Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Chapitre VI - La société face au roi-duc

Texte intégral

  • 1St-Seurin, n° 204.

1Pour comprendre la portée des dispositions de la paix de 1198, pour saisir les enjeux du dialogue qu’elle consacre avec la société régionale, il nous faut revenir vers les groupes sociaux que le détour par l’histoire politique nous a contraint à délaisser un temps. Si l’on sait quels étaient les “barons, chevaliers et prud’hommes du pays”1 associés à l’élaboration de ces dispositions, il nous faut comprendre comment les groupes sociaux, que la paix reconnaissait et dont elle intégrait une partie des attentes, ont été affectés par l’évolution générale et politique des quatre décennies précédentes.

L’aristocratie mise au pas ?

2Examinons pour commencer l’aristocratie laïque dont le volet judiciaire de la politique royale a révélé des velléités de mise au pas.

De nouvelles contributions

  • 2  Benjamin 1988, 283-284 (d’après Archivo de la Corona de Aragon, Barcelone, Cancilleria Perganimos (...)

3Il est difficile de mesurer l’implication du baronnage local dans les guerres publiques contre le comte de Toulouse ou les seigneurs rebelles depuis 1156 ont immanquablement provoqué. Ainsi, les corps d’armée conduits vers Toulouse en 1159, par le Périgord, ou en 1164-1166 sous la direction de l’archevêque Bertrand de Montaut, comprenaient des seigneurs issus de notre région, malheureusement anonymes. Tout au plus relève-t-on la présence du vicomte de Castillon, près de Richard, à Dax en 1170, ou d’autres noms familiers parmi les participants à l’offensive de 1186, en Quercy, qui déboucha sur le traité de Najac2.

  • 3Rot. litt. pat., p. 3, faciatis loco nostro exercitus et procurationes quas nobis debetis tanquam (...)
  • 4Rot. litt. pat., p. 36b, mandamus vobis rogantes quatinus in fide qua nobis tenemini, omni occasio (...)
  • 5Rôles Gascons, n° 591.
  • 6  Rymer éd. 1821, 155, non permittat milites qui vicini sunt villa vestrae, terras vel redditus suos (...)
  • 7  PCSM, 128, quicumque tenet res que debent exercitum vel unius militis vel duorum, nisi privilegio (...)

4Quelques mandements des premières années du règne de Jean ainsi que des points de l’enquête de 1237 nous permettent d’être moins laconique. Le 12 décembre 1201, le roi mandait à tous ses fidèles de Gascogne de faire à son sénéchal Robert de Turneham, l’exercitus et les procurationes dus à sa personne3. Le 27 novembre 1203, il mandait à tous les barons, milites et fidèles de Gascogne ou du Périgord, de s’acquitter du servicium toutes affaires cessantes et plus particulièrement aux milites de se tenir prêts, avec armes et montures, pour répondre à la première sommation des émissaires royaux ; précision importante, le roi prenait à sa charge les frais des personnes semoncées, ce qui tendrait à prouver qu’il n’existait pas encore de service gratuit et tarifé4. De fait, il faut attendre 1242 pour avoir les premières listes de barons avec le nombre de milites lié à chacun d’entre eux et la mention des quarante jours5. Une lettre d’Henri III, datée de 1219, lie explicitement le service de défense des milites aux terres tenues de lui6. Sur ce registre, la seule chose qui puisse être imputée aux premiers Plantagenêts pourrait être l’imposition d’une taxe de remplacement. L’enquête de 1236-1237 qui l’évoque la place dans les “coutumes en usage au temps des rois Henri et Richard” ; elle stipule que quiconque étant astreint à l’exercitus d’un ou deux milites, en vertu des biens tenus, pouvait verser une somme proportionnelle pour celui qui effectuait le service7. Cette commutation de service rappelle trop l’origine de l’écuage anglo-normand pour que les premiers Plantagenêts n’y soient pas étrangers.

  • 8  PCSM, p. 130, terram et filios vel filias decentium nobilium occupat.
  • 9  PCSM, p. 130, item corruptelam Anglie introducens quasi per consuetudine in terra, terram et filio (...)
  • 10  PCSM, p. 132, modus alienationis fuit rex Ricardus dedit eos Hugoni Los, cum ei dedisset in uxorem (...)
  • 11AHG, IV, n° IX, p. 12 (1214), et Rot. chart., p. 118 (6 juin 1214).
  • 12Pat. rolls 1216-1225, p. 356. On trouve, cette année-là, en Poitou l’énoncé du droit de garde pour (...)
  • 13St-Seurin, n° 136 (1168-1181), presentibus uxore sua Marchiesa et predicto Matheo et Rufato canoni (...)

5D’importants changements ont affecté, selon un processus bien connu, les gardes et les tutelles. En 1236-1237, on rapportait que le roi pouvait placer sous sa garde (occupare) la terre, les fils ou les filles d’un noble décédé8. Les dépositions s’accordent sur la nouveauté de cette coutume, mal accueillie dans la région en raison de son caractère exogène (“venue d’Angleterre”)9 ; on rappelait d’ailleurs que toute personne, quelle que fût sa condition (clerc, miles, bourgeois ou paysan), avait la liberté de placer ses héritages ou ses héritiers sous la tutelle et la garde de qui bon lui semblait. Pour preuve, l’enquête rapporte comment le roi Richard donna en mariage la domina de Couréjan à un de ses fidèles, un certain Hugon Los10. L’intrusion du roi-duc dans les successions est par la suite bien attestée : en 1214, Pierre de Bordeaux dut débourser vingt mille sous poitevins pour avoir la garde de l’honneur de Blanquefort et de l’Ile, celle des droits de Guilhem de Blanquefort à Bourg-sur-Mer et pour pouvoir marier sa fille, Assalhide, héritière de cet honor11. En 1222, il fallait l’autorisation du roi pour que les baillis et les prud’hommes de Bordeaux permettent au doyen de Bordeaux d’avoir la terre qu’Hélie Viguier lui avait confiée en garde ad opus filiarum et heredum suarum, salvo jure domini regi12. Il n’en a pas toujours été ainsi. Pendant le règne d’Henri II, Pierre III de Bordeaux, donnant en sa dernière extrémité, pouvait encore confier la garde de sa domus, de son épouse et de ses fils, à deux milites de sa famille13. C’est donc, comme l’enquête de 1236-1237 nous invite à le voir, à la fin du xiie siècle que cette limitation fut introduite dans la région, avec d’évidentes visées fiscales.

La militarisation de l’aristocratie

  • 14GCSM, n° 872, Ste-Croix, n° 83, (1176-1206), cinq occurrences ; St-Seurin, n° 165, PCSM, p. 117 (q (...)
  • 15Hoc comperto dominus abbas et ejus monachi (...) clamoren protaxerunt qui eundem militem et eccles (...)
  • 16Ste-Croix, n° 29 (1196).
  • 17Ste-Croix, n° 83b (1176-1206).
  • 18GCSM, n° 897 (1196), cum quibusdam militibus de Baghals et de Brana et de Serporars qui in easdem (...)

6La militarisation de l’aristocratie, expression que l’on a moins de scrupules à utiliser après 1150, revêt des aspects variés. La figure 16 sur laquel ont été reportés les taux d’occurrences de miles et milites donne d’abord la tendance. Dans le cartulaire de La Sauve, nous trouvons entre deux et trois fois plus d’occurrences de miles et milites dans les textes des deux derniers quarts du xiie siècle que dans les premiers. Les scribes ne reculant plus devant les répétitions, il n’est pas rare de rencontrer plusieurs occurrences du mot au sein d’un même texte14, parfois sous forme de substantif isolé alors qu’auparavant, au singulier comme au pluriel, miles est systématiquement accolé à un nom15. Il n’est plus exceptionnel de rencontrer plusieurs milites dans une même famille : Amanieu de Veyrines et ses deux fils (Garsie et Boson) en étaient16, comme le frère de Raimond de Malagent, Robert, et son fils Gérard17. De l’extérieur on finissait par ne plus voir que des familles chevaleresques : en 1196, le règlement d’un contentieux entre les Templiers et les bénédictins de La Sauve présente les milites de Baigneaux, Branne et Serporars18.

  • 19La Réole, n° 105 (1186).
  • 20GCSM, n° 552 (1155-1182), de militibus, ipse vicecomes et Galardus de Scozan (...).
  • 21St-Seurin, n° 148 (1182), puis St-André, f 98 (1225).
  • 22GCSM, n° 292 b (1184).
  • 23Ste-Croix, n° 63 (1187-1195).
  • 24GCSM, n° 1008 (1204-1222).
  • 25  Voir supra p. 157.
  • 26GCSM,1275 (miles), St-Seurin, n°102, 119 (miles), 123 (miles), 136 (miles), 149 (miles), 160, (...)
  • 27Guilhem Raimond de Bordeaux (1178/1207-1215), Ste-Croix, n°31 (miles), 63, 136, St-Seurin, n°161 (...)
  • 28Gaillard d’Escoussans (1140/1155-1155/1182), GCSM,513a, 552 (miles), 522, 282, 872 (miles), 11 (...)

7Cet effet documentaire tient aussi, pour une part, à la moindre gêne de la haute aristocratie de se faire qualifier de la sorte. L’exemple vient de haut : Richard lui-même, tant qu’il était duc d’Aquitaine, était vu à La Réole comme probissimus miles19. Ont suivi la voie, Guilhem Amanieu V, vicomte de Bezeaumes (entre 1155 et 1182)20, Amauvin IV de Blanquefort (en 1182)21, Guilhem Séguin II de Rions (en 1184)22, Guilhem Hélie IV de l’Isle (entre 1187 et 1195)23, Bernard III d’Escoussans (entre 1204 et 1222) etc..24 On peut aussi expliquer la tendance documentaire par une meilleure perception de l’état militaire ou par son caractère moins occasionnel (les deux facteurs ne s’excluant pas). À côté d’un Rathier de Daignac, qui à la fin du xie siècle n’est expressément désigné miles qu’une fois dans onze textes25, Gaillard II de Bordeaux (1159-1180/ 1189) l’est dans six des treize textes ayant conservé sa trace26. La proportion est sensiblement la même chez d’autres contemporains comme Guilhem Raimond de Bordeaux (quatre sur neuf)27 ou Gaillard d’Escoussans (quatre sur dix)28.

  • 29  Voir supra p. 202.
  • 30  Raimond de Grézillac, miles : GCSM, n° 292 (1184), 1190 (1192-1204), 554, (1194-1204),1181 (1200). (...)
  • 31GCSM, n° 1117.
  • 32GCSM, n° 1198 et 1116.
  • 33GCSM, n° 211 (1126-1155), 169 (1140-1155).
  • 34GCSM, 230 (vers 1079-1095), 175 (1095-1102), 176 (1095-1102), 30 (1106-1119), 53 (1106-1119), 54 ( (...)

8Dépasser l’analyse du prisme documentaire pour tenter de saisir dans quelle proportion la multiplication des occurrences tient aussi à une augmentation des effectifs de la militia, par la promotion de catégories subalternes, est une entreprise autrement moins sûre. Compte tenu de la pulsation apparente de l’état militaire, des réticences de certains scribes à en faire part (chez les Templiers par exemple) et, par dessus tout, de la très inégale couverture documentaire des familles et de la région, il est téméraire de prétendre qu’un miles des années 1180, n’ayant pas de milites avérés parmi ses ascendants, avait été porté par un phénomène d’ascension sociale, même si le cas n’est pas à exclure, nous en avons la preuve avec les Bravion ou les Ramafort29. Ainsi, les frères Raimond et Gaillard de Grézillac, milites tous les deux et premiers représentants connus de cette famille à partir des années 1180, sont de toute évidence issus des Moulon dont la seigneurie recouvrait la paroisse éponyme30. Sans la mention de la parenté de Sanche Adil, miles et cousin de Pierre de Lamotte, il nous serait apparu comme un individu d’humble origine31. Pierre de Cessac, miles entre 1194-1204 et 120832, qui donna un alleu comprenant l’église d’Escoussans, n’est pas issu d’alleutiers du début du xiie siècle de Saint-Germain de Campet ou d’Escoussans33 ; sa famille est parente des Baigneaux, dont les biens s’étendaient précisément sur la paroisse de Cessac34. Ainsi, à côté de quelques milites directement issus des notables paysans jouant le rôle d’agents seigneuriaux, l’essentiel des “nouveaux milites” nous semble plutôt sortir de l’aristocratie elle-même, par les cadets. Le coût d’un équipement chevaleresque, comme la nécessité d’avoir, au préalable, quelque familiarité avec les châtelains pour collaborer plus activement avec eux dans le cadre des garnisons castrales, expliquent certainement cela.

  • 35GCSM, n° 1027 (1155-1182), habere recognitionem in hac terra quod quando moritur dominus et alius (...)
  • 36Rot. chart., p. 147b (1205), concession de deux charges quotidiennes de bois de la forêt de Bordea (...)
  • 37  Flori 1998, 93-99.
  • 38Patrol. lat., col. 1045.

9Cette militia a probablement été affectée par un changement technique. Entre 1155 et 1182, Amauvin Pierre et Bertrand donnèrent une terre à La Sauve en réservant à leur oncle, Simon de Saint-Denis, miles, une reconnaissance (recognitio) à mutation de seigneur, soit cinq sous bordelais ou une lance35. Ce type d’esporle acquitté en lances se développa dans la première moitié du xiiie siècle au point d’être assez fréquent dans les Recognitiones feodorum de 127436. Or J. Flori a bien montré que la technique de charge lance couchée s’est répandue en Occident au début du xiie siècle37. La vita S. Geraldi, rédigée à La Sauve pendant l’abbatiat de Pierre VII (1126-1155), en signale quelques-unes38. L’apparition datée de ce type d’esporle dans la région suggère que les combattants cherchaient, passé le milieu du xiie siècle, à obtenir de leurs feudataires une participation au renouvellement de cet équipement. Ce changement tactique n’a pas été sans conséquences sociales. Le surcroît de temps consacré à l’entraînement peut expliquer le caractère moins intermittent de la fonction chevaleresque, très net à partir du milieu du xiie siècle, et le renforcement des solidarités au sein de la militia.

  • 39  PCSM, p. 131, Item propter incuriam senescalci milites potentes (...) non conqueruntur ei vel alii (...)
  • 40GCSM, n° 97. Paupertatem et inopiam considerantes.
  • 41  PCSM, p. 130. Le célèbre “alleu militaire” de la fille d’un miles, nommée Amauvine de Courpiac, ci (...)
  • 42St-Seurin,165 (1199), 204 (1198).

10Pour autant, militarisation n’est pas homogénéisation. La distinction, dans l’enquête de 1237, entre milites potentes et minus potentes milites montre que les césures subsistaient au sein de la militia39. Dans les années 1180, Amauvin Tizon de Daignac, descendant de Rathier, passait pour “vivre dans la pauvreté” (paupertas et inopia)40. Il est probable que, dès les règnes d’Henri et de Richard, certains milites de l’Entre-deux-Mers n’aient pas résisté au surcroît des charges ducales : l’enquête susdite évoque ceux qui, à l’instar de n’importe quels rustici victimes des exactions des baillis du roi-duc, étaient convoqués tous les mois à l’ost à seule fin d’être extorqués de sommes d’argent que les plus pauvres d’entre eux (miseros milites) ne pouvaient acquitter41. Ce n’est donc pas un effet du hasard si, dans les années 1190, apparaissent les premiers damoiseaux (domicelli) : le poids des services attendus par les milites a probablement déterminé ce type de situation d’attente42.

L’appesantissement du dominium

  • 43St-Seurin, n°132. Sur cette période de violences, Mousnier 1997, 250.

11Entre 1159 et 1181, les chanoines de Saint-Seurin adressèrent au pape Alexandre III une plainte contre les exactions, nouvelles et indues (novas et indebitas exactiones), que les laïcs du voisinage faisaient subir à leurs dépendants43. Quoi que nous ne puissions dire si les seigneurs reportaient de cette manière le relèvement de leurs propres prestations, c’est un fait que l’on observe bien : la seconde moitié du xiie a été un moment d’affermissement de la seigneurie.

Nouveaux châteaux

  • 44GCSM,996.
  • 45GCSM,291, 310.
  • 46La Réole n° 146 (1126), 103 (1127), 104 (143), 126 (1177), 124 (1178).
  • 47AHG, XXXVI, p. 25 (ex cartul. fol. 87°).
  • 48GCSM,692.
  • 49Trabut-Cussac 1953, 181-217.

12Le mouvement se manifeste d’abord dans le paysage avec l’érection de nouveaux châteaux dans des seigneuries jusqu’alors locales. Le castrum de Génissac est attesté entre 1194 et 1204 lorsqu’un miles, Bertrand de Lignan, dont la famille est apparentée aux Génissac, donna l’emplacement d’un bief “près du port et du castrum” (juxta portum et castrum de Genizac)44. Celui de Moulon apparaît à peu près dans les mêmes conditions quand, entre 1182 et 1194, Pierre IV de Rions, miles, blessé et sur le point de mourir, apud castrum quod dicitur Molons, appela les moines de La Sauve pour être accepté dans leur communauté avec un de ses fils45. Même cas de figure à Meilhan-sur-Garonne, sur la rive gauche de la Garonne, en amont de La Réole, où un petit dossier de textes relatifs à l’église Saint-Cybard n’évoque nul château avant les années 117046. Dans son histoire du prieuré de La Réole Dom Maupel rapporte à partir d’une page aujourd’hui disparue du cartulaire que Géraud de Barthe, archevêque d’Auch et légat du Saint-Siège, plaça le castrum de Meilhan sous interdit (alioquin castrum de Miliano interdicti sententie subjiceret) pour contraindre Arnaud Bernard de Bouglon à rendre la clef de l’église de Meilhan47. Le castellum de Sauveterre, en Entre-deux-Mers bazadais, est incidemment évoqué dans une donation portant sur un moulin du voisinage, sur la Vignague, entre 1182 et 1194 (non longe a castello de Salvaterra)48 ; nous n’en connaissons pas les seigneurs avant 1281-128349.

  • 50AHG, I, n° LXXXVII, p. 190, nos concessisse et donasse priori (...), pro ut comperimus feudati con (...)
  • 51Rot. litt. pat. p. 118b. Sciatis quod Tizon de Valeis securitatem nobis prestitit sufficientem quo (...)
  • 52Rôles Gascons, n° 631.
  • 53AHG, I, n° LXXXVII, p. 190.
  • 54  BN, Doat, t. LXXVII, f. 190 v. , 413 r , cité par Marquette 1975, 41.

13Si l’on en juge par la précocité des premières autorisations à fortifier accordées par Jean à des seigneurs du Bazadais et du Bordelais (Cazes en 120250, Montferrand en 121451), une part que nous estimons majoritaire de ces nouveaux châteaux devait procéder de la même origine. Autant que pour les plus anciens, la physionomie de cette génération de châteaux reste difficile à restituer. À l’instar du castrum ligneum que le roi-duc fit construire sur une motte, en Entre-deux-Mers en 1242, tous n’étaient pas en pierre52. Le castrum de Cazes devait avoir une domus, une palissade, un mur, des tours et un vallum (ubi habent domum, trabeam, muro, turribus, vallo que vallari)53. On retrouve mention d’une domus dans celui de Meilhan en 118854.

Le prix de la protection

  • 55La Réole, n° 90 (1170-1182).
  • 56La Réole, n° 91 (1170-1182), cum hominibus de Lobanag toto jure ad ecclesiam de Regula integre per (...)
  • 57La Réole, n° 88, Bruez de Judex et frater suus et totus suus heres quitaverunt Sancto Petro de Reg (...)

14Indices convergents du resserrement du réseau castral, les mentions répétées de nouvelles exigences seigneuriales à caractère militaire ou destinées à “rémunérer” une protection. Entre 1170 et 1182, le prieur de La Réole, Guilhem Arnaud de Padern, prit la décision de faire verser par les habitants de la villa de Lobagnac, près de Saint-Macaire, un captenh de dix sous bordelais, payable à la fête de Saint-Laurent au vicomte de Bezeaumes, afin qu’il les protège, plus une saumata de vin et une geline à Noël sur chacune des domus55. Or, il apparaît que ce “protecteur” est celui-là même qui, depuis les années 1150 au moins, tourmentait les moines de La Réole ; ceux-ci s’en étaient plaints à Louis VII, alors qu’il était duc d’Aquitaine, en vain, puisque une vingtaine d’années plus tard le même vicomte rançonnait les habitants sous le prétexte “qu’ils vivaient près de Saint-Macaire”56. Le cartulaire de La Réole présente un autre captenh, levé entre 1182 et 1186, dans le voisinage du château de Landerron et par un de ses milites castri57.

  • 58GCSM, n° 88 et 89 (1079-1086), n° 186 (début xiie s. ), n° 187 (1095-1097).
  • 59St-Seurin, n° 136 (1159-1180), avenam ab hominibus in burgo Sancti Severini et in Cauderan et Vill (...)
  • 60St-Seurin, n° 96.
  • 61Ste-Croix, n° 46 (1173-1178).
  • 62Ste-Croix, n° 141 (1176-1204) pour Arnaud de Blanquefort, n° 138 (1182) pour Eyquem Guilhem de Bla (...)
  • 63Ste-Croix, n° 70 a, super quadrigenaria cividagii libertate seu prescriptione.

15Alors que les fournitures en avoine sont attestées dès la fin du xie siècle dans le cadre du cens ou de la dîme, les levées d’avena (ou de civada, terme gascon désignant l’avoine) de la seconde moitié du xiie siècle revêtent dans le contexte que nous avons dessiné un caractère particulier58. Entre 1159 et 1180, Pierre III de Bordeaux, fils du prévôt, levait tous les ans une avena sur les hommes demeurant dans le bourg de Saint-Seurin, à Caudéran ou Villeneuve, sous le prétexte qu’ils fréquentaient les palus59. Dans la villa de Villeneuve, le père d’Amauvin de Blanquefort levait une avena portant sur du millet, du seigle et toute autre espèce de grain (avena tam de milio quam de sigula et de omni genere messis)60. Entre 1155 et 1170, le même Amauvin IV de Blanquefort forçait les hommes de la villa de Macau, relevant de Sainte-Croix, à lui verser une autre avena61. En 1182, Arnaud III de Blanquefort et Eyquem Guilhem II de Blanquefort durent renoncer à la levée d’un civadage qu’ils prétendaient avoir, jure hereditario, à Macau62. Entre 1187 et 1193, le petit-fils d’Arnaud Ier de Blanquefort, Guilhem Raimond d’Agassac, dut abandonner le civadage en question ; il prétendait que les domini d’Agassac l’avaient eu de tout temps (semper habuisse irrefragabiliter affirmabat). L’abbé ayant présenté des témoins attestant que, depuis au moins quarante ans, aucune réquisition n’avait été faite en ce lieu, Guilhem Raimond abandonna ses vexations (vexationes)63. Il s’agissait donc de réquisitions portant sur des céréales de printemps (millet, avoine) ou d’hiver (seigle) effectuées dans le cadre de la seigneurie châtelaine par les garnisons castrales et destinées en principe à l’entretien des montures.

  • 64GCSM, n° 1275.
  • 65Ste-Croix, n° 127.
  • 66Cart. Villemartin, n° 164 (1213-1227), fecit duas aubergadas unam de CCC homines cum equitibus sui (...)

16Autre nouveauté, les textes évoquant des aubergades en rapportent des estimations. Quand le prévôt de Bordeaux exigeait, pour lui et sa suite, des hébergements sur les prieurés de Cenon et Croignon64, de son côté l’abbé de Sainte-Croix obtenait une hospitalitas et procuratio pour huit hommes et six montures sur la terre de Cauzorn (1165-1170)65. Contribution dérisoire au regard de ce qu’entre 1213 et 1227 le vicomte de Castillon fit supporter à une domus des hospitaliers de Villemartin en deux deux aubergades : trois cents et cent vingt hommes avec leurs montures66 ! Captenhs, aubergades, avenae et civadages se révèlent donc avec plus d’acuité. Si leur justification principale était de faire payer la protection apportée par les castra et pour permettre aux garnisons castrales d’entretenir leurs montures, d’autres étaient plus directement en rapport avec le train de vie aristocratique. Ainsi, les levées d’Amauvin de Blanquefort à Macau n’avaient pas d’autre objectif aux yeux de leurs détracteurs que d’entretenir les chiens et les oiseaux de chasse du seigneur (avenam et panem ad canes, et gallinam ac accipitrem).

Aperçus du dominium seigneurial des années 1160-1190

17Pour ne pas nous limiter à la vision donnée par la tendance de fond, il convient de revenir vers les seigneuries pour voir notamment si le dominium portait la marque de ce temps. Sur ce sujet, la seigneurie du prieuré de La Réole est incontournable. Mais puisqu’on ne sait pas vraiment s’il s’agit d’un cas d’école ou d’un isolat singulier, il nous faut élargir l’échantillon.

La seigneurie du prieuré de La Réole d’après les Anciennes coutumes

  • 67  Le texte qui nous est parvenu est une copie réalisée au xviiie siècle par Dom Maupel. Transcriptio (...)
  • 68  Nous laissons provisoirement de côté l’organisation des relations féodales révélées par les Ancien (...)

18P. Bonnassie a bien montré le caractère exceptionnel des Anciennes coutumes de La Réole pour le Midi, dont le répertoire des droits et des revenus de l’évêque d’Urgell à Sanaüja, constitue un des rares équivalents67. Il s’agit, en effet, de l’inventaire composite des pouvoirs, droits et revenus d’un seigneur tendant à l’exhaustivité et qui offre l’opportunité de mener une intrusion exploratoire dans l’épaisseur d’un dominium seigneurial. La belle étude menée à partir de cette source en restitue les différents aspects en montrant notamment l’articulation du régime seigneurial avec la féodalité. Ses convaincantes conclusions sur les modalités de l’exploitation seigneuriale guideront notre présentation qui, pour l’essentiel, ne s’en démarquera pas68. Cependant, la connaissance du contexte local que ne pouvait pas avoir P. Bonnassie nous permettra d’apporter quelques nuances à son tableau, à commencer par la datation du texte et les motivations de sa rédaction.

19On sait depuis Imbart de La Tour que ce n’est pas parce que ces coutumes apparaissent dans une longue pièce du cartulaire, les liant à la dotation du prieuré de 977, qu’il faut les croire octroyées par l’évêque Gombaud et par son frère Guilhem Sanche. Après un modèle de critique du texte, Imbart de La Tour a montré le premier que les notices de restauration et de dotation du prieuré avaient été fabriquées en 1081, à l’occasion du concile de Saintes, pour contrer les prétentions de l’évêque de Bazas. Quant à la soixantaine d’articles, placés ensuite, qui énumèrent lesdites coutumes, le même auteur remarquait qu’ils avaient été écrits avec la langue et des réalités du xiie siècle (l’équivalence consuetudines-stabilimenta, la mention de barones terre, de plusieurs hominii, feuda, feudotarii, ballivii et burgenses). De plus, l’organisation du prieuré, telle qu’on la lit dans les coutumes, donne à voir un clavaire et des baillis responsables de la gestion des domaines ruraux, deux fonctions n’apparaissant pas dans les actes du cartulaire avant 1143 et 1179. L’absence de toute référence aux agents ducaux, prévôts notamment, ainsi que l’insistance du texte à faire des moines les seuls seigneurs de la ville, font du texte une proclamation des droits et des coutumes de l’église de La Réole (consuetudines vero et jura ecclesie de Regula), manifestement opposée à un pouvoir concurrent.

20Aussi Imbart de La Tour a-t-il pu serrer la fourchette chronologique de rédaction de ces coutumes aux années 1187-1188. Une lettre du pape Clément III (1187-1191) montre qu’elles avaient été envoyées à Rome pour y être confirmées. Ce terminus ad quem est celui de P. Bonnassie, puisqu’il n’y a pas de référence dans le texte au prévôt royal et à sa justice. Cependant, s’appuyant aussi sur l’absence de référence au roi-duc, P. Bonnassie suggère pour la plus grande partie du texte une rédaction plus précoce, autour de 1152, et pour une partie plus ancienne qu’il qualifie de “noyau dur” (des articles 42 à 56 présentant les vassaux et les fiefs du prieur tenus contre hommage et services), une rédaction remontant à 1081.

  • 69La Réole, n° 56 et 66 (1084-1103), 97 (1087), 93 (1095-1097) ; GCSM, n° 985 (1155-1182), 293 (1185 (...)
  • 70La Réole, n° 105.
  • 71  Voir infra p. 246.
  • 72  Du même article, on peut récuser la qualification de seigneurie châtelaines pour des seigneuries q (...)

21Nous ne partageons pas ces déductions. Amanieu de Loubens, un des vassaux du prieur cités dans le “noyau dur”, est bien attesté dans les actes du cartulaire parmi les participants à la première croisade. Mais un descendant portant le même nom est également signalé dans la deuxième moitié du xiie siècle69. Et comme Imbart de la Tour l’avait pressenti, il n’y a pas de mentions d’hommages dans la documentation régionale avant cette période. En conséquence, la distinction de la rédaction du “noyau dur” ne nous paraît pas fondée. Il faut plutôt suspecter le prieur d’avoir choisi, pour cette partie, des noms de seigneurs attestés un siècle plus tôt pour donner à ces exigences un air d’ancienneté et pour engager leurs descendants à s’en acquitter. La datation du reste du texte proposée par P. Bonnassie (autour de 1152) suscite d’autres réserves, car elle ne se raccroche à aucun événement connu de l’histoire du prieuré. Certes, les chicanes des seigneurs du voisinage, au premier rang desquels le vicomte de Bezeaumes dont les moines se sont plaints à Louis VII avant 1152, peuvent avoir provoqué la mise par écrit du coutumier. Mais les immixtions ducales du milieu des années 1180 furent d’une toute autre ampleur. Et malgré les objections de P. Bonnassie, le texte fait bien référence aux droits du roi-duc puisque le premier article (sa place ne relève pas du hasard) est une tarification des aubergades ducales. Or, le seul moment où celles-ci ont dû paraître pesantes est bien la décennie 1180, période pendant laquelle Richard séjourna fréquemment à La Réole. Ajoutons que, dans une charte du cartulaire datée de 1186, l’image de Richard auprès des moines de La Réole n’était pas encore altérée par des rancœurs que la spoliation de la justice du sang ne manquèrent pas de susciter (comite vero Pictavensis probissimo milite Ricardo)70. Richard séjourna effectivement à La Réole cette année-là71 ; il semble n’y être pas revenu avant 1190. Le prévôt ducal fut donc installé très vraisemblablement dans les mois qui ont suivi le séjour de Richard à La Réole, en 1186. Nous suivrons donc les propositions de datation d’Imbart de la Tour : le prieur de La Réole aurait fait rédiger ces coutumes pour les faire confirmer par le pape et pour mieux contrer l’introduction du pouvoir ducal dans la ville72.

  • 73  Il n’y a pas lieu de dissocier l’aubergade due au duc et celle du comte (Bonnassie 2000, 119).

22Écrites dans un contexte de pression ducale, les Anciennes coutumes entendent effectivement limiter les capacités d’immixtion du roi-duc (art. 1). Elles ne lui reconnaissent qu’une seule aubergade annuelle. Le duc devait être nourri avec sa famille par le prieuré (sciendum est quod dux cum privata familia sua penes ecclesiam procurabitur). Les milites et servientes qui l’accompagnaient devaient recevoir une procuratio “suffisante dans la ville”. Pour ce faire, le clavaire prenait les porcs, “dans la ville”, et chaque domus fournissait des volailles (art. 38)73. Cette charge pouvait être rachetée contre la somme de deux cents sous ou par le don d’une monture de prix équivalent. L’article introductif se termine par une déclaration de solde de tout compte vis-à-vis du duc, une fois l’aubergade effectuée (excepta hac procuratione, nihil nobis retinuibus in eadem villa vel ecclesia).

  • 74  Maupel [1728] 1901, 27.

23Le prieur et le clavaire avaient juridiction sur tous les homines demeurant dans la villa ou à l’extérieur (omnes homines qui morantur in villa vel in dominio prioris intus et foris justiciam debent priori et clavigero, art. 8, 33 et 67). Lors des successions des natifs ou des étrangers cette position permettait au seigneur de recueillir les héritages, en totalité s’il n’y avait pas d’héritiers, en moitié s’il demeurait un conjoint (si quis adventicus vel naturalis sine herede legitimo decesserit, res ejus si solutus fuerit ad priorem pertinent, si conjugatus medietas, art. 45). Il était défendu aux justiciables d’avoir recours à une autre cour seigneuriale : si quelqu’un “brûlé par les flammes de l’orgueil” quittait la ville sous le prétexte de n’avoir pas obtenu réparation du prieur ou des bourgeois, s’il refusait de demander un jugement conformément aux statuts de la ville (et nolit juxta statuta ville judicio injurias persequi), il lui fallait se présenter ou se faire représenter avant la deuxième exhortation, sans quoi il était considéré comme fugitif et ses biens confisqués (art. 66). Cette disposition, qui donne l’impression que le prieur cherchait à garder sous la main une masse de justiciable captifs, peut être interprétée de deux manières. D’abord comme un effet de la volonté du prieur de ne pas voir se renouveler un recours similaire à celui d’Étienne de Lavison devant Richard, avec des conséquences néfastes pour le prieuré74. Mais, pour les bourgeois de la ville, cette disposition apportait aussi la garantie d’être jugés chez eux, pour les conflits entre membres de la communauté.

24Selon P. Bonnassie, le pouvoir judiciaire du prieur lui donnait une faculté de pression “redoutable” et, citant l’article 44, lui accordait “le droit de juger alors qu’il n’y a pas plainte (…), le souverain pouvoir de décider des litiges, discordes et causes portées devant son tribunal”, en somme de s’autosaisir. Pourtant, dans le texte, les choses sont plus nuancées. L’article en question précise que pour des litiges, des discordes et des autres causes soumises à sa cour, le prieur choisissait les juges et les lieux (de jure prioris est de ecclesie de Regula ut lites, discordias, causas, judicia per judices quod voluerit et undecumque voluerit intus vel extra terminis, art. 44). Il n’y a rien qui annonce, dans cet article, la procédure inquisitoire ou qui diffère de ce que nous savons des cours seigneuriales, composées d’assesseurs choisis et ne siégeant pas forcément au castrum. Mais, H. Couderc-Barraud l’a bien relevé, le traitement des fausses mesures laisse le prieur agir d’office. Il pouvait compter sur l’assistance judiciaire de Donat Garsie du Bernet en raison de ses fiefs (art. 53). L’article 33 donne, de prime abord, l’impression d’une justice expéditive, compte tenu de la brièveté des délais de comparution. Il fallait, en effet, que les personnes convoquées se présentent aussitôt avec leurs cautions, “à moins de s’être lavé les mains et le visage pour passer à table” (nisi jam manus ad commedendum lavaverit vel ad lavandum caput jam se preparaverit). Si la convocation arrivait après Vêpres, les cités pouvaient attendre le lendemain ; la culpabilité était prononcée pour défaut de comparution à partir de la sixième heure (tanquam convictus judicabitur). Mais ne peut-on pas voir dans cette disposition la reconnaissance par le prieur de l’inviolabilité du domicile privé de nuit, principe au nom duquel aujourd’hui encore nulle saisine n’est autorisée entre vingt-et-une heures et six heures du matin ?

  • 75  Maupel [1728] 1901, 29. Qui prior predictam justiciam exercebat per servientes suos, suspendendo, (...)

25La tarification des peines fait apparaître une échelle de valeurs de six et soixante-six sous, commuables, l’une et l’autre, par l’essorillement ou l’amputation d’un membre. Mais elle laisse aussi, en bien des cas, suffisamment de flou, autrement dit de place à l’arbitraire seigneurial et aux arrangements. C’est à la première possibilité que s’exposait l’auteur d’un homicide (sine misericordia incurratur domino, art. 67). Autre cas non tranché, les coups et blessures commis en présence du prieur : leurs auteurs devaient réparer le dommage et se soumettre à la discrétion du prieur (absque dubio dampnum restituet et priori satisfaciet, art. 62). Par contre, pour les voies de fait moins graves, coups sans effusion de sang, injures ou cheveux tirés, “il devait être fait comme de coutume” (ut consuetum est et statutum teneatur, art. 67). Pour les viols, les peines étaient modulées en fonction de la condition de la victime : si celle-ci était plus modeste, l’agresseur devait lui trouver un mari, avec le conseil des amis de la victime, ou bien l’épouser. Si la victime était plus noble que l’agresseur (nobilior) celui-ci devait “réparer les torts”, trouver un mari en suivant l’arbitrage des amis de la victime et du prieur, puis payer soixante-six sous au prieur (art. 67, 68). Les rapts de femmes étaient considérés avec la même rigueur : celui qui avait enlevé une femme devait payer six sous et “faire satisfaction à la victime”. S’il s’agissait d’une femme mariée, le coupable encourait la même peine que s’il avait commis un homicide (art. 69). Étaient en plus sanctionnées d’une amende de six sous les menaces à main armée, les fraudes sur les poids et mesures, l’entrée dans les jardins ou les vignes (art. 64), les atteintes aux transports de blé vers les moulins (art. 9). Quant à l’amende de soixante-six sous, outre les viols commis sur une femme de condition supérieure, elle sanctionnait les infractions au ban sur le sel et le vin (art. 11), les participations aux guerres privées (art. 65) et les blessures par arme (59). Autre revenu de justice, les confiscations de biens, prononcées en cas d’homicide (art. 60) et de fuite (66). On sait par ailleurs, grâce à une enquête de 1232 sur les conditions d’imposition de la prévôté ducale, que le prieur pouvait emprisonner les malfaiteurs dans une prison appelée de manière suggestive l’Enfer ; un des bourgeois y aurait été enfermé deux mois durant75.

26Au-delà de la recherche de revenus, par les amendes et les saisies, il faut reconnaître à la justice seigneuriale le souci de maintenir une certaine forme de paix civile en garantissant un minimum de sécurité matérielle aux habitants de la seigneurie. L’article 64 protège les vignes et les jardins situés à l’intérieur et à l’extérieur de la ville de toute intrusion. Les bouchers bénéficiaient de la securitas dès l’instant où ils recevaient un porc ou une vache ; nul ne pouvait leur demander de gages, sauf évidemment le prieur ou le clavaire (carnifices etiam sunt securi … quod non pignorentur sine consilio prioris vel clavigeriart. 14). Le prieur plaçait sous son conductum les marchands de vin. Tous ceux qui apportaient leur blé au moulin bénéficiaient de la même securitas, depuis le moment où ils sortaient de leur domus jusqu’à leur retour ; tout contrevenant devait payer six sous (art. 9). L’utilisation des armes, que l’on dégainait visiblement assez vite, était réglementée. Quand un contentieux survenait, il était défendu de se servir de couteau, épée, lance, javelot, hache ou d’une faux (cultellum, ensem, lanceam, spiculum, securim, besogium, neque aliquem gladium). Tout contrevenant devait l’amende de six sous s’il n’avait pas porté de coups, mais soixante-six sous s’il avait fait couler le sang. Si le blessé décédait, les biens du responsable étaient confisqués (art. 60). Seul le prieur ou le clavaire pouvaient lancer une procédure d’arrestation (nemo extra villam vel infra aliquem capere presumat sine assensu prioris vel clavigeri) avec le concours tous : la personne qui n’avait pas aidé à l’arrestation d’une autre était punissable de six sous (art. 61). Enfin, nous y reviendrons, le seigneur entendait conserver le monopole de la violence en se réservant le droit de faire la guerre (art. 65).

27Si l’on en juge par les prestations que devaient fournir les habitants de la ville, le pouvoir du prieur n’était pas absolument contraignant. Pour les deux corvées annuelles de sarclage (Carême, Saint-Pierre-ès-Liens, art. 7), chaque domus “dans et au-dehors de la villa” devait envoyer deux personnes (hommes ou femmes) avec leurs sarcloirs (sarculae) sur les terres du prieur. Il leur était remis, en rémunération, une tourte cuite au four (torta de furno) et du vin le matin, le soir une livre (de nocte). Lors des vendanges, chaque domus devait fournir un homme pour porter la récolte. En dehors de ces prestations de travail, dont la durée il faut le souligner n’est pas indiquée, il est probable que les autres corvées avaient déjà été convertie : chaque domus devait, à la fête de Saint-Pierre-ès-Liens, fournir un pain pour nourrir un homo in mensa, c’est-à-dire un paysan travaillant sur la réserve. Le clavaire pouvait en outre réquisitionner des ânes dans la ville pour transporter son blé, là encore sans limitation de durée (art. 38).

28Le seigneur attendait des services plus variés des dépendants vivant dans les localités environnantes (Lavison, Taurignac, Bordes, Le Pin, Papeiran). Les nautes et les homines de Lavison devaient porter, sur la Garonne, le prieur une fois par an (art. 41), ainsi que le blé des dépendances du prieuré, où qu’elles fussent. La nuit de leur retour, ils devaient être nourris avec du pain et du vin tirés du cellier seigneurial (art. 42). Chacune de baillies devait une procuratio annuelle : les “vilains des baillies”, situées près de La Réole, devaient au prieur une procuratio annuelle (art. 40) et, en plus, verser à Noël une geline, une tranche de viande et deux charges de foin (art. 39). Le prieur avait d’autres procurationes des hommes du Pin, d’une certaine Boneta de Bordel (à Bordeaux), du prévôt de Lobagnac et des hommes de sa prévôté, du prévôt de Sainte-Aureliane, des milites de Bordes et de chaque bailli (art. 39, 40, 41, 42). Ces derniers devaient, en outre, fournir (commodare) un cheval pour le transport des esturgeons vers Saint-Benoît-sur-Loire ; si le cheval décédait en route, il revenait au prieur de les dédommager (art. 43).

29La taxation des échanges et des productions locales occupe une place conséquente ce qui suggère en négatif l’importance de ces activités dans cette ville placée au carrefour d’une voie méridienne et de la Garonne. Les livraisons des différents corps de métiers n’avaient pas qu’un caractère symbolique. Les meuniers devaient verser, chaque vendredi, un quartum de froment sur la base d’une déclaration sous serment (art. 15). Chaque cordonnier donnait une paire de souliers, à la Saint-Martin, les pelletiers deux bonnes pelisses, à Rameaux et à la fête des saints Pierre et Paul (art. 12). Les pêcheurs qui prenaient des esturgeons et des saumons dans leurs nasses devaient laisser la moitié de la première prise (art. 22). Sur le tonlieu, le passeur du bac prélevait, en faveur du seigneur (nomine nostro, art. 31), une poignée de lin par paquet, une pleine paumée de laine, une obole et une lampe de verre tous les quinze jours, pour le luminaire des moines qui étaient donc éclairés gratis. Tout au long de l’année, tout bourgeois négociant du vin devait une obole par saumata (omnes burgenses si vinum emerint et postea vendiderint, art. 10). Les juifs, qui traversaient La Réole, devaient quatre deniers au clavaire, plus quatre autres s’ils étaient accompagnés d’un cheval d’Espagne, s’ils transportaient des peaux de boeuf, de mouton, de chèvre, voire une charge d’étain ou de métal (de carga stagni vel metalli, art. 57).

  • 76  Les mesures dont on se servait pour les étoffes étaient les conches, coudées, canes et les verges (...)

30Le prieur bénéficiait surtout de monopoles économiques rémunérateurs. Le “ban du sel” lui permettait d’en contrôler le commerce dans la villa pendant un mois (habet bannum salis uno mense in villa et nullus burgensium audebit vendere aut emere nisi cum assensu prioris, art. 11). Le “ban du vin” suivait le même principe. Tout contrevenant de l’un comme de l’autre était passible de l’amende de soixante-six sous (art. 11). Les mesures étaient placées sous la responsabilité du prieur (art. 63) : elles devaient être “égales et justes”76. Les contrevenants s’exposaient à la peine de six sous, comme ceux qui se plaignaient, à tort, de leur inexactitude. Concernant le marché du samedi où se vendaient viandes, légumes, nattes, ceintures, bouteilles, verres, socs, coutres, bêches, faux, serpettes ou râteaux, il n’était pas permis d’acheter au-delà des deux ruisseaux délimitant la ville. On ne pouvait donc vendre, infra domos vel extra, sans rendre au clavaire les rentes accoutumées et que le texte détaille très précisément (consuetos redditus, art. 25). Cependant, la justice du marché était partagée entre le prieur et le seigneur de Gironde, ce que confirme une notice du cartulaire de la fin du xie siècle (art. 13). Celui-ci pouvait délivrer les sauf-conduits (securum conductum) pour tous ceux qui se rendaient au marché, à l’aller et au retour (art. 13).

31Les monopoles plus familiers de nos manuels (les célèbres “banalités”) n’apparaissent pas directement. On déduit de l’existence d’un monopole sur la mouture à la mention que le prieur avait “en sa main” tous les moulins (in manu prioris sunt eodem pacto molendina, art. 9) vraisemblablement des unités placées sur les ruisseaux traversant la ville (le Charros et le Pimpin), voire dans la campagne environnante. Faut-il voir comme P. Bonnassie derrière la mise sous protection des individus portant leurs grains à moudre, contre les agressions des bourgeois, les effets d’une “guerre des moulins” et d’une “résistance à la banalité” de la part de bourgeois attachés à utiliser de petits moulins domestiques (quod quicumque segestes ad molindina detulerint vel vinum ad vendendum in conductu priori sint ut nullus burgensium audeat eos inquietare, art. 9) ? L’hypothèse est séduisante mais outre que l’on peut expliquer autrement cette disposition (cf supra p. 135-136), les cas avérés de résistance bourgeoises ne portent pas sur l’obligation de moudre mais sur le paiement des lods-et-ventes ou sur le défaut de justice. À propos du pressoir, il n’est pas possible d’être aussi catégorique ; l’article 35 montre clairement que le prieur avait le sien et que les tenanciers devaient y apporter leur vendange (et debent deferre illi quorum sunt vinee ad torcular prioris sine ipsius jutorio, art. 35). Aucune trace d’un hypothétique four “banal”.

32Sur l’exploitation des terres relevant de la seigneurie foncière, les Anciennes coutumes se contentent de préciser, vaguement, la nature des revenus attendus. Pour les maisons de la ville, les terres et les vignes, les habitants payaient le cens (nullus prepositorum vel priorum infra villam vel extra audeat dare domos terres vineas, vel possessiones aliquas sine censu, art. 5). À chaque vendange, sous le regard des envoyés du seigneur (nuncii), les tenanciers devaient verser la dîme et le quart des fruits, selon ce que leurs baux spécifiaient (fideliter reddantur prout in scriptis eorum continebitur, art. 35). Les censitaires (obliarii) devaient apporter des fèves, poireaux et autres légumes au cuisinier du prieuré ou à ses servants (art. 36). Dans les baillies, les paysans (subditi) versaient des cens (census bailiarum) et des rentes à part de fruit.

  • 77  Les Anciennes coutumes distinguent homines et milites (art. 42, 56).
  • 78  Art. 54. Voir supra p. 219.
  • 79  PCSM, p. 128, predictam questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent allodium domin (...)

33Les Anciennes coutumes nous en disent plus sur le cadre du service militaire attendu par le prieur et ceux qui s’y pliaient. La distinction entre la propria guerra (art. 54) et le proprium bellum pro exheredatione terre (art. 55) laisse imaginer que toutes les semonces ne relayaient pas obligatoirement un appel ducal. Dans le premier cas, le prieur pouvait compter sur le concours des homines de Taurignac, de Saint-Michel et de Carsac, qui n’étaient pas des milites (art. 54)77 ; ils devaient l’auxilium militaire “en raison des fiefs tenus à La Réole”78. Dans ce cas, le parallèle avec des “paysans du roi” (agricolae domini regis) de l’Entre-deux-Mers, astreints à l’exercitus en vertu d’estages tenues du roi-duc, montre que le règlement de l’auxilium militaire autour du lien féodal ne se limitait pas à la seule aristocratie79.

34Dans le second cas, le prieur bénéficiait de la participation de trois domini du voisinage (Gironde, Taurignac et du Bernet). Il assumait lui-même la moitié des frais, les bourgeois l’autre (art. 55). Mais l’article 65 rend compte des difficultés du seigneur à tenir cette société militaire : l’interdiction de prendre part, contre argent et sans le consentement du prieur, à une expeditio, à la défense d’un château ou à un siège soulignent l’existence d’opportunités à offrir ses services contre rémunération (ne aliquis sine assensu prioris in expeditione eat nec prece nec precio aliquorum ductus castellum ingrediatur ad defendendum vel foras ad expurgandum). Insécurité, mercenariat, fréquence des guerres vicinales et des levées d’hommes d’armes, ces dispositions témoignent bien de spécificités du contexte des années 1180.

  • 80  Cas similaire à Paris par exemple, Brunel & Lalou éd. 1992, 200.
  • 81  L’assimilation dans les premiers articles de prieur au prévôt relève d’une habitude ancienne attes (...)

35Les Anciennes coutumes révèlent une cohorte d’agents seigneuriaux aux tâches diverses. Le clavaire avait un rôle majeur. Il percevait toutes les taxes sur les marchandises (art. 16 à 32), tenait cour de justice en l’absence du prieur (art. 8, 13, 33), réquisitionnait les ânes ou les poules de chaque domus (art. 38) et pouvait, avec le prieur, faire arrêter les suspects (item nemo extra villam vel infra aliquem capere presumat sine assensu domini priori vel clavigeri , art. 61, 59). Le texte cite les meuniers (tentés de réquisitionner eux-mêmes le blé dans la ville, art. 15), le passeur du bac (Passapont), le cuisinier et ses aides (servientes coquine), des chargés de missions ponctuelles (nuncii) assignés par exemple à la surveillance des bastes de raisin entrant dans la ville (art. 35), ou les nautes. Mais pour assister le prieur ou le clavaire dans leurs pouvoirs de police, les Anciennes coutumes ne mentionnent que les habitants eux-mêmes (art. 61)80. À l’extérieur de la ville, dans les baillies les plus proches, des baillis veillaient à faire rentrer les cens et parts de fruits des subditi avant la Saint-Martin ; ils pouvaient pignorer les retardataires mais le prieur conservait la justicia (art. 37). Les possessions les plus lointaines (Lobagnac, Sainte-Aureliane) étaient surveillées par des prévôts (art. 47)81.

36Face aux seigneurs et à ses agents, les Réolais bénéficiaient de quelques traitements de faveur. Ainsi, sur le marché, tous les marchands, quelle que fût leur origine, acquittaient quatre deniers sur tout cheval vendu. Mais si la vente se déroulait ailleurs, seuls les étrangers devaient payer, ce qui sous-entend que les Réolais en étaient dispensés (art. 58). D’autre part, les taxes sur les saumons, les lamproies et les aloses, ne concernaient que les extranei (art. 21). De même, les Réolais devaient être exemptés du prélèvement d’un fagot par charge de bois que chaque étranger apportait dans la ville (art. 34). Ils avaient également obtenu une limitation des exigences des meuniers : ceux-ci avaient le droit de prendre, chaque jour, une conque de mouture, “s’ils le voulaient”, mais il leur était défendu d’aller demander du blé dans la ville (nullus molendinarius querat bladium per villam). Il semble donc que la rédaction de ces coutumes, faite sous pression ducale, ait aussi enregistré un autre rapport de force entre le prieur et des bourgeois aspirant à limiter les exactions du seigneur ou de ses agents. Mais ici, nulle commune. La seule liberté évoquée dans les coutumes concerne le privilège des habitants de la localité de Papeiran de ne pas acquitter les redditus lorsqu’ils vendaient leurs légumes au marché (liberi sunt in omni que nascuntur in hac terra, art. 28).

37Malgré ces dernières remarques, il est difficile de voir le pouvoir du prieur de La Réole comme particulièrement oppressif. Les corvées n’étaient pas lourdes, les hébergements limités voire rachetés, la mainmorte sur les héritiers absente, comme la taille, les obligations foncières déterminées par des baux, etc. Les bourgeois n’avaient pas de juridiction privée reconnue mais ils bénéficiaient de garanties importantes comme la protection du domicile privé. En matière judiciaire, en dehors des peines les plus lourdes qui sanctionnaient les crimes les plus graves et les atteintes à l’honneur du seigneur, la détermination des sanctions restait ouverte. Ses revenus provenaient surtout des privilèges économiques et de la taxation des échanges. Somme toute, plutôt qu’un seigneur avide de profits de justice, le prieur de La Réole apparaît comme un régulateur des conflits entre membres de la communauté et attaché à pacifier la société qu’il dominait.

Deux seigneuries laïques de la seconde moitié du xiie siècle : Castillon-sur-Dordogne et Lesparre

38Après un exemple aussi précis on éprouve forcément de la frustration à l’examen des deux autres cas que la documentation conservée nous amène à aborder maintenant, les seigneuries de Castillon et de Lesparre. Les textes qui les révèlent sont de classiques donations, l’une, destinée à la fondation d’un établissement religieux, étant plus exhaustive.

  • 82Gallia II, col. 322-323.
  • 83Gallia II, inst., n° LX, homines quoque qui ad ipsam spectant abbatiam ex omni dominio meo liberos (...)
  • 84Villemartin, n° 165 (1213-1227).

39En 1187, Pierre III, le vicomte de Castillon fit une donation aux cisterciens de Faize, une abbaye fille de Cadouin que son père avait fondée en 1137, dans la paroisse de Lussac, et à laquelle il avait donné un manse82. En plus des dons d’un padouen dans la forêt de Faize et de l’alleu de Pales, Pierre libéra les hommes dépendant de l’abbaye de toute convocation à l’exercitus, de l’obligation de faire des corvées (bian) ou d’acquitter les exactiones. Il permit aux religieux d’acquérir des fiefs tenus de lui83. Une vingtaine d’années plus tard, il délivra un solin que les hospitaliers de Villemartin avaient à Castillon de “toute contrainte, guet et corvée du bourg” (de tota mala force (...) ab gueta e esquinguiete e vian del borg que e fezes aqued qui en la maison est ara 84).

  • 85  Deux transcriptions du premier de ces textes nous sont parvenues. La première a été faite par Marq (...)
  • 86  Du Bourg 1883, n° LXXXV. Insuper pro se et successoribus suis dedit in puram elemosinam et concess (...)

40Nous devons à trois textes de mieux connaître les droits du seigneur de Lesparre, au nord du Médoc, à Grayan, Soulac et sur le rivage. En novembre 116885, Sénebrun de Lesparre, dominus, et son épouse Aupais, fondèrent et donnèrent l’hôpital de Grayan (domus hospitalis) à l’ordre des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem86. Les donateurs abandonnaient toute la justice, la juridiction et la seigneurie qu’ils avaient en ce lieu ainsi que sur ses habitants (omnem justiciam et juridictionem (...) omnem dominium quod sibi pertinebat et pertinet, omnem potestatem ). Sénébrun donna toutes les “libertés et libres coutumes” perçues sur les champs, les vignes, les cens, les ventes, les justices (villicationes), les vols, les viols, les incendies volontaires, les meurtres, les coups et blessures, le bornage des champs, les maisons, les mesures et les voies publiques. Il affranchit encore les hommes de l’hôpital des réquisitions militaires (exercitus), des taxes de passage terrestre ou maritime (theloneum, pontonagium, passagium), des droits perçus sur le vin (vinagium) et sur les ventes. Il les délivra encore du fouage (foagium), de l’auxilium, de la possibilité d’être poursuivis en justice, des corvées sur les castella ou des villae. L’hôpital avait donc reçu une véritable immunité.

  • 87Ste-Croix, n° 25.
  • 88  Jadis pratiquée profondément sur les deux rives de la Gironde, la production de sel avait peu à pe (...)
  • 89Ut nemini liceat habere furnum in tota salvitate vel extra nisi ecclesie habitatoribus de Solaco q (...)
  • 90Patent Rolls, 1216-1225, 242-243 (1220), audivimus quod Senebrunus de Lesparra, wreckum clamans de (...)

41Un arbitrage rendu en 1195 par Hélie de Malemort, archevêque de Bordeaux, et Geoffroy de Celles, sénéchal de Poitou et de Gascogne, entre d’une part Arnaud de Veyrines, abbé de Sainte-Croix, et d’autre part Eyquem Guilhem, dominus de Lesparre et son frère Sénébrun87, complète l’aperçu. Entre Soulac et Bry-de-Siort, ces derniers avaient des salines et des moulins sur lesquels ils percevaient la dîme88. À Port-Lairon, leurs baillis recueillaient deux cents sous annuels de redditus sur les salines ; sur d’autres “situées entre deux canaux” (infra due canales), une agrière était perçue. À Soulac, les seigneurs contestaient aux moines le droit d’avoir des fours89 : ils durent leur en reconnaître le monopole à l’intérieur et à l’extérieur de la sauveté, ainsi que le droit de prendre du bois pour chauffer les fours. De ses chasses (venationes), le dominus de Lesparre devait verser, au titre de la dîme, vingt lapins “avec la peau et la chair” (cuniculi cum pellibus et carnibus), entre la Saint-André et l’octave de Saint-Hilaire. L’accord évoque enfin la perception d’une rente (redditus) appelée platagia, parce que levée sur la place de l’église de Soulac (redditus platee que est ante ecclesiam qui vulgo appellatur platagia), que se partageaient les parties. Enfin, si l’on en croit un mandement du 28 juillet 1220, le seigneur de Lesparre se serait indûment octroyé le droit d’échouage (wreckum) sur les côtes de sa seigneurie, arguant que ce droit lui avait été concédé par le roi Richard90.

  • 91  Constat similaire en Picardie et en Champagne, Debord 2000, 105.

42Ces deux exemples donnent trop peu d’indications sur l’ensemble des domaines couverts par les Anciennes coutumes de la Réole pour nous permettre de mener une comparaison parlante. Retenons simplement une convergence qui, de toute évidence, n’est pas fortuite : la récurrence des dispositions militaires91. Ce n’est certainement pas pour rien que les preuves de levées d’hommes d’armes dans le cadre des seigneuries sont attestées sans ambiguïtés dans le dernier quart du xiie siècle. Mais au-delà de ce constat, entre un cadre féodal, bien attesté à La Réole, et d’anciennes levées publiques probablement récupérées, il faut bien reconnaître que l’origine de ces réquisitions n’est pas nette.

L’évolution de la féodalité dans les seigneuries

  • 92AHG, XXV (1153, hominium), PCSM, p. 49 (1155-1182, hominium) ; Ste-Croix, n°135 (1170-1193, homin (...)
  • 93GCSM, n°374 (1182-1194, hominium), Anciennes coutumes La Réole, n°48 à 52 (1187-1188, quatre hom (...)
  • 94  Il dut en outre promettre de respecter la conventio par une securitas (GCSM, n° 974).
  • 95St-Seurin, n° 165.

43Les structures féodo-vassaliques de la seconde moitié du xiie siècle ont connu d’importantes transformations. En premier lieu, les hommages (hominium) que les textes cantonnaient jusque-là aux régions extérieures commencent à être attestés en Bordelais (quatre cas dans le troisième quart du xiie siècle92, neuf dans le quatrième93). Cette diffusion explique l’utilisation d’hommages pour clore des contentieux, comme celui qui mit fin au conflit entre Guilhem Garmond de Tonne et Raimond IX, sur la dîme de Jugazan, en 1189. L’accord (conventio) permettait au demandeur de prendre en fief la dîme contre hommage (hominium), fidélité et une esporle de six deniers94. En 1199, après un long contentieux, Arnaud d’Illac, miles, reconnaissait tenir des chanoines de Saint-Seurin la dîme d’une lande contre un hommage lige (hominium ligium) et un denier d’esporle95.

  • 96Rec. feod , n° 196 (pour le castellum du Cros à Baudouin de Cassel), Rot. chart., p. 194b (à Rosta (...)
  • 97Rot. litt. claus., p. 170.
  • 98St-André, f 5, 58 v, 111, 111 v.
  • 99  Amanieu de Loubens et les siens devaient l’hommage ainsi qu’une procuratio solennelle à Pâques pou (...)

44Si l’on met provisoirement de côté ceux que prêtaient les rustres (voir infra), les hommages structuraient les relations au sein de l’aristocratie. Le roi-duc donnait des biens contre “hommage et service”96, de grands seigneurs comme Bernard d’Escoussans lui prêtaient hommage pour ses terres et ténements97. Les agents seigneuriaux du chapitre de Saint-André lui étaient liés de la même manière (un prévôt, des baillis, le cursor de Lège98). En 1177, Guilhem de Montignac, miles de Lesparre, ne devait “ni hommage ni service” à Garsion de Lamarque pour le fief qu’il tenait de lui à Saint-Hilaire de Boyentran, mais seulement une esporle de cinq sous (cum sporla quinque solidorum absque hominio vel aliquo servitio). Une fois de plus, et P. Bonnassie l’a fort justement souligné, c’est par les Anciennes coutumes de La Réole que l’on voit comment les hommages organisaient les relations entre un grand seigneur et les principaux de ses feudataires. Ainsi, pour le fief qu’il avait dans la ville, le dominus de Castelmoron devait faire hommage au prieur (hominium). Même obligation pour le dominus de Landerron et de Sainte-Bazeille en raison de ce qu’il tenait au marché, à Salargues, pour des maisons en fief et d’autres biens entre La Réole et le ruisseau du Médier (art. 52)99. Les hommages consignés dans les Anciennes coutumes n’étaient donc pas exigés de l’ensemble des feudataires du prieur : un article présentant les obligations des milites feodotarii n’évoque rien de tel (art. 56). La demi-douzaine de personnes concernée par cette prestation était faite des châtelains du voisinage (Landerron, Castelmoron, Gironde) non en raison d’une quelconque suzeraineté du prieur sur leur personne ou sur leur seigneurie, mais en raison de l’investiture de fiefs à La Réole. Avec sa motte, ses justices et la paroisse dont il portait le nom, Amanieu de Loubens devait hommage, non seulement pour les fiefs qu’il avait à La Réole, mais aussi pour la motte que le prieur considérait comme une menace.

  • 100GCSM, n° 998 (vers 1194-1202), ceperunt a nobis feodice sub tali conditione ut nec vendere eam pos (...)
  • 101La Réole, n° 125, quod idem vel quilibet venditor qui deinceps in domo vendita, sive in re alia re (...)
  • 102  Art. 5, statutum est iterum quod si quis possessiones quos tenet in feudo de ecclesia vendere volu (...)
  • 103Ste-Croix, n° 62 (1187, 11 juin), quodque venditiones ei debebant solvi eoquod jus Raimundi Arnald (...)

45À partir de la fin du xiie siècle, les actes présentent des clauses limitant plus strictement les capacités d’aliénation des fiefs sans l’assentiment du seigneur100. De manière concomitante arrivent les vendae, c’est-à-dire les droits de mutations exigés par un seigneur sur la vente d’un fief tenu de lui. Entre 1163 et 1170, le prieur de La Réole reprochait à un bourgeois, Sanche du Mirail, d’avoir frauduleusement vendu une domus, de s’être gardé un cens de six deniers, d’avoir dissimulé la vente et “soustrait le droit du prieur que les vendeurs doivent habituellement acquitter” (et priori jus subtraheret, quod ipsi consueverunt solvere venditores). Le prieur en appela au roi Henri II qui lui rendit raison101. Un des premiers articles des Anciennes coutumes de La Réole précise ce droit : toute vente de fief devait être faite avec l’assentiment du prieur ou d’un de ses prévôts, de façon à permettre au seigneur d’exercer son droit de préemption et de toucher les lods-et-ventes, fixées à un denier par sou102. À Bordeaux, ils sont mentionnés pour la première fois dans un contentieux conclu en 1187, à Saint-Projet, entre Beaudouin de Centujan et l’abbé de Sainte-Croix : le premier réclamait des venditiones sur le fief tenu par un certain Raimond Arnaud de Bordeaux sur l’estey de Peyrelongue103.

  • 104  Art. 56, item si aliquis miles feodetarius prioris contra priorem, quod abstit, in aliquo deliquer (...)
  • 105Villemartin, n° 149, si supradictus Petrus faceret aliquam rem quam non debuisset facere de feudo, (...)
  • 106Ste-Croix, n° 31 (1215), si autem aliquis de feudatorium meorum causa necessissatis, ante vindemia (...)
  • 107Villemartin, n° 109 (1213-1227), Pierre Rufus donna une terre et une vigne contre leur usufruit e (...)

46Les Anciennes coutumes de La Réole fournissent aussi la première trace du droit de commise, c’est-à-dire de la possibilité pour un seigneur de confisquer le fief d’un feudataire défaillant. D’après l’article 56, lorsqu’un miles tenant un fief du prieur manquait à ses obligations, celui-ci pouvait le lui confisquer, si après une convocation, le feudataire demeurait récalcitrant104. Cette possibilité apparaît plus fréquemment passé 1200, comme dans un acte du cartulaire de Villemartin (1213-1227) ou à Sainte-Croix de Bordeaux (1217)105. L’autorité du seigneur ne se limitait pas au respect des seules obligations féodales. Un accord de 1215 entre Gaillard du Tourne, miles, et des feudataires de Macau montre qu’on ne pouvait vendanger une vigne sans l’accord du dominus feudi : les contrevenants étaient passibles d’une amende (vindemiando jus)106. Ce que l’on a appelé le “ban des vendanges” n’avait donc à l’origine qu’un rapport très lointain avec le ban. Au demeurant, ce droit ne se limitait pas aux seules vignes : à la même époque, les hospitaliers de Villemartin faisaient savoir à un de leurs tenanciers quand devaient commencer la moisson et le battage du blé107.

Reclassements dans la paysannerie

47De manière générale, la paysannerie de l’Occident chrétien de la seconde moitié du xiie siècle fut affectée par d’importants bouleversements. Il s’agit d’abord pour les dépendants d’une période de maturation de la servitude touchant une grande variété de conditions, évolution dans laquelle B. Cursente a montré que le Bordelais et le reste de la Gascogne ne détonnaient pas : il nous appartient de replacer leur évolution dans celle du reste de la population rurale. Il importe également de mesurer comment les communautés d’hommes libres, dont on connaît grâce à Th. N. Bisson la vulnérabilité face aux exactions des baillis royaux, ont encaissé l’alourdissement de la puissance ducale ou seigneuriale.

Les prud’hommes des campagnes de la directe

48C’est au niveau des élites paysannes, avec l’individualisation de la catégorie des “prud’hommes”, que se manifestent les signes les plus tangibles des changements de la société rurale.

  • 108GCSM, n° 1, 267, 555. Cependant le sens d’assesseur demeure, GCSM, n° 897 (1196), 1142 (1217) ; St (...)
  • 109Pat. rols. 1227-1223, p. 507 (1232).
  • 110Cart. Villemartin, n° 152.
  • 111  PCSM, p. 127.
  • 112Et per bonos homines terre albergatores dimidientur per multas villas et per singulos agricolas, i (...)
  • 113  PCSM, p. 129, et quicumque non venerit debent talem penam seu gadium qualem statuerit dominus terr (...)
  • 114  PCSM, p. 127, Rot. lit. pat., 127b (mandements du 31 mars et du 16 avril). Demande réitérée le 4 d (...)

49Le mot, réservé avant le milieu du xiie siècle aux assesseurs (plutôt nobles) des cours seigneuriales, se rapporte à partir de la fin du xiie siècle et surtout dans les actes de la chancellerie anglaise des premières années du xiiie à une partie restreinte des communautés de sujets ayant un lien direct avec le roi-duc (les prud’hommes de Bordeaux, La Réole, Saint-Macaire, etc…)108. S’il désigne le plus souvent des représentants des communautés urbaines (probi homines sui de civitatibus et burgis Wasconie)109, le terme se rencontre aussi à propos des communautés rurales, notamment pour désigner des experts : ainsi entre 1213 et 1227, les prud’hommes étaient dans la seigneurie des hospitaliers de Villemartin consultés sur la pureté du vin (darent in purissimo vino ut pote probi homines cognoscerent)110. Dans la directe, ces prud’hommes avaient d’autres attributions. Le 16 avril 1216, Jean sans Terre confirmait à ceux de l’Entre-deux-Mers (concessimus probis hominibus nostris de terra que vocatur Inter duo Maria), les libertés et libres coutumes qu’ils avaient pendant les règnes d’Henri et Richard111. Également de manière régressive l’enquête de 1236-1237, nous apprend que ces prud’hommes répartissaient les aubergades comtales entre chaque villa et sur chaque paysan112, ou qu’ils avaient à se prononcer sur le montant de l’amende exigée d’une personne ne s’étant pas déplacée au cri d’appel113. C’est certainement à leur initiative que le roi Jean demanda aux habitants de l’Entre-deux-Mers qui avaient quitté la région, pour émigrer en Espagne, de regagner leurs foyers avant la Pentecôte de l’année 1214 : ces départs tendaient en effet à alourdir la quote-part de ceux qui étaient restés114. Enfin, si l’on en croit les semonces adressées aux prud’hommes de l’Entre-deux-Mers et à ceux du Bazadais, le 21 juillet 1230 par Henri III, leur servicium consistait aussi à fournir des contingents, malheureusement non dénombrés, en vertu de la foi due au roi.

  • 115St-Seurin, n° 204, receptor vero illud recipiet cum duobus vel tribus legitimis hominibus illius t (...)
  • 116  PCSM, p. 129. Postea vero cum prelati ad quos pertinet negocium pacis (…) et fidei contra multos e (...)

50Le rôle de médiation assumé par les élites rurales, difficile à percevoir avant le milieu du xiie siècle, apparaît donc mieux avec les premiers Plantagenêts. L’action des rois-ducs s’est donc vraisemblablement appuyée sur ces notables, provoquant au sein de chacune des communautés paroissiales les tensions que l’on imagine lors des opérations de répartition de l’effort fiscal. En accordant à ces prud’hommes des “libertés et libres coutumes” que l’on peine à déterminer plus en détail, la politique des premiers Plantagenêts a institutionnalisé la césure et davantage arrimé l’oligarchie paysanne au pouvoir. Dans ce processus, les dispositions de la paix de 1198 n’ont pas été neutres. Les “deux ou trois hommes légitimes de cette terre” qui participaient à la levée du commun du roi ou qui, avec le chapelain de chaque paroisse, avaient à estimer les dommages appelant compensation, assuraient une médiation similaire à celle que rapportent les seniores parrochiarum, venus avec leur prêtre, par petits groupes de deux ou trois, déposer devant les commissaires du roi-duc, en 1237115. Il n’est donc pas surprenant de les voir, dans cette même enquête, si fortement imprégnés d’une l’idéologie de la paix de Dieu ayant légitimé leur domination sociale116.

Différentiation et homogénéisation de la paysannerie de la directe

51C’est encore de manière régressive que se révèlent, dans les communautés de la directe dont les prud’hommes sont issus, des processus contradictoires de différentiation et d’homogénéisation activés par les effets des actions ducales.

  • 117  “Francs du Bazadais” (29 octobre 1215, Rot. litt. pat., p. 158) ; rex francalibus et hominibus qui (...)
  • 118  PCSM, p. 129, se facere hominem seu francum alterius.
  • 119  PCSM, p. 130.
  • 120  PCSM, p. 129, quilibet francus domini regis eo et bajulo ipsius irrequisito potest vendere allodiu (...)
  • 121  PCSM, p. 127 et Rot. litt. pat., p. 112b, et volumus qud omnes homines qui terras habuerunt in pre (...)
  • 122GCSM, n° 1041b. (1182-1194), postea super hanc terram accomodavit P. de la Ferreira Willelmo Arnal (...)
  • 123  PCSM, p. 128 et 131.

52L’adjectif “franc”, dont chacun se servait pour désigner l’essentiel des habitants de la région, est, en soi, tout un programme. La franchise, reconnue à la fois par le roi, comme en témoigne les mandements adressés aux francs du Bazadais ou de l’Entre-deux-Mers (1214-1215)117 que par les premiers concernés, ne se définissait pas uniquement par le lien direct avec le duc puisque l’on pouvait être “le franc d’un autre seigneur”118. Aux yeux de tous, la libre possession allodiale était plus déterminante (liberas possessiones et eos francos id est liberos constituit)119. De leur propre aveu, les “francs du roi” étaient en effet des alleutiers pouvant vendre et quitter leur alleu librement, sans l’autorisation d’un bailli120. À leurs côtés coexistaient d’autres groupes. La confirmation des coutumes des prud’hommes de l’Entre-deux-Mers de 1214, comme des mandements ultérieurs, distinguent les francs des homines domini regis, lesquels tenaient des terres du roi qu’ils ne pouvaient quitter sans son assentiment121. C’est probablement dans ce groupe qu’est entré un certain Bernard Garsie, entre 1182 et 1194, en se faisant homo comitis122. L’enquête de 1237 évoque encore des hommes propres vivant dans la directe (homines domini regis proprii) ainsi que des homines domini regis franci (?) apparemment différents des homines domini regis123.

  • 124  PCSM, p. 128, parrochia et loca que debent istas XL libras sicut propria domini regis pro maiori p (...)
  • 125  PCSM, p. 128, predictam questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent allodium domin (...)
  • 126PCSM, p. 128, agricolae debent questam XL librarum domno regis.
  • 127PCSM, p. 128.
  • 128PCSM, p. 129, haberet albergagiam in agricolis villarum forentium cujuscumque essent agricolae.
  • 129  PCSM, p. 129 et 130, fidantiam super omnes laicos cujuscumque homines essent (…) Item compellunt a (...)
  • 130GCSM, n° 547, hoc rursus confirmaverunt in die sepultura ejus apud Silvam Guillelmus Raimundi et v (...)
  • 131GCSM, n° 208 (vers 1155-1182), mulier quedam Bernarda de Grezinan filia Guillelmi de Lenang dedit (...)
  • 132  PCSM, p. 128, voir note 125.

53Distinctions ténues au regard des exigences ducales. L’assiette de la quête étant la paroisse ou certains quartiers124, cette prestation était acquittée à la fois par “les hommes du roi et les alleutiers qui n’étaient pas assujettis à un service d’ost”125, autrement dit pour reprendre un terme générique et englobant, par tous les paysans (agricolae)126. D’autres passages de la même enquête révèlent de semblables rapprochements. Par exemple, les agricolae devaient prêter serment de fidélité avec les milites et les bourgeois127. Les aubergades pouvaient être exigées sur tous les paysans des villae, quelle que fût leur condition128. Tous devaient pouvoir fournir des cautions129. Indice que nous serions tenté de rapprocher de cette tendance, l’altération de l’allodialité dont on perçoit les premiers signes dans les années 1155-1182. La terre de Plassac, en Entre-deux-Mers, donnée par Guilhem Raimond de Gensac devait être «tenue librement et allodialement”130. Il en allait de même de la terre de Gradignan “tenue allodialement” par le père d’une certaine Bernarde de Gradignan131. L’enquête de 1237 évoque aussi des “alleux tenus du roi” dont les propriétaires devaient, ou bien un service militaire, ou bien participer au versement de la quête132. L’alourdissement des exigences et de la fiscalité ducales ont donc d’abord provoqué un phénomène d’altération de l’allodialité, avec la même limitation à la dévolution des alleux que l’on a observé dans les seigneuries de la fin du xie siècle ou du début du xiie siècle, mais avec un bon siècle de retard. En même temps, il induisit une relative homogénéisation des catégories de contribuables, face à quoi l’affirmation de franchise des alleutiers a certainement été une forme de réponse.

Maturation de la questalité

  • 133Baigne, n° LXXIII, p. 45, neque hinc inde fieret transitum mansionis hominum suorum nisi vel feder (...)
  • 134GCSM, n° 897 (1196), concessum est ne Templarii homines vel rusticos sive ne monachi homines vel r (...)
  • 135Villemartin, n° 1, si vero absque herede ipsos mori contigerit, tota terra sua de jure Hospitalis (...)

54Cette revendication de franchise ne peut se comprendre par la seule corruption de l’allodialité. De nombreux témoignages donnent l’impression que des groupements particuliers de dépendants connaissaient une dégradation de leur condition et que le mouvement allait se renforçant. Ainsi, avant le milieu du xiie siècle, l’impossibilité de quitter la terre n’est attestée que par les poursuites des seigneurs. Passé le seuil, cette limitation est expressément mentionnée. En 1163, les homines de Saint-Palais en Blayais firent-ils les frais d’un accord entre les moines de Saint-Étienne de Baigne et les chanoines de Pleineselve leur interdisant de changer de domicile (transitum mansionis), d’épouser une personne de l’autre seigneurie ou de se donner à un seigneur voisin133. Même logique entre les Templiers et les bénédictins de la Sauve en 1196134. De leur côté, les Hospitaliers de Villemartin cherchaient à contrôler les successions et les unions de leurs “hommes propres” (1198-1204)135.

  • 136Tota questa sive tallia hominum illius terre (Ste-Croix, n° 76, 1187-1195) ; questa sive tallia (S (...)
  • 137GCSM, n° 667 et 668, 1050 ; voir supra p. 192.
  • 138GCSM, n° 241 (1155-1182), pour un homme et sa generatio; St-Seurin, n° 119 (1168-1181), sur un rus (...)
  • 139Ste-Croix, n° 32 (1170) ; La Réole, n° 98 et 127 (1170) ; La Réole, n° 124 (1170) ; St-Seurin, n°  (...)
  • 140GCSM, n° 241 (1155-1182).
  • 141  St-Seurin, n° 139 (1182), quosdam mansionarios qui de eis de agreria terre et de questa sicut cete (...)
  • 142Questa suo tempore pro posse suo et voluntate canonicorum (St-Seurin, n° 43) ; sicut nobis placuer (...)
  • 143GCSM, n° 137 (1206-1222), dicebat ipsos homines esse suos et sibi ab eis deberi questam et alia se (...)
  • 144  St-André, f 72 v, et si terra acreverit que questam dare solita fuerit.

55Aux incapacités jouant lors de circonstances exceptionnelles s’ajoutaient des charges plus fréquentes. Les questes tout d’abord, ou tailles, les deux termes sont synonymes136. Apparues, nous l’avons vu, dans le second quart du xiie siècle137, les questes se sont diffusées ensuite138, aussi bien chez les francs du roi (abonnées et collectives), chez les dépendants de la seigneurie (personnelles et souvent aléatoires), que parmi les droits attachés aux églises139. Elles pesaient (peut-être même exclusivement) sur certains des médiateurs de la seigneurie, comme ce Raimond Faber, qui reçut de la part de l’abbé de la Sauve, Pierre VIII, une habitation (mansio), une vigne et ses dépendances, à Loupiac, contre notamment une queste de trois sous à Toussaint et l’obligation de ne pas y installer d’autres hommes que ceux de l’abbé (ut numquam ibi hominem de altera dominatione poneret)140. Indice de modernité, les questes accompagnent la mise en valeur de terres nouvelles, comme dans le bois du Bouscat où, en 1182, les chanoines de Saint-Seurin installèrent de nouveaux habitants (mansionarii) astreints à payer l’agrière et la queste, à l’instar des autres hominesdu chapitre141. Abonnées ou aléatoires, car les deux cas de figure se trouvent142, les questes grèvant les dépendants étaient plus personnelles que réelles143. Un homo du chapitre de Saint-André vivant à Floirac devait payer la queste, même en cas de défrichement de nouvelles terres144.

  • 145  PCSM, p. 49 (1155-1182), obligation de payer soixante sous pro tuitione libertatis sue.
  • 146GCSM, n° 374, Bernardum de la Gardela et Helias Tager et Doatum et Aizonem, asserentes eos de de j (...)
  • 147GCSM, n° 646 (1194-1204), Arnaldus Bernardi dedit Tizoni propter hoc Xcem libris tali pacto ne de (...)
  • 148St-Seurin, n° 171. Exemple ultérieur, PCSM, p. 117 (1204-1220).

56C’est dans ces groupes de dépendants fixés que l’on trouve, passé le milieu du xiie siècles, des hommages que l’on hésite encore à appeler serviles mais qui ne sont assurément pas aristocratiques. Entre 1155 et 1182, deux membres de la famille d’Escoussans poursuivaient un homme vivant dans le bourg de La Sauve, Garsie de Bat-Samair, “en raison de leur droit à l’hommage” (asserens illum esse de jure sui hominii)145. C’est le même argument que d’autres milites faisaient valoir pour réclamer quatre homines demeurant près du prieuré de Fontcamblane146. Entre 1194 et 1204, un certain Arnaud Bernard, sur lequel Tizon de Saint-Denis venait d’abandonner tous ses droits contre dix livres, se donna avec son alleu à l’église de La Sauve-Majeure arguant qu’il était “libre de tout dominium” ; il fit hommage (hominium) à l’abbé Pierre de Laubesc qui l’investit de la terre147. À la fin du xiie siècle, la notion de dépendance finit par être assimilée à la “ligesse”. Le terme apparaît, entre 1173 et 1199, dans une donation faite par le chapelain de Saint-Christoly de Bordeaux, qui céda un certain Pierre Guilhem en “homme lige” (in hominem ligium), en précisant qu’il était libre de toute sujétion et de toute autre seigneurie (immunis et liber ab omni subjectione et dominio alterius)148.

  • 149GCSM,725, nec questam, nec opera, nec aliquid servicium.
  • 150GCSM, n°692.
  • 151GCSM,135, deberi questam et alia servitia que homo debet facere domino suo.
  • 152Bourin & Freedman 2000, 1049.
  • 153GCSM, n°692, tali conditione ut G. daret se et omnis successionem in proprios hominos monachorum (...)

57Les services (servicia) et les corvées (opera) que l’on trouve associés à la queste dès les années 1106-1119 en Agenais n’apparaissent pas aussi organiquement liés à elle en Bordelais ou en Bazadais avant la fin du siècle149. Entre 1182 et 1194, avant de pouvoir être versé dans le groupe des hommes propres de l’abbaye de La Sauve, il fallait qu’un individu se donnant à ce seigneur fût auparavant “libre d’hommage et de service à l’égard de tout homme” (erat enim liber omnino ab omni hominio seu servicio omnis hominis)150. Entre 1206 et 1222, les individus que Bernard de Rions pignorait à volonté, prétextant qu’ils étaient ses homines, lui devaient “la queste et les autres servicia qu’un homme doit faire à son seigneur”151. Mais on ne sait pas avant les années 1210-1220 ce que les seigneurs attendaient exactement avec ces servicia, comme si la reconnaissance du lien était plus importante que la nature exacte de la prestation (transports publics, angaria, corvées, manobria ad opus ecclesie)152. Cependant, face à ces incapacités, les dépendants avaient conservé des possibilités non négligeables : Gautier de Rogian qui s’était placé avec sa descendance parmi les “hommes propres” de l’abbé de La Sauve entre 1182 et 1194, pouvait recevoir du même abbé une “terre allodiale”153.

  • 154Cart. Villemartin, n° 1, Si vero absque herede ipsos mori contigerit, tota terra sua de jure Hospi (...)
  • 155GCSM, n° 692.
  • 156  St-André, f 61, homines ligios et questales.
  • 157  Cursente 2000 et la synthèse de Bourin & Freedman 2000, 1046. En complément à cette remarquable ét (...)

58À la fin du xiie siècle, la diffusion des hommages, de la queste, des servitia ou le renforcement de l’attache à la tenure dans les groupes de dépendants n’avaient pas encore condensé en un statut référent. Les formes de dépendances étaient multiples et s’appliquaient à des individus dont on peine à voir le dénominateur commun. Ainsi en Entre-deux-Mers bazadais dans les années 1190. Un des “hommes propres” des hospitaliers de Villemartin, dont on connaît la condition par une autodédition, rendait un cens et ne pouvait marier ses héritiers qu’avec l’accord des seigneurs ; le texte ne signale ni queste, ni servicia, ni mainmorte154. D’un autre côté, l’autodédition de Gautier de Rogian et de sa progéniture en “hommes propres” de l’abbé de La Sauve, ne détaille à l’instar de la précédente ni queste, ni taille ou hommage (sauf à préciser qu’il était lui-même libre de tout hommage ou service vis-à-vis d’un autre homme)155; il reçut, à sa demande, une moitié de moulin près du château de Sauveterre contre un cens de ving-cinq sous bordelais, l’obligation de rendre droit et justice (rectum et districtum) et d’effectuer le servicium dû au seigneur. La queste ne grevait donc pas tous les dépendants, même chez des médiateurs roturiers du dominium. Ce n’est que dans les années 1220-1250, au terme de cette longue maturation, que fut institutionnalisée la questalité, avatar gascon du nouveau servage156, selon les modalités que B. Cursente vient de décrire et, dans un contexte encore différent (forte attractivité des centres urbains, redécouverte du droit savant), finalement assimilé à une servitude157.

La bourgeoisie des villes : émergence d’une force sociale en devenir

  • 158GCSM, n°1106.

59En arrière-plan de l’évolution du statut des dépendants ruraux se trouve la ville qui aspire et dont “l’air rend libre”. Ainsi, à en juger par les dispositions prises par Richard pour limiter la fuite des justiciables de l’abbé de La Sauve vers Bordeaux en 1190, avant même d’être dotée du droit de commune, la principale agglomération de la région exerçait sur les populations environnantes un puissant attrait158. De fait, la fin du xiie siècle est sur ce point un moment clé. Le mouvement communal démarre effectivement et tardivement avec la commune de Saint-Émilion accordée par Jean sans Terre (1199) avant celles de Bordeaux et La Réole, deux villes royales, aussitôt suivies de leurs municipalités (1205-1206). Or, la genèse du mouvement est inégalement appréhendée. Alors que les travaux de M. Malherbe éclairent bien le cas réolais, la monumentale Histoire de Bordeaux ne fait qu’effleurer le sujet, en raison, nous l’avons dit, d’un découpage chronologique préjudiciable. Il nous faut donc essayer de comprendre ce qui d’une manière générale a permis à la bourgeoisie des villes, particulièrement effacée jusqu’au milieu du xiie siècle, de s’affirmer socialement et politiquement, et pourquoi fut aussi déterminant le lien avec le roi-duc dans l’émancipation de cette partie de la population.

Croissance urbaine et bourgeoise

Fig. 22. Présence des burgenses dans le fonds de La Sauve-Majeure.

Fig. 22. Présence des burgenses dans le fonds de La Sauve-Majeure.

60La figure 22 donne une première réponse. Le pourcentage de textes du fonds de La Sauve-Majeure présentant des occurrences de burgensis croît régulièrement tout au long du xiie siècle, passant de zéro dans le premier quart à 5 et 10 % dans les deux derniers.

  • 159GCSM, n°292.
  • 160GCSM, n° 1106.
  • 161AHG, I, n° CXVII (non nommés).
  • 162GCSM, n° 675, l’acte est passé ante portam Sancti Johanni de Basato (Raimond Guilhem de Ladils, Bo (...)
  • 163GCSM, n° 977 (Arnaud de Malsanc, burgensis de Fronciaco).
  • 164GCSM, n° 1185 (Guilhem de Lamotte), La Réole, n° 101 (F. de Langon).
  • 165GCSM,1187 (Julian).
  • 166GCSM,854; Rot. litt. claus., t. I, p. 73b, p. 130; cVillemartin, n°147 et 165.
  • 167  Chédeville et al. [1980] 1998, 100-101.
  • 168  AD 33 G 268 (1148), St-Seurin, n° 130 (1186-1181), 134 (1180), 142 (1182-1194), 149 (1184), Rec. f (...)

61Cette croissance résulte d’abord d’un plus grand nombre de localités ayant fourni des bourgeois : aux côtés des plus anciennes, La Sauve (burgensis de Silva159, burgensis de salvitate160), La Réole ou Bordeaux apparaissent Saint-Macaire161, Bazas162, Fronsac163, Langon164 ou Rions165, avant que ne les rejoignent dans le premier quart du xiiie siècle, Saint-Émilion, Mimizan, Bourg-sur-Gironde et Castillon166. Contrairement à ce que donne à penser la carte reproduite dans l’Histoire de la France urbaine, où n’est pointée au sud de la Gironde que la Réole comme localité de burgenses entre 1150 et 1200, la Gascogne bordelaise de la deuxième moitié du xiie siècle n’était donc pas un désert de bourgs167. C’est aussi la période où se diffuse l’usage du terme citoyen (civis) pour désigner les habitants des cités de Bordeaux et de Bazas168.

  • 169GCSM, n° 391 (1155-1182), donation d’une domus et d’une terre à Bordeaux dans le marché (in mercat (...)
  • 170Cours-Romestaing, n°43.
  • 171AD 33, H. 2008.
  • 172Anc. coutumes La Réole, art. 16-32.

62Les marchés et les foires, sur lesquels les textes sont moins laconiques passées les années 1150, témoignent autant de la vigueur de la conjoncture que du dynamisme des communautés urbaines. Le marché de Bordeaux passe dans la lumière documentaire entre 1155 et 1182169. On déduit de l’existence d’un marché dans l’autre cité, de la mention d’une mesure de Bazas, dans un acte du fonds de Cours et Romestaing, daté de la seconde moitié du xiie siècle170. Celui de Lesparre est signalé pour la première fois dans un accord de 1177171. Nous l’avons vu, pour marquer la canonisation de Gérard de Corbie, le duc Othon de Brunswick accorda une nouvelle foire à La Sauve, chaque 21 avril. Dépassant la sécheresse de ces mentions, une quinzaine d’articles des Anciennes coutumes de La Réole, détaille, à travers les droits du clavaire sur les transactions effectuées au marché, le large éventail des produits vendus172.

Fig. 23. Mention de burgensis dans les textes.

Fig. 23. Mention de burgensis dans les textes.
  • 173  Maupel [1728] 1901, 26, quia vero nova in ecclesia munia parrochialia commode exerceri non poteran (...)
  • 174La Réole, n° 92 (AHG, II, n° 105), plenam administrationem habeant capellani infra terminos parroc (...)
  • 175  Marquette 1982.
  • 176Villemartin, n° 163 (1213-1227).
  • 177  Jean-Courret 2005, 330-331, 366-367 ; Boutoulle 2003c, 85-86.
  • 178Ste-Croix, n° 36 (1170-1180), n° 44 (1184).
  • 179Ste-Croix, n° 33. Presertim cum vitibus amputatis de quibus monachi decimas habere consueverant, t (...)

63Dans le voisinage de ces pôles d’échanges, de nouveaux quartiers marquaient la topographie urbaine. À La Réole, la capella Sainte-Marie-Madeleine destinée à desservir les paroissiens fut construite, en liaison avec l’érection du château royal, dans les jardins de l’ancien prieuré173 . En 1187, il fallut que le prieur et le chapelain s’accordent sur les droits paroissiaux levés “dans la ville et au dehors”174. À Bazas, la paroisse Notre-Dame du Mercadil a été fondée à la fin du xiie siècle175. Il y avait à Saint-Macaire au début du xiiie siècle, un faubourg et un autel Saint-Jacques, foris muros176. À Bordeaux, l’enceinte du xiiie siècle engloba une large partie du flanc sud de la cité. La densification de l’habitat dans ce secteur se mesure à la structuration des lotissements de La Rousselle et des Ayres, à la construction progressive de nouvelles églises177, à la délimitation les paroisses Sainte-Croix et Saint-Michel vers 1175178, où plus prosaïquement à l’irritation des moines de Sainte-Croix, par trop incommodés de la fumée qu’exhalaient en permanence les fours des tuiliers des environs179.

La puissance économique de la bourgeoisie

  • 180Rot. litt. pat., p. 24b, 25, et 4 (Marc Sturmin de Saint-Émilion, 1201), Rot. chart., p. 4b, 112b. (...)

64Ce n’est pas par seul effet de prisme documentaire que la fortune de la bourgeoisie de la fin du xiie siècle paraît surtout foncière. Certes, on peut déduire des saufs conduits accordés par Jean sans Terre à quelques négociants de Bordeaux, Saint-Émilion ou La Réole, entre 1199 et 1204, que ces bourgeois étaient auparavant engagés dans le grand commerce entre la Gascogne et les autres parties de l’Empire Plantagenêt, vers lesquelles ils faisaient acheminer du vin ou du blé180. Mais les revenus obtenus étaient, on le sait bien, investis dans la terre ou le bâti, sur quoi les cartulaires sont plus prolixes.

  • 181St-Seurin, n°133.
  • 182St-Seurin, n°142.
  • 183Ste-Croix, n° 132.
  • 184St-Seurin, n° 48 et 112.

65Celui de Saint-Seurin laisse paraître un grand nombre de tenures exploitées à Bordeaux et dans les environs par des familles de bordelais appelés à jouer un grand rôle ultérieurement (Béguey, Soler, Colom, Gondomer, Lambert, d’Acre…). Par exemple les Soler avaient des fiefs à l’ouest de Bordeaux, près de ceux d’un autre bourgeois, Guilhem Sorget entre 1173 et 1181181. À la même époque, Johan de Porta préféra abandonner la domus qu’il avait à Saint-Remi pour recevoir en fief une terre dans la palu, près de Mugron, jouxtant une terre qu’il tenait de la même église182. Au sud de Bordeaux, les frères Soler possédaient dans les années 1165-1170 au moins deux moulins près de Sainte-Croix (Estrabon et Estey Cocut) et touchaient une part de leur dîme183. À la même époque, Pierre Lambert avait les siens à l’ouest de Bordeaux, sur lesquels il percevait, comme les précédents, une part de la dîme184.

  • 185St-Seurin, n°130.
  • 186St-Seurin, n°130.
  • 187GCSM, n° 391 (1155-1182).
  • 188Livre des coutumes, n° LXXIII p. 524.
  • 189  Bernard Breuter, bourgeois de Bordeaux, émissaire secret du roi Jean vers les prud’hommes de Borde (...)

66Ces patrimoines excédaient largement les limites du suburbium. Les Carignan (burgenses et cives de Bordeaux) propriétaires de domus et de solins à Saint-Maixent, dans la cité185, avaient des estages dans leur paroisse d’origine, en Entre-deux-Mers bordelais186. Les possessions de Raimond de Toil étaient pour une part situées à Bordeaux (une domus et une terre “au marché”), pour l’autre à La Sauve (un solin juxta hospitium)187. D’après ce que l’on voit il n’y avait pas encore, dans ces patrimoines, de spécialisation viticole. Certes, le privilège que les Bordelais ont obtenu le 15 avril 1214 montre que ces bourgeois exploitaient des vignes188. Mais, vu le rôle joué auprès du roi-duc par Bernard Breuter un bourgeois de Bordeaux que l’on suit entre 1205 et 1214, le commerce de la viande offrait autant que celui du vin d’intéressantes opportunités189.

L’utilisation de la firma burgi

67Si, avec la charte de Falaise, le mérite d’avoir lancé le mouvement communal dans la région revient formellement à Jean sans Terre, Richard Cœur de Lion n’a pas ignoré la force sociale que représentait la bourgeoisie. Quelques-unes de ses mesures ont préparé le terrain et contribué à accélérer ultérieurement son émancipation.

  • 190BN Lat. 11010, f. 144 vo; BN Doat, 80, f. 309. Communiqué par N. Vincent. Rot. chart., p. 62 (con (...)
  • 191GCSM,1106.
  • 192Rot. chart., p. 4b. Il évoque notamment une confirmation de la reine Aliénor (sciatis quod concess (...)
  • 193Rot. chart., p. 59.
  • 194Rot. litt. pat., p. 52b.
  • 195Rot. litt. claus., 1204-1224, p. 26.

68Avant qu’il n’accède au trône, Richard avait accordé aux moines de Grandselve une franchise de coutume pour une embarcation transitant sur la Garonne et le droit de prendre un muid de sel sur le salin de Bordeaux. À en juger par les destinataires de cette décision, les baillis, le “sénéchal de Bordeaux” et ses “fidèles citoyens de Bordeaux”, ces derniers étaient intéressés à la perception de la coutume190. En 1190, il défendit aux citoyens de Bordeaux de juger les homines de La Sauve qui tentaient de se soustraire à la juridiction de leur abbé191. Une confirmation de Jean sans Terre du 17 juillet 1199 montre que les “citoyens de Bordeaux” avaient reçu de ses prédécesseurs une part des revenus de l’atelier monétaire ; il la leur confirma192 . Le 4 février 1200, le roi enjoignait aux “jurats et bourgeois” de Bordeaux de ne pas faire obstacle à la perception par le chancelier du roi de Castille d’une rente de cent marcs qu’il avait assignée en sa faveur sur une partie des coutumes des vins, à Bordeaux (redditus in vallagio vinorum )193: ils étaient donc en mesure de l’en empêcher. Le 4 avril 1204, Jean sans Terre informait les “prud’hommes de Bordeaux”, certainement pour la même raison, qu’il avait alloué à un de ses sergents une somme de quarante livres à prendre sur les redditus du Port des Pèlerins194. Le 28 mars 1205, le roi informait à nouveau les “prud’hommes de Bordeaux” qu’il avait assigné à l’archevêque de Bordeaux la perception de quarante livres prises en Entre-deux-Mers et quarante autres livres sur la maltôte des salines195.

  • 196Livre des coutumes, p. 368, Quant lo rey Richard murit lo mager d’esta vila sarret de pau et de tr (...)

69Ainsi, de la concession de Richard aux confirmations des premières années du règne de Jean, avant donc que l’attaque d’Alphonse VIII de Castille ne précipite l’émergence d’une commune et d’une municipalité (1205-1206), une partie des bourgeois de Bordeaux avait acquis des droits sur les péages, l’atelier monétaire, les salines ou les revenus des zones restées dans la directe ducale et était en mesure de juger. Ils avaient probablement des responsabilités supplémentaires. Si l’on veut bien croire qu’il y a un fond de vérité dans les souvenirs concernant des travaux de fortifications entrepris sur la place de l’Ombrière à la mort du roi Richard rapportés dans l’Enquête des padouens de Bordeaux de 1262, le “maire de la ville” (lo mager d’esta vila) qui en aurait pris l’initiative pourrait bien n’être, en 1199, qu’une proto-municipalité en mesure d’exercer des responsabilités militaires196.

  • 197  Voir supra p. 289-290.
  • 198  BN Lat. 11010, f. 42, v., et 145 v. ; BN Doat, 80, f. 305v., sans date. Communiqué par N. Vincent.
  • 199  Boussard 1956, 167-177 et 187.
  • 200Close rolls, 1231-1234, p. 104. Mandatum est majori et probis hominibus Burdegale quod de cetero d (...)
  • 201  Boussard 1956, 187.

70De telles fonctions ne font pas des Bordelais un cas isolé. De semblables délégations ont été repérées chez des prud’hommes de la directe ou dans d’autres agglomérations197. À Agen et alors qu’il était que duc d’Aquitaine, Richard informa ses “chers et fidèles citoyens d’Agen” qu’il avait accordé une exemption de paiement de la coutume à Grandselve, pour une embarcation tous les ans198. En Normandie, dans les années 1176-1180, des petites villes avaient reçu le droit de recueillir elles-mêmes les impôts dûs au roi-duc suivant un système imité de la firma burgi199. Certes, à notre connaissance, la firma burgi n’est pas explicitement attestée à Bordeaux avant 1232200 ; mais les exemples réunis montrent que cette institution, par laquelle “les bourgeois avaient acquis le droit d’affermer eux-mêmes les sommes que leur communauté devait à la couronne” avait été un modèle que Richard ou son père ont utilisé sur les bords de la Garonne201.

  • 202  St-André, f 62 (1220-1230).

71Dans les actes de la chancellerie royale, les prud’hommes sont toujours été cités collectivement. Une liste des années 1220-1230, extraite du cartulaire de Saint-André, permet de savoir qui faisait partie de ce groupe. Parmi les ayants droit qui percevaient une part du monnayage de la ville, nous découvrons Raimond Brun (de Barsac), Amanieu Colom, Arnaud Lambert, Pierre Lambert, Guilhem Arnaud Monedey, Bonafos Cotet, Guilhem d’Acre, Guilhem Rostand et Rostan du Soler202, soit les représentants des familles les plus riches et les plus puissantes de la bourgeoisie bordelaise.

Conclusion

  • 203  Les reconnaissances de 1274 distinguent nettement l’armement des deux catégories de combattants. L (...)
  • 204Rôles Gascons, n° 2734, 2858, 2872, 2896, 3190, 3275, 3372, 3428, 4552 (1253-1254).

72Au terme de cette revue d’effectifs, plusieurs constats s’imposent. Concernant l’aristocratie, la seconde moitié du xiie siècle est la période où le processus de militarisation est le plus perceptible, par la multiplication des milites et la diffusion de ce terme jusqu’aux couches supérieures des châtelains. La militia n’était alors plus un “club” d’intermittents aisés côtoyant les châtelains auxquels était prêté un concours occasionnel. Plus nombreux, les milites de la fin du xiie étaient des guerriers entraînés aux nouvelles techniques de combat et unis par de plus fortes solidarités acquises sur le terrain d’entraînement, sur les théâtres d’opérations et dans les escouades patrouillant autour des castra. Même si le processus de militarisation tendait à dépasser l’aristocratie laïque par l’imposition aux communautés, rurales et bourgeoises, d’obligations militaires, les milites s’en distinguaient par les techniques de combat203. L’agrégation à la militia des différentes composantes de l’aristocratie résulte moins de la diffusion de l’adoubement, cérémonie sur laquelle nous sommes tardivement renseignés, que du succès idéologique des valeurs chevaleresques204.

  • 205  AD 33, H 12, f 1 (1156), Henricus rex Anglorum et duc Normannie et Aquitanorum, comes Andegavorum, (...)

73Parallèlement, et cela n’est pas étranger à ce qui précède, l’aristocratie a subi un processus de mise au pas de la part du prince (duc ou roi-duc). Les “barons” que les adresses de la chancellerie royale tendaient à rabaisser au rang de dépendants immédiats205, ont dû accepter, en plus de saisies provisoires, des empiètements répétés par les gardes ou les tutelles ainsi que des semonces à l’ost plus fréquentes. Cela ne jure pas avec l’esprit de la paix de 1198 qui sanctionnait les défauts de jugement de leurs curiae et leur imposait d’accepter la protection royale sur les hommes cotisant au commun du roi. Cependant, même plus strictement limitée par le haut, la puissance de l’aristocratie ne doit pas être minorée : avec davantage de réquisitions, de questes, ou de prestations militaires, le dominium des années 1180 portait bien la marque de son temps. Il en va de même de l’évolution des structures féodales qui, par la diffusion des hommages, des lods-et-ventes et des commises, reflètent de la part des seigneurs féodaux le souci de mieux contrôler les fiefs ainsi que les obligations de leurs feudataires.

  • 206  Fossier [1982] 1989, 564-570 ; Debord 1984, 447-449.
  • 207  Petit-Dutaillis 1970, 71-100 ; Fossier [1982] 1989 (pour qui c’est une “vue de l’esprit” et qui pr (...)

74Avec un seul texte s’apparentant aux chartes de franchises, les Anciennes coutumes de La Réole, la Gascogne bordelaise appartient bien à ce “vide atlantique” repéré par R. Fossier qui, de l’Écosse à l’Adour, a été largement ignoré par le mouvement des franchises, rurales ou urbaines. Il est probable que pour expliquer ce décalage, le niveau de franchises dont bénéficiait déjà les communautés a joué, comme la relative modestie des groupements bourgeois à l’échelle de la région206. Il reste que le vieux schéma de “l’alliance” entre le prince et les communautés, déjà souligné dans le domaine capétien ou en Castille, peut aussi se décliner en Gascogne bordelaise à la fin du xiie siècle207.

75Les premiers Plantagenêts (Richard plutôt qu’Henri II) avaient lié partie avec les élites roturières (les prud’hommes), dans les campagnes et dans les villes de la directe pour leur faire assumer le croît du fardeau fiscal et la charge d’une partie de sa levée. Ce qui est irritant, c’est que des accords ou des concessions qui furent immanquablement passées ne nous savons rien, alors que des copies des privilèges de Richard en faveur des Dacquois et des Bayonnais ont été conservées. Les indices issus de l’Entre-deux-Mers ou de Bordeaux, les présomptions que l’on peut avoir sur Saint-Émilion et Saint-Macaire où les données sont encore plus brouillées, nous semblent cependant convergents. On pourra toujours conjecturer sur la manière dont ces médiateurs ont collaboré avec le pouvoir et répercuté ses demandes en évaluant la quote-part de chaque foyer contributeur de la queste ou sur chaque bateau accostant la vase du Port des Pèlerins. De toutes manières, si ces prud’hommes tenaient à conserver leur domination sociale, il leur fallait rechercher un certain consensus avec le contribuable de base. Avec cet arrière-plan, la mise en place dans les années suivantes de communes et de municipalités doit être considérée comme une mesure conservatoire de la part d’élites cherchant à institutionnaliser davantage une situation qui n’était déjà pas en leur défaveur. Que Jean sans Terre n’ait rien trouvé à redire aux coups de force bordelais et réolais de 1205-1206 montre que, de son point de vue, cela ne changeait pas grand-chose. Ne peut-on pas aussi considérer de la même manière les démarches qui ont abouti à la paix de 1198 et à l’enquête de 1236-1237 ? Derrière les exactions des baillis ducaux ce que les prud’hommes dénonçaient c’est un système qui, en accordant de plus en plus de place aux agents du roi, sapait surtout les fondements de leur prééminence.

Notes

1St-Seurin, n° 204.

2  Benjamin 1988, 283-284 (d’après Archivo de la Corona de Aragon, Barcelone, Cancilleria Perganimos de Alphonse I, n° 387). Liste complète : Étienne de Caumont, Guilhem Raimond de Pins, Guilhem de Blanquefort, Pierre de Lamotte, Gautier du Fossat, Guilhem Séguin de Rions, Hugues de Pardeilhan, Gaubert de Fumel, le vicomte de Castillon, Bernard de Bouville, Séguin de Balens, Othon de Caseneuve, Raimond Bernard de Montpezat, Gaubert Flame et Hugues de Pujol.

3Rot. litt. pat., p. 3, faciatis loco nostro exercitus et procurationes quas nobis debetis tanquam personne nostre faceretis.

4Rot. litt. pat., p. 36b, mandamus vobis rogantes quatinus in fide qua nobis tenemini, omni occasione postposita preparetis vos ad venire in servicium nostrum, ita quod prompti et parati sitis militibus equis et armis ad summonitionem (...) et nos vobis per predictum archiepiscopum et frater P. et senescalli vel per duo ex illi providebimus de pecunia, ita quod servicium nostrum bene poteritis sustinere cum ad nos veneritis.

5Rôles Gascons, n° 591.

6  Rymer éd. 1821, 155, non permittat milites qui vicini sunt villa vestrae, terras vel redditus suos vendere sive invadiare, quominus sufficiant ad servitium nobis debitum reddendum et ad defensionem partium vestrarum cum necessitas emerserit.

7  PCSM, 128, quicumque tenet res que debent exercitum vel unius militis vel duorum, nisi privilegio tueatur, secundum partem quam tenet facit partem expensarum ei qui facit exercitum domini regis.

8  PCSM, p. 130, terram et filios vel filias decentium nobilium occupat.

9  PCSM, p. 130, item corruptelam Anglie introducens quasi per consuetudine in terra, terram et filios vel filias decedentium nobilium occupat, et tamdiu detinet, donec se redimant vel nubant cui ipse voluerit et cui non deceat nubere.

10  PCSM, p. 132, modus alienationis fuit rex Ricardus dedit eos Hugoni Los, cum ei dedisset in uxorem dominam de Correjan, quo mortuo sine herede, uxor ejus nupsit cum Willelmus Arnaldi de la Mota.

11AHG, IV, n° IX, p. 12 (1214), et Rot. chart., p. 118 (6 juin 1214).

12Pat. rolls 1216-1225, p. 356. On trouve, cette année-là, en Poitou l’énoncé du droit de garde pour les enfants du baronnage : bene sciatis quod hec est consuetudo partium nostrarum Pictavie quod decentibus baronibus et magnatibus nostris qui de nobis tenent in capite, heredes eorum cum castris, terris et catallis eorum debent in manum et custodiam nostram.

13St-Seurin, n° 136 (1168-1181), presentibus uxore sua Marchiesa et predicto Matheo et Rufato canonicis duobusque militibus (...) quibus curam domus uxoris et filiorum commitebat.

14GCSM, n° 872, Ste-Croix, n° 83, (1176-1206), cinq occurrences ; St-Seurin, n° 165, PCSM, p. 117 (quatre occurrences).

15Hoc comperto dominus abbas et ejus monachi (...) clamoren protaxerunt qui eundem militem et ecclesie Sancte Crucis (Ste-Croix, n° 83) ; ita quod ipsi milites vel nuntius eorum requireret (...) non fuerint redditi extunc milites poterunt accipere (GCSM, n° 1002).

16Ste-Croix, n° 29 (1196).

17Ste-Croix, n° 83b (1176-1206).

18GCSM, n° 897 (1196), cum quibusdam militibus de Baghals et de Brana et de Serporars qui in easdem terras partes habebant. On relève en effet parmi les personnes portant ces patronymes quelques milites (Arnaud Guilhem de Branne, GCSM, n° 620, 1155-1182, Pierre de Serporars GCSM, n° 74 1204-1222).

19La Réole, n° 105 (1186).

20GCSM, n° 552 (1155-1182), de militibus, ipse vicecomes et Galardus de Scozan (...).

21St-Seurin, n° 148 (1182), puis St-André, f 98 (1225).

22GCSM, n° 292 b (1184).

23Ste-Croix, n° 63 (1187-1195).

24GCSM, n° 1008 (1204-1222).

25  Voir supra p. 157.

26GCSM,1275 (miles), St-Seurin, n°102, 119 (miles), 123 (miles), 136 (miles), 149 (miles), 160, Ste-Croix, n°4, 15 (miles), 62, 63, 163, Rot. litt. pat., p. 63.

27Guilhem Raimond de Bordeaux (1178/1207-1215), Ste-Croix, n°31 (miles), 63, 136, St-Seurin, n°161 (miles), 139, 165, GCSM, n°922, 1114 (miles), St-André, f 1 (miles).

28Gaillard d’Escoussans (1140/1155-1155/1182), GCSM,513a, 552 (miles), 522, 282, 872 (miles), 1106, 308 (miles), Ste-Croix,68 (miles), PCSM, p. 49, AD 33, H 12 f 1. A. Debord a fait le même constat dans les pays de la Charente (Debord 1984, 205).

29  Voir supra p. 202.

30  Raimond de Grézillac, miles : GCSM, n° 292 (1184), 1190 (1192-1204), 554, (1194-1204),1181 (1200). Gaillard de Grésillac, miles : GCSM, n° 1190 (1192-1204), 1201 (vers 1194-1204), 1202b (1194-1204), 118 (1200), 573 (1204-1222), 51 (1206-1222), 600 (1206-1222),1199 (1209), Ste-Croix, n° 65 (1209-1222), GCSM, n° 1203 (1221),1200 (1222-1240), 1058 (1224), 863 (1226), 1178 (1227).

31GCSM, n° 1117.

32GCSM, n° 1198 et 1116.

33GCSM, n° 211 (1126-1155), 169 (1140-1155).

34GCSM, 230 (vers 1079-1095), 175 (1095-1102), 176 (1095-1102), 30 (1106-1119), 53 (1106-1119), 54 (1106-1119), 99 (1106-1119), 169 (1140-1155, Raimond de Cessac, cognatus d’Hélie de Baigneaux, donateur d’un hereditas à Cessac).

35GCSM, n° 1027 (1155-1182), habere recognitionem in hac terra quod quando moritur dominus et alius succedit, V solidos Burdegalensis aut unam lanceam absque ullo alio dominio consuetudine et hominio.

36Rot. chart., p. 147b (1205), concession de deux charges quotidiennes de bois de la forêt de Bordeaux en faveur d’un bourgeois de Bordeaux contre le versement d’une lance la veille de Noël au bailli du roi à Bordeaux. En 1247, Guilhem Raimond de Saint-Denis devait une lance et l’hommage au doyen de Saint-André pour une terre au lieu-dit Le Bian ( St-André, f 79).

37  Flori 1998, 93-99.

38Patrol. lat., col. 1045.

39  PCSM, p. 131, Item propter incuriam senescalci milites potentes (...) non conqueruntur ei vel alii ballivo ipsius, cum dicunt minus potentes milites vel agricolas domini regis injurias sibi fecisse.

40GCSM, n° 97. Paupertatem et inopiam considerantes.

41  PCSM, p. 130. Le célèbre “alleu militaire” de la fille d’un miles, nommée Amauvine de Courpiac, cité dans une donation de 1250, devait alors être la cible de ce type d’exaction pour que sa propriétaire se sente obligée de préciser qu’il était libre de debitum servitutis. AD 33, H 4, f 8, que omnia possidebam libere et quiete, tanquam meum proprium allodium militare, ita quod nullum servicium, nec ullum prorsus debitum servitutis, consuetudinis, vel subjectionis.

42St-Seurin,165 (1199), 204 (1198).

43St-Seurin, n°132. Sur cette période de violences, Mousnier 1997, 250.

44GCSM,996.

45GCSM,291, 310.

46La Réole n° 146 (1126), 103 (1127), 104 (143), 126 (1177), 124 (1178).

47AHG, XXXVI, p. 25 (ex cartul. fol. 87°).

48GCSM,692.

49Trabut-Cussac 1953, 181-217.

50AHG, I, n° LXXXVII, p. 190, nos concessisse et donasse priori (...), pro ut comperimus feudati congedium castri seu propugnaculi aedificandi in eorum feuda, terra et dominio de Cazis ab flumine de Drot, rivulis de l’Andouille et d’Estournet et feudo d’Armentil limitatum et confrontatum (...) molendinaque sua in predicto flumine de Drot vocata d’Estournet reedificari et ad usum suum et suorum tutamen fortificari.

51Rot. litt. pat. p. 118b. Sciatis quod Tizon de Valeis securitatem nobis prestitit sufficientem quod nullum nobis vel terre nostre malum inveniet vel jactura, occasione licentie quas ei dedimus de firmando castro Montisferrandi. Unde vobis mandamus quod promittatis illum sine impedimento castrum illud firmare nec aliquid ei super hoc gravamen inferatis vel injuriam.

52Rôles Gascons, n° 631.

53AHG, I, n° LXXXVII, p. 190.

54  BN, Doat, t. LXXVII, f. 190 v. , 413 r , cité par Marquette 1975, 41.

55La Réole, n° 90 (1170-1182).

56La Réole, n° 91 (1170-1182), cum hominibus de Lobanag toto jure ad ecclesiam de Regula integre pertinerent et Willelmus Amanei de Benauges, vicecomes Veselmensi, pro eo quod prope Sancti Macharium essent homines siti, ipsos de die in diem, per se et per officiales suos inquietaret ac bona eorum diripere.

57La Réole, n° 88, Bruez de Judex et frater suus et totus suus heres quitaverunt Sancto Petro de Regula XII denarios quos requirebat pro captenio super filios Guillelmi Faure et filias, atque ut solverentur a captenio dederunt triginta solidos Burdegale et quatuor denarios.

58GCSM, n° 88 et 89 (1079-1086), n° 186 (début xiie s. ), n° 187 (1095-1097).

59St-Seurin, n° 136 (1159-1180), avenam ab hominibus in burgo Sancti Severini et in Cauderan et Villam Novam commorantibus annualiter preter jus et consuetudinem exigebat ea ductus occasione quod homines illi pascuis et aliis rebus paludis communibus utebantur et aliquando homines qui ei avenam negabant in loco Meiolanum et in aliis paduentiis pignorabat.

60St-Seurin, n° 96.

61Ste-Croix, n° 46 (1173-1178).

62Ste-Croix, n° 141 (1176-1204) pour Arnaud de Blanquefort, n° 138 (1182) pour Eyquem Guilhem de Blanquefort.

63Ste-Croix, n° 70 a, super quadrigenaria cividagii libertate seu prescriptione.

64GCSM, n° 1275.

65Ste-Croix, n° 127.

66Cart. Villemartin, n° 164 (1213-1227), fecit duas aubergadas unam de CCC homines cum equitibus suis et gardiferis et aliam de C et XX cum equitibus.

67  Le texte qui nous est parvenu est une copie réalisée au xviiie siècle par Dom Maupel. Transcription par Malherbe 1975, 715-732 accompagnée de la traduction de M. Dupin (AHG, II, p. 231-240). Ce texte a été étudié par Imbart de la Tour 1893, Faravel 1991, 295-297, Bonnassie 2000, et dernièrement évoqué par Th. Bisson 2002, 424. Les coutumes de Saint-Sever sont toutefois plus anciennes (1092-1106/1107, Du Buisson éd. 1876, I, 195-202).

68  Nous laissons provisoirement de côté l’organisation des relations féodales révélées par les Anciennes coutumes (voir infra p. 287).

69La Réole, n° 56 et 66 (1084-1103), 97 (1087), 93 (1095-1097) ; GCSM, n° 985 (1155-1182), 293 (1185) ; Cours-Romestaing, n° 11, 40 et 65 (après 1160) ; La Réole, n° 87 (1182-1186).

70La Réole, n° 105.

71  Voir infra p. 246.

72  Du même article, on peut récuser la qualification de seigneurie châtelaines pour des seigneuries qui ne l’étaient pas (Loubens, Bareilles), l’assimilation motta –château, ou la notion de “ châtelains alleutiers” (p. 121). De même, l’équivalence les homines prestataires d’un servicium à des “guerriers de garnison”, des “milites de rang inférieur” ou des habitants d’un village castral, nous paraît contestable (p. 121).

73  Il n’y a pas lieu de dissocier l’aubergade due au duc et celle du comte (Bonnassie 2000, 119).

74  Maupel [1728] 1901, 27.

75  Maupel [1728] 1901, 29. Qui prior predictam justiciam exercebat per servientes suos, suspendendo, detruncando et detrudendo malefactores in carcerem proprium qui vulgo Infernalis dicebatur, in quo quidam de testibus predictis de melioribus ville, nomine Stephanus Carria fuit captus et detentus per duo menses.

76  Les mesures dont on se servait pour les étoffes étaient les conches, coudées, canes et les verges ; pour les grains et le sel, on utilisait les livres et les rasières (item de mensuris cujuscumque modi sint et de conchis, de virgis, de cubitis, de canis quibus panni venduntur et de libris, de rasoribus quibus sal et segestes raduntur).

77  Les Anciennes coutumes distinguent homines et milites (art. 42, 56).

78  Art. 54. Voir supra p. 219.

79  PCSM, p. 128, predictam questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent allodium domini regis, secundum quantitatem quam tenent nisi illud allodium debeat exercitum ; PCSM, p. 129, item sunt quedam alie parrochiae et quedam loca ubi sunt homines domni regis et debent tamen exercitum, sanctus Germanus, La Ramonenga de Sallabove, item Camiac, de Crohnon, item Melacs de Tressas, Balentinan de Narijan. Une reconnaisance de 1274 évoque également, pour les paroissiens de Pompignac ayant des estages à La Ramonenge l’exercitus d’un homme armé d’un couteau et de deux tuniques (rec. feod., n° 592, exercitus unius hominis deferenti unum cultellum et duo tela). En 1274, des estages de Saint-Germain participaient à l’exercitus (rec. feod., n° 605).

80  Cas similaire à Paris par exemple, Brunel & Lalou éd. 1992, 200.

81  L’assimilation dans les premiers articles de prieur au prévôt relève d’une habitude ancienne attestée à Fleury.

82Gallia II, col. 322-323.

83Gallia II, inst., n° LX, homines quoque qui ad ipsam spectant abbatiam ex omni dominio meo liberos feci, scilicet ut in exercitu non eant, vel bianum faciant, nec aliquam exactionem ad me pertinentem exsolvant.

84Villemartin, n° 165 (1213-1227).

85  Deux transcriptions du premier de ces textes nous sont parvenues. La première a été faite par Marquessac (1866, 12) à partir de deux vidimus de 1295 et 1366. La seconde est de Du Bourg (1883, LVIII), sous le titre “donation de la Grayanès à l’ordre de Saint-Jean (1168)”, à partir des archives de la Grayanes. L’une et l’autre présentent des datations différentes ; la première se termine par hoc totum factum est in presentia Stephani et Aiquelini hospitalarii, mense novembris, luna vicesima octava, epacta septima, anno gratie millesimo ducentesimo vicesimo octavo, regnante Henrico, rege Anglie, Bertrando archiepiscopo Burdegale, avant la liste de témoins. La fin de la seconde est différente : Hoc totum factum est in presentia Stephani et Aiquelini hospitalarii, mense novembris, luna XXVIII, epacta VII, anno gratiae MCLXVIII, regnante Henrico, Angliae, rege Bertrando archiepiscopo Burdegalense . Cette donation n’a pas pu être effectuée en 1228 ; l’archevêque de Bordeaux à cette époque était Géraud de Malemort (1227-1261). Tous les éléments de datation concordent pour la placer en 1168.

86  Du Bourg 1883, n° LXXXV. Insuper pro se et successoribus suis dedit in puram elemosinam et concessit (…) omnem dominium quod sibi pertinebat et pertinet, omnem potestatem, omnes libertates et liberas consuetudines quas dictus Dominus Sparre conferre potest in omnibus (…) in terris, in agris, in vineis, et in censibus, in venditionibus, in villicationibus et in latrociniis et in raptu mulierum, et in incendiis et in murtritudinis, in plagiis et in metis, in domibus et in mensuris et in viis. Et ita volumus et firmiter precipimus quod homines praedicti hospitalis sint liberi et quieti de exercitu et de thaloneo et pagio, pontonagio, passagio, vinagio, foagio et de omnibus venditionibus et de omnibus querelis, placitis, auxiliis et thalagis et de omnibus operationibus castellorum et villarum, ut pacem habeant in omnibus. Similiter si aliquis horum fratrum praedictorum sit immerciatus erga nos vel erga ballivos nostros pro quacumque causa vel aliquo delicto, vel foresto merciae et merciamento pecuniae, praedictis fratribus sine dilatione aliqua reddantur; prohibemus etiam ne de aliquo ponantur in placitum nisi coram praedictis fratribus hospitalis de la Grayanes. Haec omnia predicta et omnes exitus qui inde provenire poterunt, concessimus et confirmamus cum aliis habitantibus et liberis consuetudinibus suis et cum universis rebus ad prenominatam domum et fratres et homines praedicti hospitalis in tota terra nostra.

87Ste-Croix, n° 25.

88  Jadis pratiquée profondément sur les deux rives de la Gironde, la production de sel avait peu à peu glissé vers l’aval depuis la fin de l’Antiquité, le colmatage des bras secondaires de la Gironde ayant fait baisser le degré de salinité de l’eau de l’estuaire (Coquillas 2001, 259, 277). Les seules salines attestées en Bordelais dans les textes du xiie siècle sont situées autour de Soulac ( Ste-Croix, n° 13, salinis, operationes in saliniset n° 29, salinae que sunt infra duas canales.). Les Bordelais avaient aussi des intérêts sur les salines de la rive droite de l’estuaire, en Saintonge (GCSM, n° 881). Le trafic du sel est surtout attesté sur l’Isle, sur la Dordogne, à Vayres, Civrac ou Castillon et sur la Garonne, à Bordeaux (St-Seurin, n° 7, Ste-Croix, n° 7, St-Florent, n° 1, St-Jean-d’Angély, n° CCXCVII, 1092, PCSM, pp. 112, 115 et 116, Depoin éd. 1921, 101).

89Ut nemini liceat habere furnum in tota salvitate vel extra nisi ecclesie habitatoribus de Solaco que de nemoribus domini de Lesparra ad furnos calefaciendos perpetuo ligna colligent in quibus panes ipsius coquantur, quandiu apud Solacum residere et permanere volurint.

90Patent Rolls, 1216-1225, 242-243 (1220), audivimus quod Senebrunus de Lesparra, wreckum clamans de navibus fractis sive periclatis in terra sua res et mercandisas omnes contentas in hujusmodi navibus sibi appropriare presumit, quod quidem wreckum R. rex avunculus noster dum fuit in manu sua penitus abolevit et quietavit.

91  Constat similaire en Picardie et en Champagne, Debord 2000, 105.

92AHG, XXV (1153, hominium), PCSM, p. 49 (1155-1182, hominium) ; Ste-Croix, n°135 (1170-1193, hominium) ; AD 33, H 2008 (1177, hominium).

93GCSM, n°374 (1182-1194, hominium), Anciennes coutumes La Réole, n°48 à 52 (1187-1188, quatre hominii), GCSM,974 (1189, hominium), GCSM,646 (1194-1204, hominium), Rec. feod, n°196 (1196, homagium), St-Seurin, n°165 (1199, hominium ligium).

94  Il dut en outre promettre de respecter la conventio par une securitas (GCSM, n° 974).

95St-Seurin, n° 165.

96Rec. feod , n° 196 (pour le castellum du Cros à Baudouin de Cassel), Rot. chart., p. 194b (à Rostand du Soler pour une placia près de l’Ombrière).

97Rot. litt. claus., p. 170.

98St-André, f 5, 58 v, 111, 111 v.

99  Amanieu de Loubens et les siens devaient l’hommage ainsi qu’une procuratio solennelle à Pâques pour leur motte, la justice du marché et un fief (feudum) à La Réole. Arnaud Bernard de Taurignac rendait hommage au même prieur pour des péages sur la Garonne (pro devalata pedagii maris) et 5 sous bordelais versés à la fête de Saint-Pierre, avec les parsonniers du château de Gironde. Preterea pro communitate castri solvit cum particibus suis annuatim in vincula beati Petri quinque solidos Burdegalenses (art. 49).

100GCSM, n° 998 (vers 1194-1202), ceperunt a nobis feodice sub tali conditione ut nec vendere eam possint aut impignorare absque nostro consilio et voluntatem. Ste-Croix, n° 64 (1195-1235), ut mihi dicebatur a me et ab antecessoribus meis in feudum tenere debebat, dicebamque quod predictus dominus de Genizac nec eundem impignorare neque vendere sine assensu meo poterat. Ste-Croix, n° 83b. (1178-1206), post obitum Roberti de Malagent, Geraldus filius ejus tenuit decimam et ecclesia censum reddidit. Sed necessitate cogente, sine consilio domini Arnaldi abbatis et conventus ecclesie Sancte Crucis decimam Roberto de Leijan pro septingentis solidos impignoravit et ecclesia Sancte Crucis perdidit decimam et censum. Hoc comperto dominus abbas et ejus monachi coram Petro Gombert qui tunc dominus pacis erat clamorem protaxerunt.

101La Réole, n° 125, quod idem vel quilibet venditor qui deinceps in domo vendita, sive in re alia retineret censum, jus prioris absolute persolvat, tali dispositione quod pro singulis VI denariis obliarum de solutione vendarum decem solidis minuantur.

102  Art. 5, statutum est iterum quod si quis possessiones quos tenet in feudo de ecclesia vendere voluerit, cum assensu prioris vel praepositi faciat et ipse prior si voluerit emat, alioquin cui voluerit vendat salvo jure ecclesie scilicet de unoquoque solido numum unum.

103Ste-Croix, n° 62 (1187, 11 juin), quodque venditiones ei debebant solvi eoquod jus Raimundi Arnaldi de Burdegala in prefata aqua ab eodem Beauduino feodaliter habebat.

104  Art. 56, item si aliquis miles feodetarius prioris contra priorem, quod abstit, in aliquo deliquerit, per nuncium suum, ipsum in jus vocabit et in manu prioris de querelis quod justum fuerit exsquetur; quod si in ejus manum juri parere noluerit, feudum prior occupabit.

105Villemartin, n° 149, si supradictus Petrus faceret aliquam rem quam non debuisset facere de feudo, vel nec de alia re contra domum de Villamarti, de qua domus posset eum reprehendere, ut domus accepisset feudum sicuti suo ita fuit dictum et locutum ; Ste-Croix, n° 28, si injuriarentur coram nobis apud Burdegala in ecclesie Sancte Crucis juri parere tenentur; sin autem quasi rebelles, stagia terre et vinee ad usus nostros revertentur.

106Ste-Croix, n° 31 (1215), si autem aliquis de feudatorium meorum causa necessissatis, ante vindemias duas comportas vel quinque, vindemiaverit et domino feudi vel nuntio suo licentiam quesivit, dominus feudi vel nuntius suus ei concedet super hoc plenariam facultatem, ita scilicet quod de vindemiis domino feudi et de vindemiato et vindemiando totum jus restituat et persolvat.

107Villemartin, n° 109 (1213-1227), Pierre Rufus donna une terre et une vigne contre leur usufruit e no la deu faire segar ne batre meins del mesadge del senhor de la maison.

108GCSM, n° 1, 267, 555. Cependant le sens d’assesseur demeure, GCSM, n° 897 (1196), 1142 (1217) ; Ste-Croix, n° 65 (1209-1227).

109Pat. rols. 1227-1223, p. 507 (1232).

110Cart. Villemartin, n° 152.

111  PCSM, p. 127.

112Et per bonos homines terre albergatores dimidientur per multas villas et per singulos agricolas, ita quod nullus gravaretur (…) et debent poni et deponi de consilio et consensu proborum virorum terre.

113  PCSM, p. 129, et quicumque non venerit debent talem penam seu gadium qualem statuerit dominus terre cum probis hominibus terre quia nulla certa pena super hoc est statuta sed secundum diversa tempore diverse fuerunt statute pene, prout statuta pacis diversificabantur.

114  PCSM, p. 127, Rot. lit. pat., 127b (mandements du 31 mars et du 16 avril). Demande réitérée le 4 décembre 1222 (Pat. rolls 1216-1225, 357).

115St-Seurin, n° 204, receptor vero illud recipiet cum duobus vel tribus legitimis hominibus illius terre. Item si aliquis illorum qui commune reddiderit aliquid perdet quod per domini regis justiciam non reddatur, de communi domini regis ei emendabitur, ut tamen habere possit duos legitimos homines et cappellanum testes sui dampni.

116  PCSM, p. 129. Postea vero cum prelati ad quos pertinet negocium pacis (…) et fidei contra multos et magnos exercitus ruptariorum non possent tueri subditos in tranquillitate debita et consueta (…) sicut est justicia de violatoribus pacis, ut sunt ruptarii et depredatores in persecutione unimicorum pacis (…) Domnus archiepiscopus multos guerratores compelleret in ista terra, ad pacem jurandam servandam et sequendam (…) et ita impedit officium ejus, quod est ab antiqua consuetudine et ex speciali mandato sedis apostolice facere jurari pacem et servari et sequi (…) ad gadium violate pacis scilicet LXV solidos.

117  “Francs du Bazadais” (29 octobre 1215, Rot. litt. pat., p. 158) ; rex francalibus et hominibus qui manere solebant Inter Duo Maria (Pat. rolls , 1216-1225, p. 357).

118  PCSM, p. 129, se facere hominem seu francum alterius.

119  PCSM, p. 130.

120  PCSM, p. 129, quilibet francus domini regis eo et bajulo ipsius irrequisito potest vendere allodium suum quod tenet a rege (…) Tante libertatis se esse dixerunt jurati in personni et rebus suis quod quilibet francus domini regis eo et bajulo ipsius irrequisito potest vendere allodium suum quod tenet a rege cuicumque voluerit.

121  PCSM, p. 127 et Rot. litt. pat., p. 112b, et volumus qud omnes homines qui terras habuerunt in predicta terra et eas reliquerunt nisi ad eas redierit infra instante Pentecoste anno scilicet regni nostri XVI omni sint inde abjudicati et nobis et heredebus nostis remaneat in perpetuum. Rex francalibus et hominibus qui manere solebant Inter Duo Maria (4 décembre 1222).

122GCSM, n° 1041b. (1182-1194), postea super hanc terram accomodavit P. de la Ferreira Willelmo Arnaldi fratri suo XX solidos quod habuit contra Bertrandum Garsie qui se fecerat hominem comitis.

123  PCSM, p. 128 et 131.

124  PCSM, p. 128, parrochia et loca que debent istas XL libras sicut propria domini regis pro maiori parte sunt (…) Item in parrochia de Boliac, de Floirac quidam pauci homines domini regis. Item in honore de Bares quidam pauci (…) Item sunt quedam alie parrochiae et quedam loca ubi sunt homines domini regis.

125  PCSM, p. 128, predictam questam debent soli homines domini regis et illi qui tenent allodium domino regis, secundum quantitatem qua tenent nisi illud allodium debeat exercitum qui liberet eum ab hujus prestatione.

126PCSM, p. 128, agricolae debent questam XL librarum domno regis.

127PCSM, p. 128.

128PCSM, p. 129, haberet albergagiam in agricolis villarum forentium cujuscumque essent agricolae.

129  PCSM, p. 129 et 130, fidantiam super omnes laicos cujuscumque homines essent (…) Item compellunt agricolas ad exercitum.

130GCSM, n° 547, hoc rursus confirmaverunt in die sepultura ejus apud Silvam Guillelmus Raimundi et vicecomes et duos filii Guillelmus Amanevi et Amanevus ut donationem illam de Plazac ecclesie Silve Maioris ex integro allodialiter et libere teneat in perpetuum.

131GCSM, n° 208 (vers 1155-1182), mulier quedam Bernarda de Grezinan filia Guillelmi de Lenang dedit (…) in terra sua de Grezinan quam pater suus allodialiter in omni vita sua pacifice et quiete tenuerat et ipsa similiter tenuerat quiete tenuit allodialiter. Autre exemple GCSM, n° 216 (1182-1196), ut absolveretur ipse et fratre suo B. dedit super terram suam de Colonges quam allodialiter et sine participatione alicujus tenebat. Cette altération finissait par provoquer de curieuses assimilations ; une notice du cartulaire de Saint-Seurin, datée de 1215, présentait des “alleux possédés de la même façon que des fiefs”, St-Seurin, n° 172, omnia allodia que habet feodaliter.

132  PCSM, p. 128, voir note 125.

133Baigne, n° LXXIII, p. 45, neque hinc inde fieret transitum mansionis hominum suorum nisi vel federe conjugali hoc faciente vel homines canonicorum de Plana Silva condonarent se in fratres ecclesie de Beania et similiter parrochiani Santi Paladii condonarent se in fratres ecclesie de Plana Silva. St-André, f 61v, ut alibi stet non recedat sine licentia capituli.

134GCSM, n° 897 (1196), concessum est ne Templarii homines vel rusticos sive ne monachi homines vel rusticos Templi recipiant, ni proprietatibus suis de seculo renunciantes habitum religionis monastice vel Templarie cum cruce assumpserint. Condonata Templi nullo modo a monachis recipientur nec condonati Silve a Templariis.

135Villemartin, n° 1, si vero absque herede ipsos mori contigerit, tota terra sua de jure Hospitalis erit, heredes eorum si forte fuerint eandem quam parentes persolvent actionem et de consilio Hospitalis lege maritali copulabuntur.

136Tota questa sive tallia hominum illius terre (Ste-Croix, n° 76, 1187-1195) ; questa sive tallia (St-André, f 111,1220-1230).

137GCSM, n° 667 et 668, 1050 ; voir supra p. 192.

138GCSM, n° 241 (1155-1182), pour un homme et sa generatio; St-Seurin, n° 119 (1168-1181), sur un rusticus et sa mansio ; St-Seurin, n° 139 (1182), sur des homines sui ; St-Seurin, n° 155 (1185), sur des hommes et leur lignée, après une autodédition ; Ste-Croix, n° 76 (1187-1195) ; GCSM, n° 137 (1206-1222), sur des homines sui,.

139Ste-Croix, n° 32 (1170) ; La Réole, n° 98 et 127 (1170) ; La Réole, n° 124 (1170) ; St-Seurin, n° 202 (1189) ; St-Seurin, n° 197 (1193) ; St-André, f 99 (1207).

140GCSM, n° 241 (1155-1182).

141  St-Seurin, n° 139 (1182), quosdam mansionarios qui de eis de agreria terre et de questa sicut ceteri sui homines responderent.

142Questa suo tempore pro posse suo et voluntate canonicorum (St-Seurin, n° 43) ; sicut nobis placuerit (St-André, f 72-83) ; GCSM, n° 241 (1155-1182), trois sous de queste à Toussaint, deux sous d’oublies et six deniers d’esporle à mutation d’abbé; autre exemple St-Seurin, n° 155 (1185), deux paroissiens de Carignan se donnent avec leur lignée et doivent rendre censualiter de estagia sua XII denarios nomine queste; GCSM, n° 1035 (vers 1155-1182), dix sous de queste annuels (cinq à Noël et cinq à Pentecôte).

143GCSM, n° 137 (1206-1222), dicebat ipsos homines esse suos et sibi ab eis deberi questam et alia servitia quod homo debet facere domino suo.

144  St-André, f 72 v, et si terra acreverit que questam dare solita fuerit.

145  PCSM, p. 49 (1155-1182), obligation de payer soixante sous pro tuitione libertatis sue.

146GCSM, n° 374, Bernardum de la Gardela et Helias Tager et Doatum et Aizonem, asserentes eos de de jure sui hominii esse.

147GCSM, n° 646 (1194-1204), Arnaldus Bernardi dedit Tizoni propter hoc Xcem libris tali pacto ne de cetero in eum aliquid juris se habere diceret. Postea Arnaldus dum esset ita immunis et liber a dominio ipsius Tizonis dedit se et totam terram suam quam allodialiter possidebat Sancte Marie Silve Maioris et fecit hominium domno P. de Laubesc X abbati qui investivit eum de ipsa terra.

148St-Seurin, n° 171. Exemple ultérieur, PCSM, p. 117 (1204-1220).

149GCSM,725, nec questam, nec opera, nec aliquid servicium.

150GCSM, n°692.

151GCSM,135, deberi questam et alia servitia que homo debet facere domino suo.

152Bourin & Freedman 2000, 1049.

153GCSM, n°692, tali conditione ut G. daret se et omnis successionem in proprios hominos monachorum Silve Maioris. Erat enim liber omnino ab omni hominio seu servicio omnis hominis et ut etiam censum pro predicto molendino et terra cellerario Silve Maioris persolveret ac mansionem in terra faceret et ibi maneret et omnem servicium monachi faceret quod debet homo facere dominis suis et monachi illum et omnem successionem ejus ut proprios homines semper pro posse suo protegerent, manuterent et defenderent et tam ipse G. quam ejus successio semper monachis faceret rectum et districtum.

154Cart. Villemartin, n° 1, Si vero absque herede ipsos mori contigerit, tota terra sua de jure Hospitalis erit, heredes eorum si forte fuerint eandem quam parentes persolvent actionem et de consilio Hospitalis lege maritali copulabuntur. Hospitale itaque illos sicut suos homines proprios debet pro posse suo tueari ac manutenere ta tamen ne eis aliquid deficiat.

155GCSM, n° 692.

156  St-André, f 61, homines ligios et questales.

157  Cursente 2000 et la synthèse de Bourin & Freedman 2000, 1046. En complément à cette remarquable étude, on peut relever que l’assimilation entre ligesse, servicium et servitude est chose faite à la fin des années 1220 (GCSM, n° 371, 1229, se ejusdem hominii vel servitutis compede vincierunt, PCSM, p. 131, 1237, et in servitutem ejusdem B. redegi permisit, ita quod talliat eos quantumcumque vult et accipit de rebus ipsorum quicquid vult et compellit eos in septimania semel venire ad opera sua servilia facienda.). En revanche, il n’y a pas lieu de prendre au pied de la lettre la distinction liber/servus présentée par une confirmation des privilèges de l’archevêque de Bordeaux de 1201 et la considérer comme le reflet d’une délimitation claire entre dépendants et libres (Cursente 2000, 1050) : la formule est directement empruntée à un formulaire carolingien (St-Seurin, n° 349 et 350).

158GCSM, n°1106.

159GCSM, n°292.

160GCSM, n° 1106.

161AHG, I, n° CXVII (non nommés).

162GCSM, n° 675, l’acte est passé ante portam Sancti Johanni de Basato (Raimond Guilhem de Ladils, Bonet Eyquem, Vital de Cabozits et Raimond de Niac).

163GCSM, n° 977 (Arnaud de Malsanc, burgensis de Fronciaco).

164GCSM, n° 1185 (Guilhem de Lamotte), La Réole, n° 101 (F. de Langon).

165GCSM,1187 (Julian).

166GCSM,854; Rot. litt. claus., t. I, p. 73b, p. 130; cVillemartin, n°147 et 165.

167  Chédeville et al. [1980] 1998, 100-101.

168  AD 33 G 268 (1148), St-Seurin, n° 130 (1186-1181), 134 (1180), 142 (1182-1194), 149 (1184), Rec. feod., n° 495 (1185-1189), GCSM, n° 1106 (1190).

169GCSM, n° 391 (1155-1182), donation d’une domus et d’une terre à Bordeaux dans le marché (in mercato); Ste-Croix, n° 135 (1170-1193), in foro Burdegale (1170-1193). Les mesures sont cités plus tard, St-André, f 6 (mensura venbibilis, mensura veteris ).

170Cours-Romestaing, n°43.

171AD 33, H. 2008.

172Anc. coutumes La Réole, art. 16-32.

173  Maupel [1728] 1901, 26, quia vero nova in ecclesia munia parrochialia commode exerceri non poterant, constructa est capella Beate Marie Magdalenae, retro absidem ecclesie divi Petri.

174La Réole, n° 92 (AHG, II, n° 105), plenam administrationem habeant capellani infra terminos parrochiae quantum ad officium pertinent capellano intra villam et extra villam tam pro vivis quam pro defunctis.

175  Marquette 1982.

176Villemartin, n° 163 (1213-1227).

177  Jean-Courret 2005, 330-331, 366-367 ; Boutoulle 2003c, 85-86.

178Ste-Croix, n° 36 (1170-1180), n° 44 (1184).

179Ste-Croix, n° 33. Presertim cum vitibus amputatis de quibus monachi decimas habere consueverant, tam fornaces constructe in quibus tegule decoquuntur, quia quam platee in quibus exponuntur ad solem (.....). Insuper cum ex vicinitate nimia furni respersio damnosa admodum et molesta, conventum prescripti monasterii in ecclesia et in aliis officinis graviter molestaret. Aussi en 1228, St-André, f 55.

180Rot. litt. pat., p. 24b, 25, et 4 (Marc Sturmin de Saint-Émilion, 1201), Rot. chart., p. 4b, 112b. (Hélie Viguier, 1199, 1203), Rot. litt. pat., p. 31 (les frères Colom, 1203), Rot. litt. pat., p. 33 (Raimond de Pins, 1203).

181St-Seurin, n°133.

182St-Seurin, n°142.

183Ste-Croix, n° 132.

184St-Seurin, n° 48 et 112.

185St-Seurin, n°130.

186St-Seurin, n°130.

187GCSM, n° 391 (1155-1182).

188Livre des coutumes, n° LXXIII p. 524.

189  Bernard Breuter, bourgeois de Bordeaux, émissaire secret du roi Jean vers les prud’hommes de Bordeaux, Bazas, La Réole et Saint-Émilion (29 avril 1205, Rot. litt. pat., p. 53b). Remercié par une gratification dans la forêt de Bordeaux (18 août 1205, Rot. chart., p. 147b). Il a payé les rançons demandées pour la délivrance des chevaliers prisonniers de Bourg (1213, Rot. de obl., p. 466-467 ; 6 juin 1214, Rot. litt pat., p. 116b). Autres traces du même, Marquessac 1866, 72-73, Ste-Croix, n° 64, St-Seurin, n° 172b.

190BN Lat. 11010, f. 144 vo; BN Doat, 80, f. 309. Communiqué par N. Vincent. Rot. chart., p. 62 (confirmation de Jean) ; Devic & Vaissete [1879] 1988, t. VIII, 2, col. 1850.

191GCSM,1106.

192Rot. chart., p. 4b. Il évoque notamment une confirmation de la reine Aliénor (sciatis quod concessissimus et presenti nostra carta confirmavimus civibus civitatis Burdegal. qui in civitate Burdegalensis solebant habere monetam quod eam in eandem civitate habeant).

193Rot. chart., p. 59.

194Rot. litt. pat., p. 52b.

195Rot. litt. claus., 1204-1224, p. 26.

196Livre des coutumes, p. 368, Quant lo rey Richard murit lo mager d’esta vila sarret de pau et de treu la plassa de l’Ombreyra. Il ne peut en effet y avoir de maire avant 1205 au plus tôt. En revanche, compte tenu de ce que l’on sait du chantier de château de l’Ombrière au début du xiiie siècle, des fortifications de bois montées en avant ne sont pas improbables (Boutoulle 2003b).

197  Voir supra p. 289-290.

198  BN Lat. 11010, f. 42, v., et 145 v. ; BN Doat, 80, f. 305v., sans date. Communiqué par N. Vincent.

199  Boussard 1956, 167-177 et 187.

200Close rolls, 1231-1234, p. 104. Mandatum est majori et probis hominibus Burdegale quod de cetero de firma ville sue vel aliis ad regem spectantibus ei vel alii non respondeant, sed ea colligant et salvo ad opus regis custodiant.

201  Boussard 1956, 187.

202  St-André, f 62 (1220-1230).

203  Les reconnaissances de 1274 distinguent nettement l’armement des deux catégories de combattants. Les milites devaient venir à l’ost armés d’une lance, d’un glaive, d’un couteau, d’un écu et d’un haubert (armatus perpuncto, gomone et lancea, coltello, clipeo et ense, n° 297) ; les hommes de Pompignac ne devaient envoyer qu’un individu armé d’un couteau (cultellus) et de deux tuniques (telae), n° 592.

204Rôles Gascons, n° 2734, 2858, 2872, 2896, 3190, 3275, 3372, 3428, 4552 (1253-1254).

205  AD 33, H 12, f 1 (1156), Henricus rex Anglorum et duc Normannie et Aquitanorum, comes Andegavorum, Gaufrido Burdegalensi archiepiscopo, et omnibus episcopis, abbatibus, comitibus, vicecomitibus, baronibus, justiciis, prepositis, ministris et omnibus fidelibus suis. GCSM, n° 1106 (1190) : Ricardus rex Anglorum (…). Helie Burdegalensi archiepiscopo et omnibus episcopis et abbatibus, comitibus, vicecomitibus, baronibus, justiciis, prepositii, ministris. Rot. litt. pat. p. 36 b. (1203), Rex omnibus baronibus, militibus et fidelibus suis de Wasconie et Petrag etc.. Mandamus vobis rogantes quatinus in fide qua nobis tenemini, omni occasione postposita preparetis vos ad venire in servicium nostrum (il s’agit là d’un service militaire). Tendance plus évidente dans les années suivantes : Close rolls, 1231-1234, p. 238 (1233), et de nobis tenere in capite, vobis mandamus quod, convocatis coram vobis in curia nostra baronibus et magnatibus nostris partium illarum; Rôles Gascons, n° 407 (1242).

206  Fossier [1982] 1989, 564-570 ; Debord 1984, 447-449.

207  Petit-Dutaillis 1970, 71-100 ; Fossier [1982] 1989 (pour qui c’est une “vue de l’esprit” et qui préfère parler d’une “attitude souple et compréhensive”) ; Baldwin 1991, 90-97 ; Salrach 1992, 369.

Table des illustrations

Titre Fig. 22. Présence des burgenses dans le fonds de La Sauve-Majeure.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 23. Mention de burgensis dans les textes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15262/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search