennac et incendié le pont de Branne22. Peu de temps avant 1237, le sénéchal de Gascogne, Henri de Trubleville, avait fait édifier pour son beau-père, Hélie de Blaignac, le castrum de Blaignac, une aula et ses officines ; il lui donna, en outre, la justice du Blaignadais, qui appartenait au roi23. Ce chantier était-il une reconstruction ancienne après les destructions de 1222 ou faisait-il partie d’un programme s’étalant sur deux décennies ? Difficile de se prononcer. Un siècle plus tôt, les Blaignac étaient à la tête d’une importante seigneurie locale comprenant la levée des péages de Saint-Jean-de-Blaignac et de Branne24

  • 25  Drouyn 1878-1886, II, 87, 94, 98, 128. Il s’agit de la motte de Chaune au confluent de l’Engranne (...)

10Nous ne savons pas non plus si le château évoqué en 1222 et 1237 fut construit à Saint-Jean-de-Blaignac ou dans la paroisse voisine de Cabara, où l’actuel château de Blaignac surplombe la vallée de la Dordogne. Celui-ci ne comporte pas d’éléments antérieurs au xve siècle. À Saint-Jean-de-Blaignac, Léo Drouyn a relevé cinq mottes dont quatre près de la Dordogne25.

Blanquefort (ch.-l. ca., 33)

  • 26St-Seurin, n° 36, ante portam castri ilius quod Blancafort vocatur.
  • 27  Nortier éd. 1986, 119 : Amauvin Tizon de Blanquefort (1052-1072).
  • 28GCSM, n° 13 ; Ste-Croix, n° 3.
  • 29Ste-Croix, n° 97.
  • 30St-Seurin, n° 96.
  • 31St-Seurin, n° 97b, quod dominus castri homines pro posse suo defenderet.

11En 1091, une terre située devant la porte du castrum de Blanquefort fut donnée à Saint-Seurin de Bordeaux26. Les seigneurs de Blanquefort apparaissent un peu plus tôt, parmi les principes Burdegalenses27, les nobiles ac potentes viri ou les proceres28. Entre 1120 et 1131, Amauvin, archidiacre de Saintes, donna à Sainte-Croix de Bordeaux l’église Saint-Nicolas que est infra castellum Blancafortis29. En 1159, les milites et barones castri sont évoqués dans un acte du cartulaire de Saint-Seurin30. Un accord de 1176 faisait obligation au seigneur de Blanquefort, qualifié de dominus castri, de protéger des hommes31.

12La forteresse est construite sur un butte naturelle calcaire de quatre-vingt mètre de diamètre dominant, d’une hauteur de sept mètres, un vaste secteur de palus traversé par la voie Bordeaux-Soulac. En son centre, s’élève un bâtiment rectangulaire fait de petits moellons, de dix-huit mètres sur onze. Enkysté dans des constructions ultérieures, il constitue le vestige le plus ancien du château (fig. 24).

Fig. 24. Vestiges d’une construction en petit appareil à la base du corps de logis du château de Blanquefort.

Fig. 24. Vestiges d’une construction en petit appareil à la base du corps de logis du château de Blanquefort.

Blaye (ch.-l. ca., 33)

  • 32Ausone (1995) : Epistolae, éd. Mondin, L., Venezia, 10-16.
  • 33  Pardessus, J.-M., éd. (1843-1849), I, n° CCXXX, 206-207.
  • 34RHF, t. II (Adon de Vienne), 668, atque in sancti Romani Blavio castello sepelitur ; RHF, III (Aim (...)
  • 35RHF, t. II (Annales Francorum Metenses), 684 ; MGH, 15 éd. Krusch (Contin. de Frédégaire) 175 : pr (...)
  • 36  Bédier éd., 1947, v. 3688-3698.
  • 37  Boussard éd. 1957, 16 et 20.
  • 38GCSM, n° 19, Guilhem Fredeland de Blavia Oppido, GCSM, n° 946 ; BN, ms. lat. 12773, p. 73, Blavien (...)
  • 39  Boussard éd. 1959, 33.
  • 40RHF, t. XIII (R. du Mont), p. 302.
  • 41AHG, XXV, bulle d’Anastase IV (1153).
  • 42BN, ms. lat. 12773 ; Wiederhold éd. 1913, 192, n° 146.
  • 43St-André, f 97, apud Blaviam in porta castri de Blavia ad quam portam venitur per Pontem.

13Blaye était un point de passage sur la Gironde surveillé par un castrum mentionné dès le ive siècle, dans les lettres d’Ausone. Grégoire de Tours le connaissait également32. Le castrum est encore mentionné dans le testament de Bertrand, évêque du Mans, en 61633. L’abbaye Saint-Romain, qui abritait la sépulture du roi Caribert, mort en 631, était située dans le castrum ou castellum de Blaye34. En 735, selon les Annales de Metz et Frédégaire, Charles Martel s’empara du castrum de Blaye35. La Chanson de Roland place à Saint-Romain la sépulture des compagnons de Charlemagne tués à Roncevaux36. L’Historia Pontificum mentionne le castrum Blavie entre 1019 et 1029, puis entre 1028 et 103137. Il était alors sous la domination des comtes d’Angoulême. À la fin du xie siècle les textes évoquent un oppidum dont le seigneur, Guilhem Fredeland de Blaye, appartenait au groupe des principes castella tenentes38. L’Historia Pontificum rapporte que le duc Guilhem (IX) prit le castrum de Blaye, détruisit la tour et ses murs. Cependant, le comte d’Angoulême, Vulgrin II (1120-1140), s’opposant au duc, récupéra le castrum, renforça les défenses pour le rendre inexpugnable39. En 1152, le roi d’Angleterre Henri II et le comte de Barcelone ont contracté une alliance, apud castrum Blaviam40. D’après une bulle du pape Anastase IV, l’archevêque de Bordeaux possédait la moitié du port de Blaye et les redditus castri41. En 1190, le pape Clément III confirmait à l’abbaye Saint-Romain, la possession de l’église Saint-Jean, in castello Blaviensi42 En 1219, une donation fut passée dans les mains de Geoffroy Rudel dominus de Blavia, “dans la porte du castrum de Blaye par laquelle on vient de Pons”43.

  • 44  Faucherre 1987, 51-58.

14Situé sur le point le plus élevé d’un escarpement dominant la Gironde, le château contrôlait à la fois l’estuaire et la route de Saintes. Les parties les plus anciennes de la porte de la ville, dite de Saint-Romain, remontent peut-être à la fin du xiie siècle44.

Bordeaux (ch.-l. ca., 33)

  • 45St-Seurin, n° 17 (1089-1101). Le terme de castrum utilisé par les spécialistes de l’Antiquité pour (...)
  • 46St-Seurin, n° 10, molendinum quod juxta turrim fractam de foris situm.
  • 47GCSM, n° 402.
  • 48St-Seurin, n° 80, puis 1147, n° 80, n° 59, n° 91 ; AD 33, G 609 (1179), Wiederhold éd. 1913, n° 10 (...)
  • 49Ste-Croix, n° 35.
  • 50Ste-Croix, n° 36, puis St-Seurin, n° 165 (1199).

15L’enceinte du Bas empire entourait encore la cité à la fin du xie siècle (inter muros Burdegale civitatis)45. La turris fracta située près d’un moulin, entre 1027 et 1032, était peut-être une de ses tours46. La porte Judaïque (Judea) est mentionnée en 107547. La porte Médoque est citée en 112748. La porte de la cité (porta civitatis), citée entre 1126 et 1131, dans le prolongement de la voie venant de Saint-Genès et de Lodors, devait correspondre à la porte de la Cadène49. La porte Bégueyre (Vicaria), ouvrant sur le bourg Saint-Éloi, est mentionnée entre 1173 et 118050.

  • 51  Du Buisson 1876, 159; AHG, XLI, p. 321 (donation de la capella palatii à Saint-Martin-du-Mont-Juda (...)
  • 52Ste-Croix, n° 62, apud Sanctum Perjectum debet accedere et fidantiam nomine allaudiorum tantum ill (...)
  • 53  Jean-Courret 2005, 298, 325 et 355.

16Le palais urbain de La Salle, situé à Saint-Projet, qui apparaît dans la documentation écrite au moment de son abandon par le duc Guy Geoffroy en faveur de Saint-Sever (1070) était composé d’un portique, de chambres, un puit, une capella et de dépendances51. Mais on rendait encore la justice à Saint-Projet, dans les années 1180, et l’atelier monétaire fonctionna jusqu’au milieu du xiiie siècle au nord de la paroisse Saint-Projet52. É. Jean-Courret vient de montrer que le palais de La Salle s’inscrivait dans un enclos fortifié intérieur à la cité, s’étendant sur quatre hectares et demi de la Devèze au sud de la place Saint-Projet, et édifié après le viie siècle53.

  • 54  Marchegay éd. 1879, n° VII. Don d’un four sub turre en 1119, Villard éd. 1973, 94. Cette tour est (...)
  • 55AHG, XLIX, n° IX.
  • 56GCSM, n° 391 (1155-1182), Ste-Croix, n° 135 (1170-1193).
  • 57Ste-Croix, n° 3.
  • 58RHF, t. XV (Lettres de Suger), 515.

17La résidence ducale fut transférée par Guy Geoffroy hors les murs, en avant de l’angle sud-est de la cité, dans la tour appelée l’Arbalesteyre au xiiie siècle et dont la première mention date de 108054. Par cette position, le duc contrôlait le trafic sur la Garonne, notamment la levée des coutumes du vin (1072-1077)55 ; la tour surveillait aussi l’embouchure du Peugue, qu’empruntaient les embarcations accostant au marché Saint-Éloi (attesté au milieu du xiie siècle) et le développement de ce faubourg populeux56. En 1096, la tour était associée à un castellarium mal appréhendé (donation de Guilhem IX in turri Castellari57). En 1149, le gardien (custos turris) se plaignait de l’état des défenses de la tour (turris munitio) et de l’impossibilité d’y construire une domus58.

  • 59  Archives municipales de Bordeaux, X-U / 1, 8, 9, 11 ; Gardelles 1972, 105-106.
  • 60  Boutoulle 2003b.

18Les plans du xviiie siècle étudiés par L. Drouyn et J. Gardelles nous montrent une tour maîtresse de dix-huit mètres sur quatorze aux murs épais renforcés de quatre ou cinq contreforts plats selon les façades (fig. 25)59. Le castrum de l’Ombrière, qui engloba la tour primitive fut édifié ultérieurement, dans le premier quart du xiiie siècle60.

Fig. 25. Plan du premier étage du palais de l’Ombrière (XVIIIe siècle). Lavis 98 x 105,5 cm. L’échelle verticale graduée en haut de la figure indique le nombre de toises (de 1 à 5). Archives municipales de Bordeaux, X-U 8.

Fig. 25. Plan du premier étage du palais de l’Ombrière (XVIIIe siècle). Lavis 98 x 105,5 cm. L’échelle verticale graduée en haut de la figure indique le nombre de toises (de 1 à 5). Archives municipales de Bordeaux, X-U 8.

Bouglon (ch.-l. ca., 47)

  • 61Pat. rolls, 1232-1247, 395 (transcrit en anglais).
  • 62Close rolls, 1234-1237, 562.

19En 1237, le roi manda de rendre à Guilhem Raimond de Pins, seigneur de Caumont, le château de Bouglon, que le sénéchal Henri de Trubleville avait pris61. La même année, il demandait à l’évêque de Bazas d’assurer la garde du castrum de Bouglon et de ses appartenances jusqu’à la venue du sénéchal62.

  • 63La Réole, n° 51.
  • 64AHG, XV, p. 25.
  • 65GCSM, n° 42.
  • 66La Réole, n° 102.
  • 67La Réole, n° 77 ; Hanna éd. 1993, n° 5.

20Le château était probablement plus ancien. La famille de Bouglon apparaît dès la fin du xie siècle63. En 1111, Étienne de Caumont et Raimond de Bouglon étaient les vicini proceres appelés à arbitrer un conflit entre les évêques de Bazas et d’Agen, à propos de Casteljaloux64. Entre 1121 et 1126, Raimond figurait dans une liste de barones et principes65; à la même époque, on relève un Bernard de Bouglon dans une liste de milites66. En 1154, Amanieu de Bouglon était qualifié de dominus67.

21Le castrum dominait la vallée de l’Avance et les confins du Bazadais. Il ne reste pas de vestiges de cette époque. L’existence d’une paroisse appelée Bouglon-le-Vieux, plus bas dans la vallée de l’Avance, suggère un déplacement du site castral.

Bourg-sur-Gironde (ch.-l. ca., 33)

  • 68  Migne éd. 1853, LXVIII, col. 727 (Sidoine Appolinaire, Carmina, 22) ; Jullian 1890, 159.
  • 69  Lopès [1668] 1882-1884, II, 483 ; Jullian 1890, II, 160. Font-Réaulx éd. 1915-1916, 148 (quandam c (...)
  • 70AHG, XXV, bulle d’Anastase IV (1153).
  • 71Henschen & Papebroch éd. 1675, I, 42.
  • 72Rot. litt. pat., 92.
  • 73Rot. litt. claus., 130.
  • 74Rot. de obl. et finib., 466 , Rot. litt. claus., 166.

22Le castrum de Bourg-sur-Mer, cité par Sidoine Appolinaire, est d’origine antique68. D’après deux actes mentionnés dans un inventaire des titres de la cathédrale Saint-André de Bordeaux par le chanoine Lopès au xviie siècle, mais aujourd’hui perdus, Charlemagne et son fils Louis le Pieux auraient donné à l’archevêque et à la cathédrale de Bordeaux une cellula dédiée à saint Vincent, sitam in castro quod dicitur Burgus69. Selon une bulle de 1153, le dominus de Bourg rendait hommage (hominium) à l’archevêque de Bordeaux pour des fiefs qu’il tenait de lui70. La seconde vita de Gérard de Corbie, composée à l’extrême fin du xiie siècle, décrit la guérison miraculeuse d’une femme originaire du castellum de Bourg71. Un mandement du roi Jean sans Terre, le 26 mai 1212, évoque le castrum de Bourg72, alors qu’une lettre du sénéchal de Gascogne au même Jean, la même année, parle du castellum de Bourg73. En 1213 et 1214, des mandements royaux concernent des prisonniers capturés lors de la prise du castrum de Bourg74.

  • 75  Bistaudeau 1991, 34 ; s’appuyant sur les dessins de Van der Hem (1638-1649), d’un dessin anonyme ( (...)
  • 76Rot. litt. claus., p. 166.
  • 77  Coquillas à paraître.
  • 78Gallia II, col. 885. Epitaphe trouvé en 1658 : Hic requiescit domnus Guyraudus hujus ecclesie abba (...)

23Le château a été remanié par le lieutenant d’Henri III en Gascogne, Simon de Montfort, puis englobé dans la citadelle du duc d’Épernon (1591-1592), avant que Louis XIV ne fasse raser l’ensemble (1663-1664). Les dessins et plans d’époque moderne, utilisés par Pierre Bistaudeau, nous semblent trop lacunaires pour restituer la physionomie du château avant les transformations du xiiie siècle75. Tout au plus, savons-nous par un des mandements de 1213-1214 que le castrum était pourvu d’une tour maîtresse et que le vicomte de Fronsac y avait sa domus (seisinam de domo sua de Burgo scilicet de turri castri de Burgo76). Récemment, des travaux de réfection de la porte de Blaye ont fait apparaître, derrière le parement extérieur, un petit appareil donnant à penser que ce mur appartenait à un “ouvrage fortifié” dressé au xiie, voire au xie siècle77. Nous appréhendons mal la connexion du castrum avec l’abbaye augustinienne Saint-Vincent de Bourg, fondée en 1124, si l’on en croit l’épitaphe de l’abbé Guiraud, hujus ecclesie primus abbas, et installée à la pointe occidentale du promontoire78.

Casteljaloux (ch.-l. ca., 47)

  • 79AHG, XV, p. 27.
  • 80GCSM, n° 710.
  • 81GCSM, n° 708.

24L’oppidum de Casteljaloux est mentionné en 1142 lors d’un épisode de la guerre opposant les évêques de Bazas et d’Agen79. Le toponyme cependant est mentionné dès la fin du xie siècle : c’est en ce lieu, nommé Castrum Zelotipum, que fut confirmée une donation de Raimond Guilhem de Mazeroles, devant soixante-dix milites, entre 1079 et 109580. En 1131, une donation de Bernard Eiz d’Albret mentionne les murs, le marché de Casteljaloux et une villa extra muros81.

  • 82  Marquette 1975-1979, 74.

25Ce château a été détruit au xviie siècle. Il s’élevait prés du pont de l’Avance, entre la “ville” et le marais82.

Castellet (co. Beychac-et-Caillau, ca. Cenon, 33)

  • 83GCSM, n° 420 (De Sancta Maria de Podii que dicitur a Lubert), 421 (capella de Castelleto), 443, 44 (...)
  • 84GCSM, n° 598 et 977.
  • 85Archipresbiter de Podio, GCSM, n° 49 (1126-1131), 185, 220 (1121-1126), 460 (1119-1120) et 567 (11 (...)

26Une vingtaine de donations du cartulaire de La Sauve portent sur des biens situés au Castellet (De Castelleto)83. Les moines y fondèrent un prieuré (Puch-Lubert), une chapelle dédiée à Sainte-Marie et y ont construit des moulins sur le ruisseau du Lubert (ou Gestas). Dans ce secteur, les seigneurs de Vayres contrôlaient les padouens, les seigneurs de Gensac avaient des droits fonciers et de nombreux fiefs avaient été confiés à des membres de la militia locale. Un Bernard de Castellet était miles dans le troisième quart du xiie siècle84. Le site fut le siège d’un archiprêtré attesté dans le second quart du xiie siècle et qui est devenu, à partir des années 1180, l’archiprêtré d’Entre-deux-Mers85.

Castelud (localisation indéterminée, entre Daignac et Espiet, ca. Branne, 33)

  • 86GCSM, n° 86.
  • 87Piat 1995, 118.

27Le toponyme Castelud est cité une fois, entre 1095 et 1106, dans une donation de Bernard de Castel sur des biens à Espiet et apud Infernetum et Castelud86. Nous ne sommes pas parvenu à le localiser. Il devait être situé dans le voisinage des paroisses d’Espiet et Daignac, où J.-L. Piat a relevé un toponyme Lamothe (Espiet) et une motte partiellement détruite, au lieu-dit La Tusque (Daignac)87.

Castelmoron d’Albret (ca. Monségur, 33)

  • 88GCSM, n° 654.
  • 89Anc. Coutumes La Réole, n° 49 à 53.
  • 90GCSM, n° 286, 441.
  • 91  Marquette 1975-1979, 630 ; Faravel, 1991, I, 377 .

28Entre 1095 et 1121, un certain Pigilatus de Caustro Mauron faisait un nœud au bas d’une donation de Raimond de Gensac88. Le dominus de Castedmauron est cité dans les Anciennes coutumes de La Réole, soit dans les années 118089. On ne sait malheureusement pas à qui ce titre était réservé, même si on relève une famille de Castelmauron à cette époque, dont un des membres appartenait à l’entourage des châtelains de Gironde90. Il ne reste rien de ce castrum et seulement quelques vestiges de l’enceinte du bourg91.

Castelnau-de-Médoc (ch.-l. ca., 33)

  • 92GCSM, n° 1, 402 ; Conques, n° 481 ; Marquessac [1866] 1979, 10.
  • 93  St-André, f 52 v (sans date).

29Séguin de Castelnau fréquentait, en 1075 et en 1108, l’entourage ducal en compagnie des châtelains du Médoc (les seigneurs de Lesparre et de Blanquefort), Pierre de Bordeaux et Guilhem Hélie92. On perd ensuite la trace de cette famille et du château, situé sur la voie Bordeaux-Soulac. Au début du xiiie siècle, cependant, le dominus Amanieu de Lamarque donna la dîme de toto corpore castri de Castelli Novi93.

  • 94  Gardelles 1972, 116 ; Ménil 1983, 104-105.

30Le château était encore visible au siècle dernier. Il était situé dans un bas-fond, sur une butte naturelle enveloppée par les bras d’un ruisseau. Selon J. Gardelles, “il y avait deux enceintes entourées de fossés et une vaste basse-cour”94.

Castelnau-de-Mesmes (co. St-Michel-de-Castelnau, ca. Captieux, 33)

  • 95  Hanna éd. 1993, n° 110.
  • 96  Gardelles 1972, 117.

31Le toponyme de Castelnau (Castellum Novum) n’apparaît pas dans les textes avant le xiiie siècle : entre 1220 et 1230, une donation fut passée à Castel Nau en faveur des Templiers de Romestaing95. Le château était installé sur une importante voie méridienne traversant la vallée du Ciron. Au xixe siècle, on pouvait encore voir une construction rectangulaire entourée d’une enceinte de soixante mètres sur quarante et de fossés96.

Castelnau-de-Cernès (co. Saint-Léger de Balson, ca. Saint-Symphorien, 33)

  • 97St-Seurin, n° 183 (archipresbiter de Castro novo, 1209), St-André, f 5. En 1241, Amanieu d’Albret (...)
  • 98   Gardelles 1972, 160 ; Marquette 1975-1979, 586.

32Le toponyme de Castelnau (de Cernès) apparaît à notre connaissance en 1209 ; il s’agissait alors du siège du siège d’un archiprêtré, le Cernès, que l’on ne doit pas confondre avec l’archidiaconé du même nom97. Le château, construit près de la Hure, un affluent du Ciron, dans une zone de landes, a été reconstruit ou largement remanié à la fin du xiiie et au début du xive siècle98.

Castelviel (ca. Sauveterre-de-Guyenne, 33)

  • 99GCSM, n° 180.
  • 100Drouyn 1878-1886, III, 191.

33Le toponyme Castellum Vetus est cité pour la première fois dans un acte du premier quart du xiie siècle. Un contentieux y fut réglé entre les moines de La Sauve-Majeure et la famille de Martres, sur des biens situés à Montignac, devant les évêques de Bazas, Dax et plusieurs chanoines du chapitre de Bazas99. Le château lui-même n’a fait l’objet d’aucune mention : L. Drouyn qui avait consacré une partie de ses Variétés Girondines à cette paroisse n’y a rien relevé100. Ce probable castellum épiscopal était bâti sur une des voies méridiennes traversant l’Entre-deux-Mers.

Castets-en-Dorthe (ca. Langon, 33)

  • 101AHG, I, n° LXXXIX, p. 191.
  • 102  Donation par Arnaud Raimond de Castello d’une terre in territorio de Selviaco entre 1079 et 1095 ((...)

34Le toponyme de Castets-en-Dorthe est cité en février 1208 (n. st.) à l’occasion d’un accord entre, d’une part, le cavaley et les prud’hommes de Castets et, d’autre part, les bourgeois de La Réole101. Mais une famille de Castello, apparentée aux vicomtes de Civrac-Castets et possessionnée dans les environs, est attestée dès la fin du xie siècle102. Il ne reste pas d’éléments antérieurs au xive siècle de ce castrum occupant une position dominante sur la rive gauche de la Garonne.

35Castillon-sur-Dordogne (auj. Castillon-la-Bataille, ch.-l. ca., 33

  • 103RHF, VI, 663 (diplomata Pipinni I Aquitanie regis).
  • 104Lot éd. 1943, I, 27, n° 11.
  • 105Depoin éd. 1921, 99.
  • 106Gallia III, inst. col. 323-324 ; GCSM, n° 18, 104, 415, 436, 636, 844, 956.
  • 107St-Florent, n° 1 et 2.

36Le 26 juin 818, le roi Pépin d’Aquitaine confirma l’immunité de l’abbaye de Moissac depuis le castrum de Castillon, sur la Dordogne (in Castellione castro, quod est super fluvium Dordonie)103. Le 31 août 842, Charles le Chauve fit étape à Castellione super fluvium Dordonie, d’où il passa une donation en faveur d’un de ses fidèles104. D’après la Chronique de Guîtres, Arnaud Aimon (Arnaldus Aimonis), proconsul Castellione, aurait assisté à la consécration de l’abbaye de Guîtres, par l’archevêque de Bordeaux, Séguin (1010- c. 1023)105. À la fin du xie siècle, Castillon était le siège d’une des deux vicomtés du Bordelais106. À l’occasion de la fondation du prieuré Saint-Florent, entre 1077 et 1080, le vicomte Olivier donna une pêcherie dans la Dordogne subtus castellum et la partie d’une rente de quatre sous versée aux custodes castelli. Josselin de Parthenay, l’archevêque de Bordeaux qui fut appelé à confirmer le transfert de la capella de Castillon, se félicita du désir du vicomte Olivier d’accueillir les moines de Saumur juxta castrum suum et du concours des barones castri à l’opération107.

  • 108  Gardelles 1972, 122.
  • 109Drouyn [1865] 1977, 2000, 102. AD 33, 2 Z 3826.

37La forteresse qui dominait la rive droite de la Dordogne, devenue place forte protestante, a été détruite entre 1624 et 1830108. Elle occupait l’extrémité orientale du promontoire de la ville. L. Drouyn qui en a bien vu les deux parties, a distingué sur les restes de ses murs un petit appareil et des contreforts plats qu’il attribue à la capella Saint-Symphorien109.

Castillon-en-Médoc (co. St-Christoly-de-Médoc, ca. Lesparre, 33)

  • 110Baurein [1784-1786] 1876, 1999, I, p. 161.
  • 111  Marquessac éd. [1866] 1979, 73.
  • 112   Ménil 1983, 121-122.

38Le toponyme Castillon est cité en 1100, à l’occasion d’une donation passée in claustro sancti Christophori de Castellione, par les membres de la famille de Lesparre110. En 1219, domina Émeline de Lamarque et son fils Hugues firent un don apud Castellionem, in domo que fuit Bertrandi de Jau, miles111. Ce château, construit sur la rive gauche de la Gironde, était situé sur une butte naturelle de calcaire dominant les palus et l‘estuaire. Il subsiste une belle motte de dix mètres de hauteur, entourée d’un vallum et de deux basses-cours112.

Civrac-sur-Dordogne (ca. Pujols, 33)

  • 113GCSM, n° 650.
  • 114GCSM, n° 636-954.
  • 115GCSM, n° 652.

39Le castellum de Civrac est d’abord mentionné dans la donation du vicomte de Civrac, Guilhem Garsie, d’un emplacement pour faire une habitation “en dehors du château, où se trouve une motte” (extra castellum Sivracum ad faciendam mansionem, motam que ibi erat)113. Au moment de partir à la première croisade, le vicomte de Castillon, Pierre Ier, donna le passage d’un navire sur la Dordogne à l’abbaye de La Sauve, sans tonlieu, jusqu’au castrum quod dicitur Sivrac114. Entre 1119 et 1121, une autre donation portait sur une terre à Civrac, sub castello secus portum de Barca115.

  • 116PCSM, p. 112.
  • 117Faravel 1991, I, 864-868.

40Ce château était la possession des vicomtes de Civrac-Castets. Il était situé sur la rive gauche de la Dordogne. Un péage et un marché y sont attestés dès le premier quart du xiie siècle116. Une motte circulaire, entourée de fossés, de deux ruisseaux et bordée par la Dordogne, servait d’assise au castrum117.

Cours-les-Bains (ca. Grignols, 33)

  • 118Hanna éd. 1993, n° 9, omnem terram quam habebat ad portam que vocatur Posterla, (…), unam planitic (...)

41Les textes ne signalent pas de castrum à Cours, mais un bourg ecclésial autour de la commanderie templière, doté d’une une porte118.

La Couture (co. Romestaing, ca. Bouglon, 47, plutôt que Couthures-sur-Garonne, ca. Meilhan-sur-Garonne)

  • 119Rot. chart., p. 201.
  • 120St-Seurin, n° 353.
  • 121   Gardelles 1972, 127.
  • 122Rot. chart., p. 74b.
  • 123  Marquette 1996, 203-207. L’église Saint-André de La Couture a la même dédicace que la cathédrale d (...)

42Le 2 octobre 1214, le roi Jean confia à Guilhem Amanieu, archevêque de Bordeaux (1207-1227), en fief, son castrum et sa villa de Cultures119. Selon une charte incomplète, le même Jean aurait donné, en aumône, à un archevêque anonyme, le castrum de Culturis, in diocesis Vasatensis120. Il s’agit des premières mentions de ce castrum. J. Gardelles l’assimile à Couthures-sur-Garonne, sur la rive droite de la Garonne, en amont de Meilhan121, mais une autre localisation n’est pas à exclure. Ainsi, le 22 août 1200, le roi Jean avait fait savoir aux prud’hommes de Couture et Labarra ainsi qu’à Raimond Guilhem de Mazerolles qu’il avait donné à Arnaud Gast(…) et ses héritiers la terre de Cultures et de Labarta ou Labarra avec leur honor ; il leur demandait de répondre devant ledit Arnaud comme ils l’avaient fait, jadis, devant le roi Richard122. La mention d’un Mazerolles, associé à un site qui ne peut être que Labarde, dans l’actuelle commune de Romestaing, laquelle recouvre également les anciennes paroisses de Mazerolles et de La Couture123, sont des éléments qui plaident en faveur de ce dernier toponyme, dans les hauteurs du Pays Mêlé.

Le Cros (co. Loupiac, ca. Cadillac, 33)

  • 124Rec. feod., n° 196.
  • 125GCSM, n° 745-887.
  • 126GCSM, n° 242.

43Le 28 avril 1196, le roi Richard concéda le castellum de Cros cum honore ad idem castellum pertinente, ainsi que toutes les “libertés et libres coutumes”, à un certain Baudouin de Casaus contre l’hommage et le service124. C’est, à notre connaissance, la première mention de ce castrum. Auparavant, entre 1155 et 1166, Bernard de Ségur du Cros put donner à l’abbaye de La Sauve un alleu sur lequel se trouvait un ancien oratoire dédié à Saint-Romain avec la dîme et dont les bénédictins firent le siège d’un prieuré125. Plus tôt encore, entre 1126 et 1155, les frères de Rions contestèrent la donation d’une exploitation située in confinio territorii quod appelatur al Cros126.

  • 127  Drouyn [1865] 1977, 2000, 64 ; Clémenceau 1997 ; Bonneau & Boutoulle 2005.

44Le château du Cros domine, depuis le rebord du plateau, la rive droite de la Garonne. Ses ruines, encore visibles aujourd’hui, sont celles d’une maison forte de la fin du Moyen Âge. L. Drouyn avait repéré une mota deu Cros dans un texte du xve siècle et sur le terrain, deux mottes jumelles à trois cents mètres du château (Puch de Castet et Puch de Caumont), effacées depuis127.

Cubzac-les-Ponts (ca. Saint-André de Cubzac, 33)

  • 128  Drouyn [1865] 1977, 2000, 201.
  • 129  Madden éd. 1866, 107 ; De Mandach éd. 1970, 285.

45Selon L. Drouyn, le château de Cubzac serait mentionné en 1206 à l’occasion d’un siège de Jean sans Terre dans la guerre contre le roi de Castille128. Mais le chroniqueur anglais Mathieu Paris, qui écrivait au milieu du xiiie siècle et auquel L. Drouyn renvoie, ne signale pas ce château ; il assimilait une des forteresses prises par le roi Jean en 1206, in Pictavia, au château de Montauban de la Chronique dite Saintongeaise et des Quatre fils Aymon, en quoi certains ont vu Cubzac129 .

  • 130Rôles gasc., n° 3992.
  • 131Close rolls, 1247-1251, p. 321.
  • 132Rôles gasc., n° 2676, 2790.
  • 133Rôles gasc., n° 124, 505.

46Un mandement du 29 août 1254, relatif aux conséquences de la paix entre le roi d’Angleterre et le roi de Castille, évoque des prisonniers détenus dans le castrum de Cusac130. Ce château était récent. En 1250, une somme de mille livres fut envoyée à Simon de Montfort pour construire le château (Cusiac)131. Il était encore en chantier lorsque Colom de Bourg, qui en avait la garde, reçut deux mandements royaux, les 21 septembre et 10 novembre 1253132. D’autres mandements de 1242 et 1243 montrent que le roi et ses agents n’avaient alors pas d’autres points d’appui dans ce secteur que le prieuré sauvois de Saint-André-du-Nom-de-Dieu133.

  • 134Gardelles 1972, 128.

47Du château dominant la plaine de la Dordogne depuis un abrupt escarpé, il ne reste qu’une porte encadrée de deux tours bâties au xive siècle134.

Fronsac (ch.-l. ca., 33)

  • 135Kurze éd., MGH, in usum scol. (Annales regni Francorum), 30.
  • 136  Depoin éd. 1921, 97-100.
  • 137  Boussard éd. 1957, 23.
  • 138  Boussard éd. 1957, 20 et 25.
  • 139St-Jean-d’Angély, n° 301.

48Sur la butte de Fronsac dominant le confluent de l’Isle et de la Dordogne, Charlemagne installa un castrum en 769135. La Chronique de Guîtres attribue l’implantation de la lignée vicomtale à une donation du comte de Bordeaux. Guilhem le Bon aurait donné le castrum de Fronsac et une part de l’honor castri à Adacius, père des vicomtes Grimoard et Raimond, contemporains de Robert le Pieux136. Entre 1028 et 1032, selon l’Histoire des évêques et des comtes d’Angoulême, le castrum de Fronsac était dans le dominium proprietatis du comte d’Angoulême, Audouin II, en raison de son mariage avec la comtesse Alausie137. Toujours selon la même source, le comte Audouin donna à son fils aîné Guilhem Chausard la moitié du castrum de Fronsac en dédommagement de son éviction du comté d’Angoulême138. Il était alors environné de castella (terris et castella in circuitu). Une donation concernant des biens situés à Cadillac-en-Fronsadais par le seigneur du lieu, Arnaud Faidit, fut passée apud castellum Fronciacum en 1092139.

  • 140GCSM, n° 874.
  • 141Rot. litt. pat., 67 b. Le vicomte avait alors certainement aidé le roi de Castille puisqu’un autre (...)

49Il faut ensuite attendre le xiiie siècle pour avoir de nouvelles mentions du château, même si l’on sait que dans les années 1155-1182, un miles, Pierre de Laroque, feudataire du dominus de Fronsac, demeurait à Fronsac (qui manebat apud Fronzac)140. Le castrum apparaît successivement sous le contrôle du roi-duc et des vicomtes. En 1206, le roi Jean confiait la garde du castrum de Fronsac à un de ses fidèles, Beaudoin de Cassel : il lui demandait de n’y accepter aucun miles suspect à ses yeux141.

  • 142  Gardelles 1972, 137.
  • 143  Drouyn [1865] 1977, 2000, LXXVII ; Gardelles 1972, 137, fig. 75 et 58.
  • 144Mouthon-Sepeau & Mouthon 1996, 57. 

50Ce château contrôlait, depuis le sommet d’une hauteur, la confluence de l’Isle et de la Dordogne, ainsi que la voie Bordeaux-Périgueux. Il ne reste rien de la forteresse, détruite sur l’ordre de Richelieu142. Les structures visibles sur des dessins du début du xviie siècle (Chastillon, Du Wiert), sont datées par J. Gardelles du xiiie siècle143. Elle était fermée par une vaste enceinte de forme ovale (cent quarante mètres sur soixante). L’église castrale Saint-Pierre, dont la paroisse est mentionnée en 1171, se trouvait près d’une des portes144. Au pied du tertre, un bourg s’est développé autour du prieuré Sainte-Geneviève, rattaché à Saint-Ausone d’Angoulême : sa paroisse est mentionnée à partir de 1209.

Génissac (ca. Branne, 33)

  • 145GCSM, n° 996.
  • 146Piat 1995, 118.
  • 147GCSM, n° 33, 42, 357, 368, 363.

51Entre 1194 et 1204, un miles, Bertrand de Lignan, donna le passage des eaux nécessaire pour faire un moulin juxta portum et castrum de Genizac145. C’est la première mention de ce castrum qui devait se situer au port de Génissac sur la rive gauche de la Dordogne ; il ne peut être confondu avec l’actuel château (dont les éléments les plus anciens datent du xive siècle), ni avec les deux autres mottes relevées dans cette paroisse à Moinerie (motta du Castera, fig. 26) et Lamothe146. Ses initiateurs appartenaient peut-être à la famille de Génissac, que l’on suit dès le début du xiie siècle, et dont l’un des membres était placé, entre 1121 et 1126, parmi les barones ac principes147.

Fig. 26. La motte de laMoinerie à Génissac. Tertre cylindro-tronconique sur le rebord d’un plateau dominant la vallée de la Canodonne. La motte dominait un secteur de palus et de moulins.

Fig. 26. La motte de laMoinerie à Génissac. Tertre cylindro-tronconique sur le rebord d’un plateau dominant la vallée de la Canodonne. La motte dominait un secteur de palus et de moulins.

Gensac (ca. Pujols, 33)

  • 148GCSM, n° 19.
  • 149La Réole, n° 61-62, 97.
  • 150GCSM, n° 398.
  • 151GCSM, n° 42.
  • 152Villemartin, n° 161.
  • 153Rôles gasc., n° 2566, 4301.

52Raimond de Gensac est mentionné, entre 1086 et 1095 parmi les principes castella tenentes148. Il se faisait appeler Raimundus Gensiaci castri entre 1084 et 1099149. Entre 1106 et 1119, Ermengarde était à la fois comtesse d’Aubeterre (?) et domina de Gensac150. Entre 1121 et 1126, Raimond de Gensac apparaît dans une liste de barones ac principes151. Le cartulaire de Villemartin, signale, entre 1213 et 1227, une domus extra portam de Gensac152. Il faut attendre 1254 pour trouver de nouvelles mentions de ce castrum, alors entouré d’un bourg et dont les habitants avaient été dotés de coutumes153.

  • 154  Drouyn [1865] 1977, 2000, 414 ; Gardelles 1972, 140 ; Faravel 1991, I, 884.

53Le château était construit sur un site d’éperon dominant la vallée de la Durèze, à un kilomètre du port de Pessac-sur-Dordogne. Il n’en reste que l’empreinte, à l’extrémité du promontoire, un pan de mur ainsi que son bourg, au sud, dont l’église présente des contreforts plats154.

Gironde-sur-Dropt (ca. La Réole, 33)

  • 155GCSM, n° 950.
  • 156GCSM, n° 286 (1128-1140).
  • 157GCSM, n° 981, 982 (1155-1182).
  • 158Anc. Coutumes La Réole, n° 49, Arnaldus Bernardi de Taurinag facit hominium priori pro devalata pe (...)
  • 159GCSM, n° 19, 949, 950.

54Près d’un site de franchissement de la Garonne où un péage, contrôlé par la famille de Taurignac, est attesté dès la fin du xie siècle155, un castrum apparaît dans les textes entre 1128 et 1140, à travers une série de prêts sur gage passés sur la dîme de Sainte-Pétronille, juxta castrum Gironda156 ; il était également qualifié d’oppidum157. Les Anciennes coutumes de La Réole (1187-1188) montrent qu’Arnaud Bernard de Taurignac prêtait hommage au prieur pour des péages sur la Garonne et qu’il payait au même prieur cinq sous bordelais tous les ans, avec les autres parsonniers du castrum158. Dans les années 1079-1095, les Taurignac étaient rangés parmi les principes castella tenentes159. Le château existait donc probablement à cette époque.

  • 160  Gardelles 1972, 141 ; Marquette 1975-1979, 644 ; Faravel 1991, I, 270-274.

55Le castrum a été détruit au xviie siècle puis en 1854 lors de l’établissement de la voie ferrée. Il comprenait une motte entourée de deux enceintes parementées de petit appareil avec arases de briques. Une tour de 6,19 x 5,90 m aux murs de 1,49 m se dressait en son centre160. Il n’en reste rien.

Haut-Villars (co. La Sauve-Majeure, ca. Créon, 33)

  • 161GCSM, n° 17, in hoc igitur Silve Maioris loco ubi domnus Geraldus cum sociis suis remansit fertur (...)
  • 162GCSM, n° 1 à 10, 12 à 15, 17, 19, 22. Guiet 1996a.

56Sur le site où fut fondée La Sauve-Majeure, un récapitulatif historié des privilèges octroyés à l’abbaye par le duc Guy Geoffroy et confirmés par son fils, le jeune Guilhem IX, évoque l’existence d’un antique castellum de Haut-Villars (ou castellarium)161. Aucun autre texte, alors que le secteur est pour cette époque un des plus documentés de la région, pas même la quinzaine de donations, confirmations ou contentieux se rapportant à l’alleu de Haut-Villars, ne le mentionne162. Nul vestige sur place, nul témoignage postérieur ne confirme cette tradition, construite ou rapportée, en 1087. S’il a existé, ce castellum était abandonné en 1079.

L’Isle-Saint-Georges (ca. Labrède, 33)

  • 163GCSM, n° 408.
  • 164Ste-Croix, n° 104.
  • 165Ste-Croix, n° 137.
  • 166Ste-Croix, n° 81.

57Entre 1140 et 1155, Guilhem Hélie de L’Isle et son neveu Guilhem Fort donnèrent à Sainte-Croix de Bordeaux le droit de faire paître quarante porcs dans le défens, près du castellum (in bedato prope castellum)163. C’est la première mention écrite de ce château. Le donateur portait en outre le titre de dominus Insulae164. En 1185, une donation concernant une partie de la dîme de L’Isle fut passée dans la demeure de la donatrice, Unence du Pont (apud Insula in domo Unentie de Ponte)165. Les textes n’évoquent plus ce castellum avant la fin du xiiie siècle, mais en 1232, Pierre de Bordeaux était toujours dominus de Insula166.

  • 167  Gardelles 1972, 146 ; Ménil 1983, 84.

58Jusqu’au second quart du xiie siècle, les Bordeaux (de la lignée des viguiers) ne portaient pas ce titre, signe, croyons-nous, d’une acquisition récente. Le château était situé dans les marais de la rive gauche de la Garonne, sur une éminence argilo-sableuse. Il a été détruit au xviie siècle. Il reste une vaste motte ovale ( environ quatre-vingts mètres sur quarante.) entourée de fossés dont l’empreinte apparaît sur le cadastre de 1847 (fig. 27)167.

Fig. 27 Relevé du plan cadastral de l’Isle-Saint-Georges. Section B du Bourg (1847).

Fig. 27 Relevé du plan cadastral de l’Isle-Saint-Georges. Section B du Bourg (1847).

Labarde (co. Romestaing, ca. Bouglon, 47)

  • 168GCSM, n° 710.
  • 169GCSM, n° 9 et 10.
  • 170GCSM, n° 704, 708.
  • 171GCSM, n° 700.
  • 172Rot. chart., p. 74b.
  • 173  Dufau 1974, 94 ; Marquette 1996, t. 1, 203.

59Entre 1079 et 1095, Raimond Guilhem de Mazeroles donna à La Sauve-Majeure l’église Saint-Barthelémy qu’il avait fondée apud Bardam Castellum168. Raimond Guilhem appartenait à l’aristocratie régionale ; il assista à plusieurs plaids tenus sous l’autorité du seigneur de Benauges169. Son neveu, Thibaut de Meilhan, confirma la donation de son oncle à Casteljaloux170 ; à la même époque un Foulques de Labarde est qualifié de nobilis vir171. Avec Richard Cœur de Lion, la terre de Labarta ou Labarra et celle de La Couture étaient passées sous contrôle ducal172. Le castellum devait être situé dans la partie occidentale de la commune de Romestaing, ou à Labarthe (paroisse de Gouts) où un toponyme Castet a été relevé173. Il n’en demeure aucun vestige.

Lamarque (ca. Castelnau-de-Médoc, 33)

  • 174  Nortier éd. 1986, 119 (Amanieu de Lamarque).
  • 175St-Seurin, n° 125, quendam villanum cum estagia sua que est in parrochia de Cuzaig, patrem Garmund (...)

60Situé face à Blaye, sur l’estuaire de la Gironde, Lamarque est un site de franchissement. Amanieu de Lamarque faisait partie des principes Burdegalenses de la fin du xie siècle174. La première mention écrite du château est datée des années 1168-1181 : un miles nommé Itier de Marcha céda, dans la paroisse de Cussac, un vilain et son estage près de la palu, à l’arrière du castellum de Lamarque 175.

  • 176  Gardelles 1972, 152.

61L’actuel château, édifié dans une zone de palus et reconstruit au xive siècle, conserve quelques éléments antérieurs (fragments de petit appareil irrégulier, à la base de l’enceinte, et chapelle romane)176.

Lamotte-de-Buch (co. Biganos, ca. Audenge, 33)

  • 177St-Seurin, n° 89.
  • 178St-André, f 91v .
  • 179AD 33, G 334, 335 ; GCSM, n° 21,

62Entre 1122 et 1143, Amanieu de Castello donna son consentement à une donation d’Arnaud de Lanton, dont il était le dominus, sur la dîme de la villa d’Urranenga177. Entre 1207 et 1227, le titre d’Amanieu, dominus de Castelli Bogio, montre que le château était situé en Buch178. Si l’on sait peu de choses de cette famille, installée dans un secteur sous documenté, le site sur lequel le castellum fut construit est bien connu. Il s’agit de l’ancienne cité des Boïens, située dans une zone humide près de l’Eyre et sur la voie Bordeaux-Bayonne, où le duc levait un tonlieu à la fin du xie siècle179.

  • 180  Gardelles 1972, 152 ; Ménil 1983, 44.

63Il subsiste une motte circulaire de vingt-cinq mètres de diamètre et de quatre mètres de hauteur, entourée de deux basses-cours, de fossés et de marécages180.

“Lamotte-près-de-Bazas” (localisation inconnue)

  • 181  Lacave et al. éd. 1899, 157-164, acte n° 134 : Miles quidam nomine Ramundus cognomento Paba (…) hi (...)

64Une notice du cartulaire noir d’Auch évoque un castellum, près de Bazas, appelé Lamotte, dont le seigneur, Raimond de Lamotte (ou Raimond Paba) avait assassiné dans des circonstance obscures le comte de Gascogne, en 1010181. Ce château n’a pas été localisé précisément. Peut-être s’agit-il d’un des châteaux que l’on sait contrôlés par la famille de Lamotte au xiiie siècle (Roquetaillade ou Castelnau-de-Mesmes).

Landerron (co. Lamothe-Landerron, ca. La Réole, 33)

  • 182La Réole, n° 95, dans cette version on parle de castra (ordinavit etiam coram omnibus disposuit ut (...)
  • 183La Réole, n° 129.
  • 184Anc. Coutumes La Réole, n° 49-53.
  • 185Rôles Gasc., I, n° 2082.

65Géraud de Mazeronde (ou de Landerron) confia, au moment de partir pour la première croisade, ses castra, ses alleux et ses fils, à son frère, le prieur de La Réole, Auger de Mazeronde182. Ce dernier édifia une église dédiée à Saint-Nicolas dans le castrum de Landerron (in castro quod dicitur Landaros)183. Le château fut détruit lors des guerres contre le vicomte de Bezeaumes. Le dominus de Landerron et de Sainte-Bazeille est mentionné dans les Anciennes coutumes de La Réole, soit dans les années 1180184. Il faut ensuite attendre le milieu du xiiie siècle pour en retrouver de nouvelles mentions185.

  • 186  Drouyn [1865] 1977, 2000, t. II, 406-409 ; Gardelles 1972, 152 ; Faravel 1991, I, 279-280 ; id. 19 (...)

66Il ne restait de ce castrum, au xixe siècle, que de modestes terrassements au sommet d’un éperon calcaire dominant la rive droite de la Garonne. L’anthroponyme Marze Redunda, puis Landerron, suggèrent l’existence d’une motte186.

Langoiran (ca. Cadillac, 33)

  • 187  Jullian 1887-1890, 147 (confusion avec Saint-Pierre de Granon). J. Gardelles, suivant L. Drouyn dé (...)
  • 188GCSM, n° 224, mortuus vero cum prior apud castrum de Logoiran ubi defuncti corpus erat.
  • 189  PCSM, p. 129, 131.

67Sans faire remonter, comme Camille Jullian, la première mention du castrum de Langoiran à 672, celle-ci est bien antérieure à 1274187. Entre 1121 et 1140, apud castrum de Logoiran, les fils d’Ansis de Montremblant confirmèrent une donation de leur père devant le seigneur du lieu, Guilhem Séguin d’Escoussans188. Le père de Guilhem Séguin, Bernard, n’était, avec ses frères, qu’un des milites du seigneur de Benauges entre 1079 et 1095. La prise de contrôle du castrum par les Escoussans dans un ensemble de paroisses relevant de la directe ducale devait donc être récente189.

  • 190  Gardelles 1972, 153. Marquette 1975-1979, 661.
  • 191  Didierjean 1988, Marquette 1990, 38. Loeuil-Madec 2004, 64-68. Le site fera prochainement l’objet (...)

68La forteresse actuelle qui domine la rive droite de la Garonne comprend des éléments postérieurs à la fin du xiiie siècle. Un dessin du xviie siècle révèle une tour carrée, crénelée, très élevée qui aurait été, d’après J. Gardelles, édifiée au xiiie siècle190. Cependant, dans les palus du pied du château, Fr. Didierjean a découvert par prospection aérienne l’empreinte d’un site castral dont le plan n’est pas sans rappeler celui des comtes d’Angoulême, à Andonne191. Il a livré du matériel du xiie siècle.

Langon (ch.-l. ca., 33)

  • 192GCSM, n° 9.
  • 193Marchegay, éd. 1879, n° III.
  • 194GCSM, n° 947, quod ad eum pertinebat de transitu navis monachorum in Garona ad Lingon quinque vici (...)

69Langon est un site de passage sur la Garonne, face à Saint-Macaire, où était perçu un tonlieu, au moins depuis le xie siècle. Entre 1079 et 1095, Guilhem Amanieu, seigneur de Benauges, présida un plaid sur les berges de la Garonne, entre Saint-Macaire et le castellum de Langon (ripam fluminis inter Sanctum Macarium et Lingonem castellum)192. En 1082, l’évêque de Bazas confirma la donation à Saint-Florent de Saumur d’une église dans le castrum de Langon193, peut-être en raison d’une haute main épiscopale sur le site, conjointement avec le vicomte de Gabarret, qui percevait une part du tonlieu194.

  • 195  Gardelles 1972, 154 ; Marquette 1973.

70Le castrum a été détruit après la Fronde. Nous savons par un dessin de Du Wiert, daté de 1612, qu’il se composait d’un corps de logis s’appuyant au rempart vers la rivière. D’après J. Gardelles “il était compris entre deux tours carrées, une courtine le reliait à une autre tour de même forme et d’allure romane ; l’enceinte était grossièrement circulaire et avait 75 m de diamètre”195.

Lesparre (ch.-l. ca., 33)

  • 196  Baurein [1784-1786] 1876, 1999, 161.
  • 197  Desjardins éd. 1879, 349.
  • 198  Capra & Giteau éd. 1964, 118 ; une autre version du même acte le qualifie dominus de Sparra (p. 11 (...)
  • 199  Du Bourg éd. 1883, n° LXXXV.

71En 1100, Pierre Gombaud et ses deux neveux, Gombaud Raimond et Raimond de castello quo dicitur Sparre, ont donné un alleu à la cathédrale de Bordeaux196. En 1108, le seigneur de Lesparre et ses frères ont fait une donation en faveur de Sainte-Foy-de-Conques en compagnie des principes castri nostri197. Le fondateur de l’abbaye augustinienne de L’Isle à Ordonnac, Eyquem Guilhem, était en 1153 qualifié de dominus castri quod Sparra dicitur198. Son successeur, qui dota l’hôpital de Grayan en 1168, affranchit le nouvel établissement des prérogatives coutumières qu’il pouvait exiger, entre autres, des operationes castellorum et villarum199.

  • 200  Gardelles 1972, 165.

72Le castrum a été édifié dans des bas-fonds marécageux sur une île entourée des bras d’un ruisseau. Il ne reste du château médiéval, détruit progressivement entre le xviie et le xixe siècle, qu’une tour carrée (dite l’Honneur de Lesparre), bâtie au début du xive siècle200.

Lège (co. Lège-Cap-Ferret, ca. Audenge, 33)

  • 201  AD 33, G 270, f 3.
  • 202  AD 33, G 270, f 1, castrum et villam de Legia.
  • 203  AD 33, G 335 f 1 (confirmation de Guilhem IX), G. 334, f 1 et 2 (donation falsifiée de Sanche Guil (...)
  • 204St-André, f 91-94.
  • 205Rot. litt. pat., 114.

73Le castrum de Lège est mentionné en 1228, dans une confirmation des possessions du chapitre de Saint-André de Bordeaux, par le pape Grégoire IX (castrum de Legia cum ecclesiis suis cum nemoribus, piscationibus et aliis que ibi habetis)201. On le retrouve, associé à la villa, dans un texte de 1252202. La curtis de Lège avait été donnée au chapitre par les ducs de Gascogne au début du xie siècle203. En 1228, le castrum devait être récent : un long texte rédigé peu avant les années 1220, récapitulant les droits des chanoines à Lège à l’encontre d’un prévôt rebelle, n’en fait pas état204. Sa construction est peut-être à mettre en relation avec les raids des marins de Bayonne sur la ville et les pêcheries de Lège, attestés en 1214205.

  • 206AD 33, G 419 ; Gardelles 1972, 162 ; Ménil 1983, 47-48 ; ni le château, ni la motte, citée en 1273 (...)

74Il correspond certainement à une de deux fortifications signalées dans un texte de 1273, le castet de Lega (ou castera) et la motte Maussot206 .

Meilhan-sur-Garonne (ch.-l. ca., 47)

  • 207  Maupel [1728] 1901, 25 : alioquin castrum de Miliano interdicti sententiae subjiceret (à partir d’ (...)
  • 208La Réole, n° 146 (1126), n° 103 (1127), n° 104 (1143), n° 126 (1177), n° 124 (1178).
  • 209GCSM, n° 710.
  • 210  Devic & Vaissette, t. 8-2, col. 1851, BN Doat ; vol. XXVII, f 190, v. Marquette 1975-1979, 41.

75Le castrum de Meilhan est cité pour la première fois, à notre connaissance, à la fin des années 1170 : il fut placé sous interdit par l’archevêque d’Auch, Géraud de Barthe, à la demande du prieur de La Réole, Guilhem Arnaud, car Arnaud Bernard de Bouglon s’était emparé de la clé de l’église207. Aucun des textes antérieurs portant sur l’église Saint-Cybard de Meilhan n’évoque de castrum ou de castellum208. Cependant le patronyme Meilhan était porté à la fin du xie par les milites de la famille du châtelain de Labarde, Raimond Guilhem de Mazerolles209. Le château est à nouveau mentionné, en 1200, à l’occasion d’une donation d’Amanieu d’Albret in castro Miliani, in domo Willelmi Frozin, pour affranchir un navire de l’abbaye Grandselve de péages et de leudes210.

  • 211  Gardelles 1972, 175.
  • 212  Marquette 1975-1979, 600-604.

76Le château était installé sur un site dominant la rive droite de la Garonne où un péage était perçu211. Il a été détruit aux xviiie et xixe siècles et n’a laissé que de maigres vestiges (dont une tour carrée avec porte en arc brisé)212.

Mimizan (ch.-l. ca., 40)

  • 213Rot.litt. claus., p. 73b.
  • 214RHF, t. XV (Lettres de Suger), 515.
  • 215Ménil 1983.

77Dans un mandement du 26 août 1206, Jean sans Terre enjoignait aux bourgeois de Mimizan de livrer le castrum de Mimizan au prévôt de Bordeaux213. C’est la première mention écrite de cette fortification, située en pays de Born, une terre ducale, dans une localité où le duc, l’archevêque de Bordeaux et l’abbé de Saint-Sever exerçaient les droits seigneuriaux214. Il subsiste à Aureilhan deux mottes, certainement en liaison avec ce castrum ( mottes du Castelnau et Lanty)215.

Moulon (ca. Branne, 33)

  • 216GCSM, n° 291-310 (1182-1194).
  • 217GCSM, n° 33, 98, 164.

78Entre 1182 et 1194, Pierre de Rions, miles et gravement blessé, finit ses jours au castrum de Moulon et donna pour l’occasion des biens à La Sauve216. Avant cette première mention, les individus portant ce patronyme et issus de la famille de Moulon, à la fin du xie et au début du xiie siècle, occupaient dans l’aristocratie régionale un rang notable (miles, baro ou nobilis) sans être toutefois intégré à celui des châtelains217.

  • 218Rôles gasc., n° 4617 ; Gardelles 1972, 186.
  • 219  Gardelles 1972, 186 ; Piat 1995, 118-121.

79D’autres châteaux ou maisons fortes furent édifiées dans la même paroisse ultérieurement ; en 1255, Guilhem Séguin de Rions reçut du roi l’autorisation de construire une domus ou fortalicium dans la paroisse de Moulon “pour y vivre en sécurité”218. Faute d’éléments de localisation on ne sait à quels vestiges rattacher ce castrum et cette maison forte, car il y a dans cette paroisse au moins trois mottes219.

Pujols (ch.-l. ca., 33)

  • 220  Shirley éd. 1862, 196.
  • 221Villemartin, n° 175 (1213-1227).
  • 222Rôles gasc., I, n° 1229.
  • 223  PCSM, p. 116 ; Villemartin, n° 3, 55, 66.

80En 1222, le roi Henri III interdit aux prud’hommes de Bordeaux de recevoir les personnes qui s’étaient emparé des châteaux de Pujols, Rauzan (castra nostra de Pugens et Arens), Blaignac et qui avaient incendié le pont de Branne220. Ce château royal était d’après une notice du cartulaire de Villemartin équipé d’un marché (mercadiu)221. Ce n’est que plus tard qu’il fut intégré à la seigneurie de Gensac222. Le premier seigneur de Pujols est, pour nous, un inconnu : Henri de Penne, senhor de Pujols est signalé à plusieurs reprises dans les années 1182-1194 et 1198-1204, tenant des cours de justice223. Il devait tenir sa fonction d’une faveur royale.

  • 224Gardelles 1972, 201 ; Faravel 1991, I, 914-915.

81Le castrum de Pujols occupait un site d’éperon dominant la vallée de la Dordogne. Les éléments que l’on peut encore observer ne remontent pas au-delà du xive siècle224.

Rauzan (ca. Pujols, 33)

  • 225Pat. rolls, 1216-1225, 251.
  • 226Rot. chart., 223b.
  • 227Pat. rolls., 141 (15 mars 1218) et 169 (14 septembre 1218).
  • 228Pat. rolls, 1216-1225, 275-276 (custodi castri de Rothelans de eodem castro liberando eidem Philip (...)
  • 229Shirley 1862, 196.

82En 1220, le roi Henri III faisait savoir au gardien du castrum de Rothelans qu’il avait nommé Philippe de Ulecot sénéchal de Gascogne225. C’est la première mention de ce castrum, alors royal. Cependant, le 25 juillet 1216, un arbalétrier du roi, nommé Ferrand, avait reçu pour lui et ses héritiers, contre hommage et service (pro homagio et servicio), une somme de trente livres à percevoir sur les rentes (redditus) de Rothelans226. En 1218, ce privilège lui fut confirmé avec “les libertés et les coutumes qui appartiennent à cette rente” (Roethens), avec la terre de Pujols227. Manifestement, Ferrand n’eut pas le temps de transmettre cette seigneurie à ses héritiers. En 1221, le roi mandait aux gardiens du castrum de répondre devant Philippe de Ulecot228. En 1222, Henri III interdit aux prud’hommes de Bordeaux de recevoir les personnes qui avaient pris les châteaux royaux de Pujols, Rauzan (castra nostra de Pugens et Arens) et Blaignac229.

  • 230GCSM, n° 66.
  • 231Ardouin de Roazon (La Réole, n° 13, 1080-1120) ; Isarn de Roazan (GCSM, n° 623, 1079-1095); Pierre (...)
  • 232  Pierre Tubeuf éd. 1866, 33 et 131 ; Baudry de Bourgueil éd., 39 et 168. Boutoulle 2002.
  • 233GCSM, n° 974, quatuor escartas obtime mixture vel obtime fabe ad mensura qua comparatur et venditu (...)

83Cette localité du Bazadais septentrional n’occupait pas avant le xiiie siècle un moindre rang. Une confirmation de don fut passée, entre 1106 et 1133, apud Roazan230. Les personnes portant ce patronyme, dont un miles, apparaissent quelques fois en tant que témoins, sans livrer malheureusement d’informations sur leurs patrimoines231. L’un d’eux pourrait être un des participants à la première croisade, Pierre de Roias ou de Roasa, un compagnon d’armes du vicomte de Castillon connu de Pierre Tubeuf et Baudry de Bourgueil232. Enfin, entre 1189 et 1204, si l’on en croit la mention d’une charge d’âne étalonnée al issac de Rauzan, pour évaluer la dîme de la paroisse voisine de Jugazan (ultérieurement dans la seigneurie de Rauzan), le site commandait déjà un ressort territorial233.

  • 234  Gardelles 1972, 204 ; Araguas 1990,169-183 ; Faravel 1991, I, 938 ; Corvisier 1999.

84Le castrum de Rauzan a été construit sur un promontoire dominant une voie méridienne remontant la vallée de l’Engranne. La forteresse actuelle ne comporte pas d’éléments antérieurs à la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle234.

La Réole (ch. l. ca., 33)

  • 235Haec nomina a Francis illis imposita aestimantur, qui a Magno Carolo ad tuitionem provinciae ibi r (...)
  • 236Cui conditor municipii vel ut quidam volunt, civitatis, turris quadris lapidibus extructam opposui (...)

85Le site de La Réole, qui domine la rive droite de la Garonne, fut remarqué très tôt pour ses aptitudes militaires. Selon Aimoin, Charlemagne y aurait laissé une garnison de guerriers francs nostalgiques de l’Austrasie235. Le monasterium fut fondé par l’évêque de Gascogne, Gombaud, et son frère, le duc Guilhem Sanche, en 977. En 1004, Abbon de Fleury qui comparait ce “municipe” à une cité, observait, au nord, une tour ruinée construite en moellons carrés236.

  • 237  Maupel [1728] 1901, 26. Jussit apud Regulam exstrui castrum loco maxime apto occupatusque est ab e (...)
  • 238  Marquette 1986, 55-75 ; Faravel 2003, I, 61-63,
  • 239  Faravel 2002, 28-30 ; id. 2003, I, 59-123.

86D’après Don Maupel qui a pu examiner des pages du cartulaire de La Réole, disparues depuis la fin du xviiie siècle, le castrum de La Réole aurait été construit par Henri II, dans les jardins du monastère qu’il fallut déplacer237. Les Anciennes coutumes de La Réole, rédigées vers 1187-1188, n’évoquent justement qu’une villa et ses portes (per omnes portas villae). Le bourg prieural devait donc être clos d’une enceinte, comme Saint-Sever à la même époque238. Celui-ci fut englobé dans une enceinte (la première) dont il reste de nombreux vestiges en élévation239.

  • 240RHF, t. XIX (P. des Vaux du Cernay), p. 94, homines autem de Regulam, quod est castrum quodam regi (...)
  • 241  Shirley éd. 1862, n° XLIII, p. 49 ; Malherbe 1975, 735. Ces travaux montrent qu’à l’instar de Sain (...)
  • 242Pat. rolls, 1216-1225, 275-276.

87En 1214, d’après Pierre des Vaux du Cernay, les hommes du castrum de La Réole, “appartenant au roi”, patrouillaient sur la Garonne pour gêner Simon de Monfort240. Des lettres du conseil et des bourgeois de La Réole adressées à Raoul de Neville, chancelier d’Henri III, et à Hubert de Burgh, en novembre 1219, parlent des grandes dépenses supportées par les Réolais pour clore leur ville (ad clausura ville) face à la menace capétienne241. En 1221, Henri III mandait au maire et aux prud’hommes de La Réole de répondre devant le nouveau sénéchal Philippe de Ulecot, pour la tour de La Réole (Maiori et probis hominibus de Regula de turri de Regula)242.

  • 243Gardelles 1972, 156 ; Faravel 2003, I, 106-122.

88La turris primitive d’Henri II a disparu sous les remaniements du castrum intervenus dès le xiiie siècle. La forteresse actuelle est un quadrilatère irrégulier délimité à l’origine par quatre tours d’angle (les “Quat’sos”) ; elle date de la seconde moitié du xiiie siècle243.

Saint-Émilion (ca. Libourne, 33)

  • 244Giry éd. 1885, 64.
  • 245Close rolls, 1234-1237, 451, pro damnis sibi illatis in occupatione quarumdam terrarum suarum, ut (...)

89En 1224, Louis VIII trouva la ville de Saint-Émilion enclose d’un mur et projetait la réalisation d’une forteritia244. En 1237, Henri III manda au sénéchal de Gascogne de faire indemniser les prud’hommes du roi de Saint-Émilion pour les dommages subis à l’occasion de la construction du castrum, dans la villa de Saint-Émilion245.

  • 246Gardelles 1972, 212.

90La tour du Roy, encore visible aujourd’hui, appartient certainement au castrum d’Henri III. Dominant l’ensemble de la ville et la plaine de la Dordogne, elle a des dimensions modestes (neuf mètres sur neuf, quatorze mètres de haut). Elle est faite en murs de bel appareil et flanquée de contreforts plats. Il s’agit, selon J. Gardelles, d’“une réduction des donjons anglo-normands du xiie siècle”246.

  • 247GCSM, n° 1139.
  • 248Gallia II, inst. col. 323. Boutoulle 2000a.
  • 249Gallia II, inst. n° LXII, col. 324 (1103-1131) capellaniam ipsius ecclesie cum omnibus beneficiis (...)
  • 250GCSM, n° 467, 602, Guinodie 1876, II, 498.

91Un censier de La Sauve-Majeure, daté par son écriture de la fin du xiie siècle ou du début du xiiie siècle, évoque dans ce qui n’était qu’une villa, un mur, une porte (la porte de Branet), au moins une rue (Bouquière) et de nombreux casaux247. L’agglomération dont le plan complexe fait apparaître plusieurs cellules de peuplement, s’est, on le sait, cristallisée autour du tombeau de l’ermite Émilion et d’un chapitre de chanoines mis en place en 1079, sous le ban (bannum) de l’archevêque de Bordeaux248. Entre 1103 et 1130, le texte qui présente l’introduction de la règle de saint Augustin par l’archevêque Arnaud Géraud de Cabanac dans cette communauté rend compte de la croissance de la villa avec une église dédié à Sainte-Marie Madeleine construite dans le territorium de Saint-Émilion249. Le vicomte de Castillon qui entretenait avec ses milites une insécurité latente depuis au moins 1079, exerçait certainement une partie des droits seigneuriaux, avec l’archevêque de Bordeaux, le vicomte de Fronsac et le duc250.

Saint-Macaire (ch.-l. ca., 33)

  • 251  Boussard éd. 1957, 29.
  • 252GCSM, n° 6 et 9.
  • 253GCSM, n° 948.
  • 254Arcem Sancti Macharii obsidione premebat et in brevi castrum ferro et incendio depopulavit et arce (...)
  • 255Ste-Croix, n° 3,
  • 256Ste-Croix, n° 2, 4, 19, 25, 52, 53 ; AHG, I, n° XCVII-CXVII, p. 209-234
  • 257Ste-Croix, n° 72.
  • 258  De Rouvray 1953, 281.
  • 259Villemartin, n° 163 (1213-1227).

92Saint-Macaire est un point de passage sur la rive droite de la Garonne, à la limite des diocèses de Bordeaux et de Bazas. Le castellum est mentionné pour la première fois à notre connaissance en même temps que celui de Benauges par l’Historia Pontificum entre 1087 et 1120251. Le seigneur de Benauges, Guilhem Amanieu, classé parmi les principes castella tenentes252, y rendait la justice et levait un péage253. Lorsque Saint-Macaire fut attaquée par le duc d’Aquitaine, en 1096, une notice du cartulaire de Saint-Jean-d’Angély évoque une forteresse (arx) et un castrum que le duc “dépeupla par le fer et par le feu”254. La même année le duc Guilhem IX prit sous sa protection la cella ou locus que les moines de Saint-Croix avaient acquis à la suite d’une donation (suspecte) du comte Guilhem le Bon255. À cette époque, Saint-Macaire était déjà une agglomération notable, avec son prieuré et sa sauveté, malgré les réticences des moines locaux à entrer dans la sujétion bordelaise256. En 1190, le roi Richard demanda aux prud’hommes de la villa de Saint-Macaire cinquante livres bordelaises pour fortifier ses castella (castella nostra firmanda) : celui de Saint-Macaire faisait peut-être partie du lot257. La même année, Richard confirma aux Grandmontains les donations faites par les vicomtes de Bezeaumes, Guilhem Amanieu et Bernard, portant sur la chapelle de Verdelais, la dîme du pain des castra de Benauges et de Saint-Macaire258. Entre 1213 et 1227, une pièce du cartulaire de Villemartin évoque à Saint-Macaire un autel Saint-Jacques, foris muros259.

  • 260  Drouyn, [1865] 1977, 2000, 124-126.
  • 261  Gardelles 1972, 216.

93Le château dominant du haut d’une corniche calcaire la vallée de la Garonne était situé à l’angle sud-est de la première enceinte de la ville, datée par L. Drouyn du xiie siècle260. Il a été démantelé après 1626 et détruit au xixe siècle. Tel que l’ont représenté Du Wiert, en 1612, et L. Drouyn, il s’agissait d’une imposante tour-maîtresse (vingt mètres sur vingt-cinq) pourvue de contreforts plats aux angles et sur les grands côtés. Reconnus par J. Gardelles, les murs de trois mètres d’épaisseur avaient des soubassements en petit appareil et des ouvertures en berceau qui, selon cet auteur, rapprochent l’édifice des tours romanes aquitaines261.

Saint-Pey-de-Castets (ca. Pujols, 33)

  • 262La Réole, n° 14.
  • 263GCSM, n° 71, 82, 83, 86, 101, 106, 117, 179, 238, 349, 484, 546, 693, 694.

94Entre 977 et 996, l’abbé de Blasimon, Fort Arsins, donna au prieuré de La Réole une terre et une vigne dans un lieu appelé Castellum ; elles confrontaient une vigne relevant de Saint-Pey de Castello. Elles étaient situées près d’un autre lieu, appelé Mons Vinitor, lui-même placé dans la vicaria Gamagensis262. C’est dans le cadre de cette vicaria que les premiers vicomtes de Civrac-Castets semblent avoir officié. Le toponyme correspond, sans aucun doute, à Saint-Pey-de-Castets, paroisse de la rive gauche de la Dordogne, pour moitié dans la plaine, pour moitié sur le plateau, et traversée par une antique voie méridienne. Outre les vicomtes, d’autres individus avaient de Castello pour patronyme, dont un Pierre nommé comme le dernier vicomte décédé en 1129263.

  • 264  Faravel 1991, I , 969-974, II, tab. 19, 129 (motte Malmigarde, motte de Tavarred, Motte Cabiron).

95Les textes n’ont pas révélé de castellum à Saint-Pey. Certes les mottes n’y manquent pas264. Mais il est probable que la lignée ait assez rapidement préféré les dispositions naturelles de Civrac où un château est attesté à la fin du xie siècle (voir la notice consacrée à Civrac).

Sainte-Bazeille (ca. Marmande, 47)

  • 265La Réole, n° 128 ; Piganeau éd. 1874, 25, 28 (1155). C’est l’église Notre-Dame.
  • 266  Piganeau éd. 1874, 28 (1155).

96Possédé, pour partie, par les seigneurs de Lamothe-Landerron, le castrum de Sainte-Bazeille devait être intégré parmi les castra ou les castella que Géraud de Mazeronde confia, avant de partir en croisade, à son frère Auger, le prieur de La Réole (voir notice sur Lamothe-Landerron). Il est explicitement nommé en 1121, lorsque l’évêque de Bazas, Bertrand, donna au même prieuré la chapelle Sainte-Marie-Madeleine et les droits paroissiaux sur les habitants, intra castrum et extra castrum265. En 1153, l’église Sainte-Marie-Madeleine du castrum de Sainte-Bazeille fut confirmée à La Réole266.

  • 267  Gardelles 1972, 211 ; Marquette 1975-1979, 626 ; Faravel 1991, I, 1045-1055.

97Situé à la limite du Bazadais et de l’Agenais, sur la rive droite de la Garonne, ce castrum occupait l’angle sud-ouest de l’enceinte du bourg édifiée ultérieurement. Il a disparu à une époque indéterminée et n’a pas laissé de traces historiquement exploitables267.

Salleboeuf (ca. Créon, 33)

  • 268GCSM, n° 555.
  • 269GCSM, n° 181, 420-1053, 444, 446, 447, 448, 455, 461, 465, 525, 539, 561, 563, 580, 610, 616 ; Ste (...)
  • 270  Drouyn [1865] 1977, 2000, XXVII ; Gardelles 1972, 218 ; Beyne 1997, n° 39-44.
  • 271Rec. feod., n° 544, (1274), Petrus de Montepessato, miles, juratus et requisitus, dixit quod ipse (...)

98Entre 1095 et 1106, un contentieux fut exposé au castrum dit de Salleboeuf (apud castrum quod dicitur Salaboi)268. Ce château n’est plus mentionné par la suite et les personnes recensées avec ce patronyme n’étaient pas classées parmi les principes ou les barones269. La paroisse de Salleboeuf comprend, aujourd’hui encore, plusieurs mottes, situées à vue les unes des autres (la Tour, le Château, Mandins, Les Mousses et Rétoret270). Le castrum devait être rattaché à une de ces mottes, comme les domus de Pierre et Armand de Montpezat, deux milites justiciers, évoquées dans les reconnaissances de 1274271.

Sauveterre-de-Guyenne (ch.-l. ca., 33)

  • 272GCSM, n° 692.
  • 273Trabut-Cussac 1953, 181-217.
  • 274La Réole, n° 144 (1084-1103), testes Sancius Guillelmi archidiaconus qui hoc concessit, Galterius (...)
  • 275  Trabut-Cussac 1953

99Entre 1182 et 1194, un certain Gautier de Rogian donna la moitié du moulin de Rogian, sur la Vignague, non loin du castellum de Sauveterre (non longe a castello de Salva Terra)272. Puis, de ce castellum dont on ne connaît pas le seigneur, il faut attendre la fin du xiiie siècle pour avoir une nouvelle mention273. Il y avait peut-être sur ce site, traversé par une des voies méridiennes de l’Entre-deux-Mers, un prieuré dépendant soit de l’abbaye de Blasimon soit de La Réole, à la fin du xie siècle274. La motte qui se trouvait sur le site de la bastide, planifiée en 1281, fut détruite à l’occasion de cette opération275.

Taillecavat (ca. Pellegrue, 33)

  • 276La Réole, n° 43. Nouvelle mention en 1236, Close rolls, 1237-1242, p. 121
  • 277La Réole, n° 94.
  • 278  Gardelles 1972, 225 ; Faravel 1991, I, 486-487.

100Le duc d’Aquitaine, Guy Geoffroy, présida un plaid dans le castrum de Taillecavat, entre 1070 et 1084276. Bertrand de Taillecavat, miles, participa à la première croisade277. À l’intérieur des terres, sur une position dominant la vallée du Dropt, ce castrum était situé non loin de la limite du Bazadais et de l’Agenais. Les vestiges les plus anciens, un large fossé à fond de cuve creusé dans le calcaire délimitant une enceinte quadrangulaire de soixante mètres sur quarante environ, ne sont pas datés278.

Tour Castel (probablement Cenon, ch.-l. ca., 33)

  • 279GCSM, n° 88.
  • 280GCSM, n° 160.
  • 281GCSM, n° 517.
  • 282GCSM, n° 25, 55, 61, 396 , 398 , 401, 564.

101Une donation de biens situés à Daignac par un miles fut confirmée in Turri Castello, entre 1079 et 1095279. À la même époque, une autre donation portant sur des biens situés à Guillac fut passée apud Turrim280. Entre 1126 et 1155, c’est encore ad Turrem qu’Amanieu de Lamotte donna un pré et une vigne, situés à Baron et Cursan281. Ce lieu-dit Turris ou Turris Castel était dominé par un certain Arnaud Guilhem, qui portait, à la fin du xie siècle, le titre de captal de Tour-Castel (Ego Arnaldus Guillelmi, capitalis de Turre Castello, dominus eorum Arnaldus Willelmi, capitalis de Turre282).

  • 283Rec. feod., n° 205. Celle de Marguerite de Turenne (n° 203) place de castrum de Montuir, relevant (...)
  • 284GCSM, n° 555.
  • 285GCSM, n° 647. L’existence au milieu du xiie siècle du toponyme Bisqueytan fragilise l’assimilation (...)
  • 286GCSM, n° 396, 397.
  • 287GCSM, n° 61, 398. Le seigneur de Tour cité dans un acte de 1237, apparaît dans cette partie de l’E (...)

102En 1274, la reconnaissance féodale de Guilhem Raimond de Gensac place l’honor de Turris en Bordelais283. Un lieu-dit Tour existe encore à Salleboeuf, où, nous le savons, un castrum est mentionné entre 1095 et 1106284. Une donation de 1263 signale que des biens étaient tenus de l’honor de Tour, à Baron, non loin de Bisqueytan285. Mais dans le Grand cartulaire de La Sauve, où les biens sont géographiquement regroupés, ceux que le scribe a localisé à Turris ont été insérés entre des groupes de possessions à Cenon et dans la paroisse voisine de Floirac286, où le captal, les milites de Tour et le seigneur de Gensac avaient des biens287. La carte de Belleyme place justement un toponyme La Tour dans la partie supérieure de la paroisse de Cenon, dominant le carrefour de la “route de Paris” et de la route de Bergerac. C’est donc ici que le castellum de Tour doit être localisé.

Uza-les-Forges (ca. Castets, 40)

  • 288  Shirley 1862, 57, n° CCCLXII. Il n’y a pas de raison de penser que ces terres avaient été prises a (...)

103Dans une lettre qu’ils adressèrent au roi Henri III, vers 1249, pour se plaindre des exactions du vicomte de Tartas, les prud’hommes du castrum d’Uza (Dusar) prétendaient que Richard Cœur de Lion avait, pendant son règne, fait construire ledit castrum dans sa propre terre (in propria sua terra), l’avait peuplé et doté de coutumes, avant que son frère, le roi Jean, ne confie le dit oppidum au vicomte de Tartas. Il était doté d’au moins trente-six mansiones et d’une capella, dédiée à Sainte-Catherine (que erat in castro)288. Toujours d’après la même lettre, Simon de Montfort, lieutenant d’Henri III, ayant entendu les plaintes des habitants, envoya un prévôt qui fortifia le castrum, le fit clore avec son bourg et peupla l’ensemble (firmavit et clausit castrum et vicum et illud idem populavit).

  • 289  Gardelles 1972, 230-231 ; Ménil 1983.

104Le castrum d’Uza était situé à la limite méridionale du pays de Born, près de la voie littorale, à l’extrémité d’un promontoire délimité par deux ruisseaux. Une construction moderne entourée de fossés domine le site, à l’est duquel se trouve une motte289.

Vertheuil (ca. Pauillac, 33)

  • 290  Elle n’apparaît ni dans le contrat de mariage d’Amanieu d’Albret avec Rose de Bourg, fille de Guit (...)
  • 291  Gardelles 1972, 232 ; Marquette 1975-1979, 673-674.

105La tour de Vertheuil n’est pas mentionnée dans les textes avant la fin du xiiie siècle290. Elle date pourtant, d’après J. Gardelles, du début du xiie siècle (fig. 28). Avec des caractéristiques voisines de la tour de Bordeaux, bien que ses dimensions soient plus réduites (15 m x 12,6 m), ses murs de 2,1 m d’épaisseur, ses quatre ou cinq contreforts plats selon les façades, elle prend rang dans la famille des tours romanes aquitaines291. À vue de la voie Bordeaux-Soulac, elle était entourée d’un large fossé circulaire avec vallum.

Fig. 28. La tour de Vertheuil.

Fig. 28. La tour de Vertheuil.
  • 292Et quicquid ad ipsum pertinet, justiciam scilicet meam et distractionem et viam et receptum de Nat (...)
  • 293AD 33, G 609 ; Wiederhold éd. 1913, n° 109, 154-156.

106En 1081, le capitaneus de Vertheuil, Girard, fils d’Arcfred, donna dans les mains du duc Guy Geoffroy, le manse de l’ecclesia Saint-Pierre de Vertheuil, avec la justice (justicia), un détroit (districtum), un hébergement à Noël et le padouen292. En l’absence d’autres seigneurs connus ou d’une famille seigneuriale de Vertheuil, il semble que ce capitaneus était un gardien sous l’autorité du duc. C’est d’ailleurs un comte de Poitiers (Guy Geoffroy vraisemblablement) qui passe pour être le fundator ecclesie de Saint-Pierre de Vertheuil, selon une confirmation de ses possessions par le pape Alexandre III293.

  • 294Apud Meyrinhac, de Castellus, de Novello, agreiam molarum apud Ayran, molendinum de Tudella.
  • 295  Appelée Motte Blanque, Drouyn [1865] 1977, 2000, II, 220 ; Ménil 1983, 139.

107Le même texte évoque, dans les environs, le castellarium de Benevento ou la borie de Castello Ambasal puis, dans une série de bien situés près de Bordeaux, un lieu-dit Castellus294. La motte Blanque, à Vertheuil, dans le marais de Reyson, correspondait peut-être à un de ces toponymes295.

Veyrines (co. Mérignac, 33)

  • 296St-Seurin, n° 51.
  • 297St-Seurin, n° 52.

108Entre 1145 et 1151, l’archevêque de Bordeaux, Geoffroy du Loroux, fut invité par Amanieu de Veyrines à venir consacrer l’église (basilica) qu’il avait faite dans son oppidum, ou, comme le dit la même notice, in castro illo. Il était alors accompagné de milites sui castri296. Un miles, nommé Vivien de Veyrines, donna une redevance sur une masure située dans le bois près du castellum de Vitrinis (avant 1168)297. Ce château n’est plus mentionné avant la fin du xiiie siècle.

  • 298  Gardelles, 1972, 232.

109La tour-porte qui en est le seul vestige date du premier quart du xive siècle298.

Villemartin (co. Mouliets-et-Villemartin, ca. Pujols, 33)

  • 299Villemartin, n° 68, usque ad portam Hospitalis et de terra de maestre Riu usque ad callem de Caste (...)

110La commanderie hospitalière de Villemartin généra un petit bourg ecclésial ouvert par une porte (porta Hospitalis) et au moins deux rues (calle Troseler, calle de Castillon)299.

Castra et castella non localisés

Autour de La Réole

  • 300Item statutum est ne aliquis sine assensu prioris in expeditione eat nec prece nec precio aliquoru (...)

111Les Anciennes coutumes de La Réole, que l’on date depuis Imbart de la Tour des années 1187-1188, signalent des castella autour de La Réole, sans les localiser précisément. L’article 65 interdit à quiconque de prendre part à une chevauchée, d’attaquer ou défendre un castellum, sous peine de soixante-six sous d’amende300.

À l’archevêque de Bordeaux

  • 301St-Seurin, n° 348 (1203).

112En 1203, le roi Jean confirmait les libertés et l’immunité accordées par sa mère Aliénor aux archevêques de Bordeaux sur leurs églises, chapelles, castra, villae, habitations, personnes (homines), territoires, avec le droit de faire des salvitates sive populationes, et de fortifier leurs habitations (et domos sive maneira facere et pro voluntate sua firmare et fortificare)301.

Notes

1  C’est le cas de Cazes, AHG, I, n° LXXXVII, p. 190, ou de Montferrand (1214, Rot. litt. pat., p. 118b.)

2AHG, XV, p. 29.

3GCSM, n° 685, casalem unum qui est inter portam civitatis Basatensis et ecclesie de Cabozits.

4  Marquette 1992, id. 1997, 17.

5Rôles gasc., t. I. n° 1064.

6  Shirley éd. 1862, 199 ; Cassagne 91.

7Rot. chart. p. 135, in dominico nostro (…) in bosco, planis, in viis et semitis, in pratis et pascuis, in aquis et molendinis, in stagni et vivariis et piscariis, et in omnibus locis et rebus cum omnibus libertatibus et liberis consuetudinibus ; Rot. de obl. et finibus, p. 200 ; Cassagne 91, 6 ; autres transcriptions AHG, XVI, p. 270 ; Rot. litt. claus., 481 (1221).

8   Ménil 1983, I, 58-60.

9Pat. rolls., 1216-1225, 245, mandamus etiam vobis quod audiatis similiter compotum ipsius (…) de hiis que posuit in opere remanenti in castris de Landis Burdegale, que idem Rustengus habet in custodia.

10Pat. rolls, 1216-1225, 275-276, preposito de Belis, de castro de Belis eidem Philippo liberando. Autre mention 1243 : Rôles gasc., t. I, n° 1644.

11  Boutoulle 2004d.

12  Drouyn [1865] 1977, 2000, I, p. XLVII.

13  Boussard éd. 1857, 29.

14GCSM, n° 17 et 19.

15  Champeval éd. 1901, 124, n° 81.

16GCSM, n° 1186.

17  De Rouvray 1953, 281 (d’après la Chronica J. Itier, f 325), confirmare Helie Geraldo, correctori et fratribus Ordinis Grandimontis, donationes et concessiones quas illi fecerunt Willlemus Amanevi et Bernardus vicecomites Bezelmensis, videlicet capellam B. M. Virginis cum nemore de Verdelays in quo sito est et decimam totius panis qui expenditer in castris de Benalgia et Sancti Makarii perpetuo possidendam.

18Rot. litt. pat., p. 66b.

19Souny 2004, t. I 49, t. II 21.

20GCSM, n° 236, 649, 897. Souny 2004, 39-43.

21Wiederhold éd. 1913, n° 146.

22Shirley éd. 1862, 198.

23PCSM, p. 135.

24GCSM, n° 153, 286, 603, 543, 592, 593, 606, 631, 632, 951, 952 ; Boutoulle 1999a, 27-32. Voir p. 124.

25  Drouyn 1878-1886, II, 87, 94, 98, 128. Il s’agit de la motte de Chaune au confluent de l’Engranne et de la Dordogne, la motte de l’Engranne en amont de la première, la motte de Laubesc située au sud de l’église, la motte de La Nauze près de la Dordogne, la motte de Daillan enfin, dominant le fleuve depuis le coteau de Courtebotte. Faravel 1991, I, 959-961.

26St-Seurin, n° 36, ante portam castri ilius quod Blancafort vocatur.

27  Nortier éd. 1986, 119 : Amauvin Tizon de Blanquefort (1052-1072).

28GCSM, n° 13 ; Ste-Croix, n° 3.

29Ste-Croix, n° 97.

30St-Seurin, n° 96.

31St-Seurin, n° 97b, quod dominus castri homines pro posse suo defenderet.

32Ausone (1995) : Epistolae, éd. Mondin, L., Venezia, 10-16.

33  Pardessus, J.-M., éd. (1843-1849), I, n° CCXXX, 206-207.

34RHF, t. II (Adon de Vienne), 668, atque in sancti Romani Blavio castello sepelitur ; RHF, III (Aimoin, De gestis regum Francorum), 66 : ipse in Aquitainie, apud castrum Blavie vitae finem sortitus, in basilica sancti Romani est sepultus ; Higounet 1963, 17.

35RHF, t. II (Annales Francorum Metenses), 684 ; MGH, 15 éd. Krusch (Contin. de Frédégaire) 175 : princeps Carolus (…), usque Geronnam vel urbem Burdigalensem vel castro Blavia veniens occupavit. Higounet 1963, 23.

36  Bédier éd., 1947, v. 3688-3698.

37  Boussard éd. 1957, 16 et 20.

38GCSM, n° 19, Guilhem Fredeland de Blavia Oppido, GCSM, n° 946 ; BN, ms. lat. 12773, p. 73, Blaviensis principum (1090).

39  Boussard éd. 1959, 33.

40RHF, t. XIII (R. du Mont), p. 302.

41AHG, XXV, bulle d’Anastase IV (1153).

42BN, ms. lat. 12773 ; Wiederhold éd. 1913, 192, n° 146.

43St-André, f 97, apud Blaviam in porta castri de Blavia ad quam portam venitur per Pontem.

44  Faucherre 1987, 51-58.

45St-Seurin, n° 17 (1089-1101). Le terme de castrum utilisé par les spécialistes de l’Antiquité pour désigner la ville close ne se justifie pas pour les xie-xiiie siècles ; dans les textes de cette époque il se rapporte au complexe de l’Ombrière, qui ne fut reconnu comme un castrum qu’au début du xiiie siècle (Boutoulle 2003b).

46St-Seurin, n° 10, molendinum quod juxta turrim fractam de foris situm.

47GCSM, n° 402.

48St-Seurin, n° 80, puis 1147, n° 80, n° 59, n° 91 ; AD 33, G 609 (1179), Wiederhold éd. 1913, n° 109.

49Ste-Croix, n° 35.

50Ste-Croix, n° 36, puis St-Seurin, n° 165 (1199).

51  Du Buisson 1876, 159; AHG, XLI, p. 321 (donation de la capella palatii à Saint-Martin-du-Mont-Judaïque); Boutoulle 2003b, 61-64.

52Ste-Croix, n° 62, apud Sanctum Perjectum debet accedere et fidantiam nomine allaudiorum tantum illi dare et data fidantiam ; St-André, f 51 (1233) domum in parrochia Sancti Perjecti, juxta domum monete in magna rua de Porta Medulca ; Livre des Bouillons, 368, 370 , Livre des coutumes, 335, 338 (1262).

53  Jean-Courret 2005, 298, 325 et 355.

54  Marchegay éd. 1879, n° VII. Don d’un four sub turre en 1119, Villard éd. 1973, 94. Cette tour est peut-être la turris Gueffereyri ou Guesterii devant laquelle la vicomtesse de Castillon confirma une donation de Guilhem Hélie de Bordeaux, entre 1095 et 1106, GCSM, n° 436.

55AHG, XLIX, n° IX.

56GCSM, n° 391 (1155-1182), Ste-Croix, n° 135 (1170-1193).

57Ste-Croix, n° 3.

58RHF, t. XV (Lettres de Suger), 515.

59  Archives municipales de Bordeaux, X-U / 1, 8, 9, 11 ; Gardelles 1972, 105-106.

60  Boutoulle 2003b.

61Pat. rolls, 1232-1247, 395 (transcrit en anglais).

62Close rolls, 1234-1237, 562.

63La Réole, n° 51.

64AHG, XV, p. 25.

65GCSM, n° 42.

66La Réole, n° 102.

67La Réole, n° 77 ; Hanna éd. 1993, n° 5.

68  Migne éd. 1853, LXVIII, col. 727 (Sidoine Appolinaire, Carmina, 22) ; Jullian 1890, 159.

69  Lopès [1668] 1882-1884, II, 483 ; Jullian 1890, II, 160. Font-Réaulx éd. 1915-1916, 148 (quandam cellulam ex sua proprietate, sitam in Castro quod vocatur Burgus, constructam in honore sancti Vincentii cum omnibus sibi pertinentibus). Il demeure un doute sur l’existence de ces donations de Charlemagne et de Louis le Pieux. Mais la suite de l’inventaire que rapporte Lopès évoque une immunité (quintum instrumentum continet litteras immunitatis), dont on a conservé plusieurs copies.

70AHG, XXV, bulle d’Anastase IV (1153).

71Henschen & Papebroch éd. 1675, I, 42.

72Rot. litt. pat., 92.

73Rot. litt. claus., 130.

74Rot. de obl. et finib., 466 , Rot. litt. claus., 166.

75  Bistaudeau 1991, 34 ; s’appuyant sur les dessins de Van der Hem (1638-1649), d’un dessin anonyme (vers 1660) et sur des plans du Tassin (1634) et de Masse (1723), P. Bisteaudeau écrit que le château de Simon de Montfort “comporte une partie centrale massive, de forme à peu près carrée, mesurant vingt-cinq mètres de côté qui correspond probablement au château primitif (…)”. Il n’y a pas lieu de comparer le château de Bourg, à ce point de la démonstration, avec le château de Cursan, en Entre-deux-Mers, dont la seigneurie n’avait pas l’importance du premier et dont la construction n’a commencé qu’après 1331 : Gardelles 1972, 129.

76Rot. litt. claus., p. 166.

77  Coquillas à paraître.

78Gallia II, col. 885. Epitaphe trouvé en 1658 : Hic requiescit domnus Guyraudus hujus ecclesie abbas primus, qui eam rexit annis trigenta septem, minus duobus diebus, anima cujus requiescat in caelestibus. Obiit vero hic sanctus anno Incarnationis Domini millesimo centesimo sexagesimo primo.

79AHG, XV, p. 27.

80GCSM, n° 710.

81GCSM, n° 708.

82  Marquette 1975-1979, 74.

83GCSM, n° 420 (De Sancta Maria de Podii que dicitur a Lubert), 421 (capella de Castelleto), 443, 444 (domus de Castelleto), 445, 446, 447, 448, 454, 455, 456, 457 (molendina in rivo nomine Luberto prope ecclesiolam Sancte Marie de Castelletocapella Sancte Marie de Castelleto), 459 (in Podio super Lubertum), 460, 461, 462, 464, 465, 466, 468, 469, 470, 649, 977, 1055, 1056, 1058, 1169.

84GCSM, n° 598 et 977.

85Archipresbiter de Podio, GCSM, n° 49 (1126-1131), 185, 220 (1121-1126), 460 (1119-1120) et 567 (1126-1140). Archiprêtré d’Entre-deux-Mers, GCSM, n° 649 (1184), St-Seurin, n° 214 (1181-1188), Ste-Croix, n° 29 (1195).

86GCSM, n° 86.

87Piat 1995, 118.

88GCSM, n° 654.

89Anc. Coutumes La Réole, n° 49 à 53.

90GCSM, n° 286, 441.

91  Marquette 1975-1979, 630 ; Faravel, 1991, I, 377 .

92GCSM, n° 1, 402 ; Conques, n° 481 ; Marquessac [1866] 1979, 10.

93  St-André, f 52 v (sans date).

94  Gardelles 1972, 116 ; Ménil 1983, 104-105.

95  Hanna éd. 1993, n° 110.

96  Gardelles 1972, 117.

97St-Seurin, n° 183 (archipresbiter de Castro novo, 1209), St-André, f 5. En 1241, Amanieu d’Albret donna la dîme des moulins de Castrum Novum de Sarnes, Du Bourg éd. 1883, n° LXXIII, p. LI. Ste-Croix, n° 38 (B. archidiaconus Sarnensis), St-Seurin, n° 21 (archidiacre de Cernès, 1122), 22, 62. Cependant Castelnau-de-Cernès n’est pas mentionné dans la liste des paroisses de l’archiprebitarus Sarnensis (AHG, XLIV, p. 7). L’archiprêtré de Cernès (Rôles gasc., 465-484, 1242), n’est pas à notre connaissance mentionné avant le xiiie siècle, mais il n’est pas impossible que l’archiprêtre Pierre de Barsac l’ait préfiguré (GCSM, n° 241 et 629, 1155-1182)

98   Gardelles 1972, 160 ; Marquette 1975-1979, 586.

99GCSM, n° 180.

100Drouyn 1878-1886, III, 191.

101AHG, I, n° LXXXIX, p. 191.

102  Donation par Arnaud Raimond de Castello d’une terre in territorio de Selviaco entre 1079 et 1095 (GCSM, n° 71) ; Bernard de Castel a donné l’église de Saint-Martin de Sescars (Fescals), entre 1102 et 1106 (GCSM, n° 693).

103RHF, VI, 663 (diplomata Pipinni I Aquitanie regis).

104Lot éd. 1943, I, 27, n° 11.

105Depoin éd. 1921, 99.

106Gallia III, inst. col. 323-324 ; GCSM, n° 18, 104, 415, 436, 636, 844, 956.

107St-Florent, n° 1 et 2.

108  Gardelles 1972, 122.

109Drouyn [1865] 1977, 2000, 102. AD 33, 2 Z 3826.

110Baurein [1784-1786] 1876, 1999, I, p. 161.

111  Marquessac éd. [1866] 1979, 73.

112   Ménil 1983, 121-122.

113GCSM, n° 650.

114GCSM, n° 636-954.

115GCSM, n° 652.

116PCSM, p. 112.

117Faravel 1991, I, 864-868.

118Hanna éd. 1993, n° 9, omnem terram quam habebat ad portam que vocatur Posterla, (…), unam planiticina ad perfitiendas, domus dedit vero libere et remota omni occasione totius consuetudinis (1160-1170).

119Rot. chart., p. 201.

120St-Seurin, n° 353.

121   Gardelles 1972, 127.

122Rot. chart., p. 74b.

123  Marquette 1996, 203-207. L’église Saint-André de La Couture a la même dédicace que la cathédrale de Bordeaux alors que Couthures-sur-Garonne est dédiée à saint Léger (Biron, 1925 b, 144). L’une et l’autre ne peuvent être confondues avec Notre-Dame de Couthures, située au sud-est de Casteljaloux, donnée à La Sauve-Majeure, que l’évêque d’Agen plaçait infra terminos episcopatus non longe de Castedgalous, et qui appartint à la juridiction des Lugues, GCSM, n° 711, 1127, 1169 ; Burias 1979, pl. IX, XI, XVII, XIX.

124Rec. feod., n° 196.

125GCSM, n° 745-887.

126GCSM, n° 242.

127  Drouyn [1865] 1977, 2000, 64 ; Clémenceau 1997 ; Bonneau & Boutoulle 2005.

128  Drouyn [1865] 1977, 2000, 201.

129  Madden éd. 1866, 107 ; De Mandach éd. 1970, 285.

130Rôles gasc., n° 3992.

131Close rolls, 1247-1251, p. 321.

132Rôles gasc., n° 2676, 2790.

133Rôles gasc., n° 124, 505.

134Gardelles 1972, 128.

135Kurze éd., MGH, in usum scol. (Annales regni Francorum), 30.

136  Depoin éd. 1921, 97-100.

137  Boussard éd. 1957, 23.

138  Boussard éd. 1957, 20 et 25.

139St-Jean-d’Angély, n° 301.

140GCSM, n° 874.

141Rot. litt. pat., 67 b. Le vicomte avait alors certainement aidé le roi de Castille puisqu’un autre mandement royal ordonnait la saisie d’une galée du vicomte à La Rochelle (p. 66b).

142  Gardelles 1972, 137.

143  Drouyn [1865] 1977, 2000, LXXVII ; Gardelles 1972, 137, fig. 75 et 58.

144Mouthon-Sepeau & Mouthon 1996, 57. 

145GCSM, n° 996.

146Piat 1995, 118.

147GCSM, n° 33, 42, 357, 368, 363.

148GCSM, n° 19.

149La Réole, n° 61-62, 97.

150GCSM, n° 398.

151GCSM, n° 42.

152Villemartin, n° 161.

153Rôles gasc., n° 2566, 4301.

154  Drouyn [1865] 1977, 2000, 414 ; Gardelles 1972, 140 ; Faravel 1991, I, 884.

155GCSM, n° 950.

156GCSM, n° 286 (1128-1140).

157GCSM, n° 981, 982 (1155-1182).

158Anc. Coutumes La Réole, n° 49, Arnaldus Bernardi de Taurinag facit hominium priori pro devalata pedagii maris de Gerunda et preterea pro communitate castri solvit cum particibus suis annuatim in vincula beati Petri V solidos Burdegalensis.

159GCSM, n° 19, 949, 950.

160  Gardelles 1972, 141 ; Marquette 1975-1979, 644 ; Faravel 1991, I, 270-274.

161GCSM, n° 17, in hoc igitur Silve Maioris loco ubi domnus Geraldus cum sociis suis remansit fertur antiquitus fuisse castellum Altus Villaris appellatum. Cuius castellaris allodium multos possessores habebat sed iusticia proprie ad ipsum comitem pertinebat.

162GCSM, n° 1 à 10, 12 à 15, 17, 19, 22. Guiet 1996a.

163GCSM, n° 408.

164Ste-Croix, n° 104.

165Ste-Croix, n° 137.

166Ste-Croix, n° 81.

167  Gardelles 1972, 146 ; Ménil 1983, 84.

168GCSM, n° 710.

169GCSM, n° 9 et 10.

170GCSM, n° 704, 708.

171GCSM, n° 700.

172Rot. chart., p. 74b.

173  Dufau 1974, 94 ; Marquette 1996, t. 1, 203.

174  Nortier éd. 1986, 119 (Amanieu de Lamarque).

175St-Seurin, n° 125, quendam villanum cum estagia sua que est in parrochia de Cuzaig, patrem Garmundi presbiteri, cujus erat mansio juxta paludem retro castellum de Marcha.

176  Gardelles 1972, 152.

177St-Seurin, n° 89.

178St-André, f 91v .

179AD 33, G 334, 335 ; GCSM, n° 21,

180  Gardelles 1972, 152 ; Ménil 1983, 44.

181  Lacave et al. éd. 1899, 157-164, acte n° 134 : Miles quidam nomine Ramundus cognomento Paba (…) hic fuit indigena castelli illius in vicina Vasatis situm, antiquitus Mota appelabatur.

182La Réole, n° 95, dans cette version on parle de castra (ordinavit etiam coram omnibus disposuit ut prior noster Regula ipsius frater, tamdiu castra sua et alodia et nemora et cetera cum filiis) ; une autre version évoque des castella (habebat tunc prioris fratrem suum priorem de Regula, nomine Augerium, cui castella, municipa et totum honorem commendavit, La Réole, n° 129).

183La Réole, n° 129.

184Anc. Coutumes La Réole, n° 49-53.

185Rôles Gasc., I, n° 2082.

186  Drouyn [1865] 1977, 2000, t. II, 406-409 ; Gardelles 1972, 152 ; Faravel 1991, I, 279-280 ; id. 1999, 148-155.

187  Jullian 1887-1890, 147 (confusion avec Saint-Pierre de Granon). J. Gardelles, suivant L. Drouyn déduisait de l’absence de mention avant cette date que le château n’avait pas été construit antérieurement à 1274 (Gardelles 1972, 153).

188GCSM, n° 224, mortuus vero cum prior apud castrum de Logoiran ubi defuncti corpus erat.

189  PCSM, p. 129, 131.

190  Gardelles 1972, 153. Marquette 1975-1979, 661.

191  Didierjean 1988, Marquette 1990, 38. Loeuil-Madec 2004, 64-68. Le site fera prochainement l’objet d’une fouille programmée sous la direction de S. Faravel et J.-L. Piat.

192GCSM, n° 9.

193Marchegay, éd. 1879, n° III.

194GCSM, n° 947, quod ad eum pertinebat de transitu navis monachorum in Garona ad Lingon quinque vicibus per annum. Les Lamotte, domini de Langon en 1274 (Rec. feod., n° 212) exerçaient peut-être déjà des droits seigneuriaux puisqu’ils étaient les maîtres des terres sur lesquelles fut construit le bourg Sainte-Marie, après 1126 (GCSM, n° 679).

195  Gardelles 1972, 154 ; Marquette 1973.

196  Baurein [1784-1786] 1876, 1999, 161.

197  Desjardins éd. 1879, 349.

198  Capra & Giteau éd. 1964, 118 ; une autre version du même acte le qualifie dominus de Sparra (p. 117).

199  Du Bourg éd. 1883, n° LXXXV.

200  Gardelles 1972, 165.

201  AD 33, G 270, f 3.

202  AD 33, G 270, f 1, castrum et villam de Legia.

203  AD 33, G 335 f 1 (confirmation de Guilhem IX), G. 334, f 1 et 2 (donation falsifiée de Sanche Guilhem).

204St-André, f 91-94.

205Rot. litt. pat., 114.

206AD 33, G 419 ; Gardelles 1972, 162 ; Ménil 1983, 47-48 ; ni le château, ni la motte, citée en 1273, n’ont été localisés.

207  Maupel [1728] 1901, 25 : alioquin castrum de Miliano interdicti sententiae subjiceret (à partir d’une page disparue du cartulaire de La Réole, “f. 87”).

208La Réole, n° 146 (1126), n° 103 (1127), n° 104 (1143), n° 126 (1177), n° 124 (1178).

209GCSM, n° 710.

210  Devic & Vaissette, t. 8-2, col. 1851, BN Doat ; vol. XXVII, f 190, v. Marquette 1975-1979, 41.

211  Gardelles 1972, 175.

212  Marquette 1975-1979, 600-604.

213Rot.litt. claus., p. 73b.

214RHF, t. XV (Lettres de Suger), 515.

215Ménil 1983.

216GCSM, n° 291-310 (1182-1194).

217GCSM, n° 33, 98, 164.

218Rôles gasc., n° 4617 ; Gardelles 1972, 186.

219  Gardelles 1972, 186 ; Piat 1995, 118-121.

220  Shirley éd. 1862, 196.

221Villemartin, n° 175 (1213-1227).

222Rôles gasc., I, n° 1229.

223  PCSM, p. 116 ; Villemartin, n° 3, 55, 66.

224Gardelles 1972, 201 ; Faravel 1991, I, 914-915.

225Pat. rolls, 1216-1225, 251.

226Rot. chart., 223b.

227Pat. rolls., 141 (15 mars 1218) et 169 (14 septembre 1218).

228Pat. rolls, 1216-1225, 275-276 (custodi castri de Rothelans de eodem castro liberando eidem Philippo)

229Shirley 1862, 196.

230GCSM, n° 66.

231Ardouin de Roazon (La Réole, n° 13, 1080-1120) ; Isarn de Roazan (GCSM, n° 623, 1079-1095); Pierre de Roazan, miles, dans une donation d’Hélie de Blaignac (GCSM, n° 628-951, vers 1106-1119) ; Gautier de Roazan (GCSM, n° 373, 1126-1155) ; Bertrand de Roazan, miles (GCSM, n° 193, 1155-1182) ; Raimond de Roazan, clerc (GCSM, n° 974, 1189) ; Pierre de Roazan (GCSM, n° 860, 1213-1227).

232  Pierre Tubeuf éd. 1866, 33 et 131 ; Baudry de Bourgueil éd., 39 et 168. Boutoulle 2002.

233GCSM, n° 974, quatuor escartas obtime mixture vel obtime fabe ad mensura qua comparatur et venditur apud Silve Maioris et quatuor asinatas obtimi vini sine aqua al issac de Roazan omnia apud Silvam adducta.

234  Gardelles 1972, 204 ; Araguas 1990,169-183 ; Faravel 1991, I, 938 ; Corvisier 1999.

235Haec nomina a Francis illis imposita aestimantur, qui a Magno Carolo ad tuitionem provinciae ibi relicti sunt. Aimoin 2004.

236Cui conditor municipii vel ut quidam volunt, civitatis, turris quadris lapidibus extructam opposuit, quae nunc ruinarum tantummodo suarum indicia praefert. Aimoin 2004.

237  Maupel [1728] 1901, 26. Jussit apud Regulam exstrui castrum loco maxime apto occupatusque est ab ejus ministris hortus monasterii in quo arx nova aedificata est.

238  Marquette 1986, 55-75 ; Faravel 2003, I, 61-63,

239  Faravel 2002, 28-30 ; id. 2003, I, 59-123.

240RHF, t. XIX (P. des Vaux du Cernay), p. 94, homines autem de Regulam, quod est castrum quodam regis Anglie, ascenderant cum navibus multis et armaturis, ut nostris transitum prohiberent.

241  Shirley éd. 1862, n° XLIII, p. 49 ; Malherbe 1975, 735. Ces travaux montrent qu’à l’instar de Saint-Sever et comme à Bordeaux, la fortification de la ville reposait sur un partage des responsabilités entre la municipalité (l’enceinte) et le seigneur de la ville (le château) : Marquette 1986, 56.

242Pat. rolls, 1216-1225, 275-276.

243Gardelles 1972, 156 ; Faravel 2003, I, 106-122.

244Giry éd. 1885, 64.

245Close rolls, 1234-1237, 451, pro damnis sibi illatis in occupatione quarumdam terrarum suarum, ut dicunt per constructionem castri quod firmari cepit in villa (…) vel castrum illud prosterni faciat.

246Gardelles 1972, 212.

247GCSM, n° 1139.

248Gallia II, inst. col. 323. Boutoulle 2000a.

249Gallia II, inst. n° LXII, col. 324 (1103-1131) capellaniam ipsius ecclesie cum omnibus beneficiis villae que ad ecclesiam pertinent et ecclesiam Beate Magdalene que est in eodem territorio.

250GCSM, n° 467, 602, Guinodie 1876, II, 498.

251  Boussard éd. 1957, 29.

252GCSM, n° 6 et 9.

253GCSM, n° 948.

254Arcem Sancti Macharii obsidione premebat et in brevi castrum ferro et incendio depopulavit et arcem munitissimam cepit, St-Jean-d’Angély, n° 182.

255Ste-Croix, n° 3,

256Ste-Croix, n° 2, 4, 19, 25, 52, 53 ; AHG, I, n° XCVII-CXVII, p. 209-234

257Ste-Croix, n° 72.

258  De Rouvray 1953, 281.

259Villemartin, n° 163 (1213-1227).

260  Drouyn, [1865] 1977, 2000, 124-126.

261  Gardelles 1972, 216.

262La Réole, n° 14.

263GCSM, n° 71, 82, 83, 86, 101, 106, 117, 179, 238, 349, 484, 546, 693, 694.

264  Faravel 1991, I , 969-974, II, tab. 19, 129 (motte Malmigarde, motte de Tavarred, Motte Cabiron).

265La Réole, n° 128 ; Piganeau éd. 1874, 25, 28 (1155). C’est l’église Notre-Dame.

266  Piganeau éd. 1874, 28 (1155).

267  Gardelles 1972, 211 ; Marquette 1975-1979, 626 ; Faravel 1991, I, 1045-1055.

268GCSM, n° 555.

269GCSM, n° 181, 420-1053, 444, 446, 447, 448, 455, 461, 465, 525, 539, 561, 563, 580, 610, 616 ; Ste-Croix, n° 76.

270  Drouyn [1865] 1977, 2000, XXVII ; Gardelles 1972, 218 ; Beyne 1997, n° 39-44.

271Rec. feod., n° 544, (1274), Petrus de Montepessato, miles, juratus et requisitus, dixit quod ipse habet et tenet a domino rege Anglie (…) domum suam et stagiam in qua idem moratur in parochia de Salabove ; même reconnaissance pour Armand de Montpezat (n° 545).

272GCSM, n° 692.

273Trabut-Cussac 1953, 181-217.

274La Réole, n° 144 (1084-1103), testes Sancius Guillelmi archidiaconus qui hoc concessit, Galterius de Taliacavat et Galterius de Cugat et G. de Ferreiras prior de salvitate.

275  Trabut-Cussac 1953

276La Réole, n° 43. Nouvelle mention en 1236, Close rolls, 1237-1242, p. 121

277La Réole, n° 94.

278  Gardelles 1972, 225 ; Faravel 1991, I, 486-487.

279GCSM, n° 88.

280GCSM, n° 160.

281GCSM, n° 517.

282GCSM, n° 25, 55, 61, 396 , 398 , 401, 564.

283Rec. feod., n° 205. Celle de Marguerite de Turenne (n° 203) place de castrum de Montuir, relevant de Gensac, dans ce même honor de Turris. Également Rec. feod. n° 644.

284GCSM, n° 555.

285GCSM, n° 647. L’existence au milieu du xiie siècle du toponyme Bisqueytan fragilise l’assimilation de sa tour avec Tour-Castel.

286GCSM, n° 396, 397.

287GCSM, n° 61, 398. Le seigneur de Tour cité dans un acte de 1237, apparaît dans cette partie de l’Entre-deux-Mers bordelais : E l’ome de Sent-Seurin deven far an Amaubin (de Bares senhor de Monferran), l’esporle e far l’ost a senhor mudan de Blancafort o de la Tor (accord portant sur les hommes habitants la seigneurie de Montferrand, St-Seurin, n° 189).

288  Shirley 1862, 57, n° CCCLXII. Il n’y a pas de raison de penser que ces terres avaient été prises au vicomte de Dax par Richard puisque la directe ducale recouvrait l’essentiel du pays de Born, où est situé Uza.

289  Gardelles 1972, 230-231 ; Ménil 1983.

290  Elle n’apparaît ni dans le contrat de mariage d’Amanieu d’Albret avec Rose de Bourg, fille de Guitard de Bourg, senhor de Bertulli (AHG, III, n° XLVIII, p. 140, 15 janvier 1288, n.st.), ni dans la reconnaissance de Guitard de Bourg, dominus de Bertolio (Rec. feod., n° 438, 1274).

291  Gardelles 1972, 232 ; Marquette 1975-1979, 673-674.

292Et quicquid ad ipsum pertinet, justiciam scilicet meam et distractionem et viam et receptum de Nativitate et paduentum totum et quicquid juris habeo in ipso maso totum in potestatem supradicte ecclesie transfundo. Rabanis éd. 1847-1848.

293AD 33, G 609 ; Wiederhold éd. 1913, n° 109, 154-156.

294Apud Meyrinhac, de Castellus, de Novello, agreiam molarum apud Ayran, molendinum de Tudella.

295  Appelée Motte Blanque, Drouyn [1865] 1977, 2000, II, 220 ; Ménil 1983, 139.

296St-Seurin, n° 51.

297St-Seurin, n° 52.

298  Gardelles, 1972, 232.

299Villemartin, n° 68, usque ad portam Hospitalis et de terra de maestre Riu usque ad callem de Castelon ; n° 71, que ad Portam et a calle usque ad callem ; n° 73, prope callem Troseler. Faravel 1991, I, 910.

300Item statutum est ne aliquis sine assensu prioris in expeditione eat nec prece nec precio aliquorum ductus castellum ingrediatur ad defendendum vel foras ad expurgandum. Quod si fecerit et vulnus intulerit LXVI sol priori dabit et percusso damnum restituet; si occiderit hominem omnia sua confiscantur priori.

301St-Seurin, n° 348 (1203).

Table des illustrations

Titre Fig. 24. Vestiges d’une construction en petit appareil à la base du corps de logis du château de Blanquefort.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre Fig. 25. Plan du premier étage du palais de l’Ombrière (XVIIIe siècle). Lavis 98 x 105,5 cm. L’échelle verticale graduée en haut de la figure indique le nombre de toises (de 1 à 5). Archives municipales de Bordeaux, X-U 8.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 26. La motte de laMoinerie à Génissac. Tertre cylindro-tronconique sur le rebord d’un plateau dominant la vallée de la Canodonne. La motte dominait un secteur de palus et de moulins.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 27 Relevé du plan cadastral de l’Isle-Saint-Georges. Section B du Bourg (1847).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 28. La tour de Vertheuil.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search