Version classiqueVersion mobile

Le duc et la société

 | 
Frédéric Boutoulle

Chapitre II - Les seigneuries laïques

Texte intégral

  • 1  Higounet 1976.
  • 2  Faravel 1991, 229-250.
  • 3  Bonnassie 2000.

1Loin d’être le seul des principes reconnus dans la région, le duc partageait l’avant-scène avec plusieurs groupes de seigneurs qu’il rencontrait à l’occasion de ses descentes et avec lesquels étaient noués des liens féodaux. Or, depuis les articles de Ch. Higounet la connaissance des seigneuries de la Gascogne bordelaise a inégalement avancé. Sa carte sur les principales seigneuries du Bordelais à la fin du xie siècle à partir du cartulaire de la Sauve-Majeure fait toujours autorité quoique ne présentant indistinctement et sur une partie de la région que les seigneuries les plus connues1. On doit surtout aux généalogistes, et en particulier à M. Smaniotto, d’en savoir plus sur ces familles, leurs généalogies voire la géographie de leurs possessions dans la région, mais le fondement de leurs pouvoirs, la nature de leur “ban”, n’ont pas été réellement étudiés. Le Bazadais est mieux loti. S. Faravel s’est attachée à suivre les différentes générations de seigneuries du xe au xiiie siècle, banales ou foncières, et à sonder l’épaisseur du pouvoir seigneurial à travers quelques-unes de ces multiples facettes2. Grâce à P. Bonnassie la seigneurie du prieuré de la Réole de l’époque des Anciennes Coutumes est bien connue3. Cependant, les Anciennes coutumes de la Réole rendent compte d’une situation pour nous tardive (années 1180) tandis que que les périodisations retenues par S. Faravel dans le cadre de son vaste champ chronologique nous sont trop larges. De plus, la focalisation de ces travaux sur les seigneuries monastiques, châtelaines ou prieurales réduit l’éventail des cas au sein même de l’aristocratie laïque.

  • 4  Barthélemy 1993, 472-473, 1997, 151-156, id. 2004 ; Pichot 1995, 2004, 609-618.
  • 5  Guereau 1980, 179-184, 2001, 26-28 ; Baschet 2004, 118-122.
  • 6Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial, 2004.
  • 7  Morsel 2004, 88-116.

2Les recherches de D. Barthélemy et D. Pichot sur la France de l’Ouest ont mis en évidence une catégorie de seigneuries dont les maîtres, sans être châtelains, possédaient des prérogatives entrant dans le champ du “ban”, comme la justice et les coutumes4. Du reste, ces dernières années c’est le ban, ce pur produit de l’historiographie française, qui s’est trouvé sur la sellette, certains à la suite d’A. Guerreau contestant la pertinence du binôme banal/foncier pour adopter le concept englobant de dominium5, d’autres préférant considérer le prélèvement seigneurial de manière anthropologique en se plaçant du point de vue de ceux qui le subissaient6. Plus récemment encore, avec un regard nourri des apports de la géographie sociale, Joseph Morsel lie l’émergence des châteaux et des mottes des xe-xiie siècles à un vaste phénomène de spatialisation de nouveaux rapports sociaux, dans lequel l’émiettement du pouvoir ou l’avènement d’une nouvelle aristocratie paraissent moins déterminants7. L’étude des seigneuries laïques de la Gascogne bordelaise des années 1075 à 1150 s’inscrit donc sous des éclairages neufs et face à des concepts dont il importe de mesurer la portée à notre échelle. Nous l’aborderons en tentant de discerner ses fondements structurants, (circonscriptions héritées et castra), la place des seigneuries locales au sein du réseau seigneurial et l’éventail des prérogatives seigneuriales.

Des fondements structurants ? Circonscriptions héritées et châteaux

À la recherche des matrices

Pagus et vicaria

  • 8  Boyer 1996, Viader 2003, 260 et sq. L’expression comitatus Burdegale est rare (Depoin éd. 1921, 94 (...)

3Dès lors que l’on cherche à saisir la genèse des seigneuries, les regards se tournent immanquablement vers les anciennes circonscriptions publiques susceptibles d’en avoir été les matrices, pagi et vicaria, dans le cadre desquelles les communautés recevaient le comte, se tenaient les sessions du tribunal et où se répartissait l’impôt8. Or, contrairement à des régions proches (Poitou, Saintonge, Limousin, Toulousain), la Gascogne bordelaise en livre peu (fig. 12).

Fig. 12. Pagi, vicaria et territorium en Bordelais et Bazadais entre la fin du xe et le xiie siècle.

Pagus

Vicaria

Territorium

Bellebat

Blaye

Blaye

Bordeaux

Bourg

Camarsac

Cros (Le)

Faleyras

Fronsac

Guibon

Guillac

Guîtres ?

Lignan

Saint-Léon

Saint-Émilion

Sauve (La)

Selviac

Targon

Tourne (Le)

Bazas

Aillard

Bezeaumes

Bezeaumes

Gamage

Vinacensis?

  • 9St-Jean-d’Angély, n° CCCXVIII, p. 362 (1092) ; Baigne, n° DL ; AHG, XLIX, n° X (1077) .
  • 10Ecclesias in pago Blaviensis atque Burgensis (…) Ecclesia Sancti Romani que sita est in pago Burge (...)
  • 11La Réole, n° 153 (Casseuil, 977-1010) et n° 14 (vicaria de Gamage, in pago Vasadinse). Boutoulle 2 (...)
  • 12La Réole, n° 32 (Pagus Alaudignus à Frimont, près de La Réole, xie s.) ; A.C. LA Réole, n° 3-4 (pa (...)
  • 13La Réole, n° 15 (1026) à Saint-Hilaire-le-Moutier. Nous n’avons pas rencontré la preuve de l’exist (...)
  • 14La Réole, n° 23 (in pago Vinacensi, in ipsa villa, sans date, probablement fin xe, début xie s.). (...)
  • 15La Réole, n° 14 (977-996).
  • 16Baigne, n° CCCCXXIV, p. 171 et n° CCCCXVII, p. 169 (in parochia Sancti Cyrici in vicaria Blaviacen (...)

4Le Bordelais est un ancien pagus; à la fin du xie siècle le pagus Burdegalensium restait un cadre géographique référent9. Cependant des parties du comté comme le Blayais ou le Bourgeais étaient considérées comme des pagi minores jusqu’au xiiie siècle10. En Bazadais, les pagi sont attestés dès la fin du xe siècle, dans les textes les plus anciens du cartulaire de La Réole. Le pagus de Bazas s’étendait jusqu’à la Dordogne à la fin du xe siècle11. L’Entre-deux-Mers bazadais comprenait également le pagus d’Aillard (Aliardensis12), le pagus de Bezeaumes, qui s’étendait depuis l’Agenais sur la moyenne vallée du Dropt (Bezelmensis)13 et peut-être le pagus Vinacensis derrière le nom duquel on peut reconnaître la Vignague, un affluent du Dropt14. Quant aux vicariae, les textes n’en mentionnent que deux. Dans le nord du Bazadais, la vicaria Gamagensis, attestée à la fin du xe siècle recouvrait tout ou partie du bassin de la Gamage15, alors qu’en Bordelais, la viguerie de Blaye (vicaria Blaviacensis) s’étendait jusqu’à Saint-Ciers-La-Lande, aux confins de la Saintonge16. De manière assez singulière, pagi secondaires et vicariae sont plutôt localisés au nord de chacun de nos deux diocèses.

  • 17GCSM, n° 656 (Raimundus de Iensac, genere ejus, succedens ei in honore, 1131), n° 955 (Helias frat (...)
  • 18Ste-Croix, n° 3, locum Sancte Crucis cum loco Sancti Macharii suisque honoribus.
  • 19GCSM, n° 259 (1126-1155), et ambo isti donationem suam fecerunt consilio Guillelmi Seguini de Ario (...)
  • 20GCSM, n° 802 (successit in honorem) ; n° 813 (per totum honorem nostrum circa Campum Martini circa (...)

5Honor apparaît rarement et avec une certaine ambiguïté. Il s’agit d’abord de la charge de châtelain ou de vicomte, évoquée lors d’un transfert de droits ou à l’occasion d’une succession (succedens in honore)17. C’est le terme par lequel Guilhem IX désignait les dépendances attachées à un monastère prises sur le domaine public18. Dans un seul cas, l’honor a un sens territorial : une donation évoque deux habitants de l’honor de Rions19. La désaffection des scribes pour honor contraste avec la relative fréquence de son emploi pour localiser les possessions plus lointaines, comme celles de l’abbaye de La Sauve en Périgord (autour d’Aubeterre et Chalais)20.

  • 21  L’Entre-deux-Mers figure dans le testament de l’évêque du Mans Bertechramnus en 614 : Diplomata, é (...)
  • 22Rôles Gascons, n° 2947, 4448 à 4471, 4548 ; Rec. feod. n° 652.
  • 23GCSM, 635.
  • 24GCSM, 672.
  • 25GCSM, 702.
  • 26Benauges-Vieille: GCSM, 236, 235 (1183-1194), 649 (1184), 897 (1196); Benauges, GCSM, 212, (...)
  • 27GCSM, 631 (1140-1155), 632 (1106-1119); Rôles Gascons, n°4553 (1255).
  • 28  PCSM, p. 133 (1237), AHG, XLIV, p. 11 (milieu du xiiie siècle).
  • 29Ste-Croix, n° 84 (1099), terra cui ab oriente flumen Jale, a meridie villam Sancti Medardi de Jale (...)
  • 30  D’autres noms de pays présentant le même suffixe sont apparus ultérieurement. Le Barès, formé auto (...)
  • 31Ste-Croix, n° 38 ; St-Seurin, n° 21, 22, 62 (archidiaconé) ; Rôles Gascons, n° 461-466 (1242, arch (...)
  • 32  Anglades, Ambès, Arès, Aures (Auros), Asques, Bègles, Belvès, Bereires, Berthez, Borderes, Bommes, (...)

6Des noms de pays peuvent témoigner de l’existence d’entités géographiques ayant pu servir de matrices seigneuriales. Entre-deux-Mers et Médoc sont des noms attestés depuis l’Antiquité21. Certains toponymes en -es trahissent aussi la survivance d’anciens pagi ou vicariae, comme le Borzes (Bourgeais), fréquemment attesté au xiiie siècle22, le Gamaies , signalé entre 1155 et 118223, ou le Vinazes, attesté entre 1087 et 109524 ; le Vezelmes, attesté au début du xiie siècle (1121-1126), rappelle l’ancien pagus de Bezeaumes25. D’autres noms de pays sont liés à des seigneuries de notre période comme le Benaugeais (Benauges), attesté dès la fin du xie siècle26, le Blaignadais (Blegnazes, Blaiazes, ou Blanhages) mentionné au début du xiie siècle27, ou plus tard le Moulonnais et le Rionces28. Il est possible que Saint-Médard de Jales, signalé en 1099, ait eu la même origine29, mais on n’y discerne pas de seigneurie avant le xiiie siècle30. Il en est de même pour le Cernès ou Sarnes, dont l’archidiaconé est signalé en 112431, ou encore le Vitrezais en Blayais. Méfions-nous quand même des conclusions hâtives : la trentaine de noms de paroisse portant ce suffixe ne nous renvoie pas à de probables cadres territoriaux anciens, sauf peut-être pour Vayres32.

Les circonscriptions ecclésiastiques

  • 33  Jullian 1887-1890, t. III, 126-128.
  • 34  Debord 1984, 88. Brand’honneur 2001, 215-225. Bourgeois 2005, 549-550.
  • 35  Marquette 2004, 114-127.

7On soupçonne depuis longtemps les circonscriptions ecclésiastiques, mises en place aux xie et xiie siècles (archidiaconés et archiprêtrés), de s’être calées sur d’anciennes circonscriptions qu’elles auraient en quelque sorte fossilisé33. A. Debord par exemple a montré que la majorité des archiprêtrés de l’Angoumois était assise sur d’ancien chefs-lieux de vicaria. Mais, dans la Saintonge voisine, toujours selon A. Debord, les anciennes vigueries n’ont pas généré d’archiprêtré et ceux-ci se sont plutôt installés près d’un castrum édifié à partir du xie siècle34. Dans le diocèse de Dax, les archiprêtrés de la rive droite de l’Adour ont été constitués à la fin du xiiie siècle sur la base d’ensembles géographiques les préfigurant, matérialisés au xiie siècle par des itinéraires ecclésiaux et dont la géographie coïncide pour une large part avec celle des seigneuries35. Qu’en est-il dans nos contrées ?

  • 36  Guillemain 1974, 76. L’archidiacre de Gamages est attesté à la fin du xiie et au début du xiiie si (...)
  • 37Archipresbiter de Frontenac, GCSM, n° 180 (1104-1126), 652 (1119-1121), 1160 (1112) ; archiprêtré (...)

8En Bazadais, les trois archidiaconés (Bazas pour la partie méridionale du diocèse, Gamages et Bezeaumes au nord de la Garonne) ont perpétué le souvenir de pagi et vicariae attestés à la fin du xe et au début du xie siècle36, mais nous manquons de données pour accrocher à quelque chose les sept archiprêtrés de ce diocèse (Jugazan, Juillac, Rimons, Monségur, Saint-Pierre de Cuilleron, Bernos, Sadirac), d’autant que les changements de siège brouillent notre perception de la géographie ecclésiastique (archiprêtrés de Frontenac dans la première moitié du xiie siècle, Gensac et Loutrange au début du xiiie 37).

  • 38  Archidiacre de Blaye (St-Seurin, n° 22, 1102-1130 ; GCSM, n° 1120, 1165 ; Ste-Croix, n° 13, 1166), (...)
  • 39St-Florent, n° 1 et 2.
  • 40St-Seurin, n° 22 (1102-1130) et 131 (1173-1182).
  • 41  St-André, f 64 (1233).
  • 42AHG, XLIV, p. 11 (predicte autem XXX ecclesie primo supra scripte dicuntur esse in terra Guilhelmi (...)
  • 43Archipresbiter de Rions, GCSM, n° 296-297 (1126-1155), 235 (1183-1194).

9En Bordelais, la territorialisation des trois archidiaconés date du début du xiie siècle (Blaye, Médoc, Cernès)38. Le premier archipresbiter connu est en 1079-1080 le presbiter de l’église de Castillon, située dans un castrum d’origine carolingienne39. Même adéquation pour les archiprêtrés de Bourg et de Blaye, dont nous connaissons le pagus et la vicaria40. Il en fut probablement de même à propos du Fronsadais, archiprêtré dont nous avons des mentions tardives41. Au milieu du xiiie siècle on rapportait dans les Comptes de l’archevêché de Bordeaux que les trente premières églises de l’archiprêtré de Benauges avaient autrefois été dans la seigneurie de Guilhem Amanieu de Benauges et que les douze suivantes relevaient de celle de Rions42 . Mais il faut croire que l’archiprêtré de Rions, mentionné à partir du second quart du xiie siècle, recouvrait le tout puisque nous n’avons pas recueilli de mention d’archiprêtres de Benauges43. Dans cet ensemble, les seigneuries ont donc induit une circonscription ecclésiastique, mais on ne peut pas exclure qu’elles soient elles-mêmes nées de circonscriptions civiles plus anciennes.

  • 44Archipresbiter de Podio, GCSM, n° 49 (1126-1131), 185, 220 (1121-1126), 460 (1119-1120) et 567 (11 (...)
  • 45  PCSM, p. 129. GCSM, n° 420 (De Sancta Maria de Podii que dicitur a Lubert), 421 (capella de Castel (...)
  • 46Ste-Croix, n° 106 (1137-1151)
  • 47St-Seurin, n° 65 (1168-1181, le donateur réapparaît plus loin, St-Seurin, n° 124).
  • 48St-Seurin, n° 183 (archipresbiter de Castro novo, 1209), St-André, f 100 et 104 v (1232).

10L’archiprêtré de Puch (Lubert) attesté dans le second quart du xiie siècle est certainement celui qu’à partir des années 1180 on appela archiprêtré d’Entre-deux-Mers44. Au xiiie siècle, les deux circonscriptions judiciaires qui se partageaient l’Entre-deux-Mers ducal (Citra Lubertum et Ultra Lubertum) étaient séparées par le Lubert (aujourd’hui Gestas), un petit affluent de la Dordogne s’écoulant au pied du site de Puch-Lubert, désigné aussi sous le nom de Castellet45. Cet archiprêtré rend compte de l’importance insoupçonnée de cette localité et peut-être déjà d’une circonscription publique. Même cas de figure pour l’archiprêtré de Born, mentionné à partir des années 113046, et semble-t-il pour celui de Buch47. Les autres archiprêtrés du Bordelais (Castelnau-de-Cernès et Moulis) ne sont pas mentionnés avant le xiiie siècle48.

11Au total, si l’on peut affirmer que les circonscriptions du haut Moyen Âge organisées autour des castra ont bien été à l’origine des archiprêtrés du nord de la Dordogne, pour le reste du Bordelais les données sont moins nettes. L’apparent échelonnement de la mise en place des archiprêtrés, les changements de siège survenus entre le xiie et le xiiie siècle et le manque de connaissances sur les circonscriptions antérieures ne nous permettent pas d’établir d’aussi fermes conclusions. Tout au moins, si certaines seigneuries ont bien pu servir de matrices aux archiprêtrés (ce serait le cas en Benauges), nous voyons que le processus a aussi joué dans le domaine ducal, à partir de vieux ensembles territoriaux.

Territorium et villa

  • 49  Pardessus éd. 1843-1849, I, CCXXX, 206-207.
  • 50GCSM, n° 1281 et St-Seurin, n° 350.
  • 51  Douais éd. 1887, n° 232.
  • 52GCSM, n° 596, (1126-1155), n° 846 (territorium quod dicitur Gavarretum) ; Douais éd. 1887, n° 232, (...)
  • 53  Camarsac (GCSM, n° 472) ; Le Tourne (GCSM, n° 250, 251) ; Tregonian (GCSM, n° 200) ; Guibon (GCSM, (...)

12Le territorium est une circonscription ancienne. Le testament de Bertrand, évêque du Mans en 616, localise la villa de Plassac, en Blayais, et le lieu de Braesetum, en Buch, dans le territorium de Bordeaux49. Le diplôme d’immunité de Louis le Pieux en faveur de la cathédrale de Bordeaux associe le territorium au pagus, soit comme équivalent, ce qui était le cas en 616, soit comme une circonscription mineure (in quibuslibet pagis vel territoriis interdiccionem imperii nostri)50. Dans notre champ chronologique, le territorium est ambivalent (fig. 12). Si l’on relève bien des territoria équivalents d’un pagus mineur (territorium Ambegalmensis pour Bezeaumes)51 ou d’autres commandés par un château, tel celui de Fronsac d’origine carolingienne (territorium Fronciacensi)52, la majorité de ceux que l’on relève dans les textes n’appartient à aucune de ces deux catégories. Les environs de La Sauve paraissent ainsi constellés de petits territoria correspondant à des cellules de peuplement relevant soit de l’abbaye (prieurés, sauvetés) soit de seigneurs laïcs53.

  • 54La Réole, n° 14. Autre exemple de donation d’un alleu in pago Basatensi, villa Cassaniolo. (La Réo (...)
  • 55Baigne, n° 424, p. 171 (1089-1098), fevum a Vitrazes in parochia Sancti Cyrici in vicaria Blaviace (...)

13Dans la vieille nomenclature de localisation des biens, la villa correspond à l’entité territoriale de base, après laquelle on cite l’objet de la transaction. Le cartulaire de La Réole a conservé quelques actes du tournant de l’an Mil reproduisant la hiérarchie des repères spatiaux pagus-vicaria-villa: ainsi, entre 977 et 996, Fort Arsins, l’abbé de Blasimon donna au prieuré Saint-Pierre son alleu que est in pago Basadinse in vicaria Gamaginse, in villa que dicitur Monte Vinitore54. Mais à la fin du xie siècle, cette hiérarchisation n’est plus de mise : les nomenclatures à trois éléments sont exceptionnelles et il est significatif de les rencontrer plutôt dans les cartulaires des établissements extérieurs à la région, comme Baigne, pour leurs biens en Bordelais55. En règle générale, la localisation reste floue. Ainsi à Guillac, dans l’est de l’Entre-deux-Mers Bordelais où dix-sept textes mentionnent des biens entre les années 1079-1095 et 1221, le cadre territorial n’est associé au toponyme que trois fois (apud villa, in parochia, in territorio).

  • 56GCSM, n° 565.
  • 57Baigne, n° 417 p. 170, in villa que nuncupata Escobilac in Vitrazes in parochia Sancti Cirici (108 (...)
  • 58St-Seurin, n° 89.
  • 59GCSM, n° 597. Autre exemple, Ste-Croix, n° 86 rusticos in parochia d’Au Pian, villa de Palomers (1 (...)

14Dans le nouveau système de désignation des biens, la villa résista plus longtemps que le pagus et la vicaria, occultés dès le milieu du xie siècle : elle est mentionnée seule ou avec la paroisse (parochia), dont les premières mentions se situent dès les années 1079-1095. Ainsi, pendant l’abbatiat de Gérard de Corbie, une vigne fut donnée in parochia Sancti Martini de Nariian, villam Laudiraco56;à la même époque, une certaine Aidelina donna trois quartiers de vigne dans la villa d’Escobilac-en-Vitrezais, dans la paroisse de Saint-Ciers57. À propos d’Urranenga, dont la dîme fut cédée aux chanoines de Saint-Seurin, une main précisa : hec villa est in parochia de Lanton58. Entre 1140 et 1155, on localisait une terre in parochia de Nariian in villa que dicitur Podius59. Cependant, la villafinit elle aussi par ne plus paraître comme une entité territoriale référente. Dans les deux cartulaires de La Sauve-Majeure, les localisations in villa ou apud villam suivent une évolution décroissante (de 20 % à 2 % des actes). En revanche la courbe des localisations in parochia , moins tranchée, est marquée par une tendance à la hausse de part et d’autre de notre champ chronologique (fig. 13).

Fig. 13. Évolution des localisations in villa (ou apud) et in parochia dans les actes du cartulaire de La Sauve.

Fig. 13. Évolution des localisations in villa (ou apud) et in parochia dans les actes du cartulaire de La Sauve.
  • 60St-Seurin, n° 8 (814), donation en faveur de Saint-Seurin de la villa de Meschers cum omnibus appe (...)
  • 61La Réole, n° 95, cetera vero, videlicet planicias, silvas, aquas, in allodio Sancto Petro concessi (...)
  • 62GCSM, n° 118.
  • 63GCSM, n° 675 ad faciendam villam necnon et ad fabricandam in eadem villam ecclesiam, de qua villa (...)
  • 64GCSM, n° 481, clericum de Lopa qui justiciam ville de Lopa a preposito Burdegalensis tenebat; Anc (...)
  • 65Cens: GCSM,159, 186, 621, 675, St-Seurin, n°34, 160. Redditus: GCSM, n° 505, La Réole 135. (...)
  • 66  Civadage : GCSM, n° 414, Ste-Croix, n° 70. Avena: St-Seurin, n° 51, 96, Ste-Croix, n° 46. Captenh(...)

15Si l’on peut expliquer cette occultation par le resserrement du maillage paroissial, qu’en est-il des effets de l’évolution propre de la villa ? En effet, passé la fin du xie siècle, on rencontre de moins en moins de villa décrites de manière typée, comme de compactes cellules seigneuriales, à l’instar des villae données par Louis le Pieux ou par les ducs de Gascogne à la fin du xe siècle, comprenant des habitations, des terres, des cultures, les eaux et des vacants60. Sur le point de partir pour la première croisade, Géraud de Mazeronde, seigneur de Landerron, donna la villa de Guilleragues comprenant des plaines, des forêts, les eaux courantes, les moulins d’Estournel sur le Dropt et la forêt de La Barte puis engagea la villa de Sainte-Bazeille avec ses terres, ses eaux et ses dépendances61. Sauf ce cas particulier, les donations ne portaient plus que sur des parts de villa (une moitié à Dardenac62) ou sur des biens localisés dans ce cadre. Notons que le fractionnement d’une villa n’est pas un indice de son ancienneté. À Casteljaloux, l’accord passé entre Bernard Eiz d’Albret et les moines de La Sauve, ad faciendam villam et pour construire une église dans la nouvelle villa, établissait un partage par moitié du cens et de la justice63. Pour autant, le souvenir de l’unité de la villa n’était pas totalement perdu : outre qu’une justice pouvait la recouvrir, comme à Loupes ou La Réole64, et que le versement de rentes en faisait une unité fiscale (dîmes, cens)65, au regard d’un pouvoir supérieur (comte, vicomte, châtelain) la villa restait l’assiette d’une prestation ou d’un tribut66.

  • 67GCSM, n° 75, homines in circumsitis villabus degentes; GCSM, n° 471, quidam homo de villa Camarci (...)
  • 68GCSM, n° 137, terra ubi stant tres hospites in ipsa villa de Phaleranno; n° 621, unum casale de a (...)
  • 69St-Seurin, n°89.
  • 70GCSM, n°675 (1131).
  • 71La Réole, n° 62, 97, Anc. coutumes La Réole, GCSM, n° 41.
  • 72La Réole, n° 135.
  • 73GCSM, n° 69 (pré), 159 (terre), 181 (vigne et terre), 227 (vigne), 281 (vigne), 434 (casal avec le (...)

16L’approche fragmentaire que nous réserve la documentation sur la villa permet au moins de dépasser les formules stéréotypées pour en saisir la composition. Les textes nous donnent d’abord l’image de localités habitées : Gérard de Corbie évoquait les hommes vivant dans les villae environnant La Sauve-Majeure67 ; des hôtes, des vilains, voire des chevaliers y demeuraient68. Dans la villa d’Uranenga on dénombre cinq domus entre 1122 et 114469. La villa que Bernard Eiz d’Albret avait prévue de bâtir à Casteljaloux, extra muros, devait être un habitat subcastral, avec son église70. L’agglomération de La Sauve-Majeure avec ses deux bourgs, comme celle de La Réole étaient vues comme des villae71. Les moines de La Réole, pour souligner le préjudice subi par le vicomte de Bezeaumes, écrivaient à Louis VII que la villa de Saint-Eyrard était jadis peuplée de trois cents domus72! Les habitations voisinaient le sanctuaire, des cultures ou des jardins73.

  • 74La Réole, n° 95 et 147.
  • 75Ste-Croix, n° 35, Omnia que mei sunt juris vel hereditatis seu in allaudio seu in beneficio in vil (...)
  • 76GCSM, n° 49, 118, 113, 180, 181, 227, 473, 494, 498, 540, 565, 584, 597 ; St-Seurin, n° 30, 35, 75 (...)
  • 77GCSM,673, in alio loco in ipsa villa.
  • 78La Réole, n° 8 : au début du xie siècle un alleu situé dans la villa de Siverana avait pour confro (...)

17Chacun, au sein de ce cadre souple, pouvait posséder alleux et tenures. La donation de la villa de Guilleragues fait ainsi apparaître quatre fiefs (feoda)74. Arnaud, fils d’Arland, avait dans la villa de Lodors-les-Arcs des alleux et des bénéfices75. Mais les alleux sont si nombreux dans les donations (aristocratiques ou roturiers) que l’on en déduit qu’il s’agissait du mode de possession de biens in villa le plus fréquent76. La villa se présentait donc comme une forme de groupement de l’habitat de taille variable à la structuration lâche, dans lequel maisons et cultures étaient mêlées ; tout en restant, malgré les divisions, l’assiette de l’exercice des droits seigneuriaux, les villae n’en présentaient pas moins de fortes concentrations allodiales. Leur étendue, bien difficile à restituer, leur valait de couvrir plusieurs lieux-dits77. Si en règle générale les villae donnent l’impression d’avoir des limites poreuses, quelques repères (voies, ruisseaux) assuraient une délimitation notoire78.

Les castra et les castella

  • 79  Drouyn [1865] 2000.
  • 80  Gardelles 1972.
  • 81  Higounet 1979, 9-16 ; Marquette 1977, 55-105 ; id. 1979 ; Faravel 1991 ; Peyrelongue 1992 ; Piat 1 (...)

18Il n’existe pas d’inventaires des fortifications des xie, xiie et xiiie siècles à l’échelle du Bordelais et du Bazadais. Au xixe siècle, L. Drouyn a fait un large recensement des constructions civiles médiévales dans sa Guienne militaire,toujours utile pour la qualité des planches et des notices79. La thèse de J. Gardelles évoque bien les édifices du Bordelais et du Bazadais, mais comme la Guiennede L. Drouyn, son étude, centrée sur la fin du xiiie siècle et le xive, évoque sommairement les constructions antérieures à 121680. Plus récemment, des travaux menés sur des parties de la région ont recueilli les informations textuelles et archéologiques sur l’Entre-deux-Mers bordelais, le Fronsadais, l’Entre-deux-Mers bazadais, Médoc, Buch, Cernès, pays de Born et Bazadais méridional81.

  • 82  Pommiers (Faravel et al. 2000), Bisqueytan (Piat 1995-1999), Rauzan (Coste 1981, 1982, 1984), Blan (...)
  • 83  Voir pour plus de détails notre inventaire des châteaux en annexe.

19Toutes ces approches, bien que précieuses, souffrent de deux lacunes. L’archéologie, tout d’abord, est encore d’un assez faible secours : aucun site castral n’a été fouillé dans le cadre d’un chantier programmé à l’exemple du site des Albrets, à Labrit dans la grande Lande, et ceux qui l’ont été partiellement ne sont pas légion (Bisqueytan, Pommiers ou Blanquefort)82. Quant aux textes sur lesquels ces études s’appuient, ils ont été incomplètement exploités, l’ensemble des sources sur la région n’ayant été jusque-là ni inventorié ni correctement daté. Ayant pour notre part pu effectuer ce travail sur les sources, nous avons établi un inventaire des châteaux révélés par la documentation entre le xie siècle et le xiiie siècle, pour tenter, à partir d’un corpus d’une trentaine de sites, d’en connaître la chronologie, les origines et les fonctions83.

  • 84  Les châteaux suivis d’une astérisque sont connus par la toponymie ou l’anthroponymie.

Fig. 14. Les fortifications en Bordelais et Bazadais dans les textes à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle84.

Fig. 14. Les fortifications en Bordelais et Bazadais dans les textes à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle84.

Fig. 15. Seigneuries laïques, châtelaines et locales, en Bordelais et Bazadais à la fin du xie siècle.

Fig. 15. Seigneuries laïques, châtelaines et locales, en Bordelais et Bazadais à la fin du xie siècle.

Évaluation quantitative des châteaux

Les castra, castella, turres, oppida révélés par les textes

20Les figures 14 et 15 s’appuient sur un relevé des mentions de castra, castella, oppida et turres dans les textes de la fin du xie et du début du xiie siècle, sans négliger la toponymie ou l’anthroponymie. Volontairement, l’inventaire laisse de côté les mottes, auxquelles sera consacré un développement particulier.

  • 85In Castellione castro quod est super fluvium Dordonie (Rec. his. Fra., t. VI, p. 663), castrum ill (...)
  • 86Castellum Benaugium (Hist. pontificum p. 29) ; ecclesia infra castellum Blancafortensis (Ste-Croix(...)
  • 87Turris quadris lapidibus extructam; Vita s. Abbonis, éd. Bautier et al., p. 118-119.
  • 88Turris fracta (St-Seurin, n° 10).
  • 89In turre sua apud Burdegala (Marchegay éd. 1879, n° VII) ; in turre Castello, capitalis de Turre C (...)
  • 90GCSM, 436.
  • 91Guilhem Frédeland de Blavia oppido (GCSM, 946).
  • 92  Castellet à Beychac-et-Caillau (GCSM, n° 443, 444, 445, 446, 446, 447, 454, 455, 456, 457, 462, 46 (...)
  • 93GCSM, n° 17 : remansit fertur antiquitus fuisse castellum Altus Vilaris appellatum. Cujus castella (...)

21Quinze castra apparaissent dans les textes. En Bordelais il s’agit de Blanquefort, Blaye, Bourg-sur-Mer, Castillon, Fronsac, Lesparre, Salleboeuf, Saint-Macaire ; en Bazadais, Casteljaloux, Castelmoron-d’Albret, Civrac, Gensac, Landerron, Langon, Taillecavat et peut-être Sainte-Bazeille85. On compte dix-neuf castella: en Bordelais, Benauges, Blanquefort, Castillon, Castillon-en-Médoc, Castelnau (connu par la toponymie), Castel de Buch, Fronsac, Lesparre, Saint-Macaire, Tour-Castel et peut-être à La Sauve-Majeure, le problématique castellum de Haut-Villars ; en Bazadais, il s’agit de Casteljaloux, Castelviel (connu par la toponymie), Civrac, Labarde, Lamotte (près de Bazas), Landerron, Langon, Saint-Pey-de-Castets (connu par la toponymie)86. Les tours sont moins nombreuses ; une tour détruite est mentionnée à La Réole en 100487. Il existait une autre tour détruite à Bordeaux dans le premier quart du xie siècle ; il devait s’agir d’une des tours de la cité bordée par le Peugue88. À la fin du xie siècle les textes mentionnent deux autres tours à Bordeaux et à Tour-Castel89. Nous n’avons pas réussi à localiser la turris Guesteri ou Guefferi mentionnée entre 1096 et 1111, qui est peut-être l’Arbalesteyre90. Un oppidum a été relevé à Blaye91. Nous avons deux toponymes castellet, à Caillau et près de Daignac92, ainsi qu’un castelar (Haut-Villars)93.

22Certains sites apparaissent par le croisement de plusieurs indicateurs, comme Blaye qualifié d’oppidum ou de castrum. À Civrac, Lesparre, Blanquefort ou Fronsac, les textes citent un castrum ou un castellum. À Tour-Castel, on relève un castellum et une turris. Le toponyme Castellion qui suggère l’existence d’un castellum est confirmé par les textes. Ces croisements nous amènent à accepter comme fortement probable l’existence d’un site castral sur les lieux n’ayant livré que des traces indirectes non recoupées par d’autres indices, comme la mention d’un toponyme ou d’un anthroponyme cité à cette époque (Castelviel, Casteljaloux, Castelnau, Saint-Pey-de-Castets, Castellet).

  • 94  Dernièrement Brand’honneur 2001, 58-59.
  • 95  Contrairement à ce que nous avons écrit (Boutoulle 2000a), la probabilité qu’un castrum ait existé (...)
  • 96GCSM, n° 286 ; appelé aussi oppidum (GCSM, n° 981-982, 1155-1182).
  • 97GCSM, n° 949, 950 (1079-1095) ; AD 33, G 83 (vers 1060) ; La Réole, n° 60 et 66 (1086 puis 1084-11 (...)
  • 98Pat. rolls, 1232-1247, p. 395.
  • 99La Réole, n° 77 (1154) : tempore Attonis prioris, Amanevus de Boglonio dominus ad nos venit (1154)
  • 100AHG, XV, n°I, p. 25.
  • 101GCSM, 42.

23Sans entrer pour l’instant dans la délicate question des mottes, il ne fait aucun doute que de nombreux châteaux ne nous sont pas apparus par la méthode, prudente, que nous avons décidé de suivre. Aussi est-elle fréquemment dénoncée car elle ne tient pas compte du décalage parfois très long entre la construction avérée par l’archéologie et la première mention textuelle94 : à Bisqueytan par exemple, il est d’un siècle et demi. Pour d’autres sites, les textes laissent présumer de l’existence de castra dès la fin du xie siècle95. Ainsi le castrum de Gironde-sur-Dropt, cité à partir des années 1128-114096, devait être antérieur au premier quart du xiie siècle car le personnage qui en était seigneur, Arnaud Bernard de Taurignac apparaît parmi les principes castella tenentes, entre 1086 et les années 1090. Il s’agissait d’un important seigneur péager sur la rive droite de la Garonne97. Le château de Bouglon, dans la partie méridionale du diocèse de Bazas, situé sur une butte dominant la rive gauche de l’Avance, n’est pas mentionné avant 123798. Quelques maigres indices suggèrent pourtant qu’il y avait quelque chose, au moins depuis le début du xiie siècle. En 1154, Amanieu de Bouglon portait le titre de dominus, un qualificatif réservé alors aux seuls châtelains99. En 1111, Raimond de Bouglon et Étienne de Caumont, qualifiés tous les deux de vicini proceres, participaient à une délimitation des territoires entre les diocèses de Bazas et d’Agen, autour de Casteljaloux 100; le même Raimond de Bouglon, figurait entre 1121 et 1126 dans une liste de barones ac principes101.

  • 102  Chédeville 1973, 271.
  • 103  Debord 1984, 128-130.
  • 104  Fossier 1982, 382.

24En additionnant les sites probables et les sites avérés, la documentation nous permet d’individualiser finalement une trentaine de castra et de castella en Bordelais et Bazadais à la fin du xie siècle. Pour près de 12 000 km2 il s’agit d’un total plutôt modeste par rapport à d’autres régions. Dans les 6 000 km2 de l’espace chartrain André Chédeville a relevé vingt châteaux102. Dans les pays de la Charente, A. Debord en a compté près de soixante-dix avant la fin du xie siècle103, autant qu’en Lorraine, mais un peu moins qu’en Provence104.

Distinctions castra/castella et fonctions des châteaux

  • 105  Debord 1984, 126.
  • 106  Nous avons écarté la description idéale et certainement rédigée bien après le xiie siècle du castr (...)
  • 107St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII, castrum ferro et incendio depopulavit.
  • 108GCSM, n° 708, extra muros Castelli Gelosi terram de proprio allodio ad faciendam villam (…),mansio (...)
  • 109  Marchegay éd. 1879, n° III, et ecclesie Lengo castro.
  • 110Ste-Croix, n° 97, ecclesiam Sancti Nicholai que est infra castellum Blancafortis.
  • 111St-Seurin, n° 36, de quadam terra que est ante portam castri illius quod Blancafort vocatur, 1091.
  • 112GCSM, n° 708,

25À propos de la distinction castrum-castellum, qui suggère a priori des fortifications différentes, A. Debord a montré que le chroniqueur Adémar de Chabannes utilisait chacun des deux termes sans règle véritable105. De fait, les châteaux de Blanquefort, Civrac, Fronsac, Langon, Landerron et Lesparre ont été qualifiés castrum ou castellum. Dans une même notice, Haut-Villars est alternativement nommé castellum et castelarium. Les quelques éléments de description offerts par les textes donnent des réalités similaires106. Le castrum de Saint-Macaire était habité107, mais on trouve aussi des demeures dans l’enceinte de Castellum Gelosi (Casteljaloux) avec, sous les murs, un habitat subordonné108. En 1081, il y avait une église dans le castrum de Langon (dédiée à saint Gervais)109, comme dans le castellum de Blanquefort (dédiée à saint Nicolas)110. En 1091, le castrum de Blanquefort avait une enceinte percée d’une porte111, mais au même moment on pouvait voir les murs du castellum Gelosi112.

  • 113Est que ipsa ecclesia uno plus millario a castro Fronsiaco, quod erat in dominio proprietatis supr (...)

26Un seul texte narratif hiérarchise nettement les deux termes. D’après l’Historia Pontificum, il y avait dans les environs du castrum de Fronsac des castella placés sous son autorité113. C’est peut-être une organisation similaire qui se dessinait autour de Salleboeuf : le toponyme Castellet (à quatre kilomètres de Salleboeuf) correspond peut-être à une fortification secondaire. Cependant la distinction castrum/castellum telle qu’elle apparaît dans ce cas n’est pas toujours opératoire. Dans la charte qu’il fit rédiger en faveur de Saint-Florent, le vicomte de Castillon ne mentionne à plusieurs reprises qu’un castellum, le sien. De même, selon l’auteur de l’Historia Pontificum il n’y aurait eu à Benauges et Saint-Macaire que des castella. Il semble donc que la distinction castra/castella telle qu’elle apparaît dans l’Historia recouvrait en théorie les différents éléments d’un complexe castral “idéal” et ancien. En revanche, chez les scribes de la région, pour qui les castella ne correspondaient pas toujours à des forteresses secondaires, la distinction n’est plus de mise, peut-être en raison du brouillage des liens de subordination.

  • 114St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII, arcem Sancti Macarii obsidione premebat et in brevi castrum ferro et (...)
  • 115St-Seurin, n° 97 (1176), Dederant canonici Sancti Severini IX solidos de XVIII solidos quos habeba (...)

27Ce n’est pas une découverte, la première des fonctions du château est militaire. Les châteaux de Blaye, Landerron, Benauges et Saint-Macaire ont été assiégés, détruits, pris ou fortifiés. On signale des murs d’enceinte à Casteljaloux, une porte à Blanquefort, une tour servant de dernier réduit défensif (arx) à Saint-Macaire114. Les castella de Tour-Castel et de Lamotte près de Bazas étaient, comme leur nom l’indique, commandés par une tour ou une motte. Leurs garnisons sont attestées (les custodes castelli de Castillon ou les milites castri de Blanquefort). Mais il faut attendre un accord entre les chanoines de Saint-Seurin et le seigneur de Blanquefort, passé en 1176, pour avoir la première (et seule) mention attestant des responsabilités d’un seigneur châtelain vis-à-vis des communautés des environs : contre le versement d’un cens, les hommes d’Eysines bénéficiaient alors de la protection du dominus castri115.

  • 116La Réole, n° 128, dono et concedo capelle, Sancti Petri de Regula, quae constructa est in honore S (...)
  • 117Baurein [1776] 1999, t. I, 161.
  • 118St-Florent, n°1.
  • 119GCSM, n° 555 (pour le castrum de Salleboeuf). Le plus bel exemple est offert par le castrum de Mon (...)

28Les châteaux étaient habités et constituaient des pôles de regroupement de l’habitat, c’est une donnée qui revient fréquemment. Cette seconde fonction s’appuyait, nous l’avons vu, sur une église ; ainsi en 1121, le castrum de Sainte-Bazeille présentait une église castrale (Sainte-Marie-Madeleine), un bourg castral (habitantibus intra castrum) et un habitat subordonné (de habitantibus advenis presentibus ac futuris extra castrum)116. Le claustrum de Castillon-en-Médoc est mentionné en 1100117. À l’instar de la chapelle Saint-Symphorien de Castillon, certains de ces lieux de culte ont pu être le siège d’un archiprêtre118. La présence probable d’artisans parmi les habitants du château leur conférait une dimension économique, accentuée pour certains par l’existence de marchés (Civrac, Castillon, Casteljaloux, Bordeaux). Les châteaux avaient également des fonctions judiciaires, des plaids y étaient tenus119. Ils constituaient en outre des centres de perception des revenus publics, comme les péages (Bordeaux, Castillon, Blaye, Fronsac, Gironde-sur-Dropt, Langon).

  • 120St-Florent, n° 2 ; Conques, p. 349 ; St-Seurin, n° 96.
  • 121GCSM, n° 396-401.
  • 122GCSM, n° 55, 61, près de La Sauve.
  • 123GCSM, n° 52 (dans un liberum allodium du captal), près de La Sauve.
  • 124GCSM, n° 398.
  • 125GCSM, n° 564, non localisé.
  • 126GCSM, n° 342, non localisé.
  • 127GCSM, 68.
  • 128GCSM, n°3.
  • 129GCSM, n° 284, 286, 287, 288 289.

29Ils agrégeaient ainsi, associée à la perception de ces revenus, l’aristocratie des environs (barones castri à Castillon, principes castri de Lesparre, ou milites et barones ejusdem castri de Blanquefort)120. Les feudataires du captal de Tour (parmi lesquels on relève des barons et des milites) tenaient des biens de lui à Tour121 et en Entre-deux-Mers (Garifont122, Puy-Porcint123, Floirac124, Breza125, Rufiac126, peut-être Camiac127 et La Sauve128). Des biens en pleine propriété ont certainement aussi été distribués : on relève ainsi parmi les engagistes ou les donateurs de la dîme de Sainte-Pétronille, située près du castrum de Gironde-sur-Dropt, Bernard de Taurignac, de la famille des seigneurs de Gironde mais aussi des barons et des milites tels Bernard Amanieu de Castelmoron ou Guilhem Arnaud de Loubens129.

  • 130La Réole, n° 60.
  • 131GCSM, n° 960.

30Enfin les châteaux offraient aux seigneurs qui les commandaient l’opportunité de se démarquer. Raimond II de Gensac par exemple, dans une charte où il s’exprimait à la première personne, s’intitulait “Raimond du château de Gensac” (Gensiaci castri130). Dans des circonstances analogues le seigneur de Blaye se présentait ainsi : Guilhem Frédeland de Blavia Oppido131. Cette insistance traduit bien l’aura de puissance que le château conférait et souligne sa fonction ostentatoire.

Une origine majoritairement publique

  • 132  Gardelles 1972, 12, Bonnassie 2000, 121 (“châtelains alleutiers”). Foedera, conventiones, éd. Ryme (...)
  • 133  Debord 1984, 144-150. Le pourcentage des châteaux d’origine publique n’a cessé de diminuer tout au (...)

31Nous l’avons vu, l’autorité ducale n’était pas aussi défaillante qu’on l’a jadis écrit. Il paraît ainsi difficile de continuer à admettre qu’en majorité les châteaux de la région étaient “adultérins”132, malgré le voisinage des pays de la Charente où A. Debord a pu établir que les trois quarts des châteaux construits dans la seconde moitié du xie siècle l’avaient été sans autorisation comtale ou ducale, de manière privée133.

  • 134Hist. pontif. p. 33 (1120-1140) : predictus comes Vulgrinus, congregato magno exercitu et propriis (...)
  • 135  Les motivations des évêques intervenant dans quelques châteaux restent difficiles à percer : lorsq (...)
  • 136  Debord 1984, 142.

32Seul un passage de l’Historia Pontificum relatif au castrum de Blaye montre qu’on ne pouvait pas, en théorie, construire une forteresse sans l’autorisation ducale. Mais le même extrait montre aussi que le comte d’Angoulême ne se préoccupait pas de l’avis de Guilhem X pour reconstruire le castrum et le rendre inexpugnable134. Il nous faut donc examiner au cas par cas chacun de nos sites, en suivant si possible les mêmes critères mis en avant par A. Debord pour postuler d’une origine publique, à savoir quand un texte mentionne la construction du château par le roi, le duc, le comte, ou l’évêque135 ; lorsqu’au moment où il apparaît dans la documentation, le château est ducal (ou épiscopal) ; ou lorsque le château est expressément tenu en fief du duc (ou de l’évêque)136. Le premier de ces critères ne porte que sur Fronsac, construit, avons-nous dit, sur ordre de Charlemagne en 769. Le second vaut pour Blaye, Bourg, Castillon, puis pour Vertheuil et Salleboeuf. La situation de Tour-Castel et de Langoiran, dans la directe, en fait des châteaux ducaux. Qu’en est-t-il des autres ?

  • 137GCSM, n° 19.
  • 138  En Bigorre les castella tenus sont rendables à l’ordre du comte (Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61 (...)
  • 139  PCSM, p. 129 : domnus rex sicut credimus dedit postea vicarias suas paucis quibusdam militibus sic (...)
  • 140Ste-Croix, n° 1 et 2.
  • 141Cujus castellaris allodium multos possessores habebat sed justicia proprie ad ipsum comitem pertin (...)
  • 142Voir supra p. 95.
  • 143GCSM, 180, in manus Vasatensis episcopi apud Castellum Vetus.
  • 144La Réole, n° 43 et 129, castella, municipia et totum honorem suum commendavit.

33En Entre-deux-Mers les seigneurs de Gensac, Benauges ou Gironde, apparaissent dans l’entourage du duc Guilhem VIII et sont cités parmi les principes castella tenentes assistant le duc Guilhem IX137. Or, nous aurons l’occasion de le redire, le verbe tenere n’est jamais associé pendant cette période à un alleu138. En outre, le seigneur de Benauges, dont on rapportait en 1237 qu’il avait reçu jadis sa vicaria du roi lui-même139, était seigneur à Saint-Macaire où une villa comtale est signalée à la fin du xe siècle140. Selon une des notices de fondation de La Sauve-Majeure, le duc avait la justice sur l’ancien castellum de Haut-Villars141. Si l’on ne voit pas les vicomtes de Civrac-Castets dans l’entourage ducal après le milieu du xie siècle, du moins savons-nous qu’ils y étaient à la fin du xe siècle et que leur vicomté s’est certainement calée sur l’ancienne viguerie de Gamage142. L’évêque de Bazas, Bertrand, a présidé un plaid à Castelviel (1104-1126) ce qui suggère l’existence d’un château épiscopal143. Qualifié d’honor par une notice des années 1110-1126, le pouvoir du seigneur de Landerron semble avoir eu une origine publique ; son premier seigneur connu, Auger de Mazeronde, participait à une curia ducale dans le château de Taillecavat, entre 1070 et 1084144.

  • 145Conques n° 481 : coram principibus patrie(…). S. W. ducis et comitis, S. Hugonis de Laizinian, S.(...)
  • 146AD 33, G 334-335 ; GCSM, 21.
  • 147GCSM, 947 (1079-1095).
  • 148Marchegay éd. 1879, n°III: et aecclesie Lengo castro quantum ad episcopum pertinet totum.
  • 149GCSM, n° 710, castellum suum (dans lequel il fonda une église).
  • 150GCSM, 9, 10, 946.
  • 151GCSM, 42.
  • 152AHG, XV, p. 27. Marquette 1962.

34Sur la rive gauche de la Garonne, les seigneurs médocains de Lesparre, Castelnau et Blanquefort apparaissent sous un générique principes patrie au côté du duc Guilhem IX en 1108145. Le castellum de Buch a été construit sur une ancienne villa comtale146. À Langon, où le vicomte de Gabarret (un des principes castella tenentes) levait un péage147, en 1081, l’évêque de Bazas donna (ou confirma) l’église du castrum à Saint-Florent de Saumur 148. Le texte qui révèle le castellum de Labarde à la fin du xie siècle marque la possession de son seigneur, Raimond Guilhem de Mazerolles (castellum suum)149 , mais ce personnage apparaît également dans la curia ducale150. Entre 1121 et 1126, le seigneur de Bouglon participait à une assemblée solennelle de principes ac barones à La Sauve-Majeure151, alors qu’au même moment, l’évêque d’Agen contestait à son collègue bazadais la possession de Casteljaloux152.

  • 153GCSM, n° 654.
  • 154Rec. feod., n° 203, 205.
  • 155La Réole, n° 128, AHG, II, n° CIII, ut habeat jura parochialia de habitantibus intra castrum integ (...)

35Les sites sur lesquels n’accrochent pas les critères retenus ne sont finalement pas nombreux. Ce n’est qu’au début du xiie siècle qu’apparaît dans les textes Castelmoron avec Pigilatus de Castro Mauron, un individu qui suivait le seigneur de Gensac153 ; or, en 1274, les Reconnaissances féodales placent ce château dans l’honor de Gensac154. Celui de Castillon-en-Médoc n’est connu que par une donation des membres de la famille des seigneurs de Lesparre, passée en 1101 in claustro Sancti Christophori de Castellione. Le castrum de Sainte-Bazeille était sous le contrôle du seigneur de Landerron, mais l’évêque Bertrand de Baslade put en abandonner les droits paroissiaux en 1121155. Enfin, les indications sur Lamotte-près-de-Bazas sont trop lacunaires pour que nous puissions nous prononcer.

  • 156  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 3-4.

36Au total, si l’on additionne les “châteaux tenus”, ceux dont les seigneurs fréquentaient la curia ducale et sans compter les châteaux ducaux ou épiscopaux, la très grande majorité des châteaux doit être considérée, d’après les critères d’A. Debord, d’origine publique. Rien en somme qui ne soit en contradiction avec les fors de Bigorre où l’autorisation comtale pour la construction des châteaux apparaît aussi clairement que le principe de reddibilité156. Ceux dont les seigneurs ne figurent pas dans l’entourage ducal, comme Castillon-de-Médoc ou Castelmoron, semblent fonctionner dans le cadre de la seigneurie châtelaine comme des châteaux secondaires en relation ou en subordination vis-à-vis du château principal.

L’enchâtellement en cours

  • 157  BN ms lat. 17733, f 19 v.
  • 158La Réole, n° 135.

37Nous ne pouvons pas remonter assez loin dans le temps pour déterminer le moment où chacun de ces châteaux est apparu. Seuls cinq sont “datables”, Blaye et Bourg d’origine antique, Castillon-sur-Dordogne et Fronsac construits pendant la période carolingienne, enfin Castets avant l’an Mil157. Pour les autres, même si nous manquons de repères, nous nous ne pouvons postuler leur ancienneté. Comme l’atteste, peu avant les années 1137-1152, la construction documentée du castrum de Duras sur les confins de l’Entre-deux-Mers bazadais et de l’Agenais, la géographie castrale n’était pas figée158.

  • 159GCSM, n° 408. Voir schéma de filiation n° 5.
  • 160  Casse 1988, 32. Il en reste une vaste motte ovale de 40 m sur 80 entourée de fossés, (Gardelles 19 (...)
  • 161Ste-Croix, n° 104.

38Dans notre secteur cela se manifeste par l’apparition de deux châteaux dans les premières années du xiie siècle, L’Isle-Saint-Georges et Veyrines. Entre 1140 et 1155, Guilhem Hélie III de L’Ile, vicarius de Burdegala et dominus de Insula, accompagné de son neveu, Guilhem Fort, ont donné à La Sauve-Majeure le droit d’usage dans un bois situé “près du château” (in vedato que est prope castellum)159. Il s’agit de la première mention du château de l’Isle-Saint-Georges, plus tard appelé L’Isle-en-Arruan, ou Isle-Pey-de-Bordeu160. Le lieu-dit Balaich mentionné dans la donation est signalé dans le dîmaire de l’Isle-Saint-Georges. Guilhem Hélie y donna à Sainte-Croix de Bordeaux, entre 1137 et 1151, des emplacements pour faire des moulins, la dîme et un bois161.

  • 162Ste-Croix, n° 37, GCSM, n° 49.

39L’Isle-Saint-Georges est situé sur un estey, le ruisseau de Saucats, dans la palu de la rive gauche de la Garonne. Certainement plus près du fleuve qu’aujourd’hui, L’Isle-Saint-Georges était un port. Guilhem Hélie III est très certainement le fils de Guilhem Hélie II de Bordeaux, mentionné entre 1080 et les années 1106-1119, qui fut, comme son fils, viguier de Bordeaux. On ignore à quel moment la terre de l’Isle-Saint-Georges fut unie au patrimoine de cette famille. Pendant le premier quart du xiie siècle les Bordeaux semblent n’y être pas encore implantés : on relève entre 1111 et les années 1126-1131, un archidiacre de Bordeaux nommé Gombaud de Insula qui en était peut-être originaire162. Par contre, la position du château (enclavé dans la directe ducale) comme la fonction vicariale de ses seigneurs plaident pour une origine publique.

  • 163St-Seurin, n° 51.
  • 164  Le castellum de Vitrinis est mentionné dans une donation d’un certain Vivien de Vitrinis, malheure (...)

40C’est dans une notice très historiée du cartulaire de Saint-Seurin qu’apparaît pour la première fois le castrum de Veyrines, à Mérignac. Entre 1145 et 1152, Amanieu de Veyrines avait fait construire une église dans “sa forteresse” (in oppido suo basilicam fecisset). Les chanoines de Saint-Seurin qui possédaient l’église Saint-Vincent de Mérignac s’opposèrent à la nomination d’un chapelain ; l’archevêque de Bordeaux, Geoffroi du Loroux, venu consacrer le sanctuaire, interrompit aussitôt la cérémonie. Pris de colère (valde irratus) et mécontent d’avoir été abusé, il interdit la célébration du service divin. Devant les milites castri, Amanieu ne put que reconnaître sa défaite163. Si la responsabilité de la construction de l’église revient sans aucun doute à Amanieu on ne peut pas pour autant lui attribuer celle du castrum. D’après les données que nous avons recueillies sur cette famille, entre 1145 et 1152 Amanieu devait être assez jeune puisque les textes le signalent encore en 1195. La construction du castrum doit donc revenir à son père, lui aussi nommé Amanieu (Amanieu Ier)164.

  • 165Ste-Croix, n° 92-93 (1123-1131).
  • 166St-Seurin, n° 37.
  • 167St-Seurin, n°43.
  • 168GCSM, 400.
  • 169GCSM, 416 (1140-1155) ; GCSM, 1050 (1148).

41Cette famille ne s’était pourtant manifestée dans aucune des grandes réunions de l’aristocratie régionale du règne de Guy Geoffroy ou de Guilhem IX. Ni Amanieu Ier, ni son frère Eldrans, ni leur parent (?), Arnaud de Vitrinis, ni le fils de celui-ci, Guitard, n’ont été qualifiés de milites ou de nobiles. On observe cependant qu’Amanieu Ier gravitait dans l’entourage du châtelain de Blanquefort, Amauvin, puisqu’il assista à deux de ses concessions165. Les biens que les Veyrines ont apporté à Saint-Seurin et à La Sauve-Majeure donnent une idée de la géographie de leurs possessions. Amanieu Ier avait une terre entre Vitrinis et Mérignac dans un lieu nommé aus Domiuns 166; Arnaud donna une part de terre à Tremblède, une autre entre Tutelle et l’église de Saint-Germain, une troisième dans la palu167. Il offrit à La Sauve-Majeure un casal qu’il avait engagé à Tregeyt168. Son fils Guitard soutint une longue lutte contre les moines de La Sauve sur la possession d’une terre à Montussan169. Contrairement aux précédents, ce château était trop éloigné du fleuve pour tenter de tirer des revenus du trafic fluvial (six kilomètres). Installé sur la haute terrasse alluviale, il pouvait cependant surveiller l’axe routier Bordeaux-Lège. La paroisse de Mérignac était située dans la directe ducale, mais ce château n’apparaît pas parmi ceux qui étaient tenus du roi-duc dans les Reconnaissances de 1274.

La place des mottes

  • 170  Nous considérons comme des mottes, les tertres circulaires, ovales ou rectangulaires, résultant so (...)
  • 171  Quintanilla 1973, Hittos 1979, Ménil 1983, Barraud & Chieze 1983, Marquette 1990.
  • 172  Beyne 1997, Bissonet 2004, Dufau 1974, Faravel 1991, Peyrelongue 1992, Piat 1995a, Souny 2004, Tol (...)
  • 173  Bisqueytan (Piat 1995b et Boutoulle & Piat 2006) et la motte Maucour à Martres (Saint-Marc 1983). (...)

42Malgré les garanties qu’ils procurent, les textes, nous l’avons vu, risquent de ne livrer qu’une approche lacunaire de la géographie castrale. Cette impression est renforcée par l’examen des mottes dont la quantité contredit le constat de limitation des châteaux que nous venons de faire170. Quoique cette question soit littéralement passée de mode dans les années quatre-vingt-dix, la rareté des fouilles n’ayant pas permis de concrétiser l’élan initié par le colloque de Caen de 1980, des travaux récents, comme ceux de M. Brand’honneur sur les mottes et l’habitat chevaleresque dans le comté de Rennes, nous rappellent à juste titre toute son importance. Pour ce qui concerne le Bordelais et le Bazadais depuis Léo Drouyn qui avait, le premier, attiré l’attention sur ce type de construction, des études entreprises ces trente dernières années ont complété le corpus; il s’agit d’inventaires spécifiques aux mottes sur une partie de la région171 ou intégrés dans des travaux d’occupation du sol menés sous la direction des professeurs Higounet, Marquette et Araguas, distinguant les mottes sûres (révélées par l’archéologie ou la toponymie médiévale) et les mottes probables (attestées par une toponymie plus récente)172. La presque totalité de notre région a ainsi été prospectée sur le terrain ou par les textes. Dernièrement, deux fouilles partielles menées à Bisqueytan (Saint-Quentin-de-Baron, s.d. J.-L. Piat) et Pineuilh, (s.d. Fr. Prodéo) ont permis d’en savoir plus sur la chronologie et les origines de ces constructions173. Pourtant beaucoup de données manquent encore : ainsi, nous ne disposons ni de chrono-typologie certaine ni de sites totalement fouillés. Aussi, toute synthèse étant encore illusoire, les réflexions qui suivent se limiteront à quelques lignes générales sur la base du corpus inventorié et de ce que les textes nous permettent de voir.

  • 174  Bissonnet 2004, 122-131.
  • 175  Selon Pierre Ménil, 88 % des sites sont des tertres, les autres sont des enceintes, des moated sit (...)

43Dans les cent huit communes de l’Entre-deux-Mers bazadais (cent vingt paroisses), S. Faravel a relevé soixante-trois mottes, soit une pour deux paroisses. C’est une moyenne assez proche que livre la prévôté royale d’Entre-deux-Mers étudiée par M. Beyne (neuf mottes sûres et huit probables pour trente-cinq communes et quarante paroisses). Du Médoc au pays de Born, P. Ménil a trouvé un résultat sensiblement supérieur (sur cent trente communes, soit 4 800 km2, quatre-vingt-trois ouvrages de terre ont été recensés dont soixante-dix-huit certains). Il y avait proportionnellement moins de mottes dans le sud Bazadais : dans les soixante-neuf communes concernées par le POSHA de l’arrondissement de Langon, J.-B. Marquette a relevé vingt-deux mottes. Par contre dans les seize communes de l’Entre-deux-Mers bordelais traversées par la Canaudonne et la Souloire (vingt paroisses), J.-L. Piat en a recensé dix-neuf. À plus grande échelle, la carte révèle de fortes concentrations : à Salleboeuf on a cinq mottes, quatre à Cabanac, Moulon ou Génissac, trois à Saint-Pey-de-Castets, le Puy ou Saint-Germain-d’Esteuil. Par contraste, J.-Chr. Tölg n’en a relevé aucune dans les huit paroisses de l’ancienne juridiction de Saint-Émilion ; le même déséquilibre apparaît dans le Fronsadais de J.-Fr. Bissonet, entre le nord où les mottes sont nombreuses et le sud où il n’y en a quasiment pas174. Les mottes repérées sont en majorité des ouvrages de terre seuls, de forme arrondie (ou cylindro-tronconique) et sans enclos175.

  • 176Miles quidam nomine Ramundus cognomento Paba (…) hic fuit indigena castelli illius in vicina Vasat (...)
  • 177Locum qui ab incolis Mota vocatur, Ste-Croix, n° 37 (Sadirac, 1111) ; boscum in quo mansio ejus et (...)
  • 178Anc. coutumes La Réole, n° 48.
  • 179Sciatis quod fieri facimus quoddam castrum ligneum Inter duo Maria, quod erigi faciemus in insula (...)
  • 180  La motte Caupenne à Parempuyre correspond à une maison forte construite après 1304 : Peyrelongue 1 (...)

44Les éléments de datation apportés par les textes sont concordants quoi qu’aussi plus larges. Nous l’avons vu, dans le premier tiers du xie siècle, le castellum de Raimond Paba situé dans les environs de Bazas était appelé Lamotte176. À la fin du xie et au début du xiie siècle, il y avait des mottes à Civrac (extra castellum), à Sadirac ou à Doboengs, en Entre-Dordogne (Monbadon)177. Les Anciennes Coutumes de La Réole, rédigées vers 1187-1188, signalent la motte d’Amanieu de Loubens178. En 1242, Henri III se plaignait de n’être pas parvenu à faire construire en Entre-deux-Mers un château en bois (castrum ligneum), “ni même une motte”179. D’après les textes, les mottes ont donc pu être édifiées aux xie, xiie, xiiie, voire même plus tard, au xive siècle180. Par conséquent, toute carte “écrase” la chronologie du phénomène, juxtaposant des mottes qui n’étaient pas contemporaines ; faute de données archéologiques, il n’est donc pas possible d’individualiser celles qui existaient à la fin du xie siècle ou dans la première moitié du suivant.

  • 181GCSM, n° 650 (vers 1079-1095), Guillelmus Garsie vicecomes de Sivraco donavit (…) extra castellum (...)
  • 182  PCSM, p. 116, partem suam de terra que est a la mota de Tavarred. ; cart. Villemartin, n° 126 et 1 (...)
  • 183St-Seurin, n° 232, en la meita deu bordiu de mota d’Aires ; n° 282, vineam quam tenet ab eis Guill (...)
  • 184  Drouyn 1874.
  • 185  Debord 2000, 62.

45Nos textes confirment l’existence de concentrations de mottes autour de tel ou tel château. Ainsi dénombre-t-on trois mottes autour du castrum de Civrac, la motte des moines de La Sauve (signalée dans trois textes des années 1095-1119) 181, la motte Tavarret (vers 1185-1194) et la motte Speluque (1213-1227)182. Près de Bordeaux, il y en avait au moins deux, la motte des Ayres signalée en 1247183 et la motte de l’archevêque, attestée à la fin du Moyen Âge184. Cependant, et A. Debord l’a encore souligné, les mottes servent aussi d’assise au castrum ou au castellum lui-même185. À Castillon-en-Médoc, une imposante motte d’une dizaine de mètres de haut occupe encore la partie nord de l’ancien château. Le castellum de L’Isle-Saint-Georges, qui apparaît dans les textes dans le second quart du xiie siècle, était commandé par une motte de neuf mètres de haut et soixante-dix de diamètre.

  • 186Historia Pontificum, p. 20 et 25.
  • 187GCSM, n° 291-310 (1182-1194).
  • 188  Piat 1995, 118-121.

46Il reste que le nombre de mottes est plus élevé que celui des castra et des castella. Le mandement d’Henri III de 1242 distingue d’ailleurs la motte d’un castrum ligneum, tout en lui assignant une fonction militaire. Ce type d’organisation castrale, entre un château et des édifices secondaires, est attesté, rappelons-le, par le passage de l’Historia pontificum qui évoque des castella dans les environs du castrum de Fronsac, manifestement placés dans une situation de subordination (terris et castella in circuitu)186. Il apparaît aussi dans la paroisse de Moulon, où un castrum est attesté, entre 1182 et 1194187, et où J.-L. Piat a localisé trois mottes certaines, deux autres probables188. Ces “mottes secondaires” correspondent donc pour une part à ce que les textes appellent castellet ou castellud. Elles devaient assurer la surveillance de points névralgiques de la seigneurie : la motte de Civrac avait été construite, à vue du castellum, près d’un pont et d’un moulin ; les mottes de Tavarret et de Speluque situées un peu plus à l’est, surveillaient des bois et une voie méridienne.

  • 189  Voir infra, p. 176.
  • 190GCSM, n° 795 (vers 1106-1119), boscum in quo mansio ejus et mota erat.
  • 191Rec. feod., n° 544, (1274), Petrus de Montepessato, miles, juratus et requisitus, dixit quod ipse (...)
  • 192Anc. Coutumes La Réole, n° 48, Amaneus de Lobengt et sui debent facere hominium priori pro mota su (...)
  • 193GCSM, n° 650, Guillelmus Garsie vicecomes de Sivraco donavit ecclesie Sancte Marie Silve Maioris e (...)
  • 194GCSM, 369, 411.
  • 195Souny 2004, 87.

47Les mottes servaient aussi d’assise aux résidences aristocratiques et aux prieurés des grands établissements religieux, appelées domus ou mansio189. À Saint-Martin de Boenx, en Entre-Dordogne, la mansio de Raimond Guilhem de Puynormand était située sur une motte ou à proximité immédiate (Montadon)190. Les deux domus de Salleboeuf, commandant chacune une seigneurie justicière et tenues, en 1274, du roi-duc par deux milites (Pierre et Armand de Montpezat), correspondent certainement à deux des cinq mottes encore visibles dans cette commune191. La motte d’Amanieu de Loubens, mentionnée dans les Anciennes Coutumes de la Réole, pour laquelle son seigneur devait hommage au prieur, appartenait plus sûrement à cette catégorie192. La mansio des moines de La Sauve à Civrac (le noyau du prieuré) fut construite sur une terre où une motte avait été précédemment édifiée, peut-être même dans cet objectif193. Pour autant, toutes les domus ne semblent pas avoir été associées à une motte : celles des moines de La Sauve à Loupes et à Carensac, en Entre-deux-Mers, autour desquelles les actes du début du xiie siècle signalent des fossés, ne révèlent aucune motte par les textes ou sur le terrain194. Ces données recoupent donc celles d’A. Debord, qui dans les pays de la Charente a observé des habitats chevaleresques avec ou sans mottes, celles-ci représentant même “un élément de différenciation sociale de premier plan”. Des traces de réduction de minerai de fer sur le site de la motte de Cantois établissent la vocation artisanale de sa basse-cour195.

  • 196Bissonnet 2004, 123.

48Notons enfin que tous les châteaux n’ont pas exercé le même type de pouvoir sur les mottes secondaires. En Fronsadais, J.-Fr. Bissonet a montré que les résidences aristocratiques au xiie siècle, plutôt situées au sud, près de Fronsac, n’ont pas laissé de mottes, alors que celles-ci sont encore nombreuses dans les confins septentrionaux de la vicomté, proches des limites diocésaines et près d’un axe de passage emprunté par les contingents venus du nord196. Ces inégalités ont été relevées ailleurs, en Angoumois par exemple, dans le secteur étroitement dominé par le comte d’Angoulême, où les mottes paraissent rejetées sur les périphéries forestières.

49Si les interrogations que suscitent les mottes sont loin d’être toutes résolues, du moins les inventaires, les études micro-régionales et les fouilles menées ces dernières années ont permis de mieux connaître la chronologie, les caractères et les vocations apparentes de ces constructions. Il est encore trop tôt pour dire si les mottes secondaires, qui posent le plus de problèmes d’interprétation tant le semis paraît dense et inégal, fonctionnaient dans le cadre d’un système contrôlé, à l’instar de celle d’Amanieu de Loubens ou de toutes celles bâties à vue d’un castrum. Le cas du Fronsadais, où la dissociation est nette entre l’habitat aristocratique et la zone d’implantation des mottes, donne à penser que les installations périphériques plutôt que de souligner une quelconque fragilisation du pouvoir châtelain marquaient au contraire sa vigueur.

Rareté des burgi et des formes de regroupement dirigé de l’habitat

  • 197Musset 1966, Debord 1980, Senséby 1997.
  • 198Saint-Seurin: St-Seurin, n°9 (1010-1032), 107 (1170), 119 (1168-1181), 122 (1168-1181), 132 (116 (...)
  • 199La Réole n° 96 (1087), GCSM, n° 19 (1087-1095), St-Seurin n° 21 (1122), 72 (1124) ; Ste-Croix n° 1 (...)

50Soulignant en quelque sorte la faible densité castrale de la région, les burgi se compteraient presque sur les doigts d’une main, ce qui à l’échelle d’une région comme celle-ci n’est pas sans poser question197. Les textes fournissent en effet, entre les années 1070 et le milieu du xiie siècle, six localités pourvues d’un bourg, à La Sauve, Saint-Seurin, Vayres, Saint-Florent-de-Castillon, Sainte-Bazeille, Langon et peut-être Guîtres198. Les mentions de burgenses recoupent pour une part cette première liste (La Sauve) et la complètent de deux autres localités (La Réole et Bordeaux)199.

  • 200  St-André, f 62 (n° 46), si olle dequoquntur in burgo decima esset capituli, si in civitate decani.(...)
  • 201GCSM, n° 35, burgus monasterii, terra circa monasterium et burgum nostrum.
  • 202St-Jean-d’Angély, n° 297, Decimam autem villæ totam annuimus, et terram altaris, omnemque burgum.
  • 203GCSM, n° 11, homines in burgo commanentibus: PCSM, p. 49, homo qui habitabat in burgo.
  • 204  La capella burgi à Sainte-Bazeille, les églises Saint-Pierre de La Sauve, Saint-Gervais ou Notre-D (...)
  • 205  St-André, f 62, si olle dequoquntur in burgo ; St-Seurin, n° 132, de tabernis vestri burgi.
  • 206St-Seurin, n° 107.
  • 207GCSM, n° 14, 17, Guiet 1993, 57 ; La Réole, n° 93. Nous n’avons plus de trace du mercatum planifié (...)
  • 208GCSM, n° 237 (1106-1119, quarterio ad mensuram Burdegale seminari postest), n° 391 (1155-1182), St (...)

51D’après les exemples cités ci-dessus, le burgus était un quartier accolé à un noyau préexistant. À Bordeaux, le burgus était distinct de la cité : il s’agissait du “bourg Saint-Éloi” qui s’étendait au sud de l’enceinte antique200. À Saint-Florent-de-Castillon, La Sauve, Saint-Seurin et Guîtres, les burgi s’étaient développés près d’un établissement religieux, prieuré, abbaye ou collégiale201. À Langon, le burgus devait toucher le castrum ou le prieuré dépendant de La Sauve. Vayres correspondrait plutôt à ce que L. Musset qualifiait de bourg rural, car celui-ci a été mis en place près d’une villa202. Les données extraites de ce modeste échantillonnage n’interfèrent pas sur les conclusions de L. Musset, A. Debord ou Ch. Senseby à partir de sources plus riches que les nôtres. De fait, le bourg était un pôle de peuplement203, pourvu d’un centre religieux204, de commerces et d’échoppes d’artisans205, où l’on vendait, notamment, du vin206. Les privilèges commerciaux de La Sauve (marché et foire depuis 1079) et de La Réole (marché depuis au moins 1080), comptent pour beaucoup dans la réussite urbaine de ces deux agglomérations207. Bordeaux devait avoir son marché avant la première mention explicite dans le troisième quart du xiie siècle puisqu’il existait une “mesure de Bordeaux” pour estimer les grains entre 1106-1119208.

  • 209  Higounet 1963, 240-246 ; Fossier 1982, 540-541 ; Marquette 1996 ; Faravel 1991, 184 ; Boutoulle 20 (...)
  • 210  Faravel 1990, 181-216, Cursente 1996, 38.

52Au regard des quarante-sept burgi relevés en Normandie au xie siècle ou des cinquante attestés dans les pays de la Charente à la même époque, le total présenté par la Gascogne bordelaise fait pâle figure. Même en intégrant au décompte les sauvetés dont il reste à saisir l’articulation avec les burgi le constat change peu tant la réussite de ces dernières fut inégale209. Avec son semis de villae, cette région présentait donc elle aussi ce profil invertébré et peu polarisé caractéristique des pays gascons avant l’avènement des bastides et des castelnaux210.

Les seigneuries locales

  • 211  Baschet 2004, 100.
  • 212  Debord 2000, 89, 102-103 ; Bonnassie 1990b, 369. C’est aussi ce qui ressort des études de cas du m (...)

53La construction des châteaux était, nous venons de le voir, un processus en marche. Cependant il était loin d’avoir touché toutes les seigneuries. On relève en effet, sans que l’on puisse incriminer une carence documentaire, des seigneuries dotées de larges attributs de la puissance publique et dépourvues de châteaux. Or, dans l’historiographie contemporaine, la seigneurie castrale en plus de focaliser bien des regards semble détenir l’exclusivité du ban seigneurial du xie siècle. Ainsi, pour J. Baschet, “le château est le symbole du pouvoir de la noblesse, de ses fonctions militaires autant que de sa domination sur les terres et les hommes”211. A. Debord, qui récuse même l’expression de “seigneurie banale” pour lui préférer celle de “seigneurie châtelaine”, admet que d’autres individus aient pu lever les mêmes coutumes que les châtelains, mais soit parce qu’ils les avaient reçues en fief, soit parce qu’ils s’en étaient emparées, ces parvenus restaient des seigneurs fonciers en vertu de l’axiome selon lequel “la seigneurie châtelaine se différencie nettement de la simple seigneurie foncière par sa vocation à dominer les autres hommes et à exercer sur eux les droits régaliens”212.

  • 213Barthélemy 1993, 354, 472; Barthélemy 1997, 151-159; Pichot 1995; Larrea 1998, 385-406.

54Cette vision globalisante qui a sa part dans l’émergence du concept de dominium fait peu de cas des situations intermédiaires, notamment celles en qui J.‑J. Larrea a vu la genèse de la seigneurie de la Vieille Navarre ou que D. Barthélemy, puis D. Pichot ont relevées en Vendômois ou dans le Bas-Maine sous l’appellation de “seigneuries locales” ou “seigneuries de villa”213. Sans surprise, ce type de cellule seigneuriale apparaît dans la Gascogne bordelaise, avec même une grande fréquence (fig. 15).

Un échantillon de cas bien documentés

  • 214St-Jean-d’Angély, n° CCCI, 365.
  • 215  Bissonet 2004.

55Les prérogatives d’Arnaud Faidit, seigneur de Cadillac-en-Fronsadais, sont connues par une donation en faveur de Saint-Jean-d’Angély, en 1092, passée dans le castellum de Fronsac214. Située sur le rebord de la terrasse dominant la rive droite de la Dordogne, la paroisse de Cadillac domine un vaste secteur de palus. Arnaud Faidit donna l’église Saint-Georges, la justice et la “domination” sur tous les hommes vivant dans la “défense du sanctuaire” (dominationem et justiciam de suis et cunctis hominibus in salvatione sancti habitantibus). Il levait la dîme de la laine et du lin sur toute la paroisse, celle des artigues qu’il avait “en propre”, in dominio. Il avait au moins deux moulins et contrôlait l’usage des vacants sur lequel il prélevait une taxe (pascua). Aucune motte n’y est attestée215.

  • 216GCSM, n° 79, 88, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 94, 95, 96, 98, 151. Voir schéma de filiation n° 10.
  • 217GCSM, 105.
  • 218Piat 1995a, 117.

56La paroisse de Daignac, à l’est de l’Entre-deux-Mers bordelais, est particulièrement bien éclairée grâce aux générosités de Rathier de Daignac, un miles cité parmi les “nobles hommes”216. Les éléments de son patrimoine étaient essentiellement concentrés dans la paroisse éponyme. Son “alleu libre” (liberum allodium) comprenait l’église Saint-Christophe et des terres à proximité. Il percevait les petites et les grandes dîmes, levées sur les vignes et les champs, ainsi que des parts de fruit. Toujours à Daignac, il contrôlait l’usage des bois et le cours du ruisseau sur toute la traversée de la paroisse. Il avait au moins deux moulins et dans l’un de ceux-ci, un fief était tenu de lui. Dans la paroisse voisine de Guibon, Rathier avait encore d’autres alleux, comprenant le sanctuaire, des habitations, des terres et les dîmes. Aucun des textes de ce dossier particulièrement fourni n’évoque de castrum à Daignac, juste une mansura sua pour l’un des membres de la famille217. Une motte, malheureusement arasée, a été aménagée au lieu-dit Curton218.

  • 219GCSM, n° 13 et 17 (1079-1087). Voir schéma de filiation n° 8.
  • 220Ste-Croix, n° 8 (1096-1111), 129 (1155-1170), 133 (1165-1170).
  • 221Ste-Croix, n° 8, caballi mei et pecora meorum hominum in ipsum fontem ad bibendum utilem ingressum (...)
  • 222Ste-Croix, n° 67.
  • 223  Ménil 1983, t. I, 58.

57Situé dans la paroisse de Bègles, à l’extrémité de la terrasse alluviale, Centujan domine un vaste secteur de palus sur la rive gauche de la Garonne. Beaudouin Ier de Centujan, signalé parmi des nobiles ac potentes viri219 et ses successeurs contrôlaient, dans un alleu, le cours de deux ruisseaux, l’estey de Peyrelongue (l’Eau Bourde) et une partie de l’estey des Arcs (appelé aussi estey Majou)220. Ils y avaient des moulins (moulins d’Estrabon, d’Estey Cocut, moulin du Pré) et des alleux. Ils possédaient de nombreux fiefs (feuda) le long de l’estey de Peyrelongue ; leurs chevaux et le bétail de leurs homines venaient s’abreuver à la fontaine de Centujan221. La domus de Centujan, signalée en 1187, n’est pas assimilée à un castrum222. La seule motte relevée dans ce secteur (non datée) était située au lieu-dit Francs, à un peu plus d’un kilomètre à l’est de Centujean223.

  • 224Ste-Croix, n° 89 (1131-1138).
  • 225  À trois reprises aux côtés du duc : GCSM, n° 13, 17 ; Conques, n° 481 (1108).
  • 226  Ménil 1983, 70 et 78 à 82.

58Sur la voie Bordeaux-Dax, à Gradignan dans la directe ducale, la seigneurie d’Ornon était située à l’entrée des Landes. En 1131-1138, une juridiction (juridictio potestatis) est mentionnée, relevant d’une certaine Martha, de nobilis genere, à propos de biens localisés dans la paroisse voisine de Cestas224. Le seigneur du lieu à la fin du xie siècle, Guilhem Fort, apparaissait avec des principes patrie, des nobiles ac potentes viri, pendant les années 1079-1095 et en 1108225. Nous n’avons rencontré aucune mention de château, pas même au xiiie siècle, alors qu’il y avait des mottes à Canéjan et Gradignan226.

  • 227GCSM, n° 42, 52, 349, 356, 358, 368, 524, 549, 550, 551, 552, 553, 978, 978, 980, 1031, 1196. Voir (...)
  • 228GCSM, n° 42.
  • 229GCSM, n° 553.
  • 230Piat 1995a, 117.

59Sur la rive gauche de la Dordogne, Génissac domine le fond d’un méandre du fleuve, entre Vayres et Moulon. Les donations en faveur de Saint-Martial de Limoges puis l’installation d’un prieuré de La Sauve, au port de Génissac, appelé Ardesnes, nous permettent de connaître les droits de la famille qui contrôlait ce lieu227. Pierre Renaud de Génissac, un des croisés de 1095, contrôlait les droits d’usage sur toute la terra de Génissac que traversait une voie publique (la voie de Brunehaut). Il possédait entre autres, des vignes, des artigues et une silva. Son fils, Raimond, est cité dans une liste de barones ac principes228 ; sa belle-fille, Vierna, était qualifiée de domina de Genizac229. Les textes ne signalent pas de castrum avant la fin du xiie siècle ; J.-L. Piat y a relevé des mottes non datées, l’une au port, l’autre à Moinerie, et peut-être une troisième au lieu-dit Lamothe230.

  • 231GCSM, 291-310. En outre, en 1255, le roi donna à Guilhem Séguin de Rions, l’autorisation de con (...)
  • 232GCSM, n° 164.
  • 233GCSM, n° 33 et 98.

60À trois kilomètres à l’est, Moulon est située sur la rive gauche de la Dordogne. Dans cette paroisse où un castrum est attesté à la fin du xiie231, existait vraisemblablement une seigneurie, au moins depuis le début du siècle. Entre 1106 et 1119, Isembert de Moulon avait le contrôle de tous les ruisseaux de la paroisse voisine de Grézillac ainsi que de son église232. Il était en outre classé parmi les barones et les nobiles233.

  • 234GCSM, n° 259 (1128-1140), consilio Guillelmi Seguini de Arions, in cujus honore habitabat. Voir sc (...)
  • 235GCSM, n° 296.
  • 236Rôles Gascons, n° 2642.
  • 237GCSM, 7, 15, 19, 88.
  • 238GCSM, 33, 42, 98.
  • 239GCSM, n° 1 à 6, 35, 118, 129, 148, 341.

61Une notice des années 1128-1140 révèle l’existence d’un honor attaché à Guilhem Séguin II de Rions “le Jeune”234. À Rions, à la même époque, se tenait une cour de justice235. Pourtant, dans cette paroisse située sur la rive droite de la Garonne nul castrum n’est cité avant 1243236. Le grand-père de Guilhem Séguin le Jeune, Bernard Ier de Rions, qui vivait entre 1079 et les années 1106-1119, était rangé parmi les viri potentes et les nobiles regionis237. Guilhem Séguin Ier de Rions “le Vieux”, qui a vécu jusqu’aux années 1121-1126, est cité parmi d’autres nobiles, barones terre ou barones ac principes238. De leurs droits seigneuriaux on ne connaît que ceux qu’ils avaient entre La Sauve-Majeure et Capian (des silvae, des alleux, des justices et des padouens)239. La fréquence des apparitions dans la documentation de Bernard de Rions et de Guilhem Séguin Ier écarte la part de non-dit inhérente au travail des scribes ; s’il y avait eu un château dans cet honor, à un moment ou à un autre les textes l’auraient évoqué.

  • 240  Jullian 1887-1890, 224-225 ; Sion 1994, 208-217.
  • 241St-Jean-d’Angély, n° 297 (1059-1086). Voir schéma de filiation, n° 22.
  • 242GCSM, n° 555.
  • 243  Marquette 1975-1979, 632-642.

62Déjà fréquenté à l’époque protohistorique le site de Varatedo, sur la rive droite de la Dordogne, fut pendant la période gallo-romaine un vicus actif. Cette étape sur la voie Bordeaux-Périgueux signalée sur la Table de Peutinger, s’appuyait sur un gué et un port, à l’embouchure du Gestas240. Entre 1056 et 1086, les donations des membres de la famille des Gombaud de Vayres en faveur de l’abbaye de Saint-Jean-d’Angély montrent qu’ils contrôlaient le port, sur lequel ils percevaient un péage, et les pêcheries sur la rivière241. À Vayres même, où deux églises furent données (Sainte-Marie de Vayres et Saint-Jean), les textes évoquent une villa, un bourg, des terres autour de l’église Saint-Jean (circa ecclesia) destinées à recevoir des habitations. Ces donations témoignent de l’existence d’un territoire seigneurial (concedimus quidquid eis donabitur in nostra terra). Là non plus, nulle trace écrite de castrum ou de castellum; l’église Sainte-Marie, que l’on sait intégrée au château du xive siècle, était seulement présentée à la fin du xie siècle comme partie intégrante de la réserve (ex integro indominicatu). Par ailleurs, entre 1079 et 1095, un contentieux fut successivement débattu “à Bordeaux devant le comte, au château de Salleboeuf et à Vayres” (ante comitem Burdegale et apud castrum quod dicitur Salaboi et apud Varias)242 : s’il y avait eu castrum à Vayres comme à Salleboeuf, on ne comprend pas pourquoi le scribe l’aurait tu. Trois mottes en revanche sont attestées au xive siècle, dont une au château et l’autre au port243.

  • 244  Voir schéma de filiation, n° 3.
  • 245GCSM, n° 627, 628-951, 592, 952.
  • 246GCSM, n° 161, placitum posuit cum eo ad portum de Branne.
  • 247  Shirley éd. 1862, 198.
  • 248GCSM, n° 627, casal juxta sanctuarium, casal cum virgario juxta sanctuarium.
  • 249Drouyn [1865] 2000, t. 1, 29-30, t. 2, 87, 94, 98, 128; A.M. Bordeaux, Ms. 254 f 51, Ms. 265, f 1 (...)

63La fondation d’un prieuré de La Sauve-Majeure à Saint-Jean-de-Blaignac entre 1106 et 1119, nous permet d’éclairer cette localité située sur la rive droite de la Dordogne. Le seigneur du lieu, Hélie de Blaignac percevait un péage sur le port ; il avait une forêt (foresta) sur laquelle il levait des droits d’usage (pascuali jus) et, comme à Vayres, une clientèle de feudataires244. Dans cette seigneurie appelée le Blaignadais (Blaiazes), existaient d’autres points de perception des péages, à Branne (sur les tissus) et à Cabara, où le prélèvement était présenté comme des questiones de navibus245. À Naujan, les seigneurs de Blaignac exerçaient un droit comtal (comitale jus), qui semble être une justice. Dans les années 1106-1119, un plaid fut tenu à Branne246. Mais de Branne à Saint-Jean-de-Blaignac, nulle trace écrite de château avant 1222247.La donation d’Hélie de Blaignac évoque un habitat groupé à Saint-Jean-de-Blaignac, constitué de casaux circa ecclesia, rien de plus248. En revanche, des mottes ont bien été relevées, dont cinq à Saint-Jean249.

  • 250GCSM, n° 673-1158, 675 (possessions à Niac, près de Langon), 678 ; Gallia I, inst. 1221. Marquette (...)
  • 251GCSM, n° 1, 708, 710 ; La Réole, n° 63 ; AHG, XV, p. 25.
  • 252  Laborie 2006.

64Évoquons enfin, même s’il s’agit d’un exemple légèrement au-dehors de notre cadre, la seigneurie éponyme des Albrets, dont la place dans ce groupe vient d’être démontrée par l’archéologie. En Bazadais, les Albrets sont possessionnés près de Langon, ils placent leurs cadets dans le chapitre cathédral et sont en mesure de s’allier avec les vicomtes de Béarn250. Cette puissance sociale est antérieure à la prise de contrôle du castellum épiscopal de Casteljaloux, entre 1111 et 1131, soit pendant les hostilités entre les évêques de Bazas et d’Agen sur la haute vallée de l’Avance, puisqu’on repère Bernard Eiz à la curia ducale, en 1079-1080, dans le groupe de barons puis, en 1103, à la cour de Gascogne tenue à Tivras251. Or, nous savons grâce à la fouille programmée conduite par Y. Laborie sur le site éponyme de Labrit, au nord du diocèse d’Aire, que l’érection du castrum n’est pas antérieure au premier quart du xiiie siècle252. La résidence des Albrets dans leur paroisse éponyme n’a donc pas, avant le xiiie siècle, rang de château.

Éclairages sur la seigneurie locale en Gascogne bordelaise à la fin du xie siècle

  • 253GCSM, n° 15, 552 ; La Réole, n° 135.

65Cet échantillon de seigneuries locales révèle des situations variées tant sur l’éventail des droits mis en avant que sur leur extension territoriale. En règle générale, les seigneurs, assis sur une réelle puissance foncière, contrôlaient les églises, les dîmes, les salti et les cours d’eaux de leur ressort où ils avaient des tenanciers ainsi qu’une clientèle de feudataires. L’exercice de la justice est avéré à Cadillac, Ornon et Vayres (de manière indirecte). Cependant, toutes n’étaient pas péagères, même s’il s’agissait de seigneurie de rivière. Ainsi au port de Génissac, à propos duquel l’installation d’un prieuré de La Sauve nous apporte de précieuses informations, nul péage n’est mentionné dans les textes alors que le seigneur était en mesure d’accorder le droit d’aller et de venir sur sa terre (eundi et redeundi per tota terram suam) signe que, à l’instar des châtelains délivrant des saufs-conduits ou concédant la sécurité des routes, le contrôle des voies traversant la seigneurie ne lui échappait pas253.

  • 254Ste-Croix, n° 35.
  • 255GCSM, n° 116 (1079-1095).

66Cependant, et c’est pour l’observateur un facteur de gêne ou de méprise, toutes les seigneuries assises sur une villa ou un alleu ne procèdent pas de ce modèle. En 1135-1137, Arnaud, fils d’Arland et de Jarcinde, vendit contre la somme de vingt livres un ensemble mi-allodial mi-bénéficial, situé dans et au nord de la villa de Lodors-les-Arcs, au sud de Bordeaux, comprenant des champs (cultes ou incultes), des silvae, de vignes, des prés (gorgés d’eau ou non), des pâtures (pascua) et des sources, entre les Arcs, la Garonne, la “vieille voie de Saint-Genès” et la “porte de la cité”. La vente ne signalant pas de dîmes, d’église ou de justice nous serions davantage en présence d’un gros alleutier qui se présentait comme tel (liber et ingenuus) que face à un seigneur local254. Les revenus de la villa de Dardenac en Entre-deux-Mers bordelais, qui ont fait l’objet de partages et de donations entre les années 1079-1095 et 1106-1119, ne portaient que sur l’église, les dîmes, les agrières et de vagues “ dépendances”255. En somme, si l’on veut éviter les réductions abusives, il nous faut envisager au sein des villae plusieurs niveaux de domination seigneuriale aux limites poreuses.

  • 256GCSM, n°118 (1095-1119).
  • 257GCSM, n°117, 120, 121.
  • 258Larrea 1998, 390-392.

67Dans l’autre sens, nous rencontrons, comme en Vieille Navarre où J.-J. Larrea a pu individualiser des blocs de droits patrimonialisés au sein de chaque villa, des situations de partage complexes. Ainsi, dans la susdite villa de Dardenac, les premiers ayants droit nommés, Garsende de Lignan et ses fils (Gaucelm et Raimond), avaient le quart de l’“alleu de Dardenac”; Pierre de Latresne et ses frères donnèrent à leur tour un autre quart pour que les moines eussent la moitié de la villa en libre alleu (ut tota medietas ipsius ville in libero allodio sit prefate ecclesie)256. Comme l’autre moitié de la villa était tenue par Pierre de Rions de Béraud d’Airan (aliam autem medietatem tenebat Petrus de Rions de Beraldo de Airan), il fallut, pour éclaircir la situation, procéder à une nouvelle répartition (partita est ipsa terra) entre les moines et Pierre, puis, à l’ordre de Guilhem Amanieu de Benauges, attribuer de nouvelles parts (per partes divisa… partitio). Ces précautions n’empêchèrent pas les réclamations de trois autres familles257. Ailleurs, quand apparaissent de manière isolée une justice ou un hébergement sur une localité où rien d’autre n’évoque de seigneurie locale, il faut croire que le duc ou un châtelain avaient, sur une des villae de leur domination, confié une partie des revenus à un tiers. Ces situations, qui n’ont rien d’exceptionnel, procèdent d’une privatisation de ces droits et de leur parcellisation ; aussi rendent-elles largement illusoire toute tentative de restitution de la trame des seigneuries locales à l’échelle du pays258. Stricto sensu, nous limiterons donc l’appellation de seigneurie locale aux seigneuries non châtelaines dont le seigneur exerçait à la fois des droits de nature publique sur les hommes de son ressort (justice, contrôle des eaux, des vacants et des voies publiques), possédait l’église, les dîmes et d’importants domaines fonciers (sous forme de réserves et de tenures) à partir desquels pouvaient être entretenues des clientèles de feudataires.

  • 259AD 33 H 4, f 8, Barthélemy 1993, 354, Duhamel-Amado 1990. R. Boutruche, qui a établi la notion d’a (...)
  • 260  La Chronique de Guîtres présente d’ailleurs un Faidit dès le règne de Robert le Pieux, donateur à (...)
  • 261GCSM, 636 (1096-1100).
  • 262AD 33, G. 8, f 6, redditum quem habebant in tribus modiis salis unoquoque anno in perpetuum omni d (...)
  • 263  AD 33, G 8, f 6, et quicquid eam queretur de suo feodo in allodio concessit ; Aussel 1981, 147.
  • 264Ste-Croix, n° 92, in landa de Corn, omnem terram et lucum (…) et de lacuna usque ad publicam viam, (...)

68Fréquemment, les seigneuries locales étaient présentées comme des alleux, voire comme à Daignac des “alleux libres” ; l’équivalence villa/alleu n’est pas rare, en raison même de la patrimonialisation des droits seigneuriaux. Sans entrer pour l’instant dans le détail de ce qui confère la qualité allodiale à un bien, il s’agit du même type d’alleu aristocratique qu’en Vendômois ou en Biterrois, ce qu’un acte du milieu du xiiie siècle appelle un “alleu militaire” (allodium militaris)259. Mais au contraire du Biterrois, ou ce type d’alleu a surtout été révélé sur les vieux secteurs d’occupation du sol, les alleux-seigneuries du Bordelais étaient plutôt installés en marge, près des palus ou des silvae de l’intérieur. Ils ont manifestement accompagné l’essor agricole du xie siècle. Leur diffusion paraît générale. Nous les rencontrons aussi bien dans la directe ducale que dans les seigneuries châtelaines de la fin du xie siècle. Cadillac relevait de Fronsac où Arnaud Faidit passa sa donation en faveur de Saint-Jean d’Angély260. En Entre-Dordogne, les seigneurs de Puynormand étaient des barons du vicomte de Castillon261 ; ils levaient avec lui un redditus sur les ânes transportant le sel262, percevaient des dîmes, possédaient des bois, des moulins et des feudataires auxquels il fut donné une autorisation d’aliénation des fiefs263. À dix kilomètres au nord-ouest de Blanquefort, le seigneur d’Arsac avait sur le site de Lande de Corn, où passait la voie publique Bordeaux-Soulac et qui était placé dans le dominium du seigneur de Blanquefort, un consistant noyau foncier ; il en avait la justice, la dîme et contrôlait le padouen de ce secteur de landes264.

  • 265GCSM, n° 3, ad ipsum Augerium justicia et decime totius allodii pertinebant.
  • 266GCSM, 17, sed justicia proprie ad ipsum comitem pertinebat.
  • 267GCSM, 359, comes etenim Burdegalensis de talibus justiciam suam iam dederat.
  • 268GCSM, 481.
  • 269GCSM, 13 et 17; Conques, p. 349.
  • 270GCSM, n° 13 et 17.
  • 271GCSM, n° 1, 19.

69Les seigneuries de ce type ne se multipliaient pas de manière incontrôlée. L’alleu de Haut-Villars sur lequel Gérard de Corbie fonda l’abbaye de La Sauve-Majeure était une cellule seigneuriale aux mains des Rions : Auger de Rions y avait le dominium, la justice et la dîme265. Or, selon une autre notice du cartulaire de La Sauve, la justice de cet alleu appartenait “en propre au duc”266. Apparemment les deux hommes se la partageaient ou le premier la tenait du second ; c’est d’ailleurs à la requête de Guy Geoffroy qu’Auger abandonna ce qu’il y possédait. À Lignan, où les Lignan et les Génissac avaient le dominium en commun, une laconique mention révèle que la justice avait été donnée autrefois par le comte de Bordeaux à l’un d’eux267. Ces mêmes Lignan avaient dû obtenir de la même façon ce qu’ils avaient à Loupes puisque, selon une autre notice, la justice de cette villa (ou d’une partie de celle-ci) relevait du prévôt de Bordeaux (1126-1155)268. C’est pourquoi, ces seigneurs de villa se manifestent si souvent aux côtés du duc ou d’un châtelain. Trois fois sur quatre Guilhem Fort d’Ornon apparaît dans nos textes avec Guy Geoffroy ou Guilhem IX269, Beaudouin Ier de Centujan deux fois avec Guy Geoffroy270, comme Auger de Rions271.

  • 272Ste-Croix, n° 3 (liberum allodium).

70Cette forme d’encadrement finalement répandue a constitué un moule dans lequel ont pu se glisser les seigneuries ecclésiastiques. Sainte-Croix ou Saint-Seurin avec leurs justices, le contrôle des vacants, des cours d’eau ou la suzeraineté sur les fiefs, correspondent bien à ce que nous venons de voir. Il en va de même de leurs principales dépendances, prieurés ou sauvetés. Que les moines de Sainte-Croix aient considéré leur abbaye comme un “alleu libre” n’a somme toute rien d’étonnant272. Il reste que toutes les seigneuries monastiques ou canoniales ne doivent pas être mises sur le même pied d’égalité : avec leurs marchés et leurs foires, La Sauve et La Réole sortaient du rang.

Les avatars de l’allodium Silve Maioris antiquitus Alti Villariis

  • 273GCSM, n° 1 à 10, 12 à 15, 17, 19, 22. Guiet 1996a.

71Le dossier relatif à l’alleu de La Sauve-Majeure, bien que documenté par pas moins de dix-sept textes placés en tête du Grand cartulaire, illustre nos difficultés à déterminer précisément, au-delà de la nature de cette seigneurie particulière, celle des seigneuries locales en général273.

  • 274GCSM, n°1, 8.
  • 275GCSM, n°17.

72Sur l’ensemble de cet allodium, Auger de Rions possédait le dominium (ou la dominatio) au nom de laquelle il avait la justicia et était considéré comme l’un des domini ; il avait en propre la moitié qu’il céda “en montrant les limites”274. L’autre moitié était partagée par une dizaine de participes : Olivier de Tour avec ses frères (Guilhem Gulfrand et Arnaud Ostend), Bonefos de Saint-Seurin, Ermengarde de Guîtres avec ses fils (Raoul et Robert Garmond), Bernard d’Escoussans, ses frères et sa sœur Adelaïde, ainsi que Garsende, épouse de Bernard de Cursan. Ocent de Cursan tenait les dîmes de l’alleu en fief. Le duc, nous l’avons vu, donna également sa justicia et confirma les donations des autres possessores275.

  • 276GCSM, n°4, 18.
  • 277GCSM, n°2, 13, 15, 17, 19.
  • 278GCSM, n°17.
  • 279Guiet 1996, 74-76.

73Considéré aussi comme un territorium276, cet alleu conserva son caractère seigneurial une fois devenu monastique. L’immunité accordée par Guy Geoffroy était circonscrite à ses limites (termini allodii)277; on peut d’ailleurs noter que la notion de salvamentum puis de sauveté, qui apparaît au fur et à mesure des premières confirmations de Guilhem IX et de son père, s’est moulée dans le cadre allodial (totum hoc allodium sit quasi una ecclesia, unum miseris asilum oppressis refugium (…) termini ipsius salvitatis)278. Cette sauveté, dont H. Guiet a restitué l’emprise territoriale, s’étendait sur environ cent trente hectares autour du promontoire occupé par l’abbaye et était limitée au nord, à l’est et à l’ouest, par deux ruisseaux se rejoignant279.

  • 280Debord 1984, 303.
  • 281GCSM, n°17.
  • 282  Morsel 2004, 96-103.

74Les textes le répètent, Haut-Villars est un toponyme ancien. Notoirement absent du lexique des scribes de la région, le villarium ou villaris désignait dans les pays de la Charente soit une tenure soit l’annexe d’un domaine du haut Moyen Âge280. Avant l’arrivée de Gérard de Corbie, un ermite dépendant de Maillezais s’était installé sur la part d’Ermengarde de Guîtres et y avait construit une petite église (ecclesiola). En outre, l’alleu était supposé avoir autrefois abrité un castellum ou un castellarium, mais son existence en 1079 n’est pas assurée. En effet, cette fortification n’est mentionnée que dans un seul texte, un récapitulatif historié des privilèges octroyés à La Sauve par le duc Guy Geoffroy et confirmés par son fils, le jeune Guilhem IX, en 1087281. Aucun des seize autres textes du dossier ne l’évoque. Il faut croire que ce castellum avait été détruit ou abandonné dans le cadre d’une redistribution spatiale des pouvoirs282. Cependant, si l’on suit la notice qui le cite, ce castellum avait induit notre alleu (allodium castellaris) ce qui expliquerait la nature des droits d’Auger de Rions à l’ombre de ceux du duc.

75À s’en tenir à la notice qui cite le castellum, on pourrait croire à l’existence d’une seigneurie châtelaine. L’ensemble du dossier, la qualité des ayants droit (parmi lesquels les seuls milites cités sont ceux du seigneur de Benauges) nous invitent plutôt à voir dans cet allodium une seigneurie locale. Mieux : dans le processus de redistribution spatiale des pouvoirs qui survient entre le xe siècle et le début du xiie siècle, ce cas nous met en garde contre une vision trop téléologique de l’évolution les cellules seigneuriales et de l’inéluctabilité du système châtelain.

Facettes du pouvoir seigneurial

  • 283  Bourin & Martinez-Sopena 2004, 12.
  • 284Gallia II, inst. n° LXI, col. 323 (vannum imposuimus, Saint-Émilion, 1079), Anc. coutumes La Réole(...)

76À ce stade de l’enquête, il importe de rentrer dans l’épaisseur du pouvoir seigneurial et de cerner chacune de ses facettes. En effet, si l’essentiel du tissu seigneurial était fait de seigneuries locales, il faut savoir ce qui les différenciait réellement d’une cellule châtelaine, en dehors de la possession d’un castrum, voire même, en forçant le paradoxe, de la directe ducale. Il s’agit d’un terrain où les historiens contemporains utilisent de moins en moins le concept de seigneurie banale que G. Duby avait forgé par opposition à la seigneurie foncière283. D’abord parce que le terme de ban se rencontre rarement et, en Gascogne comme ailleurs, dans des acceptions qui ne cadrent pas forcément avec ce qu’enseignent les manuels284 ; parce que aussi le contrôle sur les hommes paraît indissociable de la possession de la terre. Nous ajouterons qu’en se limitant au “droit de contraindre et de punir” le ban académique ne rend pas suffisamment compte des autres prérogatives publiques exercées dans le cadre des seigneuries locales, comme le contrôle des cours d’eau ou celui des vacants, alors qu’ils ne rentrent ni l’un ni l’autre dans le champ de la “seigneurie foncière”.

  • 285  Bourin & Martinez-Sopena 2004, 22 ; Viader 2003, 168.
  • 286  Faravel 1988, 1991a, 1996, 2000 ; Marquette 1975-1979, 1981 ; Lacoste 1984 ; Hanna éd. 1993.
  • 287St-Florent, n° 1. Et post hoc dedit burgum monasterii ita liberum et absolutum ut nullus in eo ull (...)

77Parce que notre optique n’est pas de nous placer au niveau de ceux qui subissaient indistinctement les différents aspects du pouvoir seigneurial285, nous avons choisi de présenter les prérogatives seigneuriales en les hiérarchisant par groupes de fréquence et, par souci de concision, en excluant la rente foncière : outre qu’elle n’est pas exclusive du monde des seigneurs, celle-ci a fait l’objet de solides études qui nous dispensent de nouvelles investigations286. Sauf dans les premières dotations monastiques, les textes ne livrent pas d’un bloc l’ensemble des droits seigneuriaux. Ainsi, quand le vicomte de Castillon accorda l’immunité au monastère de Saint-Florent, en 1079, évoquait-il “les mauvaises coutumes, la viguerie, le gîte, l’emprisonnement, les jugements (judicium), la connaissance des vols, des incendies volontaires, des viols ou des homicides”287. Le plus souvent, il nous faut glaner dans les textes des droits ponctuels rarement explicités. Isolément, ces mentions ne donnent qu’une image lacunaire de l’autorité d’un seigneur de villa ou d’un châtelain ; relevées systématiquement, elles nous permettent de mieux cerner les lignes de partage entre ces catégories.

Les prérogatives les moins diffusées

Sur les fortifications et les opérations militaires

  • 288Anciennes coutumes de La Réole (n° 65), voir infra, p. 282 et 284.
  • 289  Du Bourg 1883, n° LXXXV, et de omnibus operationibus castellorum et villarum.
  • 290GCSM, n° 853.
  • 291  Douais éd. 1887, n° 232.

78Le bellum dont le vicomte de Castillon affranchit Saint-Florent est unique dans notre corpus ; s’il ne s’agit pas d’une allusion aux duels judiciaires, il s’applique probablement à ce que l’on appela ultérieurement expeditio, c’est-à-dire à la possibilité de convoquer des hommes à l’ost288. Les corvées de caractère militaire (entretien des fortifications) ne sont pas non plus directement attestées avant le troisième quart du xiie siècle289. Leur existence à Gabarret, dans les années 1079-1095 (operatio que pertinet ad clausuram ville)290, rend leur existence probable dans les principales seigneuries châtelaines du Bordelais et du Bazadais. Même chose à propos des tours de garde dans les châteaux : nous n’avons relevé qu’une seule messade avant le xiiie siècle, dans la dotation du vicomte de Bezeaumes entre 1031 et 1060, mais ses modalités (durée, destination) sont inconnues291.

Les marchés et les “monopoles” seigneuriaux

  • 292PCSM, p. 112.
  • 293St-Sernin de Toulouse, n°232.
  • 294GCSM, 708.
  • 295St-Florent, n°1.
  • 296  Fossier [1982] 1989, I, 411.
  • 297La Réole, n° 93, Anc. coutumes La Réole, n° 13.
  • 298GCSM, n° 853, dedit quoque in mercato quod vocatur Gabardina decimam et cum tribus digitis palmata (...)
  • 299GCSM, n° 853, terciam partem omnium reddituum portarum et omnium que venduntur in villa (…). Ita s (...)
  • 300  Première mention en 1153 (Capra & Giteau éd. 1964, 115-122), concessit nempe et dedit ejusdem loci (...)

79Sauf dans les bourgs monastiques, les marchés étaient liés à des châteaux. Sur les bords de la Dordogne, une part des redditus fori perçue par la famille du vicomte de Civrac portait sur le sel292. Le vicomte de Bezeaumes autorisa la création d’un marché dans la sauveté de Landerrouet293. À Casteljaloux, Bernard Eiz d’Albret percevait des redditiones mercati294. Des mesures propres à la vicomté de Castillon (ad mensura qua vendunt, ad magnam mensuram295) laissent imaginer les profits que le vicomte pouvait tirer du contrôle ou de l’obligation d’utiliser ses propres unités : amendes pour fausses mesures, utilisation payante des étalons, surveillance des agents seigneuriaux lors des versements de redevances en nature296. La justicia mercati est attestée à Landerrouet et pour le marché du samedi à La Réole, dès 1080297. À Gabarret, entre 1079 et 1095, le vicomte prélevait sur le marché hebdomadaire, appelé Gabardina, la dîme, une mesure de sel et une taxe de deux deniers pour l’utilisation d’un poids appelé “quintal” ; il y avait en outre une foire annuelle298. C’est aussi à Gabarret que l’on repère des vendae, ces taxes de mutation perçues à l’occasion d’une vente299 et qui, dans nos limites géographiques, n’apparaissent pas dans la documentation avant la seconde moitié du xiie siècle300.

  • 301  Villard éd. 1973, n° 61, ad Burdegalam unum furnum de sub turre; GCSM, n° 853 ; GCSM, n° 708 à Ca (...)
  • 302GCSM, n° 710 (Labarde).
  • 303GCSM, n° 660 et n° 875.
  • 304  Dans le Bas Maine, les banalités du four et du pressoir se généralisent après 1060 (Pichot 1995, 1 (...)

80Les seuls fours attestés à la fin du xie siècle, à Bordeaux (sub turre), Casteljaloux et Gabarret, sont en relation avec les castra, sans mention de “banalité”301. Les premiers monopoles sur les pressoirs relevés dans la documentation apparaissent dans les Anciennes Coutumes de La Réole(1187-1188). Auparavant, les textes évoquent bien du matériel de vinification appartenant au seigneur302, mais non l’obligation pour les paysans qui avaient leurs propres celliers d’utiliser le pressoir seigneurial303. En somme, le seul privilège économique réellement attesté auprès des laïcs, la capacité à créer un marché et à en tirer des revenus, était limitée à un petit nombre de sites castraux304.

Les prérogatives les plus diffusées

La justice

  • 305  Il faut attendre le xiiie siècle pour retrouver des mentions de vicariae, données par le roi aux s (...)
  • 306St-Florent, n° 1.
  • 307GCSM, n° 789 à Lonchat en Périgord (1106-1119), donation de Guilhem Aimon, châtelain de Lamothe-Mo (...)

81Se distinguant du reste de la France de l’Ouest où, du Poitou à la vallée de la Seine, la justice est désignée par la vicaria, la Gascogne bordelaise offre peu d’occurrences du terme avant le xiiie siècle305. La vigeria du vicomte de Castillon figure parmi les droits dont il affranchit Saint-Florent306 et, plus au nord, le mot apparaît à propos des possessions sauvoises de Lonchat et de Campmartin comme synonyme de villicatio: il s’agissait du droit, confié à un viguier, de rendre la justice dans les plaids et de percevoir des amendes307.

  • 308Conques, n° 50 (vers 1076) ; Gallia II, inst. n° LXI col. 323 (1079) ; Ste-Croix, n° 22 (1079), 37 (...)
  • 309GCSM, n° 789, justicia in masso; GCSM, n° 791, justicia bordaria Bofil ; GCSM, n° 368, quandam pa (...)
  • 310  Le même terme s’applique à la juridiction de l’évêque sur les clercs et les églises du diocèse, GC (...)
  • 311Anc. coutumes La Réole, n° 2 ; Ste-Croix, n° 2 ; GCSM, n° 14, justicia proprie ad ipsum comitem pe (...)
  • 312GCSM, n° 480, ante clericum de Lopa qui justitia ville de Lopa a preposito Burdegalensi tenebat. S (...)
  • 313Ste-Croix, n° 38 (1124), et coram ipso ad Rocham ei rectum faciat, si contra ipsius vel ejus servi (...)
  • 314  Lemesle 1999, 18-19.

82Le terme de justicia est d’un emploi moins mesuré (une soixantaine d’occurrences jusqu’au milieu du xiie siècle)308. Dans les textes, il apparaît de deux manières. Dans les transactions, la justicia peut être attachée à un bien donné (manse, terre, église, casal, borderie, marché309), ce qui implique un large degré de fractionnement ; dans les contentieux, la justicia désigne aussi une étape de la procédure ou ce que le défendeur s’engageait à accepter de faire en cas de contestation310. L’utilisation du même mot dans les deux cas laisse entendre qu’il s’agissait de la même chose, c’est-à-dire du pouvoir de juger. Sans surprise, nous avons davantage rencontré des justitiae en amont de notre champ chronologique en raison principalement du souci des bénédictins de La Sauve de recueillir et de faire confirmer les justices liées à leurs biens : 10 % des actes de La Sauve dans les années 1079-1102 portent sur des justiciae. De qui émanent-elles ? Depuis la fin du xe siècle au moins, du duc d’abord mais pas seulement311. Nous trouvons en effet parmi leurs possesseurs des vicomtes, des châtelains ainsi que les maîtres des seigneuries locales, laïcs ou ecclésiastiques312, qui, à l’instar de Gaillard de La Roche en 1124, tenaient cour de justice dans leur propre domus313. Comme la vicaria de l’Ouest français, la justicia était aussi exercée par des non châtelains314.

  • 315  Boutruche 1970, 131, Ourliac [1973] 1979, 133.
  • 316  Barthélemy 1993, 325-327.
  • 317GCSM, n° 1050 ; La Réole, n° 61, tali tenore ut nullam querimoniam nec placitum moveat super homin (...)
  • 318GCSM, n° 271, de cetero si querelam habuerint monacho deferant qui ipsius est ejusdem villa justic (...)
  • 319GCSM, n° 664, si de parentela nostra alter alteri injuriam fecerit nullum vadimonium habebit abbas (...)
  • 320  AD 33, H 12, f 1. Dicebat enim Bernardus et fratres sui se idem jus in predicta salvitate habere, (...)
  • 321GCSM, 872, comperto tanto facinore sepedictos milites convenerunt super perpetrato scelere nec (...)

83Alors que dans la plupart des cas, la justicia se présente isolément ou de manière laconique dans des listes de droits non détaillés, quelques accords entre seigneurs nous donnent à voir que cette notion n’était pas limitée à une vague “justice foncière”315. Certes, dans la dotation de Saint-Florent de Castillon, les cas majeurs (homicide, incendie, vol et viol) ne sont pas assimilés à une justicia; mais, plutôt que de suggérer une relégation de la justicia à une sorte de basse justice, cette distinction procède davantage selon nous d’une justice retenue, le comte, le vicomte ou le châtelain se réservant des cas dissociés du reste de la justicia316. Le terme désigne tout d’abord la possibilité de présenter des individus devant un plaid : une donation de Raimond de Gensac évoque clairement le droit de juger les hommes d’une terre “en plaid”, une autre assimile la justicia à la potestas placitandi317. Selon les termes d’un accord passé entre deux seigneurs et les sauvois, les homines installés sur des artigues de Saint-Loubès étaient justiciables du moine ayant la justicia de la villa, sauf pour les forfaits relatifs aux agrières à propos desquels les hommes devaient faire justicia dans les mains des dits domini318. À Coirac, où les moines de La Sauve avaient reçu la justicia, un accord, conclu entre 1116 et 1119 avec les représentants de la lignée des seigneurs locaux, établit qu’au cas où l’un d’eux injurierait un autre, nul vadimonium ne serait à verser à l’abbé ou au moine délégué sur place, sauf en cas de vol ou d’incendie319. La justicia des frères Escoussans, en 1156, recouvrait le droit de juger les criminels ; ils prétendaient que si l’auteur d’un homicide était arrêté dans la sauveté de La Sauve, il devait être remis à la puissance séculière, c’est-à-dire la leur. En outre, ils soutenaient que si un bourgeois était recherché en raison d’un forfait, les moines ne pouvaient pas l’arrêter ; il revenait à Bernard et à ses frères de le conduire en justice320. Enfin, selon une notice des années 1155-1182, les criminels pouvaient être traînés devant une justicia321.

  • 322GCSM, n° 494. Les Anciennes coutumes de La Réole détaillent la procédure de la justice du prieur ( (...)
  • 323GCSM, n° 210. Guillelmus Seguinus de Escozan dederat terram Bonefosso presbitero de Escozan in all (...)
  • 324GCSM, n° 46, 803 (placita… quicquid de justicia tripliciter partiantur), Larrea 1998, 381.

84À l’inverse des contentieux entre puissants dont nous percevons assez bien les modalités de règlement (voir infra), nous avons plus de difficultés à voir comment fonctionnaient les justices seigneuriales vis-à-vis du justiciable de base (justicia in hominibus) avant les années 1180322. Les clauses d’une donation de Guilhem Séguin d’Escoussans passée entre 1126 et 1155 en faveur du prêtre d’Escoussans en suggèrent deux aspects. En cas d’injure, et parce qu’il s’était réservé la justice de la terre (retinens in ea justiciam), Guilhem Séguin s’engagea à respecter un délai de deux semaines avant de déférer le prêtre devant un plaid et exiger de lui un vadimonium ; au-delà, il devait faire justicia dans les mains du seigneur323. En plus de la longueur du délai de comparution cet exemple nous montre que les justices avaient surtout vocation à générer des profits matériels (amendes, prises de gages…), ce que confirment quelques accords de partage des revenus judiciaires324.

Le contrôle des padouens et des cours d’eaux

  • 325  Capra & Giteau éd. 1964, 118.
  • 326GCSM, n° 56.
  • 327GCSM, n° 977, 1031, 1181, Villemartin, n° 65.

85En Bordelais-Bazadais, les landes, marais, palus ou forêts occupaient nous l’avons dit de vastes superficies. L’usage de ces espaces publics par les communautés d’habitants, appelé padouen, recouvrait le droit de laisser paître les troupeaux et prendre du bois d’œuvre ou de chauffe : ainsi le padouen donné par Eyquem Guilhem de Lesparre en 1153 sur les “monts, les landes, les palus et les prés” de la paroisse d’Ordonnac portait sur la paissance des vaches, chevaux, chèvres, moutons et sur le ramassage de tous les types de bois325. D’autres n’étaient pas aussi larges : celui que donna Bernard de Dardenac à Garifont couvrait seulement le droit de prendre le bois destiné à la construction des maisons et des clôtures326. Cette restriction correspond apparemment à l’espleita ou expletum327.

  • 328St-Florent, n° 1 (1079) ; GCSM, n° 30 (1106-1119), 35 (1119-1121), 56 (1106-1119), 88 (1079-1095), (...)
  • 329Anc. coutumes La Réole, n° 1 ; St-Seurin, n° 9 ; Ste-Croix, n° 2.
  • 330St-Florent, n° 1 ; GCSM, n° 35, 56, 88, 237, 271, 408, 417, 420, 437, 448-461, 460, 462, 550, 552, (...)
  • 331  Le jus pascuali (GCSM, n° 628), quelque fois assimilé à un precium (GCSM, n° 88, 271) et plus souv (...)
  • 332  St-André, f 95.
  • 333Conques n° 481, St-Seurin, n° 40, Ste-Croix, n° 29, St-André, f 94 ; voir aussi au milieu du xiiie(...)
  • 334GCSM, n° 30, 35, 271.

86La trentaine de donations de padouens relevées dans la documentation jusqu’en 1150, le plus souvent à l’occasion de la mise en place d’un établissement religieux, nous permet d’en connaître les seigneurs328. Au tournant de l’an Mil les seules donations de padouens sont celles du comte de Bordeaux ou du duc de Gascogne329. Un siècle plus tard, le spectre des donateurs s’est élargi aux châtelains et aux seigneurs locaux330. Il y a le vicomte de Castillon, Arnaud de Blanquefort, Rathier de Daignac, Pierre Renaud de Génissac, Girard fils d’Arcfred, Guilhem Séguin d’Escoussans, Hélie de Blaignac, Auger de Rions, Clair et Raimond Gombaud de Vayres, Guilhem Hélie de l’Isle, etc. Les utilisateurs leur versaient une taxe appelée jus pascuali, pascher, pascherium ou plus simplement precium331. Les revenus qui en étaient tirés permettaient de multiplier les ayants droit ; en 1223, Beaudouin de Centujan avait en fief le padouen de Cadaujac de Pierre de Bordeaux332. Les silvae étaient aussi vouées à la chasse, une occupation qui, par le hasard des textes, n’est relevée qu’en Médoc avant la fin du xiie siècle (seigneuries de Lesparre, Blanquefort) et sur le littoral atlantique (à Lège)333. La mise en défens des bois (bédat, nemus non vetitus) que l’on relève près de La Sauve, à Sadirac, L’Isle-Saint-Georges et Arsac, ne devaient pas seulement protéger les ressources sylvestres du seigneur : leurs règlements tatillons renforçaient aussi sa justice334.

  • 335  Bonassie 1990, 68, Caucanas 1995, Larrea 1998, 236.
  • 336  Les donations d’aquae jusqu’au milieu du xiie siècle : GCSM, n° 164 (1106-1119), 417 (1126-1155), (...)
  • 337Domini aquarum, expression utilisée dans le Guide du pèlerin, éd. Vielliard, 22. Juridictio in aqu (...)
  • 338  Caucanas 1995.

87Depuis les Institutes de Justinien (533) jusqu’à la célèbre loi strata des Usages de Barcelone, les cours d’eaux comme les voies publiques n’appartenaient en principe à personne335. Pourtant, de larges portions de ruisseaux pouvaient être données336. L’éventail des domini aquarum ayant une juridictio in aqua allait du duc aux seigneurs locaux337. Ainsi Isembert de Moulon donna-t-il les ruisseaux et les fontaines de Grézillac, Hélie de Blaignac et son frère les ruisseaux de Carensac et de Casasola, Arnaud de Blanquefort les cours d’eaux de “toute sa terre” ou Guilhem Hélie de L’Isle le ruisseau de Balach. Il n’y a donc pas lieu de considérer que cette situation découlait de l’intégration massive des cours d’eaux aux domaines privés de chaque gros propriétaire riverain puisque leur contrôle restait dans le champ des détenteurs de la puissance publique338.

  • 339  Balasque éd. 1862, n° VII, extra muros paduentiam per terras cultas et incultas, ita ut ibi grangi (...)
  • 340GCSM, n° 88, ut faciant monachi quotquot voluerint molendinos etiam VII in predicto rivulo.
  • 341Anc. coutumes La Réole, art. 9. Au contraire d’A. Debord pour qui le monopole du moulin comme celu (...)
  • 342Ste-Croix, n° 33.
  • 343Ste-Croix, n° 133 et 135.

88D’après une donation du duc Guilhem IX passée hors de notre champ géographique ces transferts de droits devaient surtout permettre aux bénéficiaires de construire des moulins et des pêcheries339. Rathier de Daignac autorisa ainsi les moines de La Sauve à construire jusqu’à sept moulins sur le ruisseau qui traversait son alleu340. Le monopole appelé dans les manuels “banalité du moulin” ne procède ici de rien d’autre ; s’il n’apparaît d’ailleurs pas dans notre documentation avant les années 1180 (et encore après cette date de manière très allusive) c’est que le monopole allait de soi, dès lors qu’un seigneur contrôlait l’ensemble des moulins traversant sa seigneurie341. L’estey de Peyrelongue, à propos duquel le cartulaire de Sainte-Croix est assez disert, peut éclairer les origines de la multiplication des ayants droit sur les cours d’eau. En 1182, Richard Cœur de Lion, alors duc d’Aquitaine, pouvait encore donner aux bénédictins la portion s’écoulant entre Peyrelongue et les moulins de Sainte-Croix342. Bernard d’Escoussans, le châtelain de Langoiran, et surtout la famille de Centujan qui s’opposa un siècle durant à la prise de contrôle de l’estey par l’abbaye de Sainte-Croix, tenaient vraisemblablement leurs droits d’un duc343.

Les coutumes, péages et hébergements

  • 344GCSM, n° 359, St-Seurin 106 et 137 (1181) ; Anc. coutumes La Réole, Ste-Croix, n° 25.
  • 345  Sous cette forme, quinze occurrences jusqu’en 1150 : St-Florent, n° 1 ; AHG, XLIX, n° IX (1077) ; (...)
  • 346La Réole, n° 64, GCSM, n° 35
  • 347St-Florent, n° 1 ; AHG, XLIX, n° IX ; GCSM, n° 638-955, 710, 951, 952, 956 ; La Réole, n° 60, 64 ; (...)
  • 348GCSM, n° 19, si consuetudinarii principum vel militum qui ibi manserint, justiciam dominis suis fa (...)
  • 349GCSM, n° 367, Ste-Croix, n° 38.

89Les textes livrent plusieurs types d’occurrences du terme coutume (consuetudo). Il s’agit d’abord d’usages et d’habitudes dont on appréhende mal l’origine comme la nodation des actes (sicut consuetudo ipsius regionis, sicut mos est) ou des coutumes d’une église344. Mais c’est aussi et surtout la forme de prélèvement multiforme et entachée d’arbitraire qui focalise depuis un demi-siècle une bonne partie des débats historiographiques345. Ces acceptions ne sont pas étrangères l’une à l’autre. Les “coutumes” n’étaient que l’émanation du pouvoir des plus puissants à créer des situations de droit auxquelles chacun devait se plier (mala consuetudo, nefanda consuetudo, recta consuetudo). Le verbe statuere était conjugué aussi bien par le vicomte de Bezeaumes pour justifier l’imposition d’un tonlieu (teloneum statuit) que par Auger de Rions et l’abbé de La Sauve-Majeure pour fixer les règles d’utilisation des bois environnant le monastère (statutum est)346. Si la rareté documentaire avant les années 1070 ne nous permet pas de suivre le processus d’imposition de ces coutumes, du moins, lorsque les textes les révèlent, paraissent-elles d’abord le fait du duc et des principaux châtelains (les vicomtes de Bezeaumes et de Castillon, les seigneurs de Gensac et de Blaye)347. Si l’on en croit la charte de confirmation de sauveté de La Sauve-Majeure par le duc Guilhem IX entre 1087 et 1095, on devait aussi trouver des hommes soumis à la coutume aussi bien chez les principes que chez les milites (consuetudinarii principum vel militum)348. Il faut cependant attendre la charnière du premier et du second quart du xiie siècle pour voir dans les actes des laïcs de plus basse condition exiger des prestations assimilées à des coutumes (Robert fils d’Ostend, Amanieu de Roqueir)349.

  • 350St-Florent, n° 1, nec vicecomes nec aliquis pro eo quicquam ex ea in perpetuum capiat nisi rectam (...)
  • 351Baigne, n° 324.
  • 352La Réole, n° 60 (1086).
  • 353AHG, XLIX, n° IX.
  • 354  Voir supra, p. 52
  • 355GCSM, n° 952, 628, 951 (1106-1119).
  • 356Concedo etiam perpetua lege ut ex una eorum nave quantamlibet habere voluerint nichil accipiatur a (...)

90Sur quoi portaient-elles ? La moitié des occurrences antérieures à 1150 se rattache aux ports et au trafic fluvial. Sur la Dordogne, le vicomte de Castillon levait une “coutume due”350 ; sur l’estuaire de la Gironde, le seigneur de Blaye inféodait des consuetudines du port de Vitrezais351; sur la Garonne, près de La Réole, le seigneur de Gensac en faisait autant avec les consuetudines du port de Pierrefite352. À Bordeaux, Guy Geoffroy prélevait au titre de la coutume une quantité de vin sur chaque nave353. Nous avons déjà évoqué la Pouyade, cette coutume portant sur le sel à Soulac et à Bordeaux et qui apparaît sous le règne de Guilhem X354. On peut rattacher à ces occurrences les forisfactiones et questiones que le seigneur de Blaignac imposait aux embarcations circulant sur la Dordogne355. La somme levée par le seigneur de Blaye sur les embarcations accostant au port sortait de la même veine ; il leur fallait acquitter un “cens dû” (rectum censum), dont le revenu était partagé entre le châtelain et des parsonniers plus un supplément dont le premier était seul bénéficiaire. Ce “cens” était lourd et aléatoire (de quinze à vingt sous)356.

  • 357  Avant 1150, cinq occurrences de theloneus (GCSM, n° 13, n° 636-954, n° 628, AD 33, G 335, f 1) ; u (...)
  • 358  Expression utilisée par la chancellerie anglaise en 1254 (Rôles Gascons, t. 1 , n° 2501).
  • 359St-Florent, n° 1, et ad Petram Futam tres sextariios salis ad mensuram qua vendunt si remanserit. (...)
  • 360St-Jean-d’Angély, n° 298. G 8, f 6 ; G 902, f 163. La dotation de l’abbaye de Guîtres accorde une (...)
  • 361GCSM, n° 631, peatge de suis pannis.

91Par leur localisation et leur assiette, les coutumes se calquaient donc sur les péages et les tonlieux (peagium, theloneum, vectigal) à propos desquels nous n’avons qu’une poignée d’occurrences357. Peagium fut indifféremment utilisé pour désigner une barrière terrestre ou fluviale, alors que theloneus paraît n’avoir ponctionné que le trafic sur le fleuve. Les péages et les coutumes perçus par domini pedagiorum358 pouvaient l’être en de nombreux ports d’une même seigneurie : entre Pierrefite, à treize kilomètres à l’ouest de Castillon, et son castellum, le vicomte contrôlait d’autres ports anonymes (in quocumque portu evenerit) où chaque navire accostant se trouvait taxé de trois setiers de sel359. Péages et tonlieux ponctionnaient prioritairement le sel. À Vayres, sur chaque nave saunière le seigneur prélevait trois deniers et la moitié d’un setier de sel360. Mais, dans le port de Branne et dans tout le Blaignadais, le péage que recevait Hélie de Blaignac portait sur les tissus361.

  • 362La Réole, n° 64 (1103), GCSM, n° 41. Autre coutume de bourg attestée à Castillon (St-Florent, n° 1 (...)
  • 363Ste-Croix, n° 123 (entre 1165 et 1170).
  • 364GCSM, n° 414 (1126-1155). Les autres civadages, situés dans la seconde moitié du xiie siècle sont (...)
  • 365Ste-Croix, n° 7 (1127-1137).
  • 366Sed etiam avenam tam de milio quam de sigula et de omni genere messis, St-Seurin, n° 96 (1159), n° (...)

92Pour intéresser de plus en plus de seigneurs non châtelains, il fallait que l’assiette des coutumes ne se limitât pas aux seuls ports. De fait, les bourgs de La Réole et La Sauve ont vu les châtelains du voisinage échouer dans leur tentative d’imposition de nouvelles coutumes (nefanda consuetudo), liées dans ce dernier cas au trafic sur les voies terrestres362. Le pascherium était aussi levé “de manière coutumière” (consuetudinaliter) sur les troupeaux paissant à Cauzorn et certainement en beaucoup d’autres endroits363. Dans le premier quart du xiie siècle sont apparues de nouvelles réquisitions en nature. Le premier civadage repéré était demandé par Amauvin de Blanquefort et ses fils dans la villa sauvoise de Bruges, entre 1126 et 1155 364. La fromentada prélevée par le duc Guilhem X a peut-être été à l’origine un prélèvement en froment365. Au milieu du xiie siècle, les Blanquefort et les Bordeaux exigeaient une avena sur le mil, le seigle et toutes les variétés de grain366.

  • 367Rabanis éd. 1848, St-Florent, n°1.
  • 368GCSM, 477.
  • 369GCSM, 377.
  • 370GCSM, n° 367.
  • 371Ste-Croix, n° 124 (1165 et 1170).
  • 372GCSM, n° 539. Une pitance peut aussi retribuer une donation (GCSM, n° 366).

93L’extension du champ de la coutume et sa diffusion au sein des différentes catégories de seigneurs se voit mieux à travers les hébergements (dix-sept occurrences jusqu’en 1150). Appelés hospitalitas, receptus, procuratio (on ne parle pas d’aubergade avant le xiiie siècle), voire prandium ou convivium, ces hébergements et fournitures de repas, liés à l’origine au logement des gens de guerre, apparaissent en bonne place dans les dotations de Saint-Florent de Castillon et Saint-Pierre de Vertheuil367. Dans la première moitié du xiie siècle, les dépendants de l’abbaye de La Sauve versaient à leur seigneur, une fois par an, une poule et un pain à chaque venue du duc368. Dans le premier quart du xiie siècle nous notons un élargissement des catégories de bénéficiaires. Ainsi le prandium exigé par un certain Geoffroy sur le moulin de Quinsac, accompagné d’une avena pour une monture, avait un caractère coutumier369. La procuratio attendue par Robert, fils d’Ostend, entre 1121 et 1126 vers Loupes était qualifiée de “fausse coutume” (falsa consuetudo) et concernait, comme la précédente, la nourriture des montures370. À Cauzorn, près du Haillan, au titre de la procuratio huit hommes et six montures devaient être hébergés371. Certes, toutes les fournitures de repas ne se réduisent pas à ce modèle. La charge incombait ainsi au tenancier qui devait nourrir les domestiques du maître (servientes) chargés de surveiller le versement des agrières pendant la moisson372. Ce vecteur domanial a probablement facilité la diffusion des hébergements chez les maîtres du sol.

  • 373  PCSM, p. 112, n° 8 (1104-1126).
  • 374  Marchegay éd. 1879, n° IV.
  • 375Ste-Croix, n° 39.

94Le mouvement toucha également l’Église. Quand, à la fin du xie siècle, les prélats énuméraient ce qu’ils attendaient des sanctuaires donnés à La Sauve-Majeure ou à Saint-Étienne-de-Baigne, ils mentionnaient les cens, les paratas, les justices et les taxes synodales. À partir du début du xiie siècle, apparaissent les repas ; entre 1104 et 1126 l’évêque de Bazas exigeait un prandium de l’église de Saint-Pey-de-Castets373 ; en 1131, il attendait de Saint-Vivien-près-de-Bazas un prandium vel cenam374 ; en 1138, l’archevêque de Bordeaux limita la procuratio qu’il demandait à Sainte-Croix de Bordeaux à la visite de tout prélat nouvellement consacré375.

La rente ecclésiale

  • 376GCSM, n° 9.
  • 377St-Seurin, n° 18, quatenus beati Petri de Comprian sub laicali jure diu positam (…) Laicalis eteni (...)
  • 378Gallia LXII, col. 324, non solum a clericali sed etiam a laicali manu prefata ecclesia enormiter p (...)
  • 379  PCSM, p. 115, quod vicecomes duxit non debet habere quia oblatio altaris est.

95“Moi, j’ai de nombreuses dîmes et des meilleures”376. Cette déclaration prononcée par un des participants à un plaid seigneurial devant Guilhem Amanieu de Benauges et Gérard de Corbie sonna certainement comme une provocation dans le contexte grégorien entourant la fondation de l’abbaye de La Sauve. Comme en écho, en 1085, soit cinq ans après les deux conciles qui marquèrent l’arrivée de la réforme en Bordelais, l’archevêque Josselin de Parthenay notait que l’église de Comprian était “sous un pouvoir des laïcs allant se renforçant et abusant des revenus de l’autel en dépit de l’institution canonique”377. Son successeur, Arnaud de Cabanac (1103-1130), se plaignait de voir l’église de Saint-Émilion “énormément possédée, par les laïcs et par les clercs”378. Pourtant, à l’instar du vicomte de Castet, qui, entre 1106 et 1126, confessait ne pas devoir retenir la dîme d’un alleu de sa seigneurie379, bien des laïcs se sont dépossédés de leurs églises et de leurs dîmes, pour se conformer aux injonctions grégoriennes alors qu’il s’agissait, dans la structure seigneuriale de ce temps, d’éléments de rapport de premier plan.

  • 380  Rymer éd., 122.

96Par voie de conséquence, les cartulaires accordent une place majeure à ces transferts. Dans celui de La Sauve, il est question de dîmes dans 15 % des actes du dernier quart du xie siècle, puis 7 et 11 % dans les deux quarts de siècles suivants. Ici comme ailleurs, l’Église ne récupéra pas la totalité des églises et des dîmes. En 1214, un concile tenu à Bordeaux relaya à l’intention des laïcs les demandes de “restitution” des dîmes et l’on mesure, à parcourir les pages du cartulaire de Saint-André (portant principalement sur des actes du xiiie siècle), que l’entreprise n’allait pas encore de soi380. De fait, comme nous le donnent à voir les textes de la fin du xie et du xiie siècle, il y avait du point de vue des seigneurs laïcs de quoi traîner les pieds.

  • 381GCSM, n° 65, 66, 73, 248, 405, 407, 423, 457, 475, 526, 623, 679, 680, 682, 683, 694, 791, 798, 83 (...)
  • 382  Une église en bois en Bazadais citée dans le Livre des Miracles de sainte Foy (Bonnassie & Landes (...)
  • 383  Constat similaire de J.-B. Marquette à propos des ecclesiae du diocèse de Dax (Marquette 2004, 100 (...)
  • 384GCSM, n° 26, aecclesiam Sancti Bricii cum sanctuario suo et minutis decimis de agniis scilicet et (...)
  • 385GCSM, n°665, dedit portionem ecclesie. Dedit itaque minores decimas et sanctuarium ubicumque esse (...)
  • 386GCSM, n°1160 et 1122: ecclesia cum appendiciis suis; La Réole, n°15, hoc est ecclesia in honor (...)
  • 387La Réole, n°52, ecclesiam Sanctae Marie Montanag, cum decima et cum ejus beneficiis prebuit; St- (...)
  • 388St-Seurin, n°18, ut prefatam ecclesiam sub suis usibus retineret et ejusdem altaris oblationibus(...)
  • 389St-Jean-d’Angély, n° 297, ecclesiam quoque sancti Joannis, simul cum terra altaris, necnon ecclesi (...)
  • 390GCSM, n° 693, ecclesiam Sancti Martini de Fescals cantariam videlicet et cimeterium cum sanctuario(...)
  • 391St-Jean-d’Angély, n° 301, justitiam de suis et cunctis hominibus in salvatione sancti habitantibus(...)
  • 392Conques, n° 50, p. 54 , ecclesia et de hominibus quos aggregare potuerint (v. 1076). Autres exempl (...)
  • 393  Cursente 1998, 86-87.
  • 394Ste-Croix, n° 37, St-Florent, n° 1.

97Ce que nos actes qualifient d’ecclesia n’est pas toujours le lieu de culte même si, considéré comme un confront, c’est à l’acception de bâtiment que le terme renvoie quelques fois381, en pierre ou encore en bois382. En d’autres occasions, l’ecclesia prégrégorienne dépassait le bâtiment stricto sensu383. Celles de Saint-Brice de Sermignan, Saint-Martin de Coirac, Saint-Christophe de Bellebat, Saint-Paul de Baigneaux, Saint-Christophe de Baron ou Saint-Loubès données à La Sauve englobaient les sanctuaires dont elles étaient distinctes384. Elles recouvraient ainsi la levée des dîmes385 ou un ensemble de biens et de droits formant dépendances (appendicia ou res ecclesisaticas)386, considérées comme des bénéfices ecclésiaux387. Parmi celles-ci on relève à la fin du xie siècle des revenus (les oblations de l’autel388), des unités foncières (terra altaris389), ou la chantrerie390. Les églises polarisaient à l’occasion des groupements d’habitat. À Cadillac-en-Fronsadais, la donation d’Arnaud Faidit évoque des habitants installés “dans le sauvement, sous la défense de Saint-Georges” et y ayant un cellier ou une domus391. La construction de l’ecclesia Sainte-Foy d’Esclottes, en Entre-deux-Mers Bazadais par les moines de Conques, prévoyait un habitat ecclésial392. Ces unités complexes sont probablement liées aux manses presbytéraux, prescrits dans les capitulaires carolingiens393. Mais à l’instar de l’ecclesia Saint-Martin de Sadirac qui, en 1111, reçut de Raimond de Lignan une terre en alleu ou celle de Saint-Symphorien de Castillon, à qui fut donnée une pièce de terre, il s’agissait encore d’entités dynamiques394.

  • 395GCSM, n°88 (Daignac, secundum consuetudinem regionis allodialiter possidere), 171 (Bellebat), 665 (...)
  • 396GCSM, n°663.
  • 397GCSM, n°319. Autre exemple, La Réole, n° 52. ecclesiam sancti Martini que erat et est sita in alo (...)
  • 398St-Jean-d’Angély, n° 297 (1056-1086).
  • 399GCSM, n°708 (1131), extra muros Castelli Gelosi terram de proprio allodio ad faciendam villam nec (...)

98La possession des ecclesiae “selon la coutume de la région” (secundum consuetudinemregionis) semble ne pas être autre chose qu’une justification des laïcs propriétaires d’églises destinée à excuser une pratique devenue condamnable aux yeux de l’Église grégorienne395. De fait, l’alleu d’Adalaus, à Coirac en Bazadais, comprenait bien l’ecclesia Saint-Martin (in cujus allodio et patrimonio ecclesia erat)396, celui de Madirac, donné par un certain Raimond Mangaud, l’ecclesia Saint-Jean (unam ecclesiam in allodio Madiranno)397. À Vayres, l’ecclesia Sainte-Marie était dans la réserve seigneuriale (indominicatu)398. L’initiative privée déterminait encore la création d’églises, essentiellement castrales, comme celle que Bernard Eiz d’Albret fit faire en dehors des murs de Casteljaloux, in proprio allodio suo399.

  • 400GCSM, n° 184 (vers 1121-1126).
  • 401GCSM, 648 (1121-1126).
  • 402St-Jean-d’Angély n° 304 (1096-1102).
  • 403La Réole, n° 144 (1084-1099), Willelmus Aimerici, capelenus de Las Lobias se ab ecclesia illa in m (...)
  • 404GCSM, n° 1160 (1112) ; Marchegay éd. 1879, n° II (1081), insuper, ad beati Petri sedem Romanam duo (...)
  • 405Ste-Croix, n° 14, (..) ut quotiescumque Sancti Andree canonicus senex aut debilis aut infirmus aut (...)
  • 406Ste-Croix, n° 37, pro pecunia que fuerat pretii quadringentorum solidorum quam R. de Leian habuera (...)

99Les prêtres qui avaient reçu la cura animarum exploitaient ces églises selon des modalités variées. Forton, prêtre de Montignac, conserva la sienne en commende pendant trente ans400. À Lalande, près de Civrac, le presbiter n’était autre que l’entrepreneur chargé de construire l’ecclesia : il la garda “de nombreuses années” avant d’entrer à La Sauve401. À Saint-Laurent-Médoc, le prêtre avait un fief presbytéral (feudum presbiteralis) contre un servitium non détaillé (et inde multa nobis servitia impendebant)402 et cela, d’après Guilhem Hélie de Bordeaux, depuis trois générations403. Curieusement, ces servitia sont surtout détaillés dans les donations épiscopales. On sait ainsi qu’en Bazadais, les églises données par l’évêque participaient, par une sorte d’aide, à ses principales dépenses (expensum pontificalis) au premier rang desquelles les visites ad limina404. En Bordelais, le servitium assis sur l’église de Saint-Pierre de Vensac, donnée par l’archevêque Arnaud Géraud de Cabanac aux moines de Sainte-Croix, consistait surtout en hébergements405. Les prêtres n’étaient par conséquent pas des individus dénués de moyens : en 1111, Raimond de Lignan donna à l’église Saint-Martin de Sadirac une terre dont il fit un alleu, pour solder un prêt de quatre cents sous qu’il avait contracté auprès du prêtre de cette église, un nommé Suavius406.

  • 407  Cabanot et Pon éd 2004, 72.
  • 408  Voir supra, p. 77.
  • 409St-Seurin, n° 17, de quartario decime istius medie civitate.
  • 410  St-André, f. 51 collector decime primo loco accipiet larreiredesme totius decime.
  • 411GCSM, n° 653.
  • 412GCSM, n° 672 (1087-1095) ; 300 sous pour une moitié de dîme (GCSM, n° 68 1106-1119); 230 sous pour (...)

100La pluralité des acceptions de l’ecclesia ne facilite pas l’appréhension de cette entité complexe, d’autant que la lente adoption des conceptions grégoriennes comme la progression concomitante de l’encadrement paroissial n’ont pas partout obéi au même rythme : dans le Liber rubeus de la cathédrale de Dax on ne voit pas les effets de la “réforme grégorienne” dans le vocabulaire des actes avant le milieu du xiie siècle407. Cette complexité n’aide pas non plus la compréhension du système dîmier, du reste aussi mal connu pour cette période. Il est en effet difficile de mettre sur le même plan à la fois le produit de redevances au dixième donné par le duc Guy Geoffroy à Saint-Martin-du-Mont-Judaïque, avatar probable de l’ancien impôt public (decimum408), les petites et les grandes dîmes cédées à La Sauve par les seigneuries de l’Entre-deux-Mers, les quartières des dîmes levées par l’archevêque409, la part revenant aux collectores decime (larreirdesme)410 et ces decimae dont l’aliénation fut autorisée par Hélie, le vicomte de Castillon, Guilhem Amanieu de Benauges et Guilhem Séguin d’Escoussans411. L’importance de leur rapport se mesure à de rares mentions directes (au moins un tonneau de cinq muids de vin pour la dîme de Saint-Léger-de-Vignague) et surtout par les montants des prêts hypothéqués sur des parts de dîme (de quatre-vingts à huit cents sous)412.

Les agents seigneuriaux

101À l’exception des prêtres, figures assez familières de nos textes, les agents seigneuriaux n’occupent pas dans la documentation le devant de la scène.

  • 413GCSM, n° 870, 871 (vers 1106-1119).
  • 414St-Seurin, n° 51.
  • 415GCSM , n° 839.
  • 416  PCSM, p. 112, n° 8.
  • 417St-Jean-d’Angély, n° CCXCVII.
  • 418La Réole, n° 53.
  • 419Gallia I, inst., col. 190.

102Viguiers, maires et forestiers ont été relevés dans les seigneuries les plus anciennes. On ne sait pas de qui relevait le viguier de Bourg, nommé Andron (Andro vicarius de Burgo) signalé dans les premières années du xiie siècle413. Deux des coseigneurs de Bourg avaient les leurs, l’archevêque, entre 1145 et 1152 (un certain Josselin vicarius archiepiscopi414) et le vicomte de Fronsac, à la fin du xiie siècle (nommé Raimond)415. La documentation n’a révélé qu’un seul maire, dans la vicomté de Civrac-Castets entre 1106 et 1119, Arnaud de Montanceix, qui levait également la dîme d’un alleu près de Civrac416, et un seul villicus, nommé Hélie, à Vayres à la fin du xie siècle417. Nous n’avons pas rencontré davantage de forestiers (custodes nemoris ou forestarii) ; le custos nemoris du bois du Guarn appartenant au vicomte de Bezeaumes s’appelait Eschivat418 ; Guilhem Pierre de Corbiac était le forestier du bois de Thil, que le vicomte de Castets avait donné aux cisterciens de Fontguilhem419.

  • 420  Ocent de Cursan, prévôt de la Sauve entre 1079 et 1095 (GCSM, n° 19). Adelelm entre 1119 et 1126 ((...)
  • 421GCSM, n°11.
  • 422GCSM, n°413.
  • 423Gallia I, inst. col. 190, n°IX.
  • 424GCSM, n°787 (1126-1155).
  • 425GCSM, n°419-1040.
  • 426GCSM, n°445.

103Les prévôts sont moins rares. Ceux de La Sauve-Majeure sont mentionnés pendant toute la période420 ; leur ressort était apparemment limité au bourg (prepositura nostri burgi)421. La seigneurie de Blanquefort avait les siens : on relève ainsi dans la terre de Trestot, entre un estey et la Gironde, un certain Guilhem du Taillan, prepositus ejusdem terre, entre 1106 et 1119422. Le vicomte de Castets avait un prévôt au Thil, dont on ne connaît que le patronyme (de Broquelas)423. Les prévôtés n’étaient pas l’apanage des grandes seigneuries. Étienne de Lussac avait un prévôt à Carsac dans le Landais périgourdin424. Dans les années 1140-1155, un nommé Guilhem était prévôt d’Arnaud Aimeric de Bourg, dans la terre de Montussan425. Les deux frères de Montpezat, Armand et Gaillard avaient chacun le leur (Pierre Bernard et Pierre de Lafourcade)426.

  • 427St-Seurin, n°39 (1124).
  • 428St-Seurin, n° 217.
  • 429St-Seurin, n° 75 (1125), n° 75 et 33 (1103-1124) ; un claviger nommé Aimon, est relevé dans un act (...)
  • 430GCSM, n° 379. À Carensac au xiiie siècle : GCSM, n° 593, 562 (Bernard, laïc, 1229) ; AD33, H 4, f (...)
  • 431La Réole, n° 78 (1154), 90 et 92 (1177-1182) ; Anc. Coutumes de La Réole.
  • 432La Réole, n° 104 (Austoret, 1143).
  • 433Ste-Croix, n° 137 (Bonafos, 1185).
  • 434Cours-Romestaing, n° 78 (Guilhem Sanche, 1220-1230), 108, 109 (Arnaud d’Espuid ou Arnaud de Pins, (...)

104Les clavaires sont aussi répandus. En 1124, le clavaire de Pierre de Bordeaux, nommé Gaucelm Aicard, le considérait comme son dominus (dominus meus427). S’il faut attendre le xiiie siècle pour retrouver des mentions de clavaires auprès des laïcs, en l’occurrence les seigneurs de Lesparre et de Castillon-en-Médoc (1241)428, il ne fait pas de doute qu’il en existait auprès d’autres seigneuries laïques bien avant cette période puisque les seigneuries ecclésiastiques avaient les leurs, au début du xiie siècle. Celui de Saint-Seurin, un laïc nommé Forton, est attesté entre 1103 et 1124429 . Un autre laïc, Guilhem, clavaire de Quinsac, devait garder le moulin de Quinsac pour les moines de La Sauve-Majeure430. Le clavaire de La Réole est attesté à partir des années 1150 (Pierre du Port) et une large partie des Anciennes coutumes est consacrée à ses droits431. Le seul clavaire de Bazas dont on ait gardé la trace lui était contemporain (1143)432. Plus tard apparaissent les clavaires des moines de Sainte-Croix433, ou des commanderies Templières de Cours et Romestaing434.

  • 435GCSM, n°197, 787.
  • 436GCSM, n°1050.
  • 437St-Seurin, n° 40 (1122 et 1144).
  • 438GCSM, n° 35 (1119-1121).

105Enfin, à l’état de mention isolée signalons les decimarii435, les ministériaux (surveillant en l’occurrence la perception des agrières)436, un garde-chasse (venator) dans la seigneurie médocaine de Blanquefort437, ou un vernulus, gardien des forêts d’Auger de Rions, devant qui étaient déférés les auteurs d’infractions438.

  • 439GCSM, n° 46 : il y avait pourtant une seule justice à La Sauve (quia in villa nostra non oportet h (...)
  • 440GCSM, n°813.
  • 441GCSM, n°388, 197.

106On considérait la fonction du forestier du Thil comme une prepositura seu officium, signe que derrière des appellations différentes, ces fonctions étaient proches. Il s’agissait effectivement de représenter l’autorité seigneuriale dans un ressort déterminé et d’y exercer la justice. Un statut de l’abbé de La Sauve Pierre VII (1126-1155) montre que la justice de toute la villa relevait de l’aumônier et du prévôt439. Dans les confins septentrionaux du Bordelais, du Périgord et de l’Angoumois, la vigeria, que l’on assimilait à une villicatio (vigeriam vel potius villicationem), recouvrait les mêmes compétences (placita que ad vigaria pertinent440). Le prévôt de La Sauve assistait également à des bornages ou procédait à des acquisitions441.

  • 442GCSM, n° 11, illi commitimus ut quamdiu voluerimus illam teneat et cum abbas illius loci vel fratr (...)
  • 443  C’est le cas de la viguerie de Camp-Martin et de Saint-Pierre-de-Faina, dans les confins du Périgo (...)

107La prévôté de La Sauve nous permet de connaître les moyens par lesquels un seigneur attribuait l’office. Le premier bénéficiaire, Ocent de Cursan, l’avait reçue de l’abbé Gérard en compensation de la perte de la dîme sur l’alleu de La Sauve et en échange de l’abandon de ses plaintes. L’abbé précisait qu’il ne la lui confiait pas en fief ou par une convention, derrière laquelle Ocent aurait pu réclamer pour lui et ses héritiers quelque droits ; la prévôté du bourg lui était seulement “confiée” (commendata), pour la tenir au bon plaisir de l’abbé442. On pouvait donc recevoir une prévôté en fief443, la transmettre à ses enfants, ou se la voir confier en commende.

  • 444GCSM, n°4, 6.
  • 445GCSM, n°9, 10, 11, 27.
  • 446GCSM, n°220.
  • 447GCSM, n°1055.
  • 448  Voir infra, p. 300.
  • 449GCSM, n° 634 (1106-1119, donation par Bertrand de Montencens et son fils Raimond de ce qu’ils avai (...)
  • 450  Gaucelin du Taillan, miles (St-Seurin, n° 34, 1124 ; Ste-Croix, n° 107, 1138-1151).
  • 451St-Seurin, n°75.
  • 452GCSM, n°379.
  • 453St-Seurin, n° 39.

108Ces officiers occupaient des conditions sociales variables. À La Sauve, Ocent de Cursan était un des nobiles terre444; avant l’arrivée de Gérard de Corbie, il levait les dîmes (sur l’alleu de La Sauve et à Saint-Brice-de-Sermignan) qu’il tenait en fief des Escoussans445 ; son successeur, Adelelm, était un alleutier mais aussi feudataire de Pons de Lamotte446. Auger de Puch, miles, avait la charge dans les années 1120-1145447. Son successeur, Raimond de Carignan, appartenait à une famille de notables paysans chez qui on trouve des bourgeois de Bordeaux448. On ne sait rien sur les autres prévôts de La Sauve, Estornel et Grimoard. À Civrac, le maire Arnaud de Montenceix appartenait à une puissante famille du Périgord, classée parmi les proceres; leur alleu, à Saint-Pastour, comprenait l’église et des fiefs449. À Saint-Pey-de-Castets, Arnaud avait une part de l’église et levait une partie des dîmes. Guilhem du Taillan, un des prévôts du seigneur de Blanquefort, appartenait à une famille de milites, possessionnée dans la paroisse éponyme450. Le clavaire de Saint-Seurin donna une domus qu’il avait fait construire et un alleu à la limite des palus451. Celui de Quinsac pouvait donner à La Sauve des vignes et des acquêts (compartiones suas)452. Le clavaire de Pierre de Bordeaux, Gaucelm Aicard, avait une terre et une vigne dans la paroisse Saint-Martin de Trasluch (au Mont-Judaïque)453.

Conclusion

  • 454  Pour une présentation des points de vue, Lauranson-Rosaz 1999.

109La Gascogne bordelaise présente une situation apparemment antinomique à la fin du xie et au début du xiie siècle. Si d’un côté la relative rareté des circonscriptions mineures antérieures à l’an Mil (pagus, vicaria) donne à penser qu’elles avaient été effacées par des cadres ultérieurs, de l’autre la pérennité de la seigneurie locale et sa forte présence dans le tissu seigneurial traduisent la permanence d’un système antécédent la révélation documentaire. Dans le débat sur la portée des changements survenus au tournant de l’an Mil (mutation ou ajustements), cette ambivalence donne paradoxalement des arguments à chaque partie454. Sur ce point l’enquête n’est pas close. Il importera notamment de mieux connaître sur un plus vaste espace les territoria, ces circonscriptions suffisamment élastiques pour s’appliquer aussi bien à la villa qu’aux seigneuries châtelaines. Leur exclusivité apparente et leur capacité à éclipser toute autre forme de circonscription prendront leur sens lorsque l’on saura si oui ou non le territorium a subrogé une circonscription obsolescente.

  • 455  Morsel 2003, 100-101.

110Ce dont on peut être assuré est, tout d’abord, la faiblesse relative du nombre de châteaux, constat qui rejoint celui de B. Cursente sur le caractère tardif de l’incastellamento de la Gascogne gersoise. Leur localisation préférentielle en plaine, près des ports et des palus, ainsi que leur origine publique sont d’autres acquis. Mais on assiste bien, dans ce laps de temps qu’il nous est donné de parcourir, à un lent changement de l’organisation de l’espace du pouvoir seigneurial455. Le système castral, avec ses moyens propres (militaires ou économiques) et sa capacité à organiser une autre spatialisation des pouvoirs (par le regroupement de l’habitat au moins, la réorganisation du finage n’ayant pas été étudiée aussi finement), diffère nettement du système de la seigneurie locale sur lequel il se surimpose peu à peu.

111Ce dernier constituait donc un cadre de vie plus fréquent pour les hommes de la fin du xie et du xiie siècle encore. Cette forme d’encellulement, qui se révèle à travers quelques cas particuliers, tire d’abord partie de la poche de droits publics que constituait chaque villa (justice, usage des vacants, des eaux courantes et des voies publiques) une unité dont le contribuable de base saisissait encore la pertinence. La fortune foncière redoublait le contrôle de ces droits pour asseoir la domination sociale depuis les domus seigneuriales, à travers des réserves et tenures. Le contrôle des ecclesiae dont la mise en place procède pour partie de l’initiative seigneuriale renforçait le dominium par la levée des dîmes, calée sur l’unité seigneuriale (villa, alleu). Le développement des coutumes au sein même de ces seigneuries, caractérisées par des réquisitions ou des hébergements “indus”, phénomène dont on perçoit à ce niveau les premières manifestations au début du xiie siècle, peut-être, au-delà d’un effet de mimétisme avec les seigneuries châtelaines, la conséquence du manque à gagner provoqué par l’abandon d’une partie des ecclesiae.

112Du point de vue de ceux qui en tiraient profit, c’est-à-dire les ayants droit du dominium, ces prérogatives avaient fini par être privatisées selon des situations variées. Dans certains cas (Daignac, Cadillac, Génissac), leur concentration dans les mains d’une même personne ou d’une même parenté conférait à la seigneurie une certaine cohérence ; en d’autres, par le jeu des transferts et du morcellement successoral, les seigneuries étaient éclatées en des situations immanquablement conflictuelles. Ces seigneuries “inachevées”, bloquées par les restrictions au droit fortifier, ne devaient pas porter ombrage au duc, au vicomte ou au châtelain. Il faut aussi supposer que nombre de villae subsistaient dans un état embryonnaire, en particulier dans la directe ducale, et n’avaient pas atteint le premier de ces stades.

  • 456  À l’exemple d’une donation en alleu avec réserve de justice par Guilhem Séguin d’Escoussans (GCSM, (...)
  • 457  Barthélemy 1997, 156.

113L’ambivalence de la seigneurie nord gasconne du xie siècle et l’extrême fragmentation des droits publics infirment-elles le caractère globalisant du dominium tel qu’il est utilisé depuis A. Guerreau ? Rien de moins sûr. Il est d’abord certain que le justiciable ne ressentait pas l’inégalité des seigneuries locales, laquelle résulte de notre part d’un pur effet d’optique : si un seigneur n’était pas en mesure de faire valoir une justice ou des droits militaires, c’est qu’un autre, duc, vicomte ou châtelain, se les était réservés456. De plus, l’extension du champ de la coutume dans le premier quart du xiie siècle jusque dans les seigneuries locales trahit bien la globalité du renforcement de la puissance seigneuriale. La contrainte dont étaient a priori dépourvues les seigneuries privées de garnisons castrales et qui ne manquait pas d’accompagner les exigences coutumières n’était possible que parce qu’il existait des liens étroits entre un seigneur de villa et les garnisaires d’un castrum457.

Notes

1  Higounet 1976.

2  Faravel 1991, 229-250.

3  Bonnassie 2000.

4  Barthélemy 1993, 472-473, 1997, 151-156, id. 2004 ; Pichot 1995, 2004, 609-618.

5  Guereau 1980, 179-184, 2001, 26-28 ; Baschet 2004, 118-122.

6Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial, 2004.

7  Morsel 2004, 88-116.

8  Boyer 1996, Viader 2003, 260 et sq. L’expression comitatus Burdegale est rare (Depoin éd. 1921, 94, St-Seurin, n° 7).

9St-Jean-d’Angély, n° CCCXVIII, p. 362 (1092) ; Baigne, n° DL ; AHG, XLIX, n° X (1077) .

10Ecclesias in pago Blaviensis atque Burgensis (…) Ecclesia Sancti Romani que sita est in pago Burgensi, ecclesia Sancti Savini que sita est in pago Burgensi (B.N., ms lat. 12773, p. 72) ; St-Seurin, n° 31 (1108-1131), St-André, f 4 (1220-1230) et peut-être Guîtres (Depoin éd. 1921, 93, 101). Brand’honneur 2001, 111-113, Saudan 2004, 531.

11La Réole, n° 153 (Casseuil, 977-1010) et n° 14 (vicaria de Gamage, in pago Vasadinse). Boutoulle 2005 b, 42. Également attesté dans le Livre des miracles de Sainte-Foy de Conques (Bonnassie & Landes 1992, 448).

12La Réole, n° 32 (Pagus Alaudignus à Frimont, près de La Réole, xie s.) ; A.C. LA Réole, n° 3-4 (pagus Aliardensi ou Aliardegs).

13La Réole, n° 15 (1026) à Saint-Hilaire-le-Moutier. Nous n’avons pas rencontré la preuve de l’existence d’un pagus Benalgensis (Régaldo-Saint-Blancard 1993), qui est certainement une mauvaise lecture du pagus Bezelmensis.

14La Réole, n° 23 (in pago Vinacensi, in ipsa villa, sans date, probablement fin xe, début xie s.). La villa en question portait le même nom que le pagus. À la fin du xie siècle la paroisse de Saint-Léger-de-Vignague est appelée Saint-Léger in Vinazes (GCSM, n° 672).

15La Réole, n° 14 (977-996).

16Baigne, n° CCCCXXIV, p. 171 et n° CCCCXVII, p. 169 (in parochia Sancti Cyrici in vicaria Blaviacensis, parochia Sancti Pauli de Mesaudoc in vicarie Blavie).

17GCSM, n° 656 (Raimundus de Iensac, genere ejus, succedens ei in honore, 1131), n° 955 (Helias frater ejus succedens in honore) ; La Réole, n° 129, cui castella, municipia et totum honorem suum commendavit (1104-1126).

18Ste-Croix, n° 3, locum Sancte Crucis cum loco Sancti Macharii suisque honoribus.

19GCSM, n° 259 (1126-1155), et ambo isti donationem suam fecerunt consilio Guillelmi Seguini de Arions, in cujus honore habitabant. On pourrait considérer de la même manière la division in medio honoris rapportée par la Chronique de Guîtres (Depoin éd. 1921, 105).

20GCSM, n° 802 (successit in honorem) ; n° 813 (per totum honorem nostrum circa Campum Martini circaque Sanctum Petrum) ; n° 815 (ei qui teneret terram et honorem illius) ; n° 818 (de illa moneta que per honorem Calaisii).

21  L’Entre-deux-Mers figure dans le testament de l’évêque du Mans Bertechramnus en 614 : Diplomata, éd. Pardessus 1843, n° CCXXX, p. 197-215. Les Médocains (Medulis) sont cités dans les lettres d’Ausone à Théon : Étienne 1989. Dans le diocèse de Dax, des “pays” , ensembles naturels reconnus d’un nom comme le Brassenx ou la Maremme, sont ultérieurement devenus des seigneuries ou des vicomtés ; Marquette 2004, 116.

22Rôles Gascons, n° 2947, 4448 à 4471, 4548 ; Rec. feod. n° 652.

23GCSM, 635.

24GCSM, 672.

25GCSM, 702.

26Benauges-Vieille: GCSM, 236, 235 (1183-1194), 649 (1184), 897 (1196); Benauges, GCSM, 212, 346 (1106-1119).

27GCSM, 631 (1140-1155), 632 (1106-1119); Rôles Gascons, n°4553 (1255).

28  PCSM, p. 133 (1237), AHG, XLIV, p. 11 (milieu du xiiie siècle).

29Ste-Croix, n° 84 (1099), terra cui ab oriente flumen Jale, a meridie villam Sancti Medardi de Jales, ab occidente crucem de Casemort, a septentrione Blanquafortem, terminos naturaliter habere contingit. St-André, f. 97 (1219). Pierre de Jales entre 1138 et 1151 (Ste-Croix, n° 107), Raimond de Jales, miles (St-Seurin, n° 134, 1180).

30  D’autres noms de pays présentant le même suffixe sont apparus ultérieurement. Le Barès, formé autour de la seigneurie du même nom à la fin du xiie siècle (St-Seurin, n° 135, 1180 ; St-André, f 97, 1209, f 62, 1220-1230 ; f 58, 1226 ; f 56, 1229 ; PCSM, p. 133 (1237) ; Rec. feod. n° 538, 546, 654, 675, 680).

31Ste-Croix, n° 38 ; St-Seurin, n° 21, 22, 62 (archidiaconé) ; Rôles Gascons, n° 461-466 (1242, archiprêtré). C’était peut-être le cas de La Grayanes, Marquessac 1866, p. 13, 1168.

32  Anglades, Ambès, Arès, Aures (Auros), Asques, Bègles, Belvès, Bereires, Berthez, Borderes, Bommes, Cambes, Caucenes, Conques, Couthures, Corles, Escures, Fargues, Floudès, Fossès, Mames, Massanes, Martres, Marsannes, Morizès, Sauternes, Tarnès, Tresses, Tynades, Salles, Serres.

33  Jullian 1887-1890, t. III, 126-128.

34  Debord 1984, 88. Brand’honneur 2001, 215-225. Bourgeois 2005, 549-550.

35  Marquette 2004, 114-127.

36  Guillemain 1974, 76. L’archidiacre de Gamages est attesté à la fin du xiie et au début du xiiie siècle (Cart. Villemartin, n° 186b, 1186-1214 ; St-Seurin, n° 258, 1266). L’archidiacre de Bezeaumes est cité en 1227 (GCSM, n° 1179).

37Archipresbiter de Frontenac, GCSM, n° 180 (1104-1126), 652 (1119-1121), 1160 (1112) ; archiprêtré de Gensac, cart. Villemartin, n° 138, 150, 154 (1213-1227) ; archiprêtré de Loutrange, Cours-Romestaing, n° 107 (1232). Même constat au Poitou, Bourgeois 2005, 552.

38  Archidiacre de Blaye (St-Seurin, n° 22, 1102-1130 ; GCSM, n° 1120, 1165 ; Ste-Croix, n° 13, 1166), archidiacre de Cernès (St-Seurin, n° 22, 1102-1130, n° 62, 1103-1144, n° 21, 1144, Ste-Croix, n° 38, 1124, St-Seurin, n° 107, 1170) ; archidiacre de Médoc (Ste-Croix, n° 46, 1173-1178). Même chose dans le diocèse de Dax, Liber rubeus, n° 153.

39St-Florent, n° 1 et 2.

40St-Seurin, n° 22 (1102-1130) et 131 (1173-1182).

41  St-André, f 64 (1233).

42AHG, XLIV, p. 11 (predicte autem XXX ecclesie primo supra scripte dicuntur esse in terra Guilhelmi Amanevi de Benauges).

43Archipresbiter de Rions, GCSM, n° 296-297 (1126-1155), 235 (1183-1194).

44Archipresbiter de Podio, GCSM, n° 49 (1126-1131), 185, 220 (1121-1126), 460 (1119-1120) et 567 (1126-1140). Archiprêtré d’Entre-deux-Mers, GCSM, n° 649 (1184), St-Seurin, n° 214 (1181-1188), Ste-Croix, n° 29 (1195).

45  PCSM, p. 129. GCSM, n° 420 (De Sancta Maria de Podii que dicitur a Lubert), 421 (capella de Castelleto), 443, 444 (domus de Castelleto), 445, 446, 447, 448, 454, 455, 456, 457 (molendina in rivo nomine Luberto prope ecclesiolam Sancte Marie de Castelletocapella Sancte Marie de Castelleto), 459 (in Podio super Lubertum), 460, 461, 462, 464, 465, 466, 468, 469, 470, 649, 977, 1055, 1056, 1058, 1169. Piat 1996.

46Ste-Croix, n° 106 (1137-1151)

47St-Seurin, n° 65 (1168-1181, le donateur réapparaît plus loin, St-Seurin, n° 124).

48St-Seurin, n° 183 (archipresbiter de Castro novo, 1209), St-André, f 100 et 104 v (1232).

49  Pardessus éd. 1843-1849, I, CCXXX, 206-207.

50GCSM, n° 1281 et St-Seurin, n° 350.

51  Douais éd. 1887, n° 232.

52GCSM, n° 596, (1126-1155), n° 846 (territorium quod dicitur Gavarretum) ; Douais éd. 1887, n° 232, (vers 1040-1060) ; alodium quod est in territorio Ambegalmensis.

53  Camarsac (GCSM, n° 472) ; Le Tourne (GCSM, n° 250, 251) ; Tregonian (GCSM, n° 200) ; Guibon (GCSM, n° 151) ; Faleyras (GCSM, n° 133-134) ; Saint-Léon (GCSM, n° 71) ; Lignan (GCSM, n° 360).

54La Réole, n° 14. Autre exemple de donation d’un alleu in pago Basatensi, villa Cassaniolo. (La Réole, n° 153, une vigne in pago Vicacensi in ipsa villa, La Réole, n° 23).

55Baigne, n° 424, p. 171 (1089-1098), fevum a Vitrazes in parochia Sancti Cyrici in vicaria Blaviacensis et vocatur hec terra Ausaz.

56GCSM, n° 565.

57Baigne, n° 417 p. 170, in villa que nuncupata Escobilac in Vitrazes in parochia Sancti Cirici (1089-1098).

58St-Seurin, n° 89.

59GCSM, n° 597. Autre exemple, Ste-Croix, n° 86 rusticos in parochia d’Au Pian, villa de Palomers (1165-1170), St-Seurin, n° 135, estagia in parochia Sancti Petri de Bares, in ingressu villa que dicitur Savareia (1180), St-André, f. 97 villa de Hastignan in parochia Sancti Medardi de Jales (1219).

60St-Seurin, n° 8 (814), donation en faveur de Saint-Seurin de la villa de Meschers cum omnibus appenditiis (..) cum domibus, edificiis, terris, vineis, pratis, silvis, pascuis, aquis, aquarumve decursibus, quicquid jure pertinere videtur. Ste-Croix n° 1 (977-988), villa de Soulac cum oratorio Sancta Dei Genitricis Marie cum aquis dulcis de mare sallysa usque ad mare dulcia cum montaneis cum pineta cum piscatione cum cuncta prata salvicina capiente cum servis et ancillis; La Réole n° 2 (vers 977), donation par Gombaud, évêque de Gascogne et son frère le duc Guilhem Sanche de l’église de Saint-Airard cum villa. Anc. coutumes La Réole, p. 721.

61La Réole, n° 95, cetera vero, videlicet planicias, silvas, aquas, in allodio Sancto Petro concessit; deinde placuit illi ac priori nostro Augerio ut nobis villam que nominatur Sancte Basilica, cum terris, aquis et cum omnibus rebus ipsius ville, quas in illa die possidebat, pignus poneret; La Réole, n° 147, planicias, silvas, aquas, et molendinos de Drod qui dicuntur a Destornel et silvam que dicitiur Barte.

62GCSM, n° 118.

63GCSM, n° 675 ad faciendam villam necnon et ad fabricandam in eadem villam ecclesiam, de qua villa medietatem censu retineo et medietatem justiciae.

64GCSM, n° 481, clericum de Lopa qui justiciam ville de Lopa a preposito Burdegalensis tenebat; Anc. coutumes La Réole, n° 8.

65Cens: GCSM,159, 186, 621, 675, St-Seurin, n°34, 160. Redditus: GCSM, n° 505, La Réole 135. Dîmes : St-Jean-d’Angély, n° 297, St-Seurin, n° 89, GCSM, n° 295. Parts de fruits et agrières : GCSM, n° 75, 119, 227, St-Seurin, n° 164.

66  Civadage : GCSM, n° 414, Ste-Croix, n° 70. Avena: St-Seurin, n° 51, 96, Ste-Croix, n° 46. Captenh: La Réole, n° 90. Servitia: La Réole, n° 135, Anc. Coutumes La Réole, n° 5, 7 (avec procuratio).

67GCSM, n° 75, homines in circumsitis villabus degentes; GCSM, n° 471, quidam homo de villa Camarciaco nomine Aichelmus Warmundi.

68GCSM, n° 137, terra ubi stant tres hospites in ipsa villa de Phaleranno; n° 621, unum casale de allodio in villa Sancti Dionisii pro quo singulis annis (...) inhabitans hospes debet solvere censum. GCSM, n° 434, duos villanos in ipsa villa Sancti Lupi commorantes. GCSM, n° 433, miles quidam Arnaldus Willelmi nomine Sancti Lupi inhabitans villam; GCSM, n° 49, homines quos posuerunt in villa de Porzint.

69St-Seurin, n°89.

70GCSM, n°675 (1131).

71La Réole, n° 62, 97, Anc. coutumes La Réole, GCSM, n° 41.

72La Réole, n° 135.

73GCSM, n° 69 (pré), 159 (terre), 181 (vigne et terre), 227 (vigne), 281 (vigne), 434 (casal avec leurs homines), 301 (casal et vigne), 540 (artigue), 585 (vigne), 621 (casal), 625 (moulin), 651 (verger et vigne), 675 (église), 679 (casal), 949 (port) ; Baigne, n° 295 (verger, vigne) ; St-Seurin, n° 11 (église), 29 (vigne) ; La Réole, n° 41 (verger), 47 (bovaria), 94 (casal) ; St-Jean-d’Angély, n° 297 (église).

74La Réole, n° 95 et 147.

75Ste-Croix, n° 35, Omnia que mei sunt juris vel hereditatis seu in allaudio seu in beneficio in villa Lodoris de Arcibus.

76GCSM, n° 49, 118, 113, 180, 181, 227, 473, 494, 498, 540, 565, 584, 597 ; St-Seurin, n° 30, 35, 75, 89 ; La Réole, n° 8.

77GCSM,673, in alio loco in ipsa villa.

78La Réole, n° 8 : au début du xie siècle un alleu situé dans la villa de Siverana avait pour confronts des fossés (cavae), la voie publique et deux vignes. GCSM, n° 662, in rivo dividente duas villas in Larium et Tullum. Également Ste-Croix, n° 35.

79  Drouyn [1865] 2000.

80  Gardelles 1972.

81  Higounet 1979, 9-16 ; Marquette 1977, 55-105 ; id. 1979 ; Faravel 1991 ; Peyrelongue 1992 ; Piat 1995 ; Moranvillier 1996 ; Beyne 1997 ; Mesnard 1998 ; Bissonet 2004 ; Souny 2004.

82  Pommiers (Faravel et al. 2000), Bisqueytan (Piat 1995-1999), Rauzan (Coste 1981, 1982, 1984), Blanquefort (Tridant 1992).

83  Voir pour plus de détails notre inventaire des châteaux en annexe.

84  Les châteaux suivis d’une astérisque sont connus par la toponymie ou l’anthroponymie.

85In Castellione castro quod est super fluvium Dordonie (Rec. his. Fra., t. VI, p. 663), castrum illius quod dicitur Blancafort vocatur (St-Seurin, n° 36) ; castrum Blavie (Hist. Pontificum, p. 16 et 20) ; castrum de Bourg (Sidoine Appolinaire, Carmina, 22, éd. Migne, t. LXVIII, col. 727) ; cellula Sancti Vincentii in castro quod dicitur Burgus (Lopes [1668] 1882-1884, 483 ; Jullian 1887-1890, 160) ; medietas castri Fronciaci (Hist. pontificum, p. 23-25) ; Pigiliatus de Castro Mauron (GCSM, 654); omnes principes castri nostri (Lesparre, Conques, p. 349) ; arcem Sancti Macarii obsidione premebat et in brevi castrum (St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII) ; apud castrum quod dicitur Salaboi (GCSM, n° 555) ; apud castrum Zelopnum (GCSM, n° 710); castrum quod dicitur Sivrac (GCSM, n° 639-954) ; Raimundus Gensiaci castri (La Réole, n° 61-62) ; castra sua et allodia et nemora (…) in castro quod dicitur Landaros (La Réole, n° 95 et 129) ; castrum de Langon (Marchegay éd. 1879, n° III) ; castrum de Taillacavat (La Réole, n° 43) ; infra vel extra castrum de Sainte-Bazeille (La Réole, n° 128), cité en 1128.

86Castellum Benaugium (Hist. pontificum p. 29) ; ecclesia infra castellum Blancafortensis (Ste-Croix, n° 97) ; de tractu sagenarum in Dordonie subtus castellum (…) stagnum quod est juxta castellum (St-Florent, n° 1) ; Amanieu de Castello, dominus d’Arnaud de Lanton (St-Seurin, n° 89, 1122-1143) ; Séguin de Castelnau (GCSM, n° 1, 402 ; Conques, n° 481 ; Marquessac 1866, 10) ; apud castellum Fronciaci (St-Jean-d’Angély, n° 301) ; in Turri castello, capitalis de Turre Castello (GCSM, n° 52, 88) ; donation de deux frères de castello quod dicitur Sparre (Baurein [1776] 1999 t. 1, 161) ; donation in claustro Sancti Christophori de Castellione (Baurein [1776] 1999, t. 1, 161) ; castellum Sivracum (GCSM, n° 650) ; castellum altus Villaris appelatum (GCSM, n° 19) ; extra muros castelli Gelosi (GCSM, n° 708) ; apud Castellum vetus (GCSM, n° 180) ; apud Bardam Castellum (GCSM, n° 710) ; cui castella, municipia et totum honorem commendavit (à propos de Landerron, La Réole, n° 129) ; Lingonem castellum (GCSM, n° 9) ; castellum Sancti Macarii (Hist. Pontificum, p. 29) ; Sanctus Petrus de Castello (La Réole, n° 14) ; hic fuit indigena castelli illius in vicina Vasatis situm, antiquitus Mota appellabatur (Cart. noir Sainte-Marie d’Auch, acte 134).

87Turris quadris lapidibus extructam; Vita s. Abbonis, éd. Bautier et al., p. 118-119.

88Turris fracta (St-Seurin, n° 10).

89In turre sua apud Burdegala (Marchegay éd. 1879, n° VII) ; in turre Castello, capitalis de Turre Castello (GCSM, n° 25, 55, 61, 396, 398, 401, 564).

90GCSM, 436.

91Guilhem Frédeland de Blavia oppido (GCSM, 946).

92  Castellet à Beychac-et-Caillau (GCSM, n° 443, 444, 445, 446, 446, 447, 454, 455, 456, 457, 462, 465, 466, 468, 469, 470, 649, 1055, 1056, 1058, 1169) ; Castellud ou Castellus dans le secteur Daignac-Espiet (GCSM, n° 86).

93GCSM, n° 17 : remansit fertur antiquitus fuisse castellum Altus Vilaris appellatum. Cujus castellaris allodium multos possessores habebat.

94  Dernièrement Brand’honneur 2001, 58-59.

95  Contrairement à ce que nous avons écrit (Boutoulle 2000a), la probabilité qu’un castrum ait existé à Saint-Émilion est faible. La dédicace à Sainte-Marie Madeleine, qui nous l’avait fait croire et que l’on trouve effectivement associée à une église castrale (Ecclesia Beate-Magdalenae in castro Sancte Basiliae, AHG, XV, p. 28 et AHG, II, n° CXXVIII), se trouve aussi dans les faubourgs du xiie siècle à Bordeaux (Livre des coutumes, p. 403) ou La Réole (AHG, II, n° CV et La Réole, n° 92 ; Dupin 1839, 116).

96GCSM, n° 286 ; appelé aussi oppidum (GCSM, n° 981-982, 1155-1182).

97GCSM, n° 949, 950 (1079-1095) ; AD 33, G 83 (vers 1060) ; La Réole, n° 60 et 66 (1086 puis 1084-1103). Nous ne pensons pas que le castellum d’Arnaud Bernard soit situé dans l’ancienne paroisse de Taurignac, à Neuffons, sur la rive droite du Dropt (Bonnassie 2000, 121). À notre connaissance, jusqu’en 1274 aucun castrum ou castellum n’y est relevé dans les textes. Pour le reste du Moyen Âge, S. Faravel n’y a rien vu. Les articles des anciennes coutumes de La Réole (1187-1188), évoquant un hommage pro communitate castri de la part d’un autre Arnaud Bernard de Taurignac, dominus, concernent Gironde-sur-Dropt (Anc. Coutumes La Réole, n° 49, 54, 55).

98Pat. rolls, 1232-1247, p. 395.

99La Réole, n° 77 (1154) : tempore Attonis prioris, Amanevus de Boglonio dominus ad nos venit (1154).

100AHG, XV, n°I, p. 25.

101GCSM, 42.

102  Chédeville 1973, 271.

103  Debord 1984, 128-130.

104  Fossier 1982, 382.

105  Debord 1984, 126.

106  Nous avons écarté la description idéale et certainement rédigée bien après le xiie siècle du castrum de Guîtres avec ses tours, ses camerae et son aula (Depoin éd. 1921, 94).

107St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII, castrum ferro et incendio depopulavit.

108GCSM, n° 708, extra muros Castelli Gelosi terram de proprio allodio ad faciendam villam (…),mansionem monachorum intra muros.

109  Marchegay éd. 1879, n° III, et ecclesie Lengo castro.

110Ste-Croix, n° 97, ecclesiam Sancti Nicholai que est infra castellum Blancafortis.

111St-Seurin, n° 36, de quadam terra que est ante portam castri illius quod Blancafort vocatur, 1091.

112GCSM, n° 708,

113Est que ipsa ecclesia uno plus millario a castro Fronsiaco, quod erat in dominio proprietatis supradicti comitis cum omnibus in circuitu terris et castellis (Hist. Pontificum, p. 23).

114St-Jean-d’Angély, n° CLXXXII, arcem Sancti Macarii obsidione premebat et in brevi castrum ferro et incendio depopulavit et arcem munitissimam cepit.

115St-Seurin, n° 97 (1176), Dederant canonici Sancti Severini IX solidos de XVIII solidos quos habebant censuales super homines de Inzinis antecessoribus Amalbini, tali pacto quod quicumque dominus foret castri Blancafortensis eosdem homines pro posse suo defenderet et in pascuis suis et nemoribus aliisque terris paduentiam sicut ceteri vicini sui pace haberent perpetua.

116La Réole, n° 128, dono et concedo capelle, Sancti Petri de Regula, quae constructa est in honore Sancte Marie Magdalene quae vocatur Sancta Bazilica, ut habeat jura parochialia de habitantibus intra castrum integre in omnibus de habitantibus advenis presentibus et futuris, extra castrum ; cemeterium et baptismerium, exceptis illis qui antea fuerunt parochiani ecclesiae antiquitus ibi fundatae.

117Baurein [1776] 1999, t. I, 161.

118St-Florent, n°1.

119GCSM, n° 555 (pour le castrum de Salleboeuf). Le plus bel exemple est offert par le castrum de Montravel à la limite du Périgord et du Bordelais, sur la Dordogne (et respondit monachus “Si vultis eamus ante barones Dordonie et placitemus. Et si per judicium poteritis habere, habeatis, sin autem sinite me in pace”. Et responderunt “Eamus”. Postea fuerunt in castrum quod vocatus Montrevel. Noluerunt placitare sed …, GCSM, 796, 1106-1119).

120St-Florent, n° 2 ; Conques, p. 349 ; St-Seurin, n° 96.

121GCSM, n° 396-401.

122GCSM, n° 55, 61, près de La Sauve.

123GCSM, n° 52 (dans un liberum allodium du captal), près de La Sauve.

124GCSM, n° 398.

125GCSM, n° 564, non localisé.

126GCSM, n° 342, non localisé.

127GCSM, 68.

128GCSM, n°3.

129GCSM, n° 284, 286, 287, 288 289.

130La Réole, n° 60.

131GCSM, n° 960.

132  Gardelles 1972, 12, Bonnassie 2000, 121 (“châtelains alleutiers”). Foedera, conventiones, éd. Rymer, p. 150 (1218), necnon de castris adulterinis quae ad initio guerre constructi fuerunt vel reedificata.

133  Debord 1984, 144-150. Le pourcentage des châteaux d’origine publique n’a cessé de diminuer tout au long du xie siècle : avant l’an Mil 75 % des douze forteresses attestées dans les pays de la Charente étaient d’origine publique ; entre 1000 et 1050, 38,7 % des trente-six châteaux nés pendant cette période ; enfin entre 1050 et 1100, 25 % des vingt-quatre châteaux attestés avaient la même origine.

134Hist. pontif. p. 33 (1120-1140) : predictus comes Vulgrinus, congregato magno exercitu et propriis expensis, contra voluntatem praedicti ducis et universae fortitudinis illius reedificavit et ita munitum inexpugnabile reddidit, quod non solum cuilibet infestationi sed etiam duci Aquitanie et ejus exercitui usque ad hodiernum resistere poterat . La Chronique de Guîtres est la seule source présentant une donation comtale portant sur un castrum et un honor, Fronsac en l’occurrence, par le comte Guilhem le Bon (Depoin éd. 97-98).

135  Les motivations des évêques intervenant dans quelques châteaux restent difficiles à percer : lorsqu’ils y présidaient un plaid, il devait s’agir d’une forteresse publique ; mais quand leur rôle se limitait à confirmer des transactions portant sur des églises castrales, ils agissaient aussi dans le cadre de fonctions épiscopales.

136  Debord 1984, 142.

137GCSM, n° 19.

138  En Bigorre les castella tenus sont rendables à l’ordre du comte (Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 3-4).

139  PCSM, p. 129 : domnus rex sicut credimus dedit postea vicarias suas paucis quibusdam militibus sicut domino de Benaujas.

140Ste-Croix, n° 1 et 2.

141Cujus castellaris allodium multos possessores habebat sed justicia proprie ad ipsum comitem pertinebat. GCSM, 19.

142Voir supra p. 95.

143GCSM, 180, in manus Vasatensis episcopi apud Castellum Vetus.

144La Réole, n° 43 et 129, castella, municipia et totum honorem suum commendavit.

145Conques n° 481 : coram principibus patrie(…). S. W. ducis et comitis, S. Hugonis de Laizinian, S.Arnaldi de Blancafort, S. W. Furt, S. Aimerici de Burgo, S. Gumbaldi archidiaconi, Fortis Gaucelmi archipresbiter inter alios laudavit, S. Gaucelmi et fratres ejus de Lesparra, S. Gombaldi Roberti, S. W. Helie, S. W. prepositi, S.Rotlandi et fratrum ejus de Castello Novo, S. Guitardi de Burg, S. Petri de Burdegala.

146AD 33, G 334-335 ; GCSM, 21.

147GCSM, 947 (1079-1095).

148Marchegay éd. 1879, n°III: et aecclesie Lengo castro quantum ad episcopum pertinet totum.

149GCSM, n° 710, castellum suum (dans lequel il fonda une église).

150GCSM, 9, 10, 946.

151GCSM, 42.

152AHG, XV, p. 27. Marquette 1962.

153GCSM, n° 654.

154Rec. feod., n° 203, 205.

155La Réole, n° 128, AHG, II, n° CIII, ut habeat jura parochialia de habitantibus intra castrum integre in omnibus de habitantibus advenis presentibus et futuris extra castrum.

156  Ravier & Cursente éd. 2005, n° 61, § 3-4.

157  BN ms lat. 17733, f 19 v.

158La Réole, n° 135.

159GCSM, n° 408. Voir schéma de filiation n° 5.

160  Casse 1988, 32. Il en reste une vaste motte ovale de 40 m sur 80 entourée de fossés, (Gardelles 1972, 146).

161Ste-Croix, n° 104.

162Ste-Croix, n° 37, GCSM, n° 49.

163St-Seurin, n° 51.

164  Le castellum de Vitrinis est mentionné dans une donation d’un certain Vivien de Vitrinis, malheureusement non datée (St-Seurin, n° 52).

165Ste-Croix, n° 92-93 (1123-1131).

166St-Seurin, n° 37.

167St-Seurin, n°43.

168GCSM, 400.

169GCSM, 416 (1140-1155) ; GCSM, 1050 (1148).

170  Nous considérons comme des mottes, les tertres circulaires, ovales ou rectangulaires, résultant soit d’un amoncellement de terre rapportée, soit de l’aménagement d’un mamelon naturel. Pour les questions de terminologie, Bourgeois 2006, 17-20 ; Zadora-Rio 1985.

171  Quintanilla 1973, Hittos 1979, Ménil 1983, Barraud & Chieze 1983, Marquette 1990.

172  Beyne 1997, Bissonet 2004, Dufau 1974, Faravel 1991, Peyrelongue 1992, Piat 1995a, Souny 2004, Tolg 1990, Voinier 1998.

173  Bisqueytan (Piat 1995b et Boutoulle & Piat 2006) et la motte Maucour à Martres (Saint-Marc 1983). Pineuilh est plutôt un site fossoyé.

174  Bissonnet 2004, 122-131.

175  Selon Pierre Ménil, 88 % des sites sont des tertres, les autres sont des enceintes, des moated sites, ou des édifices maçonnés ayant succédé à une motte. Les tertres ne sont que dans 20 % des cas associés à un enclos apparent avec toutes les variantes possibles (inclus décentré, tertres et enceinte juxtaposés, tertre tangent externe, tertre indépendant de l’enclos, tertre tangent inclus et externe, tertre tangent interne, tertre et enclos alignés et tangents). Les tertres sont surtout de forme circulaire, rarement quadrangulaire, exceptionnellement ovale. Le diamètre des tertres circulaires varie de 10-25 m (31 %) à 25-40 m (25 %), 40-90 m (20 %), mais il ne dépasse qu’exceptionnellement 90 m (3 %).

176Miles quidam nomine Ramundus cognomento Paba (…) hic fuit indigena castelli illius in vicina Vasatis situm, antiquitus Mota appellabatur. Cartulaire noir Sainte-Marie d’Auch, p. 157-164, n° 134.

177Locum qui ab incolis Mota vocatur, Ste-Croix, n° 37 (Sadirac, 1111) ; boscum in quo mansio ejus et mota erat (GCSM, n° 795).

178Anc. coutumes La Réole, n° 48.

179Sciatis quod fieri facimus quoddam castrum ligneum Inter duo Maria, quod erigi faciemus in insula de Re ; et quia castrum predictum erigi non posset, nec mota fieri. Rôles Gascons, t. 1, n° 631 (localisation malheureusement inconnue, 1242).

180  La motte Caupenne à Parempuyre correspond à une maison forte construite après 1304 : Peyrelongue 1992, 32.

181GCSM, n° 650 (vers 1079-1095), Guillelmus Garsie vicecomes de Sivraco donavit (…) extra castellum Sivracum locum ad faciendam mansionem in libero alodio motam que ibi erat ; PCSM, p. 115 (1106-1119), Petrus vicecomes et Forto de la Salargua dederunt decimam molendini quod est juxta motam de Sivrac (…). Petrus de Casted vicecomes et uxor ejus et filius Garsie Willelmi et Geralda filia ipsius dederunt (…) Willelmo de Sivrac monacho de Casted quodam molendinum quod est inter pontem et motam.

182  PCSM, p. 116, partem suam de terra que est a la mota de Tavarred. ; cart. Villemartin, n° 126 et 141, dedit unam concadam a l’Aubespin a pres de le mote de Speluqe.

183St-Seurin, n° 232, en la meita deu bordiu de mota d’Aires ; n° 282, vineam quam tenet ab eis Guillelmus de Bosco apud mota d’Aira.

184  Drouyn 1874.

185  Debord 2000, 62.

186Historia Pontificum, p. 20 et 25.

187GCSM, n° 291-310 (1182-1194).

188  Piat 1995, 118-121.

189  Voir infra, p. 176.

190GCSM, n° 795 (vers 1106-1119), boscum in quo mansio ejus et mota erat.

191Rec. feod., n° 544, (1274), Petrus de Montepessato, miles, juratus et requisitus, dixit quod ipse habet et tenet a domino rege Anglie (…) domum suam et stagiam in qua idem moratur in parochia de Salabove ; même reconnaissance pour Armand de Montpezat (n° 545). Mottes de la Tour, du Château, des Mandins, des Mousses et du Rétoret : Drouyn [1865] 2000, Gardelles 1972, 218 ; Beyne 1997, 39-45.

192Anc. Coutumes La Réole, n° 48, Amaneus de Lobengt et sui debent facere hominium priori pro mota sua.

193GCSM, n° 650, Guillelmus Garsie vicecomes de Sivraco donavit ecclesie Sancte Marie Silve Maioris extra castellum Sivracum locum ad faciendam mansionem in libero alodio, motam que ibi erat.

194GCSM, 369, 411.

195Souny 2004, 87.

196Bissonnet 2004, 123.

197Musset 1966, Debord 1980, Senséby 1997.

198Saint-Seurin: St-Seurin, n°9 (1010-1032), 107 (1170), 119 (1168-1181), 122 (1168-1181), 132 (1168-1181), 136 (1159-1180), 214 (1181-1188) ; AHG, XXV, p. 103 (1153). Vayres : St-Jean-d’Angély, n° CCXVII (1059-1086). Saint-Florent de Castillon, St-Florent, n° 1 (1079-1080). Langon : St-Seurin, n° 132 (1159-1181) ; entre l’église Saint-Gervais et le prieuré sauvois de Notre-Dame, mis en place après 1126 (GCSM, n° 674, , 678, 679, et suivants). Sainte-Bazeille : La Réole, n° 124 et 126 (1177-1178). Guîtres (Depoin, éd. 1921, 101).

199La Réole n° 96 (1087), GCSM, n° 19 (1087-1095), St-Seurin n° 21 (1122), 72 (1124) ; Ste-Croix n° 115 (1132-1138). Le bourg de Bordeaux n’est pas signalé avant les années 1220-1230 (St-André, f 62).

200  St-André, f 62 (n° 46), si olle dequoquntur in burgo decima esset capituli, si in civitate decani. Boutoulle 2003b, 2003c.

201GCSM, n° 35, burgus monasterii, terra circa monasterium et burgum nostrum.

202St-Jean-d’Angély, n° 297, Decimam autem villæ totam annuimus, et terram altaris, omnemque burgum.

203GCSM, n° 11, homines in burgo commanentibus: PCSM, p. 49, homo qui habitabat in burgo.

204  La capella burgi à Sainte-Bazeille, les églises Saint-Pierre de La Sauve, Saint-Gervais ou Notre-Dame de Langon.

205  St-André, f 62, si olle dequoquntur in burgo ; St-Seurin, n° 132, de tabernis vestri burgi.

206St-Seurin, n° 107.

207GCSM, n° 14, 17, Guiet 1993, 57 ; La Réole, n° 93. Nous n’avons plus de trace du mercatum planifié lors de la donation de l’alleu de Sainte-Marie de Landerrouet par le vicomte de Bezeaumes (Douais éd. 1887, n° 252, 1030-1061). Rappelons l’existence d’un forum à Civrac entre 1106 et 1119 (PCSM, p. 112) et d’un mercatum à Casteljaloux en 1131 (GCSM, n° 708). Sur les marchés, voir infra, p. 130.

208GCSM, n° 237 (1106-1119, quarterio ad mensuram Burdegale seminari postest), n° 391 (1155-1182), Ste-Croix, n° 135 (1170-1193).

209  Higounet 1963, 240-246 ; Fossier 1982, 540-541 ; Marquette 1996 ; Faravel 1991, 184 ; Boutoulle 2000c.

210  Faravel 1990, 181-216, Cursente 1996, 38.

211  Baschet 2004, 100.

212  Debord 2000, 89, 102-103 ; Bonnassie 1990b, 369. C’est aussi ce qui ressort des études de cas du midi méditerranéen (synthèse dans Débax 2005, 12-14).

213Barthélemy 1993, 354, 472; Barthélemy 1997, 151-159; Pichot 1995; Larrea 1998, 385-406.

214St-Jean-d’Angély, n° CCCI, 365.

215  Bissonet 2004.

216GCSM, n° 79, 88, 90, 91, 92, 93, 94, 95, 96, 94, 95, 96, 98, 151. Voir schéma de filiation n° 10.

217GCSM, 105.

218Piat 1995a, 117.

219GCSM, n° 13 et 17 (1079-1087). Voir schéma de filiation n° 8.

220Ste-Croix, n° 8 (1096-1111), 129 (1155-1170), 133 (1165-1170).

221Ste-Croix, n° 8, caballi mei et pecora meorum hominum in ipsum fontem ad bibendum utilem ingressum habeant.

222Ste-Croix, n° 67.

223  Ménil 1983, t. I, 58.

224Ste-Croix, n° 89 (1131-1138).

225  À trois reprises aux côtés du duc : GCSM, n° 13, 17 ; Conques, n° 481 (1108).

226  Ménil 1983, 70 et 78 à 82.

227GCSM, n° 42, 52, 349, 356, 358, 368, 524, 549, 550, 551, 552, 553, 978, 978, 980, 1031, 1196. Voir schéma de filiation n° 13.

228GCSM, n° 42.

229GCSM, n° 553.

230Piat 1995a, 117.

231GCSM, 291-310. En outre, en 1255, le roi donna à Guilhem Séguin de Rions, l’autorisation de construire une maison forte à Moulon : Rôles Gascons, n° 4617 : liberam facultatem construendi domum et fortaliciam per visum senescalli nostri in parrochia de Molon, in qua bono modo secure valeat habitare, salvo in omnibus jure nostro. Piat 1995a, 117.

232GCSM, n° 164.

233GCSM, n° 33 et 98.

234GCSM, n° 259 (1128-1140), consilio Guillelmi Seguini de Arions, in cujus honore habitabat. Voir schéma de filiation n° 21.

235GCSM, n° 296.

236Rôles Gascons, n° 2642.

237GCSM, 7, 15, 19, 88.

238GCSM, 33, 42, 98.

239GCSM, n° 1 à 6, 35, 118, 129, 148, 341.

240  Jullian 1887-1890, 224-225 ; Sion 1994, 208-217.

241St-Jean-d’Angély, n° 297 (1059-1086). Voir schéma de filiation, n° 22.

242GCSM, n° 555.

243  Marquette 1975-1979, 632-642.

244  Voir schéma de filiation, n° 3.

245GCSM, n° 627, 628-951, 592, 952.

246GCSM, n° 161, placitum posuit cum eo ad portum de Branne.

247  Shirley éd. 1862, 198.

248GCSM, n° 627, casal juxta sanctuarium, casal cum virgario juxta sanctuarium.

249Drouyn [1865] 2000, t. 1, 29-30, t. 2, 87, 94, 98, 128; A.M. Bordeaux, Ms. 254 f 51, Ms. 265, f 139.

250GCSM, n° 673-1158, 675 (possessions à Niac, près de Langon), 678 ; Gallia I, inst. 1221. Marquette 1975-1979, 59-63.

251GCSM, n° 1, 708, 710 ; La Réole, n° 63 ; AHG, XV, p. 25.

252  Laborie 2006.

253GCSM, n° 15, 552 ; La Réole, n° 135.

254Ste-Croix, n° 35.

255GCSM, n° 116 (1079-1095).

256GCSM, n°118 (1095-1119).

257GCSM, n°117, 120, 121.

258Larrea 1998, 390-392.

259AD 33 H 4, f 8, Barthélemy 1993, 354, Duhamel-Amado 1990. R. Boutruche, qui a établi la notion d’alleu-seigneurie, la limite cependant à une seigneurie foncière (Boutruche 1947, 31-40 et 110-112).

260  La Chronique de Guîtres présente d’ailleurs un Faidit dès le règne de Robert le Pieux, donateur à la suite des vicomtes de Fronsac (Depoin éd. 1921, 104, Adacius Faidit)

261GCSM, 636 (1096-1100).

262AD 33, G. 8, f 6, redditum quem habebant in tribus modiis salis unoquoque anno in perpetuum omni duabus asinis bis in ebdomadi.

263  AD 33, G 8, f 6, et quicquid eam queretur de suo feodo in allodio concessit ; Aussel 1981, 147.

264Ste-Croix, n° 92, in landa de Corn, omnem terram et lucum (…) et de lacuna usque ad publicam viam, omnem terram que his terminis concluditur et lucum et decimam omnium et justiciam supra dicte ecclesie dedit. Reliquam terram et lucos dedit in paduenza omnibus supradicte terre habitatoribus, excepto luco vetito de Arzac (…). His ita gestis Amaubinus de Blanquafort de dominio cujus supradicta terra erat, amore dei et pro salute anim sue, annuit hoc donum et dedit ipsam terram et dominium quod ibi habebat supradicte ecclesie. Sur le même personnage, St-Seurin, n° 63.

265GCSM, n° 3, ad ipsum Augerium justicia et decime totius allodii pertinebant.

266GCSM, 17, sed justicia proprie ad ipsum comitem pertinebat.

267GCSM, 359, comes etenim Burdegalensis de talibus justiciam suam iam dederat.

268GCSM, 481.

269GCSM, 13 et 17; Conques, p. 349.

270GCSM, n° 13 et 17.

271GCSM, n° 1, 19.

272Ste-Croix, n° 3 (liberum allodium).

273GCSM, n° 1 à 10, 12 à 15, 17, 19, 22. Guiet 1996a.

274GCSM, n°1, 8.

275GCSM, n°17.

276GCSM, n°4, 18.

277GCSM, n°2, 13, 15, 17, 19.

278GCSM, n°17.

279Guiet 1996, 74-76.

280Debord 1984, 303.

281GCSM, n°17.

282  Morsel 2004, 96-103.

283  Bourin & Martinez-Sopena 2004, 12.

284Gallia II, inst. n° LXI, col. 323 (vannum imposuimus, Saint-Émilion, 1079), Anc. coutumes La Réole, n° 11. Également, Liber rubeus, n° 9 (excepto banni et justicie).

285  Bourin & Martinez-Sopena 2004, 22 ; Viader 2003, 168.

286  Faravel 1988, 1991a, 1996, 2000 ; Marquette 1975-1979, 1981 ; Lacoste 1984 ; Hanna éd. 1993.

287St-Florent, n° 1. Et post hoc dedit burgum monasterii ita liberum et absolutum ut nullus in eo ullam malam consuetudinem requisisset, neque vigeriam, neque hospitalitatem, neque captionem, neque furtum, neque incendium, neque raptum, neque homicidium, neque bellum, neque judicium, sed secundum Deum monachi hec omni possiderent. Énumération similaire pour la dotation de l’abbaye de Guîtres (Depoin éd. 1921, 102).

288Anciennes coutumes de La Réole (n° 65), voir infra, p. 282 et 284.

289  Du Bourg 1883, n° LXXXV, et de omnibus operationibus castellorum et villarum.

290GCSM, n° 853.

291  Douais éd. 1887, n° 232.

292PCSM, p. 112.

293St-Sernin de Toulouse, n°232.

294GCSM, 708.

295St-Florent, n°1.

296  Fossier [1982] 1989, I, 411.

297La Réole, n° 93, Anc. coutumes La Réole, n° 13.

298GCSM, n° 853, dedit quoque in mercato quod vocatur Gabardina decimam et cum tribus digitis palmatas de sale in eadem Gavardina et in Gavardina que celebratur infra nundinas, et in ipsis nundinis, terciam partem; et lumborum terciam partem in villaet in Gavardina decimam; et in justicia terciam partem et pondus quod appellatur quintale de quo persolvuntur duo denarii quocienscumque aliquid ponderatur.

299GCSM, n° 853, terciam partem omnium reddituum portarum et omnium que venduntur in villa (…). Ita scilicet ut non tenantur dare vendam in villa.

300  Première mention en 1153 (Capra & Giteau éd. 1964, 115-122), concessit nempe et dedit ejusdem loci fratribus ut in vendendo vel emendo aliena per totam terram suam, nullam vendam persolvant.

301  Villard éd. 1973, n° 61, ad Burdegalam unum furnum de sub turre; GCSM, n° 853 ; GCSM, n° 708 à Castejaloux, unoquoque sabbato de furno meo panem unum.

302GCSM, n° 710 (Labarde).

303GCSM, n° 660 et n° 875.

304  Dans le Bas Maine, les banalités du four et du pressoir se généralisent après 1060 (Pichot 1995, 177).

305  Il faut attendre le xiiie siècle pour retrouver des mentions de vicariae, données par le roi aux seigneurs de Benauges, Latresne, Vayres, Montferrand et recouvrant la justice du sang : PCSM, p. 129, 1237. Les reconnaissances de 1274 donnent des précisions sur les vicariae de Bourg (Rec. feod. n° 553, 583, 585, 591, 666), Bazas (n° 456) et Mimizan (n° 688).

306St-Florent, n° 1.

307GCSM, n° 789 à Lonchat en Périgord (1106-1119), donation de Guilhem Aimon, châtelain de Lamothe-Montravel (...) dedit quoque vigeriam quam detenebant vigerii taliter ut sicut ab illo tenebant; GCSM, n° 813 (1112), donation d’Audebert d’Aubeterre, predictam vigeriam vel potius villicationem tenebant feodaliter ab Audeberto et Geraldo tres fratres (...). Placita que ad vigeriam pertinent apud Fainaiam teneantur quicquid de justitia exierit tripliciter parciatur.

308Conques, n° 50 (vers 1076) ; Gallia II, inst. n° LXI col. 323 (1079) ; Ste-Croix, n° 22 (1079), 37 (1111), 47 (1131), 92 (1120-1131), 106 (1137-1151) ; GCSM, n° 3 (1079), 14 (1079-1087), 17 (1079-1087), 19 (1087-1095), 41 (1121-1126), 46 (1126-1147), 59 (1122-1143), 63 (1107), 64 (1097), 91 (1079-1095), 107 (1106-1119), 120 (1106-1119), 121 (1106-1119), 175 (1095-1102), 176 (1095-1102), 196 (1126-1155), 210 (1126-1155), 270 (1126-1140), 263 (1140-1155), 271 (1095-1106), 334-1052 (1106-1119), 341 (vers1106-1119), 359 (vers 1090-1121), 368 (1121-1126), 449 (1106-1119), 480 (1126-1155), 494 (1119-1140), 520 (vers 1140-1155), 528 (1095-1102), 564 (1106-1109), 565 (1095-1102), 567 (1126-1140), 592 (1123), 594 (1134-1138), 662 (1106-1126), 663 (1079-1095), 664 (1106-1119), 707 (1130), 708 (1131), 789 (1106-1121), 791 (1120-1127), 803 (1111), 814 (1106-1121), 867 (vers 1106-1119), 1050 (1148), 1157-1161 (1104-1126) ; Rabanis éd. 1847-1848 (1081) ; La Réole, n° 61 (1084-1099), 93 (1095-1099), 137 (1084) ; St-Jean-d’Angély, n° 301 (1092) ; St-Seurin, n° 20 (1102-1130), 72 (1124), 80 (1127). Voir aussi Couderc-Barraud 2005, 260-268.

309GCSM, n° 789, justicia in masso; GCSM, n° 791, justicia bordaria Bofil ; GCSM, n° 368, quandam partem terre illorum que justicia erat Raimundi de Genizac.

310  Le même terme s’applique à la juridiction de l’évêque sur les clercs et les églises du diocèse, GCSM, n° 64, salva in omnibus justicia sancte Matris aecclesie Burdegalensis.

311Anc. coutumes La Réole, n° 2 ; Ste-Croix, n° 2 ; GCSM, n° 14, justicia proprie ad ipsum comitem pertinebat, n° 17 justicia proprie ad comitem pertinebat; n° 359 ; St-Seurin, n° 72, ad justiciam venire precepit, ante consulis presentiam

312GCSM, n° 480, ante clericum de Lopa qui justitia ville de Lopa a preposito Burdegalensi tenebat. St-Jean-d’Angély, n° 301, imprimis dominationem et justiciam de suis et cunctis hominibus in salvatione sancti habitantibus. La Réole, n° 93, justicia in foro. GCSM, n° 46, justicia tota, quia in villa nostra non oportet haberi duplicem justiciam. GCSM, n° 708, de qua villa medietatem censu retineo et medietatem justicia, de qua justicia nulla ibi erit alia nisi justicia alterius ville. La Réole, n° 125, dominus rex prioris justiciam recognoscens, etc.

313Ste-Croix, n° 38 (1124), et coram ipso ad Rocham ei rectum faciat, si contra ipsius vel ejus serviens (…), de injuria super feudo illo illata forte moverit questionem. Autre exemple, GCSM, n° 1180 (1229), et in domo sua apud Boliac, ei justiciam exhiberet.

314  Lemesle 1999, 18-19.

315  Boutruche 1970, 131, Ourliac [1973] 1979, 133.

316  Barthélemy 1993, 325-327.

317GCSM, n° 1050 ; La Réole, n° 61, tali tenore ut nullam querimoniam nec placitum moveat super homines ipsam terram tenentes, in qua justiciam antea habebat; GCSM, n° 707, concesserunt justiciam terre illius, quod si ipsi injuriam inferrent monacho et suis per justitiam prioris obedientie illius rectum facerent.

318GCSM, n° 271, de cetero si querelam habuerint monacho deferant qui ipsius est ejusdem villa justicia ; GCSM, n° 707, si ipsi injuriam inferrent monacho et suis per justiciam prioris obedientie illius rectum facerent.

319GCSM, n° 664, si de parentela nostra alter alteri injuriam fecerit nullum vadimonium habebit abbas aut monachus preter furtum et incendium. Donation de la justicia sur l’alleu de Coirac, GCSM, n° 663.

320  AD 33, H 12, f 1. Dicebat enim Bernardus et fratres sui se idem jus in predicta salvitate habere, quod si quis inventus de crimine, potestati seculari tradendus esset, ipsius precipue provivendis tradi deberet. Insuper etiam dicebant quod si monachi vellent manum suam assignare super burgenses suos propter aliquid forisfactum, idem Bernardus et fratres sui illos ad justiciam exhibere et arramire deberent.

321GCSM, 872, comperto tanto facinore sepedictos milites convenerunt super perpetrato scelere nec tamen eos ad justiciam compellere potuerant. En Champagne, la justicia recouvre la totalité des délits (Bur 1977, 336).

322GCSM, n° 494. Les Anciennes coutumes de La Réole détaillent la procédure de la justice du prieur (art. 35, Bonnassie 2000, 117). Voir infra, p. 278-279.

323GCSM, n° 210. Guillelmus Seguinus de Escozan dederat terram Bonefosso presbitero de Escozan in allodium talem in ea retinens justiciam ut si ipse Bonafusus aliquam ei injuriam faceret inquireret illum idem Guillemus et si infra XV dies per se ipsum sine placito injuriam illam rectificaret sine vadimonio hoc prefatus W. reciperet. Quod si infra XV dies ut predictum est nequaquam nei injuriam rectificaret iam dictus presbiter iam tunc justiciam illi in manu sua faceret.

324GCSM, n° 46, 803 (placita… quicquid de justicia tripliciter partiantur), Larrea 1998, 381.

325  Capra & Giteau éd. 1964, 118.

326GCSM, n° 56.

327GCSM, n° 977, 1031, 1181, Villemartin, n° 65.

328St-Florent, n° 1 (1079) ; GCSM, n° 30 (1106-1119), 35 (1119-1121), 56 (1106-1119), 88 (1079-1095), 92 (1120-1131) , 237 (1106-1119), 271 (1095-1106), 408 (1140-1155) , 417 (1126-1140), 419 (1140-1155), 420 (1106-1119), 437 (1102-1107), 448-461 (1106-1119), 460 (1119-1120) , 462 (1119-1155), 536 (1106-1119), 548 (1126-1155), 550 (1140-1182) , 552 (1079-1095), 627 (vers 1106-1119), 628 (vers 1106-1119), 679 (1126-1155) , 946 (1079-1095), 952 (1106-1119) ; Rabanis éd. 1847-1848 (1081) ; La Réole, n° 53 (1084-1143) ; Conques, p. 349 (1108) ; Ste-Croix, n° 35 (1126-1131), 18 (1147).

329Anc. coutumes La Réole, n° 1 ; St-Seurin, n° 9 ; Ste-Croix, n° 2.

330St-Florent, n° 1 ; GCSM, n° 35, 56, 88, 237, 271, 408, 417, 420, 437, 448-461, 460, 462, 550, 552, 627 ; Ste-Croix, n° 92 etc.

331  Le jus pascuali (GCSM, n° 628), quelque fois assimilé à un precium (GCSM, n° 88, 271) et plus souvent qualifié de pacher ou pascherium (St-Florent, n° 1 ; GCSM, n° 552, 271, 448-461, 460, 419, 550, 673 ; Capra et Giteau éd. 1964, 116-117), Ste-Croix, n° 123, 124.

332  St-André, f 95.

333Conques n° 481, St-Seurin, n° 40, Ste-Croix, n° 29, St-André, f 94 ; voir aussi au milieu du xiiie siècle, Rôles Gascons, n° 2871, 3715 à 3719 (1254).

334GCSM, n° 30, 35, 271.

335  Bonassie 1990, 68, Caucanas 1995, Larrea 1998, 236.

336  Les donations d’aquae jusqu’au milieu du xiie siècle : GCSM, n° 164 (1106-1119), 417 (1126-1155), 436c (1095-1106), 592b (1123), 949 (1079-1095) ; La Réole, n° 147 b (1084-1099), n° 66 (1087-1111) ; Ste-Croix, n° 8 (1096-1111), 104 (1137-1151), 107 (1138-1151) ; Marquessac éd. 1866, 10 (1135-1158).

337Domini aquarum, expression utilisée dans le Guide du pèlerin, éd. Vielliard, 22. Juridictio in aque: Ste-Croix, n° 10. GCSM, n° 164 (Isembert de Moulon), 417 (Arnaud de Blanquefort), 592 (Hélie de Blaignac), 949 (Bernard de Taurignac sur le Dropt) ; La Réole, n° 66 (Arnaud Bernard de Taurignac, la Garonne), 147 (Géraud de Mazeronde, sur le Dropt) ; Ste-Croix, n° 8, 10,129, 133, 135 (famille de Centujan pour l’estey de Peyrelongue), n° 104 (Guilhem Hélie de L’Isle pour l’estey de Balach) etc.

338  Caucanas 1995.

339  Balasque éd. 1862, n° VII, extra muros paduentiam per terras cultas et incultas, ita ut ibi grangiam et agriculturas facere possint et per mare et aquas dulcias similiter ut molendina ibi et piscaturas libere et absque ulla contradictione facerent (Bayonne).

340GCSM, n° 88, ut faciant monachi quotquot voluerint molendinos etiam VII in predicto rivulo.

341Anc. coutumes La Réole, art. 9. Au contraire d’A. Debord pour qui le monopole du moulin comme celui du four procède de la “seigneurie foncière” (Debord 2000, 110).

342Ste-Croix, n° 33.

343Ste-Croix, n° 133 et 135.

344GCSM, n° 359, St-Seurin 106 et 137 (1181) ; Anc. coutumes La Réole, Ste-Croix, n° 25.

345  Sous cette forme, quinze occurrences jusqu’en 1150 : St-Florent, n° 1 ; AHG, XLIX, n° IX (1077) ; GCSM, n° 63 (1107), 64 (1103), 367 (1121-1126), 638-955 (vers 1100-1120) , 710 (1079-1095), 951 et 952 (1106-1119), 956 (1080-1090) ; La Réole, n° 60 (1086) ; Baigne n° 424 (1089-1098) ; Ste-Croix, n° 2 (forgerie élaborée dans les années 1090), 7 (1127-1137), 38 (1124) ; St-Seurin, n° 132 et GCSM, n° 1137 (1137).

346La Réole, n° 64, GCSM, n° 35

347St-Florent, n° 1 ; AHG, XLIX, n° IX ; GCSM, n° 638-955, 710, 951, 952, 956 ; La Réole, n° 60, 64 ; Baigne, n° 424 ; Ste-Croix, n° 2.

348GCSM, n° 19, si consuetudinarii principum vel militum qui ibi manserint, justiciam dominis suis facere noluerint, post clamorem ab abbatem vel priorem, octo dies judiciarium habebunt, et nisi emendaverunt, salvitate carebunt. C’est la seule occurrence de consuetudinarius relevée dans notre documentation. Ils sont attestés à Poitiers, Villard éd. 1973, n° 9 (1081), consuetudinarios meos quos in burgo suo receperant monachi, eis concessi, nolens ut deinceps de consuetudinariis meis in burgo suo recipiant aliquem ad habitandum. A. Debord n’y fait pas grand cas (1984, 431). Leur servitude n’est pas évidente (Barthélemy 1997, 122).

349GCSM, n° 367, Ste-Croix, n° 38.

350St-Florent, n° 1, nec vicecomes nec aliquis pro eo quicquam ex ea in perpetuum capiat nisi rectam consuetudinem.

351Baigne, n° 324.

352La Réole, n° 60 (1086).

353AHG, XLIX, n° IX.

354  Voir supra, p. 52

355GCSM, n° 952, 628, 951 (1106-1119).

356Concedo etiam perpetua lege ut ex una eorum nave quantamlibet habere voluerint nichil accipiatur apud Blaiam oppidum nisi rectum census quem propter participes dare non possum. Prius enim ex ea sicut ex aliis navibus XV an XX solidos preter rectum censum accipiebam vel utique quantum volebam, GCSM, n° 946.

357  Avant 1150, cinq occurrences de theloneus (GCSM, n° 13, n° 636-954, n° 628, AD 33, G 335, f 1) ; une occurrence de vectigal, synonyme de péage (GCSM, n° 33) ; trois occurrences de pedagium (GCSM, n° 33, 631, La Réole, n° 135).

358  Expression utilisée par la chancellerie anglaise en 1254 (Rôles Gascons, t. 1 , n° 2501).

359St-Florent, n° 1, et ad Petram Futam tres sextariios salis ad mensuram qua vendunt si remanserit. Si supra ascenderit in quocumque portu evenerit istos supradictos sextarios salis ad magnam mensuram (…).

360St-Jean-d’Angély, n° 298. G 8, f 6 ; G 902, f 163. La dotation de l’abbaye de Guîtres accorde une place importante au trafic du sel (Depoin éd. 1921, 101).

361GCSM, n° 631, peatge de suis pannis.

362La Réole, n° 64 (1103), GCSM, n° 41. Autre coutume de bourg attestée à Castillon (St-Florent, n° 1).

363Ste-Croix, n° 123 (entre 1165 et 1170).

364GCSM, n° 414 (1126-1155). Les autres civadages, situés dans la seconde moitié du xiie siècle sont encore liés à la même seigneurie de Blanquefort, Ste-Croix, n° 70, 138, 141 (Macau).

365Ste-Croix, n° 7 (1127-1137).

366Sed etiam avenam tam de milio quam de sigula et de omni genere messis, St-Seurin, n° 96 (1159), n° 136.

367Rabanis éd. 1848, St-Florent, n°1.

368GCSM, 477.

369GCSM, 377.

370GCSM, n° 367.

371Ste-Croix, n° 124 (1165 et 1170).

372GCSM, n° 539. Une pitance peut aussi retribuer une donation (GCSM, n° 366).

373  PCSM, p. 112, n° 8 (1104-1126).

374  Marchegay éd. 1879, n° IV.

375Ste-Croix, n° 39.

376GCSM, n° 9.

377St-Seurin, n° 18, quatenus beati Petri de Comprian sub laicali jure diu positam (…) Laicalis etenim potestas tunc temporis grassabatur ut prefatam ecclesiam sub suis usibus retineret et ejusdem altaris oblationibus contra canonum institutionem abuteretur. Le phénomène était ancien ; en 879, le pape Jean VIII dans une lettre adressée à l’archevêque fait état d’usurpations contre l’Église (citée par Mussot-Goulard 1982, 109).

378Gallia LXII, col. 324, non solum a clericali sed etiam a laicali manu prefata ecclesia enormiter possessa est.

379  PCSM, p. 115, quod vicecomes duxit non debet habere quia oblatio altaris est.

380  Rymer éd., 122.

381GCSM, n° 65, 66, 73, 248, 405, 407, 423, 457, 475, 526, 623, 679, 680, 682, 683, 694, 791, 798, 831, 1019 ; St-Seurin, n° 43, 54, 64, 83 ; Ste-Croix, n° 37.

382  Une église en bois en Bazadais citée dans le Livre des Miracles de sainte Foy (Bonnassie & Landes 1992, 448) et la capella Saint-Pierre de Fronsac (Depoin éd. 1921, 102).

383  Constat similaire de J.-B. Marquette à propos des ecclesiae du diocèse de Dax (Marquette 2004, 100).

384GCSM, n° 26, aecclesiam Sancti Bricii cum sanctuario suo et minutis decimis de agniis scilicet et porcellis et lana et offerendam et cimiterium ; n° 171, donavitque aecclesiam Sancti Christophori et sanctuarium ejus ; n° 187, ecclesiam Sancti Pauli de Bainaux cum toto sanctuario et quicquid decime inibi habebant ; n° 424, ecclesiolam quamdam que est Inter Duo Maria constructa in honore sancti Lupi confessoris perpetuo concedimus et sanctuaria ad supradictam ecclesiolam pertinentia ; n° 523 ecclesiam Sancti Christophori et omne sanctuarium ejus ; n° 665, dedit itaque minores decimas et sanctuarium ubicumque esset quod ad eandem ecclesia pertineret; n° 693, dederunt aecclesiam Sancti Martini de Fescals, cantariam videlicet et cimeterium cum sanctuario et quartam partem decime panis et vini .

385GCSM, n°665, dedit portionem ecclesie. Dedit itaque minores decimas et sanctuarium ubicumque esset quod ad eandem ecclesiam pertineret; n°187, aecclesiam Sancti Pauli de Bainaus cum toto sanctuario et quicquid decime in ibi habebant.

386GCSM, n°1160 et 1122: ecclesia cum appendiciis suis; La Réole, n°15, hoc est ecclesia in honore sancti Hilarii que vocatur Monasterium, cum rebus ecclesiasticas que pertinent ad illam.

387La Réole, n°52, ecclesiam Sanctae Marie Montanag, cum decima et cum ejus beneficiis prebuit; St-Seurin, n°19, ecclesia Santi Gervasii cum omnibus beneficiis ibidem pertinentibus (…) preter medietatem oblationis; 20, ecclesia Sancti Vincenti cum omnibus beneficiis ibidem pertinentibus.

388St-Seurin, n°18, ut prefatam ecclesiam sub suis usibus retineret et ejusdem altaris oblationibus(…) quicquid sanctuarii vel oblationum ejusdem ecclesie altari pertinetium

389St-Jean-d’Angély, n° 297, ecclesiam quoque sancti Joannis, simul cum terra altaris, necnon ecclesiam sancti Petri de Vallibus concessa pariter terra altaris.

390GCSM, n° 693, ecclesiam Sancti Martini de Fescals cantariam videlicet et cimeterium cum sanctuario; La Réole, n° 146, ecclesia Sancti Eparchi de Meliano cum cantaria ejusdem ecclesie; La Réole, n° 134, ecclesiam (..) id est cantariam, oblationes et omnia omnino ecclesiastica ad eam pertinentia.

391St-Jean-d’Angély, n° 301, justitiam de suis et cunctis hominibus in salvatione sancti habitantibus; (…) Simili modo quicumque in tota deffensione sanctuarii ecclesiæ cellarium sive domum habuerit, per monachum justifficetur.

392Conques, n° 50, p. 54 , ecclesia et de hominibus quos aggregare potuerint (v. 1076). Autres exemples, Vertheuil (manso sanctuarii Sancti Petri de Vertoliovero hi qui nunc habitant vel quorumcumque habitaturi sunt in ipso maso); Pleineselve (Baigne, n° 73, p. 45, cimeterium ubi mansionem haberent homines suis, 1167).

393  Cursente 1998, 86-87.

394Ste-Croix, n° 37, St-Florent, n° 1.

395GCSM, n°88 (Daignac, secundum consuetudinem regionis allodialiter possidere), 171 (Bellebat), 665 (Coirac).

396GCSM, n°663.

397GCSM, n°319. Autre exemple, La Réole, n° 52. ecclesiam sancti Martini que erat et est sita in alodio suo, que vocatur Pamperas.

398St-Jean-d’Angély, n° 297 (1056-1086).

399GCSM, n°708 (1131), extra muros Castelli Gelosi terram de proprio allodio ad faciendam villam necnon et ad fabricandam in eadem villam ecclesiam. Autres exemples, GCSM, n°710, Labarde (in ecclesiam Sancti Bartholomei quam ipse apud Barda castellum scilicet suum fundaverat); La Réole, n°129-131, Saint-Nicolas de Lamothe-Landerron, (Augerius in castro quod dicitur Landaros ecclesiam edificans, reliquas et libros et tintinabulum adtribuit); St-Seurin, n°51, Veyrines (in oppido suo basilicam facere). Les autres fondations d’églises appartiennent à de nouveaux prieurés : St-Florent, n° 1 et 2 (Saint-Florent de Castillon), Conques, n° 50 (Esclottes), GCSM, n° 420-1053 (Puch-Lubert), Ste-Croix, n° 92 (Lalande-de-Corn), St-André f. 84 v (Saint-Jacques de Bordeaux), GCSM, n° 678, 679 (Sainte-Marie de Langon).

400GCSM, n° 184 (vers 1121-1126).

401GCSM, 648 (1121-1126).

402St-Jean-d’Angély n° 304 (1096-1102).

403La Réole, n° 144 (1084-1099), Willelmus Aimerici, capelenus de Las Lobias se ab ecclesia illa in manu nostra exposuit et nos vobis eam perpetuo possidendam concessimus, ita tamen ut dum vixerit, ipse presbiter eam absque aliqua inquietudine possidebat, exceptis V solidos quod annualiter in pascha vobis persolveret.

404GCSM, n° 1160 (1112) ; Marchegay éd. 1879, n° II (1081), insuper, ad beati Petri sedem Romanam duodecim nummos in unoquoque anno deferri constituo ; Marchegay éd. 1879, n° IV (1131), ecclesia Sancti Bibiani secus Basatim, ut nullus in ea prandium vel cenam querat, neque in aniversario episcopi Raimundi debitum aliquod a monachis exigat.

405Ste-Croix, n° 14, (..) ut quotiescumque Sancti Andree canonicus senex aut debilis aut infirmus aut paupertate pressus, in ecclesia illa manere voluerit, ibi maneat et procurationem ab eadem ecclesia habeat. Retinuimus ut quotiescumque canonicus Sancti Andree illuc ierint, ab ejusdem ecclesie habitatoribus honeste sucipiantur et procurentur.

406Ste-Croix, n° 37, pro pecunia que fuerat pretii quadringentorum solidorum quam R. de Leian habuerat de Suavio presbitero, donavit ecclesie Sancti Martini de Sadirac in parrochia ejusdem ecclesie quandam terram (…) R. de Leiano de predicta terra fecit allaudium ecclesie de Sadiraco quod nec justiciam , nec aliquid servitium sibi reservavit.

407  Cabanot et Pon éd 2004, 72.

408  Voir supra, p. 77.

409St-Seurin, n° 17, de quartario decime istius medie civitate.

410  St-André, f. 51 collector decime primo loco accipiet larreiredesme totius decime.

411GCSM, n° 653.

412GCSM, n° 672 (1087-1095) ; 300 sous pour une moitié de dîme (GCSM, n° 68 1106-1119); 230 sous pour un douzième de dîme (La Réole, n° 45, 1125-1141) ; 80 sous pour un quart de dîme (GCSM, n° 84 1126-1155) ; 60 sous pour un huitième (GCSM, n° 270, 1126-1155) ; 800 sous pour toute la dîme (Ste-Croix, n° 83 1132-1138) ; 300 sous pour une moitié (GCSM, n° 287 1140-1155), etc.

413GCSM, n° 870, 871 (vers 1106-1119).

414St-Seurin, n° 51.

415GCSM , n° 839.

416  PCSM, p. 112, n° 8.

417St-Jean-d’Angély, n° CCXCVII.

418La Réole, n° 53.

419Gallia I, inst., col. 190.

420  Ocent de Cursan, prévôt de la Sauve entre 1079 et 1095 (GCSM, n° 19). Adelelm entre 1119 et 1126 (GCSM, n° 197, 220). Estornel, prévôt entre 1126 et1155 (GCSM, n° 154, 210, 548, 144), entre 1140 et1155 (prepositus noster, GCSM, n° 537). Grimoard entre 1126 et 1155 (GCSM, n° 73, 78, 84,110, 127, 149, 215, 595, 622), entre 1140 et 1155 (GCSM, n° 412, 525, 608, 304).

421GCSM, n°11.

422GCSM, n°413.

423Gallia I, inst. col. 190, n°IX.

424GCSM, n°787 (1126-1155).

425GCSM, n°419-1040.

426GCSM, n°445.

427St-Seurin, n°39 (1124).

428St-Seurin, n° 217.

429St-Seurin, n° 75 (1125), n° 75 et 33 (1103-1124) ; un claviger nommé Aimon, est relevé dans un acte du cartulaire de Saint-Seurin pendant les années 1156-1180 (n° 94).

430GCSM, n° 379. À Carensac au xiiie siècle : GCSM, n° 593, 562 (Bernard, laïc, 1229) ; AD33, H 4, f 3.

431La Réole, n° 78 (1154), 90 et 92 (1177-1182) ; Anc. Coutumes de La Réole.

432La Réole, n° 104 (Austoret, 1143).

433Ste-Croix, n° 137 (Bonafos, 1185).

434Cours-Romestaing, n° 78 (Guilhem Sanche, 1220-1230), 108, 109 (Arnaud d’Espuid ou Arnaud de Pins, 1233) ; pour celle de Romestaing, n° 2 (W. Esperu 1167), 81 (S., 1225-1235) ; Villemartin, n° 27, 47, 61 (Guilhem Estrain, 1198-1204), 95, 196, 197 (Sanche, 1229-1236). Le clavaire de Saint-André apparaît dans les textes du xiiie siècle (W. de Ludon, St-André, f 53, n° 19).

435GCSM, n°197, 787.

436GCSM, n°1050.

437St-Seurin, n° 40 (1122 et 1144).

438GCSM, n° 35 (1119-1121).

439GCSM, n° 46 : il y avait pourtant une seule justice à La Sauve (quia in villa nostra non oportet haberi duplicem justiciam… quicquid vendet cellerarius in vineis aut burgis non fiat sine hospitalario aut preposito, quoniam in manu justicie oportet fieri).

440GCSM, n°813.

441GCSM, n°388, 197.

442GCSM, n° 11, illi commitimus ut quamdiu voluerimus illam teneat et cum abbas illius loci vel fratres ex communi consilio jusserint ut eam dimmitat, non eum amplius tenere presumat.

443  C’est le cas de la viguerie de Camp-Martin et de Saint-Pierre-de-Faina, dans les confins du Périgord, du Bordelais et de l’Angoumois (vigeriam vel poterius villicationem tenebant feodaliter ab Audeberto et Géraldo tres fratres , GCSM, n° 813, 1112).

444GCSM, n°4, 6.

445GCSM, n°9, 10, 11, 27.

446GCSM, n°220.

447GCSM, n°1055.

448  Voir infra, p. 300.

449GCSM, n° 634 (1106-1119, donation par Bertrand de Montencens et son fils Raimond de ce qu’ils avaient dans la dîme et l’église de Saint-Pey-de-Castets), GCSM, n° 756 (avant 1078, Arnaud de Montenceix et son frère Bertrand possédaient un gros alleu sur lequel fut bâtie l’église de Saint-Pastour et que se partageaient des feudataires, voir aussi, n° 757, 758, 759, 1149, où Bertrand est cité dans un groupe de proceres, 762, 765).

450  Gaucelin du Taillan, miles (St-Seurin, n° 34, 1124 ; Ste-Croix, n° 107, 1138-1151).

451St-Seurin, n°75.

452GCSM, n°379.

453St-Seurin, n° 39.

454  Pour une présentation des points de vue, Lauranson-Rosaz 1999.

455  Morsel 2003, 100-101.

456  À l’exemple d’une donation en alleu avec réserve de justice par Guilhem Séguin d’Escoussans (GCSM, n° 210)

457  Barthélemy 1997, 156.

Table des illustrations

Titre Fig. 13. Évolution des localisations in villa (ou apud) et in parochia dans les actes du cartulaire de La Sauve.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 14. Les fortifications en Bordelais et Bazadais dans les textes à la fin du xie siècle et au début du xiie siècle84.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 15. Seigneuries laïques, châtelaines et locales, en Bordelais et Bazadais à la fin du xie siècle.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/15238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search