Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Chapitre V - Sous les premiers Plantagenêts

Texte intégral

1Le 18 mai 1152, deux mois après l’annulation de son mariage avec le roi de France, Aliénor, duchesse d’Aquitaine, épousait, dans la cathédrale de Poitiers, le duc de Normandie, comte du Maine et d’Anjou, Henri Plantagenêt, de onze ans son cadet. Le 25 octobre 1154, à la mort d’Étienne de Blois, Henri devenait roi d’Angleterre. L’événement avec lequel nous franchissons le milieu du xiie siècle fit entrer le Bordelais et la Gascogne maritime dans l’orbite des rois d’Angleterre pour trois siècles.

  • 1  Aurell 2003, 212-213, constat extensible à l’ensemble de l’Aquitaine (Vincent 2000).

2L’attachement du duché de Gascogne à la dynastie Plantagenêt s’est effectué dans un contexte qui, particulièrement à partir des années 1180, diffère à plus d’un point de la période antérieure : surcroît d’insécurité, militarisation de l’aristocratie, appesantissement de l’encadrement seigneurial, renforcement des dépendances personnelles, tels sont pêle-mêle quelques-uns des signes forts de ce premier temps du roi-duc. Pourtant, jusqu’à présent ce volet de l’histoire régionale est resté dans l’ombre. Révélatrice est de ce point de vue la quasi occultation de la période 1154-1204 dans les deux tomes consacrés à l’Histoire de Bordeaux pendant le Moyen Âge. Une fâcheuse coupure éditoriale entre le volume dirigé par Ch. Higounet sur un haut Moyen Âge se terminant vers 1140 et celui que dirigeait Y. Renouard à partir de 1204 a réduit l’intervalle à une page. Or, ce que l’on savait déjà au début des années soixante grâce aux travaux de J. Boussard sur le gouvernement d’Henri II Plantagenêt (1956) n’a cessé de se confirmer depuis, à la faveur d’une série de recherches menés dans le grand ouest Français et de la dynamique des rencontres de l’équipe internationale coordonnée par M. Aurell sur les “Espaces Plantagenêts”, à savoir que dans chacun de leurs “états” continentaux, les premiers Plantagenêts ont mené une politique d’affermissement de leur autorité, sur l’aristocratie particulièrement, et que l’alourdissement de ces exigences n’a pas été pour rien dans la fréquence des révoltes qui émaillèrent le règne d’Henri. Conséquence prévisible : faute d’avoir été réellement étudié sous cet angle, le duché de Gascogne passe pour avoir été négligé par les premiers Plantagenêts, si bien que l’on ne sait pas vraiment pourquoi cet ensemble leur est resté fidèle lors de la crise de 1204-1205 où le roi d’Angleterre, Jean sans Terre, perdit l’essentiel de ses possessions continentales, de la Normandie au Poitou1.

3Dans ce temps du roi-duc, nous nous limiterons à deux points. Dans le premier, nous rappellerons les actions dans la région des premiers Plantagenets et leurs moyens. Puis, au risque de ne pas faire suffisamment apparaître les continuités, nous présenterons les changements qui ont affecté la société des laïcs, notamment pour voir s’ils étaient liés à la politique de la nouvelle dynastie.

Les actions des premiers Plantagenêts dans leur contexte régional

  • 2  Boutoulle 2006.

4Nous avons eu l’occasion de présenter récemment le détail des actes faits ou émis, pour l’ensemble du duché de Gascogne, par Henri II (1154-1189), Richard Cœur de Lion, d’abord en tant de duc d’Aquitaine (1169-1189) puis en tant que roi-duc (1189-1199), ainsi que ceux de son neveu Othon de Brunswick, éphémère duc d’Aquitaine (1196-1198)2. Les tableaux placés en fin de chapitre (fig. 20 et 21) synthétisent les données relatives à nos deux diocèses. Retenons-en les grandes lignes.

Un duc moins lointain

5Nous sommes tout d’abord mieux renseignés qu’avant 1154 sur les allées et venues des ducs dans la région. En plus des donations ou confirmations habituelles en faveur des établissements religieux, nous bénéficions de l’éclairage extérieur de chroniqueurs plus nombreux (Robert du Mont, Gervais de Canterbury, Geoffroy du Vigeois) et surtout des premières séries de la chancellerie anglaise qui, pendant les premières années du règne de Jean, évoquent bon nombre d’actes de Richard. Le tableau des séjours ducaux que l’on peut dresser révèle un duc moins lointain. Nous comptons dans les trente-trois années du règne d’Henri II neuf séjours sûrs du roi, de la reine ou de Richard une fois reconnu duc (1169), à quoi on peut ajouter un nombre non déterminé de passages probables (janvier 1172, 1175, 1177, 1178…), inégalement répartis entre des périodes de forte fréquence (de 1156 à 1159, de 1170 à 1179, puis de 1186 à 1188) et des périodes de faible fréquence (années 1160, début des années 1180).

6On doit principalement ce regain de sollicitude au contexte politique. La première partie du règne d’Henri II fut marquée par le début de la confrontation avec le comte de Toulouse que G. de Neubourg a appelé la “Guerre de Quarante ans” (1156-1196), dans laquelle le Bordelais a occasionnellement servi de base arrière. En janvier 1159, la rencontre de Blaye, entre Henri et Raimond Béranger IV, comte de Barcelone, scella une alliance contre Raimond V de Toulouse : Bérengère, la fille du comte de Barcelone, fut promise au troisième fils d’Henri et d’Aliénor, Richard, né le 8 septembre 1157, à Oxford.

  • 3  Gouiran 1985, n° 21 et 25.

7Autre facteur d’instabilité, les tensions familiales entre Henri et ses fils. Ces querelles d’Atrides, qui ont surpris les contemporains par leur fréquence et leur violence, ont affecté l’exercice du pouvoir ducal dans notre région de plusieurs manières. D’abord en amenant Henri à renoncer à gouverner directement l’Aquitaine et à laisser le duché, dès 1169, à Richard. Après 1173, Henri ne réapparut plus en Gascogne bordelaise. Un temps chaperonné par Aliénor qui parcourait avec lui l’ensemble de ses états pour le faire reconnaître de tous, Richard put ensuite déployer librement son activisme naturel durant la longue détention de sa mère (1173-1189). Son implication dans les soulèvements du baronnage contre Henri II (1173-1174, 1183, 1189) ou contre ses propres frères (1183) l’ont aussi conduit à quitter le Poitou où se situaient ses résidences habituelles pour se replier plus au sud. En 1174, répondant en quelque sorte à Henri II qui avait repris dans sa titulature le titre quelque peu négligé de comte de Gascogne, Richard s’installa à Bordeaux où il renouvela les privilèges de Sainte-Croix. En 1186, il y demeura assez longtemps pour être qualifié par Bertran de Born, non sans ironie, de “seignor de Bordel3. De même, ses retours en grâce auprès d’Henri II (1174, 1185) lui permirent, sous couvert de pacifier la région et en se retournant contre les barons qui s’étaient opposés au roi, de faire étalage de sa force : ainsi, en 1176, passa-t-il Noël à Bordeaux avant de fondre sur Dax et Bayonne.

  • 4  Hivergneaux 2000, 75-77, Cloulas 2000.
  • 5RHF, XIX, p. 62 (P. des Vaux du Cernay), Richard 1903, 298-299.

8Le règne de Richard, qui accède au trône le 3 septembre 1189, changea quelque peu la donne. Son absence pendant la croisade et sa captivité (juin 1190-février 1194), comme ses démêlés avec Philippe Auguste le tinrent éloignés du théâtre de ses premiers exploits. De fait, les apparitions du roi-duc ou de son neveu furent plus espacées. On compte seulement trois séjours sûrs dans la région, d’abord en 1190, du 2 au 4 février, à La Réole, puis à Bordeaux le 9 juin, au retour de Bayonne et trois semaines avant de prendre la croix à Vézelay. Son neveu Othon de Brunswick, qu’il fit duc d’Aquitaine en 1196 avec l’accord de sa mère, était à Bazas et Bordeaux en mars-avril 1198, avant de partir pour l’Allemagne où il avait été choisi pour succéder à l’empereur Henri VI. Parmi les décisions qui pesèrent sur la destinée du pays, le choix de la Gascogne pour constituer le douaire de Bérengère de Navarre, épousée par Richard le 12 mai 1191, ne semble pas avoir eu beaucoup d’effet4. Toute autre est la portée de la paix de 1196 contractée avec le comte de Toulouse, Raimond VI, à l’occasion de son mariage avec Jeanne, sœur de Richard et veuve de Guillaume II de Sicile5. Outre qu’il mettait un terme à la “Guerre de Quarante ans”, l’accord faisait passer l’Agenais dans la dot de Jeanne. Ce diocèse avait beau rester un fief des ducs d’Aquitaine, pour lequel le comte de Toulouse devait fournir cinq cents hommes d’armes au duc lorsque celui-ci conduirait son ost en Gascogne, la paix n’en faisait pas moins déplacer la limite entre les possessions des Plantagenêts et celles des comtes de Toulouse aux confins orientaux du Bazadais.

Recrudescence de l’insécurité

9Le retour en force de la puissance ducale, surtout pendant le règne d’Henri II, s’est accompagné d’un surcroît d’insécurité dont les sources révèlent quelques-uns des aspects.

  • 6  Debord 1984, 382-396 ; Aurell, 2003, 55, 206.
  • 7  Gouiran 1985, 189, Si-l rics vescoms que es caps dels Gascos, a cui s’orten Bearns e Gavardans, e- (...)
  • 8RHF, XVIII, p. 213 (Geoffroy du Vigeois, 1182), Olivarius, frater Petri vicecomiti Castellionensis (...)
  • 9RHF, XVII (R. de Hoveden), p. 551.

10Qu’en est-il d’abord de l’agitation baronniale, chronique en Aquitaine, et dont on sait qu’elle eut une large part dans le déchaînement des conflits entre Henri et ses fils6 ? On déduit de la présence d’Henri II à Saint-Macaire en 1169, que le vicomte de Bezeaumes et seigneur de Benauges, Guilhem Amanieu IV ou son successeur Bernard II de Bouville avait pris part au soulèvement de 1168. Pour celui de 1183, alors que Bertran de Born, qui choisit le parti d’Henri le Jeune, évoquait dans le sirventesPois Ventadorns e Comborns ab Segur Dompna, Puois de mi no-us cal” l’attitude ambiguë des vicomtes de Béarn, Marsan, Lomagne et Dax, sans rien dire du baronnage du Bordelais ou du Bazadais7, on sait par Geoffroy du Vigeois, que le vicomte de Castillon, Pierre et son frère Olivier de Chalais, se sont opposés au duc8. Pendant la croisade de Richard, des “barons de Gascogne” qui se sont joints aux comtes de Périgord et d’Angoulême, pour dévaster les terres du roi et contre lesquels le sénéchal Pierre Bertin bénéficia d’un contingent de Navarrais, sont malheureusement anonymes9. En somme, en dehors de la mention de Geoffroy du Vigeois, les sources sont généralement muettes sur la participation de l’aristocratie locale aux grandes secousses nobiliaires de l’Aquitaine.

  • 10AD 33, G. 270, f 4 ; transcription dans Papsturkunden, Wiederhold éd, VII, n°92.
  • 11  AD33, H 2008.
  • 12GCSM, n° 1112 (1196, la date est dans le ms p. 319). Ecclesiam Sancti Johannis de Campanas que est (...)
  • 13GCSM,128 (c.1194-1201).
  • 14PCSM, p. 127 ; Pat. rolls, 1216-1225, p. 357 (1222).

11Mais sa propension à la violence trouvait un exutoire dans les guerres “privées” bien plus fréquentes d’après les sources locales. D’une manière générale, nombreux sont les contentieux qui évoquent les déprédations de l’aristocratie laïque contre les possessions et les dépendants des établissements religieux, avec une violence récurrente. Ainsi, entre 1160 et 1176, Amanieu IV d’Albret et Pierre de Lamotte, cum multitudine armatorum, ont pillé de nombreuses villae du sud du Bordelais, sans épargner celles de Lège et de Cadaujac dépendant du chapitre de Saint-André10. En 1177, le nord du Médoc, notamment dans les environs de Lesparre était le théâtre de guerrae11. En 1196, l’église de Saint-Jean de Campagne, située dans la paroisse de Rions, avait été abandonnée et détruite “à cause de la fuite des habitants et des guerres”12. À la même époque, des combats autour de Castillon avaient provoqué la mort de Guilhem Séguin II de Rions le Jeune13. Le dépeuplement de l’Entre-deux-Mers, dont rendent compte les sources au début du xiiie siècle, peut être mis sur le compte de cette insécurité14.

  • 15  Vincent 2000, 125.
  • 16RHF, XIII (R. du Mont), p. 322. Quidam Bascli et Navarrenses et Brebenzones venerunt ad urbem Burd (...)
  • 17Landon 1935, 101; Vincent 2000, 125.

12La présence de mercenaires recrutés pour les besoins de la politique ducale n’a rien arrangé15. Des Brabançons faisaient partie des troupes qui accompagnèrent Richard vers Dax et Bayonne à la fin de l’année 1176 : la campagne terminée, les mercenaires licenciés se rabattirent sur le Limousin jusqu’à ce qu’une coalition de barons, montée par l’évêque de Limoges, les batte à Malemort. Deux ans plus tard, les mercenaires basques, brabançons et navarrais, que Richard, faute de subsides, avait dû licencier, pillèrent et incendièrent les faubourgs de Bordeaux (juillet 1179)16. En 1194-1195, le célèbre Mercadier séjournait à Saint-Macaire17.

13Ce surcroît d’insécurité a provoqué, de la part des établissements religieux, le besoin d’être mieux protégés. La seconde moitié du xiie siècle est la période pendant laquelle on compte le plus grand nombre de confirmations de privilèges et de possessions par les chancelleries pontificales, royales ou archiépiscopales en faveur des établissements de la région. Pour la première, il est vrai que les conditions dans lesquelles s’est déroulé le pontificat d’Alexandre III expliquent sa facilité à répondre favorablement à ce type de demande. Réfugié en France pendant le schisme (1162) et cherchant à asseoir son autorité face aux antipapes nommés par l’empereur, ce pontife paraissait moins distant. Mais les bulles papales ne se sont pas interrompues après le retour d’Alexandre III à Rome (1178) ou avec ses successeurs. De plus, d’autres chancelleries ont été sollicitées. Ce mouvement témoigne donc d’un pressant besoin des établissements de la région et des menaces qui pesaient sur leurs possessions.

  • 18AD 33, H 12, f 2 ; Wiederhold éd. 1913, n°66 (p. 113, 1163-1164), n°67 (p. 115, 1163-1164), 68 ( (...)
  • 19GCSM, n°649 (1106) ; AD33, H 12, f 1, f 12 ; H 266, f 60 v.
  • 20Ste-Croix, n° 4 et 32.
  • 21Ste-Croix, n° 19, 20, 51, 53 et 58, 59 ; Gallia, col. 313.
  • 22AD 33, G 267 f 2 ; G 270, f 2 et 3 ; AHG, XIII, p. 359-364.
  • 23Gallia II, Inst, col. 887.
  • 24St-Seurin,132.
  • 25  Capra et Giteau, éd. 1964, 116-117.
  • 26Gallia II, col. 882.
  • 27Wiederhold éd. 1913, n°76 (p. 123) et 146 (p. 192).
  • 28Gallia II, col. 310.
  • 29Wiederhold éd. 1913, 109 (p. 154).
  • 30La Réole, n° 100, faussement attribuée à Clément II (Imbart de La Tour 1893, 225 et 261).
  • 31Gallia II, col. 884.

14Certains, comme les moines de La Sauve-Majeure, collectionnaient ce type de document : les papes Alexandre III (1164), Luce II (1190), Célestin III (1193)18, Henri II Plantagenêt et Aliénor (1156), Richard Cœur de Lion (1176 et 1190) et l’archevêque Guilhem le Templier (1184) ont confirmé leurs possessions19. Les moines de Sainte-Croix ont obtenu deux confirmations de Richard en 1174 et 118220 ainsi que des papes Alexandre III, Luce II et Célestin III21. Les chanoines de Saint-André eurent d’Alexandre III (1173) et de Luce II (1181) de semblables confirmations22. Les cisterciens de Faize pouvaient faire état des bulles d’Alexandre III et de Luce II (1171 et 1180)23. Alexandre III en adressa d’autres à Saint-Seurin24, l’Isle-en-Médoc25, Saint-Émilion (1168)26, Saint-Romain de Blaye (1169)27, Guîtres (117028), Saint-Pierre de Vertheuil (1179)29 ; Clément III envoya les siennes à La Réole30 et Saint-Romain de Blaye (1190)31.

Les nouveaux moyens de la politique ducale

  • 32  Sur l’intérêt des premiers Plantagenêts vis-à-vis des sanctuaires aquitains, voir Bozoki 2000.

15À propos du premier des instruments du duc, l’écrit, on note tout d’abord un net changement par rapport aux ducs précédents. De 1154 à 1189, nous avons relevé dix-huit actes, mandements ou dispositions concernant la région du roi ou du duc, son fils (respectivement cinq et treize), total sensiblement équivalent entre 1189 et 1199, en intégrant ceux d’Othon de Brunswick (dix-neuf). Cette évolution tient d’abord à l’importance des confirmations de Jean sans Terre conservées dans les séries de la chancellerie anglaise, qui commencent à partir de 1199. Ce qui change aussi, à côté des traditionnelles générosités en faveur des établissements religieux (La Sauve-Majeure, Verdelais, Guîtres, Grandselve ou La Réole)32, est le fait que des laïcs apparaissent enfin en pleine lumière parmi les bénéficiaires, bourgeois de Bordeaux (Ruffat et Raimond Beguey), milites du crû (Gaillard de Lalande), ou serviteurs du roi (Baudoin de Casaus ou de Cassel et Chitre). Avec Richard apparaissent également les premières demandes d’argent adressées à des communautés (Saint-Macaire) et, nous aurons à y revenir, la première disposition de caractère “législatif” ayant une portée générale dans la région, le statut de paix de 1198. Moins démunis pour suivre l’action ducale dans notre région, nous pouvons en présenter les principaux moyens.

Multiplication des points d’appui et immixtions ducales

  • 33  Debord 2000b, pl. I.
  • 34GCSM, n° 527, terram quam habebat juxta molendinum d’Avaron ex parte turris de Biscaita quam teneb (...)
  • 35Rec. feod., n° 196.
  • 36  PCSM, p. 131 , Item domnus Henricus vendidit (…) vicecomitissa de Benauias parrochias de Cadilhac, (...)
  • 37Royal letters, n° CCCCLXII, p. 57-58, dominus rex Richardus fecit castrum Dusar, in sua propria te (...)

16Contrairement à ce que fait apparaître la carte d’A. Debord sur les fortifications des domaines Plantagenêts, le roi-duc n’était pas dépourvu de châteaux au sud de la Charente33. En plus de Bordeaux, au moins deux nouveaux sites peuvent être ajoutés (fig. 19). La tour de Bisqueytan, en Entre-deux-Mers bordelais, existant on le sait par l’archéologie depuis le xie siècle, est citée entre 1155 et 1182 dans la donation d’une terre, près du moulin de Baron, “tenue du comte de Poitiers, dans la part relevant de la tour de Bisqueytan”34. La fin de sa relégation documentaire est peut-être à mettre sur le compte d’une réactivation. Le château du Cros, situé sur un éperon dominant la vallée de la Garonne à Loupiac, ne semble pas aussi ancien. Ce castellum a été donné le 28 avril 1196 par Richard à un de ses fidèles, Beaudouin de Cassel (ou de Casaus) contre hommage et servitium35. Sa position dans une paroisse qui, d’après l’enquête de 1237, était “au roi”, avec ses voisines Cadillac et Sainte-Croix-du-Mont, lui confère une origine ducale36. Même processus à Uza, dans le sud du pays de Born où, si l’on en croit une lettre de 1249, le roi Richard avait jadis fait édifier un castrum, “in sua propria terra”, et accordé des coutumes à ses habitants37.

Fig. 19. Arrêts et actions des premiers Plantagenêts en Bordelais et Bazadais (1152-1199).

Fig. 19. Arrêts et actions des premiers Plantagenêts en Bordelais et Bazadais (1152-1199).
  • 38  Maupel [1728] 1901, 26, jussit apud Regulam extrui castrum loco maxime apto, occupatusque est ab e (...)
  • 39RHF, t. XIX (P. des Vaux du Cernay), p. 94, homines autem de Regulam, quod est castrum quodam regi (...)
  • 40  Maupel [1728] 1901, 27 ; verum Angli non solum monasterii hortum usurparunt ejusque basilicam dest (...)
  • 41  Maupel [1728] 1901, 27 ; Malherbe 1977, 172.

17La construction d’une tour ducale à La Réole, à l’intérieur ou à proximité du bourg prieural fut, selon les moines, la conséquence d’une spoliation. D’après Dom Maupel, qui a rédigé au xviiie siècle une histoire du prieuré de La Réole en s’appuyant sur des pièces du cartulaire aujourd’hui disparues, Henri II aurait fait édifier un castrum dans les jardins des bénédictins ; l’église abbatiale, qui dominait la nouvelle forteresse fut détruite et rebâtie un peu plus loin38. Ce castrum royal est effectivement mentionné en 1214 pendant la croisade contre les Albigeois39. Parallèlement, le prieur fut dépossédé de la justice du sang (justicia sanguinis) qui revint à un prévôt royal40. Ces mesures autoritaires doivent avoir été prises au milieu des années 1180, à l’occasion d’un des séjours documentés de Richard à La Réole. Une enquête faite à Langon, en 1232, sur ordre d’Henri III explique cette dernière spoliation par la passivité du prieur de La Réole face aux menées d’une bande de jeunes (juvenes) qui avaient volé un bourgeois, Étienne de Lavison41. Comme le prieur ne parvenait, ou ne voulait pas, mettre la main sur les auteurs du délit, la victime déposa une plainte à la cour de Richard, compère (compater) d’Etienne de Lavison ; le comte de Poitiers, de passage à La Réole (ad Regulam accedens), ne put s’emparer des fuyards mais profita de l’occasion pour prendre la justice du sang et pour installer un prévôt.

  • 42Anc. coutumes La Réole, 719.

18Ici, le duc ne partait pas de rien. Le premier article des Anciennes coutumes de La Réole, sur la rédaction desquelles nous aurons à revenir, précise que depuis sa fondation le prieuré devait héberger le duc de Gascogne avec sa suite, une fois par an42. La justice ducale ou royale s’est aussi intéressée aux affaires de ce prieuré. Henri II reçut une (peut-être deux) plaintes du prieur contre un bourgeois et, à une époque que l’on ne saurait préciser davantage, Richard prit le prieuré et ses biens sous sa défense. Les immixtions ducales dans les affaires réolaises ont donc connu une gradation croissante, traduisant certainement une politique à long terme et la volonté de s’installer plus fermement.

  • 43AHG, I, p. 225, 227.
  • 44  Gouiran 1985, 518, Molt m’es descendre car col : Pos lo coms Richarts mais vol, Beïermes sai pres (...)
  • 45Ste-Croix, n° 72, Ricaldus (…) dilectis sui probis hominibus de sancto Machario. Quoniam confidimu (...)
  • 46  Landon 1935, 101.

19Saint-Macaire, en aval de La Réole, suscita l’intérêt constant des premiers Plantagenêts. En 1169, Henri II y séjourna. Il participa certainement au règlement du contentieux entre l’abbé de Sainte-Croix et les macariens (les moines de Saint-Macaire et leurs bourgeois), mission à laquelle il avait été appelé par Alexandre III, quatre ans plus tôt43. Certes, Henri II ne faisait que reconduire une ligne tracée depuis 1096, année de la prise sous protection de Sainte-Croix et de sa dépendance de Saint-Macaire par Guilhem IX. Mais en se conformant bien tardivement aux injonctions papales, Henri II intervenait sur un autre registre. On peut mettre sur le compte de ce soudain empressement l’attitude du seigneur de Benauges et de Saint-Macaire pour partie, le vicomte de Bezeaumes Guilhem Amanieu IV ou son successeur Bernard II de Bouville. Nous l’avons déjà dit, l’un d’eux a certainement pris part à la révolte du baronnage aquitain de 1169. Un sirventes de Bertran de Born, daté par Gérard Gouiran des années 1185-1187, évoque le contrôle de Benauges ou Bezeaumes “près de Bordeaux”, sans donner de détails44. En février 1190, Richard confirmait des donations effectuées par les vicomtes de Bezeaumes, Guilhem Amanieu et Bernard, sur la dîme du pain levée dans les castella de Benauges et Saint-Macaire en faveur des Grandmontains de Verdelais. La position de Richard était cependant ambiguë : dans la demande de prêt qu’il adressa aux prud’hommes de Saint-Macaire, en mars 1190, le roi précisait qu’il n’était pas leur seigneur (cum homines nostri non sitis) mais qu’ils devaient l’aider parce que c’était leur intérêt45. Cinq ans plus tard, Mercadier, le chef de ses mercenaires séjournait à Saint-Macaire46.

20D’autres sites moins bien documentés posent question. Si l’on en juge par l’autorisation de Jean sans Terre aux bourgeois de Saint-Émilion à fonder une commune en juillet 1199, un lien existait déjà entre le roi-duc et les bourgeois de la ville. Ou bien Richard ou son père se sont appuyés sur un fond d’anciens droits comtaux, attestés en 1043 dans la paroisse voisine de Saint-Laurent-des-Combes, ou bien se sont-ils servis du ban que l’archevêque de Bordeaux possédait à Saint-Émilion pour mettre un pied, de la même façon qu’à La Réole et Saint-Macaire, sur un site de première importance.

  • 47Gallia II, col. 285-286.
  • 48  Tucoo-Chala 1961, 151. Promesse d’hommage faite par le vicomte Guilhem II au sénéchal de Gascogne, (...)
  • 49Rôles Gascons (1254-1255), Suppl. au tome I, n° 4389 (1255), approbation de la donation du castrum(...)

21En 1186, Richard confirma depuis Captieux (Capsius) les privilèges de la cathédrale Saint-André de Bordeaux47. À la limite du Bazadais et du diocèse d’Aire, Captieux est une clé sur l’axe Langon-Bazas-Aire à travers la Lande et à la limite du Gabardan. Nous ne savons pas quand cette seigneurie fut intégrée aux possessions des vicomtes de Béarn, ce qui est avéré au milieu du xiiie siècle48 ; si tel était déjà le cas à la fin du xiie siècle, l’arrêt de Richard à Captieux ne pouvait être que la conséquence d’une saisie. Il reste que l’importance des droits ducaux, à Captieux même, dans la seconde moitié du xiiie siècle ouvre la possibilité que Captieux ait pu être encore, à la fin du xiie siècle, intégrée à la directe ducale, avant d’en être distraite ultérieurement49.

  • 50  Marquette 1984, 3-49 ; id. 1992.
  • 51Rôles Gascons, II, 484-485.
  • 52Rot. chart., p. 74b. Rappelons que le castellum de Barda, signalé entre 1079 et 1095 a été placé u (...)
  • 53Rot. chart., p. 201. Ce castrum que J. Gardelles assimile à Couthures-sur-Garonne (Gardelles 1972, (...)

22Entre 1169 et 1189, à l’occasion d’une halte non datée à Bazas (apud Vasatum), une cité dont l’évêque était seigneur50, Richard prit sous protection ducale l’abbaye cistercienne de Fontguilhem et autorisa les hommes francs du roi à céder aux religieux leurs biens dans les paroisses de Musset et Lavazan (quicquid acquirere poterunt in francalibus meis jus meum eis dedisse)51. D’après un mandement de Jean sans Terre, du 22 août 1200, la seigneurie de Labarde était sous contrôle ducal, depuis le règne de Richard52. Le roi avait aussi dans sa main la terre voisine de La Couture qu’il confia, avec celle de Labarde, à un certain Arnaud Gast(..). Le castrum de La Couture, attesté dans un mandement du 2 octobre 1214, a peut-être été construit sur ordre de Richard53.

  • 54  Guila, la sœur du vicomte Pierre IV de Béarn, de Gabarret et de Brulhois (1149-vers 1153) avait ép (...)

23Si l’on a du mal à discerner la logique d’ensemble de ces actions, avérées ou supposées, pour certaines d’entre elles se dégage quelque chose que l’on peut qualifier de politique. À La Réole, Saint-Macaire (voire à Saint-Émilion) l’action des premiers Plantagenêts semble en effet avoir été la même, à partir de la garde des établissements religieux et en récupérant des prérogatives seigneuriales attachées aux établissements défendus, par des empiétements successifs. Le duc asseyait ainsi son contrôle sur les axes fluviaux, la vallée de la Garonne en amont de Loupiac en premier lieu. Il s’agissait aussi de surveiller plus étroitement les grandes seigneuries ayant participé aux révoltes du baronnage régional. Avec Saint-Émilion et l’abbaye de Guîtres (prise sous protection), le roi-duc avait un œil sur Castillon. Les seigneurs de Benauges et vicomtes de Bezeaumes, alliés à la puissante famille de Béarn, étaient surveillés par les châteaux du Cros, Saint-Macaire et La Réole54.

Les officiers ducaux

24Le règne d’Henri II a été, pour la Gascogne, marqué par deux innovations administratives, la mise en place d’un sénéchal distinct et de justiciers.

  • 55  Balasque éd. 1862, n° XII, p. 412 ; PCSM, p. 130, tempore predictorum regum, Henrici et Ricardi, q (...)
  • 56  Debord 1984, 400.
  • 57Ste-Croix, n° 34, donum istud et concessio facta est in Crusem, teste me ipso, Guillelmo Caponis s (...)
  • 58  BN Latin 11010, f 144v. R. dux Aquitanie et comes Pictavie senescallo Burdegalensi et civibus Burd (...)
  • 59GCSM, n° 1106 ; Landon 1935, 25. Il était encore le 17 avril 1190 (op. cit., p. 31).
  • 60Rec. feod., n° 495. Le texte, reproduit dans une reconnaissance de 1274, n’est pas daté. Cependant (...)
  • 61Ste-Croix, n° 29.
  • 62  Landon 1935, 113.
  • 63St-Seurin, n° 204, voir supra p. 254-257.
  • 64  Landon 1935, 130.
  • 65  Rymer 1821, 71.
  • 66St-Seurin, n° 165. Jean lui donna une terre près de Bordeaux (Rot. chart., p. 173b). Entre 1160 et (...)

25Le premier tarda à s’imposer. Dans un premier temps, la Gascogne resta intégrée au ressort du sénéchal d’Aquitaine. Quand les coutumes de Bayonne, accordées par Richard en 1170-1172, faisaient obligation de suivre le sénéchal à travers toute la terre du duc, aucun ressort territorial ne lui était affecté55. Foulques de Matha, sénéchal de Poitou de 1174 à 1178, avec Guillaume Maingot, descendaient à Bordeaux et Bayonne56. C’est dans un acte de 1182 que l’on relève le premier “sénéchal de Gascogne”, un nommé Pierre Arb. (sic) assistant, avec Guillaume Capon, sénéchal du Poitou, à la confirmation des possessions de Sainte-Croix de Bordeaux par Richard57. Un privilège accordé à Grandselve pendant que Richard était duc mentionne un éphémère sénéchal de Bordeaux, doté vraisemblablement des mêmes attributions58. Le 3 février 1190, depuis La Réole, Hélie de Celles, senescallus Gasconie, assistait en compagnie de nombreux prélats et barons de la Gascogne à la confirmation des privilèges de La Sauve-Majeure par ce même Richard59. Mais la disjonction n’avait rien de définitif. Déjà, en 1185, le sénéchal de Poitou, Robert de Montmirail était aux côtés de Richard à La Réole60. Dix ans plus tard, Geoffroy de Celles, un parent du précédent, senescallus Pictavie et Vasconie, assisté de l’archevêque de Bordeaux, Hélie de Malemort, ramena la paix entre le seigneur de Lesparre et l’abbaye de Sainte-Croix, depuis Mont-de-Marsan, in camera regis61. Le 25 mai 1196, Geoffroy était sénéchal de Gascogne62, mais lorsque fut établie la paix du roi il cumulait les deux fonctions63. Il était encore sénéchal le 24 juin 119864, le 29 décembre 119865 et perdit ses attributions peu après : du 31 mars 1199 au premier juillet 1199, le sénéchal de Gascogne était Raimond Bernard de Rouvignan66. Même au début du règne de Jean, la Gascogne se trouva par moments intégrée au ressort du sénéchal de Poitou. On ne peut donc pas considérer 1196 comme l’année où la Gascogne aurait retrouvé un semblant d’autonomie après 140 ans d’union à l’Aquitaine.

26Avant les mandements adressés par le roi à son sénéchal et généreusement fournis par les séries de la chancellerie anglaise postérieures à 1199, il faut aller chercher plus au sud un texte à travers lequel apparaît l’importance des attributions de cet officier. La charte de coutumes accordée par Richard aux Bayonnais, entre 1172 et 1174, établit que le sénéchal devait protéger les citoyens de Bayonne à travers tout le duché d’Aquitaine, voire au-delà, dans la mesure de ses possibilités (et quicumque senescallus meus erit, per totam terram meam et ultra quantum possit ei conductum prestare debebit). Il était aussi tenu de jurer de respecter les coutumes (quod senescallus qui ibi fuerit has consuetudines tenendas eis juramentum prestabit). En retour, les Bayonnais devaient suivre l’officier lorsque celui-ci montait une expeditio pour tirer vengeance d’une injure commise à son encontre ou contre un des hommes du duc (preterea si aliquis senescallo vel hominibus meis injuriam fecerit, ad injuriam vindicandam sequentur senescallum in expeditionem). L’enquête de 1236-1237 établit rétrospectivement que, pendant le règne d’Henri et Richard, le sénéchal du pays devait effectivement prêter le serment de respecter les coutumes des habitants de l’Entre-deux-Mers.

  • 67La Réole n° 113 (1169-1189), Richardus, comes Pictavie regis Anglie filius, omnibus archiepiscopis (...)
  • 68La Réole, n° 84.
  • 69Ste-Croix, n° 34.
  • 70Boussard 1956, 494.
  • 71Boussard 1956, 504-507.
  • 72Boussard 1956, 587.
  • 73PCSM, p. 129.

27Les justiciers (judiciarii ou justicii) sont nommés dans les adresses des protocoles des actes ducaux concernant la Gascogne67. Cependant, ils n’apparaissent qu’exceptionnellement dans les textes. Les seuls connus pendant notre période, Aimeric Brun et Long Auger, tunc temporis domini Richardi comitis Pictave, in Vasconiam mandatoribus et justiciariis, eurent à régler un conflit entre le prieur de La Réole, Arnaud et Sanche de Corbian à propos de la dîme de l’église de Corbian, en 1180, par une procédure sensible aux nouveautés juridiques (“témoins idoines”)68. Aimeric Brun est encore cité en 1182, aux côtés du sénéchal de Gascogne, Pierre Arb.69. Les premiers justiciers en Gascogne ressemblent fort à ces juges itinérants, cheminant par binôme ou trinôme en Angleterre où leurs tournées furent systématisées en 1176 par l’assise de Northampton70. Leurs missions regardaient aussi bien la justice que l’administration des domaines royaux71. Faute de textes, rien n’indique qu’ils aient eu en Gascogne des attributions aussi larges72. Il semble cependant que ces juges aient été peu à peu cantonnés à un ressort territorial et au rôle d’auxiliaires de justice. L’enquête de 1237 rapporte qu’il existait deux mandatores seu citatores et exploratores excessuum dans la prévôté d’Entre-deux-Mers, chacun ayant une circonscription propre73. Manifestement, l’institution eut à souffrir de l’évolution des prévôtés dans les premières années du xiiie siècle.

  • 74GCSM, n° 1275. À en juger par ses noms, Guilhem Hélie de Biazensac appartenait à la famille de Bor (...)
  • 75St-Seurin, n° 103.
  • 76Ste-Croix, n° 83 ; GCSM, n° 137.
  • 77GCSM, n° 137.
  • 78Pat. rolls, 1216-1225, p. 249-252 et 275-276.
  • 79AHG, XXXVI, p. 27 et 30.

28La prévôté de Bordeaux fut occupée jusqu’au début du xiiie siècle. Certains des prévôts appartenaient toujours à la famille de Bordeaux comme ce mystérieux Guilhem Hélie de Biazensac, entre 1155 et 118274. La charge leur a ensuite échappé : des personnages sans liens familiaux attestés avec les Bordeaux l’ont occupée, comme Pierre de Lamotte en 117075, ou un bourgeois de Bordeaux, le célèbre Hélie Viguier, d’abord entre 1178 et 1183 puis entre 1206 et 122276. À partir de cette période, la prévôté de Bordeaux fut partagée. La prévôté d’Entre-deux-Mers apparaît justement à ce moment77, celle de Belin dans les années 122078. En Bazadais, la mise en place d’une prévôté ducale, à La Réole, date, nous l’avons vu, du milieu des années 118079.

  • 80  Sur le relatif effacement des archevêques de Bordeaux à la cour d’Henri II, Vincent 2000, 111.
  • 81RHF, t. XVI, p. 109, Burdegalensis siquidem archiepiscopus non militans Christo sed regi Anglie. D (...)
  • 82Ste-Croix, n° 29.
  • 83  Boussard 1956, 368-369.
  • 84AD33, G 267 ; AHG, XXIII, p. 3, tam in Burdegalensi sede quam in aliis episcopalibus ecclesiis vel (...)
  • 85RHF, t. XII (ex fragmento de Petragoricensibus episcopis ), p. 392 (Historia pontificum) 399 ; Gal (...)
  • 86RHF, t. XII, p. 443 ; Gallia II, col. 818.
  • 87RHF, t. XVII, p. 501 (1190), t. XIX, p. 448-450 (Lettres d’Innocent III).

29Enfin, nous ne pouvons terminer ce tour d’horizon des relais de l’autorité du roi-duc en Gascogne bordelaise sans évoquer à nouveau le rôle de l’archevêque de Bordeaux. Bien avant que l’archevêque Guilhem Amanieu (1207-1227) ne fût désigné sénéchal de Gascogne (1217-1218), ses prédécesseurs, sans en avoir le titre, avaient assumé des responsabilités politiques de premier plan, sans toutefois être intégrés durablement à la cour royale80. Bertrand de Montaud (1162-1173) conduisit un ost sous les murs de Toulouse en 1164 ou 1166, à la colère des Toulousains qui, dans une lettre au roi de France, l’accusaient de préférer “servir Henri II plutôt que le Christ”81. En 1195, en arbitrant avec le sénéchal Geoffroy de Celles un conflit entre le seigneur de Lesparre et l’abbaye de Sainte-Croix, depuis Mont-de-Marsan, in camera regis, Hélie de Malemort (1188-1207) sortait de ses fonctions religieuses : il agissait dans un diocèse (Aire) et une province (Auch) qui ne relevaient pas de lui82. À l’instar des évêques normands, à qui Henri II confia des charges de justicier et de sénéchal, l’évêque de Bordeaux (nous ne savons pas pour Bazas) avait donc été associé à l’appareil de contrôle de la région83. C’est pourquoi, malgré une confirmation du pape Adrien IV (1154-115984) de la liberté d’élection des évêques de la province de Bordeaux accordée jadis par Louis VI, le roi ne pouvait se désintéresser de la désignation du prélat. En 1158, Henri II tenta d’imposer Jean de Sicle, vainement, puisque Raimond de Mareuil, un noble périgourdin, évêque de Périgueux, fut élu85. Henri II ne fut certainement pas étranger à la désignation du doyen du chapitre du Mans, Ardouin en 1160 (1160-1162). Guillaume Ier le Templier, abbé de Reading fut désigné en présence d’Henri II (1173-1187)86. L’ancien chantre de Limoges, Hélie Ier de Malemort, issu d’une famille du Limousin (1188-1207), accusé de simonie par ses propres clercs, passe pour avoir acheté sa charge87.

Alourdissement de la fiscalité et des exigences ducales

  • 88  Sur la modicité des revenus ducaux tirés de l’Aquitaine et sur leur croissance après 1169, voir Vi (...)
  • 89Ste-Croix, n° 4, cum omnibus consuetudinibus et libertatibus extra muros civitatis et infra et cum (...)
  • 90  BN Doat 80 fo.297 ; 11010 f. 42v, communiqué par N. Vincent. Confirmés en 1199, Rot. chart., p. 62 (...)
  • 91Livre des coutumes, n° XLV, p. 437 ; la transcription du Livre Velu de Libourne remplace “lo bech (...)
  • 92Rot. litt. pat., p. 63.
  • 93Rot. chart., p. 112 p. 74b; Rot. litt. claus., p. 26.
  • 94Rot. chart., p. 34b, centum marcarum redditus in vallagio vinorum apud Burdegala. St-Seurin, n°34 (...)
  • 95Rot. litt. pat., p. 52b.

30La conduite de la politique ducale, notamment dans son volet militaire avec le recrutement de mercenaires, a eu d’évidentes conséquences fiscales88. C’est ce que montrent d’abord quelques franchises sur le sel et le vin transitant par Bordeaux. Anciens et nouveaux établissements ont obtenu ou se sont fait confirmer leurs privilèges89. Ainsi, alors qu’il n’était que duc, Richard accorda aux moines de Grandselve le droit de percevoir trois muids de sel sur le salin de Bordeaux et exempta une de leurs naves saunières du paiement de coutume sur la Garonne et autres cours d’eau90. Il ordonna aux baillis de Bordeaux et à ceux qui “tenaient le salin de la ville” de respecter ces franchises. Le 1er juillet 1199, de passage à Bordeaux, Aliénor affranchit le peuple de la ville (populus ville) des “petites coutumes” (parvas consuetudines) levées à Bordeaux trois semaines après l’Assomption ; appelées luch, vinada, lo bech prepositi et lo bech deu meys vindemiandis91, ces coutumes doivent avoir été imposées par Richard car, en 1199, elles étaient jugées “inhabituelles et inusitées” (inauditis et indebitas). Le même Richard concéda à une date indéterminée une coutume sur l’avoine (consuetudo avene) en faveur de Gaillard de La Lande ; le 1er mai 1206, le roi Jean la confirma à son fils92. D’autres confirmations de Jean, passées avant la crise de 1204-1205, évoquent des coutumes certainement mises en place avant 1199, comme la maletôte des salines (signalée en 1203 et 1205) 93, l’avalagio vinorum (sur lequel Jean put distraire deux fois cent livres) 94, ou d’autres redditus prélevés au Port des Pèlerins de Bordeaux95.

  • 96GCSM, n°1106, vel homines eorum aliquis ad expeditionem aliquam seu ad arma aliquatenus compellat
  • 97  PCSM, p. 129, 130. Il faut attendre 1230 pour avoir la première semonce du roi-duc à l’attention d (...)
  • 98  PCSM, p. 128 (voir note précédente). Les Reconnaissances de 1274 révèlent que les hommes francs du (...)

31Les exigences militaires sur les humbles suivirent la même voie. La confirmation des privilèges de La Sauve-Majeure du 3 février 1190 montre que les bourgeois de La Sauve et les hommes de l’abbaye avaient été, par le passé, requis par ses officiers dans des expediones96 ; or cette clause n’apparaît pas dans la confirmation des mêmes privilèges par Henri II, en décembre 1156. Dans l’intervalle, Henri II ou Richard, ont donc tenté d’étendre le service militaire des hommes libres de l’Entre-deux-Mers aux groupes qui en étaient en principe affranchis. C’est ce que laisse entendre l’enquête de 1236-1237 : les modalités de l’exercitus auquel devaient répondre les habitants de l’Entre-deux-Mers avec les communia civitatum et burgorum étaient alors rangées dans les coutumes en usage pendant les règnes d’Henri et de Richard (omnia predicta jurati dixerunt esse usitata et consueta fuisse tempore regum Henrici et Ricardi )97. Mais l’enquête de 1236-1237 s’attache surtout aux limitations de ce service, vraisemblablement négociées avant 1199. Les premiers bénéficiaires étaient les alleutiers acquittant la queste, levée entre Saint-Michel et Toussaint dans le cadre de la paroisse ou de la villa et dont le montant total atteignait pour l’Entre-deux-Mers, la somme de quarante livres98. Cette prestation collective, inconnue avant le milieu du xiie siècle, a probablement été négociée par les communautés contre une dispense de l’exercitus, de plus en plus fréquemment semoncé.

La paix de 1198

  • 99St-Seurin, n° 204.
  • 100  Bisson 1976, 1977, Bonnaud-Delamare 1938, 1932, 1969 ; Delaruelle 1969, Graboïs 1966 ; Hubert 1892 (...)

32La paix du Bordelais édictée en 1198 constitue certainement pour la région le geste le plus important du règne de Richard. Parce qu’elle constitue le premier acte de portée générale que nous ayons conservé ; parce qu’à l’instar des autres paix royales ou princière de la même époque, elle renforçait de manière indiscutable l’autorité et la fiscalité royale ; parce qu’enfin elle posa des ferments qui, lors de la crise de 1204-1205, ont joué dans l’émergence de la commune et de la municipalité de Bordeaux. Dévoilé par une notice du cartulaire de Saint-Seurin99, le texte qui en rapporte les dispositions a été replacé par Th.N. Bisson dans le cadre général des statuts de paix méridionaux des années 1140 et 1233100. Il nous appartient de le situer dans son cadre local et de suivre, sans prétendre les explorer toutes, quelques unes des pistes qu’il ouvre.

Origines et initiateurs de la paix de 1198

  • 101  Goetz 1992. Voir également Depoin éd. 1921, 104.
  • 102Liber Rubeus n° 142, Boutoulle 2004. Le Bazadais a également été concerné par la paix et trêve de (...)
  • 103RHF, t. XIII, p. 128, Richard 1903, 140.

33Ce n’est pas la première fois que le Bordelais était concerné par des dispositions similaires. Dès l’origine du mouvement de la paix de Dieu, la participation des archevêques de Bordeaux aux assemblées de Charroux (989, 1027-1028), Limoges (994-998, 1028, 1031) ou Poitiers (1011-1014, 1029-1031), a pu entraîner l’adoption des statuts décidés en chacune de ces occasions en Bordelais101. Il en a été de même des statuts de paix de Dieu édictés à l’occasion de l’assemblée de Mimizan (15 août 1149), à l’instigation de l’archevêque Geoffroy du Loroux pour barrer la route de Dax au vicomte de Gabardan-Béarn et qui valaient aussi bien pour le Bordelais que pour les diocèses de la province d’Auch, Bazadais compris102. En cette occasion, en plus de placer de manière classique des biens et des personnes sous la paix et la trêve de Dieu, on mit en place un impôt de paix (confraternitas) et des milices de paix (communiae). Plus tard, il est probable que les dispositions prises par Henri II à l’assemblée du Mans de 1166, en présence de l’archevêque de Bordeaux, de l’évêque de Bazas et de nombreux barons gascons, aient aussi concerné notre région : il n’y a pas de raisons de croire que la taxe générale d’un ou deux deniers modulée par l’importance des biens et levée pour cinq ans afin de venir en aide à la Terre Sainte, n’ait pas été collectée en Bordelais et en Bazadais103.

  • 104Ste-Croix, n° 29, Gaufridus de Cellis senescallus Pictavie et Vasconie.
  • 105  Richard 1903, 302-303.
  • 106  Richard 1903, t. II, 308 (automne 1197), 310 (décembre 1197), 311, 317 (1197).
  • 107  Richard 1903, 326, 339, 345.
  • 108  Et non à 1197 comme nous l’avons précédemment écrit, faute d’avoir intégré l’absence d’Othon de Br (...)

34Comme c’est souvent le cas, les statuts rapportés par le cartulaire de Saint-Seurin ne sont pas datés. L’éditeur, A. Brutails leur assigne une fourchette trop large (1189-1195). L’indication de la “première année du sénéchalat de Geoffroy de Celles” (hec pax facta est primo anno senescallie G. de Cellis et jurata ut a festo Sancte Michaelis pro vero pace tenenda dederunt domino regi commune barones et omnes alie gentes usque ad septem annos, primo anno senescallie G. de Cellis non computato propter paupertatem gentis) resserre bien l’éventail chronologique, mais pas de manière assez satisfaisante. En 1195, nous l’avons vu, Geoffroy était sénéchal de Poitou et de Gascogne104. À la fin de l’année 1196, alors que Geoffroy conservait la Gascogne, Pierre Bertin avait retrouvé le Poitou105. Changement de courte durée, puisqu’à l’automne 1197 Geoffroy, toujours sénéchal de Gascogne, avait retrouvé le Poitou106 et, le 11 avril 1199, Pierre Bertin était redevenu sénéchal du Poitou107. Autre élément de datation, l’absence de référence à Othon de Brunswick, duc d’Aquitaine du printemps 1196 jusqu’en avril 1198 et qui n’aurait pas manqué d’être évoqué s’il avait joué un rôle dans l’affaire qui nous intéresse. Or, l’année où le neveu de Richard a quitté l’Aquitaine pour gagner l’Empire est aussi celle où Geoffroy de Celles, sénéchal de Gascogne depuis trois ans au moins, venait de retrouver (provisoirement) le Poitou. Cela nous amène à placer la rédaction de cette paix entre avril et la fin de l’année 1198108.

  • 109  Bisson 1977, 296-297 : Elne 1156, Toulousain vers 1163, Comminges 1170, Ruthénois 1169-1170, diocè (...)
  • 110  Vicaire 1969, 106.

35Par cette paix, le Bordelais entrait dans le vaste mouvement qui, dans la seconde moitié du xiie et au début du xiiie siècle dans le sud de la France ou le nord de l’Espagne, tentait, face à la violence, de remédier aux défaillances des pouvoirs en place par l’organisation d’institutions de sécurité collective109. Les guerres privées, les bandes de routiers opérant pour le compte d’un prince et abandonnées à la fin des opérations militaires, ruinaient ces pays et y entretenaient un climat d’insécurité110. C’est pourquoi, nous aurons l’occasion de le voir, la paix du Bordelais présente un grand nombre de similitudes avec celles du Languedoc ou du Roussillon, mises en place quelques années plus tôt.

  • 111St-Seurin, n° 204, voluntate et precepto domini R. regis Anglie, consilio et assensu domini archie (...)
  • 112  On ne connaît pas la plupart des serments de paix de cette époque ; Thomas N. Bisson a relevé ceux (...)
  • 113  Balasque éd., n° XIV, p. 419, Asso que sec de jus part son les justiciis et condempnations deux ma (...)

36Ses instigateurs apparaissent au début du texte. Le roi Richard en ordonna la constitution (voluntate et precepto). Il fut conseillé par l’archevêque de Bordeaux (Hélie de Malemort), le sénéchal de Poitou et de Gascogne, Geoffroy de Celles et par les représentants de la société laïque, barons, chevaliers et prud’hommes du pays111. La paix fut confirmée par un serment commun (communi omnium sacramento confirmata) dont on ignore la teneur112. Si l’archevêque de Bordeaux apparaît comme un des principaux inspirateurs de cette mesure, la demande était générale ; elle s’appuyait donc, comme dans les paix contemporaines du Languedoc ou du Roussillon, sur un large mouvement populaire. Elle est aussi contemporaine d’une constitution similaire, la “charte des malfaiteurs”, que lo rey Richart aurait édictée en faveur des Bayonnais sur la répression des crimes et des délits commis dans leur cité, pendant le sénéchalat de Geoffroy de Celles113.

  • 114  Sassier 1992.
  • 115  Bonnaud-Delamare 1969, 91.

37Le rôle d’Hélie de Malemort n’est pas fortuit. Le mouvement de paix dans le sud de la France a été impulsé et dirigé par les prélats, car aucune des principautés n’était capable d’imposer de telles institutions de manière souveraine, que ce fût celle du comte de Toulouse ou du roi d’Aragon. Le roi Richard lui-même dans la paix du Bordelais agissait sur un tout autre registre que ne l’avait fait Louis VII dans la paix de 1155, édictée au concile de Soissons114. Alors que cette dernière devait porter sur l’ensemble du royaume, celle de Richard ne concernait que le Bordelais : malgré des formulations redondantes (commune regis, curia regis...), le roi d’Angleterre dans cette affaire ne faisait pas valoir plus d’autorité que le chef de n’importe quelle autre principauté méridionale, c’est-à-dire le ressort d’un diocèse. Le “consensus social”, sur lequel s’appuyait cette paix, n’est pas non plus une donnée isolée : la paix d’Albi en 1191 par exemple, entre l’évêque d’Albi et le comte de Toulouse, fut édictée à l’instigation de seigneurs locaux et de nombreux notables albigeois115.

  • 116Baigne, n° LXXIII p.45 (1163), nos ad ea que pacis sunt pro ratione officii nostri plurimum intend (...)

38Les archevêques de Bordeaux étaient sensibles à ce thème ; quelques arbitrages rendus sous leur autorité avant 1197 montrent que l’idée de paix était dans l’air du temps. On relève ainsi, dans quelques sentences judiciaires des archevêques Ardouin, Bertrand de Montaut et Hélie de Malemort, le désir d’imposer la paix116. Cependant, il est évident que les prélats n’ont pas assumé de leur propre chef cette mission pacificatrice. Comme le rapportent encore les témoins de l’enquête de 1237, c’est à l’instigation du pape qu’ils auraient agi. Le concile du Latran de 1179, directement orienté vers les crises méridionales, consacrait sept canons à l’ordre et à la paix chrétienne.

  • 117  Bulle de Célestin III, AD33, H 11, f 9.
  • 118Patrol. Lat., t. 147, col. 1012 ; Traissac éd. 1995, 46. C’est l’abbé Pierre VII qui fit construir (...)
  • 119Herrmann-Mascard 1975.
  • 120Traissac 1996, 27-36.
  • 121GCSM, n°6.
  • 122Patrol. Lat., t. 147, col. 1020-1021. Du Laura [1683] 2003, 97, 190 (trad.) ; AD 33 H 266 f 65 v ( (...)
  • 123Patr. Lat., t. 147, col. 1019-1020 (s.d.); daté par Du Laura [1683] 2003, du 3 avril (p. 286) ; Ci (...)
  • 124  Bozoky 2000.

39Quoique les documents ne l’évoquent pas directement, notre paix est certainement liée, comme les assemblées de paix de Dieu de jadis, au culte des saints. Elle survint en effet aussitôt après la canonisation de Gérard de Corbie, prononcée le 27 avril 1197, par le pape Célestin III117. Depuis sa mort, en effet, le fondateur de l’abbaye de La Sauve bénéficiait d’un culte plus que local et, d’Aliénor à Richard, la famille royale y était sensible. Le septième abbé, Pierre d’Amboise (1126-1155), ancien chapelain de Gérard, avait déjà tenté, en vain, de faire reconnaître sa sainteté au moment de l’élévation du corps, le 21 juin 1126118. La papauté, qui commençait à marquer son désir de contrôler davantage les canonisations resta, semble-t-il, sur la réserve119. Soixante-dix ans plus tard, l’abbé Pierre X de Laubesc rengagea la procédure avec davantage de succès. Il avait envoyé à Rome une nouvelle vita accompagnée de lettres de l’archevêque Hélie de Malemort faisant état des miracles réalisés par l’intercession de Gérard120. Le Grand cartulaire, composé à la fin du xiie siècle, présente justement un témoignage de l’attachement de la paix par Gérard et de sa gêne à voir verser le sang (nos magis pacem cupientes ne cuiusquam propter nos sanguis funderetur)121. Le 9 mars 1198, depuis Bazas, Othon de Brunswick mandait à tous ses officiers de faire connaitre la création d’une foire le jour de la révélation de saint Gérard (21 juin)122. Moins d’un mois plus tard, à l’occasion d’une assemblée plénière à Bordeaux, Othon annonçait aux évêques de la province la canonisation de Gérard et la création de la foire du 21 juin123. La coïncidence chronologique est trop forte pour qu’il ne s’agisse pas d’un nouvel exemple d’utilisation politique du culte des saints et des reliques de la part des premiers Plantagenêts124. Le serment de paix a donc probablement été prêté sur les reliques du nouveau saint.

Les dispositions de la paix

  • 125  St-Seurin, n° 204, jure domini regis et baronum ubique observato ; jus baronum tale est si inter h (...)
  • 126  Huberti 1892, 136-137 ; Bonnaud-Delamare 1962.
  • 127  St-Seurin, n° 204, Si vero dominus a justicia deviaverit et in curiam domini regis venerit clamor (...)
  • 128Si autem prepositi vel ballivi qui per terram Burdegal. per dominum regem sive per dominum senesca (...)

40Intéressons-nous maintenant aux dispositions de la paix. Le premier article en limite d’abord le champ d’action : la paix ne pouvait aller à l’encontre du “droit du roi et de celui des barons”. Ce dernier consistait à faire se racheter, devant un baron, tout dépendant (homines baronum) ayant porté tort à un autre125. Cette précision faite, les barons étaient néanmoins placés dans l’obligation de juger les affaires qui leur étaient exposées. On ne faisait que reprendre l’esprit des dispositions de l’assemblée de Poitiers (1011-1014) selon lesquelles tout conflit devait être porté devant le princeps regionis mais en l’élargissant explicitement aux cours baronniales et en plaçant celles-ci dans l’obligation de le faire126. La cour du roi, devant qui était portée la clamor, considérait le défaut de justice comme un bris de la paix, sanctionnait le seigneur fautif de l’amende de soixante-cinq sous et le contraignait à juger l’affaire127. Il s’agissait certainement de limiter le cycle des vengeances privées, auquel une bonne part des guerrae de la période devait être liée, en permettant aux parties prenantes d’un conflit d’élaborer une solution négociée par un arbitrage. Les dispositions sur le “droit du roi” ne concernent que les infractions à la paix faites par ses représentants. Dans ce cas, les prévôts et les baillis demeuraient dans la “miséricorde du roi” : ni leurs biens ni leurs personnes ne devaient être saisis, mais il leur fallait réparer les dommages. Pour les mêmes causes, les sergents (servientes) étaient soumis à un traitement différent : ils avaient l’obligation de payer soixante-cinq sous et étaient déchus de leurs fonctions128.

  • 129Item quicumque receptabit latrones sive predones et eis consentiet inciderit in misericordia domin (...)
  • 130Item quicumque intrabit in alienam vineam pro racemo vel pro agresta, unde clamor exeat ; reddet V (...)
  • 131Hec pax facta est primo anno senescallie G. de Cellis et jurata ut a festo sancti Michaelis illius (...)

41La paix défendait à quiconque d’héberger des larrons ; tout contrevenant tombait dans la “miséricorde du roi”, à moins de les avoir capturés, d’avoir fait justice d’eux ou de les avoir remis à une cour129. Le vignoble était particulièrement protégé : toute personne surprise dans une vigne, avant ou pendant les vendanges, devait sortir à la semonce, payer cinq sous “pour la justice” et dédommager, à moins d’avoir une oreille coupée130. La paix fut jurée pour une durée de dix ans, à compter de la Saint-Michel de la première année du sénéchalat de Geoffroi de Celles ; elle devait donc s’achever le 29 septembre 1207131.

  • 132Pro vero pace tenenda dederunt domino regi commune barones et omnes alie gentes usque ad septem an (...)
  • 133Item statutum est nec quid ematur, nec animal nec aliquid aliud de quo haberi non possint testes l (...)
  • 134Item pro quacumque injuria a dominis illata alicui homines illorum qui commune reddent nullum reci (...)

42Après ces dispositions de caractère général, était prévue la levée d’un “commun” versé au roi (commune regis) pour le maintien de la paix, par les barons et l’ensemble des habitants de la contrée. Cette contribution ne devait pas être demandée au-delà de sept ans, étant précisé qu’aucun paiement n’était attendu pendant la première année du sénéchalat de Geoffroi de Celles à cause “de la pauvreté des gens”132 (écho des difficultés de l’époque ou de la mauvaise volonté des premiers concernés). Ce commun était une caisse de secours, un fond de garantie destiné à compenser auprès de ceux qui y avaient contribué la perte d’un bien que la justice du roi n’avait pu restituer, à condition de prouver le dommage avec des témoins, deux hommes “légitimes” et un chapelain. Toute personne s’étant fait rembourser la perte d’un animal ou d’un bien sans témoin légitime était considérée comme ayant brisé la paix et devait restituer ce qu’il avait obtenu133. Les hommes qui participaient au commun étaient protégés contre leurs seigneurs : s’ils avaient porté tort à leurs domini, ils n’étaient pas tenus de verser des dédommagements et leurs biens ne pouvaient pas être saisis. Enfin les seigneurs ne pouvaient rien exiger d’autre “que ce qui était dû de coutume par leurs hommes”134.

  • 135Quodlibet par boum cum bubulco reddet XII denarios ; similiter villanus si sibi bubulcus fuerit et (...)
  • 136Omnis homo duodecim annorum et supra qui possit habere viginti solidos de mobili reddet XII denari (...)
  • 137Item equus vel equa, mulus vel mula reddent VI denarios, nisi teneantur ad proprium equitare domin (...)
  • 138Item qui commune domini regis recipiet faciet indici per parochias ut ad septem dies persolvatur ; (...)
  • 139Item sacerdos, clericus, miles, dauzellus nichil reddent de proprio nec aliquis religiosus; sed ta (...)

43Comme d’habitude dans ce type de disposition, le bétail constituait l’assiette sur laquelle étaient définies les sommes à verser, selon une échelle variant de un à douze deniers, à partir de laquelle se lisent les inégalités au sein de la paysannerie. Le propriétaire d’un bœuf et de son bouvier devait payer douze deniers ; le vilain qui avait ses propres bœufs et qui n’avait pas de bouvier rendait autant135. Tout homme âgé de douze ans possédant plus de vingt sous de meubles acquittait la même somme ou six deniers s’il ne le pouvait136. L’âne, l’ânesse, la vache, le veau étaient taxés de quatre deniers. Ceux qui avaient un cheval, une jument, une mule ou un mulet devaient payer six deniers, à moins de devoir conduire à cheval leur propre seigneur137. Enfin, ne devaient qu’un denier, ceux qui possédaient au moins quatre moutons, quatre chèvres, un verrat ou une truie. Le commun était un véritable impôt public. Certes tous n’y contribuaient pas directement. Le texte évoque l’obligation d’héberger le receptor pour ceux qui, dans chaque paroisse, refusaient de payer la contribution ; les autres avaient sept jours pour acquitter la leur138. Le texte se termine par des exemptions ; les prêtres, les clercs, les milites, les damoiseaux et tous les religieux ne devaient rien rendre de leurs biens propres, au contraire de leurs hommes139.

  • 140  Bisson 1977, 306.
  • 141  Bisson 1977, 304. En Castille les casos de corte sanctionnaient les négligences supposées de l’exe (...)
  • 142  Delaruelle 1969, 300. En Rouergue cet impôt était encore perçu au xviiie siècle.
  • 143  Delaruelle 1969, 57 ; Bisson 1977, 300.
  • 144  Une confrérie de caractère militaire est évoquée dans les canons du concile de Montpellier en 1215 (...)

44La plupart de ces dispositions n’ont rien de très original, ce qui s’explique par la commune participation des plus hauts prélats, guidés par Rome, au mouvement de la paix. La limitation dans le temps de la paix du Bordelais est attestée dans celles d’Albi et de Soissons140. La réserve des juridictions baronniales et royale par laquelle commence la nôtre a été relevée en Catalogne et en Provence, comme l’obligation de prêter le serment pour tous les hommes en âge de le faire141. Malgré des dénominations différentes (commune pacis, paxiatgium, passata, pezada), l’impôt de paix, connu dès 1156 à Uzès, était courant dans le Midi ; il s’agit même, selon Th. N. Bisson, du premier impôt régulier levé sur de vastes territoires pour cette période142. Comme en Bordelais, le cheptel en constituait l’assiette. Son objectif était prioritairement de dédommager les victimes des guerres privées par “une sorte d’assurance”, un compensum devant compenser la destruction ou le vol de biens143. En Quercy, Albigeois, Périgord, Catalogne comme en Bordelais, ce n’est qu’après quelques années que cet impôt fut utilisé pour solder des hommes de guerre, non à l’origine144.

  • 145  La paix ne parle ni de bannissement ni d’excommunication.

45La paix du Bordelais se distingue cependant par quelques caractères originaux. Dans le détail, elle ne rappelle pas les protections dont bénéficiaient les églises. Elle ne prévoit qu’une seule sanction de soixante-cinq sous, aux infractions à la paix145. Le montant de l’impôt, quoique situé dans une fourchette proche, n’était pas le même partout : en Rouergue un tarif unique était fixé à douze deniers alors qu’à Albi il variait de douze à six deniers. Notre texte ne dit rien des milices communales de paix, alors que l’enquête de 1236-1237 les signale parcourant le pays derrière l’archevêque. Ou bien a-t-on considéré en 1198 que les déviances anti-seigneuriales de quelques-unes de ces milices (comme les Encapuchonnés du Puy de 1183) étaient incompatibles avec l’idée du jus baronum ibique observato ; ou bien celle-ci existaient déjà (depuis la paix de Dax-Mimizan) et on ne jugea pas nécessaire de revenir sur ce dispositif.

  • 146  Débax 2001, 147.

46Notre texte est surtout focalisé sur des questions judiciaires et sur le défaut de justice que l’on considérait comme une fractio pacis. Les fauteurs de trouble pointés du doigt par ce statut, les larrons dont on dénonçait les déprédations, étaient peut-être ces mercenaires dont parlent les chroniques. Mais sans ambiguïtés le texte dénonce aussi les agents du roi et les hommes des seigneurs, allusion à peine voilée aux guerres vicinales dont nous avons vu la multiplication à la fin du xiie siècle et dont ce statut entendait certainement limiter les effets. Nous y reviendrons, vis-à-vis des seigneurs la paix restait fidèle aux grands axes d’une politique de mise au pas. Mais, c’est aussi son intérêt, elle nous offre l’occasion d’appréhender l’autorité du roi-duc en dépassant l’habituel prisme des donations/confirmations. De ce point de vue, la volonté du roi de s’ériger en défenseur des victimes de la violence endémique et comme le garant de la justice ne pouvait s’imposer sans accommodements. La paix gardait les agents royaux “dans la miséricorde du roi”, formule assez ambiguë pour leur faire miroiter une possible impunité. Elle confortait dans les faits les juridictions seigneuriales puisque la curia royale, saisie par clamor, leur renvoyait les affaires ; elle n’était donc pas promue au rang de juridiction d’appel et dans l’absolu, la paix coupait net l’évolution conduisant la curia ducale de la position de médiatrice privilégiée à celle d’arbitre obligé146. La paix n’interdisait pas non plus les guerres privées. Le commun du roi restait un impôt public provisoire et limité. Enfin, le champ de cette paix, la terra Burdegalensis, semble ne pas avoir coïncidé avec le diocèse : nous voyons dans les barons les seigneurs locaux de la directe sur lesquels depuis le xie siècle interférait la justice ducale. Autrement dit, les grandes seigneuries châtelaines, au premier chef les vicomtés du nord de la Dordogne, ont probablement échappé à cette mesure.

Conclusion

47Ainsi, même si les textes que nous avons conservés donnent à voir moins d’attentions ducales qu’à Dax ou Bayonne, il n’y a pas lieu de penser que les premiers Plantagenêts se soient désintéressés de cette partie de leurs domaines. Henri II n’a effectivement tenu sa cour de Noël qu’une fois à Bordeaux (1156) et s’est moins montré en Gascogne qu’en Anjou ou en Normandie. Mais si l’on veut comparer ce qui est comparable, c’est-à-dire en nous limitant aux actes des seuls ducs d’Aquitaine en Gascogne bordelaise, Richard tranche incontestablement avec ses prédécesseurs par son activisme et l’étendue géographique de son champ d’action. Sa manière d’occuper le terrain explique l’apparent dédain dont son père et sa mère ont été taxés.

48Il y avait effectivement des raisons de ne pas se désintéresser du Bordelais ou du Bazadais. La tension persistante avec Raimond V de Toulouse comme la nécessité de surveiller la haute aristocratie locale, modérément impliquée dans les révoltes de l’Aquitaine ou traversée par les réseaux du vicomte de Béarn, n’appelaient pas à baisser la garde. Nous sommes tenté de lier à cet arrière-plan l’insécurité endémique, entretenue par les guerres seigneuriales et les passages de mercenaires recrutés par le duc. Les premiers Plantagenêts (sur ce plan Richard a prolongé l’œuvre de son père) ont déployé des moyens qui ont fait leurs preuves ailleurs avec, dans un premier temps, des châteaux (Bisqueytan, La Réole, Le Cros) et des gardes sur les établissements religieux (La Sauve, Saint-Macaire, La Réole, Guîtres). À La Réole, promue au rang de pièce majeure dans l’échiquier régional, chacun des volets de cette politique se lit si bien qu’il n’eût pas été choquant d’entendre Bertran de Born parer Richard du titre de seignor de La Reule.

49Si l’on en juge par l’apparition simultanée dans les textes de l’office de sénéchal de Gascogne et des justiciers (à La Réole précisément), le début de la décennie 1180 fut marqué par une nouvelle phase dans la politique de contrôle de la région. Plus difficile à caler dans cette périodisation, car nous manquons de jalons, est l’alourdissement du fardeau fiscal et militaire par de nouvelles coutumes, de plus fréquentes et plus larges semonces à l’ost ainsi que par la queste sur les hommes libres. Au regard de ces moyens, la paix de 1198 marque à la fois une nouvelle étape et une ambition différente. Certes, en apportant à des problèmes locaux une texture réglementaire exogène et populaire, elle relevait bien d’un effet de mode. Mais elle véhiculait aussi les thèmes d’une majesté royale s’imposant aux puissants et répondant aux attentes des plus faibles, tout en étant finalement limitée par les réalités sociales avec lesquelles il fallait composer. Notons que si cette paix enregistre les excès des baillis ducaux, ce n’est qu’avec l’enquête de 1236-1237 que l’on trouve des plaintes comparables à celles des sujets du comte-roi contre ses agents et à partir desquelles Th. N. Bisson a pu dater l’acmé de la “crise des franchises” catalanes aux années 1150-1200. Le sens de ce décalage entre la Catalogne et la Gascogne septentrionale est à chercher soit dans le degré de pression exercé par ces nouveaux agents ducaux (probablement encore “supportable”), soit dans la capacité des médiateurs à le faire accepter.

Fig. 20. Actes datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais (donations, confirmations, mandements, actions rapportées par des sources narratives, lettres dont le roi ou le duc sont destinataires).

Fig. 20. Actes datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais (donations, confirmations, mandements, actions rapportées par des sources narratives, lettres dont le roi ou le duc sont destinataires).
  • 147  Le mandement d’Henri adressé à l’évêque de Bazas, Garsie, pour arbitrer un conflit entre le prieur (...)

Fig. 21. Actes non datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais147

Fig. 21. Actes non datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais147

Notes

1  Aurell 2003, 212-213, constat extensible à l’ensemble de l’Aquitaine (Vincent 2000).

2  Boutoulle 2006.

3  Gouiran 1985, n° 21 et 25.

4  Hivergneaux 2000, 75-77, Cloulas 2000.

5RHF, XIX, p. 62 (P. des Vaux du Cernay), Richard 1903, 298-299.

6  Debord 1984, 382-396 ; Aurell, 2003, 55, 206.

7  Gouiran 1985, 189, Si-l rics vescoms que es caps dels Gascos, a cui s’orten Bearns e Gavardans, e-n Vezians, si-s vol, e-n Bernaros, e-l seigner d’Aics e cel sui e Marsas ; Richard 1903, 212.

8RHF, XVIII, p. 213 (Geoffroy du Vigeois, 1182), Olivarius, frater Petri vicecomiti Castellionensis munivit Calesium contra ducem). Bertran de Born évoque dans un de ses sirventes la beauté de la “vicomtesse de Chalais”, Gouiran 1985, 113.

9RHF, XVII (R. de Hoveden), p. 551.

10AD 33, G. 270, f 4 ; transcription dans Papsturkunden, Wiederhold éd, VII, n°92.

11  AD33, H 2008.

12GCSM, n° 1112 (1196, la date est dans le ms p. 319). Ecclesiam Sancti Johannis de Campanas que est in parrochia ecclesie de Rions olim sita fuerat et sanctorum ditata reliquis sed postmodum propter habitatorum terre inopiam et insultus guerrarum, redacta in solitudinem.

13GCSM,128 (c.1194-1201).

14PCSM, p. 127 ; Pat. rolls, 1216-1225, p. 357 (1222).

15  Vincent 2000, 125.

16RHF, XIII (R. du Mont), p. 322. Quidam Bascli et Navarrenses et Brebenzones venerunt ad urbem Burdegalensem et ipsam urbem vastaverunt in suburbiis flamnis et rapina. C’est à cet épisode qu’il faut certainement rattacher la destruction des faubourgs de Bordeaux rapportée par la chronique de De Lurbe (placée en 1179) et que Y. Renouard lie à l’attaque du roi de Castille de 1205-1206 (Renouard 1965, 26).

17Landon 1935, 101; Vincent 2000, 125.

18AD 33, H 12, f 2 ; Wiederhold éd. 1913, n°66 (p. 113, 1163-1164), n°67 (p. 115, 1163-1164), 68 (p. 115 ; 1164), n°135 (p. 178, 1185) ; GCSM, 674, 1106, 1169 ; Gallia I, inst., col. 316.

19GCSM, n°649 (1106) ; AD33, H 12, f 1, f 12 ; H 266, f 60 v.

20Ste-Croix, n° 4 et 32.

21Ste-Croix, n° 19, 20, 51, 53 et 58, 59 ; Gallia, col. 313.

22AD 33, G 267 f 2 ; G 270, f 2 et 3 ; AHG, XIII, p. 359-364.

23Gallia II, Inst, col. 887.

24St-Seurin,132.

25  Capra et Giteau, éd. 1964, 116-117.

26Gallia II, col. 882.

27Wiederhold éd. 1913, n°76 (p. 123) et 146 (p. 192).

28Gallia II, col. 310.

29Wiederhold éd. 1913, 109 (p. 154).

30La Réole, n° 100, faussement attribuée à Clément II (Imbart de La Tour 1893, 225 et 261).

31Gallia II, col. 884.

32  Sur l’intérêt des premiers Plantagenêts vis-à-vis des sanctuaires aquitains, voir Bozoki 2000.

33  Debord 2000b, pl. I.

34GCSM, n° 527, terram quam habebat juxta molendinum d’Avaron ex parte turris de Biscaita quam tenebat prefata mulier de comite Pictavensium. Pour dater ce texte, Pierre Savaric et le prévôt de La Sauve, Raimond de Carignan, sont cités dans d’autres actes des années 1155 -1182.

35Rec. feod., n° 196.

36  PCSM, p. 131 , Item domnus Henricus vendidit (…) vicecomitissa de Benauias parrochias de Cadilhac, de Lopiac et Sancte Crucis de Monte, homines domni regis francos et ab omni servitute liberos.

37Royal letters, n° CCCCLXII, p. 57-58, dominus rex Richardus fecit castrum Dusar, in sua propria terra et populavit idem suis propriis hominibus bonis moribus et consuetudinibus, (…).

38  Maupel [1728] 1901, 26, jussit apud Regulam extrui castrum loco maxime apto, occupatusque est ab ejus ministris hortus monasterii, in quo arx nova edificata est. Sed quia ecclesia divi Petri altitudine et firmata sua multum obesse posse videbatur, Angli eam destruxerunt aliamque humiliorem et remotiorem edificarunt.

39RHF, t. XIX (P. des Vaux du Cernay), p. 94, homines autem de Regulam, quod est castrum quodam regis Anglie, ascenderant cum navibus multis et armaturis, ut nostris transitum prohiberent.

40  Maupel [1728] 1901, 27 ; verum Angli non solum monasterii hortum usurparunt ejusque basilicam destruxerunt sed etiam justicia sanguinis priorem, eodem fere tempore, spoliarunt (…) posuit in villa de Regula prepositum et spoliavit priorem justicia sanguinis.

41  Maupel [1728] 1901, 27 ; Malherbe 1977, 172.

42Anc. coutumes La Réole, 719.

43AHG, I, p. 225, 227.

44  Gouiran 1985, 518, Molt m’es descendre car col : Pos lo coms Richarts mais vol, Beïermes sai pres Bordel (…).

45Ste-Croix, n° 72, Ricaldus (…) dilectis sui probis hominibus de sancto Machario. Quoniam confidimus de vobis sicut de fidelibus et dilectis nostris mandamus vobis et rogamus quatinus accomodetis nobis L libras de Burdegala (…) Hoc autem non mandamus vobis quia hoc facere debeatis cum homines nostri non sitis, sed quia de vobis confidimus et quia opus habemus ut nobis in hoc subveniatis.

46  Landon 1935, 101.

47Gallia II, col. 285-286.

48  Tucoo-Chala 1961, 151. Promesse d’hommage faite par le vicomte Guilhem II au sénéchal de Gascogne, in plena curia, à Captieux, le 22 février 1222 (a.st.). Le texte ne précise pas cependant les droits du vicomte à Captieux.

49Rôles Gascons (1254-1255), Suppl. au tome I, n° 4389 (1255), approbation de la donation du castrum; Rec. feod, n° 235 et 247 (présence d’hommes francs du roi participant à la queste des hommes francs du Bazadais).

50  Marquette 1984, 3-49 ; id. 1992.

51Rôles Gascons, II, 484-485.

52Rot. chart., p. 74b. Rappelons que le castellum de Barda, signalé entre 1079 et 1095 a été placé une fois en Agenais (GCSM, n° 704, 710).

53Rot. chart., p. 201. Ce castrum que J. Gardelles assimile à Couthures-sur-Garonne (Gardelles 1972, 127), nous semble devoir être placé dans la paroisse de La Couture, voisine de Mazerolles, dans les limites de la commune de Romestaing.

54  Guila, la sœur du vicomte Pierre IV de Béarn, de Gabarret et de Brulhois (1149-vers 1153) avait épousé un vicomte de Bouville (Jaurgain 1898-1902, 550), qui ne peut être que Bernard II de Bouville, vicomte de Bezeaumes, seigneur de Benauges et de Saint-Macaire (1155-1182 / 1195). Au milieu du xiie siècle, la monnaie morlanne, frappée par le vicomte de Béarn, était utilisée en Bezeaumes (La Réole, n° 135) ; Clémens 1992.

55  Balasque éd. 1862, n° XII, p. 412 ; PCSM, p. 130, tempore predictorum regum, Henrici et Ricardi, quod unicus esset senescalcus totius terre regis in archiepiscopatum Burdegalensis et Auxitano.

56  Debord 1984, 400.

57Ste-Croix, n° 34, donum istud et concessio facta est in Crusem, teste me ipso, Guillelmo Caponis senescallo Pictavie et P. Arb. senescallo Guasconie, Augerio Longuo, presentibus et mihi assistentibus.

58  BN Latin 11010, f 144v. R. dux Aquitanie et comes Pictavie senescallo Burdegalensi et civibus Burdegalensibus. Communiqué par N. Vincent que nous remercions.

59GCSM, n° 1106 ; Landon 1935, 25. Il était encore le 17 avril 1190 (op. cit., p. 31).

60Rec. feod., n° 495. Le texte, reproduit dans une reconnaissance de 1274, n’est pas daté. Cependant, le sénéchalat de Robert de Montmirail s’est déroulé en 1185 : Richard 1903, t. II, p. 234, 236, 242, 266, 343.

61Ste-Croix, n° 29.

62  Landon 1935, 113.

63St-Seurin, n° 204, voir supra p. 254-257.

64  Landon 1935, 130.

65  Rymer 1821, 71.

66St-Seurin, n° 165. Jean lui donna une terre près de Bordeaux (Rot. chart., p. 173b). Entre 1160 et 1177 la sœur de Raimond de Bouglon est l’épouse de Raimond Bernard de Rovignan (Cours-Romestaing, n° 4). Du Laura [1683] 2003, 285.

67La Réole n° 113 (1169-1189), Richardus, comes Pictavie regis Anglie filius, omnibus archiepiscopis, episcopis, senescallis, prepositis, et ceteris justiciariis et ballivis suis; St-Seurin, n° 348 (1203), Johannes Dei gratia rex Anglie dux Hibernie, dux Normannie et Aquitanie, comes Andegavie, archiepiscopis, episcopiis, comitibus, baronibus, justiciariis, vicariis, prepositis, ministris, et omnibus ballivis et fidelibus suis.

68La Réole, n° 84.

69Ste-Croix, n° 34.

70Boussard 1956, 494.

71Boussard 1956, 504-507.

72Boussard 1956, 587.

73PCSM, p. 129.

74GCSM, n° 1275. À en juger par ses noms, Guilhem Hélie de Biazensac appartenait à la famille de Bordeaux.

75St-Seurin, n° 103.

76Ste-Croix, n° 83 ; GCSM, n° 137.

77GCSM, n° 137.

78Pat. rolls, 1216-1225, p. 249-252 et 275-276.

79AHG, XXXVI, p. 27 et 30.

80  Sur le relatif effacement des archevêques de Bordeaux à la cour d’Henri II, Vincent 2000, 111.

81RHF, t. XVI, p. 109, Burdegalensis siquidem archiepiscopus non militans Christo sed regi Anglie. Déjà, en 1158, Raimond de Mareuil s’était emparé du castrum de Gavaudun en Agenais, pour le purger des raptores qui s’y étaient établis (RHF, t. XII, ex fragmento de Petragoricensibus episcopis, p. 392). G. Pradalie lie cette initiative de l’archevêque de Bordeaux aux suites du concile de Tours qui dénonçait Toulouse et sa région comme un foyer d’hérésie (Pradalie 2005, 21).

82Ste-Croix, n° 29.

83  Boussard 1956, 368-369.

84AD33, G 267 ; AHG, XXIII, p. 3, tam in Burdegalensi sede quam in aliis episcopalibus ecclesiis vel abbatiis ejusdem provincie in episcoporum electionibus vel abbatum canonicam habeatis libertatem absque hominii juramento seu etiam fidei per manus data obligatione.

85RHF, t. XII (ex fragmento de Petragoricensibus episcopis ), p. 392 (Historia pontificum) 399 ; Gallia II, col. 815.

86RHF, t. XII, p. 443 ; Gallia II, col. 818.

87RHF, t. XVII, p. 501 (1190), t. XIX, p. 448-450 (Lettres d’Innocent III).

88  Sur la modicité des revenus ducaux tirés de l’Aquitaine et sur leur croissance après 1169, voir Vincent 2000, 115-117. On peut signaler que, d’après des dépositions de l’enquête de 1236-1237, les revenus du roi à Bordeaux étaient alors estimés à 100 000 livres (PCSM, p. 132). Pour une comparaison avec le domaine royal, Baldwin 1991, 89.

89Ste-Croix, n° 4, cum omnibus consuetudinibus et libertatibus extra muros civitatis et infra et cum consuetudine trium modiorum salis et la Poujada et Fromentada quas Guillelmus dux Aquitanie eis confirmavit.

90  BN Doat 80 fo.297 ; 11010 f. 42v, communiqué par N. Vincent. Confirmés en 1199, Rot. chart., p. 62, tres modios salis annuatim apud Burdegalam percipiendos quas dominus rex frater noster Ricardus predictis monachis in perpetua et pura helemosina dedit.

91Livre des coutumes, n° XLV, p. 437 ; la transcription du Livre Velu de Libourne remplace “lo bech deu meys vindemiandis” par “de vineis vindemiandis”.

92Rot. litt. pat., p. 63.

93Rot. chart., p. 112 p. 74b; Rot. litt. claus., p. 26.

94Rot. chart., p. 34b, centum marcarum redditus in vallagio vinorum apud Burdegala. St-Seurin, n°349, de redditu annuo precipiendas apud Burdegalam in avalagio vinorum.

95Rot. litt. pat., p. 52b.

96GCSM, n°1106, vel homines eorum aliquis ad expeditionem aliquam seu ad arma aliquatenus compellat.

97  PCSM, p. 129, 130. Il faut attendre 1230 pour avoir la première semonce du roi-duc à l’attention des hommes de l’Entre-deux-Mers, Close rolls 1227-1231, p. 422.

98  PCSM, p. 128 (voir note précédente). Les Reconnaissances de 1274 révèlent que les hommes francs du Bazadais devaient aussi une queste royale de 20 livres payable à la Saint-Michel (Rec. feod. n° 244, 245, 246, 247, 248, 338).

99St-Seurin, n° 204.

100  Bisson 1976, 1977, Bonnaud-Delamare 1938, 1932, 1969 ; Delaruelle 1969, Graboïs 1966 ; Hubert 1892, Molinié 1912, Sicart 1969, Vicaire 1969, Duby [1979] 1988.

101  Goetz 1992. Voir également Depoin éd. 1921, 104.

102Liber Rubeus n° 142, Boutoulle 2004. Le Bazadais a également été concerné par la paix et trêve de Dieu édictée vers 1140 ou 1160, par l’archevêque d’Auch, Guilhem (Gallia I, inst. 162 ; RHF, t. XIV, p. 392, Boutoulle 2004, 49 n. 7).

103RHF, t. XIII, p. 128, Richard 1903, 140.

104Ste-Croix, n° 29, Gaufridus de Cellis senescallus Pictavie et Vasconie.

105  Richard 1903, 302-303.

106  Richard 1903, t. II, 308 (automne 1197), 310 (décembre 1197), 311, 317 (1197).

107  Richard 1903, 326, 339, 345.

108  Et non à 1197 comme nous l’avons précédemment écrit, faute d’avoir intégré l’absence d’Othon de Brunswick (Boutoulle 2006, 309).

109  Bisson 1977, 296-297 : Elne 1156, Toulousain vers 1163, Comminges 1170, Ruthénois 1169-1170, diocèse de Mende 1170, Biterrois 1170, Roussillon 1173, Albigeois 1191.

110  Vicaire 1969, 106.

111St-Seurin, n° 204, voluntate et precepto domini R. regis Anglie, consilio et assensu domini archiepiscopi Burdegal. et G. de Cell. senescalli Pictav. et Vasconensis et baronum et militum et prudentum hominum pax est constituta per totam terram Burdegal. et communi omnium sacramento confirmata.

112  On ne connaît pas la plupart des serments de paix de cette époque ; Thomas N. Bisson a relevé ceux d’Elne (1156) et Tarascon (1226) qui incluaient des obligations “positives”, comme servir dans une place-forte et payer l’impôt de paix (Bisson 1977, 297).

113  Balasque éd., n° XIV, p. 419, Asso que sec de jus part son les justiciis et condempnations deux maufeytors, feyte et autreyadas aux de Baione per lo rey Richart, rey d’Angleterre, et ab sa voluntat … Texte en gascon sans appareillage diplomatique et non daté. L’établissement a été pris sous le témoignage de Guilhem Bertrand, évêque de Dax (1168-1203), Bertrand de Lescar évêque de Bayonne (1186-1213), Jaufre de Batele, senescau de Peytau et de Gasconher (Geoffroy de Celles), des preux chevaliers de la terre, des prud’hommes de Bayonne et de “tout l’autre peuple de la ville”.

114  Sassier 1992.

115  Bonnaud-Delamare 1969, 91.

116Baigne, n° LXXIII p.45 (1163), nos ad ea que pacis sunt pro ratione officii nostri plurimum intendentes ; St-Seurin, n° 197 (1193) pro bono pacis instituta sunt; GCSM, n° 897 (1196), pro bono pacis concordia.

117  Bulle de Célestin III, AD33, H 11, f 9.

118Patrol. Lat., t. 147, col. 1012 ; Traissac éd. 1995, 46. C’est l’abbé Pierre VII qui fit construire la nouvelle église abbatiale afin de rendre la châsse visible et de la placer au cœur du sanctuaire.

119Herrmann-Mascard 1975.

120Traissac 1996, 27-36.

121GCSM, n°6.

122Patrol. Lat., t. 147, col. 1020-1021. Du Laura [1683] 2003, 97, 190 (trad.) ; AD 33 H 266 f 65 v (analyse moderne).

123Patr. Lat., t. 147, col. 1019-1020 (s.d.); daté par Du Laura [1683] 2003, du 3 avril (p. 286) ; Cirot de la Ville 1845, II, 312.

124  Bozoky 2000.

125  St-Seurin, n° 204, jure domini regis et baronum ubique observato ; jus baronum tale est si inter homines baronum alter alteri inferat injuriam, ante barones emendetur ut ante dominos.

126  Huberti 1892, 136-137 ; Bonnaud-Delamare 1962.

127  St-Seurin, n° 204, Si vero dominus a justicia deviaverit et in curiam domini regis venerit clamor pro defectu justicie, ibi emendetur, et habebit dominus rex LXV solidos de pace infracta et dominus ille amittet curiam suam de querella illa et clamans nullum dampnum a domino suo sustinebit.

128Si autem prepositi vel ballivi qui per terram Burdegal. per dominum regem sive per dominum senescallum fuerint constituti pacem infringerint, in misericordia domini regis erunt tam eorum corpora quam res et emendabunt dampnum cui factus fuerit. Item servientes ballivorum si pacem infringerint LXV solidos emendabunt domino regi et damnpum cui fecerint, nec deinceps in ballia erunt.

129Item quicumque receptabit latrones sive predones et eis consentiet inciderit in misericordia domini regis nisi eos ceperit si possit vel justiciam fecerit de eis, si facere debeat, vel justicie reddiderit.

130Item quicumque intrabit in alienam vineam pro racemo vel pro agresta, unde clamor exeat ; reddet V solidos justicie et emendabit dampnum cui factum fuerit vel amittet aurem.

131Hec pax facta est primo anno senescallie G. de Cellis et jurata ut a festo sancti Michaelis illius anni teneatur usque ad X annos.

132Pro vero pace tenenda dederunt domino regi commune barones et omnes alie gentes usque ad septem annos, primo anno senescallie G. de Cellis non computato propter paupertatem gentis.

133Item statutum est nec quid ematur, nec animal nec aliquid aliud de quo haberi non possint testes legitimi; qui autem hoc fecerit quod pro eo dederit amittet et pacem infrigerit.

134Item pro quacumque injuria a dominis illata alicui homines illorum qui commune reddent nullum recipient damnum nec eorum res capientur, nisi proprio jure quod de consuetudine dominis suis debent.

135Quodlibet par boum cum bubulco reddet XII denarios ; similiter villanus si sibi bubulcus fuerit et alium bubulcum non habuerit, reddet XII denarios pro se et bobus suis.

136Omnis homo duodecim annorum et supra qui possit habere viginti solidos de mobili reddet XII denarios; si vero non possit reddet VI denarios, si habeat unde possit.

137Item equus vel equa, mulus vel mula reddent VI denarios, nisi teneantur ad proprium equitare domini sui.

138Item qui commune domini regis recipiet faciet indici per parochias ut ad septem dies persolvatur ; qui vero reddere noluerit et reddere possit, reddet illi qui commune recipiet omnes expensas illius die.

139Item sacerdos, clericus, miles, dauzellus nichil reddent de proprio nec aliquis religiosus; sed tamen eorum homines reddent sicuti et alii. Il est possible que ces exemptions aient été ajoutées ultérieurement car les domicelli sont encore très rares dans la documentation de cette époque (voir infra p. 272).

140  Bisson 1977, 306.

141  Bisson 1977, 304. En Castille les casos de corte sanctionnaient les négligences supposées de l’exercice du pouvoir seigneurial (Salrach 1998, 369).

142  Delaruelle 1969, 300. En Rouergue cet impôt était encore perçu au xviiie siècle.

143  Delaruelle 1969, 57 ; Bisson 1977, 300.

144  Une confrérie de caractère militaire est évoquée dans les canons du concile de Montpellier en 1215. Les milices de paix existaient dès la fin du xiie siècle mais elles se sont surtout développées au début du xiiie siècle (Toulousain avant 1200, Comminges 1203, Quercy, Agenais, Velay, Vivarais, Gevaudan dans les années suivantes). Bisson 1977, 306.

145  La paix ne parle ni de bannissement ni d’excommunication.

146  Débax 2001, 147.

147  Le mandement d’Henri adressé à l’évêque de Bazas, Garsie, pour arbitrer un conflit entre le prieur de La Réole et ses voisins sur son fief de Cazes est suspect (AHG, I, p. 188) : outre qu’il n’est connu que par une expédition collationnée en 1607 et que la titulature royale y soit sommaire (rex Anglie), il énumère des droits incongrus pour le xiie siècle (colombinaria et garennas).

Table des illustrations

Titre Fig. 19. Arrêts et actions des premiers Plantagenêts en Bordelais et Bazadais (1152-1199).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 20. Actes datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais (donations, confirmations, mandements, actions rapportées par des sources narratives, lettres dont le roi ou le duc sont destinataires).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Fig. 21. Actes non datés d’Henri II, Aliénor, Richard Cœur de Lion et Othon de Brunswick relatifs au Bordelais et au Bazadais147
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search